Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

I. Mines et industrie (xixe-xxe siècle)

Travail, risques et gestion d’entreprise

Une enquête au berceau andalou de Peñarroya et autres propos d’histoire (et de géographie historique) minière

Arón Cohen

Texte intégral

I. — Un chemin longuement partagé : différents types d’approches, convergence des questionnements

1Évoquer les relations amicales et professionnelles entretenues depuis près d’un quart de siècle avec Gérard Chastagnaret renvoie à un type de témoignage conventionnel, chaleureux mais souvent rituel. Il me semble, néanmoins, qu’il n’est pas superflu de commencer par là cette contribution afin de montrer à quel point nous nous sommes proprement rencontrés, en nous intéressant à l’exploitation des ressources minérales dans l’Espagne contemporaine, mais aussi autour de certaines problématiques générales et d’une manière de penser la discipline historique en étant peu soucieux des modes, et en dépit de choix des terrains, de thèmes de recherche, d’échelle et de procédés d’analyse assez différenciés mais largement convergents. Cette raison, on voudra bien m’en excuser, m’amène à évoquer quelques informations personnelles.

  • 1 J. Nadal, « Industrialización y desindustrialización del SE español ». L’historiographie minière et (...)
  • 2 Notamment : G. Chastagnaret, « Contribution à l’étude de la production et des producteurs de houill (...)
  • 3 A. Cohen, El Marquesado del Zenete, tierra de minas. Le texte fut quelque peu allégé pour sa public (...)
  • 4 Comme on le sait, la publication devrait encore attendre quinze ans : G. Chastagnaret, L’Espagne, p (...)
  • 5 Dossier intitulé Dans les entrailles de la terre et d’une recherche. Penser historiquement : l’Espa (...)

2Orienté par Jordi Nadal, l’artisan d’un premier défrichement lumineux sur le plomb de la Pénibétique1, Gérard Chastagnaret avait en 1975 déjà bien avancé dans sa recherche pionnière lorsque je me trouvais au tout début de la préparation de ma thèse. Pierre Vilar qui m’a très régulièrement suivi, m’en a très tôt parlé et m’a suggéré de prendre contact avec lui. Les années suivantes, c’est par la lecture de plusieurs travaux publiés que j’ai côtoyé les recherches de G. Chastagnaret2. Celles-ci ont abouti à la soutenance d’une thèse d’État en 1985, sous la direction d’Émile Témime. J’avais, pour ma part, soutenu fin 1984 ma thèse sur une contrée minière grenadine, sous la direction de Joaquín Bosque Maurel3. Un stage universitaire à Paris, où j’étais enseignant invité, me donna ensuite l’occasion d’une lecture complète de son Secteur minier dans l’économie espagnole au xixe siècle4. Une brève correspondance échangée suite à l’envoi de ma thèse précéda notre première rencontre à Saint-Denis, en novembre 1988, dans un séminaire de l’équipe de recherche animée alors par Jacques Maurice, qui nous avait réuni pour une séance consacrée aux sociabilités minières dans l’Espagne contemporaine. Onze ans après, G. Chastagnaret a fait partie du jury de mon habilitation à diriger des recherches à l’université de Paris X - Nanterre5. Nos échanges autour des mines se sont multipliés par la suite.

  • 6 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. xiii (souligné par moi).
  • 7 Ibid., pp. 4 et 815.
  • 8 G. Chastagnaret, Le secteur minier dans l’économie espagnole, t. I, p. vi. L’approche de « La mine (...)
  • 9 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. xv.
  • 10 Ibid., p. xiv, citant P. Vilar dans un entretien avec J. Boutier, « La mémoire vive des historiens  (...)
  • 11 Voir J. Nadal, « Prólogo ». Pour un panorama des travaux récents, voir aussi les deux dossiers de l (...)
  • 12 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. 862.

3Gérard Chastagnaret a peint un tableau d’une très grande richesse et il a toujours finement nuancé son approche des structures (de production, commerciales, financières, techniques) du secteur minier, de ses dynamiques sur l’étendue d’un long siècle — crucial pour la minería ibérique —, et des conséquences économiques et sociales de cette activité. À l’échelle de toute l’Espagne minière, cette étude est donc tributaire en grande partie des sources centrales, sans toutefois s’interdire un regard ailleurs, y compris dans des archives locales. Sans jamais céder aux généralisations de bilans hâtifs, elle reste attentive aux contrastes entre les cadres productifs et leurs contextes, entre les lieux, les époques, les minerais et les entreprises. Comme il l’a exprimé lui-même dans l’avant-propos de son livre, sa démarche reposait sur un double pari : celui d’« un cadre macroéconomique et une perspective chronologique séculaire », tout en s’inscrivant « dans une perspective de compréhension globale du mouvement d’une société et d’un espace national »6. Gérard Chastagnaret a pris soin d’avertir ses lecteurs de ses choix et des limites qu’ils impliquaient. Il n’a pas fait « un livre d’histoire sociale » qui, pour la mine en Espagne, restait « à écrire »7. En lui consacrant tout de même deux chapitres et une centaine de pages de son manuscrit, il a toutefois bien perçu la nécessité de « recherches plus approfondies » sur les risques du métier, l’« encadrement médical » des populations ouvrières, les sociabilités minières… Pour lui, « la distinction entre le social et l’économique est dépourvue de sens » quand on aborde l’emploi, les salaires ou les niveaux de vie8. Il ne s’agit en rien d’une mise à l’écart illusoire de la dimension sociale des phénomènes économiques car la démarche vise à confronter les « promesses de la mine » aux « difficultés du développement » et insiste sur les potentialités de la réflexion sur l’expérience en ce domaine d’une Espagne « pionnière sans le savoir »9. L’atonie de plus en plus complète du secteur dans les dernières décennies va dans le sens de cette réflexion plutôt qu’elle n’en contredit la pertinence. En effet, évoquant Pierre Vilar — son premier directeur de thèse — et sa défense « d’une historiographie dont l’intérêt scientifique ne serait pas mesuré à l’aune de la nouveauté de ses objets »10, G. Chastagnaret a gardé ses distances vis-à-vis de certaines manifestations historiographiques de la conjoncture intellectuelle du moment, de même qu’il n’a pas eu la prétention d’épuiser un chantier de la recherche historique qu’il a poussé très loin et dont il a d’ailleurs signalé des ouvertures souhaitables. L’historiographie minière espagnole des deux dernières décennies a fait preuve d’une grande vitalité11 et, en excellent connaisseur, G. Chastagnaret a pu vérifier qu’il avait vu juste quand il écrivait que les développements qu’il appelait de ses vœux « devraient moins contredire [ses] analyses que les enrichir »12.

4Les orientations de P. Vilar m’ont beaucoup aidé à définir les choix de base de ma propre thèse. Un choix géographique et chronologique pertinent était à la base d’une enquête et d’une réflexion sur les rapports entre économie, société et population. Le géographe J. Bosque Maurel qui m’accueillit à l’université de Grenade contribua à définir ce territoire : une comarca située à l’Est de la province dont les bases économico-sociales avaient été bouleversées depuis l’aube du xxe siècle par l’irruption et le développement de la grande exploitation de ses minerais de fer. La zone restait toutefois marquée par le poids relatif de sa paysannerie et par la résistance d’une agriculture aux structures minifundiaires. Monographie, donc, à caractère régional, menée sur la base d’une documentation à la fois diverse et abondante constituée d’archives locales et d’archives d’entreprises. Parmi ces dernières se trouvait, celles de The Alquife Mines and Railway Co. Ltd., la firme britannique qui fut la principale bénéficiaire du premier élan de la grande minería dans la contrée. Elle intègre la catégorie des entreprises appelées par Chastagnaret de « deuxième génération », par rapport à l’histoire contemporaine du secteur en Espagne, ce qui souligne le décalage partiel entre les chronologies de nos études respectives.

5Mes recherches sur le Marquesado del Zenete grenadin n’étaient nullement animées par des objectifs localistes. Bien au contraire, l’étude de cas s’insérait d’emblée dans une double problématique de portée beaucoup plus générale, d’une part par les comparaisons possibles avec tant de régions et de nations du xxe siècle — et y compris d’aujourd’hui — et d’autre part par ses implications théoriques. En effet, d’un côté devait être abordé un type particulier de transition au capitalisme, dans un contexte « sous-développé », de l’autre, et en rapport avec cette transition, je me proposais d’analyser les différentes composantes de la dynamique démographique à l’intérieur d’une région dans un contexte particulier marqué par un système agro-social inégalement bouleversé par l’exploitation minière. La mine, porteuse de différenciation socio-spatiale dans un tel contexte, conduisait à une volonté de comparatisme démographique. Le démarrage de la grande exploitation minière se plaçait au milieu d’un long demi-siècle retenu comme cadre chronologique de la recherche, 1870-1925, qui embrassait différentes conjonctures. Géographiquement, les analyses à l’échelle municipale devaient donner la mesure des variations dans la comarca, sans renoncer à comparer avec d’autres situations à l’extérieur de celle-ci.

  • 13 P. Vilar, « Prólogo », p. 12.
  • 14 À la suite de ma thèse, je me suis occupé à plusieurs reprises de l’évolution postérieure des mines (...)
  • 15 Un auto-questionnement d’ensemble sur cette recherche : A. Cohen, Dans les entrailles de la terre e (...)

6La recherche a d’abord visé les fondements matériels du système agro-social, pour ensuite se donner les moyens de tenter une compréhension précise de l’articulation de la mine à celui-ci. Enfin, l’analyse démographique fut appelée en « témoin » des types de structure sociale qu’il fallait révéler, et des mutations de structure qui s’opéraient sous la pression d’une économie nouvelle dans la région : ce choix était loin d’un parti pris pandémographique13. Autant dire qu’un questionnement de base, soulevé par J. Nadal, développé par G. Chastagnaret, sous-tendait aussi en partie ma démarche : le défi de bien saisir, à partir de l’étude des mécanismes d’implantation du capitalisme minier dans cette zone de l’Andalousie et de ses conséquences à l’intérieur de celle-ci, les raisons pour lesquelles une intense activité extractive n’a pas eu des retombées plus profondes et moins fragiles. Cette région n’a jamais dépassé le rôle de fournisseur de matières premières, entièrement dépendante d’intérêts externes assez triviaux, en dépit de l’importance de sa production un siècle durant et de la primauté qu’elle a tardivement acquise parmi les districts ferreux espagnols et qu’elle a gardée pendant trente ans jusqu’à l’arrêt des travaux en 199614. Ce contraste tranché des effets par rapport à d’autres expériences au Nord de la Péninsule constituait l’autre face du problème posé15.

  • 16 Dorénavant SMMP ou Peñarroya.
  • 17 La recherche a été financée para la Dirección General de Investigación Científica y Técnica du mini (...)

7J’ai continué à fréquenter l’étude des mines et des mondes miniers, sans renoncer à changer d’échelle si l’occasion se présentait, mais ce fut à nouveau une monographie qui me conduisit à renouer fortement avec ce secteur au travers d’une entreprise et d’un site : la Société minière et métallurgique de Peñarroya16 dans son berceau andalou du bassin houiller du haut Guadiato, au Nord de la province de Cordoue. Ces travaux ont démarré fin 1990, menée avec une équipe de collègues sous ma direction17. Depuis 1992 elle a nourri, totalement ou en partie, une bonne dizaine de publications, et elle n’est pas achevée.

  • 18 A. Cohen, « Minería, población y territorio », pp. 203 et 214.

8Est-il besoin de rappeler ici que le parcours d’une recherche n’est pas seulement fonction de sa problématique de départ ? Parti du « modèle » éprouvé en pays grenadin, nous avons pourtant dû nous détourner de l’approche exhaustive de la mine (ici composante d’un complexe productif intégrant une dimension industrielle importante et plusieurs activités annexes) dans ses interactions avec l’environnement socio-économique. En effet, un fonds d’archives du service médical de la SMMP a tout de suite réclamé et mobilisé l’essentiel de nos disponibilités de travail. Certes, en dessinant un premier programme de recherches, je n’ignorais pas qu’un dépouillement suffisant des sources fiscales, municipales et démographiques rencontrerait des difficultés particulières liées non seulement à la taille du peuplement mais aussi à une conséquence de la croissance minière et industrielle sur l’encadrement administratif de son territoire. L’agglomération de Peñarroya est née d’un simple hameau et Pueblonuevo est un rejeton urbain collé à la mine Terrible qui lui prête son nom. Les deux localités ont été promues municipios en 1894, mais la création de deux entités distinctes prendra encore une longue décennie avant d’être complètement réalisée, et restera très passagère, car les deux ensembles furent à nouveau agrégés en 192718. Ils dépassaient respectivement 3000 et 6000 habitants en 1900, 4500 et 10600 habitants en 1910. L’effectif de la commune unifiée frôlait, quelques trente ans plus tard, 30000 habitants. Ces aléas ne pouvaient pas être dépourvus d’effets sur l’organisation et la localisation de la documentation.

  • 19 Nous remercions vivement les responsables à Peñarroya de la compagnie Encasur, dépositaire du fonds (...)

9L’accumulation de contraintes d’ordre pratique nous poussa à prendre assez vite des décisions qui devaient marquer longuement la suite de la recherche. Les fonds disponibles de Peñarroya nous apportaient une documentation médicale conséquente, mais plus massive qu’exhaustive19. Le noyau en est constitué par les dizaines de milliers d’extraits des visites médicales faites aux ouvriers, d’abord à l’embauche, à partir de 1904, puis plus régulièrement, ainsi que celles qui étaient consécutives à des accidents à partir de 1902. La chronologie imposée par cette documentation tient à l’adoption en Espagne d’une législation spécifique sur les risques du travail, avec la loi de 1900 sur les accidents et le décret de 1903 énonçant les lésions admises avec les types d’incapacité correspondantes. Cette documentation était prometteuse par les éclairages qualitatifs qu’elle permettait d’envisager comme par ses potentialités pour une analyse statistique. Toute partielle et limitée qu’elle fût, cette voie d’accès constituait un observatoire des rapports sociaux à l’intérieur d’une des entreprises majeures dans les secteurs des mines et de la grande métallurgie en Espagne.

10L’« aubaine » masquait pourtant des désillusions à cause de l’état d’une partie des collections qu’on a dû parfois « réhabiliter » après une fouille minutieuse, ainsi que de l’absence de véritables dossiers médicaux personnels, que l’on ne pouvait reconstituer qu’à partir d’éléments épars fournis par les sources. Or, ces dossiers se rapprochent d’autant plus de fragments d’« histoires de vie » d’ouvriers que les renseignements relevés dépassaient souvent (du moins jusqu’aux années 1920) un diagnostic médical concis. Pendant près de trois ans nous avons donc mené à un rythme soutenu un dépouillement extrêmement lent car systématique et exhaustif. Vint ensuite le temps de l’homogénéisation peu aisée des premiers fichiers : près de 104000 documents dépouillés jusqu’à l’année 1950 qui a servi de terme à notre enquête afin d’assurer autant que possible le suivi des cohortes ouvrières des premières décennies du xxe siècle. Vint enfin la reconstitution d’itinéraires ouvriers susceptibles d’analyses longitudinales.

  • 20 J. Nadal, « Peñarroya, una multinacional de nombre español ».
  • 21 Notre recherche relève d’une analyse historique des rapports travail-santé dans une structure fonct (...)

11L’approche globale d’une société remodelée par l’action d’une grande « multinationale au nom espagnol »20 dans un contexte régional d’une étendue considérable, reste un défi à relever. Même en ayant réduit nos ambitions initiales, nous nous sommes retrouvés devant un chantier considérable dont la portée ne s’arrêtait ni à la mine ni à l’Andalousie. L’étude de la santé au travail est ici inséparable de celle des fonctions qu’elle nous révèle d’une médecine d’entreprise. Par la micro-analyse en profondeur d’un cas significatif on peut, comme l’a toujours préconisé Pierre Vilar, « penser historiquement », ici autour de la catégorie « risque du travail » depuis son émergence, ses réalités, ses composantes, dans une structure productive et un contexte sociogéographique précis et au travers de différentes conjonctures. Sans se contenter des raccourcis d’une approche strictement normative, on privilégia l’articulation entre novations juridiques (jurisprudence comprise), connaissances médicales et pratiques sociales autour de cas individuels et collectifs (par exemple les simulations et les auto-lésions soupçonnées ou vérifiées par les médecins ou les agents de maîtrise, les réclamations…). Il est donc nécessaire de prendre en compte la nature et l’évolution techniques du travail de la mine21.

  • 22 En attendant peut-être une monographie ou un vaste recueil global de la recherche.
  • 23 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, p. 9. La mention « Pena (...)
  • 24 A. Cohen, « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España », surtout pp. 287-293.

12Les pages qui suivent tracent un bilan récapitulatif de notre recherche sur Peñarroya22. Partiel, il concerne surtout son sujet principal : les risques du travail et leur gestion médico-patronale, les deux aspects étant très étroitement mêlés dans le quotidien de l’entreprise. D’autres éléments d’histoire minière sont sommairement esquissés en particulier dans une brève évocation finale des rémunérations ouvrières. Les rapports entre risque et salaire sont indéniables, ne serait-ce que parce que la recherche d’un gain supplémentaire conduit l’ouvrier à prendre des risques. Ce qui, bien entendu, ne veut pas du tout dire que l’un et l’autre soient forcément proportionnels ! D’un point de vue économique, le principe juridique de responsabilité patronale face au risque professionnel implique que « les dommages soufferts par les ouvriers » [en raison du travail] doivent faire partie des frais généraux de la production, au même titre que l’usure et la destruction du matériel ». Cette remarque de Félix Faure sur la loi française de 1898 est reprise dans l’avant-propos d’une thèse de doctorat en droit soutenue en 1926 et consacrée à la loi espagnole de 1922 sur les accidents du travail. L’auteur comptait parmi ses qualités celle d’ingénieur des mines et l’expérience d’un stage à Peñarroya23. Plus généralement, l’attention prêtée aux coûts du travail faisait partie de la formation et des préoccupations économiques habituelles des ingénieurs des mines24.

  • 25 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, pp. 825-845.
  • 26 B. Mattei, « La normalisation des accidents du travail ».
  • 27 Voir les dossiers sur les rapports travail-santé récemment réalisés par plusieurs revues françaises (...)
  • 28 P. Vilar, Iniciación al vocabulario del análisis histórico, p. 12.

13Gérard Chastagnaret a traité successivement des « risques du métier » et des salaires sous un même alinéa, intitulé « Le prix du travail », dans le chapitre qu’il a consacré au monde ouvrier25. Le mot prix suggérerait ici deux composantes de l’échange de la force de travail : outre le montant monétaire touché par l’ouvrier, celui que ce dernier est à son tour contraint de « payer » à cause de son travail en termes d’atteintes possibles (et, à des degrés de gravité variables, fort probables) à sa sécurité et à sa santé. L’intensité des risques est un des facteurs qui contribuent à l’originalité du milieu social minier, soulignée à juste titre par G. Chastagnaret. La fréquence de l’exposition souligne son caractère banal, donc discret la plupart du temps, en dehors des grands accidents collectifs. La normalisation du risque au travail est une conséquence du caractère répétitif de celui-ci, en même temps qu’elle se veut un facteur de « règlement » dans la gestion des tensions sociales dont ce risque est porteur26. Ce qui n’empêche pas que les employeurs aient agi pour en limiter la portée. D’où la lenteur et l’étendue toujours partielle de la reconnaissance des risques et de leurs conséquences sur la santé de l’ouvrier : leur « externalisation », dans une large mesure, par rapport au travail et à son domaine, l’absence d’applications des mesures réglementaires, voire les retours en arrière qui résultent des pratiques d’entreprises et qui peuvent aussi peser sur les évolutions réglementaires et légales27. Sans glisser dans l’anachronisme ou l’amalgame, on conviendra que tout ceci n’est pas qu’un problème du passé. En revanche, la compréhension du passé aide à connaître le présent : c’est là une des définitions que Pierre Vilar proposait de l’« histoire raisonnée » à laquelle il tenait avec tant de force28.

II. — Quelques repères sur la saisie d’une population ouvrière et en grande partie minière

  • 29 Pour un aperçu sur les sources et la méthodologie appliquée voir : A. Cohen, « Los registros hospit (...)

14Les sources principales de nos analyses sont constituées d’une part par 64916 relevés d’examens médicaux à l’embauche et de visites médicales successives d’ouvriers couvrant, à peu d’exceptions près, la période 1904-1950 ; et d’autre part par 39002 fiches d’accidents étalées entre 1902 et 1950 dans une série très fragmentaire sur près de la moitié de cette période en raison des pertes29. Les documents du premier type aboutissaient à une qualification le plus souvent explicite d’aptitude ou d’inaptitude, ou bien encore d’aptitude conditionnée au travail. Le fichier des accidentés a été établi à partir des documents issus des premières visites réalisées sur les victimes par les services médicaux de l’entreprise, ou parfois par celles qui ont précédé la reprise du travail, ou enfin par la refonte des rares informations qui ne se recoupaient pas dans les deux relevés précédents (lorsque les deux étaient disponibles).

15Une application de la méthode micro-analytique, étroitement apparentée à celle qui fonda la « démographie historique », tient une place centrale dans l’exploitation des données. Si on a pu reprocher à cette histoire ses excès répétitifs, une démographie socio-économique liée à l’histoire du travail ne peut encourir un tel reproche. Outre les diagnostics des médecins, les renseignements puisés dans la documentation concernent souvent d’autres aspects de l’état de santé des ouvriers : leur force physique, les lésions précédemment subies, plus généralement les données personnelles élémentaires (l’âge, l’état civil), le département de l’entreprise ou le domaine précis de travail et l’emploi occupé ainsi que le montant du salaire journalier.

  • 30 A. Cohen, « Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales ».
  • 31 À moins d’une trentaine de kilomètres de Peñarroya, dans la commune de Villanueva del Duque, la soc (...)

16En fonction des objectifs, l’analyse a conjugué les approches transversales et longitudinales. Les variables disponibles nous interpellaient sur leurs éventuelles interactions : il a fallu les replacer dans le parcours de chaque vie ouvrière par le travail de reconstruction déjà évoqué, et établir par la suite les trajectoires de plusieurs générations ouvrières. Les obstacles rencontrés rejoignent ceux qui sont familiers aux historiens-démographes, avec toutefois des spécificités. L’« entrée en observation » pose problème du moment où l’âge lui-même devient enjeu, tant pour les moins que pour les plus âgés, ce qui peut se retrouver dans le suivi longitudinal des dossiers30. Faute d’utilisation des recensements et de l’état civil, ainsi que d’un recours possible à des registres du personnel de différents départements du complexe productif de la SMMP, ce sont aussi les relevés des révisions médicales qui ont déterminé ce qui reviendrait à une reconstitution de chaque parcours ouvrier : une adaptation jugée nécessaire aux difficultés posées par les sources bien plus qu’un choix, et sans autre prétention que d’assurer un suivi suffisant des dossiers personnels ouverts avant 1931. Nous n’ignorions pas les biais et les ambiguïtés propres à une telle méthode. En effet, la continuité d’un dossier est le produit de sa reconstruction, du moment où celui-ci est considéré comme « ouvert » tout le long de la période comprise entre deux documents successifs, quel que soit le temps passé entre les deux. En revanche, la possibilité d’un départ temporaire de l’ouvrier, qu’il ait quitté la région, ou qu’il ait seulement été muté en dehors de la zone desservie par l’« hôpital » de Peñarroya où se place notre observatoire31, n’est pas propre aux dossiers les plus discontinus : notre essai n’échappe pas aux « phénomènes perturbateurs » rattachés à la mobilité des populations qui gênent les reconstructions des démographes-historiens.

17Nous avons identifié 30711 ouvriers au cours du demi-siècle compris dans l’enquête, par un unique document pour les 2/5 de cet échantillon (12941), contre une moyenne de plus de 5 pour les autres (17770). Nous en avons élaboré trois groupes de cohortes composés d’ouvriers âgés de moins de 18 ans lors du repérage de la première présence en 1902-1910 (C1), en 1911-1920 (C2) et en 1921-1930 (C3), avec 1950 comme limite chronologique de l’enquête pour les trois groupes. Ces groupes comptent respectivement 1025, 2219 et 1650 ouvriers. Même si ces dossiers constituent le support fondamental des analyses, nous n’avons pas renoncé, pour des objectifs précis, à nous servir d’autres données fournies par les sources.

  • 32 Tous les chiffres tirés de l’Estadística Minera y Metalúrgica de España.

18On se fera une idée plus nette de la signification de nos trois cohortes en tenant compte de l’évolution de l’effectif total des ouvriers régulièrement engagés par Peñarroya dans le bassin houiller (toutes activités confondues : minière, métallurgique du plomb et du zinc, chimique, de transport…) : d’environ 5000 dans la première décennie du xxe siècle, il est passé à plus de 7000 avec l’intensification de l’effort de production au moment de la Grande Guerre, pour redescendre à partir des années 1920 et se situer dans la décennie suivante à un niveau légèrement inférieur à celui du début du siècle. Ces chiffres ne comptent pas le personnel des mines métalliques que la société exploitait non loin des charbonnages, notamment ceux d’El Soldado, où elle employait habituellement environ 2000 ouvriers avant l’arrêt de l’extraction dans les années 193032.

  • 33 A. Ferrer et alii, « Desarrollo minero e industrial, migraciones y poblamiento », pp. 117-122.
  • 34 R. Dobado, « Salarios y condiciones de trabajo en las minas de Almadén », pp. 396-408.

19La formation de cette main-d’œuvre entraîna une mobilisation de taille, amorcée dès les années 1880. Elle a touché tout particulièrement les bataillons de journaliers chroniquement sous-employés des campagnes environnantes, surtout de la province de Cordoue, mais aussi de celle de Badajoz. Dans notre premier groupe de cohortes (C1), dont le début d’activité chez Peñarroya eut lieu quand l’élan du bassin était déjà bien entamé, les personnes originaires de la province de Cordoue — de la comarca du haut Guadiato pour une très large majorité — constituent 63 % des dossiers, celles de la province de Badajoz 26 %. Les deux provinces ont fourni, respectivement, plus de 66 et de 21 % des effectifs C2, formés en grande partie de jeunes débutants embauchés lors du pic des effectifs employés. En revanche, la composition des cohortes C3 se ressent du reflux de l’entre-deux-guerres qui a touché davantage les individus recrutés hors de la province de Cordoue (près de 79 % pour cette dernière et 11 % pour celle de Badajoz). Il est vrai que les critères de formation de nos cohortes tendent à renforcer le poids du facteur régional et que la prise en compte de l’ensemble des dossiers sans considérer l’âge à la première observation donne un éventail plus large des flux d’immigrés, avec une présence moins anecdotique des individus originaires de régions parfois éloignées (comme l’Andévalo ou la Sierra de la province minière de Huelva, l’Alentejo et l’Algarve au Portugal, ou la Galice et surtout sa province d’Orense). Il n’en reste pas moins que la main-d’œuvre a été essentiellement recrutée dans un rayon allant d’une vingtaine à une centaine de kilomètres : la Sierra Morena avec le foyer principal de son secteur cordouan et ses périphéries de Huelva à Jaén, la plaine d’Estrémadure, la vallée du Guadalquivir et le Campo de Calatrava (province de Ciudad Real, limitrophe de celle de Cordoue)33. Nous retrouvons là les traits d’un marché transprovincial du travail minier (et métallurgique) que l’expansion géographique de Peñarroya a renforcé, et dont on pourrait repérer des antécédents dès le xviiie siècle à Almadén34. Cette réalité n’a pas empêché une persistance du travail des champs comme activité complémentaire des ouvriers. Ainsi, encore en 1925, la surveillance réalisée par le département médical de la société pour détecter toute prolifération suspecte de lésions s’accentuait à l’approche de la récolte.

  • 35 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. 863.
  • 36 A. Cohen et alii, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de Peñarroya », pp. 129- (...)
  • 37 Cette diminution va de pair avec l’accroissement absolu et relatif des profils rattachés aux activi (...)

20Par ailleurs, si la dominante minière est commune à toutes les cohortes ouvrières, la composition socioprofessionnelle de celles-ci a connu des variations au cours de la période étudiée. Le suivi des carrières ouvrières dans l’entreprise révèle une fréquence non négligeable de trajectoires mixtes, avec des passages parfois récurrents d’une activité à l’autre à l’intérieur de ce conglomérat productif. L’intégration économique renforce au bassin de Peñarroya la double règle d’assez longue durée, signalée par G. Chastagnaret, règle qui ne souffre que de l’exception des sidérurgies asturienne et surtout basque : mines et métallurgie partagent non seulement leurs territoires, mais aussi dans une large mesure un milieu ouvrier, dominé toutefois par la mine35. Tel est surtout le cas du groupe C1 dont 55 % des trajectoires correspondent au profil du mineur de fond, 20 % étant lié aux travaux de surface, qu’ils soient proprement miniers ou annexes36. Cette prépondérance apparaît moins marquée par la suite : 45 % et 11 % pour les mêmes catégories en C2, 34 % et 9 % en C337. Un raccourcissement de la durée des parcours ouvriers observés accompagne cette évolution, la moyenne passant de 14,2 ans pour C1 à 11,8 ans pour C2 et 9,9 ans pour C3 (ou 17,5, 15,2 et 12,9 ans, respectivement, en excluant des calculs les dossiers formés d’un unique registre). La réduction de la période d’observation au fur et à mesure que les cohortes sont moins anciennes — la date de clôture restant constante — a dû contribuer à cette tendance. Celle-ci ne saurait être réduite pour autant à un effet-mirage des règles qui ont guidé à la reconstruction des dossiers.

  • 38 A. Carbonell Trillo-Figueroa, « Sobre una escuela de capataces en Peñarroya », pp. 88-89.
  • 39 Des précisions dans : A. Cohen et alii, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de (...)

21Aucune analyse du travail à Peñarroya ne pourrait se passer de celle des conditions dans lesquelles celui-ci fut réalisé. En effet, les mines de charbon étaient caractérisées par une des « exploitations les plus difficiles d’Espagne »38 : à la grande variabilité de la qualité et à la disposition défavorable des couches, s’ajoutaient l’importance des impératifs de la ventilation et de l’exhaure, la pression des terres et le danger d’explosion provoqué par le grisou. La courbe de l’indicateur de puissance installée délivré par les statistiques officielles fait état d’un progrès continu de la mécanisation tout le long du premier tiers du xxe siècle, en particulier dans les années 1910, et encore davantage dans les années 1920 : à l’image d’autres bassins espagnols et européens, les indices d’une accélération des mutations en cette dernière décennie sont multiples. À Peñarroya, l’effort de modernisation, régulièrement vanté par l’inspection technique de l’administration espagnole, n’a pas évité une baisse tendancielle de la productivité. Cette tendance traduisait l’appauvrissement croissant de la mine Terrible, celle qui avait été à l’origine du changement d’échelle de l’exploitation minière dans ce bassin39.

III. — Risques du travail, gestion d’une main-d’œuvre et médecine d’entreprise : reconnaissance, limites, fréquences

22La loi espagnole sur les accidents du travail (LAT) du 30 janvier 1900 visait « toute lésion corporelle subie par l’ouvrier à l’occasion ou par conséquence du travail exécuté pour le compte d’autrui ». Les expressions « toute lésion corporelle » et « par conséquence du travail » donnaient à cette définition un caractère apparemment plus ouvert que celui de la loi française de 1898, pourtant citée comme modèle par le législateur espagnol. Celui-ci n’a pas retenu dans la rédaction finale la référence à l’« action soudaine et violente d’une force extérieure » qui figurait sur le projet de loi et que les milieux patronaux et les compagnies d’assurances ne cesseront de réclamer par la suite.

  • 40 En dehors de la tentative du Front Populaire espagnol en juillet 1936, évidemment avortée, il faudr (...)
  • 41 A. Cohen et A. Ferrer, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros ».
  • 42 C’est en 1932 que la souscription d’une assurance contre le risque d’accident des ouvriers, jusque (...)

23Aussi, faute d’une reconnaissance explicite des « maladies professionnelles »40, les réclamations ouvrières s’appuyèrent longtemps sur la législation sur les accidents du travail. Toutefois, un arrêt de 1903 de la Cour de cassation portant sur un cas d’intoxication saturnine a ouvert une voie, certes étroite et aux conséquences pratiques limitées. Renforcer une interprétation large du risque professionnel, en embrassant celui de la maladie et en faisant admettre l’accident du travail « sans lésion extérieure », devint une revendication ouvrière récurrente à partir de 1900. Or, la visibilité des lésions et leur relation immédiate et incontestable au travail furent bien la règle générale quasiment incontournable de toute reconnaissance41. La gestion médicale dans les entreprises et les compagnies d’assurances42 s’y sont employées avec rigueur pour éviter ce qu’elles considéraient comme une dérive. Ainsi, l’accident du travail reconnu comme tel correspond quasiment à un traumatisme à des degrés variables de gravité.

24À ce titre-là, le caractère « patronal » de notre observatoire en fait à la fois une limite et un atout. Par définition, les statistiques laissent entièrement à l’écart des pans très significatifs des risques du travail pour la santé. Mais l’examen de la documentation permet de déceler aussi les critères et les filtres d’une stratégie, au point de faire affleurer des relations que la législation n’a pas développées et que la gestion d’entreprise visait justement à exclure ou à réfuter.

25La sécurité et donc la santé des ouvriers au travail ne se réduisent bien sûr pas à une question de médecine. Dans les mines, et à plus forte raison dans celles réputées dangereuses à cause du grisou comme celles du bassin du Guadiato, les conditions techniques de l’exploitation et l’adoption de procédés préventifs, complétés par les dispositifs de sauvetage adéquats, ont une influence déterminante. Au début du xxe siècle, l’exploitation de Peñarroya était considérée par les ingénieurs d’État comme un modèle. Après les deux catastrophes de 1909 et 1915 (respectivement douze et quinze morts dans les mines Santa Elisa et Cabeza de Vaca), on constate un reflux prononcé de la longue séquence nécrologique provoquée par le grisou depuis le temps où l’exploitation relevait des prédécesseurs directs de Peñarroya.

  • 43 Il a été nécessaire de recourir à d’autres informations inégalement précises pour pallier les lacun (...)

26L’estimation des taux de mortalité par accident dans le bassin (toutes activités et toutes causes confondues) sur l’ensemble de la période 1902-1950 s’élève en moyenne à 1,6‰43. Si l’on compare avec la France, ce niveau dépasse celui des bassins du Nord-Pas-de-Calais et de la Loire (autour de 1‰ pour les années 1910-1914), mais reste nettement plus bas que celui des mines lorraines (Briey). En Espagne, il est proche des chiffres officiels sur les mines asturiennes où coexistaient des structures d’exploitation fort contrastées.

  • 44 Estadística Minera y Metalúrgica de España, 1939, p. 291.
  • 45 Ibid., 1940, p. 208.

27Dans quatre cas sur cinq relevés à Peñarroya, le décès à la suite d’un accident a touché un travailleur des mines. L’évolution des taux indique un recul après l’explosion de 1915, avec des « pics » nettement moins marqués dans les deux décennies suivantes. Les conditions de sécurité se sont ensuite brutalement dégradées dans les années de l’après-Guerre civile, les taux de 1941 et 1946 retrouvant les niveaux les plus élevés de notre série (autour de 4‰). Hélas, d’après l’inspection technique d’État, les solutions étaient « peu compatibles avec la mauvaise situation des lampisteries et avec la limitation des frais de production, étant donné la mauvaise qualité des charbons »44, sans compter le faible rendement du « personnel mal nourri au regard du travail que l’on exige de lui »45. Au-delà des circonstances exceptionnelles de l’époque, ce type de rapprochement entre, d’un côté, insécurité au travail et état de santé des travailleurs, et de l’autre, prix de revient et rendement ouvrier, était bien un trait permanent de la gestion patronale des risques. Bien sûr, cette remarque serait loin de s’appliquer uniquement aux mines espagnoles ou à Peñarroya !

28Une partie fondamentale de l’activité du personnel sanitaire de l’entreprise était consacrée aux soins portés aux victimes d’accidents du travail au sens strict. L’obligation pour les exploitations minières de se doter d’un équipement médical permettant d’assurer sur place au moins les premiers secours aux accidentés faisait partie des dispositions, sans doute très inégalement appliquées, du règlement dit de Police Minière, un peu antérieur à la LAT de 1900 (décret du 15 juillet 1897).

  • 46 A. Fleta, « Lesiones ocurridas en el trabajo ». On doit rappeler le caractère notablement incomplet (...)

