Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Troisième partie. Vie sociale, vie privée des ingénieurs militaires

Chapitre IX. L’ingénieur militaire et sa famille face au décès

Texte intégral

I. – Le testament : instrument nécessaire et codifié du décès

  • 1 B. Bennassar, L’homme espagnol, pp. 192-193 ; M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Pr (...)

1Les dispositions testamentaires sont toujours l’occasion de désigner les intercesseurs célestes nécessaires à la rédemption, les légataires des biens terrestres et leur administration, et les mesures charitables à prendre au nom du défunt pour mériter la miséricorde divine1.

2Les civils font leurs testaments chez des notaires habilités à les dresser et à faire les partages des biens qu’ils ont évalués. La validité du testament est garantie par le notaire et par la présence de témoins éventuels. Les militaires se retrouvent souvent dans des situations particulières liées aux guerres ou à leurs affectations. C’est pour cela que, dès l’Antiquité, ils ont bénéficié de privilèges particuliers pour rédiger leurs dernières volontés et aussi les rendre valables aux yeux de la société. Sous l’Empire romain, le soldat pouvait tester par écrit seul ou avec témoin, du moment que son écriture était identifiable, ou oralement en présence d’un ou plusieurs témoins. Cette tradition romaine s’est perpétuée dans les armées espagnoles, comme dans d’autres, et prend le nom de testament militaire. Ce testament est un privilège accordé aux militaires qui leur permet de dicter leurs dernières volontés en passant outre les formalités habituellement utilisées. Cette formule est le plus souvent utilisée par les militaires éloignés de chez eux, à l’étranger, sur un champ de bataille ou dans des conditions extrêmes. La possibilité ainsi offerte aux militaires ne les empêche en aucun cas de recourir à un notaire pour la rédaction de leur testament avec legs de biens au même titre que la population civile.

  • 2 Les textes législatifs sur les testaments des militaires et les inventaires de biens sont consignés (...)
  • 3 Ordenanzas de S.M. para el regimen, disciplina, subordinación, y servicio de sus exercitos, Madrid, (...)

3Ce privilège est bien entendu codifié afin de fixer un certain nombre de règles à respecter, de bien délimiter les interventions de la justice ordinaire dans les affaires militaires, et d’éviter les abus. De multiples textes royaux ont été consacrés au xviiie siècle au sujet des testaments des militaires. Les points les plus litigieux à résoudre concernaient plutôt l’intervention de civils dans les inventaires, la nécessité d’un contact entre justice civile et militaire, et le cas des morts sans testament2. Toutes ces questions sont reprises très clairement dans les ordonnances3 de l’armée de 1768. De même, la nécessité du testament pour un militaire se confirme dans le règlement du mont-de-piété général des armées de 1761. Le testament devient une pièce importante du dossier à constituer pour obtenir une pension.

  • 4 Ibid., art. 1-4.
  • 5 Ibid., art. 5-7 et 14-16.

4Les démarches à suivre après le décès d’un militaire sont fixées dans le tome II, titre VIII des ordonnances de 1768. Le testament du militaire pouvait être écrit ou oral. La déclaration de sa volonté était valable si l’écriture était reconnue comme la sienne, ou si deux témoins avaient assisté à la communication orale. Le papier simple, non timbré est autorisé, les formules employées sont simplifiées4. Les inventaires et l’éventuel partage des biens sont faits par les magistrats de la justice militaire ou leurs assesseurs, ou à défaut les chefs des corps. La justice ordinaire ne peut intervenir que si le Conseil de Guerre l’a requise. Lorsque le militaire décède loin de l’endroit où il est susceptible de posséder des biens et de déposer un testament, la justice ordinaire de ce lieu est prévenue du décès par la justice militaire. Les notaires doivent effectuer sur place l’inventaire de biens puis les adresser à la justice militaire5. La diffusion des informations entre les deux justices est obligatoire et permet à la justice militaire de constituer un dossier complet pour chaque homme. Ainsi, en cas de plaintes déposées par des héritiers, il lui est plus facile de trancher. Le règlement de la succession d’un militaire passe donc par deux systèmes : la juridiction militaire chargée d’établir et de conserver toutes les traces de la succession, la juridiction civile auxiliaire de la précédente car c’est elle qui informe sur les biens des hommes, et sur les familles concernées. La codification des testaments militaires n’exclut pas la possibilité de tester devant un notaire privé. Mais, dans ce cas, l’armée doit en être informée.

  • 6 Ibid., art. 17-18.

5Dans la volonté royale de privilégier la justice des armées pour ses militaires, il y a aussi l’idée de protéger un certain nombre de données que les civils n’ont pas à connaître. Par exemple, à chaque décès d’officier, on doit dresser la liste des plans et dossiers qui se trouvaient dans son bureau ou ses appartements. Ces papiers officiels pouvaient revêtir un caractère confidentiel. Il était donc logique de confier à d’autres militaires le soin d’en établir la liste et de les emporter. Cependant, le privilège de pouvoir tester d’une manière différente ne donne pas toutes les libertés. Il s’accompagne de certaines règles à respecter dans la mesure du possible. Tout d’abord, le testament militaire ne laisse pas la possibilité de déshériter quelqu’un. Le militaire peut disposer librement d’un tiers de ses biens militaires (c’est-à-dire ceux qu’il possède dans son lieu d’affectation et de décès), le reste doit être réuni à l’ensemble de la succession. Quant à la déclaration des dernières volontés, elle doit comporter nom, filiation, l’état des dettes et des créances, soldes non perçues, indication des héritiers et témoins s’il y a lieu6. Pour les personnes décédées sans testament, la justice militaire prend en charge inventaire, recherche des héritiers éventuels, et partage des biens.

  • 7 AGMS, Circulares, Real orden de 9 de febrero de 1782 sobre que el auditor de Barcelona entienda en (...)
  • 8 AGMS, 9a, L 143.

6Toutes ces règles établies à partir des lois successives et destinées à réaffirmer les procédures à suivre ne sont pas toujours suivies d’effet, comme c’est souvent le cas dans l’Espagne de l’Ancien Régime. La preuve en est donnée lors de la succession de Pedro de Lucuce7. L’archevêché de Barcelone prétend se mêler de l’inventaire des biens de Lucuce, sachant que celui-ci laisse une partie de ses biens à l’Église. L’archevêque se plaint et sollicite l’exclusion de l’auditeur militaire. L’Ordre Royal du 9 février 1782 réaffirme la prédominance de la juridiction militaire sur tous les inventaires de biens militaires. À cette occasion, le roi rappelle les précédentes législations. Les biens revenant à l’Église vont être attribués par l’auditeur militaire8 selon la volonté royale.

7Les militaires jouissaient donc de privilèges y compris pour la rédaction de leur testament. La justice militaire était présente jusque dans les derniers moments de l’homme qui avait servi l’armée. Le roi profitait des privilèges accordés pour réaffirmer la place de chaque élément de la justice dans les successions de ses hommes. Il se souciait aussi de la situation fragile des familles de militaires et leur exprimait sa compassion par quelques pensions accordées. La création du mont-de-piété militaire général, en 1761, institutionnalisa cette charité laïque et royale. Mais ce fut aussi un moyen de montrer que la charité n’était pas le privilège de l’Église.

II. – Le mont-de-piété militaire : une assistance pour les familles ?

8L’assistance aux veuves dans le milieu militaire existait avant la création du mont-de-piété général en 1761. En fait, l’aide dépend soit de la générosité royale, soit de l’existence d’une caisse particulière.

  • 9 AGMS, 4465, Regla con que se han de repartir les 6000 doblones que SM ha destinado cada año para pe (...)
  • 10 AGS, GM, 4465, Pension en doublons par grade et par an : sous-lieutenant 18 ; lieutenant 24 ; capit (...)
  • 11 AGS, GM, 4465, Relación puntual de las viudas de oficiales militares que gozan oy su pensión en la (...)

9Tous les ans, depuis au moins 1717, le roi dédiait9, une somme de 6.000 doublons d’or soit 360.000 réaux de billon, aux veuves d’officiers. Cette somme était répartie entre un nombre de bénéficiaires peu élevé et variable chaque année. L’attribution d’une pension à la famille n’était pas nécessairement liée au décès du militaire en campagne10. Il suffisait d’être en service. Les veuves désirant intégrer ce cercle des pensionnées devaient non seulement produire les papiers justifiant du décès du mari, mais aussi attendre le décès d’une autre veuve. En effet, d’après un rapport d’octobre 175911, il est stipulé à la fin

  • 12 AGS, GM, 4465 : « con prevención de que en lugar de las que han fallecido o falleciesen deberán ent (...)

[qu’]avec une attention qu’à la place de celles qui sont décédées ou vont le faire pourront entrer celles qui justifient un veuvage depuis l’année 1738 et avant12.

10Donc en fait, en 1758, les femmes touchant une partie des 6.000 doublons sont des personnes dont le veuvage est ancien. L’ancienneté entre en ligne de compte dans le choix des postulantes. Il y a donc une liste d’attente.

  • 13 AGS, GM, 4465, Relación puntual de las viudas de oficiales militares que en el día gozan pensiones (...)

11Pour faire face à l’attente, la monarchie débloque d’autres fonds qui permettent d’élargir le nombre de bénéficiaires. Les critères d’attribution sont variés. En 1759, se crée une liste d’autres veuves prises en charge par l’État, dont le montant des pensions est identique à l’échelle fixée pour la répartition des 6.000 doublons. Ces veuves s’ajoutent donc aux précédentes. C’est sur la base de la bonne volonté royale que ces femmes sont prises en charge13.

  • 14 AGS, GM, 4465. La marquise de Lede, veuve du capitaine général marquis de Lede, est habilitée à tou (...)

12D’autres exceptions existent en cette même année 1759. Une liste de veuves datée du 6 octobre où le montant des pensions semble excéder la norme a été retrouvée. Par exemple, la pension versée à une comtesse de Rohan pour son défunt mari brigadier s’élève à 12.000 réaux alors que la pension prélevée sur les 6.000 doublons pour un brigadier n’excédait pas 5.400 réaux. De même certaines veuves bénéficient de pensions alors qu’elles vivent à l’étranger14. Ces exceptions récompensent-elles des mérites particuliers de leurs défunts maris ? La réponse serait affirmative si l’on en croit le titre donné à cette liste de pensions exceptionnelles :

  • 15 AGS, GM, 4465 : « viudas […] que gozan pensión en atención a los meritos y servicios de sus defunto (...)

… Des veuves […] qui touchent une pension en lien avec les mérites et services de leurs défunts maris15.

  • 16 AGS, GM, 4465, Relación de las viudas de oficiales militares que gozan pensión en atención a los me (...)
  • 17 AGS, GM, 4465, Relación de varias personas que gozan pensiones en la thesorería general en atención (...)
  • 18 AGS, GM, 4465, lettre de Ricardo Wall à Nicolas de Francia (janvier 1760) ; AGS, GM, 4498, lettre d (...)

13Dans cette même liste, il est dit que ne sont pas répertoriées les quelques autres pensions attribuées à des mères, filles et sœurs des officiers militaires16. D’ailleurs, le 12 octobre 1759, un recensement est fait des personnes touchant des pensions liées aux mérites de leurs pères, fils ou frères. Les bénéficiaires des 340.003 réaux dépensés sont des filles, petites filles, sœurs, nièces, fils de militaires. Des militaires sont également cités comme touchant une pension eux-mêmes17. Enfin, dernière forme d’assistance possible pour une veuve de militaire, toucher une somme équivalente à plusieurs mois de solde appelée « pagas de tocas de limosna » mesure qui date de 172018. Ces différents documents élaborés pour l’année 1759 prouvent que le budget accordé par l’État à diverses formes d’assistance excède les 6.000 doublons, pour atteindre finalement plus de 23.000 doublons. La volonté de prendre en charge certaines veuves ou orphelins est donc indubitable mais la multiplicité des formes, la nécessité d’une ancienneté dans le veuvage et l’insatisfaction de toutes par cette assistance montrent les failles du système avant 1761. En revanche, la création des fonds des 6.000 doublons présentait l’avantage d’assurer la prise en charge des veuves d’officiers subalternes (une veuve de sous-lieutenant touche 1.080 réaux par an) ainsi que la répartition de la pension en fonction du grade obtenu, selon une échelle fixée au début du siècle.

  • 19 M. C. García de la Rasilla Ortega, « El montepío militar ».
  • 20 AGS, GM, 4466, lettre de Jaime Masones de Lima au roi le 14 septembre 1761.
  • 21 AGS, GM, 4466, listes des fonds des différentes caisses des veuves par province et des ingénieurs d (...)
  • 22 AGS, GM, 4466. La somme versée du mont-de-piété du génie à celui des armées s’élève à 113.148 réaux (...)
  • 23 Un fonds de 250.000 réaux a été prévu pour la prise en charge des anciennes veuves et éventuellemen (...)

14Les ingénieurs avaient, très tôt, créé leur propre modalité d’assistance aux veuves par un système de pensions constituées grâce à des fonds prélevés sur chaque solde. Le mont-de-piété particulier des ingénieurs avait été créé en 171819. Le génie lui n’a pas tenu compte des grades militaires obtenus pour fixer la pension mais plutôt de l’emploi occupé dans le corps. Les pensions versées se répartissaient selon l’échelle suivante : 3.600 réaux de billon pour une veuve d’ingénieur directeur, 2.880 réaux pour celle d’un ingénieur en chef, 2.160 pour un ingénieur en second, 1.620 pour un ingénieur ordinaire, 1.080 pour un ingénieur extraordinaire20. Parfois, le mont-de-piété avait du mal à verser l’ensemble du montant. La comparaison entre les montants des pensions versées par le mont-de-piété du génie et l’échelle fixée pour les 6.000 doublons montre une grande disparité pour les grades supérieurs, et une similitude entre les autres grades. Le montant des prélèvements effectués sur les soldes mensuelles étaient de 8 maravédis par écu soit : pour un ingénieur directeur 44 réaux 18 maravédis, pour un ingénieur en chef 30 réaux 15 maravédis, pour un ingénieur en second 23 réaux 30 maravédis, un ingénieur ordinaire 15 réaux 22 maravédis, pour un ingénieur extraordinaire 10 réaux 15 maravédis, pour un ingénieur dessinateur 7 réaux 18 maravédis. Les ingénieurs pouvaient verser ces sommes aux caisses provinciales par annuités. Chaque caisse provinciale était tenue par un ingénieur21 et la caisse principale, relevait en 1761, de l’ingénieur en chef Julián Giraldo de Chaves. Ce dernier était chargé d’établir d’une part la liste des veuves prises en charge par le corps en 1761, d’autre part le montant des fonds à confier au mont-de-piété militaire général que les ingénieurs ont décidé d’intégrer22. En effet, en 1761, la majorité des ingénieurs approuve par vote la réunion de leurs caisses d’assistance au mont-de-piété militaire récemment créé. L’obligation de verser une demi-paye, pour les mois de mai à octobre 1761, puis ensuite le prélèvement des 8 maravédis par écu de solde, pour intégrer la caisse générale des armées, ne les satisfaisait pas tous. Les anciennes veuves pensionnées par les ingénieurs vont être prises en charge sur d’autres fonds que ceux du mont-de-piété général23. Les ingénieurs avaient, les premiers, fondé un système d’assistance indépendant des organismes religieux. Cette caisse gérée par leur propre corps permettait de prendre en charge toutes les veuves en détresse, y compris celles des hommes occupant les plus petits emplois. Cette création n’empêchait pas certaines veuves, peu nombreuses, d’être intégrées à la répartition des 6.000 doublons et bien sûr, dans ce cas, exclues des pensions du génie.

15En 1761, vingt-cinq veuves sont prises en charge par le corps : six d’ingénieur directeur, cinq d’ingénieur en chef, quatre d’ingénieur en second, six d’ingénieur ordinaire et quatre d’ingénieur extraordinaire. Les futures veuves des ingénieurs, elles, émargeront, à condition de réunir les pièces nécessaires, au mont-de-piété général.

  • 24 M. C. García de la Rasilla ortega, « El montepío militar ».

16Le mont-de-piété créé en 1761 par le roi prenait pour modèle, à partir des idées du marquis de la Mina, celui du génie, et d’autres créés à Naples24.

  • 25 Mont-de-piété militaire créé le 20 avril 1761 ; celui des ministères 21 janvier 1763 ; celui des bu (...)

17L’instauration d’un mont-de-piété pour les militaires par Charles III traduit non seulement la volonté royale de reprise en mains des armées mais aussi un mouvement plus général de préoccupation sociale de l’État. L’Église jusqu’alors, grâce à de nombreuses associations de secours représentait la principale institution pour l’aide aux personnes dans la maladie ou la détresse. Cette primauté est battue en brèche par la naissance de nombreux mont-de-piété laïcs dont le but est d’assurer les familles contre le risque de décès du mari ou du père. Le marquis d’Esquilache est à l’origine de nombreuses créations d’organismes de ce type25.

18Le règlement fondateur du mont-de-piété militaire contient six chapitres qui définissent les buts, le fonctionnement et les services que l’on peut en attendre. Par la suite, des ordres royaux préciseront certains points. En 1796, un nouveau règlement est publié dont le but n’est pas de remettre en cause l’assistance donnée mais plutôt d’envisager de nouvelles solutions financières pour équilibrer le budget.

  • 26 Reglamento de la fundación, y establecimiento del monte de Piedad que se instituye para socorro de (...)
  • 27 Ibid., chap. ii, pp. 36-62, 6.000 doublons de dotation royale, 20 % du produit des biens laissés pa (...)

19Les fonds du mont-de-piété militaire, dont l’administration est peu nombreuse26, proviennent de trois sources : la dotation royale (fixée d’abord, puis variant selon les décrets royaux et à la demande du mont-de-piété), les prélèvements faits sur les soldes des militaires et le reversement de sommes provenant de biens ecclésiastiques situés en Espagne et dans les vice-royautés des Indes27. Dans le cadre de l’intégration du mont-de-piété des ingénieurs, la caisse générale récupère les fonds existant dans les caisses du précédent.

  • 28 Les pensions sont fixées dans le chap. Iv, pp. 72-92, pour la Plana Mayor del Ejército y de la Mari (...)
  • 29 Ibid., chap, Iv, pp. 72-126, art. 3.
  • 30 Ibid., chap. Iv, art. 8-12. La mère ne peut pas cumuler une pension de veuve de militaire et de mèr (...)
  • 31 D. García hernán, « Ejército y acción social en el siglo xviii », p. 155.

20Les bénéficiaires des pensions à partir de 1762 sont les veuves des officiers décédés après le 1er mai 1761. Les veuves des officiers supérieurs au grade de capitaine ont une pension annuelle qui s’élève avec le grade de 6.000 réaux pour un lieutenant-colonel à 18.000 pour un capitaine général28. Pour les capitaines et officiers subalternes, une demi-solde était prévue29. L’utilisation de la pension lorsque la veuve a des enfants doit permettre de contribuer à l’entretien et à l’éducation des fils jusqu’à dix-huit ans. La limite d’âge est fixée ainsi car les jeunes hommes pouvaient à cet âge-là rentrer dans la carrière militaire. La mère doit aussi veiller à l’éducation des filles jusqu’à ce qu’elles se marient ou prennent le voile. La veuve qui se remarie est privée de sa pension. Si l’officier décède alors qu’il est veuf, la pension échoit à ses enfants ou, à défaut, à sa mère30. Des pensions extraordinaires pouvaient être versées dans des circonstances particulières. Par exemple, lors de la guerre contre la Convention (1793-1795) le roi débloque 250.000 réaux pour faire face aux futures dépenses dues aux décès de militaires mariés31.

21Pour obtenir une pension, il faut constituer un dossier administratif répondant aux critères fixés dans le chapitre v :

  • copie de la patente royale de nomination, avec affectation ;

  • copie faite par la comptabilité des armées de l’emploi occupé et de la solde perçue ;

  • licence royale de mariage, extrait de mariage avec notification des lieu, date, témoins, prêtre ;

  • extrait de baptême des enfants ;

  • certificat de décès, d’enterrement et présentation du testament avec reconnaissance des fils ou mère ou épouse ;

  • si un tuteur est nommé, texte prouvant les droits de cette personne ;

  • si c’est la mère qui bénéficie de la pension, elle doit justifier de sa qualité de mère.

  • 32 Reglamento de la fundación, y establecimiento del monte de Piedad que se instituye para socorro de (...)

22Le dossier est fourni aux colonels ou supérieurs hiérarchiques du défunt. Puis ces hommes, après vérification, envoient le dossier complet au secrétariat de la Guerre. Tous les trois mois, les veuves doivent donner à l’intendance de l’armée une attestation de vie (sans remariage) avec justification de la vie des enfants, de leur éducation. Il en est de même pour les tuteurs. Les mères font la même démarche pour continuer à percevoir des pensions32.

23Au fil du temps, le mont-de-piété militaire rencontre toujours les mêmes problèmes quant à l’attente des fonds royaux, ou les dépenses exceptionnelles liées à la guerre. Les militaires veulent gérer autrement leur système d’assistance, éviter des oscillations dans les versements des pensions, tout en faisant face à leur nombre croissant. Un nouveau règlement apparaît nécessaire qui, sans, remettre en cause l’existence du mont-de-piété, doit plutôt en stabiliser les fonds. Le budget du mont-de-piété repose toujours sur les fonds royaux, mais aussi sur l’augmentation de 4 maravédis des prélèvements faits sur les soldes des militaires ayant des revenus supérieurs à 72.000 réaux par an, ainsi que sur le don de deux mois de soldes à chaque promotion (au lieu d’un mois). Ainsi, les militaires espèrent donner une assiette financière solide au mont-de-piété, afin de pouvoir offrir des pensions équivalentes aux trois-quarts de celle de 1761, et donner un droit à la pension dès le grade de capitaine.

