Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Troisième partie. Palais d'or et de poussière (1928-1954)

Chapitre VIII

Ruines tenaces sur fonds d'air frais (1943-1954)

Texte intégral

Dissidence et franquisme, deux clés pour l'avenir (1943-1948)

1Comment Legendre, en dissidence, allait-il, désormais, situer son action sur l'échiquier des forces en présence ?

  • 1 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 2.4.1943.

2Le 2 avril 1943, le directeur de la Casa écrivit à Piétri afin de lui proposer, comme l'avait fait Paul Guinard, une sorte de pacte de non-agression. Il ne pouvait plus, certes, assurer la fonction d'attaché culturel, mais il accepterait le versement de la subvention du premier trimestre afin de faire fonctionner la maison de la rue Serrano1.

  • 2 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : correspondance Piétri (Ambassade-Madrid)-Laval (MAE-Vichy (...)

3Pendant un mois encore, la fiction d'un lien opérationnel avec Vichy fut sauvegardée, comme en témoignent divers documents échangés entre Legendre et les autorités françaises de la métropole occupée. Ainsi, Piétri rectifia, en fonction des plans et devis établis, le coût global de la reconstruction du Palais de la Moncloa : 18 MPtas et non pas 1,8 MPtas2.

  • 3 Ibidem, copie lettre Boschot (Paris) à Legendre (Madrid), 25.3.1943. AABA-Paris, Fonds CV : bourses (...)
  • 4 Un document atteste que son épouse, Geneviève dAndreis-Colladant, fut assimilée comme membre de la (...)

4À la demande d'Abel Bonnard, le diplomate fit transmettre, à la mi-avril, des renseignements fournis par Legendre afin d'établir le budget de fonctionnement 1943. Quant aux pensionnaires, ils reçurent de l'ambassadeur une avance. L'Académie avait nommé trois nouveaux artistes : une musicologue, un compositeur- le premier ! - et un architecte3. Seul ce dernier, Alexandre Colladant, put rejoindre Madrid4.

  • 5 Ibidem, F17 13359 : rapport Mouraille, mission en Espagne, du 30.4 au 15.5.1943, et note MEN-Vichy, (...)
  • 6 Ippécourt, ouvr. cité, p. 169-207. Émilienne Eychenne, Les Pyrénées de la liberté, les évasions par(...)
  • 7 Pierre Lefranc, France, voici tes fils, Paris, 1974, p. 150-172. Pierre Sandahl, Miranda ou l'évasi (...)
  • 8 R. Marsan, témoignage, Pau, 1984.

5Cette situation ambigûe pouvait-elle, cependant, perdurer ? Tandis que les deux pouvoirs dissidents se disputaient Alger, l'ultra-germanophile Bonnard décidait de « reprendre en mains » les réseaux culturels français de la Péninsule ibérique. Il dépêcha, à cet effet, son chef de cabinet, Jean Mouraille, qui vint, durant la première quinzaine de mai, se rendre compte de la situation dans les deux principales villes d'Espagne. Ses conclusions visèrent principalement les lycées et instituts français : il fallait en remplacer les responsables par des fidèles. Les autorités espagnoles devaient y concourir par des mesures d'expulsion. Il était nécessaire que ces établissements ne devinssent pas des lieux de passage pour les transfuges « gaullistes, giraudistes ou alliés » vers le Portugal, Gibraltar et l'Afrique du Nord5. Depuis la fin de juin 1940, les Pyrénées avaient été, de fait, le principal lieu de passage pour ceux qui ne se résignaient pas. Le camp de Miranda de Ebro et diverses prisons avaient recueilli bien des transfuges ignorant, pour la plupart, les rudiments de la langue castillane6. À Madrid, les rescapés pouvaient compter sur certains responsables de la rue du Marquis de la Ensenada, parmi lesquels René Paris et André Mouclier, avec le soutien de Paul Guinard7. Le chauffeur de Legendre, Cándido, avait aussi participé, dès 1942, à ces filières d'évasion8.

  • 9 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Vichy, Espagne, chemise 268, Œuvres : t. n° 445 et 446-447, Pié (...)
  • 10 Ibidem, copie note verbale Piétri (Ambassade) à Gómez Jordana (MAE), Madrid, 17.6.1943.
  • 11 Pascal Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, 1976, 331 p.

6Mais la mission Mouraille avait connu bien des difficultés, selon le propre aveu de l'ambassadeur : la dissidence était quasi-totale9. L'Institut français avait fermé ses portes, tandis que le lycée voyait la période des examens avancée. Qu'à cela ne tienne, Guinard - et Deffontaines à Barcelone - firent passer un baccalauréat « algérois » et Piétri de s'en indigner auprès du ministère espagnol des Affaires étrangères10 ! L'ambassadeur n'était pas aussi discret qu'il veut bien l'affirmer dans ses souvenirs. Les premières mesures de remplacement des dissidents furent prises dès la fin avril. Mais c'est surtout après la mission Mouraille que la répression vichyste voulut manifester sa rigueur. Après la perte de la Tunisie, conquise par les Alliés en mai, l'État français, sous la coupe des collaborateurs les plus durs, n'avait plus d'empire. Abel Bonnard croyait encore, comme Laval, de Brinon et quelques autres, au destin de l'Allemagne nazie. Afin de mieux participer à l'édification d'une Europe indépendante, face aux Soviétiques et aux Anglo-saxons, il fallait assurer au régime du vieux Maréchal le redressement de son autorité controversée11. Sus, donc, aux tièdes, aux dissidents, aux résistants ! Le combat des « chefs » s'était alors soldé, à Alger, par la primauté du pouvoir gaulliste sur les partisans de Giraud. Début juin, un Comité français de libération nationale y était constitué, à grand peine. Deux France prêtes à en découdre... et des Français d'Espagne pris au jeu des fidélités, des loyautés, des espérances et des haines.

  • 12 AAE-Madrid, carton 452 : copie t. n° 517-521, Piétri (Madrid) à Laval (MAE-Vichy), 7.6.1943. La rec (...)
  • 13 Ibidem, copie t. n° 529, du 11. 6. 1943. Les deux pensionnaires jugés loyaux envers Vichy étaient F (...)
  • 14 R. Marsan et F. Chevalier, témoignages oraux, Pau et Paris, 1984. Menu contre la faim : pains de po (...)
  • 15 AABA-Paris, Fonds CV : dossier de presse madrilène, exposition L. de Tournemire, du 22.6 au 4.7.194 (...)
  • 16 AN-Paris, F17 13341, Papiers Bonnard, lettres officielles diverses 1942-1944 : copie lettre dactylo (...)

7Dans une série de télégrammes, Piétri, à la tête de son ambassade-croupion, fit alors le point sur l'affaire Legendre. Il fallait révoquer immédiatement le directeur de la Casa de Velázquez qui avait eu l'audace de louer, en son nom personnel, la bâtisse de la rue Serrano. Le diplomate avait cru comprendre que Bonnard était peu favorable au principe même de ce centre scientifique et artistique. Les bourses des pensionnaires ne devaient-elles pas être transformées en simples viatiques pour voyageurs ? L'Académie des beaux-arts serait-elle d'accord avec ce nouveau tournant, qui suspendrait l'activité de la Casa12 ? Piétri convoqua les pensionnaires alors présents dans la capitale espagnole. Deux se déclarèrent loyaux envers l'État français. Quant aux trois autres, ils étaient peu enclins, selon le représentant de Vichy, à suivre Legendre. Ne fallait-il pas nommer un gestionnaire provisoire, en attendant les décisions des Affaires étrangères et de l'Éducation nationale13 ? En effet, le versement des bourses était laborieux et confus. La vie quotidienne, en Castille ou en Andalousie, s'avérait bien dure14. Piétri alerta Vichy sur la légèreté du comportement du directeur de la Casa : une pensionnaire ne s'était-elle pas plainte d'être obligée de vendre ses tableaux pour survivre ? Le consulat de Madrid fut ainsi autorisé à prélever une nouvelle avance destinée aux pensionnaires de la Casa, « abandonnés » par leur directeur. Une véritable bataille se jouait donc entre Legendre et l'ambassade, afin d'attirer ceux pour lesquels la Casa existait. À la charnière des mois de juin et de juillet, Louise de Tournemire put organiser, avec l'appui de la Sociedad de Amigos del Arte, une petite exposition15. Legendre ne participa, en aucune manière, à cette manifestation. Ce dernier avait littéralement verrouillé son « territoire ». Outre la location en nom propre, il était aussi titulaire du compte de la Banque centrale pour l'étranger, par lequel transitaient les sommes allouées aux boursiers. Au début du mois de juillet, sa révocation fut décidée par Bonnard, en plein accord avec l'ambassadeur16. Son successeur, pressenti quelque temps auparavant, était un parfait inconnu dans les milieux hispanistes.

  • 17 Ibidem, copie lettre dactylographiée de Mouraille (Vichy) à Pierre Héricourt (consul général-Barcel (...)
  • 18 AAF-Madrid, carton 452 : curriculum vitae, très détaillé, de Georges Rémond. La Fondation Laurent-V (...)
  • 19 AN-Paris, 408 AP 1 Papiers Romier, correspondance de G. Rémond, années 1930. Romier, devenu directe (...)

8Personnage aux multiples facettes, Georges Rémond était apprécié par les responsables de Vichy comme un « homme très remarquable et très sûr »17. Né en 1877, à Nuits-Saint-Georges, cet historien d'art, qui fut aussi explorateur, critique, journaliste et conservateur de musée, était devenu contrôleur général des Beaux-arts, en Égypte, dans les années trente. Arrêté par les Anglais en juin 1941, il avait été libéré en même temps que les prisonniers vichystes du Levant, au mois de septembre suivant. Lorsqu'il fut choisi pour diriger l'institution madrilène, il remplissait la charge d'administrateur d'une fondation artistique dans le Midi de la France18. Bien connu de Bonnard et de Hautecœur, il était surtout lié à un grand fidèle du Maréchal, l'ancien membre de l'EHEH qu'était Lucien Romier, alors ministre d'État19. Ni l'Académie, à Paris, ni l'université, à Bordeaux, ne furent tenues informées de cette nomination.

  • 20 V. Morales Lezcano, Historia de la no-beligerencia, ouvr cité, p. 213-218. Sur l'attitude espagnole (...)
  • 21 Le document original est dans ACV-Madrid, carton 1 : passeport de service n° 12, en date du 26.7.19 (...)
  • 22 JOEF, n° 186, Vichy, 5.8.1943, p. 2041 : révocation de Legendre par décret n° 2007 du 30.7.1943, en (...)
  • 23 AAF-Madrid, carton 452 : copie note verbale Piétri (Ambassade de France, St-Sébastien) à Gómez Jord (...)

9Le temps de certains décideurs était, néanmoins, compté. Le 10 juillet, les troupes alliées débarquaient en Sicile. À Madrid, le gouvernement espagnol, dans le tortueux cheminement de sa politique étrangère20, accordait aux représentants du Comité de libération nationale le droit de s'établir plus officiellement dans un édifice de la rue San Bernardo. Le pouvoir d'Alger était, désormais, en concurrence claire avec celui de Vichy : la fiction de l'unité de façade n'avait plus cours dans la capitale espagnole. Legendre obtint de la nouvelle délégation un passeport de service, consommant ainsi une rupture prudemment ébauchée21. Le 5 août, sa révocation fut inscrite au Journal Officiel de l'État Français, en concomitance avec la nomination de Rémond22. Une nouvelle fois, Piétri informa les autorités espagnoles. Le ministre des Affaires étrangères lui avait donné l'assurance que tout organisme officiel français, hors de l'autorité de Vichy, ne serait pas reconnu... Gómez Jordana indiqua, alors simplement, à l'ambassade qu'il prenait note23.

  • 24 Ibidem, copie d. n° 100, Ambassade-Madrid à MAE-Vichy, 4.8.1943. La rupture bancaire ne sera effect (...)
  • 25 J. Chevalier, alors retiré à Grenoble ou Cérilly, ne figure dans aucun ouvrage traitant des milieux (...)
  • 26 ACV-Madrid, carton 1 : Legendre, note dactylographiée (non envoyée), Madrid, 24.7.1943, situation f (...)
  • 27 F. Chevalier, Hispanic American Historical Review, cité p. 421-442, et témoignage oral Paris, 1984.
  • 28 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite J. Chevalier (Cérilly) à Legendre (Madrid), 18.8.1943. Sal (...)
  • 29 M. Legendre, dans Jean-Berthold Mahn, Témoignages et lettres 1911-1944, Paris, 1950, p. 49-53. Son (...)
  • 30 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 99 et note dactylographiée, Ambassade de France (Saint-Sébasti (...)
  • 31 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite G. Rémond (Vichy) à Lacaze (Paris), 18.8.1943.
  • 32 ACV-Madrid, carton 2 : note dactylographiée Legendre, 3 p., s.d. (fin août ou début septembre 1943)

10Afin de réduire la dissidence de la Casa de Velázquez, les vivres furent coupées, au moment où Legendre recevait encore 52.000 F pour ses pensionnaires24. Ceux-ci, depuis juin, étaient littéralement ballottés entre la fidélité à Vichy, l'attrait du grand large algérois et le désir d'être laissés tranquilles. Leur position était loin d'être matériellement et psychologiquement confortable. C'était surtout vrai pour François Chevalier, soumis à la forte pression de son père, resté fidèle à la personne du Maréchal25. Legendre, qui appréciait pourtant le fils de son vieil ami, voulut le faire mobiliser par les soins du colonel Malaise. L'ordre parvint immédiatement26. Le jeune homme visé par cette mesure brutale assurait, alors, des cours à l'université de Séville et refusa d'obtempérer, dans l'attente de pouvoir s'embarquer, un jour, vers le Mexique, pour y poursuivre ses recherches27. Jacques Chevalier, attristé par le mouvement de dissidence des cadres intellectuels français d'Espagne, pria fermement Legendre de laisser en paix « ceux qui sont demeurés fidèles à leur devoir, à leur pays et à leur chef »28. Un loyalisme que certains pensionnaires n'acceptèrent pas. Rameline Marsan avait opté pour Alger. Quant à Jean-Berthold Mahn, il rejoignit, en août, l'armée française d'Afrique du Nord, comme engagé volontaire29. Même le nouvel arrivé qu'était Alexandre Colladant, après avoir vu Lacaze, à Paris, et un secrétaire d'ambassade vichyste à Saint-Sébastien, rejoignit Legendre. La présence de Rémond s'imposait de toute urgence, selon les représentants de Vichy au sud des Pyrénées30. Ainsi, le nouveau « directeur officiel » fut-il pressé de se rendre dans la capitale espagnole. Il exprima au président du Conseil d'administration ses regrets de ne pouvoir le rencontrer sur les bords de la Seine31. Cette absence de contact ne put qu'irriter davantage les membres de l'Académie, non consultés par Bonnard... À Madrid, le « locataire dissident » l'avait parfaitement compris. « Une révocation du gouvernement de Vichy n'a aucune importance... elle est sans valeur légale, le directeur de la Casa Velázquez étant nommé par le Conseil d'administration... Depuis le 1er janvier 1943, nous n'avons reçu du secrétariat à l'Éducation nationale aucune notification de prise en charge... La France se trouve, en ce moment, sous un régime dictatorial, ou plus simplement sous un régime de violence, où les arguments de droit ne pèsent pas beaucoup. Le pouvoir d'un tel régime s'arrête là où cessent ses moyens matériels d'exécution. Je suis tué à Vichy mais je me porte assez bien en Espagne »32.

  • 33 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 et Papiers Haffner, carton 3, dans (...)
  • 34 ACV-Madrid, carton 2 : permis de démolition, Municipalité de Madrid, 23.6.1943. Avis définitif favo (...)
  • 35 P. Chías Navarro, ouvr cité, p. 175 et suiv. La Fête de la Race, le 12 octobre, commémore la découv (...)
  • 36 ACV-Madrid, carton 3 : correspondance Legendre-Romanones-José Francés, Madrid, octobre 1943. Romano (...)

11Legendre enregistra d'ailleurs avec satisfaction la finition des travaux de déblaiement et de rénovation du pavillon du concierge33. La municipalité avait accordé, dès juin, le permis de démolition34. Mais la suite des opérations du chantier devait demeurer en pointillés pendant une dizaine d'années, malgré les tentatives vichystes d'octroyer quelques crédits pour faire débuter les travaux de reconstruction proprement dits. Lorsque Franco inaugura la nouvelle Cité universitaire, le 12 octobre 1943, jour de la Fête de la Race35, la Casa de Velázquez de la Moncloa était devenu une « ruine présentable »... Legendre avait même obtenu de la Real Academia de San Fernando un avis favorable pour la cession d'un portail ancien. Construit par Pedro de Ribera, celui-ci ornait l'ancien palais du Marquis de Torrecilla, que le ministère des Finances venait d'acquérir, afin de s'agrandir rue d'Alcalá, près de la Puerta del Sol36. L'affaire n'eut pas de suite.

  • 37 Sources : élaboration propre, à partir de AAF-Madrid, carton 452 ; AN-Paris, F17 13359 ; AMAE-Paris (...)

12À la rentrée d'automne, le personnel vichyste était en place, dans les instituts et lycées. Mais sa position semblait bien mal assurée, ainsi qu'en témoigne le tableau suivant37.

DISSIDENCES ET RÉACTIONS EN PÉNINSULE IBÉRIQUE

AUTOMNE 1942- ÉTÉ 1944

Établissement

Titulaires en
novembre 1942

Titulaires Vichy
(date de
nomination)

Observations

MADRID

Institut français
(Marqués de la
Ensenada, 10)

Paul Guinard,
directeur
André Mouclier,
secrétaire général

Philippe Verdier
(avril 1943)

Arrive en août
1943.

Lycée français
(M. Ensenada, 8-12)

Gaston Blanc,
proviseur
René Paris,
Intendant

Philippe Verdier

Échec installation

Casa de Velázquez
(Serrano, 73)

Maurice Legendre,
Directeur

Georges Rémond
(août 1943)

Arrive en oct. 1943
Échec installation
rue Amador de los
Ríos

DISSIDENCES ET RÉACTIONS EN PÉNINSULE IBÉRIQUE

BARCELONE

Institut français
(Provenza)

Pierre Deffontaines,
directeur
M. Arnaud, adjoint

Xavier Sauvage
Pierre Guidou
(avril 1943)

Dissident : octobre
1943 Guidou fidèle
à Vichy devient
directeur de deux
institutions

Lycée français
(Provenza)

André Dravet,
Proviseur

M. Berne
(septembre 1943)

Dissident : oct 1943
cf. Guidou

  • 38 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Piétri (Madrid) à Lacaze (Paris), 15.11.1943. AN-P (...)
  • 39 AMAE-Madrid, série R, liasse 2944, dossier 4 : note verbale n° 645, Ambassade de France à MAE-Madri (...)
  • 40 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée Legendre, Madrid, 18.10.1943.
  • 41 Ibidem, lettre Rémond (Ambassade) à Legendre (CV), 2.11.1943. F. Pietri, ouvr. cité, p. 231, indiqu (...)
  • 42 AAF-Madrid, carton 453 : copie lettre Legendre (CV) à Rémond (Ambassade), 5.11.1943.

13Georges Rémond, enfin parvenu à Madrid, autour du 20 octobre, fit une « excellente impression » aux représentants vichystes38. Le ministère espagnol des Affaires extérieures fut officiellement avisé de son arrivée39. Quant à Legendre, il considérait les mesures prises à son encontre comme un « sabotage ». « Il y a, en effet, un gouvernement beaucoup plus français que celui de Vichy ; ce dernier n'a pas pu trouver un seul hispanisant qui acceptât d'être placé, par lui, à la direction de la Casa Velázquez ; il a dû se contenter d'un égyptologue amateur, ce qui est montrer bien peu de considération pour la Casa, mais aussi, et surtout, pour l'Espagne elle-même. En réalité, Vichy se trouve dans la situation du gouvernement rouge, dans les derniers temps de la guerre civile : officiellement encore reconnu, mais moribond »40. Rémond voulut obtenir très vite la « passation régulière des biens, avoirs et comptes »41. Legendre consentit à le recevoir à « titre purement privé, dans son domicile personnel de la rue Serrano », mais l'avertit clairement... « Votre lettre du Jour des Morts respire de si grandes et si dangereuses illusions que je me demande si l'entrevue que vous sollicitez peut aboutir à un résultat utile ». L'entretien eut lieu, le dimanche 7 novembre, dans l'après-midi42.

  • 43 ACV-Madrid, carton 2 : copie lettre dactylographiée Legendre à Zavala, Madrid, 24.1.1944.
  • 44 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 141, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 11.11.1943, transmett (...)
  • 45 ACV-Madrid, doc. cité, note 32, p. 3. C'est le seul écrit - antérieur à l'entrevue - dans lequel il (...)

14Que se contèrent, donc, les deux hommes ? Dans une lettre, destinée à l'architecte espagnol Daniel Zavala, Legendre indiqua avoir déclaré à son interlocuteur qu'il ne soulèverait aucune question sur la propriété du terrain et des matériaux de la Moncloa, qu'il ne s'opposerait pas à la poursuite des travaux utiles pour l'avenir de la Casa, tout en spécifiant que le tout appartenait, non pas à l'État français, mais à l'Académie des beaux-arts. Enfin, il avait réaffirmé que le seul représentant de la France était le gouvernement d'Alger43. Rémond retira, naturellement, de cette discussion une impression toute autre : l'hôtel de la rue Serrano était une institution financée par l'étranger, dirigée par un dissident, qui l'avait loué en son nom personnel et qui se flattait de vouloir reconstruire le Palais de la Moncloa, sous le nom de Casa Victoria44. Casa Victoria ? En réalité, il s'agissait, dans l'esprit de Legendre, d'une possible dénomination provisoire, pour la bâtisse de la rue Serrano... afin d'épargner au gouvernement espagnol des pressions au sujet de la non-reconstruction de l'édifice de la Cité universitaire45. C'était aussi, bien entendu, une gracieuse manifestation d'espérance et d'ironie que son interlocuteur avait déformée.

  • 46 Truelle (1891-1945), ministre-conseiller, dut encore se débarrasser du colonel Malaise, giraudiste (...)
  • 47 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée du fondé de pouvoirs, Banque Centrale pour l'étrange (...)
  • 48 Documentation dans AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, carton 749, dans AN-Paris, F17 5497, (...)

15L'épreuve de force, au sujet de la Casa de Velázquez était désormais pleinement engagée. Durant une dizaine de mois, d'octobre 1943 à août 1944, les deux « héros en lice » se disputèrent un enjeu multiforme : les ruines de la Moncloa, le bâtiment du centre-ville... et la loyauté des pensionnaires. Rémond s'appuyait sur Vichy et son ambassade, Legendre sur Alger et sa mission de Madrid, désormais dirigée par un diplomate de carrière résolument gaulliste, Jacques Truelle46. Le taux de change était bien lourd pour les maigres finances françaises... de tous bords : 4 F par peseta ! Piétri, d'ailleurs, se plaignait amèrement de sa fixation unilatérale par les autorités espagnoles. Le compte de la Casa, à la Banque centrale pour l'étranger, venait d'être transféré au nom du représentant de Vichy47. Depuis le mois de juillet, Legendre « vécut » donc des subsides du Service des œuvres d'Alger48. Ceux-ci n'étaient utilisés que pour la rue Serrano et les pensionnaires, puisque l'ambassade vichyste voulait, en apparence, « se dévouer » en faveur des travaux de la Moncloa...

  • 49 La série complète de la correspondance Piétri-Lacaze, du 15.11.1943 au 22.6.1944 est dans AABA-Pari (...)

16Mais, dans cet affrontement, quelle était donc la position des deux entités tutélaires de la Casa de Velázquez ? L'Académie des beaux-arts, par la plume du président du Conseil d'administration, refusa tout simplement d'entériner la nomination de Rémond. Dans une longue correspondance échangée avec Piétri, Lacaze eut des mots très durs envers Bonnard. Même si Legendre, à ses yeux, n'était pas exempt de tout reproche, il n'en restait pas moins qu'il avait été nommé par l'Académie, bénéficiaire de la loi de 1920, et que Bonnard, titulaire du département ministériel chargé d'assurer la gestion, n'avait consulté personne pour choisir son prétendu « successeur ». « L'Académie ne fait pas certaines difficultés pour reconnaître M. Rémond. Elle ne le reconnaîtra jamais », conclut l'amiral, qui avait pourtant reçu l'égyptologue à Paris, au mois d'avril 1944. L'ambassadeur battit en retraite deux semaines après le débarquement allié en Normandie. « Les choses demeureront en l'état... Vous pouvez le dire à vos collègues... Restons-en-là »49.

  • 50 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettres dactylographiées de Cirot au recteur André Lirondelle, Bordeaux (...)

17Quant à Georges Cirot, directeur de l'EHEH, à Bordeaux, il prit clairement parti en faveur de Rémond et soutint les efforts de Jacques Chevalier pour maintenir son fils dans la mouvance de Vichy... face à un homme « qui n'avait pas été nommé directeur avec le consentement du Conseil, non consulté »50. Il était clair que les intérêts de l'université de Bordeaux étaient menacés par l'action indépendante de Legendre. Tout en maintenant l'association avec l'Académie, il fallait donc en défendre la spécificité.

  • 51 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre dactylographiée recteur Lirondelle à Gaspar Delpy, Bordeau (...)
  • 52 AR-Bordeaux, dossier Institut d'études ibériques 1937-1961. Le processus de fondation tire son orig (...)

18Lors de son voyage en France, Rémond rencontra Cirot sur les bords de la Garonne. Il vit aussi le recteur, mais ne put voir Gaspard Delpy51. Ce dernier, ancien membre de l'EHEH, avait succédé à Cirot comme titulaire de la chaire d'espagnol. Il était alors en train de promouvoir la création d'un Institut d'études ibériques et sud-américaines, dans les locaux de la faculté des Lettres, cours Pasteur52. L'échec de l'ambitieux projet de 1937 serait ainsi partiellement lavé.

  • 53 AN-Paris, E 17 13341 : copie de la circulaire sur l'enseignement de l'espagnol MEN-Vichy, 16.7.1943 (...)
  • 54 Nombreux documents dans AN-Paris, F17 13359 ; voir aussi F. Piétri, ouvr. cité, p. 230-232.
  • 55 AN-Paris, F17 13339 : réunions du Conseil supérieur du Service du travail obligatoire. Ce pillage d (...)

19Le Conseil de la Faculté des lettres s'était appuyé sur une circulaire de Bonnard aux recteurs, en date du 16 juillet 1943, qui préconisait un large développement des études hispaniques et de l'enseignement de l'espagnol53. Dans un contexte d'encerclement, le régime de Vichy trouvait ainsi dans la Péninsule ibérique une ouverture sur le monde extérieur. Mais le rythme des manifestations culturelles, au sud des Pyrénées, était beaucoup moins soutenu qu'avant novembre 1942. Destinée tragique d'un état-vassal... Ainsi, mal soutenu par un centre bordelais marginalisé, et non reconnu par Lacaze, Rémond était dans une situation peu enviable54. De plus, en octobre 1943, le gouvernement de Franco avait abandonné, sous la pression des alliés, l'inquiétant statut de non-belligérance pour en revenir à la neutralité stricte. Les communistes en exil s'organisaient encore plus activement dans la Résistance française. Les Allemands reculaient en Russie, tout en faisant front aux assauts alliés en Italie. L'étau se resserrait sur la forteresse nazie, où la « solution finale » broyait Juifs et Tziganes, tandis que les régimes collaborateurs mettaient toujours davantage leurs ressources au service des occupants. Ainsi en France, Abel Bonnard, chargé de la Jeunesse, présidait le Conseil supérieur du Service du travail obligatoire qui, depuis février 1943, réquisitionnait les jeunes gens pour les besoins de l'arsenal hitlérien55.

  • 56 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 132, Ambassade-Madrid, à SOFE-MAE, Vichy 2.11.1943 et d. n° 26 (...)
  • 57 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : d. n° 134, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 5.11.1943, (...)
  • 58 Ibidem, d. n° 63, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 24.2.1944. AAF-Madrid carton 452 : d. n° 55, (...)

20Dans ces conditions, Rémond pouvait-il espérer des crédits ? Il put faire procéder à quelques liquidations. Des reports sur l'exercice 1944 furent acceptés par le nouvel attaché financier de l'ambassade, après avis favorable des Beauxarts. Piétri espérait des Affaires étrangères l'octroi d'une somme de 2 MF pour la poursuite des travaux à la Moncloa, mais Vichy avait annoncé que tout crédit de programmation serait interrompu pour 1944 : c'était à l'Éducation nationale de s'en occuper56. « Nous sommes en présence de la table rase... d'une ruine matérielle et morale » se plaignit Rémond, dans son premier rapport57. L'ambassadeur pensait toujours à un emprunt à faible intérêt, auprès de l'Office espagnol des régions dévastées, afin de redonner à la France un prestige qui ferait très bon effet, après l'inauguration de la Cité universitaire par le Caudillo58 !

  • 59 AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : note dactylographiée sur le plan (et le style) de la reconstru (...)
  • 60 ACV-Madrid, carton 2 : lettre dactylographiée de Legendre à Zavala, Madrid, 11.3.1944 ; en marge : (...)
  • 61 Les quatre projets (74 pièces), établis par Haffner, en 1942, sont regroupés dans AMC-Paris, carton (...)

21Mais Rémond préconisa, à diverses reprises, de reconstruire la Casa dans un style nouveau, résolument contemporain, à l'image des édifices voisins. Puisque le portail d'Oñate n'existait plus, la nouvelle conception architecturale pouvait être complètement libre et se détacher, ainsi, d'un « pastiche historique » médiocre59. Legendre, qui avait négocié en vain l'éventuelle acquisition du portail de Torrecilla, ne voulait pas entendre parler d'une remise en cause du projet ancien : c'était encore, pour lui, un véritable sabotage60 ! Haffner, qui avait pu revenir à Madrid en novembre 1943, semblait embarrassé par cette nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Il avait établi, dès 1942, plusieurs projets, dont les différences les plus sensibles concernaient principalement la façade principale. Ne sachant si l'on pourrait compter sur un portail semblable à celui d'Oñate, il avait maintenu les clochetons, dans trois hypothèses sur quatre61.

  • 62 AN-Paris, F17 13359 : copie note dactylographiée Rémond, transmise à DGBA-Paris, 22.3.1944. Voir au (...)
  • 63 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Hilaire (DGBA) à Haffner, Paris, 4.8. (...)
  • 64 AAF-Madrid, carton 452 : correspondance J. Díaz (Moncloa)-Piétri (Ambassade), 4 au 17.3.1944 et ACV (...)
  • 65 AAF-Madrid, carton 452 : copie lettre Piétri à López Otero, 4.3.1944, et carton 453 : réponse du 7. (...)

22Rémond et le conseiller d'ambassade Mallon jugèrent cette perspective inacceptable et le firent savoir au nouveau Secrétaire général des Beaux-arts, Georges Hilaire, maître-d'œuvre d'une éventuelle réédification. Le directeur de l'inexistante Casa vichyste proposa même le nom de Paul (sic) Perret, fraîchement élu à l'Académie, afin que fût mené à bien le projet madrilène62. Lacaze indiqua clairement à Piétri, personnellement indécis, que, seule, l'Académie, en accord avec Haffner, avait autorité pour fixer le style de la reconstruction. La menace d'une large remise en question vint, durant l'été 1944, sous la forme d'un avis de concours ouvert, destiné à permettre l'édification d'une Casa résolument moderne. L'architecte, désigné depuis juillet 1941, s'étonna alors que l'on ait attendu trois ans avant de lancer une telle initiative63. Legendre dut aussi lutter contre la tentative de l'ambassade d'assurer sa mainmise sur le terrain luimême. En mars 1944, Piétri avait convoqué le gardien Joaquín Díaz, qui ne se déplaça pas, sous la pression contraire de « son » directeur64. Rémond avait aussi rencontré l'inamovible López Otero, architecte de la Cité universitaire65. Tout cela, sans résultat...

  • 66 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 148, Ambassade-Madrid à SOFE-Vichy, 17.11.1943, transmettant d (...)
  • 67 Ibidem, correspondance G. Rémond-F. Chevalier, novembre 1943 : F. Chevalier y exprimait le désir de (...)
  • 68 AMAE-Paris, série SOFE, Alger, carton 764 : l'Institut français d'Amérique latine fut fondé, en 194 (...)
  • 69 Il recevait 1.000 Ptas par mois, grâce au consul de Séville, Raymond Boyer de Sainte-Suzanne. AAF-M (...)

23L'enjeu immédiat demeurait, cependant, le rassemblement des pensionnaires, sous la houlette des deux directeurs en lice. Inégale, dès l'arrivée de l'envoyé de Vichy, la lutte tourna complètement à l'avantage de Legendre. Malgré les affirmations antérieures de Piétri, les membres restèrent fidèles, dans l'ensemble, au « vieux Madrilène ». À l'automne, l'ambassadeur dut en convenir, en indiquant que ce n'était là que le résultat de menaces ou de promesses matérielles alléchantes proférées par Legendre66. Seule, Louise de Tournemire, brouillée avec le locataire de la rue Serrano, s'en fut. Vivant à Séville, François Chevalier, que son père et Cirot considéraient comme loyal au gouvernement du Maréchal, était agacé par ces pressions, qui ne l'empêchèrent nullement de vouloir garder le contact avec Legendre67. Il ne rêvait que de poursuivre ses recherches au Mexique, où l'ethnologue Paul Rivet venait de fonder l'Institut français d'Amérique latine68. Il fut, en tout cas, l'unique pensionnaire à qui la subvention de Vichy ne fut pas ôtée69.

  • 70 Témoignage écrit d'Antonio Iglesias Álvarez, Madrid, 1984.
  • 71 AN-Paris, F17 13359, dossier IFM-Lycée français : visa Jacques Fontaine, août 1943. Témoignage oral (...)

24Les jeunes gens ralliés à Legendre venaient naturellement d'horizons très différents. Malgré l'éviction de Grünewald, jugé trop « collaborationniste » par le directeur de la rue Serrano, un musicien espagnol avait enfin permis de renouer depuis 1936 avec la tradition de l'octroi de bourses aux nationaux ibériques. Antonio Iglesias Alvarez fut, ainsi, le premier compositeur de la section artistique de la Casa Velázquez70. Si son intégration au groupe ne rencontra aucune difficulté, il n'en fut pas de même pour Jacques Fontaine, nommé initialement au Lycée français, mais qui put rejoindre la Casa, en décembre 1943. Venu dans le sillage du directeur vichyste Philippe Verdier, il fut l'objet d'une suspicion, qui ne devait jamais totalement s'estomper. En réalité, avec ses camarades Jean Meyriat et Guy Lefort, il échappa ainsi au Service du travail obligatoire, dont le « ramassage » n'épargna pas les élèves de l'École normale supérieure71. Par sa venue, l'histoire ancienne reprenait ses quartiers dans le champ, alors réduit, des spécialités développées au sein de l'institution.

  • 72 Cet étonnant document du 6.1.1944 est localisable dans ACV-Madrid, carton 4. Un autre, intitulé : R (...)
  • 73 Témoignages oraux Jacques et Anne Fontaine (roses et bibliothèque) et de R. Marsan (boîtes à chauss (...)
  • 74 Par la loi de nationalisation du 24.1.1941, les compagnies de chemin de fer avaient été regroupées (...)

25Rue Serrano, le « capitaine » faisait régner une stricte discipline. Il avait même fixé, le jour de la Fête des Rois 1944, un tarif d'amendes pour manquement à l'exactitude et à la linguistique espagnole ! Le produit financier de ces punitions devait être exclusivement employé à l'amélioration de l'ordinaire72. Une nouvelle intendante, Araceli Loizaga, était chargée d'un ravitaillement qui ne donnait lieu, le plus souvent, qu'à un menu médiocre : des fèves, des lentilles, avec un peu de poisson et parfois de la viande - « la lutte de l'homme contre le taureau », selon Antonio Iglesias - quelques rares pâtisseries... Par beau temps, le jardin s'offrait aux pensionnaires... mais gare aux roses du directeur ! La comptabilité semblait réduite à sa plus simple expression : les sommes en espèces étaient conservées dans des boîtes à chaussures ! Quant à la bibliothèque, qui comptait environ 200 volumes, elle était gérée par les épouses d'André Lys et de Jacques Fon-taine73. Ainsi, malgré l'exiguïté des moyens mis à leur disposition, les chercheurs pouvaient poursuivre leurs travaux, dans la Péninsule, grâce aux abonnements des chemins de fer nationalisés74.

  • 75 ACV-Madrid, carton 4 : texte dactylographié 4 p. « Au seuil de l'année de la victoire, de la libéra (...)
  • 76 Voir note 29 : ouvr. cité, p. 151 ; de même, la préface de Louis Halphen, pour la thèse de J.-B. Ma (...)

26Le 1er janvier 1944, le directeur avait tenu à ses administrés un petit discours édifiant sur la fin proche des souffrances et des humiliations75. Or, la machine de guerre allemande était encore vigoureuse, malgré la croissante pression soviétique et la défection italienne. Le 21, les Alliés occidentaux relancèrent leur offensive, au sud de Rome, face à une Wehrmacht solidement retranchée, notamment autour de la célèbre abbaye bénédictine du Mont Cassin, sur la ligne Gustav. Les coups de boutoir assénés en février et mars ne permirent aucun déblocage. Les forces françaises, maghrébines autant qu'européennes, multiplièrent les reconnaissances dans l'Apennin. C'est au cours d'une patrouille, près de Viaro, que le lieutenant Jean-Berthold Mahn trouva la mort, le 23 avril 194476.

  • 77 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37, d. n° 137, Ambassade-Madrid à MAE-Vichy, 5.11.1943, transm (...)
  • 78 AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : note de synthèse, 1.2.1944, citée note 44.
  • 79 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : copie note Rémond à MEN (Paris ou Vichy ?), avril 1944. A (...)
  • 80 L'échange de correspondance entre Madrid et SOFE-Vichy du 17.4 au 10.5.1944 est contenu dans AAF-Ma (...)
  • 81 Dans AAF-Madrid, carton 452, et dans AN-Paris, F17 13359, on trouve la trace de certains artistes p (...)
  • 82 AN-Paris, F17 13359 : copie lettre dactylographiée Piétri (Madrid) à Bonnard (Vichy), 1.6.1944. L'a (...)
  • 83 ACV-Madrid, carton 4 : rapport Legendre, 20 p., juin 1944, fol. 4. Legendre adressa plusieurs lettr (...)
  • 84 AN-Paris, F17 13359 : copie lettre Rémond (Madrid) à G. Cognacq (Paris), 5.6.1944. Dans cette missi (...)

27À Madrid, Georges Rémond, représentant d'un gouvernement de plus en plus isolé, avait ébauché l'existence d'une Casa de Velázquez, visant à éliminer celle de Legendre. Dès octobre 1943, il formula l'idée d'une location d'immeuble, où seraient placés des artistes moins jeunes, donc moins influençables que ceux ralliés à son adversaire77. Il ne reprit ce projet qu'en février 1944, en l'étoffant de projets d'expositions et de manifestations culturelles diverses78. En avril, il avait trouvé un hôtel particulier, au n° 3 de la rue Amador de los Ríos. Ancienne légation de Colombie, l'édifice appartenait au comte de Bulnes, alors ambassadeur d'Espagne à Buenos-Aires. L'intendant, au service de ce diplomate, était prêt à conclure, mais il fallait se hâter79... La réponse de Vichy tarda. Enfin, à la mi-mai, un bail d'un an, à 5.000 Ptas par mois, put être paraphé80. Ainsi, Rémond avait-il désormais un logis... mais aucun pensionnaire ! Il n'en eut jamais, toute démarche demeurant vaine à cet effet81. Piétri alerta Bonnard, le 1er juin 1944. « La présence de M. Rémond, seul dans cet hôtel, alors que Legendre, directeur de la Casa dissidente, est entouré de professeurs et d'élèves serait, à mon sens, du plus fâcheux effet »82. Legendre qui, en mars, se gaussait encore du « lamentable M. Rémond qui n'a trouvé ni maison, ni élèves », était cependant en butte à l'hostilité des autorités espagnoles. Celles-ci tentèrent, en effet, de censurer les écrits des enseignants français dissidents et boudèrent les cérémonies d'inauguration des deux expositions qu'il organisa, en ce printemps fertile en événements83. Le 5 juin, au moment même où les Américains rentraient dans Rome, Rémond adressait au mécène Gabriel Cognacq une lettre où son désabusement s'exhalait sans retenue. « Nul envoi de pensionnaires ou de voyageurs. On m'offre une maison où je demeurerai seul ; étant déjà promu fantôme de la Castellana ! Merci du peu... la qualité de bouffon n'ajoutant rien à celle de double fantôme ». À tous les niveaux du dossier, régnaient, selon lui, « la confusion, l'anarchie, l'aboulie et la loufoquerie »84.

  • 85 Ibidem, deux notes dactylographiées, Cabinet (Jean Mouraille et Mlle Maurel) à Ministre (A. Bonnard (...)
  • 86 Une copie de cette lettre, signée par Mlle Maurel (Cabinet, MEN-Vichy) a été retrouvée dans ACV-Mad (...)
  • 87 Rémond resta en Espagne jusqu'en 1945. Élu, en janvier 1950, membre correspondant de l'ABA, il mour (...)

28Le lendemain, l'opération Overlord était lancée sur les côtes de Basse-Normandie. Tandis que les combats faisaient rage dans l'ouest de la France, l'Éducation nationale de Vichy fourbissait encore, fin juin, des projets d'avenir pour la Casa, tout en reconnaissant que les deux pensionnaires prévus avaient renoncé à leur voyage85. Une ultime missive, émanant du cabinet d'Abel Bonnard, depuis Paris, fut adressée à Rémond, en juillet. Elle reconnaissait implicitement l'échec du peuplement de l'édifice de la rue Amador de los Rios86. Puis ce fut le silence87...

  • 88 Parmi les hommes du détachement Dronne (2ème DB), des républicains espagnols. Dans l'Allier l'un de (...)
  • 89 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : passation des pouvoirs. F. Piétri, ouvr. c (...)
  • 90 Juan Carlos Pereira, Introducción al estudio de la política exterior de España (siglos XIX y XX), M (...)

29Pour Legendre, qui dressa, dans un long rapport, un bilan circonstancié de l'année universitaire en procédant à un large tour d'horizon des perspectives d'avenir, une victoire toute locale était donc acquise. Mais le chemin de la résurrection nationale était encore long... Le général de Gaulle avait dû écarter, dès juin, les prétentions américaines de création d'une administration militaire alliée. Un Gouvernement provisoire de la République Française plaça, dans les régions libérées, des préfets, chargés, entre autres tâches, de susciter « l'amalgame », c'est-à-dire l'intégration des résistants de l'intérieur dans l'armée régulière. Peu après le second débarquement sur les côtes de Provence, la capitale, insurgée, était libérée, les 24-25 août, par des éléments de 2ème Division blindée, sous le commandement du général Leclerc. Ses dirigeants étant en fuite vers l'Allemagne, le régime de Vichy agonisait. La cité thermale de l'Allier avait été capturée par les maquisards locaux88. Le 1er septembre, Piétri remit les locaux de l'ambassade de Madrid à Truelle, qui prit le titre de délégué du Gouvernement provisoire89. Les relations franco-espagnoles s'annonçaient conflictuelles. Les forces de la Wehrmacht avaient abandonné la frontière pyrénéenne au cours de l'été. Celle-ci, cependant, restait difficilement franchissable. Gómez Jordana étant décédé accidentellement, Franco eut, en août, l'idée de confier le portefeuille des Affaires étrangères à l'ancien ambassadeur à Vichy, José Félix de Lequerica. Bien que lié aux intérêts anglo-saxons, ce germanophile, que l'on avait dénommé « la nourrice de l'armistice » de 1940, contribua, par sa présence même au Palais de Santa Cruz, à renforcer l'isolement d'un régime dictatorial, réprouvé autant par les démocraties occidentales que par l'URSS90. Les exilés républicains, principalement communistes, brûlaient de reconquérir l'Espagne : les tentatives lancées en septembre et octobre, notamment dans le Val d'Aran, furent autant d'échecs, malgré la persistance de poches de guérilla dans certaines zones montagneuses de la Péninsule. Pour le gouvernement franquiste, il ne faisait aucun doute que le pouvoir parisien, noyauté par les communistes, appuyait ces opérations de « revanche ».

  • 91 Rapport cité note 83, fol. 3. Curieusement, pas un mot sur les Américains, il est vrai encore quasi (...)
  • 92 De nombreux rapports et notes dans AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 82.
  • 93 ACV-Madrid, carton 2 : trois notes sur un crédit de reconstruction de la CV, Paris-Madrid, du 13.9 (...)
  • 94 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée, 3 p., Perchet (BBCPN-MEN), Paris, 4.12.1 (...)
  • 95 Arriba, Madrid, 29.10.1944. Une traduction dactylographiée dans ACV-Madrid, carton 3. Le 5.11.1944, (...)

30Legendre craignait précisément, pour l'avenir des œuvres françaises au sud des Pyrénées, que la France nouvelle ne fût pas prudente dans son approche des affaires ibériques et marocaines. Si les Allemands et les Italiens n'auraient, à court terme, qu'une influence réduite, il n'en était pas de même pour « les Anglais, toujours lents à se mettre en mouvement (sic), mais qui ont bien compris cette importance des relations culturelles, avec l'institut dirigé par Walter Starkie : on peut compter sur leur persévérance dans ce qu'ils ont vigoureusement entrepris ». En un mot, il fallait redonner véritablement vie à la Casa91. Mais les responsables français des Affaires étrangères ne semblaient guère déterminés à l'apaisement envers l'Espagne franquiste soupçonnée, à juste titre, d'abriter de nombreux agents nazis. Le régime au pouvoir à Madrid manifesterait-il une solidité à toute épreuve ? s'interrogeait-on à Paris92. Dans le vaste mouvement de déménagement qui conduisit les services de la France Libre d'Alger à Paris, l'espoir d'obtenir rapidement des crédits de reconstruction semblait prématuré. Le Service des œuvres avait bien évoqué la mise à disposition de 4,5MF, dès avant la libération du territoire métropolitain93. Sur les bords de la Seine, Haffner et le directeur du Service d'architecture, René Perchet, ne restaient pas inactifs. En décembre 1944, le coût global du projet était estimé à 20 MPtas. Les deux hommes pensaient obtenir une première tranche de 10 MF sur le budget 1945. La question épineuse du style n'avait pu être réglée : les quatre avant-projets de Haffner, menacés par l'idée - abandonnée - d'un concours, provoquaient les hésitations des fonctionnaires94. Le journal madrilène Arriba avait relancé le débat public, en reproduisant fidèlement les intentions conservatoires du directeur de la Casa95.

  • 96 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, 3 p., Madrid, 25.9.1944, et AMAE-Paris, série DGRC, c (...)
  • 97 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée Cirot à recteur Lirondelle, Bordeaux, 25.10.1944 (...)
  • 98 EHEH-RA, 1943-1944, BH, n° 2, 1944, p. 252-254, et, idem, 1944-1945, université Bordeaux-RA, 1946, (...)

31Legendre pensait bien avoir choisi un camp où il n'aurait pas que des amis. Il était cependant convaincu de la justesse de sa cause politique et personnelle. À soixante-sept ans, il se savait condamné à demeurer au sud des Pyrénées. Son ancrage à Madrid et à La Alberca en témoignait. Sa mission, visant à faire revivre la Casa sur le site de la Moncloa, rencontrerait bien des obstacles, mais en s'appuyant sur un solide réseau cl'amitiés locales, il espérait bien les franchir en se maintenant à la tête de l'institution. Une note relative au financement de bourses, rédigée à la fin de septembre 1944, relança les hostilités96. S'étant déclaré opposé au maintien du quasi-monopole de l'université fondatrice de l'EHEH, Legendre provoqua le courroux de Cirot. Confier le choix des boursiers scientifiques à la seule Direction de l'enseignement supérieur, c'était nier la spécificité bordelaise : avec l'appui du recteur, Cirot protesta auprès du ministère, en rappelant que ni Legendre, ni Rémond n'avaient été valablement élus par le Conseil d'administration97. Dans ses rapports sur l'activité de l'EHEH en 1943-1945, l'universitaire bordelais retraité ne fit, d'ailleurs, aucune allusion au directeur de la Casa, ni aux deux pensionnaires effectifs qu'étaient Francine Couderc-Sempere et Jacques Fontaine98.

  • 99 AR-Bordeaux, dossier EHEH : note dactylographiée, EHEH et CV, Bordeaux, s.d. (1945), p. 5. Original (...)
  • 100 AAIBL-Paris, registre E113 : séance du 8.6.1945, p. 379. Halphen (1880-1950), avait été professeur (...)

32Sur les bords de la Garonne, la nomination de Legendre n'avait pas été considérée comme légale. En réalité, on lui reprochait de ne pas être issu du sérail universitaire bordelais et de ne pas tenir compte des intérêts de l'EHEH. Aux yeux des gens du Sud-ouest, on était loin des garanties offertes par des personnalités telles que Pierre Paris ou François Dumas99... Mais ce fut une initiative de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, voulant réorganiser l'EHEH sous son autorité, qui inquiéta Bordeaux. En effet, dans sa séance hebdomadaire du 8 juin 1945, celle-ci, sous l'impulsion du médiéviste Louis Halphen, procéda à un échange de vues relatif à la transformation de l'EHEH en un institut calqué sur Rome et Athènes. Son installation devait être réalisée au cœur de la ville, près des bibliothèques et des musées100. La Faculté des lettres de Bordeaux, en assemblée, un mois plus tard, réagit vigoureusement à cette démarche.

  • 101 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée, doyen Delage à recteur, Bordeaux, 11.7.1945, re (...)
  • 102 Ibidem, lettre dactylographiée de Cirot à Delage, Bordeaux, 12.11.1945, transmise par ce dernier au (...)
  • 103 C.-V. Aubrun, Le doyen Georges Cirot (1870-1946), notice nécrologique citée.
  • 104 AAIBL-Paris, registre E 113 : séances du 23.2 et du 2.3.1945, p. 358 et 360, présentation de Marcel (...)
  • 105 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, confidentielle, n° 1743, J. Marx, conseiller techniqu (...)

33Depuis longtemps, les Bordelais étaient, certes, convaincus du trop grand éloignement de la Casa, dans les faubourgs, mais le projet de l'Académie des inscriptions leur paraissait trop restrictif. L'EHEH ne pouvait se contenter d'être un centre d'histoire et d'archéologie ibéro-romaine. Tous les domaines de la recherche devaient être préservés... ainsi que la position dominante de l'université, de laquelle serait issu, statutairement, le directeur, qui assurerait une liaison constante avec l'Institut d'études ibériques et sud-américaines, créé sur les rives de la Garonne en 1943101. Ainsi, Legendre serait-il écarté... Ce dernier provoqua encore, à l'automne, le mécontentement des responsables girondins, à travers la préface d'une brochure faite par un jeune scientifique venu quelque temps en Espagne. Le directeur de la Casa y répétait les propos tenus dans sa note de septembre 1944 sur le recrutement des boursiers. Et Cirot de rappeler, à nouveau, l'irrégularité qui avait entaché, selon lui, l'élection du « directeur provisoire de la Casa », en 1940, et d'affirmer l'illégalité de sa prétention à faire passer ledit travail pour un nouveau volume de la Bibliothèque de l'EHEH102. Réélu, pour la quatrième fois, en mai 1946, Cirot dut, néanmoins, assurer l'envoi de pensionnaires vers l'institution de la rue Serrano. Quand il mourut, le 27 novembre de cette année-là, c'était assurément un adversaire courtois mais acharné de Legendre, qui disparaissait après un demi-siècle de dévouement aux études ibériques en général, et au Bulletin Hispanique en particulier103. Au moment même où l'hispanisme acquerrait enfin droit de cité au Collège de France104, le directeur de la Casa Velázquez apparaissait toujours comme un « marginal »... Mais l'université de Bordeaux n'était pas la seule entité qui fût hostile à Legendre. À une demande d'informations émanant de l'Éducation nationale, en avril 1945, le Quai d'Orsay proposa un plan de réorganisation profonde, inspiré par l'ancien directeur du Service des œuvres, Jean Marx. Ce véritable bouleversement impliquait en effet la suppression de la « déplorable » tutelle de l'Académie des beaux-arts, le remplacement de Lacaze « incompétent » et de Legendre « qui n'est plus jeune ». Les deux hommes n'avaient-ils pas manifesté un attachement au Maréchal et au Caudillo, les discréditant « vis-à-vis de l'Espagne libérale de demain (sic) »105... Ainsi, au moment où l'Allemagne capitulait, les appuis du directeur de la Casa vacillaient dangereusement.

34Trois hauts fonctionnaires de l'Éducation nationale se réunirent, à la mimai, pour un échange de vues sur l'avenir de l'institution madrilène : Jean Bayet, directeur général de l'Enseignement, Pierre Auger et Jacques Jaujard, titulaires de l'Enseignement supérieur et des Arts et Lettres. La Casa resterait attachée à l'Enseignement supérieur, en vertu de la politique inaugurée par Vichy. Le Conseil d'administration serait complètement modifié, au détriment de l'Institut et de Bordeaux.

  • 106 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, 3 p., MEN, Paris, 15.5.1945, signée J. Bayet, CR réun (...)
  • 107 ABA-Paris, Secrétariat : copie lettre des secrétaires perpétuels AIBL et ABA, à ministre-MEN, Paris (...)

35Enfin, l'autonomie financière, sur les modèles athénien et cairote, serait octroyée à la maison madrilène, dont le directeur serait nommé par le ministre, sur une liste de deux noms, proposée par le nouveau Conseil106. Averties, les Académies des beaux-arts et des inscriptions et belles-lettres proposèrent un contre-projet, à la fin de juin107.

36LE FUTUR CONSEIL D'ADMINISTRATION DE LA CASA DE VELÁZQUEZ MAI - JUIN 1945

37Projet Éducation nationale, 14 mai 1945

  • Directeur Enseignement supérieur, président avec voix préponderante - MEN

  • Directeur Arts plastiques – MEN

  • Directeur Musique et Spectacles – MEN

  • Directeur Service relations culturelles avec l'étranger – MEN

  • Deux membres Académie inscriptions et belles-lettres - Institut de France

  • Deux membres Académie des beaux-arts - Institut de France

  • Un universitaire hispanisant – MEN

  • Directeur Casa Velázquez – MEN

38Projet Académies des beaux-arts et des inscriptions et belles-lettres, 28 juin 1945

  • Trois représentants ministériels (sans précision)

  • Trois membres Académie inscriptions et belles-lettres (dont le secrétaire perpétuel)

  • Trois membres Académie des beaux-arts (dont le secrétaire perpétuel)

  • 108 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : note dactylographiée J. Marx à Varin (DGRC), Paris, 9.4.1945. L (...)
  • 109 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée n° 280, Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 11.11.194 (...)

39Au Quai d'Orsay, l'attaque contre l'Académie des beaux-arts et Lacaze ne pouvait être plus claire. Jean Marx, « vieille connaissance » de Legendre, n'avait-il pas indiqué, dans une note adressée à l'un des responsables de la nouvelle Direction générale des relations culturelles du ministère : « Il faut savoir ce que nous voulons faire de cette institution, dont le rendement, dans le passé, a toujours été très insuffisant. Mais il faudrait, pour une réforme, une entente avec M. Capitant et une ferme résolution de ne pas céder devant les criailleries éventuelles des protecteurs de la Maison : Académie des beaux-arts, Lacaze, Bordeaux... »108 ? Mais, à l'inverse du Quai d'Orsay, la rue de Grenelle ne semblait pas prête, cependant, à « chasser » Legendre de son poste. D'autant plus que celui-ci œuvrait activement en faveur de la tutelle de l'Enseignement supérieur sur la Casa. Ainsi, le budget de fonctionnement devint-il, définitivement, partie intégrante des dépenses du ministère de l'Éducation nationale. Habilement, le directeur de la Casa sut aussi s'appuyer, à ce sujet, sur l'Académie. Dès novembre 1944, la reprise de contact permit de dissiper les tiraillements du temps de l'occupation. « La libération de la France aura, pour conséquence, à bref délai, une augmentation considérable de l'activité de notre institution », écrivit-il, alors, à Lacaze, en lui suggérant quelques modifications au règlement109. Ainsi pouvait-il espérer sauvegarder sa position, à un moment où les relations de l'Espagne avec les vainqueurs occidentaux de l'Allemagne étaient devenues franchement mauvaises. Son engagement, déjà ancien, en faveur du régime franquiste le rendait, à l'évidence, persona grata auprès des autorités. La permanence du duo Legendre-Guinard ne pouvait que rendre les plus grands services aux œuvres françaises, Guinard étant alors devenu attaché culturel.

  • 110 Pedro Antonio Martínez Lillo, Una introducción al estudio de las relaciones hispano-francesas (1945 (...)
  • 111 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée de Legendre, 23 p., traite abondamment de la concurrenc (...)

40En 1945, le contentieux franco-espagnol était impressionnant110. La situation économique de la France, lors de la capitulation allemande, était si désastreuse qu'une reprise active des relations commerciales s'avérait indispensable. D'importants intérêts économiques français étaient à préserver. De même, le plus important réseau culturel étranger en Espagne devait être remis en état de fonctionnement, voire développé. La conjoncture était favorable : les écoles et institutions allemandes ou italiennes avaient été saisies. Certes, les Anglo-saxons semblaient disposés à consentir de gros efforts pour rattraper leur retard, mais il leur restait encore beaucoup à faire, malgré un succès croissant111...

41C'était sans compter avec de puissantes forces irréductiblement opposées à la reprise des contacts avec le pouvoir franquiste. « Plus d'un an après la chute des régimes totalitaires, le maintien du général Franco (au pouvoir) apparaît comme un défi aux démocraties victorieuses » indiquait, en décembre 1945, une note interne du Quai d'Orsay. Sans l'aide des États-Unis et de la Grande-Bretagne, il semblait, pourtant, vain de tenter un renversement brutal de la dictature ibérique. Malgré leurs divisions, les exilés républicains, soutenus par le Parti communiste français, y croyaient fermement.

42De nombreux socialistes, voire une large fraction du nouveau Mouvement républicain populaire, démocrate-chrétien, souhaitaient aussi le retour d'une république à Madrid. Mais, là encore, s'agissait-il, pour tous, de la « même » république ? Si les Nord-américains semblaient pencher, avec discrétion, pour cette solution politique, les Britanniques souhaitaient plutôt une restauration monarchique en la personne de Don Juan, fils d'Alphonse XIII.

43Pourtant, de nombreuses indications, en provenance de Madrid, tendaient à prouver que le régime était plus solide que certains milieux ne voulaient bien l'affirmer. Par exemple, Truelle estimait, en avril 1945, que « rien ne laisse prévoir la chute du gouvernement de Franco ». Le consul général de France à Barcelone concluait également à l'impossibilité d'abattre le régime. Ces avertissements, prônant un véritable quieta non movere, ne furent pas entendus en haut lieu, à Paris. Déjà, la perspective d'adhésion à la naissante Organisation des Nations Unies avait été déniée au régime franquiste, dans une déclaration de condamnation implicite, adoptée par les participants de la conférence de Potsdam, le 2 août 1945.

  • 112 P. A. Martínez Lillo, « Una aproximación al estudio de las relaciones bilaterales hispano-francesas (...)
  • 113 Ángel Viñas, « La politique étrangère et le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous le fra (...)

44En décembre, une démarche diplomatique française appela Londres et Washington à la rupture des relations avec Madrid. Un mois après le départ du général de Gaulle, le gouvernement, dirigé par Félix Gouin, toujours avec Georges Bidault aux Affaires étrangères, céda à la protestation populaire, déclenchée par l'exécution de Cristino Garcia et de ses compagnons, le 1er février 1946. Le Conseil des ministres décida, alors, la fermeture de la frontière, à partir du 1er mars112. Ainsi, l'Espagne, au-delà de son isolement avec le reste de l'Europe, se trouvait-elle mise au ban des nations113.

  • 114 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 11.7.1946, transm (...)

45Pour Legendre, « la désolante fermeture de la frontière (montre que) la politique extérieure de la France... traverse une crise déplorable, et cette crise n'aurait pas pu se produire si les Français et la plupart de leurs dirigeants n'étaient dans une ignorance profonde des réalités espagnoles... Afin de pouvoir répudier avec une énergie intransigeante tout ce qui peut conduire au collaborationisme soviétique, il nous faut rejeter d'abord tout ce qui pourrait sentir le collaborationisme nazi », et de proposer à Lacaze la reprise des pèlerinages français au sud des Pyrénées114.

  • 115 Témoignage écrit de J. Gautier-Dalché, Nice, 1984.
  • 116 On en trouve trace dans AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50, pour la musicienne Éliane M (...)

46De mars 1946 à février 1948, le passage d'un pays à l'autre fut, donc, malaisé. Si, grâce à son passeport diplomatique, Maurice Legendre pouvait franchir facilement la frontière, il n'en était pas de même pour les pensionnaires : le médiéviste Jean Gautier-Dalché, arrivé du Maroc, le jour même de la fermeture, put parvenir à Madrid sans encombre115. Mais, pour les arrivants de l'automne 1946 et pour les suivants, il fallut multiplier les démarches consulaires. Le directeur de la Casa parvint aussi à faire venir quelques boursiers et membres libres116.

  • 117 ACV-Madrid, carton 4 : règlement dactylographié, janvier 1946, 2 p. À son arrivée, chaque pensionna (...)
  • 118 Témoignage J. Gautier-Dalché, Nice, 1984. ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée Legendre, 5 p (...)
  • 119 Témoignages J. et A. Fontaine, Antony, 1984 : naissances à la CV, de décembre 1944 à avril 1945.
  • 120 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, p. 20, 16.11.1945, « Anniversaire de ma petite fi (...)

47Pourtant, le gouvernement français dut, très vite, réexaminer sa position. Dès le 12 mars, à peine deux semaines après la fermeture, Bernard Hardion, remplaçant de Truelle, adressait une note verbale au Palais de Santa Cruz afin de permettre le passage des nationaux résidents dans le pays voisin. À l'issue d'âpres discussions, les gouvernements de Madrid et de Paris, par échange de lettres, se mirent d'accord, à Saint-Sébastien, à la fin du mois d'août. La France obtenait, aussi, d'être associée aux négociations relatives à la liquidation des biens allemands en Espagne. Dans ce contexte, légèrement assoupli, Legendre ne manquait pas de se plaindre du nombre encore réduit des pensionnaires. La section artistique était particulièrement maigre, mais elle fut incarnée par l'un des futurs grands peintres modernistes espagnols : José Guerrero. La rigidité du règlement imposé par le directeur à ses administrés excluait toute discussion politique et religieuse117. Certains ne l'acceptèrent pas. Jean Gautier-Dalché trouva rapidement l'ambiance maussade. « La présence de Legendre, silencieux, avait une influence paralysante. On parlait peu et sans liberté... Atmosphère de pensionnat... qu'une demoiselle belge, sans aucun titre universitaire français, régentait »118. Malgré les difficultés de la vie matérielle, chacun s'efforçait de travailler au mieux de ses possibilités. Les bourses, à peine réajustées, étaient très défavorables pour les couples, surtout pourvus d'enfants. À ce sujet, la Casa avait connu, en 1944-1945 un véritable baby boom avec la naissance de trois enfants en l'espace de cinq mois. L'institution devait loger les ménages et leur progéniture, dans l'annexe de la rue Castelló119. Legendre, que n'avait pas abandonné toute fibre paternelle, dut faire face120...

  • 121 « Le Journal de la CV », 1945-1955, nous permet d'appréhender, avec précision, ses fréquentations. (...)
  • 122 ACV-Madrid, carton 1 : curriculum vitae, M. Legendre, dactylographié, supplément au curriculum de m (...)
  • 123 « La victoire de l'Espagne et la nouvelle tactique soviétique », mémorandum dactylographié, 4 p., a (...)
  • 124 Sur la « juste » adaptation de l'hispanisme français à l'Espagne de Franco, Juan Roger, « El hispan (...)
  • 125 Arriba, Madrid, 1.5.1947 et Le Monde, Paris, 16.5.1947. AMAE-Paris, série Europe, 1944-1949, Espagn (...)
  • 126 Pierre Vilar, à son retour de captivité, avait pu se rendre, de nouveau, en Catalogne, grâce à Henr (...)

48Sa position personnelle, après l'alerte de 1945, ne cessait, par ailleurs, de se renforcer auprès des Espagnols liés, plus ou moins étroitement, au régime. Le réseau étoffé de ses relation le transformait en véritable protecteur de la Casa121. Élu membre correspondant de la Real Academia Española de la Lengua, lors de la capitulation allemande, il le fut également à l'Instituto de Hispanismo, en décembre 1947, et à la Real Academia de Bellas Artes de San Carlos, de Valence, en 1948122. Ce temps des honneurs officiels ne pouvait que le pousser à dénoncer encore davantage les ennemis de l'Espagne « victorieuse »123. On ne devait pas plaisanter avec l'hospitalité ! Exalter l'œuvre de justice et de paix de Franco, ce n'était pas faire de la politique, mais tout simplement rendre hommage au pays d'accueil124. Legendre ne manquait pas de le rappeler aux pensionnaires, à leur arrivée... Ainsi éviterait-on les incidents qui émaillèrent les relations générales, mais aussi culturelles, entre les deux pays. Fin avril 1947, une perquisition au Lycée français, soupçonné de couvrir des menées subversives, avait provoqué une tension supplémentaire125. Quelques mois plus tard, à Barcelone, des enseignants de l'Institut et du Lycée français qui s'étaient associés à des mouvements de grève en France, furent priés de quitter le territoire. Parmi eux, Pierre Vilar126.

  • 127 Sur ces discussions, ibidem, chemises 97 et 98. Une note française, adressée au délégué espagnol à (...)
  • 128 À la demande de Guinard, attaché culturel et directeur de l'IFM, et de Legendre, de jeunes Espagnol (...)

49Ces heurts reflétaient, en réalité, la volonté du gouvernement de Madrid d'obtenir une stricte réciprocité dans le domaine des institutions culturelles127. Le déséquilibre demeurait patent128.

  • 129 AN-Paris, F17bis 5497 : doc. cité note 106.

50Mais la seconde moitié des années quarante ne permit d'enregistrer aucun progrès significatif pour le dossier de la reconstruction du Palais de la Moncloa. Au grand dam de Legendre et de l'Académie, l'établissement des plans, par Haffner, dès 1942, avait suggéré au « directeur » vichyste Georges Rémond, une refonte architecturale moderniste. Quand ce dernier se retira de la scène, au milieu de l'été 1944, le « vainqueur » put croire à l'oubli d'un projet, selon lui désastreux. Il n'en fut rien. L'Éducation nationale, en effet, que fût confiée la conception d'un nouvel édifice à des architectes modernes non académiques, en ajoutant néanmoins qu'il n'y avait pas urgence129 !

  • 130 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée, Legendre, 7 p., Madrid, 27.7.1945 ; voir (...)
  • 131 Comme le soulignent divers rapports de Zavala, de 1945 à 1948 : AMC-Paris, série BBCPN, cartons 128 (...)
  • 132 AN-Paris, F17bis 5497, doc. cité note 105 : Marx suggérait un « hispanisant jeune, apte à préparer (...)
  • 133 Ibidem, lettre dactylographiée inspecteur général R. Danis (BBBCPN) à DGBA-MEN, Paris, 2.12.1944, q (...)
  • 134 José Francés, Recuerdo y esperanza de la Casa Velázquez, Madrid, 1945, 7 p., qui se livre à une att (...)
  • 135 AN-Paris, F17bis 5497 : rapport dactylographié Zavala, Madrid 5.11.1945, transmis par Legendre à Pi (...)
  • 136 AN-Paris, F21 7166 : note dactylographiée DGBA-MEN, Paris, 14.8.1945. AMC-Paris, série BBCPN, carto (...)
  • 137 Ibidem, carton 128 : lettre dactylographiée Haffner à DGBA-MEN, Paris, 23.5.1946, avec note annexe (...)

51Pour Legendre, si ! Il fallait se hâter. « La paix revenue, les ruines doivent disparaître... Il est fâcheux, pour l'Espagne, qu'elles rappellent sa guerre civile et l'amoindrissement d'une œuvre consacrée à sa gloire », mais, bien entendu, il fallait conserver le style ancien, cher, disait-il, au cœur des promeneurs et des amis madrilènes. « L'art espagnol est libérateur. Son imitation n'est point un esclavage »130. L'acharnement à défendre ce point de vue relevait autant de motifs matériels que psychologiques. Outre l'engrenage de dépenses supplémentaires, dues à une refonte totale131, un bâtiment nouveau n'aurait-il pas suscité l'arrivée d'un directeur nouveau132 ? Enfin, la Casa, construite antérieurement à la quasi-totalité des édifices très quelconques de la Cité universitaire, devait s'en distinguer133. Dans ce combat « esthétique », Legendre reçut le soutien de losé Francés, secrétaire perpétuel de la Real Academia de San Fernando, qui publia un opuscule en ce sens134. Zavala abondait également en faveur de la reconstruction « Siècle d'Or »135. Haffner, en mission à Madrid, en juillet 1945, dut enregistrer les préférences de Legendre, tout en estimant que c'était au Conseil général des bâtiments civils de se prononcer en dernier ressort136. Au retour d'un autre voyage dans la capitale espagnole, en janvier 1946, il apprit que tout choix relatif à la reconstruction était abandonné, pour une durée indéterminée137... et l'on en resta là.

  • 138 Ibidem, carton 690 : lettre dactylographiée n° 1563, chef du secrétariat particulier, Cabinet à DGB (...)
  • 139 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, 13.10.1947, vols et déprédations à la Moncloa. AM (...)
  • 140 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée n° 1563, Cabinet à BBCPN-MEN, Paris, 31 (...)

52La parcelle de la Moncloa, malgré la surveillance exercée par le gardien, devint un véritable terrain vague : en avril 1946, il fallut déloger une famille pauvre, réfugiée dans le pavillon Peñarroya138. En octobre 1947, des vols de matériaux furent dénoncés aux autorités espagnoles139. Ces dernières voyaient d'un mauvais œil les ruines de la Casa déparer l'ensemble flambant neuf de la Cité universitaire. La menace d'une confiscation du terrain, en vertu de l'alinéa E de l'article 2 de la loi de 1920, se précisait. C'est, en tout cas, ce que prétendait l'amiral Lacaze, qui harcelait le cabinet du ministre de l'Éducation nationale, René Capitant140.

  • 141 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : correspondance DGRC-MAE avec D. Enregistrement-Min (...)

53En réalité, les Espagnols, au vu des mauvaises relations avec la France, ne s'inquiétèrent du sort de la Casa qu'en juillet 1947. Après avoir vérifié qu'aucune inscription notariale n'avait été faite en faveur de l'institution, les Affaires étrangères en conclurent que la solution de l'affaire ne pouvait être résolue qu'au niveau politique. Paris devait rétablir des relations normales avec Madrid. Quand cette condition serait acquise, le gouvernement espagnol obtiendrait que le coût de la reconstruction fût intégralement à la charge des Français, malgré les demandes de prêt à long terme, déjà suggérées par l'ambassade. Si l'Espagne, enfin, croyait devoir aider financièrement à la réédification, il faudrait - concluait une note du 20 octobre 1947 - que, désormais, elle pût intervenir dans le fonctionnement de l'établissement. Pour l'auteur de ce document, le palais de la Moncloa était une « enclave, au service de la politique culturelle française, dont certains éléments n'étaient pas très favorables aux positions actuelles de la politique espagnole »141. On était bien loin de l'idée que se faisait Legendre de la Casa Velázquez, « institution unique en son genre »... destinée à la gloire de l'Espagne... et au prestige « désintéressé » de la France. Par le truchement de la Junte de la Cité universitaire, le Commissariat à l'Aménagement urbain de la capitale espagnole fit remettre une note à la Délégation de France, afin que fussent enlevés les décombres et que la reconstruction fût entreprise.

  • 142 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : d. n° 139/RC, Délégation-Madrid (B. Hardion) à DGRC-MAE, Paris, (...)

54Pour Hardion, plusieurs solutions pouvaient être envisagées. Primo, rebâtir rapidement, pour un coût approximatif de 15 MPtas (165 MF). Etait-ce, financièrement, possible ? Secundo, laisser les ruines en l'état, sous la menace d'une récupération du terrain par les Espagnols. Tertio, abattre les ruines et vendre les matériaux pour une réédification postérieure, avec le risque permanent d'une saisie. Quarto, consolider partiellement le corps central de l'ancienne Casa, en réaménageant le jardin et le pavillon Peñarroya, pour un coût d'un demi-million de pesetas. Hardion, plutôt favorable à cette ultime perspective, demanda au Département des instructions142. Legendre, quant à lui, insista sur le droit indiscutable des Espagnols d'exiger le nettoyage de la parcelle, qui longeait une route destinée à être aménagée en double voie, pour l'accès nord-ouest de la ville. Trois moyens d'assurer la reconstruction s'offraient à ses yeux : un emprunt sur le marché local, au titre des dommages de guerre (sur vingt ans, à 3 %), un emprunt auprès des sociétés françaises, dont les avoirs étaient toujours bloqués au sud des Pyrénées, ou un octroi de crédits sur la liquidation des biens allemands de la Péninsule.

  • 143 ACV-Madrid, carton 3 : note dactylographiée Legendre, sur l'avis de la Commission de Reconstruction (...)
  • 144 Ibidem, carton 1 : copie note Legendre à Hardion, 14.7.1945, remise, lors de la réception à l'occas (...)
  • 145 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, 14.7.1945. Quinze jours plus tard, le directeur d (...)

55Une quatrième solution pouvait, aussi, être trouvée dans un échange de bons procédés, qui consisterait en l'achèvement par les Français du Collège espagnol de la Cité universitaire de Paris, l'administration des Régions Dévastées prenant à sa charge le coût de la reconstruction de la Casa143. Manifestement, le gouvernement français « traînait les pieds ». L'avenir de l'institution restait aussi incertain qu'au sortir de la guerre. Quand l'hôtel de la rue Serrano avait été, luimême, menacé de reprise par son propriétaire, en juillet 1945, Legendre avait aussitôt songé à récupérer l'un des édifices étatiques allemands séquestrés144. Une pétition pour la « cession de l'Institut des Boches » avait même été lancée145... Sans résultat, ce qui ne fut pas dommageable à l'avenir immédiat de la Casa, car la récupération de l'immeuble loué n'eut, en définitive, pas lieu.

  • 146 AABA-Paris, Fonds CV : lettre J. Bayet (DESUP-MEN) à A. Boschot (ABA), Paris, 6.12.1945, avec texte (...)

56Les années 1945-1948 confirmèrent la tutelle de l'Éducation nationale. C'était, pour Legendre, un acquit d'importance. En décembre 1945, Jean Bayet, directeur général de l'Enseignement, avait communiqué au secrétaire perpétuel de l'Académie un projet de décret en huit articles. Mis au point à partir de la réunion du 14 mai, ce texte provoqua quelques observations de Boschot, qui estimait que l'Académie était sous-représentée dans le nouveau Conseil et que le nombre des pensionnaires artistes, choisis par le Quai Conti, devait être plus élevé. Ces deux réserves devant être prises en compte, il exprima, cependant, son accord avec le projet ministériel146.

  • 147 Une copie du texte du projet de décret est dans AABA-Paris, Fonds CV. L'article 8 chargeait les min (...)
  • 148 À la suite d'une mission en Espagne, fin 1946, l'inspecteur général Hubac, préconisa le rattachemen (...)
  • 149 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot à Marcel Saurin, directeur des Constructions scolaires (...)
  • 150 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 83 : note D. Europe à Cabinet ministre, 22.12. (...)

57L'état des relations franco-espagnoles enterra, néanmoins, cette véritable charte de la Casa. On y retrouvait tous les fondements des futurs décrets de 1961-1962 : un Conseil d'administration, sous le contrôle de l'Enseignement supérieur (art. 1 et 2), une assez large autonomie du directeur choisi par le ministère et assisté d'un secrétaire général (art. 3), des séjours plus longs pour les pensionnaires : deux ans pour les artistes, trois ans pour les scientifiques (art. 4), l'existence officielle de membres libres et la possibilité de bourses octroyées par les municipalités et les collectivités locales, françaises ou espagnoles (art. 5), une véritable autonomie financière, sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale (art. 6) et la fixation d'un règlement intérieur définitif, par le Conseil (art. 7)147. Tout un programme que les circonstances allaient mettre en péril148. En 1947, l'Académie, qui, seule, aurait pu entreprendre la reconstruction, dans une relative autonomie par rapport au gouvernement français, avouait n'en avoir pas les moyens149. Ainsi, « la question de la reconstruction est restée jusqu'ici stagnante ». La dite question était, bel et bien, un nœud gordien, où s'entremêlaient des contentieux intérieurs et internationaux totalement inhibiteurs. L'attitude du Quai d'Orsay, de l'hostilité déclarée envers le régime franquiste, avait progressivement évolué vers une vision plus mesurée du voisinage franco-espagnol, qui n'intéressait pas seulement les métropoles, mais aussi, bien sûr, l'Afrique du nord-ouest150. La France s'étant enfin donnée de nouvelles institutions, en octobre 1946, la normalisation cheminait dans les esprits, malgré l'opposition farouche du Parti communiste, qui fut écarté du pouvoir quelques mois plus tard. Le maintien d'une influence politique et culturelle, le renforcement de positions économiques ébranlées et la sauvegarde des liaisons stratégiques, autant de bonnes raisons de ne pas abandonner l'Espagne et de ne pas trop y laisser prospérer l'entregent des puissances anglo-saxonnes.

  • 151 Ibidem, t. n° 8, consul Saint-Sébastien à MAE-Paris, 3.3.1948.
  • 152 Il fêta ses soixante-dix ans, à Madrid, le 30.6.1948. Sur les effets bénéfiques de la réouverture d (...)

58À l'issue de négociations, qui durèrent plus de six mois, la frontière franco-espagnole fut rouverte le 10 février 1948. Le 2 mars, une petite cérémonie eut même lieu au pont de Béhobie151. Bien qu'incomplète - les ambassades ne furent pas rétablies - cette ébauche de normalisation ne pouvait que réjouir le septuagénaire Maurice Legendre152.

L'espoir d'un vieil homme (1948-1954)

  • 153 Tous ces accords furent paraphés à Madrid : J.-M. Delaunay, « La liquidation des avoirs allemands e (...)
  • 154 154 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, diverses réceptions et conférences, du 21.3 a (...)
  • 155 AABA-Paris, registre 2 E 28, 1948-1952 : séance du 17.3.1948, p. 16-17. Quelques mois plus tard, l' (...)
  • 156 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (ABA-Paris), 13.3.1948. D (...)
  • 157 Ibidem, lettres du 20.4 et du 21.6.1948. Un gros rapport, « La nouvelle étape de la CV », fut rédig (...)

59Ce retour à des relations plus conformes au voisinage géographique des deux pays permit que diverses négociations aboutissent, dans un bref délai : furent alors signés des accords bilatéraux commercial, financier et aérien153 et, surtout, la convention hispano-alliée sur la liquidation des avoirs allemands, le 10 mai 1948. Legendre profita de la venue des délégués français pour les sensibiliser au dossier de la Casa154. Il continuait, d'ailleurs, à copieusement « arroser » les bureaux parisiens d'une pluie de rapports... La correspondance fut, alors, officiellement renouée avec le Quai Conti : « L'Académie est heureuse d'avoir des nouvelles de M. Legendre ; elle aimerait apprendre ce qui se passe à la Casa de Velázquez depuis les dernières années »155. Dans une lettre adressée au secrétaire perpétuel, le directeur demandait, en effet, des nominations de pensionnaires valenciens, « afin de restaurer une tradition consacrée, de 1928 à 1936... et d'accomplir un geste amical très sensible aux Espagnols »156. Legendre envoya plusieurs lettres et rapports détaillés à Boschot157. Il en fut de même avec l'université de Bordeaux.

  • 158 AR-Bordeaux, dossier EHEH, sous-dossier Direction 1913-1953 : extrait du PV du CU, 18.4.1947, arrêt (...)
  • 159 EFR, Annuaire des membres (1873-1986), p. 107. Il avait publié sa thèse principale sur Les Relation (...)
  • 160 ACV-Madrid, carton 4 : correspondance Renouard-Legendre, du 20.8.1947 au 17.6.1948.
  • 161 AN-Paris, F17bis 187 : rapport dactylographié Renouard (Bordeaux) à DESUP-MEN (Paris), 17.7.1948, 7 (...)
  • 162 ACV-Madrid, carton 3 : lettre Pío Zabala, recteur université Madrid, à Legendre, 20.4.1948.
  • 163 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : d. n° 616-RC, Hardion (Madrid) à Louis Joxe (DGRC-MAE, Paris), (...)
  • 164 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Marcel Abraham (SURE-MEN) à Boschot (ABA), 28.6.1948. (...)

60Afin de remplacer le défunt Georges Cirot, le Conseil avait nommé, dès le 18 avril 1947, Yves Renouard, le doyen de la Faculté des lettres, à la tête de l'EHEH158. Cet historien médiéviste, peu connaisseur de l'Espagne, était un ancien élève de la rue cl'Ulm et du Palais Farnèse159. Encore jeune - il était né en 1908 - il fit preuve, très rapidement, de son désir d'insuffler un nouveau dynamisme à l'École. Déjà ébauchée par une correspondance très courtoise, sa position fut clairement acceptée par Legendre, lors de la première visite d'une semaine qu'il effectua à Madrid, du 28 juin au 5 juillet 1948160. À l'ordre du jour, l'octroi de bourses suffisantes, la reconstitution de la bibliothèque... dans le cadre d'un Palais de la Moncloa reconstruit161. Car c'était bien, là, le but suprême du directeur de la Casa : s'appuyer, désormais, sur les patronages traditionnels de l'institution, en « peuplant » au mieux l'hôtel de la rue Serrano et ses annexes, afin de démontrer aux décideurs parisiens l'indispensable nécessité d'un retour dans un bâtiment réédifié sur le terrain concédé aux portes de la capitale. En avril, le recteur Pío Zabala avait proposé à Legendre un échange de « bons procédés ». Le gouvernement français achèverait le Collège d'Espagne, à Paris, tandis que le gouvernement espagnol reconstruirait la Casa162. Les deux projets étaient financièrement très déséquilibrés : 20 MF pour le premier et 400 MF pour le second : la différence serait couverte par un emprunt sur vingt ans, à 3 % et l'aide technique de l'Office des régions dévastées serait sollicitée163. Le secrétaire perpétuel fut alerté par le chef du Service universitaire des relations avec l'étranger, l'inspecteur général Marcel Abraham. L'urgence d'une décision s'imposait164

  • 165 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : art. de Jean Bernard-Derosne, L'Époque du 5.2.1948 (...)

61Un mouvement favorable s'exprimait par divers canaux : à Paris, le journal L'Époque ; à Bordeaux, l'Académie des sciences, belles-lettres et arts165. Le long rapport adressé par Renouard, à son retour de Madrid, abondait dans le même sens. « Pour que la France paraisse, dans tout le monde ibérique, redressée après la tempête et prête à assurer sa mission de guide spirituel de l'humanité ». Un ambitieux programme qui provoqua une réponse prudente. Le responsable du Bureau des bâtiments civils et des palais nationaux rappela en effet les démarches entreprises depuis 1942, date à laquelle Haffner fut désigné comme architecte du projet de reconstruction.

62En 1945, 10 MF avaient été réservés ad usum, mais la fermeture de la frontière avait fait reporter toute exécution. Henri de Villenoisy posait, en conclusion, la question de savoir si la Casa devait être considérée comme un bâtiment d'État ou comme un édifice appartenant à l'Académie des beaux-arts. Dans le premier cas, la Direction de l'architecture prendrait directement à charge la reconstruction ; dans le second, elle verserait une subvention à la Compagnie du Quai Conti.

  • 166 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : lettre n° 2203, Pierre Donzelot, DESUP à BBCPN, 19.8.1948, ave (...)
  • 167 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 : quatre conférences en avril-mai 1948. Legendre a (...)

63Un projet détaillé devait être arrêté, afin que pût être présentée une demande de crédits, après avis du tout-puissant ministère des Finances166. Legendre, sur place, multipliait les contacts avec les élites locales, par des conférences, tournées d'examens, entretiens ou correspondance avec des journalistes167.

  • 168 Un extrait de PV de la séance du conseil municipal fut transmis par un Français de Madrid à Haffner (...)
  • 169 Plusieurs photographies, dans ACV-Madrid, en témoignent. Certaines furent reproduites dans la press (...)
  • 170 Le Monde, Paris 3.9 (Jean Créach) et 30.10.1948 (Angel Marvaud). Créach, premier correspondant du j (...)

64Au crépuscule du mois d'août 1948, la presse madrilène se lança dans une véritable campagne contre la « Casa de la lepra ». La commission permanente du conseil municipal, dans sa session du 17, avait évoqué la question en termes fort durs. L'un des participants, Octaviano Alonso de Celis, ancien directeur de l'Office des régions dévastées, en résuma les débats au quotidien Informaciones. Un mois durant, les pires menaces furent exprimées. La presse de province, de la Catalogne aux Canaries, se joignit à celle de la capitale168. Le ton, volontiers hostile, stigmatisait l'attitude d'une France toujours méprisante pour l'Espagne. Un journaliste cita même un proverbe : « Hay que herrar o quitar el banco ». En clair, les Français devaient reconstruire ou céder le terrain. Un panneau, indiquant qu'il s'agissait d'une propriété de l'État français, fut même apposé peu après169 ! À la suite de cette effervescence, Le Monde, dans deux articles, alerta bientôt ses lecteurs sur la question de la Casa, qui « offre la honte de son squelette » écrivait le premier intervenant. « Quand se décidera-t-on à relever les ruines de la Casa Velázquez ? » s'exclamait le second, qui n'était autre qu'Angel Marvaud170.

  • 171 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : rapport Zavala (Madrid) à Haffner (Paris), 13.9.1948 et lettre (...)
  • 172 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : note Jacques Paris (Cabinet) à D. Europe, (...)
  • 173 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Untersteller (Paris), 21.10 (...)
  • 174 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : lettre n° 2294, M. Abraham (SURE) à R. Perchet (DA), Paris, 30 (...)

65Par le truchement de Haffner, l'architecte Daniel Zavala adressa, à la mi-septembre, un rapport sur l'état du palais de la Moncloa : 145.000 Ptas environ étaient nécessaires afin de parfaire le nettoyage des restes de l'édifice171. Le 4 octobre, l'amiral Lacaze, accompagné de Maurice Legendre et de Nicolas Untersteller, ancien membre de la Casa et nouvel académicien, vint au Quai d'Orsay afin d'y rencontrer Jacques Paris, directeur-adjoint de la Direction d'Europe. Le président du Conseil, Robert Schuman, serait ainsi alerté. Les Espagnols voulaient une reconstruction dans le style antérieur. Le coût élevé, 200 MF environ, pourrait être tempéré par un accord sur les matériaux avec l'Office espagnol des régions dévastées. Legendre ajouta que la liquidation des biens allemands rapporterait à la France une somme bien supérieure aux frais totaux envisagés172. Revenu à Madrid, celui-ci ne cacha pas à Untersteller que « c'est un problème de politique générale et de diplomatie que seul un ministre des Affaires étrangères, qui a été et peut redevenir chef du gouvernement, peut comprendre dans toute son ampleur »173. Devant l'insistance des Espagnols, de l'Académie des beaux-arts et de Maurice Legendre, Marcel Abraham, en accord avec le cabinet du ministre, suggéra à son collègue Perchet la tenue d'une réunion générale, « pour faire aboutir une solution qui n'a que trop tardé »174. Le mercredi 10 novembre 1948, en pleine crise ministérielle, les représentants des divers organismes intéressés tinrent séance, à 10 h 30, dans la salle du Conseil général des bâtiments de France, 3 rue de Valois. L'Académie était représentée par son secrétaire perpétuel, l'université de Bordeaux par Renouarcl, le Quai d'Orsay par trois hauts fonctionnaires. Les « voisins » des Finances étaient au nombre de deux. Quant à l'Éducation nationale, elle menait le débat, avec six membres. Après un bref historique - qui colporta encore le fantasme d'un don royal du terrain ! - Perchet, président de séance, rappela le rapport de Legendre, en date du 27 juillet 1945. Haffner prôna un projet nouveau, faisant fi du style ancien : seul, le faux patio serait conservé. Les directeurs de l'Architecture et de l'Enseignement supérieur, interprètes de la voix même du ministre, déclarèrent qu'il fallait, au contraire, conserver au maximum les parties réutilisables du gros œuvre. Une mission interministérielle serait envoyée sur place. Le financement s'avérait aussi délicat. Quatre solutions étaient possibles :

  • les crédits budgétaires de l'État français,

  • la part française de la liquidation des avoirs allemands en Espagne,

  • l'emprunt à l'Office espagnol des régions dévastées,

  • l'entente avec le gouvernement de Madrid pour un « échange de constructions ».

  • 175 Ibidem, PV dactylographié de la réunion du 10.11.1948, pour l'étude des problèmes posés par la reco (...)

66Après discussion, on s'orienta vers la seconde hypothèse de travail. Un représentant de la rue de Rivoli, M. Flamand, de la direction des Finances extérieures, incliqua, alors, qu'une première somme avait été répartie : 10 MPtas avaient été alloués à la France, mais il restait encore beaucoup à faire. L'emprunt était plus incertain. Et l'on décida de se revoir bientôt, dans un délai de un mois, après que fussent établis un projet précis, ainsi que les prévisions du montant définitif et de l'affectation des sommes liquidées sur la vente des biens allemands175.

  • 176 Ibidem, lettre dactylographiée Y. Renouard (Bordeaux) à R. Perchet (Paris), 22.11.1948, programme b (...)
  • 177 Ibidem, carton 690 : rapport dactylographié Haffner à Perchet, Paris 28.11.1948, réflexions sur le (...)
  • 178 Sacha Simon, L'Est Républicain (Nancy) du 3.1.1949 et L'Époque (Paris) du 5.2.1949 : coupures dans (...)
  • 179 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Legendre (Madrid) à DESUP-MEN (Paris), 5.1.1949. Le rapport dactylogr (...)
  • 180 L'Institut Britannique, établi à Madrid, en octobre 1940, avait essaimé dans les grandes villes de (...)
  • 181 Ce terrain, où se dresse aujourd'hui le Colegio Mayor de Nuestra Señora de Luján, patronne de l'Arg (...)
  • 182 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : note d'information, Madrid, 9.2.1949.
  • 183 L. Suárez Fernández, ouvr. cité, t. IV, p. 201 et 277. L'occupation, par les républicains, de locau (...)

67Très rapidement, Renouard fit parvenir à Perchet, le programme des locaux nécessaires à l'EHEH, dans les bâtiments de la Casa : une salle de conférences de cinq cents places, en plan incliné, afin qu'y pussent être donnés des concerts, des pièces de théâtre et des séances cinématographiques ; une bibliothèque pour 100.000 volumes ; treize appartements, dont dix pour les membres, deux pour des chercheurs ou conférenciers de passage, un pour le directeur bordelais ; enfin, une salle à manger pour trente personnes. Quant au style de l'édifice à reconstruire, Renouard, après avoir consulté ses collègues, notamment René Vallois, penchait en faveur du palais antérieur, dont on utiliserait les restes, mais « il faudrait une construction aux proportions très étudiées, aux matériaux choisis, ornée d'une décoration dont la beauté provienne d'une simplicité très recherchée pour donner une idée avantageuse de l'architecture moderne française ! ». Pour atteindre ce but, de nombreux projets seraient sans doute à étudier durant longtemps, avant qu'une décision ne fût prise, écrivait le doyen bordelais176. Jean-Jacques Haffner réagit vivement aux termes employés par ce dernier. Renouard songeait-il à relancer l'idée d'un concours ? En outre, le projet exposé lui semblait, à juste titre, techniquement confus : comment faire du moderne avec de l'ancien ? Mais surtout, l'ampleur des prétentions le laissa perplexe. Le programme bordelais représentait environ 2.000 m2 de superficie supplémentaire à construire : or, la surface au sol utile de la Casa, construite entre 1922 et 1935, n'atteignait que 1.150 m2 ! Certes, Renouard avait proposé un étage supplémentaire sur les ailes, afin de compenser l'espace occupé par la grande salle polyvalente, mais on serait encore loin du compte. Et de conclure, « On risque fort de faire de la nouvelle Casa une vraie caserne, si on accumule tous les désirs des affectataires ». Son attachement à un style nouveau restait entier. « Je souhaite ardemment, pour l'architecte reconstructeur et pour la silhouette et la masse du futur édifice, qu'il en soit ainsi »177. À la mi-décembre, la Direction de l'architecture adressa une lettre à Henri Queuille, président du Conseil et ministre des Finances : le Quai d'Orsay autoriserait-il une utilisation partielle des fonds obtenus sur la liquidation des avoirs allemands ? Le délai pour une nouvelle réunion avait été dépassé. À l'aube de 1949, certains organes de presse, en France, s'inquiétaient des lenteurs de l'affaire. L'influence culturelle de la France était en danger ! Ainsi, en Espagne, l'importation des livres était en chute libre : 5 % du total en 1948 contre 65 % en 1936, écrivait un journaliste de L'Époque178. Legendre avait adressé un copieux rapport à Donzelot, titulaire de l'Enseignement supérieur. En vingt-et-une pages, il brossa un très complet tableau de la situation, depuis les origines179. Il insista sur l'activité croissante de l'Institut Britannique « ami »180. L'Argentine avait obtenu récemment un terrain à construire dans la Cité universitaire181. Les autorités espagnoles s'impatientaient de n'avoir aucune réponse sur l'échange des constructions, proposé par le recteur madrilène, en avril 1949182. Néanmoins, elles avaient pu récupérer la résidence de la Cité universitaire de Paris : les exilés républicains en avaient été délogés pacifiquement183. Malgré les signes de détente diplomatique, l'opposition au régime franquiste restait puissante au nord des Pyrénées.

  • 184 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 11.2.1949, MEN-Paris.
  • 185 AN-Paris, F17bis 187 : note dactylographiée n° 170, Donzelot (DESUP) à Yvon Delbos, Paris, 12.2.194 (...)
  • 186 Ibidem, copie lettre dactylographiée Y. Delbos (MEN) à R. Schuman (MAE), 13.2.1949. Il s'agit d'un (...)

68Après avoir reçu de Madrid des informations plus détaillées sur les sommes à répartir entre alliés, les représentants des administrations parisiennes purent, de nouveau, se réunir le 11 février 1949. On parla chiffres. Haffner estima le coût total de l'opération à 4 ou 500 MF. L'appel à une aide publique espagnole semblait inopportun. En outre, la construction d'un Institut français à Bilbao était aussi envisagée... Haffner et Renouard s'opposèrent, courtoisement, sur le programme bordelais d'aménagements intérieurs. L'architecte fut, en définitive, chargé d'un avant-projet, précisant le rythme des travaux et l'échéancier des deux premières années de paiements. Vingt-sept milliards de francs de crédits devaient faire l'objet d'une répartition, en conseil des ministres, dans un délai de quinze jours184... Dans une note, Donzelot rendit compte de la réunion et insista sur les perspectives de financement par l'Éducation nationale et les Affaires étrangères : « La Casa est, bien plus qu'une maison d'éducation, un instrument de propagande, qui intéresse les Affaires étrangères... Les crédits seraient prélevés avant toute discussion ». Mais il faudrait envisager une contre-partie budgétaire en francs, pour les sommes obtenues en pesetas, par les opérations de liquidation des biens allemands en Espagne. Celles-ci seraient affectées à la Caisse autonome de reconstruction, en France185... À la suite de cette information, le ministre de l'Éducation nationale, Yvon Delbos - l'ancien titulaire des Affaires étrangères de 1936 - indiqua aussitôt à son collègue du Quai d'Orsay que ces crédits généraux d'engagements et de paiements étaient bien élevés. « Je serai donc très gêné si je devais prendre à mon compte les frais de reconstruction de la Casa Velázquez à Paris (sic)... Vos intérêts sont bien supérieurs aux miens... Je vous demande d'intervenir avec moi pour que les frais ne soient pas imputés à mon seul département. L'imputation pourrait être faite, avant toute répartition, sur l'ensemble de crédits, puisqu'il s'agit d'une œuvre destinée à la propagande française à l'étranger, qui intéresse tout le monde ». Finalement il fallut transférer 200 MF d'engagements sur un total estimé - à environ 400 MF - et 10 MF sur le budget 1949186.

  • 187 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à Perchet, Paris, 14.2.1949.
  • 188 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 91 : d. n° 208-M, Hardion (Madrid) à MAE-Paris (...)
  • 189 AMC-Paris, série BBCPN carton 690 : lettre dactylographiée n° 210-CM, R. Schuman (MAE) à Y. Delbos (...)

69Haffner venait, alors, de fournir, en un temps record, l'estimation chiffrée, qui lui avait été demandée... trois jours auparavant. Fondée sur des prix locaux au 1 er janvier, elle s'élevait au total arrondi de 37,2 MPtas. L'architecte n'avait considéré que la reconstruction du bâtiment principal et du pavillon Peñarroya. Il fallait ajouter à cela la remise en état du terrain, l'aménagement des jardins, la clôture du domaine, la réfection des égoûts et les trois autres pavillons d'artistes dans le parc187. Le taux de change était fixé à 10,90 : cent francs équivalaient à 9,35 pesetas188. Ainsi, un coût total d'environ 40 à 42 MPtas nécessiterait approximativement 400 MF. Les 14 MPtas de la première liquidation de biens allemands ne suffiraient donc pas. Leur affectation semblait d'ailleurs décidée, répondit Schuman à Delbos. Et de « renvoyer la balle » à son homologue, « La seule solution serait l'inscription à votre budget du montant des frais de reconstruction, l'existence de pesetas provenant des avoirs allemands constituant une facilité de caisse et non une facilité budgétaire ». Le ministre de l'Éducation nationale dut s'avouer vaincu, « en raison des compressions opérées sur le budget d'équipement... L'opération sera inscrite au programme 1950 des crédits qui me sont alloués ». Il demanda, cependant, à Schuman de bien vouloir intervenir auprès de la Caisse autonome, afin d'obtenir des avances en pesetas189.

  • 190 Ibidem, Papiers Haffner, carton 3 : copie lettre dactylographiée Haffner (Paris) à D. Zavala (Madri (...)
  • 191 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Donzelot (DESUP-MEN, Paris), 27.4 (...)
  • 192 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : copies lettre et note dactylographiées Le (...)
  • 193 ACV-Madrid, carton 2 : correspondance entre Hardion, Donzelot (DESUP-MEN, Paris) et Legendre (Madri (...)

70Un crédit d'entretien, demandé par Zavala, en septembre 1948, fut enfin accordé en avril : 3 MF pour des travaux divers, des « mesures conservatoires » en quelque sorte190. Legendre, quant à lui, s'estimait heureux de « la volonté du ministre de voir utiliser, au maximum, les restes de l'ancien édifice ». La construction d'un Institut français à Bilbao ne lui semblait guère urgente ; enfin, une salle de conférences s'avérerait inutile, car elle ferait concurrence avec celle du l'Institut de la rue du Marquis de la Ensenada, beaucoup plus centrale. Le financement serait bien assuré, dans son esprit, par la liquidation des biens allemands191. Cependant, l'annonce du crédit de 3,5 MF ne pouvait le réjouir. Il s'en ouvrit à Donzelot et à Bernard Hardion : « Voilà encore une somme dépensée en pure perte... Il est douteux, au surplus, qu'elle suffise à tout protéger » et d'insister sur l'augmentation des coûts, l'ampleur des vols in situ et la lourdeur des loyers à payer pour les locations de l'ensemble Casa de Velázquez en ville. Lassé des mauvaises volontés ministérielles - il visait surtout la rue de Rivoli - il craignait que la patience des Espagnols ne s'éteignît un jour192. Le diplomate tempéra cette mauvaise humeur, tout en déclarant ignorer la réalité de ce virement d'urgence, qui, au moins, permettrait, par l'édification d'une clôture, de limiter le nombre des larcins. La Direction de l'Enseignement supérieur ne pouvait pas obtenir de gros crédits dans l'immédiat : Donzelot en informa Legendre et Perchet193.

  • 194 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Renouard (Bordeaux) à DESUP-Paris, 12.5.1949 et note (...)
  • 195 AABA-Paris, Fonds CV : rapport dactylographié Legendre (Madrid) à ABA (Paris), 13.6.1949, 11 p.
  • 196 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : copie d. n° 905-RC, Hardion (Madrid) à DGRC-MAE (Paris), 13.6. (...)
  • 197 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : lettre particulière (tutoiement) Díaz del Moral (P (...)

71Les directeurs de la Casa et de l'EHEH, les chefs de service de la Direction de l'architecture et du Service universitaire des relations avec l'étranger eurent beau insister, rien n'y fit. Le principe d'une mission de Haffner dans la capitale espagnole fut adopté, lors d'une réunion restreinte, dans le bureau de Donzelot, le 16 mai, à 15 h. On se mit, en outre, d'accord sur le dépôt d'un projet de loi spécial, afin que fût financé l'ensemble du projet à partir de 1950194. À l'occasion de l'envoi d'un rapport, Legendre communiqua à l'Académie un exemplaire de la première page du journal phalangiste Arriba du 11 juin, qui transmit la nouvelle de l'octroi du crédit de 3,5 MF195. Le déblaiement effectué en 1942-1943, apparaissait comme un effort minime pour la presse madrilène qui diffusa l'information, mais c'était un premier pas prometteur196. Telle était l'impression que retira l'attaché culturel espagnol, Díaz ciel Moral, de ses entretiens avec Louis Joxe, directeur des Affaires culturelles. Pour lui, le gouvernement de Paris serait bien obligé, un jour, de renouer des relations diplomatiques normales avec Madrid, pour des raisons économiques et, à plus long terme, politiques197.

  • 198 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBPCN, carton 690, et dans AN-Paris, F17bis 187.
  • 199 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Zavala (Madrid) à Haffner (Paris), 20 (...)
  • 200 Ibidem, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 16.7.1949.

72Le second semestre de l'année 1949 prit l'allure d'une véritable partie de tennis entre les ministères de l'Éducation nationale et des Affaires étrangères198. En juillet, les travaux d'assainissement des ruines furent entrepris, sous le contrôle effectif de Zavala. Haffner, à Paris, se montrait fort embarrassé : style ancien - pseudo-archéologique et simili-espagnol, écrivait-il - ou style moderne, plus représentatif de l'époque ? La poursuite de toute étude technique dépendait de ce choix199. Il avait fixé à la Direction de l'architecture une « fourchette » située entre 3,5 M et 5 MPtas, pour les travaux complémentaires : une somme à rajouter, donc, aux 37,2 M déjà évoqués200.

  • 201 AABA-Paris, registre 2E28 : séance du 13-7.1949, p. 110-111. A. Decaris (1901-1988), ancien membre (...)
  • 202 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 20.7.1949, 4.1 et 18.1.1950, p. 111, 137 et 140. Ainsi Paul (...)

73Le graveur Albert Decaris, membre de l'Académie des beaux-arts, passa au début du mois à Madrid : il y rencontra Legendre et rapporta à ses collègues que l'actuelle Casa était trop exiguë : la reconstruction du palais de la Moncloa s'avérait plus nécessaire que jamais201. L'Académie était, alors, l'objet d'attaques redoublées dans de nombreux milieux, son magistère artistique apparaissait dépassé, voire néfaste202.

  • 203 Importante documentation dans ACV-Madrid, carton 1, et dans AP-Legendre, Tréveneuc : décret du MEN (...)
  • 204 ACV-Madrid, carton 3 : Ya, Madrid, 16.8.1949, El Adelanto, Salamanque, 17. 8. 1949 et Hoja del Lune (...)
  • 205 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : lettre personnelle (tutoiement) de J. M. Sánchez d (...)
  • 206 Ibidem, copie t. n° 431, Carlos Canal (DGRC-MAE, Madrid) à Aguirre de Cárcer (Ambassade-Paris), 1.1 (...)
  • 207 Documentation dans AMC-Paris, série BBPCN, carton 690, et dans ACV-Madrid, carton 3, octobre 1949-a (...)

74À Madrid, la position du directeur de la Casa se renforçait aux yeux des autorités espagnoles. Le « grand hispaniste », comme le nommait Arriba203, se vit octroyer, le 18 juillet 1949, la Grand-Croix d'Alphonse X le Sage sur décision du ministre de l'Éducation nationale, l'inamovible José Ibáñez Marin. La presse espagnole salua ce « fidèle dans l'adversité ». Le mois suivant, La Alberca lui rendait hommage. Un buste fut même inauguré dans ce village des Hurdes, où Legendre avait aménagé un logis, que connurent de nombreux pensionnaires de la Casa204. Avant de partir en France, il avait laissé, à la demande de Hardion, quelques notes à son ami, le journaliste catholique José María Sánchez de Muníain y Gil, afin qu'elles parvinssent au ministre des Affaires étrangères. Comment les Espagnols envisageaient-ils le futur de la Casa ? Des négociations étaient-elles envisageables205 ? Le 1er décembre, la Direction espagnole des relations culturelles, sur ordre de Martin Artajo, communiquait à son représentant à Paris l'instruction d'entamer éventuellement des pourparlers au sujet de la reconstruction de la Casa et l'achèvement du Collège d'Espagne206. Tandis que s'évanouissait la solution de la liquidation des biens allemands qui, pour la France, servirent à solder le déficit de l'accord fiscal du 18 mai précédent, on s'orientait donc, pour la première fois, vers des conversations bilatérales, au sujet de l'édifice de la Moncloa. Furent ainsi sollicités d'autres interlocuteurs, tour à tour, le Banco Hispano-Americano, la Régie Renault et la maison Barbier de Tarragone, qui se proposèrent de mettre à disposition du projet des sommes importantes en pesetas. Mais ces offres, liées à des opérations commerciales, n'eurent pas de suite207.

  • 208 ACV-Madrid, carton 1 : lettres dactylographiées du Marquis de Huetor de Santillan, Maison civile du (...)
  • 209 Il est probable que Legendre en ait informé verbalement Hardion. Les archives de l'ambassade ont pe (...)

75Legendre évoqua-t-il tous ces problèmes, lors de l'audience que lui accorda le Caudillo, au Pardo, le 25 janvier 1950208 ? Que se dirent les deux hommes ? En l'absence d'information de presse et d'allusion à cette rencontre dans les archives, on demeure réduit à des supputations209. Franco félicita, sans doute, Legendre de sa décoration obtenue pour services rendus au rapprochement franco-espagnol. Le directeur de la Casa fit, certainement, le bilan de son action, en insistant sur l'édifice détruit de la Moncloa, que le gouvernement français paraissait disposé à reconstruire. Il est vrai que le Generalísimo pouvait, parfois, en contempler les ruines, durant le trajet du Pardo vers le centre ville. Il lui était, en effet, loisible d'emprunter désormais la grande avenue de la Puerta de Hierro, qui avait été totalement rénovée et élargie.

  • 210 Documentation dans AMC-Paris, carton 690 et AN-Paris, F17bis 175.
  • 211 AN-Paris, F17bis 187 : projet de loi tendant à l'ouverture d'un crédit pour la reconstruction de la (...)

76À Paris, après une ultime démarche de Marcel Abraham et de Louis Joxe auprès de René Perchet, les services ministériels se mirent d'accord pour le dépôt d'un projet de loi. Préparé rue de Valois, le texte fut adressé, fin février, aux autres organismes concernés210. Émaillé d'erreurs, l'exposé des motifs indiquait notamment que « l'Académie des beaux-arts, qui ne peut disposer que de ressources dont chacune a une affectation nettement définie a décidé d'abandonner son droit de propriété au profit de l'État qui, dans de pareilles conditions, doit assumer la charge de la reconstruction de la Casa Velázquez pour maintenir le prestige et le rayonnement français en Espagne ». L'article unique du projet de loi ouvrirait au chapitre 9240 (Bâtiments civils et palais nationaux - Équipement) du budget de l'Éducation nationale, un crédit de 450 MF, dont l'échéancier serait, ainsi, fixé : en 1950, 50 MF ; en 1951, 150 MF ; en 1952, 150 MF et en 1953, 100 MF211.

  • 212 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 8.3, 19.4.1950 et 14.2.1951, p. 152, 158 et 213. Voir aussi (...)

77L'Académie, d'abord inquiète du silence de l'administration, reçut le texte, au mois de mars. Boschot, Lacaze et leurs collègues s'émurent à la lecture du passage concernant l'abandon à l'État de la propriété du terrain. Il y avait erreur ! Il fallait rectifier. L'amiral vint le dire à Donzelot et la commission administrative réunie, le 24 mai, Quai Conti, chargea le secrétaire perpétuel de le rappeler fermement : l'Académie n'avait jamais cédé son droit de propriété (sic)212. C'était oublier un peu vite l'incident de 1941, mais l'Enseignement supérieur en avait-il eu vent ? La querelle était vaine. Aucune entité française n'avait la nue-propriété de la parcelle de la Moncloa. La loi de 1920 était formelle : l'Académie était, bel et bien, l'unique bénéficiaire de la cession d'usufruit à durée indéterminée, mais, en réalité, par le décret de 1919, l'École d'agriculture, dépendant alors du ministère du Fomento, avait fait don du sol au ministère espagnol de l'Instruction publique devenu, en 1938, département de l'Éducation nationale. Le périmètre de la Cité universitaire, à l'exception des terrains de l'Agriculture et du Palacete de la Moncloa, relevait bien de ce dernier ministère.

