Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Annexes

Annexe XV

Inauguration de la Casa de Velázquez : 14 mai 1935

Texte intégral

1Discours de M. André Mallarmé, ministre de l'Éducation nationale

2Monsieur le Président de la République, Mesdames, Messieurs,

3Le Gouvernement de la République Française s'était fait représenter par l'un de mes prédécesseurs, M. Georges Leygues, à la première inauguration de la Casa de Velázquez, encore incomplète alors, mais déjà monumentale. Ce grand édifice est maintenant terminé. Le Gouvernement français a voulu qu'un de ses membres assistât également à l'inauguration définitive qui a lieu aujourd'hui sous la présidence de l'illustre Chef de l'État espagnol. C'est à cette occasion que le ministre français de l'Éducation nationale, qui a l'honneur de vous parler ici, est venu à Madrid pour apporter au Gouvernement de la République Espagnole et à l'Espagne amie l'hommage d'une traditionnelle et impérissable affection, symbolisée par l'œuvre permanente de rapprochement intellectuel et artistique dont cette maison est le digne instrument.

4La solennité d'aujourd'hui fait pendant, en quelque sorte, à celle qui eut lieu tout récemment à Paris. Là, c'était le chef de l'État français qui présidait à l'inauguration de ce grand et harmonieux Collège d'Espagne dont s'enorgueillit la Cité universitaire de Paris. Mes fonctions, qui ne m'ont jamais pam si agréables à remplir que dans les heures consacrées à l'amitié de nos deux pays, m'ont valu alors l'honneur de célébrer, avec l'Ambassadeur d'Espagne à Paris et devant une élite semblable à celle qui est aujourd'hui réunie ici, cette culture réciproque que les peuples s'offrent en présent les uns aux autres et qui, puisque le beau appelle nécessairement l'amour, est le plus puissant facteur de paix èntre les nations.

5La reconnaissance des services rendus est le gage des services à venir. Qu'il me soit donc permis de saluer avant tout la mémoire du savant et de l'homme de cœur qui, grâce à l'hospitalité de l'Espagne et à l'aide d'amis dévoués, a été l'initiateur de l'ouvrage aujourd'hui achevé : M. Pierre Paris, membre de l'Institut de France, fondateur de la Casa de Velázquez. Qu'il me soit permis de citer aussi, d'une part les mérites de ceux qui conçurent l'École des hautes études hispaniques, comme MM. Thamin, Radet, Ernest Mérimée, et d'autre part le nom du vénéré Secrétaire perpétuel de notre Académie des beaux-arts, M. Charles-Marie Widor, dont la vigueur comme l'œuvre défie le temps et sous la présidence duquel siège le Conseil qui administre la Casa de Velázquez.

6Mais qu'il me soit permis surtout d'insister sur le concours que ce projet vraiment grandiose a trouvé auprès des autorités espagnoles. Le site que l'État espagnol a donné pour édifier la Casa de Velázquez, sur la pente de son immense Cité universitaire, en face de l'admirable paysage sur lequel se détachent les portraits de Velázquez, est digne de l'incomparable artiste espagnol dont cette maison est fière de porter le nom. C'est bien dans sa campagne favorite que s'élève ce palais dont l'harmonieuse composition fait honneur à nos architectes qui ont traduit, avec un talent poussé jusqu'à la perfection, la pensée des initiateurs. La pierre blanche qui marque si bien les lignes du monument vient des carrières de Colmenar d'où l'on découvre la vallée du Tage. Le portail historique qui est au centre de la façade principale est un bel exemplaire du style espagnol que Velázquez a connu : il vient du palais d'Oñate et il est un présent inoubliable que nous ont fait nos amis Espagnols, sous l'inspiration de l'un d'eux qui ne veut pas être nommé, mais qui m'entend et à qui va notre gratitude. Avant de franchir cette porte, on la voit encadrée entre deux hautes tourelles castillanes qui se découpent sur le ciel bleu de Madrid. Quand on est entré, l'on se trouve dans un patio non moins espagnol, ouvert sur la vue splendide de la Sierra. Le visiteur vient à peine de dépasser le seuil qu'il est déjà tout pénétré par la lumière, par les lignes et par la grandeur artistique de l'Espagne. Un de vos poètes latin, l'Espagnol Martial, en décrivant une œuvre d'art, a dit que l'ouvrage surpassait la matière. Ici, la matière fournie par la nature et par l'architecture de l'Espagne ne peut pas être surpassée, mais l'ouvrage est à sa hauteur. C'est le plus bel éloge qu'on puisse adresser à tous ceux, hommes de lettres ou artistes, hommes de science ou hommes d'État, qui ont travaillé à cette œuvre et édifié ce monument.

7Les promoteurs de l'œuvre ont voulu que le séjour à la Casa de Velázquez fût une sorte d'initiation. Certes, avant même d'entrer dans cette maison, les pensionnaires français, espagnols ou d'autres nationalités qui l'habitent savaient déjà travailler et sentir. Certains d'entre eux se sont instruits aux sources de l'antiquité romaine et de la Renaissance italienne. D'autres étaient allés ailleurs ou n'étaient pas encore sortis de leur pays. Mais tous s'enrichiront ici, en apprenant à connaître l'art, la littérature et l'histoire de l'Espagne, dans l'atmosphère même de Madrid, ce trésor intérieur que chacun de nous forme en soi et dont il tire ensuite, l'inspiration aidant, des œuvres ou même des chefs-d'œuvre. J'insiste sur l'idée que nous mettons ici de pair l'histoire et la littérature avec l'art. Comme l'art français, comme l'art original de tous les pays, l'art espagnol est un racourci d'histoire et la littérature espagnole présente, d'âge en âge, l'image de la vie nationale. Les luttes d'autrefois, soutenues pour constituer l'unité de la patrie, ont trempé si fortement l'âme populaire qu'il en est sorti toute une épopée. De cette épopée espagnole, nos poètes et nos dramaturges se sont inspirés bien souvent. Le poème de "Mío Cid" chante les exploits d'un héros qu'à travers Guillén de Castro nous avons adopté, après que le lyrisme de Corneille en eût fait l'une des figures les plus attachantes de la scène française. Nos amis espagnols viennent de fêter le glorieux tri-centenaire de Lope de Vega : dans son œuvre inépuisable, les auteurs français du XVIIe et XVIIIe siècles ont largement puisé. L'Espagne a créé le roman picaresque : en France, Lesage et Beaumarchais lui ont fait produire des fruits savoureux. Dans les vers de Victor Hugo, on sent passer le souffle épique des terres castillanes ; et chez le grand poète espagnol de l'Amérique latine qu'est Rubén Darío, on sent passer le souffle de Victor Hugo. Je ne sais si c'est Mérimée qui doit plus à Carmen ou si c'est Carmen qui doit plus à Mérimée, mais je sais bien que lorsqu'on lit les admirables poètes romantiques de l'Espagne, comme Espronceda ou Bécquer, on vibre au même diapason qu'en lisant Musset, Keats ou Heine. Les lettres et les arts sont des richesses merveilleuses qu'on donne sans s'appauvrir, qu'on reçoit sans perdre son indépendance et qui, traversant librement les frontières, constituent vraiment le patrimoine de l'humanité.

8Nous avons à cœur de continuer, dans le même esprit fraternel, cette collaboration précieuse qui s'est maintenue entre l'Espagne et la France, à travers les âges. Grâce à la Casa de Velázquez, une élite venue surtout de notre pays pourra profiter des magnifiques leçons que donne le vôtre. Ainsi nous renforcerons encore, dans tous les domaines de l'esprit, une amitié qui n'exclut personne. Ainsi nous donnerons l'exemple de cette communion des âmes qui, étendue à tous les peuples, sera toujours une consolation dans nos épreuves, un espoir dans nos travaux, une récompense pour nos efforts. En inaugurant cet édifice qui ne doit rien qu'à la sympathie, à la générosité et au culte du beau, répétons avec un autre poète latin, exegi monumentum aere perennius, nous avons élevé un monument plus durable que l'air.

9Source : AMAE - Paris, série Europe, Espagne 1930-1940, vol. 261, f° 67-76.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search