Version classiqueVersion mobile

Entre civitas y madīna

 | 
Sabine Panzram
, 
Laurent Callegarin

II.1. — Perspectivas generales

Les villes du nord de l’Afrique entre Antiquité tardive et conquête arabe

Historiographie récente et nouvelles perspectives

François Baratte

Texte intégral

  • 1 Lepelley, 1996.
  • 2 Pringle, 1981, pp. 196-197 ; Durliat, 1981, pp. 37-42, n° 15 ; Pringle, 2002, pp. 274-282 ; Modéran(...)
  • 3 Procopius, Bella Vandalica, I, 16, 9.
  • 4 Evágrios ho Pontikós, Histoire ecclésiastique, IV, 18.
  • 5 Duval, 1983, pp. 166-168.

1Il y a vingt ans se tenait à l’université de Nanterre, à l’initiative de Claude Lepelley, un colloque intitulé « La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale. De la fin du iiie siècle à l’avènement de Charlemagne »1. La part belle y était faite à la Gaule et à l’Italie. L’Afrique n’y était représentée que par une unique communication qui, de surcroit, concernait le seul vie siècle. Rien n’est dit dans ce volume, par ailleurs d’un grand intérêt, sur l’Afrique du début du Moyen Âge. En revanche Yves Modéran y commentait longuement une remarquable inscription, celle de la dédicace de la forteresse de Cululis (fig. 1, p. 192), Ain Djeloula à 30 km au nord-ouest de Kairouan, datée entre 540 et 5432. Y. Modéran soulignait que la manière dont est décrite la restauration de Cululis qu’entend célébrer le texte avait pour but de mettre en lumière le fait que la ville, grâce à Justinien, est redevenue une cité digne de ce nom, dotée d’une organisation municipale à même notamment de lever l’impôt, d’un corps civique, mais aussi des monuments publics indispensables ; la refondation de la cité qui est ainsi accomplie après qu’ait été écartée la menace des Maures s’accompagnait très normalement — comme toute fondation de ville — d’un changement de nom, puisque Cululis prend dorénavant celui de l’impératrice, Theodora. Comme le montre bien Y. Modéran, l’idéal qui est ainsi promu, comme dans quelques autres textes contemporains, chez Procope lorsqu’il décrit la fondation de Caput Vada sur décision de Justinien3 ou chez Evagre4 lorsqu’il évoque sur un mode plus général les travaux d’urbanisme de l’empereur en Afrique, est bien celui de la cité classique, avec ses institutions et sa parure monumentale, destiné à s’inscrire dans la continuité romaine5.

  • 6 Desanges et alii, 2010, p. 140.

2Resterait évidemment à apprécier la réalité de cette proclamation : dans le cas de Cululis, Y. Modéran rappelle à la fois que la cité figure encore à la fin du vie siècle dans la liste de Georges de Chypre et que les chroniqueurs arabes, Al Maliki par exemple, qui situent la chute de la ville en 665-666, insistent sur sa richesse et son importance. La restauration byzantine semble avoir eu dans ce cas au moins quelque consistance, dans une ville par ailleurs bien mal connue et dont l’importance exacte nous échappe6.

  • 7 Lepelley, 1981.
  • 8 Blanchard-Lemée, 1975.
  • 9 Février, Gaspary, Guéry, 1970.
  • 10 Nous revenons sur ce point plus longuement infra. Pour une approche archéologique détaillée de la q (...)
  • 11 Durliat, 1981, pp. 108-112.
  • 12 Ibid., pp. 47-53, n° 19-21.

3Quoi qu’il en soit, l’inscription de Cululis montre bien que le thème de la reconquête mis en exergue par Justinien s’appuie sur une image de la ville romaine caractérisée à la fois par des institutions municipales actives et par sa réalité matérielle, c’est-à-dire par un ensemble de monuments, en particulier ceux qui servent de cadre à cette vie municipale. Et il est important de souligner que pour les Byzantins, comme c’était déjà le cas auparavant, la ville et son urbanisme sont étroitement liés aux institutions politiques — et c’est particulièrement vrai dans l’Afrique romaine, où l’on sait bien la place que tient l’évergétisme des notables dans la vie municipale. Telle était en effet la réalité de la ville en Afrique qui semble avoir prévalu encore très largement au ive siècle et au moins au début du ve siècle, comme l’avait montré l’ouvrage fondateur de Cl. Lepelley7. Cuicul, avec ses riches maisons tardives en est un bel exemple8. Des nuances certes peuvent y être aujourd’hui apportées, rares en fait étant les villes qui connaissent un réel développement monumental à la fin du iiie siècle et dans le courant du ive siècle : certes, Sétif se dote dans la seconde moitié du ive siècle d’un rempart monumental, d’un hippodrome, le plus tardif bâti en Occident, et de deux basiliques chrétiennes en bordure d’un quartier qui est aménagé dans son ensemble à cette époque9, mais ce n’est qu’une exception, si remarquable soit-elle. Mais cette conception somme toute traditionnelle de la ville s’appuie aussi sur la vitalité de bien des villes africaines encore après la conquête vandale, comme le montrent de plus en plus clairement les travaux qui se sont multipliés récemment sur cette période10. En revanche, il reste plus difficile de dire ce qu’il en est exactement de ces cités au vie et plus encore au viie siècle, faute de travaux de terrain suffisants et en raison du tarissement des sources épigraphiques à partir du ve siècle : l’inscription de Cululis reste isolée, même si plusieurs autres dédicaces de forteresses byzantines appartenant au programme mis en œuvre sous Justinien affirment, avec beaucoup d’exagération semble-t-il, mais de manière très significative, que ce sont les villes elles-mêmes qui ont été restaurées11. Le cas de Timgad est exemplaire à bien des égards, aussi bien parce que les conditions de la fouille par le passé ont largement effacé les traces de la ville tardive qu’en raison de la situation désastreuse de la ville après la conquête vandale, à en croire au moins les textes, alors que la dédicace de la citadelle insiste sur le fait que c’est la civitas tout entière qui a retrouvé son éclat12, proclamation sans doute bien exagérée, bien qu’il reste difficile d’en mesurer précisément la véracité.

Fig. 1. — Inscription de dédicace de la forteresse de Cululis.

Source : Pringle, 2002, p. 275

  • 13 Qu’il suffise de renvoyer ici aux pages de conclusion de Février, 1990, pp. 187-201.
  • 14 Hayes, 1972 ; Hayes, 1980.
  • 15 Morvillez, 2004.
  • 16 Ennabli, 1986 ; Bockmann, 2013, pp. 172-174.
  • 17 Sur ce point, voir notamment Leone, 2007.
  • 18 Ead., 2013.

4A regarder la manière dont la recherche a évolué au cours des trois ou quatre dernières décennies, on observe qu’elle est passée par une série d’étapes importantes : nous en discernons trois principales. La première a été marquée il y a plus de trente ans, nous venons de le rappeler, par le livre de Cl. Lepelley, mais aussi par les intuitions de ce savant exceptionnel qu’a été Paul-Albert Février, qui possédait cette qualité rare — en particulier parmi les spécialistes français du Maghreb, pour des raisons d’organisation universitaire — d’être à la fois un médiéviste et un antiquisant13. Le livre de Cl. Lepelley avait entrainé une sorte de révolution, fondée en grande partie sur l’épigraphie, à un moment où l’archéologie africaine venait de connaitre un autre bouleversement, causé, lui, par la publication du Late Roman Pottery de John Hayes14, qui ouvrait la voie à une nouvelle approche de la chronologie : ce sont les progrès constants dans la connaissance de la céramique qui ont permis, par exemple, les datations nouvelles qui se sont multipliées pour les mosaïques, déplacées en grand nombre du ive vers le ve siècle, et par voie de conséquence une toute autre appréciation de la société de l’Afrique tardive, notamment de l’Afrique vandale. On n’hésite plus aujourd’hui à placer au ve siècle bon nombre de pavements parmi les plus spectaculaires, qu’il s’agisse de la mosaïque du Seigneur Julius, appréciation fondée il est vrai sur l’analyse stylistique, celle des acanthes de la bordure en particulier15, ou de celles des thermes de Sidi Ghrib16. Le tableau dressé par Cl. Lepelley ne soulève plus depuis longtemps de véritable discussion ; tout au plus lui apporte-t-on ici ou là des nuances en fonction de situations locales. On se gardera de fait d’oublier qu’il est bien difficile de donner une image générale de la ville africaine à la fin de l’antiquité tant la diversité des situations est grande. Mais il n’est pas utile de revenir ici plus longuement sur les conclusions de Cl. Lepelley, en soulignant cependant qu’il ouvrait ainsi la voie à la réflexion sur toutes sortes d’autres questions, touchant à l’évolution des villes, aux transformations du paysage urbain17, aux conséquences de l’essor du christianisme, à la fin de la cité païenne, pour reprendre le titre du récent livre d’Anna Leone18.

  • 19 Kennedy, 1985.
  • 20 Liebeschuetz, 2001.
  • 21 Krause, Witschel, 2006.

5L’évolution de la ville, en Afrique comme ailleurs, est étroitement liée, on doit le souligner, à celle des institutions politiques et de la société. Dans un article essentiel, publié il y a trente ans19, Hugh N. Kennedy avait bien montré, à propos de la Syrie il est vrai, que la rupture entre la ville antique et la ville médiévale, le passage de la polis à la médina pour reprendre sa propre expression, était liée pour une bonne part à une transformation radicale de la société urbaine, correspondant au fond à un véritable changement de nature, le passage à la primauté des commerçants, et par voie de conséquence à une perte d’utilité radicale des principaux monuments publics qui caractérisaient la ville romaine. C’est sur ce point que le débat s’est déplacé, mettant au centre des réflexions non plus une inéluctable décadence dont il s’agirait de déterminer les étapes, mais un processus aboutissant éventuellement à la fin de l’Antiquité à une autre ville, différente, comme l’avait montré dès 2001 J. Liebeschuetz20, dans un ouvrage auquel avait fait écho le colloque organisé en 2003 par J.-U. Krause et Chr. Witschel, sous le titre significatif : «Die Stadt in der Spätantike — Niedergang oder Wandel»21, l’accent étant mis alors sur le second terme de l’alternative. Mais dans l’un comme dans l’autre de ces ouvrages, l’Afrique tient une place somme toute relativement modeste. Or les situations à travers la Méditerranée sont trop différentes dans l’espace comme dans le temps pour qu’on puisse généraliser radicalement l’analyse.

  • 22 Sans parler des arrière-pensées plus ou moins explicites liées pendant un certain temps, depuis la (...)
  • 23 Christern, 1976, pp. 222-225.
  • 24 Maurin, 1967.
  • 25 Ben Abed Ben Khader, Duval, 1998, pp. 163-218 ; Desanges et alii, 2010, pp. 256-258.
  • 26 Ben Abed Ben Khader, Bonifay, 1998.
  • 27 Bockmann, 2013, pp. 150-162.
  • 28 Pour un point sur l’état des recherches sur l’époque vandale en 2000 : von Rummel, 2003.
  • 29 Bockmann, 2012, pp. 207-213 ; contra : Baratte, Bejaoui, Duval, 2011, pp. 222-227.
  • 30 Saumagne, 1930.
  • 31 Courtois, 1951a.
  • 32 von Rummel, 2007.
  • 33 L’Afrique vandale et byzantine, 2002-2003.
  • 34 Modéran, 2014.
  • 35 Merrills, Miles, 2010.
  • 36 Balmelle et alii, 2003 ; Ead., 2012.
  • 37 Bonifay, sous presse ; Bonifay, Reynolds, sous presse ; Reynolds sous presse. Je remercie très vive (...)

