Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Deuxième partie. Des scientifiques dans le monde militaire

Chapitre VI. La vie professionnelle de l’ingénieur militaire

Texte intégral

I. – La mobilité géographique : une caractéristique de l’ingénieur

1L’ingénieur militaire est destiné à parcourir des espaces géographiques divers, à exécuter des tâches multiples et à suivre les armées dans leurs déplacements. Du fait de leur nombre restreint, ils sont d’autant plus sollicités. L’étude des feuilles de service des ingénieurs, à un moment donné, permet de définir quelques grandes lignes sur la mobilité de ces hommes et de dresser la liste des points stratégiques à pourvoir ou l’évolution des priorités.

2La génération d’ingénieurs qui composait le corps, à la date du premier janvier 1787, était constituée de 183 individus, parmi lesquels 71 ont été affectés en Amérique, au moins une fois dans leur carrière, et quatre ont été affectés aux Philippines.

Tableau 14. – Affectations et temps de carrière

Nombre dannées de carrière

Nombre daffectations en moyenne

De 1 à 5 ans

1,9

De 6 à 10 ans

2,9

De 11 à 15 ans

3,4

De 16 à 20 ans

5,3

De 21 à 25 ans

4,5

De 26 à 30 ans

5,4

Plus de 30 ans

6,3

Source AGS, GM, 5837.

  • 1 On peut aussi examiner les affectations des ingénieurs de Francisco Sabatini en 1778 (AGS, GM, 3793 (...)
  • 2 AGS, GM, 5837.

3Toutes affectations confondues, on peut dire que la moyenne, pour une carrière, se situe à 5 mutations1. Les chiffres montrent que, à part une moyenne particulière pour les 21-25 ans, la majorité des mutations s’effectue dans les vingt premières années de la carrière. La forte mobilité des jeunes ingénieurs peut être considérée comme un élément de leur formation. Après, un ralentissement s’amorce, lié à l’arrivée à des grades plus élevés. Une autre évidence apparaît : les guerres sont un des multiplicateurs des mutations. On pourrait estimer que cinq affectations représentent peu de bouleversements dans la carrière d’un homme. Mais il ne faut pas oublier que la mobilité de l’ingénieur est supérieure à celle des autres militaires parce que l’ingénieur effectue de nombreux déplacements à l’intérieur d’une même province. L’ingénieur est souvent amené à se déplacer pour lever des plans de forteresses, des cartes d’une zone particulière ou du cours d’un fleuve, visiter des places fortes, ou diriger un chantier. Il existe des extrêmes : certains ingénieurs ont dû assumer dix affectations différentes et des commissions, alors que d’autres sont restés des années sur le même projet. Par exemple, Francisco Bambiteli entre dans le corps en 1763 comme aide-ingénieur de Francisco Sabatini, son beau-frère, sur les chantiers des palais royaux. Après avoir participé au siège de Gibraltar (1782), il part en 1784 pour le Mexique, puis est nommé à La Havane. Pendant une vingtaine d’années, il a occupé le même type d’affectation, même si chaque chantier posait des problèmes différents. Être italien et le beau-frère de Sabatini peut expliquer cela. À l’opposé, Ventura Buceta occupe cinq affectations très variées de 1763 à 1787 : Ceuta, Galice, Estrémadure, Málaga, Cuba2. Le fait que l’ingénieur ne soit pas attaché à un lieu permet d’éviter d’éventuelles collusions avec les entrepreneurs. La forte mobilité géographique a bien sûr des incidences sur la vie privée, qui seront évoquées par la suite.

4Il est difficile d’établir une liste des lieux d’affectations qui donne une image de la répartition des ingénieurs sur le territoire car, dans les archives, la dénomination des directions du génie évolue (voir tableau 15).

  • 3 M. G. Cano Révora, Cádiz y el Real Cuerpo de Ingenieros Militares, p. 37. Par exemple, Ramón Anguia (...)
  • 4 Le pourcentage de l’effectif employé dans les campagnes militaires représente, en 1741, 36,9 % des (...)

5L’étude de ces données révèle l’importance accordée aux directions du génie de Catalogne, Castille, Valence et Murcie. La Catalogne a été, au départ, une région de résistance aux Bourbons ; y masser des militaires semblait donc être une manière supplémentaire de la maîtriser. De plus, la Catalogne est une zone frontalière avec la France ce qui renforce son importance aux yeux de l’État, dans une Europe où les alliances sont fluctuantes. L’attention portée aux frontières ne fait que s’accroître au cours du siècle. La Castille est un autre centre d’intérêt pour la monarchie car elle comprend en son centre la capitale du pouvoir. Les communications politiques et commerciales entre Madrid et les provinces de la périphérie doivent s’améliorer ainsi que les liaisons terrestres avec les résidences royales proches de Madrid. Une politique de défense fondée sur le développement des ports fortifiés à l’exemple des travaux du port de Carthagène donne une certaine importance au Pays Valencien et à la Murcie. L’Andalousie semble être moins dotée en ingénieur dans la deuxième moitié du siècle, pourtant elle appartient au dispositif défensif côtier. En fait, d’après María Gloria Cano Révora, le nombre d’ingénieurs qui a travaillé dans cette région a été bien supérieur à celui des affectations. À Cadix, lieu d’attente pour l’embarquement des contingents mutés en Amérique, les ingénieurs se mettent à la disposition des autorités du site et participent à la construction de certains édifices. Les attentes, parfois d’un an, permettent de disposer d’un effectif important de techniciens3. Le faible nombre d’ingénieurs en Navarre jusqu’en 1778 peut être dû à la présence d’un système de défense dont Pampelune est un centre important. Ce n’est qu’en 1794 que s’amorce une augmentation des effectifs. Le Pays Basque est peu doté en ingénieurs jusqu’en 1794. Les Basques avaient une réputation de gardiens chevronnés de leur territoire ce qui se démentira à la fin du siècle. Certaines années, les ingénieurs apportent leur contribution à des campagnes militaires4, ainsi qu’à des travaux d’architecture civile. À ce propos, en 1778, il peut sembler paradoxal de voir des ingénieurs dans une branche d’architecture civile, alors que les ordonnances de 1768 ne mentionnent pas ce type d’intervention comme incombant au génie militaire. L’influence de Francisco Sabatini, ingénieur militaire et l’un des architectes favoris de Charles III, n’est pas étrangère à l’existence d’une telle branche dans le corps des ingénieurs militaires.

Tableau 15. — Répartition des effectifs du génie entre 1728 et 1794 en Espagne et dans les conflits européens

Tableau 15. — Répartition des effectifs du génie entre 1728 et 1794 en Espagne et dans les conflits européens

Source AGS, GM, 2986, 2991, 3002, 5837.

  • 5 Ordenanzas para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, 1771, traité I, tit. (...)
  • 6 Depuis le règlement de 1728, sur les soldes des ingénieurs en Amérique, Verboom avait spécifié que (...)
  • 7 Real Orden du 27 septembre 1730 sur les gratifications attribuées aux militaires qui partent pour l (...)
  • 8 AGI, Indiferente, 1905.
  • 9 AGI, Indiferente, 1905.
  • 10 AGI, Indiferente, 1905.
  • 11 R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, p. 111. Manuel Hernández est ingénieur au (...)
  • 12 Luis Díez Navarro, né en 1692, a d’abord travaillé comme surveillant de chantier à Cadix, puis entr (...)
  • 13 Élaboration de ces chiffres grâce aux dates de nomination établies pour les 279 ingénieurs.
  • 14 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados, pp. 167-188. Les années où les combats sont les plus n (...)
  • 15 AGI, Indiferente, listes des ingénieurs en Amérique pour ces années.
  • 16 R. Gutiérrez et C. Esteras, Territorio y fortificación, p. 102.
  • 17 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 330.

6L’ingénieur peut être amené à exercer sa fonction dans l’Empire espagnol, continent américain ou îles Philippines. En 1768, les affectations des ingénieurs en Indias sont codifiées dans les ordonnances du génie5. Avant 1768, des textes multiples répondaient au coup par coup aux problèmes posés. Les contingents envoyés dans les colonies semblent toujours insuffisants (même après 1768) par rapport à l’espace à gérer et aux tâches multiples, aussi bien militaires que civiles, attribuées à ces techniciens. Les ingénieurs partent pour cinq ans et ne reviennent en Espagne que lorsqu’un remplaçant a été nommé. La difficulté à trouver des volontaires amène cette durée à une moyenne de sept ans. Les ingénieurs recrutés pour l’Amérique ne doivent pas représenter plus d’un tiers des effectifs métropolitains. Le choix se porte plutôt sur des cadres intermédiaires, c’est-à-dire ni les nouveaux intégrés au corps parce qu’ils manquent d’expérience, ni les plus performants dont on a besoin en métropole. Pour encourager l’ingénieur à partir, on lui attribue une promotion6, des gratifications plus importantes qu’en métropole pour ces expéditions, à cause des difficultés climatiques. De plus à l’embarquement, il bénéficie d’une prise en charge de ses frais7. En 1768, la promotion automatique, les dédommagements pour le voyage ainsi que les soldes anticipées permettant d’éviter la perte de salaire due au transfert du dossier sont confirmées. Malgré tous ces avantages, certains ingénieurs envisagent difficilement d’être affectés si loin de leur famille, de leurs intérêts économiques ou encore ne voient, en cette affectation, que l’obligation de vivre dans un milieu naturel hostile, dangereux pour leur santé ; vingt-quatre cas de refus d’affectations par les ingénieurs ont été retrouvés. Les motifs invoqués sont, en majorité, l’impossibilité de se déplacer liée à une maladie, puis en seconde position viennent les obligations familiales ou le manque d’argent pour assurer un départ dans de bonnes conditions. Esteban O’Brien, ingénieur extraordinaire doit s’embarquer au Ferrol pour les îles Malouines en 1766. Il refuse, invoquant un frère mort noyé aux Indes, un mort à Mexico, un dans un régiment stationné à Lima, le fait qu’il soit marié, et comme si cela ne suffisait pas, il fournit un certificat médical de santé fragile8. Toutes ces démarches furent vaines car on retrouve, en 1767, Esteban O’Brien en train de construire des logements aux îles Malouines. Le plus souvent, ces refus sont temporaires et débouchent sur un départ retardé. L’ingénieur, une fois guéri ou satisfait dans ses revendications financières, part rejoindre son poste. Cependant, parfois, le refus de partir est accepté. Ramón Folgueras, en 1804, reste finalement à Barcelone après avoir expliqué qu’il lui manque 6.000 réaux pour partir9. Bartolomé Amphoux Bonavie obtient gain de cause en 1763 car les médecins certifient son incapacité à voyager, car il est atteint du scorbut10. Parfois la mutation n’a pas lieu parce que l’ingénieur, tel Manuel Hernández, a su se montrer indispensable au poste qu’il occupe11. Le manque d’ingénieurs prêts pour le départ amène parfois à recruter des ingénieurs sur place, ou parmi les volontaires qui ont servi au cours de campagnes militaires12. Le pouvoir royal ne désirait pas accroître un recrutement local afin d’éviter d’engendrer des générations de techniciens susceptibles de développer leur pays d’une manière indépendante. Les problèmes de recrutement pour les terres américaines et asiatiques sont demeurés constants, même si un effort plus important a été fourni dans la deuxième moitié du siècle. Les terres américaines de l’Espagne attirent les convoitises. Progressivement, le souverain décide d’augmenter sa dotation en ingénieurs pour cet immense Empire, même s’il sait que tout le territoire ne peut être maîtrisé. On peut dire qu’à partir des années 1760, les nominations passent à une cinquantaine par décennie, alors qu’auparavant, elles oscillaient entre dix et seize pour la même période13. Les agressions dont est victime l’Empire justifient ces mesures d’augmentation des personnels14. En 1737, il y a vingt et un ingénieurs en Amérique, vingt-trois en 1754, soixante-six en 176715, cinquante-six en 1774, soixante et onze en 1795, cinquante-huit en 180416. Les nombreuses études de Silvestre Abarca en 1778 pour équilibrer présence du génie et territoire furent vaines. Abarca rêvait d’un corps américain composé de quatre-vingt-huit ingénieurs alors qu’à cette période, ils ne sont que cinquante-sept17. S’il y eut quelques progrès sur le nombre, jamais les idées d’Abarca ne furent appliquées dans leur globalité.

