Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les origines de la féodalité

 | 
Santiago Aguadé Nieto
, 
Joseph Pérez

Réponse à Dominique Barthélemy

Pierre Bonnassie

Texte intégral

1J’avoue que j’ai été très choqué, l’an dernier, par la critique violente, péremptoire et à mon sens injuste qu’a faite, dans les Annales ESC, D. Barthélémy du livre de Jean-Pierre Poly et Eric Bournazel intitulé La mutation féodale. Cette critique me semble d’ailleurs être passée complètement à côté de son objet : le « Poly-Bournazel » ne peut que rester un ouvrage de référence, tant par la richesse de son information que par la variété des thèmes de réflexion qu’il offre au chercheur.

2M’avait aussi beaucoup heurté la fabrication du terme « mutationnisme » pour caractériser la position d’un grand nombre d’historiens actuels (dont moi-même au premier chef) vis-à-vis des transformations sociales du XIe siècle. C’était transformer en doctrine ce qui n’était en fait que le résultat d’analyses longuement réfléchies et fondées sur le dépouillement patient d’une documentation considérable. J’avais été tenté, sur le moment, de répondre sur le même ton. Je ne l’ai pas fait, préférant le silence à la polémique, et j’ai eu raison. Dans la « nouvelle contribution » qu’il nous présente maintenant, Dominique Barthélémy replace le débat sur des bases plus sereines et l’appuie sur une réflexion de haute tenue. On n’en attendait pas moins de l’historien impeccable des Deux âges de la seigneurie banale, du Vendômois et de L’ordre seigneurial. Il m’offre de répondre à son article : je le fais volontiers, en essayant d’être aussi bref que possible.

3D’abord, deux rectifications mineures. La première sur l’« État moderne ». Je suis bien d’accord avec D. Barthélémy pour penser que s’y référer constitue un anachronisme, aussi bien lorsqu’on traite de la survie de structures étatiques aux IXe-Xe siècles que lorsqu’on observe les prémisses de la construction des premiers États féodaux à la fin du XIe ou au XIIe siècle : mais je crois bien n’être jamais tombé dans ce piège. La seconde sur la « radicalisation méridionaliste » : je trouve l’accusation assez étrange, alors que je n’ai jamais cessé de dénoncer — et souvent à contre-courant — le mythe d’une soi-disant « liberté occitane » et que j’ai marqué plus que des réticences à l’égard de la célébration d’une indépendance catalane prétendument datée de 988.

4J’en viens au fond, en me limitant aux deux sujets qui tiennent le plus à cœur à D. Barthélémy et auxquels il vient de consacrer deux articles substantiels : la servitude et la chevalerie.

5Sur le premier point, il me semble bien difficile de trouver un accord, au moins en ce qui concerne tout le versant méridional de la Chrétienté. Rétablir une continuité entre l’esclavage de tradition antique et le servage de l’âge féodal reviendrait à tenir pour nulles et non avenues les recherches de tous les historiens qui ont, au cours de ces trente dernières années, quelque peu fréquenté les chartes méridionales. Il serait possible de citer ici un bonne dizaine de thèses ou d’ouvrages de recherche ; je m’en tiendrai aux conclusions de Pierre Toubert, pour l’instant épargné par les critiques de D. Barthélemy :

  • 1 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, t. I, Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’At (...)

Préparée par une évolution ancienne, la liquidation de l’esclavage est partout acquise dans le Latium au plus tard vers l’an mil. Ceci sans qu’aucun servage se soit présenté pour prendre la relève1.

  • 2 C’est le titre de la première partie de son grand article, « Liberté et servitude personnelles au (...)
  • 3 Je renvoie ici à mon « Marc Bloch, historien de la servitude », dans Marc Bloch aujourd’hui. Histo (...)

6Pour les pays du nord de la Loire, les choses sont sans doute moins nettes : il me semble pourtant que les positions de Marc Bloch (« Esclavage et servage : un contraste historique »)2 ont bien résisté à l’entreprise de démolition naguère menée contre elles par Léo Verriest3.

  • 4 Archivo Histórico Nacional, Clero, Perg. Poblet, carp. 1994, n ° 4.
  • 5 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une s (...)

7Quant à la chevalerie, la marge de discussion est plus large. Encore faut-il bien préciser de quoi l’on parle et pour quelle époque. Concernant la vieille noblesse d’avant l’an mil, je suis prêt à me rendre aux arguments de D. Barthélémy : je suis, comme lui, de plus en plus tenté de croire (car sur ce point le témoignage des sources narratives l’emporte sur celui des chartes) qu’elle est déjà « chevaleresque ». Mais ceci ne fait que déplacer les termes du problème qui, dans cette perspective, cesse d’être celui de la naissance de la chevalerie au XIe siècle pour devenir celui de son ouverture. Oui ou non, le nombre des milites s’est-il accru à cette époque et dans quelles proportions ? Autre manière de poser la question : quelle est l’origine sociale de ces milites castri que l’on rencontre en abondance dans les chartes du XIe siècle (ou de ces milites secundi ou milites gregarii que citent les chroniques lombardes ou les récits de la première croisade) ? Pour D. Barthélémy, leur condition sociale ne diffère guère de celle des sires d’ancienne noblesse : « Un sire n’est que le premier des milites castri » ; ou encore : « Les sires ne surplombent pas de haut leurs baronnages châtelains. » Baronnages châtelains que les garnisons castrales ? Il me vient à l’esprit le sort qui est prévu pour un gardien de château dans une convenientia entre deux barons catalans dont l’un dit à l’autre : « S’il ne se comporte pas à ta guise, qu’on le jette et qu’on en mette un autre » (aquel en geten et altri ni meten)4. Encore s’agissait-il d’un chef de garnison. Qu’en était-il des caballarii de base ? À Mediona, en 1057, ils devaient demander une permission de dix jours pour aller faire leurs moissons5...

  • 6 M. Bloch, La société féodale (1939,1940), t. I, Paris (2e éd.), 1968, p. 400.

8Alors, mutation féodale ou pas ? Peut-on faire l’économie de ce « grand bouleversement de la table des valeurs sociales » qu’observait déjà Marc Bloch en 19396 ? Qu’il y ait eu bouleversement, je pense que personne n’en doute : la société du XIIe siècle n’est plus celle du IXe. Le seul problème est de savoir si la mutation — puisqu’il faut bien l’appeler par son nom — s’est étalée sur plusieurs siècles ou si elle s’est réalisée en l’espace d’une ou deux générations. Faut-il projeter le film en ralenti ou en accéléré ? Je ne crois pas qu’il y ait là matière à querelle idéologique.

  • 7 Écrire et lire en Catalogne, du IXe au XIIe siècle (3 vol.), Université de Toulouse - Le Mirail, 1 (...)

9Pour ce qui est de la Catalogne en tout cas, la rapidité avec laquelle se sont déroulés les événements ne me semble guère pouvoir être mise en doute. D. Barthélémy a la courtoisie de considérer que je les ai éclairés « d’une lumière très violente et très crue ». Non, cette lumière, cette violence, cette crudité sont dans les documents eux-mêmes, ceux des décennies 1030-1060, en contraste brutal avec ceux de l’époque précédente. Faut-il croire alors à une illusion d’optique : les chartes des années médianes du XIe siècle révéleraient-elles le non-dit de celles d’avant l’an mil ? J’avoue que je me suis posé la question, mais la magnifique thèse de Michel Zimmermann7 m’a complètement rassuré : les écrits catalans du Xe siècle ne sont pas seulement nombreux, ils sont aussi d’une telle qualité, d’une telle précision qu’il est impossible qu’ils n’aient pas enregistré de changements sociaux si ceux-ci s’étaient produits. Ce dont ils témoignent, bien au contraire, c’est d’une fidélité obstinée à une légalité héritée de Rome à travers la législation wisigothique : M. Zimmermann a compté 306 documents, du IXe au XIe siècle, se référant, parfois avec commentaires à l’appui, au Code de Réceswinth. Combien en faudrait-il pour emporter la conviction ? Et comment expliquer que brusquement, à partir de 1030, le vocabulaire des chartes change, que toutes sortes de mots nouveaux, empruntés à la langue vernaculaire, soient introduits, comme par effraction, dans leur dispositif ? Comment ne pas remarquer que ces termes apparaissent spécifiquement pour désigner soit des impositions nouvelles liées à l’instauration de la seigneurie banale (toltas, quistias, forcias, estacamentos...), soit des comportements de type féodo-vassalique (commonir, retener, atender, devedar...) ? Faut-il dissocier le contenu de la forme ? Alors avec quoi faire de l’histoire ?

10Un dernier mot enfin pour sortir de la Catalogne. La tentation est grande, je comprends, d’en faire un cas particulier. Mais faut-il penser que tous les chercheurs qui, des Charentes à la Lombardie en passant par l’Auvergne ou le Languedoc, ont décrit un phénomène de mutation à peu près semblable ont été frappés d’aveuglement collectif ? ont été victimes d’un paradigme ? Je me garderai bien de répondre en leur nom. Ils sont assez grands pour le faire. S’ils le souhaitent ( ?).

11Peut-on tirer quelques leçons de cette controverse ? Sur le fond, elle n’est que très banale : elle nous ramène au constat que l’histoire est faite de pesanteurs et de ruptures. Sur la méthode, par contre, elle peut déboucher sur des mises en garde. Elle montre d’abord que, pour l’historien, la voie est étroite entre pragmatisme et conceptualisation. Le premier a assez montré ses limites. La seconde est nécessaire, mais attention à la langue de bois : à tout terme en -isme répondra vite un autre terme en -isme. Et gardons-nous comme de la peste de l’argument d’autorité : je crains un peu qu’au marxisme moribond ne se substitue certaine anthropologie historique, nouvel Évangile permettant d’interpréter les silences des sources. Sans négliger les apports des autres sciences humaines, restons sur notre terrain, la matière ne manque pas. Même pour le Xe siècle, les documents écrits, de Fulda à Subiaco, de Saint-Gall à Barcelone, sont surabondants et s’y ajoute la moisson de données très neuves que nous apporte une archéologie en plein essor. Comme nous y invite D. Barthélémy à la fin de sa « nouvelle contribution », continuons, encore et encore, à explorer cette société féodale qui, en dépit de tout, nous reste encore trop souvent opaque. La clé de l’intrigue, je suis bien d’accord avec lui, se trouve dans une connaissance sans cesse plus assurée des liens d’homme à homme.

Notes

1 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, t. I, Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (221), 1973, p. 510.

2 C’est le titre de la première partie de son grand article, « Liberté et servitude personnelles au Moyen Âge, particulièrement en France » (1993), réédité dans Mélanges historiques, Paris, 1963, t. I, pp. 286-327.

3 Je renvoie ici à mon « Marc Bloch, historien de la servitude », dans Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, EHESS, 1990, pp. 363-390.

4 Archivo Histórico Nacional, Clero, Perg. Poblet, carp. 1994, n ° 4.

5 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société (2 vol.), t. II, Toulouse, Publications de l’université de Toulouse - Le Mirail, série A (23 et 29), 1975 et 1976, p. 802.

6 M. Bloch, La société féodale (1939,1940), t. I, Paris (2e éd.), 1968, p. 400.

7 Écrire et lire en Catalogne, du IXe au XIIe siècle (3 vol.), Université de Toulouse - Le Mirail, 1993 (texte dactylographié), 1441 p. (à paraître dans la Bibliothèque de la Casa de Velázquez).

© Casa de Velázquez, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter