Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

III. Surveiller et encadrer les hommes et l’espace

La politique forestière espagnole

La difficile adaptation des modèles (de la fin du xviiie siècle aux années 1960)

Martine Chalvet

Texte intégral

  • 1 Voir les travaux d’Erich Bauer, Vicente Casals Costa, Vincent Clément, Josefina Gómez Mendoza et He (...)

1En l’espace d’un siècle, la politique sylvicole espagnole semble s’être radicalement inversée, passant d’une stratégie libérale de desamortización (fin xviiie-xixe siècles), et donc de déboisement, à un plan national de reboisements industriels (seconde moitié du xxe siècle). Les transformations de l’administration forestière et de sa doctrine, de l’exploitation et l’ordonnancement des bois, des paysages et de l’organisation de l’espace sylvicole ont été étudiées par les géographes et les ingénieurs forestiers1. Cette évolution sur le temps long est aussi riche de questionnements pour l’historien. À l’heure des réformes de l’État espagnol, des luttes politiques, du recentrage sur l’espace national puis méditerranéen après la perte des colonies, d’un sentiment de déclin puis d’un élan de régénération nationale, de modernisation et de profondes transformations économiques et sociales, la thématique de l’intervention de l’État dans la gestion des forêts soulève une série de questions sur la mise en place et l’application des réformes et donc des transferts et des constructions de modèles, sur la question des constructions des savoirs à l’échelle internationale, nationale et locale et de leurs liens avec les décisions politiques sans oublier la question des identités européennes, nationales et méditerranéennes. Analysée sur le long temps, elle fait surgir toute la complexité du cas espagnol entre interventionnisme et libéralisme, modernité et tradition, protection et exploitation des bois, ancrage européen, national, international et méditerranéen, complexité qui ne s’explique pas seulement par les luttes politiques et les clivages qui séparent les élites scientifiques et administratives, les propriétaires privés et la population rurale.

I. — La naissance d’une politique sylvicole : entre interventionnisme et libéralisme

2Enjeux économiques, stratégiques et politiques d’importance, les bois sont depuis le Moyen Âge une préoccupation de la couronne espagnole. Espace de pacage et d’agriculture, matière première, source d’énergie indispensable pour la vie quotidienne (chauffage, éclairage, cuisson) et le bon fonctionnement des ateliers, les bois sont aussi un enjeu essentiel du pouvoir : une matière première de la construction navale, clé de voûte de la puissance maritime et une ressource énergétique pour les forges à canon, nerf de la guerre et de l’armement.

  • 2 Cette ordonnance tente de réguler les coupes de bois, l’exploitation des produits forestiers et le (...)

3Conscients de cette importance, les rois ont toujours voulu contrôler la consommation des bois dans le but d’alimenter les chantiers navals et les forges. Au xviiie siècle, leurs tentatives se font dans le cadre des réformes de l’État lancées par les Bourbons. Calquée sur le modèle français du code forestier de Colbert (1669), l’Ordonnance royale pour le Développement et la Conservation des Forêts et Plantations (1748) est peu respectée2. Dans les sociétés rurales préindustrielles, réguler des usages agro-sylvo-pastoraux vitaux reste toujours délicat. Cette difficulté est encore plus forte dans une Espagne où les traditions agricoles et le poids des privilèges de la Mesta entravent toute forme de limitation. D’autre part, le modèle français n’est pas adapté dans un État qui ne dispose guère des structures administratives, des moyens financiers et de l’autorité locale nécessaires à une stricte application de la réglementation. Enfin, faute de connaissances sylvicoles et d’une prise de conscience réelle des dangers écologiques des défrichements et des déboisements, les réformateurs, eux-mêmes, s’inscrivent dans une culture de surexploitation forestière, aussi bien dans les colonies que sur la Péninsule, et leurs velléités de régulation servent avant tout l’essor de la marine et de l’armement.

  • 3 M. Marti, « Théories économiques, libéralisme et pensée politique » ; L. Domergue « Le tournant lib (...)

4De la fin du xviiie siècle au xixe siècle, cette mentalité d’exploitation des ressources de la nature se retrouve parfaitement dans les projets libéraux. Réunis dans des sociétés savantes, notamment les Sociedades Económicas de Amigos del País, la noblesse éclairée cherche des modèles à l’étranger pour résoudre les problèmes économiques de la Péninsule. Influencés par les théories « modernes » de la physiocratie, du post-mercantilisme mais aussi du libéralisme d’Adam Smith, nombre de penseurs, comme Jovellanos, veulent trouver des solutions concrètes aux problèmes de la production en Espagne grâce à une redistribution de la propriété des terres3. Désirant lutter contre la mauvaise gestion des biens de mainmorte, les réformateurs prônent une politique de desamortización. Dans le même temps, les libéraux, et parfois même les conservateurs, souhaitent aliéner une partie non négligeable des forêts royales, espérant, par là, régler les problèmes financiers de la couronne. En somme, il s’agirait de lever les entraves et les interdictions qui pèsent sur l’exploitation des terres et de favoriser leur privatisation et leur exploitation agricole.

  • 4 E. Bauer Manderscheid et M. P. Laso, « La propiedad forestal en España ».

5Après les essais infructueux de la Junte de Cadix, le programme libéral est appliqué progressivement avec les Ordonnances générales des Forêts de 1833, complétées par la législation de Mendizábal en 1837 et surtout par la loi Madoz, vingt ans plus tard, en 1855. Désormais, les propriétaires particuliers ou communaux disposent de leurs domaines en toute liberté. Ils peuvent les vendre, les défricher, les mettre en culture ou en terre de pacage. En parallèle, les terrains domaniaux et une grande partie des biens de mainmorte appartenant à l’Église, à l’État ou aux communes et aux établissements publics sont vendus. En général achetés par la bourgeoisie, les massifs boisés sont défrichés pour créer des latifundia essentiellement réservées à l’élevage. Finalement, seuls les espaces forestiers qui ont « une importance grande et reconnue » restent protégés. À terme, les historiens estiment à 4,5 millions d’hectares. les surfaces de forêts publiques vendues sur l’ensemble de la période. En 1893, le ministère des Finances publie un rapport qui constate qu’à cette date, il subsiste seulement 751 781 ha de forêts aliénables4.

  • 5 Le décret du 30 avril 1835 instaure, pour la première fois, un corps d’ingénieurs de l’État.

6D’orientation libérale, cette politique n’entrave pas la création d’une administration forestière. Ce double positionnement apparaît clairement dans les Ordonnances générales des Forêts de 1833. Largement inspirée par le Code forestier français de 1827, la nouvelle législation laisse toute liberté d’exploitation et de défrichement à la propriété privée. D’un autre côté, elle vise aussi à renforcer la tutelle de l’État sur les propriétés communales et publiques grâce à la création d’une Direction générale des Forêts, puis d’un corps d’ingenieros de montes, placé sous l’autorité du Ministerio de Fomento5.

  • 6 Célèbre botaniste et scientifique reconnu, le premier inspecteur général de la nouvelle administrat (...)

7Fondée sur les modèles allemands et français, la toute jeune administration forestière est hiérarchisée et centralisée. Désormais, l’ingénieur forestier n’est plus un simple administrateur chargé des tâches de police et de finances royales. Comme ses homologues allemands et français, il est un expert spécialisé dans le traitement et l’aménagement des massifs6. Pour remplir cette fonction inédite, il s’appuie sur des savoir-faire modernes qui lui procurent, du reste, une légitimité plus grande. Conscients de ces divers atouts, les gouvernements soutiennent et encouragent cette évolution technique et scientifique par la création d’une structure de formation.

