Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les origines de la féodalité

 | 
Santiago Aguadé Nieto
, 
Joseph Pérez

Réflexions sur le concept de royauté féodale

Éric Bournazel

Texte intégral

1« Où est l’esprit du Seigneur, Là est la liberté » : telle est l’épitaphe, empruntée à saint Paul, gravée, à sa demande, sur la tombe de don Claudio Sánchez Albornoz dont la mémoire nous réunit aujourd’hui.

2En jouant sur les mots, nous retrouvons là des termes : esprit du Seigneur, liberté, qui sont au cœur du sujet que nous nous proposons de traiter aujourd’hui : « Réflexions sur le concept de royauté féodale ».

  • 1 A. Luchaire, Les premiers Capétiens (987-1137), Paris (1911), rééd. 1980 ; ID., Philippe Auguste e (...)

3Pour la plupart des auteurs et non des moindres, comme Achille Luchaire ou Charles Petit-Dutaillis, l’étude de la royauté ou de la « monarchie féodale » s’est le plus souvent réduite à une histoire de la royauté aux prises avec les puissances féodales : qu’il s’agisse d’une « petite féodalité pillarde et sanguinaire », ou qu’il s’agisse des démêlés du Capétien avec les plus grands du royaume1.

  • 2 J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965 (cit (...)

4Et il n’y a guère que certains historiens du droit, et notamment notre bon maître Jean-François Lemarignier, pour avoir vu dans la royauté féodale un système politique original de gouvernement, une construction juridique qui se met en place entre le Xe et le XIIe siècles et dont les prolongements se poursuivront jusqu’à la guerre de Cent Ans et même au-delà2.

5En effet, raisonner en ces termes de « royauté féodale », c’est poser le problème de l’intégration de relations de type féodo-vassalique au service d’un certain ordre supérieur que l’on peut qualifier de public et qui, au bout du compte, se définira par rapport à elles.

  • 3 F.-L. Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? (Bruxelles, 1957), Paris (5e éd.), 1982, pp. 35 sq.
  • 4 Cf., entre autres, C. Sánchez Albornoz, Estudios sobre las instituciones medievales españolas, Mex (...)

6Aux temps carolingiens, le recours à la relation vassalique était destiné à accompagner, à renforcer, des structures publiques, peut-être difficilement acceptables par les mentalités d’alors3. Nous étions là dans un système de royauté pré-féodale ou proto-féodale. C’est, semble-t-il, ce type de structures que nous rencontrons dans les royautés ibériques, décrites par Sánchez Albornoz et nombre de ses brillants disciples4.

7Le système qu’on appelle féodal, la féodalité, suppose que dans la société des puissants les relations féodo-vassaliques sont devenues dominantes et fondent, pour l’essentiel, les rapports politiques. Mais la royauté ne deviendra pour autant féodale que dans la mesure où elle aura récupéré ce rapport primordial (et non plus accessoire) et qu’elle le dominera, tout en s’y impliquant pour mieux se fortifier.

  • 5 C. Sánchez Albornoz, op. cit.

8Ici, nous nous éloignons sensiblement des conceptions défendues par Sánchez Albornoz. Selon lui, en effet, la réussite des royautés ibériques, ainsi en Castille ou en Asturies-Léon, que ce soit avant ou pendant la Reconquête, va de pair, d’une part, avec l’existence de ce qu’il appelait une féodalité « immature », où le roi reste maître du jeu de la vassalité et du bénéfice (pour l’essentiel viager et révocable) et, d’autre part, avec la présence, notamment dans les zones de défense, puis de colonisation, de communautés paysannes libres, nombreuses et agissantes, aussi bien par leur organisation de la lutte sur la frontière que par leur représentation en conseils qui contrebalancent auprès du roi l’influence des nobles5.

9Autrement dit, l’explication du succès des royautés ibériques repose sur cet équilibre (parfois instable) entre institutions de type proto-féodal et communautés paysannes libres, dans le cadre d’une société soudée par la guerre, d’abord défensive, puis offensive.

10C’est là a priori un schéma qui a le mérite de poser la question essentielle — et nous la reprendrons — qui est celle de la compatibilité entre royauté forte et institutions féodales (immatures ou matures), sur fond de liberté paysanne.

  • 6 Sur ces thèmes, J.-P. Poly et É. Bournazel, La mutation féodale (Xe-XIIe siècle), Paris, Presses U (...)

11Mais le concept de royauté féodale ne se réduit pas seulement à une construction juridique plus ou moins achevée. Dans le même temps où se développent des royautés européennes fortes, s’expriment, s’amplifient, se fixent par l’écrit les grands thèmes épiques. On connaît leur importance dans la péninsule Ibérique, surtout depuis les travaux fondateurs de Menéndez Pidal6. Ce n’est pas là hasard chronologique : nous pensons que la royauté féodale est aussi sous-tendue par ce puissant mouvement imaginaire, à partir duquel pourra peu à peu s’édifier une véritable théologie populaire du pouvoir royal.

12Et là encore, avec cet univers mental, nous serons comme renvoyés aux enseignements et aux apports des monarchies asturo-léonaises.

UNE CONSTRUCTION JURIDIQUE

  • 7 É. Bournazel, « Les temps féodaux », dans Histoire des institutions de l’époque franque à la Révol (...)

13L’achèvement de cette construction est bien connu, qui se trouve exprimé, martelé en quelques brocards dans les coutumiers de la France du Nord au XIIIe siècle : « Duc, comte, vicomte, baron [...] peuvent tenir les uns des autres et devenir hommes, sauf la dignité le roi contre qui hommage ne vaut rien7. » Elle est aussi tout entière résumée dans la formule « Le roi ne tient que de lui et de Dieu » qui, tout en conservant à la royauté capétienne son caractère sacral, l’intègre dans un modèle féodal dont le seigneur suprême — ô combien éminent — ne pouvait être que Dieu.

  • 8 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 301 sq.

14Dieu dont le roi, parle sacre et la coutume héréditaire, tenait son royaume et sa couronne, de qui en définitive tous, terres et hommes, dépendaient8.

  • 9 Ibidem, pp. 130 sq.

15Même si cette construction a des précédents esquissés dans le passé carolingien, dans un passé de type proto-féodal, elle est d’abord et surtout le fait de la royauté capétienne confrontée, au sortir de la crise féodale, à la multiplication des réseaux de pouvoir qu’elle allait devoir à la fois récupérer et discipliner9.

a) Des réseaux

  • 10 Ibid., pp. 137 sq.

16Passé l’an mil et l’avènement du système seigneurial, on assiste à une large diffusion du lien féodo-vassalique aussi bien dans les couches supérieures de la société campagnarde — ces chevaliers associés aux profits seigneuriaux — qu’au niveau des aristocraties régionales, sous la tutelle plus ou moins lointaine des princes et des comtes10.

17La généralisation du phénomène est telle que celui-ci ne tarde pas à se répercuter au niveau du gouvernement royal, progressivement déserté par les grands, laïcs et ecclésiastiques, oublieux de leurs obligations de fidélité, et envahi, dès la fin du XIe siècle et au XIIe siècle, parles sires et chevaliers de l’Île-de-France, voire par de plus obscurs personnages encore, devenus les turbulents et encombrants vassaux du Capétien.

  • 11 Lemarignier, Le gouvernement royal ; O. Guyotjeannin, « Les évêques dans l’entourage royal sous le (...)

18Cela, les analyses de Jean-François Lemarignier l’avaient pour l’essentiel démontré et les travaux d’Olivier Guyotjeannin, tout en le nuançant et le mieux fondant techniquement, l’ont bien confirmé11.

  • 12 É. Bournazel, Le gouvernement capétien au XIIe siècle. Structures sociales et mutations institutio (...)

19Tout le monde connaît, après l’impuissance qui avait caractérisé le règne de Philippe Ier, les efforts de Louis VI pour dégager, château après château, son domaine, devenu son véritable territoire de puissance, préalable indispensable à une « reconquête » future du royaume. Et l’on sait comment le Capétien, pour stabiliser son pouvoir au niveau territorial où il s’était réduit, c’est-à-dire l’Île-de-France, s’est d’abord appuyé sur les couches inférieures de la vassalité, les chevaliers — serfs parfois — de la militia regis pour contrer les velléités des nobles12.

  • 13 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 133 sq. et 4H5 sq.

20Progressivement aussi, l’accent a été mis sur le fief, l’élément réel, devenu au XIe siècle la condition et la source des obligations, naguère liées à l’hommage, et dont l’hérédité, puis la patrimonialité allait contribuer à accroître encore la complexité des réseaux de pouvoir13.

  • 14 A. Loeb, Aimer et servir : le langage de la féodalité dans la poésie des troubadours (XIIe siècle) (...)

21Nous sommes là en présence d’une pleine maturation, d’un plein épanouissement du système féodo-vassalique dont le langage ira jusqu’à investir le vocabulaire de l’amour, la fin’amor — à moins que ce ne soit le langage de l’amour qui n’ait investi celui de la féodalité, comme l’a récemment suggéré une disciple de Pierre Bonnassie14.

22Mais, contrairement à ce que pensait Sánchez Albornoz, une telle maturation n’était nullement incompatible avec la reconstruction d’un pouvoir fort, précisément à partir des multiples réseaux engendrés par la crise.

  • 15 L. Halphen, À travers l’histoire du Moyen Âge, Paris, 1950, pp. 226 sq. et 241 sq. ; J.-F. Lemarig (...)

23Cette reconstruction féodale, comme l’ont montré de nombreuses études15, est partie du roi de France, et aussi de ses puissants rivaux.

b) Des hiérarchies

  • 16 Ibidem, op. cit., pp. 348 sq.

24Très tôt, dès le début du XIe siècle, du côté de certains princes ou comtes, il y a eu en effet des efforts pour faire entrer les sires et châtelains dans leur fidélité tout en remédiant aux désordres engendrés par le phénomène de vassalités multiples. Ainsi, s’amorçait l’évolution de ce que les historiens traditionnels, « mutationnistes », appellent les « principautés première manière » vers un gouvernement, « seconde manière », de type plus féodal16.

  • 17 Ibidem, pp. 143 sq.

25Très vite aussi, on constate que certains de ces correctifs apportés à la diffusion, souvent en pyramide inversée, des rapports vassaliques s’ordonnent au profit du Capétien. Ainsi, dès 1008, l’évêque Fulbert de Chartres utilise en ce sens une clause de réserve de fidélité pour les hommes de son église qui sont en même temps les vassaux du roi17.

26Surtout, c’est du cœur même de la principauté capétienne, de Paris et de Saint-Denis, dans ce milieu de petits chevaliers de l’Île-de-France qui forment au XIIe siècle la mesnie royale, que cette construction peu à peu va prendre corps et s’ajuster, en glissant de l’élément personnel vers l’élément réel, pour devenir véritablement féodale. Nous sommes ici dans une région où, plus qu’ailleurs, dominaient les domaines du fisc et des grandes abbayes royales, sur les démembrements desquels s’était établie la seigneurie banale ; où une partie de la paysannerie, devenue à la fois dépendante et guerrière, était depuis longtemps accoutumée à vivre sur des chasements, tenures de cavaliers domestiques taillées dans tel ou tel domaine monastique.

  • 18 Ibid., pp. 297 sq.

27Avec le temps, l’hérédité du fief aidant, s’étaient créés d’inextricables réseaux où s’enchevêtraient parentés et fidélités. Dans une telle mosaïque, le seul élément, même éparpillé, qui, paradoxalement, reste stable est la terre, le fief. Un homme peut trahir sa foi, se dégager d’une alliance 3 une tenure est indissociable d’un domaine plus vaste dont elle a été démembrée, surtout lorsque ce domaine est celui d’un saint aussi ombrageux qu’exigeant18.

  • 19 J.-P. Poly et É. Bournazel, art. cit.

28Le terme de mouvance, dans les années 1130, désigne, dans les actes de la pratique, cette descendance en cascade des terroirs peut-être décalquée des schémas généalogiques lignagers du temps. Dès 1139, le verbe movere se glisse dans les actes de la chancellerie capétienne19. C’est ce même vocabulaire, proprement féodal, que l’entourage royal, et au premier chef l’abbé Suger de Saint-Denis, transpose désormais dans les relations entre le roi et les grands. « Le roi de France — écrit-il dans sa Vie de Louis VI — fort de sa haute situation [...] s’élevait au-dessus du roi d’Angleterre, duc de Normandie, comme au-dessus de son feudataire. » Et dans un autre passage, également célèbre, il fait adresser à Louis VI par le duc d’Aquitaine le discours suivant :

  • 20 Suger, Vie de Louis VI, éd. de H. Waquet, Paris, 1964, pp. 238 et 240 ; Id., La geste de Louis VI (...)

Si le comte d’Auvergne a commis quelque faute, c’est à moi de le présenter à votre cour, sur votre ordre, parce qu’il tient de moi l’Auvergne que moi je tiens de vous20.

  • 21 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 301 sq.

29Du bénéfice des grands au moindre chasement chevaleresque, le fief est devenu l’unité commune de référence, la véritable assise du rapport vassalique, dans un royaume de plus en plus conçu comme un emboîtement ordonné de tenures au sommet desquelles préside la majesté royale. La hiérarchie des terres, pour un juriste la hiérarchie réelle, double et immobilise la hiérarchie des hommes, la hiérarchie personnelle21.

30Dès la seconde moitié du XIIe siècle, le schéma fondateur de la royauté féodale est en place, sur lequel peut maintenant s’opérer la restructuration de l’autorité capétienne.

31Le reste de l’évolution ne sera qu’une question d’ajustements théoriques successifs pour faire échapper le roi à ces rapports dans lesquels il prétendait désormais enfermer les autres, des plus grands jusqu’aux plus humbles.

32Accepter que le Capétien se reconnaisse le vassal du prestigieux saint Denis tout en ne prêtant pas hommage n’était qu’une première étape vers le refus pur et simple (moyennant aménagements et compensations) de faire tenir au roi une place seconde et intermédiaire dans l’échelle des tenures : « Le roi ne tient de personne. »

33D’autres étapes suivront, d’autant plus que la puissance nouvelle du Capétien à la fois attire et inquiète. A la faveur de certains conflits comme à la suite de mariages judicieux ou d’héritages providentiels, le roi multiplie son réseau direct d’obligés et d’influences jusqu’en terre étrangère, imposant des priorités de ligesses et de services.

34À partir de la fin du XIIe siècle, aussi, les légistes s’emploient à ce que, en cas de conflit, les arrière-vassaux — le maillon faible de la hiérarchie des personnes — ne soient plus automatiquement entraînés dans une guerre contre leur royal suzerain.

  • 22 Bournazel, « Les temps féodaux », pp. 237 sq.

35Le dernier stade, dans la première moitié du XIIIe siècle, sera, à l’inspiration des pratiques anglo-normandes, le renversement de la règle : « Le vassal de mon vassal n’est pas mon vassal22. »

36La hiérarchie des personnes rejoignait celle des terres, dans une construction ordonnée, au profit du royaume et du roi, des relations féodo-vassaliques. Autrement dit, la renaissance du pouvoir royal, à partir du XIIe siècle, loin de s’opposer au mouvement de féodalisation qu’avait entraîné au siècle précédent l’établissement de la seigneurie banale, n’existe que par lui ; elle l’achève en l’ordonnant.

  • 23 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., p. 515.

37De tout ce mouvement, en définitive, procédera l’État monarchique, un État qui ne s’est pas construit contre la féodalité mais à partir d’elle23, dans une certaine conception du service royal.

UN UNIVERS MENTAL

  • 24 Sánchez Albornoz, art. cit.

38Sánchez Albornoz a bien insisté sur la qualité particulière des rapports qui existaient, dans l’État hispano-gothique finissant, entre le prince et tous ceux « qui étaient liés à lui par des liens personnels étroits » et lui devaient à ce titre « fidelem obsequium et sincerem servitium ». Ces relations s’étaient prolongées dans les royautés de Léon et Castille, au temps de la Reconquête, renforcées par la pratique du fief-rente (élément important, avec l’appui des communautés paysannes, dans le contrôle d’une féodalité immature)24.

  • 25 Bournazel, Le gouvernement capétien, pp. 106 sq. ; J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 281 s (...)

39Le roi de France a su également recourir à cet adjuvant particulier pour mieux s’attacher, en les stipendiant, les hommes de sa maison ; il utilisera aussi ce moyen pour reprendre en main cette féodalité, particulièrement mature, à laquelle il était confronté25.

  • 26 Bournazel, « Les temps féodaux », p. 226.

40Mais la royauté capétienne des XIe-XIIe siècles ne s’est pas seulement attachée à reconstruire sur le terrain, que ce soit par les armes, le droit ou l’argent, sa puissance perdue : elle a su renforcer cette construction par un nouvel imaginaire en récupérant, en canalisant vers elle tout un courant de croyances, savantes et surtout populaires26.

a) Charles, Denis et Jacques

41Et l’on retrouve, ici, les relations tissées entre le roi de France et Denis, ce saint éminent flanqué de ses deux compagnons, Rustique (le paysan) et Eleuthère (le libre), vénéré dans les campagnes de l’Île-de-France et qui portait en lui — en tant que protecteur de la jeunesse — les aspirations des membres les plus humbles de la suite royale et les ambitions de leur jeune maître.

  • 27 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 288 sq.

42C’est à Saint-Denis, en effet, que va se mettre peu à peu en place, à coups de récupérations et de forgeries, une nouvelle théologie du pouvoir, une théorie achevée de la fonction royale et du service dû au roi, sur fond de rattachement à la stirps karoli27.

  • 28 G. M. Spiegel, « The cult of saint Denis and capetian kingship », Journal of Medieval History, 112 (...)

43Tout le monde connaît — ou devrait connaître —, depuis les savants travaux de Karl Ferdinand Werner et de Gabrielle Spiegel, les efforts développés par la royauté capétienne, dès la fin du XIe et au XIIe siècle, pour se rattacher, par l’intermédiaire de saint Denis, à la dynastie carolingienne, et plus particulièrement au vieil empereur Charlemagne28.

  • 29 Bournazel, « Les temps féodaux », p. 230.

44S’organise alors, décalquée du modèle des chansons de geste, autour d’un roi héritier de l’illustre légende, une vaste Cène royale où tout le monde des guerriers, du plus haut des barons au plus obscur des chevaliers, est convié à venir tenir son rang et sa place29.

45Ce que l’on sait moins en revanche, ou qu’on n’a pas suffisamment mis en valeur, c’est que cette idéologie du pouvoir puise directement sa source dans les avatars des royautés ibériques, revus et corrigés par les moines de Cluny — un aspect que le maître espagnol que nous honorons aujourd’hui ne nous semble pas avoir développé.

46Rappelons-le : tout s’ordonne ici à partir de l’Historia Karoli Magni et Rotholandi, plus connue sous le nom de Pseudo-Turpin. Cet ouvrage, fruit de remaniements successifs, élaboré à partir de l’œuvre initiale d’un moine de Saint-Denis, la Descriptio qualiter Karolus, a été profondément marqué, à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, par les clunisiens, qui, solidement implantés alors dans l’Espagne reconquise, en avaient fait une arme pour affirmer la primauté de Saint-Jacques-de-Compostelle au détriment des autres églises espagnoles et notamment de celle de Tolède.

47Selon la version ibérique de ce récit légendaire, Charlemagne, après avoir reconquis la Galice et y avoir réinstallé le christianisme,

établit que tous les évêques, les princes et les rois chrétiens d’Espagne et tous les Galiciens présents et à venir devraient obéissance à l’archevêque de Monseigneur saint Jacques.

  • 30 . J-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 288 sq.

48Il commanda, en outre, que, tous les ans, chaque maison d’Espagne et de Galice donnât à l’église de Monseigneur saint Jacques — élevée au rang de siège apostolique et dépositaire de la couronne des rois — quatre deniers et qu’elle fut ainsi affranchie de tous autres services. Cette forgerie fut couronnée de succès puisque dès 1120, un privilège pontifical fait de Saint-Jacques un archevêché directement soumis à Rome30.

b) Le roi de Saint-Denis

49Reprenant ce récit galicien, les moines dionysiens transposèrent, en faveur de leur saint, le modèle compostellan : ils assignèrent au martyr Denis la place que l’apôtre Jacques était censé tenir dans le royaume ibérique.

50Peu avant le milieu du XIIe siècle, ils mirent la dernière main à leur construction en forgeant un diplôme de donation de Charlemagne à leur abbaye, étroitement démarqué du Pseudo-Turpin. Saint-Denis, l’antre royal, l’« atelier de Vulcain » comme disait saint Bernard, y est présenté comme la tête des églises du royaume, dépositaire depuis Charles le Chauve des insignes royaux, et se pose donc en rival de Reims.

51Dans cette « pseudo-donation », le vieil empereur reconnaît tenir son royaume de Dieu par l’intermédiaire de Denis. En signe de reconnaissance de cette seigneurie éminente, il dépose la couronne sur l’autel du triple martyr et confie au monastère la garde des insignes royaux. Symbole de cette soumission libératrice, il verse sur l’autel les quatre pièces rituelles : ici, des besans d’or, royauté oblige. En se vouant à Dieu, on échappe aux hommes. Ce que faisait le roi — et Philippe Auguste le fera effectivement — les grands et les nobles étaient invités à le reproduire : à verser, chacun pour sa maison, les quatre pièces d’or, l’offrande fatidique qui, je cite, « émancipait et rendait libres pour toujours les hommes réduits en servitude ».

  • 31 Ibidem, p. 293 ; Spiegel, « The cuit » ; É. Bournazel, « Robert, Charles et Denis. Le roi empereur (...)

52Le modèle proposé était celui d’un roi serf qui s’abaisse pour vaincre, le « roi de Saint-Denis », grandi et libéré par le service du martyr, seigneur de toute la France, entraînant avec lui dans cette émancipation à la fois fondatrice et fantasmatique, tous ceux, grands ou petits, qui étaient associés à cette mystique de la fonction royale31.

53Ainsi nous rejoignons ce thème des aventures et des avatars de la liberté, ô combien présent dans l’œuvre et dans la vie de don Claudio Sánchez Albornoz.

Où est l’esprit du Seigneur
Là est là liberté.

54Ou « le fantôme de la liberté »...

Notes

1 A. Luchaire, Les premiers Capétiens (987-1137), Paris (1911), rééd. 1980 ; ID., Philippe Auguste et son temps (1137-1180), Paris (1902), 1980 ; C. Petit-Dutaillis, La monarchie féodale en France et en Angleterre (Xe-XIIIe siècle), Paris (1933), 1971.

2 J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965 (cité Lemarignier, Le gouvernement royal).

3 F.-L. Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? (Bruxelles, 1957), Paris (5e éd.), 1982, pp. 35 sq.

4 Cf., entre autres, C. Sánchez Albornoz, Estudios sobre las instituciones medievales españolas, Mexico, 1965 ou encore, « Conséquences de la reconquête et du repeuplement sur les institutions féodo-vassaliques de Léon et de Castille », dans Les structures sociales de l’Aquitaine, du Languedoc et de l’Espagne au premier âge féodal, Paris, CNRS, 1969, pp. 17-40, et H. Grassotti, « La durée des concessions bénéficiaires en Léon et Castille : les cessions ad tempus », dans ibidem, pp. 79-113. Plus généralement, A. Rucquoi, Histoire médiévale de la péninsule Ibérique, Paris, Seuil, 1993.

5 C. Sánchez Albornoz, op. cit.

6 Sur ces thèmes, J.-P. Poly et É. Bournazel, La mutation féodale (Xe-XIIe siècle), Paris, Presses Universitaires de France (2e éd.), 1991, pp. 469 sq.

7 É. Bournazel, « Les temps féodaux », dans Histoire des institutions de l’époque franque à la Révolution, Paris, Presses Universitaires de France, 1993 (cité Bournazel, « Les temps féodaux »).

8 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 301 sq.

9 Ibidem, pp. 130 sq.

10 Ibid., pp. 137 sq.

11 Lemarignier, Le gouvernement royal ; O. Guyotjeannin, « Les évêques dans l’entourage royal sous les premiers Capétiens », dans Hugues Capet (987-1987), t. II : Le roi et son pouvoir, Paris, 1990.

12 É. Bournazel, Le gouvernement capétien au XIIe siècle. Structures sociales et mutations institutionnelles, Paris, 1975.

13 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 133 sq. et 4H5 sq.

14 A. Loeb, Aimer et servir : le langage de la féodalité dans la poésie des troubadours (XIIe siècle), thèse de lettres soutenue en novembre 1992 à l’université Toulouse - Le Mirail.

15 L. Halphen, À travers l’histoire du Moyen Âge, Paris, 1950, pp. 226 sq. et 241 sq. ; J.-F. Lemarignier, « Autour de la royauté française du IXe au XIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, 113, 1955, pp. 5-36 ; J.-P. Poly et É. Bournazel, « Couronne et mouvance : institutions et représentations mentales », dans La France de Philippe Auguste, Paris, 1982, pp. 217 sq. ; Id., « Rome, Regnum, Empire aux premiers Capétiens », Méditerranées, 5, 1995, pp. 39 sq., et Id., op. cit., pp. 287 sq.

16 Ibidem, op. cit., pp. 348 sq.

17 Ibidem, pp. 143 sq.

18 Ibid., pp. 297 sq.

19 J.-P. Poly et É. Bournazel, art. cit.

20 Suger, Vie de Louis VI, éd. de H. Waquet, Paris, 1964, pp. 238 et 240 ; Id., La geste de Louis VI et autres œuvres, éd. de M. Bur, Paris, 1994, p. 240 ; Lemarignier, Le gouvernement royal, p. 174.

21 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 301 sq.

22 Bournazel, « Les temps féodaux », pp. 237 sq.

23 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., p. 515.

24 Sánchez Albornoz, art. cit.

25 Bournazel, Le gouvernement capétien, pp. 106 sq. ; J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 281 sq. ; É. Bournazel, « L’argent du renouveau : les revenus de la royauté française au XIIe siècle », Anuario de Estudios Medievales, 24,1994, pp. 710 sq.

26 Bournazel, « Les temps féodaux », p. 226.

27 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 288 sq.

28 G. M. Spiegel, « The cult of saint Denis and capetian kingship », Journal of Medieval History, 112, 1975, pp. 43 sq. (cité Spiegel, « The cult ») ; et du même auteur, « The reditus ad stirpem Karoli magni : a new look », French Historical Studies, VII, 1971, pp. 145 sq. ; K. F. Werner, « Die Legitimitat der Kapetinger und die Entstehung des reditus ad stirpem Karoli », dans Die Welt als Geschichte, 1952, pp. 203 sq.

29 Bournazel, « Les temps féodaux », p. 230.

30 . J-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., pp. 288 sq.

31 Ibidem, p. 293 ; Spiegel, « The cuit » ; É. Bournazel, « Robert, Charles et Denis. Le roi empereur de France », dans Droits savants et pratiques du pouvoir, Bordeaux, 1992, pp. 69 sq.

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Casa de Velázquez, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540