6L’idée du déclin de la vie urbaine, restée un sujet de discussion vivace parmi les chercheurs, s’est alors par voie de conséquence déplacée jusqu’à une autre barrière à la fois chronologique et psychologique : la conquête vandale. La réputation fâcheuse qui accompagnait les Vandales, en France particulièrement22 depuis la fin du xviiie siècle, a évidemment pesé lourd dans l’établissement parmi les chercheurs d’une sorte de vulgate qui voyait dans leur invasion de l’Afrique l’une des causes majeures du déclin et de la ruine des villes, avant un bref sursaut à l’époque byzantine. Aussi bien des monuments ont-ils été datés de manière systématique et souvent quelque peu arbitraire des premières décennies du ve siècle (ou bien d’après 533) parce qu’on ne pouvait imaginer que l’Afrique sous la domination vandale ait pu voir surgir des constructions d’une certaine ampleur. On peut en prendre comme exemple, parce qu’emprunté à un travail par ailleurs remarquable, la grande basilique de Tébessa, dont la construction est placée par J. Christern dans sa grande et belle publication au début du ve siècle23, sans argument décisif toutefois, sauf peut-être l’idée, sous entendue, que sa construction se plaçait nécessairement avant l’arrivée des Vandales — et le débat n’est pas sans importance, puisque J. Christern a très justement mis en évidence qu’autour du décor de la basilique s’agrégeait toute une série d’églises dans le Sud algérien, dont la date dépend manifestement de celle qu’on attribue au complexe de Tébessa. En témoigne encore, à une plus grande échelle, une des rares réflexions d’ensemble sur les évolutions d’une ville africaine dans la longue durée, celle que donnait il y a près de 50 ans L. Maurin à propos de Thuburbo Maius24. Cette belle étude, par ailleurs très minutieusement documentée, propose un tableau plutôt pessimiste de l’évolution de cette petite cité de Proconsulaire, en déclin dès la fin du ive siècle. et dont l’invasion vandale aurait parachevé la ruine : une appréhension radicalement différente de celle proposée depuis25, en particulier grâce à une datation renouvelée d’un certain nombre de pavements26, et récemment encore par R. Bockmann qui analyse de manière très positive la présence dans l’église installée dans un temple romain de la tombe d’Arifridos au riche mobilier, qui parait effectivement témoigner, même si elle reste quelque peu isolée, de l’existence dans la ville d’un groupe de notables27. C’est bien cette vision positive des choses que privilégie aujourd’hui la recherche28, dans un renversement spectaculaire, parfois peut-être un peu excessif, attribuant aux Vandales, dans l’enthousiasme, des édifices dont certains doivent bien rester aux Byzantins : ainsi de la basilique de Candidus à Haïdra, dans ses états tardifs29. On n’oubliera pas non plus que dès 1930 Ch. Saumagne, à propos de la Vita Fulgentii, avait souligné les aspects positifs de la domination vandale30, un thème repris avec force par un autre pionnier, Chr. Courtois31. Cette idée d’une prospérité de l’Afrique vandale, différente certes suivant les régions, plus forte sans doute en Proconsulaire qu’ailleurs, a fait son chemin depuis : la période récente a vu une multiplication des travaux sur la place exacte des Vandales en Afrique — sur des questions particulières, comme celle du vêtement par exemple, traitée par Ph. von Rummel32, ou sur des problèmes très larges comme la nature de leur pouvoir, la société africaine contemporaine et le paysage urbain. Si l’exposition de Karlsruhe en 2009 a attiré l’attention d’un large public sur cette période, les publications savantes elles aussi ont été particulièrement nombreuses au cours des dernières années : qu’il suffise de citer ici la table-ronde qui s’était tenue à Tunis en octobre 200033, les travaux de Y. Modéran34 ou de R. Bockmann, ou bien encore la synthèse de A. Merrill et R. Miles35, avec des points de vue différents, mais qui vont tous dans le même sens. Cette réévaluation chronologique de la situation des villes au ve siècle constitue elle aussi un bouleversement très important dans la manière d’apprécier la société d’époque vandale, confortée bien évidemment par les progrès réalisés dans le domaine de l’archéologie : nous avons déjà évoqué l’exemple des mosaïques, celles de Sidi Ghrib et bien d’autres ; sur le plan monumental, la fouille de la maison de la Rotonde, à Carthage36, qui présente un spectaculaire état précisément attribué à l’époque vandale, représente une avancée décisive, dans la mesure où elle met en lumière avec force l’existence d’une architecture résidentielle monumentale d’époque vandale, avec toutes les implications que cela entraine sur une juste appréciation de la société contemporaine, et la présence d’un groupe aristocratique au mode de vie identique à celui des grands notables romains. Ces progrès, rappelons-le une fois encore, ont été rendus possibles en particulier par une meilleure connaissance de la céramique, dans sa production, ses ateliers et sa chronologie : on évoquera seulement ici, parmi beaucoup d’autres, les recherches sans cesse en renouvellement de M. Bonifay et de P. Reynolds37.

  • 38 Duval, 1981 ; Chastagnol, Duval, 1974 ; sur les inscriptions elles-mêmes, Duval, Prévot, 1975, pp.  (...)
  • 39 Ibid., pp. 87-88, n° 58. Duval, 1981, en particulier pp. 116-119.
  • 40 Baratte et alii, 2014.
  • 41 Bockmann, 2013, pp. 151-156.
  • 42 Ben Abed-Ben Khader, 1987, pp. 1-60.
  • 43 Maurin, 1967, pp. 240-250.