29J’ai déjà dit que les premiers enregistrements médicaux d’accidents du travail trouvés à Peñarroya datent de 1902. On peut mesurer l’ampleur de la fonction curative-palliative du personnel médical de l’entreprise à l’aune de ces actes documentés : presque sans exception, plus d’un millier tous les ans avant 1936 ; près de 2000 en 1916 et 1917. Ce qui donne d’après notre estimation, entre 200 et 300 blessés pour 1000 ouvriers, pour l’ensemble de la population ouvrière du complexe de la SMMP46. Le regroupement des diagnostics par grand type de lésion principale est révélateur aussi bien d’une forte concentration des types de risques que des contours du domaine de l’accident (et des lésions) du travail dans la pratique médicale de l’entreprise :

Tableau 1. — Distributions des diagnostics médicaux des victimes d’accidents par grands types de lésion

Type de lésion

Pourcentage

Contusions

51,7

Coupures, déchirures, meurtrissures

27,6

Brûlures

6,3

Lésions musculaires et des articulations

3,8

Dermites, callosités

3,1

Incrustations de particules

2,4

Lésions oculaires

1,6

Autres

3,5

Total

100

L’hôpital de la SMMP a relevé 39 002 accidents entre 1902 et 1950 (calculs refaits à partir de A. Fleta, « Lesiones ocurridas en el trabajo », p. 424).

30En dépit des dominantes communes à tous les départements de l’entreprise et aux métiers les plus représentatifs, l’approche détaillée relève des particularités : l’importance des contusions chez les mineurs, des brûlures et des lésions des yeux parmi les ouvriers métallurgiques, des dermites parmi ceux des usines chimiques et parmi les maçons. Le suivi temporel des fréquences permet de relever une réduction de l’incidence des contusions dans les années 1930 et son augmentation dans la décennie suivante, tout comme l’augmentation des blessures infectées dans les années de guerre et d’après-guerre.

31La durée moyenne des périodes de convalescence à la suite d’accidents a eu tendance à baisser légèrement avec le temps (tableau 2) : de 20 jours pour le groupe C1, elle est passée à moins de 19 en C2, au-dessous de 16 en C3. Plus généralement, un cas sur deux ne dépassait pas deux semaines, quatre sur cinq n’atteignaient pas un mois. Encore convient-il de souligner que ces résultats concernent moins de 60 % des effectifs de chaque cohorte. En effet, outre les cas où aucun constat médical de lésion n’est fait, il existe des dossiers se limitant uniquement à la mention d’une lésion, ainsi que des individus ne faisant qu’un bref passage chez Peñarroya.

  • 47 Ces résultats confirment ceux obtenus dans un premier échantillon d’environ 10 % des dossiers intég (...)

32On peut, pour contourner le problème posé par les pertes de documentation relative aux accidents, rechercher la part des journées chômées du fait des convalescences successives dans l’ensemble du temps passé chez Peñarroya, en s’appuyant sur l’ensemble des seuls jours bien documentés entre 1902 et 1950 (tableau 3, p. 142). On obtient ainsi des moyennes toujours comprises entre 2,5 % et 3 %, avec des médianes qui s’écartent assez peu de 1 %47. L’intervalle moyen entre convalescences successives s’est un peu raccourci en C2 par rapport à C1. L’inclusion de C3 dans cette comparaison est peu aisée en raison de l’absence de données sur les accidents pour la plupart des années qui correspondent aux dates de début d’activité des cohortes qui intègrent ce groupe. Pour C1 et C2, la distribution chronologique des intervalles pour les périodes pour lesquelles nous sommes le mieux renseignés, permet de relever que les accidents en début de carrière étaient considérablement plus réduits que par la suite. L’existence de jeunes ne s’installant pas durablement dans ce travail doit contribuer à expliquer ce résultat.

Tableau 2. — Durée des interruptions du travail dues aux accidents (en jours)

Cohortes C1

Cohortes C2

Cohortes c3

c1 + c2 + c3

Nombre de cas
(ouvriers)

578

1 288

943

2 809

Moyenne
(jours)

20,3

18,8

15,6

18,0

1er quartile
(jours)

10,5

8,7

7,0

8,3

2e quartile
(jours)

16,0

14,5

12,5

14,2

3e quartile
(jours)

23,8

22,7

20,0

22,0

Hôpital de la SMMP, reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers.

Tableau 3. — Temps total d’arrêt de travail à cause d’accidents en pourcentages de la « permanence » documentée des ouvriers au service de la SMMP*

Cohortes C1

Cohortes C2

Cohortes C3

C1 + C2 + C3

Nombre de cas (ouvriers)

572

1 229

933

2 734

Moyenne(%)

2,50

2,97

1,46

2,70

1er quartile(%)

0,50

0,53

0,32

0,44

2e quartile(%)

1,19

1,36

0,93

1,17

3e quartile(%)

2,77

3,11

2,10

2,69

Source
* Pourcentages établis par rapport à la somme des jours pour lesquels nous avons récupéré les données sur les
accidents, à l’intérieur de la période d’observation de chaque ouvrier.

Hôpital de la SMMP, reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers.

Tableau 4. — Intervalles moyens et médians entre interruptions du travail (en mois)

Tableau 4. — Intervalles moyens et médians entre interruptions du travail (en mois)

N : nombre d’ouvriers.
Source
a Périodes quadriennales pour lesquelles la documentation sur les accidents est quasiment complète (il manque 10 mois répartis entre 1914 et 1915).

Hôpital de la SMMP, reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers.

  • 48 Ce type d’indemnité tenait lieu de secours de subsistance aux ouvriers qui pouvaient celui-ci la to (...)
  • 49 Propos soutenus par J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. (...)

33Globalement, le plus gros des indemnités que les employeurs devaient verser aux ouvriers sinistrés, en vertu de la loi sur les accidents du travail, correspondait à des situations d’incapacité temporaire. C’était en particulier vrai pour les gros employeurs, et pour les domaines d’activité particulièrement exposés48. Ceci dit, au vu des résultats ci-dessus, peut-on dire que les indemnités relevées après 1922 s’apparentaient à un « [jouet] entre les mains de l’ouvrier espagnol […] capable de désorganiser l’industrie » ou à « une prime à la blessure »?49

34Il n’y a rien de surprenant à constater que la controverse à propos des risques du travail et de leur « réparation » forfaitaire était l’expression d’antagonismes économiques. En ce sens, la critique proche de la position patronale dépassait la conjoncture de la réforme légale de 1922. Par ailleurs, si l’on fait abstraction de la discontinuité des données disponibles, les lésions modales (les contusions) reculent dans les années 1930 chez Peñarroya.

  • 50 Soit près de 1300 petites notes très inégalement distribuées dans le temps, puisque trois ans conce (...)
  • 51 Traduction de l’auteur.

35La médecine d’entreprise s’avère à partir du cas analysé un instrument clé de la gestion patronale des risques du travail. Elle en était nécessairement subordonnée. Elle devait veiller à toute possible simulation, auto-lésion intentionnelle ou aggravation provoquée de blessures : bref, à limiter les interruptions de travail et, de la sorte, les indemnités à verser par l’employeur. Pour cela, un premier contrôle était exercé dans chaque chantier par le personnel d’encadrement : contremaîtres et autres surveillants décidaient de l’envoi éventuel des blessés à l’hôpital. Si les blessures étaient jugées légères, elles étaient soignées sur place par un infirmier. Parfois le passage par l’hôpital se soldait par une petite annotation sur une simple feuille de papier, toujours en bas de la mention manuscrite « Entrada y Salida ». Dans ces cas-là, le médecin ne délivrait pas l’attestation d’accident (papelilla de accidente) et le blessé réintégrait son chantier : ils représentent plus de 3 % des constats de blessures sur lesquels nous avons pu travailler50, la plupart liés à l’« ncrustation de particule », surtout dans les yeux. En revanche, il arrivait, bien que rarement de manière complètement explicite, qu’un ouvrier blessé refuse d’arrêter le travail : « il ne veut pas [la] papelilla car, le pauvre, il a besoin de son salaire »51 (1917).

36Mais la contribution de la médecine d’entreprise à la gestion des risques du travail dépassait l’expertise et le traitement des blessés. Cela apparaît clairement dans la masse des relevés d’un autre type de visites qui étaient de son ressort : celles que tout candidat à l’embauche chez Peñarroya devait passer avant d’être admis — du moins depuis mars 1904 — et que les travailleurs embauchés passaient ensuite à plusieurs reprises tout au long de leur vie active.

  • 52 A. Cohen, « Análisis demográfico e historia social », pp. 196-204 ; Id., « Los registros hospitalar (...)
  • 53 A. Cohen et A. Fleta, « Trabajadores rechazados », p. 132. Cette mention devient particulièrement r (...)

37L’objet premier de ces examens tenait à la vérification de l’aptitude au travail des ouvriers52. Le formulaire réservait un espace aux observations que le médecin jugeait bon d’apporter : l’existence d’incapacités, la constitution physique, les antécédents pathologiques… L’intervention médicale apparaît ainsi liée à une fonction de sélection et de classement des ouvriers. Bien sûr, cette fonction relevait d’autres instances, le concours du département médical y étant purement auxiliaire. Les « non-admissibles » ne sont que 1 %53. La rédaction la plus fréquente contient indistinctement les mentions « admissible », « apte » ou « utile », mais on trouve aussi les mots « servible », « aprovechable », voire « todavía aprovechable ». L’admissibilité déclarée par le médecin pouvait aussi être limitée ou orientée, ce qui dénote parfois une dimension préventive à l’égard de la santé de l’ouvrier : ainsi des mentions « admissible en surface » ou aux tâches légères dans le cas d’ouvriers convalescents ou faibles. Le suivi des dossiers en dit très peu sur l’efficacité de telles recommandations qui, en tout cas, n’entamaient pas la logique utilitaire qui dominait sans ambiguïté les avis médicaux, comme le prouvent ces quelques exemples (1910-1912) : « bonne musculature […], je suppose qu’il sera apte [à faire] le rude travail dont vous me parlez… » ; « organisme usé, travaillé… » ; « c’est un corps à faible potentiel de travail »…

  • 54 A. Cohen, « Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales ».

38Le même constat peut être fait à propos des visites médicales des plus jeunes candidats à un emploi54. Le seuil de référence des médecins était toujours l’âge minimum réglementaire de 14 ans qui a été en vigueur à Peñarroya pendant toute la période de notre étude. La loi espagnole du 13 mars 1900 a interdit le travail souterrain dans les mines aux enfants de moins de 16 ans et le travail en surface aux moins de 10 ans (ou de 14 si la journée excédait 6 heures). Outre le minimum réglementaire, les relevés consultés évoquent assez souvent l’âge apparent de l’enfant : « il ne fait pas son âge » est un commentaire récurrent à propos de jeunes garçons déclarant 14, 15, 16 ans ou plus. Il pouvait s’accompagner d’allusions au manque de « force », de « développement physique », de « corps » ou de « constitution » du jeune. On peut par exemple lire : « Non-admissible par manque de développement, qu’on l’envoie à l’école » (1904) ; « scrofuleux, fragile des yeux, orgelets, plaques psoriasiques aux fesses, on doit le laisser se développer » (1913).

39Pourtant, le refus d’embauche n’était pas catégorique, même quand le médecin n’avait aucun doute sur l’âge insuffisant d’un candidat. On trouve ainsi les mentions : « admissible puisqu’il paraît que tout le monde est admis, mais il ne fait pas l’âge » (1913) ; « nous l’avions déjà examiné il y a un mois et [cette fois] je dis la même chose [manque de développement], si le service veut le recevoir qu’il le reçoive » (1920). Par ailleurs, le critère d’utilité est presque toujours présent : « admissible pour sa constitution, mais il ne fait pas l’âge » (1916) ; « admissible au travail extérieur, peu de développement physique pour [travailler comme] garçon (pinche) à l’intérieur » (cette précision datant de 1912 est théoriquement superflue en raison des 14 ans de l’enfant) ; « il n’a certainement pas les 16 ans [qu’il déclare], il en a 13, il n’est pas assez développé pour [travailler comme] garçon à l’intérieur, oui pour le triage » (1917). Nous n’avons pas repéré d’avis observant tout bonnement qu’un enfant n’avait pas l’âge légal requis.

40La prise en compte explicite des besoins conjoncturels de la compagnie faisait partie des observations médicales de « bon sens ». Il en fut ainsi lors des urgences exceptionnelles du recrutement de main-d’œuvre minière des années 1916-1918 : « son coude droit est déformé, ankylosé, avec limitation fonctionnelle et perte de puissance à cause d’une fracture qu’il dit avoir subie à l’âge de 5 ans. Faute d’ouvriers il est utilisable » (deux ans plus tard, à propos du même ouvrier : « avant, ceux-ci on ne les prenait pas… ») ; « admissible conditionnel, compte tenu de la grande nécessité d’ouvriers, car il a des infarctus viscéraux, hernie inguinale côté droit… » (1917).

  • 55 A. Cohen, « Gestion patronale des risques professionnels », pp. 339-340.

41Il s’agissait dans ces cas-là de prévenir les risques d’une telle ouverture à l’embauche en détectant de manière plus méticuleuse les antécédents et les prédispositions pathologiques afin de bannir la responsabilité patronale. Cette dernière pouvait toutefois se révéler inhabituellement « compréhensive » en cas d’atmosphère sociale exceptionnelle, comme lors des mois de septembre et octobre 193655.

42Parfois, les relevés médicaux étaient utilisés dans l’examen des « mérites » que la direction pouvait reconnaître aux ouvriers. Ainsi, le maintien au travail ou à un emploi relativement valorisé qui dépendait d’une décision discrétionnaire de la direction, apparaît-il comme une récompense aux « bons » ouvriers, se substituant ainsi à une possible indemnisation. En revanche, le médecin notait aussi les « mauvais » antécédents, comme le fait de présenter un dossier trop chargé de lésions, ou d’avoir « prétendu » imputer à un accident du travail une lésion jugée « naturelle » ou en tout cas « étrangère » à la société, ou bien encore d’avoir porté plainte contre celle-ci pour une lésion. On y lit les antécédents familiaux de pères, frères et autres parents connus de Peñarroya : ce « dépistage généalogique » esquissait en quelque sorte le portrait d’« accidentés-nés » ou de « plaideurs-nés ». La détection des filiations douteuses, les tentatives sournoises d’ouvriers limogés ou précédemment déclarés non-admissibles figurent aussi parmi les informations produites par le département médical à l’attention de l’encadrement. Limités, les témoignages à ce propos ne sont pas moins révélateurs de la nature de cette structure professionnelle organisée dans et par l’entreprise.

IV. — Les « prédispositions » pathogènes : une clé de la gestion patronale des risques du travail

  • 56 P.-A. Rosental, « Avant l’amiante, la silicose » ; J.-C. Devinck et P.-A. Rosental, « Une maladie s (...)

43La « maladie professionnelle » n’existe pas dans la documentation médicale d’entreprise utilisée pour les analyses qui sont résumées ici. Seuls quelques cas isolés de saturnisme sont mentionnés, dont un où il est précisé que l’ouvrier venait du district de Linares - La Carolina, un autre des mines d’El Horcajo (Ciudad Real). Tout aussi anecdotique, la silicose figure pour la première fois sur le relevé d’une visite réalisée en 1942. La Seconde République et ses projets en matière de protection de la santé des travailleurs ayant tragiquement avortés, la reconnaissance légale d’une pathogénie professionnelle du risque pneumoconiotique n’est arrivée en Espagne — tout comme en France, d’ailleurs56 — que dans les années 1940 et fut appliquée avec lenteur : une disposition gouvernementale de juillet 1944 a élargi aux charbonnages l’assurance contre la silicose, quatre ans après sa création. Afin de détecter cette pathologie, elle accorda un délai de trois mois aux entreprises du secteur pour la réalisation d’une première visite médicale à la totalité du personnel, les malades devant être indemnisés, après avoir été classés en fonction du degré d’avancement de la maladie. De plus, les « Mesures préventives dans les mines » promulguées en 1945 montrent que le pouvoir en place n’a pas lésiné sur la souplesse et les sursis demandés par le patronat minier, l’adoption des dispositions dépendant des circonstances propres à « chaque cas, suivant les disponibilités du marché […], les conditions de l’exploitation et la situation économique des entreprises ». Les informations qu’on a pu recueillir à Peñarroya à ce propos proviennent de documents épars, extérieurs aux visites habituelles ; elles sont partielles, datent de l’extrême fin de notre période d’observation et restent à incorporer à nos analyses.

  • 57 « Medidas profilácticas contra la anquilostomiasis o anemia de los mineros ».
  • 58 J. Codina Castellví, La anquilostomiasis (anemia de los mineros) en España. Autre travail pionnier (...)
  • 59 Entre autres : analyses des fèces préalablement à l’embauche de tout ouvrier ; installation et vida (...)
  • 60 « La asamblea de Cámaras Mineras al Excmo. Sr. Presidente del Consejo de Ministros », pétition daté (...)
  • 61 Décret du 4 décembre 1926.

44Dans les sources de base de notre étude, l’émergence combien discrète et tardive de la silicose tient plutôt lieu d’un de ces « antécédents pathologiques » et autres informations complémentaires que le formulaire de la société demandait dans le cadre des observations médicales. Vraisemblablement, des mentions qui existaient auparavant comme « asthme », « congestion pulmonaire », « rhume » ou « tuberculose » (ou « T.P. ») renvoyaient-elles à cette maladie, tout comme certaines « fièvres » ou « anémie(s) » pouvaient correspondre à des cas de paludisme. De même, l’état anémique d’un ouvrier pouvait avoir affaire à l’ankylostomiase qui, elle aussi, n’est quasiment pas évoquée dans cette documentation. Pourtant la forte incidence de cette maladie parasitaire dans bien des districts miniers méridionaux de la Péninsule était connue depuis la fin du xixe siècle. Sa prophylaxie a fait l’objet de deux arrêtés ministériels datés de 1912 et 1916, d’application fort modeste, si l’on en juge par la reprise des mêmes mesures dans un décret du 12 mai 192657. Celui-ci a développé les « bases de la lutte contre l’ankylostomiase » que le Dr. Codina avait préconisées plus de 20 ans avant58. L’opposition du grand patronat minier, où se rangeait la SMMP, fut tenace. Il s’éleva contre des obligations considérées comme nuisibles car excessives et trop extensives sur le plan géographique59, en particulier contre l’indemnisation des ouvriers d’un montant équivalent à celui de leur salaire journalier pendant toute la durée du traitement, mesure assimilée à une « prime à l’absentéisme »60. Cette pression patronale fut sans doute efficace : le règlement adopté61 a beaucoup limité le domaine d’application des mesures, des conditions renvoyant au « possible » ou au « faisable » ont été ajoutées à toute une série de prescriptions, les employeurs ayant été autorisés par ailleurs à faire soigner leurs ouvriers les dimanches et jours fériés. Une correspondance localisée aux archives de Peñarroya, peu volumineuse et portant sur une courte période (de 1928 au début de la décennie suivante), incite à penser à une lente éradication de ce problème dans le bassin : le taux d’infection parmi les mineurs de San Rafael (charbons anthraciteux) aurait baissé de 56 % à 45 % après deux ans de campagnes de traitement (de 1928 à 1930). Le silence à ce propos de la collection de relevés médicaux ayant affaire aux accidents — pourtant complètement récupérée en ce qui concerne ces années-là — pourrait confirmer que la règle à Peñarroya ne fut pas l’arrêt du travail pour le traitement des ouvriers.

45En revanche, la mention d’anomalies de la vision et d’affections ou de lésions oculaires est assez fréquente, soit sur les relevés des visites à l’embauche ou de contrôle, soit sur les feuilles d’accident : elles concernent trois ouvriers sur dix dans les cohortes C1 et un sur quatre en C2, apparemment beaucoup moins en C3 (tableau 5, p. 148). À l’occasion des visites du premier type, cette information faisait encore partie des « antécédents » de l’ouvrier : le contrôle visait entre autre l’acuité visuelle et la perception chromatique. On y lit par exemple : « … myope, conjonctivite catarrhale. Les travaux en brai ne lui conviennent pas à cause de l’irritation [des yeux] qu’ils produisent et qui pourrait lui faire dire après que c’est pour cela qu’il ne voit pas… » (1912) ; « … s’il perdait (son œil) droit on devrait lui payer comme s’il était mort, [il vaut mieux le faire] en tant que borgn » (1908). Pourtant, dans d’autres cas, des limitations physiques assez proches d’un tel état portent la mention « apte au travail ». Le suivi des dossiers personnels décèle les évolutions qui enchaînent les conjonctivites et les blépharites avec leur dégénérescence envahissante de la cornée (ptérygion) qui gêne la vision, ou sous forme granuleuse, avec atrophie et déformation chronique des paupières (trachome).

Tableau 5. — Fréquence et « calendrier » des affections et lésions oculaires ou de la vision

Cohortes C1

Cohortes C2

Cohortes c3

c1 + c2 + c3

Nombre d’observations (embauche / contrôle)

292

337

105

734

Nombre d’observations (accidents)

245

450

238

933

Nombre de dossiers

306

544

224

1074

Pourcentage des effectifs des cohortes

29,8

24,5

13,6

21,9

Âge moyen
1re mention (ans)

21,1

19,8

21,2

20,4

Ancienneté moyenne
1re mention (ans)

5,7

5,5

7,6

6,0

Hôpital de la SMMP, relevés des visites médicales et reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers.

  • 62 A. Cohen et A. Fleta, « Un exemple de restriction des contours du “risque” au travail ».

46Nous avons étudié avec plus de précision les lésions liées à des hernies (inguinales et crurales), qui s’avèrent du plus grand intérêt pour plusieurs raisons62. 1) Il s’agit de la mention la plus fréquente dans la documentation consultée. 2) La source d’information vient cette fois-ci, dans plus de 99 % des cas, des relevés des visites à l’embauche et des contrôles médicaux successifs des ouvriers, c’est-à-dire de l’élément le plus complet de la documentation sur laquelle nous nous sommes basés. 3) La raison la plus déterminante : une hernie est à la fois un état pathologique à large prévalence et une cause d’incapacité partielle reconnue par le Règlement du 8 juillet 1903 qui a établi la liste et détaillé le classement des incapacités consécutives aux accidents du travail. C’est là que réside la spécificité des hernies par rapport à d’autres risques et à toute maladie professionnelle que les textes légaux ont longtemps laissé dans l’ombre. 4) D’où, les énergies déployées côté patronal pour fermer cette possible voie de recours en misant spécialement sur les « prédispositions » pathologiques des ouvriers, dans une stratégie de « naturalisation » des risques dont les hernies constituent l’exemple le plus clair et celui que nous pouvons le mieux appréhender statistiquement. Non seulement la référence à une hernie est très rare sur les relevés des visites médicales aux blessés, mais elle tient précisément lieu d’un constat de négation de l’accident du travail. Exemplaire, le cas des hernies l’est également par l’anticipation qu’il révèle des réponses patronales encadrant la médecine d’entreprise, et par les inflexions normatives qui entérinent plus qu’elles ne désamorcent les entraves et les limites à la reconnaissance des risques du travail.

  • 63 Pétition datée du 27 octobre 1910, adressée au gouvernement espagnol par les représentants de 250 c (...)

47Avec l’Asturienne des Mines, la SMMP a figuré au premier rang du lobby patronal mobilisé pour obtenir l’exclusion de l’hernie du domaine du risque professionnelle. À de rares exceptions d’origine traumatique, l’hernie ne serait « pas une conséquence naturelle de l’exploitation industrielle, ni un fait inhérent aux conditions de celle-ci, mais le résultat inéluctable du développement d’un phénomène organique exclusivement liée à l’individu ». Or « 75 % des individus de la classe ouvrière présentent une prédisposition naturelle à devenir hernieux ». Dans la mesure où une cause traumatique était « quasiment impossible à vérifier par un tiers », et devant les « cas nombreux de simulation », les patrons étaient obligés de prendre des « mesures de précaution ennuyeuses pour les ouvriers »63.

48Le décret du 15 mars 1917 a imposé la réalisation d’une expertise médicale comme condition préalable à une possible déclaration d’incapacité pour cause d’hernie. Il devait y apparaître les antécédents personnels du patient et les symptômes observés (surtout la manifestation soudaine d’une « douleur brusque »). En même temps, les employeurs étaient autorisés à soumettre les candidats à l’emploi à une visite médicale préalable à leur admission, spécialement destinée à détecter leur « prédisposition » à souffrir d’hernies. Obligatoires pour les ouvriers, ces visites devaient mettre les patrons à l’abri des réclamations. Aucune indemnité d’incapacité liée à une hernie ne fut désormais attribuée sans une expertise médicale diagnostiquant une « vraie hernie de force ou hernie par accident », autrement dit, celles « survenues à des ouvriers non prédisposés du fait d’un traumatisme ou d’un effort, sous condition que celui-ci soit violent, imprévu et anormal par rapport au travail réalisé habituellement par l’ouvrier ».

  • 64 Cette pratique est signalée dans les mines asturiennes dans Dirección General de Agricultura, Minas (...)

49Or, tout cela correspond en fait à une pratique depuis longtemps généralisée dans l’industrie minière espagnole64. Ainsi, le contrôle médical systématique du personnel qui débute quelques mois après la promulgation du décret de 1903 sur les incapacités dérivées des accidents du travail n’est-il pas le fruit du hasard. Sur plus de 30 000 dossiers personnels reconstruits, le dépistage des signes d’hernie (2 fois sur 3 au titre de « propension ») est lisible dès le début de la période d’observation et il se généralise immédiatement. Comme pour les cohortes C1 et C2, le maximum de cas (en 1916) y précède le décret sur les hernies. En entérinant la routine d’entreprise, celui-ci en a renforcé l’efficacité et l’automatisme. Tous diagnostics confondus, les hernies toucheraient près d’un ouvrier sur deux dans les cohortes C1 et C2, deux sur cinq en C3 (tableau 6, p. 150). Malgré l’avancement sensible du repérage dans le groupe C2 par rapport au précédent, l’ancienneté moyenne des ouvriers aux travaux au moment de la première mention y reste supérieure à 5 ans. Tout aussi secondaire à l’égard de l’entreprise semble le fait que seulement un « prédisposé » diagnostiqué sur cinq — si l’on juge à partir de tous les dossiers reconstitués — ait apparemment développé par la suite une hernie. Du reste, plutôt que de nier l’existence d’un risque réel, l’entreprise s’est appliquée avant tout à en minimiser la « responsabilité patronale ». Les examens médicaux ne manquaient pas de signaler la formation d’hernies « progressivement » ou « lentement et sans effort ». C’était alors à l’ouvrier hernié de faire la preuve d’une « hernie de force », une démonstration d’autant moins aisée qu’il avait de fortes chances d’avoir été déclaré « prédisposé ».

Tableau 6. — Fréquence des « hernies » et des « prédispositions » et ancienneté des ouvriers au moment de la 1re mention

Tableau 6. — Fréquence des « hernies » et des « prédispositions » et ancienneté des ouvriers au moment de la 1re mention

P : « prédisposition » ; H : « hernie » ; T : total.
Source

Hôpital de la SMMP, reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers (repris d’A. Cohen et A. Fleta, « Un exemple de restriction »).

  • 65 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. 17-18.

50Cette pratique patronale du risque au travail relève de la conception qui en même temps insistait sur une distinction causale entre maladies professionnelles — une « conséquence normale du genre de travail » — et accidents du travail — « une conséquence anormale » : « répétée et continue pour la maladie, fortuite et occasionnelle pour l’accident ». Partant, toute assimilation des premières aux seconds devait être exclue en terme d’indemnisation, car lorsqu’il s’agit d’incidences « normales », « l’ouvrier a accepté [sic] un risque nettement caractérisé et défini »65.

51Traitées en endémie, comme une sorte de fatalité naturelle, les hernies de notre enquête sur les ouvriers de Peñarroya deviennent, par le biais d’une saisie statistiquement et chronologiquement concluante, doublement révélatrices de phénomènes qui dépassent ce cas et son cadre local. Une redéfinition des contours du risque sur les lieux de travail en fonction des rapports de force tant internes qu’externes s’accompagne de stratégies patronales qui en limitent la portée réelle. Cette réalité reste inséparable de la relation toujours problématique entre travail et santé.

V. — Notes autour d’une série (incomplète) de salaires

  • 66 Ibid., p. 5.

Les statistiques d’une grande société minière montrent que depuis 1922 l’indemnité journalière moyenne [versée aux ouvriers accidentés], d’abord très inférieure aux trois quarts du salaire journalier moyen, croît régulièrement […] pour atteindre quasiment ce chiffre limite en 1925…
Les salaires de mineurs étant très variables, ces faits prouvent bien que […] l’exemple [des mauvais ouvriers] a porté ses fruits. Les bons ouvriers ont vu comment on s’assure un repos avec un salaire si peu différent du salaire ordinaire, qu’avec une blessure dont on sait bien tirer partie, il est possible de gagner plus à se reposer qu’à travailler66.

  • 67 A. Cohen et A. Ferrer, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros », pp. 229-230.
  • 68 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. 52-53.

52L’annotation du montant du salaire journalier figure sur près de la moitié des relevés médicaux d’accidents de cette « grande société minière » que nous avons pu consulter : 17803 mentions étalées de 1915 à 1941, avec néanmoins beaucoup de lacunes entre 1918 et 1927. Bien évidemment, la présence de ces données sur les documents médicaux était un repère pour accorder les indemnités. La loi sur les accidents du travail avait prescrit que celles-ci devaient être calculées à partir du salaire journalier « effectivement reçu par l’ouvrier », et le texte réformé en 1922 précisait : « tant s’il s’agit de salaire fixe que s’il est payé à la tâche ». Mais ce principe de calcul posant problème et suscitant des tensions dans les entreprises, son application a tendu à s’ajuster à la rétribution moyenne, en fonction des emplois67. L’allusion de l’ingénieur juriste français sur la variabilité des salaires miniers signale tout d’abord les différences entre catégories. Mais il évoque aussi plus loin des variations pouvant atteindre « du simple au quadruple » par l’effet conjugué du « travail aux pièces » et de conditions d’exploitation éventuellement propices. D’où l’ironie : « l’ouvrier, bon père de famille, a, dans certaines circonstances, le devoir de se blesser »68. Dans de moindres proportions, les valeurs notées sur les registres d’accidents confirment des variations dans la même année à l’intérieur de chaque métier et catégorie d’ouvriers.

  • 69 A. Escudero et P. M. Pérez Castroviejo, « El nivel de vida de los mineros de Vizcaya (1876- 1936) » (...)
  • 70 A. Barragán, « Conflictividad social en la provincia de Córdoba », p. 398.
  • 71 (-), « La huelga de Peñarroya », p. 134. La réduction moyenne initialement annoncée était de 25 %.

53L’information recueillie montre un niveau moyen des salaires miniers chez Peñarroya en 1915 (tableau 7) qui ressemble à celui des mines de fer de Biscaye — où l’exploitation à ciel ouvert simplifiait le métier avec des emplois essentiellement peu qualifiés —, ou à celui des pyrites de Río Tinto69. Les moyennes nominales doublent chez Peñarroya entre 1916 et 1921, accompagnant la poussée de la demande de charbon et celle de bras dans les houillères, la pression ouvrière s’appliquant à contrecarrer la hausse des prix70. On sait qu’à Río Tinto, alors que profits et dividendes s’étaient emballés entre 1895 et 1914, les salaires nominaux avaient piétiné et le pouvoir d’achat s’était effondré. De l’aveu même de la compagnie britannique, la hausse qui suivit jusqu’en 1919 n’avait pas compensé de moitié celle des prix. Avec le retour des marchés à la normale, la tendance à Peñarroya de 1922 à 1930 est à une diminution des salaires, dans un contexte de licenciements d’ouvriers : la décision de la direction de réduire les premiers à partir du 1er mars 1922, fut à l’origine d’une grève qui a duré près de 3 mois71.

Tableau 7. — Salaires journaliers moyen (nominaux) pour certaines catégories d’ouvriers mineurs à Peñarroya (pesetas)*

Année

Pinchea

Vagonerob

Picadorc

Entibadord

1915*

2,00

3,05

3,47

3,63

1916

1,71

3,04

3,62

3,90

1917

1,78

3,45

4,00

4,30

1918*

5,23

5,89

6,28

1919

1920

1921*

6,57

7,53

8,14

1922

2,55

5,57

6,62

7,00

1923

1924

1925* — 5,26 5,92 6,34

1926*

5,74

6,23

7,00

1927

1928

2,25

5,83

6,51

6,95

1929

1,75

5,78

6,53

6,95

1930

2,20

5,93

6,64

7,10

1931

2,15

6,13

6,94

7,44

1932

1933

1934

3,06

7,97

8,57

9,00

1935

3,25

7,55

8,52

9,22

1936

2,51

7,60

8,55

9,39

1937

7,94

8,91

9,47

1938

7,70

8,76

9,32

1939

7,75

8,70

9,21

1940

1941

7,93

8,76

9,37

* Données incomplètes.
a Garçon, galibot.
b Herscheur.
c Piqueur, abatteur, mineur.
d Boiseur.

Source Hôpital de la SMMP, relevés des visites aux blessés.

  • 72 A. Shubert, Hacia la revolución, p. 23 (reprenant les chiffres donnés par R. Perpiñá Grau, Memorand (...)
  • 73 Ibid., pp. 836-839 ; A. Cohen, « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España », p. 2 (...)

54Il est vrai que les bassins asturiens n’ont pas été épargnés par la réduction des salaires des années 1920, qui, comme à Río Tinto, allait de pair avec une poussée de la mécanisation. Les Asturies aurait même été la région houillère espagnole où la progression relative des salaires aurait été globalement la moins importante entre 1914 et 1930 : 36 %, contre 75 % à Cordoue, mais le revenu moyen du picador de Peñarroya en 1915 était de 20 à 30 % inférieur à celui de ses collègues asturiens entre 1902 et 191072. Peut-on voir là une tendance à l’uniformisation dans les années 192073 ?

55Pour répondre à cette question il convient doit de prendre en compte une approche longitudinale de l’analyse des revenus miniers. Les chances d’atteindre la pleine condition de mineur « formé » à Peñarroya se sont réduites d’une génération de mineur à l’autre au cours de la période de référence. La proportion des mineurs de fond qui n’ont jamais bénéficié de promotion à un emploi « qualifié » dépasse les 3/5 de l’effectif des cohortes C1 et elle approche les 70 % dans les cohortes C2. Il faut aussi tenir compte des difficultés pour rester mineur qualifié lorsque l’âge moyen des ouvriers se situe au milieu de la trentaine : une « déqualification » est décelable dans près de deux cas sur cinq, le retour à la catégorie antérieure s’avérant par la suite minoritaire, spécialement en C2. En surface, la prépondérance des carrières sans qualification est encore plus écrasante.

  • 74 Un ouvrier sur cinq.

56La réduction des salaires en 1922 intervient après le rallongement d’une heure de la journée de travail, qui annulait de fait, dès 1920, la réduction légale à 7 heures qui avait été adoptée en 1919. Retour en force contesté des contrats à la tâche, réorganisation des travaux dans plusieurs secteurs d’exploitation et effort de mécanisation soutenu complètent un tableau qui fait des années 1920 une décennie qui a marqué singulièrement le sort du mineur du charbon. L’effondrement des chances de promotion apparaît encore plus sévère pour les cohortes minières C374, atteintes par les épreuves politiques à venir aux moments les plus décisifs de leurs carrières.

Bibliographie

Sources imprimées

(-), « La hernia y la ley de accidentes de trabajo », Revista Minera, Metalúrgica y de Ingeniería, 62, avril 1911, p. 155.

(-), « La huelga de Peñarroya », Revista Minera, Metalúrgica y de Ingeniería, 73, mars 1922, p. 134.

Association générale des ingénieurs français en Espagne, Statuts et liste des adhérents, Madrid, 1931.

Carbonell y Trillo-Figueroa, Antonio, « Sobre una escuela de capataces en Peñarroya », Revista Minera, Metalúrgica y de Ingeniería, 69, février 1918, pp. 88-89.

Codina Castellví, José, La anquilostomiasis (anemia de los mineros) en España. Comunicaciones á la Real Academia de Medicina, Madrid, 1905.

— La anquilostomiasis o anemia de los mineros como enfermedad social, especialmente en España, Madrid, Eduardo Arias, 1912.

Dirección General de Agricultura, Minas y Montes, Informe relativo al estado económico y situación de los obreros de las Minas y Fábricas metalúrgicas de España y organismos de protección instituidos en beneficio de los mismos, Madrid, 1911.

González, Marciano et Juan, La anquilostomiasis o anemia de los mineros, Madrid, Est. Tip. Idamor Moreno, 1905.

Bibliographie

Barragán, Antonio, « Conflictividad social en la provincia de Córdoba : la huelga minera de la cuenca de Peñarroya en 1920 », dans Actas III Coloquio Historia de Andalucía (Córdoba, marzo de 1983), Cordoue, Publicaciones del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1985, t. I, pp. 389-399.

Boutier, Jean, « La mémoire vive des historiens. Entretien avec Pierre Vilar », dans Jean Boutier et Dominique Julia, Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Éd. Autrement, coll. « Mutations » (150-151), 1995, pp. 264-293.

Carreras, Albert, Pascual, Pere, Reher, David, Sudriá, Carles, (éd.) et Gutiérrez, Miquel, (coord.), Doctor Jordi Nadal. La industrialització i el desenvolupament econòmic d’Espanya, Barcelone, Publicacions Universitat de Barcelona, 1999 (2 vol.).

Castillo, Juan José et Santiago, (coord.), dossier « Estado, política y salud de los trabajadores. España, 1883-2007 », Sociología del Trabajo, 60, 2007.

Chastagnaret, Gérard, « Contribution à l’étude de la production et des producteurs de houille des Asturies de 1861 à 1914 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 9, 1973, pp. 581-631.

— « Spéculation et exploitation minière en Espagne au milieu du xixe siècle : la fusión carbonífera y metalífera de Bélmez y Espiel », Mélanges de la Casa de Velázquez, 10, 1974, pp. 357-385, et 11, 1975, pp. 281-307.

— « Un ejemplo de revista científica : la Revista Minera desde 1850 a 1914 », dans Manuel Tuñón de Lara, Antonio Elorza et Manuel Pérez Ledesma (éd.), Prensa y sociedad en España (1820-1936), Madrid, Edicusa, 1975, pp. 223-239.

— « Une réussite dans l’exploitation des minerais non ferreux espagnols au xixe siècle : la Compagnie royale asturienne des Mines », dans Jean-Pierre Amalric, Bartolomé Bennassar, Albert Broder, Gérard Chastagnaret, Jean-Pierre Dedieu, Lucienne Domergue, Joseph Pérez et Émile Témime, Aux origines du retard économique de l’Espagne (xvie-xixe siècles), Toulouse, Éd. du CNRS, 1983, pp. 81-113.

— Le secteur minier dans l’économie espagnole au xixe siècle, thèse pour l’obtention du de doctorat d’État soutenue en 1985 à l’université de Provence (5 vol.), publiée sous le titre L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du xixe siècle, Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (16), 2000, 1170 p.

Cohen, Arón, El Marquesado del Zenete, tierra de minas. Transición al capitalismo y dinámica demográfica (1870-1925), Grenade, Diputación Provincial de Granada, 1987.

— « Análisis demográfico e historia social : trabajo, salud pública y práctica médico-patronal », Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne, 17-18, 1993, pp. 194-205.

— « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España de la mano de los alumnos de l’École des Mines de París en la segunda mitad del siglo xix », Ería. Revista Cuatrimestral de Geografía, 44, 1997, pp. 281-310.

— « Los registros hospitalarios de una gran compañía minero-metalúrgica (Peñarroya, 1902-1950). Una fuente y algunas aplicaciones metodológicas para la historia del trabajo », Geocrítica/Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, 40, 1999 [disponible sur Internet : http://www.ub.es/geocrit/sn-40.htm].

— Dans les entrailles de la terre et d’une recherche. Penser historiquement : l’Espagne, l’Andalousie, dossier d’habilitation à diriger des recherches présenté en 1999 à l’université Paris X - Nanterre (4 vol.).

— Minas y mineros de Granada (siglos xix-xx), Grenade, Diputación Provincial de Granada, coll. « Los Libros de la Estrella » (13), 2002.

— « Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales. Un observatoire médico-patronal en Andalousie minière », dans Roland Caty (dir.), Enfants au travail. Attitudes des élites en Europe occidentale et méditerranéenne aux xixe et xxe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2002, pp. 253-265.

— « Gestion patronale des risques professionnels et médecine d’entreprise », dans Catherine Omnès et Anne-Sophie Bruno (éd.), Les mains inutiles. Inaptitude au travail et emploi en Europe, Paris, Belin, 2004, pp. 329-347.

— « Minería, población y territorio : Alquife y su entorno (Granada) en el siglo xx », dans Miguel Á. Pérez de Perceval, Miguel Á. López-Morell et Alejandro Sánchez Rodríguez (éd.), Minería y desarrollo económico en España, Madrid, Síntesis, 2006, pp. 203-215.

Cohen, Arón, Ferrer, Amparo, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros : realidad y derecho », dans Rafael Huertas et Ricardo Campos (éd.), Medicina social y clase obrera en España (siglos xix y xx), Madrid, FIM, 1992, t. I, pp. 215-244.

Cohen, Arón, Fleta, Agustín, « Trabajadores rechazados : “riesgo profesional” y gestión patronal del trabajo », Ería. Revista Cuatrimestral de Geografía, 37, 1995, pp. 129-142.

Cohen, Arón, Fleta, Agustín, Ramírez, Francisco, Reyes, Eduardo de los, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de Peñarroya (primer tercio del siglo xx) », dans Vicente Sanz et José Antonio Piqueras (éd.), En el nombre del oficio. El trabajador especializado : corporativismo, adaptación y protesta, Madrid, Biblioteca Nueva, 2005, pp. 125-149.

— « La siniestralidad laboral en la minería y la industria de Peñarroya durante la primera mitad del siglo xx », Ería. Revista Cuatrimestral de Geografía, 69, 2006, pp. 75-95.

Cohen, Arón, Fleta, Agustín, « Un exemple de restriction des contours du “risque” au travail dans la pratique d’entreprise : la gestion patronale des hernies (Peñarroya, 1900-1950) », dans Anne-Sophie Bruno, Eric Geerkens, Nicolas Hatzfeld et Catherine Omnès (éd.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2011, pp. 123-144.

Cohen, Arón, Reyes, Eduardo de los, (éd.), dossier « Sociodemografía de la mina. Poblaciones mineras, siglos xix y xx », Revista de Demografía Histórica, 23 (1), 2005.

Coll, Sebastián, Sudrià, Carles, El carbón en España (1770-1961). Una historia económica, Madrid, Turner, 1987.

Debout, Frédérique, Faure, Sonya, Flipo, Fabrice, Gernet, Isabelle, Le Lay, Stéphane, Lusson, Julien, Vincent, Julien, (éd.), dossier « La santé à l’épreuve du travail », Mouvements des idées et des luttes, 58, avril-juin 2009.

Devinck, Jean-Claude, Rosental, Paul-André, « Une maladie sociale avec des aspects médicaux. La difficile reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle en France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56 (1), 2009, pp. 99-126.

Dobado, Rafael, « Salarios y condiciones de trabajo en las minas de Almadén, 1758-1839 », dans Pedro Tedde (éd.), La economía española al final del Antiguo Régimen. II. Manufacturas, Madrid, Alianza Universidad Textos, 1982, pp. 337-438.

Escudero, Antonio, Pérez Castroviejo, Pedro M., « The living standard of miners in Biscay (1876-1936) : wages, the human development index and height », Revista de Historia Económica, 3, hiver 2010, pp. 503-534.

Ferrer, Amparo, Fleta, Agustín, Ramírez, Francisco, Urdiales, María Eugenia, « Desarrollo minero e industrial, migraciones y poblamiento en el entorno de Peñarroya (Córdoba) durante el primer tercio del siglo xx : una perspectiva microanalítica », Revista de Demografía Histórica, 23 (1), 2005, pp. 107-137.

Fleta, Agustín, « Lesiones ocurridas en el trabajo. Una aproximación a la siniestralidad en la cuenca minera de Peñarroya (Córdoba) durante la primera mitad del siglo xx », Boletín Geológico y Minero, 119 (3), juillet-septembre 2008, pp. 419-432.

Gendre, J.-L., Études sur la législation espagnole des accidents du travail, thèse de doctorat soutenue en 1926 à l’université de Montpellier (inédite).

Harvey, Charles E., The Rio Tinto Company. An economic history of a leading international mining concern, 1873-1954, Penzance (Cornwall), Alison Hodge, 1981.

Martín Valverde, Antonio, Palomeque, Manuel C., Pérez Espinosa, Fernando, Valdés, Fernando, Casas, María Emilia, García Murcia, Joaquín, La legislación social en la historia de España. De la revolución liberal a 1936, Madrid, Congreso de los Diputados, 1987.

Mattei, Bruno, « La normalisation des accidents du travail : l’invention du risque professionnel », Les Temps Modernes, 354, 1976, pp. 988-1006.

Michel, Joël, La mine dévoreuse d’hommes, Paris, Gallimard, 1993.

Nadal, Jordi, « Industrialización y desindustrialización del SE español, 1817- 1913 », Moneda y Crédito, 120, 1972, pp. 3-80.

— « Peñarroya, una multinacional de nombre español », Alta Dirección, 77, 1978, pp. 45-55.

— « Prólogo », dans Miguel Ángel Pérez de Perceval, Miguel Ángel López-Morell et Alejandro Sánchez Rodríguez (éd.), Minería y desarrollo económico en España, Madrid, Síntesis, 2006, pp. 13-15.

Parejo, Antonio, Sánchez Picón, Andrés, (éd.), Economía andaluza e historia industrial. Estudios en homenaje a Jordi Nadal, Motril, Asukaría Mediterránea, coll. « Flores de Lemus » (1), 1999.

Pérez de Perceval, Miguel Ángel, López-Morell, Miguel Ángel, Sánchez Rodríguez, Alejandro (éd.), Minería y desarrollo económico en España, Madrid, Síntesis, 2006.

— dossier « Minería histórica », Boletín Geológico y Minero, 119 (3), juillet-septembre 2008.

Perpiñá Grau, Ramón, Memorandum sobre la política del carbón, Valence, Tipografía Moderna, 1935.

Pons, Jerónia, « El seguro de accidentes de trabajo en España : de la obligación al negocio (1900-1940) », Investigaciones de Historia Económica, 4, 2006, pp. 77-100.

Rodríguez Ocaña, Esteban, Menéndez, Alfredo, « Higiene contra la anemia de los mineros. La lucha contra la anquilostomiasis en España (1897-1936) », Asclepio. Revista de Historia de la Medicina y de la Ciencia, 58 (1), 2006, pp. 219-248.

Rosental, Paul-André, « Avant l’amiante, la silicose. Mourir de maladie professionnelle dans la France du xxe siècle », Population & sociétés, 437, septembre 2007, pp. 1-4.

Rosental, Paul-André, Omnès, Catherine, (éd.), dossier « Les maladies professionnelles : genèse d’une question sociale (xixe-xxe s.) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56 (1), janvier-mars 2009.

Samaniego, Mercedes, Los seguros sociales en la España del siglo xx. La unificación de los seguros sociales a debate. La Segunda República, Madrid, Publicaciones del Ministerio de Trabajo, 1988.

Santé et travail. Déni, visibilité, mesure, numéro spécial de la revue Actes de la recherche en sciences sociales, 163, Paris, Seuil, 2006.

Shubert, Adrian, Hacia la revolución. Orígenes sociales del movimiento obrero en Asturias (1860-1934), Barcelone, Editorial Crítica, 1984.

Viet, Vincent, (éd.), dossier « Santé et travail. Connaissances et reconnaissances », Revue française des affaires sociales, 62 (2-3), 2008.

Vilar, Pierre, Iniciación al vocabulario del análisis histórico, Barcelone, Editorial Crítica, 1980.

— « Prólogo », dans Arón Cohen, El Marquesado del Zenete, tierra de minas. Transición al capitalismo y dinámica demográfica (1870-1925), Grenade, Diputación Provincial de Granada, 1987, pp. 11-12.

Notes

1 J. Nadal, « Industrialización y desindustrialización del SE español ». L’historiographie minière et industrielle andalouse a très largement reconnu sa dette envers le grand historien catalan. Voir la première partie du volume d’hommage que lui ont offert les historiens andalous, A. Parejo et A. Sánchez Picón (éd.), Economía andaluza e historia industrial, pp. 139-307. En dehors de l’Andalousie, A. Carreras et alii (éd.), Doctor Jordi Nadal. La industrialització i el desenvolupament econòmic d’Espanya, t. II, pp. 811-921.

2 Notamment : G. Chastagnaret, « Contribution à l’étude de la production et des producteurs de houille des Asturies de 1861 à 1914 » ; Id., « Spéculation et exploitation minière en Espagne au milieu du xixe siècle » ; Id., « Un ejemplo de revista científic ». Plus tard : Id., « Une réussite dans l’exploitation des minerais non ferreux espagnols au xixe siècle ».

3 A. Cohen, El Marquesado del Zenete, tierra de minas. Le texte fut quelque peu allégé pour sa publication en 1987.

4 Comme on le sait, la publication devrait encore attendre quinze ans : G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière.

5 Dossier intitulé Dans les entrailles de la terre et d’une recherche. Penser historiquement : l’Espagne, l’Andalousie, parrainé par Jacques Maurice et soutenu le 25 octobre 1999.

6 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. xiii (souligné par moi).

7 Ibid., pp. 4 et 815.

8 G. Chastagnaret, Le secteur minier dans l’économie espagnole, t. I, p. vi. L’approche de « La mine et les structures sociales », chap. xx (« Les milieux dirigeants ») et xxi (« Le monde ouvrier »), occupe les pages 1125-1232 du manuscrit, pp. 797-874 de L’Espagne, puissance minière, qui, hormis quelques remaniements de détail, reprend l’ensemble du texte original.

9 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. xv.

10 Ibid., p. xiv, citant P. Vilar dans un entretien avec J. Boutier, « La mémoire vive des historiens ».

11 Voir J. Nadal, « Prólogo ». Pour un panorama des travaux récents, voir aussi les deux dossiers de la Revista de Demografía Histórica (A. Cohen et E. de los Reyes [éd.], « Sociodemografía de la mina »), et du Boletín Geológico y Minero (M. Á. Pérez de Perceval et alii, « Minería histórica »).

12 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. 862.

13 P. Vilar, « Prólogo », p. 12.

14 À la suite de ma thèse, je me suis occupé à plusieurs reprises de l’évolution postérieure des mines d’Alquife : voir surtout A. Cohen, Minas y mineros de Granada, spécialement pp. 93-110. Le grand bond de la production d’Alquife s’est étalé à partir des années 1960 jusqu’aux années 1980, tirant partie de la progression de l’exploitation à ciel ouvert dont les travaux avaient été entamés dans les années 1930 par la Compañía Andaluza de Minas, bientôt sous la maîtrise de Peñarroya.

15 Un auto-questionnement d’ensemble sur cette recherche : A. Cohen, Dans les entrailles de la terre et d’une recherche, en particulier « Structures agraires, capitalisme minier et dynamique démographique », pp. 15-40.

16 Dorénavant SMMP ou Peñarroya.

17 La recherche a été financée para la Dirección General de Investigación Científica y Técnica du ministère de l’Éducation d’Espagne (Projet PS89-0154). Équipe formée par : Arón Cohen, Amparo Ferrer, Amparo Fernández, Agustín Fleta, Arturo González, Francisco Ramírez, Eduardo de los Reyes, María Eugenia Urdiales et Antonio López Ontiveros qui nous a prêté son concours à l’université de Cordoue. Milagros Menéndez a renforcé l’équipe dans la dernière phase du dépouillement des documents.

18 A. Cohen, « Minería, población y territorio », pp. 203 et 214.

19 Nous remercions vivement les responsables à Peñarroya de la compagnie Encasur, dépositaire du fonds consulté de la SMMP, pour leur compréhension et les facilités qu’ils nous ont accordées pour la réalisation de la recherche.

20 J. Nadal, « Peñarroya, una multinacional de nombre español ».

21 Notre recherche relève d’une analyse historique des rapports travail-santé dans une structure fonctionnelle et dans des coordonnées spatio-temporelles précises. Tout « jugement » sur des personnes lui est étranger.

22 En attendant peut-être une monographie ou un vaste recueil global de la recherche.

23 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, p. 9. La mention « Penarroya, juillet-août 1925 » figure en bas de l’avant-propos de l’ouvrage de cet ancien polytechnicien, ingénieur civil des mines, dont le séjour dans le bassin cordouan paraît en lien direct avec la réalisation de sa thèse. Son nom ne figure pas dans la liste des adhérents à l’Association générale des ingénieurs français en Espagne qui fut publiée avec les statuts de celle-ci en 1931. Sur ses 117 « membres actifs », 27 étaient des employés de la SMMP, dont 16 dans son siège de Peñarroya-Pueblonuevo.

24 A. Cohen, « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España », surtout pp. 287-293.

25 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, pp. 825-845.

26 B. Mattei, « La normalisation des accidents du travail ».

27 Voir les dossiers sur les rapports travail-santé récemment réalisés par plusieurs revues françaises : Santé et travail. Déni, visibilité, mesure ; V. Viet (éd.), « Santé et travail. Connaissances et reconnaissances » ; P.-A. Rosental et C. Omnès (éd.), « Les maladies professionnelles : genèse d’une question social » ; F. Debout et alii (éd.), « La santé à l’épreuve du travail ». En Espagne, sous un angle institutionnel et politique, J. J. et S. Castillo (coord.), « Estado, política y salud de los trabajadores. España, 1883-2007 ».

28 P. Vilar, Iniciación al vocabulario del análisis histórico, p. 12.

29 Pour un aperçu sur les sources et la méthodologie appliquée voir : A. Cohen, « Los registros hospitalarios de una gran compañía minero-metalúrgica », et A. Cohen et alii, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de Peñarroya », pp. 125-129.

30 A. Cohen, « Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales ».

31 À moins d’une trentaine de kilomètres de Peñarroya, dans la commune de Villanueva del Duque, la société française a installé un autre poste hospitalier pour les ouvriers travaillant dans les mines métalliques d’El Soldado.

32 Tous les chiffres tirés de l’Estadística Minera y Metalúrgica de España.

33 A. Ferrer et alii, « Desarrollo minero e industrial, migraciones y poblamiento », pp. 117-122.

34 R. Dobado, « Salarios y condiciones de trabajo en las minas de Almadén », pp. 396-408.

35 G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, p. 863.

36 A. Cohen et alii, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de Peñarroya », pp. 129-131.

37 Cette diminution va de pair avec l’accroissement absolu et relatif des profils rattachés aux activités industrielles autres que la métallurgie ainsi qu’aux transports (cheminots).

38 A. Carbonell Trillo-Figueroa, « Sobre una escuela de capataces en Peñarroya », pp. 88-89.

39 Des précisions dans : A. Cohen et alii, « Itinerarios laborales en el complejo minero-industrial de Peñarroya », pp. 136-141. Dès avant 1910, l’électrification de l’extraction était en vigueur dans le secteur des houilles (groupe « Antolín »), de même que dans ses ateliers de triage et de lavage des charbons. Elle a ensuite gagné du terrain dans le secteur des anthracites (groupe « La Parrilla »). En 1912, des haveuses à air comprimé y étaient employées pour l’abattage. Les travaux ont ensuite visé à l’introduction du remplissage hydraulique afin de contrecarrer le danger des mouvements de terres et des éboulements. Vers le milieu des années 1920, les changements techniques ont concerné aussi bien les transports intérieurs (avec comme conséquence une considérable économie de main-d’œuvre) que l’abattage (généralisation de la détonation électrique dans les travaux d’approfondissement et — vraisemblablement — des marteaux piqueurs). Voir aussi S. Coll et C. Sudriá, El carbón en España (1770-1961), pp. 107-137.

40 En dehors de la tentative du Front Populaire espagnol en juillet 1936, évidemment avortée, il faudra attendre les années 1940 pour un début de reconnaissance, à l’exception des dispositions visant la prophylaxie de l’ankylostomiase dont il sera question un peu plus loin.

41 A. Cohen et A. Ferrer, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros ».

42 C’est en 1932 que la souscription d’une assurance contre le risque d’accident des ouvriers, jusque là optionnelle, devint obligatoire pour les employeurs. Voir M. Samaniego, Los seguros sociales en la España del siglo xx, pp. 310-315 et J. Pons, « El seguro de accidentes de trabajo en España ».

43 Il a été nécessaire de recourir à d’autres informations inégalement précises pour pallier les lacunes de la série élaborée à partir de la documentation médicale de Peñarroya (Estadística Minera, Revista Minera). Les résultats obtenus donnent un éventail plausible d’ordres de grandeur : voir l’explication des calculs et la présentation détaillée des résultats (chronologie, âge et expérience des victimes au travail, emploi et type de lésion) dans A. Cohen et alii, « La siniestralidad laboral en la minería y la industria de Peñarroya ».

44 Estadística Minera y Metalúrgica de España, 1939, p. 291.

45 Ibid., 1940, p. 208.

46 A. Fleta, « Lesiones ocurridas en el trabajo ». On doit rappeler le caractère notablement incomplet de la série que nous sommes parvenus à rassembler.

47 Ces résultats confirment ceux obtenus dans un premier échantillon d’environ 10 % des dossiers intégrés par la suite en C1 : A. Cohen, « Gestion patronale des risques professionnels », pp. 336-338.

48 Ce type d’indemnité tenait lieu de secours de subsistance aux ouvriers qui pouvaient celui-ci la toucher dès le premier jour de cessation du travail et durant un an au maximum (l’incapacité devenant alors permanente). À ce titre-là, les prescriptions de la loi espagnole différaient de celles qui étaient en vigueur en France, où seuls les accidents entraînant une interruption de travail de plus de 4 jours donnaient droit à une indemnité pécuniaire. Le montant de celle-ci fut fixé en Espagne à 50 % du salaire journalier en 1900, puis portée à 75 % en 1922.

49 Propos soutenus par J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. 5 et 52.

50 Soit près de 1300 petites notes très inégalement distribuées dans le temps, puisque trois ans concentrent les deux tiers de la série (1934, 1930 et 1936).

51 Traduction de l’auteur.

52 A. Cohen, « Análisis demográfico e historia social », pp. 196-204 ; Id., « Los registros hospitalarios de una gran compañía minero-metalúrgica ».

53 A. Cohen et A. Fleta, « Trabajadores rechazados », p. 132. Cette mention devient particulièrement rare à partir des années 1920, et quasiment inexistante après 1930.

54 A. Cohen, « Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales ».

55 A. Cohen, « Gestion patronale des risques professionnels », pp. 339-340.

56 P.-A. Rosental, « Avant l’amiante, la silicose » ; J.-C. Devinck et P.-A. Rosental, « Une maladie sociale avec des aspects médicaux » ; A. Cohen et A. Ferrer, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros », pp. 236-239.

57 « Medidas profilácticas contra la anquilostomiasis o anemia de los mineros ».

58 J. Codina Castellví, La anquilostomiasis (anemia de los mineros) en España. Autre travail pionnier en Espagne : M. et J. González, La anquilostomiasis o anemia de los mineros. Une révision historiographique dans E. Rodríguez Ocaña et A. Menéndez, « Higiene contra la anemia de los mineros ».

59 Entre autres : analyses des fèces préalablement à l’embauche de tout ouvrier ; installation et vidange quotidienne de w.-c. portables dans chaque étage et chaque galerie des mines, de lavabos là où les repas à l’intérieur des mines seraient inévitables, et d’un département de bains ou de douches ; drainage des eaux souterraines pour éviter les filtrations d’un étage ou d’une galerie à d’autres.

60 « La asamblea de Cámaras Mineras al Excmo. Sr. Presidente del Consejo de Ministros », pétition datée du 23 mai 1926.

61 Décret du 4 décembre 1926.

62 A. Cohen et A. Fleta, « Un exemple de restriction des contours du “risque” au travail ».

63 Pétition datée du 27 octobre 1910, adressée au gouvernement espagnol par les représentants de 250 compagnies industrielles avec la caution des médecins en chef de Peñarroya et de l’Asturienne. Voir (-), « La hernia y la ley de accidentes de trabajo ».

64 Cette pratique est signalée dans les mines asturiennes dans Dirección General de Agricultura, Minas y Montes, Informe relativo al estado económico, p. 35.

65 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. 17-18.

66 Ibid., p. 5.

67 A. Cohen et A. Ferrer, « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros », pp. 229-230.

68 J.-L. Gendre, Études sur la législation espagnole des accidents du travail, pp. 52-53.

69 A. Escudero et P. M. Pérez Castroviejo, « El nivel de vida de los mineros de Vizcaya (1876- 1936) » ; Ch. E. Harvey, The Rio Tinto Company, pp. 128 et 178-179.

70 A. Barragán, « Conflictividad social en la provincia de Córdoba », p. 398.

71 (-), « La huelga de Peñarroya », p. 134. La réduction moyenne initialement annoncée était de 25 %.

72 A. Shubert, Hacia la revolución, p. 23 (reprenant les chiffres donnés par R. Perpiñá Grau, Memorandum sobre la política del carbón) ; G. Chastagnaret, L’Espagne, puissance minière, pp. 837-838.

73 Ibid., pp. 836-839 ; A. Cohen, « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España », p. 290.

74 Un ouvrier sur cinq.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. — Intervalles moyens et médians entre interruptions du travail (en mois)
Légende N : nombre d’ouvriers.Sourcea Périodes quadriennales pour lesquelles la documentation sur les accidents est quasiment complète (il manque 10 mois répartis entre 1914 et 1915).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 6. — Fréquence des « hernies » et des « prédispositions » et ancienneté des ouvriers au moment de la 1re mention
Légende P : « prédisposition » ; H : « hernie » ; T : total.Source
Crédits Hôpital de la SMMP, reconstruction des dossiers médicaux des ouvriers (repris d’A. Cohen et A. Fleta, « Un exemple de restriction »).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search