Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Les divers visages du thème (wisi)gothique dans l’Espagne des xvie et xviie siècles

Augustin Redondo

Texte intégral

1Dans un traité portant sur les lignages d’Espagne, attribué au Cardinal de Burgos don Francisco de Mendoza y Bodadilla, et qui doit dater des années 1550-1560, tout un chapitre est centré sur le point suivant :

  • 1 Cf. le Ms. 2341 de la B. N. de Madrid, chap. XVIII, f° 177 r°-178 v°.

De l’ancienneté et de l’origine des Goths et des nations guerrières qui en descendent et comment la Maison Royale d’Espagne est issue d’eux également, ainsi que la plupart des grandes familles1.

  • 2 Nous utilisons la 3e éd. : Salamanca : Domingo de Portonariis, 1573 (bibli. personnelle). Entre 156 (...)

2Peu après, en 1565, Gonzalo de Illescas publiait son Histoire pontificale et catholique, qui devait connaître de nombreuses éditions au Siècle d’Or, et il incluait dans son texte, comme il l’indiquait dans la page de titre, « une brève récapitulation de l’histoire d’Espagne et la descendance de ses rois, d’Alaric Ier à Philippe II, notre seigneur »2. Il était ainsi souligné que l’histoire de l’Église, qui se confondait avec celle de ses pontifes, était inséparable de celle du pouvoir civil défenseur de celle-ci, et plus directement de celle de la catholique Espagne dont le destin ne faisait qu’un avec celui de ses souverains. Or, ce destin ne prenait son véritable sens qu’à partir de la domination des Wisigoths convertis à la foi chrétienne, qui avaient été capables d’établir un royaume unitaire, comme l’écrivait Illescas au livre 4 :

  • 3 Cf. Historia pontifical y católica, f° 237.

Les rois goths étaient monarques et seigneurs universels de tout ce qui aujourd’hui s’appelle l’Espagne et qui est compris entre la mer Océane et la Méditerranée, des monts Pyrénées aux colonnes d’Hercule, appelées détroit de Gibraltar, et même d’une grande partie de ce que l’on désigne sous le nom de Gascogne et de Provence...3.

  • 4 Ibid., fol. 161-162 et fol. 237-238.
  • 5 Chaque livre de l’Histoire pontificale... s’achève par un chapitre centré sur les Wisigoths, appelé (...)

3Une symbiose s’était créée, de la sorte, entre le royaume wisigoth tolédan bien organisé, qui avait unifié toute la péninsule, et l’Église, qui avait réuni alors plusieurs de ses conciles dans la ville du Tage. Certes, ces Wisigoths avaient causé la perte de l’Espagne en la personne de Rodrigue, le pécheur, mais ils avaient aussi été capables, grâce à l’action de Pélage et de ses successeurs, de la reconquérir4. On sent une profonde admiration de Gonzalo de Illescas pour ces Wisigoths unificateurs, soutiens de la religion catholique, qui pouvaient servir de modèle à l’Espagne de Philippe II. Les rois wisigoths apparaissaient donc, à travers les diverses générations, comme les prédécesseurs en droite ligne des monarques espagnols, dont il suffisait d’établir la généalogie à partir d’Alaric, le premier souverain de ce peuple ayant adopté la religion chrétienne, même si elle avait pris la forme de l’hérésie arienne – il est vrai que ses successeurs devaient devenir d’authentiques catholiques – pour montrer le bien-fondé de la relation établie5.

4De façon synthétique, voilà exprimée par deux contemporains de Philippe II, au début du règne de ce monarque, l’importance que le thème (wisi)gothique devait prendre de plus en plus dans les mentalités des Espagnols de la deuxième moitié du XVIe siècle et du XVIIe siècle, à la recherche de leur identité profonde. Cependant, ce goticismo fut battu en brèche par ceux qui essayèrent de jeter un pont entre les diverses composantes de la nation hispanique, ainsi que par certains représentants des groupes minoritaires. Ce sont ces divers aspects du thème en question que nous voudrions examiner maintenant.

5Il faut dire d’emblée que cette recherche d’ancêtres mythiques ne fait que continuer dans une large mesure la tendance qui s’était fait jour au Moyen Âge et qui s’était développée nettement, en particulier dans la Castille du XVe siècle.

  • 6 Cf. par exemple : José Luis Romero, « San Isidoro de Sevilla : su pensamiento histórico-político y (...)
  • 7 Cf. spécialement : José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, 2e éd., Madrid : (...)

6Déjà saint Isidore, au VIIe siècle, se lamentait bien sur l’effondrement de l’empire romain dont il admirait notamment le pouvoir unificateur, mais il n’en exaltait pas moins la noblesse et la politique d’unification homologue des conquérants, les Wisigoths6. L’évêque Lucas de Tuy (le Tudense), qui écrivait au XIIIe siècle, à l’époque de Ferdinand III, s’appuyait certes sur Isidore ; néanmoins, il marquait la nouvelle orientation qu’allait prendre l’historiographie castillane : l’élimination des Wisigoths, après Guadalete, avait provoqué la ruine de l’Espagne, et pour que la restauration de celle-ci fût possible, le Tudense affirmait que les derniers Goths s’étaient repliés dans le Nord de la péninsule : dans les Pyrénées, dans les Asturies et en Galice. Cela lui permettait de soutenir le caractère wisigothique de l’insurrection de Pélage contre l’envahisseur musulman. Le nouveau chef était lui-même de la lignée des rois wisigoths, et donc « goth » et « chrétien » devenaient équivalents. Aussi les royaumes qui s’étaient constitués (asturien, léonais, navarrais et castillan) avaient-ils eu à leur tête des princes du lignage royal des Wisigoths et étaient-ils dépositaires d’un héritage commun qu’il fallait préserver jusqu’à la restauration finale de l’Espagne. Celle-ci ne pourrait ainsi correspondre qu’à la restitution de l’ordre wisigoth, aussi bien politique qu’ecclésiastique7.

  • 8 Ibid., p. 321 sq. Cf. aussi Ramón Menéndez Pidal, España y su historia, 2 t., Madrid : Minotauro, 1 (...)
  • 9 Cf. J.-A. Maravall, El concepto de España..., p. 325.

7Toutefois, il revenait à l’archevêque de Tolède Rodrigo Jiménez de Rada (le Toledano), qui rédigea son Historia Gothica peu après que Lucas de Tuy eut élaboré son Chronicon Mundi, d’intégrer les apports de son prédécesseur dans un ensemble plus vaste et de systématiser la « thèse wisigothique » dans le sens du renforcement de l’unité civile et religieuse de cette Espagne perdue : l’effort devait être continu, afin de restituer l’ancienne unité hispanique et de reconstruire la grandeur passée d’un État solidaire de la religion catholique. La Reconquête, dont le point de départ avait été le grand Pélage, le premier restaurateur, s’imposait donc comme une ardente nécessité aux rois qui lui avaient succédé et qui appartenaient tous à sa lignée, en particulier aux plus prestigieux d’entre eux, aux Castillans8. C’est la thèse qu’a défendue de façon plus nette encore, au XVe siècle, l’évêque de Burgos don Alonso de Cartagena, dans ses fameuses Allegationes contre le roi de Portugal, lors de la tenue du Concile de Bâle, à propos de la conquête des îles Canaries : l’héritage du petit groupe de Goths qui s’étaient dressés contre l’envahisseur musulman, incarné dans le roi Pélage, s’était transmis de façon préférentielle à la Couronne de Castille, à qui devait revenir la monarchie sur toute l’Espagne9.

  • 10 Pour ce qui est d’Alonso de Cartagena, il s’agit du sermon funèbre prononcé lors du décès de Jean I (...)
  • 11 Cf. Cancionero castellano del siglo XV, éd. deR. Foulché-Delbosc, 2 t., Madrid : Bailly-Baillière, (...)
  • 12 L’exhortation apparaît dans le Doctrinal de Privados de Diego de Valera : cf. l’introduction de Jua (...)

8Il est vrai que la diffusion des chroniques du Tudense et du Toledano s’est trouvée accrue par la traduction castillane qui en a été faite précisément au XVe siècle. « L’idéal néo-gothique » -pour reprendre l’expression de Menéndez Pidal- a ainsi largement débordé sur la fin du Moyen Age. Cet idéal a fait dire à Alonso de Cartagena que Jean II de Castille descendait d’Alaric, à Fernán Pérez de Guzmán qu’Henri III était du lignage des rois wisigoths et plus directement de celui de Reccarède10, il a poussé les poètes de cancionero du XVe siècle, comme Juan de Padilla ou le marquis de Santillane, à évoquer le « sang gothique » ou les « ancêtres wisigoths »11. C’est lui encore qui a conduit un Diego de Valera, à l’époque des Rois Catholiques, à faire l’éloge de Ferdinand, engagé dans la dernière phase de la Reconquête, à exalter son « illustre sang wisigothique » et à lui demander avec insistance de restaurer le « trône impérial des Goths »12.

9La fin de la Reconquête, après la chute du dernier bastion musulman, marque donc la restauration de l’Espagne wisigothique, avec une intégrité géographique retrouvée, un État unitaire, ou potentiellement unitaire par le mariage d’Isabelle et Ferdinand, et une religion catholique triomphante, puisque l’expulsion des juifs qui ne voulaient pas se convertir et la conversion des maures ont concrétisé l’unité religieuse. L’Espagne de la fin du XVe siècle et du début du XVIe, héritière de « l’idéal néo-gothique », peut ainsi se forger une fabuleuse identité wisigothique qui lui permet, en quelque sorte, d’effacer la mémoire des larges périodes de cohabitation et d’échanges multiples entre les représentants des trois religions du Livre, pour ne laisser subsister que le souvenir de la Croisade et de la Reconquête. Et cet effacement d’une mémoire historique ne peut conduire qu’à l’effacement, par assimilation, extermination ou expulsion, de ceux qui représentent, par leur présence même, une autre réalité de l’histoire des époques passées. Le goticismo va pouvoir ainsi déferler sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles.

  • 13 Sur tout ceci, cf. Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au S (...)
  • 14 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p. 21-25.
  • 15 L’édition de 1541 souligne qu’il s’agit des quatre livres de la Chronique d’Espagne composée à l’in (...)
  • 16 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p 19-20.

10Cependant, dans la première moitié du XVIe siècle, avec la venue de Charles de Gand en Espagne et son accession à l’empire, l’idéal néo-gothique est contrebalancé par l’influence des idées impériales qui faisaient du nouveau souverain l’héritier direct des empereurs romains, comme l’indiquait la doctrine de la translatio imperii présente dans le discours prononcé en 1520 par un des conseillers du monarque, l’évêque de Badajoz, Pedro Ruiz de la Mota13. Charles Quint n’était-il pas, d’ailleurs, le descendant d’Hercule, l’héroïque fils de Zeus-Jupiter dont on prétendait que venait la lignée royale espagnole14 ? On assiste alors à une véritable exaltation de l’Hispania romaine, en relation avec l’empire de Rome, comme l’avait fait la Première Chronique Générale d’Espagne, rédigée sur l’ordre d’Alphonse le Sage dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, laquelle avait pourtant intégré la tradition gothique. C’est cette orientation que met en évidence l’édition nouvelle, en 1541, de la Première Chronique Générale publiée par Florián de Ocampo, qui l’avait retouchée15. Il n’est donc pas étonnant que plusieurs généalogistes fassent remonter alors diverses lignées aux empereurs romains d’Occident ou d’Orient16.

  • 17 Ibid., p. 27.
  • 18 Cf. B.N.M., Ms. 10 495. Il est à noter, à ce sujet, que divers éléments de cette fable apparaissent (...)
  • 19 Un des membres de cette famille, Antonio Farfán de los Godos, commandeur de l’Ordre de Saint-Jean-d (...)

11Néanmoins, pendant cette période, le goticismo n’a pas perdu droit de cité. Nous n’en donnerons que deux exemples, qui nous semblent particulièrement significatifs. Le premier, qui date des années 1525, concerne le docteur Lorenzo Galíndez de Carvajal, membre du Conseil royal : en établissant la généalogie de son propre lignage, il la fait remonter aux Wisigoths qui s’étaient repliés dans le nord de l’Espagne et qui avaient été le point de départ de la Reconquête17. Le deuxième a trait à l’histoire fabuleuse de la famille des Farfán, liés à la ville de Séville. Un mémoire manuscrit conservé à la B.N. de Madrid, qui date de la première moitié du XVIe siècle et qui a peut-être été écrit par don Alonso de Porras, affirme que les fondateurs de la lignée seraient des nobles wisigoths de haut rang et même de sang royal -l’un d’entre eux ne serait autre que le fils du roi Acosta, frère de Rodrigue, le dernier roi goth d’Espagne- qui auraient combattu contre l’envahisseur musulman. L’infant en question aurait été fait prisonnier par Miramamolin Almanzor, qui l’aurait conduit au Maroc. Il serait devenu le conseiller du prince, aurait reçu de lui de grandes richesses et attiré sa parentèle auprès de lui. Les Farfán auraient donc été des personnages très importants du royaume marocain de Benamarin, mais, d’une génération à l’autre, ils auraient conservé leur religion, leur haute noblesse et la pureté de leur sang wisigothique. Ils seraient revenus en Castille à l’époque de Jean II, qui les aurait appelés à son service en leur promettant de grandes récompenses, car il estimait inacceptable que des nobles chrétiens d’une telle condition, dans les veines desquels coulait le sang royal des Goths, pussent vivre sur les terres des ennemis de la Foi. Dès lors, les membres de cette lignée ne s’appelèrent plus que Farfán de los Godos18. La fin du mémoire contient une histoire des Wisigoths, de leurs grands exploits, de leur souverains jusqu’à Rodrigue le pécheur, par la faute de qui le royaume fut perdu, ce qui a donné l’occasion à l’auteur d’introduire dans son texte une louange de l’Espagne à la façon isidorienne19.

12Histoire fabuleuse d’un lignage et histoire plus ou moins fabuleuse des Wisigoths se mêlent ainsi étroitement et permettent l’exaltation paradoxale d’une famille venue des terres d’Islam, mais que l’on présente comme issue du sang royal des Goths, maintenue pure de toute souillure musulmane : exactement comme celles qui affirmaient descendre des anciens Wisigoths restés en Espagne, et qui avaient commencé la grande entreprise de la Reconquête, précisément contre l’Islam.

  • 20 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p. 29-30.

13Cas exemplaire que celui de ces Farfán des Goths : il met bien en évidence le fonctionnement d’un imaginaire collectif. Il n’est pas étonnant que se multiplient alors – et encore plus à partir du milieu du XVIe siècle – les généalogies légendaires qui enracinent les familles aristocratiques dans l’Espagne wisigothique ; ou à tout le moins dans les royaumes chrétiens primitifs auxquels elle a donné naissance, notamment dans la Castille des origines, celle des premiers Juges, du comte Fernán González, du Cid ou de ce prestigieux Bernardo del Carpió, inventé de toutes pièces20. Il est vrai que le goticismo, par l’exclusivisme qu’il implique, va de pair avec le développement des statuts de pureté de sang qui tendent à l’exclusion des nouveaux chrétiens d’origine juive – et il ne faut pas oublier la politique anti-juive des Wisigoths et de Sisebut en particulier – ou musulmane ; les descendants des anciens adversaires, les maures, sont considérés de plus en plus fréquemment, au fur et à mesure que le temps passe, comme les « ennemis de l’intérieur » –. De ce point de vue, le titre du mémoire que nous venons d’utiliser est très significatif : « Livre de la généalogie et du lignage pur des nobles et catholiques Farfán des Goths ».

  • 21 Cf. Reverendissimi ac illustrissimi Domini Roderici Toletanae Diócesis Archiepiscopi rerum in Hispa (...)
  • 22 Cf. par exemple Albert A. Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du (...)

14Or, dans cette perspective, plusieurs faits semblent s’épauler les uns les autres. C’est à partir d’octobre 1545 qu’est publié le texte latin de l’Historia gothica du Toledano, associé fréquemment à un autre texte qui exalte l’idéal néogothique et la lignée wisigothique des souverains espagnols, dû à l’évêque Alonso de Cartagena dont nous avons déjà parlé21. C’est peu après, en janvier 1546, que le précepteur du prince Philippe – le futur Philippe II –, Juan Martínez Silíceo, devient archevêque de Tolède. Il va travailler dès lors à l’établissement d’un statut de pureté de sang qui, ratifié par le pape Paul III en 1547 et en 1556 par le nouveau monarque, à peine monté sur le trône, s’appliquera dans le diocèse tolédan puis de façon plus large, provoquant le grand débat que l’on sait22. D’autre part, c’est l’époque du Concile de Trente qui va renforcer les liens entre l’état unitaire absolu et l’Église catholique, avec une visée qui n’est pas sans évoquer celle de la Restauration de l’Espagne wisigothique. D’ailleurs, dans l’Histoire pontificale et catholique, publiée en 1565 comme nous l’avons vu, c’est bien le modèle gothique que Gonzalo de Illescas propose à Philippe II, le prince par excellence selon les idéaux de la Contre-Réforme.

  • 23 Pour éviter de nombreuses références bibliographiques, nous nous contenterons de renvoyer à la synt (...)
  • 24 Sur ce point, cf. quelques textes significatifs réunis dans l’ouvrage de Mercedes García Arenal, Lo (...)

15Quelques années plus tard, en 1568, c’est le soulèvement des Alpujarras et l’avènement d’un éphémère royaume musulman qui ont donné l’impression à nombre d’Espagnols d’être revenus en arrière, au temps de la Reconquête militante où la tradition « pélagienne » permettait de magnifier l’action des chrétiens en lutte contre l’Islam, avec l’espoir sans cesse renouvelé de refaire l’unité et la grandeur de cette Espagne perdue. Peu après, à la fin de 1570, c’est la dispersion à travers la Castille des morisques grenadins vaincus23. Dans combien de cas les Castillans n’ont-ils pas eu l’impression d’être à nouveau envahis, comme près de 900 ans plus tôt, par les infidèles : par un Islam qui se prolongeait au-delà de l’Espagne, en Afrique du Nord et dans toute la Méditerranée où le Turc était de plus entreprenant, malgré la fugace victoire chrétienne de Lépante en 1571 ? Cette impression va provoquer en tout cas, à partir des années 1570-1580, le développement d’une image de plus en plus négative du morisque, dont le point d’aboutissement sera l’expulsion de 160924. Autour des années 1580, c’est aussi l’arrivée en Castille des marranes portugais, accusés de judaïser... Pour beaucoup, un siècle semble être passé en vain, puisqu’on en revient à la situation des années 1480-1490.

