Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

II. Élites et pouvoir dans l’Espagne du xixe siècle

L’État-nation en question

Le cas espagnol au xixe siècle

Stéphane Michonneau

Texte intégral

  • 1 J. A. González Casanova, Federalismo y autonomía, p. 71.

En realidad, juntismo, provincialismo y federalismo son tres fases antigubernamentales que se superponen y mezclan, sin que pueda trazarse una clara diferenciación ideológica en las fuerzas populares que los proclaman1.

  • 2 B. de Riquer, « La faiblesse du processus de construction nationale », et Id., « La débil nacionali (...)

1Depuis deux décennies maintenant, la question de la nation se pose avec acuité à l’historiographie espagnole. Selon une perspective constructiviste, les historiens ont souligné le caractère historiquement récent du sentiment national en Espagne. Ils ont insisté surtout sur le rôle prédominant de l’État dans l’élaboration et la divulgation de ce sentiment d’appartenance commune dans la population : le cœur du débat s’est centré sur le problème de la faiblesse de l’État espagnol qui se serait révélé incapable de nationaliser efficacement les populations qu’il dominait. Pour Borja de Riquer notamment, plusieurs indices concourent à prouver la faiblesse de la nationalisation des Espagnols : un État faible, dévoyé, inefficace, qui n’avait pas pu — ou voulu — développer les repères symboliques dont la plupart des nations européennes se dotaient au xixe siècle : un hymne, un drapeau, une fête nationale, etc. C’est selon cet historien barcelonais la raison pour laquelle surgirent à l’extrême fin du xixe siècle des nationalismes nouveaux, le catalanisme et le basquisme essentiellement, qui furent susceptibles de promouvoir un projet national propre, plus cohérent que celui de l’État espagnol. Les nationalismes « périphériques » naîtraient donc d’un déficit d’État, au contraire de la thèse généralement admise qui en faisait les produits réactifs d’une emprise excessive de l’État sur les régions2.

  • 3 J. Moreno Luzón (éd.), « Nacionalismo español : las políticas de memoria ».

2Comme le fit remarquer récemment Javier Moreno Luzón3, ces interrogations participent finalement d’une longue tradition intellectuelle qui appréhende la réalité espagnole sous le signe du manque, du retard, de la décadence ou, pour reprendre les termes d’Ortega y Gasset, de « l’invertébration ». On sait combien le régénérationnisme du début du xxe siècle a considérablement accentué cette tendance. L’historiographie du nationalisme espagnol de la fin du xxe siècle ne semble pas échapper à la règle. En effet, la question, telle qu’elle s’est posée jusqu’à présent, repose sur deux paradigmes : celui de l’échec et celui de la relative exceptionnalité du processus national espagnol. Le premier paradigme tient au fait que le processus de nationalisation soit comparé à des « modèles » qui paraissent, souvent à tort, plus aboutis, comme la construction de l’État-nation en France par exemple. Le second paradigme renvoie plutôt à l’idée d’une incapacité des élites politiques espagnoles à assumer le projet national qu’elles auraient dû conduire selon une loi historique prétendument nécessaire. Ainsi, la prédisposition doloriste de l’historiographie espagnole a tendance à se centrer sur ce que le nationalisme espagnol ne fut pas, plutôt que de s’efforcer de comprendre ce qu’il fut, dans sa singularité. Elle repose finalement sur une double croyance : celle, largement répandue, qui voudrait qu’une nation soit unanime dans ses manifestations et ses aspirations. L’autre, plus implicite, suppose que le principe national fut rapidement acquis dans la société espagnole du xixe siècle. C’est précisément ces deux points que je me propose de discuter ici.

3Une chose est certaine : même en invoquant l’héritage fondamental des Cortès de Cadix, le débat sur la nation n’est pas tranché tout au long du xixe siècle. Certes, les événements donnent raison aux libéraux qui, à partir des années 1830, édifient un nouvel État reposant sur les conceptions politiques modernes de la souveraineté. La forme que revêt cet État, on le sait, est centraliste, dans la lignée des efforts continus de la Monarchie. À chaque fois qu’un texte constitutionnel s’efforce de définir la nation espagnole au xixe siècle (1820, 1837, 1845, 1869, 1875, etc.), la conception centraliste s’impose. Cela signifie-t-il que ces conceptions aient gagné à leur raison l’ensemble de la société espagnole ? Loin s’en faut. En fait, le siècle est traversé par une double tension qui mine la légitimité de l’État-nation libéral. En figurant cette double tension en deux axes perpendiculaires, on dessine peu ou prou l’ensemble du paysage politique du xixe siècle espagnol (voir schéma).

4D’une part, il existe un débat quant à la forme et au contenu de l’État, qui consiste en une tension entre centralisme et fédéralisme. Le parti pris centraliste heurte la sensibilité de certaines élites provinciales qui souhaitent organiser l’État sur un principe fédératif. Les expressions de cette tendance sont aussi confuses que variées : provincialisme et fédéralisme républicain en Catalogne, foralisme libéral au Pays Basque. L’important est pour le moment de souligner qu’en remettant en cause l’État, ces options ne remettent pas en question l’existence de la nation espagnole ni son unité.

5D’autre part, le principe d’une organisation nationale de la communauté politique est pris en tension entre un pôle infranational et un pôle supranational : d’un côté, les communautés qui sont la trame de la société d’Ancien Régime refusent de se dissoudre dans la nation. Le fait n’est pas exceptionnel dans l’Europe de la première moitié du xixe siècle mais ce qui fait la singularité du cas espagnol, c’est la survivance et le rejeu, sous des formes modernisées, d’un principe d’organisation sociale qui nie l’existence même de la nation ou la comprend dans un sens différent de celui des libéraux. Ce mouvement de fond peut prendre des formes variées, telles que le cantonalisme républicain en 1873 ou 1889, ou bien encore le carlisme lors des trois guerres civiles de 1833-1839, 1846-1849 et 1872-1876. D’un autre côté, le refoulement du principe fédératif conduit certains mouvements politiques à vouloir dépasser la nation en imaginant de convertir l’Espagne en un empire d’elle-même. Là encore, la variété des projets est frappante tout au long du siècle : ibérisme républicain qui vise à construire une unité péninsulaire, impérialisme catalaniste qui s’inspire du modèle austro-hongrois élaboré en 1867, etc. En somme, la nation ne serait qu’un degré entre le municipe et l’empire.

CONCEPTION DE LA COMMUNAUTÉ POLITIQUE

CONCEPTION DE LA COMMUNAUTÉ POLITIQUE

6Au total, notre ambition est double : d’une part, montrer que le libéralisme du xixe siècle, si divers et si souple d’un point de vue théorique, admet une pluralité de vue quant à la forme de l’État ou le contenu de la nation. D’autre part, il s’agit de tenter de dessiner les zones d’ombre du principe d’organisation nationale de la communauté politique, c’est-à-dire des rationalités politiques étrangères à la raison nationale. Pour ce faire, nous aborderons souvent les points de vue élaborés en Catalogne : non pas que nous cédions aux sirènes d’une historiographie catalaniste dont nous soulignerons au contraire les faiblesses, mais parce que la Catalogne est un précipité des contradictions dans lesquelles l’État-nation espagnol fut pris au xixe siècle. C’est donc un révélateur privilégié.

I. — Une nation politique sans contenu territorial

7En invoquant dès son préambule « les anciennes lois de la Monarchie », la Constitution espagnole de 1812 est marquée par le constitutionnalisme historique qui désigne l’ensemble des privilèges et juridictions propres aux corps qui ont servi de contrepoids à la monarchie absolue. Pour décrire « les Espagnes », l’article 10 énumère les territoires qui les composent. Ainsi, la Pepa ne se présente pas comme un texte révolutionnaire, mais comme une tentative de régénération de la Monarchie en retrouvant les lois fondamentales qui sont susceptibles d’être amendées.

  • 4 X. Arbós, La idea de nació, pp. 126 sqq.
  • 5 P. Vilar, « Les concepts de nation et de patrie chez les Espagnols ».

8Ce n’est pas tant l’existence de la nation qui divise les parlementaires de Cadix que la question de la souveraineté : si les conservateurs admettent parfois l’existence d’une nation distincte de son monarque, il refuse que le roi soit dépossédé de la souveraineté4. C’est pourquoi ils préfèrent le terme de « patrie » pour désigner cette nation sans souveraineté5. Cependant, l’absence du roi en son royaume rend intenable cette conception et précipite la victoire des radicaux pour lesquels la nation est essentiellement souveraine, comme le précise l’article 2.

  • 6 F.-X. Guerra, « El ocaso de la monarquía hispánica ».
  • 7 Rappelons par exemple que pour Antoni de Capmany, pourtant réputé pour sa propension au « particula (...)

9Le cadre unitaire de la nation libérale n’est pas l’objet d’âpres débats. L’unité politique et juridique de la nation espagnole est indiscutable. François-Xavier Guerra a montré que les débats des Cortès de Cadix ne remettaient pas en cause la structure politique de la nation espagnole, identifiée à la Monarchie dans son ensemble6. Des deux côtés de l’Atlantique, on considère généralement la Monarchie comme une pyramide de communautés superposées : villages, villes et provinces, royaumes et Couronne. Pour une majorité d’Espagnols américains cependant, la Monarchie était composée de deux piliers égaux, l’européen et l’américain : vu les circonstances, le pilier américain avait pour but de sauver l’ensemble de la Monarchie du désastre de l’invasion napoléonienne. De même, la question du mandat non impératif des députés soulignait leur qualité de représentants de la nation dans son ensemble : l’unité de représentation renforçait l’unité politique de la Monarchie7.

  • 8 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 74.
  • 9 X. Arbós, La idea de nació, p. 140.
  • 10 Le prélat Rius de Balaguer introduit un bémol, mais plutôt au nom d’une sorte de pragmatisme : « Pe (...)

