Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Annexes

Annexe XIV

Discours d'inauguration de la Casa de Velázquez à Madrid : 20 novembre 1928

Texte intégral

1Suivis du texte des télégrammes échangés entre le roi Alphonse XIII et le Président de la République, Gaston Doumergue.

Discours de M. Pierre Paris - Directeur de la Casa de Velázquez

2J'ai le très grand honneur de présenter à Votre Majesté l'édifice dont elle daigna poser la première pierre et qu'elle daigne inaugurer aujourd'hui. La Casa de Velázquez dresse orgueilleusement sur le magnifique terrain dû à votre munificence, en face des monts d'azur chers à son immortel parrain, la masse élégante et pure de ses hauts pavillons et la riche et robuste décoration de sa porte monumentale fière d'arborer à son balcon, d'où plusieurs fois les rois, vos aïeux, assistèrent aux entrées princières, les drapeaux unis des deux pays qui l'ont fondée en pleine tourmente, alors que l'olivier de Minerve semblait étouffé par le laurier sanglant de Bellone, à la veille de l'épopée sublime de Verdun.

3Vous m'en voudriez, Sire, et toute cette illustre assemblée m'en voudrait, si je ne rendais pas en ce jour un rapide hommage aux bons artisans de l'œuvre qui naît enfin à la vie officielle ; si je ne saluais pas d'abord les précurseurs et les initiateurs qui révélèrent à la France les trésors de l'art antique et de l'art moderne de l'Espagne : Léon Heuzey, cet Attique, dont la science et le goût sagaces devinèrent l'originalité, sinon l'existence de la civilisation et de l'art ibériques ; Arthur Engel, ingénieux autant qu'infatigable pionnier de la Bétique parfumée ; Émile Bertaux, si aimé, si apprécié, qui porta les premières clartés dans l'obscure et confuse histoire des arts espagnols du Moyen Âge et de la Renaissance. À eux va notre gratitude pour avoir ouvert et montré le chemin, à eux et à tous ces bons ouvriers de la première heure qui conçurent et créèrent l'échange de professeurs d'où naquit l'École des hautes études hispaniques. Plusieurs sont ici qui m'écoutent, mais leur présence ne saurait m'empêcher de leur rendre hommage : Monsieur le recteur Thamin, créateur véritable de notre grande École d'hispanisants, bientôt négociateur heureux du pacte original et si nouveau qui unit l'université de Bordeaux à l'Institut de France ; le doyen Georges Radet, l'historien impeccable d'Alexandrie, mon bon compagnon d'aventure sur les routes d'Anatolie, devenu, lui aussi, passionné de l'Espagne ; le doyen Georges Cirot, dont la jeune activité littéraire et historique nous rend moins cruelle la perte de Morel-Fatio et d'Ernest Mérimée. Et j'associe aux noms de ces maîtres, avec une égale reconnaissance, les membres de l'École, cette brillante pléiade de jeunes hispanistes qui depuis vingt ans, parcourant l'Espagne en tous sens, l'aimant avec ardeur, la faisant connaître et par conséquent aimer de notre France, furent les agents les plus puissants d'une alliance intellectuelle à laquelle nous mettons aujourd'hui un sceau inaltérable. Ils ont montré en ce pays, qui les accueille d'un cœur si libéral, ce qu'est notre jeunesse studieuse. Honneur à eux tous, que j'ai aimés et que j'aime comme mes fils ; honneur aux trois d'entre eux dont les noms sont ici pieusement gardés par la Victoire en pleurs, parce qu'ils ont sacrifié à la patrie en danger les nobles espoirs de leur esprit.

4C'est pour leurs successeurs, c'est pour leurs camarades artistes, pour que l'érudition livresque s'adoucisse et s'anime aux chauds rayons de l'art, pour que l'art en revanche s'humanise et s'affine au contact de la science et de la critique, que nous avons rêvé, que nous avons voulu, que nous avons créé, construit la Casa de Velázquez.

