Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Deuxième partie. Petit palais deviendra grand (1916-1928)

Chapitre IV

« Villa » française ou « Casa » espagnole (1918 - 1920)

Texte intégral

Équivoques (1918-1919)

1Rentrés dans la capitale française pour un quatrième Noël de guerre, un quatrième premier janvier de souffrances et d'espoir, les académiciens attendaient, comme tous les Français, le printemps inéluctable, le printemps décisif... celui de la Victoire.

  • 1 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : lettre manuscrite de Rafael Altamira (Madrid (...)

2Le 20 mars 1918, Altamira écrivait à Imbart : « Nous restons toujours très confiants dans le résultat de la guerre. Nous savons bien que la France ne fléchira pas »1. Le lendemain, les Allemands lançaient leur grande offensive, enfonçant le front allié avec célérité et méthode.

  • 2 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 484 : d. n° 143, J. Thierry (Madrid) à S. Pichon (MAE-Pa (...)

3Les pays neutres suivaient avec passion ce retour à la guerre de mouvement. À Madrid, du 19 au 23 mars, les germanophiles relevèrent la tête. L'attaché militaire allemand menaçait l'Espagne d'une recrudescence des torpillages si les accords économiques et financiers, signés quelques semaines plus tôt, avec la France et les États-Unis, étaient appliqués2.

4Pour les œuvres françaises, dont le sort dépendait, à terme, d'une victoire finale, le temps du doute était-il de retour ? La section économique du Comité de rapprochement désirait, comme l'ambassade, que le royaume d'Alphonse XIII ravitaillât, dans le calme, la patrie à nouveau gravement menacée.

5Mais, précisément, le domaine des relations littéraires, scientifiques, scolaires et artistiques devait amorcer l'entente future.

  • 3 Pour la préparation de cette manifestation par l'ABA, voir BIF-Parils, Papiers Imbart de la Tour, c (...)
  • 4 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 365. L'inauguration, par les souverains espagnols, eut lieu le 12 (...)
  • 5 Le commissaire de l'exposition était le peintre Charles Dawant (1852-1923), membre de l'ABA. Raphaë (...)
  • 6 AABA-Paris, registre manuscrit 2E24 (1918-1926) : séance du 18.5.1918, p. 8. Certains critiques d'a (...)
  • 7 Catálogo de la Exposición de Pintura francesa contemporánea, 1870-1918, Madrid, 1918. 190 tableaux, (...)

6L'exposition projetée dès 1916, put, enfin, ouvrir ses portes en mai 1918, dans le pavillon du Retiro3. En pleine offensive allemande, la présence d'académiciens français tendait à souligner la sérénité de leur pays, dans l'espérance ferme du dénouement le plus favorable4. Avec Widor, Hanotaux et Imbart, s'étaient déplacés, en la circonstance, Raphaël Georges-Lévy et Stanislas Bernier5. Les œuvres exposées, comme l'avait annoncé Widor à Geoffray en 1917, étaient toutes classiques, empreintes de ce « bon goût », seul digne du prestige artistique que l'Académie se devait de diriger. Ce fut, donc, un succès, aux yeux de ses promoteurs6. On y pouvait admirer des pièces de Bonnat, Flameng, Vuillard, Puvis de Chavannes, « nos meilleurs peintres contemporains »7.

  • 8 Ibidem, registre 2E24 : séance du 22.6.1918, p. 18-19.
  • 9 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid), 5. (...)

7Quant à la manifestation d'art ibérique, prévue en parallèle de celle qu'avait patronnée l'Académie des beaux-arts, elle fut repoussée au printemps de 19198. Pour Pierre Paris, tout cela était bel et bon, mais ne permettait concrètement aucun progrès dans le dossier Villa Velázquez. Au début de 1918, le directeur de l'EHEH ne put que constater l'enlisement de l'affaire. On était alors, en pleine campagne électorale pour le renouvellement des Cortès. Benlliure n'avait pu obtenir de réponse précise de la part des autorités compétentes. Une location à long terme était envisagée9...

8Face à une telle situation, Pierre Paris ne se croisait pourtant pas les bras. La mise en place de l'Office des écoles et la gestion de sa section bordelaise ne lui en laissaient guère le temps.

  • 10 Ibidem, lettre du 21.2.1918.

9À propos de l'organe de contrôle des écoles, le soutien de Joseph Thierry lui était tout acquis. De même, à Paris, les deux ministères concernés paraissaient bien disposés, mais s'écriait-il : « Qu'on me donne Legendre ! Seul, je ne puis suffire à toutes mes besognes... Ah ! si, partout, il y avait de l'unité d'actions et de vues... nous nous battons toujours en tirailleurs, et voilà pourquoi nous nous envoyons mutuellement de sales bombes dans les jambes. Ici aussi, il faut une seule tête... »10

  • 11 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4139, dossier Espagne après guerre : note relative (...)
  • 12 AAF-Madrid, carton 441 : second rapport de P. Paris à l'ambassadeur, 12 p. dactylographiées, 29.5.1 (...)

10Pour la transformation du collège de la Société française de bienfaisance en lycée d'État, la commission des relations littéraires et scientifiques du Comité de rapprochement agit auprès du ministère de l'Instruction publique. À l'aide d'un rapport en bonne et due forme, une subvention de 67.300 F fut sollicitée dès janvier 1918. Par l'intermédiaire de Georges Radet, doyen de la Faculté des lettres, l'université de Bordeaux pensait-elle établir un contrôle « pédagogique » sur le futur établissement11 ? En mai 1918, tandis que l'œuvre de Saint-Louis-des-Français obtenait 300.000 F de l'État pour la reconstruction de son collège exproprié, Pierre Paris demandait, à travers l'Office des écoles, 10.000 F au Quai d'Orsay. Il s'agissait de subvenir aux besoins de vingt écoles dispersées à travers le pays et de la section bordelaise de l'Institut français12.

11La demande de subvention ne reçut aucune réponse durant l'été. En effet, après un ultime coup de boutoir allemand sur la Marne, les Alliés résistaient et prenaient immédiatement, à leur tour, l'offensive, le 18 juillet. Après avoir frôlé la victoire, en trois occasions, les troupes du Kaiser refluaient en bon ordre. En septembre, la retraite allemande était quasi-générale. La guerre, enfin ! approchait de son terme...

  • 13 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Bordeaux, sur le chemin (...)

12À la mi-octobre, Pierre Paris vint dans la capitale française, libérée des tirs meurtriers des canons à longue portée. Il mena une véritable campagne de sensibilisation en faveur de « ses » œuvres. Il vit Jules Cambon et Antony Klobukowski, commissaire général à la Propagande. Ce dernier lui octroya 20.000 F13.

13L'ambassade, en outre, était vacante depuis le décès de Joseph Thierry, à Saint-Sébastien, le 22 septembre.

  • 14 AAF-Madrid, carton 441 : troisième rapport de P. Paris à l'ambassadeur, 22.11.1918 en réponse à une (...)
  • 15 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 14.9.1918, p. 31.
  • 16 ARABASF-Madrid, registre 3-109, vol. 16 : séance du 28.10.1918, p. 177.

14Mais, outre l'Office des écoles, pour lequel il envoya, à l'automne, un troisième rapport, Pierre Paris se préoccupait de « déterrer » le dossier Villa Velàzquez.14 Widor reçut, à la mi-septembre, une lettre de Benlliure, indiquant la bonne marche du projet et l'intention du gouvernement espagnol de créer, à Paris, une maison correspondante, la Villa Carpeaux15. Le lundi 28 octobre, dans sa séance hebdomadaire, la Real Academia de San Fernando était officiellement informée de la création imminente d'un centre artistique français, auquel ferait pendant une académie espagnole, sur les bords de la Seine16.

  • 17 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4146 : lettre manuscrite Benlliure (entête DGBA-Mad (...)

15Dès le lendemain, Benlliure écrivit à Imbart que le roi avait signé, avec le plus vif plaisir, un décret relatif à la création d'une Casa de Velázquez. Le texte lui avait été présenté par le ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts, qui n'était autre qu'Álvaro de Figueroa, comte de Romanones17. Paraphé à Saint-Sébastien, le 22 octobre, l'acte de naissance de ce que les Espagnols, avec raison, dénommaient Casa, fut publié dans le Journal officiel du royaume - la Gaceta de Madrid - le 27 du mois et dans le Boletín Oficial del Ministerio de Instrucción Pública y de Bellas Artes, le 1er novembre. Que disait, donc, ce décret de quatre articles, qui amorçait le processus de fondation de la Casa - Villa ?

16L'organisme demandeur était l'Institut français de Madrid, qui voulait créer une école des Beaux-arts, sous le nom de Casa de Velázquez, identique à celles que la France entretenait à Rome et Athènes : cet article premier contenait des erreurs. Erreur (de la part de quel présentateur du projet ?), au sujet de la similitude avec Athènes - où seuls des architectes avaient accès - et de la confusion avec les deux établissements romains de la République, la Villa Médicis n'ayant pas la même vocation que l'École française de Rome. Mais ces imprécisions, somme toute secondaires, ne pouvaient inquiéter les promoteurs français de l'opération.

17L'article deuxième fixait l'objet de la fondation : centre pour jeunes artistes, boursiers de France, pour les membres de l'EHEH et pour des professeurs visitant le pays. Des artistes espagnols pourraient être, en outre, accueillis, selon des règlements à établir. Pierre Paris ne pouvait que se réjouir du libellé ainsi adopté.

18Le troisième paragraphe indiquait dans quelles conditions l'Institut français ferait le choix d'un terrain, propriété de l'État, en accord avec les trois ministères espagnols compétents : Instruction publique et Beaux-arts, Finances (Hacienda) et Affaires étrangères (Estado), ceci en vertu des dispositions légales en vigueur.

19Le dernier article précisait, qu'une fois le lieu choisi, l'Institut français se chargerait de construire l'édifice et d'en assurer la libre direction.

20Si les dispositions générales du texte ne pouvaient que complaire à Pierre Paris, il n'en était pas de même de la mention de l'Institut français. En effet, c'était un grave péril qui menaçait le projet du directeur de l'EHEH. Si l'Institut devait patronner le futur centre artistique, cela signifiait, tout simplement, que la section toulousaine - dont il voulait tant se séparer - aurait son mot à dire sur le développement de la Casa ! On peut aisément imaginer quelle put être la réaction du « patron » de la section bordelaise...

  • 18 Ibidem, carton Ms 4163 : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid), 19.11 et 28.11.1918.

21Celui-ci, rentré du Maroc le 14 novembre, avait appris, à Tanger, la capitulation des « Boches ». Il savait que le décret était paru et dut voir très rapidement Benlliure. Le duc d'Albe et Picón furent aussi alertés. Mais Pierre Paris d'ajouter : « Mérimée est mis à la retraite. Je n'ose pas désirer qu'on en profite pour réunir les deux sections de notre Institut, comme cela serait sage, car ce serait encore là, pour moi, un lourd surcroît de charges ». Dans la même lettre, Pierre Paris informait Imbart que la tante du duc d'Albe se proposait, selon la presse, de verser une contribution à la Villa Vélasquez : Eugénie de Montijo avait été, en effet, sensibilisée à l'affaire par son neveu. Quant à Lyautey, rencontré à Rabat, il avait assuré la future fondation de son aide18.

  • 19 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 16.11.1918, p. 46.

22L'Académie accueillit avec force applaudissements l'annonce de la décision du gouvernement espagnol indiquant que... le roi avait fait don d'un terrain, à Madrid, pour y construire la Villa19. Cette distorsion de la réalité, par Widor, a créé le mythe du domaine royal que colporteront certains écrits ultérieurs. Il faut, à l'évidence, rattacher ce fait à ce besoin de protection royale ou présidentielle qu'ont toujours manifesté les académies.

  • 20 ACCD-Madrid, liasse 452-19, dossier Casa de Velázquez : plan signé, Antonio Flores, 13.12.1918, con (...)

23Souverain constitutionnel, pourvu d'assez larges prérogatives, Alphonse XIII avait appuyé le projet de sa haute influence. Mais la Moncloa était bel et bien propriété de l'État espagnol. Après 1874, lors de la restauration monarchique, la couronne n'avait pas jugé utile - pour d'évidentes raisons politiques - de récupérer ces espaces, aux abords nord-ouest de la capitale. Afin de fournir aux Cortés un élément d'appréciation pour le vote d'une concession, un architecte, Antonio Flores, fut chargé de dresser le plan du terrain visité, un an auparavant, par Widor, Imbart, le duc d'Albe, Rodes et Benlliure. La parcelle ainsi délimitée mesurait plus de deux hectares (21.614 m2)20.

  • 21 La gestion de ce fonds Velázquez avait été confié à un notaire parisien, Me Ader, 226 boulevard St (...)

24Tandis que l'on commençait, à Paris, une souscription pour la construction, le directeur de l'EHEH pressait l'Institut de venir prendre possession du terrain. De toutes ces affaires de propagande intellectuelle, il mit au courant Gabriel Alapetite, le nouvel ambassadeur21.

  • 22 AMAE-Paris, série Europe 1918-1929, Espagne, chemise 51, Relations franco-espagnoles 1918-1919 : t. (...)

25Mais, de la conférence de la Paix qui allait s'ouvrir en France, les neutres avaient été écartés : Romanones avait bien rendu visite, à Paris, aux chefs d'État vainqueurs. La déception d'Alphonse XIII fut, sans doute, tempérée par le caractère prévisible de cette situation. En recevant Alapetite, le 21 décembre, le roi déclara vouloir « une union de plus en plus étroite entre les deux nations »22.

  • 23 AABA-Paris, registre 2E24 : séance 11.1.1919, p. 63-64.
  • 24 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 16.1 (...)

