Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Isidore de Séville dans les universités médiévales

Jacques Verger

Texte intégral

  • 1 Outre, dans le présent volume, la communication de J. Fontaine, voir en particulier B. Bischoff, « (...)

1Isidore de Séville passe à juste titre pour un des fondateurs de la culture médiévale, un de ceux qui ont le plus contribué à la transmission de l’héritage de l’Antiquité classique et chrétienne à l’Occident médiéval. Diverses études ont bien mis en valeur son apport capital dans la constitution de la culture carolingienne et post-carolingienne, et la tradition manuscrite des principales œuvres d’Isidore, exceptionnellement riche pour les VIIIe, IXe et Xe siècles, le confirme amplement1. Il est cependant évident que le rôle d’Isidore n’a pas cessé après l’An Mil ; on a continué à le lire et à l’utiliser, on a continué à le copier, même si sa tradition manuscrite est désormais moins exceptionnelle et surtout moins étudiée, car d’un intérêt codicologique sans doute plus limité.

2Il est donc légitime de se demander quelle a été sa place dans ces institutions vouées par excellence à la transmission et au développement de la culture savante qu’ont été, à partir du XIIIe siècle, les universités. Ainsi formulé, le sujet est immense et demanderait des dépouillements presque infinis. On me permettra donc, dans un exposé qui voudrait surtout définir une problématique et amorcer quelques pistes de recherche, d’examiner essentiellement le cas de l’université de Paris, aux XIIIe et XIVe siècles. Je rappelle qu’apparue au tout début du XIIIe siècle, l’université de Paris a toujours été, de loin, la plus importante des universités médiévales. Je rappelle d’autre part qu’à Paris les facultés dominantes, tant par leurs effectifs que par le prestige de leurs enseignements, ont toujours été la faculté des arts et la faculté de théologie. Les facultés de droit canonique et de médecine occupaient une position secondaire. Il n’y avait pas de faculté de droit civil. Surtout si l’on considère qu’à l’inverse, dans les universités des pays méditerranéens, toutes à dominante juridique, on n’avait, comme nous le verrons, que des raisons précises et limitées de recourir à Isidore, on peut penser qu’en privilégiant l’exemple parisien, nous retenons malgré tout le cas le plus significatif.

3Mais, avant même d’en venir là, il faut rappeler qu’entre le haut Moyen Âge, où Isidore a tenu le rôle essentiel indiqué plus haut, et les XIIIe et XIVe siècles universitaires, les données fondamentales de la vie culturelle en Occident ont profondément changé.

  • 2 Sur les sources antiques d’Isidore, voir J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique d (...)

4Ce que, pour faire bref, nous nommerons la « Renaissance du XIIe siècle » n’a pas seulement vu l’essor des écoles d’où naîtra l’université de Paris. Cette Renaissance a aussi été marquée par la redécouverte, la traduction en latin ou simplement une diffusion beaucoup plus grande de nombreuses œuvres de la littérature, de la philosophie et de la science antiques, tant grecques que latines. D’autre part, le XIIe siècle a également vu, en particulier dans le monde des écoles, la production d’œuvres nouvelles, au premier rang desquelles de nombreux manuels, compilations, instruments de travail divers destinés aux étudiants. Certains de ces textes ont acquis le statut de véritables « autorités » modernes ; ils sont entrés dans les programmes scolaires et y sont restés jusqu’à la fin du Moyen Age, c’est-à-dire qu’ils sont devenus les textes de base de l’enseignement universitaire. Il y avait là, on le voit, un contexte a priori peu favorable à la persistance du succès des œuvres d’Isidore. Les maîtres et les écoliers étaient en effet moins tentés d’y recourir puisqu’ils avaient désormais accès aux originaux dont les compilations d’Isidore lui-même tiraient leur substance2 et puisque, d’autre part, ils disposaient d’ouvrages de référence et d’instruments de travail plus récents.

  • 3 Cf. J. de Ghellinck, L’essor de la littérature latine au XIIesiècle, 2e éd., Bruxelles, 1955.
  • 4 L. R. Sotillo, « Las fuentes ibéricas del Decreto de Graciano », dans Studia Gratiana, 2, 1954, p. (...)

