Version classiqueVersion mobile

Un habitat rural d’al-Andalus (xe-xie siècles)

 | 
Philippe Sénac
, 
Sébastien Gasc
, 
Jordi Gibert Rebull
, 
et al.

Chapitre II

L’environnement castral et les établissements voisins

Texte intégral

1L’étude du site de Las Sillas justifiait également d’intégrer à l’enquête tous les autres habitats d’époque islamique situés dans les environs. Cette démarche s’avérait d’autant plus nécessaire qu’en al-Andalus comme dans d’autres espaces de l’Occident musulman, les établissements ruraux s’inscrivent souvent dans des structures de peuplement associant plusieurs communautés rurales. Gravitant autour d’un refuge défensif (ḥiṣn), elles assumaient la gestion d’un lieu de culte collectif et la répartition de l’eau destinée à l’irrigation. Les données des sources écrites et les découvertes réalisées lors des prospections menées sur le terrain ont ainsi révélé la présence de plusieurs sites très proches, à commencer par d’importants ḥuṣūn établis dans la vallée du Flumen.

Les ḥuṣūn de la vallée du Flumen

  • 1 Sénac, 2000, pp. 187-232.
  • 2 Al-Rāzī, Crónica del Moro Rasis, p. 48 ; al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, texte arabe p. 55 ; trad (...)
  • 3 Ibn Darrāǧ, Diwān, éd. par Makkī, poème no 49, p. 199. Le poème d’Ibn Darrāǧ rapporte que les assa (...)

2Le plus important d’entre eux est certainement le ḥiṣn de Piracés situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Las Sillas. À la différence des autres habitats ruraux de la région, les allusions concernant Piracés dans les sources arabes sont relativement nombreuses puisque ce site apparaît chez divers auteurs sous le nom de Bayṭara Šilǧ comme l’un des dix ḥuṣūn relevant de Huesca1. D’après Aḥmad al-‘Uḏrī, il constituait « une forteresse très peuplée avec une grande mosquée2 ». Au début du siècle suivant, le poète Ibn Darrāǧ rapporte que les troupes de l’émir tuǧibide de Saragosse, Munḏir Ier (1013-1023), infligèrent une sévère défaite au gouverneur de Huesca Abū Yahyá Muḥammad b. Aḥmad b. Ṣumādiḥ qui se réfugia ensuite à Piracés avec ses partisans3.

  • 4 CDCH, doc. no 55 (1093) : « Concedimus insuper prefate ecclesie Ihesu Nazareni mezquitas de Petras (...)
  • 5 CDPI, doc. no 130 (1103).
  • 6 CASST, doc. no 456, 471, 472 et 667 (1103). Voir également DERRVE, doc. no 105 (1107).

3Les données concernant Piracés dans les sources latines se montrent plus abondantes. En 1093, le roi Sanche Ramire et son fils Pierre cèdent à l’abbaye de Montearagón plusieurs biens parmi lesquels les mosquées de douze villas encore aux mains des musulmans, dont Piracés, et, en 1099, la confirmation de cette donation mentionne encore Piracés4. Un troisième document rapporte que cette place forte fut assiégée dès le mois de mai 1103 et que le siège se prolongea jusqu’en octobre ou décembre de la même année, date à laquelle les lieux furent conquis5. Piracés est encore mentionné dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse où plusieurs documents sont datés en fonction de la conquête des lieux par les chrétiens6.

Fig. 2. — Le ḥiṣn de Piracés

Fig. 2. — Le ḥiṣn de Piracés
  • 7 Sénac, Escó Sampériz, 1987.
  • 8 Cabañero Subiza, Galtier Martí, 1985. Contrairement à l’opinion avancée par ces deux auteurs, cett (...)
  • 9 Le mobilier céramique autrefois ramassé en prospections comprend plus de 4 000 tessons. Il se cara (...)

4Les vestiges conservés se développent autour de deux buttes témoin au pied desquelles, en direction du sud, se dessinent encore les restes de nombreuses constructions7. La plus élevée, connue sous le nom de torreta de Tartafaya était occupée par une tour (5,70 m/4,70 m) et une citerne rectangulaire (8,50 m/5,10 m), toutes deux ceinturées par une enceinte de 18,50 m de longueur. La seconde table rocheuse, appelée Peña del Mediodía prend l’allure d’une surprenante forteresse naturelle suspendue dans le paysage. On accède à cette étroite butte témoin de plus de 80 m de longueur, de 25 m de hauteur et de près de 5 m seulement de largeur, par un escalier taillé dans la roche. La plate-forme sommitale présente huit structures rectangulaires, également creusées dans la roche, ayant probablement servi de greniers à grains8. Cette table rocheuse était également clôturée par une muraille de gros blocs de grès similaires à ceux observés dans l’appareil de la torreta de Tartafaya. Elle renfermait plusieurs constructions ainsi qu’une grande citerne rectangulaire située à l’extrémité ouest de la plate-forme et dont les parois étaient recouvertes d’un mortier de couleur rougeâtre9.

  • 10 Le mobilier d’époque islamique, très semblable à celui découvert sur le site de Piracés, comprenai (...)

5Situé à une trentaine de kilomètres au sud du précédent, le ḥiṣn de Monte Tubo occupe également le sommet et les versants d’une butte témoin culminant à 322 m d’altitude. La plate-forme sommitale couvre une surface d’environ 300 m2 et domine d’une quinzaine de mètres le reste du site. Aucune trace de construction n’y a été repérée, à l’exception d’une grande citerne centrale de forme rectangulaire (12 m/4,30 m), taillée dans la roche et couverte d’une voûte en berceau. En contrebas de ce relief s’étendait au sud un vaste ensemble de constructions alignées le long des courbes de niveaux. Les prospections menées sur cet établissement ont révélé que le ḥiṣn s’était installé à l’emplacement d’un gros habitat antique comme en témoigne le grand nombre de céramiques campaniennes collectées lors de ramassages de surface10. Si les données relatives à cette forteresse refuge fournies par les sources écrites se montrent particulièrement pauvres, il s’agit vraisemblablement là du ḥiṣn Nūba cité par Aḥmad al-Rāzī (m. 955) et d’autres auteurs arabes.

Fig. 3. — Le ḥiṣn de Monte Tubo

Fig. 3. — Le ḥiṣn de Monte Tubo
  • 11 Le ḥiṣn de Gabarda a donné son nom à plusieurs autres sites voisins (Torrollones de Gabarda, Parid (...)
  • 12 Al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, p. 55 ; Sénac, 2000, pp. 212-218.
  • 13 CDPI, doc. no 130 (1103) ; DMH, doc. no 2 (1103-1104).

6C’est également le cas pour le ḥiṣn de Gabarda dans le territoire duquel s’inscrivait vraisemblablement le site de Las Sillas11. Située à moins d’une lieue de ce dernier, la forteresse de Gabarda fait figure de site « sans histoire » puisqu’elle n’est mentionnée qu’une seule fois dans les sources arabes, par Aḥmad al-‘Uḏrī (m. 1082), sous l’orthographe ‘Abarrada12. Par la suite, l’établissement ne figure qu’à deux occasions dans les documents contemporains de la reconquête aragonaise : d’abord, dans un texte du mois d’août 1103 où est cité un musulman nommé Azube qui tenait auparavant cette forteresse puis, quelques mois plus tard, à titre de lieu-dit, lors d’un accord intervenu entre l’évêque de Huesca et l’abbé de Montearagón13.

7Le ḥiṣn occupe le sommet et les versants d’une butte culminant à 424 m. Deux niveaux peuvent y être distingués. Le premier est constitué par une vaste plate-forme rocheuse mesurant 72 m de long et 33 m de large. Aucune trace de construction n’y a été repérée, à l’exception de plusieurs structures taillées dans la roche parmi lesquelles des silos, une citerne et une grande pièce souterraine (9 m/3,50 m). On accédait autrefois à cette plate-forme sommitale au moyen d’échelles de bois comme en témoignent plusieurs alignements de cavités circulaires taillées sur le versant nord de la paroi rocheuse. À une date imprécise, mais sans doute après la reconquête, les parois de cette butte rocheuse furent taillées pour donner à l’ensemble l’allure d’une fortification flanquée de plusieurs tours, à la base desquelles on construisit des murs édifiés en blocs de grès soigneusement taillés.

Fig. 4. — Le ḥiṣn de Gabarda

Fig. 4. — Le ḥiṣn de Gabarda
  • 14 Asensio Esteban, Sillières, 1995.
  • 15 Il présentait une large majorité (70 %) de pièces non glaçurées à usage culinaire (ollas, cazuelas(...)

8En contrebas, le second niveau du ḥiṣn occupait l’ensemble d’une terrasse argileuse en partie fermée par une enceinte. L’habitat se développait vers le sud, en s’étageant le long des courbes de niveaux. Les sondages effectués dans ce secteur dans les années 1987-1988 avaient permis de mettre au jour deux constructions d’époque islamique : l’une, à plan carré, mesurait 16 m2 et l’autre, rectangulaire, 20 m2. Leurs parois réutilisaient parfois des murs d’époque antique, tandis que d’autres étaient édifiées plus sommairement, au moyen de galets joints par un mortier de terre14. Le mobilier découvert dans ces deux pièces comprenait près d’un demi-millier de fragments de céramique des xe et xie siècles15.

Les habitats fortifiés

  • 16 Sénac, 2000, pp. 244-246.
  • 17 DMH, doc. no 2 (1103-1104).
  • 18 DMH, doc. no 3 (1110).
  • 19 DERRVE, doc. no 21 (1105).
  • 20 AIIRA, doc. no 96 (1170).

9D’autres établissements islamiques à vocation défensive furent également découverts dans les environs de Las Sillas. Parmi ceux-ci se distingue le castillo d’Alberuela de Tubo16 qui n’apparaît qu’en de rares occasions dans les documents de la reconquête. Il figure d’abord vers 1103-1104 sous la forme Albarola lors d’un accord passé entre l’évêque de Huesca et l’abbé de Montearagón17, puis en 1110 dans une donation faite au monastère navarrais de San Salvador de Leire18. En 1105, un acte signale un « senior Garcia çekodinç in Albarola et in Tub »19 et on ne retrouve le lieu mentionné qu’en 1170 dans une charte de peuplement octroyée par le roi Alphonse II aux habitants de Sariñena (Alberola cum omnibus suis terminis)20.

  • 21 Les fouilles archéologiques menées au cours de l’hiver 1986-1987 permirent de mettre au jour un im (...)

10L’établissement se présente sous la forme d’une butte témoin de forme triangulaire culminant à 406 m d’altitude, à laquelle on accédait par un sentier étroit serpentant le long du versant sud. L’ensemble de cette fortification était autrefois fermé par une muraille édifiée en gros blocs de grès à section carrée (0,40 m de côté) disposés en carreaux et présentant des bossages externes (almohadillados). À la suite d’un effondrement, une partie de cette enceinte fit l’objet d’une reprise au cours du bas Moyen Âge, période à laquelle on peut attribuer l’arc en plein cintre qui couvre la porte de l’enceinte. Deux des trois angles de la table rocheuse présentaient de grosses tours à plan rectangulaire édifiées en carreaux et boutisses. À l’intérieur de l’enceinte furent mises au jour plusieurs structures taillées dans la roche, dont une citerne et des silos creusés sur les bords de la plate-forme rocheuse. À la différence de tous les autres établissements musulmans du secteur, cet établissement n’était associé à aucun habitat situé en contrebas21.

Fig. 5. — Le site d’Alberuela de Tubo

Fig. 5. — Le site d’Alberuela de Tubo

a. – Vue depuis le sud ; b. – Vue depuis l’est

  • 22 Sénac, 1990.
  • 23 CDPI, doc. no 130 (1103) : « et dono tibi illam turrem de Alcait Almelch qui fuit neptus de Azube, (...)

11Installé à moins de 1 500 m à l’ouest du précédent, le site de La Iglesieta constitue un autre établissement remarquable22. Il n’apparaît cependant qu’une seule fois dans la documentation latine, en 1103, sous le nom de tour d’Alcait Almelch, c’est-à-dire qā’id al-mālik, l’officier du souverain23. Le document précise que ce qā’id était le petit-fils d’un certain Azube, désigné en tant que « senior de Gabarda », ce qui semble établir un lien entre les deux établissements, voire la présence d’une même famille installée dans ce secteur. Le site comprend deux parties distinctes : d’une part, un petit éperon rocheux barré par une tour massive de 7,60 m/5,10 m, prolongée par un mur de courtine édifié au moyen de lits réguliers de blocs de grès soigneusement taillés et disposés en carreaux d’un mètre de long, avec des bossages externes. L’accès à ce bâtiment s’effectuait par un passage voûté de 1,10 m de large, aménagé dans la paroi sud de la butte et fermé par un vantail de bois. On accédait à cette ouverture au moyen d’une échelle de bois dont subsistent encore quelques traces d’appuis creusés dans la roche.

Fig. 6. — Le site de La Iglesieta

Fig. 6. — Le site de La Iglesieta
  • 24 Le sol d’occupation comprenait 2 506 fragments de céramiques, quelques objets métalliques (un clou (...)
  • 25 Le mobilier découvert (252 tessons) ne différait guère de celui observé dans la fortification, pui (...)

12La fouille de cette fortification a permis de découvrir une petite citerne édifiée en blocs de grès rectangulaires de 0,70 m de long, ainsi que des alignements de cavités circulaires creusées dans le sol rocheux, qui résultaient du procédé d’extraction des blocs au moyen de claies24. À une dizaine de mètres en contrebas de cette fortification se développait un gros habitat aujourd’hui détruit à la suite de l’arasement et de la mise en culture de tout ce secteur à la fin des années quatre-vingt. L’habitat était séparé de la fortification par un talus longeant un sentier dont le tracé correspond au camino antiguo qui reliait autrefois Marcén à Alberuela de Tubo. Avant sa destruction, les sondages réalisés dans ce secteur permirent d’apprécier l’existence de plusieurs habitations à plan rectangulaire disposées autour d’une cour centrale. Les parois des constructions étaient faites d’une maçonnerie grossière associant des galets et des petits moellons de grès. La présence de nombreux fragments de tuiles plates paraît indiquer que ces constructions étaient autrefois recouvertes au moyen de ce matériau25.

13Le soin apporté à la construction de la fortification et l’abondance du matériel céramique mis au jour conduisent à supposer qu’il ne s’agissait pas d’une simple tour de vigie et qu’elle n’était pas non plus destinée à servir de refuge à la population résidant en contrebas du fait de l’exiguïté des lieux, encore moins de réserve puisqu’aucune trace de silo n’y fut observée. Plusieurs indices permettent en revanche d’émettre l’hypothèse selon laquelle cet édifice était destiné à l’encadrement d’une communauté rurale au moyen d’une petite garnison : son nom d’abord, qui suppose la présence d’un officier (qā’id), sa position dominante au regard de l’habitat, l’absence enfin de communication directe entre la fortification et le reste du site. En d’autres termes, La Iglesieta apparaît davantage comme la matérialisation d’un pouvoir local ou régional.

  • 26 Les ramassages de surface n’ont fourni qu’une centaine de tessons non glaçurés appartenant princip (...)

