Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

L’Espagne wisigothique et la conscience politique européenne dans la première moitié du xviie siècle

Jean-Robert Armogathe

Texte intégral

1La montée des nationalismes, qui coïncide avec la Renaissance catholique, voit se développer un double recours aux origines historiques des royaumes et à leur « baptême », ou aux temps et circonstances de leur évangélisation. Les propagandes nationales puisent dans les sources historiques pour exalter d’antiques fidélités et justifier des prétentions territoriales ; la première moitié du XVIIe siècle est le terrain privilégié de ces manœuvres, où le déploiement d’une littérature officieuse de pamphlets et libelles de propagande va de pair avec l’action sur le terrain.

2L’Espagne wisigothique apparaît comme un mythe fondateur de l’Europe moderne, de deux manières : d’une part, en justifiant les prétentions territoriales espagnoles ; d’autre part, de façon plus subtile, en opposant à la montée de l’absolutisme monarchique la « couronne gothique », le « gouvernement mixte » d’une monarchie élective. Ce mythe me semble particulièrement vivant dans la première moitié du siècle, et surtout dans ce creuset de la pensée politique européenne que constituent les années de négociations de la pax vestfalica, ces traités si décisifs pour le sort des trois siècles suivants. La conclusion des traités de Münster et Osnabrück va précéder de peu la publication, par Grotius, des sources historiques. L’histoire tue le mythe, et l’Espagne wisigothique, reçue dans les traités de ses anciens historiens, va d’autant plus reculer dans les brumes que l’absolutisme monarchique se met en place et se diffuse à travers l’Europe.

  • 1 Biblioteca Correr (Venise) ms. Donà dalle Rose 448, pièce 21 (dialogue anonyme de Pasquin et Marfor (...)
  • 2 Voir Nathan Edelman, The eye of the beholder. Essays in French literature, p. p. Jules Brody, Balti (...)

3L’usage du mythe historique fut particulièrement maîtrisé par le comte-duc Olivares, au service des ambitions européennes de Philippe IV (1621-1665). Dès 1620, un pamphlet anonyme (et inédit) italien dénonce la volonté espagnole de domination1. Pasquin explique à son compère Marforius que si corne in Costantinopoli vi è un Grand Turco, le but de l’Espagne est di far che in Madrid vi sii un Grand Cristiano. Les services politiques espagnols se révèlent en effet particulièrement actifs pour exploiter au maximum les possibilités offertes par l’histoire de la péninsule, et en particulier son histoire religieuse. On assiste alors, de façon contemporaine, à la réhabilitation des Goths ; ils avaient souffert du discrédit qu’avaient jeté les humanistes italiens sur « le Moyen Age », ou « l’époque gothique »2.

  • 3 Information et discussion dans J. Orlandis - D. Ramos-Lisson Die Synoden auf der Iberischen Halbins (...)

4Un grand poème épique de Trissino, L’Italia liberata dai Goti (1547) exalte Bélisaire qui, en chassant les Goths d’Italie, avait sauvé les valeurs classiques. L’effort historiographique espagnol va mettre en avant la conversion de Reccarède, le second fils et successeur de Léovigilde, rallié au catholicisme sous l’influence de l’évêque Léandre. Sa conversion (586 ou début 587) entraîna celle de tous les chefs goths et de l’ensemble de l’episcopat arien. Le IIIe Concile de Tolède (589) proclama l’unicité de la religion dans tout le royaume, tandis que les années 587-711 assistent à la mise en place des royaumes catholiques, remis en mémoire par les services politiques d’Olivarès. Surtout Wamba, en 672, est sacré, premier des monarques d’Occident à recevoir l’onction3.

  • 4 Voir, en dernier lieu, J. Orcibal, Jansénius d’Ypres (1585-1638), Paris, 1989, p. 223-244 : « La po (...)

5En 1635, le Mars Gallicus va reprendre et exploiter ces thèmes4. Ouvrage attribué à « Armacanus theologus », il est l’œuvre conjointe d’un politicien, Pierre Roose, chef-président du Conseil Privé, et d’un théologien, Cornélius Jansénius. L’ouvrage, voué à un grand retentissement, fut entrepris en 1634, comme une réponse à un docteur de Sorbonne, Besian Arroy, un Lyonnais, qui venait de publier les Questions décidées sur la justice des armes des rois de France, sur les alliances avec les hérétiques ou infidèles et sur la conduite de la conscience des gens de guerre. Roose estima que ce volume risquait d’influencer les lettrés et les théologiens d’Europe ; pour y répondre, il ne manquait pas d’arguments, mais il n’avait guère le loisir de les mettre en œuvre... d’où le recours à l’assistance de Jansénius. La part respective des deux hommes est assez facile à repérer, tant par les témoignages contemporains que par la critique interne : les parties historiques reposent sur la documentation fournie par Roose. On sait que celui-ci consulta, en cours de rédaction, le comte-duc Olivares, et obtint même l’accord du confesseur du Roi, Jean de Saint-Thomas, pour attaquer Louis XIII et Richelieu, sous condition de ne pas engager le pape Urbain VIII, ni le cardinal Guido di Bagno comme complices. Le Mars Gallicus, bientôt traduit en français, est un ouvrage de première importance dont nous ne retiendrons ici que l’aspect historique, lié au mythe wisigothique.

6La première partie du volume est une discussion de l’épithète « Roi très-chrétien », avec deux arguments, l’un tiré de l’onction, l’autre de la titulature.

7Pour l’onction, les auteurs soulignent qu’il ne s’agit que d’une simple onction baptismale, sans caractère puisque réitérable, qui n’a pas seulement été accordée aux rois de France et d’Angleterre, mais à bien d’autres monarques. Surtout, le chapitre X ouvre la polémique historique : « les Vieux Rois des Goths se faisaient oindre, il y a plus de mille ans, et par conséquent devant tous autres Rois chrétiens » (p. 43) :

Il est très certain que, suivant quelques historiens modernes, non seulement Egica et Vitiza, qui régnèrent en Espagne un peu avant l’invasion des Maures, mais encore Flavius Ervigius, qui régnait il y a plus de neuf cent cinquante ans, fut sacré Roi et oint avec toute sorte de solennité (p. 43).

8L’exemple suivant est celui de « Recaredus », qui vécut plus de cent soixante ans avant Pépin, le premier des Rois de France à avoir reçu l’onction : ce Reccarède, expliquent nos auteurs, « fut la cause de la conversion de son Royaume, et a eu l’honneur de faire recevoir aux Goths la foi catholique » ; et ils avancent le témoignage de « saint Isidore, évêque de Séville, successeur de saint Léandre qui convertit le roi Reccaredus ». L’onction royale wisigothique, de surcroît, était la même que celle des évêques : tandis qu’Innocent III (De sacra unctione, au ch. 1) a prévu que les rois seraient oints entre les épaules et sur les bras, les Rois d’Espagne le furent sur la tête, comme les évêques. Roose et Jansénius citent Julien de Tolède, à propos du sacre de Wamba :

  • 5 Julien de Tolède, Patrología latina (Migne), t. 96, col. 766.

ayant les genoux à terre, il fut oint à la tête par les mains du saint primat » (curuatis genibus, oleum benedictionis per sac ri Quirini pontificis manus uertici eius refunditur5).
... Et cela peut servir pour montrer que l’onction des Rois d’Espagne a de l’avantage sur celle de plusieurs Rois, qui ne sont pas oints avec de si belles cérémonies (p. 51).

9Bésian Arroy avait fait remonter le titre de Très-Chrétien à Charles le Chauve : mais déjà les Rois wisigoths le portaient, comme en témoignent plusieurs Conciles de Tolède :

Je ne me veux point servir des simples paroles d’un historien, ni de superscription de quelque lettre, pour assurer ce que je dis, je le veux faire voir dans les termes clairs et nets des Conciles entiers. Car l’an 598, et cent cinquante ans avant le règne de Pépin, le Concile de Tolède appelle Reccaredus, qui avait attiré les Goths à la Religion catholique par ses paroles et par son exemple, « Prince Très Chrétien et Très Pieux, et glorieux Seigneur ». Et un an après, il est parlé de lui en cette sorte, tout au commencement du Concile de Barcelone :-le Très Chrétien et Très Pieux Seigneur, le Roi Reccaredus.

10La source de ce passage peut se retrouver dans le saisissant raccourci de l’histoire d’Espagne brossé en 1623 par un capucin, Zaccharias Boverio (Orthodoxa Consultatio de ratione verae fidei et religionis amplectendae, Madrid) : le christianisme a été introduit en Espagne par saint Jacques et peut-être par saint Paul, mais il fut corrompu par les envahisseurs Alains, Suèves et Goths (p. 302) :

... iterum Leandri Hispalensis Episcopi et aliorum opera, ut testis est Orosius circa annum domini 408 et 586 Catholicae Fidei [Hispania] restituitur: tum vero Catholicorum Regum, qui egregiam sempe in tuenda et propaganda Fide ad haec usque témpora operam nauarunt, pietate et labore tam fixas in Catholica et Romana Fide radices egit atque adeo Catholico nomine insignis euasit ut cum sub magno illo Carolo V orbis miraculo, ac duobus post eum Pbilippis, non tam Regni quam illustrissimae Fidei successoribus, Catholicae Fidei eminentiam obtinuerit... » (et encore mieux, bien sûr, sous Philippe IV, « hac tempestóte regnante »).

11Le Chronicon de Jean de Biclar, édité en l600 à Ingolstadt avec celui de Victor de Tunnuna, est mis à contribution par les auteurs du Mars Gallicus. Ils ont aussi exploité les historiens espagnols modernes, comme Sánchez de Arévalo (Rodericus Santius), dont la Compendiosa historia hispánica vit le jour vers 1470.

12La question du titre se pose alors : d’où vient que les Rois d’Espagne ont abandonné ce titre de « Très Chrétien », s’ils l’avaient avant tout autre, pour prendre celui de « Très Catholique » ? La réponse permet d’apporter de nouveaux arguments, favorables à l’Espagne. L’épithète « Très Catholique » a été donnée à Reccaredus lors de sa conversion, elle signifie la parfaite orthodoxie des Rois d’Espagne, qui l’ont préférée, dans les temps de schisme et d’hérésie, à l’épithète « Très Chrétien », tandis qu’ils recevaient aussi celle de « Roi Orthodoxe » (aux troisième [589], sixième [653] et huitième [688] Conciles de Tolède, et au Concile de Saragosse en 691).

13Le grand éloge de Reccarède dans Isidore de Séville (PL. 83, 1071-1072) est, bien entendu, largement repris par nos auteurs pour souligner l’impeccable orthodoxie de ce Roi, exalté comme fondateur de monarchie. Et la chute des Royaumes catholiques aux mains des « Sarrazins » est présentée (p. 105) comme la punition des péchés des Goths.

  • 6 Orlandis - Ramos-Lisson, op. cit. (sup. n. 3), p. 166-171.
  • 7 The priviledges and Practice of Parliaments in England... 1ère éd., Londres, 1628, 2e éd., 1640 p. (...)
  • 8 « Introduction to the History of England », in Works, Londres, 1731, t. 1, p. 219.

14L’autre thème politique dominant est le caractère particulier du regnum Gothorum comme le gouvernement « mixte » idéal, par l’élection du roi, vieille coutume germanique qui devint loi du Royaume au quatrième Concile de Tolède (633), sous Sisenand : le roi est choisi par l’assemblée des évêques et des magnats, les seules conditions étant son appartenance à la noblesse de race gothique, le port des cheveux longs et l’absence de « tumulte séditieux de la plèbe rurale » : Suinthila fut le premier élu de la sorte, en 636. Le caractère électif de la royauté fut confirmé au huitième Concile de Tolède (653)6 : le roi doit prendre des engagements envers l’aristocratie et le haut clergé. Ce thème est surtout exploité par les « gothicistes » anglais, exhumant le witenagemot saxon dans le Parlement, en même temps que les origines gothiques de l’Angleterre, remontant aux Jutes, une des trois tribus germaniques qui envahirent les îles7. L’histoire gothique se confond avec l’apothéose nationale de la démocratie, les institutions mises en place par les envahisseurs « gothiques » étant réputées « libres » ou « démocratiques ». En dépit des invasions danoise et normande, les institutions « gothiques » étaient censées avoir connu un développement continu, si bien qu’en 1695, Sir William Temple décrira encore « le gouvernement gothique » comme « inventé par les Sages des Goths, comme un gouvernement d’hommes libres »8.

15Dans l’effort de doter l’Europe moderne d’une référence antique, pour lutter contre la montée d’une monarchie absolue, l’« équilibre gothique » (the Gothick Ballance) joue un rôle considérable. Ducs et comtes, barons et vassaux, trois pouvoirs de contrôle et de régulation, rendent possible l’équilibre du gouvernement :

  • 9 James Harrington, Oceana (éd. S. B. Liljegren, Heidelberg, 1924), p. 15, 43, 119 et 124. Le passage (...)

This is the Gothick Ballance, by which all the Kingdom this day in christendome were at first erected ; for which cause, ifl had time, Ishould open in this place the Empire of Germany, and the Kingdomes of France, Spain and Poland9.

  • 10 Voir J. Maravall, La pensée politique espagnole au XVIIe siècle, Paris ; nombreuses références dans(...)

16Si l’exploitation anglaise n’est pas surprenante, il convient d’en relever l’usage fait par les théoriciens espagnols, et en particulier par Diego Saavedra Fajardo10. Auteur d’un Prince chrétien (tr. fr. 1668, 2 vol.), Saavedra a surtout publié à Münster, au milieu des négociations de Westphalie, en 1646, La corona góthica, castellana y austríaca, políticamente ilustrada. Il y montre combien les traditions wisigothiques ont permis au gouvernement espagnol d’évoluer comme le meilleur :

la primera maxima de reynar es no hazer grande sobre los demás à alguno, porque el demasiado poder desprecia la obediencia, fomenta les sediciones, y aspira al dominio » (p. 178).

17Il montre ainsi que l’institution élective de la monarchie, tempérant le pouvoir absolu, correspond à une philosophie politique moderne, opposée au pouvoir absolu, et à la mise en place d’tin gouvernement consensuel :

que aunque la soberanía de u n Rey fuese absoluta, estava sugeta al tribunal de los demás Reyes, debiéndose unir contra el que tratase de tyranizallos, o de ponellos in peligro (p. 140).

18Onction du Très Chrétien et pouvoir tempéré d’une monarchie élective : ces deux thèmes ont mobilisé la propagande espagnole sous Olivares, mais leur exploitation ne survécut guère au pouvoir du comte-duc. Avec la pax vestfalica (1648), un nouvel ordre s’instaure en Europe, qui va conduire au retrait de l’hégémonie espagnole (Paix des Pyrénées, 1659). Les auteurs postérieurs peuvent bien dénoncer les mœurs politiques des Francs, et en particulier attaquer la « loi salique » :

qui étaient ces Prêtres, ou ces Satrapes saliques, qui ont pu dépouiller les Filles de la Maison Royale de toutes les prérogatives du Sang et des Privilèges de sa succession, faute de Mâles dans la Maison Paternelle ? La vérité est que l’énormité de cette Loi n’a été introduite, pour ce qui est de l’exclusion des femmes, que huit cents ans après qu’elle eut été établie par les Francs Orientaux, entre la rivière du Rhin et l’Escaut, du temps de Pharamond, et cela par la malice, et le désir de régner, de Philippe le Long...

19L’auteur passionné du traité anonyme de La Vérité défendue des sophismes de la France (1668), dont j’ai extrait ce passage (p. 169), ne tire aucun parti positif de la pratique politique wisigothique.

20L’histoire et la politique coïncident avec la publication, par Grotius, des sources historiques (1665), et l’on peut penser que l’histoire a d’autant plus facilement eu raison des thèmes légendaires que leur besoin ne se faisait plus sentir, et que les thèmes mythiques de l’Espagne wisigothique, un instant ravivés, semblaient bien avoir définitivement perdu la partie devant l’irrésistible montée de la monarchie française d’un côté, puis de l’autre, des Pyrénées.

Notes

1 Biblioteca Correr (Venise) ms. Donà dalle Rose 448, pièce 21 (dialogue anonyme de Pasquin et Marforius sur le dessein de l’Espagne d’obtenir la monarchie universelle, par un « invisibile accademico peregrino », daté de 1620).

2 Voir Nathan Edelman, The eye of the beholder. Essays in French literature, p. p. Jules Brody, Baltimore, 1974 (surtout p. 86-106 : The case against Gothicism).

3 Information et discussion dans J. Orlandis - D. Ramos-Lisson Die Synoden auf der Iberischen Halbinsel bis zum Einbruch des Islam (711) [Konziliengeschichte p.p. W. Brandmüller], Paderborn-Munich, 1981, p. 168, n. 129.

4 Voir, en dernier lieu, J. Orcibal, Jansénius d’Ypres (1585-1638), Paris, 1989, p. 223-244 : « La politique de Jansénius ».

5 Julien de Tolède, Patrología latina (Migne), t. 96, col. 766.

6 Orlandis - Ramos-Lisson, op. cit. (sup. n. 3), p. 166-171.

7 The priviledges and Practice of Parliaments in England... 1ère éd., Londres, 1628, 2e éd., 1640 p. 1-2 ; Philipp Hunton, A treatise of Monarchy, Londres, 1643, p. 23-24 et 35 ; sur les recherches des Gothicistes, nous n’avons pas pu consulter la thèse inédite de S.-L. Klinger, North-Western Univ. Library.

8 « Introduction to the History of England », in Works, Londres, 1731, t. 1, p. 219.

9 James Harrington, Oceana (éd. S. B. Liljegren, Heidelberg, 1924), p. 15, 43, 119 et 124. Le passage cité ici se trouve p. 33 de l’éd. de 1636.

10 Voir J. Maravall, La pensée politique espagnole au XVIIe siècle, Paris ; nombreuses références dans Ascensió Gutierrez, La France et les Français dans la littérature espagnole. Un aspect de la xénophobie en Espagne (1598-1665), thèse de Montpellier 1974, Lille, 1982.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search