Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Troisième partie. Palais d'or et de poussière (1928-1954)

Chapitre VI

À la Moncloa (1928-1936)

Texte intégral

Le palais inachevé de Pierre Paris (1928-1931)

  • 1 AABA-Paris, Fonds CV : PV du CA, 13.10.1928.
  • 2 AP-Manuel de Falla, Madrid, correspondance : lettres manuscrites de Legendre (en français), 8.10 et (...)
  • 3 AAF-Madrid, carton 444, dossier inauguration de la CV, octobre 1928-janvier 1929 : 33 documents. Au (...)

1Le début de l'automne 1928 s'étira en fiévreux préparatifs. La question des invitations et du programme rendit nécessaire la venue du directeur dans la capitale française, à la mi-octobre. L'ambassadeur s'y trouvait également. Une réunion du Conseil de la Casa s'imposait donc. Sous la présidence de Widor, elle eut lieu le 13, Quai Conti. De nombreux problèmes furent abordés : l'inauguration et l'octroi des bourses étaient, naturellement, à l'ordre du jour1. En l'absence de Pierre Paris, Legendre s'était chargé de préparer l'accueil des artistes et des chercheurs de la « première promotion » de la Casa de Velázquez. Le secrétaire général avait aussi pris contact avec Manuel de Falla afin de présenter un spectacle de cante jondo aux invités2. Quant à de Peretti, il avait contacté organismes et personnalités afin d'animer les futures fêtes franco-espagnoles. La dernière décade permit enfin de fixer la date définitive de la cérémonie principale au 20 novembre3.

  • 4 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 123, Beaux-arts : note de Peretti à Fouquière (...)
  • 5 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 123 : annotation manuscrite au t. n° 284-285, (...)
  • 6 Paul Léon se déplaça, tandis qu'André François-Poncet dut se désister.

2Le directeur - qui avait confectionné une liste d'invitations - s'inquiétait de la représentation française au plus haut niveau : le président de la République ne pouvait s'absenter, en raison de la session parlementaire. Le chef de l'État adresserait protocolairement un message de félicitations au monarque espagnol4. Qui conduirait la délégation française ? Lors d'un remaniement ministériel, Édouard Herriot, ministre de l'Instruction publique, abandonna son portefeuille à un parlementaire de second plan, Pierre Marraud5 Mais, à cause d'une très grave maladie de la femme de ce dernier, Georges Leygues, ministre de la Marine, fut finalement désigné ; le maréchal Pétain et l'amiral Lacaze l'accompagneraient. Le sous-secrétaire d'État à l'Enseignement technique et aux Beaux-arts, André François-Poncet, et le directeur des Beaux-arts, Paul Léon, compléteraient le groupe des personnalités officielles6.

3De très nombreuses invitations avaient été lancées : malgré quelques désistements, une forte majorité répondit présent.

  • 7 AAF-Madrid, carton 444 : correspondance de Peretti (Paris et Madrid) avec le directeur de l'Opéra e (...)
  • 8 Ibidem, lettre de R. Brussel (Paris) à de Peretti (Madrid), 30.10.1928. La tournée, du 6.11 au 24.1 (...)
  • 9 L'œuvre sera inaugurée, à l'Opéra de Paris, en décembre 1928 : Ida Rubinstein (1885-1960) était une (...)

4La Comédie-Française et l'Opéra de Paris enverraient quelques sociétaires et danseurs7. Dans le cadre d'une tournée prévue de longue date, Maurice Ravel participerait aux festivités, par un concert unique8. Il venait d'achever pour les ballets d'Ida Rubinstein un Bolero qui devait, à l'origine, se dénommer Fandango9.

  • 10 AR-Bordeaux, dossier CV, inauguration 1928 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à F. Dumas (rec (...)
  • 11 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettres de P. Paris à F. Dumas (dactylographiée, 22.10.1928) et à Thuil (...)

5On peut aisément imaginer que le « héros de la fête », Pierre Paris, avait beaucoup à faire en ces semaines décisives. « Je me débats dans les difficultés de l'avant-dernière heure. Que sera-ce dans huit jours ? Mais j'arriverai, si Dios quiere (si Dieu le veut), comme disent les Espagnols, quitte à me coucher fourbu le lendemain »10. Il lui fallait s'occuper du déménagement de l'EHEH et de l'exécution de l'accord passé entre les deux universités du sud de la France11. Le Quai d'Orsay prit en charge les frais de l'inauguration : 30.000 F furent affectés à cet effet.

  • 12 EHEH-RA, 1928-1929, p. 233-234.
  • 13 AP-Vielliard, Paris : lettre manuscrite de J. Vielliard à sa mère, 17.11.1928.

6La Casa elle-même était en pleine ébullition, ainsi qu'en témoigne Jeanne Vielliard, fraîchement arrivée de Barcelone, où sa mission aux archives de la Couronne d'Aragon avait été intégrée à l'œuvre de l'EHEH, grâce à une bourse de l'Instruction publique12. « Je suis dans l'émerveillement... il fait un temps radieux, la campagne aux alentours arbore les couleurs d'automne... toute la maison est comme une ruche bourdonnante, tous les corps de métiers s'activent ; il y a encore bien à faire avant mardi ; les cadeaux affluent : une auto pour les élèves, un piano ici, des services à thé que je viens d'avoir l'honneur de laver et d'essuyer avec la jeune (Isabelle) Paris ; la maison a une allure de palais ; je comprends qu'on y ait déjà engouffré des millions... Madame Paris ne sait où donner de la tête. On lave, on frotte, on peint, on astique, on pose des rideaux, on ressalit ce qui vient d'être nettoyé ; l'architecte, Lefèvre, est partout à la fois »13.

  • 14 Témoignage oral de Francis Harburger, Paris, 1984.
  • 15 Témoignage oral de Jean Lombard, Madrid, 1984.

7Les pensionnaires artistes et les membres de l'EHEH étaient tous « mobilisés » pour des tâches bien précises. Ainsi le peintre Francis Harburger serait chargé de placer les personnalités dans la bibliothèque, encore vide de ses livres14. Jean Lombard, archiviste-paléographe, serait le « garde du corps » de la reine-mère Marie-Christine15.

  • 16 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 17.11.1928, p. 164-165.

8Dans la capitale française, Charles-Marie Widor - à la veille de son départ outre-Pyrénées - évoquait, dans un élan rhétorique, les fondations londonienne et madrilène de l'Académie. « Tout Français, désireux d'étudier l'Angleterre ou l'Espagne dans ses institutions, ses universités, ses laboratoires, ses usines, ses mines, ses hôpitaux, ses musées, ses collections n'aura qu'à adresser à l'Institut une demande motivée pour un séjour d'un, deux ou trois mois, soit à la Casa, soit dans la maison de Queen's Gâte... Avec Rome, Londres et Madrid, l'Académie peut s'enorgueillir... En réalité, Londres et Madrid seront les contreforts de cette Villa Médicis d'où sont sorties tant de gloires françaises ». Des applaudissements crépitèrent alors, en hommage à l'action du secrétaire perpétuel, qui rappela combien Pierre Imbart de la Tour et Pierre Paris s'étaient dépensés pour ce projet ; « Je n'ai été que le frère quêteur » conclua-t-il modestement, en soulignant les moments difficiles, voire angoissants de ce lent cheminement16.

Fig. 4. – Programme d'inauguration de la Casa de Velázquez (1928).
Source : AABA-Paris, Fonds Casa de Velázquez

  • 17 AP-Vielliard, Paris : lettre citée note 13. Un dossier de presse, assez complet, est joint avec d. (...)
  • 18 Amiral Auphan, L'honneur de servir - Mémoires, Paris, 1978, p. 127-128. L'auteur, capitaine de corv (...)
  • 19 AABA-Paris, Fonds CV, dossier Inauguration de 1928.

9Le dimanche 18 novembre, les occupants de la Casa virent « affluer les visiteurs, car il y a tout le temps des articles sur nous dans les journaux... »17. Le lendemain, les délégués officiels français arrivèrent dans la soirée, par train spécial, à la gare du Nord18. Les festivités pouvaient commencer. Les invités reçurent des consignes pratiques19.

  • 20 En visite en Angleterre, auprès de sa mère souffrante.

10Comme on peut le remarquer d'après ces documents, la première cérémonie fut la plus importante. En cette matinée ensoleillée du 20 novembre, une seule absence de marque était à déplorer : celle de la reine Victoria Eugenia20.

  • 21 Témoignage F. Harburger, Paris, 1984.
  • 22 Le texte des trois discours est en annexe 14 : les références y sont indiquées.

11Sur l'esplanade, un cortège d'automobiles déposa les personnalités qui attendirent, protocolairement, le souverain. Un détachement à cheval de la garde royale rendit les honneurs, à 11 h 30, lors de son arrivée, seul dans une calèche découverte. La bibliothèque était l'unique salle capable de contenir une assistance fournie : Francis Harburger dut constater, néanmoins, son exiguïté en la circonstance. Gare aux retardataires... parmi lesquels le représentant de Sa Gracieuse Majesté Britannique21 ! Une estrade avait été installée sur le côté droit, au milieu des plantes vertes et des drapeaux. Des tapisseries avaient été accrochées aux parois, afin de les égayer, mais aussi de dissimuler l'absence d'ouvrages. Face au public parsemé d'habits académiques et diplomatiques, de robes universitaires et ecclésiastiques, des discours furent prononcés par Pierre Paris, Georges Leygues et Primo de Rivera : évocation des artisans disparus, exaltation de l'amitié franco-espagnole22. Dans une certaine bousculade, de nombreux invités avaient dû se contenter de rester hors de la bibliothèque.

  • 23 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17. Ce Livre d'Or a disparu en 1936.

12Avant de se retirer, les membres présents de la famille royale signèrent un Livre d'Or23.

  • 24 Ce repas, réservé aux personnalités, n'apparaît évidemment pas dans les programmes distribués aux p (...)
  • 25 P. Léon, ouvr. cité, p. 244, donne une version assez proche de ce souvenir. Voir l'illustration dan (...)
  • 26 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.
  • 27 P. Léon, ouvr. cité, indique, p. 244 : « Je suis né roi, un autre est né mendiant. On s'en arrange  (...)

13À l'issue de ce premier acte solennel, les délégués officiels furent conviés à un déjeuner au Palais Royal24. Le télégramme du président Doumergue parvint alors à son illustre destinataire. L'ambiance cordiale de ces agapes trouva sa parfaite illustration dans les anecdotes que conta le roi à ses hôtes, lors de la visite des salles d'apparat. Nostalgique, il leur montra les quatre lions de bronze doré des marches du trône : trouvant une cérémonie trop longue, à l'âge de quatre ans (vers 1890), il se percha à califourchon sur l'un d'eux, « au grand scandale des uns et au grand amusement des autres »25. Il évoqua également la visite récente de quelques milliardaires nord-américains, qui déclarèrent que cette salle du trône était assez grande, mais qu'en Amérique on la trouverait un peu fanée et poussiéreuse. « Ma réponse, dit le roi, ne se fit naturellement pas attendre. Je leur ai répondu que si cette salle était vieille, c'est que je la tenais de mes aïeux qui l'avaient fait construire à une époque où leurs ancêtres à eux grimpaient encore aux arbres »26. Enfin, philosophe (ou désabusé ?), il indiqua à ses invités : « Ici, nous vivons les uns près des autres ; les uns, comme moi, naissent roi ; d'autres naissent pauvres, mais nous sommes tous frères »27.

  • 28 AP-Vielliard, Paris, lettre de J. Vielliard à sa mère, 23.11.1928. Outre Bourdon, premier directeur (...)

14Pendant ce temps, les membres de la Casa se restauraient dans leur palais « flambant neuf ». « Nous autres, plus modestement, recevions à notre table quelques anciens de l'EHEH, dont Bourdon, venus pour l'occasion ». Puis, « l'après-midi, thé des plus somptueux chez le duc d'Albe qui a un palais qui est un musée ; on pouvait y errer à l'aventure, à travers les enfilades de salons et jusque dans la chambre à coucher, partout des œuvres d'art, depuis les vieux primitifs jusqu'au portrait des maîtres de la maison par Zuloaga... Titien, Palma, Velázquez, Goya... Une bibliothèque avec vieux manuscrits, collections d'armes, tapisseries ; on se perdrait dans tout ce dédale, on était pénétré d'admiration »28.

  • 29 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.
  • 30 Cette pièce de Rivoire (1872-1930) avait été créée en 1905 : la représentation à Madrid était la 22 (...)
  • 31 De Peretti en parle en une phrase, tout comme le BH, cité note 28.
  • 32 Les indications sont, ici, plus fragmentaires. Voir Dictionnaire du ballet moderne, Paris, 1957, et (...)

15La soirée de ce premier jour se déroula en deux temps : d'abord, un dîner privé, à l'ambassade, où le comte de Romanones fut invité, avec son ennemi Primo de Rivera, averti. Les deux adversaires politiques firent assaut de propos aimables et spirituels : selon de Peretti, il y avait, là, une amorce de réconciliation. À 23 heures, une représentation de gala fut organisée à la Casa. La famille royale était présente, « même la reine-mère, qui ne sort jamais le soir, était venue »29. Le programme comportait trois parties. Des sociétaires de la Comédie-Française jouèrent une pièce en un acte d'André Rivoire, Il était une bergère. Hélène Perdrière tenait le rôle de la gardienne de moutons, Jean Weber faisait le berger et Colonna Romano, la princesse30. Ensuite retentirent, dans la bibliothèque, des chants andalous accompagnés à la guitare31. Enfin, deux danseurs de l'Opéra - Camille Bos et Gustave Ricaux - avec, au piano, Jacques de La Presle, ancien membre de la Villa Médicis, interprétèrent deux œuvres de Chopin : Nocturne et Valse Brillante32. Un buffet froid ayant été servi, la famille royale se retira vers 1 h. du matin. Puis il y eut un bal. « On a dansé jusqu'à 3 h 30. On dormait peu. Il fallait pourtant se lever de bonne heure, car le rendez-vous pour l'excursion à Tolède était à 8 h 30 ».

16Ainsi, comme en 1920, la Casa de Velázquez « sacralisait » le voyage dans la « grande, noble, loyale et impériale » cité des bords du Tage.

17Le dictateur était représenté par le ministre de l'Instruction publique, Callejo. Les excursionnistes étaient au nombre de cent-cinquante environ. « Le temps était magnifique, la lumière particulièrement belle ». On s'en fut d'abord visiter la Casa-Museo du Greco, ornée de drapeaux français et espagnols. Le marquis de la Vega Inclán y offrit une collation composée de mets du pays : charcuteries, gâteaux, massepain, arrosés d'un petit vin doux, aromatisé de citron. En compagnie des autorités locales, on poursuivit par San Juan de los Reyes, Santa María la Blanca, l'Alcázar puis l'hôpital de Tavera. La plupart des voyageurs déjeunèrent dans une auberge, la Casa del Maestro, aujourd'hui disparue, tandis que les personnalités françaises et espagnoles étaient invitées par le comte de Romanones dans sa propriété (cigarral) de Buenavista, sur la route d'Ávila.

  • 33 La couverture de la visite fut assurée par le quotidien local El Castellano, du 21.11.1928.

18Après avoir banqueté autour de l'inévitable perdrix à l'étouffée - de saison - la masse des excursionnistes vint rejoindre les officiels chez les Romanones : café, liqueurs et cigares furent servis, au milieu des bouquets de chrysanthèmes offerts aux dames33.

  • 34 Personne n'y fit allusion, durant la visite du 21.11.1928. Sur cet hommage, voir AMAE-Paris, série (...)

19Puis ce fut la visite de la cathédrale, au pied de laquelle, en 1924, avait été inaugurée une rue Mauricio Barrés, qui descendait vers le Tage34.

  • 35 AP-Vielliard, Paris, lettre citée note 28. Il semble que cette réunion au Círculo de Bellas Artes a (...)

20Ceux qui avaient utilisé les autocars purent rentrer, sans encombre, à Madrid. Ce ne fut pas le cas de certains membres de la Casa : « Notre 24 chevaux eut une panne et nous ne pûmes arriver à temps à une nouvelle réception donnée au Cercle des Beaux-arts, où des danseuses andalouses s'exhibèrent »35.

  • 36 Voir registre, cité, note 30, p. 326. Il s'agissait de la 247e représentation de la pièce créée par (...)
  • 37 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 152, qui parle de la présence du Maréchal à l'inauguration d'un « cen (...)

21Au soir de cette seconde journée de festivités, eurent lieu de nouvelles représentations, à l'ambassade de France. Colonna Romano et André Brunot interprétèrent Le Baiser, comédie en un acte, de Théodore de Banville. Les deux danseurs de l'Opéra exécutèrent Le menuet du Roi, de Lulli, en présence du descendant de Louis XIV, le roi Alphonse, toujours fidèle au rendez-vous. Puis, après un ballet de Jean-Philippe Rameau, Rigodon et Dardanus, on se restaura à nouveau36. Pétain, toujours stoïque, ne se plaignait-il pas à l'une de ses correspondantes : « Ici, on passe son temps à banqueter ? »37.

  • 38 Le texte des deux allocutions est consigné dans la brochure éditée par le CRFE, p. 36-46. La suite (...)

22Le jeudi 22 novembre, après une excursion en autocar au château de Manzanares El Real, au nord-ouest de la capitale, les officiels furent conviés à un déjeuner - 150 couverts - au secrétariat d'État aux Affaires extérieures, dans le Palais de Santa Cruz. Primo de Rivera et Georges Leygues prirent la parole. Le dictateur souligna : « Notre grand peuple espagnol attend avec confiance le moment où son roi et son gouvernement l'appelleront à exercer sa souveraineté pour accomplir virilement la totalité de ses devoirs ». Désir sincère d'un retour à l'ordre constitutionnel ou simple manifestation d'apaisement, face à la France et aux autres nations démocratiques ? Quant au ministre de la Marine, il insista sur le redressement de la nation espagnole depuis le début de la guerre mondiale38.

  • 39 Le programme semble avoir été le suivant : Le Tombeau de Couperin (1917), une sonate, Tzigane (1924 (...)

23Dans l'après-midi, à l'issue d'une visite aux terrains de la future Cité universitaire, les académiciens et universitaires français furent reçus à l'université Centrale, rue San Bernardo. Les réjouissances s'achevèrent, à l'ambassade, par un « thé-concert » : Maurice Ravel y joua quelques-unes de ses œuvres au piano, en soliste ou avec ses compagnons de tournée, le violoniste Claude Lévy et la mezzo-soprano Madeleine Grey39.

  • 40 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.

24Primo de Rivera invita les officiels à un dîner intime : G. Leygues - décoré de la Grand Croix de Carlos III - et P. Léon, médaillé du Mérite Civil, s'en furent immédiatement après à la gare, pour s'en retourner à Paris. Pétain et Lacaze s'attardèrent jusqu'au lendemain, tandis que les habitants de la nouvelle Casa « récupéraient » dans la bonne humeur, des efforts consentis durant ces trois jours, qui furent - selon l'ambassadeur de France - « la plus grandiose manifestation d'amitié franco-espagnole qui ait jamais eu lieu »40.

  • 41 AP-Vielliard, Paris : lettres manuscrites de J. Vielliard à son père, 26.11, et à sa mère, 30.11.19 (...)
  • 42 Denys Puech (1854-1942), sculpteur, pensionnaire de la VM, en 1884, en fut le directeur, de 1921 à (...)

25Mais allait-on se mettre au travail dès le 23 novembre ? Il y eut encore quelques banquets jusqu'au dimanche suivant. Certains lecteurs pourraient, aujourd'hui, penser à un excès de mondanités. Il est vrai que ce type de manifestations correspondait étroitement au style relationnel de l'Institut de France, mais l'intention n'était pas seulement traditionnelle : il s'agissait de mettre les pensionnaires, artistes ou scientifiques, dans les meilleures conditions de réussite et d'aisance. En outre, les finances futures de la maison - achèvement des travaux et fonctionnement - exigeaient un réel déploiement de « fastes ». Pierre Paris l'avait déjà indiqué à Widor. Jeanne Vielliard, en prolongeant son séjour à Madrid, ne s'y trompait pas : « Le prétexte en est un grand déjeuner que nous offrons dimanche à l'ambassadeur ainsi qu'à un mécène, le marquis de la Vega Inclán et à quelques journalistes français et espagnols ; le but - inavoué - de ces réceptions est de faire un peu de publicité autour de la Casa et d'attirer l'argent »41. Enfin, plus l'organisme - et son cadre matériel - seraient attirants et nimbés de prestige, plus en serait facilité le recrutement. Pierre Paris n'oubliait certainement pas la concurrence des autres écoles de recherches, surtout en archéologie, et la méfiance que semblait manifester Denys Puech, le directeur de la Villa Médicis, envers la nouvelle « petite sœur madrilène »42.

  • 43 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 12.7.1928
  • 44 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 24.11.1928, p. 167.

26Ne lui avait-il pas écrit à deux reprises, quelques mois auparavant, sans recevoir de réponse43 ? Puech était cependant venu aux cérémonies d'inauguration. Widor, afin d'éviter que ne se développât un « mauvais esprit » entre les deux fleurons de l'Académie à l'étranger, remercia le responsable romain de sa venue dans la capitale espagnole. Dans la séance hebdomadaire du 24 novembre, il insista tout particulièrement : « M. Denys Puech a pu se convaincre que, loin d'être une rivale, la Casa serait l'un des contreforts de cette glorieuse Villa Médicis qu'il dirige avec tant d'autorité. M. Puech déclare qu'il n'a jamais redouté pareille rivalité. Il connaît trop l'influence que l'art français exerce à l'étranger pour ne pas souhaiter que cette influence s'y développe toujours davantage »44.

  • 45 Ibidem, séance du 1.12.1928, p. 169.
  • 46 Ibidem, séance publique du 8.12.1928, p. 170. Le texte de Widor fit l'objet d'un article dans la Re (...)

27La semaine suivante, en l'absence de Widor, souffrant, Paul Léon fit, à ses collègues, le compte-rendu détaillé des cérémonies45. Peu après, lors de la séance publique annuelle, le président en exercice, Forain, lut une notice, rédigée par le secrétaire perpétuel, qui soulignait l'expansion des œuvres de l'Académie au-delà des frontières : ce « Palais en Espagne » ne s'ajoutait-il pas à la Villa Médicis et à la maison de Londres46 ?

  • 47 M. Legendre, la Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 62.
  • 48 Et, occasionnellement, de La Petite Gironde de Bordeaux. Legendre était venu au Palais Royal, le 16 (...)

28Maurice Legendre, dans une brochure, publiée par les Cahiers de la Quinzaine, indiquait emphatiquement : « Les fondateurs de la Casa de Velázquez méritent l'éloge incomparable qu'un historien a fait du cardinal de Richelieu en disant qu'il eut les intentions des grandes choses qu'il fit ». Il ne manqua pas de stigmatiser l'action des barbares de l'extérieur et de l'intérieur s'acharnant à proscrire l'humanisme... « des révolutionnaires sans expérience et sans sincérité (qui) se coalisent avec les mercantis pour avilir l'art »47. Amalgame hasardeux, mais de saison, où se mêlaient la haine du bolchevisme et le rejet du modernisme. Cette position inébranlable devait, selon les régimes en place, au sud des Pyrénées, et selon les vents portants des ministères parisiens, créer quelques difficultés à Legendre, toujours correspondant de l'Agence Havas, du Petit Journal et du Journal des Débats48.

  • 49 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest Économique, n° 182, janvier 1929, p. 7. C'est bien là qu (...)

29Pierre Paris, quant à lui, faisait plus directement allusion aux « critiques qui n'ont pas été épargnées (à la Casa), non plus que les louanges, alors qu'elle sortait à peine des limbes. De soi-disant apôtres de l'art libre, sans Dieu ni maître, ennemis nés de toute discipline et souvent de toute raison, l'ont jugée, avant de la connaître, inutile et même dangereuse ; ils l'ont traitée d'institution caduque dès sa naissance, retardataire et rétrograde, malfaisante ; elle est, à leur avis, presque la fameuse geôle de la jeunesse captive ? L'expérience montrera que les grincheux se sont trompés »49.

30La grande presse parisienne, à l'exception de L'Humanité, salua avec bienveillance l'événement. Quant aux organes toulousains ou bordelais, ils se montrèrent euphoriques. Les revues artistiques - relativement peu nombreuses - furent discrètes. Où étaient donc les critiques dénoncées par Pierre Paris ?

31La contestation artistique, après l'accalmie de l'immédiat après-guerre, battait de nouveau son plein : les modernismes menaçaient la prééminence d'une Académie, pour laquelle la création de la Casa apparaissait, désormais, comme un symbole supplémentaire de vitalité et de justesse de sa cause.

  • 50 Ernest Laurent (1859-1929), grand prix de Rome (1889), évolua du néo-impressionnisme au classicisme (...)

32Le Temps du 27 février 1929 publia une enquête sur la nécessité d'un enseignement officiel artistique, véritable fondement de la lutte contre les déviations esthétiques : « Aujourd'hui, un esprit nouveau règne à l'École des Beaux-arts » soulignait le journaliste et critique Guillaume Janneau, qui recueillit, en la circonstance, l'avis du peintre-académicien Ernest Laurent50. Le « maître » expliquait, avec de « longs regrets dans sa voix discrète » : « Le goût d'exotisme qui sévit actuellement a sa responsabilité dans le désordre de l'art. La recherche de la sensation curieuse abolit l'esprit rationaliste et l'amour de la clarté ; la sensibilité se substitue à l'intelligence. Tel est le fait général. Or c'est à des esprits qui ont subi cette influence que nous avons affaire... L'École n'impose plus de formules. Elle sait que le beau revêt mille formes diverses... Sans doute, une certaine jeunesse prétend, pour conserver intacte son originalité, se soustraire à tout enseignement direct. Pauvres originalités... L'affaiblissement de notre autorité de maîtres, résultant d'une émancipation générale, entraîne la décadence du métier... Voyez-vous, c'est l'impressionnisme qui a plongé le coin dans l'arbre. Il a trouvé la tradition perdue et le métier perverti : il a voulu renouer ces liens rompus et l'a fait, sans savoir comment, par empirisme. Malheureusement, les nouveaux venus avaient beaucoup de talent, ils ont justifié les pires erreurs en substituant la sensibilité personnelle à la discipline ».

  • 51 Témoignage F. Harburger, 1984 ; le montant de sa bourse fut prélevé sur le Fonds André (Jacquemart- (...)
  • 52 AM-Bordeaux : séance du Conseil municipal, 26.10.1928, p. 337 : 5.000 F pour deux mois, p. 244.
  • 53 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 13.10.1928, p. 6 et EHEH-RA, 1928-1929, p. 237. Il semble être (...)

33Cette rigueur, l'Académie comptait bien la faire respecter dans le choix des jeunes gens destinés à séjourner à Madrid. Faute de moyens, elle n'avait pu présenter qu'un seul artiste à temps plein : Francis Harburger. Élève de Lucien Simon, en peinture, celui-ci avait aussi travaillé avec le sculpteur Paul Belmondo. La concurrence entre les ateliers de l'École des beaux-arts était intense, se souvient ce premier « élu » officiel de la Casa51. Mais, dans l'attente de l'érection des ailes de l'édifice principal et des pavillons de jardin, la Section des beaux-arts était quelque peu squelettique. La municipalité de Bordeaux, ainsi, avait désigné un peintre, Jean-René Sauboa... pour deux mois de bourse52 ! Un troisième pensionnaire français arrivait de la Villa Médicis : architecte et sculpteur, Marcel Péchin avait été choisi, car « un moyen se présente d'assurer une bourse, sur le budget de l'Instruction publique, à un ancien prix de Rome d'architecture... Il consiste à unir, comme cela se fait depuis longtemps pour les monuments de la Grèce et de l'Asie, les archéologues et les artistes. Nos architectes feront les relevés des monuments de l'Espagne et constitueront les archives de l'art espagnol ». Mais il dut renoncer à l'issue d'un bref séjour53.

  • 54 Il s'agissait d'un peintre, Halbique, résidant au Maroc. On peut s'interroger sur la compétence de (...)

34Un quatrième candidat fut écarté, parce qu'il ne remplissait pas - selon Teissier - les conditions d'un « choix guidé par des règles s'inspirant de l'avis des maîtres compétents, tels que ceux des jurys des salons, visant à ne recruter qu'une élite désignée par ses pairs »54.

  • 55 M. Legendre, La Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 20-21. Fernando García Mercadal fut l'un des pionnie (...)

35Face aux deux artistes venus de France, les Espagnols étaient majoritaires : un architecte, Fernando García Mercadal « au talent déjà consacré » et deux jeunes peintres : Enrique Igual Ruiz et José Martínez del Cid, issus des Écoles des Beaux-arts de Valence et de Séville. Que ces deux cités aient été « pionnières », en matière de relations avec la Casa, s'explique aisément : Benlliure était Valencien et Bilbao... Sévillan55.

  • 56 AP-Vielliard, Paris : lettre de J. Vielliard à son père, citée note 41.

36Ainsi, la fusion, entre cette première classe des Beaux-arts et la vingtième promotion de l'EHEH, semblait s'effectuer sous d'heureux auspices : « Nous avons dîné au restaurant, en bande à Madrid, relate Jeanne Vielliard, car le dimanche on donne congé aux domestiques et l'on recherche des “caboulots” où se mange la cuisine du pays ; nous en avons trouvé un, excellent, où, à peu de frais, nous avons fait bombance ; ensuite, nous sommes allés dans une espèce de bar (tablado) où l'on a, au milieu d'un public assez hétérogène, exhibé des danseurs et chanteuses andalous. Cela avait un caractère fou, une “gueule” disent nos peintres, qui étaient très emballés... On va instaurer la tradition, comme à la Villa Médicis, de faire les portraits des pensionnaires pour en orner les salons... Mon portrait, par Harburger, s'annonce très moderne »56.

  • 57 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 7.1.1929.
  • 58 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée de P. Paris à de Peretti, 4.3.1929.
  • 59 G. Radet, art. cité note 32, p. 20.

37Pierre Paris surveillait de très près cette association, inédite, de jeunes gens aux formations si différentes. « Tout le monde paraît content à la Casa », écrivait-il à Widor, à l'aube de 192957. À l'ambassadeur, il déclarait de façon plus explicite : « Quant à l'innovation qui m'intéressait de façon très particulière, le rapprochement et l'association des artistes et des membres de l'EHEH, je n'ai jamais douté qu'elle ne dût avoir un grand succès, mais j'éprouve une vraie joie à constater que je ne me suis pas trompé »58. Georges Radet, témoin des cérémonies, ajoutait non sans lyrisme : « L'institution de la Moncloa... associe, en une même ruche fraternelle, un double essaim : ceux qui se penchent sur les livres, sur la poussière des archives, sur les débris du passé ; ceux qui, tressaillant à la grande vision de la nature, interprètent formes, lignes et couleurs ou bien déploient, à travers les traits d'une épure, leur imagination constructive »59.

  • 60 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 49 : d. n° 562, Ambassade d'Espagne-Bruxelles à M. État (...)

38Mais, en attendant la reprise des travaux, la maison était pleine : il n'y avait guère que deux chambres de réserve ! Les candidatures affluaient. À la suite de l'intérêt manifesté par la presse bruxelloise, les autorités espagnoles s'apprêtaient à demander, de surcroît, aux Français de loger de jeunes Belges60.

  • 61 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 21.3.1929. Voir auss (...)

39Le ministre de Tchécoslovaquie - pays allié de la France - était directement venu à la Casa, afin d'y évoquer l'hébergement éventuel d'un compatriote : oui, mais où ? lui rétorqua le directeur61.

  • 62 AAF-Madrid, carton 444 : lettre de Sérans, rédacteur de La France Illustrée à de Peretti, 15.12.192 (...)

40À l'occasion d'un petit incident, relatif aux prétentions d'un journaliste à se faire accueillir au Palais de la Moncloa, Pierre Paris indiqua à l'ambassadeur : « À aucun prix, il ne faut laisser croire que la Casa de Velázquez est une hôtellerie où il est facile d'entrer quand on en a le désir »62.

  • 63 Les documents relatifs à la Dame d'Elche, de novembre 1928 à mars 1929, sont inclus dans AAF-Madrid (...)
  • 64 Le coût du déménagement de la bibliothèque et du mobilier fut couvert par une subvention des Jeux ( (...)

41Mais l'inauguration devait aussi provoquer une affaire de nature toute différente. Un journaliste, dans un article paru dans El Imparcial du 30 novembre 1928, suggéra tout bonnement le retour de la Dame d'Elche en terre ibérique. De nombreux quotidiens madrilènes avaient évoqué la « découverte » de cette somptueuse pièce archéologique par celui qui tenait, désormais, les rênes de la maison de la Moncloa. Pierre Paris n'avait-il pas abusé de cartes postales à l'effigie de l'illustre princesse ? L'idée fut, en tout cas, reprise, le jour suivant, par d'autres journaux, dont El Sol. Dans El Imparcial des 2 et 4 décembre, l'archéologue français manifesta son adhésion enthousiaste au dépôt de la Dame dans la Casa. Alerté par de Peretti, le Service des œuvres françaises à l'étranger s'empressa de recueillir l'avis de l'administration des Beaux-arts, qui refusa - tout net - d'envoyer l'original. « Ce serait créer un précédent invocable par d'autres nations », indiqua Henri Verne, directeur des Musées nationaux, à André François-Poncet, sous-secrétaire d'État. Le gouvernement français serait prêt à discuter d'échange, mais les autorités de Madrid semblèrent se dérober à cette perspective. Verne proposa un moulage, qui fut adressé à la Casa, en mars 192963. Cette copie fut placée, sous verre, au cœur de la bibliothèque qui, depuis décembre, avait reçu les ouvrages déménagés depuis l'Institut français64.

  • 65 AR-Bordeaux, dossier EHEH, sous-dossier Matériel et comptabilité 1926-1951 : correspondance décembr (...)
  • 66 Bulletin de la SFB, 1929, p. 26 : situation comptable des sections de Bienfaisance et d'Enseignemen (...)

42P. Paris devait aussi régler le désengagement financier de Bordeaux au sujet des locaux de la rue du Marquis de la Ensenada. Après avoir perçu son dernier loyer, au titre du troisième trimestre 1928, la Société française de bienfaisance laissa l'EHEH prendre son envol après l'avoir longtemps soutenue. L'affaire fut réglée durant le premier semestre 192965. À partir du 1er octobre 1928, le Société française de bienfaisance ne perçut, désormais, que de Toulouse, le loyer et les intérêts de la créance de 63.416 Ptas qu'elle détenait depuis bien des années66. En contre-partie de sa possession exclusive du Petit Palais du centre-ville, la Section toulousaine verserait 10.000 F annuels à l'École bordelaise. Les termes de l'accord entre les deux universités furent scrupuleusement respectés. Il est vrai que la direction unique, exercée par Pierre Paris, y veilla. Le temps des escarmouches avec les Mérimée était révolu. « L'empire culturel » qu'il avait souhaité était, désormais, bien en place. Seuls, les instituts de Barcelone et de Lisbonne jouissaient d'une autonomie certaine. La situation des œuvres françaises en Péninsule ibérique n'était guère simple : résultat d'une lente sédimentation, elle impliquait un nombre important d'acteurs.

Fig. 5. Les œuvres françaises en Péninsule ibérique (1929)

  • 67 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite du 19.2.1929. Au fil de cette correspondance échangée avec (...)

43Pierre Paris, on le voit, était au cœur de ce lourd dispositif. Son énergie, à soixante-dix ans, connaissait quelques « ratés ». « L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, et me voici, depuis huit jours, courbé sous la maladie », écrivait-il, en février 1929, au secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts67.

44Constamment soutenu par l'ambassade, par l'Académie et par le Conseil de l'université de Bordeaux, il était conscient de servir autant les intérêts matériels que moraux de son pays, pour la défense duquel ses enfants étaient tombés. Il l'expliquait dans un article paru dans le Sud-Ouest Économique. « L'institution nouvelle (la Casa) est l'aboutissement de longs et persévérants efforts... Au-delà des Pyrénées... se sont répandues des écoles laïques... des instituts... les cours de l'Alliance française et les écoles, collèges et pensionnats congréganistes bases d'un grand édifice. Mais on a cru devoir faire plus : le lycée de Madrid, le cours secondaire de Barcelone... Mais cela était peu encore... L'Institut français de Madrid montrait comment l'enseignement supérieur se superposait heureusement au secondaire et au primaire... Mais il manquait à l'harmonieuse construction un couronnement digne d'elle... La Casa de Velázquez devait fatalement naître. La pensée en est ancienne ».

  • 68 Cette liste fut publiée, dans l'art, du Sud-Ouest Économique cité note 49, p. 4. S. M. Alphonse XII (...)
  • 69 AN-Paris, Archives État français, 2 AG (Papiers Pétain), série PP (Papiers Personnels), carton 2 AG (...)

45La liste des bienfaiteurs avait été gravée sur une plaque de marbre, apposée dans le vestibule d'entrée, à l'occasion de l'inauguration68. Mais le mécénat ne suffirait plus à achever l'édifice. Au maréchal Pétain, qu'il remerciait pour un don reçu, il écrivit : « Ce geste prouve que l'œuvre ne peut pas rester interrompue et il déclenchera certainement le mouvement qui nous sauvera d'un demi-échec »69.

  • 70 Il semble que s'estompait, alors, le projet d'édifier le bâtiment, côté jardin. Quant aux pavillons (...)
  • 71 AAF-Madrid, carton 453 : lettre citée note 58.

46Il fallait donc alerter, à nouveau, l'ambassadeur et le secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, afin de construire les ailes du bâtiment principal, les pavillons du jardin et d'aménager l'ensemble du parc70. « La Casa de Velázquez n'est pas une œuvre de circonstance, qui puisse se contenter d'une vie provisoire et précaire, dissimulant, sous un nom pompeux et des ambitions téméraires, des réalités mesquines... La Villa Médicis a fait et fait encore beaucoup pour le renom artistique de la France, et depuis trois siècles, elle rend un juste hommage, toujours apprécié à son prix, aux gloires artistiques de l'Italie ; la Casa de Velázquez aspire à jouer le même rôle vis-à-vis de l'Espagne, et assurément même un rôle plus actif et plus ample, tel que le réclament des idées et des temps nouveaux... Faire faillite, en un mot, serait une faute grave et un déshonneur »71. Ce langage-là avait déjà été entendu sur les bords de la Seine. Il témoignait de l'inconsistance du montage financier du projet, mais aussi de l'influente obstination de ses auteurs.

  • 72 Ce travail de révision dura de mars 1929 à juin 1930. AN-Paris, F21 5866 : premier projet Lefèvre, (...)
  • 73 Ibidem, F21 5867 : lettre manuscrite de Lucien Lacaze, co-signée par Widor, à P. Léon (DGBA), 17.5. (...)

47Tandis que Camille Lefèvre remettait, sur les planches de son bureau d'études, l'ensemble du projet72, Widor et Lacaze co-signèrent une lettre au directeur général des Beaux-arts, l'inamovible Paul Léon. Dans cette missive, le secrétaire perpétuel de l'Académie et le président du Comité de rapprochement demandaient 15 MF afin de procéder à la liquidation des dépenses de la première tranche (3 MF) et d'assurer l'achèvement du Palais de la Moncloa (12 MF). L'ambassade de France y tenait beaucoup : certaines nations, dont l'Italie, s'apprêtaient à construire des résidences, dans la Cité universitaire de Madrid, dont les travaux allaient débuter. La crédibilité de la politique de la République en dépendait73.

  • 74 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 18.5.1929, p. 202.
  • 75 BH, 1929, n° 3, p. 270-272. Cet institut, rénové, est toujours en place. Il dépend aujourd'hui de l (...)

48Pierre Paris était, alors, dans la capitale française : au lendemain de l'envoi de cette requête officielle, il fit aux membres de l'Académie un exposé sur les besoins et l'organisation de la Casa74. Quelques jours plus tard, le 29 mai, l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris était inauguré, au n° 31 de la rue Gay-Lussac, en présence du président Gaston Doumergue et de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Widor75. À l'inverse de cette nouvelle maison du Quartin Latin, qui avait été construite à peu de frais, la Casa exigeait encore bien des investissements.

  • 76 AN-Paris, F21 5867 : copie note BBCPN (DGBA-MIPBA), 6.6.1929. Les arguments de cette demande de cré (...)
  • 77 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 3.6.1929

49Au milieu de nombreuses notes élaborées, au cours du mois de juin, le Bureau des bâtiments civils présenta un projet d'attribution de 15 MF sur un chapitre destiné aux opérations spéciales76. Obtiendrait-on une telle somme, avec l'aval d'un ministère des Finances, sourcilleux à l'extrême, depuis la réforme monétaire de l'année précédente ? Pierre Paris s'était absenté, au début du mois, pour assister aux célébrations du septième centenaire de l'université de Toulouse. « Tout marche à souhait dans notre Casa que couvre un pur azur et qu'entourent les roses et les jasmins »77. Il voulait, néanmoins, rentrer rapidement dans la capitale espagnole.

  • 78 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 16.6.1929.

50En effet, Aristide Briand, titulaire du Quai d'Orsay, vint à Madrid pour la 55e session du Conseil permanent de la Société des Nations. Dans l'après-midi du 16 juin, il rendit visite aux occupants de la Moncloa. Se déclarant fort intéressé, il confia à P. Paris : « Soyez tranquilles, tout s'arrangera et, du reste, je vais parler à (mon collègue des Finances) Henry Chéron, dès mon retour »78.

51Cette réunion internationale, consacrée aux droits des minorités en Europe, permit à son homologue allemand, Gustav Stresemann, d'aller inaugurer le pavillon de son pays à l'exposition de Barcelone. Autre motif d'inquiétude pour les Français, face à une nation revenue en force dans la Péninsule, à travers son dynamisme commercial et l'absence de contentieux particuliers avec le royaume ibérique.

  • 79 Ibidem, copie de l'avis du contrôleur des Dépenses engagées, M. Boissard, 18.6.1929.

52Pourtant, au brillant soleil castillan faisait singulièrement contraste le sombre avis du contrôleur des Dépenses engagées : sévère, le commissaire chargé du dossier, estimait que le dépassement de 3 MF - pour la première tranche des travaux - était injustifié. L'affaire lui semblait présentée de façon trop fragmentaire : l'évolution du change, plus favorable, et des prix des matériaux locaux ne pouvait tout expliquer. Pour les 12 MF supplémentaires, il lui paraissait nécessaire de s'assurer que l'Académie ne fût pas à même d'en rassembler la majeure partie. En tout état de cause, aucun débordement ne devrait être, à l'avenir, toléré par rapport aux prévisions de Lefèvre, sur lequel, d'ailleurs, pesaient de forts soupçons d'inattention coupable79.

  • 80 Peñarroya était productrice de charbon, avec les mines de Puertollano (province de Ciudad Real). Ce (...)

53Malgré le réconfort de la visite du ministre des Affaires étrangères et l'annonce d'une libéralité de Peñarroya, sous la forme d'une provision de charbon, le directeur n'était qu'à moitié rassuré sur l'avenir de « sa » maison80.

  • 81 AABA-Paris, registre 2E25 : séances des 22.6 et 28.12.1929, p. 209 et 252.
  • 82 AUC-Madrid, registre JCCUM n° I : 22e session, 7.6.1929, p. 181, présidence du roi.
  • 83 AN-Paris, F21 5867 : copie note BBCPN (DGBA-MIPBA) à Direction du Budget et du Contrôle Financier ( (...)
  • 84 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 5.7.1929. Il ne faut (...)
  • 85 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 11.7.192 (...)
  • 86 Raymond Poincaré ne reviendra plus au pouvoir. Dans ses papiers, on trouve une lettre de Widor, le (...)

54Le 22 juin 1929, en séance générale, Charles Girault présenta, au nom de la commission d'architecture de l'Académie, deux plans du terrain de la Casa, relatifs à la future délimitation cadastrale de la propriété81. En effet, la junte de la Cité universitaire de Madrid avait pris la décision d'en modifier la limite nord-est, afin que fût implantée la grande avenue Alphonse XIII qui unirait la Place de la Moncloa à la Puerta de Hierro, à travers le futur ensemble. Cela impliquait la destruction de la bâtisse d'essai des machines, dépendant de l'École d'agriculture, qui enlaidissait l'esplanade de la Casa82. Un nouveau viaduc serait construit, à proximité, pour le franchissement du ruisseau de Cantarranas. Quatre jours plus tard, le Bureau des bâtiments civils adressait, sous la signature du ministre, Pierre Marraud, la demande de 15 MF à la Direction du budget et du contrôle financier, rue de Rivoli. Les événements parurent alors se précipiter, malgré les réserves exprimées par le Contrôle des dépenses. Une semaine après, le dépôt de la demande était, en effet, enregistré au collectif budgétaire83. L'ambassadeur et le sénateur Victor Bérard, tenus informés par Lacaze, prévinrent Pierre Paris. « Je vous embrasse, gagnant du gros lot », écrivit ce dernier au secrétaire perpétuel, qui avait été, lui aussi, avisé par Paul Léon84. Le directeur de la Casa communiqua son optimisme au secrétaire général de l'Université bordelaise : « Si le ministère Poincaré ne tombe pas, je suis sûr d'avoir les 15 millions pour finir la Casa ! C'est un succès inouï de nos amis de Paris »85. Le 23 juillet, les députés votèrent le collectif. Las ! Pour cause de maladie, le Lorrain devait démissionner à la fin du mois. Ainsi disparaissait de la scène politique l'un des soutiens, parfois exigeant, du Palais de la Moncloa86.

  • 87 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 21.7.1929. Aucun CR (...)

55Entre-temps, le 8, s'était tenue une importante réunion, chez le directeur des Beaux-arts, rue de Valois. Y assistèrent Widor, Lacaze et Lefèvre. Pierre Paris ne fut pas convoqué. Par deux lettres de l'architecte, il apprit le fait et s'en étonna auprès du secrétaire perpétuel. « Sans que j'en sois informé, des décisions importantes au sujet de la construction ont été prises... Je ne pense pas qu'on ait voulu me tenir à l'écart, mais je décline toute responsabilité »87.

  • 88 AN-Paris, F21 5867 : copie note dactylographiée, 3 p., BBCPN-MIPBA, relative à la construction de l (...)
  • 89 JORF, Débats, Sénat, p. 1026 : séance du 31.7.1929.

56Le changement de gouvernement ne favorisa guère le rapide règlement du dossier de la Casa. Une note du Bureau des bâtiments civils, en date du 24, avait été remise au rapporteur général de la Commission sénatoriale des finances, Charles Dumont88. Le 29, Briand formait le nouveau cabinet. Deux jours après, au Palais du Luxembourg, Victor Bérard intervint, en séance, afin d'accélérer l'octroi du crédit demandé. Le ministre, Marraud, le soutint ; mais, ni l'un ni l'autre ne purent empêcher le renvoi de l'affaire à la session d'automne89.

  • 90 Enrique Pardo Canalis, La Ciudad Universitaria de Madrid, Madrid, 1959, p. 12, et P. Chias Navarro, (...)
  • 91 AUC-Madrid, registre JCCUM n° II, 1929-1931 : session du 25.7.1929, p. 3-7, présidence du roi.

57À Madrid, enfin, après deux années d'études, les travaux de la Cité universitaire débutèrent, le 25 juillet90. Pendant de longues années, le plateau de la Moncloa allait être un vaste chantier sous la direction de López Otero et sous la vigilance initiale du souverain lui-même. Le plan général retenu visait à implanter, à côté de la maison française, une École de peinture et une École d'architecture. Le principal responsable du projet pensa aussi faire édifier, en face de l'entrée de la Casa, un musée d'Art moderne. Ainsi prenait forme un « quartier des Beaux-arts », au sein de l'ensemble ambitieux, dont la réalisation, à peine ébauchée, devait être menée avec énergie. Les travaux d'aplanissement général avaient été confiés à une société qui disposait de gros engins, des bulldozers, qui faisaient contraste avec les mulets castillans, toujours utilisés par les nombreux journaliers embauchés. Quant à la salle des machines que l'Institut agricole Alphonse XII voulait voir construire, en contre-partie de celle qui était située juste devant la Casa, elle fut adjugée à une petite entreprise locale : cette perspective ne pouvait que complaire aux dirigeants de l'institution française91.

  • 92 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 26.10.1929. Le décre (...)
  • 93 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 1.10.1929. Cette bourse ne sera ac (...)
  • 94 AV-Paris, Direction affaires culturelles, dossier CV : liste dactylographiée des boursiers de la vi (...)
  • 95 Témoignage F. Harburger, 1984.

58Revenu à la mi-octobre, Pierre Paris fut surpris par l'état d'avancement des travaux de la Cité universitaire. « Les entrepreneurs espagnols ne se gênent pas pour envahir ou ronger notre terrain, dont les limites ne sont pas encore rigoureusement fixées... Je dois me défendre et avoir l'œil partout »92. C'était, à l'évidence, un nouveau sujet de préoccupation pour le directeur. Il lui avait fallu assurer le recrutement des boursiers de la nouvelle année : le gouvernement général d'Algérie avait accordé 15.000 F93. La ville de Paris avait fait de même en désignant un peintre, Paul Hannaux. Une tradition s'établissait ainsi entre la municipalité de la capitale française et le centre artistique de la capitale ibérique. Elle était la conséquence directe de l'octroi d'une aide de 25.000 F, en 1919, pour la construction de l'édifice94. Avec le ministère et l'Académie, les conseils municipaux furent, en effet, les pourvoyeurs de jeunes artistes, durant les premières années d'existence de la Casa. Un triple problème se posait, néanmoins : d'une part, la constance des organismes dispensateurs ; d'autre part, le montant des bourses elles-mêmes ; enfin, la brièveté des séjours. Tout cela ne permettait guère une politique suivie et ne profitait que médiocrement aux élus qui, à peine installés, devaient envisager leur retour. Ainsi en fut-il de Francis Harburger qui avait pourtant sillonné une large partie de la Péninsule et qui, souvenir d'Oranie, savait assez correctement l'espagnol95.

  • 96 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 9.11.1929, p. 230.
  • 97 Ibidem, séance du 16.11.1929, p. 232. Widor indiqua à ses collègues que François-Poncet et Poincaré (...)

59Si certains représentants de la section des Beaux-arts purent se fixer plus d'un an à la Moncloa, le problème de l'hébergement restait entier. Recevoir vingt artistes au lieu d'une petite dizaine apparaissait essentiel à Pierre Paris : les frais généraux de fonctionnement n'en seraient pas exagérément augmentés, répétait-il à l'envi au début de novembre 1929, lors de sa venue sur les rives de la Seine, où il réitéra son profond souhait de voir la Casa achevée. On manquait de place96 ! Lacaze et Widor, dans la ligne de conduite qu'ils s'étaient imposés, dès le mois de mai, vinrent entretenir les parlementaires de la Commission des finances de leurs pressants besoins : celle-ci, présidée par un député des Côtes-du-Nord, Louis de Chappedelaine, était animée, pour le budget des Beaux-arts, par un représentant socialiste de la Nièvre, Jean Locquin, qui rassura les deux « frères quêteurs », au sortir de l'audition97.

  • 98 AABA-Paris, Fonds CV : CA de la CV du 15.11.1929.

60Le Conseil d'administration de la Casa put se réunir, Quai Conti, le 15 novembre. Avec l'appui de l'Enseignement supérieur et de l'Académie, la rentrée des pensionnaires se présentait sous les meilleurs auspices : une douzaine de pensionnaires, parmi lesquels quatre jeunes femmes. La question de leur rémunération fut clairement posée : tous devaient être assimilés à leurs condisciples romains. Lacaze évoqua le recours à un fonctionnaire de la rue de Rivoli, afin que les fonds attendus (les 15 MF) fûssent gérés avec plus de rigueur qu'auparavant. Le principe d'une exposition annuelle à la Moncloa fut aussi adopté. Enfin, il était nécessaire de créer, au sein de la nouvelle institution, un emploi de comptable-bibliothécaire98.

  • 99 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 30.11.1929. Née à Bordeaux, Isabell (...)

61À son retour à Madrid, après une visite à l'exposition internationale de Barcelone, Pierre Paris proposa à Widor que sa propre fille se chargeât de ce poste qui soulagerait ses épaules de septuagénaire : « Bachelière, elle aura bientôt vingt ans et parle le castillan le plus pur depuis son enfance. Elle est déjà bien au courant, ayant mis de l'ordre dans nos 15.000 volumes... Je suis un peu gêné. Je vous en parle simplement et franchement »99.

62Lefèvre étant venu régler les problèmes de réception et de liquidation des travaux antérieurs, le directeur de la Casa était optimiste : « La belle jeunesse qui m'entoure est charmante et je crois que nous allons passer une belle et heureuse année ».

63Les pensionnaires, scientifiques et artistes, étaient, en effet, à pied-d'œuvre. En l'absence de Pierre Paris, certains avaient été accueillis par Legendre, voire par le portier Soutiras, qui avait lui aussi déménagé du centre-ville vers la périphérie.

  • 100 Pierre Monbeig, témoignage oral, Paris, 1985. Demangeon (1872-1940) était professeur à la Sorbonne, (...)

64Ainsi le géographe Pierre Monbeig, tout frais émoulu de l'agrégation, parvint-il à Madrid, en octobre. Sous la direction du professeur Albert Demangeon, il lui fallait choisir un sujet de thèse : il jeta son dévolu sur les Baléares100.

65Le témoignage le plus précieux qu'ait laissé un autre membre de l'EHEH est celui d'Armand Bérard, qui dans ses « souvenirs », évoque son arrivée, en novembre 1929, après un voyage d'une journée entre Irún et Madrid, via Valladolid : « Enfin une gare importante (la gare du Nord) après tant de stations de campagne... On est canalisé, par des portiers en uniforme, vers de vieux omnibus automobiles d'un jaune poussiéreux... Bientôt c'est la nuit, un parc accidenté où ne brille aucune lumière, des parterres de lierre, de grands pins ; de loin en loin, deux gendarmes à cheval. Enfin, au bout d'une allée, les phares éclairent une grille aux initiales R. F. On nous ouvre ».

66Le Palais de la Moncloa lui semblait bien éloigné des bibliothèques et des archives de la ville : « Un vieux tramway, importé de Liège, y a bien, dans le voisinage, son terminus ; on est cependant ici, non pas dans un faubourg, ni dans une banlieue, mais en pleine campagne. Les moutons y passent chaque matin... Le régime de la maison combinait ceux de l'École de Rome et de la Villa Médicis. Artistes et étudiants y vivaient ensemble. Non sans plaintes, de part et d'autre. Les premiers regrettaient de ne pouvoir faire du nu ; les seconds eussent préféré être moins distants de l'université. La Casa était vaste ; les chambres spacieuses servaient également de bureaux. Le directeur, Pierre Paris, jouissait d'un double mérite. L'un des premiers, et pendant longtemps le seul dans l'enseignement supérieur, il s'était consacré à l'archéologie grecque et romaine en Espagne. Il avait, en outre, découvert et acheté... cet extraordinaire et presque unique exemple de la culture indigène, connu sous le nom de la Dame d'Elche, qui fut une des gloires du Louvre... Nommé relativement jeune à la tête de l'Institut (sic) des Hautes études hispaniques, puis de la Casa de Velázquez, il y coulait des jours heureux. Ses recherches archéologiques ne l'avaient guère mis en vedette. Elles avaient, du reste, éveillé peu d'intérêt... L'homme était d'ailleurs bienveillant et de rapports aisés. Le vrai maître de la Casa était son secrétaire général.

  • 101 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, t. 1 : Au temps du danger allemand, Paris, 1976, p. 66-7 (...)

67Maurice Legendre était un des caractères les plus autoritaires que j'ai rencontrés... Cet homme aux idées arrêtées, intransigeant dans leur défense et dans leur expression, animé d'un catholicisme rigoureux et militant, avait fait le malheur de la plupart de ceux avec qui il avait vécu. Il insistait pour présider les déjeuners de la Casa... Paraissait-il, les conversations s'éteignaient. Questionnait-il pour les ranimer, les réponses restaient sans développement. Le repas se poursuivait en silence, puis chacun retournait à ses occupations. Professeur pendant de longues années à l'Institut français, il avait fait en Espagne toute sa carrière. Sur le tard, on l'avait décidé à écrire sa thèse sur les Hurdes... Intéressant, mais sans profondeur scientifique, son livre pouvait difficilement le faire accéder à une chaire : “Nous n'hésiterons pas, écrivait-il, à affirmer qu'aujourd'hui comme à d'autres époques de son histoire, si l'Espagne n'est pas plus prospère, ce n'est pas pour être catholique, mais au contraire pour ne pas l'être assez”. Pareil jugement n'était, évidemment, guère du goût des intellectuels libéraux qui s'inspiraient de la pensée française et qui travaillaient à l'avènement d'une Espagne nouvelle. Legendre était un incomparable connaisseur des coutumes paysannes. Colliers, ornements et sonnailles de mules décoraient son bureau »101.

68Ce long passage des souvenirs d'Armand Bérard reflète assurément une vision assez réaliste de la maison de la Moncloa. Malgré quelques jugements déformés sur l'intérêt des travaux des deux responsables de l'institution, il révèle une large part de la complexité psychologique du « couple » dirigeant de la Casa.

69L'aîné, véritable « chef historique », n'avait plus le temps, et la force, de se consacrer très activement à des études personnelles approfondies. Depuis longtemps convaincu qu'il valait mieux être le premier en Espagne qu'un simple maillon en Grèce, il faisait preuve d'une humeur égale, teintée d'obstination et d'enthousiasme. La passion - voire l'emportement - dont savait faire preuve son adjoint, lui était totalement étrangère. Ses pulsions politiques s'étaient largement émoussées au contact des difficultés de toutes sortes. Son affection envers le royaume ibérique était raisonnée.

70Plus jeune de vingt ans, le secrétaire général faisait montre d'une personnalité énergique, parfois intimidante. D'une nature sensible, comme en témoigne sa correspondance avec Miguel de Unamuno ou Manuel de Falla, il savait être aussi charmant que brutal. Une raideur d'analyse certaine, acquise à l'issue de son échec conjugal et de son expérience de la guerre, s'était accentuée à la mort de ses parents : sa mère avait disparu en juin 1926, son père en avril 1929. Son attachement à l'Espagne traditionnelle était profond. L'art consommé du contact qu'il savait déployer et entretenir lui avait permis de créer un vaste réseau de relations, dont il pouvait faire profiter les pensionnaires. Capable d'une hauteur de vues certaine sur de vastes problèmes, il n'hésitait pas à se lancer dans le débat politique espagnol, ce qu'il interdisait à tous les occupants de la Casa. Ce manquement, quasi-total, au devoir de réserve d'un responsable français à l'étranger devait lui valoir de nombreuses inimitiés. Mais Pierre Paris - débonnaire - laissait agir « son capitaine » dans ce domaine, comme dans bien d'autres. Plus qu'ils ne se comprenaient, les deux hommes, en réalité, se complétaient.

71Tandis que chacun vaquait à ses préoccupations, le crépuscule de l'année 1929 fut marqué par deux événements significatifs.

  • 102 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 12.12.19 (...)

72Le premier était lié à la vie même de la maison : le samedi 14 décembre, le directeur général des Beaux-arts, le comte de Los Infantes et l'ambassadeur de France présidèrent l'inauguration de la première exposition qu'ait connue le Palais de la Moncloa : « Votre Casa est encore en fête. L'exposition de Paul Hannaux remporte un gros succès »102. Le boursier de la ville de Paris n'avait pas perdu de temps : il montra au public des tableaux inspirés de plusieurs régions d'Espagne et du Maroc. Le fidèle Benlliure acquit, pour le musée d'Art moderne, une Cathédrale de Salamanque. Le souverain, invité, n'avait pu se déplacer.

73Du second événement dépendait l'avenir matériel de l'institution. Le parlement français dut, en effet, se prononcer, de nouveau, sur une demande de crédits. Le rapport du sénateur Charles Dumont posa l'affaire en termes fort critiques.

74« Sur le crédit supplémentaire demandé, 15 millions s'appliquent à l'achèvement de la Maison de France à Madrid dite Casa de Velázquez. On se rappelle que l'Académie des beaux-arts, ne pouvant mener à bonne fin l'œuvre d'intérêt national qu'elle avait entreprise, la loi du 14 janvier 1924 avait autorisé le ministre de l'Instruction publique et des beaux-arts à participer à la dépense jusqu'à concurrence de 3.500.000 F. Il avait été bien précisé, dans l'exposé des motifs, “qu'il s'agissait d'une subvention à accorder, une fois pour toutes, et qui ne devait être suivie d'aucun nouvel appel de fonds, tant pour la construction de l'édifice que pour le fonctionnement ultérieur de la fondation”. Plus tard, le gouvernement n'en a pas moins demandé un crédit supplémentaire de 2.000.000 F qu'il a justifié par l'augmentation de dépenses résultant de la tension du change et ce crédit a été accordé par la loi du 9 décembre 1927.

75Aujourd'hui, il sollicite un nouveau supplément de 3 millions pour terminer des bâtiments dont la construction était commencée, en justifiant l'insuffisance par les variations du change et par les travaux complémentaires dont la nécessité s'est révélée en cours d'exécution. Il demande, en outre, un crédit de 12 millions de francs correspondant à la dépense que l'étude faite par l'architecte chargé de la conduite de l'opération fait ressortir comme nécessaire à l'achèvement de la Casa de Velázquez.

76Ce court exposé montre dans quelles conditions fâcheuses a été engagée cette entreprise. Alors qu'on prévoyait que l'État y participerait pour 3.500000 F, on aura fini par demander au parlement de voter 20.000.000 F.

  • 103 AN-Paris, F21 5867 : extrait du rapport de C. Dumont, présenté en séance du 21.11.1929, Documents P (...)

