Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Deuxième partie. Des scientifiques dans le monde militaire

Chapitre IV. Entrer dans le corps du génie

Texte intégral

I. – Le recrutement géographique

  • 1 La corrélation entre origine sociale et géographique est importante. En effet derrière un lieu de n (...)

1Le lieu de naissance de 438 ingénieurs – sur les 787 considérés – est connu. Les données recueillies témoignent d’une grande variété : nom du pays d’origine sans autre précision, ou nom de la ville avec précision de la paroisse. En fait, cette diversité est liée à la dualité des sources consultées ; entre le document militaire et le document ecclésiastique, la conception de l’origine géographique est plus ou moins large : si la mention de la province, de la nation, ou du territoire étranger suffit à l’un, l’autre mentionne la paroisse même de naissance ou de décès. Ces approches différentes du lieu de naissance permettent une élaboration précise du recrutement géographique ; elles dévoilent parfois les origines parentales réelles1.

Présentation générale des données

2L’examen des 438 ingénieurs, fait apparaître les dominantes suivantes : un fort recrutement péninsulaire, un recrutement étranger relativement élevé et la présence d’éléments provenant d’Amérique.

Tableau 4. – Origines géographiques des ingénieurs ayant exercé de 1710 à 1802

Tableau 4. – Origines géographiques des ingénieurs ayant exercé de 1710 à 1802

Source Fichier prosopographique.

  • 2 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315.
  • 3 Ibid., pp. 316-317. Dans la thèse de M. GIL Muñoz, Sociología de los oficiales del ejército español(...)

3Sur les 73,9 % d’ingénieurs nés en Espagne, plus de 60 % d’entre eux sont issus de quatre régions : en tête, la Catalogne avec 19,1 %, puis l’Andalousie (16,9 %), la Castille (Nouvelle-Castille, Vieille-Castille et León regroupés 14,5 %) et les villes espagnoles d’Afrique du Nord (13,2 %). Ces quatre régions d’origine représentent plus de 40 % du total des effectifs (respectivement et, en pourcentage : Catalogne 14,1, Andalousie 12,5, Castille 10,7, Afrique du Nord 9,8). Francisco Andújar Castillo, grâce à ses travaux, nous permet d’établir des comparaisons avec d’autres milieux militaires (infanterie et cavalerie), et de situer les ingénieurs dans un contexte militaire plus large. Par exemple, les militaires sur lesquels porte l’étude de ce chercheur furent sur l’ensemble du siècle recrutés pour 23,5 % en Andalousie, 21,9 % en Castille et 8,6 % en Catalogne2. Il semble donc qu’il y ait des zones de recrutement communes aux différents corps d’armée. Quelques arguments d’Andújar Castillo peuvent servir à expliquer l’importance du recrutement militaire dans certaines zones, mais d’autres éléments d’explications sont spécifiques au corps des ingénieurs. Ainsi, pour Andújar, un recrutement militaire plus important dans certaines régions, correspond à différents facteurs : le potentiel démographique, les difficultés économiques de régions profondément rurales ne permettant pas toujours à la petite noblesse d’avoir une vie honorable, la forte concentration militaire, et aussi la tradition régionale des vocations militaires3.

4Pour justifier l’importance de la Catalogne dans le recrutement des ingénieurs, on peut reprendre cette idée de forte concentration militaire, liée également à la volonté royale de contrôler une région rebelle et un bastion défensif vital puisqu’il se trouve en position frontalière. Il faut aussi ajouter que si les ingénieurs originaires de Catalogne sont aussi nombreux, la présence d’une des principales académies militaires dirigée par le génie, à Barcelone, n’y est pas étrangère. D’ailleurs sur soixante-deux Catalans, trente-trois sont nés à Barcelone. La porte ouverte sur une formation et une carrière militaire dans cette ville a certainement joué un rôle attractif sur la petite et moyenne noblesse, mais aussi sur les enfants des nombreux militaires nommés dans cette zone frontalière.

5Pour l’Andalousie, l’implantation d’importantes garnisons à Cadix et Séville, de capitaineries générales ainsi qu’une densité de population importante expliquent une bonne représentation de cette région dans le recrutement militaire.

6La Castille, elle, a toujours eu (depuis le xvie siècle) une tradition d’engagement militaire, comme si cette région devait par cet engagement marquer son attachement à la défense nationale, mais aussi parce que la carrière militaire représentait une possibilité d’issue face à la misère.

7Quant aux places fortes d’Afrique du Nord, il paraît évident que l’impact de la concentration militaire et l’implantation de deux académies militaires sous la responsabilité du génie (à Oran et à Ceuta) ont joué un rôle prépondérant dans la voie toute tracée que les pères trouvaient pour leurs fils, alliant ainsi éducation et avenir. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur les quarante-trois ingénieurs nés en Afrique du Nord, quinze sont nés à Ceuta et vingt-trois à Oran.

  • 4 Les ingénieurs nés à Oran dont les pères furent militaires et nés ailleurs : Ramón Santander, Domin (...)
  • 5 La famille Saliquet : le père (Carlos Saliquet), né en France à Marseille en 1722, est entré au ser (...)
  • 6 La famille Lemaur : le père (Carlos Lemaur), né en 1721 à Montmirail en France, entré au service de (...)
  • 7 La famille Lecoq : le père (Pedro Lecoq), né en Flandres à Landrecie, intégré au corps en 1726, a e (...)
  • 8 La famille Homar : le père (Pedro Homar ou Homari, duc et capitaine d’un régiment de cavalerie), né (...)
  • 9 La famille Villalonga : le père (Lucas Villalonga), né à Naples, colonel à Oran, a eu deux fils jum (...)

8Ces chiffres appellent aussi un autre commentaire. En effet, dans le cas précis des forteresses africaines ou de Catalogne, considérer le lieu de naissance comme l’origine géographique est trop limitatif. Le plus souvent, les ingénieurs nés dans ces lieux sont fils de militaire et en fait, leur lieu de naissance n’est qu’un lieu circonstanciel, le berceau familial étant situé ailleurs. C’est pourquoi les origines de leurs pères présentent un grand intérêt. Celles-ci ont laissé peu de traces ; sur soixante-quinze cas retrouvés, trente-neuf pères avaient des origines géographiques différentes de leur fils. Pour vingt-huit d’entre eux, on peut expliquer cette différence par la fonction militaire du père. Le lieu de naissance du fils est lié aux changements d’affectation du chef de famille ; les exemples des garnisons africaines sont éloquents4. Ces données, si elles avaient été plus nombreuses, auraient pu remettre en cause l’importance de certaines régions dans le recrutement, parce qu’elles correspondent plus à un lieu d’affectation du père qu’à un véritable lien avec un espace familial. Mais, les renseignements manquent pour aller au-delà de la simple hypothèse. Les origines paternelles auraient pu avoir un autre intérêt : elles auraient permis de connaître le taux d’étrangers intégrés à l’Espagne grâce aux fonctions militaires, et qui choisissent ensuite la voie militaire pour leurs enfants. Des familles comme celles des Saliquet5, Lemaur6, Lecoq7, Homar8 ou Villalonga9 montrent que l’ambition militaire est un facteur d’intégration, par la reproduction du schéma suivant : un père, étranger, installé en Espagne, occupe une fonction militaire ou d’ingénieur ; ses enfants naissent en Espagne et font une carrière militaire au service du Prince. Encore une fois, ces remarques sont fondées sur des données trop peu nombreuses pour avoir une valeur générale. Cependant, elles peuvent constituer des indices sérieux.

  • 10 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315 : « Además, esta presencia (...)
  • 11 J. M. Muñoz Corbalán, Los ingenieros militares de Flandes a España. À la p. 63, l’auteur donne des (...)

9Le deuxième aspect important du recrutement géographique des ingénieurs concerne la présence dans les cas connus de 21,9 % d’étrangers. Ce pourcentage est très important par rapport aux autres armes. En effet, si l’on considère le chiffre défini par Andújar – 6,3 % dans l’infanterie et la cavalerie – le corps du génie apparaît comme une exception. D’ailleurs Andújar évoque cette originalité des ingénieurs dans son ouvrage, en reliant la forte présence des étrangers dans les corps du génie et de l’artillerie à l’acquisition de connaissances techniques10. Certes, le lien entre le nombre d’étrangers et l’activité scientifique du corps du génie peut être lié à la nécessité d’utiliser des hommes qui ont acquis des compétences ou de l’expérience dans d’autres pays, mais d’autres explications sont possibles. Ainsi, il ne faut pas oublier les liens qui ont pu se créer, pendant la guerre de Succession entre les ingénieurs étrangers et leurs collègues rapatriés en Espagne depuis les terres perdues11 ; ni les liens existant en Europe entre les pays liés à la couronne espagnole. Enfin, il fallait attendre que les académies militaires installées en Espagne forment des hommes compétents.

  • 12 Sur les 42 Français, il y eut 12 recrutés avant 1720, 16 entre 1720 et 1744, 13 entre 1744 et 1789, (...)

10Parmi les étrangers dans le corps, on peut distinguer une forte représentation de Français, d’Italiens (nombre d’entre eux sont nés dans les possessions italiennes des Bourbons), et enfin, des Flamands. Les ingénieurs flamands sont essentiellement des hommes arrivés en même temps que Verboom. Après 1718, il n’y a plus d’ingénieurs venant de cette région. En revanche, le recrutement français est une sorte de constante sur le siècle12. Au départ, il s’agit d’ingénieurs arrivés avec les troupes de Louis XIV et par la suite, une dizaine d’ingénieurs français sera toujours recrutée. C’est à partir de 1792 que le recrutement français s’amoindrit, du fait de la Révolution française.

  • 13 On peut citer comme exemples : Francisco Sabatini, les Bambiteli, Guillermo Minali, Luis Baccigalup (...)

11Parmi les ingénieurs italiens, douze viennent du royaume des Deux-Siciles. Les autres se recrutent entre Milan, Gênes, Livourne et Rome. Parmi ces ingénieurs, en fait, se trouvent deux catégories : ceux qui se sont intégrés à l’armée espagnole au cours des différentes campagnes italiennes, et ceux qui sont venus dans la mouvance13 de Charles III. Les autres étrangers présents dans le corps du génie viennent d’Irlande, de Suisse, et d’Allemagne. Cette diversité peut s’expliquer par l’existence de régiments à recrutement étranger tout au long de la période.

  • 14 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315 et aussi p. 323, pour l’inf (...)

12Le troisième aspect du recrutement géographique tient à la relative importance du recrutement américain qui est de 3,8 %. Les travaux d’Andújar14 situent ce chiffre à 0,97 %, ce qui constitue un décalage important. Sur les 17 cas américains, et le cas en Asie, à Manille, un premier constat s’impose : la prédominance de La Havane (7) et de Carthagène des Indes (3) comme lieux de naissance. Ces deux sites, importants pour le système défensif américain, appellent une autre remarque : les ingénieurs nés dans ces villes n’auraient-ils pas eu, par leurs origines sociales, des liens avec les milieux militaires ou administratifs ? Sur 18 cas, nous avons retrouvé 7 cas de familles de militaires ou d’ingénieurs, un cas de famille d’administrateur, et 10 cas de familles nobles. Il aurait été intéressant de déterminer si ces familles nobles étaient implantées depuis longtemps en Amérique. Une fois de plus, l’idée d’une origine géographique liée à la fonction paternelle pourrait être retenue. Cependant, les lacunes documentaires empêchent de tirer de ces observations, une généralité.

Quelle évolution sur le siècle ?

13Le but de tout corps fondé par le pouvoir est d’arriver à un moment donné à recruter ses membres sur son sol, pour être indépendant de toute ingérence. Comment l’affirmation de cette volonté d’un recrutement national, valeur essentielle de la pérennité du corps, se dessine-t-elle pour le corps du génie ?

14Pendant la période où Verboom fut ingénieur général, on recense deux cent soixante-quatorze ingénieurs. Le critère d’établissement de cette liste est l’existence dans les archives d’une patente au nom de l’ingénieur. Il faut, d’ores et déjà, signaler que les fiches prosopographiques réunies pour ces individus sont souvent très minces étant donné la faible importance des sources archivistiques pour cette période. Les origines géographiques de seulement quatre-vingt-quatre d’entre eux sont connues. Pour vingt et un cas, elles sont accompagnées de la date de naissance, pour les autres, seulement du pays ou de la province d’origine. Soixante sont d’origine étrangère, et vingt-quatre sont Espagnols. Parmi les ingénieurs venant de l’extérieur, se trouvent trente-deux Français, quatorze Flamands, douze Italiens, un Allemand et un Suisse. Ainsi, se révèle, sur le pourcentage des cas connus, et même s’il est faible, un recrutement extra-péninsulaire significatif.

  • 15 AGS, GM, 2998.
  • 16 AGS, GM, 2998. Les ingénieurs cités ici sont : Francisco Mauleón, Juan Díaz Pimienta (cité déjà en  (...)
  • 17 Les Flamands : Alberto Goffaux, Alberto Mienson, Juan Díaz Pimienta, Joaquín de Flandes, José Aleja (...)

15Au début du siècle, le recrutement est fondé essentiellement sur les ingénieurs étrangers flamands et français, qui viennent compléter les effectifs espagnols. La liste des ingénieurs venus de Flandres en 1710, rédigée par Verboom, comprend huit ingénieurs originaires des Flandres et un Français15. Aucun ingénieur espagnol n’est cité ; cela peut être dû à la guerre et à l’impossibilité dans laquelle se trouve alors Verboom de prendre contact avec les autochtones. En 1712, Bedmar demande à Verboom de donner son avis sur cinq autres ingénieurs16, dont l’un était déjà cité dans la relation de 1710. Cela porte à treize le nombre d’ingénieurs connus17 en 1712.

16Pour évaluer l’évolution pendant la période de direction de Verboom, trois méthodes sont possibles : utiliser le nom patronymique et sa consonance pour donner à l’individu une origine géographique mais cela n’est pas sans écueil ; trouver des documents officiels où la volonté d’un recrutement national est affirmée ; ou encore établir grâce à quelques listes les tendances du recrutement.

  • 18 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 29-32.
  • 19 Les Italiens : Cayetano Lazara, Antonio Gatica, Juan Gianola, Felipe Palotta ; les Français ou wall (...)
  • 20 AGMS, Pensiones 1188/1/1787.
  • 21 AGS, GM, 3789.

17Selon les analyses de Horacio Capel18 basées sur l’examen des origines des noms, auraient été incorporés, en 1712, quatre Italiens, huit Français ou Flamands, sept Espagnols19. Poursuivant selon cette méthode, Capel repère dans la promotion de 1718 une augmentation des péninsulaires : dix-huit noms d’origine espagnole, quatre d’origine allemande, neuf d’origine italienne, dix-huit d’origine française. Quels reproches peut-on faire à cette méthode ? Par exemple, Horacio Capel intègre à ces listes des ingénieurs, qui semble-t-il, n’ont jamais obtenu de patente tels Antonio Gatica, Carlos Beaume, Juan Gianola et Benigno Villier, et qui n’ont laissé aucune trace dans le corps. D’autres, comme Diego Fabré et son frère, sont d’origine française et non pas flamande. Miguel Marín, que Horacio Capel classe dans les noms d’origine espagnole, est en fait, Français, né à Marseille20. Quant à Jaime Sicre, comptabilisé parmi les Espagnols, il est né en France d’un père allemand et d’une mère espagnole21. Cette analyse des origines géographiques basée sur les patronymes montre ainsi ses limites. De plus, cette méthode peut être faussée par les défauts de transcription d’un fonctionnaire qui, n’ayant pas l’habitude de rencontrer tel ou tel nom, les hispanise pour les saisir. Il faut donc d’autres arguments pour étayer cette notion d’évolution vers un recrutement national, et faire appel à d’autres documents qui mentionnent une telle volonté.

  • 22 AGI, Indiferente 1905 : Juan Muñoz de Ruesta, Antonio de Contreras, Gerónimo Tortosa, Ignacio Sala.
  • 23 Ibid., José de Bauffe, Alberto Mienson, Bartolomé Thurus. Le terme vassal fait référence à un homme (...)
  • 24 Ibid., Alejandro de Retz, Francisco Montaigu, Antonio Montaigu, Luis de Langot.

18Georges-Prosper Verboom fait une première fois allusion à l’origine espagnole en tant que critère de recrutement, dans une lettre adressée le 12 juin 1717 à Miguel Fernández Durán. Dans cette lettre, Verboom dresse la liste des ingénieurs22 susceptibles de combler le déficit du Pérou, de la Nouvelle-Espagne et de Carthagène des Indes. Les ingénieurs sont classés selon les critères suivants : avoir l’expérience des travaux hydrauliques, être Espagnol, ou au moins, vassal de Sa Majesté, comprendre l’espagnol. On ne trouve alors que quatre ingénieurs espagnols compétents ayant le grade d’ingénieur en second contre trois vassaux23 et quatre étrangers24, compétents, ayant des grades supérieurs. Il semble alors difficile de trouver dans le corps un échantillon espagnol large et compétent, ce qui confirme l’idée d’un recrutement basé sur des étrangers au départ. Pour le roi d’Espagne, pouvoir envoyer des Espagnols dans ses terres lointaines était aussi certainement un gage supplémentaire de fidélité.

  • 25 AGS, GM, 2990.
  • 26 Pedro Borrás et Francisco Mauleón.
  • 27 Ignacio Sala.
  • 28 Bruno Caballero.
  • 29 Gerónimo Tortosa.

19Dans une autre lettre, datée du 26 octobre 1722, de Verboom au marquis de Castelar, l’ingénieur général répond à la demande du marquis d’envoyer en Nouvelle-Espagne, un ingénieur, doué en fortifications de mer, « habile et Espagnol, et de confiance parce qu’il devait rester seul »25. Verboom dresse alors un tableau des possibilités. Parmi les six directeurs, deux sont certes Espagnols26, mais vieux et fatigués, et quatre sont étrangers dont un déjà aux Indes. Parmi les six ingénieurs en chef du corps, un seul Espagnol27 figure dans la liste et pourrait convenir. Enfin, des treize ingénieurs en second, cinq seulement sont Espagnols, dont un déjà en poste aux Indes28 et un autre incapable de fortifier des éléments en bordure de mer29. Finalement, le 11 décembre 1722, trois ingénieurs sont choisis pour la Nouvelle-Espagne : un Français, ingénieur en chef, Antonio Montaigu de la Pérille ; un Espagnol, ingénieur en second, Andrés de los Cobos ; un Italien, ingénieur ordinaire, Felipe León Mafey. Ces deux textes montrent le paradoxe entre un pouvoir qui souhaite un recrutement espagnol et la réalité du corps du génie, essentiellement composé, parmi ses éléments les plus anciens et expérimentés, d’éléments étrangers. La jeunesse du corps explique la difficulté à trouver une base espagnole large. Il faudra attendre quelques décennies avant qu’elle n’existe.

20D’ailleurs, l’étude de quelques états du corps, nous montre que, s’il y a conformément à la volonté exprimée une progression de la représentation espagnole, elle est lente. Pas à pas, le corps se constitue et l’on voit les postes clés du corps occupés par des étrangers, tandis que les Espagnols ont les postes subalternes. Parmi les chiffres établis, la part des inconnus est comme toujours importante. Ces statistiques ne peuvent donc être comprises que comme des indicateurs possibles.

Tableau 5. – Origines géographiques des ingénieurs de la génération Verboom

Tableau 5. – Origines géographiques des ingénieurs de la génération Verboom

.

Source AGS, GM, 2986, 2990, 2991

  • 30 Le nombre d’Espagnols signalés au début du siècle en 1711 apparaît comme très faible.

21Sur cette première période, la base du recrutement du corps est constituée d’une forte proportion d’étrangers pour pallier les déficiences espagnoles30. Les deux principaux fournisseurs d’ingénieurs sont à la fois les Flandres, lieu de naissance et de formation du futur fondateur du corps espagnol, G.-P. Verboom, et la France, pays lié à la nouvelle dynastie espagnole, mais aussi, sous l’égide de Vauban, centre de diffusion d’une nouvelle école de fortification.

22Durant la période 1750-1790, le recrutement espagnol s’affirme. Grâce aux listes d’ingénieurs établies entre 1750 et 1790, nous avons pu, par croisement avec les données recueillies sur les origines géographiques, obtenir des statistiques plus fiables que sur la première moitié du siècle. Le pourcentage des origines géographiques inconnues par année oscille entre 57,8 % en 1750, 36,1 % en 1760, 4,8 % en 1777 et 1,9 % en 1790. Il apparaît clairement, d’après le tableau, que la représentation des étrangers, dans le corps, s’affaiblit fortement en 40 ans, alors que la part des Espagnols ne fait que s’accroître. En 1790, on peut dire qu’à 91 %, le corps est composé d’Espagnols. Il a donc fallu plus d’un demi-siècle pour arriver à un recrutement national important. Cette évolution peut avoir plusieurs causes : la progressive construction institutionnelle du corps qui offre un statut à l’ingénieur, la mise en place de la formation dans les académies militaires, la volonté du pouvoir monarchique de baser son système de défense sur des hommes issus du pays afin d’éviter l’ingérence étrangère.

Tableau 6. – Origines géographiques des ingénieurs militaires de 1750 à 1790

Tableau 6. – Origines géographiques des ingénieurs militaires de 1750 à 1790

23Ce tableau permet d’affiner les observations concernant la deuxième partie du xviiie siècle. Premier constat, le recrutement étranger diminue de 1750 à 1790, alors que le recrutement de nationaux progresse. Ainsi, la volonté de créer un corps espagnol a abouti. Ceci conforte l’idée qu’il fallait attendre que les centres de formation aient étendu leur champ d’action et obtenu des résultats.

24Si la diminution du nombre des étrangers recrutés est évidente, une certaine constance dans ce recrutement existe cependant. On constate en effet que le pourcentage d’étrangers reste plus fort que dans les autres armes. Les deux origines les plus représentées sont française et italienne. Le recrutement flamand, quant à lui, est quasi inexistant, ce qui s’explique par la rupture avec cette région. En revanche, la pérennité des liens avec la France et les royaumes italiens ne s’est pas démentie. Les liens avec la France, après quelques tensions, sont concrétisés par les pactes de famille et les liens militaires qu’ils engendrent. Concernant les royaumes italiens, l’arrivée de Naples, en 1759, du roi Charles III a contribué à favoriser les échanges avec son ancien royaume. Il ne faut pas oublier que Charles III accorda toute sa confiance à Francisco Sabatini, un architecte et ingénieur militaire italien pour l’architecture civile. Il n’a pas été le seul à venir en Espagne, il fut accompagné des Bambiteli. Sabatini a imposé, tout au long de sa carrière en Espagne, ses vues architecturales, et remis en question à la fois la formation reçue, et les actions à mener par les scientifiques militaires. Donc si le nombre des étrangers diminue, leur impact reste pourtant assez fort ce qui différencie ce corps des autres.

25Parmi les ingénieurs d’origine espagnole, la part des places d’Afrique du Nord croit constamment, la Catalogne reste toujours à la première place et l’Andalousie à la seconde, et enfin, le Levant progresse. En revanche, les provinces basques, la Galice, les Asturies, la Navarre, restent des régions peu intéressées par le corps. Les éléments expliquant cette répartition ne sont pas très différents de ce qui a déjà été dit. La progression du Levant peut être lié à l’intérêt particulier du roi pour cette région dans le contrôle des côtes méditerranéennes.

26Le choix des nouvelles recrues pour le corps du génie espagnol a évolué, au cours du xviiie siècle, au gré d’une réglementation de plus en plus précise, et d’une volonté d’instaurer un recrutement basé sur des nationaux. Un critère supplémentaire vient s’ajouter : une qualité ou origine sociale digne d’un corps au service du Prince. Quelle catégorie sociale peut être attirée par un corps récent ?

II. – Les clés sociales du recrutement

27Pour les Bourbons, l’institution militaire doit être une institution nobiliaire. Au xviie siècle, la carrière militaire n’attirait plus véritablement la noblesse. À la fin du xviiie siècle, les Bourbons ont atteint leur objectif : attirer la noblesse dans l’armée permanente. Le noble militaire cumule deux valeurs : une valeur médiévale attachée à sa fonction nobiliaire, être au service du prince ; une valeur moderne, être un professionnel dédié au maniement spécifique de techniques militaires, et ainsi, trouver sa place dans une société d’ordres. La noblesse attirée par cette carrière est plutôt celle de basse et de moyenne extraction, qui voit là un moyen de « réaliser sa noblesse ». La haute noblesse occupe une position particulière dans la carrière militaire ; en fait, ce sont les postes d’officiers généraux dans des armes prestigieuses qui les attirent. Il est vrai aussi que la haute noblesse se sent plus attirée par la haute administration, proche du pouvoir ce qui lui donne une place digne de son rang.

28Le rôle militaire, ainsi attribué à la noblesse, est le fait de réformes et d’actes royaux, qui contribuent à créer l’image du noble militaire. La création des cadets est un fondement de l’aristocratisation de l’armée. En effet, le cadet encourage à la mobilisation de la noblesse. Le Brevet Royal du 8 février 1704 créait les cadets nobles à raison de dix par compagnie. En 1722, la Résolution Royale sur la nomination des cadets dans la cavalerie définissait les cadets comme

  • 31 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, p. 582, Real resolución comu (...)

les chevaliers notoires, les membres des ordres militaires, les fils ou frères de ces titrés, leurs fils et frères, les hidalgos qui présenteront les preuves d’une telle condition, les fils de capitaines et officiers d’un grade supérieur à capitaine31.

  • 32 Ordenanzas de S.M. para el régimen disciplina, subordinación y servicio de sus exercitos, t. I, p.  (...)

29Dans les ordonnances de 1768, le titre XVIII du traité II était entièrement consacré aux cadets, et leur nombre fixé à deux par compagnie d’infanterie, un pour celle de cavalerie ou de dragons. La définition du cadet reste celle d’un hidalgo notoire possédant un minimum de quatre réaux par jour pour maintenir sa condition, ou bien un fils d’officier32. Ces cadets reçoivent dans leurs régiments une instruction faite par un officier du régiment. D’autres accèdent aux académies militaires. Le cadet est assuré de faire carrière plus vite qu’un simple soldat et d’arriver à des grades d’officiers supérieurs. L’institution du cadet symbolise la volonté de fonder une armée de professionnels choisis.

  • 33 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 157, graphique sur l’origine so (...)
  • 34 Ibid., pp. 160-161, tableaux 7-8.

30Le fait, que la condition noble devienne un critère de recrutement de l’officialité33, ne présente pas que des aspects positifs, surtout dans le domaine des promotions. En effet, la promotion selon la noblesse peut prévaloir sur celle basée sur la compétence. Andújar constate que, plus le grade est élevé, plus le pourcentage de nobles s’élève34. Ce pourcentage de nobles, important dans les hauts commandements, se fait au nom du privilège et au détriment de la compétence. L’attribution de postes d’officiers supérieurs, lieutenant général et capitaine général, à des nobles titulados, dont la seule appartenance à l’élite de la noblesse a permis cette promotion, est un aspect négatif de l’aristocratisation militaire. Cette attitude contribue à fermer, ou tout au moins à réduire, la possibilité pour le simple soldat ou l’officier subalterne de faire carrière. De même, l’autre type de promotion, à l’ancienneté, ne peut qu’être un élément sclérosant de cette armée. Pour être professionnelle, efficace, la modernité de l’armée espagnole aurait dû s’exprimer dans la reconnaissance de la compétence.

  • 35 Ibid., p. 156, augmentation de 40 % du recrutement noble dans l’armée sur plus d’un siècle : 53,5 % (...)

31Dans l’armée espagnole, le nombre de cadres issus de la noblesse35 ne fait que croître constamment. Les postes de hauts commandements sont attribués aux membres de la haute noblesse pour leur qualité ou en récompense de services rendus. Ces données s’appliquent-elles au corps du génie ? Ce corps récent recrute-t-il ses effectifs sur les mêmes bases nobiliaires ? La distinction nobles / non nobles s’applique-t-elle aux ingénieurs ? Y a-t-il des particularités sociales liées à l’aspect novateur et scientifique du corps ? Leurs connaissances techniques leur donnent-elles une place particulière dans l’armée ? Autant de questions auxquelles il est nécessaire de tenter de répondre.

Les sources archivistiques

  • 36 Cent quarante et un expedientes personales ont été consultés aux archives militaires de Ségovie.
  • 37 Cent vingt-trois expedientes matrimoniales consultés aux archives militaires de Ségovie.

32Les réponses à ces questions figurent à la fois dans les feuilles de service et dans les expedientes personales36 ou expedientes matrimoniales37. La feuille de service donne une idée souvent vague de la qualité de l’ingénieur. L’expediente personal ou matrimonial peut, parfois, permettre d’affiner les vocables trouvés.

  • 38 Les définitions des termes sur la qualité sociale sont extraites de Real Academia Española, Diccion (...)

33Les vocables employés pour définir chaque qualité, dans les feuilles de service sont variés. Cette multitude de mots oblige à un tri, à une définition de chacun, puis éventuellement à des regroupements. Par exemple, les termes correspondant à la noblesse sont variés, et des notions vagues comme hijo de don ou conocida sont souvent employées. Il n’y a aucune précision sur les parents. Répertorier chaque terme est donc important38 :

hidalgo : petite noblesse, personne noble venant d’un lignage noble connu, qui l’exempte des impôts et droits payés par les roturiers ;

infanzón : hidalgo, échelon inférieur de la noblesse. Mot plutôt employé pour les Asturies, et le León. Notre unique cas, Gregorio Clavero y Ciria, est originaire d’Aragon ;

noble : terme générique employé pour définir l’appartenance à la noblesse toujours en justifiant des liens de sang ; il s’agit plutôt d’un terme concernant les nobles de rangs inférieurs ;

ilustre : noble des échelons supérieurs liés à des maisons de título, c’est-à-dire des gens titrés ayant le rang de comte ou de marquis ;

  • 39 Les principaux ordres militaires, comme Alcántara, Santiago et Calatrava, furent constitués au Moye (...)

caballero de orden militar : noble appartenant à un ordre militaire39 ;

  • 40 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 865, art. 7 : « ser natur (...)

caballero particular : la définition est donnée dans l’ordonnance de l’académie de Barcelone « être originaire des provinces ou domaines royaux, de noblesse connue ou bourgeois d’honneur, de bonne conduite »40 ;

distinguida : petite noblesse ;

  • 41 Cette définition est donnée par Bartolomé Bennassar, dans Histoire des Espagnols. Le seul cas renco (...)

ciudadano : dans les villes de la couronne d’Aragon, ce terme désigne un ordre de la population urbaine, intermédiaire entre noblesse et bourgeoisie41 ;

hijo de don : fils de… suivi du prénom du père, rarement de la qualité du père ou de sa profession ;

hijo de oficial : fils de militaire ;

  • 42 Exemples : L’ingénieur José Pozo y Marqui, dont la qualité sur la feuille de service (AGS, GM, 5837 (...)

conocida : connue. Pour mieux comprendre ce que recouvre cette notion, il a fallu confronter différentes sources. Ainsi, on peut dire qu’utilisée dans la feuille de service, elle correspond à des hommes, dont la famille était noble, souvent serviteurs de l’État42.

34Le recours aux dossiers personnels ou matrimoniaux, dans la mesure où il est possible, ne permet pas, d’affiner certaines origines sociales, d’une manière systématique.

  • 43 Les origines des trente-deux cas sont : treize d’origine noble, six d’origine conocida, neuf fils d (...)

35Grâce à ces différentes sources, il a été possible de retrouver l’origine sociale de 385 ingénieurs sur 787. Il faut préciser, d’ores et déjà, que le nombre des origines sociales sur la première moitié du siècle est faible. Ce phénomène est dû aux lacunes documentaires (absence de feuilles de service et de dossiers personnels). L’image du corps sur le début du siècle va donc rester obscure car il n’y a que 32 cas connus sur 274 ingénieurs de la génération Verboom43. Or, cette image eut été intéressante pour envisager l’aristocratisation du génie militaire par rapport aux autres armes.

Données générales

36Les origines sociales connues pour les 385 ingénieurs proviennent de différents documents : de la feuille de service à l’appartenance au grade de cadet, en passant par les dossiers de l’individu. La comparaison avec les listes des cadets est un moyen de saisir la noblesse de l’individu, à défaut d’avoir d’autres renseignements sur la nature de la connaissance de la famille par la hiérarchie militaire.

37Cette démarche conduit à réaliser plusieurs types de statistiques : générales, pour dégager les grandes tendances du recrutement, et plus spécifiques pour approcher plus concrètement l’image du corps.

38En regroupant les différents vocables qui correspondent à la noblesse, on obtient 139 personnes d’origine noble, soit 36,10 % du total des origines connues. Pour les milieux militaires, les 154 cas retrouvés correspondent à 40 %. Ainsi, se dégagent deux grandes tendances du recrutement : l’importance de la noblesse, la forte présence militaire.

39Par la suite, pour obtenir une image sociale plus réaliste, il a fallu affiner le plus possible les statistiques et gommer l’imprécision de certaines appellations employées, comme conocida, pour définir les origines des membres du corps.

  • 44 Il s’agit ici de reprendre toutes les fonctions administratives occupées par les pères et de les dé (...)

40La qualité conocida très importante représente soixante-six cas. Il est nécessaire de découvrir ce que cache cette expression. La confrontation avec les listes de cadets (jeunes nobles recrutés pour l’armée) a permis de lister cinquante et un cas de cadets sur les soixante-six de qualité conocida. La qualité de cadet étant conférée à un membre de la noblesse, le pourcentage des nobles dans le corps passe ainsi à 49,35 %. En utilisant les données sociales et professionnelles des pères44, il a été possible de corriger encore le pourcentage de nobles dans le corps et d’obtenir un pourcentage de 54,28 pour la noblesse. Quant à la proportion de non nobles, elle est difficilement saisissable. Dans les statistiques établies, n’apparaît qu’un seul cas, celui de Manuel Agustín Mascaró, défini comme ciudadano. On peut supposer qu’au début du siècle, les textes de lois n’ayant pas encore porté leurs fruits, le corps se composait d’hommes, recrutés uniquement en fonction de l’urgence des besoins et de leur expérience. Les lacunes documentaires ne permettent pas de confirmer cette hypothèse. Dans la deuxième moitié du siècle, le tri des roturiers n’apparaît pas plus nécessaire, pour trois raisons. Tout d’abord, le corps fut créé par la nouvelle dynastie, donc dans l’optique à plus long terme de l’insérer dans le projet d’aristocratisation d’une armée compétente. Ensuite, la proportion importante de cadets passés dans les académies militaires rend la notion de noblesse plus évidente que celle de non nobles. Enfin le grade de capitaine conférant la noblesse, tous les officiers ayant ce grade peuvent se dire noble ; c’est la notion de la noblesse militaire.

41Le tableau des origines sociales des ingénieurs conserve la diversité des vocables des feuilles de service, tout en apportant quelques variantes grâce aux dossiers personnels.

Tableau 7. – Origines sociales des ingénieurs

Origines Sociales

Nombre

Pourcentage

Administration

19

4,93

Administration armée

3

0,77

Caballero particular

1

0,25

Conocida

66

17,14

Ciudadano

1

0,25

Distinguida

2

0,51

Hidalgo

20

5,19

Hijo de don

1

0,25

Ilustre

2

0,51

Infanzón d’Aragon

1

0,25

Ingénieur

69

17,92

Médecin

3

0,77

Militaire

85

22,07

Noble

90

23,37

Ordres militaires

22

5,71

Total des cas connus

385

100 %

Sources Feuilles de service (Simancas et Ségovie) ; dossiers personnels ou matrimoniaux des archives de Ségovie.

42Les deux grandes tendances ébauchées précédemment sont complétées par ce tableau, mais qu’en est-il des catégories de noblesse représentées et dans un deuxième temps, les milieux militaires de recrutement ?

Le recrutement nobiliaire

43Établir les catégories de nobles recrutés dans le corps peut se faire de plusieurs façons : exploiter les données recueillies et en déduire l’appartenance, ou exploiter le non-dit des sources retrouvées et définir le cadre social par défaut. La notion de noblesse reste une notion vague que nous espérions mieux saisir grâce aux dossiers personnels. Les preuves de noblesse de ces documents révèlent une part importante d’hidalgo, et de noble défini uniquement par l’apposition de l’emploi militaire au moment de la constitution du dossier. La mention de cadet, dans le dossier, est aussi à mettre en relation avec l’image d’un jeune homme de condition noble, capable de subvenir à ses besoins, choisissant la carrière militaire comme promotion sociale. Les dossiers personnels confirment aussi la notion de noblesse en faisant référence à la carrière militaire ou administrative des parents.

44Quelles voies de recherche ou de raisonnement faut-il emprunter pour aller au-delà du constat d’un important recrutement nobiliaire, et s’approcher de la définition du type de noblesse représentée ? Première possibilité : considérer que les termes hidalgo, distinguida, infanzón et même noble correspondent à une valeur nobiliaire de petite et moyenne extraction, alors que les termes ilustre et ordres militaires couvraient des familles plus importantes dans la hiérarchie nobiliaire. Ainsi, la proportion de nobles des couches modestes passe à 89 %. Mais ce pourcentage n’a pas une valeur concrète puisque le terme de noble reste très vague. Il fallait trouver d’autres démarches pour tenter d’éclaircir, ou de conforter, l’idée d’une forte représentation de nobles de basse extraction.

  • 45 Les professions des pères ont été obtenues dans les dossiers personnels et ont permis d’étendre la (...)
  • 46 Père de Joaquín de Villanueva Pacheco : regidor de Plasencia ; celui de Antonio Vago y Piedrola : r (...)
  • 47 Le père de Antonio et Juan Bautista Durante, oficial de la Contaduría de Tabacos ainsi que le père (...)
  • 48 Le père avocat est celui de Guillermo Minali. Les deux médecins sont ceux de Pedro de Lucuce et de (...)

45L’analyse des professions des pères45 dans les administrations peut être une autre piste. Les charges paternelles correspondent à des charges municipales ou à des postes d’administration royale à l’échelon local. Ce type de charges était réservé à des nobles composant l’élite locale, attachée à leurs terres et à leurs régions. Pour leurs fils ces nobles, conscients des limites de leur position, pensaient certainement trouver dans l’armée une possibilité de promotion sociale. Les données répertoriées font état de 7 regidores (« régidors »)46, 2 oficiales de la Contaduría General de Tabacos, un des Rentas de Salinas, un fiscal, un oidor et un alcalde de Quito47. Parmi les autres professions citées, on trouve un avocat, deux médecins, un notaire et un oficial48. Ces données viennent donc étayer notre hypothèse.

  • 49 L’équipe PAPE (Personnel Administratif Politique Espagnol) est une équipe de chercheurs français et (...)

46Une autre démarche peut nous permettre de conforter cette idée : faire des sondages dans les fichiers de l’équipe PAPE49 pour repérer les ingénieurs dans l’élite sociale. En effet, les fichiers Fichoz, Cataom et Heredis regroupent le personnel politique et la haute administration espagnole au XVIIIe siècle ainsi que les familles appartenant aux ordres militaires. L’étude de ces listes établies en dehors de tout critère autre qu’alphabétique ne donne que des résultats peu fructueux. Ainsi, une fois de plus, nous pouvions considérer que la majorité des ingénieurs n’appartient pas à ces circuits relationnels.

  • 50 Il existe 27 cas d’ordres militaires, dont 22 sont répertoriés dans ordres militaires dans le table (...)
  • 51 Antonio Narváez de la Torre, fils de Antonio José Xavier de la Torre, a le titre de título de Casti (...)
  • 52 Extrait de Fichoz, n° 007268 ; AHN, HAC, lib. 7933.
  • 53 Ce sont les fils de Luis Bambiteli et les beaux-frères de Francisco Sabatini (AHN, OM, Santiago, XV (...)
  • 54 Il est le fils de Juan Caballero, ingénieur et directeur de la division académies militaires puis d (...)
  • 55 Les cotes des dossiers des ordres militaires figurent dans la base de donées relative aux ingénieur (...)
  • 56 Pedro Barruchi finit sa carrière comme oficial de la Secretaría del Despacho de Guerra de España e (...)
  • 57 Pedro de Lorieri (AGS, GM, 3793 ; AGS, DGT 2-81, 2-78, 2-63 ; Fichoz 004237 ; AHN, OM, Santiago, XV (...)
  • 58 Ignacio Garcini y Queralt (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 4502 ; AGMS, exp. pers. G 1905, exp. mat. G 190 (...)

47Si l’idée d’une noblesse de basse extraction se confirme, il reste important de connaître les exceptions existant dans le corps. Ces cas correspondent à des familles pour lesquelles existe la mention d’un titre ou d’un ordre militaire50. Des ingénieurs comme Antonio Narváez de la Torre, Charles de Robelin, Miguel Roncali possèdent des titres de comte51. Georges-Prosper Verboom a le titre de marquis ; ce titre lui fut conféré le 9 janvier 1727 par le roi Philippe V, en récompense des services rendus52. Ce fondateur du corps est aussi chevalier de l’ordre de Santiago. Parmi les ingénieurs, sont chevaliers de l’ordre de Santiago : Clemente Adeo Espina, Francisco et Pedro Bambiteli53, Carlos Beranger, Manuel Caballero Albora54, Juan Amador Courten, Juan Garland, Miguel Hermosilla y Vizcarrondo, Francisco Hurtado y Pino, Mariano Lleopart, Dionisio O’Kelly, Francisco Orta y Arcos, Miguel Rengel Alcaraz y Páez, Dionisio Sánchez Aguilar, José Salcedo y Navarrete55. Pedro Barruchi, lui, a un père qui est chevalier de l’ordre de Santiago56. Pedro de Lorieri57, lui aussi chevalier de l’ordre de Santiago, a un parcours intéressant. Originaire de Saragosse, fils de Miguel de Lorieri, membre du Conseil de Castille et chevalier de l’ordre de Charles III, il appartient à l’ordre militaire de Montesa, et est título de Castilla. Après des études au Seminario de Nobles de Madrid, et l’obtention du grade de cadet, il entre dans le corps comme ingénieur delineador en 1774 (grade de sous-lieutenant depuis 1772) et est affecté à Madrid. En 1777, il est nommé chevalier de l’ordre de Santiago. En 1779, il abandonne la carrière d’ingénieur pour devenir oficial décimo de la Secretaría del Despacho de Guerra. En 1797, il est conseiller au Conseil des ordres militaires pour l’ordre de Montesa et meurt à ce poste en 1802. Il a épousé la fille de Francisco Yanguas, marquis de Villafranca del Ebro, María Ana de Yanguas de la Torre. Ils ont eu un fils, Hilarión, qui devient marquis de Villafranca del Ebro et chevalier de l’ordre de Charles III. Autre cas intéressant, celui d’Ignacio Garcini Queralt58. Il est né à Tortosa en 1752, fils de Sebastián Garcini y Torres, d’une famille originaire de Saint-Tropez, comté de Nice, et de María Micaela Queralt y Riba. Après des études dans l’Académie militaire de Barcelone, il intègre le corps des ingénieurs militaires de 1772 à 1790. Il sort du corps avec le grade de capitaine et ingénieur ordinaire. Il entre alors dans les bureaux du secrétariat d’État à la Guerre d’où il passe en 1805 à l’intendance d’Aragon. Entre-temps en 1801, il avait épousé en secondes noces une camériste de la reine : Josefa Castilla y Wanarbroeck. Il est fait chevalier de l’ordre de Santiago en 1807. Francisco Sabatini, ingénieur marquant du règne de Charles III, a été fait chevalier de l’ordre de Santiago en 1787. Il a commencé sa carrière dans le royaume de Naples aux côtés du futur Charles III, et s’est installé en Espagne au service du roi en 1764. Il fait partie des proches du roi et a pris une grande importance dans le développement des projets royaux. Son alliance avec la famille italienne des Bambiteli lui avait permis d’intégrer plus vite le circuit relationnel du monarque italien. En Espagne, Sabatini dépasse l’influence des Bambiteli. On retrouve ses beaux-frères dans la liste des chevaliers de Santiago.