24L’objectif du mont-de-piété la garantie d’un appui économique minimum aux militaires, est atteint. Ce type d’assistance se perpétue jusque dans les années 1830 en Espagne. La réforme de 1796 a certainement permis cette longévité.

25L’instant de la mort n’est pas uniquement lié à d’éventuelles questions d’assistance, c’est aussi le moment où l’on doit organiser son départ et énoncer ses dernières volontés. L’étude des testaments montre la façon dont les hommes « mettent en scène » leur mort : choix des intercesseurs célestes, des linceuls choisis, des lieux de sépulture, organisation des funérailles. Dans le milieu militaire où la religiosité est un des thèmes chers au pouvoir, le strict respect des pratiques religieuses codifie l’organisation des funérailles et limite les initiatives personnelles.

  • 33 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad. Ce livre est, en fait, un extrait de son doctorat So (...)

26Avec un échantillon d’une quarantaine de testaments ou de dossiers de pension, peuvent être définies quelques grandes lignes des rites mortuaires suivis par les ingénieurs militaires. L’attitude de ces hommes peut se comparer avec celle d’autres militaires33.

III. – La mort et les rites mortuaires des ingénieurs

Causes et lieux de décès des ingénieurs

27Sur les 787 ingénieurs, les dates et lieux de décès de 281 d’entre eux ont été retrouvés. L’ingénieur décède rarement dans son lieu d’origine ce qui s’explique par sa fonction même. Le corps du défunt est enterré sur le lieu de décès et jamais rapatrié au lieu d’origine. Ceci correspond à une pratique généralisée à tout le milieu militaire. Cette démarche peut s’expliquer par le coût du transport du corps, le manque de lien avec un berceau familial, ou encore par la volonté d’éviter la propagation de maladies. Seules les personnes de haute condition transportaient les corps dans les tombeaux familiaux.

Tableau 29. – Lieux de décès des ingénieurs

Tableau 29. – Lieux de décès des ingénieurs

CG : Capitainerie générale ; PR : Province ; VR : Vice-royaume.
Source
Fichier prosopographique.

28L’examen des lieux de décès montre une certaine diversité qui indique la corrélation entre le lieu du décès et le lieu d’affectation. De même les noms de certaines villes reviennent souvent. Celles-ci sont à la fois des capitales des provinces, des sites de résidence des directions du génie, mais aussi le point où se trouvent des structures médicales d’accueil.

  • 34 Pedro Coisevaux meurt de la typhoïde en 1732 à Oran alors qu’il est ingénieur directeur. Manuel Leó (...)
  • 35 On peut citer comme exemple José Ampudia y Valdés, nommé à Comayagua en 1782 comme ingénieur ordina (...)
  • 36 Mariano Fernández de Folgueras est directeur-subinspecteur à Manille où il meurt assassiné en 1823  (...)
  • 37 AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 2991.
  • 38 AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 3002.
  • 39 AGS, GM, 5837 ; Rep. ; Fichoz.

29Les causes de décès sont de trois ordres : maladies, insécurité, fonctions professionnelles. Les 65 causes connues permettent de dégager une première tendance : l’importance des décès liés à une maladie représente 47 cas sur 65. L’éventail des maladies coïncide avec celui de l’époque : typhoïde, fièvres diverses, épidémie, problèmes cardiaques, pneumonie, apoplexie, douleurs de poitrine34. Toutefois, il est certain que le fait de voyager beaucoup, d’être nommé en Amérique ou en Asie, augmente la sensibilité des hommes aux maladies tropicales. Souvent, les ingénieurs ont du mal à supporter les chaleurs tropicales ou encore les atmosphères malsaines des marais américains35. L’insécurité ou le banditisme frappent parfois l’ingénieur. Par exemple, Juan Galli ou Mariano Fernández de Folgueras meurent dans des embuscades de rues36. Nicolás Constantini, ingénieur ordinaire d’origine sicilienne, meurt en voulant agresser l’ingénieur Leclerc à qui il avait emprunté de l’argent et signé une reconnaissance de dettes. Constantini vient de nuit chez son collègue pour reprendre ce papier. Surpris par Leclerc, un combat s’engage. L’agresseur Constantini meurt sous la lame de son créancier. Le supérieur des deux ingénieurs, Darcourt, intervient, en 1723, pour prendre la défense de Leclerc, décrivant Constantini comme un homme capable de tout, criblé de dettes et prêt à toutes les lâchetés37. Nicolás Roncali, ingénieur dessinateur, meurt à Madrid, en 1768, des suites de ses blessures après une bagarre38. Enfin, Pedro Lobo y Arjona39, ingénieur ordinaire et gouverneur militaire de Castellón de la Plana est assassiné pendant l’insurrection de cette ville en 1808.

  • 40 AGMS, exp. mat. G 1933 ; AGI, Indiferente, 1905 ; AGS, GM, 3002 ; AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 4472.
  • 41 AGS, GM, 3783 ; AGS, GM, 3002 ; AGS, GM, 3231 ; AGS, GM, 3791 ; AGS, DGT, m 2-60 ; Rep.

30Les décès recensés en activité sont faibles : 13 cas sur 65. Cependant, il est évident qu’en période de guerre les ingénieurs payaient aussi un lourd tribut à la mort. Les différents actes militaires auxquels participaient les ingénieurs les mettaient souvent en première ligne. L’ingénieur est aux premières loges lors des sapes et des installations des protections pour les sièges, tout comme pour la destruction des voies de communications ou encore lorsqu’il s’agit de prendre en charge les déplacements des troupes et leurs campements. Les ingénieurs décédés sur les lieux de combat, sont entre autres : Félix Arriete y Berrio mort en 1794 en effectuant la destruction d’un pont par explosif à Esponella ; Pedro Bonifay, mort en 1719, lors du siège de Castelciudad ; Joaquín de Casaviella en 1794 en Biscaye lors de la retraite de Tolosa Agustín Estivenz mort de ses blessures après le siège de Cardona en 1712 ; José Gabriel Estenoz en 1811 à la bataille de Gebora ; Matías Octavio en 1782 sous les feux de l’ennemi au Fuerte de La Línea ; Joaquín Pérez Conde en 1734 d’une balle de fusil au siège de Pescara en Italie ; Juan Zapatero Ducern, en 1812, meurt en prison à Beaune en France. Ces hommes ont participé à quelques grands moments des actions militaires espagnoles. Par ailleurs, les travaux de construction et leur suivi pouvaient être la cause d’accidents mortels. Enrique Legallois de Grimarest a reçu sur un chantier en 1758 un objet lourd sur la poitrine. Vicente Sancho meurt lui aussi des suites d’un accident à Carthagène en 1759. Enfin, il pouvait arriver, comme à bien d’autres voyageurs, qu’un déplacement entre deux destinations se termine mal. Par exemple, Juan Garland, ingénieur en second, est décédé en mer en 1775, alors qu’il revenait de Portobelo40. Ramón Pañón, ingénieur ordinaire, meurt en 1782 sur le bateau du retour de Nouvelle-Espagne41.

Religiosité et rites mortuaires dans le corps du génie

31La religiosité du milieu militaire a toujours été une préoccupation du pouvoir. Le militaire défend Dieu et son représentant sur terre : le Roi. En ce sens, il doit respecter une sorte de code de l’honneur. Mais au fil du temps, les exactions des militaires perdurant, le pouvoir réaffirme condamnations, législations et nécessité des pratiques religieuses. Au xviiie siècle, le militaire n’échappe pas à la volonté de son Prince de lui dicter sa conduite religieuse. Le poids du pouvoir sur les mentalités religieuses des militaires revêt trois formes : la recommandation de certaines lectures religieuses, la création d’un groupe d’aumôniers militaires proches des individus à tous les moments de leur vie, et chargés d’exercer un contrôle, et enfin les obligations religieuses à respecter.

  • 42 Cote BN Madrid R 37 841, Ordenanzas de SM para el regimen, disciplina, subordinación y servicio de (...)
  • 43 F. de Salas López, Ordenanzas militares en España e Hispanoamérica, pp. 61-67 et 86-90 ; M. GIL M(...)

32La création d’un groupe d’aumôniers militaires est une marque essentielle de la volonté d’assister religieusement les armées. Dès 1644, Philippe IV avait obtenu du pape une juridiction spéciale pour le service religieux des troupes. Les aumôniers pouvaient administrer les sacrements en suivant les armées sans avoir besoin d’être rattachés à un diocèse. En 1705, un vicariat unique pour toutes les armées est créé. Cette institution reprend la création des aumôniers en temps de guerre par Philippe IV. En 1736, les aumôniers figurent aussi auprès des troupes en temps de paix, alors qu’en 1762, le pape Clément XIII soumet, à la demande du roi d’Espagne, toute la juridiction militaire à l’autorité du Patriarche des Indes qui devient le vicaire général des Armées royales et de la Marine. Dans les ordonnances de l’armée publiées par Charles III en 1768, le traité II, titre XXIII est consacré au mode de recrutement des aumôniers et à leurs obligations42. Chaque colonel choisit son aumônier (un par bataillon d’infanterie, un par régiment de cavalerie). Les aumôniers ont en charge non seulement l’enseignement de la doctrine chrétienne une fois par mois et plus pendant le carême, l’administration des sacrements, l’assistance aux malades dans les hôpitaux et sur les champs de bataille mais aussi la surveillance de la conduite des militaires et de leurs familles, la tenue de registres paroissiaux pour les familles sous sa responsabilité. Les aumôniers militaires ont aussi le pouvoir de suspendre le carême pour des soldats amenés à participer à des campagnes. Ils sont autorisés à revêtir un habit autre que religieux. Au départ le choix des aumôniers dépend du colonel du régiment mais en 1783, le recrutement de ces hommes de religion se fait par concours et nomination du Patriarche vicaire général43.

33Les militaires ont pour obligations religieuses, l’assistance à la messe, la prière, la confession et la communion au moins une fois par an. Leur code moral consiste à respecter les préceptes de la religion catholique. Différents ouvrages aident le soldat à se souvenir de ces obligations et à trouver des réponses aux questions qu’il pourrait se poser sur la conduite à tenir en différentes circonstances. Manuel-Reyes García Hurtado a fait dans son doctorat une étude approfondie des livres mis à la disposition des militaires pour assumer leur religion. Parmi les écrits du xviiie siècle, on peut distinguer la catégorie des écrits généralistes, et celle des écrits à destination privée. Le livre de chevet du militaire bon-chrétien (qu’il est obligatoire de posséder) est celui traduit du français par José Escofet y de Matas : Instrucciones christianas en forma de diálogo, con reflexiones históricas, y morales ; oraciones y exercicios propios, y acomodados al uso de los militares. Cet ouvrage réimprimé à 5 reprises, parfois en changeant de titre, reste une constante dans les lectures religieuses des armées. Le second ouvrage est celui du jésuite Antonio Codorniu Indice de la philosophía moral, première édition en 1746. Ces deux livres sont en quelque sorte les guides spirituels des militaires. À côté de ces ouvrages de référence, il existe tous les écrits des familles à leurs proches entrant dans l’armée qui donnent des conseils de conduite religieuse et morale face aux tentations du monde militaire et à sa dureté. Dans les instructions, figurent aussi bien la nécessité de faire son action de grâce, de se confesser, d’implorer les saints et son ange gardien avant d’aller au combat que la nécessité de faire un testament.

