Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Relations de parenté et héritage wisigothique dans l’aristocratie du royaume de León au xie siècle

Pascual Martínez Sopeña
Traduction de Véronique Van Damme

Texte intégral

1Au XIe siècle, la société du León était dominée par une aristocratie de grands propriétaires fonciers. Depuis le siècle précédent, ils se définissaient par l’expression filii bene natorum, soulignant ainsi la transmission de leur condition par le sang. Cette dénomination générique exista dès le début, et ensuite s’utilisa moins fréquemment que d’autres au contenu plus spécifique, comme magnates palatii qui insistait sur l’importance de leur rôle à côté du monarque, ou comites qui soulignait les responsabilités de nombre d’entre eux dans les différents territoires du royaume. Mais de tels termes désignaient seulement un secteur de l’aristocratie, le plus éminent. Pour nommer le reste des membres du groupe, le terme infanzones commença à se répandre au cours du XIe siècle. Ces derniers étaient souvent des vassaux ou des parents des premiers, mais on n’arriva sans doute pas à les différencier complètement à cette époque : ils pouvaient réclamer, comme on le constate dans un célèbre diplôme, leur caractère de milites non infimis parentibus ortos, sed nobiles genere necnon et potestate.

2Les magnates et les infanzones partageaient l’idée de la lignée, la condition de maîtres de terres et de seigneurs, les fonctions militaires, administratives et auliques. En vertu de tout cela, ils étaient nobiles, malgré leurs différences de rang, qui d’ailleurs n’empêchaient pas une mobilité relative.

  • 1 Vid. J.-M. Ruiz Asencio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León (775-1230), tomes (...)

3Les collections diplomatiques de la cathédrale de León et du monastère de Sahagún, entre autres, procurent d’abondantes informations sur la noblesse, et en particulier sur ces familles dont le centre d’intérêt se situe entre les rivières Orbigo et Carrión, dans la région centrale du royaume1.

  • 2 Parmi les différents essais généraux et les monographies publiées, vid. M.-C. Carle, « Gran propied (...)

4À la publication des sources, on peut ajouter pour ces quinze dernières années de nombreuses recherches sur le rôle de la noblesse dans la société hispanique et celle du León au haut Moyen Âge. Les différentes perspectives d’étude vont depuis l’identification des parentèles et de la géographie de leurs domaines jusqu’aux formes d’exercice de leur pouvoir en tant que groupe dominant2.

5En relation avec le territoire du León, on a pu dégager ainsi une image assez claire du rayonnement que présentaient les Banu Mirel, les Alfonso ou les Banu Gomez dans la Tierra de Campos, les Flainez et les Velaz dans les montagnes du Nord, ou les parents d’Ordoño Vermudez et Munio Fernandez dans la vallée de l’Esla. À côté de ces familles, à la tête desquelles il y avait toujours un ou plusieurs magnates et dont les ancêtres occupaient déjà des positions privilégiées au Xe siècle, la documentation éclaire aussi les groupes familiaux composés seulement par des infanzones, comme celui que constituent Ero Salitiz et sa descendance.

  • 3 En guise d’exemple, voir notre travail cité dans la note précédente, part. 56.

6En même temps, on peut reconstituer une dynamique des héritages ; le premier résultat laisse voir qu’une grande partie des domaines se trouve distribuée entre les membres qui composent chaque famille, quoique celle-ci possède de manière collective certaines propriétés. D’un point de vue général, les différents descendants d’un ancêtre commun coexistent comme propriétaires dans un noyau fondamental de villages, et l’on peut même percevoir, au niveau de la micro-analyse, la contiguïté des parcelles entre des parents plus ou moins proches3.

7Tout cela offre des témoignages suggestifs sur l’unité ancienne des domaines et sur l’histoire complexe de leur fragmentation à travers les générations d’héritiers. Mais, en second lieu, les relations qu’entretenaient les différentes familles de l’aristocratie ajoutent de nouveaux éléments à cette complexité ; ils sont surtout perceptibles à l’occasion des unions matrimoniales : celles-ci auront pour conséquence que certains des membres de chaque groupe familial se rattacheront à d’autres groupes familiaux, grâce à des relations de sang et de patrimoine.

  • 4 Voir plus bas, note 22.

8En faisant une appréciation de ce genre, nous constatons l’existence de schémas collectifs de comportement social. Ils étaient sûrement formés de composantes variées, mais il convient d’y observer l’importance des traces du droit wisigothique, comme le soulignent d’ailleurs parfois explicitement les protagonistes des actes4. L’objet de ce travail est d’observer l’empreinte que ce legs laissa dans les régimes matrimonial et successoral de l’aristocratie du León au XIe siècle.

***

9Le mariage comporte au XIe siècle divers transferts de biens. D’une part, la fille est dotée par ses parents. D’autre part, le mari remet à son épouse un douaire ; on en profite également pour stipuler que les biens acquis par les conjoints dans le futur, la ganantia, leur appartiendront par moitié. Mais, sauf lorsqu’il existe des chartes d’unité des biens, circonstance d’ailleurs peu exceptionnelle, l’impression que l’on dégage est celle de deux patrimoines qui fonctionnent de manière autonome.

  • 5 Le texte continue « ... id est, mulos kavallos, equas, boves, vackas, greges ovium sive porcos, mau (...)
  • 6 Vela Vermudez et son fils Vermudo Velaz donnent en 1085 divers biens à leur fille et sœur Sancha Ve (...)

10L’épouse reçoit de ses parents des ensembles divers d’objets, des têtes de bétail et même des esclaves maures, le tout dénommé exovar (espagnol actuel ajuar, trousseau). Ce terme est très peu employé, de telle sorte qu’une certaine Marina Vitas se réfère en 1086, sous forme de périphrase, à todo meo ganato quanto duxit de kasa de meo patre5. Il est possible que le moment du mariage ait également servi à anticiper la remise de la partie de l’héritage qui revenait à une fille6.

  • 7 Voir sur le sujet de cette question concrète le travail de P. Merea, O dote nos documentos seculos (...)

11L’épouse reçoit aussi à l’occasion de son mariage le douaire marital. Les mots dos ou dotis coexistent d’abord et ensuite sont remplacés par un nouveau terme, arras, qui possède la même acception7. Les chartes de douaire et surtout les références à des biens reçus à ce titre sont fréquentes dans les documents du León au XIe siècle ; elles prouvent qu’il s’agit là d’une coutume courante, étendue à la paysannerie.

  • 8 Les documents cités sont publiés dans Col. Dip. Sahagún, II, n° 439, et III, n° 886. Mais par exemp (...)

12Le douaire se compose fondamentalement de biens immobiliers, dont on précise parfois l’importance par rapport à ce qu’ils représentent pour la fortune du mari. Par exemple, en 1034, Ansur Gómez donna à son épouse Mumadonna Ovequiz la dixième partie des villages qu’il avait hérités de son père. Ainsi, en 1092, Diego Odoariz céda à Maria Martínez la moitié de ses parts dans une longue liste de villas qui constituaient son patrimoine. De tels témoignages ne sont pourtant pas abondants ; la plus grande partie des notices enregistrent seulement les biens qui ont été cédés, sans se référer à ce qu’ils représentaient proportionnellement8.

  • 9 Il s’agit dans ce cas de biens situés dans une autre villa et qui furent cédés au lieu des donas qu (...)
  • 10 Il est courant que cette clause apparaisse dans les chartes d’arras. Par ailleurs, pour différents (...)

13Au douaire proprement dit semblent, s’ajouter d’autres biens meubles-des chevaux, des serfs, des fourrures-, comme le montre ledit texte de 1034, et comme le mettent particulièrement en évidence deux chartes octroyées, dans un intervalle d’un mois et demi, par l’infanzón Nepociano Vermudez à sa femme María Pérez en 1088 ; la première de celles-ci était constituée par les arras sensu strictu et la seconde par d’autres biens estimés à 500 sous et cédés pro donas, une expression destinée à connaître un long usage dans les accords matrimoniaux9. Même si parfois on signale que la femme ne jouira des biens du douaire qu’à la mort de son conjoint, la norme générale ne semble pas avoir été celle-là. Au contraire, différents témoignages indiquent la pleine disposition de tels biens pendant la vie du mari, et naturellement durant le veuvage10.

  • 11 Ce document a déjà été cité dans la note 8. Il offre, du point de vue qui nous occupe, d’autres élé (...)
  • 12 P. Merea (op. cit., 71-74) constate cette différence et nuance le droit réel des enfants, tel qu’il (...)

14Le sort final du douaire marital oscilla entre les chartes qui le destinent à la descendance commune des époux-sujet que nous traiterons plus loin-et celles qui manifestent que la femme possède l’entière liberté d’en disposer à sa guise. Un modèle de la première solution est le douaire repris par le comte Munio Alfonso à son épouse Mumadonna Godesteiz en 104211 ; en général, les chartes de la première moitié du siècle désignent les enfants du ménage comme destinataires du douaire à la mort de leur mère, en contraste avec la seconde moitié du siècle pendant laquelle on octroie presque toujours à la femme une entière capacité de décision sur les arras en question12.

  • 13 P. Martínez Sopena, Parentesco y poder..., 59.

