Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Troisième partie. Vie sociale, vie privée des ingénieurs militaires

Chapitre VII. Mariage et famille dans le corps du génie

Texte intégral

I. – Mariage et armée : une législation remaniée au début du xviiie siècle

1Fonder une famille n’était pas forcément simple pour les militaires et surtout pour les officiers. La vie privée du militaire intéresse l’État dans la mesure où le militaire est un instrument au service de la politique du souverain : il doit, par conséquent, être disponible et toujours prêt à partir sur ordre de son prince.

  • 1 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, p. 188 : « Ce sont les armées des pays latins qui ont l (...)
  • 2 Ibid., p. 190 : « La présence de femmes et d’enfants faisait de certaines armées une véritable soci (...)

2André Corvisier décrit les armées des pays latins comme celles qui avaient le moins d’hommes mariés au xviie siècle1, surtout par rapport aux armées de l’Est. Il définit aussi la plupart des armées comme composées d’une masse de soldats suivis d’un cortège de femmes et d’enfants. Dans certains cas, il parle même de véritables villages et paroisses2.

  • 3 Ibid., p. 190.

3Ces femmes et ces enfants constituent une source d’inquiétude et de gêne pour les armées. Le militaire marié est un élément à la fois moins compétitif sur le terrain et moins disponible. De plus, la charge d’une famille représente pour le soldat ou l’officier subalterne mariés, un handicap financier supplémentaire car leurs soldes couvrant rarement leurs besoins, ils étaient parfois enclins à commettre des actes illégaux pour augmenter leurs revenus. Afin de remédier à ces inconvénients, plusieurs pays ont pris des mesures. En Prusse, par exemple, le Roi Sergent, Frédéric-Guillaume Ier, ne toléra plus que trois hommes mariés par compagnie, sauf si la fiancée disposait de 300 florins. Il espérait ainsi combattre l’absentéisme dans les rangs de ses troupes, ou compter avec des épouses capables de faire face à leurs dépenses. Il décida également que les orphelins de sexe masculin soient recueillis dans des orphelinats créés pour les enfants de troupes, comme celui de Potsdam (Prusse) ouvert en 1722. Ainsi la fécondité des soldats devrait servir à nourrir les rangs des troupes. D’autres États pensèrent, au xviiie siècle, à créer des pensions pour les veuves de militaires, en 1747 la Bavière par exemple3, reconnaissant à ces femmes une sorte de statut par le biais de l’assistance sociale.

  • 4 Ibid., p. 189. À la fin du xviiie siècle, l’armée française ne comptait guère plus de 15 % d’hommes (...)
  • 5 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 266.

4La France4 et l’Espagne ont aussi cherché à limiter le nombre de mariés dans leurs armées en imposant des législations restrictives pour les mariages d’officiers et de soldats. Par exemple, en France, l’autorisation royale devait précéder tout mariage d’officier. Anne Blanchard, dans son étude du corps français du génie militaire, décrit une certaine évolution dans le système de demande d’autorisation de mariage. Les ingénieurs du roi devaient, avant 1745, les présenter au directeur des fortifications tandis qu’après 1745, elles étaient adressées au secrétaire d’État à la Guerre5. La mainmise de l’autorité royale, par son responsable direct de la Guerre, s’affirmait, ne laissant plus de place aux transactions à l’intérieur d’un corps. L’État bourbonien espagnol, lui aussi, a voulu marquer de son empreinte la vie privée des personnages chargés de le défendre. Le pouvoir ne désirait pas partager ses hommes avec des épouses ou des familles qui les détourneraient de leur service. Afin d’éviter leur dispersion dans les dédales de la vie conjugale, les monarques espagnols réglementèrent la possibilité de créer des familles, en imposant, en plus du respect des traditions sociales, des critères supplémentaires (dot, origine sociale). Ils s’assuraient ainsi les services de ces hommes durant une période obligatoire assez longue avant l’accès au mariage. De plus, ils imposaient le choix d’épouses jouissant d’une certaine autonomie financière. Ainsi, les faibles soldes n’étaient-elles plus les seuls revenus de la famille.

  • 6 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 90.

5La législation concernant les mariages militaires n’est pas une nouveauté du xviiie siècle, mais c’est à cette période qu’elle s’est amplifiée. Tout au long du siècle, le roi a élaboré une sorte de modèle du couple militaire bien que les hommes aient parfois du mal à accepter des règles de vie privée. Le contrôle des êtres et de leur vie intime a été très difficile. La codification des mariages des militaires en Espagne fut le fruit du travail de Philippe IV qui en 1632 avait défini dans l’article 41 de son ordonnance, les problèmes posés par le mariage des militaires, et les solutions à adopter6. Tout d’abord, le roi évoquait le nombre élevé de militaires espagnols et italiens mariés en Italie, qui provoquait une baisse des effectifs des armées que l’on ne pouvait ignorer. Puis il abordait le problème de l’entretien des familles des militaires pendant leur carrière et après leur décès : plus de bouches à nourrir et de personnes à soutenir. Les couples composaient des familles qui attendaient non seulement de l’armée la nourriture mais aussi une carrière pour leur progéniture mâle, même si elle n’en avait pas forcément les aptitudes.

6Le trop grand nombre de mariés dans les rangs des troupes avait pour autre conséquence la multiplication des méfaits accomplis. En effet les militaires abusaient de leur fonction pour entretenir leurs familles sur les biens des populations des zones où ils étaient affectés. Les officiers eux-mêmes commettaient des exactions, car leur solde n’était pas suffisante pour subvenir avec décence aux besoins d’une famille. La fragilité de leur situation financière les amenait à se déshonorer. Quant aux soldats, le roi regrettait aussi leur fécondité (trois ou quatre enfants en moyenne), alors qu’ils n’avaient pas les moyens d’entretenir une famille, ce qui les poussaient eux aussi, à commettre toutes sortes d’indignités.

7Philippe IV achevait le tableau en décrivant avec amertume ses armées en campagne :

  • 7 Ibid., « Los ejércitos en campaña parecen aduares, y los cuarteles aldeas, llenos de mujeres, y muc (...)

… L’armée en campagne ressemblait plus à des bandes de Tziganes et les garnisons à des villages remplis de femmes et d’enfants qui gênaient les combats de l’armée et consommaient une grande quantité de provisions empêchant de nombreuses expéditions7.

8Le roi prescrivit donc une série de mesures. Tout d’abord, il a décidé de ne pas tolérer le mariage de plus d’un sixième des soldats espagnols et italiens se trouvant aux Pays-Bas. Les officiers, à partir du grade de capitaine, n’avaient le droit de se marier qu’avec la permission écrite du roi. Dans le cas d’un mariage sans autorisation royale, l’officier perdait son emploi. Les sous-lieutenants, sergents et soldats, devaient eux aussi demander une autorisation à leur général, faute de quoi ils perdaient leur poste. Le mariage clandestin était donc puni par l’exclusion.

  • 8 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 273-274.
  • 9 Ibid., t. I, p. 273, art. 130.
  • 10 Ibid., art. 132.

9Cette législation était toujours en vigueur lorsque Philippe V monta sur le trône. Concernant les mariages des militaires, le roi a repris dans un premier temps la législation ancienne, puis il l’a remanié peu à peu. Les premiers textes8 définissant les unions dans le monde militaire ont été insérés dans l’ordonnance des Flandres du 18 décembre 1701, articles 130 à 138 avec quelques retouches du texte de 1632. Les mariages des officiers sont interdits dans les garnisons et leurs environs, à moins que les intéressés n’aient obtenu le consentement de leur supérieur hiérarchique, c’est-à-dire le maître de camp général pour l’infanterie, le général pour la cavalerie ou les directeurs et inspecteurs pour les autres armes9. Le consentement du capitaine ou du commandant du régiment suffit pour les soldats10. Par rapport à l’article 41 de l’ordonnance de 1632, les personnes autorisées à donner les permissions de mariage ont changé ; du roi, on est passé à ses représentants, utilisant la hiérarchie militaire pour accorder une autorisation de mariage, responsabilisant les chefs eux-mêmes par rapport à leurs hommes. Une autre nouveauté apparaît dans le texte de l’article 131. Les curés ne devaient pas marier les officiers n’ayant pas l’autorisation de leur supérieur. Cela sous-entendait que dans de nombreux cas, les prêtres avaient dû passer outre l’obligation et avaient béni l’union. Une menace pèse alors sur les curés récalcitrants : l’accusation de désobéissance vis-à-vis du roi qui pouvait aller jusqu’au retrait de leur bénéfice.

  • 11 Ibid., t. II, p. 172, Real adición del 14 de junio de 1716.

10Ces textes n’ont pas été suffisamment suivis d’effet, puisqu’en 1716, le roi a dû rappeler l’obligation d’obtenir la permission de se marier avant de passer devant le prêtre et l’interdiction faite aux curés de marier sans licence des militaires11. Chaque fois que nécessaire, le roi est revenu sur la nécessité de contrôler la vie privée des hommes de son armée, de manière à éviter des abus et des troubles dans le service.

  • 12 Ibid., t. III, p. 185.
  • 13 Ibid., art. 5 : « … Y declaramos que al oficial que se casare sin licencia se haya de quitar imedia (...)

11Les ordonnances du 12 juillet 1728 ont été l’occasion de reprendre dans le livre II, titre 17, les interdictions et sanctions encourues12 par les militaires s’ils ne demandaient pas une autorisation de se marier à leur supérieur hiérarchique. La sanction réaffirmée dans l’article 5 était la suspension de l’emploi militaire13.

12Ces textes législatifs subordonnaient la consécration d’une union, non pas à l’application de préceptes religieux, mais à une volonté politique. Ainsi l’État se plaçait au-dessus de l’Église. Le pouvoir montrait sa volonté d’intervention dans la vie des hommes. Obtenir l’autorisation de son supérieur pour se marier revient à créer des liens forts au sein de la hiérarchie. L’obligation de passer par son supérieur peut être ressentie aussi comme une ingérence de l’État dans les affaires familiales. C’est aussi une opposition entre l’Église qui assure la liberté du mariage et du choix des familles, et la société civile qui lie le mariage à une autorisation des supérieurs.

  • 14 E. Díez Muñiz, « El matrimonio de los militares en España », pp. 57-87.
  • 15 Ibid., p. 83 : « … el Rey en quien se refunde la buena disciplina y conservación de tropas para el (...)
  • 16 Ibid. : « … oficiales que tengan gobierno o puesto perpetuo o mujer con dote… ».
  • 17 Ibid. : « … el amor sensual inconsiderado de los pocos años, el temor, el despecho y los repetidos (...)

13Les oppositions entre l’Église et l’État ne sont pas une spécificité espagnole car le contrôle de la société a été un souci de la monarchie dans bien des États européens. Même si le roi a pris adroitement la décision de s’enquérir des réactions des milieux religieux à cette législation, il n’en est pas moins resté ferme sur ses positions. Evangelino Díez Muñiz reproduit, dans un de ses articles14, quelques passages de lettres de prélats répondant au roi, dont l’évêque de Ségovie. Celui-ci reconnaissait, tout d’abord, tous les inconvénients que représentaient le mariage d’un grand nombre de militaires, et surtout ceux liés à la moralité. Il évoquait les soldats qui à leur départ en campagne laissaient leur femme sans ressources ; certaines se retrouvaient parfois dans des maisons de tolérance. Le prélat remarquait aussi que, lors des changements de garnisons, le soldat reprenait femme, devenait bigame sans qu’il fût possible de le contrôler. L’archevêque convenait encore que si le soldat se souciait de conserver son épouse, il devenait, au fil du temps, moins courageux et allait jusqu’à déserter si un mouvement de troupes était prévu. Il finissait par reconnaître la nécessité d’une licence royale, rappelant que le roi était ainsi le garant de « la bonne discipline et de conservation des troupes pour le bien public15 » mais il en profitait aussi pour définir les exceptions qui pouvaient y être faites. Le prélat s’intéressait d’abord aux « officiers qui exerçaient des fonctions à des postes fixes, ou ceux dont les femmes avaient des dots »16. Mais il y avait aussi les cas de force majeure, c’est-à-dire les cas où la conscience de l’homme posait problème car l’honneur et la vie de deux êtres étaient en danger. Ces exceptions ouvraient la porte à toutes sortes d’abus que le prélat n’évoquait pas. En effet, comment mettre en doute la parole d’un homme et d’une femme qui reconnaissaient avoir pris un engagement en dehors des règles sociales, c’est-à-dire sans attendre le consentement des parents, et sans être passés par la courte période de fiançailles. Pour éviter les mariages irraisonnés, l’archevêque avait seulement pensé à la limitation de l’âge du mariage, qui serait la garantie d’une décision prise avec réflexion, et non le fait « d’une passion amoureuse, de la crainte, du dépit ou des caprices de la jeunesse »17.

14Les autres exemples cités par Díez Muñiz montrent aussi l’accord du pouvoir religieux avec le pouvoir politique, tout en manifestant une volonté de laisser la porte ouverte à des cas exceptionnels où l’Église pourrait imposer le mariage comme une obligation liée à la préservation de la morale. L’Église n’abandonnait ni ses prérogatives en tant que garante de l’honneur et de la morale, ni l’idée que le mariage restait avant tout un sacrement.

  • 18 J. A Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. III, pp. 432-435 : « Los repetido (...)

15Plus tard, le roi a réaffirmé sa volonté de faire respecter la limitation du nombre de mariages des militaires. En effet, en 1742, dans son décret du 19 janvier, il dit avoir dû faire face à de multiples recours d’officiers demandant des permissions exceptionnelles18 pour se marier parce qu’ils avaient engagé leur parole. D’après le roi, le mépris des ordonnances n’était pas le seul fait des militaires mais aussi celui des évêques qui consentaient à célébrer des mariages avec la collaboration des aumôniers des armées. Les préjudices qui en résultaient se résumaient à l’indécence et l’indigence des familles et à une ponction supplémentaire du trésor royal pour subvenir aux besoins des veuves ou à l’établissement des enfants. Dans le décret du 19 janvier 1742 le roi décidait de

  • 19 Ibid. : « … separar de mi servicio a los subalternos que solicitaren licencia para casarse, y aun e (...)

séparer de l’armée les subalternes qui solliciteraient une licence pour se marier et encore étendre cette idée aux officiers de grades supérieurs, qui par leurs moyens ne pourraient se maintenir avec décence, se fondant sur les inconvénients majeurs qui suivent la concession libre de mariages19.

  • 20 En 1632, le roi n’avait pas mis de grade butoir pour le mariage.
  • 21 Le roi reprenait ici des suggestions des prélats que nous avons déjà évoquées mais instaurait aussi (...)

16De plus, le roi réclamait l’application de l’ordonnance de 1728, et fixait au grade de colonel, le grade à partir duquel le mariage paraissait raisonnable20. Il recommandait qu’aucun officier, marié et d’un grade inférieur à colonel, ne fût admis dans l’infanterie, la cavalerie, les dragons ou le génie. De même, aucun officier célibataire ne pouvait se marier après être entré au service du roi, à moins qu’il n’eût la permission du souverain. Celui-ci, aidé de son administration du secrétariat à la Guerre, s’affirmait à nouveau responsable de l’attribution des licences. Deux cas pouvaient justifier une certaine clémence. Le roi pouvait accorder sa bienveillance à toute épouse possédant des biens en argent ou en nature et ainsi assumer les charges de la famille, ou encore aux officiers en poste fixe21 qui devenaient aussi une source d’exception. Les officiers supérieurs pouvaient accorder une licence aux hommes appartenant

  • 22 « … Estados mayores de plazas : los oficiales y soldados de Invalidos y agregados […] los de los re (...)

aux États-Majors des places, officiers et soldats des régiments d’invalides, ceux des régiments de la côte de Grenade, d’Andalousie, des dragons, de la province d’Estrémadure22.

  • 23 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. III, pp. 435 sqq.

17Cette porte ouverte à des dérogations pouvait entraîner certains abus. Le 16 décembre 1749, par une Real Providencia, le roi insistait sur la nullité des autorisations accordées par les inspecteurs des corps23. En cette année 1749, le roi avait ordonné des enquêtes dans les différents corps d’armées sur la situation matrimoniale des militaires. Le pouvoir monarchique était désireux de manifester son souci de contrôle sur les régiments.

18Grâce à l’exemple du génie, il est possible de donner une illustration de la situation dans un corps où le taux de mariage est plus important que dans les autres. L’intérêt de cette étude est double car les ingénieurs ne sont pas des militaires ordinaires.

II. – Codification stricte et pardon royal : mesures complémentaires ou opposées ?

  • 24 Reglamento de la fundación y establecimiento del monte de piedad que se instituye para socorro de l (...)
  • 25 E. Ocerín, Índice de los expedientes matrimoniales de militares y marinos.

19L’administration de Charles III est restée dans la continuité d’une législation matrimoniale stricte dans le monde militaire. Deux textes ont marqué sa prise de position face au mariage : l’ordonnance de 1760 sur les mariages militaires et le règlement du mont-de-piété militaire24 en 1761. L’ordonnance de 1760 n’est apparue qu’en filigrane à travers la lecture du règlement de 1761, dans le chapitre VI, ou encore dans la présentation du catalogue des archives militaires de Ségovie25.

20Les allusions à l’ordonnance du 30 octobre 1760 traitaient essentiellement de l’interdiction des mariages de militaires sans la permission du roi. Tous les officiers, de quelque grade qu’ils fussent, étaient privés de leur emploi s’ils s’étaient mariés sans l’autorisation du roi. Celle-ci n’était concédée que dans le cas où les contractants avaient les qualités requises et la fortune nécessaire. Si l’officier était subalterne et épousait une fille de militaire, il devait posséder des biens suffisants pour faire face aux obligations financières de la vie maritale, conservant sa solde pour maintenir avec décence son rang. Si la femme était d’origine civile, l’officier subalterne devait fournir des arrhes équivalentes à la dot apportée par sa femme. La véracité des informations fournies par le demandeur était alors vérifiée par ses chefs, qui seraient responsables, s’ils laissaient passer une fausse information, au même titre que le falsificateur. La responsabilité des chefs qui devaient être parfaitement au courant de l’état matrimonial de leurs hommes, augmentait aussi dans le domaine des mariages clandestins.

  • 26 Le corps des ingénieurs militaires avait crée un mont-de-piété dès les campagnes d’Italie du règne (...)

21Le règlement créant le mont-de-piété militaire le 20 avril 1761 était une innovation issue, entre autres26, des idées des Lumières sur l’assistance. Le but du mont-de-piété était de verser des pensions aux veuves, orphelins ou familles. Dans ce cadre, il était donc primordial de prévoir les futures dépenses. L’autorisation préalable au mariage devint un instrument de la planification des assistés potentiels et aussi une sorte de garantie d’authenticité.

  • 27 Reglamento… chap. i, En que se establece el govierno, y régimen del Monte.
  • 28 Reglamento… chap. ii, De los fondos o caudales que se debe componer el Monte.
  • 29 Reglamento… chap. iii, De las reglas y precauciones con que se deben recibir y distribuir los cauda (...)

22Pour le fonctionnement de l’institution du mont-de-piété militaire, un long ensemble de chapitres prévoyait la composition d’un bureau27 ; la constitution des fonds de ce nouvel établissement, assurée à la fois par des subventions données par l’État et par des prélèvements faits sur les soldes des intéressés28 ; les critères, très précis, de distribution des pensions29 et par conséquent, du choix des ayants droit. Il a donc fallu définir le type d’épouse que pouvait prendre un officier, afin de respecter à la fois la volonté royale et d’obtenir l’accès aux bénéfices du mont-de-piété.

  • 30 Reglamento, chap. vi, De las condiciones con que se ha de permitir a los oficiales que puedan contr (...)
  • 31 L’ordonnance de 1760 restait en vigueur pour tous les officiers non intégrés encore au mont-de-piét (...)

23Le chapitre VI intitulé « Conditions qui permettent aux officiers de contracter un mariage »30 indique en 13 articles non seulement les démarches à faire pour obtenir une licence de mariage, mais aussi les conditions requises pour accéder à cet état. La nécessité de l’autorisation royale ainsi que les sanctions prévues dans l’ordonnance31 de 1760 sont rappelées dans l’article 1er. Le deuxième article abaissait de colonel à capitaine le grade butoir de la demande de mariage. Ce changement permettait de résoudre le problème posé par un certain nombre des fraudes, commises par des hommes jeunes qui ont refusé d’attendre pour fonder une famille et recouru à un mariage clandestin ou forcé (c’est-à-dire où l’honneur pousse à concrétiser la parole donnée).

  • 32 Reglamento, art. 3, pp. 152-153 : « … hijas de oficiales, de padres nobles y hidalgos por origen, à (...)

24Ensuite, les pièces du dossier d’autorisation de mariage sont répertoriées : l’officier présente un mémoire où il demande l’autorisation, il fournit des extraits de baptême des futurs époux, des précisions sur les qualités des deux parties, la justification de la dot apportée par la jeune fille. La configuration du dossier varie en fonction de l’origine sociale et de la qualité de l’épouse. Si la prétendante est hidalga (noble), les pièces justificatives de noblesse certifiées par les autorités compétentes sont indispensables. Les prétendantes non nobles doivent aussi faire établir justification de leur condition. Il est clairement dit que l’officier peut choisir une épouse hors de la noblesse, à condition qu’elle soit née de parents « hommes bons, honorables, purs de sang et de profession »32. Pour les filles issues de certains milieux non nobles, il était précisé :

  • 33 Ibid., art. 3 : « … excluirse absolutamente todas aquellas cuyos padres o abuelos immediatos exerci (...)

… Exclure absolument toutes celles dont les parents ou grands-parents immédiats exerçaient ou avaient exercé les emplois ou professions mécaniques ou populaires ; les filles et petites filles d’artisans et celles de marchands quand ils ne seraient pas de bonne condition ou changeurs33.

25Les filles d’officiers, elles, présentent pour le dossier la dernière patente obtenue par leur père, ce qui suffit à justifier de leur qualité et origine.

