Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

I. Mines et industrie (xixe-xxe siècle)

Le marché de l’innovation

Vendre, installer et réparer des machines à vapeur en catalogne au début de la révolution industrielle

Olivier Raveux

Texte intégral

  • 1 M. Izard, La Revolución industrial ; J. Maluquer de Motes, « La estructura del sector algodonero », (...)
  • 2 Quelques exemples : J. M. Benaul, La industria textil ; G. Dorel-Ferré « L’eau ou le charbon ? » ; (...)
  • 3 J. Nadal, « Josep Bonaplata », et M. Gascon, « Els orígens de la mecànica ».

1La modernisation technologique de l’industrie catalane du milieu du xixe siècle est depuis longtemps un objet d’études des historiens. Dès les années 1960-1970, les travaux pionniers de Miquel Izard, Jordi Nadal et Jordi Maluquer de Motes ont permis de mieux comprendre la mécanisation de la filière du coton1. Depuis 1980, l’éventail sectoriel, géographique et thématique des recherches a été élargi. Les compétitions et les complémentarités entre l’énergie hydraulique et l’énergie vapeur et entre le littoral et l’intérieur du pays, la modernisation du secteur lainier et la mise en place d’une industrie mécanique ont été les principaux sujets des études jusqu’à aujourd’hui2. Ces travaux ont permis de mieux cerner les débuts et les caractéristiques de l’industrialisation catalane, d’identifier les hommes et les entreprises ayant joué un rôle majeur dans ce processus. Il reste néanmoins beaucoup à faire, notamment sur l’introduction et la diffusion des machines à vapeur. Les usines qui les ont accueillies sont connues. Est-ce suffisant pour saisir les ressorts d’un transfert de technologies, d’une innovation et d’un marché placés au cœur du démarrage de la révolution industrielle catalane ? Assurément non, et plusieurs travaux récents sur l’histoire d’entreprises et d’entrepreneurs démontrent l’importance des questions devant être traitées par une étude d’ensemble3.

2Trois grandes interrogations demeurent. La première relève de l’histoire des techniques. Comment accéder à la technologie de la vapeur quand l’expérience de départ est limitée ? La deuxième est d’ordre économique. Les biens d’équipement innovants forment un marché porteur dans une phase d’essor industriel. Comment se comportent les entreprises locales et extérieures face à cette opportunité ? La dernière question concerne les hommes. Dans un monde où les informations sont lacunaires et les déplacements longs et coûteux, quels sont les agents qui tissent et assurent les liens entre le milieu industriel local et les entreprises étrangères chargées de la construction des machines ? L’objectif de ce travail est d’apporter des éléments de réponse à ces questions et de parvenir ainsi à mieux appréhender les fondements de l’intégration de la Catalogne dans le système technique européen de la première moitié du xixe siècle. L’étude portera sur la période 1833-1850. Deux événements expliquent ce choix. En 1833, la Catalogne entre dans l’ère de la vapeur avec l’installation d’un premier appareil moteur dans une filature de coton. En 1850, les frères Alexander se lancent dans la fabrication en série de machines à vapeur à Barcelone. La fondation de cette usine marque la fin de la dépendance catalane à l’égard des étrangers pour l’achat de ce type d’équipements.

I. — L’entrée dans l’ère de la vapeur

  • 4 J. Agustí i Cullell, Ciència i tècnica.
  • 5 M. Zylberberg, Une si douce domination, pp. 490-491.

3Dans le domaine de la vapeur, le début du xixe siècle a été prometteur pour la Catalogne. En 1804-1806, le médecin-mécanicien Francesc Santpons a construit trois petites machines à Barcelone. L’une d’elles a été placée pour des essais dans une filature de coton de la rue Sant Pau4. La même année, dans la même rue et pour la même activité, la société Joumard, Cramps y Cía. s’est renseignée auprès des Périer à Paris pour acheter une machine à vapeur de 12 à 15 chevaux de puissance5. L’affaire échoue et la guerre contre les Français vient briser cette première tentative de modernisation. La machine à vapeur disparaît de Catalogne pour presque trois décennies. Durant cette période, il existe bien des chaudières pour le travail industriel mais la vapeur n’est alors que le support de la chaleur et elle n’est plus employée comme puissance motrice. Les équipements usiniers sont actionnés par l’énergie hydraulique, animale ou humaine.

  • 6 O. Raveux, « Los fabricantes de algodón ».
  • 7 J. Nadal Oller, « Somni i realitat ».

4Les conditions du changement s’amorcent en 1826. Après vingt ans de crise, la Catalogne entre dans une période de croissance industrielle. L’unification fiscale du territoire espagnol et la politique douanière protectionniste mise en place sous Ferdinand VII facilitent l’intégration de l’économie catalane dans un marché national protégé de la concurrence étrangère. Afin de s’assurer de larges débouchés, les entrepreneurs locaux se lancent dans la modernisation de leurs équipements. Immédiatement, ils se trouvent confrontés au problème de l’énergie disponible pour actionner les nouveaux outils de production et ils mobilisent aussi bien l’énergie hydraulique que l’énergie vapeur. Le développement de la roue hydraulique s’inscrit dans la dynamique de la période précédente et dans un cadre géographique déterminé, celui des cours d’eau de l’intérieur du pays. L’énergie vapeur est en revanche une nouveauté. Comment expliquer son succès ? L’adoption de la machine à vapeur procure une plus grande liberté de localisation pour les entreprises et leur offre des économies d’échelles par les avantages de la concentration industrielle. La formation d’un district industriel à Barcelone durant les années 1830-1840 est exemplaire à cet égard6. Ce choix énergétique a été conforté par l’espoir de voir la Catalogne s’assurer rapidement une production de substitution aux importations de charbons britanniques. Dès les années 1830, le sous-sol catalan est présenté comme susceptible de livrer des combustibles de qualité et il faudra attendre trente ans pour qu’apparaisse la désillusion sur les potentialités minières locales7.

5L’aventure catalane de la vapeur commence en 1833 à Barcelone, quand la fabrique Bonaplata accueille la première machine. Cette installation sert de modèle, suscite des imitations. Très vite, la machine à vapeur s’installe dans d’autres villes, dans d’autres activités. En 1848, le parc est fort de 135 appareils pour une puissance totale de 2 615 chevaux. Ce premier aperçu ne suffit pas pour comprendre les particularités du marché catalan des machines à vapeur des années 1833-1850. D’autres caractéristiques permettent de mieux le définir.

Tableau 1. — Nombre d’usines à vapeur à Barcelone et en Catalogne (1848)

Tableau 1. — Nombre d’usines à vapeur à Barcelone et en Catalogne (1848)

Source

Boletín de la Sociedad Económica Barcelonesa de Amigos del País, 1er octobre 1854, pl. LVIII (un établissement possède deux appareils).

Tableau 2. — L’apparition de la machine à vapeur dans l’industrie catalane

Secteurs Années Entreprises Villes
Coton et fonderie 1832-
1833
Bonaplata, Vilaregut,
Rull y Cía.
Barcelone
Laine 1833 Galí y Vinyals Terrassa
Soie 1836-1839 Menard y Vall Rubí
Minoterie 1837 Roquer, Gumà y Cía. Vilanova i la Geltrú
Mécanique 1840 El Nuevo Vulcano Barcelone
Scierie 1840 Jordà y Cía. Barcelone
Cardes 1840 Deu Barcelone
Lin 1841 Puig, Portabella y Cía. Sant Andreu de Palomar
Teinturerie 1846 Llenas Hermanos Barcelone
Chocolat 1847 Colegio de Confiteros y Drogueros Barcelone

Arxiu Històric de Protocols de Barcelona (ci-après AHPB), notaires González, 1847, f° 68, Torrent, 1840, f° 201v° et Torras, 1846, f° 286 ; Diario de Barcelona (ci-après DB), 27 février et 4 mai 1840, 14 septembre 1841 ; J. M. Benaul, La industria textil, p. 876 et Á. Solà, « La indústria sedera », p. 256.

  • 8 Dans ces deux branches, les taxes à l’importation de productions étrangères sont alors abaissées.
  • 9 C’est le cas à Esparreguerra, Monistrol de Montserrat et Sallent.

6C’est tout d’abord un marché centré sur le coton. La machine à vapeur apparaît bien dans tous les autres secteurs textiles entre 1833 et 1841, mais avec des degrés d’importance bien différents. En 1848, 79,2 % des usines à vapeur appartiennent au secteur cotonnier. À eux trois, les secteurs de la laine, de la soie et du lin atteignent à peine le chiffre de 13 %. Comment expliquer cet écart ? Contrairement au secteur cotonnier, les industries du lin et de la soie ont été affaiblies par la politique douanière du début des années 18408, tandis que la modernisation du secteur lainier relevait d’un mouvement de moindre ampleur. Autre trait marquant, le marché des machines à vapeur concerne avant tout Barcelone et quelques villes côtières (Mataró, Reus et Vilanova i la Geltrú). Il s’agit des ports pouvant recevoir les charbons britanniques. Les appareils installés dans l’intérieur sont rares et servent surtout à assurer la continuité de production des usines hydrauliques soumises à l’irrégularité du débit des cours d’eau9.

  • 10 L. Figuerola, Estadística de Barcelona, p. 289.
  • 11 J. Mestre i Campi, « Una ciutat emmurallada », t. II, p. 581.

7Enfin, la dernière caractéristique de ce marché est son instabilité. Avant 1839, l’industrie catalane ne reçoit que six machines10. Durant les années 1840, c’est au contraire une explosion, avec des pics d’une grande intensité. Pour la seule année 1842, le consul britannique signale 23 fabriques à vapeur mises en marche ou en cours de construction11. L’euphorie de ces années n’est toutefois pas totale. Cette période comporte la désastreuse année 1843, quand les affaires industrielles sont au plus mal avec le bombardement et l’occupation de Barcelone. Ce n’est d’ailleurs pas le seul moment difficile. En 1848, une crise s’installe et vient ralentir la demande. Le marché est donc soumis à de fortes fluctuations. Conséquence ? Les entreprises travaillant pour l’industrie catalane doivent être capables de fabriquer un nombre élevé de machines durant les années où les équipements vont bon train. Dans le même temps, elles doivent avoir d’autres espaces de vente, afin d’amortir une brusque réduction des commandes.

II. — Un marché peu accessible aux entreprises catalanes

  • 12 Biblioteca de Catalunya (ci-après BC), Fons Junta de Comerç (JC), imp. 200/29, et DB, 7 et 22 mars  (...)
  • 13 BC, JC, lligall LXVIII, caixa 95/9, Rapport du 15 décembre 1839. Dans l’ensemble de ce texte, les r (...)
  • 14 DB, 4 mai 1840.
  • 15 DB, 27 avril 1842. La Barcelonesa a en outre livré au mécanicien August Allan les pièces pour la co (...)
  • 16 AHPB, González, f° 68, et Rigalt, 1851, f° 348v°.
  • 17 Exposición pública de productos de la Industria Española, pp. 51-52.
  • 18 En 1845, Lorenzo Carrau paie 10.755 reales à Valentí Esparó pour le moteur de sa fabrique (AHPB, de (...)

8L’industrie locale a-t-elle su tirer profit de ce marché erratique ? Pas durant les années 1830. Les initiatives ne sont toutefois pas absentes et certains mécaniciens tentent de se lancer dans l’aventure. Le premier est l’Alsacien Louis Perrenod, dont l’atelier fonctionne à Barcelone à partir de 183212. Vers 1835, il entend construire des machines à vapeur pour les besoins locaux. Le moment est mal choisi car la première guerre carliste paralyse le développement industriel. Perrenod fait faillite sans atteindre son objectif. Quatre ans plus tard, la société P. Llobera y Cía. poursuit le même but et connaît le même échec13. Il faut attendre 1840 pour qu’une entreprise parvienne à fabriquer une première machine. Cette année-là, pour assurer le fonctionnement de ses installations, l’atelier El Nuevo Vulcano construit une petite machine de 4 chevaux14. Durant les années 1840, les trois autres grandes sociétés de mécanique de Barcelone semblent également s’être livrées à la construction d’appareils à vapeur. Le doute n’est pas permis pour deux d’entre elles. La Compañía Barcelonesa de Fundición y Construcción de Máquinas (La Barcelonesa) a fabriqué au moins deux machines. La première était de la force d’un homme et servait à des fins publicitaires. L’autre, construite vers la fin des années 1840, était un appareil de 12 chevaux pour la filature de lin de Puig y Cía.15. L’atelier de Joan Domènech a, quant à lui, au moins fabriqué la petite machine installée dans les locaux d’un chocolatier en 1847 et celle de l’industriel Pere Casas à Sant Martí de Provençals en 184916. Pour l’entreprise de Valentí Esparó, les données sont moins certaines. Lors de l’exposition des produits de l’industrie espagnole à Barcelone en 1844, cet atelier présente une machine à vapeur de deux chevaux à haute pression17. Il n’est pas audacieux de penser qu’Esparó ait pu construire cet appareil avec l’appui des techniciens britanniques qui travaillaient chez lui. L’entreprise n’affiche-t-elle pas dans la presse depuis 1842 sa volonté de fabriquer des appareils à vapeur ? La remarque pour la machine de 1844 vaut également pour celles des filatures de coton de Carrau y Cía. à Sant Joan de Vilassar en 1845 et de Juvé y Cía. à Monistrol de Montserrat en 184618.

9Au final, succès de l’industrie catalane ? Pas vraiment, et l’industrie mécanique barcelonaise a même dû se contenter de la portion congrue. Entre 1840 et 1848, elle n’a fabriqué qu’une douzaine d’appareils, soit à peine 9,2 % du total des machines dont les constructeurs sont connus. De plus, ces productions sont d’une importance relative. Parfois, il s’agit de réalisations en interne, pour actionner les ateliers ou pour démontrer à la clientèle les capacités technologiques de l’entreprise. En majorité, il s’agit d’engins de petite puissance. Avant 1850, l’industrie catalane ne pouvait pas concurrencer les entreprises étrangères.

10À quoi faut-il attribuer l’indigence des ateliers catalans pour la construction des machines à vapeur ? Dans un premier temps, jusqu’en 1840, il paraît certain que le manque de savoir-faire, la faiblesse des investissements et l’étroitesse du marché sont responsables de la situation. Pendant la régence d’Espartero, le tableau change radicalement. Grâce aux apports de techniciens étrangers, aux investissements des patrons du coton et au véritable démarrage du marché, les entreprises catalanes de mécanique se trouvent placées dans une situation plutôt favorable. Résultat ? Elles construisent, mais dans des proportions très modestes. La raison n’est donc plus d’ordre technique et il faut la chercher ailleurs. Durant les années 1840, l’explication est à la fois extérieure au cadre local et au secteur d’activités. Elle réside désormais dans la politique douanière de l’État espagnol, particulièrement défavorable aux ateliers de mécanique catalans.

  • 19 DB, 19 juin 1841.
  • 20 Le calcul ne fait pas mention du charbon utilisé pour la construction, du prix de la main-d’œuvre, (...)

11Un article paru en 1841 décrit bien le problème19. Une chaudière à vapeur chargée d’alimenter une machine de 16 chevaux fabriquée en Grande-Bretagne est vendue à Barcelone 6 000 reales et doit acquitter la modique somme de 60 reales de droits de douanes. La même chaudière construite en Espagne avec des fers étrangers doit payer en droits de douanes, selon le pavillon du bateau qui a transporté les métaux, 2 748,5 ou 3 156 reales. Au mieux, la chaudière catalane est donc 50 % plus chère que la britannique20. Pour les prix de vente, les ateliers catalans ne sont pas compétitifs. Après la refonte douanière de 1841, les mécaniciens de Barcelone réclament l’établissement — sur le modèle français — d’un tarif douanier protecteur sur les importations de machines et de chaudières à vapeur et un abaissement des taxes pesant sur les métaux étrangers qu’ils travaillent. Ils sont appuyés dans cette démarche par la toute puissante Comisión de fábricas de hilados, tejidos y estampados de algodón de Cataluña, qui tient le même discours en 1846 devant les Douanes:

  • 21 G. Ferrer y Valls, Cartas históricas, p. 236.

Construimos ya toda especie de máquinas aun que son mas caras por los mayores jornales y derechos de las materias brutas. Si se protejiese esta fabricación, restituyendo a los fabricantes el derecho que hubiesen pagado por el hierro y primeras materias extranjeras o recargando la maquinaria extranjera, haría grandes progresos, y la España construiría las máquinas de vapor, cuya construcción es imposible mientras no paguen derecho las extranjeras y lo pague crecido el hierro21.

12Peine perdue. Ces demandes sont rejetées. L’État espagnol est décidé à protéger la sidérurgie nationale (andalouse et basque) et cherche à favoriser l’équipement des usines de biens de consommation à moindres coûts. Ce mélange de protectionnisme et de libéralisme a rendu service à l’industrie cotonnière catalane. Il a en revanche été un frein durable à la croissance de la mécanique.

Tableau 3. — Constructeurs de machines à vapeurs pour la Catalogne (1833-1848)

Localisations Nombre
J. & E. Hall, Dartford 46
Th. Alexander, Paris 29
J. Hall & Scott, Rouen 15
B. Hick & son, Bolton 7
Autres Français 19
Barcelonais 12
Autres Anglais 2
Inconnus 5
Total 135

L. Figuerola, Estadística de Barcelona, p. 291.

III. — Les entreprises étrangères détentrices des marchés

13La construction des machines à vapeur pour les usines catalanes est donc l’affaire d’entreprises étrangères, principalement anglaises et françaises. Ces constructeurs étrangers appartiennent à deux groupes différents. Le premier rassemble ceux pour qui le marché catalan constitue sinon une priorité du moins un élément essentiel de leurs ventes à l’exportation. Ce groupe comprend quatre entreprises, deux anglaises (Hall de Dartford et Hick de Bolton) et deux implantées en France (Alexander de Paris et Hall, Powell & Scott de Rouen). Elles se partagent au moins les trois quarts des ventes jusqu’en 1848 (97 appareils sur les 130 dont l’origine est connue). La littérature disponible pour les présenter n’est guère fournie, mais il est possible de brosser un premier portrait.

Tableau 4. — Quelques ventes françaises de machines à vapeur en Catalogne (1840-1845)

Entreprises Puissance
des machines
(chevaux-vapeur)
Entreprises clientes Secteurs Années
Alexander (Paris) 12
16
12
12
Bancells (Sant Andreu de Palomar)
Cortils (Barcelone)
Tarrés (Barcelone)
Valentí (Barcelone)
Coton
Coton
Coton
Coton
1844
 1843
 1842
 1842
Derosnes & Cail (Paris) 16 Muntadas Hermanos (Barcelone) Coton 1841
Diot (Lyon) 16 Puech (Barcelone) Laine 1841
Hall, Powell &
Scott (Rouen)
16 ?
25
Armengol y Cía.
(Barcelone)
Saldas (Barcelone)
Canal (Barcelone)
Coton
Coton
Coton
1842
 1844
 1845
Koechlin & Cie (Mulhouse) 40 Puigmartí (Gràcia) Coton 1840
Legavrian &
Dequoy (Lille)
12 Puig y Cía. (Sant Andreu de Palomar) Lin 1841
Meyer & Cie (Mulhouse) 30 Castells, Carles y Cía.
(Igualada)
Coton 1841
Moulfarine (Paris) 4 Dotres, Clavé y Fabra (Barcelone) Soie 1841

AHPB, Dardé, 1843, f° 117 ; Negre, 1842, f° 40 ; Pich, 1843, f° 92v° ; Planas, 1844, f° 291v° et 1846, f° 88 ; Prats, 1841/2, f° 99v° ; Rigalt, 1843, f° 271 ; DB : 14, 15 et 30 septembre 1841, 25 février 1842.

  • 22 Pour plus de détails, voir H. Miller, Halls of Dartford.
  • 23 AHPB, Moragas, 1836/1, f° 93vº, et El Catalan, 16 mai 1835.