  • 18 Les travaux de María Lourdes Díaz-Trechuelo sont un apport formidable à la connaissance de ces ingé (...)

7On a retrouvé quinze ingénieurs qui furent affectés aux Philippines18 et deux cent soixante-dix-neuf en Amérique, soit 33,45 % du total. Les lieux d’affectation donnés en Amérique permettent de dresser une liste de points stratégiques qui requièrent la présence d’un ingénieur ou de plusieurs.

Tableau 16. – Répartition des affectations en Amérique de 1704 à 1803

Tableau 16. – Répartition des affectations en Amérique de 1704 à 1803

Source Fichier prosopographique.

8En premier lieu, deux zones d’affectation apparaissent comme primordiales : la Nouvelle-Espagne et les Caraïbes. Ceci est dû à la richesse et à l’importance commerciale de ces zones. Un autre élément peut justifier l’attention portée aux Caraïbes les problèmes de contrebande, de piraterie et de corsaires fréquents dans ces mers qui gênent le trafic espagnol. Au cours du siècle vient s’ajouter à cela l’amplification des attaques anglaises sur les terres américaines. La protection renforcée de ce territoire devient un enjeu supplémentaire. Dans le but d’administrer plus militairement ces zones, la multiplication des capitaineries générales extraites des vice-royaumes est décidée. Enfin, il ne faut pas ignorer qu’à cette époque les conflits européens ont eu des incidences dans l’Empire espagnol et ont obligés le pouvoir à mieux répartir ces ingénieurs. Par exemple, en 1739, l’échec de l’attaque de Vernon sur La Havane et celui de Portobelo, en 1740, correspondent à une période de conflit européen mais aussi à la volonté des Anglais d’exploiter le bois précieux à Campeche en implantant des colons et en faisant un commerce illégal. Les Anglais cherchent aussi en bloquant les galions espagnols à limiter les afflux de métaux ou de matières premières des Indes qui symbolisent la puissance espagnole. Les dangers dans les Caraïbes justifient la mise en place d’un système défensif côtier important, auquel la capitainerie générale de Caracas (1742-1786) et le port de Cartagène des Indes appartiennent. Les problèmes de frontières entre les possessions portugaises et espagnoles en Amérique du Sud, entre Brésil et Río de La Plata, empoisonnent les relations hispano-portugaises. Ces divergences expliquent la création d’un vice-royaume du Río de La Plata et d’une commission mixte de démarcation des frontières. Le Río de La Plata devait être une voie de sortie des produits péruviens si l’isthme venait à être bloqué. La prise de Manille en 1762 et celle de La Havane relancent la dynamique militaire en Amérique. Manille et les Philippines, dont les aspects stratégiques et commerciaux sont aussi importants que ceux de La Havane, n’ont pas été plus dotées pour autant.

II. – L’ingénieur militaire : à la croisée du chemin militaire et civil

9Grâce à la création du corps du génie, la dynastie des Bourbons a eu un rôle important non seulement dans la remise en état des systèmes fortifiés et dans leur entretien, mais aussi dans l’élan donné au développement du pays. La monarchie, grande initiatrice de projets, a fait reposer leur concrétisation sur ses techniciens les plus fidèles. Les méthodes cartographiques évoquées dans l’ordonnance de 1718 montrent combien l’ingénieur militaire contribue à poser les enjeux du développement. Philippe V lance des projets que ses successeurs reprennent et tentent de faire aboutir. Charles III est un acteur principal de l’instauration d’une politique de despotisme éclairé. Les guerres de la fin du siècle, l’occupation française, et la vague d’indépendance américaine du début du xixe siècle mettent en péril cette œuvre de développement.

  • 19 H. Capel Sáez, « La invención del territorio ». L’auteur évoque dans cet article le rôle des ingéni (...)

10L’ingénieur militaire est un technicien au service du pouvoir. Sa contribution à la définition et à la connaissance du territoire par la cartographie, au développement économique par la construction de sites industriels, de canaux, de ponts, et de ports, à la défense des points stratégiques fait de lui un élément de la maîtrise de l’espace monarchique19. L’ingénieur se révèle aussi être la main de la politique de despotisme éclairé selon Charles III. Il participe à l’essor des structures économiques d’État selon un modèle mercantiliste où les fabriques royales exercent un rôle moteur. Il concourt aux progrès de l’aménagement urbain qui fait de la ville un lieu plus sain, plus agréable et plus ordonné. Au xviiie siècle, entre les projets de la monarchie et leurs réalisations, il y a souvent eu des écarts. Cependant les plus grands projets ont perduré au siècle suivant.

11Les ordonnances qui ont contribué à fixer statuts et fonctions du corps du génie montrent la polyvalence attribuée par le roi à ces hommes. L’ordonnance du 4 juillet 1718 fixe les terrains d’interventions des ingénieurs et unifie les pratiques. L’ordonnance de 1768 redéfinit le rôle militaire de l’ingénieur sans insister sur le rôle civil. Pourtant en 1774, sous l’influence de Francisco Sabatini, ingénieur et architecte préféré de Charles III, le corps du génie est divisé en trois branches dont l’une concerne les travaux publics et civils. L’ingénieur militaire reste donc voué à la polyvalence. Cependant, la fin du siècle voit la naissance de corps techniques variés destinés à répondre à la forte demande de développement du pays par le pouvoir.

12Pendant un siècle, les ingénieurs militaires ont tenté de satisfaire les demandes du roi et de contribuer à sa grandeur, intervenant partout en tant qu’homme du pouvoir non soumis aux influences locales. La procédure employée pour réaliser un projet assure la main mise du roi quant à ses décisions dans la vie de ses sujets. En effet, chaque projet, par ailleurs souvent remanié, est, avant d’être réalisé, soumis à l’autorisation royale. Une fois celle-ci accordée, il faut attribuer un budget et confier la direction des travaux à l’ingénieur compétent qui travaillera en étroite collaboration avec un chef de chantier et les ouvriers recrutés par ce dernier. Souvent celui qui dirige les travaux n’a pas été le concepteur du projet. Puisque l’aval royal est impératif pour toute action de construction ou de réparation, l’ingénieur apparaît donc comme le bâtisseur du pouvoir, celui qui diffuse l’empreinte royale dans le royaume. De plus le principe établi par les ordonnances royales d’une procédure commune à chaque réalisation donne une plus grande uniformité aux travaux réalisés et une logique dans la maîtrise du territoire. Précisons ici que les ingénieurs ne sont pas les seuls intervenants en architecture. Les architectes ont eu aussi leurs heures de gloire.

  • 20 A. Bonet Correa, Andalucía barroca, pp. 261-262 : « su movilidad [de los ingenieros] en los destino (...)
  • 21 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii ».
  • 22 Yves Bottineau cite dans son ouvrage L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V, les travaux de Geo (...)

13L’ingénieur peut apparaître comme l’instigateur d’un style architectural rationnel lié aussi à son habitude de gérer des budgets serrés et de mettre en relation construction et fonctionnalité des lieux. Antonio Bonet Correa évoque ce style en parlant d’architecture militaire20 qui rompt avec le baroque hispanique. Joan-Eugeni Sánchez pense que l’aspect austère de l’architecture des ingénieurs militaires est liée aussi à la faiblesse des budgets attribués à leurs travaux21. Yves Bottineau évoque dans ses nombreux ouvrages, et en citant les travaux de George Kubler, l’impact des ingénieurs dans la création architecturale du xviiie siècle22. Les travaux du règne de Philippe V, de 1715 à 1734, définissent, pour Y. Bottineau,

  • 23 Y. Bottineau, L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V, p. 415.

une architecture royale internationale, ouverte sur la France et l’Italie, et virile, martiale même, grâce à l’action des ingénieurs militaires23.

  • 24 J. M. Morales Folguera, Arquitectura y urbanismo hispanoamericano en Luisiana y Florida occidental, (...)

14José Miguel Morales Folguera évoque le rôle social et professionnel des ingénieurs comme un des plus importants et progressistes dans la société hispanique du xviiie siècle24. Ainsi le rôle de l’ingénieur militaire apparaît multiple, d’où la difficulté à répertorier toutes les interventions de ces hommes.

Les actions des ingénieurs militaires en Amérique

  • 25 AGI, Indiferente, 1905, lettre de Félix Prosperi à José Quintana écrite à Veracruz le 25 mars 1740, (...)

15En Amérique, les ingénieurs jouissent d’un quasi monopole sur toutes les interventions militaires ou civiles. Ils travaillent à la reconnaissance de nouvelles zones, à la mise en état de défense de points stratégiques, aux campagnes militaires, au développement de l’urbanisme. Ces techniciens sont les seuls à posséder les savoirs nécessaires à de telles actions. Ils doivent contrôler un immense espace grâce à leur compétence et apparaissent comme des références aux yeux des élites locales. Cette réputation leur permet aussi de s’enrichir en répondant à des demandes privées25. Les interventions des ingénieurs en Amérique touchent d’abord à la mise en état de défense de cet espace. Il faut réparer les structures fortifiées existantes, en rénover certaines en y ajoutant des structures à la méthode Vauban, et en créer de nouvelles. La défense de ces territoires immenses repose sur un système mobile, une flotte de guerre et sur des points fortifiés sur la terre ferme. Fortifier tout l’espace était impossible. Il fallait fortifier là où les attaques de pirates et de corsaires (anglais ou français) gênaient le commerce colonial, où la garnison militaire était faible, où les défenses naturelles étaient peu importantes.

Carte 1. – Les fortifications espagnoles en Amérique dans la deuxième moitié du xviiie siècle

  • 26 J. A. Calderón Quijano, Historia de las fortificaciones en Nueva España. Histoire très précise de l (...)
  • 27 R. Gutiérrez, Arquitectura y urbanismo en Iberoamérica ; R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y (...)
  • 28 Manuel Santisteban est nommé dans le royaume de Nouvelle-Espagne, entre autre pour s’occuper de la (...)
  • 29 Miguel Constanzó (1739-1810) ou Costanzó est envoyé en Nouvelle-Espagne en 1764 et y décède en 1810 (...)
  • 30 Silvestre Abarca est un ingénieur phare du corps puisqu’il en deviendra un des directeurs en 1774. (...)
  • 31 Tomás O’Daly (1730-1781) travaille de 1760 à sa mort aux fortifications de San Juan de Puerto Rico (...)
  • 32 Ignacio Sala (Barcelone ? - Madrid 1754) fut l’ingénieur des fortifications de Cadix. Envoyé comme (...)
  • 33 Luis Díez Navarro (Málaga 1692 - Guatemala 1780) participe à tous les travaux caractéristiques du m (...)
  • 34 Antonio Arévalo (Arévalo 1715 - après 1787). Cet ingénieur est l’artisan de la fortification de Car (...)
  • 35 J. Marchena Fernández, La institución militar en Cartagena de Indias, pp. 275-322. À la p. 322, lis (...)
  • 36 Ibid., p. 321 : « Cartagena de Indias considerada como una de las catedrales del arte militar españ (...)
  • 37 A. M. Heredia Herrera, « Las fortificaciones de la isla de Margarita en los siglos xvi-xvii-xviii » (...)
  • 38 J. M. Zapatero, « El Castillo Real Felipe del Callao ». L’auteur évoque les plans de la fortificati (...)
  • 39 Lorsque le vice-royaume du Río de La Plata est créé en 1776, la politique des « poblados fortificad (...)
  • 40 Le peuplement de la Sierra Morena avait été un moyen d’implanter des populations pour mieux contrôl (...)
  • 41 F. de Solano, « Ville et géostratégie espagnole en Amérique ».
  • 42 Création d’une succession de 15 présides (poste militaire où la population collabore aux travaux de (...)
  • 43 Création d’une ceinture de villages autour de Cartagène des Indes pour protéger la ville et freiner (...)

16Une des zones stratégiques de l’Empire espagnol est la zone Caraïbes – Amérique Centrale qui regroupe dans un même dispositif de défense les îles des Caraïbes (Cuba, Saint-Domingue, Puerto Rico), le royaume de Nouvelle-Espagne, la côte atlantique du royaume de Nouvelle-Grenade. Les travaux de José Antonio Calderón Quijano26 sur la Nouvelle-Espagne font autorité ainsi que ceux de Ramón Gutiérrez sur l’architecture et l’urbanisme ibéro-américain27. Le royaume de Nouvelle-Espagne présente trois points stratégiques à défendre : le golfe du Mexique pour l’accès des galions espagnols, le Yucatán où sont exploitées des forêts de bois précieux, les côtes du Pacifique, escale des galions venant de Manille. Le golfe du Mexique est protégé par les remparts de San Juan de Ulúa, forteresse protectrice de l’entrée du port de Veracruz (lieu clé d’embarquement pour les bateaux espagnols), et par la construction au XVIIIe siècle de San Carlos de Perote entre autres sur des plans de Manuel Santisteban28. Le Yucatán est défendu par San Felipe de Bacalar, fort dont la construction débute en 1727, et par le Fuerte de l’Isla del Carmen dans la lagune de Términos, construit après la chute des Anglais en 1717. Quant à Mérida de Yucatán, d’anciennes fortifications sont renforcées par la construction de la citadelle de San Benito. La forteresse de San Diego, pièce maîtresse de la défense d’Acapulco, sur la côte Pacifique, a été reconstruite après les tremblements de terre d’avril et mai 1776 par l’ingénieur Miguel Constanzó29. Les fortifications des Caraïbes reposent sur trois points : Saint-Domingue, San Juan de Puerto Rico, et La Havane. Au xviiie siècle, alors que la pression britannique se faisait de plus en plus importante, les travaux de fortification se doivent d’accentuer la défense de ces points par des fronts de mer fortifiés à proximité de ces villes. Silvestre Abarca30 complète le système défensif de La Havane par des travaux tels que le château de La Cabaña, et les grandes réformes du château d’El Morro. La constitution d’un front maritime composé d’une succession de remparts et les travaux de San Cristóbal, sur des plans de Tomás O’Daly31, créent une ligne défensive intéressante pour Puerto Rico. Les fortifications des côtes du Guatemala et du Honduras reposent sur Portobelo, Chagres et Omoa. Après les attaques de Vernon en 1739-1741, certaines fortifications ont été rénovées par Ignacio Sala : le château de San Felipe de Portobelo et celui de San Jerónimo32. Omoa a été fortifié par Luis Díez Navarro33. Panamá voit ses fortifications maintenues, réparées et entretenues. Le port de Carthagène des Indes est un des mieux fortifiés au xviiie siècle. Son gouverneur Ignacio Sala, ingénieur militaire par ailleurs, a entamé la transformation des fortifications de ce port qu’a poursuivi Antonio Arévalo34. L’étude de Juan Marchena Fernández35 sur l’institution militaire à Carthagène des Indes décrit avec précision les progrès de la fortification de ce port et insiste sur le rôle de Antonio Arévalo, de 1741 à sa mort en 1800, dans cette région. Des vingt-quatre ingénieurs qui ont été affectés à ce site, Arévalo est celui qui est resté le plus longtemps. D’ailleurs, il finit sa carrière au poste de gouverneur de la place de Cartagène des Indes et de commandant des corps expéditionnaires. Cet ingénieur a été l’artisan de ce que Juan Marchena Fernández définit comme une des « cathédrales de l’art militaire36 ». Le système de défense espagnol se poursuit sur les côtes pour l’Amérique du Sud. Les points fortifiés de La Guaira, de la baie de Maracaibo, de San Felipe de Puerto Cabello, de Santiago de Araya occupent les ingénieurs Juan Amador Courten, Juan Gayangos Lascari, Miguel Roncali, José Antonio Espelius, Casimiro Isava et Miguel González Dávila. Puerto Cabello et La Guaira sont des sites importants pour l’activité commerciale de la compagnie Guipuzcoana. Bartolomé Amphoux participa en 1770 à la mise aux normes Vauban des défenses de l’île Margarita37. La Guayana contrôle l’entrée de l’Orénoque avec une vieille fortification. La côte Pacifique, moins sujette aux attaques pirates, avait été moins bien fortifiée dans les siècles précédents. De plus, concernant la côte Pacifique, on peut parler de fragilité et de complexité pour les fortifications. En effet, cette côte très étendue ne peut fortifier que sur un certain nombre de points. D’autre part, cette zone est sujette à des séismes et des éruptions volcaniques qui souvent mettent à mal les structures existantes (particulièrement pour les places chiliennes). La ligne défensive se composait de quelques villes ou ports fortifiés dont Guayaquil, Lima et Callao38, Valparaíso, Valdivia, l’île de Chiloé. Valdivia voit ses fortifications remaniées par Juan Garland qui consulte régulièrement Juan Martín Cermeño à Madrid sur ses projets. Valdivia et Chiloé sont des bastions stratégiques et défensifs prévus pour contenir d’éventuels soulèvements indigènes et pour protéger le détroit de Magellan. Les ingénieurs militaires ont aussi largement contribué, en Amérique, au développement d’une urbanisation stratégique du territoire permettant à la monarchie d’étendre sa maîtrise (entre autres sur la ville de Nacimiento dans la région de Concepción, au Chili39). Les interventions des ingénieurs dans la création de nouveaux noyaux de population sont de la même veine que celle de la Sierra Morena40. Ainsi la bande orientale et le sud du Chili et du Paraguay servent de sites d’implantation. De même l’ingénieur Pérez Brito fait le tracé du peuplement de la Nouvelle-Murcie en 1779 en Patagonie. Francisco de Solano41 recense plus de deux cents peuplements nouveaux dans l’espace américain. Il pense que l’urbanisation hispano-américaine répond à des besoins géostratégiques. La ville américaine acquiert de l’importance dans la stratégie politique et militaire de l’Espagne (comme des remparts ou une place fortifiée) car elle permet de défendre un territoire, de le rendre sûr, d’en interdire l’occupation illégale, ou encore de délimiter un espace frontalier. La création de zones urbaines revêt plusieurs aspects : création de presidios (« présides ») sur les zones à maîtriser ou sur les zones de contact42, constitution de colonies de peuplement dans les zones inhabitées avec des structures économiques qui permettent de mettre en valeur les terres, création de villages en ceinture d’une place importante pour faire obstacles à des attaques indiennes43. Les ingénieurs contribuent à toutes ces formes d’implantation urbaine.

  • 44 Vaine conquête que celle-ci car au traité de Fontainebleau du 3 novembre 1762, la Colonia del Sacra (...)
  • 45 E. Beerman, « Francisco Requena y el tratado de l’mites de 1777 ».

17La deuxième moitié du xviiie siècle en Amérique est marquée par une grande volonté de l’État de repérer et de cartographier les frontières de son Empire. Jusqu’alors les frontières qui apparaissaient comme imprécises, amenaient des puissances étrangères à occuper des espaces illégalement, ou des populations indigènes à refuser le contrôle des autorités espagnoles. Les puissances française, anglaise, portugaise étant les voisins immédiats des Espagnols, les tensions furent nombreuses. Un exemple est particulièrement intéressant : la zone frontière entre l’espace portugais et l’espace espagnol. En 1762, l’Espagne déclare la guerre à l’Angleterre. Le jeu des alliances entraîne des conflits avec le Portugal, voisin de l’Espagne aussi bien en Europe que sur le continent américain. Resurgit alors le problème des limites entre les deux Empires en Amérique du Sud. En octobre 1762, les Espagnols prennent la Colonia del Sacramento, possession portugaise sur la rive nord du Río de La Plata44. La Colonia del Sacramento est plus en amont du fleuve alors que Montevideo, ville espagnole créée en 1726 pour contrôler l’embouchure du fleuve et défendre les terres espagnoles sur la rive sud, se situe à l’embouchure. Posséder la Colonia permettait de protéger le trafic du Río de La Plata. D’autres combats opposent, en Amérique du Sud, les Portugais et les Espagnols, ce qui amène les deux puissances à s’engager dans des expéditions de reconnaissance des frontières entre leurs possessions. Le traité signé à San Ildefonso en 1777 prévoit de fixer les limites des pays appartenant en Amérique méridionale aux couronnes espagnoles et portugaises. Des commissions mixtes sont prévues pour effectuer ce travail de délimitation. Francisco Requena, ingénieur militaire, contribua entre, 1780 et 1782, à dessiner, en remontant les rivières Japurá et Apaporis, les frontières qui correspondent aujourd’hui à celles du Brésil et de la Colombie45. Cet ingénieur a largement contribué au cours de la trentaine d’années passées, entre autres dans la zone amazonienne, à fixer les démarcations de l’espace américain. Les frontières en Amérique se révèlent être un sujet important du xviiie siècle. La notion de frontière en Amérique se définit à la fois sur le plan externe, c’est-à-dire des limites avec d’autres États mais aussi sur le plan interne, de la conquête face à des populations indigènes rebelles.

  • 46 J. Aguilera Rojas, Ciudades de América. Planos manuscritos de archivos españoles. Bogotá par Doming (...)
  • 47 Quelques exemples : En 1764, à Mexico, Miguel Constanzó agrandit l’Hôtel de la Monnaie. Les travaux (...)
  • 48 Marcos Ibáñez est envoyé au Guatemala par Francisco Sabatini avec le dessinateur Antonio Bernasconi (...)
  • 49 R. Gutiérrez, Arquitectura y urbanismo en Iberoamérica, pp. 133 et 523. Antonio Fernández Trevejo a (...)
  • 50 Leandro Badarán (1738 - ?) est nommé en 1774 dans la capitainerie du Chili. Il travaille à des cons (...)
  • 51 Agustín Caballero, entré dans le corps en 1786, est nommé en 1793 au Chili. Il y réalise une fabriq (...)

18Les ingénieurs militaires en Amérique ont aussi contribué à la construction d’édifices publics, au développement de l’architecture néoclassique, à la proposition d’un nouvel urbanisme. Le travail cartographique des ingénieurs laisse dans les archives non seulement des plans de forteresses ou des tracés de frontières mais aussi des plans de villes. Ces plans sont précieux pour étudier l’étendue du territoire urbain, sa structure, et son évolution46. Les ingénieurs participent aussi à la construction d’infrastructures hospitalières : à Cumaná en 1793 où Casimiro Isava bâtit l’hôpital pour les militaires et les pauvres, à Comayagua aux Honduras où José Ampudia y Valdés dessine les plans, en 1783, d’un hôpital sur ordre du roi, ou encore à Cartagène des Indes où Antonio Arévalo implante un lazaret. L’ingénieur se révèle être l’architecte des bâtiments publics les palais des autorités espagnoles, les sites administratifs, mais aussi un bâtisseur d’église ou encore un organisateur de l’espace urbain avec introduction de nouveautés liées à l’urbanisme éclairé dans les grandes villes (construction d’égouts et assainissement des villes, création d’espaces de promenades, de jardins, pavement des rues) et des infrastructures routières ou des ponts47. Le rôle des ingénieurs militaires dans la diffusion du néoclassicisme en Amérique a été étudié par de nombreux chercheurs. Ramón Gutiérrez évoque les travaux de Luis Díez Navarro à Guatemala en tant qu’architecture qui rompt avec le baroque et impose le néoclassicisme dans la construction du palais des capitaines généraux, ou de l’Hôtel de la Monnaie. Même si le plan de la nouvelle Guatemala établi par Díez Navarro est modifié par l’architecte Marcos Ibáñez48, on peut dire que la reconstruction de cette ville après le tremblement de terre de 1773 a permis à l’art néoclassique de s’exprimer dans toute son ampleur. Le plan choisi par Luis Díez Navarro est géométrique avec des rues à angles droits qui convergent vers une place centrale. Ce dessin est conforme aux normes américaines de construction urbaine. Mais des innovations sont envisagées à l’exemple d’une promenade paysagée de circonvolution qui entoure la ville. C’est un urbanisme novateur. Son successeur modifie ce plan, conserve la perpendicularité des rues avec des places secondaires réparties dans les quartiers de la ville et une plaza mayor excentrée, et divise certains quartiers. Comme dans toutes les fondations américaines, la plaza mayor regroupe la cathédrale, le palais épiscopal de style néoclassique, la mairie, des édifices publics (douanes, courriers et tabacs) à un étage et des portiques pour circuler autour de la place. On retrouve dans les réalisations d’Antonio Fernández Trevejo à La Havane à la fois des constructions pour le pouvoir mais aussi des aménagements paysagés pour la baie49. De même les ingénieurs militaires Mariano Pusterla, Eduardo Gómez de Agüero, Francisco García Carrasco, Leandro Badarán50 ont contribué à donner l’élan architectural néoclassique au Chili et en Argentine. Lorsque l’architecte italien Joaquín Toesca y Ricci fut envoyé par Francisco Sabatini au Chili pour construire les édifices publics, il a pu compter sur les ingénieurs militaires pour soutenir ses projets. D’ailleurs cet italien a fait école puisque certains militaires du début du XIXe siècle Agustín Caballero et Miguel María Atero s’affirment comme ses dignes successeurs51. Les travaux des ingénieurs militaires en Amérique ont à la fois permis à l’État de défendre ses terres, de mieux les connaître mais aussi de modifier les paysages urbains de manière durable. Aujourd’hui encore leurs réalisations marquent le visage des centres urbains.