77Pour protester contre des errements aussi fâcheux, votre Commission des finances vous propose une réduction indicative de 10.000 F. Elle demande, en outre, que l'Administration des Beaux-arts approuve les devis et contrôle l'emploi des sommes versées ; il lui paraît également indispensable que les comptes d'emploi des crédits soient joints, par la suite, aux ordonnances de payement de façon que la Cour des comptes soit appelée à exercer son contrôle sur ces dépenses »103.

  • 104 AN-Paris, 310 AP (Papiers Locquin), carton 138, dossier Beaux-arts : documents parlementaires, 1924 (...)

78Aux yeux du rapporteur, le solliciteur du crédit était, à travers la Direction générale des Beaux-arts, le gouvernement lui-même. L'Académie se faisait discrète. André François-Poncet était venu plaider le dossier auprès de Chappedelaine, président de la Commission des finances. Le crédit de 15 MF fut cependant amputé de la somme indiquée par Dumont. Le parlement avait, ainsi, tenu à marquer ses réserves au sujet de l'accroissement de la participation de l'État, qui ne devait pas dépasser, primitivement, 3,5 MF : la loi du 12 décembre accorda, donc, 14.990.000 F à la « Maison de France » de Madrid. La démultiplication des postes budgétaires n'était pas étrangère à ce succès, conforté par les propos « euphoriques » du titulaire de la rue de Rivoli, Henry Chéron, sur la bonne santé du Trésor public. La conjoncture était, en effet, éminemment favorable malgré les vives inquiétudes engendrées par la faillite boursière nord-américaine d'octobre. Ainsi les Beaux-arts avaient-ils bénéficié de crédits en constante augmentation : de 119 MF, en 1929, on passa à 182 MF en 1932104.

  • 105 AN-Paris, F21 5867 : note dactylographiée s. d. (début 1930).

79Malgré une petite réaction d'humeur face aux dépassements incessants, les parlementaires s'étaient montrés généreux, comme le montre le petit tableau récapitulatif, dressé par l'administration de la rue de Valois105.

MINISTÈRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE DIRECTION DES BEAUX-ARTS

La loi du 14 janvier 1924 a autorisé le ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-arts à engager une dépense de...
pour la construction de la Casa de Velázquez

3.500.000 F

Cette somme a été mise, conformément aux lois des 2 août 1924 et
13 juillet 1925, à titre de subvention, à la disposition de l'Académie
des beaux-arts :

2.000.000 F
en 1924
1.500.000 F
en 1925

Une subvention supplémentaire de..
a été accordée par la loi du 9 décembre 1927

2.000.000 F

Un dernier crédit de...
a été ouvert par la loi du 12 décembre 1929

14.990.000 F

Total

20.490.000 F

80La manne allait, de nouveau, tomber sur le plateau de la Moncloa, alors en voie de nivellement.

  • 106 AUC-Madrid, registre spécial JCCUM-Commission des Travaux, manuscrit : réunion du 5.11.1929, p. 1. (...)
  • 107 P. Chías Navarro, ouvr. cité, p. 116 et p. 134. Voir aussi, La Ciudad Universitaria de Madrid, broc (...)
  • 108 Sur le réseau des tramways, Antonio López Gómez, Los transportes urbanos de Madrid, Madrid, 1983, p (...)

81Le directeur de la Casa avait, en outre, obtenu de la Junte de la Cité universitaire une somme de 41.569 Ptas afin d'aligner la clôture pour la construction de la grande avenue Alphonse XIII. Mais il fallait s'armer de patience, avant que ne fût réglée la question sur le terrain106. Tout autour de la maison française régnait une activité bourdonnante. Le viaduc sur le Cantarranas était déjà en construction107. Il remplaçait un vieux pont de pierre, sur lequel passait la ligne de tramways, qui conduisait les membres de la Casa, jusqu'à l'arrêt de l'École d'agriculture et les promeneurs, jusqu'à la Puerta de Hierro108.

  • 109 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 14 et 23.12.1929, (...)

82Pierre Paris, après être allé à Lisbonne, en décembre, s'était rendu en Andalousie pour une tournée d'inspection, un mois plus tard. Il en avait profité pour visiter, à Séville, l'Exposition ibéro-américaine. L'inspirateur de cette grande manifestation, Primo de Rivera, était, en ce début de 1930, de plus en plus isolé. La crise monétaire n'avait pas été conjurée : le 20 janvier, le ministre des finances, José Calvo Sotelo, démissionna. N'ayant pu obtenir la confiance de ses pairs, « l'homme fort » de l'Espagne se retira le 28. Alphonse XIII nomma, deux jours plus tard, un autre militaire, Dámaso Berenguer109.

83« La dictature est tombée hier soir sans que rien fît prévoir un départ aussi brusque... Son régime était policier, antiparlementaire, obscurantiste. Six ans de suspension des Cortès avaient éteint toute vie politique, toute discussion à Madrid... Bien que brutal à l'occasion et réprimant toute résistance, le régime s'était donné un visage débonnaire... Un magasin de musique avait mis en devanture son portrait à côté du dernier disque sorti : Esta noche me emborracho (celle nuit, je me soûle), il fut frappé d'amende.

84Dans cette lointaine Casa de Velázquez, la nouvelle de la chute de Primo n'est parvenue que le matin. Dans son bureau, un châle sur les genoux, le directeur continue ses écrits sur des sculptures du musée d'archéologie dont on ne connaît ni l'origine, ni la date, ni même l'objet représenté. Un camarade peintre se lamente de voir accéder à la présidence du conseil le général Berenguer, dont il devait faire le portrait. Craignant des manifestations à l'École d'agriculture, la caserne de la Moncloa rappelle par téléphone le garde civil qui posait pour un autre atelier.

859 h 30. Le tramway jaune me descend à la Place d'Espagne... Coupant de biais la Gran Vía en construction, je trouve l'université fermée, gardée par des agents... La Gran Vía est vide... Personne ne sait d'ailleurs ce qui s'est passé. La dictature n'a pas été renversée par un mouvement populaire, mais par une intrigue de palais et de l'armée. La Puerta del Sol, la calle del Arenal sont calmes. Seule la police qui patrouille, la carabine à l'épaule, donne à la ville un aspect insolite...

86Nouvelle sortie, vers le soir, pour aller aux informations : absolument rien... Tout s'est passé dans l'indifférence ».

  • 110 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 75-77.

87Voilà comment Armand Bérard avait vécu l'événement110.

  • 111 J.-M. Delaunay, « Souvenir de Miguel de Unamuno », art. cité, p. 410.

88L'exil du dictateur, à Paris, permit le retour de quelques opposants, dont le plus célèbre était, sans nul doute, Miguel de Unamuno, que Legendre invita à venir visiter la Casa111. L'ambiance politique demeurait cependant incertaine, ainsi qu'en témoigne encore Bérard.

  • 112 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 84-87.

89« Depuis des semaines, l'université de Madrid était en effervescence. J'y suivais en particulier le cours d'Altamira... L'université s'était mise en état de siège... Un morceau de tenture rouge était déchiré dans le cabinet du recteur. On le hissait sur le toit... Un officier de police était introduit. On discutait, on parlait, toujours avec le même résultat : grévistes ou non, les étudiants seraient admis à sortir sans qu'il y eût d'arrestation... Nos amis professeurs, les Marañón, les Américo Castro ne cachaient pas leur hostilité au régime... Unamuno se distingua dans sa visite à Madrid, le premier dimanche de mai... Il vint parler aux étudiants en lettres... Quatre étudiants, parmi les plus excités, s'en vont chercher, sur le palier, le buste en bronze d'Alphonse XIII, lui mettent la corde au cou et lui font descendre l'escalier la face contre terre où la tête résonne avec un bruit de cloche... Unamuno avait donné le ton... Conférence à l'Ateneo... Discours du 4 mai au cinéma Europa dans le quartier populaire de Cuatro Caminos. Le public était composé exclusivement de membres du parti républicain... Sur invitation. La foule encombrait la grande avenue de Bravo Murillo. L'atmosphère était celle d'une journée d'agitation... En présence des troubles universitaires, le gouvernement pria Unamuno de rejoindre Salamanque et ferma les facultés... Le calme se rétablit »112.

  • 113 P. Paris n'abordera ce thème avec Widor, qu'à partir d'octobre 1930. Aucune allusion dans EHEH-RA.
  • 114 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 9, Service financier (MAE-Paris) à Ambassade-Madrid, 30.1.1930 et le (...)

90Sans doute habitué aux troubles fréquents de la Péninsule, le directeur de la Casa ne semblait guère manifester d'inquiétude particulière face à la situation générale113. La santé de son épouse, la reprise des travaux et la comptabilité le préoccupaient bien davantage, en ce premier semestre. Le chargé d'affaires, Adrien Thierry - fils de l'ancien ambassadeur de 1917-1918 - lui réclama les comptes de gestion 1929 et le budget 1930 de la Casa et de l'EHEH, ceci à la demande du Service du contrôle financier du Quai d'Orsay. Dans sa réponse, Pierre Paris dut confesser que le Conseil d'administration de la Casa n'avait fixé aucun budget précis et que « les errements de la comptabilité universitaire » ne permettaient pas de clôre les comptes 1929 de l'EHEH avant avril. Huit chapitres sur treize étaient, en outre, communs aux deux organismes114.

  • 115 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Pierre Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3.1930.
  • 116 AN-Paris, F21 5867 : question écrite n° 8220, déposée le 20.3.1930, par Jules Uhry, député socialis (...)

91Malgré la venue de Camille Lefèvre, en décembre, la non-liquidation des travaux de la première tranche faisait enrager le responsable du Palais de la Moncloa115. Les entrepreneurs s'en plaignaient aussi. Un député, Jules Uhry, posa, le 20 mars, une question écrite au ministre de l'Instruction publique : la situation financière de ces maisons devenait précaire. Dans sa réponse, le Ministère de l'Instruction publique fit savoir que la Direction générale des beaux-arts était submergée de mémoires à réviser, mais que les paiements ne sauraient tarder116.

  • 117 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3 et 24.3.1930.
  • 118 AAF-Madrid, carton 453 : copie d. n° 147, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, 2.4.1930, et d. n° 44, et MA (...)
  • 119 AABA-Paris, Fonds CV : diverses lettres de réclamation à Widor et Ferrand, conseiller technique de (...)

92Le déblocage des fonds votés, à la fin de l'année précédente, rendait le directeur de la Casa tout aussi morose et impatient. Le nouvel ambassadeur, Charles Corbin, était venu à la Moncloa, le 13 mars117. Très courtois, cet ancien directeur des Affaires politiques et commerciales était plus distant que le Corse de Peretti délia Rocca, mais il s'intéressa vite à l'œuvre, pour laquelle il intervint auprès du Département, qui lui répondit que l'achèvement des tâches de contrôle comptable était proche118. La Direction générale des beaux-arts avait reçu 3 MF afin de procéder à la liquidation de factures et d'avances bancaires. Tout au long de l'année, certains entrepreneurs se firent pressants119.

  • 120 AP-Braunwald, Paris : programme de l'exposition CV 1930.
  • 121 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3. et 24.3.1930 (...)

93Après avoir eu le plaisir d'assister à la première exposition collective des pensionnaires de la Casa, au Museo de Arte Moderno (8-15 avril), Pierre Paris vint dans la capitale française120. Toujours préoccupé par le recrutement de nouveaux artistes, il insista, Quai Conti, sur la nécessité d'une prompte reprise des travaux, dont la conclusion permettrait de loger douze jeunes gens supplémentaires : « Artistes, historiens, philologues font très bon ménage ensemble et s'instruisent réciproquement »121.

  • 122 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite du 23.10.1930.

94Mais ni l'été, ni l'automne ne permirent de constater un quelconque progrès dans la résolution de l'affaire. De retour à Madrid, début octobre, Pierre Paris ne pouvait que s'inquiéter de cette triste réalité... Encore un bel été perdu. « Par nos lenteurs, nous avons perdu 3 à 400.000 pesetas » se plaignait-il à son ami Widor. La situation politique apparaissait bien troublée et l'augmentation du coût de la vie n'arrangeait rien122.

  • 123 AUC-Madrid, registre JCCUM n° 2 : séances des 1 et 2.11.1930, p. 122-123, présidence du roi. Cette (...)

95Les travaux de la Cité universitaire battaient leur plein, faisant ainsi contraste avec le silence régnant sur la parcelle française. Tandis que semblait se préciser un projet de résidence allemande123, Pierre Paris insistait auprès de la Junte pour que fût enfin délimité, de façon définitive, le terrain dont il avait la charge : le gros œuvre de l'Avenue Alphonse XIII n'était-il pas achevé, depuis la Plaza de la Moncloa jusqu'au viaduc ?

  • 124 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 15.11.1930.
  • 125 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.12.1930. P. Paris faisait allusi (...)

96Le 15 novembre, le Conseil d'administration se réunit à l'Institut de France. Le directeur de la Casa y exprima sa profonde satisfaction au sujet de l'activité des pensionnaires. « Le meilleur esprit de concorde n'a cessé de régner. Aucun ennui n'est résulté de la cohabitation des jeunes gens et des jeunes filles ». Paul Léon insista sur un contrôle rigoureux des dépenses, qui impliquerait la réduction du projet rénové de Lefèvre et l'inclusion, dans les devis, du gros outillage et des installations intérieures. Le budget 1931 et un règlement intérieur furent, en outre, adoptés124. À son retour au sud des Pyrénées, Pierre Paris ne put s'empêcher de constater : « Toute la jeunesse qui m'entoure a l'air contente. Ce qui ne semble pas aller trop, c'est ce malheureux pays qui, après la compression de la dictature, semble pris de vertige. Il y a eu hier, paraît-il, à Jaca, une espèce de soulèvement militaire. Partout des grèves, et la peseta baisse »125. Malgré l'échec de divers mouvements républicains, l'agitation se répandait à travers la Péninsule.

  • 126 Le premier thème constituait la thèse principale, le second, la thèse secondaire : P. Vilar, La Cat (...)
  • 127 P. Vilar et P. Monbeig, Paris, 1984 et 1985.
  • 128 P. Vilar insiste sur le fait que Legendre avait de solides amitiés de gauche en France (A. Thomas), (...)

97C'est, donc, dans une Espagne troublée que les pensionnaires artistes et scientifiques de l'année universitaire 1930-1931 prirent place : parmi eux, Pierre Vilar, élève, comme Monbeig, d'Albert Demangeon. Il avait déjà effectué une reconnaissance studieuse à Barcelone, en 1927, en vue d'étudier les particularités catalanes, à travers la géographie industrielle de la région, ainsi que l'impact économique et social de l'électrification de l'Èbre et de ses affluents126. Très bien reçu par Legendre, quelques jours après les événements de Jaca, il s'en fut, en sa compagnie, avec le ménage Monbeig et Gabrielle Berrogain, passer Noël à La Alberca, dans les Hurdes127. Les deux hommes sympathisèrent rapidement, malgré leurs profondes divergences d'opinions128.

  • 129 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.1.1931. En vertu (...)

98À l'aube de 1931, le Palais de la Moncloa reçut la visite du président du Conseil municipal de Paris. « Vous connaissez certainement le comte de Castellane. Il vient d'être pendant quatre jours l'hôte du maire de Madrid ; nous lui avons fait, à la Casa, une superbe réception ; en souhaitant la bienvenue à nos deux visiteurs, je leur ai lancé l'idée de construire, à frais communs, le pavillon Madrid-Paris, où seraient logés, côte à côte un artiste français et un espagnol. Le Parisien n'a pas du tout dit non ; le Madrilène a dit presque oui. Je crois, cher Maître, que votre voix d'or enlèverait le morceau... Nous préparons notre exposition annuelle que, presque sûrement, le roi inaugurera le 2 ou 3 février »129.

  • 130 AP-Braunwald, Paris : brochure de l'exposition et articles de presse madrilène, ABC du 4.2, et Letr (...)
  • 131 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée du duc de Miranda, grand majordome, à Corbin, 24.1. (...)

99En effet, la seconde manifestation de ce type eut lieu du 3 au 15, à la Casa de Velázquez130. Corbin y assista, mais le roi ne put venir. À la Villa Médicis, il était de tradition que le souverain italien vînt inaugurer l'exposition annuelle131. Les responsables de la maison française de Madrid pensèrent, sans doute, que, la prochaine fois, Alphonse XIII serait présent.

  • 132 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 17.2.1931.

100Pierre Paris, toujours préoccupé par la reprise des travaux, n'était guère tranquille. « Je voudrais que notre construction marchât mieux que la politique espagnole. Nous sommes depuis trois jours dans un gâchis très dangereux. Que va-t-il en sortir ? Le roi aura bien du mal à s'en tirer, car il paraît qu'il a indisposé la plupart de ses partisans. Aujourd'hui le Palais royal est gardé par la troupe, et il y a de l'effervescence un peu partout, sauf ici. La Moncloa est un paradis pacifique... »132.

  • 133 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 21.3.1931, p. 321. Le déjeuner à l'Élysée eut lieu, le lundi (...)
  • 134 Ibidem, séance du 11.4.1931, p. 323.

101Dans un climat délétère, aggravé par une crise agraire généralisée, un cabinet, présidé par l'amiral Juan Bautista Aznar, avait été péniblement constitué le 18 février 1931. Des élections municipales étaient en vue. La situation délicate dans laquelle s'était progressivement enfoncé le pouvoir monarchique n'empêcha pas Alphonse XIII d'effectuer, en mars, un voyage en Angleterre. De passage à Paris, il déjeuna au retour à l'Élysée. Invité, à cette occasion, le secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts avait pu transmettre les royales salutations à ses collègues de l'Institut133... Le jour même où se tenait cette séance hebdomadaire de l'Académie, le 21 mars, un arrêté fixait, enfin, l'ordonnancement des premiers 5 MF, destinés à la reprise des travaux134.

  • 135 AP-Braunwald, Paris : programme et coupure de presse, ABC du 9.4.1931. François Mauriac, dans son J (...)
  • 136 Rénové par les soins de la Sociedad de Amigos del Arte, le Palacete abritait un musée d'art décorat (...)
  • 137 AAF-Madrid, carton 443 : lettres dactylographiées d'André Honnorat (Cité universitaire-Paris) à Cor (...)

102Fait encourageant, une seconde exposition des artistes de la Casa fut inaugurée, le 9 avril, dans les locaux du musée d'Art moderne, toujours dirigé par Benlliure. Charléty et Dresch, recteurs de Paris et de Toulouse, étaient présents135. Les aléas politiques exclurent toute personnalité officielle de la cérémonie. Le roi, de retour d'Outre-Manche, invita néanmoins les universitaires du pays voisin à un déjeuner, le lendemain, au Palacete de la Moncloa136. On y évoqua, sans doute, l'avancement des travaux du Collège d'Espagne, dans la capitale française. Le gros-œuvre y était en voie d'achèvement137.

103Deux jours plus tard, les élections donnèrent à l'opposition anti-monarchique une nette victoire : la République fut proclamée dans plusieurs villes de province et à Madrid. Alphonse XIII s'en fut, via Carthagène et Marseille, vers l'exil.

  • 138 AP-Braunwald, Paris : lettre manuscrite de S. Monceaux (Madrid) à J. Braunwald (Paris), 16.4.1931.
  • 139 P. Monbeig, témoignage, 1985.

104Sabine Monceaux, peintre de la Casa, fut frappée par la liesse populaire qui déferlait dans les gares, entre Irún et la capitale138. Malgré l'avis hostile des deux responsables de la maison de la Moncloa, Pierre Monbeig et Adrien Bruhl s'en furent aux nouvelles, dans la soirée de ce dimanche fiévreux139.

  • 140 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 22.4.1931.

105Le directeur, qui emmena, le 17, « tout son monde » en excursion vers Alcañiz, tenta d'analyser la situation. « Que d'événements, quelle brusque et mal compréhensive (sic) chute d'un trône ! Tous, même les vainqueurs en sont encore tout ahuris... On se console en disant que la révolution n'a pas été sanglante, et qu'en somme Don Alfonso sera plus heureux qu'Alphonse XIII ! Quant à l'Espagne, son avenir n'est pas très clair ; mais la république ne fera pas plus de bêtises dangereuses que la dictature, et aussi la royauté... Espérons que cette Casa continuera à jouir de la même faveur. Jusqu'ici elle ne s'est pas ressentie du contre-coup »140.

106L'émotion éprouvée par cet homme, qui avait consacré tant d'efforts aux institutions françaises à l'étranger, ne pouvait qu'être tempérée par la cordialité naturelle qui devait, immanquablement, s'établir entre les deux régimes. Certes, le pouvoir provisoire, au sud des Pyrénées, n'était guère homogène, mais la France démocratique était, elle-même, dirigée par des coalitions depuis les origines de la IIIe République.

  • 141 Les Documents Diplomatiques Français, 1932-1936, sont parsemés de documents, relatifs à cette conve (...)

107En Europe, les deux États ne devaient-ils pas s'épauler mutuellement, dans le cadre de la sécurité collective, chère à la Société des Nations, contre les menaces des puissances totalitaires méridionales et orientales141 ? En Afrique, la collaboration était de rigueur, au moment où Paris célébrait, par une gigantesque exposition, l'apogée de son empire colonial. Certes, on pouvait craindre en France qu'une « bolchevisation » rampante, libérée par la chute de la monarchie, ne cherchât, par tous les moyens, à imprégner l'Espagne entière, afin d'y faire triompher une révolution prolétarienne. Outre le chômage endémique des campagnes, la clôture des expositions internationales de Séville et de Barcelone avait laissé pour compte des dizaines de milliers d'ouvriers non spécialisés. De nombreuses grèves, des mises à sac de couvents et d'églises, avaient éclaté dans les premières semaines de la nouvelle République.

108Enfin, l'acceptation immédiate d'un gouvernement catalan par le pouvoir central heurtait, quelque peu, les certitudes centralisatrices des dirigeants français qui, quelques années auparavant, avaient réprimé, sans concession, de timides tentatives autonomistes alsaciennes. Le nationalisme basque était pourtant l'objet de la méfiance du pouvoir de Madrid. Manuel Azaña, président du Conseil, grand ami de la France laïque et progressiste, n'était guère disposé à en reconnaître, à court terme, la viabilité. L'affirmation politique, sur la frontière franco-espagnole, de deux fortes cultures, profondément enracinées, au débouché des deux principaux axes de passage entre les deux nations, pouvait poser de graves problèmes. Mais de cela, à l'époque l'on n'avait guère conscience, malgré la réputation de refuge qu'avait la République française pour les autonomistes catalans, dans les années vingt. Dans ce contexte, la Casa n'avait donc rien à craindre.

  • 142 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.5.1931. Les mots (...)

109Pourtant, l'Académie, par la plume de son secrétaire perpétuel, ne donna pas l'exemple du bon usage de la diplomatie. Dans une lettre adressée à Widor, à la mi-mai, Pierre Paris ne le cacha pas : « J'ai eu ces jours-ci de vos bonnes nouvelles par M. Marvaud. J'ai su que vous avez écrit un émouvant article sur Alfonso XIII qui va paraître dans La Revue des Deux Mondes. Il est bon qu'un homme de votre autorité rende hommage à ce malheureux prince tombé si brusquement, beaucoup par sa faute d'ailleurs, et prouve que si l'ingratitude et la lâcheté sont reines, il y a pourtant de nobles cœurs qui n'en sont pas viciés. La révolution, les incendies du 11 nous ont émus, sans nous nuire. Et pour ma part, je ne puis que faire des vœux pour que le nouveau régime soit favorable à l'Espagne, et il pourrait l'être, s'il suit d'autres lumières que celle des couvents en flamme. Ce qu'il y a de mauvais pour nous, en ce moment, c'est que la France a une mauvaise presse ; on lui reproche des manifestations diverses à l'occasion du passage des détrônés ; cela est souverainement (sic) injuste et inattendu de la part du peuple caballeroso (chevaleresque) ; mais cela doit nous rendre prudent, et nous inciter à nous abstenir de toute manifestation en faveur du régime déchu, fût-elle de pure courtoisie »142.

  • 143 AABA-Paris, Fonds CV : lettre citée note précédente. Le marché avec l'entreprise de travaux publics (...)

110Widor prit-il ombrage de cet affectueux « sermon » ? Les deux hommes s'appréciaient profondément, mais tout était dit. Il fallait s'adapter, en toute logique, aux circonstances et, par dessus tout, achever la bâtisse de la Moncloa, tandis que reprenaient, tout autour, les chantiers de la Cité universitaire, interrompus pendant quelques jours par les événements et l'incertitude pesant sur le maintien de cette œuvre éminemment alphonsine. « J'ai reçu le 9 mai une lettre de Lefèvre, me disant qu'il s'était définitivement entendu avec Paul Léon sur le choix de la maison Douane pour l'exécution des travaux de la Casa, que les marchés seraient soumis à votre signature dans le courant de la semaine passée et que je serais informé tout de suite. La semaine est passée, rien n'est venu. Cependant le temps passe, passe... Nous voici au 20 mai. La maison Douane, m'a dit son ingénieur, demande au moins six semaines pour s'organiser. C'est donc, dans l'hypothèse la plus favorable, au commencement de juillet que les travaux reprendront. Juste au moment où je serai obligé de rentrer en France. Que de temps perdu !... Nous avons perdu près de deux ans et si vous êtes éternellement jeune et, de plus, immortel, moi je suis vieux et mourrai tout entier. J'aurai pourtant voulu faire avec vous l'inauguration définitive. Mais après tout, pourquoi pas, si Lefèvre veut maintenant pousser la construction ? Je compte sur vous pour l'y inviter. Et, dans le fond, je reste optimiste »143.

111L'homme qui dirigeait la maison restait solide. Il se battait vigoureusement pour inciter municipalités, conseils généraux et ministères à accorder des bourses substantielles à ses anciens ou nouveaux pensionnaires.

  • 144 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 1.6.1931.

112Au début de juin 1931, il partit, avec sa fille, au Maroc afin d'y présider le jury du baccalauréat et d'y entretenir les autorités du Protectorat de l'affaire du Pavillon marocain, évoquée une année auparavant. Il pensait être de retour pour les élections législatives « constituantes », prévues pour le 28 du mois : « On ne sait ce qu'il peut arriver. Il vaut mieux être à son poste. Ce pays-ci est le pays de l'imprévu... Après ces élections, je rentrerai en France, car j'ai besoin de repos »144.

  • 145 J.-B. Duroselle, La décadence 1932-1939, Paris, 1979, p. 46 et 277. Son départ d'URSS serait dû à s (...)
  • 146 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs, 32 p. dactylographiées, inédits, s. d. (rédigés en mai 1 (...)
  • 147 José A. Ferrer Benimeli, Masonería Española contemporánea, t. 2 : Desde 1868 hasta nuestros días, M (...)

113Un nouvel ambassadeur de France avait été nommé, en juin. Il s'agissait de Jean Herbette, personnage de formation éclectique : chimiste, devenu journaliste, il avait été envoyé comme premier chef de mission à Moscou, lorsque Herriot décida, en 1924, le rétablissement des relations diplomatiques avec la Russie, devenue l'URSS. Il devait y rester jusqu'à sa nomination à Madrid145. Legendre, qui, à travers ses articles dans Le Journal des Débats ou La Petite Gironde s'inquiétait de l'anticléricalisme ambiant, se méfiait. Cet homme-là, écrira-t-il plus tard, ne pouvait qu'être un « délégué de la franc-maçonnerie et de l'esprit révolutionnaire universel »146. Le gouvernement provisoire de la République n'était-il pas composé de nombreux représentants de loges maçonniques147 ?

114Les élections aux Cortès constituantes donnèrent à la gauche une large majorité : l'unique monarchiste fut Romanones. Mais des troubles, fomentés par les anarchistes, abstentionnistes, et les communistes, sans élus, éclatèrent tout au long de l'été.

  • 148 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Albert Thomas : lettre dactylographiée de M. Legendre (Tréveneu (...)
  • 149 Ibidem, carton 382 : copie de la lettre d'A. Thomas (Genève) à Legendre (Champrond-en-Gâtine, Eure- (...)

115Depuis la Bretagne, où il se reposait, Legendre écrivit à son vieux camarade Albert Thomas : « Je suppose que l'Espagne républicaine se piquera de t'inviter plus que ne l'a fait la dictature »148. Dans sa réponse, le directeur du Bureau international du travail lui indiqua qu'il avait « suivi » ses articles du Journal des Débats, qu'il aimerait pouvoir en parler avec lui car il pensait que les républicains espagnols sauraient faire beaucoup pour leur pays, même s'ils manquaient de cohésion. Largo Caballero était un ami : Thomas l'admirait149.

  • 150 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Legendre (Tréveneuc ou Paris), 1 (...)
  • 151 La lettre, de la main de Legendre, datée du 6.10.1931, et signée, difficilement, par P. Paris, se t (...)

116Pierre Paris, en vacances dans son terroir périgourdin, annonça « au bon capitaine », son arrivée à Madrid le 2 octobre150. Le voyage de retour, via Bordeaux, Saint-Sébastien et Burgos, où il régla des questions relatives aux écoles françaises, le fatigua fortement. Alité, il dicta, de la Casa, une missive à l'ambassadeur : il démissionnait de l'Office des écoles, estimant cette charge trop lourde, et exprimait le désir que son adjoint de la Moncloa fût son successeur. Ce dernier, rédacteur de la lettre, la porta lui-même au siège de la représentation française. Elle ne reçut aucune réponse151.

  • 152 ABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite d'Isabelle Paris, avec signature, moins laborieuse, de P. P (...)

117Le lendemain, utilisant les services de sa fille Isabelle pour écrire, il communiqua à Widor la nouvelle de sa grave maladie. Il avait vu le recteur Dumas, à Bordeaux, et s'était mis d'accord avec lui pour que fût réuni un Conseil d'administration, fin octobre. Cette situation l'avait privé du plaisir d'aller sur le chantier, qui avait repris - enfin ! - en septembre « mais de mon lit, j'entends les coups de marteaux et les grincements des monte-charges et je vous assure que cela ne me donne pas mal à la tête »152.

  • 153 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 96, MAE-Paris (Contrôle Financier-SOFE) à Ambassade-Madrid, 10.10 tr (...)

118Herbette, quelques jours plus tard, sans lui accuser réception de sa lettre de démission, lui communiqua certaines demandes du service du Contrôle financier du Quai d'Orsay. La Casa fournit les précisions sollicitées, que l'ambassade envoya au département... sans commentaire153.

  • 154 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.10.1931. Il s'agi (...)

119Malgré les douleurs intercostales que lui produisait l'angine de poitrine, combinée à un état cardiaque alarmant, Pierre Paris eut encore la force de prendre, lui-même, la plume, en ce 19 octobre, pour adresser quelques phrases à son « bien cher maître et ami » : « J'ai été, paraît-il, bien plus fortement touché que je ne le croyais, et si j'ai pu remonter hier à mon cabinet, j'ai tout juste la force d'écrire quelques lignes. Je tiens à vous donner moi-même de mes meilleures nouvelles, et à vous dire que, malheureusement, il m'est tout à fait impossible de réaliser mon projet et de faire le voyage à Paris. Pour plusieurs semaines encore, sans doute, on m'impose le repos le plus absolu. Cela ne m'empêche pas de m'occuper de notre chère Casa, où tout va bien, et dont les nouveaux murs montent à vue d'œil. Je vous embrasse, bien cher maître, de tout cœur, en bon ressuscité »154.