14Les deux firmes anglaises ont eu des trajectoires bien différentes. La société John Hall & sons, devenue John & Edward Hall à la mort de son fondateur en 1836, est la grande entreprise de fabrication de machines à vapeur pour la Catalogne des années 1830-184022. Avec 46 appareils, cette importance est d’ordre quantitatif. Elle est aussi chronologique puisqu’elle a été pionnière en la matière. C’est en effet la maison Hall qui a vendu les premières machines installées en Catalogne (appareils de Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía. et d’Andreu Coll à Barcelone, de Roquer, Gumà y Cía. à Vilanova i la Geltrú en 183523). Quand elle s’attaque au marché catalan, cette firme a déjà fait son apprentissage dans les exportations vers l’Europe continentale, en participant notamment à la modernisation de l’industrie cotonnière française durant les années 1820. L’essor de la construction d’appareils à vapeur en France durant les années 1830 a poussé cette entreprise à prospecter de nouveaux débouchés. Le marché catalan, jeune et prometteur, constituait une opportunité. La maison Hall a su la saisir avec succès.

  • 24 Hick, Hargreaves and Co, 1833 to 1933 at the Soho Ironworks.
  • 25 P. W. Pilling et B. L. Anderson, « Spanish Entrepreneurs ».
  • 26 J. Mestre i Campi, « Una ciutat emmurallada », t. II, p. 544.

15L’atelier Hick de Bolton est de création plus récente24. Formé à Leeds chez Matthew Murray, Benjamin Hick a fondé son entreprise en 1833 (Benjamin Hick & son). Les premières traces d’activités de cette entreprise en Espagne datent des années 1830 et sont andalouses. Avant de livrer des machines à vapeur aux entreprises catalanes, Benjamin Hick a tout d’abord vendu des équipements aux établissements métallurgiques de Manuel Agustín Heredia à Malaga et Marbella25. À sa mort en 1842, c’est son fils John qui prend la succession, tout d’abord seul, puis avec l’aide de William Hargreaves en 1845 (Hick, Hargreaves & Co.). Les liens avec l’Espagne sont raffermis et seraient même plus importants que ne le montrent les données de Figuerola. Ce dernier fait en effet état de sept machines à vapeur construites pour le marché catalan entre 1833 et 1848. Une autre source donne des chiffres plus élevés. Pour la seule année 1844, sur les indications de William Moore, représentant de John Hick à Barcelone, le consul britannique John S. Penleaze mentionne onze machines construites à Bolton et qui ont été installées — ou qui sont sur le point de l’être — en Catalogne26.

16Les deux entreprises françaises complétant le groupe des grands constructeurs étrangers sont détenues par des Britanniques ayant traversé la Manche. L’atelier des frères Alexander est récent. Nous ignorons l’itinéraire de ces Écossais avant leur arrivée à Paris à la fin des années 1830, mais leur présence s’inscrit dans une histoire déjà ancienne. En quittant la Grande-Bretagne pour Paris, ils empruntent la voie ouverte par Manby & Wilson, Edwards et Aitken & Steel au cours des années 1810-1820. Pour les Britanniques, Paris est le cœur et l’antichambre de l’Europe continentale, le lieu où l’on séjourne un temps avant de trouver une nouvelle localisation. Entre 1840 et 1848, les frères Alexander ont livré une trentaine de machines pour l’industrie catalane. Le poids de la Catalogne est si grand que, vers 1850, la crise de l’industrie française et le nombre élevé des entreprises parisiennes de mécanique à Paris décident les frères Alexander à partir pour Barcelone et à y fonder un atelier à la Barceloneta. C’est, nous l’avons dit, l’acte fondateur de l’émancipation de l’industrie catalane dans le domaine des machines à vapeur.

  • 27 J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 283.
  • 28 Exposition des produits de l’industrie française en 1844, t. II, pp. 208-211.

17La seconde grande entreprise située en France est celle de John Hall, Powell & Scott de Rouen. Cette société a vendu 15 appareils à l’industrie catalane entre 1840 et 1848. D’après Josep Maria Benaul, les fondateurs de cette entreprise sont de la même famille que les Hall de Dartford27. Durant les années 1830-1840, cette société a participé à la fourniture de divers équipements pour l’industrie textile française. Sa réputation n’est plus à faire, notamment dans le secteur lainier. En 1844, à l’exposition parisienne des produits de l’industrie, elle reçoit une médaille de bronze pour avoir acclimaté en France le système de foulage de la laine par machines à cylindres28. Pour les machines à vapeur, l’entreprise semble alors être au zénith de son prestige.

  • 29 DB, 15 septembre 1841.
  • 30 Exposition des produits de l’industrie française en 1839.
  • 31 M. Moreno Fraginals, El ingenio, t. II.

18L’autre groupe de constructeurs étrangers rassemble les entreprises françaises n’ayant vendu qu’une seule machine. Pour celles-ci, la Catalogne n’est pas un marché essentiel. Il s’agit plutôt d’une prise de contact, en attendant mieux. Au moins six d’entre elles nous sont connues. Parmi celles-ci, trois sont célèbres et participent au rayonnement international de l’industrie mécanique française. Il s’agit tout d’abord de l’atelier de Jean-Jacques Meyer, fondé en 1834 à Mulhouse, et constructeur d’une machine de 30 chevaux pour une filature d’Igualada en 184129. Au moment où cet Alsacien s’attaque au débouché espagnol, son entreprise a déjà travaillé à l’exportation (Suisse, Allemagne, Russie…) et la quête des marchés étrangers est au cœur de sa stratégie de développement. La deuxième entreprise, également mulhousienne, est celle d’André Koechlin. Fondé en 1826, cet établissement a été médaillé d’or lors de l’exposition parisienne de 1834 et compte un millier d’ouvriers en 183930. Il est également habitué à travailler pour l’exportation et envoie des machines textiles en Catalogne depuis le début des années 1830. En 1841, Koechlin a fabriqué la machine de la filature de coton Puigmartí de Gràcia. L’industrie catalane s’est aussi adressée à la société parisienne Derosnes & Cail. Fondée en 1818, cette entreprise a déjà un nom dans le monde hispanique avant de livrer, en 1841, la machine de la filature de coton des frères Muntadas à Barcelone. Elle a en effet rivalisé avec le constructeur anglais Fawcett, Preston & Co dans la construction d’appareils pour l’industrie du sucre à Cuba dans les années 183031.

  • 32 Sur cette entreprise, voir Rapport du jury central sur les produits de l’industrie exposés en 1849, (...)
  • 33 Ch. Dupin, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, p. 23 (...)
  • 34 À la même époque, Moulfarine a construit la machine de la fabrique de soie de Gaspar Dotres à Valen (...)
  • 35 Paul Puech était teinturier en rouge quand il s’est installé en Catalogne. Il devient fabricant de (...)

19Les dernières entreprises françaises ayant livré des machines à vapeur durant les années 1840 sont plus modestes. La société lilloise Legavrian, Dequoy & Cie, fondée vers 1839 et médaillée d’argent à l’exposition industrielle de Paris de 1849, a fabriqué, en 1841, l’appareil de la société linière Puig, Portabella y Cía.32. Cette vente est-elle le fruit de la réputation du Nord de la France dans le travail du lin ? Si les Britanniques ont affiché leur domination dans le secteur du coton, les Français ont eux une bonne réputation dans les secteurs du lin mais aussi de la soie et de la laine. Ainsi, en 1841, l’atelier parisien Moulfarine, célèbre depuis la fin des années 1820 pour la qualité des appareils livrés aux industriels de la soie33, construit la machine à vapeur de la société Dotres, Clavé y Fabra à Barcelone34. La même année, le constructeur Diot réalise celle destinée à une filature de laine de Barcelone située rue Ferlandina. La réputation internationale du mécanicien lyonnais est ici renforcée par le fait que le propriétaire de l’usine, Paul Puech, est un compatriote35.

  • 36 S. Pasleau, John Cockerill.
  • 37 AHPB, Ubach, 1834/1, f° 182.
  • 38 AHPB, Ubach, 1834/1, f° 184, et El Fomento, 1er mai 1847.
  • 39 DB, 9 avril 1840.

20Reste John Cockerill. Il faut le classer à part, pour deux raisons. Tout d’abord, il est implanté en Belgique. Ensuite, ses affaires avec la Catalogne sont très étroites puisqu’il s’immisce dans la vie industrielle locale. Depuis la création des ateliers de Seraing, la maison Cockerill a un rayonnement international grandissant36. Pour ses marchés à l’exportation, elle s’est d’abord intéressée au Nord de l’Europe. À partir de 1830, c’est le Sud qui retient son attention et la Catalogne plus particulièrement. John Cockerill est en relation avec les frères Torrents i Miralda, qui se chargent d’écouler ses machines textiles en Catalogne. En février 1834, la maison Cockerill approuve les plans de la future filature à vapeur de la Rambla à Vilanova i la Geltrú. Le mois suivant, l’entrepreneur belge participe à la création de la société H. Camps y Cía., chargée d’exploiter une filature de coton à vapeur à Barcelone37. L’été de la même année, il entend monter un atelier de mécanique dans la même ville. Les liens avec la Catalogne ne prendront pourtant jamais l’ampleur souhaitée et une seule machine à vapeur sera construite38. Le projet catalan de Cockerill a fait long feu. La première guerre carliste et la crise financière secouant l’Europe à la fin des années 1830 bloquent les initiatives. Cockerill avait anticipé les potentialités de l’économie locale dans un contexte défavorable. Sa mort et la faillite de son entreprise en 1840 empêcheront la reprise du projet dans une période plus propice39.

21Ce tableau, aussi sommaire soit-il, dévoile le monde des constructeurs étrangers de machines à vapeur en Catalogne. Reste à analyser la compétition entre ces firmes. Pourquoi tant d’entreprises ? Pourquoi les entreprises françaises apparaissent-elles en force durant les années 1840-1841 ? Comment expliquer la domination britannique ? Il faut maintenant se pencher sur la rivalité entre les entreprises britanniques et françaises durant cette période.

