Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Première partie. Semer en Espagne (1895-1916)

Chapitre II

Le petit palais de la rue du Marquis de la Ensenada (1909-1916)

Texte intégral

Les pionniers de l'École des hautes études hispaniques (1909-1913)

1Dans un climat politique délétère, les universités du midi de la France envisageaient donc leur installation dans la capitale espagnole.

  • 1 AAF-Madrid, carton 382 : le devis approximatif, qui accompagnait coupes et plans, fixait la dépense (...)

2Le 24 octobre 1909, un architecte, André Galeron, achevait le projet d'un nouvel édifice à construire près du collège, sur un terrain contigu convoité par les universitaires bordelais. L'ambassade, maître d'œuvre, l'avait chargé de ce travail exploratoire1. Quelques jours plus tard, un géomètre espagnol vint d'ailleurs mesurer la parcelle.

  • 2 Ibidem, copie note dactylographiée des recteurs des universités de Bordeaux et Toulouse au présiden (...)
  • 3 AMAE-Madrid, série Política, liasse 2472 : note verbale Ambassade de France, 31.10.1909, au sujet d (...)

3Cette nouvelle orientation - un bâtiment propre pour un Institut français ! - semblait pouvoir donner satisfaction à tous. À travers le Quai d'Orsay, une subvention de 200.000 F fut sollicitée auprès de la Commission des jeux du ministère de l'Intérieur2. Tandis qu'une seconde note verbale alertait le ministère d'État3, Révoil, lors d'un voyage à Paris, obtint la promesse d'une large libéralité.

  • 4 AAIBL-Paris, registre des séances hebdomadaires, n° E104 (1909-1912) : séance du 3.12.1909.

4Eugène Albertini fut ainsi le premier membre de l'EHEH à franchir les Pyrénées pour aller travailler en Catalogne. Ses recherches sur la sculpture antique dans la province romaine de Tarraconaise l'amenèrent à donner rapidement des nouvelles à l'Académie des inscriptions, à laquelle il adressa, avec une photographie, une note descriptive d'une statue d'Esculape que l'on venait d'exhumer à Ampurias, dans la province de Gérone4.

  • 5 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 9.11.1909, p. 422, choix de Collet, et séance du 14.12. 9 (...)

5L'université de Bordeaux avait décidé que deux autres boursiers seraient envoyés en missions individuelles en Espagne : Henry Collet, tout frais émoulu de l'agrégation d'espagnol, et Jean Babelon, de l'École des Chartes5. Pressentis, Gabriel Leroux et Paul Cavé, enseignants de lycée, ne purent être libérés à temps de leurs charges professorales.

  • 6 AAF-Madrid, carton 382 : d. n° 391, MAE (D. Europe) à Madrid - Ambassade, 15.11.1909 (très urgent). (...)
  • 7 A. Salon, L'action culturelle, ouvr. cité, t. 1, p. 39-41.

6Avec l'appui du Quai d'Orsay, qui entendait développer les œuvres françaises à l'étranger, la Commission des jeux vota un subside de 150.000 F6. Ainsi l'aide de l'État s'avérait-elle indispensable à l'action menée par les milieux universitaires7. Même à l'intérieur du groupe du Bulletin Hispanique, une sourde rivalité se dessinait entre Bordeaux et Toulouse, c'est-à-dire entre Pierre Paris et Ernest Mérimée. L'ambassade de France s'en irrita parfois et agit de telle sorte que cette compétition ne dégénérât pas en un conflit ouvert, qui eût été fatal à l'Institut naissant.

  • 8 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite du recteur de Bordeaux à l'ambassadeur, 1.2.1910, annonç (...)

7Collet, à Madrid, et Babelon, à Séville, vinrent donc, à l'aube de 1910, compléter la première promotion de l'EHEH8. Celle-ci, sans directeur résident se trouvait ainsi dispersée à travers la Péninsule : un « Catalan », un « Castillan » et un « Andalou ». Se voulant administrativement officielle et géographiquement opérationnelle, la base ne pouvait être que madrilène, surtout en cette période de fort centralisme.

  • 9 AR-Bordeaux, dossier EHEH et registre CU n° 3 : séances des 15.2.1910, p. 3, 19.4.1910 (4.000 F DES (...)
  • 10 Ibidem, séance du 28.6.1910, p. 28. Le legs fait par Jean-Hubert Debrousse (1844-1899) tirait ses r (...)

8À Bordeaux, le Conseil de l'université dut essuyer quelques refus de subventions, mais le Conseil municipal de Bordeaux, le Conseil général de la Gironde, l'université de Clermont et la Direction de l'enseignement supérieur annoncèrent leur engagement financier9. De même, avec l'accord des autres compagnies composant l'Institut de France, l'Académie des inscriptions et belles-lettres put-elle débloquer 4.000 F prélevés sur le legs Debrousse10.

  • 11 Bulletin de la SFB, vol. 3, 1911, p. 12-13. La législation espagnole excluait tout travail isolé d' (...)

9Le 20 mars 1910, en assemblée générale, les responsables de la Société française de bienfaisance annoncèrent la prochaine création d'un Institut français.11

  • 12 Outre les informations tirées des registres du Conseil de Toulouse, il faut consulter le dossier IF (...)
  • 13 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 20.5 et 10.6.1910, p. 18 et 20 ; voir aussi A. Niño Rod (...)

10Les universitaires du Midi de la France ne restaient pas inactifs. Les échanges et les cours se poursuivaient avec régularité. L'Union des étudiants toulousaine organisait ses cours de Pâques et d'été sans à-coups12. Quant à l'université de Bordeaux, malgré l'échec de ses contacts avec Séville et Salamanque, elle reçut, fin mai 1910, des professeurs d'Oviedo et de Madrid, accompagnés par le recteur de l'université Centrale de la capitale espagnole, Rafael Conde y Luque. De nombreuses conférences furent alors prononcées13.

  • 14 J. Connelly Ullman, ouvr. cité, p. 577-583. Au sujet de la Résidence des étudiants, rue Fortuny, vo (...)
  • 15 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 276-278.

11Sous le gouvernement présidé par José Canalejas, un vent de dynamisme soufflait dans les sphères intellectuelles ibériques. Un Centro de estudios históricos et une Residencia de estudiantes furent fondés au printemps14. Ce n'était donc pas dans une Espagne « amorphe » que l'action culturelle française se déployait. Mais le pays avait appris l'anticléricalisme et la laïcité : en dépit des incendies de la semaine tragique de Barcelone et des pressions des milieux conservateurs et religieux, maintes écoles non confessionnelles avaient été rouvertes à travers le territoire. En outre, Canalejas voulait assujettir les associations religieuses au droit commun : un projet de loi fut déposé à cet effet. Les religieux français réfugiés outre-Pyrénées en conçurent quelque frayeur15.

  • 16 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 206. A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 433-443, a dr (...)
  • 17 AR-Bordeaux, dossier EHEH, contrat de location, signé par P. Sicart (Madrid, 23.9.1910), par R. Tha (...)

12Malgré ces difficultés liées à la promiscuité des intérêts marocains et commerciaux et à la vieille méfiance entre voisins, la courtoisie officielle en vigueur n'avait pas été remise en cause. De cet état de fait les œuvres françaises en Espagne allaient largement profiter. Par un décret du 4 août 1910, le Service des œuvres du ministère français des Affaires étrangères fut converti en simple Bureau. Il s'agissait d'un « redéploiement », dû au contrôle, parfois tâtillon, des commissions parlementaires. Au budget de 1910, l'action culturelle en Occident fut scindée en deux chapitres : Europe et Amérique. Sur les 83.000 F octroyés à l'Europe, les établissements d'Espagne bénéficièrent de 11.100 F16. L'EHEH, de cette manne, ne reçut rien avant 1912. Mais il paraissait évident que le Quai d'Orsay, à travers l'action de l'ambassade de Madrid, s'intéresserait bien vite à l'Institut français, comme le démontrait l'aide fournie à l'université de Grenoble pour son Institut de Florence. Ce fut encore Révoil qui s'entremit pour fournir à l'EHEH un abri provisoire, à l'automne de 1910. En effet, fin septembre, un bail de sous-location fut signé par le recteur Thamin qui s'engagea auprès d'un prêtre français, l'abbé Paul Sicart, à occuper, pour une année renouvelable, un appartement au numéro un de la Plaza de la Villa. L'édifice était joliment situé, en face de l'Hôtel de Ville de la capitale espagnole17. Néanmoins, pour la commodité des recherches, il était plus éloigné du Paseo de Recoletos, où se nichaient - dans le même édifice qu'aujourd'hui - la Bibliothèque nationale et le musée Archéologique - mais, alors aussi, les Archives historiques et le musée d'Art moderne... L'emplacement futur de l'Institut français serait, de ce point de vue, un grand progrès.

  • 18 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité. Pour les discours, voir Bulletin de la SFB, vol. 3, 1911, p. 3 (...)

13En attendant, le local provisoire put être occupé dès le 1er octobre. Le même jour eut lieu la réception définitive du Collège. L'inauguration, sous la présidence de Révoil, en fut faite le 9. Georges Cirot y assista en qualité de délégué du ministère de l'Instruction publique18. La future « rue culturelle » française devenait réalité.

  • 19 BH, n° 4, 1910, p. 430-434. Le texte, établi le 25.10.1910, à Bordeaux, devait être imprimé pour êt (...)
  • 20 Bien qu'il ne figure pas dans l'Annuaire. Casa de Velázquez (1909-1979), Madrid, 1979, Anglès est i (...)

14Tandis que Pierre Paris dressait le premier rapport annuel d'activité de l'EHEH, les boursiers de la seconde promotion vinrent se fixer sur les lieux de leurs travaux19. Aux « anciens », Albertini et Collet, se joignirent l'archéologue Gabriel Leroux, ancien membre de l'École d'Athènes, l'historien de l'art Paul Laffargue et le moderniste Albert Girard. Ce dernier travailla surtout à Séville et Cadix, Albertini résidant toujours en Catalogne. Trois membres « peuplaient », donc, l'appartement de la Plaza de la Villa. Grâce à des bourses exceptionnelles, deux autres chercheurs purent profiter du logis qui comptait cinq chambres ; l'un d'eux, Auguste Anglès, élève de l'École du Louvre, obtint de l'université de Bordeaux un viatique particulier qui l'intégra, de fait, dans les rangs de l'EHEH20. L'autre, Marcel Robin, archiviste, ne vint que brièvement, grâce à une somme de 1.000 F décernée par la Commission des voyages de l'Instruction publique. Il fut le premier membre libre de l'institution.

15Le souci principal de Pierre Paris consistait, désormais, en l'organisation matérielle du centre qu'il appelait de tous ses vœux.

  • 21 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 8.11.1911, p. 31. On ne sait que peu de choses sur la nat (...)

16Ainsi, les 4.000 F offerts par l'Académie des inscriptions furent destinés à la constitution d'un embryon de bibliothèque, qui trouva refuge dans la salle de séjour de l'appartement21.

  • 22 Ibidem, copie t. n° 220, Madrid (chargé d'affaires W. Martin) à MAE-Paris (à transmettre à P. Révoi (...)

17Mais l'année 1910 fut occupée par les longues démarches de l'ambassade auprès de l'administration espagnole et du Comité de patronage des ducs de Linares. Grâce au banquier Wenceslao de Urquijo et à José Luis de Ferrer, député libéral d'Algésiras - tous deux membres eludit Comité - Révoil obtint, le 27 octobre, une décision de mise en adjudication à 260.000 Ptas, sans les frais annexes. La somme votée par la Commission des jeux était donc insuffisante. Raoul Delvaille proposa une combinaison financière avec la Société constructrice de la Gran Via, qui ferait une avance de 200 à 250.000 F. Le président de la Société de bienfaisance désirait des précisions sur le sort futur du bâtiment de l'Institut français : les universités de Bordeaux et Toulouse - en vertu de l'accord du 20 juillet 1909 - paieraient un loyer annuel de 6.500 F, la Société acquittant les factures de chauffage et d'éclairage et gardant, seule, la propriété de l'immeuble22.

18Le 19 novembre 1910, un nouvel ambassadeur, Léon Geoffray, présentait au roi Alphonse XIII ses lettres de créance. Révoil prodigua quelques éclaircissements à son successeur. Il lui expliqua que, dans sa pensée, l'engagement des deux universités à payer 6.500 F par an semblait suffisant : 5.000 F pour Bordeaux, 1.500 F pour Toulouse. La Société de bienfaisance, qui achèterait le terrain, devait utiliser les 150.000 F de la Commission des jeux et « profiter », pour la somme restante, du produit de ses immeubles madrilènes. Elle toucherait les loyers comme intérêt et devrait souscrire, envers l'ambassade, un engagement de remise de l'édifice à l'État français, aux universités ou à toute personne mandatée, quand le dernier arriérage serait réglé. « Tout cela est un peu compliqué, ajoutait-il, mais il faut éviter les formalités qui arrêteraient tout, surtout étant donné la stupide rivalité de Toulouse et de Bordeaux ». Révoil avait obtenu du directeur de la Comptabilité, au ministère de l'Intérieur, l'engagement de reporter le crédit des Jeux sur l'exercice 1911 et d'y adjoindre un supplément en 1912. Quant à une subvention du Pari mutuel, il fallait s'en enquérir auprès du ministère de l'Agriculture. Dans cette lettre, Révoil semblait oublier que l'accord du 20 juillet 1909, à Bordeaux, s'était réalisé sur la base d'une location dans le collège français et non dans un édifice indépendant. En outre, la Société ne disposait pas de maisons de rapport dans Madrid ! Il lui faudrait donc hypothéquer...

19D'ailleurs, dans une lettre à Mérimée, Delvaille s'alarmait face à une combinaison financière qui laisserait de lourdes charges annuelles. Il fallait que Toulouse acceptât de relever sa quote-part, au vu de la différence très nette entre son loyer et celui initialement prévu pour Bordeaux (1.500 F contre 5.000 F).

  • 23 Ibidem, lettre manuscrite de Révoil (Paris) à Geoffray (Madrid), 11.12.1910, sans signature. Le rep (...)

20Alertées, les autorités universitaires de la cité girondine réagirent en invoquant la responsabilité de Révoil dans le projet « grandiose » d'un Institut français disposant de son propre bâtiment : « Bordeaux avait, à l'origine, de modestes ambitions, écrivit Thamin à Geoffray... Il s'agissait de surélever d'un étage le collège français... Nous aurions préféré cela... M. Révoil a obtenu 150.000 F mais aujourd'hui ? » Le recteur ajoutait, cependant, que le Parlement, grâce au rapport de Théodore Steeg - au nom de la Commission de l'Instruction publique - avait été sensibilisé aux œuvres françaises de l'étranger et que « la mère-patrie ne (nous) laissera pas en déficit ». Thamin s'était, en outre, adressé à un autre député, Paul Deschanel, qui se faisait fort d'obtenir une nouvelle subvention des Jeux, que l'on attendait avec impatience, à Bordeaux23.

  • 24 ASFB-Madrid, registre n° 3 : AGO du 8.1.1911, fol. 302-304, et Bulletin de la SFB, vol. 3, p. 41-43 (...)
  • 25 AAF-Madrid, carton 382 : lettre dactylographiée Delvaille à Geoffray, 2.3.1911. ASFB-Madrid, regist (...)
  • 26 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 7.2.1911, p. 46-47. Le 16.1.1911, à la Chambre des député (...)

21Le 8 janvier 1911, à demi-rassuré, le Conseil d'administration de la Société française de bienfaisance obtint l'accord unanime de l'Assemblée générale pour l'acquisition du terrain situé entre le collège et le Teatro Lírico24. Le 2 mars, l'adjudication eut lieu - sans opposition - au prix convenu de 260.000 Ptas25. Entre-temps, les deux universités avaient enregistré avec satisfaction la promesse, faite par le ministère des Affaires étrangères au député toulousain Ellen-Prévot, d'allouer à l'Institut de Madrid une subvention importante, comme cela, déjà, avait été accordé à l'Institut de Florence. Deschanel, représentant de la Seine, intervint dans le débat, ainsi que dix-sept collègues ! Steeg, devenu ministre de l'Instruction publique, en accepta l'idée : 25.000 F seraient donc alloués à cet effet26.

22Mais toutes ces demandes pouvaient paraître bien désordonnées : Ellen-Prévot demandait 30.000 F au chapitre 21 du budget des Affaires étrangères (Œuvres françaises en Occident), tandis que Deschanel et ses collègues sollicitaient 25.000 F sur le chapitre 16 du budget de l'Instruction publique (Universités-matériel) ! Sans oublier la quête auprès de la Commission des jeux et en attendant une subvention du Pari mutuel ! Ainsi, trois ou quatre départements ministériels avaient été - ou étaient sur le point d'être - sollicités pour l'EHEH !

23La question centrale, était la suivante : qui devait assurer la politique culturelle de la France à l'étranger ? Certes, le Quai d'Orsay, à travers l'ambassade, semblait assuré d'une position logiquement privilégiée ; mais, dès ses origines, l'EHEH - et plus tard la Casa de Velázquez - souffriront de cette confusion dans la définition d'une tutelle, donc d'une organisation claire et efficace.

  • 27 AAF-Madrid, carton 382 : lettre dactylographiée Delvaille (SFB-Madrid) à Geoffray, 2.6.1911, accusa (...)

24En tout état de cause, les crédits étaient retardés par les inévitables lenteurs bureaucratiques : les demandes de pièces justificatives se multiplièrent, dès le printemps 1911. Ainsi, la Société de bienfaisance dut-elle attendre près de trois mois pour que lui fût effectivement versée la somme de 150.000 F accordée par le ministère de l'Intérieur français27.

  • 28 Ibidem, lettre dactylographiée Delvaille à Geoffray, 27.6.1911.

25Mais les relations franco-espagnoles traversèrent, dès avril 1911, une période de fortes turbulences à cause des affaires du Maroc. La ville de Fez fut occupée par les Français sous prétexte d'y faire régner l'ordre ; puis la pénétration des troupes s'amplifia vers Rabat et Meknès... L'Espagne réagit, en juin, par l'intervention de ses troupes à Larache et Alcazarquivir. Les pourparlers, ouverts à la mi-mars à Paris, furent interrompus le 10 juin. Cette tension explique sans aucun doute que ne fut célébrée aucune cérémonie pour poser la première pierre sur le terrain du futur Institut français d'Espagne, acquis le 26 juin par signature d'un contrat définitif entre la Société de bienfaisance et le Comité de patronage des ducs de Linares. Delvaille étant prêt à payer comptant pour la parcelle du futur numéro 10 de la rue du Marquis de la Ensenada, les travaux pourraient commencer rapidement28.

  • 29 J.-C. Allain, « L'année du Maroc », RI, n° 4, 1975, p. 21-38, et Agadir 1911, ouvr. cité, p. 302-31 (...)
  • 30 Andrée Bachoud, Les Espagnols devant les campagnes du Maroc (1909-1914), thèse d'État, université d (...)

261911 fut bien « l'année du Maroc ». En effet, l'Allemagne, en envoyant une canonnière, la Panther, dans les eaux d'Agadir, déclencha le 1er juillet une grave crise. L'été se déroula ainsi dans l'expectative espagnole d'un accord franco-allemand qui fut finalement paraphé le 4 novembre. Si la cession d'une partie du territoire congolais coupait le Río Muni du Gabon, les intérêts espagnols furent, en réalité, préservés au Maroc29. Les négociations pouvaient alors être renouées, dans un climat plus serein, malgré l'opposition de nombreux secteurs à l'aventure africaine30.

  • 31 AAF-Madrid, carton 443 : d. n° 166, MAE (BEOFE) à Madrid, 24. 7. 1911, et réponse de l'ambassade (S (...)
  • 32 René Girault, dans sa préface au n° 33 de la revue RI, 1983, p. 3-5, insiste sur la difficulté de s (...)

27Cette situation poussa le Quai d'Orsay à faire l'inventaire des institutions étrangères en Espagne. Les réponses, envoyées par les consuls et les présidents des Sociétés de bienfaisance, mirent en valeur le dynamisme allemand face à l'apathie britannique, les Italiens constituant, à Barcelone, un noyau bien organisé. Mais la France apparaissait - de loin - la nation la mieux implantée dans le royaume ibérique31. La construction de l'Institut français allait conforter cette position, à la grande satisfaction de décideurs, portés par un regain de nationalisme : l'influence de la patrie chez ses voisins immédiats était une affaire primordiale, que même des questions de subventions ne sauraient remettre en cause. La correspondance échangée à ce sujet ne laisse place à aucun doute. Les mentalités du temps, au-delà des curiosités scientifiques et artistiques, expliquaient une telle volonté d'expansion32. Le terrain destiné à l'Institut n'en devait pas moins être occupé par un bel édifice, témoignant du « bon goût » français, comme le souhaitaient ses promoteurs.

28Pour le Conseil de l'université de Bordeaux, trois tâches étaient, désormais, à mener de front : constituer la troisième promotion de l'EHEH ; assurer la construction du bâtiment projeté ; développer, enfin les échanges inter-universitaires avec l'Espagne, voire avec le Portugal, qui s'était doté d'un régime républicain en octobre 1910.

  • 33 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre de P. Paris, 25.8.1911.
  • 34 AAF-Madrid, carton 382 : note du recteur Thamin (Bordeaux) à l'ambassadeur Geoffray (Madrid), 28.4. (...)

29Le recrutement ne semblait pas aussi aisé que prévu. Il fallait attirer les candidats par des bourses décentes : or, malgré les aides les plus diversifiées, elles restaient faibles, à l'exception de celle de l'université de Paris (4.000 F annuels). Elles ne permettaient guère de rester plus de neuf à dix mois, en dépit d'un taux de change favorable et d'une cherté de vie plus modeste. Le recours au demi-tarif était encore peu courant dans la politique des compagnies de chemin de fer de la Péninsule. Liées aux intérêts français, celles-ci consentirent néanmoins de fréquentes minorations aux jeunes chercheurs. Malgré cela, de nombreux professeurs hésitaient à abandonner salaires et familles pour courir la Péninsule. Ainsi Pierre Paris alerta-t-il Alfred Morel-Fatio sur ce problème33. Les subventions permirent, cependant, d'envoyer à l'automne 1911 quatre membres, auxquels vint se joindre un jeune médecin, qui travailla dans le laboratoire du célèbre histologiste, Ramón y Cajal, prix Nobel de médecine. On était bien éloigné du chiffre sept qu'évoquait au printemps le recteur de Bordeaux. Thamin ajoutait, avec regret : « La direction de M. Paris est lointaine... L'expérience déjà faite prouve qu'il nous faut un directeur à demeure, à Madrid. Et là est la cause principale de l'accroissement nécessaire de nos dépenses »34.

  • 35 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 18.7.1911, p. 63.
  • 36 Histoire et Archéologie (Les dossiers d'Archeologia), n° 65, juillet - août 1982, p. 9.

30Pierre Paris, reconduit dans ses fonctions de directeur non-résident, venait de publier la première partie de ses Promenades Archéologiques en Espagne35. Il avait obtenu de la Commission des voyages une nouvelle mission, afin de poursuivre ses périples. Une loi espagnole venait alors d'être votée, le 7 juillet : elle créait une Commission supérieure des fouilles et des antiquités, qui délivrerait, désormais, les concessions36. Jusqu'alors, les recherches dans ce domaine, exécutées par des nationaux ou par des étrangers, se déroulaient dans le plus complet libéralisme. Le chantier le plus important était celui de Numance, près de Soria, où travaillait l'archéologue allemand Adolf Schulten, professeur à l'université d'Erlangen, en Bavière. Sa notoriété lui avait ouvert les portes du Bulletin Hispanique. D'autres sites importants, tels Mérida ou Tarragone, étaient exploités par les Espagnols. Avec la loi votée, l'archéologie ibérique, enfin, se disciplinait. Mais pour certaines pièces, il était déjà trop tard...

