Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Conclusion

Texte intégral

1Ce travail, basé sur une étude prosopographique, a permis de reconstruire la réalité vécue par les ingénieurs militaires dans l’Espagne du xviiie siècle autour de trois axes : les rapports de l’homme avec l’institution, la vie professionnelle au sein de ce corps et le cadre social et privé des ingénieurs.

  • 1 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 20-32.

2Ainsi, dans un premier temps, avons-nous replacé l’évolution institutionnelle du corps du génie dans le contexte plus général des réformes de l’armée voulues par les Bourbons afin de redonner à l’Espagne sa grandeur. Le réformisme bourbonien tend à imposer un nouveau pouvoir, plus centralisé avec une certaine rationalisation de l’administration1. Cette dernière est fondée sur l’apparition de nouveaux corps, la fonctionnarisation des employés, la création de centres de formation pour une sélection tenant compte des compétences acquises, et aussi sur une économie mercantiliste et physiocratique pour assurer le développement du pays. L’armée n’échappe pas à ce vent de réformes. Une multitude d’ordonnances est rédigée pour créer une puissance militaire capable de maîtriser l’espace hispanique, de maintenir la sécurité des communications entre les différents territoires de l’Empire ainsi que de lutter aux frontières contre les agresseurs éventuels. Pour ce faire, on entre alors dans la voie plus moderne de la professionnalisation du monde militaire en fonction de critères liés aux compétences.

  • 2 G. A. FRanco Rubio, « Profil culturel de la nouvelle bureaucratie des Bourbons ».

3La naissance du corps du génie appartient à ce mouvement général de réformes. Ce corps est au cœur du débat entre les défenseurs du militarisme pur, qui considèrent le maniement des armes comme essentiel à la formation militaire, et les partisans du développement des sciences estimé nécessaire à la création d’une armée moderne2. On peut donc le qualifier de primordial et de précurseur. Précurseur parce que son recrutement repose sur la qualification, afin d’obliger ses membres à des résultats dans de nombreux domaines, et parce qu’il est le plus souvent dirigé par des ingénieurs (comme Georges-Prosper Verboom, Pedro de Lucuce, Juan Martín Cermeño, Francisco Sabatini ou Juan Caballero) à même d’influer sur sa destinée et de le dynamiser. Ce corps est primordial d’une part parce qu’il se voit chargé de la formation des officiers de l’armée de Terre et du Génie, et d’autre part parce qu’il contribue à la mise en état de défense du pays grâce à la construction de nouveaux espaces, et à la structuration du territoire. Il est, en outre, une exception dans l’armée de son temps, à cause de sa polyvalence effective. Ces fonctions multiples l’amènent à devenir à la fois un instrument de la politique militaire de l’État, de la centralisation monarchique et de la politique de despotisme éclairé. L’impact de ce corps est d’autant plus notable qu’il a des faibles effectifs. Il devient une des clés du redressement militaire et économique de l’Espagne. Avec ce corps, une élite nouvelle est reconnue au sein de l’armée : celle du militaire savant.

4Dans un deuxième temps, l’exploitation du fichier prosopographique constitué de 787 ingénieurs a permis de dégager évolutions et particularités quant aux origines, formations, réseaux relationnels et cadres de vie de ces hommes.

  • 3 Les Français et les Italiens sont encore très présents dans la deuxième moitié du siècle. Cela peut (...)

5Au cours du siècle, le critère d’hispanité dans le recrutement tend à s’affirmer, même si la présence des étrangers n’est pas négligeable sur l’ensemble de la période3. À l’aube du xixe siècle, la démarche entreprise par le père fondateur du corps, Georges-Prosper Verboom, semble avoir atteint son objectif, car la majorité du corps est d’origine espagnole. Les zones de recrutement correspondent non seulement au potentiel démographique des régions, mais aussi à la géographie de la présence militaire et à la tradition locale des vocations militaires. La Catalogne est la première zone de recrutement parce qu’elle cumule ces trois facteurs ainsi que la présence de l’Académie militaire de formation à Barcelone. À cette évolution s’ajoute une particularité du recrutement des ingénieurs : le nombre relativement important – par rapport aux autres corps d’armée – des membres nés en Amérique espagnole. Il faut cependant rester prudent sur la notion de berceau familial géographique car souvent, lorsque l’ingénieur vient d’un milieu militaire, son lieu de naissance n’est que circonstanciel puisque lié au gré des affectations.

6 À l’hispanité s’associe progressivement le critère de noblesse voulu par les Bourbons. Cette aristocratisation de l’armée permet d’attacher davantage la noblesse au pouvoir, mais elle fait courir le risque de sclérose du commandement en reléguant la compétence au second plan des critères de sélection. Le génie échappe à cette tentation puisque la compétence préside à sa constitution. La petite noblesse et les familles d’origine militaire issues de l’infanterie sont de ce fait fortement représentées. Le jeune homme originaire de ces milieux qui décide de suivre les cours d’une académie militaire pour intégrer le corps du génie sait que, dans l’espoir d’une carrière intéressante, il choisit la voie de l’effort. Ce mouvement ne fait pas disparaître pour autant une certaine continuité familiale dans le corps. L’expérience paternelle et le savoir scientifique qui est celui de son milieu d’origine, aident le jeune homme à choisir sa voie, d’autant plus qu’il bénéficiera du réseau relationnel de son père au sein d’un corps où tout le monde se connaît. On mêle ici deux conceptions pour le choix des membres du génie : une ancienne, celle de la continuité familiale ; une moderne, celle de la compétence et de la formation professionnelle.

7En effet, la nouveauté dans la constitution de ce corps est la généralisation du recrutement basé sur le passage dans une académie militaire. Cette formation présente un certain nombre d’intérêts pour créer une dynamique nouvelle dans le monde militaire. L’académicien, éloigné de son univers familial, est malléable et plus perméable à l’esprit de groupe. L’académie permet non seulement aux ingénieurs de bénéficier d’un savoir uniformisé, mais aussi de tisser pendant leurs études des relations avec de futurs officiers appartenant aux mêmes promotions académiques. Ainsi se crée le sentiment d’appartenance à une école. L’académie militaire devient donc un formidable instrument de cohésion. Le système de recrutement du génie, même si les principes d’autorecrutement persistent, contribue à donner une image innovante de l’armée, à créer une certaine fierté d’appartenance à ce corps et à générer des liens forts entre individus. S’amorce ici la naissance des élites de techniciens.

8Un autre élément favorable au développement de l’esprit de corps est le mode de promotion affiché par le génie, où compétence et expérience sont liées. Ce phénomène, exceptionnel pour l’armée de l’époque, ainsi que l’existence d’une double hiérarchie grade/emplois constituent une originalité. L’application des critères pour la promotion n’est limitée que par le faible nombre de postes vacants et par la prise en compte, malgré tout, de l’ancienneté. On peut quand même dire que la promotion des emplois se fait au gré des compétences et de l’expérience accumulée, tandis que celle des grades militaires permet la prise en compte des mérites acquis sur le terrain et la reconnaissance du milieu militaire. C’est en cela que ces hommes peuvent correspondre à la définition d’une élite nouvelle dont les valeurs ne sont plus la naissance, le patrimoine, la richesse, mais la formation, le savoir et la compétence.

  • 4 Il est prévu que les ingénieurs ne donnant pas satisfaction soient envoyés dans d’autres corps ; ce (...)

