Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Les Étymologies d’Isidore de Séville dans le Speculum Maius de Vincent de Beauvais

Monique Paulmier-Foucart

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire du Speculum maius, voir le point fait par : M. Paulmier-Foucart et S. Lusignan, « Vi (...)
  • 2 Le Speculum morale est apocryphe, datant de la fin du XIIIe siècle.

1Dans les années 1240, à Paris selon toute vraisemblance, Vincent de Beauvais entreprend la rédaction d’une encyclopédie, au bénéfice de ses frères dominicains1. Le Speculum maius est une immense compilation de textes antiques, patristiques, médiévaux, rassemblés en trois Spécula : naturale, doctrinale et historiale2. Le savoir y est soigneusement organisé, calibré, et chaque citation est attribuée à son auteur. Les Étymologies d’Isidore de Séville sont parmi les grandes sources du Speculum maius.

Isidore savant, Père de l’Église et moraliste

  • 3 Par commodité, les renvois sont faits à l’édition la plus courante du Speculum maius : Bibliotheca (...)
  • 4 Ambroise est cité sept fois, Augustin onze fois, Jérôme seize fois, Grégoire le Grand trois fois...
  • 5 Apologia de universitate scientiarum : « Ad hoc autem ipsum nostrorum studiis provocatus sum, Isido (...)
  • 6 Hugonis de Sancto Victore Didascalicon de studio legendi, éd. Ch. Buttimer, Washington, 1939 ; Rich (...)

2Dans le Libellus apologeticas, prologue à l’ensemble de l’œuvre3, Vincent de Beauvais cite cinq fois le nom d’Isidore4. La plus décisive de ces citations se place au chapitre 7, là où est faite l’apologie de la connaissance5 : on pourrait me trouver présomptueux, dit Vincent de Beauvais, d’oser parler de toutes les sciences et de tous les arts, moi qui ne suis suffisamment savant en aucune matière, mais mon propos n’est pas d’en traiter comme un auteur, je fais seulement des extraits, je construis un compendium utile à la mémoire, mis en ordre. Et j’ai été conforté dans mon projet par les travaux de mes prédécesseurs, à savoir Isidore de Séville, qui a touché à chacune des sciences dans le Livre des Étymologies, et Hugues et Richard de Paris, qui ont proposé une division des sciences dans le Didascalicon et le Liber exceptionum6. Voilà donc la ligne du savoir encyclopédique sur laquelle se place le Speculum maius ; les deux choix fondateurs sont clairement dits : les Étymologies, à six siècles de distance, restent la référence originelle ; l’organisation de la matière rassemblée est victorine.

  • 7 De ordine dignitatis earundem (quae excerpta sunt) : « utrumque ergo genus in primo auctoritatis po (...)

3Au chapitre 12 du même Libellus apologeticus, le nom d’Isidore n’est plus celui de l’encyclopédiste modèle, mais celui du Père de l’Église, mis à son rang dans le système hiérarchisé des autorités qui commande la vérité du discours. Ce rang est le premier, celui des décrétales pontificales, des canons des Conciles, des docteurs canonisés par l’Église7.

  • 8 Apologia de dictis philosophorum et poetarum : « Venena quoque serpentum quidam frigida esse dicunt (...)
  • 9 Ib. 18, Retractatio prime partis : « Porro investigando naturam, cuius notitia valet, ut supra dict (...)

4Mais cette autorité concerne les matières de foi : Je n’ignore pas, dit Vincent de Beauvais au chapitre 8, qu’il y a des données contradictoires dans les extraits que j’ai faits... Aristote et Sénèque ne sont pas d’accord sur la nature de l’air ; Isidore dit que le venin des serpents est froid, Avicenne prétend qu’il est chaud. Tout cela n’est pas matière de foi, et le lecteur est libre de se faire une opinion8. Pour ce qui touche à la nature des choses, l’autorité d’Isidore n’est donc ni plus grande, ni moindre que celle des Grecs, des Latins ou des Arabes, même si la connaissance de cette nature des choses est indispensable à celle de l’Écriture9.

  • 10 Livre XXIII, c. 31-34. Le florilège de Grégoire le Grand occupe soixante-dix-sept chapitres du Spec (...)
  • 11 Dans son De viris illustribus, Sigebert de Gembloux donne aussi un catalogue des œuvres d’Isidore, (...)

5Il y a donc une double et forte identité d’Isidore de Séville, encyclopédiste et Père de l’Église, dans le Libellus apologeticus. Cette présence se retrouve assez piètrement dans le Speculum historiale, où quatre chapitres seulement sont consacrés à l’évêque de Séville et à son œuvre10. Vincent de Beauvais ne dispose pas de notice biographique concernant Isidore, et doit se contenter de reprendre la très sommaire mention de la chronique de Sigebert de Gembloux à l’année 627 : « In Hispaniis, Isidorus Hispalensis tum sanctitate, tum doctrina claruit »11. Sous son nom d’Actor, il ajoute une liste d’oeuvres d’Isidore, qu’il sait incomplète : « multa utilia opera edidit ex quibus sunt haec quae subiecta sunt » :

  • 12 Ce titre pourrait se rapporter à l’Epístola ad Redemptum (PL 83, col. 905-907), qui est un traité s (...)
  • 13 La notice bio-bibliographique d’Isidore est reprise telle quelle dans le S.D., XVII, 58, De Isidoro (...)

Soliloquiorum vel Synonymorum libros II (CPL 1203)
Sentenliarum libros III
(CPL 1199)
Etimologiarum libros XX (CPL
1186)
De origine officiorum libros
//(CPL 1207)
Ad Florentinam sororem suam contra Iudaeos libros
//(CPL 1198)
Ad Orosium episcopum de significatione veteris et novi testamenti libros
//(CPL 1190)
Allegoriarum in Genesi librum/,-in Exodo librnm I ; in Levitico librum/, in Libro
Numeri librum I ; in Deuteronomio librum I ; in Iosue librum I ; in Libro Iudicum librum I ; in Libro Regum librum
/(CPL 1196)
De corpore et sanguine Domini tractatus unus
12 et plura alia13.

  • 14 S.H. XIII, 53, : « Actor. Extat epístola Constantini generalis ad omnes episcopos, quam inter decre (...)

6Il est possible que Vincent de Beauvais recopie là une liste d’œuvres présentes dans une bibliothèque, voire celle où il travaille. Il ajoute en effet, par la formule Extat apud nos qu’on trouve plusieurs fois dans les notices bibliographiques du Speculum historiale : « Il y a chez nous une collection de décrétales et de textes canoniques qu’Isidore a le premier compilée et qui est à la source des ouvrages d’Yves de Chartres et de Gratien ». Il citera d’ailleurs la collection isidorienne au livre XIII, à propos de la Donation de Constantin qui y a été incorporée14.

7Le Speculum historiale présente donc Isidore comme savant, comme commentateur de l’Écriture, comme juriste, et surtout comme moraliste par les trois courts chapitres d’extraits des Synonymes qui viennent ensuite (XXIII, 32-34).

  • 15 Ainsi pour Ambroise (S.H., XIV, 81) : « Actor... De libris quidem Hexaemeron multa superius in oper (...)
  • 16 Sur le caractère et le succès des Synonyma, voir J. Fontaine, « Isidore de Séville auteur "ascétiqu (...)
  • 17 Cf. note 10.
  • 18 Les extraits sont annoncés ainsi : « in libro quidem soliloquiorum contra tentationes sic armat lec (...)

8À propos de cette liste d’œuvres et de ce florilège, il faut observer que Vincent de Beauvais ne dit pas expressément qu’il a beaucoup cité les Étymologies dans les autres parties de son Speculum maius ; il n’y a pas de reconnaissance explicite de sa dette envers Isidore ; il lui arrive de signaler pour d’autres auteurs une utilisation de ce type15. D’autre part, Vincent de Beauvais ne connaît pas les œuvres historiques d’Isidore. Enfin, le florilège des œuvres est assez peu étendu, trois courts chapitres, et pauvre, une seule œuvre16 ; il n’y a pas de comparaison à faire avec les florilèges des grands Pères de l’Église17. Le style même des extraits, juxtaposant des phrases très courtes tirées des deux livres des Synonymes, les titres des chapitres qui les rassemblent (« Dicta eiusdem (Isidori) de tentationibus carnis, De humilitate et patientia, De bona et honesta conversatione »), l’absence de formule personnelle (excerpsi) pour présenter les extraits, tout cela dénote l’utilisation d’un florilège spirituel plutôt qu’un travail neuf de relecture mené à bien pour donner un choix original18.

  • 19 S.H. I, 96 : « His de divisione terrarum ac varietate gentium prosecutis, nunc ad historiam redeamu (...)
  • 20 Dans le S.N., cette description géographique se trouve aux derniers livres, XXXI, 119-132 (cf. etym (...)
  • 21 Il y a quelques citations doublées, généralement avec les mêmes caractéristiques textuelles, dans l (...)
  • 22 L’exposé de géographie physique (S.H., I, 63-85), est entièrement tiré d’Isidore, etym., XIV, 3-6, (...)

9En fait, à la lecture de ces chapitres du Speculum historiale, l’autorité d’Isidore ne paraît guère exploitée, à l’exception du livre I, c.62-85 et 92-95. Mais il s’agit en réalité d’une reprise quasi textuelle de l’exposé de géographie physique et humaine19 qui se trouve déjà dans le Speculum Naturale20, et qui est ici replacé en introduction à l’histoire des peuples après la construction de la tour de Babel. Sauf de rares exceptions de détail21, c’est le seul double emploi du texte d’Isidore. Dans le Speculum historiale, Isidore est donc aussi géographe22. Mais il n’est pas historien : Vincent de Beauvais n’a pas signalé les ouvrages historiques d’Isidore dans sa liste d’œuvres, il ne les connaît pas.

Les Étymologies comme source du Speculum naturale et du Speculum doctrinale

  • 23 S. Lusignan a bien montré dans sa thèse sur Le Speculum doctrinale, le livre III. Étude de la logiq (...)

10Le Speculum naturale et le Speculum doctrinale traitent de l’ensemble des connaissances accessibles à l’homme. Ces connaissances, il faut avant tout les classer. On sait que le plan encyclopédique d’Isidore ne pouvait guère servir de modèle ; il n’est pas compatible avec la classification des sciences adoptée par le Moyen Âge, en particulier parce qu’il ne donne pas à la théologie sa place, en couronnement de la connaissance. Vincent de Beauvais se place effectivement dans cette tradition, puisqu’il expose l’ensemble du savoir : d’abord en suivant l’ordre des six jours de la création jusqu’à la création de l’homme, âme et corps – c’est le Speculum naturale –, puis en présentant, selon la pensée victorine, les sciences logiques, mécaniques, pratiques, théoriques qui sont les moyens donnés à l’homme pour retrouver sa dignité perdue par le péché – c’est le Speculum doctrinale 23. En fonction de cet ordre, mille deux cents extraits des Étymologies viennent nourrir le Speculum. Isidore est ainsi, quantitativement, à égalité de citations avec Aristote, derrière Pline (plus de mille cinq cents citations), largement devant Avicenne.

  • 24 La thèse de S. Lusignan, citée note 23, a porté sur la logique (S.D., livre III) ; cf. en particuli (...)

11Pour apprécier à sa juste valeur l’influence réelle d’Isidore dans tous ces domaines, il faudrait que chacun des sujets soit analysé pour soi dans toute son extension. Ces études spécifiques n’existent pas, sauf exceptions24 ; la présente étude reste volontairement et simplement au niveau du constat quantitatif, et des hypothèses de recherche, étayées par l’existence de cohérences dans les sondages et de constantes dans le traitement du texte d’Isidore.

La manière de citer

  • 25 Sur les procédés d’abréviation, cf. E. Faral, Les arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècle, Paris (...)
  • 26 Autre comportement d’abréviateur souvent repérable : la référence à une opinion ancienne entraîne l (...)

12Une de ces constantes est la technique de citation. La seule forme d’abréviation du texte des Étymologies est la coupure simple, sans modifications stylistiques ; les mots sont ceux d’Isidore. Il n’y a pas à proprement parler abréviation selon les procédés médiévaux complexes25 ; il y a extraction. Une seule pratique peut paraître systématique, qui pervertit d’ailleurs l’esprit du texte d’Isidore : très souvent, Vincent de Beauvais supprime les citations d’auteurs antiques qui venaient illustrer et conforter le propos d’Isidore. Les Étymologies ne fonctionnent jamais comme un réservoir de citations de Cicéron, de Virgile, de Salluste, de Lucain...26. Dans le détail, on trouvera certes quelques modifications, mais il faudrait, pour en donner le sens, connaître l’état de la tradition manuscrite des Étymologies au moment où Vincent de Beauvais fait, ou fait faire, les extraits. Cet état de la tradition n’est pas connu, et un simple sondage dans les manuscrits des XIIe-XIIIe siècles d’origine parisienne montre que des différences importantes existent. Le texte reproduit par Vincent de Beauvais est apparenté à celui de deux manuscrits de la fin du XIIe siècle, provenant du fonds de Notre-Dame (Paris, B.N., lat. 17876) et de celui de Saint-Germain-des-Prés (Paris, B.N., lat. 11864).

  • 27 R. W. Hunt, « The Library of Robert Grosseteste », dans : Robert Grosseteste, Scholar and Bisbop, é (...)
  • 28 Sur le développement des outils intellectuels à cette époque, voir R. H. Rouse and M A. Rouse, Prea (...)

13Sans connaître le manuscrit même que Vincent de Beauvais, ou ceux de ses frères dominicains qui l’ont aidé dans son travail d’excerptor, ont eu sur leur pupitre de travail, on peut cependant avoir la certitude que le choix est de première main, et qu’il n’y a pas eu recours à un florilège. La quantité des citations, leur densité, entraîne cette première certitude. Par ailleurs, l’enchevêtrement des citations d’Isidore et des autres sources d’information dans de nombreux chapitres, ainsi qu’il sera dit plus loin, ne permet pas d’imaginer une sorte de transfert direct d’un manuscrit des Étymologies au texte du Speculum maius en cours de rédaction. Il y a eu prise de notes intermédiaires. Bien que les preuves matérielles soient rares en ce domaine, on peut se fonder sur l’exemple des feuilles de notes de Robert Grosseteste27, et surtout sur la pratique du classement alphabétique chez les Dominicains de Saint-Jacques, où on rédige, exactement au même moment, la concordance de la Bible28, pour faire l’hypothèse de ce travail préparatoire : les Étymologies sont dépecées, et leur matière reclassée d’après un thésaurus préalablement constitué, qui répond à plusieurs préoccupations taxinomiques, celle de la morale monastique (les vices, les vertus), les éléments de la création et les créatures, la classification victorine des sciences, l’ordre alphabétique...

Comptage

  • 29 Le comptage a été fait par lignes, après collation exhaustive avec le texte de l’édition de : J. Or (...)

14Tout Isidore est-il là, dans ces mille deux cents citations ? Un graphique simple rend compte au mieux de l’importance des citations pour chaque livre des Étymologies29.

  • 30 S.D. I, 44, De diversitate linguarum ac idiomatum. Le passage composite tiré des etym., IX, 1-2, es (...)

15D’abord, un livre est totalement absent, le livre X, De vocabulis, le dictionnaire d’Isidore, et cette absence est révélatrice de la distance qui sépare les deux auteurs. Car Vincent de Beauvais a lui aussi un dictionnaire, placé à la fin du livre I du Doctrinale, en exergue à son exposé sur les sciences du langage introduit par l’extrait du livre IX des Étymologies sur l’origine des langues : « Diversitas linguarum exorta est in aedificatione turris post diluvium... »30.

  • 31 S.D., I, 45. Après avoir posé la question de la place de la scientia linguae - fait-elle partie de (...)

16Vincent de Beauvais présente ainsi son breve vocabularium : « En ce qui concerne la science du langage, il serait trop long, et surtout ce serait un travail tout à fait impossible pour nos faibles forces, d’exposer les origines de tous les mots dans toutes les langues et de donner leur signification. Cependant, je me suis appliqué à chercher dans Papias et dans d’autres livres quelques mots qu’on trouve souvent dans les Écritures et dont le sens n’est pas suffisamment connu de tous, et j’ai inséré dans cette œuvre leur signification et leur origine, surtout pour les mots grecs et latins. (...). Les voilà par ordre alphabétique »31. En réalité, malgré ce qui en est dit par deux fois et qui semble rester dans la ligne isidorienne (origines atque significationes exponere, significationes plerumque etiam et origines... inserere), le vocabularium proposé par Vincent de Beauvais ne donne que très exceptionnellement l’origine du mot difficile, et se contente de sa signification par équivalence. C’est un simple glossaire. Un ou deux exemples suffisent, pour saisir la différence de traitement du mot chez Isidore et chez Vincent de Beauvais, en notant aussi que très peu de mots sont communs aux deux dictionnaires :

luridus (etym.,. X, 162), quod sit pallidus, a loro dictus quod huiusmodi habeat cutem ; chez Vincent de Beauvais (S.D., 1,56) : luridum, pallidum, sordidum
morio
(etym.,, X, 183), a morte vocatus eo quod non vigeat intellectu ; chez Vincent de Beauvais (S.D., I, 57) : morio, amens.

  • 32 J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, 19832, (...)

17Ainsi donc, Vincent de Beauvais n’a pas repris à son compte la démarche étymologique d’Isidore. Il n’a d’ailleurs rien recopié du paragraphe concernant l’étymologie (etym., I, 29) : « L’étymologie est l’origine des vocables », dont la connaissance est souvent nécessaire pour la compréhension du sens (in interpretatione sua). Pour l’encyclopédiste du XIIIe siècle, la connaissance du mot ne détermine plus la connaissance de la chose ; il n’y a plus nécessité étymologique ; selon l’expression de J. Fontaine, Vincent de Beauvais n’a plus « la foi dans la révélation étymologique »32.

  • 33 Cette utilisation est d’ailleurs presque-en harmonie-avec l’importance qu’Isidore accorde au sacré (...)
  • 34 Sauf la présentation des livres de l’Ancien Testament, S.D., XVII, 33-36 = etym. VI, 1,2.
  • 35 S.N., I, 3-28 et un long traité sur les anges, 29-86. Les principaux auteurs utilisés sont Augustin (...)

18Un autre livre est presque exclu lui aussi du choix, le livre VII, De deo, angelis et sanctis. Il est à considérer avec ses voisins VI et VIII, De libris et officiis ecclesiasticis, De ecclesia et sectis, soit le groupe des livres religieux ; on constate en effet que, dans ces livres, les extraits retenus concernent surtout la matière païenne : l’histoire des livres et des bibliothèques, les philosophes païens, les mages, les dieux antiques33. Isidore apparaît inadéquat pour parler de Dieu créateur et de l’Église34. Certes, le Speculum doctrinale, qui dans son dernier livre aurait dû traiter de la théologie, est inachevé, et l’absence de citations des Étymologies sur ces matières n’est donc pas nécessairement le signe d’une exclusion volontaire. Pourtant, il y a déjà un long exposé sur Dieu et les anges au premier livre du Naturale35, où Isidore n’est présent que par neuf courtes citations, quatre seulement provenant des Étymologies.

19Huit livres des Étymologies sont d’utilisation moyenne : de 30 % à 56 % du texte retenu. Ce sont les livres sur les arts libéraux (I, De grammatica ; II, De rhetorica et dialectica ; III, De mathematica), le livre V, De legibus et temporibus ; le livre IX, De linguis, gentibus, regnis, militia, civibus, affinitatibus ; XIII, De mundo et partibus ; XV, De aedificiis et agris ; XX, Depenu et instrumentis domesticis et rusticis. Tout en restant au niveau de l’appréciation générale, on peut faire certaines remarques : une grande partie du texte d’Isidore est, pour les matières susdites, laissée de côté ; peut-on apprécier, grosso modo, ce qui a survécu ?

20On repère essentiellement trois types d’abandon. Soit toute l’information donnée par Isidore est considérée comme caduque, et elle est remplacée par un autre discours. C’est ce qui se passait pour Dieu et les anges, c’est aussi ce qui se passe pour la grammaire et pour l’histoire.

  • 36 Dans le premier projet encyclopédique de Vincent de Beauvais, l’histoire avait sa place dans l’ense (...)