  • 37 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 25.9.1911, fol. 323.
  • 38 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 23.5.1911, p. 56.
  • 39 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 16.10.1911, fol. 325.
  • 40 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 10.11 et 1.12.1911, p. 136 et 140.
  • 41 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 18.11.1911, fol. 327 et CA du 18.12.1911, fol. 329-330. Le devis (...)
  • 42 AAF-Madrid, carton 382 : lettres R. Delvaille (Madrid) à E. Mérimée (Toulouse), 9.2.1910 et à L. Ge (...)
  • 43 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA des 18.12.1911 et 22.1.1912, fol. 330 et 333.

31Malgré les contraintes financières, le second labeur de Bordeaux se présentait de façon plus favorable. L'adjucation du terrain de 1672 m2 étant devenue définitive, l'acte d'achat fut signé le 28 juillet par devant notaire37. Quant aux plans et coupes du bâtiment, ils avaient été présentés aux Conseils des deux universités, dès le mois de mai38. Bordeaux, par le truchement de P. Paris, donna, en octobre 1911, son accord au projet Galeron-Zavala d'octobre 190939. Toulouse, qui avait demandé un substantiel agrandissement de ses installations, au cœur de l'édifice - 150 m2 contre 82 m2 - accepta un compromis le mois suivant40. Secrétariat et bibliothèque seraient communs aux deux fondations. Après quelques modifications demandées par le ministère français de l'Instruction publique à l'université de Bordeaux, les travaux pouvaient débuter. L'entrepreneur local, Benito Moreno, déjà choisi pour la construction du collège, avait présenté un devis et un cahier des charges, fixant le coût de l'ensemble à 193.856ptas41. En tenant compte de l'emprunt contracté par la Société de bienfaisance auprès du Banco Hipotecario de España, il manquait pourtant 50.000 Ptas42 ! Les deux universités espéraient que la Commission des jeux ferait un effort supplémentaire pour les dispenser d'un tel débours43.

  • 44 MAE-Paris, Documents Diplomatiques sur les Origines de la Guerre, 1870-1914, 3e série, vol. 1 (nove (...)
  • 45 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite de Révoil (Servanes, par Mouriès, Bouches-du-Rhône) à Ge (...)

32Au lendemain de l'accord avec l'Allemagne, la France renoua les pourparlers avec l'Espagne au sujet du Maroc44. La crise avait permis à la presse française de révéler au public les accords de 1902 et 1904-1905. La « déesse aux cent bouches » jeta le trouble sur des négociations déjà ardues... Révoil encouragea son successeur, lui souhaitant plein succès dans sa mission... « Nos chers voisins n'étant qu'à demi-commodes et les questions s'embrouillant à plaisir ». Il ajouta qu'il assisterait volontiers à l'inauguration de l'Institut français dans la capitale espagnole45.

  • 46 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA. du 18.12.1911, fol. 329.
  • 47 Ibidem, CA du 22.1.1912, fol. 337.

33Dans ce contexte, les dirigeants de la Société française reçurent à la mi-décembre la visite du président de la Société allemande d'assistance et du directeur du collège de même nationalité, venus leur proposer de protester ensemble contre de nouveaux impôts espagnols frappant les œuvres culturelles et de bienfaisance46. Naïveté ou duplicité à un moment délicat pour les négociations entamées ? Consulté, Geoffray ne donna pas suite à cette affaire. La tension entre Paris et Madrid provoqua une vive inquiétude chez Ernest Mérimée, qui, en janvier 1912, s'enquit de 1'opportunité d'organiser le stage de Pâques, dans la capitale espagnole. On le tranquillisa. Les pourparlers suivaient leur cours47.

  • 48 Ibidem, CA des 22.1 et 1.4.1912, fol. 333 et 339. Voir AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite d (...)
  • 49 Ibidem, copie d. n° 63, Madrid à MAE (BEOFE), 28.2.1912 (original dans AMAE-Nantes, série SOFE, car (...)
  • 50 AV-Madrid, Bureau des Travaux, dossier n° 17-400.9 : n° 10, rue du Marquis de la Ensenada. Mémoire (...)
  • 51 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 1.4.1912, fol. 338-339.
  • 52 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance 16.4.1912, p. 112.

34Il fallait cependant conclure le montage financier de l'Institut français : l'affaire traînait désespérément. La crise ministérielle, en France, n'accéléra guère la recherche d'une solution. À Paris, l'Instruction publique s'engagea, enfin, en mars, à garantir un emprunt supplémentaire contracté par la Société de bienfaisance auprès du Banco Hipotecario. Les intérêts seraient, comme prévu, à la charge des deux universités. Thamin et son nouveau collègue de Toulouse, Lapie, étaient venus plaider le dossier à Paris, auprès du directeur de l'Enseignement supérieur, Charles Bayet48. Une demande supplémentaire de 50.000 F fut adressée, par l'ambassade, à la Commission des jeux49. Ainsi, Delvaille serait-il rassuré et pourrait-il faire débuter les travaux. Les plans définitifs, sous la signature de l'architecte espagnol, Daniel Zavala, furent approuvés fin mars. À l'inverse du projet Galerón - qui ne mentionnait que l'EHEH sur la façade - la nouvelle combinaison consacrait la coexistence des deux fondations universitaires50. La première pierre fut posée aussitôt, dans la plus grande discrétion, le contrat avec l'entreprise Benito Moreno ayant été paraphé par le président de la Société française de bienfaisance51. Le chantier fut ouvert au début d'avril 191252.

  • 53 Toute ressemblance avec une situation politique précise est l'œuvre du hasard. Le terme fut employé (...)

35L'association Bordeaux-Toulouse fonctionnerait-elle à la satisfaction de tous ? Plusieurs indices semblent nous montrer que rien n'était acquis d'avance, dans ce domaine. Au-delà des frictions budgétaires, chaque partie paraissait réticente à la cohabitation53. L'affaire des dénominations allait le prouver.

  • 54 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée du MIPBA (DESUP) au Recteur de Bordeaux, 24.2.19 (...)

36Elle débuta à travers un rapport adressé, le 13 janvier, par l'université de Bordeaux à la Direction de l'enseignement supérieur. En transmettant le budget de l'EHEH, le recteur indiquait, sans explication : « le nom de l'École française d'Espagne a été substitué à celui d'École des hautes Études hispaniques pour désigner l'établissement que l'université de Bordeaux a fondé à Madrid ». Le 29 du mois, le ministère s'en étonna, tout en approuvant les desiderata financiers des Girondins. Le rectorat répondit, deux jours plus tard, qu'il s'agissait d'une juxtaposition de dénominations, tout à fait involontaire. Le ministre lui-même, Gabriel Guist'Hau, répliqua sèchement, en manifestant sa réserve, quant à l'explication fournie et en indiquant que toute modification de titulature ne pouvait résulter que d'une décision des trois universités « constituant le consortium dont vous m'avez fait connaître l'organisation en juillet 1909 », concluait-il. En conséquence, la nouvelle dénomination était, à ses yeux, entachée d'irrégularité54.

  • 55 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 1.3.1912, p. 148.
  • 56 A. Niño Rodríguez, ouvr cité, p. 193-194. Ces cours furent inaugurés, fin juin 1912. Des brochures (...)

37Ayant eu « vent » de l'affaire, mais sans connaître, très vraisemblablement, la réponse précise du ministre, peu flatteuse pour les représentants de Bordeaux, le Conseil de l'université de Toulouse évoqua, début mars, la possibilité de transformer l'Union des étudiants en Œuvre des écoles françaises d'Espagne. Réponse du tac au tac à la tentative bordelaise ? Volonté ancienne de rendre « plus globale » la future action toulousaine, au-delà des Pyrénées55 ? Reproche d'imitation aux échanges inter-universitaires de Bordeaux, à travers les cycles de conférences ? Nervosité, due aux projets de la Junte de développement des études d'inaugurer, sur le modèle toulousain, des cours de langue et de civilisation espagnole avec excursions et visites, durant les vacances scolaires56 ? En tout cas, à l'ombre de la basilique Saint-Sernin, on en resta au niveau des intentions...

  • 57 Ancien membre de l'EFA, Homolle (1848-1925) avait été le promoteur des fouilles françaises de Delph (...)
  • 58 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de P. Paris à Morel-Fatio, 23.2.19 (...)

38En outre, Pierre Paris ne se lasserait-il pas d'être placé en porte-à-faux, depuis trois ans ? Professeur d'archéologie et d'histoire de l'art, mais aussi directeur de l'École municipale des beaux-arts de Bordeaux, son avenir lui paraissait incertain. Veuf depuis 1899, il était père de cinq garçons. De son remariage, en 1909, avec Eva, fille du peintre Hippolyte Pradelles et directrice de la section féminine de l'institution artistique girondine, était née une fille : Isabelle. Il lui fallait prendre... à cinquante-quatre ans, une décision d'avenir à long terme. Son ambition ne visait pas tant la direction de l'EHEH ou de l'Institut français de Madrid que celle de l'École d'Athènes ! Espoir déçu en février 1912, quand Théophile Homolle fut nommé, à nouveau, directeur dans la capitale grecque57. À Morel-Fatio, l'archéologue bordelais confia sa décision d'abandonner « toute velléité hellénique » et de s'adonner entièrement aux affaires espagnoles. Il se plaignait, néanmoins, des traitements de misère accordés aux pensionnaires de l'EHEH et de son éloignement de Madrid58.

  • 59 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 25.6.1912, p. 120-122. Le contrat fut, en réalité, résili (...)

39La marche des travaux filait bon train, aie du Marquis de la Ensenada. La quatrième promotion - en voie de formation - pouvait espérer loger bientôt dans des pénates qui fussent les siennes. Le Conseil de l'université de Bordeaux, à la veille des « grandes vacances », envisagea de ne renouveler le bail Sicart que trimestriellement. Par la même occasion, Pierre Paris fut reconduit dans sa fonction de « superviseur »59.

  • 60 AR-Bordeaux, dossier EHEH : note manuscrite Thamin (en-tête université de Bordeaux - EHEH), 18.7.19 (...)

40Dans une note du 18 juillet, Thamin insista clairement sur le gonflement des dépenses, au sein desquelles était à prévoir un traitement de 8.000 F pour un directeur, en poste fixe à Madrid. Pour 1912-1913, le budget était fort déséquilibré : 33.700 F en dépenses et 10.550 F en recettes ! Bien modestes sommes en comparaison de celles maniées par les Écoles d'Athènes et de Rome, établissements auxquels l'EHEH aspirait à ressembler si ce n'était « qu'elle se distingue de celles-ci en ce qu'elle est ouverte non seulement aux philologues, aux historiens et aux archéologues, non seulement aux artistes, mais aux travailleurs que les questions sociales et économiques de l'Espagne actuelle intéressent. Son objet est l'étude du passé et du présent de l'Espagne »60.

41Ainsi le recteur de Bordeaux ne pouvait-il mieux affirmer la vocation pluridisciplinaire de l'École madrilène. Dès ses origines, l'établissement dut élargir ses horizons scientifiques, afin de provoquer un flux de candidatures, dans un pays encore mal connu des élites françaises. Chaque membre élu amenait avec lui, outre ses impedimenta personnels, une source nouvelle de financement, sous forme de bourse. Plus ces mannes étaient multiples, plus l'autonomie de la maison était affirmée, mais le déséquilibre budgétaire ne grandirait-il pas, à l'aune de ses ambitions ? L'appel aux fonds publics, d'origine gouvernementale, était inéluctable, mais, là encore, en en diversifiant la provenance, on pensait échapper à une tutelle trop étroite... Telle fut la politique de l'université de Bordeaux avant 1914.

  • 61 Comme Anglès, Cazaux doit-il être considéré comme membre à part entière ou comme membre libre ? Ann (...)

42Dans l'attente de l'achèvement des travaux, les membres de l'EHEH se dispersèrent à nouveau, en cet automne 1912. Pour remplacer Albertini, Pierre Paris fit appel à un autre ancien membre d'Athènes, Charles Dugas. Jean Babelon, après deux années de service militaire, revint poursuivre ses investigations. Tous deux travaillèrent surtout en Andalousie. Les autres boursiers s'en furent en Pays basque (Mousset) et en Pays valencien (Probst). Le cinquième, Cazaux, étudiant en droit de Bordeaux, ne vint que tardivement et travailla surtout à Madrid pour ses recherches relatives au commerce franco-espagnol des vins à l'époque contemporaine61.

  • 62 G. Weisz, ouvr. cité, p. 267.
  • 63 Cette somme de 4.000 F. fut, en réalité, versée à la SFB : AAF-Madrid, carton 382, lettre manuscrit (...)

43En agissant ainsi, les responsables bordelais, outre l'économie réalisée par la résiliation du contrat de location de l'appartement, entendaient réserver leurs fonds propres (hors bourses) à l'installation du 10 de la rue du Marquis de la Ensenada, prévue pour le printemps suivant. La création d'un Institut français à Saint-Pétersbourg, sous l'égide des universités de Paris et de Lyon, pouvait faire craindre une dispersion des générosités ministérielles62. Mais le Quai d'Orsay avait assuré l'œuvre madrilène d'une subvention de fonctionnement, annuelle et permanente63.

  • 64 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 160 : d. n° 326, Ambassade-Madrid à MAE, 24.10.1912 (copie dans AAF (...)

44Afin de permettre aux deux universités du midi de la France d'acquérir en toute propriété le futur bâtiment, il fut décidé, en accord avec l'ambassade, de solliciter de la Commission des jeux une nouvelle aide. Mais le montant ne serait pas de 50.000 F, mais de 250.000 F ! S'éteindrait alors la dette envers la Société de bienfaisance et tout loyer annuel deviendrait inutile, par voie de conséquence. Ainsi fut-il fait, à la fin d'octobre. La Commission des jeux accepta, avec une célérité peu habituelle, la requête, qui fut, néanmoins, réduite à 175.000 F. Le Quai d'Orsay avait insisté sur l'urgence d'affermir une œuvre de qualité dans la nation voisine64.

  • 65 Il s'agissait, en réalité, d'une adhésion de l'Espagne au traité de protectorat franco-marocain du (...)

45Le 12 novembre 1912, le président du conseil, José Canalejas était abattu à la Puerta del Sol par un anarchiste. L'assassinat du leader libéral n'empêcha nullement la conclusion d'une convention relative à l'organisation du protectorat au Maroc. Le 27, elle fut paraphée, dans la capitale espagnole, par le ministre d'État Manuel García Prieto, et par l'ambassadeur Léon Geoffray65.

46L'« intelligence » qui s'établissait désormais entre les deux nations, complétait l'entente cordiale franco-britannique et assurait aux puissances occidentales le contrôle du détroit de Gibraltar.

47La Méditerranée et l'Europe orientales ne connaissaient pas alors la même quiétude. L'automne 1912 fut marqué par le déclenchement de la première guerre balkanique. Allait-on vers une lutte généralisée, entre blocs de puissances ? La crise marocaine de 1911 avait déjà sonné l'alarme. Les dirigeants français craignaient que l'affrontement avec le Reich ne devint inévitable. De là, l'impérative nécessité de se garder de toute surprise aux frontières des Pyrénées et des Alpes. Il ne s'agissait plus seulement de collaboration marocaine. Entre Paris et Madrid devait être élaborée une politique amicale qui fut active à tous les niveaux.

  • 66 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite de P. Paris (École municipale des beaux-arts, Bordeaux) (...)

48L'action des universitaires français s'en trouva facilitée... même dans les plus insignifiants détails. Ainsi, deux jours après la signature de l'accord franco-espagnol, Pierre Paris écrivit-il à Geoffray : « Permettez-moi de vous adresser mes très humbles, mais très vives félicitations pour le succès des graves négociations que vous avez conduites à bonne fin... en très habile diplomate et en ardent patriote. La liberté vous est maintenant rendue, Monsieur l'ambassadeur, de vous occuper d'affaires moins hautes, et c'est pour cela que j'ose demander votre bienveillante intervention dans une toute petite négociation... ». Et de demander au « protecteur naturel » de l'Institut français... un piano66 !

  • 67 Ibidem, lettre manuscrite de Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 10.12.1912, avec envoi d'un exe (...)

49En ce mois faste, le premier ouvrage élaboré par un membre de l'EHEH, fut publié, à Bordeaux : le Catalogue des vases grecs du Musée de Madrid, de Gabriel Leroux était le fascicule XVI de la Bibliothèque des universités du Midi, inaugurée en 1898. Dédié à Pierre Paris, ce livre fut le témoignage avant-coureur d'une autre collection, qui devait voir le jour six ans plus tard67...

  • 68 APP-Paris, série BA-CC, carton 205, dossier n° 3 : rapport du 5.8.1913. Sous forme d'association (l (...)

50Quelques semaines après, le Centre d'études franco-hispaniques de l'université de Paris était fondé. Placée sous le patronage de Louis Liard, vice-recteur de l'Académie et de Juan Pérez Caballero, ambassadeur d'Espagne, la nouvelle institution se prévalait de vouloir affermir encore davantage les liens intellectuels entre les deux pays. Présidée par Martinenche, elle prit un départ modeste, mais assuré68.

  • 69 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 9.1.1913.
  • 70 AD-Gironde, Bordeaux, carton T 43, dossier EHEH : chéquiers n° 1 et 2 (Salzedo), divers paiements à (...)
  • 71 AN-Paris, F21 4887, dossier 11, Espagne : attributions d'œuvres d'art et de mobiliers aux établisse (...)
  • 72 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 14.1 et 17.2.1913, p. 144 et 151-152.
  • 73 AAIBL-Paris : registre E105, séance du 21.2.1913, fol. 16. Collignon fit un chaleureux compte-rendu (...)
  • 74 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1538, Francia : t. s. n°, Reynoso (chargé d'affaires - P (...)

51À Madrid, la fièvre de l'inauguration future montait à l'assaut de l'édifice de l'Institut français, dont le gros œuvre avait été achevé, avant que l'hiver castillan n'exhalât ses rigueurs. L'instrument de musique, sollicité par le truchement de l'ambassade, ne suffirait pas à garnir l'intérieur : il fallait songer aux mobiliers. Devant le refus d'exemption de taxes, opposé par l'administration espagnole des Douanes à toute importation gracieuse, Thamin, qui voulait des ensembles de « style français », alerta l'ambassade69. On se les procura dans une maison suisse de la ville, J.-G. Girod70. Pour décorer les murs et la salle de réception, les responsables bordelais firent appel à l'administration des Beaux-arts. Soixante gravures et une dizaine de vases de Sèvres furent envoyées à Madrid par la valise diplomatique71. L'inauguration ayant été fixée à la fin du mois de mars, les deux universités la préparèrent avec soin, en liaison étroite avec l'ambassade72. L'Institut de France fut invité à envoyer des délégués : la plus concernée des cinq Académies - l'Académie des inscriptions et belles-lettres - dépêcha l'archéologue Maxime Collignon73. Une grosse délégation officielle, conduite par le ministre de l'Instruction publique, Théodore Steeg, se rendrait à Madrid74.

  • 75 Raymond Poidevin et Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris, 1977, p. 208 (...)
  • 76 Ibidem, p. 197-205. Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Par (...)
  • 77 J.-M. Delaunay, « Barthou et l'Espagne « , art. cité, p. 87.

52Aristide Briand était alors chef du gouvernement pour la troisième fois. Il avait succédé à Raymond Poincaré, élu président de la République en janvier 1913. Le 18 mars, une nouvelle crise ministérielle éclata au sujet de la réforme du mode de scrutin électoral. Briand se retira, au profit de Louis Barthou, qui « cumula » la présidence et le ministère de l'Instruction publique. La représentation officielle de la République lui revenait donc... à une semaine de l'inauguration. Mais les préoccupations du cabinet étaient tournées vers l'Est. Face au renforcement de l'armée allemande, le principe d'un relèvement de la durée du service militaire - de deux à trois ans - avait été adopté. Barthou soutenait ce projet75. En outre, la situation dans les Balkans suscitait les pires alarmes. Le soutien des grandes puissances aux protagonistes des deux camps inquiétait le gouvernement français qui ne désirait pas se laisser entraîner par son alliée, la Russie, dans un conflit généralisé. Le nationalisme était alors en plein renouveau dans de larges couches de la population française, en dépit des mouvements pacifistes qui tentaient d'en freiner le développement76. Quelques jours après son entrée en fonctions, Barthou avait donc bien d'autres tâches à accomplir. Il décida que son prédécesseur, Steeg, irait inaugurer l'Institut français d'Espagne77. Désormais hors du gouvernement, ce dernier, accompagné de Charles Bayet, titulaire de l'Enseignement supérieur, serait investi du titre de délégué spécial de la République Française. Dans la matinée du mardi 25 mars, à la gare du Nord madrilène, les représentants français furent accueillis par le ministre de l'Instruction publique, Antonio López Muñoz, et par l'ambassadeur. Steeg et sa suite visitèrent les œuvres de leurs compatriotes dans la capitale. Une première réception eut lieu au collège de la Société française de bienfaisance. Le lendemain, à 16 heures, la cérémonie principale se déroula à l'Institut, en présence d'une assistance fournie. Un seul absent de marque : Pierre Paris, cloué au lit par la fièvre. Sur une estrade, dans la grande salle de conférences, le délégué du gouvernement prit place avec, à sa droite, le comte de Romanones, président du Conseil, et Juan Navarro Reverter, ministre d'État ; à sa gauche se tenaient Geoffray et López Muñoz. Au second rang, on trouvait Bayet, Rafael Altamira, directeur de l'Enseignement primaire, Collignon, Delvaille et les recteurs de Madrid, Bordeaux et Toulouse.

  • 78 Le dossier le plus complet sur l'inauguration de l'IFE est dans : AAF-Madrid, carton 382. L'invitat (...)

53Ce dernier prit d'abord la parole en rappelant l'œuvre pionnière d'Ernest Mérimée, les liens anciens de la Ville Rose avec l'outre-Pyrénées et la collaboration avec Bordeaux, qui devait fonder l'Institut français. Lui succédèrent Delvaille et Collignon. Le ministre López Muñoz fit son allocution en français, avec une conclusion dans sa langue maternelle. Enfin, Steeg prit la parole. Après quelques paroles d'usage, il mit en valeur la concomitance de l'inauguration de l'Institut et de la ratification de la convention franco-espagnole sur le Maroc, alors acquise à la Chambre des députés et en passe de l'être au Sénat. Les négociations avaient été longues et dures ? « L'entente des esprits et des cœurs est d'autant plus durable que des discussions plus approfondies l'ont mieux et plus sûrement préparée ». Il évoqua aussi « tant d'admirables créateurs de beauté : un Ribera, un Murillo, un Goya et le divin, oui, lui aussi, le divin Velázquez ». Insistant sur le rayonnement de l'Université française à l'étranger, il cita pêle-mêle Rome, Athènes, Florence, Saint-Pétersbourg et conclut par des remerciements à ceux qui avaient permis cette fondation, priant les personnalités espagnoles de présenter au roi l'expression de la reconnaissance française78. La journée s'acheva par un dîner, suivi d'une réception à l'ambassade.

  • 79 Louis Réau, Histoire de l'expansion de l'art français, Paris, 1933, p. 279, parle du fétichisme env (...)

54Le lendemain, une excursion à Tolède fut organisée. Une tradition se forgeait là. Visite à l'Alcazar, où les cadets de l'Académie militaire manœuvrèrent, sous le commandement de leur colonel. À l'issue d'un banquet à l'hôtel Castilla, au cours duquel furent échangés des toasts, on s'en alla admirer San Juan de los Reyes et la maison du Greco, ce peintre encore mal connu du grand public français, mais qui avait, au nord des Pyrénées, un admirateur enthousiaste : Maurice Barrès79.

55Après le départ des délégués officiels, une vingtaine d'attardés s'en furent visiter l'Escurial, le samedi 29 mars.

  • 80 AMAE-Paris, Papiers d'Agents, Fonds Jean Doulcet, n° 240 : lettre manuscrite L. Geoffray (Madrid) à (...)

56Les deux présidents du conseil échangèrent, par télégrammes, des vœux de prospérité et des félicitations, à l'occasion de ces journées de fêtes. Barthou, avec toute sa verve méridionale, se réjouissait de ce rapprochement avec « l'Espagne, nation-sœur »80. Comme en 1905, les chefs d'État se préparaient à des visites réciproques qui scelleraient une collaboration fructueuse en Europe et en Afrique.

