Version classiqueVersion mobile

La muerte de los príncipes en la Edad Media

 | 
Fermín Miranda García
, 
María Teresa López de Guereño Sanz

V. — La memoria

Enterrer les Foix-Béarn-Navarre à la fin du Moyen Âge : entre fama et silences

Matériaux et perspectives de recherche

Véronique Lamazou-Duplan

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’inscrit dans les programmes «Sepultus» (EHEHI – Casa de Velázquez) et «Migravit» (ref.  (...)
  • 2 Beaune, 1975, et sa « Préface » dans Gaude-Ferragu, 2005, pp. 11-14, l’expression citée p. 12.

1Depuis une bonne quarantaine d’années, les travaux sont toujours plus nombreux, à la fois spécialisés et transdisciplinaires, pour appréhender la mort au Moyen Âge, à commencer par celle du prince1. Il s’agit, d’abord, d’histoire politique qui pointe le trou noir de la mort en politique, entre testament(s), agonie, ultima verba, cérémonies qui assurent un « enterrement en gloire » (C. Beaune) et l’investiture du successeur2. Dans sa mort et par ses funérailles, le prince est une dernière fois, et pour la postérité, le premier (princeps). La mort princière relève également de l’histoire sociale et culturelle : les proches, par le sang et l’alliance, ainsi que l’ensemble de la société politique, sont réunis dans des pratiques sociales et des rituels spécifiques ; les manifestations religieuses, artistiques, de la pierre des tombeaux au décorum des obsèques, les discours et les émotions exprimées témoignent de la représentation et de la réception de la mort princière.

  • 3 Crubézy, Dieulafait (dirs.), 1996, livrent la méthodologie et les résultats exemplaires de la foui (...)
  • 4 Par exemple, Bande, 2009 ; Chiffoleau, Paravicini-Bagliani (dirs.), 1999 ; Paravicini-Bagliani (di (...)

2La prise en compte et la confrontation de sources de diverses natures (archives, chroniques, épitaphes, créations poétiques et musicales, iconographie…), les apports de l’archéologie et des techniques de laboratoire3 participent à relancer les questionnements. Si l’historiographie des années 1970 demeure un jalon majeur, les problématiques des cérémonialistes anglo-saxons (R. Giesey, R. A. Jackson, S. Hanley) ont été discutées par, entre autres, E. Brown, M. Gaude-Ferragu dont la thèse, publiée en 2005, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, a considérablement enrichi les connaissances sur le sujet. Ses recherches, toujours poursuivies, s’attachent principalement aux princes de la famille royale ou du nord du royaume sans négliger toutefois les contrées méridionales. Les études sur le corps, la mort et les funérailles royales ou princières, examinées à grande échelle et dans la longue durée, continuent d’interroger ces différentes facettes de l’exercice du pouvoir incarné dans un corps mortel bientôt disparu et scrutent la médiatisation de la mort princière, autour de célébrations ou de commémorations qui visent à manifester la gloire, la légitimité et le consensus politique4.

  • 5 En Foix, certaines possessions relèvent du roi d’Aragon, de même que les terres provenant des Monc (...)
  • 6 Gaston VII Moncade marie l’une de ses filles, Marguerite, à Roger Bernard III de Foix, les Foix-Bé (...)

3Le cas des Foix-Béarn à la fin du Moyen Âge (de la fin du xiiie siècle au début du xvie siècle) présente une double spécificité. La première est de se placer à l’échelle comtale et vicomtale ; les funérailles diffèrent donc de ce qui se joue pour les rois ou les parents immédiats d’un roi… jusqu’au moment où les Foix-Béarn accèdent au trône de Navarre (1479-1481), changeant alors de statut politique. La seconde est géographique : les domaines de Foix-Béarn sont composites (comté de Foix, vicomtés de Béarn, Marsan, Gavardan…), situés en terres de frontières avec la Guyenne anglaise et la péninsule Ibérique. L’historiographie qui voit en la mort princière l’imitation du modèle royal français peut donc être interrogée, a fortiori pour cette région réceptive aux influences d’outre-Pyrénées5. D’autre part, la fragmentation territoriale a son importance dans la problématique des funérailles princières qui, normalement, réunissent l’ensemble de la société politique dans la capitale de la principauté. Or, ici, l’ascendance dynastique est double et les domaines de Foix-Béarn ne sont pas dotés d’une capitale unique. Jusqu’à la mort de Gaston VII Moncade (1290), comté de Foix et vicomté de Béarn sont distincts6 ; les comtes de Foix se font enterrer à l’abbaye cistercienne de Boulbonne, les vicomtes de Béarn au gré du déplacement de leur capitale. À partir de 1290, ils sont comtes de Foix et vicomtes de Béarn, le titre comtal est le plus prestigieux mais les comtes des xive et xve siècles résident principalement en Béarn : se font-ils inhumer en comtes de Foix ? Puis vient le temps des Foix-Béarn rois de Navarre, désormais ensevelis selon leur rang, entre la Navarre et la cathédrale de Lescar.

  • 7 Mathieu de Castelbon est le fils de Roger Bernard II, cousin germain de Fébus et fils de Roger Ber (...)
  • 8 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (AD 64 désormais), E 318, document publié par Fl (...)
  • 9 Le fils de Gaston IV et d’Éléonore de Navarre, Gaston Prince de Viane, marié à Madeleine de France (...)

4Certaines successions sont épineuses. En 1343, Gaston II laisse un héritier fort jeune, le fameux Gaston III dit Fébus (1331-1391) ; à sa mort, sans héritier direct légitime (faut-il rappeler qu’il aurait lui-même tué son fils Gaston ?), le pouvoir passe à son cousin Mathieu de Castelbon7. Il meurt sans enfant en 1398 ; sa sœur, Isabelle de Castelbon, hérite de la principauté, aux côtés de son mari, Archambaud de Grailly, qui disparaît en 1412. Isabelle transmet alors le pouvoir à Jean Ier, leur fils, mais les États de Béarn ne le reconnaissent véritablement qu’une fois Isabelle, « la done et majoresse », disparue (1428)8. Le fils de Jean Ier, Gaston IV (1436-1472), épouse Éléonore de Navarre. À la mort d’Éléonore, reine de Navarre, en 1479, son petit-fils François Phébus lui succède sur le trône de Navarre, sous la régence de sa mère Madeleine de France9. Le jeune homme meurt dès 1483, la couronne passe à sa sœur Catherine, épouse de Jean d’Albret, reine et roi jusqu’à l’incorporation du royaume de Navarre à la monarchie espagnole ; face à l’offensive de Ferdinand d’Aragon, en 1512, ils se replient à Pau mais continuent à revendiquer leur royaume ibérique (un temps) et leur titre (« roi de Navarre »), légué à leur descendance.

5Nous proposons de dresser un premier état des lieux des sources disponibles sur la question de la mort et des funérailles des princes de Foix-Béarn à la fin du Moyen Âge, à la lumière de la bibliographie existante, en abordant quelques pistes de recherche autour de dossiers révélateurs de l’instrumentalisation des funérailles par le(s) pouvoir(s). La mort du prince et les cérémonies qui lui sont liées sont chez les Foix-Béarn tantôt occultées, tantôt au contraire transmises par une riche documentation. Cette oscillation entre silences et fama ne résulte pas seulement d’un effet de sources (qui auraient disparu) mais aussi d’une volonté manifeste.

Pistes pour un nécessaire retour aux sources

6De nombreuses sources textuelles permettent d’étudier la mort et les funérailles princières. Le testament exprime les dernières volontés du chrétien et du gouvernant : s’il donne en général peu d’indications sur l’organisation des funérailles, il est précieux pour approcher la dévotion du prince (élection de sépulture, legs pieux, fondations de messes…) et la façon dont il règle sa succession. Les comptabilités restituent l’organisation matérielle des rites funèbres, du traitement du corps, du faste déployé dans le deuil et la logistique induite par de telles cérémonies. Les chroniques livrent le récit de la mort du prince et de ses obsèques. À ces sources classiques, peuvent s’ajouter des épitaphes, des sermons, des compositions poétiques et musicales, des traités ou comptes rendus de funérailles…

  • 10 Citons les programmes « Les Cartulaires des rois de Navarre » (2008-2010, Fonds Aquitaine-Navarre, (...)
  • 11 Ces inventaires anciens seront à terme mis à disposition des chercheurs (bases de données, édition (...)
  • 12 Les deux plus anciens inventaires d’archives du château de Pau [AD 64, 1J290 (1533-1544) et E1 (15 (...)
  • 13 P. Raymond a classé le fonds dans l’ordre alphabétique des grands fiefs possédés par la famille ro (...)

7Pour les Foix-Béarn-Navarre, l’enquête ouverte ici s’adosse à des programmes menés depuis plusieurs années sur la genèse et les évolutions de leurs chartriers, aujourd’hui conservés principalement aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (« petit Trésor des chartes de Pau »), de l’Ariège ou aux Archives nationales (Paris)10. À Foix, un incendie a détruit le chartrier des comtes au début du xixe siècle, mais des inventaires anciens (xve-xviiie siècle) des archives du château de Foix subsistent et permettent de restituer le chartrier et l’histoire comtale11. À Pau, outre le plus ancien inventaire des archives du château de Pau (1533), suivi d’autres inventaires des xvie etxviie siècles12, sont aussi conservés nombre d’actes en original ou en copie. L’Inventaire sommaire des archives antérieures à 1790. Série E de P. Raymond permet un premier repérage de ces documents13.