  • 59 AHN, 1227 bis, ordre de Calatrava.
  • 60 Ignacio Mascaró y de Homar (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 3005 ; AGMS, exp. mat. M 2151). Les mariages e (...)

48Les ordres militaires plus anciens sont aussi représentés : 3 pour l’ordre de Calatrava, 2 pour celui d’Alcántara. L’ordre de Charles III, créé en 1771, regroupe 5 ingénieurs. Gonzalo Begines de los Ríos, né en 1751 à Séville, baron de Leis, ingénieur de 1776 à 1785, année de son décès par maladie est membre de l’ordre de Calatrava. Juan Homar59, né en 1732 en Aragon, issu de la famille italienne du marquis d’Homari de Gênes, étudie dans l’Académie des gardes du corps, et devient ingénieur en 1757. Sa fille, María Agustina Homar Ladrón, épouse Ignacio Mascaró y de Homar60, ingénieur, membre de l’ordre de Charles III. Cet homme est en fait le cousin de María Agustina puisque la mère de Ignacio est la sœur de Juan Homar, fille du marquis d’Homari. Ce mariage a fait l’objet d’une demande de dispense auprès du pape.

  • 61 AHN, OM, Alcántara, XVIII, 96 ; AHN, OM, Alcántara, expedientes incompletos.
  • 62 AHN, OM, Alcántara, XVIII, 165.

49Antonio Estrimiana figure parmi les membres de l’ordre d’Alcántara61. Il entre dans le génie en 1767 et y reste jusqu’à son décès en 1791. Il a rendu de grands services au vice-roi du Pérou pendant la guerre contre l’Angleterre entre 1769 et 1785. Son père était un hidalgo de Briones, près de Logroño. On peut donc parler d’une certaine réussite. Pedro Martín Cermeño est lui aussi un membre de l’ordre d’Alcántara62. Il est le fils de Juan Martín Cermeño, qui fut ingénieur général. Le père et le fils ont eu des carrières exceptionnelles qui les ont rapprochés des sphères du pouvoir. Pedro Martín Cermeño termine sa carrière comme capitaine général de Galice et président de l’audiencia (« audience ») de Galice.

  • 63 Fichoz 174 ; AHN, OM, Carlos III.
  • 64 AGS, DGT, 2-47-140 ; AGI, Indiferente 1905 ; Fichoz 106 ; F. Andújar Castillo, Consejo y consejeros (...)
  • 65 AHN, Orden Carlos III, 4 ; AGS, DGT, 2-47-141, 2-54, 2-57, 2-60 ; AGS, GM, 4258 ; AGS, GM, 3002 ; A (...)

50Concernant l’ordre de Charles III, il faut ajouter au cas d’Ignacio Mascaró y de Homar, celui de Mauricio Rodríguez Berlanga s’y ajoute. Cet homme, qui avait commencé sa carrière dans le corps politique de l’artillerie en 1780, décide en 1786, à vingt-huit ans, de faire des études à l’académie d’Oran. Il entre ensuite dans le corps du génie en 1791 où il termine sa carrière en 1837 comme directeur-subinspecteur et maréchal de camp. Ses deux fils entrent comme cadets dans la cavalerie. Narciso Codina, lui aussi, appartient à l’ordre de Charles III. Il a obtenu cet honneur en 1797 pour services rendus. Sa carrière dans le corps du génie dure de 1776 à 1815, année au cours laquelle il demande à se retirer. En 1809, il avait atteint le grade le plus élevé de la hiérarchie ; directeur-subinspecteur du génie. Le frère de Narciso Codina63, Domingo, est un conseiller du Conseil de Castille. José Antonio Borja64 est aussi chevalier de l’ordre de Charles III. Il commence sa carrière en 1763 comme ingénieur extraordinaire, puis est envoyé en Amérique. À son retour, il cherche à changer de corps et intègre en 1777 le Secretaría del Despacho de Guerra comme oficial décimo. En 1798, il termine sa carrière en tant que conseiller de guerre d’assistance continue. Enfin, Silvestre Abarca65, directeur de la division des fortifications en 1774, qui fit toute sa carrière dans le corps du génie, est aussi membre de l’ordre de Charles III. Il appartient à une famille originaire de Lumbier, près de Medinaceli. Il épouse Francisca González Unchari, nièce d’un trésorier de l’armée d’Andalousie, cousine d’un inquisiteur et, dont les frères sont militaires. Le neveu de Silvestre Abarca fait aussi une carrière militaire. Cette famille est véritablement au service du Prince.

51Tous ces cas pour lesquels les renseignements sont plus denses ne doivent pas masquer la réalité. Trop souvent, on a tendance à s’appesantir sur les données exceptionnelles pour en déduire des règles générales. S’il est vrai qu’il ne faut pas les oublier, il est aussi nécessaire de repérer où se situe la majorité. Dans cette étude des origines nobiliaires des ingénieurs, il semble que la majorité se situe dans les cadres de la petite noblesse. Pour parfaire l’analyse du recrutement social, il reste à voir de quels corps d’armée est issue l’autre grande partie de ces ingénieurs.

Un milieu militaire fortement représenté

  • 66 La répartition dans les corps particuliers se fait de la manière suivante : un sous-lieutenant de c (...)

52Les milieux militaires représentent dans le recrutement des ingénieurs 157 cas sur 385 soit 40,7 %. Sur ces milieux d’origine, il a été possible de retrouver les corps d’origine que pour 132 cas – pour les autres cas, nous ne disposons que du grade du père. La répartition des 132 origines se fait de la manière suivante : 69 ont eu un père ingénieur, 41 un père dans l’infanterie, 7 dans l’artillerie, 7 de corps particuliers66, 6 de l’administration militaire, 1 de la cavalerie et 1 de la marine. On remarque alors : la très faible participation de la marine et de la cavalerie, la représentation très mesurée de l’artillerie et de l’administration, l’attrait exercé sur l’infanterie, et une forte représentation du corps du génie qui place une partie de ses enfants dans la carrière.

  • 67 Francisco Andújar Castillo évoque ces rapports dans son ouvrage sur les militaires espagnols à la p (...)
  • 68 Félix Salomón (1753-1784) est le fils de Jaime Salomón, lieutenant de frégate (AGS, GM, 3002 ; AGS, (...)
  • 69 Marcos Serstevens, d’origine flamande est venu en Espagne dès 1726 (AGS, GM, 3791, 3230, 2991, 4466 (...)
  • 70 Francisco Ampudia y Valdés a intégré le corps des ingénieurs de la marine en 1788 après avoir quitt (...)

53La cavalerie est encore au xviiie siècle une arme importante et prestigieuse, mais, au fil des années, ce prestige s’amenuise, à la fois parce que l’armée devient, toutes armes confondues, une mine nobiliaire, mais aussi parce que d’autres corps, comme l’artillerie et le génie, voient leur prestige67 augmenter. Quant à la marine, elle n’a jamais eu de très bonnes relations avec l’armée de terre, ou tout au moins, elle reste un corps à part, avec ses propres réseaux de recrutement, ses propres écoles, et plus tard ses propres ingénieurs. Entre marine et génie, il y a, au cours du siècle, plus de concurrence que de liens. Cependant, il existe des traces de quelques liens : celui de Félix Salomón68, ceux de Manuel, fils de l’ingénieur Marcos Serstevens, Manuel69, et de Francisco Ampudia y Valdés70, fils de l’ingénieur José Ampudia y Valdés, tous deux passés dans le corps du génie naval.

54L’artillerie est certes plus représentée que les deux armes précédentes, mais dans une proportion limitée, malgré tout. Cet attrait mesuré peut s’expliquer par deux raisons : la forte opposition entre les deux corps, et la progression du prestige de servir dans l’artillerie au cours du siècle.

55Pour l’infanterie, l’attrait est plus vif. Être ingénieur, c’est pour un fils d’officier de l’infanterie, l’occasion d’appartenir à un corps de scientifiques sélectionnés, un corps aux activités diversifiées, proche du pouvoir et qui permet d’avoir une position plus prestigieuse, sortant de la masse de l’infanterie. Le génie, c’est aussi un groupe de 140 individus, en moyenne, donc un petit groupe, avec des liens plus forts et, une volonté de s’imposer.

  • 71 Archivo Don Álvaro de Bazán, Cuerpo General 1, P6.

56Ces caractéristiques donnent aussi naissance à une certaine continuité familiale qui ne fait que s’affirmer au cours du siècle. L’étude de ces relations peut se faire à partir des données recueillies pour établir les liens père-fils ingénieurs. Il est possible aussi de retrouver des liens de frères entre ingénieurs, même si le père n’est pas ingénieur. Ce travail permet de dégager cent soixante cas d’ingénieurs ayant des liens familiaux entre eux. Ne figurent pas les cas de neveu comme par exemple Ignacio Mascaró y de Homar, neveu de Juan Homar. De même, Juan Antonio Cearra y Arévalo ne figure pas dans ce tableau alors qu’il est le petit-fils de Antonio Arévalo. Et, pas davantage, les fils de Francisco Ampudia y Valdés, Valentín et José, qui sont en 1811, tous les deux, lieutenants ingénieurs de l’armée, prisonniers à Badajoz71. Par la suite, l’étude des mariages va mettre en relief une autre dimension des liens unissant les ingénieurs entre eux, comme par exemple, le fait que les fils de Francisco Ampudia y Valdés sont aussi ceux de Valentina Legallois de Grimarest, fille de Pedro Legallois de Grimarest, ingénieur militaire. Le choix de la carrière d’ingénieur par les fils peut être lié à plusieurs éléments : l’intérêt porté au travail du père, le recrutement dans les académies militaires facilité pour des jeunes hommes ayant déjà été instruits par leur père, le bénéfice du réseau de relations parentales, le prestige progressivement acquis par ce corps.

  • 72 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 306-307, tableau 37 : « Dinastías y vínculos familia (...)

57Pour s’approcher de la réalité relationnelle des ingénieurs, il a fallu croiser un certain nombre de données ce qui amène à préciser voire amplifier le travail fait par Horacio Capel72. Une caractéristique essentielle se dégage des différentes générations composant ce corps : la continuité familiale.

Tableau 8. – Relations familiales proches établies dans le corps*

Tableau 8. – Relations familiales proches établies dans le corps*

* La construction du tableau a été possible essentiellement grâce aux croisements des données des dossiers personnels et matrimoniaux de Ségovie. Les liens représentés sont des relations pour lesquelles des preuves documentaires existent. Pour éviter de compter plusieurs fois certaines personnes, les pères déjà cités en qualité de fils sont mis entre parenthèses.
a Lorsque cela a été possible, le nom du fils est indiqué avec les deux patronymes accolés.
b Sont inscrits les frères ingénieurs de l’ingénieur, les frères ingénieurs dont le père ne l’était pas.

Sources Fichier prosopographique, AGMS, dossiers personnels et matrimoniaux des ingénieurs.

58Le corps du génie militaire est donc un corps créé au xviiie siècle et il répond à tous les critères élaborés par le pouvoir : noblesse militaire, avec des compétences spécifiques et techniques, destinées à « moderniser » l’armée. La notion de continuité familiale ne risque-t-elle pas remettre en cause la progression et la modernisation de ce corps ? Un certain corporatisme ne va-t-il pas s’affirmer au xixe siècle et scléroser ce corps, d’autant plus qu’il se trouve confiné dans les tâches militaires ? La continuité familiale n’est-elle pas dangereuse ? Ne peut-elle pas nuire à l’esprit d’initiative qui permet de mériter les promotions et lui substituer une attitude d’attente, reposant sur le jeu des relations ?

59Georges-Prosper Verboom pensait, peut-être, lorsqu’il envisageait la création de centres de formation spécifiques aux ingénieurs, éviter les circuits fermés et obliger le futur ingénieur à passer par la reconnaissance de ses compétences scientifiques. La volonté de créer une formation spécifique et scientifique pour le corps du génie était aussi, dans l’esprit de Verboom, un pas nécessaire pour constituer un corps performant. L’acquisition des connaissances devient une formation qualifiante, codifiée qui donne naissance à un ingénieur modèle, le meilleur, issu du moule des académies militaires, contrôlées par le génie. En France, Anne Blanchard dit au sujet de la création de l’École du génie de Mézières :

  • 73 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 188.

[Elle]… rompt brusquement et définitivement avec le cercle fermé de la formation domestique et initiatique […] des ingénieurs en chef chargés des jeunes recrues. Elle lui substitue un enseignement scolaire uniforme, détache pour plusieurs mois les élèves de leur milieu d’origine […] et vise à leur donner à la fois culture théorique et connaissance pratique73.

60Entre l’Espagne et la France, il existe plusieurs différences : en Espagne, d’une part, les académies militaires dirigées par le génie ne sont pas les seuls centres de formation ; d’autre part, les académies dispensent un enseignement scientifique généraliste, et par là même regroupent de nombreux académiciens qui ne deviendront jamais des ingénieurs. Malgré cela, on peut reprendre l’idée d’un modèle pédagogique qui uniformise les connaissances et qui, tout en séparant l’individu de son milieu, le fait baigner dans un univers militaire où il retrouvera plus tard des personnes de sa promotion à des fonctions diverses.

III. – Un recrutement de scientifiques

61Georges-Prosper Verboom avait insisté, dès son arrivée en Espagne, sur la nécessité de créer un lieu de formation pour les ingénieurs. Son projet dut attendre le retour à la paix. Les académies militaires dirigées par le corps du génie voient le jour à Barcelone, en 1720, avec des ordonnances qui en fixent le fonctionnement, recrutement et contenu des enseignements en 1739 et 1751 ; à Oran et Ceuta, en 1732 et 1739, le fonctionnement est le même qu’à Barcelone. Il est intéressant de voir quel a été l’impact de ces centres de formation dans le corps du génie, avant d’aborder les savoirs enseignés, et la capacité de ces organismes à suivre le progrès.

Diversités et dominantes dans le recrutement

62Parmi les ingénieurs, 316 sur 787 ont laissé une trace de leur formation. Des tris successifs ont permis de cerner les origines sociales, et géographiques, la date d’entrée dans le corps (avant 1739, après 1739 puis avant 1718 et après 1780) des 469 ingénieurs dont le mode de recrutement n’était pas connu. Diverses observations découlent de ces classements. La première, la persistance de la formation par un proche : vingt-quatre individus sont des fils d’ingénieurs ce qui laisse supposer qu’ils ont suivi une formation paternelle et bénéficié d’appui pour entrer dans le corps. De plus, l’intégration des fils d’ingénieurs, n’ayant reçu aucune formation académique après 1739, représente quatorze cas. Donc, même après l’établissement des académies, il semblerait que des voies parallèles coexistent.

  • 74 Les cinq cas sont : Pedro Bambiteli recruté en 1763, Juan Cayetano Chacón en 1765, Agustín Doria en (...)
  • 75 Les quatre cas sont : Carlos Boullement intégré en qualité d’ingénieur en second (agregado) en 1795 (...)

63La deuxième observation : la possibilité de définir des paramètres variables dans le recrutement – critère d’urgence, de réseau relationnel, ou de compétences différentes – lié au constant recrutement d’étrangers. Sur soixante-sept ingénieurs intégrés avant 1718, trente-sept sont des étrangers formés ailleurs, ou sous la direction d’un de leur proche, puis entrés dans le corps dans une période difficile ; période de génèse du corps, de manque de personnel qualifié et de nombreux conflits. Après 1739, on recense encore dix-neuf étrangers parmi lesquels, on peut distinguer : des Italiens arrivés certainement dans le sillage de Charles III, dans les années 1760 (cinq cas)74, et des émigrés français intégrés après 1790 (quatre cas)75. La reconnaissance de la compétence à ces deux catégories a dû répondre à deux critères : pour les Italiens, la connaissance de Francisco Sabatini en Italie ou le passage dans une académie italienne ; pour les Français, l’appartenance à un corps d’ingénieurs avant la Révolution a dû jouer puis qu’ils intègrent le corps à des grades élevés.

64En élargissant aux 275 ingénieurs recrutés avant 1739, pour lesquels le cursus scolaire ne peut être reconstitué, il est possible de déduire qu’avant la codification réelle du fonctionnement des académies militaires du génie, ces hommes sont entrés dans le corps sans produire leur cursus scolaire. Ces hommes ont été recrutés, puis, certainement, jugés dans les relaciones de méritos sur leurs aptitudes théoriques et pratiques sur le terrain. Le passage dans les académies militaires ne pouvait à cette période avoir un caractère obligatoire puisque le génie n’en était qu’aux balbutiements des centres d’enseignement. En revanche, il est plus difficile d’expliquer pour les 194 ingénieurs recrutés après 1739 – à part les cas cités antérieurement – les tenants de leur formation. Force est de constater que le critère de sélection sur un passage dans un centre de formation n’était pas le seul requis.

65Le tableau suivant permet de repérer, à la fois, diversités et dominantes dans les cursus connus.

Tableau 9. – Lieux de formation des ingénieurs

Tableau 9. – Lieux de formation des ingénieurs

Sources Feuilles de services et dossiers personnels de 318 ingénieurs.

66La diversité des centres de formation est évidente puisqu’une vingtaine d’options différentes apparaissent. Cependant, il existe une véritable dominante, avec 87,1 % des hommes formés dans une institution militaire.

  • 76 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, pp. 161-167. Il montre dans ce passag (...)
  • 77 AGMS, exp. pers. de Lucuce L 2033.
  • 78 AGI, Indiferente 1905/1906 ; AGS, GM, 4258/5837/3232 ; AGS, DGT, 2-49.
  • 79 José Hermosilla est mentionné en 1761 dans les ingénieurs extraordinaires comme ayant 50 ans et 5 a (...)

67La place des institutions civiles est limitée ; à la fois parce que les centres universitaires ne dispensent pas les enseignements nécessaires à la formation des ingénieurs et parce que des centres militaires se sont créés. Parmi ces institutions civiles, la faible représentation des universités (trois cas) est liée à leur incapacité à suivre les progrès des mathématiques, à les enseigner ou encore à les inscrire à leur programme d’enseignement. En effet, en Espagne, comme dans la majeure partie de l’Europe, les universités n’ont pas su adapter leurs enseignements aux nouvelles disciplines et aux progrès des sciences. Elles ont laissé le plus souvent, le champ d’enseignement de ces nouvelles disciplines à des écoles créées par l’État ou à des organisations privées réunissant des savants assoiffés de connaissances76. Pedro de Lucuce, qui va devenir professeur puis directeur de l’académie de Barcelone, avait été formé à l’université d’Oviedo en lettres et théologie pour faire une carrière dans l’Église. La guerre de Succession met fin aux projets du père et Lucuce, âgé de dix-huit ans, participe au conflit dans différents régiments. Puis, en tant que membre d’une compagnie de gardes du corps, il étudie les mathématiques à Madrid où il montre une certaine excellence. Remarqué par Miguel Taramas, ingénieur militaire, il entre alors dans le corps en 1730 comme lieutenant et ingénieur extraordinaire77. Alonso González de Villamar y Quirós étudie le latin, la philosophie et la théologie, puis, durant trois ans, les mathématiques à l’université de Salamanque et de Séville. En 1734, il passe un examen devant l’ingénieur Ignacio Sala, alors qu’il était déjà ingénieur volontaire. Il accède au corps seulement en 1746 comme ingénieur extraordinaire78. José Hermosilla y Sandoval a étudié à l’université de Séville. Mais il complète sa formation en étant ingénieur militaire. Par la suite, plus attiré par l’architecture civile, il l’étudie, et fait un séjour à Rome où il complète sa formation au contact des ruines antiques, des scientifiques italiens mais aussi des savants français, pensionnaires à Rome. Il revient en Espagne en ayant écrit un traité d’architecture civile montrant que l’architecte doit savoir utiliser les leçons des anciens et les progrès des sciences mathématiques. Il participe par la suite à l’académie de San Fernando, et à différents projets d’architecture civile79.

68Ces trois hommes formés dans les universités ont dû compléter cette formation par des études scientifiques réalisées dans un autre contexte pour être performants dans leur domaine. L’université n’a été qu’une courte étape de leur formation.

  • 80 Francisco Bustamante, Juan María de la Cruz, Juan Bautista Jaúregui, Manuel Morete. Tous les quatre (...)
  • 81 A. Bonet Correa et alii, La polémica ingenieros arquitectos, pp. 19-21 ; R. Gutiérrez et C. Esteras(...)

69Les institutions civiles représentées par ailleurs correspondent à deux anciens collèges tenus par les Jésuites jusqu’en 1767 (le Seminario de Nobles et le Colegio Imperial, tous deux à Madrid), et à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando. L’académie de San Fernando est née en 1752, à l’initiative de Ferdinand VI, sur un modèle français. Mais elle a eu bien du mal à trouver la voie pédagogique et à imposer ses vues sur les constructions civiles en Espagne. Ce n’est qu’en 1777, que Charles III affirme la nécessité de connaître l’avis de cette institution sur tous les projets de monuments publics. En 1786, le roi décide que tous les dessins de travaux architecturaux devront être approuvés par une commission d’architecture de la Real Academia de Bellas Artes. L’institution est alors reconnue et obtient un réel pouvoir. L’enseignement dans cette académie, est donné et dispensé par quelques noms prestigieux : Benito Bails (à partir de 1769), qui y dépoussière les mathématiques, Pedro Arnal, architecte formé à Toulouse qui rénove l’enseignement de l’architecture. Les quatre ingénieurs80 qui étudièrent dans cette institution le firent à la fin des années 1780 ; ils bénéficièrent donc des enseignements dispensés par les meilleurs professeurs recrutés par cette académie. Cependant, cette académie restait à la fin du xviiie siècle, un centre d’enseignement à réformer et à moderniser, donc un lieu de formation loin d’être idéal81.

  • 82 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, pp. 174-175.
  • 83 Miguel Lana y Ortasum : AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 2991. Ramón Lope y Aguilar : AGS, GM, 5837, AGMS, (...)

70Les collèges de la noblesse sont, eux aussi, des lieux de formation pour quelques-uns. Contrairement aux universités et même à l’académie de San Fernando, on peut dire de ceux-ci qu’ils étaient des centres de formation scientifique tout à fait efficaces. Le Colegio Imperial de San Isidro à Madrid avait été créé par les Jésuites avec l’appui de Philippe IV en 1629. Ce collège destiné à la noblesse était l’institution la plus ouverte à l’enseignement des sciences, et, grâce aux contacts avec les autres collèges jésuites d’Europe, restait toujours à la pointe des découvertes. Avec l’expulsion des Jésuites par Charles III en 1767, ce collège perd de sa valeur. Charles III, en imposant des professeurs militaires, tente de sauvegarder cette institution sous le nom de « Estudios de San Isidro ». Le programme d’études, sous protection royale, était un mélange d’études littéraires et scientifiques (mathématiques et physique) ainsi que juridique. Le jeune noble était donc formé à de multiples disciplines avec un grand sérieux. Les enseignements donnés dans ce centre étaient bien supérieurs à ceux de certaines universités82. Parmi les ingénieurs y ayant étudié, un seul d’entre eux y fit ses études au temps des Jésuites : Miguel Antonio Lana y Ortasum, dont la carrière dans le génie commença par le poste d’ingénieur volontaire. Les quatre autres ont bénéficié des enseignements sous direction militaire. Pour deux d’entre eux, la renommée du centre leur a permis d’accéder à des postes enviables : travailler auprès de l’ingénieur Sabatini, ou enseigner dans l’académie du génie. Ramón Lope y Aguilar, frère de Tadeo qui a étudié au Seminario de Nobles, fut cadet à quatorze ans et, à peine sorti du collège, a travaillé comme ingénieur aux côtés de Sabatini à dix-sept ans. Antonio Sangenís fut sous-lieutenant à dix-sept ans, mais n’entra dans le corps qu’en 1790, après avoir terminé ses études au Colegio Imperial, continué à l’académie de Barcelone et effectué un passage dans l’infanterie. Une fois dans le corps, il fut rapidement intégré comme professeur à l’académie de Zamora, puis à celle d’Alcalá de Henares. Il écrivit par la suite un traité scientifique83.

  • 84 J. L. Peset, « La enseñanza militar y la nueva ciencia en la España ilustrada ». Les différents dir (...)
  • 85 AGS, GM, 5837, Rep.
  • 86 AGS, GM, 3793 ; AGS, DGT, 2-81, 65, 78, 63 ; Fichoz 4237.

71Le Seminario de Nobles de Madrid fut créé en 1725 par Philippe V qui désirait que la noblesse puisse s’instruire, y compris dans les matières scientifiques. Après l’expulsion des Jésuites, ce centre fut confié, lui aussi, à des professeurs militaires ou de la marine, tel Jorge Juan84 nommé directeur en 1770. Cette école réussit à maintenir son bon niveau et, sous l’impulsion royale, accentua son caractère préparatoire à la carrière militaire. L’enseignement comprenait l’étude des langues vivantes, de la géographie, de l’histoire naturelle, de l’escrime, de la danse, des mathématiques, de l’astronomie, de la physique, de l’art du dessin des plans de fortification et d’artillerie. Parmi les anciens élèves brillants, devenus ingénieurs, il y eut Tadeo Lope y Aguilar85. Devenu ingénieur militaire à dix-sept ans, il a fait de nombreux voyages d’études en Europe qui lui ont permis d’approfondir ses savoirs et de côtoyer les plus grands scientifiques. De retour en Espagne, il enseigne les mathématiques et le dessin de fortification dans son école – son cours de mathématiques fut publié en trois volumes à Madrid entre 1794 et 1798. Cet homme remet en cause le travail fait par Lucuce et propose de remettre à jour ces cours avec les nouvelles découvertes mathématiques. Les autres élèves passés dans ce centre sont au nombre de trois, dont l’un Pedro Lorieri, est le profil même de ces jeunes nobles que l’on voulait former dans ce séminaire : né dans la famille d’un conseiller de Castille, cadet à treize ans, ingénieur à dix-huit, oficial au secrétariat de la Guerre à vingt-trois, pour finir conseiller au Conseil des Ordres militaires86.

72Ces deux institutions, sous les Jésuites, étaient auréolées dans les milieux scientifiques d’un certain prestige. Sous la direction militaire, elles le conservèrent tout en militarisant leur projet pédagogique. Si la monarchie a résolu de donner à des militaires plutôt qu’à des universitaires les postes d’enseignants, c’est parce qu’ils correspondaient davantage au profil scientifique requis et à l’orientation militaire voulue. Une sorte d’élite militaire scientifique, qui a d’ailleurs largement contribué à la progression des sciences en Espagne, se trouve donc reconnue. Cependant, au début du XIXe siècle, la création de centres scientifiques spécialisés banalise l’action des centres généralistes.

  • 87 Les lacunes documentaires sont importantes pour le début du siècle. Les lieux d’études des ingénieu (...)

73La naissance des académies ou des écoles militaires a profondément limité en Europe la transmission du savoir par des personnes isolées87. Parmi les institutions militaires, les écoles d’artillerie sont faiblement représentées. Il faut se souvenir combien la lutte a été âpre entre Georges-Prosper Verboom et les artilleurs pour obtenir la totale indépendance des ingénieurs de l’artillerie, et la domination du génie sur la formation. L’artillerie n’obtiendra dans un premier temps que des écoles pratiques. Elle devra attendre 1764, et la volonté de Charles III de suivre les recommandations de Félix Gazzola, pour obtenir un Real Colegio de Artillería à Ségovie.

  • 88 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 274 -276.

74Il semble que la formation requise pour le génie soit le plus souvent tributaire d’un enseignement militaire (voir tableau 9, p. 000). Si l’on ajoute toutes les académies militaires gérées par le génie, on obtient 253 ingénieurs formés dans ces centres spécifiques, soit 91,3 % du total des formations effectuées dans des cadres militaires, et 79,5 % du total des cas retrouvés. Ces très forts pourcentages montrent une dominante des académies militaires dans la formation, même s’il faut en relativiser l’importance (voir ce qui précède et les observations d’Horacio Capel Sáez dans sa brillante analyse du système éducatif à Barcelone88). En effet, il met en avant que de 1735 à 1796, seulement 38 % des ingénieurs sont issus de l’Académie militaire de Barcelone. Sur le total d’élèves passés par cette académie, les futurs ingénieurs ne représentent que 8 % du total. En moyenne, sur les soixante-deux ans traités, sur huit ingénieurs nouveaux par an, trois sortent de l’académie de Barcelone, cinq sont passés par une autre académie militaire ou une autre voie. Il faut voir aussi dans ces forts pourcentages obtenus ici, l’existence de la volonté dominante du corps de recruter des hommes formés sur un modèle, par des professeurs suivant les programmes établis, et des hommes connus et jugés par leurs pairs. Sans oublier l’idée que cette formation devait aboutir à un corps plus homogène dont le parcours est constitué par des études dans une académie militaire du génie et par la reconnaissance des compétences par des ingénieurs. Finalement, ce modèle voulu par G.-P. Verboom et ses successeurs, a marqué une partie des militaires du xviiie siècle, et contribué à l’affirmation du génie en tant que corps instructeur de référence, même si progressivement ce modèle se sclérose.

  • 89 Statistiques établies pour l’année 1777, grâce à AGS, GM, 3794 ; pour 1787, grâce à AGS, GM, 5837 ; (...)

75En ce qui concerne l’incidence des académies sur la formation au cours du siècle, le problème de la documentation lacunaire s’est retrouvé une fois de plus pesant. En fait, seules les statistiques des années 1770-1790 sont cohérentes89. Pour les années antérieures, le fort pourcentage d’inconnus et la grande variété des lieux de formation ne permettent pas de dégager de réelles lignes directrices. En revanche, l’étude des centres de formation au cours des années 1777 et 1796 ne fait que conforter l’idée de la dominante des académies militaires dans la formation (78,1 % et 73,1 % des ingénieurs composant le corps) et de la diversité constante des possibilités de formation. Il y a, en effet, en 1796 plus de jeunes ingénieurs qui sont passés par des collèges réservés à la noblesse qu’en 1777. Les centres étrangers sont beaucoup moins représentés, tandis que la formation auprès d’un proche oscille entre 1,5 % en 1777 et 2,8 % en 1796. Les ingénieurs formés dans les gardes du corps ont eu comme professeur un ingénieur militaire, Pedro Padilla y Arcos ; ce qui explique que certains des élèves de ce corps d’élite aient eu une attirance pour la carrière du génie.

76En somme, la formation requise pour être ingénieur est variable et le passage par l’académie n’apparaît pas obligatoire dans la pratique. Cependant, la création des centres militaires a contribué à fixer les règles du savoir à acquérir pour entrer dans les domaines de compétences du génie.

Le système éducatif dans les académies militaires

  • 90 Les académies militaires dirigées par les ingénieurs : Barcelone 1720-1789 ; Oran 1732-1789 ; Ceuta (...)

77Les ingénieurs dominent l’enseignement militaire scientifique sur une grande partie du xviiie siècle en Espagne. Ils dirigent des centres d’études modèles : académies de Barcelone, de Ceuta, d’Oran90 réglementées par les ordonnances de 1739 et 1751. Le roi confie aux ingénieurs la tâche de former une armée moderne, possédant les moyens mathématiques et techniques de progresser. Cette démarche du pouvoir représente à la fois un pari intéressant de la monarchie des Bourbons (moderniser un des groupes les plus enclins à la routine), et un moyen de se doter de serviteurs de qualité. Le monarque accorde sa confiance à un groupe restreint d’hommes pour créer une sorte d’élite militaire nouvelle. Cette marque de confiance est un symbole du statut particulier des ingénieurs face au pouvoir. L’intérêt du roi pour l’enseignement des sciences dans les milieux militaires montre aussi la volonté du pouvoir de s’appuyer sur l’armée pour dominer un territoire et mener à bien les réformes nécessaires. L’apparition progressive de nouveaux centres d’enseignement après 1760 modifie le quasi-monopole des ingénieurs sur l’enseignement scientifique. Les académies doivent répondre à deux besoins : la formation scientifique, et non plus empirique, des militaires, et celle des ingénieurs. À force de porter ces deux exigences, l’édifice académique ressent des pesanteurs de plus en plus grandes, et se remet en cause avec difficulté. À la fin du siècle, la nécessaire spécialisation des corps de génie et la routine sclérosante menacent les Académies militaires du génie et aboutissent à une refonte des structures d’enseignement.

  • 91 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, Real ordenanza de 29 de dici (...)

78Le fonctionnement des académies de Barcelone, Ceuta et Oran repose sur des ordonnances de 1739 et de 1751. Entre ces deux ordonnances, il y a peu de changements quant à l’organisation générale91 :

  • la direction est toujours confiée à un ingénieur mais le protecteur devient le capitaine général de Catalogne au lieu du ministre de la Guerre. L’inspecteur reste l’ingénieur général ou par intérim l’ingénieur directeur de Catalogne

  • le corps professoral passe de4 à6 dont5 aides et le directeur tandis que le nombre d’élèves accueillis passe de40 par classe à60, soit240 élèves par an. Le nombre de non militaires (4) reste le même ce qui montre une volonté de militariser un peu plus les effectifs.

  • l’autorité du directeur est renforcée. Il participe au choix des manuels et répartit les enseignements par classes.

    • 92 A. Cámara Muñoz, « El ingeniero Sabatini », p. 438.

    les examens semblent être moins compliqués en 1751. On se contente de vérifier les savoirs en mathématiques d’après les traités enseignés et la capacité à fortifier une enceinte. Aucune évaluation sur les autres matières enseignées92 dans les académies n’est faite.

  • 93 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 138-139, tableau 17 : académie de Barcelone, tableau (...)
  • 94 Real ordenanza para la subsistencia, régimen y enseñanza de la real academia militar de Matemáticas (...)

79Les professeurs, répertoriés par Horacio Capel et son équipe93, étaient affectés pour 6 ans, soit pour une période de deux cursus, dans les académies. Après ces 6 ans, en théorie, les professeurs pouvaient renouer avec leur profession. Le recrutement des enseignants se faisaient souvent parmi les anciens élèves des académies. Ainsi le choix était-il réalisé en fonction des compétences reconnues par les pairs. Certains professeurs sont restés en fonction plus de six années et sont devenus des références pour ces centres d’enseignement. Mais cette longévité dans le poste n’avait-elle pas aussi des inconvénients comme la perte du contact avec la réalité du terrain, ou encore l’entrée dans une routine professorale ? Il apparaît en tout cas certain que le pouvoir royal a voulu choyer ses professeurs en veillant à accorder une attention particulière à leur promotion et à leur affectation lors de leur retour sur le terrain94.

  • 95 La tranche d’âge au départ était de quinze à trente ans, mais quinze ans fut reconnu comme un âge t (...)
  • 96 Les gratifications des académiciens en seconde classe sont de six écus de billon mensuels pour l’ac (...)
  • 97 Ordonnance de 1751, art. 13-15.

80Le recrutement des académiciens se fait après l’examen des capacités scientifiques des candidats, cadets et officiers choisis par leurs supérieurs dans les différents régiments espagnols (cavalerie, infanterie, dragons). Quatre places sont réservées à des caballeros particulares, c’est-à-dire des non militaires, nobles ou bourgeois, d’origine espagnole. La tranche d’âge requise pour être élève évolue de 15 à 30 ans à de 18 à 30 ans95. Afin d’attirer les nouvelles recrues, l’ordonnance de 1751 reprend l’idée d’une gratification accordée aux élèves96, mais aussi de postes réservés dans des régiments pour ceux qui auraient accompli le cycle entier97.

  • 98 Ibid., art. 53-78.

81Les académiciens ainsi recrutés doivent assister aux cours cinq jours par semaine (pas de cours jeudi, dimanche et jours fériés), en été de 8 à 10 heures et de 16 à 18 heures, en hiver de 9 à 11 heures et de 15 à 17 heures. Ces horaires correspondent aussi aux périodes de clarté du jour. La discipline et la tenue dans les académies sont bien sûr militaires. Le non-respect de la règle entraîne des sanctions pouvant aller jusqu’à la mise aux arrêts. Comme dans tout établissement strict, on insiste sur la ponctualité nécessaire des académiciens, sur la bonne tenue des cahiers et sur le matériel à posséder impérativement (cahier, compas, règle, crayon). Les enseignements dispensés sont répartis sur quatre classes et pour une durée de 3 ans. Les deux premières classes donnent les généralités mathématiques et scientifiques. C’est une sorte de « tronc commun » qui permet d’avoir les bases scientifiques. Les classes suivantes correspondent à une spécialisation. La troisième s’adresse à un public intéressé par les corps militaires dits savants, et la quatrième apporte la spécialisation en dessin pour les ouvrages architecturaux, d’art, de cartographie (voir tableau 10). La lecture des ordonnances royales a lieu pendant les cours de dessin ce qui permet d’être instruit sur les différentes évolutions de la structure institutionnelle de l’armée98.

Tableau 10. – Enseignements dispensés à Barcelone, Oran et Ceuta

Classes

Matières enseignées

Évaluation et poursuite
d’études ou de carrière

Première

Arithmétique, géométrie pratique, trigonométrie, topographie. Leçon extraordinaire : explication de la sphère céleste.

– Bulletin trimestriel des appréciations sur les élèves pour l’inspecteur, cahier de prise de cours contrôlé dans chaque classe par les professeurs.
– Examen pour passer en deuxième classe.
– Possibilité de redoubler si une excuse valable.
– Renvoi si l’élève n’a pas satisfait aux exigences, dans son régiment.

Deuxième

Artillerie, fortification, attaque et défense des places, tactique, mouvements des armées. Leçon extraordinaire : géographie.

– Relevé trimestriel.
– Examen de passage en 3e année si volonté de devenir artilleur ou ingénieur.
– Possibilité de regagner son régiment avec un certificat de fin du 2e cours en tant qu’académicien.

Troisième

Mécanique et machinerie, hydraulique, construction, architecture civile. Leçon extraordinaire : perspective, gnomonique, élaboration et utilisation de cartes géographiques, hydrographiques, résolution de problèmes nautiques.

– Bulletin trimestriel – Examen pour passer en
4e année, si échec retour dans le régiment d’origine avec un certificat des études faites.

Quatrième

Pratique du dessin, élaboration de projets d’édifices civils et militaires, cartographie et manière de dresser une carte. Leçon extraordinaire : réglementation des travaux royaux, apprentissage de la confection d’un projet, budget (coût horaire, précautions de réalisation).

– Relevé des appréciations des professeurs sur l’aptitude pour entrer dans un corps militaire scientifique.
– Requête pour obtenir un poste d’artilleur ou d’ingénieur et passage d’un examen avant de l’intégrer.
– Possibilité de participer à des concours publics.
– Retour dans son régiment avec certificat de fin d’études.

Sources Les ordonnances de 1739 et 1751 sur les académies militaires.

82Pour chaque classe, un manuel a été élaboré et soumis à l’approbation de l’inspecteur et du directeur. Les professeurs dispensent cet enseignement codifié et n’ont guère de possibilité de s’en écarter. Peut-être est-il possible de voir ici les prémisses de la sclérose des enseignements ? L’élève doit prendre en notes les cours dictés. Il ne doit pas manquer de participer aux démonstrations pratiques comme le déplacement sur le terrain pour lever des cartes, des plans, et les exercices de tir d’artillerie. Le samedi, les élèves assistent à des conférences publiques où questions et réponses argumentées permettent de réutiliser les savoirs acquis dans la semaine. Les élèves peuvent aussi se rendre à la bibliothèque de l’académie où est pratiquée une sorte de tutorat. Les tuteurs sont désignés par les professeurs parmi les meilleurs éléments. Le soir, leur rôle est de réexpliquer les leçons du jour. Ainsi ce soutien et cette entraide contribuent au développement d’un réseau relationnel entre académiciens et donc entre les futurs officiers des différentes armes.

83L’évaluation des compétences se compose à la fois de bulletins trimestriels faisant état des aptitudes de chaque élève et d’examens de fin de classe. À la fin des quatre classes, ont lieu des exposés publics, avec remise de prix par le jury. Les notes des débats publics sont conservées dans la bibliothèque de l’académie.

  • 99 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 167. Les postes réservés sont dans les reales guardia (...)

84À la fin des études, l’accès à un poste d’ingénieur n’est pas garanti par le passage dans l’académie. De fait, une partie importante des académiciens formés va retrouver son régiment d’origine, avec quelques avantages99. Ces hommes, lorsqu’ils retournent à leur corps d’origine, participent à la diffusion des sciences et à la préparation des jeunes qui voudraient intégrer les académies. Ils représentent les maillons essentiels de la formation d’une armée moderne rêvée par les Bourbons. De plus, lors de campagnes militaires où le nombre ferait défaut, les anciens des académies pouvaient être appelés à devenir des ingénieurs volontaires.

  • 100 J. A. Calderón Quijano, « El ingeniero Simón Desnaux y su proyecto de academia militar en América » (...)
  • 101 R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, p. 89.
  • 102 José Joaquín de Pineda, né en 1761 à Caracas, de qualité distinguida, est recruté comme sous-lieute (...)