5Ceci dit, soit directement, soit à travers les textes carolingiens (Raban Maur, la glose ordinaire, etc.), Isidore a encore été très utilisé par les auteurs du XIIe siècle et comme ces auteurs, ainsi que je viens de le dire, sont eux-mêmes restés d’usage courant dans les universités, par leur biais au moins Isidore y a été présent. Il serait hors de notre sujet de procéder à des relevés systématiques, mais divers travaux et éditions critiques existants suffisent à le montrer. Pour nous en tenir à des maîtres liés aux écoles parisiennes, on sait qu’Isidore était connu et cité d’auteurs tels que les Victorins, Jean de Salisbury, Adam du Petit-Pont, Alexandre Neckam, etc.3. Plus important encore, Isidore a été largement sollicité par les auteurs des compilations qui deviendront les manuels de base de l’enseignement universitaire. Dans le Décret de Gratien où, globalement, les sources hispaniques sont très abondantes, on trouve près de cent citations d’Isidore ; ces citations proviennent, pour plus de moitié, des Étymologies ; les Sentences sont ensuite le livre le plus utilisé4.

  • 5 Cf. A. D’esneval, « Les Quatre Sens de l’Écriture à l’époque de Pierre le Mangeur et de Hugues de (...)
  • 6 Magistri Pétri Lombardi Sententiae in IV Libris distinctae, 2 t., Grottaferrata, 1971-1981.

6Faute de pouvoir, en l’absence d’une édition critique moderne, prendre en compte l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur, dont Isidore semble pourtant avoir été une des sources majeures5, considérons au moins les quatre Livres des Sentences de Pierre Lombard6. Ils contiennent cinquante-neuf citations d’Isidore, les Étymologies (vingt-deux) et les Sentences (quinze) étant à nouveau les livres de loin les plus cités. Notons d’autre part que ces citations sont très inégalement réparties : dans les trois premiers livres, respectivement quatre, neuf et six citations seulement contre trente-neuf pour le livre IV, dont vingt-et-une, et souvent les plus substantielles, se trouvent dans la seule distinction XXIV (De ordinibus ecclesiasticis) dudit livre IV. Si l’on ajoute enfin qu’Isidore n’était déjà plus pour Pierre Lombard qu’une source secondaire, loin derrière les Pères (Augustin, Jérôme, Grégoire le Grand) ou même derrière Bède ou certains modernes (Hugues de Saint-Victor), on voit que l’usage fait d’Isidore dans les Sentences du Lombard annonce celui qu’en feront les auteurs universitaires des siècles postérieurs (cf. infra).

  • 7 Lettre de Pierre de Blois de 1160, publiée dans Chartularium Universitatis Parisiensis, éd. par H. (...)
  • 8 R. W. Hunt, « Studies on Priscian in the Eleventh and Twelfth Centuries », dans Id., Collected Pap (...)

7Isidore était également présent chez les grammairiens. Pierre de Blois ou Osbern de Gloucester le citent comme une des grandes autorités en grammaire, avec Donat, Priscien, Servius et Bède7 et, si on ne le retrouve guère chez les principaux grammairiens du temps, de Pierre Hélie à Alexandre de Villedieu, du moins est-il largement utilisé dans certaines gloses anonymes de Priscien8.

8Passons au XIIIe siècle et à l’époque des universités. Les étudiants avaient-ils d’autres occasions de contact avec Isidore que les citations dont nous venons de parler, contenues dans des textes du XIIe siècle ?

  • 9 Voir en particulier le programme fixé par un statut de la faculté des arts du 19 mars 1255 dans C. (...)

9Notons d’abord, ce qui n’a rien d’étonnant, qu’aucune œuvre d’Isidore ne figurait dans les programmes officiels, parmi les textes qu’il fallait obligatoirement avoir « lus » pour pouvoir se présenter aux examens de la faculté des arts9. Des auteurs du très haut Moyen Âge, pratiquement seul Boèce avait cet honneur.

  • 10 Isidore n’apparaît ni dans la liste publiée par C. H. Haskins, « A List of Text-Books from the Clo (...)
  • 11 Liste publiée dans C.U.P., I, n° 530, p. 644-650.
  • 12 C.U.P., II, Paris, 1891, n° 642, p. 107-112.

10Isidore figurait-il au moins sur ces listes d’auteurs conseillés ou ces sortes de bibliographies idéales (comme la Biblionomia de Richard de Fournival) dont nous possédons quelques rares exemplaires ? En fait, il en est le plus souvent absent, et quand on l’y rencontre, c’est généralement au titre des Étymologies10. On aboutit à la même constatation si on examine les listes de taxation des exemplaria dressées par l’université à l’usage des stationnaires. Quand on prend par exemple les deux principales listes parisiennes, on voit qu’Isidore figure sur celle de 1286 pour le De summo bono (= Sentences), contenu d’ailleurs dans le même volume que le Liber contemplationum de Richard de Saint-Victor11, mais n’apparaît nulle part sur celle de 130412.

11Cette discrétion ne signifie évidemment pas qu’Isidore n’était pas utilisé par les maîtres et les étudiants de l’université. Mais dans quelle mesure y avaient-ils accès ? Autrement dit, Isidore était-il présent dans les bibliothèques dont se servaient les universitaires ?

  • 13 Isidore est pratiquement absent des bibliothèques de juristes parisiens du XIVe s. étudiées par F. (...)

12Les bibliothèques privées des XIIIe et XIVe siècles sont fort mal connues, et de plus, bien qu’elles aient très souvent appartenu à des gradués, il est généralement bien difficile de déterminer leur contenu exact au moment même du séjour de leurs propriétaires à l’université. Isidore en était souvent absent ; présent, il se limitait généralement à un seul volume, les Étymologies étant ici encore, devant les Sentences et les Synonymes, l’œuvre la mieux représentée13.

  • 14 Le choix de ces inventaires a été fait à partir d’A.-M. Genevois, J.-F. Genest, A. Chalandon, Bibl (...)

13Les bibliothèques collectives sont un peu plus faciles à analyser. Nous avons retenu ici, à titre d’exemples, les bibliothèques de quelques établissements ecclésiastiques (la cathédrale Notre-Dame, les abbayes de Saint-Victor et de Saint-Denis) et de quelques collèges (de la Sorbonne, du Trésorier, d’Autun, de Dormans, de Hubant, de Fortet) parisiens ; ces diverses bibliothèques, de taille fort inégale, étaient destinées aux maîtres et étudiants ou, du moins, devaient leur être accessibles et elles nous sont connues par des inventaires médiévaux relativement complets14. Sans entrer dans le détail, disons que l’analyse de ces inventaires suggère les hypothèses suivantes, qu’il faudrait évidemment confirmer par l’examen d’exemples plus nombreux.

  • 15 Aucune œuvre d’Isidore dans les bibliothèques des collèges de Dormans, de Hubant et de Fortet étud (...)
  • 16 Catalogue publié par L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 3, Par (...)
  • 17 D. Nebbiai Dalla Guarda, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France du IXeau XVIIIesiècl (...)
  • 18 G. Ouy et V. Gerz Von Buren, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris (...)

14Dans les bibliothèques des « petits » collèges, comptant quelques dizaines de volumes et constituées en fait, pour l’essentiel, par la bibliothèque personnelle du fondateur, Isidore est pratiquement absent15. En revanche, dans des bibliothèques importantes, comme celles de Notre-Dame, Saint-Victor, la Sorbonne ou Saint-Denis, il est nettement mieux représenté. Il s’agissait là, notons-le, de bibliothèques formées par des apports d’origine diverse, ayant un fonds ancien et cherchant à couvrir plus ou moins systématiquement, comme le montre la composition même de leurs catalogues, tout ou partie du champ de la culture savante. À la Sorbonne, selon le catalogue général de 1338, il y avait une section spéciale, la section XXXIII (Originalia Ysidori), contenant sept volumes d’Isidore, et dispersés dans les autres sections de la bibliothèque, on trouvait encore sept autres volumes contenant des textes d’Isidore16. À Saint-Denis, huit manuscrits contenant des textes d’Isidore ont été repérés17. À Saint-Victor, le catalogue de 1514 fait apparaître des textes d’Isidore dans vingt-cinq volumes18.

15Les œuvres d’Isidore représentées dans ces bibliothèques sont toujours les mêmes : parmi quarante-et-un textes identifiés, les Étymologies apparaissent treize fois, les Sentences neuf, les Synonymes sept ; les Quaestiones in Testamentum vetus font une modeste apparition (trois manuscrits).

  • 19 Voir, par ex., J. Tardif, « Un abrégé juridique des Étymologies d’Isidore de Séville », dans Mélan (...)

16Avant d’en tirer des conclusions péremptoires sur l’influence d’Isidore, il faut d’autre part observer que ces manuscrits sont loin de donner toujours des textes complets. Si les Sentences et les Synonymes semblent l’être assez souvent, les Étymologies se prêtaient facilement à tous les découpages ; beaucoup de manuscrits n’en contiennent que quelques livres. Et, à côté de cela, que d’Excerpta, d’Auctoritates sumpte ex Isidoro, de Dicta Isidori, etc. ; la pratique de ces abrégés et anthologies remontait d’ailleurs au haut Moyen Âge19.

  • 20 Cf. R. H. Rouse, « L’évolution des attitudes envers l’autorité écrite : le développement des instr (...)
  • 21 Cf. R. H. Rouse et M. A. Rouse, Preachers. Florilegia and Sermons : Studies on the Manipulus Floru (...)

17Au total donc, Isidore était accessible dans les bibliothèques universitaires médiévales, tout en n’y occupant qu’une place assez secondaire. Ceci, comme la fréquence, rappelée à l’instant, des collections d’Excerpta Isidori, incite à penser que, bien souvent, maîtres et étudiants n’avaient d’Isidore qu’une connaissance de deuxième ou troisième main. Nous avons noté plus haut toutes les références à Isidore qu’ils pouvaient trouver dans les textes de l’époque carolingienne ou du XIIe siècle. Le XIIIe a continué à produire des instruments de travail, concordances, dictionnaires et florilèges, pour les étudiants, les professeurs et les prédicateurs20 ; Isidore y était largement représenté. Si on prend par exemple un des plus répandus de ces florilèges, le Manipulus florum terminé vers 1306 par Thomas d’Irlande, bachelier en théologie de la Sorbonne, on y trouve cent-soixante et onze citations d’Isidore, tirées d’ailleurs, pour une fois, beaucoup plus des Sentences (cent seize) que des Étymologies (vingt-six) ou des Synonymes (vingt-deux) ; mais le plus intéressant est sans doute de noter qu’au moins cent trente de ces citations viennent elles-mêmes de deux anthologies antérieures, le Liber exceptionum et les Flores paradysi, toutes deux composées en milieu cistercien au début du XIIIe siècle21.

  • 22 Ont été dépouillés, dans l’édition dite léonine, Sancti Thomae Aquinatis doctoris angelici opera o (...)
  • 23 Doctoris seraphici S. Bonaventurae opera omnia, 10 t. Quaracchi, 1882-1902.
  • 24 Ont été dépouillés, dans l’édition de Münster, Alberti Magni... opera omnia, les t. 4/1, Physica, (...)
  • 25 Philippi Cancellarii Parisiensis Summa de Bono, éd. par N. Wicki, 2 t., Berne, 1985, contient 18 c (...)
  • 26 Magistri Guillelmi Altissiodorensis Summa aurea, éd. par J. Ribailler, 7 t. , Paris-Grottaferrata, (...)
  • 27 La « Lectura ordinaria super sacram scripturam » attribuée à Henri de Gand, éd. par R. Macken, Lou (...)
  • 28 Dans A. J. Gondras, « Pierre de Falco. Quæstiones disputalæ de quolibet », dans Arch. d’hist. doct (...)
  • 29 N. Beriou, La prédication de Ranulphe de la Houblonnière. Sermons aux clercs et aux simples gens à (...)
  • 30 C. Lafleur, Quatre introductions à la philosophie au XIIIesiècle. Textes critiques et étude histor (...)
  • 31 E. Van de Vyer, Henricus Bate. Speculum divinorum et quorumdam naturalium, 2 t., Paris-Louvain, 19 (...)

18Resterait à examiner quel usage les universitaires médiévaux ont en définitive fait d’Isidore, compte tenu des conditions dans lesquelles il leur était accessible et que j’ai essayé de rappeler. Même en se limitant aux artiens et théologiens parisiens du XIIIe siècle et à celles de leurs œuvres qui ont fait l’objet d’éditions scientifiques, pourvues d’indices auctoritatum, ce serait une tâche démesurée. J’ai donc dû me borner à quelques rapides sondages sur un échantillon d’auteurs assez divers et d’œuvres appartenant à des genres variés. Ont été ainsi pris en compte les deux Sommes et quelques commentaires bibliques de Thomas d’Aquin22, les œuvres complètes de Bonaventure telles qu’elles figurent dans l’édition de Quaracchi23, divers commentaires philosophiques ou bibliques d’Albert le Grand24 ; à côté de ces représentants majeurs de la scolastique du XIIIe siècle, ont également été examinés des auteurs de moindre importance, comme Philippe le Chancelier (Summa de bono)25, Guillaume d’Auxerre (Summa aurea)26, Henri de Gand27, Pierre de Falco (Quodlibets et Questions disputées)28, Ranulphe de la Houblonnière (sermons)29, ainsi que des œuvres plus modestes encore, directement liées à l’enseignement de la faculté des arts, comme les quatre « introductions à la philosophie » récemment éditées par Claude Lafleur30 ou le Spéculum d’Henri Bate31. Il s’agit là d’un choix tout à fait arbitraire. Je ne prétends donc nullement qu’on puisse généraliser les quelques résultats indiqués ci-dessous. J’ai simplement voulu essayer de montrer en quels termes se posait le problème.

