Version classiqueVersion mobile

Entre civitas y madīna

 | 
Sabine Panzram
, 
Laurent Callegarin

II.2. — Estudio de casos

Occupation urbaine dans le sud-ouest de la Proconsulaire entre Antiquité tardive et Moyen Âge

Les cas d’Ammaedara (Haïdra, Tunisie) et de Theveste (Tébessa, Algérie)

Elsa Rocca et Fathi Béjaoui

Texte intégral

  • 1 Voir Fenwick, 2013 et sa contribution dans ce volume.
  • 2 Voir pour l’historiographie des recherches : Wickham, 2005 ; Leone 2007 ; von Rummel, 2016 ; Baratt (...)

1L’analyse des transformations de la ville tardo-antique vers celle des premiers siècles de l’Islam, telle que l’a effectuée H. Kennedy pour le Proche-Orient, se heurte, pour le Maghreb, à un état des connaissances bien moins avancé sur l’urbanisme du début du Moyen Âge. Un obstacle majeur, lié aux méthodes de fouilles anciennes, a souvent été décrié : le dégagement systématique, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, des vestiges de bâtiments romains, sans prise en compte des niveaux postérieurs. Un désintérêt pour les occupations tardo-antiques et islamiques en est la cause principale, ainsi que l’incapacité technique des fouilleurs de l’époque à identifier les installations souvent plus ténues qui caractérisent les réoccupations des monuments publics et leur méconnaissance de la fouille stratigraphique. À cela s’ajoute le fait que les villes médiévales bien identifiées1 sont souvent pérennisées par les agglomérations modernes où il est toujours difficile de mener des fouilles. Pour les sites archéologiques situés en dehors du périmètre des villes actuelles, on appréhende de mieux en mieux les niveaux postérieurs à l’époque romaine2, qui ont pu subsister dans certains édifices antiques incomplètement dégagés ou dans des quartiers laissés intacts par les explorations anciennes. La physionomie et les conditions d’études des deux villes analysées ici reflètent bien cette double situation au Maghreb : des sites accessibles aux fouilles programmées mais abandonnés au cours du Moyen Âge et d’autres qui semblent avoir connu une continuité d’occupation mais qui sont peu propices aux recherches de terrain extensives.

  • 3 de Pachtère, 1916. Sur les inscriptions militaires d’Haïdra : Ben Abdallah, Rocca, 2013 avec la bib (...)
  • 4 Nouvelle carte du réseau routier de l’est de l’Africa (Salama, 1951) : Desanges et alii, 2010.

2Situées aujourd’hui dans les hauts plateaux du Maghreb oriental, de part et d’autre de la frontière algéro-tunisienne, Ammaedara (Haïdra) et Theveste (Tébessa) occupaient l’extrême sud-ouest de la province dioclétienne de Proconsulaire (ou Zeugitane), dont les limites ont été reprises à l’époque byzantine (carte 1, p. 224). Ces deux colonies ont été créées après le transfert de la IIIe légion Auguste : vers 75 pour Ammaedara, au début du iie siècle pour Theveste3. Elles ont prospéré notamment par leur position sur le réseau routier qui les plaçait au centre des circuits commerciaux de la Proconsulaire avec la Byzacène, au sud, et la Numidie, à l’ouest4. Ces villes ont été occupées sous le règne des Vandales puis par les Byzantins, qui y ont construit une citadelle dans chacun des centres civiques romains, et toutes deux ont livré des témoignages d’occupation médiévale. Une certaine continuité d’occupation entre l’époque romaine et le début du Moyen Âge islamique est donc avérée mais sous quelle forme, selon quelle densité et quelle extension ? Ammaedara et Theveste ont eu un destin différent. La première a été abandonnée et le village d’Haïdra, installé au milieu du xxe siècle à l’ouest, empiète juste sur l’extrémité nord-ouest du suburbium. En revanche, l’occupation de la seconde ville semble avoir perduré jusqu’à l’époque actuelle : la moderne Tébessa, qui a connu un fort essor à partir des années 1960-1970, recouvre aujourd’hui l’ancienne Theveste.

Carte 1. — Carte de situation.

Dessin : Elsa Rocca

  • 5 Menés depuis 1991 sous la direction de Fr. Baratte et F. Béjaoui (INP de Tunisie, MAEDI, UMR 8167). (...)

3L’objectif est de livrer pour ces deux sites un état des lieux synthétique des indices d’occupation post-romaine, à partir des travaux de l’équipe tuniso-française pour Haïdra5 et à partir des explorations du xixe-début du xxe siècle et des fouilles conduites dans les années 1940-1970 pour Theveste. On analysera ces deux exemples en fonction des différentes étapes qui caractérisent la transformation du paysage urbain et ont conduit à l’émergence de la ville du haut Moyen Âge, pour tenter de percevoir les possibles raisons de ces changements et élaborer quelques pistes de recherche.

Les connaissances sur le paysage urbain de l’époque romaine

  • 6 Sur la topographie urbaine : Duval, 1982a (dernière version du plan : Baratte, Béjaoui, Ben Abdalla (...)
  • 7 Sondage en 1909 (Piganiol, Laurent-Vibert 1912, pp. 90-94), fouille de l’édifice en 1935-1937 par G (...)
  • 8 Fouillé par G. Dolcemascolo vers 1937, puis réétudié par F. Béjaoui : Béjaoui, 2009.
  • 9 Généralement identifié comme le capitole en raison de son emplacement central et de ses grandes dim (...)
  • 10 Interprétation de J.-Cl. Golvin (étude inédite) : Baratte, Béjaoui, 2010, p. 517.
  • 11 Piganiol, Laurent-Vibert, 1912, pp. 94-120. Le plan à trois nefs, le décor et la localisation plaid (...)
  • 12 Plusieurs tronçons dallés ont été fouillés dans la citadelle : Baratte, 1996, pp. 134-135.
  • 13 Fouillé par G. Dolcemascolo entre 1925 et 1927 (Rocca, 2016) et relevé par J.-Cl. Golvin (inédit). (...)
  • 14 D’après des prospections et l’analyse des vestiges de surface dans Rocca, inédit, I, pp. 308-315.
  • 15 Mosaïques du Génie de l’Année et de Dionysos au nord-ouest des thermes (Baratte, Duval, 1974, p. 71 (...)
  • 16 Rocca, inédit, I, pp. 363-374, 380-385.

4Une première difficulté dans l’étude des transformations urbaines vient d’une connaissance très lacunaire de la topographie de ces villes à l’époque romaine. La ville d’Ammaedara, installée sur les rives d’un cours d’eau (aujourd’hui l’oued Haïdra), s’est développée principalement au nord, sur un plateau incliné, dont la déclivité s’accentue dans la partie centrale6 (fig. 1a, p. 226). Celle-ci est aménagée en terrasses qui accueillent les monuments du centre civique : sur la plus haute plateforme, des thermes7, en-dessous un marché8, puis un sanctuaire9, surplombant un espace ouvert interprété comme le forum10. La place était cantonnée à l’est par une probable basilique civile11 (dit « bâtiment à fenêtres »), à l’ouest par un cardo et au sud, en contrebas, par une large rue identifiée comme le decumanus maximus, qui prolonge la voie Carthage-Theveste. Le cardo maximus, que l’on identifie avec la rue prolongeant la voie de Tacape12, se poursuivait probablement vers le nord de façon à rejoindre l’axe est-ouest. Outre le théâtre13, installé dans le quartier oriental au nord de cette même rue, les vestiges de plusieurs autres monuments sont peut-être à rattacher à la ville romaine, en particulier pour la topographie religieuse14. Des domus sont restituées dans les secteurs fouillés au centre et au nord-est du site et d’après des découvertes ponctuelles15. La densité des vestiges au sol indique que des quartiers d’habitat devaient également se développer sur l’ensemble de la superficie circonscrite par les nécropoles, sur les rives nord et sud. Les limites urbaines sont bien définies à l’est et à l’ouest : d’un côté, l’arc de Septime Sévère surmonte la voie de Carthage-Theveste et marque l’entrée de l’ancienne nécropole, de l’autre, la zone funéraire se mêle à un quartier artisanal16. D’après ces indices et l’extension du bâti, la superficie de l’espace urbain à l’époque romaine a pu atteindre 70 ha.

  • 17 Plans de 1842 du lieutenant Dumont (https://assotebessa.wordpress.com) et du capitaine d’État-major (...)
  • 18 Notice de Gsell, 1911, f. 29, 101 et guide de Séréederoch, 1952. Sur la fouille de l’amphithéâtre : (...)
  • 19 Moll, 1858-1859, p. 78-79 ; Gsell 1901, I, pp. 110, 153 ; Id. 1911, p. 6, nº 3 ; Maitrot, 1911, p.  (...)
  • 20 Allotte de la Fuÿe, 1886-1887, pp. 199-233 ; Gsell 1911, f. 29, 101, nº 5, avec un seul des deux éd (...)
  • 21 Pour les domus sud : Ballu, 1923, pp. 11-13 ; Id., 1925, p. 24 ; Leschi, 1923-1924, p. 209-210 ; Id(...)
  • 22 Moll, 1858-1859, pp. 75-77 ; Maitrot, 1911, pp. 101-112.
  • 23 Des vestiges ont été observés au milieu du xixe siècle : Moll, 1858-1859, p. 40 ; Héron de Villefos (...)
  • 24 Sérée de Roch, 1952, p. 18 ; Christern, 1976, p. 25-26.
  • 25 On peut compléter les plans par : Duprat, 1890-1891 ; Moll, 1858-1859, pp. 77-78 ; Gsell, 1902b, pp (...)

5Pour Theveste, en synthétisant les données dispersées dans la bibliographie et les indications livrées dans les plans anciens17, une vision générale de la topographie urbaine peut être proposée pour l’époque romaine (fig. 1b, p. 226). Aux monuments conservés — le temple nord, l’amphithéâtre, les arcs de Caracalla et de la voie de Cirta18 —, s’ajoutent plusieurs structures antiques incorporées dans le bâti moderne dès la fin du xixe siècle ou reconnues lors des travaux d’aménagements au cours du xxe siècle : un portique pris dans le mur sud-est de la citadelle qui pourrait appartenir à un théâtre ; un édifice englobé dans le quartier sud-est de la vieille ville, qui pourrait être une basilique civile ou un temple19 ; deux complexes thermaux au sud de l’enceinte, recouverts par les quartiers militaires français20 ; au moins deux ensembles de domus, découvertes lors de travaux d’aménagement21 ; des structures hydrauliques anciennement inventoriées (aqueduc, bassins, canalisations)22. Le forum se situerait dans la partie occidentale de la vieille ville moderne23 et matérialiserait un centre civique qui se développerait jusqu’à l’arc de Caracalla, au nord-est, et jusqu’au portique du théâtre supposé, au sud-ouest. Deux rues principales sont restituées. La première, correspondant à l’axe de la voie de Cirta, se poursuivrait au-delà du forum vers le sud-est jusqu’au pont de l’aqueduc. La seconde, dans le prolongement de la voie de Carthage, passerait sous l’arc de Caracalla en se dirigeant vers le centre civique24. D’après l’implantation des nécropoles, précisée par l’inventaire des tombes signalées25, la ville romaine semble avoir atteint au moins 90 ha de superficie, ce qui correspondrait bien à l’importance administrative que Theveste a prise, probablement à partir du moment où elle est devenue colonie.

Fig. 1a. — Ammaedara à l’époque romaine.

Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean-Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer

Fig. 1b. — Theveste à l’époque romaine.

Dessin : Elsa Rocca

Les indices d’occupation entre la fin du ive et le début du vie siècle

Christianisation du paysage urbain

  • 26 Voir Duval Y., 1982 ; Duval, 1995.
  • 27 Baratte, Duval, Golvin, 2011 et Baratte et alii, 2014, pp. 307-312.
  • 28 Février, 1968, pp. 172 et 191 pour la datation de la salle tréflée ; Christern, 1976, pp. 215-225 p (...)
  • 29 Février, 1968, pp. 172, 191 ; Christern, 1976, pp. 124-128 ; Duval Y., 1982, p. 128.
  • 30 Christern, 1976, pp. 244-253 ; Gui, Duval, Caillet, 1992, p. 311.
  • 31 Lancel, 1956 ; Christern, 1976, p. 24 et fig. 7, p. 21, nº 19.
  • 32 Gsell, 1902b, pp. 12 (n. 7), 48-49, 69 et fig. 6-8, p. 62 ; Christern, 1976, F52 a), fig. 46b, pl. (...)
  • 33 Guichard, 1864, pp. 271-272, nos 71-72 : en construisant l’école communale, découverte de dalles fu (...)
  • 34 Nouvelles tombes devant l’escalier et dans la cour du temple : Sérée de Roch, 1952, p. 32.
  • 35 Pas de trace d’aménagements liturgiques mais le bâtiment a été systématiquement réutilisé. Sur les (...)
  • 36 Selon Gui, Duval, Caillet, 1992, p. 311, les dimensions de la basilique et le baptistère ne sont pa (...)

6Cette région de hauts plateaux était christianisée au milieu du iiie siècle, comme l’atteste la présence des évêques des deux villes au synode de Carthage de 256. À Ammaedara comme à Theveste, les premières basiliques attestées ont été construites sur des installations martyriales plus anciennes, dans des nécropoles païennes, selon un processus bien identifié en Afrique26. À Ammaedara (fig. 2a, p. 228), la basilique II, dite de Candidus (ou des martyrs de la persécution de Dioclétien), a été installée dans la nécropole de l’est dans la deuxième moitié du ive siècle27. À Theveste (fig. 2b, p. 229), dans la nécropole nord-est, le grand complexe chrétien aurait été construit entre la fin du ive et le début du ve siècle, d’après J. Christern28, à partir d’une première memoria et d’une catacombe liées au culte de sainte Crispine, qui aurait été vénérée dès la première moitié du ive siècle29. La basilique est considérée aujourd’hui comme un grand centre de pèlerinage doté d’installations prestigieuses et utilitaires pour l’accueil des pèlerins30. Pour la topographie chrétienne de Theveste, si aucun autre bâtiment n’est conservé, quelques découvertes ont servi d’indices pour proposer la localisation de plusieurs églises, certaines peut-être antérieures à l’arrivée des Byzantins. Ainsi, selon J. Christern, il faudrait restituer un édifice dans la nécropole de l’ouest (Ferme Cambon, près de l’École des garçons) où ont été retrouvées des mosaïques funéraires chrétiennes31. S. Gsell proposait de placer une église dans les thermes sud du Quartier de cavalerie à partir de chapiteaux et de chancels retrouvés dans l’édifice32. Selon le même auteur, une autre église aurait été installée dans le sanctuaire païen nord, d’après des tombes retrouvées dans la cour, près du mur d’enceinte33. Plus tard, des sarcophages et d’autres épitaphes ont été retrouvés dans le même secteur par Sérée de Roch34. Le fait que la citadelle ne prenne pas appui sur le mur d’enceinte du sanctuaire conforterait l’hypothèse de S. Gsell et même pourrait montrer que la conversion du temple en église aurait été effectuée avant la construction de la forteresse35. Dans ce cas, peut-être faut-il voir dans cet édifice la cathédrale, qui n’a jamais été retrouvée à Theveste36.

  • 37 Duval, 1975, p. 19, 436 ; Id., 1981, p. 207 ; dans cette église, outre les tombes des évêques Victo (...)
  • 38 Parmi plusieurs fragments remployés (Duval, 1975, nos 428 [= AE 1975, 940], 430, 431 et peut-être 4 (...)
  • 39 Baratte, Duval, Golvin, 1973 ; Baratte et alii, 2014, pp. 321-322.
  • 40 Les églises I et II, les plus anciennes, sont également occidentées ; l’orientation au nord/nord-ou (...)

7À Ammaedara, c’est la basilique I dite de Melléus, construite à la toute fin du ive-début du ve siècle, que l’on interprète comme la cathédrale, d’après sa localisation au centre de la ville, ses dimensions et ses tombes d’évêques, même si le baptistère n’a pas été retrouvé37. Pour compléter la topographie chrétienne, il faut peut-être faire remonter la construction de l’église IV (la chapelle vandale) à cette première époque de christianisation du paysage urbain en raison des inscriptions chrétiennes anciennes remployées dans le dallage du début du vie siècle38. De même, la construction de l’église V, située à l’ouest de la citadelle byzantine, pourrait remonter à cette première époque. L’édifice semble en effet antérieur à l’arrivée des Byzantins : la circulation entre le decumanus sud et l’entrée principale, placée à l’est, est gênée par la citadelle, dont le mur aveugle sur ce tronçon est distant de 7 m de l’église. La construction de la fortification pourrait ainsi avoir nécessité certains remaniements dans l’édifice de culte (bouchage de la porte orientale, changement des circulations)39. Il faut remarquer de plus l’orientation de son chevet à l’ouest, qui pourrait constituer un signe d’ancienneté à Ammaedara, sans que cet argument soit décisif en lui-même40.

Fig. 2a. — Ammaedara durant l’Antiquité tardive (fin ive-début vie siècle).

Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean-Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer

Les édifices publics

  • 41 Code Théodosien, XVI, 10.2, 10.4-7, 10.9-12.
  • 42 Voir Leone, 2013, pp. 21-37 : 7 restaurations répertoriées pour la deuxième moitié du ive siècle.
  • 43 Duval, 1981, p. 86. Pour l’inscription à Jupiter Dolichenus : Ibid., p. 84 ; Ben abdallah, 1999, nº (...)
  • 44 Leone, 2013, p. 55.
  • 45 Voir le plan des vestiges en place dans Golvin, Piraud-Fournet, 2018, p. 80, fig. 1.
  • 46 Voir les deux clichés dans Rocca, 2016, fig. 11a et b.
  • 47 Lequément, 1968, p. 240.
  • 48 Leone, 2007, pp. 135-144 : Carthage, Belalis Maior, Bulla Regia, Thuburbo Maius, Thysdrus…
  • 49 Deux cas assurés de restaurations au ive siècle : Lepcis Magna, en 317-322 (IRT 468), et Hippone, e (...)

8Il a déjà été souligné à maintes reprises que la chronologie précise des phases d’abandons et de réoccupations de ces monuments est difficile à établir. La série d’édits impériaux promulgués entre 341 et 391 contre les pratiques païennes41 est un indicateur important pour la fermeture progressive des édifices de culte au cours du ive siècle. En Afrique, des restaurations sont attestées encore dans la deuxième moitié du ive siècle et l’abandon définitif des cultes dans les sanctuaires urbains est plutôt à placer entre la fin du ive et le début du ve siècle42. À Haïdra, la basilique I remploie en effet des matériaux du grand sanctuaire (les dalles des portiques latéraux) et d’un temple consacré à Jupiter Dolichenus, non encore localisé43. On peut penser que le temple principal a été fermé et laissé à l’abandon, ce qui semble la pratique la plus courante44, et a servi de carrière. Il n’a cependant pas été systématiquement démantelé : le sol en marbre de la salle nord-ouest est encore en place, deux colonnes sont restées en élévation jusqu’au milieu du xixe siècle et les tambours des autres colonnes ont été retrouvés effondrés sur le sol lors des fouilles45. Dans une des pièces en contrebas, le torse de la statue d’empereur cuirassé ne reposait pas directement sur le dallage mais sur une couche de terre lors de sa découverte par G. Dolcemascolo46. Concernant les autres édifices publics, qui ont pu potentiellement être utilisés plus longtemps, on sait par l’épigraphie que des travaux de restauration ou d’agrandissement ont été effectués à la fin du iiie ou au début du ive siècle dans les thermes (AE 1992, 1767 et AE 1927, 29) et le théâtre (CIL VIII 309 = 11532) d’Ammaedara et dans le théâtre (ILAlg I 3051) et l’amphithéâtre (AE 1967, 550) de Theveste. R. Lequément, qui a fouillé ce dernier édifice dans les années 1960, pense qu’il a été utilisé pour les jeux peut-être encore au cours du ve siècle47, ce qui concorde avec le maintien assez tardif des amphithéâtres et des cirques dans l’est du Maghreb, de la même façon que les thermes, réaménagés pour certains encore au vie siècle48. En Afrique, des restaurations sont attestées jusqu’au début du ve siècle pour les forums et les basiliques civiles (Thuburbo Maius, Vallis), jusqu’au ive siècle pour les marchés49. Mais il faudrait pouvoir affiner ce schéma, basé essentiellement sur les sources textuelles, par la fouille des niveaux d’abandon, partiellement préservés sur tous les monuments publics d’Haïdra.

Fig. 2b. — Theveste durant l’Antiquité tardive (fin ive-début vie siècle).

Dessin : Elsa Rocca

Occupations attribuables aux ve-vie siècles

a) Les édifices à auges

  • 50 Parmi beaucoup de bâtiments africains accueillant des auges, sur ce groupe régional : Duval, Golvin(...)
  • 51 Étude en cours par la mission archéologique (fouilles : E. Rocca et N. Lamare, 2005-2012). Une prem (...)

9En parallèle, de nouveaux édifices, les monuments à auges, ont fait leur apparition dans la ville tardo-antique du sud-ouest de la Proconsulaire : il s’agit d’une série identifiée par N. Duval, se caractérisant par une salle centrale séparée de pièces latérales par deux rangées d’auges50 (fig. 3, nos 1-2). À Ammaedara, deux de ces bâtiments ont été installés au centre et au nord-est de la ville, au moment du réaménagement des quartiers, organisés chacun autour d’une cour à péristyle (fig. 2a, p. 228). Cette phase est placée dans le courant du ve siècle pour le nord-est51. Il faut peut-être y rattacher la construction de l’église IV, remplaçant l’édifice primitif supposé, dans la perspective d’un réaménagement à l’échelle du quartier.

Fig. 3. — Monuments à auges d’Haïdra (1-4), de Tébessa (5) et de Tébessa Khalia (6).

Source : Jean-Claude Golvin, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer, Jürgen Christern, Paul-Albert Février

  • 52 Christern, 1976, p. 236, pp. 231-244 sur les monuments à auges en général.
  • 53 Duval, 1976. Le site se trouve à 3 km de la citadelle en direction du sud-ouest et non pas vers le (...)
  • 54 Interprété à l’époque comme une maison fortifiée, l’étude (1997-2000) a révélé le même type d’édifi (...)

10À Theveste, outre les longs alignements d’auges (36 au nord, 40 au sud) installés dans le bâtiment nord-ouest du complexe de la basilique chrétienne et interprétés comme des écuries par J. Christern, un monument à auges a été mis en évidence au sud de la ville antique par le même archéologue52. C’est l’édifice que Noël Duval proposait d’assimiler à celui du site de Tébessa Khalia53, sur la base d’un plan singulièrement proche (fig. 3, p. 230, nos 5-6). Son principal argument était la rareté des édifices de ce type car, au moment de l’étude, le second monument à auges d’Haïdra n’avait pas encore été identifié54, site qui compte aujourd’hui quatre monuments variant autour du même plan. Fort de ces données, qui complexifient encore la question de la fonction et de la chronologie de la série, Noël Duval aurait accepté la présence de deux édifices similaires à seulement 3 km de distance, à Tébessa Khalia et à Theveste, et il n’aurait pas remis en cause l’existence d’un bâtiment dans cette dernière ville.

  • 55 Ballu, 1923.
  • 56 Id., 1925, p. 24.
  • 57 Duval, 1976, pp. 935-936.
  • 58 Ibid., p. 948.

11L’édifice y a été découvert lors de fouilles commencées en 1922 par M. Reygasse, dans un secteur situé au sud-est de la citadelle55. A. Ballu rapporte la mise au jour de plusieurs demeures, pourvues de bains et décorées de mosaïques, en particulier la domus dite au masque tragique. Dans le rapport de l’année suivante, l’auteur poursuit la description des fouilles dans ce quartier et signale l’édifice à auges « à quelque distance au sud-est »56. Si l’on compare, à la suite de N. Duval57, les deux monuments à auges de Tébessa et de Tébessa Khalia, les différences qu’il relevait sont assez notables. En effet, leur orientation est opposée : l’édifice de Tébessa est orienté nord-ouest / sud-est, avec l’abside principale placée au nord-ouest, tandis que celui de Tébessa Khalia est orienté sud-ouest / nord-est, avec la grande abside au sud-ouest. Les dimensions divergent, en particulier pour la salle centrale, qui est de plan carré à Tébessa (6 × 6,5 m), alors qu’elle est nettement rectangulaire à Tébessa Khalia (6,4 × 8,4 m). De même, la largeur des petites absides, situées à l’extrémité opposée, a un écart d’1,30 m, ce qui est significatif. Enfin, il faut noter qu’à Tébessa, le mur de l’abside principale se confond avec le mur périmétral (comme dans le grand monument d’Haïdra), alors qu’à Tébessa Khalia, l’abside est légèrement en saillie par rapport au mur rectiligne qui limite l’édifice. Ces éléments incitent à distinguer les deux bâtiments, comme l’a fait J. Christern, qui restitue cinq auges (la taille moyenne d’un bloc étant d’1 m dans les autres édifices). Le plan adopté est caractéristique de la série régionale, avec un couloir transversal desservant les trois salles, et il est très proche du grand monument d’Haïdra ; comme celui-ci, les édifices de Tébessa et Tébessa Khalia pourraient donc dater du ve siècle ou, comme les bâtiments les plus tardifs d’Ammaedara, de l’époque byzantine, plutôt que de la fin du ive-début du ve siècle58.

b) Les nécropoles

  • 59 Des sépultures chrétiennes ont été découvertes également à l’extérieur du complexe chrétien, notamm (...)
  • 60 Tombes chrétiennes localisées entre 200 à 400 m à l’ouest de la basilique : ILAlg I 3437, 3445 (ave (...)
  • 61 Couvertures faites de dalles ou de mosaïques. Parcelle de l’école : Baghli, Bouchenaki, 1975-1976, (...)
  • 62 Fouilles à Sidi Ferraj par C. Laout (1937-1939) : Leschi, 1938, p. 191 ; Id., 1939, p. 153 ; Id., 1 (...)
  • 63 Fouilles par C. Laout en 1940 (probablement celles signalées par leschi, 1941, p. 136) : Lancel, 19 (...)
  • 64 Guichard, 1864, p. 271-272 et Girol, 1867, p. 399 : CIL VIII 2016 ; ILAlg I 3455 ; Courtois, 1955, (...)
  • 65 Inscription (CIL VIII 2017 ; Courtois, 1955, nº 155) livrée par V. Flogny (1862, p. 467) et localis (...)
  • 66 CIL VIII 2013 ; Courtois 1955, no 96. Sépulture découverte par Clarinval (1870, p. 607 et pl. XI) m (...)

12Pour Theveste, les autres données relevant de façon assurée du ve-vie siècles concernent les cimetières chrétiens (fig. 2b, p. 229). Outre celui du nord-est, qui accueille la grande basilique59, deux autres sont attestés dans des zones funéraires païennes : au nord-ouest, à Henchir Rohban60, et à l’ouest, dans une nécropole qui devait regrouper les sites de la Ferme Cambon et de l’École du Dr. Saadane, où des mensae et des mosaïques de la fin du ive-ve siècles ont été mises au jour61. Des tombes chrétiennes ont également été inventoriées à l’est, à la gare de Sidi Ferraj, et un cimetière avec une phase de la fin du ve-début du vie siècle a été fouillé dans les années 1970 au nord, à Draa er-Rahou (ou El-Gourad)62. Outre cette dernière occupation de l’époque vandale, les épitaphes d’une famille portant des noms germains (Supserik, le père, Supserika et Arcura, ses filles) ont été découvertes dans la Ferme Cambon63. On signalera aussi l’inscription funéraire d’un certain Silibudi, retrouvée dans le dallage du temple nord64, et celle d’un homme appelé Ustriut, découverte près de la façade sud-est de la citadelle byzantine, à proximité vraisemblablement d’une ancienne zone funéraire qui avait été utilisée pour des soldats de la IIIe légion65. Enfin, la chapelle tréflée de la basilique chrétienne comportait la tombe d’un jeune homme dont l’épitaphe sur mosaïque, ornée de son portrait en pied, est datée de l’époque vandale66.

  • 67 Victorinus : AE 1968, 638 = 1971, 502 ; Duval, 1975, nº 58. Hildiger : AE 1975, 894 ; Duval, 1975, (...)
  • 68 Duval, 1975, nos 26 (= AE 1946, 34), 37, 41 (= AE 1946, 24), 45 ; l’auteur date ce groupe de sépult (...)
  • 69 Ibid., nos 401, 406, 413, 419, 424 : groupe daté de la fin de l’époque vandale auquel est rattaché, (...)
  • 70 Sur la survie du culte officiel sous les Vandales : Duval, Chastagnol, 1974. Pour une récente synth (...)

13À Ammaedara, l’occupation sous les Vandales est bien attestée par les découvertes funéraires : dans la basilique I, avec la tombe vénérée de l’évêque Victorinus et la sépulture d’Hildiger67, à laquelle N. Duval propose de rattacher un groupe de cinq autres épitaphes68. Dans la basilique IV, cinq sépultures69 sont datables du début du vie siècle (à partir des épitaphes de Festa, datée de 510 par le règne de Thrasamund, et d’Astius Mustellus, datée de 526 par le règne d’Hildéric). Trois d’entre elles appartiennent à des membres de l’aristocratie qui avaient occupé des charges municipales et provinciales : Astius Mustellus et Astius Vindicianus, flamines perpetui, Astius Dinamius, sacerdotalis provinciae70. Ces titres et les charges qu’ils recouvrent montrent la permanence de certaines institutions jusqu’au début du vie siècle à Ammaedara. Alors que les édifices publics étaient progressivement fermés au cours du ve siècle, les élites étaient bien présentes dans cette ville et souhaitaient se rendre visibles.

  • 71 N. Duval (1982b) proposait cette analyse pour la fin de l’époque byzantine à Sbeïtla. Voir Fenwick, (...)

14Dans les deux cités, même si les traces d’occupation pour l’époque vandale sont sporadiques, un certain dynamisme de la vie urbaine se manifeste à travers la topographie chrétienne et l’activité économique de Theveste devait être stimulée par l’accueil des pèlerins autour du culte de sainte Crispine. Ce constat toutefois ne pallie pas la méconnaissance de l’état réel du réseau urbain et de son extension, en particulier au début du vie siècle, à la veille de la reconquête byzantine. C’est pourtant ce qui permettrait d’établir si l’installation des fortifications a créé une véritable rupture dans un tissu encore continu ou si un processus de fragmentation était déjà amorcé71, avec la création d’îlots urbains par l’abandon ou le changement radical de fonction de certains secteurs : l’introduction de zones funéraires en dehors d’un lieu de culte chrétien, l’apparition de zones de friches ou l’installation de jardins. Cette image paraît extrême dans le contexte d’Ammaedara, étant donné la répartition des églises urbaines et l’occupation avérée des deux quartiers du centre et du nord-ouest (fig. 2a, p. 228). Il paraît plus plausible de restituer un réseau urbain encore relativement dense autour des bâtiments tardo-antiques.

Les données sur la ville à l’époque byzantine

Les fortifications

15Pour comprendre véritablement ce moment de transition entre la ville vandale et la ville byzantine, il faudrait pouvoir évaluer le hiatus entre l’abandon des monuments publics et leur récupération pour installer les fortifications byzantines. Ces édifices, une fois fermés, sont-ils restés à l’état de ruine pendant plusieurs décennies, servaient-ils déjà de carrière ou étaient-ils réoccupés avant l’arrivée des Byzantins ?

  • 72 Pringle, 1981, pp. 179-181 ; Baratte, Béjaoui, 2010, p. 519.

16À Ammaedara, la citadelle (env. 195 × 125 m, pour 2,13 ha) s’appuie sur l’angle sud-est de l’édifice basilical et la paroi occidentale du monument en hémicycle. Ces deux édifices étaient encore en élévation sur plusieurs mètres de hauteur. Les constructeurs byzantins ont aussi récupéré les murs de soutènement de la terrasse du probable forum et de la digue de la rive nord pour fonder les côtés nord et sud de la forteresse et englober le decumanus maximus et le cardo maximus72 (fig. 4a).

Fig. 4a. — Ammaedara au début de l’époque byzantine (vie siècle).

Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean-Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer

  • 73 Pringle, 1981, pp. 238-243.
  • 74 Moll, 1860-1861, pp. 199-200, 215-216, pl. II, voir aussi Ballu, 1897, pl. X ; Gsell, 1911, f. 29, (...)
  • 75 Pringle, 1981, p. 242, en se fondant sur l’enceinte de Sétif : Février, 1964, p. 32.
  • 76 Lequément, 1968, pp. 199-219.
  • 77 Maitrot, 1911, pp. 110, 148.
  • 78 Baratte, 2006 ; Golvin, Séry-Metay, 2009, pp. 256-259 ; Baratte, Béjaoui, 2010, pp. 534-535, Rocca, (...)

17La citadelle de Theveste, trois fois plus grande (290 × 260 m, 7,5 ha)73, prend appui sur le portique sud et l’arc de Caracalla (fig. 4b, p. 234) mais elle double le mur nord du temple sans le réutiliser, ce qui est tout à fait notable. Outre la muraille plus ancienne de la grande basilique tardo-antique, Theveste possédait une autre enceinte, encore visible au début du xxe siècle, qui englobait 45 à 50 ha de superficie. Elle semble avoir fonctionné avec au moins une partie des nombreuses tours observées sur le site : une cinquantaine a été dénombrée et jusqu’à 35 ont été dessinées le long de cette seconde enceinte par Moll74. D. Pringle proposait de faire remonter celle-ci aux iiie-ive siècles75 tandis que R. Lequément suggérait de mettre en rapport ce système défensif avec les fortifications installées au niveau des portes sud-est et nord-ouest de l’amphithéâtre, datées, avec le premier habitat, de l’époque vandalo-byzantine76. On peut observer en effet que l’enceinte enserre le faubourg nord et qu’à l’est, elle devait servir à protéger en priorité la source et l’aqueduc. Ce dernier a été restauré de nombreuses fois et Maitrot de la Motte signale qu’une conduite était reliée à un réservoir qui fonctionnait avec la citadelle77. Il faut donc peut-être considérer au moins un des états de l’enceinte périphérique comme byzantin. À Ammaedara, la citadelle n’était pas isolée non plus car elle pourrait avoir fonctionné avec deux fortins à l’est et une tour au nord78 (fig. 4a, p. 233). La fortification de l’arc pose cependant des problèmes car elle bloque la voie ; il faut peut-être là aussi restituer plusieurs phases.

Fig. 4b. — Theveste au début de l’époque byzantine (vie siècle).

Dessin : Elsa Rocca

  • 79 Baratte, Béjaoui 2010, p. 529-531.

18L’implantation des citadelles a de toute façon occasionné des changements dans le réseau viaire, que l’on connaît un peu mieux à Haïdra : des axes de circulation ont dû être coupés mais les voies principales ont été maintenues, temporairement pour le cardo maximus, par l’ouverture de portes dont la largeur est plus réduite que celle des voies (à l’ouest, l’espace entre les deux tours est de 6 m et la porte d’environ 3 m, à l’est, de 3,60 m)79. Le même système, qui a permis la conservation des axes majeurs, a dû être appliqué à Theveste, si l’on considère que le cardo maximus et le decumanus maximus correspondaient aux voies qui passaient par la porte de Solomon à l’est et l’arc de Caracalla au nord (fig. 1b, p. 226).

La topographie chrétienne

  • 80 Lenoir, 1856, II, p. 487 et Gsell, 1901, II, p. 291 et n. 3.
  • 81 Cinq chapiteaux en marbre blanc décorés d’une croix grecque, reproduits dans Ballu, 1897, pl. III e (...)
  • 82 Gsell, 1901, I, p. 137, II, p. 291-292. Voir n. 33 et 63.
  • 83 Allotte de la Fuÿe, 1886-1887, pl. XVIII : deux sépultures insérées dans le bâti de l’abside de la (...)
  • 84 ILAlg I 3462 = CIL VIII 27923 : tombe considérée comme byzantine par Gsell.
  • 85 Voir Christern, 1976, p. 221.

19Concernant la topographie chrétienne, deux églises avaient été signalées dans la citadelle de Theveste par L. Renier80 : S. Gsell propose d’en situer une à l’emplacement du forum ou à ses abords (fig. 4b, p. 234), là où des chapiteaux byzantins en marbre blanc ont été retrouvés, en face de l’entrée du quartier militaire81. Les sépultures byzantines trouvées dans la partie nord de la forteresse82 et dans les thermes sud83 indiquent l’existence de zones funéraires et donc l’utilisation à l’époque byzantine des églises qui ont été restituées à ces deux emplacements. Les quatre nécropoles suburbaines déjà mentionnées ont livré des épitaphes byzantines, de même que celle de la place du marché84. La basilique et le cimetière nord-est étaient aussi en usage à l’époque byzantine, à laquelle il faut peut-être rattacher l’ajout de la chapelle orientale, plus tardive que le reste du complexe85.

  • 86 Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 1999 ; Id., 2009.
  • 87 Béjaoui, 1999.
  • 88 Baratte, Duval, Golvin, 2011, pp. 51-65.
  • 89 Inscription de Pantaléon, Julien et leurs compagnons : Duval, 1975, nº 400 = CIL VIII 10515 et 2327 (...)
  • 90 Reliques d’Isidore et Sébastien d’après le procès-verbal de déposition : Béjaoui, 1996b et Id., 199 (...)

20La citadelle d’Ammaedara accueillait deux églises de façon assurée, les basiliques III et VII, ce qui pose la question de leur fonction respective86. Un édifice chrétien (une chapelle ?) a été aménagé, dans un second temps, sur la voie sud87. Avec ces nouvelles fondations, des travaux de réaménagement importants ont été effectués dans les églises préexistantes, notamment une nouvelle installation martyriale dans la basilique I88. Cela montre une période de forte activité urbaine et une Église locale très vivace, avec le dépôt de sept reliques, dont deux de saint Cyprien (dans les édifices I et II) et deux de saints orientaux (Pantaléon et Julien dans l’édifice IV89, Isidore dans l’édifice VIII90). Avec le sanctuaire de pèlerinage de Theveste à 40 km, on perçoit un pôle régional important à l’époque byzantine, lié probablement à l’ancienneté de ces communautés chrétiennes, de leurs martyrs locaux et de leur Église.

Autres indices

  • 91 L’édifice du quartier nord-est a été présenté au colloque sur les monuments à auges : Rocca, Béjaou (...)
  • 92 Kennedy, 1985, pp. 11-13.
  • 93 Baratte, Béjaoui, 2010, p. 536 et fig. 19.

21En dehors de la citadelle et des édifices de culte, l’occupation urbaine à l’époque byzantine est connue à Ammaedara à travers le réaménagement des quartiers situés au nord de la citadelle et au nord-est de la ville. L’un comme l’autre de ces secteurs semblent avoir connu des modifications parallèles, avec l’installation d’un nouveau monument à auges donnant sur chacune des cours à péristyle et avec la division des espaces adjacents en plusieurs pièces de petites dimensions91 (fig. 3, p. 230). De même, de façon assez caractéristique pour cette période92, a été observée à Haïdra l’implantation de bâtiments qui empiètent sur le dallage du tronçon ouest du decumanus maximus93, dont les dimensions passent de 8 m à l’époque romaine à 5 m-5,50 m de large, ce qui correspond à la largeur entre les deux tours au niveau de la porte occidentale.

22Ainsi, on parvient à un bilan contradictoire. Parmi les éléments de continuité dans la topographie urbaine, on note : la permanence des axes viaires principaux, contrebalancée par le rétrécissement de ces voies et la coupure complète de certaines rues, intervenue en toute logique dans un second temps ; l’insertion des citadelles dans le centre monumental, mais créant en même temps une forte rupture spatiale et visuelle ; le statut entre les édifices publics et les fortifications qui les récupèrent ; enfin, la topographie chrétienne avec le respect de l’emplacement des églises antérieures lors de l’installation des citadelles.

Des réoccupations tardo-antiques ou byzantines ?

  • 94 Lequément, 1968, pp. 199-219.
  • 95 Allotte de la Füye, 1886-1887, p. 226.

23La ville tardo-antique et byzantine, en particulier en Afrique, se caractérise par une réoccupation des édifices publics romains, qui constitue encore un aspect de la permanence de l’occupation urbaine. À Theveste, des habitats, datés du vie siècle, sont installés dans l’amphithéâtre94 (fig. 4b, p. 234). Ils se caractérisent, d’après R. Lequément, par des sols dallés et en terre battue, un puits et deux silos. Il faut peut-être rapprocher cette occupation domestique d’autres traces de réoccupations signalées au xixe siècle dans les thermes du Quartier de cavalerie. Il s’agit de murs « avec des fondations superficielles » et « un nombre de silos assez considérables » d’après le fouilleur95. On rappellera les tombes dites « byzantines » retrouvées à proximité et l’église que S. Gsell proposait d’y restituer, mais les structures signalées pourraient tout autant se rapporter à une occupation médiévale.

  • 96 Lamare, Rocca, sous presse.
  • 97 Béjaoui, 2009, p. 273.
  • 98 Lettres du 28 février 1934, 24 avril 1934, 18 juillet 1938 (Fonds Poinssot, INHA, 106, 32 et 106, 4 (...)

24À Ammaedara (fig. 4a, p. 233), des aménagements, qui posent souvent le même problème de datation, ont été observés. Des bouchages faits de blocs remployés sont visibles dans les thermes : certains pourraient correspondre à un programme de réduction de l’espace thermal (comme à Sbeïtla, Carthage), mais d’autres renvoient peut-être à une réoccupation de type domestique96. Dans le marché, il est assuré que les réaménagements ont eu lieu après la fermeture de l’édifice car les colonnes du portique sont remployées pour boucher les ouvertures des boutiques, afin de constituer probablement des habitats. Il faut peut-être les mettre en rapport avec la céramique de la fin du vie-début du viie siècle trouvée dans le dernier comblement des égouts97. Enfin, dans le théâtre, des habitats certainement ont été installés sous la cavea, par la fermeture des voûtes du côté du couloir extérieur, créant un espace composé de trois pièces oblongues, desservies par une entrée ménagée dans le couloir intérieur. D’après les lettres de G. Dolcemascolo à L. Poinssot, le fouilleur a retrouvé de nombreuses statues et inscriptions dans l’édifice : celui-ci n’avait donc pas été vidé après sa fermeture. Sa réoccupation n’a été sûrement que partielle, peut-être là où les voûtes servaient de couverture98.

  • 99 Rocca, inédite, I, pp. 380-383.

25Les prospections de surface à Haïdra ont mis en évidence dans les faubourgs, en particulier dans ceux de l’ouest et du sud, une succession d’occupations témoignant d’un changement de fonction (fig. 4a, p. 233). Le quartier suburbain occidental accueillait une nécropole à l’époque romaine et certainement déjà une zone artisanale constituée de plusieurs fours et de dépotoirs, l’ensemble ayant pu être utilisé longtemps99. On notera en particulier un bâtiment en opus africanum utilisant les parois d’un four comme fondations mais la céramique de surface dans ce secteur traduit une occupation continue de la fin du ier siècle ap. J.-C. au viie siècle, qui correspond, sans surprise, à la chronologie de la ville antique. La nécropole méridionale livre aussi des traces de réoccupation mais sur une surface plus étendue ; elle se caractérise par la construction de bâtiments faits de remplois d’éléments funéraires (pour l’essentiel des caissons à formulaires païens). Il s’agit plus vraisemblablement ici d’une occupation pouvant dater de l’Antiquité tardive ou de l’époque byzantine, si l’on tient compte du temps nécessaire à l’abandon de la nécropole païenne et peut-être d’un hiatus entre l’usage funéraire et la réoccupation domestique ou utilitaire. Ces nouveaux quartiers correspondent-ils à une extension du tissu urbain ou à un changement de polarisation, qui reflèterait la désaffectation de zones plus centrales au profit de faubourgs, pour la récupération des matériaux disponibles ? Dans le contexte d’Ammaedara à l’Antiquité tardive, qui paraît assez florissante au ve siècle, un développement spatial de la ville ne serait toutefois pas impossible.

Les indices d’occupation de la fin de l’époque byzantine – début du Moyen Âge

  • 100 Les premiers résultats de la fouille sont livrés dans Rocca, Béjaoui, Huguet, à paraître.
  • 101 D’après l’étude de la céramique effectuée par C. Huguet et celle du verre par L. Pédoussaut.
  • 102 Duval, 1975, pp. 512-514 et 526-529 : une épitaphe (nº 140) datée du début du viie siècle et neuf d (...)

26Sur la base des données disponibles actuellement, il est toutefois très difficile de déterminer quelles étaient l’extension et la densité d’occupation des deux villes byzantines, tout particulièrement pour le viie siècle. À Ammaedara, dans le quartier nord-est, l’abandon du second monument à auges, à placer dans la seconde moitié du viie siècle, est suivi d’une première phase de réoccupation, matérialisée par des fosses dépotoirs, des sols en terre battue et des foyers100. Un dernier sol aménagé sur l’arase des murs a été identifié dans une nouvelle phase, avant l’abandon définitif scellé par l’effondrement du bâtiment. La datation de ces niveaux, en cours101, indique que la zone aurait été abandonnée à la fin du viie siècle. Plus au centre, dans la basilique I, une dizaine de tombes a été datée du viie siècle par N. Duval102, mais aucune donnée dans cette église ou dans celles situées à l’extérieur de la citadelle ne permet d’affirmer leur occupation à la fin de l’époque byzantine, dans la deuxième moitié du viie siècle.

  • 103 Clarinval, 1870, p. 607 ; Gsell, 1901, II, p. 291. Dans les niveaux de réoccupation, Girol (1866, p (...)
  • 104 Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 2009, pp. 78, 93, 96.
  • 105 Béjaoui, 1999, pp. 216, 225.
  • 106 Étude en cours par Z. Lecat et C. Huguet.

27Pour Theveste, on ne connaît rien sur l’occupation tardive et le devenir des églises byzantines, à part la destruction de la basilique extra-urbaine, qui aurait été causée par un incendie, et la réoccupation postérieure de l’édifice103. À Ammaedara, il semble que les basiliques I, II et IV ont été abandonnées sans avoir été affectées à un autre usage, et l’église VI est trop arasée pour pouvoir préciser son état d’abandon. Les quatre autres édifices de culte (III, V, VII et VIII) ont été réoccupés avec l’implantation d’habitats ou d’activités artisanales. On signalera en particulier les structures installées après l’effondrement de la basilique VII — un creusement dans le dallage interprété comme un silo, un broyeur à olives dans les niveaux d’occupation supérieur d’un bâtiment de la ruelle qui longe l’eglise au nord104 — et l’installation d’un four dans la zone funéraire de l’édifice VIII105. De même, dans le quartier directement au nord de la citadelle, une phase de réaménagements a livré un four à pain, dont la datation, postérieure à la première phase byzantine, est en cours106. On constate donc l’apparition d’activités artisanales, par des découvertes encore très ponctuelles, concentrées à l’intérieur ou à proximité immédiate de la citadelle.

  • 107 Pour l’Afrique : Leone, 2007, pp. 217-237, exemples d’huileries dans des églises à Belalis Maior et (...)

28À partir de ces éléments, on peut émettre l’hypothèse de travail qu’à Ammaedara la réduction de l’espace urbain a pu s’amorcer à la fin de l’époque byzantine, peut-être de façon discontinue, et s’illustrer par un resserrement autour de la citadelle et par le rapatriement des activités artisanales dans la ville, selon un processus bien identifié, notamment en Afrique107 (fig. 5a, p. 238).

  • 108 Al-Numan, Kitab Iftitah ad-Da’wa, 196.
  • 109 Baratte, Béjaoui, 2010, pp. 524, 527, 536.
  • 110 Baratte, 1996, pp. 151-153 ; Louichi, 2006.
  • 111 Al-Bakri, Description de l’Afrique septentrionale, p. 278.
  • 112 Al-Numayrî, Fayd al-‘ubâb, p. 474, cité par Benhima, Guichard, 2009.
  • 113 Léon l’Africain (Description de l’Afrique, p. 22) évoque l’enceinte et les maisons de Tébessa, ains (...)
  • 114 Elle n’est pas mentionnée notamment dans al-Bakrî, Description de l’Afrique septentrionale, pp. 323 (...)
  • 115 Voir pour chacun des sites : Benhima, Guichard, 2009 ; M’Charek, 1999.

29Au début du xe siècle, l’occupation est attestée par le cadi al-Nu’man dans les citadelles de Theveste et d’Ammaedara108. Dans cette dernière, elle est matérialisée par le remaniement de la poterne et de la tour circulaire à l’est109 et par la construction d’un monument à nefs en matériaux remployés — peut-être une mosquée —, dont l’occupation est datée du ixe au xie siècles par la céramique110 (fig. 5a, p. 238). À Theveste, qui est mentionnée comme une grande et ancienne ville au xie siècle par al-Bakri111 et citée comme chef-lieu de province au milieu du xive siècle par al-Numayrî112, R. Lequément a identifié trois phases d’habitats après celui du vie siècle, le dernier étant daté du xiiie siècle (fig. 5b, p. 239). À cette époque, il n’est pas sûr que la citadelle d’Ammaedara soit encore occupée. En tout cas elle n’est pas mentionnée comme étape sur les itinéraires routiers et semble donc avoir été abandonnée au cours du Moyen Âge. Ce constat ne reflète pas une situation régionale, comme on le voit avec le maintien de Theveste113. Le destin d’Ammaedara est certainement à mettre en relation avec l’évolution du réseau routier et la transformation du réseau des villes. Avec l’abandon de Carthage comme capitale et l’installation des nouvelles capitales successives sur la côte orientale de l’Ifriqiya, la ville a perdu sa fonction de défense de la voie de pénétration vers la Proconsulaire114. En parallèle, la région a vu l’émergence de nouveaux centres urbains comme Majjâna et Bulla Mensa (Kalaat es⁃Senam)115, qui étaient jusqu’alors de petites agglomérations. Celles⁃ci occupaient sûre⁃ ment au Moyen Âge des positions stratégiques sur les axes est⁃ouest et remplacèrent, en quelque sorte, d’anciens centres romains comme celui d’Ammaedara.

Fig. 5a. — Indices d’occupation à Ammaedara à la fin de l’époque byzantine – début de la période islamique.

Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean⁃Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer

30Comme pour le Proche⁃Orient, les transformations de la ville classique ont suivi une évolution progressive en Afrique pour aboutir à de nouvelles formes urbaines. Malgré les efforts d’analyse, celles⁃ci restent encore difficile à caractériser pour parvenir à définir la ville du haut Moyen Âge du Maghreb oriental. Les exemples d’Ammaedara et de Theveste permettent de constater que la monumentalité reste bien présente à travers les églises et les fortifications, ces nouveaux édifices publics concentrant les pouvoirs religieux, civil et militaire dans l’espace urbain. L’empiètement de l’habitat sur les espaces publics peut traduire la défaillance des autorités municipales comme le désintérêt des citadins à les préserver. Mais il reflète aussi une certaine vitalité démographique, comme le proposait H. Kennedy, et constitue une preuve tangible de la permanence de l’occu⁃ pation urbaine. Avec l’installation d’habitats dans les édifices, qui implique un changement de statut, la sphère du privé semble être devenue prépondérante, au détriment du public. H. Kennedy considérait justement le rôle des donateurs privés comme un élément caractéristique de la trans⁃ formation des villes, ce qui s’illustre bien au vie siècle à Ammaedara dans l’église II (mosaïques financées par Candidus et Adeodata, installation martyriale par Marcellus) et peut⁃être aussi avec la construction des monuments à auges.

Fig. 5b. — Indices d’occupation à Theveste à la fin de l’époque byzantine – début de la période islamique.

Dessin : Elsa Rocca

31Ammaedara possède des édifices défensifs et religieux (les églises puis une mosquée) et les activités artisanales indiquent qu’elle devait encore constituer un lieu d’échanges commerciaux. L’acquisition de nouvelles données archéologiques sur plusieurs quartiers « périphériques » permettra de déterminer selon quelle tendance principale la ville s’est reconfigurée : la réduction de sa superficie ou la discontinuité du tissu urbain, déjà constatée dans plusieurs sites, les deux processus pouvant être concomitants. L’habitat, une fois réduit à la citadelle et ses abords et d’une superficie de 5-6 ha, doit-il être qualifié de bourg fortifié ou les critères défensifs, religieux et commerciaux rassemblés suffisent-ils à en faire une ville dans le contexte régional du sud-ouest de la Dorsale au haut Moyen Âge ? Pour Theveste, malgré l’occupation attestée dans l’amphithéâtre au xiiie siècle, il est difficile de préciser si la ville s’étendait alors sur les 45-50 ha circonscrits par la citadelle et l’enceinte périphérique ou si son tissu urbain était fragmenté. De même, on ne sait si le site a été occupé de façon continue ou s’il y a eu des hiatus avant une réoccupation médiévale.

32L’évolution parallèle puis divergente de ces deux cités devra être mise en rapport avec les possibles mouvements de population vers la campagne ou vers d’autres centres urbains à l’échelle régionale. Il faut rappeler ici qu’Ammaedara a été créée ex nihilo par les Romains alors que Theveste était une ancienne cité numide, tournée aussi vers les contrées occidentales et non uniquement vers Carthage, ce qui peut expliquer son maintien après la réorganisation du territoire de l’Ifriqiya.

Notes

1 Voir Fenwick, 2013 et sa contribution dans ce volume.

2 Voir pour l’historiographie des recherches : Wickham, 2005 ; Leone 2007 ; von Rummel, 2016 ; Baratte dans ce volume, et pour la Proconsulaire, les travaux récents sur les niveaux tardo-antiques et médiévaux à Althiburos : Kallala, Sanmartí, 2011, et Simitthus : Khanoussi, von Rummel, 2012.

3 de Pachtère, 1916. Sur les inscriptions militaires d’Haïdra : Ben Abdallah, Rocca, 2013 avec la bibliographie antérieure ; sur celles de Tébessa : Le Bohec, 1989, p. 353.

4 Nouvelle carte du réseau routier de l’est de l’Africa (Salama, 1951) : Desanges et alii, 2010.

5 Menés depuis 1991 sous la direction de Fr. Baratte et F. Béjaoui (INP de Tunisie, MAEDI, UMR 8167). Pour l’historiographie des recherches : Duval, 1982a ; Rocca, 2016.

6 Sur la topographie urbaine : Duval, 1982a (dernière version du plan : Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 2009, fig. 1bis, p. IX ; relevé topographique en cours : Rocca, 2016, fig. 2) ; Rocca, inédit.

7 Sondage en 1909 (Piganiol, Laurent-Vibert 1912, pp. 90-94), fouille de l’édifice en 1935-1937 par G. Dolcemascolo (Rocca, 2016), réexaminé en 2010 : Lamare, Rocca, sous presse.

8 Fouillé par G. Dolcemascolo vers 1937, puis réétudié par F. Béjaoui : Béjaoui, 2009.

9 Généralement identifié comme le capitole en raison de son emplacement central et de ses grandes dimensions : Baratte, Duval, Golvin, 1973. Pour l’épigraphie : Ben Abdallah, Blonce, Rocca, 2014 ; pour l’architecture : Golvin, Piraud-Fournet, 2018.

10 Interprétation de J.-Cl. Golvin (étude inédite) : Baratte, Béjaoui, 2010, p. 517.

11 Piganiol, Laurent-Vibert, 1912, pp. 94-120. Le plan à trois nefs, le décor et la localisation plaident pour cette interprétation. Mais des éléments posent problème, comme l’absence d’ouverture sur le long côté occidental.

12 Plusieurs tronçons dallés ont été fouillés dans la citadelle : Baratte, 1996, pp. 134-135.

13 Fouillé par G. Dolcemascolo entre 1925 et 1927 (Rocca, 2016) et relevé par J.-Cl. Golvin (inédit). Voir Baratte, Duval, 1974, pp. 36-38. Sur les inscriptions : Ben Abdallah, Blonce, Rocca, 2014, pp. 131-132.

14 D’après des prospections et l’analyse des vestiges de surface dans Rocca, inédit, I, pp. 308-315.

15 Mosaïques du Génie de l’Année et de Dionysos au nord-ouest des thermes (Baratte, Duval, 1974, p. 71) ; structures, avec la mosaïque d’Ulysse, sous la basilique I (Baratte, 1974 ; Duval, 1981, p. 36) ; l’ensemble nord-est et le complexe au nord-ouest de la citadelle, organisés autour de cours à péristyle (en cours d’étude).