Les rôles multiples des ingénieurs en Espagne

  • 52 Le nombre important d’ingénieurs attribué à la branche fortifications en 1774 le montre.
  • 53 A. Marzal Martínez, « Las fortificaciones de Cartagena en el siglo xviii » ; A. Vigo Trasancos, « L (...)
  • 54 AGS, GM, 3002. De 1753 à 1760, l’État consacre plus de 5 millions de réaux, de 1760 à 1761 3 millio (...)
  • 55 Des esclaves et des prisonniers ont été utilisés comme manœuvres dans la construction de Carthagène
  • 56 AGS, GM, 2998, l’ingénieur dit entre autres qu’en Galice on n’est pas obligé d’aller chercher les b (...)
  • 57 F. Rodríguez de la FLOR, « El fuerte de la Concepción ». C’est un fort proche de la frontière portu (...)
  • 58 AGS, GM, 2995.
  • 59 Antonio Gaver (1695-1769) ingénieur en 1720, il gravit tous les échelons jusqu’en 1762 où il devien (...)

19L’ingénieur militaire a pour fonction première de participer aux campagnes militaires et à la défense de son pays52. Les fortifications de l’Espagne au début du XVIIIe siècle sont un héritage des modèles italiens du XVIe siècle et du système Vauban qui commence à être appliqué. Le corps des ingénieurs au cours du XVIIIe siècle va promouvoir l’architecture militaire Vauban mais il va aussi partir à la quête d’un idéal de symétrie et de rationalisme architectural, favorisant la diffusion d’un art néoclassique dans toutes les constructions pour le pouvoir. Les influences des ingénieurs étrangers, italiens, français ou flamands se font sentir tout au long du siècle53. En Espagne, la défense du territoire s’organise autour des forteresses situées aux frontières du Portugal et de la France et à partir des ports fortifiés qui défendent les côtes de la Méditerranée et de l’océan Atlantique. À côté de ces structures, s’égrènent des petits éléments de défense aux frontières. Les grands travaux menés par les ingénieurs concernent les réparations, améliorations des points existants et la construction des fortifications ainsi que les aménagements d’arsenaux et de places portuaires. Le budget accordé aux fortifications est important ; il oscille entre 3 et 6 millions de réaux par an54. Pour éviter tout gaspillage de ces fonds et suggérer de possibles économies, il fallait une institution comme la junte des fortifications. En 1741, un ingénieur d’origine française, en poste en Galice, écrit au roi d’Espagne pour lui faire part de quelques mesures économiques : l’utilisation des matières premières et la fabrication des matériaux de construction sur place, l’emploi de prisonniers ou de pauvres pour la main-d’œuvre55, la visite régulière des places pour éviter des interventions lourdes56. Dans ce mémoire, on voit aussi quel est le rôle de l’ingénieur dans le choix des matériaux et des lieux de fabrication ainsi que sa nécessaire collaboration avec le capitaine général, le gouverneur des places et l’intendant. L’entretien des places frontalières : Pampelune, Jaca, Seo de Urgel, Figueras, Ciudad Rodrigo, Fuerte de la Concepción57 est un aspect important du travail de l’ingénieur puisqu’il permet de mieux connaître et contrôler les limites du royaume. On retrouve ce souci de mesurer l’espace et de le protéger dans l’inventaire des places du royaume et des besoins établi par l’ingénieur Pedro Superviela58, colonel et ingénieur directeur, en juillet 1748. Il définit alors les places à démolir, les places à réparer et évoque les constructions nouvelles telles que la citadelle de Barcelone par Georges-Prosper Verboom et le Fuerte de la Concepción commencé en 1736. En 1751, il refait cet inventaire avec Juan Martín Cermeño, commandant du corps des ingénieurs, en commençant par la Catalogne. D’autres objectifs sont définis à côté de la volonté de réparer ou agrandir les fortifications : refaire les plans de chacun des sites si les précédents sont incorrects, cartographier les frontières françaises, portugaises, et de la côte océane (celle de la côte méditerranéenne a déjà été faite) et ainsi rectifier la carte de l’Espagne et des provinces. Les auteurs accordent une importance primordiale à la possession de cartes précises aussi bien pour les généraux en campagne que pour assurer la défense du territoire. La démarche suivante est proposée : inventaire et archivage de chaque document produit. Le relevé des frontières avec le Portugal ainsi que les rapports sur les provinces Castille, Galice, et l’est de l’Andalousie incombent déjà à Antonio Gaver, ingénieur en chef, qui assumera ensuite la commission sur la côte océane. Pour le relevé de la frontière française, on recourt à une autre brigade. En 1751, on projette de construire une forteresse à la place de Rosas, et de faire reconnaître l’état des fortifications des frontières aux ingénieurs directeurs de provinces qui doivent en même temps définir les aménagements nécessaires. Antonio Gaver59 participe de 1750 à 1763 à des commissions successives d’Estrémadure en Galice, en passant par l’Andalousie et la Castille, pour réaliser l’inventaire des fortifications et dresser la description des frontières avec le Portugal. Ces bilans donnent une idée du système de défense aux frontières durant cette période. Au cours du siècle, les zones de tensions évoluent. L’activité fortificatrice s’intensifie à une frontière lorsqu’il y a des problèmes avec le pays voisin. Dans le cas contraire, on se contente d’entretenir les fortifications existantes et de surveiller la frontière.

Tableau 17. – Liste des places frontalières de l’Espagne

Frontière française par provinces

Places recensées

Frontière Portugaise Par province

Places recensées

Guipúzcoa

Fontarabie Sait-Sébastien

Andalousie

Ayamonte

Navarre

Pampelune

Estrémadure

Alconchel, Badajoz,
Albuquerque,
Alcántara, Moraleja,
château de Trevejo

Aragon

Jaca, château de Venasque, d’autres petits forts

Castille

Ciudad Rodrigo, Fuerte de la Concepción, château de San Felices, de Hermosilla, Zamora, château de Carvajales

Catalogne

Castellciudad, Rosas,
Gérone, Hostalrich,
Barcelone, Berga,
Cardona, Lérida,
Tarragonne

Galice

Monterrey, Salvatierra, Tuy, fuertes de Goyán, de la Guardia, Bayona

Source AGS, GM, 2995, inventaire des places fait par Pedro Superviela, juillet 1748 - juin 1749.

  • 60 J. M. Rubio Paredes et Á. de la PIñera y RIvas, Los ingenieros militares en la construcción de la b (...)
  • 61 Á. de la Piñera y Rivas, « El ingeniero militar Sebastián Feringán Cortés, constructor del Real Ars (...)
  • 62 M. T. Pérez-crespo Muñoz, El arsenal de Cartagena en el siglo xviii.
  • 63 J. A. Rodríguez-Villasante y Prieto, Historia y tipología arquitectónica de las defensas de Galicia(...)
  • 64 Projets successifs pour La Corogne des ingénieurs suivants : 1726 Francisco Montaigu de la Pérille, (...)
  • 65 A. de Anguiano de miguel, « Melilla en el reinado de Carlos III » ; A. Bravo Nieto, Ingenieros mili (...)

20Les principales interventions pendant le siècle ont été non seulement les fortifications frontalières et la création de structures portuaires défensives et protectrices pour les liaisons avec l’Amérique ou d’autres zones de commerce. Le 5 décembre 1726, la monarchie espagnole décide de créer trois départements maritimes destinés à reconstituer et abriter la nouvelle armada espagnole : Le Ferrol, base navale du nord, Cadix, base navale du sud, et Carthagène, base méditerranéenne. Ces bases sont aussi vouées à organiser la défense des côtes. Carthagène, port et arsenal, a été très largement étudié dans des optiques différentes et complémentaires. José María Rubio Paredes et Álvaro de la Piñera y Rivas60 se sont attachés à définir chronologiquement les travaux des ingénieurs sur cette base. Ils distinguent trois étapes dans la réalisation : 1716-1726 projet d’une base navale pour une escadre de galères avec Francisco Montaigu de la Pérille et Luis Langot ; 1727-1749 une base navale pour une partie de l’armada et une escadre de galères avec Alejandro de Retz ; 1750-1782 base pour une armada royale, avec Sebastián Feringán Cortés61 et Mateo Vodopich. Dans ce travail de recherches, sont cités tous les ingénieurs affectés à Carthagène au xviiie siècle. Une biographie des directeurs de la construction complète cette liste. María Teresa Pérez-Crespo Muñoz62 publie un ouvrage sur l’arsenal de Carthagène au xviiie siècle qui permet de comprendre son élaboration, sa fonctionnalité, la population qui y vit et les réalisations militaires et civiles qui accompagnent la création de cette base. Concernant les travaux de fortification en Galice, les ouvrages de Juan Antonio Rodríguez-Villasante y Prieto ou de Alfredo Vigo Trasancos63 sont très documentés. Les points stratégiques de la Galice sont alors La Corogne comme résidence du capitaine général et port de départ pour l’Amérique, et El Ferrol comme base navale. Ces sites ont monopolisé de nombreux ingénieurs qui ont dessiné des projets successifs64 qui n’ont pas toujours vu le jour. Ces ouvrages retracent non seulement les retards pris sur certains chantiers mais aussi les influences architecturales des ingénieurs : Vauban et le néoclassicisme. Bien sûr, d’autres pôles fortifiés suscitent l’intérêt du pouvoir. La Catalogne demeure tout au long du siècle une région fortement dotée. Les possessions espagnoles d’Oran, Ceuta ou Melilla ont un statut particulier. Oran et Ceuta, sièges d’académies militaires, sont deux places fortes qui permettent de contrôler les côtes marocaines et d’avoir un contact avec l’espace barbaresque. Melilla65 est un préside un peu moins étendu mais qui a subi des attaques marocaines. Trente-quatre ingénieurs sont affectés sur ce site pendant cette période. Juan Bernardo Frosne a construit en 1734 le Fuerte de San Miguel. De 1767 à 1774, une trêve est signée. Mais en 1774, les populations musulmanes attaquent Melilla. Quatre ingénieurs (Juan Cavallero, Antonio Ladrón de Guevara, José González, Fausto Cavallero) sont alors nommés pour soutenir le siège qui se termine en 1775. Les présides sont certes moins attractifs mais nécessaires, tout comme les Baléares et les Canaries, au développement du commerce et au contrôle des espaces maritimes.

Carte 2. – Fortifications et directions du génie en Espagne dans le deuxième moitié du siècle

  • 66 AGS, GM, 2999.
  • 67 C. Borreguero Beltrán, « Los problemas del alojamiento militar en la España del siglo xviii ».
  • 68 A. Rabanal Yus, Las reales fundiciones españolas del siglo xviii ; et Id., « El reinado de Carlos I (...)

21En temps de paix les constructions militaires des ingénieurs ne se bornent pas à fortifier. En effet, le génie est aussi chargé de bâtir des casernes pour loger les troupes et éviter qu’elles ne logent chez l’habitant. Dès 1717, Georges-Prosper Verboom avait envisagé d’expliquer comment loger des soldats en garnison. En 1718, un règlement royal a réemployé ses directives pour ce type de bâtiments66. D’après Cristina Borreguero Beltrán67, des progrès ont été faits pour doter les grandes villes de garnisons en casernes. Cependant le logement des militaires chez l’habitant perdure tout au long du siècle car dans les casernes, on prévoit un lit pour trois. Les problèmes de promiscuité sont réels. L’ingénieur participe aussi à la construction des fonderies royales pour l’artillerie. Aurora Rabanal Yus68, au cours d’une étude très précise de la construction des fonderies en Espagne a montré l’intervention des ingénieurs et des artilleurs dans ces travaux, principalement en ce qui concerne la fonderie royale d’artillerie de bronze de Séville, celle de Barcelone, la fabrique royale d’épées de Tolède, la fabrique royale de munitions de San Sebastián de la Muga à Gérone, les fabriques royales de laiton, de cuivre, de zinc de San Juan de Alcaraz à Albacete. Seize ingénieurs, dont la biographie figure en fin d’ouvrage, ont collaboré à l’édification de ces fonderies.

22L’ingénieur militaire a d’autres activités en temps de guerre : mener ou soutenir un siège, prévoir les déplacements des troupes et faire une reconnaissance du terrain, construire des ponts pour les troupes. La cartographie descriptive est un atout majeur car elle permet non seulement d’implanter des fortifications en des lieux propices mais aussi de repérer les chemins à emprunter pour conduire les armées, les obstacles à éviter, organiser les bivouacs, et connaître les ressources du pays traversé. Les nombreux travaux cartographiques des ingénieurs en Espagne ont aussi contribué à une meilleure compréhension des espaces et à leur développement. La guerre de siège et la guerre de mouvement sont les deux aspects des activités du génie en temps de guerre. Les hommes du génie ont participé à différentes campagnes militaires qui les ont parfois obligés à quitter le sol espagnol. Le jeu des pactes de familiaux a entraîné l’Espagne dans des conflits dont elle n’a pas toujours tiré bénéfice. Répertorier chaque acte de guerre serait fastidieux ; un tableau des campagnes militaires semble donc suffisant pour la période post-guerre de Succession. L’exemple du siège d’Almeida permet de voir les effectifs entrés en guerre.

Tableau 18. – Les grandes campagnes militaires espagnoles du xviiie siècle

Campagnes

Date

Nature

Italiennes

1718
1719
1734-1735
1762-1768

Guerre de Sicile
Siège de Messine
Expéditions en Sicile
Campagnes d’Italie liées à l’engagement espagnol dans la guerre de Succession d’Autriche

Guerre contre le Portugal

1762-1763

Siège d’Almeida

Sièges de Gibraltar

1727, 1749, 1779-1783

Siège et blocus

Guerres en Afrique du Nord

1732
1774-1775
22 juin 1775 au 15 juillet 1775

Récupération d’Oran
Attaques marocaines de Melilla
Expédition d’Alger

Guerres contre la France révolutionnaire

1793-1795a

Guerre

a Le colloque sur l’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807) donne différents angles de vues sur cette période. Les conflits mais aussi les alliances franco-espagnoles de 1795-1807 y sont abordés, sans oublier l’influence de la Révolution française en Espagne (J. Sagnes [éd.], L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française).

  • 69 AGS, GM, 3784, description par l’ingénieur Grondeau de Flobert des journées de siège.

23Pour le siège d’Almeida en 1762, le cuartel maestre est le maréchal de camp et ingénieur directeur Antonio Grondeau de Flobert69. Il a demandé 42 ingénieurs et n’en a obtenu que 22. Il insiste pour avoir de nouvelles recrues car il sait que, parmi ses effectifs, seulement 4 ont déjà participé à un siège. Pour encadrer les ingénieurs inexpérimentés dans ce domaine, il réclame 10 ingénieurs de plus venant des brigades de Galice et d’Estrémadure. On se rend compte dans ces écrits que les artilleurs et ingénieurs collaborent pour la reconnaissance du terrain et le creusement des tranchées d’approche.

24L’aspect militaire des tâches incombant aux ingénieurs en Espagne n’est pas le seul. Les travaux civils en sont, à cette époque, une autre caractéristique. Ces types d’intervention ont suscité un vif intérêt chez les chercheurs espagnols qui ont produit de multiples études régionales. Plus modestement il s’agira ici de cibler les catégories de travaux effectués par les ingénieurs afin de confirmer leur polyvalence et montrer en quoi (même si les ingénieurs n’ont pas toujours concrétisé leurs projets) ce corps annonce les prémices d’une utilisation plus rationnelle des compétences des différents types de génie au siècle suivant.

  • 70 On retrouve les interventions des ingénieurs sur les palais du Pardo, de La Granja, d’Aranjuez, et (...)
  • 71 Esteban Pañón construit celle d’Alicante, Miguel Roncali celle Barcelone, Francisco Sabatini celle (...)
  • 72 R. Camacho Martínez, « Dos proyectos de puentes para Vélez-Málaga en el siglo xviii ». L’auteur évo (...)
  • 73 H. Capel Sáez, « La invención del territorio ».

25Les ingénieurs sont utilisés pour les constructions de bâtiments administratifs et royaux : intervention sur des palais royaux70, construction de douanes71, d’hôpitaux, et même d’églises. Les ingénieurs participent à l’évolution de l’urbanisme des villes où ils sont sollicités pour diverses interventions, tout comme en Amérique. La création de nouveaux quartiers et de places, l’aménagement de promenades, l’établissement de réseaux d’alimentation en eau et d’évacuation des eaux usées par des égouts, sont des tâches incombant le plus souvent aux ingénieurs. La branche d’architecture civile de Francisco Sabatini prouve la compétence des ingénieurs dans ce domaine, bien que des architectes sortant de l’académie de San Fernando étaient leurs « concurrents »72. Parfois, la concurrence devient une collaboration soit sous forme d’intervention conjointe, soit sous forme de poursuite des travaux d’un ingénieur par un architecte et vice-versa73.

  • 74 Interventions des ingénieurs Sebastián van der Borcht, Ignacio Sala, Diego Bordick, et d’un archite (...)
  • 75 On peut associer à cette construction les noms de Bernardo Lana, Sebastián Rodolphe.
  • 76 On peut aussi associer à Carlos Lemaur, Silvestre Abarca, Miguel Roncali, Juan Escofet, Jaime Sicre
  • 77 Le canal d’Amposta fut construit dans le but de donner une sortie sur la mer à l’Èbre en évitant le (...)

26Dans une perspective de développement économique, les Bourbons désirent créer un marché et des productions d’envergure nationale. L’impact des ingénieurs dans cette perspective revêt plusieurs aspects. L’ingénieur bâtit des fabriques royales qui permettent le développement de sites industriels comme la manufacture des tabacs de Séville74, la fabrique des épées de Tolède. Il participe à l’implantation de colonies comme celles de peuplement dans la Sierra Morena. Il construit des ponts afin de faciliter les échanges. Horacio Capel en a recensé 700 au total. Sur ce nombre impressionnant, les ingénieurs militaires sont, parmi d’autres, intervenus avec plus ou moins de succès. Les ingénieurs qui reviennent le plus souvent pour les travaux hydrauliques sont Georges-Prosper Verboom, De Retz, Lemaur, Desnaux ou encore Pedro Martín Cermeño qui réalise de 1763 à 1767 le projet du pont de Llobregat à Molins de Rei sur la route de Barcelone. Il projette et creuse des canaux. Ses projets de canaux ont été nombreux, leurs réalisations aléatoires. Souvent, ce sont les difficultés économiques mêlées aux obstacles naturels voire même parfois des erreurs d’appréciations qui retardèrent les travaux. La construction du canal Imperial d’Aragon75 s’étale sur une cinquantaine d’années, du projet à la réalisation. Des difficultés de financement ont en outre amené des pauses dans les travaux. Le canal de Castille, dont l’objet est de relier le grenier à blé de Castille à Santander débute par la construction du canal de Campos suivie de celui du nord, tous deux sous la direction de Carlos Lemaur76 dès 1751. Le dernier tronçon, en direction du sud, confié à Juan de Homar ne verra le jour qu’au XIXe siècle. D’autres canaux furent entrepris et conclus par un échec comme celui d’Amposta, ou encore comme celui de Guadarrama77. Enfin, il améliore le réseau routier.

  • 78 Madrid - La Corogne ; Madrid-Badajoz ; Madrid-Cadix ; Madrid-Alicante ; Madrid-Bayonne ; Madrid-Per (...)
  • 79 Le modèle français : route royale de 19,50 mètres de largeur, avec des revêtements sur une base ouv (...)
  • 80 S. Madrazo madrazo, El sistema de transportes en España ; Id., « Reformas sin cambio. El mito de lo (...)

27Cette amélioration du réseau routier envisagée dès 1720 consiste en un projet de six grandes voies pavées78 sortant de Madrid, créant ainsi un réseau radial majeur, mais laissant les voies secondaires de côté. Le modèle de voies pavées est copié sur le modèle français79. Le programme de construction routière se déroule selon plusieurs phases : les règnes de Ferdinand VI, de Charles III, et la fin du règne de Charles IV où se met en place le corps des ingénieurs des chaussées dirigé par Agustín de Bétancourt. En ce qui concerne la concrétisation de ces réseaux routiers, les avis des chercheurs sont nuancés. Le chercheur, Santos Madrazo80, estime que même s’il y eut des efforts, le nombre de kilomètres réalisés reste modeste par rapport à l’étendue des projets. Durant le règne de Ferdinand VI, il estime l’avancée du réseau à 12 km par an et à 25 pour le règne de Charles III. Ainsi les routes royales ne sont-elles pas achevées au xviiie siècle. Seuls quelques tronçons ont été exécutés, qui couvrent environ 2.000 kilomètres. Les liaisons avec les sites royaux ont été privilégiées par la monarchie. La volonté de Charles III d’équiper son royaume d’un réseau performant de routes est manifeste dans le règlement du 2 décembre 1761. Il y est stipulé qu’il doit y avoir un chef des travaux : un ingénieur, aidé de trois auxiliaires, avec pour mission de visiter, de reconnaître, de projeter et de budgétiser chaque chantier. D’après les travaux de Joan-Eugeni Sánchez et d’Horacio Capel peut être ainsi dressé un tableau non exhaustif des ingénieurs intervenus sur des routes de 1731 à 1784.

Tableau 19. – Affectations des ingénieurs aux constructions des routes

Routes

Ingénieurs

Andalousie

Sebastián Feringán Cortés, Felipe Crame, José Espelius, Miguel Hermosilla

Galice

Felipe Crame, José Espelius, Miguel Hermosilla, Carlos Lemaur

Guadarrama

Francisco Nangle

Bilbao-Burgos

José Crame

Perthus

Esteban Pañón, José Fabré, Pedro Ara, Carlos Cabrer Súñer

Saragosse-Madrid

Andrés Rodolphe, Jaime Sicre

Barcelone-Lérida

Juan Escofet

Barcelone-Valence

Antonio Samper, Antonio Saliquet

Valence-Madrid

Enrique Legallois de Grimarest, Pedro Ara, Felipe Ramírez

  • 81 AGS, GM, 3793-3794.

28Entre 1776 et 178281, les ingénieurs affectés par Francisco Sabatini aux routes royales oscillent entre 16 sur 33 et 7 sur 22. Les principaux trajets dont ils s’occupent en cette période sont les routes de Valence, Catalogne, Galice, de la porte de Castille (Madrid) à l’Escorial, au cours de l’année 1776. L’année 1782 voit les projets routiers des ingénieurs se réduire : route d’Aravaca, transversale de Santiago à Pontevedra, route de Puerto del Rey, d’Aragon.

