Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur

Alain Milhou

Texte intégral

1Les consciences nationales en formation, au Moyen Âge et à l’époque moderne, tendaient tout naturellement à considérer l’histoire de la partie de la Chrétienté dont elles étaient l’expression – cité ou royaume – à l’image de celle du peuple élu de l’Ancien Testament. Les tribulations, et notamment les invasions, étaient naturellement vécues comme des châtiments dûs à l’infidélité ; mais comme Dieu n’abandonne jamais son peuple, les sursauts étaient interprétés comme une restauration d’un ordre primordial ; et la récupération de ce qui commençait à être perçu comme un espace national apparaissait comme la réappropriation de la Terre promise. Au-delà du modèle du peuple juif, il y avait là celui de l’histoire du salut : innocence, chute, châtiment, rédemption.

  • 1 Georges et Andrée Duby, Les procès de Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard-Julliard, 1973 (coll. Archives (...)

2Terre élue, mais parmi d’autres terres élues, l’Espagne n’avait pas le privilège exclusif du concept de destruction/restauration qui structure sa conscience historique traditionnelle. De façon significative, l’un des moments les plus dramatiques de l’histoire de notre pays, le début du règne de Charles VII, est connu comme l’époque de « la grande pitié du royaume de France ». Or cette grande pitié est à notre historiographie traditionnelle ce que la destruición ou pérdida est aux chroniques espagnoles. Au milieu de ces tribulations circulait une prophétie, que Jeanne d’Arc et ses proches connaissaient bien, selon laquelle « la France par une femme serait perdue – on pensait évidemment à Isabeau de Bavière – et par une vierge des marches de Lorraine serait restaurée »1. Le couple opposé perdue/restaurée est strictement homologue au couple perder/ganar ou, sous une autre forme, destruir/restaurar de l’historiographie de la Reconquête. Quant à l’antinomie femme/vierge, elle renvoie évidemment au modèle biblique de l’Ève pécheresse à laquelle s’oppose la Nouvelle Ève, la Vierge Marie, pendant féminin de l’opposition entre Adam et le Christ-Nouvel Adam qui sous-tend, en Espagne, l’antinomie roi pécheur/roi restaurateur.

  • 2 Rodrigo Jimenez de Rada, Historia de los hechos de España, introducción, traducción, notas e índice (...)

3Mais il est évident que c’est en Espagne, à cause de la grande cassure de 711 et de la longue période de l’occupation musulmane et de la Reconquête, que ce schéma -destruction/restauration- est devenu fondamental. Préparé par une série de chroniques en latin qui va de la Chronique prophétique de 883 à l’Historia gothica de l’archevêque de Tolède Rodrigo Jiménez de Rada, contemporain de Ferdinand III le Saint, ce schéma s’épanouit dans la Estoria de Espanna d’Alphonse X le Sage. Pour la première Chronique générale et sa postérité historiographique, poétique et même romanesque, le destroymiento par antonomase, plus tard on dira la destruición ou la pérdida, c’est l’invasion musulmane. Le récit de ce destroymiento est précédé, dans la chronique royale, par la description de l’Espagne paraíso de Dios, description renouvelée du De laude Spaniae de saint Isidore, déjà recueilli par Jiménez de Rada. Cette « destruction » est un châtiment envoyé par Dieu pour punir l’Espagne de ses fautes : c’est que le peuple élu des Goths, à l’image de l’Ancien Israël, s’était détourné de Dieu dans les derniers temps, créant ainsi le climat délétère où devait être perpétré le péché de Rodrigue. Mais à la destruction s’opposent les activités rédemptrices de la Reconquête, vue comme une restauration gothique, une récupération de l’unité perdue. Cette reconquête restauratrice commence par être l’œuvre d’un petit groupe de Goths, réfugiés dans les Asturies, clairement assimilable, d’après plusieurs passages de la Crónica general inspirés de Jiménez de Rada, à l’image biblique du petit reste2.

  • 3 Alain Milhou, « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes », dans Séminaire interun (...)

4Au-delà même de l’historiographie et de la littérature, ce schéma marquera jusqu’au plus profond et pendant plusieurs siècles les mentalités castillanes et même espagnoles. J’en veux pour preuve la longue chaîne de prophéties sur la destruction et la restauration de l’Espagne que j’ai déjà eu l’occasion d’étudier dans plusieurs travaux3. Jusqu’au début du XVIIe siècle, c’est-à-dire au moment de l’expulsion des Morisques, l’inquiétude d’un certain nombre de chrétiens espagnols au sujet d’une nouvelle destruición, pour des raisons diverses, était courante et s’aiguisait dans les périodes de crise. La faveur dont jouirent les prophéties attribuées à saint Isidore en témoigne. Sous le titre de Planto de España, ponctué de nombreux « Guay de ti, España », ce texte apocryphe circula au XVe siècle et pendant tout le XVIe, en manuscrits qu’on recopiait avec des interpolations provenant d’autres cycles prophétiques. La destruición annoncée par ces textes était-elle entièrement accomplie avec le châtiment du VIIIe siècle, ou devait-elle se renouveler ? La consultation des commentaires actualisateurs de ces prophéties, ainsi que de procès d’Inquisition, permet de dire que la crainte d’un châtiment de Dieu dont les Maures, puis les Morisques, les Barbaresques et les Turcs pouvaient être les instruments, survécut largement aux victoires des Rois Catholiques et même à celle de Lépante.

  • 4 Andrés Bernaldez, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. M. Gómez Moreno y J. de M. Carri (...)
  • 5 Fray Marcos de Guadalajara y Xavier, Memorable expulsión y justísimo destierro de los moriscos de E (...)

5Ce schéma – destruction/restauration – servit évidemment de légitimation pour les dynasties régnantes : astur-léonaise, puis castillane, enfin espagnole. C’était aussi un mythe d’identité et d’exclusion, qui pouvait fonctionner contre tous ceux qu’on pouvait qualifier de destruidores : Maures, plus tard Morisques, mais aussi juifs, hérétiques et autres perturbateurs de la société chrétienne, par exemple les homosexuels. Comme l’exprimait naïvement Andrés Bernaldez, les Rois Catholiques exerçaient leur fonction primordiale de restaurateurs de l’Espagne et de l’ordre chrétien en détruisant les destructeurs4. Prenons un autre exemple parmi bien d’autres : dans deux ouvrages de propagande publiés en 1613 et l6l4, Fray Marcos de Guadalajara cherchait à démontrer, en citant plusieurs prophéties, notamment celle qui était traditionnellement attribuée à saint Isidore, que Philippe III, ce roi pourtant faible et peu belliqueux, avait parachevé la « restauration » de l’Espagne en expulsant les Morisques, ces « loups » (l’image était déjà présente dans la Primera Crónica general) qui avaient toujours cherché, en essayant de se rebeller, à renouveler la « destruction » de l’Espagne du temps du Roi Rodrigue5.

  • 6 Voir les études citées à la note 3. Sur l’image du « roi caché », voir aussi Eulàlia Duran, Simbolo (...)

6Mais il faut se garder d’une vision simplificatrice, car le mythe de la destruction de l’Espagne était d’une plasticité étonnante. Il put aussi être utilisé dans une perspective contestataire. Les prophètes de malheur pouvaient appeler à la conversion en évoquant une nouvelle destruction de l’Espagne à cause des péchés des chrétiens. Les prophètes subversifs (je pense notamment au messie imposteur qui se manifesta à Játiva en 1522 au moment des Germanias de Valence : le fameux Encubert qui prétendait être le fils, ou le petit-fils caché des Rois Catholiques et à ce titre « restaurer l’Espagne qui était perdue ») pouvaient appeler les pauvres à châtier (destruir) à la fois les élites et les Maures « destructeurs » : on était là dans la ligne du millénarisme médiéval particulièrement illustré, en Espagne, par les franciscains spirituels des pays catalans. Dans un monde tout à fait différent, des missionnaires défenseurs de l’Indien, comme le dominicain Las Casas ou le franciscain Mendieta, purent suggérer l’éventualité d’une nouvelle « destruction de l’Espagne » que Dieu risquait de permettre pour châtier les Espagnols « destructeurs » des Indiens6.

  • 7 Primera Crónica general..., op. cit., cap. 558, p. 311.
  • 8 Cet état d’esprit se reflète parfaitement dans ce commentaire que l’Aragonais Martín Martínez de Am (...)
  • 9 R. Jiiménez de Rada, op. cit., l.1., cap. 8-18, p. 71-86 ; l.2, cap. 5, p. 92-94 ; l.3, cap. 20-21, (...)

7Suivant le schéma de la destruction/restauration, le messianisme hispano-castillan d’origine wisigothique n’avait pas de projection internationale universaliste. L’Espagne se suffisait à elle-même ; c’était comme un jardin clos à récupérer, totalement indépendant du reste de la Chrétienté et en particulier de l’Empire : telle était l’Espagne « cerrada toda en derredor » de la vision alphonsine7. Ce messianisme néo-wisigothique portait tout de même en germe un dépassement à l’échelle internationale : d’abord dans la revendication sur la Tingitane, qui connut un début de réalisation sous les Rois Catholiques, et sur le Languedoc, qui, elle, resta purement théorique8. D’autre part, d’après la Chronique générale qui s’inspirait en l’occurrence de Jiménez de Rada, les Goths s’étaient établis dans le Paradis ibérique après avoir parcouru et soumis toutes les provinces d’Asie et d’Europe9. Pourquoi ne se lanceraient-ils pas à nouveau à la conquête du monde une fois que l’Espagne serait « restaurée », pourquoi n’aspireraient-ils pas alors à la monarchie universelle ? Or ce thème, évidemment absent des chroniques de l’archevêque de Tolède et du Roi Sage, devait être utilisé aux XVIe et XVIIe siècles dans les écrits qui célébraient la Maison d’Autriche, descendante des Goths à travers Charles Quint et Ferdinand le Catholique.

  • 10 L’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, roi de Sicile, couronné en 1229 roi de Jérusalem, suscita e (...)
  • 11 Voir les études citées dans la note 3, notamment Cotón y su mentalidad mesiánica..., 2a Parte, cap. (...)

8Il faut ajouter qu’à partir de la fin du XIIIe siècle le messianisme national castillano-wisigothique mêla ses eaux au messianisme européen, essentiellement franco-germanique, orienté vers Jérusalem et la monarchie universelle eschatologique. C’est par les pays catalans, par ses souverains, héritiers de Frédéric II de Hohenstaufen10, par ses grands prophètes franciscains, Arnaud de Vilanova, Jean de Roquetaillade, Francesc Eiximenis, Joan Alamany, que s’introduisirent ces thèmes dans la péninsule. Je crois avoir démontré dans plusieurs études que de ce double héritage – l’héritage national castillano-wisigothique et l’héritage impérialiste catalano-aragonais – naquit le messianisme espagnol qui s’épanouit sous les Rois Catholiques et Charles Quint11. Les souverains espagnols ne devaient plus alors être exaltés comme de simples restaurateurs de l’Espagne, destructeurs de l’Islam espagnol, mais comme des restaurateurs de la Chrétienté, destructeurs potentiels de l’Islam et des hérésies.

***

  • 12 Deuxième livre de Samuel, 11-12 et Psaume 51 (50 de la Vulgate). Le parallèle avec David et Bethsab (...)
  • 13 Floresta de leyendas heroicas españolas. Rodrigo, el último godo, t. 1, « La edad media », compilac (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 R. Jimenez de Rada, op. cit., l.3, cap. 18-19, p. 143-145. Voir aussi l’anthologie de R. Menéndez P (...)

9Mais revenons à la vision alphonsine de la « destruction ». Le peuple élu hispano-gothique avait son roi pécheur : Rodrigue. Dans la Primera Crónica general, Rodrigue le pécheur semble avoir deux modèles bibliques. Rodrigue qui viole la fille-ou la femme-du comte Julien pendant son absence, voilà qui fait penser à David qui séduit Bethsabée pendant l’absence de son mari Urie le hittite. Or on sait qu’il s’agit là d’un épisode clé de la Bible puisqu’il motive la plus importante des prises de conscience du péché dans l’Ancien Testament, avec le psaume Miserere, œuvre de David après son interpellation par le prophète Nathan12. Comme pour mieux se conformer au modèle biblique, les développements postérieurs de la légende du péché de Rodrigue situeront la tentatrice, malgré elle, au bain comme Bethsabée13. Mais il est un modèle plus important : Rodrigue est bien l’Adam pécheur du peuple élu hispano-gothique. La grandeur de son péché ne se réduit pas en effet au simple viol de celle qui recevra au XIVe siècle les noms d’Alacaba, Alataba ou La Taba, puis celui de Cava au XVe siècle14 ; son péché se dédouble, en quelque sorte, puisqu’auparavant Rodrigue brise l’interdiction sacrée en pénétrant dans le palais interdit de Tolède15. Par l’addition de ces deux fautes, nous voici donc bien près d’Adam, d’autant plus que la destruction de l’Espagne contée dans l’Historia gothica et la Estona de Espanna ressemble fort à une destruction de cette Terre promise, sinon de ce Paradis terrestre dans lequel les Goths, après Line longue errance magnifiquement évoquée dans la chronique royale, avaient fini par se fixer.

  • 16 Esteban de Salazar, Veynte discursos sobre el credo en declaración de nuestra sancta fee cathólica (...)

10Mais si Rodrigue était un Adam pécheur, il fallait que d’une certaine manière la Cava fût comme une Eve tentatrice. Le parallèle ne pouvait évidemment qu’être imparfait puisque la rupture de l’interdiction sacrée n’était pas liée à la femme tentatrice, mais au thème oriental du palais enchanté. Cependant la logique du mythe voulait que la Cava fût assimilée à Ève. Ce qui n’était qu’implicite, et devait être confusément perçu par beaucoup, fut explicité en 1574 par le chartreux Esteban de Salazar qui se piquait d’hébraïsme. Pour lui point de doute : le mot chava, en hébreu, ne saurait être que la forme correcte d’Eva, laquelle résulterait d’une prononciation déformée16.

  • 17 Dans Ramón Menéndez Pidal, La España del Cid, Madrid, Espasa Calpe, 1956, t. 1, p. 413
  • 18 Primera Crónica general..., cap. 564-571, p. 318-326 (Pelayo) cap. 1132, p. 772 (Fernando el Santo)
  • 19 Cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition fac-sim. dans la collection Bibliófilos Asturianos, vol. (...)
  • 20 Baltasar Gracián, Obras completas, t. 1 (B.A.E. t. 229), El héroe, p. 270b (aucun exemplaire n’a ét (...)

11Rodrigue le pécheur appelait naturellement, toujours dans la logique du mythe, un contre-modèle restaurateur, sinon rédempteur. Il semblerait que le Cid ait eu la tentation de se considérer comme tel, s’il faut en croire un historien musulman de son temps. Il aurait en effet déclaré : « Un Rodrigue a perdu cette péninsule, mais un autre Rodrigue la sauvera »17. C’était là une sorte de crime de lèse-majesté, car ce rôle ne pouvait revenir qu’à un roi. De fait la tradition officielle, depuis la Primera Crónica general, fut de considérer Pélage, et à partir de lui tous les rois de la Reconquête qui en descendaient, comme des restaurateurs18. C’est ainsi qu’en 1648 le docte italo-espagnol Iosef Micheli y Marquez publiait un ouvrage où dès le titre resplendissaient la rhétorique baroque et les vieilles mythologies : El fénix católico don Pelayo el restaurador, renacido de las cenizas del rey Uvitiza, y don Rodrigo, destruidores de España19. Cette image du phénix, qui renforce celle de la restauration, rend bien l’idée de l’immortalité de l’Espagne et de sa monarchie d’origine gothique. Elle avait d’ailleurs été déjà utilisée par Gracián en 1637 dans El héroe : « pereció la fénix de las provincias en el fuego de Rodrigo, y renació en la piedad de Pelayo o en el celo de Fernando »20. Il s’agit évidemment de Ferdinand III le Saint, mais on verra que Gracián était surtout admirateur de son illustre descendant qui portait le même nom : Ferdinand le Catholique.

12Parmi les Rois de la Reconquête, nul mieux que le reconquérant de Séville ne pouvait assumer la fonction de contre-modèle de Rodrigue : celle de restaurateur. C’est ce qui apparaissait clairement dans l’antique devise de Séville, rappelée par le Père Juan de Pineda dans un mémoire de 1627 destiné à prouver la sainteté de Ferdinand en vue du procès de canonisation qui devait s’ouvrir deux ans plus tard :

  • 21 Joan de Pineda, Memorial de la excelente santidad y heróycas virtudes del señor rey don Fernando te (...)

Hércules me edificó
Julio César me cercó
De muros i torres altas ;
Un rey godo me perdió
Un rey santo me ganó
Con Garci Pérez de Vargas21.

  • 22 Primera Crónica general..., op. cit. cap. 1132-1135, p. 771-774. Sur le culte immémorial de Ferdina (...)
  • 23 Sur la littérature suscitée par les thèmes de la prééminence et de la préséance qui reviendraient à (...)

13Qui de mieux qu’un roi saint pour constituer un modèle de roi rédempteur ? Malheureusement la sainteté de Ferdinand, reconnue en Castille dès le lendemain de sa mort en 1252, puisque la Crónica general de son fils Alphonse X le qualifie explicitement et à plusieurs reprises de saint, mit plus de quatre siècles à être reconnue par la papauté, la décision définitive n’intervenant qu’en 167122. Son cousin français Louis IX n’attendit que vingt-sept ans pour être canonisé. Il est vrai que Boniface VIII, en prenant cette décision en 1297, avait sûrement le désir de contenter Philippe IV le Bel, qui voyait dans la canonisation de son aïeul la consécration de la monarchie française et une justification de ses prétentions hégémoniques. La royauté castillane, encore provinciale, si j’ose dire, dans le concert de la Chrétienté, malgré le rêve impérial d’Alphonse X, n’avait pas encore le prestige de la Maison de France. On conçoit qu’au XVIIe siècle, à l’époque où les auteurs de traités politiques espagnols donnaient à leur roi la primauté en matière de défense de la catholicité, la longue attente de la canonisation de Ferdinand III dut être insupportable pour l’orgueil national23.

  • 24 Miguel Angel Ladero Quesada, Granada, historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, Gredos, 196 (...)
  • 25 Crónica del rey don Juan el Segundo, dans Crónicas de los reyes de Castilla II (B.A.E. t. 68), años (...)

14Le rôle restaurateur de Ferdinand le Saint, champion de la Reconquête, fut en quelque sorte réactualisé par deux souverains qui portèrent son nom, ce qui était capital dans un monde où le nom des rois avait une grande importance symbolique. D’abord par l’Infant Ferdinand, régent de Castille, le futur Ferdinand Ier d’Aragon. La campagne qui aboutit à la prise d’Antequera en 1410 fut une véritable répétition générale de la Guerre de Grenade par sa modernité24 : propagande, pression fiscale et utilisation de nouveaux moyens militaires tels que l’artillerie. Or elle fut placée délibérément par l’Infant sous le signe de Ferdinand III le Saint et de la restauration gothique. On le voit, dans la chronique dAlvar Gómez de Santa Maria, prendre solennellement, puis rapporter non moins solennellement à la fin de sa campagne, l’épée du reconquérant de Séville, déposée dans la cathédrale, ainsi que la bannière de saint Isidore25.

15Mais c’est évidemment avec Ferdinand le Catholique que la réactualisation de l’ancêtre devint si forte qu’on peut pratiquement parler d’un phénomène de Ferdinandus redivivus. La figure de saint Ferdinand n’arriva jamais, à elle seule, à former un mythe comparable en importance au mythe négatif de Rodrigue. Mais je crois qu’il exista en Espagne un mythe de Ferdinand, qui ne fut ni le mythe de saint Ferdinand à lui seul ni tout à fait non plus celui de Ferdinand le Catholique à lui seul. Le contre-modèle mythique de Rodrigue fut constitué plutôt par la combinaison, la superposition entre les figures du reconquérant de Séville et de son descendant homonyme, le reconquérant de Grenade. À une époque où l’onomastique, particulièrement celle des rois, avait une énorme importance tant dans les mentalités populaires que dans celles des lettrés, tout se passe comme si le prestige de saint Ferdinand avait élevé le Roi Catholique au rang de saint et comme si, inversement, les exploits de celui-ci avaient revivifié le souvenir de l’ancêtre.

16Dans un romance qu’on pourrait taxer de propagande, puisqu’il fut harmonisé par la chapelle royale peu après la reconquête de Grenade, le poète officiel Juan del Encina exhortait Boabdil à se convertir dans les termes messianiques suivants :

  • 26 Juan del Encina, Poesía lírica y cancionero musical, Clásicos Castalia n° 62, p. 90-91.

¿Qu’es de ti, desconsolado?
¿Qu’es de ti, rey de Granada?
[...]
Reniega ya de Mahoma
E de su seta malvada.
[...]
Oh Granada noblecida
Por todo el mundo nombrada!
[…] Perdióte el Rey don Rodrigo
Por su dicha desdichada;
Ganóte el Rey don Fernando
Con ventura prosperada.
Según Dios haze sus hechos,
La defensa era escusada,
Que donde Él pone su mano
Lo impossible es casi nada
26.

17On aura remarqué dans le parallèle – « Perdióte el Rey don Rodrigo/Ganóte el Rey don Fernando » – le souvenir de la devise de Séville où Ferdinand III était opposé à Rodrigue – « Un rey godo me perdió/Un rey santo me ganó » – Mais la superposition entre Ferdinand le Catholique et saint Ferdinand avait une dimension encore plus forte de signification messianique dans le texte d’une prophétie que Rodrigo Ponce de León, le chef le plus prestigieux de la Guerre de Grenade, avait communiquée en i486, avec l’accord des Rois Catholiques fort soucieux de propagande, aux grands qui l’accompagnaient :

  • 27 Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León, marqués de Cádiz, dans Colección de documentos (...)

Sabed que este santo rey don Fernando bien aventurado que tenemos, es el Encubierto, e así está declarado por San Juan y San Isidro (sic pour Isidoro) en sus revelaciones27.

  • 28 Voir supra note 6 et Marjorie Reeves, The influence of prophecy in the later Middle Ages. A study i (...)

18Saint Isidore, celui de l’apocryphe Planto de España, était donc mobilisé au service de la « mythification », – de la mystification qui faisait de Ferdinand le Catholique le saint « roi caché » des prophéties médiévales, qui devait se révéler aux derniers jours28.

  • 29 Norman Cohn, En pos del milenio. Revolucionarios milenaristas y anarquistas místicos de la Edad Med (...)
  • 30 Anne Denis, Charles VIII et les Italiens : histoire et mythe, Genève, Droz, 1979.
  • 31 Sur la popularité de l’Infant Ferdinand, qui fut obligé de quitter l’Espagne le 18 mai 1518 pour la (...)

19Le fait, pour un roi ou un prince, de porter le même nom qu’un souverain de jadis, mythifié par les légendes, avait un grand impact sur les mentalités des hommes du Moyen Âge ou du XVIe siècle. Mais ce roi ou ce prince pouvait lui-même considérer le nom qu’il portait comme un signe d’élection. Frédéric II de Hohenstaufen, qui suscita tant de prophéties millénaristes, portait un nom prestigieux : celui de son aïeul Frédéric Ier Barberousse ; or n’y eut-il pas dans l’imaginaire médiéval de certains Allemands et Italiens une superposition entre ces deux grandes figures, facilitée par leur identité onomastique29 ? Pour un certain nombre de Français et d’Italiens et peut-être pour le souverain lui-même, Charles VIII de France était le Carolus redivivus, le Nouveau Charlemagne dont parlaient les prophéties30. Il ne faut donc pas s’étonner que Ferdinand le Catholique ait été considéré par certains comme une sorte de Ferdinandus redivivus. Il ne faut pas non plus s’étonner de voir dans l’attachement témoigné par le Roi Catholique et le peuple de Castille à l’Infant Ferdinand, le frère du futur Charles Quint, la manifestation du même phénomène : l’Infant portait le nom de son aïeul et de son ancêtre, lointain et saint, alors que Charles était pour le peuple un nom étrange, français, bourguignon ou germanique. Il est vrai que ce conflit à propos de ces deux noms reposait sur un antagonisme politique profond : les partisans de l’Infant Ferdinand, qui devaient en 1520 passer dans le camp des comuneros, avaient l’espoir que le prince, élevé en Espagne, suivrait une politique « nationale », alors qu’ils se méfiaient du frère aîné, élevé en Flandres sans avoir jamais connu le sol espagnol31. Mais le chroniqueur Fray Prudencio de Sandoval ne manquait pas d’insister sur la valeur affective, presque magique, qu’avait le nom de l’Infant aussi bien pour son royal aïeul que pour le peuple :

  • 32 Fray Prudencio de Sandoval, Historia de la vida y hechos el emperador Carlos V (B.A.E., t. 80), p. (...)

[…] el infante don Fernando, que aún solo porel nombre ganaba las voluntades de los españoles [...] El Rey Católico de España [...] con amar tiernamente como a hijo al infante don Fernando, y haberlo criado consigo, y tener su nombre y nunca haber visto a don Carlos !...32.

20Si les grands et les humbles accordaient tant d’importance aux noms des rois, l’humaniste et le théologien avaient recours à l’onomastique, fondée sur des étymologies plus ou moins fantaisistes, pour discerner les desseins cachés de la Providence. C’est ainsi que le nom de Ferdinand – celui du Saint ou celui du Catholique ou d’un autre roi qui, portant le même nom, renouvellerait et compléterait l’œuvre des précédents – donna lieu à un véritable cycle prophéticoétymologique. En 1476 le catalan Pedro Azamar s’adressait en ces termes à Ferdinand, alors prince héritier d’Aragón et roi de Castille :

E por quanto los que han escrito de las cosas que están por venir, entre los quales es uno el abbad Joachín, fablando de la destruición de la seta de Mahomad, dize: Verná un rey pequeño, el nombre del qual será de fortaleza, será en su mano el poder del señoreante la justicia, los enemigos de acá e de allá disipará e ninguno non le podrá resistir, ca avrá el poder de Dios.

21À la fin de la série de prophéties qu’il reproduisait, Azamar éclairait cette image de la force -fortaleza- qui eut une certaine postérité comme on le verra tout à l’heure :

  • 33 A. Morel-Fatio, « Les souhaits de bienvenue adressés à Ferdinand le Catholique par un poète barcelo (...)

E otros dizen cómo será dado a la casa de Aragon rey dicho de nombre e de fecho dos vezes Fernando, el quai es vuestra señoría [...] el sinificamiento del nombre Fernando, que quiere dezir fortaleza33.

22En 1613, dans un de ses ouvrages destinés à justifier l’expulsion des Morisques, Fray Marcos de Guadalajara recueillait la même tradition prophétique et étymologique :

  • 34 M. de Guadalajara, Memorable expulsión..., op. cit., f° 160r.

Celebrándose en Valencia fiesta y alegrías at nacimiento del Infante don Fernando, que oy vive, entendiendo los moriscos de Valencia que se llamava Fernando, se entristecieron notablemente, y dixo un alfaquí de gran nombre y buena opinion entre ellos : « Felipo y Fernando su hijo nos han de perseguir ; el padre nos expelerá, y el hijo destruyrá toda la gente mahometana de la otra parte del mar ». Y otros moriscos referían que cierto príncipe de España, que tendría nombre de Fierro, esto es Ferrando, o Ferdinando, sería martillo y destruyción de los sarracenos34.

23Ni Pedro Azamar, qui se référait à Ferdinand d’Aragón, ni Marcos de Guadalajara, qui se référait à un fils de Philippe III, le futur Cardinal-Infant, ne rappelaient Ferdinand III le Saint. Mais le jésuite Juan de Pineda, dans son traité de 1627 sur la sainteté de Ferdinand III, citait la prophétie rapportée par Marcos de Guadalajara afin de prouver la vertu du nom du Roi Saint, qui se communiquait à ses homonymes royaux. Et il insistait sur l’origine gothique du nom et sa symbolique :

  • 35 J. de Pineda, (cité n. 21), p. 72-74.

Viniendo a la virtud y fuerça del nombre, cierto es que el de Fernando estan alegre, i glorioso, i de feliz agüero en Castilla i España, como lo es i a sido a los moros temeroso i desagradable i de infeliz i mal pronóstico. Porque demás de ser una vulgar i común tradición en la morisma que quien a de dar cabo de su mala secta, a de ser un Fernando de España. lo escrive assí el Padre Fr. Marcos de Guadalajara, en el Tratado de la expulsión de los moriscos, cap. 29 [...] Temor por ventura originado de alguna revelación que ayan oído averse hecho a alguno de nuestros santos ; o de la voz, que en tiempo del santo rey Fernando corrió entre ellos, i de las rotas i desbarates que padecieron en España [...]
Quan desgraciado fue el nombre de Fernando a los moros, tan dichoso fue, i siempre a sido para nosotros. « Ilustre i alegre en estas partes el nombre de Fernando », dixo el P. Mariana. I averio siempre sido i tenido dichosos i gloriosos reyes, lo afirman Fr. Ioan de la Puente en su Conveniencia de las dos Monarquías, i Gregorio López Madera, en las Excelencias désta. La experiencia assí lo a probado, que nuestros reyes, Fernandos, an sido señalados en valor, religión i virtudes [...]
Viniendo al nombre, que si es de buena significación, se presume bien de quien lo tiene [...], de que ay exemplos sagrados i profanos. Sabemos que a quien Dios quiso bien, le puso buen nombre [...]
El nombre de Fernando, quiere Uvolgango Lazio [...] que tenga su etimología de la lengua teutónica o alemana ; en la qual Uverdmando significa lo egregio, que es lo más Itizido i escogido en una manada de muchas cabeças. La qual excelencia aplica a sólo el santo rey Fernando Tercero, conocido i señalado en santidad i valor entre todos los Fernandos [...¡ Mateo Alemán, curioso sevillano, en la Historia que escrivióde San Antonio dePadúa, tomando ocasión de aver sido su primer nombre Hernando, imagina que este nombre se compuso de dos vozes hebreas : Har, que quiere dezir monte, i Nad, que es movedizo ; porque el santo se avía de mover, mudar i crecer de bien en mejor. Devoto i mysticopensamiento sobre voluntaria iagena etimología ; i que con igual facilidad puiera dezir que Monte en mudanças era Monte inmutable, por su constancia en todo bien.
Otros quieren que sea nombre latino, i se derive de Hierro, que es invincible i vencedor, como dice Plinio. Domador de todas las cosas. L en otra parte. el mejor i el peor instrumento de la vida. Propriedades quadradas a nuestro rey, Domador de enemigos indómitos, Instrumento de Dios, tanto mejor para nosotros, quanto más dañoso para nuestros enemigos. Conjectura también flaca i fundada sólo en el ayre i sonido, si no es nombre latino o romano, ni vulgar nuestro, sino godo como arriba diximos, i como loprueva el uso, que no lo uvo en España antes de la venida de los godos
35.

24Le mythe de Ferdinand, ou plutôt des Ferdinand, s’inscrivait parfaitement dans l’antique tradition gothique castillane, même s’il reçut l’influence du messianisme catalano-aragonais, visible dans le cas de la prophétie sur le « saint Ferdinand caché » et dans celui du texte cité par Azamar.

***

  • 36 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias (B.A.E., t. 117), 1.1, p. 12  (...)
  • 37 Fray Juan de la Puente, Tomo primero de la conveniencia de las dos Monarquías Católicas, la de la I (...)
  • 38 Entre autres exemples de la célébration des « bons rois » wisigoths, voir Pedro Fernández de Navarr (...)

25L’affaire de la canonisation de Ferdinand III traîna en longueur au XVIIe siècle : commencé en 1629, le procès ne s’acheva favorablement qu’en 1671. Certes, le pape Sixte Quint avait accepté, en 1585, à la demande de Philippe II, d’étendre à toute l’Espagne la célébration de la fête de saint Herménégilde, le prince qui s’était soulevé contre son père Léovigilde, au nom – selon la pieuse tradition – du catholicisme qu’il avait embrassé, préparant ainsi la voie à l’abandon officiel de l’arianisme en 589, par son frère Reccarède. Il est vrai que cette confirmation officielle du culte d’Herménégilde, père fondateur de la Monarchie catholique, comme se plaisaient à le rappeler certains chroniqueurs, tel Gonzalo Fernández de Oviedo36, était une pièce importante dans l’édifice de la sacralisation de la dynastie royale espagnole, descendante des Goths. Dans cette perspective d’une sainte continuité gothique, le dominicain Juan de la Puente, dans un ouvrage de 1612 destiné à prouver que les deux colonnes de la catholicité étaient le pape et le roi d’Espagne, ne manquait pas de souligner que Philippe III portait aussi le nom d’Herménégilde37. Mais Herménégilde, au même titre que d’autres « bons rois » wisigoths qui lui succédèrent38, était un prince d’avant la chute, d’avant le péché du Roi Rodrigue ; de par son éloignement temporel, il ne pouvait guère avoir pour la monarchie espagnole une fonction sacralisatrice comparable à celle qu’avait saint Louis pour la monarchie française.

26Faire de Ferdinand III un pendant espagnol du saint roi capétien était donc un enjeu idéologique important. Et l’on continua de tisser, dans l’Espagne du XVIIe siècle, le réseau des relations symboliques entre les divers rois ou princes d’Espagne et empereurs Habsbourg qui portèrent le nom de Ferdinand. C’est en centrant son éclairage sur le Roi Saint que le Père Juan de Pineda faisait l’éloge des cinq rois de Castille qui s’appelèrent Ferdinand, en oubliant, peut-être par « castillano-centrisme », peut-être plus simplement parce qu’il était prisonnier de son ordonnancement rhétorique, le fondateur de la dynastie transtamare aragonaise, Fernando « el de Antequera », premier du nom en Aragon (rappelons que le second n’était autre que le Roi Catholique, Ferdinand V pour les Castillans) :

  • 39 J. de Pineda, (cité n. 21), p. 72-73.

La experiencia assí lo a probado, que nuestros reyes Fernandos an sido señalados en valor, religión i virtudes. Don Fernando el primero rey de Castilla i de León, por los años de 1017, por sus grandes virtudes fue llamado el Magno i tuvo titulo de emperador [...] Este fue el que, aviendo ganado buena parte de Castilla, sacó de Sevilla i del poder de su rey moro el cuerpo de San Isidro i lo colocó en León [...]
Otro rey don Femando Segundo rey de León i Galizia [...], valeroso también contra los moros de Estremadura, i contra D. Alonso Hetiríquez de Portugal [...]
Don Fernando el Emplazado, pour los años de 1295, no menos valeroso i bien aventurado contra los moros [...]
I último, el Rey Católico, que con la valerosa reyna doña Isabel es i será de inmortal fama i gloria.
En medio de estos dos pares de illustrísimos Fernandos resplandece el Tercero, como el sol en medio de los demás planetas, estendiendo sus rayos al nombre de sus antecessores, i mejorándolo para sus herederos, i también uniendo en sí todas las virtudes, que en los otros Fernandos estuvieron repartidas
39.

  • 40 B. Gracián, El héroe (cité n. 20), p. 269b : « En España, Fernando, llamado comúnmente el Santo en (...)
  • 41 Ibid., p. 244 : « gran restaurador de la monarquía goda ».

27En revanche, un célèbre frère d’ordre du jésuite Pineda, l’Aragonais Baltasar Gracián, mettait l’accent sur Ferdinand d’Aragón dont la stature, aussi bien dans El héroe que dans El Político don Fernando, obscurcissait quelque peu la figure de son saint ancêtre. À vrai dire, dans ces deux ouvrages publiés respectivement en 1637 et 1640, Gracián se préoccupait avant tout de dessiner un modèle de héros chrétien destiné à triompher, avec les armes du monde, dans le monde d’icibas. Certes, on a vu que pour Gracián le « phénix » de la monarchie espagnole, « mort dans le feu » des passions de Rodrigue le pécheur, « avait revécu dans la piété de Pélage et le zèle de Ferdinand », le Roi Saint. Certes, il proclamait que « Ferdinand, communément appelé le Saint en Castille, fut pour la terre entière le Grand »40. Mais n’y a-t-il pas sous la plume de Gracián l’Aragonais une certaine restriction dans le rappel de cette limitation, à la Castille, de la réputation de sainteté du reconquérant de Séville ? En revanche, c’est Ferdinand le Catholique qui apparaît dans El héroe comme « le grand restaurateur de la monarchie gothique »41. Ajoutons que Gracián continuait, dans son conceptisme érudit, à perpétuer le symbolisme onomastique que nous avons vu s’épanouir autour du nom de Ferdinand. Dans El héroe, il célébrait le dernier porteur du nom illustre, Ferdinand d’Autriche dont on a vu que la naissance en 1609, contemporaine de l’expulsion des Morisques, avait été fêtée comme un signe de Dieu :

  • 42 Ibid., p. 257.

el heroico, invicto y serenísimo señor cardenal infante de España, don Fernando, nombre que pasa a blason o corona nominal de tantos héroes (variante dans la version du manuscrit autographe : Fernando, centro de las hazañas de todos losfamosos Fernandos sus antecessores, nombre no, corona sí de felicidades)42.

  • 43 Angel Ferrari, Fernando el Católico en Baltasar Gracián, Madrid, Espasa Calpe, 1945. José Maria Jov (...)

28C’est que Ferdinand d’Autriche, le cardinal-Infant, avait par sa victoire de Nördlingen, remportée en 1634 sur les Suédois et les protestants allemands, donné à l’Espagne l’illusion qu’elle était toujours la première puissance mondiale. Son nom et ses qualités d’énergie, qui le rendaient bien différent de son frère Philippe IV, rappelaient naturellement à Gracián et à d’autres penseurs politiques contemporains la figure du Roi Catholique, évoquée nostalgiquement dans ces années où commençait à s’introduire le doute quant à la pérennité de la Monarchie Catholique43.

  • 44 Gracián, El Político don Fernando el Católico, dans Obras completas, t. 1, op. cit., p. 289b : « fu (...)
  • 45 Ibid., p. 301b-302a. Le passage se termine ainsi : « Finalmente, en todos los catálogos del aplauso (...)
  • 46 Ibid. p. 302 : « El último de los reyes godos por línea de varón ; pero el primero del mundo, por s (...)
  • 47 Baltasar Gracián, El Criticón, IIIe Partie, Clásicos Castellanos n° 167, « crisi » 10 (« La rueda d (...)
  • 48 Ibid., IIe Partie, Clásicos Castellanos n° 166, cr. 2, p. 51 et 59 ; cr. 8, p. 195 ; cr. 12, p. 254 (...)

29Le panégyrique de Ferdinand d’Aragón, amorcé dans El héroe, s’amplifie dans El Político don Fernando el Católico, publié en 1640, l’année de la crise où l’on pouvait rêver à un nouveau sauveur de la monarchie espagnole. Ferdinand y apparaît comme celui qui sut « unir la terre et le ciel »44. C’est qu’il rassembla dans sa personne toutes les qualités qui font le roi modèle : la « piété sainte et catholique » d’un Reccarède, d’un Pélage, d’un Ferdinand III, ou d’un saint Louis, mais aussi le courage d’un Jacques le Conquérant, la grandeur d’un Alexandre, la sagesse d’un Charles V de France, l’habileté politique d’un Louis XI, la « prudence » d’un Philippe II, la magnanimité d’un Octave Auguste, la fortune d’un Manuel de Portugal et la justice d’un Alphonse XI45. Modèle de rois, Ferdinand d’Aragón participe pour Gracián de la sainteté de son ancêtre, mais en quelque sorte il l’accomplit, la parachève en réunissant des qualités de roi politique et de roi catholique. « Dernier des rois goths, par lignée masculine directe », il sut choisir pour lui succéder la Maison d’Autriche, élue de Dieu, destinée à être le martillo de los herejes et à assumer la monarchie universelle46. Si on retrouve chez Gracián l’image du « marteau » destructeur des ennemis de la Foi que Marcos de Guadalajara ; appliquait au nom de Ferdinand, il ne l’attribue plus au seul Ferdinand, descendant de la lignée gothique, mais à toute la Maison d’Autriche dont l’exaltation prend le relais du gothicisme traditionnel. Dans le Criticón, écrit à une période postérieure où la décadence espagnole s’avérait irréversible, Gracián abandonne tout rêve de monarchie universelle ; face aux empires, soumis, comme toutes les entreprises humaines, à la « roue du temps », seules l’Église catholique et la papauté peuvent se maintenir47. Dans les limites de cette relativisation des monarchies temporelles, Gracián se montre dans le Criticón plus favorable à la branche autrichienne des Habsbourg qu’à celle de Madrid dont le représentant, Philippe IV, inspire au jésuite des critiques à peine voilées48. Notons cependant que Gracián ne rappelle pas explicitement la figure de Ferdinand d’Aragón à propos des empereurs Ferdinand II et Ferdinand III, contemporains du jésuite, descendants de Ferdinand Ier, le frère et successeur de Charles Quint et petit-fils préféré du Roi Catholique.

  • 49 Diego de Saavedra Fajardo, Obras (B.A.E., t. 25), Corona gótica, castellana y austríaca, p. 269-387
  • 50 Ibid., notamment p. 380.
  • 51 Ibid. : « don Pelayo, destinado del cielo para la restauración de España » (p. 374a).
  • 52 Ibid., p. 378a.
  • 53 Ibid., p. 370 et 382 : « al mismo tiempo los africanos acometieron a España y los franceses la Gall (...)
  • 54 D. de Saavedra Fajardo, Política y razón de estado del Rey Católico don Fernando (la dédicace au co (...)
  • 55 Corona, ibid., p. 274a et p. 276.
  • 56 Ibid., p. 271-272. Voir notamment la dernière phrase de ce prologue : « Oh cuán felices serían los (...)
  • 57 Ibid., p. 387b : « Lo que nos muestra la experiencia y el orden natural de las cosas es que los imp (...)

30On retrouve chez plusieurs moralistes politiques espagnols postérieurs à la crise de 1640 une exaltation semblable de l’Église catholique et de son soutien temporel : la Maison d’Autriche, héritière de la lignée gothique dans ses branches aussi bien autrichienne qu’espagnole. Le plus représentatif à cet égard est Diego de Saavedra Fajardo, l’auteur de la Corona gótica, castellana y austríaca, publiée en 1646, à Münster où il était plénipotentiaire de Philippe IV, chargé de négocier les traités de Westphalie49. Saavedra Fajardo s’inscrit dans la ligne gothiciste la plus traditionnelle. Il insiste à plusieurs reprises sur la continuité gothique et catholique de la monarchie espagnole50. L’appui apporté par les rois goths, depuis Reccarède, à l’Église catholique, n’aurait été interrompu que par Witiza et Rodrigue, ce qui aurait suffi à motiver la colère de Dieu et la « perte » de l’Espagne. Mais Pélage, vu de façon classique comme le « restaurateur »51, sut renouer avec la tradition de protection de l’Église qui devait être perpétuée par ses successeurs. Saavedra Fajardo n’oublie pas de rapporter les prophéties attribuées à Méthode et à Isidore sur la « destruction » de l’Espagne52. Dans la ligne du gothicisme, il rappelle les droits théoriques de l’Espagne sur la Narbonnaise qui aurait été usurpée, selon lui, par les Français (tel est le terme employé, et non celui de Francs) au moment de l’invasion musulmane53. Cela lui permet de suggérer un thème classique de la pensée politique espagnole des XVIe et XVIIe siècles : les souverains de France auraient toujours cherché à faire triompher une raison d’État nationale et égoïste au détriment de la bonne raison d’État catholique défendue par l’Espagne. Comme Gracián, il fait l’éloge de cette bonne raison d’État qui se serait parfaitement incarnée dans la personne de Ferdinand le Catholique54. Mais Saavedra Fajardo ne se contente pas de célébrer la lignée royale hispanogothique. Il insiste longuement, amplifiant encore la perspective de Rodrigo Jiménez de Rada, sur la valeur guerrière, mais aussi la religiosité et le prétendu respect de la loi et du droit naturels des anciens Goths qui, avant de s’établir en Espagne, auraient parcouru, invincibles, les royaumes d’Asie et d’Europe et seraient devenus les maîtres de Rome, mettant la ville impériale à sac tout en respectant les temples chrétiens55. Certes, Saavedra Fajardo interrompt son histoire sur la « perte » de l’Espagne et sa « restauration » par Pélage, ce qui l’empêche d’être fidèle à son titre-Corona gótica, castellanay austríaca – qui soulignait la continuité gothique des deux branches de la Maison d’Autriche. Mais dans son magnifique prologue il exaltait les droits du roi d’Espagne et de l’empereur sur les royaumes d’Europe, d’Asie et d’Afrique dominés par les Goths et l’empire romain. À vrai dire, le messianisme gothiciste et le rêve de monarchie universelle étaient tempérés par le réalisme de celui qui était chargé de négocier le nouvel ordre européen en train de s’élaborer en Westphalie. Saavedra Fajardo ne soulignait ces droits théoriques du roi d’Espagne et de l’Empereur que pour mieux faire ressortir le sacrifice qu’ils en faisaient au nom des impératifs de la paix européenne. À l’image de la Maison d’Autriche, toutes les nations d’Europe devaient donc accepter de « s’en tenir aux limites de leurs royaumes »56. D’autre part, comme Gracián, Saavedra Fajardo aboutissait à une relativisation des empires par rapport à la religion57.

  • 58 Alvar Nuñez de Castro, Vida de San Fernando, Madrid, Atlas, 1944.
  • 59 Ibid., p. 75.
  • 60 Ibid., p. 163 et 191..,
  • 61 Ibid., p. 170-175 et 195-201.
  • 62 Ibid., p. 203.
  • 63 Ibid., p. 11-13.

31La Corona gótica, inachevée, fut continuée par Alvar Núñez de Castro. Celuici tira de cette suite une Vie de saint Ferdinand qu’il publia en 1673, deux ans après la canonisation du reconquérant de Séville58. Malgré ce qu’on aurait pu attendre, Núñez de Castro n’y faisait aucun parallèle entre le Saint et Ferdinand le Catholique, ni avec son contre-modèle Rodrigue le pécheur. Ferdinand n’y apparaît pas exactement comme le restaurateur de l’Espagne « détruite » ou « perdue », mais, dans une vision plus large, comme restaurador de la cristiandad y destrucción de los africanos59. Mais la tradition gothique n’est pas pour autant absente de la Vida de San Fernando. Remarquons d’abord que la reconquête de Séville est placée sous le signe de son ancien archevêque Isidore60. D’autre part, comme Saavedra Fajardo le faisait pour l’ensemble des rois goths, Núñez de Castro accorde une grande importance aux privilèges que saint Ferdinand avait concédés à l’Église : son modèle de roi est avant tout celui d’un bienfaiteur de l’Église61. Après avoir été reconquise, Séville aurait retrouvé « les temps heureux des Romains et des Goths dans la beauté de ses rues, la grandeur de ses édifices, la majesté de ses temples et de ses palais »62 : la volonté d’effacer l’opprobre de l’Islam rendait Núñez de Castro bien injuste à l’égard de la civilisation arabe, même s’il se sentait obligé d’admirer la Giralda. Enfin, dans la ligne de Jiménez de Rada et de Saavedra Fajardo, Núñez de Castro célébrait dans son introduction la lignée immémoriale des Goths qui avait donné naissance à tant de princes, de rois et d’empereurs63. Gothicisme et catholicisme : telle était la leçon de Saavedra Fajardo et de son continuateur.

  • 64 D. de Saavedra Fajardo, Corona..., (cité n. 54), p. 280b : « De ninguna parte mejor que desde Españ (...)

32On était loin du gothicisme traditionnel replié sur la péninsule Ibérique, paradis où avaient fini par se fixer les Goths. C’est que l’Espagne n’en était plus à la situation marginale où elle se trouvait au XIIIe siècle. De façon significative, Saavedra Fajardo mettait dans la bouche du roi Athaulf un discours impérialiste qui s’appuyait, mais en la dépassant, sur la vision géopolitique d’une Espagne cerrada toda en derredor, comme il était dit dans la Crónica general : l’Espagne, protégée par les Pyrénées et la mer, serait idéalement située pour aspirer à la domination du monde64. L’Espagne du XVIe siècle et du début du XVIIe avait en partie réalisé la pseudo-prophétie d’Athaulf. Et en 1671 la Monarchie espagnole, officiellement appelée Catholique depuis 1494, ce qui lui permettait d’égaler en dignité celle du Roi Très Chrétien, recevait en quelque sorte la consécration d’une canonisation pour un de ses représentants : elle avait enfin son saint Louis.

33Mais depuis la grande crise de 1640 où elle avait failli éclater, ses thuriféraires ne pouvaient que constater les limites, sinon la décadence de cette monarchie héritière des Goths. Avec un réalisme désenchanté, Gracián et Saavedra Fajardo prenaient acte de ce que la monarchie universelle n’était qu’un rêve irréalisable. Ils ne pouvaient que constater que la Monarchie espagnole était obligée de partager l’héritage des Goths avec les Habsbourg de Vienne qui, après la fin de la Guerre de Trente Ans et les traités de Westphalie, étaient en passe de reprendre la direction de la Maison d’Autriche, jusque-là assumée par l’Espagne. D’autre part, l’éloge de la Maison d’Autriche s’achevait, pour beaucoup d’écrivains politiques postérieurs à 1640, sur une exaltation de l’Église catholique, seul empire inaltérable que les souverains goths et leurs descendants avaient toujours soutenu, hormis l’intermède tragique de Rodrigue le pécheur, depuis Reccarède. Dans cette lignée de rois catholiques se détachaient Pélage et saint Ferdinand les « restaurateurs », et Ferdinand le Catholique qui paracheva l’œuvre de restauration des précédents et apparaissait comme le champion de la « bonne raison d’État », gothique et catholique.

Notes

1 Georges et Andrée Duby, Les procès de Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard-Julliard, 1973 (coll. Archives), p. 194-195.

2 Rodrigo Jimenez de Rada, Historia de los hechos de España, introducción, traducción, notas e índices de Juan Fernández Valverde, Madrid, Alianza Universidad, 1989,1.3, cap. 17-22, p. 142-143 ; 1.4, cap. 1-3, p. 159-164 (titre en latin : De rebus Hispaniae ou Historia gothica). Primera Crónica general de España que mandó componer Alfonso el Sabio..., éd. Ramón Menéndez Pidal, Madrid, Gredos, 2 vol., 1955, cap. 549-571, p. 304-326.

3 Alain Milhou, « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes », dans Séminaire interuniversitaire sur l’Amérique Espagnole Coloniale, Études sur l’impact culturel du Nouveau Monde, Paris, L’Harmattan, 1981-83,1.1, p. 25-47 ; t. 3, p. 11-54 ; Id., Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, Valladolid, Casa-Museo de Colón-Seminario Americanista de la Universidad, 1983 (Cuadernos Colombinos n° XI), IIa Parte, cap. 3, § 5, p. 349-400. Id., « La chauvesouris, le Nouveau David et le Roi caché (trois images de l’empereur des derniers temps dans le monde ibérique : XIIIe-XVIIe s.) » Mélanges de la Casa de Velazquez, t. 18/1, 1982, p. 61-78 ; « Las Casas à l’âge d’or du prophétisme apocalyptique et du messianisme », dans Autour de Las Casas. Actes du colloque du Ve centenaire, Paris, Tallandier, 1987, p. 77-106 ; « El concepto de « destrucción » en el evangelismo milenario franciscano », dans Actas del II Congreso Internacional sobre los franciscanos en el Nuevo Mundo (s. XVI), Madrid, éd. Deimos, 1988, p. 297-315.

4 Andrés Bernaldez, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. M. Gómez Moreno y J. de M. Carriazo, Madrid, Real Academia de la Historia, 1962, cap. VII, p. 22 : « Donde juntos estos dos reales ceptros de Castilla y Aragón procedieron, en espacio de treinta años que anbos reinaron juntos, tantos bienes e misterios, e tantas e tan milagrosas cosas cuantas avéis visto e oido los que sois vivos. Las cuales Nuestro Señor en sus tienpos e por sus manos de ellos obró y hizo ; y los que dello somos testigos bien podemos tomar por nos aquello que dixo Nuestro Redemptor : Beat i oculi qui vident quod vos videtis. Y assí con esta junta de estos dos reales ceptros se vengó Nuestro Señor Jesucristo de sus enemigos y destruyó el vengador o matador. Enemigos de Dios son los malos cristianos e aquellos que están en propósito de todo mal ; los ereges e los ladrones e engañadores, e todos los que andan fuera de la dotrina de la santa Iglesia. Vengador quiere decir matador, el que mata sin piedad, como hazían los moros antes que el reino de Granada se ganasse [...] ». Peu avant, Bernáldez qualifiait de-destructeurs » tous ces ennemis de l’ordre chrétien (p. 21).

5 Fray Marcos de Guadalajara y Xavier, Memorable expulsión y justísimo destierro de los moriscos de España, Pampelune, Nicolás de Assiayn, 1613. Prodición y destierro de los moriscos de Castilla hasta el valle de Ricote, Pampelune, Nicolás de Assiayn, 1614, cap. III, f° 12 ; cap. XXII, fos 77-79.

6 Voir les études citées à la note 3. Sur l’image du « roi caché », voir aussi Eulàlia Duran, Simbologia política catalana a l’inici dels temps moderns, discurs llegit el dia 10 de desembre de 1987 en l’acte de recepció pública a la Reial Acadèmia de Bones Lletres de Barcelona, Barcelone, 1987.

7 Primera Crónica general..., op. cit., cap. 558, p. 311.

8 Cet état d’esprit se reflète parfaitement dans ce commentaire que l’Aragonais Martín Martínez de Ampiés fait à propos d’un passage de sa traduction du Voyage en Terre Sainte de Breidenbach : « Las dos Hyspañas (que hoy se llaman todas debaxo el nonbre de Castilla y de Aragon) fueron apartadas del reyno romano, siquier imperio de los Césares, y posseydas por la muy alta prosapia y noble generación real de los godos, cuyo imperio duró muy nonbrado fasta los días del rey don Rodrigo, y fue tan crecido que señoreó de mar a mar ; y ahún, allende, muchas ciudades, villas y tierras en el coraçón de la morisma de los affricanos ; de la otra parte, allende los montes nuestros Pyreneos, fue suya la tierra de Lenguadoque » (Bernardo de Breidenbach, Viage de la Tierra Santa, trad. de Martin Martínez de Ampiés, Saragosse, Pablo Hurus, 1498. Réédition fac-sim. Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1974. Cf. f° 139).

9 R. Jiiménez de Rada, op. cit., l.1., cap. 8-18, p. 71-86 ; l.2, cap. 5, p. 92-94 ; l.3, cap. 20-21, p. 146-150. Primera Crónica general... « Prólogo », p. 3-4 ; cap. 386-408, p. 215-231 ; cap. 557-558, p. 309-312.

10 L’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, roi de Sicile, couronné en 1229 roi de Jérusalem, suscita en sa faveur tout un cycle de prophéties millénaristes sur « l’empereur des derniers temps », monarque de l’univers et réformateur de l’Église. Pierre III d’Aragon épousa l’héritière des Hohenstaufen, Constance, petite-fille de Frédéric ; en 1282 il récupéra une partie de l’héritage de Constance en faisant la conquête de la Sicile, aux dépens de la Maison française d’Anjou.

11 Voir les études citées dans la note 3, notamment Cotón y su mentalidad mesiánica..., 2a Parte, cap. 3, § 5, p. 349-400 : « Jérusalén y la cruzada en el mesianismo oficial español. Tradición gótica castellana y tradición imperialista catalana »,

12 Deuxième livre de Samuel, 11-12 et Psaume 51 (50 de la Vulgate). Le parallèle avec David et Bethsabée a été suggéré par Jeanne Battesti Pelegrin, « Du nom de la « Cava » ou comment l’habit fait le moine et le surnom de la diablesse », Cahier d’Études Romanes, n° 8, Aix-en-Provence, 1983, p. 7-16.

13 Floresta de leyendas heroicas españolas. Rodrigo, el último godo, t. 1, « La edad media », compilación, prólogo y notas de Ramón Menéndez Pidal, Madrid, Espasa Calpe, Clásicos Castellanos n° 62, p. LXX-C. Voir aussi J. Battesti Pelegrin, op. cit. n. préc.

14 Ibid.

15 R. Jimenez de Rada, op. cit., l.3, cap. 18-19, p. 143-145. Voir aussi l’anthologie de R. Menéndez Pidal, Floresta..., op. cit.

16 Esteban de Salazar, Veynte discursos sobre el credo en declaración de nuestra sancta fee cathólica y doctrina christiana, muy necessarios a todos los fieles en este tiempo, Alcalá de Henares, 1595. Le livre, écrit en 1574 (voir f° 151v) eut un grand succès : la première édition de 1577 fut suivie par celles de 1582, 1586, 1591 et 1595. Voir f° 52b : « Chava [en hebreo] es ser y vivir : y Adam puso por nombre a su muger también Chava, que quiere dezir vida ; diziendo que ella era la madre de todos los que vivian. Este nombre pronunciamos corruptamente (como casi todos los hebreos), pronunciando Eva por Chava. Este es el nombre triste de la Chava, que fue ocasión de la pérdida de España. En el qual vocablo usó el primer hombre o de lisonja o de una locución y figura que llaman los oradores antiphrasis ».

17 Dans Ramón Menéndez Pidal, La España del Cid, Madrid, Espasa Calpe, 1956, t. 1, p. 413

18 Primera Crónica general..., cap. 564-571, p. 318-326 (Pelayo) cap. 1132, p. 772 (Fernando el Santo).

19 Cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition fac-sim. dans la collection Bibliófilos Asturianos, vol. XI, Oviedo, 1980.

20 Baltasar Gracián, Obras completas, t. 1 (B.A.E. t. 229), El héroe, p. 270b (aucun exemplaire n’a été conservé de l’édition princeps de 1637. Le Père Batllori reproduit l’édition de 1639, avec, en notes, les variantes du manuscrit autographe).

21 Joan de Pineda, Memorial de la excelente santidad y heróycas virtudes del señor rey don Fernando tercero deste nombre, primero de Castilla i de León, Séville, Matias Clavijo, 1627, p. 50.

22 Primera Crónica general..., op. cit. cap. 1132-1135, p. 771-774. Sur le culte immémorial de Ferdinand III, voir Acta sanctorum, « Die trigésima maji », p. 373-374 ; Juan de Pineda, (cité n. 21) ; A. Milhou, Colon..., (cité n. 3), p. 357-359.

23 Sur la littérature suscitée par les thèmes de la prééminence et de la préséance qui reviendraient à l’Espagne par rapport à la France, voir l’introduction de Miguel Herrero García à son édition de Fray Juan de Salazar, Política española (1619), Madrid, Instituto de Estudios Políticos, 1945 ; et Ricardo del Arco y Garay, La idea del imperio en la política y la literatura españolas, Madrid, Espasa Calpe, 1944, p. 233-235.

24 Miguel Angel Ladero Quesada, Granada, historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, Gredos, 1969, p. 101-105.

25 Crónica del rey don Juan el Segundo, dans Crónicas de los reyes de Castilla II (B.A.E. t. 68), años 1407-1410, en particulier 1407, cap. 34 ; 1410, cap. 2, 30, 42.

26 Juan del Encina, Poesía lírica y cancionero musical, Clásicos Castalia n° 62, p. 90-91.

27 Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León, marqués de Cádiz, dans Colección de documentos inéditos para la historia de España, t. 106, Madrid, 1893, cap. 31, p. 250.

28 Voir supra note 6 et Marjorie Reeves, The influence of prophecy in the later Middle Ages. A study in joachimism, Oxford, Clarendon Press, 1969.

29 Norman Cohn, En pos del milenio. Revolucionarios milenaristas y anarquistas místicos de la Edad Media (traduction de la deuxième édition anglaise, entièrement révisée, de The pursuit of millenium, 1969), Barcelone, Barrai, 1972, cap. 6, « El emperador Federico como mesías », p. 115-134.

30 Anne Denis, Charles VIII et les Italiens : histoire et mythe, Genève, Droz, 1979.

31 Sur la popularité de l’Infant Ferdinand, qui fut obligé de quitter l’Espagne le 18 mai 1518 pour laisser la place libre à son frère Charles Ier, voir Joseph Pérez, La révolution des « Comunidades » de Castille (1520-1521), Bordeaux, (Bibliothèque de l’École des Hautes Études Hispaniques), 1970, p. 122-123, 149-150 et 541. Double paradoxe : Charles de Gand, d’éducation française, devint roi d’Espagne, et Ferdinand, d’éducation espagnole, succéda à son frère, en 1555, à la tête de l’empire d’Allemagne.

32 Fray Prudencio de Sandoval, Historia de la vida y hechos el emperador Carlos V (B.A.E., t. 80), p. 118b et 142a (la première édition est de 1604).

33 A. Morel-Fatio, « Les souhaits de bienvenue adressés à Ferdinand le Catholique par un poète barcelonais en 1473 », Romania, t. XI, 1882, p. 333-356, voir p. 339-340. L’original de Pedro Azamar, Derecho militar, se trouve à Paris, à la Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. Esp. n° 9. L’abbé Joachim est évidemment Joachim de Flore, auquel tant de prophéties et de cycles divers étaient attribués. Signalons aussi, pour la compréhension du second extrait, que Ferdinand, V pour la Castille, était le deuxième du nom en Aragón.

34 M. de Guadalajara, Memorable expulsión..., op. cit., f° 160r.

35 J. de Pineda, (cité n. 21), p. 72-74.

36 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias (B.A.E., t. 117), 1.1, p. 12 : « Vuestra Cesárea Majestad, cuya gloriosa persona largos tiempos nuestro Señor favorezca e deje gozar de la total monarquía [...]. Pues, entre todos los príncipes que en el mundo se llaman fieles y cristianos, sólo Vuestra Cesárea Majestad al presente sostiene la católica religión e Iglesia de Dios, e la ampara contra la inumerable e malvada seta e grandísima potencia de Mahoma [...] y así será en la celestial vida acepto y remunerado, que Vuestra Cesárea Majestad sea glorificado con los Bienaventurados rey Ricaredo, primero de tal nombre, y su hermano Sanct Hemegildo (sic), mártir, de los cuales tan larga dependencia y origen trae vuestra real prosapia e silla de España ». La première édition de la chronique d’Oviedo est de 1535.

37 Fray Juan de la Puente, Tomo primero de la conveniencia de las dos Monarquías Católicas, la de la Iglesia romana y la del Imperio español, y defensa de la precedencia de los Reyes Católicos de España a todos los reyes del mundo. Al gloriosísimo Filipo Ermenegildo, nuestro señor, emperador de las Españas y señor de la maior Monarquía que an tenido los hombres desde la creación hasta el siglo presente, Madrid, Imprenta Real, 1612 (exemplaires dans les bibliothèques de la Real Academia de la Historia et de l’Escorial).

38 Entre autres exemples de la célébration des « bons rois » wisigoths, voir Pedro Fernández de Navarretf., Conservación de Monarquías (1621), éd. Michael D. Gordon, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 1982, Discurso VII (« De la despoblación de España por la expulsion de judíos y moros »), p. 67-74.

39 J. de Pineda, (cité n. 21), p. 72-73.

40 B. Gracián, El héroe (cité n. 20), p. 269b : « En España, Fernando, llamado comúnmente el Santo en Castilla, fue el magno del orbe ».

41 Ibid., p. 244 : « gran restaurador de la monarquía goda ».

42 Ibid., p. 257.

43 Angel Ferrari, Fernando el Católico en Baltasar Gracián, Madrid, Espasa Calpe, 1945. José Maria Jover, 1635 Historia de una polémica y semblanza de una generación, Madrid, C.S.I.C, 1949.

44 Gracián, El Político don Fernando el Católico, dans Obras completas, t. 1, op. cit., p. 289b : « fue el que supo juntar la tierra con el cielo ».

45 Ibid., p. 301b-302a. Le passage se termine ainsi : « Finalmente, en todos los catálogos del aplauso y de la fama, hallo a nuestro universal Fernando por católico, valeroso, magno, político, prudente, sabio, amado, justiciero, feliz y universal héroe ».

46 Ibid. p. 302 : « El último de los reyes godos por línea de varón ; pero el primero del mundo, por sus prendas ; cuyo mayor acierto, entre tantos, fue haber escogido, digo haber ejecutado la ya superior divina elección de la catolicísima casa de Austria. Casa que la ensalzó Dios, para ensalzar con ella su Iglesia, acabándose las discordias tan antiguas como crueles entre los Federicos emperadores y los sagrados pontífices, comenzando la paz en el emperador Rodolfo de Austria. Casa que, después que ella reina, no sabe la Iglesia del Señor qué son schismas, ni los conoce. Casa que volvió los sumos pontífices de Aviñón a su trono de Roma, y mantiene su autoridad suprema. Casa que la levantó Dios para muralla de la cristiandad contra la potencia otomana. Casa que la fortaleció Dios para ser martillo de los herejes en Bohemia, Hungría, Alemania, Flandes, y aun en Francia. Casa que la formó Dios para riquísimo minero de santos, emperadores, emperatrices, reyes, reinas y archiduques. Casa que la estendió Dios por toda la redondez de la tierra, para dilatar por toda ella su santa fe y evangelio. Casa que la escogió Dios en la ley de gracia, así como la de Abrahán en la escrita, para llamarse Dios de Austria, Dios de Rodolfo, de Filipe y de Fernando. Esta, pues, escogió el católico i sabio rey para sucesora augusta de su católico celo, para heredera de su gran potencia, para conservadora de su prudente gobierno, para dilatadora de su felicísima monarquía, que el cielo haga universal. Amén ».

47 Baltasar Gracián, El Criticón, IIIe Partie, Clásicos Castellanos n° 167, « crisi » 10 (« La rueda del tiempo »), p. 239-261.

48 Ibid., IIe Partie, Clásicos Castellanos n° 166, cr. 2, p. 51 et 59 ; cr. 8, p. 195 ; cr. 12, p. 254 (célébration de la branche autrichienne des Habsbourgs). On peut deviner des allusions critiques à Philippe IV dans l’épisode de Falimundo (Ière Partie, Cl. Cast. n° 165, cr. 7 à 9, p. 94-150. Analyse par Benito Pelegrin, Le fil perdu du « Criticón » de Baltasar Gracián : objectif Port-Royal, Aix-en-Provence, Université, 1984, p. 79-84) et dans IIIe Partie, Cl. Cast. n° 167, cr. 10, p. 245-247, 253-254, 259. Sur le jugement réel porté par Gracián sur Philippe IV, voir ses lettres de 1642, citées par Evaristo Correa Calderón, Baltasar Gracián, su vida y su obra, 2a ed., Madrid, Gredos, 1970, p. 58-62.

49 Diego de Saavedra Fajardo, Obras (B.A.E., t. 25), Corona gótica, castellana y austríaca, p. 269-387.

50 Ibid., notamment p. 380.

51 Ibid. : « don Pelayo, destinado del cielo para la restauración de España » (p. 374a).

52 Ibid., p. 378a.

53 Ibid., p. 370 et 382 : « al mismo tiempo los africanos acometieron a España y los franceses la Gallia Gótica, más atentos a ampliar su imperio que a socorrer a España para mantener en ella la religión católica y para que fuese antemural suyo contra los mahometanos, que aspiraban al dominio universal. Desde entonces aquella parte de la corona de España, adquirida con el contrato y cesión de los emperadores y con las armas, quedó en poder de los franceses, sin más título que el de la ruina ajena ; no habiendo podido los reyes de España, sus legítimos señores, recobralla, por haber tenido ocupadas sus armas muchos siglos en sacudir el pesado yugo de los africanos, estimando en más desarraigar de España la secta mahometana que divertir sus fuerzas para restituirse en los derechos de la Gallia Gótica ».

54 D. de Saavedra Fajardo, Política y razón de estado del Rey Católico don Fernando (la dédicace au comte-duc d’Olivares est de 1631), dans Obras (cité n. 49), p. 423-442.

55 Corona, ibid., p. 274a et p. 276.

56 Ibid., p. 271-272. Voir notamment la dernière phrase de ce prologue : « Oh cuán felices serían los reyes, y cuán prósperos sus vasallos si, conformándose con su divina disposición, se mantuviese cada uno dentro de los límites de sus reinos, gozando, sin ambición de los ajenos, del sosiego y bienes de la paz ! ».

57 Ibid., p. 387b : « Lo que nos muestra la experiencia y el orden natural de las cosas es que los imperios nacen, viven y mueren, y que aun los cielos (corte del eterno reino de Dios) se envejecen. Lo que conviene es que la virtud, la prudencia y la atención de los reyes hagan durables sus reinos [...] siendo verdad infalible que la duración déstos es premio de la virtud, y que por el vicio, la imprudencia, el engaño y la injusticia muda Dios los reinos de unas gentes en otras « (ce sont là les dernières phrases de la Corona...).

58 Alvar Nuñez de Castro, Vida de San Fernando, Madrid, Atlas, 1944.

59 Ibid., p. 75.

60 Ibid., p. 163 et 191..,

61 Ibid., p. 170-175 et 195-201.

62 Ibid., p. 203.

63 Ibid., p. 11-13.

64 D. de Saavedra Fajardo, Corona..., (cité n. 54), p. 280b : « De ninguna parte mejor que desde España podéis aspirar al dominio universal ; porque su situación la hace cabeza de la tierra, habiéndole dado la naturaleza por muros a los Perineos y por fosos al uno y otro mar Océano y Mediterráneo, con puertos capaces de grandes armadas para salir a las empresas ».

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540