  • 7 En 1835, la création d’une école spécialisée est agréée par décret. Mais la chute du gouvernement e (...)
  • 8 B. de la Torre y Rojas, Fundación de la Escuela y Cuerpo de Ingenieros de Montes, « Recuerdos », Ma (...)
  • 9 J. Gómez Mendoza, Ciencia y política de los montes españoles, pp. 63-77.

8En 1848, une école forestière ouvre ses portes à Villaviciosa de Odón, localité proche de Madrid7, doublée de 1859 à 1862 par une École d’Application forestière implantée dans la forêt de La Garganta (province de Ségovie). Dans ces écoles, les élèves reçoivent un enseignement théorique centré sur les sciences de la nature, les mathématiques, les connaissances juridiques, économiques, historiques et parfois même anthropologiques. Toutefois, dans l’esprit des fondateurs, l’instruction des élèves ne doit pas se perdre en vaines théories scientifiques sans pratique journalière fondée sur des exemples. Pour apprendre le métier, les formateurs multiplient les exercices sur le terrain, les excursions et les visites en forêt. La devise espagnole saber es hacer « savoir c’est faire », résume à elle seule cet état d’esprit8. Au-delà de cette formation pratique et théorique, les écoles forestières instillent aussi une certaine éthique professionnelle et tout un système de valeurs visant à inspirer aux élèves et aux ingénieurs un esprit de cohésion et de force, un esprit de corps9.

9Aussi bien dans les réformes libérales que dans la mise en place d’un corps d’ingénieurs forestiers, une élite « éclairée » affiche la même tendance à imposer des réformes « par le haut » et partage la même volonté d’intégrer l’Espagne à la modernité européenne.

II. — La naissance des doctrines sylvicoles en Espagne : la prise des modèles allemands et français

  • 10 Sentant les forêts menacées par la politique de désamortissement, les ingénieurs veulent diffuser l (...)
  • 11 F. P. de Arrigillaga, « La destrucción de los bosques » ; (-), « Influencia del arbolado » ; (-), « (...)
  • 12 Cette idée se retrouve dans toutes les sources consultées. Seuls les ingénieurs des ponts et chauss (...)

10Ouverts à la rationalité des Lumières, aux connaissances botaniques et à la nouvelle science sylvicole, les ingenieros de montes reprennent à leur compte l’ensemble des théories sylvicoles pré-écologiques bâties en Europe depuis la fin du xviiie siècle. Influencés par les écrits des naturalistes et des forestiers français et allemands, ils dressent, eux aussi, l’inventaire des vertus hydrologiques, atmosphériques, climatiques et géologiques de la présence des forêts en opposition aux catastrophes à venir (érosion, inondations, sécheresse) en cas de déboisement10. Purificateurs de l’air et de l’atmosphère, protecteurs contre les vents, modérateurs des températures et des climats, les massifs forestiers exerceraient aussi une action de régulation sur les sols, les cours d’eau et les sources. À l’inverse, le déboisement faciliterait la sécheresse et l’aridité, la putréfaction de l’air, les écoulements, les glissements de terrains, l’accumulation de dépôts dans les rivières et les fleuves et, par là même, les inondations11. Par un jeu logique d’enchaînement de faits et de conséquences, les crues, qui frappent durement la France entre 1846 et 1852, l’Espagne avec le débordement du Júcar en 1864, deviennent des phénomènes purement physiques liés au déboisement12.

  • 13 Reprise des études d’A. Surell (1841) puis d’A. Blanqui (1843), sur l’état économique des zones de (...)

11Loin d’encourager le développement économique, les déboisements ouvriraient donc l’ère des catastrophes. Garante des équilibres naturels, la forêt est présentée comme indispensable à la santé et à la vie économique de l’homme. Modérateurs des climats, les bois protégeraient les récoltes contre les gelées, les sécheresses et les vents dévastateurs. De même, en régulant les courants de l’eau et les nappes phréatiques, ils procureraient une bonne humidité aux terres. Reprenant les études françaises, les ingénieurs ont beau jeu de montrer que l’absence de forêt provoquerait la désolation physique, économique et sociale du territoire et que loin d’entraîner l’exode rural, le reboisement faciliterait le développement économique des campagnes13.

  • 14 Dans la Revista Forestal Económica y Agrícola (1868-1875), fondée par F. García Martino, les forest (...)
  • 15 J. M. Fivaller, « ¿Deben venderse los montes del Estado ? ».

12Armés d’une argumentation scientifique largement défendue en France et en Allemagne, les ingenieros de montes mènent un véritable combat contre les déboisements introduits par les lois de desamortización. S’appuyant sur les économistes européens, même les plus libéraux (P. Leroy Beaulieu), les ingénieurs forestiers du xixe siècle développent une argumentation spécifique pour les étendues boisées14. Produits de la nature et non du travail des hommes, les forêts constitueraient une exception aux principes de la science économique libérale et elles ne pourraient, en aucun cas, être assimilées à un bien ordinaire, notamment à un bien agricole. D’autre part, la production ligneuse fonctionnant avec un cycle lent (de soixante à cent ans), elle ne saurait être gérée comme les autres productions par le seul intérêt individuel fondé sur la recherche d’un profit immédiat. En conclusion, vouloir soumettre les bois aux rapports de l’offre et de la demande des marchés serait parfaitement incohérent, voire dangereux au regard des bénéfices communs qu’ils apportent dans la régulation de la nature et le développement économique. Admettant les grands principes libéraux pour les terrains de plaines et les terres cultivables, les ingenieros de montes veulent, en revanche, protéger de la privatisation les terrains de zones « naturelles », jugés inaptes à la culture. Sur ces zones, seule une autorité générale et pérenne pourrait être garante de la protection des forêts car elle est indépendante des intérêts privés et des fluctuations rapides des marchés. Là, l’État serait « la garantie du bien général »15.

  • 16 (-), « La repoblación de los montes » ; (-), « Conférence de P. Descombes sur le reboisement » ; R. (...)

13Au-delà de simples mesures de protection des massifs forestiers existants, les ingénieurs veulent aller plus loin et réclament un reboisement. Sur ce plan, ils reprennent l’ensemble des arguments développés en France pour promulguer et appliquer les lois sur le reboisement des dunes (1810) et des terrains de montagne (1860, 1864 puis 1882)16. Avec les législations de juillet 1877 puis de juillet 1888, les ingenieros de montes semblent d’ailleurs obtenir gain de cause. Dans les bassins du Júcar, de la Segura et de la Lozoya ou dans les dunes de Cadix et Huelva, les plantations de bois ou de semis artificiels sont devenues une œuvre d’intérêt public nécessairement impulsée, coordonnée et dirigée par l’État.

14Les mêmes types de transfert des savoirs, des techniques et des réglementations peuvent être observés dans le domaine de l’exploitation et de l’aménagement des forêts publiques. Comme leurs homologues européens, les forestiers espagnols souhaitent adopter une méthode qui remplace les pratiques rurales traditionnelles au profit d’un aménagement régularisé, uniformisé et rationnel des bois. Ils veulent donc planifier l’exploitation à venir en fonction de la consommation et de la production du capital boisé afin d’obtenir un rendement pérenne.

  • 17 La forêt de La Garganta est un massif de pins sylvestres appartenant à la commune de El Espinar, da (...)
  • 18 J. M. García López et alii, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne ».
  • 19 A. Pascual, « Sistemas forestales ».
  • 20 L. de Olazábal, Ordenación y valoración de montes.
  • 21 En 1890, un service d’élite spécialisé dans l’aménagement à l’intérieur du corps des ingenieros de (...)

15Forêts de La Garganta17, de Cazorla, de Senet, de Valle Iruelas et El Quintanar, de Aguas Vertientes, de Valle Iruelas, du Valsaín, dans la deuxième moitié du xixe siècle, les rapports de reconnaissances, parfois suivis d’inventaires, se multiplient afin d’établir les grandes lignes des aménagements à mettre en place18. Au-delà de ces reconnaissances de terrain, les ingenieros de montes tentent aussi de définir les grands principes théoriques de l’ordonnancement des forêts. Que l’on se tourne vers Agustín Pascual González19, vers Lucas de Olazábal20 ou vers les Instructions d’Aménagement de 189021, toutes les publications espagnoles reprennent à peu près les mêmes orientations. Dans les intentions proclamées, il s’agit de pratiquer des aménagements très concrets et d’appliquer les grandes lignes théoriques de la sylviculture aux conditions particulières du terrain.

  • 22 L’aménagement de la forêt de la Garganta ne fut jamais réalisé et l’École d’Application fut fermée (...)
  • 23 Faute de moyens financiers, la législation sur le reboisement du 11 juillet 1877 n’a que peu d’effe (...)
  • 24 Très peu de forêts avaient été bornées et la propriété des forêts était parfois douteuse. Dans ces (...)
  • 25 A. Pascual et E. Boutelou ont été pensionnaires de Tharandt et ils diffusent les théories de Von Co (...)

16Se voulant à la fois théorique et pratique, la réalisation des aménagements dans les forêts espagnoles22 et des lois sur le reboisement23 reste pourtant très délicate. L’instabilité politique, le manque de moyens humains et financiers de la nouvelle administration forestière, les problèmes de reconnaissance et de bornage des propriétés de la couronne24, ne permettent pas d’expliquer à eux seuls tous ces échecs. La difficile application des lois sur le reboisement et des réglementations d’aménagement tient aussi à la jeunesse et à la genèse de la sylviculture espagnole. En théorie très pratique, la formation dispensée à Villaviciosa de Odón s’adapte fort peu aux conditions écologiques mais aussi économiques et sociales de la Péninsule. En fait, la formation forestière espagnole est calquée sur l’instruction dispensée par les premiers établissements créés en Europe à la fin du xviiie siècle, c’est-à-dire sur les écoles allemandes. Les fondateurs de l’école, Agustín Pascual González et Esteban Boutelou25, ont repris le modèle, et donc l’enseignement, de l’Institut créé par Heinrich von Cotta à Zillbach en 1795 puis transféré à Tharandt en 1811.

  • 26 J. M. García López et alii, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne », p. 78.
  • 27 Bien qu’influencés par la sylviculture allemande, les forestiers français s’opposent à une concepti (...)
  • 28 L’allongement des révolutions (c’est-à-dire l’âge moyen d’exploitabilité) se fonde sur le dogme de (...)
  • 29 Ces peuplements ont souvent été exploités par concession d’exploitation à des propriétaires privés.

17Certes, les ingenieros de montes tiennent compte de la difficulté d’appliquer à des peuplements irréguliers, hétérogènes et souvent peu inventoriés, les méthodes exposées par Hartig et par Von Cotta26. Renonçant parfois à une régénération des futaies par coupe rase suivie de plantations nouvelles au profit des théories françaises des coupes par éclaircies et des taillis sous futaies27, les ingénieurs espagnols restent pourtant fidèles aux grands principes théoriques d’une sylviculture importée des États allemands ou de l’École des eaux et forêts de Nancy. Ils reprennent à leur compte la vision industrialiste et productiviste, et ils veulent, eux aussi, ordonner les bois, diminuer l’extrême variété des qualités et des âges et, surtout, convertir des taillis en futaies en allongeant les révolutions bien au-delà des 60 ans28. Plus étonnant encore, ils ne prêtent guère attention à l’exploitation de la gemme et du liège, dont l’aménagement est laissé à l’initiative privée alors que ce type de production boisée possède déjà, dans la deuxième moitié du xixe siècle, une valeur économique remarquable29.

18Empreints d’un important dogmatisme scientifique, héritage de la sylviculture française et surtout allemande, l’aménagement des forêts et les lois sylvicoles en Espagne ne tiennent guère compte de l’environnement écologique spécifique de la Péninsule, pas plus que de son organisation économique, politique et sociale. Au xixe siècle, les ingenieros de montes veulent encore adapter des règles qu’ils pensent universelles à un cas de terrain. Influencés par la vision d’une forêt « idéale » de hautes futaies, ils ne voient pas la réalité des bois de la Péninsule, en grande partie formés de taillis et de peuplements clairsemés et irréguliers. Voulant régulariser les bois, selon des normes industrialistes, ils rejettent les usages traditionnels et le pastoralisme qui avaient jusqu’ici façonné les peuplements. Au-delà de la négation des populations rurales et des habitants des montagnes, les administrateurs ne se soucient guère de la situation économique et sociale spécifique de l’Espagne. Dans une optique industrialiste, ils veulent produire du bois d’œuvre nécessaire à l’industrialisation et à l’urbanisation dans un pays encore rural, agricole et pastoral et ils en oublient les richesses en liège et en gemme.

III. — La construction d’une sylviculture nationale espagnole

  • 30 Les premiers inventaires sont à la charge de la commission de la carte géologique créée en 1849 et (...)
  • 31 L’Institut géographique et statistique (1870) tente de réaliser une carte topographique.
  • 32 La Comisión Flora Forestal Española reprend les mêmes principes pour établir son catalogue des bien (...)
  • 33 La commission de la carte forestière fait des relevés par province avec des notices sur les caracté (...)
  • 34 Première autorité en matière de classification forestière, M. Laguna reprend les principes de la ré (...)

19Même s’ils copient les modèles de la sylviculture centro-européenne, les ingenieros de montes dégagent pourtant, dès la deuxième moitié du xixe siècle, le caractère singulier des forêts et des productions sylvicoles de la Péninsule. En effet, la reconnaissance des bois et la délimitation des zones à distraire de la privatisation nécessitent une accumulation de données de terrain, des cartes géologiques30 ou topographiques31, mais aussi des inventaires et des catalogues de la flore32 et des essences forestières33. Quelles que soient les échelles adoptées, ces travaux d’inventaire et de cartographie engendrent les premiers efforts de classement et d’organisation des données par zones et par régions34.

  • 35 José Jordana y Morera est, par exemple, influencé par sa collaboration avec les États-Unis et par s (...)

20Au xixe siècle et au début du xxe siècle, les forestiers espagnols, intéressés par les classifications floristiques et par les avancées de la géographie, suivent les progrès des botanistes allemands et français dans les domaines de l’écologie, de la géobotanique et de la phytosociologie des plantes. Avec les progrès des classifications climato-forestières ou des connaissances sur les associations végétales, l’idée d’une localisation des peuplements et d’une régionalisation s’impose peu à peu. Dès le début du xxe siècle, les Espagnols connaissent bien les travaux de J. Braun Blanquet, de C. Flahaut et de L. Emberger sur la définition d’une région naturelle, voire d’une forêt méditerranéenne. Ouverts sur la foresterie des autres continents, sur les connaissances accumulées sur la flore et les bois aux Philippines, à Cuba et aussi en Afrique du Nord35, ils sont d’autant plus sensibles aux remises en cause d’une science universelle détachée des contextes temporels et géographiques. Confrontés à la pluralité des situations espagnoles, ils participent, eux aussi, à la mise en place des classifications fondées sur les différences climatiques, édaphiques et botaniques pour dégager les caractères régionaux des bois en Espagne.

  • 36 O. Elorrieta, « El Instituto forestal de investigaciones y experiencias », pp. 27-37.

21Influencés par ces changements théoriques, les ingénieurs sont également bien conscients qu’il est difficile, voire impossible, d’appliquer, même avec des adaptations nécessaires, les grands principes d’une sylviculture « importée ». Dès le début du xxe siècle (1907), un Instituto Forestal de Investigaciones y Experiencias est créé et une nouvelle génération de forestiers tente d’élaborer les bases d’une sylviculture nationale, c’est-à-dire de trouver de nouvelles techniques sylvicoles adaptées aux situations particulières de la Péninsule36.

  • 37 Depuis la fin du xixe siècle, les forestiers voyagent de plus en plus hors de leur circonscription (...)

22Cette accumulation de données et de techniques est d’autant plus importante qu’elle donne lieu à des débats et à une diffusion des connaissances sylvicoles dans des revues spécialisées. Notices sur l’acclimatation et l’aménagement des essences boisées, rubriques de statistiques forestières, études monographiques permettent de réunir et de diffuser des connaissances spécifiques à la Péninsule. Cette transmission des expériences et des connaissances sylvicoles n’est pas seulement livresque. Les congrès de l’Union internationale des stations de recherche forestières (IUFRO créé en 1892), de l’Institut international d’agriculture (fondé à Rome en 1905), et les rencontres organisées par les sociétés forestières ou les associations de tourisme (Touring Club) sont autant d’occasion d’échanger des expériences, de découvrir et de visiter des forêts à l’étranger37.

23Au cours du ixe congrès international d’agriculture et de sylviculture tenu à Madrid en 1911, un conservateur français, Robert Hickel, propose de

créer et d’expérimenter des méthodes nouvelles, méthodes qui n’ont rien de commun avec celles que nous enseigne la sylviculture du Nord […] de créer l’unité de la sylviculture méditerranéenne

  • 38 R. Hickel, « Le problème du reboisement dans le bassin méditerranéen », p 14.
  • 39 Miguel del Campo est vice-président de la ligue, E. González Vázquez y participe également. En 1930 (...)
  • 40 O. Elorrieta, « El Instituto forestal de investigaciones y experiencias de España », p. 29.
  • 41 (-), « Los monumentos naturales » ; (-), « Ley de Parques Nacionales » ; (-), « Parques nacionales  (...)

24grâce à « un lien entre les forestiers méditerranéens à quelque nation qu’ils appartiennent »38. Après la première guerre mondiale, l’idée est reprise et une Ligue forestière internationale méditerranéenne, Silva Mediterranea, est fondée en 1922. Pendant quatorze ans, les forestiers français, italiens, espagnols, grecs, portugais et yougoslaves se réunissent régulièrement pour échanger leurs expériences, visiter les forêts des pays voisins et tenter de mettre sur pied une sylviculture méditerranéenne. Les Espagnols, et notamment Miguel del Campo (en tant que vice-président), participent aux travaux de la ligue39 et affirment être intéressés par « la sylviculture méditerranéenne […] d’un point de vue scientifique mais aussi pour son aspect économique »40. Parfaitement intégrés aux courants de la foresterie européenne et méditerranéenne, les ingénieurs espagnols souhaitent mener une politique de lutte contre l’érosion et les inondations, grâce à une reforestation des bassins versants, mais aussi une politique patrimoniale de protection des paysages et des sites prestigieux grâce à la création de parcs nationaux41.

25Toutefois, le cas de l’Espagne semble particulier au sein de Silva Mediterranea. Disposant d’une administration forestière nationale développée et d’un institut de recherche actif, les forestiers espagnols s’investissent pourtant peu au sein de la ligue. Le mouvement de coopération internationale est surtout dynamisé d’une part par les Français qui disposent d’une colonie en Algérie et de protectorats en Tunisie et au Maroc et, d’autre part, par les Italiens, qui depuis l’installation de la dictature mussolinienne, ont totalement repris à leur compte le thème de l’identité méditerranéenne comme héritage de l’empire romain.

  • 42 La revue Renovación forestal (1926-1930) témoigne bien de cet élan. Voir aussi J. Senador Gómez, «  (...)
  • 43 O. Elorrieta, « El capital en los montes y su rendimiento » ; voir aussi la revue Montes e Industri (...)
  • 44 Les forestiers de Silva Mediterranea (1922-1936) cherchent à construire une sylviculture méditerran (...)

26De son côté, la génération des ingénieurs espagnols des années 1920-1930 s’est tout particulièrement tournée vers la mise en place d’un programme de régénération nationale fondé sur un élan économique, social, scientifique et technique42. Échaudés par la difficile application des théories sylvicoles, formés à une science de l’observation et de l’application technique, confrontés à une grande diversité des situations locales dans la Péninsule et dans les colonies africaines, les ingenieros de montes souhaitent surtout former un savoir propre à l’Espagne, un savoir sylvicole qui tienne compte des spécificités géologiques, géographiques, climatiques et forestières, mais aussi économiques et sociales de la Péninsule. Sans dédaigner les avancées scientifiques de la sylviculture méditerranéenne, les forestiers espagnols désirent avant tout se lancer dans une politique active de production sylvicole destinée à développer l’exploitation rentable du potentiel boisé et, ainsi, mettre fin aux fortes importations43. Très productiviste, cette dernière orientation ne correspond pas toujours aux objectifs d’une sylviculture de protection et de restauration forestière prônée par Silva Mediterrenea44

  • 45 Par exemple, la loi du 26 juillet 1926 sur le repeuplement forestier ou les législations sur les si (...)

27Lancé dans les années 1920, le programme de protection de la nature, de lutte contre l’érosion et les inondations et de développement des ressources boisées débouche sur des législations45, Néanmoins, il est largement freiné, voire stoppé par la Guerre civile qui déchire l’Espagne entre 1936 et 1939.

IV. — La politique espagnole de reboisements industriels : un modèle en Méditerranée ?

  • 46 Plan Nacional para la Repoblación Forestal de España, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1939, 762  (...)
  • 47 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne ».
  • 48 J. L. Ramos Gorostiza, « Gestión ambiental y política de conservación de la naturaleza en la España (...)

28Dès la fin de la Guerre civile, le gouvernement de Franco se lance dans une politique sylvicole extrêmement dynamique. Le Plan de reboisement de 1940 prévoit 6 millions d’ha de plantations sur cent ans. L’année suivante, une institution nouvelle, le Patrimonio Nacional del Estado, est créée dans le but de restaurer, de conserver et de développer les ressources forestières. Derrière les bonnes intentions de lutte contre l’érosion et les inondations, ce sont les objectifs socio-économiques qui prédominent46. Il s’agit de produire les matériaux nécessaires aux secteurs de la construction et de la pâte à papier pour réduire les importations et les sorties de devises. Jusque dans les années 1960, il s’agit aussi de fournir du travail à une forte population rurale appauvrie et de la fixer en créant une économie forestière « paysanne », étroitement liée à l’agriculture47. Le nouveau régime favorise donc une orientation ruraliste, mais, paradoxalement, il abandonne la vision patrimonialiste, pourtant largement développée depuis le début du xxe siècle48.

  • 49 Les grands principes productivistes sont constamment rappelés dans les résolutions et les recommand (...)

29Programme national, ce plan s’intègre rapidement à une dynamique internationale. Les Espagnols adhérent à la Sous-commission des questions forestières méditerranéennes, Silva Mediterranea, créée en 1948 comme une branche de la Commission « Forêts Européennes » de la FAO. Le programme productiviste et l’orientation technocratique de son application s’intègrent parfaitement au nouveau contexte de la production boisée d’après guerre. Dans un climat de reconstruction et de guerre froide, les États occidentaux européens veulent mettre en place une politique de reboisement productiviste pour échapper à leur dépendance vis-à-vis du Canada ou de l’Europe du Nord après la fermeture du marché russe49. FFN (Fonds forestier national) en France, programme de reboisement en Italie, en Grèce et en Yougoslavie, le cas de l’Espagne n’est pas isolé.

  • 50 FAO / Commission européenne des forêts / Sous-commission méditerranéenne / 62 (7) / 29 mars 1962, 8 (...)
  • 51 Le plan Marshall, ou plus exactement le programme de relèvement économique européen établi par le C (...)

30En participant à une organisation internationale dépendante de l’ONU, le programme de reboisement espagnol gagne une reconnaissance et des soutiens techniques d’importance. Les études de Silva Mediterranea constituent en outre une caution pour obtenir des financements de la part des organismes internationaux comme la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement), la SFO (Société forestière internationale), l’AID (Association internationale de développement), la Banque interaméricaine de développement ou une aide des Nations Unies50. La contribution américaine au programme de reboisement représente alors 9,4 % des investissements forestiers en 1955 et 27,2 % en 1956. C’est-à-dire que 12000 hectares en 1955 et 35700 hectares en 1956 ont été boisés grâce à cette aide51.

  • 52 Des pépinières gérées conformément aux normes établies par la FAO ont été installées en Espagne (Dé (...)
  • 53 D’une manière générale, les forestiers ont planté des essences à croissance rapide notamment : Pinu (...)
  • 54 L’Espagne est un pays pionnier en ce qui concerne l’acclimatation massive de l’essence australienne (...)
  • 55 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne », p. 385.
  • 56 Ibid. Les travaux de reboisement ont permis l’établissement de 21 nouvelles communautés avec des éc (...)
  • 57 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne ».
  • 58 FAO / Commission européenne des forêts / Sous-commission méditerranéenne / 67C, 1er avril 1958, 6° (...)

31Reconnue, la sylviculture espagnole devient même une référence. Au sein de Silva Mediterranea, les travaux espagnols sur les cartes forestières ou les indices climatiques sont auréolés d’une forte légitimité scientifique. Sur le plan technique, les ingenieros des montes sont fortement associés aux groupes de travail sur les essences à croissance rapide, l’utilisation des terres, les statistiques, le développement des pépinières, les échanges et les études de graines et de plants52. Dans le contexte européen de politique de reboisement, les expériences espagnoles sur les essences à croissance rapide53, l’acclimatation des essences étrangères comme les eucalyptus54 et les nouvelles méthodes de plantations sur les terres sèches et argileuses55 sont appréciées. Les forestiers européens sont aussi sensibles à l’exemple de développement économique et social de la province de Huelva grâce au programme de reboisement mené entre 1942 et 1956 sur plus de 60000 hectares : « Ainsi la région a été radicalement transformée : autrefois désert presque stérile, elle est devenue une région très productive »56. Pour les experts de la FAO, l’intérêt du programme espagnol n’est donc pas uniquement économique. Au-delà des seuls reboisements, ils apprécient la mise en place d’une planification qui prend en compte les différents aspects de la production rurale, notamment le pâturage et l’exploitation des produits secondaires, dans un souci de développement rural « intégré »57, tout en reliant la production des bois à son traitement en aval avec une prise en compte de l’ensemble de la filière bois. Ils sont tout particulièrement intéressés par un programme de développement rural qui dit afficher « un but social » en se préoccupant des questions de chômage, d’emploi et d’éducation pour éviter l’exode des populations rurales58.

  • 59 E. Glesinger, The Mediterranean Project.

32À partir de 1960, l’Espagne est d’ailleurs choisie avec neuf autres pays pour mettre en œuvre un « plan d’action pour un développement intégré ». Dans ce cadre, l’État espagnol bénéficie du soutien technique et financier de la Commission économique pour l’Europe et des différentes commissions de la FAO59. Il s’agit

  • 60 FAO / Projet de développement méditerranéen. Développement agro-sylvicole et expansion économique d (...)

d’accélérer la restauration et la mise en valeur des ressources en terre et en eau de la région à des fins agricoles, pastorales et sylvicoles de façon à protéger les sols, à accroître la productivité dans l’agriculture et la sylviculture, à fournir de l’emploi et à réaliser des améliorations sur le plan social60.

  • 61 A. Dugelay, « Reboisement et cultures d’arbres en pays méditerranéen », p. 372 et Id., « Le problèm (...)
  • 62 Id., « Les données particulières de l’économie forestière méditerranéenne », p. 380.
  • 63 À partir des années 1970, les incendies deviennent une préoccupation centrale pour les experts de l (...)

33En dépit des bonnes intentions affichées, le programme de reboisement espagnol est demeuré essentiellement productiviste, se détachant ainsi des objectifs de la génération des forestiers des années 1920-1930 et des racines du mouvement des forestiers méditerranéens. Souvent hostiles à l’esprit du temps, les anciens membres de Silva Mediterranea se dressent contre « l’exagération de l’application systématique » d’une conception productiviste qui « serait à tous égards regrettable » car « le ciel lumineux de la Méditerranée est peu propice à la production ligneuse »61. Loin d’une politique de reboisement productiviste, les ingénieurs rappellent le rôle essentiel de la forêt sur le régime des eaux, l’érosion et l’avancée du désert. Ils placent « le rétablissement d’un équilibre détruit […] au dessus de la notion de revenu »62. Dans les années 1980, cette orientation se développe encore plus clairement. Déçus par les programmes productivistes, Silva Mediterranea est essentiellement préoccupée par la question des incendies63, de la désertification, de l’aménagement des bassins versants, de la conservation du sol… La planification espagnole commence à apparaître comme un contre modèle.

  • 64 R. Hickel, « La renaissance forestière en Espagne ».

L’Espagne possède depuis longtemps, un corps de forestiers d’élite qui par leur science, leur érudition leur abnégation et leur activité ne le cèdent à ceux d’aucun autre pays. Rien de ce qui se fait à l’étranger qui ne leur soit connu. Durant trois quarts de siècle les membres de ce corps n’ont cessé de mener le bon combat, d’accomplir un véritable apostolat multipliant les conférences, les réunions, les publications et donnant l’exemple par d’excellents travaux de repeuplement, de fixation des dunes, de correction de torrents64

34Cet éloge de Robert Hickel, le fondateur de Silva Mediterranea, témoigne du succès du corps des ingenieros des montes. En moins d’un siècle, ils sont parvenus à construire une sylviculture nationale à la fois théorique et pratique, appuyée sur les sciences et les techniques, à diffuser ce savoir et à le faire accepter par l’opinion et par les décideurs politiques, à obtenir la reconnaissance nationale et internationale d’un corps compétent, moderne, actif et dévoué à la cause des arbres. Après la Guerre civile, ils parviendront à développer une politique nationale de reboisements industriels parfois présentée comme une référence dans les instances de la foresterie internationale.

35En l’espace d’un siècle, la politique sylvicole en Espagne s’est tournée vers les sciences, la modernité, les États de l’Europe industrielle et l’interventionnisme. Ceci dit, le cas de l’Espagne est plus complexe et il mélange interventionnisme et libéralisme, modernité et tradition, développement industriel et ruralisme, ancrage européen et identité nationale et méditerranéenne. Au-delà de la multiplicité des acteurs et des clivages sociaux, au-delà des différents environnements spatiaux et écologiques, cette complexité s’explique aussi par la position géo-historique de l’Espagne au sein des États européens, de l’empire colonial et du monde méditerranéen. Pour les historiens, cette complexité est également liée à la question des temps, des héritages, des cycles, des ruptures et des décalages temporels particulièrement dans le domaine de l’environnement, où plusieurs temps et rythmes s’entrecroisent : le temps écologique, celui de la pousse d’un arbre, les temps plus ou moins longs des usages et des aménagements, les temps des évolutions économiques, sociales, culturelles ou mentales, les différents rythmes d’adaptation aux changements des acteurs locaux en fonction de leur formation, de leurs représentations ou de leur appartenance sociale ou régionale, sans oublier le temps court, celui de l’aléa, par exemple de l’incendie. La question des décalages des temps est encore plus vive en ce qui concerne la politique sylvicole nécessairement fondée sur la modélisation et sur la prospective, c’est-à-dire sur la capacité d’imaginer le futur à partir du présent.

Bibliographie

Sources imprimées

(-), « Influencia del arbolado », Revista de Montes, juillet 1882, pp. 317-341, 363- 372, 389-397, 413-420, 445-459.

(-), « La repoblación de los montes », Revista de Montes, décembre 1888, pp. 268-269.

(-), « Conférence de P. Descombes sur le reboisement tenue à Madrid le 6 mai 1911 », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, 2, septembre 1911.

(-), « Influencias del monte », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, 3, octobre 1911.

(-), « La destrucción de Montes », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, mars 1912, pp. 18-19.

(-), « Los monumentos naturales », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, octobre 1912, pp. 73-75. (-), « El paisaje en España », España Forestal, mai 1915, pp. 124-126.

(-), « La repoblación forestal de España », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, décembre 1916.

(-), « Ley de Parques Nacionales », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, février 1917, p. 2.

(-), « Parques nacionales », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, mai 1919.

(-), « El problema de la repoblación forestal », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, février 1920.

Arrigillaga, F. P. de, « El supuesto monopolio de ingenieros des montes », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1868 pp. 584-591 et 689-701.

— « La destrucción de los bosques », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1871, pp. 83-86.

Castro, C., « El culto a los árboles. Su ética, su estética, su utilidad », España Forestal, juin 1915, p. 8.

Cirera, Ricardo, « La repoblación forestal », España Forestal, mai 1915, p. 77.

Codorniu, Ricardo, « La Política y la administración. Los montes públicos y los particulares. Regeneración », España Forestal, 2, juin 1915, pp. 25-28.

Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne », Unasylva, 12 (1), 1958.

Dugelay, A., « Les données particulières de l’économie forestière méditerranéenne », Revue des Eaux et Forêts, juin 1947, pp. 374-380.

— « Le problème forestier de la région méditerranéenne française », dans Voyage d’étude en France dans la région provençale. Compte-rendu de la Sous-commission des questions forestières méditerranéennes, Nice, 1956, pp. 226-249.

— « Reboisement et cultures d’arbres en pays méditerranéen », Revue forestière française, 5, mai 1962, pp. 361-374.

Elorrieta, Octavio, « El capital en los montes y su rendimiento », España Forestal, mai 1915, pp. 12-13.

— « El Instituto forestal de investigaciones y experiencias de España », Bulletin de la Silva Mediterranea, décembre 1932, pp. 27-37.

Fivaller, Josep Maria, « ¿Deben venderse los montes del Estado ? », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1868, pp. 234-239.

García Martino, Francisco, « Consideraciones económicas sobre la propiedad forestal », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1869, pp. 27-42, 79-97, 129-144, 193-226, 257-270, 321-339, 385-403, 449-459.

Glesinger, Egon, The Mediterranean Project, Rome, FAO, juillet 1960.

Hickel, Robert, « Le problème du reboisement dans le bassin méditerranéen », Bulletin de la Silva Mediterranea, 1, décembre 1924, pp. 4-16 (article qui reproduit la communication du IXe congrès international d’agriculture et de sylviculture [Madrid de 1911]).

— « La renaissance forestière en Espagne », Revue des Eaux et Forêts, 1929, pp. 304-309.

Jordana, José, « Desamortización forestal », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1870, pp. 256-269.

Laguna y Villanueva, Máximo, Ávila y Zumarán, Pedro de, Flora forestal española, Madrid, Comisión Floral Española, 1883-1884, 1890.

Llauradó, Andrés, « Conceptos equivocados del señor don Pedro Pérez de la Sala, profesor de la Escuela Especial de Ingenieros de Caminos, Canales y Puertos, en materia de montes e inudaciones », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 4, 1871, pp. 256-281, 321-350, 485-521, 549-580, 618-644, 677-705.

Olazábal, Lucas de, « Sobre la mejora y aumento de la población rural en España », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1868, pp. 240-251.

— Ordenación y valoración de montes, Madrid, Imprenta de Moreno y Rojas, 1883, 517 p.

Parade, Adolphe, Lorentz, Bernard, Cours élémentaire de culture des bois, Paris-Nancy, Huzard - George-Grimblot, 1837.

Pascual, Agustín, « Reseña agrícola de España », Anuario de la Comisión de Estadística General del Reino [Madrid], 1858.

— « Sistemas forestales », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1870, pp. 49-59, 97-110, 145-162, 193-207, 241-255, 289-306, 337-358, 385-396, 433-452, 529-539.

Senador Gómez, Julio, « Árboles y Patrias », Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol, décembre 1916.

Villacampa, Antón, « La desamortización civil en sus relaciones con los montes », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1868, pp. 81-95.

— « Escuela forestal de Vallombrosa », Revista Forestal, Económica y Agrícola, 1869, pp. 608-613.

Bibliographie

Bauer Manderscheid, Erich, Los montes de España en la Historia, Madrid, Ministerio de Agricultura Pesca y Alimentación, 1992 (2e éd.).

Bauer Manderscheid, Erich, González Laso, María Pilar, « La propiedad forestal en España », Revista de Estudios Agrosociales, 49, 1964, pp. 7-53.

Casals Costa, Vicente, « Defensa y ordenación del bosque en España. Ciencia, Naturaleza y Sociedad en la obra des los ingenieros de montes durante el siglo xix », Geo Crítica, 73, 1988, pp. 5-63.

— Historia de montes en la España contemporánea (1848-1936), Barcelone, Ediciones del Serbal, 1996.

Chalvet, Martine, L’invention de la forêt méditerranéenne, de la fin du xviiie siècle aux années 1960, thèse de doctorat d’histoire soutenue en 2000 à l’université de Provence (inédite).

Clément, Vincent, De la marche-frontière au pays-des-bois. Forêts, sociétés paysannes et territoires en Vieille-Castille (xie-xxe siècle), Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (19), 2002.

Corvol, Andrée, (éd.), Forêt et eau (xe-xxie siècles), Paris, L’Harmattan, 2007.

Domergue, Lucienne, « Le tournant libéral. Notes sur Jovellanos et l’Informe sobre la Ley agraria », dans Jean-Pierre Sánchez (éd.), Ville et campagne en Espagne au xviiie siècle, Paris, Éditions du temps, 1997, pp. 81-99.

García López, Juan Manuel, Allué Camacho, Carmen, Gil Díaz S., García Abril, Antonio, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne », dans L’aménagement forestier. Hier, aujourd’hui, demain, numéro spécial (51) de la Revue forestière française, 1999, pp. 275-286.

Garrabou, Ramón, Sanz Fernández, Jesús, « La historia contemporánea de los montes públicos españoles, 1812-1930. Notas y reflexiones », dans Id. (éd.), Historia agraria de la España contemporánea, Barcelone, Crítica, 1985- 1986, t. II : Expansión y crisis (1850-1900), pp. 193-228, t. III : El fin de la agricultura tradicional (1900-1960), pp. 147-170.

Gómez Mendoza, Josefina, Ciencia y política de los montes españoles (1848- 1936), Madrid, ICONA, 1992, 260 p.

— « José Jordana y Morera (1836-1906) y el vocabulario forestal », dans José Jordana y Morera, Algunas voces forestales y otras que guardan relación con las mismas, Madrid, ICONA, 1992, pp. 5-29 (rééd. de l’original publié en 1900).

Gómezmendoza, Josefina, Mataolmo, Rafael, « Actuaciones forestales públicas desde 1940. Objetivos, criterios y resultados », Agricultura y Sociedad, 65, 1992, pp. 15-64.

González Calleja, Eduardo, « La Méditerranée espagnole », dans Thierry Fabre et Robert Ilbert (éd.), Les représentations de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, pp. 33-135.

Groome, Helen J., « El desarrollo de la política forestal en el Estado español desde el siglo xix hasta la Guerra Civil », Arbor, 474, junio 1985, pp. 59-89.

— Historia de la política forestal en el Estado español, Madrid, Agencia de Medio Ambiente, 1990.

Lanly, Jean-Paul, « Foresterie circumméditerranéenne et coopération internationale », Académie d’agriculture de France, 83, 1997, pp. 55-64.

Marti, Marc, « Théories économiques, libéralisme et pensée politique dans El Informe de la Ley agraria », dans Jacques Soubeyroux (éd.), L’Espagne du xviiie siècle, économie, société, idéologie, culture, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1997, pp. 189-203.

Martínez, Silvio, Prieto del Campo, Fernando, García Dory, Miguel Ángel, Castroviejo, Santiago, « Política forestal en España (1940-1985). ¿Producción o conservación ? », Arbor, 477, 1985, pp. 13-40.

Morandini, Riccardo, « Silva Mediterranea : cinquante ans de coopération dans le domaine forestier méditerranéen », Unasylva, 50 (197), 1999, pp. 49-51.

Ortuño Medina, Francisco, « El plan para la repoblación forestal de España del año 1939, análisis y commentarios », Ecología, 1, 1990, pp. 373-392.

Ramos Gorostiza, José Luis, Trincado Aznar, Estrella, « Idees econòmiques i gestió forestal en l’àmbit ibèric, 1848-1936 », Estudis d’Història Agrària, 15, 2002, pp. 211-246.

— « Gestión ambiental y política de conservación de la naturaleza en la España de Franco », Revista de Historia Industrial, 15 (32), 2006, pp. 99-140.

Seigue, Alexandre, La forêt circumméditerranéenne et ses problèmes, Paris, Maisonneuve Larose, 1985, 504 p.

Notes

1 Voir les travaux d’Erich Bauer, Vicente Casals Costa, Vincent Clément, Josefina Gómez Mendoza et Helen J. Groome.

2 Cette ordonnance tente de réguler les coupes de bois, l’exploitation des produits forestiers et le pâturage. Son application est confiée aux corregidores.

3 M. Marti, « Théories économiques, libéralisme et pensée politique » ; L. Domergue « Le tournant libéral ».

4 E. Bauer Manderscheid et M. P. Laso, « La propiedad forestal en España ».

5 Le décret du 30 avril 1835 instaure, pour la première fois, un corps d’ingénieurs de l’État.

6 Célèbre botaniste et scientifique reconnu, le premier inspecteur général de la nouvelle administration, Antonio Sandalio de Arias, témoigne de ce changement.

7 En 1835, la création d’une école spécialisée est agréée par décret. Mais la chute du gouvernement en juin repousse la fondation de l’école. L’idée renaît pourtant en 1843 et le centre forestier ouvre ses portes en 1848.

8 B. de la Torre y Rojas, Fundación de la Escuela y Cuerpo de Ingenieros de Montes, « Recuerdos », Madrid, 1866, 22 p., cité par E. Manderscheid Bauer, Los montes de España en la Historia, p. 519.

9 J. Gómez Mendoza, Ciencia y política de los montes españoles, pp. 63-77.

10 Sentant les forêts menacées par la politique de désamortissement, les ingénieurs veulent diffuser leurs idées au sein de l’opinion et des décideurs politiques. La Revista Forestal, Económica y Agrícola (1868-1875), la Revista de Montes (1877-1926) et le Boletín de la Sociedad Española de los Amigos del Árbol (1911-1920) se donnent pour mission de défendre les intérêts écologiques et économiques représentés par les bois.

11 F. P. de Arrigillaga, « La destrucción de los bosques » ; (-), « Influencia del arbolado » ; (-), « Influencias del monte » ; (-), « La destrucción de Montes ».

12 Cette idée se retrouve dans toutes les sources consultées. Seuls les ingénieurs des ponts et chaussées émettent quelques réserves sur cette interprétation (A. Llauradó, « Conceptos equivocados del señor don Pedro Pérez de la Sala »). Avec les progrès de la botanique et de la géographie, cette vision sera remise en cause au début du xxe siècle, voir A. Corvol (éd.), Forêt et eau (xe-xxie siècles).

13 Reprise des études d’A. Surell (1841) puis d’A. Blanqui (1843), sur l’état économique des zones de montagnes en France. Voir aussi, L. de Olazábal, « Sobre la mejora y aumento de la población rural en España ».

14 Dans la Revista Forestal Económica y Agrícola (1868-1875), fondée par F. García Martino, les forestiers se défendent contre les attaques des libéraux et des autres corps d’État (F. P. de Arrigillaga, « El supuesto monopolio de ingenieros de montes » ; F. García Martino, « Consideraciones económicas sobre la propiedad forestal » ; J. Jordana, « Desamortización forestal » ; A. Villacampa, « La desamortización civil en sus relaciones con los montes »).

15 J. M. Fivaller, « ¿Deben venderse los montes del Estado ? ».

16 (-), « La repoblación de los montes » ; (-), « Conférence de P. Descombes sur le reboisement » ; R. Cirera, « La repoblación forestal » ; (-), « El problema de la repoblación forestal ».

17 La forêt de La Garganta est un massif de pins sylvestres appartenant à la commune de El Espinar, dans la province de Ségovie. Le rapport de reconnaissance, suivi d’une proposition d’aménagement, a été en partie publié en 1873, dans la Revista Forestal, Económica y Agrícola.

18 J. M. García López et alii, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne ».

19 A. Pascual, « Sistemas forestales ».

20 L. de Olazábal, Ordenación y valoración de montes.

21 En 1890, un service d’élite spécialisé dans l’aménagement à l’intérieur du corps des ingenieros de montes, la Section de la Direction et de l’Inspection des Aménagements en Forêt, est créé et publie Las Instrucciones especiales de la Ordenación de montes (ou Directives sur l’aménagement des Forêts).

22 L’aménagement de la forêt de la Garganta ne fut jamais réalisé et l’École d’Application fut fermée en 1862. De même, les principes du premier traité d’aménagement des forêts de Lucas de Olazábal ne furent jamais réellement appliqués.

23 Faute de moyens financiers, la législation sur le reboisement du 11 juillet 1877 n’a que peu d’effet. Quelques travaux sont engagés à Sanlúcar et Tarifa et dans les régions montagneuses d’Oviedo.

24 Très peu de forêts avaient été bornées et la propriété des forêts était parfois douteuse. Dans ces conditions, il était difficile d’engager des actions à long terme (J. M. García López et alii, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne », p. 279).

25 A. Pascual et E. Boutelou ont été pensionnaires de Tharandt et ils diffusent les théories de Von Cotta et de Hartig.

26 J. M. García López et alii, « 140 ans d’aménagement forestier en Espagne », p. 78.

27 Bien qu’influencés par la sylviculture allemande, les forestiers français s’opposent à une conception jugée trop industrialiste. Pour l’école de Nancy, les biens naturels ne peuvent être assimilables aux produits industriels. Loin de mettre en place un aménagement factice, il faut au contraire « imiter la nature et hâter son œuvre » (A. Parade et B. Lorentz, Cours élémentaire de culture des bois, pp. 169-170). Opposés à la régénération artificielle, les Français soutiennent une politique de conversion des taillis en taillis sous futaies puis en futaies par régénération naturelle. Selon ces principes, le repeuplement par plantation massive doit être exceptionnel et limité.

28 L’allongement des révolutions (c’est-à-dire l’âge moyen d’exploitabilité) se fonde sur le dogme de l’allongement des coupes censé garantir une meilleure qualité des bois et une meilleure rentabilité.

29 Ces peuplements ont souvent été exploités par concession d’exploitation à des propriétaires privés.

30 Les premiers inventaires sont à la charge de la commission de la carte géologique créée en 1849 et réorganisée en 1873.

31 L’Institut géographique et statistique (1870) tente de réaliser une carte topographique.

32 La Comisión Flora Forestal Española reprend les mêmes principes pour établir son catalogue des biens forestiers (voir M. Laguna y Villanueva et P. de Ávila y Zumarán, Flora forestal española). Le livre, accompagné d’atlas, décrit un total de 553 espèces ligneuses et semi-ligneuses en fonction du milieu naturel, des utilisations forestières, de l’utilité et des modes de cultures.

33 La commission de la carte forestière fait des relevés par province avec des notices sur les caractéristiques du climat, des sols et des essences en vue d’établir une représentation cartographique globale. Finalement, cette entreprise ne sera pas éditée. Il faudra attendre 1966 pour que Luis Ceballos publie sa carte forestière de l’Espagne au 1/400 000.

34 Première autorité en matière de classification forestière, M. Laguna reprend les principes de la régionalisation de la flore avancés par le naturaliste et géographe allemand, son ancien professeur à l’école de Tharandt, M. Willkomm. Agustín Pascual González s’inspire de ces recherches pour réaliser son étude sur la régionalisation de l’Espagne (Reseña agrícola de España). Il y propose un inventaire forestier réparti en cinq zones subdivisées en six régions en fonction de leur végétation, de leur altitude, de leur température et de leurs productions agricoles.

35 José Jordana y Morera est, par exemple, influencé par sa collaboration avec les États-Unis et par ses observations sur les Philippines et l’Algérie (voir J. Gómez Mendoza, « José Jordana y Morera (1836-1906) y el vocabulario forestal »). M. Bosch, R. Sajadero y Jero et S. Vidal y Soler publient aussi dans la Revista Forestal, Económica y Agrícola plusieurs articles sur Cuba et sur les Philippines.

36 O. Elorrieta, « El Instituto forestal de investigaciones y experiencias », pp. 27-37.

37 Depuis la fin du xixe siècle, les forestiers voyagent de plus en plus hors de leur circonscription et chaque nouvelle découverte est l’occasion d’un compte rendu descriptif et analytique sur les forêts étrangères.

38 R. Hickel, « Le problème du reboisement dans le bassin méditerranéen », p 14.

39 Miguel del Campo est vice-président de la ligue, E. González Vázquez y participe également. En 1930, un congrès est organisé en Espagne. Enfin, F. Baró, M. Martín Bolaños et O. Ellorieta publient chacun un article dans la revue Silva Mediterranea.

40 O. Elorrieta, « El Instituto forestal de investigaciones y experiencias de España », p. 29.

41 (-), « Los monumentos naturales » ; (-), « Ley de Parques Nacionales » ; (-), « Parques nacionales » ; C. Castro, « El culto a los árboles. Su ética, su estética, su utilidad » ; (-), « El paisaje en España ».

42 La revue Renovación forestal (1926-1930) témoigne bien de cet élan. Voir aussi J. Senador Gómez, « Árboles y Patrias » ; R. Codorniu, « La Política y la administración ».

43 O. Elorrieta, « El capital en los montes y su rendimiento » ; voir aussi la revue Montes e Industrias (1930-1934).

44 Les forestiers de Silva Mediterranea (1922-1936) cherchent à construire une sylviculture méditerranéenne sur de nouvelles bases théoriques et pratiques. Relativement peu intéressés par les questions de productivité et d’exploitation industrielle des bois, ils se sont essentiellement tournés vers des travaux sur les reboisements de protection et de lutte contre l’érosion, affichant même parfois une volonté de restauration des boisements anciens et de retour à la forêt climax.

45 Par exemple, la loi du 26 juillet 1926 sur le repeuplement forestier ou les législations sur les sites et monuments naturels d’intérêt national, comme les lois de 1916 ou de 1927.

46 Plan Nacional para la Repoblación Forestal de España, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1939, 762 p. ; Patrimonio Forestal del Estado. Memoria-Resumen de los trabajos realizados en el cuatrienio 1940-1949, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1951, 354 p. ; Patrimonio Forestal del Estado, Memoria-Resumen de los trabajos realizados en el cuatrienio 1950-1953, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1954, 306 p.

47 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne ».

48 J. L. Ramos Gorostiza, « Gestión ambiental y política de conservación de la naturaleza en la España de Franco », pp. 99-138.

49 Les grands principes productivistes sont constamment rappelés dans les résolutions et les recommandations des différents organes de la Commission européenne des forêts. Voir les dossiers de la Sous-commission des questions forestières méditerranéennes conservés au siège de la FAO à Rome.

50 FAO / Commission européenne des forêts / Sous-commission méditerranéenne / 62 (7) / 29 mars 1962, 8° session Dubrovnik, mai 1962, J de Vaissière, « Étude sur le financement des programmes forestiers, plans et programmes forestiers, leurs aspects économiques, financiers et fiscaux ».

51 Le plan Marshall, ou plus exactement le programme de relèvement économique européen établi par le Comité de coopération économique européen, se penche sur la nécessité des reboisements productifs. L’Italie, la Grèce, le Portugal, la Turquie et la France reçoivent aussi une aide financière pour mettre en place leurs plans de reboisement (Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne »).

52 Des pépinières gérées conformément aux normes établies par la FAO ont été installées en Espagne (Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne »).

53 D’une manière générale, les forestiers ont planté des essences à croissance rapide notamment : Pinus pinaster (27 852 ha), Pinus sylvestris (12 900 ha), Pinus halepensis (12 198 ha), Pinus Iaricio (Autriche) [8 198 ha], Pinus insignis (7 235 ha), Pinus laricio (5 615 ha), Eucalyptus (8 728 ha). Voir Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne ».

54 L’Espagne est un pays pionnier en ce qui concerne l’acclimatation massive de l’essence australienne, l’eucalyptus. Plus de la moitié des plantations de cette espèce existant dans la région méditerranéenne se trouvent dans ce pays.

55 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne », p. 385.

56 Ibid. Les travaux de reboisement ont permis l’établissement de 21 nouvelles communautés avec des écoles, des centres de loisirs, etc. Elles hébergent plus de 10000 colons. Un réseau de 260 kilomètres de routes a été construit ainsi qu’une usine de cellulose.

57 Département des forêts de la FAO, « Le programme de boisement en Espagne ».

58 FAO / Commission européenne des forêts / Sous-commission méditerranéenne / 67C, 1er avril 1958, 6° session Madrid 17-21 avril 1958, Rapport de l’Espagne, « Situation et tendances de l’utilisation générale des terres dans le bassin méditerranéen, la place de la forêt ».

59 E. Glesinger, The Mediterranean Project.

60 FAO / Projet de développement méditerranéen. Développement agro-sylvicole et expansion économique dans les pays méditerranéens, Plan d’action pour un développement intégré, Rome, 1959, 227 p., préface de B. R. Sen, Directeur général de la FAO, p. xvii.

61 A. Dugelay, « Reboisement et cultures d’arbres en pays méditerranéen », p. 372 et Id., « Le problème forestier de la région méditerranéenne française » p. 240.

62 Id., « Les données particulières de l’économie forestière méditerranéenne », p. 380.

63 À partir des années 1970, les incendies deviennent une préoccupation centrale pour les experts de la FAO, notamment pour A Seigue (ingénieur forestier, expert à la FAO, fondateur de l’association « Forêts méditerranéennes », auteur de La forêt circumméditerranéenne et ses problèmes). Un groupe de recherche spécifique est d’ailleurs créé.

64 R. Hickel, « La renaissance forestière en Espagne ».

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search