9 Quant à la carrière de l’ingénieur, si elle est rarement fulgurante, elle évolue selon la maturité de l’homme. L’emploi d’ingénieur ordinaire apparaît comme le poste clé de la carrière ouvrant des perspectives sur les postes de commandement et reconnaissant à l’individu son premier stade d’affirmation professionnelle. Au-delà de l’emploi d’ingénieur en second, le rythme des promotions se ralentit. L’accès au directorat est exceptionnel car il concerne des ingénieurs d’âge avancé, qui ont gravi tous les échelons de la hiérarchie. L’emploi d’ingénieur directeur est donc confié à des hommes d’expérience à même de commander, de juger les aptitudes de leur personnel et de gérer les compétences. Faire une carrière d’ingénieur signifie rester opérationnel en toutes circonstances4. En fin de carrière, l’ingénieur peut prendre une retraite avec demi-solde ou une retraite avec un poste fixe dans une place forte. Quelques rares cas de poursuite de carrière existent en dehors du corps et montrent une certaine variété : de l’entrée en religion à l’accès aux bureaux des secrétariats d’État ou à de plus hautes fonctions comme capitaine général ou vice-roi. Ces derniers profils révèlent une volonté du pouvoir de récompenser les bons serviteurs de l’État mais aussi d’utiliser leurs compétences. Leur nombre ne permet pas de considérer ces voies comme significatives, mais ces occurrences montrent que les ingénieurs ne sont pas exclus de ces promotions.

10Les affectations et les tâches multiples des ingénieurs les ont obligés à une extraordinaire mobilité géographique et à une formidable capacité d’adaptation à tous les lieux et à tous les travaux. Au cours de leurs déplacements, les ingénieurs sont amenés à tisser rapidement des liens avec les milieux militaires, administratifs et locaux, liens indispensables à l’exercice de leur profession. Cependant, ils doivent rester éloignés de l’influence des élites locales pour être des serviteurs impartiaux de l’État. Les nominations des ingénieurs les envoient majoritairement en Espagne mais aussi, pour un grand nombre, en Amérique où leur sont accordés avantages financiers et professionnels. Être affecté en Amérique donne souvent lieu à des possibilités d’extension des champs d’action, mais aussi à des promotions d’exception à la tête d’un territoire. La polyvalence de ces hommes, exigée par le pouvoir, les amène à être un des moteurs de la puissance monarchique en cartographiant l’espace dominé et en donnant du sens à la notion de frontières. De même, ils laissent l’empreinte de l’existence du monarque dans le paysage architectural au travers non seulement des ouvrages militaires mais aussi des bâtiments administratifs. Ils contribuent alors à l’expansion du néoclassicisme en Espagne et en Amérique. Cette instrumentalisation du corps entraîne d’autres implications : des contraintes sur leur vie privée.

11L’étude prosopographique révèle aussi plusieurs aspects de leur vie sociale et privée. Elle ouvre des perspectives nouvelles dans la connaissance du corps. En premier lieu, apparaît l’importance du mariage dans la vie des ingénieurs. La forte proportion d’hommes mariés semble paradoxale pour un corps très mobile, et le place par là-même en position atypique au sein de l’armée. Cette situation s’explique par la nécessité pour les ingénieurs, étrangers ou souvent en déplacement, de trouver un moyen de s’insérer dans la société, de s’assurer une position sociale, d’obtenir une meilleure situation financière. Le paradoxe de ce fort taux de mariage entraîne un effet évident lié aux affectations multiples : l’exogamie géographique. Cette particularité est importante parce qu’elle ne correspond en rien aux schémas familiaux de l’époque. L’exogamie géographique s’accompagne d’une certaine exogamie sociale, avec une ouverture sur les milieux extérieurs au monde militaire : celui de la noblesse locale. L’ingénieur est donc en contact avec des milieux plus diversifiés. Sa fonction lui donne certainement une aura auprès des nobles locaux (aura liée au milieu militaire, ou au milieu scientifique ?) qui rend possible ces mariages hors armée.

12En second lieu, l’étude de la continuité familiale contribue à envisager l’existence ou non d’une patrimonialisation de la fonction d’ingénieur. Dans la deuxième moitié du siècle, s’instaure une forme de continuité familiale, mais bien moindre par rapport aux pratiques de l’armée de l’époque. Son existence tend à montrer que les ingénieurs se laissent tenter par des attitudes du milieu militaire classique. Cependant, le faible pourcentage retrouvé met aussi en évidence que la nécessité de la compétence est une barrière au fort corporatisme et à un autorecrutement important. Ce groupe socioprofessionnel ne semble donc pas fermé sur lui-même.

  • 5 On peut définir la notion d’entourage professionnel comme un groupe composé d’ingénieurs, de milita (...)

13Par ailleurs, ce travail met en valeur une certaine prégnance des milieux professionnels par rapport aux réseaux relationnels. En effet, on s’aperçoit que l’entourage professionnel5 est très présent dans les moments importants de la vie : mariage, baptême, décès. Mais des questions restent en suspens : la confiance dans les hommes du même corps doit-elle amener à considérer que leurs réseaux ne vont pas au-delà ? Ou doit-elle pousser plutôt à envisager que les liens forts entre ces hommes ne sont pas exclusifs ? Par ailleurs, on retrouve aussi des ingénieurs tissant des liens avec les élites scientifiques nationales ou étrangères, ou participant à des associations scientifiques locales telles les sociétés savantes. S’agit-il là du comportement de quelques individus isolés ou d’un phénomène de corps ? Il est difficile de répondre faute de données suffisantes. Cependant, il est certain que les ingénieurs les plus gradés ont accédé à ces réseaux multiples. Il serait intéressant de travailler spécifiquement sur ces derniers, même si ces officiers supérieurs ne constituent qu’une frange limitée du corps. Cela permettrait de concevoir, avec plus de certitude, l’impact social de ce corps, le prestige dont il peut être auréolé, voire même sa capacité d’attraction.

  • 6 Les frais de l’ingénieur concernent le plus souvent les déplacements, l’entretien d’un cheval, les (...)

14 Quant à l’étude des situations financières et testamentaires, elle a permis de dessiner à grands traits la diversité des cadres de vie des ingénieurs, ce qui est un autre élément novateur de ce travail. La disparité des revenus entre ingénieurs est un fait indéniable, même si la solde reste la base commune. L’ingénieur est comme tous les militaires de l’époque : mal payé et avec retard. Il faut ajouter à cela les dépenses nombreuses auxquelles il doit faire face6, qui font de lui un quémandeur chronique ou assidu. Il en découle une certaine précarité qui peut aller jusqu’à l’endettement pour une partie du groupe. L’autre partie des revenus est liée à la fortune personnelle ou à celle des épouses, à la multiplication des commissions effectuées, au grade atteint en fin de carrière. Certains ingénieurs arrivent à rentabiliser revenus et biens et meurent possesseurs de fortunes non négligeables.

15Les inventaires de biens soulignent la diversité des situations financières. Les écarts se révèlent importants entre l’ingénieur modeste et celui qui mène un train de vie proche de celui de la haute noblesse. Au-delà de ces extrêmes, peuvent se dégager des points communs à tous : la présence d’uniformes, d’instruments liés à leur profession, de livres à caractère scientifique. L’ingénieur n’apparaît pas, en règle générale, comme appartenant aux élites fortunées de l’époque. Il semble plutôt évoluer dans le milieu des classes moyennes, avec comme caractéristique supplémentaire, celle d’être un homme cultivé et de progrès. D’ailleurs, l’érudition des ingénieurs est un autre aspect dévoilé par l’examen de l’inventaire de leurs biens. Les bibliothèques des ingénieurs montrent à ce sujet les inclinations scientifiques de ces hommes, versés tant dans les mathématiques et la physique que dans le génie militaire, sans oublier leur capacité à lire en langues étrangères. L’ingénieur qui s’élève dans la hiérarchie appartient à l’élite cultivée de son temps.

16Le dernier volet de ce travail a suivi l’ingénieur jusque dans ses dispositions relatives à la mort. L’ingénieur s’inscrit dans la tradition en cherchant, par la programmation des obsèques et des rites funéraires qui les accompagnent, à affirmer sa religiosité et son espoir de rédemption. En allant du particulier au général, tous ces aspects de la vie privée de l’ingénieur, mis au jour par cette recherche, ont permis de dresser un portrait plus concret de ces hommes, à travers leurs diversités et leurs points communs.

  • 7 J. I. Muro Morales, El pensamiento militar sobre el territorio en la España contemporánea.
  • 8 On pourrait ici établir des comparaisons avec la mise en place des agents des finances, des diploma (...)

17En refermant ce livre, on peut avoir à la fois des regrets et l’envie d’aller plus loin, de proposer des pistes de réflexions ou de recherches. Certains regrets sont liés aux lacunes documentaires et à la dispersion des sources qui n’ont pas rendu possible une étude plus poussée des cadres de la vie privée. Regret encore, celui de ne pas avoir pu aborder plus concrètement l’impact territorial, architectural et scientifique de ces hommes : les monographies sont nombreuses, mais les synthèses et la cartographie des interventions restent à établir. Regrets du manque de recherches consacrées au corps des ingénieurs de la marine. Envie d’aller plus loin, d’abord en répondant à la question du devenir des ingénieurs militaires au siècle suivant. Pour l’instant, seul la thèse d’Ignacio Muro Morales7 ouvre une perspective sur leur univers au xixe siècle. On retrouve ces hommes non seulement dans des tâches spécifiquement militaires, mais aussi enclins à travailler pour des ouvrages civils de l’État, voire pour des chantiers privés. La restriction de leurs aires d’interventions ne semble donc pas encore réelle à cette époque. Un travail d’envergure sur ce point serait donc intéressant, tout comme une étude comparative entre les différents corps d’ingénieurs militaires nés au xviiie siècle, à l’échelle européenne. Cette enquête permettrait de définir des points communs et des particularités entre ces élites de techniciens, de confirmer la généralisation à l’Europe de l’apparition des corps techniques de spécialistes qui annoncent la naissance des grandes écoles d’ingénieurs des xixe et xxe siècles. De même, la mise en parallèle des processus de constitution de corps dans l’administration des Bourbons et leurs évolutions pourrait être un moyen de s’interroger sur le concept de corps pour la monarchie, et de saisir les implications de l’apparition d’un phénomène de corps pour le service du roi8. Il faut donc redire ici que jamais une étude n’est close car elle contient toujours les germes d’autres parcours de recherche.

Notes

1 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire, pp. 20-32.

2 G. A. FRanco Rubio, « Profil culturel de la nouvelle bureaucratie des Bourbons ».

3 Les Français et les Italiens sont encore très présents dans la deuxième moitié du siècle. Cela peut s’expliquer pour les Italiens par la venue de Charles III du royaume de Naples avec dans sa suite des hommes comme Sabatini. Pour les Français, les liens existants entre les deux monarchies bourboniennes de l’époque peuvent être une explication mais il ne faut pas oublier que les Français au fil des xvie, xviie et xviiie siècles ont toujours été les étrangers les plus représentés en Espagne. D’ailleurs, la notion d’étranger peut recouvrir une double réalité : soit on le dit étranger parce qu’il vient d’une possession européenne espagnole (les Flamands ou les Italiens), soit on le définit comme venant d’un pays en dehors de ces possessions (les Français, les Hongrois). B. Bennassar, « Les étrangers en Espagne à l’époque moderne ». Finalement, le roi regarde la qualité du service rendu pour intégrer l’étranger dans ses personnels. Il n’établit pas de hiérarchie entre les serviteurs, en fonction de leur origine même s’il désire recruter plus parmi ses sujets.

4 Il est prévu que les ingénieurs ne donnant pas satisfaction soient envoyés dans d’autres corps ; certains exemples ont été étudiés dans ce livre.

5 On peut définir la notion d’entourage professionnel comme un groupe composé d’ingénieurs, de militaires ou de chefs de chantier.

6 Les frais de l’ingénieur concernent le plus souvent les déplacements, l’entretien d’un cheval, les achats de matériel – papier, crayons, instruments, aquarelles –, le logement.

7 J. I. Muro Morales, El pensamiento militar sobre el territorio en la España contemporánea.

8 On pourrait ici établir des comparaisons avec la mise en place des agents des finances, des diplomates, des intendants, des corregidores. Des ouvrages comme ceux de Didier Ozanam (Les intendants espagnols du xviiie siècle et Les diplomates espagnols du xviiie siècle) sur les intendants ou les diplomates, ou celui de Michel Bertrand (Grandeur et misère de l’office) sur les officiers des finances en Nouvelle Espagne pourraient être les points de départ de ces études.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search