Version classiqueVersion mobile

Des palais en Espagne

 | 
Jean-Marc Delaunay

Première partie. Semer en Espagne (1895-1916)

Chapitre premier

Découvertes et rivalités (1895-1909)

Texte intégral

Pierre Paris

  • 1 Maurice Legendre, « Souvenirs sur Pierre Paris, l'homme, le fondateur », BH, 2, 1933, p. 155-156.

1En 1885, un jeune chercheur avait été nommé maître de conférences à la faculté des lettres de Bordeaux : Pierre Paris. Né à Rodez en 1858, il était devenu membre de l'École française d'Athènes, à la sortie de la rue d'Ulm. Agrégé d'histoire il avait soutenu une thèse sur Élatée de Phocide, en 1890, ce qui lui permit d'obtenir, deux ans plus tard, la chaire d'archéologie et d'histoire de l'art, dans la cité girondine1. Mais, la situation politique de la Grèce, en conflit ouvert avec l'Empire ottoman au sujet de la Thrace et de la Crète, ne permettait guère, alors, la poursuite de fouilles sereines. Aussi, à l'instigation d'Arthur Engel, un ancien condisciple « athénien », il fixa les yeux vers la Péninsule ibérique toute proche.

  • 2 Émile Cartailhac (1845-1921), simple bachelier, était préhistorien. Il alla en mission dans la Péni (...)
  • 3 Les carnets de voyage, propriété de sa petite-fille, Mme Suzanne Philippe, ont été publiés par le C (...)
  • 4 Ibidem, p. 37.
  • 5 Ibidem, p. 56 et 72. Leur édification ayant été décidée, lors du quatrième centenaire de la découve (...)
  • 6 P. Paris, « Buste espagnol de style gréco-asiatique trouvé à Elche », Monuments et Mémoires, AIBL, (...)

2Engel et le préhistorien Émile Cartailhac, avaient déjà bénéficié de missions au sud des Pyrénées2. En avril 1895, il se lança donc - à bicyclette et en train - sur les chemins espagnols. Moustache au vent, le vaillant vélocipédiste, muni de matériel photographique et de carnets de notes, parcourut le pays pendant deux mois3. Après Burgos et Santo Domingo de Silos, il vint à Madrid où il admira, au Prado, Velázquez, Murillo et Rubens : « des merveilles »4. De monument en musée archéologique, il poursuivit son périple vers l'Andalousie qu'il connaissait un peu, pour y être venu en voyage de noces, huit ans auparavant5. L'ultime partie de ce périple ne nous est pas connue, mais les charmes de l'Espagne l'avaient manifestement conquis : une terre d'avenir pour la recherche archéologique. Ainsi, l'aide financière de la Direction de l'enseignement supérieur et les conseils du grand savant allemand, Émil Hübner, lui avaient-ils permis ce premier contact prometteur, qu'il renouvela, l'année suivante6.

  • 7 P. Paris, « Buste espagnol », art. cité note 6, p. 3, note 1, indique sa venue à Elche - l'antique (...)
  • 8 Alfred de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l'enseignement supérieur, t. 5, Paris, 1898 (...)
  • 9 Ibidem, p. 255-259.
  • 10 AR-Bordeaux, registre CGF, n° 1, p. 161 : séance du 5.4.1892. Le CGF avait reçu, fin 1891, une lett (...)

3Louis Liard poursuivai alors sa lente réforme de l'enseignement supérieur : ébauchée en 1893, elle fut sanctionnée par la loi du 10 juillet 18967. Décrets et arrêtés d'application furent publiés au cours de l'année suivante. La création des universités modernes était devenue réalité8. Ces établissements devaient attirer le plus grand nombre possible d'étudiants étrangers : un Comité de patronage avait même été installé, à Paris, dès 18909. Paul Melon, qui en fut le premier secrétaire général, vint d'ailleurs à Bordeaux, en 1892, afin d'y susciter une politique d'attraction auprès des jeunes de la Péninsule ibérique et du continent latino-américain10.

  • 11 Antonio García y Bellido, La Dama de Elche y et conjunto de piezas arqueológicas reingresadas en Es (...)
  • 12 Les frères Bardac, brasseurs d'affaires juifs, étaient surtout des intermédiaires, des « rabatteurs (...)

4Ainsi, la nouvelle université bordelaise était-elle de plus en plus incitée à organiser, en son sein, un foyer d'hispanisme. Collaboration avec ses consœurs de la France méridionale, développement de l'enseignement de l'espagnol, accueil des étudiants hispanophones et recherches archéologiques : quatre points qui témoignaient des efforts d'organisation administrative, d'expansion culturelle et de rigueur scientifique, réalisés au cours des deux dernières décennies. La troisième tournée de Pierre Paris fut, de ce point de vue, déterminante. Parti en août 1897, il passa rapidement à Madrid, où la nouvelle de l'assassinat du président du conseil, Canovas del Castillo, avait créé une émotion certaine. Puis il se dirigea vers Elche, où, pour la revue L'Illustration, il devait commenter les fêtes votives de la Vierge. Arrivé le 11, il se fit présenter un buste - découvert une semaine auparavant - qui représentait une femme aux riches ornements. Pièce superbe, pour l'acquisition de laquelle furent alertés les musées de Madrid, Berlin, Londres et Paris11. Concurrence déjà impitoyable, à une époque où la législation - inexistante - permettait de nombreuses exportations. Informés par Léon Heuzey, conservateur des antiquités orientales au Louvre, les banquiers parisiens Salomon et Noël Bardac envoyèrent 4.000 francs à Pierre Paris qui, ayant payé le propriétaire, expédia l'objet, via Alicante et Marseille, vers les bords de la Seine12.

  • 13 P. Paris, art. cité, p. 4. L'AIBL écouta Heuzey dans ses séances du 24.9 et du 1.10.1897, voir Comp (...)
  • 14 P. Paris, art. cité, p. 4.
  • 15 AML-Paris, registre manuscrit n° 1 BB32, Conseil consultatif des musées nationaux : séance du 25.11 (...)
  • 16 J. R. Mélida écrivit alors ses impressions : « Busto anteromano descubierto en Elche », Revista de (...)
  • 17 P. Paris, ouvr. cité, p. 89-109, n'évoque pas, dans le carnet n° V, l'affaire de l'acquisition, lor (...)

5L'affaire eut un grand retentissement. Heuzey communiqua à l'Académie des inscriptions et belles-lettres - dont il était membre - la nouvelle de cette arrivée brusquée13. Pierre Paris révéla au grand public sa « trouvaille » : dans L'Illustration, le 2 octobre, dans la Revue Hebdomadaire, le 2114. Un mois plus tard, le Comité consultatif des musées nationaux acceptait l'entrée du buste dans les collections du Louvre, en exprimant ses remerciements au découvreur et aux donateurs15. Une polémique relative aux origines de ce chef-d'œuvre - que les Espagnols appelaient la Reine Maure et les Français, la Dame d'Elche - se développa immédiatement. José Ramón Melida, conservateur du nouveau Musée archéologique national, exprimait une vision très différente de celle de Pierre Paris : la pièce était-elle ibère ou phénicienne16 ? Dépités, certains spécialistes espagnols ne seraient-ils pas, dorénavant, tentés de faire « interdire » le territoire national aux chercheurs français, pour le plus grand bonheur de leurs collègues étrangers, Allemands ou Anglais ? N'était-il pas temps de « calmer le jeu » ? Ayant paisiblement achevé son voyage en Espagne, Pierre Paris eut alors l'idée - opportune et subtile - de mettre en place un organisme de collaboration franco-espagnole, dans le domaine archéologique17. Suivant l'exemple d'Albert Dumont qui avait créé une Société de correspondance hellénique, qui visait à maintenir les liens des anciens chercheurs de l'École d'Athènes avec les Grecs et les autres savants, Pierre Paris conçut le projet d'une double fondation, dont le siège serait, sous son contrôle, à Bordeaux.

6D'une part, il proposerait la mise en place d'une mission archéologique permanente en Espagne, sur les modèles d'Athènes, de Rome ou du Caire. D'autre part, il constituerait une Société de correspondance ibérique qui devrait animer une revue spécialisée... Beau projet ! Mais était-il réalisable, en ce début de 1898 ?

  • 18 Louis Réau, Histoire de l'expansion de l'art français, Paris, 1933, p. 279.

7Pierre Paris dispensait aussi des cours d'histoire de l'art. Sa découverte des chefs-d'œuvre ibériques avait été tardive. Mais la littérature relative à Velázquez était devenue si abondante, la diffusion de la photographie aidant, que son « culte » avait remplacé celui de Murillo, au cours des années 1870-189018.

  • 19 Fernand Petit, Notes sur l'Espagne artistique, Lyon, 1877, p. 26.
  • 20 Paul Lefort, série d'articles dans la Gazette des Beaux-Arts 1879-1883, réunie en un livre, Vélazqu (...)
  • 21 Citons Edmond de Lalaing, Histoire des grands peintres espagnols, Lille, 1888, 167 p., Teodor de Wy (...)
  • 22 Charles Curtis, Velázquez and Murillo, a descriptive and historical catalogue, New York, 1883, 452 (...)
  • 23 Manuel Mesonero Romanos, Velázquez fuera del Museo del Prado, Madrid 1899 p 155-166.

8« Il est, sans contredit, le roi du Musée de Madrid », indiquait Fernand Petit19. Un autre critique, Paul Lefort, partageait la même opinion dans une série d'articles qu'il consacra au peintre de Philippe IV et qu'il réunit en un ouvrage20. Bien d'autres visiteurs, profanes ou spécialistes, lui dédièrent en de nombreuses pages, autant d'éloges : les ultimes réticences avaient disparu21. Le contact n'avait pas été rompu entre les amateurs du second Empire et ceux de la troisième République : Velázquez s'imposait à tous, comme la quintessence du génie espagnol. Les Français n'étaient pas seuls à lui rendre hommage : Anglo-Saxons et Allemands écrivirent d'abondance à son sujet22. Les Britanniques furent même les premiers à lui consacrer une exposition, qui fut présentée sur les bords de la Tamise, en 1895-1896. Les ventes, qui s'étaient succédé, au long du siècle, expliquèrent que pûssent alors être réunis tant de chefs-d'œuvre : il n'y avait pas moins de trente-quatre tableaux du maître sévillan outre-Manche23.

  • 24 Outre Bénézit, Dictionnaire des peintres et des sculpteurs, voir le catalogue 50 ans d'art espagnol(...)
  • 25 Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (RABASF), brochure Homenaje a Léon Bonnat, 19.4.1925, (...)
  • 26 D'autres publications sur Velázquez, à signaler : Élie Faure, Paris, 1903, 127 p., Auguste Bréal, P (...)

9En 1898, parut, dans la capitale française, un Velázquez, rédigé par le peintre et critique d'art, Aureliano de Beruete24. Fruit d'une longue recherche érudite, l'ouvrage était dédié à Léon Bonnat, académicien, alors au faîte de la gloire officielle. Outre la préface, qui ainsi débutait : « J'ai été élevé dans le culte de Velázquez », l'illustre récipiendaire grava une planche représentant le visage du grand peintre espagnol, tel qu'il figure dans les Menines25. Cet attachement de Bonnat à Velázquez ne nous sera pas indifférent : un portrait en témoigne encore aujourd'hui au musée de Bayonne. À travers sa section de peinture, l'Académie des beaux-arts n'abritait ni contempteurs, ni indifférents envers la mémoire et la technique de Velázquez. Devenu secrétaire perpétuel de la compagnie, en octobre 1903, Henry Roujon publia lui-même, six ans plus tard, un petit ouvrage de vulgarisation consacré au Sévillan26.

  • 27 M. Mesonero Ramos, ouvr. cité note 23 : œuvres de Velázquez en France, p. 155 et 166. Au Louvre, qu (...)
  • 28 Geneviève Bresc-Bautier et Anne Pingeot, Sculptures des Jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuil (...)

10De son côté Beruete, qui était aussi le directeur du Prado, inaugura en 1899, la nouvelle grande salle du musée destinée aux œuvres gigantesques de Velázquez. En cette occasion, Mesonero Ramos publia son Velázquez fuera del Museo del Prado, qui recensait les œuvres du maître, dispersées à travers le monde. En France, seules trois de ses œuvres étaient authentifiées : les deux portraits des infantes Marguerite et Marie-Thérèse, au Louvre, et le « Pablillo de Valladolid » (ou « Démocrite » ou le « Géographe », ou « l'Homme au globe ») du musée de Rouen : de la meilleure facture, selon l'auteur27. Pourtant, en plein cœur de la capitale française, une statue équestre en bronze rappelait aux passants le prestige reconnu de Velázquez. Exécutée en 1889 par Emmanuel Frémiet, elle représentait un cavalier vêtu à l'ancienne, protagoniste d'une corrida offerte aux Parisiens, place Dauphine, lors des fêtes du Centenaire de la Révolution. Exposée au Salon des Artistes de 1890, l'œuvre fut acquise par l'État l'année suivante, puis confiée au bronzier Thiébaut, qui acheva son travail en août 1892. D'un poids de 1183 kg, la statue fut placée dans le Jardin de l'Infante, au pied de la colonnade du Louvre, côté Seine. Un arrêté du ministère de l'Instruction publique et des beaux-arts, en date du 19 octobre 1893, l'avait, en effet, attribuée aux musée nationaux28. Elle devait rester en ce lieu jusqu'au milieu des années 1930...

  • 29 Charles Blanc, Les Beaux-Arts à l'Exposition Universelle de 1878, Paris, 1878, p. 323-328, estimait (...)
  • 30 Outre L. Réau, ouvr. cité, p. 272, deux catalogues d'expositions nous donnent un aperçu de cet engo (...)
  • 31 Né à Pampelune, le grand violoniste, Pablo de Sarasate - dont une rue de Paris, depuis 1932, porte (...)
  • 32 Parmi ceux-ci, de nombreux écrivains espagnols : Benito Pérez Galdós, Leopoldo Alas « Clarín », Mig (...)
  • 33 Jacques Lethève, Impressionnistes et symbolistes devant la presse, Paris, 1959, p. 59-149. Maurice (...)

11La peinture espagnole contemporaine, en outre, avait été largement représentée aux expositions universelles de 1878 et 188929 Attirés par un climat de liberté cosmopolite, de nombreux artistes ibériques vinrent se fixer sur les bords de la Seine. Qu'ils fûssent peintres30 ou musiciens31... l'air de Paris leur devint familier. L'affirmation de la contestation artistique, à travers l'impressionisme ou le symbolisme, et la qualité de certains enseignements, notamment dans le domaine musical, semblaient séduire de jeunes curieux venus de l'Europe entière32. La rupture entre l'art académique et l'art nouveau, esquissée avant 1870, éclata, à travers toutes ses richesses et ses ambiguïtés, dans le dernier quart du siècle. Face à cette fronde, l'Académie des beaux-arts devait défendre ses prérogatives et freiner, voire empêcher tout débordement esthétique. L'affaire du legs Caillebotte, en 1894, illustra ce raidissement33. Mais le public paraissait s'accoutumer à de nouvelles formes d'expression picturale.

  • 34 Mais aussi allemands (Spanisches Liederbuch d'Hugo Wolf, 1890, Don Quichotte de Richard Strauss, 18 (...)
  • 35 C. Le Bordays, ouvr. cité, vol. 2, p. 650. Les œuvres des Italiens (Verdi, Bellini et Donizetti) ét (...)
  • 36 Ibidem, vol. 1, p. 15-16 et vol. 2, p. 454-471.

12Enfin, dans le domaine musical, les ambiances espagnoles inspirèrent de plus en plus les compositeurs français34. Carmen de Georges Bizet (1875) connut un grand succès au sud des Pyrénées : 134 représentations eurent lieu en une dizaine d'années. D'ailleurs, les musiques française et italienne étaient en vogue35. Chabrier - en 1882 - et surtout, Saint-Saëns apprécièrent l'atmosphère des terres méridionales de la Péninsule et de l'archipel canarien. Chabrier conçut España, dès son retour de voyage. Maurice Ravel composa, en 1895, une Habanera...36

13Des liens culturels puissants unissaient les deux pays. Mais l'heure des réalisations avait-elle sonné ? La situation internationale ne le laissait guère présager.

  • 37 James Durnerin, Maura et Cuba. Politique coloniale d'un ministre libéral, Paris-Besançon, 1978, 296 (...)
  • 38 Harry Blumenthal, France and the United States Diplomatic Relations 1789-1914, Chapel Hill - Durham (...)

14Les réformes du gouvernement espagnol s'enlisaient dangereusement, depuis plusieurs années, dans le marais cubain. La guerre y battait, de nouveau, son plein. De même, l'archipel philippin était en proie à un vaste soulèvement37. La menace d'une intervention des États-Unis se profilait à l'horizon. Pour défendre leurs ressortissants et leurs intérêts économiques, prédominants, les Nord-Américains dépêchèrent un croiseur, le « Maine », en rade de La Havane. Le 15 février, une explosion secoua le bâtiment : accident ? sabotage ? Le casus belli était, en tout état de cause, « manifeste ». La guerre devenait inévitable. Diverses démarches furent en vain entreprises pour empêcher l'ouverture des hostilités. La presse française manifesta ouvertement son soutien à l'Espagne38.

  • 39 John Frederic Mac Donald, « Jules Cambon et la menace de l'impérialisme américain (1898-1899) », Re (...)
  • 40 Victor Morales Lezcano, León y Castillo, embajador (1887-1918). Un estudio sobre la política exteri (...)
  • 41 Ministère des Affaires étrangères, Paris, Négociations de paix 1898. Espagne-États-Unis. Livre Jaun (...)

15Certains diplomates - dont le représentant à Washington, Jules Cambon - critiquèrent l'action de l'impérialisme yankee39. La guerre, déclarée fin avril, prit fin en juillet. L'ambassadeur d'Espagne, Fernando de León y Castillo, sollicita la médiation française40. J. Cambon signa, le 12 août, un protocole de cessez-le-feu41.

16Les négociations furent menées durant l'automne. Le traité, paraphé à Paris le 10 décembre, enlevait à la monarchie ibérique ses territoires antillais et philippin, ainsi que l'île de Guam, en plein cœur des Mariannes.

