Version classiqueVersion mobile

Un habitat rural d’al-Andalus (xe-xie siècles)

 | 
Philippe Sénac
, 
Sébastien Gasc
, 
Jordi Gibert Rebull
, 
et al.

Chapitre premier

Le milieu géographique et humain

Texte intégral

  • 1 Le dernier recensement (2016) attribue 1 804 habitants sur le municipio de Grañén (Callén : 61, Cu (...)

1Retracer l’histoire d’un habitat occupé voici plus de mille ans justifie de prendre en compte le cadre géographique et humain dans lequel celui-ci s’inscrit. Sans défendre la thèse d’un quelconque déterminisme, il convient donc de souligner que la région dans laquelle fut fondé le site de Las Sillas constitue l’un des milieux les plus remarquables de la vallée de l’Èbre, tant par l’originalité de ses paysages et son aspect désertique que par sa très faible densité de population. Largement affectée au siècle dernier par un vif exode rural en direction de Huesca, de Saragosse et de Barcelone, la population est aujourd’hui regroupée en petits villages qui s’égrènent le long du plateau à moins d’une demi-lieue les uns des autres. Plus au sud, dans les années 1940-1950, quelques villages de colonisation furent édifiés dans la vallée, comme Curbe, Sodeto ou San Lorenzo del Flumen, et la seule bourgade importante du secteur est Grañén où résident moins de deux mille habitants1. C’est donc dans un espace profondément rural et éloigné de toute agglomération importante que se situe le hameau de Marcén, aux limites du término municipal de Lalueza.

Fig. 1. — Vue aérienne du site de Las Sillas depuis l’ouest. Cliché : Francisco Cano Biosca (Aeroflas), 2014.

Fig. 1. — Vue aérienne du site de Las Sillas depuis l’ouest. Cliché : Francisco Cano Biosca (Aeroflas), 2014.

Le milieu naturel

2Le site de Las Sillas s’inscrit dans un paysage constitué de reliefs sédimentaires où se succèdent des roches alternativement dures et tendres, tantôt gréseuses, tantôt argileuses. L’érosion a sculpté là d’impressionnants reliefs tabulaires et des buttes témoins élevées que l’on repère de loin, à la manière de pitons dressés au-dessus de la vallée du Flumen. Les principaux sommets dépassent 500 m d’altitude, comme à Mogache (538 m) ou à San Andrés (510 m), tandis que vers le sud les méandres du Flumen serpentent le long de la courbe des 300 m d’altitude. Une véritable frontière topographique sépare ainsi les plateaux de la vallée, sous la forme d’une série de falaises aux pentes abruptes au pied desquelles, de tout temps, les hommes ont fixé leur établissement. La roche gréseuse, formée d’épais grains de quartz réunis par un ciment siliceux ou calcaire, forme ici le matériau privilégié pour la construction, tout comme les galets qu’elle recèle et que l’on trouve en grand nombre le long des anciens cours d’eau.

  • 2 Lévi-Provençal, 1953.
  • 3 Ibn Ḥayyān, Muqtabis V , pp. 103, 109-110, 124 et 383-384.
  • 4 Sénac, 2006a, pp. 194-195.

3Préciser le climat qui régnait en ces terres voici près d’un millénaire est une affaire délicate dans la mesure où les sources écrites sont généralement muettes à cet égard et les données palynologiques résolument absentes. De fait, les géographes arabes se limitent à des généralités. Au xe siècle, Aḥmad al-Rāzī rapporte ainsi que la récolte des fruits « est plus tardive dans les régions des marches et dans les montagnes où la température est spécialement froide2 ». De leur côté, les autres chroniqueurs arabes ne fournissent que de maigres données météorologiques. À titre d’exemple, dans le tome V du Muqtabas, Ibn Ḥayyān relate qu’en 915 une sécheresse s’étendit à tout al-Andalus et à ses marches et qu’elle engendra une disette et une hausse brutale de la mortalité. En septembre de la même année, la région voisine de Tudèle connut de violentes chutes de grêle et le chroniqueur ajoute que certains grêlons dépassaient le poids d’une livre et qu’il ne restait plus aucune tuile en état sur les maisons, ni de feuillage dans les jardins. Une période de sécheresse est également enregistrée vers 936-9373 mais, par la suite, les données des sources arabes se font plus rares et se limitent souvent à la région de Cordoue. Tout au plus peut-on avancer que les environs de l’an mil furent ici marqués, comme dans toute la Péninsule, par des troubles climatiques, des épidémies, des famines et même une invasion de sauterelles dont les effets perdurèrent pendant trois ans, entre 991 et 9934.

  • 5 D’après J. Vallvé Bermejo (1989, p. 59), le Ǧabal al-Aswad que mentionne Aḥmad al-‘Uḏrī dans la ré (...)

