Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Annexes

Annexe I. Fichier prosopographique*

Texte intégral

1Figurent dans ce fichier les individus pour lesquels nous disposons d’au moins une date de nomination à un emploi d’ingénieur, appartenant au corps espagnol. Les ingénieurs volontaires qui participèrent à des travaux du génie, tout comme les militaires attachés pour une brève période à ce corps, mais sans jamais entrer dans la carrière, n’ont pas été retenus. N’y figurent pas non plus les hommes qui ont exécuté des plans de fortifications répertoriés dans les archives, mais sans la mention de leur corps d’origine. D’autres chercheurs1 ont établi un fichier des travaux scientifiques des ingénieurs mentionnant d’une part des hommes pour lesquels ils n’avaient aucun renseignement si ce n’est leur nom, et d’autre part des hommes pour lesquels ils n’avaient que la mention d’un plan sans aucune référence à leur appartenance au génie2. Il semble ici plus rationnel de parler des hommes dont l’intégration paraît sûre.

2Pour établir ce fichier, il a fallu recueillir la documentation la plus large possible sur chaque individu, ce qui amène l’utilisation des sources très diverses provenant de fonds civils et militaires. L’objectif était d’établir pour chaque ingénieur une notice individuelle comprenant à la fois renseignements personnels et familiaux, et une notice professionnelle indiquant chaque étape de la carrière de l’homme. Mais entre les espoirs du chercheur, et la réalité, force fut de constater qu’il ne serait pas possible d’avoir pour tous les mêmes catégories de données. L’idéal eût été de trouver pour chaque ingénieur ses feuilles de service (pour retracer sa carrière), son ou ses contrats de mariage, et son testament. Or, pour certains ingénieurs, on ne dispose que d’une date de nomination ou d’affectation avec le grade. En revanche, pour d’autres, appartenant au corps dans la deuxième moitié du siècle, il est possible de reconstituer toute la carrière et les liens familiaux. Les fiches ne sont complètes que dans la proportion d’un cas sur huit. Ainsi pour chaque statistique fournie dans cette étude, il est donc important de rappeler à partir de quel type de données, et sur combien d’individus se basent les calculs, afin de donner une image fidèle du corps. Il est vrai que dans un travail de longue haleine, on découvre aussi parfois des documents intéressants mais trop rares pour que l’on puisse en déduire des valeurs communes à tous. C’est le cas par exemple des inventaires de biens trouvés aux archives militaires de Ségovie. Ils représentent seulement une quarantaine de dossiers, inégaux et, concernent une population plutôt particulière. Ils sont une partie du puzzle à reconstruire mais ne correspondent pas forcément au niveau de vie moyen des membres du corps.

3Cette disparité entre les notices biographiques s’explique par trois caractéristiques des archives conservées : leur dispersion, la difficulté d’accès à certains fonds, le début tardif des collections.

4Tout d’abord, les fonds concernant les personnels militaires sont éparpillés entre un certain nombre de centres publics comme l’Archivo General de Simancas (AGS), l’Archivo Histórico Nacional (AHN), essentiellement consulté pour les dossiers des ordres militaires, l’Archivo General de Indias (AGI), ou de centres militaires comme l’Archivo General Militar de Segovia (AGMS), ou le Servicio Histórico Militar (SHM).

  • 3 Il fut difficile de consulter la neuvième section consacrée à des fichiers anciens contenant les te (...)

5Les modalités d’accès varient selon les différentes archives. À Simancas, les fichiers sont facilement accessibles et des archivistes compétents donnent des conseils amicaux. Dans les centres archivistiques militaires, il faut établir un climat de confiance avec les personnels qui se révèlent très dévoués auprès du chercheur pour lequel il constate une certaine assiduité. Ensuite, on doit franchir un certain nombre d’obstacles d’ordre matériel : faible amplitude des horaires d’ouverture des archives, critères d’archivage parfois aléatoires et difficultés de consulter certains catalogues3.

  • 4 AGS, GM, Ingenieros, I, liasses 2986 à 3809 ; AGS, GM, Ingenieros, II, liasses 5836 à 5897.
  • 5 AGS, GM, 3793, feuilles de service de 1776 à 1782 mais les séries sont incomplètes.

6Dès l’accès aux documents, un premier constat s’impose, celui des lacunes documentaires avant 1750. Dans le dépôt d’archives de Simancas AGS, section Secretaría de Guerra ou Guerra Moderna, il existe de nombreuses liasses concernant aussi bien l’établissement du corps que les ingénieurs4 en provenance des archives du ministère de la Guerre et parvenues à Simancas au xixe siècle. Dans les différentes liasses dépouillées, on ne trouve que de rares renseignements sur les nominations et la vie privée des ingénieurs de la première moitié du siècle. en revanche, pour les ingénieurs nés ou nommés après 1750, les sources deviennent plus importantes. À partir de 1776, les feuilles de service5, documents de base pour la constitution des fiches, apparaissent progressivement mais souvent en séries incomplètes.

  • 6 Parmi tous les dossiers étudiés, on en a retenu 153 pour les dossiers personnels et 111 pour les do (...)

7Il était permis d’espérer retrouver dans le dépôt des archives militaires de Ségovie6, les dossiers personnels de ces hommes. Or il s’est avéré que ces dossiers personnels, qui étaient peu nombreux et décevants pour le début du siècle, se multipliaient et s’enrichissaient après 1780. Quant aux dossiers matrimoniaux, ceux des pensions ou encore des inventaires de biens et testaments, ils ne sont conservés qu’à partir de 1761, c’est-à-dire après la création du mont-de-piété militaire.

  • 7 M. Galland Seguela, « Archives militaires espagnoles et prosopographie ». Dans cet article, les dif (...)

8En ce qui concerne les sources7, il faut distinguer celles qui permettent d’entrer directement dans la vie de l’homme, comme la feuille de service, ou le dossier personnel des archives militaires, et celles qui n’évoquent qu’une toute petite parcelle de sa vie, mais qui sont cependant très intéressantes pour compléter le puzzle.

  • 8 « La hoja de servicios de los militares como prueba de nobleza », pp. 147-150. Il est fait état dan (...)

9La découverte du monde des ingénieurs militaires commence par la feuille de service. Cette feuille est sans aucun doute le document le plus précieux pour établir les premiers jalons de la notice biographique. Elles apparaissent au début du XVIIIe siècle8, mais pas pour tous les corps. En effet, pour les ingénieurs, elles n’existent pas avant 1760. Les apports de ces feuilles varient selon les époques. À la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant, les différentes rubriques furent remplies d’une manière incomplète, particulièrement pour les appréciations portées sur le travail et l’application de l’ingénieur.

  • 9 Dans les ordonnances de 1768, figurait un formulaire des feuilles de service pour l’infanterie, pag (...)
  • 10 Pour les feuilles américaines que nous avons trouvé, la signature du récapitulatif des carrières es (...)

10Les informations données par la feuille de service sont de deux ordres : renseignements personnels et vie professionnelle. L’ingénieur directeur de province ou faisant fonction est chargé de rédiger ce document. Il fait en général le rappel des services et nominations. Il note ses appréciations sur les aptitudes de l’ingénieur, en reprenant les informations concernant la carrière de ce dernier. Puis il signe et transmet au directeur du corps9, qu’il soit ingénieur général ou directeur d’une division du corps. La feuille est alors transmise10 au ministère de la Guerre.

11Les renseignements personnels de la feuille de service sont regroupés sous les rubriques suivantes :

  • Apellidos y Nombre : le patronyme cité sur les feuilles de service du xviiie siècle ne reprend que le nom du père ; le nom de la mère est rarement accolé ;

  • Patria : l’origine géographique de l’officier est définie par le pays pour un étranger, par la province voire même la ville, si c’est un Espagnol. Dans le cas où la ville citée est une ville de garnison, il est intéressant de confronter cette donnée avec l’origine sociale de l’ingénieur. Si celle-ci est militaire, on peut penser que le véritable berceau familial est ailleurs ;

  • Edad : l’âge de la personne est donné au moment où est écrite la feuille de service. Cependant, cette rubrique n’est pas toujours vérifiable, l’extrait de naissance étant rarement retrouvé dans d’autres archives (une fois sur sept environ). Quand la confrontation de deux sources est possible, l’année de naissance correspond à celle déductible de la feuille de service le plus souvent ;

  • Calidad : la qualité de l’ingénieur était exprimée selon des critères variés : définition de son appartenance à la noblesse (noble, hidalgo, título, caballero), ou par l’expression conocida (« connue ») qui concernait des membres d’une famille noble déjà connue par son dévouement à la patrie, ou des personnes d’une renommée importante dans le corps, ou encore par une référence au père (hijo de don…) suivie de la profession du père, ou enfin par une référence à son appartenance à un ordre militaire ;

  • Estado : correspond à l’état civil : célibataire, marié, veuf ;

  • Salud : le supérieur hiérarchique se contente dans cette rubrique de signaler par un qualificatif choisi entre robusta (bonne), buena (normale), regular ou mediana (moyenne) ou enfin quebrantada (mauvaise), l’état de santé que l’ingénieur a montré au cours de l’année. Les demandes d’autorisation d’absence ont pu être les points de repère pour ce genre d’appréciation ;

  • Licencias : sur certaines feuilles étaient aussi portées les demandes de congés soit pour convenance personnelle, soit pour maladie ;

  • Costumbres : le supérieur hiérarchique indiquait ici si l’individu avait un genre de vie conforme aux règles militaires. Une mauvaise appréciation comme mala n’était pas justifiée par d’autres mentions.

12Les renseignements d’ordre professionnel sont aussi nombreux. Tout d’abord, un tableau des dates d’obtention des grades et des emplois figure sur le recto de la feuille. Ensuite, les informations sur les comisiones y encargos en que se ha estado empleado… indiquent sur les différentes affectations ou campagnes auxquelles l’ingénieur a participé. Elles sont rarement datées, ce qui rend difficile la saisie du rythme des changements d’affectation. Le lieu où l’ingénieur a fait ses études ainsi que son régiment de provenance sont très souvent cités au début de la liste des affectations.

  • 11 Pour les feuilles de service de 1769, produites en Amérique, les rubriques sont ajoutées manuscrite (...)

13Au verso de la feuille de service, les qualités et aptitudes11 de l’ingénieur sont définies au fil des rubriques suivantes :

  • Talentos ou Capacidad : capacité d’un individu à exercer sa fonction et à la développer ;

  • Aplicación : dévouement montré par le militaire dans l’exercice de sa fonction ;

  • Inteligencia en teórica : aptitude à l’étude théorique des projets de construction ;

  • Inteligencia en práctica : aptitude sur le terrain ;

  • Valor : courage exprimé au cours du service, tous les ingénieurs n’avaient pas forcément eu l’occasion de se faire remarquer dans ce domaine ; la rubrique était alors complétée par « se ignora ou no conocido » ;

  • Detalle y dibujo : aptitudes à gérer le quotidien des travaux et à dessiner ;

  • Puntualidad en servir : volonté chère aux Bourbons de contrôler la discipline qui passait aussi par l’assiduité ;

  • Aptitud a servir en el cuerpo : appréciation finale résumant les précédentes.

  • 12 agms, índice de expedientes Personales.
  • 13 Liste des dossiers matrimoniaux et personnels consultés : 257 dossiers au total.
  • 14 AGMS, 1re section, exp. pers. L 2033.
  • 15 M. Varela y Limia, Resumen histórico del arma de ingenieros, en general y de su organización en Esp (...)
  • 16 Reglamento de la fundación y establecimiento del Monte de piedad que se instituye para socorro de l (...)
  • 17 AGS, GM, 3229 à 3235, Licencias de 1729 à 1786. Ces liasses comprennent aussi les licences de congé (...)
  • 18 Des indications sur les nom et prénom de l’épouse, la date de l’autorisation, l’emploi occupé par l (...)

14La feuille de service fournit donc un grand nombre de renseignements, mais qui sont souvent succincts sur la vie privée et peu précis pour les affectations, réalisations, ou aptitudes. Il faut donc chercher d’autres sources. Aux archives militaires de Ségovie, où sont conservés les dossiers des personnels militaires12, la documentation concernant les ingénieurs militaires13 est importante pour le dernier tiers du xviiie siècle. Les documents conservés dans les dossiers sont très variés : feuilles de service, correspondances échangées avec les autorités militaires en vue d’une demande de promotion, de mutation, de gratifications, ou de paiement des arriérés de solde, ou encore des demandes de poste pour les enfants. Dans les dossiers de personnes importantes comme Pedro de Lucuce14, on trouve non seulement les documents de l’époque mais aussi des documents de seconde main comme la biographie de cet homme écrite par Manuel Varela y Limia15, historien du corps au XIXe siècle. Dans les archives de Ségovie, trois autres catégories de documents permettent de reconstituer la vie privée de l’individu : le dossier matrimonial, la demande de pension et le testament ou l’inventaire de biens. Le dossier matrimonial correspond à l’ensemble des papiers que l’officier doit réunir – à partir de 1761 – pour présenter sa demande d’autorisation royale de mariage ou licencia de casamiento. Ce dossier doit être conforme aux articles 1 à 13, chap. VI du règlement du Montepío militar16, pour l’obtention d’une pension en cas de décès de l’époux. Les pièces à fournir pour la demande de licence royale concernent aussi bien l’homme que la future épouse et sont adressées au supérieur du corps : extraits de baptêmes, consentement du père ou, à défaut pour cause de décès, d’un autre membre de la famille ou du supérieur hiérarchique, composition de la dot, origines géographiques et sociales des futurs beaux-parents. Si la future épouse est fille de militaire, la dernière nomination du père est à verser au dossier. Dans les autres cas, les preuves de noblesse ou d’autres origines devaient y figurer. Aux archives de Simancas17, il existe aussi des informations sous forme de licences accordées ou encore de pardons royaux pour mariages non autorisés. Mais, dans l’ensemble, les données y sont beaucoup plus restreintes18. L’inconvénient de ces documents réside dans leur antériorité au mariage réel. Pour être sûr que le mariage a bien eu lieu, il faudrait retrouver l’extrait de mariage. Parfois, il apparaît dans le dossier de pension. De ce fait, nous avons considéré comme mariage effectif toute licence accordée, sauf dans le cas où plusieurs licences ont été fournies la même année.

  • 19 AGS, GM, 4465 à 4511, Montepío militar : establecimientos y cuentas.
  • 20 AGS, GM, 4466 et 4467, deux liasses plus particulièrement sur les veuves d’ingénieurs et les compte (...)

15Le dossier de pension représente un autre matériel de travail important pour affiner les liens familiaux tissés par l’ingénieur. Il est conservé aux archives militaires et a été constitué selon les critères fixés par les deux règlements du mont-de-piété promulgués en 1761 et 1796. Chaque dossier doit comprendre : extrait d’acte de mariage ou justificatif de filiation, extrait du testament où le tuteur mourant reconnaît le demandeur, certificat de décès avec mention du grade et de l’emploi, copie de la dernière notification d’avancement, certificat du mont-de-piété de la non-appartenance de la veuve aux bénéficiaires des 6.000 doublons donnés chaque année par le roi aux veuves dites « anciennes » (c’est-à-dire avant mai 1761). Quand le dossier est complet, il est possible de connaître le cercle familial de l’ingénieur. À Simancas, il existe aussi des traces de demandes de pension pour les personnels militaires, toutes armes confondues19. Ce ne sont pas des dossiers complets mais juste des récapitulatifs de demande. L’intérêt, même s’il est limité, est de fournir les nom et prénom des demandeurs, leur liens de parenté avec le défunt, les fonctions du défunt. Certains demandeurs insistent parfois sur leur état de misère ou sur le besoin d’établir les enfants. Bien sûr, on peut rester sceptique sur la véracité des propos tenus car il s’agit là d’obtenir la compréhension administrative. Dans les séries du mont-de-piété, nous avons retrouvé la trace du mont-de-piété séparé des ingénieurs20 qui existait avant celui de l’armée, ainsi que des listes des veuves bénéficiaires de pension avant 1761.

  • 21 Liste des testaments : voir tableaux 27 et 28 du présent ouvrage.

16Enfin la consultation des dossiers testamentaires aux archives de Ségovie21 a permis de dessiner, même si c’est d’une manière partielle, le quotidien de ces hommes, leur attitude face à la religion et la mort, les biens possédés, leur cadre de vie. On peut regretter l’inégal contenu et le faible nombre de testaments retrouvés : une quarantaine pour 787 ingénieurs.

  • 22 AGS, TMC, 1950.
  • 23 AGS, DGT, 2e inventaire, Contaduría general de valores, títulos de Indias de 1634 à 1819, liasses 1 (...)

17L’exploitation d’autres sources, moins spécifiques que les dossiers individuels, a permis de poursuivre l’élaboration du portrait de chaque ingénieur. Par exemple, sur les bordereaux de paiement de la section Tribunal Mayor de Cuentas22 à Simancas apparaissent des traces des soldes et rations perçues ainsi que le lieu d’affectation et parfois le décès de certains ingénieurs. Il n’a pu être effectué qu’un simple sondage tant ces sources sont abondantes. Les Títulos de Indias23 donnent les mêmes indications pour les ingénieurs envoyés en Amérique. Les ingénieurs pouvaient être sujet à des suspensions ou des sanctions pour n’avoir pas respecté la discipline militaire ou les ordres de leur chef, ou encore pour s’être marié sans la permission du roi. Grâce aux documents conservés à Simancas, il est possible d’étudier les sanctions encourues et les appels à la justice royale lancés par les ingénieurs : description des circonstances du délit faite par le supérieur hiérarchique et envoyée au directeur du corps, puis au roi, qui prenait alors la décision soit de suspendre le coupable, soit de lui signifier son retrait provisoire. Quelques cas de réhabilitation ou de réintégration sont cités.

  • 24 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo segun su estado en diciembre (...)
  • 25 AGS, GM, 3789, Relación de existencia de los ingenieros que han servido en la dirección del reyno d (...)
  • 26 AGS, GM, 2991, Relación de las patentes de ingenieros que se ha tomado razón en los oficios de Veed (...)
  • 27 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo en primero de marzo puestos p (...)

18Certaines séries de listes du personnel, établies soit par provinces, soit par grades, soit pour les colonies, sont utiles pour combler les trous d’une carrière. Dans celles-ci, on retrouve le plus souvent un état des emplois des ingénieurs avec leur lieu d’affectation. D’autres listes apportent en plus la mention de l’âge, et les dates essentielles de la carrière de l’homme24. Certaines listes exceptionnelles dans les séries documentaires présentent des apports intéressants pour les fiches biographiques : quelques listes où figurent l’origine géographique des ingénieurs, les travaux dont ils sont chargés et leurs capacités25, la liste des promotions de 1711 à 173526 ou encore en 1750 les listes des états matrimoniaux27.

19Toutes les données recueillies ont fait l’objet d’un classement selon trois fichiers : le principal « ingénieur », et ceux qui s’y rapportent « événement » et « parenté » reliés au fichier principal. En utilisant les trois fichiers, on constitue la notice individuelle où l’on sépare vie professionnelle et vie privée.

  • 28 Dans la rubrique qualité, on peut trouver aussi bien une origine sociale définie par l’appartenance (...)
  • 29 Exemples : cause du décès, soldes en retard, ouvrages écrits, procès, présence de testament.

20Le fichier « ingénieur » regroupe tous les renseignements concernant l’individu. Les éléments retenus pour constituer cette fiche sont les suivants : nom, prénom, date et lieu de naissance, pour l’origine sociale, nous avons choisi de prendre l’expression plus vaste de qualité28, date et lieu de décès, lieux d’études, sources archivistiques auxquels s’ajoute une rubrique traitant des problèmes particuliers29. Ces données permettent de définir les origines géographiques et leur évolution au cours du siècle, le recrutement social et l’attrait exercé par ce corps dans les milieux militaires et civils, et d’évaluer la formation nécessaire pour entrer dans le corps. Leur croisement avec les autres fichiers permet de repérer l’âge à l’entrée dans le corps, la durée de la carrière, l’âge au mariage, la différence d’âge avec l’épouse.

21Le fichier « événement » retrace tous les moments de la vie professionnelle de l’ingénieur : nominations, affectations, congés pris pour convenances personnelles ou maladie, licence de mariage demandée, retrait du corps, postes occupés dans l’administration, refus d’une affectation, suspension. Pour chaque nomination, les dates sont fournies. En revanche, pour les affectations, ce n’est pas le cas. Si on met à part les participations aux campagnes militaires dont les dates sont aisées à retrouver, pour les autres affectations, la datation est faite à partir de déductions possibles. Sinon on ne peut que définir la succession des affectations sans les dater précisément. Pour les congés pris par l’ingénieur, il est indiqué dans la mesure du possible le nombre de mois, le motif et le lieu. Il en est de même pour les suspensions. Ce fichier relié au précédent par le numéro permet de voir se dérouler les carrières. Il faut insister sur la nécessité de connaître tous les emplois afin de reconstituer les carrières complètes et élaborer ainsi un profil type. Disposer de la date de naissance et de décès est bien sûr un atout supplémentaire pour le faire. Parfois, l’ingénieur disparaît d’une liste pour réapparaître ensuite sans autre explication. Comment savoir si sa carrière s’est arrêtée là ou s’il s’agit d’un défaut de documentation ? Comment expliquer cette disparition ? Est-il parti dans un autre corps d’armée ou vers une autre carrière ? Dans certains cas, l’arrêt de la carrière dans le génie est lié au décès, ou au départ dans un autre corps, ou encore à l’entrée dans un ordre religieux. Il est donc important de pouvoir envisager les fins de carrière en dehors du corps, ou dans le corps, les liens entre les congés pris ou sanctions reçues et l’avancement de la carrière pour définir les contours d’une carrière modèle mais aussi les exceptions à la règle. Pour une carrière, y a-t-il des données professionnelles qui peuvent expliquer un avancement plus rapide, comme la participation à une campagne militaire, ou encore la participation à un projet de fortification, ou de construction civile particulier ? Le cas des ingénieurs militaires ayant effectué une partie de leur service en Amérique fera l’objet que d’une étude rapide car c’est un sujet en lui-même qui nécessite un travail plus poussé non seulement aux archives de Séville mais aussi sur les sites mêmes. Cependant, il faut établir le lien entre le passage en Amérique et la carrière, voire même la faculté d’intégration sociale aux Indes par rapport à l’Espagne.

22Le fichier « parenté », lui, contient toutes les personnes liées à l’ingénieur en tant que parents directs ou par alliance. Pour chaque individu, on établit la relation avec l’ingénieur, le nom et le prénom, la date et le lieu de naissance, l’origine sociale, la profession, la date et lieu du décès, la dot des épouses et éventuellement des filles, le veuvage ou la demande de pension pour les épouses. Une rubrique est disponible pour noter les faits particuliers qui ont marqué la vie de l’individu (enfants, remariage, perte de biens…). Ce fichier peut permettre de définir l’exogamie ou l’endogamie du corps, les liens qui se tissent au sein du corps, de voir les conditions du choix des épouses par rapport à la vie riche en déplacements et dépenses que menaient les ingénieurs. Grâce à ses trois fichiers, nous avons obtenu des notices individuelles, professionnelles et familiales.