  • 42 Jesús Jareño López, El affaire Dreyfus en España 1894-1906, Murcie, 1981, 353 p.
  • 43 Pierre Guillen, L'expansion 1881-1898, Paris, 1984, p. 385-418. Marc Michel, La mission Marchand, 1 (...)
  • 44 Les Affaires Étrangères et le Corps Diplomatique français, t. 2, Paris, 1984, p. 231-241 et surtout (...)

17La France était, elle-même, en butte à de graves difficultés : l'affaire Dreyfus rebondissait de façon encore incertaine. La presse internationale suivait ces péripéties politico-judiciaires avec intérêt42. Mais, surtout, la rivalité francoanglaise, en Afrique, prenait une tournure franchement conflictuelle. Des expéditions françaises avaient tenté d'occuper la région du Haut-Nil. L'une d'entre elles, avec le capitaine Marchand, était installée à Fachoda, en amont de Khartoum, depuis le 10 juillet. Le choc paraissait inévitable. La France, en situation de faiblesse, dut composer43. Son alliance avec la Russie ne lui était d'aucune utilité dans ces régions. En décembre, les Français évacuaient Fachoda, au lendemain même de la signature du traité de paix hispano-américain Pour le parti colonial, intergroupe parlementaire fondé en 1892, l'échec était patent44.

  • 45 Pierre Milza, Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, 1968, p. 142-144.
  • 46 Manfred Abelein, Die Kulturpolitik des Deutschen Reiches und der Bundesrepublik Deutschlands, Colog (...)

18Ainsi, face aux impérialismes anglo-saxons, les vieilles nations qu'étaient l'Espagne et la France, avaient-elles dû céder. En outre, une troisième puissance, l'Allemagne, menait, sous la direction de son empereur, une politique mondiale agressive. Guillaume II, en visite à Constantinople, en cette même année 1898, réaffirma cette nouvelle donnée, en rupture avec la traditionnelle prudence bismarckienne. Le vieux chancelier prussien venait, d'ailleurs, de mourir dans sa retraite de Friedrichsruh (30 juillet). La percée du Reich sur les marchés mondiaux alarmait le Royaume-Uni45. D'ambitieux programmes de construction navale visaient à rattraper un important retard, vis-à-vis de la flotte anglaise. En outre, la politique culturelle allemande à l'étranger devenait l'objet d'attentions au plus haut niveau46. Dans ce contexte international complexe et fiévreux, le Quai d'Orsay, sous la conduite de Théophile Delcassé, désirait promouvoir une politique de rapprochement avec d'autres puissances : deux péninsules méditerranéennes offraient de réelles perspectives.

  • 47 Revue Internationale de l'Enseignement, 1913, p. 5-17. Voir aussi A. Niño Rodríguez, Cultura y dipl (...)
  • 48 Institut Français d'Espagne. Fondation des Universités de Bordeaux et de Toulouse, Madrid, 1916, p. (...)
  • 49 AR-Bordeaux, registre Conseil de l'université, n° 1, 1886-1901. De même, aucune allusion dans les r (...)

19Les projets de Pierre Paris, eurent des destinées variables. Au directeur des Beaux-arts, Henry Roujon, il adressa un rapport qu'il concluait par la nécessité de créer, au sud des Pyrénées, une mission scientifique permanente, semblable à celles qu'entretenait la France à Rome, à Athènes et au Caire. Ce document - non retrouvé - a-t-il existé ? Son auteur y fit allusion dans une conférence, prononcée à Bordeaux, le 30 novembre 1912, qui fut publiée, dans une revue, au début de l'année suivante, sous le titre « L'École des hautes études hispaniques, fondation de l'université de Bordeaux »47. En 1916, une brochure, éditée à Madrid, en français, résumait ledit rapport visant à fonder une École française d'Espagne. La future maison se consacrerait aux recherches historiques, artistiques, philologiques et littéraires48. Aucune trace de ce rapport ne nous est, par ailleurs, révélée : dans ses réunions de 1898, le conseil de l'université de Bordeaux n'en mentionna nullement l'existence49.

  • 50 Information de la bibliothèque de l'École municipale des beaux-arts, Bordeaux, octobre 1985.
  • 51 Aux AN-Paris, rien n'est apparu, ni dans les séries F17 et F17bis (Éducation Nationale), ni dans la (...)
  • 52 Institut Français d'Espagne, ouvr. cité, note 48, p. 18 : « Les temps n'étaient-ils pas venus, ou l (...)
  • 53 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 5, p. 793-822.
  • 54 George Weisz, The emergence of Modem Universities in France, 1863-1914, Princeton, p. 163-174. En r (...)

20L'École municipale des beaux-arts, dont P. Paris deviendra directeur, l'année suivante, ne possède pas davantage la copie de ce document50. La brochure de 1916 indique que Louis Liard, directeur de l'Enseignement supérieur, fut mis au courant du projet : le texte du projet lui fut-il remis51 ? En tout cas, la demande fut écartée52. La conjoncture internationale fut-elle l'unique cause du refus de l'État ? L'incertitude relative aux fruits d'une telle fondation, dans un pays sympathique, certes, mais peu connu des Français, peut-elle être ici invoquée ? J'émets l'hypothèse d'une crainte d'engagement pécuniaire important, à un moment où, par divers textes réglementaires, se mettait en place le régime financier et comptable des universités53. P. Paris avait-il chiffré son projet ? La création de ces universités - et, partant, leur développement - devait largement dépendre, dans l'esprit des législateurs, des générosités locales ou régionales... et des sommes perçues lors de l'inscription des étudiants54. Le « scénario » vraisemblable de l'issue de la demande a pu être le suivant : la Direction des Beaux-arts, pouvant se déclarer « incompétente » pour une telle création scientifique, aurait passé le dossier à l'Enseignement supérieur, qui aurait conclu à la nécessité, pour l'université de Bordeaux, de financer elle-même cette nouvelle École. Mais le Quai d'Orsay ? Sa politique d'expansion culturelle était encore incertaine dans les pays européens. Le budget était, d'ailleurs, ridicule : en 1881, sur 791.625 F, le ministère des Affaires étrangères versait 786.965 F aux Œuvres d'Orient et 4.160 F à celles d'Extrême-Orient !

  • 55 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 204-205 et 269-270.
  • 56 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 6, p. 222-225.

21En 1900, les sommes distribuées représentaient 800.000 F, dont 13.455 F pour des chapelles catholiques en Europe orientale ! Les activités culturelles devaient être promues par les colonies françaises, dispersées à travers le monde et par des associations, telles l'Alliance israëlite universelle ou l'Alliance française55. La dispersion des subventions était un danger. Ainsi par un arrêté du 15 décembre 1898, le principe de la création d'une mission scientifique permanente dans le Sud-Est asiatique avait été adopté par l'Instruction publique, mais le budget de cette École française d'Extrême-Orient, qui verra le jour en février 1901, sera imputé sur les crédits d'Indochine, sous la tutelle du ministère des Colonies56. Il semble, aussi, que P. Paris ait agi avec une certaine précipitation : quand il formula sa demande, Bordeaux n'était pas encore un foyer d'hispanisme. Certes, la Société de correspondance hispanique était en voie de formation, depuis 1897, mais, sans bulletin de liaison, pourrait-elle prospérer ?

  • 57 P. Paris et E. Hübner, « Inscriptions latines d'Espagne », Revue des Universités du Midi, n° 4, 189 (...)
  • 58 J. R. Mélida, Archéologie ibérique et romaine, Bordeaux, 1898, 232 p. L'auteur était parent, par al (...)

22La brouille entre les hispanistes Alfred Morel-Fatio et Raymond Foulché-Delbosc semblait interdire tout recours à la Revue Hispanique, créée en 1894, exclusivement tournée vers une érudition philologique et littéraire, tandis que P. Paris désirait qu'archéologie et histoire de l'art fussent choyées dans le cadre d'une nouvelle publication scientifique. La Revue des Universités du Midi, symbole des énergies régionales, de la Provence à l'Aquitaine, avait déjà publié quelques articles d'archéologie hispanique57. P. Paris fit éditer, à Bordeaux, la traduction française d'un ouvrage de José Ramón Melida58.

  • 59 AR-Bordeaux, registre CU n° 1, séances des 22.3 et 17.5.1898.
  • 60 Charles-Vincent Aubrun, « Le doyen Georges Cirot (1870-1946) », chronique nécrologique, BH, n° 4, 1 (...)

23Il n'y avait pas d'hispaniste dans le corps enseignant de l'université bordelaise. Cette lacune fut comblée, le 17 mai 1898, par le Conseil, qui choisit, à l'unanimité, Georges Cirot afin que fût pourvu un poste de maître de conférences d'études hispaniques59. Cirot, né en 1870, était agrégé de grammaire et enseignait sur les rives de la Garonne depuis deux années. Il avait suivi les cours de Morel-Fatio à Paris, à sa sortie de l'École normale supérieure60. Il s'enthousiasma vite pour l'histoire de l'Espagne et résolut immédiatement d'animer, avec P. Paris, la Société de correspondance hispanique. Avec une ombre de réticence, le Conseil de l'université lui accorda même une bourse d'études pour l'été. Bordeaux regardait, désormais, vers le Sud.

24Enfin, au printemps 1899, parut le premier numéro du Bulletin Hispanique, dans le cadre des Annales de la faculté des lettres de Bordeaux et des Universités du Midi. Le schéma suivant démontre le goût prononcé des universitaires pour les constructions complexes.

Fig. 1. – Les publications des universités du sud de la France (1879-1899)

  • 61 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 149-151. Radet (1859-1941) était, comme P. Paris, normalien et «  (...)
  • 62 BH, 1899, n° 1 et 2, p. 1-6 (E. Mérimée) et 24-32 (F. Despagnet). Ce premier fascicule publia, en p (...)
  • 63 BH, 1899, n° 3, p. 105-122.

25Outre P. Paris et G. Cirot, les promoteurs du Bulletin Hispanique étaient Georges Radet, professeur d'histoire ancienne, alors doyen de la faculté des lettres, et Pierre Imbart de la Tour, professeur d'histoire médiévale. Morel-Fatio et Ernest Mérimée complétèrent la direction collégiale de la nouvelle publication61. Mérimée, titulaire de la première chaire d'études hispaniques, fondée à Toulouse, en 1886, dans la présentation de la nouvelle revue, prônait un resserrement des rapports intellectuels entre les deux nations. Il fallait, ainsi, « mettre fin, du côté français, aux préjugés injurieux et à la commode ignorance (envers l'Espagne) ». Un autre article, signé par Frantz Despagnet, faisait le point sur la place du royaume ibérique, après ses revers face aux États-Unis. L'auteur, professeur de droit international, en analysant les principales dispositions du traité de Paris, concluait « à l'extorsion par la force »... en référence au traité de Francfort ! Un parallèle significatif, qui appelait au développement d'une réelle solidarité 62. Imbart de la Tour publia, à l'automne, une longue réflexion, intitulée « Une entente intellectuelle avec l'Espagne ». Il y ébauchait un vaste projet de rapprochement politique, économique et culturel. Les deux nations n'étaientelles pas isolées, dans un contexte international de plus en plus dominé par l'agressivité des puissances germaniques et anglo-saxonnes ? Ainsi esprit scientifique et patriotisme devaient-ils conjuguer leurs efforts pour une telle entreprise, marquée du sceau latin63.

26En fait, prenait forme un groupement hispaniste, pétri d'arrière-pensées moins innocentes que le propos ne le laissait paraître. 1898 était l'année du désastre pour les Espagnols. Pour leurs voisins français, elle marquait simplement une étape dans l'expansion coloniale et la définition d'une politique extérieure européenne, concentrée sur le danger allemand. Le déséquilibre était patent.

  • 64 C.-R. Ageron, ouvr. cité, p. 159-160, cite plus d'une vingtaine de groupes coloniaux, dont la fonda (...)
  • 65 Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, (...)
  • 66 Alfred Fierro, La Société de Géographie de Paris 1821-1946, Genève, 1983, indique, p. 240, note 1, (...)
  • 67 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 3, Paris, 1886, p. 141 : décret du 16.11.1876 et t. 6, Paris, 1909, (...)
  • 68 MIPBA. Enquêtes et documents relatifs à l'Enseignement supérieur. Année 1898-1899, rapport de Camil (...)

27La multiplication des groupements coloniaux, depuis les années 1880, avait suscité une véritable accélération d'appétits territoriaux qui s'étaient largement concrétisés outre-mer64. Une ancienne tradition animait les relations maritimes de Bordeaux avec les Antilles et l'Afrique. Armateurs et négociants participèrent activement aux sociétés d'exploitation naissantes, dans le bassin du Congo, en cette extrême fin du XIXe siècle65. Une Société de géographie avait été formée sur les rives de la Garonne en 187466. Deux années plus tard, une chaire de géographie était créée à la faculté des lettres. Elle fut doublée, en 1899, par une chaire de géographie coloniale67. Dans un rapport, adressé au Ministère, l'université demandait la création concomitante d'un Institut colonial68.

  • 69 G. Weisz, ouvr. cité, p. 186-193.
  • 70 En 1899, le corps de Goya, sans sa tête ! dit-on, fut rapatrié de Bordeaux à Madrid, où il fut inhu (...)
  • 71 Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au XIXesiècle, Paris, 1972, p. 72-81 et 259-263. Une ca (...)

28Avec Paris et Marseille, Bordeaux devint aussi un centre de recherche et d'enseignement en maladies tropicales : en 1908, les trois universités délivrèrent 51 diplômes69. Enfin, depuis plus d'un demi-siècle, la ville avait accueilli un nombre croissant d'immigrants espagnols : de Goya au simple journalier, l'éventail était large70 ! En 1891, on en dénombrait plus de 4.000, qui formaient environ 55 % de l'ensemble des étrangers résidents dans les limites du territoire municipal71. Pour toutes ces raisons, la création d'un foyer d'hispanisme soutenu par un bulletin s'inscrivait dans une politique plus large d'entente avec l'Espagne.

  • 72 C. Serrano, ouvr. cité, p. 90-142.

29Après avoir cédé, en 1899, ses dernières possessions océaniennes au Reich, qui les convoitait depuis plus d'une dizaine d'années, le royaume ibérique mit un terme à cet empire « sur lequel le soleil ne se couchait jamais ». Dans un climat politique délétère, le concept de régénération s'imposait aux intellectuels, aux politiciens et aux coloniaux72. La nécessité de régler le contentieux franco-espagnol en Afrique, ouvert depuis 1886, devint urgente.

  • 73 V. Morales Lezcano, León y Castillo, ouvr. cité, p. 76-80. L'ambassadeur, dans ses mémoires, parle (...)
  • 74 Jean-Louis Miège, Le Maroc et l'Europe 1830-1894, Paris, 1961-1963, 4 vol., 1776 p., et Pierre Guil (...)
  • 75 José María Jover Zamora, 1898. Teoría y práctica de la redistribución colonial, Madrid, 1979. Du mê (...)

30Tandis que le Royaume-Uni était engagé dans une lutte difficile contre les Boers néerlandophones d'Afrique du Sud, les conversations entre León y Castillo et Delcassé aboutirent rapidement à la conclusion d'un accord, à Paris, le 27 juin 1900. Le texte, signé par l'ambassadeur d'Espagne et le ministre français des Affaires étrangères, fixait les limites des possessions respectives des deux nations au Sahara occidental et en Afrique équatoriale73. Désormais, Madrid affirmait sa volonté de développer un nouvel empire africain, substitut de l'ancien ensemble mondial. Transfert géographique déterminant : l'axe nordsud remplaçait l'antique étirement « longitudinal ». Un autre enjeu, néanmoins, se profilait à l'horizon : le Maroc74... Une entente apparaissait, à ce propos, inéluctable, mais délicate. Il s'agissait bien de créer un front franco-espagnol qui écartât l'Allemagne et l'Angleterre de la Méditerranée occidentale et de la côte africaine, de Tanger à Dakar75. En France, on songeait à un nord-ouest africain dominé par deux puissances, dont l'une serait la tutrice discrète de l'autre.

  • 76 Sur cet affrontement, A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 149-156. L'article de Foulché-Delbosc parut (...)

31À la création du Bulletin, le responsable de la Revue Hispanique réagit vigoureusement : Foulché-Delbosc, en stigmatisant la concurrence déloyale que représentait l'apparition d'un autre organe d'études ibériques pour un public si restreint, dénonçait les flatteries délivrées hors de tout esprit critique à des Espagnols, nimbés, soudain, de toutes les vertus héroïques, généreuses et malheureuses. L'affrontement entre un hispanisme académique, structuré, national, et un hispanisme « monacal », purement scientifique et international, devint épique. La Revue tenta de discréditer son rival méridional, en l'accusant de ne développer qu'une didactique à usage scolaire et universitaire : « L'érudition et la pédagogie n'ont rien de commun », écrivait, dans un article pourfendeur, Foulché-Delbosc, qui adressa même au Bulletin, une contribution fantaisiste, maquillée sous la signature d'un érudit belge imaginaire... Cette rupture brisa l'hispanisme national en deux groupes, dont les têtes de file étaient déterminées à s'ignorer après s'être combattues76.

  • 77 Depuis 1853, il existait un enseignement non linguistique de littératures étrangères. A. de Beaucha (...)

32Précisément, sous l'impulsion d'Ernest Mérimée - qui était passé des rangs des collaborateurs de la Revue à ceux du Bulletin - la langue espagnole gagnait progressivement du terrain dans le cursus studiorum des enseignements secondaire et supérieur. En 1894-1895, un certificat d'aptitude - que, seulement, Toulouse pouvait délivrer - fut introduit dans le cadre optionnel d'une licenceès-lettres. Il s'agissait de la réactivation d'une mesure prise, sans effet, dès 1881. De 1898 à 1901, l'habilitation fut étendue à Bordeaux, puis à Paris et à Montpellier77.

  • 78 Sur le détail des épreuves, avec une liste des reçus, A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 92-95. Erne (...)

33En juillet 1900, la première session de l'agrégation d'espagnol (et d'italien) eut lieu à Paris. Créé par un décret du 5 août 1898, le concours était déjà constitué d'épreuves écrites puis, après admissibilité, d'épreuves orales. Le jury présidé par Morel-Fatio, comprenait cinq membres, dont l'unique professeur d'études hispaniques dans l'université française d'alors, Ernest Mérimée. Les autres étaient titulaires de chaires de littérature romane ou d'italien. De 1900 à. 1910, le nombre des candidats oscilla entre 11 et 20. Les admissibles furent régulièrement cinq (sauf quatre en 1902) et les admis, deux. En 1907, Mérimée présida le jury, où Georges Cirot et Ernest Martinenche firent, alors, leur entrée78.

34L'impulsion fut décisive pour la diffusion de l'espagnol dans l'enseignement secondaire ; cette tendance fut confortée par la création, en 1904, d'un diplôme d'études supérieures de langues vivantes - option espagnol - qui devait permettre la multiplication des dépôts de thèmes de recherches.

  • 79 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 78-80. Le décret instituant une chaire d'études hispaniques, à Bo (...)

35Montpellier fut la troisième université à être dotée d'un enseignement hispanique : en 1900, un agrégé de lettres, Ernest Martinenche, fut nommé maître de conférences. Six ans plus tard, il était élu à un poste similaire, créé par l'université de Paris. Il fut remplacé, dans le chef-lieu de l'Hérault, par le fils d'Ernest Mérimée, Henri, tandis que le poste de Cirot, à Bordeaux, était transformé en chaire magistrale79.

  • 80 La recension de ces « frustrés », de la genèse de l'hispanisme organisé, est faite par A. Niño Rodr (...)
  • 81 Huntington (1870-1955), grâce à la fortune paternelle réalisée dans les chemins de fer, avait fondé (...)

36L'élection de Martinenche fut acquise aux dépens d'un jeune agrégé d'espagnol, Camille Pitollet, qui en conçut une vive amertume. Face à l'inexistence d'un recrutement large dans l'enseignement supérieur et d'une structure d'accueil pour des recherches prolongées, outre-Pyrénées, les agrégés avaient le sentiment d'être voués à l'horizon des postes de lycée. Foulché-Delbosc avait montré dès 1891-1894, la voie de la contestation ; après 1900, celle-ci fut de plus en plus empruntée, permettant ainsi au groupe de la Revue Hispanique de voir grossir ses rangs, par opposition à ceux qui avaient occupé les rares postes de l'enseignement supérieur80. Le seul personnage, dont le prestige eût pu redresser la situation, Alfred Morel-Fatio, était passé chez les « méridionaux ». Il est vrai que l'austère et ombrageux Foulché-Delbosc avait tout fait pour en arriver à cette situation de blocage. Sa revue - qu'il soutenait, scientifiquement, à bout de bras - connaissait d'ailleurs de sérieuses difficultés financières. En 1905, un mécène nord-américain, Archer M. Huntington, vint à son secours81.

  • 82 C.-V. Aubrun, « Une décade décisive dans l'histoire de l'hispanisme français, 1894-1904 », les Lang (...)
  • 83 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 99-107. La Société fut créée, en mai 1905, et le bulletin parut, (...)

37Malgré ses dissensions internes, l'hispanisme français - lato sensu - paraissait, en 1906, définitivement assuré de son avenir institutionnel82. Pourtant les professeurs de langues « nordiques » menèrent la vie dure à une Société d'études des professeurs de langues méridionales qui, grâce à un bulletin, se proposait de répandre l'enseignement de l'espagnol et de l'italien en France. Des propos acerbes furent alors échangés83.

  • 84 Ainsi, Arthur Engel : voir note 2.
  • 85 AAIBL-Paris, dossier Fondation Eugène Piot, 2 J 1 : lettre de P. Paris au président de la Commissio (...)
  • 86 AAIBL-Paris, dossier Fondation Eugène Piot, 2 J 1 : lettre de Cartailhac, 2.9.1902. Pour l'abbé Bre (...)
  • 87 AN-Paris, F17 17225, cité note 85.

38Dans le domaine de la recherche in situ - qu'elle fût archéologique, archivistique ou bibliographique - il fallait alors compter sur l'octroi de bourses qui, outre le coût du voyage, devaient assurer l'hébergement dans des pensions modestes et l'achat d'ouvrages ou de babioles. À l'exception de quelques privilégiés, qui pouvaient compter sur leur fortune personnelle ou familiale84, ces « pèlerins » curieux devaient bénéficier de prébendes diverses. Ainsi P. Paris reçut des sommes importantes de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (fonds Eugène Piot) et de la Commission des voyages et missions85. Cartailhac et l'abbé Breuil reçurent aussi des subventions de l'Académie pour aller étudier les grottes préhistoriques d'Altamira, en 190286. D'autres chercheurs, tels le catalanisant Brutails ou l'islamisant Derenbourg, s'en furent ainsi au-delà des Pyrénées87.

  • 88 J.-F. Botrel, Pour une histoire littéraire, ouvr. cité, vol. 1, p. 157-200.

39Ce dynamisme des milieux intellectuels français permettait-il, en réalité, de développer de véritables échanges ? L'Espagne - en un mot - était-elle capable d'y répondre ? En 1898, le pays n'avait pas encore de ministère de l'Instruction publique ! Celui-ci ne fut créé que par une loi du 30 mars 1900. Jusqu'alors, n'existait qu'une direction générale qui dépendait du Ministère du Développement (Fomento). Malgré les progrès réalisés dans le domaine de l'alphabétisation et de la scolarisation88, il paraissait évident que, seules, les élites espagnoles eussent pu correspondre à la volonté de rapprochement manifestée par les universitaires du Midi de la France. Trois axes se dessinaient à la charnière des XIXe et XXe siècles : l'installation d'écoles, le développement des moyens de communication culturelle, les échanges d'étudiants.

  • 89 M. Bruézière, L'Alliance Française. Histoire d'une institution, Paris, 1983, p. 71-72
  • 90 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées : congrégations françaises et refuges espagnols 19 (...)

40Trouvant appuis et moyens financiers au sein des colonies, dispersées à travers le royaume, l'Alliance française patronnait, en 1900, sept établissements, dont ceux de Madrid et Barcelone. De 1901 à 1909, onze autres furent pris en charge. L'accélération du rythme des implantations était claire89. L'organisme ne se préoccupait pas seulement d'écoles laïques. Il soutenait aussi des établissements religieux : ainsi, à Valladolid, des Dominicaines ou, à Peñarroya, des Sœurs de la Présentation de Marie, qui enseignaient aux enfants de la Société minière et métallurgique... Dans le dernier quart du XIXe siècle, de nombreux ordres religieux avaient, en effet, essaimé au sud des Pyrénées. Pour les congrégations enseignantes, il s'agissait d'une expansion volontaire et non d'exils. Mais la loi d'association du 1er juillet 1901 inaugura une nouvelle période d'affrontement entre l'Église et l'État. La mise en application de ce texte législatif, prélude à la séparation, qui interviendra en 1905-1906, provoqua une immigration de religieux et de religieuses : venus en deux flux principaux (1901 et 1903-1904), les exilés installèrent un nombre très important d'établissements à travers la Péninsule et jusqu'aux îles Canaries. Plus de 320 communautés - dont les deux tiers étaient enseignantes - se fixèrent donc, malgré les protestations des secteurs progressistes de la scène politique espagnole et les craintes des gouvernants, qui négociaient avec le Saint-Siège une loi sur les associations à caractère spirituel. À de rares exceptions près (Bénédictines de Port-Bou, Dominicains de Saint-Sébastien), ces arrivants scolarisèrent de jeunes Espagnols, souvent de milieux modestes, comme ce fut le cas, par exemple, pour les très dynamiques Frères des écoles chrétiennes, implantés en Espagne, dès 1878, c'est-à-dire avant les exils90. À l'inverse, les fondations laïques, visaient - en priorité - à fournir un cadre à l'instruction des jeunes Français, dont les parents étaient établis à travers la Péninsule, au gré de leurs activités économiques. Implantées dans les villes principales du pays, elles tentèrent - souvent avec succès - d'attirer les enfants des élites locales. C'était cela, l'influence de la France !

41On comprend mieux, ainsi, les appels de crédits, lancés par l'ambassade de France aux ministères parisiens. L'exemple de Madrid est éloquent. L'ambassadeur, Jules Patenôtre, qui avait déjà obtenu 80.000 F pour l'hôpital de Saint-Louis-des-Français, demanda vainement, en mars 1902, 100.000 F afin que fût construit un nouvel immeuble pour le Collège de la Société de bienfaisance, géré par l'Alliance française. L'édifice était devenu trop petit : on y refusait de nombreuses inscriptions d'élèves. En outre, un projet de création d'une Gran Vía le vouait à la démolition, après expropriation.

42Son successeur, Jules Cambon, revint à la charge, en juin 1903 ; il réclamait 125.000F. N'ayant obtenu aucune réponse, il insista, en ajoutant au dossier l'argument de la menace germanique. « Il y a chez nos rivaux, un effort manifeste pour se créer en Espagne une place que nous avons été seuls à occuper jusqu'à ces dernières années. Il convient de ne rien négliger pour empêcher que notre prépondérance traditionnelle, dans cet ordre d'idées, ne soit atteinte, et aux moyens financiers dont l'Allemagne dispose à Madrid, comme à Barcelone, il est bien nécessaire que nous puissions opposer, dans la capitale au moins, des ressources suffisantes pour triompher de cette concurrence ». Les Allemands - avec l'aide personnelle du Kaiser - subventionnaient fortement leurs établissements, à travers lesquels le représentant de la France percevait un danger...

  • 91 AMAE-Paris, série Correspondance administrative, 1876-1907, vol. 170, Espagne. Subventions du Pari (...)
  • 92 Ibidem, note MIPBA (Direction de l'enseignement secondaire) à MAE, Paris, 17.1.1905.
  • 93 Bernard Auffray, Pierre de Margerie (1861-1942) et la vie diplomatique de son temps, Paris, 1976, p (...)

43L'ambassadeur s'éleva, en outre, contre la venue d'universitaires toulousains qui auraient tenté de promouvoir, durant l'été 1904, la création d'un lycée qui eût fait concurrence au collège, pour la réédification duquel il bataillait tant91. L'information était absolument controuvée92 ! La colonie française de Madrid paraissait alors fort divisée par l'affrontement de l'État et de l'Église, au nord des Pyrénées : cette manœuvre, visant à « miner » le camp laïc, émanait vraisemblablement d'adversaires de la séparation. Le conseiller de l'ambassade, Pierre de Margerie, nota ces dissensions, dès son arrivée dans la capitale du royaume. La question de l'instruction religieuse fut, néanmoins, réglée dans un esprit de tolérance : le directeur du collège, Gabriel Ventenac - fonctionnaire agnostique - et le président de la Société de bienfaisance, Nathan Süss, directeur israëlite de la Compagnie ferroviaire Madrid-Saragosse-Alicante, obtinrent du recteur de Saint-Louis-des-Français, la poursuite des cours de catéchisme93.

  • 94 AMAE-Paris, série Correspondance administrative, vol. 170, note MA à MAE, 9.2.1905.
  • 95 ASFB-Madrid, registre n° 3, 1900-1918 : AGO, 19.2.1905, p. 128-129.

44En février 1905, la demande de Jules Cambon fut rejetée par la Commission de répartition des fonds du Pari mutuel94. Mais le représentant de la France ne désespérait point : la venue prochaine du président de la République à Madrid permettrait sans doute que fût débloqué le dossier. On lui ferait poser la première pierre d'un bâtiment à édifier95.

  • 96 Ibidem, CA du 29.4.1905, p. 139-141 et ratification par l'AGE du 30.4.1905. Le terrain appartenait (...)

45On se mit en quête d'une parcelle qui fût située dans un quartier central, aéré et sain. Sur 62 offres parvenues, huit furent retenues. Le choix final se porta sur un espace de 18.000 pieds carrés environ (1.377m2), dans la rue du Marquis de la Ensenada96.

  • 97 Sur la question marocaine au XXe siècle, la bibliographie est abondante, notamment pour la période (...)

461905 fut une année décisive dans les relations franco-espagnoles. Depuis trois ans, les négociations sur le Maroc allaient bon train97.

  • 98 L'échec de l'accord franco-espagnol de 1902 est évoqué par l'un des artisans du texte : F. de León (...)
  • 99 P. Guillen, Les emprunts marocains 1902-1904, Paris, 1972, 175 p.
  • 100 P. Guillen, « Les milieux d'affaire français et le Maroc, à l'aube du XXe siècle », Revue Historiqu (...)

47Durant l'été 1902, un accord de répartition de zones d'influence fut préparé : tout le nord de l'empire chérifien, jusqu'à Fez incluse, reviendrait au royaume ibérique tandis que la France établirait son contrôle sur le reste du pays. Le texte fut adopté, le 11 novembre. Du gouvernement britannique, qui n'avait pas été consulté, Madrid craignit cependant une réaction très défavorable. À la suite d'une crise ministérielle, le 3 décembre, le texte, élaboré entre Delcassé et León y Castillo, ne fut pas ratifié98. Les Français, depuis 1900, accentuaient leurs pressions, en encerclant le Maroc par le sud saharien et l'Algérie occidentale. Les emprunts, contractés par le sultan, de 1902 à 1904, confortèrent les prétentions de Paris99. La création de nombreuses sociétés démontrait l'importance des investissements comme facteur de pénétration impérialiste100.

  • 101 Christopher Andrew, Theophile Delcassé and the making of the Entente Cordiale, Londres et New York, (...)

48Mais Delcassé envisageait un rapprochement, non seulement avec l'Espagne, mais également avec le Royaume-Uni. Le processus de l'Entente cordiale était engagé. Une convention fut paraphée le 8 avril 1904 : en échange d'un désistement français en Égypte, Paris obtint que cessât l'opposition britannique envers une prépondérance française dans le Maroc atlantique. Mais cette « libéralité » anglaise ne devait pas « fermer » l'empire chérifien à la libre concurrence des grandes puissances. Ainsi Paris n'obtenait qu'un droit « hypothétique » d'intervention, tandis que l'Égypte, malgré une forte présence culturelle et financière française, passait « définitivement » sous le contrôle des Anglo-Saxons. Enfin, sur la côte méditerranéenne, l'Espagne, invitée à adhérer à la convention, obtint que des « droits » lui fussent réservés. Londres ne pouvait admettre que Paris pût établir une base navale, face à Gibraltar101.

  • 102 J.-C. Allain, Agadir, ouvr. cité, p. 27-28. L'accord fut signé à Paris : F. de León y Castillo, ouv (...)

49Le gouvernement de Madrid signa, en effet, un accord, en grande partie secret, avec la France, le 3 octobre. Dans l'esprit des signataires, on jouait ainsi le prélude d'un futur partage du Maroc en « sphères d'influence », Tanger devant être l'objet d'un statut spécial102. Pour certains dirigeants de la Péninsule, cette série de conventions africaines avec la France - depuis 1900 - rendait à leur pays une stature internationale. Elle inaugurait bien le règne du jeune Alphonse XIII, déclaré majeur le 17 mai 1902. Quant aux Français, ils n'avaient accepté l'éventuelle présence espagnole au Maroc qu'à contre-cœur, dans la perspective d'une alliance solide avec l'Angleterre qui en fit une condition inébranlable, ainsi qu'en témoigne l'accord d'avril 1904. Les milieux coloniaux, ne se résignèrent jamais à un tel « partage » qui rompait l'unité « française » du nord-ouest de l'Afrique.

50Mais l'Allemagne, dont la France n'avait pas « acheté » le retrait dans cette partie du monde, réagit vigoureusement, au printemps 1905. Lors d'une escale à Tanger, le 31 mars, Guillaume II prôna le respect de l'intégrité de ce pays convoité. Tandis que l'allié russe subissait une retentissante défaite face aux Japonais, en Extrême-Orient, le gouvernement français réussit à convaincre Madrid de faire front, avec l'appui britannique, à cette menace germanique, faussement « anti-impérialiste ».

51Ainsi, à travers cette première crise, fut scellée - non sans difficultés - la collaboration franco-espagnole au Maroc. Pendant une cinquantaine d'années, elle sera le baromètre le plus fiable des relations générales entre les deux nations.

52La première conséquence en fut l'échange de visites officielles qui illustra, pour le public, le nouveau cours des événements.

  • 103 Melchor Fernández Almagro, Historia del reinado de Alfonso XIII, Barcelone, 1977, p. 63-64. Le roi (...)

53Alphonse XIII fut, en effet, l'hôte de la République, du 30 mai au 2 juin 1905. Malgré un attentat, perpétré par des anarchistes, non loin de la Comédie-Française, lors de la deuxième journée de son séjour, le voyage fut un réel succès103 ! Contraste saisissant et prometteur avec la venue de son père sur les bords de la Seine, vingt-deux ans auparavant !

  • 104 François 1er ne fut que l'hôte-prisonnier de Charles-Quint, en 1525-1526. Napoléon 1er fit, en pers (...)
  • 105 Une brochure de 68 pages fut publiée, en 1906, à l'usage de la colonie française. Voir aussi, Cent (...)

54Le président Émile Loubet lui rendit la politesse, à l'automne. L'événement était inédit ! Jamais un chef d'État français n'était venu officiellement et pacifiquement au cœur de l'Espagne104 ! Du 23 au 26 octobre, accompagné du président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Maurice Rouvier, il visita Madrid et Tolède. Le dernier jour, la pose de la première pierre du futur collège de la rue du Marquis de la Ensenada fut l'occasion d'une cérémonie en présence de Felipe Sánchez Román, ministre d'État et d'Andrés Mellado, ministre de l'Instruction publique et des beaux-arts105.

  • 106 Pablo de Répide, Las calles de Madrid, Madrid, 1971, p. 771. Elle porte toujours ce nom, aujourd'hu (...)

55En l'honneur d'une délégation du Conseil municipal de la capitale française, venue dans le sillage du chef de l'État, la place des Salésiennes royales fut alors dénommée Place de la Ville de Paris, en face du futur bâtiment du collège de la Société de bienfaisance106.

56L'excellente ambiance de ces « fêtes franco-espagnoles » - comme on les dénommait alors - n'empêcha pas le gouvernement de Paris de négocier avec Berlin au sujet du Maroc. Une conférence internationale fut réunie à Algésiras, malgré les efforts de la presse française, liée au tout récent Comité du Maroc. Du 16 janvier au 7 avril 1906, les participants, représentants de treize puissances, fixèrent le destin de l'empire chérifien, à travers la création d'une Banque d'État et la mise en place de forces de police dans les ports du pays. Ces dernières, françaises et espagnoles, représentèrent, à la satisfaction de Paris et de Madrid, le premier semis d'une présence qui visait à la mise sous tutelle du pays tout entier. Mais l'Allemagne, non sans habileté, avait, ainsi, pu maintenir l'internationalisation des politiques impérialistes qui prévalaient alors dans certaines régions du monde. La « geste » marocaine pouvait commencer... sous l'égide des banquiers, des soldats-policiers et des voyageurs-géographes.

  • 107 Francis Campuzan, Les relations commerciales franco-espagnoles 1898-1906, DES, université de Paris, (...)

57Dans le droit-fil du rapprochement avec sa voisine méridionale, la France entama des pourparlers, au sujet du lourd contentieux commercial qui grevait les relations entre les deux états, depuis 1892. À Saint-Sébastien, en septembre 1906, on ne parvint, néanmoins, à aucun accord107.

58Si, pour les marchandises, les barrières douanières restaient élevées, entraînant ainsi une décroissance des échanges bilatéraux, il n'en régnait pas moins un esprit de libre circulation pour les hommes et leurs « bagages culturels ».

  • 108 J.-F. Botrel, Pour une histoire littéraire, ouvr. cité, vol. 1, p. 13-126 et vol. 2, 565 p.
  • 109 Michael B. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences, Paris, 1983, 350 p. Ces grandes agences (...)
  • 110 J.-F. Botrel, La « Sociedad de Ediciones literarias y artísticas. Librería Paul Ollendorff » (contr (...)

59Le développement des techniques d'impression de textes, de gravures et de photographies avait permis à l'Espagne, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de créer des stocks et des points de vente. Livres, almanachs, revues, journaux, autant d'éléments permettant la formation d'un appareil de diffusion, aux multiples facettes. Les communications avec l'étranger - et dans le cas espagnol, principalement avec la France - avaient progressé au rythme de la mise en place de moyens de transport réguliers - bien sûr, les chemins de fer -, des échanges postaux, télégraphiques et téléphoniques, mais, aussi, des moyens de paiement, liés à la forte progression des organismes de dépôt108. La création d'agences d'informations, dans les principaux pays européens et aux États-Unis, avait littéralement métamorphosé une presse quotidienne, jusqu'alors bridée par des tirages limités109. Le livre devint un élément-clé de la concurrence culturelle internationale. Quelques éditeurs parisiens créèrent des sections « hispanistes », qu'il se fût agi de traduire de français en espagnol, ou vice-versa : parmi ceux-ci, les maisons Garnier Frères et Paul Ollendorff. Le marché espagnol n'était point, seul, visé : toute l'Amérique hispanophone était, bien entendu, au premier plan de leurs préoccupations. Ainsi, Ollendorff, entre 1905 et 1916, publia plus d'œuvres latino-américaines qu'espagnoles (80 % des auteurs, 71 % des titres). Le catalogue Garnier comprenait, à la veille de la première guerre mondiale, 1.455 titres français et 1.172 titres espagnols110 ! À Madrid, les libraires-éditeurs français remplacèrent les libraires-commerçants, à la charnière des deux siècles : ainsi Bailly-Baillère, Dossat, Orner développèrent-ils leurs activités.

  • 111 L'ouvrage collectif, L'Art dans l'Exposition Universelle de 1900, Paris, 1900, p. 211-212, émet des (...)
  • 112 Picasso, catalogue Exposition Grand Palais, Paris, 1979-1980, p. 307. Le tableau exposé par Picasso (...)

60Mais les hommes, aussi, forgeaient leur renommée en traversant la frontière des Pyrénées. L'Exposition universelle, en 1900, draina vers les bords de la Seine des millions de touristes, de curieux et de participants. Dans le domaine des arts plastiques, la contribution espagnole fut diversement appréciée des critiques français111. Au sein du groupe des exposants, un jeune homme de dixhuit ans, Pablo Ruiz Picasso, qui visita avec délices ce Grand Palais édifié pour la circonstance112.

  • 113 Pascal Ory, Les expositions Universelles à Paris, 1855-1937, Paris, 1982, p. 56 et 60-67. Marie-Cla (...)
  • 114 Ambroise Vollard, Souvenirs d'un marchand de tableaux, Paris, 1937, p. 260-261.
  • 115 José Corrales Egea, Baroja y Francia, Madrid, 1969, p. 23. Depuis 1899, il vint en France, une douz (...)
  • 116 Catalogues 50 ans d'Art espagnol, ouvr. cité, p. 111, et Juan Gris, Madrid, 1985, p. 421.

61Mais l'Exposition était le temps des récompenses et des scandales. Au chapitre des prix, les décorations se taillèrent la part du lion. Parmi les récipiendaires, le peintre Joaquín Sorolla et le sculpteur Mariano Benlliure se virent agrafer la rosette. Au chapitre des scandales, la mauvaise humeur du peintre Léon Gérôme, face à l'intégration des « nouveaux peintres », s'exprima clairement, en présence du chef de l'État, Émile Loubet : « Arrêtez monsieur le Président, c'est ici le déshonneur de l'Art Français ! »113... La capitale française avait enchanté nombre de jeunes Espagnols. Picasso revint, en 1901, afin d'y exposer pour la première fois, chez Ambroise Vollard114. En 1904, il vint grossir les rangs de la petite colonie des artistes ibériques de Montmartre. Ce Paris de la « Belle Époque » attira encore Antonio Machado, qui, en 1902, y fit la connaissance de Rubén Darío, alors ministre du Nicaragua. De même, Pío Baroja effectua-t-il, à partir de 1899, plusieurs voyages, puisant dans la vie parisienne, moultes inspirations pour ses romans115. En 1906, un jeune dessinateur, Juan Gris, « débarquait » aussi à Paris116.

  • 117 C. Le Bordays, ouvr. cité, p. 3.
  • 118 Cahiers Maurice Ravel, ouvr. cité, p. 8, (chronologie 1905) et J. Laurent, ouvr. cité, p. 106.

62Les jeunes musiciens des deux pays se croisèrent aussi, fréquemment. Ravel et Debussy furent tout spécialement imprégnés d'atmosphères ibériques. Le premier, après avoir composé la Habanera, produisit en 1899, la Pavane pour une infante défunte, puis, entre 1907 et 1909, une Rhapsodie Espagnole et L'Heure Espagnole117. Entre-temps, son échec au prix de Rome, après la composition de l'Alborada del Gracioso avait déclenché de vives protestations. Romain Rolland, s'indigna auprès de Paul Léon, jeune chef de cabinet du sous-secrétaire d'État aux Beaux-arts, Dujardin-Beaumetz : « Je ne conçois pas qu'on s'obstine à garder une École à Rome (la Villa Médicis), si c'est pour en fermer les portes aux rares artistes qui ont, en eux, quelque originalité ». Dans Le Mercure Musical du 1er juin 1905, le critique Jean Marnold mit vigoureusement en cause le jury de musique de l'Académie des beaux-arts. L'affaire s'acheva par la nomination de Gabriel Fauré à la tête du Conservatoire118.

  • 119 C. Le Bordays, ouvr. cité, p. 5 : Lindajara, Soirée dans Grenade (1901) et Iberia (1908)
  • 120 Suzanne Demarquez, Manuel de Falla, Paris, 1963, p. 38-40 et 49-51.

63Quant au second, Claude Debussy, il composa, de 1901 à 1908, trois œuvres « transpyrénéennes »119. De la Soirée dans Grenade à Iberia, toute une tradition espagnole, traitée, il est vrai, à la française, lui valut une renommée qui attira les jeunes musiciens venus de cette terre de grande inspiration. De Joaquín Turina à Manuel de Falla, sans oublier Isaac Albéniz et Enrique Granados, qui donna son premier concert parisien en 1905, toute une génération vint trouver le monde à travers la France, tandis que Pablo de Sarasate y vivait le crépuscule de son existence120.

  • 121 G. Weisz, ouvr. cité, p. 257-261.
  • 122 AR-Toulouse, registre CU, n° 2, 1901-1909 : séances des 13.12.1901 et 7.4.1905, p. 12 et 170-171.
  • 123 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio : le carton 203-2 contient un exemplaire de cette affiche.

64Échanges... par attraction ou par expansion ? Les deux termes bien sûr, se complétaient. La création de l'agrégation et du diplôme d'études supérieures en langues vivantes ne pouvait que logiquement entraîner l'organisation de voyages de formation, tandis que la politique d'hospitalité se renforçait, sous l'égide d'un Comité de patronage, déjà évoqué. En 1897, l'université de Grenoble avait, comme les Allemands et les Helvètes, inauguré des cours d'été. En 1901, Montpellier fit de même. On pensait ainsi amorcer un réflexe d'attachement, à l'extérieur des frontières, afin que fût poursuivie la formation en France. Des diplômes spéciaux étaient prévus, à cet effet. Mais, en 1900, on ne comptait en France que 1.800 étrangers inscrits (6 % du total). Un effort important était à consentir dans ce domaine121. Les exemples dauphinois et languedocien suscitèrent un grand intérêt au sein du Conseil de l'université de Toulouse. En décembre 1901, contact fut établi épistolairement avec Oviedo, mais il fallut attendre 1905 pour qu'un modeste crédit de propagande pour étudiants espagnols fût voté122. Ces 500 F permirent l'impression d'affiches en espagnol vantant les différents domaines d'études possibles et... le climat agréable de la région123. Mais en 1907, il n'y avait que peu d'étudiants, originaires de la Péninsule, à la faculté des Lettres, dont le doyen, depuis février 1904, était François Dumas, professeur d'histoire moderne. Quant à l'idée de fonder un foyer de recherches outre-Pyrénées, à Madrid, elle n'avait, à l'évidence, guère prospéré.

Objectif Madrid (1907-1909)

  • 124 C.-A. Julien, ouvr. cité, p. 70-72.
  • 125 Santiago Castillo, « Las relaciones entre el socialismo español y el socialismo francés en los inic (...)

65Les horizons marocains s'ouvraient désormais à l'action franco-espagnole, mais ce n'était que par délégation, comme l'avait stipulé l'acte final de la conférence d'Algésiras. Les attributions des forces de police dans les ports et des organismes de contrôle des douanes firent l'objet de divers accords, entre décembre 1906 et octobre 1907. Deux forces menaçaient, cependant, cette mainmise : le Reich, décidé à faire respecter la politique de la « porte ouverte » et le peuple marocain lui-même. De nombreux incidents avaient éclaté entre Européens et sujets du Sultan. Ce dernier, Moulay Abdelaziz, était accusé de brader son empire aux étrangers. Le 19 mars 1907, un Français, le docteur Mauchamp, fut lapidé à Marrakech. Agent de la pénétration française à l'intérieur du pays, il entretenait de fructueuses relations avec les milieux coloniaux de son pays. La France répondit à cette « barbarie » par l'occupation d'Oujda, au nord-est, près de la frontière algérienne124. Cette expédition de conquête inquiéta le gouvernement espagnol. Tandis que l'Angleterre, l'Espagne et la France s'engageaient à faire respecter le statu quo en Méditerranée occidentale et dans l'Atlantique, la xénophobie se répandait comme une traînée de poudre dans l'empire d'un sultan de plus en plus déconsidéré. Des travaux, entrepris par une compagnie franco-allemande, dans les environs du port de Casablanca, provoquèrent le 30 juillet 1907, un massacre, au cours duquel neuf ouvriers européens furent tués. Le 5 août, la ville fut bombardée par un navire de guerre français. Un corps de soldats français et espagnols fut débarqué : la répression qui s'ensuivit s'avéra brutale. L'extrême-sud s'agitait : Moulay Hafid, le frère aîné du souverain, s'était fait proclamer sultan à Marrakech. Face à une éventuelle intervention croissante des forces franco-espagnoles, pouvant provoquer une véritable guerre au sud du détroit de Gibraltar, les partis socialistes des deux pays coordonnèrent leurs protestations, en menant une vigoureuse campagne de presse, d'octobre à décembre125.

  • 126 Javier Tusell Gómez, « Las relaciones hispano-francesas en el gobierno de Maura », (colloque cité n (...)
  • 127 Un accord complémentaire fut signé le 15.4.1908. Le principal promoteur des trois lignes, devant fr (...)
  • 128 Œuvre de Saint-Louis-des-Français, Madrid, registre PV des séances du Conseil des Députés de l'Œuvr (...)
  • 129 ASFB-Madrid, ibidem, fol. 195 : séance du 24.1.1907.

66Satisfait de la tournure des événements marocains, le gouvernement français dépêcha, à Madrid, en janvier 1908, le ministre des Affaires étrangères, Stephen Pichon. L'accord anglo-russe du 30 août précédent avait réconcilié les deux puissances rivales en Asie et jeté les bases d'une Triple Entente avec la France. L'Espagne s'y joindrait-elle ? Il fut, avant tout, question du Maroc : reconnaîtrait-on Moulay Hafid comme nouveau sultan ? Ne faudrait-il pas élargir le périmètre d'occupation ? Les Français pensaient s'emparer de l'arrière-pays de Casablanca, la Chaouïa126. On parla aussi des chemins de fer transpyrénéens qui avaient fait l'objet d'une convention, en août 1904127. Durant son séjour dans la capitale espagnole, Pichón visita, le 8 janvier, divers établissements : Saint-Louis-des-Français et le Collège français128. Les perspectives de reconstruction de ce dernier étaient bloquées depuis près de trois ans ! La promesse de vente paraphée, en septembre 1905, n'avait pu être tenue à la suite de dissensions internes parmi les héritiers Linares et par manque de crédits officiels. Grâce à Jules Cambon, l'industriel sucrier Lebaudy avait, un an auparavant, versé 40.000 F à la Société française de bienfaisance, mais cette somme était encore insuffisante129.

  • 130 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 6, p. 1062-1063.
  • 131 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 205-206.
  • 132 AMAE-Paris, série Correspondance Administrative, vol. 170, d. n° 187 et n° 201, Ambassade-Madrid à (...)

67Le ministre paraissait aussi très sensible à la diffusion du français dans le monde : le 29 novembre 1907, un décret instituait un Comité consultatif de l'enseignement français à l'étranger130. C'était l'ébauche d'une véritable action culturelle de la part de l'État ! Le budget du Quai d'Orsay avait inscrit, depuis 1905, un poste « Œuvres du Maroc », et, depuis 1906, un poste « Œuvres en Occident », mais cela ne permettait qu'un très léger saupoudrage131. Avant sa venue à Madrid, le ministre avait été alerté par le nouvel ambassadeur Paul Révoil, qui indiquait qu'il manquait 266.478 Ptas pour assurer la construction du collège. Il répondit que la Commission des répartitions du ministère de l'Agriculture avait été saisie, par ses soins, de cette demande132.

  • 133 ASFB-Madrid, registre n° 3 : séance CA, 20.4.1908, coût de l'achat 179.938 pesetas (fol. 231) ; séa (...)

68Le 28 mars, le contrat d'achat du terrain fut enfin signé. Mais ce ne fut qu'en 1909, le 11 octobre, que la pose de la pierre fondamentale put être effectuée. Le Pari mutuel avait accordé 20.000 F133. Les travaux allaient enfin débuter...

  • 134 Antonio Morelo Pintado, La Institución Libre de Enseñanza : un proyecto español de renovación pedag (...)
  • 135 Création du Museo Pedagógico, en 1882, de l'Ateneo, en 1884, et de l'Instituto de Reformas Sociales (...)
  • 136 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 259-262 et 278.
  • 137 Joan Connelly Ullman, La semana trágica, Barcelone, 1972, p. 61-63.
  • 138 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1254, correspondance M. État à MIPBA, 10.7.1908 : liste (...)

69Si le Maroc permettait à l'Espagne de réintégrer la scène internationale après le désastre de 1898, il fallait accompagner, par d'autres mesures, ce dynamisme renaissant. La nécessité d'élaborer une politique d'échanges culturels se manifesta à travers la création d'une Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas qui devait assurer, de façon ordonnée, l'octroi de bourses et les contacts idoines avec l'étranger : le décret du 11 janvier 1907, avec son règlement du 16 juin, compléta ainsi l'œuvre ébauchée, en 1876, par les pères-fondateurs de la Institución Libre de Enseñanza134. De façon plus discrète qu'en France, face au conservatisme universitaire et au caractère confessionnel de l'école primaire et secondaire, un mouvement laïc progressiste s'était développé depuis lors135. Avec la création d'un Ministère de l'Instruction publique, en 1900, les autorités gouvernementales libérales avaient « pris le train en marche », tandis que l'anticléricalisme faisait de grands progrès136. En septembre 1901, une Escuela Moderna destinée aux travailleurs avait été fondée, à Barcelone, par un socialiste libertaire catalan, Francisco Ferrer137. L'Espagne « régénérationniste » se manifestait résolument en faveur de l'ouverture. La Junta para Ampliación, qui avait agréé rapidement de nombreux « missionnaires » accepta, dès décembre 1907, le principe d'un échange de professeurs et d'étudiants de langues vivantes avec la France. Les autorités de Paris firent parvenir, quelques mois plus tard, des propositions concrètes, ainsi qu'un projet de convention138.

  • 139 Les universités du Midi (Toulouse, Bordeaux, Montpellier) et de Paris, ainsi que le Collège de Fran (...)
  • 140 AR-Toulouse, registre CU n° 3, 1907-1918 : séances des 18.1 et 7.2.1908, p. 13 et 14. A. Niño Rodrí (...)
  • 141 AR-Bordeaux, registre CU n° 2, 1901-1910 : séance du 28.1.1908. A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 1 (...)

70Pour Ernest Mérimée qui rappelait, au début de 1908, quels étaient les centres français de langue et littérature espagnole, le temps était venu de créer à Madrid un foyer d'enseignement139. Dans sa séance du 18 janvier, le Conseil de l'université de Toulouse mit à l'étude ce projet. Le titulaire de la première chaire hispanique de France avait reçu des informations du doyen Julien Luchaire, de l'université de Grenoble, qui se proposait de créer à Florence un Institut français. En outre, le lycée (Instituto) de Burgos, où Mérimée entretenait de solides relations, avait promis son soutien à une telle œuvre.140 Au même moment, le recteur de Bordeaux, Raymond Thamin, sur la foi de renseignements provenant également du Dauphiné, demanda à Pierre Paris s'il ne serait pas possible d'imiter, outre-Pyrénées, le modèle florentin en voie de constitution, dans l'optique - différente - d'un centre d'échange de professeurs français et espagnols : un crédit de 1.000 F fut même voté pour les frais d'une mission de quinze jours, dont l'archéologue serait chargé, en compagnie de Radet et de Cirot141.