7Mais ces progrès sont aussi la conséquence d’analyses historiques plus fines des indices déjà connus de la présence vandale, épigraphiques notamment, portant sur la persistance en particulier de structures municipales et de groupes de notables dans certaines villes : le cas d’Ammaedara, où sont attestés des flamines perpétuels chrétiens encore au début du vie siècle38, sur lequel E. Rocca revient dans ce volume, est particulièrement éclairant, puisqu’il montre la permanence d’institutions héritées de Rome, comme le concilium Africae, mais il n’est pas isolé. Toutefois, on ne perdra pas de vue que ces documents, si importants soient-ils, restent ponctuels et qu’ils ne présagent pas forcément de la situation réelle de la cité d’où ils proviennent : d’autres indices, à Ammaedara, viennent les conforter, outre l’existence de la « chapelle vandale » dans laquelle ont été retrouvées les épitaphes qui viennent d’être mentionnées, comme celles d’églises monumentales qui possèdent un état d’époque vandale, de manière certaine pour l’une — la basilique de Melleus, possible cathédrale39 —, puisqu’on y voit la tombe d’un évêque formellement désigné comme « évêque des Vandales », ou bien de manière vraisemblable — la basilique dite de Candidus40 —, même si les conditions dans lesquelles se sont faites les fouilles ne permettent pas toujours d’apporter des preuves archéologiques. Mais à Thuburbo Maius, par exemple, les choses ne sont pas si évidentes. Certes, la tombe d’Arifridos est riche et mise en valeur dans l’église41, mais il n’en demeure pas moins que l’analyse faite par L. Maurin de l’évolution de la ville reste dans ses grandes lignes valides, en termes de chronologie relative au moins. Un certain nombre de bâtiments sur le site, les maisons en particulier, comme la maison des protomés, ont bénéficié à l’occasion de la rédaction du corpus des mosaïques de Tunisie, de travaux d’investigations qui ont permis une meilleure appréciation de leur datation mais celle-ci ne renvoie guère au delà de la fin du ive siècle42. En outre L. Maurin a bien mis en évidence l’envahissement progressif du centre urbain par des installations artisanales, oléicoles en particulier (fig. 2), qui restent certes difficiles à situer dans le temps, mais dont les premières pourraient bien, quand même, être relativement précoces43. L’état de Thuburbo Maius au ve siècle n’est pas nécessairement très brillant.

Fig. 2. — Thuburbo Maius. Plan de la ville, avec indication des installations oléicoles.

Source : Maurin, 1967, p. 240, fig. 1

  • 44 Nous laissons de côté ici tout ce qui touche les campagnes, pour lesquelles on se reportera en part (...)
  • 45 Aounallah, 2010, pp. 85-86 ; Desanges et alii, 2010, p. 261.
  • 46 Commodément, Ennabli, 1992.
  • 47 Maurin, 1967, pp. 240-250.
  • 48 Potter, 1995.
  • 49 L’état des fouilles urbaines en Afrique rend ce phénomène plus difficile à saisir que dans d’autres (...)
  • 50 Ben Abed-Ben Khader, Fixot, Roucole, 2011, en particulier pp. 356-358.
  • 51 Thébert, 2003, p. 418-433.
  • 52 Ibid., p. 170.
  • 53 Ibid., p. 131.
  • 54 Ibid., p. 419.

8S’il convient donc de rester prudent et d’éviter des généralisations excessives, il est clair cependant que désormais, c’est une tout autre idée que celle qui prévalait il y a encore quelques décennies que l’on a de la période vandale44. L’image des villes contemporaines toutefois reste floue et dans les faits leur situation, en particulier à la fin du ve siècle et plus encore au vie siècle pourrait bien dans de nombreux cas s’être dégradée. Dougga, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Carthage, en est un bon exemple, qui, paradoxalement, entre en déclin au moment même où elle devient colonie en 260-261, et qui paraît en bien piètre situation tout au long du ve siècle45. Étant donné, dans bien des cas, les conditions des fouilles passées, préciser la chronologie est souvent très aléatoire. Rappelons à ce propos un autre moment important pour la connaissance des villes africaines, la campagne internationale de fouilles à Carthage, qui avait apporté sur ce point, entre autres, bien des éléments nouveaux46. Mais vient un moment, différent suivant les villes, où les édifices publics sont abandonnés ou profondément transformés : on le voit bien à Thuburbo Maius, où, rappelons-le, les sous-sols du capitole sont occupés par une huilerie — malheureusement non datée47. Ces transformations des centres civiques, comme on le voit à Cherchel48 (fig. 3, p. 197), ou leur abandon, restent un problème capital, sans oublier que l’abandon ou le déclin de certains secteurs de la ville peuvent cacher la naissance d’un autre centre urbain, autour du groupe épiscopal chrétien notamment49. Mais les édifices chrétiens eux-mêmes, qui se multiplient dans les villes et vont progressivement en marquer le paysage, sinon par leur monumentalité, au moins en créant de nouveaux pôles d’attraction, ne sont pas exempts eux non plus de ces évolutions fondamentales, parfois rapides : c’est le cas du groupe épiscopal de Sidi Jdidi, dont l’une des églises est détruite avant la fin du ve siècle, sans être jamais reconstruite50, ce qui, on peut le supposer, a affecté de façon importante l’ensemble de la cité. Le ve siècle paraît être également le moment où la plupart des ensembles thermaux sont progressivement hors d’usage51, manifestant une évolution profonde de la société urbaine et de la ville elle-même. Sur ce point toutefois on restera très prudent, comme Y. Thébert y invitait lui-même en soulignant que la disparition progressive, et assez tardive, des grands ensembles thermaux lui paraissait en rapport avec un changement d’échelle des bains publics, de moindres dimensions, mais aussi avec un changement de nature du paysage urbain. Très concrètement, l’archéologie met en évidence des travaux dans les complexes déjà existants, comme dans les thermes d’hiver et dans ceux des étoiles de Thuburbo Maius52, ou ceux du forum à Belalis Maior53, voire de constructions, comme à Sétif, encore à une date avancée dans le ve siècle54.