  • 82 Ibid., les ingénieurs militaires Felipe Crame, Pedro Torbe, José Arana interviennent sur la route d (...)
  • 83 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii », pp. 75-76.
  • 84 R. J. Valladares Ramírez, « Las obras públicas bajo carlos III ».

29Santos Madrazo émet certains doutes, appuyés sur des sources archivistiques, quant à la compétence des ingénieurs militaires dans le domaine de la voirie. Cet historien évoque ainsi les défauts de certains de leurs chantiers : la courbure trop élevée de la route d’Andalousie et l’utilisation de mauvais matériaux82. Pour cet auteur, l’importance accordée aux réalisations routières du xviiie siècle est critiquable. Il estime que la trace laissée par cette politique routière vient plus de la publicité, faite par les ministres des différents monarques, sur la volonté royale de se doter d’un réseau routier royal que des réalisations concrètes en kilomètres. La position différente de l’historien Joan-Eugeni Sánchez relative à l’impact des travaux de voirie des ingénieurs semble tout à fait intéressante. Il considère que si la critique est possible et justifiée, elle ne doit pas faire oublier que ces travaux publics sont faits avec un faible effectif pour d’énormes étendues à couvrir et dans le cadre d’une multiplicité d’interventions différentes83. Les arguments de Rafael Jesús Valladares Ramírez peuvent aussi expliquer la différence entre projets et réalisations : les distances importantes entre les principales villes, le relief accidenté du centre de l’Espagne, la localisation de la capitale, éloignée des principaux centres économiques84.

L’ingénieur militaire et l’écriture

  • 85 m.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histórica española en el siglo xviii.
  • 86 J. Almirante, Bibliografía militar de España ; H. Capel Sáez (dir.), Los ingenieros militares en Es (...)
  • 87 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii », pp. 60-61.
  • 88 L’ouvrage de Alonso Jiménez, lieutenant-colonel et ingénieur, intitulé « Viajes hechos por Don Césa (...)
  • 89 Les 46 imprimés classés par thèmes : mathématiques 12, art militaire 11, sciences 7, génie civil 5, (...)
  • 90 Elementos de física teórica y experimental de M. Sigaud de la Fond ; Resumen histórico y experiment (...)
  • 91 P. de Lucuce, Principios de fortificación que contienen las definiciones de los terminos principale (...)
  • 92 Jaime Conde publie trois œuvres pour améliorer l’enseignement des mathématiques dans l’académie des (...)

30Certains ingénieurs ne se limitent pas à des travaux de terrain. Ils laissent aussi des écrits. Dans son étude des bibliothèques et des écrits (manuscrits ou imprimés) des militaires, Manuel-Reyes García Hurtado85 recense 27 auteurs ingénieurs et 57 titres imprimés au cours du siècle, en utilisant des sources de première main (archives et bibliothèques) et les travaux déjà existants de José Almirante, d’Horacio Capel, et de Francisco Aguilar Piñal86. Les « ingénieurs écrivains » occupent en majorité les grades de lieutenants-colonels et de capitaines. Les 57 ouvrages imprimés émanant d’ingénieurs représentent environ 12,83 % des ouvrages de militaires. Parmi ces ouvrages, 46 peuvent être attribués, d’après leurs dates de publication (le plus souvent après 1750), à des ingénieurs ayant appartenu au corps de 1710 à 1803. Les armes les plus productives sont la marine, la cavalerie et l’infanterie. Ces trois armes étant les plus importantes en nombre et les ingénieurs ne formant qu’un petit corps au sein de l’armée, on aurait pu espérer que le génie soit plus dynamique dans la rédaction d’ouvrages scientifiques. Joan-Eugeni Sánchez87 évoque la production scientifique des ingénieurs en parlant d’une production de faible niveau de diffusion publique malgré les bibliothèques modernes et les ouvrages étrangers récents à leur disposition. Écrire exige du temps ce qui n’est pas forcément donné à tous les militaires. De plus, publier un ouvrage suppose une succession de démarches à effectuer dont le passage de l’étape de la censure88. Peut-être ces deux raisons ont-elles contribuées à la limitation de leurs publications ? Rappelons ici que les ingénieurs restent des militaires habitués à étudier les sciences et écrire des rapports, cela donne un nombre de manuscrits plus important que d’ouvrages publiés. Les ingénieurs espagnols se sont le plus souvent contentés de traduire des ouvrages, de concevoir des manuels pour les militaires ou de faire des compilations de publications étrangères importantes. Ils ne sont pas en majorité novateurs mais plutôt transmetteurs des innovations d’autres savants. Les mathématiques, l’art militaire, les sciences sont leurs domaines de prédilection89. La traduction est un moyen de diffuser les idées nouvelles mais permet aussi à l’auteur d’insérer ses interprétations. Deux auteurs sont à citer ici. D’abord Miguel Sánchez Taramas, ingénieur, professeur à l’académie de Barcelone, qui traduit l’œuvre de l’anglais Juan Muller, en 1769, sous le titre Tratado de fortificación o arte de construir los edificios militares y civiles. Ce traité se révèle précieux aux ingénieurs comme aux chefs de chantiers. Le traducteur espagnol ajoute ses connaissances pour expliquer, en notes, les données de Juan Muller. Tadeo Lope y Aguilar, ensuite, ingénieur, proche de Sabatini, et qui s’est déplacé dans de nombreuses cours européennes (France, Angleterre, Hollande, Allemagne). Il en a profité pour s’enquérir des progrès scientifiques dans ces pays. De retour en Espagne, il traduit deux ouvrages de Sigaud de la Fond et un de Fourcroy90. Puis il a publié un cours de mathématiques destiné à ses élèves du Seminario de Nobles de Madrid. Là aussi l’ingénieur apporte son interprétation des ouvrages et ses propres idées. D’autres ingénieurs comme Lucuce, ou Padilla y Arcos se sont spécialisés dans l’élaboration de manuels91. Enfin, on retrouve des ingénieurs publiant des articles dans des périodiques ou des comptes rendus de Sociétés des Amis du Pays92. Certes la participation des ingénieurs au développement de la publication scientifique reste modeste en nombre mais les manuscrits laissés apportent une dimension supplémentaire à leurs travaux. L’étude des bibliothèques des ingénieurs en troisième partie confirme leurs intérêts pour les sciences ainsi que pour de multiples domaines.

  • 93 Les auteurs les plus cités sont : Pedro de Lucuce, Pedro Martín Cermeño, Ignacio Sala, Antonio de S (...)

31Les manuscrits présentent des thèmes variés : établir l’état des troupes ou des places, décrire des côtes ou territoires avec un objectif scientifique ou militaire, présenter des rapports sur des améliorations à apporter au service, faire des manuels ou des commentaires de règlements… Les ingénieurs, selon Manuel-Reyes García Hurtado apparaissent comme ayant rédigé 35,18 % des manuscrits retrouvés, soit 133 pièces différentes93. Le corps du génie atteint le plus fort pourcentage ce qui s’explique par les travaux de reconnaissance des territoires, d’enseignement et d’observation des éléments naturels régulièrement demandés aux ingénieurs. L’art militaire, c’est-à-dire les reconnaissances de places, les méthodes d’attaque, les commentaires sur les réparations effectuées, les manuels, représente 34,5 % des manuscrits. Viennent ensuite les textes sur l’institution militaire ou académique à modifier, puis les travaux de génie civil et les observations géographiques. Les préoccupations professionnelles se retrouvent une fois de plus au centre de leurs travaux écrits.

32Même si certaines interventions des ingénieurs militaires dans le domaine des travaux publics ont pu aboutir à des réalisations discutables, l’ampleur de leurs domaines d’action et le nombre de leurs productions permettent d’attribuer à ce corps un impact réel dans l’espace espagnol du xviiie siècle. Quelques ouvrages commencés par ces hommes sont d’ailleurs repris et menés à bien au xixe siècle. Si l’impact des écrits des ingénieurs dans les milieux scientifiques ne semble pas majeur, on peut cependant dire qu’ils ont contribué à la diffusion et à l’explication de nouveaux savoirs en Espagne. L’utilisation par le pouvoir du seul corps de techniciens dont il dispose au xviiie siècle, pour effectuer aussi bien les travaux de génie militaire que civil, annonce la volonté de confier, au xixe siècle, ces réalisations à des spécialistes qui seront des techniciens reconnus et appartenant à différentes catégories de génie. Le lien entre objectifs à atteindre et compétences requises a fait son chemin au xviiie siècle et aboutit, au siècle suivant, à la création d’écoles d’ingénieurs spécialisées en Espagne.

Notes

1 On peut aussi examiner les affectations des ingénieurs de Francisco Sabatini en 1778 (AGS, GM, 3793). De un à cinq ans de carrière, les ingénieurs ont eu en moyenne 2,6 affectations. De 6 à 10 ans, 3,25 affectations. De 11 à 15 ans, 2,75. De 16 à 20 ans, 4,4. De 21 à 25 ans, 5,75. De 26 à 30 ans, 7,25. Ces moyennes sont très proches de celles de 1786, avec un nombre légèrement plus élevé. La moyenne globale de toutes les affectations revient à 4 affectations.

2 AGS, GM, 5837.

3 M. G. Cano Révora, Cádiz y el Real Cuerpo de Ingenieros Militares, p. 37. Par exemple, Ramón Anguiano est nommé à Carthagène des Indes en novembre 1790 et finalement reste à Cadix jusqu’en 1793 (ibid., pp. 76-77). AGI, Indiferente, 1906, Juan Gayangos Lascari est resté trois ans à Cadix (de 1730 à 1733) pour attendre un bateau en partance pour les Amériques, au Chili. En 1733, il demande à partir à Buenos Aires.

4 Le pourcentage de l’effectif employé dans les campagnes militaires représente, en 1741, 36,9 % des ingénieurs en Espagne et 33,5 % en 1794.

5 Ordenanzas para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, 1771, traité I, tit. 9, pp. 33-36.

6 Depuis le règlement de 1728, sur les soldes des ingénieurs en Amérique, Verboom avait spécifié que l’affectation américaine donnait droit à une promotion. AGI, Indiferente, 1905. AGI, Indiferente, 1906, Juan Gayangos Lascari a bien eu une promotion à l’emploi d’ingénieur ordinaire en 1730. Mais son départ n’a eu lieu que trois ans plus tard. Il a donc touché, pendant ces trois ans d’attente à Cadix où il travaille aux fortifications de la ville, sa solde d’ingénieur extraordinaire. Ceci ne le satisfait pas bien sûr. En 1733, il part pour Buenos Aires.

7 Real Orden du 27 septembre 1730 sur les gratifications attribuées aux militaires qui partent pour l’Amérique (AGS, GM, 2990). José Médula, ingénieur dessinateur est nommé en 1767 au Guatemala (AGI, Indiferente, 1906). Il doit s’embarquer en 1768 et demande la même assistance que deux autres ingénieurs ont obtenu avant lui : le passage libre, le couvert pour lui, sa famille et ses domestiques.

8 AGI, Indiferente, 1905.

9 AGI, Indiferente, 1905.

10 AGI, Indiferente, 1905.

11 R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, p. 111. Manuel Hernández est ingénieur aux Canaries en 1749 lorsqu’il reçoit son affectation pour Carthagène. Cela fait plusieurs années qu’il est dans ces îles. Les autorités de l’île manifestent leur volonté de le garder. Hernández ne part pas.

