Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge

 | 
Vincent Lagardère

I. Vie religieuse

Texte intégral

A. IFRĪQIYA

KAIROUAN IXe siècle. SAḤNŪN cité par YAḤYĀ B. ‘UMAR (m. 289 H/901)

1. Sahnūn fit fouetter et emprisonner une entremetteuse appelée Ḥikma. Une autre nommée Tarkū lui ayant été amenée, il la chassa de sa maison dont la porte fut bouchée avec des briques (ṯūb) et de l'argile, la fit flageller dans la qubba puis l'installa au milieu de pieuses gens. Aujourd'hui on a l'habitude de brûler la maison de pareilles femmes [Fès, II, 318 ; Rabat, H, 409].

KAIROUAN IXe siècle. ḤAMDĪS (AL-QAṬṬĀN), disciple de Saḥnūn.

2. Muḥammad b. Yazīd b. ḫālid dit à Ḥamdīs qu'il avait mis aux fers de jeunes garçons imberbes, désœuvrés et se prostituant. Ḥamdīs l'approuva et estima qu'il fallait les enfermer chez leurs parents et non en prison. Un certain cadi de Kairouan leur fit raser ou tondre la tête et les revêtit d'habīts moins beaux que les leurs [Fès, II, 318 ; Rabat, II, 409].

KAIROUAN Xe siècle. IBN ABĪ ZAYD (m. 386 H/996)

3. La zakāt prélevée par les gouverneurs (wulāt) est juridiquement valable s'ils en ont été chargés par le roi (malik) d'Ifrīqiya, sinon par précaution pieuse (iḥtiyāt) on devra la payer une seconde fois [Fès, I, 304-305 ; Rabat, I, 376].

4. On peut consommer la chair des chameaux et des bœufs égorgés après avoir eu les jarrets coupés au cours d'un mariage ou d'une autre fête [Fès, II, 20 ; Rabat, II, 29].

5. Un individu entendant des gens parler de l'aspect du Prophète leur désigne un passant au visage et à la barbe laids et leur lance qu'il lui ressemblait.

Réponse. Il sera mis à mort [Fès, II, 275 ; Rabat, II, 355].

6. C'est au Prince (Sulțān) de déterminer la correction dont sont passibles les coupables d'un de ces blasphèmes : "Qu'Allāh maudisse les Arabes", "qu'Allāh maudisse les Israélites", "qu'Allāh maudisse les fils d'Adam", "qu'Allāh maudisse celui qui a interdit les boissons enivrantes" [Fès, II, 276 ; Rabat, II, 357].

7. Un individu a maudit un homme et Allāh, Il prétend avoir voulu maudire le diable, mais sa langue avait fourché.

Réponse. Il sera mis à mort et son excuse rejetée [Fès, II, 279-280 ; Rabat, II, 361].

7 bis. Al-Māzarī a mentionné dans sa Ta‘līqa ‘alā aḥādiṯ al-ǧawzaqī les propos tenus par ce Kairouanais connu pour sa piété qui disait : "J'ai vu ceci et cela !" parlant de choses offusquant la raison. Quand on les lui rapportait, Ibn Abī Zayd disait : "Oui, il peut certainement avoir de pareilles visions en dormant car tout dormeur en voit bien d'autres en rêve". Un jour qu'on lui dit que l'illuminé avait déclaré : "J'ai vu le Créateur, Haut et Puissant", le šayḫ déclara : "C’est énorme, mais un individu peut certainement voir en dormant le Maître de Toute Puissance", Ce propos fut rapporté à l'autre qui s'exclama : "Je ne l'ai vu qu'en état de veille !". À cette nouvelle Abū Muḥammad (b. Abī Zayd) nia que ce fût possible et composa un ouvrage pour démentir les allégations dudit personnage.

Mais les juristes de Kairouan soutenant le visionnaire s'en prirent à Ibn Abī Zayd et proclamèrent : "C'est nier les miracles conformément à la doctrine des mu‘tazilites !" Ibn Abī Zayd adressa le texte de la question et une somme de dinars au cadi Abū Bakr b. al-Ṭayyib (al Bāqillānī) que son messager trouva en train de dicter son ouvrage al-Intiṣār. "Je ne puis, lui dit-il, rien faire pour l'instant tant que je n'aurai pas achevé ce que j'ai entrepris". L'envoyé d'Ibn Abī Zayd attendit un an à la porte d'al-Bāqillānī qui, au bout de ce temps, composa un ouvrage en deux volumes qu'il intitula al-Farq bayna mu‘ǧizāt al-anbiyā‘ wa-karāmāt al-awliyā‘ ("Différences entre les miracles des prophètes et ceux des saints") et en tête duquel il s'exprimait ainsi : "Notre šayḫ Abū Muḥammad (b, Abī Zayd) fort versé en droit pratique (furū‘) et au courant du droit théorique (uṣūl) ne nie pas les miracles des saints conformément à la doctrine des mu‘tazilites, mais dans ses propos il n'a voulu que ceci..." et il poursuivait commentant ce qu'Ibn Abī Zayd avait dit comme il convenait de le faire [Fès, II, 305 et 343-344 ; Rabat, II, 392].

KAIROUAN Xe siècle. ABŪ MŪSĀ B. MANĀS (m. 390 H/1000)

8. Celui qui blasphème en disant : "Qu'Allāh te maudisse (dans tes ancêtres) jusqu'à Adam !" sera mis à mort [Fès, II, 276 ; Rabat, II, 357].

KAIROUAN Xe siècle. AL-QĀBISĪ (m. 403 H/1012)

9. Abū l-Hasan al-Qābisī ayant prié à Qasr Abī l-Ğa‘d ordonna de recommencer la prière soit parce qu'on avait utilisé un répétiteur (musammi‘) soit à cause des cris ou des voix trop sonores (Fès, I, 133 ; Rabat, I, 153).

10. Accomplissement dans une mosquée (masǧid) des prières de ramaḍān (qiyām ramaḍān) [Fès, I, 180 et 181 ; Rabat, I, 202].

11. En cas de décès les gens de la localité (ahl al-qarya) viennent trouver le parent du mort et préparent de grands plats de couscous (qiṣā‘ bi-ta‘ām).

Réponse. Al Qābisī déclare que cette pratique ne repose sur aucune sunna ; et il y a encore plus grave : quiconque s'abstient d'observer cette pratique risque d'être insulté et malmené [Fès, I, 275 ; Rabat, I, 338. Il s'agit peut-être du repas communiel du troisième jour ; voir fatwā suivante].

12. Se rendre le lendemain matin des funérailles sur les tombes (taṣbīḥ al-qubūr) est une innovation (bid‘a) instaurée en l'an (... ?) 7 (sanat sab‘). Ibn Abī Zayd (m. 386 H/996) y assista d'abord mais, par la suite, se tint dans ta maison (mortuaire). Ibn al-Tabbān (m. 371 H/981) ne participa pas à la cérémonie matinale sur la tombe (ṣabāḥ al-qabr) de sa mère. Al-Sabā'i (m. 356 H/967) ne désapprouva pas cette pratique dans laquelle il voyait une manifestation de la solidarité des Croyants dans l'épreuve, à l'occasion de la mort d'une femme appelée Umm Banī Sudūr al Mašā'iḫ (mot à mot "la mère des fils des éminents šayḫ-s"). Le šayḫ (al-Qābisī ou al-Sabā'ī ?) n'a pas entendu blâmer cette coutume en Orient tandis que "les gens de notre contrée la réprouvent". Al-Qābisī a désapprouvé le repas communiel (ta‘ām) qui avait lieu la nuit du troisième jour (laylat al-ṯāliṯ), c'est-à-dire le surlendemain soir [Fès, I, 275-276 ; Rabat, I, 338-339 ; voir fatwā précédente].

13. La terre d'un cimetière n'est pas une terre morte (arḍ mawāt) pouvant revenir par une concession sultanienne (qaṭī‘a min al-sulṭān) à celui qui la vivifie [Fès, I, 276 ; Rabat, I, 340 ; même fatwā dans VII, 22].

14. Un père pauvre et non lépreux s'installe avec sa femme à al-Dimma (sans doute la léproserie située entre Sousse et Kairouan) où il perçoit les aumônes (ṣadaqāt) faites aux lépreux, et épouse et répudie des femmes sans se préoccuper de savoir si elles sont lépreuses ou non. Il réclame une pension (nafaqa) à son fils qui y consent à condition qu'il rentre chez lui à Kairouan ; il refuse (Fès, I, 309-310 ; Rabat. I, 3861.

15. On peut acheter tes marchandises proposées par des marchands venus d'ailleurs après avoir été soumises à la dîme (‘ušr) par le Prince (sulṭān al-waqt). Il en est de même pour ceux d'entre eux qui arrivent chez un gouverneur auquel le Prince a affermé ce ‘ušr Cela n'a rien à voir avec le butin (ġanīma) sur lequel le Sultan fait main basse car le butin doit revenir aux Musulmans. C'est de leur plein gré que ces marchands voyagent pour venir chez ce Sultan. Les Juifs et les Chrétiens étaient soumis au ‘ušr qui tenait lieu de l'impôt de capitation (ǧizya) tout comme le ‘ušr qui composait l'aumône légale (zakāt) pour les Musulmans. Se fondant sur l'avis de son maître Ibn al-Labbād, le šayḫ Abū Muḥ ammad (b. Abī Zayd) (m. 386 H/996) a admis l'assimilation du ‘ušr à la ğizya, mais a finalement abandonné cette interprétation [Fès, I, 310 ; Rabat, I, 386].

16. Quid d'un sultan injuste qui s'approprie la dîme (‘ušr), taxe (yuġrimu) les gens indûment et dépose cet argent chez quelqu'un qui l'accepte par complaisance ?

Réponse. Si le dépositaire a été contraint d'accepter le dépôt il ne sera pas mis à l'amende (lam yalzamhu ġurm). Il n'est pas bon d'habīter un pays où de pareilles choses se passent [Fès, I, 310 ; Rabat, I, 387].

17. De la zakāt due par un homme qui se rend à la Mecque et commerce en route faisant des dettes et obtenant des créances [Fès, I, 311 ; Rabat, I, 387].

18. Al-Qābisī se trouvait à Monastir pendant un certain ramaḍān [Fès, I, 338 ; Rabat, I, 4251.

19. Les commerçants de Monastir se rendent dans l'île (al-ǧazīra) pour acheter leur poisson aux pêcheurs ou le leur achètent au pont (al-qanṭara) près de Qaṣr Abī (le texte dit Ibn) al-Ǧa‘d privant ainsi totalement les forts (ḥuṣūn, c'est à dire les ribāṭ-s) de cette denrée qu'ils acheminent vers les villes. Ne convient-il pas que les pêcheurs vendent leur poisson à proximité du fort (hiṣn) afin que chacun, riche ou pauvre, puisse en acheter ?

Réponse. Quiconque intercepte une marchandise destinée à une localité donnée commet un acte illicite. Elle sera saisie et vendue au souk. Si elle atteint un prix inférieur ou égal à celui payé par cet acheteur, les habitants l'acquerront au juste prix courant ; si elle le dépasse, ils ne devront que le prix payé par ledit acheteur. Quant aux pêcheurs qui utilisent des filets (ṭarārīh) ou autres engins et habitent ces forts, ces lieux doivent être réservés à ceux qui y tiennent garnison et s'adonnent aux pratiques pieuses. Le droit de pêcher au large de Monastir, comme celui de ramasser de l'herbe ou du bois dans les parages broussailleux est prioritaire pour ceux qui y tiennent garnison. Les autres ne peuvent en jouir qu'autant qu'ils ne leur nuisent pas. Les habitants de Monastir qui y pêchent doivent apporter leur poisson au souk et le vendre là au prix de l'offre et de la demande. Une fois les besoins locaux satisfaits, les pêcheurs ont le droit d'aller vendre le surplus à qui bon leur semble, mais nul n'a le droit de leur acheter tant qu'ils ne sont pas arrivés au souk. Le logement des commerçants dans tes forts n'est toléré que pour la commodité de leurs habitants légitimes. Si, au contraire, ils leur nuisent, il ne s'agit plus que de marchands ordinaires, profiteurs indésirables qui doivent être expulsés. Les marchands qui viennent à Monastir pour s'y procurer du poisson afin de le revendre ailleurs, ne doivent pas nuire aux habitants (des forts) qui y pêchent. Ils peuvent le faire à condition que les besoins de ces habitants soient d'abord satisfaits. Contrairement à la chasse, la pêche ne portant préjudice à personne est ouverte à tous [Fès, II, 2-3 ; Rabat, II, 5].

20. Quelqu'un jure de faire le Pèlerinage à la Mecque si son adversaire ne prête serment sur le Coran dans la Mosquée Cathédrale de Sousse.

Réponse. Il ne doit exiger de son adversaire que le serment par la formule : "Par Allāh en dehors duquel il n'est pas d'autre divinité que Lui !" [Fès, II, 59 ; Rabat, II, 83].

21. Quelqu'un jure de ne pas être percepteur (an lā ya‘mala qabālatān) et s'il le devient de faire l'aumôme de son gain (uǧra). Or, il y est contraint [Fès, II, 59 ; Rabat, II, 831.

22. Par preuve testimoniale (bayyina) soumise au cadi, il est établi qu'un individu a injurié le Prophète le traitant notamment de "chamelier orphelin d'Abū Ṭālib" (al-ǧammāl yatīm Abī Tālib) dont acte (maḥdar) détenu par le cadi. Le coupable étant laissé en liberté, des gens demandent au cadi de lui appliquer le châtiment qu'il mérite. Ce magistrat leur dit de soumettre le cas au Sultan.

Réponse. Le comportement et la déclaration du cadi indiquent que le coupable jouit de la protection (ḥimāya) du Sultan et que le cadi n'a pas prise sur lui. Il devrait être jeté en prison, mis aux fers puis exécuté après consultation du Sultan dans le cas où le cadi, juste et intègre, n'est pas habīlité à mettre à mort quiconque le mérite. Mais un tel cadi devrait pouvoir faire exécuter les sentences qu'il rend en toute justice et en consultant ceux dont la piété est parfaite, et ce au grand soulagement du Sultan mis ainsi à l'abri du risque d'empêcher l'exécution nécessaire d'une sentence et mis à même d'accomplir son devoir envers Allāh [Fès, II, 275 et 408 ; Rabat, II, 355].

23. Un individu est accusé d'avoir dit que tout propriétaire de fondouk était cornard et proxénète fût-il Prophète envoyé (d'Allāh). Il allègue qu'il a prononcé ces paroles en état d'ébriété.

Réponse. Il faut le garroter fermement. Il n'y a pas de prophète envoyé parmi les tenanciers actuels de fondouks, mais parmi les anciens prophètes, il y en eut qui possédèrent des richesses (donc éventuellement des fondouks). En tout cas l'affaire a besoin d'être examinée avec soin [Fès, II, 276 et 406 ; Rabat, II, 356-357, 517].

24. Quid d'un individu qui, à propos d'un homme laid, dit que son visage ressemble à celui de Nakir (Ange de la tombe) et d'un autre renfrogné que son visage ressemble à celui de Mālik (Ange gardien de l'Enfer) ?

Réponse. Il mérite un châtiment [Fès, II, 277 et 411-412 ; Rabat, II, 358].

25. Quid d'un ivrogne qui s'exclame : "je suis Allāh !" ?

Réponse. S'il se repent, il sera châtié. S'il récidive, il sera poursuivi en tant que zindīq (athée) [Fès, II, 280 et 407-408 ; Rabat, II, 362, 519].

26. Un esclave âgé réclame son dû à un Juif qui lui jure par la Thora. Il répond : "Qu'Allāh maudisse la Thora !". Ces faits sont attestés par un témoin. Un autre affirme que l'esclave a déclaré qu'il n'avait maudit que la Thora des Juifs. Le cadi a enquêté sur le coupable que des témoins irréprochables ont déclaré être vieux, faible d'esprit et ignorant la nature des quatre "Livres". Il a sursis au jugement jusqu'à ce qu'il ait l'opinion d'al-QAbīsï et mettra l'esclave à mort s'il y a lieu.

Réponse. Le premier témoignage ne peut à lui seul entraîner la peine de mort et le second peut faire admettre l'excuse tirée de l'ignorance [Fès, II, 280-281 ; Rabat, II, 362-363].

27. Un Chrétien injurie le Prophète puis se convertit à l'Islam.

Réponse. Il n'encourt aucune peine [Fès, II, 410 ; Rabat, II, 522].

28. Un individu injurie le Prophète, ce qui est établi par des témoins irréprochables. Il est mis à mort, laissant des biens et un fils [Fès, II, 411 ; Rabat, II, 523].

29. Un jeune homme s'adonne à l'étude et à la piété après une jeunesse orageuse. Certains lui font grise mine quand il se mêle de donner des conseils. L'un d'eux l'ayant accusé d'être illettré (ummī), il rétorque que le Prophète l'était bien. Cette affirmation fit grand bruit et on accusa son auteur d'impiété. Il craint pour ses jours et fait preuve d'une grande contrition.

Réponse assez indulgente [Fès, II, 412-413 ; Rabat, II, 525].

30. En présence d'al-QAbīsï on parle des "orientaux" qui cachent leur impiété et de la recevabilité de leur repentir. Le šayh déclare qu'ils demandent : "Pourquoi nous tuez-vous alors que nous observons les prescriptions de l'Islam ?".

– Un passage altéré fait allusion à l'appel à la prière šī‘ite, la ḥay‘ala, à la prière du vendredi précédée de cet appel, au jeûne et au pèlerinage non conformes à la loi religieuse... Ils demandent qu'on accepte leur repentir... Ce qu'ils appellent l'Imām est un signe qu'ils attendent pour détruire l'Islam.

– S'ils viennent à résipiscence, ils ne peuvent oublier leurs erreurs à l'instar du sorcier dont on accepte le repentir mais qui est incapable d'oublier la sorcellerie.

– Autre passage peu clair. Al-Qābisī dit qu'à sa connaissance personne ne leur échappa à l'époque d'Abū Zavd (sic pour Abū Yazīd ?) sauf Zakariyyā’... [Fès, II, 414-415 ; Rabat, II, 527].

31. Un Juif de Kairouan ayant obtenu du Sultan l'autorisation d'achever une synagogue s'en abstint après qu'al-Qābisī se fût prononcé contre ce projet [Fès, II, 207 ; Rabat, II, 259].

KAIROUAN Xe siècle. IBN AL-KĀTIB (m. 408 H/1017)

32. La succession d'un Chrétien qui injurie le Prophète revient-elle à ses héritiers ou aux Musulmans ?

Réponse. Il est passible de la peine de mort à moins qu'il ne se convertisse à l'Islam, auquel cas il échappe à ce châtiment. Son crime annule la protection (ḏimma) dont il jouit, il est licite de répandre son sang et ses biens appartiennent aux Musulmans à titre de butin (fay) [Fès, II, 272-273 ; Rabat, II, 351-352].

KAIROUAN Xe-XIe siècles. ABŪ ‘IMRĀN AL-FĀSĪ (m. 430 H/1038)

33. Les pavillons (fasāṭīṭ) dressés sur la tombe de Muḥammad b. Saḥnūn (m. 255 H/869) y restèrent jusqu'à l'hiver [Fès, I, 273 ; Rabat, I, 335 ; citation du chroniqueur ziride Ibn al-Raqiq].

KAIROUAN Xe-XIe siècles. ABŪ L-TAYYIB (ABD AL-MU'MIN AL-KINDI) (m. 421 ou 435 H/1030 ou 1045)

34. Comment doivent acquitter la zakāt des gens dont la récolte est évaluée sur pied (yuharraṣ ‘alayhim zar‘uhum) puis confisquée jusqu'à ce qu'ils versent une certaine quantité de dirhams en espèces ?

Réponse. Ils devront faire la somme des dirhams versés, la déduire de la valeur des céréales et calculer la zakāt sur le reste [Fès, I, 305 ; Rabat, I, 379].

KAIROUAN XIe siècle. ABŪ ḤAFṢ ‘UMAR B. AL-‘AṬṬĀR (m. vers 430 H/1038-1039)

35. Les Chrétiens doivent être empêchés de surélever leurs églises, de remplacer les briques crues (ṭūb) par des pierres et de compléter l'extérieur demeuré inachevé. Ils peuvent achever ce qui est déjà construit, surélever la porte en cas d'exhaussement du niveau du sol, faire des travaux intérieurs [Fès, II, 207 ; Rabat, II, 259].

KAIROUAN XIe siècle. ABŪ ISḤĀQ AL-TŪNISĪ (m. 443 H/1051)

36. Un individu s'est engagé dans un corps de troupe (sariyya). Il reçoit dans sa part de butin un Chrétien (‘ilǧ) auquel il accorde le droit de se racheter pour cent dinars et le libère après avoir reçu en gage la fille vierge du captif. Il la met enceinte et refuse de la rendre au père qui revient avec sa rançon tant qu'elle n'aura pas accouché.

Réponse. C'est un cas de fornication. Elle ne sera autorisée à regagner la terre des Infidèles (dār al-ḥarb) qu'après avoir accouché et sans emmener l'enfant qui se rattache à l'Islam [Fès, II, 322 ; Rabat, II, 428].

37. À propos de la quantité de dattes à donner en expiation (kaffāra) d'un parjure, al-Tūnisī déclare que ses compagnons ne sont pas d'accord ; pour les uns il faut verser un mudd un tiers, pour les autres un mudd et demi au mudd du Prophète qui est plus fort que le mudd kairouanais d'une faible quantité ; certaines gens estiment que dix mudd-s du Prophète valent douze mudd-s kairouanais ou un peu plus [Fès, II, 53 et 54 ; Rabat, II, 73 ; voir aussi fatwā d'Ibn Muḥriz, infra, n° 44].

KAIROUAN XIe siècle. IBN MUḤRIZ (m. vers 450 H/1058)

38. Au sujet de la taxe perçue par le Sultan sur les céréales d'après une estimation faite avant la récolte (mā yuġarrimuhu l-sulṭān ‘alā ḥazr al-zar‘), Ibn Muḥriz a répondu qu'à son avis la zakāt devait porter sur toute la récolte sans la moindre diminution du fait de la taxe (ġurm) ; si l'on admet la déduction du montant de la taxe sultanienne, elle devra être effectuée sur le produit et la valeur de la récolte le jour du battage et non lors de son estimation (yawm darsihi... lā yawm ḥazrihi) [Fès, I, 306 ; Rabat, I, 380 ; fatwā ne donnant que la réponse d'Ibn Muḥriz à la suite de celle d'Abū Ṭayyib ; voir supra n° 34].

39. Selon Ibn Muḥriz l'opinion qui se dégage de la doctrine de Mālik c'est que le Pèlerinage peut être remis à plus tard [Fès, I, 343 ; Rabat, I, 436 ; fatwā ne comportant que la réponse d'Ibn Muḥriz et donnée à la suite de celle d'Ibn al-Ṣā‘iġ ; voir infra n° 69].

40. Un individu désirant faire le Pèlerinage avec l'argent bien acquis possède une métairie (ḍay‘a) qui a été propriété sultanienne (kānat yad al-sulțān ‘alayhā) ; des témoins affirment que les Banū ‘Ubayd l'ont confisquée aux ancêtres de cette famille qui en est actuellement propriétaire par achat ou héritage (Fès, I, 345 ; Rabat, I, 437-438 ; réponse d'al-Suyūrī, Fès, I, 346].

41. Des eaux d'irrigation sont distribuées d'après les règles traditionnelles (rusūm ma‘rūfa) qu'un puissant (yad ġāliba) a altérées. Un homme influent (man lahu yad) vient en aide aux victimes mais craignant que ses propres métairies (ḍiyā‘) ne souffrent du rétablissement de l'ancien régime de distribution des eaux, soumet à une contribution ceux qu'il a aidés [Fès, I, 345 ; Rabat. I, 438 ; réponse d'al-Suyūrī, Fès, I, 346].

42. Un homme fort riche obtient les faveurs du Sultan qui le nomme administrateur d'une contrée (nāẓir ‘alā ǧiha), ce qui lui vaut un accroissement de fortune. Puis le Sultan s'en prend à lui et le met à l'amende. Il vend sa propriété (ḍay‘a) qu'il possédait avant d'entrer en fonction. L'acheteur se fait scrupule d'utiliser la récolte de cette propriété pour accomplir le Pèlerinage [Fès, I, 345 ; Rabat, I, 438 ; réponse d'al-Suyūrī, Fès, I, 346 ; Rabat, I, 439].

43. Le Sultan a fondé un hôtel de la monnaie (dār al-sikka) à la tête duquel il a placé un homme injuste. On y frappe des dirhams et toute la monnaie en circulation dans la ville en provient.

Réponse. On doit s'abstenir de se servir de cette monnaie tant qu'on peut s'en procurer de l'ancienne frappe (al-ḍarb al-qadīm qabla haḏihi l-sikka). Dans le cas contraire l'usage en sera réduit au strict minimum nécessaire [Fès, I, 345 ; Rabat, I, 438].

44. Question portant sur le mudd dont on se sert pour verser l'aumône de ta fin du jeûne (fiṭra) ; "le mudd en usage dans notre ville est de un mudd un huitième au mudd de Kairouan et c'est en ce mudd que nous donnions la fițra jusqu'à l'arrivée d'Abū l-Ḥasan b. al-Ǧārūd qui déclara qu'on ne devait pas verser cette aumône en ladite unité et nous ordonna de la verser en mudd équivalent sensiblement à un mudd kairouanais moins un huitième – ceux qui versaient quatre de nos mudd-s se mirent à n'en verser que trois – et qu'on ne devait verser ladite aumône qu'en mudd ainsi défini".

Réponse. "Ibn al-Ǧārūd s'est trompé. En versant un mudd et un huitième pour la zakāt de fin de jeûne et pour expier les serments non tenus, vous étiez dans le vrai et tenez-vous y". C'est aussi l'opinion d'al-Tūnisī qui a dit : "Ibn al-Ǧārūd s'est mépris au sujet du mudd du Prophète... Notre mudd n'est pas supérieur au sien... Mais les avis divergent sur ta quantité dont notre mudd est inférieur à celui du Prophète".

"J'ai entendu le šayḫ Abū Bakr b. ‘Abd al-Raḥmān dire qu'il y avait chez le šayḫ Abū Muḥammad (b. Abī Zayd) un mudd qu'il disait être le mudd d'al-Sabā’ī (m. 356 H/966) et qui était ajusté au mudd du Prophète". "Certains de nos compagnons disent (que cette infériorité) est de dix mudd-s pour un qafīz, ce qui est, à notre connaissance l'estimation la plus habītuellement faite de l'infériorité du mudd kairouanais". On rapporte que l'ayant vu, Abū ‘Imrān (al-Fāsī) ordonnait de verser deux tumma-s (supplémentaires pour un qafīz), solution la moins sujette à caution (Fès, II, 53-54 ; Rabat, II, 73-74 ; voir supra fatwā d'al-Tūnisī, n° 37 ; H.R. Idris, "Mesures de capacité de l'époque ziride", Les Cahiers de Tunisie, XIII (1956), 119-126].

KAIROUAN XIe siècle. AL-SUYŪRĪ (m. 460 H/1067)

45. Peut-on recevoir la zakāt payée par les ravisseurs (ġaṣṣāb) sur les moutons dont ils se sont emparés quand on n'a pas le pouvoir de les restituer à leurs propriétaires ?

Réponse. Elle sera acceptée et distribuée aux nécessiteux [Fès, I, 295 ; Rabat, I, 3641.

46. Les propriétaires auxquels les Arabes imposent une contribution en nature (qaṭī‘a) sur leurs moissons et récoltes d'olives peuvent-ils déduire de leur zakāt l'équivalent de cette contribution ? Certains Arabes versent la zakāt, peut-on acheter à des pauvres un mouton provenant de ladite zakāt ?

Réponse. (À la première question seulement). Oui [Fès, I, 295 ; Rabat, I, 364].

47. Les propriétaires de champs de céréales et d'olivettes sont taxés d'après estimation sur pied avant la moisson, la cueillette et le pressage, par les Arabes ou le Sultan qui leur extirpent une somme considérable en espèces dont ils repoussent l'échéance à un ou deux mois après la récolte. Peuvent-ils déduire de la zakāt le montant de ces taxes (maġārim) et calculer la zakāt sur le reste ou verser la zakāt sur le tout ?

Réponse. On déduira de la zakāt ce qu'on leur aura pris bien que ces taxes n'aient pas été prélevées sur la matière imposable elle-même (‘ayn) [Fès, I, 295 ; Rabat, I, 365].

48. Comment procéder à l'estimation d'une récolte sur pied (al-taḫriṣ fī l-ṯamar) ?

Réponse. On évalue ce que donnera la récolte sèche. Pour les olives on attendra la fin de la maturité. Si la récolte s'élève à cinq charges (wasq), la récolte sera due. Ibn Muhriz a répondu que pour les fruits qu'on consomme frais, on en fera l'estimation d'après ce qu'il en resterait après dessiccation [Fès, I, 295-296 ; Rabat, I, 365].

49. Un individu possède plusieurs vergers (ǧannāt), les uns irrigués par une noria (sāniya), les autres par des rigoles à gros ou petit débit (bi-l-mā‘ al-katīr aw al-ṣaġīr). Il les fait cultiver par des hommes auxquels il laisse dans le premier cas, le cinquième de la récolte et dans le second, le dixième. Ce mode de rétribution (iǧāra) est-il licite ? Sur qui pèse la zakât de la récolte ?

Réponse. Ce mode de rétribution est illicite et la zakāt est à la charge du propriétaire du fonds [Fès, I, 296 ; Rabat, I, 365].

50. Quiconque possède des dinars ou des dirhams de mauvais aloi (mašūba) doit-il calculer la zakāt sur leur teneur en métal pur (‘ayn) ou leur valeur (quima) ? Quiconque détient une certaine somme pendant onze mois puis la consacre à l'achat de marchandises, devra-t-il s'acquitter de la zakāt après la vente de ces marchandises ou à la fin de l'année ?

Réponse. On appréciera la quantité d'or ou d'argent fins qu'ils renferment ; si elle atteint le minimum imposable (niṣāb), on calculera la zakāt sur le métal fin qui y est contenu à raison de cinq dirhams pour deux cents dirhams monnayés. Quiconque ne possède que vingt de ces dinars actuels et de mauvais aloi (danānīr al-waqt maḫlūṭa) ne devra pas la zakāt. Quiconque achète des marchandises ne doit la zakāt que lorsqu'elles auront été vendues [Fès, I, 297 ; Rabat, I, 367-368].

51. Quiconque possède deux cents dirhams de mauvais aloi (min haḏihi l-sikka) doit-il une zakāt de cinq dirhams de cette époque-ci ? Peut-il les peser ensemble (al-ṭarāṭul bi-hā) alors que certains sont de meilleur aloi que les autres ? Les gens peuvent-ils les accepter en réalisant un bénéfice ou les donner en paiement car ces pièces, à l'encontre des autres, ne laissent pas voir qu'elles contiennent du cuivre ? Ampute-t-on pour un larcin se montant à trois de ces dirhams et pour une pareille somme fait-on prêter serment dans la Mosquée Cathédrale ?

Réponse. Il n'est pas dû de zakāt pour deux cents dirhams de cette espèce. On n'ampute pas un voleur, ni ne fait prêter serment dans la Mosquée Cathédrale pour trois de ces dirhams. D'après Ašhab, on peut les peser ensemble [Fès, I, 297 ; Rabat, I, 368].

52. Quiconque estime que le Pèlerinage doit être effectué sans délai (‘alā l-fawr) peut le faire, car actuellement la voie maritime est presque constamment ouverte. Si cette voie présente des difficultés et qu'il puisse emprunter la voie de terre d'un point à un autre vraisemblablement sans courir de risques, il devra effectuer le Pèlerinage sans délai [Fès, I, 344 ; Rabat, I, 436].

53. Des Juifs égorgent pour eux-mêmes des moutons qui sont parfois atteints de ce qu'ils appellent ṭāhūr. Ils les vendent alors sans informer les acheteurs de ce vice et à notre connaissance aucun d'eux ne l'a jamais fait. Certains sont bouchers de métier et vendent de la viande aux Musulmans. Doivent-ils en être empêchés ? Doit-on exiger d'eux quand ils vendent du ṭāhūr qu'ils mettent les acheteurs au courant ? Et en cas d'infraction doit-on les punir ?

Réponse. S'ils trouvent dans les bêtes qu'ils abattent quelque chose qui les leur rendent illicites et qu'ils vendent cette chair aux Musulmans sans les aviser de ce vice, on les empêchera de vendre dans les marchés et même dans tout endroit où les marchandises pourraient leur être achetées [Fès, II, 20 ; Rabat, II, 29].

54. Un mouton de la race à queue courte n'est pas considéré comme atteint d'un vice et n'est pas déprécié.

Réponse. Il peut être offert en sacrifice. Ibn Qaddāḥ (m. 1334) a ajouté : même si la bête a une queue inférieure d'un tiers à la longueur habītuelle [Fès, II, 21 ; Rabat, II, 31].

55. Un Gafsien ayant fait vœu de partir en Pèlerinage se rend à Mahdia où il apprend qu'en Orient la situation est troublée par des désordres, la famine et la mortalité [Fès, II, 52 ; Rabat, II, 71].

56. Le mudd de Kairouan n'équivaut pas à celui du Prophète même si certains juristes de cette ville se sont trompés en affirmant le contraire. On peut verser l'expiation (kaffāra) en mudd-s kairouanais sans rien ajouter (al-mudd ǧā’iz bi-l-qayrawānī bi-ġayr ziyāda) [Fès, II, 53 ; Rabat, II, 73-74 ; voir supra n° 37 et 44].

57. Des ḫāriǧites abāḍites adhérents à la doctrine des wahabītes – hérétiques dont un groupe se trouve au Maġrib (hum țā‘ifa min al-rāfiḍa bi-l-Maġrib) – se sont installés au milieu des Musulmans, affichant ouvertement leur hérésie (bid‘a). Celui qui s'est rendu maître de l'endroit a pris le dessus sur eux de telle sorte qu'il n'en est plus question. On veut maintenant démolir la mosquée dans laquelle ils priaient et annuler les mariages qu'ils ont précédemment conclus car chaque wahabite épousait une mālikite pour renforcer sa position sociale en s'alliant aux sunnites. Le maître de l'endroit veut les emprisonner et les frapper jusqu'à ce qu'ils reviennent à la doctrine de Mālik.

Réponse. On ne détruira pas cette mosquée mais elle leur sera interdite et sera réservée aux sunnites ; on empêchera leurs affiliés (‘azzāba) d'y retrouver les sunnites avec lesquels ils ne devront avoir aucun rapport. Les mariages qu'ils ont conclu avec nos femmes seront annulés. Il est juste de les emprisonner et de les frapper s'ils ne se repentent pas et ne reviennent pas aux doctrines orthodoxes. Quiconque a le pouvoir de les contraindre comme il est dit, est tenu de le faire. On ne doit pas les laisser fréquenter les autres gens [Fès, II, 346, X, 109 et XI, 126-127 ; Rabat, II, 445-446].

KAIROUAN XIe siècle. AL-LAḪMĪ (m. 478 H/1085)

58. Un négociant possède un capital qu'il met dans un commerce dont la clientèle se libère, ta plupart du temps, par des versements échelonnés (un tiers, un quart, etc. des sommes dues), avec chevauchements fréquents d'une année sur l'autre étant donnée la mauvaise foi des gens. Comment doit-il s'acquitter de la zakāt ?

Réponse. Il la paiera à la manière d'un mudir, c'est à dire d'un commerçant qui achète et revend au cours, en renouvelant les approvisionnements au fur et à mesure de ses besoins ; à la fin de chaque année, il arrêtera ses comptes en évaluant son stock et bénéficiera d'un mois de délai pour se libérer [Fès, I, 300 ; Rabat, I, 372].

59. Peut-on s'acquitter de la zakāt de rupture du jeûne deux ou trois jours avant la fin du jeûne ?

Réponse affirmative On ne peut en retarder le versement [Fès, I, 301 ; Rabat, I, 373].

60. Pourvu qu'ils soient au moins cinq et non suspects de mensonge, on croira tous ceux qui affirment avoir aperçu le croissant de la nouvelle lune bien qu'ils ne soient pas des témoins irréprochables (Fès, I, 329 ; Rabat, I, 412].

61. Si le croissant de la nouvelle lune est aperçu par un groupe de personnes quelconques qui ne sont pas des témoins irréprochables, quel doit être leur nombre ?

Réponse. Le nombre de témoignages de cette nature nécessaires pour que le jeûne soit prescrit n'est pas limité, mais s'il s'agit de témoins connus pour leur bonne foi, ils devront être au moins cinq pour que les gens puissent, se fondant sur eux, se mettre à jeûner [Fès, I, 329 ; Rabat, I, 412].

62. Deux individus présumés témoins irréprochables mais n'ayant encore jamais déposé en tant que tels par devant le cadi, affirment avoir aperçu le croissant de la nouvelle lune par temps nuageux.

Réponse. Leur témoignage est valable. Abū Muḥammad al-Šaqrāṭisī s'est prononcé dans ce sens [Fès, I, 332 ; Rabat, I, 416].

63. Un homme veut entreprendre le Pèlerinage mais la voie de terre est à l'époque pleine de dangers. Il a songé à prendre la mer mais on lui a fait remarquer qu'il courrait les plus grands risques surtout du fait des corsaires chrétiens.

Réponse. Actuellement l'insécurité de la route d'Alexandrie à la Mecque est telle que l'obligation du Pèlerinage ne peut être maintenue. Celui qui s'en abstient, pour cette raison, ne pêche pas (Fès, I, 343 ; Rabat, I, 434-435).

64. Des Abādites ayant adopté la doctrine wahabite se sont installés depuis des années parmi les Musulmans. Maintenant ils affichent leur foi ; ils ont construit une mosquée où se réunissent leurs affiliés (‘azzāba) ; ils manifestent leur doctrine dans une localité où la sunna régnait. De toute part des étrangers affluent, leur apportant des mets pour des agapes et demeurent chez eux de nombreux jours. Ils font les prières des fêtes canoniques dans une muṣallā (oratoire) à proximité des sunnites. Celui auquel Allāh a donné la haute main sur cette localité et l'a mis à même de les empêcher de manifester leur hérésie, de les inciter à se repentir et en cas de refus, de les emprisonner et de les frapper, est-il tenu de le faire ?

Réponse. Oui, car ces hérétiques font courir le plus grand danger à la foi des gens, surtout les ignorants, d'autant plus qu'ils sont plus roués que Juifs et Chrétiens et que pouvant se targuer d'être de bons Musulmans, ils risquent d'en donner l'apparence fallacieuse [Fès, II, 346-347, X, 109-111 et XI, 127 ; Rabat, II, 446 ; voir supra n° 97].

KAIROUAN XIe siècle. ‘ABD AL-ḤAMĪD B. AL-SĀ’IĠ (m. 486 H/1093)

65. Le propriétaire d'un champ irrigué par un seau en cuir (dalw) s'acquitte de sa zakāt en versant par erreur le dixième de sa récolte au lieu du vingtième qu'il doit prélever sans plus [Fès, I, 298 ; Rabat, I, 369].

66. Par temps couvert, la nuit du trentième jour de ramaḍān, les habitants d'une ville scrutèrent le croissant de šawwāl sans l'apercevoir. Au matin, environ quatre cents voyageurs arrivèrent affirmant l'avoir vu clairement à une distance de vingt milles de la ville. Un groupe de témoins dignes de foi et d'autres allèrent au devant d'eux pour les interroger avant leur entrée en ville. Ils les questionnèrent, qui deux cents, qui toute la caravane du premier au dernier, qui plus de quarante cinq, sans recueillir un seul témoignage contraire d'où ils tranchèrent qu'ils avaient la certitude que le croissant de šawwāl avait été effectivement aperçu et rentrèrent dans la ville où la nouvelle se répandit. Peut-on juger que leur témoignage est valable, les gens peuvent-ils rompre le jeûne et faire la prière de la Fête ?

Réponse autographe. La même question s'est posée à Kairouan où se trouvent tant de savants avisés. Et bien que les voyageurs ayant affirmé que le croissant avait été aperçu fussent moins nombreux que les membres de la caravane précitée, les hommes de science furent d'accord pour entériner la validité de leurs dires et inciter les gens à commencer le jeûne, car en l'espèce, il s'agissait de l'apparition du croissant de ramaḍān.

Quand l'audition de pareils témoignages entraîne une connaissance certaine, il n'y a pas à tenir compte d'autres considérations, sinon s'en serait fait du savoir et des savants. Autre réponse. Dans le cas précité, survenu à Kairouan, les savants se fondèrent sur le témoignage de deux témoins dignes de foi ayant déclaré savoir avec certitude que le croissant était apparu après avoir oui les membres de la caravane. Quiconque acquiert la certitude (‘ilm ḍarūrī) que le croissant de ramaḍān a bien fait son apparition pour avoir entendu des voyageurs ou plus de quatre personnes l'affirmer, est tenu de jeûner ; telle est l'opinion de nos šayḫ-s.

Réponse d'al-Laḫmī. La réponse précédente est juste et conforme à la doctrine du cadi Abū Bakr b. al-Ṭayyib (al-Bāqillānī) et d'autres ; quand les dires d'informateurs entraînent la connaissance (‘ilm), il n'y a pas à tenir compte de leur nombre ni de leur qualité d'hommes libres ou esclaves, ni de leur sexe... [Fès, I, 329-330 ; Rabat, I, 412-413].

67. La preuve par commune renommée (ḫabar al-tawātur) (que la nouvelle lune a été vue) est soumise aux conditions suivantes sans lesquelles il n'y a pas de certitude : les informateurs doivent être au courant de la question sur laquelle ils fournissent des renseignements, ne pas avoir pu les ignorer, et être plus de quatre. Dans les questions (as’ila) d'al-Qafṣī, il est dit, d'après al-Laḫmī, que dans le témoignage par commune renommée (al-šahāda fi l-istifāḍa) il n'y a pas à tenir compte de l'irréprochabilité (‘adāla) des informateurs ; il est valable même si ce sont des Chrétiens ou des témoins récusables.

Réponse analogue de ‘Abd al-Ǧalīl al-Rab‘ī [Fès, I, 331 ; Rabat, I, 415].

68. L'attestation de l'apparition de la nouvelle lune relève de l'information (habar) et non du témoignage (šahāda)... les magistrats ne doivent pas juger d'après leur conviction (‘ilm)… Au sujet de l'apparition de la nouvelle lune, plus de quatre témoignages quelconques émanant de régions voisines entraînent la conviction [Fès, I, 332-333 ; Rabat, I, 417].

69. Sur le point de partir en Pèlerinage par mer, la voie terrestre étant impraticable, al-Māzarī consulte Ibn al-Ṣā’iġ par écrit. Ce dernier lui conseille d'attendre le moment propice [Fès, I, 343 ; Rabat, I, 435].

MAHDIA XIIe siècle. AL-MĀZARĪ (m. 536 H/1141)

70. Les Arabes (de l'invasion hilālienne) se sont partagés les terres et les localités ; les gens vont labourer, moissonner et cueillir les olives en qualité de tâcherons à gages (musta’ǧarūn) et s'empressent de regagner leurs villes, chacun d'eux craignant pour sa personne et ses biens s'il se trouve isolé de ses compagnons. Au lieu de labourer leurs terres, ils en labourent d'autres sous la contrainte des Arabes. Ils ne vont pas cueillir les olives dans les olivettes trop éloignées faute de pouvoir y faire respecter leurs droits. Ils sont contraints de faire faire la cueillette des olives avant maturité par des tâcherons auxquels ils abandonnent le tiers, parfois la moitié des fruits. S'ils jouissaient de la paix (’āfiya), ils la feraient à loisir et lors de la maturité des fruits par eux-mêmes ou en utilisant leurs esclaves (‘abī) ; ils feraient moissonner leurs céréales contre un dinar et la nourriture pour chaque moissonneur travaillant sept jours et feraient transporter leur grain en ville à raison d'un tiers de dinar par charge (ḥaml) alors qu'ils se voient contraints d'abandonner pour la moisson et son transport la moitié du grain ou bien davantage ; alors que s'ils jouissaient de la paix, ils pourraient accomplir ce travail eux-mêmes ou le faire faire par leurs esclaves. Les fermiers (al-masākīn šurakā’uhum) auxquels ne revient que le dixième de la récolte sont pauvres et les propriétaires souvent démunis, pauvres et exigeants (mastūrīn fuqarā’ gārimīn). Comment les uns et les autres peuvent-ils assumer tous ces frais (uǧra wa-kirā’ wa-nafaqa) ? Les pauvres fenniers sont réduits à ne recevoir que le dixième de ce qui reste de la récolte après défalcation de tous ces frais [Fès, I, 301-303 ; Rabat, I, 374-375].

71. Le Pèlerinage est-il obligatoire à cette époque-ci ?

Réponse. Quand il est possible, il est obligatoire, mais il ne l'est plus s'il y a péril matériel ou spirituel [Fès, I, 342 ; Rabat, I, 435].

72. Étant donnés les dangers, il est difficile de tenir les serments par lesquels on s'engage à se rendre à la Mecque [Fès, II, 49 et 52 ; Rabat, II, 71].

73. Les jugements rendus par le cadi des Musulmans de Sicile sur déposition de témoins irréprochables sont-ils exécutoires dans les pays d'Islam, en cas de nécessité ? On ignore si leur séjour en terre infidèle est volontaire ou forcé.

Réponse. En l'absence de preuve, on doit présumer de leur bonne intention et admettre que ce n'est pas de leur plein gré qu'ils séjournent en pays infidèle, en vertu de quoi on ne leur retire pas l'irréprochabilité (‘adāla).

L'investiture du cadi par un souverain chrétien n'entache pas la validité de ses jugements, ni de leur force exécutoire et cela par nécessité ; c'est comme s'il était nommé par un Sultan musulman [Fès, II, 103-104 ; Rabat, II, 133].

74. Le cadi doit-il ordonner aux tributaires d'avoir des signes distinctifs comme de teindre le bout de leur turban ?

Réponse. Ces signes distinctifs s'imposent dans tous les cas, car les Juifs habītant avec les Musulmans, ont nécessairement des relations avec eux [Fès, II, 206-207 ; Rabat, II, 259].

75. Les tribus des Arabes d'Ifrīqiya ont conservé le sens de la solidarité tribale [Fès, II, 221 ; Rabat, II, 279-280].

MAHDIA XIIIe siècle. ABŪ ‘ABD ALLĀH B. ZIYĀDAT ALLĀH AL-QĀBISĪ

76. C'est une insulte punissable que de dire à quelqu'un qu'il est fils de forgeron (haddād), de bûcheron (ḥaṭṭāb) de marchand d'huile (zayyāt) ou de charbonnier (faḥḥām, correction marginale de ḥaǧǧām, barbier dans le texte) [Fès, II, 328 ; Rabat, II, 422 ; réponse à une question ayant fait l'objet d'une fatwā d'al-Burǧīnī].

TUNIS XIVe siècle. IBN ‘ABD AL-SALĀM AL-HAWWĀRĪ (M. 749 H/1348)

77. Abū ‘Alī b. Qaddāḥ, grand cadi, et Abū ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Salām, cadi des mariages (al-qāḍiyān ‘alā l-ǧamā‘a wa-l-ankiḥa) furent consultés sous le Sultan d'Ifrīqiya l'émir Abū Yaḥyā (Abū Bakr (1318-1346)) au sujet d'un tributaire qui volait les enfants des Musulmans et les vendait aux ennemis.

Réponse. Il faut le tuer [Fès, II, 337-338 ; Rabat, II, 435].

TUNIS XIVe siècle. IBN ‘ARAFA (m. 803 H/1401)

78. Un šayḫ d'Ibn ‘Arafa est consulté au sujet d'un individu ayant demandé à avoir pour linceul une étoffe (ṯawb) ayant été lavée avec l'eau du puits de Zamzam de la Mecque.

Réponse. Ce linceul devra au préalable être lavé avec une autre eau [Fès, I, 8].

79. On peut cheminer en traversant une mosquée. La maison d'al-Bawdarī (m. 749 H/1348), maître d'Ibn ‘Abd al-Salām et professeur à la madrasat al-Tawfīq, était située au sud-est du Ǧāmi‘ al-Tawfīq. Pour se rendre à la medersa, il pénétrait dans le ğāmi‘ par la porte méridionale et en sortait par la porte septentrionale. Comme on lui en faisait le reproche, il invoqua une opinion de Mālik citée dans la Mudawwana d'après laquelle quelqu'un n'ayant pas fait ses ablutions peut traverser une mosquée [Fès, I, 21 ; Rabat, I, 24-25].

80. Question émanant de la ville de Salé (Salā). Après avoir achevé la prière canonique, l'imām doit-il faire une invocation (du‘ā) et les fidèles dire amen ? Dans certains endroits du Magrib on répugne à le faire et l'imām accomplit la prière sans prononcer d'invocation, ce qui consterne les fidèles.

Réponse. Par le passé, des –imām-s exemplaires ont prononcé l'invocation à l'issue de la prière canonique sans qu'on y trouvât à redire, à part les ignorants. Qu'Allāh fasse miséricorde à cet Andalou qui, consulté à ce sujet, a composé un opuscule (ǧuz) pour réfuter ceux qui réprouvaient cette pratique [Fès, I, 231 et II, 564 ; Rabat, I, 280-281].

81. En Ifrīqiya on constitue volontiers des biens de mainmorte (īqāfāt) afin de faire réciter le Coran (qirā’at al-ḥizb) par des groupes de lecteurs (sur la tombe du constituant). Une disposition testamentaire concernant cette pratique est exécutoire. Le šayḫ l'a fait à son intention et à celle de sa femme (Fès, I, 270 ; Rabat, I, 331].

82. Il arrive qu'à Tunis on proclame dans les souks la mort d'un saint homme (raǧul min al-ṣāliḥīn). Ibn Baziza et Ibn ‘Arafa n'y voient qu'une manière d'annoncer la mort [Fès, I, 275 ; Rabat, I, 338].

83. Quiconque doit verser la zakāt peut-il la différer jusqu'au jour de ‘Āšūrā’ (le 10 muḥarram) fête où affluent les quémandeurs auxquels on ne peut refuser de donner, de la même façon qu'on doit attendre pour verser la zakāt la venue de ceux qui en sont les bénéficiaires ?