La cohabitation Bordeaux - Toulouse (1913-1916)

  • 81 Cette enquête fut publiée dans le Bulletin de la Société Générale de la France, t. IV, fasc. II, 19 (...)

57Ainsi, le nouvel Institut de la rue du Marquis de la Ensenada complétait, en Europe méridionale, le réseau des œuvres françaises à l'étranger. Une enquête fut d'ailleurs lancée en 1913 auprès des 933 postes consulaires qui représentaient, à travers le monde, les intérêts de la République et de ses ressortissants. 1.450.000 Français environ vivaient alors hors des limites métropolitaines : 850.000 dans les colonies et les pays de protectorat, 600.000 dans des nations souveraines. En Europe ils étaient 269.000 (dont 80.000 en Belgique, 64.000 en Suisse, 40.000 en Grande-Bretagne et 20.000 en Espagne). L'État français, les ordres religieux et les particuliers avaient fondé 38 chambres ou organismes de commerce, 150 institutions de bienfaisance, une centaine d'hôpitaux, 140 associations de prévoyance et plus de 500 écoles. Dans cette ultime catégorie, 300 - en grande majorité religieuses - parsemaient l'Empire ottoman et l'Égypte (70.000 élèves sur un total de 100.000 dans le monde). Ensuite, on trouvait le Brésil (31 écoles, 5.000 élèves) et l'Italie (27 écoles, 5.000 élèves). L'Espagne, avec 15 établissements, figurait - à égalité avec l'Argentine - en quatrième position. La Russie et le Royaume-Uni - avec un nouvel institut créé à Londres, sous l'égide de l'université de Lille - venaient loin derrière81. Au sud des Pyrénées, la situation était, en réalité, complexe.

  • 82 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 280-287 (voir tableaux et carte).

58Ce recensement ne tenait pas compte de la plupart des communautés enseignantes dispersées à travers le territoire espagnol depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Le semis était, pourtant, impressionnant82.

  • 83 AAA - Bonn (Berlin), série 1867-1920, Spanien 65, Relations avec la France, vol. 9 (1913), d. n° 86 (...)
  • 84 Boletín Oficial del MIPBA, n° 34, 28.4.1914, p. 5-6. La publication tardive de l'échange de lettres (...)

59Mais cette implantation culturelle française était-elle utile à une véritable entente bilatérale ? Dès le 27 mars 1913, ABC, le plus important des quotidiens madrilènes, repoussa toute idée d'alliance avec la France. La méfiance espagnole demeurait. Quant aux Allemands, ils minimisèrent l'importance de l'inauguration de l'Institut français. Le comte Ernst von Bassewitz, chargé d'affaires à Madrid, après un bref compte-rendu des cérémonies et des entretiens, estimait que la presse locale avait été indifférente à l'événement, en se contentant de le mentionner, sans développements politiques significatifs83. Romanones, pour dissiper tout malentendu, avait d'ailleurs convoqué les journalistes pour leur expliquer qu'il n'était pas question d'alliance avec Paris, mais d'une « intelligence amicale ». Il avait pu, ainsi, aborder la question des échanges de professeurs entre la France et l'Espagne. Quelques semaines plus tard, un accord était, en effet, signé : des assistants seraient détachés dans des établissements scolaires et commerciaux du pays voisin. Ernest Mérimée ne pouvait que se réjouir d'une telle décision84.

Fig. 2. - Établissements français en Espagne, 1913

  • 85 AV-Madrid, Bureau des Travaux, dossier 17-400-9 : acte de réception définitive, 28.3.1913, et certi (...)
  • 86 AAF-Madrid, carton 382 : copie lettre dactylographiée des recteurs de Bordeaux et Toulouse au MAE ( (...)
  • 87 AAF-Madrid, carton 382 : copie d. n° 216 Madrid à MAE (BEOFE), 17.5.1913. L'ambassadeur avait un pe (...)

60Rue du Marquis de la Ensenada, l'installation des deux sections de l'Institut français devint vite effective, après accord des architectes85. La grande salle de conférences, où avait eu lieu l'acte d'inauguration, était malheureusement devenue trop exiguë, dès le premier cycle pascal des cours dispensés par Toulouse : le nombre des auditeurs inscrits était passé de 90, en 1912, à 220 en 1913 ! Quant à l'EHEH, elle devait être dirigée par une personnalité résidant dans le pays même. Ainsi, les deux recteurs demandèrent au Quai d'Orsay le doublement de la subvention de fonctionnement. Le directeur des Affaires politiques, Maurice Paléologue, répondit à l'ambassade, que cette requête était un peu tardive et que la progression apparaissait bien rapide : 4.000 F en 1912, 15.000 F en 1913 et... 30.000 F pour 1914 ! Mais il considéra l'affaire favorablement86. Geoffray insista, à l'appui de la demande, en indiquant que d'une part, une centaine d'étudiants ne pouvait régulièrement trouver place dans la salle de cours où se pressaient déjà 250 inscrits, et que, d'autre part, l'Institut français était encore endetté envers la Société de bienfaisance87.

61Tout en protestant de leur désir de ne pas gêner le collège dans ses projets d'agrandissement, les deux recteurs espéraient cependant pouvoir construire un vaste amphithéâtre, en arrière du nouveau bâtiment.

  • 88 Ibidem, copie lettre des deux recteurs (Thamin et Lapie) au président de la SFB (Delvaille) 23 5 19 (...)
  • 89 AAF-Madrid, carton 382 : lettres Thamin et Lapie (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 5.6 et 30.6.1913, (...)
  • 90 La polémique rebondira cependant à l'automne, sans résultat.

62Le conflit devenait inévitable. Delvaille réagit à cette prétention par un contre-projet visant à préserver une part de terrain : on y prévoyait l'édification de huit classes, en remplacement d'une cour initialement prévue. La Société de Bienfaisance craignait que l'Institut français ne s'emparât de l'ensemble de la parcelle. Georges Coulet et Léon Geoffray apaisèrent les esprits88. Une transaction intervint en juin. Les universités pourraient construire une vaste salle, adossée au Gran Teatro (ex-Lírico), sans empiéter sur la portion réservée au collège89. Un mur de séparation fut élevé. Le contentieux, arbitré par l'ambassade, demeura ainsi dans des limites raisonnables et courtoises90.

  • 91 AMAE-Nantes série SOFE, carton 160 : d. n° 539, Madrid à MAE, 9.12.1913. La SFB, pour les travaux d (...)

63L'octroi de la subvention de la Commission des jeux (175.000 F) permettait aux deux universités d'envisager le rachat de l'édifice par le paiement des annuités de la dette hypothécaire, dans l'attente du remboursement du capital. Une nouvelle demande fut donc adressée, par l'intermédiaire de l'ambassade, à la dite Commission : ces 100.000 F seraient destinés à transférer la nue-propriété aux deux universités91.

  • 92 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 13.6.1913, p. 165-166. AFL-Bordeaux Conseil Faculté des L (...)
  • 93 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 11.7.1913, p 175.
  • 94 Ibidem, séance du 25.7.1913, p. 183. Laborde, agrégé en 1906, enseignait au collège Rollin et dans (...)
  • 95 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid) 20.9.1913, lui ann (...)
  • 96 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 13.6.1913, p. 168. Le texte de ce projet de règlement se (...)

64Tandis que se déroulaient ces « grandes manœuvres » financières, l'EHEH s'organisait dans ses nouveaux pénates. Pierre Paris fut logiquement pressenti pour en assurer la direction. Doumergue et Bayet firent part de leur accord pour la création d'un poste de directeur-résident, à condition que l'université assurât, sur ses fonds propres, la suppléance de P. Paris92. Par arrêté du 26 juin 1913, ce dernier fut nommé pour trois ans93. Mais cette nouvelle provoqua une réaction d'Eugène Albertini, ancien membre de l'EHEH. Faisant valoir que les règles administratives en vigueur avaient été contournées puisqu'il n'y avait pas eu de vote en fonction de candidatures déclarées, il obligea le Conseil de l'université à procéder à une élection « en bonne et due forme ». Celle-ci eut lieu le 25 juillet : sur douze présents, onze votèrent pour P. Paris. Albertini et un jeune agrégé d'espagnol, Jules Laborde, n'obtinrent aucun suffrage94 ! Nulle rancœur ne s'exerça contre le plaignant : une bourse de 2.500 F lui fut même accordée, afin qu'il continuât la rédaction de son corpus des sculptures antiques, tout en devenant secrétaire et professeur de la section toulousaine. Les autres membres - à part entière - étaient des nouveaux95. Un projet de règlement pour le recrutement de candidats avait été adopté, à la mi-juin96.

  • 97 EHEH-RA 1912-1913, p. 148-150. Voir aussi AAF-Madrid, carton 382, sous-dossier Bibliothèques frança (...)
  • 98 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 14.11 et 5.12.1913, p. 191-192. La bibliothèque était i (...)

65Au début de l'année universitaire 1913-1914, les conditions de travail apparaissaient enfin ! tout à fait satisfaisantes. Outre les envois d'objets décoratifs déjà effectués, l'École des beaux-arts de Bordeaux - dont Pierre Paris avait quitté la direction - fit parvenir des médaillons de terre cuite représentant les sceaux des deux universités. La salle de travail fut meublée grâce aux libéralités d'Arthur Engel, qui adressa de nombreux ouvrages à la bibliothèque de l'EHEH, encore peu garnie. D'autres livres furent obtenus gracieusement auprès de l'université de Bordeaux bien sûr, mais également auprès d'éditeurs parisiens, par l'intermédiaire de l'Enseignement supérieur et auprès de l'Académie royale d'histoire. Une circulaire du Quai d'Orsay intégra d'ailleurs l'Institut français à la liste des organismes susceptibles de recevoir les livres diffusés par l'Instruction publique97. Enfin, un règlement spécifique pour la bibliothèque fut adopté en novembre 1913 : les anciens membres seraient tenus à envoyer les ouvrages qu'ils auraient rédigés grâce à leurs recherches au sud des Pyrénées. Pierre Paris avait, bien sûr, montré l'exemple98.

  • 99 BH, 1913, n° 3, p. 340-341 et n° 4, p. 461-465. Le texte de ce discours est extrait du Bulletin de (...)
  • 100 EHEH-RA, 1912-1913 (bien que la visite ait eu lieu durant l'année universitaire 1913-1914), p. 149- (...)

66Ainsi, quand le Président de la République Française vint, du 7 au 9 octobre 1913, en visite officielle dans la capitale espagnole, l'Institut français présentait-il un visage actif et studieux. Poincaré consacra l'ultime matinée de son séjour à la visite des trois principales institutions culturelles qu'étaient Saint-Louis-des-Français, le Collège et le nouveau centre. Vers 10 h 30, les recteurs de Bordeaux et Toulouse, avec Pierre Paris, lui firent les honneurs de la maison. À un discours de Thamin, le Président répondit par un bref propos. Plus littéraire que « plasticien », il évoqua Cervantès et Lope de Vega, laissant dans l'oubli les grands peintres du Siècle d'Or... qu'il alla aussitôt admirer, en fin de matinée, au musée du Prado, avant de se rendre au Palais du Pardo99. Il fit, en cette occasion, quelques libéralités personnelles. À l'Institut français, il octroya 500 F que se partagèrent les deux sections100.

  • 101 AMAE-Paris, NS, Espagne, vol. 67, fol. 37-38 : note de la Présidence de la République, 10.5.1913, s (...)
  • 102 J.-M. Delaunay, « Barthou et l'Espagne », art. cité, p. 87-89. Barthou était venu, fin septembre, i (...)

67Ce voyage présidentiel - qui répondait à celui du roi d'Espagne à Paris, en mai - permit aux dirigeants français d'entendre la confirmation de la neutralité espagnole, de la bouche même de leurs homologues ibériques101. Cet engagement devait être précieux pour la France, six mois plus tard, tandis que la seconde guerre balkanique éclatait et que les relations franco-allemandes avaient été fortement altérées par le vote de la loi des Trois Ans. Le Président du Conseil, Barthou, qui n'avait pas accompagné le Président de la République en Espagne, était convaincu, comme Poincaré et Pichón, que la préparation d'un conflit éventuel avec le Reich devait être accompagnée d'un intense travail diplomatique permettant une relative quiétude aux frontières méridionales du pays102.

  • 103 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 17.7 et 7.11.1913, p. 194-195 et 199.
  • 104 EHEH-RA, 1913-1914, p. 436-437 et 447. Raymond Lantier, dans la notice nécrologique consacrée à Alb (...)
  • 105 Elle n'a pas disparu aujourd'hui, comme le savent - mieux que moi - les intéressés ; voir Pierre Ch (...)

68Ainsi l'Institut français, dans sa bivalence enseignement - recherche, apparaissait comme le principal foyer d'influence française dans le royaume. Les activités de l'Union des étudiants étaient plus spectaculaires que celles de l'EHEH, mais elles se limitaient, jusqu'à l'inauguration, à deux périodes assez brèves. Avec l'installation au cœur de Madrid, les cours payants devinrent permanents. Cinq matières étaient proposées aux étudiants : langue, littérature française, histoire de France, histoire de l'Art, langue (pour les examens espagnols). Deux postes de professeurs avaient été créés : Albertini, qui remplissait aussi les fonctions de secrétaire-régisseur résident, et un jeune Toulousain, Mireaux, en furent les premiers titulaires103. Mais, pour une augmentation de salaire qu'on lui mesura chichement (500 F), Albertini décida, fin décembre 1913, de quitter Madrid définitivement. Ce départ causa une fâcheuse impression. Pierre Paris parla de « désertion », de « coup dur » pour le recueil archéologique en cours d'élaboration104. Bien que rien ne le prouvât formellement, Albertini n'aurait-il pas été manipulé - contre Bordeaux - par Toulouse, à travers « l'élection » de juillet ? Mécontent de cet échec cuisant, n'avait-il pas espéré quelque générosité ? Comment expliquer, alors, son départ ? La rivalité des deux cités devint, en effet, constante. Elle fut ainsi transférée en Espagne105.

  • 106 EHEH-RA, 1913-1914, p. 136-145 : travaux des membres. Le BH avait déjà publié diverses contribution (...)

69Si les pensionnaires de l'EHEH travaillaient plus discrètement, leur activité n'était pas mince, en dépit de la modicité des bourses106.

  • 107 René Paris, Souvenirs, septembre 1964 (inédits dactylographiés), p. 9. Bien que parfois imprécis, c (...)

70Les frais de fonctionnement étaient une autre source de préoccupation pour le directeur de l'EHEH. Pourtant, le personnel permanent était réduit au minimum. Un concierge-appariteur, Jean-Bertrand Soutiras, dont le salaire était à la charge égale des deux universités, avait été recruté peu avant l'inauguration. « Adjudant de gendarmerie, récemment retraité..., pyrénéen, né près de Pau, il fut le modèle même de la discipline, de l'honnêteté, de la conscience professionnelle, de l'amabilité, de la bonté, de la bonhommie et de la fidélité. Il devint... un véritable collaborateur et un ami dévoué. Grand, fort, au type gaulois très marqué, avec ses moustaches blanches imposantes, il était fort admiré avec son bicorne et son uniforme d'appariteur de faculté ». Ainsi nous est-il décrit par René, le quatrième fils de Pierre Paris107.

  • 108 Installée Carrera de San Jerónimo, 36, la maison J. Salzedo Hijo y Compañía, (juifs d'origine portu (...)
  • 109 AD-Gironde, carton T43, dossier EHEH : correspondance de P. Paris, manuscrite jusqu'au 17.4.1914, p (...)
  • 110 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à R. Thamin (Bordeaux), 7.2.1914.

71Le directeur de l'EHEH, en effet, s'était installé à l'Institut français, avec sa femme et sa fille. En outre, plusieurs des cinq garçons du premier mariage étaient logés sur place. Toute une grande famille à entretenir, ce qui n'allait pas sans peine. Les virements à travers la maison Salzedo, de Madrid, étaient très lents à parvenir de Bordeaux ou de Toulouse108. En effet, afin de remplacer Albertini, défaillant, le directeur de l'EHEH dut s'occuper d'intendance : une dizaine « d'appels au secours » sont à dénombrer entre janvier et juillet 1914 ! Pour cette maison il fallait régler de nombreuses factures : une lessiveuse, une chaudière, une machine à écrire, des livres, assurer le versement des bourses, des salaires et des frais de conférences ou de cours, obtenir des demi-tarifs de billets de chemin de fer pour les chercheurs de l'EHEH, payer les loyers, les notes de chauffage et d'électricité, s'occuper de l'assurance-incendie109... Parfois, il était nécessaire de pondérer les paiements en fonction des engagements généraux de chaque université : « Ah ! maudite association ! » ne put-il s'empêcher d'écrire. Il s'agissait alors de payer les professeurs espagnols des cours de printemps de l'Union des étudiants, à l'inauguration desquels avait assisté le ministre espagnol de l'Instruction publique, Francisco Bergamin. Au sujet de la chaudière, il fallait aussi moduler les charges entre Toulouse et Bordeaux : « Pour le moment, je suis le c... entre deux selles, et la position est gênante... Je ne me sens pas fort pour la comptabilité », avouait-il aussi110.

  • 111 AAF-Madrid, carton 382 : correspondance du 10.1 au 15.10.1914.
  • 112 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 3.2.1914, p. 205. G. Leygues avait été, à deux reprises, (...)
  • 113 AD-Gironde, carton T43 : lettre de René Jean (Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet - (...)

72Mais, en mars 1914, l'horizon bouché des factures s'éclaircit, à son grand soulagement. Le bénéfice du change variait alors autour de 6 %. De bonnes nouvelles vinrent, à point, réjouir le directeur-intendant. À la fin du mois, l'ambassadeur de France l'avertissait de l'octroi de 50.000 F par la Commission des jeux : ce n'était pourtant que la moitié de la somme sollicitée pour l'extinction de la dette contractée envers la Société française. Cette dernière s'était vu opposer, quant à elle, une fin de non-recevoir pour une demande similaire visant à l'agrandissement du collège. L'Institut français ne pouvait donc se plaindre d'une quelconque avarice de la part du ministère français de l'Intérieur qui, en trois versements, avait permis aux deux universités de rembourser à la Société française de bienfaisance la quasi-totalité des emprunts. Mais la commission avait averti l'ambassade, à travers le Quai d'Orsay, qu'il n'y aurait plus de subvention complémentaire111... Quant aux largesses privées, elles étaient rares. L'ancien ministre Georges Leygues, député du Lot-et-Garonne, avait fait un don de 3.000 F à la bibliothèque de l'EHEH112. Enfin, le grand couturier-mécène Jacques Doucet, fit promettre par son collaborateur René Jean, une subvention extraordinaire de 1.000 F113.

  • 114 AN-Paris, F21 4887, Attributions Espagne, 1854-1957 : correspondance Bordeaux (rectorat)-Paris (Bea (...)
  • 115 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 18.5.1914, fol. 413.
  • 116 AD-Gironde, carton T43 : copie lettre Thamin (recteur Bordeaux) à Jean Cavalier (recteur Toulouse), (...)

73Mais les tensions entre les deux universités restaient vivaces. Au projet d'amphithéâtre, avancé par les Toulousains en janvier 1914, les Bordelais opposèrent l'idée d'un atelier d'artiste. Il ne s'agissait plus, comme en 1909, de l'octroi d'une simple bourse, en imitation de l'Institut de Florence, mais bien d'édifier, dans le jardin, un lieu de création : les plans en étaient déjà établis. Thamin vit, à Paris, René Besnard, sous-secrétaire d'État, et Léon Bonnat, président du Conseil supérieur des beaux-arts, qui s'y montrèrent très favorables, ayant déjà été alertés sur cette affaire par le directeur de l'EHEH. Ce dernier estimait que le futur boursier serait astreint, avec des aménagements, au régime, d'ailleurs très libéral, de ses camarades chercheurs. Une somme de 3.000 à 4.000 F lui serait accordée, en échange d'une obligation de résidence de huit mois en Espagne. Besnard lui indiqua que, pour l'année suivante, on examinerait avec bienveillance toute demande114. Ce projet tardif, visant à l'association d'un peintre ou d'un architecte avec des érudits, dépendait clairement de l'éventuelle acceptation par la Société de bienfaisance d'un arrangement au sujet des limites des parcelles du collège et de l'Institut. À l'unanimité, le 18 mai, le Conseil d'administration, sans doute déçu de n'avoir pu obtenir quelque subside de la Commission des jeux, refusa tout net qu'une bande de trois mètres fût accordée115. Pierre Paris le pressentait. Les deux recteurs convinrent d'en rester là, sans esprit de revanche116.

  • 117 Ibidem, lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Thamin, 6.2.1914. Il demandait, en guise de conclusio (...)
  • 118 Ibidem, lettres manuscrites de P. Paris (Madrid et Séville) à Thamin (Bordeaux), 10.5 et 20.5.1914.
  • 119 EHEH-RA, 1913-1914, p. 142 ; voir aussi P. Paris et alii, Fouilles de Belo, t. 1, Bordeaux, 1922, p (...)

74Ainsi s'évanouissaient les projets d'amphithéâtre toulousain et d'atelier bordelais ! Le responsable de l'EHEH ne désirait pas devenir, d'ailleurs, un simple gestionnaire-comptable. Certes, il fallait assurer l'avenir matériel de la maison, mais il lui semblait fondamental de ne pas perdre de vue l'élan scientifique ainsi imprimé. Il voulait voyager à travers la Péninsule, afin « d'y faire des connaisssances, d'y cultiver des relations, d'y nouer des amitiés utiles au développement et au succès de notre œuvre. L'intérêt de l'École est aussi que le Directeur se rende compte par lui-même de l'utilité et de l'importance des recherches et des travaux à entreprendre dans toutes les régions de l'Espagne, de façon à orienter les membres de la mission dans telle ou telle voie, les y suivre ou les y guider. Je suis allé, au mois de décembre, installer M. Lantier à Mérida »117. Au mois de mai, il s'en fut à nouveau sur les chemins : de Madrid, il accompagna le jeune archéologue dans la province de Salamanque, avant de l'abandonner pour aller retrouver, à Séville, l'autre spécialiste de l'Antiquité qu'était René Vallois : 26 heures de train, de Bejar aux rives du Guadalquivir ! De là, ils partirent, en longeant la côte, vers Algésiras : « Cela me rajeunit ! »118. En chemin, ils examinèrent le site de Bolonia (Belo), sur la rive occidentale du détroit de Gibraltar. Comment ce site, isolé, avait-il été connu du directeur de l'EHEH ? Sans aucun doute, par un Espagnol, Romero de Torres qui avait publié un article, en 1909, dans le Boletín de la Real Academia de la Historia, l'une des revues savantes qui se trouvaient dans les rayonnages de l'École. Mais d'autres informations écrites (J. Furgus) ou orales (Arthur Engel, George Bonsor ou l'abbé Breuil) avaient pu l'attirer vers cette vieille cité déjà malmenée par les pillages119.

  • 120 AGA-Alcalá de Henares, AMEC, Junta Superior de Excavaciones e Antigüedades, liasse 10145-9, dossier (...)
  • 121 Ibidem, liasse 10143-4, dossier n° 1034. Voir aussi E. Ripoll Perelló, « Vida y obra del Abate Breu (...)
  • 122 AN-Paris, 408AP1, Papiers Lucien Romier : lettre manuscrite de P. Paris (Bordeaux) à Romier (Paris) (...)
  • 123 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de P. Paris (Bordeaux), 14.6.1914. (...)

75En tout cas, à peine revenu à Madrid, il déposa une demande officielle de concession auprès de la Commission des fouilles. Il y mettait en avant les risques inhérents à des actions clandestines et la méthode scientifique rigoureuse dont useraient les archéologues français, notamment Vallois qui, ancien membre de l'École d'Athènes, avait eu l'expérience du site de Délos120. Outre P. Paris, au nom de l'EHEH, l'abbé Henri Breuil avait déposé des demandes en représentation de l'Institut de paléontologie humaine, fondé en 1910, dans la capitale française, par le prince Albert Ier de Monaco. L'ecclésiastique, bon ami de « l'inventeur » de la Dame d'Elche, sillonnait l'Espagne depuis 1902 : son inlassable activité en faisait le digne successeur d'Émile Cartailhac. Il avait été l'hôte de l'EHEH à diverses reprises121. Les motifs de satisfaction et d'espoir ne manquaient pas. L'un des membres de l'École, Lucien Romier, ancien de l'École de Rome, avait obtenu le prix Gobert, décerné par l'Académie française pour son livre, Les origines politiques des guerres de religion122. Mais les candidatures ne se bousculaient guère pour l'année future : deux à trois places étaient libres à l'automne. Pierre Paris s'en ouvrit à Morel-Fatio. Si les deux archéologues restaient, Romier était, en revanche, reparti en France et Costes avait été recruté par la section toulousaine123. Le renouvellement des chercheurs ne semblait donc pas assuré...

  • 124 EHEH-RA, 1913-1914, p. 146-147.
  • 125 AD-Gironde, carton T43 : copie (brouillon) lettre particulière manuscrite, Thamin à P. Paris, 29.4. (...)
  • 126 Ibidem, lettre dactylographiée n° 2843 Augagneur, ministre, à Thamin, 15.7.1914 et lettre n° 2984, (...)

76L'année universitaire 1913-1914 s'achevait en demi-teinte. Auguste Anglès, décédé à Rodez, sa ville natale, le 10 mai, inaugura le nécrologe de l'EHEH124. Peu de temps auparavant, le premier protecteur de l'École, l'ancien ambassadeur Paul Révoil avait disparu. « Mets le drapeau en berne. Sans lui, tu ne serais pas à Madrid », écrivit Thamin à Pierre Paris125. En juillet 1914, ce dernier s'était éloigné des fortes chaleurs madrilènes pour se réfugier dans sa propriété de Beyssac. Soutiras était resté sur place. Il fallait encore régler maintes factures, dont la chaudière, pour laquelle l'Instruction publique alloua 2.500 F, à titre exceptionnel126.

77Mais avant que la bise de Guadarrama ne fût venue, un autre souffle, plus mordant, se déchaîna.

  • 127 J.-J. Becker, 1914, ouvr. cité, p. 259 et suiv.

78L'assassinat, à Sarajevo, de l'archiduc François-Ferdinand, héritier des trônes d'Autriche et de Hongrie, le 28 juin, allait-elle dégénérer en un vaste règlement de comptes ? Puisque la Russie soutenait Belgrade, tandis que le Reich allemand appuyait Vienne, la France interviendrait-elle ? Jean Jaurès, le célèbre tribun socialiste, avait été assassiné le 31 juillet. La mobilisation fut décrétée pour le dimanche 2 août. L'Allemagne envahissait la Belgique... Les Français allaient en découdre, mais sans enthousiasme excessif127.

  • 128 Michel Héron, Les relations franco-espagnoles de 1914 à 1918, mémoire de maîtrise université de Par (...)

79Les voisins méridionaux de la « patrie en danger » s'étaient déclarés neutres. Si ce n'était pas une surprise pour l'Espagne ; c'était, en revanche, une importante nouvelle, dans le cas de l'Italie, troisième pilier de la Triple-Alliance128.

80Devant l'offensive allemande attendue, les autorités procédèrent, par voie d'affiches, à l'évacuation des étrangers des pays non belligérants.

  • 129 J.-M. Delaunay, « La Grande Guerre ou la clé du retour », MCV, t. XIX/1, 1983, p. 348-351.
  • 130 J-M. Delaunay, « Heurs et malheurs d'une société française en Espagne pendant la première guerre mo (...)
  • 131 J.-M. Delaunay, « De l'incertaine existence d'élites hors des frontières de leur pays d'origine. Le (...)

81En contrepoint, la mobilisation commotionna les colonies françaises de l'étranger. Dûment enregistrés dans les consulats de la République, les jeunes gens se mirent en route vers les dépôts militaires. Les religieux firent de même : ils étaient particulièrement nombreux en Espagne. Des religieuses revinrent aussi, comme infirmières129. Les entreprises industrielles, financières et commerciales installées en terre ibérique dûrent ralentir leurs activités130. Certaines mines cessèrent de fonctionner. Les non-mobilisables organisèrent un soutien aux combattants. Les bulletins des Sociétés de bienfaisance et des Chambres de commerce se convertirent en brochures patriotiques, où le bon grain des héros fut dûment séparé de l'ivraie des lâches131.

  • 132 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité. Trois moururent au combat. Bulletin de la SFB, 1919, p. 26-27. (...)
  • 133 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris (Beyssac) à Dubroca, secrétaire général du rectorat (Bo (...)
  • 134 Ibidem, correspondance SFB-rectorats de Bordeaux et Toulouse, du 13.9 au 27.11.1914. À Madrid, le B (...)

82Dans cette tourmente, qu'advint-il des œuvres culturelles établies dans la capitale espagnole ? Le collège de la Société française vit partir onze enseignants sur quatorze132. Quant à l'Institut français, eu égard à ses maigres effectifs, il risquait de se trouver bien démuni. Les cours toulousains de Burgos furent annulés. Le banquier Salzedo dut interrompre ses activités à la suite de la suspension des paiements et de l'instauration des moratoires, décrétées en France. L'ambassade tira, à plusieurs reprises, la sonnette d'alarme, quant à l'ordonnancement des 50.000 F votés par la Commission des jeux. La somme parvint enfin à son destinataire, la Société française de bienfaisance, à la mi-octobre133. Mais tout cela n'était que secondaire face à la mobilisation. Pierre Paris vit partir ses cinq fils à la guerre. De même, les deux aînés de Soutiras s'en furent sous les drapeaux. À Bordeaux, Georges Cirot fut incorporé dans la territoriale. Les enfants de Raymond Thamin furent aussi mobilisés. À Toulouse, le recteur lui-même, Jacques Cavalier, prit l'uniforme de capitaine dans un régiment d'infanterie : François Dumas, doyen de la faculté des lettres, dut alors présider le Conseil d'université. Henri Mérimée suivit les traces de son père, ancien combattant de 1870. Quant aux membres et aux anciens, ils étaient presque tous sous l'uniforme... « L'École, cette année, ne battra que d'une aile, n'ayant qu'un pensionnaire, M. Gaschet, professeur au lycée d'Angoulême. Je vais pourtant retourner à mon poste, car il faut montrer que la France n'est pas morte », écrivait Pierre Paris, le 24 octobre 1914. Les nouvelles se faisaient rares, même après le redressement militaire consécutif à la bataille de la Marne134. Le directeur de l'EHEH vivait, désormais, dans la plus vive inquiétude, celle d'un père.

  • 135 EHEH-RA, 1913-1914, p. 144-145. P. Paris, comme la majorité des Français, croyait en une guerre cou (...)
  • 136 AGA-Alcalá de Henares, AMEC-JSEA, liasse 10145-9, dossier n° 1036. La concession fut acquise le 1.1 (...)
  • 137 Outre son livre sur 1914, J.-J. Becker a publié, Les Français dans la Grande Guerre, Paris, 1980, 3 (...)

83Dans les premiers mois de la guerre, Jean Babelon et Gabriel Leroux avaient été blessés. Lantier était tombé malade au front, où se trouvait toujours Costes. « Nous écrirons l'année prochaine le livre d'or de l'École »135. Belo resterait, cependant, longtemps désert : l'autorisation officielle de fouilles avait été, en effet, accordée par les autorités espagnoles, à la mi-octobre, mais qu'y pouvait-on faire, sinon rien136 ? Nul chercheur n'était disponible. Un chantier actif eût été une « belle couverture » afin de surveiller le détroit de Gibraltar... mais les Français, « hors d'eux-mêmes », avec tant d'enfants, de pères, de frères dans les tranchées, avaient-ils d'autre vision que la victoire137 ?

84Or, les pays neutres, dans la pesante perspective d'une guerre au long cours, devinrent des éléments indispensables au triomphe de chaque camp.

  • 138 Pour une première approche, superficielle, mais significative, voir Fernando Díaz Plaja, Francófilo (...)

85En Espagne même, à l'aube de cette guerre européenne, les passions individuelles, les propos faciles et les intérêts de groupes, voire les préjugés idéologiques s'exprimèrent avec une vigueur déconcertante. Certes, la non-implication, traduction mentale de la neutralité officielle, imprégnait tout citoyen espagnol plus ou moins informé, mais elle ne l'empêchait pas de manifester, plus ou moins discrètement, ses préférences138. Les divergences d'opinions menaçaient les cercles familiaux, amicaux et professionnels. Au Palais royal, la mère du souverain était autrichienne, tandis que son épouse était britannique. Le frère de Marie-Christine commandait des forces austro-hongroises, tandis que le frère de Victoria Eugenia perdait la vie, dès l'automne, dans les rangs de l'armée anglaise. Certes, le royaume ibérique, par sa géographie, était plus proche du camp occidental. Royaume-Uni, France et Belgique y avaient des intérêts économiques considérables, presque sans commune mesure avec ceux des empires de Guillaume II et de François-Joseph. Mais, nous l'avons vu, la mobilisation les avait désorganisés. De nombreux Allemands n'avaient pu rejoindre leur patrie pour s'y engager. Ils furent pris dans une véritable « nasse espagnole », surveillée par les patrouilles maritimes franco-anglaises. Dès le début du conflit, 88 navires de commerce, s'étaient réfugiés dans la Péninsule ibérique ou dans les archipels canarien et baléare. En outre, les sujets résidents du Kaiser étaient environ 4 à 5.000. Dès l'été, un organisme interministériel basé à Berlin - le Bureau de presse pour l'action chez les neutres - coordonna rapidement l'action de groupements semi-officiels, dont le plus important était le Service d'information des pays de langue espagnole et portugaise, installé à Francfort-sur-le-Main.

  • 139 La propagande a été le thème le mieux étudié, au sujet de l'Espagne, durant la première guerre mond (...)
  • 140 AAA-Bonn (Berlin), Spanien 46, vol. 4 secret. Subventions (décembre 1914-octobre 1915) : d. n° 259 (...)

86Dès le 28 août, un premier numéro de propagande allemande paraissait outre-Pyrénées. L'acheminement était encore possible entre Gênes et Barcelone. En septembre-octobre, d'autres brochures furent diffusées139. Un service de presse fut proposé à plus de 400 journaux espagnols. Début octobre, les Allemands purent placer leurs premières subventions en achetant un journal conservateur madrilène, La Tribuna140.

  • 141 Le n° 1, du 31.10.1914, se trouve à l'Institut d'histoire municipale de Barcelone. D'autres numéros (...)

87Tandis qu'à l'automne la guerre de tranchées succédait à la guerre de mouvements, les Alliés ne réagirent guère aux flots de cette propagande déversée sur l'Espagne. Un mémorandum fut bien transmis par l'ambassade britannique de Madrid au cabinet de Londres... en novembre, mais il dénonçait le monopole germanique, sans proposer d'action concrète. Quant aux représentants français, ils se bornaient à repérer les articles et les manifestations germanophiles. On remarquait bien ces nombreuses brochures, manifestement inspirées par les agents du Reich, mais fallait-il s'y opposer ? Fallait-il créer un nouveau front en pays neutre ? Certains le pensaient, d'autres étaient d'un avis contraire. La première initiative anti-allemande vint de Barcelone : le 31 octobre, une publication improvisée, soutenue par la colonie française et par quelques citoyens belges, sortit des ateliers : Los Aliados esquissaient ainsi la contre-offensive141

  • 142 AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 469 : d. s. n°, consul général Barcelone (Fernand (...)

88La réaction du consul général de France, Gaussen, fut claire : il n'y avait guère d'effets à en attendre. « Cela ne durerait que trois à quatre mois... La propagande en pays neutre n'est intéressante que si l'opinion publique y vaut l'effort d'être éclairée. Mais l'Espagne... et la Catalogne ! ». Toute dépense était inutile, selon lui, puisque le siège des Catalans était déjà fait142.

  • 143 Ibidem, Papiers d'agents, Fonds Théophile Delcassé, n° 121, vol. 25 : correspondance 1914-1915, let (...)
  • 144 Ibidem, Papiers d'agents, Fonds Doulcet, n° 240, vol. 21 : lettre manuscrite de Geoffray (Madrid) à (...)

89Cette absence de volonté officielle était parfaitement partagée par le plus haut représentant de la République, au sud des Pyrénées. Léon Geoffray écrivit, en effet, à son ministre, Théophile Delcassé : « Il n'est pas question de songer à faire de la propagande et de verser d'énormes subventions comme le font les Allemands »143. À l'un de ses amis, Jean Doulcet, ministre-conseiller à Petrograd, il ajoutait, peu de temps après : « Nous vivons un peu dans notre trou, entre alliés et neutres sympathiques »144.

  • 145 Ibidem, série Guerre 1914-1918, vol. 469 : t. n° 400, Madrid à MAE, 28.11.1914.

90L'unique effort consenti se manifesta par l'envoi de 250 exemplaires du Livre Jaune, choix de documents diplomatiques démontrant la non-responsabilité de la France dans le déclenchement du conflit. Son impact fut jugé insuffisant car il n'était pas traduit. Anglais et Allemands avaient proposé, eux, des versions espagnoles, qui avaient obtenu un large succès. Peu après, le Quai d'Orsay débloqua, néanmoins, 5.000 F pour que fussent diffusés 3.000 exemplaires en langue castillane145.

  • 146 Yves-Henri Nouailhat, France et États-Unis, août 1914-avril 1917, Paris, 1979, p. 151-162. Voir aus (...)
  • 147 P. Aubert, ouvr. cité, met bien en valeur le caractère « élitiste » d'une éventuelle action de prop (...)

91Geoffray, parmi les titulaires d'une charge diplomatique de haut niveau, n'était pas seul à clamer qu'il ne fallait pas aller au-delà de cette présentation élégante des faits de guerre. L'ambassadeur à Washington, Jusserand, pensait que toute pression directe sur l'opinion publique d'un pays neutre était inefficace, car outrancière par nature. Comme son collègue de Madrid, il persistera dans cette attitude jusqu'en 1916146. Leur argumentation présentait deux facettes : d'une part, les Allemands en faisaient trop ; d'autre part, les amis de la France étaient capables, par eux-mêmes, de trouver les mots justes pour faire comprendre à leurs compatriotes la profonde validité de la cause alliée, face au militarisme austro-prussien, auquel vint se joindre, dès novembre 1914, la « barbarie » ottomane. D'où le soin extrême avec lequel il fallait laisser les élites locales exprimer leur opinion impartiale sur la situation internationale147.

  • 148 Pour les Geoffray, In Memoriam Léon Geoffray, Paris, 1928, p. 68-69, et témoignage de Mme Edme Geof (...)
  • 149 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre d'Albert Mousset (Madrid), du 20.11.1914.

92Comme Léon Geoffray, qui avait ses deux garçons à la guerre, Pierre Paris, revenu à Madrid le 18 novembre, souffrait de la lenteur des informations relatives à ses fils combattants148. Il retrouva l'Institut français, le vigilant Soutiras, Gaschet mais aussi Albert Mousset, ancien membre de l'EHEH, démobilisé après quelques mois de service. Ce dernier fut affecté au service de presse de l'ambassade. Dans une lettre à Morel-Fatio, il indiquait clairement combien la situation espagnole était plus complexe que ne l'imaginaient les Français, même si, grosso modo, les conservateurs étaient plutôt germanophiles, tandis que les libéraux se montraient enclins à soutenir les Alliés. De nombreuses exceptions confirmaient néanmoins cette règle quelque peu réductrice149. La diffusion de la version espagnole d'un manifeste signé par quatre-vingt-treize intellectuels du Reich fut l'aiguillon de la conscience endolorie des habitants de la rue du Marquis de la Ensenada. Cet appel réfutait les accusations de barbarie portées contre les troupes du Kaiser dans les opérations militaires de Pologne, de Belgique et du nord-est de la France.

  • 150 Ibidem, lettre du 8.12.1914.
  • 151 Sur Paul Orrier, voir ch. 1, note 48. Il fut aussi mobilisé. Entreprise individuelle, la maison dev (...)
  • 152 La BN-Paris possède la collection du Boletín de Información, de décembre 1914 à mars 1916 : 44 numé (...)
  • 153 Christopher H. Cobb, « Una guerra de manifiestos, 1914-1916 », Hispanofila (Urbana-Illinois, E-U), (...)
  • 154 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2, dossier 16 : lettre manuscrite P. Paris (en-tête IF (...)
  • 155 AD-Gironde, carton T43 : lettre dactylographiée P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 24.11.1914. (...)
  • 156 AD-Gironde, carton T43 : lettres de P. Paris à Dubroca, du 24.11 et du 22.12, et carte postale du 2 (...)
  • 157 AR-Toulouse, registre CU n° 3, séance du 11.11.1914, p. 231.
  • 158 Ce ton contraste avec « l'étroite union » des deux sections, telle que la décrit officiellement P. (...)

93Face à cette nouvelle vague, l'ambassade se contenta, fin novembre, de distribuer des exemplaires, en français, d'un discours patriotique du président du Conseil, René Viviani, au Parlement français ! La décision de contre-attaquer avec vigueur fut prise par les responsables de l'Institut français, au début du mois suivant. Mousset indiqua, dans une nouvelle lettre à Morel-Fatio : « On va tâcher de faire ici quelque chose avec l'appui des ambassades alliées, du Cercle français et de la Chambre de commerce »150 Quelque temps après, le premier Boletín de Información para España y América del Sur paraissait. Six numéros furent publiés en décembre, sous les auspices d'un Comité international de propagande, dont les directeurs étaient Pierre Paris et Ernest Mérimée. Des feuilles volantes, intitulées Documentos e Informes, furent adjointes aux premiers bulletins qui ne comptaient que deux à trois pages, signe évident d'improvisation. Mais, dès la troisième livraison, l'imprimerie française Orrier put remédier à divers défauts techniques, notamment pour les illustrations151. On publia, alors, seize pages de bonne qualité. Le numéro cinq contenait un appel des universitaires français, daté du 3 novembre, destiné à répondre à celui des Allemands152. Une véritable guerre des manifestes était ainsi lancée en terre d'Espagne153. Raymond Lantier, déclaré inapte à la suite d'une maladie contractée au front, vint se joindre alors au duo Gaschet-Mousset, avec l'accord du ministère de la Guerre qui le mit à disposition de l'ambassade. Avec un personnel plus étoffé, l'action de propagande pouvait enfin se développer. Les ambassades de France et de Grande-Bretagne, ainsi que la légation de Belgique, participèrent à l'opération. La Russie délégua un jeune hispaniste, parfait francophone, Boris de Krjefski, dont le travail fut, d'emblée, fort apprécié par Pierre Paris, qui écrivit à Morel-Fatio : « Je m'efforce de soutenir la cause. Je suis trop vieux pour un fusil, mais mes cinq fils sont mobilisés : sauf la blessure de l'un d'entre eux, reparti se battre, ça va »154. Encore dans l'ignorance de la mort de son fils aîné, Roger, tué une semaine auparavant, au combat, dans l'Aisne, le directeur de l'EHEH dut s'atteler, dès son retour en Espagne, à la réorganisation de l'Institut. Ainsi, à l'approche de l'hiver, le chauffage tomba-t-il en panne. Le collège de la Société française eut moins de chance : « Sa chaudière, une sale chaudière allemande, comme la nôtre, a éclaté... » Afin de pallier la défaillance Salzedo, il obtint le concours de l'agence madrilène du Crédit Lyonnais, où fut, peu après, ouvert un compte courant155. Au crépuscule de 1914, il manifesta à plusieurs reprises, son mécontentement face aux paiements retardataires de Toulouse156. L'EHEH n'avait-elle pas « prêté » Gaschet et Mousset à la section toulousaine, tandis que Vallois revenait en assurer le secrétariat général par intérim157 ? « Je suis content de lui rendre service, mais je ne crois pas qu'il m'en ait reconnaissance, » indiqua-t-il, en faisant clairement allusion à Ernest Mérimée158.

  • 159 AD-Gironde, carton T43 : lettre du 27.1.1915. Dans une autre lettre manuscrite du 13.2.1915, il ach (...)
  • 160 BH, n° 4, 1914, paru en janvier 1915, p. 496. Sur cette participation du BH à la propagande, José C (...)

94Janvier 1915 fut un véritable calvaire pour le directeur de l'EHEH : au début du mois lui parvint l'avis de décès de Roger. Dans la matinée du 14, un autre avis lui annonça la mort de son plus jeune fils, Franck, tué dans la Marne, onze jours auparavant : déjà caporal, il avait 17 ans et 5 mois ! « J'essaie d'être calme, mais pour la propagande, je n'ai pas le cœur à l'ouvrage », écrivit-il à Dubroca, secrétaire général de l'université de Bordeaux159. Cependant, il fallait faire front, mener un autre combat en pays neutre ! Georges Cirot indiqua clairement que « le Bulletin Hispanique ne s'est pas interdit l'histoire contemporaine... et puisque l'Allemagne mène une campagne de diffamation pour dresser un peuple chevaleresque contre nous... »160.

  • 161 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 253-308 et 421-427, analyse en détail cette production fort abond (...)
  • 162 Placé en première page, l'article fut censuré. Déjà, le 18.1.1915, il avait publié, dans le même jo (...)
  • 163 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2, dossier 14 : lettre d'A. Mousset, 3.2.1915, avec la (...)

95Ainsi naquit un mouvement de publications - hispanistes ou hispanisantes - relatives à la position de l'Espagne dans le conflit européen161. Bien sûr, tous les auteurs d'articles ou d'études sur les « choses d'Espagne », avaient, à des degrés divers, le sentiment - sans doute sincère - de participer à une œuvre patriotique. Ainsi, Maurice Barrés qui, le 2 février, écrivait dans L'Echo de Paris, « Comment faire notre propagande en Espagne ? » Dans cet article, il stigmatisait l'approche d'Ernest Mérimée, qui voulait proposer une image unie de la France, et non, comme Barrés le désirait, une vision multiforme de la pensée française : la tradition catholique et conservatrice d'une part, les idéaux républicains et progressistes, d'autre part, c'est-à-dire deux France qui luttaient, en tout état de cause, contre le pangermanisme, pour la justice et la liberté162. Le journal madrilène ABC releva immédiatement ces divergences, qui parurent lamentables à Mousset, car « peu favorables à un spectacle d'unité »163.

  • 164 Ibidem, carton 203-2, dossier 13 : lettres d'E. Mérimée (Toulouse) à Morel-Fatio (Paris), 2.2 et 7. (...)

96Morel-Fatio, qui avait publié dans Le Correspondant du 25 janvier, une étude intitulée : « L'attitude de l'Espagne dans la guerre actuelle », fut lui-même critiqué, depuis Toulouse, par Mérimée. Ce dernier lui reprocha de généraliser abusivement les oppositions, de mépriser facilement la presse germanophile, de dénigrer les méthodes allemandes - « pas toujours brutales et gauches » - bref, de s'opposer à tout travail sur le terrain. « C'est une grande exagération de croire à l'impuissance de toute propagande... Je suis un peu attristé de votre attitude, qui risque de décourager les bonnes volontés et de blâmer indirectement un petit groupe de bons Français »164.

  • 165 Le Temps, 9.2.1915, et Le Journal des Débats, 9.2 et 10.2.1915. Voir aussi EHEH-RA, 1914-1915, p. 1 (...)
  • 166 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 8.2.1915.
  • 167 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 336-337. Au sujet de ces organismes, J.-C. Montant, (...)
  • 168 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 13.2.1915.
  • 169 Ibidem, lettre dactylographiée de Mombrun, vice-président de la SEB (Madrid), à recteur (Bordeaux), (...)
  • 170 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 5.3.1915, p. 239.