  • 55 Keay, 1984.
  • 56 Dans une communication écrite dont je le remercie très chaleureusement.
  • 57 Guéry, Morrisson, Slim, 1982.

9La situation des villes à l’époque byzantine est d’une certaine manière plus claire. Elle a suscité en tout cas moins de discussions, un accord se faisant entre les chercheurs sur une reprise urbaine au vie siècle, différente d’une ville à l’autre, avant un déclin rapide au viie siècle, une analyse fondée non plus sur les inscriptions, qui font désormais défaut, mais sur quelques textes, Procope notamment, et surtout sur l’archéologie. Le moment délicat est bien évidemment le viie siècle, plus particulièrement la seconde moitié, avec les conséquences des invasions arabes à partir du milieu du siècle. Une fois encore, les progrès considérables des connaissances sur la céramique ont très largement contribué à éclaircir une situation longtemps restée confuse. On connaît en fait depuis la publication de J. Hayes la chronologie des séries les plus tardives de sigillée africaine, et depuis cette date les fouilles, notamment en Afrique celles de Carthage, mais aussi dans d’autres contextes méditerranéens, notamment à Rome celles de la Cripta Balbi, ont permis d’affiner la chronologie, en particulier pour les productions du viie siècle, et la manière dont elles se sont poursuivies, en s’appauvrissant il est vrai, jusque vers la fin du siècle : ainsi Hayes lui-même a pu prolonger l’existence de sa forme 109 « jusqu’aux années 690 ». Il en va de même pour les amphores, pour lesquelles la classification proposée en 1984 par S. Keay55 a été prolongée, à partir de 1998, jusqu’à la fin du viie siècle. Il n’empêche que le témoignage de la céramique ne suffit pas encore pour préciser complètement la chronologie, les différents contextes invoqués étant souvent contradictoires, ni pour situer les niveaux entre le milieu et la fin du siècle, voir le début du viiie siècle. M. Bonifay, auquel je dois ces observations56, prend comme exemple les cités d’Hammamet, Nabeul, Pupput et Sidi Jdidi, où la chronologie des états les plus tardifs reste flottante ; de même à Rougga, où le trésor de monnaies d’or caché au milieu du viie siècle offre un point de repère précis57, mais où il reste impossible de dater les niveaux d’occupation postérieurs. Or on se trouve là à l’emplacement du forum, donc en un lieu clé pour saisir l’évolution urbaine de la cité. Dans le cas de Rougga, cette évolution est catastrophique, mais il n’en est pas de même partout. La situation toutefois est encore plus délicate pour les cités de l’intérieur de l’Afrique, dans lesquelles la céramique fait montre d’un fort particularisme. Ce dernier point, sur lequel M. Bonifay insiste fortement, peut être observé à Uchi Maius, comme à Althiburos et dans d’autres villes, Ammaedara notamment ; ce particularisme, parce qu’il gêne l’étude, empêche pour l’instant de faire fond complètement sur la céramique pour apprécier la situation des villes africaines à ce moment charnière de leur histoire.

Fig. 3. — Cherchell, forum. Plan des états tardifs.

Source : Potter, 1995, p. 53, fig. 26 (modifié)

  • 58 Duval, 1964.
  • 59 Louhichi, 2001.
  • 60 Bejaoui, 1998.
  • 61 Basilique IV : Duval, 1971, pp. 352-389 ; Basilique V : Id., 1999.
  • 62 Lecat, 2014.

10Le cas de Sbeitla est exemplaire : dans un article pionnier, écrit il y a un demi-siècle, Duval avait insisté sur la continuité qu’il pressentait à Sufetula au viie siècle et au delà de la présence byzantine58. Mais il n’en avait alors guère de preuves. Depuis, les travaux menés par F. Bejaoui sur le site ont confirmé la présence d’une occupation arabe : de la céramique glaçurée des ixe-xe siècles a été recueillie en abondance59, et la fouille de l’église dite des Pompeiani, mitoyenne du forum, a mis en évidence, à l’emplacement de l’église, des ateliers d’époque islamique, en partie destinés au travail du métal60. Toutefois les choses restent floues sur ce site pour le viiie, voire le ixe siècle. La plupart des églises paraissent abandonnées relativement tôt, et il n’y a guère que la basilique IV, et surtout la V, dédiée aux Saints Gervais, Protais et Tryphon, dont il est possible d’envisager, avec prudence, la survie au delà de l’époque byzantine, jusqu’au xie siècle propose, à titre d’hypothèse, N. Duval61 (fig. 4, p. 199). Dater précisément l’huilerie qui s’installe sur la rue à côté de l’église V, postérieurement à celle-ci, puisqu’elle vient bloquer certains accès à l’édifice, est impossible. Quant aux maisons fortifiées qui se trouvent dans ce même quartier périphérique de la ville, qu’on a souvent utilisées pour illustrer la continuité de la cité de l’époque byzantine à l’époque médiévale, on ne doit pas oublier qu’elles n’ont jamais été publiées de manière exhaustive, et que nous ne disposons d’aucune information utile sur le matériel, notamment la céramique, qui y a été trouvé. L’idée d’une continuité de l’occupation à partir du viie siècle et au delà n’est en aucune façon pour l’instant positivement démontrée. On précisera d’ailleurs que les prospections récentes de Z. Lecat sur les fortifications byzantines des Hautes steppes tunisiennes, dans le cadre de sa thèse62, ont fait apparaître que sur trente-trois monuments étudiés seuls trois présentaient des traces de réoccupation d’époque arabe, sans que la date de celle-ci, en outre, puisse être précisée. À Sufetula comme pour bien d’autres villes d’Afrique une grande prudence s’impose sur la question de la continuité immédiate entre ville byzantine et médiévale tant que des éléments concrets n’ont pas été mis en évidence.

  • 63 Bonifay, sous presse.

11Cette prudence est d’autant plus nécessaire que la situation du viiie siècle, en ce qui concerne les marqueurs chronologiques, est effectivement encore confuse : si on a observé sur quelque sites, à Nabeul et Sidi Jdidi, l’apparition d’une céramique caractérisée par une pâte blanche, fine, assez tendre, couverte d’une engobe de couleur marron ou noirâtre, que M. Bonifay propose de dénommer « post-sigillée », dont la datation dans les premières décennies du viiie siècle n’est pas à exclure, et qui annonce peut-être les céramiques fines d’époque islamique, il reste difficile d’aller au delà et plus précisément dans le temps63. Des changements technologiques se produisent manifestement à cette époque, les céramiques culinaires disparaissent à la fin du viie siècle pour être remplacées progressivement par les céramiques modelées, et les amphores connaissent elles aussi des évolutions, mais l’ensemble ne permet pas encore de datation précise des contextes stratigraphiques.

  • 64 Ghalia, Mahfoudh, 2003.
  • 65 Ibid., p. 796.
  • 66 Mahjoubi, 1978.
  • 67 Aounallah, Golvin, 2016, p. 279.
  • 68 Á Dougga, c’est le forum qui est fortifié à l’époque byzantine pour servir de citadelle : Ibid., pp (...)

12Un bon exemple en est fourni par Tubernuc/Aïn Tebournouk, une petite ville située dans une région stratégique entre le Cap Bon, la région de Kairouan, celle de Sousse et celle de Tunis/Carthage, qui a fait l’objet de recherches conjointes par un spécialiste de l’Antiquité tardive, T. Ghalia, et un médiéviste, F. Mahfoudh64. Les fouilles qui y ont été menées ont mis en évidence un petit forum entouré de portiques et d’un monument à la destination encore inconnue : capitole ou curie (fig. 5, p. 200). A proximité de ce centre monumental des thermes ont été repérés ainsi que des installations hydrauliques complexes. L’épigraphie met en évidence le maintien de la vie urbaine jusqu’à la fin du ive siècle au moins. Au vie siècle le centre monumental est transformé en une forteresse byzantine petite mais puissante, à l’époque de Tibère II. A l’époque médiévale, la région, fertile, est bien fréquentée. Les textes attestent l’existence de la ville à l’époque aghlabide, au ixe siècle. Une petite mosquée est édifiée sur un des côtés du forum, mais elle est tardive, datable peut-être du xie siècle. Il est significatif toutefois d’observer que si la continuité de l’occupation est affirmée, aucun indice proprement archéologique n’est invoqué : si « la sigillée romaine est fortement présente », on « trouve également des tessons fatimides »65. Mais il y a un grand vide entre les deux. La même remarque s’impose pour un autre site d’intérêt majeur, Belalis Maior, où la continuité de la ville byzantine à l’établissement arabe est possible66, mais sans qu’on puisse suivre précisément dans le temps l’évolution de la petite cité et la manière dont le fortin arabe succède à l’église qui se trouve en dessous, mais sous un épais remblai. À Dougga, de nouveau, de petits bains sont construits à l’époque aghlabide le long du forum, devenu forteresse byzantine ; mais on ne sait rien de la période qui sépare la forteresse des bains67. L’absence d’indices n’implique évidemment pas l’absence de continuité, mais il convient dans ce cas comme dans bien d’autres, de rester prudent, d’un point de vue méthodologique en tout cas, faute de preuves formelles. En outre, lorsque la continuité d’occupation est prouvée ponctuellement, comme on le voit à Cherchell, il resterait à apprécier son extension réelle et l’allure de l’établissement médiéval par rapport à la cité byzantine : à Belalis Maior comme à Thugga68, le premier parait bien réduit par rapport à la ville byzantine.

Fig. 4. — Sbeitla, basilique V et huilerie adjacente construite sur une rue romaine.

Plan : Noël Duval et Gilbert Hallier (Duval, 1999, p. 933, fig. 2b)

  • 69 Morrisson, 1980 ; Ead., 1981.

13On doit donc attendre des progrès dans la connaissance de la céramique du viiie siècle pour pouvoir avancer dans celle des villes de cette époque, et dans la connaissance de la transition entre monde antique et monde médiéval en Afrique, même si d’autres éléments sont bien évidemment d’ores et déjà susceptibles d’alimenter la réflexion, les monnaies notamment, qui fournissent à la fois indices chronologiques et informations sur l’activité économique : le trésor de Rougga, déjà évoqué, en est un élément, ou bien encore celui apparu en 197969, malheureusement sans provenance précise (mais probablement de Tunisie), qui contenait à la fois des solidi de Constantin IV et de Justinien II et deux monnaies arabo-byzantines, des premières années du viiie siècle donc, intéressant témoignage sur la circulation parallèle des anciennes et des nouvelles espèces en Ifriqiya au début de la conquête arabe, mais aussi sur l’activité non négligeable de l’atelier byzantin de Carthage jusqu’à la fin.

Fig. 5. — Aïn Tebournouk, plan du site.

Source : Ghalia, Mahfoudh, 2003, p. 782, fig. 3

  • 70 Baratte et alii, 2014.
  • 71 Gsell, 1900 ; Baratte et alii, 2014, pp. 342-358, fig. 329-330 pour la topographie.
  • 72 Duval, 1972.
  • 73 Ennabli, 1997 ; Id., 2000.
  • 74 On est bien loin, par exemple, de pouvoir fournir des analyses équivalentes à celle des volumes de (...)
  • 75 Il ne s’agit manifestement pas d’une église, mais plutôt d’un des rares — voire de l’unique — « mon (...)
  • 76 Une inscription lue autrefois par le P. Ximenès, (Diario de Túnes, VI, f° 111 v) pourrait mentionne (...)