  • 155 M. Legendre, « Souvenirs sur Pierre Paris, l'homme, le fondateur », BH, 1933, n° 2, p. 164-166 : pr (...)

120Peu après avoir écrit cette lettre, il s'en fut en ville pour y subir une radiographie. En rentrant, il plaisanta quelques instants avec Soutiras : il était très gai. Mais, dans la nuit - au matin du 20 octobre - Legendre fut appelé, vers 5 heures, à son chevet où se trouvaient Isabelle et sa mère. René Paris et le docteur Izquierdo, médecin de la Casa, accoururent rapidement. Il expira peu après155.

  • 156 AAF-Madrid, carton 452, dossier Mort de P. Paris, 20 et 21.10.1931, nombreux t. de condoléances ; v (...)

121« Mort en plein triomphe », il fut inhumé au cimetière de l'Est de la métropole madrilène. De nombreuses personnalités espagnoles et françaises s'associèrent à cet événement, qui marquait, assurément, une étape nouvelle dans la vie de la Casa de Velázquez156. Ainsi n'aura-t-il pas vu l'achèvement du grand Palais de la Moncloa, mais n'en avait-il pas eu le pressentiment, grâce à la reprise des travaux ?

L'éphémère splendeur (1931-1936)

122Oui, Pierre Paris savait que l'œuvre continuerait, tout simplement. Il avait bien désigné Legendre aux yeux de l'ambassadeur. Mais il ne s'agissait que d'une partie de « son empire ». Dans quelles conditions et sous la direction de qui, ce réseau culturel complexe verrait-il son avenir assuré ? Toulouse n'avait accepté la direction du professeur bordelais, à l'Institut français, qu'à titre personnel. Pour la Casa elle-même, rien n'était formellement fixé : le Conseil était souverain. Un conflit s'annonçait. Il fut épique.

  • 157 AN-Paris, 94 AP 382 Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à A. Thomas (Genève), 2 (...)
  • 158 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre de Guinard (Madrid) à Legendre (Paris) 11.12.1931.

123Dans une longue lettre à Albert Thomas, Legendre, au lendemain de la mort de Pierre Paris, expliquait « qu'(il) me considérait comme son successeur désigné, mais aujourd'hui des amateurs pourraient être tentés par la maison, alors qu'ils n'y étaient pas lors de la création. Je te demande ton appui. J'espérais que la succession s'ouvrirait très tard : l'angine de poitrine a brisé une exceptionnelle solidité... Il avait donné sa démission de l'Office des écoles. La décision dépend du ministère des Affaires étrangères et d'Herbette. J'ai été l'objet d'une vilaine campagne absolument vaine jusqu'ici, mais que les circonstances pourraient raviver... Deux Français visent le poste que j'occupe (sic). On veut m'en chasser... des révolutionnaires... Je suis un ennemi résolu de l'anticléricalisme radical et de la violence - dictatoriale ou de gauche. Je ne m'en cache pas... Depuis avril, ces deux Français s'évertuent à me présenter comme un ennemi de la République, comme un clérical : ils excitent les milieux espagnols - où j'ai de grands amis, comme Marañón et Unamuno - même si le gouvernement d'ici n'a à intervenir en rien dans cette affaire »157. Les compatriotes visés par ces propos étaient membres de l'ambassade : Fernand Juge, attaché commercial - agrégé d'espagnol en 1907 - et Léon Rollin, attaché de presse158.

  • 159 AN-Paris, 5AR389 Papiers Havas : correspondance Charles Houssaye (directeur, Agence Havas)-M. Legen (...)

124Que pouvait-on, alors, reprocher au « dauphin » de Pierre Paris ? Avant tout, sa position traditionnaliste, mêlée d'une foi chrétienne sans failles : pouvait-il en être autrement dans la « très catholique Espagne » ? Sa thèse, ses livres, ses articles et ses correspondances le « trahissaient » sans cesse aux yeux de ses contempteurs. Peu avant les événements d'avril 1931, l'Agence Havas avait manifesté son désir de le voir cesser ses activités de chroniqueur politique : les questions littéraires et artistiques suffiraient159.

  • 160 AN-Paris, 94AP382, Papiers Thomas : copie lettre Thomas (Genève) à Legendre (Madrid), 27.10.1931. O (...)
  • 161 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de M. Legendre (Madrid) à Widor (Paris), 25.10.1931. (...)
  • 162 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 28.10.1931.
  • 163 Albert Gabriel (1883-1972), archéologue et historien de l'art, fut élu à l'AIBL et au Collège de Fr (...)

125À cet appel à l'aide, le directeur général du Bureau international du travail répondit de la vigilance de son amitié, en promettant d'intervenir auprès d'Herbette, de Fabra Ribas et du Quai d'Orsay160. Tandis que le secrétaire général de la Casa réglait les affaires de gestion, Widor convoqua d'urgence le Conseil pour le 28 octobre161. L'unique représentant d'un ministère, Paul Léon, « patron » de la Direction des Beaux-arts, était absent. Mais il n'était membre du Conseil qu'au titre de l'Académie et il n'envoya aucun collaborateur... En conséquence, à travers les huit présents, seuls l'Institut, le Comité de rapprochement et l'université de Bordeaux avaient dépêché leurs responsables. Ni l'Instruction publique, ni le Quai d'Orsay, principaux pourvoyeurs des crédits de construction et de fonctionnement n'étaient donc, ce jour-là, dans l'appartement de Widor162... Nul ne sembla le remarquer ! Et l'on évoqua la récupération de l'héritage de Pierre Paris par un « grand successeur », qui serait assisté de Legendre, pour la Casa et l'EHEH, et de Guinard, pour l'Institut français de Madrid, les cas de Barcelone et de Lisbonne n'étant pas pris en ligne de compte. Et l'on parla de l'archéologue Albert Gabriel et du professeur de littérature comparée, Paul Hazard163. Le premier fut écarté, car il venait de prendre la direction de l'Institut français d'Istanbul, à la fondation duquel il avait contribué. Il fut convenu, par le truchement de l'amiral Lacaze, de prendre langue avec Paul Hazard. François Dumas, recteur de Bordeaux, plaidait en ce sens. Un mandat de six ans lui serait proposé.

  • 164 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite d'H. Bemberg à Widor, 20.3.1931. À la suite de la chute de (...)
  • 165 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Thomas (Genèv (...)

126Par ailleurs, l'équilibre financier de la Casa était encore préoccupant : le généreux Bemberg avait décidé, peu avant sa mort, de « solder » son mécénat par un don final de 500.000 F164. Par l'intermédiaire de Paul Léon, le sous-secrétaire d'État aux beaux-arts, Maurice Petsche, serait convié à aider l'œuvre de la Moncloa. Il fut décidé, enfin, de se réunir, à nouveau, le 7 décembre : Legendre serait alors convoqué pour les questions budgétaires. Il restait, donc, cinq semaines à ce dernier pour dénouer l'affaire en sa faveur. Toujours en contact avec Albert Thomas, il espérait pouvoir s'appuyer sur Jean Marx, adjoint du chef du Service des œuvres, Fernand Pila : l'Office des écoles n'avait-il pas reçu des félicitations du ministre lui-même, pour l'œuvre accomplie165 ?

127Mais, à la suite d'informations alarmantes, Legendre, en avertissant par télégramme son ami de Genève vint, début novembre, dans la capitale française. « Paris a plus d'importance que Madrid ces derniers jours ». Il y avait fait la « tournée » des ministères. L'impression retirée était pessimiste. Au Quai d'Orsay, où il vit Marx, une combinaison en cours visait à lui donner un « patron » dans le cadre de l'Office des écoles. À l'Instruction publique, il ne put rencontrer Cavalier : une influence hostile lui semblait perceptible, rue de Grenelle.

128Des bords du lac Léman, où les instances de la Société des Nations étaient en plein émoi, à la suite de l'agression japonaise contre la Chine, Thomas avait sollicité l'appui de Philippe Berthelot, secrétaire général du Quai d'Orsay. Il avait reçu, pour son protégé, le soutien... d'Herbette. Mais le directeur du Bureau international du travail avouait ne pas connaître grand chose aux œuvres françaises d'Espagne. « Explique-moi, pour que je ne patauge pas, comment la question de l'EHEH se lie à la Casa de Velázquez ! » Legendre, qui avait publié un hommage à Pierre Paris, dans Le Journal des Débats du 12 novembre, répondit par retour du courrier... en simplifiant le complexe réseau qui faisait figure de labyrinthe aux néophytes. En substance, il lui précisa que le décès de celui qu'il avait assisté durant treize ans enlevait toute raison de principe au maintien d'attaches quelconques entre l'Office des écoles, l'Institut français de Madrid et le « groupement » Casa-EHEH. Mais il craignait, à son détriment, quelque dénouement compliqué. Il lui fallait repartir vers la meseta, mais il reviendrait sur les rives de la Seine, début décembre.

  • 166 Cette correspondance Thomas-Legendre de novembre 1931, est dans AN-Paris, 94 AP carton 382 (origina (...)
  • 167 AP-Legendre, Tréveneuc : correspondance A. Thomas, du 1.12 au 6.12.1931.

129Albert Thomas, qui songeait à venir, lui aussi, à Paris, paraissait déterminé de poser la question suivante : « Qui en veut à Legendre ? » Il y voyait l'action « hypocrite d'un soviet contrôleur »166. La presse, des deux côtés des Pyrénées, s'était emparé de cette affaire de succession. Le 24 novembre, L'Œuvre et la revue Comœdia « donnaient » Legendre élu. Le même jour, pourtant, un article défavorable était publié dans La Noche, de Barcelone. Le 26, El Heraldo de Madrid fit contre-feu par des propos bienveillants... Les Bordelais - Dumas, Radet et Cirot - paraissaient bien disposés... Mais le « prince héritier » stigmatisait surtout l'attitude du « bon apôtre... qui devrait me défendre dans l'intérêt des œuvres, dont il est le premier protecteur »167. L'allusion à la duplicité de Herbette ne pouvait être plus claire.

130En ce début du mois de décembre, Legendre recevait déjà de toutes parts des messages de félicitations !

131La journée du 7 s'annonçait décisive. À 17 h, le Conseil - élargi - se réunit à l'Institut. À l'exception de François Dumas, retenu à Bordeaux par l'état de santé critique de sa femme, tous les membres étaient là. Le Quai d'Orsay était représenté par les deux responsables du Service des œuvres. L'Instruction publique avait délégué les directeurs de l'Enseignement supérieur et des Beaux-arts.

132D'emblée, la discussion fut animée : à Lacaze, qui soutenait que la Casa était une fondation privée, grâce à l'aide d'Alphonse XIII et des mécènes, Paul Léon rétorqua que l'État avait financé, en quasi-totalité, l'institution qui devait, désormais, répondre aux règles de la comptabilité publique. Le directeur général des Beaux-arts sentait-il son poste menacé pour, ainsi, prendre le parti de l'administration ? Son propos était plus habile. Il voulait permettre le rattachement de la Casa au ministère de la rue de Grenelle, sans, pour autant, amoindrir le rôle artistique de l'Académie. À une objection de Cirot, rappelant le rôle pionnier de Bordeaux, il fit la remarque que la direction unique restait la meilleure possibilité. Mais le Quai d'Orsay avait son mot à dire. Pila, en accord avec l'idée du maintien d'un responsable général, lut des extraits d'une lettre d'Herbette : à l'édifice culturel français en Espagne, il fallait un homme nouveau, qui fût aussi un savant, un administrateur... et un recteur d'académie. Autant dire que les chances de Legendre fondaient à vue d'œil ! Tandis que celui-ci faisait antichambre, le directeur de l'Enseignement supérieur insista sur le choix d'une personne « inconstestée ». Et de présenter « M. Terracher, recteur de Dijon, jeune et plein d'entregent, qui sait les langues romanes et se livre à la recherche scientifique ». Pila appuya ce choix.

  • 168 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 7.12.1931, 8 p.
  • 169 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève (...)
  • 170 AP-Legendre, Tréveneuc : copies de lettres de Thomas à ces personnalités, du 7 au 12.12.1931. Dans (...)

133Widor intervint alors en manifestant la crainte d'un départ de Legendre devant une résolution si brutale. Le directeur du Service des œuvres indiqua que la position future de ce dernier serait renforcée... Lacaze revint sur la question du rattachement de l'ensemble de la Moncloa à l'Instruction publique, à travers l'université de Bordeaux. Léon s'y opposa de nouveau. Qu'en serait-il de l'influence des Beaux-arts ? Widor pensait qu'un entretien avec Terracher s'imposait. Cirot lança l'idée d'un appel aux services d'un recteur incontestable : François Dumas qui, de par ses fonctions, connaissait « bien » le problème de la Casa. Les représentants des ministères se retirèrent alors. On fit entrer Legendre et Marvaud pour traiter de questions budgétaires. Ils furent mis au courant des développements antérieurs de la réunion168. L'adjoint de Pierre Paris réagit vigoureusement : « Je déclarai immédiatement que cette candidature est scandaleuse, que Terracher n'a aucun titre, que son enseignement à l'étranger, non plus que son rectorat à Dijon, ne le qualifient comme hispanisant. J'ajoutai que, si j'étais prêt à m'incliner devant tout homme de valeur, je donnerais ma démission des postes que j'occupe si Terracher était nommé à la place de M. Paris... Je ne céderai pas »169. De Genève, Albert Thomas alerta le directeur des Affaires politiques du Quai d'Orsay, Alexis Léger, ainsi que Frédéric Ledoux, administrateur-délégué de Peñarroya, et Mario Roustan, ministre de l'Instruction publique170.

  • 171 AP-Legendre, Tréveneuc : lettres manuscrites de P. Guinard (Madrid) à Legendre (Paris), 7.12 et 11. (...)

134De Madrid, Paul Guinard assurait la liaison avec les amis espagnols : Gregorio Marañón presserait Unamuno de publier un article dans El Sol et conseillait à Legendre de rencontrer l'ambassadeur d'Espagne à Paris, Danvila, qu'il connaissait bien. Le directeur de l'Institut français de Madrid espérait que l'on ne nommerait pas quelqu'un, qui ne fût académicien, hispanisant, artiste ou... très âgé. Les plus hautes instances du gouvernement de la République, Azaña, Fernando de los Ríos, Zulueta, ainsi que le philosophe Ortega y Gasset étaient aussi alertés. Guinard mettait Legendre en garde contre le « coup de Rome » qui, en 1923, n'avait pas laissé de souvenirs enivrants à deux de ses protagonistes : Pierre de Nolhac était le candidat des Inscriptions et belles-lettres et Charles Diehl, celui de l'Instruction publique. Un troisième fut élu directeur de l'École française : Émile Mâle. L'opposition aux « indépendants » était vive, dans les bureaux ministériels : les carrières non conformistes ne plaisaient guère. Guinard donna à Legendre un ultime conseil, auquel se joignait Marañón :  « Surtout, ne démissionnez jamais ! »171.

  • 172 AN-Paris, 94 AP 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève), 16.1 (...)

135La mobilisation en faveur de Legendre prenait donc de l'ampleur des deux côtés des Pyrénées. Mais à Paris, le postulant principal ne se sentait pas rassuré. La fréquentation des couloirs et des bureaux n'était guère probante : il y rencontra même Terracher, très aimable, qui, « évidemment, s'accroche ou permet qu'on l'accroche à la belle situation entrevue... Il est naturel qu'il ne lâche pas de lui-même un poste qu'il n'a peut-être pas sollicité, et pour lequel on lui a peut-être fait croire qu'on avait besoin de lui... Sans doute, jusqu'au prochain Conseil, la lutte restera serrée. Je maintiendrai pour ma part exactement ma position : je demande la direction de la Casa de Velázquez, sans aucun supérieur à Madrid... Je ne réclame nullement et n'ai jamais réclamé de remplacer M. Paris à l'Institut français de la Calle del Marqués de la Ensenada. La Casa, qui est liée à l'EHEH, suffit à une belle activité »172.

  • 173 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de P. Guinard à Legendre, Paris, 21.12.1931. Il vit nota (...)

136Legendre paraissait, donc, avoir assoupli son attitude originelle : la Moncloa seule, désormais, lui convenait. Pour l'Office des écoles, rien n'était fixé. Quant à l'Institut français, il n'y prétendait point : non lié à l'université de Toulouse, il ne pouvait, ainsi, « barrer la route » à celui qui était devenu un véritable ami, Paul Guinard. Ce dernier vint, d'ailleurs, lui prêter main-forte dans la capitale française173.

137Quarante-huit heures avant Noël, les membres du Conseil présidant aux destinées de la Casa se réunirent de nouveau, au même endroit. Si François Dumas, en deuil de son épouse, était présent, Cavalier, souffrant, ne put se déplacer, mais fit savoir, dans une lettre lue par Marx, que, désormais, il n'y avait plus qu'une alternative : soit un directeur unique, solution évoquée lors de la réunion précédente, soit une association Dumas-Legendre. La seconde proposition recueillit l'assentiment de tous... sauf des deux représentants du Quai d'Orsay, qui insistèrent sur les avantages d'une conduite centralisée. « Les nouvelles conditions semblaient rendre encore plus désirable la présence, à Madrid, d'un haut fonctionnaire de notre université, dont la compétence et l'autorité ne pouvaient qu'être favorables à une collaboration universitaire des deux pays ». Un haut fonctionnaire résolument favorable au nouveau régime espagnol... cela disqualifiait, bien sûr, Legendre.

138Si la direction unique n'était pas possible, « l'empire » de Pierre Paris éclaterait inéluctablement.

  • 174 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 22.12.1931, 7 p.

139La Casa serait en outre dotée d'un statut : mais si Paul Léon proposait de reproduire le modèle de la Villa Médicis, Pila évoquait plutôt le Palais Farnèse... Opposition non innocente que reflétait l'hybridité du Palais de la Moncloa : un compromis était inévitable à ce sujet. Cirot rappela à propos les intérêts fondateurs de Bordeaux. In fine, Dumas fut choisi pour diriger la Casa, Legendre obtenant la fonction de directeur-adjoint. « D'ailleurs, la séance ayant eu plutôt le caractère d'une conversation que d'une délibération, aucun vote ferme n'a sanctionné les divers échanges de vue ». Introduit, Legendre donna son accord174.

  • 175 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève (...)

140Dès le lendemain, il rendit compte à son fidèle ami « genevois » : « Par la presse, tu sauras peut-être que j'ai été nommé directeur-adjoint, avec Dumas pour chef... Ce n'est pas une solution idéale, mais l'œuvre est sauvegardée... Sans toi, le 7 décembre, la solution Terracher prévalait. J'aurai démissionné... Je reste candidat à l'Office des écoles et aurai encore besoin de toi. Je dois être vigilant contre les rancunes. Dumas est heureusement d'une parfaite loyauté. Nommé pour six ans, ayant soixante-dix ans, normalement je devrai lui succéder »175.

  • 176 AAF-Madrid, carton 441 : t. n° 350-351, Pila (SOFE-MAE) à Herbette (Ambassade), 23.12.1931 ; et car (...)
  • 177 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (recteur Bordeaux) à Widor (Paris), 28.12.1931

141Au même moment, le Quai d'Orsay avisait l'ambassade de Madrid du dénouement de l'affaire : « Les rapports entre la Casa et l'EHEH, d'une part, l'Institut français, rattaché à Toulouse, avec Guinard directeur, d'autre part seront précisés ultérieurement... Quant à l'Office, il sera réorganisé et transformé en Comité sous votre présidence ». Herbette répondit qu'il était « heureux d'apprendre une solution si satisfaisante, avec MM. Dumas et Legendre »176. Le départ à la retraite du recteur de Bordeaux était prévu en juillet 1932. Il ne pouvait assumer, immédiatement, les responsabilités de son nouveau poste177.

142Legendre, revenu à Madrid, devait s'occuper des affaires matérielles de la Casa. L'état des finances était satisfaisant : les subventions des Affaires étrangères et de la Résidence générale du Maroc étaient parvenues à destination. Le budget 1931 était excédentaire, puisque le traitement du directeur n'avait plus été versé ; les frais de représentation et d'automobile avaient été supprimés. Ainsi, au 1er janvier 1932, l'établissement disposait de plus de 230.000 F, pesetas converties incluses. L'amélioration du change avait fait le reste : les bourses de 20.000 F, notoirement insuffisantes dans les années vingt, permettaient, désormais, de vivre plus décemment.

143La vie interne de la Casa, au milieu des travaux, s'était organisée. Sur treize chambres, onze étaient ainsi occupées :

144Aile nord-est, entresol, quatre :

145MM. Jobit, ecclésiastique (EHEH), Mondan, peintre (Ville de Lyon), Rumeau (EHEH) et Legendre.

146Aile nord-est, 2ème étage, deux :

147Mlles Astruc (EHEH) et Monceaux, peintre (ABA).

148Aile nord-est, 3ème étage, deux :

149Mlles Chaumié (EHEH) et Dobelmann (EHEH).

150Aile sud-ouest, 2ème étage, deux :

151MM. Estève, peintre (Ville de Valence) et Braunwald, architecte (EHEH).

152Aile sud-ouest, 3ème étage :

153M. Thomsen, peintre (Ville de Paris) et les deux chambres libres.

  • 178 Ibidem, lettre dactylographiée de M. Legendre (Madrid) à Widor (Paris), 29.12.1931. Sur un budget i (...)

154Pierre Vilar vivait en Catalogne et le peintre Charles Brouty, boursier de l'Algérie, était absent. À l'exception de la nourriture et des frais de voyage, souvent exprimés en abonnements ferroviaires kilométriques, la gratuité était de rigueur, mais les bourses, inégales, ne dépassaient pas huit mensualités. Chacun disposait, en moyenne, de 1.000 Ptas par mois178...

155Le témoignage de Suzanne Dobelmann nous éclaire sur la réalité quotidienne du Palais de la Moncloa. Chartiste, spécialiste de provençal, elle était arrivée, le 4 novembre, dans la capitale espagnole par la gare d'Atocha, terminus des lignes de la compagnie Madrid-Saragosse-Alicante. Parvenue à la Casa, « je suis accueillie par le concierge Soutiras... J'étais logée à l'étage des jeunes filles... Le système des repas était le suivant : il y avait, chaque semaine, un massier ou une massière qui avait la charge de commander les repas et de faire les comptes des dits repas. Nous avions une cuisinière prénommée Flora, qui était galicienne... Isabelle Paris s'acquitta aussi de la masse. Elle était en même temps bibliothécaire. La bibliothèque était pauvre en ouvrages scientifiques...

156Il y avait un énorme chat appartenant à Legendre. Minou assistait aux repas et même se promenait sur la table. Il paraît qu'il était très efficace à l'égard des souris, abondantes dans le bâtiment. Il y avait encore un chien appelé Bersac (Beyssac), du nom du village de M. Paris, et qui appartenait à la Casa ; il aboyait beaucoup le soir et mordait les gens qui en avaient peur...

157Outre la cuisinière, il y avait une femme de chambre (pour les filles) et un valet de chambre, José (pour les garçons) ainsi qu'un homme de service (Joaquín).

  • 179 Suzanne Dobelmann-Kravtchenko, Souvenirs dactylographiés, Grenoble, 1985, p. 1-2. Quant au chien, i (...)

158Les abords de la Casa étaient une vraie fondrière par temps de pluie et c'était mal éclairé de surcroît. L'abbé Jobit dit un jour qu'en abordant la Casa on pouvait crier “Terre ! Terre !” comme le guetteur de la caravelle de Christophe Colomb. À cette date (fin décembre) le directeur nommé était M. Dumas, mais, en réalité, le pouvoir sera à M. Legendre... »179.

  • 180 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 119. Berthelot (SOFE-MAE) à Herbette (Ambassade-Madrid), 31.12.1931.

159Tandis que le Service des œuvres du Quai d'Orsay préparait la réforme de l'Office des écoles180, « l'homme fort » de la Casa ne désarmait pas. Il résuma, pour Albert Thomas, l'enjeu : « Pour la Casa de Velázquez... l'intervention de mes amis et la crainte de me voir partir en faisant claquer les portes ont abouti à une solution assez satisfaisante pour moi et encore un peu plus satisfaisante pour l'œuvre, ce qui est l'essentiel. Les hostilités, les rancunes et le dépit se concentrent maintenant sur l'affaire de l'Office. Mais ici, je ne pose pas la “question de confiance” comme pour l'affaire Terracher. Si ces messieurs des bureaux tiennent à commettre une injustice, je dédaigne l'injustice, qui par ailleurs m'exemptera d'un certain nombre de corvées, et je ne veux gaspiller ni ma force de résistance, ni le crédit de mes amis. Seulement il n'est pas mauvais que l'on sache au Quai d'Orsay et à l'Instruction publique, pour modérer les intrigues à venir, que je vois très clair dans ce qui s'est tramé contre moi ».

160Tout en renouvelant un ferme soutien amical à son correspondant, l'ancien ministre se demandait s'il valait encore la peine d'insister. Puisque Legendre avait obtenu satisfaction pour les « œuvres désintéressées » (la Casa et l'EHEH), était-il raisonnable de vouloir aussi s'occuper des « œuvres intéressées ou de propagande » (l'Office des écoles et l'Institut français) ?

  • 181 AN-Paris, 94 AP 382, Papiers Thomas : lettres et document annexe, dactylographiés, Legendre (Madrid (...)

161Le « Madrilène », pourtant, ne voulait pas s'avouer vaincu : « Plus je réfléchis, plus je veux éviter d'avoir l'air d'un quémandeur et d'un mécontent... La solution actuellement la plus juste - je l'ai écrit à Dumas - serait de me nommer, à l'Office de l'enseignement aussi, directeur-adjoint avec lui pour directeur. Si on ne le veut à aucun prix, n'insistons pas... Une des raisons qui, à mon avis, déconseillent, à l'heure actuelle, les grandes réorganisations conçues à Paris, c'est que les choses d'Espagne sont très mouvantes »181.

162En effet, après s'être dotée d'une Constitution, le 9 décembre 1931, et après avoir élu un Président de la République - Niceto Alcalá Zamora - le pays était en proie à des troubles graves qui mirent le gouvernement Azaña en position délicate.

  • 182 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 13, Ambassade à SOFE-MAE, 6.1.1932, et d. n° 5, SOFE-MAE à Amb (...)

163Cela n'empêcha pas le Quai d'Orsay de procéder à la réforme envisagée : un Comité des écoles franco-espagnoles remplaça l'Office créé en 1917. L'ambassadeur, président, serait secondé par François Dumas et le proviseur du lycée, Granotier ; François Arnould, consul-adjoint, ferait office de secrétaire. Désormais, à Madrid, les œuvres françaises étaient divisées en deux blocs : l'ensemble de la rue du Marquis de la Ensenada et le Palais de la Moncloa. Ce cloisonnement organique ne pouvait être étanche : François Dumas en demeurait le lien. En outre, les enseignements de Legendre au Lycée et à l'Institut français n'avaient pas été remis en cause... Son amitié pour Guinard, qui devenait directeur titulaire de l'Institut, assurait une grande perméabilité. Mais l'objectif du Service des œuvres était atteint : reprendre en main les œuvres françaises d'Espagne en écartant - partiellement - un non-conformiste, qui ne paraissait pas vouloir « nager dans le courant » de l'entente républicaine et laïque182.

164Pourquoi ai-je si longuement insisté sur cette « guerre de succession » ? Par sa forte personnalité et par son action obstinée, l'inventeur de la Dame d'Elche avait autant anesthésié les ambitions que dynamisé les diverses institutions qu'il avait créées. Sa disparition libérait les forces qui, auparavant, soutenaient en désordre ses efforts. Parmi celles-ci, la mieux organisée était, indubitablement, le Quai d'Orsay. Les responsables des Œuvres en profitèrent donc pour assurer leur contrôle direct sur le nouveau Comité. Par ailleurs, ils étaient les principaux bailleurs de fonds de la Casa elle-même...

165En outre, cette lutte révèle la difficulté d'adaptation d'un édifice culturel à un changement politique majeur dans un pays-hôte. L'exemple espagnol est, à ce sujet, probant : l'établissement de la République précéda de quelques mois le décès de Pierre Paris. La conjonction de ces deux événements, de portée évidemment inégale, pesait d'un poids lourd sur les institutions françaises, qui se trouvaient confrontées à une nécessité éminemment idéologique, malgré le distinguo subtil, inventé par Legendre, entre l'art et la science, d'une part, et les enseignements, d'autre part. L'affaire est d'importance, aujourd'hui encore, car elle a valeur générale dans un monde où les nationalismes restent déterminants.

166Si l'affaire, à l'aube de 1932, paraissait réglée, au niveau des personnalités... elle ne l'était pas au niveau des organismes de tutelle, d'autant que l'octroi de crédits interférait sans cesse.

  • 183 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 26.1.1932, 5 p., avec budget 1932, présenté par F. Dumas, 3 p. (...)

167Le 26 janvier, le Conseil d'administration se réunit de nouveau, Quai Conti. Pour vivre décemment, la Casa devait pouvoir compter sur un budget de fonctionnement d'environ 472.000 F. La disparition de l'Office des écoles entraînerait la suppression de la subvention des Affaires étrangères. Désormais, l'Instruction publique devrait prendre la « relève » avec l'accord du Parlement français. Le représentant du ministère voulait « fondre » les budgets de l'administration centrale et de l'université bordelaise. Dumas s'y opposa, car cela pouvait entraîner la disparition progressive des droits fondateurs de cette dernière. Après que Widor eût évoqué la nécessité de rédiger un statut, la séance fut levée183.

  • 184 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 20, SOFE-MAE à Ambassade-Madrid, 26.2.1932.
  • 185 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de G. Leygues (Commission finances-Chambre des députés) (...)

168Avisée, la rue de Rivoli refusa la solution du budget imputé sur un chapitre spécial de l'Instruction publique. Les Finances indiquaient que le maintien d'une subvention du Quai d'Orsay permettrait une plus grande souplesse et l'appel éventuel à des concours privés : le Service des œuvres acquiesça184. Les 218.000 F demandés furent accordés par la Commission des finances de la Chambre des députés, grâce à l'actif soutien de Georges Leygues, « très heureux d'avoir eu l'occasion d'être agréable à cette admirable institution »185.

  • 186 Ibidem, séance du CA, 8.3.1932, 2 p., et rapport dactylographié C. Lefèvre (Paris) 1.3.1932, 3 p.
  • 187 Je dois cette appréciation à notre collègue d'histoire de l'art, Bruno Tollon, de l'université de T (...)
  • 188 AUC-Madrid, registre JCCUM-Comité exécutif : sessions du 15.1.1932, (p. 3 : adjudication pour la dé (...)

169Le 8 mars 1932, le Conseil élisait à l'unanimité un administrateur de Peñarroya : la société de Frédéric Ledoux avait, en effet, depuis quelques années, manifesté une grande générosité à l'égard de la Casa : le pavillon de jardin, alors inachevé, et un don annuel de 60 tonnes de charbon. On se préoccupa, durant cette session, de l'état d'avancement des travaux : un rapport de Lefèvre laissait clairement entendre que ceux-ci seraient achevés en juillet 1933. Les contraintes budgétaires avaient eu raison du bâtiment de façade du jardin qui devait inclure une salle d'expositions. Désormais, une colonnade « fermerait » la cour intérieure, permettant ainsi de jouir du panorama de la Casa de Campo et de la Sierra de Guadarrama186. Cette élimination créait ainsi une perspective palladienne, qui exclut de parler, aujourd'hui, de véritable patio187. Sous l'influence arabe, le patio ibérique était destiné à protéger la vie domestique des regards extérieurs. Lefèvre, pétri de son expérience délienne, avait ainsi trouvé la solution la plus économique et la plus majestueuse. Mais la poursuite des travaux de la Cité universitaire relançait le problème de la délimitation du terrain. L'affreuse bâtisse des machines de l'Institut national agronomique, nouvelle appellation de l'Institut agricole Alphonse XII, avait été démolie en février, afin que fût alignée la grande avenue de la République, ex-avenue Alphonse XIII. Mais, pour implanter la future rue Velázquez, permettant l'accès à l'entrée principale de la Casa, il fallait détruire le pavillon du gardien et le petit dépôt de matériel attenant : la Junte proposait 20.000 Ptas de dédommagement à la Casa. Les architectes de l'institution française réclamaient une somme quatre fois supérieure, ce qui parut exagéré aux Espagnols qui arguaient des avantages futurs de l'éclairage urbain et de l'adduction de l'eau du río Lozoya. Le contentieux ne sera réglé que trois ans plus tard, les Français acceptant finalement le double du montant proposé initialement. Lors du Conseil du 13 avril 1932, C. Lefèvre donna de plus amples détails sur les amputations dues à ces travaux de la Cité universitaire, qui avaient déjà entraîné la démolition d'un garage et des premiers travaux du pavillon Peñarroya, le long de l'avenue. L'achèvement était maintenant prévu en octobre 1933188.

  • 189 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 13.4.1932, 3 p.
  • 190 Ibidem, lettre manuscrite de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 23.4.1932.
  • 191 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs dactylographiés, p. 20.

170Mais l'événement de cette réunion fut « l'entrée en force » de l'État, à travers des représentants du Quai d'Orsay et du ministère de l'Instruction publique : Pila, Marx et Cavalier furent, en effet, nommés membres du Conseil ; celui-ci comptait, désormais douze personnalités. Après l'examen de divers problèmes - recrutement, retraites, carrières -, François Dumas annonça son départ prochain à Madrid, où il parvint le 22189. À l'issue d'un « tour de la maison » et d'une rencontre avec chaque pensionnaire, il manifesta sa vive satisfaction à Widor190. L'ambassadeur et son épouse vinrent lui rendre visite... « contre tout protocole... et afin de le circonvenir », selon Legendre. Mais le recteur de Bordeaux « sut conserver toute son indépendance... en homme très honnête, très droit et nullement affaibli par l'âge... Tout l'effort maçonnique s'employa à le conquérir en vain »191.

  • 192 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 28.4.1932. L'exposit (...)

171Dumas était venu à Madrid afin d'assister à l'inauguration de l'exposition annuelle des artistes, le 28. Parmi les invités, le directeur espagnol des Beaux-arts était entouré de Benlliure, de Romanones et de Herbette ; de nombreux critiques étaient aussi présents. Ce fut un beau succès pour les neuf jeunes gens, indiqua le responsable suprême de la Casa192.

  • 193 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 34, SOFE-MAF à Ambassade, 24.3.1932. Aucune allusion au péril d'outr (...)

172Le lendemain, celui-ci assista à la première réunion constitutive du Comité des écoles. Les instructions du directeur des Affaires politiques Alexis Léger à Herbette étaient claires : il fallait le mettre en place rapidement. La situation intérieure allemande, avec la menace d'une prise de pouvoir par le parti national-socialiste, incitait-il le diplomate à ne pas laisser l'influence germanique s'étendre à la Péninsule ibérique ? Aussitôt, les premières circulaires furent adressées aux chefs des établissements dispersés à travers le pays193.

  • 194 BH, n° 3, 1932, p. 285-286. L'allocution de Marañón fut publiée dans El Sol du 3.5.1932. Le buste o (...)

173Enfin, le surlendemain, un hommage fut rendu au grand disparu, dans les locaux de l'Institut français. Dumas, Herbette, Guinard, Marañón et trois autres Espagnols évoquèrent la carrière et l'activité de Pierre Paris, dont le buste en bronze fut, alors, offert par Mariano Benlliure194.

174La première semaine de mai fut très agitée, en France : élections législatives les 1er et 8 mai, assassinat du président de la République, Paul Doumer, le 7. La première tâche du nouveau Parlement, que dominait la gauche radicale, fut de lui trouver un successeur : ce fut le discret Albert Lebrun. La mise en place d'un nouveau gouvernement fut laborieuse. Herriot ne put présenter son cabinet qu'au début de juin. Une innovation : le ministère de l'Instruction publique serait dénommé, désormais, Éducation nationale. Le premier titulaire en fut Anatole de Monzie, qui avait conservé sous tutelle l'administration des Beaux-arts, qu'avait quitté, depuis quelque temps déjà, Paul Léon.

  • 195 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite de Dumas à Herbette, 4.5.1932. AABA-Paris, Fonds CV : le (...)

175À Madrid, F. Dumas avait profité de son séjour d'un mois pour remettre, en compagnie d'Isabelle Paris, de l'ordre dans la comptabilité. Il put, ainsi, présenter rapidement un compte de gestion pour l'année universitaire 1931-1932. Les réserves, constituées principalement des dons reçus depuis 1926, paraissaient abondantes. Les comptes du Crédit Lyonnais accusaient de substantiels soldes excédentaires. Mais il avait fallu rembourser, avec perte, bien sûr, une somme de plus de 100.000 F au protectorat du Maroc... pour non-utilisation de crédit en vue de construire, en 1931, un pavillon d'artiste, dans le jardin195. Pierre Paris aurait-il été un mauvais gestionnaire ? Comme son successeur, il était un intellectuel de qualité, mais leur expérience personnelle les avait fait diverger dans leur approche des faits et des limites administratives et comptables. Le premier directeur de la maison de la Moncloa, dans la fièvre de la construction, s'était laissé déborder par... les architectes, dont les honoraires, on le sait, étaient proportionnels aux montants nets des travaux exécutés. En outre, la complexe organisation des œuvres françaises en Espagne l'avait poussé à « jongler », en fonction de l'arrivée souvent capricieuse des subventions des divers organismes de tutelle, avec le budget des non moins divers établissements locaux qu'il dirigeait. Il y avait, là, des risques de distorsions comptables. Sa disparition ayant entraîné la fin de l'unité des organes culturels français, François Dumas voyait sa tâche considérablement allégée, puisque son rôle d'inspecteur, au sein du Comité des écoles, ne lui donnait pas le contrôle financier des subventions, qui relevait désormais de l'ambassade, à travers le consulat de Madrid. En tout cas, Pierre Paris n'avait pas été un administratif. Devant autant improviser qu'organiser, il le reconnaissait lui-même, dès avant 1914, il ne s'y retrouvait guère dans les chiffres. Il ne pouvait qu'être au « diapason » d'académiciens qui, comme le rappelait Widor, en 1928, comptaient sur leur influence pour bousculer les lourdes démarches, en vigueur dans une bureaucratie parisienne toujours lente à se mouvoir, surtout en période de crise économique.

  • 196 Entre 1933 (départ de Myriam Astruc) et 1943 (arrivée de Jacques Fontaine) il n'y aura plus d'antiq (...)
  • 197 Luis Buñuel, ouvr. cité, p. 136-137. Sur le tournage et le contexte cinématographique, Emmanuel Lar (...)
  • 198 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 87-91 : visite à ces « vallées de misère ».
  • 199 E. Larraz, « Tradition et révolution : du Village maudit à Terre sans pain, deux visions de l'Espag (...)
  • 200 L. Buñuel, ouvr. cité, p. 138-139. Sur La Esperanza de las Hurdes, voir J.-M. Delaunay, « Souvenir (...)
  • 201 Le film fut présenté en 1935, grâce à Jacques Doriot, maire communiste de Saint-Denis. Le titre en (...)
  • 202 L. Buñuel, ouvr. cité, p. 72-76. En 1923, le jeune cinéaste avait créé une Orden de Toledo, sorte d (...)

176Mais ce retour aux « normes » financières dut être accompagné d'une politique de restriction des publications de la collection de l'EHEH. De 1932 à 1936, aucun ouvrage ne fut imprimé. Par ailleurs, le tarissement du recrutement d'archéologues éliminait l'EHEH de la scène des fouilles. Belo, Setefilla ou Alcañiz n'étaient plus que des souvenirs incrustés dans les rayons de la bibliothèque196. Mais l'un des livres de cette série allait revivre, en 1932 : c'est, en effet, après avoir lu la thèse de Legendre, que le cinéaste Luis Buñuel se lança dans le tournage du film muet Las Hurdes197. La vision de cette région deshéritée paraissait plus proche de celle exprimée par Armand Bérard198, que de celle du directeur-adjoint de la Casa199. Elle déplut, en tout cas, à Gregorio Marañón, président du Patronat des Hurdes, organisme qui avait succédé, depuis peu, à l'association caritative La Esperanza200 Toute projection fut interdite en Espagne201. Qu'en pensa le « contre-révolutionnaire » Legendre, dont la fille Alyette avait connu Buñuel dans les années vingt202 ?

  • 203 AABA-Paris, Fonds CV : séances du CA, 8.6.1932, 3 p., et 19.7.1932, 21 p.
  • 204 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre dactylographiée de Dumas (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 1 (...)

177François Dumas était donc un administrateur rigoureux. Il insista pour que la personnalité civile, partant la transparence financière, fût clairement accordée à la Casa203. En outre, il initia Legendre aux désagréments de la comptabilité publique : la rigueur devait devenir la norme204 !

  • 205 AABA-Paris, Fonds CV : note dactylographiée, MAE (A. Léger) à Président du CA (C. M. Widor), 16.6.1 (...)

178Mais cette nouvelle « morale financière » ne put empêcher quelques incidents, liés à l'inévitable adaptation des habitants de la Casa à la transformation politique de l'Espagne. Le 16 juin, Alexis Léger transmit à Widor un article du journal valencien Las Provincias, où l'auteur dénonçait la vision qu'avait exprimée au sujet du pays-hôte le peintre Pierre Sicard, boursier de la Ville de Paris. « Les futurs hôtes n'ont surtout pas à publier leurs opinions... à moins d'avoir soumis leurs articles à l'examen éclairé de M. Dumas ». Le secrétaire perpétuel de l'Académie en avertit le père du fautif, le statuaire François Sicard. « Les peintres ne sont pas des journalistes »205.

  • 206 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée du consul de France, Madrid à l'ambassadeur, Madrid (...)

179Le second accrochage fut plus grave et se produisit durant les vacances d'été, en l'absence des responsables de la Casa. Deux députés français, Jean Longuet et Jules Moch, en visite à Madrid, à la mi-juillet, apprirent la présence - confirmée par la visite d'un Français envoyé par le consul - d'une photographie dédicacée de l'ex-souverain, qui « trônait » dans la bibliothèque de la Casa. S'agissant d'un lieu public, suffisamment fréquenté, cela ne pouvait être toléré. Averti, Dumas fit savoir qu'il l'ignorait et qu'il avait indiqué à Soutiras de l'enlever discrètement206.

  • 207 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (Bordeaux) à Widor (Paris) 23.9.1932.
  • 208 Dans ses mémoires, Jadis, t. 2, D'une guerre à l'autre, Paris, 1952, 651 p., Herriot ne fait que tr (...)
  • 209 El Heraldo de Madrid, 1.11.1932, p. 1 et 8-10. Suzanne Dobelmann-Kravchenko, Souvenirs, dactylograp (...)
  • 210 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris). 2.11.1932. Aucune copie (...)
  • 211 Sur ce thème de l'immigration en France, voir Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et(...)

180Mais l'événement de l'automne fut le voyage officiel du président du Conseil français à Madrid. Après avoir interrogé l'ambassadeur, François Dumas écrivit à Widor que sa venue serait agréable aux occupants du Palais de la Moncloa, en voie d'achèvement extérieur207. Le but de ce voyage était d'assurer à la République française le soutien de la République espagnole dans les vastes discussions alors ébauchées sur l'avenir de l'Europe. Mal préparée, la visite de Herriot symbolisa la confusion de la politique extérieure française208. L'Espagne offrirait-elle un droit de passage aux troupes françaises d'Afrique du Nord... comme l'idée en avait été émise dès 1913 ? Les deux nations se soutiendraient-elles contre une éventuelle menace venue de l'est ? Azaña se déroba et son homologue français, guère mieux inspiré, s'en fut visiter les alentours de la capitale espagnole. Le 1er novembre, sur la route de l'Escurial, il s'arrêta... douze minutes à la Casa209 ! Le directeur de l'établissement eut, néanmoins, le temps de remettre au président du Conseil une note, dans laquelle il demandait que les crédits arrivassent régulièrement et intégralement210. Lefèvre, présent, servit de guide au politicien français. De ce voyage de quarante-huit heures ne sortirent que deux accords applicables principalement aux immigrés espagnols en France211. Dans une conférence de presse, Herriot pouvait assurer à ses interlocuteurs que la politique pacifique du gouvernement de Paris était contraire à une recherche d'ententes secrètes. C'était là un double langage stérile. Ce défaut de perspectives concordantes rendit le voisinage franco-espagnol insipide. Les conséquences néfastes en seront flagrantes plus tard...

  • 212 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), s. d (novembre 1932).
  • 213 Ibidem, séance du CA, 3.12.1932, 7 p.

181François Dumas, désormais installé à la Casa, espérait beaucoup de cette visite de Herriot : « Il a dû se rendre compte de l'importance de l'œuvre... de plus, il a compris combien la propagande de nos ennemis est grande en Espagne... À la Casa, nous nous efforçons d'attirer les intellectuels, les journalistes, les grands artistes espagnols »212. Un budget substantiel restait sa principale préoccupation et fut l'objet quasi-exclusif du Conseil d'administration réuni à Paris le samedi 3 décembre. Y assistait, pour la première fois, le successeur de François Dumas au rectorat de Bordeaux... Terracher lui-même213.

  • 214 Ibidem, lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), novembre 1932 et 13.12.1932. Au s (...)
  • 215 AMAE-Madrid, Série R, liasse 490, dossier 35, Franchise entrée matériaux pour construction CV, sept (...)
  • 216 Théodore Leveau (1896-1971), architecte en 1927, avait travaillé à Cuba et en Suisse, avec Lefèvre. (...)
  • 217 AABA-Paris : séance du CA, 25.3.1933, p. 4. Lefèvre rendit compte des travaux, durant un autre CA, (...)
  • 218 AUC-Madrid, carton JCCUM D1707, commission des travaux, 1931-1934 : séance du 22.4.1932, p. 2.
  • 219 Ibidem, p. 3. Les travaux de l'École d'architecture débutèrent à l'automne 1933 et durèrent deux an (...)

182Les travaux tournaient au ralenti, en cette froide saison. Il faudrait donc les stimuler au printemps214... Néanmoins, certains matériaux, destinés aux aménagements intérieurs et de jardin, avaient été admis, en franchise, à travers la frontière215. Le chantier fut, en 1933, placé sous le contrôle de Théodore Leveau, jeune collègue de Camille Lefèvre216. Ce dernier était, désormais, très occupé par l'édification des bâtiments du palais de la Société des Nations, à Genève217. Ainsi, les dalles d'isolation de la cour intérieure et les pierres de la partie centrale de la colonnade palladienne furent-elles posées durant cette année-là. De même, les escaliers conduisant au jardin. Mais, selon Dumas, le rythme était insuffisant218. En mars 1933, la couverture des deux ailes n'était pas encore en place ! Quant aux installations du chauffage, elles paraissaient bien défectueuses. Il fallait aussi aménager et décorer les jardins. La Junte de la Cité universitaire, en dépit du différend sur le montant des dommages occasionnés par les chantiers, autour de la Casa, accepta de faire livrer 15.000 m3 de terre afin de convertir la pente en terrasses régulières. Aux abords sud-ouest de la parcelle française, une École d'architecture était en voie d'adjudication. Le projet général précisait que, face à ces édifices dédiés à l'art, une fontaine monumentale serait implantée219.

  • 220 AABA-Paris, Fonds CV : note ABA, s. d. (fin 1932 ou début 1933), demande de López Otero au sujet de (...)
  • 221 Ibidem, lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 12.5.1933, et à Widor (Paris), (...)

183L'architecte en chef de la Cité universitaire de Madrid avait, en outre, demandé que le carrefour proche de la Casa fût agrémenté d'une reproduction de la statue équestre de Velázquez, qui se trouvait au pied de la grande colonnade du Louvre. Alertée, la Direction des musées nationaux et de l'École du Louvre indiqua l'existence du modèle en plâtre, déposé au musée des Beaux-arts de Dijon. La Direction générale des Beaux-arts donna rapidement son accord, sous réserve de modifications de détail, afin que fût protégée l'œuvre de Frémiet220. Ceci n'était, pourtant, que détail, face aux inquiétudes éprouvées par François Dumas au sujet des crédits d'aménagement intérieur : Lefèvre pourrait-il remplir son programme avec les sommes prévues221 ?

  • 222 AAF-Madrid, carton 465, Beaux-arts, expositions 1932-1944, dossier Exposition d'art français contem (...)
  • 223 Ibidem, copie t. n° 147-148, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 18.4.1933. Le Lycée français avait été r (...)
  • 224 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 536, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 20.6.1933, confidentielle. Il tra (...)
  • 225 AABA-Fonds CV : correspondance F. Dumas-Widor, diverses lettres, 1932-1933-Voir aussi séance du CA, (...)

184Aucune exposition ne put être organisée en 1933. Une grande manifestation officielle d'art français contemporain avait eu lieu, du 12 avril au 7 mai, au musée d'Art moderne : 211 tableaux, 37 sculptures, 21 gravures et des reliures avaient été présentés au public madrilène. Peu d'œuvres d'artistes connus... et modernistes, ce qui avait provoqué de nombreuses critiques espagnoles et françaises222. En outre, le Lycée avait aussi organisé une exposition du livre français, en ce même mois223. L'ambassadeur regretta cependant que la Casa n'ait point fait de même avec ses jeunes artistes : F. Dumas avait pris prétexte des travaux, mais, ajoutait Herbette, on aurait pu utiliser le nouvel immeuble du lycée. Le diplomate manifestait une certaine méfiance envers les recherches trop érudites et les voyages stéréotypés d'artistes en goguette : le ravin du Tage à Tolède ou le río Tormes, au droit de Salamanque ! Il fallait ouvrir davantage la Casa aux Espagnols et aux étrangers francophones en brisant le carcan d'un règlement de collège. Les Français devaient rester majoritaires, mais tout nationalisme étroit était à éviter224. Il faisait, ainsi, allusion aux réticences, exprimées par François Dumas, envers d'éventuels boursiers de passage... français, belges, tchécoslovaques ou autres225.

  • 226 AABA-Paris, Fonds CV : séances du CA, du 13.4, p. 3 au 3.12.1932. Le 5.4.1933, l'un des promoteurs (...)
  • 227 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 31.1.1933-Ernest Lafont, député des Ha (...)

185Derrière ces propos, l'enjeu principal et fondamental était bel et bien le contrôle de la Casa. La question de la personnalité civile et financière fut une longue épopée... La succession de Pierre Paris, on s'en souvient, avait été la première passe d'armes. L'établissement du statut fut la seconde... plus longue et plus feutrée. Dès la réunion du Conseil, le 26 janvier 1932, la nécessité d'obtenir la personnalité civile fut évoquée par Widor, qui indiqua aussitôt que la Casa ne pouvait être assimilée à la Villa Médicis. Lacaze et Teissier furent chargés de rédiger un projet de statut. Le 19 juillet, celui-ci était présenté aux membres du Conseil. Les représentants du Quai d'Orsay brillaient par leur absence : avaient-ils été prévenus en bonne et due forme ? Ce statut posait, en tout cas, le problème des subventions, notamment par la séparation des budgets de la Casa et de l'EHEH. Pour François Dumas, il était essentiel que l'Académie pût garder le contrôle du Palais de la Moncloa226. À la demande d'un député, au nom de la Commission des comptes définitifs et des économies, en janvier 1933, il répondit à Widor que la Casa n'était pas une institution d'État, mais un organisme dépendant de l'Académie. Le secrétaire perpétuel exprima sa surprise auprès de l'Enseignement supérieur, en adressant, néanmoins, les pièces comptables sollicitées227. La conjoncture économique française, désormais affectée par la crise mondiale renforçait les contrôles financiers, à tous niveaux. La loi budgétaire du 17 juillet 1932 visait à un hypothétique retour à l'équilibre : de nombreuses compressions de dépenses furent décidées.

  • 228 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 16.3.1933 et séance du CA, 25.3.1933, (...)

186Dumas se concerta avec Teissier et Lacaze, quelques instants avant le début de la séance du Conseil, le 25 mars 1933-Il voulait, ainsi, éviter certains propos, en présence des représentants du Quai d'Orsay... mais ceux-ci ne vinrent pas. En regard de ces tracas budgétaires, l'annonce que la loi de finances n'affecterait pas les traitements des personnels de la maison de la Moncloa fut accueillie avec satisfaction. La question de la personnalité civile taraudait l'esprit du directeur, plus d'un an et demi après la disparition de son prédécesseur228.

  • 229 AAF-Madrid, carton 453 : copie d. n° 338, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Paris, 26.4.1933, et d. n° 8 (...)

187L'absence de tout texte de référence rendait possible une mauvaise surprise, par exemple, sous forme d'une pression du Quai d'Orsay... À l'occasion d'un virement, l'ambassadeur posa clairement la question de la nature de son rôle vis-à-vis de la Casa. Simple agent de transmission de crédits ou contrôleur des activités ? Le département lui répondit que la seconde solution permettait d'éclaircir la situation, car, malgré le double patronage de l'Académie et de Bordeaux, la quasi-totalité des fonds provenait des Affaires étrangères : l'ambassade devait, donc, assumer une double fonction de contrôle et de conseil, assumée à titre discret229.

  • 230 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 21.7.1933, p. 3-5. Léger avait écrit en ce sens, à Widor : let (...)
  • 231 Ibidem, lettre manuscrite de M. Astruc (Madrid) à Radet (Bordeaux), 15.5, transmise à Cirot et Terr (...)

188À la session du Conseil, le 21 juillet, Jean Marx, nouveau patron du Service des œuvres, fit savoir que le projet Teissier n'accordait pas aux Affaires étrangères un droit de regard suffisamment étendu. Cavalier proposa, en fonction de la loi espagnole de 1920, que l'on n'accordât point de statut particulier à la Casa, le budget de celle-ci devenant annexe au budget général des Fondations de l'Institut. Marx se rallia à cette solution, tandis que Terracher estimait que la participation de Bordeaux serait à modifier en conséquence. Tout le monde en convint et la discussion fut reportée à plus tard230. Le jeu du Quai d'Orsay consistait manifestement à enfoncer un coin entre les positions des deux tuteurs de la maison de la Moncloa. Ceux-ci émirent, par exemple, des opinions divergentes sur l'acceptation du travail d'été à la Casa : Dumas y était opposé pour des raisons éminemment matérielles. Widor y était favorable, après qu'une demande ait été formulée par l'archéologue Myriam Astruc, soutenue par Raymond Thouvenot et l'abbé Jobit qui se plaignaient de la brièveté des séjours des boursiers231.

  • 232 AP-Legendre, Tréveneuc : lettres manuscrites de Dumas (Saubusse-Landes) à Legendre (Tréveneuc, Cham (...)
  • 233 S. Julià Díaz, ouvr. cité, p. 242-258.
  • 234 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 8.5.1934, p. 1.

189Malgré la présence de Théodore Leveau, les travaux n'avançaient pas à un rythme satisfaisant. Dumas fulminait232. Les arrêts de travail, chez les ouvriers du bâtiment, dégénérèrent même en grève totale durant les mois d'octobre et de novembre233. Certains matériaux étaient de qualité médiocre ; les machineries de chauffage, surtout, apparaissaient mal posées ou d'une puissance insuffisante234.

  • 235 Ibidem, registre 2E25 : séances du 23.9 et du 30.9.1933, p. 506. Devambez (1867-1944) peintre, illu (...)
  • 236 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 7.10.1933, lue en séance du 14.10 : re (...)
  • 237 AN-Paris, F21 4887 : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à DGBA-Paris, 19.5.1934 ; Jeanneau, direct (...)

190Néanmoins, le bâtiment avait fière allure. Le peintre André Devambez visita le site, en septembre 1933, et communiqua à ses collègues de l'Académie son admiration face à « ce beau palais qui fait honneur à notre pays »235. De même, fut émerveillée... et surprise la délégation de représentants français qui, à l'occasion d'un Congrès de l'Union interparlementaire, fit le déplacement jusqu'à la Moncloa. François Labrousse, sénateur de la Corrèze, logea même sur place. Dumas invita à déjeuner certains d'entre eux, dont Antoine Sallès et l'ex-ministre de l'Instruction publique, Mario Roustan. Tous manifestèrent le désir que l'institution pût obtenir du Mobilier national et des Gobelins les éléments de décoration et de confort intérieurs dignes d'une telle maison236. Comme en 1926-1927, furent donc entreprises des démarches pour obtenir divers ensembles et des tapisseries, afin que la Casa fût présentable, lors de l'inauguration future237.

  • 238 AR-Bordeaux, registre CU n° 5 : séance du 19.12.1933, p. 366.
  • 239 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 23.12.1933, p. 520.

191L'année 1933 s'acheva dans une certaine confusion quant à l'avenir du Palais de la Moncloa. Sous l'impulsion de Jacques Cavalier, l'université de Bordeaux et l'Académie des beaux-arts adoptèrent un règlement d'organisation financière et administrative. Celui-ci fut entériné par le Conseil de l'université de Bordeaux, qui nomma, alors, un directeur de l'EHEH, en la personne de Georges Cirot238. L'Académie approuva aussi, à l'unanimité, ce texte, qui fut imprimé en 1934, mais qui ne reçut jamais l'aval du Quai d'Orsay. Il ne représentait donc qu'un arrangement et n'eut jamais valeur légale239. Mais où était la stricte légalité en ce domaine ?

  • 240 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 24.2.1934, 2 p. et budget 1934. Les héritiers Frémiet avaient (...)
  • 241 Ibidem, correspondance Dumas-Widor du 24.2 au 3.5.1934 ; voir aussi séance du CA, 8.5.1934, p. 2.

192Au début de février 1934, les pensionnaires purent, enfin, se répartir dans les chambres nouvelles et les ateliers des ailes fraîchement achevées. Le nouveau directeur général des Beaux-arts, Georges Huisman, promit de s'occuper des aménagements intérieurs et d'assurer le transport de la statue équestre originale de Velázquez240. Albert Tournaire représenterait l'Académie pour la réception des travaux, prévue dans la seconde quinzaine de mars. L'inauguration aurait lieu autour de la Pentecôte. Dumas espérait qu'il en serait ainsi, si la situation sociale n'empirait pas, à la suite des élections législatives qui avaient porté une majorité de centre-droit aux Cortés, en novembre. Pour Herbette, fixer une date précise pour la cérémonie d'inauguration était encore prématuré. D'une part, le chantier n'était pas vraiment levé. Au début mai, fut prise la décision de reporter les festivités à l'automne : Dumas ne put que s'en réjouir, car tout serait fin prêt241.

  • 242 Ibidem, registre 2E25 : séance du 7.4.1934, p. 546-547, et copie lettre dactylographiée de Bonnaire (...)

193Le directeur se débattait toujours dans des démarches visant à assurer un budget de fonctionnement décent à la Casa : le Quai d'Orsay se devait, pourtant, d'appliquer les réductions de dépenses prévues par les dispositions budgétaires. Lacaze avait eu un entretien avec Barthou, ministre des Affaires étrangères : la subvention ne serait réduite que de 5.000 F... L'amiral rencontra aussi Marx et obtint une « rallonge », afin de « boucler » ledit budget242.

  • 243 AAF-Madrid, carton 453 : copie t. n° 543, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 7.6.1934. AABA-Paris, Fonds (...)
  • 244 ABC, 19.8.1934, article de Luis de Galinsoga. Le catalogue est localisable dans divers fonds. Égale (...)
  • 245 Voisine était décédé, en juillet 1932, à Vigo. Agnès Chaussemiche-Braunwald mourut des suites d'un (...)

194L'exposition artistique de 1934 fut inaugurée, le 7 juin, par le président de la République espagnole, Alcalá Zamora. Entouré de l'ambassadeur de France, de Tournaire, représentant de l'Académie, des architectes Lefèvre et Leveau, de Romanones et de nombreux membres du corps diplomatique, le chef de l'État bavarda avec chaque pensionnaire et put admirer l'édifice, avec le panorama offert à travers la colonnade243. Le succès était complet, selon Dumas, Herbette et Tournaire. ABC fit un commentaire particulièrement élogieux pour les jeunes artistes français. En substance, le journaliste stigmatisait l'attitude des Espagnols qui, par leur modernisme parisien, dédaignaient l'art classique ibérique, auquel les pensionnaires de la Casa venaient, à l'inverse, rendre hommage244. Parmi les œuvres exposées figuraient les travaux de deux pensionnaires disparus : le peintre Ambroise Voisine et l'architecte Agnès Chaussemiche-Braunwald245.

  • 246 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite de Dumas (Moncloa) à Herbette (Ambassade), 22.6.1934. De (...)
  • 247 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 20.7.1934, p. 3-4.
  • 248 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 11.8.1934, p. 586. Devambez était président de l'ABA pour l'a (...)
  • 249 Ibidem, séance du 4.8.1934, p. 585. Une lettre fut adressée à la Maréchale Lyautey, rappelant le do (...)

195L'été dévida les fils des préparatifs d'une inauguration menacée par l'évolution de la situation intérieure de l'Espagne. En juin, de nombreux soulèvements agraires, ponctués de grèves urbaines, paralysèrent le pays, par saccades. L'agitation gagna même le personnel espagnol de la Casa246. Le Conseil du 20 juillet émit le souhait qu'en octobre, la cérémonie put être enfin organisée247. Devambez et Tournaire rencontrèrent, à ce sujet, le ministre de l'Éducation nationale, Aimé Berthod, qui accepta le principe d'un déplacement à Madrid et qui en parlerait à Gaston Doumergue, président du Conseil248. Entre-temps, hommage fut rendu par l'Académie à un grand bienfaiteur de l'œuvre de la Moncloa, le Maréchal Lyautey, récemment décédé249.

  • 250 Ibidem, séance du 1.9.1934, p. 589 et Fonds CV, correspondance de Dumas (Brive ou Saubusse) avec Wi (...)
  • 251 Ibidem, lettre manuscrite de Tournaire (Paris) à Widor (Chantilly), 4.9.1934.
  • 252 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Widor (Paris), 12.9.1934
  • 253 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 22.9.1934, p. 593 et Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (M (...)

196Dumas et Widor voulurent profiter d'une réunion du congrès de la Confédération de coopération intellectuelle internationale à Madrid, à la mi-octobre, pour inaugurer la Casa250. Une brochure illustrée fut alors éditée à deux mille exemplaires, par les soins de l'Académie. François Dumas s'inquiétait de la date précise de la cérémonie. Il lui fallait, en outre, assurer la rentrée des pensionnaires251. La situation politique espagnole, fort trouble, n'incitait guère à l'organisation de grandes manifestations. Y aurait-il encore un gouvernement stable, à Madrid, en octobre ? Il fallait, selon lui, réduire de façon draconienne le nombre des invités252. Le secrétaire perpétuel indiqua à ses collègues qu'il était difficile d'envisager l'inauguration, dès cet automne. La lecture de la presse, dans sa retraite du château de Chantilly, propriété de l'Institut, l'avait, sans aucun doute, incité à préconiser cette mesure. Dumas, rentré dans la capitale espagnole, abondait dans ce sens. En outre, les derniers travaux n'étaient pas achevés : si le pavillon financé par Peñarroya était quasiment terminé, mais pas encore utilisable, l'éclairage n'était pas installé dans tous les nouveaux locaux. Le manque de mobilier était patent. Les tapis faisaient défaut... Il était donc sage d'attendre la rentrée des Cortès et, en tout état de cause, d'organiser des festivités réduites253.

  • 254 Ibidem, lettre de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 6.10.1934. Ce jour-là, en séance, la plaquette de (...)

197L'entrée, dans le gouvernement présidé par Alejandro Lerroux, de ministres de droite, le 4 octobre, provoqua une grève générale, effective dans tout le pays, dès le lendemain. Patronnée par le Parti communiste et les principaux syndicats ouvriers, elle dégénéra très rapidement en conflit armé dans les Asturies et en Catalogne. Les socialistes se joignirent au mouvement. Des miliciens tentèrent de s'emparer du ministère de l'Intérieur et du parc automobile de l'armée. Des barricades s'élevaient dans Madrid, le 6. Dumas, dans ces conditions, demanda que fût repoussée sine die l'inauguration. « Il n'y a plus de courrier... De nombreux bruits inquiétants circulent... L'armée est dans la rue. Fusillades... Heureusement, les pensionnaires ne sont pas encore arrivés »254. Autant dire que les chantiers de la Moncloa étaient déserts.

  • 255 Sur les réactions de la presse espagnole à cet assassinat, J.-M. Delaunay, « Louis Barthou », art. (...)
  • 256 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 15.10 (et non 15.9) 193 (...)
  • 257 P.-P. Desrumaux, Souvenirs dactylographiés, p. 5.

198Les événements ne furent pas seulement dramatiques au sud des Pyrénées. Depuis février 1934, le climat politique s'était encore dégradé en France. Dans l'après-midi du 9 octobre, à Marseille, le ministre des Affaires étrangères, Louis Barthou, tombait sous les balles terroristes, en compagnie du roi Alexandre Ier de Yougoslavie qu'il venait d'accueillir255. « Ce cruel assassinat a fait perdre à la Casa un ami précieux, dont l'appui nous aurait été encore fort utile... Il nous avait promis un supplément de subvention en fin d'exercice », écrivit le directeur au secrétaire perpétuel. Une tranquillité précaire était revenue à Madrid et dans d'autres régions d'Espagne. Les travaux avaient repris dans la matinée du 15. Mais les esprits n'étaient pas calmés ; les prisons étaient archi-combles et l'état de guerre restait de rigueur. Pas question de cérémonie. Si quelques membres du Conseil voulaient venir, ils seraient les bienvenus : la réception provisoire des travaux devait être réalisée. « J'ai hâte de ne plus voir d'ouvriers dans la maison ». Les pensionnaires arrivaient256 Les Asturies et la Catalogne - où avait été proclamé un état fédéré - avaient été les théâtres d'une rude répression. Le peintre Pierre-Paul Desrumaux, alors à Barcelone, « s'exila » à Majorque, où il réalisa de nombreux dessins et croquis. Le retour au calme lui permit de revenir, via Valence, vers la capitale. « J'ai retrouvé la Casa ; on avait inauguré la nouvelle salle à manger et les salons »257.

  • 258 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 18.10 et 29.10.1934. (...)

199Ces pièces, fraîchement mises en service, avaient été, d'ailleurs, abondamment décorées grâce aux libéralités d'un collectionneur portugais de Madrid, du nom de Costa Blanck. En instance de déménagement à Paris, il avait confié à la Casa des tableaux de Velázquez, de Ribera, de Goya et du Gréco ainsi que des pastels de Fantin-Latour et de Boucher258 ! Le palais de la Moncloa se convertissait-il en musée ? Ce fait insolite ne pouvait qu'être agréable aux visiteurs d'une autre manifestation, célébrée à Madrid, début novembre. Certains délégués français au Congrès international des musées visitèrent en effet la Casa. Parmi eux, Jérôme Carcopino, professeur d'histoire ancienne à la Sorbonne, qui s'intéressa vivement à l'œuvre de la Moncloa. Mais point de musée, à l'horizon du Guadarrama ! Les « perles » de Costa Blanck n'étaient que de belles copies ! Et les pensionnaires artistes n'avaient aucune obligation de donation-dépôt à Madrid. Troubles et frémissements, cependant, n'empêchaient nullement les pensionnaires de l'EHEH et de la section artistique de travailler et de se bien détendre.

  • 259 Dans ses rapports annuels, de 1932 à 1935, F. Dumas emploie ce terme fréquemment.
  • 260 EHEH-RA, 1932 à 1935, et P. Vilar, avant-propos de La Catalogne, ouvr. cité. Sur les difficultés fi (...)

200La grande majorité d'entre eux avait leur base dans la capitale. Aux traditionnels voyages en chemin de fer s'ajoutèrent de nombreuses randonnées automobiles, soit entre membres, soit avec la direction, Legendre en tête... Mais il y avait aussi le « groupe catalan », composé de Jacqueline Chaumié, de Gabrielle Berrogain et de Pierre Vilar. S'affairant loin des clochetons de la Casa, les trois chercheurs constituaient « l'extension » de l'EHEH259. Si les deux jeunes femmes, en collaboration avec Jeanne Vielliard, poursuivaient un travail de longue haleine, dans les archives de la Couronne d'Aragon, Pierre Vilar se plaçait résolument au cœur des pulsions catalanes du moment et assurait, à travers des cours et des conférences, une tâche importante, dans le cadre de l'Institut français de Barcelone260.

  • 261 Les architectes J. Braunwald et A. Chaussemiche convolèrent, en juillet 1932. P. Vilar et G. Berrog (...)
  • 262 Je m'appuie sur les témoignages écrits de S. Dobelmann, de S. Honoré, de Mme Guy Pison, de J. Serme (...)
  • 263 La statue de Velázquez fut placée sur son socle, le 21.2.1935. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de Dum (...)

201Mais l'ardeur au labeur n'empêcha pas d'heureux dénouements affectifs261. L'ambiance s'avérait sympathique : les petites fêtes entre jeunes gens n'étaient pas rares. S'y joignaient avec vivacité, les membres libres, telle la sculpteur équatorienne América Salazar et la peintre belge Van Acker. Les canulars éclataient au gré des circonstances les plus variées262. Ainsi, en février 1935, les pensionnaires découvrirent-ils la statue équestre de Velázquez, enfin parvenue à destination ! Aussitôt, deux artistes montèrent sur le socle encore vierge de toute présence et prirent la pose hiératique de l'œuvre de Frémiet263.

  • 264 Général Weygand, Mémoires, t. 2 : Mirages et réalité, Paris, 1957, p. 440, indique qu'il déjeuna da (...)

202Les visiteurs n'étaient pas plus rares que les farces commises par les habitants du Palais de la Moncloa. Ainsi, le général Weygand, ancien chef d'État-Major, qui venait de quitter le service actif, s'arrêta à Madrid, avec son épouse, avant de poursuivre vers le Maroc. Après l'inévitable visite au Prado, ils furent invités, le mercredi 23 janvier, à déjeuner à la Casa, avant d'être conduits, par Dumas et Legendre, à l'Escurial264.

  • 265 Ibidem, lettre de Tournaire à Widor, 12.1.1935, et lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (P (...)
  • 266 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 284 : lettre dactylographiée de C. Petit-Dutaillis (ONUEF-Paris) à (...)

203Pour l'ancien recteur de Bordeaux, il fallait, à l'aube de cette nouvelle année, conclure et assurer les finitions des clôtures, de l'aménagement du pavillon Peñarroya, du chauffage, de l'électricité. Lefèvre et le contrôleur général Pinardon, en présence de Dumas et des entrepreneurs, procédèrent, le 8 mars, à la réception provisoire des travaux. Mais il manquait près de 900.000 F pour le règlement final du chantier265... Petit-Dutaillis, directeur de l'Office national des universités et des écoles françaises, de passage dans la capitale espagnole, adressa à Jean Marx ces quelques remarques : « La Casa de Velázquez est achevée. Elle est vraiment grandiose. Toute la question est de savoir si on pourra supporter l'entretien d'un édifice aussi dispendieux, dont les créateurs ont été, il faut bien le dire, des mégalomanes. Le directeur est très préoccupé de cette situation. Actuellement, le chauffage exige une tonne de charbon par jour... M. Dumas donne une preuve de son activité intellectuelle, en apprenant la langue du pays ; j'ai eu l'occasion de l'entendre soutenir une conversation en espagnol. Évidemment, on pourrait souhaiter, de sa part, une expérience plus large des choses d'art ; mais il a un bon collaborateur qui est un hispanisant fervent et a beaucoup d'amis dans le monde des littérateurs et des artistes. Ils s'entendent tous deux parfaitement »266.

  • 267 AAF-Madrid, carton 443 : d. n° 250, Léger (MAE-Paris) à Ambassade-Madrid, 20.6.1932, accord pour cr (...)
  • 268 AMAE-Paris, série SOFE, carton 284 : d. n° 1711, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 20.11.1935. Liste de (...)

204À tel point que, en l'absence du directeur, Legendre le remplaçait aux réunions du très actif Comité des écoles franco-espagnoles... Par contre, l'action culturelle ibérique à l'extérieur n'avait obtenu que de modestes résultats, le Gouvernement français maintenant son interdiction de fondation d'écoles étrangères qui freineraient le processus d'assimilation267. Une vingtaine de professeurs espagnols avaient, néanmoins, reçu l'autorisation d'enseigner dans des écoles de métropole et d'Algérie268.

  • 269 AAF-Madrid, carton 443 : lettre dactylographiée d'Honnorat, président de la Fondation nationale de (...)

205Mais le fleuron de la présence culturelle espagnole en France était, indiscutablement, le Collège de la Cité universitaire de Paris qui fut inauguré le 10 avril 1935, en grande pompe. Sous la présidence d'Albert Lebrun, chef de l'État, les autorités célébrèrent l'amitié franco-espagnole, comme il est de coutume en de telles circonstances. Outre les membres de l'ambassade et l'architecte López Otero, les Espagnols étaient représentés par trois sommités intellectuelles : Blas Cabrera, président de l'Académie des sciences, Ortega y Gasset et Unamuno269.

  • 270 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 6. 4. 1935, 2 p.
  • 271 AP-Braunwald, Paris : Programme de l'Association des anciens pensionnaires de la CV et de l'EHEH, F (...)

206À Madrid, cependant, l'affaire tramait désespérément. Dans sa séance du 6 avril, le Conseil d'administration avait, en effet, décidé de procéder enfin à la « consécration » du Palais de la Moncloa270. Une Association des anciens pensionnaires de la Casa de Velázquez fut alors créée. La première séance eut lieu le 27 mars, rue Michelet. Dans l'amphithéâtre de l'Institut d'art et d'archéologie de l'université de Paris, fut présenté un festival de musique espagnole sous la direction de Joaquín Nin271. Cette initiative de qualité témoignait d'un profond attachement, de la part des anciens membres, au Palais qui avait abrité une bonne part de leur épopée ibérique, personnelle et collective.

  • 272 Divers dossiers sont localisés dans les archives suivantes : AABA-Paris, Fonds CV ; AAF-Madrid, car (...)
  • 273 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 24.4 et 30.4.19 (...)
  • 274 Le texte du discours de Mallarmé est joint, avec un dossier de presse madrilène, à la d. n° 776, Am (...)

207Le mardi 14 mai 1935, en présence du président de la République espagnole, des autorités du pays d'accueil et du corps diplomatique, l'inauguration se déroula avec simplicité272. Le gouvernement français était représenté par le titulaire de l'Éducation nationale, André Mallarmé, qu'accompagnait le secrétaire général du ministère, l'hispaniste Jean Camp. Widor était, bien sûr, présent, mais diverses personnalités, tels Pétain ou Lacaze, président du Comité de rapprochement, n'avaient pu se déplacer. Dumas et le Conseil avaient préféré éviter une répétition des fastes de 1928. « Il y avait alors le roi... c'est lui qui a donné le terrain (sic). Ne pas le rappeler serait de l'ingratitude et le rappeler est presque impossible devant le gouvernement espagnol » avait-il indiqué au secrétariat de l'Institut273. La réception d'Alcalá Zamora, dans la bibliothèque de la Casa, fut couplée avec l'exposition des artistes, présentée à la presse spécialisée, trois jours auparavant. Les discours prononcés furent empreints d'une extrême banalité. Aux propos du ministre français répondirent ceux de son homologue espagnol, Dualde274.

  • 275 André Mallarmé (1877-1956) voyagea en Espagne, du 11 au 19.5.1935. Outre l'inauguration de la Casa, (...)
  • 276 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs dactylographiés, p. 26-27. En effet, il n'apparaît pas su (...)
  • 277 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 30.5.1935.

208Puis l'on contempla les œuvres présentées par les jeunes pensionnaires et l'on s'en fut... Mallarmé repartit en visite dans les alentours de la capitale275. Moins spectaculaire que celle de 1928, cette inauguration n'était, cependant, pas restée sans écho. Elle fut agrémentée de réceptions et de banquets, auxquels participèrent largement les membres de la Casa. Néanmoins, un incident, plus tard dévoilé par Maurice Legendre, traduisit la méfiance établie entre Herbette et lui : le directeur-adjoint ne fut pas, en effet, invité à l'un des actes officiels, organisé à l'ambassade276. L'ultime réception eut lieu le 29 mai : le corps consulaire, accrédité dans la capitale espagnole, fut alors convié à visiter l'édifice de la Moncloa, où l'exposition allait s'achever277. Pour couvrir les frais de l'inauguration, l'Académie adressa 30.000 F à Dumas.

  • 278 Ibidem, lettres dactylographiées de C. Lefèvre à Widor, 7.6 et à Lacaze, 23.7.1935 ; voir aussi not (...)
  • 279 Ibidem, séance du CA, 1.7.1935, 5 p.
  • 280 Ibidem, lettre manuscrite de Legendre (Champrond-en-Gâtine) à Lacaze (Paris) 26 7 1935.
  • 281 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Saubusse, Aix-les-Bains et Madrid) à Lacaze (Paris), du 26.7 (...)

209La somptuosité de l'édifice exigeait un budget substantiel : le directeur ne cessait d'insister à ce sujet. Mais l'heure était aux restrictions, ainsi qu'en témoignaient deux décrets-lois, en date du 8 juin et du 16 juillet. Le gouvernement Laval avait obtenu les pleins pouvoirs en matière économique : subventions publiques et salaires des fonctionnaires devaient être réduits de 10 % ! En outre, les crédits de construction avaient encore été dépassés ! Neuf cent mille francs étaient dus aux entrepreneurs. Chaque protagoniste tenta de dégager sa responsabilité278. Dans l'attente du contrôle des dépenses engagées, qui prendrait fatalement un certain temps, le Conseil d'administration du 1er juillet n'évoqua pas cette affaire, se contentant de traiter les problèmes de bourses et de règlement279. Pour Legendre, l'architecte Lefèvre n'aurait pas dû dépasser les devis, en croyant que les emprunts opérés auprès des banques Rothschild et Lazard étaient des... dons ! Le mobilier s'avérait très incomplet, tout comme la clôture du terrain. Une vaste partie du jardin était encore en friche... Pour lui, il était clair que des mauvaises volontés s'acharnaient à retarder l'achèvement véritablement définitif de l'œuvre patriotique de la Moncloa. L'adjoint de François Dumas, qui venait de publier un album illustré, Portrait de l'Espagne, attendait la venue d'une mission catholique universitaire française, afin que fût compensée l'envahissante influence des envoyés de la gauche parisienne280. Le directeur, quant à lui, fit à Lacaze un impressionnant inventaire des débordements pécuniaires et des défauts techniques de la construction : emprunts convertis mentalement en dons, honoraires d'architectes exagérés, dépassement de nombreux devis, libéralités promises mais non versées, mauvais contrôles sur place, défectuosités innombrables, duplicité du personnel ouvrier faisant « traîner en longueur » le chantier, subventions publiques françaises tardives et sans cesse réclamées, contentieux avec les responsables de la Cité universitaire281.

  • 282 Louis Hourticq, Villa, Casa, tradition classique, fascicule vert, ABA, Paris, 1935. L'auteur (1857- (...)
  • 283 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 16.11.1935, p. 92. Babelon, président de l'Association des an (...)

210À l'automne, tandis que s'installaient les pensionnaires, l'Académie des beaux-arts célébra, à travers un discours de Louis Hourticq, la tradition classique de ses fondations à l'étranger282. Les anciens de la Casa exposaient, alors, pour la première fois dans la capitale française : « Images d'Espagne » furent ainsi présentées au public, dans la galerie Charpentier, au n° 140 de la rue du Faubourg Saint-Honoré283.

  • 284 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA du 4.12.1935, 4 p. Le budget 1936, révisé à la baisse, à cause (...)
  • 285 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 11.1.1936. Son corps fut transféré à T (...)

211Le Conseil, réuni le 4 décembre, espérait que 1936 serait marquée par une « normalisation » à tous les niveaux : liquidation des dépenses de construction, réception définitive des travaux, établissement d'un budget de fonctionnement régulier, achèvement de la décoration intérieure et des aménagements extérieurs, multiplication des boursiers, élévation de leurs moyens d'existence... Diverses libéralités étaient également en vue (legs Marmottan et Engel), mais l'aide du protectorat chérifien avait été réduite de moitié (5.000 F au lieu de 10.000 F)284. L'année fut, d'entrée, marquée par une triste nouvelle : l'un des membres de l'EHEH, Émile Lasbistes, qui avait contracté une fièvre typhoïde, quelques mois auparavant, mourut, le 11 janvier, à l'hôpital de Saint-Louis-des-Français285.

  • 286 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 8.1 et 31.1.1936. Le mobilier proven (...)
  • 287 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée de Bonnaire (Paris) à Dumas (Madrid), 14.2.1936 (...)
  • 288 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de C. Lefèvre à Widor, 4.4.1936, transmettant le PV d (...)

212François Dumas devait s'occuper de nombreuses questions matérielles : outre les envois de mobilier, de vases de Sèvres et de la tapisserie des Gobelins, il fallait clôre le chantier286. Le contrôle financier, par ailleurs, commençait à examiner le dossier287. L'amiral Lacaze vint à Madrid en compagnie de Tournaire, pour procéder à la réception définitive des travaux, qui eut lieu le mardi 24 mars. Elle fut, on s'en doute, assortie de très nombreuses réserves288.

  • 289 Ibidem, dossier contrôle financier MEN. Avis délibéré, séance 25.5.1936, 41 p. dactylographiées : s (...)

213Deux mois plus tard, la sentence du Comité de contrôle financier de l'Éducation nationale tomba comme un couperet. Dans un avis délibéré, en date du 25 mai, cet organisme estima le montant des impayés à 917.000 F. La responsabilité en incombait à la Commission administrative de la Casa de Velázquez, à l'Institut de France, mais aussi à l'architecte Lefèvre et à la Direction générale des Beaux-arts qui n'avaient su contrôler les dépenses dans la limite des 10.307.000 F prévus pour la troisième tranche des travaux. Par voie de conséquence, le Comité demandait au Conseil d'État de bien vouloir déterminer la situation juridique du Palais de la Moncloa et, partant, d'en organiser le statut financier289. De ces vœux, les événements allaient faire table rase...

214France et Espagne se trouvaient alors engagées dans une situation délicate. L'Allemagne de Hitler avait réoccupé la rive gauche du Rhin, le 7 mars, sans que le gouvernement de Paris esquissât une réaction significative. La situation, dans la Péninsule ibérique était toujours aussi trouble : la crise politique avait entraîné la chute du gouvernement et la dissolution des Cortès. De nouvelles élections étaient prévues pour le 16 février. Face aux forces conservatrices et centristes, les partis de gauche formèrent un Front Populaire, qui l'emporta.

  • 290 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 28.5.1936, lue en séance de l'ABA : r (...)
  • 291 J. Sermet, Notes dactylographiées, p. 7, Toulouse, 1984 : insécurité, incendies d'églises, attaques (...)
  • 292 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.5.1936 : une ég (...)
  • 293 Ibidem, correspondance technique et comptable entre Lefèvre, Widor, Lacaze et Dumas, mai-juin 1936.
  • 294 Ibidem, séance du CA, 1.7.1936, p. 1-2. Cette décision fut approuvée en séance de l'ABA, le 18.7 : (...)

215À Madrid, le président de la République avait été destitué, le 7 avril : il fut remplacé, plus d'un mois après, par Manuel Azaña. Le 28 mai, le nouveau chef de l'État espagnol put inaugurer, en compagnie du ministre de l'Instruction publique, l'exposition annuelle des artistes de la Casa290. Mais l'année universitaire s'achevait, pour les Français d'Espagne, sous de lourdes menaces. L'agitation devenait pesante, en cette fin de printemps291. Civils et militaires complotaient. François Dumas conseilla vivement aux pensionnaires de ne se mêler à aucune manifestation, dans leur intérêt et dans celui de l'institution292. Tandis qu'à l'issue de nouvelles élections législatives, au nord des Pyrénées, un autre gouvernement de Front Populaire était constitué, les responsables de la Casa se consacrèrent, durant le mois de juin, au rétablissement de la situation financière de l'institution et à l'achèvement des ultimes travaux de rectification des malfaçons constatées293. Le rapport du contrôleur Drouineau fut transmis aux membres du Conseil, lors de la séance du 1er juillet : l'Académie accepta de prendre à sa charge le tiers de la dette restante, c'est-à-dire 350.000 F. Les entrepreneurs, adjudicataires et sous-traitants, continuaient à réclamer leur dû294.

  • 295 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de G. Marañón (Madrid) à Legendre (en France), 3.7.1936. (...)

216À l'aube de juillet, Legendre, revenu en France, « broyait du rouge » : la conjonction au pouvoir de gouvernements de Front Populaire l'inquiétait profondément. Il s'en ouvrit à son ami Gregorio Marañón qui le tranquillisa. « L'Espagne et la France sortiront de la dure épreuve, j'en suis sûr. Elles en sortiront purifiées. Observez le changement profond d'idées, ici. Et ce sera la même chose dans votre pays. Le centre de gravité se déplace rapidement vers la droite, mais une droite plus fraternelle, plus humaine... Soyez optimiste, avec les idéaux comme ceux de la Casa de Velázquez »295.

  • 296 AABA-Paris, lettre citée note 292.

217Depuis quelque temps déjà, le directeur, quant à lui, espérait pouvoir aller se reposer. « Il me tarde que les vacances arrivent pour m'éloigner un peu du volcan espagnol »296. Croyait-il si bien dire ?

Notes

1 AABA-Paris, Fonds CV : PV du CA, 13.10.1928.

2 AP-Manuel de Falla, Madrid, correspondance : lettres manuscrites de Legendre (en français), 8.10 et 30.10.1928.

3 AAF-Madrid, carton 444, dossier inauguration de la CV, octobre 1928-janvier 1929 : 33 documents. Au sujet de la date de l'inauguration : t. duc de Miranda (majordome de la maison du roi) à de Peretti (Hôtel du Palais d'Orsay, Paris), 22.10.1928. Les recteurs français avaient une réunion générale, à Paris, le 15.10. La date devait, donc, être postérieure. Le roi donna son accord en conséquence.

4 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 123, Beaux-arts : note de Peretti à Fouquières (présidence de la République), 7.11.1928 et t. n° 284-285, de Peretti (Madrid) à Corbin (MAE-Paris), 11.11.1928. Doumergue avait rencontré le roi, à Canfranc, lors de l'inauguration du chemin de fer Oloron-Huesca, en juillet : J.-M. Delaunay, « Louis Barthou », art. cité, p. 93.

5 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 123 : annotation manuscrite au t. n° 284-285, cité note précédente : « C'est M. Marraud, qui viendra » ; et ibidem, t. n° 289, 13.11.1928. Peretti avait vu le roi, dans la matinée, et lui avait indiqué que le ministre serait présent, avec Pétain et Lacaze. Marraud (1861-1958), juriste de formation, entra dans la carrière préfectorale, au début du siècle. Il fut sénateur du Lot-et-Garonne, de 1920 à 1933, et deux fois titulaire de l'Instruction publique.

6 Paul Léon se déplaça, tandis qu'André François-Poncet dut se désister.

7 AAF-Madrid, carton 444 : correspondance de Peretti (Paris et Madrid) avec le directeur de l'Opéra et avec Robert Brussel, directeur de l'Association française d'expansion et d'échanges artistiques, organisme d'utilité publique, fondé, en 1916, sous le double patronage du MAE et du MIPBA, 9.11 et 13.11.1928.

8 Ibidem, lettre de R. Brussel (Paris) à de Peretti (Madrid), 30.10.1928. La tournée, du 6.11 au 24.11.1928, concerna huit villes d'Espagne et Porto.

9 L'œuvre sera inaugurée, à l'Opéra de Paris, en décembre 1928 : Ida Rubinstein (1885-1960) était une ancienne danseuse de la troupe Diaghilev. Durant sa tournée espagnole, Ravel rencontrera, le 19.11.1928, à Grenade, Manuel de Falla, qui n'assista pas à l'inauguration de la Casa.

10 AR-Bordeaux, dossier CV, inauguration 1928 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à F. Dumas (recteur-Bordeaux), 30.10.1928.

11 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettres de P. Paris à F. Dumas (dactylographiée, 22.10.1928) et à Thuillier (manuscrite, 3.11.1928). Voir aussi registre CU n° 5, 1 : séance du 30.10.1928, p. 61. AR-Toulouse, registre CU n° 6, 1926-1931 : séance du 26.10.1928, p. 92-9.

12 EHEH-RA, 1928-1929, p. 233-234.

13 AP-Vielliard, Paris : lettre manuscrite de J. Vielliard à sa mère, 17.11.1928.

14 Témoignage oral de Francis Harburger, Paris, 1984.

15 Témoignage oral de Jean Lombard, Madrid, 1984.

16 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 17.11.1928, p. 164-165.

17 AP-Vielliard, Paris : lettre citée note 13. Un dossier de presse, assez complet, est joint avec d. n° 662, de Peretti (Madrid) à MAE-Paris, 23.11.1928 : AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 123. ABC et El Debate « ouvrirent le feu » dès le 16.11.1928.

18 Amiral Auphan, L'honneur de servir - Mémoires, Paris, 1978, p. 127-128. L'auteur, capitaine de corvette et secrétaire de Leygues, vint avec le ministre et P. Léon. Le maréchal Pétain et l'amiral Lacaze étaient arrivés dans la matinée.

19 AABA-Paris, Fonds CV, dossier Inauguration de 1928.

20 En visite en Angleterre, auprès de sa mère souffrante.

21 Témoignage F. Harburger, Paris, 1984.

22 Le texte des trois discours est en annexe 14 : les références y sont indiquées.

23 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17. Ce Livre d'Or a disparu en 1936.

24 Ce repas, réservé aux personnalités, n'apparaît évidemment pas dans les programmes distribués aux participants « ordinaires » (plus de deux cents Français !). Le dossier de ces agapes est à l'AGPR, Palais Royal-Madrid, carton 8814, dossier 17 : déjeuner du 20.11.1928, à 13h45.

25 P. Léon, ouvr. cité, p. 244, donne une version assez proche de ce souvenir. Voir l'illustration dans Bartolomé Bennassar, Histoire des Espagnols, t. 2, (XVIII-XXe s.), Paris, 1985, hors-texte, face p. 512.

26 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.

27 P. Léon, ouvr. cité, indique, p. 244 : « Je suis né roi, un autre est né mendiant. On s'en arrange ». La version de Peretti, dans sa longue d. n° 662, citée note 17, semble plus vraisemblable.

28 AP-Vielliard, Paris, lettre de J. Vielliard à sa mère, 23.11.1928. Outre Bourdon, premier directeur de l'Institut français de Lisbonne, d'autres anciens étaient présents : Marcel Bataillon, Jean Sarrailh, Alfred Laumonier, Robert Ricard. Voir BH, 1929, n° 1, p. 75-76, qui cite de nombreux invités : académiciens, hauts fonctionnaires, universitaires, membres du CRFE, journalistes, parlementaires. L'École des hautes études marocaines, avec Lévi-Provençal, et l'Université portugaise étaient aussi représentées.

29 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.

30 Cette pièce de Rivoire (1872-1930) avait été créée en 1905 : la représentation à Madrid était la 222e, selon le registre manuscrit des activités, 1928, p. 325, conservé à la bibliothèque de la Comédie-Française. Au sujet des artistes, voir « Les Comédiens Français », livraisons dans le Journal de la Comédie-Française, 1981-1983.

31 De Peretti en parle en une phrase, tout comme le BH, cité note 28.

32 Les indications sont, ici, plus fragmentaires. Voir Dictionnaire du ballet moderne, Paris, 1957, et le livre d'Ivor Guest, Le ballet de l'Opéra de Paris, Paris, 1976, 349 p. Georges Radet, dans un article sur la « Casa Velazquez », Revue Philomathique de Bordeaux et du Sud-Ouest, n° 1, 1929, p. 16, exprima sa déception, quant à cette soirée, « véritable amalgame nocturne », rassemblant une « bergerie inconsistante... une buée de lune... le vide d'une psychologie enfantine, une ronronnante mélopée ».

33 La couverture de la visite fut assurée par le quotidien local El Castellano, du 21.11.1928.

34 Personne n'y fit allusion, durant la visite du 21.11.1928. Sur cet hommage, voir AMAE-Paris, série SOFE, carton 14 : d. n° 256, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 10.4.1929. En 1924, A. Maura, Ignacio Zuloaga, Azorín, J. Ortega y Gasset, Pérez de Ayala et Alberto Insua demandèrent cette distinction, en l'honneur de l'écrivain français, décédé en 1923. M. Legendre avait publié « L'hommage de Tolède à Maurice Barrés », dans la Revue des Deux Mondes du 15.6.1924, p. 905-912.

35 AP-Vielliard, Paris, lettre citée note 28. Il semble que cette réunion au Círculo de Bellas Artes ait remplacé la visite, initialement prévue, à la Maison de France.

