Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les origines de la féodalité

 | 
Santiago Aguadé Nieto
, 
Joseph Pérez

Nouvelle contribution au débat sur l’an mil en France

Dominique Barthélemy

Texte intégral

1Les « origines de la féodalité » sont une notion et un problème caractéristiques de la vieille école, glorieuse et féconde, qui a régné sur les études médiévales en France de 1840 à i960 environ, et à laquelle C. Sánchez Albornoz ne pouvait éviter de se référer. Le « régime » ou la « société » dénommés « féodaux » symbolisaient parfaitement un Moyen Âge dont l’an mil formait le lieu géométrique : cinq siècles de dégradation de l’ordre antique avaient alors porté la « désorganisation sociale » à son comble ; mais à ce moment même l’Église préparait le retour à la civilisation (mouvement de la paix de Dieu), et au XIIe siècle, l’énergie des Capétiens et des bourgeoisies urbaines ferait fructifier ces premiers efforts.

  • 1 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », dans Structures féo (...)
  • 2 Ibidem.
  • 3 En règle générale, la vieille école repère, dès le VIIe siècle, les éléments épars du « régime féo (...)
  • 4 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une s (...)
  • 5 G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise (1953), Paris, collection «  (...)
  • 6 G. Bois, La mutation de Pan mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, (...)

2Aujourd’hui, la tendance dominante, que nous appelons mutationniste, fait au contraire de l’an mil le moment initial du « féodalisme » pur et dur. Paru en 1980, un bel article de P. Bonnassie oppose, pour le Midi méditerranéen, un Xe siècle encore antiquisant (force des « autorités légales », survie des « deux concepts romains de souveraineté publique et de propriété privée1 ») à un XIe siècle violent et féodalisateur : « C’est dans le cliquetis des armes et dans le déchirement du tissu social que naissent les structures féodo-vassaliques2 » et, plus largement, la seigneurie. Le passage de l’Antiquité esclavagiste à cet « ordre féodal » a donc été conservé dans le principe, mais décalé dans le temps : il se fait plus tard, et plus brutalement3. Sous cette forme assez radicale, le mutationnisme s’appuie surtout sur des sources méridionales : le modèle catalan de P. Bonnassie (1975-1976)4 contraste avec la modération du modèle mâconnais de G. Duby (1953)5. Mais récemment, G. Bois n’a pas craint d’acclimater en France moyenne — donc en un terrain plus marqué par l’empreinte franque et carolingienne — une version raide de « la mutation de l’an mil6 » et de la faire passer pour novatrice !

3En beaucoup de régions du royaume qui échut jadis à Charles le Chauve, les sources de l’an mil ne sont pas suffisantes pour alimenter le débat. Mais un point important est de savoir si, dans les deux secteurs les mieux éclairés (Midi méditerranéen d’une part, Bourgogne et pays de Loire d’autre part), elles appellent les mêmes remarques. Ne faut-il pas dissocier Barcelone de Lournand ?

  • 7 Par exemple, N. Rouland, Anthropologie juridique (1988), Paris, 1990.
  • 8 G. Duby, op. cit., p. 177 et passim.
  • 9 Id., « Recherches sur l’évolution des institutions judiciaires pendant le Xe et le XIe siècle dans (...)

4Cependant, là n’est pas le seul enjeu. Il nous paraît en effet qu’il faut changer les concepts de la vieille école, plutôt que sa périodisation ! Nous sommes frappés de voir le mutationnisme reprendre à son compte l’opposition entre l’ordre et la loi, à la romaine, et la « foire d’empoigne » féodale, avec les liens d’homme à homme et le règne de la force. Il y a là un grand ethnocentrisme, que dénonce vigoureusement la récente anthropologie juridique7. Que vaut d’autre part la notion de « régime féodal » ou « seigneurial », après les admirables pages que, dès 1953, G. Duby consacra à la diversité des formes de seigneurie8 ? Et même si, sous sa plume, l’idée de dégradation de la justice et le mot même d’anarchie paraissent encore, on peut trouver chez lui, dès 1946, l’incitation à dépasser ces vieilles notions9. L’écart entre ce maître et les auteurs de thèses méridionalistes sur la « mutation féodale » ne tient donc pas seulement, pas principalement, à une diversité de sources : il réside aussi dans la différence de leurs approches. La théorie du féodalisme, chez les seconds, reprend une place et une importance qu’elle n’avait pas du tout chez G. Duby.

  • 10 D. Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme, de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993.
  • 11 Id., « Qu’est-ce que le servage en France au XIe siècle ? », Revue historique, 287, 1992, pp. 233- (...)
  • 12 Ainsi nous rapprochons-nous de la chronologie de J. L. Romero, La revolución burguesa en el mundo (...)
  • 13 C. Sánchez Albornoz, dans son prologue à Viejos y nuevos estudios sobre las instituciones medieval (...)
  • 14 C’est dans un esprit essentiellement amical, et parce que nous les jugions meilleurs interlocuteur (...)

5Nos travaux sur le Vendômois10 et nos développements sur le servage et sur la chevalerie dans toute la France11 tentent de rétablir une chronologie proche de celle de la vieille école, soit en relevant des traits de type « seigneurial » bien avant l’an mil, soit en redonnant aux mutations du XIIe siècle12 le relief que leur a fait perdre un intérêt trop exclusif pour la prétendue « mutation de l’an mil ». Chaque fois, nous reconnaissons combien les travaux récents, malgré des erreurs de perspective générale, enrichissent l’histoire, et quelle dette nous leur en avons. Chaque fois aussi, nous refusons le juridisme commun à la vieille école et au mutationnisme. Voici, comme en appendice, une série de réflexions critiques, positives et négatives, sur le Maçonnais, puis sur la Catalogne, enfin sur le mutationnisme en général. Espérons que l’on n’y trouvera ni arrogance, ni acrimonie, mais seulement un esprit proche de celui de C. Sánchez Albornoz : « No he buscado la polémica por el placer de anular teorías ajenas sino convicto de ajenos errores [...] » ; ces théories émanaient pourtant, reconnaît-il, « de muy queridos maestros, amigos y discípulos, cuya labor científica admiraba13 >. Ainsi de nous14, à ceci près que les « disciples » ne sont pas encore légion !

RÉFLEXIONS SUR LE MÂCONNAIS DE GEORGES DUBY

6Pour le mutationnisme, le Mâconnais représente l’alpha et l’oméga. La documentation clunisienne, renforcée par celle émanant de Saint-Vincent de Mâcon, y permet une observation assez serrée : d’où le livre pionnier de G. Duby (1953) et, plus récemment l’essai, parfois stimulant mais bien tardif, de G. Bois (1989). Ils ont à vrai dire peu de points communs, et c’est le premier qui doit surtout retenir l’attention.

a) Les découvertes de Georges Duby

  • 15 Ch. Seignobos, Le régime féodal en Bourgogne jusqu’en 1360, Paris, 1882, p. 86.
  • 16 R. Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. I, Paris (2e éd.), 1968, p. 182.
  • 17 Ch. Seignobos, op. cit., p. 87.

7La vieille école avait eu, en Bourgogne, plusieurs représentants. Il n’est pas sans intérêt d’évoquer la thèse de Ch. Seignobos (1882) sur le « régime féodal » dans cette région. Utilisant la donation testamentaire du comte Eccard à Fleury (840), cet auteur note que ses vassaux forment avec lui une « petite société » de type féodal, « hors des institutions légales15 » : la troupe serrée autour de son chef ! Ainsi oppose-t-il, comme le fera encore en 1968 R. Boutruche16, la société « réelle » à l’État carolingien artificiel — ce qui n’est pas sans faire problème, mais qui a le mérite de souligner la précarité des institutions publiques et le décalage entre les formulaires d’actes et la pratique. Une fois héréditaires et leur charge, patrimoniale, les comtes ne sont plus que des puissances « féodales », qui ne sauraient incarner l’intérêt public. Dès la fin du IXe siècle donc, la vieille école prend les allusions au roi et à la loi pour des illusions. Lorsque les scribes y renoncent, un siècle plus tard, « les institutions nouvelles cachées par les débris de la machine impériale apparaissent au grand jour » ; les documents « ne montrent plus, pour diriger la société, que des notables clercs ou laïques, et leurs fidèles17 ».

  • 18 A. Déléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le Haut Moyen Âge, Mâcon, 1941, pp. (...)

8Pas davantage que Ch. Seignobos, A. Déléage n’a su rompre ici avec le paradigme de la vieille école. Il décrit bien l’appesantissement de la « seigneurie territoriale » au cours du Xe siècle et, sous elle, le nivellement des statuts paysans18, mais il ne voit en elle qu’un développement du « domaine ».

  • 19 . J. Dhondt, La naissance des principautés territoriales, Gand, 1948. On peut sortir, dès lors, de (...)
  • 20 Duby, « Recherches », p. 193. Dans le même sens, M. Garaud, « Les châtelains de Poitou et l’avènem (...)

9L’élan initial de G. Duby consiste, au contraire, à dire la filiation entre les pouvoirs publics, royal, puis comtal, et la seigneurie châtelaine des XIe et XIIe siècles. Il cherche et trouve une passerelle, entre l’« ordre carolingien » et l’« ordre féodal ». Bien entendu, l’itinéraire comporte une brusque déclivité entre 980 et 1030 ! En accord avec la « réhabilitation » des principautés et des comtés du Xe siècle entamée par J. Dhondt (1948)19, il voit dans le comte de Mâcon, jusqu’en l’an mil, la clef de voûte d’un système public localisé. Ensuite la force et la coutume, négativement connotées, l’emportent au temps des sires de châteaux : leur pouvoir procède donc du dévoiement des droits publics. Mais cette inévitable concession à l’universel ethnocentrisme d’alors (1946, 195-3) n’empêche pas que le Xe siècle a pris un visage ambigu et troublant : les notices de plaids comtaux, entre 943 et 964, évoquent encore le malins et les scabini mais, plus souvent, les fideles20. Cour publique, ou cour féodale ? Institution ou société ? En 1985, G. Duby est revenu avec force sur le thème de l’« interpénétration du public et du privé », bien avant l’an mil :

  • 21 Ph. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. II, Paris, 1985, p. 29.

La ligne de partage à quoi se réfèrent encore au Xe siècle les textes officiels se trouvait de longue date en voie de s’estomper [..,]21.

  • 22 M. Bloch, La société féodale (1939,1940), Paris (2e éd.), 1968, p. 23 : « La féodalité médiévale e (...)
  • 23 G. Duby, op. cit., p. 9.

10Assez brusque, le passage au XIe siècle ne constitue pourtant pas, chez G. Duby, une catastrophe de même ampleur que, par exemple chez Marc Bloch, le choc des invasions normandes22. Surtout, cette mutation quelque peu dédramatisée prend place dans un moment de relative densité documentaire, et non plus dans le silence des sources de l’an 900. Elle devient donc l’objet d’un débat sur les nuances et les modalités. Il s’agit notamment de savoir si la transformation documentaire de l’an 1030 reflète ou non une évolution réelle de même ampleur : en 1953, G. Duby répondait positivement23, par la suite il a été souvent plus hésitant, plus proche de l’espèce de nominalisme dont faisait preuve en 1882 Ch. Seignobos !

  • 24 Ibidem, pp. 361-477. Sans être tout à fait négligée, l’étude de cette seconde mutation est cependa (...)
  • 25 E.A.R. Brown, « The Tyranny of a Construct : Feudalism and Historians of Medieval Europe », Americ (...)

11De toute manière, la « crise d’une génération » (980-1030) ne représente que le prélude de son livre de 1953. L’essentiel consiste en cet admirable tableau de la période 1030-1160, que suit en épilogue le récit des années 1160-1240 : « De la châtellenie à la principauté24 ». Or, comme l’a bien relevé E.A.R. Brown, G. Duby prend ses distances avec l’épithète « féodale25 », dans la description centrale. Il y valorise l’allodialité chevaleresque – et donc avec elle, de quelque manière qu’on l’entende, les liens de parenté. Il fait des milites castri les compagnons du sire plus que ses vassaux. Entre ses mains, l’héritage de Marc Bloch fructifie d’autant mieux que le champ micro-régional de l’étude la libère du poids des bibliographies antérieures. Peu ou pas de discussion scolastique en ce livre profondément novateur, mais l’épaisseur du concret et la saveur du vécu, avec le moins d’artifice possible. A la limite, il ne manque qu’un peu plus d’agressivité théorique : la découverte de la « seigneurie banale de château » ne met-elle pas en cause le concept même de seigneurie ? Sous ce nom, la vieille école mettait un pouvoir proche et concret, le face à face de deux hommes, ou d’un grand avec quelques-uns ; or cette forme de dominium a quelque chose d’impersonnel, de médiat, de post-étatique. A tout le moins, l’unité fallacieuse de « la seigneurie » se trouve-t-elle rompue au profit d’une typologie de formes contrastées et concurrentes (personnelle, foncière, banale).

b) Un mutationnisme modéré, à tempérer encore

  • 26 Cette année-là, G. Duby authentifie dans un article le thème de l’ascension des milites, absent de (...)

12Le livre de 1953 n’appelle ni « antique » ni « antiquisante » la société du Xe siècle, et tend à marginaliser le mot même de « féodalité ». Il faut bien y voir cependant la source principale du mutationnisme qui a déferlé sur la France depuis 196826. En effet, la position centrale de cette théorie consiste à considérer les institutions publiques, survivantes jusqu’en l’an mil, comme un obstacle majeur à toute féodalisation véritable : elles réfrènent le pouvoir privé de la noblesse, et perpétuent un vieux clivage entre le commun des hommes libres et ceux qui supportent une « servitude de type antique », définie comme une exclusion. Que ces institutions s’effondrent, et paraît la société véritablement féodale, bipartite : elle oppose une chevalerie violente à une paysannerie tout entière dépendante, mais non pas esclave. Or telle est bien l’intrigue qui articule, dans La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, le prélude avec le tableau central.

  • 27 G. Duby, op. cit., pp. 73-87 et 124-130.
  • 28 Ibidem, p. 328. Les châteaux eux-mêmes et leurs districts sont très antérieurs à l’an mil.
  • 29 IbId., p. 176.
  • 30 IbId., p. 196.

13Comparé au modèle catalan, celui-ci demeure pourtant d’une grande modération. En premier lieu, parce que le Xe siècle connaît déjà des formes de seigneurie, des liens d’homme à homme27. Le XIe siècle ne multiplie même pas les relations féodo-vassaliques : elles demeurent justement mêlées, dans les condominiums châtelains, à des souvenirs « de la vieille organisation militaire de l’époque franque28 » — après comme avant la « rupture », le privé et le public s’interpénètrent donc. Enfin, redisons-le, écrire que les exactions et les pouvoirs des « châtelains » ont « leurs racines dans les institutions publiques de l’époque franque [...] » revient à faire un lien ignoré de la vieille école même si, tout de suite après, une autre affirmation vient la nuancer : « [...] Toutefois, la manière de les percevoir et de les exercer s’est radicalement transformée29. » En second lieu, le mutationnisme est bien tempéré par la découverte, à nouveau faite contre une grande partie de la vieille école, de la continuité de la classe dominante : « La chevalerie de l’an mil est l’ancienne “noblesse” pourvue enfin d’un contour et d’une définition30 », donc métamorphosée, soit, mais ni déchue, ni même élargie !

  • 31 Cf. nos articles, Barthélémy, « Qu’est-ce que le servage ? » ; Id., « Qu’est-ce que la chevalerie  (...)

14Ne faut-il pas le tempérer plus encore ? G. Duby ne nous semble avoir prouvé, en 1953, ni que les serfs du Xe siècle se caractérisaient « à l’antique » par leur non-participation aux assemblées des « francs », ni que la substitution de miles à vassus, à partir de 980, signait une militarisation et une émancipation de l’aristocratie31. Il y a quelques remarques à présenter aussi sur la « seigneurie banale de château » elle-même :

  1. La vicaria qu’elle met à mal, et par laquelle les hommes libres semblaient avoir été rattachés aux structures d’État, jusqu’à la crise châtelaine, n’y a pas une grande consistance, à en juger par une étude de F. Bange32. G. Duby cite bien trois « assemblées de voiries », entre 980 et 1004, mais on en connaît mal le contexte et on en mesure mal la portée. Trois brèves notices relatent un serment, un débat judiciaire et, surtout, deux déguerpissements ; le théâtre en est toujours un aître d’église et il s’y trouve, en effet, deux fois un vicarius et deux fois des scabinei33. Sont-ce là des fonctionnaires, et une justice « publique » ? Ces réunions d’allure fort peu institutionnelle excluent-elles, d’autre part, les serfs34 ? Considérons que par sa phrase de 1985, citée tout à l’heure35, G. Duby s’est lui-même remanié.
  2. En appelant l’empire carolingien, en 1972, une « chefferie de village étendue aux dimensions de l’univers36 », il ne le fait pas passer pour un « État de droit ». On n’est donc pas étonné de voir surgir, dans la documentation plus vivante d’après 1030, de multiples consuetudines. Occasionnellement, dans les sources franques du IXe siècle, les coutumes apparaissaient déjà37. Par conséquent, l’idée d’une privatisation des pouvoirs, d’un dérapage de la légalité en coutume, commune à G. Duby et à J.-F. Lemarignier38, semble devoir être rejetée : il y a seulement révélation d’un « pluralisme juridique39 », toute « loi » n’étant pas totalement ignorée, au temps des châteaux.
  3. Dans une « société féodale » du XIe siècle « pas aussi troublée qu’on l’a dit40 », la force ne règne donc pas seule. Est-il même certain que la « concurrence entre les seigneuries » tourne si nettement à l’avantage du « ban châtelain » ? La carte des parages de Cluny révèle, non seulement la résistance des moines, mais aussi de petites seigneuries banales non châtelaines, à demi-forestières, comme plus loin celle de La Chapelle de Bragny41. La seigneurie foncière, ou plutôt « le petit domaine », traverse les siècles centraux du Moyen Âge par une série de réajustements successifs42. On doit même se demander si, par rapport à lui, la domination châtelaine est davantage qu’une sorte de superstructure : on ne voit pas, en effet, de cour centrale de la châtellenie dont relèveraient tous les non-nobles, mais seulement des compagnies de chevaliers, entre lesquels le sire maintient la paix et qui ont chacun leurs « domaines » ou fragments de domaines. Sur ceux de l’Église certaines taxes châtelaines se surimposent, et certains droits de justice ; sans doute aussi sur ceux des milites. Mais le ban châtelain n’est clairement destructeur ni du servage, ni du petit domaine.
  • 43 G. Duby, « Recherches », p. 206.

15Ne prétendons pas pour autant que rien n’a changé autour de l’an mil : assurément, le pouvoir « public » achève alors de se diluer, et cela peut accroître la tension sociale. Même si la paix de Dieu sert surtout, ici43 comme ailleurs, à fortifier la seigneurie des moines, ce fait n’est pas indifférent et elle peut avoir aussi répondu à une attente plus large. Toutefois, il n’y a pas la marque d’un si grand choc que G. Duby le disait en 1953, et l’on comprend ainsi que, selon nos propres interprétations, l’an mil n’ait vu ni la disparition de l’ancien servage, ni les grands débuts de la chevalerie. De quoi justifier le propos de ce maître, qui s’est dit prêt en 1976 à réviser son prélude, en prenant la mutation documentaire de 1030 un peu à la manière du vieux Seignobos : davantage comme une révélation que comme le reflet de changements importants.

  • 44 Cf. les remarques d’A. Guerreau, « Lournand au Xe siècle, histoire et fiction », Le Moyen Âge, XCV (...)