5Mon cœur s'émeut au souvenir du bon et vaillant constructeur que fut Pierre Imbart de la Tour, incomparable légat intellectuel, âme de la grande mission académique où l'idée nébuleuse prit forme et vie sous les auspices de Votre Majesté, aux applaudissements de vos plus grands artistes, Bilbao, Blay ou Benlliure, au grand cœur. Ses initiatives sagement hardies, ses conseils issus d'une souple pensée servie par une volonté ferme, son action inlassable et tenace ont avant tout contribué a surmonter les difficultés premières. Quel ami, quel maître, quel modèle perdit en lui l'institution nouvelle !

6Mais il est là, pour que nous le fêtions en ce jour mémorable, toujours spirituel et souriant, et toujours jeune, le grand artiste, le grand Français, le père de la Casa de Velázquez, Widor ! Sire, on m'apprit dans ma prime jeunesse, alors que je faisais mes humanités à côté de mon camarade, notre cher et grand Poincaré, qu'Orphée charmait les bêtes féroces et mouvait les pierres aux sons de sa lyre merveilleuse pour les conduire où il voulait ; la légende faisait sourire mon scepticisme de lycéen. Mais je ne souris plus et j'admire : l'enchanteur Widor a charmé Poincaré et tous les gardiens farouches de nos finances ; ses orgues miraculeuses ont conduit sur cette colline désormais illustre de la Moncloa les pierres qu'en ordre si simple et si noble a dressées l'art ingénieusement compréhensif de notre Lefèvre, sur les plans de notre regretté Chifflot. Maître, vivez longtemps pour parfaire votre œuvre ; il faut que la Casa de Velázquez s'achève pour être digne de la France et de l'Espagne. Et que n'ai-je la voix d'Eurydice pour murmurer harmonieusement à votre oreille : Orphée, Orphée, chante encore ; beaucoup de pierres appellent beaucoup de pierres encore !

7Ces pierres, j'en ai le ferme espoir, accourront bientôt de Colmenar, car notre Casa de Velázquez, auprès de l'enchanteur, a eu, aura toujours des avocats éloquents. Depuis Son Excellence M. Révoil, tous les ambassadeurs de France ont prodigué à l'Institut français, prodiguent à la Casa de Velázquez les trésors de leur dévouement et de leur autorité ; tour à tour, MM. Geoffray et Thierry, très regrettés, M. Defrance, M. le Comte de Saint-Aulaire, M. le Vicomte de Fontenay ont été nos bons génies tutélaires, et moi seul sais ce que nous devons à leur habile patriotisme. Moi seul aussi pourrais dire ce qu'a fait pour nous, ce que fait chaque jour son Excellence M. le Comte de Peretti de la Rocca, le plus avisé comme le plus insinuant des diplomates, conseiller précieux de notre France, ami délicat et toujours amicalement écouté de notre Espagne. Vous aussi, Excellence, vous nous aiderez à achever la grande œuvre de paix et de fraternité que nous inaugurons aujourd'hui avec un éclat éblouissant. Vous y serez, nous y serons secondés par les illustres membres du Conseil d'administration auquel sont confiées nos destinées, et par nos amis puissants et dévoués du Comité de rapprochement franco-espagnol, qui remportera la victoire partout où le combat devra s'ouvrir, puisqu'il a pour président l'Amiral Lacaze, le grand ministre de la Marine de guerre, et pour président d'honneur le héros dont la présence nous remplit d'une orgueilleuse joie.

8Maintenant je n'ai garde d'oublier nos donateurs et bienfaiteurs, trop nombreux pour que je les énumère, et dont vous apprendrez dans notre vestibule les générosités de Mécènes inscrites sur le marbre en lettres d'or. Vous me permettrez, Sire, d'en évoquer un seul, le Maroc, et de saluer avec un respect mêlé d'admiration et de gratitude profonde le Maréchal Lyautey, notre grand ami, rival de gloire du Maréchal Pétain.

9Et s'il m'est accordé la grâce de pouvoir inspirer aux premières générations de littérateurs et d'artistes qui vont habiter ce palais un peu de l'ardeur qui m'anime encore en mes vieux ans et de la joie de vivre qui m'émeut en cette séance solennelle, j'ose espérer, Sire, qu'après trois siècles de vie prospère et féconde la Casa de Velázquez sera pour Votre Majesté, notre protectrice, pour Votre Majesté, créatrice de la Cité universitaire, un très pur titre de gloire, comme la Villa Médicis, son illustre sœur aînée, pour le Roi Louis le Grand, votre ancêtre immortel !

Discours de S. E. M. Georges Leygues - Ministre de la Marine représentant le Gouvernement français

10Le Gouvernement de la République m'a fait un grand honneur quand il m'a délégué pour le représenter à cette cérémonie et pour prendre en son nom la parole devant vous, car j'éprouve pour Votre Majesté les sentiments que son esprit chevaleresque et sa générosité envers nos fils victimes de la guerre ont fait naître dans le cœur du peuple français.

11Ce n'est pas sans émotion que je reviens dans cette Espagne que j'ai si souvent parcourue en voyageur passionné et en Français qui aime le peuple espagnol et qui comprend la grandeur de son rôle dans le monde moderne.

12Il n'est pas de pays qui saisisse plus fortement l'observateur que le vôtre. On est frappé, dès qu'on a franchi sa frontière, par la gravité de ses paysages, la puissance de ses contours, l'aspect sévère et fier de ses villes dont chaque pierre porte de l'histoire. Si on gagne ses provinces méridionales, tout change et on goûte avec une sorte d'ivresse la douceur de son ciel, l'enchantement de ses jardins, la fertilité miraculeuse de ses plaines et la féerie de ses alcazars et de ses alhambras.

13Par sa position privilégiée, l'Espagne participe à la vie de deux continents ; l'Europe et l'Afrique. Elle regarde à l'Orient vers le monde antique, dont la Méditerranée lui apporta les trésors de vérité et de sagesse, et à l'Occident vers le Nouveau Monde, dont l'Atlantique ouvrit les portes aux caravelles glorieuses d'Isabelle de Castille et de Christophe Colomb.

14Nulle race n'est plus fière, plus courtoise, plus énergique, ni plus brave. Aucune n'a un plus riche passé de chevalerie, d'aventure et de vaillance. C'est elle qui a constitué le premier grand Empire après la chute de l'Empire romain. Ces grands souvenirs portaient en eux la promesse de jours futurs, brillants de prospérité et de grandeur, et d'une renaissance dont nous saluons avec admiration dans tous les domaines les manifestations insignes.

15Terre d'épopée et de beauté : voilà l'Espagne, telle que je la vois et la comprends.

16Les relations de la France et de l'Espagne forment une trame millénaire, essentielle de l'histoire de la civilisation où nos deux pays ont joué un rôle complémentaire et en quelque sorte alterné.

17Dès l'origine, les échanges d'hommes et d'idées furent d'une activité si intense qu'elle émut les peuples dans leur âme profonde, s'empara de leur imagination et fut une des principales joies de vivre dans le haut moyen âge.

18Nos chansons de geste sont nées sur les chemins qui vont de chez nous chez vous. Battus par les croisés, les pèlerins et les marchands, ils ont été jalonnés par d'incomparables artistes, ces maîtres d'œuvre des cathédrales qui en ont marqué les étapes et les carrefours avec des monuments qui sont la plus haute expression du génie médiéval. Ces routes historiques aux perspectives émouvantes, depuis que la science des érudits a donné de leur tracé une explication véridique, nous ramènent aujourd'hui vers ce passé commun où de grandes choses sortirent comme toujours des grands courants de la pensée et du sentiment populaires.

19L'Espagne et la France ont grandi en s'opposant, selon la loi de formation des États.

20Une longue rivalité n'a pas seulement porté au maximum de la puissance politique et de la signification individuelle les qualités immanentes des deux peuples ; elle a dégagé, imposé, consacré les notions d'héroïsme et d'honneur qui sont comme la floraison spécifique de la personnalité humaine d'Occident.

21L'interpénétration intellectuelle n'a pas eu de moindres conséquences. Nous devons à vos écrivains l'essor et le génie cornéliens du XVIIe siècle et, pour une large part, le mouvement romantique du XIXe. Entre ces hauts sommets, la continuité de nos échanges s'affirme par une série d'ouvres qui montrent les affinités électives de l'esprit espagnol et de l'esprit français.

22Nous savons, de l'autre côté des Pyrénées, que l'Espagne est une terre féconde en génies puissants qui sont, dans le domaine de l'action, de l'intelligence et de la contemplation, des sources de jaillissement et de rénovation, et où l'on revient par une sorte de pente naturelle à toutes les périodes de recueillement, lorsque les idées créatrices s'élaborent dans le silence et l'apparent repos. Aujourd'hui nos intérêts réciproques, considérés en fonction des problèmes internationaux, sont de nature à nous amener à une collaboration de plus en plus compréhensive sur les différents plans de l'activité nationale.

23À l'Espagne et à la France, puissances méditerranéennes et africaines, s'offrent d'incomparables possibilités pour travailler à une œuvre commune de progrès et de paix.

24C'est dans ce vaste champ d'activité que nous devons retrouver les bénéfices matériels et moraux des longues entreprises.

25L'inauguration de la Casa de Velázquez est le couronnement de l'œuvre poursuivie depuis de longues années pour assurer la collaboration intellectuelle de nos deux pays.

26En 1909, l'université de Toulouse, sur l'initiative du regretté Ernest Mérimée, créa l'Institut français, et l'université de Bordeaux, sous l'inspiration de M. Pierre Paris, fonda l'Institut d'études hispaniques.

27Ces deux Instituts sont devenus les centres principaux des études littéraires, archéologiques, historiques et philologiques en Espagne. Ils sont réunis aujourd'hui sous la direction de M. Pierre Paris. Un hommage particulier est dû à ce maître. Il est un des archéologues qui font le plus honneur à la France, et l'un de ceux qui ont le mieux compris l'Espagne et son développement artistique à travers les siècles. Tout le monde connaît ses travaux et la fameuse "Dame d'Elche", une des figures les plus mystérieuses de l'art préhistorique, qu'il découvrit en 1896. Les deux Instituts jouent un rôle analogue à celui de nos Écoles de Rome et d'Athènes. Ils ont introduit en Espagne les fortes disciplines et les méthodes qui ont fait leur renommée. Ils organisent sur tous les points de la Péninsule des conférences et des recherches, ils dirigent des fouilles, contrôlent les publications scientifiques et orientent les jeunes esprits qui sollicitent leurs conseils.

28Un anneau manquait pourtant à cette chaîne spirituelle.

29Il ne suffit pas de connaître vos grands auteurs classiques, de Cervantès à Calderón, et de savoir qu'ils ont exercé sur notre littérature et notre théâtre une influence profonde. Il ne suffit pas de sentir la force et la grâce de vos écrivains modernes ni de rappeler l'œuvre magnifique de vos savants. On ne peut connaître l'Espagne si on ignore la place éminente qu'elle occupe dans le domaine de l'art. Vos architectes ont élevé des monuments religieux, militaires et civils, d'une puissance et d'une noblesse qui n'ont pas été surpassées et vos sculpteurs ont taillé dans la pierre et le bois des chefs-d'œuvre d'un réalisme poignant et d'une élégance exquise.

30La peinture espagnole serait au premier rang, même si elle n'avait que Velázquez.

31Velázquez est son plus grand peintre et l'un des plus grands de toutes les écoles et de tous les temps. Son œuvre géniale s'impose à l'admiration universelle par la simplicité et l'ordre, par la vie impressionnante des personnages, par sa puissance et la largeur de l'exécution. L'atmosphère créée par de tels hommes, en un tel pays, est éminemment propice à l'éveil des vocations artistiques.

32Inspiré par cette idée, l'Institut de France envoya, en mai 1916, une mission à Madrid. Elle comprenait MM. Bergson, Widor, Edmond Perrier, Imbart de la Tour et Étienne Lamy. Elle fut reçue par Votre Majesté qui lui suggéra la création d'une école où nos jeunes artistes viendraient s'initier à l'art de l'Espagne et prendre contact avec ses maîtres. Votre Majesté ne se borna pas à prendre cette gracieuse initiative : Elle offrit à l'Académie des beaux-arts, pour édifier le nouvel établissement, un vaste et magnifique terrain situé sur le plateau qui domine le bois de la Moncloa et le Manzanares, et d'où la vue s'étend jusqu'à la Sierra de Guadarrama.

