Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Troisième partie. Palais d'or et de poussière (1928-1954)

Chapitre VII

Le palais disparu (1936-1943)

Texte intégral

Pour qui sonne l'exil (1936-1939)

  • 1 C'est le titre d'un film de Jaime Camino, tourné entre 1975 et 1977 : M. Oms, ouvr. cité, p. 280-28 (...)

1Les longues vacances de 19361... Espoirs populaires au nord des Pyrénées... espoirs insurrectionnels au sud.

  • 2 Émile Témime, La guerre d'Espagne commence, Bruxelles, 1986, p. 22-23. Rappelons que c'est dans cet (...)
  • 3 Il n'est pas question d'utiliser ici l'énorme bibliographie consacrée à la guerre civile espagnole. (...)

2À Madrid en effervescence, l'on tuait : au meurtre de l'un des leurs, les gardes d'assaut, gardiens du régime républicain, répondirent, le lendemain 13 juillet, par l'assassinat de José Calvo Sotelo, porte-parole d'une droite subversive. Vraisemblablement abattu dans le véhicule qui l'avait enlevé... l'homme politique fut retrouvé, peu après, dans le cimetière de l'Est, sur la route de Vicálvaro2. Ces morts furent les symboles des deux blocs qui, depuis 1934, étaient prêts à en découdre3...

  • 4 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 18.7.1936, p. 150.
  • 5 Selon David W. Pike, Les Français et la guerre d'Espagne, Paris, 1975, p. 71, l'annonce en fut fait (...)

3Le 18 juillet 1936, un samedi, l'Académie, en séance hebdomadaire, faisait les comptes des fondations qu'elle gérait, afin de régler le déficit du budget de construction de la Casa4. La presse parisienne transmit alors à ses lecteurs l'information selon laquelle l'armée espagnole du Maroc s'était soulevée contre le pouvoir légal5. Le lendemain, les premières unités des forces d'Afrique débarquaient à Cadix... tandis que faisaient rage les combats dans de nombreuses villes. À Madrid et Barcelone, les milices ouvrières et les soldats restés fidèles au régime purent mater les rebelles, mais, le 21, à l'issue de la brève phase du soulèvement, la zone principale, tombée entre leurs mains, prenait littéralement le pays « en écharpe ». D'autres régions avaient aussi été conquises par les forces armées, à la tête desquelles aurait dû se placer le général Sanjurjo, tué dans un accident d'avion, au Portugal, la veille. Les chefs insurgés, Franco en Afrique et Mola dans le nord de la Péninsule, firent appel à l'aide nazie, puis fasciste, tandis que le gouvernement républicain demandait au gouvernement français des livraisons substantielles... Mais, face à l'attitude d'apaisement envers les puissances totalitaires, voulue par Londres, le cabinet Blum, après avoir accepté le principe d'une intervention, fit marche arrière. Trahis par nombre de diplomates, dont ceux en poste à Paris, les responsables de Madrid avaient laissé la voie libre aux « pouvoirs populaires » - communistes et anarchistes principalement - qui contrôlaient la rue et la plupart des édifices publics.

  • 6 AAF-Madrid, carton 571, Rapatriement-aide aux réfugiés français d'Espagne, juillet 1936-mars 1937 : (...)
  • 7 P. Mérimée, témoignage écrit, 1985.
  • 8 J. Sermet, Notes, 1984, p. 2-3 ; le peintre José Martínez del Cid, laissa également ses œuvres, tém (...)
  • 9 André Conte, témoignage oral, Bordeaux, 1984.
  • 10 R. Paris, Souvenirs, p. 10.
  • 11 AAF-Madrid, carton 571 : t. n° 23 Madrid (consulat) à MAE-Paris, 3.8.1936. En novembre, ce drapeau (...)
  • 12 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite à Lacaze (Paris), 4.9.1936. Son cas fut évoqué en séance h (...)
  • 13 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 163, MAE-Paris (Charvériat) à consul général Barcelone (...)
  • 14 AAF-Madrid, carton 571 : t. n° 467, MAE-Paris à consuls d'Espagne, 2.8.1936 (dates de réception trè (...)

4Dans la capitale espagnole, l'ambassade de France était en sommeil : comme au temps de la monarchie, la résidence d'été du corps diplomatique se fixait à Saint-Sébastien. La tournure des événements exigeait que fussent protégés les Français résidents ou de passage. Les services consulaires se dévouèrent bientôt à cette tâche. À Madrid, le consul Emmanuel Neuville avait aménagé en refuges les édifices du Lycée et de l'Institut français6. Une semaine plus tard, fin juillet, environ 135 compatriotes s'y étaient installés. Des agressions étaient signalées un peu partout. Il fallut aller, en convoi, « récupérer » quelques Français isolés à Tolède... L'attaché militaire, le colonel Jouart, avait « disparu » entre Lisbonne et Ávila... Certains membres de la Casa de Velázquez étaient alors encore présents dans la capitale espagnole. Ainsi, Paul Mérimée qui, par la forte chaleur régnante, voulait installer son épouse et son très jeune enfant à l'Escurial, en fut dissuadé, au téléphone, par le professeur Américo Castro. Après un séjour, rue du Marquis de la Ensenada, la mère et son bébé furent directement rapatriés vers la France, en avion, tandis que le chef de famille était évacué, via Alicante, vers Marseille... en ramenant toutes ses notes de recherches7. Jean Sermet dut, lui aussi, se replier par Valence, mais il laissa le fruit de ses travaux à la vigilance de Soutiras8. André Conte, architecte, eut maille à partir avec les autorités, en gare d'Atocha : les plans qu'il emmenait vers Alicante semblèrent suspects : après quelques palabres et l'intervention du consul, il put enfin monter dans le train9. Le fils de Pierre Paris, René, alors cadre dans les grands magasins Paris-Madrid, fut aussi évacué, avec sa famille, en ce début du mois d'août : aux Français succédèrent alors de nombreux Espagnols dans les locaux de la « rue culturelle française » de la capitale, qui avaient été dotés de drapeaux tricolores10 II en fut de même pour le Palais de la Moncloa, bien que ce bâtiment ne jouît point de l'exterritorialité11. Un membre libre de la Casa, l'architecte français d'origine russe, Georges Loukhomsky, avait dû être évacué de Grenade12 Lui aussi, comme le peintre Paul Bazé avait laissé dessins, croquis et peintures dans le palais de la Moncloa. Quant à Pierre Vilar, il fut autorisé à venir rechercher, à Barcelone, les documents nécessaires à la rédaction de sa thèse13. Une circulaire fut diffusée aux consuls d'Espagne : les bateaux de guerre ou de commerce étrangers ne pouvant demeurer dans les ports, les Français devaient s'en aller au plus vite14.

  • 15 Sur les opérations militaires, voir les nombreux ouvrages du colonel José Manuel Martínez Bande, ré (...)

5L'afflux de soldats rebelles transportés du Maroc dans la Péninsule, avec l'aide d'avions allemands et italiens, ne pouvait qu'inquiéter le Quai d'Orsay. L'objectif des forces de Franco était, bien sûr, le cœur du pays. Une contreoffensive républicaine vers Cordoue avait rapidement échoué. Marocains et légionnaires entreprirent leur avance vers le nord, à partir de Cadix et Séville. Malgré la résistance, parfois féroce, des miliciens et des travailleurs d'Andalousie et d'Estrémadure, ces troupes bien entraînées s'emparèrent, le 14 août, de Badajoz, où elles commirent de terribles représailles. Madrid était alors menacée par d'autres forces rebelles qui tentèrent de s'emparer des hauteurs dominant, en arc de cercle, la grande cité : leur échec rendit nécessaire l'attente de renforts venus du sud15.

  • 16 Le dossier relatif à la mission de René Bonjean à Madrid, du 5.8 au 11.11.1936, est dans AAF-Madrid (...)
  • 17 AAF-Madrid, carton 568, dossier CV : t. n° 63, MAE-Paris (Paul Bargeton) à consulat-Madrid (Neuvill (...)
  • 18 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Widor (Paris), 26.8.1936.

6Dans la capitale, les intérêts français avaient été pris en charge par le secrétaire d'ambassade Bonjean, qu'accompagnait le lieutenant-colonel Morel, nouvel attaché militaire16. Une grande confusion, selon ce dernier, régnait au ministère de la Guerre. Instruction fut donnée à Neuville afin que le contact fût maintenu avec le concierge de la Casa qui devait rester à son poste aussi longtemps que possible, mais en cas de nécessité, se replier chez le consul17. L'édifice était intact : tout au plus, une balle perdue avait-elle brisé une vitre de soupirail ! Soutiras jouissait de l'entière confiance du directeur : « Cet ancien maréchal des logis de gendarmerie saura protéger ne tre chère maison dans toute la mesure du possible ». Pessimiste, François Dumas ne croyait pas au bon déroulement de la rentrée d'octobre : « L'Espagne ne retrouvera pas, avant long-temps, le calme et la sérénité »18.

  • 19 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 21.9.1936 ; en postscriptum : « rem (...)

7Le 14 septembre, Talavera de la Reina fut prise par les forces franquistes : leurs adversaires manifestèrent alors certains signes de panique. Mais, à l'approche de Madrid, la résistance devint, cependant, plus dense. L'efficacité de l'avance des tabors marocains, des légionnaires et des unités phalangistes était, en outre, affectée par la faiblesse de leurs propres effectifs. La nervosité s'emparait de la capitale de l'Espagne. Le 16, à 5 heures du matin, six miliciens armés de revolvers se livrèrent à une perquisition infructueuse de la Casa. Des signaux lumineux, émanant de l'édifice, auraient été aperçus ! Le consul, immédiatement averti, obtint de la Direction générale de la Sûreté que ce type d'irruption ne se reproduisît point. Dumas, en transmettant ces informations à l'amiral Lacaze, lui indiqua avoir adressé au gardien des ordres très stricts : « Ainsi, aucun gouvernement espagnol ne pourra nous faire des reproches. La neutralité la plus absolue sera toujours observée à la Casa Velázquez... J'espère donc que celle-ci sera respectée par toutes les parties et qu'elle n'aura pas à souffrir, au moins matériellement, de ces tristes événements »19.

  • 20 SHAT-Vincennes, carton 7 N 2754, attaché militaire Espagne, 1936-1939 : d. n° 334-A, Morel à MDN-Pa (...)
  • 21 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 1.10.1936.

8Les observateurs français se montraient de plus en plus convaincus d'un succès rapide des troupes nationalistes. Le lieutenant-colonel Morel en conçut une certaine anxiété : « Il faut s'attendre à ce qu'une victoire des généraux rebelles et des partis de droite crée, au point de vue militaire, une situation grave pour l'intérêt de la France, en annulant les amitiés françaises, certaines dans les gouvernements au pouvoir depuis les dernières élections »20. Quant au directeur de la Casa, par un brusque retournement d'impression, il espérait pouvoir, tout simplement, assurer la prompte réouverture de son établissement ! Les candidats choisis pour l'année 1936-1937 avaient été prévenus qu'il leur fallait patienter encore un peu. Et de conclure, « il n'y a plus, j'espère, que quelques mauvais jours à passer ! »21.

  • 22 Cet épisode m'a été révélé par une lettre manuscrite de F. Dumas au Maréchal Pétain, dans AAF-Madri (...)

9Tandis qu'à la tête des troupes d'Afrique Franco remportait succès après succès, sa femme et sa fille purent revenir de France, le 20 septembre, par le col de Roncevaux. Elles avaient dû attendre, cachées dans le petit village landais de Saubusse, que le Pays Basque tombât entre les mains des nationalistes22... Parvenu à Maqueda, ce jour-là, le chef militaire décida, brusquement, de se porter au secours des assiégés de l'Alcázar de Tolède, à une quarantaine de kilomètres au sud-est. Selon certains de ses subordonnés, Kindelan et Yagüe notamment, c'était une perte de temps fâcheuse sur la route de Madrid. Il n'en eut cure et les hommes du colonel Moscardó furent délivrés, une semaine plus tard, par les tabors marocains. Nouveau fait d'armes, qui ne fut pas étranger à l'élévation de son auteur au poste de généralissime et de chef du gouvernement, le 28. Burgos devint, le 1er octobre, la capitale provisoire de l'Espagne « nouvelle ».

  • 23 Carlos Serrano, PCF et guerre d'Espagne, Paris, 1987, p. 37-58.
  • 24 La bibliographie sur les volontaires étrangers est abondante. Deux ouvrages à consulter : Jacques D (...)
  • 25 Robert S. Thurnberry, André Malraux et l'Espagne, Genève, 1977, 260 p.
  • 26 MAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 183 : t. n° 493, Bonjean (Madrid) à Herbette (C (...)

10Les démocraties européennes, inquiètes, s'étaient empêtrées dans l'inefficace système de la non-intervention, tandis que le gouvernement républicain tentait d'organiser la survie du régime. Cette situation poussa l'URSS à répondre, à travers le Komintern et le Parti communiste français, à l'agression23. Des volontaires affluèrent d'Europe et d'Amérique afin de constituer des unités combattantes, les Brigades internationales24. D'autres groupements, telle l'escadrille dirigée par André Malraux, se mirent aussi à la disposition de la lutte antifasciste25. Mais l'aide massive de Hitler et de Mussolini permit aux forces adverses d'avancer rapidement vers le nord. Le 21 octobre, sur l'axe central de progression, la petite cité de Navalcarnero tombait entre leurs mains. Les faubourgs de la capitale n'étaient plus qu'à une trentaine de kilomètres des avant-gardes. La bataille de Madrid allait donc, inéluctablement, s'engager. Dans un télégramme à son chef de mission, Bonjean rapportait que le nouveau ministre d'État, Julio Álvarez del Vayo, lui avait déclaré que le gouvernement avait l'intention de défendre la ville, avec 80 à 100.000 hommes, face aux 20.000 rebelles. Selon le consul, d'autres informations semblaient indiquer que Franco voulait brusquer l'assaut, grâce à l'aviation et aux chars. Ses troupes, moins fournies que celles de ses adversaires, étaient plus disciplinées et pouvaient l'emporter dans une guerre de mouvements, marquée par de grands bonds en avant26.

  • 27 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 1241, Herbette (Ciboure) à Delbos (MAE-Paris), 22.9.193 (...)
  • 28 AAF-Madrid, carton 569 : t. n° 800-801, MAE-Paris à Madrid-Ambassade (Ciboure), 29.10.1936, et cart (...)
  • 29 Ibidem, carton 569 : t. n° 417, Bonjean (Madrid) à MAE-Paris, 11.10.1936.

11L'une des préoccupations majeures de Herbette était la sauvegarde des intérêts matériels français, particulièrement importants dans la capitale. « Ces richesses, immobilières et mobilières, ont naturellement des chances plus grandes d'échapper au pillage si certains membres de notre personnel restent, que si aucun d'eux ne demeure plus sur place, comme il est arrivé à Petrograd, lorsque notre ambassade y fut dévalisée en 1919 ». Devaient donc être présents un secrétaire, un chiffreur, l'attaché militaire et le consul. La présence de l'officier français pouvait s'avérer fort utile dans l'avenir, en cas de négociation avec un régime militaire. En conclusion, il n'était pas nécessaire, sauf en cas d'extrême danger, de suivre le gouvernement républicain vers une autre ville27. Le cabinet, présidé par le socialiste Largo Caballero, envisageait, en effet, de se réfugier à Valence. Si l'entrée des franquistes apparaissait inéluctable, le consul et le chiffreur devaient attendre à l'ambassade. S'il leur fallait cependant s'éloigner, ordre était donné de détruire les tables codées et les pièces les plus confidentielles, l'édifice de la rue Salustiano Olózaga devant alors être confié à la garde d'un compatriote de toute confiance28. À la mi-octobre, deux cent cinquante Français furent encore évacués vers Alicante, mais plus d'une centaine refusait de quitter la ville29. Soutiras était de ceux-là. En compagnie de Joaquín Díaz, il demeurait fidèle au poste.

  • 30 Ce cri de résistance n'est évidemment pas une nouveauté. Déjà, les volontaires espagnols de l'armée (...)

12L'étau se resserrait autour de Madrid. Pour Largo Caballero, il n'était plus question de reculer ! Dès juillet, Dolores Ibarruri - la « Pasionaria » - avait clamé : « ¡No pasarán ! »30. Des Brigades internationales étaient, alors, en voie de formation dans la ville d'Albacete. Le mois de novembre commençait dans la confusion. L'adversaire continuait inexorablement de progresser : entre le 1er et le 5, les bourgs de Brunete, Pinto, Villaviciosa de Odón, Getafe, Leganés, Alcorcón tombaient entre les mains des troupes de Varela, chef de l'armée du centre.

  • 31 SHM-Madrid, Archivo de la Documentación de la Guerra de Liberación, 1936-1939, Documentación Nacion (...)

13Ce dernier lança, alors, son ordre général n° 15, conforme aux instructions du Generalísimo, en indiquant à ses chefs d'unité que Madrid serait prise par une manœuvre classique en tenailles : attaques au sud (Carabanchel) et au nord-ouest (Cité universitaire). Un objectif précis avait été fixé : la place de Cibeles (Cybèle). Commissariats, maison du peuple et sièges de journaux avaient déjà été « distribués » aux diverses forces assaillantes, Garde civile, Phalange ou Requetés navarrais31.

  • 32 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 23.11.1936, p. 3 ; vote d'une indemnité à Soutiras, « qui a qu (...)

14Ainsi, les bâtiments de la Cité universitaire étaient-ils condamnés à subir les foudres de la guerre ! Sur ordre du consul de France, Soutiras dut d'ailleurs, abandonner la Casa de Velázquez, le 532. Le jardinier Joaquín Díaz fit de même, en se réfugiant dans le centre-ville.

  • 33 Julio Aróstegui et Jesús A. Martínez, La Junta de Defensa de Madrid, Madrid, 1984, p. 40-43.

15Une Junte de défense avait été formée, sous la présidence du général Miaja, tandis que le gouvernement se réfugiait, comme prévu, à Valence33.

  • 34 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 120-126.
  • 35 Colonel Vicente Rojo, Así fué la defensa de Madrid, Mexico, 1967, p. 63-65. L'auteur était le chef (...)
  • 36 Ibidem, liasse 3, chemise 9, fol. 33-34 : ordre d'opérations du général Varela pour le groupement Y (...)

16La bataille de Madrid - stricto sensu - se développa, dès le 6 novembre, dans les faubourgs méridionaux de Carabanchel et d'Usera34. Le lendemain, dans la soirée, une copie de l'ordre d'attaque tomba entre les mains des républicains : trouvé sur le cadavre d'un chef de compagnie de chars, il fut aussitôt transmis à l'État-major de défense35. Ignorant ce fait, Varela organisa les forces qui devaient se lancer, sur le flanc gauche, à l'assaut de la Casa de Campo. En conformité avec le plan originel, les objectifs des quatre colonnes étaient clairement fixés : il fallait atteindre le Manzanares, le traverser, puis se diriger vers la Cité universitaire et le parc de l'Ouest36.

  • 37 « Edgar André », du nom d'un militant belge anti-fasciste, décapité en Allemagne, le 4.11.1936, éta (...)

17Sachant les intentions de l'assaillant, Miaja et son adjoint, Rojo, déplacèrent quelques troupes disponibles vers le « bois de Boulogne » madrilène : parmi elles, la XIème Brigade internationale, fraîchement arrivée dans la capitale. Composée de trois bataillons, aux noms évocateurs, « Edgar André », « Commune de Paris » et « Dombrowski », cette unité était dirigée par Émil Kleber37.

  • 38 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 299-317. Ces combats sont décrits dans un intére (...)

18Du 8 au 14 novembre, la Casa de Campo fut âprement disputée. Attaques et contre-attaques se succédèrent entre les arbres, les buissons et les fossés de cet ancien domaine de chasse royal. Les forces nationalistes purent, néanmoins, s'emparer du point culminant, le Cerro Garabitas (670 m), et y installer quelques pièces d'artillerie. Regulares marocains et légionnaires se frayèrent un dur chemin jusqu'au Manzanares, qu'ils atteignirent à l'issue d'une semaine de lutte intense38.

  • 39 AAF-Madrid, carton 568 : lettre manuscrite de Dumas (Bordeaux) à Arnould (Ciboure), 9.11.1936, et c (...)

19Le monde extérieur, informé par de rares représentants de la presse internationale, retenait son souffle. À Bordeaux, François Dumas - on l'imagine sans peine - était inquiet : il avait lu, dans les journaux du 9, que les combats se déroulaient aux abords de la Cité universitaire. Il s'enquit du sort de la Casa de Velázquez auprès de l'ambassade de France, réfugiée à Ciboure, dans les Basses-Pyrénées. Une première réponse se voulut rassurante : on se battait dans la Casa de Campo, non pas dans la Cité universitaire. Mais la proximité du front poussa Herbette lui-même à tempérer le propos précédent : l'édifice français de la Moncloa semblait avoir quelque peu souffert. « Les tours, le premier étage et la façade ouest ont été atteints par cinq obus de 105 et par le feu de l'infanterie “nationale”. Votre appartement et les salles d'exposition sont intactes. Il en est de même pour les œuvres d'art, qui avaient été mises dans les sous-sols »39.

20L'artillerie du Garabitas, sans doute... qui, désormais, tenait la zone sous son feu. Miaja avait, précisément - le 13 - donné l'ordre à l'ensemble des forces à sa disposition de reconquérir les positions perdues sur tout le front de Madrid. Trente mille hommes avaient été rassemblés pour cette ambitieuse opération, qui fut un échec.

  • 40 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 317-319.

21Le lendemain - 14 novembre - fut plus calme, chaque camp reprenant haleine, mais les franquistes menaçaient les deux ponts, ferroviaire et routier, du Manzanares, après avoir traversé, sur quelques centaines de mètres, la voie de chemin de fer Madrid-Irun. Sur un étroit secteur, les ennemis n'étaient plus séparés les uns des autres que par le cours d'eau. La Cité universitaire était alors offerte aux ambitions de l'assaillant. Celui-ci, épuisé, mais encore redoutable, avait reçu des renforts à travers la Casa de Campo40. La journée du 15 s'annonçait décisive.

  • 41 Ibidem, p. 326-327. SHM-Madrid : Partes Oficiales de guerra 1936-1939, t. 2 : Ejército de la Repúbl (...)
  • 42 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 305, parlent de panique dans la colonne catalane Lli (...)
  • 43 SHM-Madrid : Documentación Nacional, liasse 642, chemise 18 : Journal d'opérations du 3ème Tabor de (...)

22Dans un nouvel ordre d'opérations, plus modeste que celui de l'avantveille, l'État-major de la défense de Madrid avait fixé pour objectif la seule récupération de la Casa de Campo. Au centre du dispositif, les hommes de Durruti devaient foncer droit sur le Garabitas. Cette action ne put cependant prospérer. Dès le matin, en effet, les forces de la colonne Asensio, après une préparation d'artillerie et un bombardement aérien, se lancèrent à l'assaut des deux ponts. En vain. Les hommes de la IVème Brigade Mixte, bien retranchés, leur interdirent tout espoir, de ce côté-là. Les ouvrages furent dynamités41. C'est pourquoi il fallut aux Marocains chercher un passage, un peu en amont. Et ils le trouvèrent dans l'après-midi, à trois cents mètres environ ! Malgré l'échec d'une compagnie de chars, qui s'enlisa dans le lit de la rivière, des éléments du 3ème tabor des Forces indigènes de Tétouan n° 1 purent parvenir sur la rive gauche, au prix de lourdes pertes infligées par les Catalans de Durruti. L'impétuosité des assaillants provoqua la débandade des républicains, qui se retirèrent vers la première ligne d'édifices de la Cité42. Et les soldats d'Asensio de remonter la pente du Manzanares, au pas de charge... Suivons, grâce à son journal d'opérations, la progression de cette unité de pointe. « 15 novembre, après préparation d'artillerie et attaques aériennes - passage du Manzanares - tête de pont à 15 h 00 avec 2ème, puis 3ème compagnie, puis État-major, mitrailleuses et machines d'accompagnement, puis 1ère compagnie. À 16 h 00, le Tabor, complet, est passé. Après violent assaut, avec soutien artillerie, prise de l'École d'architecture et de la Casa de Velázquez. Service de sécurité installé. Sentinelles. Capture de prisonniers et saisie d'un important dépôt de vivres, ustensiles et vêtements. La 1ère compagnie passe devant et va s'installer à la Casa Velázquez. Le reste du Tabor reste dans l'École d'architecture. Le Tabor a eu 15 hommes mis hors combat »43.

  • 44 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 304 : conversation télégraphique de Miaja (Madrid) a (...)
  • 45 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 328-332, ne mentionne que l'École d'architecture (...)

23Ainsi, la rupture sur un front très réduit avait réussi ! Des unités républicaines d'infanterie et de chars tentèrent, depuis Aravaca, de contenir sans succès cette infiltration. Le document que je viens de citer parle de « violent assaut », de « prisonniers » et de « dépôt » de matériels divers. En d'autres termes, veut-il signifier que la Casa de Velázquez fut prise entièrement, dès l'après-midi du 15 novembre44 ? Le meilleur spécialiste des opérations militaires penche, à tort, en faveur du lendemain45.

  • 46 Michal Bron, Eugeniusz Koslowoskí et Maciej Techniczek, Wojna Hispánska (Guerre d'Espagne), 1936-19 (...)
  • 47 Julián Zugazagoitia, Guerra y vicisitudes de los Españoles, t. 1, Paris, 1968, p. 211, qui ne date (...)

24Aucun témoignage de combattants ou de « politiques », aucun ouvrage historique, après étude minutieuse, ne permet cependant de mettre en doute le journal d'opérations précité. C'est ici qu'interviendrait l'héroïque défense de la Casa de Velázquez par la troisième compagnie du bataillon Dombrowski46. Le « violent assaut » aurait donc eu lieu contre cette unité, qui résista quelque temps, avant d'etre aneantie. Le fait n'est nullement avere, maigre l'emphase de certains témoignages47.

  • 48 Malgré de multiples contacts avec des anciens des Brigades, Français, (Gérard-Arthur London, Jean C (...)
  • 49 SHM-Madrid, Documentación Nacional, liasse 642, chemise 16 : Journal d'opérations du 1er Tabor des (...)
  • 50 Adelardo Fernández Arias, La agonía de Madrid, Saragosse, 1938, p. 57. SHM-Madrid, Documentación Na (...)

25Les rares survivants polonais - sept, dit-on - purent-ils se dégager ou furent-ils faits « prisonniers » ? Aucune précision n'est fournie sur la date et le lieu exacts des adversaires, à l'intérieur même de l'enceinte du terrain et du bâtiment de la Casa. Ce qui est sûr, c'est l'axe d'arrivée des Marocains qui venaient, par bonds successifs, de l'École d'architecture, donc de l'ouest. Entrèrent-ils par la porte principale ou par les jardins48 ?... Quoi qu'il en soit, le fait essentiel demeure, pour notre sujet, la chute du palais « français » de la Moncloa aux mains des rebelles. Un autre tabor vint renforcer l'unité qui s'était emparé de ces premiers édifices49. Très rapidement, un communiqué du Généralissime fit état de cette conquête, prémice d'une avancée victorieuse vers le centre de la ville. L'ordre de Varela était clair : il fallait maintenant atteindre l'Hôpital-clinique et la caserne de la Montaña50 !

  • 51 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 306-307 : conversations Miaja-Asensio, 15.11.1936, à (...)
  • 52 SHM-Madrid : Journaux d'opérations des deux Tabors, cités notes 43 et 49, feu intense des mitraille (...)

26Dans le camp républicain, confusion et consternation régnaient, ainsi qu'en témoignent les conversations des membres de l'État-major de la défense de Madrid avec le ministère de la Guerre, à Valence51. Mais, dans la matinée, les Marocains durent subir une violente contre-attaque menée par des unités catalanes et internationalistes'52. C'est à partir de ce jour-là que la façade de la Casa fut pilonnée par l'artillerie républicaine...

  • 53 AAF-Madrid, carton 568 : copie lettre Herbette (Ciboure) à Dumas (Bordeaux), 16.11.1936, en réponse (...)

27Herbette, qui avait écouté la radio nationale dans la soirée du 15, avait appris que l'édifice était occupé par les troupes de Franco. Il semblait, néanmoins, très difficile, au consul Neuville de se renseigner sur l'étendue des dommages subis, « il faut attendre que la zone du combat se soit éloignée dans un sens ou dans l'autre »53.

Fig. 6 – Pénétration dans la Cité Universitaire de Madrid, 1936.
Source : J. M. Martínez Bande, La marcha sobre Madrid

  • 54 SHM-Madrid : Documentación Nacional, liasse 462, chemise 12 : Journal d'opération 6eBandera del Ter (...)
  • 55 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 309. Session du 16.11.1936, à 19 h 00 : préparation (...)
  • 56 Nous disposons de deux témoignages de combattants allemands anti-fascistes. Bocio Uhse, Die erste S (...)

28Après avoir reçu des renforts - la 6èmeBandera de la Légion notamment54 - les regulares reprirent leur progression le 17 novembre : l'asile Santa Cristina et l'Hôpital-clinique, ainsi que l'Institut national d'hygiène furent occupés, à partir de la Casa de Velázquez, tandis que, plus au sud, depuis l'École d'architecture, les assaillants s'emparèrent de plusieurs bâtiments, en bordure du Parc de l'Ouest. Une petite unité mixte - infanterie-blindés - put même s'infiltrer jusqu'aux abords du Paseo del Pintor Rosales, mais elle fut repoussée. Après l'échec de leur première contre-attaque, les républicains se lancèrent à nouveau vers les bâtiments occupés par leurs adversaires55. Ainsi, le 19, le bataillon « Edgar André » - de la XIème Brigade internationale - tenta de reprendre la Casa de Velázquez, en débouchant du nord-ouest, depuis la Faculté des lettres56.

  • 57 Geoffroy Cox, The defence of Madrid, Londres, 1937, p. 137 : « making excellent natural fortress ». (...)

29Désormais, l'édifice français, avec ses deux tours bien reconnaissables, apparaissait comme une forteresse inexpugnable57.

  • 58 SHM-Madrid : Journaux d'opérations des deux Tabors, cités note 52, à la date des 20 et 21.11.1936. (...)
  • 59 AAF-Madrid, carton 568 : t. n° 852 et 853, MAE-Paris à Ambassade (Ciboure), 21.11.1936. Communiqué (...)
  • 60 Extrait de la chanson républicaine ¡Madrid ! ¡Qué bien resistes ! qui fut reprise, à la fin de la g (...)

30Malgré leur épuisement, les Tabors qui s'en étaient emparés eurent encore la force de prendre d'assaut, le lendemain, le Palacete de la Moncloa58. Puis le front de la Cité universitaire se stabilisa définitivement. L'artillerie républicaine s'acharnait sur la Casa dont la position centrale, au cœur de la poche ennemie, constituait une cible parfaite. Touchée par des obus incendiaires, elle fut, bientôt, la proie des flammes, les 19 et 20 novembre59. Une chanson républicaine le clamait bien fort60.

« La Casa de Velázquez

« La Casa de Velázquez

- ¡mamita mía ! -

- bonne mère ! -

se cae ardiendo

s'écroule en brûlant

con la Quinta columna

avec la cinquième colonne

- ¡mamita mía ! -

- bonne mère ! -

- metida dentro. »

fourrée dedans. »

  • 61 Cesar Falcón, Madrid, Madrid, 1938, p. 302-303.

31Ce refrain de résistance - avec une cinquième colonne curieusement... en dehors de la ville - nous montre l'acharnement des combats qui, pendant plus de huit jours, avaient embrasé le plateau de la Moncloa. En effet, le 23 novembre, à l'issue d'une réunion avec ses généraux, Franco suspendit toute action offensive. « Insatiablement, la Cité universitaire boit le sang des héros. C'est l'humanité entière qui conquiert son destin... Les adversaires se regardent, comme deux gladiateurs fatigués »61...

  • 62 Agustín de Foxá, El almendro y la espada. Poemas de paz y de guerra, Saint-Sébastien, 1940, p. 119. (...)

32Dans sa « croisade », le Generalísimo avait su utiliser « ses Maures » impétueux ! « Abdelacid... je sais que tu tomberas une nuit et Allah, seul, sait dans quelle bataille... Peut-être dans la Cité universitaire. Je sais que ton corps défend mes cloches, mes livres, mes objets précieux... ô Espagnol à la peau basanée »62.

  • 63 Louis Delaprée, Le martyre de Madrid, Paris, 1937, p. 30-31 et Juan Urra Lusarreta, En las trincher (...)
  • 64 Au sujet de la bataille aérienne, Patrick Laureau, La aviación republicana española, Toulouse, 1970 (...)

33La pluie qui s'abattait sur la région de Madrid depuis plusieurs jours avait transformé la zone en bourbier63. Les opérations aériennes avaient été suspendues64. Un calme précaire régnait de nouveau.

  • 65 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, lundi 23.11.1936.
  • 66 EHEH-RA, 1935-1936, p. 225, qui reprend cette idée de location.
  • 67 Ce dossier est très épais (1936-1948). Les premières demandes d'indemnisations, centralisées par F. (...)
  • 68 AP-Legendre, Tréveneuc : « Voyage au Maroc espagnol, du 20 au 25.11.1936 », 2 fol. dactylographiés.

34Le jour même où les franquistes abandonnaient leur assaut, le Conseil d'administration de la Casa Velázquez se réunit à Paris65. Avec aplomb, les membres présents, sur proposition de Lacaze, décidèrent de faire appel aux autorités françaises pour que fût reconstruit, sans retard, l'édifice détruit ! L'or de la Banque d'Espagne, transféré au nord des Pyrénées, pourrait être, en partie, utilisé à cet effet. L'œuvre ne pouvait être interrompue : des demi-bourses seraient, d'ailleurs, distribuées à ceux qui devaient partir. Un local serait loué à Madrid, afin de permettre la reprise des activités de la maison66. En attendant, il fallait songer à indemniser ceux qui avaient subi des pertes à la Moncloa67. Ainsi sous le triple signe de la réinstallation, de la reconstruction et des réparations, le destin de la Casa s'avérait incertain. Combien de temps durerait cette guerre civile ? Dumas avait espéré qu'elle fût vite terminée, mais sa prudence ne nous indique pas, explicitement, pour quel camp il souhaitait une issue favorable. Legendre, quant à lui, était en voyage au Maroc espagnol, berceau de ce soulèvement qui devait régénérer l'Espagne tombée aux mains des révolutionnaires68...

  • 69 AAF-Madrid, carton 563 : copie t. n° 1463 et t. n° 1482 Herbette (Ciboure) à MAE-Paris, 22 et 25.11 (...)
  • 70 Ibidem, lettre de Dumas (Bordeaux) à Arnould (Ciboure), 29.11.1936.

35Pour Herbette, la destruction de la Casa était une perte financière considérable. Et il ne fallait pas s'attendre à des indemnités, ni du gouvernement de Burgos, ni du gouvernement de Valence, le bâtiment de la Moncloa ayant vraisemblablement été détruit par les deux parties, malgré les propos de Queipo de Llano, à la radio nationaliste, qui affirmait que la seule coupable était l'artillerie républicaine. Peu après, la même radio devait démentir que la Casa eût été reprise par les défenseurs de Madrid et réduite à l'état de ruines69. Toute vérification sur place s'avérait naturellement impossible pour le consul de France. Qu'étaient devenus livres, objets d'art et tableaux ?70...

  • 71 SHAT-Vincennes, carton 7N2754 : d. n° 351 et 352-A, Morel (Madrid) à MDN-Paris, 26.11.1936, secret (...)

36L'attaché militaire Morel, toujours présent dans la capitale espagnole, se préoccupait d'organiser, alors, la protection des réfugiés espagnols et français. Ses rapports, dans l'ensemble très exacts avaient permis aux autorités de Paris de suivre le déroulement des combats aux portes de la ville, durant tout le mois de novembre. Ses pronostics initiaux, favorables aux nationalistes, avaient été déjoués par une résistance, selon lui, inattendue71.

  • 72 C. Falcón, ouvr. cité, p. 303.
  • 73 D. Ibarruri, ouvr. cité, p. 319 ; également J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 86 et 33 (...)

37Dans la Cité universitaire, tout un vaste complexe de tranchées était en voie d'installation. « Les lignes forment un réseau de méandres sur la tortueuse superficie du champ de bataille... Les pelles et les pics sont plus insatiables que les fusils »72. La Pasionaria participa à ces travaux, pour lesquels les habitants valides furent réquisitionnés, moyennant quelques indemnités73.

  • 74 J. Moreno Dávila, ouvr. cité, p. 99.

38Dans une situation précaire, les nationalistes firent de même autour des édifices conquis74.

  • 75 Comité international d'aide au peuple espagnol, Collectif des Volontaires Internationaux de la Libe (...)

39Ainsi, la bataille de Madrid, à la fois Verdun et Valmy, avait sauvé provisoirement le régime légal75. Mais, pour certains observateurs, cet échec de Franco prolongeait la guerre, une guerre qui, dans cet étroit secteur, allait prendre, dès la mi-décembre, l'aspect d'une lutte souterraine, avec ses opérations de mines et ses coups de main.

  • 76 Estado Mayor Central del Ejército, Guerra de Minas en España 1936-1939, Madrid, 1948, 134 p. Publié (...)
  • 77 Il serait intéressant de repérer l'apparition de la Casa dans les documentaires-actualités tournés (...)

40La Casa n'était guère éloignée des premières tranchées républicaines : trois cents mètres environ76. Cette brèche dans la Cité universitaire allait, au fil des années, devenir la vitrine de l'esprit de résistance : politiciens, journalistes et cinéastes du monde entier vinrent en contempler l'impressionnant paysage77.

  • 78 La Casa, début novembre, arborait la bannière française, qui induisit en erreur certains témoins. M (...)
  • 79 AAF-Madrid, carton 568 : divers t., du 17. au 30.11.1936. Voir aussi R. Paris, Souvenirs, p. 10-12, (...)
  • 80 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : note n° 107, MAE à MDN-Paris, 12.1.1937, confidentielle.
  • 81 La seconde guerre mondiale avait débuté à Madrid ! Outre les ouvr. cités d'É. Témime, voir son arti (...)
  • 82 SHAT-Vincennes, carton 7N2754 : d. n° 356-A, Morel (Valence) à MDN-Paris, 4.12.1936.

41La ville même avait aussi souffert des bombardements de l'aviation et de l'artillerie franquistes. Outre la Casa78, divers bâtiments français avaient été touchés : l'ambassade elle-même avait reçu une bombe incendiaire, le 15 novembre. À trois reprises - le 17, le 24 et le 25 - l'église et le collège de Saint-Louis furent gravement endommagés. Le lycée eut aussi à déplorer un impact, heureusement léger79. En janvier 1937, la Maison de France, qui regroupait les locaux de la Chambre de commerce et du Cercle français, fut victime d'un bombardement. Les Britanniques virent également leur ambassade durement touchée80. Manifestement, l'air de Madrid était malsain. L'aviation nationaliste disposait, en effet, de nombreux bombardiers. La guerre d'Espagne était bel et bien une campagne d'expérimentations pour Hitler et Mussolini81. Dans l'un de ses rapports, Morel précisait cependant que, selon lui, « le bombardement de Madrid montre clairement l'incapacité de l'arme aérienne à obtenir la décision »82.

  • 83 AABA-Paris, Fonds CV : dossiers de liquidation, 1936-1941, sociétés Michon-Pige-Peigné et Douane-Bo (...)

42À Paris, tandis que les responsables de la Casa tentaient de liquider les travaux d'une institution déjà détruite, les ministères des Affaires étrangères et de l'Éducation nationale leur prodiguèrent d'aimables paroles, quant à la reconstruction de l'édifice sinistré. La présidence du Conseil accusa aussi réception de la lettre qu'avait adressée Widor à Léon Blum83.

  • 84 Ibidem, lettre dactylographiée de Zay (MEN) à Lacaze (CRFE), 14.1.1937. Il « donnait l'assurance qu (...)

43Lacaze, qui venait d'être élu à l'Académie française, et le sénateur Maurice de Rothschild, qui allait bientôt l'être à l'Académie des beaux-arts, vinrent exposer au ministre de l'Éducation nationale les difficultés de la Casa. Mais les temps n'étaient guère favorables aux promesses fermes, ainsi que le démontra la réponse écrite de Jean Zay84.

  • 85 J. M. Martínez Bande, La lucha en torno de Madrid, Madrid, 1968, 242 p. Ce volume traite des opérat (...)
  • 86 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : CR journaliers de Morel (Madrid) à MDN-Paris, du 16 au 19.1.1937.
  • 87 Marcelo Gaya y Delrue, Combattre pour Madrid, Paris, 1964, p. 96-101. Officier nationaliste du géni (...)

44En Espagne, la ville de Madrid n'avait nullement cessé d'être, pour Franco, un objectif prioritaire : la zone de combats dans une nouvelle offensive déclenchée en décembre, était centrée autour de Brunete et de la rivière Guadarrama, plus à l'ouest85... mais elle valut aux édifices de la Cité universitaire quelques bombardements supplémentaires en représailles86. La position des forces franquistes y demeurait précaire87. La tentative de débordement à l'ouest ayant échoué, en janvier, une autre fut lancée, deux mois après, à l'est, vers Guadalajara (8-21 mars). Ce nouveau revers découragea Franco qui décida de porter ses efforts vers la zone cantabrique. Madrid ne tomberait donc pas !

  • 88 AR-Bordeaux, registre CU n° 6, séance du 26.2.1937, p. 10-12. Durant la même session, le CU décida (...)
  • 89 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Terracher (Bordeaux) à Le Sidaner, président de l' (...)

45La guerre avait détruit matériellement la Casa, mais l'institution demeurait. Pourtant, dès février 1937, le Conseil de l'université de Bordeaux décida de s'en retirer. Les raisons ? D'abord, de juillet à novembre 1936, aucune disposition n'avait été prise par les responsables de la Casa afin que fût préservée la bibliothèque. Ensuite, l'EHEH avait perdu son autonomie dans les années précédant la destruction de l'édifice. Enfin, les boursiers ne pouvaient plus en tirer profit pour leurs recherches. En conséquence, le Conseil dénonça l'accord de 1928 avec l'Académie, jamais approuvé officiellement, précisait-il. L'EHEH s'installerait dans un autre local, acheté ou loué par l'université seule. La subvention du Quai d'Orsay qui n'était plus « détaillée » depuis 1933 serait de nouveau versée à Bordeaux. Georges Cirot avait été réélu directeur pour trois ans88. Cette décision de rupture fut communiquée par le recteur Terracher au Quai Conti89.

  • 90 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 23.1.1937, p. 187-191.
  • 91 Ibidem, séance du 19.12.1936, p. 172-179 : rapports anti-modernistes du peintre Sabatté et du grave (...)
  • 92 J. Laurent, ouvr. cité, p. 136-145.

46Nouvel émoi pour l'Académie, à laquelle l'Éducation nationale venait, par un décret du 22 janvier, de retirer le pouvoir de présentation au poste de directeur de la Villa Médicis ! Le bon renom de l'art français était ainsi mis en péril90 ! Mais cette atteinte supplémentaire à son rayonnement ne fut même pas évoquée en séance ! Soucieux de faire place à l'art moderne91, le gouvernement Blum avait tenté de réagir, notamment lors de l'Exposition internationale qui se tint, cette année-là, dans la capitale française92. Le pavillon espagnol y présenta une œuvre de Picasso, qui allait devenir, au fil des années, le tableau-fétiche du XXe siècle : Guernica.

  • 93 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée de Terracher à Dumas, 11.3.1937 et lettre manusc (...)
  • 94 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 13.3.1937, p. 202, levée en signe de deuil.

47François Dumas avait été, lui aussi, avisé de la décision bordelaise. Il accusa réception... sans commentaires et indiqua qu'il en informait le président du Conseil d'administration de la Casa de Velázquez93. Mais Widor mourut le 12 mars, en son appartement de la rue de Belloy. L'architecte Pontremoli fut chargé de l'intérim du secrétariat perpétuel94. Souffrant depuis plus d'un an, le compositeur avait abandonné progressivement à l'amiral Lacaze sa fonction à la tête du Conseil de la Casa. Son décès ajoutait le funeste au pathétique. Le « frère quêteur » n'était plus... L'œuvre madrilène était, bien tragiquement, menacée d'extinction, mais Lacaze veillait désormais... D'ailleurs, le Quai d'Orsay manifesta son total désaccord à la formule proposée par les Bordelais. Le directeur des Affaires politiques, Paul Bargeton, menaça l'EHEH d'une réintégration... dans le cadre de l'Institut français de Madrid ! « Il faudrait alors envisager une association des universités de Toulouse et de Bordeaux, qui vous paraîtrait peut-être présenter certaines difficultés... » écrivit-il, non sans ironie, à Terracher. La meilleure solution ne serait-elle pas dans l'attente de l'éclaircissement de la situation en Espagne ?

  • 95 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée de Bargeton (MAE-Paris) à Terracher (Bordeaux), (...)
  • 96 AP-Braunwald, Paris : programme de l'exposition, Galerie des Beaux-arts, 140 rue du Faubourg Saint- (...)

48Dans sa réponse, le recteur fit savoir que, dans l'actualité, le Conseil d'université confirmait sa position initiale, mais en vertu des « bonnes dispositions » du ministère des Affaires étrangères, prêt à verser directement à l'université la somme imputée pour l'EHEH, celle-ci pourrait être reconsidérée si devait être prise une décision de reconstruction95. Tandis que les six pensionnaires de l'EHEH recevaient, en deux versements, leur bourse annuelle, l'Association des anciens de la Casa de Velázquez organisa, en avril, une seconde exposition dans une galerie parisienne. Cette manifestation, quelle qu'en fût la qualité, avait l'immense mérite de ne pas laisser l'œuvre sombrer dans l'oubli96.

  • 97 AABA-Paris, Fonds CV : lettres des sociétés Michon-Pige-Peigné et Douane-Bonhommé, de 1936 à 1941.
  • 98 Ibidem, lettre dactylographiée de J. Zay à Lacaze, Paris, 25.5.1937.

49Les entrepreneurs, quant à eux, ne tenaient nullement à faire les frais de l'incapacité financière de l'Institut de France à liquider promptement les travaux réalisés avant juillet 1936. Les deux principaux créanciers se manifestaient à intervalles réguliers97... Jean Zay obtint de Vincent Auriol, son collègue des Finances, un soutien de principe pour un nouveau - et ultime - crédit de 600.000 F, bien qu'aucun collectif budgétaire n'ait été prévu, après la dévaluation d'octobre 193698.

  • 99 José M. Borras Llop, Francia ante la guerra civil española. Burguesía, interés nacional e interés d (...)
  • 100 AMAE-Paris, série SOFE, carton 285 : d. n° 656, Herbette (St-Jean-de-Luz) à MAE-SOFE (Paris), 5.7.1 (...)
  • 101 AAF-Madrid, carton 451, dossier IFB 1919-1944 : lettres de Langlade, directeur IFB (Barcelone) à He (...)

50Eté 1937... anniversaire du soulèvement anti-républicain. La prolongation du conflit, en approfondissant les ruptures dans l'opinion publique mondiale, obligeait le gouvernement français à permettre certaines ouvertures vers l'Espagne nationale99. Aucun contact officiel n'existait, mais les franquistes disposaient, à Saint-Jean-de-Luz, d'une « antenne » diplomatique discrète : en réalité, un consulat qui délivrait surtout aux journalistes « compréhensifs » les visas nécessaires. Dumas, au nom du Comité des écoles, vint présider des jurys d'examens dès juin 1937, à Saint-Sébastien et à Saragosse. Son rapport fut adressé par Herbette au Quai d'Orsay ! Le réseau des écoles françaises se reconstituait progressivement dans la zone franquiste : en Galice, en Andalousie occidentale, à Ténériffe et à Majorque100. Sur le territoire du gouvernement légal, les activités culturelles non religieuses fonctionnaient correctement, sauf à Madrid, naturellement101.

  • 102 EHEH-RA, 1936-1937, p. 235-245. On assista à une reprise réelle des publications entre 1936 et 1938 (...)

51L'urgence d'une décision s'imposait au sujet de la Casa. Georges Cirot s'en fit l'apôtre dans son rapport annuel : perte de la bibliothèque et de certains travaux de pensionnaires, pas de possibilités de recherches sur place, pas de nominations nouvelles, « on pourrait se demander si la vie de l'EHEH ne va pas être interrompue ». Rappelant le principe de la fondation, en 1909, le directeur affirmait : « Je ne l'ai jamais conçue comme un bâtiment... Un centre d'études, oui... mais sa pierre angulaire n'est pas la pierre de taille. Ce qui compte, pour l'effet, ce n'est pas une façade ; du moins, pas cela seulement ; c'est la production, la publication »102.

  • 103 AABA-Paris, Fonds CV : projet manuscrit du PV de la commission administrative, 22.7.1937. Voir auss (...)

52Dans une réunion, tenue le 22 juillet, la commission de la Casa se proposa de nommer des boursiers, mais où les envoyer ? L'Académie suggéra Saragosse, le Portugal ou le Maroc français103.

  • 104 AV-Paris, Direction des Affaires Culturelles : extrait PV du conseil municipal de Paris, 31.12.1936 (...)
  • 105 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée, MAE à Lacaze, 2.8.1937.
  • 106 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 29.12.1923, p. 461.
  • 107 Ibidem, registre 2E26 : séance du 16.10.1937, p. 250.
  • 108 Ibidem, séance du 30.10.1937. Lecture d'une lettre de Dumas (Bordeaux, 29.10.1937) par Lacaze. Cett (...)
  • 109 Né en 1860, Lucien Lacaze avait, alors, 78 ans. Il avait été ministre de la Marine de 1915 à 1917.
  • 110 Boschot, né en 1871, était musicologue. Spécialiste de Berlioz, il avait longtemps tenu la critique (...)
  • 111 Ibidem, séance du 10.7.1937, p. 236 : legs Widor accepté, provisoirement, à l'unanimité. En février (...)

53La ville de Paris, qui avait choisi le peintre Jean Even, un an auparavant, avait décidé, en décembre de lui maintenir sa bourse pour effectuer un voyage en Afrique du Nord française104. Consulté, le Quai d'Orsay conseilla fermement le choix du Maroc : les autres perspectives paraissaient, pour le moins, inopportunes105. Déjà, en 1923, l'Académie, à travers les subventions du Protectorat, avait espéré qu'un jour les artistes français de la Casa pussent être accueillis dans la ville de Fez106. La voie du Maroc était tracée. L'accord du résident général Nogués à la demande de Lacaze fut rapide et cordial. Il y avait possibilité de prendre pension, soit dans la partie européenne, soit dans le quartier indigène107. Dumas fut chargé d'une mission de reconnaisance, qui eut lieu du 19 au 28 octobre108. Grâce à l'aide des autorités locales, le directeur de la Casa avait pu trouver un logement dans la ville nouvelle de Fez, au Grand Hôtel : les jeunes artistes, choisis dès juillet, y seraient installés de façon très satisfaisante. Désormais, l'horizon s'éclaircissait : l'énergie de l'ancien ministre de la Marine qu'était Lacaze n'y était pas étrangère109. Le nouveau secrétaire perpétuel, Adolphe Boschot, lui avait volontiers laissé la place présidentielle, en cette délicate période pour l'avenir de l'institution110. Son prédécesseur, Widor, n'avait d'ailleurs pas oublié celle-ci. Son testament, communiqué par Me Ader, notaire, stipulait que l'Institut de France recevrait ses partitions et des ouvrages musicaux, destinés à la Villa Médicis ; quant à la Casa, elle serait la récipiendaire de sa bibliothèque non musicale et d'un portrait de lui, réalisé par Bonnat, en 1922111.

  • 112 AP-Legendre, Tréveneuc : Commentaires d'Espagne, 81 p. dactylographiées et 41 p. manuscrites. Ils c (...)
  • 113 Le dossier J. Chevalier-M. Legendre se trouve dans AMAE-Nantes, série SOFE, carton 286. Un plan de (...)
  • 114 J. M. Borras Llop, ouvr. cité, p. 361-389.
  • 115 M. Bertrand de Muñoz, ouvr. cité, p. 15, et J. M. Borras Llop, ouvr. cité, p. 16. Voir aussi BH, n° (...)

54Le départ des pensionnaires était prévu par voie maritime à la fin de ce mois de novembre 1937. François Dumas, Maurice Legendre, Isabelle Paris, Jean-Baptiste Soutiras et sa femme les accompagneraient. Mais, à quelques jours de l'embarquement, éclata un incident, relatif à l'attitude « philo-franquiste » de Legendre. Celui-ci, qui venait de réécrire ses « Commentaires d'Espagne », perdus dans la destruction de la Casa, avait été surpris en flagrant délit de collaboration culturelle avec l'Espagne nationale112. Le 22 novembre, Le Journal des Débats annonça, en effet, que Jacques Chevalier avait été chargé par Franco de réorganiser l'Instruction publique dans les territoires sous son contrôle. Le doyen de Grenoble fut convoqué par Jean Marx, au Quai d'Orsay. De ses explications, il ressortait que Legendre l'avait mis, en effet, en contact avec un émissaire du Generalísimo. Pour l'adjoint de Dumas, Jean Zay avait perdu son sang-froid, face à une simple consultation d'un « ami espagnol ». Chevalier et lui avaient exprimé quelques simples suggestions... rien de plus. Il se sentait fier - écrivitil à Lacaze - d'avoir collaboré à cette esquisse de réforme de l'enseignement en Espagne. Le quotidien parisien avait dénaturé la réalité des faits. Legendre fut aussi entendu au Quai d'Orsay, le vendredi 26. On lui reprocha son manque de réserve, mais l'affaire, évoquée, le lendemain, en Conseil des ministres, fut classée. Il parut inopportun de prendre des sanctions113. Les troupes franquistes avaient, en effet, « liquidé », un mois auparavant, le front nord, en s'emparant de Gijón et Avilés, dans les Astúries... En outre, les pressions des milieux économiques en faveur d'une reconnaissance de l'Espagne nationale se multipliaient, à travers de nombreux organes de presse et des groupements de plus en plus divers114. Le 25 octobre avait été fondée la revue Occident. Bimensuel dirigé par Juan Estelrich, « l'ami espagnol », il s'appuyait sur un Comité intellectuel de l'Amitié de la France et de l'Espagne, qui « ne pouvait faire autrement que de souhaiter le triomphe de la civilisation contre la barbarie, l'ordre et la justice contre la violence, la tradition contre la destruction, les garanties de la personne contre l'arbitraire ». Parmi les signataires de ce manifeste, publié le 10 décembre, figuraient Weygand, Claudel, Maurras, Legendre et bien d'autres admirateurs de Franco115. L'Institut de France y était largement représenté.

  • 116 Témoignages de Lucienne Fleury, Marseille, 1984, de Rameline Marsan, Pau, 1984, et de Gabrielle Mau (...)
  • 117 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Grand Hôtel, Fez) à Bonnaire (Paris), 23.12.1937
  • 118 Ibidem, séance du CA, 10.11.1937, p. 2.

55Ainsi le directeur-adjoint préparait l'avenir de la Casa, qui reviendrait bientôt au Sud des Pyrénées, dans une nation « régénérée ». Cela ne valait-il pas la peine de manquer le départ du paquebot Marrakech qui emportait, le 1er décembre, les pensionnaires de Bordeaux à Casablanca ? Dumas était-il consentant, face à cet abandon de poste ? En tout cas, selon les pensionnaires, l'accueil au Maroc fut exemplaire116. « Ils sont ravis et se sont remis au travail avec beaucoup d'ardeur » constatait, avec satisfaction, le directeur, qui avait fait ouvrir un compte au Crédit Lyonnais de Fez117. La Casa Velázquez n'avait plus, de palais à sa disposition, mais le travail réalisé dépendait-il du confort ? Un étage du Grand Hôtel, bâtisse coloniale édifiée dans les années vingt, avait été loué pour 4.400 F par mois. Une quinzaine de pièces, dont deux salons-ateliers, était ainsi mise à la disposition des membres118.

  • 119 Ibidem, correspondance ABA-MEN-MF, décembre 1937-juin 1938. Mais la rue de Rivoli résistait pour l' (...)
  • 120 AR-Bordeaux, dossier Institut d'études ibériques, 1937-1938 : extrait PV séance du 7.12.1937, regis (...)
  • 121 AR-Bordeaux, ibidem, copie lettre dactylographiée recteur Bordeaux à MEN-Paris, 14.6.1938, avec pla (...)

56Tandis que l'Académie se démenait pour obtenir le crédit liquidateur des travaux de la Moncloa119, le Conseil de l'université de Bordeaux décidait en cette fin d'année la mise à l'étude de la fondation d'un Institut des hautes études ibériques, qui prendrait en compte, non seulement l'Espagne, mais aussi le Portugal et l'Amérique latine120. Il est évident que la destruction de la Casa Velázquez avait joué un rôle déterminant dans ce projet de création d'une sorte de « Maison des pays ibériques ». L'architecte de la ville, Walter, conçut un vaste bâtiment, avec un vrai patio, qui serait édifié sur un terrain municipal, entre le quai Sainte-Croix et l'École municipale des beaux-arts121. Cet ambitieux projet, aussi grandiose que la Casa, ne put aboutir, faute de moyens et de perspectives : une idée était, cependant, en germe, sur les rives de la basse-Garonne...

57Mais la gravité de l'heure se faisait plus dense. La guerre d'Espagne, civile et internationale à la fois, ne pouvait qu'inquiéter le gouvernement de Paris. Une brochure antifasciste résumait parfaitement la situation : elle dénonçait la mainmise des Allemands et des Italiens sur un régime franquiste vainqueur. Le but ultime des trois voisins totalitaires de la France démocratique ne serait-il pas son asservissement ? Le 12 mars 1938, le rattachement de l'Autriche au Troisième Reich était devenu réalité. La réaction française consista encore en une protestation édulcorée... Une intervention en Espagne fut évoquée, lors d'une session du Comité permanent de la défense nationale : à la question du président du Conseil et de Paul Boncour, nouveau titulaire des Affaires étrangères, les militaires - Gamelin et Pétain - opposèrent un refus catégorique. La Catalogne fut bientôt séparée du territoire central par une offensive des forces de Franco qui atteignirent la mer, le 15 avril, près de Vinaroz, au nord de la province de Castellón de la Plana : le pessimisme le plus profond régnait chez les républicains.

  • 122 Chez Hachette, Paris, 1938, 323 p. Aucune allusion n'est faite à la destruction de la Casa, p. 313, (...)
  • 123 AAF-Madrid, carton 462, œuvres d'art et affaires diverses, 1933-1943 : Mémoire sur l'action, depuis (...)

58Et Legendre pouvait écrire, en exergue de sa Nouvelle Histoire d'Espagne : « À la gloire de cette Espagne, dont l'avenir est aussi grand que le passé ! »122. Il se lança, alors, dans l'organisation de pèlerinages au sud des Pyrénées. Un comité - un de plus, serait-on tenté de dire ! - un Comité France-Espagne, exclusivement catholique, présidé par Lacaze avait été formé. Secrétaire général, le journaliste Charles Pichón en fut la « cheville ouvrière », avec le directeur-adjoint de la Casa. L'abbé Jobit, professeur à l'Institut catholique, ancien membre de l'EHEH, se joignit à eux123.

59Mais Fez appelait Legendre... Fin mars, il y vint remplacer François Dumas, qui s'en alla en métropole, quelque temps. Ce dernier se plaignait de la modestie des crédits : « La vie à l'hôtel manque un peu de charme. C'est un gros sacrifice ». Et l'on peut comprendre cet homme, déjà âgé de soixante-seize ans ! Par contre, la « jeunesse », comme disait en son temps Pierre Paris, semblait enchantée. Deux femmes peintres étaient venues, en janvier et février, se joindre au groupe, qui comptait désormais huit personnes.

  • 124 Témoignages écrits de Jean Even, Paris, 1984, de Guy Morizet, Clairac (Lot-et-Garonne) 1984. Témoig (...)
  • 125 France Tramond recueillait chants, complaintes, travaux d'artisanat : témoignage de G. Morizet, son (...)
  • 126 Témoignages de G. Morizet et M. Flandrin. Les années trente furent marquées par une vigoureuse impu (...)

60Les excursions étaient fréquentes : elles permettaient, souvent, de combiner travaux et loisirs. Ces « expulsés » d'Espagne sillonnèrent donc le pays dans tous les sens. C'était, pour eux, une découverte124. L'impression était « biblique », les lumières contrastées. Les architectes relevaient de nombreux plans d'édifices locaux traditionnels. Les arabisants s'occupaient de textes, mais aussi de folklore125. L'une des jeunes femmes peintres, Marie-Claire Noizeux, joignait à son talent pictural celui de danseuse ! Ancienne du ballet de l'américaine Loïe Fuller, elle avait sillonné l'Amérique du Sud et l'Europe. Passionnée de musique espagnole, elle anima, sous le pseudonyme de La Trianera, de nombreuses soirées. Les fêtes traditionnelles - méchouis en ville, diffas dans les douars - comme les réceptions à l'européenne, étaient fréquentes. Le groupe était l'objet de l'attention des autorités de Rabat et de Fez : d'utiles contacts s'étaient établis avec les personnalités de la vie culturelle du protectorat : Jean Gotteland, directeur de l'Instruction publique, Henri Terrasse, directeur de l'Institut des hautes études marocaines, fin connaisseur de l'Espagne musulmane, Vicaire, directeur du musée des Arts indigènes. Un ancien membre de l'EHEH, Costedoat-Lamarque, contrôleur civil à Mazagan, venait fréquemment rendre visite aux pensionnaires, les initiant à bien des aspects de la vie locale. Les relations avec la population indigène étaient souvent cordiales : ainsi Guy Morizet avait pu lier amitié aussi bien avec des professeurs marocains de l'université qu'avec des petits enfants... qui l'aidaient à tenir la mire pour ses mesures de bâtiments. Pour Marthe Flandrin, les gens de modeste condition, surtout les Berbères, étaient très sympathiques, mais les notables n'aimaient pas trop les Français, lui semblait-il126.

  • 127 Le Journal du Maroc, Fez, 12.5.1938, p. 1 : article communiqué par Mme Conte, Bordeaux, 1984.

61La Casa Velázquez était bien devenue « citoyenne de Fez »127.

  • 128 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Fez) à Bonnaire (Bordeaux), 12.5.1938, et à La (...)
  • 129 Témoignage M.-C. Noizeux : carton de « matinée » de gala, 31.5.1938.

62L'apothéose de cette année écourtée fut, bien sûr, l'exposition des artistes, que le résident général vint inaugurer au Centre culturel des arts décoratifs, le 21 mai 1938. Grâce à la diligence des services municipaux, elle constitua une réussite qui précéda de peu le retour en France128. Un ultime gala de danses espagnoles, avec la Trianera, et l'on rembarqua vers la métropole, le 7 juin129.

  • 130 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (en mer) à Boschot (Paris), 8.6.1938.

63« La Casa laissera un excellent souvenir au Maroc » écrivit le directeur au secrétaire perpétuel130.