26En janvier 1919, l'Académie des beaux-arts fut alertée sur la nécessité de prendre possession du terrain et de passer tout acte relatif à sa cession et sa délimitation. À l'unanimité, la Compagnie délégua à cet effet le secrétaire perpétuel et Imbart23. À Madrid, le directeur de l'EHEH s'impatientait. Le sénateur José Gómez Ocaña, alerté par son collègue Altamira, fit répondre qu'il fallait au moins attendre que les Cortès fûssent réunies... pour qu'on leur présentât un projet de loi24.

  • 25 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : carte postale de P. Paris (Madrid), 17.1.191 (...)

27Mais, aussitôt, affluèrent de bonnes nouvelles : le directeur de l'enseignement du protectorat du Maroc fit savoir que, sur ordre du résident général Lyautey, 25.000 F étaient accordés à la Villa Velázquez, somme à laquelle s'ajouterait un versement annuel de 10.000 F pour frais de fonctionnement et de bourses. En outre, Benlliure indiqua à Pierre Paris que le projet de loi avait été présenté, et qu'il serait très bientôt voté25.

  • 26 Ibidem, carton Ms 4145, lettres d'Altamira (Madrid) à Imbart (Paris), 12.2 et 18.2.1919.

28Altamira avisa immédiatement Imbart et Pierre Paris de la présentation du projet de loi par Romanones lui-même, devant le Sénat, dans sa séance du 12 février. La procédure parlementaire avait été engagée dès le 726. Elle durera quatorze mois...

  • 27 In Memoriam Maurice Legendre, ouvr. cité, p. 6. EHEH-RA, 1918-1919, p. 138-139. BIF-Paris, Papiers (...)

29Mais, là encore, information réconfortante, la démobilisation annonçait l'arrivée prochaine de Legendre pour les tâches de l'Office des écoles. Celui-ci pourrait, ainsi, devenir, comme il en avait fait la demande, membre libre de l'EHEH afin de mener ses recherches dans les Hurdes27.

  • 28 ARABASF-Madrid, registre 3-109 : séance du 10.2.1919, p. 290-292. Ni dans son article « La Semaine (...)

30Dans le cadre des relations artistiques franco-espagnoles, la préparation de l'exposition de peinture espagnole battait son plein. Le duc d'Albe, Blay et le fils de Benlliure étaient venus à Paris préparer cette « première ». Quand Blay rendit compte de son voyage, il indiqua que le Comité de rapprochement avait évoqué l'idée de « lancer » une « Semaine espagnole », où l'exposition trouverait sa place naturelle28. Sans doute, la commission des relations économiques suggéra-t-elle aux deux autres aréopages de profiter d'une telle occasion pour organiser un forum au cours duquel seraient évoqués de nombreux problèmes.

  • 29 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : lettres d'Altamira des 12 et 18.2.1919. Jacq (...)
  • 30 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 25.1.1919, p. 67. ARABASF-Madrid, registre 3-109, séances du (...)

31Altamira réagit avec enthousiasme envers ce « très beau projet ». Le Comité de Aproximación Hispano-Francés, réuni le 16 février, l'approuva à l'unanimité29. Ainsi, les deux académies des Beaux-arts marchèrent-elles, main dans la main, par comités interposes30.

32En marge de l'exposition, inaugurée au Petit Palais trois semaines auparavant, les délégués français et espagnols adoptèrent, après discussions, des vœux fort nombreux afin de développer les relations, à tous niveaux, entre les deux pays : échange d'étudiants, équivalence de diplômes, création de chaires de français en Espagne, tournées de compagnies théâtrales, d'orchestres, politiques de la presse et du livre, collaborations juridiques, développement du tourisme, questions ferroviaires.

33Un point nous intéresse, ici, plus particulièrement : la création d'un Institut espagnol à Paris, avec des succursales à Bordeaux et Toulouse. Ce projet, ambitieux et séduisant, fut proposé par Gómez Ocaña, au nom du Comité de Aproximación. Le nouvel organisme serait un centre de recherches scientifiques et d'activités artistiques ; il servirait aussi de résidence aux étudiants de toutes spécialités de passage en France. Mais, cette dernière facette ne serait-elle pas privilégiée par rapport aux études sur la France faites par des jeunes savants et érudits espagnols ?

  • 31 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 367. J.-M. Delaunay, « Souvenir de-Miguel de Unamuno », art. cité (...)

34Ce congrès avait, néanmoins, négligé intentionnellement diverses personnes : d'abord, Foulché-Delbosc, avec sa Revue Hispanique, fut totalement exclu des hommages rendus à l'hispanisme français. Ensuite, Jesús Arias de Velasco, juriste de l'université d'Oviedo, avait été invité à donner des conférences à la Sorbonne. Pour avoir jugé le comité officiel espagnol « trop exclusif », il fut laissé pour compte par son ancien collègue, Altamira, qui exigea que sa présence ne fut pas incluse dans les manifestations de la « Semaine ». Enfin, Miguel de Unamuno, bloqué à Salamanque par diverses poursuites judiciaires, mettait les Français en garde contre une collaboration poussée avec la droite espagnole et, spécialement, avec les catholiques « orthodoxes ». Malgré l'invitation d'Altamira, il préféra ne plus penser à venir travailler à l'Institut d'Espagne en projet. Son désir de quitter sa patrie était, alors, à son paroxysme31.

35Les temps étaient difficiles, en effet, pour l'Espagne, malgré la brillante vitrine qu'elle offrait à Paris, au moment où s'y déroulaient les négociations de la Conférence de la Paix. Crise politique - Maura avait succédé à Romanones, le 14 avril, - crise sociale - conséquences de la guerre mondiale et des événements de 1917 -, crise économique - due à l'incapacité gouvernementale de maîtriser le retour à une activité générale du temps de paix -, crise coloniale - le Maroc, toujours - et isolement diplomatique. Grèves, agitations paysannes, assassinats, autant de troubles pour un pays aux déséquilibres profonds.

  • 32 EHEH-RA, 1917-1918, p. 157-161 : CR des travaux d'Etchegoyen et Laumonier. Ce dernier était le fils (...)
  • 33 Ibidem, p. 161-164. Les donateurs étaient l'AIBL (7.000 F contre 2.000 F en 1917), l'université de (...)
  • 34 Au sujet des fouilles elles-mêmes : P. Paris et alii, Fouilles de Belo, ouvr cité, t. 1, p. 8-13, P (...)

36Mais cette situation ne décourageait pas Pierre Paris. L'EHEH connaissait alors une activité scientifique un peu plus encourageante. Deux pensionnaires y avaient travaillé en 1917-1918 : Gaston Etchegoyen, hispaniste, ancien membre de l'École de Rome, et Alfred Laumonier, antiquiste32. Ce dernier s'initia à la pratique des fouilles, au printemps 1918. En compagnie du directeur, de G. Bonsor et d'un jeune espagnol, Cayetano de Mergelina, il participa, en effet, à la seconde campagne de Belo. Pour cette activité, l'EHEH avait reçu des aides financières substantielles, qu'il fallait pondérer par un taux de change de plus en plus défavorable : une dépréciation de 38 % entre juillet 1914 et juin 1918 !... et la chute du franc ne semblait pouvoir être enrayée33. Pour le directeur, « ces fouilles, décidément, deviennent une entreprise de plus en plus intéressante, et qui sera de longue durée, si, comme nous l'espérons, nous continuons à avoir les ressources nécessaires »34.

  • 35 EHEH-RA, 1918-1919, p. 133-138 : CR des travaux des trois membres.
  • 36 Inventaire des monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule ibérique, Bordeaux, 1918. Retenu pa (...)

37En 1918-1919, trois pensionnaires purent effectuer leurs recherches dans le cadre de l'École. Outre Etchegoyen, un hispaniste de Bordeaux, Maurice Coindreau et un normalien, - élève de Morel-Fatio, comme Laumonier - Robert Ricard, qui dédia ses efforts à l'Antiquité classique et aux fouilles de Belo... qu'il mena sans enthousiasme35. L'événement scientifique de l'année fut la parution - depuis longtemps, espérée - du premier fascicule de la Bibliothèque de l'École des hautes études hispaniques. Sorti des presses de l'imprimeur-éditeur bordelais Féret et fils, fin 1918, il était l'œuvre de Raymond Lantier36.

  • 37 EHEH-RA, 1918-1919, p. 142-143. Il faudra attendre 1921, pour que fût publié le second fascicule de (...)

38Pierre Paris regrettait, cependant, l'accroissement des prix d'impression et d'édition, en France. Crise du papier, de la main-d'œuvre et politique de salaires élevés, voilà tout ce qui entravait la publication des travaux, achevés, de certains membres de l'EHEH37.

  • 38 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 23.3 (...)

39Au printemps 1919, il put se libérer pour une longue période afin d'aller, pour la troisième fois, fouiller les environs de Tarifa. Legendre assurait, enfin, le secrétariat de l'Office des écoles et la liaison avec le Comité de rapprochement. Le projet de transformation du collège en lycée semblait en bonne voie. Imbart avait pu rencontrer Thamin afin de convaincre celui-ci, « administrateur serré par la forme et un peu timoré », d'envisager favorablement la fusion EHEH-Section artistique38. Mais l'obtention du terrain le préoccupait manifestement bien plus que la préparation de l'exposition de Paris et de la Semaine espagnole.

  • 39 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Bolonia, par Tarifa), 11.4.1919 (et non 1912 !).

40Dans les dunes bordant le détroit de Gibraltar, l'archéologue reçut enfin un mot de Benlliure, avec une copie jointe du décret en préparation, qui mettrait les choses au point, quant aux concessionnaires et aux récipiendaires du terrain. La parcelle serait louée à l'Institut de France pour 99 ans. Cette emphytéose permettrait la rapide édification d'un bâtiment, pour lequel tout était à entreprendre. Pierre Paris pressait la venue d'un architecte, qu'accompagneraient les deux délégués de l'Académie des beaux-arts. De rudes négociations au sujet des termes du bail étaient à craindre : 3 % de location annuelle, en fonction de la valeur du terrain. Il fallait alerter Thamin à ce propos, afin que le Conseil de l'université fût en mesure de prendre les décisions adéquates39.

  • 40 L'exposition, dans le Palais de la Lonja (Bourse du Commerce), rassemblait 126 peintures et 14 scul (...)
  • 41 Le Centre Hispano-Français de Saragosse, dépendant de l'IFE, fut effectivement ouvert, à l'automne (...)
  • 42 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Bolonia), 3.6 (...)

41Le directeur de l'EHEH abandonna, quelques jours, le site de Belo à la mi-mai. Avec Legendre, il s'en fut à Saragosse, où fut inaugurée une exposition artistique hispano-française, commémorant le huitième centenaire de la reprise de la ville sur les Musulmans40. Le ministre de l'Instruction publique, César Silio y avait accueilli, en compagnie d'Alapetite, son homologue Antoine Lafferre. Le projet de créer dans cette cité une annexe de l'Institut français était un motif supplémentaire de déplacement pour les responsables de l'Office41. Mais il ne s'agissait pas seulement de cela. « Pendant ces quelques jours passés hors de Belo, j'ai travaillé de mon mieux pour l'amélioration du fameux décret Velázquez. Ni Albe, ni Benlliure, ni Altamira n'avaient l'air de se douter que le premier était nul pour nous et ils cherchaient seulement à faire substituer les mots : Institut de France à Institut français ; la question location ne les intéressait pas, ou bien ils avaient mal compris... Le nouveau décret ne m'a pas plu dans la forme où il était rédigé, ou du moins transcrit dans les journaux »42.

  • 43 Gaceta de Madrid, 23.5.1919, n° 143, p. 639-640. Ossorio avait informé P. Paris de la présentation (...)

42En effet, le 22 mai, un autre décret, présenté par le ministre du Fomento, Ángel Ossorio, avait été paraphé par le souverain. Sous réserve du vote d'une loi par les Cortès - dissoutes, peu auparavant ! - il établissait la cession à l'Institut français (sic) du terrain prévu à la Moncloa par la Direction générale de l'agriculture, dépendant du ministère du Fomento (art. 1). L'organisme bénéficiaire pourrait y construire, avec les annexes nécessaires (jardins, terrains de sports), son école des Beaux-arts, la « Casa de Velázquez » (art. 2). Une commission, composée du directeur de l'École spéciale des ingénieurs agronomes, donatrice, et des directeurs généraux de l'Agriculture et des Beaux-arts, délimiterait le périmètre de la concession (art. 3). Enfin, dans l'ultime article, la possibilité d'accueillir des artistes espagnols était clairement indiquée43.

  • 44 Gaceta de Madrid, n° 144, 24.5.1919, p. 646-647.

43Ainsi, c'était encore l'Institut français qui recevrait le terrain. P. Paris demanda un rectificatif, qui fut publié dans la Gaceta de Madrid du jour suivant : l'Institut de France remplaçait enfin l'Institut français, dans un texte, par ailleurs, identique44.

  • 45 P. Paris et alii, Fouilles de Belo, ouvr. cité, t. 1, p. 5 (photographie) et 12 : P. Paris commet u (...)

44Malgré sa méfiance envers la future commission espagnole de délimitation du terrain, Pierre Paris repartit, rasséréné, vers Bolonia. Legendre, très occupé par l'inspection des écoles, vint rendre visite aux archéologues. Bonsor, de Mergelina et Ricard avaient secondé le directeur dans cette tâche archéologique, qui fut honorée de la venue - à cheval - du gouverneur militaire de la zone (campo) de Gibraltar, le général Villalba44. Cette « brillante » campagne s'acheva à la mi-juin. Les pièces exhumées firent rêver Pierre Paris qui imaginait, déjà, de fonder un grand musée ibéro-romain dans la future Villa Velázquez45.

45Enfin, en ce début d'été 1919, les équivoques s'étaient dissipées. L'Institut de France était, désormais, le parrain attitré de la naissance espérée... principalement à travers l'Académie des beaux-arts, discrètement citée.

