Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

III. Surveiller et encadrer les hommes et l’espace

Exercer la médecine en milieu rural dans l’Espagne de la restauration

Le combat au service du progrès médical des médecins de la province de Gérone

Isabelle Renaudet

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, on pourra se reporter entre autres à J. L. Peset, « Historia del cuerpo, historia de (...)

1Prisonnière d’une vision positiviste du progrès scientifique, l’histoire de la médecine a longtemps centré son intérêt sur le récit des grandes innovations propres à cette discipline1. Articulée autour d’une réflexion générale sur les acteurs et les pratiques de santé dans l’Espagne de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, la contribution qui suit s’inscrit dans le sillage de nouveaux questionnements s’interrogeant sur l’exercice concret de l’art de soigner.

  • 2 M. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident.
  • 3 L. López-Ocón Cabrera, Breve historia de la ciencia española.
  • 4 Cajal développe cette thèse dans le discours qu’il prononce à l’Académie des sciences exactes, phys (...)
  • 5 Sur la JAE, on pourra se reporter à J. M. Sánchez Ron (éd.), 1907-1987. La Junta para Ampliación de (...)

2La période de la Restauration constitue un cadre privilégié pour aborder cette question. La seconde moitié du siècle est marquée par l’avènement d’une médecine dite scientifique. Les progrès de l’asepsie et de l’antisepsie rendent plus sûre la lutte contre la maladie, l’essor de la microbiologie et de l’histologie ouvre de nouveaux terrains d’investigation aux chercheurs2. En Espagne, dès la période du Sexenio democrático, et plus encore avec le retour des Bourbons sur le trône en 1874, on assiste à une reprise de l’activité scientifique qui s’accompagne d’un processus de cajalización de la société. Cette expression, empruntée à l’historiographie3, est doublement significative : elle indique le rôle joué par le savant aragonais Santiago Ramón y Cajal dans le renouveau de la médecine espagnole ; elle montre par ailleurs que si Ramón y Cajal incarne une figure nationale, il est perçu aussi comme un modèle au sens où le discours qu’il a développé sur les vertus de la recherche scientifique comme moyen de sortir l’Espagne de son retard4 s’est progressivement imposé à ses contemporains. À partir du début du xxe siècle, la science est investie d’une valeur nouvelle comme en témoigne la création en 1907 par les pouvoirs publics de la Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas (JAE)5. La médecine espagnole entre alors dans une véritable edad de plata qui culmine sous la Seconde République, lorsque les pensionistas de la JAE arrivent à la maturité de leur art.

3Comment la révolution médicale opérée entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle s’est-elle traduite sur le terrain de la pratique médicale en milieu rural ? Ainsi formulée, cette interrogation appelle deux remarques. À travers elle, se trouve tout d’abord posé le problème central de la réalité du processus de modernisation sanitaire des campagnes. Quel est le degré de pénétration du progrès médical dans un espace qui présente la double particularité d’abriter la majorité de la population du pays et de rester — ici comme ailleurs, voire plus qu’ailleurs — éloigné du théâtre urbain où se joue l’innovation ? La seconde remarque est davantage d’ordre méthodologique : saisir les pratiques des élites médicales exerçant en milieu rural est d’autant plus complexe que les hommes de l’art y sont en général beaucoup moins loquaces que leurs homologues des villes. Parce que justement les sources sont très dispersées, parce qu’aussi la question soulevée implique d’effectuer une très vaste enquête qu’on est loin d’avoir épuisée à l’échelle de la Péninsule, l’étude réalisée s’appuiera surtout sur un exemple : l’action collective menée par un groupe de médecins catalans exerçant dans la province de Gérone entre les années 1890 et le début des années 1920.

I. — Exercer la profession médicale en milieu rural : modalités et pratiques

  • 6 A. Albarracín Teulón, « Revolución y medicina ».

4Au cours du xixe siècle, l’action de l’État en matière de santé publique a été commandée par une double exigence : d’une part, il a libéralisé l’exercice de la profession, d’autre part il a renforcé le contrôle qu’il exerçait sur ses acteurs6. Le caractère contradictoire de ces mesures n’est qu’apparent. La première d’entre elles est conforme à l’idéologie qui s’impose en Espagne au-delà de la mort de Ferdinand VII : la profession médicale devient une profession libérale, par une disposition en date du 20 juillet 1837. En même temps, le législateur a été obligé de tenir compte des besoins sanitaires des populations, notamment en milieu rural. La spécificité du statut des médecins qui y exercent en découle.

  • 7 Id., « La asistencia médica en la España rural durante el siglo xix ».

5Pour assurer la médicalisation des campagnes, les structures d’assistance mises en place sous l’Ancien Régime, ont été en effet globalement maintenues. Ces structures permettent aux municipalités d’employer les services d’un médecin contre rétribution. Les communes rurales sont donc autorisées à se doter d’une place de médico titular occupée pour une durée déterminée, trois ans d’abord, puis quatre durant la seconde moitié du xixe siècle7. Cette organisation sanitaire présente un double avantage : l’assistance gratuite aux indigents repose sur elle ; se trouve en outre ainsi réglée la question de l’offre de soins aux populations solvables en milieu rural. Le médecin titulaire fournit en effet à ces dernières une assistance de type domiciliaire, complémentaire de l’assistance hospitalière. Le cadre juridique de cette assistance domiciliaire s’est mis en place aux cours des années 1820. Le territoire national a été divisé en districts (partido médico) qui permettent à la communauté des habitants des communes rurales de se regrouper et d’agir en tant qu’entité juridique. Ces partidos ont donc permis de fédérer les intérêts des populations locales en matière de santé en mutualisant leurs besoins. En échange des soins qu’il leur prodigue, le médecin titulaire perçoit une rétribution annuelle versée par les habitants, chacun y contribuant par le versement de cotisations proportionnellement à ses revenus.