97Précisément, à ce moment-là, Le Temps et Le Journal des Débats publièrent des articles sur le labeur de l'Institut Français : diffusion de brochures, lectures, causeries et conférences165. « Notre propagande marche. Une lecture sur la Belgique martyre avait attiré beaucoup de monde, samedi dernier »166. Le Comité travaillait en liaison avec des organismes parisiens : le Service des communications, rattaché au Quai d'Orsay, et l'Office de propagande - para-officiel - créé par un ancien député, Étienne Fournol167. Pierre Paris, bien secondé par les « jeunes » dans ce travail patriotique, devait continuellement se préoccuper de la gestion de la maison, mais Toulouse persistait, selon lui, à ne guère lui faciliter la tâche dans ce domaine : « M. Mérimée renonce, me dit-il, à rien comprendre au système suivi au secrétariat de son Académie pour l'organisation des finances de l'Institut... Pour moi, ça m'est égal maintenant, je n'avance plus un maravédis... Les (100) francs sont maintenant à 99,80 ptas, hélas ! Jusqu'où descendront-ils ? »168. En effet, en ce milieu de février, le change devint défavorable à la monnaie française. La détérioration de la balance commerciale expliquait, en grande partie, cette situation qui ira, au fil des années en s'amplifiant : réalité inquiétante, qui restera, jusqu'après la seconde guerre mondiale, un souci d'envergure pour les responsables des œuvres d'Espagne. Cette rupture monétaire affectait non seulement l'équilibre budgétaire général, mais aussi le pouvoir d'achat ou de survie des boursiers. Ainsi P. Paris dut-il aussitôt demander une « rallonge » de 500 F pour le pauvre Mousset. Avec des hauts et des bas, la précarité des moyens d'existence des membres permanents de l'EHEH sera une constante jusqu'au milieu des années 1960. Bordeaux et Toulouse se devaient aussi d'apurer les comptes avec la Société de bienfaisance. Il fallait payer le loyer 1914, les frais d'entretien, le chauffage, l'électricité et le salaire de Soutiras... En outre, la Société proposa aux deux universités de solder le reliquat de leur dette, afin de s'assurer la pleine propriété de l'édifice et du terrain : Bordeaux, pour sa part, aurait ainsi à débourser 30.000 F169. Thamin était favorable à cette solution, mais en l'absence de subvention spéciale de l'État, il ne fallait compter que sur soi-même, c'est-à-dire attendre... la fin de la guerre170.

  • 171 EHEH-RA, 1914-1915, p. 117-123.
  • 172 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de Binquet à P. Paris, 7.11.1914. EHEH-RA, 1914-1915, p. (...)

98Le membre unique de l'EHEH, Gaschet, ainsi que les démobilisés, ne négligèrent pas de travailler cependant à leurs œuvres scientifiques : les quatre jeunes gens, à l'issue des cours et des conférences de propagande, s'étaient, à nouveau, dirigés, au printemps 1915, vers les bibliothèques et les archives (Gaschet, Mousset) ou vers les musées et sites archéologiques (Vallois, Lantier)171. Un étudiant en droit bordelais passa quelque temps dans l'édifice du 10, rue du Marquis de la Ensenada, mais l'événement de l'année universitaire, fut la venue d'un artiste dans le cadre de l'EHEH. Ancien élève de l'École des beaux-arts bordelaise, Albert Binquet, ajourné de ses obligations militaires, avait, dès novembre 1914, présenté sa candidature. L'université lui avait accordé une indemnité minime pour aller travailler, au printemps 1915, sur l'architecture et la décoration modernistes catalanes : il rencontra, dans la Ciudad Condal, de nombreux spécialistes, dont le peintre Santiago Rusiñol et l'architecte Antonio Gaudí : « Nous avons cru bon de l'occuper... à une mission... qui marquerait une première étape dans un domaine que nous désirons beaucoup annexer à l'École. M. Binquet aura été notre premier pensionnaire artiste », écrivit le directeur dans son rapport annuel. Il ajouta, à la suite de la liste des contacts établis par le sculpteur-décorateur : « La preuve est établie que si, quelque jour, un jour prochain, espérons-le, notre École s'augmente d'une petite Académie de France, nos grands prix de Madrid trouveront, dans toute l'Espagne, de chaudes amitiés »172. Le lecteur saisira immédiatement l'intérêt capital de ces propos, imprimés à l'automne 1915. Pierre Paris n'avait pas oublié les tentatives artistiques de 1909 et 1914. Pétri de culture classique, il pensait ainsi réunir en un seul établissement les activités des grands instituts-modèles de Rome et Florence.

  • 173 Sur ce sinistre, d'origine électrique, voir ABC du 5 au 7.5.1915. L'ensemble, construit entre 1750 (...)
  • 174 R. Paris, Souvenirs, p. 1. Dès avant son achèvement, l'IFE avait été assuré, par les soins de la SF (...)

99À cet ambitieux dessein il manquait une véritable caisse de résonance. Son obstination paysanne la trouvera. Divers événements vinrent renforcer cette détermination. Le mardi 4 mai 1915, un violent incendie se déclara, en début d'après-midi, dans le Palais de justice, au voisinage immédiat de l'Institut français. Des escarbilles, volant à travers la rue, menacèrent la maison. Les pompiers s'employèrent, durant près de 48 heures, à maîtriser les flammes ! Le tribunal occupait l'ancien couvent des Salésiennes, dont l'église put être sauvée173. L'Institut ayant été un moment évacué, la salle de conférences fut vite remplie de papiers rescapés de l'édifice incendié. Pierre Paris dut s'employer activement à faire dégager cette masse de documents judiciaires174.

  • 175 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre de P. Paris (Madrid), 28.5.1915. Voir aussi E (...)
  • 176 Bulletin de la SFB, Madrid, 1916, p. 34 et 1917, p. 40, qui rectifie la date du 1.5, indiquée en 19 (...)
  • 177 Revue des Études Anciennes, Bordeaux, t. XVII, 1915, n° 4, notices nécrologiques par Paul Masqueray (...)

100L'entrée en guerre de l'Italie, le 20 mai, aux côtés de la France, de l'Angleterre et de la Russie renforça l'isolement diplomatique de l'Espagne. Une nervosité certaine saisit alors la presse et les sphères dirigeantes du royaume ibérique. Ainsi fut brisée net une tentative du Comité international d'organiser, avec Lantier et l'abbé Breuil, un cycle de conférences en Estrémadure et dans la région cantabrique. Le gouvernement d'Eduardo Dato avait donné de fermes instructions aux gouverneurs de provinces afin que fût interdite toute manifestation contraire à la neutralité du pays175. Ce revirement italien devait favoriser l'opération franco-britannique, lancée deux mois auparavant contre les défenses turques du détroit des Dardanelles. Le troisième fils de P. Paris, André, médecin dans un régiment colonial engagé dans la presqu'île de Gallipoli, fut blessé le 24 mai176. Quelques jours plus tard, le 9 juin, Gabriel Leroux, ancien membre de l'EHEH, trouvait la mort à Seddul Bahr, dans la même zone177. Le Livre d'Or de l'École était, ainsi, « ouvert »... Malgré un ultime effort à la mi-juin, les alliés furent bloqués.

101La propagande allemande en tira profit dans les pays neutres : une victoire, même défensive, était la meilleure publicité possible, mais l'organisation germanique ne relâchait pas ses efforts. Léon Geoffray demanda, sans grande conviction, des crédits de propagande supplémentaires à Pierre de Margerie, directeur des Affaires politiques au Quai d'Orsay. La propagande française « marchait » bien, mais elle avait besoin d'être singulièrement « étoffée ».

  • 178 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettre de P. Paris (Beyssac) à Morel-Fatio (Paris) (...)
  • 179 Ibidem, lettre d'A. Mousset (St-Sébastien) à Morel-Fatio (Paris), 31.8.1915. Il y exprimait aussi l (...)

102« C'est la misère ! » s'écriait le directeur de l'EHEH178. Certes, Lantier et Mousset se dépensaient beaucoup, mais le rythme de la publication du bulletin s'était considérablement ralenti durant l'été. Selon Mousset, « la tâche à l'ambassade est écrasante : dix heures par jour, pas de dimanche libre. Les veilles sont fréquentes. » Il n'y avait que quatre personnes pour tout faire : passeports, affaires administratives, surveillance de la contrebande et problèmes de presse ou de propagande179.

  • 180 Ibidem, lettre du 25.8.1915.
  • 181 Ibidem, carton 271 : lettre manuscrite P. Paris (Bordeaux) à Morel-Fatio (Paris), 23.6.1915.
  • 182 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite P. Paris à Thamin, 15.6.1915. Lhéritier n'était nullemen (...)
  • 183 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 268 : lettres manuscrites de Bataillon (Dijon) à Morel-Fat (...)
  • 184 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms. 4163 : lettre de P. Paris (Beyssac), 24.9.1915.

103P. Paris s'était réfugié dans sa propriété de Beyssac pour l'été : « Je suis dans un triste état physique et moral... et bien inactif »180. La santé de sa femme ne valait guère mieux. Mais il lui fallait bien se préoccuper du recrutement 1915-1916. Il fit encore appel à Morel-Fatio181. Un normalien, Marcel Bataillon, qui pensait alors préparer l'agrégation d'espagnol lui fut proposé. Un antiquiste bordelais, Michel Lhéritier, fut aussi pressenti, mais il ne vint pas182. Seul, donc, Bataillon, ajourné, put se rendre outre-Pyrénées. Morel-Fatio lui avait suggéré de travailler sur l'humanisme espagnol des XVe-XVIe siècles : le jeune homme s'enthousiasma vite pour ce thème. Des lenteurs administratives ne lui permirent cependant d'arriver à Madrid, qu'à la veille de Noël 1915. Il put, alors, travailler, durant le premier semestre de l'année suivante, à ses recherches183. L'été de repos qu'il s'était octroyé avait redonné à Pierre Paris une énergie qu'il traduisit ainsi à son vieil ami Pierre Imbart de la Tour : « Comment arriverai-je à être digne de mes fils ?... Je veux y employer toute mon activité »184.

104Les nouvelles des différents fronts de guerre étaient alors fort mauvaises. La mobilisation économique devenait encore plus impérative : productions militaires, ravitaillements des populations et blocus des approvisionnements de l'ennemi, autant de priorités pour des gouvernants, que les critiques ménageaient de moins en moins. Parmi d'autres parlementaires, Clemenceau, sénateur du Var, reprocha à Delcassé de n'avoir pas su rallier à la cause alliée certaines nations balkaniques, Grèce et Roumanie notamment. Devant ces attaques, le titulaire du Quai d'Orsay se retira le 29 octobre, entraînant alors la chute du gouvernement Viviani. La soixante-quatrième semaine de guerre s'achevait, ainsi, dans la confusion. Aristide Briand forma le nouveau cabinet, en se réservant le portefeuille des Affaires étrangères. Un secrétariat général - poste inédit - fut créé au sein du ministère. Jules Cambon, ancien ambassadeur à Berlin, en fut le premier titulaire. Comme collaborateur, dans son cabinet, Briand choisit Philippe Berthelot, fils du savant Marcelin Berthelot. Comme en 1907 - avec Stephen Pichón - le nouveau chef de cabinet se lança dans une vaste réforme des services centraux afin de coordonner et de dynamiser les opérations de propagande, ainsi que les missions politiques, économiques et culturelles à l'étranger. Ainsi fut créée une Maison de la presse, avec quatre sections. Cet organisme, installé rue François Ier, n'entra en activité qu'au début de l'année suivante.

  • 185 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, canon 203-2, dossier 16 : lettre manuscrite de Pierre Paris (Madr (...)
  • 186 EHEH-RA, 1915-1916, p. 140.

105Le directeur de l'EHEH était revenu, le 6 novembre, à Madrid : il n'y rencontra pas Ernest Mérimée, reparti quelques jours avant son arrivée185 ! On peut rester perplexe, quant aux soins portés par les deux responsables à ne point trop croiser leurs pas... Mousset, Gaschet et Vallois assuraient les cours de l'Union des étudiants pour la nouvelle année scolaire. Lantier, attaché à l'ambassade, s'occupa, avec P. Paris, de relancer l'œuvre de propagande. Celle-ci avait repris ses activités dès le samedi 27 septembre. Causeries, lectures et conférences en français ou en castillan se succédèrent bientôt à un rythme soutenu : aux membres de l'Institut se joignirent de nombreux orateurs espagnols, surtout républicains, socialistes ou libéraux dont les propos furent réunis en un volume de plus de 300 pages, intitulé, Conferencias en pro de Francia, qui fut publié par le Comité. Pierre Paris en écrivit la préface186.

  • 187 BH, 1915, n° 3, p. 227-228. Palabras de algunos Españoles pourrait être ainsi traduit : Quelques Es (...)
  • 188 Ibidem, carton 203-2, dossier 20 : lettre d'A. Mousset à Morel-Fatio, 20.12.1915, transmettant les (...)

106Les intellectuels espagnols s'étaient d'ailleurs mobilisés dès l'été 1915, en faveur des Alliés : un manifeste avait été publié, le 9 juillet, dans l'hebdomadaire España. Les signatures des plus prestigieux noms des arts et des lettres s'y trouvaient apposées, 62 en août, 752 en septembre. Le Bulletin Hispanique reproduisit le texte de ces Palabras de algunos Españoles187. Les germanophiles répondirent par un autre manifeste, paru dans La Tribuna du 19 décembre, qui recueillit plus de 2.400 signatures. Pour P. Paris, au vu de la rareté des noms illustres, c'était un échec complet188. Cela ne prouvait-il pas, en réalité, que la propagande allemande touchait plus facilement les couches moyennes, voire modestes, de la population espagnole ?

  • 189 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris à Dubroca (Bordeaux), 29.11.1915 et EHEH-RA, 1915-1916, (...)
  • 190 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 338. Sur l'Espagne, rapport de mission du capitaine (...)
  • 191 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris à Dubroca, 16.12.1915.

107Il fallait donc innover. Fin novembre avaient été présentés, à titre d'essais, des documentaires filmés sur la guerre. Des séances hebdomadaires payantes furent, alors, organisées dans la grande salle de l'Institut, souvent trop exigüe. La neutralité officielle du royaume aurait empêché toute projection dans un lieu public189. L'ambassade d'Allemagne y veillait. Le Service cinématographique du ministère de la Guerre - future section militaire de la Maison de la presse - agissait, en la circonstance, en liaison avec la maison Pathé190. La conséquence logique de cette nouvelle forme de propagande fut l'alourdissement des frais d'électricité ; l'hiver était là et l'on avait dédoublé le nombre des séances191. Malgré ce succès d'estime, l'action de la France dans les pays neutres, notamment dans la Péninsule ibérique, souffrait d'un manque réel d'organisation, de moyens financiers et techniques. Certes, les initiatives privées pouvaient permettre d'agir en direction de certaines élites, mais cela paraissait notoirement insuffisant.

  • 192 AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 472 : note sommaire (dactylographiée) sur le proj (...)

108Pierre Imbart de la Tour, membre de l'Académie des sciences morales et politiques et ancien collègue de P. Paris à l'université de Bordeaux, proposa, au crépuscule de l'année 1915, à Philippe Berthelot d'envoyer une mission intellectuelle au sud des Pyrénées. Le prestige de ses membres devrait, d'une part, attirer l'attention mesurée des moyens d'information du pays visité et, d'autre part, montrer l'intérêt que les Français portaient à leurs voisins méridionaux, en traitant de thèmes espagnols. L'opération devait être, en tout état de cause, non politisée afin de ne pas encourir les foudres du gouvernement de Madrid, à la tête duquel se trouvait à nouveau, depuis quelques semaines, un francophile avéré, Álvaro de Figueroa, comte de Romanones. Afin, aussi, de ne pas réveiller les milieux germanophiles de la Péninsule... Dans sa note, Imbart de la Tour pressentit diverses personnalités de l'Institut de France : Étienne Lamy, Francis Charmes, Henri Bergson, Jean Richepin, Edmond Rostand, de l'Académie française, Émile Picard, Edmond Perrier, de l'Académie des sciences, le compositeur Camille Saint-Saëns et le peintre Léon Bonnat, de l'Académie des beaux-arts, tandis que l'Académie des sciences morales serait représentée par lui-même et par Bergson. La mission, ainsi constituée, irait, avant tout, dans les deux plus grandes cités espagnoles, sans que fussent exclues d'autres villes, surtout les centres universitaires. La période la plus favorable serait, sans doute, à choisir aux environs du mois de mars, avant le Carême. Enfin, l'organisation du périple serait à la charge de l'Institut français, dont les directeurs avaient joué un si grand rôle dans la propagande française. Le budget serait fixé à 20.000 F environ. « Il ne faut pas trop lésiner dans un pays où la générosité n'est pas seulement une élégance, mais une force ». L'affaire devait être tenue rigoureusement secrète, afin d'apparaître comme un hommage spontané à la nation espagnole192.

  • 193 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 313-316, a rectifié son appréciation dans la version imprimée de (...)
  • 194 Né en 1843, juriste, devenu écrivain, Lamy fut député monarchiste non-légitimiste, de 1871 à 1881. (...)
  • 195 Il est inutile de présenter Bergson. Ses papiers furent, à sa demande, détruits. Il n'en reste que (...)
  • 196 Cette polémique se poursuivit entre le progressiste Anatole de Monzie et le conservateur Louis Bert (...)

109Cette mission était-elle une « offensive catholique »193 ? Rien n'est moins sûr. Etienne Lamy, secrétaire perpétuel de l'Académie française était certes un chrétien convaincu, d'une tendance conservatrice ralliée à la République194. Imbart de la Tour, catholique plus libéral, véritable organisateur de la tournée envisagée, pensait sans nul doute à désamorcer l'hostilité des milieux cléricaux, mais il s'agissait davantage, pour lui, de proclamer une spiritualité abstraite, philosophique, en connexion avec la civilisation traditionnelle espagnole, que de montrer le combat des chrétiens dans la guerre elle-même. Quant aux autres membres de l'Institut, ils ne s'étaient nullement révélés comme de croyants farouches notamment Richepin et Rostand, même si certains étaient réellement pratiquants, tels Charmes et Bonnat. La personnalité qui illustra le mieux le caractère de cette mission est Henri Bergson, d'origine juive polonaise, dont les écrits reflétaient une approche résolument mystique. Mais il n'était pas ouvertement catholique195. Les points communs de ces futurs missionnaires relèvent d'une autre logique que l'opposition droite conservatrice - gauche progressiste. Ils étaient tous membres de l'Institut de France, berceau de l'officialité intellectuelle et artistique, mâtinée d'honorabilité et d'exemplarité. Ils adhéraient tous, au moins publiquement, à l'Union sacrée proclamée au début de la guerre. Ils désiraient, précisément, se placer au-dessus de la mêlée des tentatives d'attraction, menées par les représentants des deux France, qui, envers l'Espagne, s'étaient déjà affrontés en 1915, à travers la polémique Barrés-Mérimée196. Les oppositions de politique intérieure française trouvaient là toute leur résonance. Quel public entendait-on séduire ? Imbart le déclarait nettement : les élites les plus prestigieuses, celles qui, par exemple, lors d'un Congrès des Académies européennes - à Rome, en 1910 - s'étaient rangées du côté français contre les Allemands. Puisque toute propagande religieuse était nécessairement politique, en ces temps encore brûlants de séparation de l'Église et de l'État, il fallait éviter d'en paraître les étroits représentants.

  • 197 Yves Marchasson, « Monseigneur Baudrillart et la propagande catholique française à l'étranger penda (...)

110Un Comité catholique de propagande française à l'étranger était d'ailleurs en voie de formation au début de 1916. Il devait amplifier l'action d'un Comité des publications, créé, au printemps 1915 par Mgr Baudrillart, recteur de l'Institut catholique, avec le soutien du Quai d'Orsay. L'hostilité de nombreux cercles catholiques étrangers envers la France « athée et impie » était généralisée, sans être pour autant totale : la « philo-catholicité » du Kaiser ajoutait à cette situation, qui rendait nécessaire une œuvre de grande envergure chez les neutres. L'éditeur Francisque Gay, trésorier de ce Comité, commença, en décembre 1915, ses prospections au sud des Pyrénées : il s'agissait, alors, de mettre sur pied des groupements locaux et régionaux. Baudrillart lui-même se rendrait, au printemps 1916, en Espagne197.

  • 198 La convocation, immédiate, d'Imbart au Quai d'Orsay, le 10.1.1916, n'est pas dans ses papiers à la (...)
  • 199 Gabriel-Paul-Othenon de Cléron, comte d'Haussonville (1843-1924), historien monarchiste, fut député (...)
  • 200 Widor, d'origine belge, naquit en 1845. Organiste et compositeur, il entra en 1910 à l'ABA, dont il (...)

111Le Quai d'Orsay, patronnant le Comité, pouvait-il donc prendre la décision d'envoyer une mission académique qui fût aussi catholique ? La réponse du secrétaire général du ministère, Jules Cambon, fut, à ce sujet, éloquente198. Le 10 janvier 1916, il approuvait par un crédit de 20.000 F, la proposition d'Imbart. Lamy assurerait le lien avec le « monde noir » (sic), - c'est-à-dire, les ecclésiastiques - tandis que d'Haussonville, doyen de l'Académie française, remplaçant de Francis Charmes - décédé le 4 janvier - se préoccuperait des relations avec les « libéraux »199. Pierre Paris, préparerait l'accueil des milieux universitaires aux conférenciers français. Il était aussi prévu que Charles-Marie Widor, secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, suppléerait son collègue Camille Saint-Saëns, souffrant200. Imbart se préparait à un voyage de reconnaissance.

  • 201 L'original de la note manuscrite d'E. Mérimée (IFE-Section Toulousaine), en date du 30.1.1916, se t (...)

112Le premier mois de cette nouvelle année de guerre fut mis à profit par les deux directeurs de l'Institut français qui - chacun de son côté - firent parvenir à l'ambassade des demandes de forte augmentation pour le budget de leurs sections. Ernest Mérimée espérait pouvoir « relancer » les cours de Burgos qui n'avaient pas eu lieu en 1914 et 1915201.

  • 202 El Correo Español, 25.9.1915. V. Gay était bien en contact avec l'ambassade d'Allemagne pour un tel (...)

113Pierre Paris se fit, d'abord, l'écho d'une déclaration d'un universitaire de Valladolid, Vicente Gay, à El Correo Español, selon laquelle le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, von Jagow, projetait la création d'un Institut allemand à Madrid »202. Ils le créeront, un jour, avec de gros moyens ». Lui se plaignait de la faiblesse des siens. Les pensionnaires étaient trop peu nombreux et bien mal payés : 2.000 F pour une bourse annuelle de l'État, avec 1.000 F de supplément, accordé par Bordeaux. Les membres des écoles de Rome et d'Athènes disposaient de 4.000 F par an ! Les chapitres destinés aux réceptions ou aux déplacements du directeur étaient inexistants. Le budget publications était fixé à 1.500 F. Aucun travail scientifique ne pouvait ainsi être présenté, aucune fouille ne pouvait non plus être entreprise. Quant à la bibliothèque, elle devait compter sur 100 F par an ! Quelques volumes étaient adressés par l'Instruction publique et c'était tout. En conséquence, P. Paris demandait 35.450 F au lieu des 20.450 F inscrits au budget 1915 ; 15.000 F d'augmentation qui, en servant à la diffusion de l'influence scientifique française et des « idées des lumières » seraient ainsi répartis :

  • 5.000 F pour les compléments de bourses et les coûts de voyage,

  • 8.000 F pour les frais de publication et de bibliothèque,

  • 2.000 F pour les dépenses de représentations. Pierre Paris n'utilisa pas, dans cette note, l'argument de la perte au change - 13,45 % entre juin 1914 et janvier 1916 - une dépréciation qui, certes, n'avait pas encore pris une ampleur dramatique. Demeurait l'espoir diffus d'une victoire qui restaurerait le crédit de la France... c'est-à-dire, en l'occurrence, la prime du franc sur la peseta.

114Le second problème, que le responsable de l'EHEH n'indiqua pas non plus, concernait l'interruption du versement d'une bourse par l'université de Paris : c'était la seule - avec ses 4.000 F - qui fût à la hauteur de celles octroyées par les écoles françaises de recherche dans les péninsules italienne et grecque.

  • 203 AAF-Madrid, carton 382, dossier subventions extraordinaires, IFM 1916-1918 : copie d. n° 50, Madrid (...)
  • 204 AD-Gironde, carton T43, carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 28. (...)
  • 205 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettre manuscrite de P. Paris, 16.2.1916.
  • 206 AAF-Madrid, carton 382 : t. n° 303, MAE-Paris à Ambassade-Madrid, 19.2.1916, reçu 20.4.1916. Ces su (...)