  • 32 Les deux Sommes de Thomas d’Aquin contiennent 149 citations explicites et 36 « implicites » d’Isid (...)
  • 33 Par ex., dans les deux Sommes de Thomas, les citations d’Isidore (185) sont environ vingt fois moi (...)

19La première chose à faire est le simple comptage des références, explicites ou implicites, à Isidore, pour autant que les éditeurs modernes les ont identifiées. Naturellement, bien qu’Isidore ne soit jamais totalement absent, la fréquence de ces références varie d’une œuvre à l’autre. Elle semble plus grande dans les textes les plus élaborés, commentaires et sommes, que dans les questions ou les sermons. Parmi les auteurs, et dans les œuvres ici considérées, Thomas d’Aquin est celui qui utilise le plus Isidore, Bonaventure ne lui fait qu’une place très limitée, Albert le Grand le cite très irrégulièrement et souvent de façon « implicite », surtout dans ses œuvres exégétiques32. Mais de toute façon, pour aucun, Isidore ne joue le rôle d’une autorité de première importance. Même chez saint Thomas, il est régulièrement distancé, et de très loin, par Aristote, saint Augustin, Grégoire le Grand, saint Jérôme, voire saint Ambroise et le pseudo-Denys, sans parler de la glose ordinaire, du Décret et de certains « docteurs modernes » (saint Bernard, Hugues de Saint-Victor). En revanche, il devance parfois Bède et Boèce33.

20Mais le simple décompte des citations ne suffit évidemment pas. Pour essayer d’imaginer ce qu’Isidore pouvait représenter pour les auteurs universitaires du XIIIe siècle, il faudrait pouvoir répondre à trois questions.

  • 34 Par ex., dans l’Expositio super Isaiam de Thomas d’Aquin, 7 des 15 citations d’Isidore se trouvent (...)

21D’abord, où se trouvent, dans leurs œuvres, les citations d’Isidore ? Il semble sûr qu’elles sont non seulement rares, mais réparties très inégalement, souvent accumulées en quelques pages puis absentes pendant de longs chapitres34. Ceci est-il, comme on serait tenté de le penser, le reflet d’un usage intermittent, superficiel, qui ne demande à Isidore que la solution de quelques difficultés exégétiques ou la commodité de quelques développements étymologiques ? Ou bien l’autorité d’Isidore était-elle plus spécialement invoquée face à certains types de problèmes ? Seul un examen minutieux du contexte de toutes ces citations permettrait peut-être de le dire.

  • 35 Soit 129 pour les Étymologies et 27 pour les Sentences ; chez Bonaventure, les Sentences (38), son (...)

22Ensuite, d’où venaient ces références ? Le problème est double. Il faut d’abord identifier les œuvres d’Isidore dont les citations sont tirées. Les exemples ici retenus confirment ce qu’avait déjà indiqué l’analyse des bibliothèques universitaires, à savoir que, pour les auteurs scolastiques du XIIIe siècle, Isidore était avant tout l’homme des Étymologies (des dix premiers livres de celles-ci, surtout), très accessoirement des Sentences ; à eux seuls, ces deux textes ont fourni cent cinquante-six des cent quatre-vingt-deux citations identifiées d’Isidore dans les deux Sommes de Thomas d’Aquin. Les autres traités d’Isidore ne sont utilisés que de manière tout à fait annexe, l’exégète est dédaigné, le législateur monastique ou l’historien totalement ignoré35.

  • 36 J. M. Fernández Catón, Catálogo de los materiales codicológicos y bibliográficos del legado cientí (...)

23Une seconde question se pose ensuite, beaucoup plus délicate : les auteurs universitaires tiraient-ils leurs références d’un recours direct à Isidore ou à travers des témoins variés (le droit canon, les florilèges, etc.) ? On soupçonne évidemment que la seconde solution était la plus fréquente, mais il faudrait, pour l’établir irréfutablement, collationner systématiquement toutes les citations d’Isidore et les référer à la tradition manuscrite tant d’Isidore lui-même que des florilèges et autres usuels alors répandus. Or, aussi bien les manuscrits tardifs d’Isidore (même si on continuait sans doute à utiliser largement ceux des IXe et Xe siècles) que ceux des florilèges et usuels universitaires ont encore été très peu étudiés36.

  • 37 C’est par exemple ce que fait Richard Kilwardby lorsqu’il compose, vers 1250, sa concordance génér (...)

24Enfin, il faudrait se demander pourquoi on utilisait encore Isidore. Même si les auteurs universitaires continuaient à le classer rituellement parmi les Pères de l’Église37, il est douteux qu’ils y aient encore trouvé une véritable substance doctrinale. À cet égard, des autorités plus anciennes ou plus récentes, plus complètes en tout cas, l’avaient supplanté. Désormais, on se contentait sans doute d’y chercher, de façon presque automatique, les détails étymologiques et les curiosités naturelles qui pouvaient alimenter, au besoin, les commentaires tant littéraux qu’allégoriques. Beaucoup de ses « définitions » étaient entrées dans l’usage commun, on les rappelait rituellement, voire inconsciemment, on ne leur accordait plus de véritable valeur heuristique.

25Mais il se peut que d’autres auteurs n’aient pas partagé, aux XIIIe et XIVe siècles, le dédain des universitaires parisiens pour le vieux maître sévillan. Ce sont sans doute des genres littéraires plus traditionnels ou plus « populaires » (sermons « aux simples gens », encyclopédies, histoire) qui ont pris en charge, aux derniers siècles du Moyen Âge, la survie d’Isidore de Séville.

Notes

1 Outre, dans le présent volume, la communication de J. Fontaine, voir en particulier B. Bischoff, « Die europäische Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla », dans Isidoriana. Estudios sobre San Isidoro de Sevilla en el XIV centenario de su nacimiento, León, 1961, p. 317-344.

2 Sur les sources antiques d’Isidore, voir J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, 2e éd., 2 t. et 1 suppl., Paris, 1983.

3 Cf. J. de Ghellinck, L’essor de la littérature latine au XIIe siècle, 2e éd., Bruxelles, 1955.

4 L. R. Sotillo, « Las fuentes ibéricas del Decreto de Graciano », dans Studia Gratiana, 2, 1954, p. 13-48.

5 Cf. A. D’esneval, « Les Quatre Sens de l’Écriture à l’époque de Pierre le Mangeur et de Hugues de Saint-Cher », dans Mediaevatia Christiana. XIe-XIIIe siècles. Hommage à Raymonde Foreville, C.E. Viola éd., Bruxelles, 1989, p. 355-369, spéc. p. 359.

6 Magistri Pétri Lombardi Sententiae in IV Libris distinctae, 2 t., Grottaferrata, 1971-1981.

7 Lettre de Pierre de Blois de 1160, publiée dans Chartularium Universitatis Parisiensis, éd. par H. S. Denifle et E. Chatelain, t. I (désormais cité C.U.P., I), Paris, 1889 n° 25, p. 28, et R. W. Hunt, « The ‘Lost’ Preface to the Liber Derivationum of Osbern of Gloucester », dans Id., Collected Papers on the History of Grammar in the Middle Ages, Amsterdam, 1980, p. 151-166.

8 R. W. Hunt, « Studies on Priscian in the Eleventh and Twelfth Centuries », dans Id., Collected Papers, op. cit., p. 1-94.

9 Voir en particulier le programme fixé par un statut de la faculté des arts du 19 mars 1255 dans C.U.P., I, n° 246, p. 277.

10 Isidore n’apparaît ni dans la liste publiée par C. H. Haskins, « A List of Text-Books from the Close of the Twelfth Century », dans Id., Studies in the History of Mediaeval Science, Harvard, 1924, réimpr. 1967, p. 356-376, ni dans celle publiée par M. Grabmann, « Eine für Examinazwecke abgefasste Quaestionensammlung der Pariser Artistenfakultät aus der ersten Hälfte des 13. Jahrhunderts », dans Id., Mittelalterliches Geistesleben, t. 2, Munich, 1936, p. 182-199, ni dans la célèbre Biblionomia de Richard de Fournival, à la fois catalogue de sa bibliothèque et guide de lecture, datant du milieu du XIIIes. (éd. par L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 2, Paris, 1874, p. 518-535) ; en revanche, les Étymologies figurent, au milieu de divers « dictionnaires » (Papias, Huguccio, Brito), dans la liste de la fin du XIIIe s. publiée par E. K. Rand, « A Friend of the Classics in the Times of St Thomas Aquinas », dans Mélanges Mandonnet, t. 2, Paris, 1930, p. 261-281, et beaucoup plus tard, dans la liste de 136 titres composée par Richard de Bazoques, qui avait été étudiant à Paris vers 1380, on trouve à nouveau les Étymologies, ainsi que les Synonymes (J. Bignami-Odier et A. Vernet, « Les livres de Richard de Bazoques », dans Bibl. de l’École des Chartes, 110, 1952 p. 124-153).

