Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge

 | 
Vincent Lagardère

Avant propos

Pierre Guichard et Manuela Marín

Texte intégral

  • 1 M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazira et de Syrie, Paris, 1953.
  • 2 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076), Damas, IFEAD, 1986 (...)
  • 3 Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l'époque des Croisades et la principauté franque d'Antioche, Paris, (...)
  • 4 N. Elisséeff, Nūr al-Dīn, un grand prince musulman de Syrie aux temps des Croisades, 511-569/1118- (...)
  • 5 Ainsi les travaux de S. Zakkar et de ses disciples cités dans Th. Bianquis, Damas. II, p. 707.
  • 6 M. Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas de 468/1076 à 549/1154, Damas, (...)
  • 7 Par exemple, plus récemment que la Cambridge History of Islam dont on ne peut empêcher le vieillis (...)

1D'une façon générale, on peut dire que les cadres généraux de l'histoire politique et institutionnelle des pays musulmans au Moyen Âge ont été établis avec une assez grande précision pour de nombreuses périodes et de nombreux pays. L'effort qui a permis d'y parvenir ne peut sans doute pas être considéré comme achevé, mais un nombre important de monographies existent déjà, et d'autres sont en voie d'achèvement. Pour s'en tenir à une région centrale du Dār al-Islām, l'histoire de la Syrie, par exemple, est ainsi jalonnée par les travaux de M. Canard sur les Hamdanides de Syrie du Nord1, de Th. Bianquis sur Damas sous la domination fatimide2, de Cl. Cahen sur la Syrie du Nord à l'époque des croisades3, de N. Elisséeff sur Nūr al-Dīn4. Il existe par ailleurs des ouvrages en anglais et en arabe5 et l'on attend la publication d'autres travaux en cours de rédaction ou d'édition6. Les manuels rédigés à partir de ces études constituent des synthèses que l'on peut, semble-t-il, considérer comme satisfaisantes7.

  • 8 M. Talbi, L'émirat aghlabide, 184-296/800-909, Paris, 1966.
  • 9 F. Dachraoui, Le califatfatimide au Maghreb, 296-362/909-973. Histoire politique et institutions, (...)
  • 10 H.R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIesiècles, Paris, 1962, 2 vols., auxquels (...)
  • 11 J. Bosch Vilá, Los almorávides, Tétouan, 1956 (réédité à Grenade, 1990 avec un important ajout bib (...)
  • 12 V. Lagardère, Les Almoravides, et Le Vendredi de Zallāqa, Paris, 1989.
  • 13 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, Paris, 1940-1947, 2 vols.
  • 14 M. Kably, Société, pouvoir et religion au Maroc à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986. Voir ausi A. K (...)
  • 15 J.F.P. Hopkins, Medieval Muslim Government in Barbary, Londres, 1958 ; A. Dhina, Les États de l'Oc (...)
  • 16 A. Dhina, Le royaume abdelouadide à l'époque d'Abou Moussa Ieret d'Abou Tachfin Ier, Alger 1985.
  • 17 A. Hadjiat, Le Magrib central sous le règne du sultan ‘abd al-wādide Abū Hammū Mūsā II (760-91/135 (...)
  • 18 Thèse de M. Cherif, sous la direction d'A. Ducellier, Toulouse, 1987, et l'ouvrage de H. Ferhat, S (...)
  • 19 A, Khelifa, Contribution à l'étude des villes et régions du Maghreb central : Hunayn et son terroi (...)

2Si l'on tente d'évaluer dans cette perspective l'histoire de l'Occident musulman, on peut considérer qu'il n'en va pas très différemment. On possède maintenant un ensemble de travaux approfondis qui, sans couvrir absolument toutes les plages chronologiques, ne laissent vraiment dans l'ombre aucune époque. Il suffira de rappeler pour le Maghreb des VIIIe-Xe siècles les thèses de M. Talbi8 et de F. Dachraoui9, et pour l'Ifrīqiya à l'époque suivante celle de H.R. Idris10. Sur les empires almoravide et almohade, les travaux de J. Bosch Vilá et d'A. Huici Miranda font encore autorité11, mais, pour le premier de ces régimes, on peut les compléter par les deux ouvrages récents de Vincent Lagardère12. L'époque post-almohade est, pour sa part, bien couverte, pour les Hafsides et tes Mérinides, par les thèses de R. Brunschvig13 et de M. Kably14, auxquels il faut ajouter, pour les aspects institutionnels, les ouvrages de J.F.P. Hopkins et A. Dhina15. L'histoire de l'émirat abdelwadide de Tlemcen est un peu moins favorisée. Il existe cependant un ouvrage de A. Dhina sur les règnes du début du XIVe siècle16, et une thèse malheureusement encore inédite sur celui d'Abū Hammū Mūsā II, dans le second quart du même siècle17. On signalera par ailleurs la parution d'ouvrages sur Ceuta18, ainsi que la récente soutenance d'une monographie sur le port tlemcénien de Hunayn19.

  • 20 E. Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, Paris, 1950-1967, 3 vols.
  • 21 D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Princeton University Press, 1985; M.J. Vigue (...)
  • 22 R. Arié, L'Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492), Paris, 1973.
  • 23 M. A. Manzano Rodríguez, La intervención de los Benimerines en la península ibérica, Madrid, 1992.
  • 24 Ch.-A. Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, t. II, De la conquête arabe à 1830, 2e éd. revue par (...)

3L'Espagne se trouve dans une situation à peu près analogue. Les siècles omeyyades sont bien éclairés par l'ouvrage classique d'E. Lévi-Provençal20 ; l'époque des taifas, jusqu'ici mal couverte, a fait l'objet des ouvrages récents de D. Wasserstein et de M. J. Viguera, ce dernier prolongé jusqu'aux "invasions maghrébines"21. Pour l'émirat de Grenade à l'époque nasride la thèse de R. Arié fournit un exposé suffisamment détaillé22, alors que celle, plus récente, de M. A. Manzano Rodríguez apporte une utile vision d'ensemble des relations politico-militaires entre le Maroc et l'Espagne aux XIIIe et XIVe siècles23. Aussi bien sur le Maghreb que sur al-Andalus, dont l'histoire est étroitement liée aux époques almoravide et almohade, un certain nombre de manuels, pour la plupart bien faits, permettent par ailleurs de préciser sans trop de difficulté le cadre événementiel et institutionnel de chaque période24.

  • 25 J.-Cl. Garcin, "Le JESHO et la recherche sur l'histoire économique et sociale des pays musulmans", (...)
  • 26 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, "préc (...)
  • 27 I.M. Lapidus, A History of Islamic Societies, Cambridge University Press (USA), 1988 sur lequel on (...)

4Si la situation du point de vue de l'histoire politique et institutionnelle apparaît à peu près satisfaisante, on ne saurait en dire autant de l'histoire économique et sociale. Dans un article récent, J.-Cl. Garcin rappelle que lors de la première parution du JESHO (Journal of the Economic and Social History of the Orient), il y a une trentaine d'années, les éditeurs de la nouvelle revue annonçaient leur intention de réunir dans ses pages les matériaux d'une grande histoire économique et sociale de l'Orient en 30 volumes, projet qui a de toute évidence été abandonné comme encore irréalisable25. Un ouvrage comme celui d'E. Ashtor, qui propose une première synthèse sur le sujet, est souvent jugé prématuré et ne semble pas avoir été beaucoup utilisé26. Le livre de I.M. Lapidus a reçu un meilleur accueil27.

  • 28 Par exemple M.M. Amin, Catalogue des documents d'archives du Caire de 239/853 à 922/1516, Le Caire (...)
  • 29 S.D. Goitein, A Mediterranean Society: the Jewish Communities of the Arab World as portrayed in th (...)

5On sait que, concernant ces secteurs de l'histoire, les sources d'archives, qui sont le fondement essentiel des travaux des médiévistes "occidentalistes", font cruellement défaut aux historiens des cinq ou six premiers siècles du monde musulman. Il faut sans doute se garder d'exagérer cette pénurie, qui pourrait suggérer à tort une hétérogénéité totale entre l'histoire de l'Occident chrétien et celle de l'Orient musulman. Il existe, en particulier pour l'Égypte, un certain nombre de véritables documents sur papyrus, parchemin ou papier, qui ont donné lieu à divers catalogues ou études28. L'exception la plus connue à cette rareté est évidemment l'ensemble exceptionnel que constituent les documents de la Geniza du Caire, textes issus d'une communauté juive du vieux Caire, conservés par hasard dans un débarras muré d'une synagogue, et retrouvés au XIXe siècle. Les milliers de textes de toute nature qui constituaient ce fonds involontairement conservé ont été dispersés dans diverses bibliothèques et musées d'Europe et d'Amérique. Leur étude a permis à S.D. Goitein d'écrire son grand ouvrage sur la société méditerranéenne des IXe-XIIIe siècles29, et d'autres chercheurs continuent à travailler sur cette documentation, qui éclaire singulièrement l'époque que J.-Cl. Garcin dénomme précisément "le temps de la Geniza".

  • 30 Th. Bianquis dans Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 2, 1985, p. 327.
  • 31 Voir par exemple S.D. Goitein, "La Tunisie du XIe siècle à la lumière de la Geniza du Caire", Etud (...)