23À partir de ces fiches, tout en conservant des données rares mais intéressantes, il a été possible de mieux dessiner le profil du corps du génie militaire espagnol du xviiie siècle en dégageant les valeurs communes à tous mais aussi le destin hors du commun de quelques-uns. Le fichier ainsi établi est consultable sur le site internet de la Casa de Velázquez.

Notes

1 H. Capel Sáez (dir.), Los ingenieros militares en España.

2 Ibid. Voici quelques exemples d’hommes qui n’ont pas été ingénieurs ou pour lesquels des erreurs ont été commises. Juan Ange, José Angier sont deux références accompagnées uniquement de « citado en SHM ». Il est fait mention de Ciprián Autrán dans le répertoire. En fait, cet homme fut un constructeur de la marine et n’appartint jamais au corps des ingénieurs militaires. José Antonio Birt dessina un certain nombre de plans au Chili mais ne fut pas un ingénieur. D’autres noms portent la mention « desconocemos si era ingenirero militar » suivi de la liste des plans. Enfin dans certains cas, il y a confusion dans la carrière de deux ingénieurs. Par exemple, dans le cas, des deux ingénieurs Amphoux Bartolomé qui ne font qu’un dans le répertoire. Leurs carrières sont mélangées alors qu’en fait l’un commença sa carrière en 1721 et l’autre en 1752.

3 Il fut difficile de consulter la neuvième section consacrée à des fichiers anciens contenant les testaments, les procès et autres plaintes, allant du milieu du xviiie siècle jusqu’aux années 1940, avec des renseignements d’ordre privé à ne pas divulguer. Plus tard, suite à mes demandes répétées, le catalogue existant me fut prêté mais il s’avéra que le classement était fait, la plupart du temps, par ordre alphabétique et sans prise en compte de la catégorie documentaire ni de la date.

4 AGS, GM, Ingenieros, I, liasses 2986 à 3809 ; AGS, GM, Ingenieros, II, liasses 5836 à 5897.

5 AGS, GM, 3793, feuilles de service de 1776 à 1782 mais les séries sont incomplètes.

6 Parmi tous les dossiers étudiés, on en a retenu 153 pour les dossiers personnels et 111 pour les dossiers matrimoniaux. Ils sont inégaux à la fois en densité et intérêt.

7 M. Galland Seguela, « Archives militaires espagnoles et prosopographie ». Dans cet article, les différentes sources archivistiques sur les militaires sont présentées ainsi que leur exploitation possible pour une étude prosopographique.

8 « La hoja de servicios de los militares como prueba de nobleza », pp. 147-150. Il est fait état dans cet éditorial de la revue citée de la création des feuilles de service en 1722 et au changement de leur conception dans les ordonnances de 1768.

9 Dans les ordonnances de 1768, figurait un formulaire des feuilles de service pour l’infanterie, pages 328-329 du t. I. Dans l’ordonnance du corps du génie de 1768, dans le traité I, tit. VI, Del ingeniero general, articles 11 et 12, était fait le rappel des informations que devait posséder l’ingénieur général.

10 Pour les feuilles américaines que nous avons trouvé, la signature du récapitulatif des carrières est celle de l’ingénieur lui-même et la signature apposée en dessous des appréciations sur les aptitudes de l’ingénieur est celle de l’ingénieur directeur de la province.

11 Pour les feuilles de service de 1769, produites en Amérique, les rubriques sont ajoutées manuscritement. Toutes celles énoncées ici n’y figurent pas. Il semble que l’ingénieur directeur ne notait que l’indispensable à son avis.

12 agms, índice de expedientes Personales.

13 Liste des dossiers matrimoniaux et personnels consultés : 257 dossiers au total.

14 AGMS, 1re section, exp. pers. L 2033.

15 M. Varela y Limia, Resumen histórico del arma de ingenieros, en general y de su organización en España. Il avait réuni les Apuntes biográficos sobre el celebre teniente general de ingenieros don Pedro de Lucuce. Ces travaux figurent dans le dossier.

16 Reglamento de la fundación y establecimiento del Monte de piedad que se instituye para socorro de las viudas de oficiales militares…, 1761, BN, chap. VI, pp. 149-180. Dans AGS, GM, 4481, nous avons trouvé une copie d’un document non daté appelé Reglamento sobre los matrimonios de los oficiales qui semble être le brouillon du futur règlement du mont-de-piété. C’est peut-être aussi le brouillon de l’ordonnance sur les mariages du 30 octobre 1760 qui reprenait toute la législation antérieure à 1742. Elle est citée dans le règlement mais nous n’avons pas réussi à la localiser dans les archives.

17 AGS, GM, 3229 à 3235, Licencias de 1729 à 1786. Ces liasses comprennent aussi les licences de congés pour convenances personnelles. AGS, GM, 4253 à 4259, Licencias temporales y de casamiento, ce sont des licences de tous corps et armes confondus.

18 Des indications sur les nom et prénom de l’épouse, la date de l’autorisation, l’emploi occupé par l’ingénieur à ce moment-là, ont été retrouvées et exceptionnellement l’origine géographique et sociale de la jeune fille.

19 AGS, GM, 4465 à 4511, Montepío militar : establecimientos y cuentas.

20 AGS, GM, 4466 et 4467, deux liasses plus particulièrement sur les veuves d’ingénieurs et les comptes du mont-de-piété des ingénieurs.

21 Liste des testaments : voir tableaux 27 et 28 du présent ouvrage.

22 AGS, TMC, 1950.

23 AGS, DGT, 2e inventaire, Contaduría general de valores, títulos de Indias de 1634 à 1819, liasses 167 à 189. Voir la liste des sources pour les titres de paiement consultés.

24 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo segun su estado en diciembre de 1760. non signé. Il figure sur cette liste leurs nom et prénom, âge, date d’entrée dans l’armée espagnole, différentes dates d’accession aux emplois et grades.

25 AGS, GM, 3789, Relación de existencia de los ingenieros que han servido en la dirección del reyno de Navarra y provincia de Guipúzcoa desde primero de enero del presente año hasta el día 30 de junio, del mismo y en que han sido cada uno empleados patria y robustez, 1er juillet 1739, signé Jaime Sicre ; AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo en diciembre de 1761, divididos en sus clases, y puestos en cada una de ellas por su orden de antiguedad con expresión de grados, edad, años de servicios, calidad de estos y notas sobre sus particulares circunstancias, non signé.

26 AGS, GM, 2991, Relación de las patentes de ingenieros que se ha tomado razón en los oficios de Veeduría general, y contaduría de la razón general de la artillería de España, desde 21 de abril de 1711 que S.M. señaló los empleos, sueldos, grados a este cuerpo, como consta de copia que se acompaña del plan emitido a los mismos oficios, 5 décembre 1735, signé par don Pedro Felipe de León.

27 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo en primero de marzo puestos por su orden de antigúedad con expresión de sus graduaciones y destinos. Pas de signature. Il figure sur cette liste des annotations sous forme géométrique de l’état civil des ingénieurs : une croix pour marié avant l’interdiction de 1728, un carré pour marié avec la licence royale après 1728, un triangle pour ceux qui l’étaient avant de rentrer dans le corps, et un rond pour les mariés sans licence royale. Nous avons retrouvé le même genre de liste dans la liasse de GM, 4257, appelée Relación de los individuos de que se compone el cuerpo de ingenieros en 28 de marzo de 1750 con distinción de los que se hallan casados y circunstancias que para ello han precedido, signé par Juan Martín Cermeño. Dans cette liste est fourni le mode de mariage avec licence ou avec autre type de parcours.

28 Dans la rubrique qualité, on peut trouver aussi bien une origine sociale définie par l’appartenance à une catégorie sociale qu’une expression vague comme fils de… ou connue.

29 Exemples : cause du décès, soldes en retard, ouvrages écrits, procès, présence de testament.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search