11 Liste publiée dans C.U.P., I, n° 530, p. 644-650.

12 C.U.P., II, Paris, 1891, n° 642, p. 107-112.

13 Isidore est pratiquement absent des bibliothèques de juristes parisiens du XIVe s. étudiées par F. Autrand, « Culture et mentalité. Les librairies des gens du Parlement au temps de Charles VI », dans Annales E.S.C., 1973, p. 1219-1244 ; dans 114 bibliothèques de prélats du XIVe siècle dont les inventaires figurent dans Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avignon, t. 1, publ. par D. Williman, Paris, 1980, il apparaît vingt-deux fois (Étymologies : 7, Sentences : 5, Synonymes : 3).

14 Le choix de ces inventaires a été fait à partir d’A.-M. Genevois, J.-F. Genest, A. Chalandon, Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France. Relevé des inventaires du Ville au XVIIIe siècle, Paris, 1987.

15 Aucune œuvre d’Isidore dans les bibliothèques des collèges de Dormans, de Hubant et de Fortet étudiées par E. Pellegrin, Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1988 ; rien non plus au collège d’Autun (inventaire publié par A. Franklin, Les Anciennes Bibliothèques de Paris, t. 2, Paris, 1870, p. 71-83) ; au collège du Trésorier, l’inventaire de 1437 indique deux volumes d’Isidore, sans préciser le titre (A. Franklin, Les Anciennes Bibliothèques de Paris, t. 1, Paris, 1867, p. 351 et 358).

16 Catalogue publié par L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 3, Paris, 1881, p. 9-72.

17 D. Nebbiai Dalla Guarda, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France du IXe au XVIIIe siècle, Paris, 1985.

18 G. Ouy et V. Gerz Von Buren, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris de Claude de Grandrue, 1514, Paris, 1983.

19 Voir, par ex., J. Tardif, « Un abrégé juridique des Étymologies d’Isidore de Séville », dans Mélanges Julien Havet, Paris, 1895, p. 659-681 ; cet abrégé composé au IXe s. sera utilisé pendant tout le Moyen Âge.

20 Cf. R. H. Rouse, « L’évolution des attitudes envers l’autorité écrite : le développement des instruments de travail au XIIIe siècle », dans Culture et travail intellectuel dans l’Occident médiéval, Paris, 1981, p. 115-144, et L. J. Bataillon, « Les instruments de travail des prédicateurs au XIIIe siècle », Ibid., p. 197-209.

21 Cf. R. H. Rouse et M. A. Rouse, Preachers. Florilegia and Sermons : Studies on the Manipulus Florum of Thomas of Ireland, Toronto, 1979.

22 Ont été dépouillés, dans l’édition dite léonine, Sancti Thomae Aquinatis doctoris angelici opera omnia, les t. 16 [Indices des deux Sommes], Rome, 1948 ;, Expositio superJob ad litteram, Rome, 1965 ; 28, Expositio super Isaiam ad litteram, Rome, 1974 ; 42, Opuscula, Rome, 1979 ; 43, Opuscula, Rome, 1976.

23 Doctoris seraphici S. Bonaventurae opera omnia, 10 t. Quaracchi, 1882-1902.

24 Ont été dépouillés, dans l’édition de Münster, Alberti Magni... opera omnia, les t. 4/1, Physica, pars I, 1987, 5/1, De caelo et mundo, 1971, 5/2, De natura loci, 1980, 7/1, De anima, 1968, 14/1 et 2, Super ethica, 1968-87, 19, Postilla super Isaiam, 1952, 21/1 et 2, Super Matthaeum, 1987, 26, De sacramentis, 1958, 28, De bono, 1951.

25 Philippi Cancellarii Parisiensis Summa de Bono, éd. par N. Wicki, 2 t., Berne, 1985, contient 18 citations d’Isidore (dont 6 des Étymologies, 4 des Différences, 3 des Sentences, 2 du De ordine creaturarum).

26 Magistri Guillelmi Altissiodorensis Summa aurea, éd. par J. Ribailler, 7 t. , Paris-Grottaferrata, 1982-87 ; on y compte 39 citations d’Isidore, dont 15 extraites des Étymologies, 11 des Sentences et 9 du Super Deuteronomium.

27 La « Lectura ordinaria super sacram scripturam » attribuée à Henri de Gand, éd. par R. Macken, Louvain-Paris, 1972, comporte quatre citations des Étymologies.

28 Dans A. J. Gondras, « Pierre de Falco. Quæstiones disputalæ de quolibet », dans Arch. d’hist. doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 33, 1966, p. 105-236, on trouve une seule citation d’Isidore (Étymologies, II, 58) ; dans Pierre de Falco, Questions disputées ordinaires, éd. par A. J. Gondras, 3 t., Paris-Louvain, 1968, on trouve trois citations des Étymologies ; Pierre de Falco, maître en théologie franciscain, a enseigné à Paris dans les années 1280.

29 N. Beriou, La prédication de Ranulphe de la Houblonnière. Sermons aux clercs et aux simples gens à Paris au XIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1987 ; en 27 sermons, on trouve 6 références (dont une seule explicite) à Isidore, toujours dans les Étymologies.

30 C. Lafleur, Quatre introductions à la philosophie au XIIIe siècle. Textes critiques et étude historique, Paris-Montréal, 1988 ; deux de ces quatre-introductions » contiennent, chacune, cinq citations des Étymologies.

31 E. Van de Vyer, Henricus Bate. Speculum divinorum et quorumdam naturalium, 2 t., Paris-Louvain, 1960-67 ; H. Bate a été étudiant ès-arts à Paris vers 1266-70 ; son œuvre ne contient que deux citations des Étymologies.

32 Les deux Sommes de Thomas d’Aquin contiennent 149 citations explicites et 36 « implicites » d’Isidore, le commentaire sur Job 32, celui sur Isaïe 15, les deux volumes d’opuscules 11 seulement (seul l’index des Sommes distingue citations « explicites » et « implicites ») ; d’après l’index de l’édition de Münster, l’œuvre complète de Bonaventure contient 113 citations d’Isidore (dont 75 pour le seul Commentaire des Sentences) ; les divers textes ici examinés d’Albert le Grand contiennent 51 citations explicites d’Isidore et 200 implicites (dont 136 dans le commentaire sur Matthieu, 25 dans le Super ethica et 19 dans les postilles sur Isaïe, Jérémie et Ezéchiel).

33 Par ex., dans les deux Sommes de Thomas, les citations d’Isidore (185) sont environ vingt fois moins nombreuses que celles d’Aristote, quinze fois moins que celle de saint Augustin, trois fois moins que celles de Grégoire le Grand ; mais elles devancent les 121 citations, explicites ou implicites, de Boèce et les 79 de Bède. En revanche, chez Bonaventure, Isidore, avec 113 citations, arrive après Bède (307) et Boèce (163), sans parler de saint Augustin, vingt-deux fois plus fréquent, d’Aristote (six fois plus) ou de Grégoire le Grand (cinq fois). Chez Guillaume d’Auxerre (Summa aurea), Isidore, avec 39 citations, se place entre Bède (33) et Boèce (87).

34 Par ex., dans l’Expositio super Isaiam de Thomas d’Aquin, 7 des 15 citations d’Isidore se trouvent dans le prologue ; dans les-questions ordinaires-de Pierre de Falco, les citations d’Isidore, toutes prises dans Étymologies, VII, 1, sont concentrées dans la question XIX.

35 Soit 129 pour les Étymologies et 27 pour les Sentences ; chez Bonaventure, les Sentences (38), sont presque aussi souvent mises à contribution que les Étymologies (42), comme chez Guillaume d’Auxerre (15 citations des Étymologies, 11 des Sentences). En revanche, chez Albert le Grand, comme d’ailleurs chez les auteurs qui n’utilisent que très épisodiquement Isidore, la prépondérance des Étymologies est écrasante (235 citations sur un total de 251).

36 J. M. Fernández Catón, Catálogo de los materiales codicológicos y bibliográficos del legado científico del Prof. Dr. August Eduard Anspach, León, 1966, n’est qu’une base de départ pour une véritable étude des manuscrits d’Isidore.

37 C’est par exemple ce que fait Richard Kilwardby lorsqu’il compose, vers 1250, sa concordance générale des Pères (cf. D. A. Callus, « The Tabulae super Originalia Patrum’ of Robert Kilwardby O. P. », dans Studia Mediaevalia (Mél. R. J. Martin). Bruges, s. d., p. 243-270.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search