Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Le corps des ingénieurs militaires, créé par une nouvelle dynastie, celle des Bourbon, devient une sorte de modèle de la volonté réformatrice de ces monarques. Le génie militaire est un des seuls corps de techniciens dont le pouvoir dispose pour imposer sa centralisation monarchique, maîtriser le territoire et son développement. Il apparaît donc primordial et novateur dans l’Espagne du xviiie siècle. La force de ce groupe repose sur l’établissement d’un lien entre l’homme, ses compétences et sa fonction. C’est à la fois un militaire et un scientifique, en somme un type nouveau de militaire. Connaître les individus qui ont composé ce groupe, leurs origines, leurs compétences, leurs travaux et leurs capacités à faire évoluer le corps, à s’insérer dans la société, à appartenir ou à créer une élite se révèle essentiel pour comprendre non seulement le milieu militaire mais aussi le fonctionnement de l’État espagnol et de la société au xviiie siècle.

2Le cadre chronologique (1710-1803) est lié à l’histoire institutionnelle du corps et non à l’histoire politique ce qui permet d’obtenir une certaine unité dans la population concernée. En effet, 1710 correspond à l’époque où l’ingénieur flamand Georges-Prosper Verboom élabore le projet de règlement général pour tous les ingénieurs, créant ainsi une structure de corps. Quant à l’année 1803 elle marque une nouvelle étape dans l’histoire de ce corps puisqu’il voit ses attributions restreintes à sa seule vocation militaire. Le cadre spatial est celui de l’Espagne et des possessions outre-mer ; il permet de prendre la mesure des interventions des ingénieurs et aussi des réseaux relationnels tissés. Ceci amplifie très largement les limites territoriales et les objectifs concernant l’étude des domaines américains et philippins s’en trouvent restreints.

3À partir des cas de 787 ingénieurs, ont été étudié les données personnelles, professionnelles, familiales, ce qui a permis de dégager les évolutions et la particularité du groupe. Ce livre propose trois approches :

  1. l’étude institutionnelle du corps au travers des textes de lois, leur place dans un contexte militaire et politique plus vaste, les réactions des ingénieurs face à leur statut et leur influence sur leur corps ;

  2. la définition de l’ingénieur par ses origines géographiques, sociales, sa formation, et dans son contexte professionnel en tant qu’homme de terrain polyvalent et scientifique au sein de l’armée ; sont ainsi observés les ingénieurs sous toutes leurs facettes ;

  3. enfin, dans un contexte plus général et au travers de son univers relationnel, l’ébauche du cadre privé et social de l’ingénieur pour mieux le situer par rapport à la société de son temps.

4L’étude institutionnelle du corps du génie militaire insiste sur plusieurs points : l’aspect novateur ou précurseur de ce corps, son évolution et son influence celui-ci des hommes issus de son sein. Sa création est liée à la fois à la volonté bourbonienne de moderniser l’armée espagnole en affirmant la nécessité de la formation militaire, de l’encadrement strict des troupes et de la gestion rationnelle des compétences, mais aussi à un ingénieur proche du pouvoir, imprégné des modèles flamands et français, Georges-Prosper Verboom. Ce dernier base la fondation du corps, en 1710, sur trois idées maîtresses : la nécessité d’un corps autonome, dégagé de la tutelle de l’artillerie, et reconnu au sein de l’armée ; liée à cette reconnaissance, l’obligation de donner aux ingénieurs une double hiérarchie montrant, par l’équivalence grades militaires / emplois d’ingénieurs, l’appartenance de ce corps aux armes savantes ; enfin s’inscrivant dans la voie de la modernité espagnole, baser le recrutement des hommes sur des critères de formation scientifique acquise dans les académies militaires, sur les compétences et sur l’hispanité.

5De 1710 à 1744, la direction de Verboom permet d’affiner, par des ordonnances et règlements successifs, les structures du corps et son fonctionnement. Il crée les académies militaires gérées par les ingénieurs. Par la suite, des ingénieurs éminents, comme Pedro de Lucuce, Francisco Sabatini ou encore Juan Martín Cermeño ont, eux aussi, influé sur les destinées du corps à la fois par leurs travaux, leurs débats ou leurs décisions. Une des caractéristiques de ce corps est la prise en charge de leur sort par les ingénieurs eux-mêmes.

6Le corps des ingénieurs militaires apparaît, tout au long, du siècle comme une exception dans l’armée de son temps à cause de sa polyvalence effective qui en fait un acteur de la maîtrise du territoire, de la diffusion d’une architecture monarchique, de la défense militaire et du développement lié au despotisme éclairé. Il est une des clés du redressement de l’Espagne au xviiie siècle. À la fin du siècle, avec sa division en trois branches (génie militaire, génie civil, académies), on assiste progressivement à la fin de la polyvalence et à l’affirmation d’élites techniques spécialisées. Ce mouvement correspond à la dynamique européenne des créations de corps de techniciens.

7La définition de l’ingénieur dans son milieu professionnel est abordée au travers de ses origines géographiques et sociales. Se dégage l’image d’un ingénieur de plus en plus souvent recruté parmi les Espagnols, dans les zones géographiques à forte concentration militaire ou bien étant le siège d’une académie. Cependant ce corps ne s’avère nullement fermé à des influences étrangères puisqu’il y a, sur le siècle, une constante du recrutement d’ingénieurs étrangers (français ou italiens…). Ceci montre le maintien des contacts avec les élites techniques des pays européens les plus proches. Le recrutement social s’effectue selon deux tendances : la forte présence militaire et l’importance de la petite et moyenne noblesse qui ne déroge pas en choisissant le génie. Avoir un père militaire dans l’infanterie et entrer dans le génie, c’est sortir de la masse grâce aux compétences acquises. Continuer dans la voie tracée par le père, dans le génie, c’est montrer l’intérêt porté à sa fonction, bénéficier du réseau parental et avoir un accès plus facile aux savoirs, du fait de la formation parentale. Cette sorte de patrimonialisation de la fonction peut aller à l’encontre d’une sélection faite selon les compétences. Cependant, un garde-fou tel que l’examen d’entrée permet certainement de limiter les effets des réseaux relationnels.

8La constance du recrutement des étrangers, la persistance de la formation parentale contribuent, avec l’apparition des académies militaires et d’autres centres, à la diversité des lieux de formation (en tout une vingtaine). Cependant, il existe des dominantes : la formation dans des académies militaires, particulièrement celles du génie ; la faible représentation des universités ; l’apparition des collèges anciennement dirigés par les Jésuites. La formation reçue par l’ingénieur lui apporte des connaissances en sciences, en architecture, en stratégie militaire. Cette dernière tend à s’uniformiser avec la diffusion des manuels émanant des directeurs des académies. Les ingénieurs deviennent les formateurs de toute une élite d’officiers. Cependant, peu à peu, l’enseignement tend à être moins novateur, ce qui est dommageable dans un monde où le savoir est en perpétuelle évolution.

9Le passage par l’académie militaire devient un passage obligé pour intégrer le corps. L’ingénieur gravit alors les échelons de la carrière sur une quarantaine d’années. L’avancement est basé sur l’expérience, la compétence et l’ancienneté. La carrière de l’ingénieur est rarement fulgurante, elle évolue au gré de la maturité de l’homme. L’ingénieur quitte rarement le corps en cours de carrière et ne finit pas souvent son parcours professionnel gratifié par un poste élevé dans l’administration ou dans les sphères du pouvoir. Ce corps reste un instrument du pouvoir, estimé par celui-ci mais enfermé dans ses multiples affectations. Ainsi on peut dire que dans la majeure partie des cas les ingénieurs n’appartinrent pas aux élites dirigeantes du pays, ni au vivier de la haute administration.

10Une autre caractéristique de ce corps par rapport au reste de l’armée est sa mobilité, à l’intérieur d’une province, comme dans les possessions outre-mer. Cette mobilité s’accompagne d’une grande polyvalence, repérable dans des réalisations multiples répondant aux besoins de l’État : fortifications, reconnaissance de frontières, constructions de routes, de ponts, de bâtiments militaires, royaux et administratifs. On se rend compte alors que l’ingénieur contribue à l’invention de l’espace, à la reconnaissance de celui-ci et à sa maîtrise. Les ingénieurs répandent le néoclassicisme dans tout l’espace dominé par l’Espagne. Ils contribuent par leurs manuscrits à la traduction d’ouvrages étrangers et à leur diffusion, à la transmission des savoirs techniques et scientifiques, et à la connaissance du territoire. Leur contribution au renouvellement des sciences en Espagne passe par ces traductions et par les applications techniques des savoirs acquis dans leurs travaux de génie militaire et civil.

11La dernière partie de ce livre s’attache à replacer l’ingénieur dans la société de son temps, en définissant ses alliances matrimoniales, en découvrant ses réseaux relationnels et enfin en dessinant ses cadres de vie et centres d’intérêt.

12L’ingénieur est un militaire qui désire s’insérer dans la société. Pour lui, fonder une famille signifie avoir les moyens financiers d’assumer sa tâche, et aussi s’assurer une certaine position sociale. Le taux de nuptialité s’avère plus important que dans les autres corps d’armée. Les affectations multiples et la polyvalence les amènent à côtoyer de nombreuses personnes dans des régions variées. Ainsi on constate une forte exogamie géographique, liée aux déplacements professionnels, et une certaine exogamie sociale. Deux milieux prédominent dans le choix des épouses : les élites locales ou les milieux militaires.

13En ce qui concerne les réseaux relationnels et les familles, on peut constater une certaine continuité familiale, dans 20 % des cas : les fils embrassent la carrière d’ingénieur, les filles contractent un mariage avec un ingénieur. Ces hommes nouent aussi des liens privilégiés avec les milieux socioprofessionnels avec lesquels ils sont en contact, mais aussi avec des membres de sociétés savantes.

14Quant aux cadres de vie, et aux fortunes des ingénieurs, les éléments de réponse sont hélas peu nombreux. La situation financière des ingénieurs n’est pas plus brillante que celle des autres officiers. Les soldes sont payées avec retard, les dettes font partie de la vie. Certains d’entre-eux disposant de fortunes personnelles ou familiales ont un autre niveau de vie. Deux portraits d’ingénieurs se dessinent donc : celui qui loue sa maison, possède peu de mobilier et de vêtements, quelques livres, et celui qui a des revenus fonciers, un mobilier et une garde-robe conséquents, une bibliothèque très riche. Quelques points sont communs à tous : la possession d’uniformes, d’instruments de mathématiques, de portraits du souverain et de livres. Les ingénieurs apparaissent comme des lecteurs assidus des matières scientifiques, mais aussi ouverts sur de multiples disciplines, lisant en français, anglais, latin, italien, et soucieux de suivre les progrès de leur temps. L’étude des bibliothèques permet de situer l’ingénieur dans les élites cultivées de son temps. Il est plus transmetteur du savoir que concepteur. Il n’appartient pas aux élites dirigeantes mais aux classes moyennes. Il se construit un réseau relationnel basé en premier lieu sur le milieu professionnel et s’étendant aux élites locales et aux cercles scientifiques. L’ingénieur se définit comme un homme cultivé, ouvert et moderne tout en restant sensible aux rituels religieux de son époque.

15En conclusion, le profil de l’ingénieur correspond à un nouveau type d’élite qui n’est plus basée sur la naissance, la richesse et le patrimoine, mais sur la formation, le savoir et la compétence. L’ingénieur militaire, au fil du siècle, a acquis une formation solide dans les sciences et techniques. Il a su faire face aux obligations de son service et à contribuer à la diffusion de la culture technique étrangère en Espagne. Il a servi avec dévouement son monarque et l’a aidé à imposer la centralisation monarchique. Il a mis en état de défense le territoire et a permis une meilleure connaissance de celui-ci grâce à la cartographie. Il a aussi participé au développement des infrastructures économiques et de communications du pays. Lorsqu’il se spécialise dans le génie militaire, en 1803, il devient, par volonté de l’État, un homme cantonné dans le service de l’armée. Cependant les tâches qui lui incombent restent multiples. Un aspect fondamental de ce corps du génie militaire est d’apparaître comme le fondateur d’une nouvelle élite, annonçant celles qui se mettront en place au xixe siècle : les élites de techniciens.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search