Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Deuxième partie. Petit palais deviendra grand (1916-1928)

Chapitre III

La Villa Velázquez. Madrid sur Tibre ou Rome sur Manzanares ? (1916-1917)

Texte intégral

Des académiciens à la rescousse

1Quatre des cinq membres de l'Institut prirent le train en ce 26 avril 1916. Lamy les rejoignit à Madrid peu après. Un combattant de l'avant, Maurice Legendre, leur avait été adjoint en guise de secrétaire. Qui était cet homme qui, plus tard, durant près d'une trentaine d'années, marquera la future Casa de Velázquez de sa forte personnalité ?

  • 1 Outre la brochure nécrologique In memoriam Maurice Legendre 1878-1955, Madrid, 1955j p. 5-7, de nom (...)
  • 2 Jacques Chevalier (1882-1962) fut professeur de lycée, à Lyon, avant d'occuper la chaire de philoso (...)
  • 3 Il collabora, notamment, aux publications suivantes : Bulletin de la Semaine, Le Correspondant et l (...)

2Legendre naquit à Paris en 1878. Il y fit ses études secondaires1. Reçu, en 1899, rue d'Ulm, il y fréquenta certains condisciples qui devinrent des amis, tels Jacques Chevalier et Albert Thomas2. En 1904, il obtint l'agrégation d'histoire et de géographie, mais décida de ne pas enseigner dans le cadre très anticlérical qui, alors, se mettait en place. Issu d'une famille assez aisée, d'origine beauceronne et auvergnate, il se lança dans le journalisme chrétien3. Au contact d'ecclésiastiques - le père Pouget, lazariste, et l'abbé Portal - ou de laïcs - Henri Lorin et Henri Bergson - il se consacra bientôt aux études les plus diverses, philosophiques, religieuses, sociologiques, voire politiques.

  • 4 Sur ce thème, la consultation de la correspondance Legendre des Papiers Jacques Chevalier, à Cerill (...)

3Entre-temps, son mariage avait été un rapide échec : une petite fille, Alyette, était née de cette union malheureuse qui devait le rendre amer pour le restant de ses jours4.

  • 5 Il semble qu'il n'y ait jamais eu de traduction française de l'Idearium Español d'Ángel Ganivet, pu (...)

4En 1907, il publia, en collaboration avec J. Chevalier, une étude sur Catholicisme et Société. Celui-ci, professeur de lycée à Lyon, le mit alors en relation avec un ouvrage du penseur Ángel Ganivet, Idearium Español5. Il s'en enthousiasma et, sur les conseils de son mentor, prit contact épistolairement avec Miguel de Unamuno, le recteur-professeur de l'université de Salamanque, qui lui adressa quelques livres. De ce contact intellectuel devait naître un profond désir de connaître l'Espagne. Il s'insurgea vite contre le mépris des Français envers la spiritualité hispanique et les efforts de régénération qui l'accompagnaient. Mais cette « soif » de l'Espagne n'était-elle pas, aussi, une fuite, à la suite du divorce, prononcé en 1909 ?

  • 6 J.-M. Delaunay, « 1936-1986. Souvenir de Miguel de Unamuno. Inédits épistolaires et iconographiques (...)
  • 7 Sur San Esteban, J.-M. Delaunay, « Des réfugiés en Espagne », art. cité, p. 299 302 et 306.
  • 8 De son vrai nom, Ignacio Hoyos Pérez (1856-1956), il fut au centre du portrait psychologique et mor (...)

5En juillet de cette année-là, il traversa les Pyrénées et rencontra Unamuno à Burgos où il participa aux cours de l'Union toulousaine des étudiants en Espagne. Les germes d'une longue amitié furent alors semés6. L'année suivante il eut un entretien avec Ortega y Gasset, à Madrid, puis s'en fut dans le massif montagneux des Hurdes (ou Jurdes), au sommet duquel il découvrit le sanctuaire de La Peña de Francia qui dépendait du couvent dominicain de San Esteban de Salamanque7. Dans la sierra, il fit connaissance d'un guide-muletier de La Alberca, qui, aussitôt, le fascina : le Tío Ignacio8.

  • 9 Pour le voyage de 1916, aucun document n'établit l'intervention formelle d'A. Thomas, mais elle est (...)

6Dans l'immédiat avant-guerre, il revint à diverses reprises au sud des Pyrénées. À Madrid, il suivit encore l'enseignement de l'œuvre de Toulouse. Les Hurdes devinrent, cependant, son véritable terrain de prédilection. L'inauguration de l'Institut français d'Espagne lui parut une excellente occasion de développer les échanges intellectuels et spirituels entre les deux nations. Il prôna même une alliance de la France avec l'Espagne « ressuscitée ». Homme fécond de larges envolées, il confia à un éditeur parisien un manuscrit qui donna naissance, en 1913, à La Guerre prochaine et la mission de la France. Lors de l'éclatement de ce conflit par lui annoncé, Maurice Legendre fut mobilisé, comme sergent, dans l'armée de réserve territoriale : en octobre 1914, son unité fut envoyée au front de Champagne. Sa conduite lui valut d'accéder au grade de sous-lieutenant. C'est, après une année et demie dans la zone des armées que lui parvint la permission d'un mois qu'Albert Thomas lui fit obtenir9. Ce dernier, député socialiste de la Seine, était, alors, sous-secrétaire d'État à la guerre pour l'artillerie et les munitions. Voilà quel était, à gros traits, l'homme d'âge mûr qui accompagnait les académiciens dans leur tournée ibérique.

  • 10 Outre le compte-rendu « officiel » du voyage, publié par Imbart de la Tour, dans le BH, n° 3, 1916, (...)
  • 11 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 313-325.
  • 12 Edmond Perrier, « La fraternité espagnole », Revue Hebdomadaire, 5.8.1916, p. 30-31. Sur la forte p (...)

7Celle-ci débuta, le 27 avril 1916, par Irún, arrêt obligatoire... La délégation française fut reçue brièvement, dans la gare, par le maire, mais l'on évita de se mêler à la foule10. Les services consulaires allemands guettaient, désormais, chaque « faux pas », c'est-à-dire tout engagement verbal, contraire à la neutralité espagnole. L'étape était à Saint-Sébastien11. Là, ils furent accueillis par une partie du conseil municipal. La colonie française était présente, ainsi que le peintre Ignacio Zuloaga. Visites d'écoles et de maisons religieuses se succédèrent alors12.

  • 13 La documentation diplomatique est partagée, dans AAF-Madrid, série 1914-1918, entre les cartons 540 (...)

8Après le Pays Basque, la Vieille-Castille : une escale brève à Burgos, où l'on visita la cathédrale. Le recteur et les membres du lycée, siège estival de l'Union des étudiants, étaient au rendez-vous. Enfin, ce fut l'arrivée à Madrid, le 30. En compagnie de membres de l'ambassade, de l'université et de l'Ateneo, les deux directeurs de l'Institut français attendaient leurs hôtes en gare du Nord. Le cœur de l'Espagne était atteint. Là devaient être portés les plus gros efforts des missionnaires. Visites, conférences, réceptions et banquets constituèrent, durant huit jours, leur menu quotidien13.

  • 14 Dans son article, « Choses d'Espagne », publié en deux parties, dans la Revue des Deux Mondes des 1 (...)
  • 15 Cette assistance humanitaire du souverain espagnol est à l'origine d'une énorme documentation diplo (...)

9Dans l'après-midi du lundi 1er mai, Perrier « ouvrit le feu » dans la grande salle (paraninfo) de l'université Centrale, rue San Bernardo. Il y disserta sur la conception de races et de nations, en une version « actualisée » de la vieille polémique Fustel de Coulanges-Mommsen : l'antagonisme Civilisation-Kultur, mis en avant par l'orateur, ne pouvait étonner personne, « puisqu'il s'agit de propagande française »14. Le représentant de l'Académie des sciences rendit, au passage, hommage au roi Alphonse XIII pour son rôle en faveur des prisonniers français15.

  • 16 Aujourd'hui rénovée, la Residencia de Estudiantes, fondée en 1910, abrite la Fondation Ortega y Gas (...)
  • 17 Le texte espagnol de cette courte allocution (6 fol.) se trouve encore dans les épaves du Fonds Ber (...)

10Dans la soirée, les membres de l'Institut de France furent reçus par les étudiants de Madrid dans leur résidence de la rue Fortuny16. Bergson, leur parla quelques instants, en présence du secrétaire général du ministère de l'Instruction publique espagnol, Royo Villanova, et d'un grand nombre de politiciens, parmi lesquels on remarquait les conservateurs Eduardo Dato et Antonio Maura, le libéral Manuel García Prieto, le réformiste Melquíades Álvarez et le républicain Gumersindo de Azcárate17.

  • 18 Sur cette institution, que Widor présentait comme « une sorte d'Université libre », voir « La Casa (...)
  • 19 Fondation Ortega y Gasset, Madrid, Archives Ortega y Gasset, Correspondance reçue, chemise 55 bis : (...)
  • 20 AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11 : notes manuscrites, 1914-1928, fol. 27-28.

11Le lendemain, Bergson fit sa première conférence publique à l'Ateneo18. Une semaine y avait été réservée aux académiciens. José Ortega y Gasset présenta au public son confrère qui traita de l'âme humaine et de l'esprit de sacrifice impliquant, dans la France actuelle, une véritable rénovation spirituelle19. Selon Widor, le philosophe émut profondément son auditoire20.

  • 21 Ibidem, fol. 26. Ces réserves ne figurent pas dans l'article de 1925, cité note 18.

12En ce mercredi 3 mai, c'était au tour du musicien de parler. Le secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts ne connaissait pas l'Espagne. Il avait même douté de l'utilité d'une telle mission, mais le prestige de ses compagnons de route, comme l'insistance de Jules Cambon et d'Imbart, avaient finalement emporté son adhésion21.

  • 22 Ibidem, fol. 28-30. La version imprimée de 1925 est quelque peu différente : « Vous avez un pays vé (...)

13Widor- de son propre aveu - avait éprouvé un trac intense, avant de prendre la parole devant ce public qui, la veille, avait acclamé Bergson. Il avait, d'ailleurs, demandé au philosophe de se placer au premier rang, afin de se sentir plus en confiance. Le thème traité évoquait l'évolution parallèle de la musique et de l'architecture depuis l'Antiquité jusqu'à la Renaissance. Mais l'heure de la conclusion approchait. Il lui fallait abandonner la glose technique et donner quelque ampleur à son propos final : « Vous avez l'un des plus beaux musées du monde ; depuis trois jours que je suis ici, j'y passe mon temps. Sous votre ciel, Bonnat, Henri Regnault, Carolus-Duran et quantité de peintres ont trouvé le chemin de leur destinée ; comment se fait-il que nos pensionnaires de la Villa Médicis, ayant fini leur temps en Italie, reviennent bêtement à Paris, sans passer par l'Espagne et sans y étudier Velázquez, Titien, Goya et les richesses du Prado, sans visiter, s'ils sont architectes, Burgos, Salamanque, Tolède et l'Andalousie »22. Était-ce vraiment le hasard, qui avait poussé le secrétaire perpétuel de l'Académie à conclure ainsi ?

  • 23 Dans la version manuscrite, les deux phrases sont séparées l'une de l'autre (milieu du fol. 29 et f (...)
  • 24 Avant que la construction de la Casa de Velázquez ne fût entreprise, l'ABA put acquérir, grâce aux (...)

14Comment douter que Pierre Paris n'ait pas suggéré à Widor l'idée exprimée dans son rapport annuel précédent, c'est-à-dire l'édification d'une Académie de France à Madrid23 ? Puisque l'administration des Beaux-arts n'avait pu ou voulu répondre aux sollicitations, comme l'avaient démontré les tentatives de 1909 et 1914, le directeur de l'EHEH avait songé à se retourner vers l'académie « spécialisée » du Quai Conti. Celle-ci ne pouvait qu'y répondre favorablement : le futur centre artistique serait, avec la Villa Médicis, le second phare de son rayonnement à l'étranger.24

  • 25 CM-Unamuno, Salamanque, enveloppe 56 : lettre du 18.7.1916 (et non 1914 !), adressée depuis le sect (...)
  • 26 Ce programme, daté de juillet 1916, est exposé dans un mémorandum dactylographié de 18 pages, que P (...)

15Avec le rapport de 1915 déjà cité, le document le plus probant est une lettre qu'adressa Legendre à Unamuno, à son retour dans la zone du front : « Pierre Paris a trouvé un appui, auprès de l'Académie des beaux-arts, pour son projet d'une Villa Velázquez, qui serait, en Espagne, ce que notre Villa Médicis est en Italie. Ce n'est d'ailleurs qu'une partie d'un programme très bien compris, qui sera suivi avec ténacité et qui doit aboutir à une belle réalisation de notre fraternité spirituelle »25. Durant la tournée qu'il avait faite avec les académiciens et Pierre Paris, Legendre avait été le témoin le plus direct des conversations alors échangées. Le programme « bien compris » auquel il faisait allusion comportait, en effet, trois volets : tout d'abord, affirmer le rôle scientifique de l'EHEH en se séparant de l'œuvre toulousaine ; ensuite, fonder une section artistique dans un cadre nouveau qui prendrait le nom du grand peintre de la cour de Philippe IV ; enfin, créer un organisme regroupant les activités scolaires d'Espagne : il s'agissait, bien sûr, d'affirmer toujours davantage l'influence française au sud des Pyrénées, en écartant les rivaux étrangers... Mais la guerre poussait au rassemblement des intérêts particuliers sous la houlette de l'État, c'est-à-dire de sa représentation officielle, l'ambassade. Les trois composantes du programme de Pierre Paris peuvent être ainsi schématisées26 :

Fig. 3. – Le programme de Pierre Paris (1915-1916)

  • 27 M. Legendre, La Casa Velázquez, Paris, 1929, p. 12.

16Legendre indiqua beaucoup plus tard - en 1928 - que le « projet (Casa Velázquez) n'appartient à personne en propre. Il est né, il devait naître (sic), à l'occasion de ces entretiens de temps de guerre, de l'idéal longtemps médité (?) et du labeur fécond des Français et des Espagnols qui se rencontraient27 » . Version étonnante, qui rejette la paternité dudit projet aux limbes ou, plutôt, aux vapeurs flatteuses d'une collaboration franco-espagnole mystique qui, déjà, enveloppaient celui qui devint, dans les années vingt, l'adjoint du fondateur !