85En Amérique, pour les jeunes gens qui désirent faire des études militaires, le problème de la formation reste entier. Même si des tentatives de création de centres d’enseignement ont existé, elles sont souvent restées sans suite. Simón Desnaux, parmi d’autres100, avait établi un projet en 1777 pour l’implantation d’une académie dans le royaume de Nouvelle-Espagne. Ce projet fut refusé par Silvestre Abarca, sous prétexte des coûts élevés de ce type d’installation et du manque de maîtrise de cet ingénieur. Donc, en principe, les possibilités pour le résident américain d’accéder à la formation scientifique et à la profession d’ingénieur se résument à aller étudier en Espagne, ou étudier avec un parent sur place et passer l’examen en Espagne, ou devenir ingénieur volontaire sur place. Or en examinant quelques cas, on peut ajouter à ces possibilités d’autres moyens d’accéder au corps du génie. En effet, les critères rigides de sélection sur des compétences acquises dans les centres d’enseignement espagnol cèdent parfois le pas devant les exigences de la gestion des besoins. Ramón del Pino y Rameri101, fils de l’ingénieur et futur vice-roi du Río de La Plata Joaquín del Pino, a étudié tous les traités nécessaires et le cours de mathématiques avec des ingénieurs reconnus comme Carlos Cabrer et Juan Antonio Mosquera qui ont certifié les compétences de leur élève et appuyé sa demande d’intégration dans le corps. La réponse venue de Madrid exige cependant le voyage en Espagne pour subir les examens nécessaires. Au contraire dans le cas de José Joaquín de Pineda102, le recrutement à Caracas est fondé sur la seule demande du gouverneur qui se plaint de la pénurie. Le jeune homme a effectué des études de mathématiques dans l’académie del Puerto de La Guaira et n’est passé ni par l’Espagne, ni par les académies du génie. L’impact des académies sur la formation des ingénieurs montre ici ses limites.

  • 103 Pedro de Lucuce a été directeur de l’académie de Barcelone, avec des périodes où il exerce d’autres (...)
  • 104 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 242-250.

86Le système éducatif des académies militaires généralistes du génie se révèle peu à peu quelques faiblesses face aux innovations européennes de la deuxième moitié du siècle. En France, le système est différent puisqu’à côté des écoles militaires généralistes se trouve dès 1749, une école réservée au génie militaire. La reconnaissance de la spécificité des tâches s’y affirme plus vite. De même, la séparation entre génie civil et militaire est effectuée par le biais de deux structures parallèles, l’École des ponts et l’école de Mézières. Partout en Europe, la formation de spécialistes progresse. L’Espagne participe, elle aussi à ce mouvement. On assiste au développement de structures spécifiques pour certains corps. La plus importante réalisation dans ce domaine, celle qui contrarie le plus les ingénieurs, est la naissance de l’Académie d’artillerie de Ségovie en 1764. Progressivement, les centres dirigés par le génie se sclérosent par rapport à un système d’enseignement qui se diversifie. Cette sclérose peut être attribuée à la forme de l’enseignement, dicté aux élèves, ou encore aux manuels utilisés d’année en année sans modification. Par exemple, le cours de mathématiques produit par Pedro de Lucuce est obsolète dans le dernier tiers du siècle parce qu’il n’intègre pas les progrès accomplis en algèbre et géométrie. En Espagne, des scientifiques issus du corps du génie comme Tadeo Lope s’opposent aux conceptions rétrogrades de l’enseignement des mathématiques dans les académies. Dans les autres pays européens, les nouveaux théoriciens des mathématiques voient leurs thèses intégrées aux enseignements puisque l’on fait appel à eux pour être professeurs dans des institutions spécialisées. La timidité des académies espagnoles à s’inscrire dans le suivi des nouvelles théories scientifiques trouve aussi ses sources dans l’immobilisme des directeurs des établissements généralistes et celui des chefs de l’armée. On s’aperçoit par exemple, que Lucuce, rédacteur du traité de mathématiques enseigné, a été longtemps103 à la tête des institutions. Son successeur, Juan Caballero, instruit par lui-même, ne cherche aucunement à remettre en cause son maître. Les chefs militaires, eux, ont vu arriver d’un mauvais œil des avancées scientifiques d’un pays voisin, puis révolutionnaire la France104 et sont demeurés frileux quant à la diffusion de ces théories nouvelles.

87Certes au début du xixe siècle, le corps du génie se dote d’une académie réservée aux ingénieurs et sapeurs militaires, située à Alcalá de Henares. Cependant le problème de la mise à jour des manuels reste en suspens.

88Malgré l’aptitude restreinte de celles-ci à intégrer les nouveaux savoirs, on peut être certain que les académies militaires ont contribué à faire progresser les sciences en Espagne. Les académiciens sortis de ces établissements sont autant de militaires instruits et prêts à diriger une armée moderne. Les nombreux ingénieurs issus de cette formation montrent le rôle important de ces centres d’enseignement dans la constitution d’une élite particulière de l’armée : celle des techniciens scientifiques. Cependant il faut relativiser cet impact en n’oubliant pas que d’autres ingénieurs ne sont pas passés par le moule académique avant leur intégration dans le corps.

Notes

1 La corrélation entre origine sociale et géographique est importante. En effet derrière un lieu de naissance correspondant à une ville de garnison importante, peut se cacher une origine sociale militaire et, par conséquent, une origine géographique artificielle car liée à une circonstance de la vie professionnelle du père.

2 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315.

3 Ibid., pp. 316-317. Dans la thèse de M. GIL Muñoz, Sociología de los oficiales del ejército español, les mêmes critères d’explications apparaissent pour le recrutement des officiers à la fin du xviiie siècle (t. I, pp. 336-347).

4 Les ingénieurs nés à Oran dont les pères furent militaires et nés ailleurs : Ramón Santander, Domingo Aguirre, José Font y Anguiano, Felipe Ramírez, Ramón et Juan Villalonga. Les ingénieurs nés à Ceuta et dans le même cas : José Parreño, Manuel Feliú Olaguer. À Melilla est né Pedro Martín Cermeño dont le père Juan fut ingénieur et d’origine de Salamanque.

5 La famille Saliquet : le père (Carlos Saliquet), né en France à Marseille en 1722, est entré au service du roi d’Espagne comme inspecteur des travaux de Barcelone puis en 1750, il intègre le corps des ingénieurs et fait quasiment toute sa carrière en Catalogne. Les fils Antonio Saliquet né en 1755 à Barcelone, intègre le corps en 1770. Juan Saliquet, né en 1758 à Barcelone, l’intègre en 1778.

6 La famille Lemaur : le père (Carlos Lemaur), né en 1721 à Montmirail en France, entré au service de l’Espagne en 1750, a eu quatre fils qui sont tous devenus des ingénieurs et sont nés au gré de ses affectations : soit Carlos, né en 1756 à Corcubión (Galice), Manuel, né en 1759 à Madrid, Félix né en 1767 et Francisco né en 1769 à Bembibre (Galice).

7 La famille Lecoq : le père (Pedro Lecoq), né en Flandres à Landrecie, intégré au corps en 1726, a eu un fils ingénieur Bernardo qui naît en 1739 à La Corogne.

8 La famille Homar : le père (Pedro Homar ou Homari, duc et capitaine d’un régiment de cavalerie), né à Oleggio dans le Milanais a eu un fils Juan, né à Tamarit de Litera en Aragon, ingénieur en 1757 et entré dans l’ordre militaire de Calatrava en 1777.

9 La famille Villalonga : le père (Lucas Villalonga), né à Naples, colonel à Oran, a eu deux fils jumeaux, nés en 1748 à Oran et ingénieurs en 1767 pour Juan et 1771 pour Ramón.

10 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315 : « Además, esta presencia más numerosa de extranjeros se producía en las armas que mayores conocimientos tecnicos requerian, caso de la Artillería e ingenieros ».

11 J. M. Muñoz Corbalán, Los ingenieros militares de Flandes a España. À la p. 63, l’auteur donne des extraits d’une lettre de Vauban sur Verboom, où le premier exprime tout le bien qu’il pense du second. Les pp. 67-78 montrent la collaboration entre Français et Flamands, tandis qu’à partir de la p. 157 sont exposées les opérations menées conjointement pour le siège de Barcelone.

12 Sur les 42 Français, il y eut 12 recrutés avant 1720, 16 entre 1720 et 1744, 13 entre 1744 et 1789, et un seul en 1792 (d’après notre fichier prosopographique).

13 On peut citer comme exemples : Francisco Sabatini, les Bambiteli, Guillermo Minali, Luis Baccigalupi, Simón Amat Poulet.

14 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 315 et aussi p. 323, pour l’infanterie, le pourcentage est situé à 1,22 %, pour la cavalerie, à 0,25 %.

15 AGS, GM, 2998.

16 AGS, GM, 2998. Les ingénieurs cités ici sont : Francisco Mauleón, Juan Díaz Pimienta (cité déjà en 1710), Bruno Caballero, Carlos Labaume, Monsieur de Saint-Félix ou San Feliu.

17 Les Flamands : Alberto Goffaux, Alberto Mienson, Juan Díaz Pimienta, Joaquín de Flandes, José Alejandro de Bauffe, Felipe baron de Tanneville, Juan de Batefort ; les Français Alejandro de Retz, Luis Langot ; les Espagnols : Francisco de Mauleón, Bruno Caballero, ainsi que Carlos Labaume et San Félix, dont nous ne connaissons pas l’origine.

18 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 29-32.

19 Les Italiens : Cayetano Lazara, Antonio Gatica, Juan Gianola, Felipe Palotta ; les Français ou wallons : Diego Fabré, Pedro Daubeterre, Benigno Villier, Nicolás Darcourt, Carlos Beaume, Juan Bautista Dufresne, Juan Bernardo Frosne, Simón Poulet ; les Espagnols : Gaspar Casasola, Hernán García de Neoburg, Juan Muñoz de Ruesta, Juan Ballester, José Berbegal, Jerónimo Tortosa, Nicolás Pistón.

20 AGMS, Pensiones 1188/1/1787.

21 AGS, GM, 3789.

22 AGI, Indiferente 1905 : Juan Muñoz de Ruesta, Antonio de Contreras, Gerónimo Tortosa, Ignacio Sala.

23 Ibid., José de Bauffe, Alberto Mienson, Bartolomé Thurus. Le terme vassal fait référence à un homme originaire des terres ayant un lien ancien avec la couronne espagnole, à l’époque des Habsbourg.

24 Ibid., Alejandro de Retz, Francisco Montaigu, Antonio Montaigu, Luis de Langot.

25 AGS, GM, 2990.

26 Pedro Borrás et Francisco Mauleón.

27 Ignacio Sala.

28 Bruno Caballero.

29 Gerónimo Tortosa.

30 Le nombre d’Espagnols signalés au début du siècle en 1711 apparaît comme très faible.

31 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, p. 582, Real resolución comunicada por el Inspector General de la Caballería en 12 de marzo de 1722 sobre nombramiento de cadetes, y servicio que han de hacer, art. 1er : « los caballeros notorios, los cruzados, hijos o hermanos de estos títulos, sus hijos o hermanos, o hidalgos que me presentaren justificaciones del goce de tales en sus lugares y los hijos de capitanes y oficiales de mayor grado ».

32 Ordenanzas de S.M. para el régimen disciplina, subordinación y servicio de sus exercitos, t. I, p. 189, art. 1er.

33 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, p. 157, graphique sur l’origine sociale des officiers à partir de sous-lieutenant : 1650-1699 51 % de nobles, 1726-1750 83 % de nobles, 1776-1800 93 % de nobles.

34 Ibid., pp. 160-161, tableaux 7-8.

35 Ibid., p. 156, augmentation de 40 % du recrutement noble dans l’armée sur plus d’un siècle : 53,5 % entre 1650-1699 et 90,3 % entre 1776-1800.

36 Cent quarante et un expedientes personales ont été consultés aux archives militaires de Ségovie.

37 Cent vingt-trois expedientes matrimoniales consultés aux archives militaires de Ségovie.

38 Les définitions des termes sur la qualité sociale sont extraites de Real Academia Española, Diccionario de autoridades.

39 Les principaux ordres militaires, comme Alcántara, Santiago et Calatrava, furent constitués au Moyen Âge pour faire face aux musulmans, et participer à la Reconquête. Ces ordres possédaient des terres immenses et étaient très riches. Après la Reconquête, le roi d’Espagne devint le Grand maître de tous les ordres militaires, et il utilisa ces derniers pour récompenser les meilleurs serviteurs de l’État. Charles III créa en 1771 l’ordre de Charles III, dont le but était aussi de récompenser les bons serviteurs de l’État.

40 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 865, art. 7 : « ser naturales de los dominios y provincias de esta monarquía, de conocida nobleza o ciudadanos honrados de buena conducta », Real ordenanza e instrucción del 22 de julio de 1739 para la enseñanza en la real y militar academia […] de Barcelona.

41 Cette définition est donnée par Bartolomé Bennassar, dans Histoire des Espagnols. Le seul cas rencontré est celui de Manuel Agustín Mascaró, né à Barcelone en Catalogne.

42 Exemples : L’ingénieur José Pozo y Marqui, dont la qualité sur la feuille de service (AGS, GM, 5837) était conocida. Dans son expediente matrimonial P 2648, il était défini comme noble, et son père, Gaspar Pozo, comme un militaire ayant servi à Naples, en tant que capitaine ; Pedro Mercadillo de qualité conocida est d’après son dossier matrimonial M 2940, fils d’un regidor de Salamanque, et petit-fils par sa mère d’un membre de l’ordre de Calatrava ; Vicente Talledo y Rivera est de qualité connue sur sa feuille de service en 1801, noble sur celle de 1820, et dans son expediente matrimonial T 76, fils d’un oficial mayor de la Contadurí Tabaco de Valencia.

43 Les origines des trente-deux cas sont : treize d’origine noble, six d’origine conocida, neuf fils d’ingénieur, quatre fils de militaire.

44 Il s’agit ici de reprendre toutes les fonctions administratives occupées par les pères et de les définir en fonction de la nécessité d’être noble pour accéder à une telle tâche.

45 Les professions des pères ont été obtenues dans les dossiers personnels et ont permis d’étendre la notion de noble, qui, au départ, correspondait à l’ingénieur.

46 Père de Joaquín de Villanueva Pacheco : regidor de Plasencia ; celui de Antonio Vago y Piedrola : regidor de San Rafael ; celui de Pedro Mercadillo, regidor de Salamanque ; le père de Fernando López Mercader, regidor de Vélez-Málaga ; le père de Antonio Benavides : regidor d’Almería ; le père de Ildefonso Aragón, regidor de Cadix ; le père de Luis Ochoa : regidor de almansa.