Un palais pour une Académie (1919-1920)

46Le grand événement de la signature du traité de paix s'était déroulé à Versailles, le 28 juin 1919. Cinq ans, jour pour jour, après l'attentat de Sarajevo ! Le sentiment qu'une ère nouvelle commençait était, au milieu des lassitudes, partagé par de nombreux citoyens d'Europe : la nouvelle Société des Nations n'y veillerait-elle pas ?

  • 46 CM-Unamuno, Salamanque, Correspondance, enveloppe 58 : lettres manuscrites de Legendre (aux armées) (...)

47La France de Clemenceau et des « poilus » avait, donc, triomphé du militarisme wilhelminien. Durant toute la guerre, Maurice Legendre ne l'avait-il pas écrit à Unamuno : « Venez voir la France ; venez voir rejaillissantes les sources vives de la spiritualité, de l'enthousiasme grave et de la joie éternelle ». « L'heure des résurrections approche ». « La paix ? Nous n'allons pas à un traité, mais à un verdict »46. Legendre pensait, sans doute, au « jugement divin ». Mais les conditions imposées à Versailles, prenaient, pour les Allemands, la forme pesante d'un diktat, d'un Vae Victis ! impitoyable.

  • 47 Ibidem, lettres de Legendre (aux armées), 27.12.1918 et (Madrid) 8.5.1919.

48Pour le secrétaire de l'Office des écoles, la victoire devait apporter à l'Espagne la force utile à la pacification de sa zone marocaine. En collaboration avec la France, le royaume ibérique devait regarder loin. « L'immense Occident espagnol, où les poisons sournois de la Bochie (sic) vont cesser de s'infiltrer, nous sollicite des Pyrénées aux Andes ». L'Espagne avait les ressources qu'il fallait pour que son heure arrivât. Elle ne faisait pas étrange figure auprès des grandes nations qui allaient l'accueillir au sein de la Société des Nations47.

49Ces lignes rassurantes traçaient la voie d'une intime communauté d'idées et d'actions entre les deux nations. Pour sincères qu'elles fussent, ne paraissaient-elles pas trompeuses ?

  • 48 Sur ces pressions et démarches, qui s'étalent de décembre 1918 à février 1919, Germain Ayache, Les (...)
  • 49 AMAE-Paris, série Europe 1918-1929, Espagne, chemise 52, Relations France-Espagne (janvier 1920-jui (...)

50Le Maroc ? Lyautey et le parti colonial ne rêvaient que d'en chasser l'Espagne. Le résident général avait proposé, à l'issue de la guerre, une cession de la zone dévolue au royaume ibérique48. En contrepoint, Madrid exigeait toujours l'intégration de Tanger à ladite zone de protectorat, tant convoitée par les Français de Rabat. En janvier 1920, Alphonse XIII menaça même la République de lui « couper » les crédits accordés en mars 1918 si la ville n'était pas cédée à son pays49. Les rivalités anciennes se réveillaient donc.

  • 50 Fernando María Castiella y Maiz, Una batalla diplomática (1918-1926), Madrid, 1976, 269 p.

51La Société des Nations ? La France y soutenait l'Espagne pour l'accession à un siège permanent au Conseil. Mais face à l'hostilité de certaines puissances européennes et latino-américaines, l'appui français devint assez rapidement timoré50.

52Les relations économiques ? Au déséquilibre commercial, favorable à l'Espagne, mais grevé d'une incompréhension douanière mutuelle, s'ajoutait le recul des intérêts français dans la Péninsule. Financièrement, les crédits de fournitures pesaient lourdement dans la baisse constante du franc, même si les sommes engagées étaient comparativement faibles, face aux dettes interalliées.

53Certes, les liens culturels semblaient faire exception à ce sombre tableau. Mais le flagrant déséquilibre des actions menées de part et d'autre des Pyrénées ne risquait-il pas de provoquer des réticences de la part des Espagnols ? En 1919, il semblait qu'il n'en fût rien.

  • 51 AN-Paris, F21 4739, Expositions : l'État français acheta quatre tableaux exposés au Petit Palais (1 (...)
  • 52 J. Fauque et R. Villanueva Etcheverría, ouvr. cité, p. 476-478.

54À la demande de la section bordelaise du Comité de rapprochement, créée en début d'année, les pièces d'art exposées à Paris d'avril à juin purent être montrées sur les bords de la Garonne, avant d'être rapatriées51. Le docteur Moure, assisté du négociant Marcel Alioth, avait adressé au souverain une requête en ce sens, qui fut immédiatement acceptée. Le 29 juin eut lieu l'inauguration de l'exposition, au musée des Beaux-arts de la cité girondine : les tableaux des modernes, tels Zuloaga et les frères Madrazo, faisaient cortège aux chefs-d'œuvre de Goya : dix-sept toiles et quatre cartons de tapisseries, qu'entouraient, aussi, des meubles et des tapis de la maison royale d'Espagne. L'écrivain Azorin vint, en cette occasion, à Bordeaux52.

  • 53 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité : circulaire du 17.9.1919. Bulletin de la SFB, 1920, p. 14-16 : (...)
  • 54 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4139 : deux notes dactylographiées relatives aux éc (...)

55Le second semestre 1919 fut marqué par la réalisation de nombreux projets de l'Office et du Comité. Outre l'ouverture du Centre français de Saragosse, la transformation du collège de la Société française de bienfaisance de Madrid en lycée devait permettre de mieux fixer les enfants de la haute société dans la mouvance éducative de la République. L'ambassade en avait averti, par circulaire, les postes consulaires de la Péninsule. Le 1er octobre, sous l'autorité d'un proviseur officiel, le nouvel établissement ouvrit ses portes. Au cours de l'Assemblée générale du 21 avril précédent, la Société avait accepté le principe de la cession à l'État français. Par un contrat, signé le 30 décembre, ce fut chose faite53. Pierre Paris et Maurice Legendre pouvaient-ils, néanmoins, se réjouir ? Leur politique scolaire se heurtait à de graves difficultés, dues surtout aux retards des subventions gouvernementales. Le directeur de l'Office des écoles tira la sonnette d'alarme dans un rapport, communiqué à Imbart54.

  • 55 Ernest Mérimée, « Les cours pour étrangers en Espagne », note, BH, 1917, n° 1, p. 90. AR-Toulouse, (...)
  • 56 Ibidem, registre n° 4 (1918-1921) : séance du 9.5.1919.
  • 57 AD-Gironde, carton T43 : affiche Université de Toulouse-IFE, cours de vacances à Burgos, 1919.
  • 58 AAF-Madrid, carton 451, dossier IFB : copie rapport de J. Cavalier à MIPBA-Paris, 31.12.1919. Unive (...)

56Face à tous ces projets en voie de réalisation, la section toulousaine ne demeura point passive. La guerre avait, certes, affecté ses cours d'été de Burgos, qui furent interrompus de 1914 à 1918. Mais, dans la capitale espagnole, les cours et conférences restaient fort prisés du public estudiantin. De 1916 à 1924, Jean Sarrailh et sa femme veillèrent à la bonne marche de l'Union des étudiants, E. Mérimée ne venant à Madrid que pour de courtes périodes, puisqu'il devait assurer - par prolongation - sa charge d'enseignant dans la Ville Rose55. Lors de sa mise à la retraite, le Conseil de l'université décida le maintien de la plus ancienne chaire hispanique de France, où lui succéda son fils, Henri56. Ernest Mérimée conserva, cependant, la direction de l'Union des étudiants. Il relança les cours de vacances de Burgos, qui eurent lieu du 4 août au 18 septembre 191957 À sa demande, le recteur Cavalier, revenu à son poste, en octobre 1917, décida de développer les activités de l'Institut français en créant une section commerciale, à Madrid et Barcelone. Sous le patronage des chambres de commerce françaises des deux grandes cités, les cours et les visites professionnelles débutèrent à l'automne. Cavalier vint inspecter, en décembre, la nouvelle graine semée en terre catalane. L'idée d'y créer un Institut français fut, alors, exprimée par le recteur qui adressa à la Direction de l'enseignement supérieur un rapport en ce sens58.

  • 59 Voir note 54 : document relatif à l'unification de l'IFE, 25.9.1919.

57Pierre Paris, quant à lui, pensait, en permanence, à l'unification de l'Institut. Il adressa une note à Imbart, en indiquant combien l'association des deux universités du Midi de la France était dommageable à la propagation de l'influence française, car aucune unité de pensées et d'actions n'y présidait59.

  • 60 Parité moyenne Ptas/FF de 1914 à 1919 : 1914 = 0,95 ; 1915 = 1,06 ; 1916 = 1,17 ; 1917 = 1,29 ; 191 (...)

58En outre, les deux sections de l'Institut étaient toujours redevables d'une dette envers la Société française de bienfaisance : celle-ci s'élevait à 71.641 ptas, au 31 décembre 1918. Malgré la relative modestie de cette somme, il ne fut pas possible de l'éteindre, à court terme : la situation financière française et l'évolution du taux de change, liées au désir d'élargir leurs activités à de nouveaux domaines, expliquaient cette incapacité. L'affaire, on le verra, « traînera » encore longtemps dans la comptabilité de l'EHEH... Le change, vieille plaie des œuvres françaises d'Espagne ! Il « traumatisait » littéralement Pierre Paris... et bien d'autres. Après une amélioration, à la charnière des années 1918-1919 - il était presque remonté au pair, en janvier 1919 ! - la rechute avait été brutale : 63,3 % entre juillet 1914 et octobre 191960 ! Le directeur de l'EHEH plaidait, sans cesse, en faveur de l'octroi de bourses suffisantes, afin de permettre aux pensionnaires de survivre dans un pays où le processus inflationniste prenait des allures alarmantes.

59Il faut, en effet, considérer divers facteurs dans l'analyse du pouvoir d'achat d'un membre de l'EHEH, à l'automne 1919. Je viens d'en citer deux, le change et le coût de la vie. Mais il fallait y ajouter la faible augmentation du montant nominal des dites bourses : Gaston Etchegoyen et Marcel Schweitzer, les deux « habitants » officiels de l'EHEH en 1919-1920, étaient dotés d'un pécule de 5.000 F payable par quarts. Avant guerre, les boursiers recevaient plus de 4.000 F. Or le franc de 1919 ne valait plus que le cinquième, environ, de sa valeur de juillet 1914 ! Un seul élément tempérait cette véritable « douche froide » : la relative modicité des produits espagnols face aux produits français comparables... mais l'on sait qu'il fallait faire front à un taux de change très désavantageux, puisque les bourses étaient - logiquement - fixées en francs.

  • 61 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 25.11.1919, (...)

60Certes, des indemnités de cherté de vie furent accordées aux membres de l'École par l'université de Bordeaux. Mais « le change nous tue », se lamentait Pierre Paris. Thamin répercuta ce cri de détresse au ministère de l'Instruction publique : « La vie de l'EHEH devient impossible... J'ai autorisé P. Paris à raccourcir les séjours... mais c'est une désertion, une défaite morale aux yeux des Espagnols »61. Le recteur de Bordeaux indiquait que le personnel scientifique de l'EHEH ne pouvait être plus mal payé que les professeurs du nouveau lycée français de la ville, qui touchaient leurs salaires en pesetas...

  • 62 EHEH-RA, 1919-1920, p. 136-139 : CR des travaux de recherche d'Etchegoyen (seconde année) et de Sch (...)

61L'année universitaire 1919-1920 fut peu active. Étaient présents deux pensionnaires - sérieux, certes - mais un « couple » de pensionnaires pouvait-il faire le printemps62 ? Les fouilles de Belo furent, quant à elles, tout simplement, remises... aux calendes suivantes. Il n'y avait, d'ailleurs, aucun membre archéologue, qui fût disponible. Robert Ricard était reparti. Les publications des antiquistes demeuraient bloquées.

  • 63 Ibidem, p. 142-144. Devenu professeur de paléontologie à l'université de Cracovie, il reviendra pas (...)

62Le première originalité de cette période de « vaches maigres » consista, néanmoins, en la présence d'Eugeniusz Frankowski. Ce premier membre libre étranger, originaire de la partie russe de l'ancienne Pologne démembrée, avait travaillé en liaison avec l'actif abbé Breuil. De santé délicate, il fut accueilli cordialement par Pierre Paris dans le petit palais de la rue du Marquis de la Ensenada afin d'y poursuivre ses recherches de paléontologie ibérique63. N'était-ce pas, là, un témoignage de solidarité active de la France avec la vieille nation ressuscitée, alors en guerre contre la Russie bolchévique ?

  • 64 A. Loth était le fils du directeur de l'Enseignement du protectorat du Maroc, que P. Paris avait co (...)

63La seconde innovation - mais en était-ce vraiment une ? - fut la venue d'un jeune peintre, Alfred Loth : « Comme nous l'avions prévu, le rapprochement de cet artiste et de nos philologues a eu la plus heureuse influence réciproque. Nous avons vu, avec joie, une affectueuse camaraderie s'établir entre ces jeunes gens de culture si diverse (sic)... Cette nouvelle expérience nous laisse de plus en plus persuadé que le transfert de notre École à la Casa de Velázquez est de plus en plus désirable64« .

  • 65 EHEH-RA, 1919-1920, p. 139-140.
  • 66 AN-Paris, 5 AR 389 Agence Havas, dossier Madrid, correspondance : lettre Havas à Saint-Aulaire, amb (...)

64Quant à Maurice Legendre, membre libre « permanent », il assurait, avec zèle, le secrétariat de l'Office des écoles. Ses tournées à travers la Pénisule ou dans les Hurdes l'imprégnaient encore davantage de cette Espagne qui, dès avant-guerre, l'avait enthousiasmé65. Son traitement de l'Office des écoles, 4.000 ptas par an, n'était guère suffisant en regard des frais qu'il devait supporter. Aussi, après quelques semaines de négociations, il devint, le 1er mai 1920, le correspondant officiel de l'Agence Havas, à 500 ptas par mois66.

  • 67 ABC, 31.1.1920, p. 17-18. Inauguré en 1902, sous le nom de Teatro Lírico, il était l'un des plus va (...)
  • 68 R. Paris, Souvenirs, p. 1.

65Mais toutes ces difficultés auraient pu disparaître... en fumée, si l'incendie, qui se déclara dans la nuit du 30 au 31 janvier 1920, à l'intérieur du Gran Teatro, édifice contigu au bâtiment de l'Institut français, n'avait été vite maîtrisé. Les pompiers purent sauver la façade et les dépendances de ce lieu de spectacles, ainsi que les maisons voisines... et le Palais de Justice, alors en reconstruction67. On avait dû procéder à l'évacuation, en plein hiver, des occupants de l'Institut, parmi lesquels les Sarrailh et René Paris, qui avaient souvent « profité » des airs d'opéra qui, en période de forte chaleur, s'envolaient à travers les fenêtres ouvertes68.

66Cet incident donna-t-il des « sueurs froides » au père de René ? Rêvant de son « Grand Palais » à la campagne, loin des miasmes d'un centre-ville décidément bien dangereux, il harcelait Français et Espagnols.

67Avec la publication du décret royal du 22 mai 1919, le directeur de l'EHEH avait obtenu que le dossier Casa de Velázquez ne fût pas oublié par les autorités espagnoles. La situation sociale et politique était alors si mouvementée que le risque en était immense.

  • 69 ACCD-Madrid, liasse 452-19 : Casa de Velázquez, liste des membres de la Commission, 30.7-1.8.1919.

68Des élections aux Cortès eurent lieu les 1er et 15 juin : deux mois plus tard fut constituée la commission permanente chargée d'étudier le projet de loi relatif à la concession d'un terrain de la Moncloa pour le futur centre artistique français. Le président en fut Romanones qu'assistaient notamment Melquiades Álvarez, Salvador Canals, Pablo Iglesias et José Morote69.

  • 70 Widor, « La maison de l'Institut de France à Londres », Bulletin de l'ABA, n° 3, janvier-juin 1926, (...)
  • 71 Ibidem, fol. 53. Néanmoins, malgré le désengagement partiel des Rothschild français des affaires es (...)

69À Paris, l'Académie des beaux-arts affirma clairement son attachement au projet madrilène. Tous les membres de la Commission des beaux-arts du Comité de rapprochement provenaient de ses rangs. Outre la collecte des fonds destinés à la construction de la Villa Velázquez, elle désirait développer son action à travers l'orbe occidental, ainsi qu'en témoigna la fondation d'une maison de l'Institut à Londres. Widor avait, en effet, sollicité ses collègues-mécènes, parmi lesquels le plus fortuné était Edmond de Rothschild. Celui-ci répondit au Secrétaire perpétuel que l'Angleterre, notre alliée, était « plus intéressante encore ». Les deux académiciens firent donc un voyage dans la capitale britannique, en juillet 1919. Un hôtel particulier fut acquis, à Queen's Gâte, et inauguré en fin d'année par le président Poincaré, alors en visite officielle70. « C'est de la fondation de Madrid qu'est résultée celle de Londres, mais de combien de longueurs celle du baron de Rothschild a-t-elle devancé la nôtre, au jour de l'inauguration, c'est ce qu'il était facile de prévoir »71.

  • 72 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 18.10.1919, p. 141, désignation des membres de la délégation  (...)

70La venue d'Alphonse XIII à Paris et sur les champs de bataille permit une rencontre dans l'après-midi du lundi 20 octobre, à l'ambassade d'Espagne. Une délégation de l'Académie fut alors reçue par le souverain : outre Widor, elle comprenait Bonnat, le sculpteur Marqueste, l'architecte Nénot, le graveur Sulpis, Camille Saint-Saëns et Edmond de Rothschild, membre libre72.

71Ces retrouvailles du roi avec la France nouvelle de l'après-guerre ne pouvaient, cependant, dissimuler les embûches qui parsemaient le dur chemin du rapprochement. Le 5 novembre, à l'occasion d'un grand banquet du parti libéral, à l'hôtel Ritz, Romanones n'avait-il pas prôné la poursuite de la politique extérieure d'avant-guerre, visant à l'entente entre Madrid, Londres et Paris ?

72Dans ce contexte, favorable - mais toujours délicat - les académiciens furent confortés par le résultat des élections législatives françaises du 16 novembre, qui donna au pays une large majorité conservatrice, avec laquelle les contacts seraient plus aisés, si la souscription en cours ne comblait pas les espérances et les besoins escomptés.

73L'Académie avait, peu de temps auparavant, choisi en son sein une commission chargée d'étudier un projet de règlement : chaque section y était représentée.

  • 73 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 11.10.1919, p. 138.
  • 74 Une lettre à Morel-Fatio, montre clairement les inquiétudes de P. Paris, au sujet de l'intégration (...)

74Rédigé par Pierre Paris, un texte concernant la future Villa madrilène fut présenté à l'Académie73. Il était clair que le choix des candidats de la branche artistique de Paris et de province relèverait de la seule compétence de la compagnie du Quai Conti, mais le problème essentiel résidait en la conclusion d'un accord avec Bordeaux74.

75Les questions du loyer et de la nomination du directeur de la Villa taraudaient visiblement l'esprit des membres du Conseil de l'université bordelaise. Quels avantages, autres que de prestige, pouvait-on retirer d'une association avec l'Académie des beaux-arts ? Malgré la venue de Pierre Paris sur les bords de la Garonne, les réticences étaient à l'ordre du jour. Le Conseil voulait de fermes garanties d'autonomie qu'il présenta en sept points :

  • une installation dans un pavillon indépendant, avec une plaque d'entrée spécifiant la nature de l'EHEH,

  • un droit de regard délibératif sur la nomination du directeur et de son adjoint, l'Université choisissant l'un d'entre eux, en accord avec l'Académie,

  • la limitation des frais salariaux du responsable par elle nommé,

  • le maintien du vote du budget de l'EHEH par le Conseil,

  • la capacité de recevoir une part - négociable - des libéralités non spécifiques faites en faveur de la Villa,

  • l'entrée en vigueur du contrat n'aurait lieu que lors de la réunion, par l'Académie, des sommes nécessaires à la construction et à la gestion de l'ensemble,

    • 75 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 21.10 et 13.11.1919, p. 425 et 431.

    la possibilité de réinstallation dans les locaux de l'Institut, en cas de rupture du contrat75.

  • 76 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms4163 : lettre de P. Paris (Bordeaux) à Imbart (Paris (...)

76Les négociations avec l'Académie pouvaient alors être engagées sur ces bases. « L'amour-propre un peu enfantin de quelques uns de nos collègues a failli faire tout craquer. Ils s'acharnaient à soutenir qu'une alliance entre une humble université et une section de l'Institut devait être fatale à l'œuvre créée par Bordeaux, que cette œuvre serait absorbée ou annihilée. Mais j'avais beaucoup d'arguments, j'ose le dire, de premier ordre, dans mon sac et j'ai obtenu gain de cause. MM. Thamin, Masqueray et Dresch (le nouveau doyen des lettres) ont été chargés de voir Widor »76.

  • 77 AABA-Paris, Fonds CV : lettre de P. Paris (Bordeaux) à Widor (Paris), 14.11.1919.

77Le même jour, Pierre Paris adressait une autre missive au secrétaire perpétuel de l'Académie. Il lui enjoignait de tenir compte de l'amour-propre des universitaires bordelais, flattés d'être associés à l'Académie, mais craintifs d'une « ingestion » fatale : quelques modifications secondaires - et l'apposition d'une plaque adéquate - pourraient venir à bout de cette méfiance. Le financement et le droit de nomination devaient être l'objet de particulières attentions77.

  • 78 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris) (...)

78À leur retour des fêtes patriotiques et universitaires de Strasbourg, les trois délégués bordelais rencontrèrent Widor, le 25 novembre, à Paris. L'entretien fut fructueux : Homolle y assistait, Imbart n'ayant pu se déplacer. Après consultation de la Direction de l'enseignement supérieur, l'affaire paraissait conclue78.

  • 79 AD-Gironde, carton T43 : carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), (...)

79Le projet de convention fut présenté aux membres du Conseil de l'université de Bordeaux, dans la séance du 9 décembre. Les garanties, demandées trois semaines auparavant, avaient été respectées : l'ultimatum que Pierre Paris espérait voir posé, par Thamin, à l'Académie avait produit l'effet recherché79.

80En effet, dans cette négociation, le directeur de l'EHEH avait joué un parfait double jeu en faveur de l'alliance qu'il désirait tant. Il avait exhorté les deux parties à la « fermeté souple ». La position réelle des éléments constitutifs de la future Villa-Casa ne pourrait être fixée que par l'extension matérielle et juridique à chacun dévolue, dans le cadre de la loi espagnole alors en préparation.

  • 80 M. Legendre, La Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 15, parle, à tort, d'une concession « pour une pério (...)

81De ce point de vue, l'Académie jouissait d'un réel avantage puisque le décret du 22 mai rectifié l'instituait bénéficiaire du terrain. Mais aucune précision temporelle n'était inscrite80.

  • 81 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 26.12.1919, p. 439.

82Ainsi la Compagnie pouvait-elle fixer l'avenir avec sérénité, et elle le fit savoir à l'université de Bordeaux, dont le Conseil reçut un aimable mot de Widor, indiquant l'unanimité de ses collègues, quant à la signature prochaine du projet de convention81.

  • 82 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), s.d. (fin décembre 191 (...)
  • 83 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 9.12.1919, p. 435.
  • 84 AR-Toulouse, registre CU n° 4 : séance du 9.1.1920, p. 69.

83Mais la nouvelle liaison - là encore - n'était pas si idyllique qu'on voulait bien le croire. En premier lieu, Bordeaux devait engager des négociations financières avec Toulouse, dans la perspective d'une séparation future entre l'EHEH et l'Union des étudiants : il fallait assurer, en outre, à la Société française de bienfaisance le paiement de la location du « petit palais » de l'Institut français. Pour Pierre Paris, le plus tôt serait le mieux : la gestion commune lui devenait insupportable. Même le traitement du concierge, Soutiras, était un imbroglio gênant : « Heureux effet de cette association qu'il me tarde de voir cesser, je vous l'assure82 ! » Les pourparlers entre les deux universités du Midi furent engagées par Bordeaux en décembre : Toulouse, en échange d'une totale liberté dans les locaux de la rue du Marquis de la Ensenada, paierait une somme forfaitaire annuelle de 10.000 F que l'EHEH reverserait à l'Académie, dans le cadre de sa participation à l'œuvre de la Villa Velázquez83. Cette somme parut élevée au Conseil universitaire toulousain, mais les perspectives étaient dignes d'attention84. La discussion épistolaire fut âpre... pour de simples questions de « gros sous », le change étant résolument catastrophique pour la devise française. Mais sur le principe d'une séparation, tout le monde paraissait d'accord : Thamin et Cavalier se rencontrèrent à Paris, dans le bureau du directeur de l'Enseignement supérieur. La conciliation fut concluante. Un projet de convention entre les deux universités fut établi : elle n'entrerait, bien sûr, en vigueur que lorsque l'EHEH quitterait les locaux du centre-ville : un véritable « petit système de vases communicants » était ainsi prévu.

  • 85 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 30.1, 2.3, 19.3 et 27.4.1920, p. 446, 453 et 463-464.
  • 86 Ibidem, séances des 4.6 et 25.6.1920, p. 474 et 476. AR-Toulouse, registre CU n° 4 : séances des 14 (...)

84Toulouse manifesta son agrément dès le 19 mars 192085. Bordeaux, avec deux additifs visant à se prémunir d'éventuels recours de la part de la Société française de bienfaisance, fit de même, un mois plus tard. L'accord définitif fut acquis en juin86.

85Mais tout dépendait des progrès de la Villa Vélasquez... sur le terrain. En effet, n'était-il pas étrange que l'on s'occupât des implications juridiques de la création d'une institution en gésine, ou au mieux - pourrait-on dire - d'une « réalité non encore existante » ? Là encore, cette tactique s'avéra payante pour Pierre Paris.

  • 87 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 18.10.1919.
  • 88 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris citée note 76, qu'il conc (...)
  • 89 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imb (...)
  • 90 Ibidem, carton Ms 4159 : lettre dactylographiée de M. Legendre (OEFE-Madrid) à Imbart (Paris), 17.1 (...)
  • 91 Ibidem, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 2.1.1920. AABA-Pa (...)

86Savait-il que, dès octobre 1919, Widor avait évoqué son nom pour la direction de la future maison de la Moncloa87 ? Son échec à l'élection pour un siège à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, mi-novembre, ne parut pas trop l'affecter : il ne se faisait guère d'illusions88. Ce qu'il voulait avant tout, c'était la venue des académiciens - Widor et Imbart - afin que l'on prît possession de la parcelle dévolue à l'Institut de France. Un architecte de l'Académie, Henri Deglane - ou, à défaut, Charles Girault - serait le bienvenu. Il fallait délimiter, tracer les plans du parc et obtenir des plants d'arbres de la ville de Madrid, afin qu'il y eût ombrage et verdure lors de l'inauguration de l'édifice89... Bref, il était nécessaire de s'assurer, au plus vite, des droits de propriété. Certes, la situation politique et sociale n'était guère brillante ; le change était effroyable, mais les œuvres françaises, tels le Lycée de Madrid et l'Institut de Saragosse, prospéraient. Legendre était un parfait lieutenant, dans ses tâches de l'Office des écoles. Ce dernier avait aussi alerté Imbart sur des rumeurs, visant à remettre en cause l'emplacement du terrain : il y voyait une manœuvre de certains secteurs germanophiles, tandis que se mettait en place un nouveau cabinet, sous l'autorité d'Allendesalazar. Benlliure avait été remplacé, à la tête de la Direction générale des beaux-arts, par le comte de Peña Ramiro, qui paraissait parfaitement disposé envers le projet de la Casa de Velázquez90. Le directeur de l'EHEH le rencontra donc : la crainte d'une délimitation effectuée unilatéralement par la commission espagnole, créée par l'article 3 du décret du 22 mai 1919, l'incitait à réclamer l'arrivée rapide de Widor et d'Imbart91.

  • 92 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris) (...)

87Il n'était pas question d'attendre que le change se relevât : il fallait contacter banques et entreprises de construction, louer provisoirement des appartements, afin d'y loger des artistes, qui seraient les précurseurs des futurs pensionnaires de la Villa. Pour toutes les démarches il fallait un directeur : Pierre Paris se proposait de remplir, à titre gracieux, cette tâche, mais il était indispensable, avant tout, que pouvoir fût donné à des représentants de l'Académie, dans la capitale espagnole. Outre lui-même, Pierre Paris songeait à Legendre, à l'ambassadeur - ou à l'un de ses principaux collaborateurs - et à Benlliure, correspondant de l'académie parisienne92.

  • 93 Ibidem, carton Ms 4159 : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Imbart (Paris), 27.1.1920.

88L'adjoint du directeur de l'Office des écoles apparaissait, ainsi, de plus en plus associé au destin de la future Casa. L'entente entre les deux hommes s'affirmait au fil des mois. À la mi-janvier 1920, Legendre rappela à Romanones, dont il admirait la francophilie, l'affaire du terrain93. L'ancien président du conseil, toujours directeur de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, était, en effet, le membre le plus influent de la Commission mixte permanente des Cortès qui avait été constituée pour examiner le projet de loi relatif à la cession d'une parcelle de la Moncloa à l'Académie des beaux-arts.

  • 94 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 24.1.1920, à laquelle participa P. Paris.
  • 95 AABA-Paris, Fonds CV : double du pouvoir sur papier timbré, signé par Widor, 31.1.1920.

89Le « patron » de l'EHEH était arrivé dans la capitale française, afin de plaider l'urgence d'un blanc-seing94. Widor, en accord avec ses collègues, établit, donc, un pouvoir en faveur de l'ambassadeur, de Benlliure et de Pierre Paris. Il s'agissait bien de prendre possession du terrain visité en décembre 191795.

  • 96 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Wid (...)

90Aussitôt revenu à Madrid, l'archéologue fut encore reçu par de Peña Ramiro, qui lui montra le plan dressé par Flores pour les Cortès. Le directeur des Beaux-arts lui indiqua que l'affaire serait vite conclue... au lendemain des « jours gras ». Mais, après réflexion, le haut fonctionnaire se ravisa : au lieu d'une location à durée indéterminée, le successeur de Benlliure envisagea une cession en usufruit à durée illimitée. Pierre Paris put contempler le nouveau texte proposé, qui lui parut « bien », si ce n'était la constitution d'un « certain patronato franco-espagnol », dont il fit réduire l'importance. « Mais cette importance est toute théorique, et je connais en Espagne, le sort de ces juntas... et au besoin (ce comité de patronage) serait utile car, d'après ses attributions, il déciderait sans appel, en cas de difficultés, et dispenserait de recourir aux ministres ou à leurs bureaux ». De Peña Ramiro espérait, toujours selon Pierre Paris, que la loi fût rapidement votée... mais on était, alors, en pleine crise ministérielle. La remise du terrain ne serait chose faite... « qu'après-demain ». Il fallait songer à un architecte et à une installation provisoire, à l'automne, grâce à des bourses financées par des municipalités, des chambres de commerce et des sociétés artistiques françaises96.

91De nombreux incidents, aux Cortès, réunies en session permanente, pouvaient faire craindre que la loi relative à la Casa de Velázquez ne fût sacrifiée aux dossiers budgétaires - les Cortès n'avaient pas voté un budget depuis 1914 ! - militaires ou ferroviaires. Grèves et assassinats se multipliaient à travers la péninsule. Un pronunciamento avait été rapidement réprimé à Saragosse en janvier. L'atmosphère était devenu si délétère que toute inattention eût été fatale.

  • 97 ACCD-Madrid, liasse 452-19, dossier CV : accord royal de présentation du projet de loi (Alphonse XI (...)

92Avec l'approbation royale, Allendesalazar put, enfin, présenter le projet aux Cortès, le 5 mars 1920. Dans sa déclaration-préambule, le président du Conseil évoqua l'idée de création, dès 1909, d'un centre artistique français en Espagne, qu'aurait exprimée l'ambassadeur de l'époque. Reprise par les comités de rapprochement franco-espagnol, elle visait à créer une Casa de Velázquez « qui doit avoir pour horizon, le fond des tableaux du grand peintre »97.

  • 98 Ibidem, déclaration d'approbation du Sénat, signée par Joaquín Sánchez de Toca, président et par de (...)

93Le texte, approuvé par le Sénat, le 17 mars, fut transmis aussitôt à la Chambre des députés. Un rapporteur et un suppléant furent désignés, au sein de la Commission permanente : José Morote, député libéral romanoniste, et Juan Rovira, député catalaniste, approuvèrent le projet et proposèrent, très vite, de le soumettre aux votes de leurs collègues, le 22 mars. Ce ne fut qu'une formalité98.

  • 99 Cette coupure de presse, traduite en français, 3 fol., se trouve dans AN-Paris, F215867, dossier CV
  • 100 AABA-Paris, Fonds CV : carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Widor, 13.3.1920.
  • 101 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imb (...)

94Le journal El Sol, dans son édition du 11 mars, avait publié le texte présenté au Sénat99. Pierre Paris put, ainsi, en adresser une traduction à Widor100. Il fit de même pour Imbart, agrémentant son envoi de quelques remarques secondaires ; rien de dangereux dans les dispositions prévues. Même pour le patronato, on pouvait « laisser courir », car il n'aurait jamais rien à faire... et, pour les Espagnols, cela pourrait éviter, en cas de réunion, des démarches et des palabres diplomatiques sans fin. Un élément de grande importance était, néanmoins, à signaler : l'exemption d'impôts, à charge de réciprocité pour une éventuelle « Casa de Carpeaux » (sic) qui serait fondée à Paris. Commentaire cruel, mais réaliste, du directeur de l'EHEH : « Le jour (en) est, à mon avis, plus que lointain »101.

  • 102 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 28.2.1920, p. 165, où fut communiquée une lettre de Benlliure

95La réciprocité était, pourtant, à l'ordre du jour : en effet, en réponse à la « Semaine Espagnole » de Paris, le Comité de Aproximación Hispano-Francés, animé en la circonstance par Benlliure et Altamira, avait prévu d'organiser une « Semaine Française » à Madrid. Le programme, bien lent à se dessiner, s'articulait à l'origine, sur deux pivots : une exposition de graveurs en médailles français et l'inauguration des salles de peinture française du Prado102.

  • 103 Voir notes 100 et 101.
  • 104 Le comte de Saint-Aulaire (1866-1954) avait été longtemps en poste à Tanger (1901-1909) et à Rabat, (...)
  • 105 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 2.4. (...)

96On évoqua aussi, du côté espagnol, un festival musical autour de l'œuvre de Charles-Marie Widor, mais les contours des manifestations prévues restaient encore flous103. Y aurait-il des conférences, des réunions de travail ? Pierre Paris était d'autant plus ennuyé que les délais étaient courts et que l'ambassadeur Alapetite était définitivement parti, le 11 mars. Son successeur, le comte de Saint-Aulaire, arriva à Madrid à la fin du mois104. Pierre Paris le rencontra, afin de le mettre au courant des affaires culturelles, dont il avait la charge. Les Espagnols envisageaient d'organiser une importante cérémonie sur « le terrain Velázquez »105.

  • 106 ACCD-Madrid, liasse 452-19 : note de transmission du président de la Chambre des députés au préside (...)
  • 107 Gaceta de Madrid du 18.4.1920, n° 109, p. 194 (traduction de l'auteur).

97La loi devait, donc, être publiée impérativement avant que n'ait lieu cette manifestation. Ce fut bientôt chose faite : après avoir été transmis par le président de la Chambre des députés au pouvoir exécutif, le texte fut signé par le roi, le 17 avril, et contre-signé par le chef du gouvernement, Allendesalazar106. La publication eut lieu, dès le lendemain, dans la Gaceta de Madrid107. Ce texte, toujours en vigueur, était ainsi formulé :

Alphonse XIII, roi d'Espagne par la grâce de Dieu et par la Constitution.

À tous ceux qui liront et entendront la présente, sachez que les Cortès ont décrété et que Nous avons approuvé ce qui suit :

Article 1 - Le gouvernement de Sa Majesté est autorisé à céder en usufruit temporaire gratuit, pour une durée indéfinie, la parcelle, d'une surface approximative de 21.600 mètres carrés, dans le domaine de l'État appelé Moncloa, situé sur le territoire de cette capitale et à laquelle se réfère le plan ci-joint dressé à Madrid, le 13 décembre 1918, par l'architecte Don Antonio Flores.

Cette autorisation est octroyée en témoignage de particulière considération envers la nation française et à la seule fin d'ériger à Madrid une École des beaux-arts, comme celles que la France possède à Rome et à Athènes, en vue d'y loger de jeunes artistes pensionnaires, des membres de l'École des hautes études hispaniques, des professeurs français de passage en Espagne et des artistes espagnols qui solliciteront leur admission, en réunissant des conditions réglementaires, à adopter en temps opportun.

Article 2 - La cession est réalisée aux conditions suivantes :

A) L'utilisation du terrain cédé, la construction de l'édifice, son organisation, direction et administration complète, ainsi que les frais de toute sorte qu'occasionneront son installation et son entretien, sont à la charge directe et exclusive d'une institution qui s'appellera « Casa de Velázquez », partie intégrante de l'Académie des beaux-arts de Paris. L'institution devra préalablement établir qu'elle est constituée en stricte conformité avec les prescriptions des articles 5 et suivants de la loi du 1er juillet 1901 et des dispositions complémentaires édictées par la République Française. Elle devra, en Espagne, remplir les formalités d'enregistrement prévues par la législation en vigueur sur les associations.

B) L'institution « Casa de Velázquez » aura comme fin sociale unique celle qui est formulée à l'article 1.

Cette fin exclusive ne pourra, en aucune manière, ni sous aucun prétexte, être modifiée, soit en fait, soit en droit, sans qu'une nouvelle loi ne le permette, le gouvernement espagnol se réserve la faculté de fermer immédiatement l'établissement et d'en décréter la saisie, à quelque moment que ce soit, s'il estime qu'une infraction à cette condition est prouvée.

C) L'institution aura pleine personnalité juridique et, sauf en ce qui concerne son organisation interne, qui lui est propre et qui sera de la compétence de sa Junte ou Conseil directeur, conformément aux statuts, elle sera soumise à la haute inspection des Gouvernements français et espagnol par l'intermédiaire d'une Commission (Patronato) composée de l'Ambassadeur de la République Française en Espagne, du Ministre d'État du Gouvernement espagnol, lesquels présideront alternativement pendant un an, par le Directeur de l'Institut français en Espagne, les Directeurs généraux des Beaux-arts et de l'Agriculture, des Mines et des Forêts, représentant le ministère de l'Instruction publique et le ministère du Fomento et par la personne qui assume la représentation légale de l'Académie des beaux-arts de Paris, ou, en son absence par le Directeur de l'Institution « Casa de Velázquez ».

Cette commission aura compétence pour régler, sans appel, tous les incidents qui pourraient naître des divergences d'opinion quant à l'usage et à l'exercice du droit d'usufruit ou des autres droits que la présente loi reconnaît à l'Institution et l'exécution des décisions, ainsi que l'arbitrage dans le cas de partage égal des voix, feront l'objet d'une Ordonnance royale, sous couvert de la Présidence du Conseil des ministres.

D) Durant l'existence de l'Institution, les ressortissants français qui constituent la Junte ou Conseil directeur, ainsi que les autres ressortissants français qui seront affectés à la « Casa de Velázquez » à titre de pensionnaires, professeurs etc... restent soumis au régime que les lois espagnoles ont établi ou établiront pour les étrangers.

E) Au cas où l'Institution « Casa de Velázquez » viendrait à s'éteindre ou bien si l'une des hypothèses prévues au paragraphe B se réalisait, l'État espagnol recouvrerait la pleine propriété de la parcelle et acquerrait, sans avoir à verser d'indemnité à quelque titre que ce soit, les constructions et les aménagements qui, jusqu'à ce moment, y auraient été faits.

Article 3 - La Commission (Patronato) fixera les conditions auxquelles les artistes espagnols qui le solliciteront pourront être admis à bénéficier du régime et des avantages de l'Institution. Les décisions de la Commission seront considérées comme partie intégrante des statuts de l'Institution.

Article 4 - L'Institution « Casa de Velázquez » jouira d'une exonération permanente s'étendant aux contributions territoriales et urbaines, en ce qui concerne le terrain et les constructions, à l'impôt sur les biens des personnes juridiques, et également aux droits royaux correspondants à cette cession gratuite, ainsi qu'aux autres impôts, à condition que le Gouvernement de la République Française déclare qu'il garantit l'octroi de concessions équivalentes à l'Institution espagnole similaire, quelle qu'elle soit, qui pourrait être établie sur le territoire de la République.

Article 5 - Cette loi publiée, le ministère du Fomento, après nouvel arpentage, et avec l'assistance du représentant légal de l'Institution « Casa de Velázquez », transférera la parcelle au ministère de l'Instruction publique et des beaux-arts ; ce Département mettra alors l'Institution en possession de ladite parcelle, pour tout effet de droit, sous le contrôle du Ministère des finances.

Article final - Par cette loi sont annulées toutes les dispositions antérieurement édictées en ce qui concerne l'établissement de la « Casa de Velázquez ».

Ainsi, à tous les tribunaux, à tous les gouverneurs et à toutes les autorités civiles, militaires et ecclésiastiques de toutes sortes, Nous ordonnons d'observer, de faire observer et d'exécuter cette loi dans toutes ses prescriptions.

Fait en mon Palais, le dix-sept avril 1920

Le roi (signature)

Le président du Conseil des ministres

Manuel Allendesalazar (signature)

  • 108 La création de la Casa de Velázquez pouvait-elle entrer dans le cadre de la convention consulaire f (...)

98Cette loi, qui annulait les décrets de 1918 et 1919, rendait légale l'existence de la Casa de Velázquez. Elle créait l'institution sur un terrain précis, sans qu'un accord fût passé avec la République française. Elle n'engageait donc pas directement l'État français qui, cependant, devait « assurer » une exonération réciproque, en cas d'installation espagnole en France. Il ne s'agissait, en aucune façon, d'un acte de droit international108. Pourtant, le bénéficiaire était une institution culturelle étrangère qui tirait sa propre existence d'une représentativité nationale, en vertu de dispositions largement antérieures à la loi française sur les associations du 1erjuillet 1901.

  • 109 André Derrouch, L'Institut de France. Son statut juridique, thèse de droit, université de Toulouse, (...)

99Cette ultime référence posait, en réalité, le statut juridique de l'Institut de France, à travers l'Académie des beaux-arts109.

  • 110 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 172. En 1936, le gouvernement italien fit jouer le d (...)

100La Villa Médicis était propriété de l'État français, depuis 1803, l'Académie en assurant la gestion artistique. Quant aux autres écoles françaises de recherche à l'étranger, elles étaient - souvent en location - sous la tutelle du ministère de l'Instruction publique, l'École française de Rome ayant le statut particulier d'une location symbolique à l'État français, propriétaire, depuis 1911, de l'édifice du Palais Farnèse110.

101Le nouveau cas madrilène, très différent de celui des édifices de la rue du Marquis de la Ensenada, pose, manifestement, un problème juridique complexe qui reste aujourd'hui entier.

  • 111 M. Bruézière, ouvr. cité, p. 87. Le congrès eut lieu du 25 au 29.4.1920 (et non en 1919)
  • 112 Au sujet de la visite de Joffre à Madrid et Barcelone, où éclatèrent des incidents autonomistes, vo (...)

102Pierre Paris, au moment où la loi fut publiée, se trouvait à Barcelone pour y organiser une exposition relative aux écoles françaises de Catalogne. Le congrès de l'Alliance française fournissait l'occasion d'une telle manifestation, qui remporta un vif succès, malgré l'absence des autorités françaises111. Le directeur de l'Office des écoles attendait la visite du maréchal Joffre et de l'ambassadeur112.

  • 113 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Barcelone) à (...)
  • 114 Ibidem, carton Ms4165 : lettre manuscrite confidentielle de Saint-Aulaire (Madrid) à Imbart (Paris) (...)
  • 115 Ibidem, lettre de Saint-Aulaire du 22.4.1920, communiquant la note Legendre et la copie d'une dépêc (...)
  • 116 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4159 : lettre dactylographiée de Legendre (Madrid) (...)

103Quant au programme de la Semaine française, il paraissait alors fixé : « Il y aura sur le terrain Velázquez une cérémonie que je préparerai avec soin »113. Il espérait la présence d'un grand nombre de personnalités françaises et espagnoles, les deux comités de rapprochement franco-espagnol apparaissant comme les véritables maitres-d'œuvre des réjouissances, à la préparation desquelles l'ambassadeur participa, en tentant d'équilibrer la présence d'invités progressistes par des célébrités connues pour leur conservatisme : ainsi proposa-t-il Barrés, pour leur « faire face »114. Legendre abondait dans le même sens. Ne craignait-il pas que les « forces de gauche » ne pussent accaparer le bénéfice de ces manifestations115 ? Il avait, quant à lui, suggéré la venue du général de Castelnau, militaire bien connu et catholique de surcroît116.

  • 117 Saint-Aulaire, ouvr. cité, p. 503-504.

104Ces manœuvres montrent clairement la profonde nature politique de l'action du Comité : le rapprochement dans le retour à l'ordre conservateur. « Hobereau du Périgord », comme lui-même se définissait, l'ambassadeur de France se révélait en plein accord avec ce programme. Catholique, royaliste, il était très lié au père Babin et admirait la mystique architecture de l'Escurial. Il espérait fermement, que la reprise des relations avec le Saint-Siège puisse « redorer le blason » de la République auprès des catholiques de la Péninsule117.

  • 118 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : d. n° 367, Ambassade-Paris (Faura) à M. État-Ma (...)

105La liste des invités français, communiquée par l'ambassade d'Espagne à Paris, ne pouvait, dans l'ensemble, effrayer les « bien pensants »118. Certes, quelques rares personnalités résolument « laïques » en faisaient partie, tels Petit-Dutaillis et Martinenche, mais elles étaient - somme toute - isolées. Pour la première fois, la section toulousaine du Comité de rapprochement était représentée par Joseph Carrère, président d'une Chambre de commerce franco-espagnole en voie de formation.

  • 119 Outre les informations de la presse madrilène, le CR le plus complet de la Semaine Française de Mad (...)
  • 120 Au sujet des thèmes abordés durant les séances de travail, voir A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 3 (...)
  • 121 L'exposition eut lieu dans les salles du MAM. Le commissaire en était le médailleur Émile Vernier ( (...)

106Les cérémonies débutèrent le mercredi 19 mai, en présence du roi : dans l'enceinte de la Real Academia Española, le président Antonio Maura souhaita la bienvenue aux congressistes119. Réceptions, banquets et réunions saupoudrèrent un programme bien chargé, que vinrent rehausser divers concerts120. L'exposition des médailleurs et les deux salles d'art français du Prado furent inaugurées par le souverain, entouré de la famille royale121.

107Mais, bien sûr, la grande festivité attendue était la pose de la première pierre de la Casa Velázquez. Elle se déroula dans la matinée du 22 mai, un an, jour pour jour, après la signature du décret accordant une parcelle du domaine de la Moncloa à l'Institut de France. La « vieille Dame » du Quai Conti était représentée par Imbart de la Tour et Widor, accompagnés de Raphaël Georges-Lévy et de Charles Lallemand. La délégation du Comité de rapprochement était complétée par la présence du trésorier, Fourcade, et du secrétaire, Marvaud. Le docteur Moure, de Bordeaux, était du nombre, ainsi que les deux recteurs, Thamin et Cavalier.

  • 122 Dr. Lucien Graux, L'Espagne économique, Paris, 1932, p. 52, évoque aussi les discours prononcés, lo (...)

108Du côté espagnol, le gouvernement, dirigé par Eduardo Dato, était au complet. Avec le duc d'Albe, les membres du Comité de Aproximación, notamment Altamira, Benlliure et Blay. De nombreux politiciens, des universitaires, des savants, des hauts fonctionnaires et l'évêque du diocèse de Madrid-Alcalá122.

  • 123 Jean-Baptiste Barbier, Un frac de Nessus, Rome, 1951, p. 162-163. Dans ces Mémoires, l'auteur, jeun (...)
  • 124 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 52 : t. n° 202-203, Ambassade-Madrid à MAE - (...)
  • 125 J.-B. Barbier, ouvr. cité, p. 163. La pierre coûta la somme de 350 Ptas : AABA-Paris, Fonds CV, com (...)

109Après le duc d'Albe, le secrétaire perpétuel de l'Académie improvisa un petit discours, remerciant le roi de l'intérêt qu'il manifestait à l'œuvre de rapprochement franco-espagnol, en général, et à la naissante Casa, en particulier. L'ambassadeur fit de même. Il avait, lui aussi, préparé, au dernier moment, les propos qu'il adressa au public, rassemblé sur le terrain dénudé123. Enfin, Alphonse XIII évoqua, en un excellent français - aux dires des témoins - « la conciliation des intérêts légitimes des deux nations, dans un esprit d'entente sincère ». Il marqua cette phrase, que, selon Saint-Aulaire, le souverain n'avait aucune raison spéciale de prononcer, en la circonstance. Sa volonté d'obtenir l'intégration de Tanger à la zone marocaine dévolue au royaume ibérique, devenait une obsession. L'espoir d'entamer des négociations restait donc très vif chez les Espagnols, concluait l'ambassadeur. On était bien loin de la « Maison Velázquez »124... Mais, malgré sa francophilie sincère - la documentation allemande l'atteste - Alphonse XIII, le Bourbon, n'était-il pas, avant tout, roi d'Espagne ? Après le discours de son époux, la reine Victoria Eugenia cimenta la pierre fondatrice. La cérémonie prit fin et l'on enleva la pierre fraichement posée ! À l'attaché d'ambassade Barbier, qui s'étonnait d'une telle initiative, il fut répondu que la crainte d'un vol nocturne justifiait cette précaution125.

  • 126 Saint-Aulaire, ouvr. cité, p. 518 : le diplomate confond le Tres de Mayo avec le Dos de Mayo. Quant (...)

110Dans l'après-midi, Alphonse XIII se promena au Musée du Prado avec les délégués français. Entre les cimaises des grands peintres espagnols, les tableaux de Goya attirèrent particulièrement les yeux, mais, selon Saint-Aulaire, les événements de mai 1808 l'emportèrent sur La Maja Desnuda. Le roi s'en rendit compte : « C'est une histoire vieille maintenant de plus d'un siècle, ça ne nous empêche pas d'être maintenant de très bons amis. Si de chastes membres de l'Institut de France préfèrent ce carnage à la Maja nue, ne les dérangez pas » aurait-il dit à l'ambassadeur qui essayait, vainement, de détourner l'attention de ses compatriotes126. On se congratula fort pour le succès d'une telle semaine.

  • 127 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : lettre dactylographiée n° 202, Saint-Aulaire au (...)

111Millerand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, adressa un message de remerciements au ministre d'État espagnol : « La présence de la famille royale, du président du conseil, de votre Excellence et de tant de personnages illustres à la pose de la première pierre de la Maison Velázquez est également un témoignage particulier dont la France sentira tout le prix »127. Mais quel prix ? Certainement pas Tanger, thème brûlant que Saint-Aulaire ne devait, en aucune manière, aborder avec ses interlocuteurs, avant que ne fût prise, avec Londres, la décision d'une négociation tripartite.

  • 128 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4149 : lettre manuscrite du 30.5.1920.

112Américo Castro, dans une lettre très simple, adressée à Imbart pouvait conclure : « Nous gardons un souvenir délicieux de toutes les belles choses qui ont eu lieu pendant votre séjour »128.

  • 129 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : d. n° 685, Ambassade d'Espagne-Londres (Alfonso (...)
  • 130 Ibidem, d. n° 322, Ambassade d'Espagne-Washington (Juan Riaño) à M. État-Madrid, 14.7.1920, transme (...)

113La « Semaine » eut un certain retentissement. The Times, dans une correspondance du 21 mai, regrettait que le Royaume-Uni n'eût aucun dynamisme culturel extérieur et que l'on se bornât, depuis Londres, à ne faire que du commerce. L'attention des lecteurs fut attirée sur le désir d'ouverture de négociations à propos de Tanger129. En s'étonnant quelque peu du goût manifesté pour les fastes, lors de la French Week, une revue américaine abondait dans le même sens. The Christian Science Monitor, dans un article plus tardif, voyait, là, une tentative réelle de rapprochement entre deux nations latines130.

  • 131 Le roi et l'infante Beatriz, sa fille aînée, étaient venus à Bordeaux, en consultation, quelques mo (...)
  • 132 Le médaillon, qui illustre la brochure du CRFE sur la Semaine Française, remplaçait une plaque de m (...)

114Ces fêtes franco-espagnoles eurent, comme en 1919, une « prolongation bordelaise ». Une fois encore, les relations personnelles du roi et de son médecin, le professeur Moure, en furent à l'origine131. Un médaillon, gravé par Benlliure, fraîchement élu associé de l'Académie, fut placé sur la façade de la maison où vécut Goya132. À cette inauguration, le 30 juin, assistèrent aussi Beruete fils, devenu directeur du Prado, et Widor qui donna encore un concert. Les cérémonies, qui se déroulèrent les 30 juin et 1er juillet, mettaient ainsi en valeur l'activité de la section bordelaise du Comité de rapprochement, dont Moure était le président, et Marcel Alioth, le secrétaire : les deux hommes étaient convaincus que leur cité devait « coller » aux grands événements franco-espagnols, célébrés dans les deux capitales nationales, à mi-chemin desquelles elle se situait.

115L'axe artistique et scientifique qui unissait Paris et Madrid empruntait, donc, indubitablement le chemin de fer, via Bordeaux. Mais Toulouse ne se faisait pas oublier : les milieux universitaires et économiques de la Ville Rose se montrèrent de plus en plus actifs en direction de la Catalogne et de l'Aragon. La reprise des travaux sur les chantiers ferroviaires centre-pyrénéens laissait ainsi espérer de fructueux échanges...

Notes

1 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : lettre manuscrite de Rafael Altamira (Madrid), 20.3.1918.

2 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 484 : d. n° 143, J. Thierry (Madrid) à S. Pichon (MAE-Paris), 7.4.1918.

3 Pour la préparation de cette manifestation par l'ABA, voir BIF-Parils, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : correspondance Altamira, et carton Ms 4163 : correspondance P. Paris. Également, AABA-Paris, Fonds CV (correspondance P. Paris) et les registres 2E23 et 2E24 des séances (mi-février, mi-mai 1918).

4 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 365. L'inauguration, par les souverains espagnols, eut lieu le 12.5.1918.

5 Le commissaire de l'exposition était le peintre Charles Dawant (1852-1923), membre de l'ABA. Raphaël Georges-Lévy (1853-1933), économiste, avait été élu à l'ASMP en 1913. Stanislas Bernier (1845-1919), architecte, ancien grand Prix de Rome (1872), construisit l'Observatoire et l'Opéra Comique. Il était aussi membre de l'ABA.