6Ces conditions d’exercice déterminent strictement le statut du médico de partido, dont le sort précaire a alimenté une abondante littérature. Cette précarité tient essentiellement à la faiblesse de ses revenus. L’État a laissé en effet la charge financière de sa rémunération aux municipalités et à la collectivité, qui l’une et l’autre s’en acquittent fort mal. Ces hommes de l’art sont donc mal payés et perçoivent même assez souvent une partie de leurs traitements en nature. On comprend pour cette raison que leurs rapports avec leur clientèle comme avec les autorités municipales qui les emploient soient tendus. Pour leur permettre d’accroître leurs honoraires, un règlement en date du 9 novembre 1864 les autorisera à passer des contrats privés avec les membres de la communauté rurale qui souhaiteraient échapper à l’assistance publique domiciliaire. Cette mesure ne constitue cependant qu’une faible contrepartie face aux maigres ressources de ces médecins.

  • 8 La tutelle exercée par les municipalités sur les médecins titulaires s’est encore accrue dans la me (...)

7Il faut en fait attendre le début du xxe siècle pour que leur situation évolue. Celle-ci résulte d’une mobilisation de grande ampleur née en réaction à un nouveau règlement en date du 14 juin 1891 qui confirme leur dépendance vis-à-vis des municipalités8. Les médecins titulaires contre-attaquent en convoquant en décembre 1891 un congrès à Madrid où s’expriment leurs revendications. Ils réclament une série de réformes : inamovibilité des charges qu’ils occupent ; fixation des dotations qu’ils perçoivent, garanties par l’État ; accès au corps qu’ils constituent par le biais d’un concours ; création d’une échelle de progression dans la carrière. Leur combat débouche en 1902 sur la création d’une association nationale l’Association des Médecins-Titulaires, chargée de les défendre. Elle obtient gain de cause en 1904, lorsque l’Instruction générale sur la Santé publique qui paraît le 12 juin leur donne globalement satisfaction : l’inamovibilité sans limite de temps est concédée à la fonction de médecin-titulaire ; la gestion de la carrière des membres du corps est confiée à un organisme central, la Junta de Gobierno y Patronato qui ouvre la voie à leur fonctionnarisation.

8Les médicos de partido occupent donc une place à part au sein du monde médical. Leur sort ne s’est amélioré que très tardivement. Bénéficiant au début du xxe siècle d’un statut plus enviable qu’autrefois, ils ont toutefois conscience de constituer une sorte de plèbe, méprisée par les autres membres de la profession installés en milieu urbain. Le fossé n’a cessé de se creuser en effet entre médecins des villes et des campagnes. L’essor des spécialités, l’exigence de soins de qualité par une clientèle fortunée ont profité à l’élite médicale des cités. Cette dernière a tiré partie du prestige croissant de la médecine, en pratiquant des honoraires confortables. Cette situation explique qu’une partie importante des médecins ruraux aient misé sur les vertus de l’associationnisme professionnel pour défendre leurs intérêts catégoriels.

  • 9 Joaquín Gimeno, « Bibliografía », Revista de Medicina y Cirugía Prácticas, 169, 7 juillet 1883, pp. (...)
  • 10 La topographie médicale consiste en une étude d’une localité et de ses habitants, menée du point de (...)

9Si l’écart entre leurs conditions sociales rend difficiles les relations des médecins titulaires avec leurs confrères du monde urbain, la distance séparant leur environnement respectif constitue un obstacle supplémentaire au dialogue. Le milieu rural où il exerce est en effet doublement répulsif pour l’homme de l’art : non seulement il lui assure une piètre aisance matérielle, mais il l’isole aussi des lieux où s’élaborent et circulent les savoirs. Comme l’écrit Joaquín Gimeno9, professeur à la faculté de Médecine de Saragosse, dans le compte rendu critique qu’il consacre à une topographie médicale10 parue en 1883, le médecin exerçant en campagne court le risque de tomber au niveau du vulgaire qui l’entoure, s’il ne prend pas soin « de rester en contact avec le monde par le livre, la revue ou le journal » et ce dans la mesure où se couper du mouvement général de la civilisation revient « à se suicider sur le plan scientifique ». Cette leçon, un certain nombre de médecins exerçant dans la province de Gérone l’ont mise en pratique en fondant en 1894 une association professionnelle qui permet à l’historien de retracer leur itinéraire collectif.

II. — Identité professionnelle et exercice du métier : l’exemple du collège médical de la province de Gérone

  • 11 Sindicato Médico de la Provincia de Gerona.
  • 12 Arxiu Municipal de Gérone, fons Josep Pascual i Prats.

10L’étude de l’action menée à l’échelle de la province de Gérone par un groupe de médecins découle des sources collectées. Constitués en un syndicat11 en 1894, devenu collège en 1898, ces hommes se sont dotés d’un organe destiné à rendre compte de leurs activités. Ce mensuel qui prend d’abord le titre de Boletín del Sindicato Médico de la Provincia de Gerona, puis de Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona est publié entre 1896 et 1923. Le président de cette association médicale, José Pascual i Prats, a par ailleurs légué toute sa correspondance aux Archives municipales de la ville12 à sa mort. Cette documentation embrasse une large période allant de la fin des années 1870 jusqu’aux années 1930. Ce gisement de sources constitue donc un fonds exceptionnel qui permet de saisir dans la durée l’action d’un groupe professionnel (199 hommes en 1898, 250 environ au début des années 1920) dans le cadre d’un territoire donné.

  • 13 X. Alberch i Fugueras et J. Burch i Rius (éd.), Història del Gironès ; L. Costa (éd.), Història de (...)
  • 14 Schématiquement, deux types de relief se succèdent d’ouest en est : dans la partie occidentale domi (...)

11Ce territoire se rattache à un espace à dominante rurale13. La province de Gérone compte à la fin du xixe siècle un peu plus de 300 000 habitants, répartis inégalement du fait de la diversité des reliefs14. Son chef-lieu, Gérone, regroupe 15787 habitants en 1900, 17961 en 1920. C’est une petite ville de services (elle abrite en particulier une garnison) et de boutiquiers, qui dépend économiquement de son environnement, vivant pour partie de la rente agraire. Sa croissance démographique a été très faible au cours du siècle, stérilisée par l’expansion de Barcelone, toute proche. Sur le plan des activités économiques, l’agriculture emploie la majorité des actifs de la province : propriétaires ou exploitants en faire-valoir indirect, journaliers. On trouve toutefois disséminée dans les vallées intérieures (région d’Olot) ou à proximité du littoral (région de La Bisbal - Palafrugell) une activité industrielle qui renvoie à la petite métallurgie, à l’activité textile, au travail du liège. Le caractère rural de cette province est donc avéré, même si des formes diffuses d’industrialisation existent.

  • 15 Une nouvelle génération d’hommes s’affirme alors au sein du collège médical de la province de Géron (...)

12Pour autant, la situation qui prévaut au sein de cet espace est-elle représentative d’une réalité nationale ? Cette interrogation, inhérente à toute étude circonscrite sur le plan géographique, est encore plus légitime appliquée à la Catalogne. Région industrielle puissante commandée par Barcelone, la Catalogne a toujours occupé une position avancée sur le front des innovations économiques et techniques. La place à part qu’elle occupe en Espagne est encore renforcée à cette époque du fait de l’affirmation du mouvement catalaniste revendiquant une autonomie régionale. Chronologiquement, la création du collège médical de la province de Gérone est contemporaine de la consolidation de ce nationalisme, ce qui provoque d’ailleurs des dissensions entre les membres du groupe. Pour ces raisons, la situation des hommes de l’art exerçant dans cette province n’est donc pas totalement comparable à celle de leurs confrères du reste de l’Espagne rurale. Le fait qu’ils soient tous catalonophones par exemple doit être souligné. Pourtant, les revendications de type corporatif qu’ils expriment sont dans l’ensemble similaires à celles des autres collèges qui se constituent alors sur le territoire espagnol. La défense de l’identité professionnelle qui les réunit prime donc sur la spécificité de l’environnement dans lequel ils exercent, du moins jusque dans les années 191015.

  • 16 F. Villacorta Baños, Profesionales y burócratas.

13L’action des médecins de la province de Gérone acquiert une visibilité des années 1890 aux années 1920 du fait de leur regroupement en une association devenue collège en 1898. La constitution de ces collèges alimente de vifs débats au sein du milieu médical. Le modèle collégial imposé par l’État en avril 1898 suscite de vives réticences autant parmi les maîtres de la discipline, qui y voient une entorse intolérable au credo libéral, que parmi les médecins des campagnes, qui redoutent que ce nouvel instrument ne les rende encore plus tributaires de leurs confrères exerçant en ville. Les médecins de la province de Gérone misent quant à eux sur cette structure pour apporter une réponse aux problèmes qui minent leur profession. Leur stratégie est simple en la matière : leur regroupement en collège, en faisant d’eux un interlocuteur des pouvoirs publics, donnera du poids à leurs revendications. Celles-ci sont multiples : mettre fin à l’état d’anarchie sanitaire du pays en agissant comme un groupe de pression, lutter pour la dignité de la profession, défendre certains intérêts catégoriels, notamment ceux des médecins titulaires. Bien que relevant du réflexe corporatif, les collèges médicaux s’inscrivent cependant dans un processus plus large correspondant à la montée des revendications des professions libérales16. Ces groupes jugeant insuffisante leur insertion dans l’appareil d’État s’organisent, en se rassemblant. L’impact du courant régénérationniste a été également déterminant : sous l’influence de son discours, le collège est perçu comme un véritable instrument de rédemption des classes moyennes.

  • 17 J. M. Mascaró Castañer, Topografía médica de Bañolas.
  • 18 Ainsi de Guillermo Vilar de Felabert (1855-1915), ophtalmologue à Figueras : J. M. Mascaró Castañer(...)
  • 19 On a adopté l’orthographe catalane servant à désigner le fonds qu’il a laissé aux archives municipa (...)

14Si l’initiative des médecins de la province de Gérone d’unir leurs forces n’est donc pas originale, elle est en revanche précoce, puisque dès 1894 ces hommes se sont rassemblés en un syndicat. Cette mobilisation doit beaucoup à l’impulsion d’un noyau particulièrement actif qui domine le groupe. Le profil des membres composant l’association est en effet assez typé : près de 9 membres sur 10 sont des médecins exerçant dans de petits bourgs ruraux, vivant modestement de leurs revenus ; après leur licence de médecine obtenue à l’université de Barcelone, ils sont retournés dans leur province d’origine où toute leur carrière s’est effectuée. Seuls quelques-uns échappent à cet itinéraire qui s’apparente à une certaine forme de médiocrité. En général plus diplômés que leurs confrères (ils sont auquel cas titulaires d’un doctorat délivré par l’université centrale de Madrid), ils font figure dans tous les cas d’érudits locaux, tel José María Mascaró Castañer. Ce dernier fait paraître en 1914 une topographie médicale qu’il a rédigée sur la bourgade de Bañolas, située à quelques kilomètres de Gérone, et pour laquelle il a obtenu un prix de l’Académie de médecine de Barcelone en 191217. Cette élite vit dans les petites villes de la province (Figueras, Olot) et se concentre surtout dans son chef-lieu. Si certains exercent la médecine à titre libéral, souvent en tant que spécialistes18, d’autres travaillent en tant que praticiens hospitaliers à l’hôpital provincial de Gérone. C’est le cas de Josep Pascual i Prats19 (1854-1931) qui reste le maître d’œuvre du collège.

15Issu du monde de la boutique (sa mère est propriétaire d’un magasin de lingerie à Gérone) et de l’artisanat (son père est menuisier-charpentier), Josep Pascual a réalisé ses études de médecine de 1869 à 1875, d’abord à Barcelone, puis à Madrid où il soutient sa thèse. De 1875 à 1877, il intègre le Service de santé de l’Armée, puis s’installe définitivement à Gérone en 1877 où il restera jusqu’à sa mort en 1931. À partir de 1885, il exerce à l’hôpital provincial Saint-Catherine de Gérone. Parallèlement à cette activité, il dispose de sa propre clientèle comme l’indique l’abondante documentation qu’il a laissée. Pascual est en outre une véritable figure d’érudit local : il a collaboré à la Revista de Gerona fondée en 1876 ; il est élu vice-président de l’association littéraire de Gérone en 1901 ; il est l’un des fondateurs du Musée archéologique provincial dont il devient le président dans les années 1920.

  • 20 Pascual occupe la fonction de vice-président du collège de 1894 à 1901.

16Pascual entretient un rapport singulier avec la médecine : son intégration au corps médical représente une promotion sociale compte tenu de ses origines familiales ; il vit par ailleurs le métier qu’il a embrassé comme un véritable sacerdoce ; resté célibataire, il a consacré toute son énergie à faire vivre le collège dont il est l’un des principaux fondateurs20 et dont il devient le président de 1901 à 1923. Il entend faire de cette association un instrument au service de la moralisation du corps : le collège intervient ainsi comme une institution d’arbitrage en cas de conflits entre collègues ; la lutte contre l’exercice illégal de la médecine devient également l’un de ses principaux combats ; au fil des années, un véritable code de déontologie médicale est défini visant à réguler les pratiques de ses membres.

17Entre 1894 et 1923, le collège médical créé par Josep Pascual structure donc une partie de l’activité des hommes de l’art exerçant dans la province : outil de défense des intérêts du corps, il est en même temps un lieu de sociabilité intense. Il sert également la modernité médicale en relayant les avancées scientifiques du moment.

III. — L’action du collège médical de la province de Gérone : un combat pour la modernité médicale

  • 21 L’un d’entre eux, Enrique Pascual y Vilá traduit ainsi en 1903 un opuscule du pédiatre Rafael Uleci (...)
  • 22 Une série d’articles paraît à ce sujet à la suite de la visite à Gérone du docteur Ángel Pulido, di (...)

18Le combat pour la modernité sanitaire mené par les médecins du collège de la province de Gérone revêt de multiples formes. De la traduction en catalan d’ouvrages de vulgarisation médicale parus en castillan21 jusqu’à l’organisation de véritables croisades hygiéniques visant à obtenir de la municipalité le respect des normes de salubrité publique en vigueur22, leur action est fort diversifiée. On développera deux exemples témoignant de la traduction concrète des progrès médicaux dans la pratique de ces médecins.

  • 23 Elle est mentionnée dans le compte-rendu de l’Assemblée annuelle du syndicat : « Asamblea anual cel (...)
  • 24 Les étapes de la carrière du docteur Llorente sont retracées dans V. Llorente, Memoria presentada p (...)
  • 25 « Copia de las actas de las diferentes reuniones generales del partido de Olot », Boletín del Sindi (...)
  • 26 « Messages de Benito Puig à José Pascual, 11 et 13 juin 1896 », Arxiu Municipal de Girona, fons Jos (...)

19Le premier met en jeu l’organisation par le collège d’un service de sérothérapie destiné à se procurer les vaccins dont ses membres pourraient avoir besoin. Cette initiative, qui remonte à mars 189523, entre en fonctionnement à partir du début de l’année 1896. Cette chronologie est d’autant plus intéressante à souligner qu’elle épouse de très près la lutte antidiphtérique qui se développe en Espagne à partir de la fin de l’année 1894. L’exploitation des travaux de Behring et de Roux a conduit en effet deux chercheurs, le Dr Vicente Llorente et le Dr Julio Robert, à mettre au point les premiers vaccins antidiphtériques de fabrication espagnole élaborés à partir de la méthode de l’Institut Pasteur24. Les hommes de l’art de la province calquent donc leur action sur les découvertes les plus récentes. Commandés à Barcelone, les vaccins sont répartis entre les membres du collège en cas de besoin. En avril 1896, une épidémie de diphtérie éclate ainsi dans la région d’Olot. L’un des représentants du collège, le docteur Juan Danés, relate les conditions dans lesquelles il a pu utiliser deux flacons de sérum Roux et une seringue pour soigner ses patients. Le matériel de vaccination lui a été envoyé par le docteur Pascual depuis Gérone, où il est conservé25. Quelques semaines plus tard, Pascual est associé directement au traitement appliqué contre la diphtérie dans une autre localité de la province, Cassa de la Selva. Sa correspondance personnelle garde en effet la trace du passage de l’un de ses confrères, Benito Puig, à son domicile le 11 juin 1896. Ce dernier est venu chercher le matériel de vaccination dont il a besoin et a sollicité à cette occasion l’aide de Pascual. Le traitement est appliqué dans l’urgence dans la nuit du 12. L’un des patients qui en bénéficient le reçoit trop tard cependant et meurt le 13 au matin26.

  • 27 Les résistances à la médicalisation revêtent plusieurs formes : refus des soins, mais aussi recours (...)

20L’organisation de ce service de sérothérapie permet donc de mesurer les retombées concrètes des découvertes médicales sur le terrain. La mise en place de ce service démontre que les hommes de l’art exerçant dans la province de Gérone ont été des agents particulièrement actifs du progrès sanitaire : dans le cas présent, ils se sont mobilisés très tôt pour appliquer la vaccination antidiphtérique à leurs patients. Les faits rapportés indiquent en même temps les limites de leur action : leurs initiatives, souvent couronnées de succès, échouent parfois aussi, soit parce que le geste médical intervient trop tard, soit du fait des résistances opposées aux soins27. L’histoire des conquêtes médicales comporte en ce sens toujours sa part d’ombre.

21Le second terrain sur lequel s’inscrit le combat sanitaire de ce groupe de médecins apparaît moins spectaculaire que le premier. La vaccination relève en effet des découvertes qui ont fait entrer l’art de soigner dans l’ère de la médecine scientifique, arrachant à la mort des légions de patients jusque-là condamnés. Il est cependant d’autres progrès réalisés au cours du siècle dont l’introduction dans les pratiques des médecins ruraux est encore plus significative, dans la mesure où l’amélioration de la santé immédiate des malades ne dépendait pas directement de leur adoption. C’est le cas des examens de laboratoire. Dès le milieu du xixe siècle, l’histopathologie, la physico-chimie biologique et la microbiologie connaissent un essor considérable en liaison avec les perfectionnements apportés à la microscopie. L’avènement de la médecine pasteurienne rend encore plus sûr ce type d’examen portant sur l’analyse du sang, de sécrétions, d’excrétions, de collections pathologiques. Ce type d’examen devient donc un outil précieux dans la connaissance de l’étiologie des maladies, venu suppléer l’observation des signes cliniques. Comment les médecins de la province de Gérone se positionnent-ils vis-à-vis de l’utilisation de ces nouvelles techniques de laboratoire ? Ont-elles pénétré leurs pratiques ? L’étude des sources démontre que la réponse est ambivalente.

  • 28 Dr Vilanova, » El laboratorio y la clínica », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Ger (...)
  • 29 Miguel Bochmir, « Consideraciones sobre las heridas por arma de fuego », Boletín del Colegio de Méd (...)

22Globalement, ils en sont des adeptes ne serait-ce que parce que ces techniques sont devenues synonymes de modernité. La publication dans le Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona d’un article consacré à ce thème en 1917 en porte témoignage. Bien que rédigé par un membre extérieur au collège, ce texte a une valeur exemplaire : par sa place au sein du numéro (il vient en première position, en lieu et place des éditoriaux que la rédaction insère de temps à autre) et par son contenu. L’auteur développe en effet l’idée que le laboratoire « apporte (aux médecins) une aide précieuse pour arriver plus rapidement à la connaissance étiologique et au diagnostic des processus (morbides) ». Il est par ailleurs « un auxiliaire non moins utile pour arriver à une guérison plus rapide »28. Mais la conclusion à laquelle l’auteur aboutit est édifiante : bien que complémentaires, la clinique reste cependant première par rapport au laboratoire. Un autre texte signé par un membre du collège fait écho à ce jugement : il définit le médecin de campagne comme un polyclinicien29 habitué à traiter toutes les pathologies et à intervenir sur tous les fronts, depuis les actes relevant de la petite chirurgie jusqu’à l’obstétrique. Selon ces articles, la clinique fondée sur l’observation des signes de la maladie serait donc plus représentative de l’exercice de la médecine en milieu rural que ne l’est le laboratoire. Dépourvu des outils d’analyse sophistiqués de ses confrères des villes, le médecin des campagnes serait davantage attaché à l’observation minutieuse du corps et à ses dysfonctionnements. Ce constat reflète l’état des moyens thérapeutiques dont il dispose : exigeant des installations et des connaissances spécifiques, l’examen médical est difficile à mettre en œuvre dans la pratique quotidienne. Au-delà de cette réalité mettant en cause les ressources que la médecine rurale peut mobiliser, on perçoit dans ce point de vue les premiers jalons d’un débat qui nous est devenu familier : celui qui oppose les partisans d’une médecine humaniste pratiquée au chevet des malades, reposant sur l’expérience et incarnée en l’occurrence par le médecin rural, et les adeptes d’une médecine de plus en plus technicienne. La proximité qu’ils entretiennent avec leurs patients renforcerait l’approche humaniste du métier propre à ces généralistes, polyvalents par définition.

  • 30 Ph. Navarre, El laboratorio en la práctica diaria. Note préliminaire.
  • 31 José Pascual, « Todo es empezar », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 1, jan (...)
  • 32 « Lettre de Juan Arderius, Figueras, 5 juillet 1904 », Arxiu Municipal de Girona, fons Josep Pascua (...)

23En dépit des réserves perceptibles dans certaines sources, les médecins de la province de Gérone ont cependant recours aux techniques de l’examen de laboratoire, pour deux raisons. Il est possible en premier lieu de réaliser soi-même des analyses sommaires qui exigent un matériel modeste, peu coûteux et facile à mettre en œuvre. Comme le rappelle l’auteur de l’ouvrage Le laboratoire dans la pratique quotidienne traduit en castillan en 1927, il suffit pour cela de posséder « quelques plaques de verre, des réactifs, un bon microscope et une bonne méthode »30. Au-delà de cette ressource mise à la portée du plus grand nombre, des laboratoires d’analyses microbiologiques existent par ailleurs dans la province, créés à l’initiative de certains membres du collège. Dès 1899, une structure de ce type est implantée à Figueras. Elle a été fondée par un vétérinaire, Juan Arderius, qui met ses compétences au service de la municipalité et de ses confrères. En visite dans cet établissement en 1900, Pascual peut y observer les « crachats et exsudats pleurétiques » en cours d’analyse31. Sa documentation personnelle témoigne qu’il fait lui-même appel à son confrère : le 5 juillet 1904, une lettre d’Arderius adressée à Pascual l’informe « qu’il a procédé à l’étude micrographique des crachats qu’il lui a remis « et dans lesquels il a trouvé « quelques bacilles de Koch » indicateurs d’une affection tuberculeuse32. Cet exemple n’est pas isolé par ailleurs : un article paru en 1916 indique en effet que

  • 33 José Pascual, « Pidiendo laboratorio e Instituto de Higiene provincial », Boletín del Colegio de Mé (...)

nombreux sont les médecins qui possèdent de petits laboratoires personnels et pratiquent des analyses afin d’apporter un éclairage dans les cas de diagnostic difficile33.

24La création de ces laboratoires témoigne donc du souci qu’ont ces hommes de l’art d’inscrire les techniques d’analyse microbiologiques dans leurs pratiques quotidiennes. L’existence de ces laboratoires reflète également l’importance de l’initiative privée en matière de diffusion des soins. La loi sur la santé adoptée en 1904 rend en effet normalement obligatoire la création d’instituts municipaux d’hygiène chargés de réaliser ce type d’analyse pour tout ce qui touche à la santé publique. Or, la ville de Gérone ne se dotera d’une structure semblable qu’en 1918. On comprend dans ces conditions l’importance du rôle joué par ce groupe de médecins qui ont été les vecteurs d’un véritable progrès sanitaire.

25L’étude des acteurs et des pratiques de soins en milieu rural constitue un vaste terrain d’enquête qui mérite d’être approfondi. Cette question met en cause l’attitude d’une catégorie de professionnels de la santé souvent aussi silencieux sur leur art que le sont les campagnes où ils travaillent, qui nous sont connues surtout à travers le regard des élites. Les médecins travaillant dans ces modestes bourgades n’ont souvent pas le temps en effet de témoigner de leurs pratiques. Ils sont essentiellement occupés à soigner leurs patients. La plus grande partie de leur activité consiste en consultations à domicile impliquant de longs déplacements, surtout dans les régions enclavées. Ces hommes ne sont pas par ailleurs des acteurs de premier plan de la médecine. Ils ne contribuent pas à ses avancées, se contentant d’appliquer sur place les nouveautés thérapeutiques élaborées dans d’autres lieux. Leur voix reste donc souvent inaudible, couverte par celle des ténors de la discipline, prompts à parler en leur nom par solidarité professionnelle.

26Durant le dernier tiers du xixe siècle, ces modestes fils d’Esculape acquièrent cependant une visibilité plus grande. La presse médicale, même si elle reste l’apanage de l’élite du corps, leur offre une nouvelle tribune. L’associationnisme médical constitue surtout le tremplin par lequel ils accèdent à l’espace public. La constitution de l’Association des Médecins-Titulaires est emblématique de cette mobilisation. La constitution du syndicat des médecins de la province de Gérone en 1894, devenu collège en 1898, témoigne à un autre niveau de ce besoin de se rassembler pour mieux défendre les intérêts de la profession. Le fondement de l’association ne repose pas dans ce cas sur une base catégorielle, mais régionale : quasiment tous les médecins exerçant dans cette province adhèrent au collège. Cela explique que cette structure reproduise en son sein l’organisation pyramidale propre au corps. Ceux qui s’impliquent dans sa gestion, ceux qui prennent la plume dans son bulletin sont en effet les membres les plus éminents de ce milieu professionnel : praticiens hospitaliers, spécialistes, médecins exerçant leur art à titre libéral. De nouveau donc la voix des plus modestes est occultée. Il n’en reste pas moins que le collège s’exprime et agit au nom d’un collectif. En ce sens, les pratiques propres à l’exercice de la médecine rurale sont perceptibles à travers la documentation laissée par ces hommes.

27L’analyse de l’action de ces médecins constitue donc une source précieuse pour l’historien. On en a donné ici un aperçu à travers la question de l’application sur le terrain des découvertes et des nouvelles techniques de la médecine scientifique qui se développe durant la seconde moitié du xixe siècle. En organisant un service de sérothérapie, en créant leurs propres laboratoires d’analyses médicales, les médecins du collège de la province de Gérone auront témoigné de leur volonté de se mettre au service du progrès sanitaire.

Bibliographie

Bibliographie

Albarracín Teulón, Agustín, « La titulación médica en la España del siglo xix », dans José María López Piñero, Luis García Ballester et Pilar Faus Sevilla, Medicina y sociedad en la España del siglo xix, Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1964, pp. 27-34.

— « Las asociaciones médicas en España durante el siglo xix », Cuadernos de Historia de la Medicina Española, 10, 1971, pp. 119-186.

— « La asistencia médica en la España rural durante el siglo xix », Cuadernos de Historia de la Medicina Española, 13, 1974, pp. 133-204.

— « Revolución y medicina : una interpretación de la tardía ordenación de la asistencia médica en la España del siglo xix », Dynamis, 5-6, 1985-1986, pp. 269-278.

— « Las ciencias biomédicas en España de 1800 a 1936 », dans José Manuel Sánchez Ron (éd.), Ciencia y sociedad en España, Madrid, El Arquero - CSIC, 1988, pp. 143-177.

Alberch i Fugueras, Xavier, Burch i Rius, Josep, (éd.), Història del Gironès, Gérone, Diputació de Girona, 2002, t. III.

Campos, Ricardo, Montiel, Luis, Huertas, Rafael, (éd.), Medicina, ideología e historia en España (siglos xvi-xxi), Madrid, CSIC, 2007.

Costa, Lluis, (éd.), Història de Girona, Gérone, Ajuntament de Girona, 2006.

Grmek, Mirko, (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident. Du romantisme à la science moderne, Paris, Le Seuil, 1999, t. III.

Julia i Figueres, Benet, Doctor Josep Pascual i Prats (1854-1931), Gérone, L’Eix Editorial, 1994.

Llorente, Vicente, Memoria presentada para aspirar al grado de doctor en Medicina y Cirugía, Madrid, Imp. José Perales y Martínez, 1904.

López-Ocón Cabrera, Leoncio, Breve historia de la ciencia española, Madrid, Alianza Editorial, 2003.

López Piñero, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo xix », dans Id. (éd.), La ciencia en la España del siglo xix, Ayer, 7, 1992, pp. 193-240.

Mascaró Castañer, José María, Topografía médica de Bañolas, Gérone, Imp. D. Torres, 1914.

Navarre, Philippe, El laboratorio en la práctica diaria, traduit du français par Diego Ferrer, Barcelone, Ediciones Pubul, 1927.

Peset, José Luis, « Historia del cuerpo, historia de la mente », dans Antonio Lafuente et Juan José Saldaña (éd.), Historia de las ciencias, Madrid, CSIC, 1987, pp. 87-94.

Puigbert i Busquets, Joan, La Girona de la Restauració (1874-1923), Gérone, Diputació de Girona, 1995.

Poder Arroyo, Medina, « Asociacionismo médico-farmacéutico en la España de la segunda mitad del siglo xix », Asclepio, 49 (2), 1997, pp. 45-66.

Sánchez Ron, José María, (éd.), 1907-1987. La Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas 80 años después, Madrid, CSIC, 1988.

— El laboratorio de España. La Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas, catalogue d’exposition (Madrid, Residencia de Estudiantes, décembre 2007 - mars 2008), Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia - Ministerio de Cultura, 2007.

Villacorta Baños, Francisco, Profesionales y burócratas. Estado y poder corporativo en la España del siglo xx (1890-1923), Madrid, Siglo XXI, 1989.

Notes

1 Sur ce point, on pourra se reporter entre autres à J. L. Peset, « Historia del cuerpo, historia de la mente ».

2 M. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident.

3 L. López-Ocón Cabrera, Breve historia de la ciencia española.

4 Cajal développe cette thèse dans le discours qu’il prononce à l’Académie des sciences exactes, physiques et naturelles le 5 décembre 1897, discours publié ultérieurement sous le titre Reglas y Consejos sobre investigación científica. Los tónicos de la voluntad.

5 Sur la JAE, on pourra se reporter à J. M. Sánchez Ron (éd.), 1907-1987. La Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas 80 años después, et à Id., El laboratorio de España.

6 A. Albarracín Teulón, « Revolución y medicina ».

7 Id., « La asistencia médica en la España rural durante el siglo xix ».

8 La tutelle exercée par les municipalités sur les médecins titulaires s’est encore accrue dans la mesure où elles sont chargées de rédiger un rapport sur eux à la fin de leur contrat, transmis aux autorités sanitaires de la province.

9 Joaquín Gimeno, « Bibliografía », Revista de Medicina y Cirugía Prácticas, 169, 7 juillet 1883, pp. 24-28.

10 La topographie médicale consiste en une étude d’une localité et de ses habitants, menée du point de vue médical. L’ouvrage commenté par Joaquín Gimeno s’intitule Memoria médico-topográfica de Egea de los Caballeros ; rédigé par Agustín Ibáñez Yanguas et édité à Saragosse, il a obtenu un prix de l’Académie de médecine de Barcelone.

11 Sindicato Médico de la Provincia de Gerona.

12 Arxiu Municipal de Gérone, fons Josep Pascual i Prats.

13 X. Alberch i Fugueras et J. Burch i Rius (éd.), Història del Gironès ; L. Costa (éd.), Història de Girona.

14 Schématiquement, deux types de relief se succèdent d’ouest en est : dans la partie occidentale dominent les reliefs de montagne (avec les Pyrénées catalanes au nord) et les reliefs accidentés ; au centre se trouve une vaste plaine d’effondrement, propice à l’activité agricole, correspondant à l’Ampurdan, qui laisse place à une côte rocheuse bordant la Méditerranée, la fameuse Costa Brava.

15 Une nouvelle génération d’hommes s’affirme alors au sein du collège médical de la province de Gérone, parmi lesquels les partisans de la Lliga regionalista sont nombreux.

16 F. Villacorta Baños, Profesionales y burócratas.

17 J. M. Mascaró Castañer, Topografía médica de Bañolas.

18 Ainsi de Guillermo Vilar de Felabert (1855-1915), ophtalmologue à Figueras : J. M. Mascaró Castañer, « Guillermo Vilar de Felabert », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 232, avril 1915, p. 64.

19 On a adopté l’orthographe catalane servant à désigner le fonds qu’il a laissé aux archives municipales de Gérone.

20 Pascual occupe la fonction de vice-président du collège de 1894 à 1901.

21 L’un d’entre eux, Enrique Pascual y Vilá traduit ainsi en 1903 un opuscule du pédiatre Rafael Ulecia intitulé Cartilla higiénica para las madres, qu’il diffuse gratuitement auprès de sa clientèle. « Enrique Pascual y Vilá », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 2, février 1908, pp. 30-31.

22 Une série d’articles paraît à ce sujet à la suite de la visite à Gérone du docteur Ángel Pulido, directeur général de la Santé : « El Doctor Pulido en Gerona », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 9, septembre 1902, pp. 159-160 ; « Comunicación sanitaria. Al Ayuntamiento de Gerona », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 10, octobre 1902, pp. 161-165.

23 Elle est mentionnée dans le compte-rendu de l’Assemblée annuelle du syndicat : « Asamblea anual celebrada el 19 de septiembre de 1895 en la ciudad de Figueras », Boletín del Sindicato Médico de la Provincia de Gerona, 1, janvier 1896.

24 Les étapes de la carrière du docteur Llorente sont retracées dans V. Llorente, Memoria presentada para aspirar al grado de doctor en Medicina y Cirugía. Llorente est le fondateur de l’Institut microbiologique et de sérothérapie de Madrid.

25 « Copia de las actas de las diferentes reuniones generales del partido de Olot », Boletín del Sindicato Médico de la Provincia de Gerona, 6, juin 1896.

26 « Messages de Benito Puig à José Pascual, 11 et 13 juin 1896 », Arxiu Municipal de Girona, fons Josep Pascual, caja 1460, leg. 1/333, « Correspondencia 1896 ».

27 Les résistances à la médicalisation revêtent plusieurs formes : refus des soins, mais aussi recours aux services de ceux qui pratiquent la médecine à titre illégal, ou encore pratiques d’automédication.

28 Dr Vilanova, » El laboratorio y la clínica », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 257, mai 1917, pp. 73-78.

29 Miguel Bochmir, « Consideraciones sobre las heridas por arma de fuego », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 233, mai 1915, pp. 74-80.

30 Ph. Navarre, El laboratorio en la práctica diaria. Note préliminaire.

31 José Pascual, « Todo es empezar », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 1, janvier 1900, p. 9.

32 « Lettre de Juan Arderius, Figueras, 5 juillet 1904 », Arxiu Municipal de Girona, fons Josep Pascual, caja 1459, leg. 1/323, Correpondencia 1904.

33 José Pascual, « Pidiendo laboratorio e Instituto de Higiene provincial », Boletín del Colegio de Médicos de la Provincia de Gerona, 249, septembre 1916, pp. 119-123.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search