34La législation émise par le pouvoir, tout comme les écrits privés, montrent le souci de donner une dimension morale aux armées. Cette religiosité du monde militaire est maîtrisée par le pouvoir mais aussi fortement empreinte de la religiosité de la société espagnole. Être catholique est une nécessité pour appartenir aux armées du roi d’Espagne. De plus, la mission du militaire, défenseur de la nation, va progressivement s’accompagner du rôle de protecteur de la religion catholique, surtout lorsque l’agresseur est la jeune république révolutionnaire française. La religion est à nouveau une valeur de « croisade » pour les armées. On pourrait se demander si le fait, que le corps des ingénieurs ait eu dans ses rangs certains érudits scientifiques, pouvait entraîner une désaffection religieuse en période des Lumières ? Cette question reste sans réponse, faute de document probant.

  • 44 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad.

35Mesurer la religiosité du monde militaire reste une chose difficile. Faire la part entre les obligations fixées par le pouvoir et l’affirmation des sentiments personnels n’est pas aisée. D’après Margarita Gil Muñoz44, on peut, entre autres, utiliser les testaments pour vérifier la religiosité des hommes. C’est à la fois vrai et insuffisant. En effet, c’est vrai parce ceux qui testent font toujours référence à leur religion, et dans leurs inventaires de biens on peut retrouver leurs lectures religieuses. Mais c’est aussi insuffisant parce que la rédaction des testaments – militaires ou non – est très codifiée. Les formules religieuses apparaissent de manière quasi systématique et se succèdent selon des phases préétablies. Il est possible de comparer leur variété mais non d’en déduire une inclination religieuse plus ou moins importante. De plus, les pratiques religieuses, étant à cette époque toujours très importantes, il est évident que les hommes de ce temps suivent les grandes tendances religieuses du moment, aussi bien pour le choix des intercesseurs, que pour celui de leur sépulture ou de leurs linceuls.

  • 45 Testament militaire sans inventaire de biens : Joaquín Casaviella, José de Heredia, Agustín Herrera (...)
  • 46 Joaquín Casaviella, ingénieur directeur et lieutenant général des armées royales, envoyé dans les r (...)
  • 47 La veuve de Joaquín Casaviella est María Antonia Mozo de la Torre, les enfants Joaquín capitaine d’ (...)
  • 48 AHPM, 24836 : « como verdadero christiano catholico apostolico romano […] como buen catholico segun (...)

36Le faible nombre de testaments retrouvés ne permet que d’ébaucher les rites pratiqués et d’envisager leur conformité avec ceux en vigueur pour quarante-trois ingénieurs. La totalité des testaments retrouvés correspond à la deuxième moitié du siècle. Les renseignements varient beaucoup selon les ingénieurs. Les dossiers les plus intéressants comportent un testament et un, ou plusieurs, inventaires de biens (pour treize cas). Les inventaires de biens ne sont pas forcément évalués. Les testaments seuls représentent onze dossiers. Parmi les dossiers de pension, ceux accompagnés d’un testament sont au nombre de deux ; cinq ne le comprennent pas. Pour trois ingénieurs, il n’existe que les lettres contestant la succession. trois ingénieurs sont morts sans laisser de testament ce qui amena à faire un inventaire de biens. Enfin six hommes utilisent leur privilège militaire pour rédiger un testament militaire, avec parfois des inventaires. Le testament militaire45, écrit personnel et rapide pour donner l’essentiel de ses dernières volontés, ne correspond pas au code des notaires. Il comporte des variantes dans la rédaction, tout en ayant beaucoup de points communs comme les recommandations religieuses. Les allusions au lieu de sépulture et au linceul sont absentes le plus souvent, surtout si l’homme signe ce testament avant d’aller au combat, 1 seul cas sur 6. Pressé par le temps, l’homme s’attache à l’essentiel : affirmation de sa foi catholique, de sa vie de chrétien, évocation des intercesseurs célestes pour son âme, recommandation de son âme à Dieu. Puis il désigne son exécuteur testamentaire ou héritier. Joaquín Casaviella46, en campagne avec l’armée de Navarre en 1793, commence son testament par une référence à la sainte Trinité, et à la protection de la Vierge et de tous les saints, y compris son saint patron : saint Joaquín. Ensuite, il affirme sa foi chrétienne comme véritable chrétien catholique apostolique, romain, et remet son âme à Dieu. Puis il laisse à sa femme et à son neveu47 le soin de prendre les dispositions nécessaires pour le repos de son âme et son enterrement, rappelant qu’il a vécu en bon catholique grâce à la bonté de Dieu et veut mourir ainsi48. Il cite aussi les enfants qui sont ses héritiers. Le testament militaire rédigé par le testateur lui-même est une forme donc différente de pratiquer. L’importance de la religion pour obtenir le repos de son âme et la rédemption apparaît comme dans les testaments rédigés par les notaires. Les différences entre un testament militaire et celui du notaire résident uniquement dans la formulation. Testaments militaires et civils peuvent donc être intégrés à l’étude des pratiques funéraires des ingénieurs.

  • 49 Andrés de Rodolphe (AGMS, Pensiones, 1167).
  • 50 Francisco Gozar (AGS, GM, 3232).

37Les références à la religion s’ordonnent selon la volonté du futur défunt. Les formules des préambules varient de « En el nombre de Dios » ou « En el nombre de la Santa Trinidad » ou encore « In dei nomine ». Contrairement à ce qu’établit Margarita Gil Muñoz pour les officiers d’infanterie, les préambules des testaments des ingénieurs sont le plus souvent non pas en latin mais en castillan. La formule la plus couramment employée est « En el nombre de Dios ». On trouve d’une manière plus exceptionnelle les expressions : « En el nombre de nuestro Señor Jesús Cristo »49 ou « En el nombre de la Santissima Trinidad »50.

  • 51 Gaspardo Bernardo de Lara (AGMS, Pensiones, 1181).
  • 52 Manuel Santisteban, ingénieur directeur et maréchal de camp, testament devant le notaire José Ramón (...)
  • 53 AGMS, 9a, M 86 : « Quiero y es mi voluntad que a mi cadaver no se le de sepultura hasta que avise c (...)
  • 54 P. Ariès, L’homme devant la mort, pp. 105-111.

38Puis le testateur évoque sa croyance en l’Église catholique apostolique et romaine, et dans les mystères de cette Église comme celui de la sainte Trinité. Là celui qui rédige en profite pour rappeler qu’il a vécu en bon chrétien. Intervient ensuite le choix des intercesseurs célestes pour la paix de son âme. La première place dans les intercesseurs revient à la Vierge Marie, citée dans tous les testaments. Elle est une avocate de choix pour le défunt auprès de son fils, Jésus-Christ et à travers lui, auprès de Dieu. On trouve une référence à María de los Ángeles dans le testament de Felipe Crame ou encore « notre reine des Anges »51. Autre manière de faire intervenir la Vierge Marie, Manuel Santisteban emploie le terme de « Purissime reine des Anges, Sainte Marie, mère de Dieu, notre mère et avocate »52. Parfois s’ajoute le patriarche Joseph. La référence aux saints dans leur globalité est évoquée par la formule générale d’intercesseurs célestes ou encore de cour céleste. Le saint patron du défunt est aussi cité comme pour Pedro de Lucuce, Pedro Martín Cermeño, Baltasar Ricaud ou Gonzalo Begines de los Ríos. L’appui de l’ange gardien est très couramment sollicité. La peur de la mort n’est que peu évoquée, elle est la fin normale de toute créature humaine. C’est une épreuve de Dieu pour les croyants, un chemin qui mène près de Dieu. Cette acceptation de la mort est une caractéristique des croyances de cette époque. Dans un cas, celui de Pedro Martín Cermeño53, il montre une angoisse particulière : celle d’être enterré vivant. Il demande afin d’éviter cela que son corps repose quelques jours avant d’être enseveli et que l’on vérifie les premiers signes de la décomposition. Cette attitude est très moderne. Elle correspond à un mouvement de pensée scientifique qui se développe au milieu du xviiie siècle, et qui se préoccupe des personnes enterrées vivantes. Cette inquiétude est très répandue en Europe dans les élites instruites qui lisent des ouvrages de médecins concernant le sujet. Cette montée de la peur de la mort apparente débute au milieu du xviiie siècle et s’accentue dans les années 1770-1780 en même temps que les campagnes de transfert des cimetières en dehors des villes. Cette peur s’apaise à la fin du xixe siècle54. Pedro Martín Cermeño est donc un de ses hommes instruits qui suit les débats de son époque.

  • 55 Carlos Saliquet (AGMS, 9a, S 30) : « estando en la cama de indisposición corporal de la que temo mo (...)

39La maladie apparaît souvent dans les testaments comme le fait qui a poussé l’homme à tester. Cette maladie est vue comme le véhicule inéluctable de la mort et une épreuve imposée par Dieu donc à accepter. Un seul cas d’agonie dû à des blessures a été retrouvé. Carlos Saliquet, ingénieur en second et lieutenant-colonel, dit qu’il est « retenu au lit par une indisposition corporelle de laquelle il a peur de mourir »55. Cette manière de parler de la maladie est rare dans les testaments retrouvés. Les recommandations faites pour l’âme du défunt doivent aider aussi à supporter les épreuves terrestres.

  • 56 J. L. Galán Cabilla, « Madrid y los cementerios en el siglo xviii ».
  • 57 Ibid., p. 262. En France entre 1755 et 1776, on réussit à interdire les enterrements dans des églis (...)
  • 58 Ibid., pp. 271-273. Le poids des académies de médecine de Madrid et de la Real Academia de la Histo (...)
  • 59 M. Gil Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, p. 61, n. 172. Décrets de Charles III de 1787, de Ch (...)

40Ensuite, figurent le lieu de sépulture choisi ainsi que le linceul. Les lieux sont multiples ce qui correspond à l’obligation pour un militaire de choisir un lieu de sépulture qui varie en fonction de ses affectations. Ce lieu est souvent laissé à l’appréciation des exécuteurs testamentaires à cause de cela. La majorité des choix se fait pour un enterrement dans un lieu consacré : églises paroissiales (dix-huit cas), des paroisses militaires (onze cas), mais aussi des églises conventuelles (six cas). Trois exceptions choisissent le cimetière. La pratique de la sépulture dans les églises est très courante dans toute l’Europe. L’Espagne n’y échappe pas. La distinction entre la sépulture dans un lieu consacré et un cimetière est éminemment sociale. Le cimetière est pour les pauvres. Les intérieurs des églises pour les personnes plus aisées. L’espace de sépulture à l’intérieur de l’église est hiérarchisé : plus la tombe est proche de l’autel, plus le prix est élevé. Le choix du lieu est donc une affirmation de sa position sociale. Il est fait aussi en liaison avec certaines croyances. On pense qu’être proche de l’autel ou d’un saint dans une chapelle multiplie les chances d’intervention des saints pour la rédemption. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, se développent deux mouvements concernant les lieux de sépulture : l’un politique, l’autre religieux56. Les souverains espagnols comme ceux des autres États européens cherchent à obliger les hommes à élire leur tombe dans des cimetières situés en bordure de ville57. cette décision s’impose au pouvoir à cause des risques de propagation d’épidémies liés à cette pratique de considérer l’église comme lieu d’ensevelissement des corps. cette volonté de changer les pratiques sociales se rapporte non seulement à une volonté de défendre la santé publique mais aussi à des idées nouvelles d’amélioration de l’urbanisme58. Le courant de pensée des Lumières n’est pas étranger à cette nouvelle pratique funéraire. De même, les Lumières amènent le développement d’une religiosité plus intériorisée, où l’on se rapproche de Dieu par des actes simples de foi et d’humilité. La réforme des lieux de sépulture répond donc à des critères d’hygiène développés par des intellectuels éclairés, et à un courant de pensée religieuse qui rejette la piété baroque où l’ostentatoire des actes religieux détourne de la vraie foi. Cependant même si la volonté de réforme existe, changer les pratiques de la société est un parcours long et difficile qui rencontre plusieurs obstacles : les curés de paroisse ne voient pas d’un bon œil leurs revenus baisser ; les croyants supportent mal qu’on veuille les priver de laisser une trace visible dans la vie quotidienne de la paroisse. Le mort enseveli dans le cimetière a beau avoir une tombe différente selon son niveau social, sa mémoire est exclue du sein de la société. L’église est au centre de la vie sociale. Cette réforme des pratiques funéraires ne fut admise par la société qu’au xixe siècle59. Les nouveaux cimetières en dehors des villes apparaissent donc au xixe siècle : à Madrid, ouverture de celui de la Puerta de Fuencarral en 1809. Certains testateurs ont exprimé dans leurs dernières volontés le désir d’être enterré dans un cimetière. Francisco Gozar, brigadier et ingénieur directeur, bruxellois d’origine, exprime le souhait en 1782 d’être enterré dans le cimetière de la paroisse militaire de Málaga, ou dans un autre cimetière s’il ne décède pas à Málaga. Miguel Hermosilla y Vizcarrondo, brigadier et ingénieur directeur, demande en 1812 à être enterré dans le cimetière de San Sebastián à Séville. Enfin, José de Heredia y Velarde choisit comme sépulture en 1814 une niche dans le cimetière de Madrid, s’il y décède. Celui qui a des moyens financiers porte son choix sur son église paroissiale, ou une église conventuelle, ou encore une chapelle privée. Cela voudrait-il dire que nos trois ingénieurs étaient réduits à un état d’extrême pauvreté pour souhaiter ainsi se faire enterrer dans un cimetière ? Rien le laisse supposer. Ils ont tous atteints un grade élevé dans la hiérarchie, donc ils ne sont pas parmi les militaires les moins bien payés. Donc une autre raison doit guider leur geste. Francisco Gozar désire une cérémonie simple, avec un linceul réduit à quelques vieux draps. Il déclare vouloir être enterré dans le cimetière de la paroisse militaire de son décès, ou à défaut dans celui de sa paroisse à Málaga

sans aucune pompe et conformément à ce que l’on ferait avec n’importe quel pauvre.

  • 60 Francisco Gozar (AGS, GM, 3232, testament du 11 juin 1782, décès en décembre 1782) : « para que se (...)

41Plus loin il évoque les frais d’enterrement en parlant de « petite quantité qui serait normale pour un pauvre »60.

  • 61 Miguel Hermosilla y Vizcarrondo (AGMS, Pensiones, 1321/209), brigadier et directeur-subinspecteur, (...)

42Il y a une référence à un enterrement ressemblant à celui d’un pauvre alors que le testateur ne l’est pas – une liste de bijoux à vendre, et de biens à donner est présente dans le testament. Francisco Gozar a prévu de dépenser 500 pesos pour les frais d’enterrement, les 70 messes à donner en son souvenir, et surtout pour les dons de charité à divers organismes, comme les pauvres et invalides de Málaga. Les frais d’enterrement représentent la plus faible partie de la somme certainement. En revanche, les choix de privilégier très largement des dons à des organismes de charité montrent sa volonté de faire de sa mort l’occasion de donner à d’autres et non pas seulement de prier pour lui ou sa famille. Doit-on voir ici aussi une volonté de changer les habitudes et de choisir une voie plus simple pour quitter la vie ? Il est certain que dans ce cas le lien entre cimetière et pauvreté ne se révèle pas exploitable. Cependant, il peut s’agir d’un comportement lié à ce mouvement de pensée religieuse plus épurée, et à un rejet de la piété baroque. Pour Miguel Hermosilla y Vizcarrondo61, il est difficile de fournir une hypothèse. Il meurt au grade de brigadier, sans testament ni inventaire de biens. Il est chevalier de l’ordre de Santiago, venant d’une famille aisée, et a participé à des missions à l’étranger. Ces indications amènent à rejeter l’idée d’un lien entre le choix du cimetière et la pauvreté du mort. De plus, puisqu’il décède en 1812, on peut penser qu’il fait ce choix par volonté de suivre la nouvelle ligne de conduite fixée par le pouvoir pour l’enterrement des corps. José Heredia y Velarde, lui, choisit une niche dans le cimetière de Madrid et exprime sa volonté d’épurer au maximum les rites qui accompagneront sa mort :

  • 62 José de Heredia y Velarde (AHPM, 23793) : « mando el cuerpo a la tierra de que fue formado, el qual (...)

… Je rends le corps à la terre de laquelle il est issu, ce corps une fois devenu cadavre, je veux qu’il soit enterré et déposé dans une niche du cimetière de cette cour, je demande que l’enterrement que l’on fera soit sans pompe ni apparat, bien que correspondant à mon rang62

43Serait-ce encore ici une marque de foi plus épurée ? José Heredia y Velarde meurt en 1814 au grade d’ingénieur en chef. Sa volonté d’être enterré dans un cimetière peut aussi correspondre au mouvement qui s’est développé au début du xixe siècle. Il est tout simplement dans les nouvelles normes de son époque. Il n’y a pas plus de lien avec la volonté de s’assimiler à un pauvre puisqu’il dit que l’apparat dû à son rang doit être maintenu mais sans plus.

44À part ces exceptions, être enterré dans un lieu de culte reste une sorte de privilège et une pratique très répandue. Pour les militaires pauvres, la paroisse militaire est un recours simple qui permet d’éviter le cimetière des pauvres. Par exemple, Juan Antonio Perelló et sa femme María Antonia Vega Quintana sont enterrés en 1792, dans l’église annexe de la paroisse de San Martín, appelée San Marcos, à Madrid. Ils sont déclarés pauvres par leurs proches, mais malgré tout, ont un enterrement plus coûteux que celui des pauvres de cette paroisse. À Madrid, pour 4 cas sur 5, le choix se porte sur la paroisse de San Martín ou son annexe. Cette paroisse de Madrid est une des plus peuplées. Beaucoup de pauvres s’y font enterrer, et ont une tombe dans le cimetière de la paroisse. C’est aussi une paroisse militaire. Les ingénieurs qui y ont recours choisissent l’intérieur de l’église.

45Dans les villes où il y a un hôpital militaire comme à Cadix, les ingénieurs élisent leurs sépultures dans les paroisses militaires comme l’église de San Juan del Hospital, paroisse de l’hôpital de la marine. À Málaga, où il y a aussi un hôpital militaire, la paroisse militaire de Santiago est citée plusieurs fois. Pour les autres lieux de sépulture, la variété est assez importante. Les églises sont très nombreuses. Le terme « cathédrale » est employé pour la sépulture de Juan Miguel de Santa Cruz à Tarragonne. Parfois une chapelle est précisée qui laisse à penser à un rang social élevé : pour Juan Martín Cermeño, lieutenant général et ingénieur général, celle de San Francisco de Paula dans Nuestra Señora de la Soledad à Barcelone ; pour José Cerralde, ingénieur ordinaire à Panamá, chapelle de Nuestra Señora de la Soledad, dans l’église de Nuestra Señora de Gracia à Panamá. Le choix d’une chapelle confirme l’intention de donner à la mort un faste particulier. Les églises conventuelles ne sont qu’exceptionnellement choisies par les ingénieurs comme celle de San Agustín à Badajoz, de San Francisco de Paula à Algésiras, des couvents de San Francisco ou du Carmelitas à Cadix. Martín Gabriel se fait enterrer dans l’église du couvent de San Augustín de Badajoz. Dans le dossier de pension, figure la mention paroisse militaire ce qui peut laisser supposer les liens entre une paroisse de cette ville et ce couvent. Dans d’autres cas, le choix de l’église conventuelle n’a rien à voir avec une paroisse militaire. La faible représentation des églises conventuelles s’explique peut-être par la forte concurrence des églises paroissiales ou militaires comme lieu de sépulture. Mais peut-être aussi le choix d’une église conventuelle se fait-il plus dans les cas d’une implantation ancienne dans une ville ? Par exemple, Pedro Martín Cermeño a choisi la chapelle majeure de l’église du couvent de San Francisco à La Corogne qui correspond à sa position sociale. À son décès, il est capitaine général de La Corogne. Il a épousé une fille des comtes de Gimonde. Cette chapelle choisie peut montrer une forme d’enracinement. Ce qui reste une certitude dans les pratiques funéraires des ingénieurs, c’est la volonté d’être enterré dans un lieu consacré.

  • 63 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, pp. 57-58.
  • 64 Ibid., p. 58. Deux citations sont faites de militaires qui parlent de cadavre vêtu selon la coutume (...)

46Il faut aussi évoquer les choix faits pour entourer la mort. Les testaments avec formulation du linceul sont peu nombreux. Les linceuls choisis correspondent dans un grand nombre de cas à un habit religieux comme celui des Franciscains souvent cités. Margarita Gil Muñoz retrouve cette même caractéristique pour les officiers de l’infanterie à la fin du xviiie siècle et l’explique par la popularité de cet ordre63. D’autres ingénieurs optent pour le vêtement religieux d’un autre ordre : celui de San Francisco de Paula choisi par Miguel Juárez, ou celui de la congrégation de San Cayetano demandé par Pedro de Lucuce. Parfois, le linceul retenu est celui d’un ordre militaire comme l’ordre de Alcántara. Jamais ne s’est manifesté la volonté de porter l’uniforme du corps comme seul linceul dans la tombe. D’après Margarita Gil Muñoz64, la coutume militaire voulait que le linceul normal soit l’uniforme. Le testament sans précision engagerait donc la famille à l’utiliser comme linceul. Le testament comprenant un choix montre une manière de se démarquer des autres. Le linceul de Manuel de Santisteban, enterré en 1783 dans l’église de l’Asunción à Veracruz, comporte deux parties : l’uniforme du corps du génie avec par-dessus l’habit de saint François. Le linceul de Pedro Martín Cermeño se compose de son petit uniforme sur lequel sera mis son habit de chevalier de l’ordre d’Alcántara, en 1790. Cette formule corrobore l’idée d’un linceul militaire que l’on pourrait dire ordinaire et d’un linceul religieux élu volontairement. Mais le fait que ces hommes aient précisé le choix de l’uniforme, peut aussi montrer l’envie de rappeler leur appartenance à un corps particulier. Francisco Gozar adopte un linceul fait de vieux draps et un cercueil de planches déjà usées. Il entend ainsi respecter l’idée que le luxe ne sert à rien, la simplicité est plus proche de sa foi.

  • 65 Certains dons sont obligatoires, on les appelle les mandas forzosas. Elles correspondaient à une li (...)
  • 66 J. L. Galán Cabilla, « Madrid y los cementerios en el siglo xviii », p. 276.
  • 67 M. Gil Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, pp. 66-68.

47Parfois, les services religieux et donations désirés sont précisés. Mais souvent, le testateur laisse aux exécuteurs testamentaires le soin de faire ces derniers choix. En fait, parmi les documents exploités, très peu d’entre eux comportaient le déroulement précis de la cérémonie. Doit-on y voir un manque d’intérêt pour les dispositions religieuses à cause d’une codification déjà établie (par l’Église, la société ou le pouvoir) ou à cause d’une sensibilité religieuse différente ? C’est difficile à dire. Quand il y a des indications dans les testaments, c’est le plus souvent sur les services religieux à prévoir pour le salut de l’âme ou les dons de charité à faire65. En fait, pour certains ingénieurs, on peut retracer le déroulement de l’enterrement grâce à l’inventaire de biens. Parfois l’argent nécessaire pour payer l’enterrement est issu de la vente de biens. Parfois il est versé en liquide ce qui laisse supposer des disponibilités en numéraire du défunt. Dans toutes les successions, les frais d’enterrement seront prélevés par les exécuteurs testamentaires sur la succession elle-même. On peut donner quelques points de repères sur les coûts des enterrements. Pour José L. Galán Cabilla, un enterrement digne dans la partie du cimetière de la paroisse réservée aux personnes à faibles revenus coûte à Madrid dans la deuxième moitié du xviiie siècle, entre 120 réaux et 158 réaux. Pour un enterrement dans l’église avec quelques fastes, on peut aller de 240 réaux à 2.000 réaux, pour un enterrement de première classe66. Margarita Gil Muñoz a trouvé une grande diversité de coûts : 65 réaux pour l’enterrement d’un capitaine dans la paroisse de San Martín à Madrid, ou plus de 5.751 réaux pour celui d’un brigadier dans la paroisse de San Sebastián à Madrid. Les coûts élevés correspondent en général à des familles aisées67 obligées à un certain decorum dans la mort pour rappeler la position sociale du défunt ou de ses proches. Pour les ingénieurs, nous retrouvons la même diversité des coûts.

  • 68 Agustín de Herrera y Abendaño, colonel et ingénieur en chef (AHPM, 24836).

48Agustín de Herrera y Abendaño68, colonel et ingénieur en chef, rédige un testament militaire qui fait référence aux legs par personne mais aussi aux désirs du testateur pour son enterrement. Il envisage deux possibilités. En cas de décès loin de son lieu de vie, le corps doit être revêtu de l’habit de saint François, entouré de torchères, déposé dans un cercueil sur le sol. Si le décès a lieu à Madrid, l’enterrement aura lieu avec une messe chantée le jour suivant, et d’autres priées par la suite. Deux cents messes à 3 réaux doivent être dites à titre d’aumône et 16 réaux de billon vont aux mandas forzosas. De plus, il rappelle qu’il veut que dans sa paroisse d’origine, d’une part on signale son décès, et d’autre part qu’on y fasse dire une messe. Cet attachement à faire inscrire son nom sur le registre des morts montre son enracinement familial dans cette paroisse de Tolède. Cette attitude n’est pas courante chez les militaires.

  • 69 Gerónimo Amici (AGMS, 9a, A 152).

49Gerónimo Amici, brigadier et ingénieur directeur, décède en 1764 à Saragosse69. Il est enterré dans la paroisse de San Miguel de los Navarros. L’enterrement fut selon le clerc avec la pompe correspondante à son rang, et coûta 671 réaux (au départ 38 livres ou 722 réaux de billon mais le prix fut ramené à 35 livres) répartis entre : la chaux, le revêtement, les trois messes chantées, 23 personnes qui suivent la cérémonie pour le chapitre, le tout revenant à 228 réaux ; les cloches pour l’entrée du corps, l’habit sacerdotal pour les officiants, la croix et les enfants de chœur, les étoffes pour les bancs, la sépulture, le cercueil doublé de la bure de saint François, huit torchères, vingt-cinq bougies, et le fossoyeur, l’ensemble pour 448 réaux. La somme de l’enterrement fut prélevée sur l’argent obtenu par la vente des biens. Cette somme correspondait à 16 % de l’héritage évalué à 4.173 réaux de billon. Une fois l’enterrement payé, la somme restante ne suffit pas à payer les dettes contractées par l’ingénieur (7.757 réaux). Cet exemple évoque une sorte de normes pour les enterrements par rapport aux grades mais aussi la part économique importante que représente le budget d’un enterrement pour une famille. La mort est une sorte d’investissement. À l’occasion, on voit que cet homme avait une situation financière fragile.

50L’enterrement de Juan Antonio Perelló, colonel et ingénieur en second, et celui de sa femme quelques jours plus tard à Madrid en juin 1792 donnent une autre version de l’enterrement. Ce couple est qualifié de pauvre. Cependant les enterrements sont décents. Le couple et trois enfants étaient de passage à Madrid pour retrouver une meilleure santé, l’affectation de l’ingénieur étant Oran. L’enterrement de l’ingénieur représente 808 réaux, celui de sa femme est de 806 réaux. Il n’y a pas de fastes particuliers. Le budget de l’enterrement de Juan Perelló se décline comme suit : le curé de la paroisse reçoit 400 réaux ; 120 réaux vont pour les cierges, 12 pour les mandas forzosas, 130 pour le charpentier, 86 pour le linceul du cadavre et pour la décoration de l’église, enfin 36 réaux pour les frères des ordres tierces qui ont assisté à l’enterrement. L’inventaire des biens apportés avec eux s’élève à 12.348 réaux. Les frais d’enterrement des deux parents de trois enfants sont revenus à 13 % des biens que le couple avait amené à Madrid. L’ingénieur et son épouse n’ont pas eu un enterrement de première classe, mais on peut dire que celui-ci était tout à fait décent aux vues des chiffres cités par José Luis Galán Cabilla et de l’exemple de Gerónimo Amici cité précédemment.

51Pour certains, la cérémonie revêt un faste qui montre la position de l’homme, comme celle de Pedro de Lucuce, ou celle de Juan Martín Cermeño. Pour d’autres, la mort est l’occasion d’affirmer sa foi mais aussi de laisser une trace de la famille dans la fondation de chapellenies comme pour Miguel Juárez Sandoval. Cet acte reste exceptionnel dans les testaments retrouvés.

52Juan Martín Cermeño est lieutenant général et ingénieur général lorsqu’il décède à Barcelone en 1773. Il avait décidé de se faire enterrer dans l’église San Francisco de Paula, dans une chapelle consacrée à Nuestra Señora de la Victoria. Les dispositions concernant la cérémonie sont laissées aux exécuteurs testamentaires. Il sait qu’il en sera fait selon les convenances et fait confiance à ses exécuteurs testamentaires. Parmi ces derniers, on trouve Pedro de Lucuce, maréchal de camp et ingénieur directeur de l’académie de Barcelone, ainsi que plusieurs autres ingénieurs. Les dépenses effectuées correspondent à son grade et sa position sociale. Le total des dépenses se monte à 13.220 réaux. Il couvre les 915 messes demandées pour le repos de son âme dans vingt-trois endroits différents, couvents et églises mêlées soit 7.690 réaux. Le reste est consacré à la préparation de la maison du mort puis à la célébration dans l’église, soit 5.530 réaux. La cérémonie s’est déroulée avec de la musique et les prêtres de l’église. Le corps était présenté sur un monument funéraire (cercueil et décoration pour 2.000 réaux) entouré de torchères et bougies en grand nombre (3.130 réaux). Pendant la cérémonie, il y eut de la musique mais nous n’avons pas de précision sur les officiants. Cette façon de quitter la vie est tout à fait courante à l’époque. Nous n’avons pas trouvé toutes les précisions sur le faste de la cérémonie mais il est à supposer que l’assistance était nombreuse et le monument funéraire imposant. Cet homme avait vécu longtemps à Barcelone et s’y était fait des relations de par sa position.

  • 70 Pedro de Lucuce (AGMS, 9a, L 143).
  • 71 Gavino Valladares y Messía fut évêque de Barcelone de 1775 à 1794. Il était un fervent partisan des (...)

53À son décès, le 20 septembre 1779, à Barcelone, Pedro de Lucuce70 est très connu pour trois raisons : sa fonction de directeur de l’académie de Barcelone, son grade de lieutenant général qui le situe parmi les officiers supérieurs les plus gradés de la région et son autorité reconnue dans le domaine des sciences. Il ne peut donc pas être enterré sans un certain faste. Il a fait déjà dans son testament un certain nombre de choix aussi bien sur les aumônes que sur les obsèques. Sa préférence pour la cérémonie et la sépulture s’est portée sur l’église de la congrégation de San Cayetano de Barcelone. La maison du défunt est parée de tentures de deuil. Les pauvres qui se présentent à la porte du défunt reçoivent une aumône. La paroisse de San Cayetano commence les prières en présence de représentants de quatre ordres mendiants, et de cinq communautés. Le corps est exposé dans un cercueil sur un monument funéraire de cinq marches de haut, entouré de quarante-huit torchères et de deux cent dix cierges. La sépulture aura lieu dans cette église. Les armoiries du défunt sont peintes sur le cercueil. Le linceul se compose d’une soutane sur laquelle est posé son uniforme, symbole de son appartenance à ce corps des ingénieurs. Quatre hommes se sont occupés des préparatifs. Des musiciens participent à la cérémonie avec les clercs réguliers de la paroisse, et les différentes communautés choisies. Des cloches retentissent pour la cérémonie. Le jour de son enterrement, une centaine de messes doivent être dites dans les autres églises de Barcelone. Cet enterrement a coûté 103 livres catalanes soit 1.030 réaux sans compter les 77 livres pour les travaux du charpentier et 56 pour les travaux d’enterrement soit 1.330 réaux. La somme de 2.330 réaux n’est pas excessive par rapport à celle citée par Margarita Gil Muñoz, ni par rapport au coût de l’enterrement de Juan Martín Cermeño. Pedro de Lucuce voulait utiliser son argent à d’autres fins. Il prévoit une longue liste de messes à dire en son souvenir, plus de mille au total, à quatre réaux et donc crée une fondation pour cela. De même, d’après son testament, Pedro de Lucuce laisse une somme importante à ses exécuteurs testamentaires pour faire des fondations d’œuvres pieuses. Le patron en sera l’évêque de Barcelone : Gavino de Valladares y Messía71. Les fondations sont au bénéfice des pauvres de l’hospice royal de Barcelone, de l’assistance aux femmes malades. Enfin, il définit une œuvre pieuse concernant les jeunes filles pauvres et filles de militaires : chaque année, 2.000 réaux seront versés pour doter une demoiselle pauvre, honnête et vertueuse des paroisses de Barcelone, et mille réaux pour les filles de militaires. Les sommes investies dans ces fondations sont énormes. Elles correspondent à 25.092 réaux d’arriérés de soldes et à 240.000 réaux provenant de différents investissements, et 3 % de revenus des 84.000 réaux placés dans des actions de commerce. Le but de Pedro de Lucuce n’est pas de laisser une fondation de chapellenie mais d’aider les pauvres de Barcelone. Ainsi contribue-t-il aussi à la rédemption de son âme.