14Un autre site défensif est Fraella, à près de 1 500 m au nord de Las Sillas et à quelques centaines de mètres seulement du hameau actuel dont les premières mentions remontent au début du xiie siècle dans la documentation latine. Il s’agissait là d’un réduit fortifié de 25 m de long sur près de 6 m de large qui s’était installé au sommet d’une petite butte au pied de laquelle s’étendaient plusieurs habitations dont les parois présentaient des moellons à peine équarris et des galets26.

Fig. 7. — Le site de Fraella

Fig. 7. — Le site de Fraella

Les autres établissements

  • 27 De manière très approximative, en tenant compte de la localisation des autres ḥuṣūn de la région, (...)
  • 28 Sénac, 2000, pp. 249-251.

15S’il est impossible de préciser l’étendue exacte des terres que contrôlait le ḥiṣn de Gabarda27, il convient en revanche de souligner que les recherches menées sur le terrain ont encore permis de repérer plusieurs habitats musulmans de moindre importance. Parmi ceux-ci figure d’abord le site de Usón, à mi-distance entre la vallée du Flumen et celle du Guatizalema. L’établissement se présente sous la forme d’une simple tour bâtie sur une butte culminant à 445 m d’altitude. Cet édifice à plan carré, dont il ne subsiste plus aujourd’hui que la base, était construit au moyen d’une maçonnerie grossière associant des galets et des petits moellons mal équarris. Il dominait une plate-forme vaguement circulaire où l’on devinait encore la trace d’anciens silos sans que l’on ait pu repérer la trace d’autres constructions à proximité28.

16Des prospections menées sur le término municipal de Tramaced avaient également permis de découvrir de nombreuses céramiques islamiques des xe et xie siècles à une lieue au nord de Las Sillas, à l’emplacement d’une plate-forme de grès où fut construite une chapelle appelée Ermita de la Virgen del Puyal. D’autres céramiques furent découvertes à l’occasion des travaux qui préludèrent à la construction du parc d’attractions Gabarda Aventura, à la fin des années quatre-vingt-dix, en un lieu connu sous le nom de Torrollón, à quelques centaines de mètres du ḥiṣn de Gabarda. Dans ces deux derniers cas, le mobilier céramique collecté se limitait à quelques dizaines seulement de fragments de jarras décorées de lignes peintes au brun de manganèse et de marmites à pâte grise, sans que le moindre tesson de pièce glaçurée ait pu être repéré.

 

17Au terme de cette évocation, on soulignera d’abord que la plupart de ces établissements présentent de fortes similitudes, à commencer par le fait qu’ils occupent tous des reliefs aux pentes abruptes, sans qu’aucun habitat de plaine n’ait été repéré, y compris le long des terrasses alluviales du Flumen ou du Guatizalema. Si le relief particulier de cette région des Monegros peut expliquer une telle situation, tout comme la proximité de la menace chrétienne au cours des xe et xie siècles, il n’en demeure pas moins que la présence d’habitats ouverts semblables aux alquerías de la région valencienne ou aux almunias de la région de Lérida et de Monzón s’avère résolument absente.

  • 29 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988. À titre d’exemple de grenier fortifié figure le cas du Cabezo d (...)

18On relèvera également que si certains sites portent des noms antérieurs à la conquête du viiie siècle et qui furent ensuite arabisés, comme Piracés (Bayṭara Šilǧ) ou Gabarda (‘Abarrada), la plupart des établissements musulmans de la région ne s’établirent pas à l’emplacement d’habitats antérieurs, même si certains ḥuṣūn réutilisèrent parfois des structures plus anciennes, comme à Gabarda : cet établissement d’époque ibère, apparemment délaissé pendant toute l’Antiquité tardive, devint ensuite une forteresse que l’on pourrait associer à un de ces greniers fortifiés connus dans les sources latines sous le nom d’albacar29.

  • 30 DMH, doc. no 2 (1103-1104).
  • 31 Sénac, 1991a et 1992.

19Comme on l’a déjà mentionné, la spécificité de tous ces établissements réside dans le fait que l’on n’y observe pas de toponymes d’origine « clanique » ou « tribale ». Le seul nom de lieu susceptible de se rapporter à des formes d’organisation sociale de ce genre est le val de Beniema, mentionné au sud de Huesca vers 1103-110430, et les toponymes débutant par aben, iben, ben ou bin qui figurent dans les documents contemporains de la conquête aragonaise ne doivent pas être associés à des formes telles que beni, fréquentes dans le Šarq al-Andalus ou l’Andalousie puisqu’ils dérivent plutôt de ibn (« fils de »). De fait, ils ne désignent pas des villages mais des almunias, c’est-à-dire des domaines privés appartenant à des individus résidant en ville où ils occupaient des charges administratives, militaires ou religieuses31.

  • 32 Sénac, 2000, pp. 121-127.
  • 33 Sarr, 2014.

20Ajoutons encore qu’à la différence d’autres régions d’al-Andalus, l’extrême majorité des populations musulmanes résidant dans cette partie de la Marche Supérieure étaient des muwallad-s, c’est-à-dire des descendants de familles converties à l’islam. Les populations arabes étaient en tout petit nombre au point qu’au xie siècle, selon les témoignages d’al‑‘Uḏrī et d’al-Ḥimyarī, il ne restait plus à Huesca de descendants des Arabes qui s’étaient établis là pendant la conquête32. Cette présence arabe devait encore être plus faible dans les campagnes, tout comme celle des Berbères, dont la trace n’apparaît qu’au travers de quelques toponymes plus méridionaux, le long de l’Èbre, tels que Mequinenza33.

  • 34 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988.

21On soulignera finalement que les données concernant le peuplement rural dans cette région ne coïncident guère avec le schéma de peuplement proposé par André Bazzana, Patrice Cressier et Pierre Guichard dans leur étude consacrée aux châteaux ruraux d’al‑Andalus34. Si la validité de ce modèle fondé sur l’image d’un semis de petits hameaux (alquerías) gravitant autour d’un refuge collectif s’applique parfaitement à de nombreuses régions de la Péninsule, les recherches menées au nord de l’Èbre révèlent que ce modèle correspond mal à la situation de la Marche Supérieure puisque, dans ces régions de « frontière », la présence du pouvoir, régional ou local, paraît avoir été plus sensible.

Notes

1 Sénac, 2000, pp. 187-232.

2 Al-Rāzī, Crónica del Moro Rasis, p. 48 ; al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, texte arabe p. 55 ; trad. espagnole p. 59. Yāqūt reprend la notice d’Aḥmad al-Rāzī en l’actualisant simplement : « Piracés (Bayṭara Šalǧ) est une forteresse dépendante de Huesca. Elle se trouve aujourd’hui aux mains des chrétiens » (Yāqūt al-Rūmī, Kitāb mu‘ǧam al‑buldān, p. 532). La forme Bayṭara Šalǧ ou Bayṭara Šilǧ pourrait provenir du latin Petra Silice.

3 Ibn Darrāǧ, Diwān, éd. par Makkī, poème no 49, p. 199. Le poème d’Ibn Darrāǧ rapporte que les assaillants employèrent des mangonneaux contre la forteresse mais il ne semble pas qu’elle soit tombée aux mains du chef berbère Abū Mas‘ūd envoyé par l’émir Munḏir Ier. Ces faits sont confirmés par Ibn Ḥayyān selon lequel, après son avènement, Munḏir Ier entra en conflit avec l’un de ses cousins, le gouverneur de Huesca Abū Yahyá Muḥammad b. Aḥmad b. Ṣumādiḥ.

4 CDCH, doc. no 55 (1093) : « Concedimus insuper prefate ecclesie Ihesu Nazareni mezquitas de Petrasilice [Piracés] et de Marcen et de Nobals et de Argaviso et de Sallelas prope de Sessa et de Boriaman et de Baros et de Callen et de Albero de Suso et de Corbins et de Lamorca et de Abentena et ecclesias que ibi sunt vel fuerint cum decimis et premiciis et omnibus pertinentiis suis… » ; CDPI, doc no 62 (1099) : « In ecclesiis videlicet de Montearagon et de Lavata de Siso et de Cetrana et de Anguas et de Bespen et de Blegua et de Alcala et de Argaviso et de Novals et de Petraselze [Piracés] et de Albero de Pompieno et de Olevito et de Setimo et de Castelgon et de Arbanes et de Sancta Eulalia et de Castellosavals et de Barlonga et de Luvele et de Savaies et de Boleia et de Lopingen et de Artasona et de Luar et de Aierbe et de Gorreia. »

5 CDPI, doc. no 130 (1103).

6 CASST, doc. no 456, 471, 472 et 667 (1103). Voir également DERRVE, doc. no 105 (1107).

7 Sénac, Escó Sampériz, 1987.

8 Cabañero Subiza, Galtier Martí, 1985. Contrairement à l’opinion avancée par ces deux auteurs, cette fortification ne présentait pas de palissade de bois. L’hypothèse d’une fortification de bois en pleine époque islamique avait suscité de nombreuses controverses. En réalité, les alignements de cavités que l’on discerne le long des parois rocheuses de la forteresse se rapportent aux restes d’une habitation autrefois accolée au réduit central de la Peña del Mediodía.

9 Le mobilier céramique autrefois ramassé en prospections comprend plus de 4 000 tessons. Il se caractérise par une large prédominance des formes fermées (77,3 %), telles que des ollas à pâte grise, des candiles, des jarras et des jarritas, ces dernières étant généralement décorées de motifs linéaires peints au brun de manganèse. Un seul fragment présentait une décoration dite « cuerda seca parcial ». Beaucoup moins nombreuses, les formes ouvertes étaient majoritairement représentées par des fragments de plats (ataifores) à décor melado, tandis que quelques fragments seulement étaient décorés selon la technique du verde manganeso sur fond blanc et présentaient des thèmes épigraphiques dont un alif et un lām qui pourraient former le début du mot al-mulk.

10 Le mobilier d’époque islamique, très semblable à celui découvert sur le site de Piracés, comprenait une majorité de céramiques à pâte grise (ollas) mais il s’en distinguait toutefois par la présence plus abondante de fragments glaçurés (41 % de l’ensemble).

11 Le ḥiṣn de Gabarda a donné son nom à plusieurs autres sites voisins (Torrollones de Gabarda, Paridera de Gabarda, La Gabarda) : Sénac, 1991b.

12 Al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, p. 55 ; Sénac, 2000, pp. 212-218.

13 CDPI, doc. no 130 (1103) ; DMH, doc. no 2 (1103-1104).

14 Asensio Esteban, Sillières, 1995.

15 Il présentait une large majorité (70 %) de pièces non glaçurées à usage culinaire (ollas, cazuelas) ou encore de céramiques destinées au transport et au service des liquides, telles que des jarras et des jarritas décorées au moyen de traits peints au brun de manganèse. Les tessons glaçurés appartenaient principalement à des ataifores à décor melado présentant sur leur face interne un motif peint au brun de manganèse. On mentionnera toutefois la présence de fragments de bouteilles (redomas) décorées d’un oxyde de cuivre monochrome de couleur verte non observées sur tous les autres sites fouillés de la région et qu’il serait tentant d’attribuer au ixe siècle.