6 AABA-Paris, registre manuscrit 2E24 (1918-1926) : séance du 18.5.1918, p. 8. Certains critiques d'art espagnol regrettèrent, pourtant, de n'y voir aucune œuvre impressionniste. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart, 21.5.1918. El Sol, journal madrilène, reprit ces critiques, à son compte, mais l'exposition fut réellement un succès, par le nombre des entrées : plus de mille par jour.

7 Catálogo de la Exposición de Pintura francesa contemporánea, 1870-1918, Madrid, 1918. 190 tableaux, dont 2 Monet, 1 Renoir, 1 Sisley, 1 Pissarro. Widor, art. cité, Revue des Deux Mondes, 1.6.1931, p. 483-484. Les sculptures avaient été écartées, par manque de moyens de transport. AABA-Paris, registre 2E23 : séance du 16.2.1918, fol. 486.

8 Ibidem, registre 2E24 : séance du 22.6.1918, p. 18-19.

9 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid), 5.2 et 21.2.1918. Un plan coté du terrain fut adressé, par P. Paris à Widor. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de P. Paris à Widor, 6.3.1918. Ce document n'a pas été retrouvé...

10 Ibidem, lettre du 21.2.1918.

11 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4139, dossier Espagne après guerre : note relative à la transformation du collège de la SFB-Madrid en lycée d'État, étudiée en séance de commission, le 22.1.1918. Voir aussi carton Ms 4164 : lettre manuscrite de G. Radet (Bordeaux) à Imbart (Paris), 17.2.1918.

12 AAF-Madrid, carton 441 : second rapport de P. Paris à l'ambassadeur, 12 p. dactylographiées, 29.5.1918.

13 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Bordeaux, sur le chemin du retour en Espagne), 19.10.1918.

14 AAF-Madrid, carton 441 : troisième rapport de P. Paris à l'ambassadeur, 22.11.1918 en réponse à une circulaire-enquête du MAE, en date du 10.3.1918, 10 p. dactylographiées. Le rapport était divisé en 7 paragraphes : 1. OEFE, 2. Enseignement supérieur (IFE), 3. Enseignement secondaire (écoles laïques et religieuses), 4. Enseignement primaire (idem), 5. Enseignement du français dans les écoles espagnoles, 6. Enseignement de l'anglais (idem).

15 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 14.9.1918, p. 31.

16 ARABASF-Madrid, registre 3-109, vol. 16 : séance du 28.10.1918, p. 177.

17 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4146 : lettre manuscrite Benlliure (entête DGBA-Madrid) à Imbart, 29.10.1918.

18 Ibidem, carton Ms 4163 : lettres manuscrites de P. Paris (Madrid), 19.11 et 28.11.1918.

19 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 16.11.1918, p. 46.

20 ACCD-Madrid, liasse 452-19, dossier Casa de Velázquez : plan signé, Antonio Flores, 13.12.1918, contresigné par Sánchez de Toca, président du Sénat et Romanones, président de la Chambre des députés, s.d. (1920).

21 La gestion de ce fonds Velázquez avait été confié à un notaire parisien, Me Ader, 226 boulevard St Germain. Fin 1918, il n'était que de 263.100 F, en bons de la Défense Nationale 1917 5 %, qui furent convertis, un mois plus tard, en rente Libération 4 %. En août 1919, on approchait les 700.000 F, selon une lettre manuscrite de Widor (Paris) à Lyautey (Rabat) du 21.8.1919 : AN-Paris, 475 AP, carton 314, Papiers Lyautey. Voir aussi BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 23.12.1918.

22 AMAE-Paris, série Europe 1918-1929, Espagne, chemise 51, Relations franco-espagnoles 1918-1919 : t. n° 1239, Alapetite (Madrid) à S. Pichon (MAE-Paris), 23.12.1918. L'ambassadeur, qui n'était pas encore officiellement accrédité, lui remit la médaille de la Reconnaissance française pour services éminents rendus à la République (rôle humanitaire, protection d'intérêts). Alapetite présenta ses lettres de créance une semaine plus tard. Voir aussi G. Alapetite, Mémoires (souvenirs inédits, dactylographiés), p. 8-9.

23 AABA-Paris, registre 2E24 : séance 11.1.1919, p. 63-64.

24 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 16.1.1919. ACV-Madrid : lettre (manuscrite) de José Gómez Ocaña (Sénat, Madrid) à P. Paris, 17.1.1919. Par ailleurs, Miguel Blay avait informé Romanones, par une lettre, du 16.1.1919, retrouvée, isolée, dans AMAE-Madrid, série Guerra Europea, liasse 3002.

25 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : carte postale de P. Paris (Madrid), 17.1.1919, et AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 18.1.1919, p. 67.

26 Ibidem, carton Ms 4145, lettres d'Altamira (Madrid) à Imbart (Paris), 12.2 et 18.2.1919.

27 In Memoriam Maurice Legendre, ouvr. cité, p. 6. EHEH-RA, 1918-1919, p. 138-139. BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4159, lettre manuscrite de Legendre (Madrid) 26.2.1919, où il déclarait à Imbart « sa joie de collaborer à l'œuvre que vous et M. Paris conduisez, pour le bien de nos deux pays ».

28 ARABASF-Madrid, registre 3-109 : séance du 10.2.1919, p. 290-292. Ni dans son article « La Semaine Espagnole de Paris », Hispania, 1919/2, p. 109 et suiv., ni dans AMAF-Paris, série SOFE, carton 60 : Résumé de l'œuvre et des Travaux du comité, au cours de 1919, A. Marvaud ne donne de précisions sur l'origine de la conception d'une telle manifestation. En réalité, sous l'impulsion du Comité France-Amérique, trois Semaines de l'Amérique Latine avaient eu lieu à Lyon (1916), à Paris (1917) et à Bordeaux (1918) : Gilles Matthieu, ouvr. cité, p. 62-63.

29 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : lettres d'Altamira des 12 et 18.2.1919. Jacques Ducher, « La Semaine Espagnole de Paris (5-12 mai 1919) », Actes du 94e Congrès National des Sociétés Savantes, cités, p. 485-505 et A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 366-370

30 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 25.1.1919, p. 67. ARABASF-Madrid, registre 3-109, séances du 20.1 au 19.5.1919. La Real Academia Española (RAE, « consœur » de l'Académie Française) exprima son soutien à la Semaine organisée à Paris : AAM-Madrid, liasse 263, copie t. A. Maura, directeur de la RAE, au Dr. Cortezo, ancien ministre et sénateur, chef de la délégation espagnole (à Ambassade-Paris) s.d. mai 1919.

31 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 367. J.-M. Delaunay, « Souvenir de-Miguel de Unamuno », art. cité, p. 406-408.

32 EHEH-RA, 1917-1918, p. 157-161 : CR des travaux d'Etchegoyen et Laumonier. Ce dernier était le fils d'un professeur de l'université de Bordeaux, qui vint en visite à Belo, en juin 1918.

33 Ibidem, p. 161-164. Les donateurs étaient l'AIBL (7.000 F contre 2.000 F en 1917), l'université de Bordeaux, la Junta para Ampliación de Estudios (2.000 Ptas) et le mécène Archer M. Huntington, de la Hispanic Society of America (6.000 F). Voir aussi AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Bolonia) à Thuillier, nouveau secrétaire du rectorat (Bordeaux), 4.6.1918. La campagne dura de la fin mars à la mi-juin : BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163, lettre de P. Paris (Madrid), 13.3.1918.

34 Au sujet des fouilles elles-mêmes : P. Paris et alii, Fouilles de Belo, ouvr cité, t. 1, p. 8-13, P. Paris et Ci. Bonsor, « Exploration archéologique de Bolonia », BH, 1918, n° 2, p. 77-127. Voir aussi G. Bonsor, « Villes antiques du détroit de Gibraltar », ibidem, n° 3, p. 141-148.

35 EHEH-RA, 1918-1919, p. 133-138 : CR des travaux des trois membres.

36 Inventaire des monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule ibérique, Bordeaux, 1918. Retenu par un service de restitution, établi auprès de la Commission d'armistice de Wiesbaden, Lantier ne put être le quatrième membre, en 1918-1919.

37 EHEH-RA, 1918-1919, p. 142-143. Il faudra attendre 1921, pour que fût publié le second fascicule de la nouvelle collection.

38 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 23.3.1919.

39 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Bolonia, par Tarifa), 11.4.1919 (et non 1912 !).

40 L'exposition, dans le Palais de la Lonja (Bourse du Commerce), rassemblait 126 peintures et 14 sculptures d'artistes français, avec 99 peintures et 46 sculptures d'artistes espagnols : voir Catálogo de la Exposición Hispano-Francesa de Bellas Arles, Saragosse, mai-juin 1919, sans illustrations !

41 Le Centre Hispano-Français de Saragosse, dépendant de l'IFE, fut effectivement ouvert, à l'automne 1919 : AAF-Madrid, carton 442 : d. n° 26, consul général-Barcelone à Ambassade-Madrid, 28.2.1930, rappelant les origines du futur Institut français de Saragosse.

42 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Bolonia), 3.6.1919. Les termes sont soulignés par la main de l'auteur de la missive.

43 Gaceta de Madrid, 23.5.1919, n° 143, p. 639-640. Ossorio avait informé P. Paris de la présentation du décret ; ACV-Madrid, carton 1 : lettre manuscrite, transmettant le texte à P. Paris, 23.5.1919. L'origine de la présence de ce document n'est pas connue.

44 Gaceta de Madrid, n° 144, 24.5.1919, p. 646-647.

45 P. Paris et alii, Fouilles de Belo, ouvr. cité, t. 1, p. 5 (photographie) et 12 : P. Paris commet une petite erreur, en indiquant que Villalba fut, quelques jours après, nommé ministre de la Guerre. Il n'occupa cette charge que six mois plus tard, dans le gouvernement Allendesalazar (décembre 1919 - avril 1920). Sur cette troisième période de fouilles à Belo, EHEH-RA, 1918-1919, p. 140-142.

46 CM-Unamuno, Salamanque, Correspondance, enveloppe 58 : lettres manuscrites de Legendre (aux armées), 29.9.1916, 1.4.1917 et (en permission, Champrond-en-Gâtine, Eure-et-Loir) 16.7.1917.

47 Ibidem, lettres de Legendre (aux armées), 27.12.1918 et (Madrid) 8.5.1919.

48 Sur ces pressions et démarches, qui s'étalent de décembre 1918 à février 1919, Germain Ayache, Les origines de la guerre du Rif Paris-Rabat, 1981, p. 268-272.

49 AMAE-Paris, série Europe 1918-1929, Espagne, chemise 52, Relations France-Espagne (janvier 1920-juillet 1921) : copie t. n° 34, Dard (chargé d'affaires-Madrid) à MAE-Paris, 21.1.1920 : « Tanger ou pas un sou ! », lui aurait dit Alphonse XIII.

50 Fernando María Castiella y Maiz, Una batalla diplomática (1918-1926), Madrid, 1976, 269 p.

51 AN-Paris, F21 4739, Expositions : l'État français acheta quatre tableaux exposés au Petit Palais (13.000 Ptas, soit 17.000 F, arrêté MIPBA, 19.6.1919).

52 J. Fauque et R. Villanueva Etcheverría, ouvr. cité, p. 476-478.

53 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité : circulaire du 17.9.1919. Bulletin de la SFB, 1920, p. 14-16 : rapport de l'AGO du 7.3.1920. AAF-Madrid, carton 441 : dossier cession terrains par SFB, 1919-1920 et note historique 1851-1931, SFB-Madrid, 8.5.1934.

54 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4139 : deux notes dactylographiées relatives aux écoles françaises en Espagne, qui contiennent les statistiques des sommes accordées durant l'année, 25.9.1919. Au sujet de ces crédits, voir A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 358-359.

55 Ernest Mérimée, « Les cours pour étrangers en Espagne », note, BH, 1917, n° 1, p. 90. AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 17.11.1916, p. 269, nommant René Vallois, Jean Sarrailh et sa femme, professeurs de l'UEFE. En 1917, Vallois revint en France. Les Sarrailh restèrent seuls à Madrid, ibidem, séance du 26.10.1917, p. 289-290.

56 Ibidem, registre n° 4 (1918-1921) : séance du 9.5.1919.

57 AD-Gironde, carton T43 : affiche Université de Toulouse-IFE, cours de vacances à Burgos, 1919.

58 AAF-Madrid, carton 451, dossier IFB : copie rapport de J. Cavalier à MIPBA-Paris, 31.12.1919. Université de Toulouse-RA, 1918-1919 : IFM, p. 124-127.

59 Voir note 54 : document relatif à l'unification de l'IFE, 25.9.1919.

60 Parité moyenne Ptas/FF de 1914 à 1919 : 1914 = 0,95 ; 1915 = 1,06 ; 1916 = 1,17 ; 1917 = 1,29 ; 1918 = 1,36 et 1919 = 1,43.

61 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 25.11.1919, et copie note dactylographiée n° 2346, Recteur Bordeaux à MIPBA, 16.4.1920.

62 EHEH-RA, 1919-1920, p. 136-139 : CR des travaux de recherche d'Etchegoyen (seconde année) et de Schweitzer (première année).

63 Ibidem, p. 142-144. Devenu professeur de paléontologie à l'université de Cracovie, il reviendra passer quelque temps à la Casa de Velázquez, en 1930 : EHEH-RA, 1929-1930, p. 200.

64 A. Loth était le fils du directeur de l'Enseignement du protectorat du Maroc, que P. Paris avait connu à Rabat, et qui devait aider la naissante Villa Velázquez, par de nombreuses subventions. AABA-Paris, Fonds CV : lettres de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 2.1.1920 et 15.9.1920 (de Beyssac), qui indiquent la générosité de ce haut fonctionnaire.

