Version classiqueVersion mobile

Entre civitas y madīna

 | 
Sabine Panzram
, 
Laurent Callegarin

II.2. — Estudio de casos

Vie urbaine et activités artisanales dans les villes romaines d’Afrique durant l’Antiquité tardive

Ridha Ghaddhab

Texte intégral

  • 1 Ghaddhab, inédit ; Id., 2008 ; Id., 2016.
  • 2 Pour les autres activités comme le murex et les salaisons qui sont par essence limitées aux cités c (...)

1Cette étude prolonge nos réflexions sur le devenir du réseau urbain romain en Afrique du Nord après la chute de l’Empire1. Elle examine l’un des aspects de la ville de l’Empire durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age. L’accent est mis sur la signification de la présence des installations oléicoles et des ateliers de potiers2, installés jadis dans les périphéries de la ville ou parsemant les campagnes, dans les centres des certaines villes romaines de l’Afrique du Nord (carte 1, p. 254). Le déplacement de ces activités polluantes vers le centre de la ville soulève plusieurs interrogations qui s’articulent autour de deux questions centrales. La première, et nous ne l’étudierons pas ici, est d’ordre économique en relation avec un éventuel changement dans le réseau de production et dans l’existence ou non d’un surplus de production durant l’Antiquité tardive. La deuxième est de nature politique. L’installation de ces activités dans les structures vacantes des édifices et espaces publics (thermes publics, théâtres, portiques des fora), voire dans les maisons d’apparat de l’élite du Bas-Empire, pose la question de la nature de l’occupation de ces localités.

  • 3 Pour l’état de la question, voir Ghaddhab, inédit, pp. 11-15.

2Cette interrogation se pose parce que la notion de cité n’a pas radicalement changé après la fin de l’Empire et les contemporains de l’Antiquité tardive continuèrent à considérer le critère administratif comme essentiel pour distinguer une ville (civitas) d’un village (vicus) ou d’une place (locus)3. En outre, l’examen de la topographie urbaine indique, comme nous allons le démontrer, que toutes les activités polluantes étaient reléguées à la lisière de la ville aussi bien sous l’Empire romain qu’à l’époque médiévale arabe, et écartées ainsi des habitations avec une réglementation qui ne soulève aucune équivoque.

  • 4 Maurin, 1967.
  • 5 Ben Abed, Duval, 2000, p. 206.
  • 6 Leone, 2003, pp. 257-282 ; Ead., 2007, pp. 226-236.

3Á l’étude pionnière de L. Maurin sur Thuburbo Maius4, qui défend la thèse de la dégradation et du déclin de la vie urbaine, on a opposé celle de la prospérité5 et, plus récemment celle du changement de la nature de la ville, un «urban change» pour reprendre l’expression anglo-saxonne6.

  • 7 Sur ce dernier thème, voir les travaux de L. Maurin à Thuburbo Maius (Maurin, 1967, pp. 225-254) ; (...)

4Pour ne pas entrer dans le conflit des interprétations, nous avons structuré ce travail en deux parties. La première essaie d’établir les témoignages archéologiques de ces activités artisanales installées dans les centres urbains de villes des provinces africaines, et particulièrement dans la partie orientale. Les recherches archéologiques des deux dernières décennies aussi bien pour la céramique tardive que pour la fabrication de l’huile7 ont apporté plusieurs informations détaillées permettant d’aborder cette question sur des bases plus solides. Une attention particulière est accordée à la chronologie de ces installations et à l’histoire de ces « villes ». Sur la base de ce corpus matériel, la relation entre la vie urbaine et les activités artisanales durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge sera examinée.

Carte 1 — Carte de localisation des activités artisanales dans les villes d’Afrique antique.

Dessin : Ridha Ghaddhab / Laurent Callegarin

La géographie des activités artisanales

La localisation des installations oléicoles

a) Abthvgnos, Proconsulaire (Henchir Es-Souar, Tunisie)

  • 8 Ferchiou, 1990, p. 753.

5Abthugnos est située à 75 km au sud-ouest de Carthage et à 27 km au sud-est de Thuburbo Maius. Agglomération préromaine comme l’indique la céramique découverte sous les fondations d’une porte monumentale romaine8, elle est devenue municipe sous le règne d’Hadrien : Municipium Aelium [Hadrianum] Abthugnitanorum (CIL VIII 11 206 = 929 ; ILAf 71).

  • 9 Cagnat, Gauckler, 1898, 4-6, pl. III et IV ; Ferchiou, 1989, pp. 122-123.

6Dans le grand temple, vraisemblablement le Capitole9, et précisément dans la pièce située au nord, étaient placées deux grosses dalles mises à plat qui reposaient sur une épaisse couche pulvérulente. N. Ferchiou, qui a fouillé cet édifice, interprète ces éléments comme les reliques de quelques installations utilitaires, probablement d’une huilerie de fortune.

7La date de l’installation de cette huilerie reste inconnue. Mais l’auteur, en se basant sur l’étude de la céramique, a proposé une datation tardive dans l’Antiquité sans préciser davantage.

b) Asadi, Byzacène (Sidi Jedidi, Tunisie)

  • 10 Sur les différentes hypothèses s’appuyant sur une documentation inédite, voir la notice Asadi dans (...)

8Le site se trouve à 18 km à l’ouest du Pupput et à 8 km au nord-est de Segermes, à la limite de la Proconsulaire et de la Byzacène (AAT, 1/50000, f. XXXVIII [Bou Ficha], n° 57). L’histoire de la localité, qui semble avoir été une cité, reste méconnue10.

  • 11 Ben Abed et alii, 1994, p. 491.

9A été recensée une huilerie mise au jour dans une pièce ajoutée à l’église lors de son élargissement dans le second quart du ive siècle. Elle a été installée quand l’église fut abandonnée au début de la conquête musulmane11.

10On connaît mal la topographie d’Asadi sous l’Empire et l’Antiquité tardive, ce qui empêche de saisir la portée de cette information.

c) Belali Maior, Proconsulaire (Henchir El-Faouar, Tunisie)

  • 12 Mahjoubi, 1978, p. 107.

11Le site, placé sur le versant nord-ouest de Djebel bou Bourjaa, était une étape nécessaire sur la voie régionale de Vaga à Hippo Diarrhytus (AAT, 1/50000, f. XVIII, [Béja], 131). Belalis Maior apparaît comme pagus sous Antonin le Pieux (AE 1978, 855), probablement municipe sous les Sévères12 et colonie sous Constantin (cil viii 14436 = ils 5518).

  • 13 Ibid., p. 242-254.
  • 14 Ibid., p. 242.

12Une huilerie a été découverte dans les ruines de ce qui était un sanctuaire à abside situé à l’extrémité ouest du tissu urbain13. Cet édifice, après l’interdiction du culte païen (à situer au plus tard sous l’empereur Théodose et ses fils) a été converti d’abord en une chapelle puis en une huilerie. En raison de la découverte, à quelques mètres devant l’entrée à l’est de l’édifice, d’éléments de chancel brisés et de deux fragments de terre cuite, à décor géométrique, identiques à ceux exhumés sous le niveau byzantin de la « grande basilique », et surtout de l’élévation du niveau romain de l’abside avec la création d’un nouveau sol couvert d’un dallage, situé à 0,60 m au-dessus du talon de la fondation du mur de ce dernier, le fouilleur a avancé l’hypothèse de l’installation d’une petite chapelle chrétienne dans l’édifice abandonné. Cette hypothétique chapelle a été abandonnée. Les murs extérieurs ont été doublés et surélevés avec des blocs et des moellons de remploi, liés au mortier de terre, et l’espace intérieur a été fractionné en petites pièces avec des murs de refend construits avec les mêmes matériaux14. C’est au-dessus du nouveau dallage de l’abside qu’on a installé une huilerie dont deux éléments ont survécu : un élément de pressoir et une auge.

  • 15 Ibid. Selon l’auteur, « les matériaux utilisés et le mode de construction avec l’emploi du mortier (...)

13L’examen de la stratigraphie, ainsi que de la technique de construction avec des blocs et des moellons de remploi liés au mortier de terre, aussi bien pour les murs extérieurs que pour les murs de refend, suggèrent une date dans la fin de l’Antiquité15 pour la chapelle chrétienne et dans le Moyen Âge pour l’installation de l’huilerie.

d) Bulla Regia, Proconsulaire (Henchir Derragi, Tunisie)

14Colonia Aelia Hadriana Augusta Bulla Regia (CIL VIII 25522 ; AE 1949, 26) est située au nord-ouest de la Tunisie. Le centre de la cité est situé au pied du Djebel R’bia sur les pentes nord-est qui dominent la plaine de la Majrada, délimité au sud et sud-est par un marais, au nord-est et au nord-ouest par une sorte de gorge (AAT, 1/50000, XXIV [Fernana], n° 97).

  • 16 Kotula, 1967, p. 211.

15On sait peu de chose de son histoire avant la domination romaine, et guère plus ensuite. Lors de la guerre civile qui opposa Sylla à Marius, elle apparaît comme une ville importante (Orosius, 5, 21, 14). Sous l’Empire, divers indices, notamment l’inscription de ses citoyens dans la tribu Quirina, font penser que Vespasien en fit un municipe16, et qu’elle devint colonie honoraire sous Hadrien (CIL VIII 25522 ; AE 1949, 26).

  • 17 Thébert, 1972, pp. 22-23 ; Beschaouch et alii, 1977, p. 72.
  • 18 Thébert 1993, pp. 391-392.

16Dans les espaces situés à l’ouest, au sud et à l’est de la maison d’Amphitrite a été installée une huilerie dont n’a été conservé qu’un élément du pressoir et des auges17. Aucun argument objectif ne permet de préciser une date entre l’époque vandale, byzantine ou arabe. Une deuxième huilerie, dont il ne reste qu’un pressoir, a été installée dans les structures jouxtant les thermes de Iulia Memmia. En raison de l’épaisseur de la couche d’abandon sur laquelle a été posée cette huilerie, on a proposé une date « très tardive, bien postérieure au début de la période arabe », voire aux xiiie-xive siècles18.

e) Carthago

  • 19 Harrazi, 1982.
  • 20 Broise, 1999, pp. 32-40 ; Balmelle et alii, 2003, pp. 151-166.

17L’élément majeur du paysage urbain de l’époque tardive a été, quand la menace vandale s’est faite plus pressante en Méditerranée occidentale (Hydatius, chron, 86), la construction des remparts qui a vraisemblablement entraîné l’abandon de certains quartiers périphériques, notamment au nord-ouest où un cimetière est installé contre l’enceinte. Les recherches récentes tendent à nuancer la réalité du déclin à l’époque vandale, comme le prouve notamment l’importation des chapiteaux en marbre19, les rapprochant des poèmes de l’Anthologie qui parlent des constructions et des décors somptueux dus aux rois et à l’aristocratie vandale que l’on commence à localiser, ainsi la « Maison de la Rotonde »20. Sous la domination byzantine, d’autres grands travaux menés par les fouilles de l’UNESCO révèlent, dans plusieurs secteurs de la ville, des remblaiements massifs sur lesquels se sont implantés de nouveaux édifices. C’est le paysage de la Carthage punique qui a refait surface : une ville ceinte d’un rempart et dominée par une citadelle implantée sur la colline de Byrsa.

  • 21 Ennabli, 2000, pp. 129-130.
  • 22 Quilicio, 1994, pp. 47-48.
  • 23 Il s’agit peut-être du monument étudié par G. Quilicio (Ibid.).

18Dans la ville intra-muros, on a mis au jour les éléments suivants : un pressoir à vis dans l’église de Carthagenna tout près des ports21, des fragments de même type dans les Thermes d’Antonin, dans le monument à colonne de la colline de Junon et dans les villas romaines22, ainsi qu’un plateau de pressoir découvert sur la colline de Byrsa et placé dans la basilique chrétienne située sur le flanc nord-est23

  • 24 Lézine, 1969 ; Thébert, 2003, pp. 141-143.
  • 25 Leone, 2007, p. 234, note 369. Une nuance mérite d’être faite à cette chronologie étant donnée que (...)

19Hormis ce plateau d’ailleurs transporté dans l’église et non découvert in situ ou à proximité immédiate du monument, ces témoignages semblent indiquer une production de l’huile dans la localité à une époque post-antique. Les thermes d’Antonin ont fonctionné sous une forme réduite sous les Byzantins24. Parmi les indices appuyant cette datation, on a invoqué le pressoir à vis qui ne semble dater que de l’époque médiévale25.

f) Lepcis Magna, Tripolitaine (Labda, Libye)

20Lepcis Magna est située dans la Grande Syrte, sur la côte septentrionale de l’actuelle Libye, à 122 km à l’est de l’actuelle Tripoli (antique Oea), et à environ 2 km à l’est de la ville actuelle de Khoms. Fondation phénicienne (selon Sallustius, Bellum Iugurthinum, LXXVIII ; Plinius, V, 19) confirmée par l’archéologie qui a mis au jour à 4 m de profondeur à l’angle nord-est du vieux forum des structures datables de 650 et 500 av. J.-C.

  • 26 Floriani-Squarciapino, 1966, pp. 8-10.
  • 27 Ibid., pp. 37-38.
  • 28 Di Vita-Evrard, 1979.

21Lepcis demeura toutefois, et pour longtemps, une simple escale punique26, et ne se développa qu’à l’époque numide. Mais il faut souligner que l’archéologie ne rend guère compte de cette période d’essor27. Avec la défaite de Jugurtha, elle fut détachée du royaume numide (Sallustius, Bellum Iugurthinum, 77) et devint à la fin de la République une ciuitas foederata (Cicero, Ver, 2, 1, 5, 155). La cité fut intégrée dans l’Africa Proconsularis en 23 av. J.-C., bien que juridiquement elle était et jusqu’à l’époque flavienne une ciuitas foederata. Lors de la guerre qui opposa les habitants d’Oea et ceux de Lepcis Magna entre 68 et 70 ap. J.-C., les sources révèlent que la ville était entourée de puissantes murailles qui ont résisté aux sièges de la tribu des Garamantes. C’est à la suite de cette guerre et lors de sa promotion en municipe que furent fixées les limites de son vaste et riche territoire. Cette opération, effectuée en 74 (CIL VIII 25 967 = ILS 955), a fixé les limites ouest confinant le territoire d’Oea ; les extensions possibles des autres côtés ont été établies par G. Di Vita-Evrard28. Le municipe fut transformé sous Trajan en colonie honoraire : colonia Ulpia Traiana fidelis Leptis Magna (IRT 284 ; 353 ; CIL VIII 10, 11). Ville natale de l’empereur Septime Sévère, elle fut dotée du privilège de colonia iuris italici (Dig., 50, 15, 8, 11). La cité a été également privilégiée par l’empereur Gallien où elle prit le nom de Salonina (IRT 284) et ses habitants celui de Saloniani (IRT 456).

22Déjà capitale régionale depuis le règne de la dynastie des Sévères, elle fut promue lors des réformes administratives de Dioclétien comme capitale la province de la Tripolitaine. Une grande phase urbanistique datable de 306-310 ap. J.-C. a laissé plusieurs témoignages (IRT 467 et 468). Une génération plus tard, on a remis en état le théâtre (IRT 470). L’intéressant pour cette période c’est la construction des remparts qui a laissé dehors l’amphithéâtre, le cirque ainsi que les thermes de la « chasse ». On connaît mal l’état de la « ville » sous la domination des Vandales qui contrôlaient effectivement la cité depuis 455 ap. J.-C. Certainement elle avait subi les conséquences dues au ralentissement des activités commerciales dont l’impact sur la société et le paysage urbain reste à cerner. La « ville » fut conquise par les Byzantins et devint la résidence du dux limitis Tripolitanae (Cod. Iust., 1, 27, 21 ; IRT 263 et 847).

  • 29 Leone, 2007, p. 232.
  • 30 Wilson, 2001a, pp. 28-43, n. 41 ; Leone, 2007, p. 232.

23Des éléments d’huileries ont été repérés dans un quartier d’habitat situé dans le quartier du port29, mais sans pouvoir préciser si elles faisaient partie de l’architecture originelle de ces maisons ou s’il s’agit d’une installation postérieure. On connaît par contre relativement mieux l’huilerie installée dans le gymnase des thermes d’Hadrien30, proche de la via colonnata de l’époque des Sévères.

24La date de l’introduction n’est pas établie sur des arguments probants, mais elle est sans doute à placer après la cessation de l’activité thermale, c’est-à-dire soit durant l’Antiquité tardive, soit à l’époque médiévale.

g) Mactaris, Byzacène (Mactar, Tunisie)

25Colonia Aelia Aurelia Mactaris (CILVIII 11801 = ILS 458 ; 11802), Mactar, est située dans le Haut-Tell (AAT, 1/100000, f. 30 [Mactar], n° 186), à 150 km au sud-ouest de Carthage et à 70 km au sud-est de Sicca Veneria.

  • 31 Beschaouch, 1996, p. 252.
  • 32 Gascou 2003, p. 235.

26Agglomération punico-numide remontant probablement au iiie siècle av. J.-C., elle fut successivement capitale d’une circonscription administrative de l’État carthaginois (pagus Thuscae), puis ville importante du royaume des Numides Massyles avant d’être incorporée, en 46 av. J.-C., à l’Africa nova. Sous l’Empire, Mactaris était jusqu’à 169 encore une ciuitas pérégrine (CIL VIII 11799 ; ILAf 200). Elle a, vraisemblablement comme toutes les villes préromaines importantes, bénéficié d’un privilège octroyé par l’empereur Hadrien31 avant de devenir colonie honoraire sous Marc Aurèle32.

  • 33 Il s’agit d’un complexe d’environ 1000 m2 (42,50 × 23 m) dont le centre est occupé par une cour (18 (...)
  • 34 Picard, 1957, p. 130 ; Bourgeois, 1984-1985, p. 188

27Au centre de la ville, dans le péristyle de l’édifice dit « Schol des Juvenes »33, on a mis au jour une huilerie. La date de l’introduction de cette dernière semble remonter à l’époque byzantine34. Cette chronologie est fondée sur celle de la reconstruction de la basilique sous la domination byzantine dont la technique de construction est identique à celle de l’huilerie.

h) Madauros, Proconsulaire (Mdaourouch, Algérie)

28Madauros (CIL VIII 959 ; 1609 ; Ptolemaîos, 4, 3, 7) est située dans l’Est algérien, à 73 km au sud de Sicca Veneria, 25 km au sud de Thagaste (AAAlg, f. XVIII, Souk-Ahras, n° 432) et environ 6 km de l’actuelle Mdaourouch. Vieille cité numide qui remonte au moins au iiie siècle av. J.-C., elle a appartenu au royaume de Syphax, puis, après la Deuxième Guerre punique, à celui de Massinissa. Sous l’Empire, à l’époque flavienne, une déduction de vétérans fit d’elle la col (onia) Fl (avia) Aug (usta) ueteran (orum) Madaurensium. Ce choix s’inscrivait dans la politique de cantonnement des Musulames dont le territoire avait été borné. Ce dernier est situé 6 km au sud-est du territoire de la cité de Madaure (ILAlg I 2828 et 2829).

  • 35 Brun, 2004, p. 217 admet la possibilité que Madaure ait connu une situation similaire à Volubilis.
  • 36 Ibid., p. 217.

29Les dégagements exécutés au début du xxe siècle ont mis au jour vingt et une maisons qui comportent des huileries. L’état de conservation indique une architecture et un mode de construction très soignés, ce qui laisse supposer qu’elles étaient « en fonction au cours des ive et ve siècles, [et dont] certaines étant probablement bien plus anciennes »35. J.-P. Brun, l’auteur de cette hypothèse, n’a pas d’ailleurs manqué de souligner que le problème de la chronologie reste entier. Ainsi précise-t-il : « les dégagements exécutés au début du xxe siècle empêche de préciser même approximativement, la date de construction ou de l’abandon des huileries »36.

30Quoi qu’il en soit, une donnée est à retenir : ces huileries ont été installées dans un quartier d’habitat loin du cœur de la ville. Nous n’avons pas rencontré au centre de la ville impériale et dans ses édifices publics anciens les témoignages de ces activités artisanales.

i) Musti, Proconsulaire (Henchir Mist, Tunisie)

31Musti, Henchir Mist, est située dans le nord-ouest de la Tunisie (AAT, 1/100000, f. XXV [Jema], n° 3), à 120 km à l’ouest de Tunis, sur la grande voie provinciale de Carthage à Sicca Veneria. Musti est restée tout au long de son histoire un municipe, Municipium Iulium Aurelium Mustitanum (AE 1968, 601) sans accéder au statut de colonie honoraire.

32En dehors de la « citadelle byzantine » et non loin de la basilique construite à cette époque, on a mis au jour une série de pressoirs. La zone dégagée au sud-ouest montre au moins deux huileries complètes et une demi-douzaine de maies et de contrepoids illustrant une intense production d’huile.

  • 37 Ibid., p. 213.
  • 38 Beschaouch, 1965-1966, p. 168 ; Brun, 2004, p. 213

33J.-P. Brun donne une explication linéaire quand il précise que cette intense production d’huile, d’abord effectuée dans les domaines agricoles et dans la périphérie non fouillée de la ville du Haut-Empire, a été déplacée dans le cœur de l’agglomération lorsque celle-ci s’est rétractée à la fin de l’Antiquité37. C’est possible, mais en l’absence de toute information sur le contexte archéologique de ces découvertes, aucun élément n’autorise à se prononcer sur la date de l’introduction de cette activité et de préciser si elle remonte à la fin de l’Empire romain, à l’époque vandale ou byzantine38.

j) Pupput, Byzacène (Souk El-Abiod Tunisie)

  • 39 Sur l’état de la question voir Beschaouch, 1997, p. 365.
  • 40 Jacques, 1984, p. 222, n. 7.

34La ville antique est située au bord de la mer à environ 60 km de Tunis (AAT, 1/50000, f. XXXIX [Hammamet], n° 14). Elle était un lieu de croisement de deux voies : la voie régionale qui reliait Clipea à Thuburbo Maius et la voie provinciale de Carthage à Hadrumetum. Le statut de l’agglomération pose problème. En l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de préciser si l’on a affaire à un pagus de Carthage ou à un vicus39. Sur une base dédiée à Caracalla on a restitué […] co[l (onia) Aurelia / C]ommoda Pia Felix [Augusta / P]upput deuota [---] (CIL VIII 24 092 ; ILS 8973 ; ILTun 797)40, ce qui indique que Pupput est devenue colonie honoraire sous l’empereur Commode.

  • 41 Ben Abed, Griesheimer, 2004, pp. 5-7.
  • 42 Ben Abed, Hanoune, 2010, p. 992.

35Comme se présente aujourd’hui le site, ses thermes se trouvent dans une position centrale entre la mer et la nécropole romaine41. Ils sont insérés dans un tissu urbain qui reste encore mal connu. C’est dans ces thermes que l’on a mis au jour les éléments d’une huilerie « très probablement de petites dimensions »42.

  • 43 Ibid., pp. 993-994.

36À propos de la datation, les fouilleurs écrivent : « en l’absence des couches les plus récentes qui ont disparu généralement dans le dégagement de l’édifice (à l’exception de deux ou trois tombes au niveau du terrain actuel), on peut invoquer au moins le résidu du comblement de la salle de service qui est immédiatement à l’ouest de notre salle ; l’analyse des monnaies qu’il a révélé montre une constitution postérieure au vie siècle. Le mobilier céramique va dans le même sens (céramique byzantine peinte, etc.). C’est dans ce niveau que l’huilerie semble s’installer ». Et de conclure : « C’est pourquoi nous proposons d’y voir une occupation post-antique, encore mal calée, mais pour laquelle la première conquête arabe […] ne paraît plus un terminus ante quem valide »43.

k) Sabratha, Tripolitaine (Sabart Ou Sabrat = Marsa Zuaga, Libye)

  • 44 Müller, 1861, II, pp. 26-29, n° 48-52.
  • 45 Gascou 1982, p. 309

37Sabratha est située au bord de la mer sur la côte libyenne à 65 km à l’ouest d’Oea (Tripoli). Elle était une étape nécessaire sur la grande voie de Carthage à Alexandrie. Sabratha, probablement une colonie phénicienne (Silius Italicus, III, 256), faisait avec Oea et Lepcis Magna partie de la région des Emporia de l’empire carthaginois. La ville punique ne semble toutefois se développer qu’à partir de la deuxième guerre punique, quand elle faisait partie du royaume numide de Massinissa. Avec la fin de la guerre de Jugurtha, elle fut détachée de ce royaume et obtint le statut de cité fédérée44. Un statut qu’elle conservait jusqu’à une date qui reste à affiner sous le Haut-Empire. Elle apparaît comme colonie sur plusieurs inscriptions (IRT 6, 104 et 111) dont la plus ancienne est datée sur critère paléographique du iie ou du début du iiie siècle, ce qui laisse le champ ouvert à une promotion au plus tard dans les premières décennies du iiie siècle45.

  • 46 Wilson, 1999, pp. 46-48 ; Leone, 2007, p. 232.
  • 47 Voir infra.

38Une huilerie a été mise au jour à l’intérieur de la citadelle construite sous les Byzantins46. Quant à la date de sa mise en fonction, aucun argument objectif ne permet de se prononcer. Mais, pour des raisons historiques, nous proposons une date postérieure à la domination byzantine47.

l) Sufetula, Byzacène (Sbeïtla, Sbaytla Tunisie)

  • 48 Kanoussi, 2004, p. 1165.
  • 49 Ibid., p. 1164 ; Kotula, 1967, pp. 215-216 ; Gascou, 1982, p. 162.
  • 50 ILTun 370 ; CIL VIII 11340 ; Gascou, 1982, p. 162 et p. 304.

39Sufetula, Subeitula est située au centre ouest de la Tunisie dans les Hautes Steppes, (AAT, 1/100000, f. 48 [Sbeitla], n° 18), à 40 km au nord-est de Cillium et à environ 110 km au sud-ouest de Kairouan. La présence d’un noyau de la gens Musunia48 et la politique de Rome envers les organisations extra-municipales expliquent son histoire sous l’Empire. Elle a été municipe à l’époque flavienne ou sous Trajan49, puis colonie (avant Sévère Alexandre50).

  • 51 Un quartier d’huileries a été mis au jour au nord, à l’extérieur de la ville de l’Empire ; Maurin, (...)
  • 52 En dernier lieu Béjaoui, 1994, pp. 19-20.
  • 53 Duval, 1964, pp. 87-103.

40À Sufetula51, on a mis au jour une imposante huilerie52 en plein milieu d’une route de l’ancienne cité. Elle jouxte la basilique V dite des saints Gervais, Protasius et Tryphon. Deux pressoirs, un moulin et une cuve sarcophage sont les seuls éléments qui ont survécu de ce monument53.

  • 54 Id., 1999, p. 931.

41N. Duval, en se fondant sur l’élévation du niveau de fréquentation, a proposé une date tardive sous la domination byzantine, probablement le viie siècle pour sa construction54.

m) Thamugadi, Numidie (Timgad, Algérie)

42Sur le versant nord de l’Aures, à 20 km à l’est de Lambèse (AAAlg, XXVII [Batna], n° 255), Thamugadi, de nos jours Timgad, est implantée dans une haute plaine étroite dépassant à peine les vingt kilomètres de largeur. Le toponyme Thamugadi est libyque, ce qui donne à croire à la présence d’un habitat préexistant à la fondation romaine, une colonie de vétérans (colonia Marciana Traiana Thamugadi : CIL VIII 17842 = 2335 et 17843) établie en 100 sous l’ordre de Trajan par L. Munatius Gallus, légat de la legio III Augusta.

  • 55 D’après Ballu, 1911a, pp. 123-126 ; Id., 1911b, p. 4 ; Id., 1912, pp. 490-495, il y avait 16 ou 17  (...)
  • 56 Contre cette hypothèse développée par Andrew Wilson : Amraoui, à paraître.
  • 57 Wilson, 2001b, pp. 271-296.

43Thamugadi était célèbre sous l’Empire par ses activités de textile où une vingtaine de fullonicae a été mise au jour. Elles étaient toutes reléguées loin du centre de la ville55, avec une concentration dans le quartier nord-est. Le caractère polluant et malodorant de cette activité explique le choix de cette implantation56. Une date précise sur l’installation et la durée du fonctionnement manque. Cependant pour des raisons historiques et surtout l’homogénéité dans la construction, on a proposé une période d’activité du iie au ve siècle57.

  • 58 Brun, 2004, p. 230.
  • 59 Morizot, 1993, p. 211.

44Des huileries ont été mises au jour dans les périphéries de la ville, dans des villae qui ont toutes chances d’être attribuables aux iiie-ive siècles58. Une maie a été découverte à 4 km de la ville et dans la vallée de Mechgoug, on comptait au moins quatre compressions de type A3 tandis que celui de l’Oued Ichern a livré deux maies59.

  • 60 Courtois, 1951b, p. 17.

45Des huileries ont toutefois migré dans la ville où on a exhumé au moins six pressoirs. Il est fort possible qu’elles aient été encore plus nombreuses comme l’indique Christian Courtois : « La campagne environnante était riche […] en huile, comme l’attestent les moulins à huile trouvés dans les environs, et qui, à basse époque, s’installèrent jusque dans la ville même »60. Cependant, on ne dispose d’aucune datation assurée pour leur installation dans le tissu urbain de la ville de l’Empire.

n) Thignica, Proconsulaire ([Aïn] Tonga, Tunisie)

46Le site se trouve à environ 95 km au sud-ouest de Carthage, sur la route actuelle qui va de Tunis à Al-Kaf, à environ 8 km de Testour et à 17 km de Téboursouk (AAT, 1/50000, f. XXVIII, [Oued-Zerga], n° 109). En raison de la formule épigraphique uterque pars civitatis (CILVIII 15212 = 1409 et 1419 et 15207 ; ILTun 1307), on a conclu à la présence d’un pagus romain à côté de la ciuitas pérégrine. Sur une inscription datée de l’année 229, Thignica apparaît déjà comme municipe, ce qui rend l’hypothèse d’une promotion sous Septime Sévère fort possible. Elle est devenue colonie honoraire sous Gallien : respublica colonia Liciniae Septimia Aurelia Alexandriana (CIL VIII1487 = ILS 541).

  • 61 Ben Hassen, inédit, pp. 168-169.
  • 62 Id., 2011, p. 138.

47Le contexte archéologique de la découverte des éléments de pressoirs à Thignica reste peu précis et ne permet pas d’exploiter cette information dans une perspective historique. Le fouilleur écrit : « Au nord-ouest des thermes et à quelques trois mètres des vestiges de la maison, gisent sous un vieil olivier plusieurs éléments d’architecture : un chapiteau corinthien, quelques fragments de fût de colonne, quelques morceaux d’un pressoir à huile et une grosse pierre en calcaire »61. Dans une étude plus récente, l’auteur a repris la question tout en proposant une date tardive sans préciser davantage62.

48Signalons en outre de ces éléments, qui restent isolés, ont été mis au jour dans un quartier périphérique loin du centre de la localité.

o) Thuburbo Maius, Proconsulaire (Henchir Al-Qasbat, Tunisie)

49Thuburbo Maius, de nos jours Henchir al-Qasbat, est située dans vallée de l’oued Miliane (AAT, 1/50000, f. XXXVII [Zaghouane], n° 67), à 58 km au sud-sud-ouest de Carthage et à 32 km au sud-ouest d’Uthina.

50La localité était restée longtemps une ciuitas prérégrine (ILAf, 235, 254) dans la mouvance de Carthage comme l’illustrent les dédicaces à des prêtres et à des magistrats de Carthage (ILAf, 280, 282 ; ILTun 721). Elle devint, à l’instar des villes préromaines importantes, un municipe sous Hadrien (ILAf, 244 : ILTun, 699) et une colonie honoraire sous Commode (ILAf, 281 et 267 ; ILTun, 719).

  • 63 Respectivement, CMT II, 1, 73-58 et Maurin, 1967, p. 249, fig. 5 ; CMT II, 1, 77-78 et Maurin, 1967 (...)

51Des huileries ont été mises au jour partout dans le site, dans les structures des édifices publics qui étaient encore débout, surtout dans le quartier du forum et ses environs (fig. 1, p. 261) : dans le Petit temple, l’huilerie du Nord, le sous-sol du Capitole, le temple de Mercure pour ne citer que les vestiges les plus imposants63.

  • 64 Poinssot, 1925 ; Maurin, 1967 ; Frend, 1983.

52Aucun argument ne permet de proposer une date précise quant à l’introduction de ses activités dans la ville. Ce qui est certain est que le quartier central était en pleine activité sous la domination byzantine64.

p) Thugga, Proconsulaire (Dougga, Tunisie)

53Thugga, Dougga est située dans le nord-ouest de la Tunisie (AAT, 1/50000, f. XXXIII [Téboursouk], n° 183), à environ 120 km au sud-sud-ouest de Carthage et à 70 km au nord-est de Sicca Veneria, à une distance mitoyenne entre l’oued Majrada et celui de Siliana.

  • 65 Ghaki, 1997, pp. 27-47.

54Thugga, très vraisemblablement Toukai, apparaît pour la première fois dans les sources à la fin du ive siècle avant J.-C., lors des campagnes d’Agathocle contre Carthage (Diódôros 20, 57, 4). Elle faisait partie du territoire de l’Empire de Carthage punique. Avec la fin de la Deuxième Guerre punique, elle fut intégrée au royaume numide donné par Rome à Massinissa jusqu’à la création de l’Africa Noua par César en 46 av. J.-C. (Appianus 8, 68, 309). Durant cette période, Thugga apparaît dans les sources comme une ciuitas pérégrine qui possédait ses propres institutions politiques65. De l’annexion de la Numidie jusqu’au règne de Septime Sévère, deux institutions géraient les affaires de la cité : un pagus de citoyens romains rattaché juridiquement à Carthage et qui bénéficiait de l’immunité fiscale (DFH, n° 50-51) et une ciuitas pérégrine (DFH, n° 46, 47, 48 et 49). Il y aurait à attendre que cette dernière absorbe, avec l’accès d’une grande partie de son élite à la citoyenneté romaine, le pagus pour assister au changement du statut de la localité devenue municipe en 205 ap. J.-C. (DFH, n° 56) et colonie en 261 ap. J.-C. (DFH, n° 62).

  • 66 Poinssot, 1904, p. 419.

55Le quartier central de la ville du Haut-Empire a abrité des activités oléicoles. Au nord et à l’est du temple de la Piété Auguste et dans des constructions privées qui longeaient cette rue, une huilerie de dimensions réduites a été installée. L’une de ces maisons semble ne pas être d’époque tardive. Elle a été décrite en ces termes : « Bien plus soignée [que les autres maisons], et sans doute de meilleure époque, formant un angle obtus avec la précédente et la joignant au mur de soubassement d’un réservoir d’huile […] »66. Dans l’une des pièces de cette maison ont été découvertes plusieurs cuves à huiles réparties dans un massif de maçonnerie de 3 m sur 3,80 m. En plus de cette maison, plusieurs édifices publics ont été convertis en huileries :

  • dans un des couloirs du théâtre, se trouvait « en place une jolie dalle de petites dimensions, pourvue de rainure circulaire et de son essieu au pied duquel était une auge en calcaire destinée à recevoir l’huile »67 ;
  • à Dar-Lachheb, où plusieurs auges et bassins du même type que ceux découverts dans dans de longs portiques d’une maison au nord-est du temple de la Piété Auguste68 ;
  • dans le temple dit de Pluton existait aussi une huilerie dont on a perdu toutes traces69.