16 Sénac, 2000, pp. 244-246.

17 DMH, doc. no 2 (1103-1104).

18 DMH, doc. no 3 (1110).

19 DERRVE, doc. no 21 (1105).

20 AIIRA, doc. no 96 (1170).

21 Les fouilles archéologiques menées au cours de l’hiver 1986-1987 permirent de mettre au jour un important mobilier céramique des xe-xie siècles comprenant 6 281 tessons dont plus d’un millier étaient entassés dans un petit dépotoir (2 m/1,80 m), creusé dans la roche sur deux mètres de profondeur au centre de la plate-forme. Près des trois quarts des fragments (74 %) se rapportaient à des céramiques non glaçurées, telles que des jarras et des jarritas décorées sur engobe de traits peints à l’oxyde de manganèse, des marmites de forme globulaire, des cazuelas et des orzas, dont plusieurs exemplaires restaurés furent présentés à l’occasion de l’exposition organisée en 1988 à Huesca (Escó Sampériz, Giralt Balagueró, Sénac [éd.], 1988, pp. 55-56, 67, 77-79, 95, 112, 119-120, 125 et 146-148).

22 Sénac, 1990.

23 CDPI, doc. no 130 (1103) : « et dono tibi illam turrem de Alcait Almelch qui fuit neptus de Azube, senior de Gabarda, cum omnibus suis terminis et suis pertinentiis quod pertinent ad illam supra scriptam turrem ». D’un point de vue paléographique, le z et le t étant très proches, il serait séduisant de voir dans le nom Azube, sans aucun lien avec un quelconque nom arabe, la trace du mot tubo, omniprésent dans la toponymie de la vallée du Flumen.

24 Le sol d’occupation comprenait 2 506 fragments de céramiques, quelques objets métalliques (un clou, une clochette et une aiguille), de nombreux ossements d’animaux et un fragment de monnaie d’Aḥmad al-Muqtadir (1046-1081), l’émir de la taifa de Saragosse. Le mobilier céramique se rapportait à des pièces des xe-xie siècles parmi lesquelles figurait une majorité de céramiques à usage culinaire (ollas et cazuelas à pâte sombre décorées au moyen de stries et de vaguelettes incisées) et de jarras et de jarritas décorées sur engobe de traits horizontaux peints à l’oxyde de manganèse. Une centaine de tessons appartenaient à de grandes cuves évasées nommées alcadafes présentant un fond plat, une large lèvre étalée et des décors incisés tels que bâtonnets, stries et vaguelettes, se développant en bandes horizontales et parallèles. Moins abondant (25 %), le mobilier glaçuré comprenait des ataifores à décor melado recouverts de motifs peints à l’oxyde de manganèse, et trois fragments seulement présentaient un décor verde manganeso. Le reste du mobilier glaçuré était constitué par des fragments de redomas et de petits jarritos.

25 Le mobilier découvert (252 tessons) ne différait guère de celui observé dans la fortification, puisqu’il se rapportait essentiellement à des marmites globulaires à pâte grise (ollas), des cazuelas, des jarras et des jarritas. En revanche, le mobilier glaçuré y était beaucoup moins abondant.

26 Les ramassages de surface n’ont fourni qu’une centaine de tessons non glaçurés appartenant principalement à des jarras, jarritas et ollas, et quelques fragments d’ataifores à décor melado que l’on peut dater du xie siècle.

27 De manière très approximative, en tenant compte de la localisation des autres ḥuṣūn de la région, situés au nord et au sud de Gabarda, à savoir Piracés et Monte Tubo, on serait en droit de considérer que le territoire castral couvrait une superficie d’environ 20 à 30 km2 entre le Flumen et le Guatizalema.

28 Sénac, 2000, pp. 249-251.

29 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988. À titre d’exemple de grenier fortifié figure le cas du Cabezo de la Cobertera (Abarán-Blanca) : De Meulemeester, 1998.

30 DMH, doc. no 2 (1103-1104).

31 Sénac, 1991a et 1992.

32 Sénac, 2000, pp. 121-127.

33 Sarr, 2014.

34 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. — Le ḥiṣn de Piracés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 3. — Le ḥiṣn de Monte Tubo
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 4. — Le ḥiṣn de Gabarda
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 5. — Le site d’Alberuela de Tubo
Légende a. – Vue depuis le sud ; b. – Vue depuis l’est
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 6. — Le site de La Iglesieta
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 7. — Le site de Fraella
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23149/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search