21Pour la grammaire, Vincent de Beauvais reprend largement les chapitres sur les lettres, litterae communes, litterae latinae... ; il reprend la définition de la grammaire et s’arrête là. Les parties du discours, le nom, le verbe, l’adverbe..., tout cela est longuement extrait du commentaire de Pierre Hélie sur Priscien (S.D., 11,8-181). Il y a eu remplacement total d’Isidore par une œuvre plus récente, peut-être la grammaire telle que Vincent de Beauvais l’a apprise. Pour la pratique de la grammaire, les Étymologies ne servent pas ; Pierre Hélie ne les citait pas, lui non plus. Autre remplacement : l’histoire, qu’Isidore a placée à la suite du droit, au livre V. Vincent de Beauvais ne fait aucun emprunt à cette très courte, trop courte, chronique. Il dispose d’autres sources, la chronique d’Eusèbe-Jérôme, la chronique de Sigebert de Gembloux, mieux adaptées à son propos, où l’histoire a pris une place extensive qu’elle n’avait pas dans les Étymologies36.

22Il peut y avoir abandon sans remplacement, et l’on retrouve dans ce cas l’exclusion étymologique dont il a déjà été question. Ainsi les livres IX, De linguis, gentibus, regnis et XV, De aedificiis, sont tous deux, à première vue, faiblement exploités (32 % du texte conservé) ; en réalité, dans chacun de ces livres se trouve un long chapitre de nomenclature qui est au cœur même du système d’Isidore : la longue liste des peuples d’après l’origine de leur nom au livre IX, et pareillement la longue liste des noms des villes, rapportés à leur fondateur, au livre XV. Rien de cela ne se retrouve dans le Speculum maius. Le regard porté par Isidore sur certains sujets est devenu inopérant.

  • 37 Cf. à ce sujet la thèse de S. Lusignan citée note 23, en particulier p. 312-324
  • 38 Ibidem, p. 384-389.

23Un troisième type d’abandon du texte d’Isidore pourra, en fin de parcours, être considéré comme caractéristique de la fonction générale que remplissent les Étymologies dans la construction du Speculum maius : sur un sujet donné, marqué par le titre du chapitre d’Isidore, la présentation générale est conservée – le début du chapitre-, et quand Isidore en vient au développement, Vincent de Beauvais retourne en quelque sorte aux sources. Ainsi, à titre d’exemples, posés de façon très globale, les catégories aristotéliciennes sont présentées et nommées (S.D., 111,15) d’après les cinq premiers paragraphes des Étymologies II, 26 ; puis, on bascule dans les textes aristotéliciens eux-mêmes et leurs commentaires, ici les Catégories, le Libers exprincipiorum – cité anonymement –, et des commentaires placés sous la rubrique Actor qui « reflètent des préoccupations qui semblent dater de la première moitié du XIIIe siècle »37 De la même façon, un peu plus loin dans le même livre (S.D., III, 68), la question des définitions est annoncée par le texte d’Isidore (etym., II, 29, 1) : « Divisio definitionum in partes quindecim habetur ». Vincent de Beauvais continue par des extraits des livres VI et VII des Topiques38. Les Étymologies fonctionnent donc ici comme une ouverture ; elles marquent le point de départ du traitement d’une question, en annoncent le contenu. Elles ne donnent plus réellement l’information, mais servent seulement à l’articulation de l’exposé, qui retourne aux originalia.

24Enfin, huit livres des Étymologies sont très largement utilisés. Le cas du livre IV, De medicina, est un peu particulier. En fait, Vincent de Beauvais a consacré trois livres entiers du Doctrinale à la médecine, une des sciences mécaniques des Victorins, qu’il a mise à part et développée outre mesure. Dès lors, il ne laisse échapper aucune source d’information, et il recopie les trois quarts du livre IV des Étymologies, à côté d’une grande quantité de sources grecques, juives et arabes.

25Il semble que Vincent de Beauvais utilise à fond les Étymologies dans deux circonstances opposéeS.D’abord quand il dispose de beaucoup de sources sur un sujet qu’il développe dans toute son ampleur : la physiologie humaine (la médecine du livre IV, et le livre XI, De homine et portentis), mais aussi la nature des animaux (livre XII, De animalibus), les pierres et les métaux (livre XVI, De lapidibus et metallis), les plantes (livre XVII, De rébus rusticis) ; bref, selon la vieille expression cohérente avec le plan de Vincent de Beauvais, l’histoire naturelle. Ou au contraire, quand il a peu de sources, et qu’il n’en cherche pas, mais reste à un niveau très général d’information : c’est le cas de la géographie, – avec des nuances, car il y a quelques compléments Actor tirés du Liber de proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais – et surtout des arts mécaniques (livres XIV, De terra et partibus ; XVIII, De bello et ludis ; XIX, De navibus, aedificiis et vestibus).

  • 39 S.N., XII, 43 : « Actor.... Nunc ad describendas nominatim species singulas per ordinem alphabeti t (...)

26Dans le premier cas, Isidore participe à un ensemble complexe ; son texte est éclaté en citations courtes régulièrement redistribuées en des chapitres soigneusement construits à partir de sources multiples. Ainsi, tout au long des livres VII à XIV, XVI à XX, XXVIII, XXXI, XXXII du Speculum naturale, qui traitent des matières susdites, on trouve un schéma du même type que celui-ci, concernant les arbres, décrits par ordre alphabétique39 :

S.N., XII, 44, De abiete

Isidorus (etym. XVII, 7, 32)
Palladius
Ambrosius in Hexaemeron
Glossa super Ezechielem
Ex libro de natura rerum
Plinius

45, Adbuc de eodem

(Plinius)

46, De acere

Isidorus (etym. XVII, 7, 41)
Plinius

47, De agno casto

Platearius
Dioscorides

48, De aliso et alno

Plinius
Isidorus (etym. XVII, 7, 42)
Palladius
Plinius

27Le plus souvent, mais pas toujours, les Étymologies sont citées en premier lieu, en tête du chapitre ; elles sont souvent suivies de larges extraits de l’Histoire naturelle de Pline. On ne peut pas dire que la succession des citations corresponde à une mise en hiérarchie des auteurs. Simplement, par le caractère plus synthétique de son œuvre, par la vertu de brièveté de son texte, Isidore prend naturellement la première place.

  • 40 S.D., XI, 13-32 ; pour 1 ’armatura, que Vincent de Beauvais développe, selon la partition de Richar (...)

28Dans le deuxième cas, le texte d’Isidore n’est plus fractionné, mais cité en séquence, pratiquement sans coupure. Surtout, on est dans le cas inverse de celui qui est décrit plus haut : Isidore commandant l’entrée en matière. En effet, chaque art mécanique est annoncé par un court texte repris à Richard de Saint-Victor, et les Étymologies sont recopiées par blocs entiers, suivis ou non d’un autre bloc de texte pris à un auteur de complément, ainsi Vitruve pour l’architecture, Végèce40 pour l’art militaire. Il n’y a aucun enchevêtrement des sources, pas de va-et-vient affiné entre Isidore et d’autres auteurs. Les Étymologies ne servent plus d’introduction au sujet ; leur texte est une partie et quelquefois le tout du sujet traité. Les titres des chapitres du Speculum vont jusqu’à reprendre les titres des chapitres des Étymologies. Ainsi, pour le premier des arts mécanique, lanificium :

  • 41 Sauf la description détaillée des différentes sortes de toges, qui a été supprimée, et les derniers (...)
  • 42 En entier à l’exception du passage : « Et pallia dicta apo tou pallein, id est a mobilitate... » (2 (...)

S.D, XI, 4, De vestibus legalibus
= etym.
XIX, 21, De veste sacerdotali in lege ;

S.D,
XI, 5, De propriis vestibus quarundam gentium
= etym.
XIX, 23, Deproprio quarundam gentium babitu ;

S.D,
XI, 6, De paltiis virorum
= etym.
XIX, 24, Depalliis virorum41 ;

S.D,
XI, 7, De palliis feminarum
= etym. XIX, 25, De palliis feminarum
42.

29Avec prudence, on remarquera que ces matières pour lesquelles Isidore est très largement utilisé sont, la médecine toujours mise à part, des matières non scolaires, non intégrées dans l’ensemble du système des connaissances qui s’enseignent à l’université, celles sur lesquelles la réflexion médiévale s’est moins exercée.

Une grille d’analyse pour une rencontre

  • 43 S.D.. XVI, 9, à la fin d’un long passage Actor sur le comput et le calcul : « Artis huius species s (...)

30Il y aurait trois méthodes d’utilisation des Étymologies, – ou plutôt six, mais trois sont négatives –. On a vu d’abord le désintérêt pour la pratique étymologique et le non-recours à Isidore pour l’histoire, la théologie, la plus grande partie de la grammaire. Il existe aussi un cas, unique semble-t-il, où les Étymologies ne sont pas citées, non pas parce que l’information donnée par Isidore est considérée comme inadéquate ou insuffisante, mais parce qu’elle est trop étendue. À propos de l’arithmétique et de la théorie des nombres : « J’en ai assez dit, allez voir Boèce et Isidore si vous voulez en savoir davantage », écrit Vincent de Beauvais43.

31Il reste donc trois méthodes d’utilisation effective : Isidore est utilisé en ouverture, il fait l’entrée en matière, il est à l’origine de la connaissance des choses ; l’information d’Isidore reste valide et les Étymologies participent á un réseau serré où elles sont à égalité avec les autres sources citées ; enfin les Étymologies restent une source d’information essentielle pour des sujets qui tiennent une place secondaire dans le champ du savoir.

  • 44 Il subsiste le Libellus apologeticus qui annonce un Speculum maius en deux parties (livre I), le te (...)

32La première et la troisième manière d’utiliser Isidore sont statiques dans l’histoire du Speculum maius. Mais il y a eu évolution en ce qui concerne la deuxième manière, le « réseau d’information ». On sait maintenant que le Speculum naturale et le Speculum doctrinale, connus aujourd’hui en deux parties tout à fait distinctes, ont eu une première édition vers 1244, où ils étaient unis en un seul ensemble. Il subsiste de larges morceaux de cette première version, pour sa partie « naturelle », dans deux manuscrits aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Royale de Bruxelles, et provenant de Saint-Martin de Tournai (B.R. 18 465) et de Saint-Laurent de Liège (B.R. 9152)44. Il est tout à fait intéressant de voir comment le texte a évolué d’une version à l’autre et, pour le sujet ici traité, comment le poids d’Isidore s’en trouve changé. L’exemple choisi est maritime :

  • 45 Bruxelles, B. R. 9152, P 59v °-61r°.
  • 46 Éd. Douai 1624, citée note 3.

S.N.

version I45, livre V

S.N.

version II46, livre V

c.5,

De mari
Ysidorus ubi supra
(= etym. XIII, 14, 1, 3)

c.8,

De mari
Isidoras ubi supra

Ambrosius in Exameron

Ambrosius in Exaemeron

Seneca lib. VII
Aristóteles in Meth. l. II
o

Seneca lib. VII
Philosophus in II
o Meteo.
Idem in libro vegetabilium

Actor

Author

c.10,

De oceano et mediterraneo mari
Aristóteles in Meth. 1. II°
Isidorus ubi supra
(= etym „ XIII, 15, 1)
Secundus philosophus
Ex imagine mundi

c.13,

De océano Aristóteles in 1. Meteo. II
o Isidorus ubi supra
Secundus philosophus
Ex imagine mundi
Adelardus bathoriensis

c.14,

De causis augmentis et
decrementis in eo
Guilielmus de Conchis

c.15,

De mari mediterráneo
(Guilielmus de Conchis
)

Isidorus ubi supra
(
= etym., XIII, 16, 1, 5-6)

Isidorus ubi supra

c.11,

De sinibus maris

c.16,

De sinibus maris

c.12,

De estibus maris

c.18,

De aestibus maris
Guilielmus de Conchis

Ysidorus Io. XIII
(= etym., XIII, 18, 1)

Isidorus ubi supra

Plinius Io. II
Aristotiles
Ex imagine mundi (1)+(2)

Plinius 1. II
Aristóteles
Ex imagine mundi (1)

c.19-21,

Albumasar
Guilielmus de Conchis

c.13,

De periculis maris
Ysidorus ubi supra
(= etym., XIII, 18, 1-6)

c.22,

De periculis maris
Isidorus ubi supra

Ex imagine mundi (2)

33De la mer aux périls de la mer, il y avait neuf chapitres dans la première version ; il y en a quinze dans la seconde. Isidore représentait un quart du texte ; il n’en représente plus que la dixième partie. Dans le premier Naturale, Isidore était cité en compagnie de sept auteurs : Ambroise, Sénèque, Aristote, le philosophe Second, Honorius Augustodunensis pour l’Imago mundi, Pierre Comestor et Pline. Toutes ces citations se retrouvent telles quelles dans le deuxième Naturale ; mais il y a eu augmentation importante de la matière, et le poids relatif d’Isidore a diminué. Son information est encore là, mais en quelque sorte en déclin, diminuée par l’apport de connaissances nouvelles – ce qui ne veut pas nécessairement dire récentes. Sont apparus le traité pseudo-aristotélicien De plantis, Adélard de Bath, Albumasar et surtout de très larges extraits de la Philosophia mundi de Guillaume de Conches. Ainsi, comme le montre la seule consistance du texte, Isidore est encore là, mais, de plus en plus, seulement comme simple initiateur.

Hypothèse de travail

34On se proposait d’apprécier quantitativement l’importance des Étymologies dans le Speculum naturale et le Speculum doctrinale. Il est incontestable que l’hommage rendu à Isidore par Vincent de Beauvais, dans son Libellus apologeticus, est réel. Les Étymologies ont été soigneusement lues, comme un texte indispensable à la constitution de la nouvelle encyclopédie. Finalement, un peu plus de la moitié de l’encyclopédie wisigothique est conservée dans « le grand miroir » proposé aux Dominicains au milieu du XIIIe siècle. Selon les matières, la place d’Isidore dans les données écrites du savoir est cependant très différente : Vincent de Beauvais ne fait plus appel à lui pour les matières religieuses, ni pour l’histoire ; pour les matières scolaires, la référence à Isidore est conservée, elle est au départ d’une documentation étendue ; pour les questions naturelles et mécaniques, les Étymologies restent largement informatives, voire suffisantes à elles seules.