71Se pose alors la question de savoir à qui attribuer la paternité d'un Institut français de Madrid. Indubitablement à Pierre Paris, à la lumière du rapport de 1898 ! Certes, Ernest Mérimée avait proposé à Menéndez y Pelayo, dès 1889, la mise en place d'un « séminaire » français dans la capitale espagnole, mais il ne s'agissait pas d'un centre d'études permanent. Il est évident que des documents plus précis font ici défaut. Les deux hommes se connaissaient-ils depuis longtemps ? Avaient-ils échangé des propos ou des lettres à ce sujet ? Il n'en demeure pas moins que l'exemple grenoblois les stimula. Les contacts étaient fréquents entre Bordeaux et Toulouse, dans le cadre du Bulletin Hispanique.

  • 142 Guy Martinière, « La coopération universitaire entre la France et l'Amérique latine », RI, 1981, n° (...)
  • 143 AR-Toulouse, registre CU n° 3, p. 19-21 : séances du 6.3 et du 13.3.1908. Le 6.3, on parla d'un Ins (...)

72Tandis qu'à Paris était fondé un Groupement des universités et grandes écoles de France pour les relations avec l'Amérique latine142, les deux centres d'enseignement supérieur du Midi envisagèrent séparément une action commune à laquelle seraient associées la capitale et Montpellier. Le Conseil de l'université toulousaine vota un crédit de 1.000 F, à la lecture d'un rapport de Mérimée, corroboré par un avis favorable du doyen de la faculté des lettres, François Dumas143.

  • 144 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 29.5.1908, rapport de Radet au Conseil, publié dans BH, n (...)
  • 145 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 1.5.1908, rapport de E. Mérimée au Conseil, non publié. P (...)

73Alors que la mission bordelaise s'en allait à Madrid, à Salamanque et à Valladolid afin d'y rencontrer les autorités universitaires locales144, les Toulousains utilisèrent la subvention votée pour organiser, lors des vacances pascales, un premier cours pour étudiants, à Burgos, où le professeur Américo Castro leur prodigua ses lumières145. Dans les deux cas, l'accueil fut un succès, qui inaugurait une nouvelle ère d'échanges. Mais à l'issue de ce mois d'avril prometteur, la confusion pouvait dégénérer en concurrence ouverte entre les deux universités. Il faut bien dire qu'en paraissant s'éloigner de leur objectif scientifique primitif, les Bordelais paraissaient marcher sur les brisées toulousaines. Mérimée réagit rapidement en créant une association qui prit aussitôt le nom d'Union des étudiants français et espagnols, mesure qu'il fit approuver par le ministère.

  • 146 Ibidem, séance du 29.5.1908, p. 29. L'approbation ministérielle date du 10.4.1908. Montpellier vers (...)
  • 147 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 29.5.1908, p. 279-280.
  • 148 ACV-Madrid, carton n° 2 : carte postale de Radet (Paris) à P. Paris (Bordeaux), 9.5.1908. Ce docume (...)

74Une véritable course de vitesse était engagée. L'hispaniste toulousain proposa à Bordeaux et Montpellier de participer à l'œuvre nouvelle, en versant une participation146, tandis que Thamin, puis Radet, faisaient le siège de la Direction de l'enseignement supérieur, afin d'obtenir, à leur tour, un agrément officiel pour la fondation d'un Institut de Madrid, identique à celui de Florence147. Radet insistait sur les bonnes dispositions qui régnaient dans les deux pays en faveur d'échanges de conférenciers148.

  • 149 BH, n° 3, 1908, p. 326-327. Le rapport des cours 1908 de l'UEFE fut publié dans le Bulletin Interne(...)
  • 150 BH, n° 1, 1909, p. 103-105 et Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, t. II, (...)
  • 151 AN-Paris, F21 4741, Expositions à l'étranger : Saragosse 1908. Un crédit de 125.000 F fut voté, le (...)
  • 152 Congreso Histórico Internacional. La guerra de la independencia y su época 1807-1815, Saragosse, 4 (...)
  • 153 BH, n° 1, 1909, p. 105-117. Les conférences eurent lieu du 30.11 au 6.12.1908. AR-Bordeaux, registr (...)
  • 154 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 162.

75Les invitations, lancées par Oviedo et Saragosse à leurs consœurs du nord des Pyrénées furent déterminantes. La capitale des Asturies fêtait, en effet, le tricentenaire de la création de son université. Les festivités se déroulèrent du 20 au 30 septembre : Mérimée - qui avait assuré le fonctionnement des cours d'été à Burgos149 - y représentait Toulouse, tandis que les Bordelais étaient présents en force : P. Paris, G. Radet, G. Cirot et Fortunat Strowski150. Quant à la grande cité aragonaise, elle avait organisé une exposition artistique franco-espagnole, dans le cadre du centenaire de sa lutte contre les armées de Napoléon151. Du 14 au 20 octobre, un congrès international d'histoire, consacré à la guerre d'Indépendance, fut organisé sur les rives de l'Èbre152. Quelques semaines après, à la charnière des mois de novembre et décembre, plusieurs professeurs bordelais invités y prononcèrent une série de conférences, après être passés à Oviedo : le succès remporté par P. Paris et les juristes Léon Duguit et Firniin Sauvaire-Jourdan relança l'idée de fonder une école permanente en Espagne153. Mais la proposition toulousaine du mois de mars, afin que fût fondé un Institut français, n'avait pas encore trouvé un écho solidaire à Bordeaux. L'hispanisme français était-il voué à la maladie des dissensions, ce qui risquait d'indisposer les collègues espagnols que l'on entendait attirer vers une politique d'échanges ? Une lettre de Mérimée à Menéndez y Pelayo, en janvier 1909, semblait emprunter ce dangereux chemin : le professeur de Toulouse reprochait implicitement au grand érudit espagnol d'avoir collaboré avec la Revue Hispanique « ennemie », au détriment du Bulletin...154.

  • 155 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 9.12.1908 et 8.1.1909, p. 49 et 52.
  • 156 BH, n° 2, 1909, p. 212-214. Voir aussi AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 12.3.1909, p. 366. (...)

76Mais le fil ne fut pas rompu, malgré ces querelles. Des universitaires toulousains furent invités, en janvier 1909, à des cérémonies académiques à Barcelone155. La capitale catalane était au cœur d'un vaste mouvement d'affirmation sociale, de nature républicaine, anticléricale et régionaliste. Un Institut d'Estudis Calalans y avait été fondé en 1907. La situation politique était alors fort tendue à travers la Péninsule, où l'opposition au gouvernement central et à la monarchie gagnait du terrain. À la mi-février, des universitaires espagnols vinrent à Bordeaux : Canella, recteur, et Rafael Altamira, professeur de droit à Oviedo, ainsi que José Gascón, de Saragosse, prononcèrent diverses conférences et furent l'objet de nombreuses marques d'attention156.

  • 157 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 182-184. Henri Lorin était le titulaire de la chaire de géographi (...)
  • 158 AD-Gironde, série T (Rectorat), carton 43, dossier EHEH, 1913-1928 : note manuscrite s. cl. (1913), (...)

77Une seconde « caravane » de professeurs s'était d'ailleurs rendue, peu avant, à Madrid, à Valladolid et à Salamanque : Pitres, Moure, Lapie et Lorin conclurent clairement de cette nouvelle incursion tras los montes que l'on devait aller audelà d'un simple va-et-vient de conférenciers157. Le recteur Thamin, qui les accompagnait, eut de nombreux entretiens avec des personnalités et tout spécialement avec l'ambassadeur de France, Paul Révoil : le collège français, dont la reconstruction était encore en projet, rue du Marquis de la Ensenada, ne pourrait-il céder à bail une aile ou un étage du futur bâtiment à une école de recherche et d'enseignement supérieur ? Il fallait, bien sûr, que la Société française de bienfaisance, maître d'œuvre, fût convaincue de la justesse de cette demande, que le diplomate appuierait de son autorité158.

  • 159 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 12.3.1909, p. 365-373. Henry Monnier était doyen de la fa (...)
  • 160 Brochures de distribution des prix, EMBA-Bordeaux, 1898-1908.
  • 161 Sur ces musées de province, la documentation abonde dans la série F21 des AN-Paris. À Bayonne, la m (...)

78Thamin mobilisa ses collègues bordelais afin qu'ils pussent alerter les bonnes volontés en faveur de cette création qui - disait-il - devait rester autonome face aux pouvoirs publics et aux autres universités. La séance du Conseil, le 12 mars 1909, fut décisive. Après qu'eurent été réglées quelques minimes questions comptables, le professeur de droit, Henry Monnier, lança le débat, en indiquant qu'une École française à Madrid serait plus utile que des cycles de conférences. Thamin abonda en ce sens. Radet fit observer que les Espagnols étaient demandeurs en ce domaine : sur proposition de Pitres, un crédit de 1.500 F fut voté afin que la poursuite de cette politique d'échanges fut assurée. Le recteur put, enfin, exposer ses vues sur la création de ce qu'il conviendrait de nommer l'École des Hautes Études Hispaniques (EHEH). Similaire, dans ses objectifs, aux Écoles françaises d'Athènes et de Rome, elle regrouperait des historiens, des archéologues et des artistes. « L'Espagne est une terre presque vierge pour la recherche. Elle contient des richesses considérables »159. On avait déjà tenu ce langage dix années auparavant. Mais que venaient faire, en ce projet, des artistes ? Il faut voir, là, l'influence directe de Pierre Paris, professeur d'archéologie et d'histoire de l'art d'une part, directeur de l'École municipale des beaux-arts, d'autre part. Dans ce dernier rôle, il fit accorder de nombreuses bourses de voyage, comme en témoignent les discours et rapports imprimés de l'établissement160. En outre, la présence d'œuvres de grands peintres espagnols dans les musées de Bordeaux, Bayonne et Castres ne pouvait qu'éveiller son désir d'envoyer de jeunes dessinateurs, peintres ou sculpteurs au sud des Pyrénées161.

  • 162 Dans le registre cité note 159, p. 373, la mention de ce vote est soulignée au crayon noir.

79L'EHEH, poursuivit Thamin, avait reçu l'agrément de l'ambassadeur de France, des ministères concernés (Instruction publique et Affaires étrangères), du vice-recteur de l'Académie de Paris, Louis Liard, ex-directeur de l'Enseignement supérieur, et des Académies (inscriptions et belles-lettres, sciences morales et politiques), qui avaient promis des crédits. Si la Chambre de commerce de Bordeaux avait refusé toute participation pécuniaire, la municipalité paraissait décidée à aider le nouveau centre. Enfin, les autres universités du Midi seraient sollicitées : ne venait-on pas de renouveler la subvention à l'œuvre toulousaine ? Avec l'installation dans le collège de la Société française de bienfaisance, où un étage serait pris à bail, il fallait assurer le traitement d'un directeur et quelques frais matériels, les pensionnaires rétribuant eux-mêmes les domestiques. Qui financerait les bourses ? Thamin précisa que l'Enseignement supérieur envisageait deux versements à cet effet, tandis que la Direction des Beaux-arts en prendrait une à sa charge. Qui seraient les élus ? Le choix serait fait par l'université de Bordeaux parmi ses propres candidats ou ceux de l'École pratique des hautes études, tout étudiant méritant pouvant être choisi. Qui serait le directeur de cette EHEH ? Pierre Paris semblait tout désigné pour tenir ce poste, mais toute autre solution restait possible. Plusieurs membres insistèrent pour que le choix des personnes n'échappât point au Conseil. Thamin insista, en proclamant fermement que la nouvelle institution était une création de l'université de Bordeaux, et rien d'autre ! Avec la volonté d'envoyer, dès l'automne, des pensionnaires au cœur de la Castille, le vote d'une somme de 5.000 F fut acquis à l'unanimité162.

  • 163 La réponse, signée par Gaston Doumergue, est adressée au recteur, 25.3.1909 : AR-Bordeaux, dossier (...)
  • 164 AR-Bordeaux, registre CU n° 2, p. 381 : séance du 30.3.1909. La demande de P. Paris est dans le dos (...)
  • 165 AR-Bordeaux, dossier EHEH : coupure de presse, 29.3.1909, sans indication de titre ; après vérifica (...)

80Le lendemain, un extrait du débat fut adressé à Paris qui répondit, sous la signature du ministre lui-même, que, tout en félicitant les membres du Conseil de leur initiative, il ne serait pas possible de participer financièrement à l'œuvre entreprise, en l'état actuel, mais qu'en fin d'année, on verrait163... L'Académie des inscriptions et belles-lettres, par la plume de son secrétaire perpétuel, Georges Perrot, fit parvenir son soutien, qui ne serait pas cependant prélevé sur le fonds Piot - comme le lui avait demandé P. Paris-, mais sur d'autres legs, sous la forme de bourses pour archéologues, comme cela, déjà, avait été fait pour l'Institut français de Florence164. Le journal Le Matin avait déjà, en seconde page de son numéro du 29 mars, annoncé la nouvelle d'une création française à Madrid165.

  • 166 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 30.3.1909, p. 381-382.

81Dans sa séance du 30 mars, le Conseil de l'université examina les dispositions concrètes qu'il convenait de prendre. Il fallait faire vite, pour éviter que d'autres ne fissent de même. Mais le bâtiment du collège n'était pas encore sorti de terre : avant 1912 - date présumée de son achèvement - il faudrait donc patienter, en adoptant des mesures provisoires. Thamin avait vu Révoil, de passage à Bordeaux : le diplomate affirma que la Société française de bienfaisance serait prête à signer un bail de neuf ans pour la location d'un appartement complet pour le directeur, avec cinq chambres de pensionnaires et une salle commune où serait placée la bibliothèque. Mais un bâtiment spécial, pour un éventuel Institut français de Madrid, ne serait-il pas concevable, demanda le diplomate ? En plein centre de la ville, le voisinage du futur collège offrait, en effet, de larges capacités, qui permettraient de faire de la rue du Marquis de la Ensenada une « artère culturelle » française. Révoil promit d'assurer une subvention d'environ 5.000 F pour ce projet encore hypothétique. Le Conseil décida que les universités de Toulouse, Paris, Montpellier, Lyon, Clermont et Poitiers seraient contactées afin de soutenir l'EHEH. En outre, P. Paris serait, avec Arthur Engel, chargé de diriger les futurs impétrants, à Madrid166.

  • 167 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 204.
  • 168 Sur le budget du MAE, ibidem, p. 193-206 ; voir aussi J.-C. Allain et Marc Auffret, « Le ministère (...)

82Tandis que Mérimée lançait, pour la seconde année consécutive, ses étudiants à la connaissance directe de l'Espagne, lors du second stage de Pâques, à Madrid, le ministre Stephen Pichón, décida, par un décret, en avril, que le Quai d'Orsay serait désormais doté d'un Service des écoles et des œuvres françaises à l'étranger167. Le budget culturel de son département était en progression constante : en 1908 il représentait 1.575.000 F, ayant ainsi quasiment doublé depuis 1900168. L'année 1909 sonnait-elle la naissance de l'action culturelle extérieure de la France P Certes non, mais si les tutelles et les aides ne venaient pas toutes du Quai d'Orsay - loin s'en fallait - le fait que le ministère chargé des relations avec l'extérieur créât un instrument de coordination en son sein ne pouvait que conférer à l'expansion française de nouvelles perspectives, des ambitions mieux structurées, en quelque sorte. À travers ce rouage fort modeste visait-on une meilleure coordination des efforts nationaux, dans un monde désormais à peu près totalement touché par la présence occidentale.

  • 169 Pierre Milza, « Culture et relations internationales », ainsi que André Reszler et Alison Browning, (...)
  • 170 Jacques Thobie fournit une approche à cette question : « La France a-t-elle une politique culturell (...)

83Affirmer une identité culturelle propre était aussi important que d'empêcher que les autres nations eussent les coudées franches169. De nouveaux champs d'affrontement étaient ainsi ébauchés : dès le milieu du XIXe siècle la création de foyers culturels, à travers le bassin méditerranéen, relevait bien d'une politique ambiguë, aussi défensive qu'offensive. En un mot magique, civiliser... selon ses propres critères. Protéger de la barbarie, que celle-ci fût voisine ou lointaine... religieuse ou païenne. Dans ce domaine, où le sort de tant d'esprits était en jeu, l'État avait laissé des groupes privés ou des individualités exercer leur action. La faiblesse des moyens qu'il avait jusqu'alors mis en œuvre pouvait-elle permettre l'élaboration de projets cohérents170 ?

  • 171 Albert Salon, L'action culturelle de la France dans le monde. Analyse critique, thèse d'État, unive (...)

84La création du Service des écoles mettait donc fin à la « timidité de l'État ». La France allait-elle avoir une véritable action culturelle171 ?

  • 172 A. Salon, L'action culturelle, ouvr. cité, t. 1, p. 45. L'Auswärtiges Amt est l'Office impérial all (...)

85L'affirmation des états-nations donne la clé de cette décision. Le gouvernement français répondait à la création d'un Bureau des écoles (Schulen-Büro), au sein de l'Auswärtiges Amt, en 1906172.

86Mais, pour l'heure, en ce printemps 1909, les Toulousains apparaissaient, aux yeux des Bordelais, comme de redoutables rivaux, en vue d'établir un Institut français dans la capitale espagnole.

  • 173 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 4.5.1909, p. 388-390. Tout le dossier se trouve dans AAF- (...)
  • 174 École de (sic) Hautes Études Hispaniques à Madrid (Fondation de l'Université de Bordeaux), rapport (...)

87L'article publié dans Le Matin, fin mars, avait suscité une protestation des universitaires de la Ville Rose : Mérimée l'avait transmise à Thamin. Le Conseil de l'université de Toulouse considérait la création de l'EHEH comme une atteinte à ses activités d'outre-Pyrénées. Les Bordelais, dans une réunion, le 4 mai, décidèrent de calmer les appréhensions de leurs voisins. Les terrains d'action étant distincts, il y avait place pour tous, en Espagne. La future École de recherche ne voulait, en aucune manière, porter ombrage à l'œuvre excellente qu'était l'Union des étudiants français et espagnols, à laquelle Bordeaux apportait son obole. Mérimée n'avait-il pas parlé, seul, au nom de la délégation française, lors des fêtes du Tricentenaire d'Oviedo ? Enfin, pour les cycles de conférences, une entente était naturellement possible et souhaitable entre les deux centres, mais aussi avec Montpellier173. Le 6 mai, Thamin adressa au ministre un rapport circonstancié, qui fut publié dans la très officielle Revue Internationale de l'Enseignement, ce qui confirmait l'aval qu'avait exprimé la lettre adressée par Doumergue au recteur de Bordeaux174.

  • 175 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 7.5.1909, p. 66.
  • 176 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 25.5.1909, p. 401-402.

88Le lendemain, le conseil toulousain tint, à son tour, séance. Des négociations devaient s'engager avec Bordeaux, afin de créer un Institut français d'Espagne, au sein duquel les deux organismes conserveraient leur autonomie. Un comité serait constitué, sous la présidence de l'ambassadeur qui aurait, à ses côtés, les deux directeurs. Le recours au ministère ne serait décidé qu'en cas de litige majeur. Le conseil donna son adhésion à cette démarche. Le but était d'éviter clairement la mainmise parisienne sur ces œuvres méridionales. L'Union des étudiants demanderait, via l'ambassade, que lui fussent loués, pour 1.500 F annuels, une salle de cours et un appartement de trois chambres, dans le collège de la Société française de bienfaisance. La subvention fut même élevée à 2.500 F175. Après des échanges épistolaires, Bordeaux donna son accord de principe pour une telle « union », à laquelle serait associée l'université de Montpellier, déjà pressentie. Si d'autres villes voulaient se joindre à cette entreprise, elles devraient se fondre dans la nouvelle structure ainsi créée en terre d'Espagne176... Pour l'heure, seule la capitale française pourrait faire acte de candidature, sous l'impulsion de Martinenche, mais, on l'a vu, celui-ci paraissait tourner son énergie vers l'outre-mer latino-américain.

  • 177 AAF-Madrid, carton 382 : note manuscrite de P. Paris (8 fol.), Beyssac (Dordogne), 23.7.1909 ; étai (...)

89Le mardi 20 juillet, à Bordeaux, les deux recteurs, en présence de l'ambassadeur, représentant du président de la Société française de bienfaisance, passèrent un accord, afin que les espaces prévus dans le futur collège fussent assurés aux futurs « missionnaires », chercheurs ou enseignants. Un comité constitué par les recteurs de Bordeaux, Toulouse et Montpellier, sous la présidence de l'ambassadeur, se réunirait en cas de problèmes177. L'Institut français en Espagne était né. Les nouvelles ambiances ibériques ne prêtaient, cependant, guère à sourire.

  • 178 J. Connelly Ullman, ouvr. cité, p. 551-552.

90En effet, en cet été 1909, des incidents graves éclatèrent près de Melilla. L'envoi de réservistes provoqua un véritable soulèvement révolutionnaire à Barcelone, qui dégénéra en une semaine « sanglante ou tragique », du 26 juillet au 1er août. La répression - d'une grande brutalité - mobilisa les forces progressistes de la plupart des pays d'Europe occidentale178.

  • 179 BH, n° 2, 1910, rapport d'E. Mérimée, p. 227-228, « quatre-vingts auditeurs, malgré les événements. (...)

91Malgré ces événements, l'université de Toulouse avait pu organiser les cours d'été, à Burgos, où l'archevêquet du lieu, Mgr Aguirre, avait présidé la séance solennelle d'ouverture, le 5 août179 ! Cette présence mettait à nu, d'emblée, l'ambiguïté du caractère apolitique des œuvres françaises en Espagne. Tandis que le républicanisme anticlérical se fortifiait du sang de ses martyrs catalans, la France universitaire jouait délibérément en faveur d'une entente avec les forces officielles de la Restauration, monarchiques, catholiques et centralisatrices.

92Aussi, dès 1909, la vie politique espagnole pesa-t-elle, inévitablement, sur l'action culturelle française. On était alors à l'aube d'un choix décisif et difficile : se fixer sur la meseta, en privilégiant ainsi le castillan ou jouer la carte des régions dont l'identité centrifuge s'affirmait, depuis la fin du siècle précédent.

  • 180 G. Weisz, ouvr. cité, p. 321-340

93En fait, il semble que, jamais, ce dilemme n'ait pu être énoncé clairement par les promoteurs toulousains, bordelais ou parisiens de l'Institut français. L'œuvre scolaire et scientifique de la IIIe République était centralisatrice, globale, « officialisante ». Malgré le désir de préserver jalousement l'autonomie universitaire de chaque centre, l'idée d'union des efforts ne put que prévaloir180. Pour des raisons mentales et matérielles, c'était le royaume entier qui devait devenir le cadre exclusif de l'action des Français. Le gouvernement de Madrid eut fait avorter toute tentative contraire à cette unité souvent répressive.

  • 181 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre recteur Bordeaux à collègues-recteurs, 27.7.1909, sans ind (...)
  • 182 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 23.7.1909, p. 419-420.

94Tandis que le recteur de Bordeaux lançait un appel de fonds pour la création de l'EHEH181, le conseil demanda, à travers le ministère de l'Instruction publique et des beaux-arts, que le Quai d'Orsay intervînt auprès des autorités espagnoles afin que fussent acceptés les premiers boursiers182.

  • 183 AMAE-Madrid, série Política, liasse 2472, Francia, dossier EHEH : note manuscrite Ambassade de Fran (...)
  • 184 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1254, correspondance M. État-MIPBA, 1900-1916 : note MIP (...)
  • 185 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 9.11.1909, p. 422.

95À la suite d'entretiens, Paul Révoil adressa, en effet, au ministre d'État une note lui précisant le projet commun des universités de Toulouse et de Bordeaux. Pierre Paris viendrait bientôt à Madrid présenter au ministre espagnol de l'Instruction Publique les jeunes chercheurs. Dans sa conclusion, l'ambassadeur exprima le désir que les Espagnols pussent aussi créer une institution similaire à Paris. Dans l'agitation politique du moment, le ministère d'État dut s'y reprendre à deux fois, à la demande de l'ambassade, pour que le ministère espagnol compétent exprimât son accord de principe183. Alors que ce dernier département faisait savoir que les diplômes de français, délivrés sous le patronage de l'Alliance française, seraient validés pour l'enseignement, dans le royaume184, le premier boursier de l'EHEH s'apprêtait à franchir la frontière, en ce mois de novembre 1909185.

Notes

1 Maurice Legendre, « Souvenirs sur Pierre Paris, l'homme, le fondateur », BH, 2, 1933, p. 155-156.

2 Émile Cartailhac (1845-1921), simple bachelier, était préhistorien. Il alla en mission dans la Péninsule ibérique et aux Baléares, à partir de 1886. Chargé de cours libre à la faculté des sciences de Toulouse, en 1889, il restera fidèle à cette ville. Dès 1886, il publia, à Paris, Âges préhistoriques de l'Espagne et du Portugal. Arthur Engel (1855-1935), d'une riche famille d'industriels mulhousiens du coton, fut membre de l'EFR, de 1878 à 1880, puis de l'EFA, de 1881 à 1884. Il connut P. Paris en Grèce et fouilla en Espagne à partir de 1891. Grâce à Léon Heuzey, l'AIBL apporta une aide non négligeable aux archéologues français travaillant en Péninsule ibérique.

3 Les carnets de voyage, propriété de sa petite-fille, Mme Suzanne Philippe, ont été publiés par le Centre d'archéologie ibérique Pierre Paris de l'université de Bordeaux-III, sous le titre, L'Espagne de 1895 et 1897. Journal de voyage, Bordeaux, 1979, 125 p. Des cinq carnets originaux, l'un - le n° IV - n'a pas été retrouvé.

4 Ibidem, p. 37.

5 Ibidem, p. 56 et 72. Leur édification ayant été décidée, lors du quatrième centenaire de la découverte de l'Amérique (1892), le Musée archéologique et la Bibliothèque nationale furent inaugurés à Madrid le 5.7.1895, par la Régente Marie-Christine : José Ramón Melida, Revue des Universités du Midi, n° 1, 1897, p. 105-118.

6 P. Paris, « Buste espagnol de style gréco-asiatique trouvé à Elche », Monuments et Mémoires, AIBL, Fondation Eugène Piot, Paris, 1898, p. 1. L'auteur remerciait Louis Liard et Emil Hübner (1834-1901), professeur à l'université de Berlin, pour l'aide apportée, lors du voyage de 1895. Ce dernier, qui avait publié, en 1888, Arqueología de España, préparait alors ses Monumenta linguae ibericae, dont le premier volume fut édité en 1893.

7 P. Paris, « Buste espagnol », art. cité note 6, p. 3, note 1, indique sa venue à Elche - l'antique Ilici - dès mai 1896. Aidé par Hübner, il publia des « Inscriptions latines d'Espagne », Revue des Universités du Midi, n° 4, 1896, p. 393-398.

8 Alfred de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l'enseignement supérieur, t. 5, Paris, 1898, p. 591-606 et 694-730.

9 Ibidem, p. 255-259.

10 AR-Bordeaux, registre CGF, n° 1, p. 161 : séance du 5.4.1892. Le CGF avait reçu, fin 1891, une lettre de Louis Pasteur, membre du Comité de patronage, incitant chaque académie à créer, elle-même, un comité régional (p. 146), ce que fit Bordeaux (p. 147 : séance du 15.12.1891). Paul Melon publia, en 1898, L'Enseignement supérieur en Espagne, Paris, 140 p.

11 Antonio García y Bellido, La Dama de Elche y et conjunto de piezas arqueológicas reingresadas en España en 1941, Madrid, 1943, p. 3-7 ; également Juan A. Gaya Nuño, Escultura ibérica, Madrid, 1964, p. 98-115.

12 Les frères Bardac, brasseurs d'affaires juifs, étaient surtout des intermédiaires, des « rabatteurs » pour les investissements de grosses sociétés industrielles ou financières françaises à l'étranger. On les retrouve chez René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, 1973, p. 301 et suiv., et chez Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l'empire ottoman (1895-1914), Paris, 1977, p. 337 et suiv.

13 P. Paris, art. cité, p. 4. L'AIBL écouta Heuzey dans ses séances du 24.9 et du 1.10.1897, voir Comptes-Rendus de l'Académie des Inscriptions, 1897, p. 505.

14 P. Paris, art. cité, p. 4.

15 AML-Paris, registre manuscrit n° 1 BB32, Conseil consultatif des musées nationaux : séance du 25.11.1897, fol. 122-125, et dossier Noël Bardac (B8). Par arrêté du 21.12.1897, la Réunion des musées nationaux, créée en 1895, fut autorisée, par le MIPBA, à accepter la donation.

16 J. R. Mélida écrivit alors ses impressions : « Busto anteromano descubierto en Elche », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, octobre 1897, p. 440 et suiv. Une mise au point : Gérard Nicolini, « La Dame d'Elche : question d'authenticité », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1974, p. 60-73.

17 P. Paris, ouvr. cité, p. 89-109, n'évoque pas, dans le carnet n° V, l'affaire de l'acquisition, lors du passage à Elche, du 12 au 18 août : pas une seule indication ! Souci de discrétion ? Une allusion très brève, p. 102, durant son séjour à Alicante du 27 au 31 août : « Tracas avec Elche ». Rien de plus. Il revint en France, par Valence et la Catalogne.

18 Louis Réau, Histoire de l'expansion de l'art français, Paris, 1933, p. 279.

19 Fernand Petit, Notes sur l'Espagne artistique, Lyon, 1877, p. 26.

20 Paul Lefort, série d'articles dans la Gazette des Beaux-Arts 1879-1883, réunie en un livre, Vélazquez, Paris, 1887, 159 p. ; du même auteur, La peinture espagnole, Paris, 1893, 304 p.

21 Citons Edmond de Lalaing, Histoire des grands peintres espagnols, Lille, 1888, 167 p., Teodor de Wyzewa, Les grands peintres de l'Espagne et de l'Angleterre, Paris, 1891, 188 p., Émile Michel, Vélasquez, Paris, 1895, qui avait publié divers articles dans la Revue des Deux Mondes (1.8, 15.8 et 1.9.1894) sous le titre « Diego Velázquez », et Georges Lecomte, Espagne, Paris, 1896, 340 p.

22 Charles Curtis, Velázquez and Murillo, a descriptive and historical catalogue, New York, 1883, 452 p., A. M. Stevenson, The Art of Velázquez, Londres, 1895, 128 p., Walter Armstrong, The Art of Velázquez et The life of Velázquez, Londres, 1896, 69 et 60 p., Karl Justi, Diego Velázquez und sein jahrhundert, Bonn, 1888, 2 vol. et Karl Voll, Velázquez, Munich, 1899, 28 p. avec 48 planches photographiques détachées.

23 Manuel Mesonero Romanos, Velázquez fuera del Museo del Prado, Madrid 1899 p 155-166.

24 Outre Bénézit, Dictionnaire des peintres et des sculpteurs, voir le catalogue 50 ans d'art espagnol 1886-1936, exposition Bordeaux, 1984, p. 71 : Beruete (1845-1912) exposa à Paris dès 1878.

25 Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (RABASF), brochure Homenaje a Léon Bonnat, 19.4.1925, biographie par J. R. Melida, p. 17-28. Né à Bayonne en 1833, Bonnat vint rejoindre son père à Madrid, en 1846. Il y restera jusqu'en 1853 et n'y reviendra, brièvement, qu'en 1864. La librairie paternelle était située rue Montera, n° 17 ; voir aussi Jean-François Botrel, Pour une histoire littéraire de l'Espagne 1868-1914, thèse d'État, université de Besançon, 5 vol., 1981, vol. 2, p. 314. Du même auteur, La diffusion du livre en Espagne (1868-1914), Madrid, 1988, p. 168.

26 D'autres publications sur Velázquez, à signaler : Élie Faure, Paris, 1903, 127 p., Auguste Bréal, Paris, 1904, 227 p. et Aman Jean, Paris, 1913, 138 p.

27 M. Mesonero Ramos, ouvr. cité note 23 : œuvres de Velázquez en France, p. 155 et 166. Au Louvre, quatre autres tableaux n'étaient que des copies présumées. À Nantes, une toile, et à Valenciennes, deux, ne reçurent pas davantage le label du maître.

28 Geneviève Bresc-Bautier et Anne Pingeot, Sculptures des Jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, t. 2, Paris, 1986, p. 205-207. Frémiet (1824-1910), neveu et élève de Rude, était membre de l'ABA depuis 1892, année de la commande du bronze par l'État. Il exécuta, parmi bien d'autres œuvres, la Jeanne d'Arc de la place des Pyramides et le saint patron qui est placé à la pointe de l'église de l'abbaye du Mont Saint Michel. Il était le beau-père de Gabriel Fauré. Frémiet semble n'être jamais allé en Espagne. Emmanuel Frémiet. La main et le multiple, catalogue d'exposition, Dijon et Grenoble, 1988-1989, p. 142-144.

29 Charles Blanc, Les Beaux-Arts à l'Exposition Universelle de 1878, Paris, 1878, p. 323-328, estimait peu la peinture espagnole présentée : Mariano Fortuny, Raimundo de Madrazo, Eduardo Rosales... Georges Lafenestre, « L'Exposition Universelle de 1889 », Revue des Deux Mondes, 1.11.1889, p. 138-172, voyait de réelles traces de redressement dans les tableaux exposés par les artistes espagnols. José Ortega Munilla, Viajes de un cronista, Madrid, 1892, p. 289-303.

30 Outre L. Réau, ouvr. cité, p. 272, deux catalogues d'expositions nous donnent un aperçu de cet engouement, qui se prolongera jusqu'à la guerre civile : 50 ans d'art espagnol, ouvr. cité, et Les noces catalanes, Barcelone-Paris, 1870-1970, Paris, 1985, 113 p. Un exemple : Ignacio Zuloaga, qui, dès son plus jeune âge, fréquenta le pays basque français, fut éduqué à Paris, s'y installa, puis épousa une Française. Mayi Milhou, Ignacio Zuloaga et la France 1870-1945, thèse d'Université, Bordeaux-III, 1979, 2 vol., 387 p. Également, Ignacio Zuloaga, catalogue d'exposition, Bilbao, Paris, Dallas, New-York, Madrid, 1990-1992, 308 p.

31 Né à Pampelune, le grand violoniste, Pablo de Sarasate - dont une rue de Paris, depuis 1932, porte le nom - fut l'un des artistes les plus attachés à la Ville-Lumière : il y fit ses études, y revint après 1871 et y mourut en 1908 : voir Pierre Lalo, Le Temps, 29.8.1941. Un autre grand de la musique espagnole, Ricardo Viñes, vécut longtemps en France, où il se lia à la plupart des compositeurs du moment, notamment avec le jeune Maurice Ravel. Cahiers Maurice Ravel, n° 1, avril 1985, p. 7.

32 Parmi ceux-ci, de nombreux écrivains espagnols : Benito Pérez Galdós, Leopoldo Alas « Clarín », Miguel de Unamuno, Ramiro de Maeztu ; voir Manuel Tuñón de Lara, Medio Siglo de cultura española (1885-1936), 3e éd., Madrid, 1984, 304 p. La plupart d'entre eux vinrent à Paris à l'occasion des expositions universelles : ainsi, Unamuno, en 1889, selon Emilio Salcedo, Vida de Don Miguel, Madrid, 1964, p. 60.

33 Jacques Lethève, Impressionnistes et symbolistes devant la presse, Paris, 1959, p. 59-149. Maurice Crubelier, Histoire culturelle de la France, XIXe -XXe s., Paris, 1978, p. 332-335, et Jeanne Laurent, Arts et pouvoirs, Saint-Étienne, 1983, p. 84-99. Il s'agissait du refus d'une partie importante d'un legs fait à l'État, par le peintre Gustave Caillebotte. Les toiles étaient presque toutes impressionnistes. Certains membres de l'ABA voulurent s'y opposer. Un compromis fut trouvé, non sans peine. Également, Pierre Vaisse, « L'impressionnisme au musée : l'affaire Caillebotte », L'Histoire, n° 158, septembre 1992, p. 6-14.

