Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

III. Surveiller et encadrer les hommes et l’espace

Conscription et résistances à la conscription dans les Philippines du xixe siècle

Xavier Huetz de Lemps

Texte intégral

  • 1 À la fin des années 1730, l’effectif est de seulement 2561 hommes pour l’ensemble de la colonie (M. (...)
  • 2 Sur les réformes du xviiie siècle, voir E. Gómez Gallego, Organización del ejército en Filipinas en (...)
  • 3 Sur les réformes fiscales de la charnière entre les xviiie et xixe siècles, voir J. M. Fradera, Fil (...)

1Les dimensions de l’armée coloniale sont très réduites dans les premiers siècles de la domination espagnole aux Philippines, principalement pour des raisons budgétaires1. En effet, l’administration insulaire survit grâce à la perfusion, toujours aléatoire, d’argent mexicain : les dépenses militaires, même si elles sont prioritaires, restent forcément limitées. Les premiers régiments sont mis sur pied sur le modèle de la métropole au xviiie siècle. La grande majorité des soldats et des officiers sont recrutés en Nouvelle-Espagne, mais, contraints pour la plupart de servir aux Philippines, ils sont peu motivés et l’armée coloniale est confrontée continuellement à de graves problèmes d’effectifs. Des milices, mobilisées en cas de menace, complètent le dispositif2. Dès la conquête de l’archipel, les Espagnols ont utilisé des supplétifs philippins qui, du fait de leur connaissance du terrain et de leur résistance au climat et aux maladies, ont joué un rôle fondamental, même s’il n’a pas toujours été reconnu par les Espagnols. À partir de la guerre de Sept Ans et de l’occupation de Manille par les troupes britanniques (octobre 1762 - mars 1764), la nécessité de renforcer les défenses de la colonie se traduit par une lente mutation de l’armée coloniale, mutation rendue possible par l’augmentation des ressources budgétaires résultant de la mise en place du monopole des tabacs (1781) et de la croissance du commerce extérieur de la colonie3.

  • 4 Au plus fort de sa participation (1858), l’armée espagnole a engagé environ 1500 hommes.

2Cette armée coloniale cesse, dans la première moitié du xixe siècle, d’être une succursale ou un dépotoir de l’armée de la Nouvelle-Espagne et ses missions se multiplient, même si la défense de la colonie contre un éventuel agresseur étranger européen ou asiatique reste sa principale raison d’être. À partir des années 1840, la volonté de prendre en main l’ensemble de l’archipel entraîne de nombreuses expéditions punitives dans le centre de Luçon, contre les Igorrotes, et, au sud de l’archipel, contre les populations musulmanes. Dans les trois dernières décennies de la domination espagnole, l’armée coloniale engage dans ces régions de véritables guerres de conquête et des détachements relativement importants doivent stationner de manière permanente pour tenir les zones conquises aux dépens des « infidèles ». Ponctuellement, l’armée est aussi mise au service de la sécurité intérieure des zones « pacifiées » de longue date et, en particulier, elle participe à la lutte contre le banditisme endémique. Enfin, l’armée coloniale des Philippines est intervenue sur un théâtre d’opérations extérieur, lors de l’expédition franco-espagnole au Vietnam (1858-1862)4.

  • 5 F. Puell de laVilla, « El Ejército de Filipinas », pp. 395-397 et Id., « El ejército en Filipinas » (...)
  • 6 Voir A. W. Mccoy, Closer Than Brothers, Id., « Voluntarios Leales » et Id., « The Colonial Origins (...)

3Ce changement d’échelle et, plus généralement, l’histoire de l’armée coloniale espagnole aux Philippines restent mal connus. Comme le remarque fort justement l’historien espagnol Fernando Puell de la Villa5, un relatif désintérêt pour les problèmes militaires est sensible dès le xixe siècle, l’attention des contemporains se focalisant sur des thèmes comme la réforme de la commune indigène ou la place du clergé régulier dans la colonie. À son tour, le faible volume des sources imprimées, en dépit de l’abondance de sources manuscrites largement inexplorées, explique en partie le peu d’intérêt porté par les historiens aux problèmes militaires. L’archaïsme de l’historiographie est un autre élément de sclérose : l’histoire militaire des Philippines s’est trop longtemps cantonnée à « l’histoire bataille » et à l’étude d’une armée considérée comme un isolat sans relations avec la société englobante. Comme l’a souligné Alfred W. McCoy6, l’histoire militaire des Philippines ne peut se limiter au récit méticuleux des actes d’héroïsme, à l’étude pointilliste de la couleur des uniformes et au vain dépoussiérage de l’organigramme des régiments. La présente étude se situe dans cette volonté d’ouverture de l’histoire militaire vers l’histoire sociale et l’histoire de la construction de l’État colonial : l’armée coloniale du xixe siècle, du fait de ses modalités de recrutement, affecte directement la vie d’un nombre considérable de Philippins et elle mobilise l’ensemble de l’appareil administratif. Cependant, l’importance du dossier de la conscription résulte moins du service militaire en lui-même — il reste une expérience que finalement peu de jeunes colonisés vivent — que des actes individuels et collectifs de refus de l’obligation militaire engendrés par les dysfonctionnements des systèmes de recrutement.

I. — Les modalités de recrutement

4Pour répondre aux besoins croissants de leur armée coloniale, les Espagnols ont recours aux Philippines à un principe de recrutement d’origine française mis en œuvre en métropole à partir de 1704 : le système des quintas. Ce dernier est simple dans son principe puisqu’il s’agit de répartir un contingent entre les ressorts administratifs au prorata de leur population. La sélection des recrues se fait ensuite par tirage au sort au sein des jeunes gens inscrits sur les rôles de l’armée. Seule une fraction du contingent, variable en fonction des besoins de l’armée, est appelée sous les drapeaux.

  • 7 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 213-214.
  • 8 Ibid., pp. 214-217.
  • 9 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ultramar, legajo (leg.) 5205, expediente (exp.) 16.
  • 10 Sauf mention contraire, cette présentation s’appuie sur les documents suivants : I. Salinas y Angul (...)

5Les quintas sont introduites beaucoup plus tardivement dans les colonies parce que le contrôle administratif très imparfait de la population complique les opérations de tirage au sort et parce qu’on doute, parfois à juste titre, de la loyauté des populations colonisées, qu’elles soient autochtones ou créoles. Aux Philippines comme en Amérique espagnole, les premières dispositions destinées à assurer le remplacement par tirage au sort des troupes autochtones sont prises par l’ordre royal du 16 novembre 17697. Aux Philippines, le besoin croissant de soldats conduit le gouverneur général Rafael María de Aguilar (1795-1806) à adopter, en 1805, une nouvelle réglementation de conscription plus contraignante. Au milieu du siècle, elle se révèle à son tour insuffisante du fait de la suppression des milices et du début des grandes opérations contre les musulmans du sud de l’archipel8. Le règlement adopté le 20 mars 1852 ne donne pas satisfaction et, dès 1855, un nouveau projet est à l’étude. Comme souvent aux Philippines, l’instruction du dossier s’éternise et elle n’aboutit qu’en 18669. Les procédures prévues dans le règlement du 27 avril 1866 méritent d’être détaillées car elles restent en vigueur jusqu’en 189810. Soulignons cependant que le texte de 1866 reprend l’essentiel des dispositions de 1852, elles-mêmes largement inspirées du règlement de 1805.

  • 11 Les catégories ethniques incluses dans ces listes sont les indios, les métis chinois, mais aussi le (...)

6Le point de départ de l’ensemble des opérations de recrutement est l’élaboration, au niveau de la commune indigène, des rôles (padrones) des jeunes hommes en âge d’être appelés. Une première liste nominative inclut les célibataires âgés de 18 à 25 ans, ainsi que les jeunes gens qui se sont mariés avant 18 ans, même s’ils ont des enfants11. La deuxième et la troisième liste, dans lesquelles on ne puise des hommes que lorsque la première est épuisée, comportent les noms des veufs sans enfants et des hommes mariés sans enfants. Ces tableaux de recrutement sont établis au mois de janvier de chaque année et ils sont vérifiés par les autorités provinciales.

  • 12 Le tirage est souvent couplé avec les élections municipales. Pour une bonne description du tirage, (...)
  • 13 La taille minimale des conscrits est de 4 pieds 11 pouces (1 mètre 60) pour l’infanterie et de 5 pi (...)
  • 14 Jusqu’en 1825, la durée était de dix années. À partir de cette date, elle correspond à celle du ser (...)
  • 15 Le remplaçant doit être originaire de la même province, apte au métier des armes, célibataire ou ve (...)

7Le tirage au sort intervient en avril, en présence du gouverneur de la province ou de son représentant, des autorités civiles du village, du curé et de tous les habitants qui souhaitent assister à la cérémonie12. Deux récipients contiennent, placés dans des boules, les noms des conscrits, pour l’un, et autant de numéros d’ordre que d’inscrits, pour l’autre. Deux enfants de moins de dix ans tirent au sort une boule dans chaque urne, le résultat est annoncé à haute voix, puis consigné sur deux listes qui sont confrontées à l’issue du tirage. En fonction des besoins de l’armée et des impératifs budgétaires, un certain nombre des malchanceux qui ont tiré les premiers numéros du tirage sont convoqués pour un premier conseil de révision qui se tient, en mai, dans la capitale de la province. Une partie de ceux qui sont aptes pour le service sont appelés et envoyés à Manille où ils sont à nouveau reconnus par un médecin, militaire cette fois13. S’ils sont aptes, ils doivent un service de huit années14 ; ils peuvent cependant payer un substituant (sustituto)15.

  • 16 Le volume de la réserve pour chaque province est fixé, pour cinq ans, par le gouverneur général. Le (...)
  • 17 Chaque régiment d’infanterie, par exemple, dispose d’une réserve mobilisable de 340 hommes en 1879. (...)
  • 18 La composition de la réserve du Régiment d’Infanterie n° 3 « Magellan » en est un bon exemple (I. S(...)

8Les autres conscrits sont versés, en juin, dans la réserve. Cette dernière n’est pas un corps de soldats instruits mais une liste des appelés disponibles dans laquelle on puise pour combler, en cours d’année, les pertes éventuelles de l’effectif de temps de paix16. En cas de guerre, l’intégralité de la réserve est mise en activité17. Chaque unité ou chaque arme puise ses appelés dans un nombre déterminé de provinces appartenant à un même ensemble ethnolinguistique18. Ce recrutement régional facilite l’intégration des recrues et, surtout, il permet au commandement, en cas de révolte ou de mutinerie, de jouer sur les antagonismes entre groupes ethniques pour les mater.

  • 19 AHN, Ultramar, leg. 5233, exp. 14.
  • 20 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », pp. 290-359, p. 329 ; V. Gonzá (...)

9Les réservistes restent dans leur village, où ils sont assignés à résidence, en attendant un éventuel appel. Les demandes de nouveaux soldats interviennent trois fois par an. Elles portent en général, pour chaque province, sur un nombre très réduit de soldats et la répartition équitable de ces demandes entre les différents villages est impossible. Ce système est extrêmement lourd puisque les chefs de village et les gouverneurs de province doivent fournir des états mensuels en tenant compte des malades et des réfractaires. Les différentes opérations de recrutement s’étalent donc sur toute l’année. Enfin, les conscrits ne sont incorporés dans la réserve que pour un an et ils participent à nouveau l’année suivante au tirage au sort19. Les jeunes Philippins âgés de 18 à 25 ans sont donc soumis à sept tirages au sort !20 L’ensemble des opérations de conscription, jusqu’au versement des recrues à Manille, est placé sous la responsabilité des autorités civiles, les autorités militaires se contentant de faire connaître le contingent annuel dont elles ont besoin pour compléter les bataillons.

II. — Les stratégies d’évitement

  • 21 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites pour malversations contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente (...)
  • 22 M. Adas, « From Avoidance to Confrontation » ; G. Bankoff, « In Search of the Masses ».

10Au début des années 1850, l’extension du système des quintas aux îles Visayas entraîne des troubles ponctuels, mais comme cette mesure est accompagnée de réformes fiscales, il est difficile de connaître la part du refus de la conscription dans ces désordres21. Cependant, ce type de rejet collectif et violent est très rare parce que les Philippins ont massivement recours à des procédures d’évitement beaucoup moins frontales, beaucoup plus subtiles et, au total, beaucoup plus efficaces que la rébellion. Cette stratégie de résistance par la fuite est une des armes traditionnelles et précoloniales du pauvre en Asie du Sud-Est lorsqu’il refuse des levées d’hommes, des taxes ou des corvées jugées excessives22.

  • 23 P. Feced y Temprado, Filipinas : esbozos y pinceladas, pp. 130-131.
  • 24 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, pp. 300-303 ; J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, p. 231 ; (...)

11Le système de recrutement mis en place aux Philippines est proche de ceux qui existent en Europe avant l’instauration d’un service militaire véritablement universel et obligatoire. Pourtant, son fonctionnement est singulièrement différent, comme le démontre l’attitude des populations au moment du tirage, moment crucial pour l’avenir des jeunes du village. En Europe, les conscrits et leur famille surveillent avec attention l’ensemble du processus, de l’élaboration des listes au conseil de réforme. La cérémonie du tirage au sort est un moment d’angoisse pour l’ensemble de la population23. Dans les Philippines du xixe siècle, au contraire, la population affiche une indifférence complète à l’égard des procédures de conscription : en général, les recrues potentielles n’assistent pas au tirage au sort et elles ne se soucient même pas de savoir par la suite quel numéro leur est échu24.

  • 25 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329. Voir aussi M. de Azcár (...)

12Lorsque, trois ou quatre mois après le tirage au sort, arrivent les convocations pour le conseil de révision et, surtout, pour le départ sous les drapeaux, le taux d’insoumission est extrêmement élevé alors que les peines prévues par les règlements, une ou deux années de service supplémentaires dans les compagnies disciplinaires du sud de l’archipel, sont dissuasives. Les jeunes désignés par le sort et déclarés « bon pour le service » (útil) s’éclipsent systématiquement, les autorités locales doivent organiser des battues pour tenter de les capturer, et le gouverneur de la province exige que les numéros plus élevés remplacent les fugitifs. Les bénéficiaires d’un « bon » numéro se retrouvent donc en position d’être appelés. Dans ces conditions, l’insoumission a tendance à se répandre de proche en proche comme une épidémie. Joaquín Rajal y Larre cite le cas d’une commune qui devait fournir seulement deux recrues, mais où ceux qui avaient tiré les numéros 90 et 96 furent les seuls sur lesquels les autorités coloniales parvinrent à mettre la main, sans doute parce que le numéro très élevé qu’ils avaient tiré les rendait trop confiants25. Ceux qui se retrouvent in fine au conseil de révision, puis sous les drapeaux, ne sont pas victimes de la malchance, mais de leur imprévoyance et de leur méconnaissance du fonctionnement réel du système. L’expression familière « tirer un bon numéro » n’a donc aucun sens dans les Philippines de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 26 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, p. 302 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207.
  • 27 Biblioteca Nacional (BN, Madrid, département des Manuscrits), ms. 19237, José García y Ruiz, Memori (...)
  • 28 Soit 209 poursuites sur un total de 435 (I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 264- 265). L (...)

13Chaque année, les mêmes scènes se répètent. Les autorités espagnoles réquisitionnent un certain nombre de recrues que les chefs de village ont le plus grand mal à réunir. Les conscrits sont d’ailleurs souvent enfermés dans la prison du village, jusqu’au jour de leur départ pour le conseil de révision, comme s’il s’agissait de dangereux criminels. Les évasions sont très fréquentes au moment du transfert26. Après l’incorporation, le taux de désertion est si élevé que le commandement espagnol est contraint de se montrer beaucoup moins rigoureux contre les déserteurs qu’en métropole27. La désertion représente près de la moitié (48 %) du total des poursuites engagées contre des soldats en 187828, mais ce chiffre ne donne qu’une indication très imparfaite de l’ampleur du phénomène puisqu’il ne semble pas tenir pas compte des désertions réussies.

  • 29 Les cuadrilleros sont des forces civiles destinées à assurer la sécurité de la commune. Enrôlés en (...)
  • 30 Voir G. Bankoff, « Bandits, Banditry and Landscapes of Crime », pp. 319-339.
  • 31 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329. Voir aussi I. Medina, (...)
  • 32 V. González Serrano, España en Filipinas, p. 21.

14Les réfractaires et les déserteurs doivent bien évidemment se cacher pour échapper aux autorités espagnoles et aux cuadrilleros29 envoyés à leurs trousses. Certains insoumis rejoignent ainsi le monde étrange des Philippins qui refusent la domination coloniale : ces remontados, comme leur nom l’indique, se réfugient dans les montagnes (montes) ou dans d’autres lieux difficilement accessibles (forêts, marécages, mangroves). Selon les auteurs espagnols, ils retournent alors à la vie supposée « sauvage » de leurs ancêtres et ils mènent une vie de rebelles, de vagabonds et de bandits. La géographie des Philippines facilite considérablement l’insoumission parce qu’elle offre, dans toutes les provinces, des refuges sûrs et proches30. Sans se laisser abuser par l’image romantique des bandits philippins, il semble indéniable qu’un certain nombre de réfractaires et de déserteurs sont venus grossir les rangs des bandits31. Le paradoxe est de taille : alors que l’armée coloniale participe à la répression du banditisme rural, elle est, indirectement, un des principaux pourvoyeurs de rebelles à l’ordre établi. Cependant, le sort de la grande majorité des insoumis est beaucoup moins aventureux : ils se cachent, plus ou moins longtemps et avec plus ou moins de soin, à proximité immédiate de leur village. Aucune amnistie n’est prévue pour les cas d’insoumission et de désertion, mais le système administratif et judiciaire a une mémoire assez courte, en particulier pour la première catégorie32. Une pratique aussi massive est, il est vrai, difficile à réprimer. Ainsi, les conscrits réfractaires réapparaissent comme par enchantement lorsque la menace s’est éloignée et, à condition de rester discrets, ils peuvent facilement faire oublier leur conduite passée.

III. — Les causes du rejet

  • 33 AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis de la commission chargée d’étudier le projet de réforme du (...)

15Certains auteurs espagnols ont tenté de comprendre l’indifférence apparente des conscrits philippins. Le discours colonial offre une première explication, aussi raciste que simpliste : les Philippins, dans « l’enfance de la civilisation » ne peuvent comprendre l’importance du service armé de la Nation, à laquelle ils sont, pour la circonstance et uniquement pour la circonstance, supposés appartenir33. L’idée d’un manque de sens civique, débarrassée de tout mépris colonial, ne doit pas être pour autant rejetée : la très grande majorité des réfractaires ne sont sans doute pas des rebelles, encore moins des hommes incapables de se plier aux contraintes de la vie « civilisée », mais simplement des individus qui refusent de quitter leur village, leur rizière et leur fiancée pour servir un État, un monarque et un empire qui ne représentent rien pour eux.

  • 34 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 258 ; M. Scheidnagel, Fraternidad militar y chifladura (...)
  • 35 P. Ortiz Armengol, « La campaña de 1896-1897 en Filipinas » ; A. Mas Chao, La guerra olvidada de Fi (...)
  • 36 Sur un total de 5558 soldats ou sous-officiers indigènes pour ces quatre armes. La Marine prélève a (...)

16Le poids excessif des levées d’hommes peut-il expliquer les stratégies d’évitement ? À cette question, il faut indiscutablement répondre par la négative. Si l’armée coloniale espagnole connaît une croissance de ses effectifs au xixe siècle, ses dimensions restent réduites en valeur absolue et, en valeur relative, il faut aussi tenir compte de la forte poussée démographique. L’effectif total au milieu du siècle est de 6 à 7000 hommes. Il atteint pratiquement les 12000 hommes à la fin des années 188034. Les années 1890 sont marquées par une nette montée en puissance, et la garnison des Philippines compte un peu plus de 20000 hommes au moment de l’insurrection de 189635. Les appelés sont très majoritaires : en 1879, ils représentent 67,5 % du total (9957 hommes) des soldats et des sous-officiers indigènes contre 16 % pour les engagés volontaires, 13 % pour les rengagés et 3,5 % pour les remplaçants. L’inclusion dans ces statistiques de corps spéciaux comme la garde civile (force de sûreté publique militaire), la garde civile « vétérane » (chargée de la sécurité à Manille) ou les carabiniers (service actif des Douanes, militarisé à partir de 1877) est discutable car les soldes assez élevées et les missions relativement valorisantes qu’ils offrent attirent un nombre important de volontaires et de rengagés. Si l’on s’en tient aux armes « classiques » (infanterie, cavalerie, artillerie, génie) la part des appelés (quintos) atteint 84 % pour 7,5 % de volontaires, 5 % de remplaçants et 3,5 % de rengagés36.

  • 37 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 1, lettre du gouverneur général au ministre d’Outre-Mer, 9 avril 189 (...)
  • 38 AHN, Ultramar, leg. 5307, exp. 20, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutemen (...)
  • 39 J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, p. 232.

17Même si l’ossature de l’armée coloniale est constituée d’appelés philippins, la charge de la conscription reste très modérée au regard la population totale : pour les années 1892-1896, l’armée a besoin d’enrôler un contingent annuel de seulement 4232 recrues pour compléter les effectifs37 ; dans le projet de réforme du service militaire préparé au début des années 1880, les militaires espagnols tablent sur une proportion d’un soldat pour 1000 habitants38. Les jeunes conscrits ont donc peu de chance d’être effectivement appelés sous les drapeaux : dans la province de Tayabas en 1875, 5013 jeunes participent au tirage au sort, mais seulement 85 sont effectivement appelés au service militaire, soit 1,7 % du total39.

  • 40 Ibid., pp. 232-233.

18Juan Álvarez Guerra, un observateur espagnol relativement bienveillant, propose une explication originale au comportement des jeunes Philippins : s’ils n’éprouvent pas de crainte au moment du tirage au sort, c’est parce qu’ils savent que les appelés sont bien nourris, bien logés et que les risques qu’ils courent sont très réduits40. L’hypothèse ne tient pas : comment expliquer dans ces conditions que les conscrits refusent massivement huit années de villégiature généreusement offertes par un gouvernement colonial aussi paternel ? Les conditions matérielles du service doivent cependant être prises en compte : doit-on lire dans l’insoumission massive une sorte de refus de la vie militaire à l’européenne ? Il est difficile d’apporter une réponse à cette question parce que nous sommes tributaires de sources exclusivement occidentales et imprégnées par les préjugés.

  • 41 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle n° 385 du gouverneur général Fernando Primo (...)
  • 42 V. González Serrano, España en Filipinas, p. 29.

19La peur des risques inhérents au métier des armes n’a vraisemblablement joué qu’un rôle secondaire. En effet, tous les auteurs, qu’ils soient des militaires espagnols ou des observateurs étrangers, reconnaissent aux Philippins d’éminentes aptitudes militaires (discipline, courage, endurance, frugalité, intrépidité) qui en font d’excellents soldats lorsqu’ils sont exposés au feu41. Ces louanges, si rares sous la plume d’auteurs qui postulent par ailleurs l’infériorité raciale des Philippins, sont tempérées par l’affirmation que ces qualités guerrières ne peuvent s’épanouir que sous un commandement blanc42.

  • 43 Pour une bonne description des casernes, voir Duc d’Alençon, « Luçon et Mindanao », p. 346.
  • 44 Les malversations dans l’armée n’ont pas fait l’objet, à ma connaissance, d’une enquête approfondie (...)
  • 45 BN, ms. 19237, J. García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 1 (...)

20Si les « races » philippines sont, aux yeux des observateurs coloniaux, « martiales », les conscrits philippins supporteraient mal, en revanche, les servitudes et les règlements courtelinesques du casernement. À en croire les sources espagnoles, les conditions matérielles de vie dans les casernes sont pourtant correctes : les bâtiments sont d’un confort assez spartiate, mais pas moins que celui des paillotes philippines traditionnelles43 ; la nourriture n’est pas toujours suffisante du fait des multiples trafics des soumissionnaires44, mais elle est adaptée au mode alimentaire frugal des Philippins ; l’hygiène individuelle et collective est souvent déficiente, mais l’armée est plus médicalisée que le reste de la société coloniale. En revanche, et toujours selon nos sources, les contraintes vestimentaires gênent considérablement les conscrits philippins : l’obligation de revêtir un uniforme peu adapté au climat, d’en changer plusieurs fois par jour et de porter des chaussures, alors que les Philippins du peuple marchent systématiquement pieds nus, est très mal vécue45. Les campagnes ou les manœuvres constituent une véritable libération pour les soldats puisqu’ils sont autorisés à garder les pieds nus et à porter un vêtement conforme à leurs habitudes vestimentaires.

  • 46 Ces officiers et sous-officiers sont tous des volontaires qui s’engagent à servir au moins six ans (...)
  • 47 Des cours d’initiation aux langues philippines sont proposés aux officiers à partir de 1872 (AHN, U (...)
  • 48 Sur ce point, voir F. Puell de la Villa, « El ejército en Filipinas », pp. 193-194.
  • 49 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle n° 385 du gouverneur général Fernando Primo (...)
  • 50 « El soldado indio hasta ahora (salvo honrosas excepciones) ha sido tratado peor de lo que se merec (...)

21Les relations entre officiers espagnols et soldats philippins ne sont pas toujours faciles, en particulier du fait de l’obstacle de la langue et de l’absence de préparation des cadres envoyés aux Philippines46. Confrontés à des hommes dont ils ne comprennent ni la langue ni le comportement, les officiers espagnols interprètent souvent la grande réserve des soldats philippins comme de l’indifférence ou de la duplicité alors qu’il s’agit pour une large part d’un déficit de communication47. Ces difficultés de commandement expliquent que les cadres espagnols de valeur n’ont guère envie de demander une mutation pour les Philippines, en dépit des très substantiels avantages financiers et de carrière48. La qualité médiocre de l’encadrement, à son tour, accentue l’incompréhension49 tandis que le mépris de races contribue sans nul doute à la multiplication des mauvais traitements50.

  • 51 À la veille de l’insurrection de 1896, une compagnie type d’un régiment d’infanterie compte 6 serge (...)

22La peur de l’inconnu explique aussi sans doute le comportement des jeunes Philippins : l’horizon de la vie de la masse des paysans se limite au village et aux bourgs voisins, le départ vers la capitale de la province, puis vers Manille et éventuellement les garnisons isolées du sud de l’archipel n’est donc pas une perspective très rassurante. Le sacrifice financier pour la famille de l’appelé est considérable puisqu’elle est privée de la force de travail d’un jeune adulte pendant huit longues années. Or, les perspectives de promotion des colonisés au sein de l’armée coloniale sont très limitées puisque tous les officiers sont des Espagnols et, chez les sous-officiers, très rares sont les Philippins à parvenir au grade de sergent51. Certes, le service militaire offre quelques possibilités de promotion sociale, en particulier par le rengagement dans un corps comme la garde civile ; certes, le soldat acquiert quelques notions d’espagnol qui peuvent être par la suite valorisées, mais ces maigres bénéfices pèsent peu au regard des huit années passées sous les drapeaux, sans guère de possibilités, du fait des difficultés de communication, de profiter d’une permission pour revoir sa famille.

  • 52 Sur l’importance du jeu dans les mentalités philippines, voir F. V. Aguilar, « Of Cocks and Bets », (...)
  • 53 « Los pobres y los tontos », dans A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 206. J. M. Ruiz em (...)

23Si les facteurs évoqués jusqu’à présent ont pesé d’un poids certain, les dysfonctionnements du système de recrutement sont, à mes yeux, la cause principale de l’insoumission. Tout d’abord, les procédures sont opaques : les complexes règlements n’ont pas été, à ma connaissance, traduits dans les principales langues philippines. Si le principe du tirage au sort n’a certainement pas choqué des Philippins passionnés par le jeu52, le non-respect par l’ensemble des participants, joueurs et arbitres, des règles de ce dernier transforme le tirage au sort en une scandaleuse parodie où « les pauvres et les idiots »53 perdent à tout coup. Les opérations du tirage en elles-mêmes ne sont pas ou très rarement en cause : l’assistance officielle est trop nombreuse et les modalités de contrôle trop contraignantes pour se risquer au trucage. Les erreurs et les manipulations intentionnelles interviennent en amont et en aval du tirage lui-même.

24Les tableaux de recensement des conscrits sont le plus souvent truffés d’erreurs. Ces dernières sont parfois accidentelles, parce que les responsables de la commune indigène n’ont pas les moyens matériels et humains de mener à bien les opérations d’inscription des jeunes adultes. En l’absence d’un état civil moderne, ils dépendent des données fournies par les curés des paroisses et les transferts peuvent donner lieu à des confusions cocasses : un jeune homme décédé depuis des années, un enfant en bas âge ou une femme dont le prénom a été mal orthographié peuvent être ainsi tirés au sort et appelés sous les drapeaux.

  • 54 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », pp. 290-359, pp. 329- 330 ; J. (...)
  • 55 AHN, Ultramar, leg. 5306, exp. 34, avis du Consejo de Filipinas sur la réforme de l’article 24 du r (...)
  • 56 Des dispenses sont accordées au fils unique d’un père infirme ou sexagénaire, d’une veuve sans fort (...)
  • 57 AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis du Consejo de Administración de Filipinas sur la réforme du (...)
  • 58 A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207. L’auteur conclut : « Et certains pensent que to (...)

25L’inexactitude des padrones ne résulte pas seulement de l’incompétence ou du manque de zèle, et les erreurs sont bien souvent intentionnelles. Certains jeunes sont volontairement « oubliés », « rajeunis » ou au contraire « vieillis », d’autres sont sciemment inscrits sous des noms fictifs parce qu’ils appartiennent à la famille élargie ou à la clientèle des responsables locaux ou parce qu’ils ont versé un pot-de-vin à l’employé aux écritures (escribiente)54. Un changement de résidence plus ou moins fictif juste avant 18 ans, le paiement des impôts directement à l’administration des finances de la province, une inscription dans un des collèges ou à l’université de Manille permettent aussi de disparaître, juste avant le moment crucial, des listes du village de naissance55. Les cas légaux de dispense pour raisons familiales qu’offrent les règlements56 donnent lieu à de très nombreuses falsifications sur lesquelles les responsables philippins de la commune ferment souvent les yeux par paresse, par solidarité ou parce qu’ils sont corrompus57. Les trucages sont parfois d’une rare sophistication : lorsque leur fils approche de l’âge de la conscription, certains parents lui donnent le prénom d’un fils aîné mort en bas âge, et, si le résultat du tirage au sort est défavorable, il leur suffit de demander le certificat de baptême de l’enfant mort devenu homonyme du frère bien vivant pour prouver qu’il est trop âgé pour servir les armes58.

  • 59 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, p. 301.
  • 60 Philippine National Archives (PNA, Manille), série Denuncias por abusos n° 4, conflit entre le gouv (...)

26Même après le tirage, différentes astuces permettent de couper aux obligations militaires, à condition d’y mettre le prix et de disposer d’appuis bien placés. Il est par exemple possible de présenter au conseil de révision un individu inapte au service en faisant croire qu’il s’agit du conscrit tiré au sort59. En dernier recours, le conscrit malchanceux peut acheter la complicité des hommes chargés de l’escorter pour qu’ils le laissent s’enfuir60.

  • 61 Pour une analyse détaillée de la corruption dans l’administration coloniale espagnole, voir X. Huet (...)
  • 62 PNA, Denuncias por abusos n° 3, poursuites contre Francisco Pampillón, gouverneur de la province de (...)
  • 63 AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, gouverneur de la province de Cebú, (...)
  • 64 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre le gouverneur de Bulacan Lorenzo de Olave, rap (...)
  • 65 Voir les statistiques de 1879 déjà citées. Le prix des remplaçants semble d’ailleurs très modique ( (...)

27Certains fonctionnaires espagnols corrompus participent activement à la subversion des règlements61. Un gouverneur est rarement insensible aux « cadeaux » offerts par les autorités d’un village lorsqu’il doit répartir la charge du service militaire entre les communes62. La vénalité de certains médecins espagnols permet d’obtenir des exemptions pour infirmité ou maladie. La transaction est parfois plus subtile et certains fonctionnaires exigent le versement d’un pot-de-vin, selon un barème fondé sur la richesse supposée du demandeur, pour reconnaître un motif d’exemption bien réel63. Dans certaines provinces, la vente des dérogations et des passe-droits est massive : le colonel Miguel Creus, chargé de surveiller les opérations de tirage au sort et d’enquêter sur les faits supposés de corruption du gouverneur de la province de Bulacan se demande ainsi par quel miracle seulement six hommes peuvent être reconnus bons pour le service sur un total de 400 conscrits dans une commune prospère et à la population bien nourrie64 ! Les multiples opportunités qui s’offrent aux Philippines pour contourner la loi expliquent que le remplacement, la seule solution légale pour ne pas remplir ses obligations militaires, soit aussi peu pratiqué dans la colonie65.

  • 66 X. Huetz de Lemps, L’archipel des Épices, pp. 73-78.
  • 67 Le zèle que certains responsables indigènes déploient pour fournir à l’administration coloniale les (...)

28Le chaos administratif auquel donnent lieu les procédures de recrutement n’a rien d’extraordinaire dans les Philippines du xixe siècle, et les erreurs ou les détournements sont exactement les mêmes dans la perception des impôts ou dans l’organisation des corvées66. En fait, la similitude des réactions et des stratégies d’évasion laisse penser que la conscription est perçue par les Philippins comme une imposition de plus. De même, le mauvais fonctionnement du recrutement résulte en partie de la désorganisation croissante des communes indigènes, tout en étant une des causes de la déliquescence de ces dernières parce que le tirage au sort, l’envoi des conscrits, la poursuite des conscrits réfractaires sont une charge de travail insurmontable pour les élus locaux67. Enfin, l’armée n’échappe pas à la centralisation pesante de l’administration coloniale, centralisation mal adaptée aux réalités géographiques de l’archipel et à la lenteur des communications entre Manille et les provinces.

  • 68 P. Feced y Temprado, Filipinas : esbozos y pinceladas, pp. 130-131.
  • 69 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329 ; AHN, Ultramar, leg. 5 (...)

29Au total, l’insoumission massive est à la fois une réponse à un système injuste où les enfants des plus riches ou des plus influents sont pratiquement assurés de passer entre les mailles du filet68 et une des causes de l’injustice, puisque la fuite des uns contraints les autres à servir. Paradoxalement, ces innombrables injustices ne semblent pas entraîner de fortes tensions dans les communautés villageoises. Les règlements offrent pourtant des récompenses à ceux qui dénoncent ou capturent les insoumis et les tricheurs : les parents d’un conscrit peuvent, par exemple, le libérer en mettant la main sur ceux qui se sont cachés alors qu’ils ont tiré un numéro inférieur au sien. Même si la peur de vengeances ultérieures et la résignation ont sans doute parfois joué, une sorte d’union sacrée des habitants autour des réfractaires ou, tout au moins, un refus obstiné de collaborer avec l’appareil colonial semblent avoir prévalu. Avec un agacement mêlé de respect, les auteurs espagnols remarquent que les Philippins ne dénoncent que très rarement les manœuvres frauduleuses des autorités locales pour exempter certains jeunes protégés du service, même s’ils ont un intérêt direct et personnel à défendre. La chasse aux réfractaires est en général menée avec une grande mollesse et de nombreux insoumis continuent de résider dans leur village en toute impunité69. La famille élargie constitue bien évidemment le réseau de protection le plus important :

  • 70 A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207.

Il est inutile de rechercher [un réfractaire] chez lui parce que même s’il est caché sous les jupes de sa mère, cette dernière vous répondra avec un aplomb extraordinaire qu’elle ignore où se trouve son fils. Bismarck, Sagasta, Gladstone sont des enfants de chœur dans l’art complexe de la dissimulation en comparaison de l’indigène70.

  • 71 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 219.

30L’attitude des supplétifs administratifs philippins est plus ambiguë parce qu’ils sont directement responsables devant leurs supérieurs espagnols, mais les lourdes peines pécuniaires et de prison prévues dans les règlements laissent indirectement entendre qu’ils ont massivement aidé les jeunes des villages à résister à la conscription71.

IV. — Les projets de réforme de la fin du siècle

31Les projets de réforme militaire se multiplient après les graves événements de Cavite. Le 20 janvier 1872, un détachement philippin d’artillerie du fort de San Felipe de Cavite, rejoint par une partie de l’infanterie de marine de l’arsenal, se mutine. Les insurgés, au nombre d’environ 200, assassinent ou emprisonnent les officiers et les soldats péninsulaires de la garnison. Les tenants et les aboutissants de cette insurrection restent, aujourd’hui encore, un objet de débat, mais l’essentiel pour nous est que la mutinerie révèle la fragilité d’une armée coloniale recrutée, pour une écrasante majorité, parmi les populations colonisées.

  • 72 AHN, Ultramar n° 5222, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo a (...)
  • 73 La mutinerie de Novales, en 1823, est l’épisode le plus connu, mais les troubles sont récurrents to (...)
  • 74 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para (...)
  • 75 Sur le service militaire en Espagne au xixe siècle, voir les excellents ouvrages d’A. Feijoo Gómez, (...)

32Immédiatement après 1872, de nombreux militaires, fonctionnaires ou simples observateurs proposent une solution radicale : le « blanchiment » de l’armée coloniale72. La création, juste après la révolte de Cavite, d’un régiment d’artillerie intégralement constitué de soldats blancs (environ 1600 hommes) constitue une première étape. Cette politique pose cependant des problèmes considérables. Financiers tout d’abord : les soldats européens coûtent cher, même si des conscrits de la métropole sont envoyés dans la colonie, et leur piètre résistance physique et morale au milieu philippin suppose une rotation fréquente des effectifs. En termes de sécurité intérieure, l’envoi massif de soldats métropolitains est loin de constituer la panacée. Le commandement colonial garde en mémoire les multiples mutineries nées au sein des troupes blanches, et il craint, dans le contexte politique tendu des dernières années de la domination espagnole, qu’une sédition des soldats européens ne mette le feu aux poudres73. Le comportement des soldats espagnols, eux-mêmes victimes sociales des injustices de la conscription en métropole, éloignés de leur foyer, méprisés par leurs compatriotes et, paradoxalement, imbus de la supériorité que leur confère le discours colonial pourrait envenimer un peu plus les rapports entre Espagnols et Asiatiques74. Enfin, la conscription est aussi très impopulaire en Péninsule et l’envoi en nombre de recrues dans une colonie lointaine et dangereuse risquerait d’engendrer des troubles dans la métropole75.

  • 76 Nous nous fondons ici sur le récit du gouverneur général Moriones (AHN, Ultramar, leg. 5221, exp. 7 (...)
  • 77 La localisation précise de cette caserne pose problème. S’agit-il de celle de Malate, sur la rive d (...)
  • 78 Pour la même raison, le gouverneur Moriones prend garde d’éviter la présence de soldats philippins (...)

33En 1877, un grave incident, un peu oublié aujourd’hui parce que sans aucune relation avec les révoltes nationalistes de 1872 et de 1896, vient confirmer que l’emploi des conscrits venus de Péninsule est potentiellement périlleux76. Le 11 février 1877, une partie des soldats du régiment péninsulaire d’artillerie du Cuartel del Rey, encasernés dans la place-forte de Manille, se soulève parce que les officiers avaient refusé d’avancer l’heure des permissions en ce dimanche de carnaval. Une partie des mutins parvient à sortir de l’Intramuros et à semer le trouble dans les casernes de Santa Lucia77 et de la forteresse de Santiago qui abritent des effectifs du même régiment. Après une escarmouche entre corps de garde et mutins, le sang-froid de quelques officiers permet au gouverneur général démissionnaire José de Malcampo de rétablir la situation et d’arrêter les meneurs. Cet incident se solde par deux morts du côté des insurgés et postérieurement par cinq condamnations à mort, deux mutins seulement étant passés par les armes. L’alerte est beaucoup plus sérieuse que le total des victimes ne le laisse penser. En effet, si la mutinerie avait pris de l’ampleur, le gouverneur général aurait inévitablement dû faire appel à des soldats « indigènes » pour mater la rébellion, avec le risque — réel ou fantasmé — de ruiner le mythe de la supériorité du soldat blanc sur l’indigène78. De plus, si la mutinerie avait pris de l’ampleur, Manille aurait été temporairement livrée à la soldatesque espagnole déchaînée, avec des conséquences incalculables sur l’ordre public et le « prestige » des Espagnols. Cet épisode, au moment même où l’on débat des réformes militaires, apporte donc la preuve que les troupes péninsulaires sont d’une incontestable utilité lorsqu’il s’agit de mater un soulèvement philippin, mais, parce qu’une partie au moins des conscrits ne servent aux Philippines que contraints et forcés, le remède peut être pire que le mal.

  • 79 AHN, Ultramar, leg. 5233, exp. 14. Ce rachat (redención) existe en métropole dès 1835 où il représe (...)
  • 80 AHN, Ultramar, leg. 5306, exp. 34, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutemen (...)
  • 81 F. de B. Canella Secades, Filipinas. Reorganización de su ejército, p. 10.

34L’impossibilité de se passer totalement des services des troupes philippines apparaît donc rapidement. Tous les experts s’accordent cependant sur un point : les très graves dysfonctionnements du système de recrutement doivent être corrigés au plus vite. Immédiatement après 1872, une solution radicale, inspirée des grandes réformes contemporaines en Europe est proposée : l’instauration d’un service militaire universel et obligatoire assorti d’une réduction de la durée du service actif, de l’instruction des réserves et de la possibilité de racheter à l’État ses obligations militaires79. Là encore, les réalités budgétaires et surtout les impératifs politiques interdisent d’envisager sérieusement de telles mesures. Dans un contexte de fort mécontentement lié à l’augmentation de la pression fiscale, le rachat systématique risquerait d’être interprété par les masses philippines comme un nouvel impôt. Il serait très dangereux de « faire de chaque indio un soldat80 » du fait de l’écrasante supériorité numérique des Philippins sur les Européens. Enfin, la fragilité de l’équilibre budgétaire, la précipitation dans laquelle les budgets sont préparés chaque année interdisent d’envisager la moindre réforme de fond de l’armée coloniale81.

  • 82 Un projet de nouveau règlement est à l’étude dès 1879, une nouvelle mouture circule en 1885 (AHN, U (...)
  • 83 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 2 ; V. González Serrano, España en Filipinas, p. 22. Je ne suis pas (...)

35Dans le même temps, une réforme des modalités de recrutement par tirage au sort est étudiée dans le but de parvenir à une plus grande équité, en particulier au moment de la rédaction des listes de conscrits82. Comme tant d’autres grands projets, il s’enlise rapidement dans les méandres administratifs de Manille et de Madrid, alors même que le règlement de 1866 est jugé unanimement obsolète. Au début de l’année 1898, le ministère de l’Outre-Mer affirme que le ministère de la Guerre ne lui a toujours pas transmis ses observations alors qu’il est en possession du dossier depuis plus de deux ans83. Les réformes des structures administratives locales, celle de 1893 en particulier, auraient sans doute permis d’assainir quelque peu les opérations de recrutement, mais elles interviennent immédiatement avant la révolution de 1896.

  • 84 F. Puell de la Villa, « El Ejército de Filipinas », p. 404. La réforme prévoit quatre années de ser (...)
  • 85 F. Puell de laVilla, « El Ejército de Filipinas », pp. 404-405 et Id., « El ejército en Filipinas » (...)

36Finalement, la seule réforme d’importance mise en place avant 1896 porte sur l’augmentation des effectifs de l’armée coloniale, réforme devenue indispensable du fait de l’immobilisation d’une part croissante des troupes dans les opérations menées contre les populations musulmanes du sud de l’archipel. Ainsi, le budget de 1896 prévoit une augmentation considérable de 45 % de l’effectif total. L’appel d’un nombre supplémentaire de conscrits philippins devait permettre cette montée en puissance, mais les opérations de recrutement sont arrêtées par l’éclatement de la révolution, en août 189684. Selon Fernando Puell de la Villa, cette ultime réforme pourrait constituer une des causes importantes et immédiates de l’insurrection des provinces tagales en 1896 : selon lui, les régions insurgées correspondent à celles qui supportent l’essentiel de l’augmentation de la pression militaire et où les modes de sélection des recrues sont les plus injustes. Il reconnaît cependant que les contemporains n’ont établi aucun lien entre les deux phénomènes et il n’apporte aucun élément de poids pour soutenir cette intéressante hypothèse85.

  • 86 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 1, lettre du gouverneur général au ministre d’Outre-Mer, 9 avril 189 (...)

37Cependant, l’insurrection de 1896 montre indéniablement les limites du système de conscription dans un contexte colonial : le soulèvement des provinces du centre de Luçon et le contrôle de certaines par les insurgés pendant des mois (Cavite en particulier) interdisent d’envisager le recrutement des conscrits dans ces zones au moment même où l’armée espagnole a le plus besoin de troupes pour mater la rébellion. Dans le même temps, une augmentation des recrutements dans les provinces restées fidèles pourrait se traduire par un mécontentement populaire et une extension de l’insurrection86. La seule solution est, finalement, l’envoi de renforts massifs de la métropole.

  • 87 La cinglante réponse de Graciano López Jaena à un article de Valentín González Serrano sur l’armée (...)
  • 88 Adolfo Sigson, qui écrit pourtant dans un périodique très réactionnaire, a une perception très just (...)
  • 89 E. G. R., « El problema de las fuerzas indígenas », pp. 415-418.

38Même si la dénonciation des injustices liées au service militaire constitue un thème très marginal du discours nationaliste87, en partie parce que les idéologues nationalistes sont des fils de bourgeois philippins qui n’ont pas subi les humiliations du service militaire, l’impopularité de la conscription a très certainement contribué à la montée du mécontentement contre l’administration coloniale et la domination espagnole, même si la plupart des observateurs espagnols, intoxiqués par le discours colonial qui fait des Philippins des êtres indolents et insensibles à l’injustice comme au châtiment, ne l’ont pas perçu88. De même, les troupes philippines ont été indiscutablement « travaillées » par les idées indépendantistes, mais, comme pour l’insoumission, cette opposition s’exprime rarement selon des modalités spectaculaires et, lorsque les soldats décident de rejoindre le camp insurgé, la désertion est discrète, elle s’effectue individuellement ou en petit groupe, sans que l’on assiste à l’implosion des unités à dominante indigène89.

39En conclusion, si le poids de l’impôt du sang aux Philippines est relativement léger, sa répartition est extrêmement inégalitaire puisque les plus pauvres et les moins informés payent, chèrement, pour la masse de ceux qui ont les moyens de subvertir le système. Le faible rendement de la conscription dans le cas philippin n’a rien d’étonnant. La mise en place d’une conscription de masse — même si le service militaire, lui, ne l’est pas — suppose des structures étatiques solides et des techniques de contrôle administratif efficaces, en particulier au niveau local. Dans une colonie où la gestion administrative des individus repose sur une administration locale indirecte qui fonctionne de plus en plus mal à mesure que l’on avance dans le siècle, l’importation des modalités occidentales de recrutement ne peut donner que de piètres résultats. Elle finit même par accentuer les dysfonctionnements administratifs par l’inflation de la paperasserie que les opérations de recrutement et la poursuite des contrevenants entraînent.

  • 90 G. Cardona, El poder militar en la España contemporánea, pp. 7-8 ; Id., El problema militar en Espa (...)
  • 91 Pour la métropole : V. Fernández Vargas, « El servicio militar en el siglo xix », pp. 104-106 ; B. (...)
  • 92 B. Frieyro de Lara, De campesino a soldado, pp. 161-170 ; J. Jiménez Guerrero, El reclutamiento mil (...)

40Les autorités coloniales espagnoles ont parfaitement conscience que le système de recrutement est injuste et inefficace. Les efforts pour faire appliquer strictement les règlements dans les villages, pour corriger les dysfonctionnements ou pour capturer et châtier les insoumis restent cependant très limités. Les militaires et les fonctionnaires viennent d’une métropole où, comme aux Philippines, seuls les plus pauvres partent sous les drapeaux, où l’injustice profonde du système est tolérée, sinon admise90. La fuite éperdue des appelés, les taux élevés d’insoumission et, par conséquent, l’appel sous les drapeaux de jeunes théoriquement bénéficiaires d’un « bon numéro », les tricheries sur les possibilités légales d’exemption, la corruption des fonctionnaires sont des phénomènes impériaux plus que des dysfonctionnements coloniaux91. La seule différence entre la situation coloniale et la situation métropolitaine, mais elle est de taille, est qu’aux Philippines la résistance à la conscription ne prend pas les mêmes formes de revendication collective et d’explosions de violence spontanée relayées par des ressorts politico-administratifs qui n’existent pas aux Philippines (partis politiques, municipalités, diputaciones, parlementaires)92. Sans doute, l’absence de motines de quintas a rassuré les autorités coloniales et elle les a confortées dans leur incompréhension ou leur mépris pour les colonisés, mais, fondamentalement, les réactions face à l’injustice flagrante du système de conscription, aux Philippines comme en Péninsule, traduisent la défiance des administrés, mais aussi des administrateurs, à l’égard de structures étatiques dont la légitimité est tout sauf une évidence admise. Au-delà des réticences partagées et en partie similaires face au paiement de l’impôt du sang, les cas métropolitains et coloniaux sont liés à un autre niveau : le refus du service n’est jamais aussi violent et massif que lorsque les conscrits de Péninsule, aussi « pobres y tontos » que leurs homologues des Philippines, sont massivement envoyés outre-mer, aux Antilles ou en Asie, pour combattre, le plus souvent dans une impréparation totale, les révoltes des colonisés. Le manque de moyens financiers, les insuffisances de l’encadrement, l’impossibilité de mener de front réforme militaire et réforme administrative, la peur d’armer ceux qui, demain, pourraient devenir des rebelles expliquent sans doute l’immobilisme, mais l’obstination à maintenir un système de conscription dont le coût politique est démesuré alors même que les besoins réels en soldats sont limités parce que, à la différence d’autres puissances coloniales de la même époque, l’engagement hors de la colonie n’est pas envisagé, est — certes avec le confortable recul de l’historien — un peu énigmatique.

41Du point de vue des réactions de la population, deux faits méritent d’être soulignés. Sans constituer, sauf peut-être dans les dernières années de la domination espagnole, une forme de proto-résistance nationaliste, la subversion des règles de recrutement montre que les colonisés philippins ont su déployer des tactiques individuelles et collectives extrêmement habiles et efficaces parce que difficiles à combattre : l’administration coloniale espagnole est confrontée à une multitude de fraudes individuelles et le caractère massif de ces pratiques encourage, à son tour, par le sentiment d’impunité qu’il fait naître, l’insoumission. Le décalage est frappant entre ces réalités et le discours colonial qui fait des Philippins des enfants indolents ou le discours nationaliste qui les transforme au contraire en de pauvres victimes d’une brutale exploitation coloniale. Revers de la médaille, les plus pauvres et les moins protégés par les réseaux familiaux et de clientèle font directement les frais de cette tricherie massive : les résistances individuelles à un système injuste sont à l’origine de nouvelles injustices.

Bibliographie

Sources imprimées

Alençon, Ferdinand d’Orléans, duc d’ –, « Luçon et Mindanao. Récit et souvenirs d’un voyage dans l’Extrême Orient », Revue des Deux Mondes, 87 (15), 15 mai 1870, pp. 341-374.

Álvarez Guerra, Juan, De Manila a Tayabas, Madrid, Imprenta de Fortanet, 1887 (2e éd.).

Anonyme, « El ejército de Filipinas », La Política de España en Filipinas, VIe année, n° 139, 1896, pp. 208-209.

Azcárraga y Palmero, Manuel de, La reforma del municipio indígena en Filipinas, Madrid, Imprenta de J. Noguera, 1871.

Canella Secades, Francisco de Borja, Filipinas. Reorganización de su ejército. Gobiernos y comandancias político-militares. Isla de Mindanao, Cordoue, Imprenta Catalana, 1895.

E. G. R., « El problema de las fuerzas indígenas », La Política de España en Filipinas, VIIe année, n° 169, 1897, pp. 415-418.

Espina, Miguel Ángel, Manual para cabos y sargentos del Ejército de Filipinas, Manille, M. Pérez Hijo, 1887.

Feced y Temprado, Pablo, Filipinas : esbozos y pinceladas por Quioquiap, Manille, Ramírez y Cía., 1888.

Foreman, John, The Philippine Islands. A Political, Geographical, Ethnographical, Social and Commercial History of Philippine Archipelago. Embracing the Whole Period of Spanish Rule with an Account of the Succeeding American Insular Government, Manille, Filipiniana Book Guild, 1980 (fac-similé de l’édition de 1906). González Serrano, Valentín, España en Filipinas, Madrid, R. Velasco, 1896.

López Jaena, Graciano, Discursos y artículos varios, Manille, Bureau of Printing - Publicaciones de la Oficina de Bibliotecas Públicas, 1951.

Moriones, Domingo, Memoria Reservada de Don Domingo Moriones sobre el Gobierno de Filipinas (1877-1880), éd. et n. de Jesús Paniagua Pérez, Léon, Universidad de León - Servicio de Publicaciones, 1988.

Rajal y Larre, Joaquín, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija, en Filipinas », Boletín de la Sociedad Geográfica de Madrid, 27, 1889, pp. 290-359.

Retana, Wenceslao E., Mando del General Weyler en Filipinas, Madrid, Viuda de M. Minuesa de los Ríos, 1896.

Reverter Delmas, Emilio, Filipinas por España : narración episódica de la rebelión en el Archipiélago filipino, Barcelone, Centro Editorial de Alberto Martín, 1897.

Reyy Joly, Celestino, « Ejército de Filipinas. Su origen y organización », La Política de España en Filipinas, 8 (183), 15 avril 1898, pp. 143-146 et 184, 30 avril 1898, pp. 171-172.

Rodríguezberriz, Miguel, Diccionario de la Administración de Filipinas, notice « Reemplazo », Manille, Establecimiento Tipo-Litográfico de M. Pérez, 1887, t. XII, pp. 46-199.

Ruiz, José María, O. P., Memoria complementaria de la sección 2a del programa. Pobladores aborígenes, razas existentes y sus variedades. Religión, usos y costumbres de los habitantes de Filipinas. Exposición general de las islas Filipinas en Madrid. Comisión Central de Manila, Manille, Imprenta del Colegio de Santo Tomás, 1887.

Salinas y Angulo, Ignacio, Legislación militar aplicada al Ejército de Filipinas, Manille, Plana y Cía., 1879.

Sawyer, Frederic H., The Inhabitants of the Philippines, New York, Charles Scribner’s Sons, 1900.

Scheidnagel, Manuel, Las colonias españolas de Asia. Islas Filipinas, Madrid, Imprenta de Sres. Pacheco y Pinto, 1880.

— Fraternidad militar y chifladura filipina, Manille, Imprenta y Litografía de M. Pérez Hijo, 1888.

— Ejército colonial. Proyecto para su aplicación en nuestras posesiones de Oceanía, Madrid, Diego Pacheco, 1893.

Sigson, Adolfo M., « Las quintas en Filipinas », La Política de España en Filipinas, IVe année, 91, 31 juillet 1894, pp. 205-208 et 92, 14 août 1894, pp. 224-227.

Bibliographie

Adas, Michael, « From Avoidance to Confrontation : Peasant Protest in Pre-colonial and Colonial Southeast Asia », Comparative Studies in Society and History, 23 (2), 1981, pp. 217-247.

Aguilar, FilomenoV., « Of Cocks and Bets : Gambling, Class Structuring, and State Formation in the Philippines », dans James F. Eder et Robert L. Youngblood (éd.), Patterns of Power and Politics in the Philippines : Implications for Development, Tempe, Arizona State University, 1994, pp. 147-196.

Álvarez Maestre, María del Valle, « La guarnición de Filipinas durante el gobierno de Valdés Tamón, 1729-1739 », dans Antonio García-Abásolo (éd.), España y el Pacífico, Cordoue, Asociación Española de Estudios del Pacífico, 1997, pp. 185-193.

Bankoff, Greg, « Bandits, Banditry and Landscapes of Crime in the Nineteenth-Century Philippines », Journal of Southeast Asian Studies, 29 (2), 1998, pp. 319-339.

— « In Search of the Masses : Non-Confrontational Forms of Dissent in Late 19th century Philippines », dans Elmer A. Ordoñez (éd.), The Philippine Revolution and Beyond : Papers from the International Conference on the Centennial of the 1896 Philippine Revolution, Manille, Philippine Centennial Commission - National Commission for Culture and the Arts, 1998, pp. 229-244.

Barrio Muñoz, José Ángel del, Fernando Valdés Tamón, Gobernador General de Filipinas (1729-1739), Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia - Facultad de Geografía e Historia -Departamento de Historia Moderna, 2010.

Cardona, Gabriel, El poder militar en la España contemporánea hasta la Guerra Civil, Madrid, Siglo XXI, 1983.

— El problema militar en España, Madrid, Historia 16, 1990.

Feijoo Gómez, Albino, Quintas y protesta social en el siglo xix, Madrid, Ministerio de Defensa, 1996.

Fernández Vargas, Valentina, « El servicio militar en el siglo xix. Una percepción social », dans Pablo Fernández Albaladejo et Margarita Ortega López (éd.), Política y cultura, t. III d’Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola, Madrid, Alianza Editorial - Universidad Autónoma de Madrid, 1994, pp. 101-110.

Fradera, Josep M., Filipinas, la colonia más peculiar. La hacienda pública en la definición de la política colonial (1762-1868), Madrid, CSIC, Biblioteca de Historia (38), 1999.

Frieyro de Lara, Beatriz, De campesino a soldado. Las quintas en Granada (1868-1898), Grenade, Universidad de Granada, 2002.

García de los Arcos, María Fernanda, Forzados y reclutas : los criollos novohispanos en Asia (1756-1808), Mexico, Potrerillos Editores, 1996.

Gómez Gallego, Elena, Organización del ejército en Filipinas en el siglo xviii, thèse de doctorat soutenue en 1992 à l’Universidad Complutense de Madrid.

— « La recluta de Nueva España a Filipinas : irregularidades en la Casa de Banderas, 1782-1785 », dans María Justina Sarabia Viejo (coord.), Europa e Iberoamérica : cinco siglos de intercambios. IX Congreso Internacional de Historia de América (Sevilla, 1992), Séville, Asociación de Historiadores Latinoamericanistas Europeos, 1992, t. I, pp. 455-470.

— « Oficiales vascos en el Regimiento de Infantería del Rey de Manila », dans Ronald Escobedo Mansilla, Ana de Zaballa Beascoechea, Óscar Álvarez Gila (éd.), Álava y América, Vitoria-Gasteiz, Diputación Foral de Álava, 1996, pp. 285-294.

Huetz de Lemps, Xavier, L’archipel des épices. La corruption de l’administration espagnole aux Philippines (fin xviiie - fin xixe siècle), Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (35), 2006.

— « La forja de la vida política en Filipinas. Una escuela colonial de disimulación », dans María Dolores Elizalde Pérez-Grueso (éd.), Repensar Filipinas. Política, identidad y religión en la construcción de Filipinas, Barcelone, Edicions Bellaterra, 2009, pp. 123-143.

Jiménez Guerrero, José, El reclutamiento militar en el siglo xix. Las quintas en Málaga (1837-1868), Málaga, Universidad de Málaga, 2001.

Mas Chao, Andrés, La guerra olvidada de Filipinas (1896-1898), Madrid, Editorial San Martín, 1997.

Mccoy, Alfred W., « Voluntarios Leales : Counter-Revolution within the Philippine Revolution », dans Miguel Luque Talaván, Juan José Pacheco Onrubia et Fernando Palanco Aguado, 1898 : España y el Pacífico, Madrid, Asociación Española de Estudios del Pacífico, 1999, pp. 319-332.

— Closer Than Brothers : Manhood at the Philippine Military Academy, Manille, Anvil, 1999.

— « The Colonial Origins of Philippine Military Traditions », dans Florentino Rodao et Felice Noelle Rodriguez (éd.), The Philippine Revolution of 1896 : Ordinary Lives in Extraordinary Times, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 2001, pp. 83-124.

Medina, Isagani R., « La Madre de los Ladrones : Tulisanismo in Cavite in the Nineteenth Century », Philippine Social Sciences Review, 48 (1-4), 1984, pp. 215-289.

Ortizarmengol, Pedro, « La campaña de 1896-1897 en Filipinas y visión desde el campo insurrecto », Revista de Historia Militar, 83, 1997, pp. 257-286.

Payne, Stanley G., Los militares y la política en la España contemporánea, Paris, Ruedo Ibérico, 1968.

Puell de la Villa, Fernando, El soldado desconocido : de la leva a la « mili » (1700-1912), Madrid, Biblioteca Nueva, 1996.

— « El Ejército de Filipinas », dans El lejano oriente español : Filipinas (siglo xix). Actas de las VII Jornadas Nacionales de Historia Militar (Sevilla, mayo de 1997), Séville, Capitanía General de la Región Militar Sur, 1997, pp. 395-418.

— « El ejército en Filipinas », dans María Dolores Elizalde Pérez-Grueso (éd.), Las relaciones entre España y Filipinas. Siglos xvi-xx, Madrid-Barcelone, CISC - Casa Asia, 2002, pp. 189-206.

Notes

1 À la fin des années 1730, l’effectif est de seulement 2561 hommes pour l’ensemble de la colonie (M. V. Álvarez Maestre, « La guarnición de Filipinas durante el gobierno de Valdés Tamón »). Dans sa phase d’achèvement, cette recherche a bénéficié de l’appui du projet collectif de recherche « Imperios, Naciones y Ciudadanos en Asia y el Pacífico » financé par le Ministerio de Ciencia e Innovación (HAR2009-14099-CO2-02, coordinateur María Dolores Elizalde Pérez-Grueso).

2 Sur les réformes du xviiie siècle, voir E. Gómez Gallego, Organización del ejército en Filipinas en el siglo xviii et Id., « Oficiales vascos en el Regimiento de Infantería del Rey de Manila ». Sur le recrutement en Nouvelle-Espagne, voir M. F. García de los Arcos, Forzados y reclutas et E. Gómez Gallego, « La recluta de Nueva España a Filipinas ».

3 Sur les réformes fiscales de la charnière entre les xviiie et xixe siècles, voir J. M. Fradera, Filipinas, la colonia más peculiar.

4 Au plus fort de sa participation (1858), l’armée espagnole a engagé environ 1500 hommes.

5 F. Puell de laVilla, « El Ejército de Filipinas », pp. 395-397 et Id., « El ejército en Filipinas », p. 189.

6 Voir A. W. Mccoy, Closer Than Brothers, Id., « Voluntarios Leales » et Id., « The Colonial Origins of Philippine Military Traditions ».

7 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 213-214.

8 Ibid., pp. 214-217.

9 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ultramar, legajo (leg.) 5205, expediente (exp.) 16.

10 Sauf mention contraire, cette présentation s’appuie sur les documents suivants : I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 220-230 ; Archives du ministère des Affaires étrangères (Quai d’Orsay, Paris), série Correspondance Politique des Consuls, sous-série Espagne, vol. 97, 1888- 1889, dépêche n° 35 du 10 février 1889, « Organisation militaire des Philippines », fos 201-217 ; AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16.

11 Les catégories ethniques incluses dans ces listes sont les indios, les métis chinois, mais aussi les métis espagnols. Le statut de ces derniers est toujours très ambiguë dans les Philippines hispaniques et les métis espagnols semblent être passés entre les mailles du filet de la conscription jusqu’au règlement de 1866 (voir le dossier de Juan Mójica, 1868, AHN, Ultramar, leg. 5209 et le rejet de la demande d’exemption de Cecilio Noriega en 1871 dans M. Rodríguez Berriz, Diccionario de la Administración de Filipinas, pp. 173-174).

12 Le tirage est souvent couplé avec les élections municipales. Pour une bonne description du tirage, voir J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, pp. 229-230. Les modalités, à quelques différences mineures près, sont les mêmes qu’en métropole (B. Frieyro de Lara, De campesino a soldado, pp. 13-14).

13 La taille minimale des conscrits est de 4 pieds 11 pouces (1 mètre 60) pour l’infanterie et de 5 pieds pour l’artillerie.

14 Jusqu’en 1825, la durée était de dix années. À partir de cette date, elle correspond à celle du service en métropole. Cependant, en Espagne, une partie des huit années est effectuée dans la réserve dès le règne d’Isabelle II et, en 1882, le temps de service actif est ramené à trois ans alors qu’il reste de huit ans aux Philippines jusqu’à la fin de la domination espagnole.

15 Le remplaçant doit être originaire de la même province, apte au métier des armes, célibataire ou veuf sans enfants, âgé de moins de trente ans et fournir un certificat de bonne conduite. Au sein d’une même commune, l’échange des numéros est possible.

16 Le volume de la réserve pour chaque province est fixé, pour cinq ans, par le gouverneur général. Le gouverneur de la province répartit ensuite le contingent entre les communes, au prorata de leur population totale.

17 Chaque régiment d’infanterie, par exemple, dispose d’une réserve mobilisable de 340 hommes en 1879. Ce chiffre a cependant fortement varié en fonction des besoins de l’armée coloniale (voir I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 232-233).

18 La composition de la réserve du Régiment d’Infanterie n° 3 « Magellan » en est un bon exemple (I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 232). Les recrues proviennent des provinces peuplées majoritairement par le groupe ethnolinguistique des Ilocanos : Ilocos Nord et Sud, bien sûr, mais aussi les provinces où les migrants ilocanos sont très nombreux (La Unión, Nueva Vizcaya, Cagayan, La Isabela, La Infanta).

19 AHN, Ultramar, leg. 5233, exp. 14.

20 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », pp. 290-359, p. 329 ; V. González Serrano, España en Filipinas, p. 21.

21 AHN, Ultramar, leg. 2197, poursuites pour malversations contre Melquíades del Rey y Pidal, teniente gobernador d’Iloilo, 1859-1860.

22 M. Adas, « From Avoidance to Confrontation » ; G. Bankoff, « In Search of the Masses ».

23 P. Feced y Temprado, Filipinas : esbozos y pinceladas, pp. 130-131.

24 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, pp. 300-303 ; J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, p. 231 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207 ; AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis du Consejo de Administración de Filipinas sur la réforme du règlement de 1852, 10 août 1863. Le nord de Luçon constitue une exception intéressante dans la colonie puisque, dans ces provinces, tous les jeunes en âge d’être appelés (mozos) assistent au tirage au sort (M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena, p. 77).

25 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329. Voir aussi M. de Azcárraga y Palmero, La reforma del municipio indígena, pp. 77-78 ; AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis du Consejo de Administración de Filipinas sur la réforme du règlement de 1852, 10 août 1863 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », pp. 205-208 et pp. 224-227.

26 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, p. 302 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207.

27 Biblioteca Nacional (BN, Madrid, département des Manuscrits), ms. 19237, José García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 194 ; V. González Serrano, España en Filipinas, pp. 23-24. L’importance des taux de désertion ne doit cependant pas être étroitement corrélée à la conscription. Dès les années 1730, avant l’introduction des quintas dans la colonie, le gouverneur général Fernando Valdés Talmón avait, au vu des réalités de la colonie, renoncé à appliquer la cédule royale du 20 août 1736 punissant les déserteurs de la peine de mort (J. Á. del Barrio Muñoz, Fernando Valdés Tamón, Gobernador General de Filipinas, pp. 385-387).

28 Soit 209 poursuites sur un total de 435 (I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 264- 265). Les fonds très riches conservés à Manille aux Philippine National Archives et, en particulier, les séries Desertores et Guerra permettraient de se faire une idée précise du profil des déserteurs.

29 Les cuadrilleros sont des forces civiles destinées à assurer la sécurité de la commune. Enrôlés en général de force, mal payés, mal nourris, ils sont peu motivés et facilement corruptibles.

30 Voir G. Bankoff, « Bandits, Banditry and Landscapes of Crime », pp. 319-339.

31 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329. Voir aussi I. Medina, « La Madre de los Ladrones », p. 241.

32 V. González Serrano, España en Filipinas, p. 21.

33 AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis de la commission chargée d’étudier le projet de réforme du règlement de 1852, 8 octobre 1857.

34 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 258 ; M. Scheidnagel, Fraternidad militar y chifladura filipina, p. 78 ; Id., Ejército colonial, p. 12.

35 P. Ortiz Armengol, « La campaña de 1896-1897 en Filipinas » ; A. Mas Chao, La guerra olvidada de Filipinas, p. 3 ; F. Puell de la Villa, « El ejército en Filipinas », p. 197.

36 Sur un total de 5558 soldats ou sous-officiers indigènes pour ces quatre armes. La Marine prélève aussi un petit nombre de recrues. Statistiques élaborées à partir de I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 259.

37 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 1, lettre du gouverneur général au ministre d’Outre-Mer, 9 avril 1897. Les Philippines comptent environ sept millions d’habitants à la fin de la domination espagnole.

38 AHN, Ultramar, leg. 5307, exp. 20, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutement, 27 octobre 1881. Voir aussi F. H. Sawyer, The Inhabitants of the Philippines, p. 51.

39 J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, p. 232.

40 Ibid., pp. 232-233.

41 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle n° 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881 ; Duc d’Alençon, « Luçon et Mindanao », p. 346 ; F. de B. Canella Secades, Filipinas. Reorganización de su ejército, p. 21.

42 V. González Serrano, España en Filipinas, p. 29.

43 Pour une bonne description des casernes, voir Duc d’Alençon, « Luçon et Mindanao », p. 346.

44 Les malversations dans l’armée n’ont pas fait l’objet, à ma connaissance, d’une enquête approfondie ; quelques indices dans X. Huetz de Lemps, L’archipel des Épices, pp. 110-111.

45 BN, ms. 19237, J. García y Ruiz, Memorias crítico-contemporáneas de las islas Filipinas. 1858, p. 195 ; V. González Serrano, España en Filipinas, pp. 24, 29 ; M. Scheidnagel, Las colonias españolas de Asia, pp. 145-146 et 154 ; F. Puell de la Villa, « El Ejército de Filipinas », p. 403.

46 Ces officiers et sous-officiers sont tous des volontaires qui s’engagent à servir au moins six ans dans l’archipel Pour eux une mutation aux Philippines est simplement « un interregno de la carrera, más o menos conveniente a los intereses materiales » (M. Scheidnagel, Ejército colonial, p. 40). Comme pour l’administration civile, l’Espagne se refuse à créer un corps colonial spécifique composé d’officiers sélectionnés, formés et stables.

47 Des cours d’initiation aux langues philippines sont proposés aux officiers à partir de 1872 (AHN, Ultramar, leg. 5307, exp. 20, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutement, 27 octobre 1881 et I. Salinas y Angulo, Legislación militar, pp. 416-417 et 419-422). Le général Weyler a essayé, à la fin des années 1880, de développer l’enseignement de l’espagnol aux conscrits (W. E. Retana, Mando del General Weyler en Filipinas, p. 323).

48 Sur ce point, voir F. Puell de la Villa, « El ejército en Filipinas », pp. 193-194.

49 AHN, Ultramar, leg. 5346, exp. 8, lettre confidentielle n° 385 du gouverneur général Fernando Primo de Rivera, 31 mars 1881 ; V. González Serrano, España en Filipinas, p. 24 ; F. Puell de la Villa, « El Ejército de Filipinas », pp. 400-401, 414.

50 « El soldado indio hasta ahora (salvo honrosas excepciones) ha sido tratado peor de lo que se merece ; se puede ser justo y enérgico en el castigo, pero sin abusar, y premiando las acciones meritorias siempre que se presenta ocasión de hacerlo. Abusos enormes se han cometido y seguramente seguirán cometiéndose. Los procedimientos empleados por muchos no conducen más que a la deserción y a la rebeldía » écrit un journaliste (« E. G. R. ») en 1897 (La Política de España en Filipinas, VIIe année, n° 169, 1897, pp. 415-418, p. 418). Seule une enquête d’archives permettrait de vérifier le bien-fondé de cette intéressante affirmation.