4L’aridité qui caractérise néanmoins cette région était probablement déjà sensible au Moyen Âge et il n’est pas inutile de rappeler que la Chanson de Roland évoque un Sarrasin nommé Chernuble de Munigre, venu d’une terre où « jamais la pluie ne tombe » (vers 981), les Monegros5. De nos jours, les précipitations dépassent rarement 400 mm par an et se produisent le plus souvent sous la forme d’orages violents aux effets dévastateurs, accompagnés de chutes de grêle, de fortes pluies et de torrents de boue dévalant les versants des plateaux. Les températures, très basses en hiver sous l’effet du cierzo ou des masses d’air froides venues des Pyrénées, peuvent en revanche fréquemment dépasser les 40o au cours des mois de juin, de juillet et d’août. De la sorte, la végétation est réduite à de maigres espèces arbustives et à des broussailles parmi lesquelles dominent le genêt et le thym. Quelques roseaux bordent les maigres cours d’eau s’échappant du plateau et la présence d’oliviers se limite à des fonds de vallées. Les plus anciens documents médiévaux ne signalent aucune trace de couvert végétal, à l’exception peut-être de quelques bosquets de pins.

  • 6 On relèvera que le même nom, sous des formes à peine différentes, se répète dans les environs : fi (...)
  • 7 Voir à ce sujet Cressier (éd.), 2006.

5L’eau est d’autant plus précieuse que la seule rivière importante de la région est le Flumen qui sillonne toute la vallée s’étendant au pied du site avant de rejoindre au sud l’Alcanadre, un affluent du Cinca. De manière très suggestive, alors que la toponymie arabe est réduite dans ce secteur, les sources arabes enregistrent scrupuleusement le nom des cours d’eau puisqu’à côté du Guatizalema (wādī Salama) figurent encore le nahr Bānša (Isuela), le nahr Fulūman (Flumen) et le wādī al-Qanāṭir (Alcanadre). Les seuls points d’eau sont constitués par de petits ruisseaux coulant au fond de barrancos comme celui de La Lastra, entre Tramaced et Marcén, ou des petites poches d’eau connues sous le nom de balsas, difficilement datables, même si certaines sont qualifiées de « viejas » et que l’une d’elles, la balsa Femad, à quelques kilomètres au nord-ouest de Las Sillas, semble porter un nom d’origine arabe6. Au début du xxe siècle, ce déficit en eau conduisit les autorités à édifier le canal du Flumen puis à mettre en place un barrage de retenue achevé en 1983, le Pantano del Torrollón, à quelques centaines de mètres de Marcén. C’est à partir de ces deux éléments que la plaine se couvrit alors de nouvelles acequias, sans que l’on puisse discerner la trace de réseaux d’irrigation plus anciens, à la différence d’autres régions d’al-Andalus7. Depuis cette date, plusieurs grands bassins artificiels ont été aménagés pour permettre l’irrigation de terroirs de plus en plus étendus.

Carte 2. — Le peuplement musulman de la vallée du Flumen

Carte 2. — Le peuplement musulman de la vallée du Flumen

6En résumé, le cadre naturel dans lequel s’établit le site de Las Sillas constitue un milieu austère, contraignant, peu propice aux activités humaines, et ce n’est que depuis quelques décennies, sous l’effet d’un usage souvent abusif d’arrosages intensifs, que la vallée du Flumen est devenue un centre de production céréalière dominée par le blé, le maïs et le riz. L’extension des zones mises en culture a profondément bouleversé un paysage qu’il convient d’imaginer comme sensiblement plus aride aux abords de l’an mil.

L’occupation humaine

  • 8 Rey Lanaspa, 1987 ; Domínguez Arranz, Magallón Botaya, Casado López (éd.), 1984, pp. 40, 99, 113, (...)
  • 9 Asensio Esteban, Sillières, 1995.

7Il ne fait cependant aucun doute que les plateaux qui dominent la vallée du Flumen furent très tôt occupés par les hommes. Les travaux de Javier Rey Lanaspa ont révélé la présence de vestiges du Paléolithique sur le site de La Rambla à Grañén ainsi que de nombreuses traces du Néolithique sous la forme de pointes de silex et de haches polies, comme au Turrullón (Usón) et à Curbe, Monte Tubo, Marcén, Piracés, Fraella, mais aussi plus au sud, à Lalueza8. Il est également permis de supposer que les cuevas et les nombreux abris naturels creusés dans les falaises de grés qui surplombent la vallée furent fréquentés dès cette période. La romanisation de la région, sensible dès le iie siècle av. J.-C., semble avoir privilégié des secteurs de moindre altitude, comme à Curbe où plusieurs fragments de céramiques sigillées associées à quelques monnaies ont été découverts. Les vestiges antiques les plus importants sont toutefois ceux de Gabarda où des sondages réalisés en 1988 ont mis en évidence la présence d’un établissement d’époque ibère qui devint aux alentours de 100 av. J.-C. une cité couvrant environ trois hectares. Cet établissement fut déserté peu avant l’arrivée des sigillées italiques dans la vallée de l’Èbre, c’est-à-dire vraisemblablement avant le milieu du ier siècle apr. J.-C. Il comprenait de nombreux édifices alignés le long de rues, dont un grand bâtiment construit au moyen de gros blocs de grès rectangulaires, parfaitement taillés, qui furent parfois réutilisés à l’époque islamique par les populations qui s’établirent là quelques siècles plus tard9.

  • 10 Paz Peralta, 1990.
  • 11 Magallón Botaya, 1987.
  • 12 Sur ce site : Serra Ràfols, 1943 ; Puertas Tricas, 1972.

8La rareté des travaux consacrés à la vallée du Flumen au cours de la période romaine explique sans aucun doute l’absence de traces de grands domaines connus sous le nom de villae10, mais la toponymie atteste néanmoins l’existence de nombreuses exploitations agricoles portant le nom de leur propriétaire, comme Marcén, Callén, Grañén, Poleñino ou Sariñena, même si la localisation de ces bâtiments demeure imprécise. Les villae connues étaient généralement localisées le long de rivières navigables, comme le Cinca et l’Alcanadre, et il devait en être de même dans la vallée du Flumen. Le réseau des voies de communication qui parcouraient ce secteur n’est guère mieux établi, mais on est en droit de supposer qu’il ne s’agissait que de chemins secondaires puisque la voie romaine qui reliait Huesca à Lleida passait plus au nord et franchissait l’Alcanadre à Pertusa11. L’exemple de la Villa Fortunatus, près de Fraga, permet cependant de constater que certains édifices résistèrent à la crise du Bas-Empire puisque la plupart des structures conservées datent ici de la seconde moitié du ive siècle et qu’un habitat rural, associé à une basilique et un cimetière, y perdura jusqu’au vie siècle12.

  • 13 Picazo Millán et alii, 2016 ; Escó Sampériz, 1986 ; Paz Peralta, 1990.
  • 14 Paz Peralta, 2004.
  • 15 CDCH, t. I, doc. no 1 (551) et 2 (576). Voir à ce sujet les remarques de Díaz Martínez, 1998 et de (...)
  • 16 Palol Salellas, 1989.

9Une telle évolution fut probablement commune à bien d’autres établissements antiques. Malheureusement, les vestiges de l’époque wisigothique sont encore moins nombreux, au point que les synthèses dressées à cet égard par Carlos Escó Sampériz en 1986 puis par Juan Ángel Paz Peralta en 1990 demeurent dans leurs grandes lignes d’actualité13. La plupart des découvertes survenues au cours de ces dernières années ne concernent que des plaques boucles, des fibules et des monnaies, et sont presque toujours localisées dans des régions situées plus au nord, en particulier le long des Sierras Exteriores14. Dans la seconde moitié du vie siècle, une donation et un testament fait par l’évêque Vincent de Huesca ne mentionnent aucun établissement dans le secteur étudié15, et si l’on met de côté le site du Mondón, à Poleñino, où furent découvertes des tombes creusées dans la roche et quelques céramiques à pâte grise, les principaux établissements du haut Moyen Âge se situent dans les environs de Fraga, comme la nécropole de Torrente de Cinca ou la Villa Fortunatus, c’est-à-dire fort loin de la zone étudiée. Fait aggravant, comme le matériel exhumé sur ces lieux ne semble pas dépasser la fin du vie siècle, les derniers temps de la monarchie wisigothique demeurent dans l’obscurité la plus complète. Pour cette période, le seul grand site rural fouillé au nord de l’Èbre demeure El Bovalar, près de Fraga, mais cet habitat occupé jusqu’au règne d’Akhila II (m. 714), et probablement incendié lors de la conquête arabe, se situe à près d’une centaine de kilomètres de la zone couverte par cette étude16.

  • 17 Sénac, 2006b.

10Cette obscurité reste entière pour l’ensemble des viiie et ixe siècles et rien ne prouve que les foyers de peuplement ruraux antérieurs à la conquête aient également été délaissés17. Comme on a déjà eu l’occasion de le souligner, la date même à laquelle les contingents musulmans s’emparèrent de ces régions demeure confuse. Les Aḫbār Maǧmū‘a rapportent que la conquête de Saragosse au printemps 714 s’étendit à d’autres villes, mais elles ne précisent pas lesquelles, et le récit de la chute de Huesca fourni par Aḥmad al-‘Uḏrī ne mentionne aucun établissement rural, à l’exception de al-‘Askar, le lieu où s’installèrent momentanément les conquérants arabes :

  • 18 Al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, texte arabe pp. 56-57 ; trad. espagnole pp. 61-62.

Quand les musulmans pénétrèrent dans al‑Andalus et qu’ils s’avancèrent dans la Marche Supérieure, des Arabes s’arrêtèrent à Huesca et campèrent devant ses murs. Ils se transportèrent en un lieu connu sous le nom de al‑‘Askar depuis leur établissement en cet endroit. Ils assiégèrent Huesca, dont les habitants étaient chrétiens, et édifièrent des constructions autour de la ville. Ils mirent des terres en culture pour assurer leur subsistance et demeurèrent ainsi pendant sept ans, tandis que les habitants de Huesca restaient assiégés dans l’ancienne forteresse (al‑qaṣaba al-qadīma). Lorsque la situation de ces derniers devint insupportable, ils descendirent à la rencontre des Arabes, en demandant grâce pour eux, leurs enfants et le respect de leurs biens. Ceux qui se convertirent restèrent maîtres de leurs biens et de leurs possessions et ceux qui conservèrent la foi chrétienne durent payer la capitation18.

  • 19 Sénac, 2011.
  • 20 Domínguez Arranz, Lasa García, Escudero Escudero, 1996 ; Gasc, inédite ; Picazo Millán et alii, 20 (...)

11Il en est de même pour les autres passages d’Aḥmad al-‘Uḏrī concernant la région et, en dehors d’Alquézar (ḥiṣn al-qaṣr), la plupart des toponymes cités dans les environs de Huesca à l’occasion du récit des aventures de Bahlūl b. Marzūq à la fin du viiie siècle et jusqu’à sa mort en 802, demeurent non identifiés, voire d’une authenticité suspecte19. Les seuls vestiges d’une présence précoce des contingents arabes dans ce secteur sont finalement constitués par des fulūs découverts à Alberuela de Tubo, à Poleñino et à Lupiñén20, ce qui conduirait à supposer que les conquérants, empruntant le tracé des anciennes voies romaines, privilégièrent dans un premier temps le contrôle des villes, à commencer par Huesca.

Notes

1 Le dernier recensement (2016) attribue 1 804 habitants sur le municipio de Grañén (Callén : 61, Curbe : 210, Fraella : 36, Grañén : 1 256, Montesusín : 241) et 974 sur le municipio de Lalueza (Lalueza : 564, Marcén : 62, San Lorenzo de Flumen : 348). Le municipio de Piracés n’était occupé que par 103 habitants.

2 Lévi-Provençal, 1953.

3 Ibn Ḥayyān, Muqtabis V , pp. 103, 109-110, 124 et 383-384.

4 Sénac, 2006a, pp. 194-195.

5 D’après J. Vallvé Bermejo (1989, p. 59), le Ǧabal al-Aswad que mentionne Aḥmad al-‘Uḏrī dans la région devrait également être identifié aux Monegros. Selon cet auteur, trois journées étaient nécessaires à un cavalier pour franchir cette montagne. La localisation de la sierra de Guara (Guwāra) dans cette montagne conduirait plutôt à considérer qu’il pourrait s’agir des Sierras Exteriores qui dominent les plateaux aragonais d’est en ouest.

6 On relèvera que le même nom, sous des formes à peine différentes, se répète dans les environs : figurent ainsi, sur la carte topographique, au sud d’Alberuela de Tubo, las casetas del Fumet et la paridera Femat.

7 Voir à ce sujet Cressier (éd.), 2006.

8 Rey Lanaspa, 1987 ; Domínguez Arranz, Magallón Botaya, Casado López (éd.), 1984, pp. 40, 99, 113, 117, 133 et 160.

9 Asensio Esteban, Sillières, 1995.

10 Paz Peralta, 1990.

11 Magallón Botaya, 1987.

12 Sur ce site : Serra Ràfols, 1943 ; Puertas Tricas, 1972.

13 Picazo Millán et alii, 2016 ; Escó Sampériz, 1986 ; Paz Peralta, 1990.

14 Paz Peralta, 2004.

15 CDCH, t. I, doc. no 1 (551) et 2 (576). Voir à ce sujet les remarques de Díaz Martínez, 1998 et de Tomás Faci, Iglesias Martín, 2017.

16 Palol Salellas, 1989.

17 Sénac, 2006b.

18 Al-‘Uḏrī, Kitāb tarsī‘ al-aḫbār, texte arabe pp. 56-57 ; trad. espagnole pp. 61-62.

19 Sénac, 2011.

20 Domínguez Arranz, Lasa García, Escudero Escudero, 1996 ; Gasc, inédite ; Picazo Millán et alii, 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Vue aérienne du site de Las Sillas depuis l’ouest. Cliché : Francisco Cano Biosca (Aeroflas), 2014.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Carte 2. — Le peuplement musulman de la vallée du Flumen
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/23144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search