Fig. 1 — Plan du quartier du forum de Thuburbo Maius. 1 : Huilerie des animaux liés ; 2 : Maison des animaux liés ; 3 : Edifice sur la rue du Capitole ; 4 : Bains du Capitole ; 5 : Huilerie du Nord ; 6 : Maison du cratère ; 7 : Capitole ; 8 : Maison des Palmes ; 9 : Boutiques sur la rue de l’aurige ; 10 : Maison de Neptune ; 11 : Annexes A et B de la maison de Neptune ; 12 : Petit temple ; 13 : Edifice à l’angle sud du quartier de Neptune ; 14 : Boutiques sur la rue des Palmes ; 15 : Boutiques à l’angle nord du quartier des Ménades ; 16 : Édifice à l’angle nord du quartier des Ménades ; 17 : Taberna (?) à l’angle nord du quartier des Ménades ; 18 : Temple de Mercure ; 19 : Forum ; 20 : Maison du panneau floral ; 21 : Curie ; 22 : Édifice au centre du quartier des Ménades ; 23 : Salle de passage ; 24 : Marché au péristyle ; 25 : Basilique du marché ; 26 : Marché aux boutiques ; 27 : Bain du labyrinthe ; 28-32 : Exèdres du forum ; 33 : Édifice sur le côté sud-est du forum ; 34 : Maison de Nicentius.

Source : CMT II, 1, plan 1

56Mais, les huileries les plus imposantes à Thugga ont été mises au jour l’une dans les thermes de Aïn ed-Doura et l’autre dans le temple de Mercure.

  • 70 Bouhlila, 1987, p. 34.

57Les thermes d’Aïn ed-Doura ont fonctionné jusqu’à une date avancée du ive siècle70. Il est difficile de préciser dans le détail ce que ce monument advient après, mais soulignons la présence de vestiges d’habitations ainsi qu’une huilerie dont il n’a été conservé qu’un pressoir. Dans ces ruines, des constructions rudimentaires sont venues ensuite s’appuyer contre la masse des voûtes écroulées. L’une de ces nouvelles constructions abritait un moulin. Juste à côté, ont été récemment mises au jour de nouvelles constructions datables de l’époque arabe, peut-être aghlabide, comme semble l’indiquer la céramique de couleur verdâtre sur fond brun qui jonche le sol.

  • 71 Poinssot, 1958, p. 33.

58L’huilerie découverte dans le temple de Mercure71 nous semble dater de l’époque médiévale. Si elle est de l’époque vandale, il est impossible qu’elle ait été en service, ou qu’elle ait survécu au chantier de la construction de la citadelle et par conséquent une date sous la domination byzantine ou même plus tard nous semble plus vraisemblable.

q) Uchi Maius, Proconsulaire (Henchir Ed-Douamis, Tunisie)

59La Colonia Mariana Augusta Alexandriana Uchitanorum Maiorum (CIL VIII 15546) est située dans le nord-est de la Tunisie (AAT, 1/50000, f. XXXII [Souk el Arba], n° 62), à environ 10 km au nord de Thugga. Par sa position élevée, elle commandait à la fois le bassin de l’oued Khalled et celui de l’oued Tessa, affluent de la Medjerda.

  • 72 Beschaouch, 1999, pp. 99-100.

60Uchi Maius apparaît dans l’histoire de l’Afrique avec l’installation de vétérans de Marius qui formaient, selon Plinius (HN, V, 29 et 30), un oppidum civium romanorum. Sous le règne d’Auguste, leurs descendants ont été probablement regroupés juridiquement en pagus de citoyens romains rattaché à Carthage. Enfin, la localité est devenue colonie sous le règne de Sévère Alexandre en 230 (CIL VIII 15447 et 26262)72.

  • 73 Area modeste de 17 m de longueur sur environ 12 m entourée d’un portique de 4,50 m de profondeur et (...)

61Le quartier central a été conservé jusqu’à une date avancée dans le Bas-Empire, puis il a été abandonné. Après cette phase d’abandon qui a duré dans le temps (couche importante des sédiments alluviaux), le centre politique de la « ville » devint le centre d’activités artisanales illustrées par un nombre impressionnant d’huileries. C’est le dégagement d’un secteur du forum de la ville73 qui permet d’avoir une idée plus précise de son devenir. Les résultats des fouilles des deux secteurs (2100 et 2200) situés au nord et au nord-est permettent d’esquisser approximativement l’évolution suivante (fig. 2, p. 263) :

  1. abandon du forum attesté par une strate de sédimentation de nature alluviale (période VIII, selon le découpage chronologique des fouilleurs)74.
  2. restructuration intensive du forum avec la construction de plusieurs murs de refond et la création de nouveaux espaces (le seul matériel datable de cet horizon est une amphore africaine datable des ive et ve siècles (période VII)75.
  3. nouvel abandon illustré par une couche de remblai alluvial dans lequel quelques fragments de sigillée claire D (Hayes 104 a) datables entre 500 et 580 (période VI)76.
  4. puis, une occupation sporadique dont il est difficile de caractériser la nature et la chronologie (période V).
  5. enfin, les périodes IV, III et II illustrent le processus de l’abandon progressif de cette zone et de tout le secteur de l’area 2200.
  • 77 Ibid., p. 74.
  • 78 Vismara, 1999, pp. 73-74.

62Si l’on se fie au seul indice datable (une amphore africaine) des ive-ve siècles77, cette occupation intensive du forum date de l’époque vandale78.

Fig. 2 — Plan des vestiges d’Uchi Maius.

Source : Khanoussi, Mastino, 1997, pp. 46-47, fig. 4

r) Uthina, Proconsulaire (Oudhna, Tunisie)

63Colonia Iulia Pietas Tertiadecimanorum Uthina (CIL VI 36 917 = ILS 6784), de nos jours Oudhna, est située presque au milieu des plaines de l’oued Miliane (AAT, 1/50000, f. XXVIII [Oudna], n° 48), à environ 35 km au sud-ouest de Carthage. Uthina émerge dans l’histoire quand Auguste décide à la fin de la Guerre Civile de fonder une colonie dans une zone potentiellement riche et capable de transformer rapidement des soldats de guerre en colons agriculteurs.

  • 79 Ben Hassen, Golvin, 2004, p. 116, fig. 37 et 38.

64À l’extrémité ouest de la longue pièce voûtée sous le grand escalier du Capitole, on a dégagé un pressoir composé d’un plateau de pressurage et deux cuves pourvues d’orifices par où le moût s’écoulait dans des récipients placés en contrebas79. L’absence de certains éléments, comme le broyeur, constitue un indice en faveur d’une installation vinicole.

  • 80 Ibid.
  • 81 Ben Hassen, 2011, p. 138

65Quant à la date de l’installation de cette activité, on a d’abord proposé un large éventail entre le ve et le viie siècle80 puis plus récemment, sans d’ailleurs donner des arguments probants, une date sous la domination byzantine81.

La localisation des ateliers de potiers

a) Lepti Minus, Byzacène (Lamta, Tunisie)

66Leptiminus (CIL III 13583), Lepti Minus (Tab. Peut., VI, 3 ; It. Ant., 58, 6), Lepti, l’actuelle Lamta est située sur la côte du Sahel tunisien, à 35 km au sud-est d’Hadrumetum et à 12 km au sud de Ruspina (AAT, 1/50000, f. 52 (Moknine), n° 7).

  • 82 Müller, 1861, II, pp. 49-50, n° 1-20 ; Alexandropoulos, 2000, pp. 285-288.
  • 83 Gascou, 1982, p. 170.

67Sa situation et son port en avaient fait déjà une cité importante à l’époque carthaginoise : Hamilcar y avait vaincu les mercenaires révoltés en 237 av. J.-C., et Hannibal, en 203, y réunit les troupes qui devaient rencontrer l’armée de Scipion. Son alliance avec Rome lors de la troisième guerre punique lui valut en récompense le statut de cité libre (CIL I2, 585 = FIRA, I2, § 79). Ciuitas libera et immunis (BA, VII, 1) en 47, elle fut, pour des raisons stratégiques, ménagée par César (BA, VII, 2). Elle frappait jusqu’au règne de Tibère sa propre monnaie82, et Plinius (HN, V, 25) la connaît encore comme oppidum liberum. D’après CIL VIII 22901 = AE 1968, 630 ; AE 1991, 1690 ; cf. Ptol., 4, 3, elle est devenue colonie honoraire sous Trajan83.

  • 84 Peacock, Béjaoui, Ben Lazreg, 1989, fig. 23, n° 2 ; Stone, Stirling, Ben Lazreg, 1998 ; Stirling, B(...)

68La production amphorique est bien attestée dans la cité de Lepti Minus sous l’Empire romain où les ateliers ont été mis au jour à la lisière de la ville, dont le plus célèbre est celui de l’atelier de Dahar Slama84.

  • 85 Stirling, 2001 ; Dore, 1992 ; Id., 2001.
  • 86 Stone et alii, 1998, pp. 304-317.

69Des travaux menés à l’emplacement du musée archéologique85 ont mis au jour tout un complexe industriel dans la partie orientale de la ville, notamment un atelier d’amphores dans les thermes de l’Est86.

  • 87 Ibid. ; Stirling, Ben Lazreg, 1999 ; Stirling, 2001.
  • 88 Dore, 2001.

70Les données de la typologie et de la classification des amphores de cet atelier87 indiquent des productions tardives qui remontent à l’époque byzantine (vie-viie siècle)88.

b) Neapolis, Proconsulaire (Nabil Al-Qadim, Tunisie)

  • 89 Desanges, 1982, pp. 24-27

71Neapolis, Nabel al-Qadim, au nord-est de la Tunisie, dans la région du Cap Bon, se trouve à 2 km au sud-ouest de la ville actuelle de Nabeul (AAT, 1/50000, f. XXX [Nabeul], n° 138). La première mention de la cité date de la fin du ve siècle av. J.-C. C’est alors un comptoir de Carthage, le plus proche de la Sicile (Thoukudídês, 7, 50). Prise par Agathoclès en 310 (Diódôros, 20, 17, 1) puis sans doute ravagée mais non détruite (malgré Strábôn 17, 3, 16) lors de la troisième guerre punique, et privée de liberté, son engagement aux côtés de César lors de la guerre d’Afrique (Caesar, Bellum Afr., 2) lui fait retrouver son autonomie (Plinius, HN, 5, 24) et acquérir peut-être déjà (ou sous Auguste) le rang de colonie89 inscrite dans la tribu Arnensis (CIL VIII 24098 = ILTun 801 ; CIL VIII 971 ; CIL II 105 ; cf. CIL VIII 968 : colonia Julia).

  • 90 Voir l’état de la question chez Bonifay, 2004, pp. 35-39.
  • 91 Ibid., p. 39.
  • 92 Lisse, 1956, p. 13, note 2
  • 93 Bonifay, 2004, p. 39.

72Nous n’allons pas retenir ici les ateliers périphériques de la ville90, mais ceux mis au jour à l’intérieur du périmètre de la ville antique. Toutefois, on ne connaît rien ni la production, ni la chronologie91 des fours antiques signalés dans le talus de la voie ferrée qui longe le site antique92. C’est le même constat pour ceux installés en bordure de la rue Abdul Kacem Chabbi ou encore ceux mis au jour dans les thermes par Latifa Slim qui ont livré un grand nombre de fragments de « spatheia » de type 3C à proximité de ces fours93.

  • 94 Slim, Bonifay, Piton, 2002, pp. 178-182, 3 et fig. 3.
  • 95 Bonifay, 2004, fig. 37.
  • 96 Ibid., p. 39.

73L’atelier exhumé en 2000-2001 par Latifa Slim dans la partie sud-ouest de l’îlot de la Maison des Nymphes (trois fours à chaux et un four de potier)94 mérite que l’on s’y attarde. Ces ateliers sont installés dans un habitat qui était en ruine à l’époque vandale. La production principale des potiers était la céramique commune95, mais de très nombreux fragments de « spathéia » de type 3C96 sont présents.

  • 97 Ibid., p. 73 et 483.

74Le matériel recueilli dans le comblement des fours ne semble pas être antérieur au viie siècle. Les ateliers installés dans la ville remontent par conséquent à une date très tardive, au viie siècle avancé et fonctionne encore au début du viiie siècle97.

c) Pheradi Maius, Byzacène (Sidi Khlifa, Tunisie)

75Pheradi Maius est située dans la plaine d’Enfidha, à 35 km au sud-ouest de Pupput et à 10 km au nord-ouest d’Uppena (AAT, 1/50000, f. XLIII [Enfida], n° 34). Pheradi Maius est probablement devenue municipe à une date qui reste à affiner au Haut-Empire (CIL VIII 11162). Au ive siècle, selon l’ILTun 251 elle était une colonie.

  • 98 Mackensen, 1993, p. 32 avec la bibliographie.
  • 99 Ben Moussa, inédit.
  • 100 Bonifay, 2004, fig. 25 a.
  • 101 Ibid., fig. 25 a et b.

76La production de la céramique à Pheradi Maius est connue de longue date98. M. Ben Moussa lui a consacré une thèse99. Nous avons un atelier périurbain dans la partie sud-ouest du site, en bordure du tracé actuel de l’oued, non loin de l’amphithéâtre. Il occupe une vaste zone avec des traces de fours arasés100. Le sol y est jonché de cassettes et de tessons de vaisselle sigillée101.

  • 102 Ben Moussa, inédit, p. 198.
  • 103 C’est la conclusion de tous les auteurs, voir la synthèse dans Bonifay, 2004, p. 55.

77L’atelier qui intéresse nos propos est celui dont le four a été mis au jour et partiellement dégagé par Moncef Ben Moussa102. Cet atelier, implanté à l’intérieur de la ville de l’Empire, est formellement assez proche de celui d’Uthina et fonctionnait très vraisemblablement à l’époque byzantine103.

d) Uthina

  • 104 Sous l’Empire, il a existé à Uthina, une officine de céramiques architecturales (Bonifay et alii, 2 (...)
  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid., p. 55.
  • 107 Bonifay et alii, 1998, pp. 155-161.
  • 108 Gauckler, 1896, pp. 177-229.

78Ne sont pas retenus ici les ateliers périphériques, ni celui de l’Empire104, dont une partie du matériel à été mis au jour dans le comblement des niveaux inférieurs du Capitole105 et qui produisait de la sigillée africaine datable de la fin du ive ou du début du ve siècle106, ni la quinzaine de l’époque tardive découverts en 1994-1995 au nord-est de la ville où s’étalant sur une superficie de trois ou quatre hectares107. Nous focalisons notre attention sur l’atelier mis au jour à l’intérieur de la ville en 1896 par P. Gauckler lors de la « fouille » du secteur thermal de la maison des Labirii, où des fours de potier produisent une variété de céramiques108.

  • 109 Barraud et alii, 1998.
  • 110 Four n° 1 : Bonifay, 2004, fig. 24 b.
  • 111 Ibid., fig. 24 a ; Barraud et alii, 1998, fig. 2.
  • 112 Bonifay, 2004, fig. 24, c.
  • 113 Barraud et alii, 1998, pp. 159-160 et fig. 17.

79Pour l’histoire de l’édifice, nous reprenons le schéma proposé par les fouilles menées entre 1994 et 1996109. Ont été identifiés en 1995, dans le secteur thermal, l’emplacement d’un four de potier110 encastré dans une étuve semi-circulaire accolée à la pièce C, et les vestiges des deux autres fours (fours n° 2 et 3) situés dans la pièce adjacente B111 ; un quatrième four, très arasé, a été mis au jour en 1997 dans la partie occidentale de la pièce C. Le four n° 1 a été fouillé en 1996112 et a révélé un comblement assez homogène du viie siècle113. Toutefois une coupe stratigraphique effectuée en 1997 dans la pièce A, au contact de ses fondations, a permis de démontrer que sa construction remonte au vie siècle.

  • 114 Ibid., pp. 139-167.
  • 115 Bonifay, 2004, p. 55.
  • 116 Dridi, inédit.

80Cet atelier a produit de la vaisselle, des lampes, des figurines, de la céramique architecturale en sigillée ainsi que de la céramique commune114. Le matériel de cet atelier a été daté de l’extrême fin du ve ou du début du vie siècle115, mais l’essentiel de la production remonte aux vie-viie siècles116.

  • 117 Bonifay, 2004, p. 55.

81Les dégagements de 1990-1991 ont permis d’opérer une distinction entre le mobilier des vie-viie issu de l’atelier et un contexte assez homogène de la fin ou du début du ve siècle qui caractérise la phase terminale d’utilisation des thermes. Ceci permet d’envisager les séquences chronologiques suivantes : « une désaffectation des thermes des Laberii au début du ve siècle suivie peut-être d’un abandon durant la majeure partie de l’époque vandale, puis une prise de possession des lieux par les potiers dans les dernières années du ve siècle ou, plus vraisemblablement, au début du vie siècle »117.

Vie urbaine et activités artisanales

  • 118 Akerraz, Lenoir, 1981-1982.

82Avant d’examiner les provinces orientales de l’Afrique du Nord, nous tenons à souligner le cas qui reste jusqu’à nos jours une exception, celui de Volubilis. Dans cette ville, on a compté 55 huileries concentrées dans les quartiers sud et ouest de la ville, mais plus dispersées dans le quartier nord-est118. La moitié des maisons de tous les quartiers possédaient des huileries. Ces installations ne datent pas d’une période tardive, mais, si elles ne faisaient partie d’un plan originel de maisons des notables, elles étaient présentes dans une phase secondaire de construction. Les techniques mises en œuvre sont homogènes, même si on a décelé une évolution dans les pressoirs.

  • 119 Brun, 2004, pp. 252-260.
  • 120 Saliou, 1994, pp. 269-270. La chercheuse est néanmoins récemment revenue sur cet aspect, en nuançan (...)
  • 121 Brunschwig, 1947, pp. 127-155.

83Cependant, mis à part ce cas et probablement celui de Madaure119, l’inventaire de ces activités économiques ne laisse aucun doute sur le fait que toutes les activités polluantes (céramiques et huileries pour ne citer que celles retenues dans cette étude) étaient reléguées à la lisière du tissu urbain. Les témoignages archéologiques corroborent ainsi ceux des sources juridiques et ne laissent aucune équivoque quant à l’application des réglementations visant à les écarter du centre de la ville et des habitations120. De plus, cette pratique n’était pas une exception réservée à la ville hellénistico-romaine. On la rencontre bien dans les villes médiévales de l’époque islamique121.

84La chronologie des installations artisanales à l’intérieur du tissu urbain renvoie à une datation postérieure à la fin de l’Empire romain : soit sous la domination vandale ou byzantine, soit à une date post-antique. Par conséquent, la question qui se pose est celle de savoir s’il s’agit d’un déplacement des activités productives préexistantes de la campagne ou de l’espace périurbain vers le centre de la ville ou plutôt de l’installation d’activités nouvelles après un hiatus chronologique.

85La réponse est sans équivoque pour la céramique. Tous les ateliers, qu’ils soient de Pheradi Maius, de Neapolis, d’Uthina ou de Lepti Minus, ont été installés à l’époque byzantine, c’est-à-dire après un hiatus chronologique à situer entre la fin de l’Empire romain et l’arrivée des Byzantins. De surcroît, cette production ne présente aucune parenté, ni du point de vue de la typologie, ni du point de vue de la technique, avec celle des ateliers périurbains et périphériques de l’Empire. Par conséquent l’idée d’une coupure entre la production de l’Empire et celle de l’époque byzantine s’impose.

  • 122 Le choix aussi bien de ces localités que des structures dans lesquelles elles viennent s’insérer ét (...)

86Ces ateliers ont été implantés dans des édifices qui étaient à l’abandon à l’époque vandale. Les cas de l’atelier de sigillée d’Uthina, d’amphores de Neapolis ou de Lepti Minus sont sans équivoque. C’est dans des édifices en ruine que ces activités ont été implantées. C’est dans des localités à moitié abandonnées que ces activités artisanales ont pris place122 et non pas dans des villes dynamiques.

  • 123 Darmon, 1980.
  • 124 Slim, Bonifay, Piton, 2002, pp. 178-182.

87Pour Neapolis, plusieurs indices archéologiques et épigraphiques datables du ive et du début du ve siècle témoignent du maintien des édifices publics jusqu’à cette époque. Au-delà, les choses sont peu claires, mais il semble bien que la fin de l’Empire a marqué aussi celle de Neapolis. Dès l’époque vandale, en effet, les thermes et la Maison des Nymphes semblent abandonnés comme en témoigne le creusement de sépultures à l’époque vandale123 ; plus tard, comme nous l’avons souligné ci-dessus, à l’époque byzantine, des ateliers de céramique ont été installés dans les ruines et sont restés en usage probablement jusqu’au début du viiie siècle124.

  • 125 Pour les inscriptions chrétiennes, voir CRAI, 1887, n° 29.
  • 126 Lancel, 2002, p. 253, n° 35.
  • 127 Munier, 1974, p. 271, n° 24.
  • 128 Ibid., pp. 254-282.
  • 129 Riedinger, 1984, p. 93, n° 32.

88L’obscurité qui entoure les derniers siècles de la ville fait que, à part quelques épitaphes125, on ignore toute des traces matérielles éventuelles de la christianisation de celle-ci. Le christianisme y est toutefois attesté par les sources écrites. Malgré un conflit avec l’État vandale dont témoigne l’exil en Corse de l’évêque Clementinus126, l’église a été maintenue tout au long de cette domination, ce que confirme la présence de l’évêque Iohannes127 au Concile de Carthage de 525128. En 646, la participation de l’évêque Redemptus au Concile d’Afrique proconsulaire129, ne signifie pas que l’agglomération avait conservé un caractère urbain car, de fait, Neapolis est absente de toutes les sources de l’époque byzantine.

  • 130 Stirling, 2001, pp. 29-74 et 76-77.
  • 131 CJ, I, 27 : Dux vero Byzacenae privinciae et in Capsa et in Thelepte ? ciuitatibus interim sedeat. (...)

89Pour Lepti Minus, l’installation d’un complexe industriel dans le quartier oriental illustre la rétraction du tissu urbain et le repli de la « ville » autour du quartier ouest, près du port. C’est d’ailleurs dans ce quartier que les Byzantins ont édifié la citadelle, dont la fonction était certainement aussi administrative130. Reste qu’il n’y a aucune trace de rempart, élément pourtant essentiel dans les villes byzantines, ce qui rend peu probable l’hypothèse que Leptiminus ait pu être, dès le règne de Justinien, l’une des résidences du commandant militaire de Byzacène131.

  • 132 Ben Hassen, Maurin, 1998, p. 79.
  • 133 Ben Hassen, Golvin, 2004, pp. 115-116
  • 134 Gragueb-Chatti, 2004, pp. 245-258.

90La situation n’était pas différente à Uthina pendant l’Antiquité tardive où « la faiblesse des témoignages épigraphiques répond à celle des vestiges archéologiques »132. Avec la chute de l’Empire, la « ville » est entrée dans un délabrement irrémédiable illustré par l’abandon de ses édifices publics notamment l’aqueduc, les thermes et les édifices dépendants. Cet abandon est également manifeste avec l’architecture privée où les maisons luxueuses, si elles n’étaient pas complètement abandonnées, étaient désormais occupées par des gens pauvres dénués de moyens. L’anéantissement de l’Eglise sous la domination vandale a privé la localité d’une force qui aurait pu prendre le relais au moins sur le plan urbanistique avec ses édifices cultuels (aucun édifice public connu ne fut par exemple transformé en église). L’absence de toute construction imposante comme un édifice administratif aux structures renforcées ou des remparts datables de l’époque byzantine est un fait établi. Certainement l’occupation du site s’est concentrée, et d’une façon dense sur les hauteurs où tout un quartier a été identifié dans les environs du Capitole133, mais de l’organisation de l’espace, on ne connaît presque rien. Mis à part le renforcement de l’amphithéâtre (dont la fonction à l’époque n’est pas claire) et probablement du « Capitole », aucune construction d’envergure sous les Byzantins n’a été identifiée. Ceci explique son absence du réseau urbain de l’époque médiévale malgré la continuité de l’occupation du site signalée par plusieurs sources arabes et récemment par les recherches sur la céramique médiévale qui est, certes, omniprésente dans le site, mais n’apparaît qu’au ixe siècle, après un hiatus d’un siècle dans l’histoire du site134.

  • 135 Ben Moussa, 2007, p. 122.
  • 136 Ibid., p. 126.
  • 137 Aounallah, 2004 ; Ben Moussa, 2007.

91À Pheradi Maius, les fouilles récentes, notamment celles pratiquées dans le secteur du forum et dans celui des thermes (villa) concluent à un abandon dans la deuxième moitié, voire vers la fin du ive siècle135. D’autres secteurs de la ville ont été abandonnés au ve siècle136. C’est dans un quartier central en ruine sous la domination byzantine que l’on a découvert un trésor du règne de l’empereur Maurice137.

92C’est le même constat pour les huileries qui ont occupé les centres des villes de l’Empire. Elles ont été également installées après un hiatus. Prenons les cas d’Uchi Maius et de Thuburbo Maius où nous avons les activités les plus imposantes, voire de véritables unités de production oléicole. Pour Uchi Maius, qui a fait l’objet de travaux d’envergure, plusieurs indices illustrent le maintien d’une vie urbaine et politique dans la cité à une date avancée du ive siècle : restauration d’un édifice public entre 383-388, dédicaces de statues aux empereurs de la dynastie valentinienne. Toutefois, l’absence d’information concernant l’église à l’époque vandale et les résultats négatifs des fouilles du quartier central et de la citadelle laissent croire que le site a été au moins partiellement déserté, soit à la fin du ive siècle, soit immédiatement à la fin de l’Empire. Cet abandon est illustré par une couche de remblai alluvial bien observée surtout dans le quartier central. Les huileries accaparent ensuite les lieux, peut-être dès l’époque vandale, plus sûrement aux temps de la domination byzantine.

  • 138 Maurin, 1967, p. 250.

93C’est d’ailleurs à la même conclusion qu’est parvenu naguère L. Maurin à propos de Thuburbo Maius quand il évoque une « dégradation progressive de la cité depuis le ve siècle » ; où s’observe le « développement d’activités purement agricoles dans des ruines de plus en plus médiocrement utilisées »138. Il s’agirait d’une ruralisation de la ville et de la perte de sa fonction urbaine et politique. Toutefois, (et nous tenons à le préciser), ce déclin de la vie urbaine n’implique point l’absence d’activités économiques conséquentes, mais surtout le changement de fonction de Thuburbo Maius. Nous ne pouvons par conséquent suivre l’opinion de A. Ben Abed et N. Duval qui concluent :

  • 139 Ben Abed, Duval, 2000, p. 206.

on peut estimer qu’une partie de la prospérité de Thuburbo Maius dans cette période [l’État vandale] est due à une économie mixte, agricole et artisanale, qui se manifeste par l’installation d’ateliers un peu partout dans la ville et par l’agrandissement des huileries souvent associées aux grandes demeures, surtout dans les quartiers Est et Nord. L’envahissement de la ville par des installations utilitaires et les empiètements sur la voirie publique avaient été considérés auparavant comme des signes de décadence139.

94Toutefois cette conclusion soulève plusieurs objections. La première est quand on parle de prospérité, il faut préciser de qui ? De la ville ou de ceux qui ont investi une partie de leurs fortunes dans ces activités ? La deuxième est que ces huileries ne faisaient partie ni de l’architecture originel, ni d’une adaptation d’une partie de ces maisons pour cette nouvelle fonction. Au contraire, on a spolié certains éléments de ces édifices pour les remployer dans la confection de ces huileries. Nous citons un exemple révélateur, celui des dalles qui couvraient jadis les margelles ou les citernes des maisons qui ont été remployées comme plateaux de pressoirs. La troisième est, et c’est l’essentiel pour nos propos, l’emploi du concept de ville pour Thuburbo Maius à l’époque vandale qui ne nous semble pas adéquat.

95Il est tentant de relier à ce déclin les installations à huile qui accaparent ensuite les lieux, peut-être dès l’époque vandale. Thuburbo Maius, libérée du joug de l’annone, se serait alors tournée vers le commerce d’huile, plus lucratif. Les autres cités comme Uchi Maius, probablement Thugga, Mactaris et celles du Haut-Tell qui étaient « vouées » sous le Bas-Empire à la céréaliculture imposée par la politique annonaire de l’État impérial pourraient offrir un parallèle à Thuburbo Maius. Avec l’installation des Vandales, l’élite de ces localités ou ce qui en restait a cherché dans le commerce de l’huile un remède à la crise engendrée par la chute du système annonaire. La cartographie des plus imposantes concentrations d’huileries dans des régions qui étaient le cœur de l’Afrique annonaire — Uchi Maius pour la vallée de l’oued Khalled, Thuburbo Maius pour celle de la Catada (oued Méliane) et Mactaris pour les Hautes Plaines — pourrait être invoquée pour accréditer cette thèse.

  • 140 Ghaddhab, inédit, Les notices de Thelepthe et de Cillium.

96Toutefois les indices chronologiques disponibles nous revoient plus sûrement au temps de la domination byzantine. Cette situation était favorisée ou plutôt imposée par la situation de la partie sud de la Byzacène. À la fin du règne des Vandales, les territoires de Thelepte, de Cillium140, qui étaient les centres exportateurs de l’huile d’olive, sont désormais devenus un territoire de transhumance à cause de l’avancée des tribus maures. Cette situation en Byzacène ne peut être que tardive et date plutôt du début du vie siècle et non pas de l’époque vandale.

97De plus ces activités artisanales ont cessé avec la fin de la domination byzantine aussi bien à Thuburbo Maius qu’à Uchi Maius comme s’il s’agissait de la fin de tout un système élaboré sous les Byzantins. À Uchi Maius, cette activité a cessé au moins dans le secteur du forum, avec l’installation d’un quartier d’habitat au haut Moyen Âge. À Thuburbo Maius on note l’absence de toute trace post-antique. Aucun tesson de céramique de l’époque médiévale n’a été mis au jour au centre de l’agglomération.

98Pour résumer, il est manifeste qu’il ne s’agit pas d’un déplacement d’unités de productions oléicoles, alors en fonctionnement, qui ont pu profiter de l’existence d’édifices vacants à l’intérieur de la ville de l’Empire pour migrer et accroitre la production, mais plutôt d’activités nouvelles installées après une période d’inactivité. Cela rejoint la conclusion faite au sujet des ateliers de céramique. Ces conclusions autorisent à s’interroger sur les lieux de production et les circuits de commerce sous la domination des Byzantins.

  • 141 Ibid., pp. 1018-1019.
  • 142 On connaît mal l’état de la « ville » sous la domination des Vandales qui contrôlaient effectivemen (...)

99Une autre conclusion qui découle de la première s’impose. Dans les localités privilégiées par les Byzantins et qui étaient des villes à l’époque, on ne rencontre point ces activités dans le centre de la ville, bien que la ville de l’époque byzantine ait mis fin à la notion du forum141. Ces vestiges sont absents à l’intérieur des remparts byzantins de Lepcis Magna142, de Carthage, d’Ammaedara et même des proximités immédiates des « citadelles » byzantines comme celles de Thignica, de Madaure ou de Mustis. Ces deux derniers exemples nous semblent riches d’enseignement.

  • 143 CIL VIII 4677, 16869 ; ILAlg I 2114 ; ILCV  804 ; Gsell, Joly, 1922, pp. 126-132 ; Ballu, 1920, pp. (...)

100Lors de leur conquête de l’Afrique du Nord, les Byzantins n’ont pas entouré d’une muraille ce qui restait de la « ville » de Madaure romaine, mais ils ont édifié un petit fortin au centre même de celle-ci143, décision qui permettait de contrôler un point de passage important de la route qui reliait Theveste à Hippo Regius. Cependant, il est clair que Madaure n’était alors qu’une modeste localité, ce qui explique l’absence d’un évêché — ou du moins d’un évêque — durant le vie et le viie siècle, ainsi que son absence du réseau des villes de l’époque médiévale.

  • 144 Cagnat, Saladin, 1894, pp. 305-306 ; Beschaouch, 1967, pl. I ; Id., 1968, 122 et 164 ; Pringle, 198 (...)
  • 145 Riedinger, 1984, p. 93, n° 45.

101Pour Mustis, en raison de la présence d’une source dans le site, de sa situation géographique et de sa fonction de nœud routier, les Byzantins ont construit un bâtiment au milieu de l’agglomération romaine qui était déjà en ruine comme le prouve l’examen des structures de la « citadelle » indiquant sans équivoque que le quartier central de la ville de l’Empire a été complètement reconstruit sous la domination byzantine144. La présence d’un bâtiment civil, d’ailleurs très modeste, et d’un évêché145 bien que ce dernier révèle un certain poids démographique, n’autorise pas à préciser s’il s’agit d’une ville ou d’un petit village. Nous penchons vers la seconde hypothèse pour deux raisons : d’abord, la concentration de l’occupation autour du bâtiment civil byzantin ; ensuite, l’absence de toute construction d’envergure. On ne trouve nulle part le moindre indice d’un rempart, élément urbain par excellence sous les Byzantins.

102Certes on a rencontré des vestiges de ces installations artisanales oléicoles par exemple à Sufetula, à Sabratha ou à Carthage. Mais examinons la chronologie de ces activités en regard de l’état matériel de ces localités.

  • 146 Duval, 1973, pp. 163-167.
  • 147 Id., 1971, pp. 99-144.
  • 148 Ibid., pp. 145-323 ; Id., 1982, pp. 596-632 ; Id., 1990, pp. 495-535.
  • 149 Id., 1971, pp. 325-389 ; Id., 1973, pp. 175-178.

103À Sufetula, la ville du Bas-Empire vivait encore dans son espace traditionnel et a connu une prospérité qu’illustrent les chantiers urbains. Entre le ive et le début du vie siècle, rien ne semble avoir été bouleversé, car dans la seconde moitié du ive siècle, l’Église n’a fait qu’accaparer des monuments préexistants, mais abandonnés à l’instar du grand péristyle sur lequel a été construite l’église de Bellator146, ou dont la fonction a été réorientée comme le petit péristyle transformé en baptistère de Jucundus147, la basilique II148, installée dans une maison, ou encore l’édifice qui a laissé la place à l’église IV149.

  • 150 Id., 1999, pp. 927-989.
  • 151 Id., 1956, 255-298 ; Id., 1971, pp. 423-435 ; Id., 1973, pp. 179-185.
  • 152 Gregorius II Cyprius, Descriptio Orbis Romani, 453a.
  • 153 Sur la notion de Kastron, voir Kazhdan, 1998, pp. 345-360.

104C’est l’époque byzantine qui marque la fin de la vie urbaine : les rues disparaissent sous des remblais (notamment dans le quartier sud-est), tandis que les sépultures s’éparpillent partout dans les monuments abandonnés. D’un autre côté, et bien que la « ville » n’ait jamais été entièrement emmurée, les marques d’une insécurité diffuse se lisent dans le renforcement d’édifices antérieurs — l’amphithéâtre devient une sorte de redoute —, dans la construction à l’entrée et à la sortie de la ville de deux fortins, et dans la fortification des maisons. On continue cependant d’élever des monuments chrétiens, comme la modeste basilique qui abritait les reliques des Saint Gervais, Protais et Tryphon150, l’église VI « de Sylvain et de Fortunat »151 (d’ailleurs reconstruite vers la fin de la période), et probablement l’église suburbaine de l’évêque Honorius. Mais la ville, partiellement dépeuplée, n’est plus qu’une agglomération modeste, expliquant ainsi l’absence d’un évêque au viie siècle. Vers 600 ap. J.-C., George de Chypre désigne Sufetula non pas comme une polis, mais comme un kastron152, terme utilisé pour les localités à fonction militaire ou paramilitaire ou plus vraisemblablement pour les agglomérations secondaires, c’est-à-dire, les villages153.

  • 154 Procopius, De aedificis, VI, 4, 13.

105Pour Sabratha, au début de l’occupation byzantine, Justinien l’a entourée d’une muraille et a fait construire une église154. Cette muraille n’a toutefois entouré qu’une partie du tissu urbain antérieur, sans qu’il soit pour autant possible de conclure que la « ville » de l’époque se résumait uniquement à l’espace circonscrit par ces remparts. D’autres édifices situés à l’extérieur comme la basilique III et IV étaient encore en fonction pendant cette époque et les épitaphes montrent qu’on y enterre dans des édifices qui n’étaient pas en ruine. Cependant cette renaissance sous les Byzantins semble être éphémère et la localité disparaît de nos sources aussi bien de la fin de la domination byzantine que du haut Moyen Âge.

  • 155 Vitelli, 1981.
  • 156 Ladjimi-Sebaï, 2002, pp. 363-267.

106Quant à Carthage, elle a été définitivement conquise par les Musulmans en 698 ap. J.-C. C’est alors que l’agglomération voisine de Tunes a pris la relève. Le site n’a toutefois pas été abandonné et une occupation dense est attestée jusqu’au xie siècle au moins, voire même jusqu’au xve siècle155, mais avec un rétrécissement de l’espace vers les hauteurs, plus précisément vers Byrsa156.

  • 157 Pour Carthage après l’Antiquité, voir les études concordantes de Mahfoudh, 2014, pp. 23-65 et de St (...)

107En fonction de la chronologie proposée pour la datation des vestiges d’huileries, il faut attendre la fin de l’Antiquité pour les retrouver au cœur de la ville. Mais à l’époque ni Carthage, ni Sabratha n’étaient des agglomérations urbaines157.

108Au terme de cette enquête préliminaire, on peut retenir deux idées majeures :

  1. Les activités artisanales ont été introduites dans le tissu urbain de la ville de l’Empire à une date tardive soit sous la domination vandale et byzantine, soit au Moyen Âge. Contrairement à l’historiographie traditionnelle, il ne s’agit pas d’un déplacement des activités artisanales de l’époque romaine impériale de la campagne ou des espaces périphériques vers l’intérieur de la ville. Au Haut-Empire et jusqu’à une date avancée dans le Bas-Empire, ces activités étaient reléguées en dehors du tissu urbain. Pour les ateliers de potiers où l’on dispose d’une datation relativement assurée, on ne voit pas une continuité entre la production datable de l’Empire et celle de l’époque vandale ou byzantine. L’atelier de la sigillée d’Uthina en est la meilleure illustration : les procédée techniques utilisés dans la fabrication de la céramique tardive, qui sont d’ailleurs identiques à ceux de l’atelier de Pheradi Maius, n’avaient rien de comparable avec les ateliers d’époque romaine identifiés à la lisière de la ville.
  2. Dans les localités qui assument encore une fonction dans la hiérarchie administrative et où les dégagements extensifs permettant d’avoir une idée de la topographie, on n’aperçoit nulle part les vestiges d’installations artisanales à l’intérieur du tissu urbain. Il suffit d’examiner par exemple la situation de Bulla Regia, d’Uthika, d’Ammaedara et de Carthage durant l’Antiquité tardive pour se convaincre de la validité de cette déduction.
  • 158 Leone, 2007, p. 228.

109Un contre-exemple pourrait a priori venir des cas de Sufetula et de Lepti Minus. L’introduction de l’huilerie de Sufetula à l’intérieur du tissu urbain de la ville date de la domination byzantine. A. Leone a, à juste titre, souligné que l’installation de cette huilerie sur la rue est en contradiction avec la loi du Codex Iustinianus, VIII, 11, 20 interdisant toute construction sur les espaces publics qui obstruerait complètement la route. Nous sommes en revanche beaucoup plus réservés quant à son interprétation. Selon l’auteur «There are two different explications for this evidence. As the decree refers to private structures, it is possible that this building was built with the permission of the state or bishops. However, it is also possible that by the 7th century, the law prohibing the blocking up of street was no longer respected»158.

110Certes, mais pour que la loi ait une chance d’être respectée et surtout appliquée, il faut une autorité ou un relais de pouvoir dans la localité. Or, sous la domination byzantine Sufetula n’était pas une polis, mais un kastron, une agglomération secondaire, un simple village. L’atelier des amphores installé à l’époque byzantine dans les thermes Est de Lepti Minus, qui était probablement une ville durant l’Antiquité tardive, pourrait poser problème. Mais ici réside toute la question. En effet, on ne connaît pas encore le centre de la ville de l’époque byzantine pour pouvoir apprécier la situation topographique de ces thermes convertis sous les Byzantins en atelier de potiers pour la fabrication d’amphores. Dans l’hypothèse très vraisemblable que le Ribat aghlabide est fondé sur les structures de la citadelle byzantine, l’atelier devient périphérique par rapport au noyau de la ville de l’époque, situé à plus de 2 kilomètre à l’est.

  • 159 Mafoudh, 2004, pp. 126-139.

111C’est la « géographie politique » qui est seule capable de nous donner une explication au phénomène de l’installation des activités artisanales au centre des villes de l’Empire durant l’Antiquité tardive. Certes, il ne faut pas généraliser, chaque cas doit être traité individuellement, mais cette enquête a montré une constante. C’est dans les centres des localités où on ne voit aucun indice d’une vie politique organisée et qui ont cessé d’être un relais de pouvoir que viennent s’installer ces activités. La majorité des huileries et des ateliers de céramiques est installée dans des agglomérations qui avaient déjà perdu toute fonction dans la hiérarchie administrative aussi bien durant l’Antiquité tardive qu’au haut Moyen Âge. Ces activités sont toutefois absentes des centres des cités, au sens classique du terme, et de l’époque byzantine et de l’époque médiévale. Certes, le paysage urbain de la ville de cette dernière époque se caractérise par une séparation nette entre le privé et le public159, mais celle-ci n’est qu’un héritage de l’époque byzantine.

Notes

1 Ghaddhab, inédit ; Id., 2008 ; Id., 2016.

2 Pour les autres activités comme le murex et les salaisons qui sont par essence limitées aux cités côtières, voir Leone, 2003, pp. 260-262.

3 Pour l’état de la question, voir Ghaddhab, inédit, pp. 11-15.

4 Maurin, 1967.

5 Ben Abed, Duval, 2000, p. 206.

6 Leone, 2003, pp. 257-282 ; Ead., 2007, pp. 226-236.

7 Sur ce dernier thème, voir les travaux de L. Maurin à Thuburbo Maius (Maurin, 1967, pp. 225-254) ; ceux de l’équipe italo-tunisienne à Uchi Maius (Vismara, 2007, pp. 429-482), de M. Lenoir et O. Akerraz à Volublis (Lenoir, Akerraz, 1982, pp. 69-101), de Brun, 2004, de Sehili, 2007, et en particulier l’article fondamental et bien documenté de Leone, 2003, pp. 257-282 et son chapitre de synthèse, Ead., 2007, pp. 226-236.

8 Ferchiou, 1990, p. 753.

9 Cagnat, Gauckler, 1898, 4-6, pl. III et IV ; Ferchiou, 1989, pp. 122-123.

10 Sur les différentes hypothèses s’appuyant sur une documentation inédite, voir la notice Asadi dans Desanges et alii, 2010, pp. 111-112.

11 Ben Abed et alii, 1994, p. 491.

12 Mahjoubi, 1978, p. 107.

13 Ibid., p. 242-254.

14 Ibid., p. 242.

15 Ibid. Selon l’auteur, « les matériaux utilisés et le mode de construction avec l’emploi du mortier de terre ne sont guère utilisés avant le ive siècle ».

16 Kotula, 1967, p. 211.

17 Thébert, 1972, pp. 22-23 ; Beschaouch et alii, 1977, p. 72.

18 Thébert 1993, pp. 391-392.

19 Harrazi, 1982.

20 Broise, 1999, pp. 32-40 ; Balmelle et alii, 2003, pp. 151-166.

21 Ennabli, 2000, pp. 129-130.

22 Quilicio, 1994, pp. 47-48.

23 Il s’agit peut-être du monument étudié par G. Quilicio (Ibid.).

24 Lézine, 1969 ; Thébert, 2003, pp. 141-143.

25 Leone, 2007, p. 234, note 369. Une nuance mérite d’être faite à cette chronologie étant donnée que la technique du pressoir à vis est attestée dans un contexte byzantin à Uchi Maius (Lenoir, 1994, p. 600, note 17) et dans le site antique de Oued Rmel (Ghalia, 2005, pp. 53-86). Ce qui suggère que cette technique pourrait avoir été introduite sous avec les Byzantins et utilisée à l’époque post antique.

26 Floriani-Squarciapino, 1966, pp. 8-10.

27 Ibid., pp. 37-38.

28 Di Vita-Evrard, 1979.

29 Leone, 2007, p. 232.

30 Wilson, 2001a, pp. 28-43, n. 41 ; Leone, 2007, p. 232.

31 Beschaouch, 1996, p. 252.

32 Gascou 2003, p. 235.

33 Il s’agit d’un complexe d’environ 1000 m2 (42,50 × 23 m) dont le centre est occupé par une cour (18 × 215 m environ) à péristyle largeur d’environ 3,50 m, entourée de pièces, au nord et à l’est, tandis que, au sud, un passage dallé qui longe le péristyle permet de gagner l’« édifice quadrilobé » (Picard, 1957, p. 120-122, fig. 13), dont le lien avec la schola est bien assuré. Du côté ouest, on accède par trois portes à une grande salle (10,90 × 28,25 m) flanquée de deux cours allongées sur lesquelles s’ouvraient quatre fenêtres ; Picard, 1945, p. 185-212 ; Id., 1946-1949, pp. 222-224, 688-689 ; Id., 1950, pp. 58-86 ; Lézine, 1968, pp. 173-175

34 Picard, 1957, p. 130 ; Bourgeois, 1984-1985, p. 188

35 Brun, 2004, p. 217 admet la possibilité que Madaure ait connu une situation similaire à Volubilis.

36 Ibid., p. 217.

37 Ibid., p. 213.

38 Beschaouch, 1965-1966, p. 168 ; Brun, 2004, p. 213

39 Sur l’état de la question voir Beschaouch, 1997, p. 365.

40 Jacques, 1984, p. 222, n. 7.

41 Ben Abed, Griesheimer, 2004, pp. 5-7.

42 Ben Abed, Hanoune, 2010, p. 992.

43 Ibid., pp. 993-994.

44 Müller, 1861, II, pp. 26-29, n° 48-52.

45 Gascou 1982, p. 309

46 Wilson, 1999, pp. 46-48 ; Leone, 2007, p. 232.

47 Voir infra.

48 Kanoussi, 2004, p. 1165.

49 Ibid., p. 1164 ; Kotula, 1967, pp. 215-216 ; Gascou, 1982, p. 162.

50 ILTun 370 ; CIL VIII 11340 ; Gascou, 1982, p. 162 et p. 304.

51 Un quartier d’huileries a été mis au jour au nord, à l’extérieur de la ville de l’Empire ; Maurin, 1967, p. 240, note 79.