14À jeter un coup d’œil, assurément trop rapide, sur l’évolution des villes à la fin de l’antiquité et au moment du passage au monde médiéval, on mesure la manière dont se sont perfectionné au cours des années récentes les instruments de mesure à notre disposition, notamment la chronologie de la céramique, essentielle. Ces instruments ont permis les progrès considérables qui ont été réalisés en quelques décennies dans nos connaissances. L’approche des questions en a été profondément renouvelée, même si certaines sont encore d’être loin claires, parmi lesquelles on en citera plus particulièrement deux : en premier lieu la topographie chrétienne des villes africaines. Il s’agit là d’un point important pour comprendre l’évolution de l’urbanisme, sur le plan historique également, mais qui n’est pas aussi facile à cerner qu’on pourrait le penser à voir le nombre d’églises recensées70, faute de disposer d’une vision globale de chaque ville. De ce point de vue, le cas de Thélepte est exemplaire, où plus d’une dizaine de monuments chrétiens, grands ou plus petits, ont été dégagés ou repérés71, mais où l’allure générale de la ville reste largement inconnue. Il n’y a guère que Carthage pour laquelle on puisse avoir pour l’instant une vision d’ensemble un peu claire, grâce, notamment, aux travaux de N. Duval72 et de L. Ennabli73. Mais une analyse topographique diachronique précise manque néanmoins encore74. Autre question touchant à la fois l’histoire et l’urbanisme, moins essentielle peut-être mais qui n’est pas sans incidence sur l’organisation urbaine et la disposition des centres de pouvoir, la place croissante de l’Eglise dans l’administration même de la ville, sur le plan des œuvres de charité : en dehors du témoignage d’Augustin pour Hippone, qui reste très allusif, et de quelques rares monuments, comme, peut-être, l’édifice dit « église du prêtre Alexandre » à Bulla Regia75, les attestations précises font défaut76.

  • 77 Sur ce point, voir les analyses de Leone, 2002.
  • 78 Notamment dans l’ouest de la Tunisie et l’est de l’Algérie. Les débats sont encore vifs par exemple (...)
  • 79 Fentress-Limane, 2011.
  • 80 Un bel exemple en a été fourni par les travaux menés sur le site d’Aïn Tebournouk, dans le cap Bon  (...)
  • 81 Rappelons seulement le peu que l’on sait sur le devenir des églises et des communautés chrétiennes (...)

15Donc si les étapes qui conduisent de la ville romaine à la période médiévale se sont précisées, il n’en reste pas moins des zones d’ombre qui pèsent sur les conclusions que l’on porte sur ce processus : trop de villes encore n’ont pas révélé de manière précise leur visage au viie siècle. Quant au viiie siècle il reste encore largement dans le vague, et le restera sans doute tant qu’on ne disposera pas de séquences chronologiques précises. Continuité ou rupture, et à quel moment ? À ces questions, régulièrement posées, on ne peut apporter de réponse uniforme, parce que celle-ci diffère d’une ville à l’autre, et que, trop souvent les éléments précis manquent pour le faire. On devine bien qu’un relâchement du tissu de la ville se manifeste ici ou là, parfois précocement, que traduit peut-être entre autres la situation des sépultures77 ; encore faudrait-il mieux la connaître pour bien des villes. On peine donc encore à mesurer l’étendue et la chronologie d’un tel relâchement. Continuité d’occupation ne veut pas dire nécessairement continuité de la ville : c’est une question de degré et d’ampleur, qu’il faudrait pouvoir mesurer. En dehors des incertitudes même de la céramique, bien des questions sont encore ouvertes, comme celle, capitale, du déplacement du réseau routier, qui laisse de côté, de toute évidence, certaines villes byzantines78. Nous devons donc appeler avec insistance de nos vœux pour l’Afrique des programmes spécifiques sur cette période : paradoxalement, c’est dans une région en marge, à Volubilis, une ville sortie très tôt de l’emprise romaine, que des recherches systématiques ont eu lieu sur cette période79 : il conviendrait de les multiplier ailleurs. Il serait indispensable en outre que ces recherches soient menées conjointement par les archéologues et par les historiens, par des spécialistes de l’antiquité tardive et des débuts de l’Islam80. C’est le développement de telles collaborations qui permettra de mieux connaître le visage des villes de la transition81.

Notes

1 Lepelley, 1996.

2 Pringle, 1981, pp. 196-197 ; Durliat, 1981, pp. 37-42, n° 15 ; Pringle, 2002, pp. 274-282 ; Modéran, 1996.

3 Procopius, Bella Vandalica, I, 16, 9.

4 Evágrios ho Pontikós, Histoire ecclésiastique, IV, 18.

5 Duval, 1983, pp. 166-168.

6 Desanges et alii, 2010, p. 140.

7 Lepelley, 1981.

8 Blanchard-Lemée, 1975.

9 Février, Gaspary, Guéry, 1970.

10 Nous revenons sur ce point plus longuement infra. Pour une approche archéologique détaillée de la question, Bockmann, 2013.

11 Durliat, 1981, pp. 108-112.

12 Ibid., pp. 47-53, n° 19-21.

13 Qu’il suffise de renvoyer ici aux pages de conclusion de Février, 1990, pp. 187-201.

14 Hayes, 1972 ; Hayes, 1980.

15 Morvillez, 2004.

16 Ennabli, 1986 ; Bockmann, 2013, pp. 172-174.

17 Sur ce point, voir notamment Leone, 2007.

18 Ead., 2013.

19 Kennedy, 1985.

20 Liebeschuetz, 2001.

21 Krause, Witschel, 2006.

22 Sans parler des arrière-pensées plus ou moins explicites liées pendant un certain temps, depuis la guerre de 1870 avec la Prusse et l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne qui venait d’être constituée, à un sentiment proprement nationaliste assimilant Vandales et Germains à l’adversaire du moment. Pour la contrepartie de ce sentiment, et l’exaltation en sens inverse des Vandales, voir le catalogue de l’exposition qui leur a été consacrée en 2009 à Karlsruhe : Hatter, 2009, pp. 402-423.