47 Le père de Antonio et Juan Bautista Durante, oficial de la Contaduría de Tabacos ainsi que le père de Vicente Talledo y Rivera. Le père de José Mariano Aloy, qualifié de noble, est oficial de la Contaduría Real de Rentas de Salinas. Le père de Gabriel Morón est fiscal. Le père de Veyán Aparicio a un poste de oidor et alcalde de Quito.

48 Le père avocat est celui de Guillermo Minali. Les deux médecins sont ceux de Pedro de Lucuce et de Ramón et Tadeo Lope y Aguilar. Le notaire est le père de Carlos Cabrer Súñer. Enfin le père qualifié de noble et oficial est celui de Mathias Octavio.

49 L’équipe PAPE (Personnel Administratif Politique Espagnol) est une équipe de chercheurs français et espagnols qui travaillent sur les réseaux relationnels dans les élites espagnoles du xviiie siècle. Les fichiers sont regroupés à Talence, à la Maison des Pays Ibériques.

50 Il existe 27 cas d’ordres militaires, dont 22 sont répertoriés dans ordres militaires dans le tableau. Pour les autres, ils figurent dans le tableau sous d’autres rubriques, comme ingénieur, militaire ou ilustre. C’est l’ordre de Santiago qui est le plus représenté avec 18 membres.

51 Antonio Narváez de la Torre, fils de Antonio José Xavier de la Torre, a le titre de título de Castilla, conde de Santa Cruz de la Torre. Cet ingénieur est né à Carthagène des Indes ; entré dans le corps, en 1756, il est en 1785 colonel et gouverneur de Santa Marta y Río del Hacha (vice-royaume de Santa Fe) [AGMS, N 254]. Charles de Robelin a le titre de comte qu’il a certainement obtenu du roi d’Espagne parce qu’il a quitté le service du roi de France en 1719 (période de guerre entre la France et l’Espagne) pour celui du roi d’Espagne. Il y a eu 7 ingénieurs dans sa famille qui ont servi le roi de France. Miguel Roncali, né à Cadix, a le titre de comte qui lui vient de son père, italien de Gênes, et colonel d’infanterie. Il fait des études dans l’académie des gardes du corps, académie réservée à une certaine élite nobiliaire. Il a gravi tous les échelons de la carrière de 1753 à 1794 (AGMS R 2976).

52 Extrait de Fichoz, n° 007268 ; AHN, HAC, lib. 7933.

53 Ce sont les fils de Luis Bambiteli et les beaux-frères de Francisco Sabatini (AHN, OM, Santiago, XVIII, 1791).

54 Il est le fils de Juan Caballero, ingénieur et directeur de la division académies militaires puis de la division des fortifications. Il termine sa carrière comme lieutenant général (AHN, OM).

55 Les cotes des dossiers des ordres militaires figurent dans la base de donées relative aux ingénieurs militaires sur le site web de la Casa de Velázquez.

56 Pedro Barruchi finit sa carrière comme oficial de la Secretaría del Despacho de Guerra de España e Indias.

57 Pedro de Lorieri (AGS, GM, 3793 ; AGS, DGT 2-81, 2-78, 2-63 ; Fichoz 004237 ; AHN, OM, Santiago, XVIII, 1484).

58 Ignacio Garcini y Queralt (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 4502 ; AGMS, exp. pers. G 1905, exp. mat. G 1905 ; F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, pp. 95-96).

59 AHN, 1227 bis, ordre de Calatrava.

60 Ignacio Mascaró y de Homar (AGS, GM, 5837 ; AGS, GM, 3005 ; AGMS, exp. mat. M 2151). Les mariages entre cousins sont fréquents à l’époque en Espagne. C’est aussi une manière de conserver son patrimoine.

61 AHN, OM, Alcántara, XVIII, 96 ; AHN, OM, Alcántara, expedientes incompletos.

62 AHN, OM, Alcántara, XVIII, 165.

63 Fichoz 174 ; AHN, OM, Carlos III.

64 AGS, DGT, 2-47-140 ; AGI, Indiferente 1905 ; Fichoz 106 ; F. Andújar Castillo, Consejo y consejeros de Guerra en el siglo xviii, pp. 178-179.

65 AHN, Orden Carlos III, 4 ; AGS, DGT, 2-47-141, 2-54, 2-57, 2-60 ; AGS, GM, 4258 ; AGS, GM, 3002 ; AGI, Indiferente 1905/1906 ; F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 168-169.

66 La répartition dans les corps particuliers se fait de la manière suivante : un sous-lieutenant de carabiniers ; trois ayudantes mayores, un lieutenant, un capitaine de milices, un commandant de lanciers.

67 Francisco Andújar Castillo évoque ces rapports dans son ouvrage sur les militaires espagnols à la p. 159.

68 Félix Salomón (1753-1784) est le fils de Jaime Salomón, lieutenant de frégate (AGS, GM, 3002 ; AGS, GM, 3793 ; AGS, GM, 3790).

69 Marcos Serstevens, d’origine flamande est venu en Espagne dès 1726 (AGS, GM, 3791, 3230, 2991, 4466). Son fils Manuel Serstevens y Omeacher est né à Barcelone en 1754. Il est entré dans le corps des ingénieurs de la marine en 1776. Il a fait des études à l’académie de Barcelone. Il enseigne aux cadets de son régiment avant d’être appelé par Francisco Gautier pour diverses commissions en tant qu’ingénieur (Archivo Don Álvaro de Bazán, Estado General de Marina 1793, exp. pers. 65 P).

70 Francisco Ampudia y Valdés a intégré le corps des ingénieurs de la marine en 1788 après avoir quitté celui de l’armée de terre. Il pensait en passant dans le corps du récent génie naval avoir une promotion plus rapide.

71 Archivo Don Álvaro de Bazán, Cuerpo General 1, P6.

72 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 306-307, tableau 37 : « Dinastías y vínculos familiares en el cuerpo de ingenieros. Siglo xviii ».

73 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 188.

74 Les cinq cas sont : Pedro Bambiteli recruté en 1763, Juan Cayetano Chacón en 1765, Agustín Doria en 1765, Lorenzo Lupi, en 1764, Francisco Sabatini en 1764.

75 Les quatre cas sont : Carlos Boullement intégré en qualité d’ingénieur en second (agregado) en 1795, Enrique Campenne, ingénieur ordinaire en 1795, Marcos Antonio Pablo Fay ingénieur en chef en 1794, Luis Guillermo Pons, ingénieur en chef en 1794.

76 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, pp. 161-167. Il montre dans ce passage la sclérose des universités espagnoles, la nécessité de les réformer ressentie sous Charles III et la difficulté à faire aboutir ces réformes. M. Martínez, dans « Academias militares en el siglo xvii », reprend les travaux de Vernet et parle de l’incapacité des universités à se mettre au courant du développement de la science contemporaine. Plus tard, il compare la situation à celle de la France et remarque que dans les deux cas se furent des créations d’écoles militaires et techniques qui pallièrent le défaut des enseignements des sciences de haut niveau. J. L. Peset, dans « La enseñanza militar y la nueva ciencia en la España ilustrada », évoque l’université comme dépositaire des savoirs et des sciences mais qui ne recherche pas un savoir moderne.

77 AGMS, exp. pers. de Lucuce L 2033.

78 AGI, Indiferente 1905/1906 ; AGS, GM, 4258/5837/3232 ; AGS, DGT, 2-49.

79 José Hermosilla est mentionné en 1761 dans les ingénieurs extraordinaires comme ayant 50 ans et 5 ans de service dans le corps (AGS, GM, 2991). Dans AGS, GM, 3794, on a une mention de cet ingénieur comme ingénieur ordinaire en Castille, au Prado de Madrid, avec le grade de capitaine. D’après AGS, GM, 2991, il est ingénieur ordinaire depuis le 19 mars 1763. L’article de D. RODRÍGUEZ RUIZ, « El tratado de arquitectura civil de José de Hermosilla », dévoile les différents aspects de son traité d’architecture civile.

80 Francisco Bustamante, Juan María de la Cruz, Juan Bautista Jaúregui, Manuel Morete. Tous les quatre sont nés après 1768 et sont entrés dans le corps entre 1794 et 1796. Il est fait mention sur les dossiers de l’apprentissage des mathématiques dans cette académie.

81 A. Bonet Correa et alii, La polémica ingenieros arquitectos, pp. 19-21 ; R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, pp. 117-154.

82 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, pp. 174-175.

83 Miguel Lana y Ortasum : AGS, GM, 3791 ; AGS, GM, 2991. Ramón Lope y Aguilar : AGS, GM, 5837, AGMS, exp. pers. L 1734. Antonio Sangenís : AGS, GM, 5837, AGMS, exp. pers. S 1405. Son ouvrage s’intitule : Tratado analítico de las secciones cónicas ; cantidades radicales y otras teorías de algebra, empuje de tierra y de arcos, tratado de fortificación de campaña.

84 J. L. Peset, « La enseñanza militar y la nueva ciencia en la España ilustrada ». Les différents directeurs du Seminario de Nobles furent : le maréchal de camp Eugenio de Alvarado 1767-1770, le grand scientifique et marin Jorge Juan 1770-1774, le capitaine de navire Vicente Doz 1774-1783, le brigadier d’artillerie Antonio de Angosto 1783-1794. Par la suite, vont alterner des directeurs d’origine ecclésiastique et militaire.

85 AGS, GM, 5837, Rep.

86 AGS, GM, 3793 ; AGS, DGT, 2-81, 65, 78, 63 ; Fichoz 4237.

87 Les lacunes documentaires sont importantes pour le début du siècle. Les lieux d’études des ingénieurs sont rarement connus. Ce que l’on peut dire à ce sujet, c’est que les centres d’enseignement des arts militaires et des mathématiques étant peu nombreux, le chemin qui mène à la connaissance passe par l’étude avec des proches et l’expérience sur le terrain auprès des aînés.

88 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 274 -276.

89 Statistiques établies pour l’année 1777, grâce à AGS, GM, 3794 ; pour 1787, grâce à AGS, GM, 5837 ; et pour 1796, grâce AGS, GM, 3794.

90 Les académies militaires dirigées par les ingénieurs : Barcelone 1720-1789 ; Oran 1732-1789 ; Ceuta 1739-1789. Les ingénieurs furent aussi à la tête d’autres institutions comme l’Académie des gardes du corps ou la Real Sociedad de Matemáticas.

91 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, Real ordenanza de 29 de diciembre de 1751 para la subsistencia, regimen, y enseñanza de la Real Academia Militar de Matemáticas, establecida en Barcelona y las particulares de Ceuta y Oran…, pp. 889-925.

92 A. Cámara Muñoz, « El ingeniero Sabatini », p. 438.

93 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 138-139, tableau 17 : académie de Barcelone, tableau 18 : académies d’Oran et Ceuta, tableau 19 : académies de Zamora, Cadix et Alcalá.

94 Real ordenanza para la subsistencia, régimen y enseñanza de la real academia militar de Matemáticas establecida en Barcelona (20 décembre 1751), art. 10.

95 La tranche d’âge au départ était de quinze à trente ans, mais quinze ans fut reconnu comme un âge trop peu élevé pour suivre les cours. C’est aussi dans l’Ordre Royal de 1743 que fut revu l’âge minimal requis.

96 Les gratifications des académiciens en seconde classe sont de six écus de billon mensuels pour l’achat de livres et instruments. Ces suppléments viennent s’ajouter aux soldes mensuelles et sont attribués seulement à partir de la seconde classe contrairement à ce que prévoyait l’ordonnance de 1739. D’ailleurs le changement était intervenu en 1743 par une Real Orden de la Ensenada.

97 Ordonnance de 1751, art. 13-15.

98 Ibid., art. 53-78.

99 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 167. Les postes réservés sont dans les reales guardias (« gardes royales ») ceux de porte-drapeau et second lieutenant ; dans l’infanterie, postes de sous-lieutenant et lieutenant, dans la cavalerie et les dragons, postes réservés étendard.

100 J. A. Calderón Quijano, « El ingeniero Simón Desnaux y su proyecto de academia militar en América », pp. 645-650 ; R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, pp. 89-95. Les auteurs parlent de la volonté de créer une académie de mathématiques à Cartagène des Indes, dans le premier tiers du xviiie siècle par Juan de Herrera de Sotomayor, du développement de l’enseignement des mathématiques dans l’université de San Marcos au Pérou dans la deuxième moitié du siècle, et dans l’université de San Felipe à Santiago de Chile en 1738.

101 R. Gutiérrez et C. Esteras, Arquitectura y fortificación, p. 89.

102 José Joaquín de Pineda, né en 1761 à Caracas, de qualité distinguida, est recruté comme sous-lieutenant en 1784 et aide-ingénieur. Par la suite, en 1793, il devient ingénieur extraordinaire et lieutenant. Envoyé alors en Espagne, il participe à l’armée du Roussillon.

103 Pedro de Lucuce a été directeur de l’académie de Barcelone, avec des périodes où il exerce d’autres fonctions de 1738 à 1774. Puis, il est directeur de la branche des académies de 1774 à 1779.

104 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 242-250.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. – Origines géographiques des ingénieurs ayant exercé de 1710 à 1802
Crédits Source Fichier prosopographique.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 5. – Origines géographiques des ingénieurs de la génération Verboom
Légende .
Crédits Source AGS, GM, 2986, 2990, 2991
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 6. – Origines géographiques des ingénieurs militaires de 1750 à 1790
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau 8. – Relations familiales proches établies dans le corps*
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende * La construction du tableau a été possible essentiellement grâce aux croisements des données des dossiers personnels et matrimoniaux de Ségovie. Les liens représentés sont des relations pour lesquelles des preuves documentaires existent. Pour éviter de compter plusieurs fois certaines personnes, les pères déjà cités en qualité de fils sont mis entre parenthèses.a Lorsque cela a été possible, le nom du fils est indiqué avec les deux patronymes accolés.b Sont inscrits les frères ingénieurs de l’ingénieur, les frères ingénieurs dont le père ne l’était pas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau 9. – Lieux de formation des ingénieurs
Crédits Sources Feuilles de services et dossiers personnels de 318 ingénieurs.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21354/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search