51 À la veille de l’insurrection de 1896, une compagnie type d’un régiment d’infanterie compte 6 sergents espagnols pour un seul philippin, 6 caporaux espagnols et 8 caporaux philippins (E. Reverter Delmas, Filipinas por España, p. 151). Quelques Philippins et métis seraient parvenus au grade de lieutenant à l’extrême fin de la période espagnole, mais ils serviraient, sans doute pour préserver la hiérarchie raciale en vigueur, en métropole ou aux Antilles (reproduction de « Las fuerzas militares de Filipinas », article anonyme de El Imparcial du 25 août 1896, reproduit dans La Política de España en Filipinas, VIe année, n° 143, 1896, pp. 306-307). Ce blocage des possibilités d’avancement s’explique par les préjugés racistes, par la prudence, mais aussi par la nécessité de réserver les postes des colonies à une armée métropolitaine surencadrée. La solde d’un sous-officier philippin est en outre très nettement inférieure à celle d’un sergent européen : le premier touche 13 ou 15 pesos selon qu’il est de première ou de seconde classe, le second 20 ou 26,5 pesos par mois (M. Á. Espina, Manual para cabos y sargentos del Ejército de Filipinas, p. 34).

52 Sur l’importance du jeu dans les mentalités philippines, voir F. V. Aguilar, « Of Cocks and Bets », pp. 147-196.

53 « Los pobres y los tontos », dans A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 206. J. M. Ruiz emploie pratiquement la même formule « … solamente los pobres e infelices son los que pagan la contribución de sangre » (Memoria complementaria, p. 301). Voir aussi V. González Serrano, España en Filipinas, p. 22.

54 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », pp. 290-359, pp. 329- 330 ; J. M. Ruiz, Memoria complementaria, pp. 291-295, 301 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 206 ; J. Foreman, The Philippine Islands, p. 175.

55 AHN, Ultramar, leg. 5306, exp. 34, avis du Consejo de Filipinas sur la réforme de l’article 24 du règlement de 1866, 28 février 1879 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », pp. 206-207.

56 Des dispenses sont accordées au fils unique d’un père infirme ou sexagénaire, d’une veuve sans fortune, au soutien de famille, au fils aîné d’un collecteur indigène des impôts (cabeza de barangay), au frère aîné d’enfants orphelins sans fortune, aux sacristains, aux employés aux écritures de l’administration coloniale, etc.

57 AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis du Consejo de Administración de Filipinas sur la réforme du règlement de 1852, 10 août 1863.

58 A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207. L’auteur conclut : « Et certains pensent que tous les indigènes sucent leur pouce ! » (« ¡Y hay quien opinan que todos los indígenas se maman el dedo ! »).

59 J. M. Ruiz, Memoria complementaria, p. 301.

60 Philippine National Archives (PNA, Manille), série Denuncias por abusos n° 4, conflit entre le gouverneur de la province de Bulacan et Mariano Angel Nacpil, rapport du gouverneur du 20 octobre 1869.

61 Pour une analyse détaillée de la corruption dans l’administration coloniale espagnole, voir X. Huetz de Lemps, L’archipel des Épices.

62 PNA, Denuncias por abusos n° 3, poursuites contre Francisco Pampillón, gouverneur de la province de Camarines Sud, 1882-1883.

63 AHN, Ultramar, leg. 5266, exp. 6, poursuites contre José Tentor, gouverneur de la province de Cebú, 1884

64 AHN, Ultramar, leg. 2197, exp. 24, poursuites contre le gouverneur de Bulacan Lorenzo de Olave, rapport confidentiel du colonel Miguel Creus, 18 février 1859, f° 5. Voir aussi les dossiers AHN, Ultramar, leg. 2249, exp. 77 et leg. 5243, exp. 56, poursuites contre José Fernández de Terrán, gouverneur de Leyte, 1883.

65 Voir les statistiques de 1879 déjà citées. Le prix des remplaçants semble d’ailleurs très modique (J. Álvarez Guerra, De Manila a Tayabas, p. 233).

66 X. Huetz de Lemps, L’archipel des Épices, pp. 73-78.

67 Le zèle que certains responsables indigènes déploient pour fournir à l’administration coloniale les recrues demandées n’est guère récompensé puisqu’au moment de répartir le contingent entre les villages de la province, le gouverneur a logiquement tendance à avoir la main plus lourde avec ces communes qui fonctionnent bien (Voir, en particulier, A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », pp. 204-208 et 224-227).

68 P. Feced y Temprado, Filipinas : esbozos y pinceladas, pp. 130-131.

69 J. Rajal y Larre, « Memoria acerca de la provincia de Nueva Écija », p. 329 ; AHN, Ultramar, leg. 5205, exp. 16, avis du Consejo de Administración de Filipinas sur la réforme du règlement de 1852, 10 août 1863 ; P. Feced y Temprado, Filipinas : esbozos y pinceladas, pp. 130- 131 ; A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 225. Voir aussi J. Foreman, The Philippine Islands, p. 175.

70 A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », p. 207.

71 I. Salinas y Angulo, Legislación militar, p. 219.

72 AHN, Ultramar n° 5222, Memoria sobre la gobernación general de Filipinas por Dn. Rafael Izquierdo al cesar en el mando en el mes de Diciembre de 1872.

73 La mutinerie de Novales, en 1823, est l’épisode le plus connu, mais les troubles sont récurrents tout au long du xixe siècle. En février 1877, une grave rébellion éclate dans le Régiment péninsulaire d’artillerie, composé exclusivement de soldats métropolitains.

74 AHN, Ultramar, leg. 5242, exp. 1, Memoria referente al gobierno de las islas Filipinas escrita para su sucesor en el mando por […] Juan de Alaminos y de Vivar, 21 mars 1874.

75 Sur le service militaire en Espagne au xixe siècle, voir les excellents ouvrages d’A. Feijoo Gómez, Quintas y protesta social en el siglo xix et de F. Puell de la Villa, El soldado desconocido.

76 Nous nous fondons ici sur le récit du gouverneur général Moriones (AHN, Ultramar, leg. 5221, exp. 70). Le 28 février 1877, le dernier prend officiellement la succession de José de Malcampo, démissionnaire depuis le 20 décembre 1876. Moriones n’est donc pas encore aux Philippines au moment des incidents, mais il doit, à chaud, gérer le dossier.

77 La localisation précise de cette caserne pose problème. S’agit-il de celle de Malate, sur la rive droite du fleuve ou d’une caserne provisoire établie au bord de la plage immédiatement au sud de la place-forte ?

78 Pour la même raison, le gouverneur Moriones prend garde d’éviter la présence de soldats philippins au moment de l’exécution des deux « meneurs »…

79 AHN, Ultramar, leg. 5233, exp. 14. Ce rachat (redención) existe en métropole dès 1835 où il représente une importante rentrée fiscale. Il ne doit pas être confondu avec le remplacement (sustitución).

80 AHN, Ultramar, leg. 5306, exp. 34, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutement, 28 mars 1879.

81 F. de B. Canella Secades, Filipinas. Reorganización de su ejército, p. 10.

82 Un projet de nouveau règlement est à l’étude dès 1879, une nouvelle mouture circule en 1885 (AHN, Ultramar, leg. 5306, exp. 34 ; AHN, Ultramar, leg. 5307, exp. 20, avis du Consejo de Filipinas sur la réorganisation du recrutement, 27 octobre 1881).

83 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 2 ; V. González Serrano, España en Filipinas, p. 22. Je ne suis pas parvenu à localiser le projet lui-même.

84 F. Puell de la Villa, « El Ejército de Filipinas », p. 404. La réforme prévoit quatre années de service actif et six années dans la réserve (Anonyme, « El ejército de Filipinas », pp. 208-209).

85 F. Puell de laVilla, « El Ejército de Filipinas », pp. 404-405 et Id., « El ejército en Filipinas », pp. 197-198. Certains indices laissent au contraire penser que le commandement espagnol se méfie des recrues en provenance des provinces réputées « turbulentes » et préfère augmenter le quota de celles qui ont une « bonne réputation » (D. Moriones, Memoria Reservada, pp. 63 et 191). Seule une étude de la géographie de l’insoumission permettrait de tester l’hypothèse de Puell de la Villa.

86 AHN, Ultramar, leg. 5359, exp. 1, lettre du gouverneur général au ministre d’Outre-Mer, 9 avril 1897.

87 La cinglante réponse de Graciano López Jaena à un article de Valentín González Serrano sur l’armée des Philippines constitue une exception partielle : le débat ne porte pas sur les injustices de la conscription mais sur le mépris raciste de certains auteurs espagnols pour les populations philippines (« Una protesta », article publié dans la revue Los Dos Mundos en 1883 et reproduit dans Discursos y artículos varios, pp. 60-70).

88 Adolfo Sigson, qui écrit pourtant dans un périodique très réactionnaire, a une perception très juste des risques politiques que courre l’Espagne en tolérant de telles injustices (A. M. Sigson, « Las quintas en Filipinas », pp. 206, 226-227). Je n’ai malheureusement pas pu réunir d’informations sur cet auteur, mais son patronyme laisse penser qu’il était un métis sino-philippin.

89 E. G. R., « El problema de las fuerzas indígenas », pp. 415-418.

90 G. Cardona, El poder militar en la España contemporánea, pp. 7-8 ; Id., El problema militar en España, pp. 14-15 ; S. G. Payne, Los militares y la política en la España contemporánea, pp. 8 et 28.

91 Pour la métropole : V. Fernández Vargas, « El servicio militar en el siglo xix », pp. 104-106 ; B. FrieyrodeLara, De campesino a soldado, pp. 175-192 ; A. FeijooGómez, Quintas y protesta social en el siglo xix, pp. 397-410. Pour les Philippines, je n’ai pas trouvé mention de cas d’automutilation, une pratique assez fréquente en métropole pour ne pas effectuer le service militaire.

92 B. Frieyro de Lara, De campesino a soldado, pp. 161-170 ; J. Jiménez Guerrero, El reclutamiento militar en el siglo xix, pp. 538-559 ; A. Feijoo Gómez, Quintas y protesta social en el siglo xix, pp. 421-473.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search