16On se saurait parler d’un apport original ou substantiel de G. Bois (1989), dans la mesure où ses observations sont extrêmement critiquables44, et où sa théorie ne fait guère que transposer celle de P. Bonnassie. À ce dernier, il veut voler sa place dans le débat : rendons-la lui sans plus attendre.

RÉFLEXIONS SUR LA CATALOGNE DE PIERRE BONNASSIE

  • 45 Cf. par exemple en 1178 J. Rius Serra (éd.), Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès (3 vol.), Bar (...)

17Bien entendu, nous n’avons aucun dessein annexionniste sur Barcelone, ni actuel ni rétroactif ! La Catalogne du XIe siècle n’appartient qu’à peine au royaume. Mais elle s’y rattache tout de même par ses visées sur le Languedoc et par l’habitude conservée, jusqu’en 1180, de dater des actes par le règne des Capétiens45. En ce sens, la célébration d’une « indépendance » datant de 988 appelle des réserves : ce concept même, appliqué ailleurs à de simples châtellenies, n’est-il pas fort anachronique dans la société médiévale ?

18On nous dira que ces évocations sont de pure forme. Soit ! Mais dès lors, pourquoi prendre entièrement au sérieux les allusions stéréotypées au code de Receswinth, dans les sources d’avant 1040 ? Qu’est-ce qui prouve ici le règne de la loi, à défaut de celui du roi ? Il faut beaucoup pondérer la réponse, mais là est bien pourtant le problème essentiel : qu’était l’ordre public du Xe siècle, et y a-t-il une rupture totale après 1040 ?

a) La richesse des sources et l’exemplarité catalane

  • 46 Bonnassie, « Genèse et modalités », p. 31.

19Comme au Mâconnais, il se produit ici une conjonction bénéfique entre le talent exceptionnel d’un historien et un terrain privilégié par ses sources ! La masse des documents d’archives, autour de l’an mil, égale celle de toutes les autres régions du royaume, réunies. Il y manque cependant des sources narratives ; elles dramatiseraient peut-être le climat social d’apparence sereine, avant 1010-1020. P. Bonnassie le sent lui-même très bien, au Languedoc, lorsqu’il rapproche le témoignage des Miracles de sainte Foy de la notice de 1013 sur Pallas : le premier révèle l’arrière-plan assez musclé du gentlemen’s agreement que suggérait la seconde46 !

  • 47 Ibidem, t.I, p. 9.
  • 48 IbId., p. 10.
  • 49 IbId., p. 30.

20Il met cet épisode au compte d’une « faillite » en cours de la justice, un peu plus précoce qu’en Catalogne. Pourtant, l’admirable introduction de sa thèse y traite la période 990-1040 d’une manière qui retient l’attention. Dès 990-1010, la documentation s’amplifie et se diversifie, ce qui « permet une approche beaucoup plus sûre de la société du XIe siècle que de celle qui l’avait précédée47 », et que jalonnaient des actes monotones et stéréotypés ; ceci justifie même, « dans une certaine mesure », l’usage de « la méthode rétrospective48 ». Vers 1040, la documentation change à nouveau de nature, quoiqu’un peu dans le même sens (diversification) et, cette fois, cette mutation des sources présenterait « une image assez fidèle des transformations qui marquent alors la société49 ». Révélation d’abord, « révolution féodale » ensuite. Pourquoi non ? Mais tout de même, ce distinguo peut prêter le flanc à la critique. On pourrait, par exemple faire observer :

  1. Que les plaids sereins et les plaids « dégradés » alternent dans la même période, entre 1010 et 103050. Les divers aspects de la justice peuvent donc bien avoir coexisté depuis longtemps, être quasi structurellement liés. Il faut renoncer, ici comme au Maçonnais et partout ailleurs, au préjugé ethnocentrique qui voit dans la non-application d’une règle ou d’un jugement une insulte à la loi51, et qui dramatise les conflits52.
  2. Que les magnifiques formules de convenientie et de serments de « type féodal », conservés à partir de 1020 environ témoignent d’emblée d’une certaine maturité53 et reprennent des expressions bien « carolingiennes54 », tout en incluant des mots de la langue vernaculaire dont le surgissement demeure un fait remarquable.

21Par conséquent, on pourrait plaider la révélation en deux étapes successives, en éliminant toute révolution ! Ce serait un peu aventureux, mais les autres solutions (distinguo, révolution en deux temps) le sont-elles moins ? À la vérité, nous ne savons pas davantage ici qu’ailleurs dans quelle mesure « la réalité » correspond à l’évolution des sources. A notre avis, il y a cependant lieu de croire qu’elles amplifient les transformations effectives. Il faut découpler. Les cartulaires sont autant de caisses de résonance.

22Ils nous font voir, même ici, presque exclusivement les tensions et les conflits entre l’Église et l’aristocratie laïque. La première, tout comme au Mâconnais, pousse ses intérêts, roidit son intransigeance et tente une juridisation autour de l’an mil. Elle obtient des jugements en sa faveur, mais ils ont un « effet boomerang » :

  • 55 P. Bonnassie, op. cit., p. 202.

Bien des violences opérées au XIe siècle [écrit P. Bonnassie] tant à l’encontre des églises que des comtes, qui les protègent, ne représentent en fait que la contestation brutale des sentences prononcées par les cours de l’an mil55.

23En d’autres termes, une société traditionnelle se défend contre la menace que fait peser sur elle une extension brutale du champ de la loi aux dépens d’autres modes de régulation. En se défendant, elle révèle ses structures profondes. Voilà le mieux assuré. Après cela, la généralité des troubles de 1040-1060 relève davantage de la conjecture.

  • 56 Acte cité et commenté par M. Zimmermann, op. cit., pp. 186-197 ; P. Bonnassie, op. cit., p. 314 : (...)
  • 57 Ibidem, t. I, p. 237 et t. II, p. 578 ; ce qui fait douter qu’il ait jamais été « structure domina (...)

24On ne peut cependant en discuter que l’ampleur, et les conséquences statutaires, car ils s’articulent admirablement avec l’arrêt de la colonisation rurale et les effets induits par la croissance. Toutefois, on touche ici aux limites de l’exemplarité catalane, car tout le royaume ne connaît pas, au Xe et au début du XIe siècle, un pareil dynamisme pionnier. A court terme, ce dernier est assurément générateur de liberté paysanne et roturière. La charte de Cardona (986) a bien des traits de la commune du XIIe siècle, puisque le comte y reconnaît aux habitants une sorte de chevalerie collective (droit à l’autodéfense et à une autonomie de juridiction56). L’aprision coutumière entretient et reconstitue l’allodialité sur les fronts pionniers, mais cette dernière est éminemment fragile : « On peut dire que l’alleu paysan commence à s’éroder dès le moment où il se constitue [...]57. » Comment, dès lors, en faire un phénomène de société, le garant du maintien jusqu’en 1010-1020 d’un ordre antiquisant ?

  • 58 J. M.aSalrach, El procés de feudalització (segles III-XII), t. II, de P. Vilar (dir.), Historia de (...)
  • 59 Ibidem, p. 221.

25Soucieux de faire le lien avec la crise finale du royaume de Tolède, étudiée par J. M.a Mínguez, tout en ménageant le modèle de P. Bonnassie, J. M.a Salrach souligne en 1987 que, dans cette société de marche, la guerre et la colonisation ont retardé l’avènement du féodalisme58. Il y réhabilite même les forces féodalisatrices, dès avant 1010-1020, tout en les déclarant « non prédominantes59 ». A notre avis, l’exemplarité de l’histoire catalane des Xe et XIe siècles réside surtout dans le fait qu’on voit le « régime seigneurial » se reconstituer très vite sur les talons des pionniers : ne serait-il pas, déjà, partout ailleurs « dominant » ?

b) Un mutationnisme radicalisé par le méridionalisme

26Sans doute poursuivons-nous beaucoup d’-ismes inventés par nous-même ! Cependant, la théorie imprègne les livres des historiens : bonne ou mauvaise, stimulante ou paralysante, elle est présente partout, et il faut la reconnaître comme telle. Fort et suggestif, le modèle catalan de P. Bonnassie appelle ici la critique dans la mesure même où il en inspire et prédétermine d’autres qui à leur tour prétendent le confirmer !

  • 60 T. N. Bisson, « The problem of feudal monarchy : Aragon, Catalonia and France » (1975), repris dan (...)

27Pas davantage que celui de G. Duby sur le Mâconnais, il ne table sur une vague d’érection de châteaux vers l’an mil. La châtellenie (castrum, castel termenat) est antérieure à 1040, et le fait nouveau réside dans une privatisation des pouvoirs — à laquelle T. N. Bisson mettrait un bémol60. Héritier d’une dialectique chère à la vieille école, P. Bonnassie fait tenir en quelques années le double mouvement de décomposition et de recomposition du pouvoir par la féodalité (1040-1070), et cette fois l’évolution catalane est rendue précoce par l’afflux de la monnaie. Mais l’anthropologie socio-juridique nuance ce schéma conceptuel. Quant à la hausse brutale des prélèvements sur la paysannerie, rien ne la démontre (ni ne l’infirme) directement.

  • 61 P. Bonnassie, op. cit., t. I, pp. 298-302 et t. II, pp. 812-816. Si la mutation documentaire de 10 (...)
  • 62 P. Bonnassie, op. cit., t. II, pp. 569-573 et 797-809.
  • 63 Ibidem, t. I, pp. 291-292, et nos commentaires sur la première chevalerie (antérieure au XIIe sièc (...)
  • 64 Milites en 984 : P. Bonnassie, op. cit., t. I, p. 295 ; équités en 1024, ibidem, t. I, p. 166.