34 Mais aussi allemands (Spanisches Liederbuch d'Hugo Wolf, 1890, Don Quichotte de Richard Strauss, 1898) autrichiens (Don Quichotte de Léon F. Minkus, 1869) ou russes (Glinka, Rimsky-Korsakov, Stravinsky) : voir Christiane Le Bordays, Un siècle de présence espagnole dans la musique française 1850-1950, thèse d'État, université de Paris-1, 1984, vol. 1, p. 269-302.

35 C. Le Bordays, ouvr. cité, vol. 2, p. 650. Les œuvres des Italiens (Verdi, Bellini et Donizetti) étaient choisies plus fréquemment que celles des Français, qui connurent, néanmoins, une large audience : outre Carmen, Faust de Gounod, Manon de Massenet, Samson et Dalila de Saint-Saëns.

36 Ibidem, vol. 1, p. 15-16 et vol. 2, p. 454-471.

37 James Durnerin, Maura et Cuba. Politique coloniale d'un ministre libéral, Paris-Besançon, 1978, 296 p., Carlos Serrano, Final del Imperio. España 1895-1898, Madrid, 1984, 267 p., Georges Fischer, José Rizal, Philippin. 1861-1896, un aspect du nationalisme moderne, Paris, 1970, 122 p. et Albert Mousset, L'Espagne dans la politique mondiale, Paris, 1923, p. 80-95.

38 Harry Blumenthal, France and the United States Diplomatic Relations 1789-1914, Chapel Hill - Durham (Caroline du Nord), 1970, p. 180-214.

39 John Frederic Mac Donald, « Jules Cambon et la menace de l'impérialisme américain (1898-1899) », Revue d'Histoire Diplomatique, n° 2, 1972, p. 247-255.

40 Victor Morales Lezcano, León y Castillo, embajador (1887-1918). Un estudio sobre la política exterior de España, Las Palmas, 1975, p. 66-69. Fernando de León y Castillo, Mis Tiempos, t. 2, (1887-1912), Las Palmas, 1978, p. 107-148. Leslie Manigat, L'Amérique latine de 1889 à 1929, Paris, 1973, p. 108-128. Yves-Henri Nouailhat, Les États-Unis, l'avènement d'une puissance mondiale 1898-1933, Paris, 1973, p. 195-200.

41 Ministère des Affaires étrangères, Paris, Négociations de paix 1898. Espagne-États-Unis. Livre Jaune, qui recense les principaux documents de la médiation française, du 19.7 au 15.8.1898.

42 Jesús Jareño López, El affaire Dreyfus en España 1894-1906, Murcie, 1981, 353 p.

43 Pierre Guillen, L'expansion 1881-1898, Paris, 1984, p. 385-418. Marc Michel, La mission Marchand, 1895-1899, Paris, 1972, 290 p.

44 Les Affaires Étrangères et le Corps Diplomatique français, t. 2, Paris, 1984, p. 231-241 et surtout, Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, Paris, 1978, p. 165-187.

45 Pierre Milza, Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, 1968, p. 142-144.

46 Manfred Abelein, Die Kulturpolitik des Deutschen Reiches und der Bundesrepublik Deutschlands, Cologne, 1968, p. 108-112.

47 Revue Internationale de l'Enseignement, 1913, p. 5-17. Voir aussi A. Niño Rodríguez, Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España, Madrid, 1988, p. 177-178.

48 Institut Français d'Espagne. Fondation des Universités de Bordeaux et de Toulouse, Madrid, 1916, p. 16-17. L'éditeur de cette brochure de 48 pages était Paul Orrier, d'une famille française établie à Madrid, depuis la fin du XIXe siècle. Il était devenu imprimeur-éditeur, en 1904 : J.-F. Botrel, Pour une histoire littéraire, ouvr. cité, vol. 4, p. 504. Voir ch. 2, note 151.

49 AR-Bordeaux, registre Conseil de l'université, n° 1, 1886-1901. De même, aucune allusion dans les rapports officiels de l'université au MIPBA, 1898-1899.

50 Information de la bibliothèque de l'École municipale des beaux-arts, Bordeaux, octobre 1985.

51 Aux AN-Paris, rien n'est apparu, ni dans les séries F17 et F17bis (Éducation Nationale), ni dans la série F21 (Beaux-Arts).

52 Institut Français d'Espagne, ouvr. cité, note 48, p. 18 : « Les temps n'étaient-ils pas venus, ou la parole d'un modeste professeur de province n'avait-elle pas assez d'autorité ? ».

53 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 5, p. 793-822.

54 George Weisz, The emergence of Modem Universities in France, 1863-1914, Princeton, p. 163-174. En réalité, trois sources de revenus non-gouvernementaux étaient clairement indiquées : les donations et legs, les placements financiers et les emprunts. « Endettez-vous ! », disait Louis Liard aux autorités universitaires. En 1900, l'État assurait 71,6 % des ressources des universités. En 1906, 69,4 %. En 1913, 63,9 %.

55 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 204-205 et 269-270.

56 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 6, p. 222-225.

57 P. Paris et E. Hübner, « Inscriptions latines d'Espagne », Revue des Universités du Midi, n° 4, 1896, p. 393-398, et J. R. Mélida, « Bulletin Archéologique d'Espagne », ibidem, 1897 n° 1, p 105-118.

58 J. R. Mélida, Archéologie ibérique et romaine, Bordeaux, 1898, 232 p. L'auteur était parent, par alliance, du peintre Léon Bonnat : voir note 25.

59 AR-Bordeaux, registre CU n° 1, séances des 22.3 et 17.5.1898.

60 Charles-Vincent Aubrun, « Le doyen Georges Cirot (1870-1946) », chronique nécrologique, BH, n° 4, 1946, p. 289-291. Jean et Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d'un demi-siècle (1889-1957), Bordeaux, 1957, p. 170-171. Cet ouvrage est une sorte de Who was who bordelais, fort utile, mais incomplet.

61 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 149-151. Radet (1859-1941) était, comme P. Paris, normalien et « athénien ». Il enseignait à Bordeaux depuis 1888 et devint professeur en 1895 : voir J. et B. Guérin, ouvr. cité, p. 586. Imbart de la Tour (1860-1925), normalien, historien médiéviste, était à Bordeaux, depuis 1885. Il sera élu, en 1909, à l'Académie des sciences morales et politiques : voir Séances et Travaux de l'ASMP, 1926, p. 199-203 et BH, 1926, n° 2, p. 110.

62 BH, 1899, n° 1 et 2, p. 1-6 (E. Mérimée) et 24-32 (F. Despagnet). Ce premier fascicule publia, en préface, la liste des membres de la Société de Correspondance Hispanique. Les archéologues, professionnels ou amateurs, y prédominaient largement : 48 sur 82. On comptait, dans cette liste, 53 Espagnols, 25 Français, 2 Britanniques, 1 Uruguayen, 1 Portugais ; voir A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 150-151.

63 BH, 1899, n° 3, p. 105-122.

64 C.-R. Ageron, ouvr. cité, p. 159-160, cite plus d'une vingtaine de groupes coloniaux, dont la fondation est antérieure à 1908. Une note additive indique même le chiffre de 58 !

65 Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, Paris, 1972, p. 62-63. Il existait aussi une Société de géographie commerciale distincte.

66 Alfred Fierro, La Société de Géographie de Paris 1821-1946, Genève, 1983, indique, p. 240, note 1, que 17 sociétés existaient en France, en 1881. Il y en avait 30, en 1890. Celle de Toulouse fut fondée en 1882.

67 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 3, Paris, 1886, p. 141 : décret du 16.11.1876 et t. 6, Paris, 1909, p. 68 : arrêté du 27. 6. 1899.

68 MIPBA. Enquêtes et documents relatifs à l'Enseignement supérieur. Année 1898-1899, rapport de Camille Jullian, Bordeaux, p. 85.

69 G. Weisz, ouvr. cité, p. 186-193.

70 En 1899, le corps de Goya, sans sa tête ! dit-on, fut rapatrié de Bordeaux à Madrid, où il fut inhumé dans la chapelle-ermitage de San Antonio, de la Florida : Jacques Fauque et Ramón Villanueva Etcheverría, Goya y Burdeos, Saragosse, 1982, p. 473-475. À signaler que Goya reposait au cimetière de la Chartreuse, à Bordeaux. Une thèse a été consacrée à cette nécropole : Madeleine Lassere, Le Cimetière de la Chartreuse, à Bordeaux, des origines à nos jours (1800-1985), université de Bordeaux-III, 1986.

71 Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, 1972, p. 72-81 et 259-263. Une carte, p. 262, montre clairement leur implantation dans les quartiers méridionaux de la ville, non loin de l'Université.

72 C. Serrano, ouvr. cité, p. 90-142.

73 V. Morales Lezcano, León y Castillo, ouvr. cité, p. 76-80. L'ambassadeur, dans ses mémoires, parle peu de ces négociations, à l'issue desquelles il reçut le titre de marquis del Muni, du nom du fleuve de Guinée continentale, qui formait la frontière avec le Gabon français : voir Mis Tiempos, t. 2, p. 169-195. Par contre, ses archives de Las Palmas de Grande Canarie, en recèlent de nombreux éléments : voir J.-M. Delaunay, « Inventario del fondo documental de F. León y Castillo », Actes coloquio de Historia Canario-Americana (1982), t. 3, Las Palmas, 1985, p. 553-572.

74 Jean-Louis Miège, Le Maroc et l'Europe 1830-1894, Paris, 1961-1963, 4 vol., 1776 p., et Pierre Guillen, L'Allemagne et le Maroc de 1870 à 1905, Paris, 1967, 1002 p.

75 José María Jover Zamora, 1898. Teoría y práctica de la redistribución colonial, Madrid, 1979. Du même auteur, « Caracteres de la política exterior de España, en el siglo XIX », Homenaje a J. Vincke, Madrid, 1963, p. 751-794.

76 Sur cet affrontement, A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 149-156. L'article de Foulché-Delbosc parut dans la Revue Hispanique, t. VII, 1900. Dans une lettre du 25.2.1901, Mérimée indiqua à Morel-Fatio, que Foulché-Delbosc jouait des « tours de carnaval » au BH. On ne lui répondrait donc pas : BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio, carton 271, correspondance Mérimée.

77 Depuis 1853, il existait un enseignement non linguistique de littératures étrangères. A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 3, décret du 27.12.1881, p. 602-604 et t. 5, décret du 31.12.1894, avec circulaire d'application du 18.3 et arrêté du 3.8.1895, désignant les facultés habilitées à déliver ce certificat de langues vivantes.

78 Sur le détail des épreuves, avec une liste des reçus, A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 92-95. Ernest Martinenche (1869-1941), normalien, était agrégé de lettres (grammaire), tout comme Cirot. En 1910, l'italien et l'espagnol furent disjoints.

79 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 78-80. Le décret instituant une chaire d'études hispaniques, à Bordeaux, date du 17.7.1906 : voir A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 6, p. 909. G. Cirot avait soutenu ses thèses, en 1904 sur Mariana, historien et Les histoires générales d'Espagne entre Alphonse X et Philippe II.

80 La recension de ces « frustrés », de la genèse de l'hispanisme organisé, est faite par A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 129-146.

81 Huntington (1870-1955), grâce à la fortune paternelle réalisée dans les chemins de fer, avait fondé, en 1904, une Hispànic Society of America, dont l'histoire intellectuelle et artistique est consignée dans un livre, publié en 1954, par cette institution, dont le siège est à New York. Un opuscule hagiographique a été consacré à cet homme, qui, venu en Espagne, dès 1892, était un passionné d'art ibérique : Béatrice Gilmas Proske, Archer Milton Huntington, New York, 1965, 32 p. L'aide de la Hispànic Society fut maintenue jusqu'à la mort de Foulché-Delbosc, en 1929, qui entraîna la disparition de la Revue Hispanique, en 1933.

82 C.-V. Aubrun, « Une décade décisive dans l'histoire de l'hispanisme français, 1894-1904 », les Langues Modernes, 1953, p. 93-97.

83 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 99-107. La Société fut créée, en mai 1905, et le bulletin parut, dès avril 1906.

84 Ainsi, Arthur Engel : voir note 2.

85 AAIBL-Paris, dossier Fondation Eugène Piot, 2 J 1 : lettre de P. Paris au président de la Commission, 27.6.1902. Il y indiquait la publication prochaine de son Essai sur l'Art de l'Industrie de l'Espagne primitive. AN-Paris, F17 17225, Commission des voyages et missions, 1894-1936, sousdossier 1894-1914 : PV manuscrit des séances des 23.2.1898 et 18.2.1905. Lors de cette ultime réunion, Léon Heuzey insista sur l'urgence d'une bourse de 2.500 F, pour que P. Paris pût fouiller à Elche.

86 AAIBL-Paris, dossier Fondation Eugène Piot, 2 J 1 : lettre de Cartailhac, 2.9.1902. Pour l'abbé Breuil, cette mission de 1902 fut la première d'une longue série : voir Miscelanea en homenaje al Abate Henri Breuil, 1877-1961, éd. Eduardo Ripoll Perelló, t. 1, Barcelone, 1964, p. 5. Le site d'Altamira avait été découvert en 1872.

87 AN-Paris, F17 17225, cité note 85.

88 J.-F. Botrel, Pour une histoire littéraire, ouvr. cité, vol. 1, p. 157-200.

89 M. Bruézière, L'Alliance Française. Histoire d'une institution, Paris, 1983, p. 71-72

90 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées : congrégations françaises et refuges espagnols 1901-1914 », MCV, t. XVIII/1, 1982, p. 259-287.

91 AMAE-Paris, série Correspondance administrative, 1876-1907, vol. 170, Espagne. Subventions du Pari mutuel, MA. Correspondance Ambassade, Madrid - MAE, Paris, 1896-1904. Le Pari mutuel, fondé en 1891, deviendra le Pari mutuel urbain, en 1930.

92 Ibidem, note MIPBA (Direction de l'enseignement secondaire) à MAE, Paris, 17.1.1905.

93 Bernard Auffray, Pierre de Margerie (1861-1942) et la vie diplomatique de son temps, Paris, 1976, p. 146-147.

94 AMAE-Paris, série Correspondance administrative, vol. 170, note MA à MAE, 9.2.1905.

95 ASFB-Madrid, registre n° 3, 1900-1918 : AGO, 19.2.1905, p. 128-129.

96 Ibidem, CA du 29.4.1905, p. 139-141 et ratification par l'AGE du 30.4.1905. Le terrain appartenait aux héritiers du Marquis de Linares : Cent ans d'enseignement français à Madrid 1885-1985, brochure, Madrid, 1985, partie historique de Christian Carenco. Zenon de Somodevilla y Bengoechea (1702-1781), Marquis de la Ensenada, fut fonctionnaire de marine, puis ministre de Philippe V et de Ferdinand VI. Francisco Abad León, El Marqués de la Ensenada. Su vida y su obra, Madrid, 1985, 2 vol., 792 p.

97 Sur la question marocaine au XXe siècle, la bibliographie est abondante, notamment pour la période 1902-1912, durant laquelle s'affrontèrent les puissances européennes. Pour un vision d'ensemble, Charles-André Julien, Le Maroc face aux impérialismes 1415-1956, Paris, 1978, 549 p.

98 L'échec de l'accord franco-espagnol de 1902 est évoqué par l'un des artisans du texte : F. de León y Castillo, Mis Tiempos, t. 2, p. 203-207. Il faut consulter P. Guillen, L'Allemagne et le Maroc, ouvr. cité, p. 656-660, et Jean-Claude Allain, Agadir 1911, Paris, 1976, p. 25-26.

99 P. Guillen, Les emprunts marocains 1902-1904, Paris, 1972, 175 p.

100 P. Guillen, « Les milieux d'affaire français et le Maroc, à l'aube du XXe siècle », Revue Historique, 1963, n° 2, p. 397-422. Sur l'ensemble de l'Afrique du Nord, Jacques Thobie, L'impérialisme à la française. La France impériale 1880-1914, Paris, 1982, p. 105-149 (sur le Maroc, p. 132-149).

101 Christopher Andrew, Theophile Delcassé and the making of the Entente Cordiale, Londres et New York, 1968, p. 221-222.

102 J.-C. Allain, Agadir, ouvr. cité, p. 27-28. L'accord fut signé à Paris : F. de León y Castillo, ouvr. cité, t. 2, p. 208-212. P. Guillen, « Les accords coloniaux franco-anglais de 1904 et la naissance de l'Entente Cordiale », Revue d'Histoire Diplomatique, 1968, n° 4, p. 315-357, qui aborde aussi les accords franco-espagnols. Un protocole additionnel secret sera signé le 1.9.1905. Voir aussi Michèle Ahssen, La presse française et l'accord franco-espagnol d'octobre 1904, DES, université de Paris, 1961, 128 p. (direction Pierre Renouvin).

103 Melchor Fernández Almagro, Historia del reinado de Alfonso XIII, Barcelone, 1977, p. 63-64. Le roi d'Espagne s'en fut, ensuite, en Angleterre, où il rencontra sa future femme, la princesse Eugenia Victoria de Battenberg, petite-fille de la reine Victoria. Voir aussi F. de León y Castillo, ouvr. cité, t. 2, p. 229-234.

104 François 1er ne fut que l'hôte-prisonnier de Charles-Quint, en 1525-1526. Napoléon 1er fit, en personne, une incursion belliqueuse, de novembre 1808 à janvier 1809. Son neveu, Napoléon III dut enfin renoncer à une visite officielle, prévue au sud des Pyrénées, en septembre 1868.

105 Une brochure de 68 pages fut publiée, en 1906, à l'usage de la colonie française. Voir aussi, Cent ans d'enseignement, ouvr. cité note 96.

106 Pablo de Répide, Las calles de Madrid, Madrid, 1971, p. 771. Elle porte toujours ce nom, aujourd'hui.

107 Francis Campuzan, Les relations commerciales franco-espagnoles 1898-1906, DES, université de Paris, 1963 (direction Pierre Renouvin). Jerónimo Becker, Relaciones comerciales entre Francia y España en el siglo XIX, Madrid, 1910, p. 221-223. Pour la structure des échanges, A. Broder, Le rôle des intérêts étrangers dans le développement de l'Espagne (fin XVIIe -début XXe s), thèse d'État, université de Paris-I, 1981, t. 1, p. 28-44.