10Quant à l’unité juridique, il s’agit de réformer les anciennes lois mais sans jamais revendiquer pour les provinces le droit de créer des lois particulières. Les instructions que la Junte supérieure de Catalogne laissa aux députés de Cadix recommandent de lutter pour l’unité juridique de l’Espagne8. La municipalité de Barcelone alla jusqu’à demander le respect par les tribunaux des fueros de chaque province, supprimés en ce qui concerne l’ancienne couronne d’Aragon par les décrets de Nueva Planta entre 1711 et 1716, mais sans que ce particularisme ne remette en question l’intégration à la nation espagnole9. L’unité des codes civil et pénal et du code du commerce, explicitement signalée dans l’article 258, ne fit l’objet d’aucune contestation de fond10.

  • 11 F.-X. Guerra, « El ocaso de la monarquía hispánica », p. 204.

11Mais qu’en est-il de la structure territoriale de la Monarchie à réformer ? On oppose en général la vision unitaire des députés péninsulaires à la vision plurielle des députés américains, qui étaient principalement des résidants américains dans la péninsule Ibérique : fonctionnaires, membres du haut clergé, commerçants liés à la place de Cadix. Pour ces derniers en effet, l’idée des « deux piliers » de la Monarchie a un contenu territorial que l’article 1 admet implicitement : « La nación española es la reunión de los españoles de ambos hemisferios. » Dès lors, c’est l’inégalité de traitement entre les deux « piliers » qui est source de litige car les élites éclairées péninsulaires tendaient à considérer les Indes non pas comme des provinces d’outre-mer mais comme des colonies, c’est-à-dire des territoires qui n’existent que pour le bénéfice de la métropole et qui sont implicitement dépourvus de droits politiques11. Ce reproche, tout comme celui de l’accès inégal aux charges administratives, on le retrouve dans la bouche d’un député catalan, Aner d’Esteve en 1812, puis dans la presse du Principat en 1814 :

  • 12 El redactor general de Cataluña, 15 janvier 1814, cité par M. Risques Corbella, El govern civil de (...)

¿No os parece ver en Cataluña una colonia española separada de su metrópoli, pero tan fiel a su madre que no ha cabido en ella la más intima defección ?12

12De là à considérer ces critiques comme les prémices d’une volonté séparatiste, il n’y a qu’un pas que nombre d’historiens nationalistes ont franchi, ce que nous nous garderons bien d’imiter : ces agravios, ces plaintes, ne sont-ils pas plutôt la preuve évidente d’un désir frustré mais non moins ardent de participer à la marche de l’État ?

13Mais comment situer alors le courant libéral « historiciste » que représenteraient les écrits de José Canga Argüelles, Francisco Martínez Marina, Agustín de Argüelles ou Álvaro Flórez Estrada ? Il est indéniable que le libéralisme hispanique se refusait à faire table rase du passé constitutionnel. Ils considéraient les fueros comme le lien naturel entre l’autonomie des anciennes communautés et les nouvelles Cortès. En 1810, un patriote libéral est donc un ardent défenseur des fueros, même si la référence était plus symbolique que réelle. Pour autant, personne n’envisageait de rétablir ces lois anciennes. Antoni de Capmany s’en défendait par exemple énergiquement.

  • 13 F. Molina Aparicio, La tierra del martirio español, pp. 83 sqq.

14Comme l’explique Fernando Molina Aparicio, dans la mesure où la Monarchie avait peu joui du contrepoids des États, il fallut bien évoquer les fueros basques, navarrais et les anciennes lois de la couronne d’Aragon pour donner une légitimité historique à la Pepa13. Les libéraux imaginèrent alors que la Catalogne, les provinces basques et la Navarre étaient des réduits géographiques où avaient perduré les anciennes « libertés espagnoles ». Les fueros étaient donc un ensemble de vieilles libertés ancestrales, miraculeusement conservées (au moins au Pays Basque et en Navarre), et un modèle presque parfait dont la nation tendait à se rapprocher. La référence territoriale était simplement opératoire et n’impliquait pour l’avenir ni un projet de résurrection de ce qui avait été aboli entre 1711 et 1716 dans la couronne d’Aragon, ni un projet implicite de séparatisme. En somme, pour les libéraux, la définition territoriale de la nation n’était pas une question pertinente. Et cela le demeura pendant presque tout le xixe siècle.

  • 14 E. Lluch, La Catalunya vençuda del segle xviii.

15Si la nation n’est pas objet de discussion entre libéraux, la nature de l’État ne l’est pas davantage dans les toutes premières décennies du xixe siècle. On a longtemps cru voir dans la revendication forale l’indice d’une remise en question de la centralité de l’État. Ernest Lluch a soutenu l’idée d’une continuité de la pensée austraciste tout au long du xviiie siècle, qui conduirait au xixe siècle suivant au refus de la centralisation14. Selon cette thèse, il y aurait eu une « alternative catalane » au centralisme bourbon qui se serait maintenue parmi les partisans exilés de l’archiduc Charles. Ainsi, la revendication d’autonomie exprimée par le nationalisme catalan actuel trouverait des origines anciennes. Toutefois, il n’est pas certain que la perspective d’une Monarchie traditionnelle régie par des Conseils et des fueros ait été spécifiquement catalane au sein de la Monarchie. De plus, on voit mal comment le souvenir des fueros abolis aurait pu conduire au xixe siècle à une logique constitutionnelle parlementaire.

16À l’appui de l’argument d’une lignée austraciste, Pere Anguera cite des témoignages qui en appelaient à la résurrection forale en Catalogne. Par exemple, Aner d’Esteve, secrétaire de la Junte Supérieure de Catalogne, aurait opposé les lois traditionnelles à la solution centralisatrice en suggérant en août 1810 que

  • 15 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 74 ; R. Ferrer, Barcelona cautiva, t. II, p. lxxxv.

Cataluña no solo debe conservar sus privilegios y fueros actuales, sino también recobrar los que disfrutó en el tiempo en que ocupó en trono español la augusta casa de Austria, puesto que los incalculables sacrificios que en defensa de la nación está haciendo, la constituyen bien digna de recobrar sus prerrogativas15.

17En fait, on peut douter que l’appel à la dévolution forale soit l’expression d’une pensée décentralisatrice. En effet, on peut simplement interpréter cette revendication comme une réponse à l’effondrement de l’État en 1808 et à la question de la légitimité que la dissolution de la Junte Centrale ne manqua pas de poser en avril 1808. Autrement dit, en l’absence du souverain et dans le contexte d’une disparition brutale de l’appareil étatique bourbonien, quoi de plus naturel que d’en appeler au retour des anciens usages qui, de fait, constituaient le seul et unique cadre politique connu ? En effet, on sait bien que le puissant localisme des communautés héritées de l’Ancien Régime incarna l’âme des guerres napoléoniennes. De plus, l’État, à cette époque, est principalement conçu comme un agrégat de communautés autonomes, « indépendantes » dit-on dans la langue d’alors, seulement reliées entre elles par un principe souverain : le roi. De la même manière, lorsque les Cortès, en septembre 1811, discutèrent du découpage provincial de l’Espagne, les efforts d’Aner d’Esteve pour éviter le démembrement du Principat ne répondaient pas à un projet décentralisateur mais bien plutôt à la défense des républiques qui composaient la Monarchie.

  • 16 X. Arbós, La idea de nació, p. 240.
  • 17 Diario de Sesiones de las Cortes, 1er octobre 1821, n° 7, p. 54.

18Cela vaut également pour le Trienio Liberal, entre 1820 et 1823. Xavier Arbós montre bien que la question territoriale ne se pose pas davantage en 1820 qu’en 1810 : la disparité des peuples qui composent l’Espagne ne pose pas de problème aux libéraux au pouvoir car leur projet est celui de la construction d’une citoyenneté fondée sur la liberté individuelle et la possibilité de participation politique, et non pas sur la construction d’un État-nation culturellement homogène16. Ainsi, lorsqu’en 1822 est débattu un projet de division territoriale de l’Espagne en 52 provinces, aucune revendication particulière ne surgit des provinces périphériques. Aux principes d’un découpage rationnel à partir des données démographiques, la commission des Cortès ajoute des considérations historiques et humaines afin de « conservar el espíritu de las provincias, al modo que en el ejército conviene conservar el espíritu de sus diferentes cuerpos »17. Fait notable : le corps municipal barcelonais critique le découpage du Principat en quatre provinces non pas à partir d’arguments historiques mais pour des considérations de nature économique (l’exiguïté de la province de Barcelone). Plus encore, c’est la première députation provinciale de Barcelone qui demande l’abandon des armes traditionnelles du Principat, les quatre barres sang sur fond or, pour adopter les armes de la Monarchie ! Si cette même institution demande à garder le nom de « Catalogne » pour sa seule province, c’est davantage par souci de réaffirmer la capitalité de la Cité Comtale que par volonté de ranimer le souvenir d’un Principat uni. Enfin, lorsque le découpage fut acquis, on vit de nombreuses villes lutter pour obtenir la tête de leurs circonscriptions, sans qu’aucune ne fasse mention de l’ancienne unité du Principat. C’est dire que la mémoire des anciens royaumes avait perdu tout référent territorial chez les libéraux.

II. — Dans le cadre national, la remise en question de l’État

19La remise en question de l’organisation de l’État est donc contemporaine de la création de l’État moderne. Doit-on s’en étonner ? À partir des années 1830 en effet, surgit une tradition décentralisatrice qui, sans questionner la nation, propose une organisation fédérative de l’État.

  • 18 J. M. Fradera, Gobernar colonias, p. 76.
  • 19 « Manifiesto de las operaciones », Diario de Barcelona, 5 septembre 1835.
  • 20 « Imposibilidad que Catalunya se declare nunca independiente », El Constitucional, 28 août 1837 (ci (...)

20L’État espagnol est né dans la Guerre civile, ce qui n’est pas en soi une originalité dans l’Europe du xixe siècle. Dès 1833, il prit un tour autoritaire et centralisateur dont les premières victimes furent les députés d’outre-mer, chassés définitivement de l’hémicycle de la représentation nationale18. La nation désormais restreinte à son horizon péninsulaire n’était pas objet de remise en cause par les libéraux. Quant à la forme de l’État, Javier de Burgos émit en 1834 un nouveau projet de découpage territorial de l’Espagne dans la veine des deux précédents. Dans le contexte de la guerre, l’objectif avoué fut de dépasser les « particularismes » provinciaux. En effet, les libéraux pensaient naïvement que le provincialisme était à l’origine du carlisme et des bullangues, ces révoltes urbaines qui secouaient régulièrement la Catalogne entre 1835 et 1843. Dans les cercles gouvernementaux, on se persuada que le provincialisme nourrissait un désir d’indépendance. À la même époque pourtant, la Junta Auxiliar Consultiva de Barcelona clama haut et fort que « Barcelona es toda española »19. Deux ans plus tard, dans un article intitulé « Imposibilidad que Cataluña se declare nunca independiente », El Constitucional écartait résolument l’idée du séparatisme, à moins que les carlistes ne gagnent à Madrid20.