6Mais si cette appellation témoigne de la richesse de cette documentation, elle signale aussi clairement les limites des informations qu'elle peut nous apporter. Même si cette société juive était fortement arabisée, et si ses traditions et son mode de vie s'apparentaient sans doute largement à ceux des populations musulmanes environnantes, on ne peut être assuré de sa parfaite représentativité pour l'étude de la société urbaine musulmane. Comme le remarque justement Th. Bianquis dans un compte-rendu du troisième volume de S.D. Goitein, consacré à la famille, "la Geniza constitue un corpus très fécond, mais il s'agit des archives d'un ensemble social minoritaire et relativement homogène, installé dans une ville immense aux populations très contrastées"30. Pour le bonheur des historiens, la Geniza contient des lettres de marchands résidant ou voyageant en particulier au Maghreb. Mais si l'on peut de ce fait y trouver de précieuses informations sur les activités des commerçants juifs de tout le bassin méditerranéen31, il ne s'agit que d'informations ponctuelles, qui ne remplacent évidemment pas ce que pourrait nous apporter, si elles existaient pour les villes musulmanes du pourtour méditerranéen, des archives comparables à celles de Barcelone, de Gênes, de Venise, ou même de Marseille.

  • 32 P. Chalmeta, Et señor del zoco en España, Madrid, 1973. La même année paraissait le livre de R. Bu (...)
  • 33 R. Bulliet, Conversion to Islam in the Medieval Period: an Essay in Quantitative History, Harvard (...)
  • 34 H.J. Cohen, "The Economic Background and Secular Occupations of Muslim Jurisprudents and Tradionni (...)
  • 35 O.R. Constable, At the Edge of the West: International Trade and Traders in Muslim Spain, Ph. D., (...)
  • 36 C. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton University Press, 1971; (...)

7Les sources spécifiques au monde arabe ont cependant permis des tentatives d'approches de l'histoire économique et sociale à partir d'autres types de documents. Pour l'Andalus, le gros livre de P. Chalmeta sur El señor del zoco a commencé à ouvrir une voie dans cette direction32. L'auteur s'est servi en particulier des traités de hisba et des biographies de savants contenues dans les dictionnaires bio-bibliographiques. Les milliers de notices de ce genre, particulièrement nombreuses et précoces en ce qui concerne l'Andalus, ont été exploitées de diverses façons. Par exemple par R. Bulliet pour tenter de connaître le rythme des conversions à l'Islam dans la société pluri-ethnique et pluri-religieuse des premiers siècles de l'Islam33, et par d'autres auteurs pour déterminer les origines socio-professionnelles des savants mentionnés dans ces ouvrages34. Ce type de sources, complété par les informations éparses contenues dans d'autres sortes de textes, a pu servir de base à une étude sur le développement du commerce international dans l'Espagne musulmane35. Pour certains pays où la documentation est particulièrement abondante, l'Égypte mamlūke principalement, on a pu étudier de façon approfondie, en dehors même de structures politiques et militaires désormais assez bien connues par des travaux comme ceux de D. Ayalon ou de M. Humphreys, la composition des élites sociales et leurs rapports avec la structure politique36.

  • 37 Pour deux extrémités géographiques de l'Islam, l'Asie centrale et l'Afrique noire, on peut rappele (...)
  • 38 Dans la Syrie fatimide, selon Th. Bianquis, "le maintien de l'ordre impliquait de repousser loin d (...)
  • 39 C1. Cahen, "Le monde musulman médiéval", Recueils de la Société Jean Bodin, XLII, Varsovie, 1975, (...)

8Il ne s'agit là cependant que de tentatives, qui n'éclairent que quelques aspects limités de l'histoire économique et sociale, touchant aux activités commerciales et urbaines et aux catégories sociales qui s'y rapportent37. Certains secteurs, dont le plus important est certainement la vie rurale, nous restent pratiquement inconnus, en dehors des données très générales que l'on possède sur la fiscalité qui est censée avoir été imposée aux campagnes par les pouvoirs urbains. Dans les pays où les structures tribales étaient fortes, comme la Syrie-Djeziré ou le Maghreb, le contact souvent conflictuel entre les groupes tribaux et les pouvoirs urbains peut nous apporter quelques informations sur les premiers, très extérieures à leur vie propre il est vrai, et qui dépassent rarement le niveau d'une géographie tribale sur laquelle nous renseignent aussi parfois les géographes38. Pour le reste du monde musulman, la vie rurale reste la plupart du temps la grande inconnue de l'histoire socio-économique, comme te reconnaissait en 1975 Cl. Cahen dans une contribution à la Société Jean Bodin sur les "Communautés rurales"39. Il ne semble pas que la situation ait beaucoup évolué depuis, et l'historiographie musulmane présente certainement à cet égard un important retard sur l'historiographie du monde occidental, favorisée par les magnifiques séries d'archives qui ont permis aux historiens des campagnes européennes d'étudier dans le détail l'évolution des sociétés et des économies rurales de l'âge féodal à la fin du Moyen Âge.

  • 40 Amorce de réflexion à ce sujet dans P. Guichard. Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XI (...)
  • 41 Voir par exemple R. Messier, "Quantitative analysis of almoravid dinars", Journal of the Economic (...)
  • 42 On renverra par exemple à A. Bazzana, P. Cressier, P. Guichard, Les châteaux ruraux d'al-Andalus. (...)
  • 43 On ne peut renvoyer ici à toutes les études publiées : on citera l'essai synthétique récent de Th. (...)
  • 44 On renverra en dernier lieu à P. Guichard. Les Musulmans de Valence et la Reconquête, I, p. 42-51, (...)
  • 45 En attendant la publication de la thèse de D. Menjot sur Murcie aux XIIIe-XVe siècles, on verra so (...)

9On a souvent déploré, plutôt qu'expliqué40, cette pénurie d'archives. Pour certaines régions, d'autres approches ont été tentées. Le Maghreb et l'Espagne sont à cet égard plus favorisés. On signalera pour mémoire les travaux sur la numismatique et l'histoire monétaire, assez nombreux et certainement appelés à se développer, mais qui n'ont encore abordé que timidement l'histoire socio-économique41. Les recherches archéologiques sur l'Espagne se multiplient actuellement, mais, compte tenu de leur multiplicité et du caractère ponctuel de la plupart d'entre elles, n'ont encore donné lieu qu'à peu de synthèses42. Le domaine très important de l'irrigation et des sociétés irrigantes a donné lieu à d'importantes recherches, menées en particulier par M. Barceló et son équipe de l'Université Autonome de Barcelone43. Un facteur favorable à l'étude des sociétés d'al-Andalus est certainement le fait que leur histoire s'est trouvée brutalement interrompue par la Reconquête, et que la documentation chrétienne contemporaine nous fournit souvent un regard, extérieur mais fort utile, sur leurs caractéristiques au moment même de leur intégration au monde chrétien44. Un bon exemple des travaux qui peuvent être menés dans ce domaine serait ceux qu'a suscités récemment le Repartimiento de Murcie45.

  • 46 Les collections hispano-arabes qui ont été éditées jusqu'à ce jour, sont les suivantes : Ibn Rušd (...)
  • 47 Al-Wanšarlsi, Al-Mi‘yār al-mugrib wa-l- ğāmi‘ al-mu‘rib ‘an al-fatāwā ahl Ifriqiya wa-l-Andalus wa (...)
  • 48 Les références faites aux études des chercheurs ayant travaillé sur le Mi‘yār peuvent être consult (...)

10Parmi les documents qui permettent jusqu'à un certain point de pallier la pauvreté archivistique de l'Islam d'Occident au Moyen Age, il faut certainement mettre au tout premier plan les recueils de fatwā-s ou consultations juridiques rendues par des docteurs importants, à l'occasion de procès, à la demande de cadis locaux ou de plaignants46. Ils ont jusqu'à présent été assez peu utilisés, car ils n'étaient pas édités ou que leurs éditions n'avaient connu qu'une diffusion très limitée. C'était le cas en particulier du plus important de ces ouvrages, le Mi‘yār du juriste maghrébin du XVe siècle al-Wanšarīsī, dont il n'existait qu'une édition lithographiée ancienne peu accessible à la plupart des chercheurs ; la sortie d'une nouvelle édition publiée en 1981 par le Ministère Marocain des Waqf-s et des Affaires Religieuses a donné une nouvelle actualité à cet ouvrage d'une grande importance47. Il fallait par ailleurs peut-être attendre que les cadres de l'histoire événementielle et politico-administrative d'al-Andalus aient été suffisamment précisés pour que l'on puisse vraiment tirer profit de cet énorme ensemble documentaire48.

11Une analyse d'un bon nombre de ces fatwā-s avait été publiée au début de ce siècle par E. Amar, mais dans une perspective très juridique, qui n'avait pas été d'une grande utilité aux historiens. E. Lévi-Provençal avait signalé l'importance du texte, mais l'avait peu utilisé. Pour le Maghreb des XIe-XIIe siècles, H.R Idris s'en était servi bien davantage dans le cadre de son étude sur l'Ifriqiya zïride, ainsi que dans un certain nombre d'articles portant en particulier sur le commerce maritime et le mariage en Occident musulman. Élève de H.R. Idris, et ayant travaillé d'abord sous sa direction, V. Lagardère a poursuivi après la mort prématurée de celui-ci en 1978 l'entreprise de dépouillement systématique qui avait été commencée en collaboration avec lui, tout en publiant de nombreuses études monographiques fondées sur ces dépouillements. À travers ces multiples articles et plusieurs ouvrages, il a bien fait apparaître l'importance capitale de ces documents pour l'histoire sociale et économique de l'Occident musulman, alors même que commencent à se multiplier des travaux partiels, jusqu'ici très peu nombreux, consacrés à divers thèmes étudiés à travers les mêmes fatwā-s par des auteurs de diverses nationalités. Il ne faudra cependant pas oublier que l'œuvre d'al-Wanšarīsī est également centrée sur les ‘ibādāt et que cet aspect a aussi été l'objet de plusieurs études, et il en sera sans doute de même dans le futur. L'exploitation d'un texte de ce genre pour l'analyse de la vie économique et sociale est due, en partie, à sa richesse d'informations mais aussi du fait, et il faut en être conscient, de l'absence d'un autre type de documentation.

12L'ouvrage que nous présentons est un résultat de ce travail de repérage et d'analyse des fatwā-s qui, à la lecture du Mi‘yār ont paru les plus significatives du point de vue d'un historien de l'Occident musulman intéressé par l'histoire de l'économie et de la société autant que par l'histoire juridico-administrative et politique. On verra que la variété des sujets abordés est considérable, et que ces documents suppléent dans une certaine mesure à la pauvreté archivistique du Moyen Âge musulman occidental pour nous faire connaître de multiples aspects de la vie sociale d'al-Andalus et du Maghreb. La plupart de ceux-ci nous restent totalement inaccessibles à partir des sources classiques telles que les chroniques, les ouvrages géographiques, les dictionnaires bio-bibliographiques, et même les traités de hisba dont la perspective plus concrète ne concerne que certains aspects de la vie urbaine et n'atteint pas à la variété et à la précision des situations que nous font connaître fatwā-s. Sans doute ces cas concrets ont-ils souvent – mais pas toujours, on le verra – été amputés des références précises aux lieux et aux personnes qui paraissent superflues aux rédacteurs de ces compilations juridiques intéressés seulement par les "cas d'espèce" qu'ils représentaient. Jusqu'à un certain point, cette lacune est compensée par le fait qu'il s'agit de "cas-types", qui ont paru significatifs aux juristes qui les ont réunis, et acquièrent de ce fait une certaine valeur représentative. La chronologie est également moins bien assurée que pour les actes du Moyen Âge occidental, mais l'indication des docteurs qui ont émis ces consultations permet cependant en général de les situer assez bien par rapport à l'histoire politique générale (sous les taifas, sous les Almoravides, etc.) avantage dont ne bénéficient pas les données archéologiques où l'on est tenté de chercher aussi le supplément d'informations que nous refusent les documents écrits.

13On se gardera cependant d'utiliser sans précautions ce catalogue d'analyses comme s'il s'agissait de transcriptions intégrales et toujours absolument fidèles des documents considérés. De la même façon que quelques erreurs peuvent se glisser dans les analyses forcément schématiques des documents d'un fonds archivistique, en condensant en quelques lignes le contenu d'un texte la plupart du temps sensiblement plus long, des nuances ou des détails ont certainement échappé, et quelques erreurs involontaires ont pu être commises sur le sens de tel ou tel passage de textes difficiles, dont certains aspects peuvent n'avoir pas été perçus faute d'une compétence universelle. Le but de ce catalogue n'est pas de proposer des transcriptions définitivement établies des documents considérés, mais d'en répertorier la richesse, et de permettre de s'orienter dans la dense forêt d'informations qu'ils sont susceptibles de fournir aux historiens, de préférence arabisants, qui auront ensuite le loisir de se reporter aux documents contenus dans l'édition de Fès ou dans celle plus récente de Rabat, puisque les références aux deux sont systématiquement fournies.

14Que l'on ne reproche pas à l'instrument qui se trouve ainsi mis à la disposition des chercheurs d'être imparfait, car il l'est sûrement, ou de contenir des erreurs, car il est inévitable qu'il en contienne. Attendre une révision complète et minutieuse des 2 144 fiches contenues dans l'ouvrage que le CSIC et la Casa de Velázquez ont pensé utile de publier en commun pour s'assurer qu'il n'y subsistait pas d'imperfections aurait conduit à ne rien publier du tout, ou à publier un catalogue à une date où il aurait rendu moins de services qu'il ne pourrait en rendre actuellement. Tel quel, il faut remercier V. Lagardère d'en avoir accepté la publication alors qu'il aurait pu le garder comme une sorte de fichier personnel. Il ne fait pas de doute à nos yeux que ce volume servira à de nombreux chercheurs et constituera le point de départ de multiples études.