108 J.-F. Botrel, Pour une histoire littéraire, ouvr. cité, vol. 1, p. 13-126 et vol. 2, 565 p.

109 Michael B. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences, Paris, 1983, 350 p. Ces grandes agences se sont multipliées, au long du XIXe siècle : Havas (Paris, 1832), Harbour-Associated Press (New York, 1848), Reuter (Londres, 1849), Wolff-Continental (Berlin, 1849) et plus tard United Press (New York, 1907). En Espagne, Havas reprit, en janvier 1870, l'agence créée par le journaliste Nilo Fabra, trois ans auparavant. Ce contrôle durera jusqu'en 1927.

110 J.-F. Botrel, La « Sociedad de Ediciones literarias y artísticas. Librería Paul Ollendorff » (contribution à l'étude de l'édition de langue espagnole, à Paris, au début du XXe siècle), Institut d'études ibériques et ibéro-américaines, université de Bordeaux, 1970, 27 p. Ollendorff fut absorbé, en 1924, par l'éditeur Albin Michel. Les frères Antonio et Manuel Machado, lors de leur premier voyage à Paris, travaillèrent, chez Garnier, comme traducteurs.

111 L'ouvrage collectif, L'Art dans l'Exposition Universelle de 1900, Paris, 1900, p. 211-212, émet des jugements plus favorables que Les Beaux-Arts et les Arts Décoratifs, Paris, 1900, p. 408-409.

112 Picasso, catalogue Exposition Grand Palais, Paris, 1979-1980, p. 307. Le tableau exposé par Picasso était intitulé, Les derniers moment (ou Science et Charité), aujourd'hui au musée Picasso de Barcelone.

113 Pascal Ory, Les expositions Universelles à Paris, 1855-1937, Paris, 1982, p. 56 et 60-67. Marie-Claude Genet-Delacroix, « Vies d'artistes : art académique, art officiel et art libre en France à la fin du XIXe siècle », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, n° 1, 1986, p. 40-73.

114 Ambroise Vollard, Souvenirs d'un marchand de tableaux, Paris, 1937, p. 260-261.

115 José Corrales Egea, Baroja y Francia, Madrid, 1969, p. 23. Depuis 1899, il vint en France, une douzaine de fois et fut, cependant, un germanophile avéré, en 1914-1918.

116 Catalogues 50 ans d'Art espagnol, ouvr. cité, p. 111, et Juan Gris, Madrid, 1985, p. 421.

117 C. Le Bordays, ouvr. cité, p. 3.

118 Cahiers Maurice Ravel, ouvr. cité, p. 8, (chronologie 1905) et J. Laurent, ouvr. cité, p. 106.

119 C. Le Bordays, ouvr. cité, p. 5 : Lindajara, Soirée dans Grenade (1901) et Iberia (1908)

120 Suzanne Demarquez, Manuel de Falla, Paris, 1963, p. 38-40 et 49-51.

121 G. Weisz, ouvr. cité, p. 257-261.

122 AR-Toulouse, registre CU, n° 2, 1901-1909 : séances des 13.12.1901 et 7.4.1905, p. 12 et 170-171.

123 BM-Versailles, Fonds Morel-Fatio : le carton 203-2 contient un exemplaire de cette affiche.

124 C.-A. Julien, ouvr. cité, p. 70-72.

125 Santiago Castillo, « Las relaciones entre el socialismo español y el socialismo francés en los inicios del siglo XX », (colloque de Madrid, novembre 1982), Españoles y Franceses en la primera mitad del siglo XX, Madrid, 1986, p. 23-40. Georges Oved, La gauche française et le nationalisme marocain 1905-1955, t. 1, Paris, 1984, p. 80-84.

126 Javier Tusell Gómez, « Las relaciones hispano-francesas en el gobierno de Maura », (colloque cité note précédente), p. 57-59. AMAE-Paris, NS Espagne, vol. 64, dossier voyage Pichon à Madrid, 1908.

127 Un accord complémentaire fut signé le 15.4.1908. Le principal promoteur des trois lignes, devant franchir les Pyrénées centrales, était Louis Barthou, député des Basses-Pyrénées, alors ministre des Travaux Publics : J.-M. Delaunay, « Louis Barthou et l'Espagne », (colloque de Pau, novembre 1984), Louis Barthou. Un homme, une époque, Pau, 1986, p. 83-99.

128 Œuvre de Saint-Louis-des-Français, Madrid, registre PV des séances du Conseil des Députés de l'Œuvre, 1905-1972 : séance 11.2.1908. Voir aussi ASFB-Madrid, registre n° 3, 1900-1918, fol. 218-220.

129 ASFB-Madrid, ibidem, fol. 195 : séance du 24.1.1907.

130 A. de Beauchamp, ouvr. cité, t. 6, p. 1062-1063.

131 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 205-206.

132 AMAE-Paris, série Correspondance Administrative, vol. 170, d. n° 187 et n° 201, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 14.12 et 29.12.1907, et note MA à MAE, 8.1.1908, transmise à Madrid-Ambassade, 13.1.1908.

133 ASFB-Madrid, registre n° 3 : séance CA, 20.4.1908, coût de l'achat 179.938 pesetas (fol. 231) ; séance CA, 22.3.1909, coût du contrat de la construction 384.000 pesetas (fol. 252-253) et PV pose de la pierre, 11.10.1909.

134 Antonio Morelo Pintado, La Institución Libre de Enseñanza : un proyecto español de renovación pedagógica, Madrid, 1985, p. 128-131.

135 Création du Museo Pedagógico, en 1882, de l'Ateneo, en 1884, et de l'Instituto de Reformas Sociales, en 1904 : voir Henri Lorin, professeur de lettres à l'université de Bordeaux, « Les nouvelles tendances en matière d'instruction publique en Espagne », BH, n° 2, 1910, p. 207-225. Voir aussi M. Tuñón de Lara, Medio siglo, ouvr. cité, p. 44-45 et Yvonne Turin, La educación y la escuela en España, de 1874 à 1902, trad. esp., Madrid, 1967, 380 p.

136 J.-M. Delaunay, « De nouveau au sud des Pyrénées », art. cité, p. 259-262 et 278.

137 Joan Connelly Ullman, La semana trágica, Barcelone, 1972, p. 61-63.

138 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1254, correspondance M. État à MIPBA, 10.7.1908 : liste des missionnaires, 1907-1908 et série Política, liasse 2472, France 1905-1909, dossier EHEH : d. n° 770, Ambassade de France à M. État, Madrid 18.12.1907, ainsi que d. n° 165, 1.4.1908 et d. n° 423, 31.8.1908. Il s'agissait surtout de recevoir des répétiteurs d'espagnol dans les Écoles Normales masculines et féminines du midi de la France. La convention ne sera signée qu'à la veille de la guerre mondiale.

139 Les universités du Midi (Toulouse, Bordeaux, Montpellier) et de Paris, ainsi que le Collège de France et l'École Pratique, dans la capitale : BH, 1907, n° 4, p. 407-415.

140 AR-Toulouse, registre CU n° 3, 1907-1918 : séances des 18.1 et 7.2.1908, p. 13 et 14. A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 190, indique ces amitiés espagnoles de Burgos : Rodrigo de Sebastián, vice-directeur du lycée (Instituto) et García de Quevedo, professeur. Au sujet de l'Institut français de Florence, P. Guillen, « La politique culturelle de la France en Italie dans les années 1918-1922 », RI, 1981, n° 25, p. 67-70.

141 AR-Bordeaux, registre CU n° 2, 1901-1910 : séance du 28.1.1908. A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 179, a utilisé le rapport Radet, publié dans le BH, 1908, n° 3, p. 322-323.

142 Guy Martinière, « La coopération universitaire entre la France et l'Amérique latine », RI, 1981, n° 25, p. 56-58. Les promoteurs en furent les professeurs Le Chatelier (Collège de France), Martinenche, Appell et Georges Dumas, sous la protection du vice-recteur de Paris, Louis Liard. Bordeaux fut alerté pour participer à cette action culturelle transatlantique : AR-Bordeaux, registre CU n° 2, p. 261 : séance du 13.3.1908. Un subside de 50 F fut voté ! Voir également Jacques Chonchol et Guy Martinière, L'Amérique latine et le latino-américanisme en France, Paris, 1985, p. 57-81 et Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine. Politique culturelle de la France (1914-1940), Paris, 1991, p. 47-54.

143 AR-Toulouse, registre CU n° 3, p. 19-21 : séances du 6.3 et du 13.3.1908. Le 6.3, on parla d'un Institut français en Espagne (IFE), sous le patronage des quatre universités.

144 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 29.5.1908, rapport de Radet au Conseil, publié dans BH, n° 3, 1908, p. 321-326. À Madrid, où ils arrivèrent, le 22.4.1908, les délégués de Bordeaux rencontrèrent Eduardo de Hinojosa, sénateur et historien, le recteur Rafael Conde y Luque, les doyens et professeurs de l'université Centrale, le sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique César Silio, ainsi que Faustino Rodríguez San Pedro, ministre du Fomento. À Salamanque, ils furent reçus par Miguel de Unamuno, recteur, et par Eduardo No, doyen de la faculté des sciences. Enfin, à Valladolid, ils virent les autorités universitaires, en faisant un petit détour par les Archives de Simancas, où les attendait le directeur, Julián Paz.

145 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 1.5.1908, rapport de E. Mérimée au Conseil, non publié. Pour son enseignement, 300 F furent versés à Castro.

146 Ibidem, séance du 29.5.1908, p. 29. L'approbation ministérielle date du 10.4.1908. Montpellier versa 200 F et Bordeaux en fit autant, après discussion.

147 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 29.5.1908, p. 279-280.

148 ACV-Madrid, carton n° 2 : carte postale de Radet (Paris) à P. Paris (Bordeaux), 9.5.1908. Ce document est la plus ancienne pièce que l'on puisse trouver dans les archives de la Casa de Velázquez. L'origine de sa présence m'est inconnue. Le directeur de l'Enseignement supérieur était alors Charles Bayet.

149 BH, n° 3, 1908, p. 326-327. Le rapport des cours 1908 de l'UEFE fut publié dans le Bulletin Interne de l'Université de Toulouse, puis dans BH, 1909, n° 1, p. 97-103.

150 BH, n° 1, 1909, p. 103-105 et Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, t. II, 1909, p. 71. F. Strowski était professeur de littérature française.

151 AN-Paris, F21 4741, Expositions à l'étranger : Saragosse 1908. Un crédit de 125.000 F fut voté, le 6.2, sur le budget du Ministère du Commerce et de l'Industrie : JORF, Lois et décrets, 21.3.1908. Un catalogue bilingue de l'exposition fut publié, Exposición retrospectiva de Arte, Paris-Saragosse, 1910. Elle couvrait une longue période, de l'art gothique à Goya.

152 Congreso Histórico Internacional. La guerra de la independencia y su época 1807-1815, Saragosse, 4 vol., 1908. Un Français, Paul-Raymond Gaffarel, fit une communication sur le règne de Joseph Bonaparte, de 1810 à 1812 (vol. 4).

153 BH, n° 1, 1909, p. 105-117. Les conférences eurent lieu du 30.11 au 6.12.1908. AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séances des 27.11 et 11.12.1908, p. 317 et 320.

154 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 162.

155 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séances des 9.12.1908 et 8.1.1909, p. 49 et 52.

156 BH, n° 2, 1909, p. 212-214. Voir aussi AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 12.3.1909, p. 366. Rafael Altamira y Crevea (1886-1951), d'origine alicantine, était professeur de droit à Madrid.

157 A. Niño Rodríguez, ouvr. cité, p. 182-184. Henri Lorin était le titulaire de la chaire de géographie coloniale ; Paul Lapie était philosophe, tandis que le professeur Jean Moure (1855-1941) était un oto-rhino-laryngologiste de renommée, qui devait, longtemps, soigner certains membres de la famille royale espagnole. Quant à Pitres, il était doyen de la faculté de Médecine et de Pharmacie.

158 AD-Gironde, série T (Rectorat), carton 43, dossier EHEH, 1913-1928 : note manuscrite s. cl. (1913), EHEH, fol. 1.

159 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 12.3.1909, p. 365-373. Henry Monnier était doyen de la faculté de Droit.

160 Brochures de distribution des prix, EMBA-Bordeaux, 1898-1908.

161 Sur ces musées de province, la documentation abonde dans la série F21 des AN-Paris. À Bayonne, la municipalité avait aménagé, en 1901, un local pour la collection personnelle de Léon Bonnat présentée au public de façon permanente, à la condition que le musée, ainsi constitué, portât son nom ; voir catalogues 1903, 1908 et 1953 : on y trouve deux Greco et deux Goya. Un nouveau catalogue a été publié en 1988.

162 Dans le registre cité note 159, p. 373, la mention de ce vote est soulignée au crayon noir.

163 La réponse, signée par Gaston Doumergue, est adressée au recteur, 25.3.1909 : AR-Bordeaux, dossier EHEH. Elle fut communiquée au CU bordelais, lors de la séance du 30.3.1909.

164 AR-Bordeaux, registre CU n° 2, p. 381 : séance du 30.3.1909. La demande de P. Paris est dans le dossier 2J1, Fondation Eugène Piot, AAIBL-Paris : lettre du 10.3.1909.

165 AR-Bordeaux, dossier EHEH : coupure de presse, 29.3.1909, sans indication de titre ; après vérification, il s'agit bien du journal Le Matin.

166 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 30.3.1909, p. 381-382.

167 Les Affaires Étrangères, ouvr. cité, t. II, p. 204.

168 Sur le budget du MAE, ibidem, p. 193-206 ; voir aussi J.-C. Allain et Marc Auffret, « Le ministère français des Affaires étrangères. Crédits et effectifs pendant la IIIe République » RI n° 32 1982, p. 405-413.

169 Pierre Milza, « Culture et relations internationales », ainsi que André Reszler et Alison Browning, « Identité culturelle et relations internationales », RI, n° 24, 1980, p. 361-379 et p. 381-399.

170 Jacques Thobie fournit une approche à cette question : « La France a-t-elle une politique culturelle dans l'Empire ottoman, à la veille de la première guerre mondiale ? », RI, n° 25, 1981, p. 21-40.

171 Albert Salon, L'action culturelle de la France dans le monde. Analyse critique, thèse d'État, université de Paris-1, 1980, 9 vol., 2016p. Du même auteur, Vocabulaire critique des relations culturelles internationales, Paris, 1978, 176 p.

172 A. Salon, L'action culturelle, ouvr. cité, t. 1, p. 45. L'Auswärtiges Amt est l'Office impérial allemand des affaires étrangères, situé Wilhelmstrasse, à Berlin.

173 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 4.5.1909, p. 388-390. Tout le dossier se trouve dans AAF-Madrid, carton 382, dossier IFE, 1909-1918.

174 École de (sic) Hautes Études Hispaniques à Madrid (Fondation de l'Université de Bordeaux), rapport présenté à M. le Ministre de l'Instruction publique par M. le Recteur de l'Académie de Bordeaux, 8 p. (extrait de la Revue Internationale de l'Enseignement, 1909). Aucune collaboration avec Toulouse n'était mentionnée.

175 AR-Toulouse, registre CU n° 3 : séance du 7.5.1909, p. 66.

176 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 25.5.1909, p. 401-402.

177 AAF-Madrid, carton 382 : note manuscrite de P. Paris (8 fol.), Beyssac (Dordogne), 23.7.1909 ; étaient présents dans le bureau de Thamin, son collègue toulousain Lapie, l'ambassadeur Paul Révoil, les doyens Radet et Dumas, E. Mérimée et l'auteur de la note. Selon E. Mérimée, dans son rapport d'activités, publié dans BH, 1910, n° 2, p. 223, l'accord fut signé le 20.7.1909, à Madrid ! Cette convention, qui deviendra rapidement caduque, n'a pas été retrouvée ! Un texte identique, signé le 1.12.1924, évoque, dans son article premier, les « accords intervenus en 1909 » : ASFB-Madrid, dossier Marqués de la Ensenada, Historique de l'Institut français, 1924. Dans une dépêche adressée de Madrid, Révoil confirme la signature de l'accord, à Bordeaux le 20.7 : AMAE-Paris, série Correspondance Administrative, chemise 454, sous-dossier Institut français d'Espagne, 1909-1911 : d. n° 217, Ambassade-Madrid à MAE-Paris, 28.7.1909.

178 J. Connelly Ullman, ouvr. cité, p. 551-552.

179 BH, n° 2, 1910, rapport d'E. Mérimée, p. 227-228, « quatre-vingts auditeurs, malgré les événements... ».

180 G. Weisz, ouvr. cité, p. 321-340

181 AR-Bordeaux, dossier EHEH : copie lettre recteur Bordeaux à collègues-recteurs, 27.7.1909, sans indication de destinataires. Outre les trois rectorats de Paris, Toulouse et Montpellier, Lyon (qui vota 200 F), Clermont (100 F) et Poitiers (qui refusa) furent contactés.

182 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 23.7.1909, p. 419-420.

183 AMAE-Madrid, série Política, liasse 2472, Francia, dossier EHEH : note manuscrite Ambassade de France (Saint-Sébastien) à M. État, 15.9.1909, copie lettre M. État à MIPBA, 16.9.1909 et lettre particulière Allendesalazar à son collègue Rodríguez San Pedro, même date : le sous-secrétaire d'État, Cesar Silio, répondit le 18.9, que Rodríguez San Pedro verrait l'affaire à son retour. Deuxième note de l'Ambassade (Madrid) à M. État 31.10.1909, transmise à MIPBA, 18.11.1909 par Pérez Caballero, nouveau ministre d'État, à son collègue Antonio Barroso.

184 AMAE-Madrid, série Correspondencia, liasse 1254, correspondance M. État-MIPBA, 1900-1916 : note MIPBA, 6.11.1909.

185 AR-Bordeaux, registre CU n° 2 : séance du 9.11.1909, p. 422.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Les publications des universités du sud de la France (1879-1899)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Casa de Velázquez, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search