Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Annexes

Annexe XI

Une décision du Conseil de l'université de Bordeaux : 12 mars 1909

Texte intégral

Projet de création d'une École de hautes études hispaniques à Madrid

1M. le recteur entretient le Conseil d'un projet de création d'une École des hautes études hispaniques à Madrid.

2Cette École serait un établissement du genre des Écoles françaises d'Athènes et de Rome. Y iraient des historiens, des archéologues, des artistes. L'Espagne est une terre presque vierge pour la recherche. Elle contient des richesses considérables. L'institution d'une École de hautes études à Madrid donnerait le moyen de les faire connaître. Aussi le projet de création de cette École a-t-il été hautement approuvé par M. RÉVOIL, ambassadeur de France à Madrid, par le ministère, M. LIARD et divers corps savants.

3L'École serait installée au Collège français, qui est en reconstruction. Un étage serait pris à bail par l'université. Le prix de la location serait de 4 à 500 Pesetas. Il faudrait en outre payer un traitement au directeur et aussi payer certains frais matériels. Les missionnaires rétribueraient euxmêmes les domestiques qui les serviraient. Des promesses de subventions ont été faites d'une façon plus ou moins ferme par le ministère, par l'administration des Beaux-arts, par l'Académie des sciences morales et politiques, par l'Académie des inscriptions et belles-lettres, par l'université de Paris. Les autres universités pourraient être sollicitées, particulièrement celles du Midi. La Chambre de commerce, priée déjà d'accorder une subvention, n'a pas répondu favorablement. Mais il y a lieu de croire que la ville viendrait en aide à l'université. On obtiendrait ainsi une somme assez considérable. Le risque à courir pour les finances de l'université serait faible.

4M. PARIS, professeur à la Faculté des lettres, paraît tout désigné pour remplir les fonctions de directeur. Il est possible que l'on soit obligé de confier la direction à un autre membre de l'université de Bordeaux, même à une personne n'appartenant pas à l'université de Bordeaux.

5M. WALTZ désire être renseigné sur le recrutement des élèves. M. le recteur répond que le recrutement serait fait d'une manière très large. Le ministère enverrait 2 boursiers d'études ; l'administration des Beaux-Arts en enverrait sans doute aussi ; on pourrait en demander à l'École des hautes études, au musée Social. Les élèves seraient des élèves de l'université de Bordeaux, que l'université enverrait à Madrid.

6M. MONNIER demande si des étudiants en droit seraient admis. Des étudiants en droit, juristes, économistes, des missionnaires commerciaux y auraient également place, dit M. le recteur.

7Au sujet du choix du directeur, M. MONNIER désirerait qu'un roulement fût établi entre les diverses compétences.

8M. le recteur lui fait remarquer que le roulement ne permettrait pas au directeur de se créer des relations et d'acquérir l'influence nécessaire. La question importe peu d'ailleurs pour le moment.

9Le directeur serait vraisemblablement désigné sur la présentation du Conseil de l'université et pour un temps déterminé, dit M. RADET. Par conséquent, le Conseil aurait toute liberté pour son choix.

10Quelques membres craignent que l'École échappe peu à peu a l'action réelle de l'université de Bordeaux. Ils expriment le vœu qu'elle soit et reste une institution de l'université de Bordeaux.

11En ce qui concerne la durée du bail, M. DUGUIT demande si l'on ne pourrait pas adopter la convention 3.6.9 qui est en usage à Bordeaux.

12M. le recteur en parlera à M. RÉVOIL, représentant le Collège français, entre les mains de qui il faut qu'il remette une promesse de bail.

13L'université n'entrera pas en possession du local avant deux ans au moins. C'est donc seulement à l'expiration de ce délai que l'université aurait une charge à assumer.

14Il conviendrait, ajoute M. le recteur, à son avis et à l'avis de M. RÉVOIL, d'envoyer dès la rentrée prochaine des missionnaires qui amorceraient le courant de recherches hispaniques et annonceraient l'œuvre entreprise par l'université de Bordeaux. À l'unanimité, le Conseil approuve le projet de création d'une École de haute études hispaniques à Madrid et autorise M. le recteur à signer une promesse de bail pour un loyer maximum de 5.000 F.

15Pour extrait conforme,

16Le Secrétaire principal de l'Académie et de l'Université

17Source : ARB - registre manuscrit des séances du Conseil de l'Université - n° 2 (1901-1910), p. 371-373. Il s'agit là d'un extrait dactylographié. Certifié conforme sur papier à en-date 195... (1956), rappelant le patronage bordelais sur l'EHEH, en vue d'un nouveau statut.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search