Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Annexes

Annexe XII

Discours d'inauguration de l'Institut français d'Espagne à Madrid : 26 mars 1913

Texte intégral

1Théodore STEEG - Délégué officiel du Gouvernement Français (extraits)

2C'est pour moi un grand honneur que d'avoir été appelé par le Gouvernement de la République, sur la désignation du Président du Conseil et du Ministre des Affaires étrangères, à présider l'inauguration de l'Institut français de Madrid. En me chargeant de cette haute mission, le Gouvernement n'a pas voulu seulement témoigner sa gratitude aux bons Français qui ont dépensé sans compter leur temps et leur peine en faveur de cet établissement. Le Gouvernement a voulu aussi et surtout remercier la généreuse nation espagnole de l'hospitalité qu'elle donne à cet Institut français.

3Quelle heure, Messieurs, pouvait être mieux choisie pour cette consécration solennelle que celle où la Chambre française vient d'approuver à l'unanimité l'accord conclu avec l'Espagne, accord que ratifiera demain l'unanimité de notre Sénat ? Disons-le, cette unanimité est peut-être la conséquence et le fruit de la longue durée des pourparlers, qui a provoqué la surprise, parfois même l'inquiétude de quelques-uns. Il convient que la parole des peuples ne s'engage qu'à bon escient, après mûre réflexion. Les élans spontanés sont trop souvent suivis de brusques repentirs. L'entente des esprits et des cœurs est d'autant plus durable que des discussions plus approfondies l'ont mieux et plus sûrement préparée. Le temps n'envenime que les querelles ; il apaise au contraire les dissentiments passagers comme il en surgit entre grandes nations qui se trouvent momentanément en présence, mais non en conflit, dans un grave débat dont chacune d'elles, justement soucieuse de ses droits, entend que le droit seul sorte vainqueur.

4Mais comment une mésentente profonde pourait-elle se produire entre deux peuples qu'unit dans le passé une commune origine et dans le présent un commun désir, une même volonté de travailler au progrès du monde, de collaborer étroitement à la défense des intérêts de la civilisation ? Comment la mésintelligence pourrait-elle se glisser entre eux au moment même où un vaste et nouveau champ d'action s'ouvre à leurs activités ? Comment ne sentirait-on pas de part et d'autre que, si la concurrence est précieuse et féconde, elle ne doit tout son prix, toute l'étendue de ses bienfaits qu'à l'accord incessant et joyeux d'énergies fraternelles ? La concurrence n'est que l'active rivalité de tous les talents dans l'universelle concorde.

5Quant à nous – et j'en prends à témoin tous les Français qui m'écoutent – nous ne saurions jamais oublier les liens qui nous rattachent à cette nation espagnole dont nous avons appris à admirer la noble histoire, la belle chevauchée conquérante, chevaleresque, guerrière, à travers tant de siècles. Nous admirons ses héros, ses grands hommes, ses poètes, ses artistes, la superbe contribution apportée par son génie au patrimoine de gloire de l'humanité. Nous savons tout ce que notre Corneille, notre Victor Hugo, eux les plus grands parmi les plus grands de nos poètes, doivent à l'inspiration de la race espagnole. Nous conservons pieusement comme d'inestimables joyaux de nos musées les toiles de ses maîtres immortels. Toujours, nous le savons, les pèlerins de l'art qui vont de ville en ville, en quête de chefs-d'œuvre dont puissent s'extasier et leurs âmes et leurs yeux, se tourneront vers la terre d'Espagne comme vers le grand pays béni qui a donné au monde tant d'admirables créateurs de beauté : un Rivera, un Zurbarán, un Murillo, un Goya – et le divin, oui, lui aussi – le "divin" Velázquez.

6Mais nous n'ignorons pas ce que nous aurions à gagner en prenant de l'Espagne une connaissance plus analytique, plus complète. La science moderne ne se contente plus de vues d'ensemble, d'aperçus généraux. Elle entre dans le détail de la vie des peuples, des institutions, des écoles d'art. Les moindres faits de l'histoire, les plus légers accidents du sol constituent pour elle les précieux et indispensables matériaux des grandes et vraies synthèses futures. Et c'est sur place qu'elle entend mener son enquête, poursuivre ses études toujours plus minutieuses et plus exactes. C'est en Espagne, c'est à Madrid, qu'il importait de créer un centre d'études hispaniques. Nous ne sommes plus au temps où l'enseignement de l'antique Sorbonne se nourrissait de sa propre substance, attirait à lui la foule des étudiants étrangers et répandait sur le monde de belles connaissances qu'il demandait à la méditation plutôt qu'aux voyages. La montagne Sainte-Geneviève s'est mise en marche ; elle a découvert les provinces françaises, puis, au-delà des frontières, les nations voisines et, de proche en proche, les plus lointaines. L'université de Paris a déjà pour cortège toutes nos universités régionales, auxquelles se joindront demain toutes les Écoles françaises à l'étranger. Ainsi afflueront de toutes parts, au plus grand centre intellectuel et scientifique de notre France, les trésors de science et d'érudition que de patients et savants chercheurs auront découverts dans toutes nos provinces et dans tous les pays.