16Il faut donc régénérer l’esprit de reconquête, afin d’affirmer l’identité chrétienne, et pour cela réactiver l’Inquisition et les statuts de pureté de sang contre les deux peuples « immondes », ennemis traditionnels de l’Espagne authentique, et revendiquer plus que jamais l’essence gothique de la nation espagnole.

17C’est bien ce qui va se passer au cours du dernier quart du XVIe siècle : les écrits goticistas vont se multiplier, et cela avec d’autant plus de raisons que l’on assiste alors à l’inversion de la conjoncture, et à l’apparition des premières manifestations de cette crise profonde qui va déferler sur les dernières années de ce siècle et les premières du XVIIe. Affirmer la mission de tout un peuple, et plus directement du castillan, grâce au mythe néo-gothique, c’est lui redonner confiance en son destin, même si cette confiance doit être achetée par l’accentuation des processus d’exclusion à l’égard des groupes minoritaires.

  • 25 Cf. Ambrosio de Morales, La Crónica general de España que continuava Ambrosio de Morales, 2 t., Alc (...)
  • 26 Cf. Juan de Mariana, Historiae de rébus Hispaniae libri XX (Toleti : Typis F. Roderici, 1592 ; B. N (...)
  • 27 Cf. Julián del Castillo, Historia de los Reyes Godos que vinieron de la Scitia de Europa, contra el (...)
  • 28 Rodrigo de Yepes, Historia de la gloriosa virgen sancta Florentina, hermana de S. Leandro y S. Isid (...)

18Entre 1574 et 1577, est publiée la continuation de la Chronique Générale d’Espagne par Ambrosio de Morales, qui exalte l’idéal wisigothique sur lequel s’appuie le nationalisme castillan25. Et l’optique du Père Mariana, dans son Histoire générale, à la fin du siècle, ne sera pas différente sur ce point26. En outre, en 1582, Julián del Castillo donne son Histoire des Rois Goths ; en s’appuyant sur le Toledano et sur Ambrosio de Morales, il développe une exaltation de la monarchie wisigothique et dessine la descendance de ses monarques, en droite ligne, jusqu’à Philippe II, à qui l’œuvre est dédiée27. Deux ans plus tard, Rodrigo de Yepes fait paraître une Histoire de la glorieuse vierge sainte Florentine, sœur de saint Léandre et de saint Isidore, archevêques de Séville, et de saint Fulgence, évêque d’Écija28. Or, il va démontrer, dans cet ouvrage, que le sang royal des souverains wisigoths coule dans les veines des quatre saints. Il profite de l’occasion pour exalter les Goths primitifs, modèles de force et de bravoure, qui, même s’ils étaient encore bien féroces, croyaient à l’immortalité de l’âme. Ainsi se trouvait préparée, en quelque sorte, par donation de l’empereur Honorius à Alaric, la légitime domination des Wisigoths sur l’Espagne, lesquels, devenus catholiques, s’étaient policés et montraient leurs dons d’intelligence, leur talent oratoire et leur magnanimité. Utilisant le Toledano, Illescas et surtout Ambrosio de Morales, Rodrigo de Yepes fait alors l’histoire des monarques wisigoths. S’il parle de la perte du royaume à cause des péchés de Rodrigue, il insiste aussi en termes particulièrement admiratifs sur Pélage, choisi par Dieu pour commencer à « restaurer l’Espagne », et qui, après avoir réalisé de grands exploits, mourut en odeur de sainteté. Comme il a été l’initiateur de la Reconquête, Yepes établit, à côté de l’ère chrétienne, l’ère de la réparation de l’Espagne à partir de Pélage, et l’applique à chacun des souverains qui lui ont succédé jusqu’à Philippe II, longuement glorifié : ainsi que sainte Florentine et ses frères, ce prince a dans ses veines le sang royal des Goths. La fabuleuse lignée de la sainte rejoint ainsi la non moins fabuleuse lignée du monarque.

  • 29 Cf. Gonzalo Argote de Molina, Discurso sobre la poesía castellana (publié en appendice à El Conde L (...)
  • 30 Cf. Juan López de Hoyos, Real apparato y sumptuoso recibimiento con que Madrid (como casa y morada (...)
  • 31 Cf. par exemple J.-N. Hulgarth, « La conversion de los visigodos », Analecta SacraTarraconensia, 34 (...)

19Dans ce contexte d’exaltation wisigothique, il est compréhensible qu’un Argote de Molina, dans son Discours sur la poésie castillane, publié en 1575, se demande si la poésie de romancero, qui magnifie les hauts faits des siècles passés, n’est pas héritée des Goths29. De même, il n’est pas étonnant que dans les entrées royales on insiste sur la lignée wisigothique des monarques espagnols et que l’on représente Pélage à côté d’autres souverains fameux comme Charles Quint. C’est ce qui se produisit par exemple en 1570, lors de l’entrée à Madrid d’Anne d’Autriche, la quatrième épouse de Philippe II30. Enfin, signe révélateur, si l’on rattache sainte Florentine et ses trois frères (dont l’illustre saint Isidore) à la lignée royale des Goths, c’est un véritable Wisigoth de sang royal, Herménégilde, que l’on va faire canoniser en 1585. Non seulement il devient le patron de Séville, mais il suscite un culte fervent dans toute l’Espagne, cependant que des parcelles de ses reliques sont transportées par Philippe II à l’Escurial31.

  • 32 Le titre complet allie en fait la tradition castillane et la tradition autrichienne représentée par (...)
  • 33 Cf. notamment ce qu’il écrit : « No parezca a ninguno que yo no debiera empezar de los Godos, nació (...)

20Le XVIIe siècle, au cours duquel les crises vont se répéter, ne voit pas diminuer la vogue du goticismo. C’est d’ailleurs à l’un des esprits les plus avertis du règne de Philippe IV, le célèbre Diego Saavedra Fajardo, un diplomate et penseur politique, que l’on doit un des textes les plus significatifs sur le thème qui nous occupe. Il publie en effet en 1646 un livre au titre explicite : Couronne gothique castillane32. Il se situe pleinement dans la tradition néo-gothique et il en accentue encore davantage l’impact puisqu’il prend appui sur l’histoire des Goths, qu’il retrace, pour illustrer des leçons de « raison d’État » et des réflexions sur l’apogée et la ruine des empires33. Cela ne l’empêche pas d’exalter le personnage de Pélage, ancêtre des rois espagnols, ainsi que le rôle qu’il a joué, puisqu’il a été l’initiateur de la Reconquête et de la Restauration de l’Espagne, mission qui est revenue fondamentalement à la Castille.

