Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Annexes

Annexe XIII

Discours d'encouragement. Institut français d'Espagne à Madrid : 9 octobre 1913

Texte intégral

1Raymond POINCARÉ, Président de la République Française.

2Monsieur le Recteur, Messieurs,

3Lorsque, le 26 Mars dernier, mon ami M. Steeg est venu, en compagnie des hommes d'État les plus éminents de l'Espagne, inaugurer l'Institut français de Madrid, l'écho des éloquents discours prononcés par M. López Muñoz et par lui a joyeusement retenti dans le cœur de tous ceux qui, d'un côté ou de l'autre des Pyrénées, sont les amis fervents de la culture latine.

4Heureusement inspirés par l'expérience qui depuis quelques années, se poursuit à Florence et qui permet à la science française de fraterniser avec la science italienne, les fondateurs de cet établissement ont compris qu'il y avait, dans nos grands foyers universitaires, un pouvoir de diffusion lumineuse assez fort pour dépasser nos frontières.

5Les universités de Bordeaux et de Toulouse ont essaimé ; elles ont colonisé ; elles se sont prolongées jusqu'à Madrid dans les Institutions qui, groupées maintenant sous un titre commun et administrées par un Comité unique, conservent cependant leur caractère propre et leur indépendance respective.

6L'Union des étudiants français et espagnols, qui enseigne aux jeunes gens de chacun des deux pays à parler et à penser dans la langue de l'autre est pour eux une maîtresse de concorde intellectuelle et une conseillère d'amitié.

7L'École des hautes études historiques, largement ouverte aux philologues et aux historiens, aux archéologues et aux artistes, offre à tous les travailleurs le moyen de demander aux bibliothèques et aux archives, aux monuments et aux musées, les secrets du passé et les enseignements du présent.

8D'illustres conférenciers attirent autour de vos chaires un public empressé et enthousiaste que vos salles ne peuvent déjà plus contenir tout entier.

9Et ce ne sont pas seulement des professeurs français qui ont assuré la rapide prospérité de votre établissement ; ce sont aussi des maîtres espagnols qui vous ont spontanément apporté leur précieuse collaboration et qui ont contribué, avec vous, à fortifier l'union intellectuelle de deux peuples voisins et amis.

10Au cours des siècles, littérature française et littérature espagnole ont constamment agi l'une sur l'autre par une pénétration réciproque. Celle-ci a donné à celle-là d'immortels exemples de noblesse et de grandeur chevaleresque ; la première a proposé à la seconde d'incomparables modèles de clarté, d'harmonie et de puissance ordonnée. Chacune d'elle a gagné à ces emprunts mutuels qui n'ont pas altéré le génie des deux races, mais qui, sous les différences caractéristiques ont cependant resserré, entre les esprits, les liens de parenté.

11C'est le monde entier qui est débiteur d'un Cervantès ou d'un Lope de Vega. Mais la France sait, en outre, ce que son théâtre classique ou romantique a tiré de l'Espagne et ce qu'ont reçu d'elle Théophile et Racan, Corneille et Molière, Rotrou, Scarron et Lesage - plus tard Victor Hugo, Mérimée, Gautier - de nos jours même, Hérédia ou le prestigieux Rostand.

12Le développement de l'instruction, la facilité des communications, le goût croissant des voyages et de la lecture, la loyale entente de la France et de l'Espagne, ne peuvent que donner à ces relations littéraires, encore plus de suite et d'intensité.

13L'heure était donc propice pour la création de cet Institut. Il sera la représentation concrète de l'intimité morale où deux sœurs latines ont désormais conscience de trouver l'accomplissement normal de leurs destinées.

14Et s'il a besoin d'une devise pour définir son programme, un mot résumera l'œuvre qu'il a entreprise : pour la France et pour l'Espagne, par le culte du beau et par la recherche de la Vérité.

15Source : Bulletin de la Société française de bienfaisance, 1913, p. 54-55.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search