Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Les Wisigoths fondement de la « nation Espagne »

Adeline Rucquoi

Texte intégral

1« Ce roi, don Henri III, fut fils du roi don Jean (...) et descendant de la noble et très ancienne et claire lignée des rois goths, et, en particulier, du glorieux prince catholique Reccarède, roi des Goths en Espagne ».

  • 1 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, éd. par J. Domínguez Bordona, Madrid, Clásicos C (...)
  • 2 Pedro de Corral, La crónica del rey don Rodrigo y de la destruyción de España, Valladolid, Nicolas (...)

2Ainsi commence le portrait de l’avant-dernier roi de Castille que trace Fernán Pérez de Guzmán, vers le milieu du XVe siècle, dans son ouvrage intitulé Generaciones y Semblanzas1. Deux décennies auparavant, Pedro de Corral avait publié sa Crónica Sarracina, l’histoire du dernier roi wisigoth, Rodrigue, qui était rapidement devenue un best seller, au point d’influencer la génération suivante d’historiens et chroniqueurs. « Mon seigneur le roi de Castille, si l’on tient compte du sang de ses prédécesseurs, est très noble : car, non seulement il descend des rois des Goths et des maisons de Castille et León, mais encore du lignage de tous les rois d’Espagne », avait dit, de son côté, l’évêque de Burgos au Concile de Bâle en 14352.

  • 3 Alfonso Martínez de Toledo, Vidas de San Ildefonso y San Isidoro, éd. par J. Madoz y Moleres, Madri (...)
  • 4 Alfonso Martínez de Toledo, Atalaya de las Coronicas, éd. par James B. Larkin, Madison, Hispànic Se (...)

3À la même époque, tandis que l’archiprêtre de Talavera, Alfonso Martínez de Toledo, rédigeait une Vie de Saint Ildephonse et une Vie de Saint Isidore, le Chronicon mundi (1236) de l’évêque Lucas de Tuy et le De rébus Hispaniae (1243) de l’évêque Rodrigo Jiménez de Rada étaient traduits en langue vulgaire3. Le même archiprêtre de Talavera avait écrit, vers 1443, une chronique générale, intitulée Atalaya de las Coronicas, qui, selon l’auteur, devait être une compilation « de tous les rois, aussi bien goths qu’espagnols et castillans », et s’ouvrait effectivement sur le chapitre « De comment les rois goths vinrent d’Écosse »4.

  • 5 Billy B. Thompson & John K. Walsh, « Old Spanish Manuscripts of Prose Lives of the Saints and their (...)

4La « mode gothique » s’étendit, au cours de la seconde moitié du XVe siècle, à tous les domaines de la vie culturelle et religieuse du royaume. Diverses compilations de Vies de saints appelées Flos sanctorum, rédigées au XVe siècle, offrent la particularité d’inclure des vies de saints wisigothiques, comme Ildephonse de Tolède, Léandre de Séville, Isidore de Séville et Eugène de Tolède, ou vénérés à l’époque wisigothique, telles les saintes Léocadie, Eulalie de Mérida, Eulalie de Barcelone, Juste et Rufine de Séville, et les saints Vincent de Saragosse, Facundus et Primitivus, Servandus et Germain, Just et Pasteur5. Du milieu du XVe siècle date également le grand tableau conservé au Louvre qui représente « L’imposition de la chasuble à saint Ildephonse », et dont l’auteur nous est inconnu.

  • 6 Diego de Valera, Epístolas y tratados, p. 24, et Doctrinal de principes, p. 173, éd. par Mario Penn (...)

5Au cours de la seconde moitié du siècle, la mode ne fait que s’étendre et, tandis que Diego de Valera écrit à Ferdinand le Catholique, « issu du célèbre sang des Goths », pour l’inciter à rétablir « le siège impérial de l’illustre sang des Goths », et que Pedro de Escavias consacre quarante-quatre chapitres de son Repertorio de Príncipes de España aux Wisigoths, le thème est inlassablement repris par les poètes et auteurs de Canciones6.

  • 7 B. N. Paris, Mss. Esp. 110.

6Le thème « wisigothique » s’accompagne alors d’une espérance messianique qui, si elle n’est pas propre à l’historiographie, ni même à la Castille, n’en acquiert pas moins ici un caractère spécifique. Tandis que la Chrétienté pleure la perte de Constantinople et l’avancée turque, les temps paraissent proches en Espagne où les rois achèveront la longue entreprise de Reconquête et rendront à cette même Chrétienté le territoire espagnol dans sa totalité. L’Espagne, telle qu’elle existait au temps des rois wisigoths, avant l’invasion de 711, sera « restaurée » par les descendants de ces mêmes rois wisigoths. « Et de même que les eaux qui, quand elles proviennent d’un lieu plus élevé, sont plus douces, et quand elles viennent d’une origine plus lointaine et prolongée, sont plus pures, ainsi le lignage des rois de Castille dont descend Votre Altesse des deux côtés est très excellent, car il provient du très haut et clair sang des illustres rois goths, qui, par les armes, non seulement conquirent les Espagnes, mais encore se firent seigneurs de Rome et de toute l’Italie et d’une grande partie de la France, et dont les hauts faits ne furent pas moins dignes de mémoire que ceux des Grecs et des Romains », écrira, vers 1492-1493, l’auteur anonyme d’une « Brève compilation des chroniques des rois d’Espagne »7, qui termine son ouvrage en louant la prise de Grenade, mais en se lamentant de l’expulsion des juifs.

  • 8 José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, Madrid, 1954, rééd. Madrid, 1981, p. (...)

7José Antonio Maravall, dans son brillant essai sur « Le concept d’Espagne au Moyen Âge », consacre un long chapitre à « l’héritage gothique comme mythe politique »8, qu’il voit naître à la fin du IXe siècle dans l’entourage des rois de León.

  • 9 Crónica Albeldense, in P. H. Florez, España Sagrada, t. XIII, y éd. par M. Gómez Moreno, « Crónicas (...)