Réponse. Si le jour de ‘Āšūrā’ est rapproché du moment où la zakāt est due, on peut en différer le versement jusqu'à cette fête, mais pas dans le cas contraire. Si les bénéficiaires de la zakāt en ont grand besoin, on ne doit absolument pas en différer le versement. Aujourd'hui il est fréquent que les gens des ribats (al-murābițūn) la perçoivent et la distribuent à leurs hôtes, aux Arabes et autres voyageurs indigents (abnā’ al-sabīl). Le šayḫ Abū Muḥammad al-Šabībī (m. 782 H/1380) réprouvait cette pratique qui privait de la zakāt tes ayants droit [Fès, I, 309 ; Rabat, I, 384-385].

84. À propos des oliviers du Sahel et de ceux de la même catégorie se trouvant en Ifriqiya et à l'abandon (?) (‘an zaytūn al-Sāḥil wa-naḥwih min zaytūn Ifrīqiya al-mustanbit), Ibn ‘Arafa a répondu une première fois que quiconque en récoltait une quantité atteignant le minimum imposable (niṣāb) devait verser ta zakāt, et une seconde fois, qu'il la devait si la récolte provenait d'une parcelle délimitée (rasm maḥdūd) et non si elle provenait de deux parcelles (faddādayni sic pour fadda-nayni). Il convient de considérer ces olivettes soit comme une forêt (šaǧrā’) puisqu'elles sont abandonnées par leurs propriétaires surtout si l'on estime qu'on peut les vivifier, soit comme un bien de pleine propriété (aṣluhu mamlūk) dont la récolte abondante ou réduite est soumise à la zakāt car il relève du trésor public (ha yt al-māl) tout comme s'il était constitué en bien de mainmorte au profit de pauvres indéterminés [Fès, I, 309 ; Rabat, I, 385].

85. Le bruit s'étant répandu à Tunis que le croissant de ramaḍān avait été aperçu sans qu'aucun témoignage à ce sujet ait été établi auprès du cadi, un notable commença à jeûner et ordonna à des gens du peuple d'en faire autant. Ibn ‘Arafa estime qu'il mérite un châtiment corporel pour atteinte aux prérogatives des cadis [Fès, I, 331 ; Rabat, I, 416].

86. Les Musulmans ont pris l'habitude d'emprunter des navires chrétiens pour se rendre d'Ifrīqiya à Alexandrie et au Maġrib, or il arrive que les Chrétiens trahissent.

Réponse. Cette pratique est assimilable au commerce avec les pays infidèles [Fès, I, 344 ; Rabat, I, 436].

87. Le Sultan s'empare d'un groupe de Bédouins d'Ifrīqiya pour la plupart hors la loi. Il peut confisquer leurs biens [Fès, II, 89et 340 ; Rabat, II, 117].

88. La validité d'une sentence notifiée par un cadi (šarṭ ḫiṭāb al-qādī) dépend de la régularité de son investiture, ce qui n'est pas le cas pour les cadis pris parmi les mudéjares (ahl al-daǧn) tels que ceux des Musulmans de Valence, Tortose et Pantelleria [Fès, II, 103 ; Rabat, II. 133].

89. Un tributaire peut louer ou acheter l'étage d'une maison dont le rez-de-chaussée est habīté par un Musulman [Fès, II, 207 ; Rabat, II, 259].

90. Un individu ayant perdu des objets "lit dans la farine" (qara’a fī daqīq) qu'il fait manger à des personnes qu'il soupçonne, parmi celles-ci une femme enceinte déclare qu'elle mourra si on lui en fait manger ; on l'y oblige et elle meurt.

Réponse. Cet individu n'encourra qu'une simple correction (adab) [Fès, II, 233 ; Rabat, II, 300],

91. Un homme accusé de trahison (ḫiyāna) déclare : "Que la malédiction d'Allāh, du Créateur et du créé, s'abatte sur les parents de celui qui a dit cela !".

Réponse. Il sera châtié et emprisonné [Fès, II, 290 ; Rabat, II, 375].

92. À Kairouan, punition d'individus ayant outragé les Qurayšites ou les Banū Umayya [Fès, II, 293 ; Rabat, II, 379].

93. À Tunis, en 784 H/1382-1383, après consultation d'Abū ‘Abd Allāh al-Ġaryānī, Ibn ‘Arafa et al-Ubbī par le calife ḥafṣide Abū l-‘Abbās, exécution comme apostat (murtadd) d'un individu appelé al-Qubṭān (le Capitaine) pour avoir déclaré, au cours d'une discussion : "Je suis ton ennemi et l'ennemi de ton Prophète" [Fès, II, 294-295 ; Rabat, II, 381].

94. Ibn ‘Arafa permettait d'avancer le versement de la dîme de rupture du jeûne (zakāt al-fiṭr) au début de ramadan. Il rendait des fatwā-s aux gens d'après lesquelles elle était valable quand les gouverneurs (‘ummāl) la leur prenaient au début du mois sous forme d'une certaine somme d'argent (qīma) ; il invoquait dans les deux cas la nécessité pour justifier cette infraction à la règle ; certains prétendent que, selon lui, elle était valable pourvu qu'elle fût versée même avant le mois de ramaḍān, mais on sait qu'il était de l'opinion qui précède [Fès, I, 301 ; Rabat, I, 373].

95. Ibn ‘Arafa a rendu une fatwā d'après laquelle le prélèvement opéré par les Arabes (A‘rāb) d'Ifrīqiya dans les terres qui leur étaient concédées (bilād al-ẓahā’ir) tenait lieu de zakāt s'ils étaient au service du Prince mais non pas s'ils étaient en rébellion contre leur émir [Fès, I, 304-305 ; Rabat, I, 377].

96. Quarante-cinq personnes témoignent qu'un certain Abū Šarīka a insulté un descendant du Prophète (šarīf). Il se sauve dans la campagne de Kairouan et plus d'un an plus tard il en sort croyant ne plus avoir à redouter de condamnation, mais il est jeté en prison.

Réponse. Cet exil volontaire équivaut à une peine de prison ; au cadi d'aviser. Le cadi le fit sortir de la prison sultanienne (saqīf dār al-sulțān) et lui infligea cent violents coups de fouet puis le relâcha ; il avait d'abord voulu lui en faire administrer deux cents mais avait jugé que ces cent là l'avaient suffisamment mis à mal (Fès, II, 290 ; Rabat, II, 373-374].

97. Les cadis de notre pays avaient l'habitude de punir puis de bannir en Orient les individus convaincus de falsification d'actes (al-ḍarb ‘alā l-ḫuṭūṭ). Les juristes orientaux ayant protesté, ces cadis rétorquèrent qu'ils n'avaient rien à craindre de ces faussaires inaptes à rédiger à leur manière ou du moins ne pouvant y parvenir qu'au bout d'un certain temps et non sans difficulté [Fès, II, 322 ; Rabat, II, 414].

98. Les faux monnayeurs qui falsifient des dinars et des dirhams sont emprisonnés à perpétuité. Pour l'un d'eux en faveur duquel le šayḫ Abū l-Ḥasan al-Bațarnī est intervenu, Ibn ‘Arafa se montre inflexible et le coupable meurt en prison [Fès, II, 322 ; Rabat, II, 414].

99. Question posée à Ibn ‘Arafa par son compatriote Abū l-‘Abbās Aḥmad alias al-Marīḍ, en 796 H/1394, au sujet des déprédations commises par les Arabes : les Dayālim. Sa‘īd, Riyāḥ, Suwayd, Banū ‘Āmir et ceux du Maġrib Central. Une dizaine de milliers de Bédouins pillards, cavaliers et fantassins, ou davantage, sévissent impunément, pillant, tuant, violant, sans que les gouverneurs soient capables de les empêcher. Le Sultan les ménage, leur fait des dons, leur accorde des concessions fiscales et leur abandonne des territoires sur lesquels cependant les caravanes ne jouissent d'aucune sécurité. Un appel à la Guerre Sainte (ǧihād) a été lancé et une opération dirigée contre eux ; Allāh les a battus et beaucoup ont été tués.

Réponse. Il faut les massacrer, leur faire le ǧihād.

Réponse analogue d'Abū Mahdi ‘Isā b, Aḥmad al-Ġubrīnī [Fès, II, 338-340 ; Rabat II, 435-436].

100. Pour Abū Muḥammad al-Murǧānī et Ibn ‘Arafa le maks est le monopole d'une marchandise, forme de l'usurpation (ġaṣb) et de l'Abūs (ẓulm). Pour al-Murǧānī le ẓulm consiste à taxer l'acheteur ou le vendeur d'une marchandise. Selon al-Tayyibī le maks est la taxe (ḍarība) perçue par le ‘aššār (percepteur de la dîme ou ‘ušr), c'est à dire les revenus des taxes perçues aux portes et carreaux (qā‘āt) et le fermage des souks (iktirā’ al-aswāq) et des places (riḥāb). Pour Ibn ‘Arafa il arrive que quelqu'un loue une boutique (ḥānūt) à condition d'être le seul à vendre telle marchandise dans l'endroit ; s'il loue la boutique avec la faculté de vendre au prix qu'il veut c'est moins grave et on peut lui acheter, surtout en application de l'opinion interdisant la fixation des prix (tas‘īr). Selon al-Tayyibï l'interdiction de fabriquer du savon n'est pas un monopole (maks). Pour Ibn ‘Arafa il est clair qu'elle relève du cas de la location d'une boutique à condition d'être seul à vendre cette marchandise dans l'endroit [Fès, II, 385-386 ; Rabat, II, 492-493].

101. Ibn ‘Arafa rendait des fatwā-s interdisant aux femmes, même isolées des hommes, de participer aux réunions savantes, pieuses ou d'exhortation [Fès, II, 391 ; Rabat, II, 499-5001.

102. Dans la Grande Mosquée de Tunis, il est une colonne (sāriya) auprès de laquelle les fidèles ne déposent pas leurs sandales.

Réponse. Ils peuvent s'en abstenir mais nul ne sera empêché de le faire [Fès, II, 396 ; Rabat, II, 5051.

103. Les rois délaissent la pratique traditionnelle consistant à dire : "Qu'Allāh te fasse miséricorde !" à celui qui éternue (sunnat al-tašmīt) au point que si l'un d'eux éternue puis loue Allāh, les assistants se taisent ou au lieu de dire comme le veut la sunna : "Qu'Allāh te fasse miséricorde !" prononce cette phrase qui est une innovation (bid'a) : "Qu'Allāh t'accorde la victoire !" ; on rapporte qu'invoquer la miséricorde en faveur de quelqu'un c'est faire allusion à sa mort. Ibn ‘Arafa prononçait la formule : "Qu'Allāh te fasse miséricorde !" en son for intérieur [Fès, II, 396 ; Rabat II, 505-506].

104. À l'instar des Orientaux, Ibn ‘Arafa réprouvait l'usage des chaînes et des carcans (aġlāl) mis au cou des individus déférés aux émirs et aux juristes pour être jugés [Fès II, 398 ; Rabat, II, 507].

TUNIS XIVe siècle. ABŪ ZUR‘A Aḥmad Β. ABĪ L-FAḌL ZAYN AL-DĪN ‘ABD AL-RAḤĪM AL-‘IRĀQĪ (m. 805 H/1402-1403)

105. Haddāǧ (sic : Hudag b. ‘Ubayd), un des chefs des Arabes d'Ifrīqiya, pénètra dans la Grande Mosquée de Tunis chaussures (aḫfāf) aux pieds. Comme on lui en faisait le reproche, il déclara qu'il s'était bien présenté chaussé de la sorte devant les Sultans. Et la populace outrée, de le massacrer. L'affaire eut lieu à Tunis à l'issue de la Prière du vendredi en 705 H/1304 et son cadavre fut traîné dans les rues de ta ville. Il était l'un des ra‘is et šayḫ-s de Ku‘ūb. Le "Sultan d'Ifrīqiya" était alors ami d'Allāh, le pieux šayḫ Abū Muḥammad al-Murǧānī et l'émir Abū ‘Aṣīda Muḥammad b. al-Maḫlū‘ Yaḥyā b. Abī ‘Abd Allāh al-Mustanṣir b. Abī Zakariyyā’ Yaḥyā b. Abī Muḥammad ‘Abd al-Wāḥid b. Abī Ḥafṣ. Abū ‘Aṣīda était né dans la zāwiya du šayḫ Abū Muḥammad al-Murǧānī qui lui donna le nom de Muḥammad, fit procéder au sacrifice de la ‘aqiqa (qui accompagne la première coupe de cheveux, le septième jour après la naissance) et distribua aux pauvres de la bouillie (‘aṣīda) de froment ; de là vient d'après Ibn Haldūn, que le jeune prince fut appelé Abū ‘Aṣīda [Fès, I, 19 ; Rabat, I, 22 ; R. Brunschvig, La Berbérie Orientale sous les Hafṣides, index].

TUNIS XIVe siècle. IBN AL-QATTĀN (Grand cadi de Tunis, prédécesseur d'al-Ġubrīnī)

106. Du temps du cadi Ibn al-Qațțān, sur avis des juristes de Tunis, on trancha ta tête à un étudiant pour avoir exhibé un livre en disant : "C'est une section (ǧuz’) du Coran ou un écrit plus véridique encore". De même on décapita un Juif qui, en entendant l'appel à la Prière, avait injurié le Prophète. L'émir Abū l-‘Abbās fit une réserve sur cette affaire parce que l'un des témoins, le soldat (ǧundī) Halīl n'aurait pas dû être habilité à témoigner pour n'avoir pas répondu à une sommation (i‘ḏār) [Fès, II, 281 ; Rabat, II, 364].

TUNIS XIVe siècle. AL-ĠUBRĪNĪ (Grand cadi de Tunis m. vers 813 H/1440)

107. Des villageois peuvent être contraints de participer aux frais de construction d'une mosquée et au traitement d'un maître d'école et de l'imām [Fès, I, 123 ; Rabat, I, 139 ; réponse d'al-Ġubrīnī et de Qāsim al-‘Uqbānī].

108. On peut, selon l'habitude, faire des invocations à l'issue de la Prière canonique à condition qu'on ne croit pas que c'est une obligation. Il en est de même pour les litanies (aḏkār), telles la récitation répétée des plus beaux noms d'Allāh, de la formule d'invocation de la bénédiction d'Allāh en faveur du Prophète et celle de Sa satisfaction en faveur des Compagnons, et autres litanies répétées en chœur [Fès, I, 231 ; Rabat, 301I].

109. Un Musulman déclare à un Juif que la loi islamique (šar‘) et l'Islam sont "au-dessus des gens", et le Juif de rétorquer qu'ils sont "au-dessous de tout le monde". Le cadi l'emprisonne un certain temps puis le fait flageller [Fès, II, 281-282 ; Rabat, II, 364].

110. Un individu en insulte un autre, maudissant ses pères et ses aïeux ; on lui dit que ce sont des šarīf-s et il renouvelle sa malédiction.

Réponse. Il sera mis en prison et subira un châtiment corporel. Un autre juriste anonyme préconise ta mort [Fès, II, 286-288 ; Rabat, II, 370-371].

111. Châtiment d'un individu ayant insulté des šarīf-s [Fès, II, 289 ; Rabat, II, 373].

112. Exécution d'un certain Ibn al-Qaṣīr, fieffé insulteur des gens et blasphémateur. Son cas est assimilé à celui du zindīq andalou Abū l-ḫayr [Fès II 288-289 · Rabat, II, 373].

113. Un Kairouanais est puni pour avoir insulté un šarīf [Fès, II, 290 ; Rabat, II, 373].

114. Deux cas d'insultes proférées à l'encontre de šarīf-s. Dans l'un, le šarif déclare à celui qui le dispute : "Qu'Allāh maudisse ton aïeul !" et l'autre de répondre : "Ton aïeul !" Ibn ‘Arafa fait remarquer que ce soi-disant Sarif devrait être empêché d'insulter autrui [Fès, II, 291-292 ; Rabat. II, 374].

115. Un étudiant (țālib) fils et petit-fils de prédicateur (ḫaṭīb) lance à sa femme qui est šarīfa que son ascendance vaut mieux que la sienne [Fès. II, 292 ; Rabat, II, 374].

TUNIS XIVe siècle. AL-UBBĪ (m. 827 H/1424)

116. L'usage est de faire la prière surérogatoire (ṣalāt al-ašfā‘ ) après la dernière prière du soir et l'imām doit être empêché de la faire avant. Al-Ubbī rapporte qu'étant imām au Ǧāmi‘ al-Tawfiq, situé dans le faubourg (rabaḍ), il fit la prière surérogatoire avant la dernière prière du soir et rentra chez lui. Ibn ‘Arafa le croisant en chemin lui demanda par qui il s'était fait remplacé pour faire la prière surérogatoire (qiyām). Al Ubbī lui ayant dit qu'il l'avait récitée avant la dernière prière du soir. Ibn ‘Arafa lui déclara qu'il le croyait plus scrupuleux et qu'en agissant de la sorte il n'était pas quitte [Fès, I, 139 ; Rabat, I, 162].

117. Quid de se rendre sur une tombe sept jours après l'inhumation afin de prier pour le salut du défunt ?

Réponse. Dans son ouvrage al-Ikmāl, al-Ubbī dit que les (juristes) kairouanais ne trouvent rien à redire à cette pratique tandis que les (juristes) andalous y sont hostiles et unanimes à l'interdire en tant que manifestation ostentatoire de gloriole [Fès I 261 ; Rabat, I, 331].

118. Question posée au cadi al-Ubbī par le calife ḥafṣide Abū Fāris ‘Abd al-‘Azīz (1394-1434). Une rixe éclata entre des Fārġana et des Mazāța et il y eut des morts. Quelques jours plus tard un individu se présente aux témoins instrumentaires (‘udūl) de Sousse et accusa de meurtre des Fārġana. Au dire des témoins de l'acte (šuhūd al-rasm), il ne présentait pas de blessures ni traces de coups mais il mourut le lendemain... La question a aussi été posée au muftī en titre (al-mu‘ayyan li-l-fatwā) [Fès, II, 229 ; Rabat, II, 291-292].

TUNIS XVe siècle. AL-BURZULĪ (m. 841 H/1438)

119. Les Arabes nomades peuvent faire la prière abrégée des voyageurs à l'instar des marins [Fès, I, 126 ; Rabat, I, 144].

120. Un individu est poursuivi pour avoir dit d'un exemplaire défectueux de la biographie (sīra) du Prophète : "C'est une mauvaise sīra !" [Fès, II 293 ; Rabat, II, 3791.

121. Le témoignage des Musulmans habītant Pantelleria, possession des Infidèles, n'est pas valable s'ils y séjournent volontairement ; il l'est s'ils y demeurent par nécessité. C'est ce que les gens d'al-Andalus appellent les mudéjares (daǧn) (Fès, II, 340-341 ; Rabat, II, 439].

122. Aujourd'hui les Chrétiens n'osent manquer à leurs engagements et ne trahissent pas les Musulmans qui voyagent à bord de leurs navires car l'émir de Tunis est fort et respecté. Toutefois la voie maritime demeure dangereuse. J'ai vu des docteurs voyager avec des Chrétiens par nécessité, la voie terrestre étant impossible, solution admise par al-Qabbāb de Fès et Ibn Idrīs de Bougie et qui revient à accepter le moindre mal [Fès, I, 344 ; Rabat, I, 436 ; fatwā présumée d'al-Burzulī, à la suite de celle d'Ibn ‘Arafa, voir supra, n° 86].

TUNIS ANONYMES OU NON IDENTIFIÉS

123. Les šayḫ-s ont permis l'enseignement du calcul dans la mosquée si cela n'entraîne aucun trouble (aǧāza l-šuyūḫ qirā’at al-ḥisāb bi-l-masǧid iḏā lam yulawwiṯ) et des six poèmes (sans doute les sept mu‘allaqāt) mais non l'enseignement des séances (maqāmāt) pleines de mensonges et libertinages. L’imām de la Grande Mosquée de Tunis, Ibn al-Barr ne les rapportait que dans la duwayra (?) de la mosquée dont elle est distincte [Fès, I, 20 ; Rabat, I, 24].

124. Selon un juriste tunisois, émettre des cris de joie et d'allégresse au moment de la levée du corps d'un défunt mort en odeur de sainteté est une bid‘a à laquelle il faut mettre fin [Fès, I, 272 ; Rabat, I, 331].

125. En filant le lin, les femmes prennent les fils avec la bouche pour les réunir, peuvent-elles le faire en ramaḍān ?

Réponse. Oui, si c'est du lin égyptien (miṣrī), non si c'est du lin de la Dimna (dimnī) qui a un certain goût se répandant dans la bouche ; mais on le permettra aux femmes pauvres. D'après Ibn Qaddāḥ, si en filant le lin en question la femme sent une saveur salée au fond de son palais, son jeûne est annulé [Fès, I, 336 ; Rabat, I, 422].

126. Fatwā d'Abū Muḥammad Sīdī ‘Abd al-Nūr Muḥammad b. Aḥmad al-‘Umrānī. La sécurité de la caravane des Pèlerins est assurée par un homme appelé ġafīr qui est payé par le Sultan ou les Pèlerins ou autres.

Réponse. L'obligation du Pèlerinage a été abolie pour les gens de ce pays et à plus forte raison aujourd'hui que la route est dangereuse depuis le pays des Riyāḥ jusqu'aux confins de l'Ifrīqiya. Les groupes de Pèlerins sans défense sont pillés et massacrés comme cela eut lieu du temps du Sultan marīnide Abū ‘Inān (m. 759 H/1358).

Quant aux caravanes fortes et nombreuses voici ce qui est arrivé l'année passée. Plus de vingt mille hommes et cavaliers furent respectés par les tribus trop faibles pour les attaquer, mais mis à mal par les tribus puissantes auxquelles ils durent, après des combats, payer de fortes sommes pour s'échapper. Cela s'est produit en maints endroits et beaucoup ne sont pas revenus.

La plupart de nos maîtres, de leurs maîtres et des maîtres de ces derniers, beaucoup de savants, de notables et de dévots n'ont pas accompli le Pèlerinage. Seuls s'en acquittent aujourd'hui, ceux qui ne possèdent rien, partent sans viatique et mendient en route [Fès, I, 347-348 ; Rabat, I, 441].

127. À Tunis nos šayḫ-s rendent des fatwā-s fixant la fin de la Fête à la reprise des transactions commerciales habituelles dans le quartier (rab‘) rouvert, sans tenir compte, pour l'avancer, du départ de l'armée (ḫurūǧal-ǧayš) ni d'autres choses pour la reculer [Fès, II, 47 ; Rabat, II, 70].

128. Un juriste de Kairouan est consulté au sujet d'un individu ayant fait le vœu de pourvoir à l'entretien, dans une mosquée, d'une lampe à huile (qandīl) sa vie durant (Fès. II, 57 ; Rabat, II, 77].

129. D'après un juriste kairouanais quiconque jure de ne pas assister au repas de noces (walīma) ne doit être présent ni à la cérémonie du lendemain matin de la nuit de noces ṣabâh) ni à celle du troisième jour (al- ṯāliṯ) ni à aucun repas (ța‘ām) offert au titre de repas de noces [Fès, II, 58 ; Rabat, II, 77-78].

130. Les Chrétiens de Tunis construisent une nouvelle église dans leur fondouk et la surmontent d'un minaret. Ils produisent à l'appui de cette entreprise l'original d'un pacte où il est dit qu'on ne les empêchera pas de bâtir un local pour l'exercice de leur culte. Le minaret en question sert de puits de jour. Le cadi fait vérifier qu'il en est bien ainsi [Fès, II, 172 ; Rabat, II, 215-216 et Fès II, 193 ; Rabat, II, 241].

131. Abū l-Ḥasan al-Maġribī est d'avis que le Prince (Imām) peut accorder certaines concessions aux Chrétiens quand il y a plus de profit que d'inconvénients à le faire. Ils sont experts en maçonnerie (binā), arboriculture (ġars) et en irrigation (iḥyā), arts dans lesquels les Musulmans n'excellent guère et qu'ils n'exercent pas. Il y a là grand intérêt pour l'essor de la cité (fa-taġlibu haḏihi l-maṣlaḥa ra‘yān li- ḥuṣūl al-‘imāra). Leur installation au milieu des Musulmans entraîne un affaiblissement des Infidèles (ahl al-ḥarb). Les Almoravides y ont procédé en transférant les tributaires (mu‘āhadūn) au Maroc. Ils demandèrent à élever des temples et Ibn al-Ḥāǧǧ rendit une fatwā favorable à cette demande. Leur installation a entraîné un accroissement considérable de richesses qui servent à combattre l'ennemi. Le Maître de Tunis (ṣāḥib) a agi dans ce sens [Fès, II, 193 ; Rabat, II, 241].

132. Un marīnide avoue un crime sous le règne du Sultan Abū l-Ḥasan (m. 752 H/1351) qui conclut un arrangement avec les parents de la victime. Mais le cadi désire infliger au coupable cent coups de fouet et un an de prison. Pour lui éviter ce châtiment on lui conseille de revenir sur ces aveux ; ce qu'il fait et le cadi le laisse tranquille [Fès, II, 253 ; Rabat, II, 324].

133. Fatwā d'Abū Muḥammad au sujet de quelqu'un qui déclare à un enfant : "Qu'Allāh maudisse ton maître et ce qu'il t'a enseigné !".

Réponse. Il mérite un châtiment corporel. Quiconque maudit le Coran mérite la mort [Fès, II, 281 ; Rabat, II, 363].