12 Luis Díez Navarro, né en 1692, a d’abord travaillé comme surveillant de chantier à Cadix, puis entre dans le corps en 1730, nommé ingénieur extraordinaire en Nouvelle-Espagne. Il fait toute sa carrière en Amérique et meurt au Guatemala au grade de brigadier et ingénieur directeur. Il a participé à de nombreuses constructions civiles (AGI, Indiferente, 1905, 1821 ; AGS, GM, 3793). Antonio Fernández Trevejo naît à La Havane en 1735. Il devient en 1752 ingénieur volontaire pour aider à la construction des fortifications de cette ville. Puis est intégré au corps en 1762 comme aide-ingénieur (AGS, GM, 5837 ; AGS, DGT, 2-51 ; AGMS, exp. pers. Ampudia). Juan José Cotilla, né à La Havane en 1724, travaille comme ingénieur volontaire en 1736 et participe à des expéditions militaires en Nouvelle-Georgie. Il intègre le corps en 1739. Après un passage à Madrid en 1765, il retourne en Amérique et reste jusqu’à sa mort, en 1781, à Cuba. Il est alors ingénieur en second et lieutenant-colonel.

13 Élaboration de ces chiffres grâce aux dates de nomination établies pour les 279 ingénieurs.

14 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados, pp. 167-188. Les années où les combats sont les plus nombreux correspondent à la période 1739-1748.

15 AGI, Indiferente, listes des ingénieurs en Amérique pour ces années.

16 R. Gutiérrez et C. Esteras, Territorio y fortificación, p. 102.

17 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 330.

18 Les travaux de María Lourdes Díaz-Trechuelo sont un apport formidable à la connaissance de ces ingénieurs.

19 H. Capel Sáez, « La invención del territorio ». L’auteur évoque dans cet article le rôle des ingénieurs militaires dans la connaissance de l’espace, de sa cartographie et ainsi de leur collaboration à l’invention de la notion de territoire car il devient mesurable. H. Capel ajoute que les gouvernants des Lumières accordent d’autres rôles à leurs ingénieurs : pallier les défauts de la nature grâce aux canaux, aux presses, aux lacs artificiels, aux ponts et aux routes ; améliorer la vie quotidienne en contribuant à une amélioration de l’hygiène et des soins par la construction d’hôpitaux.

20 A. Bonet Correa, Andalucía barroca, pp. 261-262 : « su movilidad [de los ingenieros] en los destinos fuera las primeras en crear unas condiciones que rompieron con el localismo provinciano del barroco hispano […] sus puestos [de los ingenieros] y cargos con un papel social de gran consideración los convirtieron en árbitros y ejecutores oficiales de una política de despotismo ilustrado. »

21 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii ».

22 Yves Bottineau cite dans son ouvrage L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V, les travaux de George Kubler sur l’architecture des xviie et xviiie siècles où ce professeur définit ainsi les activités des ingénieurs sous le commandement de Verboom « Verboom apporta à l’architecture catalane un accent que l’on peut retrouver en Franche-Comté et en Flandres : style d’effets massifs, de fortes proportions et de claire géométrie, animée par une décoration audacieuse dans des formes stéréotypées. » G. Kubler compare aussi les travaux réalisés par Alejandro de Retz pour la citadelle de Barcelone à des architectures annonciatrices de celles des français Ledoux et Boullée. Il compare encore certains travaux de l’université de Cervera, dont les plans primitifs étaient dus à Francisco Montaigu et modifiés par Alejandro de Retz, à ceux d’Ange-Jacques Gabriel à Trianon.

23 Y. Bottineau, L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V, p. 415.

24 J. M. Morales Folguera, Arquitectura y urbanismo hispanoamericano en Luisiana y Florida occidental, p. 82 : « En un panorama arquitectónico nacional dominado por un lado por el tradicionalismo barroco y por otro por el clasicismo extranjerizante de la corte el grupo de técnicos más avanzado y conectado con las “vanguardias” internacionales estuvo representado precisamente por estos ingenieros. »

25 AGI, Indiferente, 1905, lettre de Félix Prosperi à José Quintana écrite à Veracruz le 25 mars 1740, l’ingénieur se plaint de la participation de Luis Díez Navarro à des travaux d’architecture civile non seulement commandés par le vice-roi mais aussi par des particuliers et de recevoir en échange une rémunération supplémentaire à sa solde.

26 J. A. Calderón Quijano, Historia de las fortificaciones en Nueva España. Histoire très précise de l’évolution des structures fortifiées à l’époque moderne ; Id., « Noticia de los ingenieros militares en Nueva España en los siglos xvii y xviii ». Plusieurs biographies reposant sur des archives sévillanes concernant les Indes nous sont fournies sur les ingénieurs suivants : Miguel del Corral, Miguel Constanzó, Gaspar Courselle, Luis Díez Navarro, Felipe Feringán Cortés, Juan de Dios González, Agustín López de la Cámara Alta, Pedro Ponce, Félix Prosperi, Manuel de Santisteban, Lorenzo de Solís (ID., Bibliografía de las fortificaciones españolas en América en la Edad Moderna. Ouvrage précieux donnant un état de la question intéressant).

27 R. Gutiérrez, Arquitectura y urbanismo en Iberoamérica ; R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación ; et Id., Territorio y fortificación.

28 Manuel Santisteban est nommé dans le royaume de Nouvelle-Espagne, entre autre pour s’occuper de la fortification du port de Veracruz et de ses environs, de 1761 à sa mort en 1783.

29 Miguel Constanzó (1739-1810) ou Costanzó est envoyé en Nouvelle-Espagne en 1764 et y décède en 1810. Il participe à de nombreux travaux de fortifications sur la côte pacifique. En 1767, il est envoyé à Sonora pour lutter contre les Indiens. Il collabore aux expéditions sur les côtes de la Nouvelle-Californie sous la direction de José Gálvez. Ces expéditions ont pour but de créer de nouveaux établissements sur les côtes de la Californie comme San Francisco, Monterrey et San Diego. Il construit l’extension de l’Hôtel de la Monnaie à Mexico. Il est amené lors du séisme de 1776 à remettre en état le château de San Diego à Acapulco. Il fait la reconnaissance des frontières de la commanderie des Provinces Internes (créées en 1776) et de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Il est ensuite nommé à Mexico où il dresse le plan de la fabrique royale d’armes. Il s’intéresse aussi à la constitution d’un jardin botanique.

30 Silvestre Abarca est un ingénieur phare du corps puisqu’il en deviendra un des directeurs en 1774. Il est resté dix ans, de 1763 à 1773 sur l’île de Cuba à La Havane pour gérer les fortifications.

31 Tomás O’Daly (1730-1781) travaille de 1760 à sa mort aux fortifications de San Juan de Puerto Rico et du front de mer. Mais il s’intéresse aussi à la réparation de certains édifices religieux.

32 Ignacio Sala (Barcelone ? - Madrid 1754) fut l’ingénieur des fortifications de Cadix. Envoyé comme gouverneur, en 1750, à Carthagène des Indes, il se heurte avec l’ingénieur Mac-Evan responsable des fortifications. Il part en 1752 à Portobelo avec 40.000 pesos pour la construction de quelques forts avec Manuel Hernández sous ses ordres.

33 Luis Díez Navarro (Málaga 1692 - Guatemala 1780) participe à tous les travaux caractéristiques du métier d’ingénieur, de 1730 à 1741, en Nouvelle-Espagne, travaux militaires (réparation du port de Veracruz) travaux civils (nettoyage des ruisseaux autour de Mexico, projet de construction d’une nouvelle ville Guadalupe, travaux d’assainissement, par la construction d’égout, de la vallée de Mexico) ; de 1741 à 1780, au Guatemala, travaux de fortification du port d’Omoa, travaux pour le palais des capitaines généraux et d’autres bâtiments civils et religieux, travaux de reconnaissance du territoire du Guatemala, et surtout après le tremblement de terre, projet pour la nouvelle Guatemala (1776). Son supérieur Félix Prosperi pensait qu’il outrepassait son rôle en Nouvelle-Espagne. Luis Díez Navarro était apprécié par le vice-roi et recevait des gratifications supplémentaires et des nominations honorifiques pour des constructions plus civiles que militaires. La tension entre les deux ingénieurs resta vive durant toute la période où ils furent dans la même direction du génie.

34 Antonio Arévalo (Arévalo 1715 - après 1787). Cet ingénieur est l’artisan de la fortification de Carthagène des Indes. Son attachement à ce lieu est important pour la continuité et la progression du système défensif sur la côte.

35 J. Marchena Fernández, La institución militar en Cartagena de Indias, pp. 275-322. À la p. 322, liste des ingénieurs ayant contribué à la fortification de ce port.

36 Ibid., p. 321 : « Cartagena de Indias considerada como una de las catedrales del arte militar español ».

37 A. M. Heredia Herrera, « Las fortificaciones de la isla de Margarita en los siglos xvi-xvii-xviii ». L’auteur montre l’évolution difficile des fortifications sur cette île ainsi que leur déchéance progressive parallèlement au déclin des activités de cette île. Les ingénieurs Antonio Perelló, Bartolomé Amphoux, et Miguel González Dávila y sont cités pour les reconnaissances des fortifications mais aussi pour des projets présentés qui ne furent jamais réalisés.

38 J. M. Zapatero, « El Castillo Real Felipe del Callao ». L’auteur évoque les plans de la fortification réalisés par Luis Godín, astronome français, aidé par un ingénieur français appelé Verguin. Ensuite l’auteur décrit les travaux faits par les ingénieurs qui suivirent, des Espagnols. Callao avait été très endommagé par le tremblement de terre de 1746, c’est pourquoi il fallait construire un nouveau fort : celui de Real Felipe. La réalisation de ce fort se fait sur une grande partie de la seconde moitié du xviiie siècle.

39 Lorsque le vice-royaume du Río de La Plata est créé en 1776, la politique des « poblados fortificados » est utilisée pour résoudre les problèmes des révoltes répétées des indigènes. En 1780, la construction de Túpac Amaru dans les montagnes péruviennes correspond à cette même volonté de s’opposer aux indigènes et de contrôler l’espace.

40 Le peuplement de la Sierra Morena avait été un moyen d’implanter des populations pour mieux contrôler un espace et le développer. En Amérique, les constructions de petits fortins autour desquels se greffent des noyaux de population correspondent aussi à une manière de mieux contrôler un espace où les rebellions indiennes existent encore. Les travaux de José Miguel Morales Folguera sur l’urbanisme et l’architecture en Louisiane et en Floride permettent de dégager certains aspects des interventions d’ingénieurs militaires français et espagnols dans ces terres récemment acquises et à contrôler. Les exemples sont nombreux.

41 F. de Solano, « Ville et géostratégie espagnole en Amérique ».

42 Création d’une succession de 15 présides (poste militaire où la population collabore aux travaux de tous ordres et assure l’agriculture de subsistance de la garnison ainsi que l’élevage) au nord du Mexique.

43 Création d’une ceinture de villages autour de Cartagène des Indes pour protéger la ville et freiner les attaques des Indiens hostiles.

44 Vaine conquête que celle-ci car au traité de Fontainebleau du 3 novembre 1762, la Colonia del Sacramento revient au Portugal. Mais elle fera l’objet d’autres assauts.

45 E. Beerman, « Francisco Requena y el tratado de l’mites de 1777 ».

46 J. Aguilera Rojas, Ciudades de América. Planos manuscritos de archivos españoles. Bogotá par Domingo Esquiaqui (1791) ; Guatemala par Marcos Ibáñez (1778) ; Caracas par José Carlos de Agüero (1775) ; La Havane par Antonio de Arredondo (1746) ; Saint-Domingue par Antonio Álvarez Barba (1778) ; San Juan de Puerto Rico par Tomás O’Daly (1772) ; Ciudad Bolívar par Agustín Crame (1777).

47 Quelques exemples : En 1764, à Mexico, Miguel Constanzó agrandit l’Hôtel de la Monnaie. Les travaux durent huit ans. On retrouve cet ingénieur en train de dessiner le plan d’un jardin botanique pour Mexico en 1789 ou à des travaux de cartographie variés et d’observations météorologiques entre 1777 et 1803. La cathédrale de la nouvelle Guatemala, construite selon les plans d’un ingénieur militaire, est un bon exemple du néoclassicisme. La cathédrale de Saint-Domingue (due à l’ingénieur Felipe Ramírez) en est aussi un exemple qui est en plus adapté aux problèmes séismiques de la zone. Elle ne présente pas d’étage. En 1784, les ingénieurs militaires José Joaquín García de la Torre, Francisco Guerrero de Torres et Manuel Agustín Mascaró créent de nouveaux projets pour rénover le palais des vice-rois de Chapultepec.