17Celui-ci, Pierre Paris, avait pourtant de solides ambitions. La renonciation à la direction de l'École française d'Athènes et le refus de la municipalité bordelaise de le maintenir à la tête de l'École municipale des beaux-arts peuvent expliquer son projet-programme relatif aux œuvres françaises d'Espagne. Il retrouverait, avec la Villa Velázquez, la double fonction qu'il avait assumée sur les bords de la Garonne durant de nombreuses années. Il se hisserait, d'autre part, à l'égal des directeurs des écoles françaises, sises dans les capitales grecque et italienne, tout en regroupant sous son autorité, dans une sublimation du modèle romain, l'académie artistique et l'école scientifique. Les Écoles françaises d'Athènes et de Rome dépendaient, ne l'oublions pas, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, même si l'Instruction publique en assurait la gestion administrative. Là encore, Pierre Paris, membre correspondant de cette compagnie depuis 1901, ne pouvait qu'aspirer à y entrer de plain-pied.

18Ces ambitions n'étaient nullement illégitimes. Elles constituaient, sans doute, la juste consécration de l'activité inlassable du directeur de l'EHEH. Mais elles visaient à évincer l'université de Toulouse ou, tout du moins, à l'assujettir à travers un Office des écoles qui serait créé en liaison avec l'ambassade. En effet, le couronnement de l'édifice prévu par Pierre Paris, c'était la direction unique... même s'il se montra prudent à l'origine.

  • 28 Une anecdote rapportée par R. Paris, Souvenirs, p. 2 : Bergson avait une tête trop volumineuse pour (...)
  • 29 Widor, notes manuscrites citées, fol. 31-32. Le (sic), après « même l'autre côté de la barricade » (...)

19Les garants de cette position privilégiée seraient, à la fois, l'Institut de France, l'ambassade et... Alphonse XIII. Dans son propos de 1928, Maurice Legendre a raison, par contre, de souligner que « le projet (Casa Velázquez) naquit viable, parce qu'il eut tout de suite un roi pour parrain ». Le 8 mai 1916, en effet, le souverain reçut, dans son palais, la délégation française, désormais au complet, après l'arrivée d'Étienne Lamy28. Alphonse XIII déclara à Widor : « J'ai lu, je connais les conclusions de votre conférence. Si vos peintres, architectes, intellectuels de tout ordre, viennent ici, les autres nations vous imiteront, même l'autre côté de la barricade (sic). Nous habitons un cul-de-sac de l'Europe, on nous prend pour des petits nègres ; l'idée nous intéresse donc. Il faut que vous veniez chez nous, que vous y soyez un peu chez vous ; je vais vous chercher un terrain, à vous de trouver les fonds pour bâtir. En attendant, je désirerais vous voir organiser ici une exposition de bonne peinture française29 » .

  • 30 SHAT-Vincennes, carton 7N1201 : d. n° 626E, citée ch. 2, note 212, (copie dans AMAE-Paris, série 19 (...)
  • 31 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, chemise 6, d. n° 387 Geoffray (Madrid) à Briand (MAE (...)

20Ainsi était acquise la protection officielle qui, dès leur naissance, a toujours préoccupé les académies. Qu'il fût royal ou républicain, ce patronage permanent conférait, immanquablement, l'autorité et la respectabilité... Mais cela ne suffit pas à expliquer l'attitude généreuse du Bourbon d'Espagne. Le roi était toujours préoccupé par une éventuelle médiation dans la guerre : il l'avait redit à l'attaché militaire français, six jours avant de recevoir les membres de l'Institut30. Il leur déclara qu'il souhaitait vivement que la France songeât à permettre à l'Espagne d'intégrer Tanger dans sa zone marocaine... Les académiciens ne « bronchèrent » pas, face à cette allusion qui ne les concernait pas31.

  • 32 E. Perrier, art. cité, p. 36-37. La réception à l'IFE eut lieu, le 2.5.1916 « soirée un peu grotesq (...)

21L'audience avait été obtenue par le président du Conseil, Romanones. Elle clôturait une semaine chargée. La crainte de l'ambassade et du gouvernement résidait dans la perception par l'opinion espagnole d'une vulgaire action de propagande. Les conférences prononcées à l'Ateneo par Perrier et Bergson, une seconde fois, et par Imbart, alternèrent avec un concert de Widor à l'église Saint-Louis-des-Français et des réceptions à l'Institut français et à l'ambassade. Geoffray insistait toujours auprès de ses interlocuteurs sur le caractère privé et amical de ces manifestations32.

  • 33 Manuel Azaña y Díaz, né en 1880, à Alcalá de Henares, avait vécu en France, en 1911-1912 : bénéfici (...)
  • 34 À Tolède, ils furent reçus par les autorités municipales, ecclésiastiques et militaires. Après une (...)
  • 35 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Ratibor : lettre manuscrite (en français), 7.5.1916. A (...)
  • 36 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Ratibor : lettre dactylographiée (en français), 9.5.19 (...)
  • 37 A. Mousset, « L'Espagne et la guerre : la politique du comte de Romanones », Revue des Nations Lati (...)

22Néanmoins, le 6 mai, lors d'un banquet au Palace Hotel, Melquiades Álvarez s'emporta dans une longue tirade anti-germanique. Le secrétaire général de l'Ateneo, Manuel Azaña, fit de même, de façon plus mesurée33. Le lendemain, tandis que les académiciens étaient partis excursionner à Tolède34, l'ambassadeur d'Allemagne envoya une lettre de protestation au président du Conseil : outre les propos tenus en présence du recteur Conde y Luque, représentant officiel du ministère de l'Instruction publique, Ratibor reprochait à Romanones de n'avoir pas tenu compte de ses appréhensions quant au « caractère politique » du voyage de « ces messieurs de Paris »35. Le chef du gouvernement fit insérer dans la presse madrilène un communiqué affirmant le caractère non officiel des dites agapes, ce dont le remercia, non sans grogne, le diplomate allemand36. La neutralité apparaissait, plus que jamais, dans les milieux officiels du royaume, comme la norme intangible largement partagée par la quasi-totalité de la population : « une neutralité équidistante et contrôlée... absolument absolue, selon les ironistes (sic) de la presse madrilène », indiquait Albert Mousset dans un article de revue37.

  • 38 EHEH-RA, 1915-1916, p. 139, sur Bataillon et la propagande. AP-Legendre, Treveneuc. M. Legendre, Co (...)

23Au lendemain de leur visite chez le souverain, les académiciens s'en furent en Andalousie : Séville, Grenade et Cordoue constituèrent les étapes d'une semaine plus calme, durant laquelle le tourisme l'emporta sur le « travail ». Dans la ville natale de Velázquez, Bataillon avait préparé d'utiles contacts. Bergson et Widor - qui joua à l'orgue de la cathédrale - prononcèrent des conférences. Malgré quelques appréhensions, le séjour se déroula de façon très satisfaisante. Le recteur Candau Pizarro semblait particulièrement ravi de cette visite38.

  • 39 M. Legendre, Commentaires, cités note précédente, p. 31-54 et 57-63.

24Après une excursion en automobiles à Carmona où les attendait George Bonsor, l'ami et collègue de Pierre Paris, ce fut le retour à Séville et le départ immédiat vers Grenade, où ils parvinrent le samedi 13 mai, au soir. Au programme, visite de l'Alhambra, concert de Widor et conférence d'Edmond Perrier à l'université... Enfin, ultime et brève étape andalouse à Cordoue, où la mosquée-cathédrale fut l'objet de leur admiration. Dans toutes les villes traversées, les écoles françaises avaient naturellement accueilli les prestigieux pèlerins39.

  • 40 P. Paris retrouva, alors, son ancien camarade de l'ENS, Alfred Baudrillart, de passage à Madrid, po (...)

25De retour dans la capitale espagnole, ils rencontrèrent Mgr Baudrillart et l'évêque du lieu, Mgr Salvador y Barrera40. Mais la mission académique se réduisit avec le départ vers Paris de Perrier et de Bergson. Le philosophe, souffrant d'insomnie et de fragilité gastrique, n'irait donc pas à Salamanque où l'attendait, pourtant, Miguel de Unamuno.

  • 41 M. Legendre, Commentaires, p. 64-138. AN-Paris, 333 AP 5, (Papiers Lamy) : lettre d'Imbart de la To (...)

26Ce dernier vint à la rencontre des Français, dans la petite ville de Peñaranda de Bracamonte. Legendre revoyait ainsi son vieil ami, avec lequel il n'avait cessé de correspondre depuis le début de la guerre. Tourisme, conférence d'Imbart de la Tour et banquets animèrent la visite de la cité, baignée par le río Tormes. Tandis que Widor et Lamy repartaient, à leur tour, vers Paris, via Madrid, les derniers voyageurs se dirigèrent directement vers Oviedo, siège de « l'université-sœur » de Bordeaux. Des ouvriers d'entreprises minières et métallurgiques saluèrent les voyageurs, peu avant qu'ils ne parvinssent dans la capitale asturienne où l'accueil fut particulièrement chaleureux41. Le directeur de l'EHEH rejoignit Madrid le 26 mai ; ses compagnons de route s'en retournèrent en France à travers la chaîne cantabrique. Ainsi prit fin la tournée.

  • 42 P. Imbart de la Tour, art. cité, p. 174. BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 269 : lettre manu (...)
  • 43 Ibidem, carton 201 : lettres manuscrites, 11.7 et 22.7.1916. Au sujet de ce moine, J.-M. Delaunay, (...)
  • 44 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de F. Paris (Bordeaux), 16.7.1916.
  • 45 Ibidem, carton 203-1 : Académiciens français en Espagne 1916, dossier de presse.

27Quel en avait été l'impact ? Très positif selon Imbart, l'organisateur : « Cette mission a porté à l'Espagne le salut de la France intellectuelle... Pas une voix hostile ne s'est élevée... L'évêque de Madrid a dit : nos deux pays sont nécessairement destinés à se comprendre et à s'entendre. Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni »42. Un autre ecclésiastique, Étienne Babin, bénédictin français résidant à Cogullada, près de Saragosse, voyait plutôt l'envers de la médaille. Il écrivit à Morel-Fatio : « Veuillez noter que tous nos “missionnaires” croient avoir converti nos germanophiles espagnols, ils se font d'étranges illusions, même nos académiciens !... C'est la victoire qui l'opérera, et comme par enchantement ». Verdun, malgré l'ultime effort allemand des 23-24 juin, avait su, en effet, résister. Que cette défense victorieuse ait favorablement impressionné les neutres était incontestable, mais cette politique des envoyés prestigieux valait-elle grand chose ? Non sans malice, le même religieux ajoutait, dans une autre missive, que « l'un des académiciens avait mobilisé, en avril, toutes les grammaires espagnoles de Paris pour être à la hauteur en mai... et découvrir l'Espagne nouvelle en quinze jours »43. Et de vastes régions, telles la Catalogne et le Levant, n'avaient pas été parcourues... Entre le lyrisme d'Imbart de la Tour et le scepticisme de Babin, Pierre Paris essayait de garder la tête froide : « Ce voyage des académiciens a eu un grand succès, mais peut-être pas une grande influence sur l'opinion espagnole »44. Bergson déclara lui-même à la presse parisienne, que l'Espagne « nation noble... ne sortirait pas de sa neutralité, mais qu'elle s'inclinerait de plus en plus vers nous »45.

  • 46 AABA-Paris, registre n° 2E23 (1913-1918) : séances des samedi 6.5 et 13.5.1916, fol. 335 et 336. Ch (...)

28D'Espagne, Widor avait envoyé au président de l'Académie des beaux-arts, le graveur Waltner, deux lettres marquées du sceau de l'optimisme46. Dans la séance hebdomadaire du 1er juillet, le secrétaire perpétuel communiqua à l'assemblée le projet de développement de l'Institut français de Madrid préparé par Pierre Paris. Il s'agissait de créer une Villa Vélasquez qui recevrait :

  • des pensionnaires s'étant distingués dans des expositions annuelles, organisées, soit par l'École nationale des beaux-arts, soit par des écoles de province,

  • des pensionnaires de l'Académie de France à Rome, avec l'accord de leur directeur : une partie de leur temps serait ainsi consacrée à l'Espagne,

  • d'autres artistes, surtout dans le domaine de la décoration,

  • enfin, en cas d'atelier disponible, des créateurs « libres ».

  • 47 Ibidem, séance du 1.7.1916, fol. 354-355.
  • 48 Ibidem, séance du 8.7.1916, fol. 356-357. C'est sans doute, à ce moment que P. Paris rédigea le mém (...)
  • 49 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 19.8.1916, fol. 363-364. La lettre des membres de l'ABA ét (...)

29À l'unanimité, le projet du directeur de l'EHEH fut très favorablement accueilli47. Une semaine plus tard, celui-ci vint dans la capitale française présenter lui-même son programme : l'Académie des beaux-arts le félicita chaleureusement de cette initiative qui visait à resserrer les liens entre les deux nations voisines48. Pour faire bonne mesure, la compagnie adressa, quelque temps après, à l'ambassadeur d'Espagne, Fernando de León y Castillo, un message de remerciements et d'hommage au roi Alphonse XIII pour ses démarches en faveur de jeunes artistes français, prisonniers dans des camps de Courlande49.

  • 50 AN-Paris, F21 4887 (« ateliers », 1914) et EHEH-RA, 1914-1915, p. 124 (« petite Académie de France  (...)

30Ainsi, l'Académie devenait-elle la protectrice d'une Villa Velázquez ! Le vocable fut utilisé par les milieux français concernés jusqu'au début des années vingt. Le directeur de l'EHEH ne l'abandonnera qu'en février 1920, tandis que l'Académie s'accrochera à cette dénomination jusqu'au printemps 1925. Avant la venue des académiciens, Pierre Paris parlait d'Académie de France à Madrid ou d'ateliers d'artistes de l'EHEH50.

  • 51 P. Paris, mémorandum cité note 26.

31C'était sans compter avec les Espagnols, pour lesquels cette dénomination avait un tout autre sens : elle était le signe tangible d'un développement urbain bas-médiéval et moderne, qui s'était perpétué dans un cadre administratif, inassimilable à une « villa » romaine ou italienne... même si « on en devrait choisir l'emplacement dans un quartier un peu excentrique, presque à la campagne, et pour cela, acheter, à meilleur compte qu'en pleine ville, un terrain ayant vue sur les beaux horizons lumineux de la Sierra de Guadarrama. Ce terrain serait assez vaste pour qu'on y plantât un beau jardin propice aux études de plein air et qu'on y disséminât les ateliers dans la verdure autour d'un bâtiment central, élégant et simple, où seraient placés les appartements, les salons et la bibliothèque »51.

32On assimilait ainsi la Villa Velázquez à la Villa Médicis.

