Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Troisième partie. Vie sociale, vie privée des ingénieurs militaires

Préambule à la troisième partie

Texte intégral

1Pour assurer la pérennité du pouvoir, contrôler la vie des militaires était primordial ; c’est pourquoi les souverains se sont attachés à fixer des règles strictes pour le fonctionnement de leurs armées. Non seulement le pouvoir a réorganisé l’armée, mais il a aussi contrôlé la vie privée de ses militaires. Une série de textes de lois a été alors produite de manière à codifier chaque acte de la vie privée du militaire ; du mariage au décès et à l’assistance aux veuves et aux orphelins.

2Ces nombreuses lois mettent en évidence la volonté du roi d’être le garant de l’ordre et de la bonne moralité de ses troupes. Mais il ne faut pas se borner à la lecture de ces textes et conclure à un monde militaire obéissant, jusque dans son intimité, à son souverain. En fait, si la législation royale sur le mariage des militaires au xviiie siècle est aussi dense, c’est parce que le pouvoir a dû affronter de nombreuses réticences face à son ingérence dans la vie privée de ces hommes. La multiplication des lois semble correspondre, à la fois à la nécessaire adaptation de la législation à la réalité humaine, mais aussi au besoin constant de rappeler les règles peu respectées.

3L’étude du corps du génie sous l’angle de la vie privée permet de découvrir les particularités de ces hommes. Ces techniciens ont la sensation d’appartenir à deux mondes à la fois, ce qui permet de donner une dimension nouvelle aux études déjà produites sur la vie privée des militaires.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search