52 En dernier lieu Béjaoui, 1994, pp. 19-20.

53 Duval, 1964, pp. 87-103.

54 Id., 1999, p. 931.

55 D’après Ballu, 1911a, pp. 123-126 ; Id., 1911b, p. 4 ; Id., 1912, pp. 490-495, il y avait 16 ou 17 établissements au nord-est de la ville, 1 dans le faubourg nord-est, 1 au nord-ouest, plusieurs dans une bande le long de la limite Nord.

56 Contre cette hypothèse développée par Andrew Wilson : Amraoui, à paraître.

57 Wilson, 2001b, pp. 271-296.

58 Brun, 2004, p. 230.

59 Morizot, 1993, p. 211.

60 Courtois, 1951b, p. 17.

61 Ben Hassen, inédit, pp. 168-169.

62 Id., 2011, p. 138.

63 Respectivement, CMT II, 1, 73-58 et Maurin, 1967, p. 249, fig. 5 ; CMT II, 1, 77-78 et Maurin, 1967, p. 249, fig. 5 ; Id., 1967, p. 238, note 70 ; CMT II, 1, 4-11 et Maurin, 1967, pp. 240-248.

64 Poinssot, 1925 ; Maurin, 1967 ; Frend, 1983.

65 Ghaki, 1997, pp. 27-47.

66 Poinssot, 1904, p. 419.

67 Carton, 1910, p. CCXX.

68 Poinssot, 1919, p. 191.

69 Ibid., p. 91.

70 Bouhlila, 1987, p. 34.

71 Poinssot, 1958, p. 33.

72 Beschaouch, 1999, pp. 99-100.

73 Area modeste de 17 m de longueur sur environ 12 m entourée d’un portique de 4,50 m de profondeur et pavée de mosaïques. L’area est pavée de dalle en calcaire.

74 Gelichi, Milanese, 1997, p. 74.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 76.

77 Ibid., p. 74.

78 Vismara, 1999, pp. 73-74.

79 Ben Hassen, Golvin, 2004, p. 116, fig. 37 et 38.

80 Ibid.

81 Ben Hassen, 2011, p. 138

82 Müller, 1861, II, pp. 49-50, n° 1-20 ; Alexandropoulos, 2000, pp. 285-288.

83 Gascou, 1982, p. 170.

84 Peacock, Béjaoui, Ben Lazreg, 1989, fig. 23, n° 2 ; Stone, Stirling, Ben Lazreg, 1998 ; Stirling, Ben Lazreg, 1999 ; Dore, 1992 ; Bonifay, 2004, 35 ; Opait, 2000.

85 Stirling, 2001 ; Dore, 1992 ; Id., 2001.

86 Stone et alii, 1998, pp. 304-317.

87 Ibid. ; Stirling, Ben Lazreg, 1999 ; Stirling, 2001.

88 Dore, 2001.

89 Desanges, 1982, pp. 24-27

90 Voir l’état de la question chez Bonifay, 2004, pp. 35-39.

91 Ibid., p. 39.

92 Lisse, 1956, p. 13, note 2

93 Bonifay, 2004, p. 39.

94 Slim, Bonifay, Piton, 2002, pp. 178-182, 3 et fig. 3.

95 Bonifay, 2004, fig. 37.

96 Ibid., p. 39.

97 Ibid., p. 73 et 483.

98 Mackensen, 1993, p. 32 avec la bibliographie.

99 Ben Moussa, inédit.

100 Bonifay, 2004, fig. 25 a.

101 Ibid., fig. 25 a et b.

102 Ben Moussa, inédit, p. 198.

103 C’est la conclusion de tous les auteurs, voir la synthèse dans Bonifay, 2004, p. 55.

104 Sous l’Empire, il a existé à Uthina, une officine de céramiques architecturales (Bonifay et alii, 2004, n° 56-57 ; Bonifay, 2004, p. 85, fig. 45), ce qui laisse supposer que cet atelier a produit d’autres céramiques que celles de la décoration architecturale (Ibid., p. 85).

105 Ibid.

106 Ibid., p. 55.

107 Bonifay et alii, 1998, pp. 155-161.

108 Gauckler, 1896, pp. 177-229.

109 Barraud et alii, 1998.

110 Four n° 1 : Bonifay, 2004, fig. 24 b.

111 Ibid., fig. 24 a ; Barraud et alii, 1998, fig. 2.

112 Bonifay, 2004, fig. 24, c.

113 Barraud et alii, 1998, pp. 159-160 et fig. 17.

114 Ibid., pp. 139-167.

115 Bonifay, 2004, p. 55.

116 Dridi, inédit.

117 Bonifay, 2004, p. 55.

118 Akerraz, Lenoir, 1981-1982.

119 Brun, 2004, pp. 252-260.

120 Saliou, 1994, pp. 269-270. La chercheuse est néanmoins récemment revenue sur cet aspect, en nuançant ses premières conclusions (Ead., 2012).

121 Brunschwig, 1947, pp. 127-155.

122 Le choix aussi bien de ces localités que des structures dans lesquelles elles viennent s’insérer était certainement bien étudié. La présence des carrières d’argiles, d’une tradition artisanale, mais également celle de l’eau et de structures thermales sont des facteurs qui attirent l’installation de ce type d’activité.

123 Darmon, 1980.

124 Slim, Bonifay, Piton, 2002, pp. 178-182.

125 Pour les inscriptions chrétiennes, voir CRAI, 1887, n° 29.

126 Lancel, 2002, p. 253, n° 35.

127 Munier, 1974, p. 271, n° 24.

128 Ibid., pp. 254-282.

129 Riedinger, 1984, p. 93, n° 32.

130 Stirling, 2001, pp. 29-74 et 76-77.

131 CJ, I, 27 : Dux vero Byzacenae privinciae et in Capsa et in Thelepte ? ciuitatibus interim sedeat. Mais certains manuscrits portent Lepte.

132 Ben Hassen, Maurin, 1998, p. 79.

133 Ben Hassen, Golvin, 2004, pp. 115-116

134 Gragueb-Chatti, 2004, pp. 245-258.

135 Ben Moussa, 2007, p. 122.

136 Ibid., p. 126.

137 Aounallah, 2004 ; Ben Moussa, 2007.

138 Maurin, 1967, p. 250.

139 Ben Abed, Duval, 2000, p. 206.

140 Ghaddhab, inédit, Les notices de Thelepthe et de Cillium.

141 Ibid., pp. 1018-1019.

142 On connaît mal l’état de la « ville » sous la domination des Vandales qui contrôlaient effectivement la cité depuis 455 ap. J.-C. Certainement elle avait subi les conséquences du ralentissement des activités commerciales dont l’impact sur la société et le paysage urbain reste à définir. La « ville », sous le contrôle des Laguatan entre 527 et 533 (Procopius, De aedificis, VI, 4, 6) fut conquise par les Byzantins et devint la résidence du dux limitis Tripolitanae (Cod. Iust., 1, 27, 21 ; IRT 263 et 847). Une préoccupation du nouveau pouvoir de la localité et une intervention impériale directe sont manifestes sous la domination byzantine surtout avec la construction, ou la remise en état partielle, de nouveaux remparts qui n’ont englobé qu’une partie de la ville de l’Empire notamment le vieux centre civique et les ports. Capitale d’une province, elle possédait une résidence du gouverneur et présente les éléments d’une ville de l’époque : une ville articulée autour des édifices des représentants du pouvoir et des églises.

143 CIL VIII 4677, 16869 ; ILAlg I 2114 ; ILCV  804 ; Gsell, Joly, 1922, pp. 126-132 ; Ballu, 1920, pp. 297-338 ; Pringle, 1981, pp. 214-216). Une inscription bilingue, gravée sur un énorme bloc de pierre au-dessus de la porte principale, donne la date de la fin de la construction, à savoir sous la préfecture du patrice Solomon, entre 539 et 544.

144 Cagnat, Saladin, 1894, pp. 305-306 ; Beschaouch, 1967, pl. I ; Id., 1968, 122 et 164 ; Pringle, 1981, pp. 266-267, fig. 37 b. L’édifice est planté dans la partie haute de la ville romaine. D. Pringle a rapproché le plan de l’édifice avec celui de Mactaris et l’a considéré comme une fortification officielle (Ibid., p. 266).

145 Riedinger, 1984, p. 93, n° 45.

146 Duval, 1973, pp. 163-167.

147 Id., 1971, pp. 99-144.

148 Ibid., pp. 145-323 ; Id., 1982, pp. 596-632 ; Id., 1990, pp. 495-535.

149 Id., 1971, pp. 325-389 ; Id., 1973, pp. 175-178.

150 Id., 1999, pp. 927-989.

151 Id., 1956, 255-298 ; Id., 1971, pp. 423-435 ; Id., 1973, pp. 179-185.

152 Gregorius II Cyprius, Descriptio Orbis Romani, 453a.

153 Sur la notion de Kastron, voir Kazhdan, 1998, pp. 345-360.

154 Procopius, De aedificis, VI, 4, 13.

155 Vitelli, 1981.

156 Ladjimi-Sebaï, 2002, pp. 363-267.

157 Pour Carthage après l’Antiquité, voir les études concordantes de Mahfoudh, 2014, pp. 23-65 et de Stevens, 2016, pp. 89-104.

158 Leone, 2007, p. 228.

159 Mafoudh, 2004, pp. 126-139.

Table des illustrations

Légende Carte 1 — Carte de localisation des activités artisanales dans les villes d’Afrique antique.
Crédits Dessin : Ridha Ghaddhab / Laurent Callegarin
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 1 — Plan du quartier du forum de Thuburbo Maius. 1 : Huilerie des animaux liés ; 2 : Maison des animaux liés ; 3 : Edifice sur la rue du Capitole ; 4 : Bains du Capitole ; 5 : Huilerie du Nord ; 6 : Maison du cratère ; 7 : Capitole ; 8 : Maison des Palmes ; 9 : Boutiques sur la rue de l’aurige ; 10 : Maison de Neptune ; 11 : Annexes A et B de la maison de Neptune ; 12 : Petit temple ; 13 : Edifice à l’angle sud du quartier de Neptune ; 14 : Boutiques sur la rue des Palmes ; 15 : Boutiques à l’angle nord du quartier des Ménades ; 16 : Édifice à l’angle nord du quartier des Ménades ; 17 : Taberna (?) à l’angle nord du quartier des Ménades ; 18 : Temple de Mercure ; 19 : Forum ; 20 : Maison du panneau floral ; 21 : Curie ; 22 : Édifice au centre du quartier des Ménades ; 23 : Salle de passage ; 24 : Marché au péristyle ; 25 : Basilique du marché ; 26 : Marché aux boutiques ; 27 : Bain du labyrinthe ; 28-32 : Exèdres du forum ; 33 : Édifice sur le côté sud-est du forum ; 34 : Maison de Nicentius.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 2 — Plan des vestiges d’Uchi Maius.
Crédits Source : Khanoussi, Mastino, 1997, pp. 46-47, fig. 4
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Université de Sousse

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search