33Quant au choix de Velázquez, fut-il envisagé par Pierre Paris avant la visite des académiciens ? Il ne le semble pas, l'absence d'archives nous laissant ici dans un flou peu artistique. À l'instar du mot « villa », les membres de l'Institut, avec l'appui de Pierre Paris, paraissent avoir « imposé » le nom du grand peintre... à la suite de leurs nombreuses visites au Prado, effectuées dans les moments libres que leur laissaient conférences, réceptions, rencontres et banquets. La renommée qui avait progressivement entouré l'œuvre de l'artiste expliquait ce choix qu'un « patriarche » comme Léon Bonnat ne pouvait qu'approuver.

  • 52 AAA-Bonn (Berlin), Spanien 61, vol. 6 : t. n° 169, Ratibor (Madrid) à AA (Berlin), 24.7.1916. Le «  (...)
  • 53 Ibidem, vol. 7 : note Hortsmann, août 1916. L'Institut allemand de Florence était alors fermé.

34La réaction allemande ne se fit cependant pas attendre. Fin juillet, Ratibor demandait à l'Auswärtiges Amt des instructions concrètes à propos de l'éventuelle création, après-guerre, d'un Institut artistique allemand à Madrid52. Le ministère se contenta de demander à un universitaire de Heidelberg, August Hortsmann, un rapport à ce sujet : après avoir énuméré diverses institutions allemandes et françaises en Grèce et en Italie, l'expert choisi en vint à la conclusion que le Reich devait imiter, dans la capitale espagnole, ce qui avait été réalisé à Florence où l'Institut d'art avait fait, depuis 1907, ses preuves. Peintres, graveurs, architectes, musiciens, linguistes, historiens d'art devraient être, un jour, les hôtes du royaume ibérique53. Professeur de chimie, le savant allemand avait assurément le sens des dosages... mais on en resta là. La France avait, dans ce domaine, une avance fragile, mais certaine : malgré les fouilles réalisées, avant-guerre, par Schulten à Numance et les bourses de voyage d'étudiants espagnols outre-Vosges, l'empire wilhelminien manquait encore d'assises au sud des Pyrénées. Sa capacité de manœuvre, restait, néanmoins, impressionnante.

  • 54 Ainsi Henri Bergson, après un détour en Suisse, s'en alla plus de quatre mois aux États-Unis, de ja (...)

35Face à l'ennemi, une véritable offensive en direction de l'opinion des pays neutres se dessinait en France, dans le second semestre 1916 : conférences, représentations théâtrales, expositions se multipliaient à travers la Péninsule. Dans ce nouveau cadre, le nombre des missions tendait à se développer54. L'Institut de France entendait bien participer à cette œuvre patriotique qui ne pouvait se résumer à la création d'un centre artistique dans une capitale européenne ou à la tenue de quelques conférences à l'étranger.

Le comité de rapprochement franco-espagnol (1916-1917)

  • 55 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : carte-lettre manuscrite d'Imbart, 23.7.1916, l'inv (...)

36Pierre Paris et Pierre Imbart de la Tour s'employèrent activement, dès juillet 1916, à promouvoir un comité académique permanent qui assurerait des liens étroits avec les élites espagnoles. Le « patron » de l'hispanisme érudit, Alfred Morel-Fatio, fut aussitôt alerté. D'autres personnalités avaient été pressenties : une première réunion eut lieu le lundi 24 juillet, chez Charles-Marie Widor, quai Conti. La liste des participants ne nous est pas connue : elle devait être assez réduite. Diverses décisions furent prises55.

  • 56 Y.-H. Nouailhat, ouvr. cité, p. 60-62 : le Comité France-Amérique fut fondé en 1909. Jean-Pierre Vi (...)
  • 57 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4146 : lettre de Bergson (Hennequeville, Calvados), (...)
  • 58 Gabriel Hanotaux (1853-1944), ancien ministre des Affaires étrangères des années 1890 et académicie (...)
  • 59 Sur la préparation de l'accueil, AN-Paris, 333 AP 5, Papiers Lamy : lettres manuscrites d'Imbart à (...)

37Tout d'abord, sur les modèles franco-américain et franco-italien, un Comité France-Espagne serait constitué. Avec des sections spécialisées, il couvrirait le plus large champ possible56. Ensuite, il semblait nécessaire de susciter un groupement espagnol parallèle : une invitation serait lancée immédiatement à des académiciens et des personnalités du pays voisin. Enfin, n'oubliant pas que l'après-guerre devait aussi être préparée dans le domaine économique, une seconde mission - scientifique et technique - serait envoyée, bientôt, au-delà des Pyrénées. Bergson n'avait-il pas écrit à Imbart. « Il y a certainement beaucoup à faire chez les neutres... Nous entrons dans une période décisive »57. Gabriel Hanotaux et Léon Bonnat furent contactés afin de patronner le comité naissant58. Le second volet fut rapidement mis à exécution : la France combattante attendait ses amis d'Espagne59.

  • 60 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : carte-lettre manuscrite de R. Menéndez Pidal (Madr (...)

38Dans une missive adressée à Morel-Fatio60, Ramón Menéndez Pidal fit savoir que, parmi les invités de l'Institut de France, se déplaceraient, avec lui, Gómez Ocaña, Rafael Altamira, Jacinto Octavio Picón, Miguel Blay, Gonzalo Bilbao, Américo Castro, Adolfo Gil y Morte et Manuel Azaña. Se joignirent également à l'expédition le dix-septième duc d'Albe, Odón de Buen, Rafael Vehils, Azucarro et le directeur du Prado, le peintre Villegas.

  • 61 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 331-332. Dans la CM-Pérez Galdós, Las Palmas de Grande Canarie, o (...)

39D'autres personnalités, cependant, ne purent se déplacer : Ramón y Cajal, Pérez Galdós et Unamuno, parmi d'autres. La plupart adressèrent des messages de solidarité envers la France61.

  • 62 La relation la plus complète est celle de Manuel Azaña, dans BH, n° 1, 1917, p. 26-42 : « Nuestra m (...)
  • 63 AABA-Paris, registre 2E23 : séance du 25.11.1916, fol. 384-385.
  • 64 AABA-Paris, Fonds Casa Velázquez (CV), Correspondance : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Wi (...)
  • 65 M. Legendre, Commentaires, p. 19-20, qui note le caractère « plus ou moins spirituel » de certains (...)
  • 66 J.-M. Delaunay, « Louis Barthou et l'Espagne », art. cité, p. 90. Clemenceau, dans L'Homme Enchaîné(...)
  • 67 Henri Mérimée, « Les académiciens espagnols à Toulouse », BH, n° 1, 1917, p. 43-45.
  • 68 Discours de R. Thamin, reproduit dans le BH, juste après la note d'H. Mérimée ! p. 45-48. Pas de ch (...)

40La mission se mit en route le 21 octobre : elle fut accueillie, à la frontière par les universitaires bordelais. Le recteur Thamin, Pierre Paris et Georges Radet l'accompagnèrent dans ses pérégrinations62. Dans la capitale française, d'importantes décisions furent convenues entre les voyageurs espagnols et leurs hôtes. Ainsi, le duc d'Albe prendrait-il la direction d'un comité espagnol permanent auquel ferait pendant un comité français, dont le président serait Léon Bonnat. Les deux artistes de la délégation ibérique, Miguel Blay et Gonzalo Bilbao, s'engagèrent à demander auprès de la municipalité madrilène la cession d'un terrain pour la future Villa Velázquez. Enfin, à la demande de P. Paris, le président du Conseil, Aristide Briand, laissa espérer une forte subvention de l'État en faveur d'une Union intellectuelle des races latines63. La défaite des Roumains, alliés de la France, ne put affaiblir les sympathies des personnalités espagnoles en visite au nord des Pyrénées64. Les trois jours passés dans la zone des combats leur firent grosse impression : Épernay, Reims, Châlons et Verdun. Autant d'étapes dans un « autre monde » où le lieutenant Maurice Legendre les guida65. Les hôtes de l'Institut de France furent donc l'objet de chaleureuses démonstrations66... visant, parfois, à faire admettre une éventuelle participation de l'Espagne au conflit, tels un discours de Louis Barthou ou des articles de Georges Clemenceau et de Gustave Hervé. Sur le chemin du retour, le chef-lieu de la Haute-Garonne accueillit les pèlerins du 3 au 5 novembre : « Ville d'amis... inoubliable Toulouse ! » s'exclama Azaña. Afin de donner à ce passage toute sa résonance, Henri Mérimée publia, dans le Bulletin Hispanique, une note dans laquelle il célébrait l'œuvre pionnière de sa ville dans le domaine de l'hispanisme. Il notait, en outre, que le recteur Cavalier, permissionnaire, avait rappelé le projet Villa Velázquez à ses auditeurs67. Ainsi, Pierre Paris, qui espérait tant briser l'association avec Toulouse, entendait parler de « son » plan à l'ombre de la basilique Saint-Sernin ! En réalité, les Mérimée furent eux-mêmes choqués de lire, sous la plume d'Azaña, le terme « haut lieu de l'hispanisme » appliqué exclusivement à Bordeaux qui devait accueillir, peu après, les quatre missionnaires espagnols encore présents. La publication d'une note « complémentaire », immédiatement placée après le compte-rendu du secrétaire de l'Ateneo, s'imposait à leurs yeux. Le recteur de Toulouse n'avait proféré, à l'évidence, que des paroles suggérées. Il fallait bien faire enrager le directeur de l'EHEH, qui prétendait ainsi créer des « hauts lieux »68...

  • 69 J.-M. Delaunay, « Les crédits Urquijo et la France en guerre », MCV, t. XX, 1984, p. 339-352.

41Dans une guerre dont on ne voyait pas l'issue, le soutien économique du royaume ibérique apparaissait de plus en plus indispensable. Le change devenait catastrophique pour la monnaie française qui avait subi une dépréciation de 20 % entre juillet 1914 et novembre 1916 ! Des échanges déséquilibrés et des mesures financières expliquaient cet écart croissant qu'accentuait, au sud des Pyrénées, un vent de nationalisme financier. Le Trésor français avait dû négocier des crédits de fournitures avec la banque Urquijo69.

  • 70 BIF-Paris. Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Bretagne) à (...)
  • 71 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 328-329. AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : d. n° 7 (...)
  • 72 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Dax) à Imbar (...)

42Le conflit entrait, définitivement, dans sa phase industrielle : on attendait de l'Espagne des matières premières, des produits agricoles et industriels, de la main-d'œuvre... L'Institut de France, où siégeaient des économistes et des scientifiques, se préoccupait de cette situation depuis quelque temps déjà. De nombreux représentants des secteurs d'activités les plus divers les en avaient prévenus. Charles Lallemand, de l'Académie des sciences, fut chargé, en liaison avec Imbart, Jules Cambon et Léon Geoffray, de coordonner cette seconde tournée en terre ibérique70. Il s'agissait bien d'étudier les possibilités de rapprochement économique entre les deux nations. Forte de sept membres, la délégation française quitta Paris le 6 novembre. L'ambassadeur de France avait préparé le terrain, avec Romanones71. Au passage, à Bordeaux, la municipalité et la Chambre de commerce du lieu exprimèrent aux « missionnaires » leurs vœux72.

  • 73 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : d. n° 762, Geoffray (Madrid) à Briand, 21.11.1916  (...)
  • 74 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Río Tinto) à (...)
  • 75 Ibidem, carton Ms 4139 : note dactylographiée sur les relations entre la France et l'Espagne, 4 fol (...)
  • 76 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : note Fourcade à de Margerie (MAE), 2.12.1916. Four (...)
  • 77 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand 16.1.1917.
  • 78 Ibidem, lettre manuscrite de Lallemand, 13.2.1917, où il indique le nom de Marbeau (au lieu de Marv (...)

43Les étapes de ce tour d'Espagne furent nombreuses, mais souvent très brèves : Pays basque, Santander, Asturies « au pas de charge », avant de prendre contact, à Madrid, avec les autorités. Le roi, qui les reçut le 18, leur parla beaucoup de lignes ferroviaires73. Comme pour leurs prédécesseurs, ce fut ensuite l'Andalousie à travers la visite des centres miniers de Peñarroya et de Río Tinto et des principales cités de la région74. Le retour s'effectua par Valence et Barcelone. Ce mois de pérégrinations démontrait la volonté du futur Comité, patronné par l'Institut de France, de couvrir un immense champ d'activités. Imbart de la Tour avait fixé les grandes lignes de cette œuvre patriotique75. L'industriel Fernand Fourcade renchérit dans le même sens76. Trois sections seraient donc créées. La première traiterait des questions intellectuelles : Bergson en serait le président. La seconde, avec Bonnat à sa tête, s'occuperait des relations artistiques. Enfin, la troisième serait vouée au règlement des relations économiques77. Hanotaux devait en devenir le président et Angel Marvaud le secrétaire. Ce dernier, juriste, sociologue et professeur à l'École libre des sciences politiques78, s'était affirmé comme le meilleur spécialiste des questions espagnoles dans l'immédiat avant-guerre. Ses livres et ses articles faisaient autorité.

  • 79 AMAE-Paris, Nouvelle Série, 1898-1914, Espagne, vol. 56, Affaires commerciales, relations avec la F (...)

44Grâce à sa section économique, le Comité de rapprochement franco-espagnol - telle fut son appellation définitive - devint très actif dans le premier semestre 1917. Son premier grand rapport fut transmis, fin mai, au Quai d'Orsay. Les statuts furent finalement adoptés, en session plénière, le 11 juillet79.

  • 80 AABA-Paris, Fonds CV : note manuscrite du 25.11.1916, indiquant que, selon le désir du Roi, le duc (...)

45Le duc d'Albe avait, de son côté, commencé à prendre contact avec diverses personnalités espagnoles afin que fût constitué parallèlement un Comité de aproximación hispano-francés80.

461917 fut « l'année de tous les périls ». La lassitude gagnait belligérants et neutres. Entourée de pays combattants, l'Espagne ne pouvait échapper aux tensions d'une guerre qui devenait « mondiale », avec l'entrée des États-Unis dans la mêlée, tandis que la Russie, épuisée, allait progressivement s'en retirer.

47La France, dans ce très large contexte, devait faire des efforts d'organisation supplémentaires dans les domaines les plus diversifiés. Entre alliés comme avec les pays résolument demeurés neutres.

  • 81 AAF-Madrid, carton 441, dossier création OEFE : lettre dactylographiée de P. Paris à L. Geoffray, 3 (...)