115Ce rapport fut transmis, par Geoffray, au Quai d'Orsay, le 16 janvier203. Le directeur de l'EHEH l'adressa aussi à la rue de Grenelle, à l'Institut de France et à plusieurs universités204. Il insista encore auprès de Morel-Fatio sur le péril germanique. « Après la guerre, l'Allemagne fera tout pour devenir prépondérante... et quand on voit que l'Institut français de Madrid, qui est bien utile depuis dix-huit mois, n'a qu'un budget ridicule, face à la menace d'un institut allemand bien outillé... J'ai demandé à l'ambassade... un relèvement de crédits et n'ai pas encore obtenu de réponse »205. Il venait, certes, de recevoir du ministère de l'Instruction publique et des beaux-arts 2.500 F pour assurer l'existence matérielle de Marcel Bataillon qui se dirigeait vers Séville afin d'y poursuivre ses recherches. Mais il attendait, avec impatience, les 15.000 F réclamés : la présence scientifique française importait plus que la propagande ; son action à long terme devait prévaloir sur la conjoncture de guerre. Enfin, dans la seconde quinzaine d'avril, une décision favorable fut prise par le Quai d'Orsay. L'EHEH obtenait la somme demandée. Quant à l'Union toulousaine, elle recevrait 7.500 F206.

  • 207 AD-Gironde, carton T43 : copie lettre Percepteur Toulouse à Agent comptable-Université Toulouse, 11 (...)

116Les deux sections pouvaient s'estimer satisfaites, mais leurs relations n'en furent pas facilitées. En janvier, un incident les opposa de nouveau : le percepteur de Toulouse, au nom de la Cour des comptes, manifesta l'exigence d'un bail légal, qui fût libellé en francs entre la Société de bienfaisance et les deux centres universitaires. La menace était simple : on ne paierait pas de loyer sans ce document ! L'affaire relevait purement d'un contrôle comptable, établi par les lois et les règlements en vigueur. François Dumas, doyen de la faculté des lettres de Toulouse, et président, par intérim, du Conseil, en référa immédiatement à Bordeaux qui lui répondit, une semaine plus tard, que les paiements ne posaient aucun problème, aux abords de la Gironde, de la part des services locaux... Ce nouvel accrochage était, en soi, insignifiant. Mais il rentre parfaitement en ligne de compte pour expliquer les motivations de séparation que P. Paris dût ressasser en ce premier trimestre 1916207.

  • 208 Ibidem, lettres de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 15.1 et 11.2.1916.
  • 209 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettres de P. Paris (Madrid) du 6.2 et du 16.2.191 (...)

117Les feux de la propagande illuminaient toujours les soirées madrilènes. Conférences et séances assuraient le spectacle de la guerre chez les neutres. Ces actes patriotiques étaient « sa » propagande, pas celle de Toulouse, écrivait-il208. Le personnel de l'Institut français et du collège - dix personnes en tout - s'employait à diffuser alors la brochure pro-alliée de Francisco Melgar, ancien secrétaire du prétendant carliste Don Jaime, qui, sous le titre, « Amende honorable », stigmatisait l'attitude germanophile du leader politique du mouvement, Vázquez de Mella. Le Comité International recevait aussi de nombreux témoignages d'adhésion et de soutien. Une nouvelle série de huit conférences avait été lancée : l'ultime parole serait confiée au chef réformiste Melquiades Álvarez. L'affluence dépassait toutes les espérances209...

  • 210 SHAT-Vincennes, carton 7N1201. Attaché militaire Madrid, 1915-1917 : d. n° 599 E, Tillion (Madrid) (...)
  • 211 A. M. de Oliveira, Histoire du Portugal, Roanne, 1978, p. 103-111 et Jean Derou, Les relations fran (...)
  • 212 Guy Pedroncini, Les négociations secrètes pendant la Grande Guerre, Paris, 1969, p. 85-90, ne parle (...)
  • 213 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, chemise 6 : note dactylographiée, Chambre des député (...)
  • 214 Avec quelques variantes, (Agence téléphonique de cinématographe). Les frais de la propagande frança (...)

118Le 21 février 1916, à quelques kilomètres au nord de Verdun, les forces allemandes se lancèrent à l'assaut des fortifications françaises. Sur un front restreint, un nouvel épisode de la guerre allait être gravé en lettres de sang... « Les Espagnols sont excités par Verdun ; la guerre redevient intéressante pour eux »210. Les « poilus » résistaient malgré le déluge d'artillerie sur eux déversé. Deux semaines plus tard, le Portugal entrait en guerre aux côtés des Alliés211. L'isolement était, désormais, total. Paradoxalement, pour le souverain espagnol, cette ultime défection favorisait ses desseins de médiation en vue d'établir une paix acceptable pour tous les belligérants212. Comme à Verdun, il fallait donc résister... mais par la propagande. Une commission parlementaire attira l'attention du gouvernement sur la nécessité d'agir plus activement sur le « front » de la neutralité espagnole, en augmentant, à Madrid, crédits et personnels213. Avec près d'une année et demie de retard, une véritable organisation « à l'allemande » allait, enfin, être installée au sud des Pyrénées214.

  • 215 BH. 1916, n° 1, p. 26-47.
  • 216 AD-Gironde, carton T43 : lettres de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 6 et 13.3.1916. BIF-Par (...)
  • 217 Sur la présence d'Allemands à Barbate, Zahara de los Atunes ou Tarifa, voir SHM-Vincennes, série 19 (...)
  • 218 Le premier attaché naval, envoyé en Espagne, fut le lieutenant de vaisseau Robert de Roucy. Il prit (...)
  • 219 SHM-Vincennes, carton SS-Ea81 : note n° 141, secteur Ayamonte-Algésiras, transmise par Clavery, vic (...)
  • 220 P. Paris, préface de Fouilles de Belo 1917-1921, t. 1, Bordeaux, 1922, p. 7.
  • 221 E. Ripoll Perelló, « Vida y obra del Abate H. Breuil », Miscelánea, ouvr. cité, vol. 1, p. 18-20. R (...)

119Dans ce cadre nouveau, tout l'effort ne reposerait plus sur le seul Comité International de Propagande et sur son vice-président, Pierre Paris. Ce dernier avait publié dans le Bulletin Hispanique, « L'Espagne et la guerre : Kultur et Civilisation »215. Profitant d'une interruption dans le cycle des conférences de l'Institut français, il put aller à Belo, du 7 au 12 mars216. Il s'agissait, là, de préparer les fouilles d'après-Pâques... au nez des agents allemands qui sillonnaient la côte septentrionale du détroit de Gibraltar217. Afin de surveiller leurs agissements, le nouvel attaché naval avait organisé un service de renseignements au début de l'année218. Le littoral du royaume fut divisé en secteurs : ainsi, de la frontière portugaise à Algésiras, un responsable, Laplace, basé à Séville, recruta des agents. Dans une note, il évoqua la concession de Belo pour une éventuelle surveillance219. Pierre Paris, qui n'avait aucun jeune archéologue à sa disposition, y était venu, en compagnie de l'abbé Breuil, alors en train de sillonner les zones montagneuses de la région220. L'ecclésiastique avait été chargé de recueillir, des Baléares à l'Andalousie, des informations, notamment maritimes221. Le directeur de l'EHEH, dans son inlassable activité, plus patriotique que scientifique, avait donc pensé fouiller à Belo, dès 1916. Cette idée était-elle innocente ? Il est difficile de répondre à cette question. Le site paraissait idéal, surtout dans le cadre d'un arrangement franco-anglais qui réservait aux Français la tâche de surveiller la partie occidentale du détroit, avec les centres de Séville et de Tanger, tandis que les Britanniques se chargaient de l'issue orientale, à partir de Ceuta et de leur base de Gibraltar. En réalité, le terrain ne se prêtait guère à une telle utilisation : trop isolé - on y venait à dos de mule - il était aisément repérable. Le personnel faisait défaut. Enfin, Pierre Paris avait tant à faire...

  • 222 Institut Français d'Espagne. Fondation des Universités de Bordeaux et de Toulouse, Madrid, 1916, 48 (...)
  • 223 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, n° 10, chemise 7, dossier Propagande en Catalogne : (...)

120L'organisation, à Barcelone, d'une exposition de la Science française, sous le patronage du ministère français de l'Instruction publique et de l'Institut d'études catalanes, fut l'occasion, pour l'EHEH, de présenter ses activités depuis sa création. Une brochure de 48 pages fut alors imprimée, en français, par Orrier. Elle évoquait l'œuvre commune de l'Institut français puis les travaux particuliers des deux sections222. Cette manifestation posa, d'ailleurs, de sérieuses difficultés diplomatiques pour cause de particularisme catalan : des parlementaires des Pyrénées-Orientales, Emmanuel Brousse et Jules Pams, en furent à l'origine. Le directeur de l'Enseignement supérieur, Lucien Poincaré, frère du président de la République, vint inaugurer l'exposition, qui se tint, en mai, dans les salons du Palais de la Députation. La Catalogne était un terrain délicat à remuer223.

  • 224 « Le voyage de Mgr Baudrillart complète celui des Académiciens », souligne L. Geoffray, dans la d. (...)
  • 225 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux) 16.1.1916.
  • 226 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettres de P. Paris (Madrid), 6 et 16.2.1916. ARAH (...)
  • 227 AN-Paris, 333AP5, Papiers Étienne Lamy, : lettre d'Imbart de la Tour (Madrid), 18.2.1916. Sur ce vo (...)
  • 228 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : la lettre d'Amette, recommandant l'académici (...)

121Mais le grand événement du printemps devait être, incontestablement, la venue des académiciens de l'Institut de France, que complétait, aux yeux des diplomates, la mission - strictement catholique - de Mgr Baudrillart224. Pierre Paris fut, par télégramme, immédiatement averti de l'acceptation du Quai d'Orsay225. Il fallait établir, désormais, un programme qui respectât la neutralité du pays-amphitryon et le caractère privé du déplacement. La plus grande prudence était de mise226. L'arrivée d'Imbart de la Tour, le 17 février, en témoignait : attendu et choyé par son vieil ami P. Paris, l'académicien vit aussitôt Geoffray. Il rencontra le président du conseil, Romanones, le 23. De même, il s'entretint avec des représentants de l'université, de la Junte de développement des études, de l'Ateneo et des Académies royales et avec des directeurs de salles de théâtre. Par le truchement du directeur de l'EHEH, diverses universités de province furent aussi contactées : Oviedo et Salamanque bien sûr, mais aussi Valladolid, malgré la présence de Vicente Gay, « le taré, l'escroc germanophile (sic) ». On pensait aussi à Séville et Valence. Quant à la Catalogne, l'antagonisme semblait trop fort avec le reste du royaume, pour que l'on y envisageât une action quelconque. Un concert de Widor était aussi prévu. Le secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts parlerait, comme Rostand, dans une grande salle de la capitale, tandis que Bergson et Perrier prendraient la parole dans un cadre universitaire. « Ce n'est pas le moment de rabaisser l'Espagne, ni de la négliger... Ce pays est aimable, accueillant, prenant. Mais il faut savoir aussi le prendre et c'est un mauvais moyen que de le tourner en ridicule. Nous aussi, hélas ! nous avons nos défauts, et si nous aimons à nous en vanter, nous ne pardonnons point aux autres de s'en plaindre »227. Les rendez-vous d'Imbart se multiplièrent donc. Fut-il, cependant, reçu par l'évêque de Madrid-Alcala, grâce à une lettre de recommandation de Mgr Amette, archevêque de Paris228 ?

  • 229 Ibidem, carton Ms 4140, dossier correspondance avec sa femme, Marthe Mader : carte postale « Dame d (...)

122Cette intense activité ne l'empêcha nullement d'aller admirer les œuvres du Prado : « Il ne faut pas oublier Velázquez » ! À sa femme, il écrivait : « J'emporterai de Madrid le plus agréable souvenir... j'ai été admirablement reçu par tous... Les Français sont ici toujours bien accueillis. On nous demande d'être, en retour, justes pour l'Espagne et de ne pas la méconnaître, ce à quoi nous travaillons »229. Cette phrase éclaire la profonde coupure mentale entre belligérants et neutres. Si, en France, l'on pouvait admettre les hésitations des citoyens de pays limitrophes des deux camps en lutte, notamment la Suisse avec ses deux cultures juxtaposées, on comprenait plus mal les réticences et les hostilités des Espagnols envers les « champions » de la liberté, de la justice... de la démocratie, en un mot. Mais il est clair que le royaume ibérique n'avait aucun intérêt majeur à défendre dans cette guerre : sa neutralité était diplomatiquement logique. Elle rencontrait l'adhésion de la quasi-totalité de la population. Le but de la mission intellectuelle française n'était, évidemment pas, de faire entrer le pays en guerre ! L'affrontement de Verdun ne pouvait qu'accentuer une attitude expectative.

  • 230 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Jules Cambon, n° 43, carton 21 : lettre-rapport d'Imbart de la (...)

123Pierre Imbart de la Tour, à son retour à Paris, souligna la lutte d'influence franco-allemande qui se dessinait dès l'avant-guerre et qui ne pouvait que ressurgir lors de la paix. De 1908 à 1914, la Junte de développement des études avait envoyé autant de jeunes gens outre-Vosges qu'en France. Les universités - Berlin, Bonn, Heidelberg surtout - accueillaient de nombreux étrangers en droit, histoire, médecine, philosophie - des disciplines modernes, disait-il - tandis que la France n'attirait qu'à travers la littérature, l'art et l'économie. Dans les collections scientifiques, les auteurs de langue germanique étaient plus traduits que ceux de langue française. Ainsi se dessinait le danger de création d'un centre allemand, à l'issue des hostilités. Heureusement, l'Institut français avec son « équipe de jeunes savants » diffusait les idées et les méthodes de notre pays. « Il est nécessaire que cette institution soit soutenue et développée ». Ce vaste labeur symbolisait la lutte de la « culture germanique » contre le « génie classique ». Il acheva son compte-rendu à Jules Cambon, dans les termes suivants : « Nulle part, cet effort ne semble devoir être plus naturel et plus fécond que chez un peuple qui, en dépit de ses préjugés et de notre indifférence, nous reste encore étroitement uni par tant d'affinités, d'intérêts, d'aspirations et qui nous ressemble si bien par quelques-uns de ses défauts comme les meilleures de ses qualités »230.

  • 231 CM-Unamuno, Salamanque, Fonds Unamuno, enveloppe 35 : lettres manuscrites de P. Paris à Unamuno, du (...)
  • 232 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : carte postale « Dame d'Elche », de Bataillon (...)
  • 233 Ibidem, carton Ms 4149 : note de J. Cambon, 17.4.1916.

124En Espagne, P. Paris avait déjà reçu l'adhésion de l'université de Salamanque : Miguel de Unamuno s'y était employé231. À Séville, le directeur de l'EHEH disposait d'un « agent ». Marcel Bataillon, en effet, y avait multiplié les contacts : les académiciens seraient aussi les bienvenus232. Pour Saragosse, Barcelone, Saint-Sébastien et Oviedo, « l'inventeur » de la Dame d'Elche se démenait aussi. Quant à Burgos, Ernest Mérimée se préoccupa d'y préparer la venue des membres de l'Institut de France. À la mi-avril, Jules Cambon fit délivrer les permis de circulation aux illustres « missionnaires »233.

  • 234 Ibidem, carton Ms 4146 : lettres de Bergson, 22 et 25.4.1916.
  • 235 Ibidem, seconde lettre de Bergson, 25.4.1916 et carton Ms 4158 : lettre de Lamy, 25.4.1916, lui dem (...)

125En compagnie du maître d'œuvre, Imbart de la Tour, participaient, en définitive, à l'expédition Lamy, Widor, Perrier et Bergson. Ce dernier, souffrant d'insomnies, désirait arriver le plus rapidement possible à Madrid. Il avait besoin d'un calme absolu afin de ne pas risquer d'être incapable de prononcer la conférence prévue. Le philosophe souhaitait promouvoir de fructueux échanges avec les universitaires espagnols : il s'en était ouvert à Lucien Poincaré234. Sans doute pensait-il, tout spécialement, à José Ortega y Gasset et à Unamuno. Mais son ignorance des conditions réelles du voyage lui posait problème. Il s'en ouvrit au « chef de chœur ». Pas de visite, avant le départ, au Quai d'Orsay ? Est-ce bien une mission ? Pourra-t-on porter des « toasts » de caractère officiel235 ? Sans doute, faut-il voir, là, une distraction certaine chez cet homme aux pensées si fécondes, mais la part d'improvisation et d'ambiguïté, dans ce périple inhabituel, n'y était pas étrangère.

Notes

1 AAF-Madrid, carton 382 : le devis approximatif, qui accompagnait coupes et plans, fixait la dépense de la construction à 87.480 Ptas (80.510 F). Pour l'acquisition du terrain, il fallait compter environ 215.000 pesetas : la parcelle mesurait 1646m2.

2 Ibidem, copie note dactylographiée des recteurs des universités de Bordeaux et Toulouse au président de la Commission de répartition du fonds des jeux (M. Intérieur), transmise au MAE (BEOFE), 3.11.1909.

3 AMAE-Madrid, série Política, liasse 2472 : note verbale Ambassade de France, 31.10.1909, au sujet de la création d'un IFE.

4 AAIBL-Paris, registre des séances hebdomadaires, n° E104 (1909-1912) : séance du 3.12.1909.

5 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 9.11.1909, p. 422, choix de Collet, et séance du 14.12. 909, p. 433, choix de Babelon. La décision définitive fut prise, lors de la séance du Conseil de la faculté des lettres du 6.12.1909 : voir AFL-Bordeaux, registre n° 2 (1908-1936), p. 20-21.

6 AAF-Madrid, carton 382 : d. n° 391, MAE (D. Europe) à Madrid - Ambassade, 15.11.1909 (très urgent). Edmond Bapst, directeur politique, exprimait à Révoil son appui le plus chaleureux ; voir lettre M. Intérieur et Cultes à MAE 22.12.1909, transmise à Madrid par d. n° 451 du 26.12.1909.

7 A. Salon, L'action culturelle, ouvr. cité, t. 1, p. 39-41.

8 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite du recteur de Bordeaux à l'ambassadeur, 1.2.1910, annonçant l'arrivée de Babelon, après Albertini et Collet.

9 AR-Bordeaux, dossier EHEH et registre CU n° 3 : séances des 15.2.1910, p. 3, 19.4.1910 (4.000 F DESUP), p. 6-7, et 20.5.1910 (2.000 F conseil général et 100 F. Univ. Clermont), p. 18.

10 Ibidem, séance du 28.6.1910, p. 28. Le legs fait par Jean-Hubert Debrousse (1844-1899) tirait ses ressources de la fortune paternelle, accumulée dans des entreprises de travaux publics, minières et foncières coloniales. Aujourd'hui encore, ce fonds donne lieu à un prix annuel.

11 Bulletin de la SFB, vol. 3, 1911, p. 12-13. La législation espagnole excluait tout travail isolé d'un architecte étranger. Sur le chantier du collège, voir José Ramón Alonso Pereira, Madrid 1898-1931-De Corte a metrópoli, Madrid, 1985, p. 74.

12 Outre les informations tirées des registres du Conseil de Toulouse, il faut consulter le dossier IFE-UEFE, 1910-1914, dans AAF-Madrid, carton 382 et A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 189-199. Dans le cadre de ce travail, il est évident que, face à l'UEFE, je privilégie l'EHEH, composante de la future Casa de Velázquez.

13 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 20.5 et 10.6.1910, p. 18 et 20 ; voir aussi A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 445-446.

14 J. Connelly Ullman, ouvr. cité, p. 577-583. Au sujet de la Résidence des étudiants, rue Fortuny, voir Miguel Sáenz de la Calzada, La Residencia de Estudiantes, Madrid, 1986, 208 p.

15 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 276-278.

16 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 206. A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 433-443, a dressé un large tableau des subventions accordées, entre 1910 et 1933, aux œuvres françaises d'Espagne. AAF-Madrid, carton 378, d. n° 220 MAF. (BEOFE) à Ambassade-Madrid, 23.7.1910, cite le chiffre de 11.600F.

17 AR-Bordeaux, dossier EHEH, contrat de location, signé par P. Sicart (Madrid, 23.9.1910), par R. Thamin (Bordeaux, 26.9) et contresigné par Gaston Doumergue lui-même (Paris, 30.9). Prix annuel de location : 3.700 Ptas (3.460 F).

18 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité. Pour les discours, voir Bulletin de la SFB, vol. 3, 1911, p. 36-40. Une brochure de 16 pages, présentant le nouvel établissement, fut publiée, à cette occasion, par la SFB. Photographies, plans et coupes y sont inclus.

19 BH, n° 4, 1910, p. 430-434. Le texte, établi le 25.10.1910, à Bordeaux, devait être imprimé pour être inséré dans le rapport général que devait adresser toute université au MIPBA, en vertu de l'article 15 de la loi de 1896.

20 Bien qu'il ne figure pas dans l'Annuaire. Casa de Velázquez (1909-1979), Madrid, 1979, Anglès est indus dans le rapport de P. Paris, retraçant les travaux des membres de la seconde promotion de l'EHEH (1910-1911). De même, on le retrouve dans la liste des six membres de cette promotion, communiquée à l'ambassadeur par le recteur Thamin, le 16.11.1910 : AAF-Madrid, carton 382.

21 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 8.11.1911, p. 31. On ne sait que peu de choses sur la nature des premiers livres de la bibliothèque : lettre Charles Bayet (DESUP) à Thamin (Bordeaux), 10.5.1911, qui évoque la nécessité de mise en place d'un règlement de cession des ouvrages à l'université de Bordeaux, qui les rétrocéderait à l'EHEH, AAF-Madrid, carton 382.

22 Ibidem, copie t. n° 220, Madrid (chargé d'affaires W. Martin) à MAE-Paris (à transmettre à P. Révoil), 28.10.1910, et lettre dactylographiée Delvaille (Madrid) à Révoil (Paris), 3.11.1910. Cette missive fut renvoyée au successeur de Révoil à Madrid.

23 Ibidem, lettre manuscrite de Révoil (Paris) à Geoffray (Madrid), 11.12.1910, sans signature. Le report du crédit des Jeux fut communiqué à Madrid par la d. n° 312, MAE-Paris à Ambassade, du 17.12.1910. Voir aussi copie lettre Delvaille (SFB-Madrid) à E. Mérimée (Toulouse), 9.12.1910 et lettre Thamin (Bordeaux), à Geoffray 18.1.1911.

24 ASFB-Madrid, registre n° 3 : AGO du 8.1.1911, fol. 302-304, et Bulletin de la SFB, vol. 3, p. 41-43. Au sujet du Teatro Lírico, voir J. R. Alonso Pereira, ouvr. cité, p. 59.

25 AAF-Madrid, carton 382 : lettre dactylographiée Delvaille à Geoffray, 2.3.1911. ASFB-Madrid, registre n° 3 : réunions du CA des 20.2 et 27.3.1911, fol. 306-307 et 311. Un emprunt de 270.000 Ptas était nécessaire auprès du Banco Hipotecario de España. Sur cette banque à participation française, Juan Antonio Lacomba et Gumersindo Ruiz, Una historia del Banco Hipotecario de España (1872-1986), Madrid, 1990, 686 p. et illustrations.

26 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 7.2.1911, p. 46-47. Le 16.1.1911, à la Chambre des députés, Ellen-Prévot avait obtenu cet engagement du ministre, S. Pichon. Voir aussi Bulletin de la Société d'Études des Professeurs de Langues Méridionales, mars 1911, p. 4-5.

27 AAF-Madrid, carton 382 : lettre dactylographiée Delvaille (SFB-Madrid) à Geoffray, 2.6.1911, accusant réception, après trois demandes d'ordonnancement, depuis début mars !

28 Ibidem, lettre dactylographiée Delvaille à Geoffray, 27.6.1911.

29 J.-C. Allain, « L'année du Maroc », RI, n° 4, 1975, p. 21-38, et Agadir 1911, ouvr. cité, p. 302-312.

30 Andrée Bachoud, Les Espagnols devant les campagnes du Maroc (1909-1914), thèse d'État, université de Paris-III, 1984, 3 vol., 1295 p. (éd. espagnole, Madrid, 1988, 421 p.) et G. Oved, ouvr. cité, p. 127-142.