48 Marcos Ibáñez est envoyé au Guatemala par Francisco Sabatini avec le dessinateur Antonio Bernasconi et l’ingénieur Joaquín Isasi à Guatemala en 1778.

49 R. Gutiérrez, Arquitectura y urbanismo en Iberoamérica, pp. 133 et 523. Antonio Fernández Trevejo a construit dans les années 1770-1792 la maison du gouverneur et celle des postes à La Havane mais il a aussi prévu l’aménagement de deux peupleraies dans cette même ville ainsi qu’un aménagement paysagé de la baie.

50 Leandro Badarán (1738 - ?) est nommé en 1774 dans la capitainerie du Chili. Il travaille à des constructions civiles comme le monastère des pères trinitaires à Concepción ou le projet d’hôpital royal de palais et de mairie dans cette même ville. Mariano Pusterla (Saragosse 1729 - Valdivia 1791) arrive en 1773 au Chili. Il est amené à construire le palais des vice-rois à Lima puis il travaille à la construction d’un édifice religieux dédié à saint François à Valdivia. Enfin il fortifie le port de cette même ville. Eduardo Gómez de Agüero (1767- ?) est affecté d’abord au Río de La Plata puis à la capitainerie du Chili. Il participe à des constructions à Buenos Aires. Francisco García Carrasco (Ceuta 1743 - Buenos Aires 1814) est envoyé dans le vice-royaume du Río de La Plata en 1785 et il reste jusqu’à la fin de sa vie. Il construit entre autres un magasin de poudre à Montevideo.

51 Agustín Caballero, entré dans le corps en 1786, est nommé en 1793 au Chili. Il y réalise une fabrique de poudre en 1795, une église à Linares en 1798, une autre dédiée à sainte Anne à Santiago du Chili. Miguel María Atero, entré dans le corps en 1793, est au Chili en 1800 où il construit en 1803 l’hôpital de la Concepción.

52 Le nombre important d’ingénieurs attribué à la branche fortifications en 1774 le montre.

53 A. Marzal Martínez, « Las fortificaciones de Cartagena en el siglo xviii » ; A. Vigo Trasancos, « Los ingenieros militares y la arquitectura gallega de los reinados de Felipe V y Fernando VI ». Dans ces deux articles, l’impact d’une monarchie étrangère et d’ingénieurs étrangers sont définis comme des facteurs de changement architecturaux, amenant dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle la domination de l’architecture néoclassique dans les réalisations d’État. Ainsi, on peut très rapidement distinguer dans le paysage les réalisations des oligarchies locales ou religieuses encore très versées dans le baroque et les bâtiments classiques, symbole du pouvoir royal.

54 AGS, GM, 3002. De 1753 à 1760, l’État consacre plus de 5 millions de réaux, de 1760 à 1761 3 millions de réaux, de 1762 à 1764 plus de 5 millions, et de 1765 à 1787 de 4 à plus de 5 millions de réaux. La Catalogne, Valence, Murcie, la Galice et la Vieille-Castille sont fortement dotées en fin de siècle.

55 Des esclaves et des prisonniers ont été utilisés comme manœuvres dans la construction de Carthagène.

56 AGS, GM, 2998, l’ingénieur dit entre autres qu’en Galice on n’est pas obligé d’aller chercher les briques à Málaga, les tuiles en Andalousie, la chaux en Catalogne, les bois et charbon en Asturies, le fer en Biscaye, puisque tout se trouve sur place.

57 F. Rodríguez de la FLOR, « El fuerte de la Concepción ». C’est un fort proche de la frontière portugaise dont les travaux sont initiés en 1735. Plusieurs ingénieurs y sont intervenus comme Pedro Moreau, Pedro Bordan, Juan Amador Courten, Diego Bordick, Juan Laferrière. C’est entre autres de ce lieu que des troupes sont parties pour le siège d’Almeida en 1762.

58 AGS, GM, 2995.

59 Antonio Gaver (1695-1769) ingénieur en 1720, il gravit tous les échelons jusqu’en 1762 où il devient ingénieur directeur. Il a été directeur de l’académie d’Oran, et travaille à différents projets dans cette même ville de 1736 à 1750. Chargé de commissions de 1750 à 1763, il est nommé à Cadix où il termine sa vie.

60 J. M. Rubio Paredes et Á. de la PIñera y RIvas, Los ingenieros militares en la construcción de la base naval de Cartagena.

61 Á. de la Piñera y Rivas, « El ingeniero militar Sebastián Feringán Cortés, constructor del Real Arsenal de Cartagena ».

62 M. T. Pérez-crespo Muñoz, El arsenal de Cartagena en el siglo xviii.

63 J. A. Rodríguez-Villasante y Prieto, Historia y tipología arquitectónica de las defensas de Galicia ; A. Vigo Trasancos, « Los ingenieros militares y la arquitectura gallega de los reinados de Felipe V y Fernando VI ».

64 Projets successifs pour La Corogne des ingénieurs suivants : 1726 Francisco Montaigu de la Pérille, 1734 Juan de la Ferrière, 1735 Juan de Vergel et Diego Bordick, 1755 Miguel Marín, 1762 Francisco Llovet dont les projets sont réalisés.

65 A. de Anguiano de miguel, « Melilla en el reinado de Carlos III » ; A. Bravo Nieto, Ingenieros militares en Melilla.

66 AGS, GM, 2999.

67 C. Borreguero Beltrán, « Los problemas del alojamiento militar en la España del siglo xviii ».

68 A. Rabanal Yus, Las reales fundiciones españolas del siglo xviii ; et Id., « El reinado de Carlos III en la arquitectura de las reales fundiciones españolas ».

69 AGS, GM, 3784, description par l’ingénieur Grondeau de Flobert des journées de siège.

70 On retrouve les interventions des ingénieurs sur les palais du Pardo, de La Granja, d’Aranjuez, et le Palais Royal entre autres. Les beaux frères de Sabatini, Francisco et Pedro Bambiteli, sont affectés à la construction civile et, entre autres, aux palais.

71 Esteban Pañón construit celle d’Alicante, Miguel Roncali celle Barcelone, Francisco Sabatini celle de Madrid.

72 R. Camacho Martínez, « Dos proyectos de puentes para Vélez-Málaga en el siglo xviii ». L’auteur évoque ici les querelles d’un architecte Domingo Tomás et d’un ingénieur José García Martínez au sujet de la construction d’un pont.

73 H. Capel Sáez, « La invención del territorio ».

74 Interventions des ingénieurs Sebastián van der Borcht, Ignacio Sala, Diego Bordick, et d’un architecte civil Vicente Catalán.

75 On peut associer à cette construction les noms de Bernardo Lana, Sebastián Rodolphe.

76 On peut aussi associer à Carlos Lemaur, Silvestre Abarca, Miguel Roncali, Juan Escofet, Jaime Sicre.

77 Le canal d’Amposta fut construit dans le but de donner une sortie sur la mer à l’Èbre en évitant les bancs de sable de son embouchure. Une fois terminé, en 1792, on s’aperçut très vite de son inefficacité. Il fut mis hors service très vite. Le canal de Guadarrama projeté par Carlos Lemaur en 1778, poursuivi par ses fils, devait relier Torrelodones à Aranjuez pour rejoindre le Tage. Les travaux commencèrent mais en 1799, le barrage du Gasco s’effondrait, ce qui mettait fin aux travaux.

78 Madrid - La Corogne ; Madrid-Badajoz ; Madrid-Cadix ; Madrid-Alicante ; Madrid-Bayonne ; Madrid-Perpignan.

79 Le modèle français : route royale de 19,50 mètres de largeur, avec des revêtements sur une base ouverte dans le terrain, une fondation de pierres posées sur leurs grandes faces recouverte de plusieurs couches de terre, sable et pierres menues terminées par des dalles avec des fossés de part et d’autre.

80 S. Madrazo madrazo, El sistema de transportes en España ; Id., « Reformas sin cambio. El mito de los caminos reales de Carlos III ».

81 AGS, GM, 3793-3794.

82 Ibid., les ingénieurs militaires Felipe Crame, Pedro Torbe, José Arana interviennent sur la route d’Andalousie et sont critiqués pour leurs erreurs par Marcos de Vierna, Carrier. Ce dernier doit refaire une partie de la route car elle est trop bombée (S. Madrazo Madrazo, « Reformas sin cambio. El mito de los caminos reales de Carlos III », p. 33 et source, AGS, Hacienda, 909-922).

83 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii », pp. 75-76.

84 R. J. Valladares Ramírez, « Las obras públicas bajo carlos III ».

85 m.-R. García Hurtado, El ejército y la literatura histórica española en el siglo xviii.

86 J. Almirante, Bibliografía militar de España ; H. Capel Sáez (dir.), Los ingenieros militares en España ; F. Aguilar PIñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii.

87 J.-E. Sánchez, « Los ingenieros militares y las obras públicas del siglo xviii », pp. 60-61.

88 L’ouvrage de Alonso Jiménez, lieutenant-colonel et ingénieur, intitulé « Viajes hechos por Don César Sátiro a la nueva Grecia » a été interdit à la publication. Le manuscrit de Sebastián Van der Borcht, colonel et ingénieur en chef, appelé « El arte de la guerra » 1789, est interdit à la publication par un autre ingénieur Antonio Gilleman qui appartient à la commission de censure. Les motifs requis sont les défauts de l’expression en castillan. Plusieurs corrections lui sont demandées. Une fois celles-ci effectuées, le manuscrit n’est pas publié.

89 Les 46 imprimés classés par thèmes : mathématiques 12, art militaire 11, sciences 7, génie civil 5, actions de guerre 2, philosophie, grammaire, linguistique 3, regards sur l’institution 2, politique 1, géographie 1, économie 2. La liste des imprimés est consultable sur la base de données relative aux ingénieurs militaires du site web de la Casa de Velázquez.

90 Elementos de física teórica y experimental de M. Sigaud de la Fond ; Resumen histórico y experimental de los fenómenos eléctricos ; Elementos de historia natural y de química por M. de Fourcroy ; Curso de matemáticas para la enseñanza de los caballeros seminaristas del Real Seminario de Nobles de Madrid.

91 P. de Lucuce, Principios de fortificación que contienen las definiciones de los terminos principales de las obras de Plaza, y de Campaña. Sorte de dictionnaire avec des définitions simples et brèves s’adressant à un public militaire non spécialiste. P. Padilla y Arcos Curso militar de matématicas sobre las partes de estas ciencias, pertenecientes al arte de la Guerra.

92 Jaime Conde publie trois œuvres pour améliorer l’enseignement des mathématiques dans l’académie des mathématiques de la Société aragonaise des Amis du Pays entre 1781 et 1782. Andrés Amat de Tortosa écrit dans un périodique de la Société des Amis du Pays de Tenerife un article sur les rudiments des arts et des sciences adaptés aux îles Canaries avec une description des îles et de leurs conquêtes. Antonio Gilleman publie ses observations d’astronomie dans le Correo de Madrid en 1761 et d’autres articles dans le Correo de Ciegos en 1787.

93 Les auteurs les plus cités sont : Pedro de Lucuce, Pedro Martín Cermeño, Ignacio Sala, Antonio de Sangenís y Torres. La plupart de leurs ouvrages ne concernent que des thèmes professionnels.

Table des illustrations

Titre Tableau 15. — Répartition des effectifs du génie entre 1728 et 1794 en Espagne et dans les conflits européens
Crédits Source AGS, GM, 2986, 2991, 3002, 5837.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 16. – Répartition des affectations en Amérique de 1704 à 1803
Crédits Source Fichier prosopographique.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Carte 1. – Les fortifications espagnoles en Amérique dans la deuxième moitié du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21364/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Carte 2. – Fortifications et directions du génie en Espagne dans le deuxième moitié du siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21364/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search