48Dès décembre 1915, Pierre Paris avait alerté l'ambassade sur le « monde invertébré » des écoles laïques françaises installées en Espagne : pas de programmes homogènes, pas d'enseignants de valeur, pas de contrôle pédagogique. Le Bureau des écoles et des œuvres françaises à l'étranger du Ministère des affaires étrangères n'avait que des attributions financières. Quant à l'Office national des universités et des écoles françaises à l'étranger, rattaché à l'Instruction publique, il ne pouvait que prodiguer quelques aides. Les colonies françaises, fondatrices de ces établissements, étaient abandonnées à elles-mêmes, quand elles n'étaient pas le théâtre de disputes et de scissions. Parfois, les recteurs de Bordeaux, Toulouse ou Montpellier étaient venus présider quelques cérémonies, mais c'était « presque » par courtoisie... Bref, il fallait faire cesser cette situation en plaçant ces écoles sous l'autorité de l'ambassadeur et d'un inspecteur véritablement doté de pouvoirs81. Les autorités espagnoles et les sociétés françaises de bienfaisance admettraient-elles ce contrôle ? L'inspection ne pouvait qu'être ponctuelle.

  • 82 BM-Versailles, Papiers Morel-Fatio (Paris), carton 269 : lettre de Bataillon (Séville) à Morel-Fati (...)

49La venue de la première mission académique française semble avoir dynamisé, dans l'esprit de Pierre Paris, cette cause délicate. Son programme de juillet 1916 en témoigne. Peu auparavant, il avait, en accord avec Geoffray, libéré Marcel Bataillon de ses occupations, en lui demandant de faire une tournée des postes consulaires. Avant de rentrer en France, son sursis prenant fin, celui-ci devait se renseigner sur la situation des écoles françaises dispersées dans la Péninsule82.

  • 83 AAF-Madrid, carton 441 : lettre MAE-Paris à Ambassade, 2.11.1916.
  • 84 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 24.12.1916.

50En novembre, le quai d'Orsay transmit enfin le point de vue officiel du ministère : l'ambassade pouvait organiser un tel service, mais ni l'université ni le gouvernement français ne devaient être concernés par cette inspection83. Pierre Paris ne se tint pas pour battu : il partit, durant un mois, en janvier-février 1917, en mission d'enquête en Andalousie et dans le Levant. « J'ai résisté jusqu'à présent, car cela ne semblait pas plaire beaucoup à Paris. Mais l'ambassadeur y tient beaucoup de son côté, et le fait est qu'il y a fort à faire, et que nous ne faisons rien, tandis que les Boches se démènent. Du reste, j'écrirai à M. le Recteur »84. Le directeur de l'EHEH désirait-il placer cet office d'inspection sous l'autorité de l'Académie de Bordeaux ? En tout cas, il n'y fit pas directement allusion dans son rapport, remis à Léon Geoffray, à la mi-mars. L'état des écoles, - dans la partie méridionale du royaume, était souvent lamentable ou précaire : sauf pour les œuvres congréganistes, auxquelles il rendait hommage, l'organisation relevait du chaos, tandis que la demande espagnole restait forte. Il fallait, en conséquence :

  • créer un Office de l'enseignement du Français en Espagne dans le cadre de l'Institut français de Madrid,

  • établir des statistiques avérées,

  • aider clairement, par des subventions, les établissements existants,

  • créer de nouvelles écoles et des bibliothèques,

  • régler le problème de la délivrance et de l'équivalence des diplômes,

    • 85 AAF-Madrid, carton 441 : rapport dactylographié sur l'enseignement du français dans le sud et le su (...)

    fonder un lycée français avec internat à Madrid, afin d'éviter l'envoi en France de jeunes Espagnols85.

  • 86 Qui prit le nom d'Institut d'études hispaniques, par décision du Conseil de l'université de Paris, (...)
  • 87 AAF-Madrid, carton 441 : lettre manuscrite de P. Paris à L. Geoffray, 1.4.1917 et copie d. n° 245, (...)

51De la capitale française vinrent toutes les alarmes : après les atermoiements de l'Instruction publique, Ernest Martinenche prétendait établir le contrôle des écoles par son Centre d'études franco-hispaniques de l'université de Paris86 ! Et au moment où - en ce début d'avril 1917 - la section intellectuelle du Comité de rapprochement donnait un avis favorable à la direction de Pierre Paris sur l'office à créer, un universitaire d'une ville qui n'accordait plus aucune bourse à l'EHEH viendrait recueillir le fruit d'un long travail sur place ! Widor et Imbart avaient prévenu l'archéologue de cette tentative de mainmise. Martinenche venant donner à Madrid une conférence pour la section toulousaine de l'Institut français, Pierre Paris le rencontra afin de tirer les choses au clair87.

  • 88 AAF-Madrid, carton 441 : d. n° 483, MAE-Paris à Geoffray, 1.5.1917. Sur les 7500 F indiqués en juil (...)
  • 89 Les établissements scolaires du protectorat au Maroc dépendaient de l'université de Bordeaux. P. Pa (...)

52Le quai d'Orsay, sans consulter l'Instruction publique, accepta rapidement, tout en s'enquérant du coût de l'opération. Pierre Paris dirigerait la structure ainsi créée, en engageant le soldat Maurice Legendre comme secrétaire. Un budget de 10.000 F, réuni par le Comité de rapprochement, serait bientôt à sa disposition88. L'Office des écoles françaises à l'étranger était né : il devait coordonner fonds publics et privés. Pierre Paris s'en alla lui-même présider, en juillet 1917, le baccalauréat au Maroc89.

  • 90 EHEH-RA, 1917-1918, p. 165. Divers rapports indiquaient le coût élevé du papier et la lassitude des (...)

53La réorganisation de la propagande et la création de l'Office mirent surtout fin à « l'aventure spontanée » du Comité international de propagande, qui cessa ses activités à l'aube de 191790. L'EHEH se devait « d'avoir chaque jour une plus haute et plus large idée de sa tâche... le plus intime rapprochement intellectuel et moral de la France et de l'Espagne90 ».

54On retrouvait, ainsi, le discours de 1899 : en près de vingt ans, de gros efforts - du côté français - avaient été consentis : le petit Palais de la rue du Marquis de la Ensenada le démontrait. Mais, pour autant, le temps des méfiances avait-il disparu ? Les Espagnols avaient-ils répondu aux offres d'échange de 1909, c'est-à-dire étaient-ils prêts à créer un centre similaire sur les bords de la Seine ?

  • 91 EHEH-RA, 1916-1917, p. 168-169.

55Malgré la multiplicité des projets qu'il faisait subtilement patronner, Pierre Paris considérait toujours l'EHEH comme le fondement de son action : il ne la négligea en aucune circonstance91.

  • 92 Revenu en France durant l'été 1916, Bataillon manifesta, sous l'uniforme, le désir de poursuivre se (...)
  • 93 EHEH-RA, 1916-1917, p. 164-168 : travaux de M. Bardon et de R. Lantier.

56Certes, en ces moments difficiles, les candidatures étaient rarissimes. La situation militaire des postulants conditionnait tout recrutement : à Marcel Bataillon succéda Maurice Bardon, unique membre de l'année 1916-191792. L'un partait à l'armée, l'autre en revenait. Il n'y eut, d'ailleurs, aucun pensionnaire entre juillet 1916 et janvier 1917 : l'EHEH était devenue provisoirement une coquille vide. Certes, des compléments de bourse purent être attribués à René Vallois, pour de courtes périodes de recherches, et à Raymond Lantier93.

  • 94 Laffargue mourut dans un combat secondaire, la grande offensive ayant eu lieu, sans succès, du 16 a (...)
  • 95 Ibidem, p. 161-163. Costes, plusieurs fois blessé, correspondait fréquemment avec Morel-Fatio : BM- (...)

57Mais la mort devait prélever encore son tribut parmi les combattants, anciens membres de l'École. Le 5 mai 1917, Paul Laffargue, lieutenant au 67ème Régiment d'infanterie, trouvait la mort sur le Chemin des Dames, dans l'une des offensives du moment94. Le 31 octobre, René Costes, sous-lieutenant que Morel-Fatio affectionnait particulièrement, décédait des suites d'une très grave blessure, reçue le 23 octobre, durant l'attaque du secteur de la Malmaison, juste au nord de Soissons95.

  • 96 Au sujet de la reconduction de P. Paris dans ses fonctions madrilènes, AR-Bordeaux, registre CU n° (...)
  • 97 Un appareil d'occasion avait été acheté à Bordeaux, en 1914 (maison Panajou Frères 50 allées de Tou (...)

58P. Paris avait été reconduit pour trois ans dans ses fonctions, à compter du 1er novembre 191696. Le Ministère avait versé en 1917 une somme de 7.500F, égale à celle de l'année précédente : ces subventions - en principe, exceptionnelles- servirent à acquérir des ouvrages pour la bibliothèque et du matériel photographique, afin de préparer les fouilles de Belo97.

  • 98 EHEH-RA, 1916-1917, p. 170, 171 : 3.000 F (Fonds Debrousse pour la bibliothèque) et 2.000 F (Fonds (...)

59L'Académie des inscriptions et belles-lettres octroya aussi de précieuses allocations (5.000 F), qui furent utilisées pour des livres et pour les activités archéologiques98.

  • 99 P. Paris et alii, Fouilles de Belo 1917-1921, t. 1, Bordeaux, 1922, p. 7-8. Un premier compte-rendu (...)

60En effet, avec son ami George Edward Bonsor, le directeur de l'EHEH put aller travailler, près de Tarifa, durant tout le mois de mai 1917. Deux ans et demi après la concession officielle, Belo devenait enfin « la » fouille de l'EHEH. Il n'y avait aucun jeune archéologue qui fût alors disponible, mais il fallait occuper le terrain, face aux Espagnols et aux Allemands. Avec la déclaration de guerre sous-marine à outrance, décrétée par Berlin à partir de février, le détroit de Gibraltar était devenu un haut lieu d'embuscades contre les navires de commerce des pays ennemis ou neutres : Pierre Paris indiqua la présence, non loin de Belo, d'agents germaniques, chargés d'assurer le contact - par signaux - avec d'éventuels submersibles. En face du site, Tanger - visible par temps clair - brillait de ses feux, en faisant oublier qu'elle était une pomme de discorde entre Paris et Madrid... De leurs investigations, les deux amis archéologues, accompagnés de leurs épouses, tirèrent, en tout cas, d'utiles enseignements qui les incitèrent à poursuivre plus avant dans les années futures99.

61Car la grande préoccupation de P. Paris tenait en un mot : développement. Son programme de juillet 1916 martelait avec conviction qu'il fallait doter l'EHEH de bourses décentes et nombreuses, créer une collection de thèses - comme à Rome et Athènes -, animer la vie de la maison par de multiples contacts... et, enfin, créer un institut identique au Portugal, « attaché fraternellement à celui d'Espagne ». L'aide de l'Institut, sous la forme d'un patronage scientifique, devait être ainsi pleinement assuré... Tout cela était bel et bien pensé pour l'après-guerre, à l'issue de cette victoire que le citoyen, le père et le savant espérait de toute son âme.

  • 100 Grosse correspondance à ce sujet, dans AD-Gironde, carton T43. Au sujet des indemnités de « vie chè (...)
  • 101 Pour l'Espagne, Santiago Roldán, José Luis García Delgado et Juan Muñoz, La formación de la socieda (...)

62La réalité présente était plus amère : le change et l'inflation en Espagne devenaient des problèmes chroniques100. Ainsi fallait-il, en liaison avec Toulouse, assurer une vie décente au gardien permanent de l'Institut. Soutiras, pour nourrir sa famille, devait faire face à une forte montée des prix dans la capitale espagnole. La distorsion croissante entre des secteurs privilégiés et les masses laborieuses explique profondément la tourmente sociale qui éclata en 1917, au moment où la France elle-même connaissait une grave crise de ses finances extérieures et de dangereux mouvements de lassitude, dans la zone des armées comme à l'arrière101...

63Quel pouvait être, dans ces conditions, le destin des projets artistiques ébauchés lors de la venue des académiciens, en mai 1916 ? Deux objectifs principaux étaient inscrits à l'ordre du jour de la Commission des beaux-arts du Comité de rapprochement, créée au printemps 1917 : l'organisation d'une exposition de peinture française au sud des Pyrénées et le dossier Villa Velázquez. Les deux affaires allaient de pair.

  • 102 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Geoffray : lettre manuscrite du 10.2.1917, demande d'a (...)
  • 103 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 10.3.1917, fol. 409.
  • 104 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, liasse 35, dossier 18 : lettre de Widor à Geoffray, 14.3.1917, transm (...)

64En février 1917, Geoffray sollicita, pour Fourcade, une audience auprès du roi102. L'homme d'affaires fut reçu, début mars, par le souverain qui lui exprima - comme il l'avait déjà dit aux académiciens - le souhait de voir organisée une exposition de peinture française... pour le mois de mai103. Une réunion eut lieu, au Palais de l'Institut, le 13. Widor adressa aussitôt une missive à Geoffray : après examen, le délai était acceptable. On enverrait « quelques toiles, spécimen de l'art français, mais n'ayant rien de commun avec ce soi-disant modernisme peu honorable pour l'École »104.

  • 105 Ibidem, lettre manuscrite du 23.3.1917. AABA-Paris, registre n° 2E23 : séances des 14.3 et 31.3.191 (...)

65En transmettant la lettre au président du Conseil, le diplomate français lui demanda son avis sur l'opportunité d'une telle manifestation. Romanones était aussi, depuis 1911, président de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando. Mais, aussitôt, la commission artistique du comité espagnol, réunie le 21 mars chez Picón, fit savoir qu'une telle exposition devait être reportée à l'automne : deux mois représentaient un laps de temps trop bref. Cette décision fut communiquée à l'Académie des beaux-arts de Paris et à Romanones105.

  • 106 Ainsi qu'en témoigne la correspondance échangée entre León y Castillo (Paris) et Romanones (Madrid) (...)
  • 107 Catalogue Exposition d'Arts Français, Barcelone, 1917, (197 p. et 64 illustrations), organisée par (...)
  • 108 La bibliographie sur l'art nouveau et les liens culturels de la Catalogne avec le reste de l'Europe (...)

66Mais était-ce seulement un problème de délai ? En effet s'achevaient alors les ultimes préparatifs d'une exposition d'art français à Barcelone. Organisée à la demande de parlementaires et politiciens catalans des deux côtés des Pyrénées, sa tenue irritait fort le gouvernement de Madrid, qui n'avait été avisé qu'après décision. Au moment même où l'on évoquait l'exposition de Madrid, les objets importés de France étaient bloqués à Port-Bou106. Les deux ambassadeurs obtinrent le feu vert du président du Conseil, alors en mauvaise posture politique... mais ce fut, semble-t-il, de bien mauvaise grâce. La manifestation se déroula d'avril à juillet, dans la capitale de la Catalogne107. Elle mêlait des genres et des styles très divers, confirmant ainsi l'ouverture des élites régionalistes à des formes non classiques d'expression esthétique108.

  • 109 Au sujet des trois premiers, voir note 60. Mariano Benlliure (1862-1947) était le plus célèbre scul (...)
  • 110 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris à P. Imbart de la Tour, transmise à Widor, 5.4 (...)

67À Madrid, le 3 avril, Alphonse XIII reçut en audience Picón, Blay et Villegas, accompagnés du sculpteur Mariano Benlliure et du musicien Tomás Bretón109 - À l'exposition promue par les sections artistiques du Comité de rapprochement et du Comité de Aproximación, il promit naturellement son appui, insistant simplement pour que des tableaux militaires y fussent inclus110.

  • 111 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 21.7.1917, fol. 439-440. Flameng (1856-1923) était entré, (...)

68En juillet, le peintre François Flameng, membre de l'Académie, avait accompagné Albert Dalimier, sous-secrétaire d'État aux Beaux-arts, pour la clôture de l'exposition de Barcelone. L'ensemble des peintures avait, selon lui, été bien reçu, malgré la présence de « toiles aux tendances fâcheuses et anarchiques » ; puis l'académicien s'était rendu à Madrid pour y faire le point111.

  • 112 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris à P. Imbart de la Tour, transmise à Widor, 27. (...)

69Finalement, à l'automne, on s'orienta vers un échange de manifestations, la peinture espagnole à Paris répondant à la peinture française à Madrid112. Les événements politiques, dans les deux pays, en repoussèrent la célébration à 1918... Dans cette affaire, il est important de noter que l'Académie des beaux-arts agissait en tant que corps constitué ; il n'en était pas de même pour sa « consœur » madrilène dont, seuls, certains membres y travaillaient à titre individuel, dans le cadre du Comité de aproximación. Neutralité obligeait...

  • 113 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 22.3.1917. Girault (185 (...)

70Pierre Paris était, bien sûr, l'agent de liaison de la commission des Beaux-arts du Comité de rapprochement, à laquelle il n'appartenait pas. Mais la question du futur centre artistique lui tenait, naturellement, beaucoup plus à cœur. Les expositions artistiques prévues lui permettaient de maintenir une certaine pression sur les académiciens espagnols : elles étaient le vecteur idéal de son projet. Au sujet de « notre chère Villa Velázquez », la commission espagnole avait réuni, en mars 1917, des informations sur les terrains libres dans les alentours immédiats de la capitale. L'intérêt de ses membres s'était porté vers une belle colline, le Cerro del Pimiento, avec vue sur le Pardo et, au loin, sur la sierra de Guadarrama : la zone appartenant à la Diputación Provincial (Conseil général), 30 à 40.000m2 pourraient y être affectés au projet français. « Il faut être à son aise et prévoir des agrandissements successifs » notait le directeur de l'EHEH. Bien qu'excentrique, le lieu était abordable par deux lignes de tramways... Léon Bonnat ayant évoqué le nom de Charles Girault, en qualité d'architecte de la future maison, P. Paris indiqua qu'il était prématuré d'en parler113.

  • 114 Lettre citée note 110.
  • 115 Le nom de Moncloa est une altération de Monclova, titre nobiliaire d'une famille, dont le plus fame (...)

71Dans l'entretien du 3 avril, le souverain avait orienté ses interlocuteurs vers un petit pavillon de campagne, édifié au XVIIIe siècle au flanc de la colline qui longeait la route du Pardo, avec une très belle vue sur la Casa de Campo, de très beaux arbres et une pièce d'eau. « Cela lui appartenait, à ce brave Alfonso, mais c'est maintenant à l'État... Ce serait fameux d'avoir déjà une construction utilisable, mais, selon Picón, elle n'est pas belle »114. Sans le nommer, le directeur de l'EHEH évoquait ainsi le Palacete (petit Palais) de la Moncloa, construit au crépuscule du règne de Philippe IV. Profondément remanié, après être passé en diverses mains aristocratiques, le bâtiment fut totalement transformé par la XIIIe duchesse d'Albe qui le fit décorer par Goya. À sa mort, en juillet 1802, la propriété fut cédée à la couronne. Le prince Murât, puis le roi Joseph Bonaparte y passèrent quelque temps. La résidence fut, après le départ des Français, médiocrement maintenue en état jusqu'à sa confiscation, décrétée par la loi du 18 décembre 1869, peu après la chute d'Isabelle II. Malgré les séjours qu'y firent, sous la Restauration, des politiciens, tels Sagasta ou Cánovas del Castillo, les dégradations en avaient amplifié l'état d'abandon115.

  • 116 AABA-Paris, Fonds CV, correspondance : lettre manuscrite de P. Paris à Widor, 26.4.1917. P. Paris p (...)

72À la fin du mois d'avril, le directeur de l'EHEH s'en fut visiter ledit Palacete, en compagnie de Miguel Blay. Comme l'avait bien indiqué Picón, la bâtisse n'était guère avenante : les promeneurs ne purent même pas en contempler l'intérieur. Le site était, cependant, admirable, indiqua P. Paris qui adressa à Widor une esquisse de budget... Il serait possible de limiter les dépenses si lui était, un jour, échu l'honneur de diriger la Villa, où seraient mêlées activités scientifiques et artistiques. « Vous savez que je souhaite très vivement cette fusion, que je crois essentielle, et que je prévois particulièrement féconde »116.

  • 117 Ibidem, lettre manuscrite d'Imbart à Widor, 19.6.1917, et registre n° 2E23 : séance du 23.6.1917, f (...)
  • 118 AAF-Madrid, carton 382 : copie t. n° 694, Geoffray (Madrid) à William-Martin (Protocole, MAE-Paris) (...)

73À la suite de nouvelles turbulences ministérielles, Eduardo Dato redevint président du Conseil. L'Académie demanda à Pierre Paris de le rencontrer afin de lui présenter les félicitations du Comité de rapprochement, dont la création allait être officiellement réalisée ; à charge, pour l'archéologue, de l'éclairer sur le projet Villa Velázquez117. Début juillet, l'entretien eut lieu : Dato fut sensible aux témoignages de sympathie du Comité et témoigna de son vif intérêt pour la création d'une école d'artistes118. La chaleur et les événements politiques et sociaux de l'été, en provoquant la traditionnelle évasion des personnalités madrilènes vers des cieux plus cléments et tranquilles, provoquèrent la mise en sommeil du projet, qui ne fut réactivé qu'à l'automne.

  • 119 En la circonstance, Benlliure, Blay, Bretón, Picón et Villegas : voir note 112.
  • 120 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 13.10.1917, fol. 450. Au sujet de l'Institut agricole Alph (...)

74Venu à Paris dans la seconde semaine d'octobre, Miguel Blay apporta des nouvelles fort encourageantes au secrétaire perpétuel de l'Académie. Peu de temps auparavant, Alphonse XIII avait, de nouveau, reçu les membres du Comité de Aproximación119 II avait alors chargé son secrétaire particulier, Emilio de Torrès, d'accompagner P. Paris, Villegas et Picón sur un terrain, dépendance de l'Institut agricole Alphonse XII, école supérieure placée sous la tutelle de la Direction générale de l'agriculture, dépendant du ministère du Fomento : trois à quatre hectares y étaient disponibles. Là encore, le panorama apparaissait fort vaste120.

  • 121 AMAE-Paris, série Personnel, dossier Léon Geoffray. Voir aussi EHEH-RA, 1916-1917, p. 170 : hommage (...)
  • 122 Les rotations diplomatiques de haut niveau étaient, au début du siècle, moins rapides qu'aujourd'hu (...)

75Le terrain de la future Casa de Velázquez était enfin trouvé ! Mais la crise des relations franco-espagnoles fit bientôt une victime. Le 9 octobre 1917, l'ambassadeur français était relevé de ses fonctions. Les œuvres d'Espagne perdaient là un protecteur averti : Léon Geoffray était en poste, à Madrid, depuis juillet 1910... Il présenta au roi ses lettres de rappel le 2 novembre121. Le ministre-conseiller Paul Vieugué assura l'intérim : le chargé d'affaires était, aussi, un vieil habitué de la capitale espagnole, où il se trouvait en poste depuis 1912122.

  • 123 AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11 : notes manuscrites, fol. 33.
  • 124 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4168 : lettre manuscrite de Widor, 27.11.1917. AABA (...)

76L'effet du départ de Geoffray fut cependant atténué par l'arrivée d'un membre du Comité de rapprochement à la tête du Quai d'Orsay : Louis Barthou, qui fit accorder 250.000 F au projet Villa Velázquez123. Ainsi, avant que ne fût choisi définitivement un terrain, le dossier fut doté d'une première subvention de l'État ! Mais Barthou ne resta que quelques semaines aux Affaires étrangères. Redevenu simple parlementaire, il s'entretint avec Widor, puis Imbart, des initiatives culturelles françaises en Espagne124. Il leur confirma l'allocation, alors que le nouveau président du Conseil entendait tout sacrifier à l'effort militaire, ainsi que l'affirmait sa déclaration ministérielle d'investiture. Si le système des relèves des unités au front avait largement apaisé les « poilus », les permissions, sursis et détachements avaient été fortement réduits.

  • 125 AP-Legendre, Tréveneuc, Correspondance : lettres dactylographiées d'A. Thomas à Legendre, 12.3 et 1 (...)
  • 126 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de M. Legendre à P. Paris, s.d., transmise en annexe d'u (...)
  • 127 Gazé en janvier 1918, Legendre ne sera démobilisé qu'en janvier 1919, et arrivera à Madrid, le mois (...)

77Albert Thomas avait tenté, sans succès, de faire confier à Legendre une mission relative à la main d'œuvre espagnole pour les usines de défense nationale125. Fin novembre, Legendre avait sollicité l'appui de Pierre Paris afin d'être nommé membre libre de l'EHEH : avec avis très favorable, le directeur transmit la demande au recteur de Bordeaux126. Le ministère de la Guerre refusa net : Clemenceau, outre la présidence du Conseil, assumait aussi ce portefeuille... et l'affaire n'eut pas de suite127.

  • 128 EHEH-RA, 1916-1917, p. 171. Le rapport est daté du 15.11.1917 (Madrid).

78En attendant son « lieutenant », Pierre Paris ne put que se féliciter de la nomination, dans la première quinzaine de novembre, de Mariano Benlliure à la tête de la Direction générale des beaux-arts. Aussi pouvait-il écrire, dans son rapport annuel au recteur de Bordeaux : « C'est aussi une grande marque de confiance que nous recevons de notre grand corps savant (l'Institut) que d'être chargés de la mission de veiller à la fondation, à la création et à l'organisation de la grande institution artistique dont le nom semble s'être imposé sans rémission, la Villa Velázquez. Notre Villa n'est plus un château en Espagne ». Il ajoutait aussitôt : « Depuis l'année dernière, l'idée s'est précisée ; elle a presque pris corps, puisque des actes officiels ont été faits pour choisir le terrain où s'édifiera le Palais de nos rêves, et que S. M. le roi Alphonse XIII et ses ministres successifs ont été d'accord pour nous donner une adhésion, et plus qu'une adhésion généreuse. Le temps est proche, on peut l'affirmer maintenant, où l'on pourra se mettre à l'œuvre. Pour notre part, nous nous y mettrons avec enthousiasme »128.

  • 129 AABA-Paris, Fonds CV, Correspondance : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart de la Tour (Paris), 27. (...)
  • 130 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séances des 1 et 15.12.1917, fol. 464 et 469.

79Sur le terrain, l'ardeur de P. Paris fut tempéré par les réticences du directeur de l'Institut agricole Alphonse XII. « Il veut nous envoyer loin, bien loin ». Le directeur de l'EHEH informa Torrés et Blay de ces manœuvres dilatoires : ils l'assurèrent de leur intervention rapide auprès de ce fonctionnaire jaloux de son terroir. Benlliure et le duc d'Albe furent aussi alertés. En outre, le nouveau ministre de l'Instruction publique, Felipe Rodes, catalan aux tendances francophiles, avait été informé129. Imbart de la Tour et Widor étaient maintenant attendus dans la capitale espagnole afin de débloquer une situation quelque peu incertaine130.

  • 131 Trois versions manuscrites de ce voyage décisif sont localisables dans AABA. Deux complètes : d'abo (...)
  • 132 Joseph Thierry (1857-1918), député des Bouches-du-Rhône depuis 1898, avait été plusieurs fois minis (...)
  • 133 L'une des versions indique qu'Altamira, Blay et Picón vinrent aussi. Dans tous les cas, aucun mot s (...)
  • 134 Voir note 131 : ce dialogue, absent de la version originale, figure dans le CR du 29.12.1917. Il es (...)
  • 135 Seul l'article, cité dans la note précédente, évoque cette « confidence ». Dans une conversation av (...)

80Ils arrivèrent à Madrid le 17 décembre131. Accueillis par le duc d'Albe et la commission artistique du Comité de Aproximación, ils s'entretinrent, le lendemain, avec les personnalités compétentes, Rodes et Benlliure ; puis ils déjeunèrent avec Blay et Altamira ; visitèrent le Prado, rencontrèrent Picón chez lui ; dînèrent, enfin, à l'hôtel Ritz avec la famille du nouvel ambassadeur de France, Joseph Thierry, et avec le duc d'Albe132. Le mercredi 19 décembre, à 10 heures, par un temps glacial, Rodes, le duc d'Albe et Benlliure emmenèrent les deux voyageurs sur le terrain jouxtant l'Institut agricole133. « Promontoire avec vue admirable », écrivit Charles-Marie Widor. Le tramway assurait la liaison avec le centre ville. L'eau ne manquait pas. La pente du terrain interdisait la construction d'une bâtisse en avant du futur grand palais. L'affaire ne pouvait qu'être conclue. Le lendemain, le roi attendait les visiteurs à 11 heures 45. L'accueil fut très cordial : le souverain, après avoir posé diverses questions sur le nombre de chambres et les types de mobiliers, s'enquit bientôt du style architectural du futur Palais. Widor répondit : « À l'italienne, Sire, quelques pins parasols autour ! ». Alphonse XIII répondit tout de go : « À l'espagnole, s'il vous plaît ! »134  Puis il indiqua aux Français que, d'après ses informations, l'Argentine projetait une Villa (Casa ?) Goya, tandis que la Grande-Bretagne songeait à un édifice Murillo et les États-Unis, à une Greco's House (sic)... La conversation se détourna, ensuite, du thème initial. Le roi confia à ses visiteurs que les Allemands allaient lancer une ultime grande offensive, en mars 1918. « Arc-boutez vous. Si vous tenez bon, ce sera la dernière »135.