  • 47 Cf. sa communication dans ce volume p. 259-267.

35À travers l’histoire du Speculum maius, on perçoit ainsi une évolution cohérente avec ce qu’a observé J. Verger47 dans les programmes universitaires : devant l’afflux des textes neufs, des traductions, des commentaires composés dans un autre esprit, la présence d’Isidore s’estompe ou s’efface.

36En brève conclusion, je propose l’hypothèse suivante : le Speculum maius est, dans beaucoup de ses parties, fortement marqué par la culture du XIIe siècle. La place quantitativement importante qu’y tiennent les Étymologies d’Isidore de Séville serait un signe de cette appartenance au monde ancien. Les citations des Étymologies dans le Naturale et le Doctrinale sont un lieu de conflit entre cette culture ancienne et les acquis de la première moitié du XIIIe siècle. De plus en plus, elles sont là comme une simple entrée en matière, un recours obligé à une origine du discours encyclopédique.

Notes

1 Sur l’histoire du Speculum maius, voir le point fait par : M. Paulmier-Foucart et S. Lusignan, « Vincent de Beauvais et l’histoire du Speculum maius », dans Journal des Savants, 1990, p. 97-124, qui donne l’essentiel de la bibliographie.

2 Le Speculum morale est apocryphe, datant de la fin du XIIIe siècle.

3 Par commodité, les renvois sont faits à l’édition la plus courante du Speculum maius : Bibliotheca mundi seu venerabilis viri Vincentii Burgundi... Speculum quadruplex..., : Douai, 1624, reprod. Akademischer Druck- und Verlagsanstalt, Graz, 1964. Le Libellus apologeticas dans sa dernière version (apocryphe) y est édité en tête du Speculum Naturale, col. 1-16. Toutes les citations d’Isidore se trouvaient déjà dans les versions précédentes, authentiques, du Libellus.

4 Ambroise est cité sept fois, Augustin onze fois, Jérôme seize fois, Grégoire le Grand trois fois...

5 Apologia de universitate scientiarum : « Ad hoc autem ipsum nostrorum studiis provocatus sum, Isidori videlicet Hispalensis, et Hugonis atque Richardi Parisiensis. Quorum primus in libro Etymologiarum, inter caetera de quibus agit, etiam de unaquaque scientia pauca breviter tangit. Secundus in libro Didascalicon scientiam generaliter dividit, singularumque materiam breviter describit. Et tertius, qui sic dicitur, in libro excerptionum idem facit. ».

6 Hugonis de Sancto Victore Didascalicon de studio legendi, éd. Ch. Buttimer, Washington, 1939 ; Richard De Saint-Victor, Liber exceptionum, éd. J. Chatillon, (Textes philosophiques du Moyen Âge, 5), Paris, 1958.

7 De ordine dignitatis earundem (quae excerpta sunt) : « utrumque ergo genus in primo auctoritatis ponitur... Illos autem sacros doctores in eo gradu ponere volui, qui auctoritate Romanae ecclesiae canonizati sunt, et eorum libri per concilia pontificum approbati. Vt sunt Dionysius, Ignatius, Cyprianus, Hilarius, Athanasius, Basilius, Gregorius Nazianzenus, Ambrosius, Hieronymus, Ioannes Chrysostomus, Augustinus, Cyrillus, Fulgentius, Cassiodorus, Isidorus et alii multi. Medium vero locum tenent... ».

8 Apologia de dictis philosophorum et poetarum : « Venena quoque serpentum quidam frigida esse dicunt, ut Isidorus, quidam vero calida, ut Avicenna. Sed quoniam in istis et in aliis huiusmodi utralibet pars contradictioni absque fidei nostre periculo potest credi vel discredi,... lectoris arbitrio relinquendum cuius sententiae potius debeat adhaerere ».

9 Ib. 18, Retractatio prime partis : « Porro investigando naturam, cuius notitia valet, ut supra dictum est, etiam ad expositionem sacrarum scripturarum, non solum, inquam, in nostrorum libris, sicut Ambrosii, Basilii, Isidori et aliorum quorumdam, verum et in libris philosophorum... ». Au premier chapitre du Libellus apologeticus, Isidore se retrouvait en compagnie des quatre grands Pères de l’Église romaine, quand Vincent de Beauvais expliquait pour quelles raisons il était particulièrement attentif à l’attribution correcte des citations à leur auteur.

10 Livre XXIII, c. 31-34. Le florilège de Grégoire le Grand occupe soixante-dix-sept chapitres du Speculum historiale (XXII, 27-103), celui de Jérôme soixante-neuf chapitres (XVI, 20-88), celui d’Augustin quarante-quatre chapitres (XVIII, 56-99), celui de Cyprien onze chapitres (XI, 63-73), celui d’Ambroise sept chapitres (XVII, 33-39). Isidore se trouve presque à égalité de florilège avec Basile de Césarée (XIV, 81-84), Jean Chrysostome (XVII, 43-45) et Fulgence (XX, 109-111), mais la vie de ces trois derniers Pères est beaucoup plus développée que la sienne : Basile, XIV, 78-80 ; Jean Chrysostome, XVII, 42 ; Fulgence, 104-108.

11 Dans son De viris illustribus, Sigebert de Gembloux donne aussi un catalogue des œuvres d’Isidore, où se mêlent œuvres authentiques et attribuées : « Scripsit ad Braulionem episcopum XX libros ethimologiarum ; librum proemiorum de libris veteris ac novi testamenti..., de ecclesiasticis officiis ad Fulgentium ; de ortu, vita et obitu sanctorum patrum... ; ad Orosium librum de significationibus nominum ; ad Sisebutum librum de natura rerum ; de differentiis verborum ; librum de proprietate rerum vel sermonum ; librum ecclesiasticorum dogmatum ; synonima... ; lamentum penitentis... ; de conflictu virtutum et viciorum librum unum ; de mysteriis salvatoris librum unum. Totum vêtus testamentum simpliciter exponendo percucurrit. Scripsit et alia seculari littérature competentia... ». Isidore est nommé au catalogue de Sigebert entre Julien Pomère et Julien de Tolède, cf. R. Witte, Catalogus Sigeberti Gemblacensis monachi de viris illustribus, Francfort, 1974, notice 55, p. 68-69.

12 Ce titre pourrait se rapporter à l’Epístola ad Redemptum (PL 83, col. 905-907), qui est un traité sur l’eucharistie déjà considéré comme suspect par F. Arévalo, et date probablement d’après 1170, selon R. E Mcnally, « Isidoriana », dans Theological Studies, 20 (1959), p. 439.

13 La notice bio-bibliographique d’Isidore est reprise telle quelle dans le S.D., XVII, 58, De Isidoro et Beda, quand Vincent de Beauvais, au début de son exposé sur la théologie, donne, en vingt-deux chapitres, une histoire de la patristique.