28Toujours à l’instar du dossier mâconnais, celui de Catalogne ne nous paraît pas comporter de changement important, vers l’an mil, en ce qui concerne les classes sociales. Pas de solution véritable de continuité entre les esclaves et les « hommes donnés » : ne sont-ce pas serfs et serfs61 ? Presque tous les historiens actuels surestiment, à notre avis, la portée des innovations lexicales. La formule de « donation d’hommes » ne crée pas une catégorie nouvelle, elle dilue seulement le servage dans une dépendance plus large. Quant à l’ascension des milites, introduite ici avec référence au Namurois de L. Génicot, P. Bonnassie la situe après 1040, lorsqu’émergent de modestes caballarii ; mais il dit très clairement qu’ils ne rejoignent jamais la noblesse de premier ordre62. Celle-ci, à notre avis, est « chevaleresque » depuis fort longtemps, comme toute la noblesse post-carolingienne : voyez le luxe de ses armes, à la lumière des testaments du Xe siècle, l’allusion de 998 à un adoubement par le comte63 et même deux emplois de milites et d’équités, comme synonymes de nobiles et de potentes, en 984 et 102464. Tout cela en pleine période révélatrice.

  • 65 Cf. supra, p. 89.
  • 66 Cf. son intervention de 1978, cf. Bonnassie, « Genèse et modalités », p. 13.
  • 67 M. Zimmermann, op. cit., p. 157.
  • 68 Ibidem, p. 153.

29Outre cette infidélité « namuroise » à G. Duby, le propos de P. Bonnassie et des spécialistes du Midi diffère du sien en ceci qu’il relie l’affirmation des milites à l’établissement même des formes féodo-vassaliques ; au contraire, au Maçonnais, le terme était censé marquer l’émancipation des vassi, les progrès de leur allodialité65. Mais ici intervient le méridionalisme, c’est-à-dire la tendance, combattue par G. Duby66, à exagérer la spécificité juridique et sociologique de la future Occitanie. Que la culture écrite y garde un peu plus de prestige, au long du Haut Moyen Age, et que les rites de soumission et de paix y différent de ceux du Nord, nul n’en doute. Mais pour autant, peut-on, avec M. Zimmermann, faire de la Catalogne du Xe siècle une société « bâtie sur le respect de la Loi et le culte de l’écrit67 » et donc marquée par un « système d’institutions parfaitement étranger aux pratiques féodo-vassaliques68 » ? Nous en doutons fort. L’aprision n’est-elle pas une « simple coutume », l’exécution testamentaire ne conjoint-elle pas l’oral à l’écrit ? Et les puissants du Xe siècle ne sont-ils pas les « fidèles » du comte ?

  • 69 P. Bonnassie, op. cit., t. I, p. 212.
  • 70 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région, Paris, collecti (...)
  • 71 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., p. 122.
  • 72 Ch. Wickham, « La chute de Rome n’aura pas lieu », Le Moyen Âge, XCIX, 1993, pp. 107-126 (voir p. (...)

30L’Occitanie, terre de liberté et de légalité ? Oui, mais bien après l’an mil : c’est sa « grandeur » d’avoir fait fleurir une renaissance des XIIe et XIIIe siècles avec plus d’éclat que le Nord. Certes, les judices des IXe, Xe et XIe préparaient le terrain aux légistes, mais ils vivaient dans une société authentiquement « médiévale » ou « féodale » : employons ces mots par contraste avec la modernité ultérieure de l’État et du Droit. Certes, les comtes « indigènes » de la Gothie n’avaient pas les mêmes références juridiques que les « parachutés » francs69, mais leurs pratiques clientélaires et parentélaires étaient-elles d’un tout autre ordre ? M. Rouche oppose l’« atmosphère juridique romaine », froide mais égalitaire, à la « chaleur humaine » mais oppressive de la société franque70. Cela n’est-il pas bien artificiel ? De même, on prête trop vite à Géraud d’Aurillac une connaissance du droit romain, lorsque sa mansuétude et l’idée qu’il se fait de la justice le dissuadent de reprendre tel beneficium71. Terminons avec cette petite digression en observant que, né sur les rives de la Méditerranée, l’hyper-romanisme radical finit par transférer dans le Nord lui-même l’« énorme erreur de jugement » dénoncée par C. Wickham72 : après tout, on y écrit aussi en latin !

  • 73 P. Bonnassie, op. cit., t. I, pp. 183-186.
  • 74 Ibidem, pp. 209-214.
  • 75 Ainsi l’entend bien F. Cheyette, à partir du XIIe siècle et sous l’influence de l’Église grégorien (...)

31C’est donc porté par tout un courant que P. Bonnassie peut plaider l’absence de toute forme de « seigneurie » et l’omniprésence du pouvoir public dans la Catalogne du Xe siècle. Mais ce qu’il écrit du caractère public de toute justice73, comme de la terra de feo et des droits de son détenteur74, est affaibli par l’absence d’une distinction opératoire entre les domaines publics et privés, qui seule attesterait vraiment d’un État au sens moderne75. En attendant, on est bien obligé de diagnostiquer l’« interpénétration » chère en 1985 à G. Duby :

  1. Dès la fin du IXe siècle, les judices ne paraissent plus réglementairement, en corps, dans la cour du comte76 ; un ou deux d’entre eux se mêlent à des « fidèles », ce qui donne une bigarrure comparable à celle du Maçonnais. Le « compromis amiable » ne manque pas77 ;
  2. La terra de feo demeure régie par quelques règles spécifiques, mais elle est tout de même patrimonialisée78. Les droits de son détenteur ne peuvent-ils être considérés comme « domaniaux », à la manière de l’albergue provençale décrite par J. -P. Poly79 ? Une telle dérive ne différerait guère de celle qui, selon A. Verhulst, a produit « le domaine » classique dans la Francia80 ;
  3. Il faut donc revenir à la charte de Cardona (986) et prendre le « patronat » du vicomte Ermemir comme une forme de seigneurie. « Et dono vobis patrono Ermemiro vicescomite [...]81 » et le comte Borrell de prescrire l’obéissance et le respect à l’égard de ce patron et de ses agents. Simplement, la charte prescrit aussi que le bon service dû à un « seigneur » ou « ami » tourne à un cens indu : l’aider volontairement et en cas de besoin, oui ; mais se prêter à l’abus, ou « mal engin », non82. On le sent bien, les mauvaises coutumes ne sont pas loin, un pareil texte nous les révèle en négatif, déjà présentes au soleil du Xe siècle catalan, et avec elles l’envers seigneurial de cet ordre public auquel la charte se réfère. Voilà bien une double injonction à la carolingienne. D’un côté, l’« État » compte sur l’ordre seigneurial pour son armée et sa justice : que chacun se choisisse un patron ! D’un autre côté, la dérive est inévitable : que les « puissants » n’oppriment donc pas les « pauvres », que les mauvaises coutumes ne prolifèrent pas !
  • 83 Contra, P. Bonnassie, ibidem, p. 311.
  • 84 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du VIIIe - début (...)
  • 85 Ibidem, p. 187 : c’est un chevalier, tout comme les magnats catalans du Xe siècle, puisqu’il a des (...)
  • 86 Cf. pour compléter tout ce dossier, l’admirable thèse d’État de C. Duhamel-Amado, Parenté, famille (...)

32Ce contexte évoque d’assez près le dossier des aprisionnaires espagnols dans la Gothie du IXe siècle (entre 795 et 920 environ). Ne voyons pas en eux des hommes formant « communautés83 ». Le dossier, tel qu’on l’aperçoit d’après l’article, déjà ancien, d’A. Dupont, évoque au contraire la justice des maiores sur les minores parmi eux, à l’exception de tout ou partie des causes majeures, retenues pour le roi ou le comte84. Le cas initial de Jean, ce chevalier premier cité, loin d’être « un peu particulier85 », nous semble paradigmatique : les Carolingiens établissent ici des vassi dominici, tentent de les soustraire à l’emprise « féodale » des comtes et assurent leur pouvoir « seigneurial » quasi immuniste sur leurs hommes, les autres Espagnols. Ensuite, ils se mêleront à la très composite aristocratie languedocienne86.

  • 87 M. Godelier, « De la non-correspondance entre formes et contenus des rapports sociaux. Nouvelle ré (...)
  • 88 J. M.aSalrach, « Agressions senyorials : resistències pageses en el procès de feudalització (segle (...)

33Dans le Midi comme ailleurs, et entre 812 et 844 comme en 986, les actes émanés de l’« autorité publique » doivent être lus avec précaution, ou plutôt avec une nécessaire hardiesse : il faut en déceler les à-côtés. Le monolithisme de la diplomatique masquerait, sinon, la complexité du réel. En Catalogne, J. M.a Salrach propose, à la manière de l’anthropologue marxiste M. Godelier87, une distinction entre la forme et le contenu des rapports sociaux ; en l’an mil, selon lui, la pression seigneuriale commence à se donner libre cours dans des conflits dont l’aspect demeure traditionnel : là est la revolució feudal88. Soit, on peut prendre les choses ainsi. Mais pourquoi ne pas dissocier le « contenu » de la forme bien avant l’an mil ?

34P. Bonnassie accepterait-il un remaniement dans ce sens ? Il laisserait à la révélation de 990-1010 toute la place que l’introduction annonçait et que le développement oublie un peu de ménager ; il tempérerait de même la mutation de 1040. Le terrain catalan n’en a pas moins été admirablement défriché ; P. Bonnassie l’a démarqué à juste titre des modèles septentrionaux de la vieille école, et l’a éclairé d’une lumière très violente et très crue dans la période la mieux connue (après 1010-1020). Tout comme G. Duby, il fournit lui-même de quoi nuancer des conclusions qu’il n’y a pas lieu d’inverser, en plaidant l’immobilisme : l’ordre « seigneurial » a connu en Catalogne des ajustements successifs.