81Le roi, en donnant congé à ses hôtes, leur rappela que les Cortès, avec son appui personnel, devaient désormais approuver la cession du terrain, dans des conditions à définir.

82Le 22 décembre, Widor et Imbart de la Tour reprenaient le train vers Paris...

Notes

1 Outre la brochure nécrologique In memoriam Maurice Legendre 1878-1955, Madrid, 1955j p. 5-7, de nombreux fonds d'archives nous renseignent sur sa vie. Après 1939, les Archives de la Casa de Velázquez peuvent compléter cette quête.

2 Jacques Chevalier (1882-1962) fut professeur de lycée, à Lyon, avant d'occuper la chaire de philosophie de l'université de Grenoble, en 1919. Il est le père de François Chevalier, futur directeur de la Casa de Velázquez. Albert Thomas (1878-1932), historien-géographe, fut militant socialiste, dès 1905. Député de la Seine, de 1910 à 1919, puis du Tarn, de 1919 à 1921, il fut, pendant la guerre, chargé de divers portefeuilles ministériels de Défense nationale.

3 Il collabora, notamment, aux publications suivantes : Bulletin de la Semaine, Le Correspondant et la Revue Catholique des Églises.

4 Sur ce thème, la consultation de la correspondance Legendre des Papiers Jacques Chevalier, à Cerilly (Allier), serait utile. Il n'a d'importance, pour notre sujet, que dans la mesure où il éclaire la psychologie du personnage. De ce problème intime, il s'ouvrit à Unamuno et à de Falla mais bien plus tard, ce qui en atteste l'impact.

5 Il semble qu'il n'y ait jamais eu de traduction française de l'Idearium Español d'Ángel Ganivet, publié en 1897.

6 J.-M. Delaunay, « 1936-1986. Souvenir de Miguel de Unamuno. Inédits épistolaires et iconographiques relatifs à ses liens avec Maurice Legendre et la Casa de Velázquez », MCV, t XXII 1986 p. 403. Il fit, alors, un petit périple à Salamanque et Plasencia

7 Sur San Esteban, J.-M. Delaunay, « Des réfugiés en Espagne », art. cité, p. 299 302 et 306.

8 De son vrai nom, Ignacio Hoyos Pérez (1856-1956), il fut au centre du portrait psychologique et moral du Jurdano, que traça Legendre dans sa thèse, Las Jurdes. Étude de géographie humaine Bordeaux, 1927, p. 440 et suiv., avec une photographie (fig. n° 49, planche XV). « Tío » signifie « oncle » ou « tonton ».

9 Pour le voyage de 1916, aucun document n'établit l'intervention formelle d'A. Thomas, mais elle est hautement probable. Il fallait une « vieille » relation et un haut soutien, pour obtenir, en pleine bataille de Verdun, un tel détachement : AP-Legendre, Tréveneuc (Côtes d'Armor), laissez-passer n° 600 du MAE, mission de 1916, visa du ministère, 25.4.1916 et de l'ambassade de France à Madrid, 17.5.1916.

10 Outre le compte-rendu « officiel » du voyage, publié par Imbart de la Tour, dans le BH, n° 3, 1916, p. 155-174, sous le titre, « Notre mission en Espagne », on peut s'aider des Commentaires d'Espagne, que Legendre a réécrits durant la guerre civile, en 1937 : texte dactylographié dans AP-Legendre, Tréveneuc.

11 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 313-325.

12 Edmond Perrier, « La fraternité espagnole », Revue Hebdomadaire, 5.8.1916, p. 30-31. Sur la forte présence de communautés religieuses françaises, en Guipuzcoa, voir J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 286-287.

13 La documentation diplomatique est partagée, dans AAF-Madrid, série 1914-1918, entre les cartons 540 et 544.

14 Dans son article, « Choses d'Espagne », publié en deux parties, dans la Revue des Deux Mondes des 15.7 et 1.8.1916, E. Lamy insista aussi sur cette lutte des forces du droit (la France et ses alliés) contre le droit de la force (l'Allemagne et ses alliés).

15 Cette assistance humanitaire du souverain espagnol est à l'origine d'une énorme documentation diplomatique : fichiers à l'AGPR-Palais Royal, dépêches et télégrammes à l'AMAE-Madrid et à l'Archivo Histórico Nacional-Madrid. Julián Cortes-Cavanillas, Alfonso XIII y la guerra del 14, Madrid, 1976, 343 p. L'Espagne représentait, en outre, les intérêts français en Allemagne, en Belgique occupée, en Bulgarie et en Palestine.

16 Aujourd'hui rénovée, la Residencia de Estudiantes, fondée en 1910, abrite la Fondation Ortega y Gasset. Cette rencontre avait été préparée par Pierre Paris. Le directeur de la Residencia, Jiménez Fraud, était de mère française : BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris (Madrid), 4.3.1916.

17 Le texte espagnol de cette courte allocution (6 fol.) se trouve encore dans les épaves du Fonds Bergson, dépendant de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, place du Panthéon. Sur la présence du philosophe au sud des Pyrénées, Juan Miguel Palacios, « Bergson en Espagne », Études Bergsoniennes, t. IX, Paris, 1970, p. 7-122 : l'auteur y ajoute, en annexe, une longue recension de la presse madrilène, au sujet de la visite des académiciens français.

18 Sur cette institution, que Widor présentait comme « une sorte d'Université libre », voir « La Casa Vélasquez », Bulletin de l'ABA, n° 2, juillet-décembre 1925, p. 3. Également Victoriano García Marti, El Ateneo de Madrid 1835-1935. Madrid, 1948, 317 p., et Francisco Villacorta Baños, El Ateneo de Madrid (1885-1912), Madrid, 1985, 382 p. En 1916, le président en était le vieux politicien républicain, Rafael María de Labra ; le secrétaire général s'appelait Manuel Azaña : voir note 33.

19 Fondation Ortega y Gasset, Madrid, Archives Ortega y Gasset, Correspondance reçue, chemise 55 bis : carte de visite d'H. Bergson, jointe à une lettre de P. Paris, du 1.5.1916, donnant rendez-vous à Ortega y Gasset, le 2.5, à 10 heures, à l'Hôtel Ritz, afin que les deux philosophes puissent y préparer leurs interventions.

20 AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11 : notes manuscrites, 1914-1928, fol. 27-28.

21 Ibidem, fol. 26. Ces réserves ne figurent pas dans l'article de 1925, cité note 18.

22 Ibidem, fol. 28-30. La version imprimée de 1925 est quelque peu différente : « Vous avez un pays véritable foyer d'art, des monuments sans pareils, des chefs-d'œuvre de la peinture, un des plus beaux musées du monde. Chez vous, Bonnat, Henri Regnault, Carolus Duran et combien d'autres ont senti battre leur cœur et s'affirmer leur vocation. Comment se fait-il que nos pensionnaires de la Villa Médicis, leur temps fini à Rome, rentrent directement à Paris sans aller contempler, étudier Velázquez ? » Pour éviter toute controverse allemande, l'ambassadeur de France avait placé deux sténographes dans la salle de conférences (fol. 27, verso). L'Ateneo n'a conservé aucune documentation sur cette « semaine » des académiciens français. Voir aussi Adolfo Salazar, « Los académicos franceses en Madrid », Revista Musical Hispano-Americana, n° 5, mai 1916, p. 10, qui relève l'idée émise par Widor.

23 Dans la version manuscrite, les deux phrases sont séparées l'une de l'autre (milieu du fol. 29 et fin du fol. 30). Dans la mouture imprimée, on peut lire, de façon suivie : « C'est l'occasion qui fait les chefs-d'œuvre, a dit Goethe. Si l'occasion n'avait certainement pas fait le chef-d'œuvre attendu, le hasard d'une péroraison venait d'édifier un château en Espagne ».

24 Avant que la construction de la Casa de Velázquez ne fût entreprise, l'ABA put acquérir, grâce aux libéralités du baron Edmond de Rothschild, une résidence à Londres (1919) : Widor, notes manuscrites, fol. 50, 55 et son discours du 8.12.1928, IF-fasc. vert, p. 6. Cette maison existe toujours, Institut de France, catalogues d'expositions, Paris, 1983, p. 311-314, et 1986, p. 253-256.

25 CM-Unamuno, Salamanque, enveloppe 56 : lettre du 18.7.1916 (et non 1914 !), adressée depuis le secteur postal 69 des armées (12e compagnie du 130e Régiment d'infanterie territoriale).

26 Ce programme, daté de juillet 1916, est exposé dans un mémorandum dactylographié de 18 pages, que P. Paris adressa à Imbart : BIF-Paris, Fonds Imbart de la Tour, carton Ms 4139, sous-dossier EHEH-IFM, projet de développement de l'Institut français d'Espagne : les pages 11 à 17 sont consacrées à la section artistique. Fondation de la Villa Velázquez. Troisième document probant de la paternité de Pierre Paris.

27 M. Legendre, La Casa Velázquez, Paris, 1929, p. 12.

28 Une anecdote rapportée par R. Paris, Souvenirs, p. 2 : Bergson avait une tête trop volumineuse pour le haut-de-forme, qu'il devait, protocolairement, arborer à l'audience royale. Il le tint à la main. Le chapeau, longtemps, resta dans un placard de l'IFE, d'où, un jour, il disparut...

29 Widor, notes manuscrites citées, fol. 31-32. Le (sic), après « même l'autre côté de la barricade » (souligné dans le texte) est de la main du secrétaire perpétuel de l'ABA. La version imprimée indique : « On m'a fait part des conclusions de votre conférence à l'Ateneo. Si vos artistes, vos intellectuels viennent chez nous, les autres nations les imiteront. Nous habitons un cul-de-sac de l'Europe ; quelques-uns même nous prennent pour de petits nègres... Je vais chercher un terrain, à vous de trouver les fonds et de bâtir... En attendant, je voudrais vous voir organiser, ici, une exposition de vos meilleurs peintres contemporains ».

30 SHAT-Vincennes, carton 7N1201 : d. n° 626E, citée ch. 2, note 212, (copie dans AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 473).

31 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, chemise 6, d. n° 387 Geoffray (Madrid) à Briand (MAE-Paris), 10.5.1916. Voir aussi E. Perrier, art. cité note 12, p. 51.

32 E. Perrier, art. cité, p. 36-37. La réception à l'IFE eut lieu, le 2.5.1916 « soirée un peu grotesque », selon M. Azaña, Obras completas, t. 3, Mexico, 1967, p. 824. Les rencontres à l'ambassade se déroulèrent les 4 et 7.5. À la seconde, furent conviés, à nouveau, les principaux politiciens espagnols. Romanones y vint. Des invitations lancées par Geoffray ont été retrouvées dans AAM-Madrid, liasse 4 et dans ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Geoffray : lettres manuscrites du 5.5.1916.

33 Manuel Azaña y Díaz, né en 1880, à Alcalá de Henares, avait vécu en France, en 1911-1912 : bénéficiant d'une bourse de la Junta para Ampliación de Estudios, il suivit les cours de l'École des chartes, tout en assurant la correspondance du journal madrilène La Correspondencia de España, sous le pseudonyme de Martín Pinol. M. Tuñón de Lara, Medio siglo, ouvr. cité, p. 150-151.

34 À Tolède, ils furent reçus par les autorités municipales, ecclésiastiques et militaires. Après une visite de la ville et de l'alcazar, Widor joua un morceau d'orgue dans la cathédrale : P. Imbart de la Tour, art. cité note 10, p. 158.

35 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Ratibor : lettre manuscrite (en français), 7.5.1916. Au sujet du caractère « propagandistique » du voyage des académiciens, AMAE-Rome, série Política, Spagna, liasse 79 : d. n° 468-136, comte Bonin Longare, ambassadeur d'Italie, à MAE-Rome, 8.5.1916. Le diplomate allié avait été invité à diverses réunions.

36 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Ratibor : lettre dactylographiée (en français), 9.5.1916. Geoffray avait été mis au courant, dès le 7.5, de cette protestation.

37 A. Mousset, « L'Espagne et la guerre : la politique du comte de Romanones », Revue des Nations Latines, Florence, n° 1, 1.5.1916, p. 18-21.

38 EHEH-RA, 1915-1916, p. 139, sur Bataillon et la propagande. AP-Legendre, Treveneuc. M. Legendre, Commentaires d'Espagne, p. 2-30, qui indique, p. 11, que Widor, dans sa conférence sur Massenet, évoqua la mort d'Enrique Granados, dans le naufrage du paquebot français « Sussex », torpillé par un sous-marin allemand, dans la nuit du 23 au 24.3.1916, en Manche. Voir aussi AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 473 : d. n° 3, Jean Tinayre (consul Séville) à Briand (MAE-Paris), 14.5.1916.

39 M. Legendre, Commentaires, cités note précédente, p. 31-54 et 57-63.

40 P. Paris retrouva, alors, son ancien camarade de l'ENS, Alfred Baudrillart, de passage à Madrid, pour y faire une conférence et y organiser le Comité catholique de propagande française à l'étranger : voir R. Paris. Souvenirs, p. 2. Le recteur de l'Institut catholique fut reçu par Alphonse XIII, le 12.5.1916. AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 473 : d. n° 399, Geoffray (Madrid) à Briand (Paris), 14.5.1916.

41 M. Legendre, Commentaires, p. 64-138. AN-Paris, 333 AP 5, (Papiers Lamy) : lettre d'Imbart de la Tour (Oviedo) à Lamy (Paris), 23.5.1916. Voir aussi, P. Imbart de la Tour, art. cité, p. 159-160. Sur la visite à Salamanque, voir le quotidien local El Adelanto, 17 au 19.5.1916.

42 P. Imbart de la Tour, art. cité, p. 174. BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 269 : lettre manuscrite de G. Cirot (Hendaye), 27.5.1916, indiquant à Morel-Fatio que Imbart qu'il avait vu, à son passage à la frontière, semblait très satisfait du voyage.

43 Ibidem, carton 201 : lettres manuscrites, 11.7 et 22.7.1916. Au sujet de ce moine, J.-M. Delaunay, « La Grande Guerre », art. cité, p. 355.

44 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de F. Paris (Bordeaux), 16.7.1916.

45 Ibidem, carton 203-1 : Académiciens français en Espagne 1916, dossier de presse.

46 AABA-Paris, registre n° 2E23 (1913-1918) : séances des samedi 6.5 et 13.5.1916, fol. 335 et 336. Charles-Albert Waltner (1846-1925), graveur, grand prix de Rome, assurait, en 1916, la présidence annuelle de l'Académie, où il avait été élu huit ans auparavant.