134. Fatwā d'Abū Muḥammad. Un individu compose des vers pour louer un Sultan injuste. Quelqu'un lui dit avoir vu en rêve le Prophète entrer chez lui, fouiller dans ses écrits, y découvrir les vers en question et lui ordonner de les déchirer. Et le maudit auteur de ces vers de déclarer : "Pauvre (miskīn) Muḥammad, comme il s'est fatigué pour venir de Médine en ces lieux-ci !". Accusé d'avoir blasphémé il déclare qu'il avait fait allusion au hadit : "Allāh ! Fais-moi mourir pauvre (miskīn) et ressuscite-moi parmi la foule des pauvres !".

Réponse. Il sera mis à mort, sur preuve testimoniale (bayyina) et par décision du Sultan [Fès, II, 282 ; Rabat, II, 364-365].

B. MAĠRIB CENTRAL

BOUGIE OU TLEMCEN XIIIe-XIVe siècles. ABŪ ‘ALĪ NĀṢIR AL-DĪN AL-MAŠDĀLI (m. à Bougie en 731 H/1330)

135. Le mari d'une femme qui sort dévoilée à la manière des Bédouines ne peut être imām [Fès, I, 117 ; Rabat, I, 131 ; voir Fès, I, 120 ; Rabat, I, 136, fatwā analogue d'Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Īsā al-Biǧā’ī].

TLEMCEN XIIIe-XIVe siècles. ABŪ ZAYD B. AL-IMĀM (Contemporain d'Abū Tāšfīn (m. 737 H/1337) et d'al-Mašdālī)

136. À Tlemcen les deux Ibn al-Imâm (Abū Zayd et Abū Mūsā) réussirent à fair cesser l'invocation (du‘ā’) après les prières canoniques, mais, par la suite, sous la pression de l'opinion publique, elle fut rétablie [Fès, II, 364 ; Rabat, II, 461].

TLEMCEN XIVe siècle. MUḤAMMAD B. Aḥmad B. MUḤAMMAD B. MUḤAMMAD. B. MARZŪQ AL ḪAṬĪB (m. 781 H/1379)

137. Construction – dirigée par son oncle paternel Abū ‘Abd Allāh et lui-même – de la Grande Mosquée d'al-‘Ubbād, dans la banlieue de Tlemcen, sur le tombeau d'Abū Madyan Šu‘ayb b. al-Ḥasan, avec une qibla coloriée et dorée. En présence de l'Émir des Musulmans, le marīnide Abū l-Ḥasan (731-752/1331-1351), le cas de cette qibla fut étudié et Abū Zayd b. al-Imām et Abū Mūsā b. al-Imām ainsi que d'autres juristes du Magrib rendirent des fatwā-s prescrivant la suppression de cette ornementation. L'Émir des Musulmans fit supprimer les décors proches des fidèles en prière et laissa subsister les autres [Fès, II, 359 ; Rabat, II, 468 et Fès, I, 282 ; extrait de son ouvrage "šarḥ al-‘Umda"].

BOUGIE XIVe siècle. ABŪ ZAYD ‘ABD AL-RAḤMĀN AL-WĀĠLĪSĪ (Muftī de Bougie, m. 786 H/1384)

138. Attaque des brigands (muḥāribūn) qui sont repoussés [Fès, II, 88-89 ; Rabat, II, 116].

139. Abū l-‘Abbās b. 'Isā, juriste de Bougie, ‘Abd al-Raḥmān al-Wāglīsī et Abū l-‘Abbās Aḥmad b. Idrīs ont été consultés au sujet d'un individu élevé parmi les Musulmans, prononçant les deux professions de foi, priant et jeûnant, mais sans comprendre le sens de ces paroles qu'il ne fait que répéter [Fès. II, 295-299 ; Rabat, II, 382-383].

TLEMCEN XIVe siècle. ABŪ ‘UTMĀN (SA‘ĪD AL-‘UQBĀNĪ) (m. 811 H/1408)

140. Un meurtrier repenti doit faire la Guerre Sainte aux frontières jusqu'à sa mort s'il ne trouve pas les parents du mort qui ont droit au talion ; dans le cas contraire son repentir n'est valable que s'il se livre à eux [Fès, I, 133 ; Rabat, I].

141. Des gens d'une localité (ahl maḥšar) importante mais dépourvue de souks demandent à un gouverneur (ba‘ḍ al-‘ummāl) la construction d'une mosquée cathédrale. Pour ce faire le gouverneur réquisitionne des gens de force ainsi que leurs bêtes pour le transport des matériaux [Fès, I, 125-126 ; Rabat, I, 142-143].

TLEMCEN XIVe-XVe siècles. ABŪ L-FAḌL QĀSIM AL-‘UQBĀNĪ (Cadi de Tlemcen m 830 H/1427)

142. La femme d'un imām doit porter te voile sinon il ne peut diriger la Prière [Fès I, 117 ; Rabat, I, 131].

143. Le cadi d'une localité (qāḍī qarya) nomme un de ses élèves imām d'une mosquée mais ce dernier est remplacé par un autre que désignent les gens du quartier (ahl al-ḥawma) [Fès, I, 120 ; Rabat, I, 135-136].

144. Il est licite de prier sur la tombe des saints pour demander leur intercession [Fès, I, 263 ; Rabat, I, 334].

145. Des Arabes à cheval et à pied avec leurs troupeaux (nuǧū‘) attaquent une bourgade (qarya) dont la plupart des habitants s'enfuient avec tout ce qu'ils peuvent emporter, Ceux qui restent combattent pendant un jour ces assaillants comprenant plus de deux mille fantassins et cinq cents cavaliers. Le soir venu, le chef du village (kabīr al-balad) recense les combattants dont il dispose et s'aperçoit que leur nombre est infime ; et le bruit court que les Arabes s'apprêtent à relancer l'assaut le lendemain avec des forces accrues si bien qu'une trentaine d'hommes quittent la bourgade. Le chef fait alors la paix avec un des chefs arabes pour cent dinars d'or [Fès II, 88 ; Rabat, II, 115-116].

146. Les dégraisseurs (qaṣṣārūn) de Tlemcen possèdent, de père en fils, un cimetière dont ils disposent pour leur industrie.

Réponse. Il ne sera pas rétabli bien de mainmorte comme les autres cimetières car longue possession sans opposition suffit pour établir le droit de propriété des occupants actuels [Fès, II, 175 ; Rabat, II, 219-220].

147. Des Juifs habitent la campagne (bādiya) où ils s'adonnent à toutes sortes de négoces. D'autres habitent la ville (ḥāḍira) et font de longs séjours à la campagne. Sont-ils tous astreints à la capitation ou seulement ceux qui habitent la ville ?

Réponse. Tous les Juifs, citadins et campagnards sont astreints à verser la capitation, soit quatre dinars quarante dirhams au poids légal par individu [Fès, II, 202-203 ; Rabat, II, 248].

148. Un individu est poursuivi pour avoir dit à quelqu'un : "Je ne te donnerai rien et ne t'accorderai rien de ce que tu réclames même si le Prophète d'Allāh venait m'inciter à le faire", et ayant entendu réciter la sourate de Joseph : "Les gens de notre époque ne commettent rien de pareil" [Fès, II, 293-294 ; Rabat, II, 380].

149. En 849 H/1445 arrive à Qal‘at Hawwāra dans la région de Tlemcen, un Juif qui commence par se livrer aux activités de ses coreligionnaires puis se révèle poète, magicien ; élégant, arrogant il se met à insulter les Musulmans et à vanter les Juifs...

Réponse. Il sera châtié et emprisonné [Fès, II, 311-313 ; Rabat, II, 399-400].

TLEMCEN XVe siècle. ABŪ ‘ABD ALLĀH IBN MARZŪQ (m. 842 H/1439)

150. Longue fatwā achevée le 8 rabī‘ II 812/21 août 1409, intitulée "Taqrir al-dalīl al-wāḍiḥ al-ma‘lūm ‘alā ǧawāz al-nasḫ fī kāġid al-Rūm" : "Répugnance des Orientaux à utiliser le papier (waraq) fabriqué par les Chrétiens".

La nécessité oblige à se servir du papier des Rūm-s (waraqrūmi) dans de nombreux pays, de Tripoli d'Occident à Tlemcen, où l'on n'en trouve pas d'autre. À Fès et en al-Andalus on utilise le papier (waraq). Jadis on en faisait autant à Tlemcen mais plus maintenant. Les imām-s et ‘ulamā’, pourtant si pieux et scrupuleux, notamment ceux du Maġrib utilisaient le papier des Rūm-s. Et bien des livres anciens et des Corans ont été copiés sur du papier de cette provenance. Cet emploi est licite. Les Chrétiens ont fait grand cas des ouvrages en arabe dont ils se sont emparés notamment lors de la prise de Cordoue. Au cours d'une controverse avec un Juif, ce dernier demande le sens d'un mot se trouvant dans le Coran à Ibn Marzūq qui lui répond qu'il n'en a que faire. Et le Juif de rétorquer : "Pourquoi n'interrogerais-je pas sur le sens des mots d'un Livre (Kitāb) dont l'éloquence (faṣāha) a réduit à l'impuissance les Anciens et les Modernes par la Puissance (qudra) (d'Allāh) ?".

Allusion au remploi après lavage des parchemins écrits par les Chrétiens. Dans le papier chrétien (al-kāġid al-rūmī) on aperçoit parfois en filigrane une croix ou une figure (ṣūra) indiquant la dimension de chaque feuille. Peut-on écrire le nom d'Allāh sur du papier représentant quelque chose ressemblant à une idole ?

Réponse. L'écriture rend ces dessins invisibles. Y porter le nom d'Allāh c'est remplacer le faux par le vrai. Les Musulmans transforment bien les églises en mosquées [Fès, I, 66-96 ; Rabat, I, 75-104].

151. Un imām ne voile pas sa femme et laisse dans une même pièce des enfants majeurs, garçons et filles, sans les isoler les uns des autres.

Réponse. S'il peut voiler sa femme et ne le fait pas, il est recusable ; il ne l'est pas dans le cas contraire. À elle seule, la promiscuité sous son toit d'enfants majeurs des deux sexes ne suffit pas à le rendre indigne d'être imām [Fès, I, 117 ; Rabat, I, 131].

152. Pauvreté des descendants du Prophète (šarīf-s) surtout de ceux ayant une nombreuse famille. À notre époque, les Sultans négligent leurs droits et les revenus du trésor public (bayt al-māl) ne vont pas aux ayants droit légitimes. Ibn ‘Arafa et Ibn RuSd estiment qu'ils n'ont pas droit à la zakāt. Muḥammad b. Marzūq est d'avis qu'on doit leur verser la zakāt de préférence aux autres [Fès, I, 136 ; Rabat, I, 395].

153. Cinq brigands armés attaquent un village et tuent un homme. Deux sont pris, avouent l'avoir tué et sont mis en prison. Les trois autres sont en fuite.

Réponse. La question a déjà été posée sous cette forme : la mise à mort de deux coupables n'ayant pas été ordonnée par le grand cadi (qāḍīl-ǧamā‘a) est-elle valable ? Dans le cas contraire quid des autres brigands ? À notre époque les cadis des grandes villes (quḍāt al-amṣār) sont seuls habilités à infliger les peines (hudūd) de talion et autres car ils sont nommés par le Sultan ; de même s'ils sont désignés par le chef de la contrée (ṣāhib al-wațan) auquel le Sultan a délégué le droit de désigner le cadi.

Si les deux brigands exécutés ont avoué sans y être contraints, leurs aveux les obligent. Quant aux trois fugitifs, ils ne sont pas punissables de mort du seul fait qu'ils ont pris la fuite, mais seulement s'ils sont convaincus de brigandage à main armée. S'ils ne sont pas tués et sont pris avant de s'être repentis, le cadi appréciera. Il pourra les faire exécuter même s'ils n'ont pas tué [Fès, II, 313-314 ; Rabat, II, 402].

154. On allume des cierges la nuit de la Nativité (mawlid) du Prophète et (celle) du septième jour (sābi‘) suivant et l'on commet d'autres actes répréhensibles (anwā‘ al-mafāsid).

Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Marzūq dénonça ces pratiques avec tant de vigueur que l'on y mit fin à Tlemcen. Mais elles reprirent de plus belle après sa mort [Fès, II, 368 ; Rabat, II, 471-472].

TLEMCEN XVe siècle. ABŪ L-‘ABBĀS Aḥmad Β. MUḤAMMAD Β. ‘ABD AL-RAḤMÀN ZĀĠ

155. À Tlemcen, en 843 H/1439-1440, un descendant du Prophète Abū l-Faraǧ b. Abī Yaḥyā al-Šarīf al-Ḥasanī a un différend avec un certain Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Isā al-Bațīwī au sujet de l'héritage d'Abū ‘Abd Allāh appelé Ḥamū, demi frère du côté paternel d'Abū l-Faraǧ en question. Ils s'insultent et se traitent de chiens fils de chiens, etc. Le fils d'Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Isā y participe.

Réponse nuancée et habīle [Fès, II, 425-438 ; Rabat, II, 540-547].

TLEMCEN XVe siècle

156. À la mi ṣafar 855/mi mars 1451, à Tlemcen, des maîtres d'al-Wanšarīsī sont consultés sur cette question provenant du Ğabal Wanšaris : un illuminé déclare voir Gabriel et Michel ; il annonce aux femmes enceintes le sexe des enfants à naître ; il guérit en prescrivant des simples ; il propose aux injustes de leur vendre les postes de šayḫ-s et de destituer leurs concurrents [Fès, II, 301-307 ; Rabat, II, 387-392].

TLEMCEN ANONYME

157. Le calife a conclu avec les Chrétiens un traité de paix leur accordant l'occupation à terme des régions côtières (sawāḥil) du pays. Les Musulmans les attaquent [Fès, II, 165-168 ; fatwā d'un anonyme de Tlemcen].

158. Désapprobation d'une fatwā anonyme rendue à Tlemcen en (?) 76 et autorisant la destruction d'un cimetière pour édifier un rempart ou un fort (burǧ) [Fès, I, 369].

TLEMCEN XVe siècle (?) IBN BARKĀN

159. Des gens font leurs prières en commun dans une sorte de tente-hangar (bayt ša‘īra). Peuvent-ils y faire celle du Vendredi quand il pleut ?

Réponse négative [Fès, I, 121 ; Rabat, I, 137, fatwā d'Ibn Barkān qui est peut-être Abū ‘Ali b. Abarkān, m. à Tlemcen en 857 H/1453].

ALGER. ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ B. MUḤAMMAD AL-ḤALABĪ (faqih al-Ǧazā’ir)

160. Ceux qui ne savent pas l'arabe peuvent-ils prier en disant l'invocation en berbère ?

Réponse. Oui, Allāh sait toutes les langues [Fès, I, 157 ; Rabat, I, 186].

BOUGIE. ABŪ L-‘ABBĀS Aḥmad Β. ‘ĪSĀ

161. Un imām fait l'invocation après la Prière canonique ou après la récitation d'une section (ḥizb) du Coran et se passe les mains sur le visage... On le lui interdit.

Réponse approuvant cette interdiction [Fès, I, 232-233 ; Rabat, I, 282 ; question posée aux juristes de Bougie, réponse d'Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Isā].

TOUAT XVe siècle. ABŪ L-‘ABBĀS Aḥmad Β. MUḤAMMAD Β. ZAKRĪ (juriste de Tlemcen, m. 899-900 H/1493-1495) et plusieurs autres.

162. Au sujet des synagogues de Touat question posée aux juristes de Tlemcen et de Fès par le cadi de Touat Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Abī Bakr al-‘Aṣnūnī.

Ce dernier, à la demande d'al-Faǧīǧī a rendu une fatwā admettant le maintien des synagogues de Touat et autres localités du Sahara qui a été vivement attaquée par al-Magīlī et son fils ‘Abd al-Gabbār au point qu'il a failli en résulter une guerre civile. Les juifs de Touat habitent presque tous dans un quartier (darb) réservé et leur synagogue (kanisa) située au milieu de leurs demeures ne touche aucune maison musulmane. Ils paient la capitation et sont fort humbles et soumis.

Réponse d'Abū l-‘Abbās Aḥmad b. Muḥammad b. Zakrī, juriste de Tlemcen (m. 899-900 H/1493-1495) approuvant al-‘Aṣnūnī.

Réponse d'Abū Mahdī ‘Isā b. Aḥmad b. Muḥammad b. Zakrī, suivie d'une réponse à une question posée de Jérusalem au sujet d'une kanīsa (église ou synagogue ?) s'y trouvant ; l'auteur de la question a demandé qu'elle fasse l'objet d'une notification (tasǧil) dans chaque pays jusqu'à sa destination. Le muftī précité déclare qu'elle lui a été notifiée (suǧǧila ‘alayya) et que le messager l'ayant apportée (hāmiluhu) s'est embarqué cette année sur les galères vénitiennes (tarā’id al-Banādiqa).

Réponse du Tunisois Muḥammad b. Qāsim al-Raṣṣā‘. Les tributaires ne peuvent acheter des terres à des Musulmans en stipulant qu'ils pourront y édifier des temples. Ils peuvent les acquérir pour s'y loger s'ils paient la capitation et sont tributaires des Musulmans.

Réponse du cadi Abū Zakariyyā’ (Yahyā b. ‘Abd Allāh) b. Abī l-Barakāt (al-Ġumāri) de Tlemcen et de ‘Abd al-Raḥmān b. Sa‘īd.

Al-Wanšarīsī estime que les synagogues de Touat doivent être détruites.

Réponse d'un compagnon d'al-Wanšarīsī, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Ǧalīl al-Tanasī adressée à la communauté de Tamantīt ville du Touat où sont arrivés des Juifs qui y ont édifié une synagogue (kanisa) sur un terrain préalablement acheté à des Musulmans ou autres. Elle doit être détruite.

Approbation de cette fatwā par Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Yūsuf al-Sanūsī qui fit l'éloge d'al-Magīlī et à la population de Tamanțīț d'agir en conséquence.

Le cadi (Muḥammad b. Qāsim b. Sa‘īd) al-‘Uqbāni (m. 871 H/1467) dans son ouvrage "Tuḥfat al-Nāẓir (wa-ġunyat al-dākīr) (ḥifẓ al-ša‘ā’ir wa) -tagyir al-manākir" cite la fatwā du šayḫ Abū l-Faḍl Qāsim b. Sa‘īd al-‘Uqbāni sur les Juifs de Touat qui est d'avis qu'ils doivent être assujettis à la capitation (ǧizya), au droit d'étape (ḍiyāfa) et aux fournitures (? al-arzāq).

Aujourd'hui quand les Juifs du Touat partent en voyage, ils montent à cheval sur des selles de prix, vêtus de somptueux costumes, se parent comme les Musulmans dont ils adoptent les bottes (ḫuff), les éperons, le turban. Ils prétendent qu'ils craindraient pour leurs personnes et leurs biens s'ils se faisaient reconnaître par une mise distinctive ; en quoi ils mentent car ils n'ont rien à craindre des Arabes qui espèrent tirer d'eux maints profits au point que l'Arabe se sacrifierait avec sa famille pour sauver la vie d'un Juif qu'il accompagne (Fès, II, 170-202 ; Rabat, II, 214-248].

C. MAĠRIB EXTRÊME

FÈS IXe siècle. ABŪ ‘ALĪ AL-QARAWĪ (Kairouanais établi à Fès sous Yaḥyā b. Muḥammad b. Idrīs qui monte sur le trône en 234 H/849)

163. Vénération des tombes des docteurs, des martyrs et des saints ; on peut y prendre de la terre en guise de reliques [Fès, I, 269 ; Rabat, I, 321].

FÈS ΧIe-ΧΙΙe siècles. ANONYME

164. Un Juif, le médecin (ḥākim) Ibn Qanbāl porte un turban, des bagues, chevauche des coursiers, siège dans sa boutique sans mettre la ceinture (zunnār) ni la marque distinctive (ġiyār) des tributaires, rivalisant d'élégance avec les notables musulmans les mieux mis [Fès, II, 203-206 ; Rabat, II, 254-256 ; un compagnon anonyme d'Abū Bakr b. al-‘Arabī, cadi de Séville, 1076-1151, répond de Tanger à al-Qurašī Qāsim al-Naẓẓām et autres juristes de Fès].

FÈS XIIIe siècle. ABŪ IBRĀHĪM (ISḤĀQ B. MATAR) AL-WARYĀĠILĪ (m. 683 H/1284)

165. Les gens de Fès reprochent à Abū ‘Uṯmān al-Waryāgilī d'avoir déclaré qu'il avait vu Allāh, ce qui est contraire à l'opinion des sunnites. Il leur répond que son regard s'est résorbé dans son intelligence au point que tout son être est devenu regard et qu'il a vu Celui qui ne lui ressemble en rien (ġāba baṣarī fī baṣīratī fa-ṣāra kulli baṣarān fa-ra’aytu man laysa ka-miṯlī šay’un) [Fès, II, 344].

FÈS XIIIe siècle. ABŪ L-‘ABBĀS Aḥmad B. QĀSIM AL-QABBĀB (m. 708 H/1310)

166. Peut-on porter des vêtements de drap (malf) fabriqué par les Chrétiens qui l'assouplissent avec de la graisse de porc ?

Réponse. On l'utilisera après l'avoir lavé à grande eau [Fès, I, 3 ; Rabat, I, 3].

167. L'invocation prononcée après la Prière canonique est une innovation détestable (bid‘a qabīḥa) ; on en est arrivé au point que celui qui s'en abstient est considéré comme commettant un acte répréhensible [Fès, I, 233 ; Rabat, I, 283].

168. Le jour de ‘Arafa, après la Prière du ‘aṣr, les gens rassemblés prononcent des takbīr-s.

Réponse. Le fidèle doit alors quitter la mosquée et il vaut mieux qu'il reste chez lui [Fès, I, 234-235 ; Rabat, I, 284-285].

169. Cesse de jouir de l'irréprochabilité (‘adāla) quiconque donne de l'argent à sa femme pour se rendre au ḥammām où de nos jours les femmes sont complètement nues [Fès, I, 279-280 ; Rabat, I, 355].

170. Un certain Dāwūd b. al-Ḥasan de la tribu des Ġaznāya (ġaznā’ī al-nasab) s'érige en réformateur des mœurs et restaurateur de la sunna ; il veut que "les confrères" (fuqarā’) cessent de faire leurs litanies (ḏikr) en dansant, battant des mains, et se lamentant, la tête rasée, et mettent fin aux pratiques d'initiation ( ? talqim al-laqm) ; selon lui, la société féminine doit vivre strictement séparée de celle des hommes ; toute personne qui vient à lui pour se repentir doit le faire au prix d'une profonde réforme morale ; on doit s'abstenir de toute transaction avec les usurpateurs (gaṣṣāb) ; il épluche toutes les pratiques commerciales et décèle maints vices tels que l'usure, etc. ; il faut cesser de jurer par Allāh ; on doit expier pour toute infraction et donner aux pauvres, jeûner... ; plutôt que de réciter le Coran continuellement mieux vaut, surtout quand on est ignorant, s'instruire sur les obligations religieuses ; pour faire la prière canonique il est nécessaire de savoir la Fātiḥa et selon la sunna une autre sourate, mais la récitation de tout le Coran est une pratique surérogatoire (nāfila) ; il faut se purifier de tous les vices et défauts ; il fait étudier aux uns la Risāla (d'Ibn Abī Zayd) et aux autres les Qawā‘id de ‘Iyā ḍ ; il exige de tous ceux qui se repentent devant lui de ne pas marier leurs filles ou pupilles aux débauchés, à ceux qui jurent par la répudiation, aux usurpateurs, voleurs et usuriers ; tout lettré (tālib) qui ne voile pas sa femme et ne s'abstient pas de ce qui est défendu ne peut témoigner valablement ni être imām ; il ne doit pas faire d'invocation à l'issue de la prière canonique, conformément à la sunna selon lui ; il ordonne au muezzin de supprimer la formule (taṣbīḥ) précédant l'appel à la prière du ṣubḥ ; il interdit de saluer quelqu'un en lui embrassant la main ; il faut se saluer en disant : "Que le salut (salām) soit sur vous" et non en se souhaitant le bonjour ou le bonsoir ; il a approuvé quelqu'un de son entourage ayant marié sa fille pour une dot d'un quart de dinar.

Réponse favorable à l'action de ce réformateur. Abū ‘Imrān Mūsā al-‘Abdūsī et Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Mu’min confirment la fatwā d'Abū l-‘Abbās al-Qabbāb [Fès, II, 420-425 ; Rabat, II, 535-540].

FÈS XIIIe-XIVe siècles. ABŪ L-ḤASAN AL-ṢAGĪR alias ABŪ L-ḤASAN B. MUḤAMMAD ‘ABD AL-HAQQ AL-YĀLIṢŪTI (m. 719 H/1319)

171. Quand Abū l-Ḥasan al-Ṣaġīr devint cadi de Fès, il voulut empêcher les femmes de sortir dans la rue, ce dont elles Abūsaient. Dans chaque rue il posta des agents charger de les en empêcher et nantis de récipients remplis de couleur rouge (maḥābis min maġar) dont ils maculaient les passantes [Fès, II, 391 ; Rabat, II, 499].

FÈS XIVe siècle. ABŪ MUḤAMMAD AL-FIŠTĀLĪ (cadi de Fès, m. 779 H/1377)

172. Un jour Abū Muḥammad al-Fištālī refuse d'entrer dans la Grande Mosquée de Fès parce qu'elle était trop illuminée et ne consent à le faire que lorsque sur sa demande on n'y laisse que trois ou cinq luminaires (Fès, II, 363 ; Rabat, II, 467].