33Le Président du Conseil des ministres, M. Dato, fit voter par les Cortès, le 22 mai 1919, un décret qui régularisait la cession de cette parcelle du domaine royal.

34Le 22 mai 1920, Votre Majesté posait la première pierre de la Casa de Velázquez, dont Elle avait été le véritable promoteur, et signait le procès-verbal, contresigné par la reine Victoria, la reine Marie-Christine, le duc d'Albe, les ministres, M. Benlliure, M. de Saint-Aulaire, notre ambassadeur, et les représentants de l'Institut de France.

35Sur ce terrain, il fallait bâtir ; de généreux donateurs se trouvèrent aussitôt. Le prince Roland Bonaparte, M. Edmond de Rothschild, Maurice Fenaille, de l'Institut, Deutsch de la Meurthe, Fourcade, Sir Basil Zaharoff, et les municipalités des grandes villes françaises dotées d'Écoles d'art apportèrent de larges souscriptions. M. Louis Barthou, alors ministre, accorda une subvention. Le maréchal Lyautey obtint du gouvernement chérifien le don de 30.000 F et une rente de 10.000 F pour l'entretien de la Casa. M. Raymond Poincaré fit voter le 14 décembre 1923 une loi allouant une subvention de 3.500.000 F. La municipalité de Madrid offrit le portique monumental de l'ancien palais d'Oñate. Et la Casa de Velázquez fut élevée sur les plans remarquables de MM. Chifflot et Camille Lefèvre. L'Institut né sous de si heureux auspices continue à jouir des plus hauts patronages. Le duc d'Albe, président du Comité de rapprochement hispano-français, et le comte de Romanones, à Madrid, le maréchal Pétain et le vice-amiral Lacaze, à Paris, lui apportent le précieux concours de leur autorité.

36Les résultats déjà obtenus peuvent satisfaire les plus exigeants.

37Les études hispaniques sont florissantes à Paris et dans nos universités d'Aquitaine, de Languedoc et de Provence. Un Collège d'Espagne vient d'être fondé dans la Cité universitaire de Paris. Il y a quelques jours, cette université conférait au grand historien Altamira le doctorat honoris causa. Les livres de vos savants, de vos philosophes, de vos romanciers et de vos critiques sont traduits dans notre langue et de nombreuses éditions attestent la faveur du public français. Vos peintres et vos sculpteurs affirment leur maîtrise dans toutes nos expositions et vos compositeurs qui ont contribué à renouveler l'art musical sont populaires.

38Des liens d'amitié personnels se forment entre les hommes de pensée et la collaboration des élites consacre l'œuvre que l'intérêt politique conseille et que tant d'affinités rendent naturelle et aisée.

39Le fait d'avoir rétabli l'ordre au Maroc et d'avoir résolu conformément aux intérêts de nos deux Nations et de l'Empire chérifien des problèmes, dont le règlement incombait aux autorités françaises et espagnoles, témoigne d'une action politique large et confiante.

40Je saisis avec empressement l'occasion qui m'est offerte par cette cérémonie pour saluer l'éminent Président du Conseil des ministres d'Espagne, le général Primo de Rivera, qui a toujours manifesté à l'égard de la France des sentiments sympathiques et cordiaux, apportant ainsi, sous l'autorité morale de sa haute personnalité, une aide décisive à la politique d'entente et de coopération qui correspond au vœu sincère du Gouvernement français.

41SIRE,

42Le Gouvernement de la République a tenu à vous apporter l'expression de sa vive reconnaissance pour le prix que Votre Majesté attache à la création de tout nouveau lien de nature à rapprocher nos deux pays.

43La solennité d'aujourd'hui, comme la rencontre, l'été dernier, de Votre Majesté et du Chef de l'État français à Canfranc, lors de l'inauguration du chemin de fer transpyrénéen, et la visite de l'escadre française à Santander sont des manifestations heureuses, car elles expriment la volonté du Gouvernement royal et du Gouvernement de la République d'unir leurs efforts pour le maintien de l'amitié franco-espagnole et pour la consolidation de l'ordre européen et de la paix.

Discours de S. E. le général Primo de Rivera - Président du Conseil des ministres

44Monsieur le Ministre,

45En répondant aux paroles que Votre Excellence a prononcées au nom du Gouvernement français, si dignement représenté, je dois exprimer en premier lieu la satisfaction avec laquelle elles ont été entendues par Sa Majesté le Roi et la gratitude du Gouvernement pour les phrases si aimables envers le peuple espagnol que vous avez exprimées avec tant d'éloquence.

46Il serait inutile de prétendre égaler l'érudition avec laquelle Votre Excellence vient de faire l'historique des relations et de l'influence mutuelle des deux nations voisines et amies. Votre Excellence a cité les grandes figures de notre littérature et je veux rappeler aussi les noms non moins éminents de Molière, de Racine, de Corneille, qui, parmi tant d'autres de la même époque, appelée par nous Siècle d'Or, et sous l'égide du Roi Soleil, ont irradié de votre France de nouvelles splendeurs du génie latin.

47Madrid et l'Espagne tiennent en grand honneur cette inauguration qui motive votre visite et celles du maréchal Pétain, de l'amiral Lacaze et d'autres personnalités des plus distinguées.

48Le nom de Velázquez, comme dernièrement celui de Goya à l'occasion du centenaire de sa mort, vivifie les sentiments d'amitié et de collaboration franco-espagnole, dont l'efficacité s'est déjà manifestée au Maroc de la façon la plus remarquable. Ces sentiments, renouvelés récemment à Canfranc, puis au cours de la visite de l'escadre française à Santander, trouvent aujourd'hui une heureuse expression et sont la garantie des cordiales relations entre l'Espagne et la France, qui contribueront à la grandeur des deux peuples et aux fins d'ordre et de paix nécessaires au progrès humain.

49Je trouve l'occasion propice - et je suis sûr que Sa Majesté est heureuse d'en profiter aussi - pour vous prier en son nom, Monsieur le Ministre, de transmettre mes très cordiales salutations au Président de la République française et, de la part du Gouvernement, à Monsieur Poincaré et à ses collaborateurs, parmi lesquels vous occupez une situation prééminente, et aussi à la grande France, axe culturel des peuples occidentaux, à laquelle je vous prie d'apporter l'expression des sentiments les plus cordiaux du peuple espagnol, qui fait des vœux fervents et sincères pour sa prospérité et sa grandeur.

Télégramme de M. le Président de la République française à S. M. le Roi d'Espagne

50Il m'est particulièrement agréable, à l'occasion de l'inauguration à laquelle daigne aujourd'hui présider Votre Majesté, de Lui adresser mon plus cordial salut et celui de la France. En offrant gracieusement les terrains de la Moncloa, où a été édifiée la Casa de Velázquez, Votre Majesté a montré tout le bienveillant intérêt qu'Elle accorde à une œuvre d'une si haute portée pour l'élite intellectuelle de nos deux pays.

51Je forme le vœu que cette Maison, dressée devant un si magnifique horizon, qu'emplit le souvenir du grand Velázquez, reste le symbole d'une indélébile union d'esprit et de cœur entre la France et l'Espagne, union féconde pour la Paix et pour le Progrès de la culture humaine.

Télégramme de Sa Majesté le Roi d'Espagne à M. le Président de la République drançaise

52Le charmant message que Votre Excellence m'adresse, si empreint d'affectueuse sympathie pour l'Espagne, m'a touché profondément. J'ai été vraiment heureux, en facilitant la fondation de la Casa de Velázquez, que j'ai eu l'honneur d'inaugurer ce matin, d'offrir un nouveau témoignage d'affection sincère à la noble Nation française. Je suis convaincu que la nouvelle École des hautes études hispaniques contribuera de la façon la plus efficace au développement des rapports intellectuels et au raffermissement des liens d'amitié fraternelle entre deux nations unies par les idéals (sic) communs de paix, de culture et de progrès.

53Source : AABA - Inauguration de la Casa de Velázquez à Madrid 20 novembre 1928, brochure Comité de rapprochement franco-espagnol, Paris, 1929, 49 p. Seules, les versions françaises sont reproduites ici.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search