  • 213 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Boschot (ABA) à Donzelot (DESUP-MEN), Paris, 26.5.1950.
  • 214 Ibidem, correspondance entre les services du MEN, Paris, du 12.3 au 30.5.1950.
  • 215 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : b. n° 977, MEN (DESUP) à MAE (DGRC et Ca (...)
  • 216 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, 23.6.1950. Un rapport, en date du 9.7.1950, fut a (...)
  • 217 JORF. Assemblée Nationale-Débats, 1ère législature, 2e séance du 18.7.1950, p. 5542 : Livry-Level ( (...)

78Quoi qu'il en fût de cette vieille querelle historique, le projet de loi rencontrait quelque résistance à la Direction des affaires générales de la rue de Grenelle, ainsi qu'à la Présidence du conseil. Devrait-on renoncer à la procédure engagée, pour une année en cours déjà fort avancée ? On était en mai213 ! Et la Direction de l'Enseignement supérieur de prévoir l'inscription des crédits nécessaires, sur un chapitre spécial du budget d'équipement de 1951... Le texte du projet de loi fut rectifié, comme l'avait demandé l'Académie mais les retards s'accumulaient214. L'échéancier fut décalé d'un an215. « L'influence culturelle et le prestige de la France » attendraient encore un peu, malgré la visite de Louis Joxe qui, en compagnie de Legendre, se rendit à la Moncloa, le 23 juin 1950216. Quelques semaines plus tard, le 17 juillet, Philippe Livry-Level, député du Calvados, interpella, dans l'hémicycle du Palais-Bourbon, le ministre de l'Éducation nationale sur l'état déplorable de la Casa, « ce monument éminemment représentatif en Espagne de l'art français (sic) ». Le ministre, Pierre-Olivier Lapie, répondit que « de nombreux services ministériels sont intéressés à sa remise en état », et de remercier le parlementaire de son intérêt pour « nos relations internationales »217.

  • 218 A. Viñas, Los pactos secretos de Franco con Estados Unidos, Barcelone, 1981, p. 56-62.
  • 219 JORF, Assemblée Nationale-Débats, 1ère législature, session 1950, annexe au PV de la séance du 17.1 (...)
  • 220 Les groupes représentés parmi les fondateurs : 15 RPF (Rassemblement du Peuple Français, gaullistes (...)
  • 221 Le Monde couvre bien cette visite parlementaire, qui se déroula du 12 au 15.12.1950. Le 10.11.1950, (...)
  • 222 Sur l'Inspection générale des postes diplomatiques et consulaires, Les Affaires étrangères, ouvr. c (...)
  • 223 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 : 12 et 14.12.1950, réceptions pour les députés am (...)
  • 224 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (Paris), 18.12.1950. Lege (...)

79Cependant, l'été ne fut pas monotone. La guerre venait d'éclater en Corée (25 juin). Ainsi, le communisme conquérant, après avoir triomphé en Chine et avoir poussé la France à l'affrontement, en Indochine, s'attaquait-il de nouveau au monde libre... Certes, l'Europe occidentale avait su résister, grâce à l'aide de Washington, au blocus soviétique de Berlin-Ouest, mais le temps était venu de resserrer les rangs autour des États-Unis et de leurs alliés. Officiellement créée, sur les rives du Potomac, en avril 1949, l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord n'avait pas admis l'Espagne, mais avait accueilli en son sein le Portugal ! La valeur stratégique des Açores dépassait largement, il est vrai, celle des Canaries. En outre, pour anti-démocratique qu'il fût, le régime de Salazar, établi en 1928, n'avait pas profité de l'aide massive des Italo-Allemands... L'impact de la guerre en Extrême-Orient eut, en tout cas, des conséquences décisives sur les relations des Occidentaux avec l'Espagne. Le 4 novembre, sous l'impulsion des États-Unis, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies leva le blocus diplomatique imposé depuis quatre ans. La France et le Royaume-Uni s'abstinrent218. Les rares amitiés latino-américaines et arabes que Franco avait su se ménager, depuis 1945, furent alors précieuses... tout comme ses virulents discours anti-communistes. Deux semaines plus tard, le Congrès accordait à Madrid 62,5 M$ de crédits spéciaux. Que cette aide économique fut lente à parvenir à destination ne pouvait masquer le profond désir de certains milieux dirigeants occidentaux de normaliser définitivement les relations avec le grand pays ibérique, dont l'intégration paraissait essentielle à la défense des espaces atlantique et méditerranéen. En France même, un intergroupe parlementaire avait, le 17 novembre, proposé le rétablissement d'ambassades entre Paris et Madrid219. Parmi les cinquante-huit députés qui invitaient « le gouvernement à renouer immédiatement des relations diplomatiques normales avec l'Espagne », on trouvait Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux, André Caillavet, Édouard Frédéric-Dupont, Alfred Coste-Floret et un homonyme du directeur de la Casa Velázquez, Jean Legendre. Tous appartenaient au centre et à la droite220. Certains d'entre-eux vinrent, à la mi-décembre, dans la capitale espagnole221. Legendre, qui avait, entre-temps, reçu Albert Lamarle, inspecteur des ambassades, et Jean Maroger, sénateur de l'Aveyron222, rencontra les parlementaires dans deux réceptions organisées en leur honneur223. Ils se déclarèrent « disposés à employer toute leur influence en faveur de cette œuvre d'intérêt national »224.

  • 225 Le Monde, 21.12.1950, et AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : d. n° 531, Aguirre de Cárc (...)
  • 226 Le Monde, du 28 au 30.12.1950, et Á. Viñas, Los pactos secretos, ouvr. cité, p. 62-63.
  • 227 Le Monde, 11.1.1951.
  • 228 AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : note du Service d'information diplomatique, 11.1.19 (...)

80Mais la gauche française ne s'avoua pas vaincue : elle lança, au même moment, une violente campagne contre ce rapprochement qui parut être mis en échec devant la Commission des Affaires étrangères, à laquelle avait été transmise la proposition des cinquante-huit. Le 20 décembre, après la lecture, par le socialiste Daniel Mayer, d'un rapport très hostile, un amendement communiste fut adopté d'extrême justesse : 21 voix contre 20225 Mais ces oppositions furent littéralement balayées par l'annonce nord-américaine, puis britannique, d'envoyer à Madrid un chef de mission au plus haut niveau226. Le 10 janvier 1951, le gouvernement français désigna, en Conseil des ministres, Bernard Hardion comme ambassadeur et rendit aussitôt publique cette nomination227. Les autorités espagnoles, surprises de n'avoir pas été préalablement consultées, s'en formalisèrent... L'agrément ne fut sollicité qu'au début de février228.

  • 229 ACV-Madrid, carton 3 : rapport dactylographié sur la situation actuelle de la CV, fin d'année 1950, (...)
  • 230 Ibidem, carton 4 : texte de l'allocution (en français), s.d., en marge : 1951 ? pour Radio-España, (...)
  • 231 Paris-Match, n° 102, 3.3.1951, avec la photographie d'une chèvre dans les ruines de la Casa ! Repor (...)
  • 232 AABA-Paris, Fonds CV : lettre Boschot à DESUP-MEN, Paris, 22.12.1950.
  • 233 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée pour DGA-MEN, Paris, 29.12.1950, et note (...)

81La reprise de relations normales avec l'Espagne s'ébauchait, donc, dans la froideur. L'optimisme que Legendre manifesta, à diverses reprises, ne risquait-il pas d'être fortement tempéré229 ? La cordialité qu'il espérait dans les relations franco-espagnoles, il l'exprima publiquement à Radio-España, le jeudi 11 janvier, entre 20 h et 20 h 30, à une heure de grande écoute230 ! À l'occasion d'un reportage sur Franco, Paris-Match s'en fit aussi l'écho, dans son numéro du 3 mars, en évoquant le seul bâtiment non reconstruit dans la Cité universitaire et son directeur, « le plus grand hispaniste français »231. Tandis que Boschot rappelait avec force que l'Académie n'avait jamais aliéné son droit de propriété232, la Direction de l'architecture envisageait d'envoyer à Madrid une mission « pour examiner dans quelle mesure les anciennes constructions peuvent être réutilisées ». Les architectes pressentis étaient Patrice Bonnet, membre de l'Institut, Bitterlin, inspecteur général et Jean-Jacques Haffner. Le Quai d'Orsay donna son accord233. Allait-on, enfin, vers un déblocage de la situation ?

82Maurice Legendre, toujours sur la brèche à soixante-dix ans, manifestait une activité et une foi inébranlables. Certes, son cœur connaissait quelques soubresauts, mais l'énergie ne faisait pas défaut. La méditation et le repos, surtout à La Alberca ou en France, compensaient le rythme soutenu de la vie urbaine. Les soucis, en-deçà du dossier de la reconstruction, ne manquaient pas, en ces années 1948-1951.

  • 234 ACV-Madrid, carton 1 : copies lettres dactylographiées Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 21.6.194 (...)
  • 235 Ibidem, carton 1 note dactylographiée 5 p. Rien n'indique qu'elle fut transmise aux autorités ou à (...)
  • 236 Ibidem, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 14.12.1948.

83D'abord - et toujours - il lui fallait sauvegarder sa place. Face aux intrigues malveillantes qu'il décelait, même chez ses « ouailles », il se défendit par l'information, certains diraient par la délation. Après les nazis, les rouges voulaient faire « main basse » sur l'institution. « La tactique communiste use (aussi) envers moi de l'argument de la limite d'âge... Mais celle-ci n'a jamais joué à la Casa Velázquez ». Et de rappeler les exemples de ses deux prédécesseurs. Les responsables de l'Enseignement supérieur et de l'EHEH furent aussi tenus au courant de l'affaire Gautier-Dalché, à laquelle étaient mêlés Paule de Rotalier et Henri Lapeyre234. Une note en espagnol fut même rédigée par le directeur de la Casa235. Mais le départ de ce « trio subversif » calma les esprits : seul, Lapeyre, le plus modéré, put revenir l'année suivante... pour s'en aller travailler à Medina del Campo236.

  • 237 À la Librairie Générale, Saragosse, 392 p. La première édition castillane de son livre date de 1940 (...)
  • 238 Pierre Chaunu, témoignage oral, Paris, 1984. C'était aussi l'avis de Gautier-Dalché (note 118) et, (...)
  • 239 Pour la période 1948-1951, témoignages écrits de Robert Savary, Paris, 1983, d'André Chochon, Fresn (...)

84En réalité, se posait le problème de l'adhésion ou de la réserve des habitants de la Casa envers le régime franquiste. Tandis que Legendre, qui n'avait plus de réelle activité scientifique, se contentait d'assurer une édition européenne de la version castillane de sa Nouvelle Histoire d'Espagne, qui parut à Saragosse, en 1951, les jeunes chercheurs se divisaient en groupes antagonistes237. Pierre Chaunu discerna bien cette coupure : l'atmosphère était lourde à table238. Quant aux artistes, leur vision de l'Espagne relevait davantage de considérations esthétiques, folkloriques et humaines que politiques239.

  • 240 Abondante documentation dans ACV-Madrid, cartons 1, 4 et 6.
  • 241 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à DESUP-MEN (Paris), 27.4.1949.
  • 242 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 10.4.1948. Pour le nom (...)
  • 243 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 14.12.1948 : « un coli (...)
  • 244 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Renouard (Bordeaux) à DESUP-MEN (Paris), 12.5.1949 ; depuis l'été 194 (...)

85Le directeur de la Casa s'efforça aussi de redresser la situation matérielle de l'institution. Les bourses, toutes fournies par l'Éducation nationale, étaient acheminées par l'agent-comptable de la représentation française, c'est-à-dire l'ambassade. Mais, de nouveau, d'autres entités, comme avant-guerre, manifestèrent leur bonne volonté, en envoyant des pensionnaires à Madrid : ainsi, les municipalités de Paris et de Valence ou la colonie française d'Espagne. D'autres allaient suivre cet exemple : les villes d'Alger, de Séville, de Lille... Le niveau des bourses du gouvernement, dont les versements étaient, parfois, peu réguliers, fut relevé fin 1950 : de 275.000 F on passa, en effet, à 475.000 F annuels. Legendre avait fondé son argumentation sur les revenus bien supérieurs des enseignants des autres institutions françaises, sur la hausse du coût de la vie et sur les taux de change240. La vie quotidienne de la maison était toujours au centre des préoccupations du directeur. Le budget de fonctionnement, à la charge du ministère de la rue de Grenelle, lui paraissait trop étroit pour assurer la bonne marche d'une institution éclatée entre trois édifices assez éloignés les uns des autres. Aucun de ces locaux ne contenait d'atelier. Il y avait bien encore ceux de Fez. En 1949, Legendre tenta, en vain, d'y envoyer des artistes et des arabisants. Mais la direction de l'Instruction publique du Protectorat les avait occupés entre-temps241... Si les possibilités immobilières d'expansion ou d'amélioration paraissaient réduites, voire nulles, Legendre s'attela à reconstituer la bibliothèque détruite242. Certes, les donations de Pierre Paris et d'Arthur Engel - pour l'archéologie et la numismatique antique - étaient irrémédiablement perdues. De nombreux ouvrages, bien sûr, étaient épuisés. Il y avait environ 10.000 volumes avant 1936, quelques centaines furent péniblement rassemblés après 1945. Un contraste douloureux. L'aide de Renouard fut, à ce sujet, décisive. Il fallait pouvoir permettre aux chercheurs français et espagnols de travailler efficacement. Un service rattaché à la Bibliothèque nationale de Paris adressa quelques colis, avec, parfois, des ouvrages dépareillés et peu utiles243. Bordeaux fit de même, avec plus d'efficacité244.

  • 245 ACV-Madrid, carton 4 : lettres Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 2.1 et 14.12.1948, et copie (...)
  • 246 P. Chaunu, témoignage 1984. Chaunu, à qui Renouard voulait confier l'appareil, craignit la confisca (...)

86On utilisa aussi les services des membres de passage dans la cité girondine. Marie Helmer amena, en janvier 1948, les tomes des dix dernières années du Bulletin Hispanique. Elle fit mieux encore ! Un an plus tard, elle put faire franchir la frontière à Lin lecteur portatif de microfilms, placé dans un sac à dos245. Avec une attestation du directeur, Pierre Chaunu calma les soupçons de la Sécurité d'Irún246. Un renouveau était, donc, résolument engagé, mais le manque de place et la minceur des crédits interdisaient toute euphorie...

  • 247 M. Helmer, témoignage 1986, p. 4. D. Ozanam, « Notice nécrologique d'Amelia Merchán Mancebo », MCV. (...)

87À l'automne 1949, Maurice Legendre fit venir une jeune femme de La Alberca, afin de s'occuper de la bibliothèque, en compagnie d'un étudiant, Leopoldo Español. Les qualités humaines et professionnelles d'Amelia Merchán Mancebo, sensibles au premier abord, accompagnèrent le développement de ce véritable « poumon scientifique », qu'elle orna de plantes vertes247. Une autre question préoccupait Legendre et Renouard : la relance de la collection de l'EHEH. Là encore, le « nerf de la guerre » faisait défaut. Forte de 24 fascicules en 1938, celle-ci ne put être renforcée que par une seule publication en trois ans : la thèse complémentaire de Charles-Vincent Aubrun.

  • 248 Renouard rencontra Déroche à Rome. Celui-ci voulait fouiller à Rosas, province de Gérone. ACV-Madri (...)
  • 249 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : correspondance DGRC et D. Europe, MAE-Par (...)
  • 250 EHEH-RA, 1948-1949 : BH, n° 3, 1949, p. 379. Pour les autres membres, consulter la même source, de (...)

88Tous les chercheurs n'étaient pas voués à rester cloîtrés dans le centre madrilène : pour leurs recherches, Marie Helmer, Pierre Chaunu et Alain Vieillard-Baron travaillaient à Séville, Henri Lapeyre à Valladolid et Medina del Campo, Chantai Hérault de la Véronne dans les villes de Al-Andalus et de Al-Ifriquiya (Maroc)... La Catalogne était assez peu fréquentée ; le Pays Basque et la côte atlantique, terras incognitas. La reprise des activités archéologiques fut esquissée, en 1949, par un ancien membre de l'École de Rome, Louis Déroche. Les deux responsables des activités scientifiques de la Casa y songeaient depuis quelque temps248. Consultée à travers la Direction des relations culturelles du Quai d'Orsay, la Commission française des fouilles n'émit aucune objection de principe249. De même, les autorités espagnoles considérèrent avec sympathie cette perspective, mais elles imposèrent des conditions plus drastiques : contrôle par un délégué espagnol, pas de « partage » des pièces découvertes. Des crédits spéciaux furent ouverts au jeune archéologue qui, en 1948-1949, porta ses efforts sur la découverte de mosaïques figurées en Catalogne, puis s'occupa d'un site dans la province de Ségovie, Duratón250. Cette ébauche ne fut guère suivie d'effet car Déroche ne resta que quelques mois, mais sa venue avait permis de renouer un contact que les Espagnols ne négligèrent pas.

  • 251 Le Monde, 11.10.1949, p. 2.
  • 252 Toujours dirigé par Pierre Deffontaines, depuis 1939, l'IFB avait plus de 1.200 auditeurs, fin 1950 (...)
  • 253 Ibidem, p. 187 : 1.150 auditeurs et une bibliothèque de 2.000 volumes, après pertes et destructions (...)
  • 254 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, témoigne d'une partie de ces activités, auxquelle (...)
  • 255 Bulletin de l'Institut français en Espagne, n° 1, mai 1945. La publication dura jusqu'en 1958. L'IF (...)
  • 256 AR-Toulouse, registre CU n° 10, 1946-1951 : séances du 23.5.1947, p. 52, sur la création d'un Centr (...)
  • 257 Ibidem, séance du 6.5.1949. Le premier budget fut fixé à 250.000 F (150.000 F de l'université et 10 (...)

89Le réseau de relations que Legendre avait constitué ne se limitait pas aux questions relatives à la Casa. Le personnage était devenu un pilier, parfois mythifié, de la présence culturelle française au sud des Pyrénées. L'université de Bordeaux, l'Académie des beaux-arts et les ministères parisiens l'avaient admis. La lutte culturelle, avec le retour à des conditions d'échanges plus normales entre l'Espagne et l'extérieur, restait cependant au cœur des préoccupations des responsables de la République. La Péninsule attirait les étrangers. Marie Helmer rencontra, dans les bibliothèques et les archives, des Allemands, des Latino-Américains, des Anglo-Saxons. Il était nécessaire, pour les Français, de ne pas se laisser « distancer ». Si les Nord-Américains restaient relativement discrets, les Britanniques étendaient leur réseau d'instituts. En octobre 1949, le Centre Hispano-Français, qui prit le nom d'institut, fut inauguré, à Saragosse, dans de nouveaux locaux251. L'Institut de Barcelone, installé dans les bâtiments de l'ancien collège allemand saisi, cherchait à s'étendre252. Quant à celui de Madrid, il était devenu, sous l'autorité de Guinard, un pôle culturel de grande importance253. Conférences, expositions, concerts s'y succédaient à un rythme soutenu254. Un Bulletin, de grande tenue scientifique, permettait de rassembler articles et informations de toutes natures concernant tous ces centres patronnés par l'université de Toulouse255. Celle-ci avait créé, en son sein, un centre qui, en 1947, prit le titre définitif d'Institut d'études hispaniques256. C'est sous l'autorité de cet organisme que fut prise la décision de renouer avec la tradition des cours d'été à Burgos. Interrompus depuis 1935, ils ressucitèrent donc quatorze ans plus tard, grâce à la diligence du petit-fils du fondateur, Paul Mérimée257.

  • 258 AMAE-Madrid, série R, liasses 3052, dossier 58, et 3253, dossier 95, Centro Cultural Hispano-Francé (...)
  • 259 ACV-Madrid, carton 14 : correspondance Legendre-Pichon. Charles Pichon était, alors, journaliste au (...)

90Legendre s'occupait très activement des établissements d'enseignement secondaire, principalement confessionnels, qui dépendaient du Comité des écoles, mis en place en 1932. Député inamovible de Saint-Louis-des-Français, il fut l'un des fondateurs du Centro Cultural Hispano-Francés de Madrid, en 1949. En liaison avec le Centre d'études et de recherches ibéro-américaines de l'Institut catholique de Paris, cette entité, présidée par l'ancien ministre Eduardo A unos, était chargée d'organiser des échanges d'étudiants catholiques, des voyages culturels et des pèlerinages258. Ceux-ci se multiplièrent, à nouveau, avec l'aide de Mgr Jobit, responsable du département parisien, et de Charles Pichon, au nom d'un Comité France-Espagne, qui était la continuation du Comité de Saint-Louis et de Saint-Ferdinand259. Un congrès d'historiens catholiques eut lieu, à Saint-Sébastien, à la fin mai 1950. Ainsi Legendre, dans sa croyance profonde en la spiritualité ibérique, était-il, sans doute, ravi de pouvoir recevoir des musiciens et des écrivains, tels Olivier Messiaen ou Daniel-Rops.

  • 260 Université de Bordeaux, Hommage à Monsieur François Dumas, 1948 : discours du recteur André Marchau (...)

91Depuis la mort de son prédécesseur, François Dumas, disparu à Bordeaux le 24 octobre 1948, il était, désormais, le seul grand témoin survivant de la naissance de l'œuvre qu'il aspirait désormais à faire reconstruire260. Verrait-il, un jour, le fruit de tant d'efforts ?

  • 261 AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : note très confidentielle de Lojendio, Service d'inf (...)
  • 262 Le Monde, nombreux articles de fin janvier à fin juin 1951 : Ligue des Droits de l'Homme, anarchist (...)
  • 263 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : note DGRC-MAE, Paris, 30.4.1951, et t. n (...)
  • 264 Ibidem, t. n° 189, du 8.5.1951, et t. n° 203-206, du 10.5.1951. B. de Chalvron était conseiller à M (...)
  • 265 AN-Paris, 331 AP 2-3, Papiers Pierre-Olivier Lapie : notes manuscrites prises en Conseil des minist (...)
  • 266 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : Ambassade-Madrid, t. n° 222-223, du 16.5 (...)
  • 267 L. Suárez Fernández, ouvr. cité, t. V, p. 14-17. La réoccupation de cet immeuble, acquis en 1939, e (...)

92Malgré la décision prise par le cabinet Pleven, Hardion laissa clairement entendre à ses interlocuteurs du Palais de Santa Cruz que les relations hispano-françaises ne s'amélioreraient pas de sitôt261. Au nord des Pyrénées, les protestations se multipliaient en ce début de 1951262. À l'incident relatif à un avion affrété par des anarchistes, et saisi à Villacoublay, se superposa une autre question épineuse : la restitution de l'immeuble des services culturels de l'ambassade d'Espagne à Paris, avenue Marceau. Occupé par des exilés, en août 1944, il abritait depuis l'année suivante les gouvernants basques anti-franquistes. Une décision de justice restant sans effet, Madrid menaça, fin avril 1951, de fermer les lycées français d'Espagne et tout particulièrement celui de la capitale. Pour la diplomatie de la République, le coup était dur, car les autorités espagnoles semblaient déterminées à passer aux actes. Le réseau culturel français s'était encore enrichi de nouveaux cours de l'Alliance française, à Majorque. Faudraitil suspendre l'inscription des élèves et des étudiants263 ? L'affaire prit mauvaise tournure, lorsque le 7 mai, en fin d'après-midi, des policiers en civil invitèrent Paul Guinard à suspendre une conférence à l'Institut français. Le public dut se disperser, mais le conseiller d'ambassade, Bernard de Chalvron, s'en fut protester immédiatement auprès du ministère. Hardion rencontra également quelques membres du gouvernement264. À Paris, on criait au « gangstérisme ! » Schuman envisagea même, en Conseil des ministres, le rappel de l'ambassadeur français. Le chef de l'État, Vincent Auriol, s'exclamait le 16 mai : « Franco fait vraiment un peu trop de chantage, hier Pétain, aujourd'hui les écoles, demain Andorre »265. L'irruption policière de la rue du Marquis de la Ensenada fut ébruitée, peu après, par l'agence United Press266. Finalement, en juin, tout rentra dans l'ordre : les Basques, déboutés, évacuèrent l'édifice de l'avenue Marceau267.

  • 268 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, 15.3.1951.
  • 269 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 20.3.1951. Ainsi, (...)
  • 270 ACV-Madrid, carton 2 : copie lettre dactylographiée Legendre à Zavala, Madrid, 16.3.1951, et lettre (...)
  • 271 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié, M. Bitterlin, 12.5.1951, 7 p., et rapp (...)
  • 272 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (ABA-Paris), 15.6.1951.

93C'est dans cette ambiance quelque peu incertaine que Marc Bitterlin et Jean-Jacques Haffner vinrent à Madrid, où, en compagnie de Legendre, ils inspectèrent le terrain et les ruines de la Moncloa, le 15 mars 1951268. Si la conservation du patio et le respect des lignes générales du bâtiment ne pouvaient que réjouir le directeur, il n'en était pas de même quant à la suppression des tourelles : de nouveaux édifices de la Cité universitaire n'en avaient-ils pas été pourvus269 ? « Il ne s'agit pas d'édifier une Casa Velázquez, mais de reconstruire la Casa ; nous avons une histoire et une tradition », écrivit-il à Zavala. Et Legendre d'entreprendre des démarches afin d'obtenir un portail repéré dans le vieux Madrid270... La question du style restait donc entière. Chacun campait sur ses positions, mais le compromis semblait possible, les trois visiteurs du 15 mars étant d'accord pour rejeter l'ambitieux programme de Renouard. Les rapports de Bitterlin et Haffner soulignèrent la nécessité de conserver les fondations existantes, même si « reconstruire identiquement la Casa Velázquez suivant son architecture ancienne, bien que consacrée, relève beaucoup du sentiment ». La tâche de contrôle, dévolue depuis des lustres à Zavala, devait être confiée, selon Haffner, à un architecte espagnol ayant plus d'autorité et de sens esthétique271. Une réunion s'avérait indispensable afin de fixer le programme définitif de la reconstruction. Legendre, étonné de n'avoir pas été convoqué durant l'automne 1950, insista pour être présent lors des prises de décision. L'impatience le dévorait. « Ce retard ne fait de tort qu'à nous-mêmes... Depuis plusieurs années, le gouvernement espagnol aurait pu mettre le gouvernement français en demeure de profiter du magnifique privilège qui lui a été concédé »272.

  • 273 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre à Robert Merlin, directeur de Peñarroy (...)

94Les élections législatives de juin 1951, en consacrant la victoire des partis de droite et le recul communiste, lui redonnèrent, cependant, espoir. « Tous ceux dont l'action se fait sentir dans la direction de notre politique pourront voir plus clairement les problèmes de l'heure présente »273.

95L'été débuta cependant mal pour le directeur de la Casa. Le 5 juillet, il se brisa la jambe, rue Serrano, et dut être hospitalisé à Saint-Louis-des-Français jusqu'au 17. Il partit ensuite se reposer à La Alberca, où lui parvint une convocation de Donzelot pour le 12 septembre. La France, depuis le 10 juillet n'avait plus de ministère. Il fallut près d'un mois pour résoudre la crise...

  • 274 Ibidem, carton 3 : lettre n° 498, Donzelot (DESUP-MEN, Paris) à Legendre (Madrid), 30.7.1951.
  • 275 Cinq copies du PV, dans divers fonds administratifs.

96À la date fixée, les responsables du projet se rassemblèrent, donc, rue de Valois, dans le bureau du secrétaire d'État aux Beaux-arts, André Cornu. Après un bref historique par l'amiral Lacaze, il fut convenu de reconstruire l'édifice de la Moncloa, en y ajoutant un amphithéâtre assez vaste « qui compléterait les possibilités actuelles de l'Institut français », dans l'optique « d'attirer les étudiants espagnols en les mettant en contact avec toutes les formes de la pensée française ». L'EHEH devait ainsi bénéficier avec sa vaste bibliothèque d'une extension particulière. Les artistes auraient-ils les quatre pavillons-ateliers prévus dans le jardin ? Le procès-verbal de la réunion ne le dit pas. Donzelot fut chargé de la coordination du projet, pour lequel un crédit de 400 MF serait inscrit au budget d'équipement de l'Enseignement supérieur pour l'exercice 1952274. Après une remarque de René Perchet sur la situation juridique du terrain « qui appartient à l'Académie des beaux-arts (sic), alors que la construction sera édifiée entièrement aux frais de l'État », on se sépara, un autre rendez-vous étant fixé vers le 15 octobre275.

  • 276 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée de Haffner à Donzelot (DESUP), 15.10.1951. La troisiè (...)
  • 277 AN-Paris, F17bis 187 : lettres dactylographiées Legendre (Champrond-en-Gâtine et Madrid) à Donzelot (...)
  • 278 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre (Champrond ou Madrid ?) à Merlin (Madr (...)

97Haffner, qui se plaignait que la réunion ne fut point « décisive », se remit donc à l'ouvrage276. Revenu en France, Legendre n'était, cependant, pas plus tranquille et le fit savoir au directeur de l'Enseignement supérieur277. « La formule la plus simple, la plus économique et la plus rapide de beaucoup à appliquer est celle de la reconstruction de la Casa telle qu'elle était... Cette solution, justifiée par l'expérience, donne satisfaction aux desiderata exprimés le 12 septembre ». De même, il écrivit à Robert Merlin, directeur de Peñarroya, au sujet des « plans extravagants de Haffner... Le vœu des Français de l'étranger et des sociétés françaises de Madrid doit être qu'elle soit reconstruite comme avant »278.

  • 279 AP-Legenclre, Tréveneuc : lettre dactylographiée de L. Araujo Costa (Madrid) à Legendre (Champrond) (...)
  • 280 L'original de cette lettre de Hardion doit être dans le Fonds DGRC non répertorié, dans AMAE-Paris. (...)
  • 281 Ibidem, note Perchet à Villenoisy, BBCPN-MEN, Paris, 14.11.1951.
  • 282 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 10.10 et 28.11.1951, p. 248 et 263. Le Monde, 9.11.1951 : c (...)
  • 283 Le Monde du 14.11.1951.

98Legendre reçut le renfort de son ami Araujo Costa (ABC du 9 septembre) et de l'architecte Jules Formigé, membre de l'Institut279. Mais dans une lettre adressée à la Direction des relations culturelles, Hardion préconisait plus de prudence. Dès avant la réunion du 12 septembre, il avait adressé à Louis Joxe une lettre, à travers laquelle il indiquait que la vocation de la Casa devait être redéfinie avec plus de rigueur. « Consacrer plusieurs centaines de millions à la réfection d'une résidence destinée à quelques boursiers de l'État, prévoir l'entretien de cette fondation, plusieurs millions par an, paraît peu en rapport avec le train de vie et les obligations de la France actuelle », soulignait-il. Il fallait intégrer au labeur permanent de l'institution, des cours scientifiques et techniques qui « rentabiliseraient » l'influence d'un pays encore convalescent et confronté à de sérieux problèmes coloniaux, en Asie et en Afrique280. En tout cas, cette lettre confidentielle ne fut jamais portée à la connaissance de Legendre ou de Haffner, les deux antagonistes principaux de la « bataille du style ». Le directeur fit encore, à la mi-novembre, une démarche auprès de Perchet. L'évocation d'un portail Siècle d'Or compliquerait sérieusement l'étude en cours... Il s'étonna qu'il n'en eût pas été question, lors de la dernière réunion281. Alertée par Formigé, l'Académie des beaux-arts avait déjà communiqué sa décision de veiller à la reconstruction de la Casa282. La cacophonie ne pouvait être plus assourdissante alors qu'un nouvel ambassadeur de France, Jacques Meyrier, prenait ses fonctions à Madrid283.

  • 284 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 20.11.1951, en marge, convo (...)
  • 285 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée de Perchet à Haffner, Paris, 13.12.19 (...)
  • 286 Pontremoli (1865-1956) et Prost (1874-1959) étaient passés par la VM (1890 et 1902), avant d'être é (...)
  • 287 AN-Paris, F17bis 187 : PV de la séance du Comité consultatif, BBCPN, Paris, 19.12.1951.

99Le 20 novembre, Perchet, de Villenoisy et Haffner se réunirent avec Donzelot, rue de Grenelle. L'architecte présenta une première esquisse d'avantprojet, qui gardait le faux patio et les fondations. Les modifications apportées étaient les suivantes : la salle à manger serait commune, contrairement au vœu de Renouard ; la bibliothèque serait agrandie, afin de pouvoir contenir 70.000 volumes ; la surélévation d'un étage sur chaque aile permettrait de créer vingt chambres supplémentaires, ces pièces pouvant être « modulables » en petits appartements ; enfin, les pavillons d'about, sur la cour intérieure, seraient agrandis et rendus, ainsi, plus lumineux. Une autre réunion, élargie, sous la présidence de Cornu, était enfin annoncée pour le mercredi 5 décembre, rue de Valois284. Haffner y présenta diverses propositions, avec plans à l'appui. Au lieu des 26 chambres de l'ancienne Casa, la nouvelle bâtisse pourrait en contenir 45, 51 ou 58. De cette confrontation purement technique, il ressortait que la restauration dans la forme ancienne ne pouvait être entreprise. Aussi Perchet pressat-il l'architecte de présenter, dans les plus brefs délais, un avant-projet définitif qui tint compte des vœux de l'Académie (ateliers) et de l'EHEH (salle polyvalente et grande bibliothèque). Une date impérative lui était fixée : le 19 décembre285. Ce jour-là, en effet, les membres du Comité consultatif des bâtiments civils et des palais nationaux tinrent séance, afin de se prononcer sur les deux variantes proposées par Haffner, « l'une ressemblant le plus possible à l'ancienne Casa, l'autre d'un caractère nettement moderne, conservant autant que possible les fondations et le patio ». Lacaze et Boschot étaient absents, mais l'Académie avait deux représentants, architectes : Emmanuel Pontremoli et Henri Prost286 Renouard étant présent, les deux patronages de la Casa pourraient défendre leur point de vue. Les autres services ministériels avaient aussi répondu à l'appel. Legendre n'était pas invité, mais les deux membres de l'Institut plaidèrent sa cause. Ils furent rapidement isolés. Haffner, Bitterlin et Renouard, qui firent circuler une photographie de la Cité universitaire, surent convaincre l'auditoire en faveur du projet moderne, façade incluse. En guise de lot de consolation pour les académiciens, le Comité accepta que des ateliers d'artistes fussent ajoutés, dans le jardin, à celui financé anciennement par Peñarroya. Ainsi le vieux projet de Chifflot serait-il ressuscité, en vertu du modèle romain de la Villa Médicis. Cotty, adjoint de Donzelot empêché, posa, en conclusion, le problème de la situation domaniale du terrain... « appartenant à l'Académie, de manière à respecter l'esprit de la loi des Cortès de 1920 (sic) ». L'Enseignement supérieur consulterait la Direction des domaines. Et la séance fut levée287..

  • 288 ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite de Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 2.1.1952.

100Quelle fut la réaction de Legendre, à qui Renouard annonça les résultats de cette réunion décisive ? Nous connaissons suffisamment ce caractère entier pour ne point éprouver d'hésitation à cet égard. Le doyen de la Faculté des lettres de Bordeaux lui avait écrit que « d'anciens membres de l'Académie ont rappelé qu'ils n'étaient pas partisans, il y a vingt ans, du projet Chifflot »288. La seule personnalité visée par ce propos était Pontremoli. Membre de l'Académie depuis 1922, il aurait pu, en effet, manifester alors quelque réticence. Après vérification des documents de l'époque, il semble qu'il n'en fut rien. Aurait-il proféré, en présence de Renouard, quelque critique « posthume » sur l'ancien Palais de la Moncloa ? Il défendit, au contraire, le style ancien de l'édifice, comme l'atteste le procès-verbal.

  • 289 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris) 8.1.1952.
  • 290 Le Monde, du 13.12 au 21.12.1951. Au sujet du Maroc, il y eut un entretien entre le général Guillau (...)

101En tout cas, Legendre s'en offusqua et le fit savoir à Lacaze. Que Renouard ait été satisfait de la solution choisie, comme il l'écrivit au directeur de la Casa, passe encore, mais qu'il prétendit invoquer un quelconque « péché originel », voilà qui franchissait les bornes ! « Les fondateurs, français et espagnols, le roi en tête, étaient, eux, partisans du projet, ce qui fait, précisément, qu'il a été exécuté malgré des opinions qui semblent avoir été fort discrètes alors. Tout cela serait assez risible, si les ambitions et les intrigues de l'architecte ne fournissaient un bon prétexte aux ennemis embusqués de l'Espagne et des bonnes relations franco-espagnoles, qui, ne pouvant éviter la reconstruction de la Casa, voudraient bien lui donner un caractère choquant pour l'opinion espagnole et faire tourner, tout de suite, à l'aigre la cordialité en principe restaurée »289. Le mois de décembre 1951 avait été, en effet, marqué par des déclarations conciliantes du titulaire des Affaires étrangères, Martín Artajo, et de Franco envers la France. Une ébauche de concertation, face au nationalisme marocain, semblait même engagée290.

  • 291 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie projet de loi adressé par Perchet (DGA) à Abraham (SURE) (...)

102Mais, ce qui intéressait les autorités espagnoles, c'était, évidemment, la reconnaissance par le pays voisin d'un pouvoir « voulu par les éléments sains d'une population unie derrière son Caudillo ». Il n'est pas douteux que la Casa de Velázquez faisait partie de cette stratégie polymorphe. Les négociations envisagées avec les États-Unis d'Amérique se chargeraient de balayer les ultimes réticences des gouvernants d'Europe... Au lendemain de Noël, Perchet transmettait à Abraham le texte d'un projet de loi relatif au crédit nécessaire à la première tranche de la reconstruction : 75 MF pour l'exercice 1952 sur un chapitre nouveau du budget d'équipement de l'Éducation nationale. Le total s'éleverait à 400 MF. Cent millions de plus que le dernier chiffre avancé, en 1950... Mais rien n'était encore officiel, à ce sujet291.

  • 292 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée Lacaze (Paris) à Legendre (Madrid), 15.1.1951.
  • 293 ACV-Madrid, carton 3 : El Adelanto du 30.12.1951, la Revista Nacional de Arquitectura de décembre 1 (...)

103À la lettre de Legendre, Lacaze avait répondu que le secrétaire perpétuel et lui-même s'occuperaient activement de promouvoir une reconstruction conforme à l'ancienne Casa292. Le directeur suscitait, d'ailleurs, de nombreux articles dans la presse, surtout espagnole : El Adelanto (Salamanque), La Revista Nacional de Arquitectura (Madrid) et Dernière Heure (Alger). Seul le style traditionnel devait être pris en ligne de compte pour la réédification du Palais de la Moncloa293.

  • 294 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée d'André Marie à André Cornu, Paris, 21. (...)
  • 295 Ibidem, A. Marie à R. Perchet (DGA), 27.2.1952, et AN-Paris, F17bis 5497 : A. Marie à Donzelot (DES (...)

104Dans la capitale française, le ministre André Marie pressait Cornu d'en finir. « Le maintien de ce spectacle lamentable nuit considérablement au prestige français à Madrid ». Et de convoquer les responsables des bureaux ministériels pour le 25 janvier, à 17 h294. Le choix du projet moderne de Haffner fut confirmé. La Direction de l'Enseignement supérieur devait trouver, en outre, « une forme d'accord » avec l'Académie, sur le statut du futur établissement. Enfin, le vote d'un plan de financement quadriennal pourrait être accéléré, après avis du Ministère du Budget et de la Commission des finances de l'Assemblée nationale295.

  • 296 ACV-Madrid, cartons 2 et 3 : copies de lettres et de rapports, du 17.2 au 30.3.1952.
  • 297 Ces entretiens sont signalés dans ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 et n° 3, du 1.2 (...)
  • 298 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : note verbale n° 247, Ambassade de France à MAE-Mad (...)
  • 299 Legendre fut encore interrogé par El Alcázar du 19.4.1952 : la Casa sera reconstruite dans le style (...)

105À Madrid, Legendre ne s'avouait pas vaincu. Il décida, pour l'avenir juridique de la Casa, de jouer à fond « la carte » du Quai Conti qu'il s'obstinait, non sans succès, à considérer comme la propriétaire du terrain. Quant à l'affaire du style, il ne la « digérait pas », et il le répéta à l'envie, durant tout le premier semestre 1952296. Ses entretiens avec le directeur de l'Office des régions dévastées et les membres de l'ambassade visaient à les convaincre du bien-fondé de son attachement à l'ancienne silhouette de l'édifice de la Moncloa297. À sa grande satisfaction, les diplomates français transmirent, le 22 mars, les plans des deux projets au Palais de Santa Cruz afin de « connaître l'opinion des autorités espagnoles compétentes, quant au style qui paraîtrait le plus propre à s'inscrire dans le cadre de la Cité universitaire »298. L'affaire n'était donc pas perdue, malgré les décisions déjà prises à Paris ! L'annonce officielle de la reconstmction était, déjà en soi, un succès299. Le fait que le Quai d'Orsay, non consulté en décembre-janvier, ait décidé d'adresser cette note, aux risques « révisionnistes » évidents, laisse à penser que l'attitude de la me de Grenelle et de la rue de Valois ne fût guère appréciée aux Affaires étrangères...

  • 300 ACV-Madrid, carton 3 : lettre José Macían, directeur général, Office des régions dévastées (MI) à L (...)
  • 301 AABA-Paris, registre 2E28 : séance du 2.4.1952, p. 293. Fonds CV : copie lettre dactylographiée Bos (...)
  • 302 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : trois notes confidentielles DGRC-MAE, Madrid, du 8 (...)

106Un architecte espagnol, Gonzalo de Cárdenas, sous-directeur de l'Office des Régions Dévastées, fut chargé par son supérieur hiérarchique d'aller inspecter le terrain. Legendre avait pris les devants... en étant prié de poser la question du style à la Junte de la Cité universitaire300. Cette démarche se trouvait ainsi confirmée par la note de l'ambassade. Mais, début avril, l'Académie fit connaître à l'Éducation nationale son accord sur le projet moderne de Haffner ! Puisque l'État le finançait, la Compagnie du Quai Conti ne pouvait qu'accepter... tout en se faisant reconnaître, par l'administration, un droit éminent de « propriété », néanmoins « négociable » (sic)301. Les autorités espagnoles, perplexes, s'interrogeaient manifestement sur l'avenir de l'institution de la Moncloa. En mai, Cárdenas remit son rapport à une commission, qui déclara vouloir voir le caractère castillan de l'édifice renforcé... Consulté avant décision, Legendre ne put cacher sa profonde satisfaction à Ruiz Giménez302. Ainsi, tandis que l'Académie hésitait encore, les architectes français étaient pris à contrepied...

  • 303 Cette correspondance, du 31.7 au 5.9.1952, est dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 690.
  • 304 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : extrait d. n° 1676, José Rojas y Moreno, comte de (...)

107Dans la capitale française, la Direction de l'architecture, informée par le Quai d'Orsay, s'étonna de cette remise en cause et s'enquit, auprès de la rue de Grenelle, de la réponse à y apporter. Haffner, à son tour, réagit vivement. « Je crains que cette affaire ne soit bien mal partie, écrivit-il, et je pense qu'il faut, à présent, tout tenter pour la redresser et la faire aboutir. Ne conviendrait-il pas de savoir si l'opposition du Directeur prévaudra finalement sur les décisions prises à Paris, ou si l'on passera outre... Le projet à présenter aux autorités espagnoles rencontrerait un accueil favorable, si elles savaient que le nouveau programme a déjà été accepté ici ; et je me demande alors ce qu'ont à faire les vues personnelles d'un Directeur qui a été, depuis dix ans, systématiquement opposé à toute reconstruction qui ne serait pas la reproduction pure et simple de l'ancien édifice dans son style pseudo-archéologique ». Et l'architecte de dénoncer la campagne lancée par Legendre dans les milieux français de Madrid... « Un abus de pouvoir », selon lui. « À mon avis, il faudra manœuvrer très fermement dorénavant pour maintenir le point de vue adopté par le Comité consultatif, si telle est votre opinion ». Il fallait, à tout prix, éviter cette façade en « fausse Renaissance espagnole ». Donzelot, alerté, fit connaître son ferme soutien au programme de Haffner, qui permettrait de loger de nombreux pensionnaires et de reconstituer une bibliothèque fournie. Le 14 août 1952, l'architecte français remit son projet définitif, « retardé par des échanges de vues avec l'ambassade de France ». À la fin du mois, l'Éducation nationale informa les Affaires étrangères qu'elle demeurait sur les positions précédemment définies. La Direction des affaires culturelles, en transmettant cette décision à Meyrier, se déclara prête à l'accepter303. André Marie vit, alors, l'ambassadeur d'Espagne afin de lui confirmer que l'on n'oubliait pas le projet Casa Velázquez304.

  • 305 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée Legendre (Champrond) à Donzelot (DE-SUP-MEN, Paris), (...)
  • 306 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris) 16.10.1952. Cette (...)
  • 307 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée François de Rose (ambassade de France-Madrid) à Donze (...)
  • 308 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée n° 5244, Baillou (DGRC-MAE) à Perchet ( (...)
  • 309 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : copie d. n° 1306-RC, Meyrier (Ambassade- (...)
  • 310 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : copie lettre Meyrier à Martín Artajo, Madrid, 20.1 (...)
  • 311 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : h. n° 1354, Meyrier (Madrid) à D. Europe (...)
  • 312 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettres de Santelli (adjoint SURE-MEN) et d'Abraham (chef SURE (...)

108Mais la polémique n'était pas close ! De sa villégiature estivale, Legendre la relança, en manifestant ses craintes face à un projet qui ouvrirait trop grandes les portes de l'institution. Afin de préserver l'idée d'une « élite » et partant, « l'atmosphère de travail », il ne fallait pas voir au-delà des limites d'hébergement imposées par les normes de l'antique Casa305. Ce serait, en outre, beaucoup moins onéreux, ainsi qu'il le répéta en octobre à Lacaze306. Depuis Madrid, le conseiller d'ambassade François de Rose abondait dans le même sens ; les Espagnols semblaient tenir, en outre, à la résurrection de l'édifice de l'avantguerre307. La Direction des affaires culturelles insista encore, en se référant à l'avis des autorités et de la presse madrilènes308. La « guerre du style » deviendrait-elle une véritable guerre de tranchées ? La question était d'autant plus fâcheuse que les ruines de la Casa rappelaient aux Espagnols une époque cruelle... Ya, dans son édition du 11 novembre, de rappeler que « la Cité universitaire ne peut faire reluire plus longtemps cet édifice mutilé... qui continue d'attendre ». Tout en déplorant que le public espagnol ne fût pas sensible au fait que la guerre civile l'avait détruit, Meyrier adressa cette coupure de presse au Département. Le journal madrilène distillait, ainsi, irritation et menaces sur la Casa309. Le 20 novembre, l'ambassadeur français adressa au ministre espagnol des Affaires étrangères une lettre particulière qui devait faire patienter les autorités espagnoles... Mais averti par diverses notes produites par ses services, Martín Artajo transmit aussitôt, en réponse, une note de son collègue Ruiz Giménez, traduisant une impatience déjà manifestée par Ya310 Face à une nouvelle attaque de ABC, le 2 décembre, Meyrier indiqua qu'il ferait comprendre aux autorités espagnoles que « c'est un effort financier considérable et que le gouvernement français n'a reçu aucune indemnité de la part de l'Espagne »311. L'affaire était urgente. L'ambassadeur et les responsables du Service universitaire des relations avec l'étranger le rappelèrent aux fonctionnaires de la rue de Valois312.

  • 313 ACV-Madrid, carton 3 : deux notes dactylographiées Legendre, s.d. (fin 1952).

109Pour les Espagnols, la Casa pouvait être réédifiée pour une somme de 13 MPtas ce qui, selon Legendre, constituerait une économie de 289 MF pour l'État français. Le remboursement serait effectué selon un échéancier strict, tandis que le chantier serait à la charge exclusive des Ibériques, « pour un style à l'ancienne ». Sous l'autorité du Patronato prévu par la loi de 1920, la possibilité de compensations en faveur de l'achèvement du Collège d'Espagne à Paris était, de nouveau, évoquée313.

  • 314 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : note DGRC-MAE, Paris, 20.11.1952, et che (...)
  • 315 Ibidem, chemise 50 : t. n° 554-561, Meyrier (Madrid) à MAE-Paris, 18.12.1952.
  • 316 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 2476, Casa Rojas (ambassade-Paris) à MAE-Mad (...)

110L'amélioration des relations franco-espagnoles, grâce au gouvernement d'Antoine Pinay - selon Martín Artajo - permettait d'envisager la signature d'un accord culturel de grande envergure314. La France avait voté en faveur de l'admission de l'Espagne à l'UNESCO, qui devint effective le 19 novembre 1952. Cela suffirait-il à débloquer le dossier Casa de Velázquez ? Dans la soirée du 17 décembre, Meyrier rencontra Emilio de Navasqües, sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Pressé de répondre aux instances espagnoles de voir l'édifice reconstruit, sous les auspices de la Cité universitaire et du Patronato, l'ambassadeur indiqua, avec embarras, que, seules, des considérations techniques et financières empêchaient le début des travaux. « Ce retard est regrettable », reconnaissait-il315. Le lendemain soir, mais à Paris cette fois, son homologue espagnol eut l'occasion de s'entretenir de l'affaire avec Cornu, son voisin de table, lors d'un banquet offert en l'honneur du maréchal Juin. Le diplomate proposa à son interlocuteur la solution de l'avance de 13 MPtas par les autorités espagnoles. Non sans précipitation, le sous-secrétaire d'État à l'Éducation nationale se déclara très favorable à cette généreuse idée. La perspective d'assister à l'inauguration de l'édifice restauré le transportait d'aise. Sa mère n'était-elle pas d'origine ibérique316 ?

111Mais ces conversations ne réglaient rien. Elles avaient, certes, le mérite de maintenir le contact et de « faire patienter », mais elles dissimulaient mal le blocage qui régnait chez les Français.

  • 317 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre Haffner (Paris) à Meyrier ( (...)
  • 318 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Meyrier (Madrid) à Haffner (Paris), 1 (...)
  • 319 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre de Rose (Madrid) à Charles (...)

112Haffner, dans une lettre personnelle à Meyrier, se plaignait, à l'aube de 1953, du manque d'intérêt manifesté dans la capitale pour le dossier : pas de crédit inscrit au budget et atermoiements au sujet du style317... L'ambassadeur lui répondit qu'il fallait tenir compte des desiderata locaux et que le Comité consultatif des bâtiments civils devait examiner, de nouveau, la question. La venue annoncée de l'architecte lui semblait excellente, mais une prompte décision s'imposait318. François de Rose était plus violent. Dans une communication au directeur-adjoint des Relations culturelles, il dénonçait Haffner comme le principal « fauteur des troubles retardataires. Je ne vois aucune raison pour que cela cesse si chacun, à l'Architecture ou à l'Éducation nationale, continue à feindre de feindre... C'est, en effet, chez l'architecte que tout accroche »319.

  • 320 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 215, Casa Rojas (Paris) à DGRC-MAE (Madrid), (...)

113Dans la seconde quinzaine de janvier, un secrétaire de l'ambassade d'Espagne vint s'entretenir, rue de Valois, avec Cornu et Perchet, de l'avenir du Palais de la Moncloa. Le ministre déclara, alors, que plus de 400 MF étaient prévus mais qu'aucun crédit n'avait encore été dégagé ! Perchet, quant à lui, écarta la proposition du diplomate espagnol de faire reconstruire l'édifice par ses compatriotes, pour une somme de 13 MPtas - environ 110 MF - qui lui semblait irréaliste, à cause de l'ampleur des travaux. Les deux responsables français étaient pourtant prêts à se rendre à Madrid, afin que fût accéléré le début du chantier320.

  • 321 Trois exemplaires de l'éditorial du journal parisien étaient adressés par Casa Rojas au Palais de S (...)
  • 322 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Perchet à Donzelot, Paris, 24.1.1953. À la réunion, a (...)
  • 323 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 28.1.1953, 2 p. AABA-Paris, (...)

114La presse espagnole reprit en chœur la nouvelle diffusée par Le Matin, selon laquelle, dans une réunion du 23 janvier, chez André Marie, la décision d'ouverture des travaux à bref délai avait été prise321. Le coût global devait être fixé, selon Marie, à 300 MF et non à 400 MF ! Depuis quelque temps, ce crédit oscillait « en ascenseur » entre ces deux sommes. Une réduction du programme était donc à envisager impérativement322. Ce fut l'objet d'une autre réunion, chez Donzelot, le mercredi 28 janvier. Boschot et Renouard étaient présents. La contrainte budgétaire fixée imposait l'abandon de la salle de conférences, que le directeur de l'EHEH avait appelée de ses vœux. Le nombre des chambres du bâtiment principal serait ramené à 40, avec la suppression de l'étage supplémentaire prévu sur les deux ailes. La bibliothèque - 30 mètres sur 8,5 - ne serait pas agrandie, mais le principe d'une reconstruction « à l'ancienne » fut écarté par les participants323.

  • 324 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 261, Casa Rojas (Paris) à DGRC-MAE (Madrid), (...)

115Le soir même, lors d'un dîner de gala à l'Élysée, l'ambassadeur d'Espagne, le comte de Casa Rojas conversa avec Marie, qui l'informa que, grâce au crédit de 300 MF, le chantier pourrait être ouvert dans un mois, sur les bases du projet français : 50 MF seraient débloqués sur l'exercice courant324.

  • 325 AN-Paris, F17bis 187 : copie note Donzelot (DESUP) à Marie (ministre), MEN-Paris, 31.1.1953.
  • 326 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : t. n° 45, Rose (Madrid), et d. n° 236, M (...)
  • 327 ACV-Madrid, carton 3 : notes dactylographiées de Legendre, janvier-mars 1953 ; voir aussi copie let (...)
  • 328 AMAE-Paris, série Europe 1944-1955, Espagne, chemise 102 : copie d. n° 380, Meyrier (Madrid) à DGRC (...)

116Mais la question du style n'était toujours pas résolue ! Dans une note à son ministre, le directeur de l'Enseignement supérieur demandait instamment qu'une démarche fût effectuée auprès du gouvernement de Madrid pour l'abandon du projet de « l'ancienne Casa Velázquez ». « Ces vœux espagnols et diplomatiques français sont, sans doute, dus à M. Legendre, dont l'action incessante est certainement exagérée », concluait-il325. L'ambassade de France ne put que se réjouir, néanmoins, de l'évolution favorable du dossier, mais la pression espagnole se faisait plus forte326. L'inévitable compromis semblait possible... Même Legendre penchait vers la négociation327. Volontiers décrié, l'homme devint plus indispensable que jamais, lorsque la Grand-Croix d'Alphonse X le Sage, décernée quatre ans auparavant, lui fut officiellement remise, le 10 mars 1953, par Ruiz Giménez, en présence de Meyrier328.

  • 329 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport Haffner, Paris, 26.2.1953, et AN-Paris, F17bis 187 : e (...)
  • 330 ACV-Madrid, carton 3 : Ya du 27.3 et Hoja del Lunes du 30.3.1953.

117De son côté, Haffner avait enfin obtenu de Renouard qu'il renonçât à la salle de conférences souterraine. Il avait réussi à ramener le devis total à 302 MF, honoraires inclus329. En compagnie de Bitterlin, l'architecte français vint dans la capitale espagnole, à la fin du mois de mars. Leur arrivée fut même « saluée » par une mini-campagne de presse... suscitée par Legendre. Ya et la Hoja del Lunes s'évertuèrent à démontrer que, seul, l'ancien style pouvait convenir à un lieu si majestueux330.

  • 331 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : notes dactylographiées, 8 et 10.4.1953 et liasse 1 (...)
  • 332 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 30.3 et 14.4.1953, 3 p.
  • 333 Ibidem, copie d. n° 592, Meyrier (Madrid) à MAE-DGRC (Paris), 15.4.1953, avec, en annexe, la note v (...)

118Le 27, diverses réunions se tinrent au Palais de Santa Cruz : du côté français, le conseiller Robert Gillet, Legendre, Haffner et Bitterlin. Du côté espagnol, Garcia de Liera (Relations culturelles), Gallego Burin (Beaux-arts), Macian et Cárdenas (Régions, dévastées), López Otero (Cité universitaire), Feduchi (Affaires étrangères) et un fonctionnaire de l'Urbanisme331. Malgré les réticences de leurs diplomates, les Espagnols acceptèrent finalement la suppression des tourelles castillanes. Un compromis briques-pierres fut admis par les Français, mais la question du choix d'un architecte espagnol plus dynamique fut provisoirement laissée de côté. Le coût croissant des matériaux incita Haffner à demander au plus vite le déblocage d'un premier crédit : 20 MF... si possible332. À la mi-avril, le ministère espagnol des Affaires étrangères communiquait à l'ambassade son accord sur l'usage du projet Haffner comme base de la reconstruction333.

  • 334 Ibidem, d. n° 1075, Casa Rojas (Paris) à MAE (Madrid), 24.4.1953.

119Le processus d'ordonnancement du crédit de 300 MF fut alors engagé par André Marie, dans la seconde quinzaine de ce mois-là. Le ministre en fit même l'annonce publique, lors d'un congrès de journalistes réuni à Nice334.

  • 335 Il le répéta dans tous ses rapports de juin et juillet 1953 : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 ; (...)
  • 336 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : correspondance Haffner (Paris)-Meyrier (Madrid), 8.6 et 12.6 (...)
  • 337 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre dactylographiée Zavala à Me (...)

120Outre la refonte de ses plans, Haffner se préoccupait du remplacement de Zavala335. Meyrier, en absence de toute instruction du Département, paraissait bien ennuyé et enjoignit à l'architecte de venir régler le problème à Madrid même. Après le refus de Gonzalo de Cárdenas, le choix se porta sur un spécialiste madrilène d'origine française, Fernando Genilloud-Martinrey336. Zavala exprima son étonnement à l'ambassadeur : pour lui, la convention de 1942 restait valable337.

  • 338 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : copie lettre dactylographiée Haffner (Paris) à Zavala (Madri (...)
  • 339 Ibidem, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 5.8.1953, établi à Madrid, (...)
  • 340 Ibidem, copie rapport Zavala-Genilloud, Madrid, 11.8.1953, transmise par d. n° 1274, Meyrier (Madri (...)

121Haffner lui écrivit, début juillet, en prétextant que l'administration française, et non lui-même, était à l'origine de cette mesure. S'il refusait de se plier à ces exigences, tous deux perdraient d'importants honoraires... Lors d'une mission de leur collègue français à Madrid, du 22 au 30 juillet, les trois architectes parvinrent à signer un nouvel accord : effectivement chargé du contrôle des travaux, Genilloud serait l'adjoint de Zavala338. Rédigé sur place, le rapport général de Haffner laissait à son auteur un arrière-goût d'amertume : on garderait les ailes et les pavillons anciens, en se contentant de reconstruire le bâtiment de façade339. Ses deux collègues espagnols proposèrent un devis pour les travaux préliminaires : 4,5 MPtas, soit 40.905.000 F. Leurs conclusions étaient péremptoires : la somme de 300 MF était insuffisante, compte tenu de l'instabilité des prix et de la hausse des salaires et des charges sociales. Sur trois ans, de mauvaises surprises affecteraient invariablement la réalisation du projet réduit de Haffner. À Paris, l'architecte français insista sur ce fait, dans un rapport à la Direction de l'architecture, début septembre340.

  • 341 AN-Paris, F17bis 187 : transmission des documents, Paris, 18.9.1953. AABA-Paris, Fonds CV : copie l (...)
  • 342 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à BBCPN-Paris, 16.10.1953.
  • 343 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à J. Braunwald (Paris), 16.3. (...)

122Toutes ces informations, communiquées à la Direction de l'enseignement supérieur et à l'Académie causèrent un certain malaise341. L'exécution des pavillons du jardin était remise sine die et le nombre des ateliers devenait problématique342. L'Académie s'en inquiéta vivement. La crainte de voir la proportion des espaces destinés aux artistes inversée par rapport à l'ancien bâtiment paraissait justifiée. Dès l'année précédente, Legendre, dans une lettre à Jean Braunwald, avait mis le doigt sur ce problème : « La Casa s'appelle Velázquez et non Cervantès ou Menéndez Pelayo »343.

  • 344 AABA-Paris, registre 2E30 : séances du 25.11, p. 78, du 2.12, p. 83, du 23.12.1953, p. 96, et du 13 (...)

123Sous l'impulsion de Boschot, la Commission de reconstruction fut réactivée. Jules Formigé, Nicolas Untersteller et Paul Tournon, père d'une artiste venue à Madrid, s'attachèrent à défendre les positions et privilèges de la Compagnie. Le directeur de la Casa confirma ces appréhensions dans une missive à Lacaze, qui fut lue en séance, à la mi-janvier 1954344.

  • 345 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : t. n° 449-453, Meyrier (Madrid) à MAE-Pa (...)
  • 346 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à BBCPN-Paris, 23.11.1953, et c (...)
  • 347 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 24.11. (...)
  • 348 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 2.1.1954.

124Les Espagnols continuaient... de s'impatienter345. Fin novembre 1953, Haffner avait remis son « second projet définitif ». Le premier devis, transmis par Zavala et Genilloud, s'élevait à 4,2 MPtas346. L'extrême urgence du dossier fut renforcée par de nouvelles menaces de rachat de l'hôtel de la rue Serrano. Les Nord-Américains construisaient leur nouvelle ambassade juste à côté. Fallait-il envisager une acquisition qui ne serait que provisoire, mais éventuellement rentable, eu égard à l'excellente situation de l'édifice347 ? La signature d'accords militaires et économiques entre Madrid et Washington, en septembre, pouvait avoir des conséquences fâcheuses sur le coût des matériaux : la construction de bases aériennes et de bâtiments annexes les pousserait inévitablement à la hausse348.

  • 349 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie note DGA-MEN à DGRC-MAE, Paris, 21.12.1953, transmettant (...)
  • 350 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3, 26.12.1953. La réunion eut lieu à l'ambassade.

125L'ouverture d'un premier crédit de 42.218.000 F, par arrêté du 12 décembre, permit à l'ambassade de répondre favorablement à la note verbale du Palais de Santa Cruz349. Le 26, une réunion permit de recevoir les propositions des entrepreneurs pour les premiers travaux de nivellement350. La maison García Jimeno e Hijos fut, alors choisie. Quatre jours plus tard, une équipe d'ouvriers vint donner « quelques coups de pioche » sur le terrain de la Moncloa.

  • 351 ABC du 6 et la Hoja del Lunes du 11.1.1954 faisaient allusion à un article du Parisien, paru le 2.1 (...)

126Le ton de la presse espagnole se métamorphosa en un clin d'œil. ABC du 6 janvier 1954 et la Hoja del Lunes du 11 reprochèrent même au journal Le Parisien d'être mal informé... en déplorant que le chantier de la Casa Velázquez ne fût pas encore ouvert351. Non, les Français reconstruisaient bel et bien ! Enfin !

  • 352 AABA-Paris, Fonds CV : doc. cité, note 348. En janvier 1954, il fit visiter le site de la Moncloa a (...)

127Legendre était-il content ? Et bien, non ! L'abandon de la façade castillane l'avait agacé. Il maugréait, en regrettant que les lenteurs administratives aient été si pesantes et que l'on ait si peu tenu compte des desiderata architecturaux des Madrilènes. « Je peux dire, en toute vérité, que depuis quatorze ans, je n'ai pas vu deux Espagnols qui ne fussent partisans de la reconstruction pure et simple, et il sera plus difficile d'obtenir la sympathie du public qu'il ne l'a été d'obtenir l'acquiescement du gouvernement »352. Ses craintes, quant à la rapidité d'un chantier tant retardé, n'étaient cependant pas infondées. Les finances et les choix d'aménagement permettraient-ils de faire diligence ?

128L'année 1954 serait décisive et l'homme, malgré son opiniâtreté, le savait, lui qui sentait sur ses épaules le poids de trois quarts de siècle... Le nouveau programme de Haffner parut à Bitterlin parfaitement étudié. Seules, les façades devaient être examinées par les autorités de Madrid. Mais un grave problème, déjà souligné par les architectes, se profilait à l'horizon : l'insuffisance du crédit de 300 MF. Or, Gaston Berger, le nouveau titulaire de l'Enseignement supérieur, ne voulait donner son agrément que si les limites budgétaires n'étaient pas franchies. L'ambassade était habilitée à passer, puis à faire contrôler les marchés. Mais, au-delà des travaux de terrassement, ces contrats pourraient-ils être conclus à bref délai, d'autant qu'une polémique sur les honoraires opposait Haffner et l'administration de l'Architecture ? L'Académie considérait, en outre, que le projet de l'ancien pensionnaire de la Villa Médicis était incomplet, peu détaillé et que l'on n'avait guère laissé de temps à la Compagnie pour en délibérer sereinement.

129Fin janvier, lors d'une nouvelle mission de Haffner à Madrid, les premières adjudications de reconstructions furent acquises en faveur des entreprises Construcciones Álvaro et José Parer. Comme pour le premier contrat, avec Garcia Jimeno, les rabais consentis étaient importants : environ 33 % ! Mais il ne s'agissait, là, que de « hors-d'œuvre ».

LES CONTRATS « HORS-D'ŒUVRES » DÉCEMBRE 1953-FÉVRIER 1954

LES CONTRATS « HORS-D'ŒUVRES » DÉCEMBRE 1953-FÉVRIER 1954

(1) en Pesetas (centimes exclus), au change de 9,10 F par Peseta. Les montants des honoraires sont inclus (4% au total).
(2) n. i. = non indiqué

  • 353 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 et Papiers Haffner, carton 3.

130Le 26 janvier, lors d'une entrevue avec García de Llera et López Otero, au Palais de Santa Cruz, Haffner vit son projet de façade approuvé. Dans son rapport de mission, il signala les premières hausses, 27 % sur la main-d'œuvre, dont il faudrait bien tenir compte dans l'établissement des bordereaux de prix... Le 4 février, le Conseil général des bâtiments de France, après examen des pièces et plans produits, approuva définitivement le projet Haffner, mais insista sur le non-dépassement du crédit de 300 MF, certains aménagements intérieurs étant « réservés », en fonction des sommes encore disponibles après achèvement353.

  • 354 AABA-Paris, registre 2E30 : diverses séances du 10.2 au 30.6.1954, p. 113-141. Fonds CV : copie let (...)

131Formigé, qui représentait l'Académie, fit un compte-rendu inquiet à ses collègues : chaque artiste aurait-il un atelier ? Le confort ne serait-il pas sacrifié ? Au mois d'avril, après de nombreux échanges de correspondance avec Jaujard, la Compagnie du Quai Conti s'alarma franchement : les artistes risquaient d'être réduits à la portion congrue. Le flou, entretenu par les architectes chargés du dossier, sentait le « soufre ». Où étaient les ateliers du jardin et du bâtiment principal ? Perchet s'étonna de cette agitation, sans doute légitime, mais rendue inutile par les contraintes budgétaires imposées. À l'Institut, on comprenait la situation, mais on désirait que chaque artiste eût, au moins, un atelier personnel354.

  • 355 AMAE-Madrid, série R, liasse 11060, dossier 4 : note verbale n° 287, ambassade de France à MAE-Madr (...)
  • 356 AMC-Paris, série BBCPN, carton 691, et Papiers Haffner, carton 2.
  • 357 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3 : 28.6.1954, réunion à l'ambassade pour les soumiss (...)

132En ce printemps 1954, durant lequel, à la défaite en Extrême-Orient, se conjuguait la fausse situation marocaine engendrée par le coup de force des autorités françaises contre le sultan légitime, le climat délétère de la vie politique, à Paris, ne favorisait guère les prises de décision audacieuses. Mais la tension franco-espagnole, au sujet de l'empire chérifien, n'empêcha pas l'acceptation de la franchise douanière pour des matériaux, venant du nord des Pyrénées à l'usage du chantier de la Casa355. Après l'acceptation définitive de l'échéancier des crédits356, le choix des entrepreneurs put être ébauché, fin juin357.

  • 358 Arriba du 11.5 et El Alcázar du 28.7.1954 : ACV-Madrid, carton 3.
  • 359 Ibidem, note Ambassade à Legendre, 3.8.1954, avec la liste des entreprises en lice et AMC-Paris, sé (...)

133Le chantier tournait au ralenti ; certains organes de presse ne manquèrent pas de le signaler358. Le 6 août, l'adjudication eut lieu. Sur les dix entreprises soumissionnaires, quatre seulement répondirent effectivement à l'offre. José Parer l'emporta, malgré la concurrence improvisée d'une grosse firme de travaux publics, Torregrosa359.

  • 360 ACV-Madrid, carton 2 : copie de l'acte de réception, Madrid, 15.9.1954.
  • 361 Le tableau des liquidations de travaux, d'octobre 1954 à décembre 1960, est visible dans AMC-Paris, (...)

134À la fin de l'été, l'exécution des trois premiers contrats approchait de leur terme. Le 15 septembre, Christiane Deneumostier, en l'absence de Legendre, procéda à la réception provisoire du pavillon Peñarroya360... pour lequel la Société minière et métallurgique n'avait pas déboursé un sou ! Les liquidations débutèrent en octobre. Le contrat Parer pour le gros œuvre fut paraphé le 25 de ce mois-là. Après rabais de 20,1 %, le montant s'élevait à 21.199.798 Ptas, soit 192.918.160 F. Quel crédit restait-il pour la suite des opérations ? Haffner, à l'issue d'un voyage à Madrid, en novembre, estimait à 20 MF environ le coût de l'aménagement des jardins et la construction de deux pavillons supplémentaires. Au total, 226 MF, ce qui laissait aux architectes 74 MF pour les aménagements du bâtiment principal. Une somme à ne pas toucher, afin d'assumer l'éventuelle hausse des prix, les suppléments imprévisibles et le paiement des honoraires361.

  • 362 AN-Paris, F17bis 5497 : lettres dactylographiées Marie (ministre) à Perchet (DGA) et Donzelot (DESU (...)
  • 363 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : deux notes dactylographiées confidentielles, DGRC- (...)
  • 364 AABA-Paris, registre 2E28, séance du 2.4.1952, p. 293. AN-Paris, F17bis 5497 : lettre de Boschot (A (...)
  • 365 Dans une note additionnelle pour Donzelot, le 12.9.1951, Legendre reconnaissait que l'ABA n'était p (...)
  • 366 AN-Paris, F17bis 5497 : copie lettre DESUP-MEN à Contrôle des collectivités locales et des offices- (...)
  • 367 ACV-Madrid, carton 3 : copies lettres Legendre à Chalvron (ambassade), 13.3.1952, et à Ambassadeur (...)

135Si Legendre nourrissait l'espoir de voir, un jour, l'achèvement de tous les travaux, les années passées n'avaient permis aucun progrès sur le statut futur de l'institution. Le règlement de 1933 n'avait plus qu'une valeur historique. Il n'avait jamais été accepté par l'État. La tentative unilatérale de la direction de l'Enseignement supérieur, en 1945-1946, n'avait pas abouti, mais la tutelle de l'Éducation nationale était désormais admise par tous. Un compromis avec l'Académie était inévitable : on avait failli déboucher, durant le premier semestre 1952, sur une ébauche de solution, en réalité parfaitement ambigüe, puisqu'elle considérait l'Académie propriétaire du terrain362. Mais les autorités espagnoles, agacées par les retards de reconstruction, étaient déjà intervenues, début mars, en faveur d'une solution négociée autour du Patronato prévu par la loi de 1920363 Après discussion en séance, l'Académie accepta que l'État français, par un bail emphytéotique de 99 ans, en devint le propriétaire (sic) pour un loyer annuel et symbolique de un franc ! La personnalité civile et l'autonomie financière, à l'instar des Écoles d'Athènes et de Rome, s'imposait, à la suite de réclamations de la Cour des comptes364. Selon Legendre, « il y avait une parfaite solidarité entre le gouvernement et l'Académie »365. Mais il était évident que la Casa de Velázquez devait être érigée en établissement public366. Une modification de la loi de 1920 était nécessaire, indiqua le directeur de l'institution. La situation domaniale du terrain l'exigeait, puisque le gouvernement français prendrait à sa charge le coût de la reconstruction. La question d'une négociation entre les deux capitales, ainsi suggérée, reposait, là encore, sur plusieurs malentendus. En favorisant l'ingérence des Espagnols, Legendre espérait accélérer le processus de reconstruction au moindre coût367. Le ministère espagnol des Affaires étrangères était, alors, en train de constituer un copieux dossier à ce sujet.