31 AAF-Madrid, carton 443 : d. n° 166, MAE (BEOFE) à Madrid, 24. 7. 1911, et réponse de l'ambassade (St Sébastien), par d. n° 222 du 10.9.1911. Le bilan était le suivant : - à Madrid : une société mutuelle (fondée en 1908), avec une école allemande (créée en 1896), comptant 225 élèves environ ; - à Barcelone : une société d'entraide italienne, avec une école, ainsi qu'une école allemande (150 élèves) ; - à Malaga : une école allemande, (fondée en 1898), avec 65 enfants. L'enquête ne cite pas les écoles britanniques de Río Tinto et de Tharsis (province de Huelva).

32 René Girault, dans sa préface au n° 33 de la revue RI, 1983, p. 3-5, insiste sur la difficulté de saisir, pour les hommes d'aujourd'hui, les perceptions et motivations profondes des hommes d'hier ou d'avant-hier, alors qu'il paraît plus simple de reconstituer les schémas mentaux des humains ayant vécu, il y a deux ou trois cents ans. Voir aussi RI, n° 2, 1979, « Mentalités collectives et relations internationales ».

33 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre de P. Paris, 25.8.1911.

34 AAF-Madrid, carton 382 : note du recteur Thamin (Bordeaux) à l'ambassadeur Geoffray (Madrid), 28.4.1911.

35 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 18.7.1911, p. 63.

36 Histoire et Archéologie (Les dossiers d'Archeologia), n° 65, juillet - août 1982, p. 9.

37 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 25.9.1911, fol. 323.

38 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 23.5.1911, p. 56.

39 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 16.10.1911, fol. 325.

40 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 10.11 et 1.12.1911, p. 136 et 140.

41 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 18.11.1911, fol. 327 et CA du 18.12.1911, fol. 329-330. Le devis de Galeron, en octobre 1909, était de 87.280 Ptas.

42 AAF-Madrid, carton 382 : lettres R. Delvaille (Madrid) à E. Mérimée (Toulouse), 9.2.1910 et à L. Geoffray, 24.5.1911.

43 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA des 18.12.1911 et 22.1.1912, fol. 330 et 333.

44 MAE-Paris, Documents Diplomatiques sur les Origines de la Guerre, 1870-1914, 3e série, vol. 1 (novembre 1911-février 1912), doc. n° 24.

45 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite de Révoil (Servanes, par Mouriès, Bouches-du-Rhône) à Geoffray (Ambassade-Madrid), 24.12.1911.

46 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA. du 18.12.1911, fol. 329.

47 Ibidem, CA du 22.1.1912, fol. 337.

48 Ibidem, CA des 22.1 et 1.4.1912, fol. 333 et 339. Voir AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite des deux recteurs (en-tête MIPBA-DESUP, Cabinet du directeur, Paris) à Ambassadeur (Madrid), 28.2.1912. L'appel de fonds à la Commission des jeux fut alors décidé.

49 Ibidem, copie d. n° 63, Madrid à MAE (BEOFE), 28.2.1912 (original dans AMAE-Nantes, série SOFE, carton 160). Geoffray demandait à la Commission des jeux 50.000 F pour l'IFE (Madrid), 30.000 F pour le collège (Madrid) et 70.000 F pour les écoles de Saint-Sébastien.

50 AV-Madrid, Bureau des Travaux, dossier n° 17-400.9 : n° 10, rue du Marquis de la Ensenada. Mémoire descriptif, plans, coupes et façade (Daniel Zavala), 25.3.1912.

51 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 1.4.1912, fol. 338-339.

52 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance 16.4.1912, p. 112.

53 Toute ressemblance avec une situation politique précise est l'œuvre du hasard. Le terme fut employé, à diverses reprises, par les acteurs du moment.

54 AR-Bordeaux, dossier EHEH : lettre dactylographiée du MIPBA (DESUP) au Recteur de Bordeaux, 24.2.1912, signée par le ministre.

55 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 1.3.1912, p. 148.

56 A. Niño Rodríguez, ouvr cité, p. 193-194. Ces cours furent inaugurés, fin juin 1912. Des brochures en espagnol, en français et en anglais furent éditées. Le directeur de ces cours pour étrangers était l'historien Ramón Menéndez Pidal : AMAF.-Madrid, série Correspondencia, liasse 1254, dossier 1912-1913.

57 Ancien membre de l'EFA, Homolle (1848-1925) avait été le promoteur des fouilles françaises de Delphes, à partir de 1892, date à laquelle il devint membre de l'AIBL. Nommé directeur de l'EFA en 1890, puis des Musées nationaux en 1903, il fut élu à l'ABA, sept ans plus tard. Le vol de La Joconde, fin 1911, lui valut d'être mis en disponibilité, ce qui facilita son retour à Athènes, afin d'y remplacer, à l'aube de 1912, Maurice Holleaux, son propre successeur depuis 1904.

58 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de P. Paris à Morel-Fatio, 23.2.1912. Mes recherches dans divers cartons de la série F17 des AN-Paris, concernant l'EFA à cette période, laissent penser qu'il ne fut pas réellement candidat au poste de directeur. Le terme « velléité » est clair.

59 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 25.6.1912, p. 120-122. Le contrat fut, en réalité, résilié au 1er octobre 1912. Le chéquier n° 1 (banque Salzedo - Madrid) montre un ultime versement à P. Sicart, au 1er avril 1912 : 865 F (terme trimestriel de location - Plaza de la Villa, 1). Sur Salzedo, voir note 108.

60 AR-Bordeaux, dossier EHEH : note manuscrite Thamin (en-tête université de Bordeaux - EHEH), 18.7.1912, 4 p.

61 Comme Anglès, Cazaux doit-il être considéré comme membre à part entière ou comme membre libre ? Annuaire Casa de Velázquez, p. 15. Il bénéficiait d'une bourse de Bordeaux (2.000 F). AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 21.5.1912, p. 116.

62 G. Weisz, ouvr. cité, p. 267.

63 Cette somme de 4.000 F. fut, en réalité, versée à la SFB : AAF-Madrid, carton 382, lettre manuscrite de Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 22.7.1912.

64 AMAE-Nantes, série SOFE, carton 160 : d. n° 326, Ambassade-Madrid à MAE, 24.10.1912 (copie dans AAF-Madrid, carton 382) et correspondance MI (Jeux) - MAE (BEOFE), fin novembre-début décembre 1912.

65 Il s'agissait, en réalité, d'une adhésion de l'Espagne au traité de protectorat franco-marocain du 30 mars. Sur les relations hispano-chérifiennes, Victor Morales Lezcano, España y el Norte de África : el protectorado en Marruecos (1912-1956), 2e éd., Madrid, 1986, 271 p.

66 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite de P. Paris (École municipale des beaux-arts, Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 29.11.1912. Le piano fut obtenu auprès de la maison Erard-Blondel de Paris.

67 Ibidem, lettre manuscrite de Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 10.12.1912, avec envoi d'un exemplaire. L'ouvrage sortit de l'imprimerie Féret à la mi-novembre. AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 8.11.1912, p. 135. Cette Bibliothèque des Universités du Midi comptera 22 fascicules en 1938, date de son extinction.

68 APP-Paris, série BA-CC, carton 205, dossier n° 3 : rapport du 5.8.1913. Sous forme d'association (loi 1901), le Centre d'études franco-hispaniques fut fondé, le 13.12.1912. Conclusion du rapport de police : « Il n'y a pas lieu de considérer cette société comme étant susceptible de nuire au point de vue de la sécurité nationale ».

69 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 9.1.1913.

70 AD-Gironde, Bordeaux, carton T 43, dossier EHEH : chéquiers n° 1 et 2 (Salzedo), divers paiements à la maison Girod : 6.471,85 F en quatre versements, du 24.5 au 12.12.1913. Spécialisée dans l'horlogerie, la maison Girod, originaire de La Chaux-de-Fonds (Suisse), vendait aussi des mobiliers, à Madrid, où elle installa une succursale, en 1909 : RM-Madrid, registre des sociétés, vol. 57, société n° 2419, fol. 126-133. Sur ces registres de commerce, J.-F. Botrel et G. Chastagnaret, « Une source pour l'histoire économique et sociale de l'Espagne contemporaine : les registros mercantiles », MCV, t. IX, 1973, p. 747-754.

71 AN-Paris, F21 4887, dossier 11, Espagne : attributions d'œuvres d'art et de mobiliers aux établissements français, 1909-1935 ; lettre recteurs Bordeaux et Toulouse à MIPBA 13.1.1913 et copie lettre Sous-Secrétaire d'État Beaux-Arts (Léon Bérard) aux recteurs, 6.3.1913, avec une liste des 60 gravures.

72 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 14.1 et 17.2.1913, p. 144 et 151-152.

73 AAIBL-Paris : registre E105, séance du 21.2.1913, fol. 16. Collignon fit un chaleureux compte-rendu : séance du 4.4.1913, fol. 25.

74 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1538, Francia : t. s. n°, Reynoso (chargé d'affaires - Paris) à M. État (Madrid), 12.3.1913 : annonce par Le Temps de la venue de Steeg.

75 Raymond Poidevin et Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris, 1977, p. 208-210.

76 Ibidem, p. 197-205. Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, 1977, p. 20-119 : l'auteur conclut à un relatif équilibre des forces nationalistes et pacifistes en France.

77 J.-M. Delaunay, « Barthou et l'Espagne « , art. cité, p. 87.

78 Le dossier le plus complet sur l'inauguration de l'IFE est dans : AAF-Madrid, carton 382. L'invitation au recteur de Paris se trouve dans AN-Paris, AJ16 6947 (Université Paris) : dossier Espagne, IFM, 1913-1958. Le déroulement des cérémonies est consigné dans une brochure imprimée de 47 p. (Toulouse, couverture « bleu horizon »). Université de Bordeaux et de Toulouse. Inauguration de l'Institut Français d'Espagne, 26 mars 1913. Alphonse XIII avait reçu Steeg, dans la matinée du 26. Une autre audience était prévue le 28, mais une chute de cheval empêcha le souverain d'y donner suite. SHAT-Vincennes, État-Major de l'Armée, carton 7N1200, Attaché militaire, Espagne, 1910-1914 : d. n° 20E, Lieutenant-Colonel Tillion (Madrid) à M. Guerre (Paris), 1.4.1913, qui relate aussi la visite de Steeg à Tolède. La photographie de la couverture de l'ouvr. cité d'A. Niño Rodríguez représente les personnalités, lors de cette inauguration, cf. aussi p. 196-199.

79 Louis Réau, Histoire de l'expansion de l'art français, Paris, 1933, p. 279, parle du fétichisme envers Le Greco et ne cite aucun de ces « fanatiques (qui) affectent de (le) considérer comme le plus grand génie de la peinture espagnole ». Steeg ne l'avait-il pas omis dans son propos ? Barrés avait publié, dès 1894, Du sang, de la volupté et de la mort. En 1912, Greco ou le secret de Tolède. Voir également le Portrait de Maurice Barrés (1913), par Zuloaga, catalogue cité, p. 198-199 (Musée historique lorrain de Nancy).

80 AMAE-Paris, Papiers d'Agents, Fonds Jean Doulcet, n° 240 : lettre manuscrite L. Geoffray (Madrid) à J. Doulcet (St-Pétersbourg), 29.3.1913 qui évoque la réussite des manifestations. D'autres personnalités rendirent compte de l'inauguration : Gabriel Boussagol, dans le Bulletin de la Société d'Études des professeurs de langues méridionales, n° 28, avril-mai 1913, p. 23-29 ; Charles Bouglé, « L'institut Français de Madrid », Revue Bleue, n° 554, septembre 1913. À signaler aussi un article dans La Dépêche de Toulouse du 31.3.1913 : « Nos universités à l'étranger ». Alphonse Aulard et Charles Bouglé, personnalités intellectuelles de gauche, soutenaient l'œuvre « laïque » d'E. Mérimée.

81 Cette enquête fut publiée dans le Bulletin de la Société Générale de la France, t. IV, fasc. II, 1915.

82 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 280-287 (voir tableaux et carte).

83 AAA - Bonn (Berlin), série 1867-1920, Spanien 65, Relations avec la France, vol. 9 (1913), d. n° 86 et 88, Ambassade-Madrid à Berlin (Chancellerie du Reich), 28.3.1913.

84 Boletín Oficial del MIPBA, n° 34, 28.4.1914, p. 5-6. La publication tardive de l'échange de lettres, entre Barthou et López Muñoz (1.5 et 15.5.1913), empêcha toute réalisation : l'été 1914 approchait...

85 AV-Madrid, Bureau des Travaux, dossier 17-400-9 : acte de réception définitive, 28.3.1913, et certificat d'hygiène et de viabilité (architectes de la Ville de Madrid), 26.5.1913.

86 AAF-Madrid, carton 382 : copie lettre dactylographiée des recteurs de Bordeaux et Toulouse au MAE (BEOFE), 18.4.1913, et d. n° 210 MAE (DAPC) à Madrid-Ambassade, 23.4.1913. Sur les interventions des députés Paul Deschanel et Louis Marin, à la Commission des affaires étrangères, voir A. Niño Rodríguez, ouvr cité, p. 202-204.

87 AAF-Madrid, carton 382 : copie d. n° 216 Madrid à MAE (BEOFE), 17.5.1913. L'ambassadeur avait un peu exagéré, pour la bonne cause, le nombre des auditeurs.

88 Ibidem, copie lettre des deux recteurs (Thamin et Lapie) au président de la SFB (Delvaille) 23 5 1913 et correspondance SFB avec Georges Coulet, directeur de l'Office national des universités et des écoles françaises à l'étranger (ONUEFE-MIPBA) 29.5 et 3.6.1913. L'ONUEFE, fondé en 1910 (et liquidé en 1980), dispose d'un fonds particulier dans les papiers de l'Académie de Paris, conservés aux AN-Paris, série 70AJ.

89 AAF-Madrid, carton 382 : lettres Thamin et Lapie (Bordeaux) à Geoffray (Madrid), 5.6 et 30.6.1913, avec copie réponse, 24.6.1913.

90 La polémique rebondira cependant à l'automne, sans résultat.

91 AMAE-Nantes série SOFE, carton 160 : d. n° 539, Madrid à MAE, 9.12.1913. La SFB, pour les travaux d'agrandissement du collège, sollicita aussi 125.000 F : d. n° 548, Madrid à MAE, 10.12.1913.

92 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 13.6.1913, p. 165-166. AFL-Bordeaux Conseil Faculté des Lettres, registre n° 2 (1908-1936) : séance du vendredi 30.5.1913, p. 60-63.

93 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 11.7.1913, p 175.

94 Ibidem, séance du 25.7.1913, p. 183. Laborde, agrégé en 1906, enseignait au collège Rollin et dans une école de commerce, à Paris : selon A. Niño Rodríguez, ouvr. cité p 205 il avait critique, dès 1909, le caractère trop érudit de l'EHEH, alors qu'un enseignement plus pratique eût été souhaitable.

95 AAF-Madrid, carton 382 : lettre manuscrite Thamin (Bordeaux) à Geoffray (Madrid) 20.9.1913, lui annonçant la nomination de P. Paris et la liste des membres de l'EHEH pour 1913-1914. Voir annexe 2.

96 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 13.6.1913, p. 168. Le texte de ce projet de règlement se trouve dans AR-Bordeaux, dossier EHEH : voir annexe 16.

97 EHEH-RA 1912-1913, p. 148-150. Voir aussi AAF-Madrid, carton 382, sous-dossier Bibliothèques françaises : Institut français, Madrid, d. circulaire n° 17, MAE (BEOFE) à agents diplomatiques et consulaires de France (circonscription de Madrid), 20.10.1913, très urgent.

98 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séances des 14.11 et 5.12.1913, p. 191-192. La bibliothèque était intégrée au service des Bibliothèques des universités du Midi.

99 BH, 1913, n° 3, p. 340-341 et n° 4, p. 461-465. Le texte de ce discours est extrait du Bulletin de la SFB, 1913, p. 54-55.

100 EHEH-RA, 1912-1913 (bien que la visite ait eu lieu durant l'année universitaire 1913-1914), p. 149-150 : le rapport date du 9.11.1913. La somme est indiquée dans AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 14.11.1913, p. 190. On trouve dans AMAE-Paris, NS, Espagne, vol. 67, trois notes d'information relatives aux institutions culturelles françaises de Madrid (30.9.1913) : elles furent utilisées par Poincaré et Pichon, lors de leur visite. Le président y fait une rapide allusion dans ses Mémoires : Au service de la France. L'Europe sous les armes, 1913, Paris, 1926, p. 294. De même, l'ambassadeur d'Espagne en France, Marqués de Villarrutia, Palique diplomático. Recuerdos de un embajador, Madrid, 1928, t. 2, p. 202-203.

101 AMAE-Paris, NS, Espagne, vol. 67, fol. 37-38 : note de la Présidence de la République, 10.5.1913, secret.

102 J.-M. Delaunay, « Barthou et l'Espagne », art. cité, p. 87-89. Barthou était venu, fin septembre, inaugurer l'école française de Saint-Sébastien. Sur les relations entre les deux pays, Annick Besnard, Les intérêts politiques et économiques en Espagne, 1912-1914, DES, Université de Paris, 1962, 160 p. (direction P. Renouvin).

103 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 17.7 et 7.11.1913, p. 194-195 et 199.

104 EHEH-RA, 1913-1914, p. 436-437 et 447. Raymond Lantier, dans la notice nécrologique consacrée à Albertini, parle de « promesses non tenues », Revue Archéologique, t. 17, avril-juin 1941, p. 231.

105 Elle n'a pas disparu aujourd'hui, comme le savent - mieux que moi - les intéressés ; voir Pierre Cherruau, « Une rencontre “historique”, Toulouse et Bordeaux dans le même bateau », Le Monde, 14.5.1986, p. 10.

106 EHEH-RA, 1913-1914, p. 136-145 : travaux des membres. Le BH avait déjà publié diverses contributions des boursiers de l'EHEH. Les bourses du MIPBA étaient payées par trimestre, selon AD-Gironde, carton T43, dossier EHEH : note MIPBA (Paris) à recteur (Bordeaux), 27.8.1913, versements en octobre, janvier, avril et juillet. Celles de l'université de Bordeaux étaient versées en novembre et mars-avril : ibidem, lettre dactylographiée de P. Paris (Madrid) à Thamin (Bordeaux), 29.4.1914.

107 René Paris, Souvenirs, septembre 1964 (inédits dactylographiés), p. 9. Bien que parfois imprécis, ces souvenirs sont intéressants, par l'ambiance que l'on y décèle.

108 Installée Carrera de San Jerónimo, 36, la maison J. Salzedo Hijo y Compañía, (juifs d'origine portugaise, installés à Bayonne) fut fondée à Madrid en novembre 1890. Ce petit établissement s'occupait d'opérations de change et d'affaires minières : RM-Madrid, registre des sociétés, vol. 11, société n° 555, fol. 2-9

109 AD-Gironde, carton T43, dossier EHEH : correspondance de P. Paris, manuscrite jusqu'au 17.4.1914, puis dactylographiée à partir du 29.4.1914.

110 Ibidem, lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à R. Thamin (Bordeaux), 7.2.1914.

111 AAF-Madrid, carton 382 : correspondance du 10.1 au 15.10.1914.

112 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 3.2.1914, p. 205. G. Leygues avait été, à deux reprises, ministre de l'Instruction publique et des beaux-arts (1894-1895 et 1898-1902). On le retrouvera à Madrid, en 1928.

113 AD-Gironde, carton T43 : lettre de René Jean (Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet - Paris) à Thamin (Bordeaux), 29.1.1914. La moitié de cette somme sera effectivement versée, avant que la guerre n'interrompe toute largesse : voir François Chapon, Mystères et splendeurs de Jacques Doucet 1853-1929, Paris, 1984, p. 160-161.

114 AN-Paris, F21 4887, Attributions Espagne, 1854-1957 : correspondance Bordeaux (rectorat)-Paris (Beaux-Arts) et Madrid (EHEH), janvier-juin 1914. Il n'y a aucune trace des plans de cet atelier dans le dossier.

115 ASFB-Madrid, registre n° 3 : CA du 18.5.1914, fol. 413.

116 AD-Gironde, carton T43 : copie lettre Thamin (recteur Bordeaux) à Jean Cavalier (recteur Toulouse), 25.6.1914.

117 Ibidem, lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Thamin, 6.2.1914. Il demandait, en guise de conclusion, que le CU lui votât des frais de déplacements, ce qui fut fait le 12.5 : AR-Bordeaux, registre CU n° 3, p. 209.

118 Ibidem, lettres manuscrites de P. Paris (Madrid et Séville) à Thamin (Bordeaux), 10.5 et 20.5.1914.

119 EHEH-RA, 1913-1914, p. 142 ; voir aussi P. Paris et alii, Fouilles de Belo, t. 1, Bordeaux, 1922, préface, p. 6-7. Pour une ample vision du site, Sylvie Dardaine, « Historique des Fouilles » (avec une abondante bibliographie), Belo II, Madrid, 1983, p. 7-37.

120 AGA-Alcalá de Henares, AMEC, Junta Superior de Excavaciones e Antigüedades, liasse 10145-9, dossier n° 1036 : Belo, lettre (dactylographiée, en français) de P. Paris au président de la JSEA, 31.5.1914. Rapport favorable, le 10.6.1914.

121 Ibidem, liasse 10143-4, dossier n° 1034. Voir aussi E. Ripoll Perelló, « Vida y obra del Abate Breuil, padre de la prehistoria « , Miscelánea en homenaje al Abate Henri Breuil, ouvr. cité, vol. 1, p. 1-40. Également, EHEH-RA, 1910-1911, p. 131 et R. Paris, Souvenirs, p. 6.

122 AN-Paris, 408AP1, Papiers Lucien Romier : lettre manuscrite de P. Paris (Bordeaux) à Romier (Paris), 21.6.1914. Sur l'unique membre de l'EHEH, qui devait devenir ministre, sous Vichy, voir Christiane Roussel : Lucien Romier (1855-1944), Paris, 1979, 253 p. L'auteur parle à tort, p. 15, d'un séjour à la « Casa Velázquez ».

123 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre manuscrite de P. Paris (Bordeaux), 14.6.1914. Sur l'engagement de Costes, AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 10.7.1914, p. 224.

124 EHEH-RA, 1913-1914, p. 146-147.

125 AD-Gironde, carton T43 : copie (brouillon) lettre particulière manuscrite, Thamin à P. Paris, 29.4.1914.

126 Ibidem, lettre dactylographiée n° 2843 Augagneur, ministre, à Thamin, 15.7.1914 et lettre n° 2984, Bayet (DESUP-MIPBA) à Thamin, 21 et 22.7.1914.

127 J.-J. Becker, 1914, ouvr. cité, p. 259 et suiv.

128 Michel Héron, Les relations franco-espagnoles de 1914 à 1918, mémoire de maîtrise université de Paris-I, 1975, 114 p. (direction J.-B. Duroselle), p. 3-4. L'Espagne se déclara officiellement neutre le 7 8 1914 : J.-M. Delaunay, « Relations franco-espagnoles autour de la première guerre mondiale », compte-rendu du Colloque de Madrid, mai 1981, MCV, t. XV1II/2, 1982, p. 129-148. L'Italie avait proclamé sa neutralité, dès le 3.8.1914.

129 J.-M. Delaunay, « La Grande Guerre ou la clé du retour », MCV, t. XIX/1, 1983, p. 348-351.

130 J-M. Delaunay, « Heurs et malheurs d'une société française en Espagne pendant la première guerre mondiale : la Société Française des Pyrites de Huelva (1911-1923) », Españoles y Franceses, ouvr. cité, p. 41-50.

131 J.-M. Delaunay, « De l'incertaine existence d'élites hors des frontières de leur pays d'origine. Les Français en Espagne autour de la première guerre mondiale », (colloque de Pau, mars 1982), Les élites espagnoles à l'époque contemporaine, Pau, s.d. (1984), p. 132-136.

132 Cent ans d'enseignement, ouvr. cité. Trois moururent au combat. Bulletin de la SFB, 1919, p. 26-27. Parmi les anciens élèves, huit périrent.