8La Crónica Albeldense, la plus ancienne qui nous soit parvenue des royaumes chrétiens du Nord de l’Espagne, fut achevée vers 881-883. Elle choisit, comme point de départ, non point l’arrivée des Wisigoths en Espagne comme le feront les histoires « nationales » du XIIIe siècle, mais le début de la période suivante : Pelayo, expulsé de Tolède par le roi Wittiza, lutte ensuite avec les Astures contre l’invasion musulmane. Le choix d’un lien direct entre la monarchie chrétienne et les Wisigoths est néanmoins établi dans le chapitre consacré au roi Alphonse II le Chaste (791-842), une des premières grandes figures de la reconquête militaire, à qui la chronique attribue une restauration politique axée sur la continuité : « Omnemque Gotorum ordinem sicuti Toleto fuerat, tam in ecclesia quam palatio in Obeto cuncta statuit »9.

  • 10 Crónica de Alfonso III, éd. par Antonio Ubieto Urteta, Valencia, 1971, p. 20 : « Incipit chronica V (...)

9À la même époque, deux autres chroniques insistent sur l’héritage wisigothique qu’ont recueilli les rois chrétiens d’Oviedo, puis de León. La Crónica Profética, achevée en 883, annonce la restauration de « l’ordre gothique » par Alphonse III (866-910), après cent soixante-dix ans de domination musulmane. La Crónica de Alfonso III, qui se termine en 866 lorsque le roi monte sur le trône, se présente, pour sa part, comme une chronique « des Wisigoths depuis l’époque du roi Wamba jusqu’à présent »10.

  • 11 Crónica de Alfonso III, p. 28-29.
  • 12 Alphonse III fera construire, sur l’emplacement de la tombe, une seconde église plus vaste que l’or (...)

10Le choix des Wisigoths comme origine de l’histoire de l’Espagne est à la fois, au IXe siècle, une légitimation de la lignée royale et une justification religieuse de son rôle historique : le roi a reçu de Dieu la mission de « restaurer » l’Espagne qui a été « perdue » par les « péchés » du roi Wittiza et la « jalousie » de ses fils11. Ce choix politique d’une tradition historique coïncide avec une période d’expansion du royaume, dont la limite méridionale est désormais située sur le Duero. Il coïncide également avec une connaissance approfondie des écrits de saint Isidore. Il coïncide enfin avec le choix, par la monarchie, de l’apôtre saint Jacques – dont la tombe a été découverte à Compostelle à l’époque d’Alphonse II – comme patronus et dominas totius Hispaniae (dès 834), intercesseur pour l’obtention de victoires sur les musulmans12.

11Au milieu du XIe siècle cependant, saint Jacques le Majeur va entrer en concurrence avec saint Isidore. Ferdinand I, après avoir réuni les trois royaumes de Galice, León et Castille, obtient du roi musulman de Séville la « restitution » du corps du saint, qui est solennellement déposé dans l’église collégiale de San Isidoro, consacrée en 1063-Le vestibule du nouveau sanctuaire était panthéon royal depuis le roi Alphonse V (999-1028). La monarchie ne pouvait mieux revendiquer sa filiation wisigothique, puisque désormais l’auteur de l’Historia Gothorum et des Laudes Hispaniae veillait sur le dernier sommeil des descendants de ces mêmes Goths : León était bien l’héritière de Tolède.

  • 13 Crónica Silense, éd. par Francisco Santos Coco, Madrid, Centro de Estudios Históricos, 1921, p. 1.
  • 14 Voir Joseph O’ Callaghan, « The Integration of Christian Spain into Europe : The Role of Alfonso VI (...)

12L’héritage gothique, dont les rois de Castille-León sont les bénéficiaires, réapparaît dans la Crónica Silense, rédigée à la fin du règne d’Alphonse VI, vers 1110-1115, à Silos. L’auteur de la chronique commence son ouvrage par la constatation qu’autrefois les lettres fleurissaient en Espagne, mais que l’étude et la doctrine disparurent devant la barbarorum fortitudine, les barbares étant bien évidemment les musulmans13. Il poursuit donc logiquement par l’histoire des rois wisigoths, que précède très brièvement la mention des empereurs romains et de leurs vices, puis de Constantin et du pape Sylvestre, avant de passer à Pelayo et surtout à Alphonse I, « ex Recharedi serenissimi Gothorum principis progenie ortus ». Le dernier rejet de la lignée est bien évidemment Alphonse VI qui, en conquérant Tolède en 1085 et en y restaurant le siège épiscopal, puis primatial, avait réaffirmé sa filiation wisigothique. L’insistance avec laquelle la Crónica Silense rappelle cet héritage wisigothique n’est pas fortuite et n’a pas simplement valeur apologétique. Le ton d’ensemble de la chronique est violemment anti-français, Silos se faisant le défenseur des « valeurs nationales » face à l’influence conjuguée de Cluny et des princes bourguignons14.

  • 15 Lucas De Tuy, Chronicon mundi, éd. par Andreas Schott, Hispania Illustrata, t. IV, Francfort, 1606. (...)
  • 16 Ce qui concède à l’histoire de l’Espagne une plus grande antiquité que celle que réclament ses vois (...)
  • 17 Rodrigo Jimenez de Rada, De rebus Hispaniae liber, p. 5-12.

13Mais c’est au XIIIe siècle, lors de la rédaction des grandes « histoires nationales », que la thèse de l’origine wisigothique de l’histoire de l’Espagne acquiert ses caractéristiques définitives. L’évêque Lucas de Tuy, dans son Chronicon mundi (vers 1236), et l’archevêque de Tolède, Rodrigo Jiménez de Rada, dans son De rebus Hispaniae liber (vers 1243)15, écrivent une « Histoire de l’Espagne » qui commence avec la dispersion des fils de Noé et permet de rattacher l’histoire nationale à l’histoire biblique, à l’histoire mythologique et à l’histoire ancienne, grecque et romaine. Mais si l’Espagne a existé de tous temps, et si Hercule y a tué le géant Géryon, avant de retourner en Grèce pour y mourir une dizaine d’années avant la guerre de Troie16, son histoire ne commence vraiment qu’avec l’arrivée des Wisigoths. Le livre premier du De rébus Hispaniae consacre effectivement trois chapitres au peuplement originel de la Péninsule, puis trois chapitres à Hercule, avant de passer à l’origine des premiers Wisigoths17.

  • 18 Primera Crónica General de España, éd. par Ramón Menéndez Pidat, rééd. par Diego Catalán, 2 t., Mad (...)
  • 19 Primera Crónica General de España, t. I, p. 312.