136En août 1953, la direction de l'Enseignement supérieur, davantage préoccupée par la reconstruction, semblait décidée à reporter l'examen de l'aspect juridique de la question à plus tard, c'est-à-dire après la fin des travaux, « étant entendu qu'elle ne saurait revenir qu'au ministère de l'Éducation nationale ou à un organisme en dépendant ». À la mi-décembre, lors de l'entrevue Meyrier-Navasqües, le diplomate espagnol signala qu'il était utile de réunir bientôt le Patronato. L'ambassadeur de France n'émit, alors, aucune objection de principe. « Je crains que le retard (de la reconstruction) ne serve de prétexte au gouvernement espagnol pour tenter, par la Commission de patronage, de s'introduire dans le fonctionnement de l'institution ». En février 1953, un projet de décret-loi fut élaboré par les Espagnols. Garcia de Liera en informa de Rose. Etait prévue une modification, dans le sens suivant :

COMITÉ DE PATRONAGE DE LA CASA DE VELÁZQUEZ

Loi espagnole du 17.4.1920
(art. 2, alinéa D)

Projet de décret-loi espagnol,
février 1953

- Ministre d'État (Affaires étrangères) (E)
- Ambassadeur (F)
présidences alternées (un an)

- Ministre de Affaires étrangères (E),
président
- Ambassadeur (F)

- Directeur de l'Institut français
d'Espagne, Madrid (F)

- Directeur de l'Institut français
d'Espagne, Madrid (F)

- Directeur général des Beaux-arts (E)

- Directeur général des Beaux-arts (E)

- Directeur général de l'Agriculture (E)

- Directeur général des Relations
Culturelles (E)

- Représentant de l'ABA Paris (F)
avec suppléance possible du
directeur de la Casa de Velázquez (F)

- Représentant de la Junte de la Cité
Universitaire de Madrid (E)

- Représentant de l'ABA-Paris (F)

- Directeur de la Casa de Velázquez (F)

  • 368 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : treize notes, entre le 8.3.1952 et le 17.4.1953.

137Rendue nécessaire par l'évolution de la législation - loi du 17 juillet 1942, modifiée par une loi du 9 mars 1946 - cette nouvelle présentation d'un organe qui ne s'était jamais réuni introduisait un léger mais perceptible déséquilibre en faveur des Espagnols. Avec voix prépondérante, la présidence serait désormais exclusivement leur. On pouvait, en outre, s'étonner de la présence du directeur de l'Institut français d'Espagne, tandis que celui de l'EHEH « brillait par son absence ». Mais, le service juridique du Palais de Santa Cruz fit bientôt savoir qu'il n'était pas possible de modifier ce comité sans toucher à la loi de 1920368.

  • 369 Le Monde, 15.4 et 6.6.1953. À noter que Créach fut frappé d'interdiction de séjour en Espagne, en m (...)
  • 370 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée d'A. Marvaud (Le Monde-Paris) à M. Legendre (Madrid), (...)
  • 371 Revue des Deux Mondes, 15.7.1953, p. 214-219. Anticommunisme et traditionnalisme architectural en é (...)
  • 372 ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée Legendre, s.d. (juillet 1953).

138Dans deux articles, publiés par Le Monde du 15 avril et du 6 juin 1953, Jean Créach « décortiqua » l'imbroglio du système juridique hybride qu'était le faux statut qui présidait aux destinées de la Casa. En soulignant l'incertain rendement scientifique de l'institution, il relevait que l'État, bailleur de fonds, n'avait la capacité, ni de contrôler la gestion, ni de fixer le choix d'un directeur. Le règlement de décembre 1933 était le seul texte disponible, mais il livrait imprudemment l'organisme à l'Académie. Il fallait mettre un terme à cette « situation dangereuse », en établissant, enfin, un statut comparable à celui de l'École française de Rome ou de la Villa Médicis : « Ce jour-là seulement se trouvera érigée, dans les mêmes conditions d'efficacité qu'à Rome, une École française d'Espagne »369. Le second article de Créach s'était imposé à celui qu'Angel Marvaud, beaucoup plus favorable aux positions de l'Académie, avait préparé pour le même journal370. C'est pourquoi Legendre, devant la mise à l'écart de son vieil ami, avait « récupéré » la plume de René Johannet qui, dans un article de La Revue des Deux Mondes du 15 juillet, prêcha non seulement en faveur du style ancien, mais également en faveur du statu quo...371. La primauté de la Compagnie du Quai Conti serait, ainsi, préservée. Telle était la pensée de Legendre, qui estimait que la réunion du Patronato devait renforcer le caractère franco-espagnol de la Casa372.

  • 373 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : note Usía, sous-secrétaire d'État-MAE, Madrid, 7.9 (...)

139Martin Artajo l'entendait ainsi et, depuis Saint-Sébastien, il demanda, début septembre, qu'une convocation fut lancée en ce sens. Mais, dans l'attente d'une réponse officielle des Français, cet ordre fut suspendu. L'ambassadeur fit enfin savoir, à la fin de l'année, que les autorités françaises, consultées, étaient d'accord pour une modification dudit Patronato, telle qu'elle avait été évoquée, en février. Le diplomate proposait qu'au sein de la délégation française, le directeur de l'Enseignement supérieur pût être représenté par le directeur de l'EHEH, la Direction des Affaires culturelles du Quai d'Orsay par le directeur de l'Institut français et l'Académie par le directeur de la Casa373.

  • 374 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre dactylographiée de Legendre à René Naggiar, attaché d'ambassade (...)

140Mais le début des travaux, à ce moment-là, plongea brutalement la question du statut dans la léthargie la plus complète. Plus une seule allusion dans les archives de l'année 1954374 !

  • 375 Témoignages écrits de Paul Collomb et d'Henriette Lambert, Paris, 1985.
  • 376 AABA-Paris, Fonds CV : lettres dactylographiées Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 13.3.1951, et à (...)
  • 377 AMAE-Madrid, série R, liasse 3687, dossier 26 : d. n° 1090, Casa Rojas (Ambassade-Paris) à DGRC-MAE (...)
  • 378 Ibidem, liasse 11060, dossier 3 : d. n° 1600, Casa Rojas (Paris) à MAE-Madrid, 13.5.1954. L'exposit (...)
  • 379 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3, du 11.11 au 27.11.1954. Exposition dans le Salon d (...)

141Les dossiers de la reconstruction et du statut ne confinaient cependant pas le directeur de la Casa dans son bureau. Il lui fallait assurer la bonne marche de l'institution, toujours logée dans son « Trianon » de la rue Serrano. Au printemps 1951, l'effectif des pensionnaires oscillait autour de la quinzaine : sept scientifiques côtoyaient huit artistes. Pour ces derniers, le manque d'ateliers se faisait toujours cruellement sentir. Leurs randonnées à travers la Péninsule pouvaient apparaître autant comme une fuite de cette dure réalité madrilène que comme un désir de curiosité envers une Espagne pauvre, mais cligne et hospitalière375. À la différence de leurs collègues de l'EHEH, les boursiers des Beaux-arts étaient peu nombreux à bénéficier d'un renouvellement. Les nominations et les éventuelles reconductions étaient tardives et incertaines. Legendre s'en plaignait. Les bourses étaient payables en dix mois : il semblait préférable au directeur qu'elles le fussent en douze versements. Pour des raisons diverses, familiales ou professionnelles, certains artistes nommés ne pouvaient passer en Espagne le temps réglementaire prévu (huit mois). Il fallait écarter les candidats trop âgés, dont les engagements en France écourtaient inévitablement le séjour au sud des Pyrénées. En outre, les ménages avec enfants pouvaient - toujours selon le directeur - se révéler « encombrants », eu égard à la fragile situation immobilière de l'institution. Les élus devaient s'engager à passer les dix mois dans la Péninsule. La possibilité d'un renouvellement devait leur être ouverte. La qualité des expositions annuelles dépendait de tous ces facteurs376. Celles-ci, régulièrement organisées dans la première quinzaine de juin, étaient inaugurées traditionnellement par l'ambassadeur. En avril 1953, les anciens pensionnaires célébrèrent le 25ème anniversaire ele la Casa Velázquez par une grande exposition dans les locaux de la Sorbonne377. Les noces d'argent de l'institution furent officiellement célébrées, en mai 1954, sur les bords de la Seine. André Marie et l'ambassadeur d'Espagne présidèrent la manifestation378. Cette grande exposition se transporta à Madrid, en novembre379.

  • 380 ACV-Madrid, carton 4 : lettre dactylographiée Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 4.5.1951.
  • 381 Alain Huetz de Lemps, témoignage écrit, Bordeaux, 1984. Il fit, l'année suivante, un transport anal (...)
  • 382 ACV-Madrid, carton 4 : lettre dactylographiée Renouard (Boissy-St-Léger, Seine-et-Oise) à Legendre (...)

142Plus « discrets », les pensionnaires de l'EHEH, sous la double direction de Legendre et de Renouard, vaquaient à leurs tâches. L'une d'entre elles, et non des moindres, relevait du trafic bénévole : la patiente reconstitution de la bibliothèque. En mai 1951, à la demande du doyen de Bordeaux, Pierre Chaunu avait ramené des livres dans la capitale espagnole380. Chaque nouvel arrivant amenait un lot d'ouvrages : ainsi, le géographe Alain Huetz de Lemps remplit-il sa 4 CV Renault, lors de son premier voyage de nouveau membre, en octobre 1953381. L'ardeur du « patron » de l'EHEH ne pouvait que réjouir son « homologue » madrilène : les caisses affluaient. Des livres de l'Institut culturel allemand furent même récupérés, en 1952382.

  • 383 AR-Bordeaux, dossier EHEH : extrait PV séance CU, Bordeaux, 30.10.1953. Ainsi, le ministre Ruíz Gim (...)
  • 384 Témoignages écrits A. Huetz de Lemps, Bordeaux, 1984, et Georges Peyronnet, Paris, 1984. Établi à B (...)
  • 385 BH, n° 2, 1954, p. 225 et n° 2, 1955, p. 208.

143Renouard, qui venait régulièrement à Madrid, se préoccupa aussi de redonner quelque lustre aux activités de la section scientifique. Une réception d'ouverture de la saison universitaire permit, à partir de l'automne 1953, de réunir, rue Serrano, les autorités françaises et espagnoles compétentes383. Et l'on travaillait384. L'archéologie, après l'incursion de Louis Déroche, restait, avec la géographie, la parente pauvre des activités multiples de la Casa. Seule, la venue d'une « ancienne » anima quelque peu ce secteur bien délaissé. Déjà membre... en 1931-1932, Myriam Astruc, à partir de décembre 1951 put, ainsi, participer aux fouilles des sites puniques de Villaricos (province de Málaga) et d'Ibiza385.

  • 386 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie lettre de Grenier à Bourbon-Busset (DGRC-MAE), Paris, 7. (...)

144Mais cette présence semblait fragile, face au retour en force des Allemands. Rétablies à l'automne 1952, les relations hispano-allemandes se concrétisèrent rapidement, sur le plan économique, mais aussi dans le domaine culturel. En avril 1954, averti par un collègue roumain exilé, Albert Grenier, membre de l'Académie des inscriptions et ancien directeur de l'École française de Rome, alerta Jacques de Bourbon-Busset, directeur des Affaires culturelles. Un professeur d'outre-Rhin - son nom n'était pas indiqué - préparait la réinstallation de l'Institut archéologique allemand (Deutsches Archäologisches Institut), à Madrid. Les mesures prises paraissaient importantes : l'apport de collections entières dans les bibliothèques de la Péninsule inquiéta fort l'académicien, dont le correspondant ajouta : « J'ai compris qu'il a été envoyé avec de gros moyens pour accaparer l'archéologie hispanique... Sous peu, on ne jurera plus que par l'Institut allemand... Les autochtones, Espagnols et Portugais sont déjà, sans cela, enclins à le faire. Qu'est-ce que ce sera dorénavant ?... J'ose vous dire le regret que j'ai ressenti dans cette circonstance de voir que l'activité française, dans le domaine de l'archéologie hispanique, sera supplantée par celle de l'Institut allemand... Je ne sais en quoi consiste la maison Velázquez. Toutes les fois que je suis passé à Madrid, j'y suis allé dans l'espoir de trouver quelqu'ami, mais nous l'avons trouvée fermée hermétiquement. Il est vrai que c'était pendant les grandes vacances... Que je voudrais que cette maison Velázquez fasse un peu plus sentir son rayonnement »386.

  • 387 Sur H. Schlunk (1906-1982), voir « In Memoriam Helmut Schlunk », Madrider Mitteilungen, vol. 24, 19 (...)
  • 388 AMAE-Madrid, série R, liasse 10967, dossier 26 : note verbale n° 213, Ferdinand de Bavière (Ambassa (...)
  • 389 MAE-Madrid, Censo de tratados internacionales suscritos por España, t. 1, Bilaterales, Madrid, 1976 (...)
  • 390 Cela ne l'empêcha pas d'aller écouter quelques pianistes allemands, de passage à Madrid. ACV-Madrid (...)
  • 391 Ainsi, dans une note dactylographiée du 12.2.1953 : copie dans ACV-Madrid, carton 3.
  • 392 Par exemple, le consul de Séville, Félix Thirault, en octobre 1951, parlait du succès des Américain (...)
  • 393 Ibidem, note dactylographiée sur le statut des établissements français en Espagne, DGRC-MAE, Paris, (...)

145Ce document est révélateur. Au-delà de l'attachement personnel de ce Roumain au rayonnement culturel de la France, on retrouve, là, deux thèmes importants : la compétion archéologique internationale et le syndrome antiallemand de toute une génération. Certes, la nouvelle République Fédérale Allemande n'était plus le Troisième Reich, mais, en la circonstance, elle utilisait une personnalité qui avait été, déjà en 1940, à la tête de la section madrilène de son Institut archéologique : Helmut Schlunk387. Le gouvernement de Bonn obtint, en outre, une très rapide autorisation officielle pour remettre en fonctionnement un centre culturel, qui ferait oublier la rigueur de la liquidation des biens allemands d'Espagne388. Le 10 décembre 1954, à Madrid, une convention culturelle était paraphée entre les deux pays389. Mais le logique retour des Allemands (de l'Ouest) sur la scène espagnole n'était pas le seul motif de préoccupation pour le meilleur connaisseur, avec Paul Guinard, de l'évolution des luttes d'influence dans la péninsule. Legendre, certes, n'aimait toujours pas les « Boches », mais ce qui l'inquiétait le plus, c'était, évidemment, la profonde attraction exercée par le mode de vie anglo-américain sur les élites ibériques390. À diverses reprises, le directeur de la Casa alerta ses interlocuteurs parisiens à ce sujet391. L'ambassade, souvent informée de la situation par ses consuls, savait à quoi s'en tenir392. Un vaste réseau était à protéger d'éventuelles sautes d'humeur d'un pouvoir sortant avec peine de l'isolement. Ainsi, la présentation négative de l'Espagne dans les manuels scolaires français attira l'attention des autorités de Madrid. Les activités des centres culturels scolaires de la République rencontraient un large succès, mais l'avenir semblait paradoxalement incertain393. L'absence d'accord culturel reflétait péniblement l'ambiguïté des relations entre les deux nations voisines.

  • 394 Pèlerinages, concerts religieux, conférences d'ecclésiastiques français. ACV-Madrid, carton 1, Le J (...)
  • 395 AN-Paris, F17bis 187 : note DGRC-MAE à DESUP-MEN, Paris, 4.6.1953, au sujet d'une demande relative (...)
  • 396 ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée, 3p., Legendre. Madrid, 2ème semestre 1954.

146Legendre, toujours actif dans les manifestations à caractère spirituel, s'accrochait toujours à un poste qu'il estimait menacé par nombre d'ambitieux394. La réalité de ces attaques est difficile à établir. Néanmoins, en juin 1953, la direction des Affaires culturelles du Quai d'Orsay fit savoir à l'Enseignement supérieur de la rue de Grenelle « que l'ambassadeur estimerait très inopportun de remplacer le directeur de la Casa, au moins tant que l'affaire ne se serait pas encore réglée par la reconstruction »395. Les rumeurs de ce péril, en tout cas, parvinrent aux oreilles de Legendre. « J'ai des raisons de penser, écrivait-il, durant le second semestre de 1954, que certaines personnes s'agitent beaucoup à Paris, en ce moment, pour obtenir ma mise à la retraite. Deux catégories de personnes intriguent contre moi : celles qui ont envie de ma place, beaucoup plus tentante qu'en 1940, maintenant que le Palais de la Moncloa va être enfin reconstruit, et celles qui ont des rancunes à assouvir contre moi. J'ai eu, en effet, à éliminer quelques indésirables... Il y a eu des infiltrations communistes ou communistoïdes (sic) dans nos institutions culturelles : ces infiltrations ont été empêchées ou réprimées (sic) », et d'ajouter : « Si je suis sacrifié, ce sera parce que je serai considéré comme un obstacle à un bouleversement profond, et que je crois désastreux, de la grande Institution dont j'ai reçu la direction dans une période critique, où elle risquait fort de sombrer. Les graves erreurs de la politique française... et la destruction du bel édifice de la Moncloa avaient mis la Casa de Velázquez en fâcheuse posture, et seul un loyal ami pouvait rassurer les Espagnols justement inquiets d'une injuste hostilité officielle... On peut apprécier à quel point ma question personnelle, en elle-même peu importante, est liée à une question d'intérêt général »396.

147Ce fut son testament.

Notes

1 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 2.4.1943.

2 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : correspondance Piétri (Ambassade-Madrid)-Laval (MAE-Vichy), avril 1943, transmise à Bonnard.

3 Ibidem, copie lettre Boschot (Paris) à Legendre (Madrid), 25.3.1943. AABA-Paris, Fonds CV : bourses 1943 de Solange Corbin, musicologue, Jean-Jacques Grünewald, musicien, et Alexandre Colladant, architecte.

4 Un document atteste que son épouse, Geneviève dAndreis-Colladant, fut assimilée comme membre de la Casa, à part entière. Annuaire Casa de Velázquez, p. 59. Voir AN-Paris, F17bis 5497 : copie rapport général dactylographié sur l'activité de la CV depuis 1943, Legendre, Madrid, juin 1944, fol. 6.

5 Ibidem, F17 13359 : rapport Mouraille, mission en Espagne, du 30.4 au 15.5.1943, et note MEN-Vichy, 24.5.1943.

6 Ippécourt, ouvr. cité, p. 169-207. Émilienne Eychenne, Les Pyrénées de la liberté, les évasions par l'Espagne 1939-1945, Paris, 1983, 381 p.

7 Pierre Lefranc, France, voici tes fils, Paris, 1974, p. 150-172. Pierre Sandahl, Miranda ou l'évasion par l'Espagne, Paris, 1945, évoque aussi l'Institut de France (sic) à Madrid, p. 1361 149. S. Corbin participa, lors de sa brève venue en Espagne (?), à ces filières d'évasion : voir Denise Jourdan-Hemmerdingen, notice nécrologique de S. Corbin, Revue de Musicologie, t. LIX, n° 2, 1973, p. 314-316, avec un témoignage d'André Lys. À signaler le passage vers Alger, en avril 1944, du diplomate Armand Bérard, ancien membre de la Casa : A. Bérard, ouvr. cité, p. 466-481.

8 R. Marsan, témoignage, Pau, 1984.

9 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Vichy, Espagne, chemise 268, Œuvres : t. n° 445 et 446-447, Piétri (Ambassade-Madrid) à Laval (MAE-Vichy), 14 et 16.5.1943.

10 Ibidem, copie note verbale Piétri (Ambassade) à Gómez Jordana (MAE), Madrid, 17.6.1943.

11 Pascal Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, 1976, 331 p.

12 AAE-Madrid, carton 452 : copie t. n° 517-521, Piétri (Madrid) à Laval (MAE-Vichy), 7.6.1943. La reconduction du contrat de location, fin 1942, n'est pas attestée.

13 Ibidem, copie t. n° 529, du 11. 6. 1943. Les deux pensionnaires jugés loyaux envers Vichy étaient F. Chevalier et Louise de Tournemire. Les trois autres étaient Jean-Berthold Mahn, R. Marsan et A. Lys.

14 R. Marsan et F. Chevalier, témoignages oraux, Pau et Paris, 1984. Menu contre la faim : pains de pois chiches, cornets d'amandes, olives. F. Chevalier séjournait alors fréquemment en Andalousie.

15 AABA-Paris, Fonds CV : dossier de presse madrilène, exposition L. de Tournemire, du 22.6 au 4.7.1943.

16 AN-Paris, F17 13341, Papiers Bonnard, lettres officielles diverses 1942-1944 : copie lettre dactylographiée Bonnard (Vichy) à Piétri (Madrid), 2.7.1943. Le carton F17 13359 contient une liste (s.d.) de candidats possibles à la direction de la CV : Roger Dion, professeur de géographie, université de Lille, Jean Thomas, maître de conférences, université d'Alger et Georges Rémond (nom souligné, avec la mention « connu d'Abel Bonnard »).

17 Ibidem, copie lettre dactylographiée de Mouraille (Vichy) à Pierre Héricourt (consul général-Barcelone), 30.6.1943. Ce dernier, ancien journaliste de L'Action Française, avait été correspondant de guerre, du côté nationaliste. Franco préfaça l'un de ses ouvrages : AAF-Madrid, carton 451, dossier Héricourt.

18 AAF-Madrid, carton 452 : curriculum vitae, très détaillé, de Georges Rémond. La Fondation Laurent-Vibert, installée dans le château Renaissance, rénové, de Lourmarin (Vaucluse), avait été créée, dans les années vingt, pour les artistes plasticiens et les littéraires : La Fondation de Lourmarin, Lyon, 1971, 24 p.

19 AN-Paris, 408 AP 1 Papiers Romier, correspondance de G. Rémond, années 1930. Romier, devenu directeur du Figaro (1934-1940) avait été nommé ministre d'État, en août 1941. Il le demeura jusqu'à sa disgrâce, provoquée par les Allemands, en décembre 1943. Depuis longtemps malade, il mourut à Vichy, le 5.1.1944 : J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr. cité, p. 454-457, et C. Roussel, ouvr. cité, p. 202-248.

20 V. Morales Lezcano, Historia de la no-beligerencia, ouvr cité, p. 213-218. Sur l'attitude espagnole, J.-B. Duroselle, « De Gaulle et l'Espagne (1940-1944) », Españoles y franceses, ouvr. cité, p. 249-261.

21 Le document original est dans ACV-Madrid, carton 1 : passeport de service n° 12, en date du 26.7.1943, Comité français de libération nationale, Alger.

22 JOEF, n° 186, Vichy, 5.8.1943, p. 2041 : révocation de Legendre par décret n° 2007 du 30.7.1943, en vertu de l'acte constitutionnel n° 12, et de la loi n° 886 du 21.9.1942, relative aux dissidents, signé Pierre Laval, et p. 2042 : arrêté de nomination de Rémond, signé par Laval et Bonnard. L'Action Française, Paris, 7.8.1943, annonça cette nomination.

23 AAF-Madrid, carton 452 : copie note verbale Piétri (Ambassade de France, St-Sébastien) à Gómez Jordana (MAE), 6.8.1943 ; note-réponse MAE à Ambassade France, St-Sébastien, 10.8.1943.

24 Ibidem, copie d. n° 100, Ambassade-Madrid à MAE-Vichy, 4.8.1943. La rupture bancaire ne sera effective qu'au début de novembre.

25 J. Chevalier, alors retiré à Grenoble ou Cérilly, ne figure dans aucun ouvrage traitant des milieux ultragermanophiles de Vichy et de Paris ; voir aussi Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, 1953, p. 276-277.

26 ACV-Madrid, carton 1 : Legendre, note dactylographiée (non envoyée), Madrid, 24.7.1943, situation financière des boursiers, p. 1. « J'estime urgent de mettre, par un ordre de mobilisation, Mr. Chevalier en demeure de se déclarer », et lettre dactylographiée du colonel Pierre Malaise, chef de mission, à Legendre, Madrid, 2.8.1943.

27 F. Chevalier, Hispanic American Historical Review, cité p. 421-442, et témoignage oral Paris, 1984.

28 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite J. Chevalier (Cérilly) à Legendre (Madrid), 18.8.1943. Salutation finale : « ami toujours ». Cette missive fut transmise par l'ambassade de Vichy.

29 M. Legendre, dans Jean-Berthold Mahn, Témoignages et lettres 1911-1944, Paris, 1950, p. 49-53. Son épouse, Marianne, fille du grand historien Ferdinand Lot, l'accompagna au Maroc.

30 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 99 et note dactylographiée, Ambassade de France (Saint-Sébastien) à MAE-Vichy, 3.8 et 9.9.1943 ; également, d. n° 186, MAE-Vichy à Ambassade de France, 16.8.1943.

31 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite G. Rémond (Vichy) à Lacaze (Paris), 18.8.1943.

32 ACV-Madrid, carton 2 : note dactylographiée Legendre, 3 p., s.d. (fin août ou début septembre 1943).

33 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 et Papiers Haffner, carton 3, dans AN-Paris, F21 7166 et dans AAF-Madrid, carton 453.

34 ACV-Madrid, carton 2 : permis de démolition, Municipalité de Madrid, 23.6.1943. Avis définitif favorable, 20.7.1943.

35 P. Chías Navarro, ouvr cité, p. 175 et suiv. La Fête de la Race, le 12 octobre, commémore la découverte de l'Amérique par Colomb : c'est, aujourd'hui, la fête nationale espagnole. Elle fut établie en 1919.

36 ACV-Madrid, carton 3 : correspondance Legendre-Romanones-José Francés, Madrid, octobre 1943. Romanones était, de nouveau, depuis 1940, directeur de la RABASF, dont le secrétariat perpétuel était assuré par José Francés. L'architecte Pedro de Ribera (1683-1742) fut aussi le constructeur de l'actuel Pont de Tolède, à Madrid.

37 Sources : élaboration propre, à partir de AAF-Madrid, carton 452 ; AN-Paris, F17 13359 ; AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemises 749, 795 et Vichy, Espagne, chemise 268.

38 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Piétri (Madrid) à Lacaze (Paris), 15.11.1943. AN-Paris, F17 13359 : lettre manuscrite de Laffon, attaché de presse (Ambassade-Madrid) à Mouraille (MEN-Vichy), 21.10.1943.

39 AMAE-Madrid, série R, liasse 2944, dossier 4 : note verbale n° 645, Ambassade de France à MAE-Madrid, 26.10.1943, indiquant la révocation de Legendre et la nomination de Rémond. Accusé réception, 31.10.1943 : AAF-Madrid, carton 452.

40 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée Legendre, Madrid, 18.10.1943.

41 Ibidem, lettre Rémond (Ambassade) à Legendre (CV), 2.11.1943. F. Pietri, ouvr. cité, p. 231, indique qu'il « avait décidé Rémond à ne point occuper son poste » : un plaidoyer pro domo peu convaincant, comme la suite des événements le montrera.

42 AAF-Madrid, carton 453 : copie lettre Legendre (CV) à Rémond (Ambassade), 5.11.1943.

43 ACV-Madrid, carton 2 : copie lettre dactylographiée Legendre à Zavala, Madrid, 24.1.1944.

44 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 141, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 11.11.1943, transmettant le rapport Rémond du 7.11.1943. AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : rapport de synthèse, Rémond, Madrid, 1.2.1944.

45 ACV-Madrid, doc. cité, note 32, p. 3. C'est le seul écrit - antérieur à l'entrevue - dans lequel il évoque cette éventuelle appellation.

46 Truelle (1891-1945), ministre-conseiller, dut encore se débarrasser du colonel Malaise, giraudiste convaincu en février 1944 : AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, carton 749.

47 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée du fondé de pouvoirs, Banque Centrale pour l'étranger-Paris à MEN-Paris, 5.11.1943.

48 Documentation dans AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, carton 749, dans AN-Paris, F17 5497, et dans ACV-Madrid, carton 4.

49 La série complète de la correspondance Piétri-Lacaze, du 15.11.1943 au 22.6.1944 est dans AABA-Paris, Fonds CV. Anciens ministres de la Marine, les deux hommes se connaissaient bien.

50 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettres dactylographiées de Cirot au recteur André Lirondelle, Bordeaux, 20.12.1943, 22.4 et 26.5.1944. Angel Marvaud, venu à Bordeaux, fut surpris du mécontentement de Cirot envers Legendre. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite Marvaud (Ste-Livrade, Lot-et-Garonne) à Lacaze (Paris), s.d. (fin mai ou début juin 1944).

51 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre dactylographiée recteur Lirondelle à Gaspar Delpy, Bordeaux, 31.3.1944. AAF-Madrid, carton 452 : copie rapport Cirot à MEN, transmis au SOFE-Paris, et à l'Ambassade de France, 4.10.1943, et rapport Rémond, visite à Bordeaux, s.d. (avril 1944).

52 AR-Bordeaux, dossier Institut d'études ibériques 1937-1961. Le processus de fondation tire son origine d'une décision du conseil de la faculté des Lettres, du 24.9.1943, approuvée par le CU, dans sa réunion du 1.10.1943, et par le MEN, par un décret n° 3584, du 30.12.1943, publié au JOEF, Vichy, 5.1.1944. Delpy, successeur de Cirot à la chaire d'hispanisme, en 1938, en sera le premier directeur, par arrêté rectoral du 1.6.1944.

53 AN-Paris, E 17 13341 : copie de la circulaire sur l'enseignement de l'espagnol MEN-Vichy, 16.7.1943. Objet : régénération de la France, dans une épreuve difficile : « Du Cid à Hernani, des souffles de grandeur nous sont venus d'Espagne » (sic) ; voir aussi F17 13359 : presse parisienne du 20.7.1943, déclaration d'A. Bonnard, visant à instaurer l'espagnol comme première langue, au baccalauréat.

54 Nombreux documents dans AN-Paris, F17 13359 ; voir aussi F. Piétri, ouvr. cité, p. 230-232.

55 AN-Paris, F17 13339 : réunions du Conseil supérieur du Service du travail obligatoire. Ce pillage de main-d'œuvre provoqua des départs clandestins à travers les Pyrénées : E. Eychenne, ouvr. cité, p. 246-249.

56 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 132, Ambassade-Madrid, à SOFE-MAE, Vichy 2.11.1943 et d. n° 264, en réponse, 14.11.1943. Refus.

57 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : d. n° 134, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 5.11.1943, transmettant rapport Rémond, 8 p., fin octobre 1943.

58 Ibidem, d. n° 63, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Vichy, 24.2.1944. AAF-Madrid carton 452 : d. n° 55, SOFE-MAE, Vichy à Ambassade-Madrid, 4.3.1944, envisageant un prêt sur 20 ou 30 ans, par tranches de 6 MF.

59 AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : note dactylographiée sur le plan (et le style) de la reconstruction de la CV, G. Rémond, Madrid, 10.11.1943 et note dactylographiée du 1.2.1944. Voir Papiers Haffner, carton 3 : lettres dactylographiées de Rémond (Madrid) à Haffner (Paris), 23.11.1943 et 10.1.1944 (en-tête Ambassade de France-CV).

60 ACV-Madrid, carton 2 : lettre dactylographiée de Legendre à Zavala, Madrid, 11.3.1944 ; en marge : « non envoyée, dit verbalement ». Dans le carton 3, note dactylographiée sur la reconstruction de la CV, 2 p., Legendre, Madrid, 14.3.1944.

61 Les quatre projets (74 pièces), établis par Haffner, en 1942, sont regroupés dans AMC-Paris, carton 128. Le projet A rétablissait la façade traditionnelle, avec ses clochetons : voir aussi, dans le même carton, le rapport dactylographié de l'Inspecteur général R. Danis (BBCPN-MEN) Paris, 3.5.1944.

62 AN-Paris, F17 13359 : copie note dactylographiée Rémond, transmise à DGBA-Paris, 22.3.1944. Voir aussi AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : lettre dactylographiée Jean Mallon (Ambassade-Madrid) à Georges Hilaire (DGBA-Paris), 25.4.1944. Il s'agit de l'architecte moderniste Auguste-Paul Perret (1874-1954), élu à l'ABA, en 1943 : J. Laurent, ouvr. cité, p. 156.

63 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Hilaire (DGBA) à Haffner, Paris, 4.8.1944 ; et série BBCPN, carton 128 : réponse de Haffner à Hilaire, 10.8.1944. AABA-Paris, Fonds CV : lettre Hilaire à Lacaze, 4.8.1944.

64 AAF-Madrid, carton 452 : correspondance J. Díaz (Moncloa)-Piétri (Ambassade), 4 au 17.3.1944 et ACV-Madrid, carton 2 : doc. cité note 60.

65 AAF-Madrid, carton 452 : copie lettre Piétri à López Otero, 4.3.1944, et carton 453 : réponse du 7.3.1944.

66 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 148, Ambassade-Madrid à SOFE-Vichy, 17.11.1943, transmettant deux notes de Rémond, 16.11.1943 ; également rapport de Rémond, avril 1944 (même carton).

67 Ibidem, correspondance G. Rémond-F. Chevalier, novembre 1943 : F. Chevalier y exprimait le désir de revenir chez Legendre.

68 AMAE-Paris, série SOFE, Alger, carton 764 : l'Institut français d'Amérique latine fut fondé, en 1943, par Paul Rivet (1876-1958) qui avait créé, six ans auparavant, le musée de l'Homme. Député socialiste de Paris, après-guerre, il ne fut jamais élu à l'Institut. Quant à F. Chevalier, il ne put se rendre au Mexique qu'en 1946 : J. Chonchol et G. Martinière, ouvr. cité, p. 101-102.

69 Il recevait 1.000 Ptas par mois, grâce au consul de Séville, Raymond Boyer de Sainte-Suzanne. AAF-Madrid, carton 452. Selon une note de l'ambassade du 16.4.1944, A. Lys et R. Marsan reçurent aussi quelques versements « vichystes »...

70 Témoignage écrit d'Antonio Iglesias Álvarez, Madrid, 1984.

71 AN-Paris, F17 13359, dossier IFM-Lycée français : visa Jacques Fontaine, août 1943. Témoignage oral de J. Fontaine, Antony (Hauts-de-Seine), 1984. Arrivé à Madrid, en août 1943, il vécut chez les Meyriat jusqu'en décembre. Son épouse le rejoignit, en février 1944 : ils habitèrent, alors, rue Castelló, 92. Jean Meyriat, politologue, et Guy Lefort, mathématicien, échappèrent au sort de nombreux condisciples bloqués en France.

72 Cet étonnant document du 6.1.1944 est localisable dans ACV-Madrid, carton 4. Un autre, intitulé : Règlement de la popote, 16.11.1944, relève de la même rigidité.

73 Témoignages oraux Jacques et Anne Fontaine (roses et bibliothèque) et de R. Marsan (boîtes à chaussures). Quant aux livres, il s'agissait d'instruments de travail, réunis dans une petite salle, au premier étage.

74 Par la loi de nationalisation du 24.1.1941, les compagnies de chemin de fer avaient été regroupées dans une Red Nacional de Ferrocarriles Españoles, l'actuelle RENFE.

75 ACV-Madrid, carton 4 : texte dactylographié 4 p. « Au seuil de l'année de la victoire, de la libération et de la paix », s.d. (1.1.1944).

76 Voir note 29 : ouvr. cité, p. 151 ; de même, la préface de Louis Halphen, pour la thèse de J.-B. Mahn, achevée au début de 1942, publiée sous le titre L'ordre cistercien et son gouvernement, des origines au milieu du XIIIe siècle, Paris, 1945. Voir note 100.

77 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37, d. n° 137, Ambassade-Madrid à MAE-Vichy, 5.11.1943, transmettant note Rémond, fin octobre 1943.

78 AMC-Paris, série BBCPN, carton 128 : note de synthèse, 1.2.1944, citée note 44.

79 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : copie note Rémond à MEN (Paris ou Vichy ?), avril 1944. Au sujet de Bulnes, ambassadeur en Argentine, de 1943 à 1949, voir L. Suárez Fernandez, ouvr. cité, t. III et IV.

80 L'échange de correspondance entre Madrid et SOFE-Vichy du 17.4 au 10.5.1944 est contenu dans AAF-Madrid, carton 452, et dans AMAE-Paris, SOFE-Vichy, carton 37. La location était à la charge du budget de l'Éducation nationale. Le seul ancien membre qui ait mentionné cette « autre » Casa est Antonio Iglesias Álvarez, témoignage cité note 70.