  • 34 Ibid., art. 11, pp. 169-170.
  • 35 Ibid., art. 4, pp. 153-154.
  • 36 Ibid., art. 13, pp. 173-178.

26À chacune de ces catégories sociales correspond un montant minimum et obligatoire de dot : 20.000 réaux de billon pour les filles nobles, 50.000 réaux pour les non nobles. Seules les filles d’officiers militaires et des autres personnels du secrétariat de la Guerre34, c’est-à-dire intendants, commissaires ordonnateurs, commissaires de guerre, n’ont pas à fournir de dot35. Les dots pouvaient être composées d’une somme d’argent ou de biens-fonds. Celles fournies en argent, exprimées en réaux de billon, allaient soit servir à acheter un bien soit être placées sous contrôle d’une tierce personne chargée de faire fructifier le capital. Ainsi, l’officier ne pourrait utiliser la dot de sa femme à d’autres fins. Les dots en biens-fonds devaient être libres de toute sanction judiciaire, et les biens déclarés au nom de la femme. Si après le mariage il s’avérait que les possessions ne fussent pas celles de l’épouse, l’officier avait le droit de les garder pour lui et ses héritiers. En revanche, si l’officier avait contribué à la fraude en établissant une dot fictive, il serait privé de son emploi36.

  • 37 Ibid., art. 7, pp. 159-161 et art. 10, pp. 166-168.
  • 38 Art. 7 : « … debiendo los referidos superiores y gefes poner el mayor cuidado y vigilancia en averi (...)

27Une fois toutes les pièces réunies, l’officier adresse le dossier à son supérieur direct. Ce dernier vérifie la véracité des pièces produites puis envoie l’ensemble au supérieur hiérarchique, le directeur du corps. Ce dernier le fait parvenir au secrétariat de la Guerre. Les pièces fournies y sont à nouveau vérifiées avec la collaboration du directeur du mont-de-piété. Toute falsification entraîne la suspension37. Après ces vérifications, le dossier est examiné par plusieurs responsables, secrétaire de la Guerre, gouverneurs du mont-de-piété, qui émettent un avis sur la concession de la licence, avis confirmé ou non par le roi. La décision royale fait le chemin inverse, du directeur du mont-de-piété au directeur du corps. L’officier est ensuite informé, à la fois de la permission de se marier et de son intégration au mont-de-piété. Les autorités du ministère de la Guerre et du Mont-de-piété se réservent le droit de faire un retour en arrière pour l’intégration aux bénéfices du mont-de-piété de la famille en cas de découverte de fraude38.

  • 39 Ibid., art. 12, pp. 170-173.
  • 40 Ibid., art. 12. Si l’officier était subalterne, il devait avoir « por su casa haberes suficientes p (...)

28Tous les officiers des corps intégrés au mont-de-piété devaient, ayant droit ou non aux pensions, donner une partie de leur solde aux fonds de cet organisme. Par exemple, les officiers mariés clandestinement ou sans autorisation, ont été exclus du mont-de-piété, même s’ils avaient obtenu le pardon du roi et leur réintégration dans leur emploi, et ils ont du, malgré tout, verser leur cotisation au mont-de-piété. Il en a été de même pour les officiers subalternes mariés et leurs épouses qui n’accédaient au bénéfice d’une pension que si leurs maris décédaient au cours d’une action de guerre39, et ce même s’ils s’étaient mariés conformément à l’article IV de l’ordonnance40 de 1760.

  • 41 Real cedula del 31 de octubre de 1765.
  • 42 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 342-343 ; note sur le discours (...)

29Le règlement de 1761 fixait donc les cadres des mariages militaires avec précision et montrait l’intérêt porté aux familles constituées par les militaires. Ce texte connut diverses modifications. En 1765, il fut admis que les officiers épousant les filles et petites filles des hommes appartenant à la corporation des Cinq corps de métiers majeurs de Madrid41 ne seraient pas sanctionnés. Ce privilège accordé à cette corporation fut unique, dans le sens où il a permis à des marchands de s’allier à l’armée et donc de parvenir à la noblesse42.

  • 43 R. Gutiérrez, Cuando Jesús llegó, las madres del maíz se fueron, pp. 376-377.

30Le roi ne s’est pas contenté d’intervenir dans la vie privée des militaires et de contrecarrer les pouvoirs de l’Église pour ce groupe social. Il est aussi intervenu d’une manière plus générale dans la vie quotidienne de ses sujets. La promulgation de la Real Pragmática43 du 23 mars 1776 en est une des marques. En effet, cette dernière interdisait la légalisation du mariage entre personnes de conditions inégales mais aussi exigeait pour toute personne de moins de vingt-cinq ans, sous peine d’être déshéritée, le consentement paternel. Ces mesures avaient une double visée : d’une part, elles incitaient l’Église à revenir à plus de rigueur dans l’attribution du sacrement du mariage et à reconsidérer son idée de la liberté du choix de l’épouse ; d’autre part, elles réduisaient les problèmes économiques et de règlement de succession qui se posaient en cas de mariages de niveaux inégaux.

31Sous le règne de Charles IV, en janvier 1796, un nouveau règlement du mont-de-piété fut publié, conservant une grande partie des règles du précédent de 1761 à propos du mariage, mais y apportant aussi quelques nouveautés.

  • 44 E. Ocerín, Índice de los expedientes matrimoniales de militares y marinos, Reglamento del monte pío (...)
  • 45 Ibid., chap. x, art. 18.
  • 46 Ibid., art. 2 et 3 et 22 et 23.
  • 47 Ibid., art. 16 et 17.

32Les constantes restaient la suspension d’emploi pour mariage sans licence44, l’exclusion du mont-de-piété pour la famille d’un officier ayant contrevenu aux règles, sauf si ce dernier mourrait au cours d’une campagne militaire45, et le cheminement des dossiers pour l’obtention de la licence46. Toutes les fraudes, sur les documents fournis tels les justificatifs de dots, étaient accompagnées de sanctions comme en 1761. Si l’officier y avait participé, la suspension d’emploi le guettait même rétroactivement47.

33Plusieurs nouveautés sont apparues. L’accès au mont-de-piété militaire s’élargissait non seulement aux officiers, aux invalides et aux fonctionnaires des bureaux de la Guerre, mais aussi aux régiments des milices provinciales, aux retirés, aux troupes des gardes du corps et à toutes celles de la Maison Royale, aux ingénieurs militaires. Cet élargissement a conduit à une modification dans la limite du grade butoir de capitaine. En effet, certains des personnels inclus récemment dans l’organisme ne passaient pas par la hiérarchie militaire, il a donc fallu instaurer une limite butoir financière au mariage : la somme de 40 écus de solde.

  • 48 Ibid., art. 4. Cette mesure est liée à la promulgation de la Real Pragmática de 1776 concernant la (...)

34Un autre changement est intervenu dans les pièces constitutives du dossier. Une nouvelle pièce apparaît : le consentement des parents ou tuteurs48 et d’autre part, le système dotal est remanié. Les officiers intégrés au mont-de-piété et désirant se marier, n’ont plus eu à fournir d’attestation de dot. Cependant, il leur est vivement recommandé aux officiers d’épouser des femmes

  • 49 Ibid., art. 8 : « mujeres que además de su honrado nacimiento y virtud personal, tengan algunos pos (...)

qui en plus de leur naissance honorable et vertu personnelle, eussent quelque fortune pour collaborer à la décence et au maintien de son état49.

  • 50 Ibid., art. 9-12.

35L’obligation d’une dot était maintenue pour les officiers subalternes qui contractaient mariage50. Les femmes des subalternes doivent, non seulement justifier de leurs qualités, mais aussi de dots allant de 20.000 à 50.000 réaux suivant leur origine sociale, alors que les hommes justifieraient d’une somme de 60.000 réaux ou de l’équivalent en biens destinés à assurer la vie du ménage.

  • 51 Ibid., art. 13 et 14.

36En plus de ces quelques nouveautés, le règlement de 1796 aborde deux sujets particuliers : celui du remariage et celui des officiers des régiments fixes. Les veuves d’officiers et de fonctionnaires, désirant se remarier avec un autre officier, n’avaient pas à fournir à nouveau les documents du dossier. Les autorités reprenaient les informations précédentes si la veuve donnait la date de demande du premier mariage. Si le mariage se faisait avec un subalterne, la veuve avait à justifier d’une dot, soit en produisant la précédente intacte, soit en la complétant à concurrence de la somme exigée par sa condition sociale51.

  • 52 Ibid., art. 15.

37Pour les mariages concernant des officiers des régiments fixes comme celui de Ceuta, des milices provinciales, des invalides ou des officiers retirés de l’armée, l’abrogation de la dot était justifiée par le fait que ces hommes n’étaient pas amenés à se déplacer52.

38L’établissement du mont-de-piété militaire a contribué à la codification de la présentation des demandes de mariage et à la description de l’éventail d’épouses possibles. Ces règles ont permis d’effectuer une vérification systématique des documents présentés par les futurs époux et d’éviter les fraudes. Si l’idée d’épouser une jeune fille aux bonnes mœurs persistait, l’origine sociale de la future épouse n’était plus forcément la noblesse. En fait, une jeune fille issue de la bourgeoisie pouvait postuler à un mariage avec un officier du moment qu’elle compensait le défaut de condition noble par l’apport d’une dot plus conséquente. Le souci que les familles de militaires ne soient pas des poids pour le budget de l’État, semblait prévaloir pour cet organisme d’assistance sociale. Ce deuxième règlement a pris en considération une catégorie d’union non citée précédemment : le remariage, d’ailleurs essentiellement celui d’une veuve de militaire épousant en secondes noces un militaire.

39La monarchie espagnole a donc produit tout au long du xviiie siècle une législation sur les mariages de militaires, destinée à codifier les comportements matrimoniaux de ses militaires. La monarchie en a profité pour affirmer ses prérogatives face à l’Église dont le poids, dans la société espagnole, était important. L’autorité de l’État a voulu s’affirmer aussi dans la maîtrise de la construction sociale. Le roi se substituait ainsi à un père de famille chapeautant les destinées de ces serviteurs, et les volontés des familles, elles-mêmes.

  • 53 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 344. Il évoque de 2 % à 4 % de (...)

40Le recours au rappel périodique des règles à suivre pour fonder une famille, et le rappel des infractions commises était courant. Ces allusions régulières aux écarts à la règle montrent bien sur la difficulté d’établir un tel contrôle sur l’être humain. En aucun cas, il ne s’agit de la marque d’une décadence profonde de la vie privée dans les milieux militaires, car les mariages clandestins n’ont représenté qu’un faible pourcentage du nombre total53 des mariages. Mais la désobéissance aux règles est une habitude qui contribue parfois à la modification des critères établis. Les coupables de fraudes risquaient des sanctions, mais celles-ci laissaient parfois la place à un pardon royal, généreux et intéressé.

41La suspension de l’emploi sanctionnait les mariages clandestins. Mais, à plusieurs reprises, le roi a fait preuve de clémence, soit d’une manière individuelle, soit d’une manière collective. Ces pardons sont liés à la nécessité impérieuse de conserver les cadres de l’armée, afin de ne pas la priver d’éléments de commandement nécessaires. L’intérêt prévaut ici à la transgression de la législation. L’étude de certains cas particuliers permet de voir la réalité de l’application des sanctions, ou celle du pardon.

  • 54 AGS, GM, 3236, Suspensiones.
  • 55 AGS, GM, 2991, Relación general de los ingenieros que en el presente mes de mayo de 1732 se hallan (...)

42José Berbegal y Manuy, ingénieur extraordinaire, suspendu en février 1731 pour s’être marié sans licence54, fit appel à la clémence du roi en 1732. Son argumentation repose sur les longs et loyaux services de son père qui mourut en Amérique en 1718 au grade de lieutenant-colonel et ingénieur en second. La référence au sacrifice de son père permit à José Berbegal de retrouver son poste d’ingénieur extraordinaire et d’être envoyé en expédition55, en mai 1732. Les besoins militaires n’ont peut-être pas été étrangers à cette réintégration ? Les ingénieurs compétents ne sont pas très nombreux, il faut savoir les préserver.

  • 56 AGS, GM, 3237, Licencias Don Pedro Lecoq « dice pasando desde Málaga a Galicia donde tenía su desti (...)

43Pedro Lecoq fut suspendu en octobre 1733 pour un mariage clandestin le 26 septembre 1733 avec Juana Hinisy, d’origine irlandaise. Pour appuyer sa demande de réintégration, il a expliqué qu’il avait épousé une jeune fille de bonne origine sociale alors qu’il se trouvait au Portugal en congé, qu’il n’avait pas eu le temps de faire part de ses intentions à ses supérieurs et se fiait à la clémence du roi. Depuis deux ans qu’il était exclu du corps, il devait faire face avec sa famille à une situation d’extrême misère. Son supérieur Diego Bordick envoya cette lettre56 à Georges-Prosper Verboom et obtint sa réintégration en décembre 1735.

  • 57 AGS, GM, 3239, Licencias.

44Fernando Lasala, ingénieur ordinaire, se maria sans licence et fut suspendu bien qu’il ait dit pour sa défense que la reine l’aurait encouragé à se marier. En 1737, il réclama, pour sa période passée de suspension, des arriérés de soldes, insistant sur les cartes qu’il avait dessinées pour le roi pendant sa suspension et sur sa participation à différentes campagnes (Sicile, Gibraltar, Oran). Sa réintégration datée de septembre 1737 fut confirmée en 1738 mais pas le versement des arriérés de soldes57.

  • 58 AGS, GM, 3238, Licencias.

45Antonio Barba, ingénieur extraordinaire, se maria en 1756 sans licence royale, mais il ne fut pas suspendu58. L’intervention de ses supérieurs a certainement joué, mais aussi les états de service de son père, qui fut ingénieur en chef du roi d’Espagne et son dévoué serviteur. En 1769, le mariage clandestin fut régularisé grâce au pardon du roi et à l’obtention d’une licence royale.

  • 59 AGS, GM, 3237, Licencias.

46Le cas de Miguel Taramas fut aussi celui d’un mariage59 clandestin en 1758. Ce mariage bénéficia d’un pardon du roi en 1769.

  • 60 AGS, GM, 3238, Licencias.

47Antonio Perelló contracta un mariage en octobre 1765 sans demander une licence au roi alors qu’il avait été nommé aide-ingénieur en août de la même année. En septembre 1767, Perelló fut nommé en Amérique et demanda à partir avec sa femme et son fils. Cette affectation fut donc l’occasion d’avouer sa situation matrimoniale et de se voir suspendu. Il dit alors s’être marié en ignorant qu’une permission royale était nécessaire, ce qui peut paraître sujet à caution. En janvier 1768, il retrouva son emploi, ses supérieurs ayant insisté sur son sérieux dans l’exercice de sa profession60.

  • 61 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 336-337, cadre 33.

48Ce règlement, au cas par cas, des mariages clandestins ou en dehors des règles, même après 1761, ne fut pas la seule méthode employée pour faire rentrer les hommes dans le rang. Le roi accorda aussi des pardons collectifs. Au préalable, le roi faisait dresser un état matrimonial des personnels militaires, afin de recenser le nombre de cas illégaux justifiant sa clémence. Francisco Andújar61 relève un certain nombre de pardons généraux, comme celui du mois d’avril 1750, qui correspondait avec le mariage de l’infante María Antonia et du duc de Savoie ; ou celui du 20 mai 1760, en rapport avec la liesse de l’entrée de Charles III dans ses royaumes espagnols.

  • 62 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo en primero, p.de enero de 174 (...)
  • 63 AGS, GM, 4257, Relación de los individuos de que se compone el cuerpo de ingenieros, en 28 de marzo (...)

49Le pardon royal accordé en 1750, à la suite d’une enquête demandée par le marquis de la Ensenada, devait remettre tous les contrevenants de tous les corps d’armée dans la légalité. Pour l’infanterie, Andújar a comptabilisé 145 cas d’officiers mariés sans licence royale, soit 2 % à 4 % du total. Pour le génie, il existe deux inventaires élaborés par Juan Martín Cermeño pour définir la situation matrimoniale du corps : l’un62 daté du 1er janvier 1749 puis rayé et daté du 1er mars 1750 et l’autre63 du 28 mars 1750. Il est à remarquer que le critère retenu pour effectuer le classement des situations matrimoniales, dans le premier registre, part de l’ordonnance de 1728 qui semble un repère dans l’application légale et ainsi qu’une base pour les législations postérieures. La deuxième liste datée du 28 mars 1750, établie par Juan Martín Cermeño, commandant du corps, a été certainement réalisée après une quête d’informations, parce qu’elle est plus explicite sur la situation des contrevenants.

  • 64 Ce dernier pourcentage était beaucoup plus élevé que celui qu’avait pu observer Andújar pour l’infa (...)

50Dans les listes de 1750, les militaires mariés avant leur entrée dans le corps, et avant 1728, représentaient 36 % des cas au début de mars et 33 % fin mars 1750. Le nombre de mariés avec licence était évalué à 42 % début mars et à 43,8 % fin mars ; tandis que celui des mariés sans licence évoluait de 21,3 % au 1er mars à 12, 2 % au 28 mars64. Parmi les mariés sans autorisation, dans la deuxième liste, plus de 9 % justifiaient leur acte par l’obtention d’une autorisation spéciale (permiso tácito o especial) émanant soit d’un supérieur comme Georges-Prosper Verboom ou le marquis de Pozoblanco, soit de l’infant Philippe lorsque les ingénieurs se trouvaient sous ses ordres en Italie. Cette référence à l’autorisation d’un supérieur pouvait se justifier dans des conditions particulières, mais elle aurait dû être suivie d’une autorisation officielle. Il restait 12,2 % sans excuse valable. Tous ont été intégrés dans le mouvement de pardon général émanant du roi.

  • 65 AGMS, Pensiones, 1188/1/1787, dossier d’Ana Granados Lobo y Marín, veuve de l’ingénieur Antonio Mar (...)

51En mai 1760, une circulaire concéda le pardon royal à tous les officiers mariés sans autorisation royale à l’occasion de l’arrivée de Charles III en Espagne. Pour les corps d’artillerie et du génie, le roi publia un indulto65 sous forme d’Ordre Royal le 16 février 1760 qui reconnaissait le mariage de 28 officiers d’artillerie et de 15 ingénieurs mariés sans permission royale avant le 23 juillet 1759.

  • 66 AGMS, Pensiones, 1169/17/1772, dossier de María Soledad Rodríguez de la Barrera, veuve de Bruno Cab (...)

52En 1761, alors que le mont-de-piété allait être établi (avant avril 1761), le roi offrit un autre pardon général aux officiers qui auraient contracté mariage sans sa permission. D’après une lettre de Silvestre Abarca au directeur du mont-de-piété en 1772, cette mesure de clémence ne fut ni connue de tous ni appliquée à tous66. Silvestre Abarca se faisait l’avocat de l’ingénieur Bruno Caballero, qui s’était marié en 1743 à La Havane alors qu’il était lieutenant du régiment fixe de La Havane. Mais à son décès, aucune formalité n’avait été remplie pour que sa veuve fût intégrée au mont-de-piété. Cet ingénieur aurait dû d’autant plus bénéficier du pardon général et sa veuve d’une pension que le prélèvement pour le mont-de-piété avait été effectué sur sa solde depuis l’intégration des ingénieurs dans cet organisme.

  • 67 AGMS, exp. pers. et exp. mat. Fermin de Sicre con la relación de los oficiales del cuerpo de ingeni (...)
  • 68 AGMS, Pensiones, 1184/1785, dossier de Genoveva Aguilar y Salzar, veuve de Juan Miguel de Santa cru (...)

53Mais la possibilité d’obtenir le pardon royal et de bénéficier des pensions du mont-de-piété allait s’évanouir après l’instauration de cet organisme d’assistance. En juillet 1766, le pardon du roi fut accordé à cinq ingénieurs qui avaient pris femme entre 1758 et 176567. Cependant ces cinq couples n’eurent pas accès aux pensions du mont-de-piété en application de la volonté royale parce que les mariages avaient été contractés au grade d’officier subalterne. Le roi pardonnait l’acte de désobéissance et n’appliquait pas la suspension d’emploi, mais ne donnait aucun accès aux bénéfices du mont-de-piété à ces familles, à moins d’un décès en action de guerre68, conformément aux dispositions des différents articles du règlement.

  • 69 AGS, GM, 4479. En 1768, l’ingénieur Carlos Saliquet demandait la clémence du roi pour sa fille qui (...)

54Le pardon général avait été un recours pour les officiers afin de régulariser leur situation, et un moyen pour le pouvoir de sauver une partie des cadres formés de l’armée, tout en manifestant sa clémence. Après 1761, le pardon a toujours permis de régulariser une situation de famille illégale, mais avec une restriction quant aux bénéfices de l’assistance sociale. Le recours au roi restait donc possible69 mais le militaire devait être conscient qu’il ne pourrait tirer tous les bénéfices de sa position qu’en respectant les règles établies. Le pardon royal a constitué une mesure complémentaire de la codification stricte des mariages militaires. Le pouvoir conservait ainsi la possibilité d’être le recours final et de juger les situations à sa guise. Les pardons nombreux accordés à des ingénieurs sont peut-être la conséquence du faible nombre des ingénieurs en Espagne. En effet, le pouvoir pouvait-il se priver longtemps de techniciens compétents sans en pâtir ?

III. – Entre célibat et mariage : les ingénieurs face à la législation

55Dans le corps du génie, nous avons retrouvé la trace de 324 alliances qui correspondent à 295 cas d’ingénieurs ayant contracté un ou plusieurs mariages. Les documents qui permettent d’établir ces différentes unions sont très variables : licence de mariage, dossier matrimonial, dossier de pension, testament. Dans le meilleur des cas, on dispose du dossier matrimonial réuni pour l’intégration au mont-de-piété, soit 111 dossiers. Mais là aussi il existe de nombreuses variantes dans les dossiers et une grande irrégularité dans les documents conservés. Les 202 licences de mariage retrouvées ont permis d’établir une liste des unions. Ainsi apparaissent les premiers mariages, remariages ou mariages non célébrés après l’obtention de la licence. Enfin les 30 testaments des ingénieurs et 23 dossiers de demande de pension des veuves apportent un complément précieux d’informations sur le lieu du mariage, les enfants ou l’origine des époux.

  • 70 Si l’on prend une source telle que les licences de mariage, 128 des 202 licences retrouvées furent (...)

56Hélas ces différentes sources n’existent pas pour l’ensemble du siècle, ce qui rend plus difficile l’étude de l’évolution des mariages sur ce laps de temps, tout particulièrement pour la première moitié du xviiie siècle où les lacunes documentaires sont importantes70. Cependant, la documentation réunie nous paraît suffisante pour dessiner les grandes lignes de la réalité matrimoniale du corps du génie et dresser le profil de l’ingénieur marié.

  • 71 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados, p. 155. Pour les armées d’Amérique, le taux de nuptial (...)
  • 72 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 346-347.
  • 73 A. BLanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 546-547.

57Sur l’ensemble des ingénieurs, il a été possible d’établir que 295 d’entre eux au moins contractèrent un mariage, soit 37,5 % du corpus total des 787 ingénieurs, de 1710 à 1803. Ainsi, le taux de nuptialité des hommes du génie était-il nettement supérieur à ceux de l’infanterie ou de la cavalerie en Espagne, mais à un niveau comparable à celui des armées d’Amérique ou les hommes de garnison des places fortes avaient le privilège de rester en place plus longtemps71. Francisco Andújar établit les taux de nuptialité des militaires pour l’année 1750 ainsi qu’une comparaison entre les différentes armes72. Il remarque d’abord une similitude entre les ingénieurs et les artilleurs, pour lesquels le pourcentage de mariés s’élevait à 50 %. En revanche, pour l’infanterie et la cavalerie, les pourcentages n’atteignaient respectivement que 20 % et 23 %. Francisco Andújar explique ces différences de pourcentage par la stabilité des affectations des artilleurs et des ingénieurs, ce qui leur permettait d’avoir des relations plus continues avec la population civile mais aussi par l’appartenance de ces hommes à des corps de haute qualification technologique, ce qui leur donnait une situation privilégiée. Ces remarques ne peuvent suffire pour le génie d’autant plus qu’au début de leur carrière, les ingénieurs ne jouissaient pas forcément d’affectations particulièrement stables. En revanche, l’hypothèse d’une différence de comportement due à une situation particulière au sein de l’armée est intéressante. Le corps des ingénieurs est recruté différemment des autres armes. En effet, les familles nobles plaçaient dans l’armée des jeunes gens pour qu’ils y fassent carrière, ce qui ne les encourageait guère au mariage. Pour les ingénieurs, le recrutement basé sur les connaissances scientifiques engage dans une carrière particulière, où les contacts avec la société peuvent être multiples et les espoirs de carrière différents. Un ingénieur est un professionnel de l’armée qui investit tout dans sa profession et le service du roi. Pour cet homme, parfois étranger, fonder une famille, c’est un moyen de s’insérer dans la société. Le recours au mariage est aussi envisagé par l’ingénieur, même s’il ne réunit pas les conditions requises, comme une possibilité d’avoir les moyens financiers d’assumer sa tâche et de s’assurer une certaine position sociale. Les soldes attribuées aux ingénieurs ne permettaient pas toujours de couvrir l’ensemble de leurs besoins, ni de tenir leur « rang ». C’est le cas de l’ingénieur ordinaire, Antonio Montaigu de la Pérille. En 1737, il demande l’autorisation d’épouser Anne-Catherine Combet, fille de Timothée, baron de Bouzigues, conseiller à la chambre des comptes de Montpellier, et de Jeanne de Trémolet de Bucelly73. Pour obtenir l’autorisation nécessaire, un ami du père décédé d’Antonio, Reynaldo Mac Donnell, justifie la demande en ces termes :

  • 74 AGS, GM, 3232 : « … como conosco particularmente la familia (de la hija del Barón) me parece un cas (...)

… Étant donné que je connais particulièrement la famille (de la future épouse), ce mariage me paraît tout à fait convenable tant par la qualité que par les biens que possède la dame, et une fois le mariage effectué, [l’ingénieur] sera en meilleur posture pour exécuter les ordres de votre excellence, pouvant vivre sans souci, ce que beaucoup parmi le corps des ingénieurs recherchent sans y parvenir74

58Pour justifier le mariage, on a défini l’épouse comme un moyen d’obtenir une meilleure situation financière enlevant un poids à l’État. Finalement, l’ingénieur obtint gain de cause.

59Francisco Andújar dégage l’évolution des mariages militaires tout au long du siècle. À une tendance à la hausse de 1736 à 1775, passant de 23,5 % pour la période 1736-1755 à 25,5 % entre 1756 et 1775, suit une tendance à la baisse avec 22,97 % pour les années 1776 à 1800. Pour les ingénieurs, malgré des renseignements peu denses pour l’ensemble du siècle, il reste possible d’évaluer les fluctuations de la nuptialité en comparant deux listes, de 1750 et 1787, des effectifs où figurent les situations matrimoniales des hommes.

  • 75 AGS, GM, 4257, Relación de los individuos de que se compone el cuerpo de ingenieros en 28 de marzo (...)
  • 76 AGS, GM, 5837, feuilles de service des ingénieurs ayant composé le corps pour l’année 1787 dans les (...)

60Pour la première, fin mars 1750, le nombre de mariés représentait une part de 48,7 % du total75. En 1787, sur l’ensemble des 210 ingénieurs76, seulement 40,9 % étaient mariés ou l’avaient été. Il y eut donc, si l’on considère ces deux résultats, une baisse de l’effectif des hommes mariés au sein du corps. Malgré ce déclin, la nuptialité se maintient à un niveau plus élevé que dans les autres corps d’armées.

Tableau 20. – Ingénieurs mariés en 1750 et en 1787*

Tableau 20. – Ingénieurs mariés en 1750 et en 1787*

* M/T : mariés par rapport au total.

Sources AGS, GM, 4257, et AGS, GM, 5837.

61Le mouvement de baisse de la nuptialité peut-il s’expliquer par l’effet produit par une législation constamment décourageante pour les mariages de militaires ? Ou par un respect croissant de la législation militaire, et la progressive intégration du corps à la réalité du monde militaire ? Nous n’avons pas d’éléments probants pour y répondre.

62L’analyse des listes établies en 1750 et 1787 permet aussi de définir les grades auxquels se trouvaient les ingénieurs mariés et par là de mieux appréhender leur profil. L’étude du tableau des effectifs mariés par grade et par année montre, qu’en 1750, seulement 19,3 % des hommes mariés occupaient des grades de colonel et au-delà, or ces grades correspondaient au grade toléré par les textes royaux pour les mariages de militaires. Tandis que parmi les 80 % d’hommes mariés restants, ayant des grades inférieurs à ceux de colonel, les lieutenants et les capitaines, représentaient respectivement 29,8 % et 28 % du total des mariés. Pour l’année 1787, sur les 86 ingénieurs mariés, 7 seulement l’étaient en dehors des normes établissant le grade de capitaine comme limite à tout mariage militaire. Les plus importants contingents d’hommes mariés étaient aux grades de lieutenant-colonel et capitaine avec 29 % chacun, du total des mariés, puis venaient les colonels avec 23 % du total. Le respect de la législation en 1750 semblerait être des plus flous. Son efficacité ne pouvait donc être que plus grande si elle s’adaptait à la réalité ce qui se produisit par étapes, en 1760 puis en 1787.

  • 77 AGS, GM, 3239, Licencias.
  • 78 AGS, GM, 3239, Licencias.
  • 79 AGS, GM, 3239, Licencias.

63L’étude des licences de mariage permet d’affiner cette image en faisant porter les observations sur le grade à l’obtention de l’autorisation de mariage et non pas sur l’état matrimonial du corps à un moment donné. Sur les 185 licences obtenues pour une première union, il est nécessaire de distinguer celles obtenues avant 1760 et au-delà. Ainsi, sur les 25 licences obtenues avant 1760, signalant le grade du demandeur, 21 ont été délivrées à des grades inférieurs à celui de colonel, et donc en contradiction avec les règles établies. Pour certains de ces cas, il a été possible d’en retrouver aisément les raisons. Francisco Álvarez Barba, capitaine et ingénieur ordinaire, demanda en février 1752 à épouser Magdalena Moreau, fille de l’ingénieur directeur Pedro Moreau77. La licence lui fut accordée. On peut supposer que l’influence du père de la jeune fille y fut pour quelque chose. De même, dans le cas de Arnaldo Hontabat, l’insistance de l’ingénieur en chef Carlos Desnaux pour marier sa belle-fille María à l’ingénieur extraordinaire Hontabat, avant son départ pour l’Amérique ne fut certainement pas étrangère à l’accord d’une autorisation royale78. Les deux pères des jeunes filles cautionnant le mariage et contribuant à l’affirmation par les liens de parenté d’un esprit de corps justifiaient un geste du roi. D’autres ingénieurs faisaient appel à des engagements particuliers. Domingo Ferrari demanda en 1730 une licence pour épouser María Rosales, veuve de Tomás Arredondo, officier d’artillerie79. Il présentait ce mariage comme une double solution pour subvenir aux besoins de cette veuve et de ses deux fils, et pour jouer pleinement son rôle de tuteur donné par le défunt mari. Il prenait femme tout en remplissant ses devoirs envers le défunt.

  • 80 AGS, GM, 3233, Licencias.

64Juan Amphoux, lui, justifiait sa demande de licence de mariage en 1731 alors qu’il n’avait que le grade de capitaine et l’emploi d’ingénieur ordinaire, en parlant lui aussi d’une obligation familiale envers une de ses nièces80. En effet, Ana Bonavie, orpheline dont personne ne pouvait s’occuper, était maintenue dans un couvent grâce aux fonds de Juan Amphoux. Il demanda donc à l’épouser pour continuer à s’occuper d’elle. Ainsi, Juan Amphoux définissait cette union comme un engagement familial et comme un acte charitable. Après ces cas particuliers justifiant des demandes de licences de mariage en dehors des normes, on peut constater que seulement trois autres respectaient le cadre législatif, celle de Gerónimo Amici, obtenue en 1736, alors qu’il avait trente-neuf ans et était employé comme ingénieur en chef avec le grade de colonel d’infanterie ou encore celle de Juan Laferrière, obtenue en 1730, alors qu’il était ingénieur directeur. Les nombreuses exceptions à la règle établie montrent à la fois une certaine souplesse de l’administration, et une contradiction tout aussi certaine avec la rigueur exigée des textes produits par le pouvoir. La réforme de la législation matrimoniale de 1760 a permis d’une certaine manière de limiter les cas hors normes. En effet, sur les 125 licences de mariage obtenues après 1760 mentionnant le grade, 63,2 % des cas ont respecté la législation royale, c’est-à-dire que le demandeur a attendu d’être au grade de capitaine au moins pour solliciter son autorisation.

  • 81 On a pu répertorier les premières demandes de licence de mariage (ou considérer comme telles) au gr (...)
  • 82 Les ingénieurs ordinaires sont gradés comme capitaine et lieutenant-colonel. Ils respectent donc la (...)

65Selon les grades lors du mariage, se dégagent trois groupes. Le grade de capitaine arrive en tête avec 61 cas sur 150, soit 40,6 % du total des grades connus lors du mariage. En revanche, les échelons auxquels, d’une manière constante, il y eut peu de demandes de licence sont les plus hauts de la hiérarchie (de colonel à brigadier)81. Dans une position médiane, se trouvent les officiers subalternes (lieutenant, sous-lieutenant) qui totalisent 36,6 % des demandes, qui progressent dans la deuxième moitié du siècle. Cette hausse des demandes à des grades subalternes, où le mariage n’est pas autorisé, peut s’expliquer par les mêmes raisons énoncées précédemment : la nécessité de s’assurer une position sociale et financière, le code de l’honneur, et peut-être aussi l’impossibilité d’empêcher les hommes de choisir leur destin. L’étude des emplois occupés par les ingénieurs lors de leur demande de licence nous apprend que la majorité, 40,8 %, sont des ingénieurs ordinaires, alors que 24,8 % d’entre eux ne sont qu’ingénieur extraordinaire82. L’emploi d’ingénieur ordinaire est le moment dans la carrière de l’ingénieur où il obtient des responsabilités plus importantes, ainsi parfois qu’un lieu d’affectation plus stable, le grade de capitaine et une meilleure solde. Ce sont donc les conditions les plus satisfaisantes pour se marier.

  • 83 Juan Saliquet, fils de Carlos Saliquet, épousa en 1780 une veuve d’un capitaine d’infanterie, Alons (...)
  • 84 Rafael Antonio Mengs épousa alors qu’il était aide-ingénieur, âgé de vingt-deux ans, une jeune femm (...)
  • 85 José Manuel Vago y Piedrola, dont le père était marquis et regidor de San Rafael, épousa à l’âge de (...)
  • 86 Ramón Lope y Aguilar, fils d’un médecin de chambre se maria à vingt-trois ans avec Tadea Hermoechea (...)
  • 87 Narciso Boer y Miró a cinquante-six ans comme capitaine et ingénieur ordinaire mais aussi gouverneu (...)

66Si ces différentes observations montrent une relative souplesse de l’administration face à la législation, elles suggèrent aussi que la charnière pour fonder une famille se situe de plus en plus au grade de capitaine et à l’emploi d’ingénieur ordinaire. Pour affiner encore le profil de l’ingénieur marié, il paraît important de s’intéresser à l’âge des hommes qui sollicitent une licence. Étant donné que celles-ci ne sont pas toujours très explicites à cet égard, il a fallu comparer les feuilles de service avec les licences ou les dossiers matrimoniaux de manière à retrouver l’âge du demandeur. Cette démarche a fourni 158 cas sur l’ensemble du siècle. Pour 23,4 % d’entre eux, la requête pour obtenir la licence se place dans la tranche d’âge de 35 à 39 ans et pour 22,1 % entre 30 et 35 ans. Des cas extrêmes existent, comme ceux de mariages avant 25 ans ou après 50 ans. Parmi ces ingénieurs, unis avant l’âge de 24 ans révolus, se trouvent des fils d’ingénieurs83, le fils d’un peintre important de la Cour84, un fils de regidor85, et un fils de médecin de chambre86. On peut supposer que la position du père, son influence et son consentement à une telle union ont joué un rôle important dans la concrétisation de l’union acceptée par le pouvoir. Il existe deux raisons aux mariages précoces, le souci d’apporter par le mariage une position sociale aux deux partenaires, ou la régularisation d’une situation déshonorante. Les mariages tardifs, au-delà de 50 ans correspondent à des remariages, à des mariages avec une veuve, ou encore à des mariages d’intérêt entre deux personnes de haute qualité87.

67D’après le tableau comparatif des âges et grades lors de la demande, la tranche d’âge 30-39 ans, la plus fournie, correspondait à des emplois d’ingénieurs extraordinaires et ordinaires ou aux grades militaires de lieutenant et capitaine. De plus, apparaissait aussi la possibilité de donner par emplois et grades une idée de l’âge moyen lors du premier mariage, en fonction de la place occupée dans la hiérarchie :

  • pour les emplois d’ingénieurs : aide-ingénieur (26,5 ans), ingénieur extraordinaire (30,8 ans), ingénieur ordinaire (38,5 ans), ingénieur en second (43,8 ans), ingénieur en chef (50 ans), ingénieur directeur (61 ans) ;

  • pour les grades militaires : sous-lieutenant (27,3 ans), lieutenant (30,6 ans), capitaine (37,6 ans), lieutenant-colonel (43,5 ans), colonel (50,2 ans), maréchal de camp (61 ans). Les brigadiers ne sont pas représentés.

  • 88 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 349.
  • 89 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne, pp. 288-289. Le retard de l’âge a (...)

68Ces âges moyens lors mariage par grade peuvent être comparés aux chiffres avancés par F. Andújar88 qui constate un âge moyen au mariage pour les lieutenants de 33,5 ans, pour les capitaines de 42 ans et pour les lieutenants-colonels de 51,2 ans. Ainsi, il apparaît que la moyenne d’âge au mariage par grade dans le corps des ingénieurs était plus basse que pour l’infanterie. Cependant, replacé dans le contexte général de l’époque, l’âge au mariage des ingénieurs, comme des officiers de l’infanterie ou d’autres serviteurs de l’État89 restait tardif.

69Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce retard au mariage : la nécessité d’atteindre un certain grade pour se marier, l’attente d’un poste plus élevé avec un espoir de stabilité géographique et la volonté d’avoir les moyens financiers de s’installer, la possibilité de trouver une épouse ayant les moyens de subvenir à ses besoins seule. Pour ces diverses raisons il fallait attendre d’avoir soi-même une position relativement élevée dans la hiérarchie. Tout cela reste à l’état d’hypothèses faute de sources massives pouvant justifier les motivations des hommes à convoler plus tôt, ou plus tard.

70Il n’empêche que le corps du génie a été un corps où le mariage restait une pratique plus courante que dans les autres corps d’armées, malgré une tendance à la baisse de nuptialité à la fin du siècle, s’inscrivant dans le mouvement général des mariages en milieu militaire. Que ce soit par sa législation ou par ses pardons, le pouvoir a réussi à s’imposer comme l’ordonnateur de la vie de ses troupes, le référant au-delà du cercle familial, même si des actes de désobéissance montrent les limites de l’ingérence du roi. L’ingénieur qui allait se marier correspond à un homme de 30 à 39 ans ayant au moins atteint le grade capitaine et l’emploi d’ingénieur ordinaire. Les raisons qui déterminent le choix de l’épouse, puis le devenir du couple permettent d’obtenir une image plus précise du contexte familial de ces hommes et de voir dans quelle mesure le mariage a été un facteur d’intégration ou de promotion sociale ou simplement le moyen de conserver son rang.

IV. – Les couples formés par les ingénieurs

71Les règles fixées par le mont-de-piété militaire dressent le portrait de l’épouse idéale comme celui d’une femme issue d’un milieu noble ou militaire aidant son mari à tenir son rang social, sans être une charge supplémentaire pour le trésor royal.

72Sur les 787 ingénieurs, nous avons retrouvé 326 épouses et seulement 203 dates de licence de mariage. Les données pour le début du siècle restent lacunaires comme dans d’autres domaines. À partir de la mise en place des dossiers du mont-de-piété, les sources sur les épouses s’enrichissent grâce aux dossiers matrimoniaux. Les demandes de pension permettent, quant à elles, de suivre le cheminement de la famille ainsi constituée. cependant, il faut être conscient de la variabilité des informations conservées y compris dans ces dossiers pour savoir que l’image que nous allons dresser n’est que la partie émergente de l’ensemble.

73Les pages qui suivent vont tenter de mieux cerner les caractéristiques des couples formés, des épouses choisies en s’attachant à découvrir l’âge au mariage, les origines sociales et géographiques de celles-ci. ainsi peu à peu vont se dessiner des couples pour lesquels il est intéressant de formuler des hypothèses concernant les motivations de leur union. Bartolomé Bennassar rappelle que

  • 90 B. Bennassar, L’homme espagnol, p. 144.

le mariage est avant tout l’acte constitutif de la famille, dans laquelle doit s’exercer la fonction de procréation et qu’il permet la conservation et la transmission des patrimoines90.

74L’étude des alliances dans ce groupe professionnel va nous amener à nuancer cette définition. Par exemple, la conservation et la transmission des patrimoines sont certes des motivations, mais souvent dans la dot, l’officier voit plus un moyen de survivre mieux plutôt que d’enrichir des patrimoines existants.

  • 91 Pp. 000-000.

75Les sources concernant les liens amoureux unissant les couples restent discrètes, et les motivations réelles du mariage opaques. Les dossiers matrimoniaux conservent des papiers officiels où s’exprime le consentement des parents, sont certifiées les origines des deux familles et les apports dotaux. Seuls les testaments recèlent quelques formules affectueuses qui situent les liens entre les époux91.

L’âge au mariage

  • 92 R. A. Gutiérrez, Cuando Jesús llegó, las madres del maíz se fueron, pp. 333-334.

76L’âge moyen lors du mariage est de trente-sept ans et huit mois pour les hommes et vingt-cinq ans pour les femmes. Les hommes se marient donc tardivement par rapport à la société de leur époque alors que l’âge des femmes correspond aux critères de leur siècle92.

Tableau 21. – Âge moyen au premier mariage des ingénieurs et de leurs épouses

Tranches dâge

Hommes

Femmes

13 à 14 ans

2

15 à 19 ans

14

20 à 23 ans

6

15

24 à 29 ans

29

31

30 à 34 ans

36

11

35 à 39 ans

41

4

40 à 44 ans

22

1

45 à 49 ans

13

50 à 54 ans

15

55 à 59 ans

8

Plus de 60 ans

3

Total

173 cas

78 cas

Sources Dossiers matrimoniaux et de pension de AGMS ; ainsi que AGS, GM, Licencias.

77On constate que les jeunes filles se marient plus jeunes que les hommes. Pour 39,6 % d’entre elles, le mariage intervient avant la majorité (vingt-cinq ans). Pour 39,7 %, l’union est contractée entre vingt-quatre et vingt-neuf ans. Le mariage de l’homme intervient plus tardivement. Seulement 3,5 % d’entre eux se sont mariés avant vingt-quatre ans. La plupart des membres du contingent se sont mariés entre trente et trente-neuf ans. Ces écarts entre les deux partenaires peuvent s’expliquer par des raisons professionnelles ou sociales. Pour la femme, son rôle (entre autres) dans la procréation joue sur l’âge au mariage. Plus la femme épousée est jeune, plus on renforce ses chances de fonder une famille sur une période de fécondité allongée. Pour l’homme, le professionnel de l’armée doit satisfaire non seulement aux critères de la législation militaire sur les mariages, mais aussi à ses obligations de service. De plus, l’ingénieur sait que pour réunir les conditions économiques les plus satisfaisantes pour entretenir une famille, il lui faut attendre certains échelons de sa carrière.

