Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge

 | 
Vincent Lagardère

Introduction

Texte intégral

  • 1 Abū l-‘ Abbās Aḥmad al-Wanšarīsī, Al- Mi‘yār al-mugrib wa-l-ǧāmi‘ al-mu‘rib ‘an fatāwā ahl Ifrīqiy (...)

1Faute de documents, l’histoire sociale et économique de l’Islam médiéval est obscure. Il arrive néanmoins que cette pénombre soit percée de raies de lumière. C'est le cas pour l'Occident musulman grâce à une pléiade d'éminents juristes dont les nombreuses consultations fourmillent de précieuses "realia" introuvables ailleurs. Ainsi en est-il du Kitāb al-Mi‘yār al-muġrib wa-l-ǧāmi‘ al-mu‘rib ‘an fatāwā ahl Ifrīqiya wa-l-Andalus wa-I-Maġrib faisant l'objet de cette première analyse thématique. Cet énorme corpus de consultations juridiques rendues par les juristes de l'Occident musulman médiéval compilé par al-Wansarisi (834 H/1430-1431-914 H/1508), contribue à faire connaître mieux le monde musulman. De cet ensemble de 12 volumes de l'édition lithographiée à Fès (fin XIXe siècle), dont une réédition récente a été effectuée1, j'ai retenu 2144 fatwā-s offrant quelque intérêt historique. Elles ont été analysées aussi succinctement que possible et classées sous le nom des muftī-s qui les ont rendues. Elles sont donc presque toutes datables à un demi siècle près. Pour ce qui est du lieu, une certaine circonspection est de rigueur, sauf indication explicite, car les jurisconsultes se sont souvent déplacés au cours de leur existence et les plus célèbres sont interrogés de près ou de loin.

2Normalement chaque fatwā comporte deux parties distinctes et nettement séparées : une question débutant par l'expression "a été interrogé" (su’ila) et une réponse commençant par "a répondu" (aǧāba). Les plus intéressantes sur le plan historique, sont les fatwā-s désignant le nom du mufti soit intégralement ou du moins avec une précision suffisante pour éliminer toute ambiguïté, soit succinctement, d'une kunya ou d'une ethnique attribuable à un juriste connu, surtout s'il s'agit d'un personnage que le rapporteur de la fatwā a l'habitude de désigner de la sorte. Bien sûr, il est nécessaire de connaître les biographies des muftī-s, notamment leur patrie, leurs voyages, la date de leur naissance et surtout de leur mort. Pour la chronologie, l'obituaire des muftī-s fournit une précision suffisante ; d'autant plus qu'étant surtout consultés à l'âge mûr, on peut presque toujours négliger leur degré de longévité.

3Les fatwā-s explicitement datées et localisées, même anonymes, sont des documents remarquablement utilisables. Or, il n'est pas rare qu'on nous dise où et quand la question a été posée et la réponse donnée.

4Assez souvent on rencontre même la reproduction intégrale ou fragmentaire de contrats et de jugements très circonstanciés. J'en ai fait la démonstration dans une étude sur la campagne d'Alphonse I le Batailleur en al-Andalus et ses conséquences sur la vie des communautés mozarabes. Mais en dehors de ce dernier cas, où l'on tient un document à l'état brut, l'historicité des fatwā-s même parfaitement datées et localisées, est loin d'être fréquente et l'analyse de leur structure établit qu'elle ne saurait être acquise a priori.

  • 2 Pour toutes les références aux travaux de H.R. Idris et autres chercheurs utilisant le Mi‘yār d'al (...)

5Dans la société musulmane médiévale, éminemment sacrale, le juridisme loin d'être l'apanage des gens du fiqh vit jusque dans les classes inférieures ; à tous les degrés de l'échelle sociale, l'homo islamicus, mû par une piété scrupuleuse et la contrainte sociale est avide d'apprendre à distinguer le licite (ḥalāl) de l'illicite (ḥarām), le permis de l'interdit, le pur de l'impur, la tradition à observer (sunna) de l'innovation blâmable (bid‘a), le bien à ordonner du mal à défendre. D'où le grand intérêt de pouvoir découvrir la réalité sociale de ces communautés musulmanes, telle que plusieurs études du regretté H.R. Idris, sur le mariage, le commerce maritime, la vie économique en Occident musulman médiéval ont permis de le constater2.

6Des structures agraires, des modes de culture de ces communautés paysannes, ces fatwā-s nous informent avec la précision de document d'archives.

7Chacune de ces fatwā-s a été présentée de façon à se suffire à elle-même et on n'a pas craint de multiplier les termes techniques donnés en transcription, mais pour mettre ce travail à la disposition des chercheurs, le plus rapidement possible et ne pas le gonfler démesurement, on a dû renoncer à le truffer de notes. Cette première analyse se veut le premier élément d'une recherche plus ambitieuse portant sur tous les recueils de consultations juridiques intéressant la période almoravide du XIe-XIIe siècles. Il lui manque donc deux autres chaînons : l'analyse thématique du Kitāb al-Masā’il d'Abū l-Wālid b. RuSd (m. 520 H/1126) et celle du Kitāb Aḥkām al-kubrā d'Ibn Sahl (m. 486 H/1093).

8Bouleverser de fond en comble l'ordre des matières adoptées par al-Wanšarīsī aurait présenté plus d'inconvénients que d'avantages d'où le contenu des huit chapitres :

  1. Vie religieuse (regroupant l'analyse des tomes I et II du Mi‘yār ;
  2. Vie conjugale (les tomes III et IV) ;
  3. Vie économique (tomes V et VI) ;
  4. Les biens de mainmorte (tome VII) ;
  5. Vie économique (tome VIII) ;
  6. Vie juridique (tome IX) ;
  7. Procédures (tome X) ;
  8. Questions diverses) tomes XI et XII).

9Pareille étude analytique nécessite un index aussi complet que possible et divisé en quatre parties : index des noms de personnes ; index des noms de lieux ; index des termes techniques et index des titres d'ouvrages.

Notes

1 Abū l-‘ Abbās Aḥmad al-Wanšarīsī, Al- Mi‘yār al-mugrib wa-l-ǧāmi‘ al-mu‘rib ‘an fatāwā ahl Ifrīqiya wa-l-Andalus wa-l-Magrib, Ministère de la Culture et des Affaires Religieuses, Rabat, 1981-1983, 13 volumes.

2 Pour toutes les références aux travaux de H.R. Idris et autres chercheurs utilisant le Mi‘yār d'al-Wanšarīsī, voir l' "Appendice bibliographique".

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540