54L’exemple de Miguel Juárez Sandoval, lui, nous montre que l’on peut, au travers de sa mort, chercher à prolonger la vie de son nom en fondant des chapellenies. Miguel Juárez Sandoval fait un testament militaire en avril 1792 à Ceuta et décède en mai à Algésiras. Il est alors brigadier et ingénieur directeur de la place de Ceuta. Il laisse à ses exécuteurs testamentaires (deux prêtres de Ceuta, le secrétaire de la direction de la fortification, et son frère Ramón Juárez, chapelain de la chapelle royale des Reyes Nuevos dans la ville de Tolède ce qui montre une certaine position sociale) le choix de la cérémonie et le soin d’exécuter ses dernières volontés. La célébration et les messes à dire pour le repos de son âme reviennent à 1.323 réaux. Mourant sans héritier, il investit une partie de ses biens propres dans la confection d’un retable de San Francisco de Paula (5.873 réaux), d’une lampe d’argent destinée à éclairer ce retable (690 réaux), dans la fondation d’un jour de fête annuelle pour le saint et treize vendredis. La fondation perpétuelle est basée sur une propriété d’une valeur de 21.000 réaux qui doit dégager 1.176 réaux chaque année pour les fêtes. Le reste de ses biens va à son frère. Non seulement il crée la voie de son salut mais aussi il laisse une trace de sa famille dont la lignée s’éteindra avec son frère chapelain à Tolède. La mort est ici un moyen de perpétuer le nom de la famille tout en montrant son attachement religieux.

55La religiosité des ingénieurs ne fait aucun doute. Elle s’inscrit dans les critères de l’époque. Les ingénieurs n’échappent aucunement au modèle des rites funéraires en vigueur. Les sources exploitées sont trop peu nombreuses pour généraliser les conclusions à l’ensemble du corps. Mais on peut lancer quelques idées. La première remarque concerne l’absence répétée de dispositions sur les funérailles. Les ingénieurs ne s’y intéressent pas forcément. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette attitude : ils savent que leur position amènera un certain nombre de choix pour la cérémonie conforme aux convenances, ou bien leurs affectations multiples ne leur permettent pas d’envisager les dispositions à prendre avec précision. Deuxième remarque, il semble qu’il y ait une sorte de norme en fonction du grade de l’ingénieur pour les frais d’enterrement. En effet, à plusieurs reprises, nous avons trouvé la mention de la part des prêtres de cérémonies correspondantes à la personne. En revanche, dès que l’ingénieur est un peu « hors norme » soit par ses origines familiales, soit par le parcours de sa carrière, il semble que les sommes augmentent en proportion de sa position sociale. Certains affirment ainsi non seulement leur religiosité mais bien plus encore leur place dans la société. Certains ingénieurs utilisent leur mort comme un moyen de marquer une dernière fois leur place dans la société, voire de perpétuer leur nom. Cette manière de faire correspond aux pratiques courantes de l’époque.

Notes

1 B. Bennassar, L’homme espagnol, pp. 192-193 ; M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence. Cette étude, même si elle ne concerne pas l’Espagne, est un modèle d’analyse du comportement de l’homme face à sa mort et peut donner des pistes de réflexion. Des études espagnoles sont aussi précieuses pour l’étude de la démarche de l’homme face à sa mort comme : l’ouvrage d’Antonio Eiras Roel précédemment cité, ou encore celui de M. Reder Gadow, Morir en Málaga ou celui de J. A. Rivas Álvarez, Miedo y piedad.

2 Les textes législatifs sur les testaments des militaires et les inventaires de biens sont consignés dans le recueil des ordonnances fait par José Antonio Portugués, t. IV. Les textes se succèdent, annulant les précédents ou même n’ayant pas eu le temps d’être appliqués. L’intérêt de cette compilation est de montrer la constante envie de réaffirmer les privilèges militaires pour les testaments et de reléguer la justice ordinaire dans un rôle auxiliaire. La lutte entre justice civile et militaire ne touche pas qu’à la rédaction de testaments mais aussi à la volonté pour les autorités civiles de juger des militaires pour des crimes commis sur leur « territoire ».

3 Ordenanzas de S.M. para el regimen, disciplina, subordinación, y servicio de sus exercitos, Madrid, 22 de Octubre de 1768, t. II, traité VIII, tit. Xi.

4 Ibid., art. 1-4.

5 Ibid., art. 5-7 et 14-16.

6 Ibid., art. 17-18.

7 AGMS, Circulares, Real orden de 9 de febrero de 1782 sobre que el auditor de Barcelona entienda en la testamentaria de Don Pedro Lucuce, teniente general y en las demás de su clase.

8 AGMS, 9a, L 143.

9 AGMS, 4465, Regla con que se han de repartir les 6000 doblones que SM ha destinado cada año para pensiones anuales de viudas.

10 AGS, GM, 4465, Pension en doublons par grade et par an : sous-lieutenant 18 ; lieutenant 24 ; capitaine ou sergent-major 30 ; lieutenant-colonel 48 ; colonel 72, brigadier 90 ; maréchal de camp 120 ; lieutenant général 150 ; capitaine général 180. Décision prise en mai 1721 et signée par le marquis de Castelar.

11 AGS, GM, 4465, Relación puntual de las viudas de oficiales militares que gozan oy su pensión en la consignación de los 6.000 doblones segun la ultima justificación para el pagamento del medio año cumplido en fín de diciembre de 1758. Les veuves sont classées par année de veuvage de 1717 à 1738.

12 AGS, GM, 4465 : « con prevención de que en lugar de las que han fallecido o falleciesen deberán entrar las que justifiquen la antiguedad de su viudez desde el año de 1738 en adelante » (Madrid 6 octobre 1759).

13 AGS, GM, 4465, Relación puntual de las viudas de oficiales militares que en el día gozan pensiones interinas con calidad de entrar en la consignación de los 6.000 doblones destinados a las de sus clases segun les corresponda por la antiguedad de su viudez.

14 AGS, GM, 4465. La marquise de Lede, veuve du capitaine général marquis de Lede, est habilitée à toucher sa pension à Paris où il vit. La duchesse de Warton, veuve du colonel, duc de Warton, touche sa pension en Angleterre (6 octobre 1759).

15 AGS, GM, 4465 : « viudas […] que gozan pensión en atención a los meritos y servicios de sus defuntos maridos ».

16 AGS, GM, 4465, Relación de las viudas de oficiales militares que gozan pensión en atención a los meritos y servicios de sus difuntos maridos. Les veuves sont des personnes ayant souvent des titres nobiliaires élevés et séjournant parfois à l’étranger.

17 AGS, GM, 4465, Relación de varias personas que gozan pensiones en la thesorería general en atención a los meritos y servicios de oficiales militares, sus padres, hijos, y hermanos. La pension peut être transmise. Luisa Belthoben reprend la pension de sa mère la marquise de Monrial qui est rentrée au couvent. María Josefa Dávila Carrillo, comtesse de Valdehermoso, petite fille du duc de Montemar touche la pension de 40.000 réaux de sa grand-mère. La fille du duc de Montemar touche elle aussi 40.000 réaux. Brígida et Antonia Nangle se partagent une pension de 2.920 réaux en liaison avec les services rendus par l’ingénieur en chef Francisco Nangle, leur frère et oncle. Oronicio Betrela, gouverneur militaire et politique de la place de Mataró, touche 6.000 réaux par an pour son long service. Le comte Daydié, lieutenant général des armées, touche une pension de 30.000 réaux pour les services rendus. Il peut recevoir cette pension en France car il est en mauvaise santé.

18 AGS, GM, 4465, lettre de Ricardo Wall à Nicolas de Francia (janvier 1760) ; AGS, GM, 4498, lettre du comte de Ricla qui cite la Real Resolución du 16 novembre 1720 et les conditions requises : être veuve et pouvoir en attester.

19 M. C. García de la Rasilla Ortega, « El montepío militar ».

20 AGS, GM, 4466, lettre de Jaime Masones de Lima au roi le 14 septembre 1761.

21 AGS, GM, 4466, listes des fonds des différentes caisses des veuves par province et des ingénieurs débiteurs.

22 AGS, GM, 4466. La somme versée du mont-de-piété du génie à celui des armées s’élève à 113.148 réaux de billon. Cette somme est dans les provinces confiée à la caisse du mont-de-piété général. Lettre de Ricardo Wall du 26 décembre 1761 en réponse à la lettre de Julián Giraldo de Chaves.

23 Un fonds de 250.000 réaux a été prévu pour la prise en charge des anciennes veuves et éventuellement dans le cas des veuves d’ingénieurs, on peut rajouter quelques fonds vu la somme reversée dans le tronc commun.

24 M. C. García de la Rasilla ortega, « El montepío militar ».

25 Mont-de-piété militaire créé le 20 avril 1761 ; celui des ministères 21 janvier 1763 ; celui des bureaux royaux 27 avril 1764. Le mont-de-piété militaire d’Amérique voit le jour en 1773 d’après A. Rumeu de Armas, Historia de la previsión social en España, pp. 422 sqq.

26 Reglamento de la fundación, y establecimiento del monte de Piedad que se instituye para socorro de las viudas de oficiales militares, chap. i, pp. 12-36, l’administration du mont-de-piété repose sur un directeur, deux gouverneurs, un comptable avec trois officiers, un trésorier avec un officier, et un secrétaire.

27 Ibid., chap. ii, pp. 36-62, 6.000 doublons de dotation royale, 20 % du produit des biens laissés par les prélats dans les royaumes d’Espagne, le décompte sur les pensions de 8 maravédis par écu de billon, le décompte aux officiers intégrant la caisse d’une demi-paye sur six soldes différentes, et puis des 8 maravédis par écu de billon chaque mois. Lorsqu’un militaire intègre une nouvelle fonction, on lui décompte le premier mois de paye entièrement de ses soldes. Les biens des officiers morts sans héritiers peuvent être intégrés au mont-de-piété. Les fonds recueillis par la caisse peuvent être placés pour fructifier. Par la suite, seront intégrés aux fonds du mont-de-piété, le tiers des revenus des postes ecclésiastiques vacants des Indes.

28 Les pensions sont fixées dans le chap. Iv, pp. 72-92, pour la Plana Mayor del Ejército y de la Marina, veuve de capitaine général 18.000 réaux par an, pour celle d’un lieutenant général 12.000 réaux, pour un maréchal de camp 10.000 réaux, pour un brigadier ou un colonel 8.000 réaux, pour un lieutenant-colonel 6.000 réaux. Pour les corps particuliers comme les gardes du corps et les hallebardiers, ou les gardes royales d’infanterie, le montant des pensions est fixé sur une autre échelle allant de 10.000 à 4.500 réaux.

29 Ibid., chap, Iv, pp. 72-126, art. 3.

30 Ibid., chap. Iv, art. 8-12. La mère ne peut pas cumuler une pension de veuve de militaire et de mère.

31 D. García hernán, « Ejército y acción social en el siglo xviii », p. 155.

32 Reglamento de la fundación, y establecimiento del monte de Piedad que se instituye para socorro de las viudas de oficiales militares, chap. v, pp. 127-148.

33 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad. Ce livre est, en fait, un extrait de son doctorat Sociología de los oficiales del ejército español.

34 Pedro Coisevaux meurt de la typhoïde en 1732 à Oran alors qu’il est ingénieur directeur. Manuel León meurt aussi de la typhoïde mais en 1811 au Pérou. Miguel Constanzó meurt d’une pneumonie en 1810 en Nouvelle-Espagne. Vicente Talledo est mort aussi d’une pneumonie à Madrid en 1820. Juan Giraldo de Chaves est décédé de fièvres en Castille en 1809 alors que son frère Pedro Giraldo de Chaves décède, en 1820 à Alcalá de Henares après avoir eu de fortes douleurs persistantes dans la poitrine. Des problèmes cardiaques sont à la source des décès de Feliciano Márquez y Trujillo en 1772 à Manille, de Claudio Martel en 1778 à Barcelone, de Pablo Ordovás en 1832 à Barcelone. Antonio Murga lui est mort à la suite de violents maux de tête et fièvre pendant qu’il visitait les places fortes de Castille, en 1778 à Ciudad Rodrigo. Fernando Pírez meurt d’une maladie des intestins qui nécessitait une opération mais en 1802 il meurt à Veracruz n’ayant pas été opéré. Marcos Lobo meurt à Badajoz en 1762 de la variole. Une épidémie est le motif de décès de Agustín Tejada en 1743 à Ceuta.

35 On peut citer comme exemple José Ampudia y Valdés, nommé à Comayagua en 1782 comme ingénieur ordinaire. Cet homme a beaucoup de problèmes à s’adapter au climat du Honduras. Il est atteint de fièvres et séjourne à l’hôpital de Comayagua où lui sont faits deux certificats médicaux qui définissent son mal comme « calenturas y obstrucciones ipocondriacas ». Il demande son retrait et retour en Espagne qui lui sont refusés. Il reste aux Honduras jusqu’en 1789.

36 Mariano Fernández de Folgueras est directeur-subinspecteur à Manille où il meurt assassiné en 1823 (AGS, GM, 5837). Juan Galli meurt en 1737 à Pampelune, dans une embuscade de rue d’un coup d’épée dans la poitrine. Son frère, Francisco, demande de l’argent pour payer les frais d’enterrement de son frère car il est mort très pauvre (AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 2991).

37 AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 2991.

38 AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 3002.

39 AGS, GM, 5837 ; Rep. ; Fichoz.

40 AGMS, exp. mat. G 1933 ; AGI, Indiferente, 1905 ; AGS, GM, 3002 ; AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 4472.

41 AGS, GM, 3783 ; AGS, GM, 3002 ; AGS, GM, 3231 ; AGS, GM, 3791 ; AGS, DGT, m 2-60 ; Rep.

42 Cote BN Madrid R 37 841, Ordenanzas de SM para el regimen, disciplina, subordinación y servicio de sus exercitos, tomo primero, subdivido en quatro tratados de orden de SM en Madrid, 1768, traité II, tit. xxiii, pp. 213-219.

43 F. de Salas López, Ordenanzas militares en España e Hispanoamérica, pp. 61-67 et 86-90 ; M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, pp. 15-28 ; M.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histórica española en el siglo xviii, pp. 549-632.

44 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad.

45 Testament militaire sans inventaire de biens : Joaquín Casaviella, José de Heredia, Agustín Herrera y Abendaño, Gaspar Bernardo de Lara. Testament militaire avec inventaire de biens : Fernando López Mercader, Pedro de Lucuce.

46 Joaquín Casaviella, ingénieur directeur et lieutenant général des armées royales, envoyé dans les rangs de l’armée de Navarre et Biscaye, meurt en août 1793. Il laisse un testament militaire que la veuve María Antonia Mozo de la Torre réclame pour preuve de sa fonction de tutrice des enfants et administratrice des biens (AHPM, 24836).

47 La veuve de Joaquín Casaviella est María Antonia Mozo de la Torre, les enfants Joaquín capitaine d’un régiment d’infanterie de Soria à dix-huit ans, María Francisca treize ans, Antonio huit ans. Le neveu qui doit aider la veuve dans sa tâche est Joaquín de Casaviella, père de l’oratoire de San Felipe de Madrid.

48 AHPM, 24836 : « como verdadero christiano catholico apostolico romano […] como buen catholico segun que por la bondad de mi Dios he vivido siempre vivo y quiero morir. Creo y espero los sufragios por el alibio, y pronto descanso de mi alma en los brazos del Señor, en su Santa Gloria… ».

49 Andrés de Rodolphe (AGMS, Pensiones, 1167).

50 Francisco Gozar (AGS, GM, 3232).

51 Gaspardo Bernardo de Lara (AGMS, Pensiones, 1181).

52 Manuel Santisteban, ingénieur directeur et maréchal de camp, testament devant le notaire José Ramón de Bétancourt : « Purisima reyna de los Angeles María Santisima, madre de Dios, señora y abogada nuestra, al gloriosimo patriarca José, Santo Angel el de mi nombre ».

53 AGMS, 9a, M 86 : « Quiero y es mi voluntad que a mi cadaver no se le de sepultura hasta que avise corrución porque siempre tube orror a las resultas de lo contrario por los exemplares que he observado encargando en este particular la conciencia a mis testamentarios que dispondran se verifique sin incomodidad ».

54 P. Ariès, L’homme devant la mort, pp. 105-111.

55 Carlos Saliquet (AGMS, 9a, S 30) : « estando en la cama de indisposición corporal de la que temo morir ».

56 J. L. Galán Cabilla, « Madrid y los cementerios en el siglo xviii ».

57 Ibid., p. 262. En France entre 1755 et 1776, on réussit à interdire les enterrements dans des églises. Au Danemark, dans le duché de Modène, en Irlande, dans les villes comme Venise, Vienne, Florence on mène la même politique et attaque la pratique funéraire d’ensevelissement dans les églises. L’accroissement urbain devient important et poursuivre cette habitude mettait en danger la santé publique.

58 Ibid., pp. 271-273. Le poids des académies de médecine de Madrid et de la Real Academia de la Historia. Une partie des conseillers du roi Charles III, Floridablanca et Campomanes, était pour la réforme comme moyen de rationaliser les pratiques populaires et de les libérer des traditions superstitieuses et ritualistes. Ces ministres étaient des réformistes éclairés, ce qui n’était pas le cas de tous les conseillers du roi.

59 M. Gil Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, p. 61, n. 172. Décrets de Charles III de 1787, de Charles IV de 1804 : reprise de l’ordonnance française sur les cimetières qui prohibe les enterrements dans les églises. En Espagne, il faudra attendre 1833 pour que les dispositions gouvernementales sur l’interdiction des enterrements dans les lieux de culte soient appliquées rigoureusement comme une condition de santé publique.

60 Francisco Gozar (AGS, GM, 3232, testament du 11 juin 1782, décès en décembre 1782) : « para que se le de sepultura en el cimenterio de su parroquía castrense, y si acabare mis dias en otro pueblo que Malaga en el cimenterio de su parroquía, pero absolutamente sin pompa alguna y conforme se suele hacer con qualqiera pobrecito […] y para mi entierro la corta cantidad que fuese regular para un pobre ».

61 Miguel Hermosilla y Vizcarrondo (AGMS, Pensiones, 1321/209), brigadier et directeur-subinspecteur, envoyé à Hambourg avec le lieutenant général marquis de Romana, est enterré dans le cimetière de San Sebastián à Séville.

62 José de Heredia y Velarde (AHPM, 23793) : « mando el cuerpo a la tierra de que fue formado, el qual hecho cadaver, quiero sea sepultado y depositado en uno de los nichos de los cementerios de esta corte, mando que el entierro que se me haga sea sin pompa ni aparato aunque correspondiente a mi clase… ».

63 M. GIL Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, pp. 57-58.

64 Ibid., p. 58. Deux citations sont faites de militaires qui parlent de cadavre vêtu selon la coutume militaire ou encore de cadavre vêtu d’un uniforme rigoureux de style militaire.

65 Certains dons sont obligatoires, on les appelle les mandas forzosas. Elles correspondaient à une liste d’organismes auxquels devaient aller une part minimale des dépenses à l’occasion d’un enterrement. Œuvres pieuses des lieux saints pour leur entretien, œuvres pour coopérer à la libération des captifs, œuvres pour marier les orphelines et les pauvres, œuvres pour Notre Dame de Guadalupe en Nouvelle-Espagne.

66 J. L. Galán Cabilla, « Madrid y los cementerios en el siglo xviii », p. 276.

67 M. Gil Muñoz, Perfil humano de la oficialidad, pp. 66-68.

68 Agustín de Herrera y Abendaño, colonel et ingénieur en chef (AHPM, 24836).

69 Gerónimo Amici (AGMS, 9a, A 152).

70 Pedro de Lucuce (AGMS, 9a, L 143).

71 Gavino Valladares y Messía fut évêque de Barcelone de 1775 à 1794. Il était un fervent partisan des œuvres sociales de l’Église ce qui était rare pour l’époque. Il a fait un catéchisme pour les enfants des fabriques de textile de Barcelone (Fichoz).

Table des illustrations

Titre Tableau 29. – Lieux de décès des ingénieurs
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende CG : Capitainerie générale ; PR : Province ; VR : Vice-royaume.SourceFichier prosopographique.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search