14 S.H. XIII, 53, : « Actor. Extat epístola Constantini generalis ad omnes episcopos, quam inter decreta patrum Isidorus collocavit, in qua idem Constantinus modum suae conversionis exponit et ecclesiam Romanam omnibus ecclesiis praeesse discernit in hune modum ». Les trois chapitres suivants donnent le texte abrégé de l’Exemplar Constantini imperatoris, éd. P Hinschius, Decretales pseudo isidorianae, Lipsiae, 1863, p. 249-254. Sur le sens de cette utilisation par Vincent de Beauvais, voir M. Schmidt-Chazan, « L’idée d’empire dans le Speculum historiale de Vincent de Beauvais », dans S. Lusignan, M. Paulmier-Foucart et A. Nadeau, Le Speculum maius de Vincent de Beauvais, intentions et réceptions, Paris-Montréal, 1990, p. 253-284.

15 Ainsi pour Ambroise (S.H., XIV, 81) : « Actor... De libris quidem Hexaemeron multa superius in operibus nostris diversis locis excerpsi..... Et pour Augustin (S.H., XVIII, 55) : « (Actor)... Ex praedictis libris Augustini multa quoque in his, per diversa loca, inserui... ».

16 Sur le caractère et le succès des Synonyma, voir J. Fontaine, « Isidore de Séville auteur "ascétique" : les énigmes des Synonyma » dans Studi Medievali, 3e série, 6 (1965), p. 163-195. La sélection de ce texte ascétique, avec son caractère de lamentation doloriste, par Vincent de Beauvais est cohérente avec le caractère monastique marqué d’une grande partie des textes du florilège patristique et médiéval inclus dans le Speculum historiale.

17 Cf. note 10.

18 Les extraits sont annoncés ainsi : « in libro quidem soliloquiorum contra tentationes sic armat lectorem »,

19 S.H. I, 96 : « His de divisione terrarum ac varietate gentium prosecutis, nunc ad historiam redeamus ».

20 Dans le S.N., cette description géographique se trouve aux derniers livres, XXXI, 119-132 (cf. etym. XI, 3-4) et XXXII, 1-21 (cf. etym. XIV, 2-7).

21 Il y a quelques citations doublées, généralement avec les mêmes caractéristiques textuelles, dans le Speculum naturale et le Speculum doctrinale. Tout à fait exceptionnelle est la citation quadruple d’etym. IV, 5,1-3, c’est-à-dire la définition de la santé reprise sous deux formes, dont l’une abrégée, dans Doctr. XII, 4 = Nat. XXXI, 65 et Doctr. XIII, 101 = Nat. XXXI, 92. On peut y voir une marque supplémentaire de l’intérêt de Vincent de Beauvais pour la médecine.

22 L’exposé de géographie physique (S.H., I, 63-85), est entièrement tiré d’Isidore, etym., XIV, 3-6, 8, à l’exception de quelques passages tirés de Solin et de Comestor. Ces chapitres sont en très grande partie conformes aux chapitres du Speculum naturale, XXXII, 2-21. Le texte du S.N. est parfois plus complet, par rapport à Isidore, que celui de l’Historiale. Il est aussi en quelques endroits augmenté de passages Actor, qui sont en fait tirés du Liber de proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais. L’exposé de géographie humaine qui suit dans le S.H.. 1, 86-95, est également emprunté, partiellement cette fois, à Isidore, etym., XI, 3-4 ; il présente des ressemblances importantes avec l’exposé fait dans le Naturale, XXXI, 119-122, sans qu’on puisse parler d’identité de traitement du sujet, comme pour la géographie physique. Sur les apports complexes entre le livre XXXII du S.N. et le S.H. dont il serait un résumé, cf. M. Paulmier-Foucart, « Histoire ecclésiastique et histoire universelle : le Memoriale temporum », dans Vincent de Beauvais. Intentions et réceptions d’une œuvre encyclopédique au Moyen Age, M. Paulmier-Foucart, S. Lusignan et A. Nadeau éd., Montréal-Paris, 1990, p. 87-110.

23 S. Lusignan a bien montré dans sa thèse sur Le Speculum doctrinale, le livre III. Étude de la logique dans le miroir des sciences de Vincent de Beauvais, th. xerogr., Montréal, 1971, l’importance du modèle victorin. L’essentiel de son exposé à ce sujet est repris dans : Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais : réfraction et diffraction (Cahiers d’études médiévales, 5), Montréal, 1979, p. 91-110. Sur l’élaboration du plan du Speculum maius, cf. M. Paulmier-Foucart, « Ordre encyclopédique et organisation de la matière dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais », dans L’Encyclopédisme. Actes du Colloque de Caen (1987), A. Becq éd., Paris, 1991, p. 201-226.

24 La thèse de S. Lusignan, citée note 23, a porté sur la logique (S.D., livre III) ; cf. en particulier p. 230-234. Il apparaît qu’Isidore, même s’il est assez largement cité, ne structure absolument plus l’exposé de la logique, largement renouvelé et actualisé par des textes Actor. En ce qui concerne la musique, étudiée par G. Göller, Vincenz von Beauvais O. P. und sein Musiktraktat im Speculum doctrinale, Regensburg, 1959 (en particulierp. 56-57), presque tout le texte d’Isidore est repris (S.D., XVI, 10, 31-34 = etym. III, 15-22) ; ne manque que le chapitre d’Isidore sur les nombres musicaux. Mais le cœur de l’information musicale, donnée par Vincent de Beauvais, qui reste totalement théorique, est le traité de Boèce.

25 Sur les procédés d’abréviation, cf. E. Faral, Les arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècle, Paris 1924, p. 85.

26 Autre comportement d’abréviateur souvent repérable : la référence à une opinion ancienne entraîne la coupure. Ainsi : « Barbam veteres vocaverunt quod virorum sit,... (etym., XI, 1,45). Veteres autem plurali tantum numero cervices dicebant. Oíym., XI, 1,61). Differt autem inter pécora et pecudes : nam veteres communiter in significatione omnium animalium... (etym., XII, 1,6)... In generosis equis, ut aiunt veteres... (etym., XII, 1, 45) ». Tous ces passages, et bien d’autres de même nature, sont exclus du texte du Speculum maius.

27 R. W. Hunt, « The Library of Robert Grosseteste », dans : Robert Grosseteste, Scholar and Bisbop, éd. D. A. Calius, Oxford, 1963, p. 127, cité par J. Swanson, A Study of the Works and Ideas of a Thirteenth Century Friar, Cambridge, 1989, p. 38, qui s’interroge sur la méthode de travail de Jean de Galles, et conclut que Jean use d’un système d’extraits groupés par sujets.

28 Sur le développement des outils intellectuels à cette époque, voir R. H. Rouse and M A. Rouse, Preachers, Florilegia and Sermons. Studies on the Manipulus florum of Thomas of Ireland, Toronto, 1979, 1, Thirteenth-Century Sermon Aids, p. 1-42. Sur l’activité à Saint-Jacques, cf. aussi l’étude plus complète des mêmes auteurs : « The Verbal Concordance to the Scripture », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 44 (1974), p. 5-30.