  • 131 Ibidem, note du contrôleur des Dépense engagées à SOFE-MAE, contrôle subventions CV, 25.3.1938, et (...)

64Mais, à son retour dans le sud-ouest, il dut répondre au questionnaire méfiant du Contrôle des dépenses du Quai d'Orsay, qui avait estimé que l'institution était bien trop à l'aise dans le Grand Hôtel et qu'il faudrait, en conséquence, réduire les frais... Dumas put aisément réfuter les arguments du service financier, en indiquant que des ateliers étaient en construction dans les jardins de Boudjeloud. Afin d'obtenir une priorité d'utilisation, il avait bien fallu participer au financement. En outre, il n'y avait aucun confort inconsidéré dans le logement du Grand Hôtel. Chaque pensionnaire payait une quote-part mensuelle. Le directeur-adjoint n'avait qu'une simple chambre et la salle de réunion faisait en même temps office d'atelier131...

  • 132 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris), 2 et 7.7.1938.
  • 133 ACV-Madrid, carton 1 : sauf-conduit, MI, Burgos, valable trois mois, à partir du 11.8.1938.
  • 134 AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 265, Français en Espagne 1938-1939 : t. n° 316 (...)
  • 135 Fernando Díaz Plaja, Si mi pluma valiera tu pistola... Los escritores españoles en la guerra civil, (...)

65Comme l'année précédente, François Dumas s'en fut à Saint-Sébastien, pour la session d'examens et la remise des prix dans les écoles françaises. Il y apprit qu'il ne fallait pas compter se réinstaller à Madrid, l'automne prochain, même si Franco était finalement vainqueur132. Pour Legendre, le doute n'était pas permis : le caudillo espagnol serait bientôt triomphant. Ayant obtenu un sauf-conduit, il put ainsi emmener, fin août, 190 personnes en pèlerinage sur les routes de l'Espagne « nouvelle »133. La délégation fut reçue, à la frontière, par le général Moscardó - le héros de l'Alcázar - à qui fut remise une plaque de marbre, avec palme de bronze : « Aux glorieux morts, fils du Cid ». Le ton était donné. Malgré l'absence de relations diplomatiques, les consuls ou agents consulaires furent associés aux manifestations officielles qui ponctuèrent le trajet effectué en autocars : Pays Basque, Santander, Astúries, Galice, Peña de Francia, Navarre134. De hautes personnalités du régime, Ramón Serrano Suñer et Francisco Gómez Jordana, rencontrèrent aussi les voyageurs. Juste avant le retour en France, Legendre fut interrogé par le journaliste Juan Sampelayo : dans un excellent castillan, le directeur-adjoint déclama son amour à l'Espagne, qui retrouvait ses valeurs135. « Votre Caudillo est l'homme le plus admirable... Il est le sauveur de la civilisation et de la foi chrétienne ». Quant aux relations intellectuelles franco-espagnoles, « elles se reformeront dans peu de temps », concluait-il.

  • 136 L'ouvrage, publié à Bruxelles, fut écrit en collaboration avec E. Harris. AABA-Paris, registre 2E26 (...)

66Legendre s'était ainsi attaché, sans réticence, au char de Franco. Atout appréciable, voire décisif, dans son ambition de succéder à Dumas. Celui-ci n'y faisait nullement obstacle, mais son adjoint pouvait craindre une répétition de la lutte de 1931-1932... Pourtant le succès était plus vraisemblable, quand l'on sait le nombre croissant de personnalités françaises qui adhéraient aux idéaux nationalistes. En se plaçant à la tête des initiatives de rapprochement, il devenait, sous la férule de Lacaze, « l'homme de la situation ». Sa connaissance de la civilisation ibérique le rendait désormais indispensable. L'Académie des beauxarts ne lui avait-elle pas décerné, peu auparavant, le prix Bernier pour un ouvrage sur la peinture espagnole136 ?

  • 137 Les contributions de Legendre, dans Occident, furent fréquentes entre le n° 3 (25.11.1937) et le n° (...)
  • 138 Jean Braunwald félicita Legendre pour son article du 25.9.1938 dans Occident. Il était allé, salle (...)
  • 139 Création signalée dans BH, n° 2, 1939, p. 201 : Centre Cervantès de rapprochement et d'études, 179 (...)

67À travers divers articles, parus dans la revue Occident, Legendre célébrait sans retenue les louanges du régime, qui rendrait à l'Espagne une place prééminente dans le monde... afin que fussent mis en échec révolutionnaires et franc-maçons137. Si de nombreux hispanistes adhéraient à l'Espagne nationale, Baudrillart, Pitollet, Braunwald138, d'autres tentèrent de soutenir l'Espagne légale, à travers un Centre Cervantès : parmi eux, Marcel Bataillon, Jean Babelon, Jean Camp et Pierre Vilar139. L'hispanisme était de nouveau déchiré... Aux clivages de la fin du XIXe siècle, succédaient, progressivement, des césures plus idéologiques, qui se maintiendront presque jusqu'à nos jours, avec la permanence du régime de Franco. Guerre d'Espagne et guerre mondiale élargirent la faille. Coupure aux contours parfois mal délimités, il est vrai, entre droite et gauche, entre progressisme et conservatisme, entre laïcité et catholicisme...

  • 140 Les seuls Français à visiter la Casa, dans la « poche » de la Cité universitaire, furent les journa (...)

68L'abandon de la Tchécoslovaquie par les puissances occidentales, à Munich, le 30 septembre, rendit le climat international encore plus pesant, tandis que le conflit, au sud des Pyrénées, basculait définitivement en faveur des protégés de l'Axe Rome-Berlin. Les Brigades internationales prenaient congé de la lutte antifasciste. Le retour de la Casa Velázquez à Madrid se précisait140.

  • 141 Dans une réunion, le mercredi 19.10.1938 : le CR n'a pas été retrouvé, mais les thèmes traités nous (...)
  • 142 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris), 2.11.1938, et addi (...)

69Il était, cependant, nécessaire de profiter, quelque temps encore, de l'hospitalité marocaine. Ainsi l'avait décidé le Conseil d'administration141. Sans doute agacé par les marchandages permanents relatifs au budget de fonctionnement, Lacaze demanda à Dumas, peu avant que celui-ci ne reparte en Afrique du Nord, d'envisager le rattachement de l'institution au ministère de l'Éducation nationale. Pour le directeur, qui n'avait pas été associé aux visées séparatistes de l'université de Bordeaux, c'était un pis aller. Mais, à l'Académie, il fit miroiter, sans enthousiasme, les avantages du maintien de la cohabitation : crédits réguliers, renaissance d'une bibliothèque scientifique et artistique, affirmation des prérogatives de patronage. En échange, le chef d'établissement serait nommé par le ministre sur proposition d'une commission, au sein de laquelle le Quai Conti disposerait de la majorité face à Bordeaux142... L'avenir - administratif, autant que matériel - demeurait incertain, mais le temps de la réflexion était venu. Des formules nouvelles s'imposaient : Lacaze l'avait apparemment compris.

  • 143 Ibidem, dossier départs 1938, ligne Compagnie Générale Transatlantique, Bordeaux-Casablanca, en 2 g (...)

70Il fallut donc bien repartir au Maroc, en novembre. Les pensionnaires retrouvèrent le Grand Hôtel. Les quatre ateliers du parc de Boudjeloud, aux portes du vieux Fez, étaient prêts à recevoir des artistes, qui pouvaient même y passer la nuit143.

71À la veille de Noël 1938, les nationalistes sonnèrent l'hallali contre les forces républicaines de Catalogne. Le 13 février 1939, ils atteignirent le col du Perthus où, les jours précédents, une foule démunie avait traversé la frontière, avant d'être parquée dans de véritables camps. Entre-temps, deux offensives loyalistes, en Estrémadure, et autour de Madrid, avaient échoué. Le 16 janvier, dans une réunion du Conseil de la Société des Nations, le ministre des Affaires étrangères, Álvarez del Vayo, avait averti les pays occidentaux de l'avènement prochain d'une autre guerre mondiale... Lord Halifax était sorti de la salle et son collègue, Georges Bonnet, sceptique, semblait sourire. Oui, l'Espagne républicaine avait été abandonnée ! Seule la zone centre-sud se débattait dans les affres d'une agonie, par nature fatale.

  • 144 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, liasse 35, dossier 18 : une copie de lettre du 30.1.1939, adressée pa (...)
  • 145 Dominique Nègre, Les accords franco-espagnols de 1939 et leur application, mémoire de maîtrise, uni (...)
  • 146 Documents Diplomatiques Français, 1932-1939, 2e série : 1936-1939, t. XIV (février-mars 1939), doc. (...)

72Paris avait compris qu'il fallait, désormais, prendre langue avec les autorités de Burgos144. Le 25 février, l'envoyé français, Léon Bérard, signait trois accords, reconnaissant le régime issu de la rébellion de 1936145. Dans les discussions préliminaires, il avait, certes, posé le problème des dommages subis par les Français en Espagne, mais son interlocuteur, Gómez Jordana, répondit que la question n'était pas d'actualité : on l'examinerait, éventuellement, dans des négociations ultérieures. Même les Espagnols n'auront rien, avait-il ajouté146.

  • 147 Ibidem, t. XV, (mars-avril 1939), doc. 172, et H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 218-222.
  • 148 AMAE-Paris, série SOFE, carton 285 : rapport, non signé, sur les Œuvres françaises d'Espagne, 10.3. (...)
  • 149 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre dactylographiée de Juan Estelrich (Agence d'information franco-espa (...)
  • 150 AAE-Madrid, carton 452 : lettre manuscrite de Legendre (Fez) à Armand Gazel (Ambassade de France, S (...)

73Le 2 mars, le maréchal Pétain fut nommé ambassadeur auprès du gouvernement de Franco. Le lendemain, une note officielle du Quai d'Orsay transmettait à Gómez Jordana la reconnaissance officielle qu'avait ratifiée le Parlement, par 323 voix contre 261. Le 24, à Burgos, le défenseur de Verdun présentait ses lettres de créance au Caudillo. Malgré la froideur des relations officielles, le prestige du vieux maréchal - qui avait collaboré avec les Espagnols au Maroc, en 1925-1927 - pourrait être utile au rétablissement de relations acceptables. La France avait besoin de sécurité sur sa frontière méridionale147... Il fallait ainsi réanimer les éléments de l'influence française au sud des Pyrénées. Le réseau culturel apparaissait comme le plus rapidement disponible à un tel effet148. Mais des gages, petits ou grands, étaient demandés par les vainqueurs de la guerre civile. Ainsi Estelrich, patron de la revue Occident, demanda-t-il à Legendre de lui signaler « les personnages dangereux et les noms de ceux qu'il faut favoriser (pour les établissements français d'Espagne) »149. Le directeur-adjoint, alors à Fez, se félicitait naturellement de cette évolution. « J'ai une confiance entière dans l'avenir des relations entre les deux pays » écrivait-il à Gazel, secrétaire d'ambassade. La Casa Velázquez avait été détruite ? Qu'à cela ne tienne. Le ministre de l'Éducation nationale, Pedro Sáinz Rodríguez, qu'il avait rencontré, lors d'un second voyage dans la Péninsule, lui avait promis toute facilité pour la reprise de ses activités scientifiques, artistiques et... spirituelles. Il songeait même à installer les artistes dans une magnifique résidence, à Castillejo de Guzmán, près de Séville150.

  • 151 J. M. Martínez Bande, El final de la guerra civil, Madrid, 1985, 396 p. Le 31.3.1939, Alicante, der (...)
  • 152 La Petite Gironde, 4.4.1939 : art. de Parrot-Lagarenne, « Dans Madrid délivrée ». AABA-Paris, Fonds (...)

74Madrid venait de se rendre, le 28 mars, aux troupes franquistes : la voie était donc « libre » pour une... restauration151. Des journalistes français avaient été autorisés à sillonner la zone de la Moncloa, « saillant héroïque » de la guerre de « libération » qui venait de s'achever. Le terrain de la Casa, au cœur d'un champ de ruines, était parsemé « de mines, de bombes, d'ossements, de crânes desséchés, de camions démantelés et de tanks brûlés » décrivait l'un de ces envoyés spéciaux, avec une évidente exagération. « Paysage tragique à la Goya », concluait-il152.

  • 153 Déposée en avril 1939, sa demande de voyage à Madrid, ne fut agréée qu'en septembre : voir correspo (...)
  • 154 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 18.4.1939.
  • 155 Ibidem, lettres du 8.3, du 22 et du 29.5.1939. L'exposition fut organisée dans une autre salle que (...)

75Alors commença la « grande épopée » des obtentions de passeports. Avant leur victoire, les autorités franquistes avaient accordé, dans un but évident de propagande, un assez grand nombre de sauf-conduits. Le triomphe obtenu, elles se montrèrent plus circonspectes, voire brutales. Se promener librement n'était pas à la portée de tous les étrangers. Dumas en fit l'expérience, par sa prétention à utiliser son véhicule automobile dans un pays ravagé, où l'essence n'était pas denrée commune153. Revenu quelques semaines en France, le directeur de la Casa demanda à Lacaze s'il devait prévoir un retour en Espagne ou au Maroc. À Madrid, il fallait, selon lui, faire surveiller l'édifice de la Moncloa, si les militaires l'abandonnaient. À Fez, il devait assurer l'exposition annuelle, pour laquelle il reprit bientôt le bateau154. Celle-ci eut lieu du 20 au 28 mai, en présence des autorités du protectorat : seul, le résident général ne put se déplacer, mais son épouse vint apprécier les œuvres exposées, parmi lesquelles les travaux des architectes, Conte, Delarozière et Morizet, semblèrent remporter un grand succès d'estime155« . L'adieu définitif était proche. Les responsables de la maison pensaient à Madrid... Legendre plus que Dumas, certes.

  • 156 AAF-Madrid, carton 462 : doc. cité, note 123. Pèlerinages à Noël 1938 et à Pâques 1939, avec l'abbé (...)
  • 157 Etaient englobés, outre les sanctuaires, les hôpitaux et les orphelinats ; sous-titre de l'Associat (...)
  • 158 AMAE-Madrid, série R, liasse 2944, dossier 6 : d. n° 122, Ambassade-Paris (Lequerica) à MAE-Madrid, (...)

76L'organisation des pèlerinages - véritable patte blanche - battait, alors, son plein156. Une Association française pour la restauration des sanctuaires d'Espagne avait même été fondée, sous l'égide du Comité France-Espagne157. L'ambassadeur franquiste à Paris, Félix de Lequerica, reçut la visite de Lacaze et de Ledoux : les deux membres du Conseil d'administration sollicitèrent le rétablissement de la Casa dans la capitale espagnole : on louerait une maison quelconque, dans l'attente d'une reconstruction du Palais de la Moncloa. Transmise - avec avis très favorable - aux autorités compétentes, la requête fut acceptée, dès le début du mois de mai : « Ce sont de vieux amis de l'Espagne... Ils ont démontré leur adhésion au glorieux mouvement national »158.

  • 159 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre DGBA à DESUP, 17.5.1939, transmettant la d. de Pigeonneau (consulat- (...)

77Les rapports sur l'état réel de la Casa, à la Moncloa, se multiplièrent bientôt. Le consul Pigeonneau fut le premier sur les lieux. Il put relever l'absence de toute œuvre d'art dans les sous-sols intacts de l'édifice. Par contre, munitions et vestiges de campements étaient clairement visibles. En deux années et demie d'occupation, pouvait-il en être autrement ? De l'extérieur, il put saisir quelques clichés159.

  • 160 Ibidem, Fonds CV : extrait dactylographié d'une lettre de M. Belugon (Madrid) à Ledoux (Paris), 2.5 (...)
  • 161 Ibidem, copie lettre dactylographiée de Zavala (Madrid) à C. Lefèvre (Paris), 19.6.1939.

78Peu après, un collaborateur de la société Peñarroya communiqua à Ledoux la vision qu'il eut du terrain de la Moncloa : « La Casa Velázquez a sa grande façade complètement détruite... Le joli patio à colonne, en calcaire blanc, est presque intact et les deux ailes qui l'encadrent, subsistent... L'intérieur est saccagé ; on marche partout sur des gravats ; le feu a noirci les plafonds ». Pourtant, de son point de vue, le maintien d'éléments indispensables devait permettre quelque aménagement. « Il est impossible de trouver une plus belle situation. L'impression, ici, est que le gouvernement aiderait volontiers à la remise en état »160. Bel optimisme, que partageait le troisième « rapporteur », l'architecte local, Daniel Zavala : « Toute la Cité universitaire est sans un arbre... Ce qui est le plus abimé est la façace principale... et celle du nord. À travers les trous, se conservent intacts les deux escaliers ainsi que les murs intérieurs, les étages de béton et, avec des avaries, les toitures ; ce qui est dans le meilleur état, c'est le patio... En considérant que ce terrain a servi de front depuis quasi trois ans, c'est un miracle... »161.

  • 162 Ibidem, séance du CA, 6.7.1939.
  • 163 Ibidem, copie du rapport de Soutiras, gardien-chef de la CV, Madrid, 21.8.1939.

79Le Conseil d'administration de la Casa put se réunir le 6 juillet. Où s'installer ? Le refuge du Lycée français fut évoqué162. Soutiras, arrivé à Madrid à la mi-août, fut logé dans des locaux de la rue du Marquis de la Ensenada remis en état. Paul Guinard était venu y constater les dommages. René Paris l'aidait dans cette tâche. Le concierge - dernier parti, premier revenu - parvint à la Moncloa, le vendredi 18 août, dans l'après-midi. Après obtention d'un permis militaire, il put visiter la Casa, le 20. « Dégâts excessivement désastreux... toiture complètement effondrée... nombreuses pièces intérieures enlevées ou disparues... Mais le sous-sol paraît avoir peu souffert »163. De ce rapport, il ressortait que le pillage avait fait son œuvre.

  • 164 Ibidem, lettre manuscrite de Lacaze (Barbotan-les-Thermes, Gers) à Boschot (Paris), 20.8.1939.
  • 165 ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite de Tournaire (St-Jean-Cap-Ferrat, Alpes-Maritimes) à Dumas (...)

80Pour Lacaze, il était, désormais, clair que tous ces compte-rendus impliquaient le déblaiement des décombres, en premier lieu, la remise en état des parties solvables de l'édifice, ensuite, sans oublier la réfection de la clôture164. Mais quel était le destin financier de la reconstruction ? Tournaire résuma avec acuité cette épineuse affaire, en indiquant à Dumas : « Je suis tout à fait d'accord avec vous pour souhaiter que la Casa puisse retrouver sa splendeur et faire honneur à la France, mais... l'Espagne paiera... C'est un slogan que nous avons entendu pendant de nombreuses années : l'Allemagne paiera... Supposons qu'elle tienne à payer, quand le pourra-t-elle ?... Alors, reconstitution complète ou utilisation de ce qui reste... ? »165. L'essentiel était dit.

  • 166 Ibidem, carton 1 : lettre manuscrite de J. Chevalier (Cérilly, Allier) à Legendre, 31.8.1939.
  • 167 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Barbotan), 6.9.1939.

81Quelques jours plus tard, le 23 août, l'Allemagne concluait un pacte de non-agression avec l'URSS. « Bas les masques !... Cela éclaircit la situation » écrivit Chevalier à Legendre166. Français et Britanniques déclarèrent les hostilités à l'Allemagne, qui avait envahi la Pologne le 1er septembre... Comme en 1914, l'Espagne et l'Italie proclamèrent leur neutralité. Ainsi, la Grande Guerre ne serait pas la dernière ! Pourtant, les réflexes de toute une génération se retrouvent dans cette phrase de François Dumas167. « J'ai la ferme conviction que nous serons vainqueurs. Peut-être, même, la guerre sera-t-elle moins longue qu'on ne pouvait le craindre ?

  • 168 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (en Espagne), 6.9 (et non 6 (...)

82« Legendre était, alors, reparti sur les chemins d'Espagne... « Je suis sûr, lui indiquait le directeur, que, par vos relations, vous pourrez rendre à la France de très grands services »168. Telle était bien son intention.

Petit Trianon madrilène (1939-1943)

  • 169 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 217 et 220-222.
  • 170 Documents Diplomatiques Français, t. XVI, (mai-juin 1939), doc. 390, 458 et 485.
  • 171 Liste définitive des sinistrés de la Casa Velázquez : F. Dumas, M. Legendre, J.-B. Soutiras (person (...)
  • 172 AAF-Madrid, carton 499 : note MAE-Paris à Ambassade de France (Saint-Sébastien), 16.6.1939. Valeurs (...)

83Il y avait, en effet, beaucoup à faire pour redonner quelque lustre aux rapports franco-espagnols. Les éléments du contentieux étaient innombrables : les accords Bérard-Jordana paraissaient excessivement favorables à l'Espagne, aux yeux du nouvel ambassadeur de France, qui visita de nombreuses régions de la Péninsule, depuis sa résidence de Saint-Sébastien169. Ainsi, se plaignant de la reconnaissance trop tardive du gouvernement franquiste, stigmatisait-il le fait que Bérard n'ait rien obtenu en faveur de l'indemnisation des Français sinistrés170. Parmi ceux-ci, bien sûr, les membres de la Casa qui, après l'inspection des lieux par diverses personnes, savaient, désormais, que leurs effets avaient bel et bien disparu171. L'Office des biens et des intérêts privés, organisme dépendant du Quai d'Orsay, avait recensé, en juin 1939, plus de 2.300 déclara-tions de pertes172.

  • 173 AABA-Paris, Fonds CV : diverses lettres de Costa Blanck (Madrid ou Lisbonne) aux responsables de la (...)

84Le mécène portugais Costa Blanck, réclama, à son tour, des indemnités à la Casa Velázquez pour la perte des tableaux qu'il lui avait confiés, peu avant la guerre civile. L'Académie le débouta de cette demande injustifiée : pour Lacaze, la France n'était pas responsable des destructions et disparitions ; en outre, Dumas n'avait pris aucun engagement au sujet de la garde des tableaux... qui n'étaient que de simples copies173.

  • 174 AAF-Paris, carton 452 : copie lettre Gazel (Ambassade, Saint-Sébastien) à Dumas (Saubusse), 7.9.193 (...)
  • 175 Ibidem, lettre manuscrite de Boschot à Bonnaire, s.d. (13.9.1939).
  • 176 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Espagne), 8.9.1939.

85Mais Legendre, lui-même sinistré de guerre, n'était pas venu outre-Pyrénées pour de telles affaires. À Saint-Sébastien, il rencontra Pétain, qui désirait que l'œuvre de la Casa Velázquez fût maintenue. Le conseiller Gazel en informa François Dumas174. Pour le secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, aucune dépense ne devait être engagée sans instructions précises. « Attendons d'être fixés par Herr Hitler, puisque toute l'Europe dépend de lui ! Si les événements tournent mal, j'envisagerai le retour vers Paris »175. Et ceux-ci tournaient mal, en effet. Dumas doutait que les Polonais pussent tenir longtemps176. Bousculés par des troupes allemandes, qui bénéficiaient des enseignements de la guerre d'Espagne, ils furent pris à revers par les forces soviétiques qui, le 17 septembre, entrèrent en force dans la partie orientale de leur pays.

  • 177 J.-B. Duroselle, L'abîme 1939-1945, Paris, 1982, p. 17-98. Cet ouvrage est la suite de La décadence(...)

86L'écroulement était proche, tandis que les Anglo-Français restaient l'arme au pied. Oui, « drôle de guerre » devait-on répéter177. La capitulation générale eut lieu le 28 septembre : en quatre semaines la campagne de Pologne avait été menée à terme.

  • 178 AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 257 : t. n° 346, Pétain (Ambassade, St-Sébasti (...)
  • 179 L'accord s'était fait entre Lacaze et Alexis Léger, au mois d'août. AABA-Paris, Fonds CV, lettre ma (...)
  • 180 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 134, Binet (consul général, Barcelone) à SOFE-MAE, (Par (...)

87La presse madrilène se réjouit bruyamment de cette énergie allemande. On n'insista guère sur les Russes... Le climat était très hostile aux Français, qui étaient présumés avoir tous aidé la République espagnole, durant trois ans. Paul Guinard préparait la rentrée des établissements de la rue du Marquis de la Ensenada178. Il était convenu que, provisoirement, une partie du premier étage de l'annexe du lycée - au numéro 8 - serait affectée aux pensionnaires de la Casa Velázquez179. À Barcelone, collège et Institut français s'apprêtaient aussi à rouvrir leurs portes180.

  • 181 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 5.10.1939, faisant l (...)
  • 182 Legendre partit le 5.10.1939, avec Gazel et d'autres diplomates. Pétain les rejoignit, une semaine (...)

88Sur la route de Madrid, Dumas s'était arrêté à Saint-Sébastien, où il eut une longue conversation avec l'ambassadeur. Pour Pétain, il ne fallait supprimer aucun contact avec l'Espagne : il répéta donc que l'œuvre de la Casa devait être, à tout prix, maintenue. Il lui semblait même nécessaire de créer de nouveaux motifs de relations correctes. Une négociation était en cours en vue de la signature d'un accord commercial. « Il a ajouté, poursuit Dumas, qu'il ne resterait plus longtemps en Espagne, mais qu'on l'utiliserait ailleurs ». Parvenu à destination, le directeur visita le lycée, puis le terrain de la Casa. L'édifice avait été abandonné par les militaires du 1er corps d'armée. « Il paraît certain que les officiers de ce corps d'occupation ont donné l'ordre de transporter tous les objets à l'arrière... ou se les sont appropriés ». Des centres de récupération ayant été créés dans de nombreuses villes de la Péninsule, il serait sans doute possible d'en retrouver quelques-uns. La zone devenait attractive pour les voleurs : Dumas et Zavala en surprirent sept ou huit dérobant des encadrements de fenêtres, en plein jour. Joaquín Díaz fut rappelé, afin de faire bonne garde. Quant aux bâtiments, il était possible de remettre en état les ailes, le faux patio étant quasiment intact. Comme institution, la Casa pouvait reprendre ses activités en novembre : là était bien le but d'un voyage qu'il jugea fort instructif181. Où était alors Legendre ? À Saint-Sébastien où il avait été nommé attaché de presse de l'ambassade. Il attendait un laisser-passer permanent, qui lui parvint à la fin du mois de septembre. Peu après, la représentation française déménagea d'ailleurs vers Madrid, qui devint, le 18 octobre, le siège officiel du gouvernement franquiste182.

  • 183 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : d. n° 900, Lamarle (Ambassade, Saint-Sébastien) à MAE-Paris, (...)
  • 184 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris) 19.10.1939.
  • 185 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée de Bonnaire (Paris) à Dumas (Saubusse), 25.10.1939 et (...)

89Les autorités donnèrent alors, sous condition de réciprocité, leur accord officiel à la réouverture des établissements français d'Espagne183. Il ne concernait que les instituts de Madrid, Barcelone, Saragosse, le lycée français de Madrid, les écoles et collèges de Barcelone, Saint-Sébastien, Valence, Bilbao, Sé ville, Huelva, Alicante et Tarragone. Pas la Casa184 ! Au sujet de cette dernière, seul édifice réellement détruit, l'optimisme initial de ses dirigeants semblait refroidi par les hésitations de l'Académie. Dumas, revenu en France, dut insister pour connaître la réponse de la Compagnie du Quai Conti. Celle-ci, finalement, accepta l'installation provisoire au lycée. Des instructions étaient jointes à cet accord : il fallait faire établir un devis de reconstruction par Zavala. Il était indispensable d'envoyer à la Moncloa un gardien et de rétablir, au moins partiellement, la clôture. Bonnaire avait bien indiqué que les pensionnaires non mobilisés ne tarderaient pas à venir, mais il ne disait pas combien ils seraient. Dumas s'en étonna, communiquant à Legendre leur arrivée prochaine, ainsi que la sienne. Isabelle Paris et Soutiras l'accompagneraient. La tâche était immense, leur aide serait précieuse185.

90Tout d'abord, il fallait installer les pièces mises à disposition de la Casa, rue du Marquis de la Ensenada. « Simple mais convenable », précisait Dumas. Il ne s'agissait que des bureaux : seul Soutiras logerait sur place. On meublerait l'ensemble avec des éléments provenant de l'ancien appartement d'Isabelle Paris. Pour le logement, pensions de famille et chambres d'amis s'imposaient. Quant à la bibliothèque léguée par Widor, le manque de place et l'incertitude de l'avenir conseillaient de la laisser à Paris, pour l'instant. Après quelques réparations, on prit possession des bureaux le 15 décembre. Malgré cette « difficile vie matérielle », François Dumas retrouva un tonus méritoire : « Jusqu'à présent, j'étais comme une âme errante et je vous avoue, écrivait-il à Lacaze, que, par moments, j'étais profondément découragé à cause de mon inaction (à Saubusse)... Ici, je me contente d'observer et c'est l'attitude que je recommanderai à nos pensionnaires ».

  • 186 Toute cette correspondance est dans AABA-Paris, Fonds CV : du 28.10.1939 au 1.2.1940. En prison, A. (...)

91Après avoir été dûment autorisées par les autorités espagnoles, deux boursières de l'Académie parvinrent, en effet, dans la capitale, ce jour-là : Monique Cras et Yvonne Mariotte. Paulette Legru, peintre comme ses deux camarades, arriva, sans encombre, à la fin du mois. Ce ne fut pas le cas pour Alice Cabarat, l'une des deux membres de l'EHEH, qui fut appréhendée à la frontière, à Irún, pour défaut de déclaration... de livres et de linge ! Cette jeune musicologue, resta, en effet durant quatre semaines en prison ! Il fallut une intervention de l'ambassade pour qu'elle pût être remise en liberté provisoire. Elle ne toucha bon port qu'à la fin de janvier 1940. « Cette affaire m'a fortement ému », devait confesser François Dumas. L'ambiance n'était guère encourageante. « Nos pensionnaires ont le cafard... Elles sont découragées »186. Le mauvais temps, la cherté de la vie, la sourde hostilité de nombreux Espagnols et la propagande germano-italienne l'expliquaient aisément.

  • 187 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 219-232 : « Une heure de lucidité par jour », aurait alors déclaré le (...)

92De la puissance de cette dernière, Pétain avait conscience. Le contentieux entre les deux pays était épais. Malgré la restitution de l'or de la Banque d'Espagne, qui avait été déposé à Mont-de-Marsan, les Espagnols reprochaient à la France de ne pas avoir rempli tous les engagements découlant des accords Bérard-Gómez Jordana. L'ambassadeur de France, voulant rétablir d'amicales relations, estimait qu'il fallait tenir les promesses faites au régime de Franco, ce qui ne devait pas empêcher une « propagande éclairée, mais discrète » face à l'action des pays de l'Axe. « Leur effort est considérable et ils y consacrent de très grosses sommes ; tandis que j'ai honte de donner de l'argent à un journaliste »187. On retrouvait, ainsi, les réticences de Geoffray, en 1914 ! En vingt-cinq ans, rien n'avait été appris : « en face », Goebbels régissait un vaste appareil d'information et de propagande, tandis que les Italiens se servaient, sans états d'âme, de moyens identiques.

  • 188 ACV-Madrid, carton 1 : correspondance manuscrite de P. Hazard (Commissariat Information-Paris) avec (...)
  • 189 Ibidem, passeport diplomatique n° 42, de Legendre, attaché culturel près l'ambassade de France-Madr (...)

93Néanmoins, en France, depuis fin juillet 1939, avait été mis en place un Commissariat général à l'Information, dirigé par un admirateur de la culture allemande, Jean Giraudoux. Pas de crédits, pas de locaux, un maigre personnel, néanmoins brillant dans l'ensemble. Parmi les collaborateurs du célèbre écrivain, figurait l'universitaire Paul Hazard, vieux compagnon de « turne » de Maurice Legendre, rue d'Ulm. Il était chargé, avec Jean Babelon et Eugène Albertini - anciens de l'EHEH - du secteur méridional de l'Europe. Legendre fut alors, en décembre 1939, chargé de mener sur le terrain, cette propagande et de fournir des informations... sur « la psychologie espagnole »188. Il reçut, alors, le titre d'attaché culturel : le premier qui existât, formellement, en Espagne189. Mais Pierre Paris ne l'avait-il pas été, de facto, entre 1926 et 1931 ?

  • 190 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : note n° 1448, Présidence du Conseil (Commissariat Information (...)
  • 191 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 286 : Pèlerinage de Mgr Suhard à Saragosse, du 17 au 19.5.1940. Le (...)

94Cette action culturelle française en Espagne fut décevante, voire franchement médiocre, faute de moyens190. Seul, sous l'impulsion de Legendre et de Pichón, le secteur catholique put se manifester à travers le Comité de Saint-Louis et de Saint-Ferdinand, constitué en mars 1940 : on envoya des caisses de livres aux bibliothèques confessionnelles d'Espagne. Le cardinal Suhard, archevêque de Reims, vint, en pèlerinage, à la mi-mai, à Saragosse191. « L'angle d'attaque » était pertinent, mais quelque peu répétitif, puisque l'on en avait déjà usé, durant le premier conflit mondial, avec Monseigneur Baudrillart...

  • 192 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : dossier de presse n° 6, février-mars 1940.
  • 193 Ce projet fut tardif (début mai 1940). Le British Council ne sera une réalité madrilène qu'en octob (...)

95En outre, les Italiens, en février 1940, puis les Allemands avaient rétabli leurs instituts culturels192. Même le British Council, fondé en 1933, avait le projet de s'installer à Madrid193. Une nouveauté pour un pays anglo-saxon !

  • 194 J.-M. Delaunay, « L'Espagne, un champ ouvert. Rivalités et illusions culturelles en Péninsule ibéri (...)

96La France, qui possédait, dans ce domaine, avant 1936, une large avance sur les pays tiers, voyait sa prépondérance menacée. Mais son appareil d'influence n'était pas brisé. D'autre part, ces initiatives concurrentes n'étaient que de tardives imitations des méthodes de l'action entreprise par les Français depuis la fin du XIXe siècle194. En Espagne, cependant, les perspectives n'étaient guère réjouissantes. Ce qui inquiétait surtout Paris, c'était évidemment l'attitude future de Franco, lors du déclenchement réel des hostilités. Le culturel n'était plus qu'un appendice du politique. Il s'agissait, là, de propagande, c'està-dire d'influence directe...

  • 195 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 29.11.1939. La visit (...)
  • 196 AMAE-Madrid, série R, liasse 1348, dossier 49 : b. signé Pétain, adressé au MAE espagnol, 20.11.193 (...)
  • 197 Ibidem, copie note MAE à MG-Armée de Terre, Madrid, 26.12.1939, et note n° 857, réponse, 15.2.1940, (...)
  • 198 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.1.1940. On avait, so (...)

97Au contraire, la France disposait d'un instrument plus « désintéressé » : la Casa de Velázquez ! Dans l'approche distraite qu'avait Pétain des problèmes de relations avec l'Espagne, il semblait néanmoins essentiel. Il vint lui-même, à la Moncloa, en novembre et s'empressa d'adresser une note verbale au Palais de Santa Cruz195. Il s'agissait de déminer le terrain, d'enlever les décombres et d'entreprendre la recherche des objets d'art disparus des sous-sols en 1936196. La lutte pour l'assainissement de la « parcelle française » de la Cité universitaire fut longue... Le travail de déminage, entrepris par des prisonniers républicains, fut mené à bien, en janvier 1940 : on retira des décombres du bâtiment et des jardins une douzaine de projectiles non explosés. La plupart correspondait à des types utilisés par les forces de l'ancien gouvernement197. Le nettoyage des énormes gravats était promis, lorsque des « travailleurs militaires » seraient disponibles. Ils ne vinrent jamais. Quant aux espoirs de récupération des objets disparus, ils partirent en fumée198. À l'image de la statue équestre de Velázquez, à demi-détruite et curieusement penchée, l'avenir de la Casa vacillait.

98La reconstruction ! Un programme difficile, mais pas inaccessible. Daniel Zavala, revenu en mai 1939, à Madrid, s'était chargé de proposer un devis... mais faute d'une vision exacte du solide et du branlant, il ne lui fut possible de chiffrer, approximativement, les dégâts qu'en novembre : 26 millions de francs. Il fallait ajouter à cette somme les pertes estimées de la guerre civile : bibliothèque, mobilier, objets d'art (vases de Sèvres, tapisserie des Gobelins, gravures) et affaires personnelles... un total de 30 millions environ !

  • 199 Ibidem, lettres manuscrites du 16.11 et du 18.12.1939.
  • 200 Hervé Alphand, L'étonnement d'être. Journal 1939-1973. Paris, 1977, p. 34-35. Voyage à Madrid, où i (...)
  • 201 Henri du Moulin de Labarthète, Le temps des illusions, Genève, 1946, p. 15. Achat de matières premi (...)

99Dumas suggéra à Lacaze de faire obtenir par le Quai d'Orsay une indemnité globale, à l'occasion de négociations commerciales en cours. « Ce n'est pas impossible, c'est même assez probable » indiquait-il199. Le 10 janvier 1940, l'accord était signé, à Madrid... et rien ne fut obtenu pour le palais détruit de la Moncloa200. Les préoccupations du moment étaient bien ailleurs. Afin d'accélérer l'effort d'une guerre déjà déclarée, il fallait obtenir des approvisionnements en minerais, dont l'Espagne était pourvue. À la tête de la commission d'achats fut placé l'attaché financier de l'ambassade, Henri du Moulin de Labarthète201. N'était-ce pas, à tous niveaux, le temps de l'« impossible redressement » ? L'avènement, en mars, d'un gouvernement présidé par Paul Reynaud changerait-il le cours des événements, tandis que la Finlande succombait, après une héroïque résistance, face à l'URSS ?

  • 202 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Marx à Lacaze, Paris, 6.3.1940, transmettant le te (...)
  • 203 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Madrid et Saubusse) à Lacaze (Paris), du 22.2 au 19.3.1940.
  • 204 Ibidem, dossier Jean-Elysée Puyforcat, avec une note du 5e Bureau, État-major Armée, à MEN, 3.2.194 (...)

100Un petit espoir de faire avancer le dossier de la résurrection de la Casa s'était manifesté, en février, avec le vote d'une loi de reconstruction de la Cité universitaire de Madrid202. Malgré quelques entretiens avec le recteur Pío Zabala, qui assura faire procéder au dégagement des décombres, Dumas ne reçut que de belles paroles. Avant de repartir quelques jours dans les Landes, il avait vu Pétain, à ce sujet. « Il m'a dit que la propagande et l'action allemandes le gênent beaucoup... La presse nous est toujours hostile. La lutte n'est pas facile et le séjour, ici, manque un peu de charme ». La prudence était plus que jamais de mise. Ainsi, Monique Cras et Yvonne Mariotte, qui étaient parties peindre en Andalousie, depuis janvier, furent en butte à des tracasseries policières fréquentes : l'une d'elles fut même conduite, par deux fois, au commissariat. On la croyait espionne ! À un membre libre qui venait d'arriver, en mars, le directeur, au vu de ces affaires, recommanda les plus expresses réserves. « La propagande allemande s'exerce avec une activité sans pareille ; elle a des antennes partout »203. Or, ce nouvel arrivant, le médailleur Jean-Élisée Puyforcat, ancien volontaire de la guerre de 1914, était en mission d'observation pour le compte des services de renseignement français ! Lacaze le savait204.

101Cette « vie sans charme » lassait visiblement François Dumas. Il lui fallait répondre, sans cesse, aux services du Contrôle des dépenses, alors que le budget 1940, financé par la Quai d'Orsay et le Comité de rapprochement - qui existait toujours ! - n'était pas en augmentation. L'attente du versement des bourses était toujours longue ; les virements étaient effectués à travers les agences du Crédit Lyonnais de Bordeaux et de Madrid. Le compte de la Casa, dans cette dernière ville, avait été débloqué à l'issue de la guerre civile : 36.000 Ptas y étaient déposées, auxquelles il fallait ajouter 384.068 F à Bordeaux. L'état des finances était, en réalité, florissant ! Dumas, administrateur efficace, ne voulait pas que cela se sût. L'avenir était trop incertain pour que l'on entamât cette réserve dont le Quai d'Orsay soupçonnait néanmoins l'existence.

  • 205 Ibidem, diverses lettres de Dumas, du 21.12.1939 au 8.5.1940.
  • 206 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Marx (Paris), 9.11.1 (...)
  • 207 Témoignage Mme Conte, Bordeaux, 1984.
  • 208 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris) 14.4.1940. Dumas réit (...)

102Un autre « front » le préoccupait aussi. La peseta cotait à un taux double de celui de l'avant-guerre civile. Le directeur de la Casa dut batailler ferme pour obtenir des indemnités de perte au change, en faveur de ses collaborateurs205. Si Legendre, outre ses fonctions d'attaché à l'ambassade, pouvait compter sur les émoluments de ses cours de littérature française à l'Université de Madrid206, il n'en était pas de même pour le fidèle Soutiras... qui « faisait même des dettes ! ». Pour améliorer une situation difficile, Isabelle Paris avait, aussi, trouvé un petit emploi complémentaire à l'ambassade, où elle côtoyait, chaque jour, le vieux maréchal207. La valeur élevée de la monnaie espagnole - 4,50 F pour 1 Pta, en avril - obligea Dumas à user de taux plus « officieux ». Mais la censure espagnole veillait. Elle ouvrit une lettre que lui adressa un créancier parisiefi, dont le soustraitant madrilène demandait son dû. « C'est une grave imprudence, fulmina le directeur de la Casa, me voilà maintenant sous la surveillance de la police et menacé de prison pour trafic de devises... C'est infiniment désagréable. Il faut toujours m'écrire par le Commissaire spécial d'Hendaye, par la valise diplomatique »208.

  • 209 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 19.4.1940 : mise en cause du mauvais (...)
  • 210 Marcel Péchin, qui ne fut membre de la CV que de façon fugitive, en 1928, était devenu inspecteur d (...)

103Quant à Camille Lefèvre, mis en cause par le rapport de 1936, il estimait devoir être payé de ses études sur la Casa. On le débouta de cette prétention. En outre, le directeur de la Casa n'était guère content envers des entrepreneurs qui réclamaient le paiement de travaux non exécutés. « Je comprends mieux pourquoi la Casa Velázquez a coûté si cher. Il y a un grand coupable, mais il vaut mieux se taire »209. L'allusion ne pouvait être plus claire... Afin de faire avancer le dossier de la reconstruction, l'Académie dépêcha, en mai, à Madrid, l'architecte Péchin210. Son estimation de remise en état s'élevait à 1.350.000 Ptas « La guerre a fait son œuvre, mais le pillage a, malheureusement, fait le reste ». Pour la reconstruction des parties irrécupérables, un total de 5.935.000 Ptas semblait nécessaire. Dans ses remarques, il prônait le remplacement des toitures à l'ancienne, par des terrasses. Le bois français remplacerait le bois espagnol, rare, donc onéreux. À l'inverse, le marbre local était meilleur marché. De substantielles économies pouvaient donc être réalisées, dans l'ensemble. Mais 7.285.000 Ptas, au taux officiel de 20,50 Ptas pour 100 F, cela donnait tout simplement 35,5 millions de francs ! Où les trouver, si l'État espagnol se dérobait ?...

104De tout cela, François Dumas se sentait las. « Qu'il me tarde de quitter ce pays ! », confiait-il, le 14 avril 1940, à Bonnaire. Cinq jours auparavant, l'Allemagne avait, sans déclaration préalable, envahi le Danemark et la Norvège. Le théâtre d'opérations nordique devait être scellé par un échec franco-britannique. La riposte avait tourné court.

105Un mois plus tard, le 10 mai, la grande offensive contre les Occidentaux était déclanchée : vite terrassés, les petits états, Pays-Bas, Belgique et Luxembourg, laissèrent la voie libre à la Wehrmacht qui, en liaison avec la Luftwaffe, perça, autour de Sedan, le front allié.

  • 211 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 20.5.1940. Il évoquait la Société fra (...)

106En Espagne, Dumas, attentif aux graves événements, se démenait toujours dans les difficultés de financement. Marx était sur le point d'adresser, avec cinq mois de retard, la contribution du Quai d'Orsay à la Casa de Velázquez. Les sociétés françaises, opérant au sud des Pyrénées, avaient vu leurs avoirs bloqués dans la Péninsule par un décret gouvernemental. La société Saint-Gobain fut contactée afin de fournir les pesetas nécessaires à la reconstruction du Palais de la Moncloa : elle accepta, ce qui redonna espoir à l'ancien recteur de Bordeaux, qui pensa faire de même avec des entreprises, que l'on regrouperait dans une sorte de consortium, dont Peñarroya, bien sûr, et quelques autres sociétés minières seraient parties prenantes211. La guerre engagée permettrait-elle, cependant, à cette suggestion de prospérer ? Rien n'était moins sûr.

  • 212 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Boschot (Paris), 17. 5. 1940. H. R. Lottman, ouvr. ci (...)
  • 213 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de J. Chevalier (Cérilly) à M. Legendre (Madrid), 11.6.194 (...)

107Ainsi, une nouvelle démarche en vue de l'enlèvement des décombres de la Casa fut retardée, « parce que le Maréchal a été appelé à Paris. Ce voyage imprévu suscite bien des commentaires dans la colonie française »212. On était, alors, le 17 mai. Mais le retour en France du vainqueur de Verdun, devenu viceprésident du Conseil, n'évita pas la défaite, que ne put esquiver davantage un nouveau généralissime revenu en toute hâte de Syrie, Maxime Weygand213. Le 13 juin, les troupes allemandes entraient dans Paris, que le gouvernement avait quitté en direction de Bordeaux, comme en 1914. Depuis trois jours, l'Italie avait déclaré la guerre à une France déjà submergée. Bien mal en prit au dictateur de Rome, dont les troupes furent bloquées dans les cols alpins.

108Ailleurs, c'était l'effondrement. La France, vaincue, fut confiée à la « paternelle protection » de l'ancien ambassadeur en Espagne, devenu président du Conseil, le 16 juin.

109On prit langue avec l'ennemi, par le truchement de Félix de Lequerica, ambassadeur de Franco. Le 21, à Rethondes, puis le 24, près de Rome, les armistices furent paraphés.

110Seule, la Grande-Bretagne continuerait la lutte : le premier ministre, Winston Churchill l'avait dit et répété avec force... mais il n'était pas seul. Un général français, réfugié à Londres, prenait le contre-pied du vieux maréchal, qui allait s'installer à Vichy. Charles de Gaulle, en effet, appelait les Français « libres » à venir le rejoindre, afin de poursuivre le combat aux côtés des Anglais.

  • 214 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Madrid), 28.6.1940.

111Deux chefs pour un seul peuple ! C'était la sinistre rançon de la défaite. « Pauvre France... abandonnée. Non ! non ! elle ne méritait pas un sort pareil... C'est à pleurer de rage et d'humiliation », se lamentait le directeur de la Casa, rentré à Saubusse, à la veille de la signature de l'armistice avec l'Allemagne. Les troupes de Hitler campaient sur la Bidassoa, depuis le 26 juin. Dax et Saubusse seraient, désormais, en zone occupée, le pays étant littéralement démembré par les vainqueurs. Dumas avait même entendu déclarer qu'une attaque contre Gibraltar se développerait bientôt. « Ce n'est qu'un propos de sous-officier allemand. Je vous le donne, pour ce qu'il peut valoir », écrivait-il à son adjoint. « Si l'Espagne le permet, c'est une véritable déclaration de guerre à l'Angleterre. Les phalangistes seront contents »214.

  • 215 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 6.7.1940. Sur Puyfor (...)
  • 216 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Madrid), 29.7.1940. Sur Al (...)

112Dans la capitale espagnole, n'étaient restés, lors de son départ, que deux pensionnaires. Le premier, Puyforcat, avait « une mission à remplir dans le pays »215. Le second était la malheureuse Alice Cabarat qui, tombée gravement malade, était soignée à l'hôpital de Saint-Louis-des-Français... sans espoir de guérison216.

113Si Soutiras était rentré en France non occupée, Maurice Legendre et Isabelle Paris, attachés près l'ambassade, étaient demeurés à Madrid. Un nouveau chef de poste avait été nommé pour remplacer Pétain : Georges Renom de la Baume.

  • 217 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Saubusse) à Lacaze et Boschot (Paris), 16.7 et (...)

114Le directeur de la Casa avait fait clôturer le terrain de la Moncloa avec des fils barbelés. Pour Joaquín Díaz, avait été aménagé un poste de gardiennage dans les sous-sols intacts. Il y était bien mal logé, reconnaissait Dumas. Ce dernier, qui avait vu Lacaze, à Arcachon, peu auparavant, insistait pour être déchargé de sa tâche madrilène. « J'ai 79 ans et, bien que ma santé soit excellente, je souhaite passer mes dernières années auprès de ma fille et de mes petits-enfants. Vous m'avez d'ailleurs dit que le ministère avait une pensée derrière la tête : je ne veux pas le gêner et je ne veux, au contraire, que l'aider à réaliser sa pensée »217.

  • 218 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Boschot (Paris), 29.9.1940.

115L'été se passa dans l'isolement et le recueillement. Aucun Conseil d'administration n'avait pu être réuni. De Saubusse, on ne pouvait non plus communiquer avec l'Espagne, par la volonté de l'occupant. Contrôlé, le courrier fonctionnait avec d'importants retards entre Paris, Vichy et les autres villes de province. Fin septembre, Dumas, qui maintenait son désir d'abandonner la direction de la Casa, se déclara néanmoins prêt à retourner à Madrid pour quelques mois218. Ce fonctionnaire patriote, consciencieux ne voulait sans doute pas laisser l'impression qu'il abandonnait un navire profondément endommagé. La Casa n'était-elle pas blessée, comme la France ? Avec bon nombre de ses concitoyens, ne voyait-il pas, dans le Maréchal - qu'il admirait - celui qui redonnerait à la nation endolorie le sens profond du renouveau ? Il demanda, donc, sans enthousiasme, au secrétaire perpétuel, de nouvelles instructions pour l'année universitaire qui allait s'ouvrir. Mais quel pouvait être l'avenir de la Casa Velázquez ?

  • 219 V. Morales Lezcano, Historia de la no-beligerancia española durant la segunda guetra mundial, Las P (...)
  • 220 Le plus élaboré de ces ouvrages est Reivindicaciones de España, Madrid, 1941, 338 p. Ses auteurs : (...)
  • 221 Denis Smyth, Diplomacy and strategy of survival. British policy and Franco's Spain, 1940-1941, Camb (...)
  • 222 Renom de la Baume, « L'Espagne non belligérante, 1940 », Revue d'Histoire Diplomatique, 1955, p. (...)

116Après la défaite française, le régime de Franco avait troqué sa neutralité pour la non-belligérance, dont on sait ce qu'il en advint avec l'Italie. Tanger, vieille aspiration du colonialisme ibérique, avait été occupée par les Espagnols219. Des ouvrages de circonstance réclamaient un large accroissement des possessions africaines au détriment de la France et, bien sûr, la récupération de Gibraltar220. Un plan allemand, dénommé « Félix » visait, d'ailleurs, à l'occupation de cette place alors mal fortifiée. Le propos tenu par le sous-officier, traversant Saubusse, était donc exact... Pour la Grande-Bretagne, les efforts visant au maintien de la non-participation espagnole à la guerre devenait question de survie221. Dans cet immense enjeu, quel pouvait être le rôle du régime installé à Vichy, depuis juillet 1940 ? Des négociations, au sujet du redécoupage des zones d'influence au Maroc avaitent été envisagées222... Les échanges commerciaux pouvaient-ils reprendre une certaine ampleur ? Face aux intérêts allemands tout-puissants, les entreprises françaises d'Espagne devaient, désormais, se conformer aux exigences économiques de l'Allemagne, qui assignait à la France vaincue un rôle servile dans l'Europe voulue par le maître du IIIème Reich. Alors, que restait-il à une nation démembrée en six zones distinctes ? L'espoir du renouveau, de la résurrection ? Oui, mais, là encore, certains croyaient en Pétain, d'autres, d'abord peu nombreux, à ce général de Londres.

  • 223 H. du Moulin de Labarthète, ouvr. cité, p. 15-16 et 24-25.

117En Espagne, les colonies françaises portaient le deuil, attitude qui faisait contraste avec la fébrilité qui régnait à Vichy, selon du Moulin de Labarthète. Celui-ci venait d'être nommé chef du Cabinet civil du prestigieux militaire, qui « avait fait don de sa personne à la France », en recueillant les pleins pouvoirs d'une Assemblée nationale aux abois. L'Allemagne avait battu la France. Il fallait, selon lui, l'accepter et se mettre au travail223.

  • 224 Pétain avait été élu en juin 1929 à l'Académie française, au siège du Maréchal Foch : H. R. Lottman (...)
  • 225 La fondation Rothschild, à Londres, sera également détruite, lors d'un bombardement allemand, en 19 (...)
  • 226 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 7.12.1940, p. 519, lecture d'une lettre de Fournier, narrant (...)
  • 227 Ibidem, séance du 31.8.1940, p. 493 : Aix proposée ; séance du 14.9.1940, p. 495 : Nice proposée ; (...)

118Pour les académiciens, en quasi-totalité fervents admirateurs du Maréchal, qui était l'un des leurs, il s'agissait de participer au mouvement de rénovation224. Les fondations de l'Académie des beaux-arts avaient été durement touchées par les hostilités. Non seulement la Casa de Velázquez avait été détruite225, mais, depuis juin 1940, la Villa Médicis avait été occupée par les milices fascistes du Prince Borghèse, gouverneur de la Ville Éternelle. Seul, sous la protection de l'ambassade des États-Unis, le secrétaire général, Pierre Fournier, était resté sur place, quelque temps encore226. Louis Hautecœur, directeur général des Beauxarts, suggéra le rapatriement de l'institution à Aix-en-Provence ou à Nice. Bien qu'elle fût en zone d'occupation italienne, cette seconde ville fut choisie, en septembre227.

  • 228 Ibidem, séance du 24.8.1940, p. 492.

119Pour le palais madrilène, l'Académie tenait à sa disposition le rapport circonstancié de Péchin. En commission - le lundi 26 août - Lacaze insista sur le rôle de la Casa « dans ce pays où l'influence germanique est énorme ». Les circonstances empêchant tout contact suivi avec Vichy, il restait l'espoir d'un décret de principe, que Pétain prendrait en faveur de ce dossier qu'il connaissait228.

  • 229 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 47, Renom de la Baume (Madrid) à SOFE-MAE (Vichy), 17.9.1940, communi (...)

120Abondamment pourvu de memoranda par son attaché culturel, l'ambassade France évoqua, lui aussi, l'affaire en indiquant combien Legendre était l'homme de la situation, afin que fût relancée, dans l'immédiat, l'activité de la Casa. La location d'un hôtel particulier étant indispensable, le budget sollicité s'élevait à 307.300 Ptas229.

  • 230 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.1.1940.
  • 231 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée, Legendre, utilisée par l'ambassadeur, pour la d. n° 47 (...)

121Depuis 1939, on parlait de la recherche d'un logement convenable en ville. En janvier 1940, Pétain en avait fait part à Lacaze : il était même question d'achat230. Legendre s'était mis en quête d'un édifice assez vaste, mais pas trop... quand même ! En septembre, il en avait repéré six, mais à des degrés divers, tous présentaient des inconvénients231.

  • 232 AABA-Paris, Fonds CV : lettres dactylographiées de Baudoin (MAE-Vichy) à Lacaze (Paris), 1 et 12.10 (...)
  • 233 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 19.10.1940, p. 508, et AN-Paris, F17bis 5497 : copie lettre d (...)
  • 234 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : échange de notes MAE-MEN, Vichy, 1 et 16.10.1940
  • 235 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 151 et t. n° 800, Baudoin (MAE-Vichy) à Ambassade-Madrid, 16 et 26.1 (...)
  • 236 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot (Paris) à Boussagol (Bordeaux), 22.10.1940. La nominati (...)

122Le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Paul Baudouin, convaincu de la nécessité de la reprise des travaux scientifiques et artistiques de la Casa, proposa alors à Lacaze de nommer Legendre à la tête de l'institution. Ainsi pourrait être menée à bien la recherche d'un nouveau logement, en attendant la reconstruction du palais de la Moncloa232. Le 19 octobre, en séance hebdomadaire, l'Académie fit connaître son accord, que Lacaze transmit très vite au ministre233. Consulté, le département de l'Instruction publique et de la Jeunesse abonda dans le même sens234. Legendre faisait donc l'unanimité dans les sphères officielles ! La déconvenue de 1931-1932 n'était plus qu'un mauvais souvenir... Le nouvel ambassadeur à Madrid, François Piétri, fut informé de l'approbation ministérielle au sujet de la reprise de l'activité de la Casa - avec quelques prévisibles réductions de crédits - puis de la nomination de Legendre235. L'université de Bordeaux fut directement avisée par le secrétaire perpétuel236. Son avis, faute d'une réunion du Conseil, n'avait pas été sollicité... mais l'heure n'était pas à une contestation, qui ne se manifesta d'ailleurs pas.

  • 237 François Piétri, Mes années d'Espagne, 1940-1948, Paris, 1954, p. 50, 58-59 et 213-232 ; voir aussi (...)
  • 238 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 14.11.194 (...)

123L'inquiétude était, alors, à son paroxysme, à la suite de l'entrevue de Franco et de Hitler, en gare cl'Hendaye, le 26 octobre. L'Espagne se laisseraitelle entraîner dans la guerre ? Il n'en fut rien, mais que pouvait faire le régime de Vichy, en de telles circonstances ? Piétri, ancien ministre et député, écrira plus tard, avoir voulu « mener une diplomatie sans grandeur, afin de donner le change aux Espagnols ». Une politique d'attraction, aux faibles moyens, ne pouvait que s'ébaucher alors, avec peine. Là encore, la fibre catholique devait faire vibrer à l'unisson les âmes françaises et espagnoles : pèlerinages, concerts religieux, visites de sanctuaires, films et pièces de théâtre édifiantes, voyages de prélats237... Legendre y trouvait tout son compte. François Dumas, comme il l'avait espéré dès 1932, lui laissait bien volontiers la place convoitée. Lacaze et Boschot, ravis de savoir qu'au 31 octobre 1940 la situation financière de la Casa était excellente proposèrent en faveur de l'ancien recteur, le grade de commandeur de la Légion d'Honneur238. L'heure de la retraite avait sonné...

  • 239 Ibidem, lettre manuscrite de Piétri (Madrid) à Lacaze (Paris), 29.11.1940 ; voir aussi F. Piétri, o (...)
  • 240 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre manuscrite de Legendre (Ambassade-Madrid) à Boisanger (SOFE-Vichy), (...)

124Désormais, il fallait agir vite, si l'on ne voulait pas que fût gâchée une nouvelle année universitaire. Aucun pensionnaire n'était encore désigné, à la mi-novembre ! Tout d'abord, se loger. Les premières « trouvailles », nous l'avons vu, ne convenaient guère. À la fin du mois, Piétri communiquait enfin à Lacaze, « Nous avons trouvé une villa, en attendant la reconstruction »239. Isabelle Paris, revenue quelques jours à Bordeaux, confirma la bonne nouvelle à Dumas, qu'elle vit à Dax, le 30. Se posait, de nouveau, le problème du mobilier, rare et cher dans la capitale espagnole. Legendre sollicita 75.000 Ptas du Service des œuvres, le coût de la location pouvait être échelonné, mais pas celui de l'acquisition des meubles : il lui fallait des crédits spéciaux d'installation. À peine lançait-il cet appel que l'affaire, selon les informations de Paul Guinard, revenu de Vichy, était résolue240 !

  • 241 ACV-Madrid, carton 7 : dossier Serrano 73 : original du contrat, signé par M. Legendre (sans indica (...)
  • 242 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 7.12.1940. « J'ai t (...)

125Signé le 15 décembre, le bail de deux ans fixait une somme mensuelle de 2.325 ptas à l'année. Le document fut paraphé par Maurice Legendre, nomine proprio. Située désormais au numéro 73 de la aie Serrano, dans le quartier de Salamanca, au nord-est de la ville, la nouvelle Casa de Velázquez avait l'apparence d'une maison bourgeoise, entourée d'un vaste jardin241. Dans ce refuge sans style - dont l'existence cadastrale est attestée, dès avant 1872 - quinze pensionnaires, selon Legendre, pouvaient être hébergés. Un « petit Trianon », en somme242. Pourtant, cette situation géographique plaçait artistes et membres de l'EHEH en contact aisé avec les musées, les archives et les bibliothèques de la capitale, mais surtout, en cette période d'isolement, en relation avec le réseau des amitiés et des sympathies locales, dont le directeur était le grand introducteur. Ce choix, assurément judicieux, était cependant affligé d'un manque cruel d'ateliers. Legendre, conscient de cette lacune, pensait devoir envisager deux à trois locations supplémentaires... mais combien de pensionnaires seraient présents ?

126Pour retrouver une « influence », la Casa devait être pleine de vie, c'est-àdire remplie de chercheurs et d'artistes, auxquels il serait nécessaire d'assurer un niveau de vie décent. La base annuelle des bourses avait été fixée à 35.000 F (7.000 Ptas), en accord avec Lacaze. Depuis juin 1939, municipalités, conseils généraux, écoles des beaux-arts de France et d'Espagne, ainsi que le Gouvernement général d'Algérie avaient été contactés afin d'envoyer, comme par le passé, des pensionnaires à Madrid. À l'exception de la ville de Paris, qui rétablit une bourse en la doublant, ce ne fut pas un succès. Une véritable pagaille s'instaura, alors, dans les nominations académiques et ministérielles. Aggravée par les difficultés de communications postales et de transports et, surtout, par le « cauchemar » des obtentions de visas, elle se prolongea au-delà de la seconde guerre mondiale.

  • 243 Ibidem, copie lettre Boisanger (SOFE-Vichy) à Lacaze (Paris), 9.1.1941. François Chevalier avait vé (...)
  • 244 J. Chevalier avait maintenu des contacts avec son ami Lord Halifax : J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr (...)

127Ainsi, au 1er janvier 1941, un seul pensionnaire se trouvait au sud des Pyrénées : François Chevalier243. Encore avait-il pu « devancer l'appel » grâce à son père, devenu secrétaire d'État à l'Instruction publique, deux semaines auparavant, après avoir exercé les fonctions de secrétaire général du ministère244.

  • 245 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée de J. Chevalier (MEN-Vichy) à Legendre (Madrid), 24.2 (...)
  • 246 AABA-Paris, Fonds CV : note manuscrite Legendre, s.d. (janvier 1941) 2 fol. ; voir aussi ACV-Madrid (...)

128Legendre pouvait, a priori, compter sur cet ami intime qui lui avait « confié » son fils. Malgré sa débordante dévotion pour le Maréchal, Jacques Chevalier ne resta cependant qu'une dizaine de semaines à la tête de ce département245. Le directeur de la Casa ne pouvait se réjouir de voir le nouvel hôtel si peu occupé. Il avait, certes, des exigences : « Il importe que nos pensionnaires ne donnent pas prise à la moindre critique sous le rapport de la tenue et des idées »246. Lui-même n'avait pas peu contribué au désordre dans le choix des candidats, en présentant des listes en concurrence avec celles de Cirot et de l'Académie !