23 Christern, 1976, pp. 222-225.

24 Maurin, 1967.

25 Ben Abed Ben Khader, Duval, 1998, pp. 163-218 ; Desanges et alii, 2010, pp. 256-258.

26 Ben Abed Ben Khader, Bonifay, 1998.

27 Bockmann, 2013, pp. 150-162.

28 Pour un point sur l’état des recherches sur l’époque vandale en 2000 : von Rummel, 2003.

29 Bockmann, 2012, pp. 207-213 ; contra : Baratte, Bejaoui, Duval, 2011, pp. 222-227.

30 Saumagne, 1930.

31 Courtois, 1951a.

32 von Rummel, 2007.

33 L’Afrique vandale et byzantine, 2002-2003.

34 Modéran, 2014.

35 Merrills, Miles, 2010.

36 Balmelle et alii, 2003 ; Ead., 2012.

37 Bonifay, sous presse ; Bonifay, Reynolds, sous presse ; Reynolds sous presse. Je remercie très vivement Michel Bonifay et Paul Reynolds d’avoir mis très libéralement à ma disposition ces articles encore inédits.

38 Duval, 1981 ; Chastagnol, Duval, 1974 ; sur les inscriptions elles-mêmes, Duval, Prévot, 1975, pp. 254-255, n° 401 ; pp. 273-277, n° 413 ; pp. 287-288, n° 424.

39 Ibid., pp. 87-88, n° 58. Duval, 1981, en particulier pp. 116-119.

40 Baratte et alii, 2014.

41 Bockmann, 2013, pp. 151-156.

42 Ben Abed-Ben Khader, 1987, pp. 1-60.

43 Maurin, 1967, pp. 240-250.

44 Nous laissons de côté ici tout ce qui touche les campagnes, pour lesquelles on se reportera en particulier à Bejaoui, 2015.

45 Aounallah, 2010, pp. 85-86 ; Desanges et alii, 2010, p. 261.

46 Commodément, Ennabli, 1992.

47 Maurin, 1967, pp. 240-250.

48 Potter, 1995.

49 L’état des fouilles urbaines en Afrique rend ce phénomène plus difficile à saisir que dans d’autres régions.

50 Ben Abed-Ben Khader, Fixot, Roucole, 2011, en particulier pp. 356-358.

51 Thébert, 2003, p. 418-433.

52 Ibid., p. 170.

53 Ibid., p. 131.

54 Ibid., p. 419.

55 Keay, 1984.

56 Dans une communication écrite dont je le remercie très chaleureusement.

57 Guéry, Morrisson, Slim, 1982.

58 Duval, 1964.

59 Louhichi, 2001.

60 Bejaoui, 1998.

61 Basilique IV : Duval, 1971, pp. 352-389 ; Basilique V : Id., 1999.

62 Lecat, 2014.

63 Bonifay, sous presse.

64 Ghalia, Mahfoudh, 2003.

65 Ibid., p. 796.

66 Mahjoubi, 1978.

67 Aounallah, Golvin, 2016, p. 279.

68 Á Dougga, c’est le forum qui est fortifié à l’époque byzantine pour servir de citadelle : Ibid., pp. 265-278.

69 Morrisson, 1980 ; Ead., 1981.

70 Baratte et alii, 2014.

71 Gsell, 1900 ; Baratte et alii, 2014, pp. 342-358, fig. 329-330 pour la topographie.

72 Duval, 1972.

73 Ennabli, 1997 ; Id., 2000.

74 On est bien loin, par exemple, de pouvoir fournir des analyses équivalentes à celle des volumes de la Topographie chrétienne de la Gaule.

75 Il ne s’agit manifestement pas d’une église, mais plutôt d’un des rares — voire de l’unique — « monuments à auges » pour lesquels la fouille ait livré un matériel abondant (de la vaisselle de bronze et des amphores remplies de denrées) susceptible de renseigner sur la fonction de l’édifice. Carton 1915 ; Baratte et alii, 2014, pp. 42-43. Nous reviendrons prochainement sur cet édifice.

76 Une inscription lue autrefois par le P. Ximenès, (Diario de Túnes, VI, f° 111 v) pourrait mentionner l’annexe d’une église, à fonction caritative : CIL VIII 839 ; Baratte et alii, 2014, pp. 85-86.

77 Sur ce point, voir les analyses de Leone, 2002.

78 Notamment dans l’ouest de la Tunisie et l’est de l’Algérie. Les débats sont encore vifs par exemple entre historiens et archéologues sur la situation de Majjâna, qui constitue une étape importante dans le réseau routier (Djerrab, Guichard, 2010), mais il semble clair qu’Ammaedara, entre autres, est devenue marginale par rapport au réseau des voies de communication.

79 Fentress-Limane, 2011.

80 Un bel exemple en a été fourni par les travaux menés sur le site d’Aïn Tebournouk, dans le cap Bon : Ghalia, Mahfoudh, 2003.

81 Rappelons seulement le peu que l’on sait sur le devenir des églises et des communautés chrétiennes durant cette phase.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Inscription de dédicace de la forteresse de Cululis.
Crédits Source : Pringle, 2002, p. 275
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 2. — Thuburbo Maius. Plan de la ville, avec indication des installations oléicoles.
Crédits Source : Maurin, 1967, p. 240, fig. 1
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 3. — Cherchell, forum. Plan des états tardifs.
Crédits Source : Potter, 1995, p. 53, fig. 26 (modifié)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4. — Sbeitla, basilique V et huilerie adjacente construite sur une rue romaine.
Crédits Plan : Noël Duval et Gilbert Hallier (Duval, 1999, p. 933, fig. 2b)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 5. — Aïn Tebournouk, plan du site.
Crédits Source : Ghalia, Mahfoudh, 2003, p. 782, fig. 3
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search