14La tradition est désormais bien établie et les premières chroniques générales écrites en langue vulgaire, à l’époque d’Alphonse X le Sage (1252-1284), après avoir rappelé le peuplement de l’Espagne par Tubal, cinquième fils de Japhet, les hauts faits d’Hercule, et les empereurs romains, insèrent dans leur texte l’Historia Gothorum d’Isidore de Séville, véritable point de départ de l’histoire espagnole proprement dite18. Dans cette « histoire nationale », telle que l’exposent Alphonse X et son entourage, l’invasion des musulmans n’est plus qu’un épisode, presque un accident : « l’Espagne, qui fut autrefois blessée par l’épée des Romains, qui guérit et se récupéra grâce à la médecine et à la bonté des Goths, était alors brisée ». La cause de la « cassure » de ce royaume « si noble, si riche, si puissant, si honoré », plus qu’à l’invasion en elle-même, est attribuée aux Espagnols « qui tournèrent leurs épées vers eux-mêmes, les uns contre les autres, comme si les ennemis leur manquaient »19. La « perte » de l’Espagne, thème cher à tous les chroniqueurs et qui deviendra l’une des composantes fondamentales du concept que, de l’Espagne, se forgeront les Espagnols à l’aube des temps modernes, est désormais codifiée. L’Espagne « perdue » à cause des péchés des rois Wittiza et Rodrigue, qui ont entraîné la guerre civile, doit être « restaurée » par les descendants de ces mêmes rois wisigoths.

  • 20 Poema de Fernán González, éd. par Juan Victorio, Madrid, Cátedra, 1981, p. 41, 45 y 65.

15Le Poema de Fernán González, du milieu du XIIIe siècle, se propose, en prologue, de raconter de l’Espagne « comment l’ont perdue nos ancêtres, en quelle nécessité ils ont vécu », afin d’attribuer le mérite de sa reconquête au héros de l’histoire, le comte castillan Fernán González. Les Wisigoths y sont présentés comme envoyés par le Christ, issus du « lignage de Magog », conquérants du monde entier, ni chrétiens, ni juifs, ni païens à l’origine sinon « gentils », et valeureux guerriers. La perte de l’Espagne est l’œuvre du diable, et, au lendemain de la défaite, les Espagnols ne peuvent que s’exclamer : « Dieu nous a donné l’Espagne et nous n’avons pas su la garder ». Face à leur repentir, le Christ intervient de nouveau en les envoyant à don Pelayo20.

  • 21 Libro de las generaciones, éd. par Josefa Ferrandis Martínez, Valencia, 1968, p. 50-54.

16« En ce temps-là, les Goths partirent de l’outre-mer, au-delà du Danube ; et ils furent du lignage de Japhet, le fils de Noé, du lignage de Gog et Magog, et ils étaient païens », écrit, à la même époque l’auteur du Libro de las generaciones, qui s’étend ensuite longuement sur les mérites du roi Wamba, avant d’expliquer que les musulmans ne commencèrent à envahir l’Espagne que parce que celle-ci était déjà en proie à la guerre civile. Passant très brièvement sur la défaite du roi Rodrigue, à laquelle il ne consacre qu’une phrase, l’auteur souligne ensuite que fut élu par les insoumis Pelayo, « qui était du lignage du roi Rodrigue »21.

  • 22 Juan Gil de. Zamora, De preconiis Hispaniae, éd. par Manuel de Castro y Castro, Madrid, 1955, p. 61 (...)

17Quelques années plus tard, vers 1280-1284, dans le De preconiis Hispaniae – sorte de De regimine principum – qu’il rédige pour le futur roi Sanche IV, le franciscain Juan Gil de Zamora a commencé par résumer les débuts de l’histoire espagnole, tels qu’ils figurent dans le De rébus Hispaniae et le Chronicon mundi, avec Tubal, Hercule, et son neveu Hispan l’éponyme. Puis, dans un chapitre intitulé De potentifica strenuitate et animositate (de certains Espagnols), il citera un héros de l’Antiquité, Viriathe, quatre empereurs romains, huit rois ou événements de l’âge wisigothique, et, après le récit de l’invasion musulmane, il consacrera trois chapitres au seul Pelayo. La liaison est ainsi faite entre rois wisigoths et rois espagnols : il n’est plus utile de la spécifier22.

  • 23 José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, p. 315-318.

18Les Wisigoths ont donc fait leur entrée en force dans l’imaginaire castillan, comme fondateurs de la nation et origine de la lignée royale, au cours du XIIIe siècle. Pourquoi les Wisigoths ? Par tradition, comme semble le croire Maravall ? L’argument nous semble faible, dans la mesure où précisément les Wisigoths s’imposent alors que, avec Ferdinand III (1217-1253), la Castille devient prédominante au sein de l’union avec le León, et que la tradition wisigothique ne semble pas appartenir à l’héritage castillan23. S’agirait-il alors d’un cas d’assimilation, et pour ainsi dire de « phagocytose » de l’héritage léonais par une Castille en mal de légitimation historique ? Le détournement de l’héritage wisigothique par les Castillans dans le Poema de Fernán González, où est établie une filiation entre les rois wisigoths et les comtes de Castille, viendrait à l’appui de cette thèse.

  • 24 Colette Beaune, Naissance de la nation France, p. 20-25 et 35-36.
  • 25 Libro de las generaciones, p. 66-67.

19La « floraison » gothique du XIIIe siècle répond cependant à d’autres nécessités. Depuis la fin du XIe siècle, et en particulier le long du chemin qui mène à Compostelle, l’influence française se fait sentir dans la Péninsule. C’est en réaction contre les valeurs et la vision historiographique qu’elle transmet que, nous l’avons vu, la Crónica Silense revendique l’héritage wisigothique. Lorsqu’au XIIIe siècle, la France achève de mettre en place son histoire « officielle », que reflète la rédaction en langue vulgaire des Grandes Chroniques de France, elle inclut dans cette histoire l’origine troyenne des Français, mêlée à des racines germaniques ou pannoniennes, et la figure centrale de Charlemagne, l’empereur24. Cette « Histoire de France » est connue en Castille, puisque nous en retrouvons les principaux acteurs légendaires dans le Libro de las Generaciones, où figure une succession des rois de France, depuis Mérovée « qui fut du lignage du roi Priam de Troie et gagna la France par sa valeur », jusqu’à Louis VIII « qui fut gendre du roi Alphonse de Castille »25.

  • 26 Primera Crónica General de España, t. I, p. 222.

20Le choix de Tubal et d’Hercule, comme celui des Wisigoths, permet donc à la Castille de se « démarquer » de ses voisins. Les Espagnols ne sont pas venus d’ailleurs, comme les Français, ils occupent depuis le Déluge le pays qui leur a été assigné par Dieu ; et Hercule, qui est antérieur à la guerre de Troie, y fait figure, sinon de fondateur, du moins de législateur. Les Wisigoths constituent l’élément « national » qui va permettre à ces Espagnols d’échapper à la sujétion étrangère – celle de Rome – et d’acquérir, dans un temps historique et non plus légendaire, leur pleine autonomie. C’est pourquoi l’entourage d’Alphonse X le Sage se souciera de les présenter comme la conjonction d’une « bravoure qu’ils exerçaient auparavant à la manière des bêtes sauvages » et d’un savoir – « toute la philosophie et la physique, et la théorie et la pratique, et la logique, et l’ordonnance des douze signes, et la course des planètes, et la croissance et décroissance de la lune, et la course du soleil, et l’astrologie, et l’astronomie, et les sciences naturelles » et jusqu’à la théologie – acquis des Grecs et des Romains26.

  • 27 Gaines Post, Studies in Medieval Legal Thought. Public Law and the State, 1100-1322, Princeton, Pri (...)

21Le choix des Wisigoths joue donc un rôle fondamental dans l’élaboration de mythes nationaux propres à un royaume de Castille dont les relations politiques et commerciales avec le reste de l’Europe connaissent un grand développement. Il répond également à une autre nécessité, dont nous trouvons les premiers éléments chez les canonistes de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe. La réflexion sur le droit, née avec le Décret de Gratien et les sententiaires du milieu du XIIe siècle, fondée sur une étude approfondie du droit romain, s’attache notamment aux problèmes de définition de royaume et royauté, à leurs fondements légaux et à leurs rapports avec l’autorité pontificale27.

22Or la réflexion sur le droit et, plus spécialement, sur les rapports entre le pouvoir pontifical, le pouvoir impérial et le pouvoir royal, amène les Espagnols à prendre conscience de leurs particularités : en adoptant comme origine de leur histoire nationale les Wisigoths, ils justifient l’existence du corpus juridique et canonique spécifique qui, secundum legem gothicam et canonicam, avait réglementé la vie de la Péninsule jusqu’au début du XIIe siècle.

  • 28 Ibid., p. 482-493-

23Vers 1210-1215, le canoniste Vincent d’Espagne, évêque d’Idanha, pour fonder son affirmation de la supériorité de sa patrie sur les autres nations, s’appuiera sur le fait que les Wisigoths ont obtenu l’imperium par leur seule valeur, que leurs rois ont nommé les évêques, et enfin qu’ils ont constitué leur propres lois, indépendantes du droit romain. Même la « perte » de l’Espagne donne aux Espagnols un nouveau motif d’affirmer cette supériorité, puisqu’ils ne doivent désormais leur patrie qu’à eux-mêmes et au sang qu’ils ont versé pour elle. Les Wisigoths légitiment donc à la fois la supériorité de l’Espagne face à la France ou à l’Empire germanique, et son indépendance face au pouvoir pontifical28.

  • 29 Antonio García y García, Estudios sobre la canonística portuguesa medieval, Madrid, 1976, en partic (...)
  • 30 Ibid., p. 67-82 et 173-217.
  • 31 Voir Armin Wolf, « Legislación y codificaciones », Revista de Estudios histórico-jurídicos, IX (198 (...)

24La revendication de Vincent d’Espagne est cependant contemporaine de l’introduction du droit romain dans la péninsule Ibérique29. Dès la seconde moitié du XIIe siècle, les étudiants hispaniques sont nombreux à Bologne, et certains d’entre eux feront par la suite une carrière comme civilistes ou canonistes : tels Laurentius Hispanus, Johannes de Deo, Martin de Zamora ou Raymond de Pennafort30. À partir de 1234, date de publication des Décrétales de Grégoire IX, des copies de recueils juridiques sortent des scriptoria espagnols, et le règne d’Alphonse X se caractérisera par Line intense activité juridique qui se propose de codifier le droit : le recueil des Siete Partidas en est l’un des plus beaux fleurons31.

25En présentant des Wisigoths « civilisés » par les études classiques, l’entourage d’Alphonse X résout l’antagonisme qui aurait pu surgir entre la revendication d’un droit spécifique et l’utilisation du droit romain.

  • 32 Armin Wolf, « Derecho electivo y suceción hereditaria en los reinos y en el imperio de Alfonso el S (...)

26Un autre fait peut servir à expliquer ce « choix » des Wisigoths comme origine de la lignée royale : l’événement connu sous le nom de fecho del imperio, c’est-à-dire la revendication, par Alphonse X, de la couronne impériale, à la mort de Conrad IV de Souabe en 1254. Armin Wolf a bien montré les droits « héréditaires » à l’élection – pour paradoxale que puisse paraître l’expression – du roi Alphonse X de Castille, fils de la princesse Béatrice de Souabe et cousin de Conrad IV. Alphonse, élu roi et empereur des Romains en 1256 par diverses villes italiennes, le fut en 1257 par une partie des grands électeurs allemands, réunis à Francfort. Il le fut à la fois comme membre de la famille des Hohenstaufen et comme descendant plus lointain, par la Maison de Bourgogne, de l’empereur Henri I32.

  • 33 Primera Crónica General de España, t. I, p. 215-218 et 220.

27Les Wisigoths, dont descendent en droite ligne les rois de Castille, proviennent, nous dit la Primera Crónica General, de l’île de Scantia ou Scancia, séparée de l’Allemagne par la Vistule. Les chroniqueurs du roi Sage se soucièrent même de donner aux Goths une ancienneté plus grande que celle dont les avait déjà pourvus Isidore de Séville, et d’expliquer qu’ils conservaient leur île comme base d’expéditions – el solar conocido –, tout en dévastant et soumettant la Grèce, la Macédoine, le Pont-Euxin, l’Asie et l’Illyrie. Les Goths de l’époque, poursuit la Chronique, choisissaient leurs rois et leurs évêques parmi les plus nobles d’entre eux, les pileatos « qui veut dire autant que chevaliers qui portent des chapeaux en honneur à la chevalerie » ; l’un de ces rois fut d’ailleurs fils d’Hercule et beau-frère du roi Priam33. La boucle est ainsi bouclée, Espagnols et Goths ont une origine commune, et le roi de Castille porte dans ses veines un sang nordique qui ne peut que renforcer ses aspirations à être élu au trône impérial.