47 Ibidem, séance du 1.7.1916, fol. 354-355.

48 Ibidem, séance du 8.7.1916, fol. 356-357. C'est sans doute, à ce moment que P. Paris rédigea le mémorandum de 18 pages, dont il envoya une copie à Imbart : voir note 26.

49 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 19.8.1916, fol. 363-364. La lettre des membres de l'ABA était signée par Waltner, Widor et Bonnat. Une très dure tension franco-allemande régnait, au sujet des travaux imposés aux prisonniers français : J. Cortes-Cavanillas, ouvr. cité, p. 300-309. Alphonse XIII intervint en faveur de la libération d'un jeune musicien, pensionnaire de la VM, Paul Paray : ibidem, séance du 4.8.1917, fol. 442.

50 AN-Paris, F21 4887 (« ateliers », 1914) et EHEH-RA, 1914-1915, p. 124 (« petite Académie de France », 1915). P. Paris écrivait, le 16.7.1916 : « On parle d'ajouter à l'EHEH une section artistique ». BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271, lettre depuis Bordeaux, au retour de Paris, où il avait exposé ses vues à l'ABA.

51 P. Paris, mémorandum cité note 26.

52 AAA-Bonn (Berlin), Spanien 61, vol. 6 : t. n° 169, Ratibor (Madrid) à AA (Berlin), 24.7.1916. Le « contact » espagnol était encore Vicente Gay, voir ch. 2, note 202.

53 Ibidem, vol. 7 : note Hortsmann, août 1916. L'Institut allemand de Florence était alors fermé.

54 Ainsi Henri Bergson, après un détour en Suisse, s'en alla plus de quatre mois aux États-Unis, de janvier à mai 1917 : André Kaspi, Le temps des Américains 1917-1918, Paris, 1976, p. 11-12 et 16. Étienne Lamy visita aussi le Canada, à la fin de 1916 : AN-Paris, 333 AP 63 Papiers Lamy, dossier 3.

55 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : carte-lettre manuscrite d'Imbart, 23.7.1916, l'invitant à une première réunion, le lendemain. P. Paris avait déjà alerté Morel-Fatio : ibidem, carton 271 : lettre du 16.7.1916.

56 Y.-H. Nouailhat, ouvr. cité, p. 60-62 : le Comité France-Amérique fut fondé en 1909. Jean-Pierre Viallet, « Aspects de la propagande française en Italie », La France et l'Italie pendant la première guerre mondiale, Grenoble, 1976, p. 204-205 : le Comité France-Italie fut constitué en 1913. Dans les deux cas, les membres de l'Institut de France et les universitaires étaient largement majoritaires.

57 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4146 : lettre de Bergson (Hennequeville, Calvados), 15.7.1916.

58 Gabriel Hanotaux (1853-1944), ancien ministre des Affaires étrangères des années 1890 et académicien, accepta : « J'ai à cœur les affaires espagnoles », écrivit-il : Carnets (1907-1925), Paris, 1982, p. 253. Quant à Bonnat, il reçut les « deux Pierre », à son domicile parisien, durant l'automne : BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4148, note de Bonnat, 29.10.1916. Bonnat était aussi président de la Réunion des musées nationaux et directeur de l'ENBA.

59 Sur la préparation de l'accueil, AN-Paris, 333 AP 5, Papiers Lamy : lettres manuscrites d'Imbart à E. Lamy, 27.9 et 8.10.1916. Dans le Fonds Imbart, on trouve diverses lettres, à ce sujet, notamment de Menéndez Pidal, 11.10.1916 : BIF-Paris, carton Ms 4161. Voir aussi AABA-Paris, registre 2E23 : séances des 16.9 et 7.10.1916, fol. 366 et 369.

60 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : carte-lettre manuscrite de R. Menéndez Pidal (Madrid), 11.8.1916. Au sujet d'Altamira et d'Azaña, voir respectivement ch. 1, note 156 et ch. 3, note 33. José Gómez Ocaña (1860-1919) était physiologiste. Professeur à l'université de Madrid, membre de la Real Academia Española, il siégeait au Sénat. Adolfo Gil y Morte (né en 1860), médecin, professeur à l'université de Valence avait été député républicain au début du siècle : il le sera, de nouveau, en 1918 sous l'étiquette réformiste (monarchiste). Jacinto Octavio Picón (1852-1924), écrivain et critique d'art, appartenait à la Real Academia Española et à la RABASF. Sa mère était d'origine française. Américo Castro (1885-1972), écrivain et linguiste, était professeur à l'université de Madrid, depuis 1915 ; il tenait le rôle de secrétaire de la mission. Gonzalo Bilbao (1860-1938), peintre sévillan formé, en partie, à l'Académie espagnole des beaux-arts à Rome, était directeur de l'École d'art de sa ville natale. Miguel Blay (1866-1936), sculpteur, avait longtemps vécu à Paris (1889-1891 et 1894-1906), avant de se fixer à Madrid, où il fut élu membre de la RABASF, où il enseignait. Jacobo Fitz James Stuart Falcó, XVIL duc d'Albe (1878-1953) était directeur de la RAH. Député conservateur, il se montra très « aliadophile ». Odón de Buen (né en 1863), naturaliste, était professeur à l'université de Barcelone et président d'honneur de la Société zoologique de France, depuis 1908. Il avait aussi siégé au Sénat, avant-guerre. José Villegas Cordero (1848-1921), peintre déjà célèbre, avait très longtemps vécu à Rome. Élu à la RABASF en 1901, il devint aussitôt directeur du musée du Prado, où il avait reçu, en octobre 1913, le président Poincaré. Il assumera cette charge jusqu'en décembre 1918. Enfin, Azucarro et Vehils étaient membres de l'Académie de médecine.

61 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 331-332. Dans la CM-Pérez Galdós, Las Palmas de Grande Canarie, on peut lire deux lettres de regrets, adressées par Altamira (28.9.1916) et par Luis Doreste Silva, secrétaire de León y Castillo (27.10.1916), au célèbre écrivain, déjà semi-aveugle, qui vivait à Madrid : chemises 1-4-30 et 5-7-23. De même, dans CM-Unamuno, Salamanque, enveloppe 58, une missive de Legendre (29.9.1916), exprimant sa déconvenue de ne pas voir Unamuno au front. P. Paris, aussi, le regretta : lettre manuscrite (Beyssac, 5.10.1916), enveloppe 35. En 1917, le professeur de Salamanque visitera la zone des armées, en Italie.

62 La relation la plus complète est celle de Manuel Azaña, dans BH, n° 1, 1917, p. 26-42 : « Nuestra misión en Francia ».

63 AABA-Paris, registre 2E23 : séance du 25.11.1916, fol. 384-385.

64 AABA-Paris, Fonds Casa Velázquez (CV), Correspondance : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 12.3.1917 (et non 1916 !).

65 M. Legendre, Commentaires, p. 19-20, qui note le caractère « plus ou moins spirituel » de certains membres de la délégation espagnole : dans ces lignes, d'octobre 1937, il s'en prend, plus particulièrement, à Castro, p. 56, et, de façon plus mesurée, à Azaña, p. 19. M. Azaña, art. cité note 62. Le secrétaire de l'Ateneo publia, à son retour du front, une brochure de 72 pages : Reims y Verdun. Impresiones de un viaje a Francia. Los motivos de la germanofilia, Madrid, 1917.

66 J.-M. Delaunay, « Louis Barthou et l'Espagne », art. cité, p. 90. Clemenceau, dans L'Homme Enchaîné du 29.10.1916, « Mission Espagnole » à Paris (1ère page) ; Gustave Hervé, dans La Victoire du 30.10.1916, « Nos cousins d'Espagne » (1ère page). L'ambassadeur d'Espagne attira l'attention de Briand sur ces manifestations verbales ou écrites, incompatibles avec la volonté espagnole de maintien de la neutralité : ARAH-Madrid, Fonds Romanones, correspondance : lettres particulières n° 28 et 29, Ambassade-Paris à Romanones, 30.10 et 1.11.1916.

67 Henri Mérimée, « Les académiciens espagnols à Toulouse », BH, n° 1, 1917, p. 43-45.

68 Discours de R. Thamin, reproduit dans le BH, juste après la note d'H. Mérimée ! p. 45-48. Pas de chance pour les Toulousains, l'imprimeur était bordelais !

69 J.-M. Delaunay, « Les crédits Urquijo et la France en guerre », MCV, t. XX, 1984, p. 339-352.

70 BIF-Paris. Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Bretagne) à Imbart (Paris), 13.9.1916. Lallemand (1857-1938), ingénieur, inspecteur général des Mines, était membre de l'Académie des Sciences depuis 1910.

71 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 328-329. AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : d. n° 746, Geoffray (Madrid) à Briand, 13.11.1916. Outre Lallemand, la mission comptait les personnalités suivantes : Louis de Launay (1860-1938), géologue, de l'Académie des sciences (1912) et inspecteur général des Mines ; André Liesse (1854-1944), économiste, de l'Académie des sciences morales et politiques (1912) ; Alphonse Schloesing (1856-1930), chimiste, biologiste-agronome, de l'Académie des sciences (1903) ; Auguste Isaac (1849-1938), industriel, président honoraire de la Chambre de commerce de Lyon et membre de nombreux CA, futur député du Rhône ; Georges Teissier (1862-1935), juriste, professeur et président du CA de la Cie des Ch. de Fer du Midi et membre du CA de Peñarroya ; Bachellery (Ponts et Chaussées), ingénieur en chef de la Cie du Midi et secrétaire de la mission.

72 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Dax) à Imbart, s.d. (7.11.1916).

73 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : d. n° 762, Geoffray (Madrid) à Briand, 21.11.1916 ; voir aussi Papiers d'agents, Fonds Jules Cambon, n° 43, carton 21 : lettre manuscrite de Geoffray à J. Cambon, 21.11.1916.

74 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand (Río Tinto) à Imbart, 29.11.1916, dans laquelle il fit un compte-rendu succinct, très optimiste.

75 Ibidem, carton Ms 4139 : note dactylographiée sur les relations entre la France et l'Espagne, 4 fol., s.d. (novembre ou décembre 1916).

76 AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 476 : note Fourcade à de Margerie (MAE), 2.12.1916. Fourcade avait de gros intérêts en Espagne, (raffineries, société Fourcade et Provôt).

77 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4158 : lettre manuscrite de Lallemand 16.1.1917.

78 Ibidem, lettre manuscrite de Lallemand, 13.2.1917, où il indique le nom de Marbeau (au lieu de Marvaud) et où il rend compte des réunions de la section économique, déjà active. Fils de médecin, Angel Marvaud (1879-1954) est bien présenté par José María Borras et Juan José Castillo dans les « Notas », p. 7-46, qui servent d'introduction à l'édition espagnole (Madrid, 1975) de son livre La question sociale en Espagne, publié à Paris, en 1909 (2e tirage en 1910). Polygraphe de talent, Marvaud était, aussi, l'auteur de L'Espagne au XXe siècle (Paris, 1913) et de nombreux articles et brochures, dont la liste est accolée aux « Notas » précitées p. 47-58.

79 AMAE-Paris, Nouvelle Série, 1898-1914, Espagne, vol. 56, Affaires commerciales, relations avec la France, janvier 1916-mai 1918 : rapport de la commission économique du CREE, 30.5.1917, et note de G. Hanotaux, 17.4.1918, résumant les travaux du CRFE en 1917 (fol. 371-389). Un exemplaire des statuts proposés, avec la liste de tous les membres-fondateurs, est joint à ce dernier document. D'autres rapports, plus succincts, avaient été précédemment remis par Marvaud à Imbart, pour être adressés à J. Cambon : BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4160 : lettre manuscrite de Marvaud (Paris), 1.4.1917. Le 11.7.1917, Widor fit adopter une résolution, visant à faire agréer l'espagnol, comme première langue dans l'enseignement. Il était aussi membre du Conseil supérieur de l'Instruction publique, auquel était destinée cette pétition, qui n'eut pas de suite immédiate. AGA-Alcalá de Henares, Fonds AMAF., série Ambassade d'Espagne-Paris : d. n° 468, Paris (León y Castillo) à MAE-Madrid (Lema), 18.7.1917.

80 AABA-Paris, Fonds CV : note manuscrite du 25.11.1916, indiquant que, selon le désir du Roi, le duc d'Albe formerait un Comité franco-espagnol permanent. CM-Pérez Galdós, Las Palmas, chemise 1-1-17, lettre du duc d'Albe (Madrid, 24.11.1916) invitant Pérez Galdós à la première réunion, le lundi 17.11.1916, dans son palais de Liria. En mars 1920, un Comité hispano-belge sera constitué sur le même modèle, afin de promouvoir la reconstruction de la bibliothèque de l'université de Louvain.

81 AAF-Madrid, carton 441, dossier création OEFE : lettre dactylographiée de P. Paris à L. Geoffray, 31.12.1915.

82 BM-Versailles, Papiers Morel-Fatio (Paris), carton 269 : lettre de Bataillon (Séville) à Morel-Fatio, 17.6.1916.

83 AAF-Madrid, carton 441 : lettre MAE-Paris à Ambassade, 2.11.1916.

84 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 24.12.1916.

85 AAF-Madrid, carton 441 : rapport dactylographié sur l'enseignement du français dans le sud et le sud-est de l'Espagne, P. Paris, 12.3.1917, 32 p.

86 Qui prit le nom d'Institut d'études hispaniques, par décision du Conseil de l'université de Paris, en date du 17.3.1917 : AMAE-Madrid, série Correspondencia, Francia, liasse 1255 : note MIPBA espagnol à M. État, 22.6.1917. En 1918, cet institut fit paraître Hispania, la troisième publication hispaniste française, qui durera jusqu'en 1922. Plus tournée que ses consœurs vers l'époque contemporaine, elle reçut des collaborations d'Azaña, Unamuno, Blasco Ibáñez, etc...

87 AAF-Madrid, carton 441 : lettre manuscrite de P. Paris à L. Geoffray, 1.4.1917 et copie d. n° 245, Geoffray à MAE-Paris, 10.4.1917. AABA-Paris, Fonds CV, Correspondance : lettre de P. Paris à Widor, 10.4.1917.

88 AAF-Madrid, carton 441 : d. n° 483, MAE-Paris à Geoffray, 1.5.1917. Sur les 7500 F indiqués en juillet, le Quai d'Orsay accorda 5.000 F provenant d'un fonds spécial. AABA-Paris, Fonds CV, Correspondance 1917-1939, enveloppe 1917-1923 : lettre manuscrite d'Imbart (Luzy, Nièvre) à Widor (Paris), 19.6.1917, et registre n° 2E23 : séance du 23.6.1917, fol. 433.