RÉFLEXIONS SUR LE MUTATIONNISME EN GÉNÉRAL

35La critique, pour s’exercer valablement, ne devrait-elle pas reprendre un à un tous les ouvrages de la famille de ces deux « chefs de sens » ? En un sens, si ; mais d’un autre côté, on ne peut se consacrer uniquement à cela. Il suffit de mentionner ici comment se retrouve, en bien des monographies, le même habitus : une attention privilégiée portée aux sources diplomatiques aux dépens de sources narratives, toujours maigrelettes à l’échelle locale et, dans le corpus, la surdétermination du changement formel, normale là où manque la grande histoire. Tout cela tient au cadre régional des travaux, c’est un effet pervers du choix monographique. En outre, l’absence de débat un peu vif produit un consensus mou : chacun appelle mutation ou féodalisation ce qu’il veut, et ce qu’il a trouvé, parce qu’il ne cherchait guère autre chose. Mais on arrive à des thématiques et à des chronologies très diverses, parfois étalées sur un siècle et demi. Ainsi R. Fossier s’éloigne-t-il beaucoup, sur ce double plan, du mutationnisme stricto sensu :

  • 89 R. Fossier, La société médiévale, Paris, 1991, p. 130.

De 925 ou 950 jusqu’en 1050 ou 1100, une large zone s’étend, cinq ou six générations d’hommes, où se pressent les faits nouveaux89.

36Soit, mais quelle époque n’en fournit pas à l’historien, dont c’est le métier de les mettre en vedette ? Les faits se pressent-ils moins au IXe ou au XIIe siècle ?

  • 90 A. Debord, « A propos de l’utilisation des mottes castrales », Château-Gaillard, XI, 1983, pp. 91- (...)
  • 91 P. Périn, « La part du Haut Moyen Âge dans la genèse des terroirs de la France médiévale », dans M (...)

37R. Fossier évoque ensuite l’archéologie. Il y a d’abord les mottes, dans lesquelles on veut voir, parce que les plus anciennes datent de 950-1000, l’arme de la « révolution féodale ». Toutefois, A. Debord ne met-il pas la charrue avant les bœufs lorsqu’il produit cette conclusion sans connaître la fonction exacte des mottes90 ? A la prolifération de ces dernières, on peut opposer le fourmillement des quartiers suburbains du XIe siècle, hors les murs des cités. Quant à la « naissance du village », dans la fourchette 950-1100, elle demeure une vue assez théorique, à laquelle P. Périn propose diverses objections91. Gardons-nous d’illustrer par des photos de mottes la prétendue montée des violences et des milites, et de trouver confirmation de la fin de l’ancien esclavage, systématiquement, dans la substitution du castrum à la villa ou à ses annexes dispersées.

a) Que vaut l’antinomie entre l’«Antiquité» et le «féodalisme» ?

  • 92 Loin de la pensée de G. Duby, les thèses « mutationnistes » peuvent régresser en effet vers des th (...)
  • 93 P. Bonnassie, « Survie et déclin du régime esclavagiste dans l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIe(...)
  • 94 Et même avant, car l’ampleur de l’administration ne doit pas cacher une singulière absence d’« esp (...)

38Revenons donc à la discussion, au nécessaire dépassement de la théorie axée sur la brusque catastrophe92 de l’ordre public hérité de l’Antiquité. Mais qu’est-ce à dire, l’« Antiquité » ? Depuis quelques décennies, on a fait tomber la barrière traditionnelle entre elle et le Moyen Âge, fixée jadis assez près de l’an 476. On place de part et d’autre une « Antiquité tardive », dans laquelle l’esclavagisme tient une certaine place93 ; mais constitue-t-il pour autant le rapport social « dominant » ? Quant aux structures d’État, s’il en subsiste bien quelque chose d’important dans l’Église et aussi dans les royaumes romano-barbares, ne faut-il pas tout de même les relativiser dès après 40694 ?

  • 95 Par exemple, A. Guerreau, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, 1980.

39Cette Antiquité tardive pousse les historiens attachés au « féodalisme » à antidater celui-ci du IIIe siècle95, ou à le postdater jusqu’en l’an mil, par rapport aux repères de la vieille école. Le décalage profond entre ces deux conceptions, destinées l’une et l’autre à sauver le marxisme en tant que système, doit à lui seul inspirer l’inquiétude ! Il repose, en fait, sur deux vues très différentes du « féodalisme ». Les tenants de la mutation de l’an mil font encore une articulation étroite entre la féodalité pure (hommage et fief dans la classe dominante) et la seigneurie sur les dominés, dans toute sa crudité. A l’inverse, ceux qui envisagent un féodalisme long, du me au XVIIIe siècle, en ont une idée avant tout économiste : c’est le monde rural sans esclavagisme latifundiaire, dans lequel la petite propriété paysanne tient une place centrale, même si ou parce que la seigneurie, puis l’État, lui retirent de quoi passer à la « reproduction élargie ». À partir du IIIe siècle en Gaule, les honestiores dominent abruptement les humiliores ; puis ils choisissent l’alliance barbare pour ne pas céder à la Bagaude ; enfin, en un temps de désurbanisation, ils disputent à l’État le monopole de la violence et les armes symbolisent de plus en plus leur puissance sociale. A notre avis, s’il faut une transition « de l’Antiquité au féodalisme », c’est bien entre Marc Aurèle et Dagobert qu’elle se place.

40Mais la faut-il ? Mieux vaut essayer, avec P. Veyne, une histoire entièrement libre du choix de ses intrigues

  • 96 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essais d’épistémologie, Paris, 1971, pp. 335-336.

et pour qui les unités de temps et de lieu, histoire d’un siècle ou d’un peuple [ajoutons : d’un mode de production ou d’un type de société] ne sont plus qu’un découpage possible parmi d’autres96.

  • 97 Cf. supra, notes 5, 4, 6 et 95.
  • 98 Est-il besoin de le préciser ? Ces deux termes, ainsi que le recours à la « vieille idée esclavagi (...)
  • 99 L’hommage et la fidélité créent aux yeux de la société (« institution » est pris ici au sens large (...)
  • 100 La chevalerie est inaugurée par une remise d’armes (rite d’accomplissement) qui incite à en faire (...)
  • 101 Le servage, à la différence de l’esclavage, n’est pas une exclusion. Le serf est un homme dévalori (...)

41Une telle liberté guidait G. Duby dans ses pages pionnières de 1946 et 1953 ; il en restait quelque chose chez P. Bonnassie en 1975-1976 ; elle a totalement disparu chez G. Bois en 1989, mais aussi chez A. Guerreau dès 198097. Selon le thème et l’accent choisis, on peut en effet souligner des différences ou des continuités entre l’ordre social sous Constantin et le temps de Charlemagne ou le XIe siècle. Au cœur « féodal » du « Moyen Age », une vieille idée esclavagiste, issue de l’« Antiquité », alimente une série de « nouveaux servages » et des droits de commandement post-étatiques, judiciaires et militaires, cristallisent « la seigneurie ». En même temps, dans des « conditions de vie » rurales et dans une « atmosphère mentale98 » peu juridique (flexibilité des règles), beaucoup de choses ont profondément changé. Les institutions de la classe dominante sont la vassalité99 et la chevalerie100 ; toutes deux définissent le bon usage des armes, bien avant l’an mil. Le servage représente, quant à lui, en ses avatars successifs, le cadre et le modèle principal, mais pas unique, de la soumission des paysans101. A partir du XIIe siècle, ces traits commencent à s’altérer, en un temps de villes, d’argent et de droit conquérant. On peut dès lors choisir de souligner, ou leur persistance longue, ou leur précoce disparition, dans les contextes plus « modernes ».

  • 102 E.A.R. Brown, art. cit., pp. 1086-1088.

42Pelles sont les intrigues qui viennent à l’esprit d’un historien campé sur les sources et les problèmes du XIe siècle. Elles lui imposent de faire de « féodal », et des mots de cette famille, un usage plutôt souple. Mais à ce terme « tyrannique », doit-il couper la tête, comme le demande E. A. R. Brown ? Non, car cette historienne n’offre en échange que l’exploration, au coup par coup, de diverses relations sociales et politiques (avec le souverain, les confrères, les églises, les protecteurs, les parents), sans tonalité générale102. On verserait alors dans un empirisme très dangereux. Elle reproche à juste titre au concept de « féodalité » d’être une construction de juristes du XVIIe ou d’historiens du XIXe siècle, tous attachés à décrier les relations et les violences « privées », dont l’État moderne ne voulait plus. Pourquoi, cependant, ne pas en faire un usage accordé à cette origine ? Utilisons-le pour ne pas penser le IXe, le XIe ou le XIIe siècles comme si un État moderne imposait vraiment sa loi, garantissait et contrôlait les titres et les statuts : cela évitera bien des erreurs. Comme le recommande P. Veyne,

  • 103 P Veyne, op. cit., p. 303.

La théorie aura un rôle négatif très important : elle empêchera de tomber dans les préjugés du sens commun103.

43Ne joue-t-elle pas ce rôle, par-delà la simple description, dans la thèse de G. Duby et même, en deçà du système, dans celle de P. Bonnassie ?

b) De Charlemagne à 1050 : le changement et ses étapes

44Ces deux maîtres, ainsi que tous les historiens qui s’alignent sur eux, ont découvert une étape significative de l’histoire sociale, mais ils la surestiment. La société stricto sensu change-t-elle aussi vite que le paysage ou les cadres politiques ? En France, comme le porte le manuel de J.-F. Lemarignier,

  • 104 J.-F. Lemarignier, La France médiévale. Institutions et société, Paris, 1970, p. 120. En cette pag (...)

Du milieu du IXe au milieu du XIe siècle, le niveau des chefs a sans cesse été en s’abaissant (roi, princes territoriaux, comtes dans certaines principautés, seigneurs banaux)104 ;

  • 105 N’opposant la « France féodale » qu’à la « France royale », la vieille école ne prenait garde qu’à (...)

45dans le même temps se déroulait un processus de fortification, d’abord dans les centres de pagi (restauration des remparts de villes), puis dans des sites périphériques, secondaires, nouveaux enfin, on a rédigé des actes d’une facture assez pure au IXe siècle, lentement « dégradée » au Xe et, au XIe, à la fois très « affaiblie » et très profondément renouvelée. En ces trois évolutions, le seuil de l’an mil fut-il plus important que les autres105 ? Proposons deux remarques :

  • 106 Cf. le texte de G. Duby, « Recherches », p. 193.
  • 107 K. F. Werner, Les origines, t. I de J. Favier (dir.), Histoire de France, Paris, 1984, pp. 410-411

461°.— Le point de départ comme le point d’arrivée méritent réflexion. L’empire de Charlemagne, on l’a dit106, possède une étendue disproportionnée à son caractère « réel » de « chefferie ». Faute de passer de l’élan militaire à un véritable changement structurel, il ne peut que se décomposer à terme, en revenant à des unités politiques plus « naturelles » (les regna chers à K. F. Werner). Le royaume de Charles le Chauve juxtapose, non sans audace encore, une part de Francia avec l’Aquitania et leurs annexes à toutes deux. L’assemblée de Coulaines, en 843, apprend au jeune roi que le pouvoir politique consiste en une interaction essentielle entre lui et la haute aristocratie107. Les « souverains » carolingiens sont, d’une part, les plus grands « seigneurs » de l’époque (avec leurs terres, leurs serfs, et un regard sur des églises), d’autre part, les arbitres chargés de la répartition des honneurs et du maintien de la paix entre les autres « seigneurs ». En d’autres termes, l’impact de leur pouvoir sur la société n’est pas celui d’un État moderne.

  • 108 Supra, p. 91.
  • 109 Exemple dans D. Barthélémy, « Les comtes, les sires et les “nobles de châteaux” dans la Touraine d (...)

47À une échelle beaucoup plus réduite, l’impact des seigneurs de châteaux, selon la révision du modèle mâconnais, proposée plus haut108, est un peu du même ordre. Un sire n’est que le premier des milites castri. Le système politique révélé par la mutation documentaire de l’an mil ne connaît pas de chefs locaux « indépendants » : sous le roi de référence (1), il superpose des princes et des comtes souvent encore puissants (2), dont les sires (3) se trouvent émancipés sans pourtant les renier comme seigneurs et sans eux-mêmes surplomber de haut leurs baronnages châtelains (4)109. Il y a quatre niveaux de chefs, comme le contenait virtuellement la théorie carolingienne de l’association de la chevalerie noble au ministère royal.

  • 110 Cf. supra, note 3.
  • 111 Schéma parfaitement donné par C. Pfister, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France illustrée dep (...)

482°.— Plusieurs auteurs récents ont été frappés par l’analogie formelle entre les étapes de la « dissociation » : les sires de l’an mil font aux comtes ce que ceux-ci avaient fait au roi de 860-920. Pour d’autres, plus anciens, mais dont P. Bonnassie, on l’a dit, reprend le schéma110, la « féodalité » consistait à la fois et en une décomposition à moyen terme et une recomposition ultérieure, dans le long terme111. En effet, les fossoyeurs de la royauté carolingienne ne sont pas de simples comtes, mais des rassembleurs de petits pays ; la nouveauté de 860-920 n’est pas tant l’hérédité des charges que le cumul des comtés et, pour un royaume en miettes, il faut compter, de la Catalogne à la Flandre, dix principautés en fusion. Ce double caractère— d’émiettement apparent et de concentration inédite — se retrouve avec l’émergence des seigneuries châtelaines, vers l’an mil ; encore le craquement des cadres « princiers » demeure-t-il, selon nous, beaucoup moins net que celui du royaume un siècle plus tôt, et encore faut-il faire la part d’une révélation différée du pouvoir châtelain. Il ne reste donc plus qu’à choisir entre deux hypothèses :

  • celle d’un mouvement régulier de dislocation et de reconcentration, commencé dès 860 et poursuivi deux siècles durant, mais contenant en lui-même, dès l’origine, le principe du renversement qui survient en 1050-1100 ;
  • celle de l’élaboration précoce, entre 860 et 920, d’un système à deux étages essentiels (principauté et châtellenie), lequel ne subit ensuite jusqu’au XIIe siècle qu’une série de réajustements112.
  • 113 Sans pour autant que nous croyions comme lui à leur caractère entièrement « public ».
  • 114 L’évolution des structures « lignagères » en un sens agnatique est à porter au comte de ces concen (...)

49Aucune des deux options ne valorise vraiment la « mutation de l’an mil ». La seconde aurait notre préférence et s’accorde aux vues de K. F. Werner sur les principautés113, ainsi qu’aux remaniements possibles des modèles mâconnais et catalan. On se garderait bien d’envisager les principautés comme des « États » régionaux, et même « territoriaux » : ne sont-elles pas essentiellement des réseaux aristocratiques, parentélaires114 et clientélaires ? D’un autre côté, tout aspect public n’a pas disparu, au cœur même du XIe siècle.

  • 115 C’est au Xe siècle que Michelet s’arrête un instant pour placer son célèbre tableau de la France.

50Les Xe et XIe siècles forment la période la plus « régionaliste » de toutes115. Les guerres vicinales reproduisent la structure sociale sans freiner la croissance : la France s’équipe alors en châteaux, en villages, en moulins, en monastères (et dans ceux-ci, s’élaborent des actes d’allure nouvelle). Cette croissance a pu produire, à terme, les mutations du XIIe siècle : la renaissance urbaine, la réassurance princière et surtout royale, les redéfinitions plus juridiques du servage et de la chevalerie. En revanche, son rythme lent ne permettrait pas de comprendre les grands craquements de 980 ou 1040.

51Plus que d’un contre-modèle, les historiens ont besoin d’un cadre souple, dans lequel exercer cette liberté si chère à P. Veyne : qu’ils ourdissent leurs intrigues sans se croire tenus de tout faire changer vers l’an mil, mais sans exclure toute évolution. On peut embrasser le servage et la chevalerie dans le même concept, pour les Xe et XIe siècles réunis, avec inflexions ou « mutations » après 1100 ; cela n’empêche pas de prendre au sérieux les faits nouveaux qui se présentent au long de ces deux cents années. La percée des moines noirs, leur intransigeance nouvelle donnent au temps du double millénaire une couleur spécifique. Elles expriment et renforcent, à coup sûr, une prédominance des tensions locales ; dans ces conditions, ni la plus forte cristallisation du groupe chevaleresque ni la dilution et l’instrumentalisation du servage ne doivent échapper à l’attention. Mais cela ne fait pas un brusque et radical changement de société, pas une « révolution féodale ».

52Nul discrédit ne doit frapper les modèles de G. Duby et de P. Bonnassie. Une fois remaniés, n’auraient-ils pas une consécration plus durable ? Au Maçonnais s’observe, au temps des châteaux et de l’apogée clunisien, la lente évolution d’une société héritée de l’« époque franque », déjà « féodale » depuis longtemps mais en fait beaucoup moins « féodale » qu’on ne le disait jadis. G. Duby en livre un tableau admirablement articulé, frayant la voie à une conceptualisation inspirée de l’anthropologie. En Catalogne, sur une fascinante frontière entre les mondes, le drame a plus d’ampleur puisqu’on voit la vague « féodale » submerger l’estran un moment découvert. Cela justifie le ton assez vif de P. Bonnassie, qui rend inéluctable une double réflexion sur la croissance et sur la violence. Du marxisme, ne faisons pas table entièrement rase : il n’est que d’en recueillir quelque inspiration, en évitant le système !

53Inutile donc de poser globalement la question des origines de la « féodalité », mais non d’articuler certaines intrigues sur l’opposition avec les ordres « antique » et « moderne ». Et, dans le feu du débat, deux problèmes nouveaux apparaissent :

  1. Qu’est-ce que la « seigneurie » ? Le mutationnisme montre, en deçà de l’an mil, une réticence abusive à l’égard de ce mot et, au-delà, un goût excessif pour lui. A quoi faut-il l’opposer ? A l’État, ou à la propriété ? Ce n’est jamais si clair, et de telles oppositions pérennisent l’ethnocentrisme116. Ne vaut-il pas mieux évoquer des « tendances seigneuriales », ou même redonner à l’étude des rites d’hommages, « vassalique » et servile, une place centrale ? Eux seuls comportent vraiment la notion du lien d’homme à homme.
  2. Un séminaire tenu à Lyon, à l’initiative de J. Chiffoleau et de nous-même, a rassemblé en décembre 1993 des historiens assez ouverts pour débattre vraiment de l’an mil et assez constructifs pour vouloir aller au-delà117. Mis entre parenthèses, le mutationnisme a encore le grand mérite de problématiser indirectement l’existence de ces « classes moyennes », marquées à la fois par un demi-servage, par une chevalerie de second ordre et par l’indifférence à ces critères ! Il faut rechercher si oui ou non une fracture soudaine les traverse, à l’aube du XIe siècle. Il faut donc approfondir leur histoire.

Notes

1 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (X-XIIIe siècles), Rome, Collection de l’École française de Rome (44), 1980, pp. 17-44 (p- 29) ; (cité Bonnassie, « Genèse et modalités »).

2 Ibidem.

3 En règle générale, la vieille école repère, dès le VIIe siècle, les éléments épars du « régime féodal » : la vassalité, l’immunité, le précaire (N. D. Fustel de Coulanges) ; ensuite, les grands Carolingiens tentent de les réutilisera leur profit, mais il ne font ainsi que leur donner plus de cohérence... et donc consommer leur propre perte (Coulaines, Quierzy) ! Après le cliquetis des armes wisigothiques ou franques, il y a donc un processus de plusieurs siècles, pendant lesquels l’Antiquité achève d’agoniser tandis que s’élabore lentement le féodalisme.

4 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société (2 vol.),Toulouse, collection « Publications de l’université de Toulouse - Le Mirail, série A » (23 et 29), 1975 et 1976.

5 G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise (1953), Paris, collection « Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, VIe section (2e éd.), 1971.

6 G. Bois, La mutation de Pan mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, 1989.

7 Par exemple, N. Rouland, Anthropologie juridique (1988), Paris, 1990.

8 G. Duby, op. cit., p. 177 et passim.

9 Id., « Recherches sur l’évolution des institutions judiciaires pendant le Xe et le XIe siècle dans le sud de la Bourgogne » publié dans Le Moyen Âge, 52, 1946 et 53, 1947 et repris dans Seigneurs et paysans, Paris, 1988, pp. 190-239 (cité Duby, « Recherches »).

10 D. Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme, de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993.

11 Id., « Qu’est-ce que le servage en France au XIe siècle ? », Revue historique, 287, 1992, pp. 233-284 (cité Barthélémy, « Qu’est-ce que le servage ? ») ; Id., « Qu’est-ce que la chevalerie, en France aux Xe et XIe siècles ? », Revue historique, 290,1994, pp. 15-74 (cité Barthélémy, « Qu’est-ce que la chevalerie ? ») ; et Id., « Note sur le titre chevaleresque en France au XIe siècle », Journal des savants, janvier-juin 1994, pp. 101-134 (cité Barthélémy, « Note sur le titre chevaleresque »).

12 Ainsi nous rapprochons-nous de la chronologie de J. L. Romero, La revolución burguesa en el mundo feudal, Buenos Aires, 1967.

13 C. Sánchez Albornoz, dans son prologue à Viejos y nuevos estudios sobre las instituciones medievales españolas, t. 1, Madrid (2e éd.), 1976, p. 9.

14 C’est dans un esprit essentiellement amical, et parce que nous les jugions meilleurs interlocuteurs que G. Bois, que nous avons pris à parti J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale (Xe-XIIe siècle), (1980), Paris, Presses Universitaires de France (2e éd.), 1991, dans « La mutation féodale a-t-elle eu lieu ? Note critique », Annales ESC, 47 (3), 1992, pp. 767-777 ; la présente réflexion complète cet article, en s’efforçant de ne pas le répéter, et elle s’adresse à G. Duby et à P. Bonnassie dans un esprit respectueux.

15 Ch. Seignobos, Le régime féodal en Bourgogne jusqu’en 1360, Paris, 1882, p. 86.

16 R. Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. I, Paris (2e éd.), 1968, p. 182.

17 Ch. Seignobos, op. cit., p. 87.

18 A. Déléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le Haut Moyen Âge, Mâcon, 1941, pp. 528-538.

19 . J. Dhondt, La naissance des principautés territoriales, Gand, 1948. On peut sortir, dès lors, de l’opposition simple entre « France royale » et « France féodale ».

20 Duby, « Recherches », p. 193. Dans le même sens, M. Garaud, « Les châtelains de Poitou et l’avènement du régime féodal, XI et XIIe siècle », Mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, 4e série, VIII, Poitiers, 1964, pp. 10-11.

21 Ph. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. II, Paris, 1985, p. 29.

22 M. Bloch, La société féodale (1939,1940), Paris (2e éd.), 1968, p. 23 : « La féodalité médiévale est née au sein d’une époque infiniment troublée ; en quelque mesure, elle est née de ces troubles mêmes. » Seulement « en quelque mesure » car, plus loin, M. Bloch évoque « la genèse des relations de dépendance personnelle » dans les temps mérovingiens (p. 212) ; c’est donc bien la synthèse de l’an 900, chère à la vieille école.

23 G. Duby, op. cit., p. 9.

24 Ibidem, pp. 361-477. Sans être tout à fait négligée, l’étude de cette seconde mutation est cependant passée un peu au second plan après 1953. Elle nous paraît pourtant réelle et fondamentale !

25 E.A.R. Brown, « The Tyranny of a Construct : Feudalism and Historians of Medieval Europe », American Històrical Review, 79, 1974, pp. 1063-1088 :«Duby occasionally uses the word “feudality” but the term has no central signifícance in his book.»

26 Cette année-là, G. Duby authentifie dans un article le thème de l’ascension des milites, absent de sa propre thèse et souvent central dans les autres mutationnismes, cf. « Les origines de la chevalerie », publié dans Ordinamenti militari in Occiente nell’alto medioevo, Spolète, 1968 et repris dans La société chevaleresque, Paris, 1988, pp. 34-53.

27 G. Duby, op. cit., pp. 73-87 et 124-130.

28 Ibidem, p. 328. Les châteaux eux-mêmes et leurs districts sont très antérieurs à l’an mil.

29 IbId., p. 176.

30 IbId., p. 196.

31 Cf. nos articles, Barthélémy, « Qu’est-ce que le servage ? » ; Id., « Qu’est-ce que la chevalerie ? ; et Id., « Note sur le titre chevaleresque ».

32 F. Bange, « L’ageret, la villa : structures du paysage et du peuplement dans la région mâconnaise à la fin du Haut Moyen Âge (IXe-XIe siècles) », Annales ESC, 39 (3), 1984, pp. 5-29-569 (notamment p. 553 : « Les scribes du Xe siècle, en Mâconnais, font un usage rare et confus du terme vicaria ») ; les structures territoriales connaissent une « mutation profonde », avec le passage de l’ager précarolingien à la paroisse classique, mais elle est étalée dans le temps et, surtout, elle ne dépend pas de l’histoire des institutions « publiques ».

33 A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de Cluny (6 vol.), Paris, 1876-1903, nos 1524 (t. II) et 2391 et 2591 (t. III).

34 Les serfs ne paraissent pas toujours en tant que tels, dans les sources des Xe et XIe siècles. À signaler un autre argument sur leur exclusion : les allusions à la terra francorum (G. Duby, op. cit., p. 123), mais on ne sait pas grand-chose d’elle ; ces franci ne sont-ils pas l’élite du village ? M. Arnoux nous suggère une comparaison avec la terra vavassorum de Normandie.

35 Id., « Recherches », p. 193.

36 Id., « Les sociétés médiévales. Une approche d’ensemble », repris dans Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, collection « Le savoir historique » (1), 1973, p. 368. On pourrait dire que le roi empereur est le chef de ce « petit monde » qu’est l’aristocratie.

37 Ce point est très bien souligné par M. Garaud, art. cit., p. 114 : « L’usage d’en établir [au XIe siècle] remonte à des pratiques abusives des fonctionnaires de l’âge précédent » ; cf. ibidem, n. 18, et également le synode de Beauvais, de 845, et plusieurs autres textes.

38 J.-F. Lemarignier, « La dislocation du pagus et le problème des consuetudines », dans Mélanges Louis Halphen, Paris, 1951, pp. 401-410.

39 N. Rouland, op. cit., p. 39 : « Toute société, à des degrés d’intensité variable, possède une multiplicité hiérarchisée d’ordonnancements juridiques, que le droit officiel reconnaît, tolère ou nie. »

40 G. Duby, op. cit., p. 330.

41 Ibidem, p. 512 (numéro 10 de la légende : « Seigneurie territoriale ou personne d’origine privée ») ; et p. 179, note 30 (Bernard de La Chapelle de Bragny).

42 IbId., pp. 245-254.

43 G. Duby, « Recherches », p. 206.

44 Cf. les remarques d’A. Guerreau, « Lournand au Xe siècle, histoire et fiction », Le Moyen Âge, XCVI, 5e série, 4, 1990, pp. 519-537 ; le livre de G. Bois est une fable, dans le mauvais sens du terme.

45 Cf. par exemple en 1178 J. Rius Serra (éd.), Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès (3 vol.), Barcelone, 1945A 1947, doc. 1117 (t. III).

46 Bonnassie, « Genèse et modalités », p. 31.

47 Ibidem, t.I, p. 9.

48 IbId., p. 10.

49 IbId., p. 30.

50 IbId., p. 193 et 194 (sérénité et solennité en 1013 et 1024), et t. II, p. 560, note 103 (« foire d’empoigne » en 1016 et 1032).

51 Contra, N. Rouland, of. cit., pp. 51-52.

52 Ibidem, pp. 37-38. Également P. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1200) », Annales ESC, 41(5), 1986, pp. 1107-1133.

53 M. Zimmermann (éd.), Les sociétés méridionales autour de l’an mil. Répertoire des sources et documents commentés, Paris, 1992 ; dans sa contribution propre « La Catalogne », dans op. cit., pp. 145-255, il cite un acte de 1018-1026 « [...] l’un des plus anciens, mais aussi l’un des plus parfaits exemples de convention féodale » (p. 195), dont il note « le degré de précision » précocement atteint (p. 186).

54 Ibidem, p. 173, dans un serment de 1010-1035 :« Sicut homo debet esse ad suum seniorem. »

55 P. Bonnassie, op. cit., p. 202.

56 Acte cité et commenté par M. Zimmermann, op. cit., pp. 186-197 ; P. Bonnassie, op. cit., p. 314 : il y interprète cependant un peu vite l’autodéfense en termes de lutte des classes (« résistance armée face à l’oppression » [p. 316]).

57 Ibidem, t. I, p. 237 et t. II, p. 578 ; ce qui fait douter qu’il ait jamais été « structure dominante de la géographie agraire catalane » (t. II, p. 816).

58 J. M.a Salrach, El procés de feudalització (segles III-XII), t. II, de P. Vilar (dir.), Historia de Catalunya, Barcelone, 1987, p. 185.

59 Ibidem, p. 221.

60 T. N. Bisson, « The problem of feudal monarchy : Aragon, Catalonia and France » (1975), repris dans Medieval France and her Pyrenean Neighbours (Studies Presented to the International Commission for the History of Representative and Parliamentary Institutions, LXX), Londres et Ronceverte, 1989, p. 243. Cela fait donc, plutôt qu’un « État féodal », vers 1070, une interpénétration du « public » et du « féodal ».

61 P. Bonnassie, op. cit., t. I, pp. 298-302 et t. II, pp. 812-816. Si la mutation documentaire de 1040 est considérée plutôt comme une révélation, la continuité (évolutive) ne fait aucun doute. En Occitanie toulousaine, l’aggiornamento du vocabulaire est plus précoce, mais la continuité tout aussi patente à notre avis, cf. Id., « L’espace toulousain », dans M. Zimmermann, op. cit., pp. 108-145 (voirp. 115), ( mancipia en 997, « hommes donnés » en 1010-1025) ; Barthélémy, « Qu’est-ce que le servage ?

62 P. Bonnassie, op. cit., t. II, pp. 569-573 et 797-809.

63 Ibidem, t. I, pp. 291-292, et nos commentaires sur la première chevalerie (antérieure au XIIe siècle) dans les deux articles cités supra, cf. Barthélémy, « Qu’est-ce que la chevalerie ? », et Id., « Note sur le titre chevaleresque ». En « L’espace “toulousain” », dans M. Zimmermann, op. cit., p. 114, P. Bonnassie lui-même trouve des chevaliers nobles très tôt.

64 Milites en 984 : P. Bonnassie, op. cit., t. I, p. 295 ; équités en 1024, ibidem, t. I, p. 166.

65 Cf. supra, p. 89.

66 Cf. son intervention de 1978, cf. Bonnassie, « Genèse et modalités », p. 13.

67 M. Zimmermann, op. cit., p. 157.

68 Ibidem, p. 153.

69 P. Bonnassie, op. cit., t. I, p. 212.

70 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région, Paris, collection « Bibliothèque générale de l’École des hautes études en sciences sociales », 1979, p. 365 : d’un côté, l’élément romain « public », de l’autre l’élément germanique « privé ». Les Annales de Saint-Bertin (citées p. 368) évoquent en 839 une recommandation des Aquitains à Charles le Chauve : more patrio, certes, mais « recommandation » tout de même !

71 J.-P. Poly et É. Bournazel, op. cit., p. 122.

72 Ch. Wickham, « La chute de Rome n’aura pas lieu », Le Moyen Âge, XCIX, 1993, pp. 107-126 (voir p. 126).

73 P. Bonnassie, op. cit., t. I, pp. 183-186.

74 Ibidem, pp. 209-214.

75 Ainsi l’entend bien F. Cheyette, à partir du XIIe siècle et sous l’influence de l’Église grégorienne : « The invention of the state », dans B. K. Lackner et K. R. Philp (éd.), Essays on Medieval Civilization, Austin et Londres, collection « The Walter Prescott Webb Memorial Lectures » (12), 1978, p. 149.

76 P. Bonnassie, op. cit., t. I, p. 188.

77 Ibidem, p. 195.

78 IbId., p. 214.

79 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, 1976, p. 115.

80 A. Verhulst, « La genèse du régime domanial classique en France au Moyen Âge », dans Agricoltura e mondo rurale in Occidente nell’Alto Medioevo (22-28 aprile 1965), Spolète, Settimane di Studio di Spoleto (XIII), 1966, pp. 135-160.

81 P. Bonnassie, op. cit., p. 202. C’est ce vicomte lui-même qui pourrait être, à notre avis, le mauvais seigneur.

82 Id., op. cit., t. I, p. 315, pense que le puissant dangereux est le viguier-châtelain ; mais ne serait-ce pas plutôt le vicomte lui-même, dont il dit (ibidem) que la forteresse demeure sous son commandement ?

83 Contra, P. Bonnassie, ibidem, p. 311.

84 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du VIIIe - début du Xe siècle) », Le Moyen Âge, LXXI, 4e série, 20,1965, pp. 179-213 et 375-399, voir p. 198 : utilisation des diplômes impériaux par les maiores pour se soumettre les minores.

85 Ibidem, p. 187 : c’est un chevalier, tout comme les magnats catalans du Xe siècle, puisqu’il a des armes luxueuses ; on voit, en 834, les hommes placés dans son hommage (recommandation) et sous son patronat. Parler d’un « nouveau régime rural » (p. 204) est donc abusif, d’autant qu’A. Dupont s’exagère l’impact agricole de ces aprisions.

86 Cf. pour compléter tout ce dossier, l’admirable thèse d’État de C. Duhamel-Amado, Parenté, familles et patrimoines dans les vicomtes de Béziers et d’Agde du Xe au milieu du XIIe siècle (dirigée par G. Duby), soutenue en 1995 à l’université Paris IV - Sorbonne.

87 M. Godelier, « De la non-correspondance entre formes et contenus des rapports sociaux. Nouvelle réflexion sur l’exemple des Incas » (1971), repris dans Horizons, trajets marxistes en anthropologie, t. II, Paris (2e éd.), 1977, pp. 242-257. L’oppression peut se glisser dans des formes de réciprocité : lecture très stimulante pour un médiéviste !

88 J. M.a Salrach, « Agressions senyorials : resistències pageses en el procès de feudalització (segles IX-XII) », dans Revoltes populars contra el poder de l’Estat. Jornades de Debat (Reus, 18-20 octubre 1990), Barcelone, 1992, p. 16.

89 R. Fossier, La société médiévale, Paris, 1991, p. 130.

90 A. Debord, « A propos de l’utilisation des mottes castrales », Château-Gaillard, XI, 1983, pp. 91-99 ; il les dit, p. 93, « caractéristiques [...] du nouveau rapport des forces sociales », et note ensuite tout ce qu’on ne sait pas sur elles (p. 94 : leur fonction militaire est mal connue).

91 P. Périn, « La part du Haut Moyen Âge dans la genèse des terroirs de la France médiévale », dans M. Parisse et X. Barral I Altet (dir.), Le roi de France et ton royaume autour de l'an mil, Paris, 1992, pp. 224-234.

92 Loin de la pensée de G. Duby, les thèses « mutationnistes » peuvent régresser en effet vers des théories de la catastrophe.

93 P. Bonnassie, « Survie et déclin du régime esclavagiste dans l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle) », Cahiers de civilisation médiévale, 28,1985, pp. 307-343 ; p. 320, il prend trop au pied de la lettre les lois romano-barbares et fait de l’« esclave » du VIe siècle un « être désocialisé » tout en reconnaissant plus loin, excellemment, que le déplacement consécutif à la capture est faible (p. 327) et donc que la désocialisation diminue (p. 329) : transition vers le servage, selon nous.

94 Et même avant, car l’ampleur de l’administration ne doit pas cacher une singulière absence d’« esprit public », cf. Cl. Nicolet, « L’Empire romain est-il un “État moderne” ? », dans N. Coulet et J.-P. Genet (dir.), L’État moderne : le droit, l’espace et les formes de l’État, Paris, 1990, pp. 111-127.

95 Par exemple, A. Guerreau, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, 1980.

96 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essais d’épistémologie, Paris, 1971, pp. 335-336.

97 Cf. supra, notes 5, 4, 6 et 95.

98 Est-il besoin de le préciser ? Ces deux termes, ainsi que le recours à la « vieille idée esclavagiste » sont repris de M. Bloch, op. cit., cf. supra, note 22.

99 L’hommage et la fidélité créent aux yeux de la société (« institution » est pris ici au sens large) une association légitime et dissymétrique de soutien mutuel, notamment par les armes. Ce qui complète le jeu des liens de parenté.

100 La chevalerie est inaugurée par une remise d’armes (rite d’accomplissement) qui incite à en faire usage et parade devant des non-nobles, que l’on désarme et fait travailler en prétendant les protéger.

101 Le servage, à la différence de l’esclavage, n’est pas une exclusion. Le serf est un homme dévalorisé, non désocialisé. Dépendant d’un maître auquel il prête un hommage assez déshonorant ou doit des prestations plus ou moins infamantes, il lui faut payer une sorte de tribut pour l’exercice de ses droits familiaux (mariage, héritage), se pliera certaines disciplines, non sans une marge de négociation pourtant. Inutile d’en chercher une définition juridique unique, puisqu’on est dans un monde de flexibilité des règles.

102 E.A.R. Brown, art. cit., pp. 1086-1088.

103 P Veyne, op. cit., p. 303.

104 J.-F. Lemarignier, La France médiévale. Institutions et société, Paris, 1970, p. 120. En cette page, ce maître tient pour une « dégradation » progressive : à chaque étape, le territoire de puissance se rapproche de plus en plus du « domaine » foncier.

105 N’opposant la « France féodale » qu’à la « France royale », la vieille école ne prenait garde qu’à la rupture de 877.

106 Cf. le texte de G. Duby, « Recherches », p. 193.

107 K. F. Werner, Les origines, t. I de J. Favier (dir.), Histoire de France, Paris, 1984, pp. 410-411.

108 Supra, p. 91.

109 Exemple dans D. Barthélémy, « Les comtes, les sires et les “nobles de châteaux” dans la Touraine du XIe siècle », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 439-453.

110 Cf. supra, note 3.

111 Schéma parfaitement donné par C. Pfister, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Récolution, t. II, 1re partie, Paris, 1911, p. 435.

112 Ceux mêmes que la monographie régionale surestime d’autant plus qu’elle s’attache à une période relativement homogène (les Xe et XIe siècles).

113 Sans pour autant que nous croyions comme lui à leur caractère entièrement « public ».

114 L’évolution des structures « lignagères » en un sens agnatique est à porter au comte de ces concentrations inédites, cachées aux yeux de la vieille école par le morcellement du royaume.

115 C’est au Xe siècle que Michelet s’arrête un instant pour placer son célèbre tableau de la France.

116 D. Barthélémy, article Seigneurie, à paraître dans J. Le Goff et J.-C. Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval.

117 Des communications orales y ont été faites par B. Cúrsente, C. Duhamel-Amado, J. Burnouf, M. Zerner, F. Menant, G. Pon, R. Le Jan, M. Arnoux, L. Morelle, O. Guyotjeannin et nous-même.

Auteur

Université de Paris XII-Val-de-Marne

© Casa de Velázquez, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable