Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les origines de la féodalité

 | 
Santiago Aguadé Nieto
, 
Joseph Pérez

Avant-propos

Joseph Pérez et Santiago Aguadé Nieto

Texte intégral

  • 1 « Bordeaux représentait quelque chose dans la tradition de ma famille paternelle. C’est là qu’avaie (...)
  • 2 Ibidem, en français dans le texte.
  • 3 En français dans le texte.
  • 4 Ibidem.

1À l’automne 1936, Claudio Sánchez Albornoz considère qu’il n’a plus rien à faire à Lisbonne, où il représentait jusque-là la république espagnole ; le gouvernement Salazar ne cache plus sa sympathie pour Franco. Don Claudio a la conviction que la guerre civile sera longue ; il répugne à prendre part à ces combats fratricides. Où aller ? Pourquoi pas à Bordeaux où avait déjà trouvé refuge sa famille, au XIXe siècle1, et où l’université l’avait reçu comme docteur honoris causa ? « Affaire entendue2 », lui téléphone Georges Cirot, doyen de la faculté des lettres. Don Claudio reprend ainsi son travail de professeur et de chercheur à Bordeaux, et cela jusqu’à l’arrivée des Allemands, en juin 1940 : « Étrange destin que celui des Espagnols, obligés de recommencer exodes et exils. Jours d’angoisse que ceux passés dans la banlieue3 bordelaise, à Caudéran. Je voyais grandir mes enfants et décliner mes parents tandis que mon cœur m’entraînait à toute heure vers les villes ensoleillées d’Espagne où mes compatriotes, tous frères à mes yeux, se tuaient férocement avec un acharnement cruel. Ma passion pour la recherche historique m’aida à supporter ces tristes années de mon exil girondin. Je travaillai, travaillai sans repos pour pouvoir oublier la grande tragédie. L’oublier ? Non ; pour écarter de mon esprit, pendant de longues heures, ce massacre cruel4.» C’est à Bordeaux, entre 1937 et 1940, que don Claudio a écrit ses Origines de la féodalité, trois volumes qu’une autre université d’accueil, celle de Mendoza (Argentine), publie en 1942.

2S’associant à l’hommage que la communauté scientifique lui rend à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, historiens français et espagnols se sont rencontrés sur la voie ouverte par Sánchez Albornoz, et il était naturel que cette manifestation se tînt à Bordeaux et prît la forme d’un colloque précisément consacré à la féodalité, cinquante ans après le grand livre dont l’idée avait pris corps sur les bords de la Garonne. Cet hommage —on le verra dans les pages qui suivent— n’est pas de complaisance. Sur bien des points essentiels —le « désert » de la vallée du Duero, la Castille, « îlot d’hommes libres dans une Europe soumise au servage », la formation des seigneuries, etc.—, les intervenants s’éloignent —parfois considérablement— des thèses naguère soutenues par don Claudio— et avec quelle passion ! Ces intervenants n’en sont que plus à l’aise pour reconnaître en Sánchez Albornoz leur maître et l’un des plus grands historiens qu’ait connus l’Espagne.

3N. B. —Pour des raisons indépendantes de la volonté des éditeurs aussi bien que des différents intervenants, et bien que le colloque ait eu lieu en 1993, il n’a pas été possible d’en publier les actes avant cette année 2000. Cependant, les textes recueillis dans le présent ouvrage n’ont pas été revus par leurs auteurs, car leur mise à jour aurait retardé d’autant la parution.

Notes

1 « Bordeaux représentait quelque chose dans la tradition de ma famille paternelle. C’est là qu’avaient émigré, un siècle plus tôt, les grands-parents de mon père, pendant la première guerre carliste ; c’est là, à Notre-Dame, qu’avait été élevée ma grande-mère, Thérèse. » (Claudio Sánchez Albornoz, De mi anecdotario político, Buenos Aires, Losada, 1972, pp. 142-143.)

2 Ibidem, en français dans le texte.

3 En français dans le texte.

4 Ibidem.

© Casa de Velázquez, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable