Version classiqueVersion mobile

Les origines de la féodalité

 | 
Santiago Aguadé Nieto
, 
Joseph Pérez

Brève réponse

Dominique Barthélemy

Texte intégral

1Selon l’excellent usage anglo-saxon, un débat se déroule en trois temps : développement initial d’un historien, commentaire plus ramassé d’un autre, brève conclusion du premier intervenant.

2Dans les pages qu’on vient de lire, P. Bonnassie accepte noblement le principe d’un dialogue ; il faut lui rendre un grand hommage, car en France aujourd’hui, la règle générale est plutôt de s’offusquer de la moindre critique — et ainsi la pensée historique dépérit un peu. A-t-il raison de trouver ma note des Annales ESC (1992) « violente » et « péremptoire » ? Il me semble tout de même qu’elle reconnaît ce que l’on doit à J.-P. Poly et à É. Bournazel, et qu’elle les appelle au débat.

3Sur le fond, ce dernier s’amorce ici-même, et je voudrais seulement repréciser ma position en deux points :

41o.— A tort ou à raison, j’ai emprunté le terme de « mutationnisme » à la biologie, dans laquelle il désigne la théorie des mutations brusques et radicales. L’alternative n’est pas tant avec un « fixisme » difficilement soutenable (thèses de J. Durliat et d’É. Magnou-Nortier) qu’avec un « évolutionnisme » attentif à ces évolutions graduelles dont la citation de P. Toubert évoque aussi l’importance.

52°.— Le débat serait, en effet, très banal s’il s’en tenait à cela. Mais il porte surtout sur l’articulation entre les institutions et la société. Il s’agit de savoir si la France du Xe siècle a connu des institutions publiques assez fortes pour que les classes sociales se définissent par rapport à elles, si elles ont ensuite connu un effondrement rapide sur fond de crise sociale, et si le XIe siècle a élaboré une « société féodale » très neuve, fondée sur la violence et les liens « privés ». Que le débat se recentre donc sur ce point, et que les chercheurs évoqués « pour sortir de la Catalogne » y participent aussi.

© Casa de Velázquez, 2000

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search