15Les pratiques de transmission de biens dans le sein de chaque groupe familial impliquent des questions très variées. Il est opportun de partir d’exemples concrets, comme celui de la comtesse Mumadonna Godesteiz, déjà citée, car elle hérita au long de sa vie de biens d’origine variée, ce qui illustre la complexité des héritages. En premier lieu, comme fille de Godesteo Diaz et Teresa Muñiz, elle reçut des divisas et portiones de chacun de ses parents ; elle obtint, en plus, une partie des biens qui avaient appartenu à son frère Diego, mort probablement sans descendance, et d’une certaine Onega, une de ses tantes paternelles. Les connexions patrimoniales avec les parents de son sang dureront toute sa vie, puisqu’elle apparaît à maintes reprises comme intervenant dans les affaires, soit avec sa mère et son frère Munio, soit avec sa sœur Gutina et son neveu Felipe Muñoz, indépendamment de sa condition d’épouse du comte Munio Alfonso. Précisément, ses liens d’origine conjugale présentent un autre cas de figure. Elle a été mariée à deux reprises, comme son second mari ; les circonstances dramatiques de ces mariages offrent beaucoup d’intérêt du point de vue successoral. À la mort de son premier mari, Nepociano Osoriz, les biens de ce dernier passèrent à leur fille commune, Teresa, qui ne tarda pas à décéder, si bien que Mumadonna devint son héritière. Cette même circonstance se reproduisit encore deux autres fois, puisqu’allaient mourir sans descendance Juan et Pedro Muñoz, fruits de son union avec le comte Munio Alfonso de qui ils avaient hérité13.

16À partir de ces données, on peut poser plusieurs questions. En premier lieu, voyons le cas de l’héritage paternel et maternel : les conjoints ont administré leurs biens séparément et tout finit par se réunir dans l’héritage que reçoivent leurs enfants. Ceux-ci non seulement héritent de leurs parents, mais obtiennent aussi les biens de leurs frères et sœurs qui sont morts sans succession – un fait qui détermine parfois la rétroversion de l’héritage aux parents eux-mêmes. D’autres parents collatéraux peuvent aussi transmettre des biens aux membres de leur famille. En second lieu, on participe aux héritages à travers des divisas et portiones, quoiqu’il existe des variantes très intéressantes. Et enfin, tous les enfants, garçons et filles, participent à l’héritage ; il conviendrait de savoir dans quelles conditions ils le font.

  • 14 D’autres exemples : les fils du comte Alfonso Muñiz et de la comtesse Ildonza jouirent des biens pa (...)
  • 15 Un droit qui, étant donné la fréquence des veuvages féminins, reste habituellement entre les mains (...)
  • 16 Ainsi le font par trois fois Enderquina et Urraca Alfonso au bénéfice des enfants de leurs frères G (...)

17Les enfants héritent à la mort de leurs parents, et l’accès à l’héritage se produit à la mort de chaque conjoint. Les exemples cités, spécialement le cas de Juan et Pedro Muñoz par rapport au comte Munio Alfonso, sont très significatifs. À l’intérieur de cette même famille, il y a plusieurs autres exemples. Tous mettent l’accent sur l’indépendance des patrimoines paternel et maternel, source de relations constantes entre chaque conjoint et sa famille par le sang14. Mais, à l’inverse, il n’est pas rare que ce soient les parents qui succèdent aux enfants, à ces enfants qui sont décédés parvulos ou in iuventute, en somme sans descendants légitimes15. Dans cette circonstance, si les parents sont déjà morts, les biens se distribuent entre les frères et sœurs du défunt, auxquels, de toutes manières, ils auraient fini par échoir. En dernier lieu, la capacité d’hériter s’étend aux parents collatéraux ; telles sont les tantes célibataires, en particulier, qui ont cédé au moyen de donations entre vifs des propriétés patrimoniales à leurs neveux16. Il y a donc une attitude de contrôle sur les destinées de l’héritage de chaque membre du groupe conjugal ; elle s’étend à ces parents qui n’ont pas de descendance et qui, avant leur mort, peuvent disposer de leurs biens, même contre les intérêts du groupe.

  • 17 Il y a quelques cas extraordinaires où un testateur cède à l’Église jusqu’aux deux tiers de son avo (...)
  • 18 La raison alléguée par Adosinda Nuñez en faveur de sa fille Enderquina Ordoñez, quand elle lui donn (...)

18Les héritages paternel et maternel se répartissent entre tous les enfants, garçons et filles, suivant un critère d’égalité. À part cela, il est nécessaire de souligner qu’une partie des biens reste à la libre disposition du père ou de la mère. La pratique permet de distinguer que cette quotité disponible a été généralement d’un cinquième dans les premières décennies du siècle, pour passer progressivement à un tiers. Le caractère de la documentation, où cette quotité apparaît presque uniformément destinée aux institutions ecclésiastiques les plus diverses, introduit peut-être une distorsion dans son affectation finale17. Mais, en plus, les parents peuvent améliorer d’un tiers l’héritage, au bénéfice d’un des membres de sa descendance, sans que s’y manifeste une tendance à privilégier nécessairement les garçons ou la primogéniture18.

  • 19 Au cours de la seconde moitié du XIe siècle, on perçoit une tendance à assurer le contrôle des pare (...)

19La forme concrète de distribution des héritages entre les enfants pose plusieurs problèmes. On semble avoir utilisé deux procédés différents. Celui qui paraît le plus commun dans la documentation est le système de divisas et portiones, c’est-à-dire l’attribution de chacune des quote-parts aux enfants dans les lieux où l’un des deux parents a ses biens et ses droits. La question principale qui se pose est de savoir si un tel partage avait effectivement lieu ou s’il était seulement virtuel ; dans ce cas, une reconnaissance des droits de chaque héritier accompagnerait simplement l’indivision des biens patrimoniaux. Les délimitations individualisées des parcelles plaident pour un partage effectif ; cette circonstance est soulignée aussi par des expressions comme do tibi illos solares cum tota bereditate quos ad me dividitum fuit inter fratres vel sorores meas. D’autres références indiquent une indivision seulement partielle et transitoire – sive que nunc est divisum tamque dividendum –. Mais il y a par contre des propriétés familiales dans lesquelles la portione est par nécessité seulement virtuelle. C’est le cas des monastères familiaux, qui jouent un rôle important comme centres d’accueil de parents âgés ou désavantagés ; ils sont d’habitude placés sous le contrôle d’une domina qui a pour l’ensemble des héritiers une signification plus importante qu’un simple lien symbolique entre les membres de la famille19.

  • 20 Le préambule du document illustre la méthode : « Colmellos et divisiones et sortes codigas et legit (...)

20À côté de cette formule, on utilise aussi celle qui est dénommée colmellum divisionis. Un exemple de son emploi est le partage de l’héritage du comte Munio Fernández, que ses fils réalisent en 1016. Comme on le spécifie, ils firent avec les villas qui avaient appartenu au comte autant de lots équivalents qu’il y avait d’héritiers, et après, ils les tirèrent au sort entre eux20. Le processus supposait une nette différenciation des biens de chaque héritier.

  • 21 P. Martínez Sopeña, Parentesco y poder..., 61. On remarque certains mécanismes régulateurs à l’inté (...)

21Les deux procédés ne sont pas contradictoires. Dans la pratique, les familles les adoptaient simultanément. Les enfants du comte Munio Alfonso, par exemple, se répartirent les villages que leur père avait reçus du roi Fernand I d’après un colmellum semblable à celui qui a été décrit, mais ils utilisèrent le système des portiones pour le restant des terres léguées par leur père21.

***

  • 22 En guise d’exemple, le document de majoration auquel il a été fait allusion dans la note 18 présent (...)

22Il conviendrait maintenant d’évaluer ces données et de les insérer dans leur contexte social. Comme on aura pu l’observer, beaucoup de coutumes familiales de la noblesse du León avaient pour base des normes d’origine wisigothique. Il est intéressant de souligner que la société en était consciente. Dans les chartes des arras ou dans un colmellum divisionis, pour justifier pourquoi les parents étaient devenus héritiers de leurs enfants, au moment de décider la majoration patrimoniale de l’un d’entre eux, ou encore dans l’acte fixant par écrit les dernières volontés d’un défunt, on exprimait de manière catégorique que la procédure suivie était celle qu’indiquait la loi. Cette conscience se manifestait explicitement de différentes façons, qui allaient de l’énoncé du code wisigothique requis par la circonstance à la simple expression sicut lex docet22. De manière implicite, l’influence de la loi est patente dans un grand nombre d’actes où l’on suivait des modèles clairement inspirés par des préceptes cristallisés plusieurs siècles auparavant autour de la cour de Tolède.

  • 23 P. Merêa recueille cette idée dans Estudos de direito visigótico, Coimbra 1948, 34. Une synthèse de (...)
  • 24 Vid. note 9. Le maximum légal était fixé à des biens représentant une valeur de 1000 sous. Le fait (...)

23Si, au XIe siècle, on ne remettait plus les biens dotaux au père de la femme mariée, mais à elle-même, la volonté de s’en tenir au Liber était présente dans la remise, par le mari à son épouse, de la dixième partie de ses biens. Mais comme on l’a vu, on constate une tendance de plus en plus nette à remplacer cette pratique par la remise de la moitié des biens du mari. Il s’agit, comme on l’a signalé, d’une tradition qui se réclamait également de la Loi wisigothique antérieure à la législation de Chindasvinthe et qui est reprise dans la célèbre formule XX en hexamètres23. La volonté de s’en tenir à cette tradition incorpora la présence de donations complémentaires en accord avec le modèle fixé par une loi d’Ervige ; l’apparition des donnas qui seront ensuite reprises par le Fuero Juzgo en langue vulgaire nous semble significative, comme les documents de dots attribués au Fuero de León à la fin du Moyen Âge24.

  • 25 O dote, 77, note 68. Il convient de comparer cette appréciation et les suivantes avec les dernières (...)

24Cependant, de la même manière que le dixième wisigothique n’est plus nommé comme tel depuis le milieu du siècle, l’attente de la descendance par rapport au douaire (un autre cas prévu par la loi) s’exprime moins fréquemment à partir des mêmes dates. La conjonction des deux faits pourrait induire à penser, avec Merêa, qu’à l’époque, le droit des parents collatéraux est en train de gagner du terrain25. Avant d’avoir mené à bien une analyse plus nuancée et étendue, nous ne pouvons pas nous prononcer ; mais il faut rappeler à nouveau que les témoignages de la pratique coïncident, et qu’ils signalent l’assentiment des enfants à certaines aliénations, ou l’absence de descendants quand certaines de celles-ci se produisent, mais aussi le fait que l’Église a été fréquemment la bénéficiaire des biens légués.

  • 26 Sur tout cela, vid. les commentaires classiques de K. Zeumer, « Geschichte der westgothischen Geset (...)

25En relation avec les normes successorales, l’attestation la plus remarquable des survivances wisigothiques se trouve dans le droit préférentiel des descendants légitimes et dans le critère d’égalité des fils et des filles devant l’héritage, soit suivant la formule des portiones, soit suivant celle du colmellum, – des procédés dans lesquels concordent tous les documents analysés. D’autres circonstances ont été également considérées à partir des normes traditionnelles. Les parents héritent de leurs enfants morts avant eux, même de ceux qui sont morts parvuli mais sont déjà des légataires. La quotité disponible et la majoration de l’héritage au bénéfice d’un des descendants sont aussi attestées dans les mêmes termes. Enfin, le décès sans succession d’un des enfants, quand ils ont déjà hérité de leurs parents et le partage consécutif de leurs biens entre les autres obéissent à des règles identiques26.

26Cependant, on ne peut oublier que la société du XIe siècle fit ses propres choix, et que l’usage des normes traditionnelles n’échappait pas aux règles en usage. Dans le milieu nobiliaire, le régime successoral subsista dans un contexte différent qui, sans être strictement lié à lui, l’influença grandement. Pour terminer, nous observerons cela sur deux cas particuliers.

  • 27 À Fernando Flainez succéda son fils Flain Fernandez, et à celui-ci Martin Flainez ; aucun des fils (...)

27En premier lieu, les différences de statuts entre les enfants d’un comte commencèrent à poser un problème, dès que les titres possédés par leurs ancêtres ou obtenus par lui furent attribués seulement à l’un de ses enfants masculins. On perçoit sur ce point une certaine évolution entre la première moitié du siècle et la période suivante. Ainsi, les frères Pedro et Fernando Flainez furent comtes simultanément aux temps d’Alphonse V et de Fernand I, de même que Munio et Gutier Alfonso le furent durant le règne du second monarque ; ils se partagèrent même les charges territoriales et les dons du roi. Ce fait, déjà, ne se reproduit plus parmi leurs descendants immédiats27. Les membres les plus distingués de chaque parentèle purent jouir alors plus largement de la faveur du roi, augmenter grâce à elle leurs ganantias, puis traiter grâce à leur rang des alliances matrimoniales plus avantageuses, enfin transférer les avantages de leur fonction publique à la sphère familiale, en renforçant leurs différents pouvoirs de chefs de famille et leur contrôle efficace sur ses différents membres.

  • 28 Un autre signe en serait probablement les efforts déployés pour définir la condition d’infanzón, co (...)

28Un signe en est, dans les chartes de n’importe lequel de ses parents, la présence de comtes, qui ne cesse d’être habituelle depuis le milieu du siècle28. Un principe de hiérarchie différenciait les membres de chaque famille.

  • 29 Cela a dû se produire en 1045 (Col. Doc. León, IV, 201).
  • 30 P. Martínez Sopeña, Parentesco y poder en León..., 65.
  • 31 Col. Doc. León, IV, n° 1262.
  • 32 Col. Dip. Sahagún, III n° 786. Comme on l’explique, Gonzalo Fernández « quendam de magnatibus palat (...)

29Une seconde perspective est caractérisée par les relations entre la noblesse et l’Église. Il faut rappeler que, depuis le règne de Fernand I (1038-1065) et surtout sous son successeur Alphonse VI, les mouvements de réforme ecclésiastique eurent une grande importance dans le pays et déterminèrent l’implantation de structures semblables à celles qui se mettaient en place dans le reste de l’Europe occidentale. L’activité déployée, avec l’appui de la monarchie, par des noyaux réformateurs dont beaucoup de membres venaient du sud de la France provoqua, entre autres conséquences, une formidable accumulation de biens patrimoniaux pour l’Église, provenant de toute sorte d’acquisitions et spécialement des donations. La capacité de ceux qui n’avaient pas de descendants directs à qui léguer leurs propriétés, associée aux clauses de libre disposition, offrit de larges possibilités à l’intérieur de la tradition wisigothique pour le renforcement d’un pouvoir ecclésiastique autonome. Contre cela, les parentèles nobiliaires, progressivement hiérarchisées et jalouses de leurs intérêts, paraissent avoir réagi parfois avec des poussées d’une extraordinaire violence. Vers 1045, se produit un premier épisode ; la comtesse Sancha Muñiz, qui avait légué tous ses biens à la cathédrale de León, fut assassinée par un de ses neveux29. Mais c’est surtout dans le dernier quart du siècle qu’on observe la prolifération des actions défensives. Par exemple, les membres masculins de la famille Alfonso cessent de faire des dons à l’Église à partir des années 70. En même temps, tout le groupe entend préserver son autorité sur les monastères privés ; plus tard, ayant à sa tête le comte Martin Alfonso et son beau-frère le comte Pedro Ansurez, le groupe familial empêche partiellement que deviennent effectives des donations instituées plusieurs décennies auparavant30. Le comte Pedro Ansurez lui-même n’hésitera pas à racheter des biens qu’un de ses frères avait donné à la cathédrale de León, alléguant qu’ils avaient appartenu à son père31. La violation des dispositions de la loi wisigothique servira d’argument pour empêcher que s’accomplissent les dernières volontés d’un défunt ; c’est ce que fit le comte Martin Flainez pour éviter que les biens de son beau-frère ne pussent passer aux mains du monastère de Sahagún32. La ferme défense du patrimoine face à l’Église illustre un accroissement possible de l’influence des membres collatéraux et, en tout cas, un resserrement des liens de parenté à la fin du XIe siècle.

Notes

1 Vid. J.-M. Ruiz Asencio, Colección documental del Archivo de la Catedral de León (775-1230), tomes III et IV, León 1987-1990 ; M. Herrero de la Fuente, Colección diplomática del Monasterio de Sahagún (857-1230) tomes II et III, León, 1988. Les références postérieures à ces ouvrages seront celles de Col. Doc. León et Col. Dip. Sahagún.

2 Parmi les différents essais généraux et les monographies publiées, vid. M.-C. Carle, « Gran propiedad y grandes propietarios », in Cuadernos de Historia de España, LVII-LVIII, 1973, 1-224 ; C. Estepa Díez, La nobleza leonesa de los siglos XI y XII, Astorga, 1984 ; P. Martínez Sopeña, « Parentesco y poder en León durante el siglo XI. La « Casata-de Alfonso Díaz », in Studia Histórica, V, 1987, 33-87 ; J.-M. Mínguez Fernández, « Ruptura social e implantación del feudalismo en el Noroeste peninsular », in Studia Histórica, III, n° 2,1985,7-32 ; I. Pérez De Tudela Velasco, Infanzones y caballeros. Su proyección histórica en la esfera nobiliaria castellano-leonesa, Madrid 1979 ; J. de Salazar Acha, « Una familia de la alta Edad Media. Los Velaz y su realidad histórica », in Estudios Genealógicos y Heráldicos, n° 1, 1985, 1964. D’autres travaux inclus dans des ouvrages collectifs présentent un grand intérêt : vid. Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Colloque de l’École Française de Rome, 1978), Rome, 1981 ; En torno al feudalismo hispánico (I Congreso de Estudios Medievales de la Fundación Sánchez-Albornoz, León 1987), Madrid, 1989. Pour la connaissance du contexte, les travaux réalisés par J. Mattoso au Portugal sont de grande importance : Ricos homens, infançôes e cavaleiros. A nobreza medieval portuguesa nos séculos XI e XII, Lisboa, 1985 (2a ed..), et A nobreza medieval portuguesa. A familia e o poder, Lisboa, 1981. Il y a toujours les pages que P. Bonnassie consacre à la question dans sa Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1975-1976.

3 En guise d’exemple, voir notre travail cité dans la note précédente, part. 56.

4 Voir plus bas, note 22.

5 Le texte continue « ... id est, mulos kavallos, equas, boves, vackas, greges ovium sive porcos, mauros, mauras, lectos pallios, tapetes, genapes, plumazos, vestitos matroniles, sirgo, lana et lino » (Col. Doc. León, IV, n° 1240). Il existe une référence à Vexovar que Marina Pelaez réserve à ses filles en 1075, ibid., n° 1195.

6 Vela Vermudez et son fils Vermudo Velaz donnent en 1085 divers biens à leur fille et sœur Sancha Velaz, mariée depuis peu à Sancho Pascualiz (Col. Dip. Sahagún, III, n° 819).

7 Voir sur le sujet de cette question concrète le travail de P. Merea, O dote nos documentos seculos IX-XII (Asturias, Ledo, Galiza e Portugal) : Estudos de direito hispánico medieval, Coïmbre 1952, spec. 145.

8 Les documents cités sont publiés dans Col. Dip. Sahagún, II, n° 439, et III, n° 886. Mais par exemple la charte de arras octroyée par le comte Munio Alfonso à sa deuxième épouse, Mumadonna Godesteiz, mentionne simplement la cession de sa portione dans la villa de San Roman et le monastère de Villa Hatima (ibid., n° 467). Le fait que la plupart des informations sur le douaire sont indirectes empêche de connaître plus de détails sur la fréquence de chacun des modèles, bien que les trois textes cités indiquent les modèles de comportement.

9 Il s’agit dans ce cas de biens situés dans une autre villa et qui furent cédés au lieu des donas que tibi debueram de D solidos in apreciatura (Col. Dip. Sahagún, III, nos 840 et 841).

10 Il est courant que cette clause apparaisse dans les chartes d’arras. Par ailleurs, pour différents motifs, le document de 1093 – dans lequel Gonzalo Ermeildez avec sa femme et ses enfants donnent à Sahagún la part qu’ils possédaient à Villada – est digne d’intérêt. Dans le même document, l’épouse et les enfants donnaient également ce que celle-ci avait reçu comme douaire de son mari, sauf un solar qu’un des fils avait reçu d’elle antérieurement (Col. Dip. Sahagún, III, n° 904). Les chartae unitatis entre époux aboutissent à démontrer la même chose : c’est en établissant une administration commune des biens qui appartenaient auparavant à chaque conjoint que la femme renonce à disposer librement du douaire que son mari lui a donné (par exemple, Col. Doc. León, IV, n° 1240).

11 Ce document a déjà été cité dans la note 8. Il offre, du point de vue qui nous occupe, d’autres éléments d’intérêt. Le comte avait été marié auparavant, et de cette première union était né un fils qui hérita des arras cédées à sa mère ; prévoyant la descendance de sa seconde union, Munio Alfonso proposait que ses futurs fils se mettent d’accord avec leur demi-frère pour se répartir les arras des deux épouses. Mais, en même temps, il établissait que, s’il n’avait pas de descendance, les arras de Mumadona seraient données au monastère de Sahagún quand elle mourrait. Le désir du mari que les arras qu’il a cédées passent à un établissement ecclésiastique est aussi exprimé en d’autres cas de couples sans enfants.

12 P. Merea (op. cit., 71-74) constate cette différence et nuance le droit réel des enfants, tel qu’il apparaît dans les documents de la première moitié du XIe siècle. Il convient cependant d’indiquer que lorsqu’on voit des femmes disposer d’arras au bénéfice de tiers, elles le font habituellement avec le consentement des enfants (vid. note 10) ou parce qu’elles n’ont pas de descendance vivante.

13 P. Martínez Sopena, Parentesco y poder..., 59.

14 D’autres exemples : les fils du comte Alfonso Muñiz et de la comtesse Ildonza jouirent des biens paternels, quoique leur mère, morte plus de 30 ans après le comte, leur survécût à presque tous. Les filles du comte Gutier Alfonso, oncle du précédent, agissent solidairement en ce qui concerne les biens reçus de leur père.

15 Un droit qui, étant donné la fréquence des veuvages féminins, reste habituellement entre les mains des mères. Mais le cas des pères qui héritent de leurs enfants arrive aussi, par exemple Col. Doc. León, IV, n° 1298.

16 Ainsi le font par trois fois Enderquina et Urraca Alfonso au bénéfice des enfants de leurs frères Gutier et Munio Alfonso (Col. Dip. Sahagún, II, nos 474 et 667, III, n° 766).

17 Il y a quelques cas extraordinaires où un testateur cède à l’Église jusqu’aux deux tiers de son avoir immobilier, réservant seulement un tiers à sa fille (Col. Doc. León IV, n° 1224).

18 La raison alléguée par Adosinda Nuñez en faveur de sa fille Enderquina Ordoñez, quand elle lui donna comme meliorantia un tiers de la villa de Castellanos, fut qu’elle avait été la seule de ses enfants à la secourir durant sa maladie. Ensuite, elle n’oublie pas de préciser que le reste de son héritage se divisera d’égale manière entre tous les frères et sœurs, y compris Enderquina (Col. Dip. Sahagún, II, n° 685).

19 Au cours de la seconde moitié du XIe siècle, on perçoit une tendance à assurer le contrôle des parents, dans le sens d’une coparticipation et d’une résistance à l’aliénation (voir note 32), qui a laissé de précieux témoignages du régime institué dans les monastères particuliers comme ceux de Santa Maria de Piasca et de San Salvador de Arcos (vid. P. Martínez Sopena, Parentesco vpoder..., 46-50).

20 Le préambule du document illustre la méthode : « Colmellos et divisiones et sortes codigas et legitimas qui sunt factas inter fratres et sorores filios de Moniu Ferdinandiz et de domna Gelvira de villas et hereditates per sortes qui sunt iustas et legitimas » ; et il se termine par ces mots : « ... illas cadiront per sorte et equalitate » (Col. Doc. León, III, n° 743).

21 P. Martínez Sopeña, Parentesco y poder..., 61. On remarque certains mécanismes régulateurs à l’intérieur de la parentèle, de telle sorte que tous les héritiers possibles ne sont pas présents partout, ce qui, avec la succession des générations, devait compliquer encore plus les choses. Entre les enfants de Gutier Alfonso – frère de Munio – il existe deux groupes, chacun desquels a ses difisas dans des lieux déterminés ; et ses membres s’associent pour certaines affaires sans qu’intervienne l’autre groupe. En 1058, Mumadonna Godesteiz offrit à son fils Pedro Muñiz de concentrer son héritage au moyen d’un échange de divisas.

22 En guise d’exemple, le document de majoration auquel il a été fait allusion dans la note 18 présente le raisonnement suivant : « quia invenimus et in lege gótica : ut omnis homo faciat de tercia vel quinta de sua hereditate quecumque voluerit ». De ce point de vue, le texte copié dans la note 20 est également intéressant. En 1049, on indiquait dans un texte qui recueillait la volonté du défunt Pelayo Cidiz : « Hec serie constructa per ordinacione defuncti ad mense uno quod defunctus obiit, infra menses VI sunt et hec confictio facta sicut dicit in libro secundo, titulo quinto, sentencie XII vel tercia decima de gens gotorum » (Col. Doc. León, III, n° 1069). Une proportion significative (15 %), dans les documents réunis pour cette enquête, révèle des expressions semblables.

23 P. Merêa recueille cette idée dans Estudos de direito visigótico, Coimbra 1948, 34. Une synthèse des opinions sur les « formules wisigothiques-est exposée par A. García Gallo, « Consideración crítica de los estudios sobre la legislación y la costumbre visigodas », in Anuario de Historia del Derecho Español, XLIV, 1974, 400-407.

24 Vid. note 9. Le maximum légal était fixé à des biens représentant une valeur de 1000 sous. Le fait que Nepociano Vermudez remette à son épouse la moitié de cette quantité n’est peut-être pas étranger à sa condition d’infanzón (c’est-à-dire de noble, mais de second rang). P. Merêa (op. cit., 35, note 47) commente la question débattue des normes dotales appliquées à la noblesse par le roi Ervige.

25 O dote, 77, note 68. Il convient de comparer cette appréciation et les suivantes avec les dernières considérations du présent travail.

26 Sur tout cela, vid. les commentaires classiques de K. Zeumer, « Geschichte der westgothischen Gesetzgebung », in Neues Archiv der Gesellschaft für altere deutsche Geschichtskunde, XXXIII-XXXIV-XXXVI, 1897-1900 (éd. esp. : Historia de la legislación visigoda, Barcelone, 1944, spec. 285-333).

27 À Fernando Flainez succéda son fils Flain Fernandez, et à celui-ci Martin Flainez ; aucun des fils de Pedro Flainez ne fut comte, et seul le fut l’un de ses petits-enfants, Froila Díaz, à la fin du siècle ; à Munio Alfonso succéda son fils Alfonso Muñiz, dont le fils Martin Alfonso eut le même rang. Aucun descendant de Gutier Alfonso n’y parvint. Il est intéressant de signaler que tant Alfonso Muñiz que Flain Fernández obtinrent la dignité du vivant de leurs parents, ce qui équivaut à dire qu’il y eut une espèce de réserve héréditaire reconnue par la monarchie. Durant le règne d’Alphonse VI, il n’y eut pas plus de 20 comtes dans tout le royaume : cf. B. Reilly, The Kingdom of Leon-Castilla under King Alfonso VI, 1065-1109, Princeton 1988, passim.

28 Un autre signe en serait probablement les efforts déployés pour définir la condition d’infanzón, comme on l’a vu dans le texte cité dès les premières lignes de ce travail.

29 Cela a dû se produire en 1045 (Col. Doc. León, IV, 201).

30 P. Martínez Sopeña, Parentesco y poder en León..., 65.

31 Col. Doc. León, IV, n° 1262.

32 Col. Dip. Sahagún, III n° 786. Comme on l’explique, Gonzalo Fernández « quendam de magnatibus palatii », ordonna de donner à Sahagún tous ses biens à l’heure de sa mort. Mais l’abbé de Sahagún, le Gascon Bernard de Sedirac, ensuite archevêque de Tolède, « non fecit testamentum sicut moriens ille fieri preceperat, ignarus consuetudinis terrae », Cette « ignorance de la coutume du pays-par un étranger, équivalant à la méconnaissance de ce que la Loi wisigothique ordonnait dans de tels cas (vid. note 22), rendit possible le refus de la sœur de Gonzalo Fernández, Sancha, et de son mari le comte Martin Flainez, de lui remettre l’héritage.

Auteur

Véronique Van Damme (Traducteur)

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search