Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Conclusions du Colloque

Jacques Fontaine

Texte intégral

1Explorer un domaine encore peu fréquenté des études wisigothiques, ouvrir et jalonner de nouvelles pistes de recherche, exposer et discuter des sondages partiels mais précis : les objectifs fixés à ce colloque ont été heureusement atteints. La diversité des méthodes, celle des terrains choisis dans l’espace européen au delà et en deçà des Pyrénées, la coexistence amicale et le dialogue entre historiens et philologues, latinistes et hispanisants, codicologues et juristes, archéologues et toponymistes, se sont révélés féconds : le colloque doit son originalité et la qualité de ses échanges à la diversité de ses participants. La richesse de ses résultats ne procède pas seulement de la variété de ses communications, ponctuelles ou au contraire largement déployées sur l’horizon historique de plusieurs siècles, mais des réflexions qu’elles ont pu et peuvent susciter, sur les fins et les moyens d’une étude de « réception » propre à stimuler l’intelligence des civilisations européennes.

2Le bilan initial présenté par trois historiens espagnols et français, spécialistes des royaumes de Tolède et de Toulouse, a permis de partir d’une vision à la fois précise et bien à jour de l’histoire des royaumes wisigothiques, et de leur spécificité. Il était logique de commencer par les traits les plus hispano-romains de l’Église et du royaume dans le cours du VIIe siècle : il vit la tentative et l’échec du rétablissement d’un véritable État, appuyé sur les pouvoirs monarchiques et conciliaires, capable d’actualiser le meilleur de l’héritage politique romain. Ce bel idéal n’a pas survécu à la génération d’Isidore de Séville.

3Mais d’autre part, une perception affinée des structures sociales et économiques et de leur évolution, dans le cours de ce même siècle, a montré la mise en place, dès lors, d’une Espagne préféodale, au grand dommage de l’idéal unitaire dont la réalisation ne serait opérée – et provisoirement – que par les Carolingiens. Paradoxalement, la convergence des structures du Bas-Empire avec celles d’une société germanique déjà très aristocratique préparait ainsi l’avenir en rendant non viable la présente monarchie. L’éclatement de l’Espagne wisigothique sous les coups de l’invasion arabe allait libérer ces virtualités, en exportant brutalement hommes et livres d’Espagne au-delà des Pyrénées, dans une Europe en marche vers l’unification carolingienne. Mais inversement, l’Espagne du VIIIe siècle tire bénéfice de son désenclavement ; elle s’ouvre au mot et à la notion d’Europe, elle redécouvre ces solidarités issues de son intégration à l’Occident romain qui facilitent la transmission de l’héritage wisigothique à l’Europe médiévale.

4Tout autant que la présence wisigothique dans une Septimanie rattachée au royaume de Tolède dans le cours des VIe et VIIe siècles, les continuités favorisées par l’exode des lettrés et de leurs ouvrages se sont révélées multiples et durables. C’est dans cette région de la France méridionale, sur les terroirs de la Tarraconaise et de la Narbonnaise antiques, que nos sondages ont précisé et nuancé la vitalité d’une « gothicité », encore accrue au nord des Pyrénées par l’afflux des réfugiés hispaniques dans une Septimanie rapidement libérée des envahisseurs arabes par la reconquête franque. Dans l’État comme dans l’Église, la rémanence des structures wisigothiques produit deux effets opposés, qui se succèdent et se conjuguent pour garder à ces deux régions leur dynamisme politique et social. La « gothicité » y est à la fois un conservatisme subi, une fidélité acceptée, un moyen au service de l’affirmation de soi. Ainsi naît progressivement l’identité catalane, et continue de s’affermir la personnalité du futur Languedoc. En cette dernière région, l’arrivée des Hispani installés comme « aprisionnaires » apporte à un long passé romain et romano-wisigothique une nouvelle strate, qui n’est pas la moins active. L’héritage religieux de l’Espagne se répand, lui, plus largement dans le temps et l’espace de la péninsule et de la Francia, surtout méridionale. L’histoire de la liturgie hispano-wisigothique dépasse largement les limites chronologiques du royaume de Tolède. Elle a commencé avec la conversion chrétienne des Goths, même si le corpus liturgique de l’Église catholique hispanique ne doit que quelques contre-accents polémiques à sa coexistence, avant 587, avec une liturgie gothique arienne pour nous disparue. La diffusion extra-péninsulaire de quelques livres liturgiques majeurs, mais aussi l’analyse plus attentive de certaines liturgies d’en deçà des Pyrénées, permet de préciser le legs de l’Église tolédane à celles de la France méridionale. L’histoire de la diffusion des Passionnaires hispaniques et du culte des saints péninsulaires permet d’atteindre une aire plus vaste encore, jusqu’en certaines villes et abbayes sises dans le Nord de la Francia. Enfin, le foisonnement des Règles monastiques dans l’Espagne du VIIe siècle ouvre une troisième voie à l’héritage religieux wisigothique hors de la péninsule, jusqu’aux Carolingiens et aux compilations de Benoît d’Aniane. Il n’est pas jusqu’à la toponymie qui ne soit appelée à mettre en valeur, après une critique exigeante, l’existence d’un substrat où se reflètent quelques souvenirs concrets d’établissements wisigothiques remontant au royaume de Toulouse. Ainsi s’esquissent des lignes de recherche qui permettront d’apprécier l’apport wisigothique aux civilisations de la future France d’oc.

5Pour des raisons qui tiennent aux ambitions impériales d’une reformatio désireuse de revenir aux sources de la latinité antique et chrétienne, l’âge carolingien marque un temps fort dans l’actualisation et la mise en œuvre de l’héritage wisigothique. Il le doit aussi à la qualité des personnes et à la valeur des œuvres alors venues d’Espagne. C’est sous le règne de Charles qu’occupent des postes clés dans l’Empire, en particulier dans la réforme de l’Église et, par suite, de la culture latine, des immigrés hispaniques de valeur, à la fois hommes d’action et de plume. C’est pourquoi il était opportun de dresser d’abord une sorte d’inventaire prosopographique des clercs hispaniques qui ont directement contribué à élaborer la politique culturelle et idéologique de Charles et de ses successeurs. Parmi eux, auprès de l’empereur, la première place revient à Théodulf, à qui de belles découvertes ont attribué définitivement la paternité des Libri Carolini. Le rayonnement de ces espagnols, lettrés et amateurs d’art autant que doctes en sciences sacrées, à Aix et à Lyon, sur la Loire et dans les marches franques des deux côtés des Pyrénées orientales, a bénéficié à l’État et à l’Église, mais aussi à l’émendation savante du latin carolingien.

6Vers cette floraison nouvelle de la culture wisigothique en terre carolingienne, le présent colloque a tenté d’ouvrir quelques voies inédites. Par l’histoire des mentalités, comme le montrent les visages carolingiens d’Isidore de Séville ; maître en théologie, théoricien politique, exégète de la nature, tel se le représentent surtout ses lecteurs carolingiens. Par la codicologie : au-delà des manuscrits repérés comme hispaniques ou copiés sur des modèles venus d’Espagne, il y a place pour des recherches plus fines sur les types de textes antiques ou patristiques remontant à des ancêtres-passés par l’Espagne ». Par l’histoire des catégories épistémologiques qui président à la classification des savoirs : la mutation de celle des artes chez Isidore provoqua un clivage entre des savoirs abstraits de plus en plus réduits aux sciences théologiques, et des arts qui ne sont plus bien distingués des techniques pratiques, tandis que la grammaire reste à la fois isolée et omniprésente : les écoles carolingiennes reflètent un état plus avancé de cette évolution. Enfin, on pourra tenter de considérer le paysage intellectuel à travers les œuvres, les auteurs, les problèmes hérités de la tradition wisigothique en un centre précis : c’est un exemple de monographie de ce type qui est ici présenté sur Saint-Germain d’Auxerre.

7À ce temps fort carolingien ont succédé des siècles dans lesquels la culture wisigothique est encore connue, mais doit composer avec de nouvelles sources intellectuelles, juridiques, spirituelles, qui peu à peu la relèguent au second plan. De sondages divers ont été pratiqués en ce sens. D’abord au cours du XIIIe siècle français, avec l’importance relative d’Isidore à l’Université de Paris et dans les grands Miroirs de Vincent de Beauvais : une étude quantifiée des sources, isidoriennes et autres, utilisées dans cet enseignement et dans ces œuvres, a montré l’intérêt de telles enquêtes, et la nouveauté de leurs résultats précis. L’archéologie et l’histoire de l’art peuvent ouvrir d’autres perspectives : ici, sur les relations culturelles de la Septimanie wisigothique et postwisigothique avec la péninsule et l’Orient, à travers des découvertes récentes de mobiliers funéraires ; là, sur l’ascendance wisigothique des grands édifices asturiens, qui ne relèvent pas d’une province périphérique de l’architecture carolingienne – le royaume reconquérant ayant pu ainsi retrouver, en vertu de sa situation historique et géographique, cette fermeture de la péninsule à l’époque wisigothique sur laquelle avait insisté la première communication et sa discussion-. Dans le royaume de León, un conservatisme comparable est sensible jusque dans la procédure des héritages, où l’on perçoit la fidélité à un Forum iudicum devenu Fuero Juzgo. Enfin, les échos anciens du wisigothisme péninsulaire se font entendre de manière originale jusqu’au royaume de Portugal ; ils y sont peu à peu couverts par la toute puissante influence de la culture clunisienne, comme telle plus largement européenne, mais toujours sensible aux livres wisigothiques. Ainsi la tradition s’amincit, mais elle n’est pas rompue.

8Elle connaît un regain durable dans l’idéologie politique d’une Castille fière de ses racines antérieures aux débuts de la Reconquête, et donc attachée à l’idée de cet « ordre des Goths » que les rois asturiens rêvaient déjà de rétablir. Il y a trente ans, le livre de H. Messmer avait attiré l’attention sur « l’idée de l’Espagne et le mythe gothique ». Le mythe de cet âge d’or wisigothique se développe et se diversifie à travers la seconde partie du Moyen Age et jusqu’aux temps modernes. Les travaux des hispanisants français sur ce domaine de la « réception » wisigothique se sont fait connaître ici avec éclat, en un triptyque qui éclaire une vaste littérature idéologique en latin, puis en castillan, prometteuse de bien des travaux à venir. Une étude d’ensemble du « thème (wisi)gothique » et de ses légendes contrastées, du Moyen Âge classique aux Siècles d’or, a montré comment le gothicismea servi d’idéologie justificative à des reconquérants déjà sûrs de leur fait, et donc de leurs droits à dominer la péninsule et bien au-delà. Cette idéologie gothique a joué un rôle décisif dans la naissance de la nation espagnole, depuis les plus anciens chroniqueurs – à commencer par l’œuvre historique d’Isidore-. D’autre part, elle sert de repoussoir et de stimulant à la nation nouvelle, dans l’antithèse édifiante entre Rodrigue le pécheur et Ferdinand le restaurateur. Instrument de la foi, et parfois de la mauvaise foi, la référence mythique aux Goths accompagne longtemps la naissance de l’Espagne moderne. Elle soutient même les prétentions monarchiques des Bourbons d’Espagne en plein XVIIe siècle, et fonde certains débats du XIXe siècle sur la monarchie absolue ou libérale, et sur la place de la noblesse dans le corps politique. Ainsi l’imaginaire hispanique est-il resté, tour à tour avec ou sans ironie, obsédé par el tiempo de los Godos.

9La civilisation wisigothique mieux connue, plus équitablement appréciée dans le cadre de l’histoire du premier millénaire occidental, mérite désormais que l’on connaisse mieux sa « réception » dans les civilisations successives de l’Europe. Ce colloque ne prétendait pas présenter la synthèse d’une telle « réception », mais stimuler et lancer un ensemble de recherches sur ce vaste sujet. Ces Actes offrent un échantillonnage de sondages, d’essais, de « modèles » – au sens épistémologique et récent du mot –. Il convient de les recevoir comme autant de propositions, comme autant de fléchages vers de nouvelles pistes. Nous souhaitons que la relève des jeunes chercheurs y trouve les chemins de nouvelles frontières, qu’il leur appartiendra de conquérir ou de reconquérir.

10L’impression de ce volume d’Actes doit beaucoup à l’appui financier et aux encouragements de la Fondation Singer-Polignac, de son Conseil, de son Président ; aux apports de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, et de son Directeur ; à la bienveillance de la Casa de Velázquez et de son Administration, qui nous ont fait l’honneur d’accueillir le présent volume dans la collection « Rencontres » ; enfin à l’Association pour l’Antiquité tardive, qui nous a aidés aussi à préparer ce volume. À tous, pour cet acte d’accueil à l’hispanité, nous tenons à exprimer ici notre très vive gratitude.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search