IV. — La rivalité franco-britannique

  • 40 « Minutes of Evidence on the Exportation of Tools and Machinery ».

22À en juger par les chiffres, l’affaire paraît entendue : la supériorité des fabricants britanniques sur le marché catalan est incontestable. Supériorité technique ? Il est légitime d’en douter. Si l’avance des fabricants établis en Angleterre et en Écosse était indéniable en 1830, la situation a changé vers 1840. De l’avis même du comité d’enquête parlementaire britannique de 1841, un constat s’impose : en ce qui concerne la technologie des appareils à vapeur, l’Europe continentale a comblé son retard40. La raison de ce succès, il faut l’attribuer en partie à la venue de techniciens britanniques en France et en Belgique. Ces hommes ne se sont pas contentés de transporter des connaissances techniques. Ils ont également participé à la croissance du secteur de la mécanique sur le continent en créant des sociétés et des usines. Sur ce point, l’installation des Cockerill à Seraing et celle des frères Alexander à Paris sont exemplaires. La colonie britannique ne pouvait pourtant pas tout et le dynamisme local devait jouer son rôle. La génération de constructeurs-mécaniciens français des années 1820 (Cail, Calla, Cavé, Derosnes, Halette, Koechlin, Meyer…) est arrivée à maturité et peut désormais traiter à égalité avec les fabricants britanniques.

23Faut-il dès lors voir une supériorité économique de la part des constructeurs d’outre-Manche ? Dans la rivalité opposant entreprises françaises, belges et britanniques sur les marchés des pays de l’Europe continentale, les années 1839-1842 constituent un moment crucial. Une véritable guerre s’ouvre alors. L’industrie française tente de mettre la main sur le marché catalan des machines à vapeur. Pour y parvenir, elle n’hésite pas à proposer des tarifs attractifs. Ainsi, Diot de Lyon offre, en 1841, des machines 33 % moins chères que celles de la maison Hall de Dartford.

Tableau 5. — Prix de vente des machines Hall (Dartford) et Diot (Lyon) en 1841 (en pesos fuertes à la sortie de l’usine)

Puissance
(chevaux-vapeur)
J. & E. Hall F. Diot
8 3 420 2 280
12 4 400 2 934
16 5 550 3 700
24 7 100 4 734
30 8 200 5 467

DB, 24 août et 15 septembre 1841.

24Comment une entreprise française, peut-elle proposer des prix plus bas que ceux de sa rivale britannique ? La réponse est double. Il faut tout d’abord s’intéresser aux choix technologiques.

  • 41 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes, p. 380.

Les moteurs changent selon la nationalité des constructeurs : les Anglais font des machines fixes très lourdes, demandant un poids énorme de métal et beaucoup de maçonnerie alors que les Français cherchent des modèles à forme légère et à faible volume41.

25Lourdement pénalisée par le prix élevé des métaux employés pour la construction des appareils à vapeur, l’industrie française a su être inventive et a développé l’art de fabriquer des machines moins massives et dotées de dispositif permettant la suppression de certaines pièces (appareil sans volant, à bielle en retour, à cylindre oscillant). L’économie des matières premières qui entrent dans la composition des appareils suffit-elle à expliquer l’écart de prix ? En partie seulement. Même si nous manquons de documents pour étayer notre propos, il y a fort à parier que les entreprises françaises se sont lancées dans une politique de dumping. Il s’agit de déloger les Britanniques du marché catalan et dans un premier temps, tout est bon, y compris travailler sans profit ou même à perte.

  • 42 DB, 15 septembre 1841. La citation est de l’entreprise Meyer ou de son représentant à Barcelone.

26Le problème du prix des machines est primordial. Il n’est toutefois pas le seul élément qui compte lorsqu’il s’agit de passer commande. C’est aussi une affaire de réputation. Dès lors, le travail des constructeurs pour gagner une clientèle relève aussi de la psychologie et les entreprises tentent de jeter le discrédit sur leurs rivales en faisant courir des rumeurs sur la qualité de leurs productions. La presse barcelonaise permet de saisir ces pratiques. En septembre 1841, la maison Meyer s’attaque à l’entreprise Hall de Dartford en affirmant produire des machines moins gourmandes en combustible de 25 à 30 %42. En février 1842, c’est au tour de Jean-Jacques Meyer d’essuyer des critiques. Le constructeur mulhousien est dénigré sur la qualité de ses machines sans volant :

  • 43 DB, 11 février 1842.

Se han hecho cundir rumores contra las máquinas de vapor sin volante, y particularmente contra las de MM. J. J. Meijer de Mulhouse que no son aun conocidas en España: se da por pretesto que las máquinas de vapor sin volante son menos sólidas que las que están provistas de aquella pieza; se añade que las primeras no pueden utilizarse sino para fuerzas que no escedan de veinte caballos43.

27Les résultats de ces attaques par voie de presse sont difficilement évaluables. Elles ont pu jouer leur rôle.

28Pour le dernier argument de vente des constructeurs français, la faible consommation en charbon de leurs machines, le doute n’est pas permis : c’est un élément capital. On sait l’importance des problèmes liés à la facture énergétique des entreprises catalanes. Dès les années 1830, la région est confrontée à un problème d’approvisionnement en combustibles minéraux car l’absence de production locale lui impose de payer son charbon cher, soit à cause de l’éloignement des zones de production espagnoles et de leurs coûts de production — comme les Asturies par exemple —, soit à cause des droits de douanes élevés sur les houilles britanniques. En matière d’appareils à vapeur, les dépenses de fonctionnement sont primordiales et l’argument de poids pour s’attirer les faveurs de la clientèle est donc la consommation en charbon. Pour conquérir ou conserver le marché catalan, il faut construire des machines économes en combustible. De ce point de vue, au cours des années 1839-1841, la Grande-Bretagne est assez mal placée et un rapport du moment souligne l’intérêt de la situation pour la France :

  • 44 « Rapport fait par Monsieur Calla au nom du Comité des arts mécaniques sur plusieurs établissements (...)

Il y a tout lieu de penser que le bas prix de la houille, en Angleterre, n’a que médiocrement engagé les constructeurs de ce pays à tenter des innovations qui auraient eu pour but principal l’économie du combustible, et nous devons croire que, sous ce rapport, nos ingénieurs ont encore une large carrière à exploiter44.

  • 45 DB, 14 septembre 1841.

29Lors de la première révolution industrielle, la France connaît le même problème que l’Espagne : le charbon y est cher et donc précieux. Les constructeurs français n’ont pas cessé durant les années 1820-1840 de mener des recherches et de construire des machines de moins en moins gourmandes en combustible. Ils centrent d’ailleurs leurs campagnes publicitaires en Catalogne sur la supériorité de leurs appareils en ce domaine. Nous l’avons vu pour Jean-Jacques Meyer. C’est aussi vrai pour la société lilloise Legavrian, Dequoy & Cie, qui se vante d’obtenir une économie de combustible de 30 à 90 % sur la plus grande partie des machines disponibles sur le marché45. Nécessité faisant loi, les Britanniques installés en France se sont adaptés et se sont placés sur le même créneau. Au final, et à en croire les rapports français de l’époque, l’hexagone disposait là d’un avantage durable. C’était sans compter sur la capacité de réaction des entreprises britanniques, qui finissent par prendre la mesure du danger. Les résultats ne se font pas attendre bien longtemps. Une publicité d’octobre 1842 expose aux entrepreneurs catalans les résultats des recherches menées par la maison Hall. Les ateliers de Dartford proposent désormais des machines dotées d’un nouveau type de chaudière à vapeur, « con la cual han logrado rebajar un treinta por ciento la cantidad de combustible que consumían las que hasta ahora han construido ».

Tableau 6. — Brevets (patents) déposés par John et Edward Hall (Dartford) en Angleterre sur des améliorations apportées aux appareils à vapeur (1841-1845)

du
brevet
Date Nom du
déposant
Intitulé
9 168 9 décembre 1841 John Hall Construction de chaudières génératrices de vapeur ; application de la vapeur à une force mécanique.
9 212 11 janvier 1842 Edward Hall Chaudière à vapeur
10 943 15 novembre 1845 Edward Hall Appareil à condenseur et double cylindre

B. Woodcroft, Alphabetical Index of Patentees, pp. 240-241.

Tableau 7. — Consommation horaire en livres castillanes des machines Hall de Dartford (1842)

Puissance
(chevaux-vapeur)
Ancien modèle Nouveau modèle
8 32 24
12 48 36
16 64 44
24 84 60
30 105 75

DB, 14 octobre 1842.

  • 46 Exposition des produits de l’industrie française en 1839,t. II, p. 68, et Publication Industrielle, (...)

30L’industrie britannique, maison Hall en tête, a gagné la partie. En se plaçant au niveau technologique des entreprises françaises et en étant capable de proposer, dans la durée, des prix inférieurs à ceux de ses rivales étrangères, elle retrouve son leadership et s’accapare de nouveau le marché catalan. L’affrontement n’aura duré que trois ans. Parmi les entreprises françaises, seules Alexander frères et John Hall, Powell & Scott parviennent à conserver une clientèle catalane car elles ont poursuivi leurs efforts en faveur de l’économie du combustible. Dans ce domaine, la société John Hall, Powell & Scott reçoit une grande médaille d’or lors de l’exposition des produits de l’industrie française de 1844 pour la faible consommation en charbon de ses appareils. L’entreprise Alexander poursuit sa spécialisation dans la construction de machines Woolf46. En revanche, la maison Meyer n’a pu suivre cette voie après sa faillite de 1843. Finalement, seules les deux entreprises françaises les plus étroitement liées avec la Catalogne se maintiennent sur ce marché à partir de 1843.

V. — Agents, représentants et intermédiaires

  • 47 AHPB, Andreu, 1845, f° 82v°, et Torras, 1854, f° 408.
  • 48 C’est notamment le cas pour Riera y Comerma et Arnau y Vilar à Barcelone (AHPB, Torrent, 1845, f° 4 (...)

31Pour vendre en Catalogne, les entreprises étrangères se devaient de construire des machines performantes et d’ajuster leurs prix afin d’être bien placées sur ce marché concurrentiel. Elles ont également dû se doter de relais locaux pour faire la publicité de leurs productions, assurer le suivi des installations et régler les litiges avec la clientèle. Les conflits ne manquaient d’ailleurs pas, notamment pour la consommation en charbon des machines. Ainsi, la firme alsacienne Koechlin & Cie a dû affronter les reproches de Puigmartí, filateur de coton de Gràcia, John & Edouard Hall de Dartford ceux de l’entreprise lainière Duran y Cía. de Sabadell47. Pour la maison Hick de Bolton, les actes notariés révèlent l’existence d’au moins six litiges au cours des années 1840 pour des problèmes de ce type. L’enjeu est lourd puisque les entreprises catalanes réclament auprès des tribunaux — et obtiennent parfois — un rabais des deux tiers sur le prix d’achat des machines48.

Tableau 8. — Quelques procès intentés à Hick de Bolton pour consommation excessive de charbon

Entreprises Activités Localisations
Arnau y Vilar Filature du coton et scierie Barcelone
Vallés y Cía. Filature du coton Barcelone
Busqueta é Sala Filature du coton Mataró
Casamitjana y Maymir Indiennage Sant Martí de Provençals
Riera y Comerma Filature du coton Barcelone
Camps y Cía. Filature du coton Barcelone

AHPB : Alzina, 1851, f° 97 et 1854, f° 2v° ; Planas, 1846, f° 209v° ; Lafont, 1848, fos 17, 78v°, 119 et 219 ; Moreu, 1848, f° 248 ; Torrent, 1845, f° 457 et Dardé, 1844, fos 188, 202, 248v° et 251.

32À partir de 1840, moment où le marché des machines à vapeur prend son plein essor, c’est tout un monde d’agents, de représentants et d’intermédiaires au service des entreprises étrangères qui se met en place. L’ensemble comprend à la fois Britanniques, Français et Catalans, techniciens, industriels et commerçants. Leur engagement auprès des constructeurs étrangers est souvent le fruit d’une opportunité ponctuelle mais finit parfois par s’inscrire dans la durée. La fidélité n’est toutefois pas la règle. Si certains d’entre eux s’engagent avec un constructeur, d’autres n’hésitent pas à travailler avec plusieurs firmes, à en changer ou à œuvrer pour leur propre compte. Ces hommes et ces sociétés seront présentés en deux groupes.

  • 49 AHPB, Soler, 1852/1, f° 41v°, et J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 289.
  • 50 DB, 25 février 1842.
  • 51 J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 285.
  • 52 DB, 25 février 1842.
  • 53 AHPB, Marzolà, 1844, f° 361, et Madriguera, 1846, f° 155 ; El Fomento, 24 juin 1845 et DB, 24 avril (...)
  • 54 Rapport sur les produits de l’industrie française présenté au nom du jury central à S. E. M. le com (...)
  • 55 Pour les ventes postérieures à cette date, Thomas Alexander s’occupe des intérêts de l’entreprise p (...)
  • 56 J. Catalan, « Capitales modestos », pp. 131-132.
  • 57 El Fomento, 2 janvier 1845.
  • 58 AHPB, Andreu, 1847, f° 51.

33Les étrangers tout d’abord. Parmi les Français, trois émergent du lot et ont tous tenté leur chance dans l’industrie avant d’être représentants ou commissionnaires. Jean-Pierre-Joseph Canal est originaire de l’Aude où il a été industriel lainier. Ce frontalier, ayant certainement une bonne connaissance de la Catalogne avant de s’y installer, semble avoir passé la frontière vers 184049. Il travaille d’abord dans l’industrie lainière de Sabadell avant de venir à Barcelone. En 1842, Canal est représentant de Stamm & Cie, société alsacienne spécialisée dans la construction de machines textiles50. L’année suivante, il agit de même pour le compte de Pere Turull51. C’est toutefois grâce à la machine à vapeur que ses affaires vont prospérer. La même année 1842, Canal devient le représentant officiel de Hall, Powell & Scott de Rouen52. En 1845, il finit même par monter une société pour exploiter une usine à vapeur rue Reina Amalia, en louant les locaux et l’énergie d’une machine achetée à l’entreprise qu’il représente53. La trajectoire d’Edouard Fossey est assez différente. Il a tout d’abord travaillé dans la petite mécanique à Paris dans les années 182054. Nous ne connaissons pas les raisons de son départ pour la Catalogne. Présenté dans les actes notariés comme ingeniero maquinista, il semble avoir servi d’agent barcelonais pour l’entreprise parisienne Alexander au début des années 1840. Il vend notamment une machine de 16 chevaux pour Josep Valentí et Jacint Ratés en 1842 et une autre, de même puissance, pour le filateur Pere Tarres en 1843. Même s’il reste toujours en affaires avec la maison Alexander en mars 1845, Edouard Fossey cesse de la représenter officiellement dès le printemps 184355. À la fin des années 1840, il tourne résolument le dos à la vapeur et à Barcelone. Après avoir pris un brevet en 1849 pour l’introduction en Espagne des améliorations apportées par Koechlin aux appareils hydrauliques, Fossey ouvre un atelier de mécanique à Lasarte en 1853 et vend ses turbines dans la région de Guipúzcoa56. Le dernier Français est Louis Perrenod. Nous l’avons vu, ce mécanicien installé à Barcelone depuis 1832 exploite un atelier de mécanique jusqu’en 1838. Victime de la crise liée à la première guerre carliste, son entreprise a fait faillite. Nous perdons sa trace pendant quelques années, mais il finit par refaire surface à Barcelone vers 1844, associé avec le commerçant Joseph Dejean, un des fondateurs de la filature à vapeur de Reus. Ensemble, ils animent une maison de commerce d’importation de machines françaises57. Cette société vend surtout des machines textiles mais ne néglige pas les opportunités se présentant dans le domaine de la vapeur58. Ainsi, en 1844-1845, elle vend et installe la machine de la filature de coton de Tarruellas à Barcelone.

  • 59 Ch. Dupin, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, pp. 2 (...)
  • 60 Exposition des produits de l’industrie française en 1839, t. II, pp. 40-41.
  • 61 AHPB, Òdena, 1840, f° 133, et M. Gascon, « Els orígens de la mecànica ».
  • 62 DB, 24 août 1841, et AHPB, Ferran, 1846, f° 177. Miguel de Bergue quitte la société Domènech, De Be (...)
  • 63 BC, JC, lligall LXVIII, caixa 95. Il s’occupe notamment des affaires de Michel de Bergue pour la ma (...)
  • 64 Dans le coton, il participe en 1842 à la constitution de la société M. Tey y Cía., qui loue les loc (...)
  • 65 AHPB, Jordana, 1845, f° 164v°, et F. Costa, Mataró liberal.

34Pour les Britanniques, les de Bergue se sont placés en tête. Cette famille a joué un rôle essentiel dans l’industrialisation de la Catalogne. Le père, Charles, s’est installé en France dans les années 1820 et s’est occupé d’y établir le premier système mécanique de tissage du lin et du chanvre. Il monte sa première fabrique à Voiron en 1827 avant de la transporter en Normandie, où il se spécialise dans la fabrication des peignes à filer. Sa famille nombreuse lui permet des ambitions pour de vastes marchés et d’agir dans le cadre d’une géographie large et complexe. Ses cinq fils travaillent dans l’industrie. L’aîné, Charles, sert les affaires familiales en Angleterre. Henri a fondé un atelier à Paris en 1830 et il reçoit une médaille d’argent lors de l’exposition de 1834 pour la qualité de ses métiers à tisser59. Il exporte ses produits en Belgique, en Russie et en Espagne. En 1839, sa maison a pris un poids considérable et ses ateliers ont été agrandis60. Michel, Auguste et Cornélius sont envoyés en Espagne. La famille de Bergue travaille régulièrement avec la maison Hall de Dartford. Cette collaboration est visible dès 1833 avec l’installation de la machine de Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía. à Barcelone et elle se poursuit pour Michel de Bergue dans le cadre de l’atelier mécanique qu’il crée avec Josep Vilanova et Joan Domènech en 1840 à la Barceloneta61. Michel de Bergue ne devient toutefois le représentant officiel de la firme Hall à Barcelone qu’à partir de l’été 1841, avant d’en devenir le chargé de pouvoir général en 184662. Il travaille en équipe, parfois avec ses frères, mais surtout avec Martin Ycher Roussillon, un ancien filateur de lin originaire de Lyon qui l’épaule en Catalogne depuis 183663. Parallèlement à ses activités de représentant de la maison Hall, Michel de Bergue a multiplié les actions industrielles dans des secteurs aussi variés que les transports, l’industrie du gaz et celle du coton64. Ce technicien-entrepreneur débordant d’initiatives attend son biographe. Le portrait esquissé ici permet toutefois de saisir son poids dans le développement industriel catalan. Nous en savons en revanche beaucoup moins sur l’autre grand représentant britannique des années 1840, William Moore. Les minutes des notaires nous permettent juste de savoir qu’il travaillait lui aussi en équipe pour l’installation des machines. Son frère Joseph Moore et le mécanicien Robert Harrison le secondent en effet pour résoudre les problèmes rencontrés en 1845 avec les machines de Busqueta é Sala à Mataró et de Ros é Hijos à Terrassa65.

  • 66 DB, 30 septembre 1841.
  • 67 DB, 15 septembre 1841.

35Ce monde des agents et intermédiaires étrangers ne se limite pas aux quelques cas présentés. Toutes les ressources sont utilisées pour être présents sur le marché catalan. Les monteurs dépêchés pour installer les appareils servent souvent de représentants temporaires. C’est le cas de François Schuffenecker, de la maison parisienne Moulfarine, qui sert d’agent sur son lieu de travail du moment, la fabrique Dotres, Clavé y Fabra, en 184166. Les relais nationaux sont également mis à contribution. Ainsi, Jean Bidlingmayer, représentant de la société J.-J. Meyer mais aussi de Nicolas Schlumberger & Cie de Guebwiller, envoyé à Igualada pour monter une machine à vapeur, réside un temps à Barcelone dans la fabrique de l’indienneur français Jean Achon67. De même, Paul Puech, lui aussi fabricant français, réceptionne les demandes de renseignements pour l’entreprise lyonnaise Diot.

36Les Catalans sont-ils présents dans ce monde des intermédiaires ? Ils jouent un rôle indéniable. Le principal agent est Mariano Flaquer. Originaire de Torredembarra et fils d’un entrepreneur enrichi dans le trafic des esclaves, il devient en 1845 le représentant et apoderado de Hick de Bolton à Barcelone. Il semble remplacer Joseph et William Moore qui disparaissent alors de Catalogne. Les entreprises de mécanique servent également de relais pour les ventes d’appareils construits à l’étranger. En 1842, El Nuevo Vulcano fait paraître une annonce publicitaire qui l’atteste :

  • 68 Guía de forasteros en Barcelona, pp. 63-64.

En el taller se reciben órdenes para erigir tanto en la ciudad como fuera, cualquier clase de máquina de vapor, terrestre ó maritima, á cuyo fin se ha puesto en relación con los principales constructores del extranjero68.

  • 69 AHPB, Rodelles, 1846, f° 331.
  • 70 J. Güell, Escritos económicos, p. 2.

37En octobre 1846, un contrat est passé avec la société Domènech y Prat pour la vente de machines à vapeur et de pièces fabriquées par l’entreprise Alexander à Paris69. En fait, toutes les entreprises de mécanique locales agissent de la sorte. Pour Joan Güell, il ne pourrait d’ailleurs en être autrement. Privé des possibilités de construire à cause de la législation douanière, l’atelier catalan se limite « a cobrar una simple comisión de la maquinaria que introduce del estranjero »70. À y regarder de plus près, les travaux des entreprises locales avaient une importance bien plus grande et les mots de l’industriel catalan étaient excessifs. Ne s’agissait-il pas d’apitoyer l’état espagnol sur la situation de l’industrie mécanique barcelonaise ?

VI. — L’importance sous-estimée des entreprises de mécanique de Barcelone

38Pour les entreprises étrangères, un réseau d’agents et d’intermédiaires sur le sol catalan était-il suffisant pour assurer le succès des exportations vers Barcelone et sa région ? Avoir les moyens de s’assurer une publicité locale, d’établir les contrats, de mettre en place les circuits financiers pour les paiements, d’être représenté sur place pour traiter les litiges commerciaux dans les meilleures conditions sont une chose. Assurer l’installation des équipements, maintenir en état les machines et faire les réparations urgentes dans des délais acceptables en sont une autre. Autrement dit, en matière de suivi logistique ou technique, l’éloignement est un vrai problème et le tissu entrepreneurial catalan a dû réagir pour y faire face. Le développement de la machine à vapeur en Catalogne ne pouvait se faire qu’avec l’existence d’un tissu local d’entreprises spécialisées dans les travaux de base. Si l’industrie mécanique catalane n’a pas trouvé le succès espéré à ses débuts, elle a néanmoins joué un rôle déterminant dans l’installation, la maintenance et la réparation de ces appareils. Qu’aurait pu être le développement économique de la Catalogne — et surtout de Barcelone et des alentours — durant les années 1830-1840 sans les travaux assurés par les ateliers El Nuevo Vulcano, ceux d’Esparó, de Domènech et de La Barcelonesa ? Sans aucun doute jamais aussi vigoureux et les entrepreneurs du textile, principaux fondateurs de ces entreprises l’ont compris très rapidement. Il convient donc ici de rouvrir le dossier de l’industrie mécanique catalane des années 1830-1840 et d’en apprécier l’importance à l’aune de nouveaux critères.

  • 71 Voir les listes d’élèves publiées dans M. Ll. Gutiérrez i Medina, « L’ensenyament tecnic ».

39Aucun ensemble industriel ne peut moderniser ses structures de production sans l’existence au niveau local d’un secteur métallurgique et mécanique dédié aux interventions de base. Installer, maintenir en état et réparer les machines : ces travaux n’étaient guère évidents pour les entreprises catalanes. Il fallait tout d’abord établir une formation alliant aspects théoriques et exercices pratiques. Ouverte au début des années 1830 et placée sous la direction d’Hilarión Bordege, la Chaire de mécanique de Barcelone a accueilli l’essentiel des techniciens et entrepreneurs qui ont travaillé par la suite dans le domaine de la vapeur (Leandre Ardévol, Jaume de Castro, Joan Domènech, Josep Prat, Nicolau Tous i Mirapeix… )71. Ce n’était toutefois qu’un enseignement limité car, dès ses premiers pas, l’industrie mécanique moderne catalane a été placée devant la nécessité d’opérer le transfert des technologies britanniques et françaises. Or les moyens d’accès les plus efficaces aux connaissances et aux savoir-faire dans le domaine de la vapeur et de la métallurgie ne sont pas légion. La technique voyageant avec les hommes qui la possèdent, il fallait nécessairement que la Catalogne envoie ses techniciens se former à l’étranger ou accueille des étrangers capables de leur apporter la technologie recherchée.

  • 72 Pascual Madoz le souligne en 1841 : « muchos jóvenes fueron a Inglaterra para familiarizarse con lo (...)
  • 73 Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de (...)
  • 74 DB, 25 mars 1842 ; AHPB, Ferran, 1846, f° 259, et A. Sánchez, « ¡Hubiese querido el cielo que no an (...)
  • 75 AHPB, Andreu, 1845, f° 87, et P. Madoz, Diccionario, t. III, p. 554.
  • 76 AHPB, Òdena, 1836, f° 315 et Planas, 1839, f° 81, et A. del Castillo, La Maquinista, p. 37.
  • 77 AHPB, Òdena, 1840, f° 141.

40Durant les années 1830, certains Catalans se sont expatriés un temps, afin d’acquérir des connaissances72. Quelques années plus tard, les entreprises catalanes de mécanique n’ont pas hésité à envoyer leurs salariés en Grande-Bretagne. C’est notamment le cas d’El Nuevo Vulcano qui dépêche le responsable de son atelier de chaudronnerie en Angleterre durant quelques mois en 1843 pour qu’il se mette « al nivel de los nuevos descubrimientos en el ramo de calderas »73. Les voyages vers la France ont été tout aussi nombreux. Avant d’être recruté dans l’entreprise d’Esparó, Leandre Ardévol a suivi les cours de l’École des Mines de Paris au début des années 1830. Toujours au cours de ces mêmes années, Nicolau Tous i Mirapeix s’est formé à Thann et a pu observer les nombreuses machines à vapeur fonctionnant en Alsace et visiter les entreprises de mécanique de la région. Le moyen le plus efficace et le plus rapide était toutefois de faire venir en Catalogne les hommes porteurs des connaissances recherchées. Les principaux ateliers de mécanique de Barcelone sont peuplés de techniciens britanniques au cours des années 1830-1840 : William Gough, Jack Riddings et John Whitehouse dans l’entreprise d’Esparó74 ; John Allerton et Samuel Kent pour El Nuevo Vulcano75 ; Michel de Bergue pour les ateliers de Domènech… On peut également ajouter à cette liste celle des techniciens français, restés dans l’ombre de leurs homologues britanniques. L’importance de leur rôle se mesure avec la présence du forgeron Joseph Isabeaud chez Esparó, du mécanicien Jean-Marie Raspaud chez Perrenod et P. Llobera y Cía., et du dessinateur Constantin Roy dans les ateliers de La Barcelonesa76. Au final, qu’il s’agisse de Français ou de Britanniques, l’avantage est le même pour les entreprises locales. En échange de salaires élevés, ces hommes ont permis d’assurer les travaux d’installation, de maintenance et de réparation des appareils à vapeur présents dans les usines catalanes. Ils sont également venus avec leurs connaissances et leurs savoir-faire qu’ils transmettent aux entrepreneurs, techniciens et ouvriers locaux engagés dans la filière de la mécanique. Ainsi, dans l’association qui le lie en juillet 1840 avec Joan Domènech, Michel de Bergue s’engage à « enseñar la maquinaria en todas sus partes a Juan Ramon Doménech, hijo del socio Don Juan Doménech »77. Dans les ateliers de métallurgie et de mécanique, les Catalans se sont formés par la pratique, sous les ordres et avec l’appui de ces techniciens étrangers. C’est durant ces années que s’est forgée l’autonomie catalane en matière de construction d’appareils à vapeur, qui donnera pleinement ses fruits au cours des années 1850.

  • 78 AHPB, Òdena, 1840, f° 133 ; Planas, 1842, f° 237 ; Tresàngels, 1843, f° 72v°.
  • 79 La Verdad, 16 mai 1844. Nous ignorons lequel.
  • 80 Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de (...)
  • 81 J. M. Benaul, La industria textil, et F. Costa, Mataró liberal.
  • 82 AHPB, Planas, 1842, f° 237v°, et Tresàngels, 1843, f° 5v°.
  • 83 Guía de forasteros en Barcelona, pp. 63-64.

41Les résultats de ce transfert de technologies ont été remarquables pour les travaux de base et il suffit de parcourir les archives des notaires de Barcelone et les factures concernant les interventions sur les appareils à vapeur pour s’en rendre compte. Pour les entreprises locales de mécanique, il s’agit d’un marché actif et porteur, véritable socle de la pérennisation du secteur. Dès 1839, les ateliers catalans installent et règlent les machines, construisent les conduites d’eau et les cheminées d’évacuation des fumées, fabriquent et mettent en place les systèmes de transmission (arbres moteurs, engrenages, courroies…). Les exemples ne manquent pas pour les ateliers d’Esparó, de Domènech, de La Barcelonesa et d’El Nuevo Vulcano78. Tout aussi important, les entreprises réparent ou changent les organes qui composent les machines (pistons, volants, cylindres, chaudières…) et évitent ainsi à leur clientèle les longues ruptures de production engendrées par l’attente d’un mécanicien extérieur à la région ou d’une pièce fabriquée au loin. En 1844, c’est un atelier de Barcelone qui change le cylindre de la machine de 30 chevaux de la fabrique Ricart à Barcelone79. Pour la seule année 1844, El Nuevo Vulcano « ha contribuido a evitar la paralización de mas de veinte fábricas de vapor que han necesitado sus auxilios »80. Ce problème de délais pour les réparations ne touche pas seulement les entreprises détentrices d’une machine mais aussi celles leur louant l’énergie vapeur. Le phénomène est répandu à Barcelone, à Mataró, à Sabadell et à Terrassa81. Qu’une machine fonctionne mal ou reste en panne et son propriétaire est attaqué en justice par les locataires dont les équipements sont privés de force motrice. Une affaire de 1842 illustre bien cette situation. Cette année-là, Andreu Balius, filateur de coton de Barcelone, loue une partie de ses locaux et de l’énergie de sa machine à trois confrères82. Ces derniers l’attaquent en justice car son appareil fonctionne mal et ne permet pas d’actionner convenablement l’ensemble des métiers présents dans l’édifice. Tout finit par rentrer dans l’ordre grâce à l’intervention des mécaniciens d’El Nuevo Vulcano. Ces réparations, nombreuses et régulières, préparent les entreprises pour de nouvelles activités. Assez rapidement, nous l’avons vu, les ateliers se mettent à construire des appareils. Ils finissent également par se lancer dans des opérations techniques difficiles, comme le changement du type de pression des machines déjà installées83. Ces travaux sont notamment destinés à faire baisser la consommation en combustible. Nous savons déjà l’importance de ce dernier point dans une Catalogne où le charbon se paie cher et alourdit la facture énergétique des entreprises. Même si elle a finalement peu construit d’appareils complets dans les années 1840, l’industrie mécanique catalane a trouvé son rôle et ses marchés. Elle a profité de l’essor de l’activité textile et l’a favorisé dans le même temps par l’éventail des travaux assurés. Une première étape, en attendant des jours meilleurs.

42L’étude du marché des machines à vapeur des années 1833-1850 permet de se placer au cœur de la première révolution industrielle catalane, en portant l’éclairage sur les enjeux et les modalités d’un phénomène combinant transfert de technologies, dynamiques économiques, destinées individuelles et stratégies d’entreprises. Par cette demande en biens d’équipement, la Catalogne a été attractive et a été perçue comme une opportunité de marché pour tout un monde d’entreprises et d’entrepreneurs étrangers. La vente de machines à vapeur n’a pas seulement servi les desseins de dynamiques extérieures à la région. Elle a en retour encouragé des initiatives locales, enraciné les intermédiaires étrangers dans le tissu économique catalan, stimulé la croissance industrielle de Barcelone et de plusieurs autres villes côtières. Elle a inscrit la région dans la modernité industrielle et technique de son époque. Finalement, comme en d’autres lieux, la machine à vapeur a été à la fois cause et conséquence de la modernisation des structures de production et vecteur d’intégration de la Catalogne dans les circuits technologiques et économiques européens du milieu du xixe siècle.

43Si ce travail permet de mieux comprendre l’entrée de la Catalogne dans la première révolution industrielle, il offre aussi la possibilité de saisir la compétition sur les marchés européens de la mécanique au cours des années 1830-1840. En observant les ventes d’appareils à vapeur en Catalogne, il apparaît que l’Europe continentale a comblé son retard technologique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. La compétition internationale sur le marché des biens d’équipement est désormais une affaire de prix. La suprématie britannique est-elle pour autant remise en cause ? Pas vraiment, les entreprises anglaises et écossaises parviennent à conserver leur position dominante, en produisant toujours moins cher et en se mettant au diapason des entrepreneurs français dans la recherche technologique. Il y a fort à parier qu’une étude sur la vente des machines textiles et des appareils hydrauliques permettrait d’observer un phénomène similaire. L’histoire industrielle de la Catalogne, un raccourci de l’histoire industrielle de l’Europe continentale ?

Bibliographie

Sources imprimées

Dupin, Charles, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834. Tome III, deuxième partie du rapport, Paris, Imp. Royale, 1836

Exposición pública de productos de la Industria Española, Barcelone, 1844.

Exposition des produits de l’industrie française en 1839. Rapport du jury central, Paris, 1839

Exposition des produits de l’industrie française en 1844, Paris, 1844.

Ferrer y Valls, Gerónimo, Cartas históricas, filosóficas, estadísticas, agrícolas, industriales y mercantiles, Barcelone, J. Torner, 1846.

Figuerola, Laureano, Estadística de Barcelona en 1848, Barcelone, Imp. de Tomás Gorchs, 1849.

Graell, Guillermo, Historia del Fomento del Trabajo Nacional, Barcelone, Vda. de Luis Tasso, 1911.

Güell, Joan, « Escritos económicos » [1841], dans Escritos económicos del Excmo. Sr. D. Juan Güell y Ferrer, Barcelone, Imp. Barcelonesa, 1880, pp. 1-23.

Guía de forasteros en Barcelona, Barcelone, 1842.

Hick, Hargreaves and Co, 1833 to 1933 at the Soho Ironworks, Bolton, 1933.

Madoz, Pascual, Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, Madrid, Imp. de P. Madoz y L. Sigarti, 1846, t. III.

(-), « Minutes of Evidence on the Exportation of Tools and Machinery », Parlementary Papers, 1841.

Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de socios y accionistas del 1° de mayo de 1844, Barcelone, 1844.

Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de socios y accionistas del 31 de marzo de 1845, Barcelone, 1845.

Rapport du jury central sur les produits de l’industrie exposés en 1849, Paris, 1850.

(-), « Rapport fait par Monsieur Calla au nom du Comité des arts mécaniques sur plusieurs établissements affectés à la construction des grandes machines à vapeur et des machines locomotives », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, 1842.

Rapport sur les produits de l’industrie française présenté au nom du jury central à S. E. M. le comte de Saint-Cricq, Paris, 1827.

Woodcroft, Bennet, Alphabetical Index of Patentees of Inventions from March, 2, 1617 (14 James I) to October, 1, 1852 (16 Victoriae), Londres, Evelyn, Adams & Mackay, 1854.

Bibliographie

Agustíicullell, Jaume, Ciència i tècnica a Catalunya en el segle xviii : la introducció de la màquina de vapor, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1983.

Benaul, Josep Maria, La industria textil llanera a Catalunya, 1750-1870 : el procés d’industrialització al districte industrial Sabadell-Terrassa, Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona, 1992.

— El vapor a Sabadell, Sabadell, Museu d’Història de Sabadell, 1994.

— « Transferts technologiques de la France (Normandie, Languedoc et Ardennes) vers l’industrie lainière espagnole (1814-1870) », dans Alain Becchia (éd.), La draperie en Normandie du xiiie au xxe siècle, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2003, pp. 263-295.

Castillo, Alberto del, La Maquinista Terrestre y Marítima, personaje histórico (1855-1955), Barcelone, Seix y Barral Hermanos, 1955.

Costa, Francesc, Mataró liberal, 1820-1856. La ciutat dels burgesos i els proletaris, Mataró, Caixa d’Estalvis Laietana, 1995.

Catalan, Jordi, « Capitales modestos y dinamismo industrial : orígenes del sistema de fábrica en los valles guipuzcoanos (1841-1918) », dans Jordi Nadal et Albert Carreras (éd.), Pautas regionales de la industrialización española (siglos xix y xx), Barcelone, Ariel, 1990, pp. 130-159.

Dorel-Ferré, Gràcia, « L’eau ou le charbon ? L’alternative énergétique de l’industrie catalane au xixe siècle », dans Jordi Nadal et Albert Carreras (éd.), Pautas regionales de la industrialización española (siglos xix y xx), Barcelone, Ariel, 1990, pp. 1057-1067.

Gascon, Marc, « Els orígens de la mecànica moderna a Catalunya : el cas del taller de màquines de l’indiano Joan Domènech i Coll », Estudis Històrics i Documents dels Arxius de Protocols, 22, 2004, pp. 185-217.

Gutiérrez i Medina, Maria Lluïsa, « L’ensenyament tecnic al segle xix : els primers anys de la mecanització industrial », dans III Jornades d’Arqueologia Industrial de Catalunya (Sabadell, 17, 18 i 19 de novembre 1994), pp. 168-190 (document dactylographié consulté à l’Escola Tècnica Superior d’Enginyers Industrials de Barcelone).

Izard, Miquel, La Revolución industrial en España : expansión de la industria algodonera, 1832-1861, Mérida, Universidad de los Andes, 1969.

Lévy-Leboyer, Maurice, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1964.

Maluquer de Motes, Jordi, « La estructura del sector algodonero en Cataluña durante la primera etapa de la industrialización (1832-1861) », Hacienda Pública Española, 38, 1976, pp. 133-148.

Mestre i Campi, Jesús, Una ciutat emmurallada al temps de la revolució industrial. Barcelona : ciutat, societat i política (1823-1859), thèse de doctorat soutenue en 1985 à l’Universitat de Barcelona (2 vol.).

Miller, Harry, Halls of Dartford (1785-1985), Londres, Ebury Press, 1985.

Moreno Fraginals, Manuel, El ingenio, complejo económico social cubano de azúcar, La Havane, Ediciones de Ciencias Sociales, 1978 (3 vol.).

Nadal Oller, Jordi, El fracaso de la Revolución industrial en España (1814- 1913), Barcelone, Ariel, 1975.

— « La metallúrgia », dans Història econòmica de la Catalunya contemporània, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1991, t. III, pp. 159-202.

— « Somni i realitat », dans Actes del col.loqui sobre Josep Yxart i el seu temps, Tarragona, Diputació de Tarragona, 2000, pp. 529-540.

— « Josep Bonaplata i l’adopció de la màquina de vapor », dans Jordi Maluquer de Motes (éd.), Tècnics i tecnologia en el desenvolupament de la Catalunya contemporània, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 2000, pp. 210-219.

Pasleau, Suzy, John Cockerill. Itinéraire d’un géant industriel, Liège, Éditions du Perron, 1992.

Pilling, P. W., Anderson, B. L., « Spanish Entrepreneurs and British Technology in Early xixth century Andalucia », Journal of European Economic History, 19 (1), 1990, pp. 35-72.

Raveux, Olivier, « Los fabricantes de algodón a Barcelona (1833-1844) : estrategias empresariales en la modernización de un distrito industrial », Revista de Historia Industrial, 28, 2005, pp. 157-185.

Sánchez, Alex, « ¡Hubiese querido el cielo que no anocheciera jamás ! El proceso de disolución de la sociedad Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía (1835-1838) », dans Albert Carreras, Pere Pascual, David Reher et Carles Sudrià (éd.), Doctor Jordi Nadal. La industrialización y el desarollo económico de España, Barcelone, Universitat de Barcelona, 1999, pp. 965-989.

Solà, Ángels, « La indústria sedera a Barcelona al segle xix », dans El món de la seda i Catalunya, Barcelone, Museu tèxtil - Diputació de Barcelona, 1991, pp. 251-271.

Thomson, James K., « Transferencia tecnológica en la industria algodonera catalana : de las indianas a la selfactina », Revista de Historia Industrial, 24, 2003, pp. 13-50.

Zylberberg, Michel, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1993.

Notes

1 M. Izard, La Revolución industrial ; J. Maluquer de Motes, « La estructura del sector algodonero », et J. Nadal, El fracaso de la Revolución industrial.

2 Quelques exemples : J. M. Benaul, La industria textil ; G. Dorel-Ferré « L’eau ou le charbon ? » ; J. Nadal, « La metallúrgia » ; J. K. Thomson, « Transferencia tecnológica ».

3 J. Nadal, « Josep Bonaplata », et M. Gascon, « Els orígens de la mecànica ».

4 J. Agustí i Cullell, Ciència i tècnica.

5 M. Zylberberg, Une si douce domination, pp. 490-491.

6 O. Raveux, « Los fabricantes de algodón ».

7 J. Nadal Oller, « Somni i realitat ».

8 Dans ces deux branches, les taxes à l’importation de productions étrangères sont alors abaissées.

9 C’est le cas à Esparreguerra, Monistrol de Montserrat et Sallent.

10 L. Figuerola, Estadística de Barcelona, p. 289.

11 J. Mestre i Campi, « Una ciutat emmurallada », t. II, p. 581.

12 Biblioteca de Catalunya (ci-après BC), Fons Junta de Comerç (JC), imp. 200/29, et DB, 7 et 22 mars 1834.

13 BC, JC, lligall LXVIII, caixa 95/9, Rapport du 15 décembre 1839. Dans l’ensemble de ce texte, les raisons sociales des entreprises sont en italique.

14 DB, 4 mai 1840.

15 DB, 27 avril 1842. La Barcelonesa a en outre livré au mécanicien August Allan les pièces pour la construction d’une machine à Sabadell (J. M. Benaul, El vapor a Sabadell, p. 19).

16 AHPB, González, f° 68, et Rigalt, 1851, f° 348v°.

17 Exposición pública de productos de la Industria Española, pp. 51-52.

18 En 1845, Lorenzo Carrau paie 10.755 reales à Valentí Esparó pour le moteur de sa fabrique (AHPB, de Larratea, 1845, f° 108v°). En 1848, la société J. Juvé y Cía. reconnaît devoir 7 600 reales à Esparó, « valor de una máquina de vapor » reçue en octobre 1846 (AHPB, Moragas, 1848, f° 166v°).

19 DB, 19 juin 1841.

20 Le calcul ne fait pas mention du charbon utilisé pour la construction, du prix de la main-d’œuvre, des investissements pour monter les ateliers, autant d’éléments eux aussi défavorables.

21 G. Ferrer y Valls, Cartas históricas, p. 236.

22 Pour plus de détails, voir H. Miller, Halls of Dartford.

23 AHPB, Moragas, 1836/1, f° 93vº, et El Catalan, 16 mai 1835.

24 Hick, Hargreaves and Co, 1833 to 1933 at the Soho Ironworks.

25 P. W. Pilling et B. L. Anderson, « Spanish Entrepreneurs ».

26 J. Mestre i Campi, « Una ciutat emmurallada », t. II, p. 544.

27 J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 283.

28 Exposition des produits de l’industrie française en 1844, t. II, pp. 208-211.

29 DB, 15 septembre 1841.

30 Exposition des produits de l’industrie française en 1839.

31 M. Moreno Fraginals, El ingenio, t. II.

32 Sur cette entreprise, voir Rapport du jury central sur les produits de l’industrie exposés en 1849, t. II, p. 71.

33 Ch. Dupin, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, p. 232.

34 À la même époque, Moulfarine a construit la machine de la fabrique de soie de Gaspar Dotres à Valence (voir Á. Solà, « La indústria sedera », pp. 256-260).

35 Paul Puech était teinturier en rouge quand il s’est installé en Catalogne. Il devient fabricant de draps en 1840 (Arxiu Administratiu de Barcelona, Acuerdos, t. I, f° 109v°, et DB, 15 septembre 1841).

36 S. Pasleau, John Cockerill.

37 AHPB, Ubach, 1834/1, f° 182.

38 AHPB, Ubach, 1834/1, f° 184, et El Fomento, 1er mai 1847.

39 DB, 9 avril 1840.

40 « Minutes of Evidence on the Exportation of Tools and Machinery ».

41 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes, p. 380.

42 DB, 15 septembre 1841. La citation est de l’entreprise Meyer ou de son représentant à Barcelone.

43 DB, 11 février 1842.

44 « Rapport fait par Monsieur Calla au nom du Comité des arts mécaniques sur plusieurs établissements », p. 483.

45 DB, 14 septembre 1841.

46 Exposition des produits de l’industrie française en 1839,t. II, p. 68, et Publication Industrielle, 7, 1851, p. 138.

47 AHPB, Andreu, 1845, f° 82v°, et Torras, 1854, f° 408.

48 C’est notamment le cas pour Riera y Comerma et Arnau y Vilar à Barcelone (AHPB, Torrent, 1845, f° 457, et Planas, 1846, f° 209v°).

49 AHPB, Soler, 1852/1, f° 41v°, et J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 289.

50 DB, 25 février 1842.

51 J. M. Benaul, « Transferts technologiques », p. 285.

52 DB, 25 février 1842.

53 AHPB, Marzolà, 1844, f° 361, et Madriguera, 1846, f° 155 ; El Fomento, 24 juin 1845 et DB, 24 avril 1847.

54 Rapport sur les produits de l’industrie française présenté au nom du jury central à S. E. M. le comte de Saint-Cricq, p. 367.

55 Pour les ventes postérieures à cette date, Thomas Alexander s’occupe des intérêts de l’entreprise parisienne en Catalogne (AHPB, Planas, 1844, f° 291v°).

56 J. Catalan, « Capitales modestos », pp. 131-132.

57 El Fomento, 2 janvier 1845.

58 AHPB, Andreu, 1847, f° 51.

59 Ch. Dupin, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, pp. 217-218.

60 Exposition des produits de l’industrie française en 1839, t. II, pp. 40-41.

61 AHPB, Òdena, 1840, f° 133, et M. Gascon, « Els orígens de la mecànica ».

62 DB, 24 août 1841, et AHPB, Ferran, 1846, f° 177. Miguel de Bergue quitte la société Domènech, De Bergue & Prat en avril 1842. Il est possible que son départ ait été causé par le fait qu’il ne pouvait travailler avec une autre entreprise qu’avec l’accord de ses associés (AHPB, Oliva, 1841, f° 101).

63 BC, JC, lligall LXVIII, caixa 95. Il s’occupe notamment des affaires de Michel de Bergue pour la machine Hall de Ferran et d’Arnau à Barcelone (AHPB, Gelada, 1849, f° 198).

64 Dans le coton, il participe en 1842 à la constitution de la société M. Tey y Cía., qui loue les locaux et la vapeur d’une usine à Barcelone (AHPB, Sampons, 1842, f° 112). En 1848, il s’associe avec deux entrepreneurs catalans pour l’exploitation d’une filature rue Migdia (AHPB, Prats, 1848/2, f° 5, et Ferran, 1848, f° 293).

65 AHPB, Jordana, 1845, f° 164v°, et F. Costa, Mataró liberal.

66 DB, 30 septembre 1841.

67 DB, 15 septembre 1841.

68 Guía de forasteros en Barcelona, pp. 63-64.

69 AHPB, Rodelles, 1846, f° 331.

70 J. Güell, Escritos económicos, p. 2.

71 Voir les listes d’élèves publiées dans M. Ll. Gutiérrez i Medina, « L’ensenyament tecnic ».

72 Pascual Madoz le souligne en 1841 : « muchos jóvenes fueron a Inglaterra para familiarizarse con los nuevos ingenios mecánicos » (G. Graell, Historia del Fomento, pp. 27-28).

73 Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de socios y accionistas del 1° de mayo de 1844, p. 5.

74 DB, 25 mars 1842 ; AHPB, Ferran, 1846, f° 259, et A. Sánchez, « ¡Hubiese querido el cielo que no anocheciera jamás ! », p. 979.

75 AHPB, Andreu, 1845, f° 87, et P. Madoz, Diccionario, t. III, p. 554.

76 AHPB, Òdena, 1836, f° 315 et Planas, 1839, f° 81, et A. del Castillo, La Maquinista, p. 37.

77 AHPB, Òdena, 1840, f° 141.

78 AHPB, Òdena, 1840, f° 133 ; Planas, 1842, f° 237 ; Tresàngels, 1843, f° 72v°.

79 La Verdad, 16 mai 1844. Nous ignorons lequel.

80 Navegación e Industria, Memoria leida por el administrador de esta sociedad en la junta general de socios y accionistas del 31 de marzo de 1845, p. 3.

81 J. M. Benaul, La industria textil, et F. Costa, Mataró liberal.

82 AHPB, Planas, 1842, f° 237v°, et Tresàngels, 1843, f° 5v°.

83 Guía de forasteros en Barcelona, pp. 63-64.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Nombre d’usines à vapeur à Barcelone et en Catalogne (1848)
Légende Source
Crédits Boletín de la Sociedad Económica Barcelonesa de Amigos del País, 1er octobre 1854, pl. LVIII (un établissement possède deux appareils).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search