28Le revival de l’héritage wisigothique dans la Castille du XIIIe siècle n’est donc pas seulement dû au maintien d’une tradition. Il nous semble qu’il s’agit plutôt de la récupération de cette tradition, dans la mesure où elle permettait de servir d’autres fins : l’affirmation d’une conscience nationale, l’indépendance face à l’Empire et à l’Église, notamment dans le domaine juridique, et enfin, pour le roi, l’établissement de ses droits à la couronne impériale.

  • 34 Diego García de Campos, Planeta, éd. par Manuel Alonso, Madrid, 1943, p. 180-181. L’ouvrage traite (...)

29Cette « récupération » par le pouvoir n’exclut pas, bien évidemment, le consensus. Les Wisigoths font, de toutes façons, partie du paysage mental des Castillans, et lorsque le chancelier du roi, Diego de Campos, adresse à l’archevêque de Tolède, Rodrigue Jiménez de Rada, son Planeta – rédigé avant 1218 –, il consacre une partie de cette adresse à gloser le nom du récipiendaire, un nom qui magis est gothicum vel teuthonicum quam hyspanum ; suit une allusion, quoique très voilée, au dernier roi wisigoth, Rodrigue, dont il parlera ensuite ouvertement34. Il est intéressant de trouver ici cette distinction entre « gothique » et « germanique » dans une phrase où le troisième terme est « espagnol » : si les deux premiers sont distincts entre eux, ils sont cependant suffisamment proches pour être, ensemble, mis en rapport avec le troisième.

  • 35 Lucas de Tuy, Milagros de San Isidro, Salamanca, 1525 et P. Enrique Florez, España Sagrada, t. XXII (...)

30Les Wisigoths ont donc envahi le panorama castillan au cours du XIIIe siècle. Lucas de Tuy, auteur du Chronicon mundi, l’est également d’une œuvre intitulée Miracles de saint Isidore. Juan Gil de Zamora, précepteur du jeune Sanche IV pour qui il écrit le De preconiis Hispaniae, rédige aussi une Translación et invención del cuerpo de san Ildefonso. En 1302, un bénéficier d’Ubeda écrira une Vie de saint Ildephonse. Aux alentours de 1300 également, Jofre de Loaysa, abbé de Santander, auteur d’une continuation de la chronique de Rodrigue Jiménez de Rada, publie une Historia gothica de don Rodrigo35.

  • 36 D. Juan Manuel, Crónicas abreviada, éd. par R.-L. Grismer & M.-B. Grismer, Minneapolis, 1958. Cróni (...)
  • 37 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, éd. par José Mattoso, Portugalliae Monumenta Histórica, Nova (...)
  • 38 Fr. García de Eugui, Crónica General de España, Bibliothèque de l’Escorial, Mss. Cast. X-II-22.
  • 39 Comme le manuscrit 47-4 de la Cathédrale de Tolède, qui contient aux fos 63ra-65vb des A nales de l (...)
  • 40 Juan Rodríguez de Cuenca, Sumario de los Reyes de España, éd. par Eugenio de Llaguno Amirola, Madri (...)

31Le fait est donc acquis au XIVe siècle. Don Juan Manuel, dans sa Crónica abreviada (vers 1320-1324), consacre d’innombrables chapitres aux rois wisigoths, de même que l’ouvrage généalogique connu sous le nom de Crónica de 134436, le « Livre des Lignages » portugais dit « du comte D. Pedro », rédigé et remanié jusque vers 138037, la Crónica general de España de l’évêque de Bayonne Garcia de Eugui (vers 1390)38. À la même époque fleurissent les listes des rois wisigoths associés aux rois d’Espagne39, et si Juan Rodríguez de Cuenca fait débuter son Sumario de los Reyes de España par le roi Pelayo, il prend soin de signaler qu’« il venait du lignage des rois goths »40. Nous pourrions multiplier les exemples.

32Intégrés à l’imaginaire national, les rois wisigoths vont servir d’exemplum, non plus de bons chrétiens comme Récarède ou surtout Wamba, ou de pécheurs comme Rodrigue, mais de bons ou mauvais princes.

Wittiza et Egica furent deux rois goths,
de très mauvais gouvernement,

  • 41 Pero López de Ayala, Rimado de Palacio, éd. par Germán Orduña, Madrid, Clásicos Castalia, 1987, p. (...)
  • 42 Crónicas de los Reyes de Castilla, B. A. E. t. LXVIII, Madrid, 1953, p. 109.

33nous dit Pero López de Ayala dans son Rimado de Palacio, écrit vers 1403, avant d’ajouter qu’ils eurent la fin qu’ils méritaient41. Le même chroniqueur, dans sa chronique du roi Juan I, mentionne qu’à la suite de la défaite d’Aljubarrota, le pape envoya au roi une lettre dans laquelle, entre autres vaincus célèbres, figure « Rodrigue, roi et seigneur de toute l’Espagne »42.

  • 43 José Cepeda Adán, « El providencialismo en los cronistas de los Reyes Catolicos », Arbor, 17, 1950, (...)

34Mais, nous l’avons vu, c’est au cours du XVe siècle, et plus précisément à partir du second quart du siècle, que le « wisigothisme » connaît un nouvel essor. Il trouve alors une place de choix dans une histoire entachée de « providentialisme » et de « messianisme »43, une histoire marquée par le pessimisme augustinien et la vision eschatologique.

  • 44 La crónica del rey don Rodrigo y de la destruyción de España y cómo los moros la ganaron, Valladoli (...)

35La « Chronique du roi don Rodrigue et de la destruction de l’Espagne et de comment les Mores la gagnèrent » de Pedro de Corral, également connue sous le nom de Crónica Sarracina, en constitue l’un des premiers fleurons. Contée à la manière d’un roman de chevalerie, l’histoire du roi Rodrigue y devient une illustration du thème de la Fortune, cher au XVe siècle. Le roi Rodrigue « possédait une renommée incomparable et l’état le plus élevé qu’eût un roi ». De son temps, l’Espagne était « florissante et insigne », « plus qu’aucun autre royaume ». Mais Dieu, pour punir les péchés du roi et des Espagnols, « permit que toute l’Espagne fût détruite par les barbares infidèles », pour sa « pénitence terrible et épouvantable »44. Le roi Rodrigue est devenu un héros romantique, l’instrument du Destin.

  • 45 Cancionero de Juan Alfonso de Baena, éd. par J.-M. Azaceta, 3 vol., Madrid, 1966, p. 1168. Julio Ro (...)

36Le thème de la « destruction de l’Espagne » à cause des péchés du souverain et de ses sujets ne pouvait qu’être adopté par ceux qui déploraient les ligues nobiliaires, la faiblesse du roi, le pouvoir des favoris et la guerre civile. De Juan de Baena et de l’auteur inconnu du Libro de la Consolación de España vers 1440, aux poètes Juan de Lucena, Jorge Manrique et Gómez Manrique comme à frère Iñigo de Mendoza une trentaine d’années plus tard, tous recourent à la figure de celui, non plus « qui perdit », mais « par qui fut détruite » l’Espagne, pour discourir sur les malheurs du temps45.

  • 46 Alfonso de Palma, Divina rretribuçion sobre la cayda d’Espanna en tienpo del noble rrey don Iohan e (...)

37Mais le thème de la Fortune a deux visages et ce qui a été perdu peut être « récupéré », ce qui a été détruit « restauré ». Avec l’aide de Dieu, naturellement. Ainsi le montre le bachelier Alfonso de Palma dans son ouvrage intitulé « Rétribution divine sur la chute de l’Espagne à l’époque du roi Jean premier, qui fut restaurée par les très excellents rois don Ferdinand et doña Isabelle ses arrières-petits-enfants », qui date de 1483-La « chute » de l’Espagne est celle de la défaite d’Aljubarrota un siècle plus tôt ; la « restauration », la victoire de Toro de 1476 sur Alphonse V de Portugal46.

  • 47 Juan de Mena, Laberinto de Fortuna (1444), éd. par Miguel Angel Pérez Priego, Madrid, Austral, 1989 (...)
  • 48 « Roderici Toletani Coronica Regum Hispaniae, continuata a Benedicto Morer de Torella usque ad annu (...)

38Dans cette vision providentielle de l’Espagne, que Dieu a punie pour ses péchés, mais qu’il sauvera par sa grâce, les Wisigoths ont naturellement leur place. Saints et penseurs de l’époque wisigothique y figurent en premier lieu, tels saint Isidore – dont les Étymologies sont traduites en castillan – et saint Ildephonse de Tolède, mais également les « bons » rois et leurs hauts faits. Wamba est présenté comme « modèle » de gouvernant aussi bien par Juan de Mena dans son Laberinto de Fortuna que par Diego de Valera dans son Doctrinal de Principes47, et Reccarède se place entre les praecipuos gentes catholicos christianissimos48.

  • 49 Alfonso de Cartagena, Discurso sobre la preeminencia del rey de Castilla sobre el rey de Inglaterra(...)
  • 50 Diego Rodríguez de Almela, Compilación de las batallas campales, Murcia, 1487, éd. fac-similé, Vale (...)

39Le « sang gothique » devient synonyme de courage, de valeur et de noblesse. Alfonso de Cartagena et le marquis de Santillane le proclament au milieu du siècle49, comme Fernán Pérez de Guzmán dans ses Generaciones y semblanzas, Diego de Valera dans le Doctrinal de Principes, Pedro de Escavias dans son Répertoire des Princes d’Espagne, le chanoine Diego Rodríguez de Almela dans sa Compilation des batailles rangées (1481) ou encore l’auteur anonyme de la Brève compilation des chroniques des rois d’Espagne adressée à Ferdinand le Catholique vers 149250.

40Dans une perspective messianique, le « trône impérial des Goths », perdu par le roi Rodrigue et les Espagnols en raison de leurs péchés, sera donc restauré par l’« illustre sang gothique » qui coule dans les veines des Rois Catholiques. Perspective messianique, mais aussi perspective eschatologique dans un monde « détruit » par la guerre civile et étrangère et assiégé par les Turcs, puisque, nous l’avons vu, la « restauration » de l’Espagne est également une victoire de la Chrétienté sur l’Islam.

  • 51 B.N. Paris, Ms. Esp. 110, f° 1.

41L’« illustre sang gothique » qui est celui du roi en fait donc l’héritier, et des rois wisigoths et de Pelayo, premier roi « d’Espagne ». Dans une société qui a adopté la noblesse comme valeur suprême et mesure cette noblesse à l’ancienneté du lignage, le fait de posséder, comme le dit de Ferdinand le Catholique l’auteur de la chronique de 1492, « une ancienneté si lointaine et une succession continue, un roi venant de l’autre de son propre lignage, en ligne directe jusqu’à aujourd’hui, près de mille années sans que [...] intervienne en elle aucun roi d’une origine autre ou étrangère »51, témoigne amplement de la supériorité du roi sur l’aristocratie de son royaume.

42La place et le rôle des Wisigoths dans l’histoire nationale espagnole ne sont plus les mêmes deux siècles après les chroniques de Lucas de Tuy et de Rodrigue Jiménez de Rada. Ils ne servent plus désormais à affirmer une spécificité nationale, une indépendance vis-à-vis des pouvoirs spirituel et temporel, ou même les prétentions du roi à la couronne impériale. Ils offrent, en revanche, un modèle compréhensible aux Castillans du XVe siècle, qui partagent avec le reste de l’Occident l’angoisse devant les calamités et les guerres, le pessimisme d’un monde vieilli, la réflexion sur le péché et la responsabilité humaine. Ils représentent à la fois le summum bonum, la quintessence de la gloire, de la renommée et de la prospérité, et son envers : la perte de ce bien, la destruction, la misère.

  • 52 C’est un thème commun dans les années 1460-1480, développé entre autres par fr. Iñigo de Mendoza da (...)

43Le parallélisme avec la perte du Paradis terrestre est tentant. Succombant à la tentation dont Ève fut l’instrument, Adam a perdu l’innocence et la royauté universelle : mais ses descendants seront sauvés par le Christ, « roi céleste », né de la Vierge Marie52. Un Castillan pouvait-il ne pas faire le rapprochement avec le roi Rodrigue qui, pour avoir succombé aux appâts féminins, a perdu l’Espagne « florissante et insigne » de la royauté wisigothique, et le roi Pelayo, issu du même sang, qui est sorti de sa grotte dans les Asturies pour entreprendre la reconquête du royaume ?

44La place qu’ont occupée et le rôle qu’ont joué les Wisigoths, dans la formation de l’identité monarchique aussi bien que nationale de l’Espagne médiévale, sont beaucoup plus complexes que cette brève étude ne le laisserait supposer, et mériteraient un plus long développement. Notre propos, ici, n’a été que d’attirer l’attention sur leur importance dans la formation de la nation Espagne, en indiquant au passage certains des motifs qui peuvent expliquer leur choix, à des époques diverses et par des auteurs divers, comme « fondateurs » et origine, et du roi et des Espagnols.

Notes

1 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, éd. par J. Domínguez Bordona, Madrid, Clásicos Castellanos, 1979, p. 11.

2 Pedro de Corral, La crónica del rey don Rodrigo y de la destruyción de España, Valladolid, Nicolas Tierri, 1527 ; Alfonso de Cartagena, Discurso sobre la preeminencia del rey de Castilla sobre el rey de Inglaterra, éd. par Mario Penna (B. A. E., 116), Madrid, 1959, p. 208.

3 Alfonso Martínez de Toledo, Vidas de San Ildefonso y San Isidoro, éd. par J. Madoz y Moleres, Madrid, Espasa Calpe, 1962. La crónica de España del arzobispo don Rodrigo Jiménez de Rada..., éd. par le Marquis de la Fuente del Valle, Madrid, Codoin, 1893, tomes 105 et 106. La Crónica de España de Luchas de Tui, trad. par Pedro de León éd., par Julio Puyol, Madrid, Rah, 1926.

4 Alfonso Martínez de Toledo, Atalaya de las Coronicas, éd. par James B. Larkin, Madison, Hispànic Seminary of Medieval Studies, 1983, p. 2-3.

5 Billy B. Thompson & John K. Walsh, « Old Spanish Manuscripts of Prose Lives of the Saints and their Affiliations. I : Compilation A (The Gran Flos Sanctorum) », La Coronica, 15 (1986-1987), p. 17-28. Carmen García Rodríguez, El culto de los santos en la España romana y visigoda, Madrid, CSIC, 1966.

6 Diego de Valera, Epístolas y tratados, p. 24, et Doctrinal de principes, p. 173, éd. par Mario Penna, Madrid, B. A. E., 116, 1959. Pedro de Escavias, Repertorio de Príncipes de España, éd. par Michel Garcia, Jaén, Csic, 1972.

7 B. N. Paris, Mss. Esp. 110.

8 José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, Madrid, 1954, rééd. Madrid, 1981, p. 299-337.

9 Crónica Albeldense, in P. H. Florez, España Sagrada, t. XIII, y éd. par M. Gómez Moreno, « Crónicas latinas de la Reconquista. El ciclo de Alfonso III », Boletín de la Real Academia de la Historia, 100 (1932).

10 Crónica de Alfonso III, éd. par Antonio Ubieto Urteta, Valencia, 1971, p. 20 : « Incipit chronica Visegothorum a tempore Vuambani régis usque nunc in tempore gloriosi Garseani régis Adefonsi filii collecta ». Voir Manuel C. Díaz y Díaz, De Isidoro al siglo XI, Barcelona, 1976.

11 Crónica de Alfonso III, p. 28-29.

12 Alphonse III fera construire, sur l’emplacement de la tombe, une seconde église plus vaste que l’originale, et sollicite ou mentionne l’intervention de l’Apôtre dès 893-895 (Fernando López Alsina, La ciudad de Santiago de Compostela en la Alta Edad Media, Santiago de Compostela, 1988, p. 112 et 149-150).

13 Crónica Silense, éd. par Francisco Santos Coco, Madrid, Centro de Estudios Históricos, 1921, p. 1.

14 Voir Joseph O’ Callaghan, « The Integration of Christian Spain into Europe : The Role of Alfonso VI of Leon-Castile », Santiago, Saint Denis and Saint Peter. The Reception of the Roman Liturgy in Leon-Castile in 1080, éd. par Bernard F. Reilly, New York, Forham University Press, 1985, p. 101-120. Antonio García y García in « La reforma gregoriana en los reinos ibéricos », Iglesia, Sociedad y Derecho, 2, Salamanca, 1987, p. 369-389.

15 Lucas De Tuy, Chronicon mundi, éd. par Andreas Schott, Hispania Illustrata, t. IV, Francfort, 1606. Rodrigo Jimenez de Rada, De rebus Hispaniae liber, éd. par Francisco Lorenzana, Madrid, 1793, rééd. fac-similé, Saragosse, 1985.

16 Ce qui concède à l’histoire de l’Espagne une plus grande antiquité que celle que réclament ses voisins européens, les Français notamment. Voir Adeline Rucquoi, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales E. S. C., Mai-juin 1989, p. 677-689. Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 15-16 et 19-25.

17 Rodrigo Jimenez de Rada, De rebus Hispaniae liber, p. 5-12.

18 Primera Crónica General de España, éd. par Ramón Menéndez Pidat, rééd. par Diego Catalán, 2 t., Madrid, 1977.

19 Primera Crónica General de España, t. I, p. 312.

20 Poema de Fernán González, éd. par Juan Victorio, Madrid, Cátedra, 1981, p. 41, 45 y 65.

21 Libro de las generaciones, éd. par Josefa Ferrandis Martínez, Valencia, 1968, p. 50-54.

22 Juan Gil de. Zamora, De preconiis Hispaniae, éd. par Manuel de Castro y Castro, Madrid, 1955, p. 61-103.

23 José Antonio Maravall, El concepto de España en la Edad Media, p. 315-318.

24 Colette Beaune, Naissance de la nation France, p. 20-25 et 35-36.

25 Libro de las generaciones, p. 66-67.

26 Primera Crónica General de España, t. I, p. 222.

27 Gaines Post, Studies in Medieval Legal Thought. Public Law and the State, 1100-1322, Princeton, Princeton University Press, 1964.

28 Ibid., p. 482-493-

29 Antonio García y García, Estudios sobre la canonística portuguesa medieval, Madrid, 1976, en particulier le chap. II : « La penetración del Derecho clásico medieval en la Península Ibérica », p. 67-94.

