Les origines de la féodalité

Hommage à Claudio Sánchez Albornoz

Santiago Aguadé Nieto et Joseph Pérez (dir.)
Collection de la Casa de Velázquez

Présentation

À l’automne 1936, Claudio Sánchez Albornoz considère qu’il n’a plus rien à faire à Lisbonne, où il représentait jusque-là la république espagnole, mais il répugne à prendre part aux combats fratricides de la guerre civile. Où aller ? Pourquoi pas à Bordeaux, où l’université l’avait reçu comme docteur honoris causa ? « Affaire entendue », lui téléphone Georges Cirot, doyen de la faculté des lettres. Don Claudio reprend ainsi son travail de professeur jusqu’à l’arrivée des Allemands. C’est à Bordeaux, entre 1937 et 1940, qu'il a écrit ses Origines de la féodalité, trois volumes qu’une autre université d’accueil, celle de Mendoza (Argentine), publie en 1942.

S’associant à l’hommage que la communauté scientifique lui rend à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, historiens français et espagnols se sont rencontrés sur la voie ouverte par Sánchez Albornoz, et il était naturel que cette manifestation se tînt à Bordeaux et prît la forme d’un colloque précisément consacré à la féodalité. Cet hommage n’est pas de complaisance. Sur bien des points essentiels — le « désert » de la vallée du Duero, la Castille, « îlot d’hommes libres dans une Europe soumise au servage », la formation des seigneuries, etc. —, les intervenants s’éloignent, parfois considérablement, des thèses naguère soutenues par don Claudio. Ces intervenants n’en sont que plus à l’aise pour reconnaître en Sánchez Albornoz leur maître et l’un des plus grands historiens qu’ait connus l’Espagne.

Otoño 1936. El profesor Claudio Sánchez Albornoz, que rechaza tomar parte en los combates que desgarran su patria, acepta la invitación de Georges Cirot, decano de la facultad de letras de Burdeos. Es en Burdeos donde, hasta la llegada de las tropas alemanas en junio de 1940, enseña historia de la Edad Media y redacta lo esencial de su Origines de la féodalité, que aparecerá en Mendoza (Argentina) en 1942. Con ocasión del centenario de su nacimiento, la comunidad científica ha deseado rendir homenaje a este maestro de los estudios medievales. Era natural que esta manifestación tuviera lugar en Burdeos en forma de un coloquio dedicado al feudalismo. Este homenaje no es complaciente. En algunos puntos esenciales —el «desierto» del valle del Duero, Castilla, «islote de hombres libres en una Europa sometida a la servidumbre», la formación de los señoríos, etc.— los participantes se alejan, a veces considerablemente, de las tesis sostenidas por don Claudio. Sin embargo, no pueden estar más de acuerdo en reconocer a Sánchez Albornoz como su maestro y uno de los más grandes historiadores que ha conocido España.

Sommaire

Joseph Pérez et Santiago Aguadé Nieto
Avant-propos
Dominique Barthélemy
Brève réponse
Carlos Estepa
Hombres de behetría, labradores del rey y Königsfreie

Propuestas para una historia comparativa en la formación y primera evolución del feudalismo europeo

Jean-Pierre Poly
Terra salica

De la société franque à la société féodale : continuité et discontinuité

Josep Maria Salrach
«Multa placita et contenciones»

Conflictos de los siglos x-xii en el Cartulario de Sant Cugat del Vallès

© Casa de Velázquez, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540