  • 247 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 28.12.1940, p. 524.
  • 248 L'un d'entre eux, l'architecte Herr, ne viendra jamais. Les quatre autres, les peintres Gil son, de (...)
  • 249 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : copie note n° 591, Rochat, SOFE-MAE à MEN - Vich (...)
  • 250 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 4, SOFE-MAE, Vichy, à Ambassade-Madrid, 28.6.1941, transmettant la n (...)
  • 251 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : correspondance MEN-MAE, Vichy, du 30.11.1940 au (...)

129Dans sa séance du 28 décembre, celle-ci avait élu cinq artistes247. Aucun d'entre eux ne put venir en Espagne avant la fin de la guerre ! Le peintre Jacques Hirtz, présenté par la ville de Paris, et d'abord accepté, fut, ensuite, mis en compétition avec une autre artiste, Henriette Le Pesqueux. Pour une seule bourse ! Là encore, cette situation insolite dura jusqu'en avril 1941, quand les première mesures anti-juives du gouvernement de Vichy mirent fin aux espoirs de Hirtz248... Ainsi, au printemps, le Service des œuvres se plaignit-il à l'Instruction publique de cette situation chaotique. « Vous reconnaîtrez qu'il est paradoxal d'entretenir, à des prix si élevés, une institution qui ne réalise, en aucune manière, sa destination première »249. « Tant de crédits pour un seul pensionnaire ! »250. Selon l'ancien recteur Terracher, devenu secrétaire général du ministère, Legendre demandait tin nombre exagéré de bourses. L'Espagne, au détriment de l'Amérique ibérique, valait-elle un effort si démesuré ? Il n'était pas concevable que l'on pût faire de la Casa « une chose d'apparat extrêmement onéreuse ». Elle devait n'être qu'un lieu de passage pour chercheurs, avec gîte et couvert, au retour des tournées dans les archives et les bibliothèques de la Péninsule. La question des bourses posait, naturellement celle des subventions, c'est-à-dire du budget général. À l'automne 1940, le Service des œuvres, prétextant que, jamais dans le passé, la charge des bourses ne lui avait été imputée, demanda à l'Instruction publique d'assurer la tutelle de fonctionnement de la Casa de Velázquez. Lacaze, on s'en souvient, avait évoqué cette possibilité dès novembre 1938. Mais le ministère sollicité semblait craindre, avec raison, que l'on ne glissât vers la tutelle... de la reconstruction. Avec quels crédits... si le gouvernement espagnol ne voulait rien entendre ? Il faudrait, alors, remettre à l'état français le terrain concédé, en 1920 à l'Académie. Peut-être même, scinder l'œuvre, en créant une École française d'Espagne, une EHEH élargie qui serait, ainsi, une institution rigoureusement semblable aux maisons de Rome et d'Athènes... Jérôme Carcopino, devenu secrétaire d'État à l'Instruction publique, en février 1941, imagina même - si l'on ne pouvait récupérer le Palais Farnèse et la Villa Médicis - de faire de la Casa reconstruite, l'École d'art et d'archéologie de la France en pays latins. Plus résolu que son prédécesseur, il accepta, en mai, que le budget de l'institution madrilène passât sous la férule de son ministère. Le transfert serait réalisé en 1942. L'ultime obstacle de la priorité des crédits des Affaires étrangères à d'autres établissements de la Péninsule ibérique serait, ainsi, contourne251.

  • 252 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à SOFE-MAE, Vichy, 18.4.1941.
  • 253 Rentrée à Bordeaux, Isabelle Paris se maria, peu après, avec André Conte. Mais la famille était enc (...)
  • 254 Installé à Gan, au sud de Pau, il y mourut le 11.4.1948. On lui alloua une retraite, une allocation (...)

130Car c'était, avant tout, la reconstruction que visaient les divers responsables de la Casa. Le « Trianon » de la rue Serrano ne pouvait qu'être un hébergement très provisoire. Legendre ne l'avait loué que pour deux ans. Le mobilier faisait cruellement défaut, tout comme les instruments de travail et les ateliers d'artistes252. Les collaborateurs du directeur étaient, en outre, revenus définitivement en France. De multiples raisons les y avaient poussés. L'inexistence d'une bibliothèque, l'absence de pensionnaires, l'inutilité d'une comptabilité sophistiquée, liées à des motifs plus personnels, ramenèrent Isabelle Paris vers Bordeaux253. Quant au solide Jean-Baptiste Soutiras, à soixante-quinze ans, il aspirait au repos. En outre, la maison louée disposait d'un couple de concierges, ce qui rendait illusoire sa présence dans la capitale espagnole. La santé de sa femme ne fut sans doute pas, non plus, étrangère à cette décision de retraite dans son Béarn natal254.

  • 255 La Colmena (La Ruche), film de Mario Camus, 1982, d'après un roman de Camilo José Cela : E. Larraz, (...)

131Les difficultés matérielles rendaient, en outre, la vie madrilène peu supportable. Pénurie et marché noir (estraperlo) florissaient, à la mesure inquiétante de la flambée des prix : il était là, le temps de La Colmena255.

  • 256 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37, dossier IFM-Lycée français, 1940-1944 : calcul du (...)

132Le tableau de la page suivante, relatif aux coûts approximatifs des denrées de première nécessité, le montre aisément256.

Produits

Prix (en Pesetas)

1936

1940

1941

Viande (kg)

4,80

12

15-18

Poisson (kg)

3-4

5-8

9

Farine (kg)

1

2-3

12

Pommes de terre (kg)

0,30

0,60

2,25-2,50

Sucre (kg)

1,65

6

13-15

Beurre (kg)

10

20

28

Huile (litre)

2,25

8

15

Lait (litre)

0,70

1

1,25

Vin (cántaro =11 litres env.)

9

15

23

Charbon (tonne)

120

160

240

  • 257 Ibidem et AABA-Paris, Fonds CV : divers documents, décembre 1940-janvier 1941. L'acceptation, par L (...)
  • 258 ACV-Madrid, carton 1 : correspondance Maroc. R. Ricard était directeur général de l'Instruction pub (...)

133Afin de compenser les départs de ces cadres expérimentés, Legendre obtint que Paul Guinard fut nommé directeur-adjoint. Ainsi, en cas d'absence, la maison ne serait pas abandonnée257 ! Il proposa aussi le choix d'Henri Terrasse comme délégué - tout aussi bénévole - de l'institution madrilène au Maroc, où elle possédait des intérêts, sous la forme des deux ateliers d'artistes de Fez. Les études nord-africaines n'étaient-elles pas, en outre, un complément indispensable aux recherches hispaniques ? L'empire chérifien pourrait être aussi, à nouveau, une éventuelle base de repli. Legendre y entretenait de solides relations : il pouvait ainsi compter sur Robert Ricard et Raymond Thouvenot258.

  • 259 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 29.3.1941, p. 543.
  • 260 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre Boschot (Paris) à Carcopino (Vichy), 29.5.1941. On trouve une copie (...)
  • 261 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : note n° 122, MEN à SOFE-MAE, Vichy, 1.6.1941. Dè (...)
  • 262 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot (Paris) à Pétain (Vichy), 1.4.1941. Une note annexe dét (...)
  • 263 H. du Moulin de Labarthète, ouvr. cité, p. 237-238. F. Piétri, ouvr. cité, p. 53-56. Ramón Serrano (...)

134La reconstruction de la Casa ne pouvait être assurée que par des crédits officiels. Cette vérité première poussa l'Académie vers l'acceptation d'une remise du terrain à l'État français... sans consultation préalable des autorités espagnoles259. Le secrétaire perpétuel, dans une lettre adressée à Carcopino, fin mai 1941, proposa même, en annexe, une traduction « retouchée » du texte de la loi de 1920, permettant de confier à l'Instruction publique les destinées de l'institution260. Ces documents furent apportés par Hautecœur, directeur des Beauxarts, à son ministre installé à Vichy. Celui-ci en avertit immédiatement les Affaires étrangères. La reconstruction serait à la charge de l'administration à laquelle appartenait le messager261. Cette manipulation du texte de fondation, juridiquement nulle, n'était, somme toute, que la manifestation discrète d'un désarroi compréhensible. L'Académie avait perdu ses deux fleurons extérieurs. Il lui fallait bien composer. À Madrid, quinze années d'efforts... en ruines ! Seules, les plus hautes instances officielles pouvaient l'aider à effacer les avanies de la guerre. Depuis quelque temps déjà, Boschot en avait appelé, par missive personnelle, au Maréchal, père de la Nation. Il évoqua sa venue à l'inauguration de 1928, son ambassade récente au sud des Pyrénées, la nécessité d'une résurrection, au service d'un rapprochement franco-espagnol indispensable262. Pétain semblait soucieux de ne pas perdre le contact avec Franco. Les deux hommes s'étaient rencontrés, le 14 février, à Montpellier. En compagnie de son beau-frère, Serrano Suñer, le Caudillo revenait d'Italie, où il avait rencontré Mussolini. L'entrevue en terre languedocienne ne donna pas grand résultat263.

135Les deux régimes étaient alors engagés dans un vaste marchandage artistique. Ébauchée en juillet 1940, l'affaire s'acheva, un an plus tard, par un échange d'œuvres d'art de haute qualité. Dès décembre, les Français avaient remis à leurs voisins l'Immaculée Conception, de Murillo, rachetée par le Louvre à la dispersion de la collection Soult, en 1853-En vertu d'un accord signé à la fin de l'année, ils durent aussi rendre diverses pièces archivistiques et archéologiques : parmi ces dernières, la Dame d'Elche. Le gouvernement de Vichy, toujours inquiet de ses relations avec Madrid, y avait consenti en obtenant, pour contre-partie, deux tableaux, une tapisserie et quelques dessins anciens.

  • 264 Pour ces deux peintres, il s'agissait de leur troisième œuvre placée dans les collections du Louvre (...)
  • 265 Placée au Prado, la Dame d'Elche fut transférée, en 1972, au Musée archéologique national, tout pro (...)

136Quand, au début de février 1941, à quelques jours de l'entrevue de Montpellier, la grande « trouvaille » de Pierre Paris traversa la frontière, à Port-Bou, l'Espagne n'avait encore rien livré à la France. On s'en inquiéta vivement à Vichy. Avec les autres pièces, les deux peintures promises ne parvinrent dans l'Allier qu'en juin. Il y avait un Velázquez : Marie-Anne d'Autriche, femme de Philippe IV, et un Greco, le Portrait de l'humaniste Covarrubias264. Cet échange fut-il équitable ? De nombreux spécialistes en doutent encore, du côté français, notamment au sujet de la Dame d'Elche, acquise régulièrement, par Pierre Paris, en 1897. On se souvient que le premier directeur de la Casa Velázquez ne s'était, d'ailleurs, pas montré hostile, en 1928, au principe de son transfert en terre ibérique : mais il s'agissait de l'héberger à la Moncloa. Que serait-elle devenue, en novembre 1936 ? Ou à tout autre moment ? Il est possible de gloser longuemment sur cet échange265.

  • 266 Louis Hautecœur, Les Beaux-Arts en France, Paris, 1948, p. 216-217 : loi du 27.9.1941, sur les foui (...)

137Le problème de l'immutabilité des collections nationales était clairement posé, ainsi que la nécessité de législations de protection. Ne fallut-il pas défendre, dans la France occupée, certains chefs-d'œuvres des appétits fasciste et nazi. En clair, cet échange aurait-il eu lieu, si la France n'avait pas été vaincue ? La coïncidence chronologique est, en tout cas, frappante... mais elle permit au législateur français de se doter de lois de protection artistique et archéologique, encore partiellement en vigueur aujourd'hui266.

  • 267 ACV-Madrid, carton 15 : lettre manuscrite de René Huyghe (Vichy) à Legendre (Madrid), 14.12.1940. V (...)
  • 268 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : d. n° 71, Piétri (Ambassade-Madrid) à SOFE-MAE ( (...)

138Legendre, en qualité d'attaché culturel, avait participé, de façon très secondaire, à cette négociation. La venue de délégués français - Hautecœur, Huyghe, Jaujard - lui avait surtout permis de les sensibiliser à l'œuvre de cette Casa à l'avenir si incertain267. François Piétri, dans une longue dépêche au ministère, posa la question avec acuité. Deux attitudes étaient concevables, écrivait-il : « Soit la France estime qu'elle a changé de “condition”... Elle renonce à sa propagande spirituelle... elle se confine dans un isolement fait de modestie et de dignité... Soit, la France, matériellement vaincue et abaissée, ne veut pas se démettre du rôle international que lui confère encore son énorme potentiel dans les choses de l'esprit. Il convient qu'elle redouble d'effort et d'activité, qu'elle ne laisse rien prescrire des institutions qu'elle a fondées à l'étranger... En tout cas, le dilemme paraît, ainsi, plus clair. Première thèse : ni Villa Médicis, ni Casa Velázquez. Deuxième thèse : l'une et l'autre... Je ne cherche pas à démontrer que cette seconde se défende mieux que l'autre, mais seulement qu'elle est mieux comprise par nos amis à l'étranger et que, dans les milieux favorables à la France, on serait surpris et déçu qu'elle en adoptât une autre »268.

  • 269 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 3.7.1941.
  • 270 Fernando Eguidazu, Intervención monetaria y control de cambios en España 1900-1977, Madrid, 1978, p (...)

139Pour Legendre, le doute n'était évidemment pas permis : il l'avait répété dans diverses notes adressées au diplomate. Allemands, Italiens et Britanniques avaient ouvert, depuis deux ans, des centres culturels semblables aux Instituts de Madrid et de Barcelone. La Casa, par contre, était un « instrument unique au monde... Ajourner, c'était perdre du terrain, et l'on paierait plus cher. Ne pas prendre de décision, c'est, en réalité, décider, mais décider contre. Ce serait un suicide sans excuse », concluait-il269. Or, depuis la guerre civile, les entreprises françaises opérant au sud des Pyrénées souffraient du blocage de leurs avoirs en pesetas, sous la surveillance d'un Instituto Español de Moneda Extranjera (Institut de contrôle des changes)270. L'ambassadeur de France ajoutait : « La réédification de la Casa Velázquez, qui intéresse l'ensemble de la reconstruction de la Cité universitaire, est le type d'opération que les autorités admettraient comme motif à un retrait licite de pesetas bloquées... Si on ne le fait pas, les Espagnols sont capables d'exproprier le terrain... L'effet serait détestable ».

  • 271 P. Chías Navarro, ouvr. cité, p. 163-174. Voir aussi les brochures éditées en octobre 1942 et octob (...)
  • 272 ACV-Madrid, carton 3, dossier de presse madrilène : déclarations de Legendre, Voz de España, organe (...)
  • 273 AAF-Madrid, carton 462 : note dactylographiée Lacaze, 24.10.1940.
  • 274 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre manuscrite Legendre (Madrid) à Rosset (DESUP-Vichy), 27.11.1940.
  • 275 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite Legendre à Piétri, Madrid, 21.11.1940.
  • 276 ACV-Madrid, carton 2 : lettre dactylographiée Zavala à Legendre, Madrid, 2.1.1941, avec devis chiff (...)
  • 277 En avril 1941, « l'habitation du gardien sera bientôt inutilisable ». AN-Paris, F17bis 5497 : lettr (...)

140De fait, d'après l'alinéa B de l'article 2 du texte législatif espagnol de 1920, le non-relèvement des ruines de la Casa pouvait entraîner une saisie, pour défaut d'utilisation de concession. Depuis le début de l'année 1941, les travaux avaient repris à la Moncloa, en vertu d'une loi du 10 février 1940, créant, sous la présidence du Generalísimo, une Junte de reconstruction de la Cité Universitaire271. Legendre n'avait-il pas déclaré à la presse espagnole que la Casa serait reconstruite dans son style originel ? Peu importe qu'ait été alors proférée l'accusation, inexacte, contre les « Rouges, qui l'ont fait sauter et en ont saccagé les salons »272 ! La fin justifiait les moyens... En octobre 1940, Lacaze avait réaffirmé la volonté française de reconstruction de l'ensemble en trois étapes : déblaiement des décombres, rénovation des ailes et reconstruction de la façade. La remise en état du pavillon du concierge et de l'atelier Peñarroya serait incluse dans la première tranche de travaux273. Au sujet de l'utilisation possible des avoirs bloqués en Espagne, Legendre avait reçu, en novembre, des informations encourageantes274. « Même si pour des raisons de basse politique ou de chantage allemand, ce moyen de reconstruire rapidement la Casa nous était refusé, il vaudrait la peine de l'avoir tenté »275. En janvier 1941, un second avant-projet de reconstruction avait été soumis par Zavala à Legendre. Rappelant toute l'affaire, depuis juin 1939, l'architecte espagnol concluait sur un devis total de 7.949.300 Ptas, assez proche de celui de Péchin. Pour le pavillon du concierge, à rénover d'urgence, 7.075 Ptas étaient nécessaires276. Joaquín Díaz et sa famille logeaient, en effet, dans des conditions « infrahumaines », ce que le directeur de la Casa reconnaissait volontiers277. Zavala avait aussi évoqué, dans son rapport, la difficulté de chiffrer le coût très précis de la reconstruction, avant que ne fût opéré le décombrement, la question du style de l'édifice futur se posant en termes flous, à cause de la destruction du portail d'Oñate qui donnait à la façade son inspiration et ses mesures.

  • 278 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée n° 1441, Carcopino (Vichy) à Boschot (Paris), 29.6.19 (...)
  • 279 ACV-Madrid, carton 3 : lettre manuscrite de F. Ledoux (Evian) à Legendre (Madrid), 11.8.1941. AMC-P (...)
  • 280 Ibidem, carton 3, correspondance CV : lettre dactylographiée MEN-Vichy à Haffner, 22.8.1941. Haffne (...)

141Fin juin 1941, tandis que l'Allemagne attaquait brutalement l'Union soviétique, Carcopino confirmait la prise en charge du coût de la reconstruction par son ministère278. Le secrétariat d'État à l'Économie nationale, contacté, ne pouvait cependant avancer qu'une faible somme. Frédéric Ledoux, lors d'un déjeuner avec le Maréchal, avait relancé l'affaire, à la mi-juillet. Il le fit savoir à Legendre, en lui indiquant que Jean-Jacques Haffner, architecte désigné par l'Institut, viendrait bientôt dans la capitale espagnole afin de prendre vigoureusement le dossier en main279. Cet ancien membre de la Villa Médicis280, architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux, était chargé d'assurer non seulement la reconstruction de « Grand Palais » de la Moncloa, mais aussi de la rénovation du « Petit Palais » de l'Institut français et de la nouvelle résidence de l'ambassadeur, sur un terrain tout récemment acquis par Piétri.

  • 281 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note DESUP à DGBA, 20.8.1941, et note DGBA à cabinet MEN, Vich (...)
  • 282 AN-Paris, F17bis 5497 : correspondance Vichy (M. Finances et MEN)-Madrid (Ambassade), du 5.9 au 15. (...)
  • 283 Ibidem, copie lettre Carcopino (Vichy) à président ABA (Paris), 27.9.1941. Pourquoi cette missive a (...)
  • 284 Des copies de ce projet de décret sont localisables dans AABA-Paris, Fonds CV, dans AN-Paris, F17bi (...)
  • 285 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 159, Ambassade-Madrid à SOFE-Vichy, 31.12.1941. AMAE-Paris, sé (...)

142À Vichy, les discussions sur la tutelle et le financement de la Casa reconstruite filaient bon train. La Direction de l'Enseignement supérieur hésitait à retirer la propriété éminente de l'institution à l'Académie. Le ministre y était, au contraire, plutôt favorable comme il l'avait souligné durant une réunion, dans son bureau, à la mi-septembre. Entre ces deux positions, l'administration du Secrétariat général des Beaux-arts, en charge du dossier, ne savait que faire281. Quant aux Finances, ils déclarèrent, un mois plus tard, que sur les 10 MPtas demandés par Zavala, on pourrait seulement, dans un geste amical envers l'Espagne, verser environ 1,5 MF (environ 300.000 Ptas). Il fallait rester prudent, conseillait le ministre Bouthillier. Cela permettait, au moins, de déblayer le terrain... Madrid fut immédiatement avisé de cette bonne volonté282. Quant à Carcopino, il maintenait son désir du transfert de la propriété de l'immeuble reconstruit à l'État283. En toute logique, les grandes manœuvres sur l'avenir de la Casa se développaient, sans que chaque antagoniste, dans une France déchirée, pût l'emporter sur l'autre. Le compromis s'imposait donc à travers un projet de décret, élaboré en novembre, qui visait au transfert de l'établissement, sous la tutelle de l'Éducation nationale, avec maintien des prérogatives de l'Académie pour les artistes, l'Enseignement supérieur se chargeant directement des jeunes érudits284. La Compagnie du quai Conti accepta ce texte. Mais le département des Affaires étrangères exprima son désaccord avec le fait de n'être pas consulté pour la nomination du directeur, dont le mandat était prévu pour cinq ans en terre étrangère. Legendre, lui aussi, exprima son hostilité à un quinquennat « trop précis »285.

  • 286 AABA-Paris, Fonds CV : copie note ABA à Legendre, Paris, 5.11.1941, transmise à MEN-Vichy (copie da (...)
  • 287 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié de Haffner (Paris) à DGBA-MEN (Vichy), (...)
  • 288 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Haffner à Lacaze, Paris, 11.12.1941, avec copie à DGB (...)
  • 289 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 119, Piétri (Ambassade-Madrid) à MAE-Vichy, 28.10.1941, transmise à M (...)
  • 290 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : copie note n° 14, SOFE-MAE à DGBA-MEN, Vichy, 5.7.1941.
  • 291 AN-Paris, F17bis 5497 : correspondance DGBA-MEN et Contrôle dépenses-MENF, Vichy, octobre 1941-févr (...)

143Enlisé dans cette lutte d'influence, le destin de la Casa, en cette fin de 1941, fut encore marqué par deux conflits. Le premier opposa Legendre à l'Académie. Celle-ci reprochait au directeur de ne pas lui avoir donné de nouvelles de la maison pendant une année entière. Celui-là rétorqua qu'en sus des difficultés de communications, qui ne lui avaient pas permis de s'exécuter, la Compagnie n'avait envoyé personne et que le séjour des artistes était beaucoup trop court, puisque l'on s'évertuait, depuis Paris, à ne pas renouveler des bourses déjà bien maigres286. On en resta apparemment là. Un second motif d'affrontement devait surgir, plus en douceur, durant ce même mois de novembre. À l'issue de sa première mission à Madrid, Haffner avait préconisé une refonte du style de la Casa. Puisque les tours et le portail de la façade étaient détruits, il lui semblait bon d'envisager une reconstruction plus moderne. Il fondait ses observations sur les bâtiments qui resurgissaient de terre, sur le plateau de la Cité universitaire287. Dans une conversation avec l'amiral Lacaze, le 10 décembre, à Paris, il lui présenta ce point de vue288. Un affrontement entre « modernistes » et « traditionnalistes » se préparait... Les autorités espagnoles, averties du désir français de reconstruire, avaient manifesté leur satisfaction et leur attachement à l'ancienne silhouette de la Casa de Velázquez. Legendre était aussi de cet avis289. La solution de l'utilisation des avoirs bloqués avait été rejetée, dès l'été290. Il fut décidé que l'Éducation nationale demanderait 50 MF pour la reconstruction, dont 20 % seraient débloqués sur les crédits du Secrétariat général aux Beaux-arts pour 1942, une somme de 1,5 MF pouvant, en outre, être rapidement utilisable pour le déblaiement et les premiers travaux291.

  • 292 Ibidem, rapport Legendre sur l'activité de la CV en 1941, Madrid, 20.1.1942. AABA-Paris, Fonds CV : (...)

144Legendre pouvait s'estimer satisfait d'une telle perspective, d'autant que les pensionnaires commençaient, enfin, à arriver rue Serrano : au crépuscule de l'année, cinq éruclits et un artiste étaient présents292. La guerre avait pris entretemps une dimension véritablement mondiale, avec l'agression japonaise du 7 décembre, sur la base navale de Pearl Harbor, dans l'archipel des Hawaï. Les États-Unis entraient de plain-pied dans le conflit, mais son issue demeurait incertaine, tant les forces allemandes et nippones paraissaient impressionnantes.

  • 293 Raymond Lantier, notice nécrologique d'Eugène Albertini, Revue Archéologique, t. XVII, 1941, p. 230 (...)
  • 294 J. et B. Guérin, ouvr. cité, p. 586. AAIBL-Paris, registre E113, 1940-1945, séance du 11.7.1941, p. (...)
  • 295 BH, n° 2, 1943, p. 164-174. Martinenche fut l'un des promoteurs de la bourse de l'université de Par (...)

145Cette année 1941 fut cruelle, pour ceux qui avaient voulu ou animé la Casa. En janvier, le dernier survivant de la mission de 1916, Henri Bergson, mourut dans la fierté discrète de son judéo-christianisme. Le mois suivant fut particulièrement sombre : le premier membre de l'EHEH, Eugène Albertini, décéda le 15, Alice Cabarat, rapatriée à Paris, le 26, et l'ancien protecteur de l'institution, le roi Alphonse XIII, le 28, à Rome293. En juillet, le doyen Radet, membre du Conseil d'administration, s'éteignait dans sa propriété girondine294. En décembre, enfin, l'un des grands hispanistes français, Ernest Martinenche, disparaissait295.

  • 296 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée Legendre s.d. (janvier 1942) et AN-Paris, F17bis 5497 : (...)
  • 297 Le transfert du compte Crédit Lyonnais-Bordeaux au compte Banque Centrale pour l'étranger-Vichy ava (...)
  • 298 Né en 1907, Couve de Murville, inspecteur des Finances, assumait, depuis 1940, cette direction. Il (...)
  • 299 ACV-Madrid, carton 7 : comptabilité 1942, compte pesetas Crédit Lyonnais-Madrid. Dépenses 1942. Loc (...)
  • 300 Jacqueline et Christiane Deneumostier étaient deux jeunes Belges résidant à Madrid. La première éta (...)

1461942 devait être, pour tous, le temps de la consolidation et de reconstruction. Legendre allait y consacrer toute son énergie : les rapports succédaient aux rapports. Ainsi demandait-il que le taux des bourses de l'Académie fût relevé, ce à quoi Boschot répliquait que les ressources des fondations de l'Institut rendaient ce vœu difficile à satisfaire. Une « rallonge » fut néanmoins consentie296. Les sommes transitaient désormais par une agence parisienne du Crédit Lyonnais, puis par l'agence de Vichy de la Banque Centrale pour l'étranger, et non plus par le Crédit Lyonnais de Bordeaux, situé dans une zone où les mouvements de fonds étaient étroitement surveillés, la France devant verser à l'Allemagne de fortes sommes journalières pour l'entretien des troupes d'occupation297. À Vichy même, la Direction des finances extérieures, à travers un Office des changes, assurait un contrôle rigoureux, sous la direction d'un jeune haut fonctionnaire, Maurice Couve de Murville298. Les bourses payées en principe, par trimestres, et les subventions ne parvenaient que très irrégulièrement à Madrid. Le budget de fonctionnement - 882.000 F en 1942 - toujours à la charge principale des Affaires étrangères, était impatiemment attendu... Pour les nouveaux pensionnaires, Legendre avait loué deux appartements, rue Castelló et rue Núñez de Balboa299. Il fit de même, avec deux ateliers, dans les quartiers du Viso et de Chamartin. Ces derniers étaient, selon Legendre, plus difficiles à trouver que les logements, pourtant rares. Quant au personnel, il était désormais composé d'une secrétaire-comptable, Christiane Deneumostier, d'un chauffeur, Cándido, d'une cuisinière, Flora, et de deux autres employées300. En outre, le fidèle Joaquín gardait le terrain de la Moncloa, dans les dures conditions que l'on sait.

  • 301 Témoignages oraux de R. Marsan, Pau, 1984 et de F. Chevalier, Paris, 1984 ; voir aussi BH, n° 2-3-4 (...)
  • 302 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 24.2.1942. La not (...)
  • 303 Ibidem, lettre et carte postale d'André Bourdil (Madrid et Vichy) à Lacaze (Paris), 28.3 et 4.6.194 (...)
  • 304 AN-Paris, Papiers Pétain, Cabinet Civil 180, carton 2 AG-II-575. De juin à octobre 1942, cinq notes (...)
  • 305 Selon du Moulin de Labarthète (hostile), ouvr. cité, p. 438 et Fernand de Brinon (favorable), Mémoi (...)
  • 306 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 152, Piétri (Ambassade-Madrid) à Pierre Laval (MAE-Vichy), 29.7.1942, (...)

147Chaque pensionnaire travaillait avec les moyens à sa disposition. François Chevalier se fixa à Séville, afin d'élaborer sa thèse sur le Mexique, au contact de Robert Ricard, à qui il rendit visite, au sud du détroit de Gibraltar. Rameline Marsan, revenue à l'EHEH, fit de même entre deux voyages dans le nord-ouest de la Péninsule (Galice-Asturies)301. Legendre avait réussi à faire attribuer un ensemble de bourses nord-africaines à une jeune femme berbère, musicologue, chanteuse folklorique - et « catholique », précisait-il - qu'il avait connue à Fez, en 1939, et à laquelle il portait une particulière affection : Marie-Louise Amrouche, qui se maria bientôt, en mars 1942, avec André Bourdil, pensionnaire peintre. Le directeur, dans un rapport de février, se plaignait d'ailleurs qu'aucun véritable musicien-compositeur ne fût envoyé à Madrid. Mais la Casa avait enfin repris « son activité normale » : dix pensionnaires, dont quatre artistes302. Une petite exposition put, semble-t-il, être organisée, rue Serrano, en juin303. À ce moment-là, les caisses de la Casa étaient vicies, aucune subvention n'ayant été reçue. L'augmentation du nombre des pensionnaires, la cherté croissante de la vie et les difficultés de transformation des francs en pesetas expliquaient cette situation sordide. L'hiver 1941-1942 avait été rude, sur le plateau castillan. Seule, la bibliothèque... sans livres, était convenablement chauffée. Ainsi, Legendre accusait-il certains exécutants de « saborder » la politique du Maréchal qui, lui, était favorable, disait-il, au développement des œuvres françaises en Espagne304. Depuis la fin d'avril, le gouvernement de Vichy était aux mains des « collaborationnistes durs ». Pierre Laval avait remplacé Darían à la Présidence et aux Affaires étrangères. Quant à l'Éducation nationale, elle avait été confiée au journaliste-écrivain Abel Bonnard que Pétain n'aimait guère305. Le 23 juillet, la Casa fut fermée. La rentrée d'octobre s'annonçait problématique : il fallait vite désigner les boursiers, leur fournir des allocations supérieures à 35.000 F et envoyer les subventions306.

  • 307 ACV-Madrid, carton 1 : carte postale Boschot (Paris) à Legendre (Madrid), 13.6.1942. Le secrétaire (...)

148Par ailleurs, l'Académie se plaignait, encore, de ne recevoir de Legendre aucun document administratif ou comptable. La Cour des comptes en était offusquée307. Mais cette France officielle qui, malgré le démembrement du territoire national, prétendait encore fonctionner pouvait-elle toujours aspirer à une telle normalité ? L'occupant faisait ce qu'il voulait... même à Vichy, où toute fiction d'indépendance s'évanouissait avec le cabinet Laval.

  • 308 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : convention Haffner-Zavala, Madrid, 28.4.1942.
  • 309 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié de Haffner à BBCPN, Paris, 11.5.1942 et (...)
  • 310 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : devis estimatif des travaux de reconstruction, Zavala, Madrid, (...)

149Le premier semestre 1942 n'avait enregistré aucun progrès significatif, quant à la reconstruction. Les nouveaux bâtiments de la Cité universitaire faisaient désormais contraste avec l'état d'abandon régnant sur le terrain de la Casa. Par un contrat du 28 avril, Zavala, indispensable, selon la législation espagnole, et Haffner ébauchèrent leur collaboration en vue de la réédification du palais détruit308. L'architecte français avait pu se déplacer de nouveau dans la capitale espagnole. Le « sentiment madrilène » étant favorable au maintien du style ancien, Haffner avait obtempéré. Lors de son séjour, Piétri et l'entrepreneur Palancar avaient signé le premier contrat de déblaiement et de démolition des parties condamnées. Un second marché avec la société Parer était à la révision. Il concernait la reconstruction du logement du concierge et de l'atelier Peñarroya ainsi que la réfection du réseau d'égoûts309. Zavala avait, quant à lui, établi un ultime devis estimatif, avant enlèvement des décombres et destruction de l'irrécupérable : près de 18 MPtas310. Legendre espérait-il qu'une telle somme, 87 MF !, pourrait un jour parvenir à destination ?

  • 311 AN-Paris, F17 13339, correspondance du Cabinet : note dactylographiée de Galletier (DESUP-MEN), Vic (...)
  • 312 Ibidem, F17 13359, Relations culturelles avec l'étranger, 1942-1944 : note dactylographiée, 2 p., s (...)
  • 313 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée Legendre à Piétri, Madrid, 20.11.1942, et note Piét (...)

150En outre, le transfert de tutelle n'était toujours pas opéré. Les Finances renâclaient : une vaste réorganisation des établissements français à l'étranger était alors envisagée. Un plan de réforme fut, en effet, élaboré. La collaboration la plus étroite devait s'établir entre les partisans d'une Europe nouvelle311. Outre l'Institut culturel franco-allemand (européen) et un Centre universitaire méditerranéen à Aix-Marseille, serait fondée une Institution pour l'étude et la propulsion (sic) des rapports intellectuels franco-espagnols. Son nom ? Hesperia ou Pyrène (sic)... Elle regrouperait toutes les manifestations envisageables entre les deux pays. Les organismes existant, au nord et au sud des Pyrénées, y seraient regroupés, la Casa étant bien sûr directement concernée. Lacaze et Boschot s'étaient entretenus, à Paris, avec le représentant d'Abel Bonnard, l'inspecteur général Jean Mouraille, plus spécialement chargé des questions ibériques. La prise en charge par l'Éducation nationale n'aurait lieu qu'à partir du 1er janvier 1943312. Aux demandes de crédits formulées par Legendre, il fut répondu que la Casa, qui venait de toucher les sommes initialement prévues, pouvait terminer l'année sans difficultés. On peut aisément imaginer l'état d'esprit du directeur, qui les considérait très insuffisantes313... Comment développer les relations culturelles franco-ibériques avec une telle pénurie de moyens ? Comment ne pas être lassé d'adresser supplique après supplique pour le fonctionnement et la reconstruction d'une institution aussi « incomparable » que la Casa de Velázquez ?

151La guerre elle-même ne pourrait-elle permettre de résoudre la question ? Les Anglo-Américains venaient alors de débarquer en Algérie et au Maroc. L'opération Torch, déclanchée le 8 novembre 1942, fut un succès, mais les Allemands réagirent en occupant la zone libre. La flotte française, désarmée, se saborda à Toulon, peu avant l'arrivée de la Wehrmacht. Les colonies se détachaient de la métropole, désormais totalement assujettie. Le sort des armes évoluait, d'ailleurs, sur tous les théâtres d'opérations. Les Japonais avaient échoué dans leur offensive sur l'Australie. Les Allemands et leurs alliés subissaient leur premier revers devant Stalingrad, tandis que les Britanniques, après les combats d'El Alamein, faisaient refluer vers l'ouest les Germano-Italiens... Dans cette vaste empoignade, les Français paraissaient plus désemparés que jamais. Certains combattaient le bolchevisme dans les plaines russes, d'autres repoussaient les forces africaines de l'Axe. Entre les résistants de la première heure et les collaborateurs les plus acharnés, se déployait progressivement un large éventail.

  • 314 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Vichy, chemise 271 : d. n° 4, André Montaudon, consul de France (...)
  • 315 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : note dactylographiée sur la situation à Ma (...)
  • 316 J.-B. Duroselle, « Une création ex nihilo : le ministère des Affaires étrangères du Général de Gaul (...)

152Dans ce contexte aux reflets mouvants et flous, les Français de l'étranger se sentirent doublement concernés par l'évolution des événements militaires. À Madrid, la communauté française était indécise. Un rapport du consul la voyait ainsi, en septembre 1941 : mal informée, elle manifestait peu d'intérêt pour la Révolution nationale voulue par le Maréchal, auquel cependant l'attachement restait fervent. En règle générale, les mesures contre les communistes, les juifs, les franc-maçons... et les parlementaires étaient bien accueillies. Pourtant, en politique extérieure, les positions paraissaient plus tranchées. La grande majorité n'avait pas confiance dans la politique de collaboration avec l'ordre nazi. La victoire des Anglo-saxons était souhaitée avec espoir, mais la crainte d'un regain d'esprit anarchiste et révolutionnaire était perceptible. Certains « piliers » de la colonie française n'avaient-ils pas souffert des décisions des « rouges » espagnols, durant la guerre civile ? Cette sympathie pour les Britanniques ne signifiait pas adhésion au mouvement gaulliste : il n'y avait pas encore de véritable réseau d'évasions vers le Portugal ou Gibraltar. De même, une tentative de création d'une section du Parti populaire français de Jacques Doriot avait échoué : des contacts discrets avec la Phalange existaient, néanmoins. Grâce aux dons de la colonie, l'œuvre de Saint-Louis-des-Français avait pu être reconstruite : le cardinal Gerlier, primat des Gaules, y avait été reçu très chaleureusement, en 1941. Bref, l'ambassadeur qu'avait été Pétain ralliait encore les cœurs314. Un an plus tard, la situation avait radicalement changé. Dès novembre 1942, les défections se multiplièrent. Deux options s'offraient aux nouveaux résistants : soit de Gaulle, à Londres, soit Darían, à Alger. Ce dernier, au prix d'une véritable volteface, avec l'aval des Anglo-Américains, avait formé une sorte de triumvirat avec les généraux Giraud et Juin, qui recueillit l'adhésion du colonel Malaise, attaché de l'Air en Espagne. Les titulaires des affaires ecclésiastiques, financières et commerciales le suivirent très vite : il s'agissait de l'abbé Boyer-Mas, de Largentaye et de Pettit. Début décembre, l'officier français revint d'Alger afin d'entraîner Piétri dans le mouvement : ce fut un échec. « C'est un homme nerveux, vélléitaire, imprudent, dépassé par les événements », concluait une note algéroise, qui ajoutait que les gaullistes, par leurs « excès », avaient fait bien des dégâts315. Mais, à la veille de ce Noël 1942, l'amiral Darían était assassiné, dans la Ville Blanche, par un jeune royaliste. Giraud lui succéda. De Gaulle, chef des Forces françaises libres, avec le soutien de la résistance intérieure et de Staline, préparait sa « contre-offensive »316...

  • 317 F. Piétri, ouvr. cité, p. 213 et 219-222 et P.-J. Guinard, témoignage oral, Paris, 1984.

153Dans la capitale espagnole, ainsi qu'à Barcelone, les responsables des instituts et lycées français se déclarèrent immédiatement en dissidence. Paul Guinard vint en avertir l'ambassadeur, dès le 13 novembre. Il semblait, néanmoins, possible de poursuivre l'activité des œuvres, malgré cette fracture, Piétri acceptant de sauver ainsi les apparences317.

  • 318 Diverses lettres et notes dans AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37, dans AAF-Madrid, cartons 45 (...)
  • 319 BH, n° 1, 1944, p. 73-78. En réalité, il y avait une « nouvelle », Hélène Lalaurie, mais elle ne pu (...)
  • 320 AABA-Paris, Fonds CV : bourses 1942-1943, correspondance Legendre-Lys-Lacaze, novembre-décembre 194 (...)

154Quant à Legendre, il semblait rester fidèle à l'État français. Toujours titulaire des affaires culturelles de la représentation vichyste, il se plaignait surtout des perpétuels retards de crédits d'un gouvernement, désormais, sans liberté de décision318. Les bourses des pensionnaires de l'année précédente avaient été renouvelées319. Un seul « nouveau », parmi les artistes, avait été nommé par l'Académie : l'architecte André Lys320.

  • 321 ACV-Madrid, carton 3, dossier presse : nouveaux travaux de la Cité universitaire de Madrid, en vert (...)
  • 322 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié n° 2, Haffner, 12.11.1942, qui parle d' (...)
  • 323 Les tribulations du dossier dans : AAF-Madrid, carton 453, et dans AMC-Paris, Papiers Haffner, cart (...)
  • 324 ACV-Madrid ; carton 1 : copie note dactylographiée, Legendre, 8 p., s.d. (fin 1942 ou début 1943). (...)
  • 325 AABA-Paris, registre 2E27 : séance du 19.12.1942, p. 66.

155Mais le directeur de la Casa s'inquiétait également du blocage du dossier de la reconstruction, tandis que la seconde tranche des travaux de la Cité universitaire de Madrid débutait321. Malgré l'accord de Vichy, l'attaché financier, en dissidence, ne pouvait faire virer aucune somme aux entrepreneurs des deux marchés conclus quelques mois plus tôt322. L'avis officiel ne parvint à Madrid que le 19 décembre. Ainsi rien n'avait-il été fait, sur le terrain de la Moncloa, en cette fin d'année ! Legendre, déçu, avait insisté auprès de Piétri pour que l'on acceptât même une rallonge au contrat Palancar. La raison ? Puisque l'on allait entreprendre le déblaiement en hiver, le coût de la main-d'œuvre serait plus élevé : il faudrait 120 jours au lieu de 84... pour cause d'obscurité323 ! Le directeur de la Casa alerta encore Vichy sur la question de la reconstruction totale et adressa directement à Bonnard, les prévisions du budget de fonctionnement pour 1943324. L'Académie avait d'ailleurs mis en place une commission de reconstruction325.

  • 326 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 15.1.1943. Voir a (...)
  • 327 AN-Paris, F21 7166 : notes Piétri à attaché financier, réquisitions de paiement, février-mars 1943.
  • 328 AN-Paris, Papiers Pétain, cabinet civil 180, carton 2 AG-II-575 : lettre de Legendre (Madrid) à Bau (...)
  • 329 Ce document n'a pas été retrouvé dans AAF-Madrid. Une copie de cette d. n° 45, Laval (MAE-Vichy) à (...)

156Enfin, le 11 janvier 1943, les travaux de déblaiement purent commencer, mais les finances suivraient-elles326 ? En février-mars, l'ambassade semblait encore en mesure de payer les entrepreneurs327. Mais, n'ayant reçu aucune subvention, lors du premier trimestre, Legendre devenait sceptique quant à ses chances d'aboutir328. La copie de la lettre adressée par Laval à Bonnard, le 15 mars, et transmise à Piétri peu après, le consterna. Il y était question d'une somme de 1,8 MPtas pour la reconstruction totale de la Casa329. Or, selon les devis de Zavala et d'Haffner, c'était une somme dix fois supérieure qui était nécessaire ! Et ces messieurs de Vichy demandaient à l'ambassadeur s'il serait possible d'entreprendre à nouveau des démarches auprès du gouvernement espagnol afin d'obtenir quelque indemnisation...

157Pour Legendre, mis naturellement au courant, c'en était trop ! Sa décision était désormais prise : à la recherche d'un nouveau régime protecteur, le directeur de la Casa attendait, en réalité, que le Conseil impérial, établi à Alger, pût faire accréditer des représentants en Espagne.

  • 330 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : rapport confidentiel, non signé, 23.3.1943 (...)
  • 331 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 576-577.
  • 332 F. Piétri, ouvr. cité, p. 177-182 et p. 225-227.
  • 333 J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr. cité, p. 413-446.
  • 334 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 24.3.1943. Mots en it (...)

158Fin mars 1943, le gouvernement franquiste accepta, en effet, la présence officieuse de trois représentants « giraudistes » : le colonel Malaise, l'abbé Boyer-Mas et l'attaché commercial Pettit330. Ainsi, l'ambassade de Madrid voyait ses effectifs fâcheusement éclaircis : ce fut même la débandade331... Pour Piétri, à l'inverse des défections spontanées de novembre 1942, les départs de mars 1943 paraissaient bien préparés. Le 23, Guinard lui rendit de nouveau visite, afin de réaffirmer que Français de Vichy, de Londres ou d'Alger devaient travailler à la défense des mêmes valeurs spirituelles332. Dans ce contexte des trois France333, Legendre, le 24 mars, en avertit Piétri, par « devoir de loyauté ». « Je dois vous dire que je suis d'accord avec tous ceux qui n'ont pas cru pouvoir continuer de prêter leurs services à un gouvernement qui, depuis la totale violation de l'armistice, n'a plus de possibilité de diriger une politique française »334. Affirmant bien fort sa haine des Allemands, qui privaient la France des moyens de son renouveau culturel et spirituel, il portait maintenant ses espoirs sur une « évolution rapide des événements ».

Notes

1 C'est le titre d'un film de Jaime Camino, tourné entre 1975 et 1977 : M. Oms, ouvr. cité, p. 280-283.

2 Émile Témime, La guerre d'Espagne commence, Bruxelles, 1986, p. 22-23. Rappelons que c'est dans cette nécropole qu'est enterré Pierre Paris.

3 Il n'est pas question d'utiliser ici l'énorme bibliographie consacrée à la guerre civile espagnole. Citons l'ouvrage pionnier de Pierre Broué et Emile Témime, La révolution et la guerre d'Espagne, Paris, 1961, 544 p., et le livre de Hugh Thomas, La guerre d'Espagne, Paris, 1985, 1026 p.

4 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 18.7.1936, p. 150.

5 Selon David W. Pike, Les Français et la guerre d'Espagne, Paris, 1975, p. 71, l'annonce en fut faite par le quotidien Paris-Midi, le 18.7.1936, vers 11 h.

6 AAF-Madrid, carton 571, Rapatriement-aide aux réfugiés français d'Espagne, juillet 1936-mars 1937 : correspondance consulat-Madrid et MAE-Paris, via Lisbonne ou stationnaire Bidassoa 22 et 23.7.1936.

7 P. Mérimée, témoignage écrit, 1985.

8 J. Sermet, Notes, 1984, p. 2-3 ; le peintre José Martínez del Cid, laissa également ses œuvres, témoignage écrit, Séville, 1984.

9 André Conte, témoignage oral, Bordeaux, 1984.

10 R. Paris, Souvenirs, p. 10.

11 AAF-Madrid, carton 571 : t. n° 23 Madrid (consulat) à MAE-Paris, 3.8.1936. En novembre, ce drapeau flottait encore sur la Casa.

12 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite à Lacaze (Paris), 4.9.1936. Son cas fut évoqué en séance hebdomadaire de l'ABA : registre 2E26, 29.8 et 12.9.1936, p. 156 et 157.

13 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 163, MAE-Paris (Charvériat) à consul général Barcelone (Trémoulet), 9.9.1936.

14 AAF-Madrid, carton 571 : t. n° 467, MAE-Paris à consuls d'Espagne, 2.8.1936 (dates de réception très variables). En juillet 1936, 2300 résidents français étaient recensés dans la circonscription consulaire de Madrid.

15 Sur les opérations militaires, voir les nombreux ouvrages du colonel José Manuel Martínez Bande, rédigés à partir de la documentation du SHM-Madrid, et publiés dans la collection Monografías de la guerra de España, surtout La marcha sobre Madrid, 2e éd., Madrid, 1982, 373 p. S'appuyant de façon plus frustre sur la même documentation, un ouvrage avait été publié, à Barcelone, dès 1940 : Luis María de Lojendio, Operaciones militares de España 1936-1939, 637 p.

16 Le dossier relatif à la mission de René Bonjean à Madrid, du 5.8 au 11.11.1936, est dans AAF-Madrid, carton 569 : déplacements et missions (1936-1939). les instructions de Herbette, installé à Saint-Jean-de-Luz, prônaient la plus grande prudence, 4.8.1936.

17 AAF-Madrid, carton 568, dossier CV : t. n° 63, MAE-Paris (Paul Bargeton) à consulat-Madrid (Neuville), 12.8.1936. Ces instructions furent envoyées, à la demande de Lacaze et Dumas.

18 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Widor (Paris), 26.8.1936.

19 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 21.9.1936 ; en postscriptum : « remercier le consul » (Neuville). Cette missive fut lue en séance de l'ABA : registre 2E26, 26.9.1936, p. 158-159.

20 SHAT-Vincennes, carton 7 N 2754, attaché militaire Espagne, 1936-1939 : d. n° 334-A, Morel à MDN-Paris, 26.9.1936, secret.

21 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 1.10.1936.

22 Cet épisode m'a été révélé par une lettre manuscrite de F. Dumas au Maréchal Pétain, dans AAF-Madrid, carton 452, dossier CV 1922-1944. Expédié de Saubusse, le 30.7.1939, ce document rapporte que Mme Franco et sa fille restèrent deux mois, au début de la guerre civile, à Saubusse, village situé sur l'Adour, à mi-chemin entre Dax et Saint-Vincent-de-Tyrosse. F. Dumas y possédait une maison de famille. Etaient-elles, alors, en vacances en France, ou furent-elles mises à l'abri par le futur caudillo ? Leur présence m'a été confirmée par Mme Peyrelongue et M. Fialon, petits-enfants de F. Dumas, ainsi que par M. l'abbé de Saint-Germain, de l'évêché de Dax, neveu du curé de Saubusse de l'époque, qui semble avoir été le protecteur discret des deux « réfugiées ». Luis Suárez Fernández, Francisco Franco y su tiempo, t. II, Madrid, 1984, p. 99, signale leur retour de France, par Roncevaux, le 20.9.1936.

23 Carlos Serrano, PCF et guerre d'Espagne, Paris, 1987, p. 37-58.

24 La bibliographie sur les volontaires étrangers est abondante. Deux ouvrages à consulter : Jacques Delperrie de Bayac, Les Brigades Internationales, Paris, 1968, 469 p., et surtout, Andreu Castells, Las Brigadas Internacionales de la guerra de España, Barcelone, 1974, 685 p. J. M. Martínez Bande a également publié un ouvrage sur ce sujet, Las brigadas internacionales, Barcelone, 1972, 249 p. ; voir aussi É. Témime, ouvr. cité, note 2 p. 92-98, et C. Serrano, ouvr. cité note précédente, p. 54-85.

25 Robert S. Thurnberry, André Malraux et l'Espagne, Genève, 1977, 260 p.

26 MAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 183 : t. n° 493, Bonjean (Madrid) à Herbette (Ciboure, Basses-Pyrénées), 24.10.1936, transmis par d. n° 1107 au MAE-Paris, 28.10.1936. Pour l'attaché militaire Morel, la menace viendrait du plateau de Madrid, au débouché de la route d'Ávila. Il ne se trompait pas. SHAT-Vincennes, carton 7 N 2754 : d. n° 348-A, Morel (Madrid) à M. Défense nationale (Paris), 1.11.1936, secret.

27 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 1241, Herbette (Ciboure) à Delbos (MAE-Paris), 22.9.1936, avec la liste des édifices de l'État français, dont la CV. On retrouve cette liste, complétée, dans AAF-Madrid, carton 568 : copie d. n° 1116, Herbette (Ciboure) à Delbos (MAE-Paris), 30.10.1936.

28 AAF-Madrid, carton 569 : t. n° 800-801, MAE-Paris à Madrid-Ambassade (Ciboure), 29.10.1936, et carton 568 : t. n° 1377, Herbette (Ciboure) à MAE-Paris, 30.10.1936. Instructions adressées à Bonjean, avant son départ de Madrid : avertir les autorités républicaines et, si possible, nationalistes !

29 Ibidem, carton 569 : t. n° 417, Bonjean (Madrid) à MAE-Paris, 11.10.1936.

30 Ce cri de résistance n'est évidemment pas une nouveauté. Déjà, les volontaires espagnols de l'armée française l'employèrent, durant la Grande Guerre : voir L'Illustration du 5.1.1918. Il est certainement plus ancien, encore... En 1916, un intellectuel, Apel-les Mestres, utilisa aussi ce slogan, dans une rencontre franco-catalane, à Perpignan : É. Trenc-Ballester et E. Raillard, « Les relations franco-espagnoles », Españoles y Franceses, ouvr. cité, p. 131. Mais sa célébrité fut « mondialisée » par les affiches de la résistance républicaine, à Madrid, en 1936.

31 SHM-Madrid, Archivo de la Documentación de la Guerra de Liberación, 1936-1939, Documentación Nacional, Operaciones sobre Madrid, liasse 3, chemise 9, fol. 46-52 : Varela, ordre général n° 15, attaque de Madrid, 5.11.1936, complété le 6.11 depuis Talavera de la Reina. Cet ordre découlait des instructions de Franco, du 30.10.1936.

32 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 23.11.1936, p. 3 ; vote d'une indemnité à Soutiras, « qui a quitté la Casa, le 5 novembre seulement, sur l'injonction formelle du consul ».

33 Julio Aróstegui et Jesús A. Martínez, La Junta de Defensa de Madrid, Madrid, 1984, p. 40-43.

34 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 120-126.

35 Colonel Vicente Rojo, Así fué la defensa de Madrid, Mexico, 1967, p. 63-65. L'auteur était le chef d'État-major de Miaja. Cet exemplaire, récupéré par les franquistes en 1939, est localisé dans SHM-Madrid, Operaciones sobre Madrid, liasse 3, chemise 11, fol. 29-32.

36 Ibidem, liasse 3, chemise 9, fol. 33-34 : ordre d'opérations du général Varela pour le groupement Yagüe, donné à Móstoles, 7.11.1936.

37 « Edgar André », du nom d'un militant belge anti-fasciste, décapité en Allemagne, le 4.11.1936, était surtout composé d'Allemands, mais aussi de quelques Slaves, Scandinaves, Hongrois et Flamands. Dans « Commune de Paris », une grande majorité de Français, avec des Wallons et quelques Anglo-Saxons. « Dombrowski » (Jaroslaw Dombrowski, 1838-1871, un des héros de la Commune de Paris), essentiellement des Polonais, en compagnie de Tchécoslovaques, Hongrois, Bulgares, Yougoslaves, Ukrainiens et Juifs. Kleber, de son vrai nom Lars Fekete, était hongrois. Il avait, en 1936, la citoyenneté soviétique : A. Castells, ouvr. cité, p. 72 et 100-103.

38 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 299-317. Ces combats sont décrits dans un intéressant album de bandes dessinées, Río Manzanares, Vitoria, 1979, 57 p. L'auteur, Antonio Hernández Palacios, y raconte les aventures du soldat républicain Eloy. Il s'agit là du seul exemple de réussite dans l'illustration attrayante et véridique de la guerre civile espagnole : trois volumes, jusqu'à présent, ont été publiés. Une traduction française est parue, en 1981, à Paris.

39 AAF-Madrid, carton 568 : lettre manuscrite de Dumas (Bordeaux) à Arnould (Ciboure), 9.11.1936, et copie lettre dactylographiée n° 426-A, Arnould (Ciboure) à Dumas (Bordeaux), 12.11.1936 ; également lettre n° 427-A, Herbette (Ciboure) à Dumas (Bordeaux), 13.11.1936.

40 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 317-319.

41 Ibidem, p. 326-327. SHM-Madrid : Partes Oficiales de guerra 1936-1939, t. 2 : Ejército de la República, Madrid, 1978, p. 113, qui signale des bombardements nationalistes, le 15.11.1936, sur les bâtiments de la Cité universitaire.

42 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 305, parlent de panique dans la colonne catalane Llibertat et dans le groupement Durruti ; voir aussi V. Rojo, ouvr. cité, p. 89-90, et Julio Moreno Davila, Frente a Madrid. Reportajes, Grenade, 1937, p. 96-97. Enfin, SHM-Madrid, Partes oficiales de guerra 1936-1939, t. 1 : Ejército Nacional, Madrid, 1977, p. 68, qui indique le rejet d'une contre-offensive républicaine, peu avant le franchissement du Manzanares.

43 SHM-Madrid : Documentación Nacional, liasse 642, chemise 18 : Journal d'opérations du 3ème Tabor des Forces régulières indigènes de Tétouan n° 1, fol. 9.

44 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 304 : conversation télégraphique de Miaja (Madrid) avec le général José Asensio Torrado, sous-secrétaire d'État à la Guerre (Valence), 15.11.1936. Il ne faut pas confondre le général Asensio avec le colonel Carlos Asensio Cabanillas, chef de la colonne franquiste, infiltrée dans la Cité universitaire.

45 J. M. Martínez Bande, La marcha..., ouvr. cité, p. 328-332, ne mentionne que l'École d'architecture, le 15.11, et parle de la conquête de la CV et de l'École agronomique, le 16.11.1936. Il n'indique aucune source précise, au sujet de la prise de la CV. Dans Hispania, n° 167, 1987, p. 1048, J. A. Martínez Martín parle à juste titre du 15.11.1936 : « Madrid 1936. Una ciudad en guerra ».

46 Michal Bron, Eugeniusz Koslowoskí et Maciej Techniczek, Wojna Hispánska (Guerre d'Espagne), 1936-1939, Varsovie, 1964, p. 93, signalent bien la présence de la 3ème compagnie de la « Dombrowski »dans la Casa, le 15. Les deux autres compagnies étaient en arrière, à l'Institut Rubio et à l'Hôpital-clinique.

47 Julián Zugazagoitia, Guerra y vicisitudes de los Españoles, t. 1, Paris, 1968, p. 211, qui ne date pas cette action d'une durée de cinq heures. Il ne fournit, en outre, aucune source. L'auteur était, alors, ministre de l'Intérieur du gouvernement Largo Caballero. Voir aussi José Luis Alcofer Nassaes, Spansky. Los extranjeros que lucharon en la guerra civil española, Madrid, 1973, p. 236-237, ainsi que J. Delperrie de Bayac, ouvr. cité, p. 121, ou F. Kurzmann, Milagro en noviembre, Barcelone, 1981, p. 314, qui citent, soit Zugazagoitia, soit personne. La documentation d'origine polonaise, à ce sujet, transparaît à peine, dans le recueil publié par l'Académie des sciences de l'URSS, sous le titre, La solidarité des peuples avec la République Espagnole 1936-1939 (en français), Moscou, 1974, p. 395, sans datation précise.

48 Malgré de multiples contacts avec des anciens des Brigades, Français, (Gérard-Arthur London, Jean Chaintron et Roger Codou), Polonais, Tchécoslovaques, je n'ai pu obtenir de témoignage de première main, sur les combats de la Casa de Velázquez, que la plupart ne connurent que de nom... ou de loin. Les survivants des premiers combats d'octobre-novembre 1936 semblent être devenus particulièrement peu nombreux, au fil des années. Il en est de même, du côté franquiste, où mes approches de groupements d'anciens combattants (légionnaires à Madrid et regulares à Tétouan) n'ont donné aucun résultat sérieux.

49 SHM-Madrid, Documentación Nacional, liasse 642, chemise 16 : Journal d'opérations du 1er Tabor des Forces régulières indigènes de Tétouan n° 1, fol. 6. Passe la nuit à l'École d'architecture et à la Casa Velázquez, sans indication de combats. Même situation pour le 3e Tabor : voir note 43.

50 Adelardo Fernández Arias, La agonía de Madrid, Saragosse, 1938, p. 57. SHM-Madrid, Documentación Nacional, Operaciones sobre Madrid, liasse 3, chemise 9 : ordre de Varela, pour le lendemain 16.11.1936, fol. 35.

51 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 306-307 : conversations Miaja-Asensio, 15.11.1936, à 20 h 30, et Pozas-Asensio, 16.11.1936, à 9 h 30. Le général républicain Pozas parle de plusieurs édifices pris par l'ennemi, parmi lesquels, à coup sûr, la Casa.

52 SHM-Madrid : Journaux d'opérations des deux Tabors, cités notes 43 et 49, feu intense des mitrailleuses et de l'artillerie républicaines, 16.11.1936.

53 AAF-Madrid, carton 568 : copie lettre Herbette (Ciboure) à Dumas (Bordeaux), 16.11.1936, en réponse à une lettre du directeur de la Casa, datée de la veille.

54 SHM-Madrid : Documentación Nacional, liasse 462, chemise 12 : Journal d'opération 6e Bandera del Tercio (Légion), fol. 7. Pertes autour de la Casa : 5 morts, 28 blessés. Le 1er Tabor des Tirailleurs d'Ifni n° 6 vint, aussi, à l'École d'architecture, mais ne monta pas jusqu'à la Casa : ibidem, liasse 463, chemise 22, fol. 2. Les ordres d'opération, du 16. au 21.11.1936, sont dans la liasse 3, chemise 9, fol. 36-40. Voir enfin, SHM-Madrid, Partes oficiales, ouvr. cité, t. 1, p. 69.

55 J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 309. Session du 16.11.1936, à 19 h 00 : préparation de l'attaque, vers la CV par les forces catalanes ; voir aussi p. 313, session du 17. 11. 1936, à 18 h 45 : la contre-attaque n'a pu avoir lieu et des ennemis, toujours plus nombreux, continuent leurs infiltrations.

56 Nous disposons de deux témoignages de combattants allemands anti-fascistes. Bocio Uhse, Die erste Schlacht. Geschichte des Bataillons Edgar André, Strasbourg, 1938, p. 42-55 et Heinz Wieland, « Der Kampf um die Casa Velázquez », Brigada Internacional ist unser Ehrenname, t. 1, 2e éd., Berlin-Est, 1974, p. 126-130. Certains auteurs, communistes, anarchistes, socialistes confondus, indiquent, à tort, que la Casa fut réoccupée par les républicains. La bande dessinée, citée note 38, reprend cette erreur, planche 44, pour cause d'utilisation quasi-exclusive de la bibliographie républicaine.

57 Geoffroy Cox, The defence of Madrid, Londres, 1937, p. 137 : « making excellent natural fortress ». L'auteur avait été correspondant du News Chronicle de Londres, en octobre-novembre 1936.

58 SHM-Madrid : Journaux d'opérations des deux Tabors, cités note 52, à la date des 20 et 21.11.1936. Voir également Partes oficiales, ouvr. cité, t. 2, p. 117.

59 AAF-Madrid, carton 568 : t. n° 852 et 853, MAE-Paris à Ambassade (Ciboure), 21.11.1936. Communiqué officiel de la Junte de défense, Madrid, indiquant l'incendie, puis confirmation par l'attaché militaire nord-américain. La Junte pensa même, faire sauter la Casa, dès le 16 : J. Aróstegui etj. A. Martínez, ouvr. cité, p. 309. Il n'en fut rien, malgré l'assertion de Dolorès Ibarruri, El único camino, Paris, 1962, p. 319.

60 Extrait de la chanson républicaine ¡Madrid ! ¡Qué bien resistes ! qui fut reprise, à la fin de la guerre civile, sous le titre Los cuatro generales : Colección de canciones de lucha, Madrid, 1980, p. 48. Ce recueil est la réimpression d'un ouvrage élaboré à Valence, en 1939, mais qui ne fut jamais mis en vente, à cause de l'occupation de la ville par les franquistes. L'éditeur, à l'exception d'un seul exemplaire (?), dut détruire le stock. La musique de la chanson était celle des Cuatro Muleros, datant du XVIIe s., réactualisée par Federico García Lorca. Luigi Longo y fait allusion : Las Brigadas Internacionales, éd. espagnole, Mexico, 1966, p. 90.