30 Ibid., p. 67-82 et 173-217.

31 Voir Armin Wolf, « Legislación y codificaciones », Revista de Estudios histórico-jurídicos, IX (1984), p. 81-109. La version originale de cet article se trouve dans Die Renaissance der Wissenschaften im 12. Jahrhundert, Zurich & München, 1981, p. 143-171.

32 Armin Wolf, « Derecho electivo y suceción hereditaria en los reinos y en el imperio de Alfonso el Sabio », España y Europa, Un pasado jurídico común, Murcia, 1986, p. 223-258.

33 Primera Crónica General de España, t. I, p. 215-218 et 220.

34 Diego García de Campos, Planeta, éd. par Manuel Alonso, Madrid, 1943, p. 180-181. L’ouvrage traite du De Christo rege, du De beata Maria Virgine, De angelis et de S. Michaele, De anima religiosa, et comporte un dernier chapitre intitulé De pace. Nous ignorons une grande partie de la vie du Chancelier, qui étudia la théologie à Paris, et se trouvait en 1215 parmi les assistants au Concile de Latran IV.

35 Lucas de Tuy, Milagros de San Isidro, Salamanca, 1525 et P. Enrique Florez, España Sagrada, t. XXII. Fr. Juan Gil de Zamora, Traslación e invención del cuerpo de San Ildefonso ; voir Boletín de la Real Academia de la Historia, t. VI (1885). El Beneficiado de Úbeda, Vida de San Ildefonso, éd. dans la Biblioteca de Autores Españoles, t. LVII, Madrid, 1952. Jofre de Loaysa, Historia gothica de don Rodrigo, voir Morel-fatio dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. LXIX.

36 D. Juan Manuel, Crónicas abreviada, éd. par R.-L. Grismer & M.-B. Grismer, Minneapolis, 1958. Crónica de 1344, éd. par Diego Catalán et M.-S. de Andrés, Madrid, 1970.

37 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, éd. par José Mattoso, Portugalliae Monumenta Histórica, Nova Serie, II, Lisboa, 1980.

38 Fr. García de Eugui, Crónica General de España, Bibliothèque de l’Escorial, Mss. Cast. X-II-22.

39 Comme le manuscrit 47-4 de la Cathédrale de Tolède, qui contient aux fos 63ra-65vb des A nales de los reyes godos de España, aux ff. 88ra-90vb un Cronicón de los reyes de España, et aux fos 67ra-80vb une Historia de los reyes de España.

40 Juan Rodríguez de Cuenca, Sumario de los Reyes de España, éd. par Eugenio de Llaguno Amirola, Madrid, 1781, éd. fac-similé, Valencia, 1971.

41 Pero López de Ayala, Rimado de Palacio, éd. par Germán Orduña, Madrid, Clásicos Castalia, 1987, p. 241.

42 Crónicas de los Reyes de Castilla, B. A. E. t. LXVIII, Madrid, 1953, p. 109.

43 José Cepeda Adán, « El providencialismo en los cronistas de los Reyes Catolicos », Arbor, 17, 1950, p. 177-190. Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, Valladolid, 1983 ; « Notes sur le messianisme de Christophe Colomb », Cahiers du Centre de Recherches Ibéro-Américaines de Rouen, 1, 1981, p. 181-201.

44 La crónica del rey don Rodrigo y de la destruyción de España y cómo los moros la ganaron, Valladolid, 1527, prologue, f ° 1.

45 Cancionero de Juan Alfonso de Baena, éd. par J.-M. Azaceta, 3 vol., Madrid, 1966, p. 1168. Julio Rodríguez Puertolas, « El libro de la Consolación de España. Una meditación sobre la Castilla del siglo XV », Miscelanea de Textos Medievales, I, Barcelona, 1972, p. 189-212. Juan de Lucena, Vida beata, éd. par A. Paz y Melia, Madrid, 1892, p. 189. Jorge Manrique, Cancionero, éd. par A. Cortina, Madrid, 1971, p. 93-Gómez Manrique, Cancionero, éd. par A. Paz y Melia, Madrid, 1885, t. l, p. 171. Victor García de la Concha, « Un Cancionero salmantino del siglo XV : el Ms. 2762 », Homenaje a José Manuel Blecua, Madrid, 1983, p. 221. Sur le thème de la-destruction de l’Espagne », voir Alain Milhou, « De la ’destruction’ de l’Espagne à la ’destruction’ des Indes », Mélanges à la mémoire d’André Joucla-Ruau, t. 2, Aix-en-Provence, 1978, p. 907-919.

46 Alfonso de Palma, Divina rretribuçion sobre la cayda d’Espanna en tienpo del noble rrey don Iohan el primero, quefue rrestaurada por manos de los muy exçelentes rreyes don Fernando e donna Ysabel ssus bisnietos, nuestros ssennores, que Dios mantenga, éd. par J.-M. Escudero de la Peña, Madrid, 1879.

47 Juan de Mena, Laberinto de Fortuna (1444), éd. par Miguel Angel Pérez Priego, Madrid, Austral, 1989, p. 193-194. Diego de Valera, Doctrinal de príncipes, B. A. E., 116, Madrid, 1959, p. 175.

48 « Roderici Toletani Coronica Regum Hispaniae, continuata a Benedicto Morer de Torella usque ad annum 1459 », dans Revue Hispanique, 36 (1916), p. 469.

49 Alfonso de Cartagena, Discurso sobre la preeminencia del rey de Castilla sobre el rey de Inglaterra (1435), p. 208. Iñigo López de Mendoza, Comedíela de Ponça (1444), éd. par Maxim Kerkhof, Madrid, Cátedra, 1986, p. 80 : « De gótica sangre fue yo produzida ».

50 Diego Rodríguez de Almela, Compilación de las batallas campales, Murcia, 1487, éd. fac-similé, Valencia, 1963. Voir notes 2 et 6.

51 B.N. Paris, Ms. Esp. 110, f° 1.

52 C’est un thème commun dans les années 1460-1480, développé entre autres par fr. Iñigo de Mendoza dans ses Coplas de Vita Christi, éd. par J. Rodríguez Puertolas, Fray Iñigo de Mendoza y sus « coplas de Vita Christi », Madrid, 1968, et par l’auteur inconnu d’un Tresenario de Contenplaçiones por estilo rrimado, éd. par Maxim P. Kerkhof, « Le Tresenario de contenplaçiones por estilo rrimado. Texte espagnol anonyme du XVe siècle », Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, éd. par Odilo Engels, Münster, 1984, p. 286-370.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search