21On pourrait certes analyser d’autres textes du même type, mais la tonalité d’ensemble serait la même.

22Si le mythe néo-gothique a permis à tout un peuple de trouver son identité profonde et de justifier la mission historique de l’Espagne et plus directement du royaume castillan, il n’en reste pas moins que le goticismo a été battu en brèche par un certain nombre d’esprits lucides qui n’appartenaient pas uniquement aux milieux nouveaux chrétiens. Ils étaient conscients du danger qu’il faisait courir à la communauté, car en valorisant une forme dévoyée de l’honneur, il était porteur de ségrégation et d’exclusion, en contradiction avec les authentiques valeurs chrétiennes.

  • 34 Cf. Alejo Venegas, Agonía del tránsito de la muerte (1ère éd. 1537 ; Madrid, Bailly-Baillère 1911 N (...)
  • 35 Cf. Pablo de León, Guía del cielo, 1ère éd. : 1553, éd. de Vicente Beltrán de Heredia, Barcelone, J (...)
  • 36 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo, Las quinquagenas de la nobleza de España, Madrid, Real Academia de (...)

23Dès les années 1540, des hommes comme le tolédan Alejo Venegas ont critiqué le prurit de lignage wisigothique dont font montre les Espagnols : non seulement il provoque des falsifications et trouble les esprits, mais encore, en mettant en cause la « nouveauté des familles », il provoque le rejet de pans entiers de la nation appartenant notamment aux secteurs les plus actifs, en opposition avec ce que dit saint Paul au sujet de l’unité des chrétiens34. Peu après, vers le milieu du siècle, fray Pablo de León, au nom d’un fondamental égalitarisme chrétien, s’en prenait à tous ceux qui « tirent gloire de leur lignée, disant qu’ils sont issus des Goths et qu’ils ont des rois parmi leurs ancêtres, comme si nous n’étions pas tous nés d’un père et d’une mère, si nous ne venions pas au monde tout nus et n’allions pas tout nus dans la tombe... »35. Quant à Gonzalo Fernández de Oviedo, il n’était pas en reste, autour des mêmes années, lorsqu’il se moquait de ce travers qui gagnait de plus en plus de terrain36.

  • 37 Cf. pour les citations correspondantes et pour d’autres textes : Julio Caro Baroja, Los judíos en l (...)
  • 38 Cf. par exemple ce qu’indique Gonzalo Correas au début du XVIIe siècle : « Es de los Godos. Es de l (...)

24On pourrait ainsi allonger la liste de ceux qui se sont élevés contre les effets pervers du goticismo, de Mateo Alemán à Baltasar Gracián, en passant par Cervantès37, à tel point que des expressions comme salir de los godos, ser de los godos et surtout hacerse de los godos deviennent suspectes et objet de moquerie, dès la deuxième moitié du XVIe siècle38.

25Mais le poids des intellectuels qui ont réagi contre les méfaits du mythe néogothique n’a pas été suffisant pour inverser le cours de l’histoire et modifier les mentalités alors que l’État absolu et catholique, défenseur des idéaux tridentins, s’appuyait lui-même sur le mythe en question.

  • 39 Cf. La verdadera hystoria del Rey don Rodrigo, en la quai se trata la causa principal de ta pérdida (...)
  • 40 Selon l’expression de Francisco Márquez Villanueva. Cf. les travaux de ce critique : « La criptohis (...)
  • 41 Historia de la pérdida de España y vida del Rey Iacob Almançor. en la quai el autor Tarif Abentariq (...)

26C’est à une autre tentative que l’on assiste à la fin du XVIe siècle, au moment où l’exclusion contre les morisques se précise de plus en plus. Miguel de Luna, un nouveau chrétien d’origine maure, traducteur officiel de langue arabe au service de Philippe II, à qui il va dédier son œuvre, publie en 1592 La véritable histoire du roi don Rodrigue, qu’aurait écrite en arabe un contemporain musulman des événements et que lui, Luna, aurait retrouvée et traduite39. Il insiste sur le bouleversement social et religieux introduit par Rodrigue dans le royaume wisigoth, en particulier à cause de la licence pratiquée (dont le clergé ne se privait pas) et des crimes commis : le christianisme était dans une situation critique. La conquête de l’Espagne par les mahométans n’est donc pas seulement un châtiment du Ciel, elle est le rétablissement d’un ordre mis à mal auparavant : elle devient éminemment positive. Luna met l’accent d’ailleurs sur le fait que les nouveaux maîtres du pays ont adopté une attitude tolérante à l’égard des vaincus et ont même favorisé les mariages mixtes, établissant ainsi des ponts entre les deux civilisations. On voit à quel point le mythe néo-gothique vole en éclats. À sa place, c’est un « contre-mythe mudejar » qui est magnifié40. Vision particulièrement audacieuse, si l’on n’oublie pas que l’œuvre est dédiée à Philippe II. Quelques années plus tard, en 1600, Luna fait paraître la deuxième partie de l’œuvre. Utilisant la même fiction, il rédige une biographie d’Almanzor le conquérant de l’Espagne41 qui apparaît comme un modèle de prince, sur le plan humain aussi bien que politique : il est véritablement un anti-Rodrigue. Il veille tout particulièrement à la façon dont la justice est rendue, et il ne fait aucune différence entre maures, chrétiens et juifs, ne considérant que le mérite de chacun, quelle que soit son origine. Le contre-mythe prend ainsi plus d’ampleur, mais Luna se rend bien compte qu’il ne peut refaire l’histoire mais tout au plus essayer de susciter la réflexion de quelques-uns de ses contemporains, au moment où se déchaînent les passions anti-morisques. Aussi, par l’intermédiaire de Bucara, va-t-il prophétiser la chute de l’Islam d’Espagne, rongé par ses divisions et ses luttes intestines.

  • 42 La 1ère partie porte le titre : Historia de los vandos de los Zegries y Abencerrajes, cavalleros mo (...)

27Le rêve de Luna sera repris en partie, quelques années plus tard, par Ginés Pérez de Hita dans ses Guerres civiles de Grenade, dans lesquelles il ressuscite une brillante civilisation musulmane qui ne le cède en rien à sa rivale, la chrétienne. Il montre que les représentants des deux peuples ont su faire preuve de générosité chevaleresque à l’égard de l’autre accepté comme tel, mais que les scissions entre les mahométans ont provoqué la chute de Grenade ainsi que l’échec de l’éphémère royaume créé dans les Alpujarras. Au-delà, ce sont les extrémistes des deux camps qui ont empêché qu’un essai de solution fût trouvé lors de la dernière phase du soulèvement, en 1570. Le résultat est que le morisque se trouve dans une situation désespérée. Ginés Pérez de Hita garde encore l’espoir que la raison pourra l’emporter, car les descendants des anciens grenadins sont aussi des Espagnols et il n’est pas possible que l’on élimine à tout jamais ceux dont les pères ont été capables de créer tant de beauté42. Mais l’auteur se faisait-il beaucoup d’illusions sur ce point, alors que le goticismo était de plus en plus virulent ?

  • 43 Cf. par exemple : J. Godoy Alcántara, Historia critica de los falsos cronicones, (Madrid, 1868).
  • 44 Il est indéniable que les causes de l’expulsion sont diverses, mais la décision n’aurait pu être ar (...)

28C’est aussi comme une réponse à cette exacerbation du sentiment nationaliste issu du mythe néo-gothique qu’il faudrait analyser la falsification des livres « trouvés » dans le Sacromonte de Grenade en 1595, enfermés dans des coffres de plomb, et qui essayaient d’établir un syncrétisme entre la religion chrétienne et la musulmane, puisque ces livres auraient été écrits au premier siècle de notre ère, à Jérusalem. Cependant, cette tentative, qui dans un premier temps eut un grand retentissement, fut rapidement vouée à l’échec ; car la supercherie fut démontée par des humanistes comme Arias Montano ou Juan Bautista Pérez43. Le goticismo pouvait triompher et l’expulsion des morisques commença en 160944...

29Le thème (wisi)gothique prend ainsi plusieurs visages au Siècle d’Or, et suscite des réactions diverses. Cependant, il a conduit fondamentalement à une certaine vision, majoritaire, de l’Espagne unitaire et catholique ; elle a justifié la « mission historique » de ce pays au service des idéaux de la Contre-Réforme et permis aux Espagnols, aux Castillans en particulier, de trouver leur identité profonde. De ce point de vue, il a été un facteur de cohésion, aux époques de crise. Mais il a suscité aussi, par l’intransigeance qu’il impliquait, une série d’exclusions qui ont brisé l’unité de la communauté, malgré les efforts des intellectuels les plus lucides, dont ceux qui étaient issus des groupes minoritaires, pour empêcher cette cassure.

Notes

1 Cf. le Ms. 2341 de la B. N. de Madrid, chap. XVIII, f° 177 r°-178 v°.

2 Nous utilisons la 3e éd. : Salamanca : Domingo de Portonariis, 1573 (bibli. personnelle). Entre 1565 et 1652, il y eut pour le moins 21 éditions de ce texte. L’ouvrage est dédié à fray Bernardo de Fresneda, évêque de Cuenca, membre du Conseil d’État et confesseur de Philippe II. Malgré cela, et étant donnée la matière ecclésiastique traitée, les éditions antérieures à 1573 furent prohibées dans l’Index inquisitorial de 1583.

3 Cf. Historia pontifical y católica, f° 237.

4 Ibid., fol. 161-162 et fol. 237-238.

5 Chaque livre de l’Histoire pontificale... s’achève par un chapitre centré sur les Wisigoths, appelés systématiquement « Goths », comme cela était courant en Espagne. Dans chacun de ces chapitres on insiste sur l’établissement de la généalogie des rois d’Espagne à partir des monarques wisigoths. Par exemple, le chapitre XVII et dernier du livre 2 a le titre suivant : « En que se trata qué gente fueron los godos, y la origen y descendencia de los Reyes de España que por línea recta descienden de Ataulpho Visigodo [= parent et successeur d’Alaric] ».

6 Cf. par exemple : José Luis Romero, « San Isidoro de Sevilla : su pensamiento histórico-político y sus relaciones con la historia visigoda », in Cuadernos de Historia de España, 8, 1947, p. 5-71.

7 Cf. spécialement : José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, 2e éd., Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 1964, p. 315 sq.

8 Ibid., p. 321 sq. Cf. aussi Ramón Menéndez Pidal, España y su historia, 2 t., Madrid : Minotauro, 1957, II, p. 9-11.

9 Cf. J.-A. Maravall, El concepto de España..., p. 325.

10 Pour ce qui est d’Alonso de Cartagena, il s’agit du sermon funèbre prononcé lors du décès de Jean II de Castille (cf. R. Menéndez Pidal, España y su historia..., p. 10). Pour Fernán Pérez de Guzmán, cf. Generaciones y semblanzas, éd. de J. Domínguez Bordona, Madrid : Espasa Calpe, 1954, col. « Clásicos Castellanos », n° 61, p. 12.

11 Cf. Cancionero castellano del siglo XV, éd. deR. Foulché-Delbosc, 2 t., Madrid : Bailly-Baillière, 1912-1915, N.B.A.E., n° 19 et 22, p. 443 a et 525 b.

12 L’exhortation apparaît dans le Doctrinal de Privados de Diego de Valera : cf. l’introduction de Juan de Mata Carriazo à son éd. de la Crónica de los Reyes Católicos du même auteur, Madrid, 1927, « Anejos de la R.F.E. » VIII, p. CI.

13 Sur tout ceci, cf. Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », in A. Redondo, éd., Les parentés fictives en Espagne, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988 : « Travaux du Centre de Recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles », (IV, p. 15-35), p. 20 sq. Cf. aussi : Robert B. Tate, Ensayos sobre la historiografia peninsular del siglo XV (Madrid, Gredos, 1970), p. 16 sq.

14 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p. 21-25.

15 L’édition de 1541 souligne qu’il s’agit des quatre livres de la Chronique d’Espagne composée à l’initiative d’Alphonse le Sage, « vue et corrigée-par Florián de Ocampo. C’est dans la troisième édition du texte, en 1553, qu’est inséré un cinquième livre dû à l’historiographe impérial. Sur Florián de Ocampo et son activité d’historien, cf. Georges Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alphonse X et Philippe II, Bordeaux, Féret et fils, 1904, et Alfred Morel-Fatio, Historiographie de Charles Quint, Paris, Honoré Champion, 1913, p. 79 sq.

16 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p 19-20.

17 Ibid., p. 27.

18 Cf. B.N.M., Ms. 10 495. Il est à noter, à ce sujet, que divers éléments de cette fable apparaissent aussi bien chez Pedro Barrantes Maldonado (Illustraciones de la Casa de Niebla, éd. de Pascual de Gayangos, 2 t., Madrid, Imprenta Nacional, 1857, « Memorial Histórico Español », t. 9 et 10, I, p. 66) que chez Diego Ortiz De Zuñiga (Anales eclesiásticos y seculares de la muy noble y muy leal ciudad de Sevilla. Madrid, Imprenta Real, 1677, p. 351).

19 Un des membres de cette famille, Antonio Farfán de los Godos, commandeur de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, a d’ailleurs écrit une histoire d’Espagne, toujours manuscrite, qui pone le titre suivant : La Bela farfana. Historia general de España, desde el principio del mundo hasta la Conquista y Restauración del Reyno de Granada por los Reyes Cathólicos, Don Femando y Doña Ysabel (B.N.M., Ms 1497, texte du début du XVIe siècle). L’auteur, qui connaît la Chronique du Toledano, expose nettement la thèse néo-gothique.

20 Cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p. 29-30.

21 Cf. Reverendissimi ac illustrissimi Domini Roderici Toletanae Diócesis Archiepiscopi rerum in Hispania gestarum Chronicon [...]. Necnon Genealogia Regum Hispanorum Reverendi patris Domini Alphonsi de Carthagena Episcopi Burgensis (Apud inclytam Granatam. Anno MDXLV. Mense octobri. Cum imperiali privilegio), B. N. M. : R. 19 355.

22 Cf. par exemple Albert A. Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du XVe au XVIIe siècle, Paris, Didier, i960, p. 95 sq.

23 Pour éviter de nombreuses références bibliographiques, nous nous contenterons de renvoyer à la synthèse de Antonio Domínguez Ortiz et Bernard Vincent, Historia de tos Moriscos. Vida y tragedia de una minoría, Madrid, Revista de Occidente, 1978.

24 Sur ce point, cf. quelques textes significatifs réunis dans l’ouvrage de Mercedes García Arenal, Los Moriscos, Madrid, Editora Nacional, 1975.

25 Cf. Ambrosio de Morales, La Crónica general de España que continuava Ambrosio de Morales, 2 t., Alcalá de Henares : en casa de J. Iñíguez de Lequerica, 1574-1577 : B. N. P. : f° Oa. 2-3.

26 Cf. Juan de Mariana, Historiae de rébus Hispaniae libri XX (Toleti : Typis F. Roderici, 1592 ; B. N. P. : F° Oa. 27). La lère édition en espagnol parut à Tolède en 1601. Sur les caractéristiques des textes latin et espagnol, ainsi que sur les éditions, cf. Georges Cirot, Mariana historien, Bordeaux ; Féret et fils, 1905, p. 135 sq.

27 Cf. Julián del Castillo, Historia de los Reyes Godos que vinieron de la Scitia de Europa, contra el Imperio Romano, y a España : y la succession dellos hasta el Católico y potentíssimo don Philippe segundo, Rey de España, a quien va dirigida. Burgos, Philippe de Junta, 1582, B.N.M. : R 14 029.

28 Rodrigo de Yepes, Historia de la gloriosa virgen sancta Florentina, hermana de S. Leandro y S. Isidro, Arçobispos de Sevilla, y de S. Fulgencio, obispo de Ecija : En que se replican muchas antigüedades de España, y otras cosas de varia doctrina. Y una genealogía cumplida de los Reyes de España, trayda desde antes de Sancta Florentina hasta ahora (San Jerónimo ei Real de Madrid : Yñíguez de Lequerica, 1584), B. N. M. : R. 30 292.

29 Cf. Gonzalo Argote de Molina, Discurso sobre la poesía castellana (publié en appendice à El Conde Lucanor de don Juan Manuel, édité par le même Argote de Molina, Sevilla, en casa de Hernando Díaz, 1575). Nous utilisons l’éd. en fac-similé faite en 1978 (Barcelona : Puvill) ; cf. f° 93 r °. Il est curieux de constater que Ramón Menéndez Pidal parle « del lazo misterioso que une la poesía heroica de los visigodos con la poesía castellana » (cf. La epopeya castellana a través de la literatura española, Madrid, Espasa Calpe, 1959, p. 26).

30 Cf. Juan López de Hoyos, Real apparato y sumptuoso recibimiento con que Madrid (como casa y morada de Su M.) rescibió a la Sereníssima reyna D. Ana de Austria, viniendo a ella nuevamente, después de celebradas sus felicissimas bodas... (Madrid, Juan Gracián, 1572 ; nous utilisons l’éd. en fac-similé réalisée en 1976 par les éd. Abaco de Madrid). À propos de Pélage, la relation indique : « Se puso una medalla del Rey don Pelayo de medio cuerpo armado [...]. Dende lexos parecía de todo relieve y como a Príncipe que después de la pérdida de España, retirado en una cueva, con tan pocos Christianos, estando todo el mundo sobre él, con ánimo comunicado del cielo, y esfuerço del espíritu sancto, restauró poco a poco los reynos de España, con esta letra alrededor t...] : « Pelayo restaurador de las Españas, por la gracia y favor divino, príncipe claríssimo » (fos 34 v°-35 r°). Une autre statue représente l’Espagne qui s’offre à la nouvelle reine et elle est décrite en ces termes : • Estava vestida a lo antiguo, de tiempo de Godos, representava bien su autoridad, braveza, majestad, ánimo y excellencia con que por todo el orbe se señala... ».

31 Cf. par exemple J.-N. Hulgarth, « La conversion de los visigodos », Analecta SacraTarraconensia, 34, 1961, p. 21-45

32 Le titre complet allie en fait la tradition castillane et la tradition autrichienne représentée par l’implantation des Habsbourgs en Espagne (c’est ce qu’avait déjà fait fray Prudencio de Sandoval, au début du XVIIIe siècle : cf. A. Redondo, « Légendes généalogiques... », p. 25-26) ; Corona góthica. castellana y austríaca, políticamente ilustrada... (Munster, Juan Jansonio, 1646 ; la 1ère éd. espagnole est de 1658 ; nous utilisons l’éd. de la B.A.E., qui suit celle de 1646 : Madrid, Rivadeneyra, 1861, t. 25, p. 269-387).

33 Cf. notamment ce qu’il écrit : « No parezca a ninguno que yo no debiera empezar de los Godos, nación bárbara entre los griegos, que estudiaba más en la espada que en la pluma, porque antes mejor della que de la griega o romana se puede aprender la verdadera razón de estado, porque la más segura es la que dicta la razón natural... » (p. 270). Il ajoute aussitôt : « Fuera de que, entre las naciones bárbaras, fueron estimados los Godos por los más semejantes a los griegos en el saber y en la policía ; de que es evidente testimonio la monarquía que fundaron, ne con menor prudencia que valor... » (ibid.) Plus loin, il sera conduit à réfléchir, à propos du royaume wisigoth et de la ruine de l’Espagne, sur la grandeur et la décadence des empires, avec des accents qui évoquent Montesquieu.

34 Cf. Alejo Venegas, Agonía del tránsito de la muerte (1ère éd. 1537 ; Madrid, Bailly-Baillère 1911 N. B. A. E., 16, p. 105-318), p. 174a.

35 Cf. Pablo de León, Guía del cielo, 1ère éd. : 1553, éd. de Vicente Beltrán de Heredia, Barcelone, Juan Flors, 1963, col. « Espirituales españoles », p. 503.

36 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo, Las quinquagenas de la nobleza de España, Madrid, Real Academia de la Historia, 1880, p. 491-492, « No puedo dexar de reyrme, viendo algunos sobervios blasonar que desçienden de los Godos, ni creáys, caso que así sea, que desçienden por eso de la sangre real de los godos, porque entre ellos siempre ovo personas o grados muy diferentes, e distintos, de patriçios, eqüestres e plebeos... ».

37 Cf. pour les citations correspondantes et pour d’autres textes : Julio Caro Baroja, Los judíos en la España moderna y contemporanea (3 t., Madrid, Arion, 1962), I, p. 155-157 ; A. Redondo, « Légendes généalogiques... » p. 28. Au début du XVIIe siècle, Francisco López De Úbeda faisait un emploi particulièrement burlesque du thème lorsqu’il écrivait dans La Pícara Justina, éd. de Antonio Rey Hazas, 2 t., Madrid, Éd. Nacional, 1977, I, p. 169, « Yo confieso que éste es un tiempo en que el zapatero, porque tiene calidad, se llama Zapata, y el pastelero gordo, Godo ».

38 Cf. par exemple ce qu’indique Gonzalo Correas au début du XVIIe siècle : « Es de los Godos. Es de los Guzmanes. Kuando uno presume de mui onrrado linaxe, porke los españoles en komún se prezian de venir de los Godos, i los Guzmanes son linaxe noble, i muchos », Vocabulario de refranes y frases proverbiales, éd. de Louis Combet, Bordeaux : Institut d’Études Ibériques de l’Université, 1967, p. 626a. Sur ce point, cf. Carlos Clavería, « Reflejos del « goticismo » español en la fraseología del Siglo de Oro », Studia Philologica a Dámaso Alonso, I, Madrid, Gredos, 1960, p. 357-372.

39 Cf. La verdadera hystoria del Rey don Rodrigo, en la quai se trata la causa principal de ta pérdida de España y la conquista que délia hizo Miramamolín Almançor, Rey que fue del África, y de las Arabias. Compuesta por el sabio Alcayde Abulcacim Tarif Abentarique, de nación Árabe, y natural de la Arabia Pétrea. Nuevamente traduzida de la lengua arábiga por Miguel de Luna, vezino de Granada, intérprete del Rey don Philippe, muestro Señor, Granada, René Rabut, 1592, B.N.M., R. 15 544. - Il va de soi que la fiction utilisée évoque celle des romans de chevalerie.

40 Selon l’expression de Francisco Márquez Villanueva. Cf. les travaux de ce critique : « La criptohistoria morisca », A. Redondo, éd., Les problèmes de l’exclusion en Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1983, « Travaux du Centre de Recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles », I, p. 77-94 ; « El problema historiografico de los moriscos », Bulletin Hispanique, 86, 1984, p. 61-135 ; « La voluntad de leyenda de Miguel de Luna », Nueva Revista de Filología Hispánica, 30, 1981, p. 359-395.

41 Historia de la pérdida de España y vida del Rey Iacob Almançor. en la quai el autor Tarif Abentarique prosigue la primera parte, dando particular quenta de todos los sucessos de España y África, y las Arabias, hasta el Rey don Fruela. Traduzida de lengua arábiga por Miguel de Luna, vezino de Granada. Dirigida al Rey don Filipe, nuestro Señor, Granada, Sebastián de Mena, 1600, B.N.M. : R. 15 545.

42 La 1ère partie porte le titre : Historia de los vandos de los Zegries y Abencerrajes, cavalleros moros de Granada, de las civiles guerras que huvo en ella... Zaragoza, Miguel Jiménez Sánchez, 1595. La 2e s’intitule : Segunda parte de las Guerras Civiles de Granada y de los crueles bandos entre los convertidos moros y vecinos cristianos con el levantamiento de todo el Reino... Cuenca, Domingo de la Iglesia, 1619. D’après ce qu’indique l’auteur, la deuxième partie aurait été achevée en 1597. Par ailleurs, il semble bien que Pérez de Hita, cordonnier murcien, était lui-même d’origine morisque. - À propos de son œuvre, cf. les travaux de F. Márquez Villanueva précédemment cités, à la note 40.

43 Cf. par exemple : J. Godoy Alcántara, Historia critica de los falsos cronicones, (Madrid, 1868).

44 Il est indéniable que les causes de l’expulsion sont diverses, mais la décision n’aurait pu être arrêtée sans le développement d’une hostilité de plus en plus grande à l’égard des morisques, liée à l’exaltation du goticismo. Sur le thème qui nous occupe, cf. aussi maintenant la rapide évocation de Ricardo García Cárcel, Las culturas del Siglo de Oro, Madrid, Historia 16, 1989, p. 76-79.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search