61 Cesar Falcón, Madrid, Madrid, 1938, p. 302-303.

62 Agustín de Foxá, El almendro y la espada. Poemas de paz y de guerra, Saint-Sébastien, 1940, p. 119. Un hommage à la « chair à canon », de la part d'un poète-écrivain nationaliste.

63 Louis Delaprée, Le martyre de Madrid, Paris, 1937, p. 30-31 et Juan Urra Lusarreta, En las trincheras del frente de Madrid. Madrid, 1966, p. 135. Ce dernier auteur, aumônier de Requetés navarrais indique que la pluie fut incessante, à partir du 16.11.1936. La Casa aurait donc été enlevée par temps sec.

64 Au sujet de la bataille aérienne, Patrick Laureau, La aviación republicana española, Toulouse, 1970, p. 80-81. Un témoignage d'aviateur franquiste, José Larios, Combate sobre España, Madrid, 1966, p. 115-123, qui couvre la période du 10.11 au 24.11.1936.

65 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, lundi 23.11.1936.

66 EHEH-RA, 1935-1936, p. 225, qui reprend cette idée de location.

67 Ce dossier est très épais (1936-1948). Les premières demandes d'indemnisations, centralisées par F. Dumas, furent transmises par le truchement de Lacaze, au MAE. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite Dumas (Bordeaux) à Lacaze (Paris), 24.12.1936, copie lettre Lacaze (ABA) à Marx (SOFE-MAE), Paris, 22.12.1936. Voir note 171.

68 AP-Legendre, Tréveneuc : « Voyage au Maroc espagnol, du 20 au 25.11.1936 », 2 fol. dactylographiés.

69 AAF-Madrid, carton 563 : copie t. n° 1463 et t. n° 1482 Herbette (Ciboure) à MAE-Paris, 22 et 25.11.1936.

70 Ibidem, lettre de Dumas (Bordeaux) à Arnould (Ciboure), 29.11.1936.

71 SHAT-Vincennes, carton 7N2754 : d. n° 351 et 352-A, Morel (Madrid) à MDN-Paris, 26.11.1936, secret et confidentiel.

72 C. Falcón, ouvr. cité, p. 303.

73 D. Ibarruri, ouvr. cité, p. 319 ; également J. Aróstegui et J. A. Martínez, ouvr. cité, p. 86 et 332 : un comité de fortifications avait été créé, au sein de la Junte de défense, le 1.12.1936.

74 J. Moreno Dávila, ouvr. cité, p. 99.

75 Comité international d'aide au peuple espagnol, Collectif des Volontaires Internationaux de la Liberté, Paris s. d. (1937), p. 12 : Verdun. Jules Dumont, Les vraies leçons de la guerre d'Espagne, Paris, s.d. (1938), p. 13 : Valmy.

76 Estado Mayor Central del Ejército, Guerra de Minas en España 1936-1939, Madrid, 1948, 134 p. Publié par les Services historique et géographique de l'Armée, cet ouvrage, abondamment illustré, montre la Casa à trois reprises, mais celle-ci, éloignée de plus de 300 m des tranchées républicaines les plus proches, ne semble pas avoir été l'objet de tentatives sérieuses de pose de mines souterraines.

77 Il serait intéressant de repérer l'apparition de la Casa dans les documentaires-actualités tournés depuis le front républicain ou nationaliste. J'ai compté, dans l'ouvrage déjà cité de M. Oms, 29 films où elle pourrait figurer. Un exemple : Joris Ivens dans Terre d'Espagne, opère, en mai 1937, un long travelling sur le front de la Cité universitaire, avec un commentaire d'Ernest Hemingway, qui désigne la Casa aux spectateurs. De même, du côté franquiste, Edgar Neville, La ciudad universitaria, 1938 : E. Larraz, ouvr. cité, p. 92-93.

78 La Casa, début novembre, arborait la bannière française, qui induisit en erreur certains témoins. Mikhail Koltsov, correspondant de la Pravda et des Izvestia, parle d'un « lycée français dans la Cité universitaire, détruit par les bombes des avions fascistes, malgré un énorme drapeau flambant neuf » : Guerra de España, éd. espagnole, Paris, 1963, p. 151. Un combattant polonais, Jozef Ziolkowskí, parle de « l'ambassade de France »: voir son témoignage dans Zofia Szleyen, Ochtonicy Wolnósci (Volontaires de la Liberté), Varsovie, 1957, p. 98.

79 AAF-Madrid, carton 568 : divers t., du 17. au 30.11.1936. Voir aussi R. Paris, Souvenirs, p. 10-12, qui parle de plusieurs « coups au but ». Un abri souterrain fut même creusé dans la cour du lycée, en face du jardin de la Société française de bienfaisance. Les dommages subis sont résumés par J.-M. Delaunay, « 1936. Les intérêts français en Espagne », Autour de la guerre d'Espagne (colloque, Paris, 1986), Paris, 1989, p. 153-160.

80 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : note n° 107, MAE à MDN-Paris, 12.1.1937, confidentielle.

81 La seconde guerre mondiale avait débuté à Madrid ! Outre les ouvr. cités d'É. Témime, voir son article dans L'Histoire, n° 58, 1983, p. 94-103, « La marche à la guerre. Tout commence en Espagne ». L'origine de cette vision pessimiste est à chercher dans une conférence de l'écrivain-journaliste Louis Martin-Chauffier, du 30.10.1936 : voir Maryse Bertrand de Muñoz, La guerre civile espagnole et la littérature française, Paris, 1972, p. 2.

82 SHAT-Vincennes, carton 7N2754 : d. n° 356-A, Morel (Valence) à MDN-Paris, 4.12.1936.

83 AABA-Paris, Fonds CV : dossiers de liquidation, 1936-1941, sociétés Michon-Pige-Peigné et Douane-Bonhommé. Voir aussi lettres de Jean Zay (MEN) et d'Yvon Delbos (MAE) à Widor, 21 et 29.12.1936 ; de même, lettre du directeur de cabinet du Président du conseil à Widor, 2.12.1936.

84 Ibidem, lettre dactylographiée de Zay (MEN) à Lacaze (CRFE), 14.1.1937. Il « donnait l'assurance qu'il envisagera » (sic) d'inscrire, au prochain collectif, le montant des sommes encore dues aux entrepreneurs : (700.000 F environ)... Maurice de Rothschild, sénateur des Hautes-Alpes, fut élu, le 13.2.1937, à l'ABA, en remplacement de son père, Edmond, décédé en 1934. AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 20.2.1937, p. 197.

85 J. M. Martínez Bande, La lucha en torno de Madrid, Madrid, 1968, 242 p. Ce volume traite des opérations d'encerclement de Madrid, de fin novembre 1936 à fin juillet 1937.

86 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : CR journaliers de Morel (Madrid) à MDN-Paris, du 16 au 19.1.1937.

87 Marcelo Gaya y Delrue, Combattre pour Madrid, Paris, 1964, p. 96-101. Officier nationaliste du génie, il affirme que certaines collusions de « fraternisation » eurent lieu. Simone Téry, Front de la Liberté. Espagne 1937-1938, Paris, 1938, p. 9-11, décrit, en février 1937, les tranchées républicaines : tout confort ! Voir aussi S. Montero Barrado, Paisajes de la guerra. Frentes de Madrid, Madrid, 1987, 110 p.

88 AR-Bordeaux, registre CU n° 6, séance du 26.2.1937, p. 10-12. Durant la même session, le CU décida de l'accueil d'universitaires espagnols : Ramón Menéndez Pidal et Claudio Sánchez Albornoz.

89 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Terracher (Bordeaux) à Le Sidaner, président de l'ABA (Paris), 11.3.1937, avec extrait de la délibération du CU de Bordeaux. Le peintre Henri Le Sidaner (1862-1939) était membre de l'ABA, depuis 1930.

90 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 23.1.1937, p. 187-191.

91 Ibidem, séance du 19.12.1936, p. 172-179 : rapports anti-modernistes du peintre Sabatté et du graveur Le Riche sur les envois des pensionnaires de la VM !

92 J. Laurent, ouvr. cité, p. 136-145.

93 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée de Terracher à Dumas, 11.3.1937 et lettre manuscrite de Dumas à Terracher, 13.3.1937.

94 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 13.3.1937, p. 202, levée en signe de deuil.

95 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée de Bargeton (MAE-Paris) à Terracher (Bordeaux), 18.3.1937 et copie lettre dactylographiée de Terracher à MAE-Paris, 25.3.1937. L'affaire avait été étudiée en séance du CU, le 21.3.1937.

96 AP-Braunwald, Paris : programme de l'exposition, Galerie des Beaux-arts, 140 rue du Faubourg Saint-Honoré, du 5 au 17.4.1937. L'accueil de certains secteurs de la critique fut très réservé. « Faillite artistique autant que matérielle », peut-on même lire, dans un article de presse parisienne, non identifié. Une autre exposition, la troisième, sera organisée du 20 au 29.1.1938, au même endroit.

97 AABA-Paris, Fonds CV : lettres des sociétés Michon-Pige-Peigné et Douane-Bonhommé, de 1936 à 1941.

98 Ibidem, lettre dactylographiée de J. Zay à Lacaze, Paris, 25.5.1937.

99 José M. Borras Llop, Francia ante la guerra civil española. Burguesía, interés nacional e interés de clase, Madrid, 1981, 414 p.

100 AMAE-Paris, série SOFE, carton 285 : d. n° 656, Herbette (St-Jean-de-Luz) à MAE-SOFE (Paris), 5.7.1937, transmettant le rapport du vice-président du Comité des écoles d'Espagne, et d. n° 878, du 7.9.1937.

101 AAF-Madrid, carton 451, dossier IFB 1919-1944 : lettres de Langlade, directeur IFB (Barcelone) à Herbette (St-Jean-de-Luz), 26.10.1936 et de Deffontaines, directeur IFB, à Pétain (Madrid), 26.10.1939.

102 EHEH-RA, 1936-1937, p. 235-245. On assista à une reprise réelle des publications entre 1936 et 1938 : 6 titres. À cette date, la Bibliothèque de l'EHEH comptait 24 fascicules (Annexe 19).

103 AABA-Paris, Fonds CV : projet manuscrit du PV de la commission administrative, 22.7.1937. Voir aussi AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 24.7.1937, p. 239.

104 AV-Paris, Direction des Affaires Culturelles : extrait PV du conseil municipal de Paris, 31.12.1936, contresigné par le Préfet de la Seine, 22.3.1937.

105 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée, MAE à Lacaze, 2.8.1937.

106 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 29.12.1923, p. 461.

107 Ibidem, registre 2E26 : séance du 16.10.1937, p. 250.

108 Ibidem, séance du 30.10.1937. Lecture d'une lettre de Dumas (Bordeaux, 29.10.1937) par Lacaze. Cette missive n'a pas été retrouvée.

109 Né en 1860, Lucien Lacaze avait, alors, 78 ans. Il avait été ministre de la Marine de 1915 à 1917.

110 Boschot, né en 1871, était musicologue. Spécialiste de Berlioz, il avait longtemps tenu la critique musicale du journal conservateur L'Écho de Paris. Membre de l'ABA depuis 1926, il fut élu, à l'unanimité, secrétaire perpétuel, le 22.4.1937 : AABA-Paris, registre 2E26, p. 210.

111 Ibidem, séance du 10.7.1937, p. 236 : legs Widor accepté, provisoirement, à l'unanimité. En février 1939, le MEN autorisait l'ABA à l'accepter définitivement : JORF. Lois et décrets, 18.2.1939, p. 2237, et séance ABA, du 25.2.1939, p. 378. La Casa ne reçut jamais rien.

112 AP-Legendre, Tréveneuc : Commentaires d'Espagne, 81 p. dactylographiées et 41 p. manuscrites. Ils couvrent la période 1916-1936.

113 Le dossier J. Chevalier-M. Legendre se trouve dans AMAE-Nantes, série SOFE, carton 286. Un plan de réforme existait bel et bien : on en trouve une copie dans AP-Legendre, Tréveneuc. Une mention manuscrite indique : « a été en grande partie appliqué ». Voir aussi M. Tuñón de Lara, Historia de España, ouvr. cité, t. IX, p. 630 : loi nationaliste d'enseignement secondaire du 20.9.1938. J. Chevalier avait, en outre, publié une conférence favorable aux insurgés : Les événements d'Espagne, Paris, 1937, 36 p.

114 J. M. Borras Llop, ouvr. cité, p. 361-389.

115 M. Bertrand de Muñoz, ouvr. cité, p. 15, et J. M. Borras Llop, ouvr. cité, p. 16. Voir aussi BH, n° 2, 1938, p. 232. Président du comité : Paul Claudel, secrétaire : M. Legendre. Le siège social était à l'adresse parisienne de Legendre, 26 rue de Staël, XVe. On trouve aussi trace d'un Comité des amis de l'Espagne nationaliste, avec Xavier Vallat, futur commissaire aux Questions juives (1941).

116 Témoignages de Lucienne Fleury, Marseille, 1984, de Rameline Marsan, Pau, 1984, et de Gabrielle Maurion, Paris, 1986. Cette dernière avait pu obtenir un atelier de sculpture, dans le parc de Boudjeloud, avant que n'y fussent construits quatre autres logis d'artistes. Au sujet du départ vers le Maroc, voir La Petite Gironde, 2.12, et Le Figaro, 4.12.1937.

117 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Grand Hôtel, Fez) à Bonnaire (Paris), 23.12.1937.

118 Ibidem, séance du CA, 10.11.1937, p. 2.

119 Ibidem, correspondance ABA-MEN-MF, décembre 1937-juin 1938. Mais la rue de Rivoli résistait pour l'inscription des 600.000 F au collectif budgétaire 1938.

120 AR-Bordeaux, dossier Institut d'études ibériques, 1937-1938 : extrait PV séance du 7.12.1937, registre CU n° 6, p. 14. Durant cette même réunion, fut approuvée la bourse de l'Université de Paris, pour Israël Salvador Revah : le CU accepta que celui-ci s'en fût à Salonique, afin d'y étudier le judéo-espagnol, « car il n'a jamais prôné une résidence forcée à Madrid ». Sur cette culture en voie de disparition (?) : Haïm Vidal Sephiha, L'agonie des Judéo-Espagnols, 2e éd., Paris, 1979, 133 p.

121 AR-Bordeaux, ibidem, copie lettre dactylographiée recteur Bordeaux à MEN-Paris, 14.6.1938, avec plan et croquis de façade. Coût de l'étude : 2.500 F. Le nouveau recteur était l'hispaniste Gabriel Boussagol.

122 Chez Hachette, Paris, 1938, 323 p. Aucune allusion n'est faite à la destruction de la Casa, p. 313, lorsqu'il évoque l'occupation d'une partie de la Cité universitaire !

123 AAF-Madrid, carton 462, œuvres d'art et affaires diverses, 1933-1943 : Mémoire sur l'action, depuis avril 1938 du Comité France-Espagne, devenu, en mars 1940, le Comité Saint-Louis et Saint-Ferdinand pour la défense de la civilisation chrétienne, 4 p. dactylographiées, Vichy, 6.10.1940. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Fez) à Bonnaire (Paris), 14.3.1938.

124 Témoignages écrits de Jean Even, Paris, 1984, de Guy Morizet, Clairac (Lot-et-Garonne) 1984. Témoignages oraux de Marthe Flandrin, Paris, 1984, d'André Conte, Bordeaux, 1984 et de Marie-Claire Noizeux, Paris, 1985-1986.

125 France Tramond recueillait chants, complaintes, travaux d'artisanat : témoignage de G. Morizet, son époux.

126 Témoignages de G. Morizet et M. Flandrin. Les années trente furent marquées par une vigoureuse impulsion des mouvements nationalistes marocains.

127 Le Journal du Maroc, Fez, 12.5.1938, p. 1 : article communiqué par Mme Conte, Bordeaux, 1984.

128 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Fez) à Bonnaire (Bordeaux), 12.5.1938, et à Lacaze (Paris), 17.5.1938.

129 Témoignage M.-C. Noizeux : carton de « matinée » de gala, 31.5.1938.

130 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (en mer) à Boschot (Paris), 8.6.1938.

131 Ibidem, note du contrôleur des Dépense engagées à SOFE-MAE, contrôle subventions CV, 25.3.1938, et copie lettre de Boschot à Marx (SOFE), 25.6.1938, après consultation de Lacaze et Dumas.

132 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris), 2 et 7.7.1938.

133 ACV-Madrid, carton 1 : sauf-conduit, MI, Burgos, valable trois mois, à partir du 11.8.1938.

134 AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 265, Français en Espagne 1938-1939 : t. n° 316, Bonjean (Saint-Jean-de-Luz) à MAE-Paris, 28.8.1938.

135 Fernando Díaz Plaja, Si mi pluma valiera tu pistola... Los escritores españoles en la guerra civil, Barcelone, 1979, p. 298-300. Article interview de Juan Sampelayo, dans la revue Domingo, du 20.6.1938 (plutôt le 20.9.1938). Cet ouvrage m'a été indiqué par P. Vilar, en 1984.

136 L'ouvrage, publié à Bruxelles, fut écrit en collaboration avec E. Harris. AABA-Paris, registre 2E26 : séances du 26.3.1938, p. 305, et du 22.1.1938, p. 276, durant laquelle Legendre fit une communication sur le Gréco. Sur les prix Bernier, encore décernés, voir Institut de France, Prix, concours et fondations, Paris, 1986, p. 295-297.

137 Les contributions de Legendre, dans Occident, furent fréquentes entre le n° 3 (25.11.1937) et le n° 26 (10.11.1938). Il écrivit aussi dans La Garonne, Toulouse, 16.10.1938 : D. W. Pike, ouvr. cité, p. 312.

138 Jean Braunwald félicita Legendre pour son article du 25.9.1938 dans Occident. Il était allé, salle Wagram, écouter, fin juillet, le fondateur du Parti populaire français, Doriot, qui revenait d'Espagne. AP-Legendre, Tréveneuc : lettres manuscrites à Legendre, 30.7 et 3-10.1938. Quant à Baudrillart et Pitollet, la revue Occident signala leur adhésion à Franco, en février 1937 : BH, n° 1, 1939, p. 110.

139 Création signalée dans BH, n° 2, 1939, p. 201 : Centre Cervantès de rapprochement et d'études, 179 rue St-Jacques, Paris, sans indication de tendance politique...

140 Les seuls Français à visiter la Casa, dans la « poche » de la Cité universitaire, furent les journalistes d'extrême-droite, Robert Brasillach, Pierre Cousteau et Maurice Bardèche, en juillet 1938. Brasillach, Une génération dans l'orage. Notre avant-guerre. Mémoires, Paris, 1941, p. 259.

141 Dans une réunion, le mercredi 19.10.1938 : le CR n'a pas été retrouvé, mais les thèmes traités nous sont, approximativement, connus par des documents annexes.

142 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris), 2.11.1938, et addition manuscrite de Bonnaire, « projet d'aménagement de la CV, si elle devenait la propriété du ministère de l'Éducation nationale ». Le mot « cohabitation » est employé par Dumas.

143 Ibidem, dossier départs 1938, ligne Compagnie Générale Transatlantique, Bordeaux-Casablanca, en 2 groupes, les 9 et 19.11.1938, avec réduction tarifaire de 40 % : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris), 31.10.1938. Le directeur avait été informé de l'achèvement des ateliers, à la fin de l'été. Ceux-ci furent financés, à égalité, par la Casa et la Résidence générale.

144 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, liasse 35, dossier 18 : une copie de lettre du 30.1.1939, adressée par Romanones à Anatole de Monzie, prêche en faveur de la reconnaissance du régime de Franco.

145 Dominique Nègre, Les accords franco-espagnols de 1939 et leur application, mémoire de maîtrise, université de Montpellier-III, 1982, 127 p. ; voir aussi Maria Pilar Melchor Santaolalla, Relaciones hispano-francesas en la segunda guerra mundial 1939-1944, thèse, université Complutense, Madrid, 1983, 412 p. Ces travaux n'utilisent qu'une documentation unilatérale.

146 Documents Diplomatiques Français, 1932-1939, 2e série : 1936-1939, t. XIV (février-mars 1939), doc. 156 : rapport L. Bérard, après son second entretien avec Gómez Jordana, 19.2.1939.

147 Ibidem, t. XV, (mars-avril 1939), doc. 172, et H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 218-222.

148 AMAE-Paris, série SOFE, carton 285 : rapport, non signé, sur les Œuvres françaises d'Espagne, 10.3.1939 : bilan de trois années de guerre.

149 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre dactylographiée de Juan Estelrich (Agence d'information franco-espagnole, Occident, Paris) à Legendre, (en français), 13.3.1939.

150 AAE-Madrid, carton 452 : lettre manuscrite de Legendre (Fez) à Armand Gazel (Ambassade de France, Saint-Sébastien), 29.3.1939. Voir H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 221-230. Castillejo de Guzmán se situe à quelques kilomètres à l'ouest de Séville, sur la route de Huelva. Une note dactylographiée de Legendre est consacrée à cet édifice : AP-Legendre, Tréveneuc.

151 J. M. Martínez Bande, El final de la guerra civil, Madrid, 1985, 396 p. Le 31.3.1939, Alicante, dernier bastion de la résistance, tombait. Voir aussi AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre manuscrite de Boschot (Paris) à Dumas (Fez), 3.4.1939 : « Madrid n'est plus soumise à la guerre ».

152 La Petite Gironde, 4.4.1939 : art. de Parrot-Lagarenne, « Dans Madrid délivrée ». AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 6.4.1939, transmettant cette coupure de presse ; voir aussi L'Illustration du 8.4.1939, dans ACV-Madrid, carton 3.

153 Déposée en avril 1939, sa demande de voyage à Madrid, ne fut agréée qu'en septembre : voir correspondance dans AABA-Paris, Fonds CV. En juillet, il se rendit à Saint-Sébastien, pour la session annuelle des examens.

154 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 18.4.1939.

155 Ibidem, lettres du 8.3, du 22 et du 29.5.1939. L'exposition fut organisée dans une autre salle que celle choisie en 1938.

156 AAF-Madrid, carton 462 : doc. cité, note 123. Pèlerinages à Noël 1938 et à Pâques 1939, avec l'abbé Jobit, aumônier.

157 Etaient englobés, outre les sanctuaires, les hôpitaux et les orphelinats ; sous-titre de l'Association : Solidarité d'Occident. Président : Paul Claudel. Membres : Léon Bérard, Louis Bertrand, Jacques Chevalier, Paul Guinard, Lucien Lacaze, Maurice Legendre, Louis Marin, Emmanuel de Peretti délia Rocca, Charles de Saint-Aulaire, Maurice de Wendel, Maxime Weygand. Président du Comité de direction : Bernard Faÿ.

158 AMAE-Madrid, série R, liasse 2944, dossier 6 : d. n° 122, Ambassade-Paris (Lequerica) à MAE-Madrid, 14.4.1939, avec note annexe ; voir aussi note s. n°, MEN-Madrid à MAE-Madrid, 8.5.1939, avec annexe manuscrite, MAE-Madrid, s.d. (4.5.1939). L'accord ne parvint qu'en août : ibidem, note n° 3522 MI, Burgos, 1.8.1939. Étaient concernés : Dumas, Legendre, Tournaire, Ledoux, Boussagol et Cirot..

159 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre DGBA à DESUP, 17.5.1939, transmettant la d. de Pigeonneau (consulat-Madrid) à MAE-SOFE (Paris), 10.4.1939 qui la transmit à l'ABA. AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 6.5.1939, p. 394.

160 Ibidem, Fonds CV : extrait dactylographié d'une lettre de M. Belugon (Madrid) à Ledoux (Paris), 2.5.1939, communiqué le 10.5.1939.

161 Ibidem, copie lettre dactylographiée de Zavala (Madrid) à C. Lefèvre (Paris), 19.6.1939.

162 Ibidem, séance du CA, 6.7.1939.

163 Ibidem, copie du rapport de Soutiras, gardien-chef de la CV, Madrid, 21.8.1939.

164 Ibidem, lettre manuscrite de Lacaze (Barbotan-les-Thermes, Gers) à Boschot (Paris), 20.8.1939.

165 ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite de Tournaire (St-Jean-Cap-Ferrat, Alpes-Maritimes) à Dumas (Saubusse), 22.8.1939.

166 Ibidem, carton 1 : lettre manuscrite de J. Chevalier (Cérilly, Allier) à Legendre, 31.8.1939.

167 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Barbotan), 6.9.1939.

168 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (en Espagne), 6.9 (et non 6.8) 1939.

169 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 217 et 220-222.

170 Documents Diplomatiques Français, t. XVI, (mai-juin 1939), doc. 390, 458 et 485.

171 Liste définitive des sinistrés de la Casa Velázquez : F. Dumas, M. Legendre, J.-B. Soutiras (personnel de direction et d'encadrement) ; C.-V. Aubrun, hispaniste, J. Sermet, géographe, P. Bazé, sculpteur (membres) et G. Loukhomsky, architecte (membre libre). Voir note 67. Les dossiers sont actuellement à Nantes : AMAE-Nantes, Fonds Office des biens et intérêts privés.

172 AAF-Madrid, carton 499 : note MAE-Paris à Ambassade de France (Saint-Sébastien), 16.6.1939. Valeurs déclarées : environ 1,5 milliard de F.

173 AABA-Paris, Fonds CV : diverses lettres de Costa Blanck (Madrid ou Lisbonne) aux responsables de la CV (Paris ou Saubusse) et au consul de France (Madrid), juillet-septembre 1939. Dans une lettre à Lacaze, Dumas indiquait : « Je crois qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter de cette affaire », 16.9.1939. Ibidem, registre 2E26, séance du 9.9.1939, p. 421.

174 AAF-Paris, carton 452 : copie lettre Gazel (Ambassade, Saint-Sébastien) à Dumas (Saubusse), 7.9.1939. L'acceptation de Pétain fut communiquée à Lacaze : lettre de Dumas (Saubusse), 12.9.1939, AABA-Paris, Fonds CV.

175 Ibidem, lettre manuscrite de Boschot à Bonnaire, s.d. (13.9.1939).

176 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Espagne), 8.9.1939.

177 J.-B. Duroselle, L'abîme 1939-1945, Paris, 1982, p. 17-98. Cet ouvrage est la suite de La décadence 1932-1939, ouvr. cité.

178 AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 257 : t. n° 346, Pétain (Ambassade, St-Sébastien) à MAE-Paris, 8.9.1939, et AAF-Madrid, carton 451 : copie note Guinard (Madrid) à SOFE-MAE (Paris), 15.12.1939.

179 L'accord s'était fait entre Lacaze et Alexis Léger, au mois d'août. AABA-Paris, Fonds CV, lettre manuscrite de Lacaze (Barbotan) à Boschot (Paris), 20.8.1939 ; voir aussi lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze, 14.8.1939. Guinard préparait les locaux.

180 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : t. n° 134, Binet (consul général, Barcelone) à SOFE-MAE, (Paris), 23.9.1939. AR-Toulouse, registre CU n° 8 : séance du 18.11.1939, p. 132, visites du recteur Deltheil à Madrid (IFM) et Barcelone (IFB).

181 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 5.10.1939, faisant le CR de son voyage en Espagne, du 25.9 au 3.10.1939. En annexe, deux notes dactylographiées de Zavala, au sujet des aménagements provisoires.

182 Legendre partit le 5.10.1939, avec Gazel et d'autres diplomates. Pétain les rejoignit, une semaine plus tard : l'édifice de l'ambassade était prêt : H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 229.

183 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : d. n° 900, Lamarle (Ambassade, Saint-Sébastien) à MAE-Paris, 21.10.1939. Les copies des notes verbales d'agrément, n° 678 et 745 (Ambassade Saint-Sébastien) à MAE-Burgos, 23.8 et 12.9.1939, sont localisables dans AAF-Madrid, carton 442. La réponse, positive, date du 14.10.1939.

184 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Bonnaire (Paris) 19.10.1939.

185 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée de Bonnaire (Paris) à Dumas (Saubusse), 25.10.1939 et aussi lettres manuscrites de Dumas (Saubusse) à Legendre (Madrid), 28.10 et 3.11.1939.

186 Toute cette correspondance est dans AABA-Paris, Fonds CV : du 28.10.1939 au 1.2.1940. En prison, A. Cabarat avait pu se consoler avec son violon, selon le témoignage écrit de Monique Cras, Paris, 1984.

187 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 219-232 : « Une heure de lucidité par jour », aurait alors déclaré le conseiller financier, Henri du Moulin de Labarthète, au sujet de l'ambassadeur. Voir note 201.

188 ACV-Madrid, carton 1 : correspondance manuscrite de P. Hazard (Commissariat Information-Paris) avec Legendre (Saint-Sébastien, puis Madrid), du 8.10.1939 au 18.4.1940 ; voir aussi une lettre dactylographiée de J. Babelon, 30.12.1939. Hazard sera élu à l'Académie française, en 1940, après avoir alerté Pétain sur sa candidature, par le truchement de Legendre. Voir ch. 6, note 163.

189 Ibidem, passeport diplomatique n° 42, de Legendre, attaché culturel près l'ambassade de France-Madrid, 22.12.1939. La création du SOFE, en 1920, n'impliqua pas, pour des raisons budgétaires, la mise en place de tels représentants. Il y avait, en 1939, 35 instituts et 40 lycées français à l'étranger : A. Salon, ouvr. cité, t. 1, p. 204-205.

190 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : note n° 1448, Présidence du Conseil (Commissariat Information) à Marx (SOFE-MAE), Paris, 21.12.1939 : propagande trop peu active. Ibidem, copie d. s. n°, Pétain (Madrid) à Marx, (Paris), transmise à Jean Giraudoux (Paris), 29.12.1939. Réorganisation de la propagande, avec Vigneau, attaché de presse, et Legendre, attaché culturel : presse, cinéma, conférences, bulletins. AN-Paris, Papiers Pétain, carton 2 AG-II-11, dossier C, chemise 3 : note dactylographiée, Madrid, 7.3.1940 : répartition des attributions entre Vigneau (presse, cinéma, propagande) et Legendre (œuvres scolaires et universitaires, milieux ecclésiastiques).

191 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 286 : Pèlerinage de Mgr Suhard à Saragosse, du 17 au 19.5.1940. Le prélat venait, alors, d'être nommé à la tête du diocèse de Paris. Sur la propagande catholique, AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Legendre (Ambassade-Madrid) à Lacaze (Paris), 20.2.1940. « Il est certain que les catholiques sont, ici, l'élément sur lequel nous pouvons, avec le plus de sécurité, nous appuyer ».

192 SHAT-Vincennes, carton 7N2757 : dossier de presse n° 6, février-mars 1940.

193 Ce projet fut tardif (début mai 1940). Le British Council ne sera une réalité madrilène qu'en octobre 1940, mais l'idée cheminait, depuis mai 1938 : AMAE-Madrid, série R, liasse 5261, dossier 8 Instituto Británico, Madrid, 1938-1940. Le premier directeur fut un catholique d'origine irlandaise, Walter Starkie. Hispaniste, professeur au Trinity College de Dublin, il avait failli être écarté par un candidat protestant, proposé par l'ambassade : les Espagnols s'y opposèrent.

194 J.-M. Delaunay, « L'Espagne, un champ ouvert. Rivalités et illusions culturelles en Péninsule ibérique (XIXe -XXe siècles) », RI, n° 50, 1987, p. 221-222 et 224-225.

195 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 29.11.1939. La visite de Pétain eut lieu, vraisemblablement, le 18 ou le 19.11.1939 ; voir aussi G. Cirot, « Pierre Paris et la Casa Velázquez », BH, n° 4, 1939, p. 368-370.

196 AMAE-Madrid, série R, liasse 1348, dossier 49 : b. signé Pétain, adressé au MAE espagnol, 20.11.1939, avec note annexe au sujet de la CV, en français.

197 Ibidem, copie note MAE à MG-Armée de Terre, Madrid, 26.12.1939, et note n° 857, réponse, 15.2.1940, transmise à Ambassade de France (attaché militaire, lieutenant-colonel Buot de l'Épine), 26.2.1940 : AAF-Madrid, carton 453.

198 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.1.1940. On avait, soi-disant, repéré, à Valladolid, la tête du Velázquez à cheval. Dumas fit, sans succès, une tournée dans cette ville et à Ávila : lettre manuscrite à Lacaze, 14.12.1939.

199 Ibidem, lettres manuscrites du 16.11 et du 18.12.1939.

200 Hervé Alphand, L'étonnement d'être. Journal 1939-1973. Paris, 1977, p. 34-35. Voyage à Madrid, où il visita les ruines de la Cité universitaire. Alphand était, alors, directeur des accords commerciaux, au Quai d'Orsay : J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr. cité, p. 61-62.

201 Henri du Moulin de Labarthète, Le temps des illusions, Genève, 1946, p. 15. Achat de matières premières, fusées, plaques de blindage, armes de poing. Il était neveu du gendre de F. Dumas. C'est, par son truchement, que le directeur de la Casa espérait obtenir quelque dédommagement. Voir aussi note 187.

202 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Marx à Lacaze, Paris, 6.3.1940, transmettant le texte traduit de la loi du 10.2.1940, créant une Junte de reconstruction de la Cité universitaire ; voir copie réponse de Lacaze, du 9.3.1940 : aide espagnole possible, en vertu de l'art. 3, alinéa 4, de ladite loi.

203 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Madrid et Saubusse) à Lacaze (Paris), du 22.2 au 19.3.1940.

204 Ibidem, dossier Jean-Elysée Puyforcat, avec une note du 5e Bureau, État-major Armée, à MEN, 3.2.1940, transmise à l'ABA.

205 Ibidem, diverses lettres de Dumas, du 21.12.1939 au 8.5.1940.

206 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 285 : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Marx (Paris), 9.11.1939 et carton 286 : lettre Présidence du Conseil à Marx, 2.4.1940, sur l'utilité des cours de Legendre, à Madrid.

207 Témoignage Mme Conte, Bordeaux, 1984.

208 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris) 14.4.1940. Dumas réitère cette consigne, dans une lettre du 5.6.1940.

209 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 19.4.1940 : mise en cause du mauvais travail de Lefèvre (surveillance du chantier et des marchés).

210 Marcel Péchin, qui ne fut membre de la CV que de façon fugitive, en 1928, était devenu inspecteur du BBCPN et architecte de l'Institut. Le dossier complet est dans AABA-Paris, Fonds CV. Voir son rapport, 6 pages dactylographiées, communiqué à Lacaze, le 23.5.1940.

211 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 20.5.1940. Il évoquait la Société française des pyrites de Huelva, la Société franco-belge des mines de Somorrostro et la Compagnie royale asturienne des mines. Dans sa réponse, Bonnaire indiquait à Dumas, que l'on avait promis des pesetas à Lacaze, au change de 2 F au lieu de 4,80 F. Des personnalités de ces sociétés furent contactées, à Paris même. Les Mines de Somorrostro adressèrent 23.500 Ptas, en novembre 1940.

212 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Boschot (Paris), 17. 5. 1940. H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 238-240. Fin mai, Paul Reynaud aurait reçu Pétain et Lacaze, au sujet de la reconstruction de la CV. Le président du Conseil les aurait aiguillés vers le ministre des Finances, Henri Lamoureux. AAF-Madrid, carton 462 : copie lettre dactylographiée Lacaze (Paris) à MAE-Vichy, 19.10.1940.

213 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de J. Chevalier (Cérilly) à M. Legendre (Madrid), 11.6.1940 : « Je garde confiance en l'issue de la guerre... avec Pétain et Weygand ».

214 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Madrid), 28.6.1940.

215 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 6.7.1940. Sur Puyforcat, voir note 204.

216 ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Legendre (Madrid), 29.7.1940. Sur Alice Cabarat, voir BH, n° 4, 1940, p. 326-327.

217 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Saubusse) à Lacaze et Boschot (Paris), 16.7 et 31.8.1940. Les mots sont soulignés par Dumas lui-même. Il le répéta à Bonnaire, le 11.8.1940. Dans une lettre du 1.10.1940, Baudoin, depuis Vichy, proposa à Lacaze la nomination de Legendre, à la tête de la Casa.

218 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Boschot (Paris), 29.9.1940.

219 V. Morales Lezcano, Historia de la no-beligerancia española durant la segunda guetra mundial, Las Palmas, 1980, p. 17-34 ; voir aussi les communications d'Antonio Marquina Barrio et de J.-C. Allain au colloque de Neuchâtel-Berne, septembre 1983 : les états neutres européens et la seconde guerre mondiale, Neuchâtel, 1985, p. 109-123 et 337-356.

220 Le plus élaboré de ces ouvrages est Reivindicaciones de España, Madrid, 1941, 338 p. Ses auteurs : José María Areilza et Fernando María Castiella. La presse phalangiste, Arriba surtout, se montrait fort agressive à ce sujet.

221 Denis Smyth, Diplomacy and strategy of survival. British policy and Franco's Spain, 1940-1941, Cambridge, 1986, 335 p.

222 Renom de la Baume, « L'Espagne non belligérante, 1940 », Revue d'Histoire Diplomatique, 1955, p. 126-129, et surtout, V. Morales Lezcano, « La cuestion del reajuste de fronteras interzonales en el protectorado hispano-francés en Marruecos », Revista de Estudios Internacionales, n° 2, 1985, p. 357-377.

223 H. du Moulin de Labarthète, ouvr. cité, p. 15-16 et 24-25.

224 Pétain avait été élu en juin 1929 à l'Académie française, au siège du Maréchal Foch : H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 153.

225 La fondation Rothschild, à Londres, sera également détruite, lors d'un bombardement allemand, en 1943 : L'Institut de France dans le monde actuel, exposition, Paris, 1986, p. 255. En 1951, elle reprendra ses activités d'accueil.

226 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 7.12.1940, p. 519, lecture d'une lettre de Fournier, narrant les événements de juin 1940. Le palais était sous scellés. Des gardiens assuraient la surveillance, le public romain étant autorisé à visiter les jardins, deux jours par semaine. Depuis le 6.4.1940, les concours des Prix de Rome avaient été suspendus, par arrêté du MEN : ibidem, séance du 13.4.1940, p. 474.

227 Ibidem, séance du 31.8.1940, p. 493 : Aix proposée ; séance du 14.9.1940, p. 495 : Nice proposée ; séance du 28.9.1940, p. 497 : Nice choisie, installation dans une propriété, la Villa Paradiso. Après une occupation, sans dégâts par les troupes allemandes, en novembre 1943, la VM sera réouverte, dès fin 1945 : témoignage oral, Didier Ozanam, Paris, 1988.

228 Ibidem, séance du 24.8.1940, p. 492.

229 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 47, Renom de la Baume (Madrid) à SOFE-MAE (Vichy), 17.9.1940, communiquée au cabinet du ministre, Paul Baudoin. Legendre fut le porteur de cette dépêche.

230 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.1.1940.

231 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée, Legendre, utilisée par l'ambassadeur, pour la d. n° 47, citée note 229, p. 19-20. Description des six édifices : cinq hôtels particuliers, une maison à appartements.

232 AABA-Paris, Fonds CV : lettres dactylographiées de Baudoin (MAE-Vichy) à Lacaze (Paris), 1 et 12.10.1940.

233 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 19.10.1940, p. 508, et AN-Paris, F17bis 5497 : copie lettre dactylographiée Lacaze (Paris) à P. Baudoin (Vichy), 19.10.1940.

234 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : échange de notes MAE-MEN, Vichy, 1 et 16.10.1940.

235 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 151 et t. n° 800, Baudoin (MAE-Vichy) à Ambassade-Madrid, 16 et 26.10.1940 ; voir aussi carton 453 : d. n° 184, idem, 28.10.1940.

236 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot (Paris) à Boussagol (Bordeaux), 22.10.1940. La nomination de Legendre fut annoncée dans BH, n° 1, 1941, p. 79.

237 François Piétri, Mes années d'Espagne, 1940-1948, Paris, 1954, p. 50, 58-59 et 213-232 ; voir aussi AMAE-Paris, série Vichy, Espagne, chemise 254 : propagande 1941-1944, divers doc.

238 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 14.11.1940, avec annexe financière : état des comptes Crédit Lyonnais-Bordeaux et Madrid. Au 31.12.1940, les montants étaient, respectivement, de 432.000 F et 42.000 Ptas.

239 Ibidem, lettre manuscrite de Piétri (Madrid) à Lacaze (Paris), 29.11.1940 ; voir aussi F. Piétri, ouvr. cité, p. 39.

240 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre manuscrite de Legendre (Ambassade-Madrid) à Boisanger (SOFE-Vichy), 16.12.1940, transmise à MEN, 18.12.1940.

241 ACV-Madrid, carton 7 : dossier Serrano 73 : original du contrat, signé par M. Legendre (sans indication de la CV) et Felipe Rodríguez López, ingénieur militaire, résidant à Salamanque, 15.12.1940.

242 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 7.12.1940. « J'ai trouvé un immeuble de très bonne présentation (sans excès tapageur) ». Plus tard, il admettra qu'une dizaine de pensionnaires, seulement, pouvaient y être logés. AN-Paris, F17bis 549, lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à SOFE-Vichy, 18.4.1941. La dénomination « Trianon » est de mon fait... à la différence de « Palais », souvent employée par les acteurs.

243 Ibidem, copie lettre Boisanger (SOFE-Vichy) à Lacaze (Paris), 9.1.1941. François Chevalier avait vécu une Ride année 1940. Reçu archiviste-paléographe peu auparavant, il fut mobilisé comme sous-lieutenant, à la sortie de l'école de St-Maixent. Il fit retraite en mai et juin. Démobilisé en août, il put franchir la frontière catalane, dès novembre : ACV-Madrid, carton 1, correspondance J. Chevalier-M. Legendre, janvier-novembre 1940. Témoignage oral de F. Chevalier, Paris, 1984, et entretien dans Hispanic American Historical Review, Nouveau-Mexique, 1984, vol. 64, n° 3, p. 421-442.

244 J. Chevalier avait maintenu des contacts avec son ami Lord Halifax : J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr. cité, p. 278-279.

245 ACV-Madrid, carton 1 : lettre dactylographiée de J. Chevalier (MEN-Vichy) à Legendre (Madrid), 24.2.1941, avec article joint de La Tribune de Genève, 23-24.2.1941. De février à août 1941, il sera secrétaire d'État à la Santé et à la Famille. Tombé quelque temps malade, il reprendra ses cours à l'université de Grenoble, à l'automne 1942, après s'être occupé des Chantiers de Jeunesse : ibidem, correspondance J. Chevalier-M. Legendre, février 1941-janvier 1943.

246 AABA-Paris, Fonds CV : note manuscrite Legendre, s.d. (janvier 1941) 2 fol. ; voir aussi ACV-Madrid, carton 1 : note manuscrite Legendre, s.d. (fin 1940), 13 fol. Nombre et choix des pensionnaires.

247 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 28.12.1940, p. 524.

248 L'un d'entre eux, l'architecte Herr, ne viendra jamais. Les quatre autres, les peintres Gil son, de Rigné et Chochon et le sculpteur Coulon, ne vinrent qu'après-guerre ; leur départ avait été annoncé par Le Temps du 23.1.1941, p. 3. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de C.-V. Aubrun à Bonnaire, s.d. (janvier 1941), qui explique longuemment le « circuit » administratif franco-germano-espagnol, afin d'obtenir un visa. AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 11.1.1941, p. 529. Communication du Préfet de la Seine : pas possible de nommer Hirtz, car israélite.

249 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : copie note n° 591, Rochat, SOFE-MAE à MEN - Vichy, 19.4.1941. Voir aussi ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée, Legendre (Madrid), 26.4.1941, 3 p.

250 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 4, SOFE-MAE, Vichy, à Ambassade-Madrid, 28.6.1941, transmettant la note n° 1232, Carcopino (MEN) à MAE-Vichy, 1.6.1941.

251 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : correspondance MEN-MAE, Vichy, du 30.11.1940 au 15.5.1941.

252 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à SOFE-MAE, Vichy, 18.4.1941.

253 Rentrée à Bordeaux, Isabelle Paris se maria, peu après, avec André Conte. Mais la famille était encore présente à Madrid, avec René Paris, qui devint intendant du Lycée français, fonction qu'il exercera jusqu'en 1963.

254 Installé à Gan, au sud de Pau, il y mourut le 11.4.1948. On lui alloua une retraite, une allocation de pertes et de bien vifs remerciements pour son dévouement, de 1913 à 1941, au service de l'IFM et de la Casa.

255 La Colmena (La Ruche), film de Mario Camus, 1982, d'après un roman de Camilo José Cela : E. Larraz, ouvr. cité, p. 258-259.

256 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37, dossier IFM-Lycée français, 1940-1944 : calcul du traitement des enseignants français, Madrid, 1941.

257 Ibidem et AABA-Paris, Fonds CV : divers documents, décembre 1940-janvier 1941. L'acceptation, par Lacaze et Boschot, était liée à la « non-budgétisation » de ce poste, « inutile pour quelques pensionnaires ».

258 ACV-Madrid, carton 1 : correspondance Maroc. R. Ricard était directeur général de l'Instruction publique et des beaux-arts, à Rabat, depuis 1940, tandis que R. Thouvenot s'occupait des fouilles de Volubilis. H. Terrasse était inspecteur des Monuments historiques, depuis 1935, et venait d'être nommé directeur de l'Institut des hautes études marocaines.

259 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 29.3.1941, p. 543.

260 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre Boschot (Paris) à Carcopino (Vichy), 29.5.1941. On trouve une copie de la traduction retouchée, dans ACV-Madrid, carton 1. Curieusement, aucun de ces documents n'a été retrouvé dans AABA-Paris.

261 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : note n° 122, MEN à SOFE-MAE, Vichy, 1.6.1941. Dès janvier, une note dactylographiée de Lacaze, contresignée par Boschot, était parvenue à la DGBA : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : Casa de Velázquez, sous-dossier 1941-1949.

262 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre Boschot (Paris) à Pétain (Vichy), 1.4.1941. Une note annexe détaillait les étapes de la reconstruction. Le chef de l'État fit répondre, par J. Chevalier, qu'il serait heureux de venir réinaugurer la nouvelle Casa. AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note dactylographiée de Legendre, Madrid, 20.2.1941, p. 4.

263 H. du Moulin de Labarthète, ouvr. cité, p. 237-238. F. Piétri, ouvr. cité, p. 53-56. Ramón Serrano Suñer, témoin de l'entrevue, confirme : Entre les Pyrénées et Gibraltar, Genève, 1947, p. 230-232.

264 Pour ces deux peintres, il s'agissait de leur troisième œuvre placée dans les collections du Louvre. Quant à la tapisserie du XVIIIe siècle, Legendre avait certifié qu'elle avait été tissée sur un carton original de Goya. Un inventaire officiel de l'échange est publié dans le JOEF du 20.7.1941, p. 3047.

265 Placée au Prado, la Dame d'Elche fut transférée, en 1972, au Musée archéologique national, tout proche, où elle se trouve aujourd'hui.

266 Louis Hautecœur, Les Beaux-Arts en France, Paris, 1948, p. 216-217 : loi du 27.9.1941, sur les fouilles archéologiques, précédée d'une autre loi, du 23.6.1941, interdisant l'exportation d'objets d'art, sans autorisation. La France souffrait, vis-à-vis de l'Espagne, d'un certain retard législatif, dans ce domaine. La Dame d'Elche avait laissé de mauvais souvenirs à certains Espagnols : voir Antonio García y Bellido, ouvr. cité, p. VII-XV. Ce dernier sera fait docteur honoris causa par l'université de Bordeaux, en 1961.

267 ACV-Madrid, carton 15 : lettre manuscrite de René Huyghe (Vichy) à Legendre (Madrid), 14.12.1940. Voir aussi AMAE-Paris, Archives des Archives, carton 40, sur l'action de Legendre, juin 1941. Jacques Jaujard (1895-1967) était directeur du Louvre, depuis 1939. R. Huyghe, né en 1906, était, depuis 1927, conservateur des peintures et dessins au Louvre. Il est membre de l'Académie française depuis 1960.

268 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, Espagne, carton 37 : d. n° 71, Piétri (Ambassade-Madrid) à SOFE-MAE (Vichy), 16.7.1941, en réponse à une consultation du département, à la demande du chef de l'État.

269 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 3.7.1941.

270 Fernando Eguidazu, Intervención monetaria y control de cambios en España 1900-1977, Madrid, 1978, p. 134-135, 140-147 et 185-189. La loi de création de l'Institut espagnol des changes date du 25.8.1939. Cette législation était liée à une surévaluation de la Peseta, visant à renforcer l'autarcie économique.

271 P. Chías Navarro, ouvr. cité, p. 163-174. Voir aussi les brochures éditées en octobre 1942 et octobre 1943. Une maquette du plateau de la Moncloa fut alors construite : elle se trouve dans une salle, fermée au public, au sommet de l'Arc de triomphe franquiste, édifié au début des années 50, Place de la Moncloa. Elle fait pendant à une autre maquette, de même taille, montrant la Cité universitaire détruite, en 1939 : Musée de l'Armée, Madrid.

272 ACV-Madrid, carton 3, dossier de presse madrilène : déclarations de Legendre, Voz de España, organe de la Phalange, 25.2.1940 ; voir aussi C. Pichon, Paris-Soir du 12.3.1941.

273 AAF-Madrid, carton 462 : note dactylographiée Lacaze, 24.10.1940.

274 AN-Paris, F17bis 5497 : lettre manuscrite Legendre (Madrid) à Rosset (DESUP-Vichy), 27.11.1940.

275 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite Legendre à Piétri, Madrid, 21.11.1940.

276 ACV-Madrid, carton 2 : lettre dactylographiée Zavala à Legendre, Madrid, 2.1.1941, avec devis chiffré, par postes. Il avait réalisé une première estimation, un an plus tôt : 6.250.500 Ptas.

277 En avril 1941, « l'habitation du gardien sera bientôt inutilisable ». AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à SOFE-Vichy, 18.4.1941.

278 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée n° 1441, Carcopino (Vichy) à Boschot (Paris), 29.6.1941, et copie lettre n° 1439, Carcopino (MEN) à MENF, Vichy, même date.

279 ACV-Madrid, carton 3 : lettre manuscrite de F. Ledoux (Evian) à Legendre (Madrid), 11.8.1941. AMC-Paris, Papiers Jean-Jacques Haffner, carton 2, dossier CV : ordre de mission MEN, Vichy, 24.7.1941.

280 Ibidem, carton 3, correspondance CV : lettre dactylographiée MEN-Vichy à Haffner, 22.8.1941. Haffner, né en 1885, avait voyagé en Italie en 1921-1924 : Roma Antiqua, exposition Rome 1985-Paris 1986, p. 232. Au sujet du terrain acquis par Piétri, voir son ouvr. cité, p. 37-39. C'est, aujourd'hui, la résidence de l'ambassadeur, rue Serrano.

281 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : note DESUP à DGBA, 20.8.1941, et note DGBA à cabinet MEN, Vichy, 11.10.1941.

282 AN-Paris, F17bis 5497 : correspondance Vichy (M. Finances et MEN)-Madrid (Ambassade), du 5.9 au 15.10.1941.

283 Ibidem, copie lettre Carcopino (Vichy) à président ABA (Paris), 27.9.1941. Pourquoi cette missive adressée à Paul Landowski ? En tout cas, curieusement, là encore, l'original n'est pas dans AABA-Paris.

284 Des copies de ce projet de décret sont localisables dans AABA-Paris, Fonds CV, dans AN-Paris, F17bis 5497, dans AAF-Madrid, carton 452 et dans AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37. Voir aussi AABA-Paris, registre 2E27 : séance du 14.2.1942, p. 12.

285 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 159, Ambassade-Madrid à SOFE-Vichy, 31.12.1941. AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : copie note n° 10, MAE à MEN, Vichy, 7.1.1942. Le projet de décret, établi par Carcopino, le 12.1.1942, fit l'objet d'un accord avec Darlan (MAE), le 21.3, mais, proposé à l'aval des Finances, il ne fut jamais ratifié.

286 AABA-Paris, Fonds CV : copie note ABA à Legendre, Paris, 5.11.1941, transmise à MEN-Vichy (copie dans AN-Paris, F17bis 5497).

287 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié de Haffner (Paris) à DGBA-MEN (Vichy), 28.11.1941.

288 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Haffner à Lacaze, Paris, 11.12.1941, avec copie à DGBA-MEN-Vichy : AMC-Paris, série BBCPN, carton 690.

289 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 119, Piétri (Ambassade-Madrid) à MAE-Vichy, 28.10.1941, transmise à MEN. ACV-Madrid, carton 2 : note dactylographiée Legendre sur le rapport de Haffner, relatif à la reconstruction de la CV, Madrid, 14.1.1942.

290 AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37 : copie note n° 14, SOFE-MAE à DGBA-MEN, Vichy, 5.7.1941.

291 AN-Paris, F17bis 5497 : correspondance DGBA-MEN et Contrôle dépenses-MENF, Vichy, octobre 1941-février 1942.

292 Ibidem, rapport Legendre sur l'activité de la CV en 1941, Madrid, 20.1.1942. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite du peintre Bourdil (Madrid) à Lacaze (Paris), 31.12.1941.

293 Raymond Lantier, notice nécrologique d'Eugène Albertini, Revue Archéologique, t. XVII, 1941, p. 230-236. ACV-Madrid, carton 2 : lettre manuscrite de Mme Cabarat (Paris) à Legendre (Madrid), 13.3.1941. Philippe Nourry, Juan Carlos, un roi pour les républicains, Paris, 1986, p. 55-57 : décès et funérailles d'Alphonse XIII. L'ABA adressa ses condoléances à l'ambassadeur Lequerica, qui les transmit au gouvernement espagnol et à la reine Victoria-Eugenia, en Suisse : AABA-Paris, registre 2E26 : séances des 1.8 et 22.3.1941, p. 537, 540 et 541.

294 J. et B. Guérin, ouvr. cité, p. 586. AAIBL-Paris, registre E113, 1940-1945, séance du 11.7.1941, p. 71. Des Mélanges lui avaient été offerts, peu auparavant : Revue des Études Anciennes, t. XLII, 1940. Après sa disparition, l'AIBL ne fut plus représenté au CA de la CV, jusque dans les années soixante.

295 BH, n° 2, 1943, p. 164-174. Martinenche fut l'un des promoteurs de la bourse de l'université de Paris, destinée à l'EHEH. Il mourut à La Croix-Valmer (Var).

296 ACV-Madrid, carton 1 : note dactylographiée Legendre s.d. (janvier 1942) et AN-Paris, F17bis 5497 : lettre dactylographiée de Boschot (Paris) à Carcopino (MEN-Vichy), 8.1.1942.

297 Le transfert du compte Crédit Lyonnais-Bordeaux au compte Banque Centrale pour l'étranger-Vichy avait été effectué, dès juin 1941. Cette banque, chargée du contrôle des changes, était une création de l'État français.

298 Né en 1907, Couve de Murville, inspecteur des Finances, assumait, depuis 1940, cette direction. Il ralliera Alger, début 1943.

299 ACV-Madrid, carton 7 : comptabilité 1942, compte pesetas Crédit Lyonnais-Madrid. Dépenses 1942. Location hôtel Serrano : 2.326 Ptas par mois. Location appartement Núñez de Balboa : 250 Ptas par mois. Location appartement Castelló : 254 ptas par mois. Location atelier Viso : 900 Ptas par mois. Location atelier Chamartín : 600 Ptas par mois.

300 Jacqueline et Christiane Deneumostier étaient deux jeunes Belges résidant à Madrid. La première était peintre, la seconde entra au service de la Casa, en 1942. Elle y restera jusqu'en 1959. Legendre les appréciait beaucoup, comme en témoignent ses Cahiers manuscrits, 1945-1955, portant le titre Le journal de la CV : ACV-Madrid, carton 1.

301 Témoignages oraux de R. Marsan, Pau, 1984 et de F. Chevalier, Paris, 1984 ; voir aussi BH, n° 2-3-4, 1942, p. 181-184 (1940-1941 et non 1939-1940).

302 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 24.2.1942. La note de l'ABA, du 9.1.1942, n'était parvenue à Madrid que le 23.2.1942.

303 Ibidem, lettre et carte postale d'André Bourdil (Madrid et Vichy) à Lacaze (Paris), 28.3 et 4.6.1942. Sur l'exposition de 1942, à Madrid, aucun autre document dans AABA-Paris, Fonds CV, ni dans ACV-Madrid, mais en séance, le 5.12.1942, on se plaignit de la médiocrité de cette manifestation : AABA-Paris, registre 2E27, p. 62. Les expositions de Fez étaient aussi visées par ces propos.

304 AN-Paris, Papiers Pétain, Cabinet Civil 180, carton 2 AG-II-575. De juin à octobre 1942, cinq notes dactylographiées de Legendre (Madrid) à H. du Moulin de Labarthète, chef du cabinet civil.

305 Selon du Moulin de Labarthète (hostile), ouvr. cité, p. 438 et Fernand de Brinon (favorable), Mémoires, Paris, 1949, p. 108, Pétain appelait Bonnard, la « Gestapète ». Bonnard était son confrère à l'Académie française depuis 1932.

306 AN-Paris, F17bis 5497 : d. n° 152, Piétri (Ambassade-Madrid) à Pierre Laval (MAE-Vichy), 29.7.1942, transmettant, avec quelques réserves d'ordre budgétaire, une note de Legendre, du 25.7.1942, dont une copie est dans AAF-Madrid, carton 452.

307 ACV-Madrid, carton 1 : carte postale Boschot (Paris) à Legendre (Madrid), 13.6.1942. Le secrétaire perpétuel avait reçu une carte de Legendre, alors, à Toulouse, en date du 5.6.1942 : AABA-Paris, Fonds CV.

308 AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3 : convention Haffner-Zavala, Madrid, 28.4.1942.

309 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié de Haffner à BBCPN, Paris, 11.5.1942 et AAF-Madrid, carton 453 : original du contrat Francisco Palancar, 23.4.1942. Voir aussi AN-Paris, F21 7166, dossier CV, 1941-1950.

310 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : devis estimatif des travaux de reconstruction, Zavala, Madrid, 27.10.1942 : 17.862.725 Ptas et 70.000 Ptas pour le pavillon Peñarroya, soit 17.932.725 Ptas, et carton 128 : rapport Haffner, Paris, 15.12.1942.

311 AN-Paris, F17 13339, correspondance du Cabinet : note dactylographiée de Galletier (DESUP-MEN), Vichy, s.d. (octobre 1942).

312 Ibidem, F17 13359, Relations culturelles avec l'étranger, 1942-1944 : note dactylographiée, 2 p., s.d. (octobre 1942), et lettre dactylographiée de Juan Estelrich (Prensa española, Paris) à Abel Bonnard (MEN-Vichy), 17.10.1942. Voir aussi note dactylographiée, Mouraille (Paris) à Bonnard (Vichy), 19.10.1942.

313 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée Legendre à Piétri, Madrid, 20.11.1942, et note Piétri, 27.11.1942, transmettant la requête au MAE-Vichy, avec avis défavorable, 4.12.1942.

314 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Vichy, chemise 271 : d. n° 4, André Montaudon, consul de France-Madrid à MAE-Vichy, 20.9.1941, confidentielle.

315 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : note dactylographiée sur la situation à Madrid, Alger, 18.12.1942, signée : Général Bergeret.

316 J.-B. Duroselle, « Une création ex nihilo : le ministère des Affaires étrangères du Général de Gaulle (1940-1942) », RI, n° 31, 1982, p. 313-332. Les ralliements de diplomates furent rares, avant novembre 1942.

317 F. Piétri, ouvr. cité, p. 213 et 219-222 et P.-J. Guinard, témoignage oral, Paris, 1984.

318 Diverses lettres et notes dans AMAE-Paris, série SOFE-Vichy, carton 37, dans AAF-Madrid, cartons 452 et 453, dans AABA-Paris, Fonds CV : novembre 1942-mars 1943.

319 BH, n° 1, 1944, p. 73-78. En réalité, il y avait une « nouvelle », Hélène Lalaurie, mais elle ne put venir en Espagne. Madeleine Ferry dut repartir en France, en décembre 1942.

320 AABA-Paris, Fonds CV : bourses 1942-1943, correspondance Legendre-Lys-Lacaze, novembre-décembre 1942.

321 ACV-Madrid, carton 3, dossier presse : nouveaux travaux de la Cité universitaire de Madrid, en vertu d'une loi du 12.12.1942.

322 AMC-Paris, série BBCPN, carton 690 : rapport dactylographié n° 2, Haffner, 12.11.1942, qui parle d'une « différence d'interprétation » entre les Finances-Vichy et leur représentant, à Madrid.

323 Les tribulations du dossier dans : AAF-Madrid, carton 453, et dans AMC-Paris, Papiers Haffner, carton 3. Il manquait toujours quelque pièce technique ou comptable... AN-Paris, F21 7166 : copies des notes Piétri à Largentaye, attaché financier, Madrid, 19 et 21.12.1942.

324 ACV-Madrid ; carton 1 : copie note dactylographiée, Legendre, 8 p., s.d. (fin 1942 ou début 1943). AN-Paris, F17bis 5497 : correspondance Vichy-Madrid, décembre 1942 et Papiers Pétain, cabinet civil 180, carton 2 AG-II-575 : copie lettre Baudry, chef de cabinet (Vichy) à Legendre (Madrid), 2.12.1942.

325 AABA-Paris, registre 2E27 : séance du 19.12.1942, p. 66.

326 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée Legendre (Madrid) à Lacaze (Paris), 15.1.1943. Voir aussi lettre de Rafael López Izquierdo (El Alcázar) à Legendre, Madrid, 18.1.1943 : ACV-Madrid, carton 19.

327 AN-Paris, F21 7166 : notes Piétri à attaché financier, réquisitions de paiement, février-mars 1943.

328 AN-Paris, Papiers Pétain, cabinet civil 180, carton 2 AG-II-575 : lettre de Legendre (Madrid) à Baudry (Vichy), 12.3.1943. Legendre n'avait reçu, alors, que le reliquat du budget 1942 : AAF-Madrid, carton 452.

329 Ce document n'a pas été retrouvé dans AAF-Madrid. Une copie de cette d. n° 45, Laval (MAE-Vichy) à Piétri (Ambassade-Madrid), est conservée dans ACV-Madrid, carton 2.

330 AMAE-Paris, série Guerre 1940-1944, Alger, chemise 749 : rapport confidentiel, non signé, 23.3.1943. Ippécourt (pseudonyme de Pierre Vuillet), Les chemins d'Espagne, Paris, 1948, p. 142-143.

331 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 576-577.

332 F. Piétri, ouvr. cité, p. 177-182 et p. 225-227.

333 J.-B. Duroselle, L'abîme, ouvr. cité, p. 413-446.

334 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée de Legendre à Piétri, Madrid, 24.3.1943. Mots en italiques soulignés au crayon rouge par le récipiendaire de la missive.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Pénétration dans la Cité Universitaire de Madrid, 1936.Source : J. M. Martínez Bande, La marcha sobre Madrid
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search