29 Le comptage a été fait par lignes, après collation exhaustive avec le texte de l’édition de : J. Oroz Reta et M.-A. Marcos Casquero, San Isidoro de Sevilla, Etimologías (Biblioteca de autores cristianos), 2 vol., Madrid, 1983.

30 S.D. I, 44, De diversitate linguarum ac idiomatum. Le passage composite tiré des etym., IX, 1-2, est précédé de la « malédiction » de cette diversité des langues d’après Augustin, civ. Dei, XIX, VII.

31 S.D., I, 45. Après avoir posé la question de la place de la scientia linguae - fait-elle partie de la grammaire ou la précède-t-elle ? - et de ses parties d’après Al Farabi, Vincent de Beauvais écrit sous son nom & Actor : « Itaque quod ad linguae scientiam attinet, longum utique nimis esset, immo opus imbecillitati nostrae penitus impossihile, vocabulorum omnium in omnibus linguis origines atque significationes exponere. Paucorum vero, quae frequenter in scripturis incidunt, nec satis omnibus nota sunt, tam ex Papiae quam aliorum libris, significationes plerumque etiam et origines studuimus excerpere, operique praesenti inserere. Praecipue vero Latinorum atque Graecorum. Habent enim Hebraica per se volumen suum, illa quidem quae in sacra scriptura continentur. De caeteris ergo iuxta ordinem alphabeti, pauca breviter prosequamur ».

32 J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, 19832, 2, p. 871. Cela ne signifie absolument pas qu’il élimine systématiquement les étymologies, en particulier quand il recopie de façon quasiment exhaustive le texte d’Isidore : cf. note 39.

33 Cette utilisation est d’ailleurs presque-en harmonie-avec l’importance qu’Isidore accorde au sacré antique, cf. J. Fontaine, « Le « sacré » antique vu par un homme du VIIe siècle : le livre VIII des Étymologies d’Isidore de Séville », dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 48 (1989), p. 394-405.

34 Sauf la présentation des livres de l’Ancien Testament, S.D., XVII, 33-36 = etym. VI, 1,2.

35 S.N., I, 3-28 et un long traité sur les anges, 29-86. Les principaux auteurs utilisés sont Augustin, pseudo-Denys, Bernard de Clairvaux, Hugues de Saint-Victor, Jean Damascène, Pierre Lombard.

36 Dans le premier projet encyclopédique de Vincent de Beauvais, l’histoire avait sa place dans l’ensemble du savoir, sous un volume réduit. Cette chronique abrégée, qui changera de place par la suite, sera extraite du Speculum pour devenir le Memoriale temporum. Elle passera, sur indication de Vincent de Beauvais lui-même, pour un résumé de l’Historiale placé à la fin du Naturale où elle se trouve aujourd’hui (S.N., XXXII, 27-102). Elle se trouvait primitivement placée au quatrième jour de la création, où il s’agit des luminaires célestes, des signes et des divisions du temps ; cf M. Paulmier-Foucart, « Histoire ecclésiastique... » (article cité note 22).

37 Cf. à ce sujet la thèse de S. Lusignan citée note 23, en particulier p. 312-324

38 Ibidem, p. 384-389.

39 S.N., XII, 43 : « Actor.... Nunc ad describendas nominatim species singulas per ordinem alphabeti transeamus ». À noter que dans ce traitement alphabétique des choses, et partout où il reprend la presque totalité du texte d’Isidore, Vincent de Beauvais n’élimine pas systématiquement l’étymologie isidorienne, mais une comparaison serrée du texte fait bien voir que l’étymologie, sous toutes ses formes, est une-partie faible-du texte, facilement abandonnée. Voici à titre d’exemple : fraxinus (etym. XVII, 7,39 ; cf S.N., XII, 64) : Vincent de Beauvais n’a pas recopié « per derivationem fraxinus, sicut a monte montanus » ; de même, dans un tout autre domaine, il ne reprend pas : « Sinixtra autem vocata quasi sine dextra, sive quod rem fieri sinat. A sinendo enim sinixtra est nuncupata » (etym., XI, 1, 68), ou un peu plus loin : « Vertibula... dictae ita eoquod ad inflexionem membrorum vertantur » (ibid., 87), etc.

40 S.D., XI, 13-32 ; pour 1 ’armatura, que Vincent de Beauvais développe, selon la partition de Richard de Saint-Victor (Liber exceptionum, éd. J. Chatillon, Paris, 1958, p. 110) en architectoria et fabrilis, qui n’était pas celle d’Isidore, il groupe des extraits des livres etym. XIX, XV et XX. À la fin du chapitre 32, il avoue son embarras devant l’absence de l’art militaire : « Actor. Haec et alia plura iuxta divisionem magistri Richardi superius positam ad armaturam pertinent. Armatura tamen proprie videtur dici armorum peritia ». Et il cite largement Isidore, etym. XVIII aux chapitres suivants 33-37 pour cet exposé sur l’armement. Mais il poursuit par une très importante citation du De re militari de Végèce (38-89) ; on peut au moins faire l’hypothèse qu’à l’origine, Vincent de Beauvais n’avait pas envisagé un aussi long développement de l’art militaire dans une encyclopédie destinée aux Frères Prêcheurs. On sait par ailleurs que le contenu du Speculum maiusa été modifié à la suite de demandes du roi Louis IX. Il pourrait y avoir là un signe de cette intervention royale ? Cf. M. Paulmier-Foucart et S. Lusignan « Vincent de Beauvais... », article cité note 1.

41 Sauf la description détaillée des différentes sortes de toges, qui a été supprimée, et les derniers mots-étymologiques » : « ex graeco vocabulum trahunt : Graeci enim terminum oron vocant »,

42 En entier à l’exception du passage : « Et pallia dicta apo tou pallein, id est a mobilitate... » (25,2).

43 S.D.. XVI, 9, à la fin d’un long passage Actor sur le comput et le calcul : « Artis huius species sunt sex, scilicet additio, substractio, duplicatio, dimidatio, multiplicatio, divisió, de quibus singulis propriae regulae datae sunt in algorismo, quas et plures alias numeri divisiones et proportiones, de quibus in Isidoro et Boetio, ad praesens brevitatis causa praetermitto ».

44 Il subsiste le Libellus apologeticus qui annonce un Speculum maius en deux parties (livre I), le texte des livres II-VIII jusqu’à la fin de l’œuvre du quatrième jour de la création, la table des chapitres des treize premiers livres (lib. XIII. De humano corpore et eiusgeneratione et habitatione), et le titre des trente livres de cette première version : cf. M. Paulmier Foucart, « Étude sur l’état des connaisssances au milieu du XIIIe siècle : Nouvelles recherches sur la genèse du Speculum maius de Vincent de Beauvais », dans Spicae, Cahiers del Atelier Vincent de Beauvais, 1, 1978, p. 91-122.

45 Bruxelles, B. R. 9152, P 59v °-61r°.

46 Éd. Douai 1624, citée note 3.

47 Cf. sa communication dans ce volume p. 259-267.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search