65 EHEH-RA, 1919-1920, p. 139-140.

66 AN-Paris, 5 AR 389 Agence Havas, dossier Madrid, correspondance : lettre Havas à Saint-Aulaire, ambassadeur de France, 1.4.1920 et fiche comptable d'engagement de Legendre, 7.5.1920, qui assurera cette tâche jusqu'au 1.4.1933.

67 ABC, 31.1.1920, p. 17-18. Inauguré en 1902, sous le nom de Teatro Lírico, il était l'un des plus vastes d'Europe. Sur son architecture, J. R. Alonso Pereira, ouvr. cité, p. 9.

68 R. Paris, Souvenirs, p. 1.

69 ACCD-Madrid, liasse 452-19 : Casa de Velázquez, liste des membres de la Commission, 30.7-1.8.1919.

70 Widor, « La maison de l'Institut de France à Londres », Bulletin de l'ABA, n° 3, janvier-juin 1926, p. 3-11. Article rédigé à partir des notes manuscrites citées, fol. 47-55 : AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11.

71 Ibidem, fol. 53. Néanmoins, malgré le désengagement partiel des Rothschild français des affaires espagnoles, le baron Edmond fera don, en août 1923, de 200.000 Ptas pour la Villa Velázquez : ibidem, fol. 48. Ce fut, en réalité, un prêt. Voir ch. 5, note 96.

72 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 18.10.1919, p. 141, désignation des membres de la délégation ; Le Temps, 21.10.1919, p. 4. Le matin, quatre membres du CRFE étaient présents à l'arrivée du roi, en Gare d'Orsay : Widor, Imbart, Perrier et Schlœsing.

73 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 11.10.1919, p. 138.

74 Une lettre à Morel-Fatio, montre clairement les inquiétudes de P. Paris, au sujet de l'intégration de l'EHEH dans le cadre de la Casa : BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271, lettre du 28.10.1919.

75 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 21.10 et 13.11.1919, p. 425 et 431.

76 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms4163 : lettre de P. Paris (Bordeaux) à Imbart (Paris), 14.11.1919. Joseph Dresch (1871-1958), ancien élève de l'ENS, était professeur d'allemand à Bordeaux depuis 1901. Il devint doyen de la Faculté des lettres, en 1919. M. Masqueray était linguiste.

77 AABA-Paris, Fonds CV : lettre de P. Paris (Bordeaux) à Widor (Paris), 14.11.1919.

78 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 5.12.1919.

79 AD-Gironde, carton T43 : carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), 25.11.1919. AABA-Paris, Fonds CV : lettre de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 2.1.1920, dans laquelle il « reconnaît l'esprit large et conscient du secrétaire perpétuel, père de la Villa Vélasquez ».

80 M. Legendre, La Casa Velázquez, ouvr. cité, p. 15, parle, à tort, d'une concession « pour une période illimitée ». En outre, il indique que le décret du 22.5.1919 émanait des Cortès : autre erreur.

81 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 26.12.1919, p. 439.

82 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris (Madrid) à Thuillier (Bordeaux), s.d. (fin décembre 1919).

83 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 9.12.1919, p. 435.

84 AR-Toulouse, registre CU n° 4 : séance du 9.1.1920, p. 69.

85 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 30.1, 2.3, 19.3 et 27.4.1920, p. 446, 453 et 463-464.

86 Ibidem, séances des 4.6 et 25.6.1920, p. 474 et 476. AR-Toulouse, registre CU n° 4 : séances des 14.5 et 14.6.1920, p. 95 et 107. Le MIPBA donna son accord, en octobre : AR-Bordeaux, registre CU n° 3, séance du 8.10.1920, p. 485.

87 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 18.10.1919.

88 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris citée note 76, qu'il concluait ainsi : « Je voudrais pouvoir signer : ton confrère mais l'ours est trop vivant encore pour que je me fasse un habit de sa peau ». AABA-Paris, Fonds CV : lettre à Widor, 14.11.1919 : « Je n'ai pas beaucoup d'espoir ». AAIBL-Paris, registre E107 : séance du 14.11.1919.

89 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 5.12.1919. Henri Deglane (1855-1931), grand prix de Rome en 1881, fut l'un des architectes du Grand Palais. Il venait d'être élu, en 1918, à l'ABA, dont C. Girault était membre, depuis 1902.

90 Ibidem, carton Ms 4159 : lettre dactylographiée de M. Legendre (OEFE-Madrid) à Imbart (Paris), 17.12.1919.

91 Ibidem, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 2.1.1920. AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris à Widor (Paris), 2.1.1920. De Peña Ramiro se serait déjà occupé de la délimitation, avec le directeur de l'École d'agriculture (lettre à Widor) ou allait s'en préoccuper (lettre à Imbart).

92 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 9.1.1920.

93 Ibidem, carton Ms 4159 : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Imbart (Paris), 27.1.1920.

94 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 24.1.1920, à laquelle participa P. Paris.

95 AABA-Paris, Fonds CV : double du pouvoir sur papier timbré, signé par Widor, 31.1.1920.

96 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 1.2.1920, transmise à Imbart. Ce dernier avait préparé un projet sommaire de plan d'aménagement, qui fut transmis à P. Paris, sans qu'une copie en ait été conservée.

97 ACCD-Madrid, liasse 452-19, dossier CV : accord royal de présentation du projet de loi (Alphonse XIII, en son Palais), 5.3.1920 et déclaration Allendesalazar, 5.3.1920. L'idée de Révoil, ici évoquée, n'était, en réalité, que la suggestion de créer des bourses pour pensionnaires artistes, dans le cadre de l'IFE.

98 Ibidem, déclaration d'approbation du Sénat, signée par Joaquín Sánchez de Toca, président et par deux autres membres de la haute Assemblée, 17.3.1920. Exposé (ponencia) sur le projet de loi, Chambre des Députés, Madrid, 18 et 19.3.1920 : notes signées par Morote et Rovira. Résolution d'approbation (dictamen), note signée par Romanones, président de la Commission permanente, Morote, rapporteur, et Alas Pumarino, secrétaire, 20.3.1920. Note indiquant l'approbation en séance du 22.3, sans indication de voix obtenues (minute de message pour le vote, sanción).

99 Cette coupure de presse, traduite en français, 3 fol., se trouve dans AN-Paris, F215867, dossier CV.

100 AABA-Paris, Fonds CV : carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Widor, 13.3.1920.

101 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Imbart (Paris), 13.3-1920.

102 AABA-Paris, registre 2E24 : séance du 28.2.1920, p. 165, où fut communiquée une lettre de Benlliure.

103 Voir notes 100 et 101.

104 Le comte de Saint-Aulaire (1866-1954) avait été longtemps en poste à Tanger (1901-1909) et à Rabat, avec Lyautey (1912-1916). Il fut ensuite ministre en Roumanie (1916-1920). Il a laissé des souvenirs : Confession d'un vieux diplomate, Paris, 1953, 795 p.

105 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 2.4.1920.

106 ACCD-Madrid, liasse 452-19 : note de transmission du président de la Chambre des députés au président du Conseil des ministres, Madrid, 13.4.1920.

107 Gaceta de Madrid du 18.4.1920, n° 109, p. 194 (traduction de l'auteur).

108 La création de la Casa de Velázquez pouvait-elle entrer dans le cadre de la convention consulaire franco-espagnole de 1862 ? L'article 2, paragraphe D, permet de répondre par l'affirmative.

109 André Derrouch, L'Institut de France. Son statut juridique, thèse de droit, université de Toulouse, Paris, 1938, 287 p., indique clairement que l'Institut et les cinq académies qui le composent, sont des établissements publics nationaux, jouissant de la personnalité morale et de l'autonomie financière, sous la tutelle du MIPBA, devenu MEN en 1932.

110 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 172. En 1936, le gouvernement italien fit jouer le délai de 25 ans, prévu dans le contrat du 27.11.1911, en rachetant le Palais, où désormais l'ambassade, avec l'EFR, est en location : voir verso planche hors-texte, entre p. 176 et p. 177.

111 M. Bruézière, ouvr. cité, p. 87. Le congrès eut lieu du 25 au 29.4.1920 (et non en 1919)

112 Au sujet de la visite de Joffre à Madrid et Barcelone, où éclatèrent des incidents autonomistes, voir AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 127, consacrée entièrement à la venue en Espagne du vainqueur de la Marne, du 27.4 au 6.5.1920 ; voir aussi Saint-Aulaire, ouvr. cité, p. 512-515.

113 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre manuscrite de P. Paris (Barcelone) à Imbart (Paris), 28.4.1920.

114 Ibidem, carton Ms4165 : lettre manuscrite confidentielle de Saint-Aulaire (Madrid) à Imbart (Paris), 12.5.1920.

115 Ibidem, lettre de Saint-Aulaire du 22.4.1920, communiquant la note Legendre et la copie d'une dépêche au sujet de la Semaine Française : d. n° 218 Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 19.4.1920. Voir aussi carton Ms 4159 : lettre manuscrite de Legendre (Madrid) à Imbart (Paris), 27.1.1920. Également, AN-Paris, 94 AP 382 Papiers Albert Thomas : lettre dactylographiée de Legendre (Madrid) à Thomas, 10.5.1920, l'invitant, à titre amical et individuel, à la Semaine Française !

116 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4159 : lettre dactylographiée de Legendre (Madrid) à Imbart (Paris), 24.4.1920.

117 Saint-Aulaire, ouvr. cité, p. 503-504.

118 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : d. n° 367, Ambassade-Paris (Faura) à M. État-Madrid (Lema), 13.5.1920. Le chargé d'affaires espagnol utilisait, dans sa communication, le terme « Villa Velázquez ».

119 Outre les informations de la presse madrilène, le CR le plus complet de la Semaine Française de Madrid a été publié, à Paris, par le CRFE, sous la forme d'une brochure de 67 pages, que l'on peut consulter dans AABA-Paris, Fonds CV ou dans AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11. Dans le BH, n° 3, 1920, p. 225-228, G. Cirot en a publié une assez brève chronique.

120 Au sujet des thèmes abordés durant les séances de travail, voir A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 385-386, et brochure CRFE citée note précédente, p. 59-66.

121 L'exposition eut lieu dans les salles du MAM. Le commissaire en était le médailleur Émile Vernier (1852-1927). Situées dans l'aile gauche du Musée du Prado, les deux salles de peinture française sont décrites par Marcel Schweitzer, ancien membre de l'EHEH, dans l'édition 1927 du Guide Bleu Espagne, p. 335.

122 Dr. Lucien Graux, L'Espagne économique, Paris, 1932, p. 52, évoque aussi les discours prononcés, lors de la pose de la première pierre de la Casa. Les membres de la RABASF furent aussi invités : registre 3-110, vol. 17, séances du 18 au 31.5.1920, p. 13-26. Voir aussi AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11 : notes manuscrites, fol. 40-42.

123 Jean-Baptiste Barbier, Un frac de Nessus, Rome, 1951, p. 162-163. Dans ces Mémoires, l'auteur, jeune secrétaire d'ambassade, en poste à Madrid de 1919 à 1924, évoque la « brillante allocution » de l'ambassadeur, qui la prépara mentalement dans l'automobile l'emmenant vers le terrain de la Moncloa.

124 AMAE-Paris, série Europe, 1918-1929, Espagne, chemise 52 : t. n° 202-203, Ambassade-Madrid à MAE - Paris, très urgents, 23.5.1920.

125 J.-B. Barbier, ouvr. cité, p. 163. La pierre coûta la somme de 350 Ptas : AABA-Paris, Fonds CV, comptabilité, facture de la maison Casal y Peña, tailleurs de pierres à Madrid, 3.11.1920. Ce fut la première dépense matérielle de l'édifice de la Casa de Velázquez.

126 Saint-Aulaire, ouvr. cité, p. 518 : le diplomate confond le Tres de Mayo avec le Dos de Mayo. Quant à la « chasteté » des visiteurs, voir Yann Le Pichon, L'érotisme des chers maîtres, préface de Salvador Dalí, Paris, 1986, 192 p. Un bel exemple, reproduit dans L'Histoire. n° 69, 1984, p. 13.

127 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : lettre dactylographiée n° 202, Saint-Aulaire au Marquis de Lema, 23.5.1920, transmettant le t. de Millerand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères.

128 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4149 : lettre manuscrite du 30.5.1920.

129 AMAE-Madrid, série Política, Francia, liasse 2478 : d. n° 685, Ambassade d'Espagne-Londres (Alfonso Merry del Val) à M. État-Madrid (Lema), 26.5.1920, transmettant la coupure de presse. Le British Institute ne s'installera à Madrid qu'en 1940 : voir ch. 7, note 193.

130 Ibidem, d. n° 322, Ambassade d'Espagne-Washington (Juan Riaño) à M. État-Madrid, 14.7.1920, transmettant l'article, publié le 12 dans cet organe de l'Église scientiste, éditée à Boston depuis 1908. Comme The Times, ce quotidien emploie le terme « Villa Velázquez ».

131 Le roi et l'infante Beatriz, sa fille aînée, étaient venus à Bordeaux, en consultation, quelques mois auparavant, en mars 1920 : J. Fauque et R. Villanueva Etcheverría, ouvr. cité, p. 235 (photographie) et 477-481. Au sujet du docteur Moure, voir ch. 1, note 157 et J. et B. Guérin, ouvr. cité, p. 533-534.

132 Le médaillon, qui illustre la brochure du CRFE sur la Semaine Française, remplaçait une plaque de marbre qu'avait offerte, en 1907, le peintre Zuloaga, ce qui provoqua un vif incident : voir M. Milhou, ouvr. cité, p. 29-30, et AM-Bordeaux, PV imprimés des séances du Conseil municipal, vol. 1911-1925 : séance du 25.6.1920, p. 251-255.

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search