16 Rocca, inédit, I, pp. 363-374, 380-385.

17 Plans de 1842 du lieutenant Dumont (https://assotebessa.wordpress.com) et du capitaine d’État-major Dieu (www. gallica.bnf.fr) et Labat, 1844, fig. 1 ; Moll, 1858-1859, pl. II ; Ballu, 1897, pl. X ; Gsell, 1911, f. 29, 101, p. 6 ; Maitrot de la Motte-Capron (= Maitrot), 1911, pp. 44-45, 104-105, 136-137 ; Sérée de Roch, 1952, pl. h.-t. ; Lequément, 1968, fig. 2, p. 16 ; Christern, 1976, fig. 7, p. 21.

18 Notice de Gsell, 1911, f. 29, 101 et guide de Séréederoch, 1952. Sur la fouille de l’amphithéâtre : Lequément, 1968, avec une présentation de la ville, pp. 13-18, ainsi que dans Christern, 1976, pp. 16-27 et Rocca, 2016b.

19 Moll, 1858-1859, p. 78-79 ; Gsell 1901, I, pp. 110, 153 ; Id. 1911, p. 6, nº 3 ; Maitrot, 1911, p. 145 ; Sérée de Roch, 1952, pp. 24-25 ; Christern, 1976, p. 23.

20 Allotte de la Fuÿe, 1886-1887, pp. 199-233 ; Gsell 1911, f. 29, 101, nº 5, avec un seul des deux édifices sur le plan. Leur localisation a ensuite fait l’objet d’erreurs dans : Christern, 1976, p. 23 ; Lequément, 1968, p. 18 et fig. 2 ; Dondin-Payre, 2010, pp. 709-710, fig. 1. Voir ma proposition : Rocca, 2016b, pp. 238-241 et infra, fig. 2b.

21 Pour les domus sud : Ballu, 1923, pp. 11-13 ; Id., 1925, p. 24 ; Leschi, 1923-1924, p. 209-210 ; Id., 1932, pp. 295-296 ; pour celle de l’ouest : Id., 1951, p. 209. Peut-être une autre domus au nord d’après un pavement de mosaïque : Id., 1948, p. 226.

22 Moll, 1858-1859, pp. 75-77 ; Maitrot, 1911, pp. 101-112.

23 Des vestiges ont été observés au milieu du xixe siècle : Moll, 1858-1859, p. 40 ; Héron de Villefosse, 1880, p. 18.

24 Sérée de Roch, 1952, p. 18 ; Christern, 1976, p. 25-26.

25 On peut compléter les plans par : Duprat, 1890-1891 ; Moll, 1858-1859, pp. 77-78 ; Gsell, 1902b, pp. 5, 8, 19, 21-22 ; Maitrot, 1911, pp. 125-128 ; Gascou, 1969, p. 537 ; Baghli, Bouchenaki, 1971-1974, p. 9. Voir Rocca, 2016b, pp. 246-247.

26 Voir Duval Y., 1982 ; Duval, 1995.

27 Baratte, Duval, Golvin, 2011 et Baratte et alii, 2014, pp. 307-312.

28 Février, 1968, pp. 172 et 191 pour la datation de la salle tréflée ; Christern, 1976, pp. 215-225 plaide pour une construction unitaire. Voir aussi Gui, Duval, Caillet, 1992, pp. 315-316. Pour une seconde phase de construction au vie siècle en fonction d’une analyse du décor : Strube, 1996.

29 Février, 1968, pp. 172, 191 ; Christern, 1976, pp. 124-128 ; Duval Y., 1982, p. 128.

30 Christern, 1976, pp. 244-253 ; Gui, Duval, Caillet, 1992, p. 311.

31 Lancel, 1956 ; Christern, 1976, p. 24 et fig. 7, p. 21, nº 19.

32 Gsell, 1902b, pp. 12 (n. 7), 48-49, 69 et fig. 6-8, p. 62 ; Christern, 1976, F52 a), fig. 46b, pl. 63e ; F5, fig. 43c, pl. 64b.

33 Guichard, 1864, pp. 271-272, nos 71-72 : en construisant l’école communale, découverte de dalles funéraires chrétiennes placées au-dessus de coffrages en dalles de pierre ; CIL VIII 2016 = 16517, 2019, 10636, 10637, 10638 = 16519, 10639 ; Gsell, 1901, I, p. 137, II, pp. 291-292 ; Id. 1902, p. 12 (n. 7).

34 Nouvelles tombes devant l’escalier et dans la cour du temple : Sérée de Roch, 1952, p. 32.

35 Pas de trace d’aménagements liturgiques mais le bâtiment a été systématiquement réutilisé. Sur les conversions de temples en églises en Afrique : Leone, 2013, pp. 67-72.

36 Selon Gui, Duval, Caillet, 1992, p. 311, les dimensions de la basilique et le baptistère ne sont pas des arguments suffisants pour l’identifier comme la cathédrale, du fait de sa situation hors de la ville. Voir aussi Christern, 1976, pp. 252-253.

37 Duval, 1975, p. 19, 436 ; Id., 1981, p. 207 ; dans cette église, outre les tombes des évêques Victorinus (AE 1968, 639a et 638 = Duval, 1975, nos 39 et 58) et Melléus (AE 1946, 22 = Duval, 1975, nº 3), sépultures de 23 membres du clergé sur 35 répertoriées dans la ville : Id, 1975, pp. 435-444 ; Béjaoui, 1999, p. 217 et Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 2009, pp. 68-70, 100. Sur la basilique I : Baratte et alii, 2014, pp. 300-306.

38 Parmi plusieurs fragments remployés (Duval, 1975, nos 428 [= AE 1975, 940], 430, 431 et peut-être 418), deux épitaphes sont datées par N. Duval des ive-ve siècles (Ibid., pp. 530-531) et laisse supposer le remaniement à l’époque vandale d’une église primitive. Voir aussi Duval, 1969 et Baratte et alii, 2014, pp. 318-320.

39 Baratte, Duval, Golvin, 1973 ; Baratte et alii, 2014, pp. 321-322.

40 Les églises I et II, les plus anciennes, sont également occidentées ; l’orientation au nord/nord-ouest du chevet de l’église IV pourrait être due à son implantation dans l’urbanisme antérieur. L’occidentation de l’église byzantine III permettait de tirer partie de la muraille. Sur cette question : Duval, 1973, pp. 356-376.

41 Code Théodosien, XVI, 10.2, 10.4-7, 10.9-12.

42 Voir Leone, 2013, pp. 21-37 : 7 restaurations répertoriées pour la deuxième moitié du ive siècle.

43 Duval, 1981, p. 86. Pour l’inscription à Jupiter Dolichenus : Ibid., p. 84 ; Ben abdallah, 1999, nº 8, p. 14-15 = AE 1999, 1784.

44 Leone, 2013, p. 55.

45 Voir le plan des vestiges en place dans Golvin, Piraud-Fournet, 2018, p. 80, fig. 1.

46 Voir les deux clichés dans Rocca, 2016, fig. 11a et b.

47 Lequément, 1968, p. 240.

48 Leone, 2007, pp. 135-144 : Carthage, Belalis Maior, Bulla Regia, Thuburbo Maius, Thysdrus…

49 Deux cas assurés de restaurations au ive siècle : Lepcis Magna, en 317-322 (IRT 468), et Hippone, en 364-367 (AE 1982, 943) : De Ruyt, 1983, pp. 94, 106 (sur l’abandon des macella, pp. 270-273) ; Hamdoune, 2009, pp. 29-30, nos 1 et 12.

50 Parmi beaucoup de bâtiments africains accueillant des auges, sur ce groupe régional : Duval, Golvin, 1972 ; Duval N., Duval Y., 1972 ; Baratte, 2010. Un colloque sur la question (mai 2015) est en cours de publication : Baratte, Rocca, Piraud-Fournet, à paraître.

51 Étude en cours par la mission archéologique (fouilles : E. Rocca et N. Lamare, 2005-2012). Une première synthèse dans Ibid., à paraître. Deuxième quartier en cours de datation (fouilles : Z. Lecat et M. Achour, 2007-2012 ; étude céramologique : C. Huguet).

52 Christern, 1976, p. 236, pp. 231-244 sur les monuments à auges en général.

53 Duval, 1976. Le site se trouve à 3 km de la citadelle en direction du sud-ouest et non pas vers le sud-est, comme l’écrit l’auteur, p. 935.

54 Interprété à l’époque comme une maison fortifiée, l’étude (1997-2000) a révélé le même type d’édifice à auges, de plan carré et dépourvu d’abside : Golvin, Séry-Metay, 2009.

55 Ballu, 1923.

56 Id., 1925, p. 24.

57 Duval, 1976, pp. 935-936.

58 Ibid., p. 948.

59 Des sépultures chrétiennes ont été découvertes également à l’extérieur du complexe chrétien, notamment à 200 m vers le nord (ILAlg I 3426, datant du ve siècle d’après Gsell).

60 Tombes chrétiennes localisées entre 200 à 400 m à l’ouest de la basilique : ILAlg I 3437, 3445 (avec un chrisme constantinien, de la fin du ive siècle d’après Duval, 1975, p. 420), 3446 (= CIL VIII 16658), 3457.

61 Couvertures faites de dalles ou de mosaïques. Parcelle de l’école : Baghli, Bouchenaki, 1975-1976, p. 13 ; Kadra, 1977-1979, p. 15 ; Aed., 1989, pp. 1968-1971. Ferme Cambon : ILAlg I 3450, 3454 ; Lancel, 1956 ; Marcillet-Jaubert, 1960, pp. 413-415.

62 Fouilles à Sidi Ferraj par C. Laout (1937-1939) : Leschi, 1938, p. 191 ; Id., 1939, p. 153 ; Id., 1940, p. 147. Draa er-Rahou, qui n’est pas indiqué sur les plans, est situé à proximité de la route de Morsott, à 1,5 km de l’école du Dr. Saadane : Kadra, 1977-1979, p. 14 ; Aed., 1989, pp. 1961-1968.

63 Fouilles par C. Laout en 1940 (probablement celles signalées par leschi, 1941, p. 136) : Lancel, 1956, pp. 327-331 (la pierre portant l’épitaphe des enfants a été enserrée, dans un second temps, par la mosaïque funéraire des parents).

64 Guichard, 1864, p. 271-272 et Girol, 1867, p. 399 : CIL VIII 2016 ; ILAlg I 3455 ; Courtois, 1955, no 156.

65 Inscription (CIL VIII 2017 ; Courtois, 1955, nº 155) livrée par V. Flogny (1862, p. 467) et localisée par Guichard, 1864, p. 280, nº 94 : « en démolissant des maisons arabes en avant des courtines 3-15 ». Ces courtines doivent correspondre aux tronçons situés de part et d’autre de l’angle sud de la citadelle (infra, fig. 5b). Le plan de 1842 figure des jardins le long de la façade sud-est ; les maisons détruites correspondraient donc au quartier situé à l’angle, près du marché où furent retrouvées les tombes militaires (Gsell, 1901, I, p. 5 ; Maitrot, 1911, p. 125).

66 CIL VIII 2013 ; Courtois 1955, no 96. Sépulture découverte par Clarinval (1870, p. 607 et pl. XI) mais détruite ensuite (panneau reproduit dans Ballu, 1897, pl. V). Sur les fouilles reprises en 1965 : Février, 1968, pp. 171-172. Voir Christern, 1976, pp. 33, 83-85.

67 Victorinus : AE 1968, 638 = 1971, 502 ; Duval, 1975, nº 58. Hildiger : AE 1975, 894 ; Duval, 1975, nº 25 : l’auteur précise que ce nom germain ne renvoie pas forcément à l’époque vandale mais il appuie sa datation sur le caractère ancien de l’épitaphe. Il rappelle que la sépulture de Guitifrida (Ibid., nº 118), répertoriée comme vandale par Courtois (1955, nº 160) appartient à l’époque byzantine (en raison de la mention de l’indiction).

68 Duval, 1975, nos 26 (= AE 1946, 34), 37, 41 (= AE 1946, 24), 45 ; l’auteur date ce groupe de sépultures de la fin de la période vandale ou du début de l’époque byzantine (Ibid., pp. 508-509).

69 Ibid., nos 401, 406, 413, 419, 424 : groupe daté de la fin de l’époque vandale auquel est rattaché, mais de façon peu assurée, les nos 409 et 425 : voir Ibid., pp. 385-386 et 515-516.

70 Sur la survie du culte officiel sous les Vandales : Duval, Chastagnol, 1974. Pour une récente synthèse sur la question : Leone, 2013, pp. 87-99.

71 N. Duval (1982b) proposait cette analyse pour la fin de l’époque byzantine à Sbeïtla. Voir Fenwick, 2013 pour le viiie siècle.

72 Pringle, 1981, pp. 179-181 ; Baratte, Béjaoui, 2010, p. 519.

73 Pringle, 1981, pp. 238-243.

74 Moll, 1860-1861, pp. 199-200, 215-216, pl. II, voir aussi Ballu, 1897, pl. X ; Gsell, 1911, f. 29, 101, nº 14 ; Maitrot, 1911, pl. pp. 44-45 et 136-137.

75 Pringle, 1981, p. 242, en se fondant sur l’enceinte de Sétif : Février, 1964, p. 32.

76 Lequément, 1968, pp. 199-219.

77 Maitrot, 1911, pp. 110, 148.

78 Baratte, 2006 ; Golvin, Séry-Metay, 2009, pp. 256-259 ; Baratte, Béjaoui, 2010, pp. 534-535, Rocca, inédite, I, pp. 518-522, II, pp. 153, 182-190 ; Lecat, inédit, II, pp. 117-126.

79 Baratte, Béjaoui 2010, p. 529-531.

80 Lenoir, 1856, II, p. 487 et Gsell, 1901, II, p. 291 et n. 3.

81 Cinq chapiteaux en marbre blanc décorés d’une croix grecque, reproduits dans Ballu, 1897, pl. III et Gsell, 1902b, pl. VI, fig. 7.

82 Gsell, 1901, I, p. 137, II, p. 291-292. Voir n. 33 et 63.

83 Allotte de la Fuÿe, 1886-1887, pl. XVIII : deux sépultures insérées dans le bâti de l’abside de la salle dite des oiseaux (pièce 6 du plan, pp. 200-201) et situées à 20 cm au-dessus de la mosaïque, datées de l’époque byzantine mais sans plus de précisions.

84 ILAlg I 3462 = CIL VIII 27923 : tombe considérée comme byzantine par Gsell.

85 Voir Christern, 1976, p. 221.

86 Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 1999 ; Id., 2009.

87 Béjaoui, 1999.

88 Baratte, Duval, Golvin, 2011, pp. 51-65.

89 Inscription de Pantaléon, Julien et leurs compagnons : Duval, 1975, nº 400 = CIL VIII 10515 et 23279.

90 Reliques d’Isidore et Sébastien d’après le procès-verbal de déposition : Béjaoui, 1996b et Id., 1999.

91 L’édifice du quartier nord-est a été présenté au colloque sur les monuments à auges : Rocca, Béjaoui, Huguet, à paraître. Sur les fouilles au nord de la citadelle, en cours d’étude : Lecat, inédit, I, p. 105.

92 Kennedy, 1985, pp. 11-13.

93 Baratte, Béjaoui, 2010, p. 536 et fig. 19.

94 Lequément, 1968, pp. 199-219.

95 Allotte de la Füye, 1886-1887, p. 226.

96 Lamare, Rocca, sous presse.

97 Béjaoui, 2009, p. 273.

98 Lettres du 28 février 1934, 24 avril 1934, 18 juillet 1938 (Fonds Poinssot, INHA, 106, 32 et 106, 43).

99 Rocca, inédite, I, pp. 380-383.

100 Les premiers résultats de la fouille sont livrés dans Rocca, Béjaoui, Huguet, à paraître.

101 D’après l’étude de la céramique effectuée par C. Huguet et celle du verre par L. Pédoussaut.

102 Duval, 1975, pp. 512-514 et 526-529 : une épitaphe (nº 140) datée du début du viie siècle et neuf datées du viie siècle (groupe VI) : nos 67 (= AE 1946, 27), 83 (= AE 1975, 914), 85, 87, 88, 97, 101 (= AE 1946, 28), 102 et 107 ; Duval, 1981, pp. 88-89.

103 Clarinval, 1870, p. 607 ; Gsell, 1901, II, p. 291. Dans les niveaux de réoccupation, Girol (1866, p. 210) rapportait la présence de meules à grain, de boucles d’oreille en cuivre, d’un chapelet et d’un cachet en cornaline avec des caractères arabes.

104 Baratte, Béjaoui, Ben Abdallah, 2009, pp. 78, 93, 96.

105 Béjaoui, 1999, pp. 216, 225.

106 Étude en cours par Z. Lecat et C. Huguet.

107 Pour l’Afrique : Leone, 2007, pp. 217-237, exemples d’huileries dans des églises à Belalis Maior et à Carthage.

108 Al-Numan, Kitab Iftitah ad-Da’wa, 196.

109 Baratte, Béjaoui, 2010, pp. 524, 527, 536.

110 Baratte, 1996, pp. 151-153 ; Louichi, 2006.

111 Al-Bakri, Description de l’Afrique septentrionale, p. 278.

112 Al-Numayrî, Fayd al-‘ubâb, p. 474, cité par Benhima, Guichard, 2009.

113 Léon l’Africain (Description de l’Afrique, p. 22) évoque l’enceinte et les maisons de Tébessa, ainsi qu’un cours d’eau encerclant mais aussi traversant la cité : il doit s’agir de l’oued Zarour qui passait à 150 m de la citadelle byzantine, ce qui constitue un indice sur l’extension urbaine au milieu du xvie siècle.

114 Elle n’est pas mentionnée notamment dans al-Bakrî, Description de l’Afrique septentrionale, pp. 323-324. Voir aussi Vanacker, 1973, p. 668.

115 Voir pour chacun des sites : Benhima, Guichard, 2009 ; M’Charek, 1999.

Table des illustrations

Légende Carte 1. — Carte de situation.
Crédits Dessin : Elsa Rocca
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 1a. — Ammaedara à l’époque romaine.
Crédits Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean-Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 1b. — Theveste à l’époque romaine.
Crédits Dessin : Elsa Rocca
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-3.png
Fichier image/png, 71k
Légende Fig. 2a. — Ammaedara durant l’Antiquité tardive (fin ive-début vie siècle).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2b. — Theveste durant l’Antiquité tardive (fin ive-début vie siècle).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Légende Fig. 3. — Monuments à auges d’Haïdra (1-4), de Tébessa (5) et de Tébessa Khalia (6).
Crédits Source : Jean-Claude Golvin, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer, Jürgen Christern, Paul-Albert Février
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4a. — Ammaedara au début de l’époque byzantine (vie siècle).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 4b. — Theveste au début de l’époque byzantine (vie siècle).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-8.png
Fichier image/png, 71k
Légende Fig. 5a. — Indices d’occupation à Ammaedara à la fin de l’époque byzantine – début de la période islamique.
Crédits Dessin : Elsa Rocca ; relevés Mission archéologique à Haïdra, Jean⁃Claude Golvin, Ridha Kooli, Elsa Rocca, Stéphanie Zugmeyer
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5b. — Indices d’occupation à Theveste à la fin de l’époque byzantine – début de la période islamique.
Crédits Dessin : Elsa Rocca
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search