FÈS XIVe-XVe siècles. ‘ISĀ B. ‘ALLĀL AL-KUTĀMĪ AL-MAṢMŪDI (cadi de Fès, m. 823 H/1420)

173. La cour intérieure d'une médersa ne fait pas partie de la mosquée. Ibn al-Qaṣṣār est de l'avis contraire (Fès, I, 15 ; Rabat, I, 17].

174. L'endroit réservé aux funérailles (ǧāmi‘ al-ǧanā’iz) ne fait pas partie de la mosquée (masǧid) proprement dite [Fès, I, 15 ; Rabat, I, 17].

FÈS XVe siècle. ‘ABD ALLĀH AL-‘ABDŪSĪ (m. 849 H/1440)

175. Certains juristes de basse époque ont rendu des fatwā-s favorables à la célébration de la prière du vendredi dans les localités telles que Ṣadīna, ‘Ayn, Madyūna, Dayr, etc. Par la suite ‘Abd Allāh al-‘Abdūsī s'étant imposé come muftī en fit cesser la célébration dans lesdites localités [Fès, I, 126 ; Rabat, I, 139].

176. Quid de l'appel qu'on lance pour annoncer les obsèques d'un étranger au pays (ġarib) ? Quid de la récitation du Coran à proximité de la civière et des litanies (ḏikr) prononcées devant elle par les lecteurs ?

Réponse. Ce sont des innovations blâmables (bid‘a) et de même l'annonce des obsèques faite dans la mosquée. Le plus proche parent du mort (walī l-ǧanāza) ferait mieux de distribuer aux pauvres ce qu'il donne aux lecteurs. De même, la cérémonie que l'on a actuellement (ṣabāḥ al-qabr), ou encore les voiles et étoffes (al-aqni‘a wal-ṯiyāb al-ṣiqilliyya - de Sicile) que l'on place sur la partie supérieure bombée (qubba) du brancard funéraire des femmes ; c'est une pratique ostentatoire [Fès, I, 274 et 284 ; Rabat, I, 336-3371.

177. Si un seul tributaire nuit aux Musulmans tous les autres perdent toute protection ; leurs biens sont pris et assimilés au butin soumis au quint ; les biens de provenance inconnue reviennent au trésor public (bayt al-māl)) dont l'inspecteur (nāẓir) s'occupera [Fès, II, 203 ; Rabat, II, 253-254].

178. Le cadi punira à son gré un boutiquier du vulgaire (‘āmmī) coupable d'avoir insulté un juriste [Fès, II, 301 ; Rabat, II, 387].

TĀZĀ XIVe-XVe siècles. ABŪ ‘ABD ALLĀH MUḤAMMAD Β. ‘ABD AL-MU’MIN (contemporain d'Abū ‘Imrān Mūsā b. Muḥammad al-‘Abdūsī, m. 776 H/1374)

179. Le groupe des Gaznāya des territoires de Tāzā (țā’ifa Ġaznāya min aḫmās Tāzā) manifeste un certain nombre d'hérésies. Ils se séparent de la communauté (ǧamā‘a), traitent les Musulmans d'infidèles et ne consomment pas les bêtes que ceux-ci égorgent, ils déclarent infidèle quiconque ne croit pas au Mahd ī Ibn Tūmart qu'ils placent au-dessus d'Abū Bakr et de ‘Umar ; ils disent que c'est être infidèle que de pas savoir douze chapitres de théologie (tawḥid), que le fait de toucher des femmes illicites (al-maḥārim) invalide l'ablution et que celui qui se rase le bas du menton est un mağūs.

Réponse. Réfutation de ces propositions. Il convient de les inciter à revenir de leurs erreurs. Du temps d'al-Tarǧālī un décret (ẓahīr) du Sultan ordonna d'examiner leur cas. Les docteurs se réunirent à cette fin dans la mosquée d'al-Saytānī (?), furent d'accord pour les déclarer ignorants, les inviter à se repentir et les punir de mort en cas de refus. L'auteur de la fatwā déclare avoir participé à cette réunion. Ils se repentirent et se retirèrent, n'échappant à la mort qu'après s'être repentis par devant Sīdī Abū ‘Abd Allāh b. ‘Aṭiyya (Fès, II, 352-358 ; Rabat, II, 453-456].

FÈS XVe siècle. ABŪ ‘ABD ALLĀH AL-QAWRĪ (m. 872 H/1467)

180. L'affaire du révolté (ḫāriǧī) ‘Umar al-Maġīțī, un mystique (ṣūfī) qui provoque un soulèvement suivi de meurtres et de pillages ; il rejette la Sunna et le Livre (Kitāb) et prétend être guidé directement par Allāh, ses adeptes qu'il appelle les Murīdūn le reconnaissent comme imām inspiré et se distingue des autres en se coupant les cheveux. Four les veuves dont il a tué les maris, il réduit le délai de viduité à sept jours.

Réponse. Il faut les détruire. La réponse datée de 872 H/1467 est authentifiée par Yaḥyā b. Abī Ya‘zā, Muḥammad b. Muḥammad al-Ṣabbāġ et Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Haṣṣār [Fès, II, 308-309 ; Rabat, II, 396-397].

FÈS XVe siècle. AL-WANŠARĪSĪ (m. 914 H/1508)

181. Les gens du vulgaire prélèvent de la terre du tombeau du šayḫ Abū Ya‘zā et du šayḫ Abū Ġālib al-Sārīwī pour guérir les maladies et les ulcères [Fès, I, 269 ; Rabat, I, 321].

182. Des Musulmans d'al-Andalus où ils ont laissé tous leurs biens et réfugiés au Maġrib se trouvent dans le dénuement et regrettent d'être partis ; ulcérés, ils prononcent des paroles prouvant la faiblesse de leur foi ; ils n'ont pas émigré pour Allāh et Son Prophète mais par intérêt matériel ; déçus, ils dénigrent la terre d'Islam et vantent les charmes du pays des Infidèles ; ils disent regretter d'avoir émigré, allant jusqu'à déclarer que l'émigration doit se faire en sens inverse et l'un d'eux d'affirmer : "Si le roi de Castille arrivait dans ces parages, nous irions lui demander de nous ramener là-bas !", en terre infidèle ; certains s'ingénient à y retourner pour devenir tributaires des Chrétiens [Fès, II, 90-106 ; Rabat, II, 119-131, question posée par Abū ‘Abd Allāh b. Qūțiyya ; réponse rédigée le 19 dū l-qa‘da 896/23 septembre 1491 et intitulée "Asnā l-matāǧir fī bayān aḥkām man ġalaba ‘all wațanihi l-Naṣārā wa-lam yuhāǧir wa-mā yutarattab ‘alayhi min al-‘uqūbāt wa-l-zawāǧir"].

183. Peut-on célébrer la prière du vendredi dans la Grande Mosquée dite Ǧāmi‘ al-Qarawiyyīn (des Kairouanais) à Fès ?

Réponse. Il faut remonter à la fondation de la ville. Un émir s'en empara et rasa les murailles séparant les deux parties de la ville situées sur chacune des deux rives du fleuve, le quartier des Kairouanais (Fās al-Qarawiyyin) et celui des Andalous (Fās al-Andalus).

La Grande Mosquée des Andalous est trop étroite pour contenir tous les Fidèles et il est impossible de l'agrandir en lui annexant les constructions contiguës ; maisons, boutiques, bassins à ablutions (mīḍā‘āt) et réservoirs (siqāyāt), la plupart d'entre elles étant des biens de mainmorte appartenant aux pauvres et aux orphelins. Le trésor public (bayt al-māl) ne saurait suffire à couvrir les frais d'expropriation.

Le jeudi 1er rabī‘ I 192/4 janvier 908 Idris construisit la Grande Mosquée Ǧāmi‘ al-Ašyāḫ (Grande Mosquée des Šayḫ-s, plus tard Ğâmi‘ al-Andalus).

Le 1er rabī‘ I 193/23 décembre 908 commencèrent les travaux sur l'autre rive où après l'achèvement du rempart, on édifia le Ǧāmi‘ al-Šurafā’ (Grande Mosquée des Šarīf-s, plus tard Ǧāmi‘ al-Qarawiyyīn). On commença à creuser les fondations des mosquées où l'on fait actuellement la prière du vendredi, Ǧāmi‘ al-Andalus et Ǧāmi‘ al-Qarawiyyīn en 245 H/859-860. L'avènement des Zanāta en 307 H/919-920, le prêche du vendredi (ḫuțba) cessa d'être dit dans le Ǧāmi‘ al-Šurafā’ devenu trop étroit au profit du Ǧāmi‘ al-Qarawiyyīn plus vaste. Selon d'autres, le prêche ne fut transféré au –Ǧāmi‘ al-Qarawiyyīn qu'en 321 H/933, date du transfert du prêche du Ǧāmi‘ al-Ašyāḫ au Ǧāmi‘ al-Andalus. Tout cela par les soins de Ḥāmid b. Ḥamdān al-Ḥamdānī, gouverneur du Fatimide ‘Ubayd Allāh al-Šī‘ī.

Discussion sur la validité de la prière du vendredi dite à la Madrasa ‘Ināniyya dans le quartier de Fès appelé Ṭāli‘a, et à al-Ḥalwiyya et au Ǧāmi‘ al-Qaṣr de Tlemcen [Fès, I, 197-226 ; Rabat, I, 252-274 ; opuscule intitulé "Kitāb Tanbih al-ḥaḏiq al-nadus ‘alā l-qaḍā‘ man sawwā bayna Ǧāmi‘ al-Qarawiyyinwa-l-Andalus"].

184. Opuscule sur les innovations louables et celles qui ne le sont pas :

  1. On peut faire en commun des prières nocturnes (al-tarāwiḥ) pendant ramaḍān ;

  • recouvrir de nattes le sol des mosquées ;

  • y réciter des sections (ḥizb) du Coran ;

  • se réunir pour dire des litanies (ḏikr) et des invocations (du‘ā’) le jour de ‘Arafa et autres fêtes. Les deux šayḫ-s Abū Bakr b. ‘Abd al-Raḥmān et Abū ‘Imrān al-Fāsī y ont assisté dans l'oratoire de plein air (muṣallā l-‘Id) à Kairouan et ont approuvé cette pratique ;

  • faire l'invocation de la manière habituelle après la prière coranique.

  1. Le Mahdï Ibn Tūmart a prescrit la répétition de l'invocation après la prière canonique... (texte peu clair et sans doute altéré, II, 361-362).

  2. On peut jeûner le vendredi et prier la nuit du jeudi au vendredi.

  3. Hisser le drapeau (rāya) (en haut du minaret) au moment de l'appel à la prière est un emprunt aux Sabéens.

  4. Le fanal et le drapeau utilisés au Maġrib lors de l'appel à la prière en sont devenus comme l'accompagnement (quasi nécessaire) (fa-ṣāra l-aḏān ma‘a l-fanār wa-l-rāya bi-bilād al-Maġrib fī ḥukm al-taba‘ aw kāa).

  5. Les nuits de ramaḍān comportent des pratiques réprouvables. On fait grand gaspillage d'éclairage. On laisse les folâtres (ahl al-bațāla) assister à la prière. Ceux qui prient s'amusent aussi ; ils font chanter des jeunes dont la voix fait les délices des débauchés. Les chants sont repris en chœur avec cris, gémissements... Le cadi Abū ‘Abd Allāh al-Muqri’ dénonce les séances de danses et de musique tenues par des étudiants (țalaba) dans certaines mosquées de Fès (passage peu clair et sans doute altéré, II, 362-363).

  6. Le fils d'Ibn al-Ṣaqr fut jeté en prison par le calife almohade al-Murtaḍā (1248-1266) pour avoir protesté lorsque le prédicateur eut mentionné le Mahdi et proclamé son impeccabilité. Les šayḫ-s et les vizirs almohades le firent mettre à mort.

  7. Allumer du feu la nuit est le propre des Mages (Mağūs). On en allume un (sans doute un fanal) pendant la nuit, le soir et le matin (‘išā’ et ṣubḥ) et aussi pendant le ramaḍān pour annoncer que ce mois est arrivé ; l'allumage se fait à l'intérieur de la mosquée. Au point du jour (saḥūr) le feu est hissé sur le minaret pour indiquer l'approche du lever du soleil et le début du jeûne.

  8. Autre innovation blâmable : sonner de la trompe des Juifs ḍarb būq al-yahūd) dans les mosquées pendant les nuits de ramadan pour annoncer la fin de la prière et éviter aux fidèles de laisser passer le moment où ils peuvent prendre leur dernier repas avant le point du jour (saḥūr). Cette trompe a d'abord été utilisée en al-Andalus pendant le ramaḍān pour annoncer le coucher du soleil (qui marque la fin du jeûne) et le début du jeûne (à son lever). Puis on s'en est servi au Maġrib Central et au Magrib Extrême pour annoncer le début et la fin du moment pendant lequel on peut prendre le dernier repas avant le point du jour (saḥūr).

  9. Il n'est pas bon de réserver certaines dévotions à certains jours d'élection, de faire tel jour tant de rak‘a-s et d'aumônes, et telle nuit tant de rak‘a-s et de récitations du Coran... Il ne faut pas faire des litanies à haute voix devant la civière mortuaire. Autre pratique condamnable : les invocations que les muezzins lancent à l'aurore du haut des minarets ainsi que les poèmes qu'ils récitent. À Fès, depuis le milieu de la nuit, les mosquées retentissent de litanies d'invocations, beaucoup plus tard qu'à Tunis ou à Grenade.

  10. Surtout au Maġrib ceux qui se prétendent savants ont tort d'enseigner assis sur une chaise (kursī).

  11. C'est une bonne coutume bien que théoriquement condamnable que de réserver l'abattage des bêtes à certains bouchers choisis pour leur piété ; les particuliers n'osent plus y procéder eux-mêmes. Cela ressemble à l'abattage rituel que pratiquent les Juifs.

  12. La composition d'ouvrages (ta‘lif) nuit au voyage d'études (riḥla). La construction de madrasa-s fonctionnarise et menace l'indépendance de l'enseignement. On Abūse des résumés et la transmission orale des ouvrages (riwāya) est abandonnée. L'esprit critique fait défaut et on utilise sans discernement des recueils souvent altérés, comme c'est le cas pour la'Tabṣira" d'al-Laḫmī. À part le "Tahḏib", les ouvrages d'al-Barāḏi‘ī sont tombés en désuétude.

  13. C'est une innovation blâmable que de célébrer les septenaires qui suivent les enterrements (sawābi‘) ; de dresser des pavillons (fasāțīț) sur la tombe ; d'enterrer les morts dans les cercueils (tawābīt) ; d'enduire (les tombeaux) de safran ; de stationner auprès de la tombe pour recevoir les condoléances alors que ta sunna veut qu'elles soient présentées dans la maison mortuaire après l'enterrement ; de reculer la prière funéraire et l'ensevelissement jusqu'à ce que le prédicateur ait achevé son prêche et sa prière si l'on est vendredi, et jusqu'à la fin de sa prière les autres jours.

  14. Certains prétendent à tort que l'injonction : "Taisez-vous, qu'Allāh vous fasse miséricorde !" lancée avant que le prédicateur prenne la parole est fondée sur un ḥadīț transmis par Mālik. Ibn al-Ḥāǧǧ s'étonne de voir certaines personnes qui reprochent à Mālik de suivre la coutume des Médinois, approuver cette pratique qu'ils justifient en disant qu'elle est conforme à celle des Syriens et à leur pratique constante. À Tlemcen, on fait cette injonction en s'appuyant sur le ḥadīṯ transmis par Mālik. À Fès, on s'en abstient, ce qui est la bonne manière d'agir.

  15. Pratiques blâmables : consommer une nourriture spéciale lors de la Nativité du Prophète ; ne pas nettoyer la maison et s'abstenir de balayer après le départ en voyage d'un parent ; si on le fait, il ne reviendra pas, pense-t-on ; quand on l'accompagne au moment des adieux, prononcer l'appel à la prière deux ou trois fois pour qu'il revienne ; pour une femme ayant ses menstrues, s'abstenir de se faire mesurer du blé ou autre denrée et ne pas s'en approcher ; cette pratique est observée par les Juifs ; acheter aux Chrétiens ce qu'ils ont préparé pour leur fête : viande, pitance ou vêtements ; leur louer des bêtes ou les aider d'une manière ou d'une autre à célébrer leurs fêtes ; ramasser sur la chaussée, dans les souks, un papier (qirāsț) et le mettre à l'abri après l'avoir baisé ou placé sur sa tête ; en faire autant pour un morceau de pain ou tout autre aliment ; embrasser le tombeau d'un saint ou d'un savant ; répugner à contracter ou consommer mariage pendant le mois de muḥarram ; superstition d'ignorants.

  16. Beaucoup de gens et presque tous ceux du vulgaire ne font pas les prières canoniques. De nombreux marchands des souks et employés n'assistent pas à celle du vendredi encouragés à cela, les uns par leurs clients, et les autres par leurs employés désireux de les voir ne pas perdre de temps.

  17. Il est répréhensible de réciter le Coran sur des airs réjouissant et avec des répétitions rappelant le chant profane, et de répéter qu'on se repent à chaque passage coranique comportant une exhortation ; d'élever un édifice sur les lieux où le Prophète a été vu en rêve ; de faire des prières nocturnes (qiyām) la nuit de la mi raǧab et de la mi-ša‘bān ; cette prière dite des désirs (ṣalāt al-ragā’ib) a été instituée à Jérusalem lors de la mi-ša‘bān de l'an 448/octobre 1056.

  18. L'ivresse s'étale dans les rues. À l'occasion des réjouissances et des deuils familiaux des cortèges de femmes y défilent, vociférant et s'accompagnant d'instruments de musique ; tambours, tambours de basques, luths ; elles ont le visage découvert et des hommes s'approchent d'elles. Des chanteurs et musiciens professionnels, des danseurs, participent aux cérémonies familiales joyeuses ou tristes. Les femmes affluent dans les cimetières où elles dressent même des tentes. Il faut surveiller au souk du fil (sūq al-ġazl), y instituer des syndics (umanā’), choisir les courtiers parmi les hommes de confiance ou d'un âge avancé, veiller à séparer les hommes des femmes au cours des transactions. Certains portent atteinte à la propreté des rues et à la circulation : évacuation défectueuse de latrines mal installées ; bêtes attachées sur les voies publiques qu'elles obstruent ; chiens dangereux à l'entrée des quartiers et des maisons ; eaux sales s'échappant sur la chaussée par des gouttières mal faites. Les bases de colonnes de certaines maisons et de pilastres dans les souks mordent trop sur la chaussée. Les animaux sont souvent trop chargés et maltraités.

  19. Maintes transactions commerciales sont irrégulières et l'on pratique l'usure ; on donne un dirham remboursable pour deux dirhams ; on majore une dette une fois passée l'échéance ; on vend contre des dinars ou des dirhams des colliers où sont mêlés l'or, l'argent les perles et les pierreries, ainsi que des brides, étriers et poignées de sabres ornées d'or et d'argent.

  20. Il est répréhensible d'orner les maisons et les boutiques de vases d'or et d'argent, de se servir d'objets confectionnés avec ces deux métaux : stylets à collyre, boites à onguents, peignes, miroirs, socques, cuirs brodés d'or et d'argent... même s'il s'agit d'objets féminins ; il n'est pas grave de mettre de l'argent à l'extrémité d'un stylet à collyre. La fille du šayḫ al-‘Awfī (juriste tunisois de la génération des maîtres d'Ibn ‘Abd al-Salām mort en 749 H/1348) avait un stylet à collyre en argent.

  21. Quand les rois éternuent, on se tait ou bien au lieu de leur dire conformément à la sunna : "Qu'Allāh te fasse miséricorde !" on dit : "Qu'Allāh t'accorde la victoire !" pour éviter en invoquant la miséricorde d'Allāh de faire allusion à la mort. Au lieu d'employer la formule : "Que le salut soit sur vous !" on a recours à celle de l'anté-Islam : "Qu'Allāh rende heureuse ta matinée ou ta soirée !". Il faut s'abstenir de l'expression "Mon Maître" (mawlāya).

  22. Il ne faut pas réserver le titre de šarīf aux seuls descendants de Fāițma. Avis des juristes de Bougie, Tunis et Tlemcen.

  23. Les émirs ne doivent pas, comme le font surtout ceux du Maġrib, mettre des chaînes et des carcans au cou des inculpés quand ils comparaissent devant eux et les cadis pour être jugés. Selon les Mālikites on met des fers aux pieds des condamnés à mort pour qu'ils ne se sauvent pas. Les cadis ont tort de faire donner des coups sur la nuque avec le creux de la main, ce qu'on appelle usuellement au Maġrib, al-zazz [Fès, II, 358-401 ; Rabat, II, 461-511 ; opuscule sur les innovations louables et celles qui ne le sont pas "Faṣl aḏkuru fīhi l-mustaḥsan min al-bida‘ wa-ġayrihi"].

FÈS XVe siècle. ABŪ ḤAFṢ ‘UMAR B. ‘ABD AL-RAḤMĀN AL-ǦAZNĀ‘I

185. Il est répréhensible de recouvrir d'une étoffe de soie le mort placé sur le brancard [Fès, I, 280 ; Rabat, I, 344].

FÈS XIVe siècle. MUḤAMMAD Β. ‘ABD ALLĀH AL-MADYŪṆI (m. après 960 H/1552)

186. Quid des Soudanais et des Soudanaises qui jouent (de la musique) aux mariages ?

Réponse défavorable [Fès, II, 419 ; Rabat, II, 533].

MAROC OU TUNIS XVe siècle. ABŪ L-QĀSIM AL-‘ABDŪSĪ

187. Certains visitent les tombes de leurs parents pendant les fêtes (al-a‘yād wa-l-mawālid) alors qu'ils devraient se contenter d'y aller les jeudis et lundis.

Réponse. C'est une innovation condamnable (bid‘a) si l'on croit que ces jours de fêtes sont supérieurs aux autres ; mais on peut visiter les tombes ces jours-là si ce n'est que pour profiter des congés ; telle est l'opinion d'Abū l-Walīd b. Rušd [Fès, I, 261-263 ; Rabat, I, 320-322].

188. Dans une localité récemment fondée en territoire musulman, les Juifs ont édifié une synagogue (kanīsa) qui a été détruite sur l'initiative d'un dévot. Les Juifs voudraient la reconstruire.

Réponse négative. Sous le calife marīnide (Abū Ya‘qūb) Yūsuf b. Ya‘qūb b. ‘Abd al-Ḥaqq (1286-1307) les juristes du Maġrib ont rendu une fatwā contre les Juifs vendant du vin aux Musulmans ; on les tua et réduisit en esclavage leurs familles dans tout le pays des Banū Marīn ainsi que le rapporte al-ḫazraǧī, cadi de Bādīs et autres localités du Rīf, au temps de Yūsuf b. Ya‘qūb [Fès, II, 199-200 ; Rabat, II, 249-250 ; fatwā d'Abū l-Qāsim al-‘Abdūsī qui s'est fixé à Tunis].

D. AL-ANDALUS

CORDOUE IXe siècle. MUḤAMMAD B. BAṢĪR (m. 198 H/813-814)

189. Le grand cadi de Cordoue, sous al-Ḥakam b. Hišām, Muḥammad b. Bašīr a fait couper la main à un faussaire en actes juridiques (waṯā’iq) [Fès, II, 322 ; Rabat, II, 414 ; citation du "Kitāb al-Iḥtifāl" d'Ibn Ḥayyān).

CORDOUE IXe siècle. YAḤYĀ B. YAḤYĀ (m. 234 H/849)

190. La maison de tout marchand de vin (ḫammār) doit être brûlée [Fès, II, 318 ; Rabat, II, 409].

CORDOUE IXe siècle. ‘ABD AL-MALIK B. ḤABĪB (m. 238 H/852)

191. Des témoignages ont établi que Hārūn b. Ḥabīb, frère du juriste ‘Abd al-Malik b. Ḥabīb, qui avait l'esprit chagrin, a déclaré alors qu'il relevait d'une maladie : "J'ai enduré pendant cette maladie ce que je n'aurais pas mérité si j'avais tué Abū Bakr et ‘Umar !"

Ibrāhīm b. Ḥasan b. ḫālid rend une fatwā le condamnant à mort tandis que son frère ‘Abd al-Malik b. Ḥabīb, Ibrāhīm b. Hasan b. ‘Āṣim et le cadi Sa‘īd b. Sulaymān opinent tous trois pour la prison et un châtiment corporel [Fès, II, 280 ; Rabat, II, 361].

192. Les juristes de Cordoue sont consultés sur le cas du neveu (fils du frère) de ‘Aǧab, la concubine d'al-Hakam Ier, qui, surpris un jour par la pluie, a déclaré : "Le Savetier commence à asperger Ses peaux !" ‘Abd al-Malik b. Ḥabīb et Aṣbaġ b. ḫalīl sont d'avis qu'il encourt la mort. Abū Zayd b. Ibrāhim auteur (ṣāḥib) d'"al-Ṯamāniyya", Ἁbd al-A‘lā b. Wahb et Abān b. ‘Isā (b. Dinar) estiment qu'il s'agit d'une plaisanterie entraînant un simple châtiment corporel et non la peine capitale. Le cadi Muḥammad (le texte dit Mūsā) b. Ziyad se range à ce dernier avis ; ce qui indigne et fait pleurer Ibn Ḥabīb. L'émir ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ḥakam saisi de l'affaire fait exécuter la sentence rendue par Ibn Ḥabīb et son compagnon Asbag b. ḫalīl et le malheureux est crucifié en présence de ces deux juristes. L'émir révoque le cadi accusé d'avoir fait preuve d'indulgence coupable (mudāhana) dans cette affaire et tance vertement et insulte les autres juristes n'ayant pas opiné pour la mort [Fès, II, 280 ; Rabat, II, 362].

CORDOUE IXe siècle

193. Le préfet de police (ṣāḥib al-šurța) Ibrāhīm b. Ḥasan b. ḫālid fit administrer, à la porte occidentale médiane, quarante coups de fouet à un individu coupable de faux témoignage ; on lui coupa la barbe, lui noircit le visage et le promena onze fois entre les deux prières aux cris de : "Voilà la récompense d'un faux témoin !", Ce ṣāḥib al-šurța était un homme de bien, un juriste versé en exégèse coranique ; il exerça la šurța sous l'émir Muḥammad (m. 273 H/886). Il rapporta le "Muwațța’ "d'après le compagnon de Mālik, Muțarrif b. ‘Abd Allāh [Fès, II, 323 ; Rabat, II, 415 ; citation du "Ta’riḫ" d'Ibn ‘Abd al-Barr (m. 1071)].

CORDOUE IXe siècle. ΑΒŪ IBRĀHĪM ISḤĀQ B. IBRĀHĪM (contemporain de l'émir ‘Abd Allāh – 275-300 H/888-912)

194. Un tributaire enlève et viole une musulmane mais au moment où il va être exécuté, il embrasse l'Islam.

Réponse. Il échappera à la mort et devra à la femme une dot proportionnelle à la condition de cette dernière. S'il est convaincu de ne pas s'être converti de bonne foi et d'être demeuré chrétien, il sera crucifié sans délai [Fès, II, 268 ; Rabat, II, 345].

195. Une Chrétienne est déférée au cadi. Née d'un Musulman et d'une Chrétienne qui l'a élevée après la mort du père, elle a épousé un Chrétien dont elle a eu un enfant, il y a vingt ans ou davantage. Interrogée par ce magistrat elle a répondu que son père Chrétien a embrassé l'Islam et qu'après sa mort elle est restée auprès de sa mère et demeurée Chrétienne. La conversion de son père, un mercenaire (min al-ḥašam) s'est produite en un lieu autre que celui où elle a vécu. Les voisins affirment que ce Chrétien ayant embrassé l'Islam est mort alors que sa fille n'était pas encore nubile.

Réponse. Elle doit être considérée comme Musulmane en tant que fille de Musulman à moins qu'elle ne produise une preuve testimoniale (bayyina) établissant le contraire. On l'y contraindra mais sans lui infliger la peine que mérite une renégate [Fès, II, 269-270 ; Rabat, II, 347-348].

196. Les hérétiques (rāfiḍa) disciples d'Ibn Masarra reprochent aux juristes andalous d'avoir abandonné :

  1. Une obligation (farīḍa), en remplaçant par une femme de confiance (amina), les deux témoins-arbitres (ḥakamāmī) chargés d'observer les époux en instance de divorce en vertu de la prescription coranique, chacun d'eux désigné par l'une des deux familles.

  2. Une tradition (sunna) en refusant, sous prétexte que l'époque est dépravée, de prononcer un jugement sur le serment d'un seul témoin [Fès, II, 344-346 ; Rabat, II, 443-444].

CORDOUE IXe siècle

197. Les šayḫ-s d'al-Andalus ont rendu des fatwā-s déniant la validité du témoignage des Musulmans se trouvant sous la coupe du rebelle ‘Umar b. Ḥafṣūn (263-305 H/879-917) et des jugements rendus par leurs cadis (qubūl ḫițāb quḍātihim) [Fès, II, 104 ; Rabat, II, 134].

CORDOUE XIe siècle. ABŪ ṢĀLIḤ AYYŪB B. SULAYMĀN (m. 302 H/914)

198. On peut envoyer le montant de sa zakāt à des Musulmans captifs de l'ennemi qui sont nus, affamés et dans le dénuement, conformément à l'avis d'Ibn ‘Ubayd [Fès, I, 317 ; Rabat, I, 397].

199. Un Musulman, prisonnier en terre ennemie devant verser une rançon de cent dinars, laisse son fils en otage et vient en terre d'Islam pour vendre son bien afin de réunir la somme nécessaire [Fès, II, 89 ; Rabat, II, 117].

200. Les habitants d'une citadelle menacée de tomber aux mains de l'ennemi lui donnent leurs enfants en otages pour une rançon de deux cents dinars [Fès, II, 89 ; Rabat, II, 117].

201. Les habitants d'une ville en guerre avec l'ennemi conviennent d'envoyer des groupes d'éclaireurs, une cinquantaine de cavaliers répartis en quatre groupes, pour surveiller les défilés ; ils sont engagés pour une durée déterminée. Pour les rétribuer, chaque homme marié verse une certaine quantité (de blé ?) évaluée au moyen d'une mesure déterminée et exigible à période fixe [Fès, II, 89-90 ; Rabat, II, 118].

CORDOUE IXe-Xe siècles. IBN LUBÂBA (m. 314 H/926)

202. On peut faire la prière avec des harāki-s (sorte de chaussures rustiques en cuir) aux pieds ; procéder à leur madéfaction en passant la main dessus comme on le fait pour les bottines (ḫuff) ; faire la prière avec des bottines (aḫfāf) non polluées ; passer la main sur les harāki-s munies de tiges (sīqān) à condition que ces dernières soient cousues (maḫrūza) et sur les aminqāt (espèce de chaussures) à condition que la longueur de la semelle soit telle que tout le pied soit recouvert [Fès, I, 12 ; Rabat, I, 12-13].

203. Le conseil des juristes (šūrā) de Cordoue, consulté, approuve la démolition d'une synagogue (šanūga) récemment édifiée à Cordoue. Les tributaires, Juifs et Chrétiens, ne peuvent édifier d'églises ni de synagogues dans les villes musulmanes au milieu des Musulmans. La šūrā comprenait : ‘Ubayd Allāh b. Yaḥyā, Muḥammad b. Lubāba, Ibn Ġālib, Ibn Walīd, Sa‘d b. Mu‘āḏ, Yaḥyā b. ‘Abd al-‘Azīz, Ayyūb b. Sulaymān et Sa‘īd b. Ğubayr [Fès, II, 197 ; Rabat, II, 246 ; extrait des "Nawāzil" d'Ibn Sahl d'après les "Aḥkām" d'Ibn Abī Ziyād].

204. Les šayḫ-s du conseil des juristes (šūrā) de Cordoue, ‘Ubayd Allāh b. Yaḥyā, Muḥammad b. Lubāba, Sa‘d b. Mu‘ād, Ibn Walīd et Aḥmad b. Yaḥyā condamnent à mort une certaine Dalǧa qui se prétend Chrétienne, nie ta divinité d'Allāh disant que Jésus est Dieu et que Muḥammad a menti en prétendant être Prophète [Fès II, 267 ; Rabat II, 344].

CORDOUE Xe siècle. ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ AL-QARAFAYĀQĪ

205. L'émir al-Ḥakam b. ‘Abd al-Raḥmân (350-366 H/961-976) avec l'accord des cosmographes (ahl al-ḥisāb) parmi lesquels se trouvaient des Imām-s faisant autorité, voulut déplacer la qibla de la Grande Mosquée de Cordoue qui était beaucoup trop à l'ouest, mais il y renonça car le peuple (‘āmmat al-nās) fut bouleversé à l'idée de rompre avec la pratique ancestrale. Tous les cosmographes andalous admettent que dans chaque contrée la qibla est beaucoup trop à l'ouest. Ibn Mu‘āḏ al-Ǧayyānī, dans un opuscule qu'il composa sur la détermination de la qibla (ǧuz’ allafahu fī stiḫrāǧ al-qibla) a estimé qu'elle était à treize degrés ou environ – le doute vient du mufti qui a consulté cet ouvrage depuis trop longtemps – (au lieu de quarante cinq degrés). Même estimation de treize degrés dans la Risāla sur la question composée par Abū l-Qāsim al-Zaṯnawī (?) (ou Zaṯnayrī) [Fès, I, 106 ; Rabat, I, 118].

CORDOUE Xe siècle. ‘ABD AL-RAḤMĀN B. BAQĪ B. MAḪLAD

206. Consultation en ǧumādā II 359/avril-mai 970, des juristes d'al-Andalus au sujet d'un certain Aḥmad b. ‘Umar b. Abī ‘Uṯmān accusé par un moribond nommé Muḥammad b. ‘Abd Allāh de l'avoir blessé volontairement.

Réponse. L'accusé sera emprisonné en attendant la guérison ou la mort du blessé et l'instruction de l'affaire.

‘Abd al-Raḥmān b. Baqī b. Maḫlad répondit qu'il ne se prononçait pas sur tes délits de sang ; la doctrine de son père et de son grand-père était qu'il fallait faire prêter serment à l'accusateur.

L'Émir des Croyants al-Hakam II al-Mustanṣir bi-Llāh enjoint à Ibn Ḥudayr (?) de rechercher et d'emprisonner Tammām le serviteur (fatā) de Aḥmad (b. ‘Umar) b. Abī ‘Utmân accusé lui aussi par ce dernier de l'avoir blessé. Sur l'ordre du prince, Ibn Ḥudayr (peut-être ṣāḥib al-šurṭa) fait examiner le blessé par des experts médecins, prononcer à l'accusateur, dans la Grande Mosquée, cinquante serments, enregistrer ses accusations par des témoins irréprochables (‘udūl) puis il consulte le Grand Cadi (qāḍī l-ǧamā‘a) et les juristes.

Avis du cadi Muḥammad b. Ishāq, du juriste ‘Abd Allāh b. al-Walīd et de ses compagnons, puis d'al-Qāsim b. ḫalaf.

Éloge d'al-Ḥakam II, "juriste versé dans la connaissance des rites... rassembleur de sciences", le plus ardent à s'instruire de tous les Banū Umayya d'Espagne [Fès, II, 247-248 ; Rabat, II, 315-316].

CORDOUE Xe siècle. ISḤĀQ B. IBRĀHĪM

207. ... Sous al-ḫakam II al-Mustanṣir bi-Llāh (350-366 H/961-976) des témoignages établissant ses sacrilèges (ta‘ṭīl) et son athéisme (ilḥād) furent portés à l'encontre d'un certain Abū l-ḫayr (mot à mot "l'homme du bien") dont on transforma le nom en Abū l-Šarr ("l'homme du mal"). Celui qui instruisit son affaire (al-nāẓir fī amrihi) le ṣāḥib al-waṯā’iq (sans doute notaire royal, mais agissant en tant que lieutenant criminel) interrogea les juristes de Cordoue.

Le cadi Munḏir b. Sa‘īd, le prieur (ṣāḥib al-ṣalāt) Aḥmad b. Muṭarrif Abū Ibrāhīm al-Ṭulayṭulī et d'autres furent d'avis qu'il fallait le tuer sans lui faire d'interpellation finale. D'autres estimèrent qu'il y avait lieu de lui accorder le bénéfice de cette interpellation. L'instructeur de l'affaire (nāẓir) s'en remit à la décision d'al-Ḥakam II qui se rangeant à l'avis du cadi Mundir b. Sa‘īd et de ceux qui s'étaient prononcés dans le même sens, le fit exécuter sans lui avoir adressé d'interpellation finale...

… En complément de l'affaire de l'athée ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim voici celle de son frère en athéisme et en sacrilège (šaqīquhu fī -l-ilḥād wa-l-ta‘ṭīl) le zindiq Abū l-ḫayr, qu'Allāh le maudisse. Auprès de Qāsim b. Muḥammad, lieutenant criminel (ṣāḥib aḥkām al-šurṭa) à Cordoue et cadi de la province (kūra) d'Écija et de Cabra, quarante témoins déposèrent contre Abū l-ḫayr l'accusant de toutes sortes de croyances et de turpitudes. Qāsim b. Muḥammad, ṣāḥib al-šurṭa, accepta et valida dix-huit de ces témoignages dont il connaissait les auteurs et les corrobora par ceux des autres.

Dans la salle des vizirs (bayt al-wuzarā’ – Ibn Sahl, ms. Alger, fol. 204r dit wizāra – du vizirat) et sur ordre (bi-‘ahd) de l'Émir des Croyants al-Hakam II b. ‘Abd al-Raḥmān, il convoqua les juristes pour les consulter sur l'acte entérinant les témoignages précités à l'encontre d'Abū l-ḫayr. Il les éclaira sur ceux qu'il avait acceptés et ceux qu'il avait retenus pour corroborer les premiers.

Le grand cadi (qāḍī l-ǧamā‘a), Munḏir b. Sa‘īd, Isḥāq b. Ibrāhīm, le grand prieur (ṣāḥib al-ṣalāt al-ǧamā‘a, addition d'Ibn Sahl, ms. Alger) Aḥmad b. Muțarrif et d'autres déclarèrent aux juristes qu'il s'agissait d'un athée infidèle (mulḥid kāfir) méritant la peine capitale pour bien moins que les crimes dont il a été convaincu et sans lui accorder le bénéfice de l'interpellation finale, après qu'il en aura été référé à l'Émir des Croyants. L'un des juristes présents fut d'avis de lui accorder l'interpellation finale. L'instructeur de l'affaire (al-nāẓir fī amrihi) Qāsim b. Muḥammad rétorqua qu'à son avis il fallait le tuer sans lui accorder l'interpellation finale (i‘ḏār). Il transmit le dossier à l'Émir des Croyants qui décida qu'il serait exécuté sans i‘ḏār par crucifixion. Il écrivit au vizir ‘Īsā b. Fuțays qu'il fallait suivre l'avis formulé par le cadi (Mundir b. Sa‘īd) et Isḥāq (b. Ibrāhim) et le prieur (Aḥmad b. Muțarrif). Il dit avoir envoyé l'acte pour qu'il soit conservé dans les archives (? ṣaraftu l-waṯiqa li-takūna fī l-bayt).

"Quiconque, dit-il, contredit le rite de Mālik b. Anas, qu'Allāh lui fasse miséricorde, dans une fatwā ou autre chose, et que je l'apprenne, je lui infligerai le châtiment exemplaire qu'il mérite et le mettrai en fuite. Je sais par expérience acquise grâce à mes lectures, que le rite de Mālik et de ses compagnons est le meilleur. Je n'ai rien constaté au sujet de ses compagnons et de tous ceux qui suivent son rite, qui ne soit conforme à la sunna et à l'orthodoxie (ǧamā‘a). Qu'on s'en tienne à cette (doctrine) car c'est là qu'est le salut, s'il plaît à Allāh Grand et Puissant !".

La crucifixion d'Abū l-Šarr donna lieu à des manifestations de joie auxquelles participèrent les gens du peuple et de l'aristocratie (al-‘āmma wa-l-ḫāṣṣa) et comparables à celles qui marquèrent l'avènement du calife.

Au juriste (Isḥāq) b. Ibrahim qui lui avait écrit une lettre (pour le féliciter de la décision qu'il avait prise et qui avait été accueillie avec enthousiasme), le calife répondit écrivant notamment : "Ayant appris qu'il (le supplicié) avait tout un groupe d'adhérents à sa doctrine, j'ai ordonné aux magistrats (ḥukkām) de se montrer dur à leur égard et de les effrayer. J'ai su que des gens rendaient des fatwā-s non conformes au rite de Mālik b. Anas et se montraient trop compréhensifs au sujet des divorces et autres affaires en rendant des fatwā-s condamnables (bi-manākīr win al-fatwā). Quiconque s'écarte du rite de Malik fait partie de ceux dont l'esprit est obnubilé et les mauvaises actions leur semblent belles. J'ai examiné les dires des juristes et scruté tous les ouvrages composés jusqu'à ce jour sur ce qu'on sait d'eux et je n'ai pas découvert de rite plus pur et exempt de déviation que le sien. La plupart de ceux qui adhèrent à un rite juridique comprennent des Ǧuhmites, des Rāfiḍites et des ḫāriǧites hormis celui de Mālik car je n'ai pas entendu dire qu'un seul homme ayant adopté son rite ait jamais proféré quoi que ce fût de ces hérésies ; s'y accrocher, voilà le salut, s'il plaît à Allāh Grand et Puissant ! Tu as bien fait de te montrer ferme et que j'aime ce dont Allāh t'a comblé pour ton plus grand bien ! Au point que samedi, quand tu fus sorti, je déclarai à mon entourage : “Ce pays sera en bonne santé morale tant qu'y demeurera un pareil šayḫ. Qu'Allāh multiplie ses semblables !”. Tel est le jugement sur toi, sache-le et que le salut soit sur toi !".

Lorsque cette réponse du calife parvint à Isḥāq b. Ibrahim ses étudiants lui demandèrent permission d'en établir des copies, il acquiésça ; puis sur leur demande il leur expliqua les motifs de la fatwā dans laquelle il avait refusé à Abū l-Šarr le bénéfice de l'interpellation finale... [Fès, II, 257 ; Rabat, II, 328-329 ; premier paragraphe inséré dans la fatwā n° 215 ; II, 259-263, exposé de l'affaire d'Abū l-ḫayr donné comme complément à la même fatwā].

CORDOUE Xe siècle. IBN ZARB (m. 381 H/991)

208. Ibn Zarb fit adjoindre (une maison ?) dont le prix fut versé à son propriétaire, à la mosquée dite masǧid al-Sīra (?), près de Suwaydat al-Yarbū‘ (petit marché de la gerboise) ou non loin de là [Fès, I, 204-205 ; Rabat, I, 258 ; extrait des "Nawâzil" d'Ibn al-Ḥaǧǧ, texte probablement lacuneux].

209. Consultation des juristes de Cordoue au sujet d'un Chrétien de mauvaises mœurs qui a été aperçu en compagnie d'une Musulmane qui a ensuite disparu. Le frère de celle-ci a déclaré que ce Sa‘īd al-‘Aǧamī l'avait enlevée. Par contre des témoins ont déposé en faveur du suspect disant qu'il était de bonne vie et mœurs et vivait en bonne intelligence avec les Musulmans. Le cadi le retient en prison depuis 510 jours.

Réponse d'Ibn Ḥāriṯ et d'Ibn Zarb. Il faut vérifier l'exactitude des témoignages [Fès, II, 269 ; Rabat, II, 346-347].

210. Un jeune juif de huit ans qui s'est converti ne sera pas retiré à la garde de sa mère et de son père. Une fois adulte, il sera invité à confirmer sa foi et en cas de refus on l'y contraindra par les coups [Fès, II, 274 ; Rabat, II, 354].

CORDOUE-GRENADE XIe ou XVe siècles. IBN SIRĀǦ (m. 456 H/1064) ou ABŪ L-QĀSIM B. SIRĀǦ, grand cadi de Grenade (m. 848 H/1444)

211. Un imām s'adonne à la géomancie (ḍarb al-ḫaṭṭ).

Réponse. Cela est interdit de même que le calcul de la destinée (ḥisāba), la divination (kihāna), l'astrologie (tanǧim), la prédiction (qur‘a) et la magie amoureuse (ḥubb) [Fès, I, 119 ; Rabat, I, 133].

212. La plupart des miḥrāb-s andalous sont orientés à 45 degrés dans le quart sud-est [Fès, I, 105 ; Rabat, I, 117].

213. Un imām de village (qarya) y exerce deux années, rétribué partie en nature (bi-ṭa‘ām ma‘lūm) et partie sur les revenus (fā’ida) des habous de la mosquée. Ces biens de mainmorte comportent des oliviers qui n'ont rien donné la première année mais ont, comme d'habitude en ce cas, produit abondamment l'année suivante. Cet imâm quitte ses fonctions au mois d'octobre (uktūbar) après l'expiration de deux années. Son successeur veut s'emparer de toute la récolte.

Réponse. Si la récolte est celle de l'année pendant laquelle (allaḏi ḫaraǧa fihi) l'imām a cessé d'exercer, il en aura une part proportionnelle au nombre de mois de travail qu'il a fourni cette année-là [Fès, I, 139-140 ; Rabat, I, 162].

214. Quand on procède aux rogations (istisqā’) les gens processionnent dans les rues et les mosquées en implorant à haute voix et à l'unisson le pardon (istiġfār), en faisant des vœux (du‘ā’) et des litanies (ḏikr).

Ibn Ḥabīb a désapprouvé les processions dans les montagnes, les étendues désertes et les rues avec enfants et femmes, et accompagnées de cris et de pleurs. On rapporte que Mūsā b. Νuṣayr fit procéder aux rogations et participa à la procession, mais il sépara les uns des autres enfants, pères, femmes et tributaires ; manière d'agir qui fut approuvée par certains docteurs de Médine [Fès, I, 140-141 ; Rabat, I, 164].

215. Dans un village on allume des feux pour prévenir un autre que le croissant de la nouvelle lune a été aperçu [Fès, I, 328 ; Rabat, I, 410].

216. Des captifs musulmans s'évadent d'un navire (ǧafn) chrétien amarré dans un port musulman.

Réponse. On ne doit ni les rendre ni verser de rançons [Fès, II, 90 ; Rabat, II, 118].

217. À propos des biens des Musulmans vivant en terre infidèle (mudaǧǧanūn) Abū l-Qāsim b. Sirāǧ (m. 848 H/1444) a rendu une fatwā ordonnant de partager leurs biens entre les soldats du détachement qui s'en est emparé. Abū l-Ḥasan b. ‘Alī a rendu une fatwā l'interdisant [Fès, II, 113 ; Rabat, II, 144-145].

218. Vu l'insécurité on voudrait faire les prières surérogatoires (ašfā’) entre les deux prières du soir.

Réponse. Les prières nocturnes de ramadan (al-tarāwīḥ) doivent être dites après la dernière prière du soir. Si on les fait entre les deux du soir, elles font partie des prières surérogatoires (nawāfil). Or, à part les prières nocturnes (qiyām) de ramaḍān, il est reprehensible de se rassembler pour faire des nawāfil sauf dans un lieu caché et en présence de peu de personnes. D'après al-Laḫmī (m. 478 H/1085) on peut faire les tawārīḥ entre les deux prières du soir [Fès, I, 139 ; Rabat, I, 162].

CORDOUE XIe siècle. IBN ‘ATTĀB (m. 462 H/1069)

219. Par testament, une femme demande qu'une tente soit dressée sur sa tombe pour qu'on y récite le Coran et elle fixe la rétribution des lecteurs [Fès, I, 268 ; Rabat, I, 328].

220. Les juristes de Cordoue sont consultés sur l'assassinat d'al-Ḥāǧǧ Abū Marwān ‘Abd al-Mālik b. Ziyādat Allāh al-Ṭubnī par ses femmes avec la complicité de son fils aîné. Abū l-Walīd b. Ǧahwar ordonne au préfet de la ville (ṣāḥib al-madina) Muḥammad b. Hišām connu sous le nom d'al-Ḥafīr de procéder à l'enquête.

Réponse d'Ibn ‘Attāb. Les femmes et les enfants qui se trouvaient dans la maison de l'assassiné ne seront pas mis à mort, mais chacun d'eux devra prêter serment cinquante fois (qaṣāma) qu'il ne l'a pas tué.

Réponse d'Ibn al-Qaṭṭān et d'Ibn Mālik. Le vizir Abū l-Walīd b. Ǧahwar réunit juristes, magistrats et dignitaires dans la mosquée d'Ibn ‘Attāb connue sous le nom de Masǧid Ġānim ; il convoqua Ibn al-Qaṭṭān et les autres conseillers (mušāwarūn) qui, froissés d'être conviés à se réunir dans la mosquée d'Ibn ‘Attāb à la porte de sa maison, se récusent. Le vizir déclare au messager qu'ils n'ont qu'à faire à leur guise. Il prend place avec les personnages l'accompagnant et fait comparaître les deux fils et les cousins de la victime. Le conseil se tient (nazalat al-šūrā) et le vizir ordonne l'application de la fatwā d'Ibn ‘Attāb ; le fils aîné et l'Umm walad (esclave mère ou épouse ?) de l'assassiné prêtent serment qu'ils ne l'ont pas tué, à l'intérieur de l'enceinte (maqṣūra aménagée devant le miḥrāb) de la mosquée [Fès, II, 253-254 ; Rabat, II, 324-3251.

221. Un percepteur de dîme (‘aššār) visite à la porte de la ville les bagages des Musulmans qui y entrent. Excédé, l'un d'eux lui lance qu'il l'a connu excerçant les mêmes fonctions à Grenade, que par la suite il l'a vu mendier et qu'il retombera dans la mendicité, s'il plaît à Allāh ! Et l'autre de répondre que s'il a mendié le Prophète en a fait autant, et aussi que s'il a été ignorant (ou ignoré) le Prophète l'a été également. Beaucoup de Musulmans ont témoigné à ce sujet contre lui tandis qu'il nie avoir proféré ces paroles. L'un d'eux a affirmé l'avoir entendu dire à un individu dont il inspectait les bagages ; "Paie ce que tu dois et plains-toi au Prophète !".

Réponse. La peine de mort est obligatoire si ces faits sont établis par preuve testimoniale (bayyina) dûment dressée. Dans le cas contraire, le cadi infligera au coupable une correction vigoureuse, un châtiment exemplaire et une incarcération prolongée jusqu'à ce que son repentir manifeste soit constaté par témoins [Fès, II, 254-256 ; Rabat, II, 326-327].

222. ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim al-Azdī al-Ṭulayṭulī – dont le témoignage était reconnu comme irréprochable par le cadi de Tolède Abū Zayd ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Īsā al-Ḥaššā’ auprès duquel, en présence d'Ibn Sahl, il valida maints témoins – fut accusé d'hérésie (zandaqa). Près de soixante témoins ont déposé contre lui en 457 H/1065 l'accusant de sacrilège (ta‘ṭīl), d'offense au Prophète à ‘Ā’iša et à d'autres personnages moins importants. Il a appelé le Prophète l'orphelin, ou l'orphelin de Qurayš, le beau-père de Ḥaydara (lion, surnom de ‘Alī b. Abī Ṭālib)... ; il a dit que si le Prophète avait pu se procurer des mets délicats, il n'en aurait pas mangé de grossiers et que son ascétisme avait été involontaire ; que ‘Umar et ‘Alī étaient des sots ; qu'il n'était pas nécessaire de procéder à une purification par lavage (ġusl) en cas de souillure majeure (ǧanāba) ; il niait la prédestination (qadar).

Au nom de la censure des mœurs (ḥisba) Muḥammad b. Labīd al-Murābiṭ le dénonça au cadi Abū Zayd, mais il se sauva à Badajoz. Abū Zayd consulta les juristes de Tolède, au nombre de quatre, Aḥmad b. Sa‘īd al-Lūrankī, Abū Ǧa‘far b. Muġīṯ al-Ṣadafī, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Qāsim b. Mas‘ūd al-Qaysī et Abū l-Muṭarrif ‘Abd al-Raḥmān b. Salam qui tombèrent d'accord sur la nécessité de le mettre à mort après lui avoir adressé une interpellation finale (i‘ḏār). Abū Zayd enregistra toutes leurs réponses et tous les témoignages produits et rendit un jugement conforme à leur avis. Il fit établir de nombreux exemplaires de cet acte (tasǧīl). Muḥammad b. Labīd en prit plusieurs et se rendit à Denia, Murcie, Almeria et autres villes pour recueillir dans chaque ville ta réponse des juristes sur te sort mérité par ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim d'après la teneur de l'acte en question. Ibn Sahl a vu chez lui la réponse d'Abū Ḥafṣ al-Ḥawzanī de Murcie et d'autres. Dans la question posée à Ibn ‘Attāb il était demandé s'il y avait lieu d'adresser l'interpellation finale à l'accusé, si les témoignages produits étaient critiquables du fait que leurs auteurs avaient tardé à les fournir, et à qui devait revenir son héritage, à ses héritiers ou au trésor public (bayt al-māl).

Réponse d'Ibn ‘Attāb. Il approuve la fatwā d'Aḥmad b. Sa‘īd mais rejette l'interpellation finale en invoquant le précédant d'Abū l-ḫayr... suit l'exposé de cette affaire (voir supra n° 207).

Réponse d'Abū ‘Umar b. al-Qaṭṭān. Les biens de ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim al-Azdī seront confisqués et il sera exécuté sans avoir été invité à se repentir (istitāba) ni avoir reçu d'interpellation finale. Le cadi Abū Zayd adressa à Cordoue un exemplaire de son jugement à Muḥammad b. Baqī, lieutenant criminel (al-nāẓir fī l-aḥkām, il doit s'agir des aḥkām al-šurṭa) qui en approuva la teneur par une apostille portée au dos ou au bas de l'acte.

Quand Muḥammad b. Labīd eut recueilli les réponses des juristes de Cordoue, il demanda à Muḥammad b. Baqī de notifier au cadi de Badajoz qu'il avait validé le jugement rendu par le cadi de Tolède Abū Zayd ; ce qu'il fit. Deux personnages de confiance chargés d'aller porter cette notification (ḫiṭāb) au cadi de Badajoz se mirent en route accompagnés de Muḥammad b. Labīd.

‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim tranquillement installé à Badajoz y jouissait de la faveur de son gouverneur (ra’īs) al-Muẓaffar Abū Bakr qui se l'adjoignit comme lecteur du Coran. Mais quand Muḥammad b. Labīd arriva et que le jugement du cadi de Tolède fut validé par celui de Badajoz, al-Muẓaffar renia son protégé qui, pris de peur, s'enfuit à Santarem. Il y resta un temps, puis se rendit à Saragosse. À la fin rabī‘ II 464/fin janvier 1072, il se trouve à Cordoue dont le cadi était Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Manẓūr. Il est arrêté et jeté en prison.

La question se pose de savoir s'il bénéficiera ou non de l'interpellation finale (i‘ḏār). Ibn Sahl intervient, s'oppose à la décision des juristes consultés et fait triompher celle du cadi de Tolède Abū Zayd accordant au coupable le droit de l'i‘ḏār. ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥātim prétend être victime de l'inimitié du cadi Abū Zayd pour des raisons d'intérêt. On lui accorde un délai de deux mois. Entre temps le cadi Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Manẓūr décède et est remplacé par ‘Abd al-Raḥmān b. Siwār. À l'expiration du délai précité, il comparaît enchaîné devant le tribunal des juristes dans le palais d'al Mu‘tamid (alors maître de Cordoue) et en sa présence. On lui demande s'il a pu obtenir un moyen de se disculper et il répond que non. À l'entrée du pont (‘alā ra’s al-qanțarà), en présence du prince et des membres du tribunal, au milieu de la journée du hindi 3 raǧab 464/26 mars 1072, il fut crucifié et transpercé de coups de lance... Suit un second exposé de l'affaire d'Abū l-ḫayr (voir supra n° 207) [Fès, H, 256-259 ; Rabat. II, 328-329 ; citation d'Ibn Sahl].

223. La dîme aumônière (zakāt) peut être donnée à des hétérodoxes (ahl al-ahwā) dans le besoin car ils sont musulmans [Fès, II. 264 ; Rabat, II, 337-338].

224. Au sujet des malāḥim (sorte d'étoffes) mal tissés, Ibn al-Qaṭṭān estime qu'on doit les brûler et Ibn ‘Attāb qu'il faut les couper en morceaux pour être ensuite données en aumône [Fès, II, 234 ; Rabat. II, 301].

SARAGOSSE XIe siècle. ABŪ ‘ABD ALLĀH MUḤAMMAD B. MUḤAMMAD AL-SARAQUSTĪ (m. 477 H/1084)

225. Ν'est tenu de contribuer au paiement des honoraires de l'imām que celui qui s'est engagé à le faire personnellement et de son plein gré [Fès, I, 135 ; Rabat, I, 156].

226. Un imām est rétribué par une quote-part sur la récolte d'olivettes habous. On a coutume de répartir le produit de cette récolte sur vingt quatre mois et d'en prélever de quoi rétribuer l'imām au prorata de son travail [Fès, I, 136 ; Rabat, I, 158].

227. Un imām qui tolère que le Juif (marchand ambulant, colporteur) entre dans sa maison et que sa femme et ses enfants se portent à sa rencontre est un homme bas et dénué de jalousie ; il doit revenir à résipiscence et cesser d'agir de la sorte [Fès, I, 137 ; Rabat, I, 159].

228. Des membres d'une confrérie (fuqarā’) disent des litanies (ḏikr) en chœur et à voix haute, dansent et chantent. C'est une innovation condamnable (bid‘a) [Fès, I, 139 ; Rabat, I, 161].

229. Dans la Grande Mosquée (ǧāmi‘ al-ḫuṭba) située à l'intérieur des remparts de la ville de Ballaš, quand le prédicateur monte en chaire et que le muezzin se met à lancer l'appel à la prière, le distributeur des fascicules coraniques (al-mutawallī li-tafrīq al-aǧzā’ al-qur’āniyya) se dresse à côté de la chaire et fait un prêche. Il dit : "O serviteurs d'Allāh !" puis il leur explique le mérite du vendredi, cite te ḥadīṯ d'après lequel toute invocation est exaucée pendant une certaine heure de ce jour-là, les incite à invoquer Allāh puis prononce une invocation en faveur de l'Émir des Croyants puis de tous les Musulmans et clôt son invocation en disant : "La fin de notre invocation (consiste à déclarer) que louange revient à Allāh, Maître des Mondes !". S'agit-il d'une pratique louable ou d'une inovation blâmable (bid‘a) ? Dans ce dernier cas que décider au sujet du habous constitué pour cette fonction (waẓif) ?

Réponse. C'est une bid‘a que l'on doit faire cesser. Même opinion d'Ibrāhīm b. Aḥmad b. Fatūḥ exprimée ci-dessous, sur le même acte ; et plus bas l'approbation par ‘Abd Allāh b. Aḥmad al-Biqanni (?) des avis des deux šayḫ-s précités. Suit l'apostille de l'autorité princière (?) (taqayyada bi-iḏn al-amr al-‘alī bi-muqtaḍā haḏihi l-fatwā ma naṣṣuhu ‘an al-amr al-‘alī al-mu’ayyad al-karīm al-mawlawī l-sulṭānī l-muḥammadī al-manṣūr bi-Llāh al-naṣr adāma Allāh ‘alā’ahu wa-naṣara liwā’ahu ya‘tamidu biḥawl Allāh ta‘āla wa-quwwatihi al-qāḍī bi-madīnat Ballaš...) ordonnant au cadi de la ville de Ballaš, aux deux prédicateurs de sa grande mosquée, au qā’id (gouverneur ou général ?) et aux vizirs qui s'y trouvent de trancher l'affaire du "prédicateur" de la colonne (qaḍiyya ḫaṭīb al-sāriya) par application de ta fatwā émise par les docteurs de la capitale, s'agissant d'une innovation blâmable (bid‘a) qu'il faut abolir. Il est enjoint à quiconque aura connaissance de cet ordre de s'y conformer. Écrit le 22 muḥarram 458 (le texte porte 858 ce qui ne peut être qu'un lapsus)/24 décembre 1065 [Fès, I, 228-229 ; Rabat, II, 276-277].

230. Pendant sept nuits on éclaire la chambre mortuaire avec une lampe (miṣbāḥ).

Réponse. C'est une bid‘a condamnable [Fès, I, 264 ; Rabat, I, 323].

231. Les Musulmans peuvent-ils acheter le butin fait par les Chrétiens ayant vaincu les habitants de Galera ?

Réponse. Ceux-ci étaient sous la protection du Chrétien (taḥta ḏimmat al-Rūmī wa-‘ahdihi) qui les a trahis avant que n'expire la trêve conclue entre limant des Musulmans et le Roi des Infidèles (al-ṭāriya). Les biens des Musulmans de Galera, inviolables à l'origine, demeurent tels sans qu'il soit besoin de faire jouer la trêve conclue avec les Chrétiens. Le butin que ceux-ci ont fait sur les habitants de Galera est assimilable à celui qu'ils auraient fait après l'expiration normale de la trêve. Rien ne s'oppose à ce qu'on leur achète ces prises de Guerre Sainte (lā nakṯ fī ǧawāz al-širā’ minhu fī ǧihād al-ġanīma) [Fès, II, 110-124 ; Rabat, II, 142-151. Question posée par les habitants de Basta].

CORDOUE XIe-XIIe siècles. IBN RUŠD (m. 520 H/1126)

232. Un cours d'eau passe par des jardins (ǧannāt) où il actionne des moulins (arḥā) appartenant à des particuliers. L'un d'eux construit des latrines (kursī li-ḥadaṯ) et affirme que cela ne pollue pas l'eau ; les autres soutiennent le contraire.

Réponse. On donnera gain de cause à ceux qui en réclament la suppression [Fès, I, 21 ; Rabat, I, 24].

233. Les habitants de quatorze villages (qarya) faisaient la prière du vendredi dans une vieille Grande Mosquée située dans la localité centrale. Après la guerre civile (fitna) ils se réfugièrent dans la citadelle (ḥiṣn) du village le plus haut perché dans la Grande Mosquée duquel ils firent la prière du vendredi. Après la paix (hudna) ils ont regagné leurs villages respectifs. Un groupe continue de célébrer la prière du vendredi dans la Grande Mosquée de la citadelle ayant servi de refuge et où s'élevaient trente maisons. D'autres fréquentent l'ancienne Grande Mosquée du village central comptant douze feux [Fès, I, 186 ; Rabat, I, 222].

234. À propos du voile que portent les Almoravides (talṯim al-murābiṭīn). Chacun doit conserver ses vêtements traditionnels. Que les Almoravides portent donc leur voile (liṯām), signe distinctif des défenseurs de la foi qu'ils furent dès leur apparition et affirmation de leur nombre au grand dépit des Infidèles. Ceux d'entre eux qui s'adonnent à la dévotion et se retirent du monde ne doivent pas renoncer au voile par crainte d'être montrés du doigt et remarqués. Il est bon qu'ils fassent leurs prières valablement en conservant le liṯām. Ibn ‘Arafa a applaudi à cette réponse tandis que certains šayḫ-s ont fait des réserves [Fès, I, 187-188 : Rabat, I, 225].

235. Prédilection des anciens šayḫ-s d'al-Andalus pour la lecture coranique (riwāya) de Warš, seule utilisée alors par l'imām dans la Grande Mosquée parce que la prononciation du hamza y est affaiblie et non fortement articulée dans tous les passages. Cela s'expliquerait par le fait qu'on rapporte que Mālik réprouvait l'articulation forte du hamza dans la récitation coranique (kirāhiya al-nabr fī l-qur’ān) [Fès, I, 188 ; Rabat, I, 226].

236. Pour l'estimation de la dîme (zakât) des dinars orientaux (šarqiyya) ne peuvent être pesés de la même façon que les dinars almoravides d'or pur (murābiṭiyya ḫāliṣa). Le minimum imposable (niṣāb) soumis à la zakât est de vingt dinars d'or pur sans cuivre et la zakât d'un quart de dinar (soit un quarantième) en dinar (or) ou en dirham (argent). Pour l'or et l'argent on considère la quantité de métal. Autre fatwā analogue. Quelqu'un possédant vingt dinars orientaux (šarqiyya) ou ‘abbādides (‘abbādiyya) ne doit la zakāt que sur vingt dinars pur sans cuivre et tous les dinars sans alliage tels que les almoravides (murābiṭiyya).

On a dit que la zakāt était due pour vingt miṯqāl-s d'alliage d'or et de cuivre ou autre métal, mais c'est la première opinion qui est la bonne [Fès, I, 312 ; Rabat I, 389].

237. À notre époque il n'y a plus d'obligation pour les gens d'al-Andalus d'accomplir le Pèlerinage car il n'y a plus possibilité de le faire (istiṭā‘a) c'est-à-dire de parvenir au bout sans risquer sa vie et ses biens. La disparition de l'obligation en fait une pratique surérogatoire (nafl) réprouvable à cause du danger. Il appert que la Guerre Sainte (ǧihād) dont tes mérites sont innombrables est plus méritoire et la chose est hors de question.

Pour les Maġribins (ahl al-‘adwatayn) il en est de même en cas de danger pour les pèlerins et d'une manière générale car il est plus méritoire pour eux de faire le ǧihād que de s'empresser de faire le Pèlerinage qui peut être remis ; à plus forte raison pour les soldats (aǧnād). Opinions analogues d'Ibn Ṭalha dans "al-Madḫal" et d'Abū Bakr al-Ṭurṭūšī : il est illicite (ḥarām) pour les gens du Maġrib d'accomplir le Pèlerinage [Fès, I, 341 ; Rabat, I, 432, à la suite d'une fatwā analogue du cadi Abū l-Ḥasan Sīdī ‘Alī b. Maḥṣūd qui déclare qu'on peut se dispenser de faire le Pèlerinage pour ne pas risquer sa vie, ce qui est le cas à "notre époque" et d'une autre d'Abū Mūsā ‘Isā b. Manās d'après lequel "aujourd'hui" partir pour la Mecque est un péché (ma‘ṣiya) et les gens doivent le remettre à plus tard].

238. L'invocation (du‘ā) est une bonne chose surtout le jour de ‘Arafa, mais on l'a réprouvée à l'issue de la prière et au cours de réunions tenues après la prière et l'achèvement (ḫātima) de la récitation du Coran, C'est ainsi que chez nous, pendant le ramaḍān, certains imām-s prêchent après l'achèvement de la récitation du Coran, font l'invocation et l'assistance dit amen ; on se réunit pour cela dans les mosquées le jour de ‘Arafa après la prière de l'après-midi (‘aṣr) ; toutes ces pratiques sont des innovations condamnables [Fès, I, 234-235 ; Rabat. I, 284].

239. À Murcie, le jour de la Fête des Sacrifices, l'imām n'amène pas ses victimes à l'oratoire (muṣallā) pour les égorger aussitôt après le prêche. Les fidèles partent en même temps que lui et sacrifient dans leurs demeures avant que l'imâm n'en fasse autant dans la sienne.

Réponse. Les fidèles ne doivent sacrifier qu'après l'imâm [Fès, II, 22 ; Rabat, II, 32-33 ; question posée par un étudiant de Valence].

240. C'est Ibn Rušd qui a rendu une fatwā ordonnant la déportation des tributaires (mu‘āhadūn) d'al-Andalus parce qu'ils aidaient les soldats infidèles contre les Musulmans [Fès, II, 118 ; Rabat, II, 151].

241. Un individu fait donation d'un esclave lui appartenant en vue de racheter deux captifs musulmans. Le parent de l'un de ces captifs et le mandataire des parents de l'autre s'en vont pour opérer leur achat emmenant l'esclave. Arrivés à l'endroit prévu, ils ne trouvent qu'un seul captif qu'ils rachètent moyennant la totalité de la valeur de l'esclave. Le parent de l'autre captif non délivré réclame la moitié de la valeur de l'esclave [Fès, II, 170 ; Rabat, II, 213].

242. Le serment cinquantenaire (qasāma) est prêté debout, face à la qibla à l'issue de la prière de l'après-midi (‘aṣr) du vendredi, selon l'usage observé par les cadis [Fès, II, 237 ; Rabat, II, 302].

243. Question posée par le juriste Abū Bakr Sufyān b. al-‘Āṣī al-Asadī dont le frère Muḥammad avait été assassiné à Rabāṭir (Murbāṭir), l'une des anciennes citadelles de l'est (min ḥuṣūn al-šarq al-‘aṭīqa), assailli la nuit et étranglé en ḏū l-ḥiǧǧa 510 H/6 avril-4 mai 1117, quelques jours après la Fête. Après avoir accompli le Pèlerinage, il s'était consacré à la mise en valeur de ses terres. Il en faisait vendre le produit par commandite (kāna yuqāriḍu bi-mā yatawaffaru bi-yadihi min ġallat ‘aqāribi man yutǧiru bihi). Il prêtait sur gages ou sans en exiger à ses voisins se trouvant dans le besoin. Grâce à cette intense activité il avait acquis la réputation d'être fort riche. Il habitait l'une des maisons lui appartenant et comportant une pièce (ḥuǧra) et une autre au premier étage (‘uliyya mušrifa) ; pour y accéder il fallait passer par la porte d'une maison contiguë louée à des hommes et à des femmes tous musulmans et de bonne vie et mœurs. Un jeune compatriote lui servant d'agent d'affaire venait souvent le trouver de nuit et de jour, veillait avec lui et parfois même dormait chez lui. Les habitants de la maison contiguë fermaient la porte après la dernière prière du soir mais l'ouvraient à ce factotum quand il se présentait. Un jour, il vint trouver son maître et les locataires refermèrent la porte derrière lui. L'arrière de la pièce où vivait le propriétaire était proche d'un barrage du Ǧabal Kaṣaba Iktān (?) et de ce côté-là les murs de la maison étaient endommagés de telle sorte qu'on pouvait y grimper facilement. Par cette voie et de connivence avec le jeune homme, d'autres malandrins de son espèce s'introduisirent dans sa maison, étranglèrent le richard qui dormait et s'emparèrent de toutes ses richesses. Et en compagnie du jeune homme ils repartirent par le même chemin. Au matin les locataires s'étonnèrent de ne pas voir le propriétaire venir selon son habitude les réveiller pour la prière et accompagner certains d'entre eux à la Grande Mosquée. Après avoir forcé la porte de la pièce, ils découvrirent le cadavre et constatèrent le vol... [Fès, II, 241-244 ; Rabat, II, 308-310].

244. Un témoin, homme de bien, est récusé parce qu'il est ẓāhirite et rejette le raisonnement par analogie (maḏhab ahl al-ẓāhir nufāt al-qiyās) [Fès, II, 265-267 ; Rabat, II, 341-342].

245. Le cadi de Marrakech Mūsā b. Ḥammād consulte Ibn Rušd au sujet d'un converti à l'Islam soupçonné d'être demeuré chrétien. Le Sultan ayant ordonné la perquisition de sa demeure, on y découvre : une sorte de chapelle avec une alcôve cintrée (ḥaniyya) tournée vers l'Orient, dépourvue de banquette de lit (dukkān sarīr et munie d'une lampe à huile (qandīl) suspendue ; des restes de cierges fondus, des livres en caractères latins, de nombreux cierges, un lutrin à quatre pieds, un bâton terminé par une croix, des petits pains eucharistiques ronds et plats dont la pâte est sèche et porte l'empreinte d'un sceau.

Réponse. Il sera corrigé avec vigueur. Il ne peut être condamné à mort comme zindīq et sans faculté de venir à résipiscence que s'il est établi par preuve testimoniale irréprochable (bayyina ‘adla) que ce converti est demeuré chrétien [Fès, II, 271-272 ; Rabat, II, 349-350].

246. Un Musulman habitant un bourg (qarya), homme de bien priant régulièrement, a blasphémé. Il a dit que le Prophète était sorti de l'orifice par où l'urine s'évacue, que lui-même récitait la sourate de Joseph en roman hispanique (bi-l-‘aǧamiyya) et qu'Allāh maudisse la langue arabe et celui qui l'a répandue (aḫraǧahā) [Fès, II, 273-274 ; Rabat, II, 352-353].

247. Un garde (šurṭī) en état d'ivresse ou non injurie le Prophète. Un percepteur de dîme (‘aššār) déclare : "Paie et va te plaindre au Prophète !" [Fès, II, 283-284 ; Rabat, II, 366].

CORDOUE XIe-XIIe siècles. IBN ḤAMDĪN (m. 521 H/1127)

248. Pour un Andalou ou habitant d'un pays voisin apte à effectuer le Pèlerinage, mieux vaut faire la Guerre Sainte [Fès, I, 346 ; Rabat, I, 433].

249. Un ex-condisciple d'Ibn Ḥamdīn et d'Ibn Rušd sombre dans l'ivrognerie. Il est traduit par deux fois devant le cadi Ibn Ḥamdīn qui le fait relâcher feignant de te prendre pour un fou (maǧnūn). Désespérant de le faire condamner, les gens rasent un ḥammām et une maison (‘ataba) dont il vivait. Al-Fatḥ b. ḫāqān se trouve en état d'ivresse dans l'assemblée du cadi Abū l-Faḍl ‘Iyāḍ. Un témoin dit qu'il sent le vin au cadi qui le fait battre, mais lui envoie ensuite huit dinars et un turban. Al-Fatḥ b. ḫāqān ayant eu l'idée de se venger de ‘Iyāḍ en omettant de le citer dans son ouvrage "Qalā’id al-‘iqyān", un de ses compagnons lui fait remarquer que pareil silence perpétuerait au contraire le souvenir de cette affaire, et il se range à cet avis [Fès, II, 319-320 ; Rabat, II, 410 ; citation d'un "Ta’riḫ al-Andalus"].

CORDOUE XIe-XIIe siècles. IBN AL-ḤĀǦǦ (m. 529 H/1135)

250. Conformément au rite de Mālik les Andalous s'en remettent à l'appréciation de leurs rois pour tout ce qui concerne le rachat des prisonniers ; à preuve le cas suivant figurant dans les "Nawāzil" d'Abū ‘Abd Allāh b. al-Ḥāǧǧ. Les Musulmans trouvèrent près du territoire des Chrétiens un groupe de prisonniers chrétiens s'efforçant de s'échapper vers leur pays et s'en emparèrent dans l'intention de les vendre, mais ces Chrétiens excipèrent d'actes (‘uqūd) rédigés les uns à Malaga, les autres à Marrakech, établissant qu'ils avaient le droit pour certains de se racheter à leur maître, pour certains autres d'être rachetés par les Chrétiens et pour d'autres d'être libérés.

Réponse. Si ces actes sont authentiques ces prisonniers seront soit libérés soit rachetés par eux-mêmes ou par leurs coreligionnaires. Après avoir combattu les Chrétiens on peut soit libérer ceux qui ont été faits prisonniers, soit les échanger contre des Musulmans ou percevoir leur rançon. Ibn Rušd est du même avis [Fès, II, 141-143 ; Rabat, II, 179-180].

251. Chaque groupe de Chrétiens expulsé d'al-Andalus par l'Émir des Croyants a le droit de construire un couvent ou une église là où il s'installe [Fès, II, 171-172 et 174 ; Rabat, II, 215-216 ; voir V. Lagardère, "Communautés mozarabes et pouvoir almoravide en 519 H/1125 en al-Andalus", Studia Islamica, LXVIII, 1988, p. 99-119].

252. Celui qui nie "l'épreuve de la tombe" (fitnat al-qabr) et la venue des deux anges (de la tombe) ne sera pas mis à mort mais battu jusqu'à ce que mort s'ensuive à moins qu'il ne se repente, auquel cas il ne sera pas puni. Celui qui affirme que le Coran est créé sera invité à se repentir et mis à mort en cas de refus [Fès, II, 343 ; Rabat, II, 442].

253. Il ne faut abuser des luminaires dans les mosquées car c'est du gaspillage [Fès, II, 363 ; Rabat, II, 467].

254. Les professeurs s'assoient sur des chaires (al-karāsī) dans les mosquées qui en sont encombrées surtout si ces sièges sont fixes.