81 Dans AAF-Madrid, carton 452, et dans AN-Paris, F17 13359, on trouve la trace de certains artistes pressentis, dont le sculpteur Paul Belmondo.

82 AN-Paris, F17 13359 : copie lettre dactylographiée Piétri (Madrid) à Bonnard (Vichy), 1.6.1944. L'ambassadeur obtint, à la mi-juillet, l'envoi de 276.000 F pour la Casa dirigée par Rémond.

83 ACV-Madrid, carton 4 : rapport Legendre, 20 p., juin 1944, fol. 4. Legendre adressa plusieurs lettres au Marquis de Auñón, directeur des Relations culturelles, au Palais de Santa Cruz, afin de l'inviter aux expositions inaugurées par Truelle, 21.4 et 26.5.1944, et de protester, face à des mesures de censure envisagées par les autorités, 17.6.1944 : AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50. Il y réaffirmait sa position de directeur légitime de la Casa.

84 AN-Paris, F17 13359 : copie lettre Rémond (Madrid) à G. Cognacq (Paris), 5.6.1944. Dans cette missive, il renouvela son opposition au projet désuet et ridicule d'une reconstruction dans le style ancien. Gabriel Cognacq (1870-1951) était le fils du fondateur des grands magasins La Samaritaine, Ernest Cognacq (1839-1929), et Marie-Louise Jay (1838-1925), mécènes de l'Institut et de la ville de Paris (fondation et musée). Membre de CRFE, il s'occupa des pèlerinages en Espagne et de diverses affaires de nature culturelle.

85 Ibidem, deux notes dactylographiées, Cabinet (Jean Mouraille et Mlle Maurel) à Ministre (A. Bonnard), 26.6.1944. Les deux pensionnaires choisis étaient l'architecte Pierre Sonreí et Laure Delvolvé, petite-fille du peintre Eugène Carrière.

86 Une copie de cette lettre, signée par Mlle Maurel (Cabinet, MEN-Vichy) a été retrouvée dans ACV-Madrid, carton 4 : interception ? détournement ? La bourse de F. Chevalier, reconduite pour 1944-1945, ne fut évidemment pas versée.

87 Rémond resta en Espagne jusqu'en 1945. Élu, en janvier 1950, membre correspondant de l'ABA, il mourut le 30.1.1965. ABA, séance publique annuelle, 10.11.1965, discours d'Albert Laprade : fascicule vert, n° 18, 1965, p. 7-8.

88 Parmi les hommes du détachement Dronne (2ème DB), des républicains espagnols. Dans l'Allier l'un des maquis était commandé par un Espagnol. Eduardo Pons Prades, Republicanos españoles en la segunda guerra mundial, Barcelone, 1975, p. 358-396.

89 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : passation des pouvoirs. F. Piétri, ouvr. cité, p. 255-256. L'ex-ambassadeur demeura en Espagne jusqu'en 1948 et fut condamné à une peine d'indignité, en juin de cette année-là : voir chapitre 9, note 1.

90 Juan Carlos Pereira, Introducción al estudio de la política exterior de España (siglos XIX y XX), Madrid, 1983, p. 184.

91 Rapport cité note 83, fol. 3. Curieusement, pas un mot sur les Américains, il est vrai encore quasi-absents du paysage culturel de la Péninsule : J.-M. Delaunay, « L'Espagne, un champ ouvert », art. cité, p. 225.

92 De nombreux rapports et notes dans AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 82.

93 ACV-Madrid, carton 2 : trois notes sur un crédit de reconstruction de la CV, Paris-Madrid, du 13.9 au 7.10.1944, et carton 3, note dactylographiée, 5 p., sur la reconstruction de la CV, Legendre, Madrid, 7.10.1944.

94 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée, 3 p., Perchet (BBCPN-MEN), Paris, 4.12.1944, et AN-Paris, F17bis 5497 : rapport Haffner, 29.12.1944, transmis à DGBA et à DESUP, le 17.1.1945.

95 Arriba, Madrid, 29.10.1944. Une traduction dactylographiée dans ACV-Madrid, carton 3. Le 5.11.1944, un autre article parut sur le thème de la statue équestre de Velázquez.

96 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, 3 p., Madrid, 25.9.1944, et AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 (cote provisoire) : copie d. n° 572, Truelle (Madrid) à MAE-Paris, 28.9.1944, boursiers de la CV.

97 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée Cirot à recteur Lirondelle, Bordeaux, 25.10.1944, transmise à MEN-Paris, 2.11.1944.

98 EHEH-RA, 1943-1944, BH, n° 2, 1944, p. 252-254, et, idem, 1944-1945, université Bordeaux-RA, 1946, p. 239 et 248. En revanche, une note sur l'état de l'EHEH mentionne les deux pensionnaires : AN-Paris, F17 5497, dossier CV, 1944-1945.

99 AR-Bordeaux, dossier EHEH : note dactylographiée, EHEH et CV, Bordeaux, s.d. (1945), p. 5. Original remis à Jean Bayet, directeur général de l'Enseignement.

100 AAIBL-Paris, registre E113 : séance du 8.6.1945, p. 379. Halphen (1880-1950), avait été professeur à l'université de Bordeaux (1910-1928), avant d'être nommé à l'École pratique des hautes études (1928) et à la Sorbonne (1937). Il avait été élu à l'AIBL en 1935. Voir note 76.

101 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée, doyen Delage à recteur, Bordeaux, 11.7.1945, rendant compte de l'AG de la faculté des Lettres du 4.7.1945. Les quatre vœux étaient : la pluridisciplinarité, la situation au centre-ville, l'appartenance du directeur au corps professoral bordelais et la collaboration avec l'Institut d'études ibériques.

102 Ibidem, lettre dactylographiée de Cirot à Delage, Bordeaux, 12.11.1945, transmise par ce dernier au recteur, le 16.11.1945. Une note, non signée, BH, n° 2, 1945, p. 226, rendit publique cette « fraude » et accusa Legendre d'avoir ainsi prononcé « l'oraison funèbre » de l'activité antérieure de l'EHEH bordelaise. La brochure incriminée était due à Jean Barbé, professeur de physique au Lycée français : Les hautes études hispaniques et la science espagnole, Madrid, 1945, 49 p.

103 C.-V. Aubrun, Le doyen Georges Cirot (1870-1946), notice nécrologique citée.

104 AAIBL-Paris, registre E 113 : séances du 23.2 et du 2.3.1945, p. 358 et 360, présentation de Marcel Bataillon, qui fut élu officiellement au Collège de France, à la première chaire de langue et de littérature ibérique et latino-américaine, créée par un arrêté du MEN, 22.12.1944.

105 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, confidentielle, n° 1743, J. Marx, conseiller technique SOFE-MAE à J. Bayet, MEN, Paris, 1.5.1945. Marx avait reçu un rapport de Legendre, le 13.7.1944, et une lettre le 4.4.1945 : AMAE-Paris, série DGRC, carton 55.

106 AN-Paris, F17bis 5497 : note dactylographiée, 3 p., MEN, Paris, 15.5.1945, signée J. Bayet, CR réunion du 14.5.1945.

107 ABA-Paris, Secrétariat : copie lettre des secrétaires perpétuels AIBL et ABA, à ministre-MEN, Paris, 28.6.1945. Original non retrouvé.

108 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : note dactylographiée J. Marx à Varin (DGRC), Paris, 9.4.1945. La DGRC avait été créée, en remplacement du SOFE, par une ordonnance du 13.4.1945. Le juriste René Capitant (1901-1970) était alors ministre de l'Éducation nationale.

109 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée n° 280, Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 11.11.1944, avec pièces comptables jointes, et note sur les modifications de règlement demandées ; voir aussi registre 2E27 : séance du 5.12.1944, p. 204. Lacaze indiquait avoir fait une démar-che auprès de R. Capitant, pour procéder à la réouverture de la CV, à laquelle serait octroyé un statut analogue à ceux de l'EFA et de l'EFR.

110 Pedro Antonio Martínez Lillo, Una introducción al estudio de las relaciones hispano-francesas (1945-1951), Madrid, 1985, 48 p. Voir aussi Anne Dulphy, « La politique française à l'égard de l'Espagne franquiste 1945-1949 », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXXV, 1988, p. 123-140.

111 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée de Legendre, 23 p., traite abondamment de la concurrence culturelle internationale, en Espagne, 4ème trimestre 1946, p. 14-17. Voir note 91.

112 P. A. Martínez Lillo, « Una aproximación al estudio de las relaciones bilaterales hispano-francesas durante la posguerra. El “affaire” fronterizo en la perspectiva del Quai d'Orsay », Revista de Estudios Internacionales, n° 3, 1985, p. 567-570. François Breton, L'Espagne et les relations internationales, 1945-1951, mémoire, Institut d'études politiques, Paris, 1952, 145 p. (direction M. Rousseau).

113 Ángel Viñas, « La politique étrangère et le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous le franquisme », Opinion publique et politique extérieure (colloque EFR, Rome, 1982), t. III, Rome, 1985, p. 161-181.

114 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 11.7.1946, transmise par voie spéciale, pour cause d'interruptions postales. Un pèlerinage à la Peña de Francia avait déjà eu lieu en août 1945. D'autres seront organisés en 1948, 1949 et 1952, avec l'aide de Charles Pichon. Voir la correspondance entre les deux hommes, où l'on trouve aussi une note dactylographiée de Legendre, s.d. (1945), « La CV, foyer d'humanisme chrétien », 4 p. : ACV-Madrid, carton 14. Également AMAE-Madrid, série R, liasse 1770, dossier 50 : financement partiel du pèlerinage par le MAE (DGRC) espagnol, 1945.

115 Témoignage écrit de J. Gautier-Dalché, Nice, 1984.

116 On en trouve trace dans AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50, pour la musicienne Éliane Magnan ou le chartiste Didier Ozanam : lettre dactylographiée de Legendre à Enrique Valera, Marquis de Auñón (DGRC-MAE), Madrid 11.11.1946 ; voir aussi liasse 2944, dossier 3, pour Solange Corbin et Olivier Pettit, et liasse 2944, dossier 2, pour Jacques Lafon. Également EHEH-RA, 1944-1945, p. 239.

117 ACV-Madrid, carton 4 : règlement dactylographié, janvier 1946, 2 p. À son arrivée, chaque pensionnaire devait en signer un exemplaire.

118 Témoignage J. Gautier-Dalché, Nice, 1984. ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée Legendre, 5 p., Madrid, 4.7.1948, qui donne sa version des faits.

119 Témoignages J. et A. Fontaine, Antony, 1984 : naissances à la CV, de décembre 1944 à avril 1945.

120 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, p. 20, 16.11.1945, « Anniversaire de ma petite fille, qui est très loin » (au Chili).

121 « Le Journal de la CV », 1945-1955, nous permet d'appréhender, avec précision, ses fréquentations. C'est son principal intérêt. La liste de ses amitiés serait longue : outre les « anciens », tels G. Marañón ou L. Araujo Costa, citons Ruiz Giménez (ministre), Pío Zabala (recteur), Joaquín Rodrigo (compositeur), José Francés (secrétaire perpétuel RABASF), le Marquis de Lozoya (directeur des Beaux-arts). Legendre établit, aussi de solides relations avec Walter Starkie, de l'Institut Britannique.

122 ACV-Madrid, carton 1 : curriculum vitae, M. Legendre, dactylographié, supplément au curriculum de mai 1941, s.d. (après juillet 1949).

123 « La victoire de l'Espagne et la nouvelle tactique soviétique », mémorandum dactylographié, 4 p., adressé au MAE espagnol, avec une note (également en français) sur la direction de la CV. Un véritable plaidoyer pro domo, visant à empêcher toute éviction par les autorités françaises (1947) : AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 23, sous-dossier CV, 1947-1953. Voir aussi ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée Legendre, citée note 118.

124 Sur la « juste » adaptation de l'hispanisme français à l'Espagne de Franco, Juan Roger, « El hispanismo francés », Arbor, Madrid, 1947, p. 195-224, qui retrace son histoire, depuis les origines les plus lointaines.

125 Arriba, Madrid, 1.5.1947 et Le Monde, Paris, 16.5.1947. AMAE-Paris, série Europe, 1944-1949, Espagne, chemise 97 : note n° 834, Délégué Espagne-Paris (Aguirre de Carcer) à MAE (Jean Chauvel), 29.9.1947, qui rappela l'incident. F. Breton, ouvr. cité, p. 84 : deux surveillants, espagnols, du Lycée français auraient entreposé des tracts hostiles au régime (et des explosifs ?).

126 Pierre Vilar, à son retour de captivité, avait pu se rendre, de nouveau, en Catalogne, grâce à Henri Laugier (DGRC-MAE) et à Bernard de Chalvron (D. Europe-MAE) : témoignage P. Vilar, Paris, 1984. Délégué syndical, il fut prié, avec huit collègues, de quitter le territoire, en janvier 1948, malgré les interventions de Hardion et des historiens Lucien Febvre, Ernest Labrousse et Fernand Braudel. Le dossier de cette affaire, de novembre 1947 à janvier 1948, dans AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98.

127 Sur ces discussions, ibidem, chemises 97 et 98. Une note française, adressée au délégué espagnol à Paris, indique, le 28.10.1946, qu'il existait, en France, trois Instituts d'études hispaniques, neuf universités avec des chaires d'espagnol et une centaine d'établissements secondaires, où l'espagnol était enseigné.

128 À la demande de Guinard, attaché culturel et directeur de l'IFM, et de Legendre, de jeunes Espagnols avaient été dotés de bourses françaises : AN-Paris, F17bis 5497, note manuscrite Legendre, Paris, 29.3.1945. Occupé par les exilés républicains, le Collège d'Espagne, à Paris, n'était pas achevé. Sur le déséquilibre culturel franco-espagnol, au sortir de la guerre, grosse documentation dans AMAE-Paris, série Europe, 1944-1949, Espagne, chemise 97.

129 AN-Paris, F17bis 5497 : doc. cité note 106.

130 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée, Legendre, 7 p., Madrid, 27.7.1945 ; voir aussi ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée, 15.10.1945, p. 5.

131 Comme le soulignent divers rapports de Zavala, de 1945 à 1948 : AMC-Paris, série BBCPN, cartons 128 et 690. Moins rapide que durant la guerre, l'inflation n'en était pas moins forte à cette époque, d'où un renchérissement des matériaux de construction.

132 AN-Paris, F17bis 5497, doc. cité note 105 : Marx suggérait un « hispanisant jeune, apte à préparer les plans d'avenir ».

133 Ibidem, lettre dactylographiée inspecteur général R. Danis (BBBCPN) à DGBA-MEN, Paris, 2.12.1944, qui parle, sur la foi de photographies des édifices de la Cité universitaire, « d'architecture industrielle, sans aucun caractère particulier ».

134 José Francés, Recuerdo y esperanza de la Casa Velázquez, Madrid, 1945, 7 p., qui se livre à une attaque en règle contre « les gratte-ciels à l'américaine » ou les « extravagances urbanistiques d'un corbusiérisme (sic) stupide », p. 3. Legendre et lui se voyaient fréquemment, aux expositions de la CV, 1944, et en privé. ACV-Madrid, carton 1, « Le Journal de la CV », n° 1, 18.6 et 22.11.1945.

135 AN-Paris, F17bis 5497 : rapport dactylographié Zavala, Madrid 5.11.1945, transmis par Legendre à Pierre Auger (DESUP-MEN, Paris), 7.11.1945.

136 AN-Paris, F21 7166 : note dactylographiée DGBA-MEN, Paris, 14.8.1945. AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à DGBA-MEN, Paris, 2.8.1945.

137 Ibidem, carton 128 : lettre dactylographiée Haffner à DGBA-MEN, Paris, 23.5.1946, avec note annexe résumant les étapes successives du projet CV, depuis juin 1941.

138 Ibidem, carton 690 : lettre dactylographiée n° 1563, chef du secrétariat particulier, Cabinet à DGBA-MEN, Paris, 31.5.1945.

139 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, 13.10.1947, vols et déprédations à la Moncloa. AMAE-Madrid, série R, liasse 3031, dossier 232 : note verbale n° 633, Délégation-France à MAE-Madrid, 21.10.1947, et copie note n° 2919, D. Générale Sécurité à MAE-Madrid, 9.12.1947, transmise à Délégation-France, 23.12.1947 : ordres donnés à la police, pour une meilleure surveillance.

140 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée n° 1563, Cabinet à BBCPN-MEN, Paris, 31.5.1945.

141 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : correspondance DGRC-MAE avec D. Enregistrement-Ministère Justice, Madrid, 22.7 et 13.8.1947, et note dactylographiée DGRC-MAE 3 p., Madrid, 20.10.1947.

142 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : d. n° 139/RC, Délégation-Madrid (B. Hardion) à DGRC-MAE, Paris, 3.12.1947.

143 ACV-Madrid, carton 3 : note dactylographiée Legendre, sur l'avis de la Commission de Reconstruction de la Cité universitaire, à propos des ruines de la CV, Madrid, 10.11.1947, 6 p.

144 Ibidem, carton 1 : copie note Legendre à Hardion, 14.7.1945, remise, lors de la réception à l'occasion de la fête nationale. Quelques jours auparavant, la propriétaire du n° 92 de la rue Castelló, avait menacé de récupérer son appartement, pour cause de « vie de bohème » (sic), dont se plaignaient les voisins : ibidem, carton 7, lettre de Mme Gonzalez Alcalá à Legendre, 8.7.1945. Voir aussi AMAE-Madrid, série R, liasse 5812, dossier 19, qui contient la liste des 18 bâtiments étatiques et para-étatiques du IIIème Reich vaincu, mai 1945.

145 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, 14.7.1945. Quinze jours plus tard, le directeur de la CV fit une démarche auprès de l'ambassade, afin d'obtenir un nouveau local, avant septembre : ibidem, 1.8.1945 ; voir aussi copie lettre Legendre à Hardion, 26.7.1945. En octobre 1946, le Lycée français de Barcelone occupa les locaux de l'ex-collège allemand.

146 AABA-Paris, Fonds CV : lettre J. Bayet (DESUP-MEN) à A. Boschot (ABA), Paris, 6.12.1945, avec texte du projet de décret, et copie lettre Boschot à Bayet, 14.3.1946.

147 Une copie du texte du projet de décret est dans AABA-Paris, Fonds CV. L'article 8 chargeait les ministères de l'Éducation nationale et des Finances de l'exécution dudit décret.

148 À la suite d'une mission en Espagne, fin 1946, l'inspecteur général Hubac, préconisa le rattachement de la Casa à la DGRC-MAE. Une copie de ce rapport de 71 p. est localisée dans AMF-Paris, carton B33459, dossier n° 6, p. 70-71, avec un rapport annexe de Legendre, sur la reconstruction, 5 p. Le budget des œuvres françaises d'Espagne, dépendant de la DGRC, s'élevait alors à 103,4 MF (10 % du total du budget DGRC).

149 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot à Marcel Saurin, directeur des Constructions scolaires et universitaires-MEN, Paris, 17.6.1947, en réponse à une lettre, n° 5098, du 4.4.1947.

150 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 83 : note D. Europe à Cabinet ministre, 22.12.1946, signée François Coulet.

151 Ibidem, t. n° 8, consul Saint-Sébastien à MAE-Paris, 3.3.1948.

152 Il fêta ses soixante-dix ans, à Madrid, le 30.6.1948. Sur les effets bénéfiques de la réouverture de la frontière, ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée Legendre, (en espagnol), 4.7.1948.

153 Tous ces accords furent paraphés à Madrid : J.-M. Delaunay, « La liquidation des avoirs allemands en Espagne, après la seconde guerre mondiale », España, Francia y la Comunidad europea (colloque franco-espagnol, Aix-Marseille, 1986), Madrid, 1989, p. 219-245.

154 154 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 1, diverses réceptions et conférences, du 21.3 au 28.5.1948. Ainsi, le 29.4, au siège du Crédit Lyonnais, il rencontra les négociateurs de l'accord commercial et financier.

155 AABA-Paris, registre 2 E 28, 1948-1952 : séance du 17.3.1948, p. 16-17. Quelques mois plus tard, l'Académie élira le maréchal Montgomery au fauteuil d'Alphonse XIII : ibidem, séance du 20.10.1948, p. 51.

156 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (ABA-Paris), 13.3.1948. Des deux artistes concernés, seule Josefina Miralles, sculpteur, vint à la Casa.

157 Ibidem, lettres du 20.4 et du 21.6.1948. Un gros rapport, « La nouvelle étape de la CV », fut rédigé le 13.6.1949, et adressé à l'ABA.

158 AR-Bordeaux, dossier EHEH, sous-dossier Direction 1913-1953 : extrait du PV du CU, 18.4.1947, arrêté rectoral, 23.4.1947 et copie lettre d'avis à Legendre, 18.7.1947. La nomination prenait effet rétroactif au 1.1.1947.

159 EFR, Annuaire des membres (1873-1986), p. 107. Il avait publié sa thèse principale sur Les Relations des papes d'Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941, et des Recherches sur les compagnies commerciales et bancaires utilisées par les papes d'Avignon avant le grand schisme, thèse complémentaire, Paris, 1942.

160 ACV-Madrid, carton 4 : correspondance Renouard-Legendre, du 20.8.1947 au 17.6.1948.

161 AN-Paris, F17bis 187 : rapport dactylographié Renouard (Bordeaux) à DESUP-MEN (Paris), 17.7.1948, 7 p. ; copie dans AR-Bordeaux, dossier EHEH.

162 ACV-Madrid, carton 3 : lettre Pío Zabala, recteur université Madrid, à Legendre, 20.4.1948.

163 AMAE-Paris, série DGRC, carton 55 : d. n° 616-RC, Hardion (Madrid) à Louis Joxe (DGRC-MAE, Paris), 11.5.1948 ; copie transmise au MEN, 24.5.1948 : AN-Paris, F17bis 187. Le Collège d'Espagne n'avait que quatre étages (sur cinq prévus) et 70 chambres (au lieu de 128) : note confidentielle 21.6.1948, coût : 20 MF environ.

164 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Marcel Abraham (SURE-MEN) à Boschot (ABA), 28.6.1948. Le SURE, installé 78 rue de Lille, était l'héritier de l'ONUEFE d'avant-guerre. Abraham (1898-1955) avait une formation de grammairien.

165 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : art. de Jean Bernard-Derosne, L'Époque du 5.2.1948, et d. n° 974, Aguirre de Carcer (Ambassade d'Espagne-Paris) à MAE-Madrid (DGRC), 3.7.1948, au sujet d'un vœu unanime, émis le 10.6, par l'Académie bordelaise et transmis au consul d'Espagne.

166 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : lettre n° 2203, Pierre Donzelot, DESUP à BBCPN, 19.8.1948, avec copie du rapport Renouard. AN-Paris, F17bis 187 : lettre n° 1436, Henri de Villenoisy (BBCPN) à DESUP, 23.8.1948.

167 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 : quatre conférences en avril-mai 1948. Legendre avait des relations très amicales avec José María Sánchez de Muniain y Gil, journaliste et vice-président du groupe Editorial Católica (quotidien Ya et huit autres titres).

168 Un extrait de PV de la séance du conseil municipal fut transmis par un Français de Madrid à Haffner, qui l'adressa au BBCPN, le 17.2.1949 : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690. Les coupures de presse sont dans ACV-Madrid, carton 3 : voir Informaciones, Madrid, 27.8.1948. Dès le 24.8, ce journal fit allusion à la Casa « véritable tache dans la Cité universitaire », et prôna l'abandon de la concession par les Français : AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : d. n° 1062-RC, Hardion (Saint-Sébastien) à MAE-Paris, 26.8.1948. Informaciones était, selon le diplomate français, un organe anciennement lié aux intérêts allemands. La campagne dura du 24.8 au 30.9.1948.

169 Plusieurs photographies, dans ACV-Madrid, en témoignent. Certaines furent reproduites dans la presse espagnole (ABC). Le panneau fut apposé, face à la route principale.

170 Le Monde, Paris 3.9 (Jean Créach) et 30.10.1948 (Angel Marvaud). Créach, premier correspondant du journal à Madrid, a rédigé plus tard une Chronique espagnole. Le cœur et l'épée, Paris, 1958, 433 p. Voir note 369.

171 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : rapport Zavala (Madrid) à Haffner (Paris), 13.9.1948 et lettre Haffner à Perchet (BBPCN-MEN), Paris, 18.5.1948.

172 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : note Jacques Paris (Cabinet) à D. Europe, 4.10.1948. L'auteur de ce document n'a aucun lien de parenté avec la famille de Pierre Paris.

173 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Untersteller (Paris), 21.10.1948. Untersteller, élu à l'ABA, en 1946, et directeur de l'ENBA, voyait parfois Schuman. Ce dernier semble n'avoir porté qu'une attention très réduite à l'Espagne. Raymond Poidevin, dans Robert Schuman, 1886-1963, Paris, 1986, 520 p., montre cependant qu'il éprouva, en 1936-1939, quelque sympathie pour les nationalistes. Il est au cœur du processus de normalisation franco-espagnole des années 1948-1952.

174 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : lettre n° 2294, M. Abraham (SURE) à R. Perchet (DA), Paris, 30.10.1948.

175 Ibidem, PV dactylographié de la réunion du 10.11.1948, pour l'étude des problèmes posés par la reconstruction de la CV à Madrid, BBCPN-MEN, Paris, 2.12.1948, 4 p., signé Perchet.

176 Ibidem, lettre dactylographiée Y. Renouard (Bordeaux) à R. Perchet (Paris), 22.11.1948, programme bordelais de la CV, et Papiers Haffner, carton 3 : lettre n° 3546, Renouard (Bordeaux) à Haffner (Paris), 22.11.1949.

177 Ibidem, carton 690 : rapport dactylographié Haffner à Perchet, Paris 28.11.1948, réflexions sur le programme bordelais de la CV.

178 Sacha Simon, L'Est Républicain (Nancy) du 3.1.1949 et L'Époque (Paris) du 5.2.1949 : coupures dans ACV-Madrid, carton 3.

179 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Legendre (Madrid) à DESUP-MEN (Paris), 5.1.1949. Le rapport dactylographié de Legendre n'est pas joint à cette missive. Une copie complète se trouve dans ACV-Madrid, carton 1.

180 L'Institut Britannique, établi à Madrid, en octobre 1940, avait essaimé dans les grandes villes de province : voir les rapports annuels du British Council, organe de tutelle. En 1949, six centres fonctionnaient : outre Madrid (deux), il y avait Barcelone, Bilbao, Séville, Valence.

181 Ce terrain, où se dresse aujourd'hui le Colegio Mayor de Nuestra Señora de Luján, patronne de l'Argentine, est situé à 500 mètres en contrebas de la Casa, sur la route descendant vers le Pont des Français. L'édifice ne fut construit que dans les années soixante. Plus tard, les Brésiliens édifieront leur Casa nationale, située entre l'institution française et l'Arc de triomphe franquiste de la Place de la Moncloa, en bordure de la route de La Corogne (Casa do Brasil).

182 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : note d'information, Madrid, 9.2.1949.

183 L. Suárez Fernández, ouvr. cité, t. IV, p. 201 et 277. L'occupation, par les républicains, de locaux officiels espagnols, en France, était l'un des plus lourds dossiers du contentieux entre les deux pays.

184 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 11.2.1949, MEN-Paris.

185 AN-Paris, F17bis 187 : note dactylographiée n° 170, Donzelot (DESUP) à Yvon Delbos, Paris, 12.2.1949. Les passages soulignés sont de la main du ministre. Le président de cette Caisse autonome de reconstruction était René Pleven.

186 Ibidem, copie lettre dactylographiée Y. Delbos (MEN) à R. Schuman (MAE), 13.2.1949. Il s'agit d'un brouillon dactylographié, légèrement retouché par le ministre. L'original n'a pas été retrouvé dans AMAE-Paris.

187 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à Perchet, Paris, 14.2.1949.

188 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 91 : d. n° 208-M, Hardion (Madrid) à MAE-Paris, 14.2.1948, transmettant une note de Planes, agent-comptable de l'ambassade, sur l'évolution du change de 1940 à 1948.

189 AMC-Paris, série BBCPN carton 690 : lettre dactylographiée n° 210-CM, R. Schuman (MAE) à Y. Delbos (MEN), 3.3.1949, et copie de la réponse, s.d. Original non retrouvé.

190 Ibidem, Papiers Haffner, carton 3 : copie lettre dactylographiée Haffner (Paris) à D. Zavala (Madrid), 12.4.1949. Crédit de 3.501.560 F.

191 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Donzelot (DESUP-MEN, Paris), 27.4.1949.

192 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : copies lettre et note dactylographiées Legendre à Hardion, Madrid, 29.3.1949, transmises avec avis favorable de Hardion à J. Paris (D. Europe, MAE-Paris), par lettre n° P23, 12.4.1949.

193 ACV-Madrid, carton 2 : correspondance entre Hardion, Donzelot (DESUP-MEN, Paris) et Legendre (Madrid), du 27.4 au 30.5.1949.

194 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Renouard (Bordeaux) à DESUP-Paris, 12.5.1949 et note n° 2386, DGRC-MAE à DESUP-MEN, Paris, 20.6.1949. Aucun PV de la réunion n'a été retrouvé.

195 AABA-Paris, Fonds CV : rapport dactylographié Legendre (Madrid) à ABA (Paris), 13.6.1949, 11 p.

196 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : copie d. n° 905-RC, Hardion (Madrid) à DGRC-MAE (Paris), 13.6.1949. Sept coupures de presse dans ACV-Madrid, carton 3 : journaux de Madrid, Bilbao, Zamora.

197 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : lettre particulière (tutoiement) Díaz del Moral (Paris) à Alberto Martin Artajo, ministre, (MAE-Madrid), 12.7.1949.

198 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBPCN, carton 690, et dans AN-Paris, F17bis 187.

199 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Zavala (Madrid) à Haffner (Paris), 20.7.1949, et réponse de Haffner, 25.7.1949 : « Ne pas trop démolir ! Surtout assainir les soussols (pompage de l'eau et assèchement des parois) ».

200 Ibidem, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 16.7.1949.

201 AABA-Paris, registre 2E28 : séance du 13-7.1949, p. 110-111. A. Decaris (1901-1988), ancien membre de la VM, avait été élu à la section de gravure de l'ABA, en 1943. C'est en 1949 que Séverin de Rigné peignit le tableau des ruines de la Casa, aujourd'hui placé à la portería. ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite C. Deneumostier (Madrid) à Legendre (en France), 22.9.1949.

202 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 20.7.1949, 4.1 et 18.1.1950, p. 111, 137 et 140. Ainsi Paul Guth dans Le Figaro littéraire du 26.11.1949. Sur l'ABA, à l'époque de la IVe République, J. Laurent, ouvr. cité, p. 149-156.

203 Importante documentation dans ACV-Madrid, carton 1, et dans AP-Legendre, Tréveneuc : décret du MEN espagnol, lettres de félicitations, coupures de presse. La cérémonie n'aura lieu qu'en mars 1953.

204 ACV-Madrid, carton 3 : Ya, Madrid, 16.8.1949, El Adelanto, Salamanque, 17. 8. 1949 et Hoja del Lunes, Madrid 18.8.1949. Diverses festivités eurent lieu à La Alberca et à la Peña de Francia, du 15 au 21.8.1949.

205 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 50 : lettre personnelle (tutoiement) de J. M. Sánchez de Muníain (Madrid) à A. Martín Artajo (St-Sébastien), 10.8.1949, communiquant les deux notes confidentielles de Legendre.

206 Ibidem, copie t. n° 431, Carlos Canal (DGRC-MAE, Madrid) à Aguirre de Cárcer (Ambassade-Paris), 1.12.1949. Une d. n° 281 (non jointe) indiquait le cas du Collège d'Espagne de Paris. Voir aussi d. n° 1360, Aguirre de Carcer à MAE-Madrid, 15.12.1949. Dans le même dossier, on trouve une coupure de l'ABC du 16.10.1949, sur les ruines de la Casa. Au crayon rouge, cette mention manuscrite : « Da asco » (écœurant) !

207 Documentation dans AMC-Paris, série BBPCN, carton 690, et dans ACV-Madrid, carton 3, octobre 1949-avril 1950. Hardion, le 13.4.1950, estima, en accord avec son attaché commercial, que ces diverses tractations n'étaient pas « mûres ».

208 ACV-Madrid, carton 1 : lettres dactylographiées du Marquis de Huetor de Santillan, Maison civile du chef de l'État, Palais d'Orient, Madrid, 5.1 et 23.1.1950. L'entretien eut lieu le mercredi 25.1.1959, à 12 h 30.

209 Il est probable que Legendre en ait informé verbalement Hardion. Les archives de l'ambassade ont peut-être gardé trace des entrevues du Français avec le Generalísimo. La Fondation Francisco Franco, à Madrid, recèlerait-elle quelque indication ?

210 Documentation dans AMC-Paris, carton 690 et AN-Paris, F17bis 175.

211 AN-Paris, F17bis 187 : projet de loi tendant à l'ouverture d'un crédit pour la reconstruction de la CV à Madrid, 2 p. dactylographiées, s.d. (13.6.1950).

212 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 8.3, 19.4.1950 et 14.2.1951, p. 152, 158 et 213. Voir aussi ibidem, Fonds CV : lettre n° 1285, Perchet (BBCPN-MEN) à Boschot (ABA), Paris, 10.3.1950.

213 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Boschot (ABA) à Donzelot (DESUP-MEN), Paris, 26.5.1950.

214 Ibidem, correspondance entre les services du MEN, Paris, du 12.3 au 30.5.1950.

215 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : b. n° 977, MEN (DESUP) à MAE (DGRC et Cabinet), Paris, 24.6.1950.

216 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, 23.6.1950. Un rapport, en date du 9.7.1950, fut adressé le lendemain, à Joxe : une copie dans ACV-Madrid, carton 3.

217 JORF. Assemblée Nationale-Débats, 1ère législature, 2e séance du 18.7.1950, p. 5542 : Livry-Level (1898-1960) était membre du groupe MRP. La trace de cette intervention m'a été fournie par AP-Braunwald, Paris.

218 A. Viñas, Los pactos secretos de Franco con Estados Unidos, Barcelone, 1981, p. 56-62.

219 JORF, Assemblée Nationale-Débats, 1ère législature, session 1950, annexe au PV de la séance du 17.11.1950 : proposition de résolution.

220 Les groupes représentés parmi les fondateurs : 15 RPF (Rassemblement du Peuple Français, gaullistes), 15 PRL (Parti Républicain de la Liberté, centre-droit), 11 MRP (Mouvement Républicain Populaire, démocrate-chrétien, centre-droit), 10 radicaux-socialistes (dont J. Chaban-Delmas, centre-gauche) et 7 divers. Jean Legendre, né en 1906, journaliste, a été député RPF de l'Oise de 1946 à 1952 et de 1956 à 1962. Il fut aussi maire de Compiègne. Aucun lien de parenté avec Maurice.

221 Le Monde couvre bien cette visite parlementaire, qui se déroula du 12 au 15.12.1950. Le 10.11.1950, Créach y avait écrit « L'Espagne est en Europe ». Le groupe parlementaire d'amitié franco-espagnole venait alors d'être fondé. Le président en fut le colonel Félix (pseudonyme de guerre de Jacques Chombart de Lauwe, 1907-1975), député PRL de Loire-Inférieure. À signaler que Steeg, chef de la délégation française à l'inauguration de l'IFM, en 1913, mourut le 8.12.1950, à Paris : Le Monde, 10.12.1950, p. 6.

222 Sur l'Inspection générale des postes diplomatiques et consulaires, Les Affaires étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 675 : Lamarle remplit cette fonction de 1950 à 1963. Jean Maroger (1881-1956), sénateur de l'Aveyron de 1939 à 1945 et de 1948 à 1956, était membre du groupe Républicain indépendant (droite).

223 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 : 12 et 14.12.1950, réceptions pour les députés amis de l'Espagne, à l'Ambassade de France et à la Mairie de Madrid.

224 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (Paris), 18.12.1950. Legendre s'entretint tout particulièrement avec Charles Schauffler (1899-1950), député PRL de Paris et questeur de l'Assemblée.

225 Le Monde, 21.12.1950, et AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : d. n° 531, Aguirre de Cárcer (Ambassade-Paris) à MAE-Madrid, 21.12.1950.

226 Le Monde, du 28 au 30.12.1950, et Á. Viñas, Los pactos secretos, ouvr. cité, p. 62-63.

227 Le Monde, 11.1.1951.

228 AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : note du Service d'information diplomatique, 11.1.1951, et note verbale n° 81, Ambassade de France à MAE-Madrid, 7.2.1951.

229 ACV-Madrid, carton 3 : rapport dactylographié sur la situation actuelle de la CV, fin d'année 1950, perspectives pour 1951, Madrid, 18.12.1950.

230 Ibidem, carton 4 : texte de l'allocution (en français), s.d., en marge : 1951 ? pour Radio-España, qui transmettra, le jeudi 11.1.1951, entre 20 et 20 h 30. Dans Le Journal de la CV, n° 2, Legendre indique qu'il enregistra ce texte, le 5.1.1951. Ce n'était donc pas du « direct ». Je n'ai pu savoir si la diffusion eut réellement lieu. Le 14.5.1949, Legendre avait déjà parlé d'une « communication à la radio ».

231 Paris-Match, n° 102, 3.3.1951, avec la photographie d'une chèvre dans les ruines de la Casa ! Reportage d'André Lacaze et photos de Walter Carone : nombreux lieux communs... Legendre a noté l'entrevue avec les envoyés de l'hebdomadaire, à la date du 4.2.1951.

232 AABA-Paris, Fonds CV : lettre Boschot à DESUP-MEN, Paris, 22.12.1950.

233 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée pour DGA-MEN, Paris, 29.12.1950, et note dactylographiée DGRC-MAE à DGA-MEN, Paris, 22.1.1951 ; voir aussi AN-Paris, F17bis 5497 : note n° 124-3, DGA à DESUP-MEN, Paris, 12.2.1951.

234 ACV-Madrid, carton 1 : copies lettres dactylographiées Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 21.6.1948, et à Donzelot (DESUP-MEN, Paris), 6.7.1948. Ibidem, carton 4 : copie lettre Legendre (Champrond-en-Gâtine) à Renouard (Bordeaux), 4.9.1948.

235 Ibidem, carton 1 note dactylographiée 5 p. Rien n'indique qu'elle fut transmise aux autorités ou à des journalistes.

236 Ibidem, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 14.12.1948.

237 À la Librairie Générale, Saragosse, 392 p. La première édition castillane de son livre date de 1940 : éditions Ercila, Santiago du Chili (où son gendre était correspondant de presse). Il y eut, en 1950, une seconde édition française (Hachette, Paris) de l'ouvrage publié en 1938. L'analyse de la pensée politico-mystique de Legendre serait intéressante, mais ce serait un luxe de s'y lancer ici. La conclusion se suffit à elle-même. « Je crois en l'Espagne, miraculeusement puissante quand, fidèle à sa mission historique, elle combat, comme un chevalier de Dieu, contre le satanisme déchaîné dans le monde... (et) pour le triomphe définitif de la catholicité immortelle ».

238 Pierre Chaunu, témoignage oral, Paris, 1984. C'était aussi l'avis de Gautier-Dalché (note 118) et, avant-guerre, d'Armand Bérard (ch. 6 note 101).

239 Pour la période 1948-1951, témoignages écrits de Robert Savary, Paris, 1983, d'André Chochon, Fresnes, 1984, de Maurice Rocher, Le Chesnay, 1984, de Raymond Depraz, Fontenay-sous-Bois, 1984, de Claude Schürr, Neuilly-sur-Seine, 1984, d'Yves Bottineau, Paris, 1984, de Claude Petitet, Paris, 1985 et de Georges Nadal, Paris, 1985.

240 Abondante documentation dans ACV-Madrid, cartons 1, 4 et 6.

241 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à DESUP-MEN (Paris), 27.4.1949.

242 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 10.4.1948. Pour le nombre d'ouvrages, Legendre indiquait que Mme Conte était la mieux renseignée. Elle-même m'a indiqué, lors de notre entretien, à Bordeaux, en 1984, le chiffre de 10.000 volumes en 1936. Marie Helmer écrit, dans son témoignage (15 p. dactylographiées, Madrid, 1986), que bien peu d'ouvrages étaient disponibles, à la fin de la guerre.

243 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 14.12.1948 : « un colis extravagant d'ouvrages dépareillés... médicaux, de chimie, de sanscrit ».

244 AN-Paris, F17bis 187 : lettre Renouard (Bordeaux) à DESUP-MEN (Paris), 12.5.1949 ; depuis l'été 1948, 5.000 livres envoyés à la CV.

245 ACV-Madrid, carton 4 : lettres Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 2.1 et 14.12.1948, et copie lettre Legendre à Renouard : « L'audace de Mlle Helmer a été couronné de succès », 20.1.1950. M. Helmer, témoignage 1986, p. 4.

246 P. Chaunu, témoignage 1984. Chaunu, à qui Renouard voulait confier l'appareil, craignit la confiscation et ne l'emporta pas. ACV-Madrid, carton 4 : lettre Renouard à Legendre, 12.1.1950, demandant si la valise diplomatique ne serait pas plus adéquate. M. Helmer régla l'affaire.

247 M. Helmer, témoignage 1986, p. 4. D. Ozanam, « Notice nécrologique d'Amelia Merchán Mancebo », MCV. t. XX, 1984, p. 5-6.

248 Renouard rencontra Déroche à Rome. Celui-ci voulait fouiller à Rosas, province de Gérone. ACV-Madrid, carton 4 : lettre manuscrite de Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 27.11.1948. Le directeur bordelais réunissait alors des ouvrages de l'ancienne bibliothèque de G. Radet. La majeure partie fut envoyée à la Casa.

249 AMAE-Paris, série Europe 1944-1949, Espagne, chemise 98 : correspondance DGRC et D. Europe, MAE-Paris, 14 et 18.12.1949.

250 EHEH-RA, 1948-1949 : BH, n° 3, 1949, p. 379. Pour les autres membres, consulter la même source, de 1948 à 1951.

251 Le Monde, 11.10.1949, p. 2.

252 Toujours dirigé par Pierre Deffontaines, depuis 1939, l'IFB avait plus de 1.200 auditeurs, fin 1950. Sa bibliothèque comptait alors 18.000 volumes : MAE-Paris. Résultats de l'Enquête sur les Français et les institutions françaises à l'étranger, publiés par l'INSEE-Paris, 1955, p. 188.

253 Ibidem, p. 187 : 1.150 auditeurs et une bibliothèque de 2.000 volumes, après pertes et destructions entre 1936 et 1939.

254 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, témoigne d'une partie de ces activités, auxquelles Legendre se rendait volontiers.

255 Bulletin de l'Institut français en Espagne, n° 1, mai 1945. La publication dura jusqu'en 1958. L'IFE regroupait les centres de Madrid, Barcelone avec les délégations de Bilbao, Saint-Sébastien, Saragosse, Séville et Valence. Des filiales de Barcelone couvraient la Catalogne et Majorque.

256 AR-Toulouse, registre CU n° 10, 1946-1951 : séances du 23.5.1947, p. 52, sur la création d'un Centre d'études hispaniques, et du 24.10.1947, p. 73, sur sa transformation en Institut d'études hispaniques.

257 Ibidem, séance du 6.5.1949. Le premier budget fut fixé à 250.000 F (150.000 F de l'université et 100.000 F de la DGRC-MAE). P. Mérimée, témoignage écrit, Arifa, 1985.

258 AMAE-Madrid, série R, liasses 3052, dossier 58, et 3253, dossier 95, Centro Cultural Hispano-Francés, décembre 1949-mai 1950. Eduardo Aunós avait été ministre du Travail, sous Primo de Rivera, puis ministre de la Justice, de 1943 à 1945 : M. Tuñón de Lara, Historia de España, ouvr. cité, t. X, p. 574. et L. Fernández Suárez, ouvr. cité, t. III, p. 393. Il fut ensuite, président de la Cour des comptes, jusqu'à sa mort, en 1969.

259 ACV-Madrid, carton 14 : correspondance Legendre-Pichon. Charles Pichon était, alors, journaliste au Figaro. Le Journal de la CV, n° 2, atteste la célébration de ces pèlerinages périodiques, qui avaient été interrompus en 1946-1947, à cause de la fermeture de la frontière.

260 Université de Bordeaux, Hommage à Monsieur François Dumas, 1948 : discours du recteur André Marchaud, aux obsèques de F. Dumas, 8 p. Ce texte m'a été communiqué par Mme Peyrelongue. F. Dumas fut enterré au cimetière de la Chartreuse : voir ch. 1, note 70.

261 AMAE-Madrid, série R, liasse 3358, dossier 22 : note très confidentielle de Lojendio, Service d'information diplomatique, MAE-Madrid, 17.2.1951 : entrevue avec Hardion, la veille.

262 Le Monde, nombreux articles de fin janvier à fin juin 1951 : Ligue des Droits de l'Homme, anarchistes, communistes, socialistes, gouvernement basque en exil et commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

263 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : note DGRC-MAE, Paris, 30.4.1951, et t. n° 183-184, Ambassade-Madrid (Hardion) à MAE-Paris, 5.5.1951. Emile Henriot (1889-1961), de l'Académie Française, était venu inaugurer, du 7 au 9.11.1950, les cours majorquins de l'Alliance, dont il était le président.

264 Ibidem, t. n° 189, du 8.5.1951, et t. n° 203-206, du 10.5.1951. B. de Chalvron était conseiller à Madrid, depuis juin 1948. Il restera en poste jusqu'en juillet 1952.

265 AN-Paris, 331 AP 2-3, Papiers Pierre-Olivier Lapie : notes manuscrites prises en Conseil des ministres, 9.5.1951, et carton 1 : cahier manuscrit, fol. 32, 16.5.1951. Aucune allusion dans le Journal d'un Septennat, de Vincent Auriol.

266 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : Ambassade-Madrid, t. n° 222-223, du 16.5.1951. Une fuite se serait produite dans le Service d'information du MAE espagnol, qui voulait garder l'affaire secrète.

267 L. Suárez Fernández, ouvr. cité, t. V, p. 14-17. La réoccupation de cet immeuble, acquis en 1939, eut lieu le 30.6.1951. Depuis lors, les services culturels de l'ambassade, avec une bibliothèque, y sont logés ; voir aussi Le Monde, divers articles, du 17.5 au 30.6.1951.

268 ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2, 15.3.1951.

269 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 20.3.1951. Ainsi, le Colegio Mayor José Antonio, à l'angle de la Route Nationale 6 et de l'avenue menant au Pont des Français. De même le ministère de l'Air, qui remplaça la vieille prison-modèle de 1884, près de la Place de la Moncloa, hors de la Cité universitaire.

270 ACV-Madrid, carton 2 : copie lettre dactylographiée Legendre à Zavala, Madrid, 16.3.1951, et lettres de José Ortiz Echagüe, ingénieur de la Ville de Madrid, à Legendre, 30.3 et 21.4.1951. Il s'agissait d'un autre portail de Ribera, provenant d'une vieille maison de la Place des Salésiennes. Propriété de la Caisse d'épargne et du mont-de-piété, il fut, plus tard, utilisé par cet organisme.

271 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié, M. Bitterlin, 12.5.1951, 7 p., et rapport Haffner, Paris, 30.3.1951, 4 p.

272 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Boschot (ABA-Paris), 15.6.1951.

273 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre à Robert Merlin, directeur de Peñarroya en Espagne et délégué au nouveau Conseil supérieur des Français de l'étranger, Madrid, 15.6.1951. Cet organisme consultatif, créé en 1949, dépendait de la Direction des Affaires administratives et sociales du MAE : voir Les Affaires étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 740. Peñarroya participait, régulièrement, au budget de fonctionnement de la Casa (5.000 Ptas en 1951 et 1952). Merlin vint visiter le terrain de la Moncloa, le 29.6.1951. Le Journal de la CV, n° 2 : ACV-Madrid, carton 1.

274 Ibidem, carton 3 : lettre n° 498, Donzelot (DESUP-MEN, Paris) à Legendre (Madrid), 30.7.1951.

275 Cinq copies du PV, dans divers fonds administratifs.

276 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée de Haffner à Donzelot (DESUP), 15.10.1951. La troisième série de plans et de croquis avait été élaborée par Haffner, entre septembre 1951 et août 1952 : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690.

277 AN-Paris, F17bis 187 : lettres dactylographiées Legendre (Champrond-en-Gâtine et Madrid) à Donzelot (DESUP-MEN, Paris), 14.9 et 16.10.1951.

278 ACV-Madrid, carton 3 : copie lettre dactylographiée Legendre (Champrond ou Madrid ?) à Merlin (Madrid), 20.9.1951.

279 AP-Legenclre, Tréveneuc : lettre dactylographiée de L. Araujo Costa (Madrid) à Legendre (Champrond), 9.9.1951, transmettant la coupure du journal, qui annonçait la sortie du livre de Legendre, Nueva Historia de España, publié à Saragosse (voir note 237.) AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettres de Formigé à Perchet, 25.9 et 27.9.1951. Formigé (1879-1960), architecte et archéologue, était membre de l'ABA depuis 1942.

280 L'original de cette lettre de Hardion doit être dans le Fonds DGRC non répertorié, dans AMAE-Paris. Un extrait, s.d. (août 1951), retrouvé dans AMC-Paris, carton 690, porte le cachet du BBCPN, 30.8.1951, avec addition manuscrite du 3.9.1951.

281 Ibidem, note Perchet à Villenoisy, BBCPN-MEN, Paris, 14.11.1951.

282 AABA-Paris, registre 2E28 : séances des 10.10 et 28.11.1951, p. 248 et 263. Le Monde, 9.11.1951 : cette information fut reprise par les quotidiens Madrid, 8.11.1951, et ABC, 11.11.1951. La Revue Parlementaire du 27.11.1951 l'indiqua aussi. Ces coupures de presse sont dans ACV-Madrid, carton 3.

283 Le Monde du 14.11.1951.

284 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 20.11.1951, en marge, convocation pour le 5.12.1951, à 15 h, rue de Valois.

285 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée de Perchet à Haffner, Paris, 13.12.1951. Les plans se trouvent dans le même carton.

286 Pontremoli (1865-1956) et Prost (1874-1959) étaient passés par la VM (1890 et 1902), avant d'être élus à l'ABA (1922 et 1932).

287 AN-Paris, F17bis 187 : PV de la séance du Comité consultatif, BBCPN, Paris, 19.12.1951.

288 ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite de Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 2.1.1952.

289 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris) 8.1.1952.

290 Le Monde, du 13.12 au 21.12.1951. Au sujet du Maroc, il y eut un entretien entre le général Guillaume, résident général, et le général García Valino, haut-commissaire, Larache, 12.12.1951. Sur les ultimes années de la domination franco-espagnole, voir V. Morales Lezcano, España y el Norte de África : el protectorado en Marruecos (1912-1956), Madrid, 1986, p. 219-268, et C.-A. Julien, ouvr. cité, p. 245-249, qui n'évoquent pas l'entrevue, sans résultat, des deux militaires.

291 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie projet de loi adressé par Perchet (DGA) à Abraham (SURE), et à Donzelot (DESUP), 27.12.1951 : chapitre budgétaire nouveau n° 927-2.

292 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée Lacaze (Paris) à Legendre (Madrid), 15.1.1951.

293 ACV-Madrid, carton 3 : El Adelanto du 30.12.1951, la Revista Nacional de Arquitectura de décembre 1951, et Dernière Heure, du 30.1.1952. Par lettre du 26.1.1952, Legendre alerta aussi le secrétaire perpétuel de la RABASF, José Francés : même carton.

294 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée d'André Marie à André Cornu, Paris, 21.1.1952. Aucun représentant du Quai d'Orsay ne fut convoqué. Seul, un haut fonctionnaire du Budget fut invité.

295 Ibidem, A. Marie à R. Perchet (DGA), 27.2.1952, et AN-Paris, F17bis 5497 : A. Marie à Donzelot (DESUP), 29.2.1952.

296 ACV-Madrid, cartons 2 et 3 : copies de lettres et de rapports, du 17.2 au 30.3.1952.

297 Ces entretiens sont signalés dans ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 2 et n° 3, du 1.2 au 28.3.1952.

298 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : note verbale n° 247, Ambassade de France à MAE-Madrid, 22.3.1952.

299 Legendre fut encore interrogé par El Alcázar du 19.4.1952 : la Casa sera reconstruite dans le style traditionnel.

300 ACV-Madrid, carton 3 : lettre José Macían, directeur général, Office des régions dévastées (MI) à Legendre, Madrid, 18.3.1952.

301 AABA-Paris, registre 2E28 : séance du 2.4.1952, p. 293. Fonds CV : copie lettre dactylographiée Boschot à Donzelot (DESUP), Paris, 3.4.1952. L'avis de la Commission administrative avait été sollicité. L'original est dans AN-Paris, F17bis 5497.

302 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : trois notes confidentielles DGRC-MAE, Madrid, du 8.3 au 14.3.1952, et copie note verbale n° 588, MAE à Ambassade de France, Madrid, 30.5.1952. Également, lettre et note dactylographiées Legendre au ministre Joaquín Ruiz Giménez, MEN, Madrid, 26.6.1952, transmises à MAE.

303 Cette correspondance, du 31.7 au 5.9.1952, est dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 690.

304 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : extrait d. n° 1676, José Rojas y Moreno, comte de Casa Rojas (ambassadeur d'Espagne, Paris) à MAE-Madrid, 6.9.1952.

305 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée Legendre (Champrond) à Donzelot (DE-SUP-MEN, Paris), 27.9.1952.

306 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris) 16.10.1952. Cette lettre fut communiquée à l'ABA, dans sa séance du 22.10.1952 : ibidem, registre 2E28, p. 335-336.

307 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée François de Rose (ambassade de France-Madrid) à Donzelot (DESUP-MEN, Paris), 20.10.1952.

308 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée n° 5244, Baillou (DGRC-MAE) à Perchet (DGA-MEN), sous couvert de M. Abraham (SURE), Paris, 3.11.1952.

309 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : copie d. n° 1306-RC, Meyrier (Ambassade-Madrid) à MAE-Paris, 14.11.1952, transmettant la coupure de Ya, du 11.11.1952.

310 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : copie lettre Meyrier à Martín Artajo, Madrid, 20.11.1952 et deux notes Enrique Moret, DGRC-MAE, Madrid, 17.11.1952.

311 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : h. n° 1354, Meyrier (Madrid) à D. Europe (MAE-Paris), 24.11.1952 et n° 1415, Meyrier à DGRC (MAE-Paris), 2.12.1952.

312 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettres de Santelli (adjoint SURE-MEN) et d'Abraham (chef SURE-MEN) à Perchet (DGA), Paris, 24.11 et 2.12.1952.

313 ACV-Madrid, carton 3 : deux notes dactylographiées Legendre, s.d. (fin 1952).

314 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : note DGRC-MAE, Paris, 20.11.1952, et chemise 50 : note Roger Seydoux, (D. Europe-MAE), Paris, 12.1.1953. Martín Artajo, dans une déclaration, le 30.12.1952, avait noté les bonnes dispositions du gouvernement Pinay.

315 Ibidem, chemise 50 : t. n° 554-561, Meyrier (Madrid) à MAE-Paris, 18.12.1952.

316 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 2476, Casa Rojas (ambassade-Paris) à MAE-Madrid, 19.12.1952. Juin (1888-1967) venait d'être élu à l'Académie française, peu après s'être vu conférer la dignité de Maréchal de France.

317 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre Haffner (Paris) à Meyrier (Madrid), 2.1.1953.

318 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : lettre dactylographiée Meyrier (Madrid) à Haffner (Paris), 13.1.1953.

319 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre de Rose (Madrid) à Charles Lucet (adjoint DGRC), 14.1.1953.

320 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 215, Casa Rojas (Paris) à DGRC-MAE (Madrid), 23.1.1953.

321 Trois exemplaires de l'éditorial du journal parisien étaient adressés par Casa Rojas au Palais de Santa Cruz, en annexe de la d. citée note précédente. Voir aussi AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : t. n° 38-39 Meyrier (Madrid) à DGRC-MAE (Paris), 24.1.1953.

322 AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Perchet à Donzelot, Paris, 24.1.1953. À la réunion, aucun représentant de la DESUP n'avait été invité. Étaient présents, autour de Marie (ministre), Cornu (secrétaire d'État), Bourbon-Busset (DGRC) et Fourgous (M. Budget). 400 MF concernaient le bâtiment principal et 170 MF le reste.

323 AMC-Paris, série BBPCN, carton 690 : PV dactylographié de la réunion du 28.1.1953, 2 p. AABA-Paris, registre 2E30, 1953-1957 : séance du 28.1.1953, p. 8 : accord unanime, pour 15 chambres et 12 ateliers d'artistes.

324 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 261, Casa Rojas (Paris) à DGRC-MAE (Madrid), 29.1.1953 ; voir aussi note DGRC-MAE, du 30.1.1953, confidentielle.

325 AN-Paris, F17bis 187 : copie note Donzelot (DESUP) à Marie (ministre), MEN-Paris, 31.1.1953.

326 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : t. n° 45, Rose (Madrid), et d. n° 236, Meyrier (Madrid) à MAE-Paris, 3.2 et 12.2.1953.

327 ACV-Madrid, carton 3 : notes dactylographiées de Legendre, janvier-mars 1953 ; voir aussi copie lettre dactylographiée Legendre à Sánchez de Muniain, 21.3.1953.

328 AMAE-Paris, série Europe 1944-1955, Espagne, chemise 102 : copie d. n° 380, Meyrier (Madrid) à DGRC-MAE (Paris), 10.3.1953. En septembre de la même année, Legendre reçut, des mains de Meyrier, les insignes d'officier de la Légion d'Honneur. ACV-Madrid, carton 1 : lettres de félicitations.

329 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport Haffner, Paris, 26.2.1953, et AN-Paris, F17bis 187 : estimation surfaces et coûts. ACV-Madrid, carton 4 : lettre dactylographiée Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 3.3.1953.

330 ACV-Madrid, carton 3 : Ya du 27.3 et Hoja del Lunes du 30.3.1953.

331 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : notes dactylographiées, 8 et 10.4.1953 et liasse 11060, dossier 2 : rapport Feduchi et López Otero, Madrid, 6.4.1953.

332 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 30.3 et 14.4.1953, 3 p.

333 Ibidem, copie d. n° 592, Meyrier (Madrid) à MAE-DGRC (Paris), 15.4.1953, avec, en annexe, la note verbale du MAE-Madrid (traduction française). Copie de cette note (en espagnol), Madrid, 15.4.1953, dans AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51.

334 Ibidem, d. n° 1075, Casa Rojas (Paris) à MAE (Madrid), 24.4.1953.

335 Il le répéta dans tous ses rapports de juin et juillet 1953 : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 ; voir J. Créach, Le Monde, 6.6.1953.

336 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : correspondance Haffner (Paris)-Meyrier (Madrid), 8.6 et 12.6.1953 ; voir aussi les lettres de P. Guinard (Madrid) et de J. Sarrailh, recteur Université Paris, à Haffner, 1.6 et 8.6.1953, recommandant Genilloud, fils d'un Français de Madrid très estimé, ancien combattant de 1914-1918.

337 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : copie lettre dactylographiée Zavala à Meyrier, Madrid, 4.7.1953, transmise par b. n° 1151 à MAE-Paris, 13.7.1953 ; voir aussi copie d. n° 1150, de Rose (Madrid) à MAE-DGRC (Paris), 13.7.1953.

338 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : copie lettre dactylographiée Haffner (Paris) à Zavala (Madrid), 6.7.1953, et exemplaire de la convention signée à Madrid, le 29.7.1953, par Haffner, Zavala et Genilloud. L'original fut déposé à l'ambassade, où la signature eut lieu.

339 Ibidem, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 5.8.1953, établi à Madrid, le 26.7.1953 ; voir aussi lettre n° 618, Gaston Berger (DESUP) à Perchet (DGA), Paris, 7.10.1953.

340 Ibidem, copie rapport Zavala-Genilloud, Madrid, 11.8.1953, transmise par d. n° 1274, Meyrier (Madrid) à MAE-Paris, 18.8.1953, puis à MEN-Paris ; voir aussi lettre manuscrite Haffner à Perchet, Paris, 6.9.1953.

341 AN-Paris, F17bis 187 : transmission des documents, Paris, 18.9.1953. AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre n° 3208, Jaujard (MEN) à Boschot (ABA), Paris, 12.11.1953. Jaujard était devenu, en 1945, directeur général des Arts et des Lettres : voir ch. 7, note 267. J. Laurent, ouvr. cité, p. 149-150 et 159-160.

342 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à BBCPN-Paris, 16.10.1953.

343 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à J. Braunwald (Paris), 16.3.1952.

344 AABA-Paris, registre 2E30 : séances du 25.11, p. 78, du 2.12, p. 83, du 23.12.1953, p. 96, et du 13.1.1954, p. 104. Paul Tournon (1881-1964), architecte, membre de l'ABA (1942) et directeur de l'ENBA (1942-1949), père de Florence Tournon, peintre et membre de la Casa, en 1949-1950, visita les ruines de la Casa, au printemps 1950, et en rapporta des photographies, retrouvées dans AMC-Paris, carton 690. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de Legendre (Madrid) à Boschot (Paris), 2.1.1954.

345 AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 102 : t. n° 449-453, Meyrier (Madrid) à MAE-Paris, 5.12.1953, transmettant note verbale traduite, n° 1187, MAE-Madrid, dont une copie en espagnol dans AMAE-Madrid, série R, liasse 11060, dossier 2. Voir aussi José del Corral Raya, Madrid es así, Madrid, 1953, p. 44 et 288.

346 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre dactylographiée Haffner à BBCPN-Paris, 23.11.1953, et carton 691 : devis Zavala-Genilloud, Madrid, 26.11.1953.

347 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Renouard (Bordeaux), 24.11.1953, et lettres manuscrites Renouard à Legendre, 5.12.1953, 7.1 et 17.2.1954. Il s'agissait d'offres d'achat reçues par le propriétaire.

348 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 2.1.1954.

349 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie note DGA-MEN à DGRC-MAE, Paris, 21.12.1953, transmettant l'arrêté du 12.12.1953. AMAE-Madrid, série R, liasse 11060, dossier 2 : note verbale n° 1049, Meyrier (Ambassade de France) à MAE-Madrid, 21.12.1953.

350 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3, 26.12.1953. La réunion eut lieu à l'ambassade.

351 ABC du 6 et la Hoja del Lunes du 11.1.1954 faisaient allusion à un article du Parisien, paru le 2.1.1954, qui s'inquiétait de l'état d'abandon de la Casa.

352 AABA-Paris, Fonds CV : doc. cité, note 348. En janvier 1954, il fit visiter le site de la Moncloa aux trois sénateurs des Français de l'étranger, Ernest Pezet, Henri Longchambon et André Armengaud. Il leur vanta l'ancien style. ACV-Madrid, carton 2 : note dactylographiée, Legendre, s.d.

353 Documentation abondante dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 et Papiers Haffner, carton 3.

354 AABA-Paris, registre 2E30 : diverses séances du 10.2 au 30.6.1954, p. 113-141. Fonds CV : copie lettre Perchet à Jaujard, 14.6.1954, et copie lettre Boschot à Jaujard, Paris, 9.4.1954.

355 AMAE-Madrid, série R, liasse 11060, dossier 4 : note verbale n° 287, ambassade de France à MAE-Madrid, 5.4.1954 ; voir aussi liasse 3207, dossier 10.

356 AMC-Paris, série BBCPN, carton 691, et Papiers Haffner, carton 2.

357 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3 : 28.6.1954, réunion à l'ambassade pour les soumissions, et surtout AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : lettre n° 19, Meyrier (Madrid) à Jaujard (Paris), 27.7.1954.

358 Arriba du 11.5 et El Alcázar du 28.7.1954 : ACV-Madrid, carton 3.

359 Ibidem, note Ambassade à Legendre, 3.8.1954, avec la liste des entreprises en lice et AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié Haffner, Paris, 11.8.1954. L'architecte y indiquait l'origine française de José Parer, né en 1899, dans le Roussillon, ingénieur diplômé de l'École centrale des arts et manufactures de Paris et chargé de nombreux chantiers en France et en Espagne, parmi lesquels l'entretien de l'ambassade à Madrid.

360 ACV-Madrid, carton 2 : copie de l'acte de réception, Madrid, 15.9.1954.

361 Le tableau des liquidations de travaux, d'octobre 1954 à décembre 1960, est visible dans AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 et Papiers Haffner, carton 2.

362 AN-Paris, F17bis 5497 : lettres dactylographiées Marie (ministre) à Perchet (DGA) et Donzelot (DESUP), Paris, 27 et 29.2.1952. AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée n° 881, Donzelot (DESUP) à Boschot (ABA), Paris, 21.3.1952.

363 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : deux notes dactylographiées confidentielles, DGRC-MAE, Madrid, 11 et 14.3.1952.

364 AABA-Paris, registre 2E28, séance du 2.4.1952, p. 293. AN-Paris, F17bis 5497 : lettre de Boschot (ABA) à Donzelot (DESUP), Paris 4.4.1952. Un référé n° 9823 de la Cour, en date du 12.6.1951, avait relevé quelques irrégularités dans la gestion financière. Dans sa réponse du 23.7.1951, Legendre rappela la visite du conseiller Hubac, en 1946, qui permit de vérifier l'exactitude de la comptabilité.

365 Dans une note additionnelle pour Donzelot, le 12.9.1951, Legendre reconnaissait que l'ABA n'était pas, stricto sensu, propriétaire du terrain concédé en 1920 : AN-Paris, F17bis 187.

366 AN-Paris, F17bis 5497 : copie lettre DESUP-MEN à Contrôle des collectivités locales et des offices-MB, Paris, 10.3.1952.

367 ACV-Madrid, carton 3 : copies lettres Legendre à Chalvron (ambassade), 13.3.1952, et à Ambassadeur de France, Madrid, 31.3.1952.

368 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : treize notes, entre le 8.3.1952 et le 17.4.1953.

369 Le Monde, 15.4 et 6.6.1953. À noter que Créach fut frappé d'interdiction de séjour en Espagne, en mai 1953 : dossier dans AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 51.

370 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée d'A. Marvaud (Le Monde-Paris) à M. Legendre (Madrid), 25.7.1953.

371 Revue des Deux Mondes, 15.7.1953, p. 214-219. Anticommunisme et traditionnalisme architectural en étaient les deux axes : l'article fut transmis au MAE espagnol, le 7.9.1953. AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : d. n° 2263, Casa Rojas (Paris) à MAE-Madrid (Saint-Sébastien).

372 ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée Legendre, s.d. (juillet 1953).

373 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 51 : note Usía, sous-secrétaire d'État-MAE, Madrid, 7.9.1953 et liasse 11060, dossier 2 : note verbale n° 1051, Meyrier (ambassade de France) à MAE-Madrid, 21.12.1953.

374 ACV-Madrid, carton 4 : copie lettre dactylographiée de Legendre à René Naggiar, attaché d'ambassade, Madrid, 12.1.1954.

375 Témoignages écrits de Paul Collomb et d'Henriette Lambert, Paris, 1985.

376 AABA-Paris, Fonds CV : lettres dactylographiées Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 13.3.1951, et à Boschot (Paris), 15.6.1951. ACV-Madrid, secrétariat, dossier des bourses de pensionnaires, 1941-1957 : copie lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Donzelot (DESUP), 9.4.1951. AN-Paris, F17bis 187 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Donzelot (DESUP), 3.7.1951.

377 AMAE-Madrid, série R, liasse 3687, dossier 26 : d. n° 1090, Casa Rojas (Ambassade-Paris) à DGRC-MAE (Madrid), 25.4.1953.

378 Ibidem, liasse 11060, dossier 3 : d. n° 1600, Casa Rojas (Paris) à MAE-Madrid, 13.5.1954. L'exposition eut lieu à l'ENBA, du 12 au 27.5.1954.

379 ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3, du 11.11 au 27.11.1954. Exposition dans le Salon de la Société des amis de l'art. AMAE-Madrid, série R, liasse 11060, dossier 2 : lettre dactylographiée Legendre à M. García de Llera (DGRC-MAE), 24.11.1954.

380 ACV-Madrid, carton 4 : lettre dactylographiée Renouard (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 4.5.1951.

381 Alain Huetz de Lemps, témoignage écrit, Bordeaux, 1984. Il fit, l'année suivante, un transport analogue.

382 ACV-Madrid, carton 4 : lettre dactylographiée Renouard (Boissy-St-Léger, Seine-et-Oise) à Legendre (Madrid), 5.8.1952. Français et Britanniques se partagèrent les livres de l'Institut allemand de Barcelone, dès 1949.

383 AR-Bordeaux, dossier EHEH : extrait PV séance CU, Bordeaux, 30.10.1953. Ainsi, le ministre Ruíz Giménez vint-il, cette année-là. ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3, et correspondance Renouard-Legendre.

384 Témoignages écrits A. Huetz de Lemps, Bordeaux, 1984, et Georges Peyronnet, Paris, 1984. Établi à Barcelone, G. Peyronnet remarqua le vif désir des Catalans de s'ouvrir vers l'Europe.

385 BH, n° 2, 1954, p. 225 et n° 2, 1955, p. 208.

386 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : copie lettre de Grenier à Bourbon-Busset (DGRC-MAE), Paris, 7.4.1954, communiquée à MEN. L'interlocuteur de Grenier était Scarlat Lambrino, ancien directeur de l'École roumaine de Rome. Il était, en 1954, chargé de cours à l'université de Lisbonne, où il rencontra l'Allemand Helmut Schlunk. A. Grenier (1878-1961), ancien membre de l'EFR, fut élu à l'AIBL, en 1942, avant d'être nommé directeur de l'EFR (1945-1952).

387 Sur H. Schlunk (1906-1982), voir « In Memoriam Helmut Schlunk », Madrider Mitteilungen, vol. 24, 1983, p. 295-301.

388 AMAE-Madrid, série R, liasse 10967, dossier 26 : note verbale n° 213, Ferdinand de Bavière (Ambassadeur RFA) à Martín Artajo (MAE), 7.10.1954. Exemplaire traduit, demandant la création d'un centre culturel. Réponse positive, le 19.10.1954.

389 MAE-Madrid, Censo de tratados internacionales suscritos por España, t. 1, Bilaterales, Madrid, 1976, p. 18. J.-M. Delaunay, « L'Espagne, un champ ouvert », art. cité, p. 223.

390 Cela ne l'empêcha pas d'aller écouter quelques pianistes allemands, de passage à Madrid. ACV-Madrid, carton 1 : Le Journal de la CV, n° 3, décembre 1953, janvier et avril 1954. Voir aussi Jean-René Fontaine, Les relations germano-espagnoles de 1945 à 1962, mémoire, Institut d'études politiques, Paris, 1962, 283 p. (direction Jean Meyriat).

391 Ainsi, dans une note dactylographiée du 12.2.1953 : copie dans ACV-Madrid, carton 3.

392 Par exemple, le consul de Séville, Félix Thirault, en octobre 1951, parlait du succès des Américains, face aux Français et aux Britanniques, dans le domaine culturel. AMAE-Paris, série Europe 1949-1955, Espagne, chemise 101 : d. n° 257, consul Séville à DGRC-MAE, Paris, 23.10.1951.

393 Ibidem, note dactylographiée sur le statut des établissements français en Espagne, DGRC-MAE, Paris, 20.11.1952, et chemise 51 : note dactylographiée de Rose (Ambassade-Madrid) à DGRC, remise à Roland de Margerie (D. Affaires Politiques, MAE-Paris), 30.10.1954, et chemise 102 : b. n° 862, note Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 25.5.1954.

394 Pèlerinages, concerts religieux, conférences d'ecclésiastiques français. ACV-Madrid, carton 1, Le Journal de la CV, n° 3. En juillet 1954, J. Chevalier revint en Espagne, pour aller au sanctuaire de la Peña de Francia : ACV-Madrid, carton 14, correspondance avec Legendre, décembre 1953 - juillet 1954.

395 AN-Paris, F17bis 187 : note DGRC-MAE à DESUP-MEN, Paris, 4.6.1953, au sujet d'une demande relative au mode de nomination du directeur de la Casa.

396 ACV-Madrid, carton 4 : note dactylographiée, 3p., Legendre. Madrid, 2ème semestre 1954.

Table des illustrations

Titre LES CONTRATS « HORS-D'ŒUVRES » DÉCEMBRE 1953-FÉVRIER 1954
Légende (1) en Pesetas (centimes exclus), au change de 9,10 F par Peseta. Les montants des honoraires sont inclus (4% au total).(2) n. i. = non indiqué
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search