  • 93 Ignacio Garcini y Queralt (AGMS, exp. mat. G 1905). Cet ingénieur va se marier une deuxième fois. C (...)
  • 94 Juan Saliquet y Negrete (AGMS, exp. mat. S 528).
  • 95 Cette tante est évoquée sous le titre de marquise González.
  • 96 Antonio Durante (AGMS, exp. mat. D 1321).

78Les couples qui se forment présentent aussi des caractéristiques relatives aux écarts d’âge. Prenons d’abord les exceptions, c’est-à-dire les couples où la femme est plus vieille que l’époux. Ce type de couple permet de penser que la relation entre les deux parties sera équilibrée puisque l’homme ici ne reflète pas l’image du père. Ces unions peuvent être pour l’homme la chance d’intégrer un milieu social intéressant, et pour la femme d’accéder à une place plus indépendante que celle de « fille de don… », de libérer la famille du poids de son entretien, ou pour une veuve l’occasion d’une nouvelle vie décente. Ces cas retrouvés pour un premier mariage d’ingénieur sont au nombre de quatre. Ignacio Garcini y Queralt93, âgé de vingt-sept ans, lieutenant et ingénieur extraordinaire, épouse en première noce, en 1779, une femme de 30 ans, María Manuela Deu Ferrer. Celle-ci, d’origine roturière, est fille d’un négociant. Elle fournit une dot de 50.000 réaux. Sa mère veuve est satisfaite de ce mariage car sa fille va être anoblie en épousant un militaire. Quant à la mère de Garcini, elle encourage aussi ce mariage au vu de la dot fournie. Juan Saliquet94 épouse en 1780, alors qu’il a vingt et un ans, le grade d’aide-ingénieur et est sous-lieutenant, Ignacia de la Fita âgée de vingt-sept ans. Cette dernière est veuve d’un capitaine d’infanterie, et mère de deux filles. Son père était intendant de Majorque. Elle touche de la tante95 de son défunt mari 10 réaux par jour pour élever ses deux filles. Antonio Durante96, âgé de vingt-six ans, lieutenant et ingénieur extraordinaire nommé à Buenos Aires, épouse en 1793 une femme de quarante-deux ans. María de la Concepción Salas Tiragall, fille d’un colonel et lieutenant du roi de la place de Buenos Aires. Les deux familles sont consentantes. La dot est de 80.000 réaux, alors que la loi ne l’oblige pas à en fournir une. Pour la famille d’Antonio, l’union est intéressante à la fois comme moyen de s’allier à une famille reconnue et intégrée à la société ibéro-américaine du Río de La Plata, et comme promotion sociale pour une famille de petite noblesse, au service du roi dans l’administration des tabacs. L’âge très avancé de l’épousée n’est pas explicité par un veuvage, ou un problème physique. Enfin, dernier cas, celui de Nicolás Hontabat, lieutenant et ingénieur extraordinaire, âgé de trente ans, qui épouse Felipa Usategui, âgée de trente-huit ans. Elle est la fille du défunt marquis Francisco Usategui, colonel dans les Reales Guardias Españolas (gardes du roi choisis parmi la haute noblesse), et gouverneur de Peñíscola. Pour que le mariage se fasse rapidement, le père de Nicolás, Arnaldo Hontabat, ingénieur, donne de l’argent pour aider à la cérémonie et à l’installation du couple. Il donne à son fils les arrhes prénuptiaux prévus pour tout mariage en dessous du grade de capitaine. La mère de l’épousée, Inés de Letiery, y consent. Donc, à part ces exceptions, nous avons défini dans le tableau ci-dessous les grandes tendances de la composition par âge des couples.

Tableau 22. – Tranches d’âge au mariage de l’homme et écarts d’âge avec l’épouse

Tableau 22. – Tranches d’âge au mariage de l’homme et écarts d’âge avec l’épouse

Sources Corpus établi en fonction de la disponibilité des données sur la date de naissance des 2 époux soit 68 couples.

  • 97 On peut prendre comme exemple deux cas. Antonio Duce épouse à quarante ans, une jeune fille de quat (...)

79Pour la tranche d’âge, 24-29 ans, la majorité des alliances se fait avec un écart n’excédant pas cinq ans. On peut donc considérer que le couple formé va avoir une relation équilibrée basée sur une sorte d’égalité. En revanche, plus l’homme vieillit, plus il cherche à épouser des jeunes femmes. Au-delà de trente-cinq ans, les écarts augmentent pour arriver à être supérieurs à vingt ou même trente ans, au-delà de la tranche d’âge des cinquante ans. Dans les cas extrêmes, la relation dans le couple peut sembler déséquilibrée car la relation va se fonder plus sur un schéma père-fille que mari-femme. La quête d’une très jeune épouse est liée souvent à la volonté pour des hommes établis professionnellement de procréer, mais l’alliance de deux familles de haut rang reste aussi une motivation97.

  • 98 Águeda Arana, veuve de Juan Becari, trésorier de l’armée d’Estrémadure, se marie avec Leandro Bache (...)
  • 99 Ana Superviela, fille d’ingénieur, a épousé deux ingénieurs successivement : José Fabré, puis Enriq (...)

80Les écarts d’âge lors du mariage peuvent s’expliquer pour les femmes par la pratique des remariages. On a recensé quatorze veuves contractant un deuxième mariage. La situation du défunt mari de dix d’entre elles98 est connue. Les autres veuves ont en premières noces choisi un militaire ou un ingénieur et, en secondes noces, leur choix se porte sur un ingénieur. Cette pratique du remariage des veuves de militaires avec une personne du même milieu était certainement courante. Pour la veuve déjà intégrée à un réseau relationnel, il est bien plus facile de choisir dans ce réseau que dans un autre. Une question reste en suspens : l’ingénieur militaire avait-il pour ces veuves un attrait particulier, en tant qu’homme ayant une position différente dans l’armée ? On peut mettre à part celles les veuves qui ont épousé des ingénieurs en première et en seconde noces99.

Les origines sociales des familles des épouses

  • 100 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 353 sqq. Résultats tirés des 1 (...)

81Francisco Andújar, dans son étude sur les milieux militaires, arrive aux conclusions qui suivent100. Le pourcentage des mariages d’officiers avec des filles ou veuves de militaires est élevé : 42 %. Si l’on y ajoute les mariages d’officiers avec des filles issues des milieux administratifs de l’armée, on atteint 50 % de mariages avec une famille issue du milieu militaire. Ainsi, Francisco Andújar conclut à une forte endogamie militaire. Puis il cherche l’incidence de cette donnée sur la formation d’une structure corporative des alliances. Il évalue pour chaque arme le degré d’endogamie corporative : infanterie 82,4 %, cavalerie 50 %, artillerie 52 %. Pour le corps du génie, il obtient un pourcentage élevé de 56 %.

82Un corpus de cent quatre-vingt-cinq épouses pour lesquelles nous avons une précision sur l’origine sociale, donnée corrigée par la profession du père quand elle est indiquée, n’aboutit pas à la même conclusion (voir tableau 23).

  • 101 La sœur de Pedro Bambiteli et de Francisco, Cecilia, épouse Francisco Sabatini. María Andrea Gabrie (...)
  • 102 Isabel Litieri, fille de brigadier, épouse Rafael Llovet. Rafaela Vera y Pintado, fille d’un gouver (...)
  • 103 Nous avons quatre filles de contador, deux de gouverneur et trois des administrateurs des provision (...)

83Le corps du génie correspond largement au premier schéma dressé par Francisco Andújar, c’est-à-dire que les officiers du génie épousent à 43 % des jeunes filles issues de milieux militaires. À la différence de ce qui est envisagé par cet auteur, la part d’endogamie au sein du même corps semble plus faible. En ajoutant aux 15 filles d’ingénieurs connues pour avoir épousé un ingénieur, les parentés sœur, cousine et nièce101, on ne trouve que vingt cas et vingt et un unions. Ainsi le pourcentage estimé passe à 25 % du milieu militaire représenté. On est loin des 56 % évoqués par Francisco Andújar. Le choix pour un ingénieur d’une épouse issue du monde militaire repose donc plus sur la diversité de ce monde (mise à part la cavalerie). Le corps du génie est de faible effectif ce qui impose deux paramètres. Le premier est la capacité à connaître l’ensemble des composants du corps et par conséquent à faciliter les rencontres entre les filles et fils d’ingénieurs. Le second est le choix limité de filles mariables. Aussi les ingénieurs élargissent leurs choix aux autres corps d’armée. Les liens entre ces différents corps existent sur le terrain. La jeune fille présente l’avantage d’être déjà habituée aux déplacements de son père, à la discipline qui régit sa vie, au quotidien des places fortes et au fonctionnement de ce monde. Parmi les milieux militaires des épouses, l’infanterie est fortement représentée, l’administration et l’artillerie plus modestement. L’infanterie est une des armes les plus importantes en nombre dans l’armée espagnole. Elle est présente partout où il y a besoin de militaires. Elle est donc un vivier de choix pour des alliances entre militaires. Parmi les épouses qui en sont issues, se trouvent surtout des filles de capitaines (vingt-deux d’entre elles) et lieutenant-colonel (cinq). Il y a peu de filles d’officiers supérieurs102. L’artillerie est l’autre corps savant de l’armée. Même si les relations entre les hommes de ces corps de techniciens n’ont pas toujours été faciles. Ce sont des spécialistes souvent en contact, sur le terrain qui parlent le même langage et ont été formés dans les mêmes centres. Ceci crée des liens que des unions entre familles connues viennent concrétiser. Quant à la présence des administrations, elle peut s’expliquer par les relations constantes entre des hommes qui projettent et veillent à l’exécution des travaux et d’autres qui doivent les gérer103. Dans le fort pourcentage des milieux militaires sont, bien sûr, inscrites les veuves de militaires.

Tableau 23. – Origines sociales des épouses et de leurs familles

Tableau 23. – Origines sociales des épouses et de leurs familles

Source Fichier prosopographique, renseignements provenant essentiellement des dossiers matrimoniaux et de pension trouvés à Ségovie.

84Les affectations successives des ingénieurs les amènent à fréquenter non seulement des militaires mais aussi la noblesse locale. Ainsi apparaît une seconde caractéristique dans le choix des épouses : la place de la noblesse. Les jeunes filles qui en sont issues, représentent, toutes catégories confondues, 55,8 % ce qui fait du corps du génie un corps ouvert sur le monde extérieur. Cette ouverture est certainement liée aux multiples rapports entre un ingénieur chargé de construire une route, cartographier une zone, élever un pont avec la société civile, et les élites locales inscrites dans ces espaces. On peut imaginer dans certains cas l’attrait exercé par l’ingénieur, homme cultivé, instruit en sciences, et techniciens pour une noblesse à la recherche à la fois de l’aura militaire et de celle des savoirs.

  • 104 D. OZANAM, « Les étrangers dans la haute administration espagnole », pp. 215-229.

85La représentation de la haute noblesse ou de la haute administration est faible. Il existe cependant un intérêt certain pour des alliances avec certains de ces membres. Tout d’abord, il faut distinguer les cinq alliances avec des nobles étrangers en vue. Inès Arnaud de Courville, fille d’un chevalier de l’ordre de Saint-Louis, en service à La Havane comme capitaine des garnisons épouse Felipe Ramírez, ingénieur ordinaire à La Havane. La fille du baron de Boussigue, conseiller royal à la cour de Montpellier s’unit à Antonio Montaigu de la Pérille (fils), issu d’un mariage entre son père ingénieur et la fille d’un receveur des fermes générales du roi de France. Ou encore la fille d’un sénateur de Raguse qui épouse Gerónimo Amici, colonel et ingénieur. Enfin la fille d’un ministre des villes hanséatiques se marie avec un lieutenant-colonel ingénieur en second Domingo Aguirre. Dans ces alliances, on constate souvent que le mariage est lié soit aux origines géographiques de l’époux, soit à la circonstance d’une affectation. Parmi ces 5 unions, 3 ont été effectuées au début du siècle et coïncident avec la forte présence étrangère du début du siècle dans les recrues militaires espagnoles104. Ce constat donne l’impression que les unions entre ingénieurs et étrangères étaient certainement plus nombreuses dans la première moitié du siècle, d’autant plus que les ingénieurs étrangers formaient à ce moment-là, une partie non négligeable du corps. Mais les lacunes documentaires nous empêchent de l’établir avec certitude.

  • 105 Pedro Lorieri, AHN, OM, Santiago, XVIII, 1484) ; Juan Ordovás (AGMS, exp. mat. O 428) ; Manuel Nava (...)

86L’appartenance de sept jeunes filles à la haute noblesse ou haute administration espagnole105 est attestée :

  • une fille du marquis de Villafranca del Ebro, María Antonia Yanguas qui épouse Pedro Lorieri, fils d’un conseiller de Castille ;

  • une fille d’un conseiller de Castille et d’une camériste de la reine, Ana Antonia Zamora Aguilar y Guerrero, épouse de Juan de Ordovás, maréchal de camp ;

  • une fille de ministre du conseiller de Castille, María Salazar Álvarez de Toledo, épouse du colonel et ingénieur en chef Manuel de Navacerrada ;

  • une fille du marquis de Usategui, Felipa épouse de Nicolás Hontabat, ingénieur extraordinaire, fils d’Arnaldo Hontabat ingénieur en chef et colonel ;

  • une fille de Jefe de Boca de la Casa Real, Catalina Verdot épouse d’Esteban Marillat, ingénieur ordinaire et capitaine ;

  • une fille du comte de Gimonde, título de Castilla en 1766, María del Carmen Cisneros Castro Ulloa, épouse Pedro Martín Cermeño en 1757, commandant de l’armée de Galice ;

  • la fille de Francisco Salcedo y Tapia, chevalier de l’ordre de Santiago, Leocadia, épouse José Claraco en 1783 alors qu’il est lieutenant-colonel et ingénieur ordinaire.

87Si l’on considère que certains dossiers ne font figurer l’origine sociale que par un terme générique, d’autres exemples d’appartenance à une noblesse élevée peuvent alors apparaître. L’examen des dots pourrait être un facteur supplémentaire de définition des contours de cette noblesse alliée au génie. Parfois la mention d’un majorat, même s’il n’est pas évalué, fournit une indication sur la famille comme pour María de Silva Merino de Vargas, veuve de Pedro Arias Mercado y Dusmet, lieutenant des milices de Trujillo et regidor d’Alcántara, qui épouse en secondes noces Rafael Llovet de Litieri, lieutenant et ingénieur extraordinaire. Elle est la fille de Francisco Antonio Silva, receveur général de la rente sur le savon en Estrémadure et de Josefa Merino de Vargas. À propos de son majorat, il est simplement dit

  • 106 Dossier de Rafael Llovet (AGMS, exp. mat. LL 18, mariage en 1776).

propriétaire d’un majorat d’une valeur supérieure à ce que prescrit votre Majesté pour celles de sa classe qui se marient avec un militaire106.

  • 107 Huet Bontempo José ou Josef (AGMS, exp. mat. U 115 et M. G. CANO RÉVORA, Cádiz y el Real Cuerpo de (...)

88D’autres fois, on peut trouver la mention ilustre plus une dot considérable ce qui laisse envisager l’appartenance à une classe sociale élevée. En 1793, le mariage entre José Huet Bontempo, fils de l’ingénieur Luis Huet et de Barbara Bontempo (un couple d’origine italienne), et Rosa de Allier y Ordiales, fille de Joaquín de Allier, noble ilustre, issu d’une famille d’origine française, repose sur une dot de 90.000 pesos soit 1.350.000 réaux. On peut supposer la démarche des deux familles. Le père du marié est à la tête de la province d’Andalousie comme ingénieur directeur et lieutenant général. Il est en contact avec les réseaux les plus élevés de la société et conclut ce mariage avec des nobles de la haute société andalouse. Son fils a alors le grade de lieutenant et d’ingénieur extraordinaire. Il est nommé en Andalousie. Âgé de vingt-quatre ans, il épouse une jeune fille de treize ans. Le beau-père offre une dot supérieure à ce que demande les articles du mont-de-piété pour un mariage d’officier subalterne. Ce mariage unit deux familles ayant une position sociale enviable. De plus, le beau-père en 1798 participe à des contrats avec la Real Hacienda pour la branche des fortifications. Chacun des deux milieux a trouvé un intérêt à ce mariage107.

89Cependant si les unions avec une famille de la haute noblesse ou haute administration sont souvent le fait d’ingénieur arrivé en fin de carrière, de père ingénieur haut placé ou d’ingénieur issu de cette haute noblesse, elles restent rares pour les premières noces. Parfois un remariage sera l’occasion d’accéder à cette promotion sociale.

90Le plus souvent, les jeunes filles sont issues de la noblesse moyenne qui localement possèdent des biens ou des charges. Les qualificatifs employés pour définir l’origine sociale des femmes ne sont pas toujours très explicites, car on a recours dans les textes aux seuls termes de noble ou d’hidalgo. L’examen des fonctions occupées par les pères des jeunes filles a aidé à définir cette noblesse. Les charges occupées par ces nobles sont le plus souvent celles d’échevin, ou d’administrateur soit dans les Rentas, soit dans les tabacs ou les douanes. On trouve encore des nobles ayant des charges juridiques élevées comme alcalde ou oidor, ou encore des juristes, avocat par exemple.

91Enfin les jeunes filles issues des milieux roturiers sont très peu nombreuses. Le cas de la première épouse d’Ignacio Garcini, dont nous avons déjà parlé, est celui d’une fille de négociant qui apporte une dot confortable au ménage. Par la suite, cet ingénieur choisira une épouse de la haute noblesse. Avec le grade qu’il aura atteint, il pourra faire une alliance consolidant sa promotion sociale. La deuxième épouse non-noble est Rosa Díez Salamó mariée à Guillermo Minali. Celui-ci est ingénieur extraordinaire à Figueras en 1796 où il rencontre le maître d’œuvre du château de San Fernando de Figueras, père de Rosa. Les deux jeunes gens ont dû se plaire puisque l’ingénieur complète la dot de 20.000 réaux fournis par son beau-père avec 40.000 réaux pour que la licence puisse être accordée en conformité aux demandes du mont-de-piété. La mère de la jeune fille était fille d’un architecte ayant participé à la construction de la cathédrale de Lérida. Les liens entre les exécutants d’architecture militaire et les concepteurs sont évidents sur le terrain mais beaucoup moins dans les alliances. Rosa Díez Salamó reste un cas exceptionnel dans ce corpus.

92En faisant l’étude des réseaux relationnels peut-être sera-t-il possible d’améliorer la connaissance du monde dans lequel les ingénieurs évoluent ? D’ores et déjà, on peut dire que les épouses des ingénieurs se recrutent en majorité dans les milieux nobles de moyenne importance et dans les milieux militaires extérieurs au génie. La définition d’une plus ou moins grande endogamie militaire ou corporative n’a pu être établie ni à travers le siècle, ni en fin de période, les chiffres n’étant pas significatifs. L’endogamie militaire certes existe avec 43 % de mariages contractés dans ce milieu, mais ce corps nous semble plutôt ouvert sur la société civile. Par la suite, lorsqu’il devient au xixe siècle un corps strictement militaire s’affirme-t-il par une plus forte endogamie militaire ?

Les dots des épouses : une assurance pour le ménage ?

93Grâce aux dossiers matrimoniaux, l’étude des dots permet d’approcher un autre aspect de la réalité des épouses tout en se gardant de généraliser les conclusions qui pourraient en être tirées, car cette étude ne porte que sur soixante et onze cas.

  • 108 Pour le mariage, en 1764, du comte de Roncali avec María del Carmen Murcia, le père de la jeune fil (...)
  • 109 La dot d’Ana Montemayor pour épouser Francisco García Miralles est réunie par sa mère et sa tante ; (...)
  • 110 Silvestre Abarca épouse Francisca González dont la dot est composée de 160.000 réaux venant de son (...)
  • 111 Les différents textes : Règlement du mont-de-piété de 1761, art. 4, chap. vi, dots des filles noble (...)
  • 112 M. García Fernández, Herencia y patrimonio familiar en la Castilla del Antiguo Régimen, pp. 256-257 (...)
  • 113 AGMS, exp. mat. F 1563, Ramón Folgueras épouse en 1798 Engracia Casanovas, noble et sœur d’ingénieu (...)
  • 114 Plusieurs traces de cette volonté d’obliger à doter le mari se trouvent à la fois dans le règlement (...)

94La dot apportée par la fille et les arrhes prénuptiaux du futur mari sont les deux volets des contrats de mariage à l’époque moderne. La dot pouvait se composer d’argent, de linge de maison ou de vêtements, de bijoux ou encore de biens-fonds. La dot faisait l’objet de négociations avant le mariage. Elle était à la fois un apport économique indispensable au moment du mariage et aussi pour la famille, la marque de son appartenance sociale, une sorte de critère de différenciation sociale. Doter les filles, qu’elles se marient ou entrent au couvent, représentait souvent un poids pour les familles108. Les dots sont parfois réunies par des proches ce qui laisse supposer que la somme était difficile à trouver109 ou encore que les parents avaient disparu. Parfois, aussi, la dot n’est rassemblée qu’au décès des parents ou de proches et donc arrive sous forme d’héritage pour la mariée110. La dot de la jeune fille est son bien propre, sa source d’indépendance ou tout au moins le symbole de son existence économique. Elle revient à la femme si celle-ci devient veuve sans héritiers. Si elle décède sans héritiers, la dot retourne dans les biens de sa famille. Les arrhes prénuptiaux des hommes faisaient aussi partie intégrante du patrimoine du couple. L’État est parfois intervenu pour éviter des exagérations dans la constitution des dots. Même si la loi fixe des montants, les familles dotent parfois au-delà des sommes requises, alors qu’elles ne sont pas dans l’obligation de le faire. Dans le cadre de l’armée, les dots ont été fixées par le roi111 mais cela n’empêche pas de trouver des dots bien supérieures aux exigences. Les chiffres choisis par le roi correspondent déjà à des niveaux de fortune déjà plus élevés que pour la majorité de la population112. Il est évident que fixer « le prix du mariage pour la jeune fille bourgeoise » à plus de 50.000 réaux amène à des mariages avec des familles aisées. Quant aux 20.000 réaux nécessaires pour les nobles, ils laissent la porte ouverte à des familles de petite et moyenne noblesse. Ne pas obliger à doter les filles de militaires (tout en ayant de quoi vivre) peut correspondre à la fois à un privilège et à l’envie de ne pas surendetter les militaires dont les soldes étaient faibles, ou bien encore à la volonté de favoriser les unions endogames. Si le montant d’une dot n’était pas fixé, il allait de soi que les jeunes filles du monde militaire devaient avoir des biens personnels pour assumer la vie commune. Quant aux arrhes prénuptiaux113, pratique courante du monde civil, le roi a voulu imposer ceux-ci uniquement aux officiers subalternes d’un grade inférieur à capitaine114.

Tableau 24. – Dots exprimées dans les dossiers de mariages

Sommes (en réaux de billon)

Nombre de cas

Composition

Inférieures à 20.000

2

Sous forme de rentes par an

20.000

15

Dont deux en biens-fonds précisés

> à 20.000 et < à 30.000

4

Toutes en biens-fonds

30.000

4

Deux en biens-fonds

> à 30.000 et < à 50.000

4

Deux en biens-fonds et deux en argent

50.000

4

Argent

> à 50.000 et < à 60.000

2

Argent, bijoux et vêtements : 1 Biens-fonds : 1

60.000

15

10 en argent, 1 en loyer à prélever, 3 en biens-fonds et argent, 1 en hypothèque

> à 60.000 et < à 100.000

12

Dont 3 en biens-fonds et une en dettes à récupérer et argent

> à 100.000

4

Biens-fonds, des haciendas, placements

> à 1.000.000

1

Crédits, argent, bijoux

Non évaluées

4

Dont trois parties de majorats, une hacienda

Total

71

Sources Dossiers de mariage des ingénieurs.

  • 115 María Salazar Álvarez de Toledo reçoit comme dot au décès de son père 6.000 réaux de pension par an (...)
  • 116 Francisco de Arroyo épouse Rosa Matos y Montserrat, fille de militaire, qui reçoit par an en pensio (...)

95La composition des dots est variable. La dot traditionnelle faite d’argent, de vêtements, d’un trousseau (on cite la somme en argent mais pas le détail des autres éléments) semble la plus représentée dans les montants faibles. Plus les montants s’élèvent plus les biens-fonds apparaissent. Ce sont des parts d’héritage : maisons, terres ou encore plantations et haciendas. Mais on trouve aussi des dettes à récupérer, ou les fruits de placement. Enfin, le système des rentes touchées annuellement est peu répandu mais c’est une forme intéressante pour le jeune ménage, et une assurance pour l’avenir. Lorsqu’il est employé, il s’agit d’une rente prévue par le père dans son testament, comme pour la fille du conseiller de Castille Salazar115, ou encore des pensions de veuvage116 (voir tableau 24).

  • 117 Les dots prises en compte sont aussi bien celles des premières épouses que des secondes.

96Les montants des dots des épouses des ingénieurs117 correspondent dans plus de trois quart des cas à ceux de jeunes filles issues du milieu noble. Pour les autres cas, il s’agit de filles de militaires. Les dots des filles de la bourgeoisie sont présentes dans ce tableau mais sont quantité négligeable puisque peu de jeunes filles sont issues de ce milieu (2,12 %).

97Il apparaît de manière flagrante que la manière de doter dépasse les exigences des textes de lois : 20.000 réaux pour les nobles, 50.000 réaux pour les roturiers. En pourcentage par rapport aux dots versées, on obtient 76,9 % des dots supérieures à 20.000 réaux, et 52,3 % supérieures à 50.000 réaux. Les milieux sociaux nobles et militaires n’hésitent donc pas à doter et à bien doter. Peut-on en déduire que les jeunes filles issues de la noblesse ou des milieux militaires sont pour certaines de milieux aisés voire très aisés ?

  • 118 AGMS, exp. mat. C 2971.
  • 119 AGMS, exp. mat. E 1285.
  • 120 AGMS, exp. mat. P 2082.

98Deuxième constat, l’hétérogénéité des dots. Si l’importance des dots demandées par rapport à la moyenne de la population a déjà été évoquée, il est évident aussi dans ce tableau que la palette des dots est large de 20.000 à 1.350.000 réaux. En regardant le lieu de mariage, on s’aperçoit que pour le créneau dotal supérieur à 80.000 réaux, la moitié des dots concerne des mariages ayant lieu en Amérique. Sachant qu’il y a eu vingt-neuf cas de mariage américain retrouvés, cela renforce la signification de ce fait. Souvent ce sont des familles qui possèdent à la fois terres, et fonctions militaires. Elles appartiennent à des élites qui forment des cercles réduits et, loin de l’Espagne, reconstituent des réseaux basés sur leur appartenance soit aux sphères des membres de l’administration envoyés par l’Espagne, soit à la haute société, détentrice des plantations. Par exemple, Narciso Codina épouse María Candelaria de Alcalde González, la fille d’un noble d’origine espagnole, qui possède des haciendas en Nouvelle-Espagne et donne à celle-ci une dot de 150.000 réaux118. Ou encore José Esmeas qui épouse Micaela Sterlin y Luna, fille d’une famille franco-espagnole de Saint-Domingue119, qui reçoit de ses parents 80.000 réaux de dot. Micaela pourra hériter après leur décès d’une hacienda composée de plantations de cacao et d’indigo avec 21 esclaves, d’une valeur de 690.440 réaux. Enfin, lorsque Joaquín Manuel de Pino y Rozas épouse en seconde noce Rafaela Vera Música y Pintado, fille du maître de camp général et gouverneur par intérim de Santa Fe à Veracruz, elle reçoit pour dot 140.000 réaux120. On peut relever le montant exceptionnel de la dot de Rosa Allier y Ordales, membre d’une noblesse dite ilustre, épouse de José Huet Bontempo, qui s’élève à 1.350.000 réaux. Cette somme, très élevée, semble unique dans le milieu des épouses des ingénieurs militaires et reste parmi les dots d’exception dans la société de l’époque. En revanche, pour des dots dans l’intervalle des 60.000 à 80.000 réaux, la proportion de mariages contractés en Espagne est quatre fois plus élevée que pour ceux d’Amérique.

  • 121 Règlement du mont-de-piété, chap. vi, art. 13.

99L’utilisation des dots n’est connue que dans peu de cas. Juan Courtoy a utilisé une partie de la dot de sa femme pour payer ses dettes (6.000 réaux sur 60.000 réaux). Miguel de Roncali se sert de la dot de sa femme pour leur départ en Amérique. Mateo Hurtado de Toledo achète une ferme avec 20.000 réaux sur les 60.000 de la dot de sa première épouse. Cette dernière attribution de la dot de la femme correspond à une des recommandations du règlement du mont-de-piété de 1761, encourageant l’utilisation de la dot en argent pour l’achat d’un bien fonds ou un placement121.

100Ces dots montrent donc à la fois l’hétérogénéité des patrimoines apportés par les épouses mais laissent aussi à penser que les unions des ingénieurs se situent dans un milieu social attaché aux valeurs nobiliaires et militaires, et plus aisé que la moyenne de la population.

Le remariage : facteur de promotion sociale ou nécessité familiale

101Toujours en liaison avec l’aspect d’intégration sociale que revêt le mariage, les cas de remariage (vingt et un ingénieurs se sont mariés au moins deux fois, soit quarante-six unions au total puisque certains ont contracté plus de deux mariages) peuvent apparaître intéressants Les motifs des remariages des ingénieurs sont de trois types : manque de descendance, besoin de trouver une femme pour s’occuper des enfants du premier mariage, mais aussi besoin de conforter son ascension sociale par un mariage assurant une sorte de promotion dans un milieu plus élevé.

  • 122 AGS, GM, 2991.
  • 123 Juan Camargo a 4 enfants dont une fille en bas âge (AGMS, exp. mat. C 628). Segismundo Font y Milan (...)

102Bartolomé Amphoux Party mentionne clairement dans sa demande de licence pour son deuxième mariage qu’il a besoin d’une femme pour s’occuper de ses deux fils122. Il en est de même pour trois autres ingénieurs123. Deux veuves de militaires figurent parmi les secondes épouses.

  • 124 Antonio Arredondo Perelli (AGS, GM, 2991 ; AGI, Indiferente, 1905 ; Fichoz) ; Gonzalo Begines de lo (...)

103Sept ingénieurs124 ont réussi une seconde union leur permettant d’accéder à une certaine promotion sociale. La nomination de l’ingénieur en Amérique n’est pas un obstacle à un mariage réussi, au contraire. En effet, parmi les sept ingénieurs cités précédemment, quatre ont trouvé une épouse qui leur a permis d’intégrer les élites locales ou celles des serviteurs de l’État installés dans les colonies. Par exemple, Antonio Arredondo Perelli épouse en 1748 Josefa Ambulodi O’Farril, appartenant à une famille importante de La Havane liée aux serviteurs militaires de la monarchie sur l’île de Cuba. Ou encore Joaquín Manuel Pino y Rozas y Negrete qui épousant en 1783, alors qu’il est lieutenant-colonel et gouverneur de Montevideo, Rafaela Vera y Pintado, fille d’un maître de camp général et gouverneur de Santa Fe de Veracruz, fait lui un mariage qui correspond à son rang et lui permet d’intégrer les élites des administrateurs des terres coloniales. Joaquín Manuel Pino y Rozas termine sa carrière comme capitaine général du Río de La Plata.

104Parmi les ingénieurs restés en Espagne, certains hommes remariés font eux aussi un parcours matrimonial intéressant. Ignacio Garcini y Queralt, au départ ingénieur, épouse en 1779 une fille de négociant, María Manuela Deu y Ferrer. Lorsqu’il devient veuf, il n’a pas de descendance. À cette absence de descendance, s’ajoute le changement d’orientation de sa carrière : il prend les fonctions d’intendant. Il se remarie alors en 1801 avec Josefa Castilla Portugal y Wanarbroeck, camériste de la Reine. Ainsi Ignacio Garcini y Queralt devient un des protégés de Godoy. Carlos Beranger, lui, se marie en secondes noces avec Josefa Dusmet de Balan, issue d’une famille de militaires d’origine flamande, proche du pouvoir. Le rôle de promotion sociale du mariage intervient plutôt lorsque l’ingénieur a déjà progressé dans sa carrière. L’ingénieur semble, alors, être aussi un « bon parti ». Le remariage est non seulement un moyen d’aider l’homme à trouver sa place dans la société mais aussi celui de faire face aux obligations familiales.

Les origines géographiques des épouses

  • 125 Nous n’avons retrouvé que 3 origines différentes entre la fille née en Espagne et le père né à l’ét (...)

105Les sources, plus nombreuses pour la deuxième moitié du siècle, période où la codification des mariages se réalise dans les statuts du mont-de-piété, nous permettent d’analyser les origines géographiques de 164 épouses. Trois caractéristiques se dégagent de ce tableau. La logique aurait voulu que la forte proportion d’ingénieurs étrangers au début du siècle entraînât la même proportion d’épouses étrangères. Or les lacunes documentaires sur le début du siècle ne permettent pas de conforter cette hypothèse. De même une étude sur les lieux de naissances des pères des épouses ne permet ni d’affiner les chiffres ni de voir une évolution significative entre le milieu d’origine familiale des pères et celui des épouses125. L’examen des origines des pères des femmes d’origine américaine montre que dans un cas sur deux le berceau de la famille était l’Espagne. Pour l’une des épouses, les racines familiales étaient en France. Ces différences entre le lieu d’origine des filles et des pères trouvent leur explication dans la fonction occupée par ces derniers. Ce sont, dans un cas sur deux, des serviteurs de l’État ou des militaires dont la venue en Amérique est due à une affectation. L’éloignement du berceau familial est lié aux circonstances professionnelles.

106Le deuxième aspect à retenir est la forte proportion de femmes d’origine espagnole. Cette importance est d’abord liée à l’espace géographique dans lequel vivent les hommes. Aucun texte particulier n’incite à un recrutement géographique obligatoire. Peut-être peut-on se demander si, dans des périodes troublées, il n’y a pas eu volonté de privilégier l’alliance avec des péninsulaires, comme pendant la Révolution française. Ou encore si, au fil du siècle, dans le choix des épouses on n’a pas voulu instaurer une priorité aux familles péninsulaires au détriment de familles cosmopolites. Ces interrogations restent sans réponses.

107La troisième caractéristique du corps des ingénieurs est la forte exogamie géographique. Dans seulement vingt-deux cas on trouve une similitude entre le lieu de naissance de l’ingénieur et celui de son épouse. Il existe un lien plus important entre lieu d’affectation et mariage, qu’entre lieu de naissance et de mariage. Ce fait n’a rien d’étrange puisqu’en tant que militaires, les ingénieurs n’étaient pas amenés à faire leur carrière sur leur lieu d’origine, mais plutôt dans de multiples lieux d’affectation. Pour compléter cette observation, il nous faudrait connaître non seulement le lieu de naissance de l’épouse mais aussi le lieu du mariage. Or ces informations ne sont qu’épisodiques. Donc il ne reste que la liste des provinces de naissance pour conforter le lien entre provinces fortement dotées militairement ou liées aux travaux lancés par la monarchie et lieu de choix des épouses. Les provinces à fort taux d’affectations militaires telles que la Catalogne, l’Andalousie, la Castille arrivent en tête des zones de provenance des épouses. De même les sites militaires d’Afrique du Nord sont fortement représentés. Dans ce dernier cas, sur neuf ingénieurs épousant une jeune fille née en Afrique du Nord, la totalité était affectée sur ces sites. Donc le lien entre affectation et lieu de choix de l’épouse est total. De plus, sept épouses sur neuf sont issues des milieux militaires fortement représentés dans ces destinations.

108Le corps des ingénieurs militaires est une exception dans la société de son temps où l’endogamie géographique reste un critère de choix très présent et actif pour les familles. Ces militaires amenés à sillonner l’Espagne mais aussi l’Empire colonial sont donc peu attachés à leur lieu d’origine, et contribuent d’une certaine manière à l’ouverture sur d’autres paysages, et d’autres sphères familiales.

Tableau 25. – Origines géographiques des épouses d’ingénieurs

Pays

Total des cas

%

PRovinces ou Pays

Nombre

Espagne

120

73,1

Inconnues
Afrique du Nord
Andalousie
Aragon
Asturies
Baléares
Canaries
Castille
Catalogne
Estrémadure
Galice
Levant
Navarre
Pays Basque

10
9
26
5
1
3
2
16
19
4
9
7
5
4

Amérique

30

18,4

Caracas
Chili
Guatemala
Nouvelle-Espagne
Nouvelle-Grenade
Pérou
Río de La Plata
Saint-Domingue

2
2
2
8
3
1
4
8

Étranger

14

8,5

Flandres
France
Irlande
Italie

2
4
2
6

Total

164

164

Sources AGMS, dossiers matrimoniaux et de pensions ; AGS, Licencias et mont-de-piété.

V. – Familles et réseaux

109Pour connaître les réseaux tissés autour d’eux par les ingénieurs, il y a peu d’éléments. Le premier est le choix des parrains et marraines des enfants ; leurs fonctions ou les liens de parenté sont rarement indiqués. Le deuxième est la désignation des exécuteurs testamentaires ou les personnes citées dans les testaments. Seulement une quarantaine de testaments ont été retrouvée, mais c’est déjà un indicateur précieux. Enfin, les professions exercées par les fils, ou les mariages des filles donnent une autre possibilité de voir s’il existe ou non une continuité familiale.

Les réseaux des ingénieurs : un puzzle difficile à reconstituer

110Les familles des ingénieurs se composent de 2,2 enfants en moyenne, avec une plus grande proportion de garçons à la naissance : 164 garçons pour 102 filles. Il y a des extrêmes : un enfant né chez Pedro Martín Cermeño, dix chez Bruno José Cavallero. En suivant les parcours des différents enfants, il a été possible d’inventorier leur intégration sociale. Comme souvent, les lacunes documentaires sont importantes, mais une ébauche est possible même si les conclusions restent partielles.

111Les filles d’ingénieurs (trente-quatre parcours retrouvés pour cent deux naissances connues) épousent en majorité des militaires issus essentiellement du corps du génie et de l’infanterie. Ces faits montrent que les liens avec les milieux militaires sont importants. L’ingénieur baigne dans ce milieu, il y choisit donc les alliances de ses filles. Il n’y eut que deux cas d’entrée en noviciat.

  • 126 Ricardo Ailmer Burgo (AGMS, 9a, A 50). Le fils Pedro, né en 1773, fait ses études à Barcelone et de (...)
  • 127 AGMS, 9a, M 52.

112Sur cent soixante-quatre fils d’ingénieurs, ont été reconstitués cent vingt-trois parcours. Les 91,8 % des fils d’ingénieurs choisissent la carrière militaire. Le reste se dirige vers une carrière ecclésiastique : trois jésuites, un chapelain, trois religieux sans ordre précisé. Parmi les militaires, 66 % des fils d’ingénieurs optent en premier lieu pour le corps du génie suivi de l’infanterie. La cavalerie et les gardes du corps ne sont pas fortement représentés car le recrutement de ces corps se fait dans la haute noblesse. Malgré tout, l’appartenance au milieu militaire favorise visiblement les fils pour intégrer le milieu de leur père. Ricardo Ailmer Burgo, brigadier et ingénieur directeur, irlandais d’origine, a réussi à faire que son fils aîné Pedro, âgé de quinze ans seulement, soit sous-lieutenant126. Trois ans après la mort de Ricardo, le fils devient ingénieur. L’éducation des enfants représente un certain investissement. Miguel Marín Truq127 fait un tableau de ce qu’il a dépensé pour chaque enfant au moment de rédiger son testament. Ainsi veut-il équilibrer ses dons en fonction de ses précédentes dépenses et de tous ses enfants, du premier et du second mariage. Les sommes dépensées pour les enfants du premier mariage seront déduites de leur héritage. La dot de la première épouse a servi à payer une partie de ces dépenses : collège, entrée dans l’armée, médecin… Antonio, son fils, qui est devenu ingénieur lui a coûté 18.000 réaux. Miguel jusqu’à son entrée chez les Jésuites a coûté 1.200 réaux (décédé au moment du testament). José, cadet dans le régiment d’infanterie de Lombardie, pour son entretien en campagne, soins médicaux et autres frais a coûté 25.600 réaux à son père. Enfin pour Pedro, avant qu’il prenne l’habit jésuite, le père a dépensé en quatorze ans 20.000 réaux. Pour les enfants de son second mariage, Juan Antonio et Mariana, rien n’est cité. Mariana est destinée dès l’âge de sept ans à entrer en noviciat chez les religieuses des Carmes déchaussées. Assurer un avenir à ses enfants représentait un certain budget. Donc lorsque s’offrait la possibilité de faire entrer son fils dans le milieu militaire, on la saisissait forcément. Nous reprendrons l’exemple des fils d’ingénieurs postérieurement.

  • 128 AGMS, Pensiones, 1180/22/1782.
  • 129 AGMS, Pensiones, 1181/9/1783.
  • 130 AGMS, Pensiones, 1186/3/1786.
  • 131 AGMS, Pensiones, 1186/9/1786.

113L’analyse des parcours des enfants laisse poindre la forte prédominance des milieux militaires dans les réseaux tissés par les ingénieurs. Les choix faits par ceux-ci pour des moments essentiels de leur vie (naissance des enfants, décès) peuvent aider à dessiner leur tissu relationnel. Le choix du parrain est un choix fondamental dans une société où la mort est très présente ; le parrain est celui qui s’occupera de l’enfant au décès des parents, de son éducation chrétienne et de son avenir. Le parrain peut aussi aider à l’intégration de l’enfant lorsqu’il arrive à l’âge adulte. Seulement cinq cas ont été retrouvés. On note une forte participation de militaires, surtout issus du génie, une faible participation de la famille et le recours au curé à défaut de trouver un autre parrainage. Ces observations confortent l’idée d’une certaine difficulté des ingénieurs à rester liés à leur famille et à s’intégrer localement. Ceci est dû à l’extraordinaire mobilité exigée des ingénieurs. Des liens se tissent plutôt entre collègues. Esteban Peñafiel a eu trois enfants avec sa femme María Antonia Samitier y Fernández128. Le premier Mariano naît en 1767 à Saragosse. Son parrain est José Díaz Pedregal, capitaine et ingénieur ordinaire, collègue du père qui a le même grade à l’époque. Pour ses deux filles nées à Zamora, María Magdalena en 1768, María Josefa en 1771, il choisit son supérieur, brigadier et ingénieur directeur Julián Giraldo de Chaves et la fille de ce dernier pour parrains. José Cerralde y Aramburu129, capitaine et ingénieur ordinaire, choisit à la naissance de son fils José María, en 1779 à San Felipe de Montevideo, comme parrains le gouverneur de cette place et sa femme. Il est en contact avec cet homme constamment. Son choix est logique. Vicente Rueda a deux enfants qui naissent à Cadix130 : le premier, Vicenta Juana, née en 1782 a pour parrains un lieutenant-colonel et un négociant ; le second, Pedro María, né en 1785, a pour parrains : un capitaine de frégate, un maréchal de camp et commandant des ingénieurs Manuel Navacerrada, un capitaine d’ingénieurs Fausto Caballero, un capitaine de vaisseau. Les choix de Vicente Rueda sont plus étendus que ceux de ses collègues. Il choisit les parrains dans les trois milieux les plus importants de Cadix : le commerce, le militaire et la marine. Ce sont les limites de son monde. Carlos Lemaur131, un ingénieur proche des milieux du pouvoir, a pourtant des parrains très anonymes : pour Carlos, Isidora et Ana Josefa un parrain curé ; pour Félix et Francisco, un officier subalterne du génie. Il semble avoir choisi les parrains au plus proche, dans l’église où il baptise, ou dans les hommes qu’il a sous ses ordres. Ces exemples ne sont pas nombreux. Cependant on voit s’amorcer des réseaux où l’entourage professionnel joue un rôle important.

  • 132 M. García Fernández, Herencia y patrimonio familiar en la Castilla del Antiguo Régimen, pp. 273-274
  • 133 Pour 24 ingénieurs, nous avons retrouvé les exécuteurs testamentaires : 11 épouses, 4 fils, 2 frère (...)
  • 134 Leurs statuts sont reconnus pour la plupart d’entre eux à Barcelone : Pedro de Lucuce, maréchal de (...)
  • 135 AGMS, Pensiones, 1184/1/1785.
  • 136 AGMS, Pensiones, 1182/9/1783.

114Quant il arrive au terme de sa vie, l’homme a besoin de laisser à des personnes de confiance ses enfants et ses biens. Il doit aussi leur laisser le soin de préparer son passage dans l’au-delà : cérémonie d’enterrement, messes pour sa rédemption. Les personnes à qui il confie son âme et ses biens, sont ses exécuteurs testamentaires. Le plus souvent on les choisit dans la famille proche (femme, frère ou fils)132. On remarque une grande diversité sur l’ensemble des exécuteurs testamentaires choisis par les ingénieurs133. On retrouve bien sûr la présence des membres de la famille. L’épouse est la personne la plus souvent choisie mais rarement seule. Elle est souvent accompagnée par une ou plusieurs autres personnes. Les fils, les frères, le gendre ou le beau-père sont eux aussi accompagnés d’autres personnes. Dans le choix de membres du clergé, on pourrait voir la volonté de s’assurer de la mise en place des rites post-mortem nécessaires à la rédemption de l’homme mais aussi le désir d’avoir recours à une fonction différente. Parfois, la nomination d’ecclésiastiques correspond à un testament d’un ancien ingénieur qui occupe d’autres fonctions. Manuel Núñez del Pino rédige à la fin de sa vie son testament. Il est alors regidor perpétuel d’Almería. Il a choisi son épouse, deux chapelains royaux de la cathédrale et un curé de sa paroisse. Le fait qu’il soit retiré du corps et sa position sociale peuvent expliquer ce choix. La différence par rapport aux études testamentaires de la noblesse est le nombre important de collègues et de militaires parmi les exécuteurs. Ceci tend à montrer que le testateur avait une confiance absolue en ces hommes. Mais ce type de choix ne révèle-t-il pas aussi les liens forts entre ces hommes qui se côtoient et s’apprécient dans l’exercice de leur profession ? Ou alors doit-on y voir une relation avec la difficulté de créer des liens lorsque l’on déménage très souvent ? Lorsqu’un homme comme Juan Martín Cermeño choisit cinq ingénieurs pour veiller au respect de ses dernières volontés, il affirme sa confiance dans ses collègues, issus de son corps d’origine134. Il donne le sentiment d’appartenir à une sorte de famille. Francisco Rodríguez Cardoso135 teste à Buenos Aires. Il confie à son fils, membre du clergé, à deux gendres et un neveu le soin de répartir ses biens. Là, c’est la famille qui est chargée de l’application du testament. La confiance va aux proches. Chacun est intéressé à la succession. Manuel de Santisteban136 travaille à Veracruz où il rédige son testament en nommant sa femme, son fils Manuel María lieutenant dans le régiment de Nouvelle-Espagne, et Miguel del Corral le gouverneur par intérim de la place de Veracruz et ingénieur en chef. Au travers de ces exemples, on voit que les liens tissés par les ingénieurs correspondent au milieu militaire et plus particulièrement à celui du génie. Gaspar Bernardo de Lara n’a pas choisi d’exécuteurs testamentaires mais les témoins présents lors du testament nous dévoilent d’autres liens des ingénieurs avec leur environnement. En effet, sont présents un chanoine de l’église de San Nicolás d’Alicante, un sous-lieutenant d’ingénieurs Juan Bouligni, un maître maçon Antonio Candia. Parfois d’autres proches des ingénieurs découvrent le cadavre du défunt comme pour Miguel de Roncali. C’est son chef de chantier qui le trouve mort à Cornellà dans sa maison de campagne, près de Barcelone. Cet homme devait aussi être un ami parce qu’il était témoin lors de la rédaction du testament.

  • 137 Antonio Gilleman (AGS, GM, 5837 ; Rep. ; et M.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histó (...)
  • 138 Andrés Amat de Tortosa (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 4474 ; Rep. ; catalogue de M.-R. García Hurtado, E (...)
  • 139 Félix de Azara (Rep. ; F. de Azara, Escritos fronterizos, éd. Manuel Lucena Giraldo, pp. 13-35 ; Fi (...)
  • 140 Bernardo Lana (Rep.).
  • 141 J. Sarrailh, La España ilustrada en la segunda mitad del siglo xviii, pp. 270-272.
  • 142 François véron de Forbonnais (Le Mans 1722 -Paris 1800) économiste français, nommé inspecteur génér (...)
  • 143 M. Zylberberg, Une si douce domination, pp. 180-181.

115On peut ajouter à la description de ces liens des exemples montrant l’ingénieur dans d’autres milieux. Parmi les ingénieurs proches du pouvoir, Francisco Sabatini, ou Pedro de Lucuce, ou la famille Martín Cermeño auraient pu être évoqués. Mais le choix d’autres exemples montrera à la fois les liens avec le pouvoir mais aussi avec les milieux scientifiques. Francisco Navarro, ingénieur en chef en 1746, est nommé à la Cour. Il avait été le précepteur de Ferdinand VI. José Antonio Borja étudie avec Vicente Sancho, passe son examen à Madrid. Muni de la recommandation de Mateo Vodopich, il va voir Juan Gregorio Muniain. Il lui montre ses plans et offre un portrait de San Juan. Ainsi Juan Gregorio Muniain lui offre sa protection. Borja entre dans le corps en 1763, est nommé à La Havane, puis en 1766 à Montevideo. Quand il revient en 1772 au grade d’ingénieur ordinaire, son protecteur est ministre de la Guerre. Antonio Gilleman, lui, est un ingénieur reconnu dans les milieux scientifiques pour ses connaissances en astronomie. Il a fait plusieurs travaux sur les planètes du système solaire et la mesure du temps137. En 1787, il est convié par Campomanes à participer à l’observation de l’éclipse dans sa maison. Il est là en présence de personnes ilustradas comme Jovellanos. Il écrit dans le Correo de Madrid un article sur cette éclipse du 15 juin 1787. Cet ingénieur est donc reconnu pour ses compétences par les milieux éclairés. De plus il appartient à la Real Academia de la Historia. En 1807 d’une manière posthume est publiée, chez Repullés à Madrid, la traduction faite par Antonio Gilleman, en castillan de l’ouvrage français Elementos de geometria con notas por A. Legendre. Cet ingénieur français a donc des relations avec les milieux éclairés proches du pouvoir, avec la presse et aussi avec les milieux scientifiques de l’époque. Il est aussi le beau-frère de Carlos Lemaur puisqu’il a épousé María Anabela Lamurere Colart, la sœur de la femme de Carlos. D’autres ingénieurs ont par leurs écrits contribué au développement des sciences, ce qui les a amenés à tisser des liens avec des milieux très variés. D’autres ont choisi de s’investir dans des groupes de réflexion et de progrès comme les Sociétés économiques. Andrés Amat de Tortosa138 est un membre éminent de la Société des Amis du Pays de Tenerife. Il publie le contenu de certaines de ses interventions, entre 1785 et 1787 chez Miguel Ángel Bazzanti à La Laguna (Tenerife) : Seminario misceláneo enciclopédico elemental o rudimentos de artes y ciencias, adaptado en lo militar al local de las Islas de Canarias, con su descripción, conquista. On trouve dans la Société aragonaise des Amis du Pays quelques ingénieurs qui y apportent leurs savoirs et contribuent au progrès. Félix Azara a fait des études de droit à Huesca puis est entré à l’académie de Barcelone. Il devient ingénieur en 1767 et occupe différentes affectations en Espagne. Il participe à l’expédition d’Alger où il est blessé. Il devient membre de la société économique aragonaise des Amis du pays. Il rédige un mémoire intitulé Reflexiones económico-políticas sobre el estado del reino de Aragón. Par la suite, en 1781, il est envoyé en Amérique pour définir les frontières entre les Empires espagnols et portugais. Il y reste vingt ans au cours desquels il observe la nature américaine et devient un des plus grands naturalistes de son temps139. On peut citer aussi l’appartenance de Bernardo Lana à l’Academia del Buen Gusto en las Ciencias y en las Artes, en 1750 à Saragosse. C’est là qu’on lit sa dissertation sur les sciences mathématiques et leur utilité140. Les exemples de Jaime Conde et Luis Rancaño de Cancio sont aussi intéressants. Jaime Conde est ingénieur en 1740. Il travaille beaucoup en Catalogne et Aragon. Retiré du génie, ce colonel ingénieur en chef crée, en 1779 au sein de la Société économique aragonaise, une académie de mathématiques, pour laquelle il rédige différents ouvrages de base qui sont publiés. Son collègue Luis Rancaño de Cancio intègre cette société certainement en 1783, année qui voit sa nomination au poste d’aide-ingénieur en Aragon. Il reprend le poste de Jaime Conde et, devenu ingénieur extraordinaire en 1788, prépare ses élèves à la participation à des exercices publics de mathématiques pures et mixtes. Rancaño en profite pour faire l’éloge de D’Alembert et de ses travaux dans le tome IV de l’Encyclopédie, alors que celle-ci est condamnée par l’Inquisition141. Tous ces ingénieurs qui sortent du milieu militaire pour partager leur savoir tissent des liens avec les milieux les plus éclairés de leur temps. Enfin, pour aborder un dernier aspect des cercles relationnels des ingénieurs, revenons au célèbre Carlos Lemaur. C’est un français arrivé en Espagne à la demande du pouvoir dont la compétence est reconnue dans la construction des canaux. Mais c’est aussi un « touche-à-tout ». Il s’intéresse au commerce, à l’astronomie, à l’architecture et aux sciences. Il participe à cette courte expérience de la Société de mathématiques à Madrid ce qui lui donne l’occasion de publier en 1762 son discours sur l’astronomie dont la préface évoque sa conception de la construction des canaux. Il publie aussi en 1765 la traduction de l’œuvre de Véron de Forbonnais142 Eléments du commerce. Il fait partie en 1776 de la Real Sociedad de Economía Matritense. Il fait paraître alors ces Elementos de Matemática pura en 1778 chez Joaquín Ibarra à Madrid. Cet ingénieur ne se contente pas de construire des canaux, de rédiger des ouvrages sur des thèmes variés, il entre dans les milieux d’affaires. Lorsqu’il crée en 1778 sa compagnie du canal d’Andalousie, il côtoie non seulement Manuel Prudencio de Séville, fournisseur des armées du roi, des financiers catalans, mais aussi des financiers anglais et un spécialiste des recherches de financement en Hollande Honoré-Paul Fournier143. Cet homme combine dans ses relations le monde militaire, le monde scientifique et celui de l’argent.

116L’étude d’un autre réseau relationnel d’un ingénieur hors du commun permet de mettre en évidence d’autres possibilités sur la manière de constituer son environnement. Pedro Martín Cermeño est né à Melilla d’un père ingénieur en fonction dans ce préside, Juan Martín Cermeño et d’une mère originaire de Melilla, Antonia García de Paredes, famille ancienne de Melilla qui lutta contre les infidèles. Son père finit sa carrière comme ingénieur général, connu et estimé à la Cour. Son frère José, capitaine d’infanterie, est décédé à la bataille de la Madone de Olmo dans les États du roi de Sardaigne. Pedro gravit la hiérarchie du génie de 1744 à 1777 où il devient Lieutenant général et commandant général des armées. Il finit sa carrière comme capitaine général de Galice. En 1781, alors qu’il a cinquante-neuf ans, il épouse une jeune fille noble de Galice, María del Carmen Cisneros Castro Ulloa, issue de la famille des comtes de Gimonde, implantée en Galice depuis le XVIe siècle à Saint-Jacques de Compostelle. Il entre ainsi dans le monde des títulos d’Espagne. Avec son épouse, il a eu un fils, Santiago qui deviendra par la suite ingénieur militaire. À sa mort en 1790, Pedro Martín Cermeño a des titres multiples : chevalier de l’ordre d’Alcántara, administrateur d’une encomienda de l’ordre de Montesa à Villafamés, lieutenant général, gouverneur et capitaine général de Galice, président de la Real Audiencia. Cette longue liste suppose des connaissances nombreuses dans des milieux élevés socialement. Lors l’étude de son testament fait en 1787 et l’inventaire de ses biens en 1790, nous reviendrons sur ce qu’il possède. Ce qui nous intéresse ici, ce sont uniquement les personnes recensées dans son testament comme ayant des liens étroits avec lui. Pedro Martín Cermeño possède des biens à Barcelone, près de La Corogne, et à Melilla. Pour gérer ses biens à Barcelone, il utilise l’ancien majordome de son père Domingo Piloto qui devient son mandataire. Un de ses proches parents, Bernardo Cermeño, lieutenant-colonel, gère ses biens dans le royaume de Valence, entre autres l’encomienda de Villafamés dont Pedro Martín Cermeño est administrateur pour l’ordre de Montesa. Un officier de la Trésorerie générale de Madrid Antonio Real Varela aide Bernardo Cermeño dans sa tâche mais rend aussi quelques services à Pedro Martín Cermeño. Parmi ces services, Real Varela va payer 1.000 pesos le buste de marbre du père de Pedro et aller chercher l’œuvre chez le sculpteur Michel à Madrid. Pour le remercier, l’ingénieur lui laisse une écritoire en argent. Il a bien connu un commissaire ordenador Gavino Ester qui lui a légué 3.000 réaux. De même, il hérite d’un colonel Tomás de Rojas avec un de ses parents, José Ruiz Cermeño, ingénieur en second et colonel en 1787 en Catalogne. Il lègue à un autre ingénieur qui a travaillé avec son père mais aussi en Galice et en Catalogne, Antonio López Sopeña, son étui de mathématiques estimé à 1.000 réaux. Pedro Martín Cermeño utilise sa parentèle disséminée sur le territoire pour gérer ses biens éparpillés dans le royaume. Il a visiblement aussi créé des liens dans le milieu militaire puisqu’il hérite de certains. L’étude de sa correspondance montre qu’il a entretenu des relations professionnelles dans les années 1780 avec de nombreux ingénieurs dont Antonio López Sopeña, Manuel Navacerrada (un de ses exécuteurs testamentaires), Francisco Sabatini, Juan Caballero. Il a conservé aussi des lettres échangées avec des hauts personnages de l’État comme les comtes d’Aranda, de Fernán Núñez, d’O’Reilly. La famille des Martín Cermeño a réussi à tisser des liens sur le territoire, à en créer d’autres avec la profession et enfin à s’approcher du pouvoir.

117Ces cas particuliers nous apprennent que les ingénieurs ayant une mobilité professionnelle importante tissent des liens avant tout avec leur milieu professionnel (ingénieurs, militaires, maîtres d’œuvre) et que leur mobilité permet d’élargir à différentes régions le tissu relationnel. Ils montrent que certains ingénieurs étaient reconnus dans le monde scientifique et éclairé de l’époque ; intégrer les milieux de progrès les amène aussi à côtoyer des économistes et des financiers. On peut voir enfin que les ingénieurs tenant la place du technicien polyvalent au service du roi peuvent arriver à approcher les sphères du pouvoir.

La continuité familiale au sein du corps du génie

  • 144 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 305-314. Les dynasties étudiées sont celles des De R (...)

118Cette caractéristique de la continuité familiale pour le corps du génie a déjà été étudiée144 par Horacio Capel et son équipe à partir de 182 cas d’ingénieurs ayant eu un frère ou fils dans le corps, ce qui aboutit à la définition de 66 dynasties, dont 39 d’origine étrangère. Le mot dynastie a ici un sens restreint à deux ou trois générations. La continuité familiale aurait donc une réalité pour 20 % du total des membres du génie. Pour les étrangers, cette continuité aurait représenté une valeur d’intégration non négligeable dans la société espagnole.

119Des arguments en faveur et défaveur de l’existence d’une continuité familiale sont développés par Horacio Capel. La valeur d’intégration de la continuité familiale est facilitée par la possibilité offerte à un fils de militaire de devenir cadet précocement. À l’inverse, la création rapide d’académies militaires de formation ne favorise pas la transmission parentale du savoir mais plutôt la naissance d’un corps composé d’officiers issus du moule académique. De même, les entraves mises au mariage et l’obligation pour les ingénieurs de se déplacer beaucoup ont pu gêner, voire amoindrir, le nombre de familles et, par conséquent, le nombre d’enfants susceptibles de reprendre la voie du père. Ces observations tout à fait judicieuses amènent aussi à penser que, lorsqu’une famille se crée, le soutien de celle-ci pour encourager la carrière des enfants dans les fonctions du père va être essentiel. Plusieurs cas cités montrent les pratiques répétées des pères ou des mères veuves qui insistent afin d’obtenir pour le fils une place dans le corps. Deux cas de figures sont proposés : les uns, comme Georges-Prosper Verboom ou Juan Martín Cermeño, profitent de leur position pour intégrer leurs enfants ; les autres, comme Carlos Lemaur dont deux enfants entrent dans le corps de son vivant et les deux autres rentrent après la supplique de leur mère veuve, instruisent leur descendance.

120L’étude d’Horacio Capel correspond tout à fait à nos observations. Certes, les chiffres de base sont différents et les cas retrouvés atteignent un peu plus de 21 % du total de l’échantillon. Les liens entre père et fils ou frère pour cent soixante ingénieurs ont déjà été évoqués. Les raisons d’une continuité familiale citées à ce moment-là étaient : l’intérêt porté au travail du père, la capacité d’intégrer une académie militaire en ayant été bien préparé par le père ou le bénéfice de cours particuliers théoriques et pratiques du père, ou encore la possibilité de profiter du réseau relationnel du père, ou de son prestige. La proportion importante de fils d’ingénieurs qui embrassent la carrière du génie (soixante-quinze parcours sur cent vingt-trois) confirme l’existence d’une certaine continuité professionnelle dans les familles d’ingénieurs. L’étude des origines sociales des épouses permet de considérer la vingtaine de mariages entre des ingénieurs et des filles ou sœurs d’ingénieurs comme un autre aspect des liens forts qui se tissent entre quelques familles.

121Tous les exemples d’ingénieurs concernés par l’idée de continuité familiale, ne seront pas tous repris ici, mais seront plutôt extraits quelques cas significatifs : les Ampudia y Valdés, Amphoux, Marqueli, Saliquet et Taramas.

  • 145 José Ampudia y Valdés (AGS, GM, 5837, 4502 ; AGMS, exp. pers. et exp. mat. A 1676 ; Rep.) ; Francis (...)
  • 146 Valentín Legallois de Grimarest (1729-1800) ingénieur de 1762 à 1800.

122José Ampudia y Valdés145 est le fondateur d’une dynastie d’ingénieurs qui s’étale sur au moins trois générations. Espagnol d’origine, il est encore cadet quand il a, à l’âge de vingt ans, un fils Francisco né à Ceuta en 1761. José Ampudia y Valdés termine sa brillante carrière en 1809 à Trujillo comme maréchal de camp et ingénieur directeur. Francisco a fait une partie de sa carrière dans les ingénieurs militaires de 1786 à 1790, puis a intégré les ingénieurs de la marine où il est resté jusqu’à sa mort en 1824 à Séville. Il a eu cinq enfants avec Valentina Legallois de Grimarest. Cette femme est la fille de l’ingénieur militaire Valentín Legallois de Grimarest146 et la petite fille de Enrique, lui aussi ingénieur militaire d’origine française, et Ana Superviela, sœur de l’ingénieur Pedro Superviela. Deux des cinq enfants de Francisco Ampudia et de Valentina, Valentín et José, deviennent ingénieurs de l’armée au début du XIXe siècle. Dans ce schéma familial, on voit à la fois la continuité professionnelle de la fonction d’ingénieur, même si l’un a choisi la spécialisation maritime, et l’endogamie sociale. Un réseau relationnel s’est tissé entre deux familles d’ingénieurs qui poussent peut-être à la volonté de continuer le chemin tracé par la parenté.

  • 147 Bartolomé Amphoux Party (AGS, GM, 2991 ; Rep.) ; Juan Bautista Amphoux Durand (AGS, GM, 3791, 4466, (...)

123Pour la famille Amphoux147, le tissage des liens est encore plus serré. Le fondateur est Bartolomé Amphoux Party. D’origine française (Marseillais), la première nomination retrouvée au service du roi d’Espagne est celle d’ingénieur ordinaire en 1721. Il a eu deux fils d’un premier mariage avec Margarita Durand : Pedro qui devient lieutenant d’infanterie, et Juan Bautista ingénieur extraordinaire en 1720, décédé prématurément en 1737. Juan Bautista Amphoux Durand laisse trois enfants qu’il a eus avec Ana Bonavie. Le père de Juan Bautista se charge dans un premier temps de la famille de son fils. Puis, dans son testament en 1744, il demande à son frère José Antonio Amphoux de venir de Marseille pour veiller sur sa famille. Ce tuteur, grand oncle des trois enfants, obtient le titre de contremaître des travaux de Cadix. Il s’occupe des enfants : un garçon Bartolomé, et deux filles Margarita Francisca et Josefa Ana. Bartolomé Amphoux Bonavie devient ingénieur volontaire en 1749, puis est intégré au corps en 1752 comme aide-ingénieur. En 1783, il épouse, avec une dispense de l’Église, María Josefa Desangles Amphoux, sa nièce, fille de sa sœur Josefa Ana qui avait épousé, en 1763, l’ingénieur marseillais Alejandro Desangles. Nous avons ici la continuité familiale professionnelle qui se mêle avec une sorte de volonté de conserver des liens avec le berceau familial marseillais.

  • 148 Gerónimo Marqueli (AGS, GM, 2991, 3229, 3087 ; AGMS, exp. pers. M 799) ; Luis Marqueli (AGS, GM, 58 (...)

124La famille des Marqueli148 est d’origine génoise. Le fondateur Gerónimo est venu en Espagne en 1726 recruté comme ingénieur ordinaire. Son épouse María Aureliana Bontempo, italienne elle aussi, lui donne en 1739 un fils, Luis, qui naît à Gênes. Celui-ci devient aide-ingénieur en 1762 et pousse sa carrière jusqu’au grade de maréchal de camp et ingénieur directeur. Au cours d’une de ses affectations aux Canaries, il épouse María Agustina Russell, fille d’un lieutenant, née aux Canaries mais issue d’une grande famille noble catholique d’Irlande qui avait fui les persécutions de Cromwell au XVIIe siècle. De cette union, naît Agustín, en 1777, à Santa Cruz de Tenerife. En 1793, ce dernier intègre la carrière d’ingénieur. Il épouse en 1806 une Espagnole de souche María Antonia López, dont le père est artilleur. Cette famille italienne qui a su trouver sa place en Espagne grâce à la fonction militaire ne s’allie avec une famille espagnole qu’à la troisième génération.

  • 149 Carlos Saliquet (AGS, GM, 3793, 3002, 4479, 4497, 3790 ; Rep.) ; Antonio Saliquet (AGS, GM, 5837 ; (...)

125La famille des Saliquet149 est originaire de Marseille où est né, en 1722, le fondateur de la dynastie Carlos Saliquet y Morin. Il devient ingénieur dessinateur en 1750 et gravit les échelons rapidement puisqu’on le retrouve ingénieur en second et lieutenant-colonel en 1768. Il termine sa carrière à ce grade en 1777. Son épouse Luisa Negrete y Cabrera lui a donné 6 enfants : trois fils Manuel, Juan, Antonio, et trois filles Vicenta, Gracia, Josefa. Manuel fait une carrière dans l’infanterie. Juan et Antonio deviennent ingénieurs. Vicenta épouse un capitaine de régiment d’infanterie. Nous n’avons pas de traces des mariages de Gracia et Josefa. Ce qui est intéressant dans cette famille, c’est le choix par Carlos Saliquet des parrains lors des baptêmes et celui des témoins lors de son testament. Pour le baptême de Juan en 1758, le parrain est Francisco Darbelet y Dumont, ingénieur en second et lieutenant-colonel. Pour Antonio, en 1755, le parrain est Claudio Martel, ingénieur, et la marraine Caterina Grustan Muller, épouse de l’ingénieur Manuel Santisteban. Lors de la rédaction de son testament, en 1777, Carlos Saliquet a choisi comme témoins Claudio Martel, ingénieur en chef et colonel, son beau-frère par alliance, ainsi que Miguel Taramas ingénieur ordinaire et lieutenant-colonel. Le milieu militaire est aussi fortement représenté dans les alliances des fils de Carlos Saliquet qui choisissent pour épouses des veuves de militaires et dans la carrière du fils de Juan qui entra dans la cavalerie. L’ingénieur français et sa famille ont réussi leur intégration. Ses fils sont devenus des militaires dont deux ont choisi le génie. L’un, Antonio a fini sa carrière comme superintendant de la maison royale de la monnaie de Santa Fe de Bogotá. L’autre, Juan, est devenu chevalier de l’ordre de San Hermenegildo, et lieutenant du roi à Dénia Le petit-fils de Carlos, Antonio Saliquet Lafita a intégré le corps prestigieux de la cavalerie.

  • 150 Miguel Taramas Sánchez (ou Sánchez Taramas) [AGS, GM, 3791, 2991 ; Rep.] ; Alejandro Sánchez Tarama (...)

126Quant à la famille Taramas150, le fondateur Miguel Taramas Sánchez est recensé comme ingénieur extraordinaire en 1719 avec le grade de sous-lieutenant. Son frère Alejandro Taramas Sánchez intègre le corps en 1732. Miguel meurt avec le grade de capitaine et ingénieur en second en 1734. Il a eu deux fils : Francisco Javier né en 1713 qui devient ingénieur dessinateur tardivement en 1745 ; Miguel, né en 1733, lui devient aide-ingénieur en 1754. Miguel Taramas Sánchez Barreto épouse Juana Morales, et a sept enfants. Deux de ces enfants deviennent des ingénieurs : Sebastián, né en 1767, ingénieur en 1787 et Miguel né en 1768, ingénieur en 1786. La présence de cette famille est effective dans le corps durant le siècle, sur trois générations. La charge de professeur puis de directeur de l’académie de Barcelone occupé par Miguel Taramas Sánchez Barreto, de 1774 à 1789, a permis à cet homme d’entrer en contact avec de nombreux autres ingénieurs mais aussi d’apporter à ses deux fils une solide formation et un appui non négligeable. Lorsque ses deux fils embrassent la carrière militaire, ils y sont accueillis très jeunes puisque cadets dès l’âge de treize ans pour l’un, quatorze pour l’autre.

127Une certaine forme de continuité familiale existe puisqu’elle apparaît dans les sources retrouvées. Est-elle, pour autant, dominante ? Les données ne sont pas suffisantes pour l’affirmer. La jeunesse et les exigences de compétences de ce corps ne permettent pas d’aller plus loin que les cas vus ici. Une étude sur le xixe siècle montrerait certainement une continuité familiale plus faible.

Notes

1 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, p. 188 : « Ce sont les armées des pays latins qui ont le moins d’hommes mariés, moins de 10 % dans les tercios castillans alors que cette proportion est de 15 % à 30 % dans les tercios bas-allemands ou wallons, au début du xviie siècle. »

2 Ibid., p. 190 : « La présence de femmes et d’enfants faisait de certaines armées une véritable société. C’était évidemment le cas des unités territoriales frontalières des confins militaires dans la monarchie des Habsbourg. Dans les garnisons prussiennes, le régiment constituait une véritable paroisse. »

3 Ibid., p. 190.

4 Ibid., p. 189. À la fin du xviiie siècle, l’armée française ne comptait guère plus de 15 % d’hommes mariés parmi les soldats admis aux Invalides.

5 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 266.

6 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 90.

7 Ibid., « Los ejércitos en campaña parecen aduares, y los cuarteles aldeas, llenos de mujeres, y muchachos, que embarazan mucho las jornadas del ejército ; consumen otra tanta cantidad de bastimentos imposibilitando por este respecto muchas expediciones de grande importancia. »

8 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 273-274.

9 Ibid., t. I, p. 273, art. 130.

10 Ibid., art. 132.

11 Ibid., t. II, p. 172, Real adición del 14 de junio de 1716.

12 Ibid., t. III, p. 185.

13 Ibid., art. 5 : « … Y declaramos que al oficial que se casare sin licencia se haya de quitar imediatamente el empleo ; y a los soldados que executaren lo mismo se dé algun castigo arbitrario el oficial comandante, demás del que queda expresado por su inobediencia en no haber pedido la licencia de su gefe ».

14 E. Díez Muñiz, « El matrimonio de los militares en España », pp. 57-87.

15 Ibid., p. 83 : « … el Rey en quien se refunde la buena disciplina y conservación de tropas para el bien público… ».

16 Ibid. : « … oficiales que tengan gobierno o puesto perpetuo o mujer con dote… ».

17 Ibid. : « … el amor sensual inconsiderado de los pocos años, el temor, el despecho y los repetidos caprichos de la juventud ».

18 J. A Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. III, pp. 432-435 : « Los repetidos recursos, que me hacen los oficiales de mis exercitos, a fin de que les conceda licencia para casarse, unos pretextos contratos, que no hay, otros añadiendo motivos, que estrechan la conciencia a condescender, por obviar mayores daños… »

19 Ibid. : « … separar de mi servicio a los subalternos que solicitaren licencia para casarse, y aun estender esta providencia a los oficiales de mayor grado que por sus circunstancias no puedan mantenerse con decencia, fundandose que son incomparablemente mayores los inconvenientes que se siguen de la libre concession de casamientos… ».

20 En 1632, le roi n’avait pas mis de grade butoir pour le mariage.

21 Le roi reprenait ici des suggestions des prélats que nous avons déjà évoquées mais instaurait aussi une distinction importante entre les militaires destinés à un service de campagne ou à des changements d’affectation fréquents et les militaires qui étaient cantonnés pour de longs moments. Le mariage des militaires en poste fixe pouvait revêtir un caractère intéressant pour faciliter l’intégration du militaire dans le milieu social d’une province ; ainsi la présence militaire serait mieux acceptée.

22 « … Estados mayores de plazas : los oficiales y soldados de Invalidos y agregados […] los de los regimientos de la Costa de Granada, de Andalucía y dragones, de la provincia de artilleria y de los minadores y de la cavalería que residen de manera permanente en Melilla, Peñon et Alhucemas ». J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VIII, p. 230.

23 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. III, pp. 435 sqq.

24 Reglamento de la fundación y establecimiento del monte de piedad que se instituye para socorro de las viudas de los oficiales militares (20 avril 1761). Nous n’avons pas trouvé l’ordonnance de 1760 mais seulement la citation des mesures essentielles de cette ordonnance, qui furent maintenues en 1761 dans le texte même du règlement du mont-de-piété militaire.

25 E. Ocerín, Índice de los expedientes matrimoniales de militares y marinos.

26 Le corps des ingénieurs militaires avait crée un mont-de-piété dès les campagnes d’Italie du règne de Philippe V, sous la direction de Verboom, pour faire face aux difficultés rencontrés par les familles au moment du décès du chef de famille.

27 Reglamento… chap. i, En que se establece el govierno, y régimen del Monte.

28 Reglamento… chap. ii, De los fondos o caudales que se debe componer el Monte.

29 Reglamento… chap. iii, De las reglas y precauciones con que se deben recibir y distribuir los caudales del monte ; chap. Iv, De los pesos y obligaciones a que debe quedar sujeto el monte ; chap. v, En que se declaran los documentos justificativos que se han de exhibir para obtener, y gozar las pensiones del Monte.

30 Reglamento, chap. vi, De las condiciones con que se ha de permitir a los oficiales que puedan contraher matrimonio, pp. 149-180.

31 L’ordonnance de 1760 restait en vigueur pour tous les officiers non intégrés encore au mont-de-piété.

32 Reglamento, art. 3, pp. 152-153 : « … hijas de oficiales, de padres nobles y hidalgos por origen, à menos de calidad, que se repute sin contradición del estado llano de hombres buenos, honrados, y limpios de sangre, y oficios… ».

33 Ibid., art. 3 : « … excluirse absolutamente todas aquellas cuyos padres o abuelos immediatos exercieren, o hayan exercido empleos o professiones mecánicas o populares ; y las hijas, o nietas de los artistas, y las de los mercaderes, quando estos no sean de razón, o de cambios ».

34 Ibid., art. 11, pp. 169-170.

35 Ibid., art. 4, pp. 153-154.

36 Ibid., art. 13, pp. 173-178.

37 Ibid., art. 7, pp. 159-161 et art. 10, pp. 166-168.

38 Art. 7 : « … debiendo los referidos superiores y gefes poner el mayor cuidado y vigilancia en averiguar bien y fielmente, por todos los medios posibles, la legitimidad de los mencionados documentos porque han de ser responsables de qualquiera descuido, u omision, que en esta parte tuvieren y sugetos a la pena impuesta en la citada ordenanza de treinta de octubre de mil setecientos y sesenta ».

39 Ibid., art. 12, pp. 170-173.

40 Ibid., art. 12. Si l’officier était subalterne, il devait avoir « por su casa haberes suficientes para sufragar a sostener la nueva obligación del matrimonio, quedándole libre todo su sueldo para la decencia que exige su persona » et ceci dans le cas où la jeune femme serait fille d’officier. Si le subalterne épousait une jeune fille du monde civil, il devait « además de unir a la calidad de su familia una dote proporcionada a la del contrayente ». En 1771, la dote est fixée à 60.000 réaux.

41 Real cedula del 31 de octubre de 1765.

42 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 342-343 ; note sur le discours sur les écrits d’un député de corporation qui regrettait cette situation d’exclusion et invitait à considérer les hommes des cinq corporations majeures de Madrid comme aidant aux bénéfices de leur pays ; ainsi leurs professions devaient être compatibles avec la première noblesse.

43 R. Gutiérrez, Cuando Jesús llegó, las madres del maíz se fueron, pp. 376-377.

44 E. Ocerín, Índice de los expedientes matrimoniales de militares y marinos, Reglamento del monte pío militar de 1796, chap. x, p. 672, art. 1.

45 Ibid., chap. x, art. 18.

46 Ibid., art. 2 et 3 et 22 et 23.

47 Ibid., art. 16 et 17.

48 Ibid., art. 4. Cette mesure est liée à la promulgation de la Real Pragmática de 1776 concernant la nécessité du consentement paternel pour le mariage des moins de vingt-cinq ans.

49 Ibid., art. 8 : « mujeres que además de su honrado nacimiento y virtud personal, tengan algunos posibles para coadyuvar a la decencia y decoro de su estado ».

50 Ibid., art. 9-12.

51 Ibid., art. 13 et 14.

52 Ibid., art. 15.

53 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 344. Il évoque de 2 % à 4 % de mariages clandestins sur l’ensemble du siècle. Pour le corps du génie, des différences peuvent être établies.

54 AGS, GM, 3236, Suspensiones.

55 AGS, GM, 2991, Relación general de los ingenieros que en el presente mes de mayo de 1732 se hallan en actual servicio de su magestad en España.

56 AGS, GM, 3237, Licencias Don Pedro Lecoq « dice pasando desde Málaga a Galicia donde tenía su destino arribó con temporales a Lisboa donde por cristianos y legitimos motivos contrajo matrimonio con Juana Hinisy de nación irlandesa y de conocida calidad sin que la cortedad del tiempo y el hallarse en reyno extraño, le huviese permitido solicitar antes la licencia, confiando que la clemencia de S.M. le concederia esta gracia ».

57 AGS, GM, 3239, Licencias.

58 AGS, GM, 3238, Licencias.

59 AGS, GM, 3237, Licencias.

60 AGS, GM, 3238, Licencias.

61 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 336-337, cadre 33.

62 AGS, GM, 2991, Relación de los ingenieros de que se compone el cuerpo en primero, p.de enero de 1749 [rayé et corrigé par primero de marzo de 1750] puestos por su orden de antigúedad con expresion de sus graduaciones, y destinos. Grâce à quatre signes géométriques, on repère les différents cas de figures : une croix pour les militaires mariés avant l’interdiction de 1728, un carré pour ceux mariés avec licence royale après 1728, un triangle pour ceux qui l’étaient à leur entrée dans le corps, et un cercle pour ceux mariés sans licence.

63 AGS, GM, 4257, Relación de los individuos de que se compone el cuerpo de ingenieros, en 28 de marzo de 1750 con distinción de los que se hallan casados y en circunstancias que para ello han precedido.

64 Ce dernier pourcentage était beaucoup plus élevé que celui qu’avait pu observer Andújar pour l’infanterie (2 % à 3 %) mais il faut rappeler que le pourcentage de mariés dans le génie était aussi plus élevé.

65 AGMS, Pensiones, 1188/1/1787, dossier d’Ana Granados Lobo y Marín, veuve de l’ingénieur Antonio Marín. Cet ingénieur s’était marié le 30 janvier 1758 à Cadix. Il était fils d’ingénieur et ne pouvait ignorer la législation, dont on peut dire qu’il prit sciemment femme sans l’autorisation du roi. Il avait alors le grade de capitaine ingénieur ordinaire et le mariage n’était pas toléré à ce grade. Le pardon royal était daté du 16 février 1760 mais ne prit effet qu’en août de la même année.

66 AGMS, Pensiones, 1169/17/1772, dossier de María Soledad Rodríguez de la Barrera, veuve de Bruno Caballero, lieutenant-colonel et ingénieur en second décédé à La Havane en 1771 : « en el año de 1761, en que se estableció el Monte pio y se pasó una orden circular en todos los reynos de Castilla para que se declarasen y manifestasen los oficiales que estuviesen casados sin permiso de S.M. los que declarados fuesen comprehendidos en el indulto general de aquel tiempo, la expresada orden no consta en esta dirección huviese llegado, por cuya razón no siendo culpa del difunto ingeniero debe ser comprehendido en dicho indulto y como tal gozar la viuda del sueldo que le corresponde… » La Havana 17 de enero de 1772, signé Silvestre Abarca.

67 AGMS, exp. pers. et exp. mat. Fermin de Sicre con la relación de los oficiales del cuerpo de ingenieros casados sin licencia a quienes ha indultado el rey. Les ingénieurs concernés par ce pardon royal étaient Fermín de Sicre, Ventura Buceta, Juan de Santa Cruz, Feliciano Márquez, José Ampudia y Valdés.

68 AGMS, Pensiones, 1184/1785, dossier de Genoveva Aguilar y Salzar, veuve de Juan Miguel de Santa cruz : « no obstante que el oficial se delatase casado sin real permiso, y que fuese comprehendido en el indulto que se concedio en el año 1766 por que tiene S.M. declarado posteriormente que los indultos concedidos despues del mes de abril de 1761, en que se estableció el Monte aunque perdonan el delito de inobediencia y la pena de privación de empleo […] sin embargo no habilitan a sus viudas ni huerfanos al goce de la pension en el monte… », signé Portillo, le 3 juin 1785.

69 AGS, GM, 4479. En 1768, l’ingénieur Carlos Saliquet demandait la clémence du roi pour sa fille qui a eu un enfant d’un sous-lieutenant qu’elle désire épouser. L’ingénieur envoya un courrier au lieutenant vicaire général de l’armée, avec des témoignages confirmant ses dires, décrivant les faits et demandant l’intervention du cardinal vicaire général de l’armée pour obtenir une licence de mariage pour le sous-lieutenant. Le sous-lieutenant avait reçu de Carlos Saliquet le consentement pour un futur mariage. Les fiancés laissés seuls fautèrent et Vicenta Saliquet se retrouva enceinte sans être encore mariée. Le futur père Baltasar Sánchez n’était alors, que sous-lieutenant. Sánchez reconnut l’enfant. Mais le père de Vicenta insista pour qu’il y ait une régularisation de la situation. Il se mêla donc de faire toutes les démarches pour appuyer la demande de licence de mariage de Sánchez pour éviter la honte à la famille Saliquet et lui permettre de recouvrer son honneur.

70 Si l’on prend une source telle que les licences de mariage, 128 des 202 licences retrouvées furent émises après 1770. Pour les dossiers matrimoniaux étudiés à l’Archivo General Militar de Ségovie, la majorité fut conservée après l’instauration du mont-de-piété. Il en est de même pour les dossiers de demandes de pension des veuves.

71 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados, p. 155. Pour les armées d’Amérique, le taux de nuptialité était supérieur à la moyenne espagnole : 46,6 % en 1740, 33,2 % en 1800. Il s’agit d’officiers dans les milices dont le statut peut être différent de ceux de l’armée espagnole car les officiers des milices sont des résidents américains (F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 345). Les pourcentages des officiers mariés sont beaucoup plus élevés pour ceux affectés dans des places fortes, donc ceux qui n’étaient pas destinés à servir dans les régiments. F. Andújar parle de 50 % de mariés dans les effectifs des officiers des places frontières des provinces de Castille en 1738.

72 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 346-347.

73 A. BLanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 546-547.

74 AGS, GM, 3232 : « … como conosco particularmente la familia (de la hija del Barón) me parece un casamiento muy conveniente tanto por la calidad como por los bienes que la dicha señora posee junto a los suyos y efectuado el casamiento será más en estado de poder executar las órdenes de V.E. pudiendo vivir con toda comodidad lo que muchos del cuerpo de ingenieros carescen que no pueden… »

75 AGS, GM, 4257, Relación de los individuos de que se compone el cuerpo de ingenieros en 28 de marzo de 1750 con distinción de los que se hallan casados y circunstanscias que para el han precedido.

76 AGS, GM, 5837, feuilles de service des ingénieurs ayant composé le corps pour l’année 1787 dans les différentes branches d’activité.

77 AGS, GM, 3239, Licencias.

78 AGS, GM, 3239, Licencias.

79 AGS, GM, 3239, Licencias.

80 AGS, GM, 3233, Licencias.

81 On a pu répertorier les premières demandes de licence de mariage (ou considérer comme telles) au grade de colonel pour Gerónimo Amici, José Abel Crame y Snoucq, Miguel Corral, Martín Gabriel, Bernardo Lecoq, José Prieto, Baltasar Ricaud, Antonio Samper, Mateo Vodopich, Cayetano Zapino, à un grade supérieur à celui de colonel, Juan Laferrière brigadier, Pedro Martín Cermeño commandant général du corps des ingénieurs militaires.

82 Les ingénieurs ordinaires sont gradés comme capitaine et lieutenant-colonel. Ils respectent donc la législation. Les ingénieurs extraordinaires sont des sous-lieutenants ou lieutenants ; ils transgressent donc la loi.

83 Juan Saliquet, fils de Carlos Saliquet, épousa en 1780 une veuve d’un capitaine d’infanterie, Alonso Villalva y González, dont elle avait eu deux filles. Saliquet avait alors vingt-deux ans et son épouse, Ignacia Lafita, vingt-sept ans. La tante du premier mari, la marquise González, offrait 10 réaux par jour au nouveau couple pour éduquer les deux filles du premier mariage. Ainsi, les charges de l’ingénieur seraient moins lourdes. L’ingénieur et sa femme étaient tous deux originaires de Barcelone (le père de Juan Saliquet était d’origine française et ingénieur comme son père). Le père d’Ignacia Lafita avait été commissaire de guerre et était devenu intendant de Majorque. L’union de deux familles de militaires correspondait à une certaine forme d’esprit de corps qui ne pouvait que satisfaire le pouvoir à la recherche de serviteurs loyaux et compétents. Ramón Santander Pisa, aide-ingénieur, avait vingt ans lorsqu’il épousa la fille du regidor de Palma âgée de dix-sept ans, María Ana Andreu de la Tour, née à Majorque. Le père de Ramón Santander, ingénieur directeur, était alors en poste à Majorque avec son fils. Ce mariage montrait les liens entre serviteurs de l’État et renforçait leur place dans la société mallorquine en consolidant le groupe des représentants de la monarchie dans les provinces.