133 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris (Beyssac) à Dubroca, secrétaire général du rectorat (Bordeaux), 20.8.1914. La maison Salzedo, en faillite, fut liquidée en juin 1917 : RM-Madrid, Registre des sociétés, vol. 42, fol. 15-17. Elle tentera, vainement, de reprendre ses activités en 1919.

134 Ibidem, correspondance SFB-rectorats de Bordeaux et Toulouse, du 13.9 au 27.11.1914. À Madrid, le Banco Español de Crédito (Banesto) remit la somme à Delvaille : 50.000 F produisaient 51.000 Ptas ; le change (102 %) était encore favorable. AAF-Madrid, carton 382, correspondance SFB-Ambassade et MAE (BEOFE), du 13.9 au 15.10.1914. AN-Paris, 408AP1, Papiers Lucien Romier : lettre manuscrite de P. Paris (Bordeaux), 24.10.1914. Romier, réformé, s'était lancé dans le journalisme : voir ch. 8, note 19.

135 EHEH-RA, 1913-1914, p. 144-145. P. Paris, comme la majorité des Français, croyait en une guerre courte.

136 AGA-Alcalá de Henares, AMEC-JSEA, liasse 10145-9, dossier n° 1036. La concession fut acquise le 1.10.1914 : Boletín Oficial del MIPBA, 16.10.1914, n° 83, p. 6.

137 Outre son livre sur 1914, J.-J. Becker a publié, Les Français dans la Grande Guerre, Paris, 1980, 317 p. Voir aussi Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français 1914-1920 Paris 1973, 395 p.

138 Pour une première approche, superficielle, mais significative, voir Fernando Díaz Plaja, Francófilos y germanófilos, Barcelone, 1973, 367 p.

139 La propagande a été le thème le mieux étudié, au sujet de l'Espagne, durant la première guerre mondiale. Paul Aubert, La presse espagnole et son public (1914-1918), thèse 3e cycle, université de Pau, 1983, 3 vol., 723 p. Alan Dobson, Anglo-Spanish relations in the first World War, 1914-1918, thèse, université de Birmingham, 1982, 425 p. Voir aussi une approche du sujet, chez J.-M. Delaunay, « L'action des pays belligérants en direction de l'opinion publique espagnole durant la première guerre mondiale » (colloque de Rome, février 1981), Opinion publique et Politique extérieure 1915-1940, Rome, 1984, p. 229-234. Enfin, la thèse d'État de Jean-Claude Montant, La propagande extérieure de la France pendant la première guerre mondiale, université de Paris-I, 1988, 9 vol., 1909 p.

140 AAA-Bonn (Berlin), Spanien 46, vol. 4 secret. Subventions (décembre 1914-octobre 1915) : d. n° 259 Ratibor (Ambassade-Madrid) à Chancellerie du Reich, 9.12.1914 et pièces comptables, 1914-1915. De façon moins systématique, d'autres journaux reçurent des subsides allemands : El Correo Español, El Debate (Madrid), El Diluvio (Barcelone).

141 Le n° 1, du 31.10.1914, se trouve à l'Institut d'histoire municipale de Barcelone. D'autres numéros sont consultables dans les archives diplomatiques : voir aussi note 152.

142 AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 469 : d. s. n°, consul général Barcelone (Fernand Gaussen) à MAE-(réfugié à) Bordeaux, 18.11.1914.

143 Ibidem, Papiers d'agents, Fonds Théophile Delcassé, n° 121, vol. 25 : correspondance 1914-1915, lettre manuscrite de Geoffray (Madrid) à Delcassé (Bordeaux), 31.10.1914.

144 Ibidem, Papiers d'agents, Fonds Doulcet, n° 240, vol. 21 : lettre manuscrite de Geoffray (Madrid) à Doulcet (Petrograd), 24.11.1914.

145 Ibidem, série Guerre 1914-1918, vol. 469 : t. n° 400, Madrid à MAE, 28.11.1914.

146 Yves-Henri Nouailhat, France et États-Unis, août 1914-avril 1917, Paris, 1979, p. 151-162. Voir aussi BIF-Paris, Papiers Stéphen Pichon, vol. Ms 4396 : lettre manuscrite de Geoffray (Madrid) à Pichon, alors sénateur (Paris), 13.2.1916. « On parle beaucoup (de propagande)... On s'y agite dans le vide ». Camille Barrère, ambassadeur à Rome, était également très réticent envers toute propagande selon J.-C. Montant, ouvr. cité, t. 7, p. 1506.

147 P. Aubert, ouvr. cité, met bien en valeur le caractère « élitiste » d'une éventuelle action de propagande. Du même auteur, « La propagande étrangère en Espagne pendant la première guerre mondiale », Españoles y Franceses, ouvr. cité, p. 357-411.

148 Pour les Geoffray, In Memoriam Léon Geoffray, Paris, 1928, p. 68-69, et témoignage de Mme Edme Geoffray, Paris, 1986. Son futur époux servait alors dans l'armée de l'Air. Pour les Paris, AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Thamin (Bordeaux) 25.11.1914.

149 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre d'Albert Mousset (Madrid), du 20.11.1914.

150 Ibidem, lettre du 8.12.1914.

151 Sur Paul Orrier, voir ch. 1, note 48. Il fut aussi mobilisé. Entreprise individuelle, la maison deviendra, en 1921, la société en nom collectif Casa editorial Orrier : RM-Madrid, Registre des sociétés, vol. 123, soc. n° 4430, fol. 61-64. Voir J.-F. Botrel, « Les libraires français en Espagne, (1840-1920) », La dépendance. Histoire du livre et de l'édition dans les pays ibériques, Bordeaux, 1986, p. 75 et 82-83.

152 La BN-Paris possède la collection du Boletín de Información, de décembre 1914 à mars 1916 : 44 numéros. Il faut aussi consulter le Fonds Morel-Fatio, chemise 225 et carton 203-2 : voir note 163.

153 Christopher H. Cobb, « Una guerra de manifiestos, 1914-1916 », Hispanofila (Urbana-Illinois, E-U), n° 1, 1967, p. 45-61.

154 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2, dossier 16 : lettre manuscrite P. Paris (en-tête IFM-EHEH) à Morel-Fatio, 31.12.1914. Au sujet des participations anglaise, belge et française au CIP, voir AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 469 : t. n° 447 et 449, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 30 et 31.12.1914. Également AMAE-Bruxelles, série Correspondance Politique, Espagne 1900-1916, liasse n° 2 : d. n° 713, Légation-Madrid à MAE-Bruxelles (réfugié au Havre), 8.12.1914.

155 AD-Gironde, carton T43 : lettre dactylographiée P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 24.11.1914. Ce compte Crédit Lyonnais fut utilisé, jusqu'en 1972, par l'IFE, puis par la Casa de Velázquez : information Yves Rénier, intendant, Madrid, 8.12.1984.

156 AD-Gironde, carton T43 : lettres de P. Paris à Dubroca, du 24.11 et du 22.12, et carte postale du 26.12.1914.

157 AR-Toulouse, registre CU n° 3, séance du 11.11.1914, p. 231.

158 Ce ton contraste avec « l'étroite union » des deux sections, telle que la décrit officiellement P. Paris, dans EHEH-RA, 1914-1915, p. 125.

159 AD-Gironde, carton T43 : lettre du 27.1.1915. Dans une autre lettre manuscrite du 13.2.1915, il achève sur : « L'affreuse douleur pèse lourdement sur mon esprit comme sur mon cœur ».

160 BH, n° 4, 1914, paru en janvier 1915, p. 496. Sur cette participation du BH à la propagande, José Carlos Mainer, Literatura y pequeña burguesía en España, 1890-1950, Madrid, 1972, p. 141-164. La Revue Hispanique ne s'en mêla absolument pas.

161 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 253-308 et 421-427, analyse en détail cette production fort abondante.

162 Placé en première page, l'article fut censuré. Déjà, le 18.1.1915, il avait publié, dans le même journal, « Les affinités franco-espagnoles ». Sur la teneur complète de cette polémique, A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 279-293. Barrès publia encore un article, le 11.2.1915.

163 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2, dossier 14 : lettre d'A. Mousset, 3.2.1915, avec laquelle il lui adresse des exemplaires de Documentos e Informes, publiés par le CIP.

164 Ibidem, carton 203-2, dossier 13 : lettres d'E. Mérimée (Toulouse) à Morel-Fatio (Paris), 2.2 et 7.2.1915.

165 Le Temps, 9.2.1915, et Le Journal des Débats, 9.2 et 10.2.1915. Voir aussi EHEH-RA, 1914-1915, p. 126-127.

166 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 8.2.1915.

167 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 336-337. Au sujet de ces organismes, J.-C. Montant, thèse citée, t. 1 et 2.

168 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 13.2.1915.

169 Ibidem, lettre dactylographiée de Mombrun, vice-président de la SEB (Madrid), à recteur (Bordeaux), 21.1.1915.

170 AR-Bordeaux, registre CU n° 3 : séance du 5.3.1915, p. 239.

171 EHEH-RA, 1914-1915, p. 117-123.

172 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de Binquet à P. Paris, 7.11.1914. EHEH-RA, 1914-1915, p. 123-124. Au sujet de Binquet, voir Bénézit, ouvr. cité, t. 2, p. 42 et EMBA-Bordeaux, distribution des prix 1895, 1896, 1900 et 1901 : section sculpture décorative.

173 Sur ce sinistre, d'origine électrique, voir ABC du 5 au 7.5.1915. L'ensemble, construit entre 1750 et 1758, abritait les tombeaux de Ferdinand VI et de sa femme, Barbara de Bragance. Le couvent avait été saisi, en 1870, par l'État espagnol, au détriment du Patrimoine Royal. En 1918, la reconstruction du Palais de Justice fut entreprise : voir J. R. Alonso Pereira, ouvr. cité, p. 81-82.

174 R. Paris, Souvenirs, p. 1. Dès avant son achèvement, l'IFE avait été assuré, par les soins de la SFB, auprès de l'agence madrilène de la compagnie La Nationale : ASFB-Madrid, registre n° 3, CA du 14.10.1912, fol. 353. Cette compagnie d'assurances parisienne, fondée en 1849, s'était installée à Madrid, en 1909 : RM-Madrid, registre des sociétés, vol. 57, société n° 2410, fol. 78. Elle officiait aussi à Barcelone, depuis 1908.

175 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271 : lettre de P. Paris (Madrid), 28.5.1915. Voir aussi EHEH-RA, 1914-1915, p. 127, et R. Paris, Souvenirs, p. 6, qui évoque l'abbé Breuil, logé alors à l'IFE, où il donna une conférence, le 19.5.1915. Voir aussi R. Lantier, « Avec l'abbé Breuil sur les routes d'Espagne », Miscelánea en homenaje al Abate Breuil, ouvr. cité, vol. 2, p. 1.

176 Bulletin de la SFB, Madrid, 1916, p. 34 et 1917, p. 40, qui rectifie la date du 1.5, indiquée en 1916.

177 Revue des Études Anciennes, Bordeaux, t. XVII, 1915, n° 4, notices nécrologiques par Paul Masqueray et Georges Radet, p. 294-298. Également, EHEH-RA, 1914-1915, p. 129-130.

178 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettre de P. Paris (Beyssac) à Morel-Fatio (Paris), 5.9.1915.

179 Ibidem, lettre d'A. Mousset (St-Sébastien) à Morel-Fatio (Paris), 31.8.1915. Il y exprimait aussi le désir de poursuivre ses recherches sur l'administration espagnole au temps de Philippe II.

180 Ibidem, lettre du 25.8.1915.

181 Ibidem, carton 271 : lettre manuscrite P. Paris (Bordeaux) à Morel-Fatio (Paris), 23.6.1915.

182 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite P. Paris à Thamin, 15.6.1915. Lhéritier n'était nullement antiquiste. Sa production historique concerne surtout l'époque contemporaine, de la Révolution française au XXe siècle (fichier auteurs, BN-Paris).

183 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 268 : lettres manuscrites de Bataillon (Dijon) à Morel-Fatio, 6.11 et 15.12.1915. Il avait rencontré Morel-Fatio lors de son passage à Paris : ibidem, carton 203-2 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid), 26.12.1915. EHEH-RA, 1915-1916, p. 135-139.

184 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms. 4163 : lettre de P. Paris (Beyssac), 24.9.1915.

185 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, canon 203-2, dossier 16 : lettre manuscrite de Pierre Paris (Madrid) à Morel-Fatio (Paris), 7.11.1915.

186 EHEH-RA, 1915-1916, p. 140.

187 BH, 1915, n° 3, p. 227-228. Palabras de algunos Españoles pourrait être ainsi traduit : Quelques Espagnols prennent la parole. Ce fut Ramón Menéndez Pidal qui transmit à Morel-Fatio ce manifeste, destiné à contrer les effets du discours germanophile du politicien carliste, Vázquez de Mella (Théâtre de la Zarzuela, 31.5.1915). BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2, dossier 4 : carte postale de Menéndez Pidal (San Rafael, Ségovie), 23.7.1915.

188 Ibidem, carton 203-2, dossier 20 : lettre d'A. Mousset à Morel-Fatio, 20.12.1915, transmettant les listes publiées et dossier 16 : lettre de P. Paris à Morel-Fatio, 26.12.1915.

189 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris à Dubroca (Bordeaux), 29.11.1915 et EHEH-RA, 1915-1916, p. 140.

190 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 338. Sur l'Espagne, rapport de mission du capitaine Delorme, relative à l'usage de la photographie et du cinématographe dans un pays neutre, mars 1916 : AMAF-Paris, Papiers d'Agents, Fonds Philippe Berthelot, n° 10, chemise 6 : Propagande-Espagne, fol. 93-100. Au sujet de la succursale espagnole de Pathé Frères, voir RM-Barcelone, Registre des sociétés, vol. 69, société n° 6866, fol. 139. Il y avait, en Catalogne, un atelier d'assemblage d'appareils et, à Madrid, seulement un point de vente.

191 AD-Gironde, carton T43 : lettre de P. Paris à Dubroca, 16.12.1915.

192 AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 472 : note sommaire (dactylographiée) sur le projet d'une mission intellectuelle à Madrid, 22.12.1915. On retrouve cette note dans le fonds Berthelot cité note 190, chemise 10.

193 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 313-316, a rectifié son appréciation dans la version imprimée de son travail. Il a raison d'indiquer cependant l'impact des deux sensibilités française, catholique et progressiste, dans la propagande en Espagne : ibidem, p. 285-302.

194 Né en 1843, juriste, devenu écrivain, Lamy fut député monarchiste non-légitimiste, de 1871 à 1881. Il tenta de rallier une partie des catholiques à la république, dans les années 1890. Ses papiers personnels sont déposés aux AN-Paris (333AP).

195 Il est inutile de présenter Bergson. Ses papiers furent, à sa demande, détruits. Il n'en reste que des épaves (Bibliothèque Doucet, Paris).

196 Cette polémique se poursuivit entre le progressiste Anatole de Monzie et le conservateur Louis Bertrand : A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 293-294.

197 Yves Marchasson, « Monseigneur Baudrillart et la propagande catholique française à l'étranger pendant la première guerre mondiale. L'exemple de l'Espagne », Humanisme et foi chrétienne. Mélanges scientifiques du Centenaire de l'Institut Catholique de Paris, 1976, p. 71-75. Baudrillart était recteur de l'Institut catholique de Paris, depuis 1907. Paul Claudel, alors fonctionnaire du MAE, le rencontra, le 4.2.1915, pour lui proposer de créer un comité catholique destiné à agir sur l'opinion des neutres. J.-M. Delaunay, « La Grande Guerre », art. cité, p. 351-353.

198 La convocation, immédiate, d'Imbart au Quai d'Orsay, le 10.1.1916, n'est pas dans ses papiers à la BIF-Paris, carton Ms 4149 ; on en a la copie dans le Fonds Berthelot des AMAE-Paris, chemise 6, fol. 24. Aussitôt après leur entretien, J. Cambon rédigea une note manuscrite, ibidem, fol. 23.

199 Gabriel-Paul-Othenon de Cléron, comte d'Haussonville (1843-1924), historien monarchiste, fut député en 1871. Élu à l'Académie française en 1888, il en était le doyen d'ancienneté, en 1916. Il ne vint pas en Espagne.

200 Widor, d'origine belge, naquit en 1845. Organiste et compositeur, il entra en 1910 à l'ABA, dont il devint le secrétaire perpétuel en 1914, quelques jours avant l'éclatement de la guerre.

201 L'original de la note manuscrite d'E. Mérimée (IFE-Section Toulousaine), en date du 30.1.1916, se trouve dans le Fonds Berthelot : AMAE-Paris, chemise 6, fol. 32-33.

202 El Correo Español, 25.9.1915. V. Gay était bien en contact avec l'ambassade d'Allemagne pour un tel projet : les documents allemands l'indiquent clairement. Il fit un voyage outre-Rhin, en 1916, dont il a laissé une relation.

203 AAF-Madrid, carton 382, dossier subventions extraordinaires, IFM 1916-1918 : copie d. n° 50, Madrid à Paris, 16.1.1916 et AMAE-Paris, Fonds Berthelot, chemise 6, fol. 34-38 : rapport de P. Paris à L. Geoffray, Madrid, 31.12.1915.

204 AD-Gironde, carton T43, carte postale « Dame d'Elche », P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 28.2.1916, qui indique ces envois.

205 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettre manuscrite de P. Paris, 16.2.1916.

206 AAF-Madrid, carton 382 : t. n° 303, MAE-Paris à Ambassade-Madrid, 19.2.1916, reçu 20.4.1916. Ces subventions exceptionnelles ne furent, néanmoins, perçues par leurs destinataires qu'à l'automne.

207 AD-Gironde, carton T43 : copie lettre Percepteur Toulouse à Agent comptable-Université Toulouse, 11.1.1916 et lettre de F. Dumas (Toulouse) à R. Thamin (Bordeaux), avec un projet de bail pour trois ans, 11.1.1916. Copie de la réponse bordelaise, le 18.1.1916.

208 Ibidem, lettres de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 15.1 et 11.2.1916.

209 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettres de P. Paris (Madrid) du 6.2 et du 16.2.1916.

210 SHAT-Vincennes, carton 7N1201. Attaché militaire Madrid, 1915-1917 : d. n° 599 E, Tillion (Madrid) à M. Guerre (Paris), 7.3.1916.

211 A. M. de Oliveira, Histoire du Portugal, Roanne, 1978, p. 103-111 et Jean Derou, Les relations franco-portugaises (1910-1926), Paris, 1986, p. 101-114.

212 Guy Pedroncini, Les négociations secrètes pendant la Grande Guerre, Paris, 1969, p. 85-90, ne parle que d'une entremise, en 1918. Il y eut tentative dès 1914. Le roi en témoigna, encore, lors d'une entrevue avec l'attaché militaire français, le 2.5.1916 : SHAT-Vincennes, carton 7N1201 : d. n° 629 E, Tillion (Madrid) à M. Guerre (Paris), 2.5.1916.

213 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, chemise 6 : note dactylographiée, Chambre des députés-Commission des affaires extérieures, 10.4.1916, fol. 85.

214 Avec quelques variantes, (Agence téléphonique de cinématographe). Les frais de la propagande française passèrent ainsi de 276.292 Ptas (1914-1915) à 414.050 Ptas (1916) : AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 486 : lettre de Geoffray (Madrid) à Briand (Paris), 26.2.1917.

215 BH. 1916, n° 1, p. 26-47.

216 AD-Gironde, carton T43 : lettres de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux), 6 et 13.3.1916. BIF-Paris, Fonds Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : lettre de P. Paris du 2.3.1916.

217 Sur la présence d'Allemands à Barbate, Zahara de los Atunes ou Tarifa, voir SHM-Vincennes, série 1914-1918, carton SS-Ea81 : Service de renseignements naval, en Espagne, janvier-avril 1916.

218 Le premier attaché naval, envoyé en Espagne, fut le lieutenant de vaisseau Robert de Roucy. Il prit ses fonctions en décembre 1915. Ses rapports au ministère français de la Marine sont rassemblés dans SHM-Vincennes, série 1914-1918, sous-série SS-Xc.

219 SHM-Vincennes, carton SS-Ea81 : note n° 141, secteur Ayamonte-Algésiras, transmise par Clavery, vice-consul de France à Cadix, 8.3.1916.

220 P. Paris, préface de Fouilles de Belo 1917-1921, t. 1, Bordeaux, 1922, p. 7.

221 E. Ripoll Perelló, « Vida y obra del Abate H. Breuil », Miscelánea, ouvr. cité, vol. 1, p. 18-20. R. Paris avait été affecté au bureau de l'attaché militaire. Georges Cirot avait été aussi chargé de mission, en mars 1916, dans le service de renseignements du M. Guerre : BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 269 : lettres de Cirot (Hendaye), 6 et 27.4.1916.

222 Institut Français d'Espagne. Fondation des Universités de Bordeaux et de Toulouse, Madrid, 1916, 48 p. La présentation générale et celle de la section toulousaine furent à la charge de Mérimée. P. Paris présenta l'œuvre de Bordeaux.

223 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Berthelot, n° 10, chemise 7, dossier Propagande en Catalogne : lettre de L. Poincaré au MAE, 20.3.1916, fol. 102-103. Voir aussi BIF-Paris, Fonds Imbart de la Tour, carton Ms 4156, lettre de Jean Dorgebray, président de la SFB (Barcelone), 1.3.1916.

224 « Le voyage de Mgr Baudrillart complète celui des Académiciens », souligne L. Geoffray, dans la d. n° 399 du 14.5.1916 : AMAE-Paris, série Guerre 1914-1918, Espagne, vol. 473 ; copie dans le fonds Berthelot, chemise 6, fol. 117-118.

225 AD-Gironde, carton T43 : lettre manuscrite de P. Paris (Madrid) à Dubroca (Bordeaux) 16.1.1916.

226 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 203-2 : lettres de P. Paris (Madrid), 6 et 16.2.1916. ARAH-Madrid, Fonds Romanones, Correspondance Geoffray, lettre manuscrite du 20.2.1916.

227 AN-Paris, 333AP5, Papiers Étienne Lamy, : lettre d'Imbart de la Tour (Madrid), 18.2.1916. Sur ce voyage d'Imbart, voir aussi A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 315.

228 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4145 : la lettre d'Amette, recommandant l'académicien catholique, y est encore...

229 Ibidem, carton Ms 4140, dossier correspondance avec sa femme, Marthe Mader : carte postale « Dame d'Elche » (en-tête Universidad de Burdeos. EHEH - Instituto Francés de España), Madrid, 21.2.1916.

230 AMAE-Paris, Papiers d'agents, Fonds Jules Cambon, n° 43, carton 21 : lettre-rapport d'Imbart de la Tour (Institut de France, Paris), 4.3.1916, fol. 18-21 ; copie dans le fonds Berthelot, chemise 6, fol. 50-53.

231 CM-Unamuno, Salamanque, Fonds Unamuno, enveloppe 35 : lettres manuscrites de P. Paris à Unamuno, du 20.2 au 17.3.1916 et carte postale « Dame d'Elche », du 6.4.1916, remerciant le professeur de Salamanque pour son soutien.

232 BIF-Paris, Papiers Imbart de la Tour, carton Ms 4163 : carte postale « Dame d'Elche », de Bataillon (Séville) à P. Paris (Madrid), 22.2.1916. Ce document, transmis à Imbart, a été sauvé de la destruction de 1936.

233 Ibidem, carton Ms 4149 : note de J. Cambon, 17.4.1916.

234 Ibidem, carton Ms 4146 : lettres de Bergson, 22 et 25.4.1916.

235 Ibidem, seconde lettre de Bergson, 25.4.1916 et carton Ms 4158 : lettre de Lamy, 25.4.1916, lui demandant « quelle garde-robe » et « quel protocole ». Ces détails, en apparence insignifiants, démontrent le caractère improvisé de la « diplomatie des missions » : Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 345-354. Voir aussi A. Mousset, La France vue de l'étranger ou le déclin de la diplomatie ou le mythe de la propagande, Paris, 1926, p. 111-116.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. - Établissements français en Espagne, 1913
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search