15En ce qui concerne l'Espagne musulmane, une sorte de bilan des connaissances vient d'être publié avec le Legacy of Muslim Spain édité par S.Kh. Jayyusi, à la coordination duquel a collaboré M. Marin. Il traduit un état actuel de la recherche sur l'Andalus où les préoccupations philologiques, littéraires et culturelles sont encore assez largement dominantes. Le volet consacré à l'histoire économique et sociale y reste comparativement assez modeste. Puisse ce catalogue, qui n'a pas d'autre prétention que d'aider la recherche, attirer l'attention sur un type de documents encore riche de potentialités et contribuer de ce point de vue à un rééquilibrage dont on pourra, nous l'espérons, juger dans quelques années.

Notes

1 M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazira et de Syrie, Paris, 1953.

2 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076), Damas, IFEAD, 1986 et 1989, 2 vols.

3 Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l'époque des Croisades et la principauté franque d'Antioche, Paris, 1940.

4 N. Elisséeff, Nūr al-Dīn, un grand prince musulman de Syrie aux temps des Croisades, 511-569/1118-1174, Damas, 1967, 3 vols.

5 Ainsi les travaux de S. Zakkar et de ses disciples cités dans Th. Bianquis, Damas. II, p. 707.

6 M. Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas de 468/1076 à 549/1154, Damas, IFEAD, sous presse.

7 Par exemple, plus récemment que la Cambridge History of Islam dont on ne peut empêcher le vieillissement, la History of the Near East éditée par Longman (Londres-New York) sous la direction de P.M. Holt : volumes consacrés au Moyen Âge par H. Kennedy, The Prophet and the Age of the Caliphates et P. M. Holt, The Ages of the Crusades, tous deux parus en 1986 ; A. Hourani, A History of the Arab, Londres, 1991.

8 M. Talbi, L'émirat aghlabide, 184-296/800-909, Paris, 1966.

9 F. Dachraoui, Le califatfatimide au Maghreb, 296-362/909-973. Histoire politique et institutions, Tunis, 1981.

10 H.R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècles, Paris, 1962, 2 vols., auxquels on peut associer L. Golvin, Le Maghreb central à l'époque des Zirides, Paris, 1957.

11 J. Bosch Vilá, Los almorávides, Tétouan, 1956 (réédité à Grenade, 1990 avec un important ajout bibliographique par E. Molina López) ; A. Huici Miranda, Historia politico del imperio almobade. Tétouan, 1956-1957, 2 vols.

12 V. Lagardère, Les Almoravides, et Le Vendredi de Zallāqa, Paris, 1989.

13 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, Paris, 1940-1947, 2 vols.

14 M. Kably, Société, pouvoir et religion au Maroc à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986. Voir ausi A. Khaneboubi, Les premiers sultans mérinides (1269-1331), Paris, 1987.

15 J.F.P. Hopkins, Medieval Muslim Government in Barbary, Londres, 1958 ; A. Dhina, Les États de l'Occident musulman aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, Alger, 1984.

16 A. Dhina, Le royaume abdelouadide à l'époque d'Abou Moussa Ier et d'Abou Tachfin Ier, Alger 1985.

17 A. Hadjiat, Le Magrib central sous le règne du sultan ‘abd al-wādide Abū Hammū Mūsā II (760-91/1359-89), sous la direction de R. Mantran, Aix-en-Provence, 1991.

18 Thèse de M. Cherif, sous la direction d'A. Ducellier, Toulouse, 1987, et l'ouvrage de H. Ferhat, Sabta, des origines au XIVe siècle, Rabat, 1993.

19 A, Khelifa, Contribution à l'étude des villes et régions du Maghreb central : Hunayn et son terroir, sous la direction de J.-Cl. Garcin, Aix-en-Provence, 1993.

20 E. Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, Paris, 1950-1967, 3 vols.

21 D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Princeton University Press, 1985; M.J. Viguera, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes (al-Andalus del XI al XIII), Madrid, 1992.

22 R. Arié, L'Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492), Paris, 1973.

23 M. A. Manzano Rodríguez, La intervención de los Benimerines en la península ibérica, Madrid, 1992.

24 Ch.-A. Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, t. II, De la conquête arabe à 1830, 2e éd. revue par R. Le Tourneau, Paris, 1966 ; J. Brignon, A. Amine et alii, Histoire du Maroc, Paris-Casablanca, 1967 ; H. Djait, y F. Dachraoui et alii., Histoire de la Tunisie : le Moyen Âge. Tunis, s.d. ; J.M. Abun-Nasr, A History of the Maghrib in the Islamic Period. Cambridge University Press (USA), 1987 ; R. Arié, España musulmana (siglos VIII-XV), Barcelone, 1982, auxquels il faudrait ajouter les chapitres ou les volumes de plusieurs grandes "Histoire d'Espagne" parues ces dernières années. En dehors de l'histoire purement événementielle, l'étude de P. Guichard, Al-Andalus : estructura antropológica de una sociedad islámica en Occidente, Barcelone, 1976, publié en français sous le titre de Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane, Paris-La Haye, 1977, a ouvert une nouvelle direction de recherche quant à l'exploitation des sources historiques et biographiques. Plus récemment, les travaux sur les dictionnaires bio-bibliographiques ont donné lieu à la publication d'un ouvrage collectif sur les familles de ‘ulamā’ en al-Andalus dans Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, V, eds. M. Marín et J. Zanón, Madrid, 1992.

25 J.-Cl. Garcin, "Le JESHO et la recherche sur l'histoire économique et sociale des pays musulmans", Journal of the Economic and Social History of the Orient, XXXVI/2, 1991, p. 139-153.

26 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, "précoce et peu fiable" selon J.-Cl. Garcin, "L'histoire économique et sociale", p. 153.

27 I.M. Lapidus, A History of Islamic Societies, Cambridge University Press (USA), 1988 sur lequel on verra le compte-rendu de J.-Cl. Garcin, Journal of the Economie and Social History of the Orient, XXXIV/2, 1991, p. 246-253.

28 Par exemple M.M. Amin, Catalogue des documents d'archives du Caire de 239/853 à 922/1516, Le Caire, IFAO, 1981 (en arabe) qui inventorie 888 documents conservés dans différents fonds de la capitale égyptienne ; sur les papyrus, voir les travaux de Y. Ragheb, Marchands d'étoffes du Fayyoum au IIIe/IXe siècle d'après leurs archives (actes et lettres), I et II, Le Caire, IFAO, 1982 et 1985.

29 S.D. Goitein, A Mediterranean Society: the Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the documents of the Cairo Geniza, Cambridge University Press, 1967-..., 5 vols. publiés depuis cette date.

30 Th. Bianquis dans Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 2, 1985, p. 327.

31 Voir par exemple S.D. Goitein, "La Tunisie du XIe siècle à la lumière de la Geniza du Caire", Etudes d'orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, 1962, 2 vols., 2, p. 559-579.

32 P. Chalmeta, Et señor del zoco en España, Madrid, 1973. La même année paraissait le livre de R. Bulliet, The Patricians of Nisbapur, Harvard University Press, 1973.

33 R. Bulliet, Conversion to Islam in the Medieval Period: an Essay in Quantitative History, Harvard University Press, 1979.

34 H.J. Cohen, "The Economic Background and Secular Occupations of Muslim Jurisprudents and Tradionnists in the Classical Period of islam", Journal of the Economic and Social History of the Orient, XIII, 1970, p. 16-61.

35 O.R. Constable, At the Edge of the West: International Trade and Traders in Muslim Spain, Ph. D., Princeton University, 1989, et "Muslim Merchants in Andalus International Trade", in S.Kh. Jayyusi (ed.), The Legacy of Muslim Spain, Leyde, 1992, p. 759-733.

36 C. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton University Press, 1971; B. Martel-Tlioumian, Les civils et l'administration dans l'État militaire mamlūk (IXe/XVe siècle), Damas, IFEAD, 1991; J. Berkey, The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo : A Social History of Islamic Education, Princeton University Press, 1992.

37 Pour deux extrémités géographiques de l'Islam, l'Asie centrale et l'Afrique noire, on peut rappeler des titres comme ceux de R. Bulliet, The Patricians of Nishapur, Harvard University Press, 1973 et celui de E.N. Saad, Social History of Timbuktu : the role of Muslim scholars and notables, Cambridge University Press (USA), 1983.

38 Dans la Syrie fatimide, selon Th. Bianquis, "le maintien de l'ordre impliquait de repousser loin des zones cultivées les Arabes des tribus afin qu'ils ne créassent pas de dommages qui auraient diminué le rapport du ḫarāğ. Les Arabes des tribus, en tout cas ceux qui avaient opté pour la conservation d'un mode de vie bédouin, étaient donc des forces de désordre et les soldats qui les pourchassaient des tenants de l'ordre" (Damas, II, p. 688 et 664-670 sur "Les tribus arabes de Syrie"). La problématique tribale est d'autre part, on le sait, l'une des plus importantes pour l'histoire du Maghreb (voir entre autres travaux, M. Saha, "Structures tribales et formation de l'État dans le Maghreb médiéval", L'Homme et la Société. Revue Inernationale de Recherches et de Synthèses Sociologiques, 39-40, 1976, p. 276-280), On connaît les polémiques qu'ont soulevées les thèses "tribalistes" des historiens de l'époque coloniale et la réaction sans doute excessive qui a suivi ; toute l'œuvre d'Ibn Haldūn peut s'analyser comme une réflexion sur le rôle du fait tribal dans l'histoire du Maghreb de son temps et des siècles précédents.

39 C1. Cahen, "Le monde musulman médiéval", Recueils de la Société Jean Bodin, XLII, Varsovie, 1975, 3e partie, Paris, 1982.

40 Amorce de réflexion à ce sujet dans P. Guichard. Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, IFEAD, 1990, 2 vols., I, p. 38-41.

41 Voir par exemple R. Messier, "Quantitative analysis of almoravid dinars", Journal of the Economic and Social History of the Orient, XXIII/2, 1980, p. 102-118 ; il faudrait par ailleurs citer dans ce domaine les travaux de M. Barceló et d'A. Canto.

42 On renverra par exemple à A. Bazzana, P. Cressier, P. Guichard, Les châteaux ruraux d'al-Andalus. Histoire et archéologie des ḥuṣūn du Sud-Est de l'Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 1988. Des rencontres commencent à mettre en commun et à structurer les données rassemblées individuellement par divers chercheurs ; ainsi : La cerāmica altomedieval en el sur de al-Andalus, A. Malpica Cuello (ed.), Universidad de Granada, 1993.

43 On ne peut renvoyer ici à toutes les études publiées : on citera l'essai synthétique récent de Th.F. Glick, "Hydraulic technology in al-Andalus", in S.Kh. Jayyusi (ed.), The Legacy of Muslim Spain, Leyde, 1992, p. 974-986, qui tente de faire le point sur la question.

44 On renverra en dernier lieu à P. Guichard. Les Musulmans de Valence et la Reconquête, I, p. 42-51, et I et II passim,

45 En attendant la publication de la thèse de D. Menjot sur Murcie aux XIIIe-XVe siècles, on verra son article sur "Le parcellaire dans le territoire de Murcie à la veille de la Reconquête (milieu XIIIe siècle) : contribution à l'étude des structures agraires dans l'Espagne muusulmane", in Longue durée et innovation dans le monde méditerranéen : sociétés agricoles et techniques agraires (Colloque des 26-29 novembre 1981), Université de Nice, 1983, p. 148-157. Des études statistiques plus fines à partir du même document sont actuellement menées par J. Manzano Martínez (voir sa contribution à paraître dans le prochain Castrum 5 (Murcie, mai 1992) : "Una aproximación a la estructura de la propiedad musulmana de la tierra en la huerta de Murcia (s. XIII)", avec la collaboration de R. Risch).

46 Les collections hispano-arabes qui ont été éditées jusqu'à ce jour, sont les suivantes : Ibn Rušd al-Ġadd, Fatāwā, éd. de M. al-Talīlī, Beyrouth, 1987 ; al-Šâtibī, Fatāwā, éd. de M. Abū l-Ağfān, Tunis, 1985 ; Ibn Sahl, Nawāzil, éds. partielles de ‘A. Hallāf qui annonce depuis déjà plusieurs années une édition complète de ce corpus ; Al-Māliqī, Mağma‘ fi nawāzil al-aḥkām, éd. de S. al-Halawī, Beyrouth, 1992. M. Benaboud a récemment publié avec M. Bensbaa, "Privatisation and inheritance in andalusian documentation during the period of the Murābitūn", Al-Qantara, XIV/2, 1993, p. 259-274 quelques fragments des Nawāzil d'Ibn al-Hāğğ dont l'édition complète est en cours de réalisation, sous sa direction, par A. al-Yūsufī. Quant aux collections maghrébines, on signalera : ‘Iyād, Madāhib al-hukkām, éd. de M. Ibn Šarifa, Rabat, 1991, œuvre qui est le thème d'une thèse de Doctorat que prépare D. Serrano sous la direction de M.J. Viguera ; le Mi‘yār d'al-Wanšarīsī ; ‘Isā b. ‘Ali al-Hasani al-‘Alami, Kitāb at-nawāzil, éd. de Rabat, 1983-1986 et les deux éditions lithographiées de Fès des collections d'al-Masnāwi (1926) et d'al-Wazzāni (1910). [Nous tenons à remercier A, Zomeno pour sa collaboration dans l'élaboration de cette note].

47 Al-Wanšarlsi, Al-Mi‘yār al-mugrib wa-l- ğāmi‘ al-mu‘rib ‘an al-fatāwā ahl Ifriqiya wa-l-Andalus wa-l-Magrib, édition lithographiée, Fès, 1312-1313 H/1896-1898. 12 vols. : nouvelle édition. Rabat, 1981. 12 vols. Sur cet auteur et ses œuvres, on verra les références bibliographiques citées dans l' "Appendice Bibliographique".

48 Les références faites aux études des chercheurs ayant travaillé sur le Mi‘yār peuvent être consultées dans la partie "Appendice Bibliographique",

Auteurs

Université Lyon 2

CSIC, Madrid

© Casa de Velázquez, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540