84 Rafael Antonio Mengs épousa alors qu’il était aide-ingénieur, âgé de vingt-deux ans, une jeune femme nommée María Espino y Herreins sur laquelle nous n’avons pas d’autres renseignements. On peut supposer que ce mariage devait satisfaire le père, un des principaux peintres de la Cour, tout en assurant le maintien d’une position sociale proche du pouvoir.

85 José Manuel Vago y Piedrola, dont le père était marquis et regidor de San Rafael, épousa à l’âge de vingt-deux ans María Francisca Villalpando y Rosas dont la dot composée de 400 pesos par an soit 8.000 réaux par an, montrait une position sociale rassurante pour l’avenir.

86 Ramón Lope y Aguilar, fils d’un médecin de chambre se maria à vingt-trois ans avec Tadea Hermoechea. D’elle, nous savons seulement qu’elle eut trois enfants de son mari et qu’elle réclama en 1814 les soldes non perçues de son époux car elle était dans le besoin.

87 Narciso Boer y Miró a cinquante-six ans comme capitaine et ingénieur ordinaire mais aussi gouverneur d’une citadelle de Gérone lorsqu’il épouse Beatriz López, âgée de cinquante-quatre ans et veuve d’un capitaine du régiment de Savoie. Cette union montre que le réseau relationnel militaire joue un certain rôle pour les femmes de militaires. C’est dans leur environnement proche que les veuves de militaires retrouvent un époux (AGS, GM, 3230). Miguel del Corral, âgé de cinquante-deux ans, ingénieur en chef et colonel, gouverneur de la place de Veracruz, épouse en 1781 Josefa de Bustillos de la Rocha, née à Veracruz, âgée de vingt-cinq ans. Le père de la jeune fille était chevalier de l’ordre de Calatrava et commissaire ordenador à Veracruz. Ce mariage est peut-être un moyen de s’insérer un peu plus dans la société coloniale (AGMS, exp. pers. C 3429). Bernardo Lecoq épouse à cinquante-deux ans une veuve María del Pilar Pérez y Valdés en 1792. Il était depuis 1773 à Buenos Aires. Son épouse est issue d’une famille noble (père de Grenade et mère de Buenos Aires). Elle a trente-six ans et fut mariée avec un capitaine des milices de Montevideo. Elle apporte une dot de 80.000 réaux. On retrouve ici les caractéristiques d’un mariage avec une veuve de militaire qui est bien implantée dans les colonies et apporte ainsi une position sociale différente à l’ingénieur espagnol (AGMS, exp. pers. L 505). Juan Ordovás se marie en 1819 à l’âge de cinquante-neuf ans avec une jeune fille de vingt-six ans, Ana Antonia de Zamora Aguilar Guerrero. Elle est la fille d’un conseiller de Castille, chevalier de l’ordre de Charles III, Francisco de Zamora y Aguilar, et de María Rosalía Guerrero y Somma, camériste de la reine Marie-Louise. Cette alliance entre la famille d’un sergent-major dont le fils, Juan, est devenu maréchal de camp et la famille de hauts dignitaires de l’État montre la capacité attractive des ingénieurs gradés et du corps du génie (AGMS, exp. pers. O 518). Pedro Martín Cermeño épouse à cinquante-neuf ans María del Carmen Cisneros Castro Ulloa, âgée de vingt-quatre ans. Cette alliance unit un commandant général à une fille de vicomte de Soan, et comte de Gimonde, título de Castilla. Un ingénieur parvenu aux hautes sphères de commandement réussit par cette alliance à intégrer le monde de la haute noblesse (AGMS, exp. pers. M 1230).

88 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 349.

89 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille à l’époque moderne, pp. 288-289. Le retard de l’âge au mariage pour les conseillers de Castille était encore plus important que dans d’autres catégories sociales. Pour les conseillers de Charles II, 42 % avaient choisi une épouse entre quarante et quarante-neuf ans. Pour les conseillers de Philippe V, il y eut un certain abaissement de l’âge au mariage, 31 % se marièrent entre vingt et vingt-neuf ans alors que 31 le firent entre quarante et quarante-neuf ans.

90 B. Bennassar, L’homme espagnol, p. 144.

91 Pp. 000-000.

92 R. A. Gutiérrez, Cuando Jesús llegó, las madres del maíz se fueron, pp. 333-334.

93 Ignacio Garcini y Queralt (AGMS, exp. mat. G 1905). Cet ingénieur va se marier une deuxième fois. Cette union sera examinée dans la partie sur les remariages. Il va finir sa carrière comme intendant. Il est cité dans le répertoire élaboré par Didier Ozanam et Fabrice Abbad.

94 Juan Saliquet y Negrete (AGMS, exp. mat. S 528).

95 Cette tante est évoquée sous le titre de marquise González.

96 Antonio Durante (AGMS, exp. mat. D 1321).

97 On peut prendre comme exemple deux cas. Antonio Duce épouse à quarante ans, une jeune fille de quatorze ans, Rita Megías. Elle est fille d’avocat et de regidor de Carthagène. L’oncle de cette demoiselle est le marquis de Villagodio. Son grand-oncle du côté maternel est archevêque de Valence (AGMS, exp. mat. D 1218). Narciso Codina épouse en 1792 María Candelaria de Alcalde González. Les époux ont pour le mari quarante ans, pour la femme, seize ans. Narciso Codina est capitaine et ingénieur ordinaire en Nouvelle Espagne lorsqu’il rencontre cette jeune fille. Le père de María Candelaria est lieutenant d’infanterie des Milices Blanches de Tlaxcala, noble et possesseur de plusieurs haciendas et élevages. La dot fournit en biens fonciers à la jeune fille correspond à une valeur de 10.000 pesos fuertes. On peut imaginer ici que l’ingénieur a été en contact avec le père. Les futurs époux ont pu se rencontrer dans des réceptions ayant lieu dans les sphères coloniales. L’alliance entre les deux familles représente un avantage certain pour l’ingénieur. Mais on peut aussi supposer que la famille de la jeune fille y trouve quelques attraits. (AGMS, exp. mat. C 2971, Codina chevalier de l’ordre de Charles III).

98 Águeda Arana, veuve de Juan Becari, trésorier de l’armée d’Estrémadure, se marie avec Leandro Bachelieu ou Bachelier. Beatriz López, veuve d’un capitaine d’infanterie, épouse Narciso Boer y Miró. Gabriela Berlanga de Miranda, veuve de Tomás Burbano, épouse Matías Berrio. Vicenta Fernández de la Concha y Alberoli, veuve d’un capitaine d’infanterie Antonio Villegas, épouse Martín Gabriel. Manuela Aginiga y Michel, veuve Manuel Ramón de Ciodia, épouse Florian Gerig. María Isabel Rodríguez del Toro y Carriazo, veuve d’un capitaine de la marine, épouse Francisco Hurtado de Toledo. María de Silva Merino de Vargas, veuve d’un lieutenant des milices de Trujillo et regidor d’Alcántara, épouse Rafael Llovet de Litieri. María del Pilar Pérez y Valdés, veuve de Juan Blanco, capitaine de la 8e compagnie du bataillon des milices de Montevideo, épouse Bernardo Lecoq. María Josefa Fernández de la Cuesta, veuve de Juan Manuel Zarza, épouse Alejandro Ramón de Mendiola. Josefa Bezares Abeledo, veuve de Cristóbal del Cerro, épouse Fernando Pírez. María Josefa Derbau, veuve du lieutenant général de marine Ignacio Dauteuil, épouse Mateo Vodopich. Ignacia Lafita, veuve du capitaine d’infanterie Alonso Villalva y González, épouse Juan Saliquet Negrete. Magdalena Anzano, veuve du capitaine des dragons de la reine Carlos Masier, épouse Antonio Saliquet Negrete.

99 Ana Superviela, fille d’ingénieur, a épousé deux ingénieurs successivement : José Fabré, puis Enrique Legallois de Grimarest. Dans ce cas, on voit tout de suite que le père de la jeune fille a choisi dans ses collègues en toute connaissance de la vie qui attendrait sa fille. María Manuela Cao de Buenos s’est mariée deux fois et avec des ingénieurs Juan Zazo, et Gonzalo Begines de los Ríos. Ou encore, Rosa Velarde del Río y Bustamante a épousé les deux ingénieurs Juan Jiménez Donoso et Ramón Calvet.

100 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 353 sqq. Résultats tirés des 1.192 dossiers matrimoniaux, étudiés pour les années 1729 à 1780.

101 La sœur de Pedro Bambiteli et de Francisco, Cecilia, épouse Francisco Sabatini. María Andrea Gabriel, sœur de l’ingénieur Martín Gabriel épouse Sebastián Creagh. Ana Superviela, sœur de Pedro Superviela, a épousé José Fabré, puis Enrique Legallois de Grimarest. La sœur de Juan Antonio Casanovas, Engracia, épouse Ramón Folgueras. Manuela Zapatero, fille de Francisco Zapatero et nièce de l’ingénieur Juan Zapatero, épouse le fils de son oncle, donc son cousin, Juan Zapatero Ducern.

102 Isabel Litieri, fille de brigadier, épouse Rafael Llovet. Rafaela Vera y Pintado, fille d’un gouverneur de Santa Fe, épouse Joaquín Manuel Pino y Rozas y Negrete. Rosa Lechuga y Dabán, fille d’un maréchal de camp épouse Cayetano Zapino Esteve.

103 Nous avons quatre filles de contador, deux de gouverneur et trois des administrateurs des provisions des armées.

104 D. OZANAM, « Les étrangers dans la haute administration espagnole », pp. 215-229.

105 Pedro Lorieri, AHN, OM, Santiago, XVIII, 1484) ; Juan Ordovás (AGMS, exp. mat. O 428) ; Manuel Navacerrada (AGMS, exp. mat. N 3) ; Nicolás Hontabat (AGMS, exp. mat. O 373) ; Esteban Marillat (AGS, GM, 4466) ; José Claraco (AGMS, exp. mat. C 2844). Ces jeunes filles sont classées dans título ou administration centrale ou encore dans ordre militaire ou militaire ; donc ici nous ne citons que les familles pour lesquelles nous avons eu des précisions sur les titres possédés.

106 Dossier de Rafael Llovet (AGMS, exp. mat. LL 18, mariage en 1776).

107 Huet Bontempo José ou Josef (AGMS, exp. mat. U 115 et M. G. CANO RÉVORA, Cádiz y el Real Cuerpo de Ingenieros Militares, pp. 244-246).

108 Pour le mariage, en 1764, du comte de Roncali avec María del Carmen Murcia, le père de la jeune fille rechigne à doter sa fille parce qu’il a trois filles à doter. Le beau-père apparaît comme quelqu’un de tyrannique à la mère de l’ingénieur qui décide alors de doter la jeune fille. Finalement, le mariage a lieu. Le père de la mariée a donné son consentement et une dot de 50.000 réaux à sa fille. Celle-ci avait entretemps été dans un couvent pour échapper à son père (AGMS, exp. mat. 2976).

109 La dot d’Ana Montemayor pour épouser Francisco García Miralles est réunie par sa mère et sa tante ; celle de María Russell est fournie par son oncle Pedro Forstall.

110 Silvestre Abarca épouse Francisca González dont la dot est composée de 160.000 réaux venant de son frère, militaire décédé en Amérique.

111 Les différents textes : Règlement du mont-de-piété de 1761, art. 4, chap. vi, dots des filles nobles : 20.000 réaux de billon, des roturières : 50.000 réaux ; art. 13 du même chapitre, les dots peuvent être en biens-fonds ou en argent. À chaque fois, leur existence doit être prouvée. La dot en argent pourra être utilisée pour l’achat d’un bien fonds à condition de le signer au mont-de-piété. Ce placement est envisagé comme intéressant. Règlement du mont-de-piété en 1796 : art. 9, chap. x, pour les officiers n’étant pas encore capitaine, nécessité de publier 60.000 réaux de billon de biens et pour la femme la justification de sa dot ; art. 8 du même chapitre si les filles de militaires n’ont pas de dot exigées, elles doivent avoir quelques biens de manière à coopérer à la décence et à l’honneur de leur état.

112 M. García Fernández, Herencia y patrimonio familiar en la Castilla del Antiguo Régimen, pp. 256-257. À Valladolid, entre 1735 et 1799, la majorité des dots rencontrées est inférieure à 10.000 réaux (55 % de la population), 28,4 % entre 10.000 et 50.000, 6 % sont supérieures à 50.000, et les très fortes sommes supérieures à 150.000 réaux équivalent à 6 %. Un autre constat est fait par ce chercheur : plus les sommes des dots augmentent, plus les dots se composent d’argent au détriment des objets de vie quotidienne comme le mobilier.

113 AGMS, exp. mat. F 1563, Ramón Folgueras épouse en 1798 Engracia Casanovas, noble et sœur d’ingénieur. Il n’a que le grade de sous-lieutenant, il doit donc présenter 60.000 réaux de biens et sa femme 20.000 ; C’est la tante d’Engracia, Mónica Gispert, qui donne 80.000 réaux à sa nièce. Dans la donation, on précise que les 60.000 réaux sont « pour soutenir les charges du mariage, la solde restant libre pour s’attacher à la décence de la personne ».

114 Plusieurs traces de cette volonté d’obliger à doter le mari se trouvent à la fois dans le règlement de 1796 du mont-de-piété (art. 9 du chap. x) mais aussi dans le cas de Nicolás Hontabat qui épouse en 1779 la fille du marquis de Usategui et fournit alors 60.000 réaux d’arrhes prénuptiaux. Il est fils d’ingénieur et a seulement le grade de lieutenant et d’ingénieur extraordinaire. On peut supposer que dès l’ordonnance de 1760 sur les mariages de militaires (ordonnance que nous n’avons pas retrouvée) figurait une clause de ce style.

115 María Salazar Álvarez de Toledo reçoit comme dot au décès de son père 6.000 réaux de pension par an comme chacun de ses frères et sœurs. Elle épouse Manuel de Navacerrada.

116 Francisco de Arroyo épouse Rosa Matos y Montserrat, fille de militaire, qui reçoit par an en pension 365 pesos soit 7.300 réaux de billon.

117 Les dots prises en compte sont aussi bien celles des premières épouses que des secondes.

118 AGMS, exp. mat. C 2971.

119 AGMS, exp. mat. E 1285.

120 AGMS, exp. mat. P 2082.

121 Règlement du mont-de-piété, chap. vi, art. 13.

122 AGS, GM, 2991.

123 Juan Camargo a 4 enfants dont une fille en bas âge (AGMS, exp. mat. C 628). Segismundo Font y Milans a deux filles dont il faut s’occuper : une dans un collège de Perpignan fort coûteux, une autre plus petite. Il choisit une veuve d’un capitaine d’invalides (AGMS, exp. mat. F 1628 ; AGS, GM, 3231). Martín Gabriel épouse en secondes noces une veuve pour s’occuper de ses cinq enfants dont le plus jeune a cinq ans (AGMS, Pensiones, 1187/32/1786).

124 Antonio Arredondo Perelli (AGS, GM, 2991 ; AGI, Indiferente, 1905 ; Fichoz) ; Gonzalo Begines de los Ríos (AGMS, Pensiones, 1184/2/1785 ; AGS, GM, 4507, 4508) ; Carlos Beranger (AHN, OM, Santiago XVIII, 1778 ; AGS, GM, 4466) ; Ignacio Garcini (AGMS, exp. mat. O 1905 ; F. ABBAD et D. OZANAM, Les intendants espagnols du XVIIIe siècle, pp. 95-96) ; Rafael Llovet de Litieri (AGMS, exp. mat. LL 187) ; Joaquín Manuel Pino y Rozas y Negrete (AGS, GM, 4469 ; AGMS, exp. mat. P 2085) ; Mauricio Rodríguez Berlanga (AGMS, exp. mat. R 2371).

125 Nous n’avons retrouvé que 3 origines différentes entre la fille née en Espagne et le père né à l’étranger. Pour deux cas l’origine des pères est française, et une autre les Flandres.

126 Ricardo Ailmer Burgo (AGMS, 9a, A 50). Le fils Pedro, né en 1773, fait ses études à Barcelone et devient ingénieur en 1791.

127 AGMS, 9a, M 52.

128 AGMS, Pensiones, 1180/22/1782.

129 AGMS, Pensiones, 1181/9/1783.

130 AGMS, Pensiones, 1186/3/1786.

131 AGMS, Pensiones, 1186/9/1786.

132 M. García Fernández, Herencia y patrimonio familiar en la Castilla del Antiguo Régimen, pp. 273-274.

133 Pour 24 ingénieurs, nous avons retrouvé les exécuteurs testamentaires : 11 épouses, 4 fils, 2 frères, 1 beau-père, 2 gendres, 1 neveu, 8 membres du clergé, 1 médecin, 6 militaires, 13 ingénieurs, 1 marquis.

134 Leurs statuts sont reconnus pour la plupart d’entre eux à Barcelone : Pedro de Lucuce, maréchal de camp et ingénieur directeur ; les lieutenants-colonels et ingénieurs en second Antonio López Sopeña, Blas Zapino ; le colonel et ingénieur en chef Miguel Moreno ; et un ingénieur extraordinaire Antonio del Valle. Miguel Marín Truq allie le choix de la famille (sa femme Gracia Superviela, son beau-frère Nicolás Superviela) à celui d’hommes de la profession : Pedro Superviela, brigadier ingénieur directeur et beau-père de l’ingénieur, Juan Bernardo López colonel et ingénieur en chef, qui est aussi l’époux de Juana Superviela, belle-sœur de l’ingénieur.

135 AGMS, Pensiones, 1184/1/1785.

136 AGMS, Pensiones, 1182/9/1783.

137 Antonio Gilleman (AGS, GM, 5837 ; Rep. ; et M.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histórica española en el siglo xviii ; Discurso sobre el próximo tránsito del planeta Venus debajo del sol el día 6 de este presente año 1761, publié par Francisco Javier García à Madrid, 1761 ; Tablas perpetuas absolutamente necesarias para poder arreglar perfectamente les relojes de péndola real, de mesa, de faltriquera y de torre, tanto por el salir y poner el sol como por el punto de medio día publié à Pampelune).

138 Andrés Amat de Tortosa (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 4474 ; Rep. ; catalogue de M.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histórica española en el siglo xviii.

139 Félix de Azara (Rep. ; F. de Azara, Escritos fronterizos, éd. Manuel Lucena Giraldo, pp. 13-35 ; Fichoz).

140 Bernardo Lana (Rep.).

141 J. Sarrailh, La España ilustrada en la segunda mitad del siglo xviii, pp. 270-272.

142 François véron de Forbonnais (Le Mans 1722 -Paris 1800) économiste français, nommé inspecteur général des monnaies en 1756, membre de l’Institut en 1795. Il publia une dizaine d’études sur le commerce dont en 1756 mémoires sur le commerce que traduit Lemaur. Il participa à l’Encyclopédie.

143 M. Zylberberg, Une si douce domination, pp. 180-181.

144 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 305-314. Les dynasties étudiées sont celles des De Retz, Lemaur, Llovet, Martín Cermeño, Montaigu, Verboom, Zapino.

145 José Ampudia y Valdés (AGS, GM, 5837, 4502 ; AGMS, exp. pers. et exp. mat. A 1676 ; Rep.) ; Francisco Ampudia y Valdés (AGS, GM, 5837 ; AGM, Cuerpo General de Marina, 52).

146 Valentín Legallois de Grimarest (1729-1800) ingénieur de 1762 à 1800.

147 Bartolomé Amphoux Party (AGS, GM, 2991 ; Rep.) ; Juan Bautista Amphoux Durand (AGS, GM, 3791, 4466, 2991 ; Rep. ; M. G. Cano Révora, Cádiz y el Real Cuerpo de Ingenieros Militares) ; Bartolomé Amphoux Bonavie (AGS, GM, 5837, 4506 ; AGS, DGT, 2-47-142, 2-71, 2-82, 2-88 ; AGMS, exp. mat. A 1675).

148 Gerónimo Marqueli (AGS, GM, 2991, 3229, 3087 ; AGMS, exp. pers. M 799) ; Luis Marqueli (AGS, GM, 5837, 4496 ; Rep. ; AGS, DGT 2-89, 2-86 ; AGMS, exp. pers. M 799) ; Agustín Marqueli Russell (AGS, GM, 5837 ; AGMS, exp. pers. M 799).

149 Carlos Saliquet (AGS, GM, 3793, 3002, 4479, 4497, 3790 ; Rep.) ; Antonio Saliquet (AGS, GM, 5837 ; AGMS, exp. mat. S 528, Rep.) ; Juan Saliquet (AGS, GM, 5837, 4503 ; Rep.).

150 Miguel Taramas Sánchez (ou Sánchez Taramas) [AGS, GM, 3791, 2991 ; Rep.] ; Alejandro Sánchez Taramas (AGS, GM, 2991 ; Rep.) ; Francisco Javier Taramas Sánchez (AGS, GM, 4506, 3002, 4477, 3790 ; Rep. ; AGMS, exp. pers. T 157) ; Miguel Taramas Sánchez Barreto (AGS, GM, 3232, 3002, 3230 ; AGMS, exp. pers. T 157) ; Miguel Taramas Morales (AGS, GM, 5837 ; AGMS, exp. pers. T 157 ; Rep.).

Table des illustrations

Titre Tableau 20. – Ingénieurs mariés en 1750 et en 1787*
Légende * M/T : mariés par rapport au total.
Crédits Sources AGS, GM, 4257, et AGS, GM, 5837.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tableau 22. – Tranches d’âge au mariage de l’homme et écarts d’âge avec l’épouse
Crédits Sources Corpus établi en fonction de la disponibilité des données sur la date de naissance des 2 époux soit 68 couples.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tableau 23. – Origines sociales des épouses et de leurs familles
Crédits Source Fichier prosopographique, renseignements provenant essentiellement des dossiers matrimoniaux et de pension trouvés à Ségovie.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search