Réponse. C'est une innovation blâmable (bid‘a) [Fès, II, 380 ; Rabat, II, 4761.

255. Il est des femmes qui s'abstiennent de faire le ramaḍān ; des grosses, craignent de maigrir ; des vierges redoutent de maigrir et de s'enlaidir ; des femmes mariées dont le mariage n'a pas encore été consommé appréhendent de perdre leur embonpoint. Pour maigrir les femmes ont recours à diverses recettes [Fès, II, 381-382 ; Rabat, II, 488].

256. Dans l'ancien temps on ne confectionnait pas pour la fête de ‘Āšūrā’ de mets spécial et obligatoire. Certains savants cessaient volontairement de faire dépense (nafaqa) ce jour-là pour indiquer qu'elle n'était pas nécessaire ledit jour (Fès, II, 382-383 ; Rabat, II, 489].

257. Il ne faut pas aider les Chrétiens à célébrer leurs fêtes, notamment en leur louant des bêtes de somme [Fès, II, 383 ; Rabat, II, 489].

SEVILLE XIIe siècle. IBN AL-‘ARABĪ (m. 545 H/1149)

258. Il est étonnant de dire que les Maġribins ne sont pas astreints au Pèlerinage alors qu'ils voyagent sur terre et sur mer. Dans les " Nawāzil" d'Ibn al-Hāǧǧ, il est dit que Abū ‘Imrān (al-Fāsī) et Abū Bakr b. ‘Abd al-Raḥmān ont rendu des fatwā-s déniant l'obligation de faire te Pèlerinage aux Andalous depuis un certain temps [Fès, I, 341-342 ; Rabat, I, 433-434].

259. Le cadi Abū Bakr b. al-‘Arabī a condamné un joueur de flûte (zāmir) à avoir les joues percées [Fès, H, 324 ; Rabat, II, 415].

MÁLAGA OU GRENADE XIIe siècle. IBN ABĪ ZAMANĪN (m. 602 H/1206)

260. La réprobation de la célébration des "sept jours" (sābī‘ al-mayyit) après l'enterrement a été formulée par Ibn Waḍḍāḥ (m. 363 H/973) [Fès, II, 399 ; Rabat, II, 509].

GRENADE XIIe siècle. ABŪ ISḤĀQ IBRĀHĪM B. FATŪḤ

261. Des villageois prennent à gages un imām, chacun lui payant sa quote-part. Il est tenu au même titre que les autres habitants du village de contribuer aux impôts (furḍa maḫzaniyya aw waẓīf mālī) [Fès, II, 135 ; Rabat, II, 156].

GRENADE XIIIe siècle. ABŪ ‘ABD ALLĀH MUḤAMMAD Β. AL-ḤAFFĀR

262. Al-Ḥaffār ayant entendu Abū Sa‘īd b. Lubb déclarait qu'on pouvait procéder à la madéfaction des chaussures dites bulġāt si la tige (ruq‘a) recouvre l'endroit à laver et que les cordons de cette chaussure (ḥibāl al-bulġa) sont serrés, se chausse de amnūq de laine qu'il serre de façon à recouvrir l'endroit à laver. Ibn Lubb lui déclare que c'est bien…

Le "juriste de Valence" a dit dans le "Commentaire de la Risāla" que l'on pouvait procéder à la madéfaction des chaussures appelées harākisa et amnūq (le texte porte aminq au singulier).

Peut-on procéder à la madéfaction des chaussures dites sabbaṭ al-šifārī avec leurs semelles (na‘l) et leurs nombreux lacets (‘urwa) ? [Fès, I, 12 ; Rabat, I, 131.

GRENADE XIVe siècle. ABŪ SA‘ĪD FARAǦ B. LUBB (m. 782 H/1381)

263. Un prédicateur de village (ḫaṭīb qarya) participe à l'exécution d'un brigand (muḥārib).

Réponse. C'est un acte méritoire [Fès, I, 118 ; Rabat, I, 132-133 ; Fès, II, 314-315 ; Rabat, II, 404].

264. Dans un couvent-forteresse (rābiṭa) un "confrère" (faqīr) participe avec d'autres à des séances où l'on chante en faisant de la musique (samā‘) ; peut-il être imām ?

Réponse. La musique est généralement admise [Fès, I, 119 ; Rabat, I, 133-134].

265. Des imām-s sont rétribués par la jouissance de biens habous ou par prélèvement sur les revenus de terres habous [Fès, I, 130-131 ; Rabat, I, 149].

266. Ibn Lubb déclare avoir rencontré le mufti et juriste de Rābiṭa Bayāqa, Aḥmad b. Ṯābit et constaté que l'état de sa main droite ne justifiait pas qu'il soit relevé de ses fonctions d'imam [Fès, I, 134 ; Rabat, I, 154].

267. C'est une innovation condamnable (bid‘a) que de chanter des poèmes d'amour (ši‘r ġazalī) du haut des minarets après la formule proclamant qu'il n'y a pas d'autre divinité qu'Allāh (tahlīl), et d'y prononcer des litanies (aḏkār). Chanter des vers du haut des minarets (inšād al-ši‘r fī l-ṣawāmi‘) est une bid‘a s'ajoutant à une autre bid‘a. À l'origine il y avait l'appel à la prière puis on y ajouta la bid‘a des litanies pour mieux éveiller (īqāẓ) les fidèles, et enfin on s'est mis à chanter des vers [Fès, I, 134 ; Rabat, I, 154-155].

268. Est-il méritoire de réciter ensemble une section (ḥizb) du Coran comme on a coutume de le faire, alors qu'on rapporte qu'Ibn Rušd a réprouvé cette pratique.

Réponse. La plupart des docteurs l'admettent et l'autorisent [Fès, I,134 ; Rabat, I, 155].

269. Un imām dirige les prières pendant le mois de ramaḍān puis déclare : "Je suis chrétien !" et disparaît [Fès, I, 135 ; Rabat, I, 156].

270. L'usage de faire des récitations et autres choses habituelles pendant le septénaire (sābi‘ al-mayyit) suivant l'inhumation a-t-il un fondement légal ?

Réponse affirmative. C'est un usage qu'il faut respecter et ne pas s'arrêter aux objections d'Ibn Abī Zamanīn (m. 602 H/1206) qui le considère comme innovation exécrable [Fès, I, 256 ; Rabat, I, 311].

271. Dans les convois funèbres les gens se placent devant la civière et entonnent ensemble et à haute voix les formules affirmant l'unicité d'Allāh (tahlīl), invoquant la bénédiction d'Allāh sur le Prophète (taṣliya), annonçant la bonne nouvelle (tabšīr) et admonestant (tanḏīr), etc.

Réponse. La sunna est qu'il faut suivre le convoi funèbre en silence dans le recueillement et la réflexion [Fès, I, 257 ; Rabat, I, 312].

272. Il est un endroit où, quand un décès se produit, quelqu'un monte en haut du minaret de la Grande Mosquée vers le quart de la journée (rubu‘ al-nahār), récite des versets coraniques et les formules que prononce le muezzin pendant la nuit, puis il tourne en haut du minaret en disant : "Un tel est mort, ses funérailles auront lieu à telle heure... etc.".

Réponse. Cet usage doit être aboli comme contraire à la sunna [Fès, I, 259 ; Rabat, I, 317].

273. À l'issue du septenaire qui suit l'inhumation (sābi‘), on offre un repas aux lecteurs du Coran et autres personnes.

Réponse. Ce repas est défendu s'il est donné comme une pratique rituelle considérée par beaucoup d'ignorants comme une obligation de la sunna ; mais s'il est offert dans une intention charitable et en vue d'attirer les bénédictions sur le défunt, il s'agit d'un usage louable [Fès, I, 259 ; Rabat, I, 317].

274. Pour certains morts on recouvre le corps d'étoffes de soie et d'or.

Réponse. C'est une pratique condamnable [Fès, I, 281 ; Rabat, I, 342].

275. Une captive musulmane obtient son rachat moyennant une somme qu'elle devra verser. Un muezzin fait la quête pour elle et dépose l'argent récolté dans les mains d'un préposé (amīn) en attendant qu'elle puisse compléter la somme. Elle est promenée dans divers endroits d'où elle revient avec l'argent nécessaire au paiement de l'intégralité de sa rançon. Elle réclame à l’amīn l'argent recueilli par charité et à son intention et dont la propriété ne lui est pas reconnue par un acte. Doit-il lui revenir bien qu'elle se soit rachetée sans y avoir eu recours ?

Réponse affirmative [Fès, II, 168-170 ; Rabat, II, 211].

JÁTIVA XIVe siècle. ABŪ ISḤĀQ AL-ŠĀṬIBĪ (m. 790 H/1388)

276. Après avoir prononcé l'appel à la prière du matin (ṣubḥ) le muezzin ajoute : "Il fait jour, louange à Allāh (aṣbaḥa li-Llāh l-ḥamd) !".

Réponse. C'est une innovation exécrable instaurée au VIe H/XIIe siècle [Fès, I, 229 ; Rabat, I, 278].

277. On récite la sourate Yāsīn en groupe pendant qu'on lave le mort.

Réponse. Pour éviter cette pratique il suffit au croyant de savoir qu'elle n'était pas observée par les vertueux ancêtres [Fès, I, 267-268 ; Rabat, I, 327].

278. Quid de la cérémonie célébrée sur la tombe au matin (taṣbīḥ al-qabr) du septième jour après l'inhumation ? Est-il licite de réciter en commun le Coran sur les tombes comme cela se pratique aujourd'hui ?

Réponse. Le taṣbīḥ al-qabr est ce que l'on appelait jadis le ma’tam. D'après al-Ṭurṭūšī, le ma’tam ou réunion pour célébrer un malheur est une bid‘a condamnable tout comme les réunions tenues le deuxième, le troisième, le quatrième et le septième jour qui suit le décès, puis un mois et un an après. Le juriste kairouanais Abū ‘Imrān al-Fāsī (m. 430 H/1039) rompit avec l'un de ses compagnons pour avoir assisté à une cérémonie sur la tombe au matin du septième jour après l'inhumation (ṣubḥa) et ne renoua avec lui que plus de deux mois après quand ce dernier lui eût présenté ses excuses par un tiers. Al-Ṭurṭūšī pense qu'Abū ‘Imrān lui demanda de se repentir et de promettre de ne pas recommencer. ‘Iyāḍ a rapporté, d'après les Kairouanais, que cette pratique pouvait faire l'objet d'une tolérance (ruḫṣa) après avoir indiqué que c'était une bid‘a inconnue des vertueux ancêtres (salaf) [Fès, I, 267-268 ; Rabat, I, 327-328].

279. Un andalou a composé un opuscule favorable à l'invocation (du‘ā) après les prières canoniques, pratique dénoncée par certains comme étant une innovation répréhensible. Abū Isḥāq al-Šāṭibī a dit que cette bid‘a consistant à imposer la du‘ā’ après les prières canoniques faites en commun était considérée comme une obligation au point qu'un de ses compagnons estimait que celui qui s'en abstenait méritait la mort. Récit édifiant rapporté par le cadi Abū l-ḫaṭṭāb b. ḫalīl. Un dignitaire influent et brutal demanda à Abū ‘Abd Allāh b. Muǧāhid al-‘Abīd qui présidait à la prière dans la Mosquée dont il était l'imām de faire la du‘ā’ après la prière et comme il refusait conformément au rite mālikite, il le menaça de son sabre. Le lendemain selon la prédiction du dévot, le personnage fut arrêté par des gardes (‘abīd al-maḫzan), conduit au Dār al-Imāra (Hôtel de l'Émirat) et eut la tête tranchée avec son propre sabre devant la porte appelée Bāb Ǧawhar à Séville [Fès, 364-365 ; Rabat, II, 468].

280. Des témoignages ont été portés contre un membre d'une confrérie mystique (al-țarīqa al-faqīra) accusé d'autoriser ce qui est illicite et d'être un zindiq. Il commentait l'expression coranique : "le Vivant le Subsistant" (al-Ḥayy al-Qayyūm) par le sexe de la femme et te membre de l'homme. Il déclarait que la pratique cultuelle (‘ibāda) était de trois sortes : métaphorique (maǧāziyya) qui était celle de "ces gens-là" qu'il désignait d'un signe de tête à droite et à gauche, vraie et véridique (wa-‘ibādat ḥaqq wa-ḥaqiqa). Il disait que la circoncision s'expliquait parce qu'Adam avait quelque chose de trop.

Réponse. Le mystique (faqīr) ne consulte ni livres ni écrits et se contente de dire ce qui lui vient à l'esprit (mā ḥaṣala fī ṣadrihi).

Autre question sur le même personnage qui a été vu dans une promiscuité d'hommes et de femmes se passant du vin les uns aux autres.

Réponse. Il mérite la mort sans avoir été invité à se repentir (istāba) [Fès, II, 401-403 ; Rabat, II, 511-513].

GRENADE XVe siècle. ABŪ ‘AMR B. MANẒŪR (m. vers 887 H/1482)

281. L'imām d'un village aime la règle des confréries (ṭariqat al-fuqarā’). 11 participe à des réunions tenues dans une zāwiya la nuit du jeudi au vendredi et celle du dimanche au lundi ; la séance débute par la récitation des dix sourates suivies du ḏikr (litanie) propre à la confrérie ; ensuite le louangeur (maddāḥ) commence ses litanies entouré de ses compagnons qui battent des mains et chantent avec lui et l'imām récite les louanges avec les autres (yamdaḥu ma‘a l-maddāḥīn) bat des mains et danse avec les danseurs. Quand arrive la nativité du Prophète (mawlid) l'imâm en question se rend avec les faqir-s dans un autre village situé à vingt milles et y reste avec eux trois ou quatre jours sans remplir ses fonctions d'imām et de prédicateur dans le village où il est l'imām titulaire. Il sait pourtant que la țariqat al-fuqarā’ est une bid‘a... Mieux vaut écouter un sorcier (‘arīf) que des faqīr-s ! [Fès, I, 138 ; Rabat, I, l60].

GRENADE XVe siècle. AL-MAWWĀQ (m. 897 H/1492)

282. Aux cérémonies qui se déroulent pendant sept jours sur la tombe des défunts (al-sābi‘ allaḏi yu‘malu li-l-mayyit) participent les lecteurs du Coran et des hommes ainsi que des femmes se tenant à proximité des hommes. Doit-on empêcher les femmes d'y prendre part ou leur ordonner de se tenir loin des hommes ?

Réponse. Les cérémonies du sābi‘ sont autorisées (mubāḥ). Quiconque s'en abstient mais fait quelque chose de meilleur y gagne, mais dans le cas contraire il se porte préjudice à lui-même [Fès, I, 267 ; Rabat, I, 326-327].

AL-ANDALUS XVe siècle. AL-WANŠARĪSĪ (m. 914 H/1508)

283. Les habitants d'Ablo et d'autres ont complètement perdu l'usage de la langue arabe [Fès, II, 109 ; Rabat, II, 141].

284. Un bon Musulman de Marbella y demeura, au lieu de s'expatrier avec les habitants, pour rechercher un frère disparu dans les combats entre Musulmans et Infidèles. Désespérant de le retrouver il veut s'expatrier. Or, il est le porte parole efficace des Musulmans pauvres tributaires des Chrétiens (ḏimmī), aussi bien ceux de sa résidence que ceux se trouvant dans l'ouest de l'Espagne (ġarbiyyat al-Andalus). Il les défend auprès des autorités chrétiennes (ḥukkām al-naṣārā) et en tire beaucoup d'affaire. S'il s'en va, il sera irremplaçable. Peut-il être autorisé à demeurer en terre infidèle dans l'intérêt des Musulmans tributaires alors qu'il peut s'expatrier quand il le voudra ? Ses compatriotes ont la possibilité et la permission de s'en aller quand ils le voudront. Peut-il faire la prière revêtu des vêtements qu'il porte bien qu'il côtoie souvent les Chrétiens, traite avec eux, dort et séjourne dans leurs demeures pour assurer la défense des Musulmans tributaires des Chrétiens ?

Réponse. Les services rendus par cet éminent Musulman qui sert d'interprète entre le tyran chrétien (al-ṭāġiya) et les Musulmans désobéissants qui sont tributaires demeurés en terre infidèle (ahl ḏimmatihi min al-daǧn al-‘uṣāt), ne le dispensent pas de l'obligation de s'expatrier [Fès, II, 106-110 ; Rabat, II, 137-140 ; réponse à Abū ‘Abd Allāh b. Qūṭiyya].

AL-ANDALUS. ABŪ L-ḤASAN AL-‘ĀMIRĪ

285-Condamnation du ḏikr en commun, des danses et des sauts (exécutés par les membres des confréries ou faqīr-s) [Fès, II, 139 ; Rabat, II, 161].

AL-ANDALUS. ABŪ ‘ABD ALLĀH MUḤAMMAD Β. AḤMAD AL-QAṬṬĀN

286. Dans la partie est de la ville de Baza (Basṭa) deux grandes Mosquées sont séparées de 145 pas. Le prêche est dit depuis trente quatre ans dans la plus récente appelée Ǧāmi‘ al-‘Arṣ. L'ancienne qui porte le nom de Ǧāmi‘ Marsūla ne comporte qu'une seule salle (bayt) ; la nouvelle est trois fois plus vaste. Dans le temps, elles étaient de la même grandeur puis on agrandit la seconde et y institua laḫuṭba. La première ne peut être agrandie car elle est située à l'extrémité de la ville tandis que le Ǧāmi‘ al-‘Arṣ se trouve en plein centre. Avant la construction de la deuxième Grande Mosquée elles étaient séparées par des venelles (darb) tombées en ruines et où coule dans un fossé un cours d'eau qu'on traverse par des ponts [Fès, I, 190-195 ; Rabat, I, 229-234 ; Fès, I, 195-196 ; Rabat, I, 234-235 (Fès, I, 200 : il est question des gens de Baršūla l'un des quartiers (arbāḍ) de Basta (Baza) ; peut-être faut-il rétablir Ġāmi‘ Baršūla au lieu de Marsūla)].

GRENADE. ABŪ L-ḤASAN B. ‘ABD ALLÀH B. AL-ḤASAN

287. Le grand cadi (qāḍī l-ǧamā‘a) de Grenade, Abū l-Ḥasan b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan a composé une réfutation de ceux qui condamnent tout imām prononçant aussitôt après la prière dite dans la mosquée une invocation (du‘ā’) avec la participation des assistants qui lui répondent amen [Fès, I, 235 ; Rabat, I, 286].

GRENADE. ABŪ L-‘ABBĀS AḤMAD B. ‘ABĪ’ ABD ALLÀH AL-BIQANNĪ (Grenadin venu à Fès)

288. Les gens ont l'habitude de recouvrir le corps du mort (que l'on transporte au cimetière) d'un voile de soie.

Réponse. Cela n'est pas répréhensible. Certain imām du temps passé ordonnait d'enlever ce voile et ne faisait pas la prière funèbre tant que la civière en était recouverte [Fès, I, 277-278 ; Rabat, I, 341].

AL-ANDALUS (?). ABŪ ‘ABD ALLĀH MUḤAMMAD B. ‘ABD AL-KARĪM AL-AĠṢĀWĪ

289. Dans une région on ne fait pas de raisins secs, mais on presse le raisin pour en faire du rob (rubb). Citation d'Abū l-Walīd b. RuSd sur la question [Fès, I, 288-289 ; Rabat, I, 349].

AL-ANDALUS. YAḤYĀ

290. Citation du "Livre de la Guerre Sainte" d'après la recension de Yaḥyā (mas’ala min samā‘ Yaḥyā min Kitāb al-Ǧihād). Certains Musulmans sont demeurés à Barcelone après le délai d'un an qui leur avait été imparti pour s'expatrier lors de sa conquête par les Chrétiens. Ils participent aux incursions contre les Musulmans.

Réponse. Ils sont à considérer comme des brigands (muḥārib) commettant des déprédations en terre musulmane puisqu'ils sont restés musulmans. Ceux d'entre eux qui sont faits prisonniers doivent être déférés à l'imām qui les jugera comme on le fait pour les fauteurs de troubles et les brigands. Leurs biens ne reviennent pas à ceux qui s'en emparent. Ibn Rušd approuve cette opinion mais dit qu'il y a divergence sur l'attribution du butin fait sur eux [Fès, II, 100 ; Rabat, II, 129-130].

MÁLAGA-GRENADE. ANONYMES

291. Les juristes de Malaga consultent ceux de Grenade, l'un de ceux-ci, anonyme, leur répond ; suit une longue réfutation de cette fatwā. Un Musulman de Málaga possédait un esclave chrétien sur le point d'atteindre la puberté. Un Chrétien chargé du rachat des captifs (fakkāk) est venu du pays ennemi afin de racheter cet esclave qui, à peine racheté, a embrassé l'Islam. Le racheteur demande de prendre possession de l'esclave ou d'être remboursé. On le lui refuse puisque ce dernier est Musulman et le maître de l'esclave ne veut pas rembourser.

Réponse. Le rachat du captif sera annulé, son prix restitué au fakkâk et l'esclave restera en possession de son maître. Refuser le rachat des Chrétiens captifs des Musulmans ne risque guère d'empêcher le rachat des Musulmans se trouvant entre les mains des Chrétiens tellement ces derniers sont avides d'argent [Fès, II, 124-131 ; Rabat, II, 151].

CORDOUE Xe siècle (?). (ABŪ L-ḤASAN ?) ‘ABD AL-RAḤMĀN (B. AḤMAD ?) Β. BAQĪ Β. MAḫLAD (présumé petit-fils du cadi Baqī b. Mahlad mort en 276 H/889)

292. Les juristes de Cordoue sont consultés au sujet d'un Chrétien de mauvaises mœurs qui s'en prend aux Musulmanes, femmes mariées et jeunes filles.

Réponse de ‘Abd al-Raḥmān b. Baqī b. Mahlad. Il mérite un rude châtiment corporel et un emprisonnement quasi perpétuel.

Réponse de Sa‘īd b. Aḥmad b. ‘Abd Rabbihi [Fès, II, 268-269 ; Rabat, II, 345-346].

AL-ANDALUS. ABŪ BAKR B. MUĠĪT

293. Condamnation à mort d'un Chrétien blasphémateur [Fès, II, 272 ; Rabat, II, 3511.

MURCIE. IBN ABĪ ǦA‘FAR

294. En vertu d'une fatwā rendue par Ibn Abī Ǧa‘far de Murcie, un certain Abū l-Ġarābilī (?)...eut la main coupée car on avait découvert chez lui des actes falsifiés (‘uqūd mudallasa) qu'il avait utilisés pour se procurer de l'argent [Fès, II, 322 ; Rabat, II, 414].

AL-ANDALUS. AL-QARĀFĪ

295. D'après al-Qarāfī (sans doute un mālikite égyptien) selon le lieu et l'époque, les formes de châtiments (ta‘zīr) diffèrent et il arrive que tel châtiment infamant ici est une marque d'honneur ailleurs ; c'est ainsi qu'en Syrie, enlever le ṭaylasān (à quelqu'un) n'est pas un châtiment mais une marque d'honneur (ka-qal‘ al-taylasān li-ġayr ta‘zīr fī l-Šām fa-innahu ikrām) ; découvrir la tête à quelqu'un est infâmant en Égypte et en Irak mais non pas en al-Andalus [Fès, II, 323 ; Rabat, II, 416].

AL-ANDALUS

296. Les chicaneurs, juristes ou non, sont frappés, exposés dans les assemblées, dénoncés et enregistrés (yusaǧǧal ‘alayhim). D'après l'ouvrage "al-Ṭurar (fī l-waṯā’iq al-maǧmū‘a") d'Ibn ‘Āt (m. 609 H/1212) un certain cadi de Cordoue, sur fatwā des docteurs, s'en prit de la sorte à de nombreux juristes [Fès, II, 323 ; Rabat, II, 4l6].

E. RELIQUAT GENERAL

SĪDĪ ‘ALĪ AL-AŠHĀB

297. Un étudiant ne possède qu'un vêtement (kisā’) valant à peu près trois dinars d'or [Fès, I, 315-316 ; Rabat, I, 395].

ANONYME

298. On peut confectionner un drapeau de Guerre Sainte avec un lambeau du voile de la Ka'ba [Fès, II, 90 ; Rabat, II, 119].

ABŪ ‘ALĪ B. ‘ALAWĀN

299. Il est dit qu'évaluée en dirhams "de notre époque", une somme se monte à 108 dinars monnayés valant chacun 10 dirhams d'argent (danānīr sikkiyya ‘ašariyya) [Fès, II, 214 ; Rabat. II, 276].

ANONYME

300. Selon l'habitude un jeune homme fait venir dans la maison de la mariée des jeunes gens (aḥdāṯ) pour y chanter [Fès, II, 222 ; Rabat, II, 280].

ABŪ L-MUṬARRIF AL-ṢA‘BĪ

301. Un magistrat (ḥākim), vu sa condition fait jurer de nuit une femme de qualité. Un homme du peuple déclare qu'elle devrait jurer de jour fût-elle la fille d'Abū Bakr al-Ṣiddīq ! [Fès, II, 275 ; Rabat, II, 355].

IBN ISMĀ‘ĪL

320. Un tributaire (ḏimmī dénigre le Prophète, les Musulmans et leur livre...

Réponse. Si la chose est établie, le cadi pourra le faire mettre à mort [Fès, II, 414 ; Rabat, II, 526].

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540