21On peut dater de ces années le début d’une tradition politique consistant à accuser les Catalans d’indépendantisme. Les historiens catalanistes ont pris au pied de la lettre ces attaques, suggérant qu’elles se fondaient sur une réalité : il n’y aurait pas de fumée sans feu. L’argument a l’avantage de donner au catalanisme des origines lointaines. Nous voudrions revenir sur ces accusations pour montrer que le provincialisme, loin de travailler à l’indépendance, opérait une critique du centralisme en vue d’imposer une structure fédérative en Espagne.

22Derrière l’accusation du séparatisme, les cercles gouvernementaux et les journaux relayant leur vision dans l’opinion publique visaient en fait deux phénomènes autrement plus menaçants pour le nouvel ordre libéral : le désordre social et l’affirmation, dans le contexte de guerre, d’une tradition revigorée de self-government. Jaime Balmes a très tôt compris que les bullangues n’étaient pas l’expression d’un provincialisme désagrégateur qui serait le lointain écho du Corpus Christi de 1640. Il rejeta l’idée d’une résurgence de l’esprit d’indépendance :

  • 21 J. M. Fradera, Jaume Balmes, p. 192.

Es falso que haya verdadero provincialismo, pues ni los aragoneses, ni los valencianos, ni los catalanes recuerdan sus antiguos fueros, ni el pueblo sabe de qué se habla cuando éstos se mencionan, si los mencionan algunas veces los eruditos aficionados de las antiguallas21.

23Balmes montre que l’argument disqualifiant cherche en réalité à empêcher la participation ou même la prise en compte de l’opinion libérale barcelonaise et sa volonté réelle, quoique frustrée, de participation à la construction de l’État-nation espagnol. La raison de cette méfiance vient de ce que jusqu’en 1843, Barcelone est une ville clé dans la lutte que se livrent modérés et progressistes : une petite bourgeoisie urbaine radicalisée proche du mouvement ouvrier exerçait une pression constante sur le pouvoir. Ce courant démocratique a de quoi inquiéter la Couronne qui accentue son modérantisme et cherche à se protéger de la bouillonnante Cité Comtale. À l’inverse, l’intellectuel conservateur préconisait l’implication dans la vie politique espagnole des élites catalanes majoritairement modérées afin de contribuer à sa nationalisation. Pour lui, la nation espagnole est morte en son cœur mais bien vivante à ses extrémités :

  • 22 Ibid., p. 180.

El centro está exánime, flaco, frío, poco menos que muerto. Cataluña, las Provincias Vascongadas, Galicia, varios puntos del mediodía, os ofrecen un movimiento, una animación de que no participa el corazón de España22.

  • 23 Ibid., p. 181.

24Comme le montre Josep Maria Fradera, et à la différence notable d’Hilari Raguer qui veut voir dans cet extrait l’indice d’un précatalanisme, Balmes alimente « une espèce de provincialisme légitime, prudent, juste et conciliateur avec les grands intérêts de la nation »23. Il traduit l’effort des élites locales pour nationaliser l’Espagne, selon une ligne politique basée sur l’indépendance de critère.

  • 24 R. Xaudaró, Bases de una constitución política, p. 27.

25En second lieu, l’accusation du séparatisme cache l’inquiétude que suscite l’apparition du fédéralisme dans les cercles démocratiques. À partir d’un projet élaboré par des libéraux radicaux exilés, Ramón Xaudaró rédigea en 1832, à Limoges, la première proposition constitutionnelle connue en Espagne pour édifier une république fédérale. S’il y était dit que « cada provincia formaría un Estado independiente », réunie à ses voisines dans une « confederación bien organizada », une absence totale de préoccupation historiciste dénotait le projet, les provinces étant inspirées d’un découpage similaire à celui des départements français24. Les premiers pas du fédéralisme théorique rencontrèrent en Catalogne un écho favorable. On en veut pour preuve la parution en novembre 1835 de Constitución Catalana y Cortes de Cataluña qui entendait prouver que la Catalogne avait toujours été régie par des principes libéraux, contractuels et fédératifs. Le thème de la primauté de la Catalogne dans le combat de la liberté en Espagne connut alors un succès grandissant au tournant du xixe siècle. Cet engouement eut même une traduction politique quelques mois plus tard, en août 1835, lorsque la Junte de défense de Barcelone tenta de constituer une Confédération libérale avec Valence et Saragosse, au nom de la défense du trône d’Isabelle II. Comme le nota un témoin, Francesc Raüll, la Junte ne souhaitait pas ressusciter l’ancienne couronne d’Aragon mais susciter le réveil de provinces qui, par leur histoire, montraient une sensibilité particulière au libéralisme radical. Au fond, la floraison du fédéralisme s’expliquait par le contexte de guerre : comme pendant la guerre d’Indépendance, le juntisme s’affirmait quand l’État, accusé d’incurie, se révélait incapable de desserrer l’étau carliste. De plus, si les détracteurs de ces initiatives radicales et fédérales ne cessaient de dénoncer la collusion de l’indépendantisme et du fédéralisme, c’est qu’ils percevaient parfaitement le contenu subversif, c’est-à-dire démocratique et socialisant qu’elles contenaient. Le fédéralisme naquit dans des milieux urbains qui s’inquiétaient aussi de l’incapacité de l’État à résoudre la question sociale.

  • 25 Diario de sesiones, 7 décembre 1836, t. I, pp. 550-522.

26Argüelles fut peut-être le seul à comprendre ce qui était en jeu : dans une séance parlementaire du 7 décembre 1836, il accusa les Catalans de vouloir convertir l’Espagne en « una liga de provincias », de vouloir former « una Monarquia general » contre la « Monarquia única » qu’il défendait25. Cette « Monarchie générale », c’est bien la solution que revendiquaient unanimement les élites catalanes pour l’Espagne. De quoi s’agit-il ?

  • 26 S. Michonneau, Barcelona, memòria i identitat.

27Ce projet pour reconfigurer l’État connut entre 1840 et 1868 un élan formidable aussi bien en Catalogne que dans les provinces basques. Dans le Principat, il prit la forme de ce que j’ai dénommé ailleurs le libéral-provincialisme26 et dans les secondes, celle du libéral-foralisme. La vision commune que partageaient les élites provinciales basques et catalanes reposait sur une nouvelle conscience historique acquise en Espagne avec un romantisme tardif. Cette conscience historique n’était pas tant différentialiste (de l’Espagne), comme toute l’historiographie nationaliste entend le faire croire, qu’exceptionnaliste. Autrement dit, les Catalans et les Basques se considéraient comme des Espagnols hors pair : dans le cas catalan, l’exceptionnalité est d’essence libérale car c’est l’amour de la liberté qui guidait l’histoire de la Catalogne en Espagne ; dans le cas basque, l’exceptionnalité est originelle car le Pays Basque était considéré comme le réduit le plus authentiquement espagnol de l’Espagne. Dans un cas comme dans l’autre, les fueros étaient vus comme les formes ancestrales du constitutionnalisme libéral.

28En Catalogne, les premières pierres de l’historiographie libérale provincialiste furent posées en 1836 avec le Diccionario crítico de escritores catalanes de Fèlix Torres Amat et Los condes de Barcelona vindicados de Pròsper de Bofarull. En 1839, Pau Piferrer publiait les Recuerdos y bellezas de España, le premier grand essai d’interprétation provincialiste de l’histoire nationale espagnole. Mais les œuvres majeures parurent après 1843 lorsque le bombardement de Barcelone par le régent Espartero sonna le glas de l’interventionnisme catalan en Espagne. Au cours de ces événements apparut une Junte Centrale de défense, d’où le nom trompeur de mouvement « centraliste » pour désigner ce qui n’était encore une fois qu’une résurgence juntiste révélant la puissance de la tradition du self-government municipal. Selon l’interprétation qu’en livra plus tard l’intellectuel conservateur Mañé y Flaquer

  • 27 J. Mané y Flaquer, « El catalanismo ».

[les juntistes] no tuvieron idea de separación, a pesar de que sus enemigos se la atribuyeran […]. El pensamiento de la Junta Central era une reminiscencia del espíritu autonómico de los antiguos reinos que formaron la nacionalidad española27.

29À jamais écartées du pouvoir, les élites libérales catalanes emprunteraient désormais la voie d’un libéral provincialisme qui puisait dans les traditions historiques la force pour changer l’Espagne.

  • 28 J. M. de Casacuberta, Lo verdarer Català, p. 87.
  • 29 J. M. Fradera, Cultura nacional en una societat dividida.

30C’est ainsi que, dès 1843, on pouvait lire dans Lo Verdarder Català : « Espanya es la nostra nació ; pero Catalunya és la nostra pàtria »28. La formule résumait parfaitement le nouvel état d’esprit à l’œuvre car elle tentait d’articuler un « double patriotisme », selon l’expression de Josep Maria Fradera, entre la nation et la « patria chica »29. En fait, c’est l’amour à la patrie qui rendait possible la reconstruction nationale. Aussi bien pour Antoni de Bofarull dans Hazañas y recuerdos de los catalanes (1846) que pour Víctor Balaguer dans Bellezas de la historia de Cataluña (1853), nulle part mieux qu’en Catalogne n’avait été conservé l’esprit d’indépendance et de liberté qui caractérisait la nation espagnole. Contre l’État centralisé, la Catalogne avait maintes fois prouvé son attachement à la valeur suprême de la liberté, notamment au xviie siècle. De nouveau au xixe siècle, elle relevait le flambeau de la liberté en Espagne, si bien que le provincialisme qu’elle affichait était la condition d’une renaissance de l’Espagne. Mais le modèle étatique qu’elle défendait était tout autre : inspiré des liens qui régissaient les relations entre les composantes de la couronne d’Aragon, il serait fédératif. Le provincialisme se défendait d’être un « provincianisme ».

  • 30 F. Pi y Margall, La reacción y la revolución, pp. 204-207.

31Concrètement, la littérature libérale provincialiste inspira deux courants politiques réformistes : le fédéralisme républicain dans sa version progressiste et démocratique d’une part, et le fédéralisme monarchique, dans sa version conservatrice et libérale de l’autre. Le premier trouvait en 1855 son théoricien, Francesc Pi i Margall, qui écrivait : « Organicemos el reino sobre la base de una federación republicana, sin matar el espíritu nacional [espagnol] »30. Rapidement, les fédéralistes devinrent majoritaires : en 1869 à Barcelone, trois républicains sur quatre étaient fédéralistes alors qu’un républicain espagnol sur deux était Catalan.

  • 31 V. Balaguer, Mis recuerdos de Italia, p. 377.

32Le second mouvement trouvait dans l’intellectuel et l’homme politique progressiste Víctor Balaguer un éminent défenseur : en étudiant la structure fédérale des États-Unis et de la Suisse, il fut frappé par la similitude de ces systèmes avec celui de la couronne d’Aragon, « donde los estados eran varios, una la nación y el monarca uno ». Cela configurait alors « un modelo y un ejemplo de libertades y de federalismo con monarquía »31. Il faut rappeler que la guerre du Sonderbund en 1848 et la guerre civile étatsunienne avaient écorné l’idéal fédéral républicain, ce qui impliquait de l’adapter à la réalité monarchique de l’Espagne.

  • 32 M. Duran i Bas, « Catalanismo no es provincialismo ».

33L’intellectuel progressiste coïncidait ici avec Manuel Duran i Bas, le plus éminent représentant du parti conservateur à Barcelone. Dans un célèbre article « Catalanismo no es provincialismo » de 1855, considéré comme le point de départ du régionalisme conservateur32, Duran i Bas imaginait que si la capitale de la Monarchie avait été Barcelone et non pas Madrid, alors l’Espagne aurait été catalanisée au lieu d’être castillanisée. L’hypothèse, en soi, indique que l’intention du régionalisme était bien la réforme de l’Espagne tout entière. Le modèle politique qui inspirait son auteur était l’empire austro-hongrois : dans un projet pour « la reforma de las administraciones vigentes » soumis aux Cortès en mars 1866, il défendit l’idée de « deux piliers » pour la Monarchie, l’un castillan et l’autre catalan. En ceci, le projet s’écartait du modèle fédéral républicain qui par principe considérait égales les différentes composantes de la fédération. Pour Duran i Bas, le fédéralisme était impraticable dans un cadre monarchique et la décentralisation radicale de l’État ne pouvait être sans limites, au risque de l’anarchie. Seules pouvaient en bénéficier les entités « que tiene vida robusta y propia », selon ses propres termes.

  • 33 J. M. Fradera, Jaume Balmes, p. 192.

34Au total, on peut conclure avec Josep Maria Fradera que l’essentiel des libéraux barcelonais et catalans, depuis les modérés jusqu’aux courants radicaux, républicains y compris, était manifestement attaché à l’État-nation espagnol33. Ceci ne les empêchait pas de jouer la carte du provincialisme et de déclarer à leur convenance des constitutions au niveau local, provincial ou même suprarégionale, exploitant en cela un localisme politique toujours prégnant. Ces projets ne démontrent pas qu’ils niaient l’idée d’une nation espagnole, patrie de tous les libéraux, mais renvoyaient plutôt à un désir refoulé de conduire le processus national et de contrôler l’État à leur profit, notamment en matière économique. C’est pourquoi la lutte protectionniste fut le véritable creuset du provincialisme. Depuis le centre, le libéral provincialisme fut assimilé au séparatisme : une grille d’interprétation commode pour ceux qui refusaient d’engager un quelconque débat sur la forme et le contenu de l’État. Ainsi, en dépit de la propension des progressistes à envisager la décentralisation, les libéraux espagnols n’entendirent pas remettre en question la structure de l’État jusqu’en 1868.

III. — En deçà de la nation, la modernité des conceptions organicistes de la société

35Dans certaines provinces, les libéraux profitèrent avantageusement du fort sentiment localiste hérité qui les posait en intermédiaires indispensables entre l’État et la population. La diglossie politique des élites basques et catalanes illustre parfaitement les ambiguïtés du « double patriotisme » : à l’adresse des autres élites espagnoles, il exprime un désir de nationalisation de l’Espagne, sur d’autres bases. À l’adresse des classes populaires, il manifeste une volonté de conforter une position dominante, à l’écart de toute intromission de l’État. Ce paradoxe explique que le libéral provincialisme peut être un facteur de nationalisation dans certaines régions, en même temps que son principal obstacle. Quoi qu’il en soit, les élites provinciales entendent travailler à la construction de la nation espagnole.

  • 34 J. Álvarez Junco, Mater Dolorosa, pp. 357 sqq.
  • 35 Cité par P. M. de Montoya, La intervención del clero vasco, p. 36.

36Mais qu’en est-il des absolutistes et des carlistes ? Dans Mater Dolorosa, José Álvarez Junco pose la question de savoir si le carlisme fut une occasion manquée de fonder solidement le nationalisme espagnol dans la société de son temps34. On se souvient comment Pérez Galdós synthétisa d’un trait, dans les Episodios nacionales, l’incompatibilité de l’identité religieuse traditionnelle des carlistes avec la nouvelle légitimité de la nation libérale en peignant un frère carliste entrant dans les villages conquis aux cris de « ¡Viva la religión, viva el rey, abajo la nación ! » Pío Baroja évoque également le souvenir du frère Orri pour le fameux « ¡Muera la nación ! »35.

  • 36 X. Arbós, La idea de nació, p. 166.
  • 37 L. Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo español, p. 40.

37Bien que l’idéologie carliste n’ait jamais constitué un tout cohérent, on peut tenter de cerner la pensée carliste de la question nationale. En avril 1814, le Manifeste des Perses signés à Valence par soixante-neuf députés absolutistes favorables à Ferdinand VII, n’était pas tant contre la nation que contre l’idée de sa souveraineté. Au nom de la thèse traditionnelle du pacte, il demandait la convocation des Cortès, ce qu’il obtint le 4 mai 1814. Pour les absolutistes, les thèses de Cadix étaient contraires à la volonté nationale parce qu’elles avaient rompu la continuité des lois fondamentales du royaume en obligeant le pouvoir politique à se soumettre aux Cortès, sans pacte36. Ainsi, comme le remarque Luis Sánchez Agesta, les légitimistes, comme les libéraux, prétendaient réformer l’État tout en s’inscrivant dans la continuité des lois anciennes37. Quoi qu’il en soit, l’administration de Ferdinand VII prolongea le modèle étatique hérité de l’Ancien Régime, supprima les députations provinciales et rétablit les audiences et les chancelleries. Mais à partir d’octobre 1816, la tonalité modérée et réformiste que prit le régime provoqua une grande instabilité gouvernementale qui favorisa la coalition des libéraux en 1820.

  • 38 X. Arbós, La idea de nació, p. 201.
  • 39 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 100.

38Si l’on ne peut imputer aux libéraux du début du xixe siècle de volonté décentralisatrice, était-ce le cas des carlistes qui, à partir de 1822, constitue une alternative politique consistante ? Xavier Arbós note qu’à cette époque, le carlisme ne revendique pas le retour aux anciennes lois de la couronne d’Aragon. Ce que veulent les légitimistes, c’est un retour au moment antérieur à 1808, c’est-à-dire soit un retour à l’absolutisme, soit un retour à une monarchie estamental, tempérée par le pouvoir des Cortès38. Il s’agit beaucoup plus de la défense d’une architecture étatique héritée que d’une revendication décentralisatrice. Si les carlistes promettent de respecter et de garder « les anciens privilèges du Principat », ils ne font pas référence aux lois antérieures aux décrets de Nueva Planta car dans ce cas, ils parleraient de les restituer. De même, le manifeste de la Regencia de Urgel du 15 août 1822 ne fait pas de référence aux coutumes antérieures à 171539. Fondant leur revendication sur l’introduction de la loi salique par Philippe V, comment les carlistes pourraient-ils remettre en question les décrets de Nueva Planta ? Fait notable, lorsqu’en novembre 1835, le gouvernement de Prusse proposa au prétendant carliste le rétablissement des anciennes lois, celui-ci se montra indifférent au rétablissement des fueros. Son ministre d’État, Cruz Mayor, déclara :

  • 40 A. Bullón de Mendoza, La primera guerra carlista, p. 167.

Se habrá de tachar de impolítica y aventurada, una medida que tuviese por objetivo el restablecer las antiguas instituciones en otras provincias que desde largos años se han acostumbrado a su privación y que hasta han perdido ya su memoria, como son por ejemplo las de Cataluña y Aragón40.

39Au total, il ne fait aucun doute que le carlisme fut le mouvement politico-social le plus important du xixe siècle. Dans le cri de ralliement « Dios, patria y rey », le second terme a un contenu distinct, sinon opposé, à celui de « nation » qui suppose l’existence d’un corps collectif et souverain. Le patriotisme carliste est avant tout l’exaltation de traditions inventées à partir d’un héritage de croyances, de privilèges, de lois et d’institutions. La patrie s’incarnait dans le roi et la religion et s’y dissolvait pour ainsi dire. C’est pourquoi José Álvarez Junco considère que le carlisme du premier xixe siècle n’est pas un mouvement d’essence national.

  • 41 L. F. Toledano González, Carlins i catalanisme, p. 38.

40Mais qu’en est-il à partir de 1872, lorsque le carlisme intègre le fuérisme à sa fameuse trilogie idéologique ? Dans la lettre-manifeste que Carlos VII adresse à son frère en 1869, le prétendant évoque la dévolution des fueros à la Catalogne. C’est pour Lluís Ferran Toledano une stratégie habile pour mobiliser les combattants à un moment périlleux où les forces libérales étaient en passe de gagner41. Cinq ans plus tard, en dépit de l’installation de la députation de Sant Joan de les Abadesses, une institution qui résultait de la nécessité absolue d’organiser une société de guerre, le foralisme n’était pas appliqué en pratique.

  • 42 Toutefois, chez des penseurs comme Luis Maria de Llauder ou Narciso Blanch, l’incorporation de la C (...)

41Parmi les partisans catalans de Carlos, les furs étaient surtout conçus comme les produits de l’unité catholique de l’Espagne : les relations entre la Catalogne et l’Espagne ne faisaient donc pas problème car le catholicisme les unissait. La revendication forale synthétisait finalement différentes aspirations comme la protection de l’Église, celle de l’industrie, la lutte anti-fiscale, la suppression du système de conscription de la quinta, etc., un ensemble de revendications populaires que l’on retrouvait alors dans le républicanisme fédéral42.

  • 43 J. Canal, El carlisme català dins l’Espanya de la Restauració.
  • 44 Josep Narcís Roca i Farreras, « Los fueros de Cataluña invocado por los carlistas », La Independenc (...)
  • 45 La Época, 8 août 1872, n° 7268 : « La autonomía, la independencia, la vida propia, el grado de sepa (...)

42Jordi Canal a montré combien le carlisme avait élaboré jusqu’à la fin des années 1890 une réponse moderne au problème de la conciliation du libéralisme et du traditionalisme43. Dans le fond, le thème foral jetait un pont entre le carlisme et un certain fédéralisme qui considérait que les composantes d’une future fédération ne pouvaient être ni la province ni la région historique mais la comarca (le canton) ou le municipe. Cette proximité politique n’avait pas échappé en 1872 au fin penseur qu’était Josep Narcís Roca i Farrerras44, ni même aux conservateurs qui considéraient que, « en medio de las promesas de fueros provinciales, lo que en realidad se ofrece es el federalismo »45.

  • 46 R. Villena Espinosa, « La crisis del Estado centralista ».

43À la fin des années 1860, à la faveur de la révolution de la Gloriosa, en 1868, le fédéralisme explosa en Catalogne. La Gloriosa fut le moment le plus intense de questionnement de l’État, de son articulation administrative et territoriale46. La « crise de l’État » provenait du fait que la centralisation fut identifiée au pouvoir absolu d’Isabelle II et à l’autoritarisme des gouvernements Narváez et Bravo. Face au pouvoir des juntes, le nouveau pouvoir amorça dès 1868 des réformes qui tendaient d’une part à reprendre la tradition décentralisatrice inaugurée par les progressistes entre 1854 et 1856 et d’autre part, à poser les fondements d’un nouvel ordre durable. La fonction représentative des municipalités fut rétablie, le maire étant désormais élu et non plus nommé par l’État, et les fonctions des députations furent renforcées. La Constitution de 1869 reconnaissait l’importance des municipalités et des députations, notamment en matière fiscale, sans octroyer cependant de réelle autonomie politique. Les lois de 1870, clairement décentralisatrices, reconnaissaient aux municipes et aux provinces une personnalité juridique et administrative, mais pas politique.

44Du côté des révolutionnaires, les républicains défendaient le fédéralisme en vue de reconstruire l’État « par le bas », sur la base de municipes autonomes. Le modèle démocratique entendait confier au citoyen l’essentiel du pouvoir et faisait du municipe le lieu d’un véritable contre-pouvoir. Mais une division se fit jour dès 1869 entre les fédéralistes modérés qui, derrière Pi i Margall, entendaient imposer la réforme de l’État par le haut et les « intransigeants » qui, derrière Valentí Almirall et le Club fédéraliste, souhaitaient construire la fédération « par le bas », c’est-à-dire sur la base d’États provinciaux préalablement déclarés souverains et indépendants. Le modèle suisse fondé sur la base d’entités où s’exercerait la démocratie directe inspirait ces derniers. Toutefois, le fédéralisme barcelonais connaissait aussi une autre fracture, celle qui opposait les partisans du municipalisme et ceux qui défendaient le principe des « deux piliers », c’est-à-dire d’une nation espagnole fondée sur le pacte fédéral entre deux « nations », la castillane et la catalane. En théorie, Almirall exposait dans La idea exacta de la federación le principe d’un fédéralisme à plusieurs degrés où l’organisation interne des États fédérés reposerait sur l’association des comarcas et des municipes. Dans la pratique cependant, il lui fallait contrôler une aspiration municipaliste puissante qui se manifestait violemment à plusieurs reprises entre décembre 1869 et avril 1870. Aussitôt la Première République proclamée en février 1873, Almirall tenta de capitaliser le mouvement juntiste pour proclamer l’État catalan dans la fédération espagnole.

45Si la Constitution de juin 1873 instituait officiellement une république fédérale, les républicains avaient hérité d’une structure étatique centralisée solide et ne possédaient pas les moyens réels ni de républicaniser l’Espagne ni d’imposer le fédéralisme. Surtout, les fragiles institutions républicaines furent incapables de canaliser la révolution cantonaliste qui submergea une grande partie du pays à partir d’Alcoy, le 8 juillet 1873. À Barcelone cependant, la place la plus organisée et la plus nombreuse du mouvement ouvrier espagnol, la pression des carlistes empêcha le développement d’une solution communarde. Dans l’été 1873, le cantonalisme, un mouvement complexe étroitement lié à la révolution sociale, gagnait le Levant, Murcie et l’Andalousie : il était la conséquence logique du fédéralisme d’État à l’échelle locale, sans que le président Pi i Margall ne parvienne à en modérer les ardeurs. La chute de ce dernier, le 18 juillet, ne fit que précipiter l’extension du cantonalisme alors que le gouvernement de Nicolás Salmerón choisit l’option militaire contre les cantons. À Cartagena, le 27 juillet, un contre-gouvernement provisoire présidé par Roque Barcia se constitua : il tenta de dépasser le localisme du mouvement cantonaliste pour construire une fédération « par le bas ». La ville résista à sa reconquête jusqu’en janvier 1874. Lorsque l’État faiblissait, le municipalisme articulé aux perspectives des internationalistes offrait un modèle radical d’organisation de l’État qui menaçait de démembrer la nation.

  • 47 Lucas Llamas, « Cuestiones de Ortodoxia », La Avanzada, 20 mars - 30 octobre 1890, cité par P. Gabr (...)
  • 48 « Nuestra tesis », La Avanzada, 10 décembre 1891, cité par P. Gabriel, « Catalanisme i republicanis (...)

46La chute de la République et la Restauration, en 1875, ne fit pas disparaître totalement le fédéralisme municipaliste : dans les années 1880, alors qu’Almirall avait versé dans un catalanisme, la défense de l’autonomie municipale continua de déchirer les fédéralistes. Pour Lucas Llamas, probable pseudonyme de Joaquim Lluhí i Rissech, le municipe avait « el derecho a regular por sí mismo las relaciones e intereses que exclusivamente le afectan » et par conséquent, de se doter d’une constitution politique avec un pouvoir exécutif, un pouvoir judiciaire et une organisation judiciaire propre. L’auteur pensait que le régime municipal ne pourrait se défaire de l’influence des caciques qu’à cette seule condition. Cette option était moins proche de l’optimisme communaliste des années 1870 que de la pensée anarchiste : le municipe devenait ainsi « la única colectividad intermediaria entre el individuo y la nación »47. Ainsi, si une partie des fédéralistes finit par accepter, avec plus ou moins de conviction, une formulation nationale pour la Catalogne, les fédéralistes municipalistes continuèrent à nier la supériorité du principe national, à moins que celui-ci ne résulte de la volonté concertée des municipes. La Avanzada proclamait encore en 1891 que « las regiones y las nacionalidades estan llamadas a morir »48. On voit bien ici la permanence du self-government modernisé au contact de la réforme sociale.

47En somme, bien qu’opposés sur la question de l’État, carlisme et fédéralisme municipaliste délimitaient clairement l’hégémonie du principe national, dessinant une autre rationalité politique à la fois héritée et modernisée.

IV. — Au-delà de la nation, l’empire

  • 49 J. B. Guardiola, « De la centralización ». Député libéral fédéral, secrétaire de la mairie de Barce (...)

48L’impossibilité pour le libéral provincialisme de parvenir à ses fins conduisit une partie du catalanisme à penser le dépassement de la nation espagnole dans un empire. L’option impérialiste, il faut le souligner, ne se confondait pas avec le colonialisme qui connut un élan en Espagne à partir de la guerre d’Afrique en 1860 et qui ne cessa de grandir avec Callao en 1866 ou l’affaire des îles Carolines en 1885-1888. En effet, le colonialisme espagnol se pensa avant tout comme la projection de l’État-nation unitaire sur le monde, à la manière française. En ceci, il se différenciait foncièrement du colonialisme britannique qui participait d’une conception traditionnellement agrégative de l’État. Ici, nous évoquerons plutôt les mouvements politiques qui défendirent l’idée d’une réunion de nation, « un haz de naciones » selon la jolie expression du républicain proudhonien Joan Baptista Guardiola en 185449. Historiquement, la première formulation est l’ibérisme qui comprend un courant fédéraliste et un courant provincialiste. Puis, à la faveur des événements cubains de 1868-1878 mais aussi sous l’influence des modèles austro-hongrois (Compromis de 1867), britannique (Canada en 1867 et Indes en 1876) et allemand (Kaiserreich en 1871), une théorie impérialiste s’affirma dans les milieux catalanistes des années 1880 pour devenir, avec le théoricien du nationalisme catalan Enric Prat de la Riba, une préoccupation centrale.

  • 50 A. Puigblanch, « Prólogo con morrión que los latinos llaman galeato », t. I, p. cxxi.
  • 51 Id., « La regeneración política de la España », t. I, pp. 6-7.

49L’un des premiers projets ibéristes date de 1832, en même temps que l’État moderne était fondé. Antoni Puigblanch proposa de diviser la Péninsule en trois États, en plus du Portugal, avec en commun la langue castillane50. Dans l’introduction d’un opuscule qu’il ne rédigera jamais, « La regeneración política de la España », il proposa à nouveau en 1835 une solution confédérale en quatre États51. L’ibérisme participait d’une logique internationaliste qui faisait écho aux projets mazziniens à la même époque.

  • 52 V. Martínez-Gil, El naixement del iberisme catalanista, p. 20.

50L’idéal ibériste faisait partie du bagage intellectuel des Espagnols du xixe siècle : pour Balmes par exemple, il était un horizon souhaitable, même si en pratique, il craignait que ne s’exporte en Espagne la guerre civile portugaise des années 1846- 184752. Au tournant du siècle, l’ibérisme se manifesta avec vigueur en Catalogne, comme en témoignent les écrits de Joan Cortada, Tomàs Betràn i Soler, Sinibald de Mas ou Joan Baptista Guardiola. Convaincu que l’unité géographique commandait le rassemblement politique péninsulaire, le provincialisme pensait offrir un cadre propice au ralliement du Portugal à une Espagne plurielle.

  • 53 O. Pi de Cabanyes, « Un monárquico federal », p. 39.
  • 54 S. de Mas, « Conveniencia de la unión ibérica para Cataluña ».

51Víctor Balaguer, fondateur de La Corona de Aragón en 1854, a tôt embrassé la cause ibériste. Dans l’œuvre intitulée La libertad constitucional (1858), il présentait la couronne d’Aragon comme la première pierre de l’édifice ibériste : la « liberté constitutionnelle » qui caractérisait les relations entre les États de la Couronne était pour lui un modèle d’avenir. Les institutions aragonaises étaient « un modelo y ejemplo de libertades y de federalismo con monarquía que no deberían desaprovechar para su estudio los politicos modernos »53. À plusieurs reprises, il ouvrit les colonnes de son journal à Sinibald de Mas qui, en 1851, avait écrit La Ibéria. Dans un article de 1856, ce dernier optait pour une solution monarchique reposant sur la formation d’un seul et même marché économique et l’usage d’une langue artificielle commune54. Pendant le Sexenio, Víctor Balaguer soutint à nouveau l’idée d’une monarchie lusitano-espagnole en défendant un candidat portugais, Fernand de Cobourg, pour la couronne d’Espagne en déshérence.

52On voit bien l’intimité du projet balaguérien avec la monarchie duale que proposait Duran i Bas en 1855 : pour Balaguer, l’option du Royaume-Uni d’Espagne constituait à la fois une solution pour le régionalisme catalan et un horizon pour la constitution d’une vaste confédération latine qui aurait pu englober le Midi français. Cette sorte de latinisme alors à la mode, Víctor Balaguer l’avait développé auprès des cercles félibriges provençaux qu’il fréquentait assidûment, ensuite repris au cours des années 1860 dans La Renaixença. Pour Duran i Bas et les régionalistes, l’ibérisme signifiait plutôt la possibilité d’édifier un fédéralisme conservateur et monarchique. C’est ce que défendait en 1869 Francesc Romani i Puigdengolas dans El federalismo en España, texte qui entrevoyait la possibilité d’ouvrir la monarchie duale au Portugal. Toutefois le contact entre ibérisme et régionalisme ne fut pas du goût de tous les régionalistes : certains, comme Josep Pella i Forgas, craignaient que l’aventure ne finisse par renforcer le centralisme castillan. Il n’empêche que le livre de Puigdengolas établissait un pont entre l’ibérisme et le régionalisme que les catalanistes exploiteront dans les années 1890.

  • 55 J. Pich i Mitjana, Federalisme i catalanisme, p. 143.

53Du côté républicain fédéraliste, Pi i Margall avait écrit sur l’ibérisme en louant les retrouvailles de la famille péninsulaire. En 1868, Valentí Almirall partagea l’idéal ibériste avec Frédéric Mistral à Barcelone, puis l’année suivante, lors de son exil à Marseille. En mai 1869, Almirall réunit à Tortosa, dans le delta de l’Èbre, les représentants républicains fédéraux des territoires de l’ancienne couronne d’Aragon afin de transformer l’Espagne en un État composite. L’idée d’Almirall était de « solidar la unidad nacional estableciéndola sobre la base sólida de la variedad » : il pensait associer non seulement le Portugal mais aussi Cuba, Porto Rico et les Philippines55. C’est au cours de l’année 1870 qu’Almirall et ses compagnons assumèrent explicitement des thèses ibéristes et commencèrent à s’identifier comme confédéralistes.

54Après que sa rupture avec Pi i Margall avait été consommée en 1881, Almirall eut pour objectif de politiser le catalanisme grâce à la fondation du Centre Català. Son plus grand triomphe fut la convocation d’une multitude d’entités catalanistes afin de présenter au monarque un Memorial en defensa de los intereses morales y materiales de Cataluña, autrement appelé Memorial de Greuges, en 1885. Face à l’uniformisme castillan, il défendait un « modèle aragonais » d’inspiration fédérale. Ses modèles étaient le Canada et le Royaume-Uni, l’Autriche-Hongrie et l’union suédo-norvégienne :

  • 56 Cité par E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, p. 94.

Lo que deseamos, Señor, es que en España se implante un sistema regional adecuado a las condiciones actuales de ella y parecido a algunos de los que siguen en los gloriosísimos imperios de Austria-Hongria y Alemania, y en el Reino-Unido de la Gran Bretaña, sistema ya seguido en España en los días de nuestra grandeza56.

55À travers ces mots, Almirall posait les fondements de ce que l’on pourrait appeler un « modèle impérial » faisant explicitement référence à la monarchie des Habsbourg. Ce faisant, il réactivait, sans doute à son insu, le rêve de la monarchie duale né dans les cercles conservateurs du régionalisme, tout en lui donnant un vernis fédéraliste. Certes, dans Lo Catalanisme (1886), livre de référence du catalanisme politique progressiste, Almirall prenait soin de distinguer les solutions républicaines (Suisse, États-Unis) qui avaient sa faveur des solutions monarchiques (Autriche-Hongrie, Allemagne, Suède-Norvège). Cependant, à ses yeux, la recomposition de l’État libéral sur la base de la fédération de provinces inspirées par le self-government en vue de constituer une fédération ibérique importait davantage que la nature du régime politique. Il pratiqua alors une sorte « d’accidentalisme », c’est-à-dire une indifférence vis-à-vis de la nature du régime politique, qui détachait le fédéralisme du républicanisme. Ainsi, l’œuvre d’Almirall ouvrit la voie au modèle du fédéralisme monarchique en tant que réunion de couronnes sous la direction d’un roi-empereur. Il se joignait alors aux catalanistes qui, à la différence des républicains fédéralistes, assumaient « l’accidentalisme » en matière de régime politique, et l’asymétrie entre les entités composant l’État, chaque élément ayant une taille, une histoire et une nationalité différentes.

  • 57 Ibid., p. 195.
  • 58 C. Serrano, Final del Imperio. España 1895-1898.

56Enric Ucelay-Da Cal a montré que le catalanisme politique des années 1880- 1890, qui n’était pas encore le mouvement nationaliste d’après 1901, souhaitait un modèle d’État moderne, l’empire, fondé sur une monarchie fédérative. Le texte programmatique et conservateur des Bases de Manresa, en 1892, proposa d’établir par exemple, sur le modèle austro-hongrois, une double administration « royale et comtale »57. Mais la guerre de Cuba changea de fond en comble la manière de poser le problème de l’État-nation. En effet, jusqu’en 1898, l’Espagne était bien un empire colonial même si, sur un plan juridique, elle était une « nation ». Entre 1860 et 1885-1888 surgit une nouvelle forme de colonialisme, de nature militariste, qui marqua profondément le nationalisme espagnol. Cet « espagnolisme » allié à une conception raciste des rapports coloniaux impliqua le déclenchement de plusieurs guerres civiles à Cuba et aux Philippines : la guerre des dix ans (1868-1878), la « petite » guerre de Cuba, puis la guerre d’indépendance cubaine (1895-1898) et enfin l’insurrection des Philippines en 189658. Face à l’espagnolisme s’affirma un nationalisme cubain, opposition qui conduisit l’île à l’autonomisme puis à l’indépendantisme.

  • 59 M. Bizcarrondo, « La autonomía de Cuba como proyecto político », p. 28.

57Le but de l’autonomisme cubain, dans la bouche de son représentant José María Gálvez aux lendemains de la paix de Zanjón (1878), était de « conquistar por los medios legales la libertad de Cuba dentro de la nacionalidad española »59. Rafael María de Labra soutenait aussi que la solution était une fédération coloniale à la britannique. C’est donc par Cuba que s’introduisit en Espagne le débat sur la régionalisation de la métropole. Mais les projets politiques de régionalisation (celui de Moret en 1884 ou de Maura en 1892) se heurtèrent à l’intransigeance des tenants de l’espagnolisme militariste. Lorsque finalement en 1897 Moret, ministre de l’Outre-mer, fit approuver un statut autonomique pour les îles antillaises, l’indépendantisme avait déjà gagné la partie. Dans les années 1890, la question de la régionalisation de l’Espagne était donc entièrement subordonnée à la question cubaine. Le nationalisme cubain apporta en Espagne un répertoire politique qui devait bouleverser profondément la nature des relations territoriales dans la métropole. En 1898, la sécession cubaine révéla de manière évidente la dissociation de la question du contenu de l’État et la question territoriale : les Espagnols prenaient tout à coup conscience que l’État libéral du xixe siècle avait été un empire et que celui-ci venait de mourir. Pour la majorité d’entre eux, Ils en tiraient la conclusion qu’il fallait désormais réaliser une nation pleine et entière, d’où l’élan régénérationniste et nationalisateur du début du xxe siècle. Pour les catalanistes cependant, la conclusion différait : il fallait transformer l’Espagne en un nouvel empire mais sur la base de nations déjà constituées, telle que la Catalogne.

58En 1897, Enric Prat de la Riba, le théoricien le plus important du nationalisme catalan, élabora une première formulation de l’impérialisme catalaniste en proposant d’unir la Péninsule à partir d’une fédération des différentes nations la composant. Dans son esprit, l’impérialisme permettait de lutter contre la tendance séparatiste du nationalisme catalan. Dans une œuvre ultérieure, il considérait l’ibérisme catalaniste comme le premier pas de la fondation d’une union ibérique puis des États-Unis de l’Europe latine, reprenant ainsi le latinisme d’un Víctor Balaguer :

  • 60 E. Prat de la Riba, La nacionalitat catalana, p. 111.

Entonces será hora de trabajar para reunir a todos los pueblos ibéricos, desde Lisboa al Ródano, dentro de un solo Estado, de un solo Imperio; y si las nacionalidades españolas renacientes saben hacer triunfar ese ideal, saben imponerlo como la Prusia de Bismarck impuso el ideal del imperialismo germánico, podrá la nueva Iberia elevarse al grado supremo de imperialismo60.

59La nationalité espagnole était donc brisée au profit d’une autre forme d’identification politique, plus vaste : l’ibéricité ou la latinité. Il est clair que ces conceptions reprenaient les rêves expansionnistes catalans, fortement inspirés par l’admiration que Prat avait pour l’empire britannique. Pour lui, il y avait le même fond fédératif entre l’empire britannique et la couronne d’Aragon.

60Ainsi, le nationalisme catalan prétendait littéralement convertir l’Espagne en un empire politique. Clairement interventionniste dans la vie politique espagnole, il avait l’ambition de reconquérir moralement et de régénérer l’Espagne. Il se persuadait que non seulement la solution impériale était la seule voie permettant de résoudre le problème des nationalités dans la Péninsule mais qu’en outre, celle-ci permettrait de rebâtir une Hispanie, ou bien une Ibérie, définie confusément comme un État de nation supranational ou une « nation de nations ».

  • 61 V. Martínez-Gil, El naixement del iberisme catalanista, pp. 95-97.

61L’idéal impérialiste permettait à la Catalogne de prendre le relais des vieux impérialismes castillan et portugais. En direction de la Méditerranée, il songeait à constituer un empire en Afrique et peut-être même en Amérique. Ces idées furent synthétisées par Eugeni d’Ors dans Genealogía del imperialismo : teoría del estado-héroe, paru en 190561. Le même auteur définissait en 1906 les fondements du noucentisme, véritable programme de nationalisation culturelle et politique de la Catalogne, fondé sur les thèmes de l’impérialisme, du méditerranéisme et du latinisme classicisant.

  • 62 E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, pp. 137 sqq.

62Non seulement le nationalisme catalan prétendait avoir une conception de l’État différente et supérieure au système existant, mais il remettait en question l’existence même de la nation espagnole à laquelle se substituait un empire de nations hispaniques. L’idée d’empire était-elle paradoxalement le signe du triomphe du principe national ? Il faut examiner de près la conception de la nation qui guide Prat de la Riba : la nation est loin d’être l’entité souveraine que les libéraux avaient définie au début du xixe siècle. Comme le montre Enric Ucelay-Da Cal, l’idée de nation et d’empire vint à Prat par la médiation d’un grand écrivain catholique, Josep Torras i Bages, qui écrivit en 1892 La tradición catalana62. Dans cet ouvrage important, Torras i Bages prétendait rattacher la Catalogne à la tradition de l’universalisme chrétien à travers le renouveau d’un Saint-Empire romain. Il professait une sorte de néoimpérialisme césaropapiste, proche des idées carlistes de son temps. L’Espagne devenait alors une légion de peuples guidés par le principe catholique. Et la Catalogne, par essence chrétienne, tenait un rôle de premier plan dans ce dessein.

  • 63 Cité par E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, p. 178.

63Prat récupéra cette idée en lui donnant un contenu culturel et laïque : de la revendication de l’unité catholique primordiale, le catalanisme passa à celle de l’unité culturelle nationale dont le principe de cohésion reposait sur la langue catalane. Prat renouait d’une certaine façon avec une pensée thomiste de la société, mais dans une version désormais modernisée. La nation catalane était conçue comme un tout organique, une communauté parfaite, une sociedad psicológica et territorialisée63. Et c’est précisément l’unité culturelle primordiale de la société catalane qui serait le levier du réveil des autres nations hispaniques. L’idée d’empire se substituait à un État défaillant et rejeté, non pas sur la base de la nation libérale mais sur celle de la République.

64Au début du xixe siècle, le nationalisme libéral espagnol considéra, sitôt les indépendances américaines consommées, que la question du territoire était tranchée. Et il resta indifférent aux débats sur la forme de l’État et le contenu de la nation. Pourtant, la construction nationale en Espagne ne cessait de soulever un double problème : le premier, un débat de fond sur la nature de l’État, en recouvrait un autre, non moins violent, sur sa forme territoriale, c’est-à-dire sur la nature impériale de l’Espagne. D’un côté, l’organisation politique interne de l’État ; de l’autre, son organisation territoriale externe.

65Depuis Barcelone, la nature impériale de l’État fut combattue et mise à profit simultanément : le libéral provincialisme rejetait la centralisation de l’État mais s’enthousiasmait des conquêtes coloniales en Afrique. Le carlisme appelait de manière ambiguë au respect de l’empire (celui des Habsbourg) mais aussi à celui des multiples souverainetés qui le composaient. Le carlisme fut le seul courant politique qui n’oblitéra jamais la référence à l’empire. Le fédéralisme, au contraire, rejeta le caractère impérialiste de l’État en proposant de doter les entités fédératives de contre-pouvoirs. Ces courants qui débattaient de l’organisation constitutionnelle de l’État reflétaient aussi, dans un cadre métropolitain, une préoccupation plus générale pour l’articulation d’une entité politique qui pourrait inclure le Portugal et surtout, les Antilles et les Philippines.

  • 64 A. Lempérière, Entre Dieu et le Roi, la République, p. 130.
  • 65 Ibid., p. 311.

66Au total, ces formes variées de contestation de l’État-nation n’ont jamais coïncidé au point de renverser l’ordre des choses. Cependant, elles furent assez importantes pour saper les fondements de sa légitimité : au début du xxe siècle, le surgissement de nationalismes périphériques, loin de renforcer l’idée de la nation libérale, modernisa les conceptions les plus traditionnelles de la communauté politique. Autrement dit, si les nationalismes « périphériques » étaient bien de puissants agents de nationalisation de la société — sans plus se référer à la nation espagnole —, leur conception de la nation s’éloignait de l’héritage libéral et se réclamait d’une conception républicaine de la communauté où chaque composante assume le patriotisme, « ensemble mais aussi séparément » et « sans qu’aucun corps ne [puisse] prétendre l’incarner tout entier »64. Les contestations de l’État-nation reflétaient la survivance et l’adaptation d’une autre conception du politique où la structure communautaire, soudée par des valeurs dont l’origine est religieuse, « produit de l’autonomie, mais de l’autonomie collective »65. Cette rationalité politique qui affleurait dans la vie politique espagnole ne trouva pas le moyen de s’articuler à celle du libéralisme parce qu’elle ne reconnaissait la légitimité de l’État moderne que pour autant qu’il fût capable d’arbitrer les conflits violents en son sein, et de respecter ses libertés. La fin du siècle tendit à montrer que ni l’État ni la nation n’étaient les aboutissements logiques de la révolution libérale, mais que celle-ci pouvait conduire au renforcement des corps autonomes d’États-provinces dont la culture politique serait foncièrement catholique.

Bibliographie

Sources imprimées

Balaguer, Víctor, Mis recuerdos de Italia, Barcelone, Tipo-litografía de Luís Tasso, 1890.

Duran i Bas, Manuel, « Catalanismo no es provincialismo », Diario de Barcelona, 30 janvier 1855.

Ferrer, Raymundo, Barcelona cautiva, o sea el diario exacto de lo ocurrido en la misma ciudad mientras la oprimieron los franceses, esto es, desde el 13 de febrero de 1808 hasta el 28 de mayo de 1814, Barcelone, Antonio Brusi, 1815- 1819, t. II.

Guardiola, Joan Baptista, « De la centralización », Diario de Barcelona, 14 septembre 1854.

Manéy Flaquer, Juan, « El catalanismo », El Diario de Barcelona, 22 novembre 1878

Mas, Sinibald de, « Conveniencia de la unión ibérica para Cataluña », La Corona de Aragón, 14 janvier 1851.

Pi y Margall, Francisco, La reacción y la revolución, Barcelone, La Revista Blanca, 1854.

Prat delariba, Enric, La nacionalitat catalana [1917], Barcelone, Ayma, 1982.

Puigblanch, Antoni, « Prólogo con morrión que los latinos llaman galeato », dans Id., Opúsculos gramático-satíricos, Londres, Imprenta de Vicente Torras, 1828.

— « La regeneración política de la España », dans Id., Opúsculos gramático-satíricos, Londres, Imprenta de Vicente Torras, 1828.

Xaudaró, Ramón, Bases de una constitución política o principios fundamentales de un sistema republicano. Escrita en 1832, Barcelone, Tip. Ramírez y Comp., 1868.

Bibliographie

Álvarez Junco, José, Mater Dolorosa. La idea de España en el siglo xix, Madrid, Taurus, 2001.

Anguera, Pere, Els precedents del catalanisme : catalinat i anticentralisme (1808- 1868), Barcelone, Empúries, 2000.

Arbós, Xavier, La idea de nació en el primer constitucionalisme espanyol, Barcelone, Curial, 1986.

Bizcarrondo, Marta, « La autonomía de Cuba como proyecto político », dans Rafael de Labra et alii, El problema colonial contemporáneo, étude préliminaire de Marta Bizcarrondo, Oviedo, Universidad de Oviedo - Servicio de Publicaciones, 1998, pp. i-ix.

Bullón de Mendoza, Alfonso, La primera guerra carlista, Madrid, Universidad Complutense, 1992.

Canal, Jordi, El carlisme català dins l’Espanya de la Restauració. Un assaig de modernització política (1888-1900), Vic, Eumo, 1998.

Casacuberta, Josep Maria de, Lo verdarer Català, primer òrgan periodístic de la Renaixença (1843), Barcelone, Barcino, 1956.

Fradera, Josep Maria, Cultura nacional en una societat dividida. Patriotisme i cultura Catalunya (1838-1868), Barcelone, Curial, 1992.

— Jaume Balmes. Els fonaments racionals d’una política católica, Vic, Eumo, 1996.

— Gobernar colonias, Barcelone, Península, 1999.

Gabriel, Pere, « Catalanisme i republicanisme federal del vuitcents », dans Pere Angera et alii, El catalanisme d’esquerres, Gérone, Quaderns del Cercle, 1997, pp. 74-76.

González Casanova, José Antonio, Federalismo y autonomía. Cataluña y el Estado español, Barcelone, Crítica, 1979.

Guerra, François-Xavier, « El ocaso de la monarquía hispánica. Revolución y desintegración », dans Antonio Annino et François-Xavier Guerra (éd.), Inventando la nación. Iberoamérica. Siglo xix, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2003, pp. 117-152.

Lempérière, Annick, Entre Dieu et le Roi, la République, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Lluch, Ernest, La Catalunya vençuda del segle xviii. Foscors i clarors de la Il·lustració, Barcelone, Edicions 62, 1996.

Martínez-Gil, Víctor, El naixement del iberisme catalanista, Barcelone, Curial, 1997.

Michonneau, Stéphane, Barcelona, memòria i identitat. Monuments, commemoracions i mites, Vic, Eumo, 2002.

Molina Aparicio, Fernando, La tierra del martirio español : el País Vasco y España en el siglo del nacionalismo, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2005.

Montoya, Pío María de, La intervención del clero vasco en las contiendas civiles (1820-1823), Saint-Sébastien, Izarra, 1971.

Moreno Luzón, Javier, (éd.), « Nacionalismo español : las políticas de memoria », Historia y Política, 12 (2), 2004, pp. 7-14.

Pi de Cabanyes, Oriol, « Un monárquico federal », La Vanguardia, 13 mars 2002, p. 39.

Pich iMitjana, Josep, Federalisme i catalanisme : Valentí Almirall i Llozer (1841- 1904), Vic, Eumo, 2004.

Riquer, Borja de, « La faiblesse du processus de construction nationale en Espagne au xixe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41-42, 1994, pp. 353-366.

— « La débil nacionalización española del siglo xix », Historia Social, 20, 1994, pp. 97-114.

Risques Corbella, Manel, El govern civil de Barcelona al segle xix, Barcelone, Abadia de Monserrat, 1995.

Sánchez Agesta, Luis, Historia del constitucionalismo español [1955], Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1978.

Serrano, Carlos, Final del Imperio. España 1895-1898, Madrid, Siglo XXI, 1984.

Toledano González, Lluís Ferran, Carlins i catalanisme. La defensa dels furs i de la religió a la darrera carlinada (1868-1875), Sant Vicenç de Castellet, Farell, 2002.

Ucelay-Da Cal, Enric, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España, Barcelone, EDHASA, 2003.

Vilar, Pierre, « Les concepts de nation et de patrie chez les Espagnols du temps de la guerre d’Indépendance », Ibérica, 4, 1994, pp. 75-94.

Villena Espinosa, Rafael, « La crisis del Estado centralista y la administración territorial en el Sexenio », Ayer, 44, 2001, pp. 83-108.

Notes

1 J. A. González Casanova, Federalismo y autonomía, p. 71.

2 B. de Riquer, « La faiblesse du processus de construction nationale », et Id., « La débil nacionalización española ».

3 J. Moreno Luzón (éd.), « Nacionalismo español : las políticas de memoria ».

4 X. Arbós, La idea de nació, pp. 126 sqq.

5 P. Vilar, « Les concepts de nation et de patrie chez les Espagnols ».

6 F.-X. Guerra, « El ocaso de la monarquía hispánica ».

7 Rappelons par exemple que pour Antoni de Capmany, pourtant réputé pour sa propension au « particularisme » : « Nos llamamos Diputados de la Nación, y no de tal o cual provincia : hay Diputados por Cataluña, por Galicia, etc. ; mas no de Cataluña, de Galicia, etc. ; entonces caeriamos en el federalismo, o llamese provincialismo, que desconcertaría la fuerza y la concordia de la unión, de la que se forma la unidad ». Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordinarias, 21 janvier 1811, cité dans X. Arbós, La idea de nació, p. 143.

8 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 74.

9 X. Arbós, La idea de nació, p. 140.

10 Le prélat Rius de Balaguer introduit un bémol, mais plutôt au nom d’une sorte de pragmatisme : « Permítase a las provincias el gobernarse por el código particular de cada una, revisto primero por el gobierno, disminuido de todo aquello que parecierse conveniente y aumentado de leyes que exijan las nuevas circunstancias del día. El garante más seguro de la observancia de las leyes es el amor a ellas y seguramente serán siempre más amadas por cada provincia las que ven nacer en su mismo seno ». Voir X. Arbós, La idea de nació, p. 140.

11 F.-X. Guerra, « El ocaso de la monarquía hispánica », p. 204.

12 El redactor general de Cataluña, 15 janvier 1814, cité par M. Risques Corbella, El govern civil de Barcelona, p. 123.

13 F. Molina Aparicio, La tierra del martirio español, pp. 83 sqq.

14 E. Lluch, La Catalunya vençuda del segle xviii.

15 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 74 ; R. Ferrer, Barcelona cautiva, t. II, p. lxxxv.

16 X. Arbós, La idea de nació, p. 240.

17 Diario de Sesiones de las Cortes, 1er octobre 1821, n° 7, p. 54.

18 J. M. Fradera, Gobernar colonias, p. 76.

19 « Manifiesto de las operaciones », Diario de Barcelona, 5 septembre 1835.

20 « Imposibilidad que Catalunya se declare nunca independiente », El Constitucional, 28 août 1837 (cité par P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 137).

21 J. M. Fradera, Jaume Balmes, p. 192.

22 Ibid., p. 180.

23 Ibid., p. 181.

24 R. Xaudaró, Bases de una constitución política, p. 27.

25 Diario de sesiones, 7 décembre 1836, t. I, pp. 550-522.

26 S. Michonneau, Barcelona, memòria i identitat.

27 J. Mané y Flaquer, « El catalanismo ».

28 J. M. de Casacuberta, Lo verdarer Català, p. 87.

29 J. M. Fradera, Cultura nacional en una societat dividida.

30 F. Pi y Margall, La reacción y la revolución, pp. 204-207.

31 V. Balaguer, Mis recuerdos de Italia, p. 377.

32 M. Duran i Bas, « Catalanismo no es provincialismo ».

33 J. M. Fradera, Jaume Balmes, p. 192.

34 J. Álvarez Junco, Mater Dolorosa, pp. 357 sqq.

35 Cité par P. M. de Montoya, La intervención del clero vasco, p. 36.

36 X. Arbós, La idea de nació, p. 166.

37 L. Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo español, p. 40.

38 X. Arbós, La idea de nació, p. 201.

39 P. Anguera, Els precedents del catalanisme, p. 100.

40 A. Bullón de Mendoza, La primera guerra carlista, p. 167.

41 L. F. Toledano González, Carlins i catalanisme, p. 38.

42 Toutefois, chez des penseurs comme Luis Maria de Llauder ou Narciso Blanch, l’incorporation de la Catalogne à la future monarchie restaurée se ferait par l’intermédiaire d’une union fédérative où chaque composante conserverait sa nature, ses lois et ses privilèges. Les impôts seraient votés par des Cortès catalanes convoquées une fois l’année. Il faut enfin noter que le principe de la dévolution forale ne faisait pas l’unanimité des carlistes et, de manière judicieuse, La Crónica de Cataluña commentait : « Se trataba […] de proclamar los fueros. Pero nadie sabia qué fueros eran esos, ni de qué se trataba ». Voir L. F. Toledano González, Carlins i catalanisme, p. 137.

43 J. Canal, El carlisme català dins l’Espanya de la Restauració.

44 Josep Narcís Roca i Farreras, « Los fueros de Cataluña invocado por los carlistas », La Independencia, nos 882, 911, 914, 917, 939 et 937, juin-juillet 1872, cité par L. F. Toledano González, Carlins i catalanisme, p. 121.

45 La Época, 8 août 1872, n° 7268 : « La autonomía, la independencia, la vida propia, el grado de separación que resultaba de sus fueros lo acceptarían los catalanes ; pero los instrumentos, la organización, la forma de esa autonomía que establecían los mismos fueros no son acceptables en nuestro siglo ».

46 R. Villena Espinosa, « La crisis del Estado centralista ».

47 Lucas Llamas, « Cuestiones de Ortodoxia », La Avanzada, 20 mars - 30 octobre 1890, cité par P. Gabriel, « Catalanisme i republicanisme federal del vuitcents », pp. 74-76.

48 « Nuestra tesis », La Avanzada, 10 décembre 1891, cité par P. Gabriel, « Catalanisme i republicanisme federal del vuitcents », p. 78.

49 J. B. Guardiola, « De la centralización ». Député libéral fédéral, secrétaire de la mairie de Barcelone pendant le Bienio libéral, il pensait que l’Espagne n’est pas « una sola nación, sino un conjunto de naciones ». « Es un “haz de naciones” ».

50 A. Puigblanch, « Prólogo con morrión que los latinos llaman galeato », t. I, p. cxxi.

51 Id., « La regeneración política de la España », t. I, pp. 6-7.

52 V. Martínez-Gil, El naixement del iberisme catalanista, p. 20.

53 O. Pi de Cabanyes, « Un monárquico federal », p. 39.

54 S. de Mas, « Conveniencia de la unión ibérica para Cataluña ».

55 J. Pich i Mitjana, Federalisme i catalanisme, p. 143.

56 Cité par E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, p. 94.

57 Ibid., p. 195.

58 C. Serrano, Final del Imperio. España 1895-1898.

59 M. Bizcarrondo, « La autonomía de Cuba como proyecto político », p. 28.

60 E. Prat de la Riba, La nacionalitat catalana, p. 111.

61 V. Martínez-Gil, El naixement del iberisme catalanista, pp. 95-97.

62 E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, pp. 137 sqq.

63 Cité par E. Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán, p. 178.

64 A. Lempérière, Entre Dieu et le Roi, la République, p. 130.

65 Ibid., p. 311.

Table des illustrations

Titre CONCEPTION DE LA COMMUNAUTÉ POLITIQUE
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search