89 Les établissements scolaires du protectorat au Maroc dépendaient de l'université de Bordeaux. P. Paris informa-t-il la Résidence générale du projet Villa Veláquez ? Il semble plus vraisemblable qu'il le fît, en voyant Lyautey, chez le roi d'Espagne, le 20.12.1917. Le protectorat devait lui allouer, plus tard, d'importantes subventions.

90 EHEH-RA, 1917-1918, p. 165. Divers rapports indiquaient le coût élevé du papier et la lassitude des Espagnols face à la propagande directe des belligérants. Le CIP avait publié, en 1915, 24 numéros de son Boletín et seulement 16 en 1916, le tirage moyen passant de 7.500 (fin 1915) à 12.000 exemplaires (fin 1916).

91 EHEH-RA, 1916-1917, p. 168-169.

92 Revenu en France durant l'été 1916, Bataillon manifesta, sous l'uniforme, le désir de poursuivre ses recherches sur Erasme et la Renaissance en Espagne : lettre à P. Paris (de Fontainebleau, École d'artillerie), 10.12.1916, publiée dans BH, 1917, n° 1, p. 85-89.

93 EHEH-RA, 1916-1917, p. 164-168 : travaux de M. Bardon et de R. Lantier.

94 Laffargue mourut dans un combat secondaire, la grande offensive ayant eu lieu, sans succès, du 16 au 21.4.1917 : EHEH-RA, 1916-1917, p. 159-161.

95 Ibidem, p. 161-163. Costes, plusieurs fois blessé, correspondait fréquemment avec Morel-Fatio : BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 230-2 : Souvenirs dactylographiés, p. 62-63, et carton 269 : correspondance de Costes (aux Armées) 24.11.1914 au 19.5.1916. Il écrivit aussi à P. Paris et à G. Cirot ; mais ces lettres furent détruites (P. Paris) ou sont non localisées (G. Cirot). Dans le carton 269, on retrouve trois cartes-lettres de G. Cirot (novembre-décembre 1917), au sujet de la mort de Costes. La publication de la thèse était prévue. Elle constituera les fasc. X (t. 1 et 2) de la Bibliothèque de l'EHEH, 1925-1926 ; BH, 1917, n° 4, p. 268-275 : notice nécrologique de R. Costes, par G. Cirot.

96 Au sujet de la reconduction de P. Paris dans ses fonctions madrilènes, AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 13.10.1916, p. 272.

97 Un appareil d'occasion avait été acheté à Bordeaux, en 1914 (maison Panajou Frères 50 allées de Tourny). Coût : 293,30 F (paiements entre 1914 et 1916) : AD-Gironde, carton T43. Il servit aux clichés des catalogues en préparation et aux fouilles de Belo.

98 EHEH-RA, 1916-1917, p. 170, 171 : 3.000 F (Fonds Debrousse pour la bibliothèque) et 2.000 F (Fonds Piot pour les fouilles).

99 P. Paris et alii, Fouilles de Belo 1917-1921, t. 1, Bordeaux, 1922, p. 7-8. Un premier compte-rendu fut publié, avec illustrations, dans BH, 1917, n° 4, p. 221-242 : « Promenade archéologique à Bolonia (province de Cadix) ». S. Dardaine, « Historique des fouilles... », ouvr. cité, p 15

100 Grosse correspondance à ce sujet, dans AD-Gironde, carton T43. Au sujet des indemnités de « vie chère » accordées à la famille Soutiras, voir aussi AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances du 30.10.1917, p. 315, et du 28.5.1918, p. 350 ; de même, AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 6.7.1917, 31.11.1917 et 31.5.1918, p. 283, 293 et 310.

101 Pour l'Espagne, Santiago Roldán, José Luis García Delgado et Juan Muñoz, La formación de la sociedad capitalista en España 1914-1920, Madrid, 1973, t. 1, p. 127-251. Cette précarité d'existence explique l'émigration, pourtant non encouragée, de travailleurs espagnols en France, durant la guerre : ibidem, p. 416-432. Juan Antonio Lacomba Avellán, La crisis española de 1917, Madrid, 1970, 561 p. Sur la crise des relations entre les deux pays, voir Jean Nicot et Pierre Waksman, « Les relations franco-espagnoles et la politique extérieure d'Alphonse XIII en 1917 », Actes du 94e congrès national des Sociétés Savantes, Pau, 1969, Histoire Moderne, t. 1, Paris, 1970, p. 463-484. Pour la France, « L'année 1917 », n° spécial de la Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 1968, n° 1.

102 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Geoffray : lettre manuscrite du 10.2.1917, demande d'audience.

103 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 10.3.1917, fol. 409.

104 ARAH-Madrid, Fonds Romanones, liasse 35, dossier 18 : lettre de Widor à Geoffray, 14.3.1917, transmise à Romanones. Le corps de phrase a été souligné par l'auteur de la missive. Ibidem, Correspondance Geoffray : lettre manuscrite du 21.3.1917.

105 Ibidem, lettre manuscrite du 23.3.1917. AABA-Paris, registre n° 2E23 : séances des 14.3 et 31.3.1917, fol. 413 et 414.

106 Ainsi qu'en témoigne la correspondance échangée entre León y Castillo (Paris) et Romanones (Madrid), juillet 1916-février 1917 : ARAH-Madrid, Fonds Romanones, liasse 35, dossier 6.

107 Catalogue Exposition d'Arts Français, Barcelone, 1917, (197 p. et 64 illustrations), organisée par le Salon des Artistes Français, le Salon de la Société nationale des beaux-arts et le Salon d'automne, du côté français et par un comité catalan. Voir Francesc Miralles Historia de l'Art Català, vol. VIII, L'època de les avant guardes 1917-1970, Barcelone, 1983, p. 36-40.

108 La bibliographie sur l'art nouveau et les liens culturels de la Catalogne avec le reste de l'Europe, est très abondante : voir les articles d'Élisée Trenc Ballester sur Alexandre de Riquer, dans MCV, t. XVIII/1, 1982, p. 311-359 et XIX/1, 1983, p. 317-346 ; ainsi que celui d'Edmond Raillard, sur Santiago Rusiñol face à la Grande Guerre, dans MCV, t. XVIII/1, 1982, p. 289-309. Également, de ces deux auteurs, en collaboration, « Les relations franco-espagnoles pendant la guerre. La question catalane vue à travers les activités culturelles françaises à Barcelone », Españoles y Franceses, ouvr. cité, p. 129-150. Enfin, le catalogue Les Noces catalanes, ouvr. cité.

109 Au sujet des trois premiers, voir note 60. Mariano Benlliure (1862-1947) était le plus célèbre sculpteur de l'époque. Membre de la RABASF, il venait d'être nommé, en mars 1917, à la tête du MAM de Madrid, alors situé au rez-de-chaussée du bâtiment de la BN, aujourd'hui, salles d'exposition Pablo Picasso du ministère de la Culture. Tomás Bretón y Hernández (1850-1923) était compositeur et chef d'orchestre.

110 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris à P. Imbart de la Tour, transmise à Widor, 5.4.1917 et registre n° 2E23 : séance du 14.4.1917, fol. 416, lecture de la lettre de P. Paris, par Widor. On évoqua des peintres militaires : Detaille, Neuville... À noter que dans l'exposition de Barcelone, il y avait plusieurs œuvres (tableaux, gravures) de caractère patriotique, sans oublier des tapisseries exécutées par des mutilés de guerre.

111 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 21.7.1917, fol. 439-440. Flameng (1856-1923) était entré, en 1905, à l'ABA et à l'ENBA.

112 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite de P. Paris à P. Imbart de la Tour, transmise à Widor, 27.11.1917. La lettre est à en-tête du CIP disparu. La commission artistique du CAHF avait été définitivement constituée : le président en était Benlliure, assisté du duc d'Albe, de Picón, de Blay, de Villegas, de Beruete et de Bilbao. Voir aussi AABA-Paris, registre n° 2E23 : séances du 13.10, fol. 450, du 1.2, fol. 465, du 8.12, fol. 466 et du 29.12.1917, fol. 471-473. Le printemps 1918 était l'échéance alors prévue.

113 AABA-Paris, Fonds CV : lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Widor (Paris), 22.3.1917. Girault (1851-1932), membre de l'ABA depuis 1902, avait été grand prix de Rome en 1880. Il avait édifié le Petit Palais de l'Exposition Universelle de 1900.

114 Lettre citée note 110.

115 Le nom de Moncloa est une altération de Monclova, titre nobiliaire d'une famille, dont le plus fameux représentant fut Melchor Portocarrero Lasso de la Vega, vice-roi de Nouvelle-Espagne, en 1687-1688, puis du Pérou, de 1689 à 1705, date de sa mort à Lima. Une ville de l'état de Coahuila (Mexique) porte, aujourd'hui son nom. Joaquín Ezquerra del Bayo, La duquesa de Alba y Goya, Madrid, 1928, p. 112-273. Du même auteur, El Palacete de la Moncloa, Madrid, 1929, 30 p. L'ensemble jardin-habitation sera restauré, dans les années vingt, par la Sociedad de Amigos del Arte.

116 AABA-Paris, Fonds CV, correspondance : lettre manuscrite de P. Paris à Widor, 26.4.1917. P. Paris proposait un budget d'environ 53.000 F (fonctionnement annuel). Les bases de ce calcul me sont inconnues.

117 Ibidem, lettre manuscrite d'Imbart à Widor, 19.6.1917, et registre n° 2E23 : séance du 23.6.1917, fol. 434.

118 AAF-Madrid, carton 382 : copie t. n° 694, Geoffray (Madrid) à William-Martin (Protocole, MAE-Paris), 9.7.1917, à transmettre à Imbart.

119 En la circonstance, Benlliure, Blay, Bretón, Picón et Villegas : voir note 112.

120 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 13.10.1917, fol. 450. Au sujet de l'Institut agricole Alphonse XII, voir Historia de las Escuelas Técnicas de Ingienieria Agronómica, 1855-1980, Madrid, 1980, p. 9-11.

121 AMAE-Paris, série Personnel, dossier Léon Geoffray. Voir aussi EHEH-RA, 1916-1917, p. 170 : hommage de P. Paris à Léon Geoffray. Il donna 1.000 F pour le projet Villa Velázquez. BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, Ms 4163 : lettre de P. Paris à Imbart, 23.12.1918.

122 Les rotations diplomatiques de haut niveau étaient, au début du siècle, moins rapides qu'aujourd'hui. Ainsi, à Londres, Paul Cambon fut ambassadeur de 1898 à 1920. À Washington, Jusserand tint son poste de 1902 à 1924, le « recordman » étant Camille Barrère, avec vingt sept ans de représentation auprès du gouvernement italien (1897-1924) : voir Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 190-191. Madrid était considéré, dans la carrière, comme un poste de grand prestige.

123 AABA-Paris, Papiers Widor, dossier F11 : notes manuscrites, fol. 33.

124 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4168 : lettre manuscrite de Widor, 27.11.1917. AABA-Paris, registre n° 2E23 : séance du 5.12.1917, fol. 469.

125 AP-Legendre, Tréveneuc, Correspondance : lettres dactylographiées d'A. Thomas à Legendre, 12.3 et 15.11.1917.

126 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de M. Legendre à P. Paris, s.d., transmise en annexe d'une lettre de P. Paris à R. Thamin (Bordeaux), 4.12.1917.

127 Gazé en janvier 1918, Legendre ne sera démobilisé qu'en janvier 1919, et arrivera à Madrid, le mois suivant : AP-Legendre, Tréveneuc.

128 EHEH-RA, 1916-1917, p. 171. Le rapport est daté du 15.11.1917 (Madrid).

129 AABA-Paris, Fonds CV, Correspondance : lettre de P. Paris (Madrid) à Imbart de la Tour (Paris), 27.11.1917, transmise à Widor. BIF-Paris. Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris, 4.12.1917.

130 AABA-Paris, registre n° 2E23 : séances des 1 et 15.12.1917, fol. 464 et 469.

131 Trois versions manuscrites de ce voyage décisif sont localisables dans AABA. Deux complètes : d'abord dans le Fonds CV, dossier Personnalité civile de la CV, notes rédigées sur trois cartes postales, type « Dame d'Elche ». Elles servirent très certainement au CR, présenté à l'ABA, dans sa séance du 29.12.1917, qui constitue la seconde mouture : registre n° 2E23, fol. 472-473. Enfin, dans les notes manuscrites du dossier F11, Papiers Widor, les fol. 34-35 présentent un abrégé. De courts extraits, relatifs à la seule journée du 19.12 (visite à la Moncloa), sont reproduits dans deux articles publiés par Widor : « La Casa Velázquez », Revue Internationale de l'Enseignement, t. LXXXIII, 1929, p. 12, avec confusion de dates et » Notre royal confrère Alphonse XIII », Revue des Deux Mondes, 1.6.1931, p. 483, après la chute du souverain ; les dates correctes y sont rétablies à moitié.

132 Joseph Thierry (1857-1918), député des Bouches-du-Rhône depuis 1898, avait été plusieurs fois ministre, à partir de 1913. Nommé ambassadeur en Espagne, il avait présenté ses lettres de créance, le 20.11.1917. Outre sa femme, son fils Adrien, jeune diplomate de carrière, l'avait suivi à Madrid.

133 L'une des versions indique qu'Altamira, Blay et Picón vinrent aussi. Dans tous les cas, aucun mot sur P. Paris ! On imagine mal qu'il ait été écarté d'une telle excursion, et pourtant, dans ses notes manuscrites de mai 1925, Widor indique, fol. 35 : « Nous étions cinq : le ministre, le duc d'Albe, Benlliure, Imbart et moi ».

134 Voir note 131 : ce dialogue, absent de la version originale, figure dans le CR du 29.12.1917. Il est aussi reproduit dans l'art, cité de 1931, « Notre royal confrère », p. 483.

135 Seul l'article, cité dans la note précédente, évoque cette « confidence ». Dans une conversation avec l'attaché militaire Denvignes, le 5.12.1917, le roi dit simplement qu'il pensait que la lutte serait impitoyable sur le front occidental, à partir de mars 1918. L'officier français ne parle pas, dans son rapport, d'offensive générale allemande : AMAE-Paris, série 1914-1918, Espagne, vol. 483, rapport original, n° 371E du 5.12.1917. Alphonse XIII, aimant recevoir les militaires des pays belligérants, avait peut-être obtenu quelques informations de la part du représentant spécialisé du Reich, l'attaché von Kalle.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. – Le programme de Pierre Paris (1915-1916)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search