36 Voir registre, cité, note 30, p. 326. Il s'agissait de la 247e représentation de la pièce créée par Banville (1823-1891). L'œuvre de Rameau date de 1739. Lors de cette soirée, des fables de La Fontaine furent aussi récitées.

37 H. R. Lottman, ouvr. cité, p. 152, qui parle de la présence du Maréchal à l'inauguration d'un « centre culturel » français à Madrid, sans le nommer. J. Vielliard indique que, à l'inverse de certaines personnalités peu sympathiques, tout le monde « adorait » Pétain.

38 Le texte des deux allocutions est consigné dans la brochure éditée par le CRFE, p. 36-46. La suite des événements semble plaider en faveur de la seconde hypothèse : voir Pierre Malerbe, « La dictadura », Historia de España (direction : M. Tuñón de Lara), t. IX, Madrid, 1981, p. 88-91.

39 Le programme semble avoir été le suivant : Le Tombeau de Couperin (1917), une sonate, Tzigane (1924), Schéhérazade (1903) et Histoires Naturelles (1906). AAF-Madrid, carton 444 : lettre de R. Brussel à de Peretti, Paris, 31.10.1928.

40 AMAE-Paris, document diplomatique cité note 17.

41 AP-Vielliard, Paris : lettres manuscrites de J. Vielliard à son père, 26.11, et à sa mère, 30.11.1928, voir aussi BH, 1929, p. 78.

42 Denys Puech (1854-1942), sculpteur, pensionnaire de la VM, en 1884, en fut le directeur, de 1921 à 1933. Élu membre de l'ABA, en 1905 : Henry Lapauze, Histoire de l'Académie de France à Rome, Paris, 1921, p. 549. Il ne faut pas le confondre avec Aimé Puech (1860-1940), archéologue, membre de l'AIBL en 1923.

43 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 12.7.1928

44 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 24.11.1928, p. 167.

45 Ibidem, séance du 1.12.1928, p. 169.

46 Ibidem, séance publique du 8.12.1928, p. 170. Le texte de Widor fit l'objet d'un article dans la Revue Internationale de l'Enseignement, t. LXXXIII, 1929, p. 10-19. Nombre d'erreurs sont à y signaler : Jules Cambon, chef de cabinet au MAE en 1916, la donation royale du terrain, début des travaux en janvier 1921...

47 M. Legendre, la Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 62.

48 Et, occasionnellement, de La Petite Gironde de Bordeaux. Legendre était venu au Palais Royal, le 16.11.1928, afin de prendre « livraison » d'un portrait dédicacé du souverain et d'obtenir son accord, pour un article destiné au quotidien bordelais. AGPR-Madrid, liasse 8900, dossier 10 : lettre dactylographiée de Torres, secrétaire particulier, au duc de Miranda, grand majordome, 16.11.1928.

49 P. Paris, « La Casa Velázquez », Sud-Ouest Économique, n° 182, janvier 1929, p. 7. C'est bien là que font défaut les dossiers disparus de la Casa : le directeur de l'institution avait, probablement, réuni des coupures de presse (quotidienne ou périodique), réservées ou hostiles, envers la fondation de la Casa. Après sondage, je n'ai pu repérer d'articles franchement contraires.

50 Ernest Laurent (1859-1929), grand prix de Rome (1889), évolua du néo-impressionnisme au classicisme. Chef d'atelier à l'ENBA, il fut élu à l'ABA, en 1919.

51 Témoignage F. Harburger, 1984 ; le montant de sa bourse fut prélevé sur le Fonds André (Jacquemart-André), AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 13.10.1928, p. 6. Lucien Simon (1861-1945), peintre, était professeur à l'ENBA de Paris, depuis 1921 ; il était entré à l'ABA, en 1927. Paul Belmondo (1898-1982), a connu la même carrière : ENBA, en 1953, et ABA, en 1960.

52 AM-Bordeaux : séance du Conseil municipal, 26.10.1928, p. 337 : 5.000 F pour deux mois, p. 244.

53 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 13.10.1928, p. 6 et EHEH-RA, 1928-1929, p. 237. Il semble être venu quelque temps, fin 1928, selon le témoignage de F. Harburger, p. 243.

54 Il s'agissait d'un peintre, Halbique, résidant au Maroc. On peut s'interroger sur la compétence de G. Teissier, administrateur de sociétés, pour un tel jugement : voir note 80.

55 M. Legendre, La Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 20-21. Fernando García Mercadal fut l'un des pionniers de l'architecture moderne en Espagne.

56 AP-Vielliard, Paris : lettre de J. Vielliard à son père, citée note 41.

57 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 7.1.1929.

58 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée de P. Paris à de Peretti, 4.3.1929.

59 G. Radet, art. cité note 32, p. 20.

60 AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 49 : d. n° 562, Ambassade d'Espagne-Bruxelles à M. État-Madrid, 27.11.1928 : coupures des journaux XXe siècle et La Libre Belgique, et copie d. s. n°, M. État-Madrid à Ambassade-Bruxelles, 31.12.1928. Voir aussi AMAE-Bruxelles, Correspondance politique, Espagne, 1919-1928, liasse 4 : d. n° 1565, Ambassade-Madrid à MAE-Bruxelles, 4.12.1928.

61 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 21.3.1929. Voir aussi note 58.

62 AAF-Madrid, carton 444 : lettre de Sérans, rédacteur de La France Illustrée à de Peretti, 15.12.1928, transmise à P. Paris, et réponse de P. Paris à l'ambassade, 20.12.1928.

63 Les documents relatifs à la Dame d'Elche, de novembre 1928 à mars 1929, sont inclus dans AAF-Madrid, carton 453, dossier B, et dans AN-Paris, F21 4887, sous-dossier Dame d'Elche.

64 Le coût du déménagement de la bibliothèque et du mobilier fut couvert par une subvention des Jeux (70.000 F), sollicitée en 1928. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 2.1.1929.

65 AR-Bordeaux, dossier EHEH, sous-dossier Matériel et comptabilité 1926-1951 : correspondance décembre 1928-juin 1929. L'ensemble des transferts s'éleva à 160.000 F environ pour l'EHEH.

66 Bulletin de la SFB, 1929, p. 26 : situation comptable des sections de Bienfaisance et d'Enseignement au 31.12.1928.

67 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite du 19.2.1929. Au fil de cette correspondance échangée avec Widor, d'octobre 1928 à mars 1929, on remarque que P. Paris dut s'aliter à diverses reprises : grippe, rhumatismes, coliques néphrétiques. Son épouse subit, elle aussi, le contrecoup du surmenage des fêtes de novembre.

68 Cette liste fut publiée, dans l'art, du Sud-Ouest Économique cité note 49, p. 4. S. M. Alphonse XIII, le Président de la République Française, l'Institut de France, l'Académie des beaux-arts, la Direction générale des beaux-arts, le Gouvernement général de l'Algérie, la Résidence générale du Maroc, le Comité de rapprochement franco-espagnol, la Ville de Madrid, la Ville de Paris, la Ville de Bordeaux, S. M. l'Impératrice Eugénie, M. Hermán Bemberg, M. Blondel (Maison Érard), Prince Roland Bonaparte, MM. Coty, Deustch de la Meurthe, Arthur Engel, Fenaille, Robert Lebaudy, de Loma (Maison Renault), M. le Baron Gilbert de Neufville, Compagnie de Peñarroya, le Maréchal Pétain, Mme la Princesse Potocka, M. le Baron Edmond de Rothschild, MM. Soms, Widor, Zaharoff, liste au 1.1.1928.

69 AN-Paris, Archives État français, 2 AG (Papiers Pétain), série PP (Papiers Personnels), carton 2 AG-II-2, correspondance 1918-1938 (M-Z) : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Pétain (Paris), 21.12.1928. Le défenseur de Verdun est inscrit sur la liste citée note précédente, mais son nom ne fut pas gravé à temps sur la plaque de marbre, non plus que celui de la Société La Cruz.

70 Il semble que s'estompait, alors, le projet d'édifier le bâtiment, côté jardin. Quant aux pavillons, l'un d'entre eux était en voie de construction, grâce aux libéralités de la Société minière et métallurgique de Peñarroya. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.2.1929.

71 AAF-Madrid, carton 453 : lettre citée note 58.

72 Ce travail de révision dura de mars 1929 à juin 1930. AN-Paris, F21 5866 : premier projet Lefèvre, 1929-1930.

73 Ibidem, F21 5867 : lettre manuscrite de Lucien Lacaze, co-signée par Widor, à P. Léon (DGBA), 17.5.1929.

74 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 18.5.1929, p. 202.

75 BH, 1929, n° 3, p. 270-272. Cet institut, rénové, est toujours en place. Il dépend aujourd'hui de l'université Paris-IV, Sorbonne.

76 AN-Paris, F21 5867 : copie note BBCPN (DGBA-MIPBA), 6.6.1929. Les arguments de cette demande de crédits furent calqués sur ceux développés, dans leur lettre, par Lacaze et Widor : voir note 73.

77 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 3.6.1929.

78 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 16.6.1929.

79 Ibidem, copie de l'avis du contrôleur des Dépenses engagées, M. Boissard, 18.6.1929.

80 Peñarroya était productrice de charbon, avec les mines de Puertollano (province de Ciudad Real). Ce don annuel de 40 tonnes, évalué à 20.000 F, avait été obtenu par G. Teissier, membre du CA de la CV. AABA-Paris, ibidem : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid et Beyssac), 18.6 et 17.7.1929. Teissier et Romanones étaient également membres du CA de Peñarroya.

81 AABA-Paris, registre 2E25 : séances des 22.6 et 28.12.1929, p. 209 et 252.

82 AUC-Madrid, registre JCCUM n° I : 22e session, 7.6.1929, p. 181, présidence du roi.

83 AN-Paris, F21 5867 : copie note BBCPN (DGBA-MIPBA) à Direction du Budget et du Contrôle Financier (MF), 26.6.1929.

84 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 5.7.1929. Il ne faut pas confondre Victor Bérard (1864-1931), helléniste et sénateur du Jura de 1920 à sa mort, avec Léon Bérard (1876-1960), avocat, député, puis sénateur des Basses-Pyrénées depuis 1927, qui fut plusieurs fois ministre, entre 1912 et 1936. Les deux hommes n'ont pas de liens de parenté.

85 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 11.7.1929.

86 Raymond Poincaré ne reviendra plus au pouvoir. Dans ses papiers, on trouve une lettre de Widor, le félicitant pour son 73e anniversaire, en lui rappelant son action en faveur de la Casa. BN-Paris, Département des Manuscrits, N. a. f., carton Ms 16018 : lettre du 20.8.1933. Voir note 255.

87 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 21.7.1929. Aucun CR de la réunion du 8, n'a été retrouvé, mais il semble que l'on y ait décidé l'abaissement d'un étage des parties du bâtiment principal à construire (les deux ailes et la façade sur jardin) : AN-Paris, F21 5867 : note dactylographiée de C. Lefèvre, 17.8.1929, transmise au BBCPN. Deux dessins de la façade sur jardin, exécutés par Lefèvre (Paris, 30.3 et 30.5.1929) indiquent clairement cette réduction. AN-Paris, F21 5866 : premier projet Lefèvre, 1929-1930.

88 AN-Paris, F21 5867 : copie note dactylographiée, 3 p., BBCPN-MIPBA, relative à la construction de la Maison de France à Madrid, 24.7.1929. C. Dumont (1867-1939) fut député puis sénateur du Jura, de 1898 à 1939. Rapporteur général du budget, à la Chambre (1920-1924), puis au Sénat, il occupa divers postes ministériels.

89 JORF, Débats, Sénat, p. 1026 : séance du 31.7.1929.

90 Enrique Pardo Canalis, La Ciudad Universitaria de Madrid, Madrid, 1959, p. 12, et P. Chias Navarro, ouvr. cité, p. 100 et suiv.

91 AUC-Madrid, registre JCCUM n° II, 1929-1931 : session du 25.7.1929, p. 3-7, présidence du roi.

92 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 26.10.1929. Le décret-loi royal du 3.12.1928 avait maintenu à la Casa les 24.745 m2 octroyés en avril 1925. Au sujet des limites du terrain du côté de la future Avenue Alphonse XIII, voir note 81.

93 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Widor (Paris), 1.10.1929. Cette bourse ne sera accordée, qu'en 1930-1931, à Émile Claro.

94 AV-Paris, Direction affaires culturelles, dossier CV : liste dactylographiée des boursiers de la ville de Paris, 1919-1979. Paul Hannaux (1899-1954), fils du sculpteur Emmanuel Hannaux, avait déjà reçu une bourse de voyage en Espagne, en 1924.

95 Témoignage F. Harburger, 1984.

96 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 9.11.1929, p. 230.

97 Ibidem, séance du 16.11.1929, p. 232. Widor indiqua à ses collègues que François-Poncet et Poincaré soutenaient le projet de loi. Chappedelaine (1876-1939) fut député (droite) de 1910 à 1939, et ministre de la Marine Marchande, à diverses reprises, dans les années 1930. Locquin (1879-1949), député socialiste de la Nièvre, de 1914 à 1932, était vice-président de la Commission : voir note 104.

98 AABA-Paris, Fonds CV : CA de la CV du 15.11.1929.

99 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 30.11.1929. Née à Bordeaux, Isabelle Paris fut élève au Lycée français de Madrid. À l'exception de la période de la guerre civile, elle vécut en Espagne jusqu'en 1941 : témoignage oral de Mme Conte, née Paris, Bordeaux, 1983. La demande de son père fut acceptée, début décembre : ibidem, lettre du 10.12.1929, remerciant Widor.

100 Pierre Monbeig, témoignage oral, Paris, 1985. Demangeon (1872-1940) était professeur à la Sorbonne, depuis 1911.

101 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, t. 1 : Au temps du danger allemand, Paris, 1976, p. 66-70. Il était le fils de Victor Bérard : voir note 84. Également, Annie de Courlon, témoignage oral, Paris, 1984 : P. Paris était plus « académique », M. Legendre, davantage « homme de terrain ».

102 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 12.12.1929. AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), du 10.12.1929 au 3.1.1930. AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 49 : invitation de P. Paris à Primo de Rivera, 11.12.1929, pour le vernissage. Le dépliant de l'exposition est localisable dans AP-Braunwald, Paris.

103 AN-Paris, F21 5867 : extrait du rapport de C. Dumont, présenté en séance du 21.11.1929, Documents Parlementaires-Sénat, n° 626, p. 647. En marge, la comptabilité manuscrite suivante : 14,99 MF + 3,5 MF + 2 MF = 20,49 MF.

104 AN-Paris, 310 AP (Papiers Locquin), carton 138, dossier Beaux-arts : documents parlementaires, 1924-1931, et carton 128, dossier CV.

105 AN-Paris, F21 5867 : note dactylographiée s. d. (début 1930).

106 AUC-Madrid, registre spécial JCCUM-Commission des Travaux, manuscrit : réunion du 5.11.1929, p. 1. López Otero et P. Paris s'étaient rencontrés, à diverses reprises. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 23.12.1929.

107 P. Chías Navarro, ouvr. cité, p. 116 et p. 134. Voir aussi, La Ciudad Universitaria de Madrid, brochure s. d. (1930), 24 p. : très complète sur les travaux de 1929-1930. Une photo aérienne d'août 1930 montre la CV, « résidence française ».

108 Sur le réseau des tramways, Antonio López Gómez, Los transportes urbanos de Madrid, Madrid, 1983, p. 45 : la ligne n° 27 fut inaugurée, entre la Place de la Moncloa et l'École d'agriculture, en 1905, avec prolongation, vers la Puerta de Hierro, en 1916. En 1929, elle devint la n° 41 : ibidem, p. 65. Les voitures étaient belges. Elles furent remplacées, en 1932, par du matériel nord-américain : ibidem, p. 67-68. Le métropolitain, dont la première ligne fonctionna en 1919, ne parviendra à la Place de la Moncloa qu'au début des années 1960, quand l'autobus remplaça le tramway en surface.

109 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 14 et 23.12.1929, puis 25.1.1930.

110 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 75-77.

111 J.-M. Delaunay, « Souvenir de Miguel de Unamuno », art. cité, p. 410.

112 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 84-87.

113 P. Paris n'abordera ce thème avec Widor, qu'à partir d'octobre 1930. Aucune allusion dans EHEH-RA.

114 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 9, Service financier (MAE-Paris) à Ambassade-Madrid, 30.1.1930 et lettre dactylographiée de P. Paris (CV) à A. Thierry (Ambassade), 2.2.1930.

115 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Pierre Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3.1930.

116 AN-Paris, F21 5867 : question écrite n° 8220, déposée le 20.3.1930, par Jules Uhry, député socialiste de l'Oise, et réponse dactylographiée, 2 p. Plus de 110 mémoires de huit entreprises, et les honoraires des deux architectes (200.459 F pour Lefèvre, 33.218 F pour Zavala) étaient à la vérification.

117 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3 et 24.3.1930.

118 AAF-Madrid, carton 453 : copie d. n° 147, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, 2.4.1930, et d. n° 44, et MAE-Paris à Ambassade, 2.5.1930. AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée DGBA à Institut de France, receveur des fondations (Mairesse), 28.6.1930. Les avances bancaires concernaient les banques Rothschild Frères (300.000 F) et Lazard Frères (430.000 F). L'avance Rothschild 1929 fut remboursée en 1930, celle de 1923 ne le sera qu'en 1932. AN-Paris, 132AQ324 Rothschild Frères, note manuscrite s. d. (1932).

119 AABA-Paris, Fonds CV : diverses lettres de réclamation à Widor et Ferrand, conseiller technique de l'Institut de France, 1930.

120 AP-Braunwald, Paris : programme de l'exposition CV 1930.

121 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3. et 24.3.1930 ; également notes dactylographiées 12.5 et 26.5.1930, avec une liste des boursiers artistes de 1928 à 1930, et les prévisions pour 1930-1931. Voir aussi AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 10.5.1930, p. 266.

122 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite du 23.10.1930.

123 AUC-Madrid, registre JCCUM n° 2 : séances des 1 et 2.11.1930, p. 122-123, présidence du roi. Cette Casa de Alemania, sollicitée par certaines autorités espagnoles, ne sera finalement pas construite.

124 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 15.11.1930.

125 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.12.1930. P. Paris faisait allusion au soulèvement de la garnison de Jaca (province de Huesca), sous la direction du capitaine Fermín Galán, qui fut exécuté le 14, après un jugement sommaire.

126 Le premier thème constituait la thèse principale, le second, la thèse secondaire : P. Vilar, La Catalogne dans l'Espagne moderne, t. 1, Paris 1962, et témoignage oral, Paris, 1984.

127 P. Vilar et P. Monbeig, Paris, 1984 et 1985.

128 P. Vilar insiste sur le fait que Legendre avait de solides amitiés de gauche en France (A. Thomas), comme en Espagne (Unamuno, Marañón) et qu'il eut, parfois, des heurts avec des personnes plus conservatrices. Il m'a aussi indiqué, qu'à de très rares exceptions près, le secrétaire général n'avait pas de contacts avec les Catalans. Sur ses relations avec Legendre, voir son livre, La guerra civil española, Barcelone, 1986, p. 7-8.

129 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.1.1931. En vertu de l'alinéa 1er de l'article VI du règlement adopté, le 15.11.1930, par le CA, obligation était faite aux artistes de participer à « l'exposition en commun annuelle ». Les mots sont soulignés par l'auteur de la missive.

130 AP-Braunwald, Paris : brochure de l'exposition et articles de presse madrilène, ABC du 4.2, et Letras, Artes, Ciencias, du 8.2.1931.

131 AAF-Madrid, carton 453 : lettre dactylographiée du duc de Miranda, grand majordome, à Corbin, 24.1.1931. Le souverain viendrait plus tard... Victor-Emmanuel III se rendit très régulièrement sur le Monte Pincio, entre 1921 et 1939, sauf en 1922 : AABA-Paris, registres 2E24 et 2E25.

132 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 17.2.1931.

133 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 21.3.1931, p. 321. Le déjeuner à l'Élysée eut lieu, le lundi 23.3.1931. Auparavant, le roi avait visité le chantier du Collège d'Espagne, à la Cité universitaire.

134 Ibidem, séance du 11.4.1931, p. 323.

135 AP-Braunwald, Paris : programme et coupure de presse, ABC du 9.4.1931. François Mauriac, dans son Journal II, Œuvres complètes, t. XI, p. 198-199, évoque sa présence à Madrid, dans « les derniers jours de la monarchie ». Il ne semble pas avoir été associé aux cérémonies de la Casa, où il serait, pourtant, venu avant 1931 : témoignage J. Lombard, 1984. Voir aussi Jean Lacouture, François Mauriac, Paris, 1980, p. 247-248 : il aurait parcouru la Castille en 1929.

136 Rénové par les soins de la Sociedad de Amigos del Arte, le Palacete abritait un musée d'art décoratif et un salon, où déjeuners et goûters pouvaient être servis : J. Ezquerra del Bayo, ouvr. cité, p. 7.

137 AAF-Madrid, carton 443 : lettres dactylographiées d'André Honnorat (Cité universitaire-Paris) à Corbin (Ambassade-Madrid), 27.4 et 15.7.1931. Dans ces documents postérieurs, à la chute de la monarchie, il exprimait la crainte d'une interruption des travaux ou de la réduction du programme originel (36 chambres au lieu de 50).

138 AP-Braunwald, Paris : lettre manuscrite de S. Monceaux (Madrid) à J. Braunwald (Paris), 16.4.1931.

139 P. Monbeig, témoignage, 1985.

140 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 22.4.1931.

141 Les Documents Diplomatiques Français, 1932-1936, sont parsemés de documents, relatifs à cette convergence de vues entre Paris et Madrid ; voir Salvador de Madariaga, Memorias 1921-1936, Madrid, 1974, 739 p.

142 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.5.1931. Les mots soulignés sont d'origine. Du 11 au 13.5, une centaine d'édifices religieux, dont huit, à Madrid, furent incendiés ou saccagés, à travers le pays : M. Tuñón de Lara, Historia de España, ouvr. cité, t. IX, p. 126. L'article de Widor, « Notre royal confrère Alphonse XIII », parut dans La Revue des Deux Mondes, 1.6.1931, p. 481-487 : la Casa de Velázquez y était fréquemment évoquée.

143 AABA-Paris, Fonds CV : lettre citée note précédente. Le marché avec l'entreprise de travaux publics Douane-Bonhommé fut signé le 11.7.1931 et approuvé par le MIPBA (Mario Roustan), le 17.11.1931. Devis : 5 MF.

144 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 1.6.1931.

145 J.-B. Duroselle, La décadence 1932-1939, Paris, 1979, p. 46 et 277. Son départ d'URSS serait dû à son anti-soviétisme croissant. À noter que son oncle, Jules, et son cousin, Maurice, furent diplomates de carrière.

146 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs, 32 p. dactylographiées, inédits, s. d. (rédigés en mai 1936), p. 14-15 et 32. Je n'ai rencontré aucune preuve de l'appartenance de J. Herbette à une loge quelconque. Pour Legendre, le complot franc-maçon s'était développé, en Espagne, depuis le début du siècle : affaire Ferrer de 1909, événements de 1917, etc...

147 José A. Ferrer Benimeli, Masonería Española contemporánea, t. 2 : Desde 1868 hasta nuestros días, Madrid, 1980, p. 64-108, avec une liste précise, p. 70. Azaña deviendra « maçon », en mars 1932.

148 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Albert Thomas : lettre dactylographiée de M. Legendre (Tréveneuc) à A. Thomas (Genève), 29.8.1931. Le directeur du Bureau International du Travail était néanmoins, venu à Madrid, en 1924 et 1926. À chaque visite, il avait vu le roi : ibidem, carton 387, correspondance avec Alphonse XIII, 5.5.1924 et 15.4.1926.

149 Ibidem, carton 382 : copie de la lettre d'A. Thomas (Genève) à Legendre (Champrond-en-Gâtine, Eure-et-Loir), 29.9.1931. L'original a été détruit en 1936.

150 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de P. Paris (Beyssac) à Legendre (Tréveneuc ou Paris), 19.9.1931.

151 La lettre, de la main de Legendre, datée du 6.10.1931, et signée, difficilement, par P. Paris, se trouve dans AAF-Madrid, carton 441. Elle est insérée dans un dossier, au titre révélateur « Réorganisation de l'OEFE 1931 », ce qui montre très clairement la décision de l'ambassadeur de ne pas tenir compte de la dernière volonté du directeur de la Casa. M. Legendre évoque cette affaire dans ses Souvenirs, ouvr. cité note 146, p. 17.

152 ABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite d'Isabelle Paris, avec signature, moins laborieuse, de P. Paris (Madrid), à Widor (Paris), 7.10.1931.

153 AAF-Madrid, carton 453 : d. n° 96, MAE-Paris (Contrôle Financier-SOFE) à Ambassade-Madrid, 10.10 transmise le 14.10 à P. Paris. Réponse à Ambassade, 17.10 : Herbette transmit au MAE-Paris, par d. n° 652, du 23.10.1931.

154 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 19.10.1931. Il s'agit de l'ultime pièce d'une correspondance qui avait débuté en 1917. En postscriptum, « Je ne crois pas qu'il y ait inconvénient à remettre la réunion de notre Conseil à la fin de novembre ou au début de décembre ».

155 M. Legendre, « Souvenirs sur Pierre Paris, l'homme, le fondateur », BH, 1933, n° 2, p. 164-166 : premier anniversaire de sa mort, brièvement annoncée dans le BH, n° 4, 1931, et plus largement commentée dans le BH, n° 1, 1932, p. 92-93. Voir également AIBL, fascicule vert, n° 19, 1931 : Aimé Puech, Discours à l'occasion de la mort de M. Pierre Paris, séance du 30.10.1931, 6 p. et fascicule vert, n° 6, 1940 : Auguste Audollent, Note sur la vie et les travaux de M. Pierre Paris, séance du 26.4.1940, 21 p.

156 AAF-Madrid, carton 452, dossier Mort de P. Paris, 20 et 21.10.1931, nombreux t. de condoléances ; voir aussi AP-Braunwald, Paris, dossier de presse : ABC, El Sol, La Voz, Comedia, 21 et 22.10.1931.

157 AN-Paris, 94 AP 382 Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à A. Thomas (Genève), 21.10.1931.

158 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre de Guinard (Madrid) à Legendre (Paris) 11.12.1931.

159 AN-Paris, 5AR389 Papiers Havas : correspondance Charles Houssaye (directeur, Agence Havas)-M. Legendre (Madrid), septembre 1930-janvier 1931. En avril 1933, par accord mutuel, toute collaboration cessa.

160 AN-Paris, 94AP382, Papiers Thomas : copie lettre Thomas (Genève) à Legendre (Madrid), 27.10.1931. Original perdu en 1936. Antonio Fabra Ribas (1879-1958), leader socialiste catalan, avait été journaliste, en France, durant la guerre (L'Humanité, El Obrero Español). Directeur général du Travail, il avait été élu député d'Albacete, en juin 1931. Il répondit rapidement à Thomas, en lui promettant son soutien, ainsi que celui des ministres des Travaux publics et du Travail, Indalecio Prieto et Francisco Largo Caballero. Tous étaient franc-maçons, selon J. A. Ferrer Benimeli, ouvr. cité, p. 218-220.

161 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de M. Legendre (Madrid) à Widor (Paris), 25.10.1931. Évocation du disparu et gestion des comptes bancaires (francs et pesetas) du Crédit Lyonnais.

162 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 28.10.1931.

163 Albert Gabriel (1883-1972), archéologue et historien de l'art, fut élu à l'AIBL et au Collège de France. Paul Hazard (1878-1944), condisciple de Legendre, rue d'Ulm, enseigna à la Sorbonne et au Collège de France.

164 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite d'H. Bemberg à Widor, 20.3.1931. À la suite de la chute des valeurs mobilières argentines, son frère, banquier lui déconseilla de laisser à la charge de ses héritiers une rente annuelle trop lourde. M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs dactylographiés, p. 17, évoque la mort de Bemberg, qui « exposait la Casa aux caprices de l'Etat ». Le « solde » de 500.000 F ne fut jamais versé.

165 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Thomas (Genève), 31.10.1931. Sur le SOFE, dans les années trente, voir Antoine Marès, « Puissance et présence culturelle de la France », RI, n° 33, 1983, p. 65-80, ainsi que C. Barbier de Bonnay, ouvr. cité, ch. 5, note 8.

166 Cette correspondance Thomas-Legendre de novembre 1931, est dans AN-Paris, 94 AP carton 382 (originaux reçus et copies des lettres envoyées).

167 AP-Legendre, Tréveneuc : correspondance A. Thomas, du 1.12 au 6.12.1931.

168 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 7.12.1931, 8 p.

169 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève), 8.12.1931. Il indiquait qu'il avait confirmé, par écrit, ce refus au président du CA, Widor. Ce document n'a pas été retrouvé.

170 AP-Legendre, Tréveneuc : copies de lettres de Thomas à ces personnalités, du 7 au 12.12.1931. Dans les Papiers Thomas, carton 377, on trouve trace d'une copie de lettre dactylographiée de Thomas à P. Berthelot qu'il avait vu au Quai d'Orsay. Il y insistait, en faveur de Legendre.

171 AP-Legendre, Tréveneuc : lettres manuscrites de P. Guinard (Madrid) à Legendre (Paris), 7.12 et 11.12.1931. Sur les protagonistes « romains » de 1923, voir EFR, Annuaire des membres, (1873-1986), p. 39 (Diehl), p. 95 (Nolhac) et p. 86. (Mâle, qui dirigea le Palais Farnèse, de 1923 à 1937). Au sujet de cet épisode, Yves Léauté, L'École française de Rome, 1922-1946, mémoire de maîtrise d'histoire, université de Rennes-2 (dir. J.-M. Delaunay), 1990, p. 11-15. L'EFR fêta son cinquantenaire en 1931 : voir Mélanges d'Archéologie et d'Histoire de l'EFR, t. XLIX, 1932, p. 261-310 et L'histoire et l'œuvre de l'EFR, Paris, 1931, 358 p.

172 AN-Paris, 94 AP 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève), 16.12.1931.

173 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de P. Guinard à Legendre, Paris, 21.12.1931. Il vit notamment Jean Marx.

174 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 22.12.1931, 7 p.

175 AN-Paris, 94 AP carton 382, Papiers Thomas : lettre manuscrite de Legendre (Paris) à Thomas (Genève), 23.12.1931. AP-Manuel de Falla, Madrid : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à M. de Falla (Grenade), 3.1.1932, lui annonçant sa nomination et l'invitant à la Casa. La copie dactylographiée de la réponse est jointe (Grenade, 2.2.1932).

176 AAF-Madrid, carton 441 : t. n° 350-351, Pila (SOFE-MAE) à Herbette (Ambassade), 23.12.1931 ; et carton 452 : copie t. n° 480, Herbette (Ambassade-Madrid) à Pila (SOFE-MAE), 24.12.1931.

177 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (recteur Bordeaux) à Widor (Paris), 28.12.1931.