7Mais si nous empmntons beaucoup aux nations qui nous offrent dans l'intérêt de la science une libérale hospitalité, nous voulons les payer de retour. Dans l'échange intellectuel qui s'organise entre les peuples, la grande règle à observer doit être celle qui préside aux conversations internationales, où chacune des parties contractantes a le droit de recevoir l'équivalent de ce qu'elle accorde. L'idée a donc été très heureuse de joindre au centre d'études une sorte de foyer d'enseignement destiné à faire connaître la France artistique, littéraire, scientifique, à donner une idée exacte des efforts que tente et des résultats qu'obtient le puissant labeur intellectuel de notre pays. Le grand titre de gloire de notre université française, ce qui fait sa force, c'est qu'elle ne se contente pas de chercher, de découvrir ; elle veut initier les esprits à la rigueur des méthodes scientifiques ; elle les convie à goûter la beauté, à mesurer la valeur des découvertes accomplies. Elle ne se contente pas de bien servir la science par ses travaux de laboratoire et de bibliothèque, elle entend faire servir la science elle-même à la culture de l'esprit, à l'affinement de la sensibilité.

8Aussi la voyons-nous adjoindre à ses écoles de hautes études scientifiques des cours, des conférences, et ne concentrer entre ses mains quelques rayons d'une lumière nouvelle que pour les répandre généreusement autour d'elle. À Rome, à Athènes, à Florence, à Saint-Pétersbourg nos étudiants se font professeurs à leur tour. En agissant ainsi, l'université accroît le prestige de la France, elle contribue à l'élévation morale, à la prospérité matérielle de notre patrie. Mais elle fait mieux, elle crée et consolide chaque jour davantage cette grande entente internationale des peuples qu'a-nime un même amour de la science, un même besoin, un même respect de la vérité. À tous elle demande leur collaboration, mais leur offre la sienne ; elle enseigne ses découvertes et s'instruit de celle des autres. Or, il en est des peuples comme des hommes : à mesure qu'ils se connaissent mieux, ils s'estiment davantage, car ils discernent les qualités originales qui d'abord leur avaient échappé et les vertus solides qui parfois se dissimulent sous des dehors déconcertants. Multiplions ces visites, ces contacts et ces échanges. Bien des préjugés se dissiperont et ne diviseront plus des hommes de science et de bonne volonté qui doivent, tous unis, tous tributaires les uns des autres, n'avoir qu'un but, celui de doter l'humanité d'un savoir qui lui assure la maîtrise d'elle-même et la souveraineté des choses.

9L'université de France s'est donné cette noble mission, mais elle ne pourrait la remplir sans le concours des amitiés dévouées qu'elle trouve dans toutes les fonctions et professions sociales. L'Institut français de Madrid se rappellera toujours ce qu'il doit à des diplomates éminents tels que MM. Révoil et Geoffray ; à des hommes politiques comme MM. Deschanel et Doumer, toujours prêts à favoriser notre œuvre d'expansion universitaire ; aux municipalités généreuses de Bordeaux et de Toulouse ; à M. Bayet, directeur de l'Enseignement supérieur, qui n'a jamais ménagé aux organisateurs ses chauds encouragements et ses précieux conseils ; à l'infatigable dévouement de M. le recteur Thamin, qui ne pouvait rencontrer, pour achever l'œuvre, de meilleur, de plus sûr collaborateur que M. le recteur Lapie ; aux savants professeurs Mérimée et Paris, représentants de ces deux grandes cités dont l'émulation ardente et cordiale sert si heureusement, en même temps que le renom de la pensée française, la cause de l'amitié de l'Espagne et de la France. La colonie française de Madrid a compris avec une admirable clairvoyance la grandeur patriotique de l'effort des universités françaises ; elle l'a secondé, non seulement par l'accueil affectueux qu'elle a réservé à nos maîtres, mais aussi par le concours matériel qu'elle leur a prêté. La Société française de bienfaisance et son président M. Delvaille se sont ingéniés, une fois de plus, à faire mieux aimer la France en l'aidant à se montrer ici telle qu'elle est, savante, simple et sereine. Certes, ce ne sera pas une révélation pour ceux qui l'aiment et la connaissent, mais une utile et probante démonstration pour ceux qui, systématiquement, pourraient la méconnaître. Messieurs les Français de Madrid, vous avez ici une maison commune, foyer de concorde, de tolérance et de libre recherche. Son succès sera pour vous la plus douce des récompenses.

10Mais ce succès, nous ne l'oublions pas, ne sera possible que grâce à l'appui bienveillant, à l'hospitalité gracieuse de la nation espagnole. Je tiens à dire, au nom du Gouvernement de la République, toute l'émotion que nous cause la présence à cette fête des éminents représentants du Gouvernement espagnol. Notre Institut français va vivre, assuré des encouragements et de la protection puissante des pouvoirs publics. S. M. le Roi a bien voulu nous donner des preuves de l'intérêt qu'elle daigne prendre à notre tentative. Monsieur le Président du Conseil, Messieurs les Ministres, veuillez être nos interprètes auprès de Sa Majesté et lui dire que cette manifestation de sympathie aura son écho par delà les Pyrénées et qu'elle touchera, profondément le cœur reconnaissant de la France.

11Source : Brochure Institut français d Espagne. Fondation des universités de Bordeaux et de Toulouse, Madrid, P. Orrier, 1916, p. 7-13.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search