Version classiqueVersion mobile

Sortir du labyrinthe

 | 
Xavier Huetz de Lemps
, 
Jean-Philippe Luis

Avant-propos

Jean-Philippe Luis et Xavier Huetz de Lemps

Texte intégral

1Sortir du labyrinthe. De prime abord, ce titre est énigmatique. Il fait simplement allusion à un ouvrage qui fut, en son temps, une référence : Le labyrinthe espagnol. Origines sociales et politiques de la Guerre civile, écrit et publié en 1943 par un Britannique amoureux de l’Espagne, Gerald Brenan, livre traduit ultérieurement en français en 1960 et objet d’une nouvelle édition revue et augmentée en 1984, preuve qu’il était alors encore considéré comme important. Le titre choisi par Brenan illustre parfaitement les présupposés historiographiques qui ont dominé l’écriture de l’Espagne contemporaine jusqu’aux années 1980, voire 1990 : l’Espagne étant par essence différente, sa trajectoire historique ne pouvait que s’écarter des États du reste de l’Europe ; l’embrasement de la Guerre civile, suivi de l’interminable glaciation franquiste, était la meilleure illustration de cette anomalie historique ; enfin, l’effort des historiens devait tendre à la compréhension de ce paradoxe espagnol et, pour les historiens contemporanéistes, à l’étude des « origines », proches et lointaines, de la guerre fratricide, un peu comme les historiens français du xixe siècle et de l’essentiel du siècle suivant avaient pu consacrer toute leur énergie à comprendre les causes et à mesurer les conséquences de la Révolution française. Cependant, Sortir du labyrinthe n’est ni un manifeste, ni une incantation. Il est plutôt un simple constat, un regard rétrospectif porté sur les développements récents de l’historiographie : les contributions réunies dans cet ouvrage témoignent du renouveau historiographique qui a permis de dépasser définitivement, depuis deux ou trois décennies, les présupposés exceptionnalistes et finalistes de l’écriture de l’histoire de l’Espagne contemporaine.

2Sortir du labyrinthe est aussi et surtout la reconnaissance collective d’une dette intellectuelle contractée par ses auteurs à l’égard d’un historien, Gérard Chastagnaret, qui a très tôt compris la nécessité, avant de repenser l’histoire de l’Espagne entre les dernières décennies de la fin du xviiie siècle et les premières du xxe siècle, de construire des savoirs historiques sur nombre de domaines dont on ignorait à peu près tout. À l’époque où Gérard Chastagnaret avait entrepris d’écrire sa thèse d’État sur l’histoire du secteur minier espagnol, thèse qui reste un ouvrage de référence, l’histoire du xixe siècle espagnol était encore un terrain largement en friche, masqué par quelques grandes synthèses comme celles de Miguel Artola ou de Manuel Tuñón de Lara. Entre le prestigieux Siècle d’or et le drame de la Guerre civile, la période n’attirait guère les chercheurs chevronnés, ni les jeunes doctorants. Elle n’était pour ainsi dire abordée que sous l’angle de la révolution libérale, une révolution libérale considérée comme un échec qui aurait été à l’origine du retard économique et de la violence politique.

3L’histoire économique, le champ originel de spécialisation de Gérard Chastagnaret a été un puissant levier pour remettre en questions ces idées admises, comme le montrent les contributions sur les thématiques industrielles et minières regroupées au début de ce volume. En filigranes, elles permettent aussi de comprendre combien, dans ce champ de recherche sans doute plus encore que dans d’autres, le dialogue entre spécialistes de toutes nationalités a joué un rôle crucial dans les progrès de l’historiographie ; elles soulignent aussi la part prise par Gérard Chastagnaret dans l’organisation de ces échanges féconds, plus particulièrement entre historiens français et espagnols.

4Au-delà de l’histoire économique, le destinataire de ces hommages a encouragé des générations de jeunes chercheurs à s’engager dans l’étude de l’histoire contemporaine de l’Espagne. Il a été, et il reste, un directeur de thèse et d’habilitation à diriger des recherches, un membre de jury de soutenance très exigeant sur la forme comme sur le fond (les auteurs de ces lignes peuvent en témoigner !), mais aussi très respectueux de la liberté intellectuelle des chercheurs. La diversité des thématiques abordées par ses disciples et amis dans ce volume est sans doute le meilleur hommage à cette heureuse conjugaison entre exigence scientifique constante, passion pour la mécanique intellectuelle de la construction des objets scientifiques, méfiance instinctive à l’égard des modes scientifiques et idéologiques et curiosité intellectuelle qui, d’ailleurs, est loin de s’être cantonnée au seul domaine hispanique.

5Enfin, Gérard Chastagnaret a su construire ou consolider des institutions et des structures scientifiques pour les mettre au service de la recherche individuelle et collective. Il a contribué de manière décisive à faire de l’UMR TELEMME ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir la principale unité de recherche française sur l’histoire de la Méditerranée. À la direction de la Casa de Velázquez, il a élargi les horizons de cette institution en développant des partenariats avec de nombreux pôles de recherche en Espagne et en France, il a contribué au rapprochement scientifique des Écoles françaises à l’étranger autour du thème des sociétés méditerranéennes devant le risque dans la très longue durée, il a ouvert le grand chantier de la rénovation des bâtiments, il a relancé la revue Mélanges de la Casa de Velázquez en la dotant d’une ligne éditoriale claire.

6Les coordinateurs de ce livre n’ont pas voulu proposer au lecteur une compilation de textes de circonstances, comme le sont trop souvent les hommages, ils ont tenté d’agréger des contributions inédites, fruits de regards rétrospectifs sur des chemins parcourus ou premières conclusions de recherches en cours, pour relier, scientifiquement et symboliquement, des parcours, certes individuels mais souvent convergents, à celui d’un historien qui, à un moment ou à un autre, a pesé favorablement sur ces trajectoires de recherche. Pour la plupart des auteurs de ce volume collectif, espagnols et français, et plus encore pour Gérard Chastagnaret, la Casa de Velázquez a joué le rôle fondamental du creuset. Nos remerciements sincères s’adressent à cette institution et à son actuel directeur, Jean-Pierre Étienvre, pour avoir voulu ce volume, pour avoir laissé une grande liberté à ses promoteurs et pour en avoir assuré la réalisation.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search