La mort princière archivée

  • 14 Voir plus loin, à propos des honneurs funèbres des Foix-Béarn.
  • 15 Les trois inventaires du xve siècle (AD 64, E 391, E 392, E 393) et du xvie siècle (AD 64, 1J290, (...)
  • 16 Par exemple, sans être une édition en bonne et due forme, le testament de Gaston VII est donné par (...)
  • 17 Ainsi Jeanne de Foix († 1358), fille de Gaston Ier, épouse de l’infant Pierre d’Aragon, repose à P (...)
  • 18 Après l’accession au trône de Navarre, des Foix-Béarn ont testé et/ou sont ensevelis en Navarre (v (...)
  • 19 Archivo de la Catedral de Pamplona, B 57 ; Tucoo-Chala, 1981. Nous en préparons une nouvelle éditi (...)

8De quelle moisson dispose-t-on ? Nous donnons ici les résultats d’une première enquête menée aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. Aucune comptabilité liée à des funérailles n’est conservée, bien que certains documents puissent s’y apparenter14. Quarante-deux testaments, des codicilles ou documents liés à l’exécution testamentaire ont été à ce jour retrouvés, en originaux ou en copies (médiévales et modernes). Pour certains testaments, il existe plusieurs rédactions, à des dates différentes, ou plusieurs exemplaires [original et copie(s)], éléments qui n’ont pas été pris en compte jusqu’à présent et qui ne sont guère signalés dans la bibliographie disponible. La plupart de ces documents sont inédits : seuls onze ont été publiés, parfois partiellement. L’enquête n’est pas close : il conviendra de procéder à un dépouillement exhaustif des différentes cotes, d’ajouter les analyses ou les copies d’actes repérées dans les inventaires anciens15, celles de la collection Doat, des éditions anciennes16. Les investigations devront être étendues à d’autres dépôts, en France (Archives nationales, Bibliothèque nationale de France, dans le Sud-Ouest et le Midi de la France…) et à l’étranger, par exemple en Espagne, en particulier en Catalogne (Couronne d’Aragon)17 et en Navarre18. Exemple de l’intérêt de ce retour aux sources, le testament d’Agnès de Navarre, sœur de Charles II, épouse de Gaston III dit Fébus, chassée par son mari et réfugiée à Pampelune, de 1362 à sa mort en 1397. Ce testament a été publié, mais pour nos recherches sur cette princesse et sur le Drame d’Orthez, nous avons consulté l’original conservé à Pampelune19. L’édition disponible est partielle voire lacunaire. Certains passages ont été omis, ratures et corrections n’ont pas été signalées : elles sont pourtant riches d’enseignements sur la pratique de l’écrit et sur une rédaction visiblement effectuée en deux temps, reprise à lier à des contextes différents.

  • 20 AD 64, E 426. Honneurs funèbres d’Archambaud de Grailly (fos 1-15), d’Isabelle de Castelbon (fos 1 (...)
  • 21 Faste des rituels (luminaire, chapelle ardente, draps d’or, offrande des pièces d’honneur), longue (...)

9Dans ces archives de la mort princière, un document exceptionnel : un registre, rédigé en langue d’oc, qui relate les honneurs funèbres rendus à Orthez à Archambaud de Grailly en 1414 († 1412), puis, en 1429, à Isabelle de Castelbon, sa veuve et comtesse de Foix-Béarn († 1428), à leur fils Jean Ier, mort en 1436 à Mazères, dans le comté de Foix, dont les honneurs sont célébrés en 1437 à Mazères et à Boulbonne20. Il ne s’agit pas de funérailles, qui ont déjà eu lieu, mais de cérémonies commémoratives ordonnées par la famille et déployées avec un rituel d’un très grand faste précisément décrit21. S’y jouent un simulacre de funérailles, mais surtout, le rassemblement des proches et des membres de la société politique des États des Foix-Béarn, une cérémonie d’inauguration du successeur (Archambaud/Jean Ier), le tout au service d’une grandiose commémoration du pouvoir comtal, dans des contextes politiques qu’il convient de situer avec soin.

  • 22 Lespy, 1860 ; Tucoo-Chala, 1977 et 1978 ; Gaude-Ferragu, 2003 et 2005.
  • 23 Les honneurs d’Archambaud sont le plus exploités, ceux d’Isabelle et de Jean Ier étant inédits.

10Cette source a fait l’objet d’une édition ancienne et partielle, par V. Lespy en 1860, et de deux articles magistraux de P. Tucoo-Chala, en 1977 et 1978. Le document, son édition et ces premières études ont été exploités par M. Gaude-Ferragu dans sa thèse puis dans ses recherches22. Ce document mériterait aujourd’hui une édition exhaustive et d’être relu à la lumière des avancées de la recherche. V. Lespy n’a en effet publié que les honneurs rendus à Archambaud de Grailly23, sans d’ailleurs signaler les notes marginales, ni les insertions. En cernant parfaitement le contexte historique, P. Tucoo-Chala, avec maestria, révèle ce document et ces cérémonies dans toutes leurs dimensions (politiques, sociales, culturelles, linguistiques, logistiques) ; mais l’explication de certains rites lui échappe et certaines analyses s’adossent à une historiographie datée, en un temps où l’on lisait les funérailles nobles et princières dans la diffusion et l’imitation du modèle royal. M. Gaude-Ferragu nuance la prégnance du modèle royal, donne les clés d’interprétation des manifestations du deuil princier, des rituels impliquant l’intervention des chevaux ou l’offrande des pièces d’honneur ; elle pointe l’importance des sons et des gestes, des émotions parfois jugées excessives mais ritualisées… Cependant, ses travaux portant sur l’ensemble des princes français, ses remarques sur les Foix-Béarn sont souvent synthétiques.

  • 24 Sous notre direction, Aldoline Bergamo, en Master à l’UPPA, a commencé à transcrire et à étudier c (...)
  • 25 Cahiers de divers formats, différentes mains…
  • 26 La logistique d’un tel rassemblement est consignée, ce qui permet d’approcher la culture matériell (...)

11Une étude spécifique et complète de ce document permettra d’aborder de nouvelles questions, d’approfondir certains points24. Pourront ainsi retenir l’attention, la forme et la matérialité de ces cahiers reliés ensemble25 pour mieux comprendre la nature et le statut de ce registre conservé au sein du chartrier. S’agit-il d’un « programme et d’une relation de la cérémonie funèbre » (V. Lespy), d’un « récit » (P. Tucoo-Chala, M. Gaude-Ferragu) ? Ce document tient d’un écrit pragmatique de l’administration comtale : listes des invités, des présents, des absents non excusés, des donateurs et des offrandes en cire, en draps… Certains feuillets s’apparentent à des comptes26. Mais on peut aussi le lire comme un ou plusieurs petits traités sur la conception et l’organisation des honneurs funèbres. Le texte, rédigé dans l’ensemble au futur, établit ce qui doit se faire mais insère également des notations au passé (« a été ordonné que… »), indices sur la façon dont la cérémonie a été pensée, puis modifiée par rapport au programme initial.

  • 27 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 104 y 157-164, note que le fait est rare mais s’explique ici par l’absenc (...)
  • 28 Épousée en avril 1436, elle est devenue veuve en mai.
  • 29 Gaude-Ferragu, 2003.
  • 30 Prétou, 2010 et 2014.
  • 31 Le rôle des pleureuses (noniae) est connu depuis l’Antiquité (Gaude-Ferragu, 2003). Il prend un re (...)
  • 32 Español Bertrán, 2007.

12De même, pourrait-on comparer les trois cérémonies, entre permanences, évolutions, spécificités éventuelles, relire leur inscription dans l’espace et dans le temps. Les honneurs d’Isabelle de Castelbon, comtesse en titre, méritent une étude en soi, de même le rôle des femmes27 qui planifient et mènent la cérémonie en 1414 (Isabelle pour Archambaud) et en 1437 (Jeanne d’Aragon pour Jean Ier)28. L’ampleur sonore est frappante ; M. Gaude-Ferragu a relevé la présence des cris, des gestes de douleur ritualisée, entre normes et émotions29. Les crieurs publics, les trompes, sonneries de cloches, jour et nuit, le recours au Biaffore, cri de détresse et d’appel à la justice, réexaminé récemment par P. Prétou30, l’importance des lamentations et des pleureuses31 ne relèvent pas uniquement de rituels. Ces manifestations témoignent des liens entre le prince et ses sujets, de la place de l’oralité et des gestes, des émotions et de la norme ; il serait en particulier intéressant d’articuler ces lamentations (du commun, des femmes…) à une forme d’oraison funèbre ritualisée, communautaire mais informelle, distincte de celle prononcée solennellement par les prélats. Les rites chevaleresques, entre courses des chevaux et offrande des pièces d’honneurs, passés de mode au début du xve siècle dans le royaume de France (M. Gaude-Ferragu), seraient à interroger à l’aune du « córrer las armes » visible dans la péninsule Ibérique32.

13Ce document composite et complexe, copié par un notaire (et/ou par un héraut, un chroniqueur de la cour de Foix au xve siècle ?) peut encore beaucoup apprendre sur ces commémorations funèbres, leurs enjeux pratiques, politiques, sociaux et culturels, mais aussi mémoriels (la mémoire du prince).

Relire les chroniques et le Livre des oraisons

14Les chroniques apportent des éléments précieux sur la mort du prince, ses obsèques, mais qui sont à passer au double tamis de la représentation du pouvoir et de l’économie du récit.

  • 33 Les Chroniques de sire Jean Froissart, éd. Buchon, 1835, t. III, liv. IV, chap. xxiii-xxiv, pp. 11 (...)
  • 34 Par exemple, celle de Charles II de Navarre (la mort d’un tyran, « tout ars jusques à la boudine » (...)
  • 35 Sous un jour divertissant, le chroniqueur propose une galerie d’exempla, d’exemples princiers à su (...)

15Cela se vérifie particulièrement dans les Chroniques de Jean Froissart, dans le Livre III du Voyage en Béarn, si riche pour le principat de Gaston III Fébus. Froissart dit beaucoup, y compris dans ses accommodements avec la vérité historique. Au Livre IV, il détaille la mort et les funérailles de Gaston Fébus, passages largement exploités par P. Tucoo-Chala et C. Pailhès33, mais à comprendre en vis-à-vis de toute une série de récits de morts exemplaires ou au contraire lamentables : la façon de mourir atteste aussi du bon ou du mauvais prince34. Le récit des funérailles de Fébus n’est pas un isolat, mais doit être rapproché de celui d’autres obsèques princières comme, par exemple, celles de Louis II de Mâle (1384). On se doute cependant que Froissart a à cœur de soigner le récit des funérailles du prince qui l’a si bien accueilli durant trois mois à Orthez en 1388-1389. Mais en 1391 et dans les années qui suivent, il les restitue de loin, forge son récit selon ce qui sous-tend son écriture35 et, probablement, grâce aux contacts conservés en Béarn.

  • 36 Mironneau, 2009. Sur la confrontation des chroniques septentrionales et méridionales, Lamazou-Dupl (...)
  • 37 Ce que l’on appelle la « Chronique des comtes de Foix » de Michel de Bernis, a été remarquablement (...)
  • 38 Esquerrier, Miégeville, Chroniques romanes des comtes de Foix, éd. Courteault et Pasquier, 1895.
  • 39 Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteault, 1893-1896, pp. 268 sqq.
  • 40 Hélie, Historia Fuxensium comitum ; La Perrière, Les annalles de Foix.
  • 41 Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre ; Catel, Mémoire de l'histoire du Languedoc ; Marca, (...)

16Il est donc utile de croiser les versions de Froissart et d’autres chroniques contemporaines, françaises (Religieux de Saint-Denis, Chronique des Quatre Premiers Valois…, etc.) ou méridionales (en particulier celle d’Aymeric de Peyrac, abbé de Moissac, qui livre un portrait à charge de Fébus36) mais aussi celles rédigées quelques générations plus tard par les chroniqueurs locaux, officiers des comtes de Foix, qui ont accès aux archives princières pour fonder l’histoire et la mémoire comtales. La mort du prince et ses funérailles, celles de Fébus mais aussi d’autres Foix-Béarn, sont ainsi relatées dans la plus ancienne de ces chroniques fuxéennes conservées, écrite au milieu du xve siècle par le notaire archiviste du comte de Foix, Michel de Bernis37, puis dans celles d’Arnaud Esquerrier, trésorier du comte, de Miègeville, religieux de Morlaàs38. Le règne de Gaston IV est magnifié par la chronique de Guillaume Leseur, proche du prince, écrite à la veille du couronnement de François Phébus roi de Navarre : elle décrit les campagnes militaires, la politique de Gaston IV ainsi que sa mort exemplaire, à Roncevaux, le rapatriement de son corps à Orthez en un long cortège funèbre triomphal, puis ses fastueuses funérailles39. Au xvie siècle, les historiens tantôt imitent les premières générations des chroniques fuxéennes, tantôt apportent des éléments originaux et intéressants. Citons, par exemple, les fuxéens Bertrand Hélie, particulièrement prolixe sur les funérailles de Fébus, ou Guillaume de La Perrière40. Au xviie siècle, Pierre Olhagaray, Guillaume Catel, Pierre de Marca et d’autres développent une réflexion historique et « publient » des documents consultés, preuves de leur récit41.

17Toutes ces sources narratives, aux éditions le plus souvent anciennes, méritent d’être prises en compte et relues à la lumière des travaux récents, d’une part sur l’historiographie médiévale et moderne, d’autre part, sur les funérailles princières. Au-delà des logiques d’écritures, embrasser sur une longue durée les récits disponibles livrerait non seulement des éléments historiques mais aussi des discours porteurs des représentations et de la réception de ces morts et funérailles princières, vécues comme des événements, à la croisée des pratiques et des imaginaires politiques.

  • 42 Interprétation donnée par Tilander, Tucoo-Chala, 1974, reprise dans les ouvrages de P. Tucoo-Chala

18Le Livre des oraisons, couplé à six manuscrits du Livre de la chasse de Fébus, passait jusqu’à il y a peu pour un document de première main sur la piété et l’attitude devant la mort de Gaston III. Classiquement attribué au comte de Foix, il se compose de trois prières en latin et de trente-sept en français. La dévotion tourmentée du prince s’y déploie, l’effusion pénitentielle répond aux vices et crimes qui menacent son salut. On liait ce recueil au Drame d’Orthez : Fébus supplie Dieu d’avoir pitié de lui, père infanticide, et d’un autre homme, identifié à son fils Gaston, criminel d’avoir tenté de le tuer42.

  • 43 Hasenohr, 2009 et 2011. Sur le Drame d’Orthez, Lamazou-Duplan, 2004 ; Ead., 2006, p. 133, n. 56.

19Revenant aux manuscrits, se livrant à une véritable archéologie du texte, G. Hasenohr a démontré que ce recueil n’est guère de la main du comte mais relève d’un montage d’adaptations, de traductions de prières apocryphes de saint Augustin, et surtout, de saint Anselme, devenues des topoi de la dévotion. Un clerc de l’entourage de Fébus les aura probablement adaptées pour ce liber precum princier, ce qui n’exclut pas certaines confessions autobiographiques. Quant au lien avec le Drame d’Orthez, la circonspection est de rigueur : par l’analyse des formes latines et du texte, G. Hasenohr conclut que l’homme pour lequel Fébus demande le pardon, et complice de son propre crime, ne peut être son fils Gaston, déjà mort, mais un homme encore bien vivant et qui n’est pas victime de l’autre. Gaston III ne livre pas l’aveu voilé du meurtre de son fils, mais un péché indicible, que lui et cet homme, toujours en vie, ont commis ensemble43. Enfin, si les oraisons évoquent le corps et sa pourriture annoncée (topoi), on ne relève aucun élément sur des rites funéraires éventuellement souhaités par le comte.

Sources iconographiques et archéologiques

  • 44 Relevé de la pierre tombale d’Yvain de Béarn aux Chartreux à Paris, coll. Gaignières (Oxford, Bodl (...)

20À notre connaissance, il ne subsiste aucune représentation iconographique de la mort et des funérailles des Foix-Béarn pour les xive et xve siècles. Aucune des chroniques mentionnées n’est enluminée, aucun livre d’heures, aucun monument funéraire n’ont été conservés à une exception près44.

  • 45 L’église des Jacobins a aujourd’hui disparu (emplacement de l’actuelle mairie et d’un parking). De (...)

21Les lieux d’inhumation privilégiés par les princes de Foix-Béarn-Navarre ont été très largement détruits lors des guerres de religion ou à la Révolution. À Boulbonne, aucun vestige visible des sépultures des comtes de Foix. À Orthez, l’église des Frères prêcheurs est mise à sac au xvie siècle45. Henri de Sponde, frère du poète Jean de Sponde, en livre un témoignage saisissant :

  • 46 Sponde, Les Cimitieres sacrez, pp. 174-176.

Il me souvient à moy mesme qui escris ceci qu’il y a environ vingt et deux ans, lorsqu’ayant à peine atteint le huitième de mon âge, je commencais à étudier les premiers rudiments […] je vis en l’Église à demi démolie des Jacobins de ladicte ville (au Couvent desquels, après qu’on les eust chassez avec les autres Ecclésiastiques, on avait dressé les Escholes) tout vis à vis du lieu où souloit estre le grand Autel, un tombeau haut eslevé et entr’ouvert qu’on disoit estre de ce grand Gaston Phébus, Prince de Béarn et Comte de Foix […] Lequel tombeau servit tant à moy-mesme qu’à mes compaignons autant et plus advancez d’aage, d’object de nos exercices pueriles […] Nous en tirions les ossements l’un après l’autre, et après nous en estre bien jouez les semions deça et delà parmi les ruynes de l’Église. Et fismes le mesme de ses armes, que nous avions trouvées quasi entières. Et me souvient entre autres d’une grande épée qui y estoit avec lesquels nous essayions nos foibles force sur les autres armes et sur les pièces des Autels et Tombeaux ; et bien souvent deschargions sur ces reliques insensibles la colère des coups de fouet que nous avions receuz de nostre régent46.

  • 47 Gibert, 1995, et surtout Lestringant, 2002.

22P. Tucoo-Chala identifiait ce grand tombeau à celui de Gaston VII Moncade ou de Gaston IV. Il convient surtout de replacer ce texte hallucinant dans son contexte historique et littéraire47, de noter la postérité d’un Fébus légendaire ainsi que la présence d’autres sépulcres. À Boulbonne, Orthez et ailleurs, là où des Foix-Béarn ont été ensevelis, un inventaire systématique (archéologie du bâti, restes de tombeaux, sources épigraphiques…) serait aujourd’hui à mener.

23Lorsque les Foix-Béarn deviennent rois de Navarre, les cathédrales de Pampelune et de Lescar offrent un cadre approprié à une inhumation royale. Si la cathédrale de Pampelune est encore ornée des magnifiques gisants et de nombreux autres tombeaux, visibles dans son musée ou connus par des fouilles récentes, rien de tel à Lescar.

  • 48 À moins qu’il existe un autre testament en Navarre ?

24Ce lieu est pourtant illustre, encore aujourd’hui, mais on mesure mal à quel point les circonstances ont contraint à ces inhumations, entre Navarre, Béarn et d’autres lieux encore. Éléonore de Navarre († 1479) est logiquement enterrée en Navarre, mais pour d’autres, il existe un écart entre ce qui aurait dû être et ce qui fut. Le fils et héritier de Gaston IV et d’Éléonore, Gaston prince de Viane, meurt prématurément en 1470 à Libourne. Il est enseveli à Saint-André de Bordeaux : adaptation à des circonstances très particulières, attachement à sa résidence bordelaise ? À la mort d’Éléonore, son petit-fils François Phébus est couronné roi de Navarre. Sa mère, Madeleine de France, fille et sœur de roi de France, exerce la régence dans une période très instable sur le plan politique. Elle vit le plus souvent à Pau avec ses deux enfants, François Phébus et Catherine. Le prince meurt jeune, en 1483, au château de Pau et est inhumé à la cathédrale de Lescar. Madeleine teste en 1491 à Pau qu’elle souhaite être enterrée aux Carmes à Tarbes. Mais les faits en décident autrement48 : elle meurt à Pampelune en 1495 et repose à la cathédrale où ses restes ont été retrouvés récemment. Dans son testament (1504), Catherine de Foix, reine de Navarre, élit sépulture à la cathédrale de Pampelune ; mais, contrainte à quitter la Navarre en 1512, elle est enterrée en 1517 à Lescar, de même que son époux Jean d’Albret et d’autres princes de Foix-Béarn-Albret, rois de [Basse]-Navarre au xvie siècle. Au moins dans un premier temps, ces tombeaux ont donc pu être conçus comme provisoires, en attendant de recouvrer la Navarre, ce qui fut impossible.

  • 49 La sépulture royale de Lescar est décrite dans Gallia christiana. Episcopi Lascarienses, 1656, t.  (...)
  • 50 François de Navarre est le fils de Jean d’Albret et de Catherine de Navarre ; Anne est leur fille (...)
  • 51 La tradition incite à ajouter Blanche, sœur aînée d’Éléonore de Navarre. Blanche épouse le prince (...)

25Les fouilles menées à Lescar en 1928-1929 sous la conduite du chanoine V. Dubarat ont mis au jour les vestiges de tombeaux et d’une crypte royale, déjà détruits en 1656. Le professeur R. Anthony a identifié les ossements, à Paris en 1930-1931, renvoyés dans cinq petits cercueils de chêne replacés dans la sépulture royale, désormais signalée par une dalle49. Auraient été retrouvés les restes de François Phébus, 15 ans environ († 1483) ; de François de Navarre, 4 ans environ († 1512) ; d’Anne de Navarre, 40 ans († 1532)50 ; de Marguerite d’Angoulême, 57 ans († 1549) ; d’Henri II d’Albret, 52 ans († 1555)51. Pour V. Dubarat et R. Anthony, les restes de Jean d’Albret et de Catherine de Foix ne devaient pas se trouver dans le caveau royal : ils en auraient été extraits à une date indéterminée mais avant 1656. Une tombe épiscopale avait également livré une belle crosse émaillée (dite de saint Michel), une bague à chaton de verre vert, deux objets récemment datés du xiiie siècle.

  • 52 Cette tombe, totalement ignorée, aucun élément lapidaire ne la signalant, renferme un squelette ma (...)
  • 53 La crosse et l’anneau. Éclats médiévaux du trésor de Lescar, 2015.

26On se doute de l’émotion mais aussi des débats suscités par ces investigations des années 1930, en un temps où les techniques différaient et où il n’était pas question d’analyses ADN. En 1985, des travaux dans la « vieille sacristie », située dans le prolongement du transept sud, ont mis au jour toute une série d’objets datés entre la seconde moitié du xiie et le début xiiie siècle, ainsi qu’une sépulture aménagée dans un mur52. Ces deux découvertes, distantes d’un demi-siècle, ont donné lieu en 2015 à une exposition au Château de Pau53 et à l’aménagement d’une salle dans la cathédrale de Lescar pour présenter le Trésor de façon permanente. La municipalité de Lescar, soucieuse de son patrimoine, pourrait être démarchée, le dossier historique et archéologique repris par une équipe pluridisciplinaire, d’autant qu’il soulève toujours beaucoup d’intérêt en Béarn et en Navarre.

Entre fama et silences, interrogations

  • 54 Le beau-frère de Gaston Fébus, Charles II de Navarre († 1387) est un cas exemplaire. Les trois tes (...)

27Dans la plupart des cas, le lieu de sépulture du prince est déduit de son testament dicté tantôt in extremis, tantôt bien avant sa mort pour préparer son salut et organiser sa succession. En fonction de l’évolution des circonstances politiques et/ou familiales, il peut ajuster ses volontés au gré de plusieurs testaments, de codicilles, et modifier parfois le lieu de sa sépulture ou le traitement de son corps (division)54. L’étude des sources permet de constater s’il y a coïncidence, ou pas, entre les volontés testamentaires et la sépulture attestée, mais parfois ni les volontés du défunt ni le lieu d’inhumation ne sont connus.

  • 55 Voir plus loin. Exemples de plusieurs testaments connus (rédactions successives, copies) : Marguer (...)
  • 56 Esquerrier, Miégeville, Chroniques romanes des comtes de Foix, éd. Courteault et Pasquier, 1895, p (...)

28Dans le cas des Foix-Béarn-Navarre, ces variables existent55 mais surgit le cas tout à fait exceptionnel de Gaston III dit Fébus, mort intestat le 1er août 1391. Aucun inventaire ancien d’archives ne mentionne son testament (pourtant soigneusement notés pour les autres Foix-Béarn) et Arnaud Esquerrier, trésorier du comte de Foix au milieu du xve siècle, confirme dans sa chronique qu’il « mourut subitement, intestat, à Sauveterre56 ». Le fait ne manque d’étonner : Gaston III était âgé (60 ans) et depuis 1380, ayant tué son seul fils légitime, n’avait plus d’héritier direct. Fébus gouvernant imprévoyant ? Certainement pas. C. Pailhès explique cette décision impensable par un déni de la mort. Dans les circonstances particulières de la fin de sa vie, peut-être a-t-il temporisé, comme souvent, repoussé l’inéluctable (une succession prévisible aux Castelbon, les cousins haïs), cherchant encore les voies d’une solution, en faveur de son bâtard Yvain (Traité de Toulouse, 1390) ?

  • 57 Le temps de faire connaître la nouvelle, de lancer les invitations, d’organiser des obsèques digne (...)

29Autre spécificité : la coexistence de funérailles, organisées dans les jours ou les semaines suivant la mort du prince57, et de cérémonies commémoratives, les honneurs funèbres, qui célèbrent la gloire du défunt, son lignage, mais surtout le pouvoir comtal, dans un contexte familial et politique toujours particulier. Pour Archambaud, en 1414, les circonstances et stratégies politiques, tout comme la mise en avant de l’héritier, Jean Ier, ont incité Isabelle de Castelbon à organiser de telles festivités en l’honneur de son défunt mari. Funérailles et honneurs funèbres sont donc des rituels aux modalités diverses qui renvoient à des enjeux spécifiques et à mettre en perspective tant sur le plan religieux, familial, que politique.

Nécropoles ?

  • 58 L’abbaye de Boulbonne est dite « le Saint-Denis des comtes de Foix », expression que l’on trouve p (...)

30Les Foix-Béarn-Navarre ont-ils fondé une nécropole dynastique ou des nécropoles successives au gré des implantations géographiques et des statuts de leur pouvoir ? Rappelons que leurs domaines sont éclatés, sans capitale unique, avec en sus un rapport de force ou une répartition des pouvoirs entre comtes et évêques : les comtes, puis les rois de Navarre, ont ainsi érigé en capitales « leurs » villes (Foix ; Morlaàs, puis Orthez, et finalement Pau) et non les cités épiscopales (Pamiers, Lescar). Si des auteurs comparent les regroupements de sépultures comtales à Saint-Denis, nécropole des rois des France58, il convient davantage de parler de lieux privilégiés qui ont varié au fil du temps, en fonction des circonstances politiques et familiales.

  • 59 Les comtes de Foix et les moines de Boulbonne ont installé la bastide de Mazères (paréage). Dès la (...)
  • 60 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 38-39.
  • 61 Tucoo-Chala, 1958.

31Les comtes de Foix des xiie et xiiisiècles, et encore — mais plus rarement — des xive et xve siècles, sont enterrés à Boulbonne, abbaye cistercienne située près de la bastide de Mazères où ils possèdent un château59. Ce choix est un classique des dévotions princières60 et, après 1290, il démontre la supériorité du titre comtal et de la nécropole qui lui est associée : Gaston Ier, mort en Île-de-France, au service du roi, est d’abord inhumé aux Jacobins à Paris, puis est ramené en grande pompe à Boulbonne ; Gaston II, dit le Preux, à la veille de partir combattre devant Algésiras, teste à Orthez (17 avril 1343)61, souhaitant être enseveli à Boulbonne, ce qui sera fait après sa mort, survenue à Séville le 26 septembre suivant.

32Par la suite, s’opère un glissement de plus en plus net vers le Béarn. Hormis Jean Ier, décédé à Mazères en mai 1436 et immédiatement enterré à Boulbonne (ses honneurs sont célébrés entre Mazères et Boulbonne en 1437), les autres Foix-Béarn, puis les rois de Navarre, reposent surtout en Béarn, même s’ils ont souhaité être inhumés à Boulbonne. Les chroniqueurs fuxéens ont beau ressasser comme une ritournelle que le comte est enterré à Boulbonne, ils sont contredits par la documentation.

  • 62 Gaston VII (1229-1290) est un fondateur : il délaisse Morlaàs pour Orthez qu’il dote de sa parure (...)
  • 63 Pierre de Marca donne le testament de Gaston VII (conservé, AD 64, E 293) ainsi que l’apparence de (...)
  • 64 Froissart indique les Cordeliers, mais Guiraud Abadie, coadjuteur du notaire de Navarrenx, inscrit (...)
  • 65 Fébus a surtout résidé et gouverné en Béarn, délégant à des officiers et nobles fuxéens l’administ (...)
  • 66 Tucoo-Chala, 1991, p. 364.

33Gaston VII Moncade fait d’Orthez sa capitale au milieu du xiiie siècle62 et assure également la promotion des ordres mendiants. Dans son testament, il demande que son corps soit porté aux Frères prêcheurs à Orthez et que son cœur soit déposé aux Frères mineurs de Morlaàs63. Gaston Fébus repose également aux Prêcheurs d’Orthez64. Ce choix fut-il dicté par la mort brutale ou par la volonté du comte ? En l’absence d’un testament, difficile de trancher, mais rien de surprenant à ce que Fébus ait choisi d’être enterré à Orthez65. P. Tucoo-Chala avance que le prince rompt avec la tradition des comtes d’être inhumés à Boulbonne et affirme ainsi son pouvoir princier, le Béarn étant la seule partie de ses domaines où il est « seigneur souverain », tandis qu’en Foix il est vassal du roi de France66.

  • 67 Où repose Mathieu de Castelbon († 1398) ? Son « testament » ne l’indique pas (1393, AD 64, E 315/3 (...)
  • 68 Lespy, 1860, pp. 362, 420 ; Tucoo-Chala, 1977, pp. 7, 20 ; Id., 1978.
  • 69 Bernis, « Chronique des comtes de Foix », éd. Biu, 2002, p. 449 : « L’an mil CCCC e dotze moric lo (...)
  • 70 Pour Isabelle, Bernis indique que son fils « fee portar et sepulturar lo cors de ladita madona sa (...)

34Parfois, chroniques et documents d’archives se taisent67 ou divergent… divergence révélatrice. Dans leur testament commun (1402), Archambaud et Isabelle expriment le désir d’être inhumés à Boulbonne. Mais Archambaud est enterré aux Prêcheurs d’Orthez : il y repose en 1414 puisque le texte de ses honneurs funèbres indique l’emplacement de sa tombe. Il y est rejoint par Isabelle en 1428 dont les honneurs sont célébrés au même endroit l’année suivante68. Ces points restent cependant à éclaircir car le chroniqueur M. de Bernis, en général bien informé, écrit qu’Archambaud et Isabelle ont été ensevelis à Boulbonne69. Exprime-t-il ce qui devait être (a fortiori pour un fuxéen) et pas forcément ce qui était ? Y a-t-il eu transfert à Boulbonne, entre 1429 et le milieu du xve siècle, moment où la chronique est copiée70 ?

  • 71 Un testament de 1444 est inédit ; celui de 1472, voir Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteaul (...)

35Sur le point de se rendre en Navarre avec son armée, Gaston IV meurt à Roncevaux en 1472. Il dicte un dernier testament la veille de sa mort et « élit sépulture là où ses prédécesseurs et parents sont enterrés et ont coutume d’être enterrés », formule imprécise qui peut désigner Boulbonne ou Orthez71. G. Leseur, proche du comte, rédige sa chronique en 1478-1479, à la veille du couronnement de François Phébus roi de Navarre (petit-fils de Gaston IV). Il dépeint le cortège funèbre grandiose, de Roncevaux à Orthez, puis les funérailles en grande pompe aux Prêcheurs d’Orthez. Il précise que le comte a souhaité être inhumé à Boulbonne et qu’il y sera transporté, mais aucun document n’en donne de preuve ultérieure. D’autre part, le testament de Gaston IV ne prévoit pas la partition du corps, mais son cœur et ses entrailles restent à Roncevaux. L’éviscération relève du modèle royal français et des raisons pratiques expliquent que l’on laisse cœur et entrailles à Roncevaux avant de convoyer le corps, mais on ne peut écarter des motivations politiques (des rois de Navarre reposent à Roncevaux, entiers ou pour partie ; or Gaston IV, époux d’Éléonore de Navarre, déploie sa politique vers la Navarre), religieuses et idéologiques liées au prestige du sanctuaire (après avoir relaté la mort exemplaire du comte, G. Leseur conclut que son cœur a rejoint à Roncevaux le fidèle Roland).

  • 72 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 41-42, 54-57, 90.

36Boulbonne conserve son prestige, a fortiori sous la plume de fuxéens, mais l’adaptation aux circonstances s’impose, avec un net tropisme béarnais à partir du xive siècle. La promotion des Frères prêcheurs à Orthez peut surprendre : ailleurs en France, devant le succès des Mendiants auprès de la petite noblesse et de la bourgeoisie, les princes préfèrent des ordres plus prestigieux ou les cathédrales72. Dans le cas des Foix-Béarn, l’absence d’une capitale unique, les rapports particuliers avec les cités épiscopales et l’importance du contexte méridional sur le plan religieux, peuvent expliquer ce choix. Ce qui l’emporte, comme un leitmotiv dans les chroniques, les testaments et les honneurs funèbres : le comte (ou la comtesse) doit être, a été enterré(e) « honorablement », « très honorablement ». Ces funérailles dans l’honneur sont à la mesure du pouvoir et de la fama du prince.

Fama, silences, damnatio memoriae

37Dans cette suite de morts et de cérémonies funèbres, certaines sont exemplaires, accompagnées par des funérailles ou des honneurs d’un faste croissant, les défunt(e)s jouissent d’une grande renommée et s’inscrivent dans la mémoire. Mais il y a aussi les disparitions que l’on tait : certain(e)s ne reposent pas auprès de leurs parents ou d’un époux, voire sont condamné(e)s à l’oubli. Nous ouvrons ici des pistes qui mériteront de plus amples développements.

  • 73 Tucoo-Chala, 1959, pp. 307-308 ; Id., 1983, pp. 77-78 ; Id., 1991, pp. 147-148 ; Pailhès, 2007, pp (...)
  • 74 Embaumement, luminaire, draps noirs et d’or, décor héraldique, pièces d’honneur, cérémonies théâtr (...)

38Du côté de la fama, Gaston II, chevalier chrétien exemplaire, comte de Foix inhumé comme il se doit à Boulbonne, en habit monastique, ce qui ne se fait plus beaucoup à la fin du Moyen Âge. Dans la lumière aussi, Aliénor de Comminges, mère respectée de Fébus, fine politique, morte vers 1368-1369, d’abord inhumée aux Prêcheurs d’Orthez, puis que son fils et son armée accompagnent, en 1376, en un cortège impressionnant jusqu’à l’abbaye de Salenques, qu’elle avait fondée avec Gaston III aux confins de Foix et du Comminges. Ces honneurs funèbres, pompeusement organisés par Fébus, exaucent peut-être des vœux maternels, attestent de son amour filial, mais l’escorte de plusieurs centaines d’hommes est surtout une démonstration de force du comte de Foix dans la guerre de Comminges et dans sa quête d’hégémonie73. Les éléments du faste princier74 déployés dans les honneurs célébrés pour Archambaud, Isabelle, Jean Ier ou dans le récit transfiguré de la mort exemplaire puis des funérailles grandioses de Gaston IV, manifestent l’honneur du prince, son rang, sa noblesse illustre, l’étendue de son pouvoir.

  • 75 Sur le testament de Marguerite, Lorber, 1925. Sur ces tensions du début du xive siècle, Bidot-Germ (...)

39Certaines comtesses ne reposent pas aux côtés de leur époux. C’est le cas de Marguerite Moncade que Gaston VII fait son héritière, en la mariant à Roger Bernard III de Foix, réunissant ainsi Foix et Béarn. Les époux se répartissent les rôles : Marguerite, femme de pouvoir, affronte nombre de crises en Béarn tandis que son époux gouverne en Foix. Ils quadrillent leurs territoires dans la mort : il est enseveli à Boulbonne, elle choisit d’être inhumée aux Minorettes de Mont-de-Marsan, couvent dont elle est proche mais probablement aussi pour rappeler, dans un contexte familial compliqué, qu’elle est vicomtesse de Marsan75. De façon générale, la distribution des sépultures des membres du lignage, le maillage territorial et dévotionnel, pourraient retenir l’intérêt.

  • 76 L’inventaire AD 64 E 391 ouvre un chapitre « Jeanne d’Artois » mais est quasi vide, voir ibid. En (...)

40Deux comtesses de Foix sont frappées de damnatio memoriae. Jeanne d’Artois, d’ascendance capétienne, épouse puis veuve de Gaston Ier, en butte à des rapports de force familiaux et politiques, fait l’objet de ténébreuses accusations (conduite soi-disant scandaleuse) qui la font enfermer durant plus de vingt ans. Au terme de multiples tractations, y compris avec le roi de France, le jeune Fébus fait élargir sa grand-mère qui termine ses jours à Carbonne, vers 1350. Le dossier Jeanne d’Artois mérite d’être rouvert : si les archives conservent les pièces financières ou diplomatiques la concernant, sa vie est effacée des registres, son testament est à ce jour inconnu de même que le lieu de sa sépulture76.

  • 77 Ead., 2013.

41Agnès de Navarre est chassée par son mari, Gaston Fébus, en 1362. Elle se réfugie en Navarre, entretenue par son frère Charles II puis par son neveu Charles III, jusqu’à sa mort en 1397. Logiquement, elle souhaite ne pas reposer aux côtés de son époux et élit sépulture auprès de son père, Philippe d’Évreux, dans la cathédrale de Pampelune. Elle est escamotée des archives de Foix, sauf pour son mariage et quelques quittances qui intéressent son mari, tandis que plus de 200 notations permettent de suivre son train de vie en Navarre. Au moment de sa mort, les registres de comptes navarrais consignent des achats de draps noirs pour vêtir proches et courtisans, pour parer le palais, notent le salaire d’un charpentier qui construit une chapelle ardente. En Foix-Béarn, elle est appelée « Agnès de Navarre », en Navarre toujours nommée « Comtesse de Foix » mais vit et meurt comme une princesse de la famille royale77.

  • 78 Bernis, « Chronique des comtes de Foix », éd. Biu, 2002, p. 446 : « L’an mil CCCXCI, lo primier jo (...)
  • 79 Froissart, Chroniques, éd. Ainsworth et Varvaro, 2004, liv. III, p. 188. Comme Froissart indique d (...)
  • 80 Lamazou-Duplan, 2009.

42Pire encore : la chape de plomb et le silence des archives qui s’abattent sur Gaston, fils d’Agnès et de Fébus, tué par son père durant l’été 1380. En une phrase elliptique, M. de Bernis élude cette mort et l’épisode dit du Drame d’Orthez78. Le récit de Froissart mystifie les faits mais reprend les topoi de la manifestation du deuil (à la mort de son fils, le comte « se fit raser tout jus la tête » et s’habilla de noir) et des funérailles princières (« le corps de l’enfant portez en pleurs et en cris aux Freres Meneurs [sic] à Ortais, et là fut ensepulturez »)79. Quant à Yvain, fils bâtard et préféré de Fébus, demi-frère du jeune Gaston, il est écarté de la succession de son père, s’éloigne du Béarn et vit à la cour de Charles VI. Il est notamment l’un des brûlés vifs du scandaleux Bal des ardents (1393) et est enterré aux Chartreux à Paris. Le chartrier des comtes de Foix conserve un acte lié à l’exécution de son testament, à ce jour non localisé80.

  • 81 Certes on déplore la disparition des comptabilités, mais les sources sont tout de même bien sèches (...)
  • 82 Cadier, 1888, pp. 135-149, 404-414. Nous avons proposé une communication sur la « Mort du Prince e (...)

43Que penser du cas Gaston Fébus, qui a déjà tant fait couler d’encre ? Le dossier pourrait être relu en mettant en vis-à-vis la fama en marche, forgée par Froissart, et les silences, la sécheresse des sources locales : quelques lignes d’un registre de notaire tiennent lieu de faire-part de décès ; M. de Bernis ne dit rien des funérailles de Gaston III, ni même qu’elles furent « honorables », comme pour d’autres comtes81… Elles sont au contraire grandioses chez Froissart, mais au-delà des éléments factuels, sujets à caution, le premier intérêt de son récit réside dans ce qu’il dit de la représentation et de la réception de la mort du comte. D’autre part, le texte de Froissart cache mal (mais le souhaite-t-il ?) l’intensité de la crise politique ouverte par la mort du prince. Comme souvent, le chroniqueur est à lire en creux : d’un côté, il soigne le récit de la mort de Gaston, sa dernière entrée dans Orthez, à visage découvert pour permettre son identification, éviter toute imposture politique et rendre légitime son successeur, et raconte les préparatifs des funérailles (embaumement, exposition d'un cercueil de plomb inondé jour et nuit d’un halo solaire) ; mais en même temps, il met en scène la crise de succession, avec suspense, autour des émotions du commun, des risques de troubles, des manœuvres et de la harangue d’Yvain, de la réponse des Orthéziens. Se développent deux discours parallèles qui balancent entre l’héritier de cœur, Yvain (mais impossible car bâtard), et l’héritier de la raison, Mathieu de Castelbon, légitimé par l’ordre de succession prévu dans le testament de Gaston II. Revenons aux archives béarnaises : les États de Béarn, que Fébus répugnait à réunir, s’assemblent dans le réfectoire des Prêcheurs, à deux pas de la dépouille du comte… Ils produisent des documents essentiels qui referment la parenthèse du despotique pouvoir fébusien en pays de Fors82.

44Entre le 1er août et le 12 octobre 1391, jour des funérailles, le corps de Fébus, entouré du faste dû à son rang, attend que l’on ait réglé une succession que le prince n’a pas voulu prévoir. Les tractations sont âpres entre les représentants de la société politique béarnaise et fuxéenne, Yvain, Mathieu de Castelbon et sa mère, qui assurent d’abord leurs arrières en Foix et avec les envoyés du roi de France. Froissart décrit la pompe des funérailles, faste princier retrouvé ailleurs dans ses Chroniques : le luminaire à foison, le cercueil posé sur un catafalque et sous un dais, les draps de prix, l’offrande des pièces d’honneur, les chevaux de Fébus qui tournent autour du cercueil… Y assistent le successeur légitime, les bâtards de Gaston III et les corps constitués du Béarn et de Foix, y compris les anciens bannis. Froissart laisse tomber le rideau :

  • 83 Les Chroniques de sire Jean Froissart, éd. Buchon, 1835, t. III, liv. IV, p. 127.

La messe dite, le comte fut ôté du cercueil de plomb et son corps fut enveloppé dans une belle toile enduite de cire et enseveli dans l’église des Cordeliers [sic] devant le grand autel du chœur. De luy il n’y a plus. Dieu lui fasse pardon83.

45Inhumation d’une simplicité déconcertante. Ultime humilité d’un pécheur impénitent ? Disparition (« De luy il n’y a plus »), probablement au grand soulagement de beaucoup, tandis que de l’honneur de Fébus, on ne souffle mot.

Notes

1 Ce texte s’inscrit dans les programmes «Sepultus» (EHEHI – Casa de Velázquez) et «Migravit» (ref. HAR2016-74846-P). Nous nous permettons de renvoyer à l’introduction de F. Miranda García et M. T. López de Guereño et au panorama historiographique d’A. Guiance dans ce présent volume.

2 Beaune, 1975, et sa « Préface » dans Gaude-Ferragu, 2005, pp. 11-14, l’expression citée p. 12.

3 Crubézy, Dieulafait (dirs.), 1996, livrent la méthodologie et les résultats exemplaires de la fouille de l’enfeu des comtes de Toulouse à Saint-Sernin. Les travaux sont sans cesse enrichis sur le traitement des corps, les modes d’inhumations : citons les apports du médecin légiste Ph. Charlier (paléopathologie) [Charlier, 2006b et Charlier, Georges-Zimmermann, 2009], ou l’intérêt d’une publication telle qu’Alduc-Le Bagousse (dir.), 2009.

4 Par exemple, Bande, 2009 ; Chiffoleau, Paravicini-Bagliani (dirs.), 1999 ; Paravicini-Bagliani (dir.), 2014 ; Gaude-Ferragu, 2016 ; Perez, 2018. Voir également Foa, Malamut, Zaremba (dirs.), 2016, ou les trois volumes dirigés par Chrościcki, Hengerer, Sabatier (dirs.), 2012-2016.

5 En Foix, certaines possessions relèvent du roi d’Aragon, de même que les terres provenant des Moncade. En Béarn, les Fors, les pratiques et discours politiques, en particulier ce qui a trait au pactisme, se rattachent autant, sinon davantage, à des influences ibériques que françaises. Sur ces points, Les fors anciens de Béarn, éd. et trad. Ourliac et Gilles, 1990 ; Barraqué, 2004 et 2008.

6 Gaston VII Moncade marie l’une de ses filles, Marguerite, à Roger Bernard III de Foix, les Foix-Béarn succèdent aux vicomtes dits Moncade en Béarn. Roger Bernard III meurt en 1302, Marguerite en 1319 ; leur succèdent Gaston Ier († 1315), puis Gaston II († 1343).

7 Mathieu de Castelbon est le fils de Roger Bernard II, cousin germain de Fébus et fils de Roger Bernard de Castelbon. En cas d’absence d’héritier, le testament de Gaston II (1343) prévoyait de substituer son frère Roger Bernard de Castelbon. C’est d’après ce document, sans cesse copié dans les archives des Foix-Béarn, qu’est organisée la succession de Fébus.

8 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (AD 64 désormais), E 318, document publié par Flourac, Jean Ier, comte de Foix, p. 230.

9 Le fils de Gaston IV et d’Éléonore de Navarre, Gaston Prince de Viane, marié à Madeleine de France, est mort prématurément en 1470.

10 Citons les programmes « Les Cartulaires des rois de Navarre » (2008-2010, Fonds Aquitaine-Navarre, entre l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) [coord. V. Lamazou-Duplan] et la Universidad Pública de Navarra (UPN) [coord. E. Ramírez Vaquero] ; ARCHIFAM (2013-2015, EHEHI Casa de Velázquez et universités partenaires, coord. V. Lamazou-Duplan) pour l’étude de la genèse des archives familiales, avec à l’UPPA l’examen des inventaires d’archives anciens des Foix-Béarn-Navarre (publication finale en cours) ; INVENT.ARQ (2013-2015, Universidade Nova de Lisboa, coord. M. de Lurdes Rosa). Les travaux continuent, en partie dans l’ANR AcroNavarre (2016-2020, UPPA, dir. Ph. Chareyre). Aux Archives nationales, G. Brunel a ouvert le dossier du transfert des pièces du chartrier des comtes de Foix à Paris, nous le remercions d’avoir mis à notre disposition son travail encore inédit.

11 Ces inventaires anciens seront à terme mis à disposition des chercheurs (bases de données, éditions). Une première présentation dans Lamazou-Duplan, en collab. avec Goulet, Chareyre, Adot, 2015. Ils sont conservés aux AD 64 : E 391 (inventaire des archives du château de Foix, 1403), E 392 (inv. des archives du château de Foix, 1445), E 393 (inv. des archives du château de Castelbon, 1405). En ligne sur le site des Archives départementales de l’Ariège (AD 09), deux inventaires du xviiie siècle, AD 09, E6 et E7. Tous ces inventaires analysent les actes mais aussi parfois les copient.

12 Les deux plus anciens inventaires d’archives du château de Pau [AD 64, 1J290 (1533-1544) et E1 (1584-1609)] ont fait l’objet du doctorat d’A. Adot, Construire les archives du temps des Foix-Béarn à celui des rois de Navarre. Pratiques de l’écrit et enjeux de pouvoir, dir. Ph. Chareyre, soutenu à l’UPPA le 24 février 2017.

13 P. Raymond a classé le fonds dans l’ordre alphabétique des grands fiefs possédés par la famille royale de Navarre au xvie siècle. Nombre de descriptions de cotes se terminent par « … etc. ». Il faut donc ouvrir chaque liasse pour en connaître le contenu mais cet Inventaire sommaire demeure très précieux.

14 Voir plus loin, à propos des honneurs funèbres des Foix-Béarn.

15 Les trois inventaires du xve siècle (AD 64, E 391, E 392, E 393) et du xvie siècle (AD 64, 1J290, E1) adoptent un classement géographique et thématique ; une section est consacrée aux testaments.

16 Par exemple, sans être une édition en bonne et due forme, le testament de Gaston VII est donné par Marca, Histoire de Béarn, pp. 673 sqq.

17 Ainsi Jeanne de Foix († 1358), fille de Gaston Ier, épouse de l’infant Pierre d’Aragon, repose à Poblet.

18 Après l’accession au trône de Navarre, des Foix-Béarn ont testé et/ou sont ensevelis en Navarre (voir plus loin). A contrario, les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques conservent des testaments d’Évreux-Navarre : l’un des trois testaments de Charles II (1385, en original, E 523), une copie du testament de Blanche épouse de Philippe VI de Valois († 1398, E 525 ; Delisle, 1885), un testament de Charles III (E 530), de Blanche (1439, copie, E 538). Nous formons le vœu d’une publication collective du corpus des testaments des Foix-Béarn-Albret-Navarre conservés de part et d’autre des Pyrénées.

19 Archivo de la Catedral de Pamplona, B 57 ; Tucoo-Chala, 1981. Nous en préparons une nouvelle édition.

20 AD 64, E 426. Honneurs funèbres d’Archambaud de Grailly (fos 1-15), d’Isabelle de Castelbon (fos 16-26), de Jean Ier (fos 27-44).

21 Faste des rituels (luminaire, chapelle ardente, draps d’or, offrande des pièces d’honneur), longueur de ces cérémonies (une semaine entière en 1414 !), théâtralisation qui rassemble la famille (la veuve, l’héritier, les parents et alliés) et les différents corps de la société politique des domaines de Foix-Béarn (nobles, clercs, communautés), liturgie et paraliturgie.

22 Lespy, 1860 ; Tucoo-Chala, 1977 et 1978 ; Gaude-Ferragu, 2003 et 2005.

23 Les honneurs d’Archambaud sont le plus exploités, ceux d’Isabelle et de Jean Ier étant inédits.

24 Sous notre direction, Aldoline Bergamo, en Master à l’UPPA, a commencé à transcrire et à étudier ce registre.

25 Cahiers de divers formats, différentes mains…

26 La logistique d’un tel rassemblement est consignée, ce qui permet d’approcher la culture matérielle.

27 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 104 y 157-164, note que le fait est rare mais s’explique ici par l’absence de corps.

28 Épousée en avril 1436, elle est devenue veuve en mai.

29 Gaude-Ferragu, 2003.

30 Prétou, 2010 et 2014.

31 Le rôle des pleureuses (noniae) est connu depuis l’Antiquité (Gaude-Ferragu, 2003). Il prend un relief particulier dans les pays pyrénéens. Décrites par le chroniqueur fuxéen B. Hélie au xvie siècle pour les obsèques de Gaston Fébus, l’importance et la persistance des pleureuses lors des funérailles, jusqu’au xixe siècle, ont été récemment étudiées par J.-P. Laffont pour le Midi français et les Pyrénées ; au plan historique et anthropologique, Laffont, 2013.

32 Español Bertrán, 2007.

33 Les Chroniques de sire Jean Froissart, éd. Buchon, 1835, t. III, liv. IV, chap. xxiii-xxiv, pp. 119-127 ; Tucoo-Chala, 1959, pp. 337-340 ; Id., 1983, pp. 203-210 ; Id., 1991, pp. 335-339, y 366-367 ; Pailhès, 2007, pp. 297-305.

34 Par exemple, celle de Charles II de Navarre (la mort d’un tyran, « tout ars jusques à la boudine ») fait suite à celle, exemplaire, du cardinal Pierre de Luxembourg (Les Chroniques de sire Jean Froissart, éd. Buchon, 1835, t. II, liv. III, chap. xcvi, pp. 662-664) ; voir aussi Lamazou-Duplan, 2009, en particulier pp. 107-109.

35 Sous un jour divertissant, le chroniqueur propose une galerie d’exempla, d’exemples princiers à suivre ou à éviter, ibid.

36 Mironneau, 2009. Sur la confrontation des chroniques septentrionales et méridionales, Lamazou-Duplan (dir.), 2014, pp. 60-65.

37 Ce que l’on appelle la « Chronique des comtes de Foix » de Michel de Bernis, a été remarquablement et récemment éditée par H. Biu en 2002. Le texte de Michel de Bernis couvre les 26 premiers folios de l’inventaire des archives du château de Foix dressé sous sa direction au milieu du xve siècle (AD 64, E 392). Dans le prologue de sa chronique, en partie originale, en partie reprise de textes antérieurs, en prose et en vers, il déclare vouloir far memoria de la geste des très illustres comtes de Foix, les archives inventoriées ensuite en étant les traces et les preuves.

38 Esquerrier, Miégeville, Chroniques romanes des comtes de Foix, éd. Courteault et Pasquier, 1895.

39 Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteault, 1893-1896, pp. 268 sqq.

40 Hélie, Historia Fuxensium comitum ; La Perrière, Les annalles de Foix.

41 Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre ; Catel, Mémoire de l'histoire du Languedoc ; Marca, Histoire de Béarn ; nous ne citons pas ici les historiens des rois et du royaume de Navarre (A. Flavyn, A. Bordenave…).

42 Interprétation donnée par Tilander, Tucoo-Chala, 1974, reprise dans les ouvrages de P. Tucoo-Chala.

43 Hasenohr, 2009 et 2011. Sur le Drame d’Orthez, Lamazou-Duplan, 2004 ; Ead., 2006, p. 133, n. 56.

44 Relevé de la pierre tombale d’Yvain de Béarn aux Chartreux à Paris, coll. Gaignières (Oxford, Bodleian Library). Chroniques et honneurs funèbres décrivent les décors funèbres éphémères et l’aspect des tombeaux.

45 L’église des Jacobins a aujourd’hui disparu (emplacement de l’actuelle mairie et d’un parking). Des fouilles ont eu lieu par le passé et mériteraient d’être reprises. Une fouille préventive autour de l’église Saint-Pierre d’Orthez (2017-2018) a mis au jour, pour la période médiévale, des ouvrages de défense, le cimetière paroissial, une tombe privilégiée aménagée dans une chapelle (étude en cours, N. Béague, Institut national de recherches archéologiques).

46 Sponde, Les Cimitieres sacrez, pp. 174-176.

47 Gibert, 1995, et surtout Lestringant, 2002.

48 À moins qu’il existe un autre testament en Navarre ?

49 La sépulture royale de Lescar est décrite dans Gallia christiana. Episcopi Lascarienses, 1656, t. II, p. 612. Les monuments funéraires de marbre blanc sont déjà détruits (Dubarat, 1929 et 1931 ; Anthony, 1930 et 1931).

50 François de Navarre est le fils de Jean d’Albret et de Catherine de Navarre ; Anne est leur fille aînée.

51 La tradition incite à ajouter Blanche, sœur aînée d’Éléonore de Navarre. Blanche épouse le prince des Asturies qui devient, en 1454, Henri IV, roi de Castille. Répudiée en 1453, elle est évincée du trône de Navarre par son père et sa sœur, Éléonore de Navarre, épouse de Gaston IV de Foix-Béarn. Elle achève sa vie prisonnière à Orthez, puis à Lescar, de 1462 à 1464, y serait morte et inhumée. Jeanne de Foix, épouse de Jean V d’Armagnac, serait enterrée à Lescar d’après des chroniqueurs modernes, mais Ch. Samaran a démontré le contraire (Jeanne s’est remariée avec Jean Ier d’Aure). Voir Dubarat, Documents et bibliographie sur la Réforme, p. 27, Placet de 1688 ; Id., 1929 et 1931 ; Anthony, 1930 et 1931 ; Samaran, 1908, p. 345.

52 Cette tombe, totalement ignorée, aucun élément lapidaire ne la signalant, renferme un squelette masculin quasi complet. Ces restes ont été replacés dans le mur, dans une boîte.

53 La crosse et l’anneau. Éclats médiévaux du trésor de Lescar, 2015.

54 Le beau-frère de Gaston Fébus, Charles II de Navarre († 1387) est un cas exemplaire. Les trois testaments de ce prince suivent ses ajustements politiques, ses renoncements successifs. Il prévoit sa sépulture d’abord à Saint-Denis, puis en Normandie, finalement, en Navarre où sa dépouille est divisée entre la cathédrale de Pampelune (corps), Ujué (cœur), Roncevaux (entrailles). Voir Honoré-Duvergé, 1946 (testament de 1361) ; Charon, 2013 (testament de 1376) ; Tucoo-Chala, 1974 (dernier testament, 1385, conservé aux AD 64, E 523).

55 Voir plus loin. Exemples de plusieurs testaments connus (rédactions successives, copies) : Marguerite de Béarn (AD 64, E 296, E 403), dans Lorber, 1925 ; Gaston Ier (AD 64, E 295 et E 402) ; Gaston II (AD 64, E298, original ; E 405, copie contemporaine), dans Tucoo-Chala, 1958 ; Isabelle de Castelbon (testament commun avec son époux, 1402, AD 64, E 423 ; autre testament en 1427, E 434) ; codicille de Jean Ier (1429, AD 64, E 434), Gaston IV (1444, AD 64, E 439, et 1472, AD 64, E 324) et dans Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteault, 1893-1896, pp. 393-395.

56 Esquerrier, Miégeville, Chroniques romanes des comtes de Foix, éd. Courteault et Pasquier, 1895, p. 62.

57 Le temps de faire connaître la nouvelle, de lancer les invitations, d’organiser des obsèques dignes du prince.

58 L’abbaye de Boulbonne est dite « le Saint-Denis des comtes de Foix », expression que l’on trouve pour la première fois dans la chronique de Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteault, 1893-1896, p. 271. Elle fait ensuite flores, jusqu’à Armengaud, 1993. La nécropole des rois de Navarre à Lescar était comparée à celle de à Saint-Denis (Gallia christiana, Episcopi Lascarienses, 1656, t. II, p. 612).

59 Les comtes de Foix et les moines de Boulbonne ont installé la bastide de Mazères (paréage). Dès la fin du xiie siècle, Roger Bernard Ier est enterré à Boulbonne. Au xive siècle, les dépouilles de Gaston Ier et de Gaston II y sont transférées, Jean Ier y est enseveli en 1436. Voir Armengaud, 1993, pp. 47-48, 145, 147, 157, 173 ; Pailhès, 2006 ; Ead., 2007, pp. 257-260.

60 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 38-39.

61 Tucoo-Chala, 1958.

62 Gaston VII (1229-1290) est un fondateur : il délaisse Morlaàs pour Orthez qu’il dote de sa parure monumentale (Pont-Vieux, château Moncade…), il maille son territoire, opte pour des réformes et lignes politiques novatrices… ce dont hérite Gaston Fébus.

63 Pierre de Marca donne le testament de Gaston VII (conservé, AD 64, E 293) ainsi que l’apparence de son tombeau (d’après Froissart et Hélie) : « il estoit représenté au naturel en leton dans le convent des Prédicateurs d’Ortes et en cuivre au convent des Cordeliers de Morlas » ; dans les registres des Prêcheurs de Bordeaux, il relève son épitaphe en vers (Marca, Histoire de Béarn, pp. 673-678). Gaston VII est semble-t-il le premier comte de Foix à prévoir une sépulture multiple (et non Gaston IV comme cela est souvent affirmé).

64 Froissart indique les Cordeliers, mais Guiraud Abadie, coadjuteur du notaire de Navarrenx, inscrit dans son registre en 1391 : « L’an MCCC XCI dimarts, lo prumer jorn deu mees d’aost, a Saubaterre, mort lo trop noble e poderoos senhor Mossen lo comte de Foyx, senhor de Bearn, vesconte de Marsan et de Gavardan, e lendema lo dimercs fo portat e sepelit au couvent deus Frays Predicadors d’Orthez » (AD 64, E 1596, fo 35).

65 Fébus a surtout résidé et gouverné en Béarn, délégant à des officiers et nobles fuxéens l’administration du comté de Foix. Ce n’est pas un effet de source dû à la thèse de P. Tucoo-Chala : les travaux de C. Pailhès sur le comté de Foix le confirment.

66 Tucoo-Chala, 1991, p. 364.

67 Où repose Mathieu de Castelbon († 1398) ? Son « testament » ne l’indique pas (1393, AD 64, E 315/3).

68 Lespy, 1860, pp. 362, 420 ; Tucoo-Chala, 1977, pp. 7, 20 ; Id., 1978.

69 Bernis, « Chronique des comtes de Foix », éd. Biu, 2002, p. 449 : « L’an mil CCCC e dotze moric lod. mossen Archambaud, comte de Foix, en Bearn. Et après foc portat lo sieu cors et bazelica sepulturar a l’honorable monastier de Borbona de ladita orde blanca de Cisteus, en loqual lors predecessors ssenhors comtes de Foixs son sepulturatz ».

70 Pour Isabelle, Bernis indique que son fils « fee portar et sepulturar lo cors de ladita madona sa mayre aid. monastier de Borbona » (ibid., p. 453) : Jean Ier aurait-il fait transférer ses parents après les honneurs d’Isabelle en 1429 ?

71 Un testament de 1444 est inédit ; celui de 1472, voir Leseur, Histoire de Gaston IV, éd. Courteault, 1893-1896, pp. 268 sqq.

72 Gaude-Ferragu, 2005, pp. 41-42, 54-57, 90.

73 Tucoo-Chala, 1959, pp. 307-308 ; Id., 1983, pp. 77-78 ; Id., 1991, pp. 147-148 ; Pailhès, 2007, pp. 241-242.

74 Embaumement, luminaire, draps noirs et d’or, décor héraldique, pièces d’honneur, cérémonies théâtrales et triomphales…

75 Sur le testament de Marguerite, Lorber, 1925. Sur ces tensions du début du xive siècle, Bidot-Germa, 2014.

76 L’inventaire AD 64 E 391 ouvre un chapitre « Jeanne d’Artois » mais est quasi vide, voir ibid. En 2018, une immersion intensive en archives avec nos étudiants a contribué à découvrir de nouveaux documents, en cours d’étude, voir Lamazou-Duplan, 2019.

77 Ead., 2013.

78 Bernis, « Chronique des comtes de Foix », éd. Biu, 2002, p. 446 : « L’an mil CCCXCI, lo primier jorn d'aost, trespassec de la vida present lod. comte de Foix Febus, ses dengun heret de son cos que fos leyal, quar Gaston, son filh, ja era mort. Et succesit al comtat de Foix et a las autras terras mossen Mathieu, bescomte de Castelbon, filh de l'autra bescomte son payre et de madona Girauda de Noelhas, cum plus prop da de sane et de linhatge… ». Voir aussi Lamazou-Duplan, 2004, 2006 et 2009.

79 Froissart, Chroniques, éd. Ainsworth et Varvaro, 2004, liv. III, p. 188. Comme Froissart indique de façon erronée que Gaston III est enterré en 1391 aux Frères mineurs (alors qu’il l’est aux Prêcheurs), on peut penser que le jeune Gaston fut inhumé aux Prêcheurs, comme d’autres membres de la famille. Le chroniqueur fuxéen Bertrand Hélie confirme cette inhumation aux Jacobins d’Orthez (Hélie, Historia Fuxensium comitum, liv. II, p. 40).

80 Lamazou-Duplan, 2009.

81 Certes on déplore la disparition des comptabilités, mais les sources sont tout de même bien sèches : rien de plus chez M. de Bernis que la phrase elliptique évacuant la mort du fils et celle du père.

82 Cadier, 1888, pp. 135-149, 404-414. Nous avons proposé une communication sur la « Mort du Prince et crise politique. Le cas Fébus (1391) » lors du colloque international Migravit a seculo. Muerte y poder de príncipes en la Europa medieval. Perspectivas comparadas, Madrid, 16-19 octobre 2019.

83 Les Chroniques de sire Jean Froissart, éd. Buchon, 1835, t. III, liv. IV, p. 127.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search