178 Ibidem, lettre dactylographiée de M. Legendre (Madrid) à Widor (Paris), 29.12.1931. Sur un budget initial de 163.000 F, le MAE versait 100.000 F et Rabat, 10.000 F. Legendre oublia, néanmoins, d'adresser un rapport annuel d'activités à l'université de Bordeaux. Depuis 1909, c'était la première fois.

179 Suzanne Dobelmann-Kravtchenko, Souvenirs dactylographiés, Grenoble, 1985, p. 1-2. Quant au chien, il portait le nom de la propriété des Paris, en Dordogne.

180 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 119. Berthelot (SOFE-MAE) à Herbette (Ambassade-Madrid), 31.12.1931.

181 AN-Paris, 94 AP 382, Papiers Thomas : lettres et document annexe, dactylographiés, Legendre (Madrid) à Thomas (Genève), 4 et 16.1.1932, et copie lettre dactylographiée Thomas à Legendre, 12.1.1932. La dichotomie « œuvres désintéressées/intéressées » avait été faite par Legendre, dans le document-annexe de sa missive du 4.1.1932.

182 AAF-Madrid, carton 452 : copie d. n° 13, Ambassade à SOFE-MAE, 6.1.1932, et d. n° 5, SOFE-MAE à Ambassade, 16.1.1932.

183 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 26.1.1932, 5 p., avec budget 1932, présenté par F. Dumas, 3 p. et deux notes dactylographiées à usage parlementaire : 1 - Ce qu'est la CV (4 p.). 2 - Note sur le fonctionnement de la CV (7 p.).

184 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 20, SOFE-MAE à Ambassade-Madrid, 26.2.1932.

185 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de G. Leygues (Commission finances-Chambre des députés) à Lacaze (CRFE), 9.3, et à Widor (ABA), 10.3.1932. Le président du Conseil, André Tardieu, après un bref échange de vues, donna son accord au député du Lot-et-Garonne.

186 Ibidem, séance du CA, 8.3.1932, 2 p., et rapport dactylographié C. Lefèvre (Paris) 1.3.1932, 3 p.

187 Je dois cette appréciation à notre collègue d'histoire de l'art, Bruno Tollon, de l'université de Toulouse. J'y adhère totalement.

188 AUC-Madrid, registre JCCUM-Comité exécutif : sessions du 15.1.1932, (p. 3 : adjudication pour la démolition, délai : un mois), du 25.3.1932, (p. 1), du 4.6.1932 (p. 7-8), du 10 12 1932 (p. 7-8). Voir aussi le registre 1935 : session du 9.3, p. 5. Les volumes 1933-1934 n'ont pas été retrouvés.

189 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 13.4.1932, 3 p.

190 Ibidem, lettre manuscrite de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 23.4.1932.

191 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs dactylographiés, p. 20.

192 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 28.4.1932. L'exposition eut lieu à la Casa, du 28.4 au 12.5.1932. Sept artistes français et deux espagnols y présentèrent leurs œuvres : voir programme, dans AP-Braunwald, Paris, avec dossier de presse madrilène et l'hebdomadaire illustré parisien, Le Miroir du Monde, 7.5.1932.

193 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 34, SOFE-MAF à Ambassade, 24.3.1932. Aucune allusion au péril d'outre-Rhin ; voir aussi trois circulaires dactylographiées, 29.4.1932, et copie d. n° 427, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, 2.5.1932.

194 BH, n° 3, 1932, p. 285-286. L'allocution de Marañón fut publiée dans El Sol du 3.5.1932. Le buste original fut placé à la Casa. Un peu plus tard, une copie fut offerte par Benlliure à la faculté des Lettres de Bordeaux : BH, n° 1, 1933, p. 94-95. Voir AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 13.12.1932. Après la disparition du premier, en 1936, le buste bordelais fut transféré à Madrid, où il est encore visible. Le sculpteur valencien avait déjà remis à la Casa un autre buste, de Velázquez, qui avait été installé dans la grande bibliothèque.

195 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite de Dumas à Herbette, 4.5.1932. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 4.5.1932.

196 Entre 1933 (départ de Myriam Astruc) et 1943 (arrivée de Jacques Fontaine) il n'y aura plus d'antiquiste. Peu avant sa mort, P. Paris avait obtenu un permis de fouille, à Castel de Cabras (province de Teruel) : AGA-Alcalá de Henares, AMEC-JSEA, liasse 10145, dossier 17, sous-dossier 1036. Sans suite.

197 Luis Buñuel, ouvr. cité, p. 136-137. Sur le tournage et le contexte cinématographique, Emmanuel Larraz, Le cinéma espagnol des origines à nos jours, Paris, 1986, p. 74-76.

198 A. Bérard, ouvr. cité, t. 1, p. 87-91 : visite à ces « vallées de misère ».

199 E. Larraz, « Tradition et révolution : du Village maudit à Terre sans pain, deux visions de l'Espagne rurale dans le cinéma des années trente », communication, XVIe Congrès national des hispanistes français, Aix-en-Provence, (inédit), 1980.

200 L. Buñuel, ouvr. cité, p. 138-139. Sur La Esperanza de las Hurdes, voir J.-M. Delaunay, « Souvenir de Unamuno », art. cité, p. 405. Legendre, dans sa thèse, en parla longuemment.

201 Le film fut présenté en 1935, grâce à Jacques Doriot, maire communiste de Saint-Denis. Le titre en était Terre sans pain. Une copie existe à la cinémathèque française du Palais de Chaillot. Marcel Oms, La guerre d'Espagne au cinéma, mythes et réalités, Paris, 1986, p. 183-185, indique que des séquences du film de Buñuel furent reprises, en amalgame, par le montage est-allemand Unhandiges Spanien, (Espagne indomptable), sorti en 1963.

202 L. Buñuel, ouvr. cité, p. 72-76. En 1923, le jeune cinéaste avait créé une Orden de Toledo, sorte de confrérie iconoclaste, où figuraient Rafael Alberti, René Crevel, le couple Desormières, Georges Sadoul, Pierre Unik et Alyette Legendre, « fille du directeur de l'IFM » (sic).

203 AABA-Paris, Fonds CV : séances du CA, 8.6.1932, 3 p., et 19.7.1932, 21 p.

204 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre dactylographiée de Dumas (Bordeaux) à Legendre (Madrid), 17.6.1932.

205 AABA-Paris, Fonds CV : note dactylographiée, MAE (A. Léger) à Président du CA (C. M. Widor), 16.6.1932. L'article délateur, signé Dionisio Pérez, le 27.5, avait été transmis par d. n° 453, consul de France, Valence, au SOFE-MAE, 6.6.1932. Copies lettres Widor à F. Sicard, 17.6 et 20.6.1932.

206 AAF-Madrid, carton 452 : lettre dactylographiée du consul de France, Madrid à l'ambassadeur, Madrid, 14.7.1932, et copie lettre Herbette (Madrid) à Dumas (Bordeaux), 15.7.1932. M. Legendre, Souvenirs, dactylographiés, p. 12-13, indique que les deux parlementaires visitèrent eux-mêmes la Casa et se plaignirent directement auprès de Herbette. La photo royale était celle offerte en 1928 : voir note 48. Jean Longuet (1876-1938), petit-fils de Karl Marx, était député socialiste de la Seine et membre de la Commission des affaires étrangères, Jules Moch (1893-1985), député socialiste de la Drôme, appartenait à la Commission des finances. Dans le livre, écrit avec sa femme, sur L'œuvre d'une Révolution. L'Espagne républicaine, Paris, 1933. Moch ne fait aucune allusion à cet incident et ne parle même pas de la Casa, quand il évoque leur visite dans la Cité universitaire de Madrid, durant l'été 1932, p. 201-203.

207 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de F. Dumas (Bordeaux) à Widor (Paris) 23.9.1932.

208 Dans ses mémoires, Jadis, t. 2, D'une guerre à l'autre, Paris, 1952, 651 p., Herriot ne fait que très brièvement référence à son voyage en Espagne. Pas un mot sur la Casa. Voir aussi Maria de los Angeles Egiclo León, La concepción de la política exterior española durante la 2da República, Madrid, 1987, p. 123-155, et Anne-Marie Antignac, L'opinion publique française sur la Seconde République Espagnole, 1931 à 1936, mémoire de maîtrise, université de Paris-I, 1978, 122 p. (direction J.-B. Duroselle).

209 El Heraldo de Madrid, 1.11.1932, p. 1 et 8-10. Suzanne Dobelmann-Kravchenko, Souvenirs, dactylographiés, p. 5. À Dumas, qui parlait « d'exilés de la Casa », Herriot répondit qu'il viendrait se retirer à la Moncloa, lorsqu'il prendrait sa retraite : c'était un exil dont il se contenterait.

210 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris). 2.11.1932. Aucune copie de la note n'a été retrouvée. Pour Dumas, cette visite serait une excellente réclame ; voir aussi lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Bonnaire (secrétariat Institut de France, Paris), 29.10.1932. Selon Legendre, Souvenirs, dactylographiés, p. 26, Herbette tenta d'empêcher la visite de Herriot à la Casa.

211 Sur ce thème de l'immigration en France, voir Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l'immigration dans l'entre-deux-guerres, Lyon, 1976, 414 p., et R. Schor, ouvr. cité, 761 p. Au sujet des deux principaux groupes nationaux représentés en France, outre les Espagnols, on peut indiquer Les Italiens en France de 1914 à 1940 (direction P. Milza), Rome, 1986, 787 p. et, au sujet des Polonais, J. Ponty, ouvr. cité.

212 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), s. d (novembre 1932).

213 Ibidem, séance du CA, 3.12.1932, 7 p.

214 Ibidem, lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Widor (Paris), novembre 1932 et 13.12.1932. Au sujet de la lenteur et des interruptions des travaux, il faut signaler de nombreuses grèves, dans le bâtiment. Santos Julià Díaz, Madrid 1931-1934, de la fiesta popular a la lucha de clases, Madrid, 1984, p. 488-489 (statistiques). La Cité universitaire fut affectée par l'arrêt de travail de 600 ouvriers, en 1932.

215 AMAE-Madrid, Série R, liasse 490, dossier 35, Franchise entrée matériaux pour construction CV, septembre 1932-janvier 1935. Deux notes verbales de 1933 sont, aussi, localisables dans la liasse 11059, dossier 49. Ces importations s'effectuèrent, presque toutes, par chemin de fer, via Irún.

216 Théodore Leveau (1896-1971), architecte en 1927, avait travaillé à Cuba et en Suisse, avec Lefèvre. Il résida à Madrid, plusieurs mois, en compagnie de son épouse. Témoignage oral de Mme Leveau, Paris, 1986.

217 AABA-Paris : séance du CA, 25.3.1933, p. 4. Lefèvre rendit compte des travaux, durant un autre CA, réuni le 21.7.1933, p. 5.

218 AUC-Madrid, carton JCCUM D1707, commission des travaux, 1931-1934 : séance du 22.4.1932, p. 2.

219 Ibidem, p. 3. Les travaux de l'École d'architecture débutèrent à l'automne 1933 et durèrent deux ans : P. Chías Navarro, ouvr. cité, p. 119-120. En face, un premier projet de 1929 prévoyait la construction d'un vaste musée. Les difficultés financières réduisirent ces plans ambitieux.

220 AABA-Paris, Fonds CV : note ABA, s. d. (fin 1932 ou début 1933), demande de López Otero au sujet de la statue équestre de Velázquez. Le gouvernement espagnol paierait les frais de reproduction. La correspondance entre Henri Verne (Louvre), Widor (Institut) et Émile Bollaert (DGBA), du 23.1 au 4.3.1933, se trouve dans ce fonds.

221 Ibidem, lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 12.5.1933, et à Widor (Paris), 25.5.1933.

222 AAF-Madrid, carton 465, Beaux-arts, expositions 1932-1944, dossier Exposition d'art français contemporain, MAM-Madrid, printemps 1933 : Catalogue avec prologue de Pierre Rameil, sénateur, président du Comité permanent des expositions de l'art français à l'étranger et copies d. n° 341 et 356, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 26.4 et 3.5.1933, confidentielles.

223 Ibidem, copie t. n° 147-148, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 18.4.1933. Le Lycée français avait été racheté, le 31.5.1932, par l'État français à la SFB. Des travaux d'agrandissement y avaient été effectués : Cent ans d'enseignement, ouvr. cité.

224 AAF-Madrid, carton 452 : d. n° 536, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 20.6.1933, confidentielle. Il transmettait, à Paris, un rapport de F. Dumas... non joint et non retrouvé dans les archives du MAE. Les artistes avaient demandé l'autorisation de l'ABA, pour des « envois » à Paris, à l'instar de ceux de la VM, décembre 1932. La réponse fut subordonnée à une certaine quantité d'œuvres choisies. AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 18.2.1933, p. 459 et Fonds CV, séance du CA 25.3.1933, p. 4.

225 AABA-Fonds CV : correspondance F. Dumas-Widor, diverses lettres, 1932-1933-Voir aussi séance du CA, 25-3-1933, p. 3. Également AP-Legendre, Tréveunec : correspondance F. Dumas-Legendre, 1933.

226 AABA-Paris, Fonds CV : séances du CA, du 13.4, p. 3 au 3.12.1932. Le 5.4.1933, l'un des promoteurs de l'EHEH était mort. Georges Dumas, Notice sur la vie et les travaux de M. Raymond Thamin (1857-1933), IF-ASMP, fascicule vert, n° 5, 1935, (séance ASMP, 23.2.1935), 22 p., qui ne fait pas allusion à son action en Espagne.

227 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 31.1.1933-Ernest Lafont, député des Hautes-Alpes, demandait le compte de gestion définitif de 1931, et les budgets détaillés de 1932 et 1933. Voir copie lettre dactylographiée de Widor (Institut) à Cavalier (MEN-DESUP), 11.2.1933. Il laissait juge le ministère de les adresser ou non à cette commission.

228 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 16.3.1933 et séance du CA, 25.3.1933, p. 2, avec addition manuscrite de F. Dumas ; voir aussi correspondance Bonnaire-Dumas, 3 et 6.5.1933.

229 AAF-Madrid, carton 453 : copie d. n° 338, Ambassade-Madrid à SOFE-MAE, Paris, 26.4.1933, et d. n° 83, SOFE-MAE, Paris, à Ambassade, 5.5.1933, confidentielle.

230 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 21.7.1933, p. 3-5. Léger avait écrit en ce sens, à Widor : lettre dactylographiée du 20.7.1933.

231 Ibidem, lettre manuscrite de M. Astruc (Madrid) à Radet (Bordeaux), 15.5, transmise à Cirot et Terracher (Bordeaux), puis à Widor (Paris), le 19.5. Réponse de Widor (Paris) à Dumas (Madrid), 27.5 : laisser la Casa ouverte, l'été. Réponse de Dumas, 31.5.1933 : s'incline, mais la Casa deviendra un hôtel de passage. Un incident violent avait eu lieu entre Soutiras et un pensionnaire (?). Enfin, 198 ouvrages étaient portés manquants, à la bibliothèque !

232 AP-Legendre, Tréveneuc : lettres manuscrites de Dumas (Saubusse-Landes) à Legendre (Tréveneuc, Champrond et Paris), 2.9, 17.9 et 21.9.1933.

233 S. Julià Díaz, ouvr. cité, p. 242-258.

234 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 8.5.1934, p. 1.

235 Ibidem, registre 2E25 : séances du 23.9 et du 30.9.1933, p. 506. Devambez (1867-1944) peintre, illustrateur et graveur, prix de Rome en 1890, avec Pontremoli, était devenu, en 1929, membre de l'ABA et professeur à l'ENBA.

236 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 7.10.1933, lue en séance du 14.10 : registre 2E25, p. 508. François Labrousse était sénateur de la Gauche démocratique (radical-socialiste). Antoine Sallès, député du Rhône depuis 1928, républicain social (centre-gauche), était membre de la Commission de l'enseignement et des beaux-arts.

237 AN-Paris, F21 4887 : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à DGBA-Paris, 19.5.1934 ; Jeanneau, directeur du Mobilier national vint à Madrid, en avril. Georges Huisman, nouveau directeur de la DGBA, promit d'aider la Casa : lettres à Widor et Dumas, 22.6.1933. Voir aussi AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 15.5.1934.

238 AR-Bordeaux, registre CU n° 5 : séance du 19.12.1933, p. 366.

239 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 23.12.1933, p. 520.

240 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 24.2.1934, 2 p. et budget 1934. Les héritiers Frémiet avaient donné leur accord au transfert de la statue à Madrid : ibidem, lettre dactylographiée DGBA à Widor, 27.12.1933.

241 Ibidem, correspondance Dumas-Widor du 24.2 au 3.5.1934 ; voir aussi séance du CA, 8.5.1934, p. 2.

242 Ibidem, registre 2E25 : séance du 7.4.1934, p. 546-547, et copie lettre dactylographiée de Bonnaire (Paris) à Dumas (Madrid), 11.5.1934.

243 AAF-Madrid, carton 453 : copie t. n° 543, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 7.6.1934. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 8.6.1934, lue en séance du 16.6 ; voir registre 2E25, p. 568. Tournaire rendit compte de son voyage. Une exposition, à Paris, fut alors envisagée. Voir aussi les Souvenirs dactylographiés, de Pierre-Paul Desrumaux, peintre de la Ville de Lille, p. 4.

244 ABC, 19.8.1934, article de Luis de Galinsoga. Le catalogue est localisable dans divers fonds. Également, Armande Marty, témoignage oral, Bordeaux, 1984.

245 Voisine était décédé, en juillet 1932, à Vigo. Agnès Chaussemiche-Braunwald mourut des suites d'un accouchement, à Paris, en janvier 1934.

246 AAF-Madrid, carton 453 : lettre manuscrite de Dumas (Moncloa) à Herbette (Ambassade), 22.6.1934. Deux employés voulurent assigner le directeur devant un tribunal d'arbitrage pour des questions salariales.

247 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 20.7.1934, p. 3-4.

248 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 11.8.1934, p. 586. Devambez était président de l'ABA pour l'année 1934. Aimé Berthod (1878-1944), député du Jura (1911-1914 et 1924-1935) était ministre depuis janvier 1934. Quant à Doumergue, il revint au pouvoir, après les événements de février 1934.

249 Ibidem, séance du 4.8.1934, p. 585. Une lettre fut adressée à la Maréchale Lyautey, rappelant le don initial et les subventions annuelles accordées par son époux, résident général au Maroc, de 1912 à 1925. Lyautey, décédé dans sa propriété de Thorey (Meurthe-et-Moselle), était membre de l'Académie Française depuis 1912.

250 Ibidem, séance du 1.9.1934, p. 589 et Fonds CV, correspondance de Dumas (Brive ou Saubusse) avec Widor et Bonnaire (Paris), du 16.8 au 4.9.1934. Cette confédération intellectuelle était une « structure légère » mise en place au milieu des années vingt, sous l'égide de la Société des Nations.

251 Ibidem, lettre manuscrite de Tournaire (Paris) à Widor (Chantilly), 4.9.1934.

252 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Widor (Paris), 12.9.1934

253 AABA-Paris, registre 2E25 : séance du 22.9.1934, p. 593 et Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 28.9.1934.

254 Ibidem, lettre de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 6.10.1934. Ce jour-là, en séance, la plaquette destinée à l'inauguration, était déposée sur le bureau de l'Académie : registre 2E25, p. 596.

255 Sur les réactions de la presse espagnole à cet assassinat, J.-M. Delaunay, « Louis Barthou », art. cité, p. 93-95. Quelques jours plus tard, à Paris, Poincaré mourut plus paisiblement.

256 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 15.10 (et non 15.9) 1934.

257 P.-P. Desrumaux, Souvenirs dactylographiés, p. 5.

258 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 18.10 et 29.10.1934. « J'espère qu'il nous en laissera quelques uns, définitivement ».

259 Dans ses rapports annuels, de 1932 à 1935, F. Dumas emploie ce terme fréquemment.

260 EHEH-RA, 1932 à 1935, et P. Vilar, avant-propos de La Catalogne, ouvr. cité. Sur les difficultés financières des boursiers de Catalogne, voir AMAE-Paris, série SOFE, carton 284 et AAF-Madrid, carton 436, dossier Mme P. Vilar (décembre 1933-juin 1935), problèmes de bourses et de postes, au retour en France.

261 Les architectes J. Braunwald et A. Chaussemiche convolèrent, en juillet 1932. P. Vilar et G. Berrogain, un an plus tard. Suzanne Duvergé, archiviste-paléographe, épousa le sculpteur Pierre Honoré, en 1936. Une autre chartiste, Anne Jourdan, fit de même avec Maurice Lombard, historien islamologue, en 1935. Enfin, le peintre Pierre Mondan succomba aux charmes d'une Andalouse.

262 Je m'appuie sur les témoignages écrits de S. Dobelmann, de S. Honoré, de Mme Guy Pison, de J. Sermet, de P.-P. Desrumaux et de Margarita Sans Jordi (période 1932-1935), ainsi que sur celui de Paul Mérimée (1935-1936). Le témoignage oral de Mme Maurice Lombard doit y être ajouté (Versailles, 1985).

263 La statue de Velázquez fut placée sur son socle, le 21.2.1935. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 21.2.1935. Il s'agissait de l'original. Voir aussi AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 257, Instruction publique 1930-1939 : copie d. n° 370, Ambassade-Madrid à MAE-SOFE, 13.3-1935, avec coupures de presse, Ahora, El Sol. Ramón Gómez de la Sema évoqua l'événement, dans El Sol du 26.3.1935 : B. Barrère, art. cité, MCV, 1982, t. XVIII/1, p. 516-522. Les dossiers du transfert sont dans AN-Paris, cartons F21 4310, 6257 et 6259, (1933-1935). Cet ultime exemple démontre la dispersion des documents de certains fonds.

264 Général Weygand, Mémoires, t. 2 : Mirages et réalité, Paris, 1957, p. 440, indique qu'il déjeuna dans un restaurant « de couleur locale ». Dans une lettre à Widor, du 24.1.1935, Dumas parle d'un déjeuner à la Casa : AABA-Paris, Fonds CV.

265 Ibidem, lettre de Tournaire à Widor, 12.1.1935, et lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 21.2. et 25.2.1935.

266 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 284 : lettre dactylographiée de C. Petit-Dutaillis (ONUEF-Paris) à J. Marx (SOFE, MAE-Paris), 16.3.1935.

267 AAF-Madrid, carton 443 : d. n° 250, Léger (MAE-Paris) à Ambassade-Madrid, 20.6.1932, accord pour créer des postes confiés à des Espagnols, mais refus de permettre des fondations d'écoles espagnoles. L'affaire avait été relancée, aux Cortès, par deux députés socialistes (Cañizares, le 1.4.1932, Álvarez Angulo, le 2.6.1932).

268 AMAE-Paris, série SOFE, carton 284 : d. n° 1711, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 20.11.1935. Liste des professeurs espagnols en France et Algérie : Paris (1) - Aubervilliers (1) - Bayonne (1) - Bordeaux (1) - Lyon (1) - Toulouse (1) - Perpignan (1) - Marseille (1) - Sète (1) - Pau (1) - Raisnes (Nord, 1) - Alger (3) - Oran (3) - Sidi-bel-Abbès (2) - Mostaganem (1). Principalement des cours d'adultes.

269 AAF-Madrid, carton 443 : lettre dactylographiée d'Honnorat, président de la Fondation nationale de la Cité universitaire (Paris) à Herbette (Madrid), 16.4.1935.

270 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA, 6. 4. 1935, 2 p.

271 AP-Braunwald, Paris : Programme de l'Association des anciens pensionnaires de la CV et de l'EHEH, Festival de musique espagnole, Paris, 27.3.1935. Le siège avait été fixé à l'Institut d'études hispaniques, 31 rue Gay-Lussac. Un dossier dans AN-Paris, 6968AJ16 (Académie de Paris).

272 Divers dossiers sont localisés dans les archives suivantes : AABA-Paris, Fonds CV ; AAF-Madrid, carton 452 ; AMAE-Madrid, série R-liasse 11059, dossier 49 ; AP-Braunwald, Paris et ACV-Madrid.

273 AABA-Paris, Fonds CV : lettres manuscrites de F. Dumas (Madrid) à Bonnaire (Paris), 24.4 et 30.4.1935. L'ABA adressait, chaque année, ses vœux au souverain déchu, qui lui répondait tout aussi régulièrement. Il adressa, aussi, à Widor une lettre de remerciements pour l'avoir associé, en pensée, à la récente inauguration. AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 20.7.1935, p. 80.

274 Le texte du discours de Mallarmé est joint, avec un dossier de presse madrilène, à la d. n° 776, Ambassade-Madrid, dans AMAE-Paris, série Europe 1930-1940, Espagne, chemise 261, fol. 67-76. Le propos officiel de F. Dumas, « L'achèvement des travaux de la Casa Velasquez », est consigné dans le Bulletin de l'ABA, n° 21, 1935, p. 2-11. La Dépêche Algérienne, du 15.5.1935, évoque également ces discours.

275 André Mallarmé (1877-1956) voyagea en Espagne, du 11 au 19.5.1935. Outre l'inauguration de la Casa, il y fit beaucoup de tourisme. Le quotidien El Castellano, du 14 et du 17.5, commente ses deux visites à Tolède. Il se rendit aussi dans la plupart des sites des alentours de Madrid (Aranjuez, Ségovie, L'Escurial), et en Andalousie. AMAE-Madrid, série R, liasse 11059, dossier 49 : visite Mallarmé, note du 9.5.1935.

276 M. Legendre, La Casa Velázquez, souvenirs dactylographiés, p. 26-27. En effet, il n'apparaît pas sur la photographie d'un déjeuner à l'ambassade. Dans ces pages, Legendre dénonçait la mainmise des socialistes et des « bolchévisants » sur le Comité des écoles, par l'intermédiaire du proviseur du Lycée français, Granotier.

277 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 30.5.1935.

278 Ibidem, lettres dactylographiées de C. Lefèvre à Widor, 7.6 et à Lacaze, 23.7.1935 ; voir aussi note dactylographiée DBA-Paris, 24.7.1935, signée Huisman, et lettre manuscrite de Dumas (Saubusse) à Lacaze (Paris), 26.7.1935.

279 Ibidem, séance du CA, 1.7.1935, 5 p.

280 Ibidem, lettre manuscrite de Legendre (Champrond-en-Gâtine) à Lacaze (Paris) 26 7 1935.

281 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Saubusse, Aix-les-Bains et Madrid) à Lacaze (Paris), du 26.7 au 18.10.1935.

282 Louis Hourticq, Villa, Casa, tradition classique, fascicule vert, ABA, Paris, 1935. L'auteur (1857-1944), historien d'art, fit son discours, à l'occasion de la séance publique annuelle du 30.11.1935. Il était membre de l'ABA depuis 1927.

283 AABA-Paris, registre 2E26 : séance du 16.11.1935, p. 92. Babelon, président de l'Association des anciens de la CV, adressa une invitation aux membres de l'ABA. Voir aussi AP-Braunwald, Paris : programme de l'exposition, 25.11 au 10.12.1935.

284 AABA-Paris, Fonds CV : séance du CA du 4.12.1935, 4 p. Le budget 1936, révisé à la baisse, à cause des décrets-lois de juin-juillet, était fixé à 375.800 F, contre 409.000 F en 1935.

285 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 11.1.1936. Son corps fut transféré à Tarbes. Il avait vingt-sept ans.

286 Ibidem, lettres manuscrites de Dumas (Madrid) à Widor (Paris), 8.1 et 31.1.1936. Le mobilier provenait du pavillon français de l'Exposition des arts décoratifs de Bruxelles (1935). La tapisserie correspondait au carton offert, en 1928, par Maurice Fenaille. Tous ces éléments parvinrent à Madrid, en mai et juin 1936. Par contre, les coupes budgétaires empêchèrent la réalisation in situ de certaines pièces décoratives : la fontaine du bassin de la cour intérieure, préparée par le sculpteur Marcel Caumont (1870-1962), ne fut jamais exécutée. Diverses maquettes et photographies témoignent de ce projet : Musée des Beaux-arts de Tours, Les sculptures sortent de leur réserve, catalogue d'exposition, Tours, 1988-1989, p. 47-49.

287 AABA-Paris, Fonds CV : copie lettre dactylographiée de Bonnaire (Paris) à Dumas (Madrid), 14.2.1936. L'inspecteur Drouineau était venu, la veille, quai Conti, afin d'examiner le dossier CV.

288 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de C. Lefèvre à Widor, 4.4.1936, transmettant le PV de la réception des travaux de la troisième tranche (août 1931-avril 1934).

289 Ibidem, dossier contrôle financier MEN. Avis délibéré, séance 25.5.1936, 41 p. dactylographiées : signé Drouineau, transmis au ministère, le 4.6.1936. Drouineau (1875-1962) était inspecteur des Finances, depuis 1901.

290 Ibidem, lettre manuscrite de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 28.5.1936, lue en séance de l'ABA : registre 2E26, séance du 6.6.1936, p. 143. AMAE-Paris, série SOFE, carton 527 : dossier de presse, Exposition CV. Sur la situation générale, V. Morales Lezcano, « Le Front Populaire espagnol et l'opinion publique française (février-juillet 1936) », Opinion publique et politique extérieure, ouvr. cité, p. 383-428.

291 J. Sermet, Notes dactylographiées, p. 7, Toulouse, 1984 : insécurité, incendies d'églises, attaques sur les routes et dans les villes. Pierre Honoré, témoignage écrit, Paris, 1984 : agitation, bruits incontrôlables, incendie de Saint-Louis-des-Français, manifestations ouvrières à Madrid, assassinats, climat pénible. Paul Mérimée, témoignage écrit, Arifa (Tarn), 1984 : grèves nombreuses, période dramatique.

292 AABA-Paris, Fonds CV : lettre dactylographiée de Dumas (Madrid) à Lacaze (Paris), 5.5.1936 : une église et quatre couvents brûlés la veille, rumeurs de vente d'oranges, de bonbons et de tabac empoisonnés, pénurie de pain, chantiers abandonnés à la Moncloa.

293 Ibidem, correspondance technique et comptable entre Lefèvre, Widor, Lacaze et Dumas, mai-juin 1936.

294 Ibidem, séance du CA, 1.7.1936, p. 1-2. Cette décision fut approuvée en séance de l'ABA, le 18.7 : AABA, registre 2E26, p. 153. La liste des fondations, permettant de réunir les fonds nécessaires, est consignée dans une copie de lettre du 20.7.1936, adressée par Widor à Bertrand, conseiller technique. Total définitif des sommes à régler : 924.701 F. Le principal créancier, la maison Douane-Bonhommé (545.846 F) avait sous-traité le marché à la Cía Castellana de Construcciones.

295 AP-Legendre, Tréveneuc : lettre manuscrite de G. Marañón (Madrid) à Legendre (en France), 3.7.1936. Les archives privées de G. Marañón ont disparu durant la guerre civile, selon une indication de son fils : son bureau fut pillé par des miliciens, en 1937.

296 AABA-Paris, lettre citée note 292.

Table des illustrations

Légende Fig. 4. – Programme d'inauguration de la Casa de Velázquez (1928).Source : AABA-Paris, Fonds Casa de Velázquez
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 5. Les œuvres françaises en Péninsule ibérique (1929)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search